Vous êtes sur la page 1sur 99

S ociété P arisienne de P roduits et M atériaux

97 – 99, rue des Maraîchers PARIS XX


Tel : 01.40.09.70.64. – Fax : 01.60.19.00.50.

Cahier des Clauses Techniques n° 1

Bibliothèque François Mitterand


Architecte : Mr Dominique PERRAUD

RELATIF AUX TRAVAUX D’IMPERMEABILISATION


DE CUVELAGE SELON LE PROCÉDÉ DE
MINERALISATION VANDEX SUPER – VANDEX PREMIX
Cahier des Clauses Techniques examiné dans le cadre
d’une enquête de technique nouvelle

RAPPORT SOCOTEC N° : HX4404


VALIDATION : 5 ANS (Jusqu’au 01 Mars 2005)

Edition : Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Sommaire
DTU 14.1

SOMMAIRE
SOMMAIRE ........................................................................................................................................1
I. PRESENTATION ET CARACTERISTIQUES.......................................................................6
I.1. PRESENTATION DU PROCEDE VANDEX SUPER/PREMIX.................................................6
I.2. PRODUITS DE LA GAMME VANDEX.....................................................................................7
I.2.1. Liste des produits VANDEX et SPPM ........................................................................................................................... 7
I.2.2. Etiquetage............................................................................................................................................................................. 8
I.2.3. Stockage ............................................................................................................................................................................... 8
I.2.4. Fabrication et contrôle ....................................................................................................................................................... 8
I.2.5. Caractéristiques des produits VANDEX SUPER et PREMIX ................................................................................... 8
I.2.5.1. Composition des produits .......................................................................................................................................... 8
I.2.5.2. Imperméabilisation ..................................................................................................................................................... 8
I.2.5.3. Perméabilité à la vapeur d’eau – conductivité thermique .................................................................................... 8
I.2.5.4. Résistance chimique ................................................................................................................................................... 9
I.2.5.5. Dureté superficielle (ou amélioration des caractéristiques du béton)................................................................ 9
I.2.5.6. Alcali réaction.............................................................................................................................................................. 9
I.2.6. ETANFLEX E..................................................................................................................................................................... 9

II. AUTRES PRODUITS UTILISES.........................................................................................10


II.1. JOINTS DE DILATATION, FISSURES ACTIVES, CALFEUTREMENT .............................10
II.2. CONFECTION DE GORGES, OBTURATION DES JOINTS INERTES, CAVITES .............10
II.3. SCELLEMENTS, COLLAGE .................................................................................................10
II.4. ARRET D'EAU, REHOMOGENEISATION DU BETON, RENARD......................................11
II.5. RETARDATEUR DE SURFACE.............................................................................................11
II.6. PROTECTION ANTICORROSION........................................................................................11
III. DOMAINE ET LIMITATION D'EMPLOI .........................................................................12
III.1. DEFINITION..........................................................................................................................12
III.2. DOMAINE D'EMPLOI..........................................................................................................12
III.2.1. Rattachement à la législation ....................................................................................................................................... 12
III.2.2. Structure admissible en béton armé ou précontraint................................................................................................ 12
III.2.3. Locaux nobles................................................................................................................................................................. 12
III.3. LIMITES DU PROCEDE.......................................................................................................13
III.4. MILIEUX AGRESSIFS..........................................................................................................13
IV. MISE HORS D'EAU DE L'OUVRAGE...............................................................................14
IV.1. PRINCIPE..............................................................................................................................14
IV.2. RABATTEMENT DE NAPPE AQUIFERE............................................................................14
IV.2.1. Rabattement.................................................................................................................................................................... 14
IV.2.2. Pompage (schémas n°1, 2,3)........................................................................................................................................ 14
IV.2.3. Arrêt du rabattement ..................................................................................................................................................... 14
IV.3. PAROIS RUISSELANTES .....................................................................................................14
IV.3.1. Canalisation des venues d'eau (schéma N° 4)........................................................................................................... 15
IV.3.2. Blocage des venues d'eau (schéma N° 5) .................................................................................................................. 15

V. SURFACE RECEVANT VANDEX - ETAT ET MISE EN CONFORMITE....................16

Janvier 2000 Page 1 sur 48


CC1 Minéralisation
Sommaire
DTU 14.1

V.1. ETAT CONTRACTUEL ......................................................................................................... 16


V.2. SURFACES REVETUES (SCHEMAS N° 6,7,8)...................................................................... 16
V.3. MISE EN CONFORMITE AVANT APPLICATION DU CUVELAGE .................................. 16
V.3.1. Principe..............................................................................................................................................................................16
V.3.2. Défauts de planéité ..........................................................................................................................................................16
V.3.2.1. Radier et plancher....................................................................................................................................................16
V.3.2.2. Parois et plafonds.....................................................................................................................................................16
V.3.3. Défauts de l'épiderme (schémas N° 9, 10, 11)............................................................................................................17
V.3.4. Ecarteurs de coffrage.......................................................................................................................................................17
V.3.4.1. Ecarteurs laissés au coulage - Schémas N°12 et 13 ...........................................................................................17
V.3.4.2. Ecarteurs récupérables - Schéma N° 14...............................................................................................................17
V.3.4.3. Talonnette (schémas N° 15 et 25) .........................................................................................................................17
V.3.5. Aciers apparents...............................................................................................................................................................17
V.3.5.1. Ponctuels....................................................................................................................................................................17
V.3.5.2. Généralisés ................................................................................................................................................................18
V.3.6. Fissures..............................................................................................................................................................................18
V.3.6.1. Les différents types de fissures (voir norme NFP 95-103)...............................................................................18
V.3.6.2. Fissures passives ou mortes....................................................................................................................................18
V.3.6.3. Fissures actives .........................................................................................................................................................18
V.3.6.3.1. Fissures de souffle inférieur à 0,3 mm (schémas N° 16, 17) ....................................................................18
V.3.6.3.2. Fissures de souffle supérieur à 0,3 mm (schéma N° 18) ...........................................................................18
V.3.6.3.3. Injections de souffle inférieur à 1 mm (schéma N° 19) .............................................................................19
V.4. MISE EN CONFORMITE APRES REALISATION DU CUVELAGE VANDEX................... 19
VI. MISE EN OEUVRE SUR PAROIS COULEES EN PLACE OU PREFABRIQUEES 20
VI.1. PREPARATION DES SURFACES ........................................................................................ 20
VI.2. TRAITEMENTS DES JOINTS INERTES............................................................................. 20
VI.2.1. Définition.........................................................................................................................................................................20
VI.2.2. Traitement des joints en "partie plane" (schémas N° 20, 21).................................................................................21
VI.2.3. Traitement des joints en "angle rentrant" (schémas N° 22, 23, 24).......................................................................21
VI.2.4. Cas particuliers de la talonnette (schémas N° 25, 26, 27) .......................................................................................21
VI.2.5. Traitement des joints inertes par continuité...............................................................................................................21
VI.2.5.1. Sans acier (schémas N° 28, 29)............................................................................................................................21
VI.2.5.2. Avec acier - schéma N° 30....................................................................................................................................22
VI.2.6. Joints de pré-dalles - schémas N° 31,32, 32 Bis, 33, 34..........................................................................................22
VI.3. TRAITEMENT DES JOINTS ACTIFS.................................................................................. 22
VI.3.1. Définition.........................................................................................................................................................................22
VI.3.2. Reprises de bétonnage actives avec présence d'acier de couture (schémas N° 35, 36)......................................23
VI.3.3. Joints de fonctionnement de l'ouvrage (schémas N° 37, 38)..................................................................................23
VI.4. APPLICATION DU REVETEMENT EN PARTIE COURANTE.......................................... 23
VI.4.1. Arrosage préliminaire de la surface ............................................................................................................................23
VI.4.2. Hygrométrie du béton....................................................................................................................................................23
VI.4.3. Mélange............................................................................................................................................................................24
VI.4.4. Application manuelle en parties verticales et en plafond........................................................................................24
VI.4.4.1. Première couche VANDEX SUPER 0,750 kg/m² ............................................................................................24
VI.4.4.2. Deuxième couche VANDEX PREMIX 1 kg/m² ...............................................................................................24
VI.4.5. Application mécanique en parties verticales et en plafond.....................................................................................24
VI.4.6. Application en surfaces horizontales ..........................................................................................................................24
VI.4.7. Règles de substitution....................................................................................................................................................24
VI.4.8. Protection mécanique ....................................................................................................................................................24
VI.4.9. Précautions pendant et après l'application de VANDEX ........................................................................................25
VI.4.10. Application d’un pare vapeur – Schémas N° 122, 123. ........................................................................................25

Page 2 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Sommaire
DTU 14.1

VI.5. PERIODE D'ATTENTE AVANT UTILISATION DES SURFACES TRAITEES..................25


VII. MISE EN OEUVRE SUR PAROIS PARTICULIERES.................................................26
VII.1. PAROIS MOULEES .............................................................................................................26
VII.1.1. Préparation des surfaces.............................................................................................................................................. 26
VII.1.2. Traitement des joints verticaux.................................................................................................................................. 26
VII.1.2.1. Joints entre plots limités par des tubes (schémas N° 39, 40)........................................................................ 26
VII.1.2.2. Joints comportant une bande d'arrêt d'eau (BAE) - schéma N° 41.............................................................. 26
VII.1.3. Traitement liaison radier/paroi................................................................................................................................... 26
VII.1.3.1. Radier ancré dans la paroi - schéma N° 42...................................................................................................... 26
VII.1.3.2. Radier indépendant de la paroi - schéma N° 43.............................................................................................. 26
VII.1.4. Traitement liaison plancher ou voile/paroi.............................................................................................................. 27
VII.1.4.1. Paroi traitée avant exécution du plancher ou voile (schémas N° 44, 45, 46, 47) ...................................... 27
VII.1.4.2. Paroi traitée après exécution du plancher ou voile (schémas N° 48, 49).................................................... 27
VII.1.5. Tirant d'ancrage (schémas N° 50, 51, 52, 53, 54)................................................................................................... 27
VII.1.6. Butons - schémas N° 55, 56, 57................................................................................................................................. 27
VII.2. PAROIS REALISEES EN BETON PROJETE......................................................................27
VII.2.1. Paroi berlinoise - schéma N° 58 ................................................................................................................................ 27
VII.2.2. Paroi parisienne - schéma N° 59 ............................................................................................................................... 28
VII.2.3. Paroi lutécienne - schéma N° 60 ............................................................................................................................... 28
VII.2.4. Mur de soutènement par pieux jointifs - schémas N° 61 ...................................................................................... 28
VII.2.5. Paroi cloutée ou épinglée - schéma N° 62 ............................................................................................................... 28
VII.3. PAROI EXECUTEE EN PUITS SECTIONNES - SCHEMA N° 63.......................................28
VII.4. PAROI EXECUTEE EN TRANCHEE BLINDEE - SCHEMA N° 64....................................28
VII.5. PAROI PREFABRIQUEE - SCHEMAS N° 65, 66, 67...........................................................29
VII.6. AUTRES TECHNIQUES DE MISE EN OEUVRE DU BETON ...........................................29
VII.7. REVETEMENT MIXTE.......................................................................................................29
VII.7.1. Cuvelage mortier - Procédé VANDEX schéma N° 68......................................................................................... 29
VII.7.2. Cuvelage enduit mince - Procédé VANDEX schéma N° 69 ................................................................................ 29
VII.7.3. Cuvelage résine - schéma N° 70................................................................................................................................ 29
VII.8. CUVELAGE MIXTE ............................................................................................................29
VII.8.1. Revêtement d'imperméabilisation en paroi/radier drainant (schéma N° 71) ..................................................... 29
VII.8.2. Structure relativement étanche en parois/revêtement d'imperméabilisation en radier ( schémas N° 72,
73).................................................................................................................................................................................................. 29
VII.8.3. Revêtement d'étanchéité en radier/imperméabilisation en voile schéma N° 74................................................ 30

VIII. OUVRAGE, HABILLAGE, REVETEMENT SUR CUVELAGE VANDEX .............31


VIII.1. PRINCIPE ...........................................................................................................................31
VIII.1.1. Contrôle et localisation des fuites............................................................................................................................ 31
VIII.1.1.1. Ouvrage adhérent................................................................................................................................................ 31
VIII.1.1.2. Ouvrage indépendant.......................................................................................................................................... 31
VIII.1.2. Entretien et réparation du cuvelage......................................................................................................................... 31
VIII.1.3. Transmission de l'humidité ....................................................................................................................................... 31
VIII.1.4. Perméabilité à la vapeur d'eau.................................................................................................................................. 31
VIII.1.5. Agressivité du cuvelage VANDEX ......................................................................................................................... 32
VIII.2. REVETEMENT ANTICORROSION ..................................................................................32
VIII.2.1. Protection aux huiles .................................................................................................................................................. 32
VIII.2.2. Protection au fuel........................................................................................................................................................ 32
VIII.2.3. Protection aux acides ................................................................................................................................................. 32
VIII.2.4. Agressivité particulière .............................................................................................................................................. 32

Janvier 2000 Page 3 sur 48


CC1 Minéralisation
Sommaire
DTU 14.1

VIII.3. PEINTURE ET REVETEMENT D'ESTHETIQUE............................................................ 32


VIII.3.1. Produits de cuvelage VANDEX ...............................................................................................................................32
VIII.3.2. Murs et plafonds..........................................................................................................................................................33
VIII.3.3. Sols ................................................................................................................................................................................33
VIII.4. CHAPE ET ENDUIT AU MORTIER DE LIANT HYDRAULIQUE TRADITIONNEL..... 33
VIII.4.1. Principe .........................................................................................................................................................................33
VIII.4.2. Enduit ............................................................................................................................................................................33
VIII.4.2.1. Exécution de l'enduit après mise en oeuvre du VANDEX ...........................................................................33
VIII.4.2.2. Exécution d'un gobetis dans le VANDEX frais .............................................................................................34
VIII.4.3. Chapes et dalles ...........................................................................................................................................................34
VIII.5. CHAPE ET ENDUIT MINCES A BASE DE LIANT HYDRAULIQUE.............................. 34
VIII.5.1. Produits SPPM .............................................................................................................................................................34
VIII.5.2. PRODUIT EPOXY CIMENT...................................................................................................................................34
VIII.5.3. Autres produits.............................................................................................................................................................34
VIII.6. REVETEMENT TECHNIQUE........................................................................................... 35
VIII.6.1. Revêtement de sol scellé (DTU 52.1) ......................................................................................................................35
VIII.6.2. Revêtements muraux scellés (DTU 55)..................................................................................................................35
VIII.6.3. Revêtements collés (avis technique)........................................................................................................................35
VIII.6.4. Revêtements coulés.....................................................................................................................................................35
VIII.6.5. Autres types de revêtements ......................................................................................................................................35
VIII.7. REVETEMENTS IMPERMEABLES OU SENSIBLES A LA VAPEUR D’EAU. (voir §
VI.4.10 et VIII.1.4) .......................................................................................................................... 35
VIII.8. REVETEMENT INDEPENDANT....................................................................................... 36
VIII.8.1. Faux planchers .............................................................................................................................................................36
VIII.8.2. Cloisons de doublage (schémas 124, 125, 126).....................................................................................................36

IX. TRAITEMENTS DES POINTS SINGULIERS.................................................................. 38


IX.1. SCELLEMENTS.................................................................................................................... 38
IX.1.1. Scellements par empochements ...................................................................................................................................38
IX.1.1.1. Obturation par mortier riche - schéma N° 75 Bis .............................................................................................38
IX.1.1.2. Obturation par mortier de scellement - schéma N° 75.....................................................................................38
IX.2. SCELLEMENT DIRECT - SCHEMA N° 76 .......................................................................... 38
IX.2.1. Scellement par produit à base de résine synthétique (voir §II.3) ...........................................................................38
IX.2.2. Scellement par produit à base de liant hydraulique (voir §II.3) .............................................................................39
IX.2.3. Petit scellement...............................................................................................................................................................39
IX.3. TRAITEMENT DES TRAVERSEES : BAGUE ETANCHE (SCHEMAS N° 78, 79, 80)........ 39
IX.3.1. Canalisations ou fourreaux métalliques encastrés, pris au coulage (schémas 81, 82)........................................39
IX.3.2. Canalisations métalliques encastrées, posées après coulage (schéma N° 83)......................................................40
IX.3.3. Canalisations non encastrées (schéma N° 84) ...........................................................................................................40
IX.3.4. Canalisations en plastique scellées (schéma N° 85).................................................................................................40
IX.4. ACIERS EN ATTENTE (schéma 86)...................................................................................... 40
IX.5. PRISE DE TERRE (SCHEMAS N° 87, 88, 89)....................................................................... 40
IX.6. INCORPORATION ............................................................................................................... 40
IX.7. COLLAGE ............................................................................................................................. 40
X. DISPOSITIONS PRATIQUES ............................................................................................ 41
X.1. CANALISATIONS D'ASSAINISSEMENT ET OUVRAGES ANNEXES ............................... 41
X.1.1. Puisards - Regards - Caniveaux (schémas N° 90, 91, 92) ........................................................................................41
X.1.2. Descentes canalisations (schéma N° 93) .....................................................................................................................41

Page 4 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Sommaire
DTU 14.1
X.1.3. Siphon et avaloir de sol (schémas N° 94, 95, 96)...................................................................................................... 41
X.1.4. Fosse de relevage............................................................................................................................................................ 41
X.1.5. Installation de pré-traitement des eaux........................................................................................................................ 41
X.1.5.1. Réglementation........................................................................................................................................................ 41
X.1.5.2. Installation ................................................................................................................................................................ 42
X.1.6. Ovoïde - schéma N° 104 ................................................................................................................................................ 42
X.2. CUVETTE D'ASCENSEUR (SCHEMA N° 105)......................................................................42
X.3. FILERIE ELECTRIQUE, BLOCS DE SECURITE (SCHEMA N° 106)..................................43
X.4. JOINT DE DILATATION - RESERVATION G.O. - SCHEMA N° 107...................................43
X.5. MASSIFS (SCHEMAS N° 108, 109, 110)..................................................................................44
X.6. CHAUFFERIE.........................................................................................................................44
X.7. ESCALIER (SCHEMAS N° 111 à 114).....................................................................................44
X.8. RAMPES D'ACCES - SCHEMAS N° 115 et 116......................................................................45
X.9. LOCAL A HYDROCARBURES (CUVE SUR BERCEAUX) - SCHEMA N° 117....................45
X.10. HUISSERIE METALLIQUE .................................................................................................45
X.10.1. Pose au moment du coulage du béton - schéma N° 119 ........................................................................................ 45
X.10.2. Pose après coulage béton et après cuvelage (schémas N° 118, 120, 121) .......................................................... 45
X.11. LOCAUX SENSIBLES (caves)...............................................................................................45
X.12. CHEMINEE D'EQUILIBRE - LOCAUX INONDABLES......................................................45
XI. CONDITIONS DE SERVICE ...............................................................................................47
XI.1. CONTROLE...........................................................................................................................47
XI.2. REPARATION .......................................................................................................................47
XI.2.1. Cuvelage protégé par chape et enduit ........................................................................................................................ 47
XI.2.1.1. Cuvelage apparent.................................................................................................................................................. 47
XI.2.2. Entretien, recommandations........................................................................................................................................ 47

XII. ORGANISATION DE LA MISE EN ŒUVRE.................................................................48

Janvier 2000 Page 5 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 1
DTU 14.1

I. PRESENTATION ET CARACTERISTIQUES.

I.1. PRESENTATION DU PROCEDE VANDEX SUPER/PREMIX


ème
Le procédé VANDEX SUPER/PREMIX appartient à la 3 famille d’imperméabilisation des bétons
ère ème
par l’intérieur (1 famille : mortier de ciment hydrofugé, 2 famille : résines synthétiques). Les
produits VANDEX pénètrent en profondeur dans le béton et créent une barrière imperméable à
l’eau.

Toutes sujétions particulières (joint, traversée, fissure, reprise de bétonnage, etc.…) seront traitées
conformément au présent Cahier des Clauses Techniques ou devront faire l’objet d’une étude
particulière.

La notion d’adhérence, qui existe aussi bien en mortier hydrofuge qu’en résine, n’intervient pas dans
le procédé VANDEX puisque l’imperméabilisation est assurée dans la masse du béton. Ceci
entraîne une simplification et une disparition des problèmes de faïençage et de cloquage.

Le produit VANDEX se présente comme une barbotine prête à mouiller, composée de minéraux tels
que sels solubles réactifs, de ciments spéciaux et de matières inertes.

C’est une famille d’imperméabilisation du type chimique par apposition aux deux premières familles
qui sont des revêtements épais ou minces constituant des barrières d’imperméabilisation rapportées.

Les composants du produit VANDEX se diffusent dans le béton, par l’intermédiaire de l’eau
d’humidification, à la faveur des pores, des capillaires et des micro fissures.

Ils réagissent avec les constituants hydratés du ciment en formant des cristaux insolubles et des
gels colmatants.

L’application du VANDEX à la surface du béton a pour effet de modifier la microstructure interne de


ce dernier formant ainsi une barrière imperméable à l’eau. Cette barrière devient alors définitive et
subsiste même en l’absence d’eau.

Le procédé VANDEX SUPER/PREMIX sera appelé dans la suite par procédé VANDEX ou cuvelage
VANDEX.

Page 6 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 1
DTU 14.1

I.2. PRODUITS DE LA GAMME VANDEX


I.2.1. Liste des produits VANDEX et SPPM
Présentation
Produits Mode d’emploi Utilisation Consommation Condition Densité
Nature
nement
application sous
2
forme de barbotine 0.75Kg/m en poudre
VANDEX Super sac maritime
appliquée à la Impermé- vertical ou grise
Gris Super blanc de 1.66
brosse ou par abilisation plafond 1 Kg/m² et
Concrete Grey 25 Kg
projection sèche ou en horizontal blanche
humide
application sous
forme de barbotine
poudre sac maritime
VANDEX Premix appliquée à la Impermé- 1 Kg/m² en
grise de 1.81
gris Premix blanc brosse ou par abilisation vertical
et blanche 25 Kg
projection sèche ou
humide
traitement bidon
A mélanger au des 0.2 l/Kg de liquide plastique
VANDEX RAPID 1.25
ciment Portland arrivées ciment transparent 1,5,10 litres
d'eau ou fût de 200l
traitement
Bourre de en seau
VANDEX des Selon poudre
colmatage, produit plastique de 5 1.15
PLUG N° 1 arrivées importance grise
prêt à mouiller & 10 Kg
d'eau
Liquide prêt à accélérate
Selon bidon
VANDEX l'emploi ur de prise liquide
accélération plastique de 1,4 1,3
QUICKBINDER ou à diluer dans du jaune
souhaitée 1,5 & 10 l
l'eau VANDEX
VANDEX BB75 poudre sac maritime
Mortier mince prêt à Impermé-
gris 4,00 Kg/m² grise ou de 25 ou 50 1,4 1,3
mouiller abilisation
blanc blanche Kg
Traitement bidon
Plastifiant du BB 75 10 litres par sac liquide
ETANFLEX E/B fissure & plastique de 1
pour ETANFLEX E de 25 Kg blanc
reprise 10 litres
GRILLE armature Rouleau 140 x
Prêt à l'emploi pour 31 à 39 g/m² Polyester
TEXTILE CI 50 m² 167dtex
ETANFLEX E
Constitue un mortier chape 2 Kg/mm
VANDEX en mélangeant impermé- d'épaisseur poudre sac
1.8
UNIMORTAR N° 2 3.5 Kg de produit à able & consommation grise de 50 Kg
7 l d'eau résistante mini : 10 Kg
A mélanger à l'eau primaire de bidon
l'Unimortar 250 g/m² de liquide
VANDEX PKB25 (1v d'eau /1v de plastique 1
N° 2 mélange laiteux
PBK 25) de 5 Kg
constitue un mortier
en mélangeant mortier de Suivant poudre sac de
VANDEX CRS 05 2
25 Kg de produit réparation cavités grise 25 Kg
à 3 l d'eau.

Mélanger les deux Pare Epoxy bi- Kit de 1, 5, 25


ETANPRIM SH 800 g/m² 1,1
composants vapeur composant Kg

NOTA : Les produits sont définis dans les fiches techniques qui pourront être communiquées à la
demande.

Janvier 2000 Page 7 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 1
DTU 14.1
I.2.2. Etiquetage

Chaque emballage comporte les inscriptions suivantes, soit directement sur les sacs soit par
l’intermédiaire d’une étiquette adhésive sur les autres conditionnements :
Nom et adresse du fabricant VANDEX,
Désignation du produit,
Numéro de contrôle tamponné sur l’emballage,
Indication sur les conditions d’utilisation,
Instruction sur les conditions de stockage,
Poids net,
Précautions d’emploi,
Logo VANDEX.

I.2.3. Stockage

Les produits en poudre doivent être conservés dans un endroit sec et fermé. La durée de
conservation dans l’emballage d’origine fermé est de 12 mois.
Pour les produits liquides, les durées de conservation sont les suivantes :

VANDEX RAPID 2 ans dans l’emballage d’origine (résiste au gel jusqu’à – 20° C)

VANDEX QUICKBINDER à l’abri du gel et du soleil, 2 ans dans l’emballage d’origine fermé

VANDEX PKB 25 à l’abri du gel, 6 mois en emballage d’origine fermé


température + 5° C à + 35° C, à l’abri du soleil, 6 mois en
ETANFLEX E/B
emballage d’origine fermé.
ETANPRIM SH 12 mois

I.2.4. Fabrication et contrôle

lieu de fabrication : SCHWARZENBEK (Allemagne)


contrôle interne des matières premières et produits finis.
Le contrôle externe est assuré par l’organisme AMTLICHE Materialprüfanstalt für Steine und
Unden 3392 Claustahl – Zeller feld Zehntnerstrasse 2 A
VANDEX a obtenu la certification ISO 900 1

I.2.5. Caractéristiques des produits VANDEX SUPER et PREMIX

I.2.5.1. Composition des produits

Produit minéral composé de sels solubles réactifs, de ciments spéciaux et de matières


inertes.

I.2.5.2. Imperméabilisation

Les produits VANDEX, dont les composants chimiques réagissent avec certains
constituants hydratés du béton d’où résulte une formation de cristaux insolubles et gels
colmatants, rendent le béton imperméable à l’eau, jusqu’à une sous pression de 1,8MPa
(essai CEBTP).
Le coefficient de perméabilité k de la loi de DARCY d’un béton normal traité au VANDEX
n’est pas mesurable même sous forte pression, preuve d’une imperméabilisation parfaite.
I.2.5.3. Perméabilité à la vapeur d’eau – conductivité thermique

Page 8 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 1
DTU 14.1

π perméabilité à la vapeur d’eau.


0,09 facteur de résistance à la diffusion (π en gramme)
µ
π
π
perméance du revêtement d’épaisseur « e »
e

La couche de béton cuvelée au VANDEX est perméable à la vapeur d’eau, la


perméabilité π à la vapeur d’eau selon la loi de FICK est de :

-5 -1 -1 -1
π = 90 10 g.m .h .mmHg
VANDEX Super µ est le facteur
soit µ = 100
-5 -1 -1 -1 de résistance à la
VANDEX Super π = 50 10 g.m .h .mmHg diffusion.
+ Premix soit µ = 180

Pour la couche de béton minéralisée, la conductivité thermique LAMBDA selon la


-1 -1
loi de Fournier est égale λ=1.3 à 1.7 W. m . °C
Perméabilité à la vapeur d’eau de l’ETANPRIM SH (voir schéma 123)
-6 -1 -1. -1
π = (1823 – 0,71 e) 10 mg m . h mmHg avec e en µm

I.2.5.4. Résistance chimique

Le traitement VANDEX améliore légèrement les caractéristiques du béton (côté


cuvelage) dans son aptitude à résister aux produits chimiques : tout Ph d’un milieu
supérieur ou égal à 5,5 n’attaque pas le cuvelage VANDEX (voir article III.4).

Notre laboratoire se tient à votre disposition pour étudier les cas particuliers (voir
résistance aux huiles, hydrocarbures, acides, au chapitre VIII «Habillage et revêtement
sur cuvelage VANDEX ».

I.2.5.5. Dureté superficielle (ou amélioration des caractéristiques du béton)

Le traitement d’une surface par procédé VANDEX augmente sa dureté superficielle et sa


résistance à l’usure : voir essais du CEBTP N° 532.6.336 du 26/01/82 (diminution d’usure
sur éprouvette témoin : 0,21 mm, sur éprouvette traitée en mortier hydrofugé ex. Lanco :
0,17 mm et sur éprouvette traitée en VANDEX : 0,12 mm.
Les caractéristiques mécaniques du béton ne sont pas modifiées.

I.2.5.6. Alcali réaction

Les produits de minéralisation VANDEX SUPER ET PREMIX n’ont pas d’influence vis à
vis de l’alcali réaction voir rapport du LERM N° 95.2380.002.02.A du 23/10/1997.

I.2.6. ETANFLEX E

Revêtement flexible utilisé pour réaliser des pontages souples armés ou non. Il a fait
l’objet de 2 essais au LCPC :

perméabilité étanche jusqu’à 0,3MPa

fissuration instantanée rupture à 2,5 mm

Janvier 2000 Page 9 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 2
DTU 14.1

II. AUTRES PRODUITS UTILISES

II.1. JOINTS DE DILATATION, FISSURES ACTIVES, CALFEUTREMENT

Système ETANLON
Bande néoprène ou hypalon avec adhésif en résine époxy avec pâte 303 ou 660 de chez
DYCKER HOFF MATERIAUX, ETANCOL 492 de chez SPPM,
Bande néoprène en 5 mm d’épaisseur collée à l’aide d’une colle néoprène
Résine acrylique ETANGEL,
Résine polyuréthane de chez SPETEC,
ère
Mastic élastomère 1 catégorie sous label S.N.J.F monocomposant sans primaire sur béton,
Guttaterna G. 139 MC,
Mortier souple type Mastic Ciment 661de chez Lafarge Mortier ou Barramastic de chez MBT,
Bande dilatec

II.2. CONFECTION DE GORGES, OBTURATION DES JOINTS INERTES, CAVITES

Mortier fabriqué sur place composé de (voir DTU 26.1 et 2) :


sable 0,1/3,15 comportant au moins 5 % de fines (conforme au sable pour corps d’enduit
du DTU 26.1) :
ciment Portland CPJ – CEM II A ou II B 30.5.
La composition sera, en poids, de 1 part de ciment pour 3 parts de sable, soit un dosage de 450
Kg de ciment
au m³ de mortier,
Mortier riche : mortier fabriqué sur place composé de :
sable pour corps d’enduit
ciment Portland CPJ – CEM II A ou II B 30.5 ou CPA CEM I 425 dosé à 600 Kg/m³ de
sable sec,
hydrofuge 321 LANKOSEC sec à raison de 250 g pour 50 Kg de ciment
Mortier prêt à gâcher livré en sacs : WEBER et BROUTIN « Mortier SC 102 », CANTILANA-
MAUER référence MCC 431,
Mortier de réparation à base de liant hydraulique et de résine synthétique admis à la marque
NF de classe 3 et ayant subi avec succès le test de tenue à la perméabilité des liquides,

Voir liste des fabrications admises à la marque NF publiée par l’AFNOR.

II.3. SCELLEMENTS, COLLAGE

Liant hydraulique ou synthétique :


produit ayant fait l’objet ETN favorable d’aptitude à l’emploi y compris en immersion,
produit admis à la marque NF et pour les résines synthétiques celles ayant subi la tenue
en immersion,
Petit scellement système Drill/Céramic 6 de chez SPIT.
Collage sur cuvelage VANDEX
Adhésif Tremco PL 400,
Adhésif Gutafix ou Adhéflex de chez GUTTATERNA

Page 10 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 2
DTU 14.1

II.4. ARRET D'EAU, REHOMOGENEISATION DU BETON, RENARD

résines acryliques ETANGEL,


résines polyuréthanes aquaréactives, F 1000 et H 100 de chez SPETEC,
résines époxy,
silicate, bentonite,
hydrofuge : 321 LANKOSEC ou 322 Hygrofuge bleu de LAFARGE MORTIER,
accélérateur de prise type Sika 4 A, Lanko 304, Gunifash rapidex de chez Technique Béton,
bourre de colmatage Starfix T3 de chez TECHNIQUE BETON.

II.5. RETARDATEUR DE SURFACE

Rugasol G de chez SIKA, Techna retard de chez TECHNIQUE BETON, Préco HIV de chez
CHRYSO.

II.6. PROTECTION ANTICORROSION

ETANCIL : résine souple polyuréthane monocomposante résistant aux hydrocarbures


(Rapport d’essais VERITAS du 16 mai 1994)

ETANSOL : résine dure polyuréthane mono composante résistant aux acides


(Rapport d’essais VERITAS du 16 mai 1994.)

Janvier 2000 Page 11 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 3
DTU 14.1

III. DOMAINE ET LIMITATION D'EMPLOI

III.1. DEFINITION

Le cuvelage d'un ouvrage immergé en infrastructure de bâtiment, à l'aide du procédé VANDEX, est
une imperméabilisation réalisée à l'intérieur de l'ouvrage. Ce revêtement pénètre dans le béton
qu'il imperméabilise à l'eau en sous pression. Ce revêtement ne résiste pas à la fissuration de la
structure qui doit être calculée et mise en oeuvre pour avoir une fissuration limitée.

III.2. DOMAINE D'EMPLOI

III.2.1. Rattachement à la législation

Ce cuvelage rentre dans la catégorie des revêtements d'imperméabilisation décrits au DTU


14.1.

Les dispositions prévues dans le DTU 14.1 pour les revêtements d'imperméabilisation
s'appliquent au procédé VANDEX sauf celles prévues dans ce Cahier qui prévalent.

III.2.2. Structure admissible en béton armé ou précontraint

Le béton sera conforme à l'article du DTU 14.1 : « caractéristiques minimales du béton et de


ses constituants »,
La structure béton armé ou précontraint sera calculée suivant l’article du DTU 14.1 : « les
prescriptions particulières concernant les cuvelages avec revêtement d’imperméabilisation »,
Les parois verticales peuvent être en béton banché (DTU 23.1), parois moulées dans le sol ou
panneaux préfabriqués, béton projeté par voie humide ou sèche (berlinoise, lutécienne,
parisienne, pieux jointifs), reprise en sous-œuvre par puits sectionnés, murs épinglés ou
cloués, voile réalisé en tranchée blindée,
Les parois horizontales peuvent être les surfaces d'un radier, la sous-face d'un plafond
(galerie), retour en sous-face et surface d'un plancher.
La cohésion superficielle du béton sera égale ou supérieure à 1MPa.

III.2.3. Locaux nobles

Lorsque l'exploitation des locaux à protéger rend l'intervention ultérieure de l'entreprise de


cuvelage impossible ou quand l'apparition d'une fuite présente un degré de gravité important
(par exemple salle aseptique), il est nécessaire de réaliser des ouvrages complémentaires
permettant la localisation et la réparation des désordres. Par exemple :

galeries techniques visitables périphériques,


faux-plancher en dalles démontables reposant sur le sol par des murettes ou pieds collés
au cuvelage.
trappes de visite dans les cloisons de doublage si possible ventilées.
surélévations de certaines zones (voir § X.11).

Ces dispositions permettent de repérer et réparer les fuites et également la pose des
canalisations dans les vides réalisés.

Page 12 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 3
DTU 14.1

III.3. LIMITES DU PROCEDE

Le procédé VANDEX ne s'applique pas quand l’une des conditions suivantes existe sauf étude
particulière.

Pression d'eau supérieure à 30 m,


NOTA : La pression d'eau, indiquée ci-dessus et dans tout le cahier, est égale à la pression d'eau
utile correspondant à la hauteur d'eau entre le niveau supérieur du radier et le niveau EH.
Température supérieure à 50° C,
Structure non calculée à la fissuration limitée (DTU 14.1),
Trop de fixations,
Structure en maçonnerie,
Milieu trop agressif (voir § III.4),
Zone revêtue d'un revêtement imperméable à la vapeur d'eau, sauf avec interposition du pare
vapeur ETANPRIM SH (voir § VIII.7)
Locaux non ventilés.

III.4. MILIEUX AGRESSIFS

Le procédé VANDEX étant appliqué sur la face intérieure des parois béton, n'est pas soumis
directement à l'agression du milieu. La composition du béton est déterminée suivant l’agression du
milieu par les Normes NF P 18 011 et XPP 18-305. Le système VANDEX est compatible avec
toutes les compositions des bétons de ces normes sauf ceux fabriqués avec des ciments
alumineux ou sur sulfatés.

Janvier 2000 Page 13 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 4
DTU 14.1

IV. MISE HORS D'EAU DE L'OUVRAGE

IV.1. PRINCIPE

Afin de permettre une bonne exécution du cuvelage et d'éviter le délavement des produits
VANDEX avant leur cristallisation en surface, il y a lieu de mettre hors d'eau l'ouvrage. Toutefois,
une humidité (non ruisselante) du béton n'est pas un obstacle à la réalisation de
l'imperméabilisation.

IV.2. RABATTEMENT DE NAPPE AQUIFERE

IV.2.1. Rabattement

La nappe est rabattue au-dessous du point le plus bas du cuvelage. Elle doit être maintenue
en permanence à ce niveau :
pendant tous les travaux de cuvelage et jusqu'à cristallisation des produits VANDEX.
(Voir §. VI.5) ;
jusqu'à ce que l'ouvrage équilibrant la sous-pression ait acquis une masse suffisante et
une résistance évitant la fissuration du support. Ce cas peut être résolu en inondant la
zone cuvelée après cristallisation des produits (voir §. VI.5) en attendant que les
conditions ci-avant soient satisfaites.

IV.2.2. Pompage (schémas n°1, 2,3)

les points de pompage : puisards, puits, pointes filtrantes, seront placés de préférence à
l'extérieur de l'emprise de l'ouvrage. Toutefois, si certains sont dans l'emprise du radier,
leur fermeture pourra être réalisée soit :
à l'aide de tampon métallique étanche (Schéma N° 1) :
le diamètre et la longueur de la crépine sont fonction du type d'ouvrage et la hauteur
du rabattement de nappe;
le tampon étanche est fonction de la pression hydrostatique ;
suivant la technique du schéma N° 2.
Dans le cas de débit important par injection de résine polyuréthane et de ciment (schéma
N° 3).

IV.2.3. Arrêt du rabattement


Lors de la suppression du rabattement de nappe, il est nécessaire de limiter la vitesse de
remontée de l'eau pour éviter toute mise en charge brutale de la structure et créer ainsi des
fissures. Un programme d'arrêt des pompes devra être établi.

IV.3. PAROIS RUISSELANTES

Les eaux de pluie ruisselant sur les parois devront être recueillies au-dessus de l'arase du
cuvelage puis éloignées des parois.
Les eaux percolantes au travers des parois provenant soit :
des eaux de ruissellement,
du non-rabattement de nappe (travail à la sous-pression) ou partiel.
de nappes intermédiaires
doivent être bloquées ou canalisées.

Page 14 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 4
DTU 14.1

IV.3.1. Canalisation des venues d'eau (schéma N° 4)

Les écoulements des grosses venues d'eau seront captés puis éloignés de la paroi par pose
de drains scellés à l'aide d'accélérateur de prise.
Ils permettent de ne pas délaver la paroi et de la décomprimer.
Les eaux sont dérivées vers un puisard puis évacuées par pompage.
La paroi pourra alors être imperméabilisée.
Après cristallisation, soit 8 jours (voir § VI.5), les drains pourront être obturés en partant du
haut vers le bas.

IV.3.2. Blocage des venues d'eau (schéma N° 5)

Elles pourront être bloquées par injection à l'aide de résine acrylique, ETANGEL ou de résine
polyuréthane aquaréactive (voir § II.4).
Les petites venues d'eau pourront être bloquées à l'aide d'accélérateur de prise (schéma N°
5).
Les zones très humides pourront être traitées par application de VANDEX SUPER accéléré
au QUICKBINDER.

Janvier 2000 Page 15 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 5
DTU 14.1

V. SURFACE RECEVANT VANDEX - ETAT ET MISE EN CONFORMITE

V.1. ETAT CONTRACTUEL

Les ouvrages à imperméabiliser doivent être en béton armé ou précontraint monolithe et calculés à
la fissuration limitée (DTU 14.1). Leur état de surface doit être celui d'un parement courant défini à
l'article 5.2 du DTU 21 sauf paroi moulée où il est toléré un parement élémentaire.
Toutefois, s'il est élémentaire, cela ne peut pas nuire à la qualité de l'imperméabilisation mais le
revêtement VANDEX n'améliorera la planéité.
Les paragraphes suivants décrivent des méthodes de réparation permettant de remettre l'état de
surface en conformité avec les DTU ci-dessus.

V.2. SURFACES REVETUES (SCHEMAS N° 6,7,8)

Les surfaces de béton recevant le cuvelage VANDEX sont celles définies par le DTU 14.1 :
toutes les faces internes de l'enveloppe de la partie immergée du bâtiment jusqu'au niveau
"E" ou lorsque l'inondation des locaux est admise (voir § X.12) et réalisée par des orifices
jusqu'au niveau du fil d'eau des orifices : radiers, parois, plafonds.
Les retours et les ouvrages solidaires des retours sur les ouvrages venant en percussion sur
cette enveloppe, sur une largeur (H1, H2) dépendant du niveau "E" de l'eau : voiles,
poteaux, planchers intermédiaires, ouvrages solidaires des retours.

V.3. MISE EN CONFORMITE AVANT APPLICATION DU CUVELAGE

V.3.1. Principe

Le complexe VANDEX sera de préférence appliqué sur le béton brut ; toute recharge (ou
ragréage) sera donc rapportée après l'exécution du cuvelage. Néanmoins, certains défauts
peuvent être repris avant cuvelage par l'entreprise de gros œuvre pour qu'elle puisse mettre
l’état de surface en conformité avec les DTU ou les DPM. Ces travaux peuvent être sous
traités au cuveleur ; ils font l'objet d'un marché complémentaire.

V.3.2. Défauts de planéité

V.3.2.1. Radier et plancher

Les défauts de planéité, de rugosité et d'aspect pourront être annulés :


localement : repiquage, bouchardage, ponçage,
d'ensemble : rabotage, meulage, ponçage,
NOTA : le ponçage est suivi d'un nettoyage à l’eau haute pression pour rouvrir les pores.

Ils pourront également être repris par la réalisation d'un micro-béton armé ou non collé à
la structure à l'aide d'une résine de collage structural admis à la marque NF type béton
frais sur béton durci.

V.3.2.2. Parois et plafonds


localement : repiquage, bouchardage, les balèvres et dés affleurements seront
affleurés par meulage.
d'ensemble : réalisation d'un béton projeté par voie sèche après sablage de la
surface.

Page 16 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 5
DTU 14.1

V.3.3. Défauts de l'épiderme (schémas N° 9, 10, 11)

L'épiderme devra être uniforme et homogène :


Les nids de cailloux ou zones sableuses seront éliminés par repiquage jusqu'au béton
sain.
Les corps étrangers apparents seront également éliminés, tels que : bois, polystyrène,
tubes plastiques, (écarteurs de banches), film de polyéthylène, papier, terre, etc...
Les cavités ainsi réalisées seront obturées de la manière suivante (schémas N° 9 et 10) :
nettoyage et rinçage des surfaces, application d'une couche de VANDEX SUPER
(1kg au m2) en consistance épaisse sur toutes les parois de la cavité, à l'aide d'un
pinceau ou d’une brosse souple;
lorsque le VANDEX SUPER commence "à tirer" (après 5 à 10 minutes à 20° C),
remplir la cavité d'un mortier riche. Dans le cas de travaux souterrains par exemple, à
8° C, il faut attendre 2 heures,
si la cavité est importante, exécuter l'opération en plusieurs fois (schéma N° 11).

V.3.4. Ecarteurs de coffrage

V.3.4.1. Ecarteurs laissés au coulage - Schémas N°12 et 13

Les écarteurs PVC, bois, acier, Fibres-ciment, etc..., devront être chassés ou enlevés par
repiquage.
La cavité obturée par l'entreprise de gros œuvre devra être réalisée de préférence à
l'aide d'un mortier de réparation admis à la marque NF (voir § II.2) et de toute façon en
laissant un retrait de 2 cm.
Les derniers centimètres seront traités par le cuveleur comme une cavité.

V.3.4.2. Ecarteurs récupérables - Schéma N° 14

Ces écarteurs de forme conique sont chassés après coulage et les trous rebouchés à
l'aide de cônes en béton scellés d'une manière étanche, à l'aide d'une résine de collage
admis à la marque NF type béton durci sur béton durci. La mise en oeuvre devra être
conforme aux spécifications du fabricant en respectant les conditions suivantes :
le gros embout sera, de préférence, du côté de la poussée hydrostatique,
l'autre embout sera en retrait de 5 mm minimum.

Les 5 mm seront obturés, après repiquage pour obtenir une profondeur de 1 cm, par le
cuveleur à l'aide d'un mortier de réparation admis à la marque NF (voir § II.2).

V.3.4.3. Talonnette (schémas N° 15 et 25)

Les amorces de murs et poteaux seront :


soit confectionnées sur place : elles auront une épaisseur inférieure à 6 cm et
réalisées avec un bon béton, une bonne adhérence sur le radier (schéma N° 25),
soit réalisées à l'aide de talonnettes préfabriquées : on préférera, dans ce cas,
l'utilisation de plots circulaires en béton (schéma N° 15).

V.3.5. Aciers apparents

V.3.5.1. Ponctuels

Si, ponctuellement, un acier apparaît à la surface du béton, le béton sera alors refouillé,
l'acier mâté de manière à obtenir un enrobage minimum de 1 cm à l'intérieur de la cavité,
puis cette dernière obturée à l'aide d'un mortier de réparation NF (voir § II.2).

Janvier 2000 Page 17 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 5
DTU 14.1
V.3.5.2. Généralisés

Si l'apparition des aciers est généralisée, leur enrobage sera réalisé à l'aide d'un ouvrage
béton adhérent à la structure existante On pourra utiliser les techniques :
de béton projeté par voie sèche pour les voiles ou pour le plafond suivant norme NF
95 102,
le collage de micro-béton à l'aide de résine de collage admis à la marque NF pour le
radier.

V.3.6. Fissures

V.3.6.1. Les différents types de fissures (voir norme NFP 95-103)

Les bétons étant calculés à la fissuration limitée, l'apparition de fissures visibles constitue
un défaut. L'entreprise de gros oeuvre et son bureau d'études devront, dans chaque cas,
en définir l'origine et les classer suivant les deux types suivants :
fissures passives ou « mortes », c'est-à-dire stabilisées. Leurs ouvertures ne
varient plus dans le temps, quelles que soient les conditions de température ou de
sollicitations de l'ouvrage. Ce sont des fissures de déformation dont les forces qui
les ont créées se sont arrêtées ou ont été supprimées (tassement, efforts en phase
intermédiaire, etc...),
fissures actives dont l'amplitude de leur ouverture ou "souffle" varie en fonction des
sollicitations variables.

Pour le premier type de fissures, il y a lieu de vérifier, compte tenu de l'affaiblissement de


la résistance à la flexion du béton au droit de ces fissures, qu'elles ne deviennent pas
actives sous l'action des sollicitations variables.

V.3.6.2. Fissures passives ou mortes

Celles-ci seront assimilées à des joints inertes et traitées comme tel (voir § VI.2).

V.3.6.3. Fissures actives

V.3.6.3.1. Fissures de souffle inférieur à 0,3 mm (schémas N° 16, 17)

Elles seront traitées le plus tard possible de manière à ce que la mise en contrainte
de la structure des zones cuvelées soit proche du maximum.
En partie verticale, plafond, angle rentrant ou radier sur zones non circulées et
pour une pression utile ≤ 8 m, elles seront traitées comme une reprise de
bétonnage puis pontées à l'aide d’ ETANFLEX E (schéma N°16) avec
armature incorporée.
Pour une pression ≥ 8 m un calfeutrement au mortier souple est réalisé avant
le pontage (voir § II.1) (schéma 16).
En zone circulée, réalisation d’une « gorge en creux » de la manière suivante
calfeutrement à l'aide d'un mortier riche qui peut être, si nécessaire,
accéléré au VANDEX RAPID en ménageant un vide continu.
calfeutrement au mortier de finition riche
après séchage, remplissage du vide par injection d’ETANGEL 530.
En cas de venue d'eau : un pré-étanchement peut être nécessaire.

V.3.6.3.2. Fissures de souffle supérieur à 0,3 mm (schéma N° 18)

Elles seront pontées à l'aide de bandes élastomères collées aux résines époxy
(voir § II.I).

Page 18 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 5
DTU 14.1
En zones circulées, les bandes seront encastrées et protégées par un mortier
d'une épaisseur minimale de 2 cm.

En cas de venue d'eau : un pré-étanchement peut être nécessaire.

V.3.6.3.3. Injections de souffle inférieur à 1 mm (schéma N° 19)

En présence d'eau, les fissures pourront être injectées à l'aide de résines


acryliques ETANGEL ou résine polyuréthane (voir § II.1).

V.4. MISE EN CONFORMITE APRES REALISATION DU CUVELAGE VANDEX

Toutes les mises en conformité décrites avant cuvelage peuvent être réalisées après cuvelage et
après accord du cuveleur. Les défauts de planéité et d'aspect pourront être repris après cuvelage,
par réalisation sur le cuvelage d'enduit ou chape en mortier de ciment (voir § VIII.4).
La mise en conformité de la planéité en vue de la mise en oeuvre des revêtements de sol ou
muraux, sera exécutée suivant le § VIII.

Janvier 2000 Page 19 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 6
DTU 14.1

VI. MISE EN OEUVRE SUR PAROIS COULEES EN PLACE OU


PREFABRIQUEES

VI.1. PREPARATION DES SURFACES

Les surfaces seront soigneusement préparées de manière à ouvrir un maximum de capillaires


permettant la pénétration des produits VANDEX. Elles seront débarrassées de la poussière,
laitance non adhérente, de traces de chaux, peinture, de résidus de produit de cure et toute autre
salissure qui modifient les propriétés de mouillage telles que les huiles, graisses, acide gras,
sucres, etc...
Les procédés suivants pourront être utilisés, et seront adaptés à l'état, à la grandeur des surfaces
et à leur localisation (horizontale, verticale, plafond) :
Nettoyeur haute pression à eau froide, à une puissance minimale de 150 bars,
Nettoyeur haute pression à eau chaude (présence de peinture),
Sablage hydropneumatique,
Sablage à sec ou humide,
Canon à eau (pression supérieure à 350 bars),
Grenaillage,
Rabotage, meulage, brosse métallique (manuel ou mécanique),
Décapeuse de sol à languettes de martelage,
Ponçage suivi d'un sablage pour rouvrir les pores,
Retardateur de surface.
On pourra signaler à l'entreprise de gros œuvre une méthode assez commode pour obtenir
directement des surfaces rugueuses régulières et propres exemptes de laitance. On utilise à cet
effet, comme émulsion de démoulage sur les panneaux de coffrage, un retardateur de surface (voir
§ II.5). Après le décoffrage, brossage des laitances superficielles qui disparaissent très facilement.
Il suffira, ensuite, de nettoyer la surface au jet d'eau, de la mouiller à fond et de la nettoyer.
L'élimination des corps gras (huile d'engins) pourra être obtenue par les techniques suivantes :
décapage chimique à l'aide d'un dégraissant non moussant et totalement émulsionnable à
l'eau. L'opération sera suivie d'un rinçage abondant. Ce procédé est efficace si les corps
gras n'ont pas pénétré dans le béton ; sinon l'un des procédés suivants sera utilisé ;
démolition et enlèvement de tout le béton souillé,
décapage thermique à 3000° C (procédé Air Liquide).

NOTA : La préparation des surfaces béton dans les conditions décrites ci-dessus est insuffisante
pour faire apparaître les défauts internes de non-conformité du béton.
Ces opérations de préparation de surface n'ont pour objet que d'optimiser les techniques
d'imperméabilisation mais ne permettent pas de faire ressortir les vices non apparents et non
visitables du béton lui-même.

VI.2. TRAITEMENTS DES JOINTS INERTES

VI.2.1. Définition

Sont considérés comme inerte ::


Les joints de construction qui ne sont soumis à aucun mouvement (compression
permanente),
Les fissures passives (voir § V.3.6.2),
Les reprises de bétonnage répondant aux conditions ci-dessous :

Page 20 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 6
DTU 14.1

Les reprises de bétonnage sont des solutions de continuité dans la mise en oeuvre du béton.
Elles doivent être traitées par l'entreprise de gros œuvre lors du coulage des bétons, (articles
3.6.3 du DTU 23.1 et de l 'article 2.2.3.3 du DTU 21, des articles A.5.3 et A.7.3 du BAEL 91), de
manière à réaliser un monolithisme du béton au droit de ces reprises. La mise en place de
bandes d'arrêt d'eau ou joint hydrogonflant ne dispense pas le respect des DTU sinon les
bandes au lieu d'arrêter l'eau serviraient plutôt de conduites. Les bandes de surface côté terre
seront préférées aux bandes incluses dans l'épaisseur des parois. En l'absence de précision
de la part de l'entreprise de gros oeuvre ou du bureau d'études, le cuveleur considérera
les reprises de bétonnage comme des joints inertes sauf celles indiquées au § VI.3.2.
Elles devront être repérées sur plan (Art. A.7.3 du BAEL 91) par l'entreprise de gros œuvre à
défaut le repérage pourra se faire : par mise en place d'un négatif au droit des reprises ou, au
minimum, repérées sur place.
Un relevé contradictoire des joints inertes devra avoir lieu avant le démarrage des travaux.

VI.2.2. Traitement des joints en "partie plane" (schémas N° 20, 21)

utilisation d'un mortier de réparation


méthode traditionnelle :
marque NF (voir § II.2)
ouverture en V par repiquage,
application d'une couche de ouverture en V par repiquage,
VANDEX SUPER application du primaire d'accrochage
obturation à l'aide d'un mortier obturation à l'aide du mortier
riche

VI.2.3. Traitement des joints en "angle rentrant" (schémas N° 22, 23, 24)

Bouchardage de l'angle sur 5 cm au minimum de part et d'autre de l'arête (schéma N°


22) ou repiquage en cas de présence d'une ségrégation (schéma N° 23).
Application de VANDEX SUPER.
Réalisation d'une gorge arrondie à l'aide d'un mortier riche.
Dans certains cas particuliers, et après accord de la Société "S.P.P.M.", le joint peut être
traité sans gorge saillante (schéma N° 24).

VI.2.4. Cas particuliers de la talonnette (schémas N° 25, 26, 27)

Si elle est incluse dans l'emprise de la gorge, les haut et bas seront traités en angle
rentrant (schéma N° 25).
Si elle est haute, la reprise basse sera traitée en "angle rentrant", la reprise haute en
"partie plane"(schéma N°26).
Les techniques de mise en oeuvre des banches supprimant la talonnette sur toute la
largeur du voile seront préférées. La meilleure technique étant la fixation de plots
circulaires en béton (schéma N° 15)
Dans le cas particulier de la présence d'une cunette périphérique la gorge sera réalisée
suivant le schéma N° 27.

VI.2.5. Traitement des joints inertes par continuité

VI.2.5.1. Sans acier (schémas N° 28, 29)

Lorsqu'un retour est coulé sans liaison sur l'enveloppe (joint sec) la jonction sera traitée
soit comme un joint inerte en "angle rentrant" (cas d'une compression permanente,
sinon il sera considéré comme un joint actif), schéma N° 28
soit par continuité de l'imperméabilisation exécutée avant le retour, schéma N° 29.

Janvier 2000 Page 21 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 6
DTU 14.1
VI.2.5.2. Avec acier - schéma N° 30

L'enveloppe est traitée par continuité de l'imperméabilisation. Des bagues étanches


seront réalisées autour des aciers en attente (voir § IX.4) ou les aciers de reprise seront
scellés après exécution du cuvelage suivant les § IX.1 et IX. 2 "Scellements".

VI.2.6. Joints de pré-dalles - schémas N° 31,32, 32 Bis, 33, 34

La réalisation de plancher à l'aide de pré-dalles reposant sur les voiles périphériques exige les
dispositions suivantes :
Les joints entre pré-dalles seront traités comme une reprise de bétonnage. L'ouverture en
V sera exécutée jusqu'à la dalle de compression (schéma N° 31).
Le repos de la pré-dalle sur les poutres ou voiles venant en percussion sur l'enveloppe
extérieure devra être nul sur la largeur du retour du cuvelage sinon il devra être cassé
(schéma N° 32). On appréciera un dépassement de la bande de clavage de part et
d'autre de la poutre (schéma 32 Bis).
Le repos de la pré-dalle sur l'enveloppe extérieure sera assimilé à un joint inerte
(schémas N° 33 et 34).
Le plan de reprise horizontal entre la pré-dalle et la dalle de compression devra assurer,
sur la longueur H1, la même perte de charge que le béton courant. Pour cela, l’entreprise
de gros œuvre respectera les règles suivantes :

reconstituer le monolithisme entre la pré-dalle et la dalle de compression en


respectant l’article A.5.3.3 du BAEL,
assurer l’adhérence de la dalle de compression sur la pré-dalle, pour cela il faut
respecter le dernier alinéa de l’article 2,233 du DTU 21, notamment l’obtention d’une
surface rugueuse et l’exécution d’une humidification. L’utilisation d’une résine de
collage admise à la marque NF, en variante de l’humidification, sera appréciée.

VI.3. TRAITEMENT DES JOINTS ACTIFS

VI.3.1. Définition

On distingue deux types de joints actifs :


ceux correspondant à des reprises de bétonnage actives (voir § VI.2.1),
ceux de fonctionnement de l'ouvrage. Dans ce cas ils sont prévus pour permettre des
déplacements relatifs. Ils doivent être précisés dans les D.P.M. Leur emplacement et le
tracé doivent être étudiés de manière à en limiter le linéaire et faciliter leur traitement
(voir article X.4).
Le traitement des joints actifs nécessite parfois l'utilisation d'adhésifs, ce qui impose dans
ce cas une surface sèche. L'incorporation de bandes d'arrêt d'eau ou joint hydrogonflant
au gros œuvre facilite l'obtention de cette surface sèche et l'entretien du joint. Ces
procédés devront bénéficier d'une ETN favorable.
Le mode de traitement des joints actifs dépend des déplacements qu'ils doivent subir et de
la pression hydrostatique qu'ils doivent reprendre.
Ces joints seront traités par pontage souple. La longueur de développé de la lyre (pli
d'aisance) correspondra à la valeur absolue des déplacements maximaux.
S'ils sont soumis à une circulation, ils recevront une protection mécanique. En cas de
circulation piétonne la bande hypalon armé peut éventuellement rester apparente.

Page 22 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 6
DTU 14.1

VI.3.2. Reprises de bétonnage actives avec présence d'acier de couture (schémas N° 35, 36)

Les reprises de bétonnage actives devront être clairement indiquées par l'entreprise de gros
oeuvre (voir § VI.2.1). Toutefois, deux cas seront considérés comme créant des reprises
actives :
bande de clavetage. Sur les radiers de grande surface, des bandes de clavetage
peuvent être réalisées pour diminuer les fissures de retrait. Ces bandes seront coulées
au moins 1 mois après le radier et à 3 cm sous le nu du radier. Sa largeur devra être
suffisante pour permettre à l'entreprise de gros oeuvre de repiquer correctement les
faces de reprises de bétonnage. Le traitement de cette bande sera exécuté suivant le
schéma N° 35.
radier coulé en rénovation dans une ancienne structure. La liaison radier voile sera
considérée comme active (schéma N° 36).Ces reprises seront traitées comme des
fissures actives à souffle inférieur à 0,3 mm (voir § V.3.6.3.1). Pour que ce souffle reste
inférieur à 0,3 mm l'entreprise de gros oeuvre doit respecter les réglementations
suivantes : DTU 21 article 2.2.3.3., DTU 23 article 3.6.3, BAEL 91 article A.5.3 et A.7.3.

VI.3.3. Joints de fonctionnement de l'ouvrage (schémas N° 37, 38)

On utilise des bandes élastomères collées à l'aide d'une résine époxy. La jonction de deux
bandes se réalise par recouvrement de 5 cm minimum. L'étanchéité de cette jonction est
assurée soit par collage à l'aide de la même résine époxy soit par thermosoudure.

Le système est réalisé soit :


en encastré pour les zones circulées ou pour des pressions supérieures à 8 m d’eau -
(schéma N° 37) avec en plus une tôle métallique de renfort insérée entre la bande et le
mortier de protection.
en apparent avec, si nécessaire, une protection aluminium au droit du pli d'aisance -
(schéma N° 38)
Les bandes élastomères suivantes conviennent :

Système ETANLON:
Bande hypalon non armé en 10,15, 20 cm de large et 1 ou 2 mm d'épaisseur collée au
béton à l'aide de la résine époxy ETANCOL 492.
Bande Néoprène de 5 mm d'épaisseur à bord chanfreiné, collée au béton à l'aide
d'une colle Néoprène, fortement résistante à l'usure permettant, sans protection, la
circulation voiture VL
Bande néoprène ou Hypalon sur adhésif en résine époxy (voir § II.1).

VI.4. APPLICATION DU REVETEMENT EN PARTIE COURANTE

VI.4.1. Arrosage préliminaire de la surface

Il est essentiel d'arroser abondamment la surface. Dans le cas de bétons anciens ou en climat
chaud, cette opération doit être répétée plusieurs fois, si possible la veille de l’application du
VANDEX.

VI.4.2. Hygrométrie du béton

Le béton sera saturé mais sans ruissellement ni condensation : la surface doit être juste
humide, mais non trempée, (immédiatement avant le traitement passer la main qui ne doit pas
devenir mouillée).
Enlever l'excédent d'eau à l'éponge ou par aspiration.

Janvier 2000 Page 23 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 6
DTU 14.1

VI.4.3. Mélange

Faire une barbotine de VANDEX à raison de 2 volumes de produit pour 1 volume d'eau.
Ce mélange est valable aussi bien pour le VANDEX SUPER que pour le PREMIX. L'eau doit
être ajoutée au produit (et non l'inverse) tout en mélangeant.
Le mélange doit avoir la consistance d'un coulis de ciment (si nécessaire augmenter
légèrement la quantité d'eau).
Préparer une quantité correspondant à environ 15 minutes d'utilisation.
Ne pas ajouter d'eau lorsque le mélange commence à prendre. Agiter régulièrement pendant
l'application.

VI.4.4. Application manuelle en parties verticales et en plafond

VI.4.4.1. Première couche VANDEX SUPER 0,750 kg/m²

Appliquer cette couche avec une brosse à poils longs et souples. Si le mélange coule le
long du mur, le mélange est trop liquide.

VI.4.4.2. Deuxième couche VANDEX PREMIX 1 kg/m²

Passer la deuxième couche alors que la première commence "à tirer" (normalement 15
à 30 minutes à 20° C). Si l'application de la deuxième couche a lieu plus tard, il faut
arroser la première couche avec précaution avant cette seconde application.

VI.4.5. Application mécanique en parties verticales et en plafond

L'application du VANDEX peut être projetée :

à l'aide de sablon,
par voie humide,
par voie sèche.

Ce type de mise en oeuvre est recommandé sur des surfaces béton à aspect accidenté tels
qu'une paroi moulée ou béton projeté.

VI.4.6. Application en surfaces horizontales

Une seule couche de VANDEX SUPER de 1 kg/m² est nécessaire. L'application se fait au
balai à poils souples.

VI.4.7. Règles de substitution

La première couche de VANDEX peut être indifféremment du VANDEX SUPER GRIS,


SUPER BLANC, CONCRETE GREY. La deuxième couche prévue pour les parties verticales
et plafond peut être quelle que soit la première couche, du VANDEX PREMIX GRIS OU
BLANC à raison de 1 Kg/m² ou du VANDEX SUPER GRIS, VANDEX SUPER BLANC,
CONCRETE GREY à raison de 0,75 Kg/m².

VI.4.8. Protection mécanique

Le complexe VANDEX n'a pas besoin de protection mécanique pour des utilisations qui ne
dégradent pas le béton. En effet, l'imperméabilisation est assurée dans la couche superficielle
du béton et le VANDEX concourt à accroître la résistance à l'usure de ce dernier, toutefois, il
peut recevoir certains revêtements (voir chapitre VIII).

Page 24 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 6
DTU 14.1
VI.4.9. Précautions pendant et après l'application de VANDEX

Le VANDEX ne doit pas être appliqué dans les conditions suivantes :


par temps de pluie ou menace de pluie qui délaverait les produits fraîchement
appliqués,
par soleil et vent violent,
par des températures inférieures à + 5°C ou supérieures à + 35° C pendant
l’application et les 5 jours qui suivent.

VI.4.10. Application d’un pare vapeur – Schémas N° 122, 123.

a) Préparation de surface

Après cristallisation du VANDEX, soit 14 jours, on effectue un léger grenaillage du support


pour éliminer les particules inertes du VANDEX restées en surface.

b) Mise en oeuvre du pare vapeur ETANPRIM SH (voir CCT N° 51 qui a fait l’objet d’un
rapport SOCOTEC N° DX 1869).

VI.5. PERIODE D'ATTENTE AVANT UTILISATION DES SURFACES TRAITEES

Circulation piétonne : 12 heures


Circulation de chantier : sous des conditions normales, la couche superficielle de VANDEX
atteindra sa dureté maximale en 14 jours.
Arrêt du rabattement de nappe :
sans inondation des ouvrages............ 8 jours
avec inondation des ouvrages............ 72 heures
Recouvrement par revêtement à base de liant hydraulique :
sur le VANDEX frais,
ultérieurement avec ré humidification (voir chapitre VIII).
Recouvrement par peinture : 14 jours (voir chapitre VIII).

Janvier 2000 Page 25 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 7
DTU 14.1

VII. MISE EN OEUVRE SUR PAROIS PARTICULIERES

VII.1. PAROIS MOULEES

VII.1.1. Préparation des surfaces

La paroi devra être conforme au DTU 14.1.


Après le repiquage des hors profils et mise en conformité (§ V.3) la préparation des surfaces
consistera à éliminer la boue, la bentonite et faire apparaître un béton cohérent.

VII.1.2. Traitement des joints verticaux

VII.1.2.1. Joints entre plots limités par des tubes (schémas N° 39, 40)

Ils seront considérés comme actifs et seront traités toute hauteur (prévoir des
réservations 30 X 30 cm au travers des planchers pour assurer la continuité du
pontage)
Après ouverture du joint avec élimination du béton dégradé, souillé de terre, puis re
profilage, la continuité du cuvelage sera assurée :
par pontage à l'aide de ETANFLEX E armé, si le radier et le plancher sont liés à
l'aide d'acier avec la paroi moulée et la hauteur entre planchers est inférieure à 3
m (Schéma N° 39), le traitement sera réalisé après exécution des planchers,
détente des câbles et dépose des butons.
par pontage par bandes hypalon ou Néoprène collées à la pâte époxy (schéma N°
40) dans les autres cas et surtout dans le cas où le joint serait situé au droit d'un
joint de structure, la bande sera retournée sur 20 cm sur le radier ancré ou sur la
bande horizontale sur radier indépendant.

VII.1.2.2. Joints comportant une bande d'arrêt d'eau (BAE) - schéma N° 41

La bande d'arrêt d'eau et son coffrage permettent d'obtenir un joint :


rectiligne,
un béton de meilleure qualité sans zone faible,
la présence de la BAE facilite son traitement. Il sera réalisé d'une manière
identique au précédent, mais sa préparation sera simplifiée.

VII.1.3. Traitement liaison radier/paroi

VII.1.3.1. Radier ancré dans la paroi - schéma N° 42

La liaison est une reprise de bétonnage active avec présence d'acier de couture tel que
défini au paragraphe VI.3.2. Ces reprises seront traitées comme des fissures à faible
amplitude (voir § V.3.6.3.1).
Pour assurer cette faible amplitude, l'entreprise de gros oeuvre doit évidemment
respecter les DTU la concernant ainsi que le BAEL 91 notamment : DTU 21 article
2.2.3.3, DTU 23.1 article 3.6.3, BAEL 91 article A.5.3 et A.7.3.

VII.1.3.2. Radier indépendant de la paroi - schéma N° 43

La jonction est une fissure active et sera traitée avec une bande hypalon ou néoprène
collée à l'aide d'une résine époxy.

Page 26 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 7
DTU 14.1
VII.1.4. Traitement liaison plancher ou voile/paroi

VII.1.4.1. Paroi traitée avant exécution du plancher ou voile (schémas N° 44, 45, 46, 47)

plancher ou voile non ancré dans la paroi : le cuvelage sera réalisé par continuité
avant exécution du plancher, schéma N° 44 ;
plancher ou voile ancré à l'aide d'aciers scellés (voir § IX) : le cuvelage sera réalisé
par continuité avant exécution du plancher et avant le scellement des aciers,
schéma N° 45 ; L'attention de l'entreprise de gros œuvre est attirée sur le fait
qu’elle doit dans ce cas assurer l'étanchéité au droit des scellements (voir § IX.2)
et ne pas percer la bande d'arrêt d'eau incorporée dans la paroi et le pontage du
joint (schéma N° 46).
plancher ou voile ancré à l'aide d'aciers en attente dans la paroi : des bagues
étanches seront réalisées autour de chaque acier puis le cuvelage sera réalisé par
continuité, schéma N° 47 (cette technique ne peut être réalisée que
ponctuellement).

VII.1.4.2. Paroi traitée après exécution du plancher ou voile (schémas N° 48, 49)

plancher ou voile ancré dans la paroi : la liaison est inerte, réalisation d'une gorge
en mortier, schéma N° 48 ;
plancher ou voile non ancré : la jonction est une fissure active et sera traitée avec
une bande hypalon, schéma N° 49.

VII.1.5. Tirant d'ancrage (schémas N° 50, 51, 52, 53, 54)

Ils seront conformes aux recommandations T.A 86. On distingue les tirants définitifs
visitables (schémas N° 50, 51), définitif condamné (schéma N° 52) et les tirants provisoires
(schémas N° 53,54).
Les bagues étanches seront réalisées à l'aide de mortier de scellement (voir § II.3),
Les mortiers de réparation devront être conformes au § II.2.

VII.1.6. Butons - schémas N° 55, 56, 57

L'appui sur voile se fait généralement par l'intermédiaire d'un corbeau béton ou acier
qui sera déposé. Les aciers de fixation seront sectionnés 2 cm en retrait puis obturés
comme une cavité (voir §V3.3).
L'appui sur radier : le buton traverse généralement le radier et se fiche en terre ou
dans un bloc béton. Le radier sera largement dégagé autour du buton, ce dernier sera
sectionné sous le niveau du radier (s'il est en acier, il pourra, toutefois, s'arrêter à 10
cm de la surface du radier). Le radier sera reconstitué (béton, acier) et s'arrêtera à 3
cm en retrait du brut. Le cuvelage sera alors réalisé suivant schéma N° 57.

VII.2. PAROIS REALISEES EN BETON PROJETE

VII.2.1. Paroi berlinoise - schéma N° 58

Le béton est réalisé par projection entre profilés en acier. Le bétonnage est réalisé à
l'avancement des terrassements par passes de 1,50 à 2,50 ml suivant la nature des terrains.
Préparation des surfaces :
Mise en conformité par l'entreprise de gros oeuvre en purgeant par repiquage les
zones souillées de terre et reconstitution par projection de béton ou à l'aide de produit
de réparation du béton (voir § V.3).

Janvier 2000 Page 27 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 7
DTU 14.1
Les tirants seront traités comme au paragraphe VII.1.5 et les butons seront réalisés comme en
paroi moulée et traités suivant le paragraphe VII.1.6.

VII.5. PAROI PREFABRIQUEE - SCHEMAS N° 65, 66, 67

les parties courantes seront traitées comme sur un voile béton,


le traitement des joints sera réalisé suivant les schémas N° 65, 66, 67.

VII.6. AUTRES TECHNIQUES DE MISE EN OEUVRE DU BETON

La structure peut être constituée d'une combinaison des parois précédentes. Tout autre type de
structure devra faire l'objet d'une étude particulière auprès de SPPM.

VII.7. REVETEMENT MIXTE

Le revêtement mixte se distingue généralement par un traitement différent entre le radier et les
parois verticales. Toutefois, le traitement peut être modifié en parties courantes suivant les
mêmes principes. On distingue :

VII.7.1. Cuvelage mortier - Procédé VANDEX schéma N° 68

C'est le recouvrement du cuvelage VANDEX par le cuvelage mortier ou inversement sur une
bande d'au moins 20 cm de large qui assure le raccordement.

VII.7.2. Cuvelage enduit mince - Procédé VANDEX schéma N° 69

Même principe que le cuvelage mortier, pour le cuvelage par enduit mince voir CC4.

VII.7.3. Cuvelage résine - schéma N° 70

Dans ce cas la résine recouvre la minéralisation sur 20 cm.

VII.8. CUVELAGE MIXTE

VII.8.1. Revêtement d'imperméabilisation en paroi/radier drainant (schéma N° 71)

Le VANDEX sera retourné au sol suivant la longueur H1 sauf si la paroi a été cuvelée dans
l'épaisseur du radier avant son exécution.
Les joints verticaux seront réalisés en technique drainante ; pour les joints des parois
modulées on pourra utiliser des techniques de drainage type drains Aliva.

VII.8.2. Structure relativement étanche en parois/revêtement d'imperméabilisation en radier


( schémas N° 72, 73)

Le cuvelage du radier sera remonté sur une hauteur H2 en paroi.


Les joints de parois moulées seront traités :
soit toute hauteur (jusqu'au niveau E) avec une minéralisation sur 1 m de part et
d'autre du joint dans le cas des parois moulées, tubées ou avec bande d'arrêt d'eau
(schéma N° 72).
soit sur la hauteur de la remontée H2 dans le cas d'une paroi avec bande d'arrêt
d'eau, complété par une injection de résine acrylique de liaison entre la bande d'arrêt
d'eau et le pontage du joint schéma N° 73).

Janvier 2000 Page 29 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 7
DTU 14.1
VII.8.3. Revêtement d'étanchéité en radier/imperméabilisation en voile schéma N° 74

Un profil PVC sera scellé à la périphérie de l'ouvrage dans la paroi à l'aide d'un mortier
de scellement (voir § II.3)
La membrane PVC sera soudée sur le profil. Elle comportera un compartimentage
périphérique et un recoupage transversal pour obtenir des compartiments inférieurs à
300 m² qui seront munis d’au moins 5 pipettes d'injection.
Le PVC conforme au fascicule 67 Titre III sera mis en oeuvre suivant le cahier des
Clauses Techniques du fournisseur et aura fait l'objet d'une ETN après avis favorable.
Les joints de parois moulées seront pontés à l'aide d'une bande DILATEC qui sera
soudée sur le profil encastré.
La paroi moulée y compris l'emprise du radier, sera imperméabilisée.
Les aciers de reprise du radier seront scellés dans les parois (voir § VII.1.4.1 et
schémas N° 45 et 46) à l'aide d'un produit de scellement admis à la marque NF (voir §
II.3).

Page 30 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 8
DTU 14.1

VIII. OUVRAGE, HABILLAGE, REVETEMENT SUR CUVELAGE VANDEX

VIII.1. PRINCIPE

Le cuvelage par procédé VANDEX peut être recouvert par un ouvrage complémentaire (qui
peut être un habillage, un revêtement ou une peinture) s’il respecte les conditions suivantes
associées à l’usage des locaux.
NOTA : La préparation du béton imperméabilisé, pour faciliter l'accrochage de l'ouvrage
complémentaire, ne devra pas dégrader le cuvelage et devra se limiter au maximum à la
surface du béton. L’opération consiste à enlever la couche superficielle de produit VANDEX
restée en surface du béton..

Ces prestations, à la charge de l'entreprise mettant en oeuvre l'ouvrage recouvrant le VANDEX,


doivent être réalisées en accord avec le cuveleur (exemple de préparation donnant satisfaction
: léger grenaillage).

VIII.1.1. Contrôle et localisation des fuites

L'ouvrage devra permettre le contrôle du cuvelage, donc la localisation des fuites comme
réclamé au DTU 14.1 et § VI.6.

VIII.1.1.1. Ouvrage adhérent

Cette condition sera respectée si l'ouvrage rapporté possède les deux propriétés
suivantes :
parfaitement adhérent au cuvelage,
une structure suffisamment fermée pour ne pas permettre le cheminement de
l'eau dans son plan

VIII.1.1.2. Ouvrage indépendant

Il devra comporter des parties amovibles (trappes de visite) pour la localisation des
fuites et posséder si possible un vide d'air ventilé.

VIII.1.2. Entretien et réparation du cuvelage

L'ouvrage complémentaire devra permettre l’entretien et la réparation des fuites du cuvelage


comme réclamé à au DTU 14.1 et § VI.6.
L'ouvrage complémentaire devra :
pouvoir être détruit localement et reconstitué au droit des fuites s'il est adhérent,
pouvoir être déposé sans difficulté s'il est indépendant.

VIII.1.3. Transmission de l'humidité

L'ouvrage devra être capable de transmettre l'humidité ascendante sans altération et sans
rupture du plan de collage.
Lors d'une fuite locale, l'eau doit pouvoir remonter en surface de l'ouvrage, sans l'altérer.

VIII.1.4. Perméabilité à la vapeur d'eau

Il devra également permettre le passage de la vapeur d'eau sans altération, sans rupture du
plan de collage (pas de cloques).

Janvier 2000 Page 31 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 8
DTU 14.1
Rappel de la perméabilité du VANDEX :

au sol π = 90 10¯5 g/m.heure.mmHg soit µ = 100


en voile π = 50 10 ¯5 g/m.heure.mmHg soit µ = 180

La perméabilité à la vapeur d’eau des ouvrages adhérents devra être compatible avec le
cuvelage en place (voir § I.2.5.3). Toutefois si on associe au revêtement de cuvelage le pare
vapeur ETANPRIM SH (voir § VI.4.10 et VIII.7) des revêtements imperméables à la vapeur
d’eau (sols souples, sol résine, etc.…) ou sensibles (parquet), peuvent être mis en œuvre
sur le cuvelage.

VIII.1.5. Agressivité du cuvelage VANDEX

L'ouvrage devra être compatible avec la basicité du VANDEX :


le complexe VANDEX a un pH = 12,
le pH peut être ramené à 9 de la manière suivante :
attendre deux semaines après traitement au VANDEX,
pulvériser une solution d'acide chlorhydrique à une concentration de 32 % (20
degrés Baumé),
laisser sécher,
rincer soigneusement toutes les surfaces à l'eau.

VIII.2. REVETEMENT ANTICORROSION

VIII.2.1. Protection aux huiles

Dans certains cas, les ouvrages en béton peuvent être protégés de la pénétration des
huiles. Des traitements particuliers complémentaires consistent en l'application en sus du
complexe VANDEX standard de 2 couches de peinture époxy en solution aqueuse ou résine
polyuréthane.
Il convient à chaque fois de faire une étude particulière en fonction de la nature des huiles.

VIII.2.2. Protection au fuel

Le cuvelage VANDEX peut recevoir localement une protection au fuel (bac de rétention
occasionnel) à base de résine époxy ou polyuréthane (consulter SPPM), schéma N° 117 et
§ X.9.

VIII.2.3. Protection aux acides

Le cuvelage VANDEX peut recevoir localement une protection aux acides (local batterie), à
base de résine époxy ou polyuréthane (consulter SPPM).

VIII.2.4. Agressivité particulière

Consulter SPPM en précisant la nature chimique du produit, sa concentration, son état


(liquide, solide, gazeux), sa température, la durée de son action.

VIII.3. PEINTURE ET REVETEMENT D'ESTHETIQUE

VIII.3.1. Produits de cuvelage VANDEX

Les VANDEX SUPER et PREMIX réagissent en fonction de la porosité du béton.

Page 32 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 8
DTU 14.1
Sur des bétons hétérogènes, il peut apparaître, avec le SUPER GRIS et le PREMIX GRIS,
des différences de teintes qui peuvent être atténuées par l'utilisation de :
VANDEX BLANC : teinte blanc gris,
VANDEX CONCRETE GREY de teinte gris bleu qui ne se modifie pas dans le temps
(ou de manière uniforme),
Ces produits peuvent venir soit en remplacement du VANDEX SUPER et PREMIX, soit en
couche supplémentaire.

VIII.3.2. Murs et plafonds

Il convient d'utiliser des peintures micro-poreuses telles que :


peinture minérale type SETALIET de chez AKZO NOBEL (SIKKENS).
pliolite (copolymère acrylique),
acrylique type Murfill, Paracem de chez MATHYS.

Tous les revêtements plastifiés imperméables à la vapeur d'eau sont à proscrire.


Pour l'amélioration de la planéité et de l'épiderme (bullage) et obtenir un état de surface
compatible avec la peinture, il faudra utiliser des produits de ragréage perméables à la
vapeur d'eau à base :
de liant hydraulique,
de résine aqueuse.

VIII.3.3. Sols

Il convient de recourir à des peintures de sol micro poreuses telles que des peintures
époxy en solution aqueuse (RM 616 de chez DYCKER HOFF MATERIAUX, Solbat FX05 et
02 de chez PROTEBAT, Epovic AS 04 de chez JANVIC, Mastertop 1110 de chez MBT).

VIII.4. CHAPE ET ENDUIT AU MORTIER DE LIANT HYDRAULIQUE


TRADITIONNEL

VIII.4.1. Principe

Pour des raisons d'esthétique ou techniques :


radier : mauvaise planéité, forme de pente, antidérapant (chapes à chevrons sur
rampe), protection (chasse-roue, chape d'usure),
voile : mauvaise planéité (paroi moulée, béton projeté). Locaux techniques
comprenant de nombreux percements. Ils seront exécutés conformément au DTU
26.1 et 26.2 respectivement pour enduit et chape adhérents avec les prescriptions
complémentaires suivantes :

VIII.4.2. Enduit

VIII.4.2.1. Exécution de l'enduit après mise en oeuvre du VANDEX

Il sera exécuté suivant les dispositions du chapitre 6 du DTU 26.1 avec les
modifications suivantes

Préparation des surfaces


on vérifiera l'adhérence de la pellicule de VANDEX, en cas de mauvaise
adhérence, la déposer suivant les prescriptions du § VIII.1 - principe,
humidifier le cuvelage VANDEX

Janvier 2000 Page 33 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 8
DTU 14.1

Accrochage
Réaliser un gobetis d'accrochage comme prévu à l'article 5.1 du DTU 26.1. Un produit
d'accrochage peut être incorporé ; dans ce cas respecter l'article 2.4.2.

Enduit : on distingue :
l'enduit de dressement qui sera réalisé conformément à l'article 6,12 du DTU
26.1,
les enduits décoratifs (article 6.2). Ils seront réalisés exclusivement à l'aide de
mortier de ciment classe 45 ou 35 (tableau II - DTU 26.1).

VIII.4.2.2. Exécution d'un gobetis dans le VANDEX frais

On peut réaliser un gobetis identique au précédant directement dans le VANDEX


frais, l'enduit étant alors réalisé comme ci-dessus.

VIII.4.3. Chapes et dalles

les chapes rapportées adhérentes seront, de préférence, exécutées sur le VANDEX


frais à l'avancement, sinon après mouillage et utilisation d'une résine aqueuse
d'accrochage ;
la surface du béton sera, de préférence, rabotée avant l'exécution du cuvelage ;
si elles sont destinées à réaliser des formes de pentes, elles seront monolithiques et
adhérentes ;
des dalles adhérentes peuvent être exécutées localement pour :
constituer des massifs recevant des machines,
permettre des fixations (cuvettes d'ascenseurs),
réaliser des besaces supérieures à 3 cm (regards, fosses) ;
des dalles flottantes peuvent être réalisées localement pour constituer des socles anti-
vibratiles ;
des ravoirages incorporant des canalisations peuvent être réalisés dans des caniveaux.
Ils seront exécutés en sable pour permettre son évacuation en cas de fuite.

VIII.5. CHAPE ET ENDUIT MINCES A BASE DE LIANT HYDRAULIQUE

VIII.5.1. Produits SPPM

Des chapes minces peuvent être réalisées à l'aide de VANDEX UNIMORTAR N° 2 sur
primaire VANDEX PKB 25 ou type ETANTOP voir CCT N° 4 « cuvelage par revêtement
mince ».

VIII.5.2. PRODUIT EPOXY CIMENT

Les chapes minces en époxy ciment sont compatibles avec le VANDEX.

VIII.5.3. Autres produits

Matériaux non traditionnels faisant l'objet d'un cahier des clauses techniques examiné par un
contrôleur technique. Des essais d'adhérence, doit avoir lieu avant mise en oeuvre sur le
complexe VANDEX.

Page 34 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 8
DTU 14.1

VIII.6. REVETEMENT TECHNIQUE

VIII.6.1. Revêtement de sol scellé (DTU 52.1)

L'imperméabilisation ne pourra être recouverte par un revêtement de sol scellé que si ce


dernier repose directement par l'intermédiaire d'un mortier de scellement.
Le mortier de scellement sera en mortier de ciment dosé au minimum à 300 Kg de ciment/
m³.
L'incorporation de canalisations ou de conduits dans le mortier de pose est proscrite.
Le coulis pour joint sera confectionné à l'aide de mortier de ciment (la chaux est à proscrire)
et sera conforme à l'art. 5.61 du DTU 52.1.

VIII.6.2. Revêtements muraux scellés (DTU 55)

Le cuvelage pourra être recouvert par des revêtements muraux scellés. Les mortiers de
pose seront en mortier de ciment en choisissant le dosage en ciment le plus élevé autorisé.
Le coulis pour joint sera conforme à l'art. 3,183 du DTU 55 ; si d'autres matériaux sont
utilisés, ils devront être perméables à la vapeur d'eau et faire l'objet d'un accord de la
Société SPPM.
Le gobetis d'accrochage prévu à l'art. 3,201 du DTU 55 sera en mortier de ciment dosé à
400 kg par m ³ de sable sec et exécuté de préférence par le cuveleur sur le VANDEX frais.
Sinon, le VANDEX sera abondamment humidifié avant l'exécution du gobetis.
L'incorporation de canalisations dans le mortier de pose est à éviter ou faire l'objet d'une
étude.

VIII.6.3. Revêtements collés (avis technique)

Il sera utilisé des mortiers colles à liant hydraulique, comme par exemple SUPER Karocol
AD de chez PCN, Cermidur System et Cermiplus de chez Desvres qui ont donné des
résultats satisfaisants à l’issue d’essais en laboratoire..

VIII.6.4. Revêtements coulés

Des revêtements de sol coulés perméables à la vapeur d'eau peuvent être appliqués comme
les revêtements en mortier de latex Néoprène et mortier acrylique de la Société DEX-O-TEX
(applicateur Société ETANDEX).

VIII.6.5. Autres types de revêtements

Des revêtements spéciaux perméables à la vapeur d'eau peuvent être appliqués sur le
revêtement VANDEX et doivent faire l'objet d'une étude particulière par SPPM.

VIII.7. REVETEMENTS IMPERMEABLES OU SENSIBLES A LA VAPEUR D’EAU.


(voir § VI.4.10 et VIII.1.4)

La mise en œuvre de revêtement de sol imperméable ou sensible à la vapeur d’eau, sur des
supports minéralisés, exige la mise en place d’un film pare vapeur.
Cette exigence est rappelée dans les articles suivant des DTU des revêtements de sol.

DTU 51.1 parquets massifs et contre collés art 3,121


DTU 51.2 parquets collés, art 6.2.6
DTU 53.1 revêtements de sols textiles art 4,114
DTU 53.2 revêtements de sols plastiques collés, art 4,114

Janvier 2000 Page 35 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 8
DTU 14.1
Le pare vapeur ETANPRIM SH appliqué suivant le § VI.4.10 et le CCT N° 51 permet la pose
des revêtements décrits ci-dessus.

NOTA
Des sols coulés en résine ou de revêtement de sol synthétique peuvent de la même manière
être appliqués sur le cuvelage. La perméance du pare vapeur ETANPRIM SH (§ I.2.5.3 et
schéma 123) devra être inférieure à celle du revêtement de sol (consulter SPPM).

VIII.8. REVETEMENT INDEPENDANT


VIII.8.1. Faux planchers
Des faux planchers démontables peuvent être posés. Les supports pourront être, par
exemple, des vérins fixés au sol par collage ou des murets en maçonnerie. Il est conseillé de
ventiler le sous-plancher de manière similaire aux cloisons de doublage (voir § VIII.8.2)..
VIII.8.2. Cloisons de doublage (schémas 124, 125, 126)
1/ - Conception :
Des cloisons de doublage peuvent être posées devant des parois cuvelées si elles
respectent les conditions suivantes :
a/ être écartées de la paroi d’au moins 20 cm pour permettre le passage d’un faisceau
lumineux et le bras de l’homme,
b/ comporter des trappes amovibles aux caractéristiques suivantes pour visiter le cuvelage
et entretenir la cunette :
sections minimales 60 cm x 60 cm,
écartement tous les 6 m maximum,
placées si possible au droit des joints de paroi moulée, reprises de bétonnage, joint
de dilatation ou des autres points singuliers,
être à une hauteur maximale du sol de 0,75 m pour visualiser gorge basse et
permettre le nettoyage de la cunette.
c/ comporter une partie basse insensible à l’humidité,
d/ la présence d’une cunette entre cloison et paroi cuvelée,
e/ la cueillie basse doit être propre et débarrassée des gravois.
NOTA : Dans des petites pièces où la cloison peut être démontée sans gêne sur toute la
paroi : les trappes servant à la recherche des fuites peuvent être supprimées. Dans ce cas le
vide d’air entre mur et cloison ne sera pas inférieur à 2 cm
2/ - Ventilation
Dans la lame d’air, en l’absence de climatisation, la ventilation résulte essentiellement du
tirage thermique dû à la différence de température entre celle du plafond et celle du sol. La
section des ouvertures d’entrées d’air (la section des sorties est supposée égale) est donnée
par la formule suivante :

( )
σ〉203 H 0 ,4 Π
∆t 0, 6 e v
σ section des ouvertures d’entrées d’air exprimée en cm² par ml de cloison

hauteur en m de la cloison (en fait distance entre la ventilation basse et la


H ventilation haute).

∆t différence de température en °C entre le sol et le plafond

H perméance à la vapeur d’eau du revêtement de cuvelage exprimé en g.m .


-2
  -1 -1
 e v h .mmHg (voir § I.2.5.3).

Page 36 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 8
DTU 14.1

On a pour les différents revêtements de cuvelage :

VANDEX SUPER H 0, 4
σ 〉 36,5
(5mm imperméabilisé) ∆ t 0, 6
VANDEX SUPER H 0, 4
+ PREMIX (5 mm σ 〉 20,3
imperméabilisé) ∆ t 0, 6

Pour une hauteur classique de H = 2,50 m et un ∆t = 2°C

σ Super > 35 cm² = 0,0035 m² soit par exemple une grille Panol de section 195 x 198 mm
(passage d’air = 0,0219 m²) tous les 6 m en bas et haut de cloison
0,0219
(6 = partie entière )
0,0035

σ Super Premix > 19 cm² = 0,0019 m² soit par exemple une grille Panol de section 195 x 198
mm tous les 11 m en bas et haut de cloison
0,0219
(11 = partie entière )
0,0019

Janvier 2000 Page 37 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 9
DTU 14.1

IX. TRAITEMENTS DES POINTS SINGULIERS

IX.1. SCELLEMENTS

Ils seront limités au minimum de la manière suivante :

choisir les points de fixations hors cuvelage (en plafond au-delà du retour technique, sur les
voiles de refends au-dessus du retour technique).
augmenter la section des éléments de manière à diminuer le nombre de fixation ou mettre
un dispositif supportant plusieurs canalisations.

IX.1.1. Scellements par empochements

Des cavités peuvent être créées par pose d'un négatif avant cuvelage, ou repiquage après
coulage, dans la paroi pour y loger une patte à sceller.

IX.1.1.1. Obturation par mortier riche - schéma N° 75 Bis

L'empochement devra avoir les dimensions minimales suivantes 20 X 20 X 20 cm.


La surface de la cavité sera traitée au VANDEX SUPER (1 kg/m²) puis obturée par
mortier lors de la pose de la patte.

IX.1.1.2. Obturation par mortier de scellement - schéma N° 75

L'empochement devra avoir les dimensions minimales suivantes 5 X 5 X 5 cm.


La cavité sera remplie de mortier de scellement sans traitement VANDEX. Ce mortier
de scellement devra être admis à la Marque NF et conforme au § II.2.

NOTA : Les traitements des scellements par empochement sont réalisés en même
temps que le cuvelage par le cuveleur. Ils peuvent être réalisés, après application du
VANDEX, mais toujours par le cuveleur.

IX.2. SCELLEMENT DIRECT - SCHEMA N° 76

Ce type de scellements est souvent réalisé par différents corps d'état, pour fixer leur matériel
dans les parois (plomberie, électricité, chauffage, faux-plafond, etc...). L'étanchéité au droit des
scellements est de la responsabilité de l'Entreprise qui effectue ces scellements. Les conditions
suivantes devront être respectées :
ne pas percer au droit des reprises de bétonnage,
reboucher les "faux trous" : percement abandonné, mal implanté, présence de ferraille,
etc...
avertir le cuveleur en cas d'arrivée d'eau.
Les scellements suivants sont compatibles avec le procédé VANDEX.
en cas de présence d'eau agressive, le produit de scellement devra être compatible (voir
tenue aux eaux agressives sur la liste des produits de scellement admis à la Marque NF).

IX.2.1. Scellement par produit à base de résine synthétique (voir §II.3)

Les scellements à l'aide de cartouches en résine pourront être utilisés à condition :

Page 38 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 9
DTU 14.1

qu'ils soient admis à la marque NF ou fassent l'objet d'une ETN avec un essai de fluage
suivant Norme NF P 18836 satisfaisant.
que le support et la cavité soient secs,
qu'il n'y ait pas de problème de tenue au feu ;
la fixation peut être mâle ou femelle ;

1/ - A l'aide de capsule

Le scellement est réalisé à l'aide d'une capsule contenant la résine synthétique. Exemple :
cheville HVA2 de chez Hilti ou Maxi EA de chez Spit

2/ - A l'aide de cartouches

Le produit de scellement est une résine bicomposante contenue dans deux cartouches
séparées. Le mélange se fait automatiquement à l'aide d'une buse spéciale. Exemple : Epcon
System de chez Spit ou HIT HY 150 de chez Hilti.

Le produit permet de reboucher facilement les faux trous.

IX.2.2. Scellement par produit à base de liant hydraulique (voir §II.3)

Les produits de scellements devront être admis à la Marque NF ou avoir fait l'objet d'une ETN
favorable d'un bureau de contrôle.

Exemples :

mortier de scellement Masterflow MB 928E de chez MBT (admis à la marque NF)


mortier de scellement Seltex de chez MBT (admis à la marque NF).

IX.2.3. Petit scellement

On pourra utiliser le système Drill/Céramic 6 de chez SPIT. (voir schéma N° 77)

IX.3. TRAITEMENT DES TRAVERSEES : BAGUE ETANCHE (SCHEMAS N° 78, 79,


80)

Pour permettre la réalisation des bagues étanches, des cotes minimales devront être
respectées (schémas 78, 79).
Des réservations d'au moins 20 x 20 cm seront ménagées dans les traversées, planchers et
voiles de refend venant en percussion sur les parois extérieures et seront étanchées avant le
passage des canalisations (schéma N° 80).

IX.3.1. Canalisations ou fourreaux métalliques encastrés, pris au coulage (schémas 81, 82)

Réalisation d'une bague étanche rigide, à l'aide d'un mortier de scellement (voir §II.3) ou
au VANDEX SUPER et mortier riche précédé, suivant le cas, d'un pré-étanchement à
l'aide d'accélérateur de prise (schéma N° 81).
Dans le cas d'un fourreau, l'étanchéité entre le fourreau et la canalisation le traversant
sera assurée, de préférence, par presse-étoupe type MCT ou Link-Seal. Cette
disposition permet le passage de fluides chauds (> 50°C), le presse étoupe servant
d'isolant (schéma N° 82).

Janvier 2000 Page 39 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 9
DTU 14.1
IX.3.2. Canalisations métalliques encastrées, posées après coulage (schéma N° 83)

Le traitement sera identique au cas précédent. La liaison entre le béton de calfeutrement et


celui de la paroi sera traitée comme une reprise de bétonnage inerte (voir § VI.2.2).

IX.3.3. Canalisations non encastrées (schéma N° 84)

La canalisation peut être métallique ou plastique.


La liaison est similaire à un joint actif . La bague étanche sera réalisée à l'aide d'un
mastic tenant à la sous-pression ; exemple : Guttaterma G 139 MC ou Silygutt 3 B sur
primaire 10058.
La canalisation sera bloquée dans le sens longitudinal pour ne pas solliciter le joint au
cisaillement.

IX.3.4. Canalisations en plastique scellées (schéma N° 85)

La canalisation aura une clef d'ancrage sur la longueur de la traversée.


La bague étanche sera réalisée à l'aide d'un produit de scellement admis à la marque NF
(voir § II.3),

IX.4. ACIERS EN ATTENTE (schéma 86)

Le traitement des traversées de cuvelage par des aciers en attente sera réalisé à l'aide d'un
produit de scellement (voir § II.2) d’un mortier de résine ou d'un mortier riche sur barbotine de
VANDEX Super.

IX.5. PRISE DE TERRE (SCHEMAS N° 87, 88, 89)

Elle sera remontée, de préférence, dans la structure béton armé si elle doit traverser le cuvelage.
Sinon le traitement sera réalisé suivant les Schémas N° 87 et N° 88. Il sera préféré l'utilisation de
barres métalliques plutôt que des tresses (schéma N° 89).

IX.6. INCORPORATION

Il sera préféré le passage des canalisations, fileries :

dans les caniveaux,


dans des rainures cuvelées puis obturées.
Si elles sont incorporées dans le béton, leur cheminement devra éviter les zones cuvelées et
s'arrêter avant les retours techniques.

IX.7. COLLAGE

Les petits éléments pourront être collés directement sur le cuvelage à l'aide d'adhésif, par exemple
PL400 de chez TREMCO, Gutafix ou Adhéflex de chez GUTTATERNA en respectant la
prescription du fabricant.

Page 40 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 10
DTU 14.1

X. DISPOSITIONS PRATIQUES

X.1. CANALISATIONS D'ASSAINISSEMENT ET OUVRAGES ANNEXES

Les canalisations et ouvrages annexes devront être conformes au fascicule 70. Il y a lieu de
respecter les articles sur l'action de la nappe phréatique", pour le choix des tuyaux et la mise en
oeuvre. L'ensemble de l'installation sera considéré comme étanche;
Le DTU 14.1 demande que les canalisations enterrées fassent l'objet d'une étude spéciale.
En particulier, elles doivent être étanches, vis à vis de la nappe phréatique, sur tous leurs
cheminements.

X.1.1. Puisards - Regards - Caniveaux (schémas N° 90, 91, 92)

Les canalisations arrivant ou partant de ces ouvrages déboucheront à au moins 15 cm de


toutes les faces du béton et à 20 cm du fond d’un regard.
Le fil d'eau sera reconstitué en rapportant sur les fonds des besaces en mortier de ciment (
voir § VIII.4.3).
Les grilles, tampons, plaques de fermeture seront, de préférence, posés sans pattes
directement ou scellés au mortier dans les feuillures béton cuvelées sinon les pattes des
cadres seront scellées dans des empochements cuvelés (ou scellement direct étanche).
Une bague étanche rigide sera réalisée entre cadre et béton dans le cas où le cadre serait
posé avant l'intervention du cuveleur (schémas N° 90 et 92).
Les caniveaux préfabriqués seront de préférence scellés dans des réservations cuvelées
(schéma N° 91).

X.1.2. Descentes canalisations (schéma N° 93)

Elles descendent, de préférence, le long de poteaux intérieurs ou voile de refend (hauteur


de cuvelage le plus petit).
La fixation des colliers dans la hauteur de cuvelage se fera par des scellements étanches.
En cas de scellement direct, choisir des colliers à écrou soudé (voir § IX).

X.1.3. Siphon et avaloir de sol (schémas N° 94, 95, 96)

Les siphons et avaloirs seront, de préférence, sans cadre d'appui et scellés directement dans
le radier béton.

X.1.4. Fosse de relevage

Le DTU 14.1 impose l'obligation de prévoir une fosse de relevage : le cuvelage sera réalisé
comme les autres fosses du § X.1.5.2.

X.1.5. Installation de pré-traitement des eaux

X.1.5.1. Réglementation

Certains règlements sanitaires demandent un pré-traitement des eaux résiduaires avant


rejet dans les égouts en particulier :
règlement sanitaire du Département de la Seine Art. 30.3 "Restrictions des
projections",

Janvier 2000 Page 41 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 10
DTU 14.1

circulaire du 3 Mars 1975 (J.O du 6 Mai 1975) du Ministère de la Qualité de la Vie


donnant les caractéristiques et règles de construction des parkings couverts Art. 20
"Pollution des eaux",
Décret N° 77-254 du 8 Mars 1977 relatif à la réglementation du déversement des
huiles et lubrifiants.

X.1.5.2. Installation

Une installation de séparation d'hydrocarbures se compose en principe :


d'avaloirs de sol, (schémas N° 99, 100, 101)
d'un débourbeur,
d'un séparateur à hydrocarbures,
l'ensemble comprenant ou étant relié à une fosse de relevage.
Cette installation peut être composée d'une seule cuve comportant tous les appareils ou
d'appareils indépendants reliés par des canalisations.
Elle peut être réalisée :
soit sur site, en béton armé qui sera alors cuvelé. Les compartiments devront être
suffisamment dimensionnés pour permettre l'accès du personnel, le cuvelage sera
protégé par une peinture imperméable aux hydrocarbures (schémas N° 97, 98);
soit une fosse en béton armé qui sera cuvelé et recevra un ensemble préfabriqué
(prévoir l'accès pour la réalisation des bagues étanches) ; (schéma N° 102)
soit un ensemble préfabriqué descendu dans un blocage en béton : les cuves de la
paroi devront alors résister à la pression hydrostatique. Le cuvelage s'arrêtera par
une bague étanche à la périphérie de l'ensemble préfabriqué (schéma N° 103).

Dans le premier cas, si la pompe de relevage doit être fixée, rapporter un massif sur le
cuvelage. L'arrivée de toutes les canalisations sera éloignée de 15 cm de tout bord. Le
tuyau d'évent, la canalisation et le câble électrique de la pompe de relevage chemineront
dans le radier, de préférence dans un caniveau (schéma N° 98).
Leur remontée sur le voile cuvelé se fera par fixation à l'aide de scellement étanche.

X.1.6. Ovoïde - schéma N° 104

Une galerie technique réalisée avec des tuyaux ou ovoïdes préfabriqués à emboîtement à mi-
épaisseur est parfois utilisée pour le passage des canalisations jusqu'à l'égout.
Cette galerie doit être conforme au fascicule 70 et être en principe étanche (jusqu'à 0,5 bar).
Toutefois, un complément d'imperméabilisation peut être réalisé, il consiste :

à appliquer après lavage une couche de VANDEX SUPER sur tout l'intérieur de
l'ovoïde,
à repiquer légèrement le mortier des joints entre éléments préfabriqués, puis réaliser
une bague étanche à l'aide d'un mortier de réparation (voir § II.2)
la liaison entre l'ovoïde et la paroi béton sera considérée comme une fissure active et
pontée à l'aide d'une bande hypalon.

X.2. CUVETTE D'ASCENSEUR (SCHEMA N° 105)

Les accessoires fixés en fond de cuvette le seront, de préférence, dans une dalle rapportée sur le
cuvelage ou à l'aide de scellements étanches.
Les fixations sur les parois verticales sur la hauteur du cuvelage (du fond de la cuvette jusqu'au
niveau H2 au-dessus du radier) se feront par empochements ou scellements étanches, ceci pour
les accessoires intérieurs (guides, etc...) et pattes des portes (voir § IX).

Page 42 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 10
DTU 14.1

X.3. FILERIE ELECTRIQUE, BLOCS DE SECURITE (SCHEMA N° 106)


Les câbles électriques devront être situés, de préférence, dans les zones non cuvelées.
Dans les zones cuvelées ils seront, de préférence, en apparent sinon ils seront encastrés après
cuvelage dans des réservations cuvelées.
En apparent, les câbles ou leur support (conduit, chemin de câble, etc...) seront fixés sur le béton à
l'aide de scellements étanches. (Voir § IX).

X.4. JOINT DE DILATATION - RESERVATION G.O. - SCHEMA N° 107


Le DTU 14-1 demande une étude du tracé et de l'emplacement des joints de manière à :
en limiter le linéaire, par exemple en faisant partir les dilatations en diapason au-dessus du
niveau H2,
rendre leur traitement plus simple et plus accessible en laissant les réservations et en
respectant des distances entre les éléments.

1/ - Réservation :
la bande de pontage du joint est soit apparente, soit encastrée (voir§ VI.3.3).
Dans le cas d'un encastrement, il y a lieu de prévoir une réservation de part et d'autre du joint.

Lorsque le joint traverse un plancher ou un voile, il y a lieu de ménager une réservation (30
cm x 14 cm) dans le plancher ou voile pour assurer la continuité du pontage.

Lorsqu'un joint longe une paroi, il en sera éloigné de 20 cm

Janvier 2000 Page 43 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 10
DTU 14.1

Lorsqu'un joint traverse deux poteaux ou un poteau accolé à un voile, les éléments devront
être écartés d'au moins 30 cm. Les largeurs des poteaux ne devront pas excéder 50 cm.

30cm

30cm

2/ - Traitement des ouvrages attenants

Si le joint est enfermé entre des poteaux et des voiles, ces derniers sont considérés comme faisant
partie de l'enveloppe extérieure. Le cuvelage sur ces éléments sera donc remonté jusqu'au niveau
E (schéma N° 107).

X.5. MASSIFS (SCHEMAS N° 108, 109, 110)

Ils seront, de préférence, rapportés sur le cuvelage. Pour les autres dispositions voir les croquis.
Les zones sous les massifs sont inaccessibles. Si des réparations sont nécessaires, elles seront
réalisées par injection de résine sous ces massifs.

X.6. CHAUFFERIE

Il faut empêcher que la surface du revêtement VANDEX soit portée à une température supérieure
à 50° C. Pour cela, il faut isoler thermiquement le revêtement et évacuer les calories :
il faut ventiler sous la chaudière qui doit s'appuyer sur le sol par des massifs en matériaux
isolants :
les carneaux de fumée seront éloignés d'au moins 50 cm des parois. (voir DTU 14.1).
les traversées de mur périphérique transportant des fluides à une température supérieure à
50° C (chauffage urbain) devront comporter des presse-étoupe isolants. (voir § IX.3.1)

X.7. ESCALIER (SCHEMAS N° 111 à 114)

La cage des escaliers préfabriqués sera cuvelée avant pose. Un vide de 2 cm sera ménagé
entre l'escalier et la cage (sauf au droit des paliers où le cuvelage sera retourné).
des bagues étanches seront réalisées autour des aciers en attente des noyaux des
escaliers hélicoïdaux ou ils seront scellés dans des réservations cuvelées (schéma N°
114).
les volées droites d'escaliers préfabriqués reposent sans fixation sur le radier ou, si
nécessaire, dans un décaissé cuvelé (schéma N° 113). Si toutefois une fixation est
nécessaire on pourra utiliser les scellements directs posés au travers de réservations
laissées dans la 1ère marche (schéma 113 Bis).
Le cuvelage sera retourné sur les escaliers coulés en place et ancrés dans les voiles et radier.
Le talon de l'escalier sera suffisamment épais pour permettre le retour du cuvelage en sous
face (schéma N° 111).
Les petits escaliers en gros béton seront rapportés sur le cuvelage (schéma N° 112).

Page 44 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 10
DTU 14.1

X.8. RAMPES D'ACCES - SCHEMAS N° 115 et 116

Le cuvelage peut être réalisé directement sur un béton strié.


Si une chape à chevrons est prévue, elle sera de préférence exécutée sur le VANDEX frais,
en conformité avec le §VIII.4.3.
Les chasse-roues seront de préférence rapportés sans scellement sur le cuvelage. Si des
scellements sont toutefois nécessaires, ils seront conformes au § IX.2.
Elles comporteront un talon suffisamment important pour permettre l'accès en sous face.
Si le vide sous la rampe est muré par un voile parpaing, ce dernier devra comporter des
trappes d'accès.

X.9. LOCAL A HYDROCARBURES (CUVE SUR BERCEAUX) - SCHEMA N° 117

Le cuvelage sera remonté sur les berceaux en béton ancrés dans le radier ou passé sous des
berceaux indépendants.
Le bac de rétention occasionnelle sera protégé par une résine résistant aux carburants (voir §
VIII.2)
Ces travaux seront exécutés avant pose de la citerne.

X.10. HUISSERIE METALLIQUE

X.10.1. Pose au moment du coulage du béton - schéma N° 119

Une réservation dans la hauteur du cuvelage dans le voile devra permettre le retour du
cuvelage sur l'épaisseur du voile béton. Une réservation dans le radier, sous le pied de
l'huisserie, permettra le passage du VANDEX en radier.

X.10.2. Pose après coulage béton et après cuvelage (schémas N° 118, 120, 121)

Des empochements devront être réalisés dans le béton pour le logement des pattes. Ces
réservations seront cuvelées avant pose des huisseries (schéma N° 118).
L'huisserie peut être fixée au travers du cuvelage par scellement direct étanche
conformément au § IX.2 (schéma 121)

NOTA : On préférera les huisseries comportant 3 pattes verticales à celles portant 2 pattes
verticales et une équerre au pied car l'équerre au pied oblige à réaliser une réservation dans
le radier (difficulté de positionnement et se trouve dans une paroi directement en contact avec
la nappe phréatique).

Les huisseries qui s'adaptent le mieux à un béton cuvelé sont celles qui ne nécessitent
pas de réservations comme l'huisserie Berdo de chez "BERKVENS FRANCE" à fixation
par mâchoires (schéma 120).

X.11. LOCAUX SENSIBLES (caves)

Il est conseillé de surélever d'environ 10 cm, les locaux de manière à leur assurer une garde
d'eau en cas de fuite, eau qui sera évacuée par une fosse de relevage. Par exemple ; lorsqu'il y a
des caves dans un parking.

X.12. CHEMINEE D'EQUILIBRE - LOCAUX INONDABLES

Janvier 2000 Page 45 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 10
DTU 14.1
Le DTU 14.1 prévoit la possibilité de réaliser des locaux inondables à partir d'une certaine
hauteur de la nappe phréatique. Cette inondation est réalisée à l'aide d'orifices qui peuvent être
réalisés de façon suivante :
Par des percements horizontaux dans les voiles. Cette technique a l'inconvénient de laisser
passer les eaux de pluie qui s'infiltrent dans le sol et leur fonctionnement est incertain.
Par des tuyaux verticaux scellés dans le radier et remontant jusqu'au niveau d'inondation
(voir schéma 6) d'où leur nom de cheminée d'équilibre.
Par des tuyaux scellés dans le radier et saillants d'environ 50 cm. Ces tuyaux sont munis
d'une vanne, d'un robinet et d'un manomètre de contrôle.
Ces dispositifs doivent être dimensionnés sur la base de l'étude de sols de manière à ce que :
la vitesse de montée de la nappe phréatique à l'extérieur de l'ouvrage soit identique à celle
dans les cheminées d'équilibre.
le débit d'écoulement soit suffisant pour éviter à la nappe phréatique extérieure de dépasser
le niveau des orifices intérieurs.
Des bagues étanches seront réalisées à la périphérie des tuyaux suivant les dispositions du §
IX.3

Page 46 sur 48 Janvier 2000


CC1 Minéralisation
Chapitre 11
DTU 14.1

XI. CONDITIONS DE SERVICE

XI.1. CONTROLE

Les prescriptions du DTU 14.1 doivent être respectées.

Le cuvelage VANDEX doit rester accessible pour son contrôle, son entretien et sa réparation
(voir paragraphe III.2.3 "Locaux nobles" et chapitre VIII).
Le cuvelage ne peut être recouvert que par :
des ouvrages facilement démontables ou qui peuvent être déposés sans gêne,
des revêtements minces adhérents, perméables à la vapeur d'eau,
des ouvrages épais adhérents dans lesquels l'eau ne peut pas cheminer dans leurs plans.
des ouvrages comportant des trappes de visite. Les ouvrages peuvent être démolis au droit
de la fuite après localisation.

XI.2. REPARATION

XI.2.1. Cuvelage protégé par chape et enduit

Une étude particulière devra être réalisée au cas par cas.

XI.2.1.1. Cuvelage apparent

Après réparation éventuelle du béton, le cuvelage est reconstitué en chevauchant


d'au moins 20 cm le cuvelage existant préalablement ré humidifié sur la bande de
reprise.

XI.2.2. Entretien, recommandations

Ne pas utiliser des produits chimiques dégradant le béton,


Ne pas percer le cuvelage,
Appliquer des revêtements compatibles (voir Article VIII)
Ne pas utiliser de matériel dégradant le béton,
Ne pas blesser les joints de dilatation,
La température de service ne doit pas dépasser 50° C,
Avant toute modification ou intervention (percement) sur le cuvelage, il y a lieu d'avertir
l'applicateur. Des affichettes peuvent être posées sur le revêtement indiquant :"Ne pas
percer" et l'adresse de la société applicatrice.

Pour plus d'informations, réclamer la notice sur les conditions de service.

Janvier 2000 Page 47 sur 48


CC1 Minéralisation
Chapitre 12
DTU 14.1

XII. ORGANISATION DE LA MISE EN ŒUVRE

La Société SPPM confie la mise en œuvre du procédé de minéralisation VANDEX SUPER/PREMIX


exclusivement à des entreprises agrées qui doivent remplir les conditions suivantes :

disposer d’un personnel qualifié dans l’imperméabilisation des bétons par l’intérieur et du
matériel nécessaire (préparation du support, application des produits),
posséder la qualification 3342 ou 3343,
accepter les indications des techniques SPPM pouvant aller jusqu’à la suspension des travaux
si les conditions d’une bonne exécution n’étaient pas réunies.

La Société SPPM dispose en permanence d’au moins un technicien pouvant contrôler les supports et
l’application des revêtements en chantier.
Elle met son assistance technique à disposition des applicateurs pour la mise en route des premiers
chantiers et la maîtrise des aspects particuliers de ce procédé (reconnaissance et préparation des supports,
définition des travaux préliminaires nécessaires, points particuliers, confection et mise en place des
mélanges…)

Page 48 sur 48 Janvier 2000


FERMETURE DE PUITS DE POMPAGE
PAR TAMPON ETANCHE SCHEMA ETABLI EN COLLABORATION AVEC TUBAFOR

COMPLEXE VANDEX REBOUCHAGE MORTIER SI NECESSAIRE


TUBE ACIER DIAMETRE A DETERMINER
TAMPON ETANCHE A LA SOUS-PRESSION HYDROSTATIQUE

BAGUE ETANCHE SUIVANT


SCHEMA N°81

RADIER

COLLERETTE D'ANCRAGE

CREPINE LISSE
LIGNE PIEZOMETRIQUE DE LA NAPPE RABATTUE

CREPINE A NERVURES REPOUSSEES

SCHEMA 1 Paragraphe IV.2.2. du C.C.1

PUITS EN TUBE ACIER ACIERS EN ATTENTE


1

1 TRONCONNAGE TUBE ACIER PUIS


RADIER
RABATTEMENT DES LANGUETTES
2 MORTIER DE FINITION SUR VANDEX

3 BETON RICHE ACCELERE


4 BOURRE DE COLMATAGE
5 CIMENT PROMPT
6 REMPLISSAGE TERRAIN
7 VANDEX SUPER

FERRAILLAGE EN TETE DE PUITS

7 2 3

ACIER EN ATTENTE

VANDEX SUPER

SCHEMA 2 Paragraphe IV.2.2. du C.C.1 5


4
JANVIER 2000
FERMETURE PUITS DE POMPAGE
AVEC DEBIT IMPORTANT

ETAIS METALLIQUE

EVACUATION EAU VERS TUBES D'INJECTION


FOSSE AVEC POMPE

BETON ARME BLOCAGE POLYURETHANE + CIMENT


(HORS LOT ETANDEX)

SCHEMA 3 Paragraphe IV.2.2. du C.C.1


JANVIER 2000
PRINCIPE DE DETERMINATION DES ARRETS DE CUVELAGE
Retours Ouvrages solidaires des retours
NIVEAU E RETOUR H1
Niveau E RETOUR H1
RETOUR H2
H1 H'

H
H1 RETOUR H1
RETOUR H1
H2 H2

RETOURS Enveloppe
OUVRAGES SOLIDAIRES DES RETOURS VOIR SCHEMAS
94,95,96 RETOUR H2
H = E - Niveau H < 1m. H2 = H
Surface Radier VOIR SCHEMA 92 JD
1m ≤ H ≤ 6.5 H2 = 1m. H1 =
MAX ( 1,0.15 H' )
H' = E - Niveau 6.5 m ≤H H2 = 0.15H
Plancher Concerné VOIR SCHEMA
COMPLEXE VANDEX
28 OU 37
VOIR SCHEMAS 22,23 VOIR SCHEMAS VOIR DETAIL
16,17,18,20 FOSSE
SCHEMA 7 Paragraphe V.2 du C.C.1. ASCENSEUR
SCHEMA 8 Paragraphe V.2 du C.C.1. SCHEMA 105

ACTION DE L'EAU SCHEMA 6 Paragraphe V.2 du C.C.1.


EAUX D'INFILTRATION
EAUX DE RUISSELLEMENT
NAPPE PHREATIQUE LOCAUX INONDABLES AVEC DRAINAGE SANS DRAINAGE

Niveau conventionnel E = ARASE CUVELAGE

0.50m
Niveau des plus EB = ARASE
ARASE CUVELAGE= EB CUVELAGE
hautes eaux connues

0.50 m
Niveau des Orifices = ARASE CUVELAGE Terrain
0.50m

Imperméable
0.50 m

Fil d'eau du Niveau de


Haute Eau EH
réseau de drainage résurgence

Basse Eau EB

JANVIER 2000
TRAITEMENT ARRIVEE D'EAU
1 2

A)SANS POSE DE DRAIN B)AVEC POSE DE DRAIN


VANDEX RAPID
+ CIMENT OU
3
DRAIN 4
3 VANDEX PLUG
4

VANDEX RAPID VANDEX SUPER


+ CIMENT OU
MATOIR VANDEX SUPER
VANDEX PLUG
ATTENDRE QUELQUE JOURS PUIS PASSER AU N°5
5 6 5 6

COMPLEXE OBTURATION DU DRAIN AU RACCORD


MORTIER RICHE
VANDEX VADEX RAPID PUIS OBTURATION VANDEX
AU MORTIER RICHE

SCHEMA 5 Paragraphe IV.3.2. du C.C.1 SCHEMA 4 Paragraphe IV.3.1. du C.C.1

A)PETITES CAVITES
TRAITEMENT DES CAVITES
MORTIER RICHE
MORTIER DE REPARATION
(Chapitre II.2.)

COMPLEXE
VANDEX
COMPLEXE
VANDEX

VANDEX SUPER

SCHEMA 9 Paragraphe V.3.3. du C.C.1 BARBOTINE

MORTIER RICHE SCHEMA 10 Paragraphe V.3.3. du C.C.1

B)GRANDES CAVITES

COMPLEXE
VANDEX

VANDEX SUPER

SCHEMA 11 Paragraphe V.3.3. du C.C.1 JANVIER 2000


TRAITEMENT DES ECARTEURS DE BANCHE
A) LAISSES AU COULAGE

SCHEMA 12 Paragraphe V.3.4.1. du C.C.1 SCHEMA 13 Paragraphe V.3.4.1. du C.C.1


Voile Exterieur Voile Interieur

GROS-OEUVRE :
CHASSE DE L'ECARTEUR ET
COMBLEMENT AU MORTIER RICHE
EN RESTANT EN RETRAIT DE 2cm.
MUR EXTERIEUR VOILE INTERIEUR
PAR RAPPORT AU BRUT BETON

MORTIER RICHE
DE FINITION OU
MORTIER RICHE
DE REPARATION
SURFACE REPIQUEE DE FINITION OU (SCHEMAS 9,10)
DE REPARATION
(SCHEMAS 9,10)
COMPLEXE VANDEX COMPLEXE VANDEX

SCHEMAS 22,23

RADIER

B) A L'AIDE DE CONES PREFABRIQUES


CONE PREFABRIQUE EN RETRAIT
FOURNI ET SCELLE PAR LE G.O.
AU MORTIER ETANCHE SUIVANT
PRECONISATION DU FABRICANT
SCHEMA 14 Paragraphe V.3.4.2. du C.C.1
5mm. minimun

MORTIER DE REPARATION APRES


REPIQUAGE (SCHEMA 10)
SURFACE REPIQUEE

COMPLEXE VANDEX

SCHEMAS 22,23

PRESSION HYDROSTATIQUE RADIER

NOTA : LA POSITION "GROS-EMBOUT" COTE EAU


TOUTE FOIS EN CAS DE LIMITE D'EMPRISE LE CONE
SERA POSITIONNE DANS L'AUTRE SENS
JANVIER 2000
TRAITEMENT DES PIEDS DE VOILE AVEC
TALONNETTES PAR PLOTS PREFABRIQUES
COUPE ELEVATION

COMPLEXE VANDEX

PLOTS PREFABRIQUES

MORTIER RICHE GORGES VOIR SCHEMAS 22,23

SURFACE BOUCHARDEE
VANDEX SUPER

RADIER

COUPE VUE EN PLAN


POSITION DES BANCHES PAR PLOTS BETON Ø45mm CLOUES AU SOL
DISPOSITIF DE CALAGE DES BANCHES

PLOTS PREFABRIQUES

SCHEMA 15 Paragraphe V.3.4.3. du C.C.1


JANVIER 2000
TRAITEMENT DE FISSURES ACTIVES
A-FISSURE A FAIBLE AMPLITUDE ( < ou = 0.3mm.): Cas sans protection
COMPLEXE VANDEX TRAITEMENT SELON SCHEMA 20
SUPER + PREMIX ETANFLEX E ARMÉ

SCHEMA 16 Paragraphe V.3.6.3.1. du C.C.1

RENFORT PAR MORTIER SOUPLE


POUR LES PRESSIONS > ou = 8m.

FISSURE A FAIBLE EVOLUTION

FISSURE A FAIBLE AMPLITUDE ( < ou = 0.3mm.): Cas avec protection mortier

MORTIER RICHE DE FINITION TALOCHE

COMPLEXE VANDEX CIMENT + VANDEX RAPID

VANDEX SUPER

GORGE EN CREUX PUIS


INJECTION D'ETANGEL 530

SCHEMA 17 Paragraphe V.3.6.3.1. du C.C.1

B-FISSURE A AMPLITUDE SUPERIEURE A 0.3 mm TRAITE PAR PONTAGE


VANDEX SUPER MORTIER RICHE DE PROTECTION

VANDEX SUPER MASTIC DE CALFEUTREMENT BANDE ELASTOMERE NOYEE


MORTIER DE CALFEUTREMENT DANS RESINE EPOXY

3cm. SAUPOUDRAGE DE
SABLE G3

PRE-ETANCHEMENT EN
CAS DE VENUE D'EAU
10cm. 10cm.

NOTA : LES COTES


SCHEMA 18 Paragraphe V.3.6.3.2. du C.C.1 SONT APPROXIMATIVES
JANVIER 2000
C-FISSURES A AMPLITUDES INFERIEUR A 1mm
TRAITEES PAR INJECTIONS

RADIER
COMPLEXE VANDEX
FISSURE

IMPLANTATION DES
SOUS JACENT INJECTEURS
VUE EN PLAN

MATELAS DE RESINE ACRYLIQUE


25 à 50cm.
INJECTEURS TRAVERSANT LE RADIER

PHASE 1 : Mise en place d'un matelas de résine sous radier


PHASE 2 : Injection dans la masse du béton de la zone fissurée
INJECTION DE LA FISSURE APRES
POLYMERISATION DE LA RESINE PHASE 1

APRES POLYMERISATION DU MATELAS


NETTOYAGE DES INJECTEURS PUIS REINJECTION
POUR OBTENIR UNE BONNE PENETRATION DE
LA RESINE DANS LA ZONE FRACTUREE DU BETON

COMPLEXE VANDEX CALFEUTREMENTS DES TROUS D'INJECTEURS

PHASE 3 : Calfeutrements

SCHEMA 19 Paragraphe V.3.6.3.3. du C.C.1

JANVIER 2000
TRAITEMENT DES JOINTS INERTES EN PARTIE PLANE
SCHEMA 20 Paragraphe VI.2.2. du C.C.1 MORTIER RICHE

COMPLEXE VANDEX
(SUPER+PREMIX)

OUVERTURE EN "V"
OBTENUE PAR REPIQUAGE
VANDEX SUPER

SCHEMA 21 Paragraphe VI.2.2. du C.C.1 MORTIER RICHE

COMPLEXE VANDEX
(SUPER+PREMIX)

RESERVATION PAR LITEAU TRAPEZOIDAL


20 x 20 PUIS REPIQUAGE

VANDEX SUPER
JANVIER 2000
TRAITEMENT DES JOINTS INERTES EN ANGLE RENTRANT
JOINT SAILLANT PAR BOUCHARDAGE

REPRISE DE BETONNAGE

COMPLEXE VANDEX
(SUPER+PREMIX)
SCHEMA 22 Paragraphe VI.2.3. du C.C.1

SURFACE BOUCHARDEE

MORTIER RICHE

VANDEX SUPER

REPRISE DE BETONNAGE

COMPLEXE VANDEX
JOINT SAILLANT PAR REPIQUAGE (SUPER+PREMIX)

SURFACE REPIQUEE

SCHEMA 23 Paragraphe VI.2.3. du C.C.1


MORTIER RICHE

VANDEX SUPER
REPRISE DE BETONNAGE

COMPLEXE VANDEX
(SUPER+PREMIX)

SURFACE REPIQUEE

MORTIER RICHE
JOINT NON SAILLANT
PAR REPIQUAGE (cas particulier)
SCHEMA 24 Paragraphe VI.2.3. du C.C.1

VANDEX SUPER
JANVIER 2000
TRAITEMENT DES PIEDS DE VOILE
AVEC TALONNETTE COULEE SUR PLACE

REPRISES DE BETONNAGE TRAITEES


1er CAS TALONNETTE <6cm.
EN MEME TEMPS QUE LA GORGE
COMPLEXE VANDEX
SUPER + PREMIX SCHEMA 25 Paragraphe VI.2.4. et V.3.4.3. du C.C.1

SURFACE REPIQUEE OU BOUCHARDEE

VANDEX SUPER
MORTIER RICHE

RADIER

COMPLEXE VANDEX

VANDEX SUPER

REPRISE DE BETONNAGE
(SCHEMA N°20)
2ème CAS TALONNETTE >6cm.
MORTIER RICHE
SCHEMA 26 Paragraphe VI.2.4. du C.C.1 VANDEX SUPER

REPRISE DE BETONNAGE
SURFACE BOUCHARDEE

RADIER

VANDEX SUPER

AVEC CANIVEAUX-CUNETTES PERIPHERIQUES

COMPLEXE VANDEX

SURFACE REPIQUEE OU BOUCHARDEE


MORTIER RICHE
VANDEX SUPER

SCHEMA 27 Paragraphe VI.2.4. du C.C.1

VANDEX SUPER
TUBE PVC SCELLE D'EVACUATION (VOIR SCHEMAS N°84,85)
JANVIER 2000
TRAITEMENT DES JOINTS
INERTES PAR CONTINUITE
A - SANS ARMATURE DE LIAISON

1er CAS : Compression permanente

COMPLEXE VANDEX
SCHEMA 28 Paragraphe VI.2.5.1. du C.C.1

VOIR SCHEMAS N°22,23

JOINT SEC

COMPRESSION PERMANENTE

2ème CAS : Continuité

SCHEMA 29 Paragraphe VI.2.5.1. du C.C.1 COMPLEXE VANDEX EXECUTE


AVANT LE RETOUR

B - EN PRESENCE D'ACIERS DE LIAISONNEMENT

SCHEMA 30 Paragraphe VI.2.5.2. du C.C.1

CETTE TECHNIQUE NE PEUT ETRE GENERALISEE SUR CHANTIER ET DOIT RESTER UN CAS PARTICULIER

SCELLEMENTS ETANCHES
VOIR SCHEMA N°76 SCELLEMENT DIRECT
VOIR SCHEMA N°86 BAGUE ETANCHE

COMPLEXE VANDEX

JANVIER 2000
JOINTS DE PREDALLES
A) JOINT ENTRE PREDALLES
SCHEMA 31 Paragraphe VI.2.6. du CC1
COMPLEXE VANDEX

DALLE DE COMPRESSION
ETANCHEITE ASSUREE PAR LE G.O.
PREDALLE
OUVERTURE JUSQU'A LA DALLE DE
COMPRESSION PUIS TRAITEMENT
B) RETOUR DE CUVELAGE SUIVANT SCHEMA 20

ENVELOPPE EXTERIEURE B) VARIANTE APPRECIEE


COMPLEXE VANDEX

TRAITEMENT SELON
SCHEMAS 22 OU 23

RESINE D'ADHERENCE
(GROS-OEUVRE)

RETOUR CUVELAGE 'H1'

CONTINUITE DE LA PREDALLE
SCHEMA 33 Paragraphe VI.2.6. du CC1 SCHEMA 34 Paragraphe VI.2.6. du CC1

C) RETOUR DE CUVELAGE C) VARIANTE APPRECIEE

PREDALLE

COMPLEXE VANDEX
TRAITEMENT SELON TRAITEMENT SELON
SCHEMAS 22 OU 23 SCHEMAS 22 OU 23
POUTRE OU VOILE DE REFEND

SCHEMA 32 Paragraphe VI.2.6. du CC1 SCHEMA 32bis Paragraphe VI.2.6. du CC1

BANDE DE CLAVETAGE EN RADIER

TRAITEMENT SELON
COMPLEXE
SCHEMAS N° 16 ou 17 MORTIER DE REMPLISSAGE SUR 3cm.
VANDEX
D'EPAISSEUR APRES APPLICATION
D'UNE COUCHE DE VANDEX SUPER
SUR REMPLISSAGE B.A.

ACIERS DE COUTURE

RADIER EN PREMIERE PHASE REMPLISSAGE B.A. A REALISER 1 MOIS


MINIMUN APRES LE RADIER PRIMAIRE
REPIQUAGE DES TRANCHES DU RADIER POUR ASSURER
L'ADHERENCE DU BETON DE CLAVETAGE

SCHEMA 35 Paragraphe VI.3.2. du CC1


JANVIER 2000
REPRISE DE BETONNAGE ACTIVE
SCHEMA 36 Paragraphe VI.3.2. du C.C.1

STRUCTURE BETON EXISTANTE

COMPLEXE VANDEX

SURFACE REPIQUEE OU BOUCHARDEE

MORTIER RICHE

PONTAGE EN ETANFLEX .E. ARME

RADIER NEUF

ACIERS DE REPRISE

JANVIER 2000
JOINT DE DILATATION

ENDUIT EN MORTIER RICHE HYDROFUGE


MASTIC DE PROTECTION

COMPLEXE VANDEX PATE EPOXY SAUPOUDREE SABLE G3

300mm.

30mm.
MASTIC 1ère CATEGORIE
FOND DE JOINT
BANDE ELASTOMERE COLLEE
A LA PATE EPOXY + TOLE
BOURRE DE COLMATAGE COLAMINEE DE RENFORT SI
(SEULEMENT EN PRESENCE D'EAU) LA PRESSION > 8m.
PREPARATION DU SUPPORT
PAR BOUCHARDAGE
MUR

POLYSTYRENE EXISTANT

SCHEMA 37 Paragraphe VI.3.3. du C.C.1

BANDE DE PROTECTION
ALU (TOLE COLAMINEE)
COLLEE AU MASTIC GUTTA G139 MC

COMPLEXE VANDEX BANDE ELASTOMERE COLLEE


A LA PATE EPOXY

MASTIC 1ère CATEGORIE


FOND DE JOINT

BOURRE DE COLMATAGE
(SEULEMENT EN PRESENCE D'EAU) BOUCHARDAGE PROFOND (FINITION
AU RAS DU BETON)

POLYSTYRENE EXISTANT

SCHEMA 38 Paragraphe VI.3.3. du C.C.1

JANVIER 2000
JOINTS DE PAROIS MOULEES
A FAIBLE EVOLUTION SCHEMA 39 Paragraphe VII.1.2.1.du C.C.1

TRAVAUX EXECUTES APRES REALISATION DES PLANCHERS ET DETENTE DES CABLES


HAUTEUR ENTRE PLANCHERS < 3m. Joint Paroi Moulée Paroi Moulée
RADIER ET PLANCHER LIES A LA PAROI

VUE EN PLAN

COMPLEXE VANDEX

Mortier Riche ETANFLEX .E. ARME


de Finition Sable d'adhérence
Plancher
Mortier Riche
Réservation G.O. de 30x30cm en Plancher

PAR BANDE ELASTOMERE


SCHEMA 40 Paragraphe VII.1.2.1.du C.C.1 Joint Paroi Moulée Paroi Moulée

VUE EN PLAN

VANDEX
COMPLEXE VANDEX
SUPER

Mortier Riche Bande Elastomére


de Finition Voir schéma 37,38
Plancher
Sable d'adhérence
Mortier Riche
Réservation G.O. de 30x30cm en Plancher

TRAITEMENT DES JOINTS DE PAROIS MOULEES MUNIS DE B.A E.


SCHEMA 41 Paragraphe VII.1.2.2.du C.C.1 Joint Paroi Moulée Paroi Moulée

VUE EN PLAN

Plancher
Traitement selon schémas n°39 ou 40
Réservation G.O. de 30x30cm en Plancher JANVIER 2000
LIAISON PAROIS MOULEES
AVEC ANCRAGE SANS ANCRAGE
COMPLEXE VANDEX PATE EPOXY
PAROI MOULEE MASTIC
COMPLEXE VANDEX BANDE
TRAITEMENT SELON ELASTOMERE
SCHEMAS N°22,23 GORGE SELON
SCHEMAS N°22,23

PLANCHER OU
VOILE ANCRE MORTIER RICHE

PLANCHER OU
VOILE NON ANCRE
SCHEMA 48 Paragraphe VII.1.4.2. du C.C.1 SCHEMA 49 Paragraphe VII.1.4.2. du C.C.1
PAROI MOULEE
COMPLEXE VANDEX COMPLEXE VANDEX

TRAITEMENT SELON PLANCHER OU


SCHEMA N°76 VOILE NON ANCRE

PLANCHER OU
VOILE ANCRE

SCHEMA 45 Paragraphe VII.1.4.1. du C.C.1 SCHEMA 44 Paragraphe VII.1.4.1. du C.C.1

RADIER ANCRE RADIER NON ANCRE


COMPLEXE VANDEX
COMPLEXE VANDEX
MORTIER RICHE

TRAITEMENT SELON MASTIC


SCHEMA N°36 BANDE ELASTOMERE

PATE EPOXY GORGE SELON


SCHEMAS N°22,23

RADIER ANCRE DANS PAROI MOULEE

SCHEMA 42 Paragraphe VII.1.3.1. du C.C.1 SCHEMA 43 Paragraphe VII.1.3.2. du C.C.1

AVEC ANCRAGE AVEC ANCRAGE


SCHEMA 46 Paragraphe VII.1.4.1. du C.C.1
COMPLEXE VANDEX
B.A.E. BA E

ATTENTION
LES ACIERS NE DOIVENT ACIERS EN ATTENTE EXISTANT
PAS TRAVERSER LES AVANT L'APPLICATION
BANDES D'ARRETS D'EAU DU VANDEX

BAGUE ETANCHE
VOIR SCHEMA N°86

COMPLEXE VANDEX
SCHEMA 47 Paragraphe VII.1.4.1. du C.C.1
ACIERS SCELLES APRES EXECUTION
DU CUVELAGE (SCHEMA N°76) JANVIER 2000
TIRANTS
TIRANTS DEFINITIFS TIRANTS PROVISOIRES
SCHEMA 50 Paragraphe VII.1.5. du C.C.1 SCHEMA 53 Paragraphe VII.1.5. du C.C.1

A) VISITABLE
EN RETRAIT SUR BETON DE LA PAROI

COMPLEXE VANDEX
OBTURATION PAR PLAQUE SOUDEE
PAR LE POSEUR DE TIRANTS OU EN
MORTIER DE REPARATION PAR LE
CUVELEUR APRES SECTIONNEMENT
DES CABLES EN RETRAIT PAR LE
POSEUR DE TIRANTS
BAGUE ETANCHE AU MORTIER
DE SCELLEMENT MARQUE NF

TROMPETTE PRIMAIRE

EN SAILLIE SUR BETON DE LA PAROI


SCHEMA 51 Paragraphe VII.1.5. du C.C.1 COMPLEXE VANDEX
MORTIER DE CALFEUTREMENT

SECTIONNEMENT DES CABLES EN


RETRAIT PAR LE POSEUR DE
TIRANTS
OBTURATION AU MORTIER DE
REPARATION MARQUE NF PAR
LE CUVELEUR OU PAR PLAQUE
SOUDEE PAR LE POSEUR DE TIRANTS

TROMPETTE PRIMAIRE POSEE AU COULAGE


PAR LE POSEUR DE TIRANTS
GORGE (VOIR
TRAITEMENT SCHEMAS
N°22,23)
SCHEMA 54 Paragraphe VII.1.5. du C.C.1

PAROI MOULEE

DETAIL A
B) ENCASTRE
Capot étanche

Remplissage produit anticorrosion


Platine
MORTIER DE CALFEUTREMENT Joint étanchéité
MORTIER DE FINITION Complexe VANDEX
SUR VANDEX SUPER
Bague étanche au mortier
COMPLEXE VANDEX de scéllement de marque NF
Tube trompette
Toron nu
Gaine
Produit de protection partie libre
Joint d'étanchéité

SCHEMA 52 Paragraphe VII.1.5. du C.C.1

JANVIER 2000
TRAITEMENTS DES BUTONS

PLANCHER B.A. COULE ULTERIEUREMENT

VOILE B.A.
GROS-OEUVRE : APRES DEMOLITION DU CORBEAU ,

A A
REPIQUAGE DU BETON EN RETRAIT DU NU FINI SUR
AU MOINS 1cm.
CUVELEUR : REPROFILAGE AU MORTIER RICHE
SUR VANDEX SUPER

BUTON BOIS

B RESERVATION EN RADIER AFIN DE PERMETTRE


L'ARRACHEMENT DES BUTONS
RADIER BETON

SCHEMA 55 Paragraphe VII.1.6. du C.C.1

B
COUPE SUR A - A

COMPLEXE VANDEX (SUPER + PREMIX)

VANDEX SUPER
SCHEMA 56 Paragraphe VII.1.6. du C.C.1

MORTIER RICHE

COUPE SUR B - B

VANDEX SUPER
MORTIER RICHE DE FINITION SUR VANDEX SUPER FRAIS

RECONSTITUTION DE LA CONTINUITE DES ARMATURES

3cm.

TRAITEMENT SELON SCHEMA N°35

POLYSTYRENE DE 2cm. D'EPAISSEUR POUR


RECONSTITUTION DU RADIER B.A. REPRENDRE LE GONFLEMENT DES BUTONS

SCHEMA 57 Paragraphe VII.1.6. du C.C.1

JANVIER 2000
TRAITEMENTS DES PAROIS SPECIALES
PROFIL SIMPLE OU ACCOLES SOUDES
BETON PROJETE
BETON MAIGRE

JONCTION DES FERS PAR SOUDURE CONTINUE


BERLINOISE

COMPLEXE CALFEUTREMENT AU MORTIER MARQUE NF


VANDEX SANS RETRAIT ,APRES OUVERTURE
DE LA REPRISE ET PONTAGE EN
SI LA JONCTION N'EST PAS ETANFLEX E ARME
REALISEE PAR SOUDAGE DES FERS
FAIRE UN PONTAGE A L'AIDE D'UNE BANDE
ELASTOMERE COLLEE A LA PATE EPOXY

SCHEMA 58 Paragraphe VII.2.1. du C.C.1

A ACIERS DE LIAISON
A-A
BETON MAIGRE
BETON
ACIERS DE LIAISON 1ère PHASE

POTEAU B.A. PREFA.


TRAITEMENT SUIVANT
BETON PROJETE SCHEMA N°20
A (REPRISE DE BETONNAGE)
PARISIENNE COMPLEXE VANDEX

BETON
SCHEMA 59 Paragraphe VII.2.2. du C.C.1 2ème PHASE

PIEUX EN BETON

BETON PROJETE REMARQUE : PAS DE TRAITEMENT PARTICULIER


EN PARTIE COURANTE, TRAITEMENT AUTRE QUE LES

LUTECIENNE REPRISE DE BETONNAGE SELON SCHEMA N°20

COMPLEXE VANDEX
SCHEMA 60 Paragraphe VII.2.3. du C.C.1

JANVIER 2000
TRAITEMENTS DES PAROIS SPECIALES
PIEUX JOINTIFS
PIEUX FORES

BETON PROJETE REMARQUE : Pas de traitement particulier en partie courante


autre que les reprises de bétonnage selon schéma 20
COMPLEXE VANDEX

SCHEMA 61 Paragraphe VII.2.4. du C.C.1

PAROI CLOUEE OU EPINGLEE


COMPLEXE VANDEX
PLOT 1

CLOU D'ANCRAGE ENROBE DANS LE BETON

REPRISE DE BETONNAGE TRAITEE SELON SCHEMA N°20


PLOT 2

PLOT 3
GORGE TRAITEE SELON SCHEMA N°23

SCHEMA 62 Paragraphe VII.2.5. du C.C.1

PAROI EN PUITS SECTIONNES

PUITS COULES

REPRISE DE BETONNAGE TRAITEE SELON SCHEMA N°20

GORGE TRAITEE SELON SCHEMA N°23

RADIER

SEMELLE

SCHEMA 63 Paragraphe VII.3. du C.C.1

JANVIER 2000
TRAITEMENTS DES PAROIS SPECIALES
PAROIS PREFABRIQUEES A A
Coupe A - A

JOINTS INERTES CLAVETTES


SCHEMA 65 Paragraphe VII.5. du C.C.1

SCELLEMENT AU MORTIER DE
2cm SCELLEMENT ADMIS A LA MARQUE N.F.

COMPLEXE VANDEX
6cm

MORTIER DE REPARATION
ADMIS A LA MARQUE N.F.
COMPLEXE VANDEX
RADIER
MORTIER DE SCELLEMNT ADMIS A LA MARQUE
N.F. ET EXECUTE PAR LE GROS-OEUVRE
SCELLEMENT D'ENCASTREMENT DE LA PAROI
PREFABRIQUEE COULEE EN 2ème PHASE ET
JOINTS ACTIFS
SOLIDAIRE DU RADIER

SCHEMA 67 Paragraphe VII.5. du C.C.1


SCHEMA 66 Paragraphe VII.5. du C.C.1

SCELLEMENT GROS-OEUVRE

PREETANCHEMENT SI NECESSAIRE

COMPLEXE VANDEX
BANDE ELASTOMERE COLLEE A LA RESINE EPOXY

VOILES BETON REALISES EN TRANCHEE BLINDEE


Coupe A - A
A

2ème
PHASE
REPRISE DE BETONNAGE
TRAITEE SELON SCHEMA N°20

1ère
PHASE
TRAITEMENT SELON SCHEMA N°20
JONCTION SEMMELLE / RADIER

A
GORGE TRAITEE SELON SCHEMA N°23

SCHEMA 64 Paragraphe VII.4. du C.C.1


JANVIER 2000
REVETEMENT MIXTE
A-MORTIER HYDROFUGE - MINERALISATION VANDEX
1° CAS 2ème CAS SURFACE
BOUCHARDEE
CUVELAGE MORTIER

3cm.
COMPLEXE
VANDEX
COMPLEXE
VANDEX CUVELAGE MORTIER
20cm

GORGE SELON 3cm


SCHEMAS 22,23

20cm.

GORGE SELON
1er GOBETAGE REALISE
SCHEMAS 22,23
SUR LE VANDEX FRAIS

SCHEMA 68 Paragraphe VII.7.1. du C.C.1.

B-REVETEMENTS MINCES - MINERALISATION VANDEX

1° CAS : Recouvrement du cuvelage 2ème CAS : Recouvrement du complexe


mince par le complexe VANDEX VANDEX par le cuvlage mince

REVETEMENT COMPLEXE
MINCE VANDEX

COMPLEXE
VANDEX REVETEMENT
20cm
MINCE

20cm

GORGE SELON GORGE SELON


SCHEMAS 22,23 SCHEMAS 22,23

SCHEMA 69 Paragraphe VII.7.2. du C.C.1.


JANVIER 2000
C-MINERALISATION VANDEX - RESINES DE CUVELAGE
1er CAS : Recouvrement du complexe 2ème CAS : Recouvrement de la
VANDEX par la résine résine par le complexe VANDEX

SCHEMA 70 Paragraphe VII.7.3. du C.C.1. RESINE

SABLAGE DE LA RESINE
COMPLEXE AVEC DU SABLE DE SILICE
VANDEX G3 SUR LA SURFACE DE
RESINE 20cm
RECOUVREMENT

20cm 20cm

GORGE SELON COMPLEXE GORGE SELON


SCHEMAS 22,23 VANDEX SCHEMAS 22,23

-CUVELAGE MIXTE-
A-RADIER DRAINANT - MINERALISATION VANDEX
COMPLEXE VANDEX RETOUR "H1"

VOILE BETON ARME


CROQUIS A
PAROI MOULEE

SCHEMA 71 Paragraphe VII.8.1. du C.C.1

TRAITEMENT J.D. PAROI MOULEE


RADIER DRAINANT CROQUIS C
FILTRE
RESERVATION DU GROS-OEUVRE EN
DRAIN PLASTIQUE
RADIER POUR RACCORDEMENT DES DRAINS

TRAITEMENT J.D. BETON


CROQUIS B

VANDEX RAPID EVENTUEL

COMPLEXE VANDEX
BANDE ELASTOMERE
MASTIC MORTIER RICHE
1ère COUCHE SABLE D'ADHERENCE
BANDE ELASTOMERE
NOYEE DANS RESINE MORTIER RICHE
GEOTEXTILE DRAINANT 2ème COUCHE
DRAIN AVEC FILTRE
PREETANCHEMENT SI NECESSAIRE
JANVIER 2000
COMPLEXE VANDEX
CUVELAGE MIXTE
B-CUVELAGE RELATIVEMENT ETANCHE EN PAROI
REVETEMENT D'IMPERMEABILISATION EN RADIER

1)AVEC TRAITEMENT DE JOINT DE PAROI


E
MOULEE TOUTE HAUTEUR AU
1 IVE
H 1H N

TRAITEMENT DU JOINT DE PAROI MOULEE


JUSQU'AU NIVEAU E (VOIR SCHEMAS N° 39,40,41)

H2

TRAITEMENT SELON SCHEMA N°23 SCHEMA 72 Paragraphe VII.8.2. du C.C.1

ACIERS RADIER

2)AVEC TRAITEMENT DE JOINT DE PAROI MOULEE


JUSQU'AU NIVEAU H2
TRAITEMENT DU JOINT DE PAROI MOULEE
JUSQU'AU NIVEAU H2 (VOIR SCHEMAS N° 39,40,41)
H2
SCHEMA 73 Paragraphe VII.8.2. du C.C.1

PAROI MOULEE INJECTION ENTRE JOINT DE PAROI


MOULEE ET BANDE D'ARRET D'EAU

INJECTIONS TRAITEMENT SELON SCHEMA N°23


B.A.E.

ACIERS RADIER
ACIERS

RADIER
REMONTEE D'EAU

C-REVETEMENT D'ETANCHEITE EN RADIER / IMPERMEABILISATION EN VOILE

COMPLEXE VANDEX REALISE DANS LA


TRAITEMENT DU JOINT DE PAROI HAUTEUR DU RADIER AVANT SON EXECUTION
MOULEE VOIR SCHEMAS N°39,40 ACIERS D'ANCRAGE RADIER SCELLES
A L'AIDE D'UN MORTIER DE SCELLEMENT

BANDE ELASTOMERE SOUDEE


SUR B.A.E. EN PIED

PAROI MOULEE B.A.E. DE COMPARTIMENTAGE

MEMBRANE D'ETANCHEITE
B.A.E. SCELLE AU
MORTIER DE SCELLEMENT

SCHEMA 74 Paragraphe VII.8.3. du C.C.1


JANVIER 2000
SCELLEMENT PAR EMPOCHEMENTS
BARBOTINE

MORTIER DE SCELLEMENT COMPLEXE VANDEX


ADMIS A LA MARQUE NF

VANDEX SUPER

DIMENSIONS MINIMALES
DE LA CAVITE : MORTIER RICHE
5x5x5cm. DIMENSIONS MINIMALES
COMPLEXE VANDEX DE LA CAVITE :
20x20x20 cm

A)MORTIER DE SCELLEMENT B)MORTIER RICHE


SCHEMA 75 Paragraphe IX.1.1.2. du C.C.1 SCHEMA 75 bis Paragraphe IX.1.1. 1.du C.C.1

FIXATIONS

FIXATIONS ETANCHES POUR CHARGES LEGERES


A POSER APRES IMPERMEABILISATION

Vis Ø3,5mm X Longueur à définir

COMPLEXE VANDEX
(SUPER + PREMIX)

Cheville type SPIT/DRILL

Résine epoxy

Vis

BETON BRUT

Remplissage à l'aide
de la résine epoxy
"CERAMIC6"

SCHEMA 77 Paragraphe IX.2.3. du C.C.1

JANVIER 2000
FIXATIONS FIXATIONS ETANCHES PAR SCELLEMENT DIRECT

EXEMPLES DE FIXATION EXEMPLES D'ACCESSOIRES PRODUITS DE SCELLEMENT TYPE DE SCELLEMENT

TIGE
RESINE FILETEE
GRANULATS
RALLONGE GALVANISEE TIGE FILETEE AVEC FILETAGE
GAUCHE ET DROIT
1)CAPSULE EN VERRE PRODUIT
CLIPS AVEC ECROU SOUDE
CONTENANT DES DE SCELLEMENT ETANCHE
COMPOSANTS CHIMIQUES
CLIPS AVEC ECROU SOUDE TYPE MAXI EA DE CHEZ SPIT 1°)FIXATION MALE

2)CARTOUCHE BICOMPOSANTE
TENDEUR GALVANISE MANCHON TARAUDE
TYPE EPCON DE CHEZ SPIT 2°)FIXATION FEMELLE

ROTULE DE
SUSPENSION DE 3)PRODUIT DE SCELLEMENT
COLLIER INDUSTRIEL GALVANISE POUR SPRINKLER TUYAUTERIES ADMIS A LA MARQUE N.F.
VIS PLATE
VIS PLATE

CONSOLE PERMETTANT DE
LIMITER LES FIXATIONS DANS
LE SUPPORT

SCELLEMENT
ETANCHE

FIXATION COULISSANTE CHEVILLE TARAUDEE


VIS A OEILLET
GOUJON GALVANISE
GALVANISE AVEC
POUR CHEVILLE
PAS METRIQUE
MECANIQUE

VIS A SIX
PANS CREUX
AVEC RONDELLE SCELLEMENT ETANCHE

RAIL

SCHEMA 76 Paragraphe X.2. du C.C.1

JANVIER 2000
TRAITEMENT DES TRAVERSEES
SCHEMA 78 Paragraphe IX.3. du C.C.1
0,15m.
0,15m.
SCHEMA 79 Paragraphe IX.3. du C.C.1
CANALISATIONS

0,15m. 0,15m.

IMPLANTATION DE PLUSIEURS
STRUCTURE CANALISATIONS GROUPEES

0,20m.

0,20m.
.
m
20
0,

0,20m.
LES RESERVATIONS SERONT CUVELEES
AVANT PASSAGE DES CANALISATIONS

SCHEMA 80 Paragraphe IX.3. du C.C.1

TRAVERSEES DE L'ENVELOPPE EXTERIEURE


CANALISATION OU FOURREAU METALLIQUE PRIS AU COULAGE

COMPLEXE VANDEX

COMPLEXE VANDEX MANCHETTE A SCELLER


(HORS LOT CUVELEUR)
BAGUE ETANCHE EN
MORTIER DE SCELLEMENT
OU MORTIER RICHE SUR
VANDEX SUPER

COLLERETTE D'ETANCHEITE LINK SEAL OU PRESSE


ET D'ANCRAGE (HORS LOT CUVELEUR) ETOUPE TYPE MCT
(HORS LOT CUVELEUR)
SCHEMA 81 Paragraphe IX.3.1. du C.C.1

SCHEMA 82 Paragraphe IX.3.1. du C.C.1

CANALISATION METALLIQUE SCELLEE DANS RESERVATION G.O.


HORS LOT CUVELEUR LOT CUVELEUR
SI POSSIBLE EXCROISSANCE EXTERIEURE PERMETTANT DE
COULER CORRECTEMENT LE BETON ET LE PASSAGE D'UN VIBREUR

SCHEMA 83 Paragraphe IX.3.2. du C.C.1


ACIERS EN ATTENTE
REPRISE DE BETONNAGE (SCHEMA N°20)
CANALISATION AVEC COLLERETTE

BAGUE ETANCHE EN MORTIER DE SCELLEMENT


BETON DE BONNE COMPACITE OU MORTIER RICHE SUR VANDEX SUPER
STRUCTURE
LA SURFACE DE REPRISE DE BETONNAGE COMPLEXE VANDEX
DEVRA ETRE CORRECTEMENT REPIQUEE
JANVIER 2000
TRAITEMENT DES TRAVERSEES
DE L'ENVELOPPE EXTERIEURE
CANALISATIONS METALLIQUES OU PLASTIQUES LIBRES
HORS LOT CUVELEUR LOT CUVELEUR

STUCTURE
COMPLEXE VANDEX
LA SURFACE DE REPRISE DE
BETONNAGE DEVRA ETRE REPRISE DE BETONNAGE (VOIR SCHEMA N°20)
CORRECTEMENT REPIQUEE
POUR ASSURER UNE BONNE ADHERENCE GORGE REALISEE A L'AIDE D'UN MORTIER
SCELLEMENT OU MORTIER RICHE HYDROFUGE

CANALISATION AVEC BLOCAGE

MASTIC CIMENT (SCHEMA N°17)


BETON DE BONNE
COMPACITE

ACIERS EN ATTENTE

SCHEMA 84 Paragraphe IX.3.3. du C.C.1

CANALISATIONS PLASTIQUES SCELLEES


HORS LOT CUVELEUR LOT CUVELEUR

COMPLEXE VANDEX
REPRISE DE BETONNAGE
SI LA RESERVATION A ETE REALISEE PAR (VOIR SCHEMA N°20)
CAROTTAGE AU DIAMANT L'OBTURATION
SERA REALISEE AU MORTIER DE RESINE BAGUE ETANCHE AU MORTIER DE RESINE
OU MORTIER DE SCELLEMENT

CANALISATION

BETON DE BONNE COMPACITE

ACIERS EN ATTENTE
STRUCTURE
PREPARATION DE CANALISATION EN PLASTIQUE :
- DEPOLISSAGE A LA TOILE EMERI
LA SURFACE DE REPRISE DE BETONNAGE - APPLICATION D'UNE RESINE DE SYNTHESE
DEVRA ETRE CORRECTEMENT REPIQUEE - SAUPOUDRAGE DE SABLE DE SILICE O/2
POUR ASSURER UNE BONNE ADHERENCE

SCHEMA 85 Paragraphe IX.3.4. du C.C.1

JANVIER 2000
TRAITEMENT DES ACIERS EN ATTENTE
ACIER

COMPLEXE VANDEX

OBSTRUCTION DE LA CAVITE PAR UNE DES SOLUTIONS SUIVANTES :


- MORTIER DE SCELLEMENT ADMIS A LA MARQUE NF
- MORTIER DE RESINE
- VANDEX SUPER EN FOND DE CAVITE
ET MORTIER RICHE

SCHEMA 86 Paragraphe IX.4. du C.C.1

TRAITEMENT DES PRISES DE TERRE


A)EN RADIER PAR CABLE TRESSE

COMPLEXE VANDEX CABLE DE TERRE DETORSADE

OBTURATION A L'AIDE D'UN COULIS DE


MORTIER DE SCELLEMENT OU RESINE
EPOXY FLUIDE D'INJECTION
10cm.

SCHEMA 87 Paragraphe IX.5. du C.C.1

B)EN VOILE PAR CABLE TRESSE


CABLE DE TERRE DETORSADE
COLLIER DE FIXATION

SCELLEMENT ETANCHE SUIVANT SCHEMAS N°76,93

TIGE FILETEE POUR CHEVILLE CHIMIQUE


BAGUE ETANCHE REALISEE AVEC
UN MORTIER DE SCELLEMENT ADMIS A LA MARQUE NF
GAINE EN TUBE ACIER

COMPLEXE VANDEX SCHEMA 88 Paragraphe IX.5. du C.C.1

10cm. MINIMUN
BAGUE ETANCHE REALISEE EN
MORTIER DE SCELLEMENT OU
MORTIER RICHE SUR VANDEX SUPER
C)EN RADIER PAR BARRE METALLIQUE

COMPLEXE VANDEX

SCHEMA 89 Paragraphe IX.5. du C.C.1

BARRE METALLIQUE
JANVIER 2000
TRAITEMENT DES PUISARDS ET REGARDS
GRILLE PLATE SANS CADRE

BAGUE ETANCHE SELON SCHEMAS N°83,84,85 VANDEX SUPER

NOTA: La saillie des canalisations dans le regard


VANDEX
est au minimum de 8 cm
SUPER

BAGUE ETANCHE
0.20 m
SCHEMA 90 Paragraphe X.1.1. du C.C.1

BESACE RAPPORTEE SUR LE CUVELAGE VANDEX

TRAITEMENT SELON SCHEMAS N°22,23

TRAITEMENT DES CANIVEAUX

PREFABRIQUE
CANIVEAU PREFABRIQUE AVEC GRILLE METALLIQUE

SCELLEMENT APRES MISE EN OEUVRE DU VANDEX SUPER

SCHEMA 91 Paragraphe X.1.1. du C.C.1

AVEC CADRE METALLIQUE


CADRE AVEC PATTES SCELLEES
VANDEX SUPER DANS L'EMPOCHEMENT
CANIVEAU AVEC GRILLE METALLIQUE

VANDEX SUPER

TRAITEMENT SELON
SCHEMAS N°83,84,85

EMPOCHEMENT
VANDEX SUPER

TRAITEMENT SELON SCHEMAS N°22,23

REALISATION BESACE SI NECESSAIRE


SCHEMA 92 Paragraphe X.1.1. du C.C.1 APRES L'EXECUTION DU CUVELAGE
JANVIER 2000
DESCENTES DE CANALISATIONS
TIGE FILETEE ET MANCHON

DESCENTE
COLLIER ORDINAIRE

5cm
ARASE DU CUVELAGE
MORTIER DE
COLLIER AVEC SCELLEMENT ETANCHE
ECROU SOUDE DETAIL 1 VOIR SCHEMA N°76
COMPLEXE TUBE ACIER DE
VANDEX PROTECTION DETAIL 2
H2
(PARKINGS)
SOUDURE

ATTENTE

BAGUE
ETANCHE
SCHEMAS
83,84,85
CANALISATION ETANCHE A LA

COLLIER
PRESSION HYDROSTATIQUE SCELLEMENT ETANCHE
SCHEMA 93 Paragraphe X.1.2. du C.C.1 VOIR SCHEMA N°76
CHEVILLE TARAUDEE

SIPHONS DE SOL
SIPHON CLOCHE AVALOIR EN BETON ARME
VANDEX SUPER

DALLE PREFABRIQUEE 30x30cm ENVIRON


EPAISSEUR 6 A 8cm.
RADIER
SCHEMA 94 Paragraphe X.1.3. du C.C.1

BAGUE ETANCHE SELON SCHEMAS 83,84,85

BESACE EXECUTEE APRES CUVELAGE SIPHON NORMALISE A


BAGUE ETANCHE EN MORTIER DE
PANIER EN RADIER
SIPHON CLOCHE SCELLEMENT OU MORTIER RICHE SUR
SUR VANDEX SUPER VANDEX SUPER
SCELLE EN RADIER
BAGUE ETANCHE EN MORTIER DE
SCELLEMENT OU MORTIER RICHE SUR
SUR VANDEX SUPER
VANDEX SUPER

RADIER RADIER

SCHEMA 96 Paragraphe X.1.3. du C.C.1

SCHEMA 95 Paragraphe X.1.3. du C.C.1


JANVIER 2000
SEPARATEUR HYDROCARBURES AVEC DEBOURBEUR

SCHEMA 97 Paragraphe X.1.5.2. du C.C.1 FIXATION SELON


SCHEMAS N°76,93
EVENT
TUYAU D'ENTREE
DALETTE AVEC TAMPON SCHEMA N°98

REPRISE DE BETONNAGE
(VOIR SCHEMA N°20)

BRISE-JET
BAGUE ETANCHE CUVELEUR
SCHEMAS N°83,
84,85 SOCLE
POMPE
COMPLEXE
REALISE
VANDEX
APRES
CUVELAGE

POMPE

GORGE SELON GORGE SELON


SCHEMAS N°22,23 SCHEMAS N°22,23
STRUCTURE BETON ARME

AVALOIR BETON
COMPLEXE VANDEX

GRILLE AVEC CADRE EN FONTE ET BETON

STRUCTURE B.A.
10cm.
VANDEX SUPER

BAGUE ETANCHE
SCHEMAS 83,84,85 20cm.

BESACE REALISEE APRES


EXECUTION DU CUVELAGE ALIMENTATION ELECTRIQUE
TUYAU DE REFOULEMENT
DE POMPE

SCHEMA 98 Paragraphe X.1.5.2. du C.C.1

SCHEMA 99 Paragraphe X.1.5.2. du C.C.1


JANVIER 2000
SEPARATEUR , DEBOURBEUR . MODELE INTEGRAL
A HYDROCARBURES EN TOLES D'ACIER
SCHEMA 103 Paragraphe X.1.5.2. du C.C.1 SCHEMA 102 Paragraphe X.1.5.2. du C.C.1

LOT CUVELEUR TOLE LOT CUVELEUR


COMPLEXE VANDEX STRIEE
BAGUE ETANCHE COMPLEXE VANDEX
SCHEMAS 83,84,85 BAGUE ETANCHE
COLERETTE D'ANCRAGE VOIR SCHEMA N°83

CUVE ACIER MONOBLOC


SANS REHAUSSE RADIER
RACCORD ETANCHE VERS FOSSE DE
FIL D'EAU RELEVAGE

BAGUE
ETANCHE
CEINTURE DE RENFORT VIDE PERMETTANT
SI NECESSAIRE LE RACCORDEMENT
DU SEPARATEUR
AUX CANALISATIONS
SABLON
LOT CUVELEUR
COMPLEXE
VANDEX
GORGE SELON
SCHEMAS 22,23

SEPARATEUR PREFABRIQUE
SEMELLE BETON
EN TOLE POSE DANS FOSSE
SEPARATEUR PREFABRIQUE BETON COULEE EN PLACE
EN ACIER POSE EN PLEINE TERRE STRUCTURE B.A.

AVALOIR EN FONTE BRANCHEMENT PAR SIPHON


VANDEX SUPER
VANDEX SUPER
BAGUE ETANCHE EN MORTIER
DE SCELLEMENT OU MORTIER
RICHE SUR VANDEX

SIPHON A CORPS ET
GRILLE ASPHALTES

CANALISATION D'ARRIVEE
GENERALE ETANCHE A LA
PRESSION HYDROSTATIQUE
SCHEMA 100 Paragraphe X.1.5.2. du C.C.1

SCHEMA 101 Paragraphe X.1.5.2. du C.C.1

JANVIER 2000
TUYAUX OVOIDES BETON
SCHEMA 104 Paragraphe X.1.6. du C.C.1

COMPLEXE VANDEX

FACE EXTERIEURE DU VOILE PERIPHERIQUE

OVOIDE
B BETON
B
A
A

SUPPORT FIXE PAR SCELLEMENT ETANCHE


(TRAITEMENT SCHEMA N°76)

Coupe sur A - A Coupe sur B - B PONTAGE A L'AIDE


D'UNE BANDE HYPALON
CALFEUTREMENT JOINT PAR VOIR SCHEMA N°18
L'EXTERIEUR EXECUTE PAR
LE CANALISATEUR
OVOIDE EN BETON
JOINT MORTIER DE POSE BETON DE CLAVETAGE
RESINE DE
COLLAGE (G.O.) R.B. VOIR
COMPLEXE VANDEX SCHEMA N°20
VOILE B.A.
OVOIDE EN
BETON
PRE-ETANCHEMENT PUIS
OBTURATION AU MORTIER
DE SCELLEMENT

FOSSE D'ASCENSEUR OU DE MONTE-CHARGE


ARASE CUVELAGE

COMPLEXE VANDEX FEUILLURE H2 COMPLEXE VANDEX


SEUIL PORTE

REPRISE DE BETONNAGE REPRISE DE BETONNAGE


VOIR SCHEMA N°20 RECHARGE VOIR SCHEMA N°20
REMARQUE : A L'EXCEPTION DES FACULTATIVE
FIXATIONS DANS LA RECHARGE ,LES POLYSTYRENE PERMETTANT
FIXATIONS DANS L'EMPRISE DU DE RENDRE VISITABLE LES
CUVELAGE DOIVENT ETRE REALISEES GORGES
DANS DES EMPOCHEMENTS CUVELES
OU SCELLEMENT ETANCHE SELON
LE SCHEMA N°76 GORGE TRAITEMENT
VOIR SCHEMAS N°22,23
SCHEMA 105 Paragraphe X.2. du C.C.1
CONDUCTEURS ISOLES

A) En apparent B) En encastré

COMPLEXE VANDEX
CONDUCTEUR

GAINE EN
TUBE P.V.C. CABLE
RIGIDE GAINE ANNELEE P.V.C. SPECIAL E.D.F.
COMPLEXE VANDEX
OBTURATION AU MORTIER
APRES CUVELAGE
COLLIER D'
INSTALLATION
CSBEV 31913
LEGRAND EXEMPLE DE FIXATION CONFORME A LA FICHE
TECHNIQUE B 24-342-79 DU GENIE TECHNIQUE
E.D.F.
CABLE

TABLEAU H2
BOIS

DOUILLE
TARAUDEE M6
SCELLEMENT CHIMIQUE
VOIR SCHEMA N°76

PATE A VIS Ø16


PAS DE 150

EMBASE A VISSER 31950


BLOC DE
REFERENCES LEGRAND
SECURITE AUTONOME
AVEC GRILLE DE
PROTECTION

SCELLEMENT ETANCHE
VOIR SCHEMA N°76

SCHEMA 106 Paragraphe X.3. du C.C.1

JANVIER 2000
J.D. EN CUVELAGE
E
EAU
TRAITEMENT SELON SCHEMA N°23 H 1 NIV
H1

H2

SCHEMA 107 Paragraphe X.4. du C.C.1

RADIER

TRAITEMENTS DES MASSIFS


A) INDEPENDANT APRES CUVELAGE
VANDEX SUPER SOCLE ISOLE

RADIER COUCHE RESILIENTE

SCHEMA 108 Paragraphe X.5. du C.C.1

B) SOLIDAIRE DU CUVELAGE
SCELLEMENT DIRECT SELON
TRAITEMENT SELON SCHEMA N°76
SCHEMAS N°22,23 EMPOCHEMENT POUR SCELLEMENT
SELON SCHEMAS N°75 et 75bis
VANDEX SUPER

SOCLE
RADIER ANCRAGES

SCHEMA 109 Paragraphe X.5. du C.C.1

C) INDEPENDANT AVANT CUVELAGE


EMPOCHEMENT POUR SCELLEMENT
SCELLEMENT DIRECT SELON SELON SCHEMAS N°75 et 75bis
SCHEMA N°76 BANDE ELASTOMERE COLLEE
VANDEX SUPER A LA RESINE EPOXY

SOCLE ISOLE
COUCHE RESILIANTE
RADIER

SCHEMA 110 Paragraphe X.5. du C.C.1 JANVIER 2000


ESCALIERS
SCELLEMENT MAIN COURANTE
SELON SCHEMA N° 6 et 7
COMPLEXE VANDEX COMPLEXE VANDEX
RETOUR "H1"
ESCALIER EN B.A.
COULE APRES CUVELAGE

TRAITEMENT SELON
SCHEMAS N°22,23
RETOUR "H2"

0,50m.

RADIER
RADIER

SCHEMA 111 Paragraphe X.7. du C.C.1 SCHEMA 112 Paragraphe X.7. du C.C.1

A) Escalier droit coulé en place B) Emmarchement en B.A.


et solidaire de la construction
C) Escalier préfabriqué à volée droite posé MORTIER DE CALAGE A REALISER

aprés éxécution du cuvelage


PAR LE G.O. APRES POSE
DE L'ESCALIER
MORTIER DE CALAGE REALISÉ
VOLÉE PAR LE G.O. APRES REALI-
PREFABRIQUÉE SATION DU CUVELAGE

COMPLEXE VANDEX COMPLEXE VANDEX

RADIER

SCELLEMENT DIRECT
SCHEMA 113 Paragraphe X.7. du C.C.1 SCHEMA 113bis Paragraphe X.7. du C.C.1
VOIR DETAIL N°76

C) Escalier hélicoidal SCHEMA 114 Paragraphe X.7. du C.C.1


ACIERS SCELLES SELON SCHEMA N°76
VOLEE MONOBLOC
COMPLEXE VANDEX (RETOUR H1) 2)VOLEE MONOBLOC

EMBASE NOYAU
VOLÉE
MONOBLOC COMPLEXE VANDEX

GOUJON SCELLE PAR


LE G.O. A L'AIDE D'UN
PRODUIT DE SCELLEMENT
ADMIS A LA MARQUE N.F.

COMPLEXE
VANDEX

ANNEAU PREFA.
VANDEX SUPER

1)MARCHE PAR MARCHE


TRAITEMENT SELON SCHEMAS N°22,23 JANVIER 2000
TRAITEMENT DES RAMPES D'ACCES
VIDE SOUS RAMPE MURÉ
PAR DES PARPAINGS
CHAPE STRIEE
TRAPPE DE VISITE RAPPORTEE PAR LE G.O.
CHASSE-ROUES
TALON MASSIF BAGUE COUPE SUR CHASSE-ROUES
VANDEX ETANCHE
CANALISATION A) Réalisation en béton
SUPER

ancré avant cuvelage


0,50m. mini REJET

COMPLEXE VANDEX
TRAITEMENT
SCHEMAS N°22,23
BESACE POUR FIL D'EAU GARDE-ROUES
SCHEMA 115 Paragraphe X.8. du C.C.1 HAUTEUR 10cm.
VANDEX SUPER
TRAPPE DE VISITE

A GRILLE DE PREFERENCE
SANS CADRE
B) Réalisation après cuvelage
CANIVEAU
A BAS RAMPE
COMPLEXE VANDEX
0,50m. mini
TRAITEMENT SCHEMAS N°22,23
GARDE-ROUES
VANDEX SUPER

RADIER B.A. BETON 3ème PHASE


VIDE SOUS REMPLISSAGE GROS BETON
RAMPE MURÉ BETON 2ème PHASE SCHEMA 116 Paragraphe X.8. du C.C.1
PAR DES PARPAINGS

LOCAL A HYDROCARBURES

COMPLEXE VANDEX
SUR HAUTEUR "H2"
MACONNERIE DE
PARPAING ENDUITE

RESINE RESISTANTE
AUX HYDROCARBURES
VOIR PARAGRAPHE VIII.2.2.

HAUTEUR PERMETANT LA
h VIDANGE COMPLETE DE
LA CUVE

BERCEAU EN B.A.
ANCRE DANS LE RADIER

VANDEX SUPER SUR TOTALITE DU RADIER


ET LA HAUTEUR "H2" DES BERCEAUX
RADIER EN BETON ARME

SCHEMA 117 Paragraphe X.9. du C.C.1


JANVIER 2000
TRAITEMENT DES HUISSERIES METALLIQUES
NOTA : PRENDRE DES HUISSERIES A 3 PATTES PAR MONTANT ET NON
CELLES A 2 PATTES PAR MONTANT ET EQUERRE EN PIED

EMPOCHEMENT 20x20x20cm. CUVELÉ


AVANT SCELLEMENT DES PATTES
A SCELLER SELON SCHEMAS N°75,75bis
HAUTEUR "H1"

A) POSE APRES COULAGE


ET CUVELAGE
B) POSE AU COULAGE

COMPLEXE VANDEX

SCHEMA 118 Paragraphe X.10.2. du C.C.1

COMPLEXE VANDEX

Réservation en
pied d'huisserie
C) VARIANTE 8cm.
Huisserie
HUISSERIE BERDO DE CHEZ BERKVENS
8cm. "H1"
FRANCE NE NECESSITANT PAS DE RESERVATION "H1" 10cm
(FIXATION PAR MACHOIRE A SERRER)
5cm

RESERVATION OBSTRUEE PAR LE G.O.


APRES REALISATION DU CUVELAGE VANDEX 5cm.
SCHEMA 119 Paragraphe X.10.1. du C.C.1

COMPLEXE VANDEX

SCHEMA 120 Paragraphe X.10.2. du C.C.1 SCHEMA 121 Paragraphe X.10.2. du C.C.1

COMPLEXE VANDEX

SCELLEMENT ETANCHE REALISE


PAR CHEVILLE CHIMIQUE
VOIR SCHEMA N°76

D) POSE APRES COULAGE HAUTEUR "H1"

ET CUVELAGE

JANVIER 2000
Pare vapeur pour cuvelage par minéralisation VANDEX

SABLE DE QUARTZ TYPE F25 EVENTUEL DANS UNE COUCHE SUPPLEMENTAIRE


D'ETANPRIM SH DE 300 g/m2 POUR L'ACCROCHAGE DES FUTURS REVETEMENTS

PARE VAPEUR ETANPRIM SH 2x400g/m2

PENETRATION DE LA

.
DIFFUSION VAPEUR D'EAU MINERALISATION VANDEX
CONSTITUANT UNE
BARRIERE A L'EAU

EAU

Schéma 122 Paragraphe VI.4.10.

JANVIER 2000
Perméance ?e à la vapeur d'eau de
l'ETANPRIM SH en fonction de la consommation

π
COURBE = 2087 - 0,71 avec m en g/m2 représentant la
e m
consommation d'ETANPRIM SH frais.

PERMEANCE
π -2 -1 -1
en mg.m h mmHg
e

2
1.5
1

0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500
562 770 944 1220

CONSOMMATION ETANPRIM SH en g/m2

Schéma 123 Paragraphe VI.4.10 du C.C.1.

JANVIER 2000
CLOISON DE DOUBLAGE DEVANT DES PAROIS CUVELEES
PAR UN REVETEMENT D'IMPERMEABILISATION
JOINT DE DILATATION OU
REPRISE DE BETONNAGE

JOINT DE
PAROI MOULEE

VENTILATION HAUTE VENTILATION HAUTE

ni m.
mi
cm 6.00
20 :
E= ES
APP TRAPPE 60x60cm
ECARTEMENT E TR
TR
EN
XI
E MA
C
TAN
DIS

TRAPPE 60x60cm

VENTILATION BASSE

VENTILATION BASSE

PIED DE CLOISON EN MATIERE RESISTANT A L'HUMIDITE

Schéma124 Paragraphe VIII.8.2. du C.C.1.


CLOISON DE DOUBLAGE

CUNETTE VOIR SCHEMAS 125-126


JANVIER 2000
CLOISON DE DOUBLAGE DEVANT DES PAROIS CUVELEES
PAR UN REVETEMENT D'IMPERMEABILISATION

A°)Cloison en Parpaings
Schéma 125 Paragraphe VIII.8.2.

CLOISON MONTEE EN 2 PHASES.


1ère PHASE : 1ère RANGEE DE PARPAING POSES
APRES MINERALISATION ET A REVETIR DE BB75
2ème PHASE : POSE DE RESTANT DU DOUBLAGE.

COMPLEXE VANDEX

DOUBLAGE
2ème PHASE

BB75/PARPAING

COMPLEXE VANDEX

SURFACE BOUCHARDEE OU REPIQUEE

MORTIER RICHE

VANDEX SUPER
TUBE PVC SCELLE D'EVACUATION
(VOIR SCHEMAS N°84 & 85)

B°)Cloison en parpaings / Talonnette B.A.


COMPLEXE VANDEX

MORTIER RICHE

DOUBLAGE
2ème PHASE

TALONNETTE B.A.

COMPLEXE VANDEX

Schéma 126 Paragraphe VIII.8.2.

TALONNETTE B.A. ANCREE SUR RADIER APRES


EXECUTION DE LA MINERALISATION VANDEX
VANDEX SUPER
TUBE PVC SCELLE D'EVACUATION
(VOIR SCHEMAS N°84 & 85)

JANVIER 2000
ANNEXE 1 AU C.C.T. N°1

ADDITIF N°2 AU C.C.T. N°1


VENTILATION LAME D'AIR

E CLOISON DE DOUBLAGE

NAPPE PHREATIQUE VENTILATION HAUTE

VENTILATION BASSE

CUVELAGE LAME LOCAL


VANDEX D'AIR INTERIEUR
BETON SATURE D'EAU
P P
a l
P W W
sb a l
W T T
sb b l
T
b