Vous êtes sur la page 1sur 104

             

Boris Limousin

Ecole des Mines d’Alès

Rapport de Projet de Fin d’Etudes


Création et validation d’outils Excel pour le
dimensionnement de réservoirs et châteaux
d’eau au séisme
Version du document : v1

26/11/2012

Tuteurs : Hedi GABSI, Martin GOUPIL

Tuteur Ecole : Marc VINCHES


             

Remerciements

Je tiens à remercier, dans un premier temps, toute l’équipe pédagogique de l’Ecole


des Mines d’Alès, Jean-Claude Souche ainsi que les intervenants professionnels
responsables de la formation Génie civil, pour avoir assuré la partie théorique de celle-ci.

Je remercie également Mr. Marc Vinches, pour l’aide et les conseils concernant les
missions évoquées dans ce rapport.

Je tiens à témoigner toute ma reconnaissance aux personnes suivantes, pour


l’expérience enrichissante et pleine d’intérêt qu’elles m’ont fait vivre durant ces cinq mois au
sein de l’entreprise :

Mr. Hedi Gabsi, directeur d’ingénierie, pour son accord et la confiance qu’il m’a accordé dès
mon arrivé dans l’entreprise.

Mr. Martin Goupil, chef de projet senior, pour le temps qu’il m’a consacré durant cette
période, sachant répondre à toutes mes interrogations, et qui a beaucoup orienté la réflexion
sur la construction des outils.
  Liste des figures : 

Sommaire 

Liste des figures :..................................................................................................................................................................... 5

Introduction............................................................................................................................................................................... 6

CHAPITRE 1 : Contexte de l’entreprise et problématique................................................................................................. 7

1.1 Egis Eau et ses enjeux actuels......................................................................................................................... 7

1.1.1 Présentation d’Egis ....................................................................................................................................... 7

1.1.2 L’organisation d’Egis Eau............................................................................................................................. 8

1.1.3 Les ambitions d’Egis Eau............................................................................................................................. 9

1.2 Une volonté de perfectionnement technique .................................................................................................. 9

1.2.1 Un besoin de compétences pointues dans le dimensionnement de structures ................................... 9

1.2.2 Quels sont les grands principes du dimensionnement d’un réservoir ? .............................................. 10

1.2.3 Quels sont les outils déjà disponibles ? ................................................................................................... 11

1.2.4 De quels outils a-t-on besoin, et avec quelles spécificités ?................................................................. 11

CHAPITRE 2 : METHODE DE CONSTRUCTION DES OUTILS ................................................................................... 13

2.1 Recherches documentaires sur les méthodes de calcul ............................................................................ 13

2.2 Obtention du résultat par itérations................................................................................................................ 13

2.3 Validation de l’outil ........................................................................................................................................... 13

2.3.1 Pourquoi la nécessité d’un document de validation ?............................................................................ 13

2.3.2 Comment est rédigé le document de validation ? .................................................................................. 14

2.3.3 Organigramme de la méthode................................................................................................................... 14

CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS .............................................................................. 14

CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS .............................................................................. 15

3.1 Calcul d’un réservoir circulaire en statique au stade Avant-projet ...................................................................... 15

3.1.1 Documents de référence................................................................................................................................... 15

3.1.2 Fonctionnement de l’outil .................................................................................................................................. 15

3.1.4 Comment se détermine la classe d’étanchéité ?........................................................................................... 17

3.1.5 Exigences supplémentaires pour les réservoirs : fissuration + contraintes ........................................ 17

3.1.6 Quand faut-il considérer une fissure comme traversante ? .................................................................. 18

3.1.7 Récapitulatif des calculs à l’ELS de l’outil................................................................................................ 19

3  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  Liste des figures : 

3.2 Calcul d’un réservoir circulaire au séisme au stade Avant-projet.............................................................. 20

3.2.1 Documents de référence............................................................................................................................ 20

3.2.1 Fonctionnement de l’outil ........................................................................................................................... 20

3.2.2 Qu’est-ce que les pressions d’impulsion et d’oscillation ? ............................................................... 21

3.2.3 Méthode de Housner .................................................................................................................................. 22

3.2.4 Calcul des moments dans la paroi, quelle modélisation est la mieux appropriée ? .......................... 23

3.2.5 Dimensionnement de la paroi, quels coefficients faut-il appliquer au séisme ?................................. 25

3.2.6 Calcul des efforts tranchants dans un château d’eau sous actions sismiques : ................................ 26

3.2.7 Cas du réservoir sur pieux, comment calculer les efforts tranchants ?............................................... 29

CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA ................................................................ 30

4.1 Contexte de l’affaire ................................................................................................................................................... 30

4.2 Historique du site........................................................................................................................................................ 30

4.3 Géotechnique ............................................................................................................................................................. 31

4.4 Séisme......................................................................................................................................................................... 31

4.5 Géométrie des ouvrages........................................................................................................................................... 31

Figure 12 : plan d’implantation des ouvrages............................................................................................................... 32

4.6 Résultats...................................................................................................................................................................... 33

4.6.1 Armatures et épaisseurs en statique............................................................................................................... 33

4.7 Décanteur sur pieux................................................................................................................................................... 33

4.7.1 Schéma de l’ouvrage sans les pieux............................................................................................................... 34

4.7.2 Masses et raideurs............................................................................................................................................. 34

4.7.3 Calcul de la portance en statique .................................................................................................................... 35

4.7.4 Calcul de l’effort horizontal du au séisme....................................................................................................... 36

4.7.5 Calcul des déplacements horizontaux des pieux .......................................................................................... 37

4.7.6 Sections d’acier dans le voile ........................................................................................................................... 37

CONCLUSION ....................................................................................................................................................................... 39

CHAPITRE 5 : BLIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................................................... 40

CHAPITRE 6 : ANNEXES .................................................................................................................................................... 41

Liste des annexes............................................................................................................................................................. 41

4  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  Liste des figures : 

Liste des figures :


 

Figure 1 : valeurs de w,max, tableau extrait de la norme NF EN 1992-1-1

Figure 2 : tableau extrait de la norme NF EN 1992-3, partie concernant les classes


d’étanchéité des réservoirs

Figure 3 : clause 7.3.1 (111) de la NF EN 1992 -3 relative à wk1

Figure 4 : article extrait de la norme NF EN 1992-3, concernant les fissures traversantes

Figure 5 : modélisation du réservoir d’après Housner, 1963

Figure 6 : modélisation des pressions sur les parois et sur la base

Figure 7 : Modèle ROBOT des moments dans la jupe sous l’action des pressions
hydrodynamiques

Figure 8 : coupe transversale aciers de la jupe et du radier

Figure 9 : Modélisation par Housner du château d’eau

Figure 10 : forces induites par les deux modes de vibration du château d’eau

Figure 11: vue de la zone après dépose de l’unité

Figure 12 : plan d’implantation des ouvrages

Figure 13 : modélisation des ressorts de sol

Figure 14 : déplacements horizontaux pour un pieu sous 1MN

5  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  Introduction 

Introduction
 

Ayant suivi le cursus de l’Ecole des Mines d’Alès sur quatre ans, je me suis orienté dans la
filière génie civil il y a deux ans, et deux stages courts dans les assainissements et les
travaux routiers m’ont permis de connaître un minimum le fonctionnement des entreprises de
construction. Ayant un goût prononcé pour la conception, je m’intéresse aujourd’hui à
l’ingénierie, secteur en évolution qui recherche des profils d’expérience très variée.

J’ai choisi de travailler au sein d’Egis Eau pour les perspectives offertes dans les travaux
maritimes, aussi bien pour des projets portuaires qu’en énergies marines. L’aspect
pluridisciplinaire m’a beaucoup surpris: sur des mêmes projets sont mobilisés aussi bien les
compétences techniques des génie-civilistes que celles des hydrauliciens ou des ingénieurs
en environnement.

Mon projet de fin d’études traite d’un sujet bien précis, qui n’est bien connu que par les
spécialistes de la conception parasismique. Le dimensionnement au séisme de réservoirs
était à mon arrivée un sujet dont les connaissances et l’expérience manquaient parmi les
concepteurs. L’objectif de mon stage était d’effectuer des recherches, parvenir à des
résultats et les appliquer concrètement sur des affaires afin de valider avec une meilleure
clarté l’hypothèse que le séisme dimensionne ou pas un réservoir de stockage d’eau.

Les résultats de l’étude seront présentés de la manière suivante : nous parlerons d’abord du
contexte dans lequel l’étude a été demandée, en présentant l’entreprise et les activités du
service, et en énonçant les problématiques. Ensuite, la démarche d’élaboration de l’outil de
calcul sera explicitée, avant de discuter des résultats obtenus.

6  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 1 : Contexte de l’entreprise et problématique 

CHAPITRE 1 : Contexte de l’entreprise et problématique


 

1.1 Egis Eau et ses enjeux actuels


 

1.1.1 Présentation d’Egis


 

Egis, filiale à 75% de la Caisse des Dépôts et à 25% de Iosis Partenaires est un groupe de
conseil et d’ingénierie dans les domaines des transports, de la ville, du bâtiment, de
l’industrie, de l’eau, de l’environnement et de l’énergie. Dans les domaines routiers et
aéroportuaires, l’offre du groupe s’élargit au montage de projets, au clé en main
d’équipements et à l’exploitation. Egis comprend 11000 collaborateurs, et est présent dans
plus de 100 pays.

Le groupe poursuit sa croissance avec un chiffre d'affaires en 2011 de 858 M€, en


augmentation de 7% par rapport à 2010. Son CA est constitué à 85% par de l’ingénierie, et à
15% par de l’exploitation routière et aéroportuaire.

L’offre d’Egis dans l’ingénierie est globale, elle couvre tous les domaines de la construction :
les transports, le bâtiment, les aménagements, en passant par l’industrie, l’eau et
l’environnement.

7  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 1 : Contexte de l’entreprise et problématique 

Le groupe s’engage comme acteur de proximité pour s’ancrer, au plus près de ses clients,
au cœur des stratégies et des réalités locales, pour concevoir et réaliser des solutions
spécifiques et uniques pour les territoires. La répartition géographique du CA est la
suivante :

France et DOM-TOM 54%


Europe 17%
Afrique et Moyen-Orient 15%
Asie 10%
Australie et Océanie 2%
Amériques 2%

1.1.2 L’organisation d’Egis Eau

Egis Eau, société du groupe Egis âgée de 60 ans, est spécialisée dans le conseil et
l’ingénierie des métiers de l’eau, de l’environnement et de l’énergie. Les corps de métiers
dans lesquels elle intervient sont :

- Le traitement des eaux urbaines, et des eaux industrielles

- Les eaux rurales et fluviales

- Les travaux maritimes et portuaires

- L’environnement, les énergies nouvelles (principalement l’éolien).

Egis Eau comporte 300 ingénieurs, 7 centres techniques et 20 agences régionales. Les
centres techniques exerçant dans le génie civil pour Egis Eau sont Montpellier et Nantes. La
société dégage un chiffre d’affaires de 60M€ dont 35% à l’international, et est présente dans
plus de 100 pays. Les prestations qu’elle offre sont principalement des missions de maîtrise
d’œuvre, de conseil et de stratégie pour des maîtres d’ouvrages. Les études qu’elle produit
peuvent concerner notamment le génie civil, la modélisation hydraulique, ou des impacts
environnementaux.

Dans les corps de métiers évoqués ci-dessus, on peut citer comme référence d’Egis Eau :

- La station d’épuration de Rodez dans l’Aveyron (140 000 éq. Habitants, 17M€,
maîtrise d’œuvre)

- La retenue collinaire des Herbes Blanches sur l’île de la Réunion (digue en remblai
de 14 m de hauteur, réservoir d’une capacité de 300 000 m3, mission de maîtrise
d’œuvre)

- L’unité de traitement des eaux usées de la raffinerie de pétrole TOTAL à Berre, en


France, mission de maîtrise d’œuvre.

- La construction du Terminal Car Carrier du Port de Tanger Méditerranée, études


d’exécutions.

8  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 1 : Contexte de l’entreprise et problématique 

1.1.3 Les ambitions d’Egis Eau


 

L’activité des aménagements portuaires d’Egis Eau est regroupée à Montpellier en trois
services qui constituent 30 salariés, ingénieurs et projeteurs. Les ingénieurs des différents
services sont majoritairement issus d’écoles avec une spécialité génie civil ou hydraulique.
Le service « Maîtrise d’œuvre Génie Civil » traite les projets de génie civil « d’Eau douce »
(STEP, dalots, réservoirs, châteaux d’eau, écluses…). Le service « Maîtrise d’œuvre
Maritime et Portuaire » traite les projets de construction de ports industriels, ports de
plaisance, de digues, et le service « EGM » est spécialisé dans les études hydrauliques
d’agitation, de houle et de courants.

Aujourd’hui, la volonté de ces trois services d’Egis Eau est de se spécialiser dans les travaux
maritimes, principalement le portuaire, afin de recentrer son activité et de créer une meilleure
visibilité au sein d’Egis. Des projets d’éolien offshore en France voient le jour également.
Une nouvelle filiale portant le nom d’ « Egis Ports » va être créée à partir de janvier 2013,
dirigée par un nouveau directeur, Pierre Aristaghes.

1.2 Une volonté de perfectionnement technique


 

1.2.1 Un besoin de compétences pointues dans le dimensionnement parasismique


 

En ce qui concerne le dimensionnement de structures portuaires ou de stockage de l’eau,


les ingénieurs sont souvent confrontés à des problématiques pointues qui requièrent de
l’expérience et de bonnes connaissances théoriques. Un certain niveau d’expertise est très
vite exigé lorsqu’il s’agit d’apporter des résultats précis et suffisamment justifiés pour le CEA
sur les projets de Marcoule, et pour ARKEMA dans le traitement des eaux industrielles.

La conception parasismique peut s’avérer complexe sur certains projets. Par exemple,
l’utilisation de logiciels de calcul de structures comme ROBOT pour le parasismique est
limitée, et l’application de la norme NF EN 1998-1 est souvent restreinte lorsqu’il s’agit de
dimensionner des structures portuaires. En effet, cette norme traite en détail de la
construction parasismique des bâtiments (EC8-1), des ponts (EC8-2), des renforcements de
bâtiments (EC8-3), des structures de stockage (liquides ou autres) (EC8-4), des fondations
et ouvrages de soutènement (EC8-5), et des tours, mâts et cheminées (EC8-6).

9  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 1 : Contexte de l’entreprise et problématique 

1.2.2 Quels sont les grands principes du dimensionnement d’un réservoir ?


 

Bien qu’Egis se soit spécialisée dans les travaux maritimes, elle conserve une activité génie
civil dans le traitement de l’eau. La problématique de dimensionnement des réservoirs est
déjà maîtrisée par la société puisqu’elle a déjà réalisé plusieurs STEP, comme celle du
Prado ou à Rodez, et unités de traitements, comme celle de Total. Le dimensionnement d’un
réservoir en béton armé, lors des études préliminaires, se déroule de la manière suivante :

Afin d’estimer le coût de l’ouvrage, il est nécessaire en phase d’avant projet de choisir le
type de fondations en fonction de la nature du sol et du poids de la structure. Si le rapport
géotechnique signale la présence d’un sol de bonne qualité (remblai compacté ou roche
saine, pl > 2 MPa), le réservoir peut être construit sur un radier nervuré. A l’inverse, si le sol
est de mauvaise qualité (sables lâches ou argiles mous, portance pl < 0,7MPa), le réservoir
doit porter sur fondations profondes, le plus souvent des pieux forés en béton.

Après le choix du type de fondations, les paramètres qui vont impacter sur le coût seront
l’épaisseur du voile et la densité du ferraillage. Avant de les déterminer, il faut calculer :

- Les efforts dans la coque du réservoir sous les actions statiques (pression
hydrostatique + poids des terres + éventuelles charges d’exploitation). On ne
considérera que l’Etat Limite de Service, car les exigences en termes de fissuration
sont toujours largement plus contraignantes que la résistance de l’ouvrage à l’Etat
Limite Ultime en statique.

- Les efforts dans la coque du réservoir sous une action sismique (pressions
hydrostatiques + poids des terres + inertie de la structure + pressions
hydrodynamiques + éventuelles charges d’exploitation).

On se doit très souvent de calculer les épaisseurs et les sections d’aciers suivant la norme
NF EN 1992-1-1 (Eurocode 2-1), qui concerne les bases de calcul des structures en béton
armé et précontraint et suivant la norme NF EN 1992-3 (Eurocode 2-3) qui concerne le
dimensionnement des silos et réservoirs en statique. Ce sera le cas dans ce rapport.

Pour le calcul des réservoirs au séisme, la norme NF EN 1998-1 (Eurocode 8-1) « Règles
générales, actions sismiques et règles pour les bâtiments » et la norme NF EN 1998-4
(Eurocode 8-4) « silos, réservoirs et pipelines » s’appliquent de manière efficace. Dans ce
rapport, les actions sismiques seront obtenues grâce à l’eurocode 8, et également à l’aide
d’autres documents pour comparer les résultats avec des méthodes simplifiées (Housner).

Il faut ensuite comparer les épaisseurs et le ferraillage nécessaire dans le cas statique à
l’ELS et dans le cas sismique à l’ELU Accidentel, puis prendre les valeurs maximales.

10  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 1 : Contexte de l’entreprise et problématique 

1.2.3 Quels sont les outils déjà disponibles ?


 

Le service « Maîtrise d’œuvre Génie civil » dispose de tous les outils nécessaires pour le
calcul des réservoirs aux Eurocodes en statique. On possède notamment :

- Un outil Excel pour les calculs de portance de pieux sous sollicitations verticales (à
l’aide de la nouvelle norme pieu), qui permet, dans le cas de fondations profondes,
de déterminer le nombre de pieux nécessaires.

- des formulaires de RDM en format papier où l’on trouve les efforts dans les coques
cylindriques soumises à des charges rectangulaires et triangulaires.

- des outils Excel pour le calcul de sections de béton armé aux Eurocodes, dans
lesquels on insère les efforts calculés d’après les formulaires RDM.

- Dans le cas d’actions sismiques où les pieux sont soumis à des sollicitations
horizontales en tête, on dispose d’un outil Excel qui calcule moments, déplacements
et rotation du pieu à l’aide du fascicule 62/V

Les avantages de cet ensemble d’outils sont les suivants :

- On peut pré-dimensionner complètement un ouvrage jusqu’aux sections d’acier.

- Il peut constituer une note de calcul.

Les inconvénients sont les suivants :

- Il ne prend pas en compte les exigences supplémentaires de l’Eurocode 2-3 en


termes de classes d’étanchéité.

- Il oblige, pour les calculs d’armatures, à utiliser simultanément 2 fichiers.

- Il est nécessaire que l’utilisateur de l’outil connaisse son fonctionnement et ses


hypothèses.

1.2.4 De quels outils a-t-on besoin, et avec quelles spécificités ?

Deux outils ont été construits, le support utilisé est Excel :

- En ce qui concerne le dimensionnement en statique, et en vue des remarques faites


auparavant, il est nécessaire de compiler les outils déjà disponibles pour créer un
fichier Excel permettant, à partir des données géométriques du réservoir et de la
hauteur d’eau, de calculer le ferraillage nécessaire, vertical et horizontal, et de vérifier
les exigences relatives à la classe d’étanchéité. Cet outil doit fonctionner selon les
Eurocodes. On ne considérera pas les réservoirs enterrés. La présentation de l’outil
doit faire en sorte qu’il puisse constituer une note de calcul. La méthode de calcul et
les résultats seront expliqués et commentés dans le chapitre 3.

11  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 1 : Contexte de l’entreprise et problématique 

- Pour la partie dynamique, un nouvel outil doit être créé. Il doit permettre, à partir de
la géométrie du réservoir et des caractéristiques du site, de donner une modélisation
des pressions hydrodynamiques sur les parois, de calculer le moment de
renversement de l’ouvrage ainsi que les moments et efforts normaux dans le voile
sous l’effet de ces pressions. Cet outil doit fonctionner avec l’Eurocode, et doit être
également présenté comme une note de calcul.

12  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 2 : METHODE DE CONSTRUCTION DES OUTILS 

CHAPITRE 2 : METHODE DE CONSTRUCTION DES OUTILS

2.1 Recherches documentaires sur les méthodes de calcul


 

Pour chaque fichier Excel, le déroulement du calcul se fait sur la base d’un document où les
formules doivent être explicitées. Les documents en question peuvent provenir soit de la
bibliothèque de l’entreprise, soit d’une source extérieure quelconque. En pratique, puisque
les outils doivent fonctionner aux Eurocodes, on utilisera en priorité les formules de ces
règlements pour les construire.

Pour chaque valeur importante, il faut trouver au minimum un autre document qui la calcule,
et qui, si possible, emploie une méthode différente.

2.2 Obtention du résultat par itérations


 

La précision du résultat peut en permanence être améliorée, compte tenu des


approximations faites à l’aide de la méthode employée, où de la précision de calcul de l’outil.
Cependant, on s’assure que le calcul de l’outil est fiable, en comparant les résultats obtenus
avec la deuxième source.

La méthode de comparaison des résultats doit être faite de manière rigoureuse : afin de
valider la précision du calcul de l’outil, on se satisfait d’un écart de résultat inférieur à 5%
entre les deux sources du calcul. Si cette condition n’est pas satisfaite, on recherche une
autre source qui la valide.

2.3 Validation de l’outil


 

2.3.1 Pourquoi la nécessité d’un document de validation ?


 

Une fois l’outil construit, il est nécessaire de rédiger un document de validation pour celui-ci.
Ce document de validation a pour objectif de rendre possible l’utilisation de l’outil pour
effectuer des notes de calcul. Il peut être demandé par un organisme de contrôle, ou par le
client d’une étude, qui se réserve le droit de refuser la note en l’absence de celui-ci.

Il s’agit ici d’une validation en interne, mais il serait possible de faire un Benchmark, c’est-à-
dire une observation du travail d’Egis par un concurrent. Il est possible de le faire à l’avenir
selon l’exigence des clients dans les calculs parasismiques.

13  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

2.3.2 Comment est rédigé le document de validation ?


 

La validation consiste en premier lieu à choisir la source, autre que celle utilisée pour la
création de l’outil, qui permettra de valider les résultats avec une précision inférieure à 5%.

Chaque feuille d’un outil Excel aboutit à une série de résultats à comparer avec la seconde
source. Le document de validation doit comporter, au minimum :

- Les hypothèses de calcul qui sont les données d’entrée de l’outil.

- L’application numérique de la seconde source avec ces hypothèses.

- Les résultats fournis par l’outil avec ces mêmes données d’entrée.

- Une comparaison des résultats avec les écarts.

- Une éventuelle explication des écarts.

Un extrait du document de validation est donné en Annexe 3, il concerne la vérification de la


feuille de calcul du réservoir au séisme selon Housner (outil excel montré en Annexe 1), par
rapport à une source trouvée dans les Annales de l’ITBTP (Annexe 4).

2.3.3 Organigramme de la méthode

Recherche de la source pour la  Recherche d’une autre source pour 
création de l’outil  la vérification 

Création de l’outil par 
l’application des formules 

Application numérique des deux 
sources avec les mêmes 
données d’entrée 

Rédaction du document   OUI  NON 


Ecart <5% 
de validation  

14  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES


OUTILS
 

3.1 Calcul d’un réservoir circulaire en statique au stade Avant-projet


 

Les feuilles de calcul des sections de béton armé à l’EC2 proviennent du projet de fin
d’études d’Ophélie Frérot, qui ont été complétées par Rémi Jannin. Ma part du travail dans
cet outil a été d’appliquer ces calculs pour trois sections différentes dans la jupe d’un
réservoir circulaire, et de regrouper les résultats sur la première feuille.

3.1.1 Documents de référence


 

L’outil qui sera présenté dans ce paragraphe a été créé uniquement à l’aide des documents
suivants :

- La norme NF EN 1992-1-1 pour tous les calculs de béton armé.

- La norme NF EN 1992-3 sur la première feuille pour fixer les limites en termes de
contraintes à l’ELS et d’ouvertures de fissures selon la classe d’étanchéité.

- Le fascicule 74 pour comparer les résultats obtenus avec les Eurocodes.

- L’abaque de calcul RDM de Jean Goulet et Jean-Pierre Boutin (Dunod 1998) qui
s’applique notamment aux efforts dans les coques.

3.1.2 Fonctionnement de l’outil


 

Une vue des feuilles de l’outil est présentée en Annexe 2. Le principe de fonctionnement est
le suivant : l’utilisateur entre les données et lit les résultats sur la première feuille. Les feuilles
qui suivent comportent dans l’ordre :

- les caractéristiques des matériaux suivant la norme NF EN 1992-1-1 (feuille


« matériaux »)

- le calcul à l’ELS d’une section verticale de la jupe sollicitée par un effort de traction
pure (feuilles « géométrie section verticale », « Armatures horizontales », « ELS,
contraintes1, fissuration1 »)

- le calcul à l’ELS d’une section horizontale au bas de la jupe sollicitée par un effort de
flexion simple négatif (feuilles « Géométrie section horizontale1 », « Armatures bas
de voile », « ELS, contraintes2, fissuration2 »)

15  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

- Le calcul à l’ELS du moment de flexion simple positif maximum dans jupe à


z=0.6*(R*e)^0.5 (feuilles « Géométrie section horizontale2 », « Armatures milieu de
voile », « ELS, contraintes3, fissuration3 »).

L’outil calcule le moment négatif à la base de la jupe avec encastrement parfait de la jupe
dans le radier. Le moment positif et l’effort de traction sont calculés avec une articulation
parfaite de la jupe avec le radier. Ainsi sont obtenues les valeurs les plus défavorables.

Il est important de savoir que pour toutes les sections, le même diamètre et la même
quantité d’armatures est prévue pour la partie haute et basse de la section, ce qui simplifie
les calculs. Cette précision est suffisante pour une étude d’Avant-Projet. Pour une étude
d’exécution, il faudra affiner le calcul.

3.1.3 Ouverture des fissures pour les ouvrages en béton armé « normaux »

Dans tout ouvrage calculé à l’Eurocode, on limite l’ouverture des fissures afin d’éviter la
passivation du béton et la corrosion des armatures. Dans les ouvrages normaux en béton
armé (c-à-d autres que des réservoirs, ou ouvrage d’importance particulière), la valeur limite
d’ouvertures de fissures wk1 dépend uniquement de la classe d’exposition.

Elements en béton armé et Elements en béton


éléments en béton précontraint à précontraint à armatures
Classe armatures non adhérentes adhérentes
d'exposition
Combinaison quasi-permanente des
Combinaison fréquente des charges
charges
1
X0, XC1 0,4 0,2
2
XC2, XC3, XC4 0.3 0,2
XD1, XD2, XS1, XS2, XS3 0.2 Décompression
NOTE 1 Pour les classes d'exposition X0 et XC1, l'ouverture des fissures n'a pas d'incidence sur la
durabilité et cette limite est fixée pour garantir un aspect acceptable. En l'absence de conditions sur l'aspect,
cette limite peut être traitée de manière moins stricte.

NOTE 2 Pour ces classes d'exposition, en outre, il convient de vérifier la décompression sous la combinaison
quasi-permanente des charges.

Figure 1 : valeurs de wk1 pour les ouvrages en béton armé, tableau extrait de la norme NF
EN 1992-1-1

Pour les réservoirs, la limitation est plus contraignante, elle dépend, en plus de la classe
d’étanchéité de l’ouvrage, de la capacité des fissures à traverser la section.

16  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

3.1.4 Comment se détermine la classe d’étanchéité ?


 

Figure 2 : tableau extrait de la norme NF EN 1992-3, partie concernant les classes


d’étanchéité des réservoirs

En pratique, les réservoirs d’eau potable posés au sol, les réservoirs de traitement des eaux
usées ou eaux industrielles (type STEP, clarificateurs, bassins tampons, épaississeurs…)
seront dimensionnés en classe 2 à l’Avant-projet. Cette mesure est sécuritaire.

3.1.5 Exigences supplémentaires pour les réservoirs : fissuration + contraintes

L’Annexe A de la norme NF EN 1992-3 ajoute des exigences sur l’ouverture de fissures, et


sur la contrainte de traction dans le béton.

17  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

Figure 3 : clause 7.3.1 (111) de la NF EN 1992 -3 relative à wk1

Ensuite, le calcul de l’ouverture des fissures (wk) est fait selon la méthode directe décrite
dans l’article 7.3.4 (p114) de la norme NF EN 1992-1-1.

3.1.6 Quand faut-il considérer une fissure comme traversante ?

Figure 4 : article extrait de la norme NF EN 1992-3, concernant les fissures traversantes

L’Annexe nationale de la NF EN 1992-3 préconise d’utiliser la valeur recommandée pour


x,min, c’est-à-dire x,min=max (0,5 ;0,2*h).

Une section est soumise à des actions alternées si elle peut être sollicitée par un moment de
flexion agissant dans les deux sens. Les jupes des réservoirs complètement enterrés sont
soumises à des moments de flexion dans les deux sens, par exemple. Dans les calculs de

18  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

l’outil, on se réserve la possibilité d’indiquer si la section est soumise « OUI » ou « NON » à


des actions alternées. Si « OUI », les fissures sont automatiquement traversantes. Dans le
cas de la traction pure, la fissure est, par définition, automatiquement traversante.

3.1.7 Récapitulatif des calculs à l’ELS de l’outil


 

Pour résumer, l’outil prend comme données d’entrée :

- La géométrie du réservoir (hauteur de la jupe, hauteur d’eau, épaisseur, diamètre)

- La classe d’étanchéité

- La classe d’exposition de l’ouvrage

- L’enrobage des armatures

- Le diamètre des aciers horizontaux, le diamètre des aciers verticaux

- Le nombre de barres dans la section pour le calcul à l’ELS

Il vérifie ensuite, pour les trois sections considérées :

- L’ouverture des fissures (selon la figure 3)

- La contrainte de traction dans le béton en section homogène (selon la figure 3)

- La contrainte de traction dans les aciers (<0,8*fyk)

- La contrainte de compression dans le béton (<fck pour classe « X0, XC & XA » ;sinon
<0,6*fck)

19  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

3.2 Calcul d’un réservoir circulaire au séisme au stade Avant-projet


 

3.2.1 Documents de référence


 

L’outil qui sera présenté dans ce paragraphe a été créé uniquement à l’aide des documents
suivants :

- la norme NF EN 1998-1 pour l’obtention du spectre de calcul 

- la norme NF EN 1998-4 pour les résultats de la feuille « calcul eurocode paroi rigide »
(l’ Annexe A de la norme est présentée en Annexe 4 du rapport)

- les annales ITBTP 1982 par Victor Davidovici et Abdelkader Haddadi pour la feuille
« calcul selon Housner » (la partie de ce document concernant les réservoirs
circulaires est présentée en Annexe 5 du rapport)

- « Guideline for seismic design of liquid storage tanks » - Indian Institute of


Technology Kanpur – Octobre 2007-
Ce document fournit les formules des pressions sur les parois utilisées dans la feuille
« modélisation des pressions »

- L’abaque de calcul RDM de Jean Goulet et Jean-Pierre Boutin (Dunod 1998) dans la
feuille « modélisation des pressions » qui s’applique au calcul des efforts dans les
coques.

3.2.1 Fonctionnement de l’outil


 

Les données d’entrées ainsi que les résultats essentiels pour le dimensionnement se
trouvent regroupées dans la première feuille « géométrie et choix du site ».

- La deuxième feuille trace le spectre de calcul, en fonction des données de la


première feuille

- La feuille « calcul selon Housner » fournit les pressions hydrodynamiques sur les
parois sous forme de forces ponctuelles avec les hauteurs pour lesquelles elles
s’appliquent, ainsi que le moment de renversement.

- La feuille « calcul eurocode paroi rigide » fournit les mêmes résultats que la
précédente, selon l’eurocode. L’Eurocode 8 étant plus récent et plus précis que
l’annale de l’ITBTP, on préconisera l’utilisation des résultats de cette feuille.

- La feuille « modèle château d’eau » distingue 2 calculs : celui de l’effort tranchant à la


tête des pieux pour un réservoir sur fondations profondes, et celui de l’effort tranchant
à la base d’un château d’eau. Des données d’entrée supplémentaires sont

20  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

demandées, à savoir la géométrie des pieux ou de la tour, et la raideur du massif de


pieux.

- La feuille « modélisation des pressions » fournit une représentation plus précise des
pressions hydrodynamiques le long de la jupe. On en sort les moments et efforts de
cerces dans celle-ci.

Dans l’ensemble des feuilles, les calculs ont été faits avec certaines hypothèses
simplificatrices citées en haut de la première feuille. Notamment, on considère le réservoir
rigidement lié au sol.

3.2.2 Qu’est-ce que les pressions d’impulsion et d’oscillation ?


 

Figure 4 : réservoir cylindrique soumis à une accélération maximale am

On considère un réservoir contenant un fluide soumis à une accélération horizontale


maximale am (m/s²), due à un séisme dans une région donnée, dont on connaît le spectre
de calcul Sd (T) à l’Eucocode. Les parois du réservoir en béton seront considérées rigides.
Trois pressions, chacune variables dans le temps et l’espace et orientées dans la direction
de am, s’exercent sur les parois :

- La pression due à l’inertie de la paroi, pc (N/m²). Si p est le poids en kg/m² de paroi


on aura : pc= p*am.

- La pression d’impulsion pi (θ,z,t) : le fluide réagit par inertie à la translation des


parois. Cette pression tend vers une asymptote en Z=h et est nulle pour Z=0. Son
expression exacte est donnée dans l’EC8-4, en Annexe 4 du rapport (p 37 de
l’annexe).

- La pression d’oscillation p0 (θ,z,t), due aux ondulations du fluide dans le réservoir.


Cette pression est maximale pour Z=0 et tend vers une asymptote pour Z=h. De
même, son expression exacte est donnée dans l’EC8-4 (p 40 de l’annexe).

21  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

Les pressions pc et pi peuvent être additionnées, car elles sont proportionnelles au


déplacement de la paroi et sont maximales au même moment. p0, par contre, est déphasée
car la période d’oscillation du fluide (appelée Tconv dans l’Eurocode) est différente de celle
de la paroi (Timp) qui ici est nulle puisque la paroi est rigide. Toutefois, l’Eurocode préconise
de prendre la somme brute des valeurs maximales des trois actions. Les pressions
d’impulsion et d’oscillation sont tracées en page 40 de l’annexe 4.

On remarque que quand le réservoir est élancé (R /h petit), p0 est quasiment négligeable. A
l’inverse, pour un réservoir bas et large, les résultantes ont le même ordre de grandeur.

R/h= 1/3, R=3m, h=9m R/h=3, R=9m, h=3m

Résultante Pi des pressions d’impulsion 260kN 182kN

Résultante P0 des pressions d’oscillation 22kN 148kN

Calcul à l’Eurocode 8-4 des pressions d’impulsion et d’oscillation

Pour l’instant, on ne s’est intéressé qu’aux actions sur les parois. Les pressions d’impulsion
et d’oscillation exercent aussi chacune un diagramme de sous-pressions et sur-pressions sur
le radier (figure 7). Ces pressions sur la base sont utiles pour le calcul du renversement du
réservoir.

Etant donné que les formules exactes des pressions à l’Eurocode sont difficiles à mettre en
œuvre sur Excel, nous verrons par la suite comment calculer les sollicitations dans la jupe,
ainsi que le moment de renversement, à l’aide d’une méthode simplifiée.

3.2.3 Méthode de Housner


 

Le principe de la méthode de Housner est de représenter respectivement l’impulsion et


l’oscillation par deux masses, impulsive (mi) et convective (mc). Le calcul qui permet
l’obtention de ces masses est décrit dans l’Annexe 5 (les valeurs se trouvent dans la table
p 18 de l’annexe) : il découle du calcul des pressions pi et p0 par la méthode de Housner.
Les formules utilisées ne sont pas les formules exactes de l’Eurocode, mais peuvent être
entrées dans Excel.

La masse mi, sensée agir en phase avec le les mouvements de la paroi, est rigidement fixée
à celle-ci. La masse mc, dont les mouvements sont déphasés par rapport à mi, est liée à la
paroi par deux ressorts de raideur k0/2, où k0=mc*ω0², avec ω0 la pulsation propre du
premier mode d’oscillation du liquide, dont la formule est démontrée dans l’annexe 5 (p 15
de l’annexe).

22  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

Figure 5 : modélisation du réservoir d’après Housner, 1963

Comme on peut le voir sur la figure, Housner applique les masses mi et mc (ou m0) aux
hauteurs hi et h0, calculées à partir de la base, qui correspondent aux points d’application
des résultantes des pressions pi et p0 calculées par Housner.

Connaissant les périodes d’excitation des deux systèmes (masse-ressorts et masse liée à la
paroi) ainsi que le spectre de calcul à l’Eurocode, les résultantes des pressions s’expriment
ainsi :

- Pi= am*mi, avec am l’accélération maximale du sol

- P0= Sd (T0)*mc, avec T0 = 2π/ω0

Pi et P0 appliquées en hi et h0 permettent, selon Housner, de calculer les moments dans les


parois, mais ne prennent pas en compte les sur et sous-pressions sur la base.

Pour calculer le moment de renversement global, il faut appliquer Pi et P0 en hi* et h0*. Les
valeurs de hi* et h0* sont plus élevées que hi et h0, et peuvent dépasser la hauteur du
réservoir.

3.2.4 Calcul des moments dans la paroi, quelle modélisation est la mieux
appropriée ?
 

D’après Housner et selon l’Eurocode 8-4, le moment en bas de la paroi se calcule selon le
modèle d’une coupe :

M= Pi*hi + P0*h0 + Pc*h/2

Or cette hypothèse est très défavorable puisqu’il s’agit en réalité d’une coque. Afin de
calculer plus précisément ce moment, nous avons repris l’expression de pi(z) et p0(z) avec
θ=0, d’après Housner, puis recalculé le moment à la base à l’aide du formulaire des coques
cylindriques. Les moments obtenus avec cette méthode (représentée dans la feuille
« modélisation des pressions ») sont 100 fois plus faibles qu’avec le modèle en coupe. Une
modélisation ROBOT nous a permis de les valider.

23  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

Figure 6 : modélisation des pressions sur les parois et sur la base

Figure 7 : Modèle ROBOT des moments dans la jupe avec modélisation des
pressions en forces ponctuelles

24  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

3.2.5 Dimensionnement de la paroi, quels coefficients faut-il appliquer au séisme ?


 

Pour les coefficients de calcul à appliquer pour le dimensionnement de l’épaisseur de la jupe


et des sections d’aciers, il convient d’appliquer l’EN 1990 :

L’effet de la pression hydrostatique avec un coefficient 1,00 est à prendre en compte en plus
de l’effet hydrodynamique avec un coefficient 1,00.

En étude d’exécution, on pourra construire ce type de plan, avec les cerces à l’intérieur des
aciers verticaux et la présence d’un gousset à 45 degrés pour solidifier la liaison jupe-radier :

Figure 8 : coupe transversale aciers de la jupe et du radier

25  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

3.2.6 Calcul des efforts tranchants dans un château d’eau sous actions sismiques :
 

Lorsque le système en question est un château d’eau, il faut reprendre la modélisation de


Housner (figure 6), en ajoutant la raideur de la tour. On a donc un système avec deux
masses et deux raideurs.

- M0 ne change pas par rapport au précédent paragraphe

- Mi = mi + mr + mt/3

(mi = masse d’impulsion, mr= masse du réservoir vide, mt= masse de la tour)

La masse de la tour est comprise dans Mi et est divisée par 3 (hypothèse de l’Annexe 6).

- La raideur de la tour cylindrique est déduite des formules théoriques de mécanique


vibratoire, ce qui nous donne :

k0=mi* ω0² = mi*(2*π/T)²=3*E*I/L^3

- Pour k1, on reprend la même raideur que pour la modélisation du réservoir selon
Housner (figure 6) :

k1= mc* ω0²

26  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

Figure 9 : Modélisation par Housner du château d’eau

Par la suite, on effectue une analyse vibratoire du système en prenant en compte ses deux
modes principaux d’oscillation. On calcule la période d’oscillation des deux modes principaux
(T,I et T,II), puis, en se fixant le coefficient d’amortissement, on détermine à partir du spectre
de réponse les accélérations maximales Sa,I et Sa,II correspondant aux deux modes.

On en déduit les deux flèches sur chaque masse pour chaque mode (X1,I;X0,I;X1,II;X0,II) à
l’aide d’un rapport d’amplitude, puis les forces horizontales. L’effort tranchant P à la base de
l’ouvrage est calculé en faisant la somme quadratique des efforts dus aux deux modes. De
cet effort on peut déduire les sollicitations horizontales dans les pieux.

La méthode ainsi que les formules de calcul sont détaillées dans l’Annexe 5.

27  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

Mode I Mode II

Figure 10 : Exemple de forces induites par les deux modes de vibration du château d’eau

On peut donner des ordres de grandeurs pour plusieurs structures de château d’eau :

Paramètres de la cuve : R= 5.04m, h=5.3m, ép=0.22m

Paramètres de site :

- classe de l’ouvrage II

- risque sismique modéré : ag= 1,1m/s²

- classe de sol C, TB=0,06s, TC=0,4s, TD=2s

Hauteur de la tour : 10m Hauteur de la tour : 30m Hauteur de la tour : 30m

Rayon ext. de la tour : 2m Rayon de la tour : 2m Rayon de la tour : 4.5m

Epaisseur de la tour : 0.2m Epaisseur de la tour : 0.2m Epaisseur de la tour : 0.2m

Forces F1 dues au 58T 61T 58T


mode I

Forces F2 dues au 2104T 1573T 2633T


mode II

Force à la base, racine 2105T 1574T 2633T


(F1²+F2²)

28  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 3 : CONTENU ET FONCTIONNEMENT DES OUTILS 

On peut conclure que le diamètre de la tour est le paramètre déterminant pour le


dimensionnement. Pour un château d’eau de 30m et dont la tour a une épaisseur de 20 cm,
on se situe sur le palier du spectre pour des rayons compris entre 2.6m et 7m. Il est donc
inévitable de renforcer la structure (aciers plus importants, dispositions constructives
particulières)

3.2.7 Cas du réservoir sur pieux, comment calculer les efforts tranchants ?

Un réservoir sur pieux peut être modélisé et calculé au séisme comme le château d’eau vu
au chapitre précédent. Le massif de pieux ancrés dans le sol remplace la tour. On a donc un
système avec deux masses et deux raideurs.

- M0 ne change pas par rapport au précédent paragraphe

- Mi = mi + mr

(mi = masse d’impulsion, mr = masse du réservoir vide)

On calcule dans l’outil l’effort tranchant en tête des pieux.

La raideur k0 du massif de pieux, en revanche, doit être calculée avec un logiciel de calcul
de structures. En pratique, on peut utiliser ROBOT pour modéliser un des pieux encastré en
tête avec une série d’appuis élastiques qui représentent la réaction du sol. On lui applique un
effort unitaire en tête. On lit la souplesse S qui vaut le déplacement en tête, puis on trouve la
raideur du massif de pieux qui vaut k0=n*1/S pour n pieux.

- La deuxième raideur vaut toujours :


k1= mc* ω0²

On peut noter qu’un réservoir sur pieux est plus vulnérable au séisme qu’un réservoir sur
radier. La légère souplesse des pieux augmente la période propre du système, et
l’accélération de la structure se situe en général sur le palier du spectre.

29  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA 

CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE


D’ARKEMA
 

4.1 Contexte de l’affaire


 

La présente étude demandée par l’industriel ARKEMA consiste à dimensionner pour l’usine
de Pierre-Bénite (69) une station de traitement des effluents en sortie d’une fosse de
neutralisation. Les études sont actuellement en stade d’avant projet. ARKEMA, maître
d’ouvrage, a fait appel à Egis Eau comme maître d’œuvre pour la construction de 8
ouvrages regroupés au sein d’une même unité (1 bâtiment, une fosse de relevage, une fosse
toutes eaux, un bassin rectangulaire de floculation, un bassin rectangulaire de coagulation,
et trois bassins circulaires)

4.2 Historique du site


 

Le site a abrité une unité de production qui sera démantelée pour la construction des
bassins.

Les équipements de l’ancienne unité du terrain réservé ont été déposés. Selon ARKEMA, il
n’existe pas de réseaux enterrés ni d’autres ouvrages que des pieux de soutènement des
anciens ouvrages.

Toujours selon ARKEMA les têtes de pieux ont été démolies sur les 5 premiers mètres en
profondeur.

Figure 11: vue de la zone après dépose de l’unité

30  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA 

4.3 Géotechnique

On s’appuiera sur le rapport géotechnique de FONDASOL effectué en Novembre 2010 et


fourni en Annexe 7.

On fondera les réservoirs sur un radier car les remblais dans les couches superficielles sont
jugés de bonne qualité.

4.4 Séisme
 

On considère que les ouvrages ne relèvent pas de l’arrêté du 24 janvier 2011 pour les
équipements susceptibles de conduire, en cas de séisme, à un ou plusieurs phénomènes
dont les zones de dangers graves pour la vie humaine dépassent les limites du site, (risque
spécial).

On applique donc la réglementation courante, pour les ouvrages « à risque normal ». Vis-à-
vis du séisme on vérifie que l’ouvrage ne s‘effondre pas. Des fissurations sont admises. Pour
les réservoirs l’étanchéité n’est pas garantie après un séisme.

Catégorie d’importance au sens du décret du 22 octobre 2010 : II (bâtiments destinés à


l’exercice d’une activité industrielle pouvant accueillir simultanément un nombre de
personnes au plus égal à 300).

L'ouvrage est situé en zone de sismicité 3 au sens du décret n°2010-1254 du 22 octobre


2010 relatif à la prévention du risque sismique.

4.5 Géométrie des ouvrages


 

Les dimensions des ouvrages calculés sont les mêmes que ceux de la vue en plan et en
élévation sur le plan d’implantation du 24/11/2012 (Figure 13). On négligera la présence des
terres (hypothèse défavorable). On se limitera dans cette note au calcul des ouvrages
circulaires.

Décanteur Epaississeur Bassin tampon

Hauteur (m) 4.5 5.5 7

Hauteur d’eau (m) 4.3 5.3 6.7

Diamètre intérieur (m) 18 10.08 14

31  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA 

Figure 12 : plan d’implantation des ouvrages

32  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA 

4.6 Résultats
4.6.1 Armatures et épaisseurs en statique
Décanteur Epaississeur Bassin tampon

Epaisseur de voile (m) 0.25 0.22 0.25

Densité d’armatures (cm²/ml)

Horizontales (nappe inf + sup) 20HA14=30.79 18HA14=21.71 20HA16=40.21

Verticales (bas de voile) 8HA10=6.28 7HA10=5.5 6HA10=4.71

Verticales (milieu de voile) 6HA10=4.71 5HA10=3.93 10HA10=7.85

Facteur dimensionnant fissuration fissuration fissuration

4.6.2 Armatures et épaisseurs au séisme

Décanteur Epaississeur Bassin tampon

Epaisseur de voile (m) 0.25 0.22 0.25

Densité d’armatures
(cm²/ml)

Horizontales (nappe inf + sup) 10HA14=15.39 10HA14=15.39 8HA16=16.09

Verticales (bas de voile) 5HA10=3.93 4HA10=3.14 5HA10=3.93

Verticales (milieu de voile) 5HA10=3.93 4HA10= 3.14 5HA10=3.93

Les fiches Excel à l’Eurocodes qui produisent les calculs sont données en Annexe 1 et 2.
Seulement le calcul du décanteur est montré en exemple.

Pour des réservoirs sur radier, l’ELS statique dimensionne les trois ouvrages. La limitation
des fissures en classe d’étanchéité 2 est très contraignante et double la quantité d’armatures
par rapport aux ELU statique et sismique.

4.7 Décanteur sur pieux


 

A l’issue de l’Avant projet, et au vu du rapport géotechnique, il a été décidé qu’un radier


suffisait pour fonder les trois réservoirs. Dans ce paragraphe, nous calculons les efforts dans

33  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA 

le voile du décanteur, fondé sur un massif de 20 pieux, ancrés de 3 diamètres dans le


substratum rocheux, en comparaison avec les efforts calculés pour le décanteur sur radier.

4.7.1 Schéma de l’ouvrage sans les pieux

4.7.2 Masses et raideurs

Masse totale de fluide Mf=1094T

M0=781T, Mi=313T

Masse du réservoir Mr=497T

T0=Tconv=5.34s.

k1=M0*(2*Pi/T0)²=1082.10^4N/m

Pour le calcul de k0, on modélise un des 20 pieux dans le sol et on lui applique un effort de
1MN au niveau de l’encastrement en tête, pour lire le déplacement.

On utilise la norme NF-P 94-262 (norme pieu). On prend 3*Kf pour les applications de très
courte durée. Les calculs sont tous faits avec Excel.

         séisme  3*Kf (Mpa) 

Diamètre B  600     remblai  65.53 


mm
B0  600     limons  145.54 
mm
         Sables‐ 832.19 
graveleux 
   Application de  très courte durée    
   EM(MPa) pf*(MPa)  pl*(MPa) α  Kf (MPa) 
remblai  4.86  0.15  0.36 0.50 21.84 
limons  10.80  0.32  0.48 0.50 48.51 
sables‐gr.  73.90  2.03  2.08 0.67 277.40 
Tableau 1 : calcul des ressorts à l’aide de la norme pieu

34  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA 

Figure 13 : modélisation des ressorts de sol Figure 14 : déplacements horizontaux


pour un pieu sous 1MN

On obtient la souplesse du massif de pieux S= 0.01m/20=0.484 mm/MN,

soit k0= 1/0.000484=2066.10^6N/m.

4.7.3 Calcul de la portance en statique


 

On utilise la norme NF-P 94-262 (norme pieu). On calcule à l’ELU Fondamental. Tout est fait
à l’aide d’Excel. Les valeurs obtenues d’après la géotechnique sont données dans le cadre
ci-dessous.

Rc,d= (Rb,k+ΣRs,i,k)/1.1=1388kN

Descente de charges:

MT=1.35*(Mf+Mr+M,pieux)=27290kN

Pour 20 pieux : 20*Rc,d=27760kN

On en conclut que 20 pieux suffisent pour supporter le poids de l’ouvrage

35  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA 

Procédure du "modèle de terrain" :


Terme de pointe
Rb,k : Coefficients de modèle :

Section de
pointe Ab = 0.283 m² ɣRd,1 = 1.15
kp = 1.08 ɣRd,2 = 1.10
ple* = 4086.67 kPa
qb = 4410.89 kPa
qb,k = 3486.87 kPa
Rb,k = 985.89 kN

Terme de frottement latéral


Rs,k :

Choix de Epaisseur pl*(z)


α fsol[pl*(z)]
qs,i,k
Rs,i,k (kN)
la courbe (m) (MPa) (MPa)
Remblai Q1 2.5 0.359 1.1 0.029 0.026 120.39
Limons Q1 4 0.483 1.1 0.034 0.029 221.69
Sables graveleux Q2 1.8 2.08 1 0.074 0.059 198.86

ΣRs,i,k = 540.94 kN

Tableau 2: calcul de la portance à l’aide de la norme pieu

4.7.4 Calcul de l’effort horizontal du au séisme


 

Pour calculer l’effort horizontal du au séisme, on applique le modèle des deux masses et
deux ressorts (voir Annexe 1 pour le détail des calculs) :

Période du mode I : T,I=5.35s, Sd(T,I)=0.242m/s²

Période du mode II : T,II=0.39s, Sd(T,II)=4.54m/s²

La valeur de l’accélération de la structure pour le mode II se situe sur le palier du spectre.

36  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA 

Forces horizontales
P1,I 190.03 10^4N force horizontale dûe à Mo, mode I
Po,I 1.03 10^4N force horizontale dûe à Mi, mode I

P,I 191.06 10^4N P1,I+Po,I

P1,II -19.17 10^4N force horizontale dûe à Mo, mode II


Po,II 3658.01 10^4N dorce horizontale dûe à Mi, mode II

P,II 3638.84 10^4N P1,II+Po,II

P 3643.86 10^4N Effort tranchant en tête du massif de pieux,


Racine(P,I²+P,II²)
P/pieu 182.19 10^4N Effort tranchant en tête de chaque pieu,
nb pieux 20 Racine(P,I²+P,II²)/(nb pieux)

Les efforts sont essentiellement amenés par le mode II.

4.7.5 Calcul des déplacements horizontaux des pieux


 

On applique maintenant 182.19T en tête d’un pieu avec la même modélisation du sol, et on
mesure les déplacements.

Le déplacement en tête vaut 1mm, la rotation en tête est considérée nulle.

Le moment maximum dans le pieu vaut 0.1MN.m.

4.7.6 Sections d’acier dans le voile


 

Comme l’outil Excel ne calcule les moments dans les parois que pour les réservoirs posés
au sol, on considère que la base du réservoir est soumise à l’accélération induite par le
mode II de la structure, prépondérant devant le mode I.

On a donc, en reprenant la modélisation de la figure 6,

T,imp=T,II=0.39s

T0=Tconv=5.34s

Par le calcul des feuilles de l’Annexe 1, en modifiant les périodes, on obtient des pressions
d’impulsions 3 fois plus élevées sur pieux que sur radier.

37  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 4 : APPLICATION DES OUTILS SUR L’AFFAIRE D’ARKEMA 

Calcul au séisme (sur pieux) Décanteur

Epaisseur de voile (m) 0.25

Densité d’armatures (cm²/ml)

Horizontales (nappe inf + sup) 10HA14=15.4

Verticales (bas de voile) 6HA10=4.71

Verticales (milieu de voile) 5HA10=3.93

Facteur dimensionnant fissuration

38  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CONCLUSION 

CONCLUSION
 

Les outils créés ont apporté plusieurs réponses concernant le dimensionnement des
réservoirs. On peut affirmer, de manière générale, que :

- L’effet de l’ISS sur la structure est défavorable en cas de séisme.

- Sur pieux ou sur radier, L’ELS statique est dimensionnant pour l’épaisseur et les
aciers de la jupe dès que l’on impose des exigences d’étanchéité.

- Dans le cas du réservoir sur pieux, le séisme dimensionne les armatures des pieux
car il engendre un moment et un effort tranchant important en tête de ceux-ci.

- La portance à L’ELU statique fondamental dimensionne avec une forte probabilité le


nombre de pieux et le diamètre.

La précision des outils employés pour ce cas d’étude suffit en phase d’Avant-Projet, car
plusieurs hypothèses vont dans le sens de la sécurité : On calcule à chaque fois 2 nappes
d’acier égales de chaque côté, et les hypothèses d’encastrement de la jupe sont
défavorables. Ces outils ne permettent donc pas d’optimiser les matériaux.

En plus d’effectuer ces calculs, il faut vérifier des problèmes d’ordre pratiques pour la
construction de réservoirs. Par exemple, l’espacement des aciers ne doit pas êtres inférieur
à 10cm. La jupe doit avoir une épaisseur minimale (20 cm environ) pour faciliter la mise en
place des aciers.

En phase projet, et éventuellement lorsqu’on est dans une zone à forte sismicité, une
modélisation numérique du réservoir et des fondations pourrait prendre en compte:

- L’encastrement partiel de la jupe dans le radier

- La rigidité du radier et des couches superficielles de sol

- La liquéfaction des sols sous l’effet du séisme

39  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 5 : BLIBLIOGRAPHIE 

CHAPITRE 5 : BLIBLIOGRAPHIE
 

- Annales de l’ITBTP N°409 de Novembre 1982 – « Calcul pratique de réservoirs en


zone sismique » - Victor DAVIDOVICI et Abdelkader HADDADI.
http://fr.scribd.com/doc/50795478/calcul-reservoir-seisme-2

- Norme NF EN 1998-4, Annexe A : « Méthodes de calcul sismique pour les


réservoirs», par Pierre SOLLOGOUB, référent eurocode 8,
pierre.sollogoub@gmail.com.

- Bulletin of the Seismological Society of America. Vol 53, No. 2 - pp. 381-387 – « The
Dynamic Behaviour of Water Tanks » - George W. HOUSNER -
http://books.google.fr/books?id=scdSM9BHgAAC&pg=PA381&lpg=PA381&dq=%E2
%80%93%C2%AB+The+Dynamic+Behaviour+of+Water+Tanks+%C2%BB+-
+George+W.+HOUSNER&source=bl&ots=EaMXPElGO9&sig=Zeah1p128TLlPAnM3
4gHb1j2m-
4&hl=fr#v=onepage&q=%E2%80%93%C2%AB%20The%20Dynamic%20Behaviour
%20of%20Water%20Tanks%20%C2%BB%20-
%20George%20W.%20HOUSNER&f=false

- Annales de l’ITBTP Avril-Juin 2010, n°2-3 – « Analyse hydrodynamique d’un


réservoir circulaire en béton armé, posé au sol » - Hocine HAMMOUM, Karima
BOUZELHA, Nacer Eddine HANNACHI – p 13 à 19 -
http://congres.eska.fr/pdf/ABTP%202-3%202010.pdf

- « Guideline for seismic design of liquid storage tanks »- Indian Institute of


Technology Kanpur – Octobre 2007-
http://www.scribd.com/doc/22394223/Guidelines-for-Seismic-Design-of-Liquid-
Storage-Tanks

40  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

CHAPITRE 6 : ANNEXES
 

Liste des annexes

- Annexe 1 : « EC8_Res_Circ_v2.0 » : Outil de calcul Excel pour le dimensionnement


de réservoirs au séisme à l’Eurocode (feuilles de calcul du décanteur d’Arkema sur
radier)

- Annexe 2 : « EC2 Poutre RC_Res_circ V1.0 » : Outil de calcul Excel pour le


dimensionnement de réservoirs en statique à l’Eurocode (feuilles de calcul du
décanteur d’Arkema)

- Annexe 3 : « EC8_Res_Circ_v2_Rapport_Validation » : rapport de validation de l’outil


« EC8_Res_Circ_v2.0 » (extrait de validation de la feuille de calcul à l’EC8 en paroi
rigide)

- Annexe 4 : NF-EN 1998-4, ANNEXE A : « méthode de calcul sismique pour les


réservoirs » - Pierre SOLLOGOUB.

- Annexe 5_Partie 1 : Annales de l’ITBTP N°409 de Novembre 1982 – « Calcul


pratique de réservoirs en zone sismique » - Victor DAVIDOVICI et Abdelkader
HADDADI
Méthode de Housner appliquée aux réservoirs circulaires posés au sol
http://fr.scribd.com/doc/50795478/calcul-reservoir-seisme-2

- Annexe 5_Partie 2 : Annales de l’ITBTP N°409 de Novembre 1982 – « Calcul


pratique de réservoirs en zone sismique » - Victor DAVIDOVICI et Abdelkader
HADDADI
Méthode de Housner appliquée aux châteaux d’eau

- Annexe 6_Partie 1 : « Guideline for seismic design of liquid storage tanks »- Indian
Institute of Technology Kanpur – Octobre 2007-
Liste des formules pour la methode de Housner
http://www.scribd.com/doc/22394223/Guidelines-for-Seismic-Design-of-Liquid-
Storage-Tanks

- Annexe 6_Partie 2 : « Guideline for seismic design of liquid storage tanks »- Indian
Institute of Technology Kanpur – Octobre 2007-
Calcul des efforts tranchants dans un château d’eau sous actions sismiques

- Annexe 7 : Résultats du sondage pressiométrique sur le site de la future unité de


traitements des eaux industrielles pour l’usine d’Arkema – Etude Fondasol –
Novembre 2010

41  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

Annexe 1 : feuilles de calcul au séisme du décanteur d’Arkema sur radier

42  Rapport de PFE : Boris Limousin 
Spectre de calcul accélération horizontale, selon EC8-1, p36

S TB(s) TC(s) TD(s)


1,50 0,06 0,40 2,00

agr(m/s²) gi Amortissement q
1,10 1,10 0,05 1,00

Sd(T)(X,Y)

5,00

4,50

4,00

3,50

3,00

2,50 Sd(T)(X,Y)
2,00

1,50

1,00

0,50

0,00
1 6 11 16 21 26 31 36 41 46 51 56 61 66 71 76 81 86 91
calcul selon la table A.2 de EC8-4-Annexe A: procédé simplifié pour les
réservoirs cylindriques à base fixe (paroi rigide) (p48)
Vérification pour application de Houzner H/r=g D/h=2/g R/h=1/g
(condition H/r<1,5)
Housner ok 0,48 4,19 2,09
Re 9,25 m Rayon moyen du réservoir
He 4,30 m Hauteur d'eau utile du réservoir
Ri 9,00 m Rayon intérieur du réservoir
e 0,25 m épaisseur du réservoir

Calcul des masses actives et passives


m 1094,22 T masse totale du fluide
mi 313,19 T Masse passive du fluide (impulsion)
mc 781,03 T masse active du fluide (oscillation)

Calcul des hauteurs d'application des pressions


hi 1,72 m hauteur d'application de Pi pour le calcul du moment dans la paroi
hi' 6,84 m hauteur d'application de Pi pour le calcul du moment de renversement
h0 2,32 m hauteur d'application de P0 pour le calcul du moment dans la paroi
h0' 7,43 m hauteur d'application de P0 pour le calcul du moment de renversement

calcul des pressions d'impulsion et d'oscillation et d'inertie


Timp 0,00 s période naturelle de la réponse impulsive
Tconv 5,34 s période du mode fondamental de vibration du liquide
Sd(Timp) 1,21 m/s² Sd(Tconv) 0,24 m/s²
Mt 0,00 T masse toit Mp 161,25 T Masse paroi
Pi 378,96 kN Pression d'impulsion ponctuelle exercée sur la paroi
P0 189,01 kN Pression d'oscillation ponctuelle exercée sur la paroi
Pc 195,11 kN Pression d'inertie de la paroi
Pt 0,00 kN Pression d'inertie du toit
Calcul de moments à la jonction jupe-radier
Moments de renversement juste au-dessus de la plaque de base

Mi 651,81 kN.m moment dû à la composante de l'impulsion


M0 439,33 kN.m moment dû à la composante de l'oscillation
Mrc 439,01 kN.m moment de renversement induit par la paroi
M=Mi+M0+Mrc 1530,15 kN.m Moment de renversement juste au-dessus de la plaque de base
pour le calcul de M, les masses m0 et mi sont appliquées aux hauteurs h0 et hi

Moments de renversement juste sous la plaque de base

Mi' 2592,75 kN.m moment de renversement sous l'action de l'impulsion


M0' 1404,23 kN.m moment de renversement sous l'action de l'oscillation
Mrc 439,01 kN.m moment de renversement induit par la paroi
M'=Mi'+M0'+Mrc 4435,99 kN.m
pour le calcul de M', les masses m0 et mi sont appliquées aux hauteurs h0' et hi'

M,reservoir 1591,47 T masse du réservoir plein (eau+béton armé)


Ms 147211,15 kN.m moment stabilisant induit par la masse du réservoir
Ms/M' 33,19 stabilité
h 4,30 m
D 18 m
Ah,i*g 1,21 m/s²
Ah,c*g 0,24 m/s²
r 1000,00 Kg/m^3
F 0 degrés
g 9,81 m/s²
h/D 0,24

intégrale (piw) 25,15


b 11,70
pente 2,72
y (m) Qiw (-) piw (Kn/m²) modélisation ch. Triangulaire (Kn.m²)
0 0,86 9,00 11,70
0,43 0,86 8,91 10,53
0,86 0,83 8,64 9,36
1,29 0,79 8,19 8,19
1,72 0,73 7,56 7,02
2,15 0,65 6,75 5,85
2,58 0,55 5,76 4,68
3,01 0,44 4,59 3,51
3,44 0,31 3,24 2,34
3,87 0,16 1,71 1,17
4,3 -3,84E-16 0,00 0,00

Qiw (-)
1,00
0,86 0,86 0,83
0,80 0,79
0,73
0,65
0,60
0,55
0,40 0,44 Qiw (-)
0,31
0,20 0,16
0,00 -3,84E-16
0 0,43 0,86 1,29 1,72 2,15 2,58 3,01 3,44 3,87 4,3
-0,20

14,00
12,00
10,00 piw (Kn/m²)
9,00 8,91 8,64
8,00 8,19
7,56
6,75 modélisation ch.
6,00 5,76 Triangulaire (Kn.m²)
4,59
4,00
3,24
2,00 1,71
0,00 0,00
-2,00 0 0,43 0,86 1,29 1,72 2,15 2,58 3,01 3,44 3,87 4,3
moyenne (piw)
1,43

y (m) Qcw (-) pcw (Kn/m²) modélisation ch. Rectangulaire (Kn/m²)


0 0,40 1,16 1,43
0,43 0,40 1,16 1,43
0,86 0,40 1,18 1,43
1,29 0,41 1,20 1,43
1,72 0,42 1,23 1,43
2,15 0,44 1,27 1,43
2,58 0,46 1,32 1,43
3,01 0,48 1,38 1,43
3,44 0,50 1,46 1,43
3,87 0,53 1,54 1,43
4,3 0,56 1,63 1,43

Qcw (-)
0,60
0,56
0,53
0,50 0,50
0,46 0,48
0,42 0,44
0,40 0,40 0,40 0,40 0,41

0,30
Qcw (-)
0,20

0,10

0,00
0 0,43 0,86 1,29 1,72 2,15 2,58 3,01 3,44 3,87 4,3

1,80
1,60 1,63
1,54
1,40 1,46
1,38
1,23 1,27 1,32
1,20 1,16 1,16 1,18 1,20
pcw (Kn/m²)
1,00
0,80
modélisation ch.
0,60
Rectangulaire (Kn/m²)
0,40
0,20
0,00
0 0,43 0,86 1,29 1,72 2,15 2,58 3,01 3,44 3,87 4,3
Sommation des pressions

y (m) piw + pcw (kN/m²) Modélisation triangulaire (kN/m²) résultante (kN/m²)


0 10,16 14,34 30,83
0,43 10,07 12,91 b 14,34
0,86 9,81 11,47 h 4,30
1,29 9,39 10,04 pente 3,33
1,72 8,79 8,60
2,15 8,02 7,17
2,58 7,08 5,74
3,01 5,97 4,30
3,44 4,70 2,87
3,87 3,25 1,43
4,3 1,63 0,00

16,00

14,00

12,00

10,00
piw + pcw (kN/m²)

8,00
Modélisation triangulaire
(kN/m²)
6,00

4,00

2,00

0,00
0 0,43 0,86 1,29 1,72 2,15 2,58 3,01 3,44 3,87 4,3

Actions dues à l'inertie de la paroi Pinertie (KN/m²) 0,80

Moment à la base (KN.m/ml) Moment en milieu de voile (KN.m/ml)


-0,53 0,17

Effort de cerces (KN/ml)


7,72

Moment de flexion total à la base (KN.m/ml) Moment flexion total en milieu de voile (KN.m/ml)
-7,50 3,20

Effort de cerce total maximal (KN/ml)


82,98
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

Annexe 2 : feuilles de calcul du décanteur d’Arkema en statique

43  Rapport de PFE : Boris Limousin 
Calculs du réservoir en service selon eurocode 2-3

Aciers d'encastrement à la base (tableau 7 alpha9) / hypothèse encastrement parfait sur radier
H= 4.5 m classe d'étanchéité de l'ouvrage 2.00
He= 4.3 m enrobage intérieur 0.028 m
2R= 18 m enrobage extérieur 0.028 m
h= 0.25 m diamètre armatures verticales HA 10 m
Beta= H² / 2Rh = 4.11

Calcul armatures
M= -20.91 kN,m/ml
As1 (ELU, nappe inf)= 3.34 cm²/ml (selon EC2-1)
As,min 3.34 cm²/ml (selon EC2-1)
As1 (ELS, nappe inf)= 6.28 cm²/ml

Vérifications

ouverture de fissures

x1 (longueur comprimée) 0.054 m


xmin 0.050 m
section soumise à des actions alternées (flexion possible dans les deux sens) NON
fissure traversante NON selon article (112) de EC2-3, p 11

wk1 0.15 mm selon clause 7.3.1 (111) Annexe Nationale EC2-3


wk 0.13 mm selon article 7.3.4 (calcul de l'ouverture des fissures), EC2.1, p114
ouverture de fissures satisfaisante
nb de barres sur chaque nappe à l'ELS 8

contrainte dans les aciers 164 Mpa


contrainte de compression dans le béton 3.20 Mpa

Calcul de la contrainte de traction dans le béton en section homogène

Section d'acier sur chaque face: 6.28 cm²/ml


distance à l'axe neute: 0.10 m
I hors aciers: 0.0013 m4 I avec aciers: 0.0015 m4

Sigma= -1.74 Mpa


limité à 2.90 Mpa

Contrainte de traction dans le béton Sigma= 1.74 Mpa


contrainte de traction ok
Calcul approché moment dans paroi / hypothèse parfaitement articulé beta >6
H= 4.5 m classe d'étanchéité de l'ouvrage 2.00
He= 4.3 m enrobage intérieur 0.028 m
2R= 18 m enrobage extérieur 0.028 m
h= 0.25 m diamètre armatures verticales HA 10 m
Beta= H² / 2Rh = 4.11

Calcul des armatures


x2 0.90 m
M 9.09 kNm / ml
As1 (ELU, nappe inf) 3.34 cm² (selon EC2-1)
As, min 3.34 cm² (selon EC2-1)
As1 (ELS, nappe inf) 4.71 cm²/ml

Vérifications

ouverture de fissures

x1 (longueur comprimée) 0.050 m


xmin 0.050 m
section soumise à des actions alternées (flexion possible dans les deux sens) NON
fissure traversante NON selon article (112) de EC2-3, p 11

wk1 0.15 mm selon clause 7.3.1 (111) Annexe Nationale EC2-3


wk 0.09 mm selon article 7.3.4 (calcul de l'ouverture des fissures), EC2.1, p114
ouverture de fissures satisfaisante
nbre de barres sur chaque nappe à l'ELS 6

contrainte dans les aciers 94 Mpa


contrainte de compression dans le béton 1.64 Mpa

Calcul de la contrainte de traction dans le béton en section homogène

Section d'acier sur chaque face: 4.71 cm²/ml


distance à l'axe neute: 0.10 m
I hors aciers: 0.0013 m4 I avec aciers: 0.0013 m4

Sigma= 0.87 Mpa


limité à 2.90 Mpa

Contrainte de traction dans le béton Sigma= 0.87 Mpa


contrainte de traction ok
Effort de cerce (tableau 1 alpha 1)/ hypothèse parfaitement articulé à la base

H= 4.5 m classe d'exposition de l'ouvrage 2.00


2R= 18.00 m enrobage intérieur 0.028 m
h= 0.25 m enrobage extérieur 0.028 m
He= 4.3 m diamètre armatures horizontales HA 14 m
Beta= H² / 2Rh = 4.11

Calcul des armatures


N= -225.674 kN/ml
As (ELU, nappe inf + sup)= 14.48 cm²/ml (selon EC2-1)
As,min 3.19 cm²/ml (selon EC2-1)
As (ELS, nappe inf + sup) 30.79 cm²/ml

Vérifications

ouverture de fissures

x1 (longueur comprimée) 0m
xmin 0.05 m
section soumise à des actions alternées (flexion possible dans les deux sens) NON
fissure traversante OUI selon article (112) de EC2-3, p 11

wk1 0.1 mm selon clause 7.3.1 (111) Annexe Nationale EC2-3


wk 0.0861 mm selon article 7.3.4 (calcul de l'ouverture des fissures), EC2.1, p114
ouverture de fissures satisfaisante
nbre de barres posées à l'ELS 10

contrainte dans les aciers 73 Mpa


contrainte de compression dans le béton 0 Mpa

Calcul de la contrainte de traction dans le béton en section homogène

Section d'acier sur chaque face: 15.39 cm²/ml


distance à l'axe neute: 0.09 m
I hors aciers: 0.00130 m4 I avec aciers: 0.00169 m4
S hors aciers: 0.25 m2 S avec aciers 0.35247
Sigma= -0.64 Mpa
limité à 2.90 Mpa

contrainte de traction dans le béton Sigma= 0.64 Mpa


contrainte de traction ok
Limitation contrainte de traction dans les armatures_selon fascicule 74

alpha 240 Nu 1.6 Beta 30


fc28 30 ft28 2.4

Contrainte limite dans les aciers:

phi Mpa
8 214.3
10 196.7
12 183.8
14 173.7
16 165.6
20 153.2
25 142.1
32 131.1
Calcul du réservoir en service selon fascicule 74

Hauteur d'eau: 4.3 m


Charge de type hydraulique (eau) On a p= 43 kN/m2 maxi
Charge de type rectangulaire On a p= 0 kN/m2

Aciers d'encastrement à la base (tableau 7 alpha9) / hypothèse encastrement parfait sur radier

Calculs BA avec sigma= 174 Mpa à l'ELS (fasc 74 pour HA16)


triangle M0= -0.0263 pH² ou= pH²/ -38
rectangle

d= 0.20 m N= 0 kN/ml

My2= -20.91 kNm / ml


0.00 kNm / ml
-20.91 kNm / ml
A= 6.68 cm²/ml
OK HA16 e=10

Calcul sur section RDM


Section d'acier sur chaque face: 6.68 cm²/ml
distance à l'axe neute:
0.08 m
I hors aciers: 0.00130 m4 I avec aciers: 0.00141 m4

Sigma= -1.85 Mpa


limité à 1,10 teta ft28= 4.95 Mpa

Effort de cerce (tableau 1 alpha 1)/ hypothèse parfaitement articulé à la base

x/H 0.4 alpha 1= 0.58314

N= -alpha1 p R= -225.67 kN/ml


Aciers -13.68 soit par nappe 6.84 cm²/ml OK HA 16 e=10

Calcul sur section RDM


Section d'acier sur chaque face:
6.84 cm²/ml
distance à l'axe neute: 0.08 m
I hors aciers: 0.0013 m4 I avec aciers: 0.0014 m4
S hors aciers: 0.25 m² S avec aciers
0.29 m²
Sigma= -0.78 Mpa
limité à 1,10 ft28= 2.97 Mpa (teta = 1)

Calcul approché moment dans paroi / hypothèse parfaitement articulé beta >6
(donc nettement surévalué)

maximum pour x2=0,6 (Rh)^0,5= 0.90 m


M=0,094 p Rh= 9.09 kNm / ml < moment d'encastrement à la base. OK
Tables pour calcul du moment dans le voile pour un encastrement parfait à la base
Pression hydrostatique
b
x/H 0.9 0.8 0.7 0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.1 0
0.4 0.0005 0.0014 0.002 7E-04 -0.0042 -0.02 -0.03 -0.053 -0.082 -0.12
0.8 0.0011 0.0037 0.006 0.008 0.007 0 -0.01 -0.022 -0.047 -0.08
1.2 0.0012 0.0042 0.008 0.01 0.0112 0.01 0.002 -0.011 -0.031 -0.06
1.6 0.0011 0.0041 0.008 0.011 0.0121 0.01 0.006 -0.005 -0.023 -0.05
2 0.001 0.0035 0.007 0.01 0.012 0.01 0.008 -0.002 -0.019 -0.04
3 0.0006 0.0024 0.005 0.007 0.009 0.01 0.008 0.001 -0.012 -0.03
4 0.0003 0.0015 0.003 0.005 0.0066 0.01 0.007 0.002 -0.008 -0.03
5 0.0002 0.0008 0.002 0.003 0.0046 0.01 0.006 0.003 -0.006 -0.02
6 0.0001 0.0003 8E-04 0.002 0.0032 0 0.005 0.003 -0.004 -0.02
8 0 0.0001 2E-04 8E-04 0.0016 0 0.004 0.003 -0.002 -0.01
10 0 0 1E-04 4E-04 0.0007 0 0.003 0.003 -0.001 -0.01
12 0 -1E-04 1E-04 2E-04 0.0003 0 0.002 0.003 -5E-04 -0.01
14 0 0 0 0 0.0001 0 0.002 0.002 -1E-04 -0.01
16 0 0 -1E-04 2E-04 -0.0001 0 0.001 0.002 1E-04 -0.01
Charge rectangulaire
b
x/H 0.9 0.8 0.7 0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.1 0
0.4 -0.0023 -0.009 -0.023 -0.04 -0.071 -0.1 -0.15 -0.2 -0.259 -0.33
0.8 0 -6E-04 -0.003 -0.01 -0.0185 -0.04 -0.06 -0.092 -0.133 -0.18
1.2 0.0008 0.0026 0.004 0.003 -0.0009 -0.01 -0.02 -0.047 -0.082 -0.12
1.6 0.0011 0.0036 0.006 0.008 0.0068 0 -0.01 -0.027 -0.053 -0.09
2 0.001 0.0036 0.007 0.009 0.0089 0.01 -0 -0.017 -0.039 -0.07
3 0.0007 0.0026 0.005 0.007 0.0091 0.01 0.004 -0.005 -0.022 -0.05
4 0.0004 0.0015 0.003 0.005 0.0068 0.01 0.005 -0.001 -0.015 -0.04
5 0.0002 0.0008 0.002 0.004 0.0051 0.01 0.005 7E-04 -0.01 -0.03
6 0.0001 0.0004 0.001 0.002 0.0036 0 0.005 0.002 -0.007 -0.02
8 0 0.0001 3E-04 8E-04 0.0018 0 0.004 0.002 -0.004 -0.02
10 0 -1E-04 0 2E-04 0.0009 0 0.003 0.003 -0.002 -0.01
12 0 0 -1E-04 0 0.0004 0 0.002 0.002 -0.001 -0.01
14 0 0 0 0 0.0002 0 0.002 0.002 -7E-04 -0.01
16 0 0 0 -0 0.0001 0 0.001 0.002 -5E-04 -0.01
Tables pour calcul de l'effort normal dans le voile pour une articulation à la base
b
x/H 1 0.9 0.8 0.7 0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.1 0
0.4 0.474 0.44 0.395 0.352 0.308 0.28 0.215 0.165 0.111 0.057 0
0.8 0.423 0.402 0.381 0.358 0.33 0.3 0.249 0.202 0.145 0.076 0
1.2 0.35 0.355 0.361 0.362 0.358 0.34 0.309 0.256 0.186 0.098 0
1.6 0.271 0.303 0.341 0.369 0.335 0.34 0.362 0.314 0.233 0.124 0
2 0.203 0.26 0.321 0.373 0.411 0.43 0.419 0.369 0.28 0.151 0
3 0.074 0.179 0.281 0.375 0.449 0.51 0.519 0.479 0.375 0.21 0
4 0.017 0.137 0.253 0.367 0.469 0.55 0.579 0.553 0.447 0.256 0
5 -0.003 0.114 0.235 0.356 0.469 0.56 0.617 0.606 0.503 0.294 0
6 -0.011 0.103 0.223 0.343 0.463 0.57 0.639 0.643 0.547 0.327 0
8 -0.016 0.096 0.208 0.324 0.443 0.66 0.661 0.697 0.621 0.386 0
10 -0.006 0.095 0.2 0.311 0.428 0.55 0.666 0.73 0.678 0.433 0
12 -0.002 0.097 0.197 0.302 0.417 0.54 0.664 0.76 0.72 0.477 0
14 0 0.098 0.197 0.299 0.408 0.53 0.659 0.761 0.762 0.513 0
16 0.002 0.1 0.198 0.299 0.403 0.52 0.65 0.764 0.776 0.543 0
Géométrie
Données
b 1,000 m Prendre b le côté parallèle aux aciers
h 0,250 m
Enrobage c 0,038 m c'
Barres supérieures 14 Øbarre (A') = 0,014 m sur 1 Lit(s) As2
Barres inférieures 14  Øbarre (A) = 0,014 m sur 1 Lit(s) d
h
d (facultatif)* 0,212 m
c' (facultatif)* 0,028 m As1

d 0,212 m
c' 0,038 m
*Les valeurs de d et c' sont calculées automatiquement. Il est néanmoins possible de renseigner leurs valeurs, dès lors prioritaires
b
sur les valeurs calculées, afin de couvrir des cas particuliers de disposition des aciers.

Rédacteur : Ophélie Frérot Selon Eurocode 2 Projet de fin d'étude : 2011


Dimensionnement à l'ELU

Moment ultime : 0.00 kN.m Mettre les signes


Effort normal ultime : -225.67 kN (compression
Moment de service : 0.00 kN.m positive et traction
Effort normal de service (QP): -225.67 kN négative)

Modèle : Elastoplastique parfait

Conclusion - Flexion composée - ELU

e0 0 m

Section entièrement tendue

As1 7.24 cm2


As2 7.24 cm2

Conclusion - flexion composée

Barres d'armatures supérieures :

5 barres HA 14 sur 1 Lit(s)


Soit : 5 barres @ 22.7 cm c/c
0 barres @ 0 cm c/c
0 barres @ 0 cm c/c

Barres d'armatures inférieures :

5 barres HA 10 sur 1 Lit(s)


Soit : 5 barres @ 22.7 cm c/c
0 barres @ 0 cm c/c

0 barres @ 0 cm c/c

ELU - flexion simple (calcul pour sections partiellement tendues)

Valeurs de µ et α au moment ultime


fcu 20.00 MPa
µbu -0.0218
α -0.0270

Valeurs de µ et α à la frontière Pivot A / Pivot B


λ 0.80
η 1.00
µbu(AB) 0.0561
α(AB) 0.0722

Calcul des aciers necessaires à l'ELU


A 3.19 cm2
A' 0.00 cm2

y -0.57 cm

Rédacteur : Ophélie Frérot Selon Eurocode 2 Projet de fin d'étude : 2011


Vérifications en service

Données
La vérification se fait à l'ELS quasi permanent sauf pour les ponts où elle se fait à l'ELS
fréquent

Effort normal de service (QP) : -225.67 kN


Effort normal de service (fréquent) : -225.67 kN
Effort normal de service (caract) : -225.67 kN
As1 15.39 cm2 Donner les aciers mis en
As2 15.39 cm2 place
Øeq barres inf 14 Mettre 20 pour Ø20

Méthode utilisée pour contrôle fissuration ? directe


Classe d'exposition : 0
Moment utilisé pour contrôle fissuration ? Mcaract

Coefficients
k1 0.8 0,8 barres HA, 1,6 barres lisses
k2 1 0,5 en flexion pure, 1 en traction pure
k3 2.57 Valeur recommandée EC2 - Annexe française
k4 0.425 Valeur recommandée EC2
kt 0.4 0,6 pour un chargement de courte durée
0,4 pour un chargement de longue durée

kc 0.4 Coefficient prenant en compte la répartition des contraintes.


Laisser la valeur à 0,4 dans le cas général.
k 1 (dépends de la hauteur de la poutre)

Ouverture maximale de fissure autorisée


wmax 0.10 mm dépends de la classe, voir tableau ci-dessous

L' Eurocode 2 (NF EN 1992-1-1), Section 7.3, préconise une quantité minimale d'acier pour le
contrôle de la fissuration, telle que :
As1,min = kc.k.fct,eff Act/σs
Elements en béton armé et
Elements en béton précontraint
éléments en béton précontraint à
Classe à armatures adhérentes
armatures non adhérentes
d'exposition
Combinaison quasi-permanente des
Combinaison fréquente des charges
charges

X0, XC1 0,41 0,2


XC2, XC3, XC4 0.3 0,22
XD1, XD2, XS1, XS2, XS3 0.2 Décompression
NOTE 1 Pour les classes d'exposition X0 et XC1, l'ouverture des fissures n'a pas d'incidence sur la durabilité et cette limite est
fixée pour garantir un aspect acceptable. En l'absence de conditions sur l'aspect, cette limite peut être traitée de manière moins
stricte.

NOTE 2 Pour ces classes d'exposition, en outre, il convient de vérifier la décompression sous la combinaison quasi-permanent
des charges.

Contrôle des contraintes (à l'ELS QP)

Rappel:
Nous sommes en Section entièrement tendue

σbc 0.0 MPa


σs1 73.3 MPa
σs2 73.3 MPa

Pas de problème de contrainte dans les aciers et le béton


Vérifications en service
Contrôle des contraintes (à l'ELS fréquent)

Rappel:
Nous sommes en Section entièrement tendue

σbc 0.0 MPa


σs1 73.3 MPa
σs2 73.3 MPa

Contrôle des contraintes (à l'ELS caract)

Rappel:
Nous sommes en Section entièrement tendue

σbc 0.0 MPa


σs1 73.3 MPa
σs2 73.3 MPa

Pas de problème de contrainte dans les aciers et le béton

Contrôle de la fissuration (méthode directe)

S'agit-il d'une poutre de pont ? N (Valeurs : O pour Oui, N pour Non)

fct,eff 2.90 MPa fct,eff = fctm, et au moins 2,9 pour les ponts

Ac,eff 950.00 cm2 aire de la section de béton effective autour des armatures tendues
ρp,eff 0.0162
sr,max 391 mm
αe 6.0908
εsm-εcm 0.000219901
wk 0.086 mm ouverture de fissure

Ouverture de fissure satisfaisante.

Rédacteur : Ophélie Frérot, Rémi Jannin Selon Eurocode 2 Projet de fin d'étude : 2012
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

Annexe 3 : extrait de validation de la feuille de calcul à l’EC8 en paroi rigide

44  Rapport de PFE : Boris Limousin 
Application de « Guideline for seismic design of liquid storage tanks » - Indian Institute
Egis Eau
of Technology Kanpur – doc [5]

Niveau d’application des pressions d’impulsion hi=1.39m


Moment de flexion d’impulsion Mfi=504.98kN.m
Niveau d’application des pressions d’impulsion h0=2.18m.
Moment de flexion d’oscillation Mf0=442.68kN.m

5.2.5 Calcul des moments de renversement d’ensemble


Niveau d’application des pressions d’impulsion incluant la pression sur la base hi*=3.28m (voir
note importante 3)
Moment de renversement d’impulsion Mri=1194.64kN.m
Niveau d’application des pressions d’oscillation incluant la pression sur la base h0*=3.09m
Moment de renversement d’oscillation Mr0=629.3kN.m

5.2.6 Etat limite ultime de stabilité


Masse du réservoir plein = 318.95t
Moment stabilisant Ms=13651.89 kN.m (pris en compte du poids de l’eau+radier+toit+parois)
Moment de renversement Mr=2279.04 kN.m
Ms/Mr=5.99.

5.2.7 Formules de calcul


Elles sont données en annexe 2

Page 14
EC8_Res_Circ_v1.0_Rapport_Validation
Egis Eau Résultats feuille de calcul “eurocode paroi rigide”

Chapitre 6 Résultats feuille de


calcul “eurocode paroi rigide”

6.1 Rappel des données

6.1.1 Document de référence


La feuille excel est une application numérique du document : [3] Annales de Eurocode 8-4
ANNEXE A - « Méthodes de calcul sismique pour les réservoirs », rédigée par P.SOLLOGOUB

6.1.2 Caractéristiques du réservoir


Elles sont les mêmes que précédemment.

6.1.3 Accélération du sol


On a retenu le spectre de calcul de l’EC8 avec :
am= 3,68m/s²
TB=T1= 0,15s
TC=T2= 0.5s
TD=3s

6.1.4 Formules de calcul :


On utilise la table fournie en p48 du document [3]. Les formules littérales de tous les
paramètres sont données dans les paragraphes précédents à l’aide des fonctions de Bessel.

Page 15
EC8_Res_Circ_v1.0_Rapport_Validation
Egis Eau Résultats feuille de calcul “eurocode paroi rigide”

6.1.5 Résultats

Page 16
EC8_Res_Circ_v1.0_Rapport_Validation
Egis Eau Tableau comparatif des résultats

Chapitre 7 Tableau comparatif des


résultats

Résultats doc Résultats feuilles % différence


[4] excel après
correction
am=3,68 Mfi 504.98 561.68 10.09
Ri=4,15 Mf0 442.68 462.21 4.23
He=3,7 Mri 1194.54 1123.52 -6.32
Mr0 629.30 667.95 5.79
am =1 Ri= Mfi 137.22 152.63 10.10
4,15 Mf0 120.29 125.60 4.23
He=3,7 Mri 324.60 305.30 -6.32
Mr0 171.00 181.50 5.79
am=3,68 Mfi 344.47 377.43 8.73
Ri=10 Mf0 328.24 354.98 7.53
He=3,7 Mri 2035.53 2101.34 3.13
Mr0 1607.78 1846.46 12.93

NOTES :
L’écart entre les valeurs de la table de l’eurocode et les valeurs du document [5] a deux
explications possibles :
- La recherche automatique des résultats dans les tables peut conduire à des
imprécisions.
- L’Eurocode utilise des fonctions de Bessel alors que le doc [5] utilise les formules
simplifiées issues de la méthode de Housner.

En suivant le doc [1], on trouve une valeur de masse active (M0) 34% plus faible qu’avec le doc
[5] et l’Eurocode. En l’absence d’éléments plus précis nous permettant de justifier l’utilisation
d’une méthode plutôt qu’une autre, nous préconiserons l’Eurocode, où les calculs sont plus
affinés et plus récents.
Si l’on observe les résultats dans la dernière feuille « calcul eurocode paroi flexible », la
pression impulsive augmente de 30%, à cause du fait que l’on considère une structure plus
souple. Mais le calcul des moments sur parois flexibles ne se fait pas pour les réservoirs en
béton armé.

Page 17
EC8_Res_Circ_v1.0_Rapport_Validation
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

Annexe 4 : NF-EN 1998-4, ANNEXE A

45  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

Annexe 5_Partie 1 : Méthode de Housner appliquée aux réservoirs posés au sol

46  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

Annexe 5_partie 2 : Méthode de Housner appliquée aux châteaux d’eau

47  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

Annexe 6_Partie 1 : Liste des formules pour la méthode de Housner

48  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

Annexe 6_Partie2 : Calcul des efforts tranchants dans un château d’eau sous
actions sismiques

49  Rapport de PFE : Boris Limousin 
  CHAPITRE 6 : ANNEXES 

Annexe 7 : Etude Fondasol – Novembre 2010 – Arkema

50  Rapport de PFE : Boris Limousin 

Vous aimerez peut-être aussi