Vous êtes sur la page 1sur 6

Correction examen écrit de Physiologie Animale II

SPN 2017
SV5
1- Un récepteur sensoriel :
Est toujours localisé à la périphérie de l'organisme.
Est le siège de la naissance d'un potentiel de récepteur. V
Est le siège de la transduction du message sensoriel. V
Ne génère pas de potentiels d’action.
2- La voie spinothalamique :
Les fibres sensorielles Transitent par la corne ventrale de la moelle épinière.
Les fibres sensorielles arrivent au niveau du thalamus.
Il y a relais au niveau du bulbe et du thalamus.
Il y a 3 neurones impliqués dans la transmission du signal. V
3- La voie lemniscale :
Les fibres sensorielles Transitent par la corne dorsale de la moelle épinière. V
Il y a relais au niveau de la moelle épinière et du thalamus.
Il y a 3 neurones impliqués dans la transmission du signal. V
Les fibres sensorielles arrivent au niveau du cortex sensoriel. V
4- L’adaptation d’un récepteur :
Est la perte progressive de la sensibilité d’un récepteur sensoriel. V
Est la transformation d’une stimulation sensorielle en signal électrique.
Est causée par une stimulation continue. V
A pour rôle l’amplification du signal.
5- Le codage de l’intensité d’un stimulus s’effectue en plusieurs étapes :
Codage en amplitude du potentiel d’action.
Codage en amplitude du potentiel générateur. V
Codage en fréquence des PA. V
Recrutement de cellules sensorielles à seuil élevé. V
6- Les messages nerveux moteurs volontaires :
Partent de la moelle épinière et transitent par les aires motrices.
Partent d’une fibre musculaire aprè et transitent par la moelle épinière.
Partent des aires motrices et transitent par différents neurones sensitifs.
Partent des aires motrices et transitent par la moelle épinière. V
7- Les voies motrices descendantes sont :
Le faisceau corticospinale. V
La voie spinothalamique.
Le faisceau réticulo-spinal. V
La voie lesmniscale.
8- Les motoneurones γ innervent :
Les fibres extrafusales.
Les fibres intrafusales. V
La zone équatoriale du fuseau neuromusculaire.
Les parties distales du fuseau neuromusculaire. V
9- Le fuseau neuromusculaire :
Participe à la contraction musculaire. V
Il s’agit d’une structure unique dans chaque muscle.
Est contrôlé par le SNC. V
Est innervé par les fibres Ia et II. V
10- Les récepteurs Ia et II sont stimulés par :
Une contraction du muscle.
Un étirement du muscle. V
Un relâchement du muscle.
Excitation du muscle.
11- Les récepteurs Ib sont fortement stimulés lors :
D’un étirement du muscle.
D’une contraction du muscle. V
D’un relâchement du muscle.
D’une excitation du muscle.
12- Le réflexe d’étirement tonique est :
A l’origine du tonus musculaire qui s’oppose à la pesanteur. V
Poly synaptique.
Boucle fermée. V
Rétroaction positive.
13- Le rôle des ganglions de la base dans la motricité est :
La planification du mouvement. V
L’élaboration de l’intention du mouvement.
La détermination des caractéristiques du mouvement.
L’initiation du mouvement.
14- Le rôle du cortex moteur (aire4) dans la motricité est :
La détermination des caractéristiques du mouvement.
L’élaboration de l’intention du mouvement.
La planification du mouvement.
L’exécution du mouvement. V
15- A propos de la théorie ionique de l'excitation :
Changement de perméabilité de la membrane plasmique
Enregistrement de l’activité électrique.
Modification de la perméabilité ionique est à l’origine des signaux électriques neuronaux. V
Enregistrement des courants transmembranaires. V
16- Des analyses de la matière fécale réalisées chez un sujet atteint de la Pancréatique
Fibrokystique ont montré une:
Dégradation de 20% des lipides ingérés. V
Dégradation de 70% des lipides ingérés.
Insuffisance en lipase pancréatique. V
Insuffisance en lipase linguale.
17- Lors d’une étude de la motricité au niveau de l’intestin grêle, on a réalisé une
inversion au niveau d’un fragment intestinal. Cette expérience est réalisée pour
étudier au niveau du fragment:
Le sens unique de mouvement. V
La fréquence de mouvement.
L’intensité de mouvement.
La présence de mouvement péristaltique. V
18- Le fer héminique est la forme :
La mieux absorbée du fer. V
Que l’on trouve dans les légumes et les produits laitiers.
Qui comporte le fer sous la forme ferreuse Fe2+. V
Absorbée à travers un symport Fe2+/ H+.
19- En raison d’une concentration micellaire critique inférieure à la normale :
Les selles seront riches en graisses neutres. V
Les selles seront riches en monoglycérides et en acide gras libres.
Cette anomalie engendre la Stéatorrhée. V
Cette anomalie engendre le syndrôme d'Ellison.
20- L’apnée inspiratoire légère a lieu durant:
La mastication.
Le temps œsophagien de la déglutition.
Le temps pharyngien de la déglutition. V
Toute la déglutition.
21- La Xérostomie :
Est l’absence congénitale des glandes gastriques.
Engendre une insuffisance en lipase linguale. V
Engendre une insuffisance en protéases pancréatiques.
Engendre l’hyposialie. V
22- L’absorption intestinale de calcium :
A lieu uniquement au niveau de l’intestin grêle.
Il exige toujours une protéine de liaison extracellulaire.
La vitamine D stimule l’absorption transcellulaire de Ca2+. V
Lors une forte concentration de Ca2+, l’absorption est paracellulaire. V
23- Le rendement de la digestion est :
Amélioré par une vidange gastrique accélérée.
Améliorer par les adaptations du tube digestif. V
Le rapport entre la quantité absorbée et la quantité éliminée. V
Le rapport entre la quantité ingérée et la quantité éliminée.
24- L’ordre d'intervention des sels biliaires dans la digestion des lipides :
Formation des micelles mixtes, activation de la colipase et l’emulsification chimique.
L’emulsification chimique, formation des micelles mixtes et activation de la colipase.
L’emulsification chimique, activation de la colipase et formation des micelles mixtes. V
Activation de la colipase, l’emulsification chimique et formation des micelles mixtes.
25- Chez une souris l’injection intraveineuse de l'aurothioglucose entraîne:
L’hyperphagie. V
L’aphagie.
L’obésité hypothalamique. V
La boulimie.
26- Les perturbations d'absorption intestinale des triglycérides constitués d’acides gras
à longe chaîne carbonique engendrent :
Le syndrôme de Hartnup.
La Stéatorrhée.
Le syndrôme d'Anderson. V
La Cinépathie.
27- L’injection d’une solution acide au niveau du duodénum déclenche :
Le réflexe gastro-colique.
Ralentie la vitesse de la vidange gastrique. V
Favorise l’activation des enzymes pancréatiques.
Le réflexe entéro-gastrique. V
28- Le Frein iléal est un réflexe:
Qui implique l’innervation sympathique. V
Iléo-gastrique. V
Inhibiteur de la vidange gastrique. V
Déclenché au niveau gastrique.
29- L’absorption intestinale de l’eau :
A lieu essentiellement au niveau du duodénum et du jéjunum.
A lieu essentiellement au niveau du jéjunum et du l’iléum. V
Se fait en 4 étapes.
Est déclenchée par l’instauration d’un gradient osmotique Na+- dépendant. V
30- La muscularis mucosae est localisée sous:
La sous-muqueuse.
La musculeuse.
La séreuse.
La muqueuse. V
Correction examen TP de Physiologie Animale II
SPN 2017
SV5

1- Les ventricules latéraux se situent au niveau de :


Mésencéphale.
Télencéphale. V
Diencéphale.
Myencéphale.
2- Les éléments qui appartiennent au tronc cérébral :
Protubérance annulaire. V
Mésencéphale. V
Bulbe rachidien. V
Pédoncules cérébraux.
3- Fait partie des méninges :
La pie mère. V
Le corps calleux.
La barrière hémato encéphalique.
L’arachnoïde. V
4- L’aire auditive correspond au lobe :
Pariétal.
Occipital.
Temporal. V
Frontal.
5- Les nerfs qui constituent le système nerveux périphérique :
Les nerfs rachidiens.
Les nerfs crâniens.
Les nerfs visuels.
Les nerfs crâniens et rachidiens. V
6- Le LCR est fabriqué par :
La pie mère.
Le 3ème ventricule.
Le plexus choroïde. V
La barrière hémato-encéphalique.
7- Est une structure de la face ventrale :
La protubérance annulaire. V
Le chiasma optique. V
L’aqueduc de Sylvius.
Les bulbes olfactifs. V
8- La structure histologique du cortex cérébral comporte:
La couche granulaire composée de grains serrés. V
La couche des cellules pyramidales petites et moyennes. V
La Couche des cellules de Purkinje.
La couche des cellules pyramidales de Betz. V
9- Pour doser le glycogène, l’ordre des étapes opératoires est:
Le broyage, la centrifugation, la filtration et la lecture de la DO.
La filtration, le broyage, la centrifugation et la lecture de la DO.
Le broyage, la filtration, la centrifugation et la lecture de la DO. V
La filtration, la centrifugation, le broyage et la lecture de la DO.
10- Pour le dosage colorimétrique de glycogène, le blanc utilisé est constitué de:
Eau distillée + le TCA.
TCA + le lugol. V
Eau distillée + le TCA + le lugol.
Glycogène + le TCA + le lugol.
11- Au cours de l’expérience du foie lavé chez le rat, la courbe d’étalonnage est:
Utilisée pour calculer la concentration du glucose.
Est une courbe linéaire. V
L’absorbance du filtrat en fonction de la concentration massique du glycogène. V
L’absorbance du milieu d’incubation en fonction de la concentration massique du glucose.
12- Pour doser le glucose, le milieu d’incubation est:
Renouvelé toute les 15 min. V
Maintenu à température ambiante.
Constitué de Na Cl 0,9%. V
Constitué de Na Cl 0,9% + le glucose standard.
13- A propos de la canulation de l’artère carotide :
La canule doit être remplie de NaCl 0,9%.
Est utilisé pour injecter une substance dans le sang.
L’utilisation de la pince hémostatique est nécessaire. V
Le sens de la canulation est dirigé vers le cœur. V
14- La méthode de dosage à la Glucose oxydase :
Est constituée de 3 réactions couplées.
Est une méthode enzymatique. V
Est une méthode colorimétrique. V
Est basé sur l’oxydation d’un chromogène incolore. V
15- Pour doser le glucose, la lecture de la DO se fait à :
515nm.
525nm.
505nm. V
535nm.