Vous êtes sur la page 1sur 13

Séance 1 - 26.09.2019 – bernard.gendrel@u-pec.

fr, bureau i1-330


- Pendant le semestre : Lire dans La Littérature française : dynamique et histoire II,
sous la direction de J.-Y. Tadié,
(Folio essais 2007), la partie consacrée au XIXe siècle, par Fr. Mélonio, B. Marchal et
J. Noiray,
p. 297-541.
Conserver et relire l’anthologie de textes du XIXe siècle utilisée au lycée.
Lectures obligatoires :
Balzac, Illusions perdues.
Hugo, Préface de Cromwell.
Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
- Distinguer les régimes différentes (qui la littérature reflète)
- Littérature supplémentaire : Lagarde et Michard, XIX siècle (manuel) ;
Dominique Rincé et Bernard le cherbonnier, littérature, textes et documents XIX
siècle (par Henri Mitterand, Paris, Nathan, 1986) ;
Georges Décote et Joel Duboschand, Itinéraires littéraires XIX siècle, Paris, Italien,
1988 ; eigenes Buch, Bernard Gendrel, littérature : les mouvements er écoles littéraires
Armand Colin, 2019.
Séance 1
- XIX siècle : restauration des choses qui étaient perdu pendant la révolution

- Avec la chute de Robespierre : fin de la période du terreur /


Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 1
le Directoire (1794-1799) qui était la dernière Staatsform de la révolution française. /
le Directoire (1799-1804) /
l’Empire (1804-1815) / La restauration (1815-1830) avec Louis XVIII + Napoléon à
l’ile d’Elbe ;
révolution de juillet 1830 ;
monarchie de juillet avec les cousins de Louis XVIII (1830-1848)
le régime /suffrage censitaire

- 9.11.1799 : Napoléon Bonaparte impose le consulat. = plutôt positive, parce que


Napoléon a fermé la période de la révolution + plus de la guerre. On avait l’impression
que les armées de la France sont partout dans tout le monde. Napoléon était la figure
du siècle entier (il a permis que les réfugies, qui ont quitté la France pendant la
révolution, de revenir). = même les ennemies sont fascinées. = instauration du
consulat

- Googlen : le rouge et le noir Hauptfigur (Julien Sorel) ; l’idée qu’un homme du peuple


peux atteindre du pouvoir + Julien Sorel admire Napoléon. Publication : 1830
- Pendant le bagage les frères du roi Louis XVI reviennent (p.ex. le frère Louis XVIII +
Charles X).

- 1.3 Napoléon débarque (première défaite) + Maréchal Ney, mais Napoléon réinstalle
dans les Tuileries

- Les royalistes accompagnent Louis XVIII qui veulent un retour à 1789. Louis XVIII
comprend qu’il ne peut pas régner comme les autres rois avant de la révolution,
Charles X ne comprend pas. Charles a p.ex. même abandonner la liberté de presse etc.
(pour restreindre les droits de ses opposants). Louis XVIII : 1814/ Charles X : 1825

Séance 2 – 03.10.2019

- Première République 1792-1799 (Directoire fait partie)


Consulat 1799-1804
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 2
Premier Empire 1804-1815
Restauration 1815-1830
Monarchie de Juillet 1830-1848
Deuxième République 1848-1851
Troisième République : 1870-1940

- Restauration : retour d’une certaine aristocratie + surtout dans la monarchie de Juillet


ce sont les banquiers, qui obtiennent de la pouvoir (bourgeoisie qui ont gagné de la
richesse) = période, où règne la bourgeoisie.

- Important : Gizeau, professeur à la Sorbonne (libéro), Lamartine, Cavaignac,

- Les banquets ont permis que les Républicains puissent se réunir

- Début de la deuxième République : Louis Philippe I doit partir en exile= début de la


deuxième république 1848-1851
- 1848 Juni-Révolution (révolte ouvrier). Louis Eugène Cavaignac : Le 24 juin, un
décret de l'Assemblée nationale lui délègue tous les pouvoirs exécutifs. Il montre
d'abord quelque hésitation sur les mesures à prendre, mais après d'une lutte acharnée
qui fit 1 600 tués côté gouvernemental et entre 3 000 et 5 000 morts du côté de
l'insurrection, à prendre le contrôle.
- Les anciens monarchistes etc. = partie de l’ordre (pour rétablir l’ordre)
- Napoléon trois ne veut pas la guerre, mais 1870 la guerre avec la Prusse (Allemagne)
commence.
- 1870/1871 : Deutsch-Französischer Krieg, les Français doivent payer de l’or pour que
les Allemand quittent leur pays (tout sous Bismarck)
- Adolphe Thiers : ministre sous Louis-Philipe. Karl Marx kritisierte Thiers in extremer
Weise als prinzipien- und skrupellosen Opportunisten, der nur auf den eigenen Vorteil
bedacht gewesen sei. In seiner Adresse der Ersten Internationale zum „Französischen
Bürgerkrieg“ schrieb er: „Thiers war konsequent nur in seiner Gier nach Reichtum
und in seinem Hass gegen die Leute, die ihn hervorbringen. Er trat in sein erstes
Ministerium unter Louis-Philippe arm wie Hob [Hiob]; er verließ es als Millionär.“[4]
Andererseits beweist das Wahlergebnis vom 8. Februar, dass Thiers damals der mit
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 3
gewaltigem Abstand populärste Staatsmann Frankreichs war: Er wurde in 26
Départements gewählt (darunter auch in Paris, wo er das Mandat annahm), was eine
einmalige Ausnahme darstellt.

Am 31. August 1871 wurde Thiers der erste Staatspräsident der Dritten Republik und
behielt sein Amt bis 1873. Da die Royalisten in der Nationalversammlung die Mehrheit
stellten und Thiers – obwohl zuvor Befürworter einer konstitutionellen Monarchie – sich
für die Beibehaltung der Republik aussprach, musste er am 23. Mai 1873 zurücktreten.

- Jules Grévy, président de la République, mais aucun pouvoir (comme aujourd’hui en


Italie) le président est présentatif, mais c’est le gouvernement qui agit.
- 1894 fait de réfuse
- Balzac est monarchiste, il défend les opinions catholiques etc. mais à la fois il est
fascinée par Napoléon, comme beaucoup avant lui (preuve : Balzac une
ténébreuse affaire 1841) « l’homme du destin ». Napoléon incarne l’histoire +
incarne la France (pour cette raison l’histoire de la France est à Paris).
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 4
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 5
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 6
Séance 6 – 07.112019

Important : Marceline Desbordes-Valmore poème, Aragon

 Victor Hugo, les feuilles d’automne : poésie personnelle + intime, il parle de sa


famille, de son enfance. L’empire français remplace la république + l’amour éternelle
d’une mère + les déceptions qu’il devait souffrir
 (Exemple pour le romantisme français (rêves + parfois la folie) : Nerval Odelette:
assez mystérieux + obscure+ réincarnation (« une femme que dans une autre
existence peut-être j’ai déjà vu et dont je me souviens ») (l’idée qu’on peut avoir
d’autres vies) + souvenir d’enfance de Nerval à paris + amour de sa jeunesse, qu’il a
rencontré dans un château de brique. Goût de mystère, Nerval était interné plusieurs
fois à cause de la folie.
 Alfred de Musset, Poésies nouvelles, une soirée perdue : Musset aime particulièrement
Molière. =Poème amoureux, le poème commence d’une manière ironique. « Ce n’est
que Molière », là il se met en place des contemporains qui pensent ça. + poème plus
familier + indique beaucoup le misanthrope de Molière. + rencontre de la « charmante
inconnue avec le beau cou ».
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 7
 Les chimères : référence à Virgil + l’arc de Constantin représente le Christianisme (un
an avant la mort de Nerval)
 Victor Hugo, La conscience : référence à Cain et Abel (Cain a tué Abel, parce que
c’étaient seulement les sacrifices d’Abel qui dieu a apprécié). Il prend le personnage
de Cain après le mort d’Abel + l’homme étrange est la culpabilité + l’œil de dieu lui
regarde + crescendo + rythme quatre syllabes + quatre syllabes + quatre syllabes.
Cette poésie en alexandrins et rimes suivies aborde un thème bibliqu e: Caïn et Abel,
les deux fils d’Adam et Eve.
 Les verts chez Musset : moins rigide que dans le classicisme + des mots familiers

Le théâtre romantique :
 Bouscule les règles de l’unité. Le drame romantique apparaît au début du XIXème
siècle, influencé par le théâtre de Shakespeare, redécouvert à cette époque, ainsi que
par les romantiques allemands. Il est théorisé par Victor Hugo dans la Préface de
Cromwell (1827) qui proclame la liberté totale de l’invention et de la forme théâtrale.
Elle est un manifeste.
 2 choses à retenir : 1) Hugo essaie de montrer le drame avec la dette d’héritage
(tension avec rupture + héritage !). Il rompre avec le passé mais il a dette d’héritage.
L`idée de rupture : il veut être la tête du mouvement romantique. Il parle dans la
préface de l’imitation. Sauf la nature et la vérité mais on ne veut pas imiter quelque
d’autres choses, il faut imiter personne, il faut être soi-même et rester proche de la
vérité. Imiter les imiteurs (au passé chacun a imité quelqu’un) sert à rien. Imitation des
anciens : grande idée de classisme, et après au 17ème siècle on a imité les grands
auteurs de France (Racine etc.). Au 19ème siècle : on rompe avec tout cela. Speculum
concentrationis (miroir de concentration, miroir ordinaire, fidèle mais décoloré) le
drame doit mêler le grotesque et le sublime (la nature et la vérité). Parce que chaque
homme, chaque situation est à la fois grotesque + sublime.
 Test : Définitions romantisme, réalisme, Cromwell, les fleurs du mal, illusions perdues
+ extrait inconnu
 Cromwell (1827) : nouvelle phase dans la littérature. Avant les grands œuvres
dramatiques. LE texte principal. Hugo utilise beaucoup de ruptures. Il faut imiter la
nature et la vérité. Miroir de concentration : le romain balzacien. L’œuvre n’est pas
encore une copie, il faut concentrer le réelle. Il donne à voir pas seulement le sublime
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 8
mais aussi les scènes ou on est confronté au ridicule et grotesque. Le but du drame :
imitation la vérité on concentrant le vérité + ne séparer le sublime et le grotesque
comme le classisme l’a fait (d’un coté la comédie et l’autre coté la tragédie). +
implique de se battre des règles des unités dans les théâtres. Hugo veut maintenir la
règle d’action (et abandonner les règles de lieu et du temps (il les combatte)) mais
Musset p.ex. va abandonner tous les trois. (Cromwell n’est pas incarné par tout, mais
néanmoins LE texte).
 Selon Hugo les deux unités battent la vraisemblance.
 Das Vorwort Préface de Cromwell zum Drama wird als Manifest der Romantik
betrachtet. In diesem Vorwort spricht sich Hugo für die Romantik aus und bricht mit
dem strengen Stilprinzip der französischen Klassik.
 Romantisme : résurgence du baroque. Hugo souligne de na pas imiter Shakespeare,
mais néanmoins c’était lui qui a fait le lien entre le sublime et le grotesque. Le théâtre
anglais était plus libre que le théâtre français. Le romantisme se reconnait à baroque et
aussi à Shakespeare. Le poète-roi : Shakespeare. Romantique en Allemagne : Schiller.
 Tout mouvement qui né, né en reconstituant histoire personnelle. Le drame inclus le
grotesque et le sublime et l’ode et l’épopée + le comédie et la tragédie (le drame inclus
tout).
 Réussite : Dumas.
 Le drame romantique est une forme littéraire appartenant au genre du théâtre, née au
début du XIXe siècle dans le sillage du drame bourgeois du XVIIIe siècle et
influencée par le développement des mélodrames. Racine et Shakespeare, l'œuvre de
Stendhal parue en 1823, et surtout la Préface de Cromwell (1827) de Victor Hugo, le
théoricien de ce nouveau genre, en sont les textes fondateurs. Cette forme se
caractérise par sa rupture avec les règles aristotéliciennes de la tragédie classique: il
n'y a pas d'unité de temps et de lieu, même si une unité d'action est conservée. Le
drame romantique est un genre littéraire théorisé par Victor Hugo (chef de file du
mouvement romantique) et influencé par le théâtre baroque de Shakespeare ainsi que
par les romantiques allemands (Heinrich von Kleist, Friedrich von Schiller...). C'est un
théâtre le plus souvent historique où se mêlent différents styles, le tragique, le
pathétique, mais aussi le comique et le burlesque (ou encore héroïcomique). Cette
nouvelle forme de théâtre, développée par des auteurs aussi variés que Victor Hugo,
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 9
Alexandre Dumas, Alfred de Vigny ou Alfred de Musset, refuse de se confronter
aux obligations et règles d'écriture du théâtre classique comme le maintien des trois
unités (lieu, temps, action) ou le respect de la bienséance. L'historien et futur homme
politique François Guizot défend l'idée, dans sa Vie de Shakespeare (1821), que le
théâtre est une fête populaire que le peuple ne saurait se donner lui-même et que
l'artiste doit lui apporter. Pour lui comme pour ceux qu'en politique on appelle les
libéraux, le théâtre doit être écrit pour toute la nation, dans une époque qui a connu de
profonds bouleversements depuis la fin de l'ancien régime, et qui demeure passionnée
par l'Histoire, comme en témoignent le succès des romans historiques (ainsi Ivanhoé,
de Walter Scott) ou l'avènement de grands historiens (Augustin Thierry, François
Guizot, Jules Michelet...). Cette popularisation du théâtre s'est produite notamment par
le biais de théâtres parisiens non-subventionnés sur le fameux boulevard du Temple,
rebaptisé boulevard du Crime en référence au thème de la plupart des pièces. Or on
retrouvera dans le drame romantique certains éléments du mélodrame, comme les
rebondissements multiples, la présence de personnages marqués comme le traître ou la
jeune fille bafouée, et des ressorts dramatiques tels que le poignard ou le poison.
Victor Hugo a exposé les grandes lignes théoriques du drame romantique dans la
préface de Cromwell (1827). Il y définit le drame romantique comme « une peinture
totale de la nature ». S'y mêlent donc, selon son mot, « grotesque et sublime ». Selon
Victor Hugo, aux trois âges du monde correspondent trois moments de la poésie :
l'ode, l'épopée, le drame. Les temps primitifs sont lyriques, les temps antiques sont
épiques, les temps modernes sont dramatiques. Le drame devient ainsi un point
d'aboutissement, accueillant la totalité du réel : « le théâtre est un point d'optique. Tout
ce qui existe dans ce monde, dans l'Histoire, dans l'homme, tout doit et peut s'y
réfléchir, mais sous la baguette de l'art ». À esthétique nouvelle, dramaturgie
nouvelle : la liberté de l'art s'accompagne d'une revendication de la totalité, du
mélange des genres et des tons.
 Les drames romantiques sont en pros sauf Hugo, il écrit en vers.
 Important : La batailler d’Hernani !!!
 Néanmoins on veut empêcher que Cromwell prenne la couronne, donc on fait des
conspirations.

Séance 21.11.2019
 Le roman à l’époque romantique
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 10
 Le roman est à la dernière position après la poésie et le théâtre, Hugo dit : drame
romantique en glotte tout, mais nous au XXI siècle disent, que ce le roman qui en
glotte tout.
 Trois types de romans dans la période de romantisme : 1) roman historique – roman
de mœurs historique (Walter Scott- Ivanhoe). 2) roman de mœurs contemporaines 3)
roman intime. Charles Augustin Sainte Beuve : *1804/ 1869 : Literaturkritiker, c’est
lui qui forge le Begriff de roman intime.
 Roman historique : Walter Scott : romans historiques, médiévaux (Ivanhoe, Quentin
Durand) le roman historique aime les aspects historique et géographique.
 Les mœurs historiques  : 4 œuvres  les plus populaires : 1) Cinq Mars de Alfred
Vigny (au temps de Louis XIII, Richelieu) héros : une personnage réelle, 1826 ; 2) la
chronique du règne de Charles IX de Mérimée, 1829 ; 3) Balzac : Les Chouans (1829)
fait partie de la comédie humaine, sur la révolution française (entre un roman
romantique et roman contemporain) car il n’a jamais vécu en ce temp ; 4) Victor
Hugo : Notre-Dame de Paris (1831), la personnage principale, c’est la cathédrale elle-
même.
 Les mœurs contemporaines : le même principe que roman historique, mais « notre
présent est aussi pittoresque que le passé, donc il faut présenter le présent ». Balzac
dit : Walter Scott est son devancier (Vorgänger). Les deux grands auteurs de ce
mouvement sont Balzac et Stendhal (tout à fait les réalistes, mais profondément des
romantistes, le terme du réalisme n’existe pas à ce temps). On peut lire œuvres comme
livres réalistes mais avant tout ces sont les livres romantiques. Réalisme : se concentre
au milieu, au détail. Stendhal n’aime pas les descriptions de Balzac, il montre
beaucoup de personnages (héros= être unique)
 Les romans intimes : qui se concentre sur une vie individuelle : sentimental (sur
amour et souvent sur un amour malheureux), souvent à la première personne pour
vraiment entrer dans l’intérieurement du personnage pour vraiment montrer le
sentiment amoureux. 4 romans populaires: 1) Volupté de Saint Beuve (Saint Beuve est
un poète, mais comme elle n’est pas vendu avec succès Sainte Beuve se concentre sur
la littérature). Un jeune homme qui est entre 4 femmes à la fin il devient prêtre
(1834) ; 2) Balzac : Le lys dans la vallée (1836) ; 3) La confession d’un enfant du
siècle de Alfred Musset (1836) ; Dominique d’Eugène Fromentin (1863).
 Roman cinq mars – Richelieu et ce qu’il a peut-être pensé (hubris (hybris-syndrom=
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 11
Selbstüberschätzung)
 Chez Stendhal les héros sont toujours aussi un peu ridicule (on rigole) + aussi
exceptionnel
 A connaitre : le passage de la bataille à Waterloo Stendhal La chartreuse de Parme

La littérature francaise : dynamique et histoire :

 Ustazade Sylvestre de Sacy : La littérature est devenue une industrie. L’ecrivain n’a
plus pour public les élites, mais quarante millions d’hommes. Pour satisfaire cette
masse : littérature est devenue une industrie.
 Révolution, et ébranlant l’église et en exécutant le roi, a ouvert une ère nouvelle. Dans
le désarroi des esprits, l’écrivain se donne pour mission de redonner sens au monde,
revendiquant un magistère spirituel inédit, que Paul Bénichou a nommé : le sacre de
l’écrivain. Les écrivains se sont voulu « prophètes ». La littérature entre dans l’âge de
la publicité (mot premièrement utilisé à la fin du VIII siècle, qui veut désigner l’espace
du débat public, le régime de l’opinion et à la fois consommation de masse.
 XIX siècle : ère nouvelle, parce que c’était le premier siècle qu’on a désigné comme
siècle par un numéro (Balzac : études de mœurs au XIXe siècle + Musset : La
confession d’un enfant du siècle).
 Victor Hugo dans William Shakespeare : La révolution, toute la révolution, voilà la
source de la littérature du XIXe siècle. (1789 est une promesse symbolique
(Lamartine)). Rousseau devient « Christ nouveau » parce que, selon Hugo, il incarne
la révolution
 En faisant table-rase de l’ancienne société hiérarchique, la révolution n’a laissé que
des individus séparés. 1820 : mot « individualisme » est inventé. L’individu récuse
toute autorité, motifs : spleen, ennui, mal du siècle. L’ennui : est la malaise d’une
société tout agitée encore de passions révolutionnaire qui se résigne mal à la grisaille
du monde de l’argent.
 Le premier romantisme réhabilite le sens du sacré (Hugo Contemplations, Lamartine
Visions) = religiosité littéraire (en écrivant hymnes, « la nature est un temple ») dieu II
romancier, parce le romancier aussi se veut comme inventeur
 Littérature francophone nait avec la littérature canadienne, qui n’existait pas avant
1840
Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 12
 Le théâtre est l’objet de la surveillance la plus tatillonne, parce qu’il est le seul espace
où les classes sociales se mêlent et où le peuple peut s’exprimer. 1807 on a limité les
théâtres parisiennes à 8 (la Comédie Francaise, l’Odéon, l’opèra, l’opéra-comique +
quatre secondaires).
 Il y avait encore la censure (p.ex. Hugo pouvait pas montrer sa pièce « le roi
s’amuse ») = politique de contrôle et de limitation. Flaubert et Baudelaire avec
Madame Bovary et Les fleurs du mal étaient accusé de « réalisme grossier ». On les
reproche de ne pas vouloir d’édifier
 L’Académie Francaise : entre l’univers ancien de belles-lettres et la littérature
nouvelle. Elle est une « compagnie », dont les décisions sont prises collégialement.
Elle veille sur la langue par la rédaction – par dictionnaire. Elle distribue les prix et
organise des concours, évalue les écrivains (Hugo : poésie éloquente)
 Le latin reste vivace jusqu’à Jules Ferry supprime le discours en latin
 La littérature industrielle : 1830-1870 : devient une affaire d’argent (moyens
techniques nouveau permettent la démocratisation de la lecture, l’édition populaire, la
presse bon marché, le livre illustré, la photographie (Balzac écrit : De l’état actuel de
la librairie 1830). Avant 1830 : on peut parler d’un ancien régime du livre. Les livres
sont rares et chers et les bibliothèques restent le privilège des classes cultivées. La
littérature devient industrielle et l’écrivain se fait entrepreneur. Sylvestre de Sacy : La
littérature n’est plus comme autrefois, elle n’est plus la distraction élégante, mais une
profession
 Adolphe Thiers crée deux salons en 1822 et 1824

Littérature XIX siècle, Monsieur Gendrel 13