Vous êtes sur la page 1sur 4

Cheikh mou Rabi Khawssou Ibn imam Drame

1)Point De Départ : Le Pakao, Un Siècle Avant


Le pakao nom magique qui couvre toute cette zone de la haute casamance,haut lieu de
mysticisme. Cheikh mourabi est originaire du pakao de la contrée de karantaba, dans
un village dénommé citanounkou.
DE Citanounkou, ses parents s’établirent à un autre village Aldiamou. Son grand
frère fut tué en ces lieux.
Les parents de cheikh mou rabi inquiète car connaissant sa précoce sainteté
décidèrent pour sa survie de l’inciter à quitter ces lieux pleins de dangers.
Sa mère Solana Fatou Kane stoïque lui conseilla de na jamais revenir à aldiamou,
même s’il venait à apprendre son propre décès.
Ainsi Cheikh Mourabi très tôt quitta les siens pour une destination inconnue il
partait et était obligé de partir un voyage sans destination précise mais avec un
but précis : il devait chercher DIEU
DIEU : <<l’incapacité d’en saisir l’essence est une connaissance>>
<<Gloire a Celui qu on ne connaît que par l’ignorance qu’on en a !>>
Cheikh mou rabi pouvait à ce moment précis faire sienne de cette maxime de shams De
Tabriz:
<< c’est dans ces conditions que j’ai fouillé l’Est et l’Ouest de haut en bas à la
recherche de Dieu. Je pourchasse partout une vie qui vaut d’être vécue et un savoir
qui vaut d’être connu. N’ayant de racines nulle part je vais partout>>.
Du pakao Cheikh Mou rabi est passé en territoire Diola a Bignona près de baback. De
Baback il s’établit au centre du Sénégal à bambey dans le quartier socé.
De sa résidence à bambey située à une trentaine de kilomètres de Diourbel il rendit
visite à plusieurs reprises à cheikh Ahmadou Bamba fondateur du mouridisme.
2)Rencontre entre cheikh Mourabi Khawssou Dramé et Cheikh Ahmadou Bamba
<< Tu peux étudier Dieu à travers toute chose et toute personne dans l’univers
parce que Dieu n’est pas confiné dans une mosquée une synagogue ou une église. Mais
si tu as encore besoin de savoir précisément où il réside il n’y a qu une place où
le chercher : dans le cœur d’un amoureux sincère >>. Shams De Tabriz
La première rencontre entre cheikh Ahmadou Bamba et Cheikh Mourabi aurait été
favorisée par l’oncle maternel du premier le grand érudit serigne Mbacké bousso.
À partir de ce jour , Cheikh Mourabi rencontra plus d’une trentaine de fois Cheikh
Ahmadou Bamba
Un jour un disciple demanda à Cheikh Mourabi S’il pouvait lui révéler la teneur des
conversations qu’il avait eues avec Cheikh Ahmadou Bamba ?
Cheikh Mourabi de lui répondre : il y a trois sorte de conversation :
⁃ La conversation faite dans le secret d’une chambre
⁃ La conversation faite dans le hall de la chambre
⁃ La conversation faite dans une cour
3)Une rencontre à huis clos entre cheikh Ahmadou Bamba et sa famille maternelle les
boussobe: L’intrusion De Cheikh Mourabi
Un jour Cheikh Ahmadou Bamba fit convoquer les membres de la famille Bousso
représentant sa lignée maternelle. Il devait les entretenir d’un sujet les
concernant exclusivement !
Cheikh Ahmadou Bamba de leur demander : êtes vous sûrs qu il n’y a aucun étranger
parmi vous ?
Ils répondirent oui tous en chœur !
Cheikh Ahmadou Bamba leur présenta lui même un repas qui en apparence n’était pas
trop appétissant à raison d’un début de décomposition !
Il y’aurait même eu des toiles d’araignée sur le plat.
On sait comment et pourquoi Cheikh Mourabi n’etant pas boussobe mais Dramé se
retrouvait parmi eux mangeant avec appétit.
Ce fait restera une énigme pour le commun des mortels et donne raison au grand
penseur et poète Omar khayam :
<<Quand le rideau se lèvera tu verras que nous ne savions rien ni toi ni moi>>

4)Mame cheikh Ibrahima fall en face de son Guide spirituel Cheikh Ahmadou Bamba
<<on peut désirer quelqu’un mais on ne peut aimer personne ...
A part Dieu... ou quelqu’un qu on prend pour Dieu >> Rumi
Cheikh Mourabi renconte un jour alors qu il était avec Cheikh Ahmadou Bamba survint
Mame cheikh Ibrahim fall grand disciple du cheikh. Le saint homme lui donna des
instructions et il se retira comme il était venu mais cette fois ci en rampant à
reculons
Cheikh Mourabi le suivit et remarqua qu une fois arrivé au dehors Mame cheikh
Ibrahim se faisait répéter par un autre disciple ce que son guide lui avait donné
comme instructions.
En réalité devant cheikh Ahmadou Bamba son disciple Ibra fall devenait sourd !
5)Ensignement de cheikh Ahmadou Bamba en quatre points
Selon cheikh Mourabi chaque rencontre avec Cheikh Ahmadou Bamba était riche en
enseignements :
Cheikh Mou Rabi expliqua qu un jour : le sont homme traça quatre points sur le
sable en disant qu il y avait tjr ces quatre choses :
⁃ Ce que nous voulons pour vous et ce que vous voulez pour vous
⁃ Ce que nous voulons éviter pour vous et ce que vous voulez éviter pour
vous
⁃ Si ce que nous voulons pour vous se réalise ce que vous voulez pour
vous même se réalisera
⁃ Si vous éviter ce que nous voulons éviter pour vous vous éviterez ce
que vous voulez éviter pour vous
6)La dernière rencontre
« Parmi Ses serviteurs seuls les savants craignent Allah »
Cheikh Ahmadou Bamba lors de sa dernière rencontre avec Cheikh Mourabi lui dit :
« Je ne suis pas celui que tu cherches et d’ailleurs tu
Le sais et Dieu le Sait! Par contre je t’aiderai à le découvrir. Tu prendras la
direction de l’Est jusqu’à ce que tu n’aperçoives plus le toit de ma maison
direction saint Louis arrivée dans une grande ville tu rencontreras des hommes avec
des chapelets autour du cou. Ce sont des gens très actifs le jour et ils chantent
la litanie suprême LA ILAHA ILA LAH, tu les reconnaîtras et eux t’amèneront vers
celui que tu recherches ! »
Cheikh Mourabi étalera toute sa reconnaissance envers Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké
en lui dédiant ses vers:
1. Cette parole émane de cheikh Mourabi que l’on nomme Khawssou Dramé et
qui souhaite un bénéfice pour les humains !
2. Fils de l’imam fils d’aboubakrine fils de joliou son père est Ousmane !
3. Louange à Dieu qui m’a fait rencontrer celui qui a écrit Massalikoul
jinan ( les itinéraires du paradis de cheikh Ahmadou Bamba)
4. Qui m’a amené à l’aimer lui et ses compagnons. Et qui m’a gratifié de
la connaissance des verset du coran!
5. Qui m’a orienté vers celui qui deviendra mon guide cheikhoul chouyokhi
le guide des guides! Ahmed Tidiane...!
6. Son héritier ! Hi maya toil rahmane qui m’a octroyé le wird tidiane !
7. Louange sur le prophète de la fin des temps ainsi que sa famille ses
compagnons et ses suivants jusqu’au paradis.

7)L’ascension
Après avoir reçu le grade de Mokhadam de son guide Cheikhna Hamallahoullah, Cheikh
Mourabi eut une ascension spirituelle « il était accompagné de son guide Cheikhna
Hamallah au cours de cette ascension ils traversèrent sept stations célestes et à
chaque station les portes s’ouvraient d’elles mêmes !
Cheikh Mourabi de renconter que c’est lors de cette ascension qu il découvrit des
portes qui s’ouvraient sans que l on ne les touche.
Cheikh Mourabi de dire que c’est lors de cette ascension qu il a eu deux grandes
certitudes. Ce jour Cheikh Mourabi eut la certitude que cheikh Ahmadou Bamba est
bel et bien le serviteur privilégié du prophète Mouhammad PSL d’une part et d’autre
part il eut la certitude ce jour là d’être lui même Cheikh Mourabi le fils de son
père Almamy Drame.
En effe toujours au cours de l’ascension arrivés à la station finale ils aperçurent
de grandes pièces d’où jaillissaient des lumières intenses. Son guide Cheikhna
Hamallah lui demanda d’aller ouvrir une des portes menant vers une des pièces et
lui dit : tu demanderas à la personne que tu trouveras dans cette pièce de
t’inscrire dans son registre !
Cheikh Mourabi ouvrit la porte et oh surpris ! Il trouva Cheikh Ahmadou Bamba dans
l’antichambre du prophète Mouhamad PSL assis tenant un grand registre. Il lui
demanda qu il l’inscrive sur son registre conformément aux directives de son guide.
A sa grande déception cheikh Ahmadou Bamba refusa de l’inscrire !
Il ressortit de la pièce pour aller rendre compte à son guide. Cheikh hamahoullah
rentre cette fois ci dans la pièce accompagnant son disciple Moukhadam et demand
ema cheikh Ahmadou Bamba « pourquoi ne voulez vous pas inscrire son nom?
Ce dernier de répondre : je ne l’ai pas inscrit parce qu il parle!
Cheikh hamahoullah de répondre : je vous demande de l’inscrire car je me porte
garant de lui!
Ainsi Cheikh Ahmadou Bamba inscrivit son nom sur le registre en écrivant « 
khawssou Ibn Almamy Dramé » et cheikh Mourabi de dire que Cheikh Ahmadou Bamba en
écrivant son nom comme tel précisait de fait que lui même était bien le fils
d’almamy.
Cheikh Mourabi d’ajouter qu il voyait pour la première fois de sa vie une plume
écrire sans qu on ne le trempe dans de l’encre!
Cette ascension véritable réalité mystique nous édifiera sur la proximité
spirituelle non seulement entre cheikh hamahoullah et son disciple Cheikh Mourabi
mais aussi entre les deux saints à Cheikh Ahmadou bamba et le cherif Hamallah
8)Cheikh Mourabi et Seriñ Abdoul Ahad
« Limite tes désirs des choses de ce monde et
Vis content » Omar khayyam
Seriñ Abdoul ahad le bâtisseur troisième khalif de son père aurait reçu une prière
de cheikh Mourabi sur une affaire d’une importance capitale et cette prière se
révéla tellement bénéfique que Seriñ Abdoul ahad lui remit une forte somme d’argent
et lui demanda qu à chaque date anniversaire de cette rémoise passer récupérer le
même montant
Cheikh Mourabi sourit d’un sourire très large !
Un jour il s’expliqua:
« Le jour où Cheikh Abdoul ahad me remettait cette somme je savais que c’était le
premier montant qu il me remettait mais aussi le dernier Dieu en avait décidé ainsi
car malgré ces intentions et engagements je savais que je ne reviendrais jamais lui
demander ce montant!
Cheikh Abdoul Ahad aurait dit à Cheikh Mourabi :  « saviez vous que déjà à l’âge
de sept ans quand j’étais en face d’un homme de Dieu je pouvais connaître son degré
de sainteté mais mon problème avec vous je n’ai jamais pu le faire ! »
9)Cheikh Mourabi et la fille cadette de Cheikh Ahmadou Bamba
Sokhna may Mbacké fille cadette de cheikh Ahmadou bamba des qu elle arrivait dans
la capitale dakaroise téléphonait chez cheikh Mourabi pour savoir si le saint homme
était présent ! Si on lui répondait par l’affirmative elle poussait un soupir de
soulagement en disant :  «  La présence de cheikh Mourabi est toujours
rassurante! »
10)La solution toute faite
Un jour il fit réunir une somme de cent mille francs par un de ses fils pour un
besoin ponctuel. Ce dernier ne réussit à réunir que la somme de soixante mille en
trois jours il manquait donc un
Montant de quarante mille francs.
Au quatrième jour vint un visiteur qui avait un besoin crucial de cinquante mille
francs.
Le saint homme le fit attendre et appela son fils qui détenait l’argent il lui
dit:  « Je veux que tu me réponde avec sincérité car je ne voudrais pas que tu me
répondes par l’affirmative alors que ton cœur dit le contraire ! Le visiteur qui
est dans la salle d’attente m’a posé un problème de cinquante mille. Tandis que
nous , nous avons un problème de cent mille mais malheureusement ne peut pas encore
être réglé parce qu il nous manque quarante mille. Ne pouvons nous pas donner
cinquante mille au visiteur dans la mesure où cette somme pourrait régler son
problème à lui ? Le fils donna son assentiment. Ainsi Cheikh Mourabi dans sa grande
générosité avait trouvé une solution toute faite pour le visiteur au détriment de
son propre problème !
Le fils de raconter qu avant la fin du jour Cheikh Mourabi reçut en offrandes des
sommes très importantes.
Il l’appela pour lui dire tu vois comment Dieu agit si l’on avait pas réglé le
problème du visiteur Dieu lui aussi ne nous serait peut être pas venu en aide!
Dans son poème YA RABI MANSOR il avait imploré Dieu pour lui demander «  Que les
solutions viennent trouver les problèmes » et cela il l’avait demandé pour la
satisfaction des désirs et besoins des hommes qui venaient à lui !
11)La visite des autorités administratives
« Est ce la pauvreté qui m’a conduit vers toi?
Nul n’est pauvre s’il sait garder ses désirs simples
Je n’attends rien de toi sinon d’être honoré,
Si tu sais honoré un homme droit et libre »
Omar khayyam
Le président senghor décida un jour d’envoyer Mady cissokho alors responsable
politique a tambacounda avec le gouverneur de la région de l’époque et une
délégation auprès du saint homme. La veille de la visite un de ses proches
discrètement l’annonça à cheikh Mourabi
Immédiatement il réunit ses enfants leur donna des instructions se retira tard dans
la nuit dans son village Ardoulahi.
Le lendemain jour de la visite officielle les autorités furent surprises de ne pas
l’avoir trouvé. Malgré leur déception ils voulurent quand même laisser une
enveloppe remplie d’argent. Ce que refusèrent en chœur les enfants du Cheikh
présent et qui appliquaient à la lettre les instructions de ce dernier.
A son retour le saint homme livra asa progéniture l’explication suivante :
⁃ Cet argent appartient à toute la communauté si je le prenais je
porterais préjudice à certains membres de cette même communauté.
⁃ Ensuite prendre l’argent de l’autorité c’est prêter le flanc car il
serait par la suite difficile de refuser quoique ce soit à cette même autorité,
surtout quand ce qu’elle sollicite pourrait déplaire à Dieu
12)Cheikh Mourabi et le jinns
On a eu de vagues échos sur les relations entre Cheikh Mourabi avec des disciples
djinns.
Sonko un de ses disciples nous a raconté à plusieurs reprises en sa présence Cheikh
Mourabi parlait à des etres invisibles et que certaines fois ces etres le saluaient
en passant par son nom à lui Sonko !
En effet il avait une grande confiance envers ce disciple et était assuré du
mutisme de ce dernier face à ces choses qui pouvaient paraître extraordinaires
alors que pour un homme de la dimension de cheikh Mourabi cela ressortait de
l’ordinaire. C’est pourquoi Sonko en nous faisant ce récit est à plusieurs reprises
tombé dans une sorte d’extase en versant de chaudes larmes. Selon Sonko Cheikh
Hamahoullah ( Ahmad at Tidiane) avait de son vivant 99 Mokhadam qui ne s’occupaient
que des humains et que Seriñ Khawssou serait le centième Mokhadam qui lui était
promu responsable des djinns.
Seriñ Saliou lui avait une fois montré un lieu que personne ne cultivait car ce
lieu paraissait hanté. Seriñ Khawssou y alla pieds nus à raison du grand respect qu
il vouait à Seriñ Saliou.
Arrivé sur les lieux il ne fit qu’un appel à la prière à haute et intelligible voix
faisant ainsi déguerpir tous les etres invisibles malveillants de ce lieu rendant
ainsi cette terre apte à l’agriculture!

Vous aimerez peut-être aussi