Vous êtes sur la page 1sur 2

Document generated on 06/24/2020 8:58 a.m.

Québec français

La grammaire textuelle
Présentation
Monique Noël-Gaudreault

La grammaire textuelle
Number 93, Spring 1994

URI: https://id.erudit.org/iderudit/44451ac

See table of contents

Publisher(s)
Les Publications Québec français

ISSN
0316-2052 (print)
1923-5119 (digital)

Explore this journal

Cite this document


Noël-Gaudreault, M. (1994). La grammaire textuelle : présentation. Québec
français, (93), 23–23.

Tous droits réservés © Les Publications Québec français, 1994 This document is protected by copyright law. Use of the services of Érudit
(including reproduction) is subject to its terms and conditions, which can be
viewed online.
https://apropos.erudit.org/en/users/policy-on-use/

This article is disseminated and preserved by Érudit.


Érudit is a non-profit inter-university consortium of the Université de Montréal,
Université Laval, and the Université du Québec à Montréal. Its mission is to
promote and disseminate research.
https://www.erudit.org/en/
PRESENTATION

>
Q
O
Q
IA GRAMMAIRE
TEXTUELLE
par MONIQUE NOËL-GAUDREAULT

O, n appelle communément « grammaire » l'ensemble des règles phonétiques, morphologiques


et syntaxiques d'une langue, quelle qu'elle soit.
Métaphoriquement, on parlera d'une « grammaire du texte » pour désigner l'ensemble des règles
qui régissent la construction (processus ou résultat) d'un texte.
La linguistique textuelle considère le texte comme une suite cohérente de macropropositions au
niveau global et de micropropositions (phrases ou sous-phrases) au niveau local. En effet, qu'il soit
à visée informative, incitative, expressive, ou poétique-ludique, la dimension structurelle du texte
doit être prise en compte en classe, afin de faciliter la compréhension en lecture aussi bien que la
production écrite.
Notre dossier ne prétend nullement faire la tour d'une question aussi complexe ; il tente
simplement d'éclairer quelques aspects de la grammaire de texte avec une insistance sur le schéma de
récit qui en traduit toute l'importance.
Notre collaboratrice, Lorraine Pépin, passe en revue dans leur double fonction sémantique et
structurelle, les connecteurs qui relient les phrases entre elles à l'intérieur d'un texte argumentatif écrit
par des étudiants adultes. Elle distingue les connecteurs toujours requis et ceux qui peuvent être
redondants, tout en suggérant des pistes pour évaluer dans quels cas ces connecteurs sont fautifs.
À partir d'un récit de fiction écrit par une élève, Ghislain Bourque décrit et illustre deux modèles
d'amélioration de la cohérence-cohésion : le redressement en fonction d'une norme, d'une part ; et,
d'autre part, la fructification des dispositifs particuliers que le texte actualise. Il propose ainsi à
l'enseignante deux façons différentes de lire et d'évaluer les productions de ses élèves dans le but
d'aider ces derniers à retravailler leur écrit.
Quant à Marie Nadeau, elle oppose deux sortes de textes narratifs selon le degré d'habileté des
jeunes scripteurs : les scripts et ceux qui méritent le nom de récits ; elle examine la structure de textes
d'enfants dans le but d'en proposer des pistes d'amélioration.
Enfin, Lucie Godard attire notre attention sur les retombées positives de l'utilisation du livre-
disquette auprès d'élèves en difficulté. En effet, la lecture d'un texte de littérature jeunesse (un roman)
débouche ici sur la transformation d'un épisode de l'histoire. Elle signale également que le travail en
équipe permet un enseignement réciproque du schéma de récit qui garantit la réussite de l'entreprise
tout en la facilitant.

À tous et à toutes, nous souhaitons « Bonne lecture ! »

QUÉBEC français • PRINTEMPS 1994 «NUMÉRO 93 23