Vous êtes sur la page 1sur 83

Cahier spécial des charges – clauses techniques

CAHIER SPECIAL DES CHARGES


TABLE DES MATIERES

CHAPITRE 00. CLAUSES TECHNIQUES GENERALES ET METHODE D’ESSAIS. .............................. 6

CHAPITRE 01. TRAVAUX PRELIMINAIRES. .............................................................................................. 6


10. COORDINATION SECURITE-SANTE. ................................................................................................................... 6
11. TRAVAUX PREPARATOIRES............................................................................................................................... 7
11.1. Installation de chantier. ........................................................................................................................ 7
11.11. Installation de chantier proprement dite. .......................................................................................................... 7
11.12. Note relative aux déchets. ................................................................................................................................. 9
11.13. Panneau de chantier. ......................................................................................................................................... 9
11.14. Planning et coordination générale................................................................................................................... 10
11.15. Clôture de chantier.......................................................................................................................................... 10
11.2. Etude des ouvrages.............................................................................................................................. 10
11.21. Reconnaissance des sols. ................................................................................................................................ 11
11.22. Etude de stabilité. ........................................................................................................................................... 11
11.22.1. Ouvrages en béton armé. ........................................................................................................................ 11
11.3. Etats des lieux...................................................................................................................................... 28
11.4. Assurance chantier.............................................................................................................................. 28
11.5. Appropriation de l’égouttage et impétrants existants. ........................................................................ 29
12. TRAVAUX DE DEBOISEMENT ET DE DEBROUSSAILLEMENT. .............................................................................. 29
12.1. Travaux de nettoyage par pulvérisation et débroussaillement........................................................... 29
CHAPITRE 02. TRAVAUX DE TERRASSEMENTS. ................................................................................... 30
20. TERRASSEMENTS EN DEBLAIS......................................................................................................................... 30
20.0. Terrassements en déblais – généralités............................................................................................... 30
20.1. Retroussement de terre arable, ep.30cm. ............................................................................................ 32
20.2. Terrassements généraux...................................................................................................................... 33
20.21. Profondeur de 80cm à l'endroit du grass bunker, fond compris..................................................................... 35
20.22. Profondeur de 70cm à l’endroit des bunkers (sable), fond compris................................................................ 35
20.23. Profondeur de 20cm en complément svt sol sous green. ................................................................................ 35
20.24. Déblais pour constitution de fossé. ................................................................................................................. 35
20.25. Jusqu'au niveau fini - 50 cm à l'endroit des revêtements en cordolithe........................................................... 35
20.26. Jusqu'au niveau fini - 30 cm à l'endroit des zones de gazon ou de plantations. .............................................. 35
20.3. Terrassements locaux pour fondations................................................................................................ 35
20.31. Pour fondations des bassins de lagunage. Au m3.QP. .................................................................................... 36
20.32. Pour fondations des soutènements en gabions. Au m3.QP. ............................................................................ 36
20.33. Pour la réalisation des fosses d’arbres. PM. ................................................................................................... 36
20.4. Massifs rocheux. En recherche............................................................................................................ 36
21. TERRASSEMENTS EN REMBLAIS ET PROFILAGES. ............................................................................................. 36
21.1. Epandage et profilage de terres arables. ............................................................................................ 36
21.2. Remblais au sable de sous-fondation. ................................................................................................. 37
21.3. Remblai au sable siliceux à granulométrie discontine 0,2 à 0,7mm max. PH = 5,5. PM.................. 38
21.4. Remblai au mélange sable siliceux/terre végétale PM........................................................................ 38
21.5. Remblai au sable blanc à granulométrie discontinue 0,25 à 1mm max PM. ...................................... 39
21.6. Remblai à l'aide d'empierrement de calibre 7 à 32 mm max. ............................................................. 39
22. TERRASSEMENTS PARTICULIERS..................................................................................................................... 40
22.1. Mise en forme et construction des bunkers et de leur environnemenT................................................ 40
22.11. Mise en forme des bunkers en sable Au m3.QP. ............................................................................................ 41
22.12. Mise en forme du grass bunker Au m3.QP. .................................................................................................... 41
22.2. Mise en forme des fairways et du rough Au m2.QP. ........................................................................... 41
22.3. Construction des greens. ..................................................................................................................... 42
22.31. Construction des greens naturels. ................................................................................................................... 44
22.32. Construction des greens synthétiques (putting et pitching) Au m2.QP........................................................... 46
22.4. Mise en forme et construction des tees Au m3.QP. ............................................................................. 47
22.5. Construction des avant-greens et de la collerette (2,00mct) Au m3.QP. ............................................ 48

AAS3 sprl page 1


Cahier spécial des charges – clauses techniques

CHAPITRE 03. TRAVAUX D’EGOUTTAGE ET D’EVACUATION DES EAUX. .................................... 48


30. EGOUTTAGE. ................................................................................................................................................ 48
30.0. Réseau d’évacuation enterré – Généralité. ......................................................................................... 48
30.1. Tuyauteries enterrées en PVC. ............................................................................................................ 49
30.11. Tuyaux PVC diam. 110mm. Au mct.QP......................................................................................................... 50
30.12. Tuyaux PVC diam. 125mm. Au mct.QP......................................................................................................... 50
30.2. Gaines enterrées en PVC annelée. ...................................................................................................... 50
30.21. Gaines annelées diam.80mm. Au mct.QP....................................................................................................... 50
31. DRAINAGE ET TRAVAUX CONNEXES................................................................................................................ 50
31.1. Tuyaux de drainage enrobés d’une nappe filtrante synthétiquE......................................................... 50
32. APPAREILS DE VISITE. ................................................................................................................................... 53
32.1. Chambres de visites............................................................................................................................. 53
32.11. Chambre de visite ordinaire 60x60cm. A la pièce.QP. ................................................................................... 54
32.12. Cavette préfabriquée min.100x100cm. A la pièce. ......................................................................................... 54
32.2. Supplément pour regard de visite........................................................................................................ 54
32.21. Couvercle en fonte double fond, trafic lourd. A la pièce.QP. ......................................................................... 54
CHAPITRE 04. PETITS OUVRAGES D’ART................................................................................................ 54
41. BASSINS DE LAGUNAGE.-A............................................................................................................................. 54
41.1. Maconnerie et béton pour bassins. –A. ............................................................................................... 55
41.11. Dalle sur sol. –A. ............................................................................................................................................ 55
41.12. Murets en béton armé coulé sur place. –A...................................................................................................... 56
41.13. Dalle préfabriquée en béton lisse. –A. ............................................................................................................ 56
41.13.1. Eléments 150 x 100 x 10 cm avec trapillons. A la pièce. –A................................................................... 57
41.13.2. Eléments 70 x 50 x 5 cm. A la pièce. –A. ................................................................................................ 57
41.2. Finitions d'étanchéité. –A.................................................................................................................... 58
41.20. Etanchéité – Généralités. –A........................................................................................................................... 58
41.21. Complexe d’étanchéité à base de résines polyuréthanes. –A. ......................................................................... 58
41.22. Etanchéité contre murs. –A............................................................................................................................. 60
41.23. Etanchéité des cellules de filtration. –A.......................................................................................................... 60
41.3. Graviers filtrants. –A........................................................................................................................... 61
41.30. Généralités. –A. .............................................................................................................................................. 61
41.31. Galets 40/120 mm. –A. ................................................................................................................................... 61
41.32. Gravier 10/20 mm........................................................................................................................................... 61
41.33. Gravier fin 3/8 mm. –A................................................................................................................................... 61
42. SOUTENEMENT EN GABIONS........................................................................................................................... 62
43. ECRAN VEGETAL............................................................................................................................................ 63
43.1. Cage en panneaux métalliques rigides. Au mct.QP. ........................................................................... 64
43.2. Remplissage de concassé de pierre bleue ET DE BETON RECYCLE. Au m3.QP.............................. 64
44. SOUTENEMENT EN AZOBE. ............................................................................................................................. 64
44.1. Hauteur variable de 0 à 1 mct. Au mct.QP. ........................................................................................ 65
44.2. Hauteur 1 mct. Au mct.QP. ................................................................................................................. 65
CHAPITRE 05. SOUS-FONDATIONS ET FONDATIONS........................................................................... 66
50. SOUS-FONDATIONS........................................................................................................................................ 66
50.1. Nivellement des fonds de formes. ........................................................................................................ 66
50.2. Géotextile. ........................................................................................................................................... 67
51. FONDATIONS................................................................................................................................................. 68
51.1. Pierres pour empierrement à granularité continue............................................................................. 68
51.2. Assise au sable stabilisé. ..................................................................................................................... 68
51.3. Béton maigre sans armatures.............................................................................................................. 69
CHAPITRE 06. ELEMENTS LINEAIRES. ..................................................................................................... 70
60. BORDURES.................................................................................................................................................... 70
60.1. Démontage et repose de bordure. ....................................................................................................... 70
CHAPITRE 07. REVETEMENTS. ................................................................................................................... 71

AAS3 sprl page 2


Cahier spécial des charges – clauses techniques

70. REVETEMENTS GAZONNES.............................................................................................................................. 71


70.1. Dalles alvéolaires pour renforcement du gazon.................................................................................. 71
70.2. Cordolithe pour Remplissage des dalles alvéolaires........................................................................... 72
70.3. Revêtement en cordolithe. ................................................................................................................... 73
CHAPITRE 08. MOBILIER.............................................................................................................................. 75
81. ELEMENTS LINEAIRES. ................................................................................................................................... 75
81.1. Clôture en treillis à simple torsion. ..................................................................................................... 75
CHAPITRE 09. TRAVAUX HORTICOLES. .................................................................................................. 76
90. PREPARATION DU SOL. .................................................................................................................................. 76
91. ENGAZONNEMENTS. ...................................................................................................................................... 76
91.0. Généralités. ......................................................................................................................................... 76
91.1. Création de gazonnement par semis.................................................................................................... 77
91.11. Semis pour gazon de golF............................................................................................................................... 77
91.12. Semis sur cordolithe. ...................................................................................................................................... 79
92. PLANTATIONS................................................................................................................................................ 79
92.0. Généralités. ......................................................................................................................................... 79
92.1. Boisement en baliveaux....................................................................................................................... 81
92.2. Haie de Hêtre. ..................................................................................................................................... 82
92.3. Plantes grimpantes.............................................................................................................................. 82
92.4. Plantes filtrantes. ................................................................................................................................ 82
92.5. Mail de Chêne. .................................................................................................................................... 83
92.6. Massifs fleuris...................................................................................................................................... 83

AAS3 sprl page 3


Cahier spécial des charges – clauses techniques

REMARQUES PRELIMINAIRES.

1. En cas de contradiction entre le cahier général des charges et le présent cahier spécial des
charges, ce dernier prévaut. De même, au cas où une discordance existerait entre deux
documents du présent dossier (plans, cahier spécial des charges et métré), le renseignement
le plus coercitif sera impérativement pris en compte.

2. Métré.
Les métrés ne sont donnés qu'à titre indicatif et n'engagent nullement la responsabilité de
l'Architecte. L'entrepreneur est censé avoir visité les lieux.
Tout soumissionnaire est invité à corriger les erreurs et à combler les lacunes qu'il relèverait
dans le présent métré, eu égard aux plans et Cahier Spécial des Charges qui se complètent
mutuellement.
L'entrepreneur ne peut donc réclamer une augmentation de prix ou une prolongation du délai
d'exécution du chef d'erreurs ou lacunes existant dans le présent métré.
Les soumissionnaires sont tenus de respecter les quantités présumées reprises au métré
récapitulatif relatif à cette affaire. Lors du remesurage, seules les quantités effectivement
réalisées seront portées en compte. Les dépassements ou réductions de quantités par rapport
aux quantités pré-métrées ne pourront justifier de modifications des prix unitaires.

3. L'attention de l'Entrepreneur est attirée sur le fait que certains articles du présent cahier des
charges comprennent un indice -A. Ces indices constituent des variantes ou options
obligatoires. Le Maître de l'Ouvrage se réserve le droit de ne pas réaliser celles-ci sans devoir
d'indemnités d'aucune sorte. Dans le cas où le Maître de l'Ouvrage souhaiterait réaliser l'une
ou l'autre de ces variante et/ou options, les postes repris en référence de base, dès lors qu'ils
constituent un doublon, seront supprimés sans condition aucune.

4. Pour rappel (cfr.clauses administratives), les travaux comprennent des travaux d’ordre public
et des travaux d’ordre privé. La distinction étant limitée au cadre administratif (pouvoir
subsidiant) et les travaux étant concomitants, les conditions du présent cahier spécial des
charges sont appliquées, sans distinction aucune, pour l’ensemble des travaux. Seuls les
postes du métré font la distinction entre les deux pouvoirs adjudicateurs ; l’entrepreneur étant
tenu de respecter scrupuleusement la numérotation de ces postes et les quantités y
afférentes.

5. Avant le début des travaux, l'entreprise désignée devra prendre contact avec chaque société
concessionnaire afin d'obtenir tous les renseignements nécessaires concernant la position des
impétrants. Dans les cas d’incertitude quant à l’emplacement de certains impétrants,
l’entrepreneur procèdera à des sondages manuels de reconnaissance. Ces sondages sont
prévus dans la description des travaux ci-après.

6. Responsabilité.
La Direction de chantier, désignée DT en infra, et Administrations renderesses déclinent toute
responsabilité au point de vue accident qui pourraient se produire soit sur chantier soit dans
l'enceinte de celui-ci tant au cours des travaux qu'au cours d'amenée ou de sortie de
matériaux, matériels ou autres.
Les entrepreneurs s'engagent en signant leur contrat d'entreprise à informer de ce qui
précède, leurs transporteurs et fournisseurs de même que leurs sous-traitants éventuels.

7. Objet de l'entreprise et charges d'entreprise.


Voir clauses administratives et techniques.

AAS3 sprl page 4


Cahier spécial des charges – clauses techniques

LISTE DES PLANS.

Voir clauses administratives

AAS3 sprl page 5


Cahier spécial des charges – clauses techniques

DESCRIPTION DES TRAVAUX.

CHAPITRE 00. CLAUSES TECHNIQUES GENERALES ET METHODE D’ESSAIS.

Voir clauses administratives communes et cahiers des charges de référence.

CHAPITRE 01. TRAVAUX PRELIMINAIRES.

10. COORDINATION SECURITE-SANTE.

Voir clauses administratives.


L’entrepreneur est tenu de se conformer strictement à la législation en vigueur en matière de sécurité
sur les chantiers temporaires ou mobiles.
Il prendra toutes les dispositions nécessaires à ce sujet et respectera en outre les instructions qui lui
seront transmises par le représentant légal du Maître de l’ouvrage en la matière.
Cette obligation ne peut entraîner un quelconque supplément.
L’entrepreneur estime le coût de l’ensemble des dispositions à prendre en matière de « sécurité et de
santé » conformément à l’AR du 25 janvier 2001 modifié par l’AR du 19 décembre 2001 et le réparti
sur l’ensemble des postes. La liste de ces dispositions n’est pas limitative.
L’entrepreneur joint un justificatif.
Nonobstant les prescriptions spécifiques du coordinateur, l’entrepreneur prévoit les points suivants :
- Remplir et fournir les documents administratifs demandés par le Coordinateur Sécurité Santé
(CSS)
Concerne : Avis d’ouverture du chantier au CNAC et à l’inspection du travail, attestations de Services
Externes de Contrôle technique pour les divers engins présents sur chantier, fiches techniques des
produits dangereux,….
- Fournir un PPSS à l’approbation du CSS
- Désigner une personne responsable au sein de l’entreprise.
Cette personne désignée pour représenter l’entrepreneur fait suivre les remarques du coordinateur ;
celle-ci participe aux réunions de chantier organisées par le maître d’ouvrage ou l’architecte ou le
coordinateur.
- Fourniture et pose des équipements spécifiques en matière de sécurité-santé
Concerne : location d’échafaudages, mise en place des équipements de protection collective (EPC),
mise à disposition d’équipements de protection individuels (EPI),….

Concerne : sécurité chantier.


Mesurage : pour mémoire. A répartir sur l’ensemble des postes et à justifier.

AAS3 sprl page 6


Cahier spécial des charges – clauses techniques

11. TRAVAUX PREPARATOIRES.

11.1. INSTALLATION DE CHANTIER.

11.11. INSTALLATION DE CHANTIER PROPREMENT DITE.


L’installation générale du chantier est à charge du lot n°1.
Le chantier se situe dans un espace ouvert. L’accès technique côté village (à gauche face au site) est
réservé à l’accès des golfeurs pour atteindre le practice situé après les logettes (zone à gauche et
derrière les logettes).
Pour l’essentiel, l’entrepreneur installera son chantier dans la zone réservée à l’académie. Les locaux
de chantier seront toutefois implantés au droit de la zone de parkings située dans le prolongement du
hangar de la Distillerie et aujourd’hui partiellement empierré. En tous les cas, l'entrepreneur prendra
toutes les dispositions pour installer correctement son chantier.
Par installation de chantier, il faut comprendre :
1. un pavillon à usage de bureau.
L'équipement de ce bureau comprend au minimum :
une table de travail et des sièges en suffisance pour les réunions ;
une armoire à dossier avec fermeture à clefs ;
un tableau permettant l’affichage des plans ;
un éclairage et un chauffage électrique approprié au local ;
un téléphone fixe ou portable.
Ce bureau doit pouvoir être fermé à clé.
2. le ou les pavillons à usage du personnel
3. l’entreposage des matériaux
4. la clôture du chantier
5. la signalisation du chantier
6. les accès provisoires pour le personnel, les visiteurs, les matériaux
7. les dispositifs de sécurité
8. les égouts provisoires et dispositifs de pompages des eaux y compris les rabattages
de nappes phréatiques
9. le nettoyage journalier du chantier et de ses abords
10. le nettoyage final du chantier
11. l’approvisionnement en énergies pour les besoins du chantier
12. les wc de chantier
13. le matériel nécessaire à l’exécution des travaux
14. les frais d’étude et d’analyse
15. la mise à disposition des dossiers, documents et plans à l’échelle sur chantier
16. les frais de réception par des organismes agréés
17. les taxes, amendes et frais divers du fait de l’entreprise et du chantier

AAS3 sprl page 7


Cahier spécial des charges – clauses techniques

18. l’implantation et l’établissement des « chaises » et autres marquages utiles et


nécessaires des zones d’intervention et constructions.
19. la mise à disposition du matériel nécessaire pour procéder à toutes vérifications
jugées nécessaires par l’auteur de projet

Bref, tous les moyens d’exécution en vue de la bonne fin des travaux et de leur contrôle, excepté les
postes pour lesquels un métré est explicitement prévu.
Note particulière :
- L’entrepreneur du lot 1 prévoit son installation du chantier en tenant compte qu’elle sera utilisée par
les autres entreprises des autres lots. Une exception est toutefois faite en ce qui concerne les points 2,
8, 9, 13, 14, 15, 16, 17, 18 et 19 pour lesquels les prestations à prévoir par le lot 1 concernent
uniquement l’installation générale du chantier et non les installations spécifiques aux entrepreneurs
concernés.
- En ce qui concerne le point 4 « clôture de chantier », le lot 1 a la charge de la clôture autour des
ouvrages d’art qu’il doit ériger ainsi que la clôture et signalisation au droit de l’accès principal au
chantier, autour des pavillons et zones de stockage de matériel. Le lot 2 a la charge des clôtures et
signalisations utiles et nécessaires autour des travaux à réaliser en bordure de voirie et la délimitation
de son chantier par rapport à l’accès technique latéral réservé aux golfeurs. Les moyens
complémentaires utiles et nécessaires à la protection et à la sécurisation des ouvrages spécifiques
aux différents lots est à charge de chaque lot.
- En ce qui concerne le point 10 « nettoyage final du chantier », il est entendu que chaque
entrepreneur est tenu d’effectuer le nettoyage de sa zone d’intervention. Le nettoyage final général à
charge du lot 1 comprend en sus les zones communes (parking, clôture, pavillons,…).
- En ce qui concerne le point 11 « raccordements aux énergies » et les coûts de celles-ci, pour les
besoins du chantier (raccordements à l’eau, à l’électricité et au téléphone de chantier) sont à charge
du Lot n°1. Le Lot n°1 est toutefois autorisé, en c as de non activité de son entreprise et pour autant
que le relevé des compteurs soit fait contradictoirement, à imputer le coût réel des énergies utilisées
aux autres lots. En cas d’impossibilité et/ou d’absence de raccordements provisoires, l’entrepreneur du
présent lot est tenu d’assurer par ses propres moyens les besoins en énergie relatifs à son ouvrage et
ce, sans supplément.
- Le tracé des ouvrages de chaque lot est établi par le ou les adjudicataires de ces lots au moyen d’un
nombre suffisant de repères de nivellement et d’implantation. Il est accompagné d’un plan des ces
repères. Ces relevés et plans sont à effectuer avant tout début de travaux.
Le tracé d’implantation et les niveaux repères indiqués sur les plans sont contrôlés par chaque
entrepreneur. Ceux-ci sont tenus de vérifier la concordance des plans et du terrain. Toute discordance
éventuelle doit être signalée immédiatement à la Direction des travaux et ne peut être rectifiée sans
leur accord préalable. La direction des travaux se réserve le droit de demander de préciser certaines
zones, particulièrement les zones de jeux, par des repères complémentaires. De même, la Direction
de chantier se réserve le droit de modifier certains points après repérage afin d’améliorer les tracés.
En ce cas, les nouveaux points de référence seront immédiatement portés sur le plan par
l’adjudicataire.
Chaque entrepreneur met à la disposition de la Direction des travaux, en tout temps, les instruments et
le personnel nécessaires pour pouvoir s’assurer que les ouvrages sont exécutés conformément aux
documents de l’entreprise.
En cours de chantier, chaque entrepreneur établira systématiquement le relevé des ouvrages et
canalisation enterrées et les consignera pour l’établissement du plan « as built ». Le plan « as built »
reprenant tous les ouvrages et canalisations enterrées, ainsi que tous les ouvrages et aménagements
apparents sera à fournir en fin de chantier lors de la réception provisoire.

Concerne : installation de chantier.


Mesurage : au forfait.

AAS3 sprl page 8


Cahier spécial des charges – clauses techniques

11.12. NOTE RELATIVE AUX DECHETS.

Voir clauses administratives.


Les matériaux provenant des démolitions sont évacués par l’entrepreneur à ses frais et sous sa
responsabilité conformément à la législation en vigueur en matière de déchets.
La circulaire du Ministère de la Région Wallonne du 23/02/95 relative à l’organisation de l’évacuation
des déchets dans le cadre des travaux en Région Wallonne est de stricte application.
art. 3 :
L’entrepreneur spécifie dans son offre la décharge agréée dans laquelle les déchets du présent
chantier seront évacués. Il est censé s’être informé préalablement au dépôt de son offre des
conditions d’accès et d’acceptation à la décharge préconisée. A défaut de cette indication,
l’entrepreneur est supposé avoir choisi la décharge agréée la plus proche de son chantier, sans
pouvoir prétendre à quelque indemnité que ce soit si cette hypothèse s’avérait non réalisée au cours
de l’exécution du chantier.
art.25 :
Dans le cadre des déblais généraux, les volumes du poste 1A (déblais) et des postes 1B, 1C et 1D
(remblais) sont mesurés en m3 en place suivant le code de mesurage précisé au cahier spécial des
charges de référence de la circulaire du M.R.W.
Le volume de 1E est calculé contractuellement selon la formule E=A-B-C-D avant exécution de F.
Le volume du poste 1B est calculé contractuellement selon la formule F=A-B-C-D-E.
art.33 :
En vue de se conformer au décret du Conseil Régional Wallon du 05/07/85, ainsi qu’à l’Arrêté de
l’Exécutif Régional Wallon du 23/07/87 relatif aux décharges contrôlées, l’entrepreneur a l’obligation de
tenir au chantier un registre des déchets mentionnant pour chaque camion quittant le chantier, les
renseignements repris au modèle de bon. Un bon sera obligatoirement présent dans le camion
pendant son déplacement. Ce registre, collection de bons, sera tenu à disposition des fonctionnaires
représentant le maître de l’ouvrage et de la Division de la Police de l’Environnement ainsi que de
l’Office Régional Wallon des Déchets.
art.42 :
Les dispositions de l’article 42 du cahier général des charges de référence de la circulaire du M.R.W.
relatives aux modifications de prix unitaires pour variations de quantités ne sont pas d’application pour
les variations de quantités présumées pouvant intervenir aux postes 3B, 3C et 3D.
art.48 : Pénalités.
Voir clauses administratives.

Concerne : gestion des déchets.


Mesurage : pour mémoire. A répartir sur l’ensemble des postes.

11.13. PANNEAU DE CHANTIER.

Pour mémoire. Compté dans le lot n°1.

AAS3 sprl page 9


Cahier spécial des charges – clauses techniques

11.14. PLANNING ET COORDINATION GENERALE.

Voir clauses administratives.


Planning général a charge du lot n°1.
L’entrepreneur du présent lot est tenu de fournir son propre planning à l’adjudicataire du lot n°1 ava nt
l’ouverture du chantier.
Les plannings se font en coordination avec les bureaux d’études, le maître d’ouvrage et le coordinateur
sécurité santé phase projet.
Chaque entrepreneur est tenu de respecter le planning général et de participer aux réunions de
coordination lorsque nécessaire ou sur demande de la DT.

Concerne : planning et coordination générale.


Mesurage : pour mémoire. A répartir sur l’ensemble des postes.

11.15. CLOTURE DE CHANTIER.

Voir poste 11.11. « installation de chantier » en supra.


L’entrepreneur est tenu de s’informer auprès des services de police et de voirie des règlements en
vigueur concernant la clôture des chantiers, leurs signalisations, le stockage des matériaux, etc... et de
se conformer strictement aux avis de ces services.
En tout état de cause, l’entrepreneur est tenu d’assurer la fermeture du chantier, d’en interdire l’accès
au public.
Cet ouvrage comprend la pose d’une clôture d’une hauteur de minimum 2m. constituée de panneaux
en ossature tubulaire d’acier galvanisé et recouvert d’un treillis.
Les panneaux sont fixés l’un à l’autre et forment un ensemble stable et rigide.
Ces panneaux sont placés dans des plots en béton. Cette clôture reste la propriété de l’entrepreneur
et est enlevée à la fin du chantier. L’entrepreneur se met en rapport avec le coordinateur sécurité
réalisation pour l’établissement de la clôture.
L’entrepreneur appose, bien visiblement, des écriteaux indiquant la défense d’accès au chantier aux
personnes non autorisées à y circuler.

Concerne : clôture de chantier.


Mesurage : pour mémoire. Compris dans le poste installation de chantier en supra.

11.2. ETUDE DES OUVRAGES.

Les études de stabilité non reprises dans le présent cahier spécial des charges, dimensionnement des
ouvrages et techniques spéciales font partie de l’entreprise. Leur coût est ventilé sur l’ensemble des
prix unitaires des ouvrages de référence. Les études à charges de l’entrepreneur doivent toujours être
soumises pour approbation à l’auteur de projet avant mise en exécution ou fabrication. L’entrepreneur
est tenu de vérifier les documents lui transmis avant exécution et de signaler, s’il en est, les
incohérences qu’il relèverait.

AAS3 sprl page 10


Cahier spécial des charges – clauses techniques

11.21. RECONNAISSANCE DES SOLS.

Le pouvoir adjudicateur n'a pas exécuté d'essais géotechniques, de sorte que l'adjudicataire détermine
ses prix selon ses propres constatations.
L'Entrepreneur est tenu d'informer la DT de toutes informations qu'il aurait collectées par ailleurs
(essais complémentaires, "ouï-dire", etc.).
A noter : des essais de sol sont prévus pour le lot 1. Ces essais seront mis à disposition de
l’adjudicataire sur simple demande à la DT. La seule considération de ces essais relève toutefois, le
cas échéant, de la seule responsabilité de l’adjudicataire.

Concerne : essais de sol.


Mesurage : pour mémoire. A répartir sur l’ensemble des postes.

11.22. ETUDE DE STABILITE.

L’étude de stabilité, reprise dans le présent dossier, concerne l’étude des fondations et de structures
en béton armé des ouvrages d’art repris dans les postes de référence en infra.
Les études de structure des ouvrages en gabions, en bois et en acier restent une charge d’entreprise
et sont à comprendre dans les prix unitaires des ouvrages de référence. L'entrepreneur est seul
responsable des éléments dont il a mission d'étudier et de réaliser en matière de stabilité.
L’étude fournie par l’auteur de projet comprend :
- le descriptif ci-après en matière de performances des éléments de fondation et/ou de structure en
béton armé ;
- les descriptifs spécifiques des ouvrages repris dans les postes de référence ;
- les métrés ;
- les plans généraux ;
- les détails de principe d’exécution comprenant les plans d’armatures et de coffrages seront fournis
avant exécution sur demande de l’entrepreneur. Cette demande devra être formulée au moins 15 jours
calendriers avant mise en œuvre.
L’adaptation des détails de principe suivant les réalités du terrain (profils, niveaux,…) sont à charge de
l’entrepreneur. Toutes les informations complémentaires utiles et nécessaires pour la bonne exécution
des ouvrages restent une charge d’entreprise.
Toute demande de l'entreprise ou modifications qui amènent des prestations de calcul, de contrôle ou
de dessin de l’auteur de projet, seront facturées directement à l'Entrepreneur sur base des taux
suivants :
architecte/ingénieur : 100 €/heure
dessinateur : 60 €/heure

11.22.1. Ouvrages en béton armé.


1. Généralités
Les plans fournis n'engagent la responsabilité de l’auteur de projet qu'en ce qui concerne les
dimensions des ouvrages qui résultent de ses propres calculs de stabilité et qui font l'objet des
éléments de construction pour lesquels il a été consulté.
Cas particuliers :

AAS3 sprl page 11


Cahier spécial des charges – clauses techniques

- ouvrages enterrés
En ce qui concerne les ouvrages enterrés, le dimensionnement final est compris dans le prix pour
autant que les essais de sol ne mettent pas en évidence la nécessité de mise en œuvre de fondations
radicalement différentes (pieux au lieu de radier par ex.). Le cas échéant, les modifications devront
faire l’objet d’un avenant spécifique à justifier. Le maître de l’ouvrage se réserve le droit de modifier
radicalement le projet de manière à réduire les coûts sans indemnités à faire valoir par l’entrepreneur.

- éléments préfabriqués en variante


Tous les éléments préfabriqués proposés en variante par l’entrepreneur, c’est-à-dire n’étant pas
coulés sur place ou n’étant pas prévu en l’état par l’auteur de projet, feront l’objet d’un plan détaillé à
5% avec notes de calculs, détails de mise en œuvre, détails des armatures, et bordereau des aciers.
Tous ces documents, à la charge de l’entrepreneur, devront être approuvés par l’auteur de projet
avant toute exécution.
Si ces éléments sont réalisés en usine, ou hors du chantier, l’auteur de projet ne pourra être tenu pour
responsable d’une préfabrication ne correspondant pas aux plans et études fournis par l’Entreprise. Si
l’Entrepreneur souhaite que l’auteur de projet prenne cette responsabilité, il prend en charge le coût de
la vérification de mise en œuvre en atelier, suivant le barème en régie établi dans le présent CSC.
Chaque élément doit cependant être vérifié par calcul par l’auteur de projet (correspondance aux
hypothèses qu’il a émises), aux frais de l’Entrepreneur, suivant le barème en régie établi dans le
présent CDC. Ces coûts doivent être comptés dans le prix unitaire des bétons.
- Particularité du béton hydrofugé
En ce qui concerne le béton pour tous les ouvrages enterrés, en contact avec les terres et/ou destinés
à être étanches, le béton sera hydrofugé à l'aide d'additif. L'entrepreneur mentionnera dans son offre
le nom du produit hydrofuge et le soumettra pour approbation. Le produit utilisé sera approprié à la
situation et à la destination des ouvrages. Il sera de qualité BENOR.
- Les poutres-semelles de fondations seront coulées en faisant des interruptions d'au moins 1,00 m à
recouler par après, de façon à diminuer les effets de retrait.
- Le prix de l'hydrofuge et tous les moyens pour obtenir le résultat d'étanchéité parfaite est compris
dans le prix du béton.
Description
Les travaux comprennent :
- la fourniture et la mise en œuvre des coffrages, y compris les étançonnements,
- la fourniture et la mise en œuvre des produits de décoffrage,
- la fourniture et la mise en œuvre des accessoires et des matériaux à incorporer dans le béton,
- la fourniture et la mise en œuvre des éléments de profilage du béton,
- la fourniture et la mise en place des armatures, y compris les dispositifs et accessoires de
mise en place et d'arrimage,
- la fourniture des matériaux constitutifs et le malaxage du béton, ou la fourniture du béton
préparé,
- la mise en oeuvre du béton,
- le décoffrage et le ragréage du béton et l'évacuation des matériaux de coffrage,
- les mesures de protection du béton.

2. Béton

AAS3 sprl page 12


Cahier spécial des charges – clauses techniques

2.1. Béton pour béton de fondation


Les articles du cahier des charges 104 - § 21.2. - concernant les fondations superficielles en béton
armé - sont d'application sauf, s'ils sont en contradiction avec les recommandations reprisent en infra,
auquel cas, ce sont ces dernières qui prévalent.
- L'entrepreneur doit obligatoirement avoir reçu l'ordre de l'auteur de projet avant de procéder.
- L’auteur de projet se réserve le droit d'imposer un approfondissement des fondations dans le cas où
le sol d'assise au niveau présumé ne présenterait pas les qualités escomptées sur base des essais de
sol.
- Les matériaux à mettre en oeuvre c'est-à-dire, béton - aciers - coffrages seront conformes aux
prescriptions imposées dans les articles suivants.

2.2. Béton de remplissage


Dans le cas de fondations sur semelles ou radier reposant sur le sol, l'entrepreneur respecte le niveau
inférieur des semelles ou radier comme indiqué aux plans d'exécution. Toutefois, si la couche
portante n'est pas effectivement atteinte à ce niveau, lors de l'exécution des fouilles, les terrassements
sont poursuivis aux frais de l’entrepreneur jusqu'à la profondeur nécessaire, déterminée sur place par
l’auteur de projet. La fouille supplémentaire est remplie, sur toute sa hauteur et sur la surface de
semelle considérée, par du "béton de remplissage". La composition du béton de remplissage est
laissée à l'appréciation de l'entrepreneur; toutefois, sa résistance à l'écrasement, mesurée sur cubes
de (20 x 20 x 20 cm), est au minimum de 200kg/cm² à 28 jours, et contient au moins, 175kg de ciment
par m³. Le prix unitaire comprend le terrassement, les coffrages et les étançonnements
éventuellement nécessaires pour l'exécution des bétons. Si aucune quantité de béton de remplissage
n'est exécutée, aucune indemnité n'est due à l'entrepreneur.

2.3. Béton pour béton armé


Suivant prescriptions de l'article 5202 du CDCH 9O1 de 1989

Généralités
a. Le béton armé fait l'objet de postes séparés ou non pour le béton, les armatures et les coffrages.
b. L'exécution des ouvrages en béton armé est soumise aux conditions et prescriptions de la norme
NBN 15 dernière édition.
c. Pour les plans d'exécution, l'entrepreneur est tenu de signaler toute discordance ou contradiction
éventuelle entre les plans d'architecture et les plans de coffrage avant la mise en oeuvre.
d. Tous les bétons armés de structure sont compacts et homogènes, exempts de nids de gravier ou
poches d‘air. Ils sont confectionnés à partir de ciments de marque BENOR, de la classe indiquée et de
graviers roulés ou concassés de pierres siliceuses ou carbonatées.

Composition du béton

Composition du béton - Conformément à la NBN 15.001


 classe de résistance : C12/15, C 16/20 ou C25/30 suivant les indications aux
plans et dans le présent cahier des charges
 classe d'exposition 2b (environnement humide avec gel) – béton armé
 classe de consistance S3/F3
 Calibre des granulats max. : 20 mm – Dans certains cas, une granulométrie plus
petite sera demandée afin de réaliser au mieux certains ouvrages (petits
éléments ou armatures denses). Les caractéristiques de béton devront toujours
correspondre au descriptif repris sur le cartouche des plans de stabilité
concernés.

AAS3 sprl page 13


Cahier spécial des charges – clauses techniques

L'emploi de béton provenant de centrale BENOR est obligatoire.

a. Ciment
Chaque m³ de béton contient au moins 300 kg de ciment CEM I 42.5 R, sauf pour les
bétons de fondation en contact avec le sol pour lesquels le ciment utilisé est de type
CEM III/B 32.5 HSR - LA.
Pour des questions de mise en œuvre ou d'utilisations spéciales, d'autres types de
ciment peuvent être envisagés.
L’entrepreneur soumettra à l'auteur de projet chaque cas. Les ciments de natures
différentes sont stockés séparément.
S'il y a usage d'un autre type de ciment que celui-ci spécifié, les caractéristiques de ce
ciment devront être soumises à l'approbation de l'auteur de projet avant utilisation.
La teneur en particules fines doit être étudiée pour obtenir un béton stable, évitant
autant que possible les phénomènes de ressuage et de ségrégation.

b. Sable
Il satisfera aux caractéristiques granulométriques imposées aux sables pour béton
(0/3 à 5). Le sable sera conforme aux prescriptions de la norme NBN 589-101 à 110
(spécification) et NBN 589-201 à 209 (échantillonnage).

c. Gravier
Les graviers ou pierrailles répondent aux prescriptions de la norme NBN 11-101 pour
les calibres. Les pierrailles ou graviers sont en porphyre, quartzite, grès dur ou
calcaire non gélif. Les graviers sont des graviers de rivière. Au moment de la mise en
œuvre, les granulats doivent être exempts de toute matière pouvant nuire à la
résistance des bétons ou favoriser la destruction des armatures. L'attention de
l'Entrepreneur est spécialement attirée sur la nécessité d'obtenir l'uniformité de la
teinte et l'aspect des bétons destinés à rester apparent. Dans ce but, et en vue
d'assurer la régularité des différents matériaux entrant dans la composition du béton,
ainsi que du ciment lui-même, il fait réserver chez ses fournisseurs des lots
suffisamment importants pour assurer la continuité d'aspect dans tout l'ouvrage.

d. Eau de gâchage
L'eau sera propre.
Ne peuvent être utilisées en aucun cas :
 les eaux acides (pH inférieur à 7),
 les eaux contenant plus de 3 % de sulfate de magnésium ou de gypse,
 les eaux contenant des matières grasses.

e. Adjuvants
L'Entrepreneur peut faire usage d'adjuvants en vue d'améliorer l'ouvrabilité des
mélanges, d'accélérer ou de retarder la prise du béton. Toutefois, l'Entrepreneur
respectera les instructions d'emploi prescrites par le fabricant. Il en avertira l’auteur de
projet et leur fournira les procès-verbaux d'essais prouvant que les produits utilisés
présentent les qualités requises.
Le chlorure de calcium et les adjuvants contenant des chlorures peuvent être utilisés
tant que le béton respecte la teneur en chlore maximum autorisée par la norme NBN
B15-001 (§5.5).
En cas d'usage simultané de chlorure et d'autres adjuvants, l'Entrepreneur doit fournir
la preuve que l'usage de ces deux produits n'est pas incompatible, en entendant par là
que le mélange des deux adjuvants ne doit pas donner naissance à des réactions

AAS3 sprl page 14


Cahier spécial des charges – clauses techniques

chimiques susceptibles d'annihiler l'effet escompté; en particulier, il ne doit pas


entraîner de précipitation de sels insolubles.
L'emploi du chlorure de calcium et des adjuvants contenant des chlorures est interdit
pour la confection des bétons entrant dans la construction ou la fabrication :
 des planchers dans lesquels les armatures principales ou secondaires des poutres
sont constituées par des feuillards ou des tôles minces;
 des planchers dans lesquels sont incorporés des serpentins de chauffage;
 de béton précontraint à armatures prétendues et enrobées directement de béton;
 des éléments en béton traités pour étuvage.
Le chlorure de calcium est utilisé sous la forme de paillettes ou de cristaux (chlorure
de calcium du commerce: 78 à 80% de chlorure).
Son addition doit se faire par solution préalable dans l'eau et addition de cette solution
à l'eau de gâchage à raison de 2% maximum en poids de ciment.
Si d'autres adjuvants à base de chlorures sont utilisés conjointement avec le chlorure
de calcium, le pourcentage total de chlorures sous forme d'ions CL- ne peut dépasser
1,6 % en poids de ciment utilisé.

Protection des surfaces de béton.

Clause générale
L’Entrepreneur doit empêcher de circuler et d'entreposer des matériaux sur le béton
fraîchement mis en œuvre.

Protection contre les précipitations atmosphériques


Le béton fraîchement mis en œuvre doit être protégé contre le délavage par de fortes
averses, la détérioration par la grêle et, si nécessaire, par des poussières industrielles
nocives.

Protection contre la dessiccation


- Le béton doit être maintenu humide de manière à permettre la progression de sa
résistance ;
- L'humidification du béton est d'autant plus indispensable que l'élément de béton
armé est mince par rapport à sa surface exposée à l'air. Elle doit être particulièrement
soignée quand on fait usage de coffrages glissants dégageant rapidement le béton de
toute protection. Dans tous les cas, l’Entrepreneur doit mettre en œuvre tous les
moyens évitant la dessiccation suivant les conditions climatiques et d’exposition des
éléments bétonnés. Ainsi, il doit prévoir les méthodes de protection telles que
l’arrosage, la couverture par un visqueen, la mise en œuvre d’un produit de cure,…
- Lors du bétonnage sur sol, un visqueen de 0,3 mm est placé sur l'aire nivelée pour
empêcher que l'eau de gâchage ne soit absorbée par le terrain. Toutes les
précautions sont prises pour ne pas percer cette protection pendant le ferraillage.

Serrage du béton.
Le serrage du béton est obtenu obligatoirement par vibration dans la masse.
La vibration du coffrage ou des aciers est interdite.
Lors de la vibration, il ne sera admis aucune déformation des coffrages et aucune
modification de la position des armatures.

AAS3 sprl page 15


Cahier spécial des charges – clauses techniques

La vibration doit être telle que la surface du béton vibré soit brillante et fermée; le
pourcentage de vides ne peut dépasser 13.
Un soin particulier est apporté à la vibration à proximité des coffrages et joints
d‘étanchéité, de façon à éviter des dégradations de ces éléments tout en obtenant le
long des parois un film continu de mortier.

Reprises de bétonnage

Les reprises de bétonnage doivent être particulièrement soignées pour tous les bétons
restant apparents.

Elles seront réduites au minimum et recevront au préalable l'approbation de la DT.


Tous les joints seront nets et marqués au moyen d'une latte en bois poli incorporée
dans le coffrage.

Phases d'exécution :

Lorsque les phases d'exécution sont indiquées sur les plans, elles ne peuvent être
modifiées qu'après l'accord de la DT.

Toutes phases complémentaires souhaitées par l'Entrepreneur doivent être soumises


pour accord à la DT.

L'ensemble des phases d'exécution et les moyens correspondants constituent une


charge de l'entreprise, ainsi que l'adaptation éventuelle des plans de coffrage et
d'armatures.

Les prestations relatives à la vérification des éléments préfabriqués proposés par


l'Entrepreneur en variante ou comme méthode d'exécution, lui seront facturées.

Finition des bétons :

Généralités et tolérances

Les parois en béton ne présentent, après décoffrage, aucun défaut compromettant la


durabilité, la résistance ni les qualités architecturales de la construction, tels que nids
de gravier, armatures apparentes ou insuffisamment couvertes de béton.

Dans le cas contraire les ouvrages ou parties d'ouvrages litigieux sont ragréés ou
démolis et reconstruits par et aux frais de l'Entrepreneur selon les instructions de la
DT.

Tolérances d'exécution

Le non respect des tolérances définies ci-dessous entraîne le refus des éléments
concernés qui seront démolis et reconstruits par et aux frais de l'Entrepreneur.

a) Géométrie générale des structures


 les tolérances sur l'implantation des axes sont de 0,5 cm en plus ou en moins par
rapport aux positions théoriques de ces axes;
 les tolérances pour l'implantation des niveaux sont de 1 cm en plus ou en moins
par rapport aux positions théoriques;
 les hors-plomb sur la verticale de 0,002 H avec un maximum de 1 cm sont
tolérés.

AAS3 sprl page 16


Cahier spécial des charges – clauses techniques

b) Dimensions des éléments de structure


 les tolérances sur les épaisseurs des dalles ainsi que sur les niveaux de
bétonnage sont de 1 cm en plus ou en moins;
 les tolérances sur les largeurs des poutres sont de 0,5 cm en moins et de 2 cm
en plus sur le nu de chaque face;
 les tolérances sur la position théorique de la face extérieure des poutres de
façade sont de 0,5 cm en plus ou en moins;
 les tolérances sur les dimensions des colonnes sont de 1 cm en plus ou en moins
par rapport aux faces théoriques de celles-ci;
 les tolérances sur les implantations des percements, baies et encoches sont de
1 cm en plus ou en moins dans les 3 directions.

c) Planéité
 Les tolérances de planéité mesurées au moyen d'une règle droite et rigide de 2 m
de longueur sont de 5 mm maximum.

Mesurage du béton
Les mesurages des éléments en béton se font conformément au cahier des charges
type 104 (dernière version) index 26 §0.3.3.
Les cubes portés en compte à l'Entrepreneur sont les cubes nets calculés sur les
plans d'exécution.
En aucun cas, un élément ou partie d'élément n'est compté plus d'une fois dans le
cube total.
Les bétons de fondation sont calculés suivant le cube géométrique réel des éléments,
à savoir :
 semelles de fondation, radier, poutres enterrées, colonnes, voiles jusqu'au niveau
supérieur des dalles sur sol en béton légèrement armé et/ou si celles-ci n'existent
pas, jusqu'au niveau des terres des vides techniques;
 les colonnes sont comptées sous poutres, et les poutres sont comptées "passant
sur colonnes’’ ;
 les dalles pleines ou allégées sont comptées entre poutres périphériques ;
 les voiles sont comptés entre colonnes adjacentes éventuelles et poutres
adjacentes de plancher éventuellement. Si ces dernières n'existent pas, les voiles
sont comptés à travers les planchers.
Le mesurage des bétons comprend uniquement les éléments en béton armé faisant
partie de l'ossature proprement dite. Les petits éléments complémentaires éventuels,
tels que linteaux, couronnement de gaine de toiture, etc,.. sont à comprendre dans les
prix unitaires des postes "maçonnerie", "gaine" ou autres,... s'ils ne font pas l'objet d'un
poste spécifique.
Le placement des blochets ou d'attaches quelconques sont à comprendre dans le prix
unitaire des postes correspondants, sans décompte spécial.
Sont à comprendre également dans le prix unitaire du béton :
 tous les casse-gouttes en PVC ;
 les moyens éventuels mis en œuvre pour les reprises de bétonnage dans les
ouvrages précités ;
 nettoyage du support quel que soit sa nature ;
 traitement des reprises de bétonnage ;
 emploi de coffrages provisoires pour arrêts de bétonnage, à l‘exception de ceux
figurant aux plans ;
 préparation, amenée et mise en œuvre des bétons ;
 exécution par phases successives telles qu‘indiquées sur les documents ou à
l‘initiative de l‘entreprise ;

AAS3 sprl page 17


Cahier spécial des charges – clauses techniques

 présence de fondations profondes, d‘armatures, de boîtes d‘ancrage, de


dispositifs de mesure, de canalisations, de drains, de fourreaux, de gaines, de
tubes, pièces métalliques diverses, etc… ;
 utilisation d‘échafaudages, passerelles de service ;
 difficultés de manutention à l‘intérieur ou à l‘extérieur ;
 précautions contre les venues d‘eau, quels que soient l‘origine, le débit et les
conditions d‘ambiance ;
 précautions limitant la formation de fissures dues au retrait ;
 grattage des salissures et des bavures de mortier ou de laitance adhérentes aux
sols et parements des éléments exécutés précédemment ;
 ragréage et réparation des bétons après décoffrage pour l‘obtention du type de
parements requis (colmatage des trous de fixation, meulage, décapage et
préparation des surfaces, fourniture et mise en œuvre des mortiers et bétons de
réparation).
En cas de non conformité des bétons, on prendra les dispositions nécessaires sous la
responsabilité et aux frais de l‘entreprise:
 contrôle par prélèvements dans la masse –NBN B15-209 ;
 auscultation du béton suspect par sclérométrie ou autre méthode non destructive;
 démolition, évacuation et reconstruction des parties présumées défectueuses ;
 doublement de la fréquence des essais prévus pour la mesure des propriétés
concernées.
2.4. Béton pour éléments préfabriqués
2.4.1. Eléments préfabriqués en béton lisse

Exigences particulières

Toutes les prescriptions techniques reprises dans le poste ci-avant sont également
d'application dans le cas présent. Ces prescriptions sont complétées ou amendées par
ce qui suit.

Le béton dont question ici sera mis en œuvre en usine spécialisée par un préfabricant.
Tout le processus de bétonnage et de prise du béton se fera en atelier chauffé à l'abri
des intempéries.

Matériaux constitutifs du béton :

Le choix des matériaux est établi par le préfabricant avec pour objectif d'atteindre les
caractéristiques mécaniques imposées et d'assurer la compatibilité avec les granulats
imposés pour la confection de ce béton.

On utilisera un ciment Portland à teneur limitée en alcalis (CEM I-LA)

Le dosage et la qualité de l'eau ayant une influence sur la teinte finale du béton, on
veillera à assurer la parfaite constance des ces paramètres d'une gâchée à l'autre.

La classe d'exposition du béton est 3 (environnement humide avec gel et sels de


déverglaçage). Il sera fait usage d'un entraîneur d'air bénéficiant de la marque BENOR
afin d'améliorer la résistance au gel et aux actions des sels de déverglaçage. La
teneur en air est comprise entre 3.5 et 6.5 %.

Etat de surface :

Les faces visibles seront en béton lisse de décoffrage. Ce béton restant apparent, une
attention particulière sera apportée à son état de surface.

AAS3 sprl page 18


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Approbations :

Le préfabricant réalisera en temps utile un échantillon intégrant le bord de l'élément


préfabriqué et la réservation pour trapillon, à soumettre pour approbation à la DT.
L'échantillon choisi par l'auteur de projet sera tenu à la disposition de la DT. Cet
élément servira de référence pour l'approbation ou le rejet des éléments fabriqués
ultérieurement.

Stockage, transport et pose :

L'entrepreneur prend toutes les dispositions nécessaires pour éviter toute dégradation
de surface et toute cause pouvant nuire à la qualité du béton. Aucune réparation
visible ne sera admise. Tout élément dégradé sera remplacé par et aux frais de
l'Entrepreneur.

Les boucles de levage seront disposées de manière telle que leur point d'ancrage ne
se situe pas dans une des faces visibles des éléments.

Tolérances dimensionnelles :
 sur la largeur B (exprimée en m) : ± (3 + 0,3xB) mm
 sur la longueur L (exprimée en m) : ± (3 + 0,3xL) mm
 sur l'épaisseur : ± 3 mm
 sur la rectitude des arêtes : 2mm/m
 sur l'orthogonalité mesurée par la différence de longueur entre des diagonales D
(exprimée en m) : ± (3 + 0,3xD) < 7,5 mm
 sur la planéité de la face visible avant lavage : ± 2 mm
 sur le gauchissement : ± 4 ≤ écart ≤ ± 7 mm

3. Armatures pour béton armé

Remarques préliminaires
1. Cet article comprend les fournitures, le coupage sur mesure, le pliage, la
construction de coins, la connexion et la fixation au moyen de petites plaques en
mortier de ciment (ou autre moyen devant être agréé par l’auteur de projet), et toutes
les fournitures supplémentaires, cavaliers, supports, barres de support, sucres, plots,

2. En cas de mesurage séparé, l'armature est placée au poids net et mesurée sans
tenir compte des déchets ou pertes ou du fil à lier. En ce cas, les bordereaux d'acier
établis par l’auteur de projet serviront de base pour le mesurage des quantités.

Généralités
Les armatures ordinaires (ou passives) sont conformes aux normes NBN A 24- 301 à
304 sur les aciers pour béton armé, complétées ou modifiées par les prescriptions
techniques PTV 302,303 et 304. Ces armatures comprennent :
 les barres lisses ou à adhérence améliorée, d'un diamètre maximal de 40 mm;
 les fils lisses, les fils à empreintes, les fils à nervures, d'un diamètre maximal de
16 mm;
 les treillis soudés.
La nuance d’acier sera BE500 S pour les armatures en général, treillis et barres. Les
armatures lisses pourront éventuellement être en acier qualité 220 (voir mentions sur
cartouche des plans et bordereaux).

AAS3 sprl page 19


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Il est obligatoire de mettre en œuvre des armatures possédant la marque de


conformité BENOR (ou européenne CE), Ceci simplifie les opérations de réception et
atteste la conformité à la norme.
Les armatures sont exemptes de toute souillure, huile, peinture, etc,... Au moment de
leur mise en œuvre, elles seront entièrement propres.
L'Entrepreneur doit réaliser le ferraillage comme prévu aux plans. Aucune armature
ne pouvant rester apparente après décoffrage, il est fait usage de cales en mortier de
ciment maintenant les armatures à distances normales des coffrages ou de cales en
matière plastique à soumettre à l'agréation de l'auteur de projet.
Il est expressément stipulé qu'après bétonnage, les armatures doivent se trouver
strictement à la place indiquée au plan.
La pose des fers contre le coffrage n'est pas tolérée.
Si, après le décoffrage, des armatures restent apparentes, l'auteur de projet a le droit
de refuser l'élément litigieux en béton, de le faire démolir et reconstruire par les soins
et aux frais de l'Entrepreneur et ce, sans aucun droit de réclamation.
Si, pour des raisons d'exécution, l'entrepreneur prévoit des recouvrements de barres
non prévus aux plans, et ce, après accord préalable de l'auteur de projet, l'acier
supplémentaire mis en œuvre n'est pas porté en compte.
La fourniture, le pliage, la mise en place, le réglage des armatures, leur liaison et
toutes les sujétions de mise en œuvre sont compris dans le prix unitaire.
Les fils de ligature, chutes, déchets de barres ne sont pas portés en compte.
Si l'Entrepreneur emploie des prédalles en variante, les aciers qui lui sont portés en
compte sont ceux prévus aux plans d'armatures dressés dans l'hypothèse de la
solution traditionnelle.
Si des prédalles sont prévues dans la solution de base de l'auteur de projet, la quantité
d’armatures portée en compte à l’entrepreneur (hors acier repris sur bordereaux)
correspondra à la surface des prédalles multipliée par la section d’acier exigée sur
plan de stabilité et le poids spécifique de l’acier de 7850 kg/m³. Cette quantité
comprendra les recouvrements entre prédalles, les aciers dépassants, les aciers de la
prédalle (barres principales, de répartition, écarteurs, ligature, treillis raidisseurs,…).
Les poids et section nominale des armatures utilisés pour l’établissement des
bordereaux et quantités portées en compte à l’Entrepreneur, correspondent aux
valeurs reprises dans la NIT 217 du CSTC, tableau 6 Caractéristiques géométriques.

Disposition des armatures

En règle général, les dispositions constructives répondent aux règles reprises dans la
NIT 217 du CSTC et dans le chapitre 5 de la norme ENV 1992-1-1.

Distance minimale entre armatures


Les espacements des barres doivent permettre d'assurer une mise en place et un
compactage satisfaisant du béton, et garantir le développement d'une bonne
adhérence. Elles peuvent par contre être en contact sur leur longueur de
recouvrement.
Il convient de choisir la dimension maximale des granulats dg de manière à permettre
un compactage satisfaisant du béton autour des barres.
La distance libre (horizontale et verticale) entre les barres parallèles isolées ou les lits
horizontaux de barres parallèles doit être supérieure ou égale au
le diamètre maximal de la barre ou à 20 mm

AAS3 sprl page 20


Cahier spécial des charges – clauses techniques

De plus, lorsque dg > 32 mm, il convient que ces distances soient supérieures ou
égales à dg + 5 mm.
Lorsque les barres sont assemblées en lits horizontaux distincts, il convient de
superposer les barres de chaque lit en files verticales, et l'espace ménagé entre ces
files doit pouvoir permettre le passage d'une aiguille vibrante

Enrobage des armatures


La protection des armatures contre la corrosion dépend de la présence constante d'un
environnement alcalin procuré par une épaisseur de béton de bonne qualité,
convenablement curé. L'épaisseur requise dépend à la fois des conditions d'exposition
et de la qualité du béton.
Les enrobages des armatures peuvent aussi varier en fonction de la résistance au feu
demandée, les enrobages des armatures sont repris sur les plans de stabilité.

Soudage

Le soudage ne peut être entrepris que sur les armatures d'acier présentant les critères
de soudabilité requis. Dans la désignation de l’acier d'armature, la présence de la
lettre S atteste que l'acier est dit "soudable". L'aptitude au soudage est définie par l'
analyse chimique (C et Carbone équivalent). Elle est garantie pour les assemblages et
les procédés mentionnés au tableau ci-dessous :
Dans le cas des fils écrouis (diamètre < 12 mm), la soudure de bout à bout n'est pas
autorisée.
La longueur totale de cordon de soudure minimale sera de 10 fois le diamètre de la
barre soudée en simple cordon par recouvrement.
La soudure bout à bout n’est possible qu’avec des barres de diamètre supérieur à 18
mm.

Ligature
Suivant les trois types de ligature possible : simple, de nuque ou double.
Conforme au paragraphe 6.5.4. de la NIT 217 du CSTC

Jonctions
La longueur et la position des recouvrements doivent être conformes aux calculs et
aux plans. Si les longueurs des barres livrées au chantier ne sont pas conformes aux
plans, les modifications correspondantes ne doivent être entreprises qu'après accord
de l'auteur de projet ou de l'organisme de contrôle.
En général, les barres d'armatures ne doivent pas être soudées dans leurs parties
courbes ni à proximité de celles-ci.

Fabrication, montage et mise en place des armatures


Les armatures doivent être assemblées de manière suffisamment robuste pour que
les barres conservent leur position pendant le transport, la mise en œuvre et le

AAS3 sprl page 21


Cahier spécial des charges – clauses techniques

bétonnage. La valeur de l'enrobage prescrite doit être maintenue à l'aide de cales à


béton d'un modèle approuvé.
Le montage comporte un arrimage des armatures qui s’exécute en général par
ligature d'un nombre convenable de croisements d'armatures pour obtenir un
ferraillage suffisamment rigide, le maintien en position des recouvrements d'armature
étant assuré.
Les arrimages par soudage sont soumis aux mêmes exigences d'exécution que les
joints soudés.
Les cales d'écartement et supports utilisés pour l'arrimage doivent être appropriés et
en nombre suffisant. Ils ne doivent pas apporter de gêne à la mise en place du béton,
ni constituer un point faible vis-à-vis de la durabilité et en particulier des agressions de
l'environnement.
Le cintrage est effectué par des méthodes mécaniques, à vitesse constante et sans à-
coups, au moyen de mandrins afin de conférer au coude un rayon de courbure
constant. Comme mentionné dans la NIT 217 pg 46 (§ 6.4.2), il faut limiter le rayon de
courbure afin d'éviter l'écrasement ou l'éclatement du béton à l'intérieur de la courbe,
ou la fissuration de l'armature elle-même.
Le diamètre minimal suivant lequel une barre est pliée doit permettre d'éviter tout /
écrasement ou fendage du béton situé dans le coude de la barre, ainsi que toute
fissure de flexion dans la barre.
Pour les barres ou les fils, il convient que le diamètre minimal du mandrin utilisé soit
supérieur ou égal aux valeurs du tableau suivant :

Pour les armatures soudées et les treillis cintrés après soudage, les diamètres
minimaux des mandrins sont indiqués au tableau suivant:

AAS3 sprl page 22


Cahier spécial des charges – clauses techniques

AAS3 sprl page 23


Le façonnage des barres est exécuté à la température ambiante, à condition que celle-
ci ne descende pas en dessous de -5°C. Toutefois, d ès que la température est
inférieure à +5°C, il est conseillé de prendre des précautions contre le danger de
rupture fragile des barres (par exemple, pliage à vitesse réduite).
Le pliage provisoire suivi d'un dépliage doit être évité dans la mesure du possible.
Lorsque cette opération s'impose, elle doit être effectuée sans choc; le rayon de
courbure du pliage est double de celui prescrit au tableau, pour les armatures
principales. Ces conditions ne sont toutefois pas impératives pour les barres de la
nuance BE 220.
Les armatures sont disposées dans les coffrages exactement aux emplacements
prévus au plan d'exécution et sont liaisonnées par des ligatures, soudures et supports
judicieusement disposés, de solidité convenable, et en nombre suffisant pour que ces
armatures ne puissent se déplacer pendant la mise en place du béton, soit du fait des
efforts développés par cette mise en place (surcharges lors du coulage, vibration,...)
soit du fait de la circulation des ouvriers.
Au moment de la mise en œuvre du béton, les armatures en place doivent être
propres, sans souillure de rouille non adhérente, ou de toute autre matière nuisible à
l'adhérence (terre, huile, couleur,...)
Les armatures sont façonnées suivant les formes et dimensions indiquées aux plans
de ferraillage et aux bordereaux.

Toutes les armatures auxiliaires (crochet de manutention, écarteur, raidisseur, barres


de maintien,…) sont laissées à l’appréciation de l’Entreprise : le coût de ceux-ci est
donc à reprendre dans le prix du poste, aucune quantité n’étant porté en compte dans
les bordereaux pour ces éléments.
De même, dans le cas d’éléments fortement armés, l'auteur de projet se réserve le
droit d’utiliser des jonctions soudées ou par couplage mécanique, sans supplément de
prix. Dans ces cas précis, l’entreprise peut proposer des variantes ou solutions évitant
ce recours, mais l'auteur de projet conserve le pouvoir de refuser ces variantes et
d’imposer la technique qu’il préconise pour assurer une mise en œuvre dans les
règles de l’art.

BE 500: barres et étriers

BE 500: treillis soudés.


Les quantités portées en compte correspondent aux bordereaux fournis. En cas de
dalle de sol ou radier, les bordereaux et plans reprennent une surface à couvrir, le
poids porté en compte correspondant à cette surface multipliée par le poids surfacique
du treillis envisagé, augmenté forfaitairement de 30 % pour les recouvrements.
Pour les semelles de fondations, la surface de semelle est alors augmentée de 15%
pour les chutes et recouvrement.
Le treillis d’armatures pour chape n’est pas repris dans le poste mais est compris dans
le poste de chape armée.
L’usage de treillis à peigne pourra être envisagé, sans supplément de prix par rapport
à la soumission.

mesurage des armatures :

Suivant métré, au kg ou compris dans le prix des bétons.

L'entrepreneur ne peut réclamer aucune indemnité du fait d'une variation des quantités
d'acier réalisées par rapport aux quantités estimées.

Les quantités dont on tient compte sont celles du bordereau récapitulatif établi par la
DT.
Cahier spécial des charges – clauses techniques

4. Coffrage pour béton armé

Remarques préliminaires
Tous les éléments renseignés aux plans sont réalisés avec des coffrages lisses d'une
finition parfaite. La teinte du béton sera uniforme et les reprises seront faites à des
endroits judicieusement choisis.
Les bétons avec coffrage lisse seront sévèrement contrôlés en ce qui concerne leur
exécution et donc leur finition.
L'Entrepreneur soumet avant l'exécution à l'approbation de l'auteur de projet, le
programme de mise en œuvre du béton. L'auteur de projet se réserve le droit
d'imposer des emplacements de reprise aux endroits particulièrement importants pour
l'aspect des ouvrages finis.
Immédiatement après le décoffrage de toutes les parties de béton qui restent
apparentes, l'élimination du mortier de surface s'obtient par arrosage et brossage.
Ces surfaces doivent présenter un poli parfait. Aucune réparation ou reprise,
ragréage, aucun moulage n'est fait sans l'accord de l'auteur de projet.
L'Entrepreneur est responsable des méthodes d'exécution.

Généralités
Les coffrages et les étaiements doivent être conçus et exécutés de manière à pouvoir
résister à toutes les actions pouvant intervenir durant la phase de construction. Ils ne
doivent subir aucune intervention jusqu'à ce que le béton ait acquis une résistance
suffisante pour faire face aux contraintes auxquelles il sera soumis lors du décoffrage
ou du décintrement, en tenant compte d'une marge de sécurité acceptable.
Les coffrages et étaiements doivent avoir une rigidité telle que les tolérances exigées
pour l'ouvrage soient respectées et que sa capacité portante ne soit pas affectée.
La disposition générale du coffrage doit permettre une mise en œuvre correcte des
armatures actives et passives ainsi qu'un compactage convenable du béton.
Les coffrages et étaiements doivent être conçus et assemblés (conformément aux
règlements nationaux) par un personnel expérimenté. La supervision et le contrôle
doivent garantir un montage conforme aux plans et spécifications.
L'Entrepreneur devra prendre les précautions nécessaires pour que le coffrage
n'empêche pas le retrait du béton.
Le coffrage doit pouvoir être retiré du béton sans provoquer de choc ou de dommage.
L'appui sur le sol des étaiements doit également être effectué par un personnel qualifié
conformément aux plans et spécifications. Les déformations et déplacements
provoqués par la précontrainte doivent être pris en compte lors du calcul de
l'étaiement.
Les joints entre panneaux doivent être suffisamment étanches.
La peau des coffrages doit être propre. Les produits de décoffrage acceptés doivent
être appliqués en couches continues et uniformes sur la peau du coffrage, et le béton
doit être coulé alors que ces produits sont encore actifs. Toute influence éventuelle de
ces produits préjudiciable au parement de béton doit être prise en considération.
Les écarteurs de coffrages laissés dans le béton ne doivent pas nuire à sa durabilité ni
à son aspect.
Des inserts provisoires peuvent être nécessaires pour maintenir en place les
coffrages, les armatures, les gaines ou d'autres éléments jusqu'au durcissement.
De tels inserts ne doivent pas imposer un surcroît de charges inacceptable à la
structure, ni réagir de manière préjudiciable avec les constituants du béton, les

AAS3 sprl page 25


Cahier spécial des charges – clauses techniques

armatures passives, ni provoquer de taches inacceptables sur le parement.


L'utilisation d'inserts en aluminium est prohibée.
Les prescriptions de la note information technique n°100 du CSTC sont d'application.
Pour les éléments dont la longueur entre appuis dépasse 5.00 m, une légère contre-
flèche sera prévue par l'Entrepreneur. Cette contre-flèche sera de l'ordre de 1/1000è
de la portée.
Pour les colonnes et poutres ne recevant pas d’enduit ou de finition, l’entrepreneur
placera, à chaque angle extérieur, une petite latte de façon à biseauter les angles
extérieurs (+/- 1,5cm).
Les angles seront donc « coupés » à 45°. Cette imp osition est comprise dans le prix
des coffrages.

Tolérances dimensionnelles
Les coffrages sont réalisés avec le maximum de soin. Toutes les planches de
coffrage sont étayées soigneusement afin d'éviter toute déformation pendant le
bétonnage.
Les coffrages des poutres de toiture sont particulièrement bien soignés et les contre-
flèches après décoffrage sont telles qu'il n'y a pas de flasques d'eau sur la toiture
après réalisation de l'étanchéité.
Les tolérances dimensionnelles maxima admissibles pour le béton coulé en place sont
les suivantes :
- implantation 0,5 cm en plus ou en moins
- colonnes sur la hauteur d'un niveau 0,5 cm en plus ou en moins
- hors plomb sur la hauteur d'un niveau 1,0 cm en plus ou en moins
- poutres sur la longueur totale 0,5 cm en plus ou en moins
- hors plomb sur la hauteur d'un bâtiment 1,0 cm en plus ou en moins
- horizontalité d'un niveau d'une extrémité
à l'autre d'une aile d'un bâtiment 1,0 cm en plus ou en moins
- ouverture d'angles 1° en plus ou en moins

En ce qui concerne les dalles dont la finition est obtenue par lissage dans la masse,
une tolérance de 0,5 cm en plus ou en moins par rapport au niveau fini est exigée.
D'autres tolérances peuvent être fixées de commun accord entre l'auteur de projet et
l'Entrepreneur en fonction des exigences du projet, à condition que celles-ci fassent
l'objet d'un texte accepté par les deux parties.
Les différents écarts admis ne peuvent en aucun cas s'additionner.
Le non respect des tolérances peut entraîner la démolition de la zone mise en cause
et ce aux frais de l'Entrepreneur, sans que pour cela les délais d'exécution soient
modifiés.
Le contrôle des tolérances prescrites ci-avant est effectué par l'Entrepreneur à l'aide
d'appareils topographiques précis et les écarts dépassant les tolérances admises sont
signalés à l'auteur de projet et consignés au journal des travaux.
Les écarts signalés qui apparaîtraient lors des travaux de parachèvement et
notamment après réception provisoire de la présente entreprise, seront considérés
comme vices cachés et devront être corrigés aux frais de l'Entrepreneur général de
gros œuvre suivant un planning à établir en accord avec l'auteur de projet, de façon à
ne pas retarder les autres entreprises.

AAS3 sprl page 26


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Finitions

Les défauts suivants peuvent justifier le refus de tout ouvrage apparent ou non :
 nids de gravier;
 ligatures, corps étrangers, armatures effleurant la surface;
 hors plomb, hors alignement;
 déformation de surface.

Dans le cas des bétons apparents, les défauts suivants peuvent justifier le refus de
l’ouvrage :
 l'arrachement de surfaces ou d'arêtes;
 l'inégalité de teinte sous forme de coulées, taches, etc.

Aucune réparation n'est admise sans l'accord préalable la DT quant à son importance
et à la méthode envisagée.

La DT pourra exiger la démolition et le rebétonnage des ouvrages défectueux, aux


frais de l'entrepreneur.

L'entrepreneur prévoira les trous et ouvertures nécessaires pour le passage des


canalisations. Il incorporera avec précision tous les rails, douilles et profilés figurant ou
non aux divers plans. Il sollicitera en temps utile tout détail complémentaire qu'il jugera
nécessaire.

Pour la résistance, la rigidité et l'étanchéité des coffrages, il se référera aux


prescriptions des références.

Le prix unitaire remis le cas échéant par l'entrepreneur pour les coffrages est un prix
forfaitaire, compte tenu des remarques faites ci-dessus.

Décoffrage et décintrement
Le décoffrage est fait sans chocs, de façon prudente afin de ne pas donner de
secousses et de déformations aux éléments du bâtiment.
Après le décoffrage, les parois en béton ne peuvent présenter aucun défaut
compromettant la résistance de la construction.
Le prix du décoffrage est compris dans le prix du coffrage.
Les délais au-delà desquels les coffrages et étaiements peuvent être retirés doivent
être déterminés en fonction des critères suivants :
 Les contraintes qui seront imposées au béton lors du décoffrage/décintrement ;
 La résistance du béton au moment de ces opérations ;
 Les conditions climatiques du milieu ambiant et les mesures qui doivent être
prises pour protéger le béton une fois le coffrage retiré ;
 La présence d'un coffrage comportant un angle rentrant, qui doit être retiré dès
que possible, tout en respectant les autres critères de décoffrage ;

C'est donc principalement la résistance du béton et la fonction du coffrage qui


conditionnent le délai entre le coulage et le décoffrage.
Les délais minimaux suivants sont recommandés:
 2 jours pour les parties de coffrages d'éléments non porteurs (par exemple, les
joues de poutres, les coffrages de colonnes et de murs);
 5 jours pour le coffrage des dalles coulées in situ;
 10 jours pour les coffrages directement porteurs tels que les cintres de poutres ou
de dalles.
AAS3 sprl page 27
Cahier spécial des charges – clauses techniques

Ces délais, qui correspondent à un développement moyen de résistance du béton


(rapport E/C compris entre 0.5 et 0.6 et classes de résistance du ciment 42.5) et une
température moyenne de cure du béton de l'ordre de 15°C, sont allongés ou
raccourcis selon la classe de ciment utilisé, le rapport eau/ciment et la température de
cure. Pour l’influence de la température, on peut appliquer un calcul simplifié de
maturité du béton basé sur le tableau suivant :
Chaque journée calendrier est affectée du coefficient k, le résultat cumulé étant
comparé aux délais minimaux prescrits ci-avant (2 -5 -10 jours ).

Lorsque des coffrages glissants ou grimpants sont utilisés ou que des moyens de
durcissement accéléré du béton sont mis en œuvre, des délais de décoffrage plus
courts sont autorisés à condition de les justifier.

Concerne : étude de stabilité.


Mesurage : pour mémoire. Le présent article ne peut faire l’objet d’un poste séparé au métré mais doit
être incorporé, le cas échéant, dans les frais généraux et réparti sur l’ensemble des travaux. A justifier.

11.3. ETATS DES LIEUX.

Les états des lieux préalables sont à charge du Lot n°1.


L’entrepreneur est tenu de prendre connaissance de cet état des lieux avant toute intervention et à
faire rectifier celui-ci si nécessaire. L’entrepreneur ne peut se prévaloir de ce fait pour désengager sa
responsabilité en cas de dommages constatés lors de l’état des lieux final.

Concerne : états des lieux.


Mesurage : pour mémoire. Le présent article ne peut faire l’objet d’un poste séparé au métré mais doit
être incorporé, le cas échéant, dans les frais généraux et réparti sur l’ensemble des travaux. A justifier.

11.4. ASSURANCE CHANTIER.

Voir clauses administratives.

AAS3 sprl page 28


Cahier spécial des charges – clauses techniques

L’entrepreneur du Lot n°1 souscrit une assurance to ut risque chantier couvrant la


responsabilité des différents intervenants.
L’entrepreneur est tenu de prendre connaissance de cette assurance et de compléter celle-ci par une
assurance complémentaire si nécessaire. En ce cas, l’entrepreneur fournira une copie de cette
dernière au maître de l’ouvrage, aux auteurs de projet, au coordinateur sécurité et aux entreprises
tierces.

Concerne : assurance chantier.


Mesurage : pour mémoire. Le présent article ne peut faire l’objet d’un poste séparé au métré mais doit
être incorporé, le cas échéant, dans les frais généraux et réparti sur l’ensemble des travaux. A justifier.

11.5. APPROPRIATION DE L’EGOUTTAGE ET IMPETRANTS EXISTANTS.

Pour mémoire. Compté dans le lot n°1.


L’entrepreneur est tenu de prendre connaissance du rapport du Lot 1 avant toute intervention et à
rectifier ou compléter celui-ci en fonction de ses propres constatations s’il en est.

12. TRAVAUX DE DEBOISEMENT ET DE DEBROUSSAILLEMENT.

12.1. TRAVAUX DE NETTOYAGE PAR PULVERISATION ET DEBROUSSAILLEMENT.

Le premier travail à exécuter par l'entrepreneur consiste après l'installation du chantier et la mise en
place des clôtures provisoires, à nettoyer complètement toutes les surfaces à travailler dont les limites
sont reprises au plan ou définies au métré.
Comprend :
L'abattage et le dessouchage des arbres ainsi que le débroussaillement s'appliquent à l’entrée du site
(accès principal – emprise sur domaine privé de la Distillerie) strictement pour les arbres, haies et
arbustes désignés sur chantier.
Le dessouchage qui suivra immédiatement les travaux d'abattage consiste en l'enlèvement de la
souche jusqu'à 100 cm sous le niveau du sol fini, ainsi que toutes les racines en saillies autour du
collet. Les déchets du dessouchage sont évacués en dehors du domaine. Les excavations formées
par l'enlèvement des souches, sont comblées, après vérification de la direction des travaux, au moyen
de terre arable convenablement damée ou de sable de remblai en fonction qu'il se trouve soit sous les
zones de plantations ou sous le revêtement.
Le désherbage chimique par pulvérisation utile et nécessaire. Un premier traitement a déjà été
effectué sur la zone de jeu hors talus et entrée du site. Ce poste comprend le désherbage
complémentaire a réaliser le cas échéant (herbicide total non rémanent). Les chaussées,
accotements, bermes et trottoirs salis par les branches ou les déchets, sont balayées au fur et à
mesure de l'avancement des travaux et les produits évacués en dehors du chantier.

Concerne : nettoyage du terrain de jeux et des abords.


Mesurage : au m2.QP.

AAS3 sprl page 29


Cahier spécial des charges – clauses techniques

CHAPITRE 02. TRAVAUX DE TERRASSEMENTS.

20. TERRASSEMENTS EN DEBLAIS.

20.0. TERRASSEMENTS EN DEBLAIS – GENERALITES.

Généralités :
Les travaux sont exécutés de façon à ne jamais entraver la circulation.
L'entrepreneur doit se conformer aux prescriptions de l'article 9 du Code de la Route. Dans le cas où
les véhicules de l'entreprise risqueraient de causer des dégâts à la voirie, il prendra, en temps utile
avec les gestionnaires de cette voirie, les arrangements nécessaires, notamment en ce qui concerne
la remise en état des trottoirs et voiries dégradés.
L’entrepreneur prend d’initiative et à ses frais, toutes les mesures indispensables pour éviter des
dommages aux constructions.
L'entrepreneur prendra contact, en temps utile et avant toute intervention, avec les services
concessionnaires qui possèdent des conduites et des câbles souterrains ou aériens près du chantier. Il
commandera et compulsera sur chantier les plans d’implantation, s’il en est, réalisés par ces services.
Il prendra les dispositions nécessaires avec les services pour maintenir les installations existantes en
bon état pendant l'exécution des travaux.
Il doit également prendre toutes les dispositions pour ne pas endommager le fond du coffre avec ses
outils de travail. Il prendra toutes précautions voulues et réalisera tous travaux conservatoires et à ses
frais afin de ne pas nuire à la stabilité des constructions et ouvrages d'art existants.
Les précautions à prendre pour la protection des canalisations et ouvrages enterrés s’appliquent aussi
bien à l’exécution des terrassements généraux qu’aux terrassements particuliers tels que tranchées et
fouilles pour ouvrages d’art ou de génie civil.
L'entrepreneur doit s'assurer si les travaux de la présente entreprise sont éventuellement susceptibles
d'entraîner la disparition, la modification ou le manque de stabilité, soit de signaux géodésiques, soit
de repères topographiques ou de nivellement.
Description :
Les travaux comprennent:
- tous les déblais préalables, dégazonnages, enlèvements de terre arable et nivellements
préparatoires;
- le tracé précis et le contrôle des zones à déblayer et de la profondeur des tranchées de fondation;
- l'acheminement sur place et l'installation du matériel nécessaire, excavatrices, installations de
pompage, etc.;
- les fouilles proprement dites, selon la méthode choisie par l'entrepreneur, aussi bien à la machine
que manuellement;
- la démolition et l'évacuation des obstacles ou massifs dont le volume est inférieur à 0,5 m3;
- la préservation intacte, éventuellement le déplacement ou la remise en place des conduites et câbles
rencontrés;
- les mesures de maintien des fouilles et tranchées afin de prévenir tout affouillement, à l'aide
d'étançonnements et d'étaiements ;
- le maintien à sec des fouilles et tranchées, en les prémunissant tant contre les eaux souterraines que
contre les eaux de ruissellement;

AAS3 sprl page 30


Cahier spécial des charges – clauses techniques

- le stockage provisoire sur le terrain des terres à récupérer et l'évacuation des terres excédentaires s’il
en est;
- la fourniture, l'étalement en couches et le damage de tous les remblais et rehaussements.
Exécution :
Tous les terrassements doivent être faits avec le plus grand soin. Ils sont exécutés en terrain de toutes
natures.
Par le dépôt de son offre, l'entrepreneur est supposé avoir pris connaissance du terrain, de la nature
du sol et de la rencontre éventuelle de la nappe aquifère de manière à intégrer tous les éléments
utiles et nécessaires à la parfaite exécution des ouvrages.
Le mode d'exécution des terrassements est laissé à l'initiative de l'entrepreneur. Les travaux ne
peuvent provoquer aucun dommage aux ouvrages en cours ni aux constructions existantes.
L'entrepreneur arrête les terrassements mécaniques à 1 m d'un élément existant (bâtiment, fondation,
CV existante,...) pour ne rien endommager.
En cas de détérioration de ceux-ci, l'entrepreneur aura à sa charge les réparations nécessaires.
Le terrassement commence par la mise en réserve de la terre arable.
Les fouilles sont ouvertes suivant les dimensions qui permettent d'exécuter et de vérifier sans difficulté
tous les travaux de fondations. Des accès convenables jusqu'au fond des fouilles sont établis et
maintenus en bon état. Ils présentent toute la sécurité désirable.
Tous les travaux s'exécutent à pied sec. A cet effet, les fouilles et tranchées de fondations sont
asséchées et maintenues dans cet état aussi longtemps que nécessaire.
L'entrepreneur veille à éviter notamment des ruptures d'équilibre du sol et le ramollissement du fond
des fouilles.
L’entrepreneur soumettra l'état du terrain à l'appréciation de l'ingénieur responsable de l'étude de
stabilité et à l’auteur de projet.
Les parois des fouilles sont réalisées suivant des plans aussi proches que possible de la verticale.
Toutefois, si des éboulements sont à craindre au cours des travaux, les parois sont talutées. Si
l'espace nécessaire pour réaliser de tels talus fait défaut, l'entrepreneur prend toutes les dispositions
utiles pour la parfaite exécution de ce travail, telles que étaiement et blindage des fouilles et ce sans
supplément.
Toutes les cotes de niveau sont déterminées en partant de la cote repère 0.00 se trouvant à l'endroit
indiqué au plan ou indiqué sur place par l'architecte.
Les terrassements sont cubés d'après les mesures des plans.
Il n'est pas tenu compte du foisonnement des terres.
Remarques importantes :
- Si les fouilles sont descendues, sans ordre régulièrement acté à un niveau plus bas que celui
des plans, les travaux initialement effectués de ce fait, ne sont pas payés à l'entrepreneur. La mise à
niveau des fouilles descendues trop bas est obligatoirement exécutée en béton maigre et aux frais de
l'entrepreneur.
Par contre, au cas où, en raison des caractéristiques du sol mis à jour, l'ingénieur et l’auteur de projet
estiment que le fond des fouilles doit être établi à un niveau plus bas que celui prévu, l'entrepreneur
exécute les terrassements et ouvrages supplémentaires qui en résultent. Ces travaux font l'objet d'un
décompte.
- Si l'ingénieur et l’auteur de projet estiment, au cours des terrassements, qu'il n'est pas
nécessaire de creuser le sol jusqu'au niveau prévu, les déblais sont arrêtés au niveau qu'il prescrit et
les travaux non exécutés font l'objet d'un décompte. La décision est notée au journal des travaux ou
actée par procès-verbal.
- Si, lors de l'excavation des fouilles, l'entrepreneur rencontre des roches, des massifs de
maçonnerie ou de béton dont l'existence ne pouvait être prévue avant le début des travaux, ces

AAS3 sprl page 31


Cahier spécial des charges – clauses techniques

éléments sont enlevés et ces travaux donnent lieu à un décompte pour autant que chaque volume d'un
seul tenant dépasse 0,50 m3. L’entrepreneur est tenu de faire constater à l'architecte dirigeant
les dits massifs avant l'enlèvement.
- Les terres nécessaires pour les remblais et/ou les rehaussements seront soigneusement
sélectionnées selon leur nature et leur degré de pureté (par ex. la terre arable). Le stockage de ces
terres sur le terrain à bâtir s'effectuera en concertation avec le maître de l'ouvrage et l'auteur de projet
à un endroit éloigné de max. 100 m dans la périphérie du bâtiment à ériger.
- L'installation des excavatrices se fera conformément aux prescriptions du RGPT, aux
recommandations du CNAC et du plan de sécurité et de santé.
- Pour l'exécution des déblais de fouilles et tranchées qui doivent être étançonnées,
l'entrepreneur communiquera préalablement à l'auteur de projet son projet d'étaiement et de coffrage
ainsi que son programme d'exécution. Il y prendra en compte la nature du terrain, la durée d'ouverture
des tranchées, la pente des couches de stratification, les circonstances variables en fonction des
conditions atmosphériques et des fluctuations de la nappe phréatique, sans oublier la profondeur des
tranchées et l'éventuelle surcharge des bords. Les étançons destinés à répartir les charges doivent
reposer sur des semelles de support solidement ancrées afin d'éviter qu'ils ne glissent ou ne
s'enfoncent.
- Au cas où l'auteur de projet, le bureau d'étude et/ou le coordinateur-réalisation l'exigeraient,
l'entrepreneur est tenu de prévoir des mesures de sécurité supplémentaires, d'utiliser des moyens
appropriés et/ou de revoir son planning d'exécution sans que cela ne puisse être invoqué pour exiger
des indemnités.
- En cas de stockage des terres sur le site, l’entreprise tiendra compte particulièrement du
contrôle de l'équilibre hydrographique du site.

20.1. RETROUSSEMENT DE TERRE ARABLE, EP.30CM.

Généralités :
Cfr. Poste 20.00. en supra.
Description :
Les travaux comprennent :
- s’il en est : l'enlèvement et l’évacuation hors du chantier des débris, des détritus ou de la
végétation, y compris les racines ;
- l'enlèvement de la couche de terre arable sur une épaisseur de 30 cm ;
- l'assainissement des terres par enlèvement de tout élément autre que la terre saine ;
- la mise en dépôt provisoire des terres sur le site en vue de remploi partiel et/ou total ;
- le nivellement final et l’évacuation des terres excédentaires s’il en est suivant prescriptions en
infra.
L'enlèvement de la couche de terre arable et sa mise en dépôt éventuelle doivent être exécutés avant
tout autre travail de terrassement.
Exécution des travaux :
Conformément aux profils et coupes prescrits aux plans, et suivant indications au chantier de la
Direction des Travaux (DT).
Sans autres précisions, la terre arable, y compris le gazon s’il en est, est enlevée sur une hauteur de
30cm à l'endroit des zones à terrasser en déblais (zones de jeux, accès et espaces de stationnement)
et en remblais.
L’entrepreneur veillera à préserver les qualités structurelles et texturelles de la terre arable durant les
manipulations. Il veillera en outre à ne pas contaminer cette terre par des déchets ou débris.

AAS3 sprl page 32


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Les déchets et débris divers seront triés et transportés quotidiennement hors du terrain par
l’entrepreneur, à ses frais, en un endroit pour lequel il s’assure de toutes les autorisations nécessaires.
La terre propre provenant des déblais sera directement mise en dépôt sur le site suivant les indications
données au chantier par la DT.
Les nivellements, avec finition de 30 cm. de terre arable provenant du chantier, sont exécutés en fin de
chantier suivant cotes indiquées aux plans et prescriptions complémentaires éventuelles en infra.
Particularités :
Cet article concerne l'enlèvement de terre arable sur toutes les parties du terrain où se situeront les
ouvrages, terrains de jeux et les aménagements des abords ainsi qu'aux endroits prévus pour le
déversement des terres excédentaires.
La terre arable excédentaire n’est pas évacuée hors du chantier mais déposée aux endroits
précisés par la Direction des Travaux. Elle reste la propriété du maître de l’ouvrage. La terre
excédentaire est destinée au nivellement du parcours de golf connexe.
D’une manière générale, les bonnes terres provenant des déblais serviront à former les greens et leurs
abords ainsi que les tees. Les terres de moindre qualité serviront à créer les mouvements dans les
roughs et les fairways.

Concerne : enlèvement terre arable.


Mesurage : au m2.QP.

20.2. TERRASSEMENTS GENERAUX.

Ce poste comprend le terrassement général en déblai des matériaux nécessaires pour réaliser les
profils de toutes les surfaces comprises à l’intérieur de la limite des travaux avant les aménagements
de surface, hors destruction de massifs rocheux, et la mise en dépôt sur le site.
Les déblais comprennent donc également les profils des fonds de coffre des revêtements (accès et
espaces de stationnement), zones de jeux, ainsi que les profils sous terre arable des zones à
ensemencer ou à planter. Ce poste ne constitue pas un simple terrassement en déblais, mais
bien un nivellement afin d'obtenir les profils demandés. Le réglage des fonds de coffre est
compris.
Exigences particulières :
Les terrassements se font conformément aux profils et coupes prescrits aux plans et/ou suivant
indications au chantier de la DT.
L’entrepreneur veillera à préserver les qualités structurelles et texturelles de la terre provenant des
déblais durant les manipulations. Il veillera en outre à ne pas contaminer cette terre par des déchets
ou débris.
La terre arable excédentaire n’est pas évacuée hors du chantier mais déposée aux endroits
précisés par la Direction des Travaux. Elle reste la propriété du maître de l’ouvrage. La terre
excédentaire est destinée au nivellement du parcours de golf connexe.
Seules les terres impropres à la réalisation de remblais de qualité ainsi que les déchets sont
évacués aux frais de l’entrepreneur.
Terrassement mécanique à l’aide de moyens compatibles avec la situation rencontrée, éventuellement
à la main si les risques d’endommagement d’éléments situés dans la zone de chantier l’exigent. Il
appartient à l’Entrepreneur de savoir si le terrassement manuel est recommandé en fonction du cas
qu’il rencontre et de la finalité du travail.
Le déblai se fait jusqu’au niveau précisé suivant les besoins pour réaliser la situation décrite sur le
plan. Le dépassement par l’entrepreneur du niveau strictement nécessaire et indiqué initialement ne

AAS3 sprl page 33


Cahier spécial des charges – clauses techniques

sera pas payé, sans préjudice de remblais à ses frais et charges, afin de restaurer les niveaux prévus
à l’origine. Cependant, en fonction des éléments examinés sur place, la DT peut ordonner des déblais
plus ou moins importants.
Le fond de la fouille est nivelé suivant un plan ou des plans successifs horizontaux (sous forme de
gradins)

Concerne : terrassements généraux en déblais.


Mesurage : au m3, suivant précisions des postes en infra. QP.

AAS3 sprl page 34


20.21. PROFONDEUR DE 80CM A L'ENDROIT DU GRASS BUNKER, FOND COMPRIS.

20.22. PROFONDEUR DE 70CM A L’ENDROIT DES BUNKERS (SABLE), FOND COMPRIS.

20.23. PROFONDEUR DE 20CM EN COMPLEMENT SVT SOL SOUS GREEN.

20.24. DEBLAIS POUR CONSTITUTION DE FOSSE.

Le travail comprend la réalisation du terrassement sous le lagunage repris aux plans. Il ne comprend
pas la mise en forme du bassin.
Le terrassement est réalisé suivant l’axe du bassin. Le profil à réaliser est à définir sur chantier après
implantation.

20.25. JUSQU'AU NIVEAU FINI - 50 CM A L'ENDROIT DES REVETEMENTS EN CORDOLITHE.

20.26. JUSQU'AU NIVEAU FINI - 30 CM A L'ENDROIT DES ZONES DE GAZON OU DE


PLANTATIONS.

20.3. TERRASSEMENTS LOCAUX POUR FONDATIONS.

Ce poste comprend les approfondissements locaux par rapport au niveau du terrassement général
pour la réalisation des fonds de coffre des fondations des ouvrages d’art (bassins de lagunage et
gabions).
Exigences particulières :
Suivant poste en supra.
La finition du fond de la fouille est réalisée juste avant la mise en œuvre des fondations (avec une
attention particulière avant la coulée des bétons de propreté), à la main, de façon à éviter
l'ameublissement du fond. L’entrepreneur prend toutes les dispositions utiles pour éviter que le fond de
la fouille ne soit dégradé par l’action de l’eau ou du gel.
Le déblai se fait jusqu’au niveau précisé suivant les besoins pour réaliser la situation décrite sur le
plan. Le dépassement par l’entrepreneur du niveau strictement nécessaire et indiqué initialement ne
sera pas payé, sans préjudice de remblais à ses frais et charges, afin de restaurer les niveaux prévus
à l’origine. Cependant, en fonction des éléments examinés sur place, la DT peut ordonner des déblais
plus ou moins importants.

Concerne : terrassement pour ouvrages d’art et constructions.


Mesurage : au m3 ou pour mémoire suivant précisions des postes en infra. QP.
Cahier spécial des charges – clauses techniques

20.31. POUR FONDATIONS DES BASSINS DE LAGUNAGE. AU M3.QP.

20.32. POUR FONDATIONS DES SOUTENEMENTS EN GABIONS. AU M3.QP.

20.33. POUR LA REALISATION DES FOSSES D’ARBRES. PM.

Le déblai est compris dans les postes de référence des plantations en infra.

20.4. MASSIFS ROCHEUX. EN RECHERCHE.

Description :
Si lors de l'excavation des fouilles, l'entrepreneur rencontre des roches, des massifs de maçonnerie ou
de béton dont l'existence ne pouvait être prévue avant le début des travaux, il est tenu de faire
constater à l'architecte dirigeant les dits massifs avant l'enlèvement.
Plus précisément, les massifs inférieurs à 0,5 m3 ne seront pas pris en considération, mais
l'entrepreneur en tiendra compte lors de l'établissement de son offre. Un supplément pourra
éventuellement être compté pour les massifs de roches, maçonnerie, béton et autres dont le volume
est supérieur à 0,5 m3 et dont il est établi de manière contradictoire qu'ils pourront uniquement être
enlevés à l'aide d'engins mécaniques adaptés. Lors de la soumission, l'entrepreneur remettra un prix
au m3 pour l'enlèvement de tels massifs.
Exécution des travaux :
Les remblais éventuels de la fouille seront réalisés au moyen d'un sable compacté compris dans le
prix. Si nécessaire, sable stabilisé à raison de 150 kg de ciment par m3 de sable compté séparément.

Concerne : massifs enterrés, en recherche.


Mesurage : au m3.QP. A justifier.

21. TERRASSEMENTS EN REMBLAIS ET PROFILAGES.

21.1. EPANDAGE ET PROFILAGE DE TERRES ARABLES.

Le travail comprend la mise en place et le profilage de mise à niveau fini des terres provenant du
retroussement sur toutes les zones à ensemencer ou à planter sur une épaisseur moyenne de 30 cm.
Exigences particulières :
Toutes les surfaces tassées par la circulation et rendues compactes sont, au préalable, défoncées et
remuées avec soin de façon à assurer une bonne perméabilité. Tous les remblayages ou défonçages
nécessaires à la suite du tassement du sous-sol sont considérés comme une charge d'entreprise.
L'épandage des terres est à prévoir suivant les profils et coupes prescrits aux plans et/ou suivant
indications au chantier de la DT.
Epandage par couches horizontales de 30 cm d'épaisseur maximum.
Les terrassements en remblais sont indiqués non compris le foisonnement ou tassement.

AAS3 sprl page 36


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Les terres arables seront mises en œuvre et compactées jusqu’au niveau de la face supérieure des
bordures ou des ouvrages formant retenue. Le compactage est tel que des empreintes de pied de 0,5
cm ou plus ne sont plus possibles.
Après achèvement des travaux de terrassement, le terrain remblayé sera au même niveau que celui
du terrain environnant.
L'entrepreneur sera responsable des érosions imputables notamment à l'écoulement des eaux et
prendra de sa propre initiative toutes les précautions pour les éviter.
La manutention de la terre arable est interdite lorsque les conditions météorologiques sont
défavorables.
Comprend :
Tous les moyens mécaniques et manuels pour l'apport des matériaux,
La mise en place et le profilage,
Toutes sujétions particulièrement liées au travail en phases.

Concerne : nivellement des terres arables.


Mesurage : Au m2.QP. suivant métré récapitulatif.

21.2. REMBLAIS AU SABLE DE SOUS-FONDATION.

Le remblais au sable de sous-fondation est prévu comme couche de profilage pour l’assise des
cellules de filtration des bassins de lagunage, comme assise pour le placement des chambres de
tirage, comme remblai sous revêtements autour des ouvrages, et pour le remblayage éventuel des
excavations réalisées pour l’enlèvement de terres non portantes sous ouvrages ou revêtements, ainsi
que comme couche de sous-fondation éventuelle.
Exigences particulières :
Epandage par couches horizontales de 20 cm d'épaisseur maximum.
Les terrassements en remblais sont indiqués non compris le foisonnement ou tassement.
Compactage par vibration ou par pilonnage mécanique de manière qu'à l'essai à la plaque de 200 cm²
la courbe de charge soit située au-dessus :
a) de la droite OD pour les remblais destinés à recevoir des ouvrages de fondations;
b) de la droite OC pour les remblais sous les zones circulables et les aires industrielles;
c) de la droite OB pour les remblais extérieurs faiblement sollicités (jardins, piétonniers, ...).
En fonction des caractéristiques hygrométriques des matériaux (conditions météorologiques, nature
des livraisons, conditions d'épandage, etc.), l'entrepreneur agit de manière à respecter en tous temps
l'indice de compactage imposé.
L'attention de l'entrepreneur est particulièrement attirée sur les tassements différentiels pouvant se
produire dans le plan vertical à la limite du terrain en place et des terres d'apport. Les talus de reprise
seront traités en rapport avec ce risque.
La fourniture, l'appropriation de la base, tous moyens mécaniques et manuels pour l'apport des
matériaux, la mise en place, le compactage et toutes sujétions particulièrement liées au travail en
phases.
Ce poste peut s’avérer facultatif pour ce qui concerne le remplacement de terres non portantes sous
ouvrages ou comme couche de profilage pour l’assise des fondations.

AAS3 sprl page 37


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Concerne : couche de profilage et remblais


Mesurage : Au m3.QP.suivant métré récapitulatif. Les remblais au sable prévus dans les travaux de
construction et de mise en forme des zones de jeux sont compris dans les postes de référence.

21.3. REMBLAI AU SABLE SILICEUX A GRANULOMETRIE DISCONTINE 0,2 A 0,7MM MAX. PH =


5,5. PM.

La Direction des Travaux se permet d'insister sur ce paragraphe. En effet, s'il est simple de
trouver des graviers calibrés comme demandé, le sable ici décrit n'est pas évident à trouver et le
soumissionnaire remettant son prix, devra connaître son foumisseur, avoir une analyse
granulométrique et chimique du sable proposé et avoir, s'il s'agit d'un sable non calibré, une
garantie de maintien de la qualité de l'échantillon durant la durée du chantier.
L'analyse granulométrique et chimique du sable proposé par le soumissionnaire est à
communiquer avant commande et livraison sur site.
Le sable à fournir est un sable siliceux exempt d’impuretés ayant une courbe granulométrique
idéale comme ci-dessous.

Granulométrie discontinue.
Il sera néanmoins toléré un sable se rapprochant de cette granulométrie pour autant qu'au moins 85 %
de son volume soit compris entre 0,2 et 0,7 mm et qu'aucune particule n'excède 1 mm. En tout état de
cause, le sable sera toujours bien drainant. Le sable sera exempt de limon et d'argile.
Le PH de ce sable sera idéalement de 5.5. Il ne pourra en aucun cas être supérieur à PH 7.
Le mélange mis en place aura en tout cas un PH inférieur à 7.

Concerne : greens
Mesurage : Pour mémoire. Compris dans les postes de constructions et de mises en forme.

21.4. REMBLAI AU MELANGE SABLE SILICEUX/TERRE VEGETALE PM.

AAS3 sprl page 38


Cahier spécial des charges – clauses techniques

6 cm de sable siliceux drainant de gros calibre mélangé à 20 cm de terre végétale (voir poste "
Construction des tees" et "Construction des avant-greens").

Concerne : Tees, avant-greens, collerette et en recherche


Mesurage : Pour mémoire. Compris dans les postes de constructions et de mises en forme.

21.5. REMBLAI AU SABLE BLANC A GRANULOMETRIE DISCONTINUE 0,25 A 1MM MAX PM.

L'épaisseur de sable dans les bunkers après tassement sera de minimum 15 cm. Le sable proposé
pour les bunkers, aura:
1°. Une granulométrie comprise pour 65 % minimum en tre 0,25 et 1 mm exempte de toute pierre ou
terre. Pour les 35 % restants, aucune fine inférieure ou égale à 0,02 mm ni aucun calibre supérieur ou
égal à 2 mm ne sera toléré;
2°. Une percolation supérieure à 20 cm/heure;
3°. Une portance comprise entre 1,8 et 2,4 kg/cm2.
Le sable drainant proposé pour les bunkers sera le plus blanc possible. Il sera soumis à l'approbation
de la Direction des Travaux (analyse granulométrique, percolation et portance à foumir).

Concerne : Remblai pour bunkers.


Mesurage : Pour mémoire. Compris dans les postes de constructions et de mises en forme.

21.6. REMBLAI A L'AIDE D'EMPIERREMENT DE CALIBRE 7 A 32 MM MAX.

Concerne : empierrement drainant en recherche


Mesurage : au m3.QP. A justifier.

AAS3 sprl page 39


Cahier spécial des charges – clauses techniques

22. TERRASSEMENTS PARTICULIERS.

Il est rappelé à l’entrepreneur que les postes 20 « Terrassement en déblais » en supra ne constituent
pas un simple terrassement en déblais, mais bien un nivellement afin d'obtenir les profils demandés.
Les postes repris dans « les terrassements particuliers » sont introduits spécifiquement pour les
finitions soigneuses.
Remarques importantes : Tous les terrassements particuliers sont à réaliser suivant les
directives de la DT sur chantier et ce, pour chaque phase de travail.

22.1. MISE EN FORME ET CONSTRUCTION DES BUNKERS ET DE LEUR ENVIRONNEMENT.

Le soumissionnaire ne prévoit ici qu'une finition soigneuse du nivellement, la construction, le drainage,


le remplissage et la finition des bunkers.
Le fond des bunkers aura une forme légèrement concave afin de rendre plus naturel le bunker une fois
terminé et de rassembler en un point les eaux de drainage.
Les bunkers sont drainés. Au point bas, les drains diam 80 mm sont placés dans des tranchées
parfaitement propres, ayant une pente de minimum 1%. Après la pose des drains, les tranchées sont
remplies de gravier 7/32. L'eau sera évacuée soit vers un fossé, une poche d'absorption ou un point
bas du terrain où la collecte de l'eau est possible. Dans le cas des bunkers de greens le système
drainant pourra être raccordé aux systèmes mis en place pour les greens.

Creusement et mise en forme des bunkers: l'entrepreneur tiendra compte de l'épaisseur du sable
après tassement, soit 15 cm, et de la lèvre vue s’il en est, soit au total en ce cas de 19 cm, soit le
niveau de ses abords avant remise en place des terres végétales (Voir croquis).
Les eaux de ruissellement ne s'écouleront jamais dans les bunkers.
Les abords des bunkers seront en pente douce permettant un entretien mécanique des abords par
machine de type TRIPLEX. Dans le cas où le bunker est encaissé, un accès sera toujours réalisé en
pente douce afin de permettre l'accès des joueurs et des machines d'entretien.
L'avant des bunkers sera toujours relevé.

AAS3 sprl page 40


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Après leur creusement et avant les semis, les bassins de bunkers seront nettoyés et leur profilage
terminé sous la DT.
Lorsque le gazon des abords aura levé et que l'enracinement sera suffisant, l'on procédera à la
découpe de la lèvre du bunker. Les terres excédentaires seront évacuées.
Un traitement à l'herbicide total rémanent est indispensable dans le fond des bunkers, ainsi que leur
nettoyage avant l'amenée du sable.
Une fois cette opération terminée, le sable sera apporté par temps sec. Le sable sera répandu dans le
fond du bunker sur une épaisseur de 15 cm après tassement. Ces différentes opérations sont à
comprendre dans le prix.
En attente de la mise en service du parcours, le sable sera couvert d'une feuille de plastique de
couleur noire, lesté par du sable afin de maintenir le bunker en état. Des trous sont percés dans la
feuille afin de permettre la pénétration de l'eau.
Cas particulier des bunkers en herbée (grass bunker) : La finition est réalisée par engazonnement, non
compris dans le prix, avec mélange préalable sable siliceux/terre végétale.

Concerne : mise en forme des bunkers.


Mesurage : au m3.QP.

22.11. MISE EN FORME DES BUNKERS EN SABLE AU M3.QP.

22.12. MISE EN FORME DU GRASS BUNKER AU M3.QP.

Le remplissage est réalisé avec un mélange de 3 cm de sable siliceux drainant de gros calibre
mélangé à 12 cm de terre végétale. Finition par engazonnement compté dans un poste spécifique.

22.2. MISE EN FORME DES FAIRWAYS ET DU ROUGH AU M2.QP.

Comme vu au plan, les grandes zones de fairways et de rough ne sont pas terrassées. La terre
végétale n'y est pas enlevée. Aucun travail de nivellement important n'est à prévoir.
L'entrepreneur devra pourtant y prévoir un dernier nivellement avant travail horticole pour supprimer
les points bas, les contre-pentes ponctuelles, etc… Ce travail sera suivi d'un sous-solage de ces zones
compris dans le prix.

AAS3 sprl page 41


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Concerne : mise en forme des fairways et du rough.


Mesurage : au m2.QP.

22.3. CONSTRUCTION DES GREENS.

Le travail comprend en tous les cas le profilage, les matériaux de remblais, le drainage, le gazon et
tout élément permettant d’obtenir un ensemble fini de qualité et conforme aux exigences de la
Fédération wallonne de Golf et de la DT.
Les greens sont de deux types : naturel ou synthétique.
Les greens naturels sont construits selon le procédé « sur sable » avec collerette et avant-green en
sable et/ou suivant les conditions spécifiques du fabriquant en cas de greens synthétiques. La mise en
forme sur terrain en place ou sur remblais stabilisé, sera réalisée sous forme d’un bassin épousant
parfaitement la forme de la surface de putting à réaliser à la côte -44cm.
Le fond de forme sera affermi, sans pour autant détruire la porosité du sol. Les contours du bassin
seront lisses et conformes à ceux de la surface finie à réaliser.

Sur toutes les parties autour des greens, cette mise en forme sera réalisée à la côte -20cm afin de
recevoir les terres végétales. Là où des véhicules auront circulés et abîmés la surface du sol, on
décompactera le sol sur une profondeur de 40cm avec une sous-soleuse.
Les greens synthétiques sont construits suivant les prescriptions du fabriquant du gazon synthétique.
En l’absence de précisions, les techniques de mise en œuvre pour les greens naturels restent
d’application.
La DT se réserve le droit d’adapter le dessin d’un green afin d’en améliorer l’esthétique et/ou les
qualités golfiques et ce jusqu’à la finition.
Les greens sont drainés.
Le mode de drainage est adapté aux profils du terrain, aux sens d’écoulement, au type de sol et à la
finition souhaitée (gazon naturel ou synthétique).
Le drainage est de deux types :
-soit de type vertidrains :
Fourniture et pose de tuyaux de drainage de 20cm de diamètre tous les mètres et sur une profondeur
de 80cm minimum. Le tuyau est enfoncé dans une hampe dans la terre en fond de coffre
préalablement réglé. Remplissage des tuyaux à l’aide de gravier (granulométrie de 32mm). Les
premiers tuyaux sont placés à 50cm des bords.
-soit de type à arêtes de poisson ou traversant.
Les tuyaux de drainage en PVC perforé, de section 60 mm à 80 mm ainsi que les joints, seront d'une
qualité approuvée par la DT. Ils seront choisis à intérieur lisse et ils seront semi-rigides.

AAS3 sprl page 42


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Au point bas du green, un drain diam 80 mm sera posé afin d'empêcher un suintement d'eau vers
l'avant-green.
L'extrémité supérieure du drain démarrera à l'extérieur de la surface du green. On pourra facilement y
accéder pour l'entretien. Ces extrémités ne seront donc enterrées que de 20 cm (terre végétale). Ces
extrémités seront repérées précisément sur les plans et munies d'une pièce métallique repérable au
détecteur de métaux.
Les tranchées de 20 cm de largeur et de 15 cm de profondeur auront une pente minimum de 0.5 % et
maximum 5 %. Les tranchées seront découpées proprement et seront débarrassées de tout débris, de
terre et de tout autre corps étranger.
Les tranchées seront exécutées afin qu'aucune couche de mise à niveau à l'aide de matériaux
rapportés ne soit nécessaire. Une couche de 2 cm d'épaisseur de graviers lavés 7/14 sera étendue en
fond de la tranchée. Les drains seront alors placés.
Avant de combler les tranchées, tous les drains latéraux et principaux seront vérifiés au niveau à bulle
sur leur totalité afin de s'assurer que les pentes de drainage sont suffisantes et régulières.
Les tranchées seront remplies sur leur totalité par du gravier roulé et lavé de calibre 7/14 mm, propre et
à faire approuver. Le gravier sera damé. Pendant ce travail, on fera attention à ne pas déplacer les
joints et les connections. Le remplissage se fera à la pelle ou avec une machine spécialement adaptée
et ne dégradant pas la surface du sol.
Le collecteur principal aboutira à une chambre de visite qui aura au maximum 0,80 m de profondeur.
Cette chambre sera placée à l'extérieur de la zone de jeu. A partir de cette chambre de visite,
l'évacuation des eaux est comprise dans les postes « égouttage » de référence.
La chambre de visite est indispensable pour vérifier le bon fonctionnement du drainage du green. Elle
sera toujours placée sur un des côtés du green et elle pourra recevoir les eaux de drainage des
bunkers.
L'entrepreneur pourra utiliser des sorties de drains préfabriquées avec grilles anti-retour, à condition
que celles-ci soient placées en zone de rough et ne soient pas visibles depuis le jeu.

Dans les deux cas, une couche drainante de graviers lavés (granulométrie 7/32 mm) de +-15cm
d’épaisseur (mesure minimum de 10cm après léger damage) est répartie uniformément sur la totalité
du bassin formant le green.

AAS3 sprl page 43


Cahier spécial des charges – clauses techniques

22.31. CONSTRUCTION DES GREENS NATURELS.

Suivant poste 22.3 en supra.


Le travail comprend :
- Le profilage fin,
- La réalisation du drainage.
- Le drainage à arêtes de poisson ou traversant sera privilégié.
- L’installation de la couche aveuglante (2 opérations)
Une couche de graviers lavés (granulométrie 2/7mm) de 3cm d’épaisseur est étendue sur la couche
drainante, puis une couche de 4 cm d’épaisseur d’un gros sable siliceux de rivière rude (mesure après
damage). Les dimensions des particules du sable de rivière de 2mm max., avec un max. de 10% de
particules inférieures à 0,7mm. Ce sable est exempt d’argile et de tout corps pouvant colmater la
couche aveuglante. Le rôle de cette couche de sable est de fermer la sous-couche et d’empêcher du
sable de la couche supérieure d’enracinement, de s’infiltrer dans la couche de gravier et d’obturer le
système de drainage.
- Entourage de l’enceinte du bassin par une bande de film polyéthylène.
Insérer une bande de film polyéthylène comme barrière verticale périphérique entre le sol en place
externe et la zone du green afin d’empêcher le transfert latéral d’eau vers le sol adjacent. Profondeur :
50cm. Placement au droit du drain périphérique.
- Composition et installation de la zone d’enracinement sur le green et sa colerette.
Cette zone est composée d'un mélange homogène de sable et de matière organique. La proportion en
volume est de 80 % de sable et de 20 % de matières organiques.
Mélange des composants :
Le mélange de ces composants sera homogène sur toute l'épaisseur tassée de la couche
d'enracinement (27 cm après compactage). L'entrepreneur devra donc tenir compte de ce tassement

AAS3 sprl page 44


Cahier spécial des charges – clauses techniques

et approvisionner suffisamment afin de ne pas devoir réapprovisionner lorsque les abords seront prêts
à être semés. Un contrôle sérieux de l'homogénéité sera réalisé par la Direction des Travaux.
Le mélange est à effectuer idéalement en centrale, sinon à l'extérieur des greens sur une aire propre
aménagée à cet effet. Un amendement physique du sol (colloïde silicique), améliorant le pouvoir
d'absorption, la structure physique et la disponibilité des éléments nutritifs dans le sol est ajouté au
mélange et intimement mélangé.
Mise en œuvre :
La mise en place ne pourra se faire que par l'arrière ou les côtés des greens.
Le degré de compaction sera considéré comme étant satisfaisant lorsqu'un homme marchant sur la
surface suffisamment arrosée n'y laisse pratiquement pas d'empreinte.
La surface finale sera ensuite lissée au râteau (à la main) par passages circulaires successifs de
l'extérieur vers l'intérieur.
Lorsque l'aménagement des pentes sera terminé, on vérifiera le profil du terrain afin de contrôler que
les niveaux obtenus ne s'écartent pas de plus de 2 cm de ceux spécifiés par l'architecte.
Lorsque l'aménagement des pentes sera terminé, on vérifiera le profil du terrain afin de contrôler que
les niveaux obtenus ne s'écartent pas de plus de 2 cm de ceux spécifiés par l'architecte.
Les engins (tracteurs agricoles) qui seront utilisés pour les finitions seront munis de pneus larges à
basse pression (spéciaux golf).
Une vérification des positions de drapeaux sera effectuée.
Réception par la Direction des Travaux, et ce par écrit, avant que le semis ne soit exécuté.

AAS3 sprl page 45


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Concerne : construction des greens naturels.


Mesurage : au m2.QP.

22.32. CONSTRUCTION DES GREENS SYNTHETIQUES (PUTTING ET PITCHING) AU M2.QP.

Suivant poste 22.3 en supra.


Les greens synthétiques sont fournis et posés suivant réalisation préalable d’un complexe de fondation
et de drainage proposé par le fabriquant et garanti par celui-ci.
Le gazon synthétique sera spécialement étudié pour le golf et plus spécifiquement pour les terrains
d’entraînement de golf.

Les spécificités du gazon répondront aux critères minimum suivants :


1. Technique de fabrication : tufting.
2. Caractéristiques de la fibre :
Type : 3/16 tufted
Tonalité : vert gazon
Garantie anti UV : 10 ans.
Composition : Nylon monofilament, droit et frisé
Densité nylon (DTEX) : 4 690/8
Structure : monofilament
Epaisseur totale : +-15mm +-10%
Hauteur du filament : +-12mm +-10%
Nombre de touffes (nbre/m2) : 77 760 +-5%
Poids des filaments : 1 290gr/m2 +-10%
Nombre de points par 10cm (l) : +-21,6
Nombre de points par 10cm (L) : +-36 +-1%
Résistance à l’arrachement : +-55 Newton
Imperméabilité : +-60litres/m2/min (non rempli)
3. Caractéristiques du support :
Composition support primaire : 100% PP Thiobac noir renforcé
Poids : 215gr/m2 +-10%
Renfort : fibre de verre
Composition support secondaire : latex styrène-butadiene (SBR)
Poids : 750gr/m2 +-10%
4. Caractéristiques du tapis :
Poids total : 2400gr/m2 +-10%
Largeur du rouleau : 4,04mct
Longueur du rouleau : 15mct
Drainage : trous de drainage

AAS3 sprl page 46


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Le fond de forme devra être réceptionné par la DT avant toute intervention. Après cette réception, plus
aucune machine lourde ne pourra plus circuler sur le green.
Le travail comprend :
- Le profilage fin,
- La réalisation du drainage.
Le drainage de type vertidrains sera privilégié. En cas de risque en terme d’efficacité et suivant la
nature du coffre constaté après terrassement, la DT se réserve le droit d’opter pour un drainage à
arêtes de poisson ou traversant et ce, sans supplément de prix.
- La fourniture et pose d’un géotextile sur la couche drainante de graviers lavés préalablement posée.
- la fourniture et la mise en place d’une dolomie 0-0.5 de +-10cm d’épaisseur
- Entourage de l’enceinte du bassin par une bande de film polyéthylène.
Insérer une bande de film polyéthylène comme barrière verticale périphérique entre le sol en place
externe et la zone du green afin d’empêcher le transfert latéral d’eau vers le sol adjacent. Placement
dans la dolomie sur une profondeur de 12 à 13cm (soit 2 cm plus bas que le niveau du green fini).
- la fourniture et pose du gazon synthétique avec remplissage et réglage.

Concerne : construction des greens naturels.


Mesurage : au m2.QP.

22.4. MISE EN FORME ET CONSTRUCTION DES TEES AU M3.QP.

Les talus à créer auront des pentes aussi douces que les abords le permettent et, sauf indication
contraire, seront de toute façon tondables mécaniquement.
En règle générale, les départs seront implantés aux endroits prévus sur les plans, toutefois, la
Direction des Travaux se réserve le droit de déplacer légèrement l'un ou l'autre départ, ceci avant leur
construction.
Exécution :
Les zones de départs seront exécutées avec une pente de 1 % dans le sens inverse du jeu afin
d'évacuer les eaux. Celles-ci sont à régler à la ficelle. Le niveau de mise en forme tient compte de la
mise en place de 6 cm de sable siliceux drainant mélangé à 20 cm de terre végétale exempte de
pierres, soit - 26 cm min. Le sable sera incorporé à la terre par hersage, l'emploi de fraise rotavator
étant interdite.
Un travail manuel au râteau exécuté par des jardiniers spécialisés est à prévoir. Le réglage de la
surface de jeux, avec pente de l % réglé à la ficelle lors de la mise en forme du tee, est à maintenir lors
de la construction. Les abords sont particulièrement soignés et les pierres sont éliminées. Le mélange
de semences à mettre en oeuvre sera déterminé après analyse du sol et ce, éventuellement, par zone.
Remarque : Il est à noter que la pente du tee, inverse au sens du jeu, crée souvent un point bas à
l'arrière du tee. Des thalwegs seront réalisés dès la mise en forme pour évacuer les eaux.

AAS3 sprl page 47


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Concerne : mise en forme des tees.


Mesurage : au m3.QP.

22.5. CONSTRUCTION DES AVANT-GREENS ET DE LA COLLERETTE (2,00MCT) AU M3.QP.

Remblai au mélange sable siliceux/terre végétale, ép.26cm min.


Sur les avant-greens et sur la collerette du green (2 mètres autour du green), 6 cm de sable siliceux
drainant de gros calibre sera incorporé à la terre par hersage, l'emploi de fraise rotavator étant
interdite.
Il est rappelé qu’aucun engin ne sera admis sur cette zone lors de la construction du green.

Concerne : mise en forme des avant-greens et collerettes.


Mesurage : au m3.QP.

CHAPITRE 03. TRAVAUX D’EGOUTTAGE ET D’EVACUATION DES EAUX.

30. EGOUTTAGE.

30.0. RESEAU D’EVACUATION ENTERRE – GENERALITE.

Essais :
La réception du réseau d'égout et les essais d'étanchéité doivent être réalisés avant tout remblayage,
en présence de la DT. Il est procédé à une mise sous eau pendant 24 heures. Aucune baisse de
niveau n'est acceptée.
Exigences particulières :
Respect des profils, alignements et niveaux prescrits.
Déblais pour tuyauteries
Terrassement mécanique à l’aide de moyens compatibles avec la situation rencontrée, éventuellement
à la main si les risques d’endommagement d’éléments situés dans la zone de chantier l’exigent. Il
appartient à l’Entrepreneur de savoir si le terrassement manuel est recommandé en fonction du cas
qu’il rencontre.

AAS3 sprl page 48


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Le mode d’exécution et les phases de terrassement sont laissés à l’initiative de l’Entrepreneur


moyennant respect des prescriptions ci-après. L'Entrepreneur étudiera les moyens à mettre en œuvre
en fonction des phases d'exécution et des conditions d'accessibilité locale.
Le déblai se fait jusqu’au niveau précisé suivant les besoins.
Fondations
Les tuyaux enterrés doivent être posés dans un lit de sable stabilisé de 15 cm d'épaisseur dont 10 cm
sous la génératrice inférieure et dont la largeur dépasse de 10 cm le diamètre du tuyau.
Ils doivent être maintenus si nécessaire tous les 3 mètres dans la fondation en sable stabilisé par un
arceau en acier de 6 mm de diamètre.
Le sable utilisé doit être stabilisé au moyen de 100 kg de ciment par m3 de sable
Remblais pour tuyauteries
Le remblai doit être réalisé, jusqu'à 10 cm au-dessus de la génératrice supérieure, par couches
successives de 10 cm soigneusement damées au moyen de sable gros.
Le reste du remblai doit être réalisé par couches successives de 10 cm soigneusement damées à la
machine, à l’aide de terres provenant des déblais dont la qualité aura été admise par la Direction des
Travaux.
Lorsqu'un nouveau revêtement de sol est prévu, la finition du remblai doit être constituée de 10 cm de
béton maigre placé de façon à permettre la pose de ce revêtement de sol.

30.1. TUYAUTERIES ENTERREES EN PVC.

Intitulé conformément aux indications des plans et prescriptions pour les tuyauteries enterrées :
Raccordement du réseau de drainage sous empierrement des accès et parkings au collecteur général
existant,
Raccordement du trop-plein du bassin d’eau libre au collecteur général.
Exigences particulières :
Les tuyaux d'évacuation entre les avaloirs, caniveaux ou réseaux de drainage et les chambres de
visite doivent être en PVC non plastifiés conformes à la NBN T 42-108, avec accessoires conformes à
la NBN T 42-601, porteurs du label Benor.
L'assemblage doit se faire au moyen de manchons moulés par injection avec joints fixés à lèvres en
caoutchouc.
En aucun cas, un assemblage ne pourra être réalisé en chauffant l'extrémité du tuyau.
Le diamètre des tuyauteries est à adapter en fonction du matériel prescrit.
Comprend
1°- Les terrassements nécessaires pour l’établissem ent des tranchées, pour la pose des canalisations,
ainsi qu’un enrobage de béton maigre pour les parties extérieures au bâtiment et les parties intérieures
sous aires de béton ordinaires.
2°- Les percements des murs, les ragréages et évacu ation des décombres font partie du présent
ouvrage, sans supplément.
3°- L’enlèvement des massifs rocheux, maçonneries o u bétons éventuels incorporés dans les fouilles
(enlèvement nécessaire à la pose des canalisations).
4°- Les supports obligatoires tous les mètres en su spendu ou dans les remblais.

AAS3 sprl page 49


Cahier spécial des charges – clauses techniques

5°- La fourniture et pose de la tuyauterie y compri s raccords, pièces spéciales et autres accessoires,
dispositifs de fixation et de dilatation, et toutes autres sujétions. Les fourreaux de passage non métrés
séparément font partie du présent poste.
6°- Le remblai au sable gros parfaitement damé.
7°- Le remblai final.

Mesurage : les pièces spéciales (courbes 90° et 135 °, pièces - T, etc., à l'exception des manchons de
raccordement aux chambres de visite) sont comptées à raison d'un mètre de tuyaux de même
diamètre.

30.11. TUYAUX PVC DIAM. 110MM. AU MCT.QP.

Concerne : raccordement du réseau de drainage à l'égouttage (récupération vers citerne).


Mesurage : au mct.QP.

30.12. TUYAUX PVC DIAM. 125MM. AU MCT.QP.

Concerne : raccordement pour énergie, en recherche.


Mesurage : au mct.QP.

30.2. GAINES ENTERREES EN PVC ANNELEE.

Prescription identique au poste 30.1 en supra. Les tuyauteries sont livrées en rouleaux. Les gaines
sont lisses à l’intérieure et annelées à l’extérieur. Y compris tire-fils et toutes pièces de raccordement.

30.21. GAINES ANNELEES DIAM.80MM. AU MCT.QP.

Concerne : raccordement pour énergie, en recherche.


Mesurage : au mct.QP.
31. DRAINAGE ET TRAVAUX CONNEXES.

31.1. TUYAUX DE DRAINAGE ENROBES D’UNE NAPPE FILTRANTE SYNTHETIQUE.

Exigences particulières :
Ces tuyaux ne sont pas jetés ni traînés sur le sol, ni roulés.
Respect des profils, alignements et niveaux prescrits.

Définition des matériaux


a) Les tuyaux drainants en PVC dur rainuré :

AAS3 sprl page 50


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Drains flexibles fabriqués en polyvinylchoride (PVC) non plastifié et sans addition de ramollisseurs, tels
que décrits dans la norme NBN T42-113, frettés d’un feutre anticontaminant.
Les tuyaux peuvent être posés mécaniquement sans dégâts suivant la technique normale de drainage.
3
Le poids spécifique du PVC est compris entre 1,35 et 1,45g/cm .
Les tuyaux ont les parois ondulées et sont pourvus de perforations. Celles-ci peuvent être pratiquées
sous forme de trous ou d’entailles suivant un schéma quelconque, tout en étant dispersées
uniformément autour de la surface, et comporter au moins 3 rangées. Une perforation est pratiquée au
minimum par 50 mm de tuyau. Les perforations sont nettes, sans bavures ni entraves dans les
perforations ou dans le tuyau. La largeur moyenne de perforation pour 2 cm est de 0,9 mm. Aucune
valeur maximale pour la longueur de perforation n’est fixée, celle-ci reste limitée à conserver une
solidité suffisante au tuyau.
La perforation présente une surface de 30 cm²/m au minimum
Ils doivent satisfaire aux conditions suivantes :
Les diamètres nominaux des drains sont 120 mm.
L’épaisseur des parois : 0,8 mm.
Surface d’infiltration : 2400 mm²/m/
Poids minimum : 320 g/m (non enrobé).
Les écarts des mesures sont déterminés suivant la NBN T42-402.
Le poids est déterminé suivant la NBN T42-406.
Les tuyaux correspondent à la résistance (cfr NBN 704 - poids de chute sphérique de 250 gr avec
rayon de 12,5mm). La hauteur de chute est 1,00m pour les tuyaux ayant un diamètre nominal jusqu'à
80mm. Pour les diamètres plus grands, la hauteur de chute est de 1,80m et les tuyaux sont frappés à
l'endroit le plus faible (le plus souvent, la ligne de perforation).
Un morceau de tuyau de 2 m de long doit pouvoir être plié sans rupture avec un rayon maximum de
1,80m.
Un morceau de tuyau de 20 cm de long doit résister à une charge linéaire de 0,75kg/cm avec une
compression maximale du diamètre extérieur de 4%.
Soumis à un éclairage intense, les tuyaux ne peuvent montrer aucune bulle, fissure, impureté ou
défaut d’homogénéité.
Les joints sont faits au moyen d’un manchon de la même matière que les tuyaux.
Enrobage d’une nappe filtrante : 320 gr/m², dont le débit doit être plus grand ou égal à 40L/m²/sec.
b) Les nappes filtrantes :
Répondent aux prescriptions de l’article 50.2.

c) Matériaux drainants :
Le matériau drainant est constitué de porphyre concassé de calibre 8/40.
d) Tuyauteries enterrées en PVC dur
Pour le raccordement des drains à la chambre de visite
Répondent aux prescriptions de l’article 30.1.
e) Tranchée :
La largeur (L) de la tranchée est fonction du diamètre (Ø) du tuyau.
Pour le mesurage, on admet : L = Ø + 0,30 avec L = 0,50 min.
L et Ø sont exprimés en mètres.

AAS3 sprl page 51


Cahier spécial des charges – clauses techniques

La profondeur de la tranchée est variable en fonction de la profondeur du coffre ou du niveau de la


nappe phréatique. Le fond de la tranchée sera toutefois toujours situé à 0,30 m. minimum au-dessous
de la sous-fondation en sable drainant ou du fond de coffre.
Mise en œuvre
Les tuyaux sont livrés en rouleaux de 25 m au moins.
L'entrepreneur prend toutes mesures utiles pour exécuter les drains dans des fouilles maintenues à
sec et pour assurer la conservation des parois de la fouille de façon à exclure toute souillure du filtre et
des tuyaux.
Les tuyaux ne seront ni jetés, ni traînés, ni roulés sur le sol. Toute partie des filtres qui accuse des
traces de souillure est enlevée et remplacée; tout tuyau souillé est nettoyé.
Les drains sont construits de l'amont vers l'aval de façon à éviter la contamination des matériaux
filtrants par les eaux superficielles.
Les tuyaux en PVC non plastifié sont assemblés au moyen de raccords glissants à frottement dur sur
les deux extrémités des tuyaux ou simplement emboîtés à fond si les tuyaux sont pourvus
d'emboîtements femelles; l'emboîtement doit se faire à frottement dur.
L'extrémité amont du tuyau amont de chaque série de drains est pourvue d'un bouchon avec bague
d’étanchéité conforme à la NBN T-42/108. (Si le tuyau de drain n'est pas conçu pour assurer
simultanément l'évacuation des eaux superficielles, ce bouchon est en matériaux durables et reste à
demeure; si le drain est conçu pour l'évacuation simultanée des eaux superficielles, le bouchon est
temporaire et ne sera enlevé qu'après l'achèvement de l'ouvrage accessoire à établir à l'extrémité
amont de la série). Sur les branchements non utilisés des raccords, un bouchon doit également être
placé.
Les coudes, tés et raccords sont préfabriqués dans la même matière et de même diamètre que ceux
des tuyaux drainants employés.
Si une cunette est prévue, les tuyaux doivent être encastrés dans la cunette jusqu'à la limite inférieure
de leur paroi perméable ou munie d'ouvertures. La face supérieure de la cunette est profilée en pentes
transversales dirigées vers le tuyau, voir détail.
Le matériau filtrant est mis en place en couches minces et compacté à la main jusqu'à une hauteur de
0,30 m au-dessus des tuyaux de drainage; au-delà de cette hauteur, la mise en œuvre d'un matériel
de compactage mécanique léger peut être envisagée.
L'entreposage des nappes synthétiques se fait sur une aire de stockage propre, à l'abri des rayons du
soleil.
A la pose du textile, la continuité entre deux nappes est assurée par simple recouvrement de 30 cm.
De même, le recouvrement supérieur de l'enveloppe du drain est au minimum de 30 cm.
Comprend :
- La fourniture, la pose et tous les travaux accessoires,
- les terrassements en déblai et remblai, la fondation, l'épaulement du tuyau, les percements ou
tranchées et leur ragréage,
- les pièces spéciales : joints, bouchons PVC, les coudes, tés et raccordements, et les
dispositifs d'étanchéité,
- les dispositifs de fixation et de dilatation,
- la nappe filtrante et le matériau drainant,
- les raccordements nécessaires au réseau d’évacuation ou à une chambre de visite,
- toutes sujétions notamment liées au travail par phases.

Concerne : drainage diam.80mm de reprise du terrain de jeux et sous les revêtements en cordolithe et
en empierrement.

AAS3 sprl page 52


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Mesurage : au mct.QP. Les pièces spéciales (courbes 90° et 135°, pièces - T, etc., à l'exception des
manchons de raccordement aux chambres de visite) sont comptées à raison d'un mètre de tuyaux de
même diamètre.

32. APPAREILS DE VISITE.

Les couvercles des chambres de visite et autres appareils de l’assainissement seront toujours placés
avec 1 face parallèle au bâtiment de référence ou suivant les axes de voiries. A déterminer sur
chantier avec la Direction des Travaux.

Mesurage : à la pièce, suivant dimensions aux plans ou au métré. Y compris la fouille et le remblai, le
couvercle double étanche amené au niveau sol fini, le cadre périphérique en béton lissé à arêtes
biseautées, faces supérieures en pente vers l’extérieur.

32.1. CHAMBRES DE VISITES.

Les travaux comprennent:


- la fourniture et la mise en œuvre des matériaux constituant la fondation, la maçonnerie et le
cimentage des chambres de visite,
- la fourniture et la mise en œuvre des chambres de visite,
- le raccordement des canalisations d'amenée et d'évacuation, y compris le béton de renfort,
la fourniture et la pose des couvercles et des châssis simple fond.
Exécution des travaux :
La chambre de visite repose sur une fondation en béton de 10 cm d'épaisseur minimum.
La maçonnerie et le cimentage intérieur et extérieur sont exécutés avec un mortier du type C 40. Le
cimentage a une épaisseur de 1 cm et est lissé à la truelle.
Les chambres de visite profondes de plus de 1 m sont pourvues de barreaux de 20 mm de diamètre
en acier galvanisé (à raison de 450 g de zinc/m2 suivant la NBN 657). Ces barreaux équidistants de
30 cm maximum sont scellés dans la maçonnerie.
Les couvercles sont pourvus d'un système de soulèvement; ils s'emboîtent dans un cadre fixe.

Matériaux :
L'entrepreneur fait usage de blocs lourds en béton épaisseur 20cm, répondant à la NBN B 21-001.
Les chambres de visite sont du type à chenal intérieur ouvert.
L'entrepreneur met en œuvre une fondation en béton de 10 cm d'épaisseur au minimum.
Les faces extérieures ET intérieures sont enduites d'un produit de protection à base d'hydrocarbures.
L’entrepreneur peut faire usage, en variante :
- de chambres de visite préfabriquées en matériau synthétique ayant obtenu l'agrément technique
avec certification (ATG).
- de chambres de visite préfabriquées en béton armé avec rehausses adaptées.

AAS3 sprl page 53


Cahier spécial des charges – clauses techniques

32.11. CHAMBRE DE VISITE ORDINAIRE 60X60CM. A LA PIECE.QP.

Concerne : chambre de tirage et de visite.


Mesurage : à la pièce. QP.

32.12. CAVETTE PREFABRIQUEE MIN.100X100CM. A LA PIECE.

La chambre est réalisée suivant les prescriptions de la SWDE. Elle est destinée à recevoir le ou les
compteurs d’eau de distribution. Elle comprend un tuyau d’évacuation en fond de chambre. Double
portillons d’ouverture.

Concerne : cavette pour compteur eau, svt. SWDE.


Mesurage : à la pièce.

32.2. SUPPLEMENT POUR REGARD DE VISITE.

Ce poste comprend le supplément pour la pose de couvercles en fonte double fond au lieu des
couvercles en béton armé ou simple fond pour certains appareils.

32.21. COUVERCLE EN FONTE DOUBLE FOND, TRAFIC LOURD. A LA PIECE.QP.

Les doubles couvercles et les châssis de visite étanches seront conformes à la NBN B 54-101, classe
de résistance Ia, charge d'épreuve minimale 15 kN. Ils seront fabriqués en fonte selon NBN B 53-
101/A1 - Eléments de voirie en fonte ou en acier moulé - Spécifications techniques générales (1985).
Les couvercles en fonte ou en acier moulé seront dérouillés, peints en 1 couche de peinture au minium
et 2 couches de finition à base de résine alkyde. La teinte sera déterminée par l’auteur du projet.
Les bords des couvercles doivent être enduits de graisse et seront exécutés à rainure et languette.
Entre les deux couvercles, on insérera sur toute la hauteur, une couche de sable maigre.
Y compris 2 clefs de levage par taque.

Concerne : chambre de tirage et de visite, en recherche.


Mesurage : à la pièce. QP. A justifier.

CHAPITRE 04. PETITS OUVRAGES D’ART.

41. BASSINS DE LAGUNAGE.-A.

AAS3 sprl page 54


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Tous les éléments constitutifs des bassins de lagunage constituent une option obligatoire. Le
maître de l’ouvrage avertira l’entrepreneur adjudicataire de la retenue ou non de cette option
lors de l’attribution du marché.
Les éléments décrits ci-après constituent le descriptif du génie civil relatif aux bassins de
lagunage. Les éléments techniques ne sont pas compris.

Les travaux concernent un système extensif d’épuration des eaux usées domestiques noires (toilettes)
et grises (eaux de buanderie, cuisine, salle de bain, etc.).
Les eaux en provenance de la fosse septique sont collectées dans un bassin de répartition couvert et
enterré en maçonnerie qui les réparti dans 2 bassins en série de 4,20 m de largeur et de 13,40 m de
longueur, dont les parois sont maçonnées et dont le fond et les parois sont recouverts d’un géotextile
résistant aux rongeurs et d’une bâche plastique. Les bassins sont remplis de graviers de différentes
granulométries dans lesquels sont plantés des roseaux.
Les eaux usées sont épurées tout au long de leur cheminement dans le filtre et sont dirigées vers une
chambre de répartition à débordement en maçonnerie, couverte et enterrée, qui déverse les eaux
traitées dans un bassin d’eau libre de 4,20 m de largeur et de 42 m de longueur implanté en
prolongation et en continuité des filtres.
Les eaux épurées doivent respecter les normes de rejet imposées par la Région Wallonne.
Le bassin d’eau libre est constitué d’une dalle béton sur sol et de parois maçonnées de la même façon
que les filtres.
Travaux compris dans le marché actuel :
- Les travaux d’approfondissement locaux en déblais jusqu’au fond de coffre des fondations
après le retroussement de la terre arable.
- Les fondations des bassins comportent :
o La réalisation d’une sous couche parfaitement nivelée et nettoyée, et couverte de
sable pour les cellules de filtration,
o La réalisation d’une dalle béton sur béton de propreté pour le bassin d’eau libre, les
murets des cellules de filtration et les canaux de répartition.
- Les maçonneries des parois et des canaux de répartition.
- Les dalles de couverture des canaux de répartition, avec taques de regard amovibles.
- Le remblai de terre arable à l’arrière après enlèvement des débris.
- Le géotextile résistant aux rongeurs et l’étanchéité en bâche plastique.
- Les graviers de filtration.
- La plantation des plantes filtrantes.

Se référer également à la brochure « Filière d’épuration individuelle des eaux usées par filtre
végétalisé EPUVAL 20 G (11-20 EH) ». Brochure destinée aux acquéreurs.
Brochure éditée par la Faculté Universitaire des Sciences Agronomiques de Gembloux-ASBL
EPUVALEAU (http://epuvaleau.fsagx.ac.be) Avenue de la Faculté d’Agronomie, 2 – 5030 Gembloux,
Belgique. D. Xanthoulis (Directeur), M. Wauthelet.

41.1. MACONNERIE ET BETON POUR BASSINS. –A.

41.11. DALLE SUR SOL. –A.

AAS3 sprl page 55


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Ce poste comprend la réalisation de la dalle sur sol du bassin d’eau libre, ainsi que les radiers des
canaux de répartition et l’assise de fondation des murets des cellules de filtration.
Exigences particulières :
Le béton et les armatures répondent aux prescriptions des postes de stabilité (cfr. Etude de stabilité).
Le béton sera de classe C25/30. Les coffrages éventuels peuvent être réalisés en un matériau léger
dont l’Entrepreneur soumettra les caractéristiques techniques pour approbation à la DT.
L'épaisseur de la dalle est mentionnée aux plans ou aux métrés.
Le bétonnage de la dalle sur sol se fait sur un visqueen de forte épaisseur posé sur une couche de
sable stabilisé ou sur une couche de béton de propreté (classe de résistance C 12/15) suivant les
conditions du fond de forme. L'Entrepreneur prendra les dispositions nécessaires afin d'éviter le
déchirement du visqueen lors de la mise en place du ferraillage.
Comprend:
- La fourniture et mise en œuvre du béton,
- Les armatures,
- Les coffrages éventuels,
- La fourniture et la pose du visqueen,
- La couche de propreté en sable stabilisé ou en béton maigre
- Toutes sujétions.

Concerne : bassin de lagunage.


Mesurage : au m3.QP.

41.12. MURETS EN BETON ARME COULE SUR PLACE. –A.

Exigences particulières :
Le béton, les armatures et les coffrages répondront aux prescriptions des postes de stabilité (cfr.Etude
de stabilité). Le béton sera de classe de résistance C25/30.
Comprend :
- Béton : la fourniture, la mise en œuvre, et tous les accessoires et sujétions tels que repris ci-dessus.
- Coffrage : la fourniture, la mise en place, le décoffrage et tous les accessoires et sujétions tels que
repris ci-dessus (en ce compris l'étançonnement).
- Les armatures.

Concerne : bassin de lagunage.


Mesurage : au m3.QP.

41.13. DALLE PREFABRIQUEE EN BETON LISSE. –A.

Ce poste comprend la fourniture et pose des dalles de couverture des canaux de répartition.
Exigences particulières :
Le béton répondra aux prescriptions des postes de stabilité (cfr. Etude de stabilité) et sera de classe
de résistance C25/30.

AAS3 sprl page 56


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Les faces visibles seront en béton lisse de décoffrage. Ce béton restant apparent, une attention
particulière sera apportée à son état de surface soit par le choix d'un coffrage adéquat, soit par
l'utilisation d'un béton self-compacting.
Les armatures et les coffrages répondront aux prescriptions des postes de stabilité (cfr. Etude de
stabilité).
La pose des dalles se fait sur la maçonnerie par l'intermédiaire d'un lit de mortier.
Les dalles seront préfabriquées en 3 éléments de 150 x 100 x 10 cm pour la couverture du canal de
répartition du bassin d’eau libre et en 9 éléments de 70 x 50 x 5 cm pour la couverture du canal de
répartition des filtres. Les boucles de levage éventuelles seront situées sur les faces verticales de
l'élément.
L'entrepreneur prendra toutes les mesures nécessaires lors du transport et du montage des dalles de
façon à éviter toute détérioration ou taches. Aucune réparation visible ne sera tolérée. Tout élément
abîmé sera remplacé par et aux frais de l'Entrepreneur.
Les dalles de couverture du canal de répartition du bassin d’eau libre intègreront la réservation pour
les cadres des taques des regards de contrôle.
Eléments de couverture et trapillons
Chaque chambre est pourvue d'un trapillon en fonte avec châssis de visite de section carrée et de
dimension d’ouverture 40 x 40 cm.
Les cadres sont à fermeture hydraulique.
Les trapillons sont exécutés pour une charge d'épreuve de min. 40 T.
Les couvercles sont en fonte grise amovibles avec barrette de levage.
Les éléments sont en fonte grise (résistance à la traction : 200N/mm²). Voir norme NBN B53/102 à
108.
La fonte est traitée au moyen d'un produit anti-corrosif répondant aux prescriptions de la NBN A22-001
et 830-001.
Les éléments sont achevés au moyen d'une peinture gris clair mat.
Les produits de traitement anti-corrosion et la peinture sont à présenter pour approbation à la DT.
Comprend :
- la réalisation du coffrage et sa mise en place, le décoffrage et tous les accessoires nécessaires ;
- la fourniture et la mise en œuvre du béton teinté et tous les accessoires nécessaires ;
- la fourniture et la pose de l'élément sur bain de mortier.
- les armatures.

Concerne : bassin de lagunage.


Mesurage : à la pièce, suivant type.

41.13.1. Eléments 150 x 100 x 10 cm avec trapillons. A la pièce. –A.

41.13.2. Eléments 70 x 50 x 5 cm. A la pièce. –A.

AAS3 sprl page 57


Cahier spécial des charges – clauses techniques

41.2. FINITIONS D'ETANCHEITE. –A.

41.20. ETANCHEITE – GENERALITES. –A.

L’étanchéité est testée en présence de la DT par remplissage des bassins et des canaux en fermant
soigneusement les évacuations d’eau. Le prix de ce test est inclus dans les prix unitaires de
l’étanchéité.
L’Entrepreneur fait appel pour la mise en œuvre de l’étanchéité à un sous-traitant qualifié disposant
d’une agréation D8.
Avant réalisation de l’étanchéité, il examine soigneusement l’état du support, en corrige les
imperfections éventuelles et fait part de ses remarques éventuelles sur les plans et spécifications
techniques.
Tous les matériaux ou systèmes utilisés par l'entreprise pour la réalisation des travaux doivent avoir un
agrément technique UBATC.
Si, afin de répondre à une fonction particulière, aucun matériau ne dispose d’un agrément technique,
l’Entrepreneur soumettra une proposition de produit à l’approbation de la DT. Le fournisseur du produit
proposé devra démontrer sa qualité.
Pour ce faire, il proposera à la DT un programme d’essais, permettant d’évaluer la qualité et la validité
du produit et il indiquera également les moyens de mise en œuvre. Ce programme devra au moins
inclure les essais définis ci-dessous. Après accord sur le programme et le niveau de performance à
obtenir, les essais seront réalisés dans un laboratoire agréé par la DT
Sont à charge de l’entreprise :
- tous les frais nécessaires à la bonne exécution des essais, y compris la fourniture, le transport et le
montage des matériaux à tester ;
- tous les frais des essais ;
- tous les frais et honoraires pour les prestations dépassant la vérification de résultat des essais,
exécutés en Belgique.
Le fait pour lui de commencer le travail implique son accord sans réserve sur l’état du support et la
conception prévue. Il fournit au Maître de l’ouvrage UNE GARANTIE SPECIFIQUE ECRITE DE
10 ANS sur tout défaut d’étanchéité, laquelle garantie n’exclut aucun frais d’investigation ni de
démontage et remontage des revêtements.
La protection de l’étanchéité doit se faire immédiatement après réalisation de l’étanchéité.
Si les phases d’exécution du chantier ne permettent pas de réaliser immédiatement la protection
définitive, l’entrepreneur prévoit une protection provisoire résistante, sans frais supplémentaire pour le
MdO. Il en va de même pour les solins de protection ou autres aux endroits où l’étanchéité est
exposée aux dégradations par le chantier.
Aux raccords entre plans horizontaux et verticaux, il est fait usage de chanfreins à 45° - 5/5 ou
d’équerre de renfort.
L’Entrepreneur utilise une main d’œuvre qualifiée pour la mise en œuvre de l’étanchéité.

41.21. COMPLEXE D’ETANCHEITE A BASE DE RESINES POLYURETHANES. –A.

Conformément aux indications des plans pour toutes les faces intérieures du bassin d’eau libre et de
son canal de répartition
Documents d’application:
NIT 151 et 139

AAS3 sprl page 58


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Exigences particulières :
L’étanchéité est réalisée en adhérence totale sauf aux endroits où des fissures ont été observées.
Au-dessus de ces dernières, l’étanchéité sera placée en indépendance totale par interposition d’un
« tape » d’une largeur de ± 5 cm à déterminer en accord avec la DT et selon les prescriptions du
fournisseur.
L’étanchéité sera impérativement mise en œuvre par temps sec et sur un support totalement
sec.
En cas contraire, si des piqûres ou autres défauts apparaissent, la DT se réserve le droit d’exiger, au
frais de l’Entrepreneur, le démontage et la mise en œuvre d’une nouvelle étanchéité.
Composition du complexe d’étanchéité de bas en haut :
Le complexe d’étanchéité consiste en :
- une couche d’accrochage sur béton réalisé par application d’un primer.
- une couche de membrane étanche réalisée par pulvérisation d’un produit à deux composants à base
de résines polyuréthanes.
Caractéristiques :
La membrane possède les propriétés physiques suivantes :
- résistance à la traction DIN 53.504 : > 10N/mm²
- dureté shore A DIN 53.504 : > 70
- élongation DIN 53.504 : > 300%
- résistance à la déchirure : DIN 53.515 : > 15 N/mm
Préparation du support :
Toute surface à traiter sera exempte de graisse, d’huile, laitance, …. La préparation du support sera
conforme à la NIT 139
Mise en œuvre du complexe d’étanchéité:
Les différentes couches sont appliquées sur le support assaini selon les prescriptions du fournisseur.
Joints
Tous les joints entre béton et étanchéité sont réalisés au moyen du produit à deux composants à base
de résines polyuréthanes utilisé pour la membrane d’étanchéité.
L’entreprise peut proposer une variante pour la composition du complexe d’étanchéité.
Cette solution devra être soumise à l’approbation de la DT
Comprend :
- Préparation éventuelle complémentaire du support
- Fourniture et pose de l’étanchéité y compris la fixation des relevés d’étanchéité et toutes préparations
complémentaires nécessaires aux parachèvements de l’étanchéité selon les règles de l’Art et les
indications des plans.
- Les ragréages autour des trop-pleins et des ouvertures.
- Jointoiements

Concerne : bassin de lagunage.


Mesurage : au m2.

AAS3 sprl page 59


Cahier spécial des charges – clauses techniques

41.22. ETANCHEITE CONTRE MURS. –A.

Conformément aux indications des plans pour toutes les faces intérieures du canal de répartition des
filtres et pour l’étanchéité le long des murs contre terres.
Documents d'application
La mise en œuvre est conforme aux indications de la STS 35 et de la NIT 190.
Exigences particulières
Matériaux :
Cimentage : mortier hydrofuge contenant un minimum de 350 Kg de ciment par m³ de sable pur et
rude,
Etanchéité : émulsion stabilisée de goudron raffiné enrichi d'élastomères.
Mise en oeuvre :
- Application du cimentage au mortier. Peut se faire lors du montage de la maçonnerie, à la taloche, en
veillant à obtenir une surface régulière et plane.
- Application de l'émulsion de goudron à la brosse, au rouleau de peintre ou au pistolet, conformément
aux prescriptions du fabricant; application en 3 couches:
e
1 couche: 50 % d'émulsion de goudron + 50 % d'eau (± 0.3 kg/m²);
e
2 couche: émulsion de goudron pure pigmenté de couleur brun-rouge (± 0.8kg/m²);
e
3 couche: émulsion de goudron pure (± (0.8 kg/m²).
L'étanchéité sera approuvée par la DT avant tout remblayage.
Comprend :
- la fourniture et la mise en œuvre du cimentage,
- la fourniture et la mise en œuvre de l’étanchéité,
- toutes sujétions.

Concerne : bassin de lagunage.


Mesurage : au m2.

41.23. ETANCHEITE DES CELLULES DE FILTRATION. –A.

Conformément aux indications des plans pour le fond et les remontées des parois intérieures des
cellules de filtration.
Exigences particulières
MATERIAUX :
géotextile résistant aux rongeurs,
géomembrane en HPDE > 1,5 mm, garanties UV, intempéries et altération par les eaux usées,
Le prix de l’ouvrage comprend la fixation des relevés et descentes d’étanchéité.
Comprend
La fourniture, pose et autres sujétions du complexe d’étanchéité.

Concerne : bassin de lagunage.

AAS3 sprl page 60


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Mesurage : au m2.

41.3. GRAVIERS FILTRANTS. –A.

41.30. GENERALITES. –A.

Les graviers et galets employés ne contiennent pas de calcaire, ce dernier étant sensible au Ph acide
des eaux usées et seront lavés.
Les graviers et galets sont placés sur une profondeur de min. 60 cm compte tenu de la pente
d’écoulement de 0,4 %.
Lors du remplissage il faut veiller à éviter tout risque de poinçonnage de la géomembrane des cellules
de filtration. Il est cependant autorisé de marcher sur le gravier et les galets posés dans les cellules,
mais aucun engin ne peut y passer.
Les eaux entrant dans les cellules filtrantes passent d’abord dans la zone de galets où elles seront
partiellement aérées et se répartiront sur toute la section « filtre » (gravier fin) des cellules via une
zone de gravier de calibre moyen.
Les galets et le gravier de calibre moyen placés à l’entrée et à la sortie des cellules ne devront jamais
être couverts de plantes, de feuilles, de graviers ou de débris ; ils doivent rester aérés.

41.31. GALETS 40/120 MM. –A.

Bande d’aération sur une épaisseur de 30 cm à l’entrée et à la sortie du filtre.


Comprend :
La fourniture, le placement et le profilage des matériaux.

Concerne : bassin de lagunage.


Mesurage : au m3. QP.

41.32. GRAVIER 10/20 MM.

Bande de dispersion sur une épaisseur de 10 cm à ’entrée et à la sortie du filtre, entre les galets
40/120 mm d’aération et le gravier fin 3/8 mm.
Comprend :
La fourniture, le placement et le profilage des matériaux.

Concerne : bassin de lagunage.


Mesurage : au m3. QP.

41.33. GRAVIER FIN 3/8 MM. –A.

AAS3 sprl page 61


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Le gravier fin occupera toute la superficie des cellules de filtration comprise entre les lits de graviers.
Les eaux doivent s’écouler lentement et uniformément dans cette zone pour assurer un contact
prolongé entre les molécules organiques et les bactéries qui s’y développent.

Exigences particulières :
Le coefficient d’infiltration du gravier placé dans les cellules sera supérieur à 1.10-3 m/s. S’il est
poussiéreux, le gravier fin sera lavé avant d’être utilisé et aura un diamètre moyen de 5,5 mm. Il sera
siliceux et rond avec des teneurs en fines inférieures à 3 %.
Comprend :
La fourniture, le placement et le profilage des matériaux.

Concerne : bassin de lagunage.


Mesurage : au m3. QP.

42. SOUTENEMENT EN GABIONS.

Ce poste comprend les 2 éléments de soutènement en angle situés, d’une part, à l’angle formé par
l’entrée du site et la rue de la Roquette (composé de deux murs en angle de 48 et 42 mc, d’une
hauteur variable de 1,50 m hors sol à l’angle jusqu’à enfouissement complet) ; et, d'autre part, pour le
soutien de l’espace de stationnement (composé de deux murs à angle droit de 45,50 + 7 mc d'une
hauteur variable de 1 m hors sol à l’angle, jusqu’à enfouissement complet).
Exigences particulières :
Définition des matériaux
La fondation en empierrement répond aux prescriptions de l’article 51.1.
Les gabions sont des paniers constitués de panneaux en mailles de fil d’acier à mailles 76,2 x 76,2
mm. Le fil d’acier est de section 3,00 ou 4,55 mm (référence BS 1052) traité au Zincalu Super à 350
gr/m² ave. minimum suivant BS EN 10244-2 (Zincalu est un alliage à 95 % de zinc et 5 %
d’aluminium).
Lorsque des gabions se superposent, le panneau intermédiaire peut être constitué d’un fil de 3 mm et
ne doit pas être doublé (il constitue à la fois le couvercle du gabion inférieur et le fond du gabion
supérieur). Dans tous les autres cas les panneaux seront constitués de fils de 4,55 mm.
Les dimensions spécifiées sont des dimensions nominales. Les dimensions exactes des gabions sont
toujours des multiples de la maille de 76,2 mm, soit pour un gabion de dimension nominale de 100 cm
= 13 mailles, une dimension réelle de 99,06 cm.
Les dimensions des éléments de gabions à mettre en œuvre sont laissées à l’appréciation de
l’entrepreneur.
Le plan de pose et les plans détaillés d'exécution sont à établir par l'Entrepreneur suivant les
indications aux plans et seront soumis à la DT pour approbation avant exécution.
Mise en œuvre
L’assemblage des différents éléments se fait par spirale multi vrilles en acier inoxydable (3 vrilles par
maille de 76,2 mm, soit 39 points d’attache par mètre linéaire). Ce système d’assemblage permet
d’avoir un mur monolithe sur toute sa longueur, sans joints entre les gabions, et forme également une
protection contre les parties saillantes du treillis, ce qui apporte une sécurité contre d’éventuelle
blessure.

AAS3 sprl page 62


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Les pièces spéciales (angles, raccords, …) sont découpées dans des gabions standards et
assemblées sur place.
Les gabions placés et assemblés en lignes sont remplis de pierres rugueuses à raison d’une densité
de remplissage approximative de 60 % du gabion. Les pierres doivent être disposées de telle sorte
que les vides soient minimalisés, ce qui nécessite un remplissage manuel.
Les dimensions des pierres doivent correspondre aux conditions de la Highways Agency Specification
clausule 6.2.6 Type 6G, Table 101. 94 % du volume doit être constitué d’un calibre 100/200 mm.
Les pierres répondent aux normes BS 5390 en matière de résistance au gel, de dureté et de
résistance à l’érosion.
Les parements des faces vues sont constitués de concassés de pierre bleue. Le remplissage du cœur
des gabions, ainsi que les faces enterrées peuvent être constitués de concassé de béton recyclé. Le
type de pierre sera de teinte et d’aspect similaire aux pierres de la région et utilisées
notamment dans les parements de la Distillerie face au site.
La pose des gabions se fait sur une fondation en empierrement d’une épaisseur minimale de 40 cm,
protégée par une nappe filtrante (selon l’article 50.2), dont le profilage détermine la pente des gabions.
Comprend :
- Les travaux de terrassements complémentaires en déblais jusqu’au fond de coffre après le
retroussement de la terre arable.
- Les fondations des soutènements des gabions comportent :
o Tous les déblais et remblais en sable de fondation et en empierrement nécessaires à
la bonne exécution et à la parfaite stabilité de l’ouvrage.
o La réalisation d’une couche de fondation en empierrement, y compris géotextile.
- La fourniture, la pose, et l’assemblage des paniers métalliques.
- Les angles et pièces spéciales sont constitués de gabions et de panneaux découpés et
assemblés sur place en trapèzes.
- Le remplissage des paniers à l’aide de concassés de parement et de remplissage. Les faces
vues sont constituées d’un parement en concassé de pierre bleue (cfr. prescriptions en supra),
le cœur et les parties des faces enterrées sont rempli d’un concassé de béton recyclé.
- La fermeture des paniers et la solidarisation entre eux de tous les éléments de gabions.
- Le relevage du feutre anti contaminant des fondations sur les faces à enterrer et la fixation aux
mailles.
- Le remblai de terre arable ou de sable drainant à l’arrière (suivant le revêtement) après
enlèvement des débris.

Concerne : murets en gabions côté voirie et parkings.


Mesurage : au m3. QP.

43. ECRAN VEGETAL.

Les travaux concernent la préparation utile et nécessaire à la réalisation d’un écran végétal de
protection devant la façade du hangar de la Distillerie côté terrain de jeu. Ils comprennent la réalisation
d’une structure métallique en cage d’une largeur de 1 mètre et d’une hauteur variable hors sol de 50 à
100cm de hauteur. La structure est composée de deux éléments en angle droit, d’une longueur de 40
+ 4 mc.
La structure est similaire à celle utilisée pour les soutènements en gabions. Cette structure devra
toutefois pouvoir reprendre une structure complémentaire (réservations), non comprise dans le

AAS3 sprl page 63


Cahier spécial des charges – clauses techniques

présent poste, d’une hauteur de +-4mct et destinée à servir de support pour plantes grimpantes. En ce
sens, l’entrepreneur optera pour une réalisation à l’aide de panneaux à mailles de sections supérieures
(8mm). Les réservations, pièces de renforcement et fondations pour la structure supérieure sont
comprises.
Protection de l’empierrement par nappe filtrante (selon l’article 50.2).
Comprend :
- Les travaux de terrassements en déblais jusqu’au fond de coffre après le retroussement de la
terre arable.
- Les fondations des soutènements en gabions comportent :
o La réalisation d’une couche de fondation en empierrement.
o Tous les déblais et remblais en sable de fondation et en empierrement nécessaires à
la bonne exécution et à la parfaite stabilité de l’ouvrage.
- La fourniture, la pose et le remplissage des paniers métalliques à l’aide de concassés de
parement et de remplissage. La face vue est constituée d’un parement en concassé de pierre
identique à celles utilisées pour les gabions, le cœur est rempli d’un concassé de béton
recyclé. Les paniers comprennent des réservations pour la structure supérieure envisagée.
Hauteur variable de 1 m hors sol jusqu’à enfouissement complet.
- Les angles sont constitués de paniers coupés et assemblés sur place.
- La liaison entre eux de tous les éléments de gabions.
- Le remblai de terre arable à l’arrière après enlèvement des débris.

Concerne : socle pour écran végétal de protection côté hangar de la Distillerie.


Mesurage : Voir métré récapitulatif.

43.1. CAGE EN PANNEAUX METALLIQUES RIGIDES. AU MCT.QP.

43.2. REMPLISSAGE DE CONCASSE DE PIERRE BLEUE ET DE BETON RECYCLE. AU M3.QP.

Le remplissage est composé de concassé de pierre bleue de calibre 80/100 pour les faces vues, et de
concassé de béton recyclé calibre 63/100 pour le cœur, y compris feutre anticontaminant sur les faces
contre terre, lié aux mailles du grillage.

44. SOUTENEMENT EN AZOBE.

Les travaux concernent un mur de soutènement de hauteur variable de 0 à 1 mètre hors sol et d’une
longueur totale de 50,50 mc. La paroi est implantée dans l’alignement arrière de la structure métallique
végétalisée, sur la limite de la mitoyenneté avec l’entrepôt de la distillerie, et assure la prolongation du
soutien de terre en continuité du soubassement empierré de la structure.
Exigences particulières :
Le sommet des piquets est coupé à niveau lorsque la première ligne de planche est placée. Cette
opération terminée il ne peut présenter d’éclats ou de fentes.
Définition des matériaux et mise en oeuvre
Les piquets de soutien verticaux sont en bois d’azobé de section 7 x 7 cm. Leur longueur est égale à la
hauteur hors sol augmentée de 80 cm dans le sol.

AAS3 sprl page 64


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Les piquets sont placés avec une inclinaison de 5° à 10° dans le sens opposé à celui de la poussée
des terres et sont bétonnés dans un massif de diamètre minimum de 30 cm. Le niveau supérieur de la
fondation en béton ne dépasse pas le niveau fini -10 cm pour être recouvert de terre. La fondation
descend jusqu’à 15 cm de la pointe du piquet. Les piquets d’une longueur dans le sol inférieure à 40
cm ne sont pas bétonnés.
Le parement est constitué de lattes d’azobé de section 100 x 10 mm ou 150 x 10 mm placées
horizontalement et fixées par clouage pneumatique (2 points d’attache par planche) aux piquets
verticaux à l’aide de clous en acier galvanisé torsadés à tête plate.
Un feutre anticontaminant (selon l’article 50.2) est placé derrière la paroi et fixé à celle-ci.

Comprend :
- Les travaux de terrassements en déblais après le retroussement de la terre arable.
- Le placement et le bétonnage des piquets verticaux.
- Le placement et la fixation des lattes horizontales côté Golf.
- Le placement d’un feutre anticontaminant à l’arrière, et sa fixation à la paroi.
- Le remblai de terre arable à l’arrière après enlèvement des débris.

Concerne : soutènement arrière de l’écran végétal de protection côté hangar de la Distillerie.


Mesurage : au mct, suivant métré. QP.

44.1. HAUTEUR VARIABLE DE 0 A 1 MCT. AU MCT.QP.

44.2. HAUTEUR 1 MCT. AU MCT.QP.

AAS3 sprl page 65


Cahier spécial des charges – clauses techniques

CHAPITRE 05. SOUS-FONDATIONS ET FONDATIONS.

50. SOUS-FONDATIONS.

Toutes les sous-fondations éventuellement nécessaires sous les revêtements carrossables seront
exécutées avec une épaisseur nominale de 20 cm. Aux endroits indiqués par la DT, la sous-fondation
en sable sera remplacée suivant le cas par du sable stabilisé selon l’article 51.2 ou du béton maigre
selon l’article 51.3.

50.1. NIVELLEMENT DES FONDS DE FORMES.

Ce poste comprend la remise en état des fonds de formes de tous les revêtements (en cordolithe et
cordolithe dans dalles alvéolaires) avant la mise en place des fondations et des revêtements.
Exigences particulières :
Conformément aux profils et coupes prescrits aux plans, et suivant indications au chantier de la DT.
L’entrepreneur veillera à préserver les qualités structurelles et texturelles de la terre provenant des
déblais durant les manipulation. Il veillera en outre à ne pas contaminer cette terre par des déchets ou
débris.
Les déchets et débris divers seront triés et transportés quotidiennement hors du terrain par
l’entrepreneur, à ses frais, en un endroit pour lequel il s’assure de toutes les autorisations nécessaires.
La terre propre provenant des déblais sera directement mise en dépôt sur le site suivant les indications
données au chantier par la DT.
Le fond de la fouille est nivelé suivant un plan ou des plans successifs horizontaux (sous forme de
gradins).
Si la capacité portante des fonds de coffre, après l’achèvement des déblais, est insuffisante, le fond de
coffre sera complètement compacté au moyen d’un rouleau statique, et le cas échéant hersé, amendé
et recompacté, conformément aux prescriptions du CCT et des prescriptions de compactage du fond
de coffre de chaque revêtement concerné.
Les déblais pour les coffres doivent être suffisants pour qu’après le compactage du sous-sol, on
obtienne le niveau du plan inférieur des fondations. Lorsque les limites des déblais sont presque
atteintes, il est procédé à un compactage en surface tel que le degré de compactage sur une
profondeur de 30 cm soit celui imposé à la surface des remblais. En cas d’excavations non conformes,
toutes les mesures nécessaires pour un travail convenable seront prises aux frais de l’Entrepreneur.
Si malgré toutes les mesures prises par l’entrepreneur pour obtenir la portance requise pour le fond de
coffre, celle-ci s’avère insuffisante, il sera procédé à la substitution de ces matériaux et leur
remplacement par du sable de sous fondation.

AAS3 sprl page 66


Cahier spécial des charges – clauses techniques

La substitution ne sera autorisée qu’après inscription de l’accord de la DT dans le journal des travaux.
Cette opération sera dès lors payée en déblai et en remblai aux postes correspondants.
Le fond de coffre ne peut être remanié, par exemple par le passage d’engins de chantier. Si un tel
risque existe, l’Entrepreneur avertit la DT avant de poursuivre les travaux.
Comprend :
- l'extraction, le chargement, le transport et le versage des terres et des décombres même de
grandes dimensions ;
- les travaux éventuellement nécessaires pour réduire la taille des débris afin de les rendre
transportables ;
- les travaux et fournitures nécessaires à une bonne exécution des travaux et à la sécurité du
chantier ;
- le nivellement du fond de fouille ;
- l’enlèvement éventuel des terres non portantes.
Les talus éventuels sont à charge de l'entreprise.
N.B. : Lorsque le blindage ou la protection provisoire des talus ne constitue qu'une obligation de
sécurité vis-à-vis de la protection des individus, des biens et de l'environnement (R.G.P.T.), les
moyens mis en œuvre sont à considérer comme étant à charge de l'entreprise.
La DT est dès lors en droit de considérer que leur coût est inclus au prix du terrassement et/ou des
ouvrages à réaliser sous cette protection. Dès lors, une extension d'entreprise ou une quelconque
modification au projet initial ne pourra être envisagée pour des ouvrages similaires que selon les
mêmes conditions.
Code de mesurage :
Pour mémoire. Compris aux postes de terrassement généraux en déblais et de terrassements locaux
pour fondations pour lesquels ces travaux sont nécessaires.

50.2. GEOTEXTILE.

Toutes les fondations en empierrement sont séparées du fond de coffre ou de la sous-fondation par
une nappe filtrante.
Les nappes filtrantes reprises dans des ouvrages de références et/ou travaux de drainage sont
comprises dans ces travaux. Seules sont considérées dans ce postes les nappes filtrantes pour voiries
et parkings.
Documents d'application
La circulaire n° 576 NM/6 "Emploi des géotextiles" du 25/04/1985 et son addendum I du 07/09/1987
des Services Techniques Généraux du Ministère des Travaux Publics sont d'application. Le géotextile
à mettre en œuvre est du type qui répond aux spécifications pour voirie d'accès pour une qualité du sol
support M1 11 MN/m² et fines particules (< ou = 80 µ) 5% (page 29 de la circulaire).
Les nappes sont non-tissées.
Caractéristiques de la nappe filtrante:
- Le débit de percement de la nappe sous une charge d'une colonne d'eau de 10 cm: supérieur à 50l /
m² / sec;
- Masse de surface: 320 gr / m² minimum.
Comprend:
La fourniture, la mise en œuvre des matériaux et tous les accessoires nécessaires.

AAS3 sprl page 67


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Concerne : chemin d’accès et parking.


Mesurage : au m2. QP.

51. FONDATIONS.

51.1. PIERRES POUR EMPIERREMENT A GRANULARITE CONTINUE.

Documents d'application
- Cahier des Charges type 150 de 1978
- Circulaire n° 576 NM/6

Exigences particulières :
Définition des matériaux
Les pierres sont du type porphyre concassé.
Calibre 22/40 + 0/22 pour les 5 derniers cm sous voiries carrossables en cordolithe.
Mise en œuvre
Toutes les fondations en empierrement sont séparées du fond de coffre ou de la sous-fondation par
une nappe filtrante conforme aux prescriptions de l’article 50.2.
La fondation des revêtements carrossables est exécutée en une couche de 7 ou 20 cm suivant les
revêtements + la couche de profilage de 5 cm. Le profil supérieur de la couche de fondation est le
même que celui de la chaussée terminée et doit présenter une pente d’écoulement comme spécifiée
aux plans.
La mise en œuvre d’une nouvelle couche est interdite, tant que le compactage de la couche inférieure
n’est pas terminé.
Les pierres sont cylindrées au moyen d’un rouleau d’au moins 10 tonnes ou d’un rouleau vibrant
donnant des résultats semblables. Le cylindrage commence par le compactage des bords de
l’empierrement et se fait jusqu’à l’axe de manière à obtenir partout un même nombre à chaque passe
de rouleau, le chevauchement avec la bande déjà compactée est de 15 à 20 cm.
Si au cours du cylindrage, le profil transversal est endommagé, il y a lieu de le rectifier par un
épandage des matériaux nécessaires, avant le passage du rouleau.
Comprend:
La fourniture, la mise en œuvre des matériaux et tous les accessoires nécessaires.

Concerne : chemin d’accès et parking (cordolithes et dalles).


Mesurage : au m2. QP.

51.2. ASSISE AU SABLE STABILISE.

Exigences particulières :
Définition des matériaux

AAS3 sprl page 68


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Mélange mécanique de sable rude ou de poussier de laitier et de ciment HK 400 à raison de 120 kg de
ciment par m3 de sable. R'wk à 28 jours d'âge = 15 N/mm². Le mélange doit être humidifié de manière à
provoquer la prise homogène des composants.
Mise en œuvre
Epandage en couche horizontale de 25 cm d'épaisseur.
Compactage par vibration ou par pilonnage mécanique de manière qu'à l'essai à la plaque de 200 cm²
la courbe de charge soit située au-dessus :
a) de la droite OD pour les remblais destinés à recevoir des ouvrages de fondations;
b) de la droite OC pour les remblais sous les zones circulables et les aires industrielles;
c) de la droite OB pour les remblais extérieurs faiblement sollicités (jardins, piétonniers, ...).
La couche de sable stabilisé sera profilée de manière à permettre l'écoulement des eaux.
En fonction des caractéristiques hygrométriques des matériaux (conditions météorologiques, nature
des livraisons, conditions d'épandage, etc.), l'Entrepreneur agit de manière à respecter en tous temps
l'indice de compactage imposé. L'apport de chaux vive ou de constituants chimiques agressifs est à
soumettre à l'approbation de la DT.
L'attention de l'Entrepreneur est particulièrement attirée sur les tassements différentiels pouvant se
produire dans le plan vertical à la limite du terrain en place et des terres d'apport. Les talus de reprise
seront traités en rapport avec ce risque.
Comprend :
La fourniture, l'appropriation de la base, tous moyens mécaniques et manuels pour l'apport des
matériaux, la mise en place, le compactage et toutes sujétions particulièrement liées au travail en
phases.

Concerne : L’assise du système de pose des éléments de dalles alvéolaires pour remplissage de
cordolithe.
Mesurage : au m2. QP.

51.3. BETON MAIGRE SANS ARMATURES.

Le remplissage dans des creux exigus se fera par vibration


Documents d'application
- NBN B12 – 001
Exigences particulières :
Le béton répondra aux prescriptions des postes de stabilité (cfr.Etude de stabilité) et sera de classe de
résistance C 16/20.
L'épaisseur minimum à épandre est en tout point de 20 cm ou suivant prescription particulières
spécifiées aux postes nécessitant cette mise en œuvre.
Comprend:
Fourniture, mise en œuvre, et toutes sujétions.

Concerne : fondations diverses et contrebutage d’éléments de voirie, de mobilier, etc., ainsi que sur
10 cm pour la finition du remblai des tranchées pour tuyauteries en PVC enterrées et pour gaines
d’attente lorsqu’un nouveau revêtement de sol est prévu, placé de façon à permettre la pose de ce
revêtement de sol.

AAS3 sprl page 69


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Mesurage : la surface mesurée correspond à la surface en contact avec le revêtement. Pour


mémoire. Compris aux postes nécessitant cette mise en œuvre.

CHAPITRE 06. ELEMENTS LINEAIRES.

60. BORDURES.

60.1. DEMONTAGE ET REPOSE DE BORDURE.

Exigences particulières :
Les travaux de démontage et de repose doivent se succéder immédiatement pour éviter de prolonger
les travaux sur la voirie communale et pour éviter les manipulations excessives des bordures
existantes.
L’entrepreneur procèdera au démontage soigneux des bordures existantes. Les résidus de mortier
seront enlevés immédiatement.
En cours de travaux l'Entrepreneur est responsable des bordures et prendra les dispositions
nécessaires en machines et en hommes pour garantir une manipulation adaptée. Si malgré tout des
éléments de bordures venaient à se briser, l’entrepreneur procèdera, à ses frais, au remplacement de
celles-ci par des bordures similaires entières.
Elles seront replacées sur une fondation de béton maigre de la classe de résistance C16/20. Les joints
sont rejointoyés à la dague au mortier de teinte foncée et plats. Aucune laitance de ciment n'est
acceptée.
Toutes les adaptations des éléments se font à l’aide de la meuleuse d’angle ou disqueuse mécanique.
Les découpes de moins de 1 m, les raccords en oblique et droits des bordures sont réalisés par sciage
mécanique de sorte que la largeur des joints reste comprise entre 0,5 et 1,5 cm. Une ouverture
supérieure à 1,5 cm entraîne le refus de ces travaux. Le remplissage de ces ouvertures à l’aide d’un
béton ou mortier est interdit.
La pose des bordures comprend également tous les travaux de raccords d’angles de bordures entre
elles ou des bordures avec d’autres ouvrages. Les détails de raccords qui ne sont pas détaillés aux
plans seront exécutés suivant les indications au chantier de la DT.
Les irrégularités de surface et d'alignement relevées à la règle de 3 m n'excèdent pas 5 mm.
Comprend :

AAS3 sprl page 70


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Le démontage et le nettoyage des bordures existantes, la fourniture éventuelle complémentaire de


bordures similaires, la pose avec tous travaux accessoires tels que fondations et rejointoyage et toutes
sujétions. La remise en état des revêtements connexes.

Concerne : La bordure de la rue de la Roquette à l’endroit de l’accès au site.


Mesurage : au mct. QP.

CHAPITRE 07. REVETEMENTS.

70. REVETEMENTS GAZONNES.

70.1. DALLES ALVEOLAIRES POUR RENFORCEMENT DU GAZON.

Exigences particulières :
Dalles à gazon rigides constituées de 90 % de polyéthylène (poly-oleofine) recyclé.
Une dalle mesure 50 x 50 cm, pour une hauteur de 8 cm avec un poids de 3,5 kg. Les cellules ont une
ouverture de 7,5 cm x 7,5 cm avec une épaisseur de paroi de 5 mm.
Les cellules sont pourvues à la base d’un canal de drainage garantissant une interconnectivité entre
elles pour un développement radiculaire optimal du gazon. Les ouvertures dans les cloisons
représentent 12 %. La surface d’engazonnement représente 84 % de la surface totale.
La résistance à la charge est conforme à la norme DIN 53454 : minimum 1800 kN/m² = 180 T/m² pour
le passage de camions et véhicules de pompiers.
Les dalles sont posées sur une couche de sable de lave 0/8 mm, d’une épaisseur minimum de 5 cm
après tassement.
Les découpes des dalles pour les mettre à bonnes dimensions s feront à l’aide d’un outil adapté.
L’assemblage des dalles s’effectue par le biais d’ergots qui s’encastrent dans les dalles voisines et
sont maintenus au moyen de chevilles. Les ergots confèrent aux dalles une certaine autonomie de
mouvement en maintenant une zone de dilatation, et répartissent les masses de charge sur les dalles
voisines. La dilatation thermique entre les blocs est de +/- 4 mm.
L'Entrepreneur prendra toutes les mesures nécessaires lors du transport et du montage des éléments
de façon à éviter toute détérioration. Aucune réparation ne sera tolérée. Tout élément abîmé sera
remplacé par et aux frais de l'Entrepreneur.
L’entrepreneur veillera à la parfaite régularité de la pose des dalles. Les irrégularités de surface
relevées à la règle de 3 m n'excèdent pas 5 mm.

AAS3 sprl page 71


Cahier spécial des charges – clauses techniques

La pose comprend le placement en T de 4 pavés béton 22 x 11 cm, épaisseur 8 cm, de couleur gris
clair, pour le marquage des places de stationnement. Les pavés sont insérés dans des découpes
réalisées dans les dalles.
Comprend:
- La fourniture, la pose et le nivellement de la couche de pose en sable de lave ;
- La fourniture et la pose des dalles, y compris les découpes, l’encliquetage des ergots et la
fixation par chevilles ;
- La fourniture, les découpes et la pose des marquages des places en pavés de béton ;
- La finition par engazonnement suivant prescriptions en infra.

Concerne : Le renforcement du revêtement en cordolithe aux endroits les plus sollicités :


- les 10 premiers mètres de l’amorce de l’allée d’accès,
- la partie en courbe provisoire vers la zone de stationnement,
- les 6 premières places de stationnement les plus utilisées.
Mesurage : au m2. QP.

70.2. CORDOLITHE POUR REMPLISSAGE DES DALLES ALVEOLAIRES.

Exigences particulières
Définition des matériaux
Produit naturel certifié selon RALGZ 253 et répondant aux normes FLL (pierres de volcan avec
matériau organique) composé d’Augite, Olivine, Magnetite, Limonite, Biotite complétés de matériaux
organiques.
- Substrat minéral/organique mélangé de façon homogène.
- Composantes de base : bims naturel, lave légère, écorces compostés, compost GFT et
tourbe.
- Les grains sont poreux avec une excellente propriété de rétention d’eau et un stimulateur de
croissance.
- Granulométrie 0/8 mm.
Composition

Acide silique (SiO²) ca. 47,0 % Fer (Fe²O³) ca. 8,0 %


Aluminium (Al²O³) ca. 14,0 % Calcium (CaO) ca. 8,9 %
Magnésium (MgO) ca. 10,3 % Natron (Na²O) ca. 8,9 %
Potassium (K²O) ca. 4,5 % Titane (TiO²) ca. 1,7 %
Manganèse ca. 0,8 % Phosphore (P²O5) ca. 0,7 %
Répartition de la granulométrie

Lessivage 5,7 % / volume


Granulats fins/moyens 65 % / volume

AAS3 sprl page 72


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Rapport poids - volume

Poids à sec 0,95 tonne/m³


Poids à saturation 1,35 tonne/m³

Rapport eau/air

Capacité de rétention d’eau 40 vol.%


Drainage mod. K* 0,07 cm/s

pH 7,0
Teneur en carbone 5,5 g/l
Teneur en sel 0,4 g/l
Teneur organique 5,0 % / volume
Rapport C/N 30

Mise en œuvre
Le substrat sera additionné d’un polymère hydrorétenteur intimement incorporé à raison de 50 gr/m².
Les alvéoles seront remplies jusqu’au bord supérieur et cylindrées jusqu’à refus. Le substrat est
cylindré au moyen d’un rouleau d’au moins 10 tonnes ou d’un rouleau vibrant donnant des résultats
semblables. Si au cours du cylindrage, le profil transversal est endommagé, il y a lieu de le rectifier par
un épandage des matériaux nécessaires, avant le passage du rouleau. Le substrat excédentaire sera
écarté.
Comprend :
- La fourniture et le mélange intime du complexe de substrat.
- L’épandage, le nivellement et le cylindrage jusqu’au niveau fini.
- La finition par engazonnement suivant prescriptions en infra.

Concerne : Le revêtement en cordolithe aux endroits les plus sollicités :


- les 10 premiers mètres de l’amorce de l’allée d’accès,
- la partie en courbe provisoire vers la zone de stationnement,
- les 6 premières places de stationnement les plus utilisées.
Mesurage : au m2. QP.

70.3. REVETEMENT EN CORDOLITHE.

Exigences particulières
Définition des matériaux

AAS3 sprl page 73


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Produit naturel certifié selon RALGZ 253 et répondant aux normes FLL (pierres de volcan avec
matériau organique) composé d’Augite, Olivine, Magnetite, Limonite, Biotite complétés de matériaux
organiques.
- Substrat minéral/organique mélangé de façon homogène.
- Composantes de base : bims naturel, lave légère, écorces compostés, compost GFT et
tourbe.
- Les grains sont poreux avec une excellente propriété de rétention d’eau et un stimulateur de
croissance.
- Granulométrie 0/12 et 0/8 mm.
Composition

Acide silique (SiO²) ca. 47,0 % Fer (Fe²O³) ca. 8,0 %


Aluminium (Al²O³) ca. 14,0 % Calcium (CaO) ca. 8,9 %
Magnésium (MgO) ca. 10,3 % Natron (Na²O) ca. 8,9 %
Potassium (K²O) ca. 4,5 % Titane (TiO²) ca. 1,7 %
Manganèse ca. 0,8 % Phosphore (P²O5) ca. 0,7 %
Répartition de la granulométrie

Lessivage 5,7 % / volume


Granulats fins/moyens 65 % / volume
Rapport poids - volume

Poids à sec 0,95 tonne/m³


Poids à saturation 1,35 tonne/m³

Rapport eau/air

Capacité de rétention d’eau 40 vol.%


Drainage mod. K* 0,07 cm/s

pH 7,0
Teneur en carbone 5,5 g/l
Teneur en sel 0,4 g/l
Teneur organique 5,0 % / volume
Rapport C/N 30

Mise en œuvre
L’épandage est exécuté en une couche 20 cm de cordolithe 0/12 mm + une couche de profilage de 5
cm de cordolithe 0/8 mm. Le profil supérieur de la couche est celui de la chaussée terminée et doit
présenter une pente d’écoulement comme spécifiée aux plans.

AAS3 sprl page 74


Cahier spécial des charges – clauses techniques

La mise en œuvre d’une nouvelle couche est interdite, tant que le compactage de la couche inférieure
n’est pas terminé.
Le substrat est cylindré au moyen d’un rouleau d’au moins 10 tonnes ou d’un rouleau vibrant donnant
des résultats semblables. Si au cours du cylindrage, le profil transversal est endommagé, il y a lieu de
le rectifier par un épandage des matériaux nécessaires, avant le passage du rouleau.
Comprend :
- La fourniture, l’épandage, le nivellement et le cylindrage jusqu’au niveau fini.
- La finition par engazonnement suivant prescriptions en infra.

Concerne : Toutes les surfaces de circulation hors cordolithe renforcée, y compris engazonnement.
Mesurage : au m2. QP.

CHAPITRE 08. MOBILIER.

81. ELEMENTS LINEAIRES.

81.1. CLOTURE EN TREILLIS A SIMPLE TORSION.

Ce poste comprend la réalisation de la clôture entre la zone de jeu et le chemin d’accès technique,
Hauteur de 2,00mct minimum.
Exigences particulières :
Fourniture et pose de clôture en acier galvanisé et plastifié.
La clôture est réalisée à l’aide de treillis à simple torsion en acier galvanisé et plastifié par fluidisation
haute adhérence. Piquet en acier galvanisé et plastifié fourni par le même fabriquant. La section des
poteaux sera de minimum 60mm, finition du poteau par capuchon en pvc. Entre-axe maximum de
2,50mct. Les piquets de coins seront munis de poussants. Des jambes de force seront prévues
suivant les prescriptions du fabriquant. Fixation par système inviolable à la fondation.
Le grillage est tendu et fixé en applique sur cours de fils tendus espacés de 50cm maximum. Les
mailles seront de maximum 45x45mm, diamètre minimum de 2,7 mm.
Y compris toutes fixations et pièces spéciales (colliers tendeurs, tendeurs, fils de tension et de ligature,
barres de tension,…).
Les sections et dimensionnements sont à calculer suivant les normes en vigueur en matière de
résistance à la neige et au vent.
Ton : vert RAL 6005.
Y compris terrassement et fondation en béton hors gel pour la mise en place des piquets de structure.

AAS3 sprl page 75


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Comprend :
- Le terrassement et la réalisation des plots de fondation.
- La fourniture et pose de la clôture.
- Les réglages.
- Toutes pièces utiles et nécessaires.

Concerne : clôture entre zone de jeux et chemin d’accès technique, Ht.2,00mct.


Mesurage : au mct. QP.

CHAPITRE 09. TRAVAUX HORTICOLES.

90. PREPARATION DU SOL.

Les travaux de préparation du sol sont ceux prévus au poste de profilage de la terre arable

et/ou travaux spécifiques décrits dans les postes en supra.

Aucun travail cultural supplémentaire n’est requis hors ceux spécifiés aux postes suivants.

91. ENGAZONNEMENTS.

91.0. GENERALITES.

Dans le cas où l'entrepreneur fournit les espèces de variétés séparément, il les soumet à l'agréation
de la DT préalablement au semis.
Un certificat de provenance et de garantie d'authenticité est joint aux semences fournies.
Avant l'ensemencement, l'entrepreneur effectue au minimum un hersage ou ratissage visant au
finissage parfait des terrains à ensemencer, jusqu'à l'obtention en surface d'une terre fine, sans motte,
sans pierre, etc., suivi d’un roulage du terrain.

AAS3 sprl page 76


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Ces travaux ne peuvent être exécutés lorsque le terrain est gelé ou détrempé.
En l’absence de précisions, le semis a lieu à raison de minimum 1,5 kg à l'are.
Les espèces à semences fines et légères sont mélangées séparément des grosses graines qui sont
semées en premier lieu.
Les deux opérations de semis sont effectuées perpendiculairement l'une à l'autre, par temps calme à
la volée ou mécaniquement, de façon à obtenir une répartition uniforme avec la terre par un ratissage
ou un hersage léger suivi d'un roulage et d’un cylindrage. Le rouleau est adapté à la situation.
Les gazonnements sont exécutés pendant la première bonne saison d'ensemencement dans le délai
d'exécution, c.à.d. entre le 16 mars et le 15 juin ou entre le 1 août et le 15 octobre. Pendant ces
périodes il est interdit de travailler lorsque:
il pleut;
la température extérieure est inférieure à 0° C;
le vent dépasse 4 beaufort;
la terre est gelée ou détrempée.
Lors des plantations, les réparations au gazon sont faites immédiatement après, avec le même
mélange de graines que celui prévu pour le semis ou par des plaques de gazon provenant de ce
mélange.
Entretien pendant la période de garantie :
Dans l'entreprise de création d'engazonnement sont comprises les tontes jusqu'à la réception
provisoire.
Les coupes de gazon destinées à ramener le gazon à la hauteur désirée sont pratiquées à l'aide
d'engins à couteaux cylindriques soumis préalablement à l'approbation de la DT.
La première coupe du gazon a lieu suivant le type de gazon et la destination des surfaces
engazonnées. Le produit de tonte est évacué hors du site.
L'entrepreneur est seul responsable de la bonne levée et de la croissance normale des
engazonnements. Tous les travaux et fournitures qui ont nécessité l'obtention d'une pelouse parfaite,
sont à charge de l'entrepreneur, y compris les arrosages, l'enlèvement des mauvaises herbes, les
réensemencements jusqu'à la fin de la période garantie.
Toute parcelle dont la levée ou la reprise n'est pas satisfaisante dans un délai de 30 jours à compter
de la date du semis est engazonnée à nouveau aussitôt que l'époque et les conditions climatiques le
permettent, aux frais de l'entrepreneur.
Au terme de la garantie, les terrains gazonnées doivent être constitués de graminées, être en parfait
état au point de vue croissance et d'entretien.

91.1. CREATION DE GAZONNEMENT PAR SEMIS.

91.11. SEMIS POUR GAZON DE GOLF.

Suivant 91.0-généralités en supra.

Exigences particulières :
Outre les travaux préparatoires, de mises en œuvre et d’entretiens, le travail comprend également la
fourniture et réalisation des amendements physiques utiles et nécessaires. Ces amendements seront
réalisés suivant la nature du sol et les semences utilisées. Dans la mesure où le gazon réalisé ne
présenterait pas une qualité satisfaisante par absence ou mauvaise réalisation d’amendements,

AAS3 sprl page 77


Cahier spécial des charges – clauses techniques

l’entrepreneur sera tenu de renouveler à ses frais les opérations utiles et nécessaires jusqu’à obtention
du résultat escompté. L’analyse du sol et le calcul des engrais est une charge d’entreprise.
L’entrepreneur fournira le détail des interventions prévues avant réalisation et pour approbation.
Tous les mélanges de semences de graminées proposés par l’entrepreneur sont à soumettre à
l’approbation de la DT. Les mélanges sont adaptés aux qualités du sol et réalisés sur mesure pour les
différentes surfaces et les techniques de jeu. La DT se réserve le droit de modifier le choix proposé
par l’entrepreneur en fonction des options économiques et environnementales mise en avant dans la
gestion du site.
Le mélange de semences de graminées provient d'une firme offrant toutes garanties. Les fiches
signalétiques resteront attachées aux sacs qui seront réceptionnés avant ouverture. Ces mélanges
reprennent des variétés telles que : Pâturins des prés, Ray grass anglais, fétuque r. gazonnante,
fétuque ½ traçante, agrostide ténu, agrostis stolonifera penncross… .
Les semences seront d'origine et le pourcentage de pureté et de germination sont à spécifier et à
garantir. Les semences ont au pire des cas un an d'âge.
Toutes les semences sont livrées sur site dans leurs sacs d'origine avec étiquette de certification
datée et avec test de germination. Les semences devront être stockées dans un endroit sec et aéré, à
l'abri du gel.
Les origines et garanties des semences proposées, ainsi que leur pourcentage de pureté et de
germination sont à spécifier sur les sacs.
En ce qui concerne le semis des gazons, celui-ci n'est effectué que lorsque le sol est suffisamment
ressuyé, réchauffé et travaillable.
Surfaces à considérer pour l’élaboration des mélanges :
- Greens :
Comprendre dans ce poste : les greens, putting et pitching le cas échéant, les collerettes et avant-
green sur +-150m2.
Utiliser un gazon fin et fermé résistant aux tontes très courtes à base, par exemple, d’Agrostis
Stolonifera Penncross certifié de première récolte. Rapidité d’établissement relativement rapide.
Le semis sera exécuté à une densité de 2 à 2,5 Kg à l'are. Les endroits mal venus ou pauvres seront
immédiatement ressemés avec des semences de même provenance.
Le semis s'effectuera de façon croisée manuellement ou au moyen d'un petit cyclone. Les graines
seront fixées au sol par un léger cylindrage et roulage. L'entrepreneur prendra les mesures
nécessaires pour assurer une bonne levée uniforme des graminées et pour écarter les animaux
indésirables. Il coordonnera l'arrosage avec la DT.
- Fairways :
Utilisé un gazon à développement lent à base, par exemple, de Ray-grass anglais ou de mélange à
pourcentage différencié d’Agrostis Tennis, de Festuca rubra fallax et de Festuca rubra trichophylla.
Semis: 2,5 kg/are.
La levée sera uniforme. Toute zone de ± 50 m2 dont la levée n'est pas régulière sera immédiatement
ressemée.
- Tees :
Composition et semis identique aux greens.
- Roughs :
Composition idem fairways.
Semis à raison de 2,5 kg/are en deux opérations croisées.

Concerne : fourniture et semis des gazons sur les zones de jeux.

AAS3 sprl page 78


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Mesurage : au m2.QP.

91.12. SEMIS SUR CORDOLITHE.

Fourniture et semis des zones de gazon sur accès et espaces de stationnements en cordolithe et
dalles alvéolaires.
Exigences particulières :
Le mélange à employer pour les travaux d’engazonnement est un mélange présentant une résistance
accrue des fétuques rouge commutata et trichophylla aux sels.
Comprend :
- Finissage parfait du terrain par hersage ou ratissage et roulage,
- Fourniture des semences accompagnées des certificats et garanties,
- Semis croisé suivi d’un hersage léger ou ratissage et roulage,
- Tontes et entretien pendant la période de garantie,
- Tous travaux et fournitures nécessaires à l’obtention des gazons et à la conservation pendant
la période de garantie.

Mesurage : pour mémoire. Compris dans les postes de référence en supra.

92. PLANTATIONS.

92.0. GENERALITES.

Exigences particulières :

Epoques
La période de plantation pour les plantes avec motte est située entre le 1/11 et 30/03.
Les travaux de plantation sont interdits lorsque :
- la température extérieure est inférieure à 0° C;
- la terre est gelée;
- l'eau se trouve dans la fosse de plantation.
La qualité des plantes: arbres, arbustes, vivaces et bulbes lors de la fourniture
Les plantes doivent être d'espèces et de variétés authentiques, de bon développement et bien
enracinées, sans défaut perceptible pouvant influencer la croissance et répondant aux critères exigés.
Le choix des plantes se fera en pépinière en présence de la DT.
Provenance des végétaux
Les végétaux sont produits en pépinière se situant au nord de la Vallée de La Loire. La pépinière
fournira une déclaration de conformité.
Les arbustes, possèdent 4 fortes branches au collet, sont de forts sujets ayant passé un temps normal
en pépinière avec un délai minimum de 3 ans avant la transplantation vers le site à aménager.

AAS3 sprl page 79


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Les arbustes à feuilles persistantes, sont en forme de boule, sont régulièrement ramifiés depuis la
base et couverts de branches latérales étant bien fourni de feuillage, d'après un diamètre normal
jusqu'à la hauteur minimum indiquée au métré.
Toutes les plantes ont les dimensions prévues au métré et sont en tout cas saines. Lors de la
soumission, l'entrepreneur est censé avoir vérifié les possibilités d'approvisionnement et en avoir tenu
compte dans le calcul de ses prix.
En cas de non-livraison des espèces et variétés demandées, la DT se réserve la possibilité de recourir
aux mesures d'office.
La liste des plantes est indiquée au métré.
Spécifications particulières
La circonférence des arbres n’est qu’un critère du choix, le fournisseur devra pouvoir justifier les
façons culturales qu’ont subies les végétaux proposés :
- pour les calibres à partir de 20/25 le nombre de transplantations effectuées sera au minimum
de 3.
- pour les calibres à partir de 30/35 le nombre de transplantations effectuées sera au minimum
de 4.
Taille des mottes
La dimension des mottes devra se situer dans la fourchette suivante :
Arbustes 150/175 : diamètre de la motte 40 et 50 cm
Circonférence de 25/30 : diamètre de la motte compris entre 90 et 100 cm
Circonférence de 30/35 : diamètre de la motte compris entre 100 et 110 cm
Circonférence de 35/40 : diamètre de la motte compris entre 110 et 120 cm
Circonférence de 40/50 : diamètre de la motte compris entre 130 et 140 cm
Circonférence de 50/60 : diamètre de la motte compris entre 150 et 170 cm
Livraisons
Les végétaux voyageront dans des camions bâchés qui devront être débâchables en tout ou partie lors
du déchargement.
Les végétaux porteront une étiquette mentionnant le genre, l’espèce et le cultivar, indiqué en toute
lettre.
Toutes les précautions devront être prises pour éviter :
- les blessures aux arbres et particulièrement le bris de l’extrémité ainsi que le frottement des
mottes sur les troncs.
- le gel ou le dessèchement des mottes pendant le transport.
Les végétaux seront obligatoirement livrés en motte grillagée sauf exceptions précisées et convenues
par la DT lors de la commande ou spécifiées au métré. Ces mottes devront comporter un grillage de fil
de fer recuit et une toile dégradable (ou une épaisseur de paille) interposée entre le grillage et la motte.
La DT se réserve le droit de refuser des végétaux blessés lors du transport ainsi que lors de la
plantation.
Délais d’arrachage, transport et mise en jauge
Une attention toute particulière sera apportée au délai entre l’arrachage des végétaux et leur livraison.
Pour les végétaux en motte, ce délai ne devra en aucun cas excéder une semaine. Les mottes devront
être protégées selon les règles de l’art afin d’éviter tout dessèchement.
Afin de permettre à la DT d’exercer son contrôle, l’entrepreneur avertira au moins une semaine à
l’avance des dates d’arrachage. Le contrôle en sera effectué à la livraison.

AAS3 sprl page 80


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Si les plantes ne peuvent être plantées immédiatement après leur arrivée à pied d'œuvre, elles sont
mises en jauge séparément pendant une période de maximum 24 heures.
Sur le chantier toutes les essences et variétés différentes doivent porter une étiquette mentionnant leur
nombre et le nom latin des plantes.
Piquetage
L'entrepreneur procède au fur et à mesure et préalablement à toute opération de plantation, au
piquetage des limites des zones à planter, sur base des plans, documents et des autres indications
mis à sa disposition.
La répartition des plantes se fait par zones, indiquées sur le plan de plantation.
Aucune plantation ne peut être réalisée avant que la DT n'ait marqué son accord sur le piquetage des
limites des zones à planter.
Le piquetage est considéré comme une charge d'entreprise, aucune indemnité ne peut être réclamée
de ce chef.
Plantation
La plantation des essences reprises au cahier des charges se fait obligatoirement dans l'ordre suivant
:
1 - arbres haute-tige et baliveaux;
2 - arbustes, rosiers et plantes grimpantes;
3 - plantes couvre-sol, vivaces, graminées, fougères etc...;
4 - plantes bulbeuses.
En ce qui concerne les autres plantations, (vivaces, plantes grimpantes et bulbeuses) le plan de
plantation ne reprend pas les emplacements de chaque plante ni de chaque groupe de plantes. Ces
renseignements seront donnés sur le chantier par la DT. L'entrepreneur préviendra ceux-ci au moins
une semaine à l'avance du jour et de l'heure de la plantation, faute de quoi la DT peut exiger toute
modification qu'elle jugera utile en ce qui concerne la disposition des plantes.
Le fond des fosses doit toujours être défoncé.
En cas de plantation trop serrée, l'entrepreneur compensera les m² manquants, à ses frais, par des
plantes d'espèces et de variétés identiques à celles mentionnées au plan de plantation.
Au cas où les plantes seraient trop espacées, la DT se réserve le droit d'exiger une déplantation et
replantation aux frais de l'entrepreneur.
Toutes les plantes déjaugées et qui n'ont pu être plantées le même jour doivent immédiatement être
remises en place.
Le contrôle annuel des plantations aura lieu entre 16 août et 30 septembre.
Le prix de la plantation comprend la fourniture des plantes, toute fourniture nécessaire à la plantation,
et les travaux de plantation proprement dit, pour les arbres il comprend également l'arrosage, les
tuteurs, les liens, le drain et leur mise en œuvre.
Taille
Sauf instruction contraire de la DT, les plantes seront convenablement taillées après réception des
plantations au chantier et au plus tard au mois de mars.
Arrosage
L'arrosage des arbres hautes-tiges s'effectue à raison de 100 litres d'eau au moins par arbre lors de la
plantation et plus ou moins fréquemment en fonction du degré de sécheresse.

92.1. BOISEMENT EN BALIVEAUX.

AAS3 sprl page 81


Cahier spécial des charges – clauses techniques

Pour mémoire. Non compris dans la présente entreprise.

92.2. HAIE DE HETRE.

Pour mémoire. Non compris dans la présente entreprise.

92.3. PLANTES GRIMPANTES.

Habillage de la cage plantée implantée sur la limite mitoyenne avec l’entrepôt de la distillerie.
Exigences particulières :
Plantation à raison de 2 pl/mc pour l'écran végétal, suivant liste reprise aux plans et aux métrés.
Les plantes doivent présenter 3 à 5 branches bien développées et couvertes de feuilles.
Comprend :
- Transport, déchargement et mise en jauge des plantes étiquetées,
- Piquetage et implantation préalable,
- Réalisation des fosses, plantation et apport de terreau de compost,
- Taille, arrosage et soins, y compris les tuteurs et les liens,
- Tous travaux et fournitures nécessaires à la reprise et à la conservation pendant la période de
garantie.

Mesurage : pour mémoire. Non compris dans la présente entreprise.

92.4. PLANTES FILTRANTES.

La plantation des roseaux dans les bassins de lagunage.


Exigences particulières :
Plantation de Phragmites australis ou communis à raison de 5 pl/m² suivant mesures reprises aux
plans ou aux métrés.
Comprend :
- Transport, déchargement et mise en jauge des plantes étiquetées,
- Piquetage et implantation préalable,
- Réalisation des fosses et plantation,
- Taille, arrosage et soins,
- Tous travaux et fournitures nécessaires à la reprise et à la conservation pendant la période de
garantie.

Mesurage : pour mémoire. Non compris dans la présente entreprise.

AAS3 sprl page 82


Cahier spécial des charges – clauses techniques

92.5. MAIL DE CHENE.

Pour mémoire. Non compris dans la présente entreprise.

92.6. MASSIFS FLEURIS.

Massifs de plantations décoratives et/ou d’obstacles aux abords des infrastructures d’accueil de
l’Académie.
Exigences particulières :
Plantations de vivaces, graminées, fougères, bulbes, …, et d’arbustes à raison de +-6 plantes/m²
suivant les compositions. La localisation est laissée à l’appréciation du maître de l’ouvrage suivant les
circulations et zones de jeux.
Proposition à soumettre à la direction des travaux avec plans de floraison.
Comprend :
- Transport, déchargement et mise en jauge des plantes étiquetées,
- Piquetage et implantation préalable,
- Réalisation des fosses, plantation et apport de terreau de compost,
- Taille, arrosage et soins,
- Tous travaux et fournitures nécessaires à la reprise et à la conservation pendant la période de
garantie.

Concerne : massifs fleuris au niveau du rough et en recherche.


Mesurage : au m2. QP.

AAS3 sprl page 83

Vous aimerez peut-être aussi