Vous êtes sur la page 1sur 4

Différents types de montages en

prothèse totale
Introduction
En prothèse totale, le montage des dents doit répondre à des impératifs d’ordre esthétique mais
aussi fonctionnel. Ces contraintes ont conduit de nombreux auteurs à proposer différentes
techniques de montage faisant appel à des dents de morphologies variables, ou à des courbes
d’occlusion originales, la technique adoptée joue un rôle très important pour la stabilité.

Définition
On appelle « montage » la phase de travail au laboratoire qui consiste à réaliser des maquettes de
cire portant les dents artificielles préfigurant les prothèses terminées.

Objectifs du montage
Objectif esthétique 
L’harmonie du visage et le rétablissement du sourire dépendront de :
- La hauteur de l’étage inférieur;
- Du choix et du positionnement des dents artificielles.

Objectif mécanique
La pérennité de la rétention et de la stabilité prothétique, lors des différentes excursions
mandibulaires dépendra :
- Une bonne orientation du POP;
- La morphologie occlusale des dents artificielles;
- Schéma occlusal adopté.

Objectif fonctionnel
Rétablir et améliorer la mastication et la phonation en fonction du type de dents artificielles et de
leur engrènement.

Objectif biologique
Conserver au mieux l’intégrité biologique des surfaces d’appuis sur le plan muqueux et osseux, en
respectant les principes du montage.

Objectif psychologique
Contribuer à la réintégration du patient au sein de la société.
Règles du montage et de l'occlusion
Règles du montage des dents antérieures
 Au maxillaire
Les conditions de stabilité de la base (efficacité du joint postérieur, surface d’appui plus
importante…) permet de situer et d’orienter les dents antérieures en fonction simplement des
considérations esthétiques. Autrement dit, l’efficacité du joint postérieur et l’importance du bras de
levier stabilisateur autorise le montage des dents antérieures hors de l’aire de sustentation des
bases.

 A la mandibule
La valeur mécanique de la base mandibulaire, plus faible, oblige au montage des dents antérieures a
l’intérieur même de l’air de sustentation. Autrement dit, La rétention moindre du joint sublingual
associée à un bras de levier stabilisateur plus court oblige à monter les dents antérieures dans l’aire
de sustentation des bases.

Règles du montage des dents postérieures


A. Plan frontal

1. Situation
Le plan d’occlusion est situé à égale distance des deux crêtes,
Il se rapproche des crêtes les plus résorbées pour réduire le bras de levier déstabilisateur.

2. Orientation
Le plus souvent, les axes intercrêtes des deux côtés de l’arcade présentent une convergence vers le
haut. Le système prothétique est en équilibre quand cette lorsque l’orientation des surfaces
d’occlusion est perpendiculaire en tout point à l’axe intercrêtes;
Deux situations des dents artificielles sur l’axe intercrete sont a retenir :
Situation idéale : sillon intercuspidien maxillaire est à cheval sur l’axe intercrête (il lui correspond la
pointe de la cuspide vestibulaire mandibulaire)
Une situation externe limite où c’est la cuspide palatine de cette même dent qui est à cheval sur l’axe
intercrête lui correspond le sillon intercuspidien mandibulaire, appliquée quand les axes intercrêtes
sont défavorables

B. Plan sagittal

1. Situation
Plan d’occlusion prothétique situé à égale distance des deux crêtes.

2. Orientation
La surface d’occlusion réalise une courbe à concavité supérieure appelée courbe de compensation
dont le but est de repondre simultanément a deux imperatifs prothetiques :
compenser les différences d’abaissement mandibulaires lors de la propulsion et de favoriser ainsi
l’obtention d’une occlusion équilibrée en propulsion et en diduction ;
prévenir les risques de deplacement vers l’avant de la prothèse mandibulaire lors de la mastication
La majorité des auteurs conseillent que cette courbe suive celle déterminée par le sommet de la
partie distale de la crête mandibulaire
C. Plan horizontal

1. Situation
Les dents artificielles postérieures doivent être placées dans l’aire de POUND (aire de sustentation de
la base mandibulaire) limitée d'une part par une ligne reliant l'angle distal de la canine et le bord
externe du trigone et d'autre part l'angle mésial de la canine et le bord interne du trigone .

2. Orientation
Les sillons intercuspidiens maxillaires doivent être alignés (il leur correspond l’alignement des pointes
des cuspides vestibulaires mandibulaires) , cet alignement a pour effet de faciliter l’équilibration des
contacts en propulsion et de minimiser les composantes a l’extérieur du polygone de sustentation de
la base mandibulaire;

Règles de l’occlusion
L’occlusion des dents artificielles est sous la dépendance de 5 facteurs sagittaux principaux regroupés
sous la dénomination de Quint de Hanau:
La pente condylienne - La pente incisive - L'angle cuspidien - L'inclinaison du plan d'occlusion - La
courbe de compensation.

Préalables au montage

 tracé des repères sur les modèles


Tracé sur le modèle supérieure
- Le plan sagittal médian;
- La position de la pointe des canines;
- La ligne faitière de la crête;
- La limite antérieure de chaque tubérosité;
- Ligne passant par le centre de la papille rétro-incisive;
- Ligne du fond du vestibule.

Tracé sur le modèle inférieur 


- Le plan sagittal médian.
- La zone antérieure de sustentation comprise entre le sommet de la crête antérieure et le
fond du vestibule (aire d’ACKERMANN);
- La limite antérieure de chaque trigone rétromolaire;
- La ligne de la crête latérale mandibulaire (secteur 5-6) et son prolongement antérieur et
postérieur.

 la maquette supérieure
Elle sert à la détermination et à l’enregistrement de la relation intermaxillaire, elle est munie d’un
bourrelet en cire réglé de manière à préfigurer la situation des dents artificielles;
Le bourrelet est réglé d’une manière conventionnelle parallèle au plan de Camper et parallèle
antérieurement à la ligne bi-pupillaire;
Certains points doivent être gravés sur ce bourrelet:
- Le point inter incisif;
- La projection du bord inférieur de la lèvre supérieure lors du sourire forcé afin de déterminer
la ligne des collets;
- La position des pointes canines qui se situe selon une tangente aux ailes du nez (indice de
LEE).
 Utilisation d’un articulateur semi-adaptable ou non adaptable
Suite à la détermination de la relation intermaxillaire, on procède au transfert des modèles sur
articulateur.
L’utilisation d’un ASA autorise le réglage des trajectoires condyliennes et des angles de Bennett par
opposition aux articulateurs non adaptables qui présentent des valeurs moyennes pour ces deux
paramètres (35 à 40° pour la trajectoire condylienne, - 15° pour angles de Bennett).

 Réalisation d’une table de montage et Tracé des repères


La table de montage constitue un guide précieux pour le montage des dents supérieures. Elle
reproduit le plan de référence POP. Elle peut être réalisée en plâtre ou en silicone.
Pour cela on bloque la tige incisive a la bonne DV puis on adapte sur le modèle inferieur une plaque
base sur laquelle on dépose du plâtre et on referme l’articulateur pour imprimer dans le plâtre la
surface du bourrelet supérieur

Sur la table de montage seront tracés:


- Plan sagittal médian;
- Ligne guide des crêtes;
- Empreinte du bourrelet supérieur dont le bord externe limite le couloir prothétique et dans
sa partie antérieure l’emplacement des faces vestibulaires des incisives ;
- Aire de Pound;
- Aire antérieure de sustentation;
- Prolongements antérieur et postérieur de la ligne de crête.