Vous êtes sur la page 1sur 10

Fiche d’information du Centre d’Etudes Techniques Maritimes Et Fluviales

N° 2 Mars 2002

Le dossier d’ouvrage et le dossier réduit


pour les infrastructures portuaires

Le dossier d’un ouvrage est la réunion des - définir un état de référence de l’ouvrage, c’est à
documents contenant les informations nécessaires dire son état à une date donnée, qui sert de
pour assurer sa bonne gestion. Il a trait à des « point zéro » en vue d’établir une comparaison
domaines variés : domaine technique, administratif, avec l’état ultérieur,
voire juridique. Il doit faire l’objet d’une synthèse ou
dossier réduit appelé « le document signalétique de - conserver toutes les informations relatives à la
l’ouvrage » qui constitue le dossier de travail vie de l’ouvrage depuis la date de l’état de
courant, par opposition au dossier d’ouvrage qui est référence.
avant tout un document de référence normalement
archivé. - connaître le niveau de surveillance de l’ouvrage.

Il est illusoire de croire que la mémoire des anciens L’établissement d’un dossier d’ouvrage est une
est suffisante pour retracer la vie d’un ouvrage. Le opération importante qui peut nécessiter la mise en
fait que le dossier d’ouvrage n’existe pas, ou qu’il oeuvre de moyens particuliers au moins pour les
soit incomplet, a pour conséquence d’augmenter la ouvrages les plus importants et notamment lors de
durée des interventions des agents gestionnaires. l’établissement de l’état de référence. Il ne sera
efficient que s’il peut être compris par ses lecteurs
L’incertitude sur l’état réel de l’ouvrage, le coût des successifs.
opérations d’entretien ou de réparation, et les
dépenses relatives aux travaux de reconnaissance Pour cela, l’agent chargé de son établissement devra
préalables au diagnostic des désordres ne favorisent s’astreindre à respecter la terminologie en vigueur et,
pas la bonne gestion du patrimoine existant. Ce à chaque fois que possible, à quantifier les
dossier qui doit être consulté avant chaque opération paramètres et phénomènes constatés.
du programme de surveillance doit être manipulable
aisément. Un dossier d’ouvrage complet, c’est à dire établi
correctement et régulièrement mis à jour par le
L’ensemble de ces documents doivent permettre de : gestionnaire de l’ouvrage permet un gain de temps
considérable, une bonne connaissance de l’état réel
- conserver toutes les informations relatives à la de l’ouvrage et du coût des opérations d’entretien ou
genèse de l’ouvrage et à son histoire depuis le de réparation. Il facilite l’appréciation des désordres
début de sa conception, jusqu’à la date de l’état éventuels de l’ouvrage.
de référence,

Composition d’un dossier type d’ouvrage


Le tableau ci-après donne la liste des pièces d’un Il convient dans tous les cas de réunir, sans rien
dossier type. détruire, tous les documents utiles à la connaissance
de l’ouvrage, établis à l’occasion de sa construction
Il s’agit d’une version qui se veut la plus exhaustive ou de sa gestion.
possible. Certaines pièces peuvent ne pas être
établies dans tous les cas, mais la plus grande partie
regroupe et classe les documents établis dans un
autre but que la constitution du dossier, et elles
doivent être conservées.

Les lignes marquées dans les tableaux ci dessous indique la spécificité des pièces au domaine maritime.
1/10
• SOUS-DOSSIER 1
Dans le cas où l’une des pièces du sous-dossier 1 les originaux de certaines des pièces définies ci-
est commune à plusieurs ouvrages, cette pièce est dessous doivent faire l’objet d’un classement
placée, sauf mention contraire explicite ci-dessous, particulier (cas des ordres de services notamment),
dans le dossier de l’un deux. Les autres dossiers les documents insérés dans le dossier en sont des
doivent alors s’y référer. Dans le cas où, pour des copies, établies spécialement à cet effet.
raisons administratives ou autres,

n° désignation des pièces constituant le dossier observations

1.1 Etudes préalables à la consultation des entreprises.

1.1.1 Programme de l’ouvrage. Le cas échéant


1.1.2 Dossier des études géologiques et géotechniques. Comportant notamment les résultats des
reconnaissances, sondages, mesures et
essais effectués en laboratoire ou en place
1.1.3 Etude d’impact. Le cas échéant
1.1.4 Procès-verbal d’instruction mixte ou inter-services. Commission nautique par exemple
1.1.5 Autres études spécifiques éventuelles. Etudes d’agitation, bathymétrie, navire de
projet, etc…
1.1.6 Dossier de prise en considération.
1.1.7 Dossier de demande d’autorisation de programme.
1.1.8 Avant-projet sommaire et décision d’approbation.

1.2 Consultation des entreprises et marchés. L’ensemble des pièces 1.2.1 à 1.2.4 doit être
inséré dans le dossier pour chacun des
marchés relatifs à un même ouvrage.

1.2.1 Dossier de consultation des entreprises.


1.2.2 Rapport proposant la dévolution des travaux et la Accompagné de toutes les justifications utiles
et notamment de la correspondance
signature des marchés.
échangée avec l’entreprise avant la
conclusion du marché.
1.2.3 Marché initial complet. Pièces écrites et plans contractuels, ainsi que
les pièces et plans non contractuels remis par
l’entrepreneur.
1.2.4 Avenants. Accompagnés des rapports proposant leur
signature, et toutes les justifications utiles.

1.3 Etudes postérieures à la dévolution des travaux. Dans le cas où plusieurs ouvrages font l’objet
d’un même marché, les pièces 1.3.1 à 1.3.4
sont réparties, chacune dans le dossier
d’ouvrage qui le concerne.

1.3.1 Résultats des sondages et des reconnaissances


complémentaires.
1.3.2 Notes de calculs d’exécution. Y compris les notes de calculs relatives aux
diverses phases de construction.
1.3.3 Plans et dessins d’exécution. Y compris les plans relatifs aux diverses
phases de construction.
1.3.4 Notes de calculs et plans relatifs aux ouvrages Y compris les modes opératoires.
provisoires et aux procédés d’exécution.
1.3.5 Etudes relatives aux matériaux employés. Y compris l’étude de formulation des bétons.
1.3.6 Correspondances avec l’entrepreneur. Elle est relative à l’établissement de ces
documents ou aux observations émises à
cette occasion par le maître d’œuvre.

1.4 Déroulement des travaux. Si par suite de l’étalement dans le temps de la


construction de plusieurs ouvrages faisant
l’objet d’un même marché, les documents
constituant les pièces 1.4.1, 1.4.4 ou 1.4.6
s’appliquent à un seul ouvrage. Il convient de
les insérer dans le dossier de cet ouvrage au
lieu de les regrouper dans un seul dossier
comme dans le cas où ils s’appliquent à un
ensemble de plusieurs ouvrages.

1.4.1 Recueil des ordres de service. Recueil de tous les ordres de service relatifs
au déroulement de chaque marché, sans
distinction entre ceux qui ont un aspect
technique et ceux qui n’en n’ont pas.

2/10
N° désignation des pièces constituant le dossier observations

1.4.2 Dossier topographique. A l’exception des documents à insérer dans le


sous-dossier 2 (pièce 2.2.4).
1.4.3 Dossier bathymétrique.
1.4.4 Procès-verbaux de réception des matériaux. Peuvent être rattachés à ces procès-verbaux
toutes les informations d’ordre général tirées
de vérifications systématiques en usine si elles
sont susceptibles de s’appliquer aux matériaux
livrés sur le chantier.
1.4.5 Procès-verbaux de tous les essais, mesures et Tous les résultats de mesures effectuées
pendant les travaux doivent être conservés,
constatations effectués pendant les travaux.
qu’ils portent sur les matériaux utilisés sur le
terrain de fondation, sur les roches
avoisinantes, etc …
1.4.6 Correspondances diverses et autres documents relatifs Eléments significatifs seulement.
à l’exécution des travaux.
1.4.7 Calendrier réel d’exécution des travaux. Indiquant notamment le phasage d’exécution,
et dans le cas où l’ouvrage comporte des
éléments préfabriqués en béton, les dates de
bétonnage.
1.4.8 Copie de tous les rapports signalant les incidents. Plutôt qu’un classement chronologique de
l’ensemble de ces pièces, il convient d’adopter
un classement séparé pour chacun des
incidents.
1.4.9 Procès-verbal de réception pour chaque marché. Il s’agit en principe de copies. Si des réserves
sont émises lors de la réception, le procès-
verbal de levée de ces réserves doit être
annexé, le moment venu, au procès-verbal de
réception.
1.4.10 Décompte général et définitif de chaque marché. Il s’agit en général de copies. Dans certains
cas, il convient d’y joindre les décomptes
généraux annuels. Il peut également être
nécessaire pour trouver certains
renseignements, de consulter les décomptes
mensuels.
1.4.11 Compte-rendus de chantier et rapport de fin de chantier Avec le dossier photographique.
1.4.12 P.A.Q. Procédure, fiches de contrôles, non
conformité,

• SOUS-DOSSIER 2

n° désignation des pièces constituant le dossier observations

2.1 Dossier des plans et dessins.

2.1.1 Dossier des plans et dessins conformes à l’exécution. Ces documents portant la mention « certifié
conforme à l’exécution » sont établis par
l’entrepreneur en application du CCAP. Si des
travaux complémentaires non prévus par les
pièces d’exécution ont été exécutés, ils
doivent être décrits dans un document
particulier.
2.1.2 Plans de recollement des réseaux La conformité de ces plans doit être vérifié. Ils
doivent être mise à jour en tant que de besoin.
2.1.3 Photographies Le cas échéant.

2.2 Etat de l’ouvrage.

2.2.1 Procès-verbal des constatations. Il est effectué par le maître d’œuvre aussitôt
après la construction, en tout cas avant la
mise en service de l’ouvrage et avant les
épreuves réglementaires lorsqu’il en est prévu.
2.2.2 Procès-verbal des épreuves réglementaires, niveau de Le cas échéant, et résultats des mesures
effectuées à cette occasion.
service et charges acceptables.
2.2.3 Procès-verbal de la première inspection détaillée. Il est effectué aussitôt que possible après les
épreuve, lorsque celles ci sont prévues. C’est
le document définissant l’ETAT DE
REFERENCE.
2.2.4 Levé topographique de référence. Ce document doit comporter toutes les
indications permettant de retrouver les
différents repères topographiques utilisés à la
date de l’état de référence.
2.2.5 Autres résultats de mesures.

3/10
N° désignation des pièces constituant le dossier observations

2.3 Document de synthèse. CETTE PIECE EST FONDAMENTALE.

2.3.1 Points faibles éventuels. Jugement du maître d’œuvre constructeur sur


l’état général de l’ouvrage lors de la remise au
gestionnaire. Il convient en particulier de citer
les incidents survenus pendant la construction
et susceptibles d’intéresser la vie ultérieure de
l’ouvrage. Ils doivent être mentionnés dans ce
document.
2.3.2 Prévisions d’évolution de l’ouvrage. Par exemple tassements, déformations
différées. En principe, ces renseignements
figurent dans les notes de calculs (pièce
1.3.2). Il convient de les reproduire dans le
document de synthèse.
2.3.3 Particularités de l’ouvrage. A voir.
2.3.4 Conditions de visite (cf DIUO). Concerne la localisation des accès, moyens
d’accès et conditions d’emploi, éclairage
éventuel, risques particuliers, etc …
2.3.5 Conditions d’entretien spécialisé (cf DIUO). Cela comprend notamment les conditions de
remplacement d’éléments. L’origine, la nature
et le type des éléments susceptibles d’être
remplacés doivent être mentionnés.
2.3.6 Dispositions prévues pour permettre le renforcement. Le cas échéant.
2.3.7 Indications concernant le classement ou la protection du Le cas échéant.
site.

2.4 Domaines concernés.

2.4.1 Procès-verbal de remise au maître d’ouvrage actuel.


2.4.2 Concessions. Régissant les conditions techniques et
financières de la gestion de l’ouvrage.

2.5 Zone d’influence

• SOUS-DOSSIER 3

n° désignation des pièces constituant le dossier observations

3.1 Surveillance.

3.1.1 Rappel des dates d’expiration des diverses garanties Ces dates sont attachées à l’ouvrage
(garanties contractuelles et décennales). Ce
document doit être mis à jour dans le cas où
des travaux faisant l’objet d’une garantie sont
exécutés sur l’ouvrage (y compris le
remplacement de certains éléments).
3.1.2 Définition du régime de surveillance auquel est soumis Ce document précise notamment la périodicité
des inspections détaillées. Il peut être modifié
l’ouvrage.
si nécessaire, durant la vie de l’ouvrage.
3.1.3 Calendrier des visites et des inspections. Ce document doit être tenu à jour, et concerne
les inspections réalisées et futures.
3.1.4 Recueil des procès verbaux des visites et des A ce recueil doivent être adressées les traces
écrites, photographiques ou autres, des
inspections. constatations faites au titre de la surveillance
continue, ou à tout autre titre.
3.1.5 Dossier d’intervention ultérieur sur l’ouvrage (DIUO).

3.2 Entretien, réparations, modifications. Dans le cas où les travaux exécutés


nécessitent la modification de l’état de
référence, les documents relatifs à ces travaux
sont réunis dans une pièce particulière du
sous-dossier 1 (nommée pièce 1.5). Le
document 3.2 ne contient que les informations
relatives aux autres opérations.

3.2.1 Programme d’entretien. Il comporte la liste des opérations


systématiques (indication des dates prévues et
effectives d’exécution, des opérations non
systématiques effectuées à la demande). Il
s’agit des opérations qui ne nécessitent pas
d’études spécifiques préalables.

4/10
n° désignation des pièces constituant le dossier observations

3.2.2 Opérations d’entretien spécialisé. Il s’agit ici de réparations ou de modifications.


Sont visées ici toutes les opérations (entretien
compris) qui nécessitent des études
spécifiques préalables, mais ne justifient pas
la définition d’un nouvel état de référence.

3.3 Actions subies par l’ouvrage Les actions subies peuvent être par exemple :
séisme, sur-dragage, tempête, chocs de
bateaux, changement de la nature
d’exploitation, etc …, incident et accidents.

Il est recommandé de récapituler sur un bordereau A défaut, il peut être fait usage des valeurs données
en tête du dossier la liste des chemises contenant dans des documents généraux, en tenant compte
les pièces et de conserver, dans l’ensemble du des dates auxquelles ces documents étaient
dossier, la numérotation des documents indiquée ci- applicables, et de la date d’exécution des travaux
dessus.
La vérification de la conformité de l’exécution à un
Dans le cas où un document n’aurait pas à figurer plan consiste, entre autre, à vérifier que ces
dans le dossier, le numéro correspondant doit figurer tolérances sont respectées. Inversement, il faut
avec la mention « néant ». considérer que la certification « conforme à
l’exécution » d’un plan est également faite aux
La fidélité des plans d’exécution tolérances près.

En règle générale, des tolérances sur les dimensions En conséquence, il convient d’admettre que des
des éléments ou la position relative des diverses plans certifiés conformes à l’exécution ou des plans
parties d’un ouvrage sont fixées, soit par les d’exécution non modifiés après les travaux ne sont
marchés de travaux, soit pas des textes plus exacts que dans les limites des tolérances actuelles.
généraux. Le plus souvent, ces tolérances sont
indiquées dans les pièces contractuelles..

Etablissement des dossiers d’ouvrage


• ETABLISSEMENT D’UN DOSSIER D’OUVRAGE A CONSTRUIRE

Sous-dossier 1 Sous-dossier 3

Il appartient au maître d’œuvre constructeur d’ouvrir Il appartient au gestionnaire de constituer et de tenir


ce sous-dossier et d’y insérer au fur et à mesure les à jour ce sous-dossier. Lorsque des travaux
pièces nécessaires. nécessitent la modification de l’état de référence,
l’ensemble du sous-dossier 3 est intégré dans le
Sous-dossier 2 sous-dossier 1, au titre des informations sur le passé
de l’ouvrage.
Il appartient également au maître d’ouvrage et au
maître d’œuvre d’ouvrir et de constituer ce sous- Le gestionnaire ouvre un nouveau sous-dossier 3 qui
dossier, à l’exception des pièces 2.4.1 (procès- repart de la nouvelle date de l’état de référence
verbal de remise au maître d’ouvrage actuel) et 2.4.2 après l’exécution des travaux.
(conventions relatives à la concession), qui y sont
insérées le moment venu par le gestionnaire. Modification de l’état de référence

La pièce 2.3 (document de synthèse) doit être Une pièce particulière du sous-dossier 1 (alors
établie en liaison étroite avec le future gestionnaire nommée pièce 1.5 dans la composition type) doit
de l’ouvrage, pour tout ce qui concerne la gestion, la être constituée lorsque la décision a été prise
surveillance et l’entretient ultérieurs. d’effectuer une opération devant entraîner la
définition d’un nouvel état de référence. En pratique,
La pièce 2.5 (zone d’influence) est établie par le toute opération de renforcement de la structure en
concepteur de l’ouvrage et insérée dans le sous- place entre dans cette catégorie, et toute
dossier 2 par le maître d’œuvre constructeur qui doit modification géométrique nécessitant l’adjonction ou
la compléter, si nécessaire, en fonction des le remplacement d’éléments porteurs, ou entraînant
informations nouvelles dont il pourrait disposer. une modification de l’état mécanique des terrains
avoisinants.

5/10
• ETABLISSEMENT DU DOSSIER D’UN OUVRAGE EXISTANT

Tous les ouvrages figurant sur la liste des ouvrages L’ordre de priorité fixé par ce programme doit tenir
soumis à la surveillance périodique doivent faire compte de critères fixés par le directeur. Il est
l’objet d’un dossier. important à ce titre, de tenir compte de l’état
apparent des ouvrages.
Des dossiers doivent donc être établis pour des
ouvrages existants , soit que la liste visée ci-dessus - la deuxième étape est, pour chaque ouvrage, la
vienne d’être établie, soit qu’un ou plusieurs préparation de la première inspection détaillée à
ouvrages y soient ajoutés lors de sa visite annuelle. effectuer à partir de son inscription sur la liste
des ouvrages soumis à la surveillance
D’une manière générale, il n’est pas possible périodique.
d’établir, pour des ouvrages existants, un dossier
entièrement conforme au modèle défini ci-dessus. Il Constitution des sous-dossiers 1 et 2
convient d’essayer de s’en approcher dans les
conditions ci-après. Le tableau ci-dessous indique la composition des
sous-dossiers 1 et 2 à établir pour un ouvrage
Programmation des opérations existant, ainsi que l’étape dans laquelle les divers
éléments doivent être réunis.
Les différentes parties des dossiers peuvent être
constitués en deux étapes, suivant les indications ci- Pour assurer l’homogénéité des différents dossiers, il
après : est recommandé dans la mesure du possible,
d’attribuer aux pièces de ces dossiers, comme il est
la première étape comprend le recueil des fait dans le tableau ci-dessous, les même numéros
informations disponibles en archive, figurant sur que ceux des pièces similaires du dossier type.
l’inventaire, ou facilement accessibles sur le
terrain. Elle fait l’objet d’un programme, que le Si des éléments nécessaires pour constituer une de
directeur fait établir dès qu’il a fixé ou modifié la ces pièces ne peuvent être réunis, la mention doit
liste des ouvrages concernés. Le programme être faite dans le bordereau récapitulatif des pièces
fixe le délai au bout duquel cette première étape du dossier.
doit être achevée pour l’ensemble de ces
ouvrages.

n° Consistance et modalités d’établissement des pièces

SOUS-DOSSIER 1

1.1 Archives disponibles sur les études préalables.

1.2 Dossier de consultation des entreprises de marché.

1.3 Etudes d’exécution.

1.4 Déroulement des travaux.

Pour établir les pièces 1.1 à 1.4, les archives existantes doivent être recherchées. La répartition
de ces archives entre les pièces 1.1, 1.2, 1.3 et 1.4 n’est pas toujours possible. Lorsqu’il l’est, il
est recommandé de l’effectué. Dans le cas où les archives réunies ne définiraient
qu’imparfaitement les caractéristiques générales de l’ouvrage, ou si ces caractéristiques sont
réparties dans des documents variés, il est recommandé de les regrouper dans un document
unique, d’abord à partir des renseignements figurant dans les dossiers accessibles.

Si l’exactitude de ces renseignements n’est pas certaine, le caractère « provisoire et non vérifié »
doit être mentionné. Ces renseignements doivent alors être vérifiés sur le terrain et corrigés, si
nécessaire, à la première occasion.

Si ces renseignements ne peuvent être trouvés, il y a lieu, par une campagne de constatations sur
le terrain d’en recueillir sur place les plus importants. Les autres devront alors être déterminés dès
la première visite ou inspection à venir.

Si les pièces 1.4.9 (procès-verbal de réception) et 1.4.10 (décomptes généraux et définitifs) ne


sont pas disponibles, ou si l’ouvrage est trop ancien pour que ces pièces existent, la mention de
leur absence doit être notée.

6/10
n° Consistance et modalités d’établissement des pièces

SOUS-DOSSIER 2

2.1 Dossier des plans et dessins.

2.1.1 Plans et dessins conformes à l’exécution.

Si ces documents existent, ou à défaut plans d’exécution éventuellement disponibles, ou à défaut


autres plans. Dans ces eux derniers cas, une mention très visible précisant qu’il ne s’agit pas de
plans conformes à l’exécution doit être apposée.

2.1.2 Plans des réseaux.

Si ces documents n’existent pas, il convient de le faire établir dès que possible par le
concessionnaire.

2.1.3 Photographies de l’ouvrage s’il en existe.

2.2 Etat de l’ouvrage.

Si l’ouvrage est assez récent pour que soient disponibles les documents constituants les pièces
2.2.2 (procès-verbal des épreuves) et 2.2.3 (procès-verbal de première inspection détaillée), et si
cette dernière est suffisamment complète pour définir convenablement l’ETAT DE REFERENCE,
la pièce 2.2 doit être constituée dans son ensemble conformément au dossier type, en précisant
le cas échéant, que la pièce 2.2.1 (procès-verbal des constatations effectuées par le maître
d’œuvre) n’est pas disponible. Si les éléments constituant la pièce 2.2.4 (référence
topographique) manquent, il convient de les établir à l’occasion de la première inspection détaillée
à venir. Les mêmes dispositions sont applicables dans le cas d’un ouvrage ancien ayant subi
récemment une réparation importante. Dans le cas contraire, la pièce 2.2.3 est constituée du
procès-verbal de la première inspection détaillée à venir. C’est le document qui définira, le
moment venu, l’ETAT DE REFERENCE. La pièce 2.2.4 (référence topographique) doit être établie
à la même occasion.

2.3 Document de synthèse.

L’importance de ce document est d’autant plus grande que le dossier est moins complet. Il doit
être établi à partir d’une analyse de tous les renseignements qui peuvent être trouvés, soit dans la
littérature technique (même ancienne), soit d’après les souvenirs des personnes qui auraient
participé ou assisté à la construction de l’ouvrage, ou à défaut des opérations de réparation ou de
modifications. Dans la mesure du possible, il doit comporter une synthèse des conclusions tirées
de cette analyse, faisant apparaître notamment les points faibles, reconnus ou supposés, de
l’ouvrage. Ce document doit être complété, en deuxième étape, par un jugement porté sur
l’adaptation de l’ouvrage à son usage actuel, et par une note très courte précisant les conditions
d’accès et de visite.

2.4 Domaines concernés.

Même consistance que dans le dossier type.

2.5 Zone d’influence.

Pour les ouvrages importants ou ayant subi une détérioration grave, cette pièce doit faire l’objet
d’une étude spécifique, au plus tard à l’occasion de la première inspection détaillée. Dans les
autres cas, il convient de constituer une pièce 2.5 à compléter à la première occasion qui se
présente (étude d’agitation, étude bathymétrique, etc …).

7/10
Sous-dossier 3 Elles le seront dans les mêmes conditions que dans
le cas d’un ouvrage dont le dossier a été constitué
L’ensemble de ce sous-dossier doit être constitué dès la construction.
dans les même conditions que pour un ouvrage
neuf. Si la pièce 2.2.2 (cf. ci-dessus) est constitué Il convient en outre de verser au sous-dossier 1
du procès-verbal de la dernière inspection détaillée, toutes les informations complémentaires qui
les procès verbaux des visites éventuellement pourraient être recueillies à l’occasion des
effectuées postérieurement doivent être insérés investigations auxquelles il doit être procédé pour
dans le sous-dossier 3. préparer les travaux.

Modification de l’état de référence

Dans les cas définis aux § 2.1 de ce document, des


pièces complémentaires du sous-dossier 1 (pièces
1.5 et suivantes) doivent être établies.

• DOCUMENT SIGNALETIQUE

Ce document doit être établi conjointement par le Le document signalétique doit être remis à jour
maître d’œuvre constructeur et le gestionnaire (lors lorsqu’un nouvel état de référence est défini. Tout
de la première inspection détaillée, dans le cas d’un agent conduisant une visite ou une inspection doit en
ouvrage neuf), et par le gestionnaire (à l’occasion de avoir un exemplaire sur lui.
la première inspection détaillée à venir, dans le cas
d’un ouvrage ancien). Une copie du document signalétique peut utilement
accompagner un procès-verbal de visite ou
Il résume les éléments caractéristiques de l’ouvrage d’inspection, lorsque celui-ci est transmis à des
et signale les points qui méritent une attention personnes qui ne disposent pas du dossier
spéciale. Un modèle de document signalétique est d’ouvrage. Des copies peuvent également être
joint au présent document. Il peut éventuellement fournies aux entrepreneurs et bureaux d’études
être complété par la liste récapitulative des ayant à intervenir lors de travaux d’entretien ou de
documents constituant le dossier d’ouvrage. réparation de l’ouvrage.

ENTRETIEN DU DOSSIER D’OUVRAGE


Le dossier d’ouvrage ne doit pas être considéré En effet, en cas de besoin, l’acquisition de ces
comme un document figé dans sa consistance données nécessiterait ultérieurement des dépenses
d’origine. bien plus importantes que le supplément nécessaire
à leur recueil dans des circonstances favorables.
C’est un dossier vivant, qui doit être constamment
tenu à jour, et complété systématiquement par Mise à jour du sous-dossier 2 et du document
toutes les indications utiles à la connaissance, à la signalétique
surveillance, et à l’entretien de l’ouvrage auquel il se
rapporte. Ce dossier 2 constitue un état de référence, en
principe unique. Toutefois, il peut être nécessaire de
Mise à jour du sous-dossier 1 modifier la référence. Il importe dans ce cas
d’apporter au sous-dossier 2 toutes les modification
Bien que le sous-dossier ai un caractère nécessaires. Il convient également d’apporter en cas
essentiellement statique et qu’il ne contienne que de nécessité, les corrections utiles au document
des informations sur l’histoire de l’ouvrage, il peut se signalétique, ainsi qu’à la pièce 2.5 délimitant la zone
présenter des occasions de recueillir de nouvelles d’influence.
informations qui doivent entraîner la mise à jour de
ce sous-dossier. Tenue à jour du sous-dossier 3

Il convient en particulier d’y verser : Le caractère principal de ce sous-dossier est d’être


évolutif. Outre la mise à jour permanente des
- tous renseignements que le gestionnaire peut programmes de surveillance et d’entretien, ainsi que
être amené, par son activité, à recueillir sur la du recueil des procès-verbaux de visite et
construction de l’ouvrage ou sur des travaux qui d’inspection, il importe d’y mentionner au fur et à
auraient pu être exécutés dans le passé, mesure tous les faits importants intéressant la vie de
l’ouvrage. Lorsque cela est possible, il est utile de
- tous les résultats d’essais ou les constatations joindre à ces informations les témoignages.
effectués à l’occasion d’interventions sur des
parties d’ouvrage habituellement cachées.

8/10
USAGE DU DOSSIER D’OUVRAGE
Le dossier d’ouvrage doit permettre non seulement Accès au dossier
au gestionnaire et à ses préposés, mais aussi à
toutes personnes qui pourrait en éprouver la Pour faciliter l’accès au dossier, il convient que les
nécessité, d’accéder rapidement et complètement à lieux de conservation de l’exemplaire original et du
l’ensemble des pièces qui le constituent. Il doit aussi document de travail complet ainsi que d’autres
permettre la conservation des informations qu’il copies éventuelles soient indiquées sur l’inventaire
contient. des ouvrages.

Duplication et conservation Accès au contenu

Il est nécessaire, pour que cette double fonction L’accès aux informations figurant dans le dossier
puisse être remplie, qu’il existe au moins deux d’ouvrage doit être commode et rapide. Dans ce but,
exemplaires des sous-dossiers 1 et 2. L’exemplaire outre le bordereau usuel en matière de classement
original doit être conservé selon les dispositions ou d’archivage, il convient d’établir, pour des
réglementaires qui sont applicables aux archives. dossiers volumineux, une fiche récapitulative
Une copie complète du dossier doit être au contraire contenant la liste des documents constitutifs du
à la disposition du gestionnaire et doit servir de dossier, et donnant pour chacun d’eux :
dossier de travail. Des copies partielles peuvent, en
outre, être à la disposition d’autres personnes. Il - l’intitulé d’origine,
appartient au directeur de décider, en fonction de
l’organisation de sa direction et, les cas échéants, en - un ou plusieurs sous-titres explicatifs, précisant
fonction de l’importance de l’ouvrage, auprès de quel la nature et l’objet du document,
niveau hiérarchique doit se trouver le document de
travail complet. S’il l’estime utile, il peut prévoir - le cas échéant, une analyse très sommaire.
plusieurs copies complètes.
Cette fiche, lorsqu’elle est établie, doit être annexée
Lorsqu’il y a lieu de modifier l’état de référence au document signalétique.
(pièce 1.5 et suivantes de la composition type), les
pièces versées au sous-dossier 1 doivent être Elle peut faire partie d’un fichier des ouvrages, établi
regroupées avec l’exemplaire original de ce sous- au niveau de la direction, dont l’exploitation peut être
dossier. Il doit en être exécuté autant de copies qu’il manuelle ou informatique.
existe de copies complètes du dossier, afin de
compléter chacune d’elles.

IDENTIFICATION
Les éléments permettant d’identifier un ouvrage sont contenus dans le cadre ci-dessous. Par exemple, pour
un quai :
00 Le cadre doit figurer sur toute la chemise contenant des
Numéro d’identification (1) : documents constitutifs du dossier d’ouvrage, sur le
00
00 document signalétique, sur la première page de tout
Port (2) : procès-verbal de visite ou d’inspection, et si nécessité
00
00 sur d’autres documents relatifs à l’ouvrage.
Maître d’ouvrage :
00 1. le numéro d’identification est établi par le service gestionnaire
00
2. entité géographique. Si l’ouvrage est situé sur le territoire ’une
Service gestionnaire (3) : commune voisine, préciser : Port de …, Commune de …
00
00 3. entité administrative gestionnaire : service, arrondissement,
Nature du quai (4) : subdivision
00 4. préciser le type de structure : mur, bloc, caisson, etc …
00 5. cet élément doit permettre de situer l’emplacement du quai
Nom du quai : dans le port.
00
00

Localisation (5) :
00

DOCUMENT SIGNALETIQUE
1. Identification de l’ouvrage (idem ci-dessus)

2. Caractéristiques générales

2.1 – type de structure.

9/10
2.2 – nature(s) des matériaux de la structure.
2.3 – dimensions de l’ouvrage.
2.4 – étendue de la zone d’influence.
2.5 – coupe transversale.
2.6 – coupe longitudinale.
2.7 – élévation générale avec les cotes principales et indications des différents points de repérage.
2.8 – caractéristiques particulières (site d’exposition, agressivité de la zone d’influence, etc…).
2.8 – photographies et schémas particuliers et caractéristiques (avec légende)

3. Conception et construction

3.1 – date de construction.


3.2 – date de mise en service.
3.3 – environnement et renseignements géotechniques (appréciation sur la stabilité, bathymétrie).
3.4 – construction (service constructeur, entreprise(s) ayant participé à la construction, hypothèses de
calculs, particularités, origines(s), nature(s) et qualité(s) des matériaux mis en œuvre, mode de
construction, incident(s) lors de la construction, revêtement sut terre-plein (si existence), etc...
3.5 – équipements et divers (outillage sur terre-plein, système d’évacuation des eaux, équipements divers
(amortisseurs, défenses, bollards, etc …), réseaux divers, dispositifs de surveillance, dossier de visite
et d’entretien, remarques particulières, etc…

4. Etat de référence, vie de l’ouvrage

Pour chacune de ces rubriques, énumération, description succincte et références au dossier d’ouvrage.

4.1 – état de référence et particularités signalées dans le document de synthèse des pièces du dossier.
4.2 – études et essais, reconnaissances, auscultations (dates, résultats).
4.3 – constatations des désordres (date, nature, localisation, évolution).
4.4 – entretien spécialisé et travaux de réparation (dates, natures et localisations).
4.5 – projet d’amélioration.
4.6 – points particuliers (fréquence des visites subaquatiques, relevés bathymétriques et topométriques,
précautions à prendre pour les visites et les inspections détaillées, etc …).

5. Bibliographie

Cela peut être : cartes géologiques, carte topographiques, photographies de la couverture aérienne,
principaux articles techniques publiés sur l’ouvrage, références des actes administratifs relatifs à l’ouvrage,
etc …

BIBLIOGRAPHIE
- Lettre-circulaire du 10 décembre 1979 relative à l'instruction technique du 19 octobre 1979 pour la
surveillance et l'entretien des ouvrages d'art,
- Circulaire du 26 décembre 1995 relative à la révision de l'instruction technique du 19 octobre 1979
pour la surveillance et l'entretien des ouvrages d'art,
- « Entretien des ouvrages d'art - Guide à l'usage des subdivisions » (DR / SETRA – 01/01/2000).

„ Nicolas DELONCLE

O
Arnaud BANA Nicolas DELONCLE

Centre d’Etudes Techniques Maritimes Et Fluviales Centre d’Etudes Techniques Maritimes Et Fluviales

03 44 92 60 20 03 44 92 60 18
arnaud.bana@equipement.gouv.fr nicolas.deloncle@equipement.gouv.fr

10/10