Vous êtes sur la page 1sur 62

COMMUNE DE BANYULS SUR MER

SERVICE DU PORT DE PLAISANCE

ACCORD CADRE D’ETUDES ET DE MAITRISE D’ŒUVRE :


Travaux d 'aménagement du port de plaisance

N°Marché
AFFAIRE Emetteur N°Doc Type Date émission Indice
ou Phase
PDB MS1 HYD 001 GEN 27/05/2016 B
Modélisations hydrodynamiques du plan d’eau et impact sur l’agitation

Interactions houle-structure des ouvrages portuaires


Etabli Vérifié
Version Date Observations
par par
Actualisation de la coupe de la contre-jetée ave gabions
C 21/10/2016 DL,PM PL
ajourés.
Mise à jour des planches d’agitation et étude affinée du
B 03/06/2016 DL PL musoir verticalisé en enrochements suivant un modèle
numérique de diffraction 2D vertical
A 5/04/2016 DL PL Première diffusion

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
2
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

SOMMAIRE

1 Objet .....................................................................................................................5
1.1 Contexte général ...................................................................................................... 5
1.2 Objectifs ................................................................................................................... 5
2 Références...........................................................................................................7
3 Les données naturelles ......................................................................................8
3.1 La houle ................................................................................................................... 8
3.2 Le vent et les clapots locaux ....................................................................................10
3.3 Le niveau d’eau .......................................................................................................12
3.4 L’agitation résiduelle dans le port ............................................................................12
4 La contre-jetée ..................................................................................................13
4.1 Configuration de base..............................................................................................13
4.2 Houles incidentes de projet .....................................................................................14
4.3 Amortissement hydrodynamique .............................................................................15
4.4 Efforts hydrodynamiques .........................................................................................18
4.4.1 Approche numérique employée .........................................................................18
4.4.2 Synthèse des efforts hydrodynamiques globaux ...............................................20
4.4.3 Pressions hydrodynamiques locales .................................................................22
4.5 Efforts d’amarrage ...................................................................................................22
4.5.1 Navires amarrés perpendiculairement au quai ..................................................23
4.5.2 Navires amarrés long-side ................................................................................26
4.5.3 Efforts ponctuels maximaux ..............................................................................28
4.5.4 Synthèse des efforts d’amarrage .......................................................................28
4.6 Efforts d’accostage ..................................................................................................31
4.7 Stabilité de l’ouvrage ...............................................................................................34
4.7.1 Poids propre......................................................................................................34
4.7.2 Combinaison d’actions ......................................................................................35
4.7.3 Choix des combinaisons pertinentes .................................................................36
4.7.4 Critères de stabilité ...........................................................................................36
4.7.5 Stabilité en configuration légère ........................................................................40
4.7.6 Stabilité en configuration avec surcharge d’exploitation ....................................40
5 Les caissons amortisseurs au niveau du ponton C ......................................41
5.1 Configuration de base..............................................................................................41
5.2 Houles incidentes de projet .....................................................................................42
5.3 Amortissement hydrodynamique .............................................................................44
5.4 Efforts hydrodynamiques .........................................................................................47
5.4.1 Synthèse des efforts hydrodynamiques globaux ...............................................47
Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
3
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

5.4.2 Pressions hydrodynamiques locales .................................................................49


5.5 Efforts d’amarrage ...................................................................................................49
5.5.1 Amarrage sur le caisson Ouest .........................................................................49
5.5.2 Amarrage sur le caisson Est..............................................................................50
5.6 Efforts d’accostage ..................................................................................................50
5.7 Stabilité de l’ouvrage ...............................................................................................51
5.7.1 Poids propre......................................................................................................51
5.7.2 Choix des combinaisons pertinentes .................................................................51
5.7.3 Stabilité en configuration légère ........................................................................52
5.7.4 Stabilité en configuration avec surcharge d’exploitation ....................................52
6 Le musoir en enrochement verticalisé ............................................................53
6.1 Configuration de base..............................................................................................53
6.2 Houles incidentes de projet .....................................................................................53
6.3 Stabilité globale .......................................................................................................54
6.3.1 Coefficients et efforts hydrodynamiques ............................................................54
7 Conclusion ........................................................................................................62

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
4
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

1 Objet
1.1 Contexte général
Les études de faisabilité menées en septembre 2014 [1] [2] pour sécuriser le bassin du port
de Banyuls ont conduit à retenir les aménagements suivants en accord avec la mairie de
Banyuls :

 l’extension de la digue du large avec création d’un musoir vertical constitué


d’enrochements encagés ;
 l’extension de la contre-jetée de 20m par l’ajout d’un caisson préfabriqué ;
 la protection en enrochements du terre-plein Méditerranée ;
 la création d’un îlot artificiel sur les hauts-fonds actuels (« l’île petite ») ;
 la requalification du quai G (talus en enrochements, création d’une promenade) ;
 l’implantation de deux caissons amortisseurs en extrémité du ponton C ;
 la requalification de la digue de protection de l’aire de mise à terre et de la digue Est ;
 la rénovation des tabliers des pontons et des mouillages ;
 le confortement du quai des pêcheurs ;
 la création de l’aire de carénage ;
 l’extension du terre-plein du parking de la Méditerranée ;
 la construction d’une capitainerie et d’une aire d’avitaillement temporaire.

Les orientations prévues lors des études préliminaires ont été confirmées à la suite des
premiers échanges écrits et des réunions de cadrage avec la DREAL.

1.2 Objectifs
Cette note est rédigée dans le cadre des études complémentaires associées aux études
d’avant-projet. Elle a pour objectif d’évaluer le comportement hydrodynamique des nouveaux
ouvrages maritimes, puis d’apporter les éléments de dimensionnement au regard des
sollicitations hydrodynamiques.

Les simulations de type interaction houle structure permettent de fixer les tailles et emprises
des nouveaux ouvrages de protection au stade avant-projet. Les résultats représentent l’une
des données d’entrée nécessaires aux études finales de conception.

Il s’agit d’un rapport d’avancement se focalisant sur les ouvrages les plus complexes : contre-
jetée, caissons amortisseurs du ponton C et musoir vertical en enrochements. Les études sur
les ouvrages plus classiques sont en cours.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
5
Plan de masse des ouvrages proposés et nouveau plan de mouillage
Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
6
2 Références
[1] Commune de Banyuls-sur-Mer, étude hydrodynamique du port, septembre 2014

[2] Commune de Banyuls-sur-Mer, travaux de mise en sécurité du port, avant-projet sommaire


des aménagements, septembre 2014

[3] Note de cadrage préalable à l’étude d’impact, travaux d’aménagement du port de Banyuls,
février 2015

[4] Courrier DREAL du 22 juin 2015, relatif aux éléments de cadrage préalable du projet
d’aménagement portuaire.

[5] Commune de Banyuls-sur-Mer, accord-cadre d’études et de maîtrise d’œuvre, travaux


d’aménagement du port de plaisance. Marché subséquent n°1. Modélisations
hydrodynamiques du plan d’eau et impact sur l’agitation. Note d’hypothèses sur les données
naturelles maritimes.

[6] David Lajoie, Jean Bougis, Julien Dolidon « Conception d’un atténuateur de houle de type
caisson à double parois poreuses », 13èmes Journées Nationales Génie Côtier – Génie Civil,
Dunkerque 2014.

[7] Bernard Molin, Fabien Rémy, « Inertia effects in TLD sloshing in perforated screen ».

[8] Coastal Engineering Manual, Part V Fundamentals of design.

[9] Fascicule 62, titre V, règles techniques de conception et de calcul des fondations des
ouvrages de génie civil, CCTG du ministère de l’équipement, du logement et des transports.

[10] Le guide des pontons de plaisance

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
7
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

3 Les données naturelles


Les données naturelles ont fait l’objet d’une analyse détaillée reportée dans la note dédiée
« hypothèse des données naturelles maritimes » [5]. On rappelle ci-après les synthèses
obtenues pour les données concernées par le comportement hydrodynamique des ouvrages :
la houle, les clapots et le niveau d’eau.

3.1 La houle
L’analyse conjointe des données de la bouée CANDHIS, sur un peu plus de sept années, et
des données reconstituées ANEMOC couvrant une période de 31 ans a permis d’évaluer les
houles de projet au large. Après simulation de la propagation de l’ensemble des états de mer
jusque dans la baie de Banyuls, l’étude statistique a permis de définir la climatologie des
houles et les caractéristiques de projet à l’approche du port vers l’isobathe -10m. La rose des
houles à l’approche du port est présentée ci-dessous :

Bouée CANDHIS Légende

Rose des houles à -10m, toute hauteur de houle

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
8
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

La synthèse des données des houles rares est présentée dans le tableau ci-dessous :

Houles de projet
Caractéristiques au
Caractéristiques au large
large immédiat
HS0=2.6m, TP=6.5s, N350 HS=1.3m, TP=6.5s, N30
HS0=2.6m, TP=6.5s, N20 HS=1.9m, TP=6.5s, N41
Occurrence annuelle
HS0=2.3m, TP=8.0s, N45 HS=1.9m, TP=8.0s, N52
HS0=3.7m, TP=9.8s, N80 HS=3.1m, TP=9.4s, N71

HS0=3.1m, TP=7.0s, N350 HS=1.6m, TP=7.0s, N30


HS0=3.1m, TP=7.0s, N20 HS=2.2m, TP=7.0s, N41
Occurrence quinquennale
HS0=2.9m, TP=8.5s, N45 HS=2.4m, TP=8.5s, N52
HS0=5.3m, TP=11.0s, N80 HS=4.4m, TP=11.0s, N71

HS0=3.3m, TP=7.5s, N350 HS=1.7m, TP=7.5s, N31


HS0=3.3m, TP=7.5s, N20 HS=2.4m, TP=7.5s, N43
Occurrence décennale
HS0=3.2m, TP=9.0s, N45 HS=2.7m, TP=9.0s, N54
HS0=6.0m, TP=12.0s, N80 HS=5.0m, TP=12.0s, N73

HS0=4.2m, TP=8.1s, N350 HS=3.6m, TP=8.1s, N32


HS0=4.2m, TP=8.1s, N20 HS=3.6m, TP=8.1s, N43
Occurrence cinquantennale
HS0=4.2m, TP=9.0s, N45 HS=4.1m, TP=9.0s, N57
HS0=8.1m, TP=12.8s, N87 HS=7.4m, TP=12.8s, N79

HS0=4.5m, TP=9.1s, N350 HS=3.9m, TP=9.1s, N33


HS0=4.5m, TP=9.1s, N20 HS=3.9m, TP=9.1s, N45
Occurrence centennale
HS0=4.5m, TP=10.0s, N45 HS=4.3m, TP=10.0s, N58
HS0=8.7m, TP=13.8s, N87 HS=7.9m, TP=13.8s, N79

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
9
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

3.2 Le vent et les clapots locaux


La passe du port étant ouverte au Nord-Nord-Ouest, le bassin portuaire est sensible aux
clapots locaux potentiellement soulevés par la tramontane sur les quelques centaines de
mètres de fetch entre le littoral et le port lui-même.

Tramontane

Clapots locaux

Station METEO FRANCE au large de Banyuls-sur-Mer.


Clapots locaux soulevés par la tramontane

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
10
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

L’analyse des données de vent sur 10 ans à la station météorologique au Cap Béar a permis
d’établir la rose des vents présentée ci-après. La rose indique la vitesse du vent en moyenne
sur 10 minutes à 10m au-dessus du sol, chaque valeur représentant la vitesse maximale V10min
observée au cours d’une journée.

Rose des vents par provenance et intensité V10min au Cap Béar

On remarque la forte dominance des vents de Tramontane, provenant du Nord-Ouest. Les


intensités extrêmes prises en moyenne sur 10 minutes sont présentées ci-dessous après
extrapolation des données par la méthode du renouvellement :

Extrapolation des intensités V10min de la tramontane au Cap Béar

Occurrence Intensité V10min Provenance

annuelle 35.0 m/s soit 126km/h N330 Nord-Ouest


quinquennale 38.0 m/s soit 137km/h N330 Nord-Ouest
décennale 39.9 m/s soit 144 km/h N330 Nord-Ouest
cinquantennale 42.9 m/s soit 154 km/h N330 Nord-Ouest
centennale 44.0 m/s soit 172 km/h N330 Nord-Ouest

L’intensité mesurée au Cap Béar, site certes très exposé, est plus élevée que celles des
recommandations des Eurocodes sur la zone. Les rafales pourraient atteindre environ 144 x
1.4 ≈ 200 km/h sur une période de retour de 10 ans, tandis que les Eurocodes indiqueraient
une valeur de l’ordre de 160 à 170 km/h à 10m au-dessus de la mer. On retient de façon
sécuritaire les valeurs mesurées à la station du Cap Béar.

La formation des clapots et leur propagation jusqu’à l’entrée du port a été simulée à l’aide du
logiciel SWAN. On présente dans le tableau suivant les caractéristiques de clapots à
l’approche du musoir du port en fonction des occurrences.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
11
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Caractéristiques des clapots locaux à l’approche du port après simulation


SWAN en génération-réfraction
Caractéristiques des clapots à
Vent associé V10min
l’entrée du port
Occurrence annuelle HS0=1.0m, TP=3.0s, N353 35.0 m/s, N330
Occurrence quinquennale HS0=1.1m, TP=3.3s, N353 38.0 m/s, N330
Occurrence décennale HS0=1.2m, TP=3.3s, N353 39.9 m/s, N330
Occurrence cinquantennale HS0=1.3m, TP=3.3s, N353 42.9 m/s, N330
Occurrence centennale HS0=1.4m, TP=3.3s, N353 44.0 m/s, N330

Ces valeurs sont certainement majorantes par rapport à la réalité physique. Une campagne
de mesures est en cours pour corroborer ces valeurs.

Les valeurs extrêmes majorantes sont appliquées pour les dimensionnements. On admet par
ailleurs que les clapots de Tramontane, soulevés depuis le secteur N353, croisent
concomitamment les houles longues issues du secteur N350 au large, et parvenant au N30 à
l’approche du port.

3.3 Le niveau d’eau


L’analyse statistique des données acquises à Port Vendre (librairie en ligne REFMAR) conduit
aux valeurs suivantes :

Période de retour Niveau / 0 CM Niveau / 0 NGF


1 an +0.98m CM +0.65m NGF
10 ans +1.11m CM +0.78m NGF
50 ans +1.20m CM +0.87m NGF
100 ans +1.30m CM +0.97m NGF
50 ans, horizon 2060 +1.55m CM +1.22m NGF
100 ans, horizon 2060 +1.65m CM +1.32m NGF

Les valeurs extrêmes à l’horizon 2060 tiennent compte des hypothèses actuelles sur la montée
du niveau général des océans.

3.4 L’agitation résiduelle dans le port


Les champs d’agitation pour les occurrences annuelle et décennale ont été mis à jour selon le
plan masse du projet ajusté à la suite du relevé précis de posidonies. La contre-jetée a été
alignée dans le prolongement du quai existant, sa légère obliquité initiale n’étant plus
nécessaire au regard de la position réelle des herbiers au niveau de l’entrée du port.
L’alignement avec le quai facilite l’organisation des mouillages. Le caisson amortisseur Ouest
a été légèrement reculé pour éviter sa juxtaposition au ras des herbiers protégés.

Les champs d’agitation sont reportés en annexe 3. L’agitation dans le port reste sensiblement
la même que celle évaluée en études préliminaires, les critères de confort et de sécurité
applicables aux ports de plaisance sont respectés.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
12
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4 La contre-jetée
4.1 Configuration de base
La contre-jetée est un caisson constitué d’un lest en partie inférieure et d’une chambre Jarlan
de dissipation en partie supérieure. La chambre Jarlan est orientée côté extérieur d’abord pour
limiter les réflexions vers la passe, celles-ci pouvant potentiellement gêner la navigation. Il
importe également de modifier le moins possible l’hydrodynamisme dans la zone de l’herbier.
Enfin, la dissipation côté extérieur limite les périodes d’indisponibilité par effet de
franchissement, l’arase de l’ouvrage étant située volontairement basse, à environ +1.0m NGF.
S’agissant d’un quai provisoire d’accueil, l’esthétique et la vue actuelle vers la mer depuis le
quai sont préservées plutôt que de s’affranchir des franchissements locaux par tous les temps.
L’étude des franchissements (Cf. étude de marché subséquent « modélisation des
franchissements » MS03_HYD_001_GEN) a montré l’intérêt d’ajouter un mur chasse-mer
arasé à +2.0m NGF pour limiter les temps d’indisponibilité, sans toutefois chercher à éviter
tout franchissement lors des évènements exceptionnels. Le mur chasse-mer est donc ajouté
à la conception de l’ouvrage, dans la mesure où il ne perturbe pas la vue.

Le lest de la partie supérieure est une alvéole poreuse remplie d’enrochement permettant le
développement de la biodiversité.

Configuration de la contre-jetée à l’issue de l’AVP

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
13
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4.2 Houles incidentes de projet


Les houles incidentes de projet ont été déterminées en exploitant le simulateur d’agitation
portuaire. On applique artificiellement un coefficient de réflexion 𝐾𝑟 = 0 sur le linéaire de
l’ouvrage à dimensionner, de sorte à recueillir la valeur de la houle incidente, intégrant
l’influence des ouvrages voisins. Les simulations ont été conduites pour toutes les directions
et conditions de tempêtes.

Pour un ouvrage d’une durée de 50 ans, on retient classiquement selon les recommandations
de ROSA 2000 les valeurs caractéristiques suivantes en fonction des différents états limites :

Houles de projet au droit des ouvrages

Période de retour 5 ans 50 ans 100 ans

Etat Limite de Service Etat Limite de Service Etat Limite Ultime


Etat limite
Fréquent Caractéristique Fondamental

L’ELU est associé à la valeur majorante de la hauteur de houle centennale selon les
hypothèses sécurisantes adoptées à l’extrapolation des données.

Les caractéristiques des états de mer incidents abordant la contre-jetée sont les suivantes.
On distingue la hauteur significative spectrale Hm0 (proche de HS ou H1/3) et la hauteur Hmax de
la vague la plus grande, prise égale à 2xHm0.

Houles de projet incidentes sur la contre-jetée


Période Caractéristiques Tramontane Hauteur Hm0 Hauteur Hmax
de Caractéristiques au large à l’approche du port associée incidente sur incidente sur
retour (-10m) V10min l’ouvrage l’ouvrage
HS0=3.1m, TP=7.0s, N350 HS=1.6m, TP=7.0s, N30 38.0m/s Hm0=0.7m Hmax=1.4m

HS0=3.1m, TP=7.0s, N20 HS=2.2m, TP=7.0s, N41 - Hm0=0.5m Hmax=1.0m


5 ans
HS0=2.9m, TP=8.5s, N45 HS=2.4m, TP=8.5s, N52 - Hm0=0.5m Hmax=1.0m

HS0=5.3m, TP=11.0s, N80 HS=4.4m, TP=11.0s, N71 - Hm0=0.6m Hmax=1.2m

HS0=4.2m, TP=8.1s, N350 HS=3.6m, TP=8.1s, N32 42.9m/s Hm0=0.9m Hmax=1.8m

HS0=4.2m, TP=8.1s, N20 HS=3.6m, TP=8.1s, N43 - Hm0=0.9m Hmax=1.8m


50 ans
HS0=4.2m, TP=9.0s, N45 HS=4.1m, TP=9.0s, N57 - Hm0=0.8m Hmax=1.6m

HS0=8.1m, TP=12.8s, N87 HS=7.4m, TP=12.8s, N79 - Hm0=1.0 m Hmax=2.0m

HS0=4.5m, TP=9.1s, N350 HS=3.9m, TP=9.1s, N33 44.0m/s Hm0=0.9m Hmax=1.8m

HS0=4.5m, TP=9.1s, N20 HS=3.9m, TP=9.1s, N45 - Hm0=1.0m Hmax=2.0m


100 ans
HS0=4.5m, TP=10.0s, N45 HS=4.3m, TP=10.0s, N58 - Hm0=0.8m Hmax=1.6m

HS0=8.7m, TP=13.8s, N87 HS=7.9m, TP=13.8s, N79 - Hm0=1.1m Hmax=2.2m

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
14
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

L’ELS fréquent est majoré par les houles et clapots concomitants de Tramontane, tandis que
les hauteurs extrêmes sont plutôt à associer aux houles d’Est.

4.3 Amortissement hydrodynamique


L’amortissement hydrodynamique d’un caisson Jarlan est dépendant de plusieurs paramètres,
dont :

 la profondeur d’eau h1 au pied de l’ouvrage ;


 la largeur B intérieure dans la chambre ;
 la profondeur d’eau h2 dans la chambre ;
 le couple hauteur/période de l’onde incidente ;
 la nature de la paroi poreuse, i.e. son taux de porosité et la forme géométrique des
trous (fentes ou trous) où s’opèrent les dissipations par viscosité turbulente.

Le calcul des caractéristiques hydrodynamiques des ouvrages a été réalisé à l’aide d’un
modèle linéaire de la bibliothèque interne Coelacanthe, reposant sur une méthode de
résolution intégrale des équations de diffraction des ondes. Les principes de modélisation pour
les lecteurs intéressés ont été publiés aux journées du génie civil génie côtier [6], exposant les
bonnes corrélations entre calculs et mesures en modèle réduit physique.

De nombreux calculs ont été réalisés, avec des sensibilités sur les différents paramètres
comme les dimensions ou la porosité 𝜏.

1.0m NGF

z
h2=2.0m
+
h1=6m B=3.7m

O’ O

Schéma de principe de l’ouvrage amortisseur de type caisson Jarlan

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
15
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

𝐻𝑟é𝑓𝑙é𝑐ℎ𝑖
Les graphes ci-dessous indiquent l’évolution du coefficient de réflexion 𝐾𝑟 = 𝐻 évalué
𝑖𝑛𝑐𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡
numériquement en fonction de la période T et du taux de porosité 𝜏. Les dimensions de la
chambre sont telles que le niveau d’eau intérieur soit h2=2.0m par rapport au niveau NGF,
avec une largeur intérieure B=3.7m.

Il s’agit de dimensions permettant un fonctionnement optimisé de l’amortissement pour des


périodes de houle allant de 5 à 8s, ce qui correspond à la majorité des houles de hauteurs
Hs>0.6m arrivant au niveau de la contre-jetée.

Le coefficient Kr est d’abord calculé en supposant que les ouvertures sont des fentes
verticales, lesquelles induisent un effet d’inertie plus important que des trous circulaires ou
rectangulaires [7].

Ouverture de type fentes (D≈0.5m), fonctionnement optimisé vers T=5s à 8s

La porosité 𝜏 = 25% est la plus adaptée avec une hauteur réfléchie moyenne de l’ordre de
40% de la hauteur incidente des houles de périodes comprises entre 5s et 8s.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
16
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Le même calcul est effectué, mais en supposant que la porosité est matérialisée par des trous
circulaires au lieu de fentes verticales. La courbe est décalée vers la plage de périodes 4s-7s.
Si un tel fonctionnement resterait acceptable, on préférera le recentrage vers les périodes 5s-
8s, plus proches des états de mer courants parvenant à Banyuls, ainsi que des tempêtes
venant du Nord capables d’agiter le bassin.

Ouverture de type trous (largeur≈0.5m), fonctionnement optimisé vers T=4s à 7s

L’étude du fonctionnement hydrodynamique du caisson amortisseur confirme les dimensions


de la chambre : B=3.7m, avec un fond à -2m NGF. Les fentes verticales pour créer une paroi
poreuse telle que 𝜏 = 25% sont appropriées.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
17
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4.4 Efforts hydrodynamiques


4.4.1 Approche numérique employée

Les cas de charge hydrodynamiques sont schématisés ci-dessous, intégrant les pressions
intérieure et extérieure, en crête ou en creux de houle.

O’ O

Cas de charge en crête. Surpression extérieure engendrant un moment de renversement


positif autour du point O

O’ O

Cas de charge en creux. Dépression dans la chambre engendrant un moment de


renversement négatif autour du point O’

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
18
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Le calcul des charges hydrodynamiques a été mené suivant 3 hypothèses :

1. Calcul des efforts via l’approche numérique linéaire en diffraction avec dissipation à
travers la paroi poreuse. On effectue un balayage en périodes en distinguant les efforts
concomitants sur un cycle de houle. On impose la hauteur incidente crête à creux
H=Hmax selon l’ELS ou l’ELU. La hauteur réfléchie est intégrée dans la simulation
numérique. La sous-pression de soulèvement du caisson en crête ou la dépression
appuyant le caisson vers le bas en creux sont également intégrées dans les calculs.
On admet aussi que la hauteur de houle est nulle à l’aval du caisson en même temps
qu’il est sollicité par la crête à l’amont. Cette hypothèse est en principe sécuritaire,
sachant que, dans le cas d’ouvrages petits devant la longueur d’onde, comme ceux
étudiés ici, une surpression stabilisatrice à l’aval accompagne généralement la crête
présente côté amont.

2. Application de la formule de Goda modifiée par Takahashi, Tanimoto et Shimosako


(1994) [8] pour une approche 2D en crête. La formule étant applicable à un mur vertical,
1+𝐾
on impose classiquement 𝐻 = ( 2 𝑟 ) 𝐻𝑚𝑎𝑥 comme hauteur de l’onde incidente
abordant l’ouvrage de façon à intégrer l’effet de réflexion d’onde avec un coefficient 𝐾𝑟 .

Cas de charge en crête par la formule de Goda

1+𝐾
3. Application de la formule de Sainflou en creux [8]. On impose aussi 𝐻 = ( 2 𝑟 ) 𝐻𝑚𝑎𝑥
comme onde incidente abordant le mur. On néglige la dépression en sous-face du
radier, laquelle a tendance à stabiliser le caisson.

Cas de charge en creux sur Fx uniquement par la formule de Sainflou

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
19
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Pour les cas de charge en crête, on admet de façon conservative que le coefficient de réflexion
𝐾𝑟 est proche de 1. Cela traduit l’effort maximal au glissement ou renversement en supposant
que la chambre est entièrement en charge, remplie d’eau, ce qui pourrait arriver par niveau
d’eau très haut à l’horizon 2060. La chambre étant entièrement en charge, il n’y a plus
d’écoulement à travers les porosités, si bien que l’onde est entièrement réfléchie. Il s’agit d’un
fonctionnement rare, que l’on réduit par la présence d’évents en caillebotis sur la dalle
supérieure à +1m NGF. La réflexion totale est en réalité atténuée par cet évent, et aussi par
effet de franchissement dont on ne tiendra pas compte dans les calculs de stabilité, excepté
devant le mur chasse-mer à +2m NGF (voir section 4.4.2 suivante).

4.4.2 Synthèse des efforts hydrodynamiques globaux

On fait part ci-dessous des valeurs d’efforts et de moments de renversement en crête ou en


creux à l’ELU. Il s’agit des efforts maximaux par composante.

ELU, niveau d’eau : 1.32m NGF, Hmax = 2.2m, TP = 13.8s


Approche linéaire Formules de Goda Approche linéaire Formules de Sainflou
-
Crête Crête de vague Creux Creux de vague
Effort hydro selon x 148 kN/ml 170 kN/ml -148 kN/ml -144 kN/ml
Effort hydro selon z 72 kN/ml 83 kN/ml -72 kN/ml 0 kN/ml
Moment hydro
880 kN.m/ml 1133 kN.m/ml -326 kN.m/ml -495 kN.m/ml
selon y

La traction ou la poussée horizontale à l’ELU sont de l’ordre de 2.5t/m2 (170 kN/m2 sur 7m de
hauteur d’ouvrage environ). L’ordre de grandeur est cohérent avec une hauteur crête à creux
Hmax=2.2m devant l’ouvrage.

Le moment de renversement est de l’ordre de 89.7t.m/ml suivant l’approche linéaire, jusqu’à


115.5t.m/ml suivant l’approche plus conservative de Goda.

Les périodes les plus hautes ont été choisies parmi les éventails possibles dans le cadre des
divers états limites, le moment de renversement ou l’effort horizontal augmentant avec la
période dans la configuration étudiée.

Les efforts hydrodynamiques avec les composantes concomitantes sont donnés ci-dessous
après avoir retenu les théories les plus défavorables. Trois cas d’effort concomitants sont
donnés, à chaque fois en crête et en creux de vague :

 le couple d’effort (Fx, Fz) au moment où le risque de glissement est le plus


défavorable
 le triplet (Fx, Fz, My) au moment où la décompression au renversement du sol est la
plus défavorable
 la valeur absolue My du moment de renversement

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
20
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Efforts hydrodynamiques agissant sur la contre-jetée

ELS fréquent ELS caractéristique ELU


Creux Crête Creux Crête Creux Crête
(Moment au (Moment (Moment au (Moment au (Moment au (Moment au
point O’) au point O) point O’) point O) point O’) point O)

Fx (kN/ml) -84 80 -133 151 -144 170


Glissement
Fz (kN/ml) 0 37 0 73 0 83

Fx (kN/ml) -80 80 -133 151 -148 170

Décompression
Fz (kN/ml) -37 37 -65 73 -72 83
partielle du sol
My
-187 465 -296 1007 -326 1133
(kN.m/ml)

My
Renversement -263 465 -464 1007 -495 1133
(kN.m/ml)

L’effort de crête est estimé par la formule de Goda en reportant sur le mur chasse-mer la
pression théoriquement obtenue sur un mur droit vertical qui ne serait pas franchi (pression
en rouge sur le schéma ci-dessous, déjà intégrée dans les efforts du tableau ci-dessus). Pour
être cohérent, on appliquera toutefois la pression potentielle de la lame d’eau appuyant sur la
structure en amont du mur chasse-mer. Celle-ci est minimisée par la hauteur du mur au-
dessus de la dalle supérieure, soit 1m ou 10kN/m2. Cette pression stabilisatrice s’appliquerait
sur 2m de long devant le mur, soit 20kN/ml (en vert sur le schéma ci-dessous). Elle s’ajoute
aux efforts globaux présentés dans le tableau ci-dessus.

20 kN/ml

O’ O

Prolongement de la pression de Goda sur le mur chasse-mer. Application d’une pression de


bas en haut par franchissement local

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
21
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4.4.3 Pressions hydrodynamiques locales

Les pressions hydrodynamiques locales à prendre en compte dans les calculs de structure
sont les suivantes :

Pressions hydrodynamiques locales sur les structures du caisson Jarlan

ELS caractéristique ELU


Pression en sous-face de la dalle
supérieure ou sur les voiles Valeur significative 10.3kN/m2 Valeur significative 11.5kN/m2
verticaux pleins (mise en charge Valeur maximale 20.5kN/m2 Valeur maximale 23.0kN/m2
totale de la chambre)
Pression sur la dalle supérieure Valeur significative 10.3kN/m2 Valeur significative 11.5kN/m2
par effet de franchissement Valeur maximale 20.5kN/m2 Valeur maximale 23.0kN/m2
Valeur significative 10.3kN/m2 Valeur significative 11.5kN/m2
Pression sur la paroi poreuse
Valeur maximale 20.5kN/m2 Valeur maximale 23.0kN/m2

4.5 Efforts d’amarrage


La contre-jetée est destinée à l’amarrage provisoire de navire. Elle n’a donc pas pour vocation
de maintenir en sécurité des navires amarrés par tous temps, comme cela est exigé pour une
place permanente de port. Il ne serait d’ailleurs pas réaliste d’assurer la sécurité d’un navire
amarré côté extérieur dans des conditions de tempêtes.

Dans les parties suivantes, on évalue les efforts d’amarrage pour des unités de plaisance.
Dans un bassin protégé, l’amarrage des petites unités (L<18m) est estimé en évaluant les
efforts de vent au moment des pics de rafale. Les sollicitations calculées sont supposées
englober également les efforts de houle. Pour des navires de plus grande taille (L>20m à 25m),
les efforts de houle deviennent prépondérants, et cette hypothèse n’est plus valable.

Les deux chapitres suivants sont consacrés à l’évaluation des efforts d’amarrage sous les
sollicitations des vents violents.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
22
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4.5.1 Navires amarrés perpendiculairement au quai

Les navires, perpendiculaires au quai ou aux pontons, sont amarrés de façon classique avec
2 amarres traversières et 2 amarres de garde à l’arrière, ainsi que 2 amarres sur chaînes filles
à l’avant.

Amarres de garde
Vent arrière

Y
Amarres traversières
φ<45° X

α<45°
Vent de travers

Principe des sollicitations dans l’axe et de travers

On suppose que les efforts par vent de travers sont transmis au quai selon les hypothèses
suivantes :

 L’effort se répartit pour moitié entre les amarres avant et arrière.


𝐹𝑊
 Le coefficient de traînée 𝐶𝐷 = 1⁄ 2 est pris égal à 1
2 𝑝 𝑆
𝜌𝑉

 L’intégralité de l’effort côté arrière est transmis par l’amarre de garde, en supposant
que son angle avec le quai est assez ouvert, φ=45° (hypothèse conservative).

 Le vent par rafale est considéré à z=10m sans effet de masque. Cette hypothèse
surévalue volontairement l’intensité du vent véritablement ressenti, mais intègre les
effets de houle pour les navires de petite taille en zone protégée (HS<0.3m en
occurrence annuelle, Cf. [10]).

Dans le tableau page suivante, on a renseigné les résultats des calculs d’effort de vent de
travers reportés au quai pour plusieurs navires types dans les conditions de vent ELU de
Tramontane, VP=1.4xV10min=62m/s, Les conditions ELS, proportionnelles à ces valeurs, sont
présentées dans les tableaux de synthèse.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
23
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Efforts induits par un vent de travers. ELU VP=62m/s (223km/h), angle de ligne de garde φ=45°

Effort vent de Effort reporté Fwx Effort Fwx Effort Fwy


Longueur du Largeur de la Surface latérale Effort reporté Fwy
travers sur le perpendiculaire Effort au taquet perpendiculaire parallèle au quai
navire place au vent parallèle au quai
bateau au quai au quai par ml par ml

6.0m 2.3m 7.0m2 16.5kN 8.2kN 8.2kN 11.7kN 3.6kN/ml 3.6kN/ml

8.0m 2.8m 11.0m2 25.9kN 12.9kN 12.9kN 18.3kN 4.7kN/ml 4.7kN/ml

9.0m 3.2m 13.5m2 31.8kN 15.9kN 15.9kN 22.5kN 5.0kN/ml 5.0kN/ml

10.0m 3.5m 16.0m2 37.7kN 18.8kN 18.8kN 26.6kN 5.4kN/ml 5.4kN/ml

12.0m 4.0m 24.0m2 56.5kN 28.3kN 28.3kN 40.0kN 7.1kN/ml 7.1kN/ml

15.0m 5.0m 37.5m2 88.3kN 44.1kN 44.1kN 62.4kN 8.8kN/ml 8.8kN/ml

18.0m 5.5m 53.5m2 126.0kN 63.0kN 63.0kN 89.1kN 11.5kN/ml 11.5kN/ml

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
24
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Un tableau similaire avec les efforts par vent dans l’axe du navire, soit perpendiculaire au quai, est présenté ci-dessous.

Efforts induits par un vent dans l’axe. ELU VP=62m/s, angle de ligne traversière α=45°

Effort reporté Fwx Effort Fwx par ml


Surface frontale au Effort dans l'axe sur Effort au taquet
Longueur du navire Largeur de la place perpendiculaire au perpendiculaire au
vent le bateau (avec bateau voisin)
quai quai

6.0m 2.3m 3.5m2 8.2kN 8.2kN 11.7kN 3.6kN/ml

8.0m 2.8m 5.0m2 11.8kN 11.8kN 16.6kN 4.3kN/ml

9.0m 3.2m 5.8m2 13.7kN 13.7kN 19.3kN 4.3kN/ml

10.0m 3.5m 6.5m2 15.3kN 15.3kN 21.6kN 4.4kN/ml

12.0m 4.0m 9.0m2 21.2kN 21.2kN 30.0kN 5.3kN/ml

15.0m 5.0m 13.5m2 31.8kN 31.8kN 45.0kN 6.4kN/ml

18.0m 5.5m 18.5m2 43.6kN 43.6kN 61.6kN 7.9kN/ml

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
25
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Lorsque les navires sont amarrés perpendiculairement au quai, ce qui est le cas le plus général dans
un port de plaisance, le vent de travers induit des efforts au taquet un peu plus importants que le vent
dans l’axe.

4.5.2 Navires amarrés long-side


Les navires amarrés long-side répercutent les plus gros efforts par vent de travers.

Vent de travers
Y

φ<45° φ<45° X

Principe des sollicitations de travers pour un navire long-side

Comme précédemment, on admet de façon conservative que seules les amarres traversières
reprennent l’effort de vent. Les résultats à l’ELU sont présentés dans le tableau ci –après.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
26
Efforts induits par un vent de travers sur un navire long side. ELU VP=62m/s, angle de ligne traversière φ=45°

Effort reporté Fwx Effort Fwx par ml


Surface latérale au Effort de travers sur
Longueur du navire Largeur de la place perpendiculaire au Effort au taquet perpendiculaire au
vent le bateau
quai quai

6.0m 2.3m 7.0m2 16.5kN 16.5kN 11.7kN 2.7kN/ml

8.0m 2.8m 11.0m2 25.9kN 25.9kN 18.3kN 3.2kN/ml

9.0m 3.2m 13.5m2 31.8kN 31.8kN 22.5kN 3.5kN/ml

10.0m 3.5m 16.0m2 37.7kN 37.7kN 26.6kN 3.8kN/ml

12.0m 4.0m 24.0m2 56.5kN 56.5kN 40.0kN 4.7kN/ml

15.0m 5.0m 37.5m2 88.3kN 88.3kN 62.4kN 5.9kN/ml

18.0m 5.5m 53.5m2 126.0kN 126.0kN 89.1kN 7.0kN/ml

Les navires amarrés perpendiculairement au quai reportent plus d’effort de vent sur le quai que des navires long-side. Même si l’effort reporté au taquet est identique,
l’effort global s’applique sur un linéaire plus grand.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
27
4.5.3 Efforts ponctuels maximaux

Les efforts par ml de quai sont calculés par mauvais temps en supposant que les navires sont
convenablement amarrés. Il subsiste toujours des risques ponctuels de rupture d’amarre par
effet de résonance notamment, ou par des instabilités paramétriques lorsque l’amarrage avant
est trop lâche par exemple.

On pourra par conséquent retenir les efforts de houle par ml définis précédemment pour
étudier la stabilité globale d’un ouvrage, mais admettre qu’un navire puisse solliciter
ponctuellement un bollard jusqu’à rupture d’une aussière. Les diamètres d’aussières
couramment utilisés et efforts de rupture associés sont présentés dans le tableau ci-dessous.
Ces valeurs restent toujours supérieures aux valeurs ELU estimées précédemment au niveau
du taquet.

Diamètres d’aussières et charges de rupture associées


couramment utilisés sur les navires de petite et moyenne plaisance
Largeur de la
Longueur du Déplacement Diamètre Valeur ELU
place de Rupture MBL
navire du navire d’aussière au taquet (VP=62m/s)
mouillage
6.0m 2.3m 1.5t 10mm 20.0kN 11.7kN

8.0m 2.8m 2.5t 12mm 28.0kN 18.3kN

9.0m 3.2m 3.0t 14mm 40.0kN 22.5kN

10.0m 3.5m 4.0t 16mm 53.0kN 26.6kN

12.0m 4.0m 7.0t 18mm 64.0kN 40.0kN

15.0m 5.0m 12.0t 20mm 80.0kN 62.4kN

18.0m 5.5m 22.0t 22mm 100.0kN 89.1kN

4.5.4 Synthèse des efforts d’amarrage

4.5.4.1 Amarrage des petits navires perpendiculaire au quai

Les efforts d’amarrage par ml le long du quai et les efforts correspondants au niveau d’un
taquet sont présentés dans les tableaux ci-dessous pour les états limites ELS et ELU. On
donne les efforts globaux par ml, ainsi que les efforts ponctuels au taquet (en dehors de tout
effet de rupture potentielle d’aussières suite à un mauvais amarrage).

ELS fréquent, vent VP=53m/s


Longueur bateau Effort Fwx perpendiculaire Effort Fwy parallèle
Effort au taquet
au quai au quai
6.0m 2.6kN/ml 2.6kN/ml 8.5kN
8.0m 3.4kN/ml 3.4kN/ml 13.4kN
9.0m 3.6kN/ml 3.6kN/ml 16.4kN
10.0m 3.9kN/ml 3.9kN/ml 19.5kN
12.0m 5.2kN/ml 5.2kN/ml 29.2kN
15.0m 6.5kN/ml 6.5kN/ml 45.6kN
18.0m 8.4kN/ml 8.4kN/ml 65.1kN

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
28
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

ELS caractéristique, vent VP=60 m/s


Longueur bateau Effort Fwx perpendiculaire Effort Fwy parallèle
Effort au taquet
au quai au quai
6.0m 3.4kN/ml 3.4kN/ml 10.9kN
8.0m 4.4kN/ml 4.4kN/ml 17.2kN
9.0m 4.7kN/ml 4.7kN/ml 21.0kN
10.0m 5.0kN/ml 5.0kN/ml 24.9kN
12.0m 6.6kN/ml 6.6kN/ml 37.4kN
15.0m 8.3kN/ml 8.3kN/ml 58.5kN
18.0m 10.7kN/ml 10.7kN/ml 83.4kN

ELU, vent VP=62.0m/s


Longueur bateau Effort Fwx perpendiculaire Effort Fwy parallèle
Effort au taquet
au quai au quai
6.0m 3.6kN/ml 3.6kN/ml 11.7kN
8.0m 4.7kN/ml 4.7kN/ml 18.3kN
9.0m 5.0kN/ml 5.0kN/ml 22.5kN
10.0m 5.4kN/ml 5.4kN/ml 26.6kN
12.0m 7.1kN/ml 7.1kN/ml 40.0kN
15.0m 8.8kN/ml 8.8kN/ml 62.4kN
18.0m 11.5kN/ml 11.5kN/ml 89.1kN

En intégrant les limites de rupture des aussières habituelles des navires, on retiendra les
capacités de bollard (charge maximale utile) suivantes :

 2.5t CMU pour les bateaux de 6m à 8m


 5t CMU pour les bateaux de 10m-12m
 10t CMU pour les bateaux de 15m-20m

4.5.4.2 Amarrage des petits navires en long-side

Pour un amarrage long-side, les efforts globaux par ml sont légèrement moins élevés, les
taquets gardant toutefois la même résistance locale.

ELS fréquent, vent VP=53m/s


Longueur bateau Effort Fwx perpendiculaire au quai Effort au taquet
6.0m 2.0kN/ml 8.5kN
8.0m 2.4kN/ml 13.4kN
9.0m 2.6kN/ml 16.4kN
10.0m 2.8kN/ml 19.5kN
12.0m 3.4kN/ml 29.2kN
15.0m 4.3kN/ml 45.6kN
18.0m 5.1kN/ml 65.1kN

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
29
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

ELS caractéristique, vent VP=60m/s


Longueur bateau Effort Fwx perpendiculaire au quai Effort au taquet
6.0m 2.6kN/ml 10.9kN
8.0m 3.0kN/ml 17.2kN
9.0m 3.3kN/ml 21.0kN
10.0m 3.5kN/ml 24.9kN
12.0m 4.4kN/ml 37.4kN
15.0m 5.5kN/ml 58.5kN
18.0m 6.6kN/ml 83.4kN

ELU, vent VP=62m/s


Longueur bateau Effort Fwx perpendiculaire au quai Effort au taquet
6.0m 2.7kN/ml 11.7kN
8.0m 3.2kN/ml 18.3kN
9.0m 3.5kN/ml 22.5kN
10.0m 3.8kN/ml 26.6kN
12.0m 4.7kN/ml 40.0kN
15.0m 5.9kN/ml 62.4kN
18.0m 7.0kN/ml 89.1kN

4.5.4.3 Effort d’amarrage sur la contre-jetée

On considère que le poste d’attente ou provisoire côté intérieur de la contre-jetée est sollicité
par des bateaux de 18m amarrés. La sollicitation est appliquée dans les conditions ELS
fréquent (période de retour 5 ans, HS incident=0.5m à 0.7m)), même si dans les faits, la contre-
jetée, arasée à +1.0m NGF, risque d’être franchie par quelques lames d’eau, ce qui obligerait
l’exploitant à déplacer les éventuels bateaux amarrés à cet endroit. L’effort d’amarrage
complémentaire à appliquer dans ces conditions est de 8.4kN/ml, l’effort pouvant être orienté
de 0° à 30° par rapport au plan horizontal.

Famarrage(ELS-freq) = 8.4kN/ml

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
30
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4.6 Efforts d’accostage


L’énergie d’accostage est définie par rapport à l’énergie cinétique du navire accostant le quai
à la vitesse d’approche 𝑉𝐶 :

1
𝐸𝑐 = 𝐶𝑀 𝐶𝑒 𝑚𝑉𝐶 2
2

𝐶𝑀 : coefficient de masse d’eau ajoutée pris égal à 1.5 ;


𝐶𝑒 : coefficient d’excentricité, égal à 1 pour un accostage parallèle au quai et de l’ordre de 0.5
à 0.6 pour un accostage classique sur le quart avant de la proue. On prendra 𝐶𝑒 = 0.6.

VC

Accostage régulier avec vitesse d’approche VC

On définit un accostage normal, associé à l’ELS, et un accostage brusque associé à l’ELU.


Dans une zone protégée d’accès relativement aisé, comme le côté intérieur de la contre-jetée,
on aurait classiquement :

 VC=0.3m/s à l’accostage normal ;


 VC=0.5m/s à l’accostage brusque.

Dans une zone exposée comme l’extérieur de la contre-jetée, on aurait plutôt :

 VC=0.5m/s à l’accostage normal ;


 VC=0.7m/s à l’accostage brusque.

Les énergies à absorber par le système de défenses selon la taille des navires de plaisance
sont les suivantes :

Energie d’accostage d’un navire de plaisance, CM=1.5, Ce=0.6 (accostage au quart avant)
Longueur du
Déplacement VC=0.3m/s VC=0.5m/s VC=0.7m/s
navire
6.0m 1.5t 0.06kN.m 0.17kN.m 0.33kN.m
8.0m 2.5t 0.10kN.m 0.28kN.m 0.55kN.m
9.0m 3.0t 0.12kN.m 0.34kN.m 0.66kN.m
10.0m 4.0t 0.16kN.m 0.45kN.m 0.88kN.m
12.0m 7.0t 0.28kN.m 0.79kN.m 1.54kN.m
15.0m 12.0t 0.49kN.m 1.35kN.m 2.65kN.m
18.0m 22.0t 0.89kN.m 2.48kN.m 4.85kN.m

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
31
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Dans les ports de plaisance, l’accostage est amorti par des défenses extrudées, par exemple
de type DD, appliquées tout le long du linéaire accostable.

Les défenses extrudées de type DD 150mm (A = B = 150mm) sont vissées et posées en


continu par morceau de longueur 1m :

Coupe transversale de la défense DD extrudée

La courbe caractéristique réaction/déflexion de la défense DD 150mm sur 1m de longueur est


présentée ci-dessous.

Chaque mètre de défense a une charge nominale de 115kN/ml, pour une déflexion égale à
50% de sa longueur caractéristique.

Caractéristiques des défenses DD150mm

Réaction d’un élément DD de 1m de long 115 kN

Energie reprise par un élément DD de 1m de long 3.2 kN.m

Déflexion nominale de la défense = 0.50x150 mm 75 mm

Raideur de la ligne défense par ml : 115 kN/0.075m 1533 kN/m

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
32
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

L’étrave des navires de longueur 10m environ entre en contact sur environ 1m à 1.5m avec le
linéaire rectiligne des quais équipés de défenses DD. Une longueur de 1m de défense
DD150mm suffit à reprendre l’énergie de l’accostage brusque d’un bateau de 15m. Il faut 1.5m
pour absorber l’énergie d’un navire plus grand de 18m, ce qui est généralement compatible
avec la forme d’étrave de ces navires.

Contact à l’étrave d’un bateau type de 12m

Le contact étrave-défense peut même se faire sur une longueur plus grande que 1m à 1.5m.
L’énergie d’accostage est alors encore plus largement reprise par les défenses. Il en résulte
toutefois une petite augmentation de la réaction.

Dans le tableau ci-dessous, on fait part des réactions globales d’accostage en retenant
volontairement un linéaire de contact élevé, ce qui va dans le sens de la sécurité au regard de
l’effort :

Effort de réaction d’accostage d’un navire de plaisance


CM=1.5, Ce=0.6 (accostage au quart avant)
Longueur du Linéaire d’impact
Déplacement VC=0.3m/s VC=0.5m/s VC=0.7m/s
navire étrave-défense
6.0m 1.5t 1.0m 7.3kN 20.2kN 28.4kN
8.0m 2.5t 1.3m 12.1kN 31.1kN 41.6kN
9.0m 3.0t 1.5m 14.6kN 36.4kN 49.0kN
10.0m 4.0t 1.6m 19.4kN 42.4kN 59.2kN
12.0m 7.0t 2.0m 34.0kN 61.7kN 88.2kN
15.0m 12.0t 2.5m 57.7kN 91.4kN 133.1kN
18.0m 22.0t 3.0m 81.3kN 137.3kN 212.8kN

Ces valeurs à l’impact doivent être reprises localement par la structure.

Du point de vue de l’équilibre global, les efforts d’accostage sont assez proches de l’effort
d’amarrage. La comparaison est possible si on se réfère à l’effort ramené au mètre linéaire.

Par exemple l’effort d’accostage d’un bateau de 18m peut être ramené sur un linéaire d’au
moins 18m, aucun autre bateau ne pouvant être présent sur ce linéaire au moment de
l’accostage. Pour un accostage tel que VC=0.5m/s à 0.7m/s, on aurait

Faccostage = 137.3 kN à 212.8kN, soit 137.3/18=7.6kN/ml à 212.8/18=11.8kN/ml

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
33
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Cet effort est à comparer à l’effort d’amarrage, compris entre 8.4kN/ml et 11.5kN/ml aux ELS
et ELU.

Pour un bateau de 12m accostant à VC=0.5m/s à 0.7m/s, on aurait :

Faccostage = 61.7 kN à 88.2kN, soit 61.7/12=5.1kN/ml à 88.2/12=7.4kN/ml

Pour un effort d’amarrage compris entre 5.2kN/ml et 7.1kN/ml entre les ELS et ELU.

Que ce soit l’amarrage ou l’accostage, les efforts par ml sont un ordre de grandeur plus faibles
que les efforts hydrodynamiques identifiés aux chapitres précédents (FXhydrodyanmique=-151kN/ml
à l’ELU par exemple).

Au regard de la stabilité globale des ouvrages de type caissons, l’amarrage ou l’accostage


agissent comme des sollicitations qui accompagnent les efforts hydrodynamiques principaux.

Les accostages ponctuels sont à considérer pour les dimensionnements structurels locaux.
On pourra se fonder sur l’effort maximal repris par les défenses DD, soit 115kN/ml appliqués
sur 2m, conduisant à 230kN à l’ELU, ce qui majore l’accostage accidentel d’un bateau de 18m.

4.7 Stabilité de l’ouvrage


4.7.1 Poids propre

Le poids propre de l’ouvrage est évalué sur la base des hypothèses suivantes au regard des
masses volumiques.

Hypothèses sur les masses volumiques des éléments constituant le caisson contre-jetée
Masse volumique de l’eau de mer 1.026t/m3
Masse volumique béton armé 2.5t/m3
Masse volumique des enrochements 2.65t/m3
Masse volumique des enrochements foisonnés sec (30% de vie) 1.885t/m3
Masse volumique des enrochements foisonnés, entourés d’eau de mer 2.163t/m3

La stabilité de l’ouvrage est examinée de façon conservative en retenant les niveaux d’eau
hauts à l’horizon 2060, l’ouvrage étant potentiellement complètement immergé.

Plusieurs itérations ont conduit aux résultats présentés aux chapitres suivants, selon les
combinaisons d’actions aux différents états limites.

On montre que le respect des critères de stabilité de l’ouvrage, avec coefficients de sécurité
adéquats, nécessite une largeur de 7.5m.

Il est admis que les efforts hydrodynamiques présentés au chapitre 4-4-2 s’appliquent sur toute
la longueur de l’ouvrage (20.2m le long de l’axe longitudinal central), même dans la partie
cachée par la contre-digue en enrochements. Le poids propre minimum à respecter de
l’ouvrage est de 1946t. La poussée d’Archimède étant de 886t lorsque l’ouvrage est totalement
immergé, le poids apparent résultant minimal est de 1060t.

Le linéaire de l’ouvrage présente une partie centrale avec chambre amortisseuse, et 2


tronçons de type piles pleines aux extrémités. La partie avec chambre occupe au plus 69% du
linéaire.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
34
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4.7.2 Combinaison d’actions

Dans le cadre des études de stabilité face aux risques de tempête, les sollicitations
élémentaires suivantes sont à considérer sur l’ouvrage.

Sollicitations élémentaires sur l’ouvrage amortisseur de houle

G Poids propre de la structure

Pa Poussée d’Archimède

Charge hydrodynamique en crête selon la hauteur maximale


Hm5-up, Hm50-up, Hm100-up
Hmax des périodes de retour 5 ans, 50 ans et 100 ans
Charge hydrodynamique en creux selon la hauteur maximale
Hm5-dw, Hm50-dw, Hm100-dw
Hmax des périodes de retour 5 ans, 50 ans et 100 ans

Am (Acc) Effort d’amarrage (ou d’accostage)

S Surcharge d’exploitation éventuelle

Les combinaisons d’actions pondérées aux différents états limites sont les suivantes :

4.7.2.1 ELS fréquent


0
1.0 0.77
𝐺 + 𝑃𝑎 + 𝐻𝑚5−𝑢𝑝 + 𝐴𝑚 + 𝑜𝑢 0.8 𝑆
𝑜𝑢 0.77 𝑜𝑢 1.0
𝑜𝑢 0.9
0
1.0 0.77
𝐺 + 𝑃𝑎 + 𝐻𝑚5−𝑑𝑤 + 𝐴𝑚 + 𝑜𝑢 0.8 𝑆
𝑜𝑢 0.77 𝑜𝑢 1.0
𝑜𝑢 0.9

4.7.2.2 ELS caractéristique


0
1.0 0.77
𝐺 + 𝑃𝑎 + 𝐻𝑚50−𝑢𝑝 + 𝐴𝑚 + 𝑜𝑢 0.9 𝑆
𝑜𝑢 0.77 𝑜𝑢 1.0
𝑜𝑢 1.0
0
1.0 0.77
𝐺 + 𝑃𝑎 + 𝐻𝑚50−𝑑𝑤 + 𝐴𝑚 + 𝑜𝑢 0.9 𝑆
𝑜𝑢 0.77 𝑜𝑢 1.0
𝑜𝑢 1.0

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
35
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4.7.2.3 ELU fondamental


0
𝑜𝑢 0.9
1.35 1.0 0.77
𝐺 + 𝑃𝑎 + 𝐻 + 𝐴𝑚 + 𝑜𝑢 1.0 𝑆
𝑜𝑢 0.9 𝑜𝑢 0.77 𝑚100−𝑢𝑝 𝑜𝑢 1.0
𝑜𝑢 1.35
𝑜𝑢 1.5
0
𝑜𝑢 0.9
1.35 1.0 0.77
𝐺 + 𝑃𝑎 + 𝐻 + 𝐴𝑚 + 𝑜𝑢 1.0 𝑆
𝑜𝑢 0.9 𝑜𝑢 0.77 𝑚100−𝑑𝑤 𝑜𝑢 1.0
𝑜𝑢 1.35
𝑜𝑢 1.5

4.7.3 Choix des combinaisons pertinentes

Les efforts d’amarrage du poste provisoire, côté intérieur de la contre-jetée, sont pris en
compte uniquement à l’ELS fréquent. Ils sont combinés avec le coefficient partiel de
pondération 0.77, étant un ordre de grandeur moins élevés que les efforts de houle sur le quai.

Dans un premier temps, on examine la stabilité en glissement et renversement du caisson. On


retient par conséquent le coefficient 0.9 devant le poids propre G à l’ELU, en supposant nulles
les surcharges d’exploitation. Des pondérations ou hypothèses de poids supérieures sont
ensuite retenues pour étudier la sollicitation sur l’assise en ballast.

Chaque combinaison de calcul fait l’objet d’une feuille de calcul reportée en annexe 1 de ce
document.

4.7.4 Critères de stabilité

4.7.4.1 Condition de non glissement

La condition de non glissement est exprimée en fonction des efforts de traction-poussée


concomitants avec les efforts de soulèvement. A tout instant du cycle de houle, on doit
respecter :

1 tan 𝜑 𝑐
𝐹𝑋 < [(𝑃𝑎𝑝𝑝𝑎𝑟𝑒𝑛𝑡 − 𝐹𝑧 ) + 𝐵′]
𝐶𝑆 𝛾𝑔1 𝛾𝑔2

𝐹𝑋 : effort horizontal de traction/poussée


𝐹𝑧 : effort de soulèvement
𝑃𝑎𝑝𝑝𝑎𝑟𝑒𝑛𝑡 : poids apparent de l’ouvrage en mer
𝑐 : coefficient de cohésion, pris égal à 0 kN/m2 s’agissant de friction entre béton et ballast
d’assise
𝐵′ : largeur d’assise comprimée (Cf. section suivante)
φ : angle de frottement du sol, pris égal à 31° (tan 𝜑 = 0.6) pour l’interface entre le radier du
caisson et son assise.
𝛾𝑔1 , 𝛾𝑔2 , coefficients partiels.

Le glissement est évalué à l’ELU avec un coefficient partiel 𝛾𝑔1 = 1.1 et un coefficient de
sécurité CS égal à 1.1, sachant que ce critère s’applique sur le poids apparent tel que :
𝑃𝑎𝑝𝑝𝑎𝑟𝑒𝑛𝑡 = 0.9𝐺 + 𝑃𝑎 .

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
36
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4.7.4.2 Condition de non renversement ou de décompression du sol

Le non renversement est calculé en évaluant le taux résiduel de compression du sol sous les
diverses sollicitations. La méthode de Navier considère une répartition triangulaire ou
trapézoïdale des contraintes verticales sous la fondation filante.

On appelle e l’excentricité de la résultante des charges verticales totales V appliquées à


l’ouvrage. L’excentricité e est définie comme suit :

∑ 𝑀𝑠𝑡𝑎𝑏𝑖𝑙𝑖𝑠𝑎𝑡𝑒𝑢𝑟 + ∑ 𝑀𝑟𝑒𝑛𝑣𝑒𝑟𝑠𝑎𝑛𝑡
𝑒=
∑ 𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡𝑠 𝑣𝑒𝑟𝑡𝑖𝑐𝑎𝑢𝑥

B est la largeur totale de la semelle. B’ est la largeur comprimée. L’équilibre est possible tant
𝐵
que 𝑒 < 2 .

𝐵
 Si 𝑒 ≤ : la semelle est entièrement comprimée :
6

On impose alors B = B’.


𝐵 𝐵
 Si 2
> 𝑒 > 6 , la semelle est partiellement comprimée :

3
On a alors 𝐵′ = (𝐵 − 2𝑒).
2

𝐵
 Si e > 2 , la semelle n’est plus suffisamment compressée et l’équilibre en
renversement n’est plus respecté.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
37
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Le taux de compression s’exprime comme le rapport entre la surface comprimée et la surface


totale :
𝐵′
𝐶 ′ = ≥ 𝐶𝑠
𝐵

Les coefficients 𝐶𝑠 à respecter sont :

𝐶𝑠 > 0.9 à l’ELS fréquent


𝐶𝑠 > 0.75 à l’ELS caractéristique
𝐶𝑠 > 0.1 à l’ELU

4.7.4.3 Condition de poinçonnement

Les conditions de poinçonnement au regard des capacités de portance du sol de fondation


font intervenir le rapport entre la contrainte de référence 𝑞𝑟𝑒𝑓 sollicitant le sol sous le caisson
et la contrainte admissible 𝑞𝑎𝑑𝑚 .

La contrainte de référence sollicitant le sol de fondation s’exprime comme suit [9] :

3𝑞𝑚𝑎𝑥 + 𝑞𝑚𝑖𝑛
𝑞𝑟𝑒𝑓 =
4
𝑉 𝑒 𝑒 1
(1 + 6 ) 𝑠𝑖 <
𝐵 𝐵 𝐵 6
𝑞𝑚𝑎𝑥 ={ 4𝑉 1 𝑒 1
𝑠𝑖 < <
3(𝐵 − 2𝑒) 6 𝐵 2

𝑉 𝑒 𝑒 1
(1 − 6 ) 𝑠𝑖 <
𝑞𝑚𝑖𝑛 ={𝐵 𝐵 𝐵 6
1 𝑒 1
0 𝑠𝑖 < <
6 𝐵 2

e : excentricité des efforts par rapport à l’axe du caisson


V : somme des efforts verticaux (orientés vers le bas)
B : largeur du caisson

La contrainte admissible du sol s’exprime comme suit :

𝑝𝑙 ∗ 𝐾𝑝
𝑞𝑎𝑑𝑚 = 𝑖
𝛾𝑞 𝛿𝛽

𝑝𝑙 ∗ : pression limite de rupture du sol. Cette valeur est supérieure à 4500 kN/m 2 pour des
roches fragmentées.
𝐾𝑝 : coefficient de portance, 𝐾𝑝 = 0.8 sans encastrement du caisson dans le sol et 𝐾𝑝 ≈ 1 avec
𝐷𝑒
un rapport profondeur d’encastrement 𝐷𝑒 sur largeur de la semelle 𝐵, 𝐵
= 0.13.
𝛾𝑞 : coefficient partiel de sécurité, pris égal à 2 à l’ELU et à 3 à l’ELS.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
38
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Le coefficient 𝑖𝛿𝛽 est à associer à l’angle de la sollicitation la plus défavorable au regard de la


décompression du sol, ainsi qu’à la présence éventuelle d’un talus. Il vient ainsi :

Effort horizontal H
Effort vertical V +
δ
d
x

O’ O

|𝐻|
𝛿 = tan−1
𝑉
𝛽 : angle du talus par rapport à l’horizontal
𝑖𝛿𝛽 = 𝑖𝛿 𝑥 𝑖𝛽 si l’effort H est négatif (on tire vers le talus)
𝑖𝛿𝛽 = min(𝑖𝛽 /𝑖𝛿 ; 𝑖𝛿 ), si l’effort H est positif (on pousse à l’opposé du talus)

Le terme 𝑖𝛿 résulte d’une interpolation entre un terme associé au frottement d’angle 𝜑 et un


terme associé à la cohésion 𝑐 du sol de fondation :
−0.6𝑐
𝑖𝛿 = 𝑖𝛿𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡 + (𝑖𝛿𝑐𝑜ℎ − 𝑖𝛿𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡 ) (1 − 𝑒 𝛾𝐵 tan 𝜑 )
2
𝛿 2 𝐷𝑒 𝛿 𝐷𝑒
𝑖𝛿𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡 = (1 − ) (1 − 𝑒 − 𝐵 ) + 𝑚𝑎𝑥 ((1 − ) ; 0) 𝑒 − 𝐵
𝜋 ⁄2 𝜋 ⁄4
𝛿 2
𝑖𝛿𝑐𝑜ℎ = (1 − )
𝜋 ⁄2

𝐷𝑒 : profondeur d’encastrement équivalente dans le sol de fondation


𝛾 : poids volumique du terrain (kN/m3)

Le terme 𝑖𝛽 traduit l’effet de la proximité éventuelle d’un talus (𝑖𝛽 = 1 sans talus). Il résulte
d’une interpolation similaire :
−0.6𝑐
𝑖𝛽 = 𝑖𝛽𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡 + (𝑖𝛽𝑐𝑜ℎ − 𝑖𝛽𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡 ) (1 − 𝑒 𝛾𝐵 tan 𝜑 )
𝐷𝑒
1 𝑠𝑖 𝑑 + > 8𝐵 𝑜𝑢 𝛽 = 0
tan 𝛽
𝑖𝛽𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡 =
1 𝐷𝑒 2 𝐷𝑒
1 − 0.9 tan 𝛽 (2 − tan 𝛽) [1 − (𝑑 + )] 𝑠𝑖 𝑑 + < 8𝐵
{ 8𝐵 tan 𝛽 tan 𝛽

1 𝑠𝑖 𝑑 > 8𝐵
𝑖𝛽𝑐𝑜ℎ = { 𝛽 𝑑 2
1 − (1 − ) 𝑠𝑖 𝑑 < 8𝐵
𝜋 8𝐵

𝑑 : distance entre la base du caisson et l’arête du talus d’angle 𝛽.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
39
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

4.7.5 Stabilité en configuration légère

Les résultats en termes de coefficients de sécurité sur les critères de non glissement, non
renversement (i.e taux de compression du sol), et de poinçonnement sont synthétisés dans le
tableau ci-dessous. Ces coefficients reflètent les résultats complets reportés sur les feuilles de
calcul en annexe 1.

Coefficients de sécurité en glissement, renversement et poinçonnement


Non renversement
Non glissement Poinçonnement
(% de compression)
ELS Fréquent
Coefficient CS obtenu 2.80 1.00 8.49

Coefficient CS cible NA ≥0.9 ≥1.0

ELS Caractéristique
Coefficient CS obtenu 1.66 0.81 4.00
Coefficient CS cible NA ≥0.75 ≥1.0

ELU Fondamental
Coefficient CS obtenu 1.13 0.52 2.51
Coefficient CS cible ≥1.1 ≥0.1 ≥1.4

Le glissement est a priori le plus critique à l’ELU. Les critères de sécurité sont respectés sur
la base d’approches théoriques majorantes.

4.7.6 Stabilité en configuration avec surcharge d’exploitation

On examine la combinaison d’action suivante, en retenant le coefficient pondérateur 1.35


devant le poids propre à l’ELU :

0
1.35𝐺 + 𝑃𝑎 + 𝐻𝑚100 + 𝑆
𝑜𝑢 1.5

Coefficients de sécurité en glissement, renversement et poinçonnement


Non renversement
Non glissement Poinçonnement
(% de compression)
ELU Fondamental
Surcharge S nulle
2.56 1.00 6.71
Coefficient CS obtenu
Surcharge 1.5 x 10kN/m2
2.93 1.00 6.66
Coefficient CS obtenu
Surcharge 1.5 x 20kN/m2
3.31 1.00 6.51
Coefficient CS obtenu

Coefficient CS cible ≥1.1 ≥0.1 ≥1.4

Les cas lourds ou avec surcharge ne posent pas de problèmes de stabilité globale ou de
poinçonnement.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
40
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

5 Les caissons amortisseurs au niveau du ponton C


5.1 Configuration de base
Les caissons amortisseurs à installer perpendiculairement au ponton C ont pour fonction
principale d’amortir les clapots soulevés par la tramontane dans la baie de Banyuls. La
chambre d’amortissement est naturellement orientée vers la passe. Les caractéristiques de
l’ouvrage sont proches de celles de la contre-jetée, avec un lest en partie supérieure qui est
une alvéole poreuse remplie d’enrochement permettant le développement de la biodiversité.

Configuration des caissons amortisseurs

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
41
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

5.2 Houles incidentes de projet


Comme pour la contre-jetée, les houles incidentes de projet ont été déterminées en exploitant
à nouveau le simulateur d’agitation portuaire, mais en appliquant volontairement un coefficient
de réflexion nulle sur les ouvrages à dimensionner.

Les caractéristiques des états de mer incidents abordant les ouvrages à l’intérieur du bassin
protégé sont les suivantes. On distingue les houles incidentes abordant les caissons Est et
Ouest.

Houles de projet incidentes sur le caisson Est du ponton C


Période Caractéristiques Tramontane Hauteur Hm0 Hauteur Hmax
de Caractéristiques au large à l’approche du port associée incidente sur incidente sur
retour (-10m) V10min l’ouvrage l’ouvrage
HS0=3.1m, TP=7.0s, N350 HS=1.6m, TP=7.0s, N30 38.0m/s Hm0=0.4m Hmax=0.8m

HS0=3.1m, TP=7.0s, N20 HS=2.2m, TP=7.0s, N41 - Hm0=0.3m Hmax=0.6m


5 ans
HS0=2.9m, TP=8.5s, N45 HS=2.4m, TP=8.5s, N52 - Hm0=0.2m Hmax=0.4m

HS0=5.3m, TP=11.0s, N80 HS=4.4m, TP=11.0s, N71 - Hm0=0.3m Hmax=0.6m

HS0=4.2m, TP=8.1s, N350 HS=3.6m, TP=8.1s, N32 42.9m/s Hm0=0.45m Hmax=0.9m

HS0=4.2m, TP=8.1s, N20 HS=3.6m, TP=8.1s, N43 - Hm0=0.4m Hmax=0.8m


50 ans
HS0=4.2m, TP=9.0s, N45 HS=4.1m, TP=9.0s, N57 - Hm0=0.3m Hmax=0.6m

HS0=8.1m, TP=12.8s, N87 HS=7.4m, TP=12.8s, N79 - Hm0=0.4m Hmax=0.8m

HS0=4.5m, TP=9.1s, N350 HS=3.9m, TP=9.1s, N33 44.0m/s Hm0=0.5m Hmax=1.0m

HS0=4.5m, TP=9.1s, N20 HS=3.9m, TP=9.1s, N45 - Hm0=0.4m Hmax=0.8m


100 ans
HS0=4.5m, TP=10.0s, N45 HS=4.3m, TP=10.0s, N58 - Hm0=0.3m Hmax=0.6m

HS0=8.7m, TP=13.8s, N87 HS=7.9m, TP=13.8s, N79 - Hm0=0.4m Hmax=0.8m

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
42
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Houles de projet incidentes sur le caisson Ouest du ponton C


Période Caractéristiques Tramontane Hauteur Hm0 Hauteur Hmax
de Caractéristiques au large à l’approche du port associée incidente sur incidente sur
retour (-10m) V10min l’ouvrage l’ouvrage
HS0=3.1m, TP=7.0s, N350 HS=1.6m, TP=7.0s, N30 38.0m/s Hm0=0.3m Hmax=0.6m

HS0=3.1m, TP=7.0s, N20 HS=2.2m, TP=7.0s, N41 - Hm0=0.3m Hmax=0.6m


5 ans
HS0=2.9m, TP=8.5s, N45 HS=2.4m, TP=8.5s, N52 - Hm0=0.2m Hmax=0.4m

HS0=5.3m, TP=11.0s, N80 HS=4.4m, TP=11.0s, N71 - Hm0=0.3m Hmax=0.6m

HS0=4.2m, TP=8.1s, N350 HS=3.6m, TP=8.1s, N32 42.9m/s Hm0=0.35m Hmax=0.7m

HS0=4.2m, TP=8.1s, N20 HS=3.6m, TP=8.1s, N43 - Hm0=0.4m Hmax=0.8m


50 ans
HS0=4.2m, TP=9.0s, N45 HS=4.1m, TP=9.0s, N57 - Hm0=0.3m Hmax=0.6m

HS0=8.1m, TP=12.8s, N87 HS=7.4m, TP=12.8s, N79 - Hm0=0.4m Hmax=0.8m

HS0=4.5m, TP=9.1s, N350 HS=3.9m, TP=9.1s, N33 44.0m/s Hm0=0.4m Hmax=0.8m

HS0=4.5m, TP=9.1s, N20 HS=3.9m, TP=9.1s, N45 - Hm0=0.4m Hmax=0.8m


100 ans
HS0=4.5m, TP=10.0s, N45 HS=4.3m, TP=10.0s, N58 - Hm0=0.3m Hmax=0.6m

HS0=8.7m, TP=13.8s, N87 HS=7.9m, TP=13.8s, N79 - Hm0=0.4m Hmax=0.8m

Les hauteurs crêtes à creux sont définies au décimètre majorant près, ce qui est l’ordre de
grandeur raisonnable d’approximation des états de mer. Il en résulte des valeurs proches aux
ELS et à l’ELU.

En cas de tramontane, les clapots dominent les effets d’onde longue à l’approche des
caissons. Il en résulte des hauteurs résiduelles proches selon l’occurrence, toujours à 10cm
près sur la hauteur significative spectrale Hm0 (ou HS).

Le caisson Est est légèrement plus exposé que le caisson Ouest. On prendra comme
référence les sollicitations sur le caisson Est, soit Hmax=1.0m à l’ELU, les deux caissons ayant
la même conception.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
43
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

5.3 Amortissement hydrodynamique


L’amortissement hydrodynamique des deux caissons Jarlan a été simulé de façon analogue à
celui de la contre-jetée. On adopte dans un premier temps les dimensions de chambre
suivantes :

1.0m NGF

z
h2=2.0m
B=2m +
h1=3.7m
x

O’ O

Schéma de principe de l’ouvrage amortisseur de type caisson Jarlan

Les dimensions de la chambre sont telles que le niveau d’eau intérieur soit h2=2.0m par rapport
au niveau NGF, avec une largeur intérieure B=2.0m. Il s’agit de dimensions permettant
d’obtenir un très bon amortissement des clapots dont la période TP est comprise entre 3s et
5s, soit les clapots de tramontane tels que HS≈1m les plus gênants
𝐻𝑟é𝑓𝑙é𝑐ℎ𝑖
Les graphes ci-après indiquent l’évolution du coefficient de réflexion 𝐾𝑟 = 𝐻 évalué
𝑖𝑛𝑐𝑖𝑑𝑒𝑛𝑡
numériquement en fonction de la période T et du taux de porosité 𝜏. Deux graphes sont
présentés pour comparaison :

 Le premier indique l’évolution de Kr en supposant que les porosités sont des trous,
circulaires. La meilleure dissipation hydrodynamique est obtenue pour T=3s à 4s.

 Le second indique l’évolution de Kr en supposant que les porosités sont des fentes
verticales, lesquelles créent un effet d’inertie supplémentaire ayant pour conséquence
de décaler vers une période plus élevée, T=4s à 5s, le fonctionnement optimal de la
chambre amortisseuse.

Le décalage vers les plus hautes périodes, associé à la configuration avec fentes, est parfois
intéressant à exploiter. Dans cette configuration, B=2.0m, on préférera la plaque poreuse à
trous, qui offre un fonctionnement optimisé exactement dans la plage de périodes des clapots
observés, soit T=3s à 4s.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
44
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Ouverture de type trous (D≈0.5m), fonctionnement optimisé vers T=3s à 4s

Ouverture de type fentes (largeur≈0.5m), fonctionnement optimisé vers T=4s à 5s

Le taux de porosité offrant le meilleur compromis se situe vers 𝜏 = 20%, pour lequel un très
bon coefficient Kr=0.2 à 0.3 face aux clapots s’accompagne d’une réflexion acceptable Kr=0.6
à 0.7 pour les houles longues fréquentes.

L’amortissement des houles longues est surtout assuré par l’allongement du musoir et la
présence de la contre-jetée, les houles longues contournant plus facilement les petits caissons
amortisseurs isolés du ponton C, même s’ils étaient très amortisseurs aux grandes périodes.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
45
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

On examine une alternative visant à matérialiser la porosité par de fentes, ceci dans un souci
d’homogénéité de construction avec le caisson de la contre-jetée. On montre que les fentes
verticales seraient adaptées, mais avec une largeur de chambre B=1.7m, légèrement réduite
par rapport à la configuration précédente.

1.0m NGF

z
h2=2.0m
B=1.7m +
h1=3.7m
x

O’ O

Schéma de principe de l’ouvrage amortisseur de type caisson Jarlan

Le coefficient Kr, estimé par calcul dans cette configuration telle que B=1.7m, avec fentes
verticales, est présenté ci-dessous.

Ouverture de type fentes (largeur≈0.5m), B=1.8m, fonctionnement optimisé vers T=3s à 4s

La porosité 𝜏 = 20% est encore la plus adaptée. La configuration avec fentes verticales a
l’avantage d’être commune avec celle qui est recommandée pour la contre-jetée. Elle est
conservée dans le cadre des études de conception des ouvrages.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
46
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

5.4 Efforts hydrodynamiques


5.4.1 Synthèse des efforts hydrodynamiques globaux

On applique la même méthode de calcul et les mêmes hypothèses conservatrices que celles
retenues pour la contre-jetée.

On fait part ci-dessous des valeurs d’efforts et de moments de renversement en crête ou en


creux à l’ELU. Il s’agit des efforts maximaux par composante.

ELU, niveau d’eau : 1.32m NGF, Hmax = 1.0m, TP = 9.1s


Approche linéaire Formules de Goda Approche linéaire Formules de Sainflou
-
Crête Crête de vague Creux Creux de vague
Effort hydro selon x 42 kN/ml 44 kN/ml -42 kN/ml -40 kN/ml
Effort hydro selon z 21 kN/ml 20 kN/ml -21 kN/ml -
Moment hydro
157 kN.m/ml 163 kN.m/ml -66 kN.m/ml -84 kN.m/ml
selon y

La traction ou la poussée horizontale à l’ELU sont de l’ordre de 0.96 t/m2 (44 kN/m2 sur 4.7m
de hauteur d’ouvrage environ). L’ordre de grandeur est cohérent avec une hauteur crête à
creux Hmax=1.0m devant l’ouvrage.

Le moment de renversement en crête est de l’ordre de 16.0 t.m/ml aussi bien pour l’approche
linéaire que pour l’approche de Goda.

Les efforts hydrodynamiques avec les composantes concomitantes sont donnés ci-dessous
après avoir retenu les théories les plus défavorables. Trois cas d’effort concomitants sont
donnés, à chaque fois en crête et en creux de vague :

 le couple d’effort (Fx, Fz) au moment où le risque de glissement est le plus défavorable
 le triplet (Fx, Fz, My) au moment où la décompression au renversement du sol est la
plus défavorable
 la valeur absolue My du moment de renversement

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
47
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

O’ O

Schéma de principe de l’ouvrage amortisseur de type caisson Jarlan

Efforts hydrodynamiques agissant sur l’un ou l’autre des caissons amortisseurs du ponton C

ELS fréquent ELS caractéristique ELU


Creux Crête Creux Crête Creux Crête
(Moment au (Moment (Moment au (Moment au (Moment au (Moment au
point O’) au point O) point O’) point O) point O’) point O)

Fx (kN/ml) -33 33 -37 37 -41 44


Glissement
Fz (kN/ml) 0 15 0 18 0 20

Fx (kN/ml) -33 33 -37 37 -41 44

Décompression
Fz (kN/ml) 0 15 0 18 0 20
partielle du sol
My
-71 123 -78 139 -84 163
(kN.m/ml)

My
Renversement -71 123 -78 139 -84 163
(kN.m/ml)

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
48
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

5.4.2 Pressions hydrodynamiques locales

Les pressions hydrodynamiques locales à prendre en compte dans les calculs de structure
sont les suivantes :

Pressions hydrodynamiques locales sur les structures Jarlan

ELS caractéristique ELU


Pression en sous-face de la dalle
supérieure ou sur les voiles Valeur significative 4.4kN/m2 Valeur significative 5.0kN/m2
verticaux pleins (mise en charge Valeur maximale 8.7kN/m2 Valeur maximale 10.0kN/m2
totale de la chambre en ELU)
Pression sur la dalle supérieure Valeur significative 4.4kN/m2 Valeur significative 5.0kN/m2
par effet de franchissement Valeur maximale 8.7kN/m2 Valeur maximale 10.0kN/m2
Valeur significative 4.4kN/m2 Valeur significative 5.0kN/m2
Pression sur la paroi poreuse
Valeur maximale 8.7kN/m2 Valeur maximale 10.0kN/m2

5.5 Efforts d’amarrage


Les caissons peuvent accueillir des petits navires amarrés par tous temps, le bassin étant
protégé selon les critères de confort et de sécurité.

5.5.1 Amarrage sur le caisson Ouest

Le caisson Ouest est prévu pour recevoir un bateau de 12m en long-side, côté intérieur du
bassin. Ces mêmes bateaux pourront s’amarrer côté extérieur sur catways pour ne pas
impacter les herbiers. L’amarrage de grandes unités de 15m à 18m serait également possible,
dans le perpendiculaire au caisson. Les postes de mouillage dans cette zone restent
modulables. On conserve l’hypothèse des grands navires pour le dimensionnement.

Caisson Est
Caisson Ouest

Amarrage classique de navires de 12m

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
49
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Le bateau de 12m, côté bassin, est susceptible d’être amarré aux taquets du caisson. Il tire
sur ses amarres ou pousse sur ses pare-battages, sollicitant le caisson en action
d’accompagnement des efforts hydrodynamiques de crête ou de creux de vagues sur le
caisson.

Les grandes unités (15m à 18m), côté passe, sont amarrées au caisson uniquement par les
taquets arrière. Ils tirent sur leurs amarres en action d’accompagnement du creux de vague.

Les efforts d’amarrage à prendre en considération dans les calculs sont les suivants :

Efforts d’amarrage sur le caisson Ouest


ELS fréquent ELS caractéristique ELU
Crête de vague
3.4kN/ml 4.4kN/ml 4.7kN/ml
Unité de 12m en long-side
Creux de vague
Unité de 12m en long-side
3.4+8.4= 11.8kN/ml 4.4+10.7= 15.1kN/ml 4.7+11.5= 16.2kN/ml
+ unités de 18m
perpendiculaires au caisson

5.5.2 Amarrage sur le caisson Est

Le caisson Est reçoit uniquement un navire de 12m en long-side, côté intérieur. Il est moins
sollicité que le caisson Ouest, que l’on garde comme référence pour le dimensionnement.

5.6 Efforts d’accostage


Les deux cassons sont susceptibles d’être accostés régulièrement par des unités de 12m.
L’effort en zone protégée est extrait des tableaux établis précédemment. Il vient ainsi :

Effort de réaction d’accostage d’un navire de plaisance


CM=1.5, Ce=0.6 (accostage au quart avant)
Longueur du Linéaire d’impact
Déplacement VC=0.3m/s (ELS) VC=0.5m/s (ELU)
navire étrave-défense
12.0m 7.0t 2.0m 34.0kN, soit 2.8kN/ml 61.7kN, soit 5.1kN/ml

L’effort d’accostage est du même ordre que l’effort d’amarrage. Ce dernier reste la référence
pour les études de stabilité globale.

La tenue structurelle locale est à considérer au regard des efforts ponctuels maximaux pouvant
être repris par les défenses DD extrudés, soit 230kN appliqués sur 2m de défense.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
50
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

5.7 Stabilité de l’ouvrage


5.7.1 Poids propre

Le poids propre de l’ouvrage est évalué suivant les mêmes valeurs de masses volumiques
que celles retenues pour la contre-jetée. De la même façon, la stabilité de l’ouvrage est
examinée de façon conservative en retenant les niveaux d’eau hauts à l’horizon 2060,
l’ouvrage étant potentiellement complètement immergé.

On montre que le respect des critères de stabilité de l’ouvrage, avec coefficients de sécurité
adéquats, nécessite un élargissement de 0.5m par rapport à l’esquisse initiale, la largeur B
passant de 4m à 4.5m. Cette adaptation ne remet toutefois pas en cause la conception ou
l’estimation globale de l’ouvrage.

Le poids propre minimum à respecter de l’ouvrage est de 604t sur 15.5m de long (considérant
qu’ils passent sous le ponton C pour mieux barrer les clapots). La poussée d’Archimède étant
de 288t lorsque l’ouvrage est totalement immergé, le poids apparent résultant minimal est de
316t.

Le linéaire de l’ouvrage présente une partie centrale avec chambre amortisseuse, et 2


tronçons de type piles pleines aux extrémités. La partie avec chambre occupe au plus 80% du
linéaire.

5.7.2 Choix des combinaisons pertinentes

La stabilité en glissement et renversement des caissons est examinée en retenant le


coefficient 0.9 devant le poids propre G à l’ELU, en supposant nulles les surcharges
d’exploitation. Des pondérations ou hypothèses de poids supérieures sont ensuite retenues
pour étudier la sollicitation sur l’assise en ballast.

Chaque combinaison de calcul fait l’objet d’une feuille de calcul reportée en annexe 2 de ce
document.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
51
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

5.7.3 Stabilité en configuration légère

Les résultats en termes de coefficients de sécurité sur les critères de non glissement, non
renversement (i.e taux de compression du sol), et de poinçonnement sont synthétisés dans le
tableau ci-dessous. Ces coefficients reflètent les résultats complets reportés sur les feuilles de
calcul en annexe 2.

Coefficients de sécurité en glissement, renversement et poinçonnement


Non renversement
Non glissement Poinçonnement
(% de compression)
ELS Fréquent
Coefficient CS obtenu 3.09 0.90 10.05
Coefficient CS cible NA ≥0.9 ≥1.0

ELS Caractéristique
Coefficient CS obtenu 2.57 0.84 8.66
Coefficient CS cible NA ≥0.75 ≥1.0

ELU Fondamental
Coefficient CS obtenu 1.59 0.55 6.77
Coefficient CS cible ≥1.1 ≥0.1 ≥1.4

Le critère de taux de compression est juste respecté à l’ELS fréquent, pour lequel on a retenu
un coefficient de réflexion Kr=1, très sévère pour ce cas. Les coefficients de sécurité pour les
cas extrêmes sont assez larges.

5.7.4 Stabilité en configuration avec surcharge d’exploitation

On examine la combinaison d’action suivante, en retenant le coefficient pondérateur 1.35


devant le poids propre à l’ELU :

0
1.35𝐺 + 𝑃𝑎 + 𝐻𝑚100 + 0.77𝐴𝑚 + 𝑆
𝑜𝑢 1.5

Coefficients de sécurité en glissement, renversement et poinçonnement


Non renversement
Non glissement Poinçonnement
(% de compression)
ELU Fondamental
Surcharge S nulle
3.53 0.94 10.34
Coefficient CS obtenu
Surcharge 1.5 x 10kN/m2
4..30 1.00 9.83
Coefficient CS obtenu
Surcharge 1.5 x 20kN/m2
5.06 1.00 9.10
Coefficient CS obtenu

Coefficient CS cible ≥1.1 ≥0.1 ≥1.4

Le cas lourd, avec surcharge d’exploitation, ne pose pas de difficulté.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
52
Commune de Banyuls-sur-Mer

gue du
éation
Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs
n gabion

6 Le musoir en enrochement verticalisé


27 m

6.1 Configuration de base


HERBIERS

Le musoir est un ouvrage de conception originale en enrochements encagés dans une


Caissons
amortisseurs
charpente métallique. L’ouvrage est vertical, ce qui permet de limiter l’emprise vers les zones
d’herbiers protégés, maintenus à au moins 5m de pied de la structure. Une paroi étanche au
sein des enrochements empêche toute transmission des ondes.
Chenal ± 40 m

Configuration du musoir verticalisé à l’issue de l’étude préliminaire

6.2 Houles incidentes de projet


Les houles incidentes de projet abordant le musoir circulaire verticalisé sont clairement à
associer au secteur Est. Le musoir est toutefois largement protégé par l’île Grande. Cette
protection explique par ailleurs la tenue de la digue en enrochements actuelle. Après quelques
sensibilités sur la largeur du spectre angulaire de la houle incidente (répartition classique de
l’énergie suivant une loi de type (cos 𝜃)𝐼𝑆 , variant de IS=10 à 30) les valeurs ELS et ELU les
plus défavorables sont les suivantes :

Houles de projet incidentes à l’approche du musoir verticalisé


Période Caractéristiques Tramontane Hauteur Hm0 Hauteur Hmax
de Caractéristiques au large à l’approche du port associée incidente sur incidente sur
retour (-10m) V10min l’ouvrage l’ouvrage
5 ans HS0=5.3m, TP=11.0s, N80 HS=4.4m, TP=11.0s, N71 - Hm0=2.4m Hmax=4.8m

50 ans HS0=8.1m, TP=12.8s, N87 HS=7.4m, TP=12.8s, N79 - Hm0=3.9m Hmax=7.8m

100 ans HS0=8.7m, TP=13.8s, N87 HS=7.9m, TP=13.8s, N79 - Hm0=4.2m Hmax=8.6m(*)

(*) à l’ELU, les plus grosses vagues étant proches du déferlement, on choisit volontairement
comme vague de projet la hauteur Hmax=8.6m, correspondant à la hauteur limitée au
déferlement en pied d’ouvrage, à 8.3m NGF de fond, sur une pente de 2.5%, avec surcote de
1.32m au-dessus du niveau NGF.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
53
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

6.3 Stabilité globale


Le fonctionnement hydrodynamique du musoir verticalisé est fondé sur les principes suivants :

 les vagues incidentes traversent la charpente métallique, puis se dissipent


progressivement à travers les blocs ;
 les vagues perdent de leur énergie, et donc de leur hauteur et pression potentielle, au
fur et à mesure qu’elles pénètrent dans le milieu poreux ;
 l’effet de dissipation à travers les blocs s’accompagne d’un effort hydrodynamique
alternant poussée et traction horizontales, avec un soulèvement concomitant à la
poussée par la sous-pression accompagnant la crête de houle.
 l’effort hydrodynamique est repris par le frottement au niveau l’assise des blocs ;
 la partie d’énergie non dissipée dans le milieu poreux est réfléchie à l’extérieur de
l’ouvrage.

Les efforts et les coefficients hydrodynamiques de l’ouvrage sont d’abord estimés avant
d’évaluer la stabilité globale.

6.3.1 Coefficients et efforts hydrodynamiques

6.3.1.1 Première approximation, formulation de Goda

Il s’agit d’une estimation simplifiée de l’effort global de poussée horizontale à l’aide de la


formule classique de Goda et dont le résultat est rappelé ci-dessous. La formule est appliquée
comme si le musoir était un ouvrage vertical entièrement réfléchissant et entièrement
submergé par la crête de vague, ce qui s’avèrerait en principe majorant.

Les caractéristiques du musoir vertical modélisé et les efforts obtenus par la formule de Goda
sont les suivants :

Estimation de l’effort de poussée horizontal par la formule de Goda

Profondeur en pied -8.3m NGF

Arase de la crête +3.2m NGF

Niveau d’eau +1.32m NGF à l’ELU

Hauteur de houle incidente Hmax=8.6m


Pression hydrodynamique au niveau de la
86 kN/m2
surface libre
Pression hydrodynamique au pied de l’ouvrage 77 kN/m2

Effort horizontal par/ml 935 kN/ml

Effort horizontal sur 20m de large 18700 kN


Poids apparent minimum pour éviter le
29377 kN
glissement à l’ELU (φ=35°, tan(φ)/1.1=0.63)

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
54
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Le devis poids supposant le musoir entièrement submergé est estimé comme suit :

Devis poids, musoir complètement immergé

Masse volumique de l’eau de mer 1.026t/m3


Masse volumique béton armé 2.5t/m3
Masse volumique des enrochements 2.65t/m3
Masse volumique des enrochements foisonnés sec (30% de vie) 1.885t/m3
Masse volumique des enrochements foisonnés, entourés d’eau de mer 2.163t/m3

Base cylindrique entre -8m et 0m NGF, diamètre 20m


Masse volumique enrochements foisonnés+eau 2.163t/m3
Volume 2513.3m3
Poids propre 5435.7t 53324.3kN
Poussée d'Archimède 2578.6t 25296.3kN
Poids apparent 2857.1t 28028.1kN

Base cylindrique entre 0m et 1.65m NGF, diamètre 20m


Masse volumique enrochements foisonnés+eau 2.163t/m3
Volume 518.4m3
Poids propre 1121.1t 10998.1kN
Poussée d'Archimède 531.8t 5217.4kN
Poids apparent 589.3t 5780.8kN

Tronc de cône entre 1.65m NGF et 3.2m NGF,


diamètre à 1.65m NGF : 20m,
diamètre à 32.m NGF : 15.35m
Partie supposée entièrement submergée
Masse volumique enrochements foisonnés+eau 2.163t/m3
Volume 486.9m3
Poids propre 1053.2t 10331.6kN
Poussée d'Archimède 499.6t 4901.1kN
Poids apparent 553.6t 5430.4kN

Couronnement en béton armé entre -1m et 1.65m NGF, 0.5m d’épaisseur


Masse volumique 2.500t/m3
Volume 83.3m3
Poids propre 208.1t 2041.8kN
Poussée d'Archimède 85.4t 837.9kN
Poids apparent 122.7t 1203.8kN

Charpente métallique négligée

Volume total 3601.8m3


Total Poids propre 7818.1t 76695.8kN
Total Poussée d'Archimède 3695.5t 36252.7kN
Total Poids apparent 4122.6t 40443.1kN

Selon ces hypothèses, le coefficient de sécurité au glissement, qui est de loin le critère le plus
dimensionnant en termes de stabilité globale, serait de 40443.1kN/29683kN = 1.38.

En appliquant un coefficient réglementaire de 0.9 sur le poids propre G des enrochements et


du béton armé, on aurait un poids propre apparent de 33836 kN, soit un coefficient de sécurité
de 1.15 pour 1.10 demandé à l’ELU.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
55
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

6.3.1.2 Modèle de diffraction 2D

L’évaluation des taux de dissipation et des efforts dans le milieu poreux a été réalisée à l’aide
d’un modèle de diffraction spécialement développé pour le dimensionnement du musoir
verticalisé. La théorie qui a été implémentée est reportée en annexe 4. Les premiers résultats
présentés ci-dessous seront validées par des essais en canal en phase PRO de
dimensionnement.

L’étude d’agitation du port de Banyuls-sur-Mer considère un musoir en enrochements qui


n’admet aucune transmission. On a cherché à respecter cette caractéristique dans la
conception de l’ouvrage. Deux ouvrages types 2D ont été modélisés et comparés.

 Un premier ouvrage poreux de 15m de largeur représentant le musoir verticalisé et


entouré de part et d’autre par un milieu fluide.

Onde incidente
et réfléchie Milieu poreux Onde transmise
η
Vue du modèle 2D

Milieu continu fluide Milieu continu fluide


côté large côté passe

h = 8.3 + 1.32 = 9.62m B=15m

La largeur B=15m représente la largeur équivalente 2D à la largeur réelle occupée par


le musoir de diamètre 20m.

 Un second ouvrage poreux de 15m de largeur, délimité en son milieu par une paroi en
acier ou béton ne laissant transmettre aucune énergie de la houle en aval. L’orientation
de la paroi solide fait face aux crêtes des grosses houles d’Est, soit perpendiculaire à
la provenance N80. L’ouvrage est amortisseur côté passe et côté extérieur, interdisant
toute transmission.

Onde incidente
η et réfléchie Milieu poreux
Vue du modèle 2D

Milieu continu fluide Milieu continu fluide


côté large Paroi solide
côté passe

B=7.5m

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
56
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

∅ ≈ 20𝑚 Paroi solide

Vue de dessus

Une sensibilité aux paramètres caractéristiques d’un milieu poreux est présentée en annexe 4
afin de mieux appréhender leur comportement hydrodynamique. Ci-après est présentée
l’évolution des coefficients hydrodynamiques des deux ouvrages types selon la période de la
houle incidente. L’amplitude η de l’onde incidente est fixée arbitrairement à 1m (H crête à
creux = 2m) et le taux de porosité à 30%, ce qui est en accord avec des tailles courantes
d’enrochements.

On compare d’abord le coefficient de réflexion Kr pour les deux ouvrages (avec et sans mur),
en faisant varier deux tailles caractéristiques d’enrochements : D=1m et D=1.5m.

η=1,0m, τ=30%
B=7,5m&mur ... 15,0m, D50=1,0...1,5m
0.8
0.75
0.7
0.65 kr / B=15m / D=1.0m
Kr

0.6 kr / B=15m / D=1.5m

0.55 kr / B=7.5m & mur / D=1.0m

0.5 kr / B=7.5m & mur / D=1.5m

0.45
4.0s 5.0s 6.0s 7.0s 8.0s 9.0s 10.0s 11.0s 12.0s 13.0s 14.0s
Période (s)

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
57
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Sur le graphe ci-après, on compare le coefficient de transmission Kt pour les deux tailles
d’enrochement, mais pour l’ouvrage sans mur intérieur seulement, l’autre ouvrage ne
transmettant aucune énergie.

η=1,0m, τ=30%, B=15,0m


D50=1,0...1,5m
0.3

0.25

0.2
Kt

0.15
kt / D=1.0m
0.1 kt / D=1.5m

0.05

0
4.0s 5.0s 6.0s 7.0s 8.0s 9.0s 10.0s 11.0s 12.0s 13.0s 14.0s
Période (s)

Il s’agit d’une synthèse de l’étude comparative réalisée en annexe 4. L’augmentation de la


taille des blocs améliore légèrement le coefficient de réflexion. La mise en place d’une paroi
solide au centre de l’ouvrage a l’effet d’augmenter la réflexion en amont, mais dans des
proportions assez faibles (Kr=0.70 contre Kr=071). Le coefficient de transmission est
légèrement dégradé dans le cas sans paroi solide, la transmission étant d’environ Kt=0.03.

On raisonne ici sous l’hypothèse 2D verticale. En réalité, le musoir verticalisé forme un


cylindre. Les coefficients présentés ci-dessus ne sont susceptibles d’être retrouvés que le
milieu de l’ouvrage où l’épaisseur d’enrochements est maximale. Sur les bords du cylindre, il
faut s’attendre à une transmission bien plus élevée.

Pour respecter la contrainte zéro transmission, il est nécessaire d’intégrer la paroi solide. La
dégradation du coefficient de réflexion dans ce cas reste faible, autour de +0.05%. La taille
des blocs recommandés pour réaliser le musoir verticalisé se situe autour de D50=1,5m pour
ne pas dégrader davantage le coefficient de réflexion.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
58
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Les caractéristiques du musoir vertical avec paroi solide et les résultats obtenus par le modèle
de diffraction 2D sont présentés ci-dessous. Les mêmes résultats pour un ouvrage sans paroi
solide sont reportés en annexe 5.

Estimation de l’effort de poussée et de traction horizontal par la théorie linéaire

Profondeur en pied -8.3m NGF

Arase de la crête +3.2m NGF

Niveau d’eau +1.32m NGF à l’ELU


Suivant le diamètre de l’ouvrage et la
Paroi solide
direction de la digue du large
Hauteur de houle incidente Hmax=8.6m
Poids apparent de l’ouvrage (coefficient
38101.5kN
réglementaire de 0.9 appliqué)
Angle de frottement 𝜑 35°

Facteur partiel sur la résistance au sol 1.1

Situation de la vague sur l’ouvrage En crête En creux


Pression hydrodynamique au niveau de la
80 kN/m2 -
surface libre
Pression hydrodynamique au pied de l’ouvrage 35 kN/m2 -35kN/m²

Effort horizontal par/ml 835 kN/ml -704 kN/ml

Effort de sous-pression l’ouvrage 8445 kN - 8423 kN

Effort horizontal sur 20m de large 16700 kN - 14060 kN

Effort de reprise au sol sur 20m de large -18855kN 29596kN

Le graphe ci-dessous décrit l’évolution de la sous-pression hydrodynamique le long de


l’ouvrage jusqu’à la paroi solide. Celle-ci décroit légèrement au fur et à mesure jusqu’à
rencontrer la paroi solide. La décroissance de la pression n’est pas tout à fait linéaire.
.

Sous-pressions le long du musoir en crête


40 kN/m²
35 kN/m²
30 kN/m²
Sous-pressions

25 kN/m²
20 kN/m²
15 kN/m²
10 kN/m²
5 kN/m²
0 kN/m²
-0.5 m 0.5 m 1.5 m 2.5 m 3.5 m 4.5 m 5.5 m 6.5 m 7.5 m
Coupe de l'ouvrage

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
59
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

L’effort hydrodynamique horizontal en crête d’une valeur de 16700kN trouvé à l’aide du modèle
de diffraction 2D est inférieur à l’effort de 18700kN estimé à l’aide de la formulation de Goda
en supposant un mur plein.

Les efforts hydrodynamiques de sous-pressions dus à la submersion de l’ouvrage par la vague


en crête sont déjà pris en compte dans le modèle (Fz=8445kN). Pour être cohérent avec
l’approche théorique, le devis poids est estimé en distinguant les parties immergées et
émergeantes par rapport au niveau d’eau au repos le plus élevé, soit +1.32m NGF, surcote
ELU.

Devis poids, musoir partiellement immergé, surcote +1.32m NGF ELU

Masse volumique de l’eau de mer 1.026t/m3


Masse volumique béton armé 2.5t/m3
Masse volumique des enrochements 2.65t/m3
Masse volumique des enrochements foisonnés sec (30% de vie) 1.885t/m3
Masse volumique des enrochements foisonnés, entourés d’eau de mer 2.163t/m3

Base cylindrique immergé entre -8m et 0m NGF, diamètre 20m


Masse volumique enrochements foisonnés+eau 2.163t/m3
Volume 2513.3m3
Poids propre 5435.7t 53324.3kN
Poussée d'Archimède 2578.6t 25296.3kN
Poids apparent 2857.1t 28028.1kN

Base cylindrique immergé entre 0m et 1.32m NGF, diamètre 20m


Masse volumique enrochements foisonnés+eau 2.163t/m3
Volume 414.7m3
Poids propre 896.9t 8798.5kN
Poussée d'Archimède 425.5t 4173.9kN
Poids apparent 471.4t 4624.6kN

Base cylindrique émergée entre 1.32m et 1.65m NGF, diamètre 20m


Masse volumique enrochements secs 1.855t/m3
Volume 103.7m3
Poids propre 192.3t 1886.6kN
Poussée d'Archimède 0t 0kN
Poids apparent 192.3t 1886.6kN

Tronc de cône émergé entre 1.65m NGF et 3.2m NGF,


diamètre à 1.65m NGF : 20m,
diamètre à 32.m NGF : 15.35m
Masse volumique enrochements secs 1.855t/m3
Volume 486.9m3
Poids propre 903.3t 8861.2kN
Poussée d'Archimède 0t 0kN
Poids apparent 903.3t 8861.2kN

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
60
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

Couronnement en béton armé immergé entre -1m et 1.32m NGF, 0.5m


d’épaisseur
Masse volumique 2.500t/m3
Volume 72.9m3
Poids propre 182.2t 1787.5kN
Poussée d'Archimède 74.8t 733.6kN
Poids apparent 107.4t 1053.9kN

Couronnement en béton armé émergé entre 1.32m et 1.65m NGF, 0.5m


d’épaisseur
Masse volumique 2.500t/m3
Volume 10.4m3
Poids propre 25.9t 254.3kN
Poussée d'Archimède 0t 0kN
Poids apparent 25.9t 254.3kN

Charpente métallique négligée


Paroi solide négligée

Volume total immergé 3000.8m3


Volume total émergé 601.0m3
Volume total 3601.0m3
Total Poids propre immergé 6514.8t 63910.3kN
Total Poids propre émergé 1121.5t 11002.1kN
Total Poussée d'Archimède 3078.9t 30203.7kN
Total Poids apparent 4557.5t 44708.7kN

Le poids apparent de 44708 kN est réduit de l’effort de sous-pression Fz=8445 kN, soit
36263 kN. Le coefficient de sécurité au glissement est tel que :

16700 16700
𝐶𝑠 = = = 1.38
36263𝑥0.63 23063

En appliquant un coefficient réglementaire de 0.9 sur le poids propre G des enrochements et


du béton armé, on aurait un poids propre apparent de 38101.5 kN, correspondant à un
coefficient de sécurité de 1.13 pour 1.10 demandé à l’ELU.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
61
Commune de Banyuls-sur-Mer

Aménagement du port de plaisance. Alternatives d’extension des ouvrages extérieurs

7 Conclusion
Les premières études d’interaction houle-structure ont été menées sur les trois types
d’ouvrages principaux, qui sont aussi des ouvrages d’art les plus complexes du projet
d’aménagement :

La contre-jetée a été conçue pour absorber l’énergie des houles longues fréquentes de
tramontane. La chambre d’amortissement intérieure occupe une largeur de 4m, la paroi Jarlan,
poreuse à 25%, étant constituée de préférence par des fentes verticales. La largeur globale
de l’ouvrage doit être de 7.5m pour respecter l’ensemble des critères de stabilité aux différents
états limites et intégrer l’influence d’un mur chasse-mer, utile pour limiter les périodes de
franchissement vers le quai d’accueil.

Les deux chambres d’amortissement perpendiculaires au ponton C ont été conçues pour
amortir efficacement les clapots locaux soulevés par la tramontane. La chambre
d’amortissement intérieure occupe une largeur de 1.7m, la porosité des fentes verticales étant
de 20%. Comme pour la contre-jetée, et sans remettre en cause les principes et estimations
initiales, il est nécessaire d’adapter légèrement la configuration initiale en augmentant de 0.5m
la largeur de l’ouvrage (4.5m au lieu de 4m).

La stabilité du musoir en enrochement verticalisé a été affinée à l’aide d’un modèle numérique
de diffraction 2D spécialement développé pour prendre en compte la présence de milieux
poreux incluant les phénomènes de dissipation. Une paroi solide a été ajoutée au centre du
musoir poreux suivant son diamètre et de direction perpendiculaire aux forts coups de mer
d’Est pour ne laisser aucune transmission. La capacité à dissiper de l’énergie de l’ouvrage
vertical poreux est réelle, même si une digue à talus offrirait logiquement une meilleure
dissipation. Ce type d’ouvrage a l’avantage de délimiter la passe au plus près de son emprise
au sol, et donc d’offrir la protection nécessaire tout en respectant les herbiers protégés. Le bon
fonctionnement hydrodynamique estimé par approche numérique laisse augurer d’autres
applications réelles en milieu portuaire. Le diamètre de 20m de l’ouvrage est confirmé selon
les hypothèses consenties. S’agissant d’un ouvrage innovant, les hypothèses devront être
validées et optimisées en phase ultérieure en modèle réduit physique.

Les études menées sont à la base de la conception génie civil des ouvrages pour les phases
avant-projet et projet.

Ce rapport d’avancement doit encore être complété dans le cadre des dimensionnements des
ouvrages dits plus classiques dont :

 l’aménagement de l’île petite ;


 le renforcement de la digue de protection de l’aire de carénage ;
 la restructuration des quais George Petit et du quai des pêcheurs ;
 l’extension du terre-plein de la Méditerranée ;
 la rénovation des pontons fixes.

Groupement Cabinet René Gaxieu / Bureau Pierre Louis / Asconit Consultants / Agence Rayssac
62

Vous aimerez peut-être aussi