Vous êtes sur la page 1sur 13

2.5.

ORGANISATION ET METHODOLOGIE

SOMMAIRE

2.5.1. METHODOLOGIE D’EXECUTION DES TRAVAUX ET ORGANISATION..........2


I. Introduction......................................................................................................................2
II. Exécution des différentes tâches......................................................................................2
1. Installation de chantier.................................................................................................2
2. Travaux préliminaires..................................................................................................2
3. Terrassements généraux...............................................................................................3
4. Mise en œuvre des fondations......................................................................................4
5. Exécution des culées et des ailes..................................................................................4
6. Mise en œuvre des poutrelles et tablier........................................................................5
7. Réalisation des équipements de protection..................................................................5
8. Signalisation.................................................................................................................6
9. Sécurité.........................................................................................................................6
2.5.2. PLANNING DES TRAVAUX......................................................................................................8
2.5.3. LES APPROVISIONNEMENTS EN MATERIAUX DU CHANTIER..........................9
2.5.4. TRAVAUX A SOUS-TRAITER................................................................................................10
2.5.5. ORGANISATION POUR L’UTILISATION DE LA MAIN-D’ŒUVRE....................11
2.5.6. DISPOSITIONS RELATIVES AU RESPECT DES MESURES
ENVIRONNEMENTALES...........................................................................................................................12
1. Cadre contextuelle et législatif de gestion de l'environnement..................................12
2. Règles de travail respectueuses de l'environnement..................................................12

1
2.5.1. METHODOLOGIE D’EXECUTION DES TRAVAUX ET
ORGANISATION

I. Introduction

Les travaux décrits dans le présent marché concernent des travaux d’entretien
courant de certaines routes en terre du réseau routier 0uest du Cameroun. Les
travaux concernent notamment le traitement des dégradations et nettoyage de
routes, les travaux d’assainissement routier et de construction d’ouvrages y relatifs,
ainsi que la mise sur pied d’accessoires de signalisation et de protection routière. La
présente note méthodologique décrira les dispositions prises pour mener à bien la
réalisation de ces travaux dans les meilleures conditions de qualité et de sécurité.

II. Exécution des différentes tâches

1. Installation de chantier

L’installation de chantier concerne l’amené et le repli du matériel et personnel


de chantier. Une base vie en matériaux provisoires sera prévue pour l’habitation du
personnel, juxtaposée à une salle pour les différentes réunions de chantier. Les
installations seront près des deux chantiers. Excepté les granulats stockés près de
chaque chantier, les matériaux de construction seront stockés dans une pièce de
stockage pour matériel et matériaux.
Les panneaux seront installés : des panneaux d’information projet pour
chaque lot ; des panneaux de limitation de vitesse et de danger. De plus, des
éléments de protection (rues-balises, cônes de sécurité) seront permanemment
installés lors de l’exécution des différentes tâches.

2. Travaux préliminaires

a. Débroussaillage et abattage d’arbres


Le premier travail concerne la mise en état du site. Ceci passe par le
débroussaillage qui consiste à ôter les plantes ligneuses et épineuses se trouvant
sur l’aire de construction et ses environs directs, ceci à environ 5cm du sol. De plus,

2
les arbres à large diamètre (supérieur à 50cm) seront ôtés complètement. Ces
travaux seront essentiellement manuels (usage de machettes, tronçonneuse).

b. Curage du lit du cours d’eau


Pour remédier à l’envasement du lit d’eau et permettre une circulation aisée et
sécurisée du lit d’eau, nous ôterons tous les débris végétaux, et résidus organiques
et autres déchets de toute nature obstruant le lit d’eau. Nous limiterons autant que
possible l’enlèvement des sédiments et roches, ainsi que l’action sur la faune
aquatique existante. Les dépôts curés seront progressivement évacués près des
rives ou berges puis transportés par camion à un endroit agréé par le Maître
d’œuvre.
c. Démolition de l’ouvrage
Nous veillerons particulièrement à démolir tous les ouvrages (platelages,
maçonneries existantes) existants sur les différents lots.
d. Création d’une déviation
Au vu du fait que nous construisons sur le tronçon principal, que ce soit sur la
rivière Mevini ou Mbomena, nous allons ouvrir une nouvelle piste pour le tracé de la
déviation sur une largeur permettant une circulation à deux voies (6m de largeur
minimale). L’ouverture de la déviation se fera en accord avec le Maître d’œuvre.
Cette déviation sera bordée de caniveaux pour l’évacuation des eaux de
ruissellement et nous creuserons au besoin un puisard d’infiltration.
e. Réalisation des essais préliminaires
En accord avec le Maître d’œuvre, des essais pressiométriques ou
pénétrométriques seront réalisés pour déterminer avec précision la stratigraphie du
sol et le type de fondations à réaliser. Des résultats contraignants mèneront à
modifier le type ou les dimensions de la fondation prescrits dans les dessins
d’exécution préalablement fournis par le Maître d’ouvrage.

3. Terrassements généraux

Les fouilles seront réalisées avant la mise sur pied des fondations, avec
débord de 10cm de chaque côté. Pour l’atteinte d’une profondeur importante, une

3
excavation en palier pourra être réalisée. En fonction de leurs caractéristiques, la
terre provenant des déblais pourrait être utilisé ultérieurement pour l’exécution des
remblais.
Les remblais seront faits essentiellement à partir des graves latéritiques, dont
la granulométrie continue sera constamment vérifiée. Pour un site d’emprunt, les
caractéristiques géotechniques comme l’indice de portance CBR ou l’indice de
plasticité sera vérifié par l’équipe géotechnique sur place. Nous transporterons les
matériaux de remblai par camion benne. Cette dernière veillera à ce qu’il soit
conforme au Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP). Ensuite nous
compacterons par passes successives de 15 à 20 cm en fonction de la nature du
remblai, après arrosage. L’équipe géotechnique se chargera des essais Proctor
après chaque compactage, avec résultat conforme au CCTP.

4. Mise en œuvre des fondations

Les dimensions des fondations seront déterminées par les essais de


pénétration. Puis la méthodologie suivante sera adoptée :
 Au besoin, un hérissonnage en remblai de sable drainant compacté sera
réalisé avant la pose du béton de propreté, afin de faciliter le drainage sous
fondations.
 Nettoyage des tranchées de tous détritus, mottes de terre avant le coulage du
béton de propreté de 10cm de hauteur. Ce béton est dosé à 150 kg/m3.
 Exécution des semelles des culées et des murs en aile en maçonnerie de
moellons, selon la description en section suivante

5. Exécution des culées et des ailes

Les culées et les ailes sont réalisées en maçonnerie de moellons. Les


moellons proviendront de sources agréés par le Maître d’œuvre, éventuellement des
différentes rivières concernées par les deux lots de construction. Les moellons
utilisés ne devront pas présenter trop de traces d’impureté (oxyde de fer par
exemple), ou des plans de clivage et ne devront pas être frêles. Ils auront un aspect
régulier, arrondie et de diamètre minimal 30 mm.
La méthodologie d’exécution suivante sera adoptée :
 Implantation de l’ouvrage ;

4
 Régalage de la fouille ;
 Exécution de l’ouvrage en maçonnerie proprement dite : mise en place d’un
bain de mortier M 300 dosé à 300 kg par mètre cube ; le maçon garnira
l’emplacement prévu d’une épaisse couche de mortier qui posera le moellon et
le tassera contre les autres en le frappant au marteau et en faisant refluer le
mortier par les joints. Les moellons devront être préalablement arrosés pour
être humide au moment de la pose ceci pour permettre une bonne adhérence.
La liaison du parement avec le corps de l’ouvrage sera assurée par des
boutisses à raison d’un au mètre carré de parement. La régularité du parement
sera obtenue en retaillant grossièrement les moellons avant la pose. Pour cela
le moellon sera présenté une première fois à l’emplacement qu’il doit occuper,
puis façonnée pour lui permettre de mieux s’adapter.
 Façonnage des joints : les joints seront plats ou creux et devront être nettoyés
(enlèvement des bavures de mortier) puis rejointoyés au mortier de sable fin
dosé à 450 kg de ciment par mètre cube. Le rejointoiement soigneusement
exécuté aura pour but de protéger le joint et également pour rôle de donner au
parement un bon aspect définitif.
 Forage des culées et ailes à l’aide d’un perforateur et insertion des tuyaux de
barbacane en PVC 32.5, régulièrement espacé de 0.5m.
 Protection des pieds de culée contre l’affouillement par la mise en place sur tout le
pourtour des semelles des moellons de diamètre de 30 cm minimum. Ces
moellons de diamètre D seront plaqués par des moellons d’environ 1.5 2 D.

6. Mise en œuvre des poutrelles et tablier

Après exécution des culées et des ailes, nous ferons poser des poutrelles IPE
450 en acier galvanisé. Avant leur installation, les profilés seront préalablement
enduits d’une peinture anti corrosive. Au vu de la faible portée et hauteur des ponts
correspondant aux deux lots, nous pourrons procéder par lancement des différents
profilés en acier. Ceci se fera par la mise en place d’un platelage sur échafaudage
en bois massif approuvé par le Maître d’œuvre. Les profilés sont installés sur les
deux sommiers de chaque culée.
Ensuite nous procéderons à la réalisation du tablier en béton armé. Son
coffrage se fera sur le même principe que celui d’une dalle pleine : des panneaux de

5
contreplaqué de grand épaisseur supportés par des étais régulièrement espacés,
reposant sur des patins. Des réservations pour gargouilles sont effectuées. Puis
nous coulerons le tablier avec un dosage à 350 kg/m3. Le ciment utilisé sera de type
CPA 325. La résistance du béton sera conforme au CCTP et vérifié avant tout
coulage par l’équipe géotechnique en place. Les poutres seront liées au tablier par
boulonnage installés avant coulage.

7. Réalisation des équipements de protection

Ils comprennent :
 L’installation des garde-corps en acier galvanisé de diamètre 10mm et 1m de
hauteur.
 La conception des potelets en béton armé de 20x20 cm 2 revêtus de peinture à
huile blanc et rouge.
 L’installation des gargouilles PVC de diamètre 12.5 au droit des trottoirs pour
le drainage des eaux, traversant le tablier pour s’écouler dans la rivière.
8. Signalisation

Les travaux de signalisation comprennent :


a. La signalisation verticale
Des panneaux de signalisation seront installés, avec des mâts de tôle galvanisée de
2.3m minimale de hauteur. Ils seront suffisamment excentrés pour ne pas gêner la
circulation. Ces panneaux seront encastrés dans des massifs à 20 cm du sol et de
dimensions minimales 400 * 400 * 600 mm 3. Les panneaux comprendront : les
panneaux de signalisation de pont et/ou de la rivière, de limitation de vitesse.
b. La signalisation horizontale
Il sera exécuté des lignes discontinues fait de bandes blanches pour séparer les
voies de route qu’est le pont. Ces bandes sont faites de peinture à huile et de
dimensions et espacement conformes au Code de la Route.
9. Sécurité

La sécurité comprend :
 La fourniture et le port obligatoire des équipements de protection individuelle
(bottes, des casques, des baudriers et des gants) par le personnel de
chantier, inclus ceux des travaux en hauteur (harnais de sécurité).

6
 Une caisse à pharmacie sera fonctionnelle au chantier pour les premiers soins
d’accident.
 La sensibilisation continuelle du personnel aux Infections Sexuellement
Transmissibles
 L’implantation des panneaux de danger à 150 m du début des travaux
 L’implantation des panneaux de limitation de vitesse à 100 m de l’ouvrage
 L’entreprise équipera ses ouvriers des pour leur protection.
 Avant le début des travaux, le chantier sera couvert par une police
d’assurance tout risque chantier et responsabilité civile chef d’entreprise.
 Transport des matériaux dans des conditions de sécurité (pas de surcharge,
pas de véhicules trop petits pour le transport).

7
2.5.2. PLANNING DES TRAVAUX

Concernant le planning des travaux, nous dépêcherons sur les deux lots de
construction deux différentes équipes pour le démarrage des travaux. Ensuite, nous
concentrerons le personnel sur le lot 1, à compter des travaux de terrassement. Dès
le début de la conception des ouvrages de soutien en maçonnerie de moellons sur le
lot 1, les travaux reprendront sur le lot 2. Il y aura donc migration progressive des
équipes du lot 1 pour achever les travaux. Les travaux du lot 2 se termineront donc
quelques semaines après la fin des travaux du lot 1.
Les différents graphiques et détails de planification des deux différents lots
sont montrés à partir de la page suivante :

8
2.5.3. LES APPROVISIONNEMENTS EN MATERIAUX DU CHANTIER

L’approvisionnement en matériau en fonction de sa nature consistera en :


 Sable 0/5 mm : proviendra d’une carrière proche à Nkoteng.
 Gravier 5/15 mm : proviendra des carrières à Nkoteng.
 Gravier 15/25 mm : proviendra des carrières à Nkoteng.
 Ciment CPA 325 : marque Dangote ou Cimencam, en fonction de la
disponibilité, achat à Mbandjock.
 Lattes et contreplaqué: acheté à Nkoteng
 Moellons : maçonnerie proprement dite, disponible sur site, aux abords des
rivières de Mevini et Mvomena. Un éventuel manque entraîne un
approvisionnement depuis Nkoteng.
 Profilés IPE 450 depuis Yaoundé.
 Boulonnage des profilés depuis Yaoundé.
 Bois blanc et pointes depuis Mbandjock.
 Peinture anti corrosive depuis Yaoundé.
 Kits de matériel géotechnique depuis Douala.
 Balisage de chantier depuis la base à Douala.
 Remblais d’emprunt (graves latéritiques) depuis une carrière proche dans le
village de Yembé Yezoum, approuvée par le Maître d’œuvre.
 Barbacanes et gargouilles depuis Mbandjock. Le manque pourra entraîner un
approvisionnement depuis Nkoteng ou Yaoundé.

9
2.5.4. TRAVAUX A SOUS-TRAITER

Aucune tâche ne sera sous-traitée.

10
2.5.5. ORGANISATION POUR L’UTILISATION DE LA MAIN-D’ŒUVRE

La méthode générale d’attaque du chantier sera la méthode HIMO, dû à la


limitation du besoin d’équipement pour mener à bien les travaux. Les tâches liées
aux terrassements et fondations nécessiteront une main d’œuvre plus importante.
Quant aux travaux d’élévations, de finition et d’équipement des deux ponts, ils se
feront avec la méthode HIMO. Pour la mise en œuvre de béton, du fait de la quantité
importante et de la qualité requise, une bétonnière sera utilisée pour ces travaux.
La mise en œuvre du personnel de direction hautement qualifié et
expérimenté pour diriger les différents ouvriers sera de mise. Chaque grand groupe
de tâches sera sous la supervision d’un chef d’équipe, lui-même sous l’égide d’un
chef chantier. Le chef chantier sera en communication constante avec la hiérarchie,
pour le suivi des différents groupes de travaux et les ajustements qui se feront en
conformité avec le Conducteur des travaux et le Maître d’œuvre. Le Conducteur des
Travaux assurera la gestion d’un lot de construction, en coordination avec le Maître
d’œuvre et le chef chantier du lot correspondant. Le personnel correspondant à
chaque lot sera sous la direction d’un conducteur de travaux dont l’expérience est
montrée dans le listing du personnel.

11
2.5.6. DISPOSITIONS RELATIVES AU RESPECT DES MESURES
ENVIRONNEMENTALES

1. Cadre contextuelle et législatif de gestion de l'environnement


Les lois sur l’environnement constituent une valeur immuable pour l’exécution
des travaux à FIRST SERVICE Sarl à savoir la loi N° 096/12 du 05 Aout 1996 sur la
protection de l’environnement la loi N° 00908/MINTP//DR du Ministère des Travaux
Publics. La problématique de gestion des déchets concerne la collecte, le stockage,
le traitement, la décharge, le recyclage des déchets.

2. Règles de travail respectueuses de l'environnement

Dans le cas des sols trop poussiéreux, ils seront arrosés avant utilisation. Les
zones de malaxage de béton, de stockage de bois seront des sols cimentés ou sur
consolidés, pour éviter l’infiltration et la destruction du paysage. Les déchets seront
rejetés à un endroit approuvé par l’Ingénieur, à au moins 100 m du site ou des
habitations.
Ouverture des carrières temporaires et permanentes
Les distances suivantes sont respectées :
 Distance minimale à un cours d’eau : 100 m.
 Distance minimale à toute habitation : 100 m.
 Emprunts de sol limités au strict minimum.
 Lieu de déversement des déchets à l’appréciation du Maître d’Œuvre.

12

Chef d’équipe Coffreurs,


menuiserie ferrailleurs
Chauffeurs de Responsable
camion laboratoire
Magasinier
(essais géotechniques)
d’approvionnement

Chef d’équipe
Ouvriers en
ouvrages
métallurgie
métalliques

Chef chantier

Organigramme de chantier pour les travaux d’entretien courant du


réseau Ouest à Dschang
Ouvriers et
Chef d’équipe manoeuvres de
maçonnerie maçonnerie
Conducteur des travaux

Conducteurs
Chef d’équipe d’engins et
terrassement ouvriers et
manoeuvres
Responsable administrative et terrassement
financier
Chauffeur de véhicule de
liaison

13