Vous êtes sur la page 1sur 16

Diffé rents types de montages en

prothè se totale
Introduction
En prothèse totale, le montage des dents doit répondre à des impératifs d’ordre esthétique mais
aussi fonctionnel. Ces contraintes ont conduit de nombreux auteurs à proposer différentes
techniques de montage faisant appel à des dents de morphologies variables, ou à des courbes
d’occlusion originales, la technique adoptée joue un rôle très important pour la stabilité.

Définition
On appelle « montage » la phase de travail au laboratoire qui consiste à réaliser des maquettes de
cire portant les dents artificielles préfigurant les prothèses terminées.

Objectifs du montage
Objectif esthétique 
L’harmonie du visage et le rétablissement du sourire dépendront de :
- La hauteur de l’étage inférieur;
- Du choix et du positionnement des dents artificielles.

Objectif mécanique
La pérennité de la rétention et de la stabilité prothétique, lors des différentes excursions
mandibulaires dépendra :
- Une bonne orientation du POP;
- La morphologie occlusale des dents artificielles;
- Schéma occlusal adopté.

Objectif fonctionnel
Rétablir et améliorer la mastication et la phonation en fonction du type de dents artificielles et de
leur engrènement.

Objectif biologique
Conserver au mieux l’intégrité biologique des surfaces d’appuis sur le plan muqueux et osseux, en
respectant les principes du montage.

Objectif psychologique
Contribuer à la réintégration du patient au sein de la société.

Règles du montage et de l'occlusion


Règles du montage des dents antérieures
 Au maxillaire
Les conditions de stabilité de la base autorisent le montage des dents antérieures hors de l’aire de
sustentation des bases, tout en respectant l'esthétique.
 A la mandibule
La rétention moindre du joint sublingual associée à oblige à monter les dents antérieures dans l’aire
de sustentation des bases.
Le montage des dents tend à réduire le décalage entre les crêtes antérieures.

Règles du montage des dents postérieures


A. Plan frontal

1. Situation
Le plan d’occlusion est situé à égale distance des deux crêtes, il se rapproche des crêtes les plus
résorbées pour réduire le bras de levier déstabilisateur.

2. Orientation
Le plus souvent, les axes intercrêtes des deux côtés de l’arcade présentent une convergence vers le
haut, l’orientation des surfaces d’occlusion est perpendiculaire en tout point à l’axe intercrêtes;

Dans les cas les plus favorables, il faut rapprocher le plan d’occlusion du maxillaire le plus réduit en
surface d’appui et diminuer le relief cuspidien à l’origine de composantes horizontales
déstabilisantes.

B. Plan sagittal

1. Situation
Plan d’occlusion prothétique situé à égale distance des deux crêtes.

2. Orientation
La surface d’occlusion réalise une courbe à concavité supérieure appelée courbe de compensation
qui permet de compenser les différences d’abaissement mandibulaires lors de la propulsion, plus
cette courbe est prononcée moins le relief occlusal est marqué;

La majorité des auteurs conseillent que cette courbe suive celle déterminée par le sommet de la
partie distale de la crête mandibulaire

C. Plan horizontal

1. Situation
Les dents artificielles postérieures doivent être placées dans l’aire de POUND (aire de sustentation
mandibulaire) qui correspond au triangle compris entre la face interne et externe du trigone
rétromolaire et le bord mésial du bord libre de la canine.

2. Orientation
Les sillons intercuspidiens maxillaires doivent être alignées, cet alignement a pour effet de faciliter
l’équilibration des contacts en propulsion;

La projection sur un plan horizontal, des lignes faîtières maxillaire et mandibulaire a pour but de
déterminer l'endroit de croisement de ces 2 lignes, c'est à ce niveau que les charges occlusales
doivent être concentrées.

Règles de l’occlusion
L’occlusion des dents artificielles est sous la dépendance de 5 facteurs sagittaux principaux regroupés
sous la dénomination de Quint de Hanau:
La pente condylienne - La pente incisive - L'angle cuspidien - L'inclinaison du plan d'occlusion - La
courbe de compensation.

Préalables au montage

 tracé des repères sur les modèles


Tracé sur le modèle supérieure
- Le plan sagittal médian;
- La position de la pointe des canines;
- La ligne faitière de la crête;
- La limite antérieure de chaque tubérosité;
- Ligne passant par le centre de la papille rétro-incisive;
- Ligne du fond du vestibule.

Tracé sur le modèle inférieur 


- Le plan sagittal médian.
- La zone antérieure de sustentation comprise entre le sommet de la crête antérieure et le
fond du vestibule (aire d’ACKERMANN);
- La limite antérieure de chaque trigone rétromolaire;
- La ligne de la crête latérale mandibulaire et son prolongement antérieur et postérieur.

 la maquette supérieure
Elle sert à la détermination et à l’enregistrement de la relation intermaxillaire, elle est munie d’un
bourrelet en cire réglé de manière à préfigurer la situation des dents artificielles;
Le bourrelet est réglé d’une manière conventionnelle parallèle au plan de Camper et parallèle
antérieurement à la ligne bi-pupillaire;
Certains points doivent être gravés sur ce bourrelet:
- Le point inter incisif;
- La projection du bord inférieur de la lèvre supérieure lors du sourire forcé afin de déterminer
la ligne des collets;
- La position des pointes canines qui se situe selon une tangente aux ailes du nez (indice de
LEE).

 Utilisation d’un articulateur semi-adaptable


Suite à la détermination de la relation intermaxillaire, on procède au transfert des modèles sur
articulateur: semi-adaptable avec arc facial si occlusion équilibrée, avec table de montage ou sur
articulateur non adaptable si occlusion non équilibrée.

 Tracé des repères sur la table de montage

Préparation d'une table en plâtre dur laquelle seront tracés:

- Plan sagittal médian;


- Ligne guide des crêtes;
- Empreinte du bourrelet supérieur;
- Aire de Pound;
- Aire antérieure de sustentation;
- Prolongements antérieur et postérieur de la ligne de crête.
Choix des dents prothétiques
Le choix des dents artificielles est conditionné par des impératifs esthétiques (dents antérieures) et
fonctionnels (dents postérieures), cette sélection se fait selon les critères suivants :matériau,
dimension, forme, teinte.

Choix des dents antérieures


Le choix des dents antérieures est effectué par le praticien en présence du patient et
indépendamment des dents postérieures, leur montage doit obéir a des exigences esthétiques et
phonétiques.

 Matériaux
Le choix est relativement restreint puisqu’il se situe seulement entre céramique (porcelaine) et
matière plastique (résine acrylique).

 Céramique
Avantages
- Aspect naturel avec translucidité différentielle;
- Stabilité chimique, mécanique et esthétique;
- Résistance à l’abrasion;
- Maquillages et caractérisations possibles;
- Grande dureté de surface;
- Une faible porosité.

Inconvénients
- Possibilités de meulage limitées;
- Grande fragilité;
- Pas de liaison chimique avec la base;
- Prix.

Indication
Patient jeune très soucieux de l’esthétique.

Contre-indications
- Dents postérieures en résine;
- Patients très âgés ou maladroits;
- Manque de place en hauteur;
- Crêtes flottantes.

 Résine
Avantages
- Résistance aux chocs;
- Meulages aisés;
- Abrasion progressive ne favorisant pas les pressions antérieures;
- Liaison chimique avec la base;
- Prix de revient raisonnable.

Inconvénients
- Modification de la teinte avec le temps;
- manque de translucidité;
- Abrasion et perte de forme.
Indications
- Patient très âgé;
- Crête flottante;
- Nécessité de meulages importants;
- Patient atteint de la maladie de Parkinson;
- Espace prothétique insuffisant.

Contre-indication
Patient qui exige des dents antérieures en porcelaine.

 Dimensions

Dents antéro-supérieures
Les techniques proposées pour choisir la dimension des dents antéro-supérieures sont extrêmement
nombreuses et variées.

 La largeur

Selon le LEJOYEUX
- La largeur de l’incisive centrale correspond au quart de la largeur du nez;
- La largeur de l’incisive latérale est égale au 1/22 de la hauteur du visage;
- La largeur de la canine correspond au 1/19 de la largeur du visage.

Selon POUND
La largeur de l’incisive centrale est égale au 1/14 de la distance bi-zygomatique.

Selon LEE
- La largeur de l’incisive centrale est égale à la largeur de l’incisive latérale additionnée à la
moitié de la largeur de la canine;
- La distance séparant les faces externes des deux ailes du nez correspond à celle séparant le
sommet des cuspides des deux canines supérieures.

Selon JUSTI
La somme des diamètres mésio-distaux des six dents antérieures correspond au 1/5 de la somme des
distances inter trigones et inter tubérosités.

Selon SEARS
La somme des diamètres mésio-distaux des incisives et des canines supérieures est égale au 1/3du
diamètre bi zygomatique.

On peut aussi évaluer la distance de pointe canine a pointe canine leur position étant gravée sur le
bourrelet d’occlusion supérieur pour déterminer les jeux de dents potentiellement utilisables.

 La hauteur
Elle est déterminée par mesure directe sur le bourrelet qui a été réglé esthétiquement en fonction
du type morphologique, de l’âge et du sexe du patient;

La distance séparant le bord inférieur du bourrelet de la ligne du sourire permet d’apprécier l’espace
vertical disponible pour les dents prothétique au moment du sourire le bord incisif doit effleurer la
lèvre inférieure et le bord incisif doit dépasser la lèvre supérieure de 2mm mais ceci varie en fonction
de l’âge;
La prononciation des phonèmes FE et VE doit faire coïncider le bord incisif des centrales supérieures
avec la limite entre la zone sèche et humide de la lèvre inférieure.

Dents antéro-inférieures

 La largeur 
En fonction des dents supérieures, il faut souvent choisir des incisives mandibulaires plus étroites
pour permettre un surplomb horizontal, avec absence de contact en relation centrée.

 La hauteur
Dépende de l'espace résiduel entre les incisives supérieures et la crête inférieure, il est parfois
nécessaire de monter des dents assez courtes pour permettre un bout-à-bout en propulsion sans
perte de contact postérieur.

 Forme

Dents antéro-supérieures
La forme doit s’harmoniser avec la morphologie du visage, le profil, le sexe et l’âge.

 La forme du visage
- WILLIAMS souligne l’interrelation entre la forme de l’incisive centrale et celle du visage et
décrit 4 types de visages et de dents :carrées, triangulaires, ovoïdes, mixtes;
- GERBER a évoqué des relations avec la forme du nez;
- NELSON a évoqué des relations avec la forme de l’arcade.

 Le profil
A un profil curviligne correspondraient à des dents bombées et àun profil plat des dents plates.

 Le Sexe
- On décrit des formes féminines douces et arrondies, et des formes masculines vigoureuses et
carrées;
- D’après LOMBARDI, le sexe se traduit essentiellement au niveau de la latérale qui est plus
étroite chez la femme et plus arrondie, surtout au niveau de l’angle distal.

 La personnalité
FRUSH et FISHER classent les personnalités en 3 groupes :
- Les vigoureux aux incisives centrales fortes et très apparentes (carbonique);
- Les délicats, aux incisives centrales frêles, fragiles et effacées (phosphorique);
- Les intermédiaires, aux incisives équilibrées, de forme moyenne (fluorique.
-
D’après LOMBARDI, la personnalité se traduit essentiellement au niveau de la canine : elle est en
effet plus forte et plus pointue chez les sujets agressifs, ambitieux et vigoureux;
Elle est adoucie chez les personnes calmes, sages.

 L’âge
En général, plus le patient est âgé, plus les dents sont trapues, abrasées, avec un bord libre épais et
opaque.

Dents antéro-inférieures
L’aspect des incisives mandibulaires est souvent négligé, il faut penser à écarter les formes trop
juvéniles, aux bords libres minces et translucides et envisager un vieillissement se traduisant par une
abrasion.
 Teinte
Est fonction de l'âge, du sexe, de la personnalité et de la carnation tout en tenant compte des
souhaits du patient, il faut toujours choisir la teinte à la lumière du jour.

 Sexe
Les femmes ont des dents plus claires que les hommes.

 Personnalité
Plus le sujet est vigoureux plus la teinte est saturée et pigmentée.

 Age
Plus le patient est âgé, plus les dents sont jaunes saturées, moins elles sont brillantes et translucides
La suppression du bord libre (siège de translucidité) donne aux dents un aspect plus saturé.

Choix des dents postérieures

 Matériaux
La céramique présente une grande dureté de surface qui garantit une efficacité masticatoire élevée
ainsi qu‘une résistance à l’abrasion, mais elle est contre-indiquée pour les montages non équilibrés;

La résine est un véritable coussin amortisseur permettant une réduction des forces transmises
surtout au niveau du trou mentonnier, d’où leur indication en présence de crêtes flottantes (GRACIS
et COLL 1991);

La résine composite  augmente la résistance à l’abrasion par rapport aux résines classiques.

 Teinte
La teinte des dents postérieures doit être en harmonie avec celles des dents antérieures;
La première prémolaire rappelle l’incisive centrale, elle est moins saturée que sa voisine la canine.

 Dimensions

 La hauteur
La hauteur des dents postérieures doit correspondre à la moitié de la distance inter alvéolaire, celle-
ci est repérée sur articulateur.
La première prémolaire doit avoir une hauteur en harmonie avec celle du bloc incisivo-canin car elle
participe au sourire.

 Longueur mésio-distale de la face occlusale


Elle peut être calculée à l’aide de l’une des deux méthodes suivantes :
- Évaluation de la distance séparent la face distale de la canine inférieure de la limite
antérieure du trigone rétro molaire;
- Technique de JUSTI qui dit que la longueur du bloc des 4 dents postérieures est égale à 1/7
de la somme des distances intertubérosités et intertrigones.

Une crête flottante et de mauvaise qualité tissulaire n’est pas apte à supporter une dent artificielle
trop volumineuse qui accélérerait la résorption.

 Largeur vestibulo-linguale
Elle est conditionnée par la largeur des crêtes et le volume de la langue:
Sur une crête mince en lame ou plate, on place des dents étroites et sur une crête haute et large des
dents à face occlusale plus large, en revanche une langue peu volumineuse peut tolérer cette même
largeur;

La face linguale des dents postérieures ne se projette jamais au delà de la ligne oblique interne pour
ne pas restreindre l’espace lingual, les dents postérieures doivent ainsi être incluses dans l'aire de
sustentation de POUND;

En règle générale, la largeur vestibulo-linguale doit être plus étroite que celle des dents naturelles de
manière à réduire les forces transmises aux tissus sous jacents .

 Morphologie occlusale
- Le choix de l’angulation cuspidienne est fonction de :

La qualité des surfaces d’appui  : plus l’angulation cuspidienne est importante, plus les
composantes horizontales déstabilisantes des forces de mastication seront importantes;

La morphologie des crêtes: l'absence de reliefs conduit à utiliser des dents « plates » sans
morphologie occlusale;

Le cycle de mastication  : les cycles de mastication « ouverts » imposent de choisir des dents
faiblement cuspidées.

La salive  : les hyposialies réduisent la participation de la salive à la rétention prothétique, il est donc
préférable de restreindre l'importance des composantes occlusales latérales;

L’état des articulations temporo-mandibulaires  : une usure des condyles importante interdit
l’usage de dents fortement cuspidées;

La valeur de la pente condylienne: l’angulation cuspidienne est fonction de l’importance de la


pente condylienne;

- Les dents postérieures présentent trois types de morphologie occlusale :

Dents anatomiques : de 28 à 33°


Leur morphologie est comparable à celle des dents naturelles jeunes;
Elles sont indiquées pour les patients jeunes, avec des articulations temporo-mandibulaires en bonne
santé, sur des crêtes correctes, avec un rapport intercrête favorable et des pentes condyliennes
marquées;
La plupart existent en porcelaine ou en résine: Anatoform à 33°, Cuspiform à 28°, Duratomic à 30°.

Dents semi-anatomiques : de 18 à 22°


C’est les plus couramment utilisées; leur morphologie occlusale est plus estompée;
Elles sollicitent moins les tissus sous-jacents et conviennent aux patients présentant des reliefs
osseux moins favorables ou des perturbations de l'ATM;
Ce type de dents semble établir un juste compromis entre l'efficacité des dents cuspidées et la
réduction des mouvements de bascule;
On peut citer :Anatoform à 20°, Synoform.

Dents non anatomiques : 0° 


La morphologie ne reproduit en rien la morphologie occlusale des dents naturelles;
Elles sont moins utilisées, leurs faces triturantes plates portent des cavités pour permettre
l'évacuation des aliments broyés;
Elles sont indiquées sur des crêtes très résorbées, chez les patients très âgés avec des pentes
condyliennes très plates, leur aspect esthétique est souvent discutable;
On peut citer : dents de Sears, Centrimatic de Frush, Condyloform de Gerber.

Choix du concept occlusal


Il correspond à l’organisation et à la répartition des contacts occlusaux qui s’établissent entre les
dents antagonistes à la fois en RC et lors des mouvements excentrés.
On peut distinguer deux grands types de schéma: l'occlusion bilatéralement équilibrée et l’occlusion
non équilibrée.

Montage des dents antérieures

 Dans le plan horizontal


Le bord libre et les faces vestibulaires des dents antérieures reproduisent le pourtour externe du
bourrelet maxillaire;
Les deux incisives centrales doivent être montées de part et d’autre de la médiane.

 Dans le plan frontal


Les incisives centrales supérieures sont placées au contact du plan de montage;
Les incisives latérales sont placées à 1mm au-dessus de ce meme plan;
les canines ont leurs pointes cuspidienne au contact du bourrelet.

 Dans le plan sagittal


L'incisive centrale est perpendiculaire au plan de Frankfort, son inclinaison par rapport à la verticale
est de 3 à 5°, celle des latérales de 8 à 10° et celle des canines de 0 à 3°;

Les canines déterminent par leur faces vestibulaires l’orientation de l’ensemble des dents
postérieures et réglent l’importance du corridor buccal.

Le montage des dents inférieures respecte la forme de l’arcade inférieure et leurs bords libres
doivent toujours se projeter à l’intérieur de l’aire de sustentation d'ACKERMANN: aire située entre le
sommet de la crête et la partie antérieure la plus déclive de la zone de réflexion muqueuse
vestibulaire.

Montage des dents postérieures


Le type de montage doit satisfaire à certains impératifs à savoir :

 Impératifs statiques
- En relation centrée, il doit exister entre les surfaces triturantes postérieures des contacts
stabilisants, sans contact des dents antérieures.
- Les forces occlusales doivent être dirigées vers les crêtes.
- les prémolaires et molaires doivent être montées à l’intérieur de l’aire de POUND;
- La pente cuspidienne doit être proportionnelle au relief des crêtes.

 Impératifs dynamiques
- Les surfaces triturantes doivent suivre une courbe sagittale à concavité supérieure "la courbe
de compensation" dont le principal but est l’obtention d’une occlusion équilibrée en
propulsion;
- Dans le plan frontal, doivent être respectées la courbe de Wilson passant par les prémolaires,
et la courbe anti-Monson qui passe principalemen t par les deuxièmes molaires et
permettent un glissement occlusale harmonieux durant le mouvement de latéralité.

 Impératifs physiologiques
- Les dents doivent être montées dans l'espace prothétique où les forces centrifuges
transmises par la langue et les forces centripètes de la musculature labiojugale s'équilibrent;
-  Le plan d'occlusion doit se trouver au niveau du plus grand contour lingual. .

Presque la totalité des auteurs s'accordent pour préconiser un schéma occlusal particulier appelé "
occlusion bilatérale balancée " ou " articulé entièrement équilibré ".

A. L'occlusion bilatéralement équilibrée


C'est le schéma occlusal le plus souvent utilisé en prothèse totale, ce schéma se caractérise par
l'absence de contacts antérieurs et des contacts entre dents postérieures en relation centrée, et des
contacts simultanés antérieurs et postérieurs lors des mouvements excentrés.

L'occlusion bilatéralement équilibrée peut être engrenée ou non engrenée.

L'occlusion engrenée est indiquée lorsque les crêtes sont hautes (niveau I et II de Klein), et que les
ATM sont en bon état.

L'occlusion non engrenée est quant à elle indiquée en cas d'absence de reliefs (crêtes plates, palais
plat...), d'ATM altérées, de DV réduite (3mm postérieurement) et d'occlusion incertaine.

1. Occlusion bilatéralement équilibrée engrenée généralisée


Elle se caractérise par:

- En RC: absence de contacts antérieurs, et présence de contacts postérieurs généralisés: cuspide-


embrasure pour les prémolaires et cuspide-fosse pour les molaires;

- Lors des mouvements excentrés: glissement harmonieux des bords libres des dents antérieures et
glissement des versants cuspidiens des dents postérieures.

Deux montages répondent à ces critères:

- Le montage de GYSI:
Ce type de montage utilise des dents fortement cuspidées à 33°.

Sa principale caractéristique est le respect de l'angulation cuspidienne. Pour cela, en fonction de


l'inclinaison de la pente condylienne, l'orientation de la table incisive varie.

Indiqué chez les patients en classe 1 et 2 chez les patients dont la stabilité articulaire et les qualités
de surfaces d'appui permettent d'établir des relations inter arcades précises.

 le montage de Gysi commence par les molaires maxillaires (sur la table occlusale);

 Montage des dents supérieures

- Prémolaires  :
Dans le plan sagittal : leur axe est perpendiculaire à la table de montage.
Dans le plan frontal  : La première prémolaire supérieure sera placée perpendiculairement au plan
d’occlusion avec un contact des cuspides vestibulaire et palatine.
La première prémolaire: est montée derrière la canine, elle doit préserver le corridor buccal.
La deuxième prémolaire: sera également montée perpendiculairement au plan d’occlusion, mais
seule sa cuspide palatine sera en contact.

- Première molaire  :
Seule sa cuspide mésio-palatine sera en contact avec la table d’occlusion les cuspides vestibulaires et
distales sont relevées ce qui amorce tout à la fois la courbe de Monson et la courbe de
compensation.

- La deuxième molaire  : n’aura pas de contact avec la table de montage.

 Montage des dents inférieures

- Première molaire  :
C’est la clé du montage postérieur, sa fosse centrale reçoit la cuspide mésiopalatine de la première
molaire supérieure;
La première molaire mandibulaire doit être placée au centre de la courbe de compensation.

- Deuxième prémolaire  :
La deuxième prémolaire inférieure sera placée entre les deux prémolaires supérieures;
Son axe est vertical et perpendiculaire au plan d’occlusion.

- La deuxième molaire  :
Elle suit la courbe de compensation et est en contact par sa crête mésio-vestibulaire avec les facettes
disto-vestibulaires et disto-palatines de la première molaire supérieure.

- Première prémolaire  :
Si la place est suffisante entre la face distale de la canine et la deuxième prémolaire, la première
prémolaire sera placée, dans le cas contraire, elle subira un léger meulage.

- Le montage de HANAU:
Les relations occlusales sont identiques à celles du montage de GYSI (rapports en RC), par contre
l'équilibre résulte de l'harmonie qui s'établit entre les cinq composants du Quint de HANAU, formulés
par THIELEMAN comme suit:

IC x II
Équilibre = ———————
CC x PO x HC

IC: inclinaison condylienne


II: inclinaison incisive
CC: courbe de compensation
PO: plan d'occlusion
HC: hauteur cuspidienne

Ce type de montage est indiqué chez les patients dont le comportement neuromusculaire, la qualité
des surfaces d'appui, la stabilité articulaire sont inférieurs à ceux requis pour le montage de Gysi.
Les dents employées seront de type anatomique ou semi-anatomique.
2. Occlusion bilatéralement équilibrée engrenée non généralisée
Deux conceptions répondent à cette appellation:

- Le montage hélicoïdal d'ACKERMANN:


- En RC: identique aux schémas précédents.

- Lors des mouvements excentrés: l'occlusion bilatéralement équilibrée n'est obtenue que par
l'intermédiaire d'un contact antérieur et des contacts entre les dernières molaires, les dents
intermédiaires n'entrent pas en contact créant un vide d'articulé, ce vide répond à un objectif
essentiel : maintenir l'occlusion bilatéralement équilibrée malgré la présence du bol alimentaire.

Ce type de montage est indiqué lorsque le guide antérieur est marqué.


Les dents utilisées sont de type anatomique ou semi-anatomique en résine ou en porcelaine.
Utilisation d’un articulateur semi-adaptable avec réglage individualisé du plateau incisif, de la pente
condylienne et de l’angle de Bennett.

 Le montage débute par celui des dents antéro-supérieures et antéro-inférieures qui seront
montées avec une version « ad vestibulum » des bords libres des incisives et des canines;
 Les quartes prémolaires inférieures seront placées en inclinaison « ad linguam » et les
prémolaires supérieures utilisées doivent avoir un plateau triturant ayant une surface plus
étendue et plus horizontale, le rapport inter-cuspidien hélicoïdal avec les dents supérieures
sera plus aisément réalisé;
 Les molaires inférieures seront placées en respectant la courbe de compensation;
 Le montage des prémolaires et molaires supérieures devra être réalisé avec un contact
exclusif des cuspides palatines au fond des sillons inter-cuspidiens inférieurs;
 Il n’y aura donc aucun contact entre les cuspides vestibulaires supérieures et inférieures qui
sont considérées par ACKERMANN comme des versants basculants.

- Le montage de STRACK:
- En RC et en propulsion: identique à la conception de HANAU.

- En latéralité: ce montage présente des spécificités:

 Du côté travaillant: contacts uniquement au niveau prémolaires entre les versants internes
des cuspides vestibulaires supérieures et les versants externes des cuspides vestibulaires
mandibulaires, du côté lingual des prémolaires et molaires il n'existe aucun contact.
 Du côté non travaillant: les versants internes des cuspides palatines supérieures glissent le
long des versants internes des cuspides vestibulaires mandibulaires des prémolaires et
molaires.

Ce type de montage est indiqué chez les patients dont le comportement neuro-musculaire, la qualité
des surfaces d'appui et le cycle de mastication relativement ouvert n'offrent pas une parfaite
précision.
Les dents utilisés sont semi-anatomiques moyennement cuspidées (environs 20°).

 Montage des dents antéro-supérieures : même règles;


 Montage des canines inférieures : de façon à ce que leur pointe passe parfaitement lors de la
diduction;
 Montage des dents postéro-inférieures: le modèle supérieur est déposé et remplacé par la
calotte de montage dont la partie antérieure se place au niveau des pointes canines
inférieures les dents sont placées de manière linéaire, leurs pointes cuspidiennes en contact
avec la face inférieure de la calotte créant ainsi les courbes frontales et sagittales;
 Montage des dents postéro-supérieures : la calotte du montage est alors déposée et les
dents postéro-supérieures sont montées de manière à entrer en contact avec leurs
antagonistes;
 Montage des incisives inférieures : dans l'espace compris entre les canines inférieures.

3. Occlusion bilatéralement équilibrée engrenée avec impact lingual


Ou "occlusion lingualée":

- En RC: contacts occlusaux uniquement entre les cuspides palatines des dents postéro-supérieures
et les zones de réception antagonistes et absence de contacts antérieurs, ceci contribue à stabiliser
les prothèses en supprimant les couples de renversement.

- Lors des mouvements excentrés: absence de contacts entre les cuspides vestibulaires mandibulaires
et les fosses de réception antagonistes, et glissement harmonieux des pointes cuspidiennes palatines
dans les zones de réception mandibulaires.

Il existe, cependant, des petites variations:

- Le montage de GERBER:
Il assimile l'organisation des relations occlusales à l'ATM et utilise pour cela des dents condyloformes,
basées sur le principe "pilon-mortier": les pointes cuspidiennes correspondent au condyle et les
fosses occlusales à la cavité glénoïde.

Ce montage s’associe a un déplacement latéral immédiat bien reproduit par l’articulateur condylator
de gerber

 Ce montage débute par celui des dents antéro-supérieures qui seront montées selon les
règles précédemment développées, puis les dents postérieures sont mises en place Le
montage s'effectue par couple de dents pour obtenir des relations cuspides-fosses;
 Il débute par la première prémolaire maxillaire, puis la première prémolaire mandibulaire;
 Le profil antéro-postérieur de la crête est tracé sur les côtés du modèle, puis la partie la plus
basse est repérée, c'est à ce niveau que doit se situer la première molaire mandibulaire;
 La cuspide vestibulaire de la première prémolaire mandibulaire entre en contact avec la
fossette mésiale de la prémolaire antagoniste;
 Le couple des deuxièmes prémolaires est ensuite mis en place, mais seule la cuspide
palatine entre en contact avec la dent mandibulaire au niveau de sa fossette mésiale;
 Dans le plan frontal, les pointes cuspidiennes vestibulaires et linguales se situent au même
niveau;
 Les couples de molaires obéissent aux mêmes règles de montage mais au niveau maxillaire
la cuspide mésio-palatine est plus basse;
 Le montage des dents postérieures réalisé, les dents antéro-inférieures sont mises en place,
en ayant soin de respecter la béance antérieure et de laisser le libre jeu à l'orbiculaire des
lèvres.

- Le montage lingualé de POUND :


Il consiste essentiellement à supprimer tout contact des cuspides vestibulaires supérieures en
relation centrée et dans les latéralités.
Pour Pound et Murrell, l'organisation occlusale est réalisée en utilisant des dents fortement
cuspidées (33°) à l'arcade maxillaire associées à des dents peu cuspidées (20°ou moins) à l'arcade
mandibulaire.
Les pointes cuspidiennes palatines entrant en contact avec les fosses des molaires et les fossettes
marginales distales des prémolaires.

- Le montage de LAUCIELLO et MASSAD:


Plus récemment, ils ont participé à l'élaboration des dents en résine DCL, spécialement conçues pour
ce type d'organisation (Les dents Ortholingual).

Indications: le montage lingualé est indiqué chez les patients dont la coordination neuro-musculaire
est insuffisante, la surface d'appui non stable, et chez les patients dont le contrôle postérieur est
difficile à assurer.

 Les séquences sont identiques à celles employées pour le montage de STRACK;


 Après avoir monté les dents antérieures, les dents mandibulaires sont mises en place de
sorte que l'ensemble des cuspides des dents mandibulaires entrent en contact avec la
calotte;
 Dans un deuxième temps, les dents maxillaires sont montées en s'assurant que seules les
cuspides palatines entrent en contact avec les fossettes et donc le rapport est de type une
dent à une dent.

4. Occlusion bilatéralement équilibrée non engrenée


- Le montage de SEARS:

Préconisé par KLEIN:


Le montage de SEARS est plat, les dents utilisées sont non anatomiques (dents dites de SEARS) avec
des sillons internes pour l'évacuation des aliments.

Sa caractéristique principale est la stabilisation de la prothèse lors des mouvements excentrés par la
deuxième molaire (rampe d'équilibrage).

Il est indiqué dans les cas de pente condylienne inférieure à 10°, de forte résorption des crêtes et de
grande difficulté à déterminer la RC.

Il s’effectue sur un articulateur dont le plan incisif est réglé a 0°;

 Les dents antérieures sont montées avec un surplomb horizontal marqué d’où l’absence de
contacts en occlusion centrée;
 Contact linéaire en propulsion : pas de courbe de compensation;
 Montage d'abord des dents postéro-supérieures;
 Contact cuspides palatines des deuxièmes prémolaires et premières molaires avec le POP
une légère béance sera maintenue au niveau de la partie vestibulaire;
 Montage de la première prémolaire inférieure : en sous occlusion par rapport au POP;
 Montage des 2ème prémolaire et 1ère molaire dont seules leurs moitiés linguales seront en
contact avec le POP;
 Les deuxièmes molaires mandibulaires sont très inclinées pour constituer une butée
postérieure assurant l’équilibre en propulsion et en latéralité.

- Le montage de FRUSH:
Utilise des dents Centrimatic (plateau triturant au niveau supérieur et en lame de couteau au niveau
inférieur).
Ce montage est réalisé selon le concept d'une occlusion équilibrée plane obtenue par suppression de
l'overbite, et d'un montage postérieur à plat avec le plan d'occlusion prothétique.

Il est indiqué lorsque un couloir piézographique est très réduit.

C’est un montage qui prévoit un parallélisme du POP et la base de l’articulateur donc un plan incisif
réglé a 0° et pente condylienne a 6° avec absence de courbe de compensation.

 Montage des prémolaires et molaires supérieures à plat avec le POP avec une particularité
pour la 2eme molaire qui devra être montée hors crête de 5mm;
 Lorsque ce montage supérieur aura été terminé un strip autocollant d’une épaisseur de 0,75
mm sera fixée sur les faces triturantes des dents supérieures pour les séparer des dents
inférieures qui seront très réduites en largeur en formant une lame de couteau qui
correspond à la ligne médiane des supérieures.

B. L'occlusion non équilibrée


- Montage monoplan ou de VAN
Occlusion neutre ou neutro-centrique:

Ce type de montage utilise des dents plates.

- En RC: absence de contacts antérieurs, présence de contacts entre les prémolaires et les premières
molaires antagonistes, mais les deuxièmes molaires ne sont pas en contact: existence d'une courbe
de Wilson au niveau des PM, niveau plan au niveau des 1M et courbe Anti-Manson au niveau des 2M
ce qui coince les deux prothèses en RC.

- Lors des mouvements excentrés: les dents postérieures ne sont pas forcément en contact.

Ce type de montage concentre parfaitement les forces occlusales stabilisant ainsi les prothèses, il est
indiqué dans les cas de forte résorption, mais présente l'inconvénient d'être inesthétique.

 Aucun recouvrement incisif n'est établi;


 Au niveau postérieur, les deux prémolaires et la première molaire sont placées au niveau du
plan occlusal et entrent en contact avec les prémolaires et la molaires antagonistes;
 La deuxième molaire maxillaire se situe à environ 0,5 mm audessus du plan occlusal pour
éviter tout contact avec la dent antagoniste.

- Occlusion non équilibrée en protection canine


Se caractérise par:

- En RC: légers contacts entre les dents antérieures et contacts entre les dents postérieures
impliquant l'ensemble des cuspides d'appui selon un rapport cuspide-fosse.

- Lors des mouvements excentrés: seules les dents antérieures entrent en contact, absence de
contacts postérieurs.

Ce schéma, bien que défendu par certains auteurs (THOMAS, LUCIA, GAUSCH), ne semble pas adapté
à la prothèse complète, aucune étude n'a pu démontrer sa supériorité sur l'occlusion bilatéralement
équilibrée pour la préservation de l'intégrité tissulaire.
Cas particuliers
- Le montage en distocclusion (cl II d’Angle) 
Il est possible de procéder à un montage en normocclusion des premières molaires supérieures et
inférieures , avec la suppression des premières prémolaires inférieures;
Antérieurement, il est préférable de réaliser un compromis esthétique et fonctionnel afin de
reproduire le surplomb sagittal;
Dans tous les cas, le montage du groupe incisivo-canin mandibulaire ne peut dérober aux règles
d’équilibre, seule une version vestibulaire augmentée atténue le décalage.

- Le montage en mésiocclusion (classe III d’Angle)


Il faut essayer de réaliser un montage en bout à bout incisif par inclinaison vestibulaire des dents
supérieures et linguale des dents inférieures;
Si le décalage est important, on doit alors respecter ce rapport et réaliser un montage en prognathie
(avec la possibilité de monter trois PM sur chaque hémi arcade mandibulaire).

Individualisation du montage
- Animation
Permet de rétablir une harmonie de la prothèse et du visage;
Elle consiste à basculer un tant soit peu l’alignement régulier et standard des dents artificielles pour
obtenir un aspect plus naturel, par exemple chez l’homme, une rotation marginale vestibulo-distale
des centrales accentuée par la rotation marginale mésio-linguale des latérales donne un effet de
vigueur alors que chez la femme au contraire la valeur des incisives centrales sera masquée par un
chevauchement des latérales en rotation mésio-vestibulaire.

- Maquillage 
L’aspect de surface et la couleur des dents artificielles peuvent aussi être modifiées par des
techniques de maquillage.

- Fausse gencive
Le contour gingival visible dans le sourire haut apparait lors du rire et appartient ainsi pleinement à
l’esthétique;
La situation des collets et des papilles inter dentaires sont bien définies elles reproduisent un
parodonte sain et se caractérise par leur symétrie, mais avec l’âge, le parodonte évolue et une
caractéristique esthétique peut être réalisée.

Conclusion
En prothèse totale, la technique adoptée pour le montage des dents joue un rôle très important pour
la stabilité.
L'occlusion généralement équilibrée est le schéma occlusal de référence en prothèse complète.
Il ne faut jamais dissocier l'aspect esthétique de la restauration prothétique de ses impératifs
fonctionnels.