Vous êtes sur la page 1sur 185

DEDICACE

Je dédie ce mémoire
À feu mon père KANKEU François
À feue ma mère KENGNE Marie
Qu’ils trouvent en ce travail un signe de reconnaissance pour
tous les bienfaits et les conseils prodigués.
À mon fils Andrew Harold SUFO SIÉLINOU ; qu’il trouve en
ceci un exemple à suivre et un signe de persévérance et
d’endurance.
Par ce travail je rends hommage au feu Dr Théophile
ASSONGMO

i
REMERCIEMENTS
La réalisation de ce travail n’a été possible qu’avec l’apport des plusieurs personnes
dont je ne saurais remercier ici. Je tiens à exprimer toute ma gratitude au Pr Martin Kueté qui
a accepté de superviser de travail. Je remercie aussi le Dr Nkankeu François et le Dr Sigha
Nkamdjou pour les conseils et les différentes corrections qu’ils ont apportés à cette thèse. Je
remercie tous les enseignants du département notamment Pr Tsalefac, Dr Hatcheu E. Tchawe,
Dr Tazo, Dr Kelédjoué, Dr Yémmafouo, pour tous les conseils qu’ils m’ont prodigués. Dans
la même lancée, je remercie Pr Fonteh Fru, Pr Pamo Tedonkeng, Mme Lengue, Mr Téné, Mr
Samba, Mr Mofor pour leur disponibilité.
Mes remerciements vont en l’endroit de tous les grands frères académiques à l’instar
de Mr Tchinda, Mr Ngouanet et Mr Kaffo qui m’ont encouragé dans la rédaction de ce
travail. Ma gratitude va également vers tous mes amis du laboratoire de géomatique et plus
particulièrement Tépoulé, Yémelong, Lémouogué, Nguéfor, Ndoki, Saha, Nzussegaing,
Nguefor, Nzéné, Ako, Tafouyem, Nelly Mepah Sielinou et Nathan Boon pour leurs conseils.

Je ne saurai oublier mes amis et mes camarades de promotion : Kuiguing, Menfo,


Afsatou Rahamatou, Fotso, Mafotsin, Djohou, Nzeugang, Saïbou Koïranga, Tchouanté,
Kouokam Tcheutchoua pour leur soutien infaillible.

Pour leur aide et leur soutien sans faille, je remercie par la même occasion mes frères
et sœurs dont la liste n’est pas exhaustive : Dr Tedjouka, Tatsinkou, Fongang, Sigha, Mbah,
Kengne., Sandeu, Kamté, Tagne, Madé, Mahaka, Djouka, Mankou, Madeyo, Kengne,
Kougoum, Djouonzo, Djoukouo et Noussi. Ces remerciements aussi vont aussi à mes cousins
et cousines Demgne, Koumba, Tewaffo, Kuate, Signé, Tchinda.
Je remercie mes parents qui ont toujours été à mes cotés principalement maman Deyo,
Mankou, Matchéme, Métchue, Djoumessi.
J’adresse ma gratitude à Mr. Komekong, chef de service de l’eau et de
l’assainissement de la délégation provinciale du MINEE de l’Ouest, à Madame Tchékoulong,
chef du service technique de la commune urbaine de Bafoussam, à Mr. Mendo, chef de
service administratif et financier de la délégation régionale de la SNEC pour l’ouest, à Mr.
Nguiche, et à Mr. Nkameni Fansi, Directeur Régional de la SNEC pour l’Ouest, pour leur
disponibilité et leur soutien dans la fourniture des informations.

SOMMAIRE

ii
DEDICACE..............................................................................................................................................................i

REMERCIEMENTS..............................................................................................................................................ii

SOMMAIRE...........................................................................................................................................................iii

LISTE DES ABREVIATIONS............................................................................................................................vii

LISTE DES TABLEAUX......................................................................................................................................ix

LISTE DES GRAPHIQUES..................................................................................................................................x

LISTE DES SCHEMAS.........................................................................................................................................x

LISTE DES FIGURES...........................................................................................................................................x

LISTE DES PHOTOS...........................................................................................................................................xi

RESUME...............................................................................................................................................................xii
INTRODUCTION GENERALE...........................................................................................................................1
I -CONTEXTE DE L’ETUDE........................................................................................................................1
II-CADRE PHYSIQUE ET SOCIOECONOMIQUE DE L’ETUDE.............................................................5
III-CADRE THEORIQUE DE L’ETUDE......................................................................................................8
A- État de la question.................................................................................................................................8
B- Problématique et question de recherche..............................................................................................15
C- Objectifs de la recherche.....................................................................................................................19
D- Hypothèses de la recherche.................................................................................................................20
E- Intérêt du sujet......................................................................................................................................21
IV- CADRE CONCEPTUEL DE L’ETUDE................................................................................................23
V- APPROCHE METHODOLOGIQUE......................................................................................................29
A- Les données secondaires......................................................................................................................30
B- Les données primaires.........................................................................................................................31
C- Analyse physico-chimique et bactériologique de quelques échantillons d’eau...................................35
D- Les limites et les difficultés rencontrées.............................................................................................35
E- Le plan du travail.................................................................................................................................36
PREMIERE PARTIE : CONTRAINTES ET OPPORTUNITES DU MILIEU........................37
CHAPITRE I : LES FACILITES D’ACCES A L’EAU DANS LA REGION DE BAFOUSSAM........................38
I- UNE EAU UBIQUISTE............................................................................................................................38
A- Des modes d’approvisionnement variés..............................................................................................38
1- Une place de choix pour les sources................................................................................................38
2- Un mode d’approvisionnement commun : le puits..........................................................................40
3- Les forages très coûteux................................................................................................................41
II- UNE TOPOGRAPHIE FAVORABLE A LA COLLECTE ET AU DRAINAGE DES EAUX............43
A- Bafoussam : une région très accidentée...............................................................................................43
B- Un site sous forme d’entonnoir............................................................................................................44
1- La disposition topographique des paysages.....................................................................................44
2- Des sols peu poreux........................................................................................................................44
3-Une végétation clairsemée facilitant les infiltrations.......................................................................45
III- UN CLIMAT PROPICE POUR UN APPROVISIONNEMENT ADÉQUAT EN EAU.......................46
A- Les éléments du climat favorables à une pluviométrie élevée...........................................................46
B- Évolution des précipitations en dents de scie......................................................................................48
C- l’eau météorite : une eau facile d’accès..............................................................................................49
IV- DES COURS D’EAU NOMBREUX MAIS INSUFFISANTS..............................................................50
A- De nombreux cours d’eau disséminés à travers la province................................................................50
1- Caractéristiques des cours d’eau de la Mifi sud..............................................................................50
B- Menaces anthropiques sur les rivières.................................................................................................52

Conclusion..............................................................................................................................................................54

iii
CHAPITRE II : LES CONTRAINTES LIÉES À L’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE A
BAFOUSSAM.....................................................................................................................................................55
I- UNE DEMANDE TOUJOURS CROISSANTE.......................................................................................55
A- Les mutations démographiques et administratives de la région..........................................................55
1- Quelques éléments ayant marqué l’évolution de la population.......................................................55
2- Évolution administrative et spatiale anarchique de la ville.............................................................58
Cette figure présente l’évolution de la ville et son influence sur l’espace périurbain et rural. En une
trentaine d’années (1980-2008), l’espace urbain a pris des proportions énormes au dépend des
villages. Cette évolution a une incidence inaliénable sur le rural........................................................61
3- Une zone rurale presque inexistante................................................................................................61
II- Y A-T-IL ADÉQUATION ENTRE LA POPULATION ET L’EAU DISPONIBLE ?...........................61
A- Des stocks d’eau suffisants.............................................................................................................61
B- L’eau de bonne qualité insuffisante.....................................................................................................62
C- Une demande multiforme....................................................................................................................63
1- Les petits consommateurs plus nombreux.......................................................................................64
2- Les moyens consommateurs très gaspilleurs...................................................................................64
3- Les gros consommateurs.................................................................................................................64
D- Le monopole de la SNEC....................................................................................................................64
III- LA POSITION GÉOGRAPHIQUE : UN HANDICAP POUR L’APPROVISIONNEMENT..............64
A- Des points de captage éloignés des lieux de livraison.........................................................................65
B-Des centres de distribution situés en altitude........................................................................................65
C- Des stocks souterrains insuffisants......................................................................................................65

Conclusion..............................................................................................................................................................67
DEUXIEME PARTIE : CADRES INSTITUTIONNELLES ET REGLEMENTAIRES
D’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE..................................................................68
CHAPITRE III : CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE DE DISTRIBUTION DE L’EAU
POTABLE..........................................................................................................................................................69
I- UNE MULTITUDE D’ACTEURS INSTITUTIONNELS.......................................................................69
A- Un cadre institutionnel encore flou....................................................................................................69
B- Une législation passive.......................................................................................................................71
C- un cadre réglementaire en manque des textes d’applications..............................................................72
II- LA SNEC : CONCESSIONNAIRE PRIVILEGIE..................................................................................73
A-Un passé mouvementé..........................................................................................................................73
1- La période coloniale........................................................................................................................73
2- La naissance de la SNEC.................................................................................................................74
B- les infrastructures de la SNEC.............................................................................................................74
1- La station de Bameka......................................................................................................................75
2- La station de la Métchié...................................................................................................................76
C- Le réseau SNEC à Bafoussam.............................................................................................................79
1- Production et distribution de l’eau potable......................................................................................79
2- Une amélioration du traitement de l’eau........................................................................................79
III- LES CONTRAINTES ECONOMIQUES, VERITABLES BLOCAGES A L’ACCES A L’EAU
POTABLE.....................................................................................................................................................80
A- Le prix ou le coût de l’eau : deux termes qui prêtent à équivoque......................................................81
1- Essai de définition...........................................................................................................................81
2- Paramètres de fixation du coût de l’eau...........................................................................................83
3- Les autres paramètres......................................................................................................................85
a- La qualité de l’eau.......................................................................................................................85
b- La distance par rapport au point d’eau........................................................................................85
c- La perception...............................................................................................................................86
d- Le branchement...........................................................................................................................86
e- L’abonnement.............................................................................................................................87
III- LA PRIVATISATION DE LA SNEC...................................................................................................88
A- Généralités sur la privatisation............................................................................................................89
B- Les raisons de la privatisation de la SNEC..........................................................................................90
1- Les fondements économiques..........................................................................................................90
2- L’état des lieux de la privatisation...................................................................................................92
3-Perspectives envieuses......................................................................................................................95

iv
Conclusion..............................................................................................................................................................95
CHAPITRE IV : STRATEGIES ET EXPERIENCES D’ACCES A L’EAU POTABLE......................................96
I- DES EXPÉRIENCES ENRICHISSANTES EN MILIEU URBAIN........................................................96
A- L’hyperactivité des comités de développement des quartiers............................................................96
1- La source « 3D » (Don De Dieu).....................................................................................................97
2- Le projet de raccordement de Ngouache II.....................................................................................99
B- L’implication des bailleurs de fonds et des ONG..............................................................................100
1- L’Union Européenne.....................................................................................................................100
2- Les branchements à moindre coût : coopération allemande..........................................................101
C- Impact de l’urbanisation sur l’amélioration de la qualité d’eau consommée par les citadins...........101
1- L’extension du réseau SNEC........................................................................................................101
2- L’eau minérale : un marché plus juteux........................................................................................103
II- LE MILIEU RURAL EN EFFERVESCENCE......................................................................................104
A- Bamougoum rural : un milieu encore dans la précarité.....................................................................105
1- Les structures de la CAPLAMI.....................................................................................................105
2- Le projet de N’shang : une exception du génie rural.....................................................................109
B- Bafoussam rural : une zone bien fournie...........................................................................................112
1- Un projet individuel très encourageant à SACTA (Batoukop)......................................................112
2- Le don social de la CAPLAMI......................................................................................................114
3- Le don japonais à Nkeng : des résultats mitigés............................................................................116
A-La construction de l’adduction..................................................................................................116
b- Une gestion approximative et litigieuse guidée par les intérêts................................................118
c- Le devenir du projet de Nkeng..................................................................................................119
III)- L’AMBIGUÏTE DE LA QUESTION DES PROJETS D’EAU EN MILIEU RURAL......................123
A- Les acteurs et leur logique d’approche..............................................................................................123
1- Le rôle de l’hydraulique rurale......................................................................................................123
2-- La SNEC en « zone rurale ».........................................................................................................124
B- Les techniques pour rendre l’eau salubre..........................................................................................124
1-La filtration.....................................................................................................................................124
2-La décantation.................................................................................................................................125
3- La désinfection..............................................................................................................................125

Conclusion............................................................................................................................................................126
TROISIEME PARTIE : CONSEQUENCES DE L’EXPLOITATION DES RESSOURCES
SUR LE MILIEU PHYSIQUE ET LE PERSPECTIVES........................................................127
CHAPITRE V : CONSEQUENCES MULTIFORMES ET ENJEUX SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MIFI
SUD..................................................................................................................................................................128
I- LE DROIT A L’EAU : UNE NOTION RELATIVE..............................................................................128
A- Une multitude de textes internationaux.............................................................................................128
B- Le droit à l’eau au Cameroun encore théorique.................................................................................131
II- LE BASSIN VERSANT DE LA MIFI SUD.........................................................................................132
A- Le bassin versant : une notion très large...........................................................................................133
B- Éléments caractéristiques du bassin versant de la Mifi Sud..............................................................135
III- LES UTILISATIONS DES BASSINS VERSANTS............................................................................138
1- L’influence urbain........................................................................................................................138
2- Une perturbation des bas fonds et des versants............................................................................139
3- Quel avenir pour le bassin versant de la Mifi Sud ?......................................................................140

Conclusion............................................................................................................................................................140
CHAPITRE VI : PERSPECTIVES ET RECOMMANDATIONS......................................................................141
I-LA PLACE DES ACTEURS DANS LE JEU DE L’APPROVISIONNEMENT....................................141
A- Les acteurs institutionnels ou administratifs.....................................................................................141
B- Les acteurs privés et internationaux..................................................................................................142
C- La GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau).........................................................................143
II- LES PERSPECTIVES ET LES RECOMMANDATIONS....................................................................145
A- Les perspectives.................................................................................................................................145
B- Les recommandions...........................................................................................................................146

v
Conclusion............................................................................................................................................................149
CONCLUSION GENERALE............................................................................................................................150

BIBLIOGRAPHIE..............................................................................................................................................152

QUESTIONNAIRE D’ENQUETE....................................................................................................................156

ANNEXES............................................................................................................................................................160

ANNEXE I : Avis au public N° 039/A/F33/BAE..............................................................................................160

ANNEXE II : Contrat du projet d’eau de Nkeng............................................................................................161

ANNEXE III: Plainte d’un gestionnaire du projet Nkeng..............................................................................163

ANNEXE IV : Procès verbal de la tenue des palabres du 23 mai 2005 en vue de la mise sur pied du comité
de gestion d’eau de Nkeng..................................................................................................................................165

ANNEXE V : Schéma du système de distribution d’eau de Nkeng................................................................170

ANNEXE VI : Décision N° 003 du 29 janvier 1999 portant création d’un comité de suivi et de gestion de
l’eau de Nkeng.....................................................................................................................................................171

L’ingénieur britannique John Loudon McAdam formule les principes de construction des
routes modernes : chaussée empierrée, surélevée et dotée sur les côtés de moyens
d’évacuation des eaux. Aucun liant n’est utilisé, la consolidation des pierres cassées
s’obtenant par compactage et par la circulation elle-même.v1816

Microsoft ® Encarta ® 2007. © 1993-2006 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

vi
LISTE DES ABREVIATIONS
AEP  : Approvisionnement en Eau Potable
ADEID : Action pour un Développement Équitable, Intégré et Durable
AES SONEL : Applied Energy Services- Société Nationale d’Électricité du Cameroun
CAMWATER: Cameroon Water Utility Corporation
CAPLAMI  : Coopérative Agricole des Planteurs de La Mifi
CCO : Complexe Cosmétique de l’Ouest
CDE : Camerounaise Des Eaux
CEPAD : Centre d’Éducation Populaire d’Animation au Développement
CEREHT : Centre de Recherche sur les Hautes Terres
CRH : Centre de Recherches Hydrologiques
CIPCRE : Centre International pour la Promotion de la Recherche sur l’Environnement
CME : Comité Mondial de l’Eau
CNE : Comité National de l’Eau
DIEPA : Décennie Internationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement
DUDH : Déclaration Universelle des Droits de l’Homme
EDC : Électricité Du Cameroun
FALSH : Faculté des Arts, des Lettres et des Sciences humaines
FLSH : Faculté des Lettres et des Sciences humaines
FMI : Fond Monétaire International
FNUAP : Fonds des Nations Unies pour la Population
FOURMI  : Fonds aux Organisations Urbaines et aux Micros Initiatives
GIRE : Gestion Intégrée des Ressources en Eau
GRET : Groupe de Recherche et d’Échange Technologique
GTZ : Coopération technique allemande (Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit)
HELVETAS: Swiss Association for Cooperation and Development
IRAD : Institut de Recherche pour l’Agriculture et de Développement
IRD : Institut de Recherche pour le Développement
MAETUR : Mission d’Aménagement et d’Etude des Terrains urbains et Ruraux
MAGZI : Mission d’Aménagement et de Gestion des Zones Industrielles
MINRESI : Ministère de la recherche Scientifique et de l’Innovation
MINSANTE : Ministère de la Santé
MINATD Ministère de l’Administration Territoriale et de la décentralisation
MINMEE : Ministère des Mines de l’Eau et de l’Énergie

vii
MINEE : Ministère de l’Eau et de l’Énergie
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
ONU : Organisation des Nations Unies
ONG : Organisation non gouvernementale
ORSTOM : Office de Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer.
PAGIRE : Plan d’Action National pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau
PACDDU : Programme d'Appui aux Capacités Décentralisées du Développement Urbain
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
PPTE : Pays Pauvres Très Endettés
SACTA : Société Agricole de Collecte de Tabac
SABC : Société Anonyme des Brasseries du Cameroun
SCS : Société Camerounaise des Savonneries
SIE : Système d’Information sur l’Eau
SNEC : Société Nationale des Eaux du Cameroun
SOC : Savonnerie de l’Ouest Cameroun
SPC : Société des Provenderies du Cameroun
SPEC : Service Provisoire des Eaux du Cameroun
TAB : Total Aerobic Bacteria
TCB : Total Coliform Bacteria
UTPB  : Unité de Traitement des Poteaux et Bois
UE : Union Européenne

viii
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Nombre de ménages enquêtés par village et par quartier......................................33
Tableau 2 : Préférence par rapport au mode d’approvisionnement en zone périurbaine et
rurale.........................................................................................................................................42
Tableau 3: Pluviométries mensuelles, température et humidité relative de la ville de
Bafoussam.................................................................................................................................47
Tableau 4: Pluviométrie de Bafoussam de 1990 à 2006...........................................................48
Tableau 5: Caractéristiques longitudinales des cours d’eau principaux du bassin versant du
Noun..........................................................................................................................................50
Tableau 6 : Caractéristiques transversales ou horizontales des cours d’eau du bassin versant
du Noun.....................................................................................................................................51
Tableau 7 : Débit des cours d’eau du Bassin versant du Noun.................................................51
Tableau 8 : Évolution de la population de Bafoussam (1925-2007)........................................57
Tableau 9 : Évolution de la superficie de la ville de Bafoussam..............................................59
Tableau 10: Production journalière des stations de traitement.................................................62
Tableau 11: Caractéristiques des variables possibles pour le renforcement du réseau SNEC de
Bafoussam (en comparaison à la station existante de Bameka)...............................................76
Tableau 12: Évolution du prix de l’eau entre 1970 à 2007.......................................................84
Tableau 13: La tarification des branchements de la SNEC.....................................................87
Tableau 14 : Grille tarifaire des abonnements..........................................................................87
Tableau 15 : Résultats de l’analyse Bactériologique et physique de l’eau de source « 3D »...98
Tableau 16 : Les taux d’abonnement dans quelques quartiers à Bafoussam.........................102
Tableau 17 : Les résultats de l’analyse de l’eau SNEC..........................................................102
Tableau 18 : Comparaison des normes des eaux minérales par rapport aux prescriptions de
l’OMS.....................................................................................................................................103
Tableau 19 : Dosage d’eau de javel pour la désinfection de l’eau..........................................126
Tableau 20: Valeurs du coefficient de ruissellement pour les différentes couvertures des sols
.................................................................................................................................................138

ix
LISTE DES GRAPHIQUES
Graphique 1 : Préférence en milieu rural par rapport au mode d’approvisionnement..............42
Graphique 2 : Diagramme ombrothermique de la ville de Bafoussam.....................................48
Graphique 3 : Évolution des précipitations dans la région de Bafoussam de 1990 à 2006.....49
Graphique 4: Évolution de la population de la ville de Bafoussam de 1925 à 2007................57
Graphique 5 : Évolution de périmètre urbain de Bafoussam de 1925 à 2006.........................59
Graphique 6 : Évolution du Prix du m3 entre 1970 et 2007......................................................84
Graphique 7: Usage de l’eau de source « 3D ».......................................................................98

LISTE DES SCHEMAS


Schéma 1 : Coupe du relief de Bafoussam et sa région............................................................43
Schéma 2: mini adduction chez un particulier à SACTA par Batoukop................................114
Schéma 3 : Un filtre à sable....................................................................................................125
Schéma 4: Les imbrications du droit de l’eau.........................................................................130
Schéma 5 : Délimitation entre le bassin versant réel et le bassin versant topographique.......134

LISTE DES FIGURES


Figure 1: Présentation de la zone d’étude...................................................................................7
Figure 2 : Schéma conceptuel de l’approvisionnement............................................................25
Figure 3: Présentation des quartiers enquêtés...........................................................................34
Figure 4: Le réseau hydrographique.........................................................................................53
Figure 5 : Évolution du périmètre urbain de la ville de Bafoussam.........................................60
Figure 6 : Les différentes ressources étudiées..........................................................................78
Figure 7 : Les infrastructures hydriques de Bamougoum......................................................111
Figure 8: Infrastructures hydriques à Bafoussam rural..........................................................122
Figure 9: Le sous bassin versant de la Mifi sud dans le grand Bassin versant du Noun........137

x
LISTE DES PHOTOS
Photo 1: Châteaux d’eau de Tamdja (lycée classique)............................................................75
Photo 2 : Source aménagée de Houong II en état de dégradation très avancée....................106
Photo 3: Point d’eau du réseau d’adduction de la CAPLAMI à Kongso (devant l’hôpital).. 107
Photo 4 : Source aménagée dans un bas fond à raphia au quartier Keleu (Bamougoum)....108
Photo 5 : Source aménagée construite par le comité de développement de Kongso..............109
Photo 6: Château d’eau de Lafié (Bamougoum).....................................................................110
Photo 7 : Point d’eau à N’shang.............................................................................................110
Photo 8: Filtre à eau sur un aménagement privé à Batoukop (Bafoussam)...........................113
Photo 9: Point d’eau du réseau d’eau de la CAPLAMI à Sacta (Batoukop)........................115
Photo 10 : Point d’eau à Sacta avec des pertes d’eau...........................................................115
Photo 11: Enseigne du projet d’approvisionnement en eau en milieu rural à Bafoussam...116
Photo 12: Vue de la station de traitement de Nkeng,.............................................................117
Photo 13 : Station de traitement et de refoulement de Nkeng.................................................117
Photo 14: Un de nombreux points d’eau du projet de Nkeng................................................119
Photo 15: Détails des installations (Tuyauterie et vannes)....................................................119
Photo 16 : Point d’eau dégradé et abandonné par les populations et le comité de gestion...121

xi
RESUME
En dépit de l’abondance d’eau dans la partie méridionale du Cameroun, l’accès à l’eau
de bonne qualité reste une préoccupation des populations aussi bien des grandes
agglomérations qu’en zone rurale. Le problème se pose avec beaucoup plus d’acuité en zone
rurale où on note une démission des autorités administratives et des élus locaux. C’est dans
cette thématique que s’inscrit la présente étude sur la « Problématique de
l’approvisionnement en eau potable dans la ville de Bafoussam et sa périphérie : cas de
Bamougoum et de Bafoussam (Ouest-Cameroun) ». Ce constat est vérifiable d’une part au
niveau de l’insuffisance des infrastructures hydriques et des maladies qui en découlent et
d’autre part du processus de privatisation de la SNEC enclenché depuis 1998. A partir de cet
instant, on peut se demander : quels sont les problèmes auxquels sont confrontés les habitants
de la région et quelles sont les stratégies élaborées pour en sortir ?
La région est pourtant bien disposée naturellement pour fournir de l’eau à tous ses
habitants sans difficultés. C’est l’eau potable ou plutôt les structures hydriques qui la
fournissent qui sont rares. Le problème se pose en terme d’accessibilité et non de
disponibilité. Afin de mieux cerner la question, nous avons procédé d’abord par des descentes
sur le terrain et l’élaboration des questionnaires, puis par des lectures dans les différentes
bibliothèques et enfin par l’analyse du problème en trois parties de six chapitres.
Comme le confirme FONTEH FRU, la province de l’ouest Cameroun n’est pas sujette
à des menaces de pénurie ou de stress. C’est vers l’horizon 2050 qu’une telle situation peut
arriver. Le problème est ailleurs, la quantité d’eau produite par la SNEC est insuffisante par
rapport aux besoins des populations. Les 28 800 m3 d’eau produites par jour par la SNEC ne
suffisent pas ; il faut théoriquement environ 36 000 m3 pour satisfaire la demande. Les
problèmes auxquels font face cette entreprise ont conduit l’Etat camerounais, principal
actionnaire (94 %) à enclencher le processus de privatisation depuis 1998. La nomination
d’un administrateur provisoire en 2000, la création de la CAMWATER en 2005 et la
privatisation effective le 2 mai 2008 sont les grandes étapes de ce processus. Mais est- ce une
solution de privatiser les entreprises à caractère social ? Malgré tous les efforts de l’État, la
situation reste toujours critique dans la mesure où les séquelles du manque d’eau potable sont
encore visibles. Plusieurs types d’acteurs volent au secours des victimes. Il s’agit des bailleurs
de fonds, des ONG, des comités de développement, des initiateurs privés et des collectivités
territoriales décentralisées. Il est temps pour que le PAGIRE élaborée depuis 2005 soit mis en
œuvre dans un cadre viable et durable.

xii
ABSTRACT
Despite the appearance, the abundance of water in the southern part of Cameroon,
access to good quality water remains a preoccupation for population in big agglomeration as
well as in the rural zone. The problem comes up with more acuity in the rural zone where we
note the resignation of administrative authorities and local elites. It is within the same context
that the present study base on “Problematic of potable water supply in Bafoussam and his
outskirts: case of Bamougoum and Bafoussam villages (west Cameronn)” is conceived.
We discovered this problem on one hand from the inadequacy of the hydrological
infrastructures and the illness as it result, and on other hand, due to the privatisation process
of SNEC that started since 1998. Thus, the main question is: what are the problems
encountered by the inhabitants of the region and what are the strategies elaborated to
overcome them?
Whereas, this region has the potential to supply water to all its inhabitants without
difficulties. It is instead potable water and infrastructure to supply it that are rare. The
problem is posed in term of accessibility and not of availability. In order to better understand
the question, we will first of all proceed by reading of different libraries, then by the
fieldwork and administration of questionnaires, and finally by analyses the problem in three
parts of six chapters.
As confirmed by FONTEH FRU, the western province of Cameroon, is not prone to
storage threat or stress, it is just until 2050 that the similar situation can occur. The problem is
different from the one we perceived and the quantity produced by SNEC is insufficient in
relation to the number of mouth to be supplied. Inhabitants need more than 36 000 m3/ day
and this enterprise produce only 28 000 m3. The problem facing by SNEC in Bafoussam is
one of there reason that that have decided the state, main shareholder (94 %) to begging the
privatisation in 1998. The nomination of a temporary administrator in 2000, the creation of
CAMWATER in 2005 and the effective privatisation on the 2th of May 2008 are the major
steps the process.
In spite of the effort of the state, the situation remains insofar as the aftermaths of the
scarcity of potable water are still obvious. Many types of actors come to the rescue of the
victims. There are NGO’s, international backers, development committee, private initiators
and decentralised territorial collectivities. Other problem today is the one of the management
of the watershed and right to water. It is time that the PAGIRE elaborated since 2005 should
be put in place in a viable and sustainable framework

xiii
INTRODUCTION GENERALE
I -CONTEXTE DE L’ETUDE
L’eau est une ressource indispensable à la vie. Ce bout de phrase veut tout dire
concernant l’importance de l’eau dans la vie des êtres humains. Les textes bibliques en font
allusion de manière explicite en ces termes « les pauvres et les indigents cherchent de l’eau et
il n’y en a point. Leur langue est desséchée par la soif. Moi le Dieu d’Israël, je ne les
abandonnerais pas. Je ferai jaillir des fleuves sur les collines et des sources au milieu des
vallées » (Esaïe : 41, 17-18). Le corps humain en est constitué à plus de 70 %. Saint
EXUPERY (1939), démontre l’importance de l’eau et s’exprime en ces termes «… tu (l’eau)
es la plus grande richesse qui soit au monde et tu es la plus délicate, toi si pure au ventre de
la terre… ». De même, « L’Egypte est un don du Nil, dit-on couramment, notre planète,
pourrait-on renchérir est un don de l’eau ».
Depuis la « Décennie internationale de l’eau potable et de l’assainissement » (1981-
1991), la communauté internationale a pris conscience de la problématique de l’eau dans le
sens plein du terme. En effet l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi ANNAN déclare le
22 mars 2006 que « L’eau n’est pas seulement indispensable à la vie… c’est pourquoi
l’Assemblée Générale, dans sa résolution proclamant la période 2005-2015 Décennie
internationale d’action sur le thème ‘’ L’eau, source de vie’’, a préconisé une action
concertée pour atteindre les objectifs internationalement convenus d’accès à l’eau et aux
moyens d’assainissement ». Dès lors, tout est mis en œuvre pour un meilleur accès à cette
denrée rare pour certains habitants de la planète. Plusieurs conférences, colloques, séminaires
ont été organisés pour ressortir des stratégies au plan international et national pour une
meilleure gestion de cette ressource et pour sa distribution équitable dans tous les pays du
monde entier sans distinction de niveau de vie. Mais, on se rend compte de nos jours que plus
de 25 ans après, le problème de l’eau reste d’actualité ou entier, de plus, il ne fait que
s’empirer. Du moment où il y a une distribution inégale en quantité et en qualité, la disparité
se creuse davantage ; les écarts sont observés entre les pays riches et les pays pauvres; entre
les riches et les pauvres, de même qu’entre les milieux rural et urbain. Selon l’OMS (2000),
plus de 1/6 de la population mondiale n’a pas accès à l’eau salubre et à l’assainissement ; avec
plus de la moitié de cette proportion dans les pays du Tiers-Monde. De même, 40 % de la
population mondiale ne pourront pas satisfaire leurs besoins en eau en 2015. L’Afrique est le
continent le plus touché par les problèmes hydriques du fait de la sécheresse, de la pollution
de l’eau, du manque de moyens financiers et techniques pour l’exploitation. Le Cameroun,

1
« Afrique en miniature », n’est pas à l’abri de ces problèmes malgré la clémence du climat
dans les régions du Sud. Malgré les précipitations supérieures à 1500 mm de pluie par an, il y
a toujours des ménages qui souffrent du problème d’eau potable. Qu’en est-il exactement ?
La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) reconnaît la dignité
inhérente de tous les êtres humains et leurs droits égaux inaliénables d’accès à l’eau
hygiénique. Les services de distribution d’eau potable dans un État doivent être une obligation
et non un acte charitable envers la population. Chaque gouvernement a pour devoir de servir
de l’eau propre à ses citoyens. Ceci en accord avec les engagements pris par tous les
gouvernements pour aider sa population à accéder facilement à cette denrée. Ainsi, le droit à
l’eau doit être mis en exergue dans cette étude dans le sens de son applicabilité, sa faisabilité
et ses limites. Aussi, il est apparu nécessaire aux yeux de la communauté internationale de
mettre en œuvre une approche fondamentale innovatrice de gestion de l’eau dénommée
« Gestion Intégrée des Ressources en Eau » (GIRE). Cette approche intègre la gestion des
bassins versants, l’implication de tous les acteurs pour une bonne gestion de la ressource. Le
Cameroun en ratifiant les traités internationaux s’est engagé pour une gestion intégrée des
ressources en eau1. Il a élaboré le Plan d’Action National pour la Gestion Intégrée des
Ressources en Eau (PAGIRE). Ainsi, l’hydraulicien NGNIKE (2003) affirmait que « Le
Cameroun possède un potentiel hydrologique et hydrogéologique considérable quoique
inégalement reparti sur l’ensemble du territoire. La mobilisation de cette ressource pour le
compte de l’alimentation en eau potable des populations demeure une préoccupation
importante du gouvernement camerounais ». La situation est paradoxale : le Cameroun pays
pourvu de ressources hydriques a des populations qui n’ont pas accès à cette denrée.
L’intérêt porté à la question de l’eau de nos jours est de plus en plus important. Le
problème de l’eau potable mérite qu’on s’y attarde et qu’on mette sur pied des bases solides
pour sa production, son traitement, et sa distribution bref, sa gestion. Cette ressource vitale
doit être accessible à tous les ménages même les plus pauvres. Puisque l’accès aux besoins
fondamentaux et surtout à l’eau potable est un droit inaliénable, ce droit figure ainsi sur la
liste des premiers droits de l’homme2. La situation est assez précaire dans la mesure où il y a
un déséquilibre entre la population d’une part et d’autre part entre les infrastructures (vétustes
et insuffisantes) et une population qui croît à un rythme inquiétant. Le problème
d’approvisionnement en eau est crucial dans les villes qui ont un développement anarchique.

1
MINEE, 2005
2
Le droit à l’eau n’a été élaboré de manière explicite qu’à la fin des années 70. Ce n’est qu’en 1999
que l’ONU reconnaît que ce droit est au centre de toutes activités humaines.

2
En effet, le taux d’accroissement de la population de la province de l’Ouest est de 2,87 % 3
avec une densité d’environ 142,9 habitants /km2 en bien qu’il existe une disparité locale. Le
milieu rural n’évolue pas en marge de cette situation : puisque les chiffres montrent que  42 %
de la population totale au Cameroun n’a pas accès à l’eau potable (58 % en milieu rural contre
23 % en milieu urbain). Ceci montre que le problème le plus urgent n’est pas en ville mais
dans les collectivités rurales (on a souvent tendance à penser que ce sont les villes qui sont les
plus touchées par ce problème d’eau : erreur !). La tâche est souvent révolue aux communes,
collectivités, aux ONG, aux élites, au gouvernement, aux comités de développement, aux
bailleurs de fonds… bref, c’est la préoccupation globale. Ceci montre à quel point le secteur
est convoité de même que l’importance qu’on y accorde. Si malgré tous les efforts, on
constate qu’il y a toujours problème, il faut repenser la question et revoir les stratégies pour
la mise en place d’une gestion efficiente et durable. Le taux d’urbanisation est de 4,7 % par an
au Cameroun (une personne sur deux vit en ville). La ville de Bafoussam et sa périphérie
n’évoluent pas en marge de cette assertion, c’est l’une des régions les plus dynamiques du
Cameroun. Ainsi, l’évolution rapide spatiale et démographique fait du problème
d’approvisionnement en eau dans la ville de Bafoussam et sa périphérie une préoccupation
permanente. Des solutions urgentes doivent de ce fait être trouvées. Du moment où les
séquelles des maladies hydriques récentes sont encore vives dans les mémoires. En effet, la
ville et sa périphérie enregistrent des victimes de choléra chaque année entre les mois d’Avril
et de Mai. Ces maladies hydriques récurrentes sont la conséquence de l’inaccessibilité à l’eau
potable.
De même, le nouvel envol que prend le prix de l’eau nous amène à lever un pan de
voile sur les conséquences de la privatisation et ses implications sur l’accès à l’eau potable.
Alors comment peut-on concevoir qu’une société à caractère social comme la SNEC4 puisse
devenir une société commerciale dont la priorité est le gain ? En d’autres termes comment
rentabiliser une entreprise à caractère social ? Il faut d’ailleurs beaucoup d’efforts pour
concilier la chèvre et le chou: Il faut de nos jours au Cameroun demander une permission à un
étranger pour prendre un train, pour avoir l’électricité chez soi, son acquiescement pour
téléphoner chez le voisin et son accord pour boire un verre d’eau. Qu’en sera-t-il demain ? Ne
va-t-on pas assister à une bataille hydrologique ? Le niveau de vie des populations étant très
bas, elles n’ont pas les moyens financiers d’accéder à une eau hygiénique.

3
MINEE, opcit
4
Tout au long de notre travail nous allons utiliser l’appellation SNEC pour désigner toute la structure
qui a été privatisée en mai 2008 et est aujourd’hui bicéphale (CDE et CAMWATER)

3
Depuis 1998, l’Etat Camerounais a enclenché un processus de privatisation et de
libéralisation du secteur d’approvisionnement en eau dans les villes. Or c’est la CAMWATER
(ancienne SNEC) qui aujourd’hui détient le monopole de la distribution de l’eau potable dans
les villes et certaines périphéries urbaines et ce depuis l’indépendance. Cependant, plusieurs
acteurs, sociétés et même des ONG contestent ce monopole et peuvent s’impliquer pour servir
l’eau potable aux populations. Une loi a été votée sur le régime de l’eau. De plus, les règles
pour l’affermage et la concession ont été enclenchées pour la cession de la SNEC. Ce secteur
a connu de légères modifications pour un meilleur accès et une gestion des ressources
hydriques. Ainsi, le PAGIRE (2005) a conçu les principaux enjeux liés à l’utilisation des
ressources en eau. Concrètement huit problématiques ont été identifiées par la communauté
internationale ; il s’agit de :
 La problématique de l’alimentation en eau potable des populations des villes et des
villages
 La problématique de la sécurisation, de la production agricole, de la sécurité
alimentaire et de l’aide à l’irrigation.
 La problématique de l’alimentation en eau du cheptel des provinces du grand Nord
du pays.
 La problématique de la production hydroélectrique.
 La problématique liée à la navigation des principaux cours d’eau du pays.
 La problématique des eaux transfrontalières.
 La problématique de la pêche.
 La problématique de la protection des ressources en eau et de diverses
dégradations.
Ces différentes problématiques sont les unes les autres très intéressantes et méritent
de retenir notre attention. Nous nous rendons compte que celle de l’eau potable vient en
première position, celle-ci n’est pas anodine puisque c’est cette problématique qui est la plus
importante et la plus complexe. Les contraintes financières et temporelles ne peuvent pas nous
permettre d’étudier toutes les problématiques. Après notre travail de maîtrise, on s’est rendu
compte que le problème de l’eau potable était plus urgent en milieu rural ou à la périphérie
urbaine. De plus, les villages sont délaissés à eux mêmes, et ne disposent que des points d’eau
naturels avec les risques qu’ils comportent. De même, les projets élaborés par les ONG, les
bailleurs de fonds sont aujourd’hui vétustes et sans entretiens ou sans suivi. Que vont devenir
alors ces villages sans eau potable ?

4
II-CADRE PHYSIQUE ET SOCIOECONOMIQUE DE L’ETUDE

Nous avons débuté ce travail dans le cadre de notre mémoire de maîtrise dont le thème
était « la problématique de l’approvisionnement en eau potable dans l’agglomération de
Bafoussam». Notre ambition initiale était d’étudier le problème que pose l’approvisionnement
en eau potable en zones urbaine et rurale. Mais eu égard au temps qui nous était imparti, nous
avons à ce niveau d’étude réduit notre champ d’investigation à la zone urbaine de Bafoussam.
Ce travail préliminaire ayant été validé par le jury devant lequel nous avons soutenu notre
mémoire de maîtrise, nous avons souhaité poursuivre nos investigations en master sur le
même thème en l’étendant effectivement cette fois-ci de manière comparative aux zones
urbaine et rurale, englobant deux arrondissements, ceux de Kongso (Bamougoum) et de
Bafoussam. Ces deux arrondissements font partie du département de la Mifi.
Il importe dans ce cas de délimiter la zone concernée par notre étude et de définir ce
que nous entendons par « périphérie » de Bafoussam. La ville de Bafoussam est une entité de
plus 5 000 hectares de superficie avec en 2003 une population de 300 000 habitants5.
L’évolution de la ville affecte les espaces environnants c'est-à-dire les villages. Notre zone
d’étude est située entre 10°15’ et 10°37’ de longitude Est et 5°25’ et 5°40’ de latitude nord.
Les altitudes varient entre 1200 m et 1550 m d’où les difficultés d’approvisionnement dues à
la topographie. Il pleut en moyenne 1750 mm d’eau chaque année avec une température
moyenne de 20,43 °C et une humidité relative de 75,33 %. Le principal cours d'eau est la
Mifi-sud dont les affluents découpent les interfluves en digitation. Le relief est assez marqué
et présente une succession de collines séparées par des bas-fonds drainés pour la plupart par
des cours d'eau intermittents (TCHINDJANG, 1996). Les sols de type ferralitique sont
développés sur des basaltes et sur des fenêtres de socle granito-gneissique (TSALEFAC,
1999).
On a même du mal à faire la différence entre la zone rurale et la zone urbaine (la
délimitation est souvent confuse). Tout est devenu « périurbain », on ne sait plus où fini la
ville et où commence le village. Tout le « rural » d’hier est devenu périurbain ou urbain
aujourd’hui. Si on prend la présence de l’eau, de l’électricité et des boutiques de vente des
produits manufacturés comme l’empreinte urbaine, alors tout l’espace rural n’est plus
qu’urbain. Malgré quelques disparités, certains ruraux détiennent ces infrastructures. De ce
fait, on note qu’il y a une urbanisation de la campagne ou une rurbanisation. Certains

5
SUFO KANKEU (R), 2005.

5
fonctionnaires ou salariés ont choisi délibérément de s’installer au village et d’aller travailler
en ville tous les jours.
Selon BAUER et ROUX (1976), « la rurbanisation est un néologisme apparu en
1976 à partir de rural plus urbain. Il désigne le processus de retour des citadins vers les
milieux ruraux. Cette situation est la conséquence d’un désir de campagne. Ce phénomène a
pour conséquence :
- Un apport très important de la population active en milieu rural
- L’implantation d’un nouveau mode de vie en milieu initialement rural
- La modification des paysages ruraux
- Des conflits entre les activités agricoles et les rurbains
- La dynamisation d’espaces ruraux très accessibles »
Cet éclaircissement vient donner une nouvelle vision du monde périurbain.
La population urbaine a connu une évolution très rapide depuis la création de la ville de
Bafoussam par les français en 19256. Certaines sources (communes et préfecture) affirment
que Bafoussam a plus de 600 000 habitants de nos jours. Ce chiffre est facilement battu en
brèche si on prend l’équation de projection suivante :
Pt = P0 (1+ r) t avec :- Pt = population à une date t (2008)
- P0 = population à une période t (1987)
- r = taux d’accroissement annuel de la population
- t= différence d’années entre P0 et Pt
La population de 2008 est de :
- pour la ville on a : P2008= P1987 (1+4,5%) 21=302 429 habitants
La population urbaine est alors estimée à 302 429 habitants 7, mais ces dernières années le rôle
administratif, éducatif, sanitaire et commercial de la ville s’est accru donnant ainsi lieu à une
attraction sans précédant sur la sa région. Ainsi, les autorités qui avancent le chiffre de
600 000 ne sont pas loin de la réalité. A cela on peut ajouter la population de Bamougoum
village qui est d’environ 60 000 et celle de Bafoussam rural 45 000. Ce qui fait au total un
chiffre d’environ 700 000 habitants. Notre étude sera centrée sur la zone urbaine et rurale
directement influencée par la ville ou dépendante de la ville (figure 1). De la sorte, on peut y
inclure toutes les régions avoisinantes, toute la « zone rurale » des villages Bafoussam et
Bamougoum.

6
La ville créée par les français avait pour but de mieux commander les sujets. Sa situation à la
confluence de trois villages a été une position idéale de commandement et d’union.
7
La ville de Bafoussam compte environ 360 475 habitants en 1999 (DSCN, 1999)

6
Figure 1: Présentation de la zone d’étude

7
III-CADRE THEORIQUE DE L’ETUDE
A- État de la question

Notre étude est centrée sur la problématique de l’eau en général et plus spécifiquement
sur celle de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural et urbain. Divers chercheurs
et auteurs s’intéressent à la question de l’eau d’où la panoplie de documents qui existent sur le
sujet. La communauté internationale, les organismes de préservation de l’environnement ainsi
que les gouvernements respectifs ont fait le nécessaire en ce qui concerne le recensement des
ressources en eau, et les problèmes d’eau potable. Les efforts internationaux et nationaux
n’ont pas assez des soutiens financiers, techniques et administratifs pour réussir. Dans la
majorité des cas, les populations bénéficiaires ne sont pas impliquées dans les projets, d’où
leurs échecs. Ainsi, l’ONU et ses organismes spécialisés (FNUAP, OMS, PNUD, UNESCO,
PNUE , UNICEF…) depuis la décennie internationale de l’eau et de l’assainissement ont
organisé des colloques, des conférences, des sommets à l’issue desquels il y a eu des clauses
ou des lois sur la question de l’eau. Ces textes incitent les gouvernements à s’impliquer
activement pour l’amélioration des conditions d’accès à l’eau potable. Les ouvrages généraux
sont assez nombreux, mais il y a un manque de documents spécifiques sur notre région. Les
pays arides situés dans les déserts ou à leurs marges sont les plus touchés mais il va s’en dire
que même les pays bien arrosés méritent autant d’attention. C’est dire que le problème
hydrique n’est pas seulement l’apanage des pays où il y a déficit parce que même les pays les
plus pluvieux du monde ont des problèmes d’eau potable (l’abondance de la ressource en eau
n’est pas synonyme de résolution des problèmes d’eau potable). Ceci dans la mesure où il
peut y avoir pollution, manque de moyen financier et technique pour l’exploitation et la
distribution ou tout simplement pauvreté des ménages pour y avoir accès. Le droit à l’eau
n’est mentionné implicitement dans les textes internationaux qu’en 1979. A partir des années
1980, la décennie de l’eau est lancée et les acteurs internationaux se réveillent et commencent
des recherches, organisent des conférences sur l’eau. Ainsi, à travers les bibliothèques et les
sites web nous avons glané des documents qui renseignent sur la question. Pour un souci de
clarté et de compréhension, nous avons classé selon le problème abordé. Ainsi nous avons
identifié cinq groupes d’auteurs :

L’Afrique reste le continent le plus touché par les problèmes d’eau surtout ceux liés à
la carence, à l’excès ou à l’inaccessibilité à cette denrée. Si l’on s’intéresse seulement à la
proportion des ménages en milieu urbain ayant de l’eau courante, on se rend compte que le

8
taux d’accès à l’eau potable n’est que de 43 % en Afrique contre 94 % pour le monde (OMS,
2004). Cette situation montre la disparité entre le monde sous développé et les pays riches. Le
premier groupe d’auteurs travaille sur les problèmes d’approvisionnement et d’accès à l’eau
salubre.

Les villes du Tiers-monde sont les plus affectées par les problèmes hydriques ; d’où
l’effervescence observée autour de la question. En Afrique, il est fréquent de rencontrer ce
genre d’étude dans la mesure où il est le continent le plus touché. Deux articles, celui de
LUBEIGT, (1991) et de GERARD,(1991) sur l’approvisionnement en eau de deux villes, le
premier à Rangon (Birmanie) et le second à Kiwit (RDC) nous édifient sur les difficultés
rencontrées dans les villes pauvres pour avoir accès à l’eau salubre. Ces deux villes étant
situées à la même latitude que Bafoussam et sa périphérie, les réalités et les problèmes
risquent d’être identiques ou semblables. Mais, notons tout de suite que ces documents ne
traitent pas de la même problématique que nous. La pression démographie est le principal
facteur de l’inaccessibilité à l’eau potable. Bafoussam et sa périphérie ayant un climat assez
clément ne sont pas exemptes des problèmes d’eau potable surtout dans un environnement
assez précaire. L’abondance de l’eau n’y garantit pas un accès sécurisé. Les différentes
pollutions engendrées par les entreprises peuvent ainsi compromettre la qualité de l’eau et
engendrer les problèmes secondaires. La question de l’eau sera abordée ici sous l’angle
socioéconomique et culturel. Un autre groupe d’auteurs camerounais a abordé le problème sur
le même angle.

Depuis la période coloniale allemande, les projets d’eau ont été mis en place
notamment dans la ville de Buéa où a été inaugurée la première borne fontaine dénommée
« fontaine BISMARK ». Les français et les anglais avaient classé la question de l’eau au sein
de priorités. C’est la raison pour laquelle la société d’eau et d’électricité est créée sous la
tutelle. Plus tard, elle sera appelée société provisoire d’eau et d’électricité et se scindera en
deux pour donner la SNEC (Société Nationale des Eaux du Cameroun) et la SONEL (Société
Nationale d’Electricité). Dès les premières années de l’indépendance, le gouvernement met en
place des programmes et des projets pour fournir de l’eau aux populations urbaines. Ce n’est
que récemment que l’intérêt pour les zones rurales a été mis à l’ordre du jour.

De nos jours, plusieurs chercheurs ont produit des travaux plus ou moins édifiants sur
la question. Ces documents établissent l’état des lieux en matière d’eau au Cameroun. On les
recrute parmi les ingénieurs, les géographes, les sociologues…

9
Les données générales sur la question de l’eau sont ressorties par l’hydrologue
FONTEH, (2003). Il analyse les différentes politiques y afférentes de même que les différents
acteurs du secteur et les ministères impliqués dans l’élaboration des stratégies. En outre,
certaines données hydrologiques sont fournies dans son document. Il en ressort que le
Cameroun est assez pourvu en ressources hydriques pour satisfaire ses habitants. Selon lui, le
gouvernement n’est pas assez impliqué dans ces politiques et devrait élaborer des stratégies
concrètes. De cet ouvrage, nous avons pu ressortir les données hydrologiques précises sur
l’ouest Cameroun qui nous seront d’une importance capitale. Mais les données spécifiques
sur la province de l’Ouest sont assez vagues pour nous. De plus, les acteurs institutionnels du
secteur de l’eau sont assez diversifiés d’où la difficulté due aux imbrications, au
chevauchement des rôles et au déclinement des responsabilités mutuelles. Le PAGIRE 8 est
une réponse effective puisqu’il ressort les données sur les différents éléments à mettre en
œuvre pour l’implication de tous. Selon ce plan, tous les moyens doivent être mis en place
pour que toutes les populations aient accès à l’eau potable ; que ce soit en milieu urbain ou
rural, pour les riches comme pour les pauvres. Dans tous les cas, ce programme reste fictif
dans la plupart des chapitres car l’effectivité nécessite des moyens colossaux c’est dans cet
ordre d’idées qu’intervient le sursaut des responsables gouvernementaux.

En effet, le chef de l’Etat Paul BIYA lors de sa prestation de serment le 2 novembre


2004 parle en ces termes « l’amélioration des conditions de vie passe par l’accès à l’eau
potable…en voie d’amélioration dans les agglomérations, le problème est loin d’être résolu
dans les zones rurales où l’accès à l’eau potable est presque une exception. C’est peut être
là, le défi le plus urgent qui nous interpelle…». Le sursaut du gouvernement est dû aux
problèmes auxquels sont confrontées les populations (plusieurs villes du Cameroun sont
affectées chaque année par les maladies hydriques : Douala, Bafoussam, Ebolowa). Plusieurs
victimes ont été enregistrées dans les villes suscitées. Le gouvernement dans la majorité des
cas est réactif et non proactif face à ces difficultés. Aucune action concrète n’est élaborée ; si
ce ne sont les commissions d’enquête pompeuses qui débarquent de la capitale à l’improviste
et dépensent des budgets faramineux. A la fin, les victimes restent sur leur soif et dans la
même galère. Il devient alors urgent de mettre en place des mesures pratiques et concrètes
pour l’accès à tous à cette denrée précieuse.

8
Plan d’Action de la Gestion Intégrée des Ressources en Eaux

10
Les quartiers « marginaux » dans les grandes villes sont les plus touchés en matière
d’approvisionnement. Puisqu’ils payent l’eau plus chère et ne l’ont même pas le plus
souvent. Le travail de ASSONGMO, (2002) sur les quartiers marginalisés de Yaoundé traite
du même problème. Il existe de ce fait des causes qui rendent cet environnement vicieux. La
pauvreté est en effet synonyme de maladies hydriques ; puisque l’eau est devenue un bien
économique et inaccessible aux ménages indigents. Ces problèmes d’eau sont en majorité dus
aux pertes durant le circuit de distribution. Les bases de données sur la question hydrique à
Bafoussam sont élaborées par TCHAMENI, (1995). Ce dernier fait un inventaire des
infrastructures hydriques et montre les potentialités de Bafoussam pour servir de l’eau à sa
population. Les informations sont confuses et l’auteur s’intéresse à l’adéquation de la
demande et à la disponibilité de l’eau potable. A cette période, la station de traitement et de
pompage de la Métchié n’était pas encore construite d’où son inquiétude par rapport à
l’évolution de la population et l’eau disponible en ville. Aujourd’hui, la ville a évolué et ses
tentacules s’enfoncent de plus en plus en milieu rural. La même interrogation se pose de nos
jours vu qu’il y a inadaptation de la demande et des besoins. D’où la présente étude sur le
milieu urbain et à l’interface « ville campagne ». Notre travail se veut socioéconomique et
doit insister sur les implications des problèmes d’eau sur la santé, l’économie et les autres
secteurs d’activité. Dans cette même lancée DA COSTA, (2004) insiste sur les difficultés
qu’ont les populations de Dschang à s’approvisionner en eau potable, vu les coûts, le niveau
de vie et la qualité de l’eau. Ainsi, il ressort de son étude que l’eau consommée à Dschang
n’est pas de très bonne qualité, que la corvée de l’eau est très rude et enfin que la ville a
besoin comme les autres du soutien de l’Etat, des ONG, des bailleurs de fonds et des
particuliers. KEINO (2004) s’inscrit sur la même lancée que KEMEKONG (1990) sur la ville
de Mbouda et étudie les possibilités d’approvisionnement des villes à partir des pentes du
mont Bamboutos. Une ville de piémont comme Mbouda, bassin de réception reste confrontée
aux problèmes hydriques. Il impute alors le problème à l’activité agricole en amont, à la
démographie galopante bref, il se pose un obstacle lié à la gestion du bassin versant.
KEMEKONG quant à lui, ressort un processus et des méthodes pour aider la SNEC à mieux
servir les abonnés et à augmenter leur productivité. Dans le même ordre d’idée, il étudie les
éventualités d’amélioration du système. Mais on se rend compte que la ville de Mbouda subit
aujourd’hui des pénuries graves. Ces problèmes d’approvisionnement ne sont pas les seuls ; il
y en a d’autres comme l’extension des réseaux et ce sur quoi travaille le deuxième groupe
d’auteurs.

11
En effet, SIMEU (1996) travaille sur les possibilités et les nécessités de prévention des
consommations des ménages afin de s’assurer de la disponibilité de l’eau pour tous et pour
éviter les déficits hydriques de même que les inadéquations entre l’offre et la demande. Il en
ressort une formule qui inclut le prix de l’eau, le nombre d’abonnés, la taille des ménages, le
nombre de ménages, la consommation journalière par habitant et les précipitations. Ainsi, ces
mesures peuvent permettre d’éviter les surprises et des pénuries fréquentes. Mais la méthode
de calcul est très théorique et ne reflète pas souvent la réalité. DJEUDA et al (2001) ont mis
en exergue dans la même lancée plusieurs données sur la SNEC, son historique de même que
ses limites et les difficultés auxquelles elle fait face. Cette entreprise détenait le monopole de
la distribution de l’eau dans les villes du Cameroun. La politique d’approvisionnement des
villes a été jugée inefficace puisque la majorité des populations n’a pas accès à cette denrée
(48 % selon le MINEE). Encore faut-il dire que ces chiffres soient le plus souvent
hétérogènes. Ce sont ses limites et surtout sa mauvaise gérance qui lui ont valu la mise en
privatisation. Ce document est riche en information concernant les données socioéconomiques
et naturelles sur l’eau mais il n’en dit pas plus. Depuis quelques mois (décembre 2005), on
l’appelle CAMWATER et son processus de privatisation est en cours d’exécution. Une étude
de TEGOFACK (2000)9 sur Yaoundé montre les capacités du château d’Etoudi et la zone
desservie par rapport à la quantité de pompage. Ses analyses montrent que plusieurs
châteaux de la ville de Yaoundé sont soit hors d’usage, soit désuets ou dépassés, ceci à cause
de la pression humaine et de la demande de plus en plus grandissante. De même, les travaux
de KOUONANG (1999) sur Foumban et de MBIELEU (2002) sur Bafang nous informent sur
les possibilités d’extension des réseaux d’eau potable et sur les différentes pertes en eau. Ce
dernier identifie les méthodes de calcul pour la gestion d’un réseau d’approvisionnement en
eau (ceci pour ne pas avoir des pénuries d’eau). Ainsi, la prévision doit être le moyen le plus
efficace pour la lutte contre les pénuries. Ces deux villes ayant bénéficié des projets de l’Etat
en matière d’extension du réseau et d’amélioration de la qualité, on se rend compte que les
problèmes persistent malgré les efforts. Ceci montre qu’il y a toujours des entraves pour une
extension sure.

Le troisième groupe a travaillé sur la prévention des demandes et de besoins en eau


potable des villes en pleine expansion. En effet, les pertes d’eau dans le réseau de distribution
sont un grand handicap pour tout le système de distribution. Dans les villes du Sud, on perd
jusqu’à plus de 57 % de l’eau produite avant qu’elle n’arrive chez le consommateur. Ces

9
TEGOFACK (R.), 2000.

12
facettes de la question nous semblent assez intéressantes dans la mesure où ce sont des
manques à gagner pour les entreprises. BONIN (1977) et DUPONT (1977) ont élaboré des
concepts dans ce sens de même que les calculs des besoins en eau dans les villes. Ces deux
ouvrages émettent des formules pour calculer les pertes, ainsi que des stratégies pour sortir de
ces impasses. Ces formules ne sont pas applicables dans nos pays du sud dans la mesure où
cela a été fait dans les pays riches ayant des standards de vie élevés et des structures
différentes. On sait que les réseaux de la SNEC perdaient jusqu’à plus de 50 % de l’eau
produite de la station de traitement jusque dans les ménages, ceci à cause de la vétusté du
matériel et de l’incivisme des populations. Cette société ne prend pas en compte les pertes et
pourtant la quantité d’eau produite est assez importante. Il se pose alors une nécessité
d’élaborer des mesures pour palier à ce problème. Ces ouvrages sont assez généraux et
s’intéressent aux villes des pays riches qui disposent des moyens et des politiques de
planification, or Bafoussam n’en a pas.

L’estimation de la consommation moyenne par jour et par habitant est un problème


assez sérieux. Pour prévenir les besoins, il est urgent de calculer la quantité d’eau nécessaire à
une population précise. La disparité est grande dans la mesure où la consommation des pays
développés n’est pas identique à celle des pays du Tiers-monde. Alors que dans les pays
pauvres on est à moins de 50 litres, on se retrouve à plus de 500 litres par habitant et par jour
dans les pays riches. Cette consommation peut souvent inclure celle des entreprises, c’est pour
cette raison qu’elle est assez élevée dans les pays industrialisés. De même, elle varie en
fonction de la distance par rapport au point d’eau 10. Les pays riches n’ont par le même ratio
par tête, ce qui signifie que l’on ne peut pas appliquer les mêmes données dans ces deux
catégories de pays. Les statistiques sur les pertes de réseau sont analysées par TAMO (1995).
Ces pertes représentent environ 50 % de l’eau pompée. Tous les paramètres ne sont pas mis
en exergue ici. Ceci met en difficulté la SNEC qui ne peut pas prévoir la quantité d’eau exacte
produite et distribuée. Ces pertes étant dues aux cassures, aux fuites, aux branchements
frauduleux ou à l’incivisme des populations.

L’inaccessibilité à l’eau potable entraîne des risques sanitaires certains et la


thématique abordée par le quatrième groupe d’auteurs. Les conséquences liées à
l’inaccessibilité à l’eau potable sont dramatiques dans les villes des pays pauvres. On
dénombre chaque année environ 14 millions d’enfants de moins de cinq ans morts de suite de

10
KULBERMATTAN (J.M.), 1988,

13
maladies hydriques. En Afrique, 80 millions de personnes sont exposées au choléra et à la
typhoïde11 ; ceci montre combien de fois il est important de se pencher sur la question. Ces
éléments sont mis en exergue par SAUNDERS et WARFORD (1976) qui recensent les
maladies hydriques et mettent en place les causes, les types de pathologie. Malgré les
données bien structurées, les vecteurs ou les causes de certaines maladies sont encore
floues. Les travaux de PRISO (1995) sur la ville de Dschang sont assez édifiants. Ce dernier
s’intéresse à la pollution des eaux et des implications sur la santé, en plus il fait ressortir les
éléments qui entrent dans la pollution de l’eau. Ces deux documents sur Dschang ne
présentent pas les mesures concrètes pour remédier à la situation.

Sur le plan juridique, SMETS (2002) a élaboré des concepts qui expliquent clairement
la nécessité de l’accessibilité à l’eau potable. Le droit à l’eau étant un droit inaliénable, il est
au centre de tous les autres types de droit (DUDH). Mais, il n’a été reconnu officiellement
qu’en 1999, ceci cinquante ans après l’admission des autres droits. De la reconnaissance à
l’application, il y a du chemin assez long. Il est très aisé de ratifier les traités mais les
pratiquer devient un autre problème. Ce document est d’un grand apport pour notre travail
dans la mesure où n’étant pas juriste, nous nous intéressons à ce volet. Ce livre sur un autre
plan ne présente que les accords sans toutefois les analyser dans le sens environnemental.
Dans tous les cas nous verrons si les textes écrits sont mis en application au Cameroun.

L’approche des villes des pays développés ne reflète pas les réalités locales. Notre
environnement socioéconomique est assez différent de celle des pays développés. Bafoussam
et sa périphérie sont mises en place de manière spontanée et ne se prêtent pas à ces types
d’aménagements et de prévisions. Il y a alors une inadéquation entre la population et les
infrastructures hydriques. Ces structures sont postérieures à l’habitat qui est dans la plupart
du temps anarchique. La situation locale au Cameroun est très incertaine et les populations ont
de plus en plus de mal à s’approvisionner en eau potable.

Au total plusieurs travaux ont été réalisés sur le Cameroun afin de résoudre les
problèmes liés à l’approvisionnement en eau potable. Notre sélection de document n’est pas
exhaustive vu l’ampleur des travaux menés sur la question. Ces études permettent de
comprendre que même dans les villes les plus pluvieuses où la question de la disponibilité ne
se pose pas la populatrion peut être victime du problème d’eau potable.

11
Jeune Afrique Économique ; Avril 1998.

14
En plus, de ces supports palpables, nous avons complété cette recherche
bibliographique par des documents trouvés sur les sites web.
Ces documents vont servir comme socle à notre étude. De même, nous nous
intéresserons aux problèmes des milieux ruraux qui sont souvent plus dramatiques que ceux
en milieu urbain malgré les apparences. Notre étude dans la ville de Bafoussam nous sera
d’une grande utilité puisqu’elle constitue un pré requis au présent travail. Ainsi, nous nous
baserons sur les études passées qui nous permettront de mieux analyser tous les éléments
impliqués dans les problèmes d’eau dans la ville de Bafoussam. Fort de cette documentation,
il est primordial d’examiner la problématique qui va guider notre travail.
B- Problématique et question de recherche
Comme nous l’avons évoqué plus haut, nous nous trouvons à l’interface de la ville et
du village. Le PAGIRE (Programme d’Action de Gestion Intégrée des Ressources en Eau)
élaboré en 2005 nous présente des problématiques liées à l’eau. La gestion de l’eau dans les
villes de même que dans les villages est très complexe du moment où les infrastructures sont
inadéquates et les prix prohibitifs. Les populations urbaines étaient contraintes de se raccorder
au réseau de la SNEC, seul fournisseur de l’eau potable dans les villes. Mais comme le dit
NGNIKE (2003)12, « la problématique de l’accès des populations à l’eau potable s’articule
autour de deux principaux points suivants : l’accès à l’eau potable en zone rurale et l’accès
en zone urbaine.» On ne saurait alors marginaliser la zone rurale dans notre étude.
En milieu rural, les populations étaient abandonnées à elles mêmes. Seuls quelques
villages ont bénéficié de petits projets d’approvisionnement eau potable mis sur pied par
certaines structures comme la SCANWATER, des ONG et certains bailleurs de fonds. Ces
organismes ont construit des points d’eau dans certains villages de la région, mais ces
structures ont manqué d’entretien et sont aujourd’hui pour la plus part inopérationnelles. Ces
échecs sont dus au manque d’entretien, ou de suivi des installations. Il se pose alors le
problème du devenir de ces zones rurales en matière d’approvisionnement en eau potable.
Elles ont développé des stratégies individuelles et collectives pour sortir de l’impasse.
Contrairement à ce que l’on croit, ce sont les villageois qui sont les plus touchés par ce
problème puisque selon les sources du ministère de l’eau et de l’énergie, 58 % des
populations rurales n’ont pas accès à l’eau salubre contre seulement 23 % en ville. On peut
dire à partir de ce constat que la priorité doit être le milieu rural. Notre étude s’intéresse alors
aux stratégies et méthodes prises en milieu rural pour éviter les maladies hydriques, de même
que les modes de gestion des ressources naturelles. Les lieux par excellence
12
NGNIKE (J.M.), opcit

15
d’approvisionnement en eau pour tous les ménages en milieu rural sont les rivières ; ces
dernières semblent aujourd’hui victimes des pollutions venant de la ville. Ces souillures sont
des déchets industriels, les eaux usées et certains rejets nocifs pour la santé. C’est au service
de l’hydraulique rurale du ministère de l’agriculture qu’incombe la tâche de construction et
d’entretien de systèmes de distribution en eau salubre des zones rurales. La construction des
forages à pompes est le moyen le plus sûr mais les coûts de réalisation et d’entretien restent
très élevés. De même, les élites des différents villages ont élaboré des projets pour donner de
l’eau dans leur quartier. Ces projets communautaires impliquent toutes les populations dans la
construction, l’entretien et le suivi des différents points d’eau réalisés. De plus, certains
« villageois » ont jugé utile de faire un branchement SNEC jusqu’en milieu rural et ceci à
leurs frais. Ainsi, le réseau SNEC s’est progressivement infiltré en milieu rural. La distinction
entre le rural et l’urbain est plus difficile dans la mesure où on trouve les habitudes urbaines
dans les villages13. Certaines élites créent des points d’eau où les villageois peuvent venir
s’approvisionner gratuitement ou moyennant quelques pièces de monnaie. Il s’agit pour nous
d’analyser ces stratégies, de voir leurs impacts ou leurs implications sur le milieu rural en
matière d’eau potable.
Un autre problème se pose par rapport au droit à l’eau salubre énoncé par différentes
conférences et différents organismes. Ce droit à l’eau implique des politiques nationales et
locales mises en place pour un accès équitable à l’eau. Ainsi, le Cameroun ayant ratifié
presque toutes les conventions, les met-il en pratique ? Notons que les stratégies mises en
place jusqu’à une date récente se sont révélées inappropriées dans la mesure où la situation
d’accès à l’eau est déplorable vue les difficultés auxquelles font face les ménages pour avoir
de l‘eau potable. Parler du droit à l’eau dans ces zones reculées revient à y apporter de l’eau
salubre accessible à tous, or les moyens techniques et financiers font défaut. Les sociétés qui
s’occupent de la gestion des ressources hydriques doivent être nationalisées pour permettre la
distribution de l’eau dans tous les ménages même les plus démunis. On constate
aujourd’hui un laxisme face aux prescriptions internationales ; le prix de l’eau augmente
chaque jour. Mais « comme pour n’importe quel produit, le système de revente en cascade de
l’eau entraîne la hausse prohibitive de son prix »14. Ce sont plutôt les sociétés à caractère
social (transport, électricité, eau) qui sont privatisées. Et comme résultat, il y a la hausse des

13
Notons que les villageois sont de deux catégories : ceux qui font l’agriculture et l’élevage et ne
vivent que de cette activité ; et ceux qui vivent au village mais exercent une activité en ville ; adoptent
les habitudes urbaines (il peut s’agir des fonctionnaires, salariés, commerçants, gardiens de nuit, ou
tout simplement des débrouillards).
14
VENNETIER (P), 1988.

16
prix des différentes denrées ou des services. On affirme que l’eau n’est pas vendue, mais que
ce sont les frais des services (captage, traitement, pompages, distribution, personnels..) qui
sont imputés aux consommateurs. Or, le prix du m 3 d’eau a augmenté de près de 20 Fcfa 15
depuis le début du processus de privatisation. TANAWA E. (2001)16 expose le problème en ce
sens « l’eau est devenue un bien économique à l’assaut duquel les multinationales montent en
force. Ce mouvement ne va-t-il pas induire la cherté et donc accroître le nombre d’exclus de
l’eau potable  ? » Est-ce une raison suffisante pour privatiser toutes les sociétés sans
distinction et sans base solide ? En tout cas le processus de privatisation de la SNEC suit son
cours ! Dans le même ordre d’idée, l’Académie Française de l’Eau renchérit que « l’eau ne
devrait pas être prise comme un bien économique à part entière, puisque c’est une ressource
vitale pour tout le monde ». Alors, peut-on dire qu’une entreprise qui fait grimper les prix de
l’eau est sociale ?
Selon FONTEH M. (2003), « l’eau a un prix et devrait être considérée comme un
bien économique depuis les lois de 1998 sur le prélèvement de cette ressource dans la nature
au Cameroun  ». Malgré cette affirmation, la loi de l’offre et de la demande ne doit pas être
appliquée à cette denrée. L'Etat peut privatiser les services relatifs à l'eau et autoriser des
contributions des usagers tant que l'eau essentielle est abordable pour tout le monde. L’un des
objectifs de la SNEC était de veiller à l’adéquation entre les tarifs et la situation financière des
ménages17. Est-ce que les prix de l’eau sont abordables à tous les ménages ? Ou bien ces prix
sont-ils conformes aux revenus des familles  comme le voudrait la législation internationale
sur le droit à l’eau salubre? Il devient alors crucial de s’interroger sur la législation en matière
d’eau et de faire le point sur ces données pour une meilleure planification.

Sur un tout autre plan, nous nous sommes intéressés à la question de l’eau potable
dans la ville de Bafoussam18 où nous avons mis en exergue les problèmes auxquels sont
confrontés les ménages pour accéder à l’eau potable, les disparités et les inégalités selon le
niveau de vie et le quartier, les stratégies mises en place par les populations et les
municipalités pour remédier à cette situation et enfin les méthodes des autres acteurs de la
société civile. Cette étude en milieu urbain n’a pas été exhaustive dans la mesure où tous les
contours et les paramètres de la question ne pouvaient être étudiés avec les contraintes de
15
Le prix du m3 en dessous de 10 m 3 est de 293 Fcfa au lieu de 271 Fcfa comme précédemment et
lorsqu’on consomme plus de 10 m3, on paye 357 Fcfa le m 3 au lieu de 337 Fcfa comme dans les
anciennes factures. Les grands consommateurs payent plus de 400 francs le m 3. Après toutes ces
fluctuations, il n’y a pas de réaction de l’Etat ou de la société civile.
16
ECOVOX, opcit
17
DA COSTA (A.), 2004.
18
SUFO KANKEU (R), 2005, cit ; p 5

17
temps pour un mémoire de maîtrise. Nous entendons alors étudier d’autres aspects de la
question en insistant sur les nouveaux cas de maladies (choléra) enregistrées dans la ville et
surtout les différents acteurs impliqués dans la mouvance de la recherche de solution. La
privatisation de la SNEC aura un impact évident sur les habitudes en matière d’eau, sur les
implications socioéconomiques et sanitaires. La nouvelle approche du PAGIRE pour sa part
est de réinstaurer un nouvel ordre avec la concurrence qui peut s’installer et faire régresser les
prix, espoir et attente de tous les consommateurs.

En somme, nous nous intéresserons à la question d’approvisionnement en eau en


milieu rural et périurbain, surtout en ce qui concerne les stratégies déployées par les acteurs
internes et externes pour résoudre le problème de l’approvisionnement en eau potable. Ces
politiques doivent être suivies pour une bonne efficacité à moyen et à long terme. Nous nous
intéressons aussi à la législation sur l’accès à l’eau potable au Cameroun et les stratégies pour
un meilleur accès dans un futur proche afin d’avoir des éléments pour la planification et la
gestion des ressources hydriques. Le questionnement central de notre étude est le suivant :
quels sont les obstacles des l’approvisionnement en eau potable de Bafoussam et surtout
quelles sont les politiques extérieures et intérieures pour y palier ? De cette question centrale
découlent les questions spécifiques suivantes :

- Quelles sont les facilités naturelles d’accès à l’eau dans Bafoussam et sa


périphérie ?
- A quelles contraintes fait face la région par rapport à l’approvisionnement en eau
potable ?
- Dans quel cadre réglementaire et institutionnel se déroule la distribution de l’eau
potable dans la région de Bafoussam ?
- Quelles sont les stratégies locales et extérieures mises sur pied pour sortir de
l’impasse ?
- Quelles sont les conséquences des demandes sur le milieu ou sur le bassin versant
de la Mifi sud ?
- Quelles sont les recommandations et les perspectives face à la situation
d’approvisionnement en eau de cette zone ?

Tous ces questionnements nous poussent à énoncer nos objectifs et nos hypothèses
afin de mieux analyser la question de l’eau potable dans la région de Bafoussam.

18
C- Objectifs de la recherche

Le problème de l’eau potable est réel à Bafoussam et dans sa périphérie. Ceci


ressort de nos précédentes études sur la ville de Bafoussam (mémoire de maîtrise). Outre les
objectifs fixés durant celles-ci, nous avons d’autres plus importants et plus pertinents du
moment où le présent travail s’intéresse au milieu rural jusque là marginalisé par les autorités
compétentes. Les problèmes liés au coût d’accès à l’eau restent toujours d’actualité avec le
nouveau schéma qui s’offre avec le processus de privatisation de la SNEC. Ainsi, il est
question dans cette étude, de ressortir les éléments qui influent sur l’accès à l’eau dans la zone
périurbaine qui est non seulement d’occupation rapide mais aussi anarchique. De plus,
l’appréhension populaire de la qualité d’eau consommée a changé avec la politique de mise en
place des forages, du réseau SNEC en zone rurale et des projets de la SCANWATER. La
récurrence des maladies hydriques a augmenté la paranoïa de certains villageois qui ne
courent plus les risques.

L’étude socioéconomique des implications de l’eau potable dans la zone périurbaine et


rurale de Bafoussam est notre objectif premier. Les facteurs géographiques jouant un rôle
décisif dans ce système sans pour autant oublier les facteurs sociologiques, culturels et
économiques. Il serait alors opportun que l’on ait à la fin de l’étude des résultats concrets qui
permettent de prendre des décisions plus pratiques. Nous allons alors ressortir les facteurs qui
participent à la précarisation de l’accès des populations à l’eau salubre (précarisation
accentuée en milieu rural). De même, nous allons identifier les éléments qui sont mis en
œuvre pour la sortie de ces zones de la précarité hydrique. Ainsi, l’objectif principal de cette
étude est d’analyser les obstacles qui bloquent l’approvisionnement en eau potable de même
qu’examiner les stratégies pour sortir de l’impasse. Plus spécifiquement, la tâche qui nous
incombe au cours de cette étude est de :

- Examiner les facilités d’accès à l’eau sur le plan naturel.


- Evaluer les contraintes liées à l’approvisionnement en eau potable dans la région
de Bafoussam

- Analyser les éléments qui sous-tendent le cadre institutionnel et réglementaire de


la distribution de l’eau potable.

19
- Identifier et analyser les stratégies locales et externes en ce qui concerne la mise en
place des infrastructures d’approvisionnent en eau potable.

- Repérer et ausculter les conséquences de la demande sur le bassin versant de la


Mifi sud.

- Ressortir les recommandations et les perspectives aux différents acteurs pour un


avenir meilleur.

En somme, il s’agit de faire ressortir les conditions naturelles du milieu, d’identifier


les facteurs qui empêchent les ménages d’avoir de l’eau potable, de ressortir et de sensibiliser
les acteurs du secteur de l’eau, leurs effectifs ainsi que leur rôle, d’identifier les politiques de
l’Etat en matière d’eau en milieu rural et urbain, de faire un inventaire des infrastructures
hydriques, d’examiner le bassin versant et de participer à leur gestion et d’étudier la nouvelle
structure et la tâche qui lui incombe. Ces différents objectifs ont permis d’élaborer des
postulats autour de la question de l’eau à Bafoussam.

D- Hypothèses de la recherche

L’hypothèse principale de notre étude est la suivante : de multiples obstacles freinent


l’approvisionnement en eau raison pour laquelle des stratégies sont déployées pour en sortir.

Par ailleurs les postulats secondaires que nous avons élaborés sont les suivants :

- Les conditions naturelles sont favorables pour une disponibilité en ressources


hydriques.

- Plusieurs obstacles naturels et socioéconomiques peuvent être recensés dans le cadre


de l’approvisionnement en eau potable.

- Le cadre institutionnel et règlementaire d’approvisionnement en eau potable est


peut être inadapté.

- La situation hydrique précaire pousse les acteurs locaux et externes à déployer les
moyens pour sortir de la crise.

20
- L’exploitation des ressources hydriques entraîne des dégâts multiformes sur le
bassin versant de la Mifi sud.

- Face à ces problèmes majeurs, il existe des recommandations concrètes aux


acteurs qui peuvent permettre d’améliorer la situation.

Toutes ces hypothèses nous permettront de mettre en exergue les différents chapitres
de notre étude.

E- Intérêt du sujet

La question de l’eau est devenue une priorité pour le développement dans le monde.
En effet, comme le disait LECLERC (1965) « il n’y a pas de ville, de village, de hameau, de
ferme isolée, de cabane de chasseur qui ne dispose d’un point d’eau » et nous devons nous
intégrer dans la recherche des solutions pour une bonne gestion des ressources et un meilleur
accès à l’eau. On ne saurait concevoir un projet viable et durable sans y intégrer la question de
l’eau et sa gestion dans la mesure où l’eau c’est la vie. Il faut dans ce cas insister sur la valeur
économique de l’eau. En effet, aucune activité humaine ne peut se réaliser sans l’apport de
l’eau. La gestion de l’eau doit alors être une priorité pour toutes les communautés organisées
et les structures étatiques.

Bafoussam et sa région ont un climat équatorial Camerounéen de type d’altitude.


Cette région est pourvue de ressources hydriques et d’une pluviométrie généreuse. A priori, la
zone ne devrait pas souffrir du problème d’eau, au contraire elle est sujette aux fréquentes
épidémies cholériques qui affectent surtout les populations pauvres, n’ayant pas accès à l’eau
salubre et se trouvant dans les zones périurbaines et rurales. Cette dernière reste alors la plus
vulnérable et doit demander des solutions urgentes et pragmatiques. Délaissés depuis des
décennies à eux-mêmes, les villages se sont «débrouillés » pour remédier à la situation et dans
la plupart des cas sans succès. Il nous revient alors d’étudier de fond en comble la question et
de voir comment y remédier.

La passivité de l’Etat envers le monde rural est aussi l’une des raisons
fondamentales du choix de la zone d’étude. En effet, les populations rurales sont
abandonnées à elles mêmes n’ayant souvent aucune aide extérieure et se contentant des
moyens d’approvisionnement disponibles et dans la plupart des cas précaires. Les ministères
de l’agriculture, de l’eau et de l’énergie sont chargés tous les deux de la gestion de l’eau et

21
de l’hydraulique rurale. Pratiquement, il n’en est rien concernant l’installation des
infrastructures.
De même, ce sont les mutations rurales en matière de changement de la qualité de
l’eau consommée et du tri qui s’opère de nos jours qu’un nouveau problème de mise en
place des sources d’eau potable et des réseaux de gestion de ces points d’eau s’avère
nécessaire. Les villageois ne doivent pas se contenter des anciens modes
d’approvisionnement devenus désuets. Heureusement, plusieurs projets se sont créés mais
leur gestion laisse à désirer.
Les problèmes d’accès à l’eau potable dans les pays du Tiers-monde sont les plus
inquiétants, la population n’ayant pas accès à cette denrée à cause du prix, de la situation des
quartiers dans les villes ou du village, des politiques en matière d’accès à l’eau et de la
perception des ménages. La ville de Bafoussam et sa périphérie sont confrontées aux mêmes
problèmes malgré la disponibilité de l’eau. Cette ville est affectée par les maladies hydriques
de manière récurrente depuis plus de deux décennies. Ainsi, Bamougoum (partie urbaine et
rurale) la zone la plus touchée par cette épidémie. La corvée de l’eau est aussi une tâche très
contraignante dans la mesure où ce sont les enfants qui sont les plus affectés par cette charge.
Le processus de privatisation de la SNEC est un facteur à ne pas négliger, car la flambée des
prix du mètre cube d’eau va influencer sur la consommation des ménages et le rythme de
retrait des compteurs dû à l’insolvabilité sera plus accéléré.
En ce qui concerne la zone rurale, on se rend compte que l’absence des projets de la
part du gouvernement a beaucoup aggravé le problème hydrique. La zone rurale au Cameroun
a toujours été marginalisée en ce qui concerne l’accès à l’eau potable alors que la ville est
desservie par la SNEC. En effet, les quartiers qui disposent des structures viables permettant
aux villageois d’avoir de l’eau potable à moindre coût sont rares. L’eau est pourtant une
denrée utile à tous et devrait être la priorité de tous les acteurs sociaux. Le milieu urbain qui
n’échappe pas à cette règle puisque les ménages pauvres sont mis à l’écart en ce sens qu’il n’y
a pas de politique de prix pour permettre à tous les ménages d’avoir l’eau de la SNEC à
domicile. Alors le choix de ce sujet pour une thèse de Master repose sur plusieurs paramètres
qui sont un malaise perpétuel pour les collectivités. Les discriminations financières et sociales
n’ont pas leur raison d’être en ce sens que chaque être humain doit avoir une eau qui
garantisse sa santé et son bien être. Les projets élaborés pour parer au problème dans les
villages sont restés lettre morte puisqu’ils étaient bien pensés mais mal intégrés sur le plan
local.

22
Toujours en milieu rural, la majorité des ménages s’approvisionnent en eau de
boisson dans les puits, les rivières et les sources si ce n’est pas de l’eau de pluie. Il serait alors
pertinent de faire une étude sur cette voie car ce sont les villageois qui sont les plus touchés
par ce phénomène. De plus, il n’y a aucune sensibilisation qui puisse permettre aux villageois
de remettre en question leur mode d’approvisionnement. Notre étude est aussi sous-tendue par
l’acculturation villageoise en ce qui concerne les habitudes urbaines, par « l’urbanisation des
campagnes », et les relations de symbiose19 qui existent entre la zone urbaine et la zone rurale.
Ces relations permettent les interconnections en matière de services réciproques et des
mouvements des personnes qui existent entre les deux milieux.
Il importe alors de mener une étude sur la question de l’eau potable à Bafoussam et
sa périphérie. L’approfondissement de cette recherche est d’autant plus important que nous
avons commencé l’étude en maîtrise et nous entendons pousser cette étude jusqu’à ce que les
solutions concrètes soient trouvées et proposées en vue de l’amélioration des conditions de
vie. Plus concrètement, cette étude permettra sur le plan scientifique d’avoir une base de
données sur la question hydrique de la zone d’étude et sur le plan socioéconomique d’aider les
populations de la région à trouver une voie de sortie à leur problème. De même, nous
espérons qu’à partir de ce travail les acteurs pourront prendre conscience du calvaire que
vivent les populations concernées afin de veiller aux mesures nécessaires pour l’amélioration
de leur condition de vie.
IV- CADRE CONCEPTUEL DE L’ETUDE

Ressortir le modèle d’analyse revient à mettre sur pied des définitions fiables pour
l’étude et à analyser tous les termes liés à ce travail, à concevoir les postulats ou les
hypothèses qui vont soutenir notre travail et à théoriser le sujet c'est-à-dire concevoir des
schémas qui permettront de mieux comprendre et approfondir tous les contours du problème
posé. Ainsi, il est opportun de clarifier tous les concepts qui sous-tendent notre étude.

Il importe de commencer par le concept d’approvisionnement ou plutôt


d’approvisionnement en eau potable qui reste l’élément central du sujet. Approvisionnement
vient de « pro-vidéré » qui veut dire prévoir. Approvisionner c’est fournir, livrer ou ravitailler
une région ou une ville en vivre ou en eau en stock. L’approvisionnement nécessite alors le
déploiement des moyens techniques et financiers selon la qualité des matériaux à transporter,
19
La symbiose est souvent en défaveur du village puisqu’il est le lieu de décharge des déchets urbains
et du surplus de sa production, en même temps, le village dépend administrativement de la ville et de
ses services (poste, électricité, eau). De même, on peut dire que l’eau consommée en ville est captée
en zone rurale. On parle aujourd’hui de « l’urbanisation  des campagnes ».

23
la distance et surtout le tonnage. L’approvisionnement est une technique ou une méthode
permettant de livrer un bien, un besoin ou un service à un tiers. C’est aussi l’action de
rassembler les choses nécessaires à la subsistance d’une ville. Pour un bon
approvisionnement, il existe un flux physique (moyen de transport) et un flux administratif
(bon, commande, besoin). Il a pour but de répondre aux besoins d’une entreprise, d’une
région ou d’un peuple… Alors ce concept fait apparaître la notion de gestion de stock dans la
mesure où il faut une adéquation entre les quantités disponibles et la demande. Une rupture de
stock doit être évitée au risque de déboucher sur une crise sociale. En ce qui concerne
l’approvisionnement en eau potable, beaucoup de paramètres entrent en jeu. D’une part, nous
avons besoin dans ce cas de la disponibilité des ressources à l’état naturel et les moyens
techniques pour la capter, la traiter d’autres part une population qui peut accéder à cette
denrée. Dans notre contexte, approvisionner la ville de Bafoussam et sa région en eau potable
revient à apporter ce bien jusque dans les foyers ; ceci à partir des moyens dont disposent les
acteurs. Mais il existe des contraintes qui sont liées à la pauvreté et à la perception qu’on a de
l’eau transformée. Analyser ce concept revient à ressortir les acteurs, les types de
consommateurs, les problèmes et les sources d’approvisionnement (figure 2).

Une eau selon BRUNET (1997) est «  un liquide composé d’hydrogène et


d’oxygène et formant l’hydrosphère à l’échelle du globe, à la suite du rassemblement des
molécules gazeuses expulsées dès les premiers millions d’années de la formation de la
terre. » Une eau potable est, on le sait, celle que l’on peut boire sans crainte de maladie ;
c’est aussi celle qui a des caractéristiques physico-chimiques et bactériologiques acceptables
par rapport aux normes de l’OMS. L’eau incolore, inodore, insipide et agréable au goût est
celle qui est recommandée potable. Or, une eau qui a ces qualités est rare à trouver car que ce
soit celle de la SNEC, des forages ou même des sources, il y a dans la plupart des cas une
qualité manquante. Une eau potable selon l’OMS est celle qui est : exempte de tout composé
susceptible de leur donner un goût ou une odeur, relativement claire, non saline, libre de tout
organisme pathogène et dépourvue de tout composé pouvant avoir des effets néfastes sur la
santé humaine. Mais il faut affirmer que dans la région Bafoussam rurale, les populations ont
une autre appréhension de l’eau potable. Ceci dans la mesure où plusieurs personnes
déclarent que l’eau potable est celle qui est claire. C’est pour cette raison qu’ils boivent en
majorité l’eau de puits et de rivière relativement claire. Cette perception peut être à l’origine
des échecs enregistrés dans les différents projets d’eau.

24
Concept Dimensions Variables Indicateurs
SNEC, Camwater, CDE,
Publics ministères,
Acteurs Elites, Associations, comités de
Privés développement, Semme, Source
Tangui, Madiba…
ONG
PACDDU, UE, GRET….

Publiques Robinets SNEC, point d’eau


communautaires
Sources
d’approvisionnement Privées Puits, forages

Marigots, sources, pluies


Naturelles

Approvisionnement
en Eau potable Industries (SABC, savonneries)
Gros

Pmi-Pme, laveries,
Moyens établissements scolaires et
Consommateurs
Ménages
Petits
Maladies hydriques, épidémies
Sanitaires de choléra

Cassures de tuyaux, fuites d’eau,


Techniques coupures, fraudes….

Problèmes Environnementaux Pollution des rivières,

Coût de traitement et de
Économiques branchement élevé, coût du m3
25 élevé
Figure 2 : Schéma conceptuel de l’approvisionnement

26
Deux autres notions incontournables sont mises en exergue ici, il s’agit de celle de la
périurbanisation et de la gestion des ressources ou des bassins versants. Ces concepts sont
assez étendus dans leurs sens propres et dans leurs connotations respectives.

A quoi renvoie la zone périurbaine ? On serait tenté de dire qu’elle intègre la région
autour de la ville. Mais jusqu’où va cette zone ? A quelle distance et comment peut-on
identifier tout cela ? Pour mieux comprendre ce concept, il faut intégrer la distance, les
habitudes, le brassage des personnes et des biens et l’autorité en place. L’espace périurbain,
considéré comme l'espace situé autour des villes, soumis à leur influence directe et
susceptible d'être significativement touché par les processus enclenchés par cette proximité

Etymologiquement, périurbain vient de « péri » (qui veut dire zone autour de) et de
« urbain » (qui vient de ville). Selon le Petit Robert « c’est une zone où il ne règne ni la vie
citadine, ni la vie rurale…où il y a un peu des deux. Ce terme est souvent synonyme de
bidonvilisation ou de banlieue ». La banlieue est un territoire autour de la ville qui n’est pas
la ville mais qui n’est pas aussi le village. On se rend compte de l’ambiguïté du mot. Où peut-
on alors classer cette zone rurale qui s’urbanise mais qui n’est pas encore la ville ? C’est une
zone rurale qui s’urbanise mais ayant copié les habitudes urbaines liées aux commodités de
l’électricité, la télévision et l’eau SNEC. Les bourgs et bourgades sont des agglomérations
que l’on rencontre le long des axes routiers et ferroviaires (gares). Il peut aussi s’agir des
concentrations humaines imputables à une activité économique dominante. Le bourg renvoie
à un lieu entre village et petite ville ; c’est en fait une petite agglomération qui se distingue
des autres villages lointains par ses services. Le périurbain est alors différent du village
profond qui utilise encore le marigot et le puits pour s’approvisionner en eau de boisson alors
que les citadins utilisent l’eau SNEC. Il s’agit ici de dire que la zone périurbaine est celle
comprise entre le rural et l’urbain, c'est-à-dire « l’entre deux » en ce qui concerne les
infrastructures et les habitudes urbaines.

La politique gouvernementale consiste depuis plus d’une décennie à rapprocher


l’administration des administrés. C’est dans cette optique que de nouvelles unités
administratives sont incessamment créées. Cependant, celles-ci ne réunissent pas toujours les
commodités caractéristiques de la vie urbaine telles que l’électricité, le téléphone et surtout de
l’eau potable. NGNIKE (2003) a si opportunément constaté que «Pour les arrondissements,
beaucoup reste encore à faire quant à l’équipement en système d’AEP (approvisionnement en

27
eau potable)». Il révèle par ailleurs que « Sur 268 arrondissements (sans compter les
districts), seuls 106 sont équipés, soit un taux d’équipement de 40 % ». On sait que ces
chiffres ont souvent des grosses marges d’erreurs en ce sens que ce sont les villages qui se
débrouillent à construire les infrastructures hydriques avec l’aide des élites et de certains
bailleurs de fonds ou ONG. Jusqu’à une date récente, les milieux ruraux ne devraient élaborer
une politique d’eau potable qu’à partir de l’eau souterraine (où on peut réaliser des puits, des
forages et aménager des sources) ceci avec l’aide de la direction de l’hydraulique rurale du
ministère de l’agriculture et du développement rural. La périurbanisation est aussi une
expression de marginalité puisque certains services n’y arrivent pas  la priorité étant donnée
aux quartiers centraux de la ville. Le périurbain est quand même en construction progressive
mais de manière anarchique…

Sociologiquement, le périurbain est une zone où la ruralité et l’urbanisation se


côtoient intimement et le mode de vie des populations embarquées dans cet engrenage s’en
trouve affecté sur tous les plans. Le snobisme aidant, tous ceux qui veulent se sentir citadins
doivent adopter leurs habitudes c'est-à-dire : avoir l’électricité et l’eau SNEC à domicile et
même un poste téléviseur. Il faut alors investir de grosses sommes pour accéder à ces services.
Le périurbain doit être le lieu où s’étend la civilisation de la ville. Là où il y a l’électricité et
l’eau ; c’est le périurbain et nous entendons analyser les mutations qui se sont opérées et les
implications sur ces milieux et les « villageois-urbain ». Ce terme reflète le caractère
fondamental de ces villageois qui, sans habiter dans le cadre urbain, veulent ressembler à des
véritables citadins par leur nutrition, leur comportement, leur habillement, leur maison. L’eau
étant au centre de toute activité, les modes d’approvisionnement varient en fonction du
ménage.

Par rapport au noyau urbain ou périurbain, où s’arrête la ville et où commence la


zone périurbaine et où finit-elle ? Les zones périurbaines sont " constituées d'agrégats de
cantons contigus choisis autour de villes d'une certaine taille, de manière à cerner au mieux
le développement périphérique de l'habitat. Le rayon choisi varie de 15 à 30 kilomètres en
fonction de l'importance de l'agglomération centrale. Cette notion de distance montre que
toute notre zone d’étude est le périurbain. Il est vraiment difficile, voire impossible de
délimiter clairement ces contours en raison de la complexité des habitudes sociologiques. Si
l’on veut délimiter la zone périurbaine, à Bafoussam il serait judicieux de dire que tous les
deux villages étudiés seront inclus dans ce périmètre. Puisque, la zone périurbaine s’étend à

28
plus de dix kilomètres de rayon du centre ville. La question que l’on se pose est la suivante :
comment les « villageois  » réagissent-ils par rapport à ces services ? La zone d’étude couvre
alors Bafoussam ville et village de même que Bamougoum.

Le second terme est celui de la gestion des ressources en eau et des bassins
versants qui mobilise tout acteur de la société civile nationale et internationale. On sait
pertinemment que la résolution des problèmes d’eau pour l’alimentation, l’agriculture et les
industries passe par l’élaboration d’un système solide de gestion intégrée des ressources. Mais
comment se fait la gestion des ressources ? Une meilleure gestion est liée à l’évaluation des
ressources disponibles. Et qui parle de disponibilité des ressources hydriques fait allusion aux
bassins versants puisque ce sont ces derniers qui drainent soit en surface soit en profondeur
des quantités importantes d’eau. Un bassin versant est une région drainée par le cours d’eau
et ses affluents. Ainsi, gérer un bassin versant s’avère très délicat et devrait être participatif et
inclure tous les secteurs d’activité qui utilisent l’eau. En ce sens, on veut faire allusion aux
agriculteurs, aux éleveurs, aux industries qui utilisent excessivement les eaux en amont sans
se soucier des retombées en aval. Le prélèvement abusif d’un acteur se révèle souvent
désastreux. En effet, certains grands conflits, en l’occurrence dans les pays désertiques ont
pour origine la conquête de l’eau. Lorsqu’un cours d’eau traverse plusieurs villages, plusieurs
régions ou plusieurs pays, alors la gestion doit être minutieuse de peur de voir naître des
conflits. La concertation devient alors le chemin à suivre. C’est pour cette raison que les
calendriers de prélèvement sont établis dans certains pays de même que les quantités. Des
comités se sont créés pour résoudre ces conflits, mais n’y parviennent pas puisque l’eau ne se
crée pas, elle se recycle. Il est nécessaire de faire une parcellisation de l’eau pour les
différents consommateurs. L’abondante pluviométrie montre que le problème n’est pas celui
de la disponibilité à l’état de nature, mais au niveau de la pollution et de l’accessibilité à l’eau
propre. Il y a déjà des inquiétudes à se faire car d’ici 2050, la province de l’Ouest et
particulièrement Bafoussam se retrouvera dans un stress hydrique20.

Le PAGIRE a élaboré dans le même sens des stratégies à prendre pour la mise en
place des conditions favorables pour l’accès à l’eau potable de tous. Cette gestion ne doit
écarter aucun acteur si petit soit-il. Car tous les êtres humains doivent savoir comment l’eau,
ressource vitale, est gérée. L’état se doit d’occuper une place de choix dans la gestion des

20
Selon le PNUD, une région est définie comme étant en pénurie d’eau lorsque la disponibilité en eau
par habitant et par an est inférieure à 1 000 m3 Alors que lorsque cette quantité est inférieure à 1 700
m3 par habitant et par an, la région est considérée être en situation de stress hydrique.

29
ressources hydriques. Il est gaspilleur qu’au lieu de chercher à économiser l’eau, on cherche
plutôt à augmenter la production. Il faudrait pour cela sensibiliser les populations à utiliser le
moins d’eau possible. L’économie de l’eau est une bonne méthode de gestion. Selon l'expert
hydraulicien Sandra POSTEL, «on commence lentement à se rendre compte que la gestion de
la demande, plutôt qu'une lutte continuelle pour la satisfaire, est le moyen le plus sûr
d'arriver à la sécurité en matière d'eau»

Comme affirme FALKENMARK, « nous devons cesser de vivre comme si nous


disposions des quantités illimitées d'eau et commencer à admettre qu'il faut nous
accommoder d'une situation caractérisée par de sévères limitations de l'approvisionnement
en eau ». Quand on parle d'eau douce, il ne s'agit pas de se demander « de combien d'eau
avons-nous besoin et où la trouve-t-on », mais plutôt « quel est le volume d'eau disponible et
quelle est la meilleure façon d'en tirer partie? ». En d'autres termes, nous devons mieux gérer
la demande d'eau, au lieu de continuer à s'attacher à trouver une meilleure formule de gestion
« orientée vers l'offre ». Ainsi, on ne devrait pas tenir compte de la quantité demandée, mais
de celle qui est disponible et la gérer en fonction du minimum vital de chaque individu ou
chaque entreprise (environ 30 litres par jour et par individu selon l’OMS).

Gérer l’eau est une tâche très ardue parce qu’elle (l’eau) se fait de plus en plus rare
et de plus en plus sollicitée. C’est une ressource à la fois menacée, multifonctionnelle et
multidimensionnelle. La gestion de cette ressource nécessite des moyens énormes et un
programme bien pensé. Les ressources à long terme doivent être préservées pour les
générations futures. Nous vivons dans un monde où chaque goutte d’eau compte, or dans
certains pays, on gaspille à souhait. Le bien être se mesure par rapport à l’opulence hydrique
et à la quantité d’eau dont on peut disposer. Les systèmes d’épuration des eaux usées doivent
être mis sur pied pour la recycler et l’utiliser à des fins agricoles ou industrielles.

Ces deux concepts seront nos éléments de référence au cours de l’étude. Néanmoins
certains mots seront définis tout au long de l’étude.

V- APPROCHE METHODOLOGIQUE

Pour mener à bien notre travail, nous sommes passés par plusieurs étapes entre
autres : la recherche bibliographique, les échantillonnages, les enquêtes de terrain, la
cartographie et enfin le dépouillement des questionnaires. La particularité de la méthode de

30
recherche que nous avons employée repose sur l’étendue de la cartothèque et de la
bibliographie.

A- Les données secondaires

Il s’agit des lectures que nous avons faites pour une bonne connaissance du sujet.
Pour cette raison, nous avons parcouru plusieurs bibliothèques à travers les villes.

- A Yaoundé, nous avons consulté les documents tour à tour dans les
bibliothèques de l’université de Yaoundé I, du département de géographie de la dite
université, de l’IRD et du Centre Culturel Français.
- A Bafoussam, nous avons lu les documents à la Communauté Urbaine de cette
cité, à la délégation de l’eau et de l’énergie, au centre de lecture pilote et à la SNEC.
- A Dschang, plusieurs documents ont été consultés dans les bibliothèques du
génie rural de la FASA, du CEREHT, de Dr NKANKEU et de l’Alliance Franco
Camerounaise.

Certains des documents ont constitué des supports indispensables durant notre travail.
Il s’agit plus précisément du mémoire de TCHAMENI, de l’ouvrage de FONTEH sur l’eau au
Cameroun, et celui d’OLIVRY, des travaux de SMETS concernant le droit à l’eau et le
processus d’application à travers les pays.

En dehors des bibliothèques, nous avons eu plusieurs articles et ouvrages que nous
avons téléchargé sur le net. Ces documents virtuels ont été d’un grand secours pour nous
puisque riches en expériences réalisées dans autres contrées à travers le monde. Mais, loin de
prendre cela pour argent comptant, nous les avons consultés avec un soupçon de critique
parce que les sources virtuelles sont souvent tâchées d’erreurs et d’imperfections.

En ce qui concerne la cartothèque, nous avons utilisé successivement les cartes


topographiques de Bafoussam 3d et Bafoussam 1d au 1/50 000. Les cartes ont été
mosaïquées dans Coreldraw 12. Les modèles numériques de terrain ont été réalisés grâce à
Idrisi Kilimandjaro, Mapinfo, Coreldraw, Paint, Photoshop… Plus particulièrement, pour
avoir une idée de la zone d’influence des différents projets réalisés, nous avons utilisé la
méthode du rayonnement des infrastructures hydriques. En effet, après avoir levé au GPS
(Global Positioning System) les différentes sources aménagées, forages ou points d’eau
communautaires, nous avons à l’aide du logiciel Mapinfo et dans un fond de carte

31
géoréférencé calculé les distances parcourues par les villageois pour avoir de l’eau. Ainsi,
nous avons pu analyser distance, les contraintes géographiques et temporaires.

B- Les données primaires

Il s’agit de celles obtenues directement par les préenquêtes, les observations, les
entretiens, des questionnaires et des enquêtes de terrain. Ces dernières ont débuté par des
enquêtes préliminaires pendant lesquelles nous avons commencé par des observations. En
effet, depuis nos travaux de maîtrise, nous avons eu à prendre connaissance du milieu urbain.
Et la zone rurale était connue d’avance en ce qui concerne Bamougoum. Nous avons fait
plusieurs descentes sur le terrain dans le but d’observer sous un autre angle (avec les yeux de
géographes). Quant à Bafoussam rural, nous avons fait le travail accompagné chaque fois
d’un fils du terroir. Cette activité préliminaire nous a permis d’entrer en contact avec les
responsables locaux, de même que de nous imprégner des problèmes auxquels font face les
ruraux.

Puis ont été faits des entretiens exploratoires pendant lesquels nous avons ciblé les
personnes ressources au sein des différentes catégories d’acteurs. Ainsi, nous avons tenu à
dialoguer avec au moins un acteur par catégorie pour comprendre et mieux analyser chaque
perception de la réalité. Nous les avons agencés en cinq catégories :

- Les autorités administratives, parmi lesquels nous avons principalement le chef


service provincial de l’eau et de l’assainissement, Mr KEMEKONG Charles. Sa bonne
maîtrise du terrain a été d’un grand intérêt pour nous. Des documents nous ont été fournis par
ce service. Par la suite, nous avons rencontré le délégué provincial de l’agriculture qui nous a
renseigné sur les actions entreprises en milieu rural par son service surtout le génie rural. Ces
deux structures travaillent en collaboration étroite avec la SNEC.
- La SNEC, principale actrice en milieu urbain où nous avons rencontré
plusieurs cadres pour comprendre le fonctionnement de cette entreprise de même que les
difficultés auxquelles elle fait face. Il s’agit principalement du Directeur régional et de ses
différents chefs de service, plus particulièrement Mr. MENDO, Mr. NJIKE et Mr.
NGUICHE.
- Les chefs de quartiers ou de blocs qui sont considérés comme des acteurs de
proximité. Ces sont les plus indiqués pour nous entretenir par rapport aux difficultés qui
surviennent. Ils sont aussi les plus indiqués pour la gestion des infrastructures hydriques en

32
milieu rural et périurbain. Ces derniers travaillent en étroite collaboration avec les mairies
concernées.
- Nous avons pu avoir des entretiens avec les différents responsables, plus
particulièrement avec les chefs service technique de la communauté urbaine et des différentes
mairies. Ceci nous a permis de recenser certains points d’eau de même que de comprendre
leur rôle dans la gestion des infrastructures communautaires. Les organisations non
gouvernementales n’ont pas été en reste.
- Les ONG qui sont des organismes d’appui pour les différents projets. Nous
avons recensé quelques unes dont les principales sont : le CEPAD, l’ADEID, le PACDDU, le
CIPCRE.

Les différents entretiens nous ont permis d’élaborer des questionnaires tests et de
comprendre les différents contours du problème avant les enquêtes proprement dites. Ces
descentes ont été des occasions pour faire une pré enquête par questionnaire. Ce qui nous a
permis de corriger les imperfections des questionnaires à placer.

Au préalable, nous avons fait un échantillonnage au sein de la population cible.


Par rapport au temps qui nous était imparti, nous avons choisi des quartiers en fonction des
projets et de leur position par rapport au centre ville. Aucun questionnaire n’a été administré
en ville, seulement en zone périurbaine et rurale. Nous avons, pour besoin de représentativité
et clarté, placé 80 questionnaires repartis comme suit :

Dans Bamougoum nous avons pris en compte dix quartiers (ce qui représente
66,66 % des quartiers) en considérant les critères de distance par rapport au centre ville et de
présence ou d’absence de projet d’eau. Ces localités sont disséminées de part et d’autre du
village :

-Kongso, Famkouo, Mbi et Héla quartiers très peuplés et ruraux où le réseau


SNEC est absent. Nous y avons administré respectivement cinq questionnaires, six, cinq et
quatre.

- Dans la localité N’shang au sud est du village (toujours en zone rurale) nous
avons pris en compte trois quartiers. Il s’agit de Lafié (4), Tchewouong (4) et Djunang (6).

- Les quartiers Houong, Kena représentent des centres périurbains. Et nous y


avons administré 20 questionnaires c'est-à-dire 10 par secteur.

33
Dans Bafoussam nous avons choisi cinq quartiers selon les mêmes critères. Nous
avons porté notre choix sur Sacta où nous avons administré 10, puis 4 à Famleng, et 12 à
Ndiembou. Le tableau qui suit montre les différentes proportions :

Tableau 1 : Nombre de ménages enquêtés par village et par quartier

Nom du Quartier Nombre de Proportion (%)


village ménages
enquêtés
Bamougoum Héla 4 5
Kongso 5 6,25
Famkouo 6 7,5
Mbi 5 6,25
Lafié 4 5
Tchewouong 4 5
Djunang 6 7,5
Houong 10 12,5
Kéna I 4 5
Kéna II 6 7,5
Bafoussam Sacta 10 12,5
Medjo I 4 5
Melam I 4 5
Melam II 4 5
Famleng 4 5
Totaux 15 80 100

Le questionnaire a été administré directement dans le but d’enregistrer certains


éléments de l’environnement ayant trait à l’eau. Malgré certaines réticences, nous avons pu
atteindre notre objectif.

La figure 3 présente la répartition spatiale des quartiers enquêtés dans les villages
Bamougoum et Bafoussam

34
Figure 3: Présentation des quartiers enquêtés

35
Après cette phase très délicate, il a fallu procéder au dépouillement, au traitement et à
l’interprétation des résultats à partir du logiciel Microsoft Excel. De même, plusieurs
graphiques, tableaux et figures on été réalisés à l’aide du même logiciel. Il a été fait de
manière à ce que chaque rubrique puisse faire des résultats concrets. Cette thèse n’a pas été
faite sans difficultés.

C- Analyse physico-chimique et bactériologique de quelques échantillons d’eau


Des analyses d’eau ont été effectuées sur quatre échantillons d’eau prélevés dans les
points d’eau communautaires. Il s’agit principalement de l’eau de la SNEC, de l’eau du réseau
CAPLAMI (Nkongso), l’eau d’une source aménagée à Houong et de l’eau d’une source
aménagée à Nkongo. Ces analyses nous permettrons d’une part à interpréter la qualité de l’eau
consommée et d’autre part à voir les différentes sources de pollution.
D- Les limites et les difficultés rencontrées.

En ce qui concerne les limites du sujet, elles se situent à trois niveaux. D’abord, les
données démographiques ont été très difficiles à obtenir, alors, nous avons procédé à des
estimations à partir des données vieilles de 20 ans (recensement de 1987). De plus, les
échantillons ont été pris en fonction du temps imparti pour nos recherches. De même, nous ne
nous sommes intéressés qu’à une infime partie de la problématique sur l’eau alors que ce
domaine est très large. Ces limites seront réparées dans les travaux futurs et nous implorons
une indulgence de la part du lecteur.

En ce qui concerne les difficultés rencontrées, nous en avons eu plusieurs. Les


ménages enquêtés n’étaient pas toujours accueillants. De plus, le terrain d’étude choisi qui
couvre le milieu rural et le milieu urbain a été très difficile à couvrir à cause des distances trop
longues. Le problème de l’eau étant universel, il a été très difficile d’enquêter tous les
ménages. Les communes et les structures que nous avons consultées n’avaient pas toujours les
statistiques et les données escomptées. Alors, les données primaires ont été assez rares. Ceci
concernait en priorité les chiffres sur les projets réalisés, sur la population par quartier et par
village.

36
E- Le plan du travail

Les résultats de nos investigations ont été regroupés en trois parties et six chapitres
comme suit :

La première partie porte sur les contraintes et les opportunités du milieu :

- Le premier chapitre porte sur les facilités d’accès à l’eau et montre que la zone d’étude
est pourvue en ressources hydriques capables d’alimenter la région.
- Le chapitre deux traite des contraintes liées à l’approvisionnement en eau potable dan
la région de Bafoussam, notamment liées à une demande toujours grandissante, une
position géographie défavorable et la faiblesse de la nappe phréatique.

La deuxième partie de notre étude analyse les méthodes institutionnelles et


individuelles d’approvisionnement en eau potable :

- Le troisième chapitre est consacré au cadre institutionnel et réglementaire de la


distribution de l’eau potable notamment sur la présentation de la SNEC et des
institutions.
- Le chapitre quatre quant à lui recense et analyse les différentes stratégies et
expériences d’accès à l’eau potable. Il met en exergue les différents projets
communautaires en milieu urbain et rural de même que la place de chaque acteur.

La troisième partie porte sur les conséquences des exploitations des ressources
hydriques sur le milieu physique et les perspectives :

- Le chapitre cinq revient les conséquences multiformes des enjeux sur le bassin versant
de la Mifi sud.
- Le dernier chapitre se déploie d’une part sur les recommandations et d’autre part sur
les perspectives.

37
PREMIERE PARTIE : CONTRAINTES ET
OPPORTUNITES DU MILIEU

« 1,1 milliard de personnes n’ont pas accès à l’approvisionnement en eau


potable. 2,6 milliards de personnes manquent d’installations sanitaires de base.
1,8 milliards de personnes meurent chaque année de maladies diarrhéiques,
parmi lesquelles on compte 90 % d’enfants âgés de moins de 5 ans. Cette
situation n’est plus tolérable. »
Wolrd Water Council, 2008
 

38
CHAPITRE I : LES FACILITES D’ACCES A
L’EAU DANS LA REGION DE BAFOUSSAM

Le Cameroun reçoit en moyenne 842 km3 de précipitations par an, soit un peu moins
de 1,8 millions de m3 au km2. Naturellement, la région de Bafoussam a un cadre qui peut lui
être favorable en matière de ressources en eau. Il est évident que les prédispositions
climatiques, pédologiques et pluviométriques améliorent ou aident une localité à mieux
s’approvisionner en eau. Bafoussam est une véritable ville carrefour, située à la croisée des
chemins des agglomérations avoisinantes. Elle est située sur les hauts plateaux, au sud-est de
la chaîne montagneuse de l’ouest. Analyser les contours du problème qui nous préoccupe
passe par une étude de l’environnement physique, climatique et hydrographique. La
pluviométrie peut-elle assurer l’approvisionnement en eau de la région ? De même, le site ou
la position est-elle favorable à un drainage adéquat ? Le réseau hydrographique de la région
est-il bien fourni ? Le présent chapitre nous permettra de ressortir les aptitudes ou les atouts
de la région en matière de ressources hydriques.
I- UNE EAU UBIQUISTE
De part la quantité d’eau qui tombe et la multitude de sources d’approvisionnement en
eau, on peut dire qui la région de Bafoussam est bénie. En effet, l’eau est disponible en
quantité suffisante dans la nature si on tient compte du nombre de sources et autres moyens
d’approvisionnement accessible.
A- Des modes d’approvisionnement variés
Parmi les moyens d’approvisionnement naturel on peut citer les sources, les puits, les
forages et bien d’autres.
1- Une place de choix pour les sources
Elles sont considérées comme les points de départ de tout le réseau. Leur naissance est
favorisée par l’altitude et la perméabilité. Le dictionnaire ROBERT I définit la source comme
« l’eau qui sort de terre d’une issue naturelle ou artificielle par laquelle une eau souterraine
se déverse à la surface du sol ». La quantité d’eau écoulée dépend de la qualité des couches
(perméabilité ou imperméabilité) et de la pluviométrie. La plupart des sources sont utilisées
en zones habitées comme eau de boisson. Elles sont prélevées pour une utilisation collective
ou individuelle. A Bafoussam et à Bamougoum, les sources sont captées afin de réaliser des
points d’eau communautaires. On peut dans ce cas citer les projets de Sacta, de Nkeng, de

39
Nkonsgo et de N’shang (on s’y intéressera plus loin). Ces projets desservent des milliers de
personnes en zone rurale jusque là abandonnés.
Elles représentent une part importante pour ce qui est du mode d’approvisionnement
en eau de boisson. Mais leur site et leur mode de gestion représentent des sources de
pollution très dangereuses. Alors, pour que la qualité soit garantie, il faut un aménagement
adéquat. En effet, la prolifération de l’habitat en amont des sources réduit les surfaces
d’infiltration et par conséquent les nappes ne sont pas fournies en eau. La qualité des sources
est mise en cause par l’habitat en milieu urbain alors qu’en zone rurale, il n’y a pas d’urgence.
Ces sources sont utilisées dans les villages pour réaliser des petites adductions rurales. Nous
avons identifié trois projets identiques offerts par des sociétés et des bailleurs de fonds. Ces
infrastructures sont viables et requièrent une grande attention de la part des usagers.
Sur un autre plan, la municipalité décourage l’aménagement des sources en milieu
urbain en même temps que les puits puisqu’ils sont sujets à des pollutions diverses. C’est pour
cette raison que le ministère de la santé publique encourage les ménages à s’abonner à la
SNEC et proscrit l’utilisation de ces modes d’approvisionnement en ville. Ce ministère
reconnaît qu’il est difficile voire impossible de faire respecter les prescriptions par rapport
aux distances à maintenir face aux points d’eau suscités.
En milieu rural, Elles sont susceptibles d’être de bonne qualité car aucune source de
pollution n’est envisagée. Elles ne sont polluées ni par les fosses septiques, ni par les
immondices. Littéralement, la source est un endroit où l’eau souterraine surgit naturellement à
la surface du sol alimenté par une nappe phréatique. Sa qualité dépend des couches traversées.
Elle est minéralisée, c'est-à-dire très bonne pour la santé. Elle contient d’importantes
substances chimiques comme le calcium, le potassium, la silice, le sodium et parfois du fer et
du manganèse. Le contrôle de la qualité des sources est important dans la mesure où les
éléments de contamination sont fréquents. Pour améliorer la qualité des aménagements, les
contributions financières sont souvent nécessaires.
L’aménagement des sources nécessite des moyens modestes. Il suffit de disposer du
gravier et du sable pour aménager le lieu de captage d’eau. L’aménagement peut consister en
la mise en place des tuyaux de captage avec des regards qui renvoient l’eau dans le château ou
le réservoir. Ce dernier est constitué des canalisations qui renvoient le liquide vers le point de
puisage. Des minis adductions sont réalisées sur ces sources lorsque le débit est assez élevé.
Nous avons recensé trois ouvrages de cette envergure dans la zone rurale. Les puits sont plus
nombreux.

40
2- Un mode d’approvisionnement commun : le puits
Les puits représentent le seul moyen classique pour palier au problème d’eau en zone
rurale. Il ne suffit pour autant pas de faire un trou dans le sol pour parler de puits. La
réalisation d’un puits nécessite des moyens importants et des techniques appropriées. Les
puits sont encore faits traditionnellement alors qu’il existe une autre technique plus moderne.
 La technique traditionnelle fait référence au matériel utilisé qui est
archaïque. Ainsi, le creusement est manuel et les outils ne sont que la houe, une corde, un
seau, une pioche et une pèle. Lorsque l’eau apparaît, le puits est directement utilisable sans
autres aménagements ou traitement préalable. Quelques jeunes se sont spécialisés dans ce
domaine qui représente un moyen de sortie du chômage ou de la délinquance. D’autres ont
même suivi des séminaires organisés par les ONG et la délégation du ministère de l’eau et de
l’énergie, d’où leurs aptitudes.
 Le procédé moderne requiert d’importants moyens et une technique
spéciale. Ici, au fur et à mesure que l’on creuse, les parois sont retenues par des buses en
ciment ou en aluminium. D’autres au contraire sont construites en parpaings. Des dalles de
deux mètres de diamètre sont élaborées ainsi qu’une margelle d’un mètre de hauteur pour
éviter de retour de l’eau souillée. Un couvercle (avec cadenas) et un treuil sont installés afin
de faciliter la montée des seaux. Certains particuliers vont plus loin et construisent des
hangars ; ils utilisent des produits comme l’eau de javel ou du chlore. Il est aussi primordial
de se renseigner sur la qualité des eaux des autres puits aux alentours ainsi que leur
profondeur.
La distance de 15 à 30 mètres de rayon par rapport à une source de pollution doit être
respectée. Il n’est pas courant de trouver des ménages qui respectent ces distances à cause de
la pression foncière ou de la petitesse des parcelles. Mais en ville, ce n’est pas le cas, vu la
pression foncière et la parcellisation. Chaque puits doit être récuré ou vidé au moins une fois
tous les deux ans. Puis, il doit être traité à l’eau de javel (1 litre pour 30 m 3 d’eau) ou au
permanganate de potassium préalablement dilué dans l’eau (5 g/m3).
Aucun de ces paramètres n’est respecté. La réalité est plutôt autre dans notre zone
d’étude puisque les puits sont aménagés sommairement avec des fûts et des pneus récupérés.
Par ailleurs, ils sont très proches des latrines (certains sont contigus aux w.c et les distances
n’excèdent pas 2 mètres). Ce mode d’approvisionnement est le troisième en terme de
préférence après la source et la rivière. D’après le service d’hygiène de la commune urbaine
de Bafoussam, il existe environ 5 000 puits en ville mais seulement un quart est aménagé. En
milieu rural, il a été difficile de comptabiliser tous les puits puisque la majorité est réalisée à

41
l’écart des concessions ou dans les bas fonds. Toujours est-il que 36 % des ménages enquêtés
ont des puits.
Par ailleurs la nécessité des puits se fait ressentir et les puisatiers amateurs sont de plus
en plus nombreux. La nappe s’assèche très rapidement en saison sèche et les puits en
souffrent. Des études préliminaires doivent être réalisées pour la confession des puits afin
d’éviter ces désagréments. L’étude des cas se fait en ce qui concerne la réalisation des
forages.
3- Les forages très coûteux
En l’absence de l’eau SNEC, le forage est le moyen le plus sûr de se procurer de
l’eau salubre au village. Un forage est par définition un trou réalisé à travers les couches
profondes pour faire venir à la surface de l’eau des nappes phréatiques. Il a pour but de
fournir de l’eau aux qualités minérales et organoleptiques acceptables. Une nappe doit être
traversée pour éviter des contaminations venues de surface. Une différence fondamentale avec
le puits se trouve au niveau du diamètre du trou (15 à 20 centimètres) et de la profondeur (les
forages vont souvent jusqu’à plus d’une centaine de mètres). La régénération de la nappe est
un élément assez important puisque certains forages tarissent en saison sèche à cause de la
mauvaise prospection.
Ils sont aussi équipés de pompes manuelles ou électriques selon les moyens de
l’utilisateur. Le forage reste un ouvrage coûteux qui nécessite l’intervention de l’Etat et des
structures privées spécialisées. A ce titre, les fonds spéciaux PPTE (3,5 milliards) ont servi à
réaliser 376 forages au Cameroun avec un seul prévu dans la Mifi. Ce département a été
marginalisé dans la réalisation de l’infrastructure rurale ; est-ce à dire que ce milieu n’est pas
touché par les problèmes d’eau ? De même, les critères de choix des localités n’ont pas été
assez clairs. Pendant que certains villages peuplés ont été marginalisés, d’autres au contraire
ont été bien fournis. Le seul élément qui ressort est que lorsqu’une communauté a une
population supérieure à 250 habitants, alors elle mérite un forage. Mais pour ce qui est des
localités de plus de 2 500 personnes, il faut une adduction d’eau. Il est évident que si on tient
compte du facteur disponibilité des ressources et développement, le grand Nord Cameroun
serait privilégié. De plus, pour la réalisation, une caution ou plutôt une cotisation est exigée à
raison de 200 000 Fcfa par communauté bénéficiaire. Plusieurs localités étant dans
l’incapacité de fournir cette somme se sont vues lésées. Cette caution est très importante dans
la mesure où elle implique les villageois dans la gestion. Ceci permet d’avoir une participation
effective des bénéficiaires ou encore une gestion participative. Car certains projets qui n’ont

42
pas vu la collaboration des ruraux sont voués à l’échec. Des cas palpables seront étudiés plus
loin.
Pour revenir à la zone étudiée, nous avons dénombré six forages à Bafoussam rural
(chefferie, Ndiendam, Batoukop) et deux à Bamougoum. Ces forages se multiplient tous les
jours. Trois de ces ouvrages sont privés et à utilisation commerciale c'est-à-dire pour
l’élevage. Toutes les grandes sociétés agroalimentaires et chimiques disposent des forages.
Pourtant, le forage est un moyen très prisé par la population. En effet, par rapport au mode
d’approvisionnement en milieu rural, 76,25 % des ménages enquêtés souhaitent le forage.
Concernant la question, le tableau suivant est plus expressif (tableau 2).
Tableau 2 : Préférence par rapport au mode d’approvisionnement en zone périurbaine et
rurale.
Mode d’approvisionnement Nombre de Pourcentage (%)
ménage
Eau SNEC 9 11,25
Source 4 5
Puits 6 7,5
Forage 61 76,25
Source : Enquête de terrain (2007)
Ce tableau témoigne du fait que les forages sont plus demandés par les villageois.
L’eau de la SNEC ne vient qu’au second rang (elle est payante). Mais le coût du forage est
élevé (il faut plus de 500 000 Fcfa pour réaliser un forage à pompe manuelle et environ
1 500 000 F pour celui à pompe électrique). De plus, il y a des risques d’échec (11,32 %) car
après plus de 100 mètres de profondeur, on peut soit ne pas avoir d’eau, soit elle est
insuffisante. Les sources sont dans ce cas des portes de sortie car leur aménagement est moins
coûteux. Le graphique 1 présente les données du tableau précédent.
Graphique 1 : Préférence en milieu rural par rapport au mode d’approvisionnement

Eau SNEC
11,25%
Source
5%
Puits
7,5%

Forage
76,25%

Toutes ces sources d’approvisionnement ont un rythme basé sur celui des saisons
et des pluies.

43
II- UNE TOPOGRAPHIE FAVORABLE A LA COLLECTE ET AU DRAINAGE DES
EAUX
Le drainage est l’action de faciliter l’écoulement de l’eau d’une surface élevée vers
une zone basse. Ainsi la topographie et la structure du sol sont les éléments déterminants
dans la circulation ou la stagnation des eaux. Lorsqu’il pleut, les eaux s’écoulent de la
montagne vers les bas fonds.
A- Bafoussam : une région très accidentée
Bafoussam est située sur les hautes terres volcaniques et parsemée de part et d’autre
par des collines et des vallons à perte de vue. Du haut des ses collines, les bocages
transparaissent comme une identité même si elle tend aujourd’hui à disparaître. La variabilité
des altitudes fait de cette région l’une de plus accidentées de la province. La topographie est
inclinée direction nord, nord Est et Est. Par exemple si on prend les altitudes, on aura 1556 m
au niveau de Mbo (Bandjoun), de 1434 au niveau de Kouogouo (Bamougoum) et 1358 m au
niveau de Tougang. C’est dire que l’inclinaison est nette avec des pentes allant parfois
jusqu’à 50°. Le schéma 1 montre l’inclinaison sud nord est de la région de Bafoussam.

Schéma 1 : Coupe du relief de Bafoussam et sa région

Ce schéma montre que le bassin versant est incliné vers la Mifi sud et le Noun. On
note aussi plusieurs escarpements et failles orientées vers l’Est. Deux sous bassins versants du
Noun forment ainsi un entonnoir vers l’est de la ville. Le premier commence sur les hautes
terres de Badenkop et de Batié et le second vient de la région de Penka Michel et du versant
sud Est du mont Bamboutos.

44
B- Un site sous forme d’entonnoir
1- La disposition topographique des paysages
Le site et la situation de notre zone d’étude sont influencés par une anthropisation très
rapide. Le plateau sur lequel se trouve Bafoussam est taillé sur des collines sous forme de
demi orange avec des cours d’eau encaissés. Cette région présente une succession de collines
et de bas fonds. On note alors une inclinaison vers le sud à partir des blocs où culmine Batié.
Le relief reste un élément important pour ce qui est de l’approvisionnement en eau. Les
collines et les montagnes sont disposées en bordure de la région sous forme de rebord de la
cuvette. Ces monticules représentent des châteaux d’eau et des points d’infiltration ou de
naissance des sources. Alors, toute la zone en amont est importante pour les cours d’eau et par
ricochet pour l’approvisionnement en eau. Les eaux de surface et les eaux souterraines sont
conditionnées par l’utilisation de ces aires sensibles. La sensibilité de ces régions
montagnardes est d’autant plus préoccupante que toute la population l’exploite. Les collines
recueillent de l’eau et la drainent vers les cours d’eau. Ainsi, les stations de captage et de
traitement de Bameka, Nlem et de la Metchié sont situées sur le bassin versant de la Mifi sud.
La topographie de Bafoussam et de Bamougoum est un atout en ce qui concerne le système de
captage. Les activités agricoles de même que l’urbanisation du bassin diminuent
considérablement la quantité d’eau dans les cours d’eau en même temps que les débits.
2- Des sols peu poreux
A ces éléments topographiques, il faut adjoindre la fiche pédologique qui n’est pas
sans importance. Ce facteur influence amplement sur l’infiltration et la constitution des
nappes phréatiques et souterraines. Les sols de la région sont d’origine volcanique, riche en
matière organique d’où leur porosité et leur profondeur par endroit. Ils sont de couleur brune
rouge à perméabilité élevée. Les sols sont ferralitiques développés sur des basaltes et sur des
fenêtres de socle granito-gneissique (TSALEFAC, 1999). Les couches de grande profondeur
sont constituées d’argile. On peut classer ces sols en trois grandes catégories :
- Les sols typiques rouges sur basalte (sols ferralitiques)
- Les sols hydromorphes moyennement organiques
- Les sols d’apport sur roches volcaniques pyroclastiques ou sols peu évolués21
Le basalte occupe toute la région, mais des marques de cendre et de lapilli ont
recouvert la région à la dernière éruption du mont Mbapit. Le sol de Bafoussam est recouvert
d’alluvions avec en dessous des sols. Notons par ailleurs que la perméabilité du sol s’avère
être un handicap pour la réalisation de puits et des forages. Cette situation combinée à
21
Cahiers ORSTOM, 1977.

45
l’altitude donne de la peine aux habitants qui n’ont pas de moyens financiers pour faire des
puits assez profonds. Si on conçoit que dans les vallées hydromorphes les puits sont faciles à
réaliser (moins de 5 mètres), c’est tout le contraire sur les collines puisqu’il faut aller souvent
jusqu’à 30 mètres. Ainsi, nous pouvons dire que les sols jouent quelques fois au désavantage
des populations en terme d’approvisionnement en eau. La pédologique est complétée à son
tour par le facteur végétation.
3-Une végétation clairsemée facilitant les infiltrations
Exclusivement quelques reliques forestières témoignent de l’ancienne forêt luxuriante
de l’ouest. Nous ne constatons plus qu’une végétation clairsemée liée au bocage et à des
forêts secondaires. La pression démographique, l’urbanisation et l’industrialisation ont
sensiblement réduit les essences ligneuses naturelles ces dernières années. Seules les forêts
sacrées sont encore intactes. La végétation est fortement dégradée par les actions
anthropiques. La végétation favorise l’évapotranspiration et influence sur l’humidité de l’air
et par conséquent sur le point de saturation. De plus, les racines facilitent les infiltrations qui
vont former des stocks d’eau dans les nappes.
De plus, les raphias qui couvrent les bas fonds et conservent l’eau et l’humidité sont de
nos jours menacés d’extinction. En effet, la carence des terres sur les hautes terres de l’ouest
a poussé les cultivateurs à exploiter les raphias. Ces derniers détruisent cette végétation pour y
pratiquer les cultures maraîchères devenues une planche de salut après la déprise caféière.
Cette situation porte atteinte à l’alimentation des nappes aquifères et des cours d’eau.
Parallèlement, cette végétation a été remplacée par l’eucalyptus introduit depuis 1945 à
l’ouest. Cette plante est considérée comme gouffre à eau car selon des estimations, elle a
besoin d’en moyenne 200 litres par jour (plante adulte). Planté le plus souvent dans les bas
fonds, il sert à les assécher pour l’agriculture maraîchère. Ainsi, la disparition de la végétation
originale au profit de l’eucalyptus reste une menace pour les ressources hydriques et par
conséquent pour la gestion du bassin versant.
III- UN CLIMAT PROPICE POUR UN APPROVISIONNEMENT ADÉQUAT EN
EAU
A- Les éléments du climat favorables à une pluviométrie élevée
La situation géographique de Bafoussam montre qu’elle se trouve dans la zone
intertropicale et précisément dans le climat équatorial de type camerounéen d’altitude. Elle est
influencée en général par les pluies de mousson venues de l’atlantique. La mousson atlantique
en pénétrant à l’intérieur du continent pourvoit cette zone en alizés qui décharge une grande
partie de son humidité sur les rebords méridionaux du plateau bamiléké (Dschang, Bafang,

46
Batié, et Bafoussam). L’altitude et la continentalité influencent amplement l’ambiance
climatique de l’Ouest Cameroun. La pluviométrie moyenne annuelle y est de 1 750
millimètres. La température s’adoucit et s’abaisse au fur et à mesure que l’on s’approche du
centre du plateau. La moyenne thermique annuelle est de 20,43° C, avec un minima au mois
de juin (18.9° C) ; et des maxima en mars et en décembre (22° C).
L’altitude apparaît comme l’élément fondamental qui conditionne la pluviométrie et
la température de même que l’humidité relative. Sur un autre plan, on peut dire que c’est un
climat de « mousson sub montagnard à pyramide22 ». La fraîcheur de Bafoussam modère
l’évaporation, ce qui contribue à maintenir le stock d’eau de surface de la zone, d’où le bilan
hydrique positif. L’humidité relative de l’air est assez élevée (75,33 %) ce qui favorise la
condensation et les pluies. Pour mieux comprendre cette ambiance climatique, il importe de
s’intéresser aux nuances locales. On distingue deux saisons à durée inégale : la saison
pluvieuse et le saison sèche.
- La saison sèche ne dure en réalité que trois mois (décembre, janvier et février) malgré
les apparences d’une durée plus longue. Les perturbations climatiques sont néanmoins
perceptibles ces dernières années avec un décalage constant des mois de
précipitations. Des pluies intermittentes et occasionnelles surviennent pendant cette
saison. Les calendriers agricoles se modifient et les populations se précipitent pour les
semis. Mais si l’on prend en compte les éléments scientifiques, on se rend à l’évidence
qu’il n’en est rien. Le diagramme ombrothermique réalisé selon l’indice de
GAUSSEN montre que le mois de Novembre est sec23. La saison pluvieuse s’éternise
sur 9 mois de mars à novembre. Le maxima est au mois de septembre et le minima en
décembre. Cette période est animée par des averses assez longues qui peuvent durer
jusqu’à cinq heures. Mais, notons qu’il y a de petites périodes non pluvieuses pendant
cette saison.
Par ailleurs, les observations sur le terrain ces dernières années montrent des
perturbations notoires en ce qui concerne l’intensité des pluies, leur périodicité et la qualité
des gouttelettes. Est-ce la raison pour laquelle les cours d’eau sont en pleine régression
concernant leurs débits ? Ou bien peut-on imputer cette situation à la mauvaise gestion du
bassin versant ? Au moins, la longueur de la saison de pluie permet à la population de
22
TCHAMENI (P.) ; opcit
23
En effet, lorsque la courbe des températures passe au dessus de celle des précipitations alors on
parle de mois sec ; dans le cas contraire, c’est un mois pluvieux. Avec la graduation, une valeur de
précipitation est égale à deux valeurs des températures (P (mm)=2t), tout devient compréhensible. Ainsi
les mois secs ne peuvent être que décembre, janvier et février. Les températures sont élevées et
l’humidité relative dégringole.

47
s’approvisionner en eau météorite et d’échapper à de longs mois de corvée liée au puisage. La
pluie alimente non seulement les cours d’eau mais aussi les nappes qui favorisent la
construction des puits, des forages et l’apparition des sources. Le tableau 3 est une
illustration du bilan Hydrique.
Tableau 3: Pluviométries mensuelles, température et humidité relative de la ville de
Bafoussam
Mois J F M A M J J A S O N D Total
P(mm) 10 35 112 165 172 172 180 245 296 291 63 9 1750
T°C 21 21.5 22 20.1 21 18.9 19.2 19.4 19.1 20 21.9 22 20.43
HR
(%) 63 62 63 73 78 81 82 82 85 83 81 71 75.33
Source : Service de la météorologie de l’Ouest (2006)

Ce tableau nous présente des variations des données atmosphériques. Si l’on


s’attarde sur l’humidité, il en ressort que la région a une humidité relative très élevée ; ce qui
peut favoriser la pluviométrie et augmenter les potentialités hydriques. A partir de ces
chiffres, on peut construire le diagramme ombrothermique (graphique 2) qui permet de mieux
comprendre le temps et par conséquent les difficultés hydrologiques. Trois mois se
distinguent des autres par leur pluviométrie ; il s’agit d’août, septembre et octobre.

Graphique 2 : Diagramme ombrothermique de la ville de Bafoussam

48
350 175

300 150

250 125
Précipitations (mm)

Temprératures (°C)
200 100

150 75

100 50

50 25

0 0
J F M A M J J A S O N D
mois

De pluies passagères viennent perturber la saison sèche. C’est la raison pour laquelle
février se présente comme un mois pluvieux selon ce diagramme. Néanmoins, il y a trois mois
secs en général malgré les imprévus liés aux pluies régionales et à une saturation permanente.
Déjà, si l’on voit l’allure des précipitations de ces dernières années, on serait surpris par les
grandes fluctuations et les baisses constantes.
B- Évolution des précipitations en dents de scie
Les relevés pluviométriques sur seize années ont été collectés afin de voir les
variations. La constance n’est pas respectée. L’évolution se fait en dents de scies avec des
hauts et des bas. L’année 1998 reste la plus pluvieuse avec 2305,1 mm de pluie et depuis lors
c’est une chute drastique.
Tableau 4: Pluviométrie de Bafoussam de 1990 à 2006
Années 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

P (mm)/an 1863,5 1735,4 1967,4 2116,6 1891,5 2225,1 1634,7 2026,6 2305,1 1720 1421,8 1567,2 1472,7 1592,3 1520,8 1565 1750
Source : Service provincial de la météorologie (2007)
La variation des précipitations ces dernières années est plus visible sur le graphique 3

Graphique 3 : Évolution des précipitations dans la région de Bafoussam de 1990 à 2006

49
2500

2000
Précipitations (mm)

1500

1000

500

0
90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 00 01 02 03 04 05 06
19 19 19 19 19 19 19 19 19 19 20 20 20 20 20 20 20
Années

On peut alors affirmer que les éléments physiques et atmosphériques concourent à un


approvisionnement
C- l’eau météorite : une eau facile d’accès
Recueillir de l’eau de pluie est le moyen d’approvisionnement le plus aisé.
Malheureusement la saison des pluies n’est par sans fin. Ce mode d’approvisionnement
requiert aussi certaines exigences comme la mise en place des gouttières et des ustensiles
appropriés. Apparemment, l’on croit que l’eau de pluie est salubre ; c’est une erreur car il y a
plusieurs sources de pollution. Des poussières atmosphériques (fumées, gaz industriels) en
passant par les toitures et les récipients utilisés ; l’eau est souillée. Les gouttières sont le plus
souvent en tôle rouillée récupérée dans les décharges ou dans la rue. Les premières pluies
montrent que la qualité de l’eau de pluie laisse à désirer.
Selon la Fondation Hesperian « l’eau de pluie est salubre pour la boisson sauf dans
les régions souffrant d’une forte pollution de l’air ». Bafoussam et Bamougoum ont un
degré de pollution négligeable. Le matériel utilisé est celui récupéré dans les chantiers, il peut
s’agir de fût en plastique ou en aluminium et des récipients déposés à même le sol. Toujours
est-il que l’eau de pluie est la plus utilisée en saison pluvieuse dans les ménages enquêtés. Les
recettes de la SNEC en pâtissent pendant les neuf mois de pluies. Les manques à gagner sont
de l’ordre de plusieurs millions de francs. L’eau météorite qui n’est pas utilisée s’infiltre et
alimente la nappe aquifère et par conséquent les puits.
La facilité d’approvisionnement en eau de Bafoussam et sa périphérie est liée en partie
à la topographie, à l’étendue du bassin versant et à l’utilisation qu’on en fait.

50
IV- DES COURS D’EAU NOMBREUX MAIS INSUFFISANTS
La densité du réseau hydrographique de même que sa régularité garantissent un
approvisionnement stable et sûr. Notre zone d’étude est un plateau drainé par d’importants
cours d’eau qui prennent naissance dans les montagnes environnantes. Les cours d’eau de la
région forment un bassin versant le Noun auquel il est judicieux de s’intéresser.
A- De nombreux cours d’eau disséminés à travers la province
Ils alimentent les stations de traitement d’eau qui ravitaillent les châteaux d’eau des
différentes localités de la région, à partir de trois stations de traitement sur la Mifi-sud, la
Métchié et le Nlem. Plusieurs affluents de ces rivières prennent naissance dans la ville de
Bafoussam sur les collines orientées nord-ouest. Mais les infrastructures ne sont pas
adéquates. Les infiltrations sont compromises en même temps que l’alimentation des nappes.
Les plus grands cours d’eau de la région sont : Nlem, Métchié, Mangang…
1- Caractéristiques des cours d’eau de la Mifi sud
La Mifi-sud s’étend sur plusieurs départements qui sont la Mifi, le Haut Nkam, la
Menoua, Le Nkoun-Nkhi et le Bamboutos. Sa gestion est d’autant plus complexe qu’il est très
étendu. En effet, la Mifi sud prend sa source à l’altitude 1 840 mètres environ24. Elle parcourt
76 Km pour confluer avec le Noun en rive droite à la côte 1 080 mètres. Sa pente est de 10
%0. Il n’est qu’un affluent du Noun parmi tant d’autres. Quant à la Métchié-Tchoumi, elle
prend sa source dans le mont Bamboutos environ 2 600 mètres d’altitude. Ce cours d’eau
parcourt 47 km avant de confluer avec la Mifi en rive gauche à l’altitude 1 260 mètres. Sa
pente est de 28,5 %o. Le tableau 5 montre les caractéristiques des cours d’eau constituant ce
sous bassin comparativement aux autres cours du bassin du Noun.
Tableau 5: Caractéristiques longitudinales des cours d’eau principaux du bassin versant du
Noun
Pente en %o Importance de la
moy max
Cours d’eau Longueur Dénivelé pente maximale
Noun 269 Km 2 075 m 7,7 118 12
Mifi sud 76 km 760 m 10,0 53,3 3
Métchié 47 km 1 340 m 28,5 104 5
La djim 192 km 550 m 2,86 34,2 7
Source : OLIVRY (1986)
Pour mieux comprendre, il importe de prendre en compte dans un premier temps les
cours d’eau de la région pour voir leur comportement. Puisque gérer le bassin versant relève
d’une vision globale, il faut faire intervenir toutes les autorités ainsi que les acteurs aussi

24
OLIVRY (J.C), 1986,

51
petits soient-ils. Ce sont les comités ad hoc qui doivent se réunir pour étudier spécifiquement
certains problèmes.
Les éléments les plus expressifs en matière de gestion sont la superficie du bassin, le
périmètre et surtout le débit. Il serait alors intéressant de se pencher sur le tableau 6 présentant
les éléments suscités.
Tableau 6 : Caractéristiques transversales ou horizontales des cours d’eau du bassin versant
du Noun
Superficie Périmètre Longueur Altitude (m)
(km2) (km) (km)
Noun à Bamendjin 2190 171 46,8 /
Mifi à Bamougoum 306 76 26,1 1537
Choumi à Banock 360 103 42,6 1560
Métchié aux chutes 480 115 47 1547
Mifi à Bafounda 854 142 55,6 1530
Noun à Bafoussam 4 740 867 68,8 /
Source : OLIVRY (1986)
La superficie totale de tous ces cours d’eau est très grande. Ainsi, tous les bassins
versants couvrent une aire de 8 930 km2. A ces données, on peut adjoindre le débit qui varie
évidemment de la saison de pluie à la saison sèche. Ainsi, les débits dépendront de la
superficie, de la longueur du cours d’eau, de la qualité des couches pédologiques et de la
forme du sous bassin. Le tableau 7 détermine les débits de chaque cours d’eau dans la région.
Tableau 7 : Débit des cours d’eau du Bassin versant du Noun
Débit (m3/s)
Min Max
Nom de la section
Noun à Bamendjin 1,63 137
Mifi à Bamougoum 0,71 22,8
Choumi à Banock 0,54 28,9
Mifi à Bafounda 2,31 63,2
Noun à Bafoussam 10,0 300
Source : OLIVRY (1986)
Les spécificités de ces cours laissent croire que la multitude de cours d’eau met sa
région à l’abri des stress hydriques. Il est vrai que les quantités d’eau de surface peuvent
résoudre les problèmes d’eau. Mais depuis une vingtaine d’années, les aménagements faits sur
les bassins versants inquiètent plus d’une personne.
B- Menaces anthropiques sur les rivières
La forte demande en eau ne se fait pas seulement dans le domaine de l’eau potable. Il
y a une concurrence rude entre les différentes activités agricoles et urbaines. En effet, les
nouvelles spéculations agricoles réalisées dans les bas fonds et à toute saison ont besoin de
plus en plus d’eau. La réglementation n’est pas au rendez vous puisque chaque acteur y va à

52
son aise ignorant parfois qu’un autre en aval en a aussi besoin. La rapidité avec laquelle les
petits cours d’eau s’assèchent en fait fois. Dans cet ordre d’idées, OLIVRY (1998) parle de
« l’hyper tarissement » et de la baisse arithmétique des débits des cours d’eau qui influencent
sur l’approvisionnement en eau. De plus, les nouveaux enjeux liés aux changements
climatiques font tantôt état des inondations ou des sécheresses à venir. C’est dire que
l’abondance des cours d’eau ne garantit pas un approvisionnement en eau sûr à long terme.
Des plus, la qualité des eaux des rivières laisse à désirer. Ces cours d’eau sont de
moyenne importance et prennent naissance sur les versants des collines environnantes. Ils
restent les lieux de puisage les plus fréquentés. Ils sont très pratiques dans la mesure où ce
sont des lavabos à ciel ouvert, des buanderies. Mais aussi ce sont des points d’eau les plus
pollués. Ils sont pollués par des entreprises situées en amont. Les savonneries et les brasseries
sont les plus polluantes. On peut recenser la SPC, la SABC, l’usine de traitement du bois
(UTPB ; unité de traitement du poteau et du bois), la SOC, la SCS. Certaines rivières
prennent naissance dans la ville au flanc des collines des quartiers administratifs et de
Tamdja, elles emportent des déchets vers l’aval. Ces rivières sont des sites de dépôt d’ordures
ménagères et industrielles. Pourtant, ce sont ces eaux que la plupart des ménages ruraux
utilisent comme eau de boisson, ceci dans l’ignorance de l’historique de la rivière. Un cas
palpable a été noté pendant nos enquêtes ; pendant que certains se baignaient ou plus tôt
faisaient la lessive ou la vaisselle en amont, d’autres s’approvisionnaient en eau de boisson en
aval. L’eau de rivière laissée au repos présente des dépôts et des particules en suspension. De
plus, dans les bas fonds végètent des raphias qui donnent des odeurs pas très agréables. En
outre, une couche rougeâtre se dépose à la surface de l’eau. Les cours d’eau les plus utilisés
sont Vava, Mangang, Mifi sud, Tapté Nkié, Meteu, Nlem (figure 4).

53
Figure 4: Le réseau hydrographique

54
Conclusion
La situation géographique de notre zone d’étude lui confère des atouts climatiques et
pluviométriques lui permettant d’être à l’abri du problème de disponibilité en eau. Sur le plan
des ressources en eau, avec une disponibilité moyenne annuelle par habitant de près de 20000
m3 en l’an 2000, le Cameroun est classé parmi les pays aux ressources en eau abondantes. Ces
prédispositions physiques ne sont pas des acquis en ce qui concerne l’accessibilité à une eau
salubre, la disponibilité n’étant pas synonyme d’accessibilité à une eau salubre. Malgré les
stocks importants en eau de Bafoussam et ses environs beaucoup d’obstacles restent à franchir
pour alimenter toutes ses populations en eau potable.

55
CHAPITRE II : LES CONTRAINTES LIÉES À
L’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE A
BAFOUSSAM
Avoir des ressources hydriques à l’état naturel est une chose, mais les rendre potable
et accessibles à tout le monde en est une autre. Des opérations complexes sont nécessaires
pour y avoir accès, sans compter les contraintes économiques et topographiques qui peuvent
s’y greffer. En effet, les difficultés liées à l’accès à l’eau potable sont très nombreuses,
particulièrement pour les pauvres et les zones rurales. On s’interroge alors sur les obstacles
qui peuvent empêcher les structures responsables de la distribution de l’eau d’accomplir leur
tâche. Le présent chapitre nous permettra d’analyser les contraintes liées à la distribution de
l’eau salubre à Bafoussam et ses environs.
I- UNE DEMANDE TOUJOURS CROISSANTE
La principale inquiétude des autorités et de tous est l’adéquation entre les ressources et
la croissance démographique comme le préconise MALTHUS. L’augmentation de la
population des deux villages ainsi que de la ville a entraîné la construction successive et
progressive des trois stations de traitement pour satisfaire la demande toujours grandissante.
Quels sont les éléments caractéristiques de la population ?
A- Les mutations démographiques et administratives de la région
La croissance démographique de la région d’étude est intimement liée à l’évolution de
la ville de Bafoussam. Elle est le principal centre de consommation de l’eau potable. Il serait
opportun d’étudier d’abord la ville avant de s’intéresser à la zone rurale.
1- Quelques éléments ayant marqué l’évolution de la population
Bafoussam a connu une évolution en plusieurs phases depuis sa création en 1925 par
les colons français. Pour une nécessité d’administration et de centralisation, la ville a été créée
à la jonction de trois villages (Bafoussam, Bamougoum et Baleng). C’est le lieu de dire que la
ville a eu une influence sur la zone avoisinante. Alors, les influences ont été à la fois négatives
et positives.
On peut distinguer trois phases d’évolution de la ville : la phase coloniale, la phase
perturbée par les événements sociaux politiques de l’après indépendance et la phase du
renouveau.
La période coloniale est marquée par une croissance très lente due à un moment
d’hésitation de la population rurale environnante de se faire administrer et diriger par les
blancs. Puis c’est le déclic à partir de 1938 où Bafoussam compte 4 800 habitants. La

56
structure de la ville montre une hiérarchie sociale. Le quartier administratif est situé plus en
altitude par rapport aux autres. Les événements nationaux liés à la lutte pour l’indépendance
vont forcer les ruraux à changer d’avis. Les villageois ont alors trouvé en la ville un lieu de
refuge. Il s’agit de la période des troubles où les nationalistes de l’UPC ayant opté pour la
clandestinité installent la rébellion à l’Ouest Cameroun. L’insécurité en zone rurale est un
avantage certain pour l’accroissement de la population urbaine.
En effet, ce parti politique a été interdit en 1955 par l’administration française. De
plus, certains Bamiléké ont utilisé cette lutte armée pour régler des comptes personnels. Des
groupes se sont constitués et commettent des exactions contre les populations civiles. Alors,
les tueries ont lieu en milieu rural. Ce milieu devient dangereux et incertain d’où une vague
d’exode rural qui durera près de 15 ans (1955-1970). Le rythme de croissance va alors passer
de 4 % par an en 1958 à plus de 18,2 % par an. La ville se présente comme le lieu de
migration privilégiée où un poste militaire est créé pour la protection. La sécurité sera un
élément incitatif pour le gonflement de la population citadine. De 11 000 habitants en 1958,
elle passe à 35 466 en 1965. La population a plus que triplé en sept ans (tableau 8). Les
indépendances viennent confirmer cette tendance. Ce qui fait de Bafoussam un centre
administratif de grande envergure. Ainsi, fonctionnaires, commerçants et villageois affluent
de toute part. Les facilités urbaines, les services fournis sont des éléments attractifs. Puis vient
la période de l’après indépendance qui est marquée par le renforcement des infrastructures et
le développement anarchique.
Depuis plus de quarante ans, la ville s’accroît selon un rythme soutenu. Les jeunes y
poursuivent leurs études, de même que d’autres y cherchent de l’emploi. Sa position centrale
est pour beaucoup dans son développement fulgurant; elle se trouve au croisement des villes
secondaires et des axes routiers provinciaux ou départementaux. La proximité est aussi un
facteur déterminant car les distances n’excèdent pas 80 kilomètres ; Dschang (50 km),
Mbouda (30 km), Bangangté (40 km), Bafang (59 km)… La proximité aidant, Bafoussam
recrute sa population dans sa région puisque au recensement de 1987, elle compte 57,73 % de
citadins de l’ouest Cameroun.

57
Tableau 8 : Évolution de la population de Bafoussam (1925-2007)
Années population
1925
1938 4 800
1945 6 500
1955 7 000
1958 11 000
1960 20 000
1963 22 400
1965 35 466
1970 51 000
1976 62 239
1987 120 000
1992 147 750
1997 175 000
2003 272 000
2007 302 429*
* estimation en 2007
Source : Mouafo F. (2002) CUB et enquêtes personnelles (2006)
Les chiffres de la population urbaine proprement dite sont inconnus mais ceux
avancés par les autorités (communes et préfectures) avoisinent 600 000 habitants. Pour
l’instant, les résultats du dernier recensement de 2005 sont encore attendus. Selon les
estimations, l’accroissement est de 48 500 habitants tous les trois ans, soit 16167 par an. Le
graphique montre l’allure de l’évolution de la population de Bafoussam. Notons tout de suite
que ce chiffre est très loin de la réalité puisque des sources administratives de 100 000
habitants pour les zones rurales de Bafoussam et de Bamougoum.
Graphique 4: Évolution de la population de la ville de Bafoussam de 1925 à 2007
350000

300000

250000

200000
Effectif

150000

100000

50000

Années

2- Évolution administrative et spatiale anarchique de la ville


Ces deux facteurs sont liés et reflètent une évolution mitigée de la ville. L’aspect
administratif est plus marquant que le volet spatial.

58
 Aspect administratif : Bafoussam a connu une double tutelle,
l’administration française et camerounaise. D’abord elle fut le chef lieu de subdivision de
l’ouest pendant la période coloniale, puis, en 1959, à la suite du décret n o 59/158 du 8 Août
1959, les camerounais deviennent souverains. Il y a alors une réorganisation des
circonscriptions administratives et Bafoussam devient un chef lieu d’arrondissement. Enfin, le
3 décembre 1960 par le décret no 60/72, la ville est le siège de l’Inspection Fédérale
d’Administration (IFA) de l’ouest. Après l’indépendance, deux autres textes suivent en 1961
et 1962 (postérieurement à la création de l’État Fédéral) respectivement le décret n o 61/66 du
30 septembre 1961 et le no 62/338 du 17 septembre 1962 qui font de Bafoussam le chef lieu
du département de la Mifi. Ce n’est qu’en 1972 que la ville devient chef lieu de province.
Toutes ces mutations ont fait de Bafoussam une métropole administrative plus importante qui
a détrôné Dschang. En outre l’évolution spatiale va suivre.
 Aspect spatial : le périmètre de la ville suit l’évolution démographique
mais anarchiquement. La colline administrative (quartier administratif) est le premier noyau
central, puis les extensions se poursuivent à Djeleng, Tamdja, Famla. Les prévisions du plan
d’urbanisme ont été très vite dépassées. En effet, les estimations pour la ville prévoyaient
2160 hectares en l’an 2000. Mais à cette date, la superficie dépassait déjà 4 500 hectares
(tableau 9). Alors, trois plans d’urbanisme directeur ont été mis en application :
- le premier en 1958 organise les activités autour de la colline administrative, mais
la croissance des années de l’indépendance rend ce plan désuet ; les constructions deviennent
incontrôlables.
- En 1963, le deuxième plan fut élaboré et mis en application. Il portait la
superficie à 400 hectares. L’occupation n’a pas été respectée sauf au centre ville car la
périphérie s’est développée anarchiquement (tableau 9).
- le troisième plan mis en place en 1982, n’a pas été respecté. Le but de ce plan
était de construire les structures sociales et de faciliter le déplacement, c’est à dire de
construire les dessertes (figure 5).
Près de 25 ans après, rien n’a été fait pour améliorer la situation; la ville suit un
aménagement au gré des ventes de terrain, c'est-à-dire sans aucune règle urbanistique. Les
axes de développement de la ville suivent l’axe du nord ouest (Bamougoum) et l’axe nord
(Foumban) grâce à un morcellement ou plutôt à une micro parcellisation.
Tableau 9 : Évolution de la superficie de la ville de Bafoussam
Années 1925 1940 1965 1976 1997 2000 2004 2006
Superficie en hectares / 300 565 700 4 000 4 500 5 000 5 250*

59
*Estimations 2006
Source : Mouafo F (2002) et enquêtes de terrain 2004 et 2006
Pour une bonne visualisation, nous avons à partir du tableau précédent construit le
graphique 5
Graphique 5 : Évolution de périmètre urbain de Bafoussam de 1925 à 2006
6000

5000

4000
Superficies (ha)

3000

2000

1000

0
1925 1940 1965 1976 1997 2000 2004 2006
Années

La figure 5 présente l’évolution de la ville et son influence sur l’espace périurbain et


rural. En moins de 20 ans (1980-2008) l’espace urbain a pris des proportions énormes au
dépend des villages. Cette évolution a une incidence indéniable sur le rural.

60
Figure 5 : Évolution du périmètre urbain de la ville de Bafoussam

61
Cette figure présente l’évolution de la ville et son influence sur l’espace périurbain et
rural. En une trentaine d’années (1980-2008), l’espace urbain a pris des proportions énormes
au dépend des villages. Cette évolution a une incidence inaliénable sur le rural.

3- Une zone rurale presque inexistante


Les deux villages étudiés ont vu leur superficie décliné au fil du temps. Les citadins
ont besoin de plus en plus d’espace ; et ce n’est que cette zone qui peut en pâtir. La ville
avance vers la zone rurale à pas de géant. Cette extension anarchique complique la tâche aux
différents acteurs qui ont besoin d’une réglementation pour s’installer de manière adéquate.
D’après les estimations du service de l’urbanisme, le village Bamougoum a perdu plus du 2/5 e
de sa superficie au profit de la ville. Cette dernière a conquis plus de 2/4 de la superficie
rurale. Concrètement, on ne saurait délimiter la ville du village ; puisque toutes les
commodités urbaines se sont rependues au village. On peut citer l’électricité, des lieux de
détente, l’accès à une eau plus salubre. Si l’on prend en compte le fait que la SNEC n’est
sensée desservir que la ville, alors il serait temps qu’on conçoive que tout quartier soit
alimenté par l’eau. Le changement des habitudes en matière de consommation d’eau peut
aussi changer le statut de la localité. Néanmoins, les autres villageois se trouvent confrontés
aux problèmes antérieurs puisque les moyens financiers ne sont pas disponibles.
Une question majeure subsiste ; l’eau disponible est-elle suffisante à la population ?
II- Y A-T-IL ADÉQUATION ENTRE LA POPULATION ET L’EAU DISPONIBLE ?
Cette question évoque deux aspects : l’aspect quantitatif et l’aspect qualitatif.
Théoriquement, les quantités d’eau disponibles à l’ouest sont importantes pour la population.
A- Des stocks d’eau suffisants
Le Cameroun fait partie des pays où l’eau douce est disponible en quantité suffisante.
Selon l’évaluation statistique de la FAO (2002), le Cameroun dispose des ressources d’eau
douce renouvelables estimées à 283,5 milliards de mètres cube par an, ce qui correspond en
terme de disponibilité par habitant à 18 589 m3 par an. Si l’on s’en tient à ces données, on
pourrait affirmer que l’eau à l’état de nature est disponible pour tous dans notre pays. Mais
des estimations sur 50 ans montrent qu’en 2050 il y aura un stress hydrique dans la province
de l’ouest (soit 1 300 m3/habitant/an). Bafoussam est alors dans le collimateur de la carence
en ressources d’ici un siècle.
Si l’on prend en compte le facteur de la disponibilité, Bafoussam n’en souffre pas,
concernant surtout les populations abonnées. Notons ici que les différents barrages ou stations

62
de traitement n’ont pas eu jusqu’à présent des situations de saturation. La saturation est un
état où la SNEC ne parvient plus à satisfaire la demande de la ville à partir des stations
exploitées. Mbouda, ville située à quelques kilomètres (une trentaine) est dans cette situation
depuis environ cinq ans à partir du mois de février. Mentionnons pour le regretter que si tous
les ménages étaient abonnés à cette société, la saturation serait atteinte depuis longtemps.
L’utilisation d’autres sources d’approvisionnement alternatives épargne la SNEC de ce
problème.
Pour ce qui est des eaux souterraines, elles sont estimées par la Banque Mondiale
(1992) à 66 milliards de m3 de réserve statique avec un taux de renouvellement annuel de  2
700 millions de m3. La pluviométrie et la qualité des sols accélèrent cette régénération
souterraine. Du point de vue de l’analyse par province, ceci veut dire que 25 % de la
population de la province de l’ouest sera en situation de stress ou de pénurie. Le problème le
plus urgent ne réside pas à ce niveau mais plutôt au niveau des moyens financiers, matériels et
technologiques nécessaires pour le captage, le traitement, le transport, le stockage et la
distribution de l’eau potable dans les ménages. La quasi totalité de la population rurale et une
bonne frange des citadins ne consomment l’eau qu’à l’état de nature. Il en résulte que le
problème n’est pas celui de la disponibilité mais plutôt celui de la qualité de l’eau
consommée.
B- L’eau de bonne qualité insuffisante
Étudier ce volet revient à nous interroger sur la qualité de l’eau distribuée aux
populations. Cet exercice s’avère assez complexe puisque plusieurs villes de la région sont
impliquées. La productivité des stations de traitement suffirait si l’eau était destinée seulement
aux localités de Bamougoum et Bafoussam ; mais ces structures desservent aussi les villes de
Baham, Bandjoun et Bameka. Si l’on veut s’intéresser aux quantités produites, on aura 28 800
m3 par jour. Le tableau 10 nous montre les différentes productions.
Tableau 10: Production journalière des stations de traitement
Station de traitement Production Production journalière
horaire (en m3) (en m3)
Métchié 720 17 280
Bameka 360 8 640
Nlem 120 2 880
Totaux 1 200 28 800
Source : SNEC (2007)

Cette production est brute, et des disfonctionnements restent à venir car les pertes ne
sont pas évaluées. Il faudrait alors prendre en considération cet élément car selon les
estimations de TANAWA et DJEUDA (2002), plus de 50 % de la production de l’eau SNEC

63
se perd en cours de transport. Ce qui veut dire que théoriquement, seulement 14 400 m3 d’eau
traitée arrivent chez les abonnés. Si l’on s’en tient à la production brute de 28 800 m 3 et de
14350 abonnés en mars 2007, on se rend compte que la situation est très délicate. Si on prend
en compte seulement 30 litres par jour et par personne, et 7,29 personnes la taille moyenne
d’un ménage ; un ménage ou un abonné consomme alors 30 litres x 7,29 soit 218,7 litres par
jour. Alors on a 14 350 X 218,7 = 3 138 345 litres, ce qui est inférieur à 28 800  000 litres
(production brute). Ceci sans prendre en compte les entreprises et les pertes d’eau au cours de
la distribution. Toute proportion gardée, on peut dire que ceux qui sont abonnés ont de l’eau à
volonté. Nous ne prenons pas en compte les habitants de Bandjoun, de Baham, de Bameka et
de Bamendjou qui sont reliés au même réseau.
Sur un autre plan, si l’on veut calculer le taux de couverture, on se rendra compte que
la situation est déplorable. En effet, les 14 350 abonnés font théoriquement 104 612
personnes. En tenant compte des estimations et des 600 000 habitants de la ville, le taux de
couverture est de 17,43 % pour toute la ville. Il est sans oublier que la majorité des ménages
n’ont pas d’eau SNEC à domicile. Ce taux peut être revu à la hausse en tenant compte de ces
derniers.
Les trois barrages ne peuvent pas satisfaire tous les ménages. Il est clair que si tous les
foyers de la ville ont un branchement, alors la situation de pénurie sera très dramatique
puisque les quantités d’eau utilisées vont augmenter.
Notons, pour éclaircir que les quantités consommées par les sociétés ne sont pas
inclues. Heureusement que certains ont réalisé des forages pour palier aux coupures qui
entravent la productivité. Ces gros consommateurs (SABC, SCS, SOC…) consomment de très
grandes quantités. Par exemple, la SABC utilise plus de 35 000 m3 d’eau de la SNEC par
mois ; exclusivement faite de l’eau prélevée par forage. Les savonneries quant à elles utilisent
en moyenne 10 000 m3 par mois.
L’eau produite par la SNEC est très insuffisante pour desservir les localités suscitées.
Heureusement que d’autres sources alternatives sont créées de part et d’autre pour démêler la
situation.
C- Une demande multiforme
On classe les consommateurs en trois grandes catégories : les petits consommateurs,
les moyens consommateurs et les grands consommateurs
1- Les petits consommateurs plus nombreux
Ils sont les plus importants de part leur nombre et sont constitués essentiellement des
ménages. Ils consomment en moyenne moins de 10 m3 par mois. Cette consommation est liée

64
au nombre de personnes dans un ménage et à leur niveau de vie. Cette tranche n’est pas à
négliger car la somme de leur consommation représente plus de 70 % de la production. Mais
le rythme de raccordement est de plus en plus lent.
2- Les moyens consommateurs très gaspilleurs
Leur consommation va au-delà de 20 m3 par mois. On peut citer dans cette catégorie
les laveries, les établissements scolaires ou publics, les bornes fontaines, les centres
hospitaliers.
3- Les gros consommateurs
L’eau représente pour eux une matière première. Il s’agit des entreprises alimentaires
ou chimiques. Leur consommation tourne autour de 10 000 m3 par mois. Le plus gros
consommateur est la Brasserie (SABC) qui consomme plus 35 000 m3 par mois. Cette grande
quantité a conditionné pendant longtemps les coupures de la SNEC. Face à ces coupures, cette
société a construit des forages qui lui permettent d’éviter les pénuries pouvant remettre en
cause sa production.
D- Le monopole de la SNEC
L’une des causes de la cherté de l’eau et des difficultés d’accès à l’eau potable est le
monopole que détenait cette entreprise la SNEC. En effet, depuis près d’un demi-siècle, cette
entreprise à été la seule à distribuer de l’eau dans tout le Cameroun. Ce monopole a causé
beaucoup de torts aux populations de Bafoussam et sa région. Cette société créée le 22 Mai
1967 a régné en maître. La finalisation du processus de privatisation le 2 mai 2008 est une
période charnière en ce qui concerne l’approvisionnement en eau potable à Bafoussam. Reste
alors à espérer que la nouvelle structure soit à la mesure des attentes. Mais, notons que la
vague des hausses prix est passée par la SNEC puisqu’à l’annonce de la privatisation, les prix
de l’eau potable ont grimpé d’environ 25 francs CFA. Cette augmentation est apparemment
très petite mais les ménages pauvres qui achètent l’eau chez le voisin en souffrent.
III- LA POSITION GÉOGRAPHIQUE : UN HANDICAP POUR
L’APPROVISIONNEMENT
Parmi les obstacles à l’approvisionnement en eau potable, il y a des éléments liés à la
topographie accidentée.
A- Des points de captage éloignés des lieux de livraison
Selon les études faites par les techniciens du MINEE, les points de captage des eaux
sont très éloignés des centres urbains : que ce soit sur le Noun, sur la Mifi sud ou sur la Mifi
nord le point de captage le plus propice est à environ 15 kilomètres de la ville. Ces distances
donnent non seulement du fil à retordre aux techniciens de la SNEC, mais aussi sont à

65
l’origine des coupures intempestives d’eau. Les distances sont de véritables contraintes
auquelles font face les consommateurs. Les longues distances induisent des consentements à
payer plus grands ; c'est-à-dire que le matériel ou le temps mis en plus grand. De manière
hiérarchique, le point de captage se trouve à basses altitudes impliquant ainsi un pompage des
eaux vers la ville. Une fois en ville, plusieurs stations ou réservoirs doivent pomper de
nouveau vers les quartiers plus élevés.
B-Des centres de distribution situés en altitude
Les accidents de reliefs peuvent représentés des handicaps sérieux dans la distribution
de l’eau potable. Ceci dans la mesure où il faut apporter l’eau le plus haut possible pour
desservir les quartiers installés sur les interfluves. Bafoussam et Bamougoum ont un relief qui
se prête à ce jeu. Ainsi, tous les quartiers sont desservis par des châteaux situés à des
altitudes :
- Le palier haut ou étage haut est desservi par les plus haut réservoirs ; ceux de Tamdja
situés à 1515 m mètres d’altitude distribuent de l’eau dans tous les quartiers haut
comme Le quartier administratif, Tamdja, Banengo, Kouogouo et les villes da
Bandjoun et de Baham et Bamendzi.
- En ce qui concerne le palier moyen, les réservoirs de Nlem 1455 m desservent tous
les quartiers situés à sa hauteur. Il s’agit de Famla, Djeleng, Nylon, Tyo ville,
Tougang ville
- Les réservoirs de Kouogouo 1411 m desservent les quartiers bas comme Kamkop,
Koptchou, Ngouache, Bamendzi,
Ces situations sont des contraintes physiques et nécessitent de longues périodes de
pompages.
C- Des stocks souterrains insuffisants
Plus de 90% du territoire camerounais est couvert par les formations du socle où les
aquifères ne sont liés qu’à la fissuration et à l’altération. De ce fait, l’essentiel des eaux
souterraines du pays se retrouve dans une partie très limitée du territoire. D’autre part, aucune
étude hydrogéologique détaillée intéressant l’ensemble du pays n’a été réalisée à nos jours,
pour évaluer les potentialités de cette ressource. Toutefois, les estimations des ressources
exploitables dans les aquifères du Cameroun se répartissent ainsi :
- Socles : 15 396 millions de m3/an
- Bassin de Douala : 21 630 millions de m3/an
- Bassin de Garoua : 15 748 millions de m3/an
- Bassin du Tchad : 3 196 millions de m3/an

66
Le total fait environ 56 km3 pour l’ensemble du territoire, soit environ 20 % des
ressources en eau superficielle25.
Sur le plan quantitatif, en faisant abstraction des données qualitatives qui constituent
souvent un facteur limitant, il découle de ce qui précède que les ressources en eau du
Cameroun sont relativement abondantes. Elles sont évaluées à environ 300 milliards de m 3 en
moyenne par an, soit une disponibilité par habitant de près de 20 000 m 3 en l’an 2 000,
apports en précipitations directes non compris. Ce chiffre est largement supérieur au seuil du
stress hydrique établi à 1 000 m3/hbt/an, ainsi qu’à la moyenne mondiale qui est de 7600
m3/hbt/an
(Banque Mondiale, 1992). Ainsi, le Cameroun peut être compté parmi les pays privilégiés en
matière de ressources en eau.
La notion de disponibilité par habitant présente cependant très grossièrement la
situation. En effet, si l’on prend en considération la distribution des ressources entre les
différentes zones du pays, certaines régions du nord Cameroun peuvent dès aujourd’hui être
considérées comme ayant des ressources peu ou pas fiables. D’autre part, l’irrégularité
interannuelle des ressources en eau liée aux fluctuations diverses et à la variabilité climatique
en particulier commande que ces chiffres soient considérés avec prudence. Les ressources en
eau peuvent être plus ou moins abondantes d’une année à l’autre, ou tout simplement réparties
différemment dans l’année, d’où des conséquences socio-économiques parfois considérables.
Il est par conséquent fortement conseillé de tenir compte de cette donnée dans toutes les
questions relatives à l’utilisation des ressources en eau. En ce qui concerne Bafoussam et sa
région, les sols imperméables ne sont pas favorables à l’infiltration d’où la petitesse des
quantités d’eau disponible dans la nappe souterraine. Les sols ferralitiques développés sur du
basalte rendent difficiles les infiltrations.

Conclusion
En ce qui concerne disponibilité des eaux, on peut dire que l’eau à l’état naturel est
présente et accessible à tous. Mais les contraintes liées à la population, à la situation des
quartiers et la qualité de l’eau restent un handicap pour l’accès à cette eau. Le calcul théorique
des besoins en eau potable montre qu’il y a insuffisance puisque si toute la population avait
accès à l’eau potable, il en viendrait à manquer. Ceci veut dire tout simplement que
Bafoussam et sa région nécessitent dans un avenir proche d’autres stations de traitement plus

25
SIGHOMNOU (D), 2004,

67
puissantes de même que la mise sur pied d’un cadre réglementaire et institutionnel plus
rassurant.

68
DEUXIEME PARTIE : CADRES
INSTITUTIONNELLES ET REGLEMENTAIRES
D’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE

«  L’eau est étroitement liée à la santé, l’agriculture, l’énergie et la


biodiversité. Sans progrès dans le domaine de l’eau, il sera difficile
voire impossible d’atteindre les autres objectifs du millénaire pour le
développement »
Klaus TOEPFLER (Directeur général du PNUE)

69
CHAPITRE III : CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE
DE DISTRIBUTION DE L’EAU POTABLE
Pour un meilleur approvisionnement en eau potable, l’état doit mettre sur pied des
bases solides pour la réglementation. Et depuis les indépendances, le gouvernement
camerounais se bat tant bien que mal pour asseoir son autorité dans ce domaine. Malgré la
pléiade de structures et d’institutions, des problèmes persistent toujours. Le chevauchement
des compétences lié à une multitude d’intervenant est une des raisons de la stagnation de ce
secteur ces dernières années. De même, la politique unilatérale du « haut vers le bas »,
l’immobilisme des acteurs, l’inefficience du concessionnaire principal sont autant de facteurs
qui sont la base des problèmes d’eau au Cameroun. Tout porte à croire que la gestion des
ressources en eau dans notre pays est encore à l’étape du balbutiement (TEC, 2005). Y a-il
une mauvaise gouvernance de l’eau au Cameroun ? Fournir de l'eau potable aux populations,
maintenir la qualité des eaux, créer un cadre dynamique interactif de gestion de l'eau, prévenir
les catastrophes naturelles et répartir de façon rationnelle les ressources en eau semblent être
aujourd'hui les défis des pays en voie de développement. Il est donc urgent de mettre en place
un cadre logique de gestion qui concourt à l'atteinte de ces objectifs.
I- UNE MULTITUDE D’ACTEURS INSTITUTIONNELS
« L’impérieuse nécessité d’une gestion efficace et durable des ressources en eau a
amené l’État Camerounais à mettre en place des structures et des lois devant régir le secteur
de l’eau sur l’ensemble du territoire »26. Pour mieux analyser, il importe de mettre à jour les
éléments du cadre réglementaire, institutionnel, législatif et juridique liés à la gestion de la
ressource eau.
A- Un cadre institutionnel encore flou
Le Cameroun compte une vingtaine d’institutions qui œuvrent pour l’amélioration des
conditions d’accès à l’eau potable. Il s’agit essentiellement des institutions étatiques
paraétatiques, des ONG ou des organismes internationaux. Il perdure encore malgré les
précisions du rôle des uns et des autres et des imbrications dans la gestion. C’est la raison
pour laquelle les conflits naissent, donnant ainsi lieu à un délaissement de domaine non juteux
qu’est l’approvisionnement en eau des plus pauvres. Malgré les divergences d’opinion et
d’intérêts, ces organismes conjuguent le plus souvent leurs efforts dans la résolution de
certains problèmes majeurs. Parmi les acteurs institutionnels on distingue :

26
KOUAM KENMOGNE et al, septembre 2006

70
- les ministères qui interviennent dans la surveillance sanitaire, l’assainissement,
l’élaboration des projets d’eau, la gestion des catastrophes liées à l’eau. Parmi ces
institutions, les plus engagées sont le MINEE, le MINRESI, le MINATD, le
MINSANTE, le MINADER….Il s’agit aussi des ministères qui s’occupent du
traitement de l’eau, de la tarification et d’évaluation des ressources disponibles. On les
appelle couramment les organismes d’exécution. Au rang de ces institutions on peut
aussi citer les collectivités locales décentralisées comme les communes et les
communautés urbaines.
- Les organismes d’appui technique et de conseil qui s’occupent de l’étude d’impact et
de la sensibilisation des populations (CNE) et d’assistance du gouvernement dans
l élaboration de sa politique de l’eau (CNE)27. L’avis de ces deux organismes est
toujours requis en cas de crise ou de réunion restreinte. On peut aussi citer ici le Plan
d’Action pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PAGIRE).
- Les organismes de gestion et d’exploitation des services de l’eau, notamment la
SNEC, la CDE, la MAGZI, la MAETUR et la SIC. Ces trois derniers s’occupent du
lotissement et de l’assainissement des zones qui leur sont octroyées. La SNEC
s’occupe de l’exploitation et de la distribution de l’eau potable (cette structure sera
étudiée en profondeur plus moins). La CDE est la nouvelle structure qui sera
désormais chargée de l’exploitation et de la distribution de l’eau en lieu et place de la
SNEC. En effet, c’est à la SNEC (aujourd’hui CAMWATER) et à la CDE qu’il sera
désormais dévolu la tache de la production et de la distribution de l’eau potable dans
les villes.
- Les organismes de financement constitués principalement du crédit foncier et du
ministère de l’économie et des finances. Ce dernier est le banquier de l’État et assure
de ce fait le financement des projets. En plus, il intercède auprès des banques
internationales pour l’octroi des crédits à des taux réduits pour les grands travaux.
- Les organismes de recherche qui ont pour mission essentielle de permettre aux
différents ministères d’accomplir leur mission. Plus concrètement, ils sont des
conseillers techniques et sanitaires en matière d’eau et d’assainissement. Il s’agit des
laboratoires de recherche et d’analyse, de l’IRD, du CRH, de l’IRAD…
- Les acteurs non institutionnels qui sont le maillon fort malgré la place qui leur est
donnée. En effet, la politique du «  haut vers le bas » a été un échec cuisant, et il faut

27
Il s’agit de deux organismes différents le premier est le comité national de l’environnement et le
second est le comité national de l’eau

71
institutionnaliser ce dernier groupe d’intervenants car on s’est rendu compte que c’est
la stratégie du « bas vers le haut » qui fonctionne. Il s’agit plus principalement des
ONG, des comités de développement, des élites, des sociétés privés ou parapubliques,
des associations, des bailleurs de fonds, les bureaux d’étude ou des acteurs
confessionnels.
Ces acteurs fonctionnent à travers les budgets qui leur sont alloués mais
d’autres sont privés et nécessitent des dons des mécènes. Que dit le législateur dans ce
cafouillage institutionnel ?
B- Une législation passive
Il est vrai que depuis 1960, date de l’indépendance, le législateur est en quête permanente des
textes pour améliorer les conditions d’accès à l’eau pour tous. Ces lois sont-elles suffisantes
pour une amélioration du cadre d’accès à l’eau ? En plus de la ratification des conventions
internationales depuis 1972, cinq textes fondamentaux ont été légiférés à cet effet :

- La loi n° 84/013 du 5 décembre 1984 portant régime de l'eau au Cameroun. C’est une
loi qui dès sa promulgation n’a bénéficié d’aucun texte pour sa mise en application. Ce
problème est celui de presque toutes les lois où on a de beaux textes mais qui ne sont jamais
mis en application.

- La loi n° 89/27 du 29 décembre 1989 interdit l'introduction, la production, le


stockage, la possession, le transport et le déversement de tout type de déchets toxiques et/ou
dangereux au Cameroun. C’est une loi qui a trait aux mesures d’assainissement mais qui,
jusqu’aujourd’hui tarde à se faire respecter. En effet, dans le cas de Bafoussam, les rivières
situées aux alentours de la zone industrielle de Tchouwong (Brasseries et SOC) en payent le
lourd tribut. Elles sont polluées par les effluents issus de ces entreprises qui n’ont pas de
systèmes de traitement des eaux usées. C’est même dans ce sillage que le préfet a ordonné une
expertise et une analyse des eaux dans la zone (Annexe 1).

- La loi n° 90/016 d’août 1990 portant régime des eaux minérales et sources du
Cameroun. Cette loi modifie et complète les lois n° 73/16 du 7 décembre 1973 et n° 88/018
du 16 décembre 1988 fixant les droits et redevances relatives à l'exploration et à l'exploitation
des eaux minérales et des eaux de sources. Les secteurs de l’eau devenant lucratifs, toutes les
entreprises d’exploitation de l’eau à des fins lucratives sont frappées de taxes et d’amendes
conformément à la loi financière.

72
- La loi n° 98/005 du 14 avril 1998 portant régime de l'eau au Cameroun. Cette loi est
actuellement en vigueur au Cameroun et abroge toutes les dispositions antérieures,
notamment celles de la loi n° 84/013 du 5 octobre 1984. Elle augure une ère nouvelle dans le
domaine de l'eau et de l'assainissement au Cameroun. Elle implique une libéralisation du
secteur de l'approvisionnement (ce qui a été fait en mai 2008), une grande attention à la
protection des ressources en eau, une gestion rigoureuse et rationnelle des ressources en eau et
une coordination nationale des services de l'eau et de l'assainissement pour l'ensemble du
territoire national. C’est cette loi qui reste le texte de base pour les amendes, les eaux
souterraines, les dispositions générales et les transactions et les arbitrages. Sans pour autant
être exhaustif, tous les autres aspects spécifiques relevés par cette loi militent en faveur de
l'amélioration de la politique nationale de gestion des ressources en eau disponibles. La rareté
ou plutôt l’absence de texte d’application est une barrière à l’application de cette loi
fondamentale.

Toutes ces lois montrent l’état foisonnement et dynamisme qui existe en matière de
l’eau mais il perdure encore des blocages au niveau de leur application. Le gouvernement à
travers les différentes reformes tente tant bien que mal le réaménagement du secteur de l’eau.
Heureusement, quelques décrets réglementaires sont venus compléter ces lois.

C- un cadre réglementaire en manque des textes d’applications

De nombreux textes d’application ont été rendus publics en vue de l’application des
différentes lois promulguées. Plusieurs sont encore attendus dans ce contexte de précarité
hydrique. Parmi les textes les plus importants, on peut citer :

- Le décret n° 74/312 du 19 avril 1974 fixant les conditions d'application de la


loi n°73/16 du 7 décembre 1973 portant régime des eaux minérales et des sources.

- Le décret n° 85/758 du 30 mai 1985 portant création du comité National de


l'eau qui est défini comme étant " un cadre de compétence pour aider le gouvernement dans
l'élaboration et la mise en forme de la politique nationale de l'eau ".

- La note de service n° 198/MINMEE/DEAU du 4 janvier 1999 portant création


d'un comité ad hoc chargé de l'examen et de la mise en forme de propositions d'avant projets
des textes d'application relatives à la loi n°98/005 du 14 avril 1998 portant régime de l'eau au
Cameroun.

73
- Le décret n° 2001/161/PM du 8 mai 2001 fixant les attributions, l'organisation
et le fonctionnement du comité National de l'eau.

- Le décret n° 2001/162/PM du 8 mai 2001 fixant les modalités de désignation


des agents assermentés pour la surveillance et le contrôle de la qualité des eaux.

- Le décret n° 2001/165/PM du 8 mai 2001 précisant les modalités de protection


des eaux de surface et des eaux souterraines contre la pollution.

- Le décret n° 2001/216 du 2 août 2001 portant création d'un compte


d'affectation spéciale pour le financement des projets de développement durable en matière
d'eau et d'assainissement.

Notons pour le regretter que les membres du comité national de l’eau n’ont jamais été
désignés ce qui veut dire que ce comité est encore inactif. Dans la mesure où la SNEC a été
pour près de 50 ans le seul concessionnaire, il importe de s’y intéresser.

II- LA SNEC : CONCESSIONNAIRE PRIVILEGIE


La question de l’eau potable est une préoccupation majeure au Cameroun depuis la
période coloniale. Le souci des pouvoirs publics étant de créer une entreprise qui puisse
assurer le traitement, le transport et la distribution de l’eau dans toutes les agglomérations du
pays, y compris la ville de Bafoussam. Pourtant, les infrastructures hydriques demeurent
inadéquates et insuffisantes par rapport à l’évolution spatiale et démographie des villes. Cette
société a eu de nombreuses embûches sur son chemin. Après plusieurs années de tractations et
de négociations, la privatisation est arrivée à son terme le 2 mai 2008. Mais cette société a dû
traverser des périodes de turbulence. Il serait raisonnable de faire d’abord un bref aperçu de
l’historique de cette entreprise et les causes de sa dégringolade, puis, de comprendre son
processus de privatisation et enfin les perspectives.
A-Un passé mouvementé
La naissance de la SNEC est le fruit de la volonté de mettre en place d’une base solide
de l’approvisionnement en eau salubre. Cette société n’a pas pu s’adapter aux différentes
évolutions sociales, spatiales, politiques et surtout démographiques.
1- La période coloniale
Avoir de l’eau potable en cette période relève du parcours du combattant dans la
mesure où il n’y a pas de structure d’approvisionnement. Les seuls points d’eau potable sont

74
les sources. De petits châteaux sont placés à proximité des habitats afin de recueillir l’eau de
pluie. De 1939 à 1957, la ville va vivre d’eau de source, de puits, de pluie et de rivière. Ce
n’est qu’en 1957 que naît le projet d’adduction d’eau et de construction d’un réseau d’eau
courante. La station de traitement et de pompage est construite sur la rivière Nlem à
Bamougoum. Les travaux dureront deux ans. La capacité de pompage de cette station est de
120 m3/h. Ce réseau ne s’étend au départ qu’au quartier administratif et à quelques quartiers
environnants. (Famla I et II, Djeleng IV, Tamdja). Deux réservoirs de 100 et de 250 m 3 situés
à Tamdja alimentent le réseau de façon gravitaire à partir de ce point le plus élevé de la ville
(1515 mètres). Le réseau est géré par la municipalité qui rend compte à la société nationale en
charge de l’eau et de l’électricité. Ce n’est qu’en 1968 que cette dernière se scindera en deux
pour donner la société nationale de l’eau et la société nationale d’électricité.
2- La naissance de la SNEC
Une pléiade d’intervenants animent le secteur après les indépendances. Dans la ville
de Bafoussam, c’est la municipalité qui gère le secteur de l’eau sous la surveillance de
ENELCAM (Société Energie Electrique du Cameroun) qui s’occupe de l’électricité et de
l’eau. En 1964, l’Etat crée le service provisoire des eaux du Cameroun (SPEC) et l’électricité
du Cameroun (EDC). Ce n’est que le 22 mai 1967 que la SNEC est créée. Le principal
objectif de cette société est la production, le traitement, le transport et la distribution de l’eau
potable comme le prescrit le cahier de charge. Elle détient le monopole du secteur de l’eau en
milieu urbain. Elle doit en même temps étendre le réseau dans les nouveaux centres urbains
ou vers les nouveaux quartiers périphériques à la ville. C’est dans cette optique que quatre
concessions ont été signées en 1968 pour 40 ans, notamment :
- La concession de la distribution publique d’eau potable de Douala du 30 octobre 1968.
- La concession de la distribution publique de l’eau potable de Yaoundé du 30 octobre
1968.
- La concession de la distribution publique de l’eau potable de Garoua du 30 septembre
1970.
- La concession de la distribution publique de l’eau potable des centres secondaires du
30 novembre 1968 (MINEE).
Ainsi, ces concessions lui donnent un monopole total pour une durée de 40 ans.
B- les infrastructures de la SNEC
Pour s’adapter à son milieu, la SNEC a créé un réseau dense et des stations de
traitement qui ont suivi la demande. Deux autres stations ont été mises sur pied ; celle de
Bameka et celle de la Métchié.

75
1- La station de Bameka
Construite en 1979, pour satisfaire la demande toujours grandissante de la ville. La
direction régionale avait alors entrepris l’extension du réseau. Ce centre de traitement est situé
à neuf kilomètres de la ville. La capacité de pompage est de 360 m 3/h. La ville n’est pas le
seul point d’approvisionnement ; les localités de Bameka et de Bamendjou sont aussi
desservies. La distribution devient plus aisée d’autant plus que la ville est topographiquement
structurée en paliers. Elle est divisée en étages: on distingue l’étage bas, l’étage moyen et
l’étage haut selon l’altitude. Chaque quartier de la ville correspond à un palier bien précis et
est desservi par un réservoir de relais ou de distribution.
Ainsi, les châteaux de distribution sont :
- Les châteaux de Banengo (1 515 m) qui desservent l’étage haut c'est-à-dire les
quartiers Banengo I et II, le quartier administratif, Bamendzi I et II, Kouogouo B (photo 1).
- Les réservoirs situés derrière les brasseries (1 455 m) alimentent l’étage moyen
ou étage principal. Il est constitué des quartiers Famla, Tchitchap, Djeleng, Djemoun,
Tougang ville et Tougang village, Bamendzi A.
- Les réservoirs de Kouogouo (1 411 m) servent l’étage bas constitué de Kampkop,
Tyo ville et Tyo village, de Héliport, Kena.
La création de nouvelles entreprises chimiques (les savonneries) et alimentaires
(brasseries) a remis en cause la capacité de distribution de la SNEC. Les nouvelles demandes
ne pouvaient plus être satisfaites. C’est ainsi que naquit le projet de la Métchié dans les
années 90.

Cliché SUFO (2007)

Photo 1: Châteaux d’eau de Tamdja (lycée classique).


Ce sont les premières installations vielles d’une quarantaine d’années. Les capacités sont de
250 m3 et 100 m3 respectivement

76
2- La station de la Métchié
Elle vient renforcer aux structures existantes. La capacité de ces nouvelles
infrastructures nécessite des moyens financiers et techniques très lourds. Alors, l’Etat
Camerounais a intercédé auprès du gouvernement allemand pour solliciter un prêt. Ce barrage
va alimenter des villes de Baham et de Bandjoun. Des études sont alors menées entre 1989 et
1990 par une équipe d’experts allemands et camerounais. Ces derniers concluent la faisabilité
du projet par rapport aux autres lieux de captage. Plusieurs cours d’eau sont pris en compte au
départ afin d’analyser la faisabilité. Parmi elles, La Métchié, la Mifi sud, le Noun à Kouetet,
le Noun au niveau du pont sur la route Bafoussam Foumbot. Le tableau suivant fait apparaître
les raisons de ce choix (tableau 11).
Tableau 11: Caractéristiques des variables possibles pour le renforcement du réseau SNEC de
Bafoussam (en comparaison à la station existante de Bameka).
Métchié aux chutes Mifi au confluent avec le Noun à Kou (3) Noun au pont Captage
Variantes (1) Noun (2) (4) Bameka
Rivière Métchié Mifi-sud Noun Noun Mifi-sud
Bassin versant (km2) 480 855 4 690 4 780 183
Altitude (m) 1 290 1 245 1 055 980 1420
Débit d’étiage (m3/s) 1,10 2,26 9,9 10,1 0,235
Distance de 11 800 12 200 22 000 15 000 7 500
Bafoussam (m)
Hauteur géométrique 125 170 360 440 65
de refoulement
Coût estimatif des 383,5 396,5 715 487,5
conduites et de /
l’énergie (millions
de Frs)
Source : Olivry
C’est le projet le moins onéreux qui a été sélectionné. Mais notons que les
capacités de ce projet sont moyennes. Dans les normes, c’est la variante du Noun au pont qui
devrait être choisie. Mais on se rend compte que ce sont les capacités les plus élevées qui
coûtent le plus. L’avantage de la Métchié est au niveau de l’altitude, de l’accessibilité et de la
distance par rapport à la ville.
Au total, le coût du projet a été réduit à 3 263 320 000 F CFA et la coopération
allemande devait fournir (en terme de prêt) 81 % soit 2 642 320 000 F CFA ; et la partie
camerounaise 19 % soit 621 279 000 FCFA. Le taux d’intérêt étant de 8 % et remboursable
en 30 ans avec différé de cinq ans. Ce projet a été réalisé par une entreprise allemande ; la
Wiemer and Trache. Cette station a été inaugurée que le 22 mai 1999 par le premier ministre
et un débit très convaincant de 720 m 3/h. La station fournira de l’eau à l’étage bas et l’étage
moyen, le surplus sera refoulé vers l’étage haut et les autres localités. Les prix prévus étaient
de 246,70 F CFA/m3 mais la situation aujourd’hui est très différente puisque Le m3 d`eau
coûte entre 340Fcfa et 415Fcfa.

77
Les trois barrages réunis sont remarquables dans la mesure où les autres villes en
dehors de Bafoussam bénéficient de leur service (Baham et Bandjoun). La production totale
de 28 800 m3 par jour d’après nos estimations ne suffit pas toujours. La figure 6 met en
exergue les différentes potentialités en ce qui concerne les barrages à construire. Il en ressort
qu’il y a encore quatre zones où on peut faire des retenues en vue de satisfaire la demande
plus tard.

78
Figure 6 : Les différentes ressources étudiées

79
C- Le réseau SNEC à Bafoussam
La SNEC à la fin des années 1990 a des structures capables de faire face à la demande.
Mais, elles sont vite révolues.
1- Production et distribution de l’eau potable
Elle dessert plus de 103 stations urbaines et plus de 3 000 centres au niveau du
Cameroun. Elle produit généralement plus de 2 600 000 m3/ jour soit 62,91 % de rendement.
Le nombre d’abonnés est d’environ 194 429 ; ce chiffre représente moins de 15 % de la
population totale.
A Bafoussam, le réseau d’adduction a suivi l’évolution spatiale de la ville. Notons
pour le regretter que si tous les ménages de cette agglomération étaient branchés, l’eau
produite serait insuffisante. L’eau traitée est renvoyée dans les châteaux et les réservoirs qui la
distribuent de manière gravitaire. La qualité de l’eau SNEC est garantie 28. En effet, dans nos
études de Maîtrise, nous avons prélevé un échantillon d’eau dans son réseau. Les analyses ont
montré qu’elle était de bonne qualité. Les résultats relèvent que cette eau ne renferme pas
d’Escherichia Coli ou de coliformes fécaux.
Les ménages ont du mal à se brancher ou à s’abonner parce que les conditions d’accès
sont trop contraignantes. Le facteur sélectif pour l’accès à cette eau n’est pas le prix du mètre
cube d’eau mais plutôt l’abonnement et le branchement.
2- Une amélioration du traitement de l’eau
Selon le service de production, de traitement et de distribution, le processus de
« potabilisation » de l’eau captée dans les rivières est assez long et comprend plusieurs
étapes :
- la prise de l’eau ou le captage
- le dégrossissage pour protéger la station de l’arrivée intempestive des débris
- le pompage à basse pression (extraire l’eau de l’endroit ou du lieu de captage pour un
premier lieu de traitement)
- la pré-oxydation ou la désinfection (injecter le chlore pour réduire les matières
organiques et éliminer les microorganismes)
- le micro tamisage et l’aération (éliminer les odeurs et les oxydes de fer)
- la coagulation avec les sels de fer et les sels d’aluminium
- la floculation (cohésion des amas et augmentation du poids)
- la décantation (dépôt des particules solides dans l’eau)
28
La qualité de l’eau SNEC est bonne dans la mesure où des analyses physico chimiques et
bactériologiques effectuées en 2005 montrent que cette eau est de bonne qualité malgré les
apparences.

80
- la filtration (séparation physique des éléments)
- la désinfection (détruire ou éliminer les microorganismes susceptibles de nuire à la
santé publique)
- l’ajustement du PH ou fluoruration
- le stockage
- le pompage à haute pression
Après toutes ces étapes, l’eau est servie au consommateur mais une grande quantité se
perd au cours de la distribution.
III- LES CONTRAINTES ECONOMIQUES, VERITABLES BLOCAGES A L’ACCES
A L’EAU POTABLE
Le secteur informel et le secteur primaire emploient la majorité des habitants, raison
pour laquelle le niveau de vie des populations est très bas. Le taux de raccordement de 9,33%
a été avancé dans les quartiers défavorisés29
Le système d’approvisionnement en eau de Bafoussam et de Bamougoum est
diversifié. Le mode d’approvisionnement dépend de plusieurs facteurs parmi lesquels ont peut
énumérer le niveau de vie du ménage, la situation par rapport au centre ville, la distance par
rapport au point d’eau et la qualité de l’eau. Les problèmes hydriques sont basés en grande
partie sur les sources d’approvisionnement, leur gestion et leur protection. Mais, le débat sur
l’eau aujourd’hui se focalise sur la marchandisation c'est-à-dire sur son prix et le droit
inhérent de tout individu de s’en procurer sans aucune contrainte. Il convient d’insister au
préalable sur les ambiguïtés auxquelles se réfèrent la définition de l’eau en temps que bien
commun ou bien économique. Cette denrée est-elle une marchandise ? Ou plutôt est-elle un
bien économique ? « Elle présente la caractéristique de renvoyer à de multiples référentiels
que l’on a le plus souvent tendance à opposer. Il faut savoir (et l’on nous presse de trancher
ces alternatives) si l’eau est un bien économique, un bien commun, un patrimoine commun de
l’humanité, un droit, une marchandise ; si l’eau est à prendre en compte comme ressource ou
comme service… »30. Qu’est ce qui conditionne le choix d’un mode d’approvisionnement en
milieu rural ou en milieu urbain ? Il serait opportun de s’intéresser d’abord au prix de l’eau
puis aux différentes sources d’approvisionnement et enfin leur mode de gestion.
Le choix des modes d’approvisionnement n’est pas sans contraintes temporelle,
spatiale, économique, physique, culturelle et sociale. Les ménages choisissent les lieux de
puisage selon des paramètres précis et selon leurs potentialités. Ces éléments sont

29
MPAKAM et al, septembre 2006
30
BARON, (C) ; BAUBY, (P) 2005 ;

81
interdépendants et interagissent entre eux puisque chaque facteur influence sur l’autre en
fonction des préférences des ménages. Il s’agit de sa disponibilité, sa qualité, son prix, les
distances par rapport au point de puisage, la perception ou la culture, les utilisations qu’on en
fait. Le prix ou le coût reste les éléments les plus ambigus
A- Le prix ou le coût de l’eau : deux termes qui prêtent à équivoque
1- Essai de définition
Ces concepts sont flous dans la mesure où ils prêtent à équivoque. Parler du prix c’est
affirmer qu’elle est vendu comme un bien voire comme une marchandise. Pourtant, elle n’est
pas cotée sur la place boursière au même titre que les autres ressources ou minerais. Il n’existe
de ce fait aucun marché de l’eau. Et pourtant, il faut pour y accéder débourser de l’argent. Ce
prix varie en fonction du pays et de la « socialisation » de l’accès à l’eau. GUERARD (2005)
affirme que « Le prix de l’eau n’est pas le prix de la matière première mais le prix de la
capture et de la potabilisation de l’eau, le coût de son assainissement et le coût de sa
traçabilité, garantie de sa salubrité c'est-à-dire les coûts des services rendus aux
consommateurs ». En réalité, la loi sur l’eau de 1998 au Cameroun reconnaît et fixe les coûts
d’exploitation de l’eau. Les différents ministères concernés étant appelés, chacun en ce qui le
concerne à fixer le prix à payer par les consommateurs pour le service rendu. Le client ne
paye pas l’eau mais plutôt il compense les frais inhérents au traitement, au transport et à la
distribution de cette dernière. Elle doit être rémunérée à juste prix par le coût du service rendu
(FONTEH). Sa gratuité entraînant le laxisme et le gaspillage (les mairies en ont fait les frais
dans les années 1990 par rapport aux bornes fontaines publiques gratuites). Plus de 20 % du
budget de la commune était destiné à l’eau. Selon DJEUDA et Al (2002), c’est le ministère
du commerce et collaboration avec le ministère des finances, le ministère de l’eau et de
l’énergie et après avis de la SNEC qui fixe le coût à payer.
La communauté internationale a accepté que le consommateur doit payer une
contribution pour la prestation des services. Dans la mesure où ce coût n’est pas un moyen de
discrimination sociale et économique. Ce prix devant être « social » c'est-à-dire à la portée de
tous sans aucune ségrégation.
« Dans une logique pure de marché, les diverses considérations
fondamentales liées à l’utilité et aux faibles disponibilités dans de vastes régions
du monde doivent en faire un bien marchand […] Mais paradoxalement les
mêmes caractéristiques de rareté, d’absolue nécessité, de non substituabilité, et
aussi son caractère de « don de la nature » qui tombe littéralement du ciel,
mettent l’eau dans l’échelle des besoins qu’elle sert à satisfaire chez les humains

82
comme chez toutes les espèces vivant sur terre. C’est un bien individuel et social,
un véritable droit humain auquel l’accès pour tous doit être garanti en continu
dans les meilleures conditions sans aucune discrimination de quelque origine que
ce soit et notamment sans aucune discrimination d’ordre financier en relation
avec le niveau de revenu de la population. »31.
Le prix de l’eau est fixé par les autorités gouvernementales en partenariat avec les
sociétés attributaires. Ce prix doit être concordant avec le contexte social et économique.
Lorsque la privatisation arrive, le prix peut devenir incontrôlable alors qu’on sait que la
distribution de l’eau reste un service social.
Il est des choses qui n’appartiennent à personne et dont l’usage est commun à
tous ; l’eau et l’air en font partie. On peut les considérer comme des biens collectifs ou biens
communs.
Selon GUERARD, « un bien collectif est défini comme celui dont la consommation
réunit deux conditions :
 La non rivalité ou indivisibilité ; la consommation d’un agent ne diminue
pas la quantité disponible pour les autres. Cela est le cas, par définition,
des biens en quantité illimitée (mais peut-on dire que l’eau est illimitée vu
les pollutions et les pénuries qui se créent ?)
 La non exclusion ; le producteur du bien ne peut exclure un
consommateur moyennant un prix ou ne peut exiger une rémunération sur
un consommateur ».
Au vu de cette définition, l’eau est qualifiée par les économistes et les gestionnaires de
« bien collectif pur ». Cela peut être vrai pour l’air mais pour l’eau c’est peut être moins sûr et
évident au regard de l’évolution de la démographie mondiale et des zones de sécheresse à
travers le monde. Le bien collectif est donc apparemment inépuisable et donc à usage gratuit.
BARRAQUE (2001) confirme cette position en ces termes : 
« … L’appropriation privée de l’eau, ressource commune (res communis
omnium), n’est pas admise dans certains groupes humains, le partage de l’eau
entre tous est souvent considéré comme un impératif moral et religieux. Il doit être
fondé sur l’équité et la justice. Le corps social et religieux s’oppose souvent à la
vente de la matière première « eau » considérée comme un don du ciel (…) la
marchandisation de l’eau c’est à dire la répartition des droits de l’eau ou des
volumes d’eau au plus offrant aboutit généralement à repartir les ressources en
31
MARAIS (du) R. cité par GUERARD.

83
eau entre les usagers les plus rentables et à ignorer la priorité absolue pour l’eau
de boisson comme le devoir de fourniture de l’eau même à ceux qui ne peuvent
pas la payer. La vente des droits d’eau ne peut se concevoir qu’après avoir
satisfait les besoins élémentaires. Nier cette condition peut avoir des
conséquences graves car elle revient à nier la propriété collective de l’eau… »
Dans les objectifs du millénaire fixés en 2000 par l’assemblée générale de l’ONU et
aux premières loges figure le point suivant: réduire de moitié d’ici 2015 la proportion des
personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable ou qui n’ont pas les moyens de s’en procurer.
Si l’on veut aller plus loin dans l’analyse, il convient de distinguer avec VIDAL
(2005) les prix à deux niveaux : le « grand cycle de l’eau » et le « petit cycle de l’eau »
 Le grand cycle de l’eau fait allusion à l’eau naturelle qui tombe sur la
terre sous forme de précipitation. C’est le cycle de la ressource qui est par définition gratuite.
 Le petit cycle de l’eau fait référence aux prélèvements effectués par
l’homme sur le grand cycle à des fins domestiques, agricoles ou industrielles. Les
récupérations des eaux usées et le recyclage fait parti de ce cycle. Ce sont alors ces services et
non le prix que l’on paye.
Mais au regard des controverses, la situation empire dans la mesure où les
multinationales de l’eau sans scrupule sont devenues les maîtres de l’eau voire les « seigneurs
de l’eau ». Une lutte acharnée s’opère autour de toutes les sociétés à privatiser à la recherche
d’un marché juteux.
2- Paramètres de fixation du coût de l’eau
Selon que l’eau brute est superficielle ou souterraine, selon qu’elle soit rare ou
abondante, selon qu’elle soit potable ou polluée, selon qu’elle soit proche ou éloignée, son
coût varie en fonction de l’importance des prestations, ou des difficultés à surmonter pour la
mettre à la disposition du consommateur. On comprend dès lors que des facteurs divers
influencent le coût de cette denrée d’un pays à l’autre.
La conférence de Mar Del Plata en Argentine (1972) a fixé les bases pour l’attribution
d’un tarif à l’eau. La Banque mondiale confirme cette position et stipule «  l’eau ne peut plus
être considérée comme un bien gratuit, elle a un coût économique et social qui doit être en
partie couvert par les usagers ». Ce principe a été aussi libellé aux conférences de New Delhi
(1990), de Dublin (1992) et de Rio (1992). Les principes d’équité (faire en sorte que le plus
grand nombre ait accès à une eau de qualité et quantité suffisante) et de rationalité ont aussi
été retenus. Les entreprises qui exploitent de l’eau payent des taxes à l’Etat qui contribuent
ainsi à augmenter la valeur de cette denrée. Chaque pays à une politique nationale ; pendant

84
que certains pays s’évertuent à faire de l’eau un bien social, d’autres ont leur priorité ailleurs.
Le Cameroun fait partie de cette dernière catégorie puisque le prix de l’eau ne cesse
d’augmenter au fil des années. Le tableau 12 présente l’évolution des prix d’une année à
l’autre. Presque tous les dix ans, le prix de l’eau est majoré. Par exemple, entre 1988 et 1997,
le prix a presque doublé.
Tableau 12: Évolution du prix de l’eau entre 1970 à 2007
Années prix/m3 en
Fcfa
1970 65
1980 85
1988 196
1997 337
2007 347 ou 415

Source : SNEC (2007)


On se rend compte qu’en 37 ans, le prix du m 3 d’eau  est passé de 65 francs à 347
francs, soit plus de 282 francs de majoration. De plus, les gros consommateurs payent le m 3 à
415 francs. Le graphique 6 montre l’ascendance que subissent les prix du m 3 d’eau. Ceci
montre que l’Etat ne sociabilise pas la consommation de la ressource en faveur des
populations démunies.
Graphique 6 : Évolution du Prix du m3 entre 1970 et 2007
450
400
350
coût (en F cfa/m3)

300
250

200
150
100
50
0
1970 1980 1988 1997 2007
Années

Ce graphique montre que le prix du m 3 d’eau a presque triplé à la SNEC. Les ménages
sont incapables de s’abonner tandis que les prix ne font qu’augmenter. Cette tarification
progressive prouve que le souci de l’Etat n’est pas de maintenir le prix de l’eau potable à la
portée du ménage moyen.

85
Le facteur prix est donc en corrélation directe avec la qualité de la denrée dans la
mesure où de la bourse du consommateur dépend la qualité de l’eau qu’il doit boire.
3- Les autres paramètres
a- La qualité de l’eau
L’eau à l’état naturel est gratuite mais la qualité médiocre. Le type d’utilisation
conditionne la qualité recherchée. Pour les ménages pauvres, la qualité importe peu puisqu’ils
n’ont même pas les moyens de s’en procurer (ils se contentent de ce qu’ils ont). Plus un
ménage est nanti, plus la qualité est exigée. Or, plus de 90 % des ménages ont des modes
d’approvisionnement variés suivant l’utilisation et les contraintes de tout ordre. L’eau de
boisson est la seule qui, à leur niveau, nécessite un traitement préalable. Elle provient le plus
souvent soit du robinet SNEC, soit d’une source aménagée ou non, soit elle est traitée si elle
est jugée insalubre. Toujours est-il qu’en dehors de l’eau de boisson, le reste est négligé. On
se dit que puisque l’eau utilisée n’a aucun lien direct avec celle liée à la boisson, on peut
choisir la plus proche et la moins coûteuse même si elle est de mauvaise qualité. Ces
conceptions sont le plus souvent erronées. L’omniprésence des puits dans les cours des
concessions montre que ce mode est le plus fréquemment utilisé, mais tout ceci a un lien avec
la distance par rapport au point d’eau.
b- La distance par rapport au point d’eau
Cette question revêt deux variantes ; celle du ménage et celle de l’eau de captage (eau
SNEC).
 Pour le ménage, la quantité d’eau consommée est d’autant plus grande
que la source d’eau est proche. Les sources d’eau les plus proches sont les plus utilisées du
moment où on déploie moins d’énergie, moins de moyens financiers pour y accéder. Dans le
cas contraire, la quantité consommée diminue. La corvée de l’eau étant un exercice assez
rude, les habitants préfèrent la facilité même si le point d’eau le plus proche est le plus pollué.
 Du point de vue du distributeur, l’éloignement du point de captage par
rapport au consommateur est un handicap sérieux. Les cours d’eau, lieu de captage par
excellence sont le plus souvent très éloignés des villes. Cette variante accroît par ricochet le
coût de revient (par rapport au matériel de transport) à la société de même qu’aux ménages.
Plus concrètement, si le lieu de captage de l’eau est éloigné, alors il faut des tuyaux
supplémentaires. Le consommateur doit alors supporter les coûts de matériaux. Dans les pays
désertiques, le lieu de captage se situe à des centaines de kilomètres voire de milliers.
Même la qualité ne parvient pas à persuader certains consommateurs puisqu’ils ont
une représentation de la qualité.

86
c- La perception
Les connaissances élémentaires rappellent que l’eau potable doit être claire, limpide,
inodore, insipide et incolore. Mais beaucoup de personnes ignorantes boivent encore de l’eau
insalubre se fiant ainsi soit à la couleur, soit à la provenance. Ce qui nous amène à affirmer
qu’il y a une culture de l’eau ou plutôt une perception. Les plus enfermés dans ces
représentations sont les villageois. Un chef de famille nous a affirmé que « l’eau potable
n’existe pas. L’eau est un don de Dieu et ne peut renfermer de poison. Une eau quelle que
soit sa provenance tant qu’elle ne donne pas de maladie est potable. Nous buvons l’eau de
rivière que nous puisons le grand matin avant qu’elle ne soit polluée. Elle est claire et sans
résidus. Je ne déplore pas beaucoup de maladie dans ma famille. ». Cette variable est
confirmée par la définition de BAIILY qui dit qu’une eau potable est celle qui est susceptible
de ne pas nuire à la santé humaine. Le système immunitaire de l’homme joue alors un rôle
important. Cependant, tant que l’eau ne remplit pas les conditions fixées par l’OMS, elle est
douteuse.
Tous les facteurs sus-cités ont une influence assez marquée quant au choix du mode
d’approvisionnement. Ces modes varient en fonction du milieu de vie car quoi qu’il en soit,
le village reste la zone la plus affectée et les responsables de l’eau sont restés jusqu’à nos
jours loin de ces nécessiteux.
d- Le branchement
C’est un ouvrage hydraulique qui permet de relier une concession ou un foyer au
réseau de distribution d’eau. Mais en plus des frais de branchement, le futur client doit avoir
un titre foncier et aussi prouver sa crédibilité. Or, la procédure de vente coutumière de terrain
et aussi la lenteur dans l’obtention dudit titre entraine une anarchie voire une confusion dans
ce domaine. Il est rare de voir des chefs de ménages qui disposent de ce document de
propriété officielle. Heureusement que depuis 2005, la procédure a été allégée par une
décentralisation effective vers les provinces. La SNEC a aussi raison d’exiger ce papier
puisque les conduites sont faites dans le sol et certains particuliers ont déjà porté plainte
contre elle pour avoir enfouit les tuyaux dans leur domaine.
Ce prix varie en fonction de la distance qui sépare la concession à la canalisation
principale et surtout du diamètre du compteur. Le tableau 13 présente les variations des prix
en fonction de ces paramètres.
Tableau 13: La tarification des branchements de la SNEC
Diamètre Valeur forfaitaire Supplément à
(cm) pour branchement  tous les 5 mètres
5 m (F cfa) (en Fcfa)

87
15 61605 2280
20 70765 2750
40 104 020 4225
Source : SNEC (2008)
On se rend compte que se brancher sur le réseau nécessite une fortune. Sachant le
niveau de vie assez bas à Bafoussam et Bamougoum, on s’interroge sur la situation hydrique.
Le plus grave est qu’après le branchement, il faut souscrire un abonnement à un coût très
élevé.
e- L’abonnement
C’est un contrat signé entre le client et la SNEC où chacun a une obligation. Ce
dernier s’engage à fournir de l’eau potable au domicile du client. Le futur client s’engage à
régler les factures dans les délais déterminer. Le contrat peut être rompu en cas de constat de
la défaillance d’un des contractants. Cet accord est toujours défaillant dans la mesure où les
coupures intempestives sont fréquentes et la couleur de l’eau reste douteuse. Les coûts
d’abonnement varient en fonction du diamètre de la conduite d’eau (tableau 14).
L’abonnement consiste à payer l’avance sur consommation et les frais de pose du compteur
comme le présente le tableau 14.
Tableau 14 : Grille tarifaire des abonnements
Diamètre du Avance sur Frais de pose du Total
compteur (cm) consommation compteur (en (HT)
(en Fcfa) Fcfa)
15 19 205 4 535 23 740
20 24 000 4 440 28 440
40 96 015 7 275 103 290
80 264 040 16 800 280 240
100 384 055 20 405 404 460
150 600 080 24 005 624 085
200 960 135 28 800 988 935
250 1 560 215 36 005 1 596 220
Source : SNEC (2008)

En plus de la lenteur et des tracasseries administratives, il faut payer les frais de


location de compteur (le prix est parti de 800 F CFA à 1 005 F CFA et les pénalités de retard
montent à 4 570 F CFA). Selon des estimations très réduites, si l’on veut avoir de l’eau à
domicile, il faut débourser environ 120 000 F CFA. De plus, les pénalités vont grandissantes
avec le nombre de jours de retard :
- De 1 à 5 jours de retard, on paye 1 525 F CFA
- De 6 à 10 jours cela revient à 2 285 F CFA
- Et au-delà de 10 jours cette pénalité revient à 4570 F CFA

88
Il faut noter pour le déplorer que seule la dernière pénalité est appliquée au grand dam
des clients. La cadence de retrait des compteurs dans ce cas ne peut que s’accélérer.
Heureusement, certaines campagnes de branchement lancées conjointement par la SNEC et la
coopération allemande ont fait plus de 300 bénéficiaires. Ces campagnes ont été lancées en
vu d’aider les populations à se brancher à moitié prix. Par conséquent, les prix des
branchements et des abonnements ont été réduits de moitié d’où le rythme accéléré des
connections. Les consommateurs doivent payer tous les mois des factures de consommations
selon les quantités d’eau utilisées. Il existe une graduation dans les prix. Celui qui consomme
le plus doit payer le plus, on peut alors parler du « principe consommateur payeur » ou plutôt
« gaspilleur payeur »qui est appliqué par la SNEC. Ceci représente en plus un moyen incitatif
pour réduire les consommations et éviter les gaspillages inutiles. Concrètement, le prix du
mètre cube d’eau en fonction de la consommation est le suivant :
- Pour une consommation inférieure à 10 m3, le prix est de 287 F CFA.
- Pour les consommations supérieures à 10 m3 le prix est de 347 F CFA
- En ce qui concerne les grands consommateurs le prix du m3 est de 415 F CFA.
Malgré les efforts fournis par la SNEC, elle a subit les coups durs qui aujourd’hui
lui valent sa perte. Tous les acteurs de la société y compris l’Etat sont à l’origine de ce
problème. Qu’en est –il exactement ?
III- LA PRIVATISATION DE LA SNEC
Elle a été confrontée à de multiples problèmes liés à l’insolvabilité, aux
infrastructures vétustes et à son fonctionnement. L’Etat camerounais, principal actionnaire a
été très laxiste dans la gestion des fonds et le fonctionnement de cette entreprise publique.
Comme la plupart des entreprises publiques camerounaises, il y règne alors un laxisme et une
impunité suite à la mauvaise gestion. Elle s’est enfoncée petit à petit jusqu’à atteindre le fond
du gouffre en 1998. Dès lors, il y a eu un long processus pour la recherche des différents
acheteurs. Le processus aujourd’hui n’est pas encore à son terme. Il importe de se pencher
d’abord sur les généralités par rapport à la privatisation, puis sur les causes du naufrage de la
SNEC et enfin sur les conséquences à moyen et à long terme de cet acte.
A- Généralités sur la privatisation
Les bases de la privatisation sont mal conçues au Cameroun. Il y a eu un
disfonctionnement entre les bases juridiques et le contexte socio politique. C’est pour cette
raison qu’on navigue à vue concernant ce secteur dans notre pays. Selon NGUIHE KANTE « 
le cadre juridique et institutionnel est mal conçu »32. Il y a pour cette raison des inadéquations
32
NGUIHE KANTE (P), 2004 ;

89
entre toutes les composantes de la société. Selon lui, la privatisation peut inclure toutes les
mesures qui opèrent le transfert temporaire au secteur privé d’activités qui jusque-là avaient
été exercées par un organisme public ou parapublic. Elle peut aussi être l’ouverture au secteur
privé d’une activité monopolisée jusque-là par les structures étatiques. Cette ouverture est
accompagnée des textes qui facilitent la concurrence dans le secteur. En fait, ce sont les
entreprises nationalisées hier (après les indépendances) qui sont aujourd’hui mises en
privatisation. Quelles sont les raisons de ce retournement ?
En fait, privatiser c’est confier au secteur privé une activité relevant jusqu’alors du
secteur public. La privatisation peut être envisagée comme un passage d’un état
organisationnel public à un état organisationnel privé. Sous prétexte que le public gère mal, il
y a une liquidation de certaines entreprises publiques ou parapubliques dans la mesure où
elles ne sont pas rentables ou qu’elles représentent un gouffre pour les économies
embryonnaires comme la nôtre. Cette assertion soulève de sérieuses interrogations.
L’entreprise publique est-elle nécessairement moins efficace au point que l’on puisse confier
la gestion de l’eau potable à des opérateurs privés ? La mauvaise performance ou la faillite de
certaines entreprises publiques au Cameroun ont remis en cause la gouvernance de ces
structures. Les entreprises publiques sont-elles moins bien gérées que les entreprises privées ?
On serait tenté de répondre par l’affirmative vu le comportement de certains directeurs de
sociétés publiques et parapubliques.
La SNEC représente une entreprise sociale très sensible avec un capital de 6
500 000 000 F CFA dont 94 % appartient à l’Etat Camerounais, 5,15 % à la SONEL et 0,85
% à la Agence Française de Développement. La mauvaise performance des années 90 a
poussé l’Etat à s’inscrire au PAS (Programme d’Ajustement Structurel) du Fond Monétaire
International. Ce programme marque un tournant très sensible pour le processus de
privatisation. C’est en 1990 que 15 « poids lourds » de l’industrie camerounaise sont mis sur
la liste des entreprises à privatiser. En effet, l’ordonnance n o 90/004 du 22 juin 1990 relative à
la privatisation des entreprises publiques et parapubliques ainsi que le décret no 90/1257 du
30 août 1990 portant application de l’ordonnance du 22 juin 1990 sont les points de départ de
la privatisation au Cameroun. Comment en est-on arrivé là ?
B- Les raisons de la privatisation de la SNEC
Les véritables raisons sont économiques et sociopolitiques malgré les discours érigés à
ce sujet.

90
1- Les fondements économiques
Ils sont liés aux mutations socioéconomiques en rapport avec la crise économique et la
baisse du niveau de vie. En effet, au niveau national, l’Etat camerounais a contribué pour une
large part à la chute de cette entreprise. Dès le début de la crise économique, l’Etat a pris
conscience des difficultés rencontrées. Pour rentabiliser le secteur de l’eau, il fut alors établi
un contrat de performance pour le redressement et l’assainissement financier. Ce contrat
constitue en fait une convention passée entre l’Etat et l’entreprise publique, dont l’objectif est
de définir d’une part les missions de l’entreprise par la quantification des résultats qu’elle a
l’obligation de réaliser, et d’autre part, les ressources et le cadre juridique que l’Etat devrait
mettre à sa disposition pour atteindre ces résultats. Ce contrat couvrant généralement une
période de quatre ans a été signé en Juin 1989.
Les principaux objectifs pour la SNEC étaient :
- L’amélioration de la qualité de l’eau distribuée,
- L’accroissement du nombre des abonnés et de la quantité d’eau distribuée,
- L’amélioration de l’ensemble des systèmes de gestion,
- L’adéquation des tarifs à la situation financière de la société
- L’amélioration de la rentabilité dans les grands centres urbains et les centres
secondaires,
- L’adéquation des investissements aux objectifs et aux ressources disponibles.
L’Etat pour sa part s’engageait à :
- Rembourser les dettes de la SNEC dont le total s’élevait à 124 644 000 000 F CFA,
- Procéder à l’augmentation du capital de la SNEC à cinq milliards,
- Parrainer la SNEC dans les négociations avec les banques pour la consolidation du
découvert bancaire à hauteur de 5 700 millions, au taux de 9 ,5 % par an.
- Régler les arriérés d’un montant de 12 100 millions de F CFA sur quatre ans.
Plusieurs autres contrats et conventions seront signés en 1992 et 1994 avec la
trésorerie de plus en plus dégradée. Le bilan du contrat de performance s’acheva par des
échos mitigés. Car les deux parties n’avaient pas respecté les lignes de ce contrat.
La SNEC n’avait pas honoré sa tâche en ce qui concerne les prix, au contraire les prix
ont augmenté alors qu’il y a eu dévaluation de la monnaie ; de plus la qualité de l’eau laissait
toujours à désirer. En dehors de cela, il était prévu une diminution de 40 emplois par an, mais
l’effectif en quatre ans était passé de 2 416 à 2090 soit 326 employés licenciés en raison de 82
emplois par an (le double de ce qui était prévu !).

91
De son côté, l’Etat avait fait des efforts mais, le problème n’était pas toujours résolu.
En effet, les compensations de la dette croisée Etat du Cameroun/SNEC ressortait en faveur
de cette dernière pour un montant de 22 263 155 893 F CFA le 30 juin 1993 et
152 357 000 000 F CFA en 1996.
Au final, confronté à cette situation, l‘Etat n’a trouvé d’autre issu que d’inscrire la
SNEC dans la procédure de privatisation stricte à partir de 1995. Cette procédure est donc
justifiée dans la mesure où l’Etat en est un des responsables de la « faillite ». La SNEC pour
l’exercice 1987-1988 a eu des pertes nettes de 5 965 000 000 F CFA alors qu’après le contrat
de performance en 1992 elles sont de 7 016 000 000 F CFA et enfin en 1996 à
10 250 000 000 F CFA33. On constate alors une évolution des pertes qui causent des
préjudices à la société et à l’Etat qui doit compenser les pertes et financer de nouveaux
ouvrages. Au niveau local (de Bafoussam), la situation est encore pire.
En effet, c’est la gratuité de l’eau qui a fait la SNEC. Les gaspillages d’eau par les
habitants ont rendu les factures exorbitantes. Les robinets restaient ouverts à longueur de
journées et de nuits. Les municipalités qui devraient supporter les factures à travers la collecte
des fonds sur les salaires des fonctionnaires se sont vues noyées dans de grosses factures. Les
dettes sont allées grandissantes : en 1978, la dette est de 23 000 000 F CFA, en 1990 elle
s’élève à 41 millions de F CFA et en 1993 date de fermeture de bornes fontaines, elle est de
51 millions de F CFA34. En juin 1993 à la fermeture, les arriérés s’élèvent à plus de cinq
milliards. Les bornes fontaines publiques non payantes représentaient une lourde charge pour
la commune concernée (celle de Bafoussam). En 1994 par exemple, pour un budget
communal de 685 millions de F CFA, environ 13 % (soit 90 millions) étaient alloués à l’eau
et à l’électricité.
Sur un autre plan, la décadence de la SNEC est peut être liée aux subventions
octroyées par l’Etat qui rendent les dirigeant amorphes. De plus, les postes de responsabilités
sont souvent politiques. De ce fait, ils sont le plus souvent intouchables. L’impunité se
développe, de même que les habitudes de non rentabilité de l’entreprise. Le plus souvent, dans
les entreprises publiques, l’intérêt est collectif et non individuel d’où un laxisme prolongé.
Les sociétés publiques et parapubliques ne sont pas compétitives dans la mesure où la
concurrence est inexistante ou inégale. Les tracasseries au sein de cette entreprise ne
manquent pas. Le personnel est le plus souvent répulsif et le matériel est très vétuste. Après
plusieurs années, le processus est enfin arrivé à son terme.

33
ESSOMBA AMBASSA, (C) ; 2004
34
TCHAMENI (P), 1995, opcit

92
2- L’état des lieux de la privatisation
Le pas de géant est devenu celui de l’escargot. En effet, le processus lancé en 1999 a
beaucoup traîné.
Une autre étude a été commandée en 1996 pour voir les chances et les possibilités de
privatisation. Les mesures suivantes ont été prises :
- Sélection par appel d’offre d’un repreneur de la SNEC,
- Priorité à la gestion de l’approvisionnement en eau potable en zone urbaine
uniquement, par ailleurs limitée aux seuls centres actuels de la concession,
- Ouverture du capital de la SNEC à hauteur de 50 % minimum
Alors, trois ans plus tard, en septembre 1999 l’Etat a lancé un appel d’offre
international aux quatre sociétés suivantes :
- Vivendi Général des Eaux (France),
- Saur International (France),
- Suez Lyonnaise des eaux ou Ondéo Service
- International Water Utilities (Grande Bretagne)
De ces quatre structures, l’heureuse élue était Suez Lyonnaise des eaux ou Ondéo
Service adjudicataire provisoire en mai 2000, ceci dans les conditions peu recommandables.
Plusieurs raisons peuvent expliquées l’échec de cette procédure.
L’Etat était mal préparé puisqu’il n’avait pas mis sur pied un cadre réglementaire,
juridique et institutionnel clair. De plus, la rentabilité de cette entreprise semble incertaine,
augmentée au système bancaire décourageant ou à la réticence des acquéreurs potentiels. De
son côté, le gouvernement juge l’offre insuffisante. De plus, la Suez avait déjà prévu une
hausse des prix prohibés par l’Etat. Ce dernier dans son appel d’offre précisait qu’il
cherchait un opérateur qui disposait d’une « surface financière solide » et des capacités
techniques suffisantes pour la reprise de la majorité du capital de la SNEC et la gestion de
l’ensemble des activités de production, de transport, de distribution et de commercialisation
de l’eau potable. Or la Suez souhaitait recourir au crédit commercial pour financer les
investissements.
Un administrateur provisoire a été nommé à la tête de la SNEC en la personne du Dr
Basile Atangana Kouma (avril 2002). Il déclare que « la privatisation loin d’être une fin en
soi, s’avère donc être le mode de gestion qui apportera de nombreux investissements à la
SNEC ». De légers progrès sont enregistrés depuis sa prise de fonction en 2002. Des sources
de cette société (décembre 2005), elle desservait 226 636 abonnés contre 185 000 en 2002.
De même, elle a vendu en 2005 près de 82 millions de m 3 d’eau contre 57 millions en 2002

93
pour un chiffre d’affaire de 30,6 milliards contre 19 milliards en 2002. Notons que la
privatisation ne viendra pas résoudre tous les problèmes, mais elle apportera à cette société
publique les ressources dont elle a besoin pour :
- Réaliser de gros investissements
- Réhabiliter les infrastructures actuelles,
- Construire de nouvelles adductions d’eau,
- Améliorer les conditions de travail du personnel,
- Produire en quantité suffisante une eau de meilleure qualité,
- Connecter le plus grand nombre de famille à ses canalisations de
distribution.
Finalement, par le décret N° 2005/494/du 31 décembre 2005, le président de la
république crée une nouvelle structure non pas pour faire disparaître l’ancienne société, mais
pour travailler avec elle. Il s’agit de la Camwater. Cette structure a pour tâche de conduire à
terme les contrats de fermage mis en place par les autorités compétentes. Ses principales
fonctions sont : « la planification, la réalisation d'études, la maîtrise d'ouvrage, la recherche
et la gestion des financements pour l'ensemble des infrastructures et ouvrages nécessaires au
captage, à la production, au transport et au stockage, à la distribution de l'eau potable, la
construction, la maintenance et la gestion des infrastructures de production, de stockage et
de transport de l'eau potable ; le contrôle de la qualité de l'exploitation du service public de
la distribution d'eau potable ; le contrôle de la qualité de l'exploitation du service public de
la distribution d'eau potable et des missions confiées aux sociétés chargées de l'exploitation
du service public de distribution de l'eau. » (L’Effort camerounais du 23/03/2006).
La procédure a été déclarée infructueuse en 2003, la Ondéo Service malgré les
apparences n’avait pas pu satisfaire les exigences du gouvernement camerounais. La création
de la Camwater vient pour mettre fin au processus, et dès qu’elle sera officiellement active
alors la SNEC disparaîtra. Elle sera alors appelée à trouver les sociétés fermières pour
l’exploitation des infrastructures existantes dans les centres urbains. Si les normes régissant
les transactions financières sont respectées, le prix minimum pour acquisition des 51% du
capital de la SNEC est de 23,78 milliards F Cfa (source SNEC). Toujours est-il que le
processus est désormais irréversible. La Camwater prendra effectivement fonction sur les
cendres de la SNEC.
L’eau étant un patrimoine national, il est toutefois possible de transférer tout ou une
partie de ses prérogatives aux régions et aux communes d’une part, et d’autre part de pouvoir
céder à un tiers le droit d’usage de l’eau par concession ou affermage.

94
En ce qui concerne le contrat d’affermage, le délégataire exploite le service public et
recouvre l’ensemble des recettes correspondantes. Il se contente d’exploiter et d’entretenir les
infrastructures déjà existantes. Il ne finance pas le développement et ne procède pas au
renouvellement des infrastructures. Il se limite à la réalisation et au financement de ses
équipements d’exploitation propre. Ici, le risque financier est plus important pour le fermier
que pour le concessionnaire. Mais ce dernier continue à financer les ouvrages dans le contrat
d’affermage35. Au total tous ces contrats sont encore dans la nébuleuse en attendant que la
nouvelle structure mette sur pied un cadre propice pour achever le processus. Finalement,
c’est l’ONEP (Office National des Eaux Potables du Maroc) qui a pu acheter la SNEC. Cette
partie marocaine sera représentée par la CDE (la Camerounaise Des Eaux). Cette entreprise à
capitaux à 100 % privés s'occupera, ainsi que l'a précisé le Ministère des finances, de "la
production, de la distribution, de l'entretien et des travaux de renouvellement du réseau, ainsi
que des activités commerciales". Cette entreprise ambitionne de passer 220 000 à 550 000 le
nombre d'abonnés de la SNEC d'ici à 2016. Pendant au moins 10 ans cette société s’occupera
de la tâche qui hier incombait à la SNEC. Le service de l’eau a alors une structuration
bicéphale avec la Société publique de patrimoine Camwater, chargée des investissements sur
les infrastructures de production, et le fermier CDE qui devient la nouvelle interface client
(exploitation et distribution). Cette dernière a pour première mission d’améliorer la qualité de
l’eau distribuée mais aussi et surtout d’améliorer la qualité du service en limitant, entre autres,
la durée des interruptions de service et de veiller au bon fonctionnement des installations.
Tout ce monde a célébré le partenariat public-privé et la coopération Sud-Sud entre le Maroc
et le Cameroun à travers leurs deux structures.

3-Perspectives envieuses

La nouvelle structure des entreprises qui s’occupe de l’approvisionnement en eau


laisse des espoirs. En effet, si les investissements et les subventions des bailleurs de fonds
suivent alors, les problèmes d’hier ne seront plus qu’un rêve. Le nouveau cadre institutionnel
mis en place est un élément et tout le monde espère que cette nouvelle politique fonctionne.
Au lieu de vendre toute l’entreprise, l’Etat a su garder une main mise sur la question de l’eau
potable, ceci afin de peser de tout son poids au moment des prises de décisions concernant ce
point sensible qu’est la distribution de l’eau. De son côté, le fermier va se consacrer aux
tâches d’exploitation sans trop se soucier du fardeau des infrastructures. L’amélioration de la
35
DA COSTA (C), 2004. Op.cit

95
qualité du service devient alors une priorité qui concentre toutes ses énergies. Le contrat qui
lie les deux entreprises est plus qu’encourageant : le fermier paye des redevances sur l’eau
prélevée à son partenaire et en retour ce dernier construit les nouvelles infrastructures pour la
production. C’est un contrat de « gagnant- gagnant ». De plus, la CAMWATER n’est pas la
seule de financement car les bailleurs de fonds s’y mettent à l’exemple de la Banque
mondiale, de l’AFD (Agence française de Développement), les pays comme le Japon, les Pays
Bas ou la Belgique.
Conclusion
La SNEC a fait son temps avec des hauts et des bas. Malgré les efforts fournir à
Bafoussam, cette évolution en dents de scie montre qu’elle a traversé des périodes rudes. La
couleur de l’eau délie souvent certaines langues et les amène à dire ceci « : Prions pour nous,
pauvres consommateurs, afin que demain soit plus clair, et l'eau avec ». D'ici là, faisons
comme avec les médicaments : " Ne pas laisser à la portée des enfants " C’est pour cette
raison que l’Etat, principal actionnaire de cette société (94 %) a décidé de sa privatisation. La
création de la Camwater a été l’une des étapes décisives qui confirment la mort de la SNEC.
Le secteur de l’eau est un domaine très sensible et à prendre avec précaution. Plusieurs
pétitions ont déjà été signées par quelques ONG pour empêcher l’aboutissement de la
privatisation. Pourtant le gouvernement n’a pas l’intention de faire machine arrière, pressé par
les organismes internationaux à l’instar du Fond Monétaire International (FMI). Néanmoins,
en l’absence des moyens pour se connecter au réseau, que ce soit en zone rurale qu’en zone
urbaine, les différents acteurs de la société civile ont mis la main à la patte pour sortir
certaines régions de la zone rouge.

CHAPITRE IV : STRATEGIES ET EXPERIENCES


D’ACCES A L’EAU POTABLE
Des projets concernant la gestion et l’approvisionnement en eau sont soutenus par les
différentes composantes de la société, chacun selon son intérêt et ses convictions. La finalité
de toutes ces actions est l’accession de tous à l’eau salubre sans distinction aucune. Face au
désintérêt de l’Etat à partir de la fin des années 1980, toutes les couches de la société civile se
sont mobilisées comme un seul homme pour secourir les plus épris. Dans les deux zones
(Bafoussam et Bamougoum), la dualité est visible et des moyens techniques et financiers

96
colossaux sont investis dans le secteur eau. Le village est la zone la plus sollicitée pour des
réalisations hydriques, puisque la ville bénéficie des services de la SNEC. Mais le problème
crucial qui se pose est le suivant : comment investir dans une région sans l’accord des
bénéficiaires et sans leur participation ? De tels projets sont très souvent voués à un échec
total (certains projets recensés le prouveront). Afin de comprendre cette logique
d’investissement, il importe de répertorier dans un premier temps certaines réalisations
marquantes, puis de voir les conditions de viabilité pour ces projets et enfin de s’intéresser au
devenir des zones « marginalisées ». Il serait judicieux de commencer par la zone urbaine
avant de se pencher sur le milieu rural.
I- DES EXPÉRIENCES ENRICHISSANTES EN MILIEU URBAIN
La ville de Bafoussam, par sa concentration démographique et son étendue spatiale, a
connu de véritables problèmes hydriques ces dix dernières années. Face à ces aux problèmes,
les citadins aidés par les structures comme les ONG et certains bailleurs de fonds, se sont
mobilisés pour des demandes d’aides nationales ou internationales. Les grands projets
élaborés peuvent être classés en trois catégories à savoir : les comités de développement des
quartiers les groupes organisés et les bailleurs de fonds.
A- L’hyperactivité des comités de développement des quartiers
Face aux difficultés d’approvisionnement en eau, le communautarisme africain a fait
naître des associations d’entraides socioculturelles. Étant les seules structures organisées, ils
se présentent en maître dans le développement des quartiers. Ce sont les seuls interlocuteurs
fiables. Dans ce contexte, nous avons recensé des infrastructures remarquables ; il s’agit de la
source « 3D » de Banengo et le raccordement de Ngaouche au réseau SNEC. Ces deux projets
représentent des exemples de combat pour l’accès à l’eau que peuvent mener des hommes
désespérés face aux problèmes d’eau. Comment est-ce que ces projets sont montés ? Quels
peuvent être leurs impacts sur la situation d’approvisionnement en eau ?
1- La source « 3D » (Don De Dieu)
Elle provient d’un filet d’eau qui prend naissance sur le versant sud est de la colline
administrative. Sa situation fait d’elle une source assez spéciale, propice à des écoulements
sans interruption. Des couches de calcaires présentes en profondeur retiennent une bonne
quantité d’eau dans la nappe qui permet de ravitailler cette source en permanence. La
sollicitation massive des habitants des autres quartiers à partir de 1993 a amené le comité de
développement à imaginer des scénarios pour l’aménagement de la source. Elle a un débit
acceptable de 1,1 l/seconde. Alors ce comité créa en son sein une commission pour
l’aménagement de la source. Des cotisations par concession ou par famille furent initiées au

97
taux de 500 F cfa par ménage. Mais la réaction fut timide et des réticences naquirent. Ces
travaux seront ralentis à cause de l’attente des cotisations.
De plus, les multiples demandes d’aides adressées à la commune urbaine furent sans
suite. La commune avait ses raisons de refuser un tel projet car selon le chef service technique
de l’époque « l’eau de source en ville est toujours de qualité douteuse ». Bel an mal an, en
1994, environ 125 familles avaient répondu à l’appel. La somme ne donnait que 76 255 F cfa.
Plus tard, la municipalité contribua pour 50 000 F cfa en plus de l’aide technique (les agents
du service technique) et du matériel (tracteur). Au total, les contributions ont donné 126 255 F
cfa.
Au départ, le remblaiement s’est fait manuellement et ceci tous les dimanches matin
par les habitants du quartier et par des passants réquisitionnés pour une heure ou deux. Puis,
sont arrivés les engins de la mairie qui ont donné un coup de pouce très apprécié. Du gravier
et du sable ont été déposés à l’emplacement du captage pour un filtrage naturel. A la fin des
travaux (juin 1995), le débit amélioré est de 1,5 litre par seconde en saison pluvieuse et 1 litre
par seconde en saison sèche. La qualité de l’eau de cette source est acceptable. En effet, à
partir des analyses bactériologiques et physiques effectuées en 2005, on s’est rendu compte
qu’elle ne renferme aucun élément pathogène. Le tableau 15 présente les résultats de ces
analyses.

Tableau 15 : Résultats de l’analyse Bactériologique et physique de l’eau de source « 3D »


Volume des échantillons 50 ml 10 ml 1 ml MPN catégorie
Nombre de tube à essais 1 5 5
utilisés B
Nombre de bouillons ayant des 0 1 0 1
réactions positives
Source : Analyse de laboratoire (2005)
Ces résultats satisfaisaient ainsi la curiosité des autorités qui prétendaient que ces eaux
étaient polluées et surtout celle des habitants qui la prennent comme eau de boisson. Il n’y a
de ce fait aucun coliforme fécal ni d’E-Coli dans cette eau. L’eau de cette source est utilisée à
différentes fins : 83 % des ménages qui la puisent l’utilisent pour la boisson, 13 % pour le
ménage et 4 % pour des vertus thérapeutiques ; le graphique 7 présente ces proportions
respectives.

98
Graphique 7: Usage de l’eau de source « 3D »

Thérapeutie
4%

usage
domestique
13%

Boisson
83%

L’influence de cette source se répercute sur plusieurs quartiers. On la ressent en saison


sèche avec de longues files d’attente qui se créent. En effet, il arrive que des gens attendent
jusqu’à deux voire trois heures pour avoir accès à l’eau. Cette eau alimente environ 200
ménages par jour. Et en saison sèche, le nombre augmente et à plus de 385 ménages par jour.
De plus, il existe un comité d’entretien de la source qui coordonne le nettoyage de
cette source tous les matins. Le débit a augmenté, la qualité de l’eau s’est améliorée et les
sources de pollution ont été isolées. Le président du comité de développement exprime son
satisfecit en ces termes « elle a été baptisée « 3 D » (Don De Dieu) parce qu’elle l’est
véritablement. Sans cette source, les gens du quartier boiraient l’eau de puits puisqu’il est
rare de rencontrer des ménages raccordés au réseau SNEC dans le quartier. Son
aménagement a augmenté sa qualité, sa capacité et a redonné confiance aux utilisateurs.
Nous devons garder et entretenir jalousement cette source puisqu’elle est unique en son
genre… ». Ce projet a eu des répercutions dans la ville et d’autres quartiers se sont
« débrouillés » à leur façon ; à l’instar de Ngouache.
2- Le projet de raccordement de Ngouache II
Le quartier est subdivisé en quatre sous-quartiers à cause de son étendue et de sa
morphologie. C’est un quartier créé spontanément vers la fin des années 1970. Du fait de sa
position excentrique, de sa spontanéité et de son illégalité, il a été marginalisé par les
infrastructures sociales (telles que l’eau, l’électricité, les centres de santé). Les sources
d’approvisionnement jusqu’à la réalisation du projet en 2001 étaient les sources polluées, les
puits, les rivières et les sources non aménagées. Ce sont les épidémies successives de choléra
qui ont frappé ce quartier qui ont fini par décider les habitants à se réunir et à se raccorder au

99
réseau SNEC. Cette série d’épidémies de 1993, 1997, 1998, 2000, 2002, 2003, 2005, 2006 a
fait plusieurs décès. Presque chaque année entre les mois de mars et avril, la ville enregistre
des cas de choléra. Ceci peut s’expliquer par les premiers torrents qui emportent toutes les
saletés déposées dans la nature pendant la saison sèche et les drainent dans les rivières
utilisées par certains ménages.
Pendant la précédente épidémie de 2006, une commission express venue du ministère
de la santé a fait une enquête sur le terrain, accompagnée des services de santé des différentes
communes. L’enquête a conclu que le plus grand responsable était la prison centrale de
Bafoussam. En effet, cette prison ne dispose pas de fosses septiques, les excréments des
prisonniers sont déposés à l’air libre puis repoussés par des jets d’eau vers l’extérieur. Quand
arrivent les premières pluies, les torrents emportent ces excrétas vers les bas fonds et vers les
quartiers situés en aval comme Kouogouo, Ngouache et Kamkop.
Des cotisations ont été initiées par le chef de quartier pour le raccordement au réseau
SNEC. Les aides sollicitées n’ont pas été fructueuses notamment celles demandées à la
commune urbaine. Cette dernière prend pour prétexte que ce quartier n’est pas situé dans la
zone urbaine. Pourtant elle y collecte les taxes, les patentes et les impôts. Il se pose en ce
moment un problème de délimitation et de compétence respective des différentes communes.
En fin de compte, ce projet a été soutenu par l’Union Européenne qui a participé à plus de 80
%. Finalement, le réseau a atteint le quartier et de nos jours, selon les sources de la SNEC,
environ 200 ménages ont un branchement. Et du coup, la proportion des ménages touchés par
les maladies hydriques a diminué ; même si la fréquence reste. Ce projet a eu effectivement
de répercutions sur la santé, la scolarisation et l’économie du quartier.
Ces deux projets sont des exemples parmi tant d’autres. Ils sont financés par les
bailleurs de fonds étrangers qui et sont les plus réussis, grâce à des gros moyens mis en jeux.
B- L’implication des bailleurs de fonds et des ONG
Ces acteurs sont impliqués directement à travers leurs réalisations, leurs aides
techniques et financières, leur rôle de médiateur ou de facilitateur et leurs conseils pratiques.
Plusieurs points d’eau ont été réalisés dans la ville grâce à leurs apports.
1- L’Union Européenne
 Le GRET (groupe de recherche et d’échange technologique) est spécialisé
dans la construction des infrastructures comme les dalots, les ponts, les caniveaux… Il a
réalisé plusieurs projets dans les quartiers Tchitchap, Djeleng, Djemoun. Cet organisme est
responsable de la construction et de l’aménagement de la source de Tchitchap. Cette
dernière, initiée en 1998 par le quartier a été réalisée à hauteur de 81 % par l’Union

100
Européenne par le biais du GRET. Mais cette source tarit pendant la saison sèche à cause du
tarissement de la nappe phréatique. Les utilisateurs sont obligés de passer des tuyaux dans le
château et d’aspirer pour que le liquide puisse en sortir. Il aurait fallu un aménagement plus
étudié et l’installation d’une motopompe. La diminution des surfaces d’infiltration est pour
beaucoup dans cet état des choses puisque les constructions ont envahi l’amont. De plus, la
qualité de cette eau est douteuse vu l’insalubrité qui règne autour. Notons aussi que cette
source attire les habitants de plusieurs quartiers qui viennent y puiser de l’eau à boire. Il
s’agit des quartiers Djemoun, Tougang, Djeleng III, Koptchou, le quartier haoussa et bien
sûr Tchitchap. L’affluence de cette source est semblable à celle de Banengo. Environ 200
familles s’ y approvisionnent en une journée. Ce projet a pu sauver plus d’une famille des
maladies hydriques récurrentes dans ces types de quartier.
 Le programme FOURMI (Fonds aux Organisations Urbaines et aux
Micros Initiatives)   est l’un des projets qui a eu le plus de portée dans la ville. Signé en mai
1995 entre le gouvernement camerounais et l’Union Européenne, ce programme s’attaque à
la précarité de conditions de vie dans les quartiers défavorisés. Ce programme a réhabilité
plusieurs points d’eau. De plus, plusieurs bornes fontaines ont été construites à Djeleng et
desservent plus de 150 000 personnes (GRET). Il a été aidé par une ONG locales ; le
CEPAD. Moyennant une petite contribution, les différents quartiers ont ainsi eu une bouffée
d’air. Ce plan s’est aussi répercuté dans les quartiers Banengo, Bamendzi et Djemoun. Mais
d’autres points d’eau ont été abandonnés par manque d’entretien ; seuls deux points sont
encore en fonctionnement. Il faut mentionner que pour tous les projets urbains, ces deux
organismes contribuent à 81 % et le bénéficiaire à 19 %.
 Le PACDDU (Programme d'Appui aux Capacités Décentralisées du
Développement Urbain) est un organisme de l’Union Européenne pour la facilitation et le
renfort des efforts entrepris par les municipalités. Pour les modalités de règlement, il
contribue à hauteur de 85 % et les 15 % restant sont à la charge du bénéficiaire. Mais les
municipalités sont le plus souvent insolvables, ce qui fait traîner les marchés. L’hôtel de
ville de Bafoussam a bénéficié de ce privilège pour sa réfection, mais les travaux ont duré
plus que prévu à cause d’absence de moyens financiers (la commune n’avait pas d’argent
pour remplir sa part de contrat). Plusieurs projets d’eau ont reçu l’appui de cette structure.
2- Les branchements à moindre coût : coopération allemande
Son apport a été capital pour le branchement de plus de 300 ménages au réseau SNEC
à moitié prix. En effet, une campagne lancée en 2003 et financée à hauteur de 10 milliards de
F cfa a permis de réduire le prix du branchement au réseau SNEC. Cette campagne concernait

101
outre Bafoussam, les villes de Bandjoun et Baham. La GTZ (Agence Allemande de la
Coopération Technique) était l’organisme chargé de l’appui à cette initiative.
Ces efforts des citadins viennent donner un coup de pouce à l’extension du réseau
SNEC alors qu’en zone rurale, il faut se battre au jour le jour.
C- Impact de l’urbanisation sur l’amélioration de la qualité d’eau consommée par les
citadins
Le contexte de l’eau potable en milieu urbain est toujours complexe. La SNEC étant le
principal fournisseur de l’eau de boisson dans ce milieu, ne fournit pas beaucoup d’efforts
pour remplir ses missions. Mais d’autres moyens d’approvisionnement sont utilisés.
Néanmoins le réseau de la SNEC s’étend vers les quartiers nouvellement créés.
1- L’extension du réseau SNEC
Son réseau dessert tous les quartiers de la ville de Bafoussam. Le taux d’abonnement à
la SNEC a augmenté depuis l’arrivée de l’administrateur provisoire qui a entrepris une série
de mesures qui ont dérouillé les engrenages de la machine SNEC. Certains bailleurs de fonds,
notamment les allemands et les japonais facilitent le raccordement en subventionnant le coût
d’adduction d’eau à plus de 50 %. Selon nos enquêtes de 2005, le taux d’abonnement est de
48,7 %. Mais ceci cache les inégalités entre les quartiers. Puisque certains vivent vraiment le
calvaire à cause de leurs revenus bas. Les quartiers Koptchou et Ngouache ont les taux très
bas, respectivement 15 et 31 % (tableau 16). Pendant que dans d’autres comme le quartier
administratif aucun ménage n’est privé d’eau salubre. Le tableau suivant illustre clairement la
situation.

Tableau 16 : Les taux d’abonnement dans quelques quartiers à Bafoussam.


Quartier Ménages Ménages Pourcentage
enquêtés abonnés (%)
Tamdja 67 39 58
Djeleng 41 19 46
Kamkop 62 38 61
koptchou 20 3 15
Quartier 16 16 100
administratif
Ngouache 81 26 31
Total 289 141 48,7
Source : Enquêtes de l’auteur (2005)

Les quartiers populeux ou périphériques traînent encore le pas. La SNEC reste


disponible pour qui veut se raccorder mais en l’absence des moyens financiers il n’y a pas

102
d’action. Une autre étude en 200636 montre que les quartiers marginaux ont un taux de
raccordement de 9,33 % en moyenne. On ne saurait dire alors que ces quartiers sont
marginalisés car ce sont eux-mêmes qui se retirent de l’évolution sociale de la ville par leur
précarité (ou leur pauvreté).
Le taux d’abonnement bas ne reflète pas la proportion de personnes qui utilisent l’eau
de la SNEC. En effet, 84,22 % des ménages enquêtés boivent l’eau SNEC. Ils la puisent soit
chez le voisin (6,23 %), soit chez le vendeur d’eau du quartier (29,21 %). Les récentes
maladies cholériques enregistrées dans la ville ont renforcé la méfiance. Les ménages boivent
de plus en plus d’eau de cette société. La qualité de cette eau est bonne, malgré les apparences
trompeuses. Les analyses bactériologiques et minéralogiques réalisées sur des échantillons
prélevés de cette eau révèlent qu’elles sont de bonne qualité. Des examens réalisés sur une
colonne d’eau confirment les propos des responsables de cette société (tableau 17). Les
accusations à son encontre sont-elles alors non fondées ? Est-ce la raison pour laquelle les
plus nantis préfèrent l’eau minérale ?
Tableau 17 : Les résultats de l’analyse de l’eau SNEC
Apparence température PH Odeur Goût Larves de
ou turbidité parasites
claire 18 °c 6 nulle Insipide 0
Source : Analyse de laboratoire (2005)

Ces résultats montrent qu’il n’y a rien à craindre de l’eau SNEC malgré la couleur
souvent rougeâtre. Les traces de chlore contenues dans cette eau prouvent qu’elle est exempte
d’agents pathogènes.
2- L’eau minérale : un marché plus juteux
La couleur de l’eau SNEC décourage plus d’un consommateur qui préfère soit l’eau
d’une source aménagée, soit de l’eau minérale. Les coupures intempestives viennent aggraver
la situation et finissent par influencer la décision d’un ménage en faveur de l’eau
embouteillée. La multiplication des sociétés d’embouteillage de l’eau prouve que la filière est
rentable. De plus, les entreprises étrangères ont inondé le marché de leurs produits plus prisés.
Malgré les prix élevés, ces bouteilles s’arrachent comme de petits pains. Pour se procurer
d’une bouteille de 1,5 litre, on doit débourser environ 400 F CFA et pour le demi litre il faut
200 F CFA. Ce prix reste inabordable pour la majorité des ménages. Le prix de l’eau minérale
rivalise déjà celui du pétrole. Sa qualité est-elle aussi bonne qu’on le croît ? On sait que la
grille fournit par l’OMS par rapport aux éléments bactériologiques, minéraux et physiques

36
MPAKAM, (H.G) 2006, opcit

103
n’est pas respectée à la lettre. Le plus palpable est l’absence ou la faiblesse de certaines
normes minérales.
Pour illustrer, le cas de deux sociétés d’eau minérale au Cameroun : la société Tangui
et la société Semme. Le tableau 18 prouve que la majorité des critères ne sont pas respectés.
Tableau 18 : Comparaison des normes des eaux minérales par rapport aux prescriptions de l’OMS
Normes de l’OMS Eau TANGUI Eau SEMME
++
Calcium (ca ) 75 mg/l 32 mg/l 13 mg/l
Magnesium (mg++) 50 mg/l 21 mg/l 12 mg/l
Nitrate (No3)  50mg/l Absence  0,01 mg/l
+
Potassium (K ) / 10 5
Sodium (Na+) / 1 mg/l 32 mg/l
Bicarbonate (HCo3) / 161 217
Chlorure (cl) 200 mg/l 1 mg/ /
Sulfate (So4) 200 mg/l 2 mg/l /
PH 7 à 8,5 / 7,7
Source : Enquête de l’auteur terrain (2007)

Ce tableau montre que pendant que certains éléments sont absents d’autres sont en
excès. Les normes exactes ne sont pas respectées dans les deux sociétés. Mais rappelons que
même si ces eaux ne sont pas à l’origine des maladies, elles ne correspondent cependant pas
aux exigences de l’OMS. L’un des problèmes de ces eaux minérales c’est la saveur qui est
fade car ne renfermant pas les éléments minéraux nécessaires. Sans toute fois remettre en
cause la qualité de ces produits, certaines substances minérales indispensables comme le
chlorure et le sulfate sont absentes ou en résidus. Une lutte acharnée a lieu entre les sociétés
nationales et étrangères. Malgré cette situation, certains préfèrent les eaux de source bien
qu’elles soient plus ou moins potables.
II- LE MILIEU RURAL EN EFFERVESCENCE
Le monde rural au Cameroun représente environ 54,7 % de la population totale soit
un peu plus de 10 millions d’habitants. Pourtant, elle est la plus marginalisée en ce qui
concerne les facilités d’accès à l’eau potable. Seulement 42 % ont accès à une eau saine. On
sait tout de même qu’il existe des disparités régionales et locales. Le statut de cette zone en
matière d’approvisionnement en eau n’est pas fixe ; il existe encore un flou concernant les
acteurs et les responsables. Dans les normes, c’est le ministère de l’agriculture qui s’occupe
de cette tâche à travers la direction de l’hydraulique rurale. Les eaux souterraines sont les plus
privilégiées car elles sont à priori saines. NGNIKE (2003) soutient cette idée en affirmant que
« en milieu rural, l’approvisionnement en eau des populations s’appuie essentiellement sur
les ressources en eau souterraine par l’aménagement des sources, l’exécution des puits et les
forages équipés des pompes à motricité humaine et la réalisation des minis adductions d’eau

104
potable ». Cette logique se vérifie dans notre zone d’étude puisque tous les projets d’eau au
village ne sont tournés que vers l’eau des nappes. Face à l’inactivité du ministère concerné,
quelques acteurs plus concrets et plus pragmatiques ont conçu et réalisé des projets pour le
bien être des villageois. On sait pertinemment qu’aucun développement n’a lieu sans eau,
mieux encore aucune civilisation ne peut émerger sans eau salubre. Les grands projets de
développement ruraux ne sont tournés que vers l’eau et sa gestion.
Théoriquement, l’approvisionnement est assuré par le ministère de l’agriculture à
travers la direction de l’eau et de l’hydraulique rurale. Mais en pratique, tel n’est pas le cas
puisque les villageois se débrouillent avec quelques apports extérieurs. Les sources
d’approvisionnement les plus utilisées sont, les rivières, les puits, les sources et la pluie.
Mais un problème majeur persiste dans ces réalisations : la majorité est élaborée sans
une concertation, une sensibilisation ou l’implication des bénéficiaires, ce qui implique une
inadéquation à la fin du projet en terme de gestion et de viabilité. A chaque étape de la
conception du projet le villageois doit être impliqué ; d’amont en aval au risque de voir les
différentes infrastructures tomber en ruine quelques mois seulement après. Pour mieux
analyser les différents projets répertoriés, il importe d’étudier d’une part la zone de
Bamougoum rurale et d’autre part celle de Bafoussam rurale.
A- Bamougoum rural : un milieu encore dans la précarité
Deux grands projets ont été construits par la CAPLAMI et le réseau des comités de
développement. Il s’agit des dons sociaux, construits au moment de l’apogée de cette
entreprise. Cette période d’or du milieu des années 80 est une étape marquante pour les
investissements sociaux de cette coopérative. Les dons ont surtout pour but d’aider les
paysans à mieux laver leur café pour qu’il soit plus compétitif sur le marché international.
1- Les structures de la CAPLAMI
Deux éléments composent ces projets, les sources de Bassé et le mini projet
d’adduction de Kongso. Cette société a beaucoup œuvré pour le bien être et surtout pour un
nettoyage adéquat du café produit par le paysan
 Les sources de Bassé ; c’est une des sources construites en 1988.
Ces sources aménagées sont au nombre de trois dans les quartiers Houong I, Houong II et
Bassé proprement dit. Environ 80 familles étaient visées par chaque projet (notons ici que ce
sont les familles polygamiques). Ces points d’eau ont été détruits par les utilisateurs et ne sont
plus que l’ombre d’eux-mêmes (photo 2). En effet, l’incivisme de la population a eu raison
des tuyaux galvanisés et des structures. Construites pour un montant d’environ 500 000 F cfa
chacune, ces sources sont restées peu de temps intactes. Le comité de gestion était inexistant

105
et la dégradation a suivi. Pourtant elles ont représenté un espoir pour les villageois de la
localité. Aujourd’hui comme le montre la photo suivante, on puise de l’eau avec des
récipients directement dans le château parce que les tuyaux ont été saccagés. La gestion et
l’entretien n’ont pas été assurés et il n’y a eu aucune sensibilisation des usagers. Quelles
peuvent être les raisons de l’échec de ce projet ? On peut énumérer le laxisme des
populations, l’absence du comité de gestion, aucun encadrement de la part des autorités
communales et surtout l’incivisme des enfants. En sus, on peut noter les bagarres qui avaient
lieu tous les soirs pendant la saison sèche car l’affluence était tel qu’il fallait en venir à la
force pour pouvoir rentrer avec une goûte de ce précieux liquide. Ces querelles répétées
réduisaient de plus en plus la longueur des tuyaux. De nos jours, les nouveaux groupes
organisés des différents quartiers cherchent à réaménager ces points d’eau. Il faudrait de gros
moyens pour s’engager dans cette voie, c’est pour cette raison qu’ils sollicitent de l’aide
auprès de toute âme de bonne volonté.
L’analyse bactériologique d’un échantillon de l’eau de Houong II montre que cette eau
contient 300 bactéries aérobics et 170 bactéries de coliformes. Plus concrètement, ceci veut
dire que cette eau regorge des éléments nocifs à l’organisme et devrait être traitée avant
consommation. Malheureusement, les villageois ne sont même pas au courant de cette
contamination.

Cliché SUFO (2007)

Photo 2 : Source aménagée de Houong II en état de dégradation très avancée.


Il est dû à l’incivisme des usagers et à l’absence d’un comité de gestion digne de ce nom.
Aujourd’hui les usagers puisent de l’eau à même le sol à leur risque et péril.
A côté de ces sources, une mini adduction a été réalisée à Kongso.
 La mini adduction de Kongso ; est un projet grandiose qui a été
construit en 1987 par la CAPLAMI. Ce projet dessert les quartiers Kouanbang, Mbi, Kongso,

106
Doumelong.... Si on prend en compte tous ces quartiers, on peut estimer la population
desservie à plus de 5 000 âmes (photo 3). Cette infrastructure a été construite sur les hautes
collines à la frontière entre Bamougoum et Bameka. L’eau d’une source apparue lors d’un
grand glissement de terrain a été captée. Elle est distribuée de façon gravitaire dans les
quartiers suscités. Par la suite, plusieurs bornes fontaines ont été construites dans les
différents quartiers. Des sources de la CAPLAMI, le projet a coûté 52 856 002 F cfa
entièrement supportés par cette dernière. De plus, chaque ménage pouvait se raccorder sans
payer de frais supplémentaire. Sur cet angle, plus de 40 ménages se sont raccordés au réseau
(photo 3). Ces facilités avaient pour but d’une part d’encourager les paysans à boire une eau
saine et d’autre part de leur permettre de laver son café assez proprement avec autant d’eau
que possible. De nos jours, tout est abandonné aux villageois qui ne savent plus quoi en faire.
Les canalisations sont devenues vétustes et la qualité de cette eau laisse aujourd’hui à désirer.
Son traitement n’est plus assuré et le service d’hygiène n’y a jamais fait des prélèvements et
des analyses. Les bénéficiaires sont délaissés à eux-mêmes depuis la déprise caféière du début
des années 90. La filière café est en décadence et cette structure a fait un virement à 180 °C
pour épouser les cultures vivrières, maraîchères et l’élevage avicole. Ses locaux sont utilisés
comme des fermes pour les poulets de chair. Cette déprise a causé beaucoup de tord au
village parce que d’autres projets étaient en vue avant le période sombre. L’analyse de cette
eau montre qu’elle contient 5 bactéries de coliforme (TCB) et 83 bactéries aérobics (TAB).
Elle peut être consommée mais avec quelques traitements.

Cliché SUFO (2007)

Photo 3: Point d’eau du réseau d’adduction de la CAPLAMI à Kongso (devant l’hôpital).


Il existe encore une dizaine de ce type encore en fonctionnement et plus de 40 ménages
raccordés à ce réseau. La qualité n’est plus contrôlée depuis cinq ans environ.
L’architecture de ces points d’eau est la même que celle de Sacta du même constructeur.

107
 Une autre source aménagée a été construite par la commune rurale
de Bamougoum dans le quartier Keuleu. Il est situé à la périphérie de l’aéroport. Cette source
se trouve dans un bas fond, dans les raphias, mais sa qualité n’est pas médiocre. Le plus
étonnant c’est que depuis sa construction en 2001, elle attire les habitants de plusieurs
quartiers qui parcourent des distances de plus en plus longues. Les coûts de construction se
sont élevés à 300 000 F cfa environ. Elle dessert les quartiers Kegang, Metoh et Keleu Le
débit est très élevé : 2,5 litres par seconde en saison de pluies et 2 litres par seconde en saison
sèche. Elle représente un potentiel énorme pour tous les habitants. Toujours est-il que les
populations des environs changent leur comportement en améliorant la qualité de l’eau
consommée. La photo 4 montre un bel aménagement à partir des moyens modestes.

Cliché SUFO (2007)

Photo 4 : Source aménagée dans un bas fond à raphia au quartier Keleu (Bamougoum).
Il a été construit par la commune rurale. Elle se situe au confluent de plusieurs localités et
dessert trois quartiers.
 La source « ja’ah mugneh » à Kongso a été construite en 1998 à
travers les contributions des villageois. Une somme 500 F cfa de était demandé par
concession. Mais seuls quelques ménages ont fait des efforts en ce sens. C’est pour cette
raison que le projet est resté en veilleuse plusieurs années jusqu’à l’intervention des fils du
quartier (habitant en ville) venus pour le congrès annuel. Ces derniers ont complété l’argent et
surtout recruté des techniciens pour la construction. Un comité de gestion a été créé pour
réglementer le puisage de l’eau. Deux compartiments ont été construits (comme le montre la
photo 5) l’un spécialement pour effectuer des lavages et l’autre avec trois robinets pour
l’approvisionnement en eau de boisson. Les seuls moments d’affluence sont la matinée et la
soirée. Cette source représente le seul point d’eau salubre pour tous les quartiers environnants.
De toutes les eaux consommées c’est la plus propre parce qu’elle ne contient que 61 TAB et 6

108
TCB. Au total, l’aménagement de cette source est l’un des facteurs qui la protège contre les
éléments nocifs.

Cliché SUFO (2007)

Photo 5 : Source aménagée construite par le comité de développement de Kongso.


Elle représente le seul point d’eau salubre sur plus de cinq kilomètres de rayon. La saleté est
toujours présente malgré les efforts du comité de gestion pour établir le périmètre de
sécurité.
En dehors de ces projets, d’autres projets individuels sont entrepris de part et d’autre.
On peut noter le forage à motricité électrique dans une ferme au quartier Houong II. La
majorité des ménages s’approvisionnent encore à la rivière malgré la présence des
canalisations SNEC dans certains quartiers ruraux.
2- Le projet de N’shang : une exception du génie rural
Au sud-est de Bamougoum, un projet grandiose a été monté par le génie rural rattaché
au ministère de l’agriculture. Cette réalisation a été faite en 1999. En effet, il s’agit d’une mini
adduction qui dessert quatre quartiers ruraux : Lafié, N’shang, Djunang et Tchouwouong.
Cette réalisation représente une exception dans notre zone d’étude.
A partir d’une source à haut débit, un captage a été réalisé de même qu’un château qui
devrait alimenter de façon gravitaire les quartiers situés à des niveaux plus bas (photo 6). A la
fin du projet, huit bornes fontaines publiques et gratuites ont été construites dans les secteurs
les plus habités comme le montre la photo 7. De plus, 12 ménages se sont raccordés au réseau
de manière à avoir l’eau dans leur domicile. Nous avons recensé quatre ménages raccordés à
Lafié, trois à Djunang et cinq à Tchouwouong. Il existe un comité de gestion dénommé
« comité villageois » qui gère le réseau avec les moyens modestes dont il dispose. Ce projet a
été implanté avec une stratégie classique utilisée par le génie rural. C'est-à-dire le
développement participatif, qui consiste à impliquer les bénéficiaires de ce projet. Il a fallu

109
demander la participation des villageois pour qu’ils se sentent embarqués. De plus, un comité
de gestion a été formé pour suivre le projet. C’est pour cette raison que les infrastructures,
malgré les difficultés, restent debout.
Malheureusement, plusieurs quartiers qui souhaitent se brancher n’y arrivent pas
parce que l’altitude du château n’est pas très bonne. De plus, le matériel est devenu vétuste et
la qualité de l’eau n’est plus contrôlée. Ces exemples doivent servir de modèle pour des
projets ruraux.

Photo 6: Château d’eau de Lafié (Bamougoum).


Sa basse altitude ne permet pas d’étendre le réseau à tous les ménages et à tous les quartiers.
Le système de distribution est gravitaire, ce qui défavorise ceux situés à une hauteur plus
élevée que le réservoir.

Photo 7 : Point d’eau à N’shang.


La boue se forme autour du lieu de puisage, ceci peut influer sur la qualité de l’eau

La figure 7 présente les infrastructures recensées et analysées dans le village. Elle présente la
répartition spatiale des points d’eau potable dans le village Bamougoum.

110
Source : enquête de terrain (2007)
Figure 7 : Les infrastructures hydriques de Bamougoum

111
B- Bafoussam rural : une zone bien fournie
La situation est plus confortable de ce côté. Leurs projets sont plus réalistes, plus
concrets et surtout moins négligés. On peut les classer en trois catégories ; les projets
individuels, les réalisations de la CAPLAMI et le projet de la coopération japonaise de
Nkeng. Ces projets sont aujourd’hui viables malgré quelques faiblesses.
1- Un projet individuel très encourageant à SACTA (Batoukop)
Il s’agit d’un projet très ingénieux réalisé par un particulier depuis 1996. En effet,
grâce à une zone escarpée et hydromorphe recouverte de raphias et arrosée par des filet d’eau,
un villageois a réussi à capter cette eau et à en faire une mini adduction personnelle.
L’intéressé, plombier de formation et en service à la commune urbaine a usé de ses
connaissances pour s’offrir de l’eau dans sa concession. Des canalisations ont été placées pour
recueillir l’eau et la drainer vers les regards qui, par la suite la conduisent dans le château
situé en contrebas. Du sable et du gravier ont été installés pour tapisser l’aire de récupération.
Ces matériaux servent en même temps de filtre. Le château d’une capacité de 8 m 3 recueille
l’eau et la redistribue de façon gravitaire. Ce dispositif a trois vannes ; une pour la vidange
situé au plus bas niveau, l’autre pour le ravitaillement dans le ménage et le dernier pour
évacuer le trop plein.
Le coût des réalisations est estimé à 200 000 F cfa. Mais cette valeur n’est rien
comparée aux avantages que procure ce système. En plus de la consommation journalière de
huit personnes, il a été construit une ferme avicole qui consomme plus d’un mètre cube
(environ 1,5 m3 d’eau par jour). De plus, en 2002, un branchement a été effectué pour une
autre ferme située à 1,5 kilomètre de distance (voir schéma 2). Un filtre a été installé sur le
réseau pour décanter et filtrer les résidus en suspension. Ce deuxième fermier utilise environ
3 m3 d’eau par jour et paye la consommation à 75 F le m 3. Alors, sa consommation
mensuelle est de 90 m3 en moyenne soit 6 750 F cfa de frais à payer au près du producteur
(photo 8). Un autre ménage est aussi connecté à ce même réseau. Au total, ces installations
alimentent plus de 15 personnes en plus des poulets (plus de 6 000 têtes)

112
Cliché SUFO (2007)

Photo 8: Filtre à eau sur un aménagement privé à Batoukop (Bafoussam).


Ce dispositif permet de retenir les résidus en suspension. On peut apercevoir les déchets
rougeâtres issus des racines de raphia.
Le seul inconvénient réside au niveau de la couleur assez rougeâtre et du goût pas
toujours insipide. Cette couleur est due au « fer ferreux » qui provient des racines des raphias
et selon certaines sources, cet élément a une vertu curative. Le propriétaire du réseau est
obligé de vidanger le château pendant la saison sèche. Il s’agit ici de vider le réservoir, puis
de le nettoyer et enfin de traiter l’eau à l’aide du chlore ou de l’eau de javel. La productivité
de cette station n’est pas exploitée en totalité car l’eau se perd à longueur de journée par la
vanne du trop plein. Nous avons estimé que cette eau pouvait servir encore environ cinq
ménages de 10 personnes. On peut alors étendre ce projet vers d’autres ménages pour leur
faciliter la tâche.

113
Schéma 2: mini adduction chez un particulier à SACTA par Batoukop

Dans le même quartier, un grand projet a été réalisé par la CAPLAMI en 1988.
2- Le don social de la CAPLAMI
Dans la même lancée, un autre projet a été réalisé au quartier Batoukop et au lieu dit
SACTA (Société Agricole de Collecte de Tabac). La carte de ces projets se calque sur celle
des grandes zones productrices de café. Il s’agit en fait d’un mini système gravitaire qui sert
de réseau d’approvisionnement à tous. Ce projet a été achevé le 28 avril 1988 avec un coût
total de 30 734 856 F cfa. Concomitamment, des lieux de lavage et un magasin ont été
construits. Mais pendant la période de déprise caféière, tous ces lieux ont été pillés ou
saccagés. Les points d’eau n’ont pas résisté à cette période. En effet, sur neuf bornes
fontaines, seulement quatre sont encore en état de fonctionnement. En saison sèche, seules
trois fonctionnent à merveille. Le château est très vétuste et les canalisations très vieilles. Des
buissons ont envahi le point de captage. De plus, personne ne s’occupe de ce réseau, il n’y a
pas de comité de gestion comme dans les autres projets énumérés plus haut. L’eau recueillie
contient des particules en suspension prouvant que cette eau n’est plus saine. Depuis
l’abandon du projet, aucun effort n’a été consenti pour l’entretien du réseau. Ce projet a un
impact même sur les élèves du lycée car le réseau SNEC n’arrive pas dans ce quartier. Les
seuls points d’eau fiables sont ces structures aujourd’hui en délabrement. Il y a encore eu dans

114
ce cas une mauvaise organisation des comités. Les villageois n’ont reçu aucune formation
pour la gestion de ces infrastructures assez importantes. Le chef de quartier affirme qu’il y a
environ 1300 habitants qui sont touchés par ce projet, soit la totalité des villageois. Les photos
suivantes présentent les détails sur les lieux de puisage à SACTA.

Cliché SUFO (2007)

Photo 9: Point d’eau du réseau d’eau de la CAPLAMI à Sacta (Batoukop).


On peut remarquer qu’il a la même structure que celui de Kongso.

Cliché SUFO (2007)

Photo 10 : Point d’eau à Sacta avec des pertes d’eau.


Cette situation témoigne du laxisme des populations.
Plusieurs autres projets de cette envergure ont été mis sur pied par la CAPLAMI.
Ils ont été construits dans les villages Bamendjou (23 843 140 F cfa) et Bandjoun (668 500 F
cfa). Leurs points faibles résident au niveau de l’absence d’un organe de relève capable de
gérer l’ouvrage édifié. En effet, aucune formation n’est organisée pour sensibiliser les
villageois. Ces projets ont augmenté le temps consacré à d’autres activités comme la
scolarisation, l’agriculture, bref l’économie. Dans la même lancée, un autre projet a eu lieu,
mais cette fois, initié par un gouvernement étranger. Il s’agit du projet de Nkeng.

115
3- Le don japonais à Nkeng : des résultats mitigés
C’est le plus grand investissement sur un projet d’approvisionnement en eau potable par un
pays étranger dans la province. Ce projet est le fruit de la coopération Cameroun Japon.
Malgré les moyens financiers investis, le projet perd de la vitesse. Les résultats escomptés
n’ont pas été atteints. A ce jour, plusieurs litiges ont eu lieu et d’autres sont en instance de
résolution. Comment a été construit le projet ? Quels sont les impacts de cette infrastructure
pour la population ? Sur un autre plan, pourquoi tant de mésententes et d’opposition ? Pour
comprendre les problèmes auxquels font face les auteurs, il importe de s’imprégner d’abord
des origines et de la réalisation du projet, puis de s’intéresser à son exploitation et enfin
d’analyser les problèmes rencontrés.

Photo 11: Enseigne du projet d’approvisionnement en eau en milieu rural à Bafoussam.


Ce projet s’étend sur les quartiers Melam, Medjo et Nkeng
A-La construction de l’adduction
Les principaux acteurs de cette phase étaient Japan Techno comme consultant,
Construction Mitsui & Co.Ltd/ Nissaku Co.Ltd comme entreprise principale (tous les deux
sont japonais) et Six International Ltd comme sous entrepreneur. Tout d’abord, il faut
mentionner qu’une mission conjointe japonaise et camerounaise s’est rendue sur les lieux
pour les études de faisabilité. Des évaluations d’impacts environnementaux ont été réalisées.
De plus, tous les scénarios ont été appliqués afin de mieux choisir le site du projet. En plus,
des pourparlers se sont engagés entre le chef du village et les représentants de l’Etat pour
l’acquisition du lieu d’installation des infrastructures. Notons par ailleurs que le site actuel
était un lieu sacré hautement respecté par les Bafoussam. Sa cession a été un long processus
de négociation. Le projet prévu pour 1994-1996 n’a été réalisé qu’entre 1995 et 1997. Deux
sources à haut débit sont à la base de l’alimentation. Ces deux sources sont captées dans la
dépression de Nkeng située à 1 200 mètres d’altitude. Une fois le captage effectué, l’eau a été

116
refoulée vers les hauteurs (château de 100 m3) pour une redistribution gravitaire vers les
quartiers nécessiteux. Un grand réservoir de 20 m3 reçoit toutes les eaux qui sont refoulées par
les générateurs puissants vers la colline de l’église située à 1 550 mètres d’altitude. Les
pompes peuvent envoyer jusqu’à 160 m3 par jour vers le château. Au total, 19 bornes
fontaines ont été créées à travers la localité Ndiembou et les quartiers Melam I et II, Menjo I
et II, Nkam I et II. Le réseau s’étend sur environ 23 kilomètres. Certaines de ces bornes sont
équipées de quatre robinets pendant que d’autres n’en ont que trois ou deux (annexes 5). Cette
différence est liée à l’emplacement du point d’eau par rapport aux habitations. Celles qui sont
situées à proximité des grandes concessions ou des habitats groupés ont un nombre élevé de
robinets. Les photos 12 et 13 présentent le délabrement des infrastructures de Nkeng.

Photo 12: Vue de la station de traitement de Nkeng,


On peut remarquer que les infrastructures sont à l’abandon

Photo 13 : Station de traitement et de refoulement de Nkeng.


La couleur des murs laisse déjà présager de la négligence du comité de gestion.
Cette dégradation est accentuée par la présence de l’école primaire

117
b- Une gestion approximative et litigieuse guidée par les intérêts

Il se pose un véritable problème de gestion lié au flou qui existe à la tête de ce


maillon assez important. A la fin du projet, les japonais ont formé quatre techniciens pour la
gestion et le suivi des infrastructures. Ces villageois ont suivi une formation sur les outils de
rechange, sur le dépannage des machines (annexe 6). Ils devaient aussi être responsables de
l’extension du réseau vers des ménages particuliers ou plutôt vers d’autres quartiers. Cette
étape a été d’une importance capitale pour la pérennité du projet. Un autre problème a été
enregistré mais cette fois lié à la conception de la gratuité de l’eau. En effet, les villageois
n’entendent pas acheter l’eau qui est un don du ciel et des japonais. La mentalité de la gratuité
de l’eau est restée encrée dans leurs habitudes. Certains préfèrent se retourner vers les
anciens modes d’approvisionnement à l’instar des puits et des rivières.
Dans un premier temps, à la fin du projet, l’eau était puisée gratuitement. Après un
temps d’accommodation, il a été demandé une modique contribution en vue de pouvoir
entretenir le réseau. C'est-à-dire payer le mécanicien, remplacer les pièces défectueuses et
surtout régler la facture d’électricité de la SONEL. Les cotisations devraient s’élever à 500 F
Cfa pour un homme et 300 F Cfa pour une femme par mois. L’opposition a été massive.
Alors, les factures se sont accumulées puis ont fini par atteindre un somme de 719 657 F Cfa
(le transformateur assez puissant de la SONEL de 70 ampères avait donné une TVA de
600 285FCfa). L’étendu du réseau ainsi que les infrastructures est présentée à l’annexe 6
Les bornes fontaines sont alors « privatisées ». Elles sont confiées à des
particuliers qui doivent s’occuper de la gestion. Une somme de 10 000 F Cfa est versée par le
futur acquéreur qui s’engage à payer sa consommation à la fin du mois. Le mètre cube lui est
laissé à 300 F et il doit revendre à 1000 F Cfa soit 10 litres à 10 F Cfa. Malgré ces efforts
fournis la situation est idem, de plus les vendeurs d’eau ne veulent pas payer leurs factures.
Les branchements privés sont encouragés. Il faut payer une somme de 30 000 F Cfa pour être
branché et régler sa facture à raison de 300 F Cfa le mètre cube. Il y a une évolution nette au
niveau des branchements individuels, avec 15 branchements en 2004 on en est à 25 en 2007.
Il se pose aussi un réel problème de recouvrement auprès de ces particuliers. Les
branchements frauduleux sont recensés le long du réseau. Un prix « social » a été appliqué au
dispensaire de Nkam qui ne paye que 100 F Cfa le mètre cube. Une guerre sécrète se mène au
niveau de l’équipe dirigeante du comité de gestion. C’est ainsi que le jeu d’intérêt fait oublier
les véritables problèmes à résoudre. Plusieurs réunions de concertation sont organisées par le
préfet et le chef du village pour essayer de désamorcer la bombe. De même de nombreuses

118
circulaires et décisions sont signées par le préfet pour résoudre le litige, mais il n’en est rien
(annexes 3 et 4). Les photos 14 et 16 présentent les détails des infrastructures de Nkeng.

Cliché SUFO (2007)


Photo 14: Un de nombreux points d’eau du projet de Nkeng.
Celui-ci comporte trois robinets qui peuvent faciliter le ravitaillement

Cliché SUFO (2007)

Photo 15: Détails des installations (Tuyauterie et vannes)


Les élites ainsi que le chef du village sont intervenus pour régler les factures
exorbitantes. Mais la question demeure puisque les discordes ne sont pas achevées. Que reste-
il de ce projet vieux seulement d’une dizaine d’années ?
c- Le devenir du projet de Nkeng
Le véritable sujet d’inquiétude dans ce projet est celui de l’électricité qui reste au
centre des préoccupations. En effet, si l’énergie n’intervenait pas, l’eau devrait être gratuite.
Mais puisqu’il faut bien payer l’énergie consommée, il faut une quotte part de chaque usager.
Il faudrait changer la puissance du transformateur pour pouvoir espérer recevoir des factures
réduites. Mais plusieurs correspondances du chef et même du préfet n’ont pas modifié la

119
décision du directeur de l’AESONEL. Le projet n’est exploité qu’à 25 % (sur 20 bornes
fontaines, seulement cinq sont en activité). Quatre autres ont été saccagées ou sont en panne.
Un doigt accusateur s’élève contre un mécanicien véreux qui au lieu de faire des
branchements légaux se lance dans des branchements frauduleux, ceci pour arrondir ses fins
du mois car il n’a pas été payé depuis plus de deux ans. Avec de l’argent collecté, le comité de
gestion s’occupe du réseau et parvient tant bien que mal à régler la facture d’électricité. Une
autre difficulté est la sensibilisation des villageois. Le concept de la gratuité de l’eau est pour
eux un droit. On soulève là un débat assez houleux sur la gratuité de l’eau contrairement au
payement d’un coût pour le service rendu (nous y reviendrons plus loin). La population clame
haut et fort que l’on veut leur vendre de l’eau qui leur a été donnés gratuitement. De plus,
selon le chef service de l’eau et de l’assainissement (qui connaît amplement le dossier
Nkeng), cette eau n’est plus traitée et la qualité n’est plus sûre. D’après les enquêtes,
seulement 33,75 % de la population utilise cette eau dans la zone escomptée et le reste (66,25
%) s’est retourné vers les anciennes sources d’approvisionnement, c'est-à-dire les rivières et
puits principalement. L’intégration des populations est presque nulle car elles ont été des
spectateurs et non des acteurs du projet. La question d’intégration et de sensibilisation reste
au cœur du problème d’eau en milieu rural et il est intéressant d’y mettre un point d’honneur.
Mais il reste évident que les projets en milieu rural échouent parce que « les
technologies nouvelles ont été importées des pays industrialisés pour lesquels la plupart
d’entre elles ont été conçues. Elles ont été imposées aux villageois sans que leurs avis soient
demandés… l’aménagement inspiré souvent par la volonté des gouvernants d’améliorer le
sort de la population rurale, a conduit dans la plupart des cas à des échecs économiques,
techniques et humains ». Dans la même lancée, on peut dire avec les mêmes auteurs que « les
pompes manuelles a fortiori les électropompes, les moteurs ont été très vite hors service,
parce que leur utilisation et leur maintenance ont été incorrectes : la pénurie des pièces
détachées dans les campagnes, voire dans le pays, celle du gasoil, celle des réparateurs…
expliquent les pannes qui durent parfois des mois ou même que les équipements soient
abandonnées… les femmes ont préféré continuer à puiser l’eau dans les puits ou à faire
plusieurs longs trajets quotidiens jusqu’au marigot, parce que ce sont des espaces de liberté
ù elles se retrouvent ensemble loin de la tutelle masculine »37.

37
BAILLY (A.), FARRAS (R.), PUMAIN (D), 1995 ;

120
Cliché SUFO (2007)

Photo 16 : Point d’eau dégradé et abandonné par les populations et le comité de gestion.
C’est ainsi que le projet est abandonné petit à petit malgré les éléments mis en jeu
pour empêcher cette situation de déperdition.
La spatialisation des infrastructures hydriques nous permet d’analyser les
contraintes physiques liées à l’approvisionnement en eau. Ainsi, on se rend compte que la
partie Est du village évolue en marge du projet. Les quartiers comme Tunyé, Kobikong et
Tomdjo se ravitaillent à des sources non aménagées ou au marigot (figure 8).

121
Figure 8: Infrastructures hydriques à Bafoussam rural

122
III)- L’AMBIGUÏTE DE LA QUESTION DES PROJETS D’EAU EN MILIEU RURAL
Longtemps délaissée, cette zone demeure une préoccupation permanente voire une
priorité pour les autorités administratives. On se rend compte que leur population n’a d’autre
choix que les eaux de surface. Contrairement aux prescriptions de la direction de
l’hydraulique rurale du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural qui préconisent
que des points d’eau communautaires doivent être construits, rien n’est souvent fait dans ce
sens. Les décrets et les textes gouvernementaux ont souvent très peu de place dans la ligne
d’action au niveau local. La corvée de l’eau entrave le développement socioéconomique des
villageois. Ceci dans deux sens : premièrement le temps mis par les villageois pour recueillir
de l’eau n’est pas négligeable ; de plus les maladies hydriques issues des eaux souillées de
marigot ou de puits diminuent la rentabilité agricole. Ainsi, il existe une nouvelle approche
concernant l’hydraulique rurale. Pour ce faire, plusieurs paramètres doivent être restaurés.
A- Les acteurs et leur logique d’approche.
1- Le rôle de l’hydraulique rurale
Aucun projet réussi ne peut se faire en excluant l’acteur principal qui est le
bénéficiaire. La logique du « haut vers le bas » a été un échec dans plusieurs projets mais,
jusqu’alors certains acteurs continuent dans la même logique sans se préoccuper des
bénéficiaires qui sont les acteurs de bases. Des études ont montré que la non participation de
la population cible entraînait toujours à court ou à long terme un échec cuisant du projet. Il y a
une chose à restaurer : la participation des populations à la réalisation des projets ainsi que la
prise en charge automatique de la gestion et de la maintenance des équipements après leur
réalisation. La participation matérielle, financière et manuelle des bénéficiaires est nécessaire
pour les intégrer plus facilement, ceci dans la mesure où ils ont intérêt à protéger leur
investissement et leur effort. Lorsque les infrastructures sont réalisées sans leur consentement
ou leur apport, ils se sentent exclus et rejetés. Dès la conception du projet, le public doit
intervenir jusqu’à la dernière phase. Leur participation est un facteur de réussite pour toutes
les réalisations sociales.
Le processus de participation du public doit être continu et sans interruption. Wateraid,
confirme qu’il faut que les bénéficiaires interviennent avant, pendant et après le projet. La
norme voudrait que chaque acteur social soit membre des différentes commissions d’enquête
pour une évaluation des impacts environnementaux plus exhaustive et plus juste. Certaines
ONG et organismes publics croient qu’ils peuvent se passer de l’usager des points d’eau
pendant leur réalisation. Il s’est avéré que leurs suppositions étaient erronées. Puisque,
malgré l’enthousiasme et l’élan des débuts de fonctionnement des infrastructures, tout fini par

123
se compliquer. Donc, il faudrait parler du « partenariat public-privé-usager, au lieu de se
contenter du seul partenariat public privé (« 3P »). L’approche doit être universelle et surtout
participative. Cette méthodologie reste un modèle idéal puisque le plus souvent rien n’est
respecté. Certains acteurs malgré les efforts ont encore beaucoup à apprendre.
Malgré les difficultés rencontrées, certains ont appris les techniques pour rendre l’eau
« buvable ». Pour éviter les maladies, certaines méthodes peuvent être diffusées en zones
rurales et dans certains quartiers pour améliorer la qualité de l’eau bue.
2-- La SNEC en « zone rurale »
D’après son cahier de charges, cette société n’investit en principe qu’en ville. La zone
rurale devant se contenter de l’eau souterraine exploitée par la direction de l’hydraulique
rurale. Malgré la loi sur l’eau de 1998, instituant les directives à suivre, la SNEC étend son
réseau vers le périurbain et la zone rurale. Ce sont les plus solvables et les plus nantis qui
bénéficient de cette eau malgré la distance. En effet, les élites qui pour la plupart résident en
ville construisent leurs résidences secondaires dans leur terroir natal et font des adductions
d’eau SNEC quelle que soit la distance et le prix à payer. Ainsi, plusieurs kilomètres au-delà
du noyau urbain l’eau S NEC coule du moment où c’est cette élite qui s’occupe des frais du
raccordement. De ce fait, l’urbanisation de la campagne passe par l’installation des services
de première nécessité. Peut-on encore qualifier de zone rurale un milieu pourvu d’électricité
et d’eau potable ? Ce d’autant que les canalisations suivent les routes carrossables et que la
mission initiale de la SNEC, à savoir pourvoir la zone urbaine en eau potable est transgressée.
B- Les techniques pour rendre l’eau salubre
Malgré le manque d’infrastructures, les villages ont intérêt à se former en matière de
techniques de « potabilisation ». Ainsi, en zone rurale, on peut sensibiliser les habitants afin
qu’ils soient capables de se démêler eux mêmes. Des méthodes artisanales accessibles à tous
ont été recensées dans ce cas.
1-La filtration 
Elle permet de retenir les particules solides en suspension dans l’eau. C’est l’un des
moyens les plus sûrs, les plus efficaces et le moins cher pour rendre une eau buvable par un
foyer ou par une communauté. Le filtre est facile à fabriquer et accessible à tous. Il existe
plusieurs types de filtres en fonction de la matière utilisée : le filtre lent à sable, le filtre à
charbon, le filtre en céramique et le filtre en tissu. Dans la zone rurale très peu de personnes
(6,6 % de la population) utilisent cette technique. D’autres personnes n’en connaissent même
pas l’existence. Le schéma 3 présente un filtre à sable simplifié.

124
Schéma 3 : Un filtre à sable
2-La décantation 
C’est une méthode souvent peu efficace qui consiste à laisser l’eau au repos pour
permettre aux particules solides de se déposer au fond du récipient. Mais tous les éléments
pathogènes ne peuvent pas être éliminés. Il faut pour cela faire plusieurs décantations pour la
même eau. De plus, certaines substances sont en suspension dans l’eau, ce qui prouve que tout
ne peut pas se déposer au fond. C’est pour cette raison qu’il est conseillé d’associer cette
méthode à d’autres plus sûres comme la filtration et la désinfection.
3- La désinfection
Elle passe par l’ébullition, l’utilisation du chlore et la désinfection solaire.
 L’ébullition consiste à faire bouillir l’eau pendant 30 minutes, puis la
laisser refroidir avant la consommation. Il est vrai que l’eau bouillie est le plus souvent
insipide. Pour faire revenir le goût et la fraîcheur, il faut juste secouer pour que les bulles
d’air se reforment et donne un nouveau goût unique.
 La désinfection solaire se pratique dans les zones chaudes notamment dans
la zone intertropicale. Le soleil ici est la source de chaleur. En effet, une bouteille d’eau
préalablement décantée ou filtrée est placée sur les tôles pendant six heures. L’eau est laissée
au refroidissement avant utilisation. Mais plus on s’éloigne de la zone chaude, plus le temps
de désinfection est long.

125
 La chloration. Le chlore ne coûte pas cher. De plus, il est facile à utiliser
mais il faut tout simplement appliquer le dosage. Un dosage inadéquat peut rendre l’eau
imbuvable. La quantité de chlore administrée dépend du degré de contamination. La forme la
plus utilisée et la plus courante du chlore est l’eau de javel dont la concentration est de 3,5 %
ou 5 %. Il faut au préalable filtrer cette eau. Il suffit de préparer une solution mère c'est-à-dire
prendre une bouteille d’eau et y verser un verre d’eau de javel, puis faire un mélange. Enfin,
il faut utiliser cette solution pour la désinfection. Le tableau 19 indique les différents dosages.
Tableau 19 : Dosage d’eau de javel pour la désinfection de l’eau.
Quantité d’eau Volume d’eau de javel
1 litre ou ¼ de gallon 3 gouttes
1 gallon ou 4 litres 12 gouttes
5 gallons ou 20 litres 1 cuillère
200 litres 10 cuillères
Source : De l’eau pour la vie (Hesperian)
Ces doses sont à respecter de manière scrupuleuse. Car l’excès ou la surdose pourrait
être fatale. Une part importante des ménages enquêtés utilise l’eau de javel pour désinfecter
les puits et l’eau qui provient d’un point d’eau douteux.
Dans une autre mesure, on peut aussi utiliser les comprimés de clonozone et les
cristaux de permanganate de potassium.
Au total, il faut une sensibilisation effective en milieu rural pour ce qui est des
méthodes d’accès à l’eau potable et de potabilisation.
Conclusion
La multitude de projets urbains et ruraux témoigne de l’intérêt de la question de l’eau.
Ces projets sont plus suivis en milieu urbain qu’en milieu rural. Les bénéficiaires sont le plus
souvent mis à l’écart des projets alors que ce sont eux qui doivent assurer le suivi et
l’entretien après le départ des donateurs. Il faudrait plutôt faire intervenir les usagers pour
qu’ils se sentent concernés, et par ricochet pour qu’ils puissent soutenir la gestion. Les
populations bénéficiaires doivent participer financièrement même si le projet en question est
un don. La méthodologie appliquée pour la réalisation des points d’eau du programme PPTE
est alors la plus réaliste. En effet, 200 000 F Cfa de cotisation étaient exigibles, ceci dans le
but de les intégrer et de leur inculquer une bonne gestion. Les projets qui n’ont pas respecté
sont soit en faillite ou en déperdition. On peut citer dans ce cas le projet de Nkeng, de Sacta
et de Kongso. Tous ces paramètres dépendent de la disponibilité des ressources et par ricochet
de la gestion des bassins versants. Cette gestion relève d’une problématique plus vaste.

126
TROISIEME PARTIE : CONSEQUENCES DE
L’EXPLOITATION DES RESSOURCES SUR LE
MILIEU PHYSIQUE ET LE PERSPECTIVES.

“Nous ne vaincrons ni le SIDA, ni la tuberculose, ni le paludisme, ni aucune

autre maladie infectieuse qui frappe les pays en développement, avant d’avoir

gagné le combat de l’eau potable, de l’assainissement et des soins de santé de

base”

Kofi ANNAN, Ancien Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (1999)

127
CHAPITRE V : CONSEQUENCES MULTIFORMES ET
ENJEUX SUR LE BASSIN VERSANT DE LA MIFI SUD
L’eau, ressource multidimensionnelle et multifonctionnelle représente à la fois un
danger et un bien à préserver. Elle a une dimension environnementale, économique, sociale,
juridique… Son interactivité, de même que son utilité fait d’elle un bien convoité par tous les
utilisateurs car étant l’élément fondamental de toute matière vivante. Il importe de ce fait de
créer un cadre institutionnel, juridique et environnemental pour une meilleure gestion. Le
droit à l’eau représente aujourd’hui un débat politique qui secoue les sphères politiques de
tous les pays puisque tous les secteurs de l’économie en dépendent. C’est un droit qui a été
reconnu il y a seulement huit ans (depuis 1999) et il tarde à être mis en œuvre par la
communauté internationale et les pays signataires de la convention. Comment peut-on
définir ce concept de droit à l’eau ? Comment est-il mis en œuvre au Cameroun ? Sur un autre
plan, la gestion de l’eau qui passe par celui des bassins versants est un facteur négligé au
Cameroun. Y a-t-il un programme de base pour la gestion des bassins versants ? Il est
judicieux de se pencher sur les différentes interprétations en matière de droit à l’eau au
Cameroun et à la gestion du bassin versant. Puis de voir les différentes implications qui
régissent ces éléments et enfin l’avenir ou plutôt le devenir du Cameroun en général et de
Bafoussam et sa région en particulier.
I- LE DROIT A L’EAU : UNE NOTION RELATIVE
A- Une multitude de textes internationaux
Selon le Conseil Mondial de l’Eau « le droit à l’eau est un élément indissociable de la
dignité humaine ». Mais comment définir ce droit à l’eau et le traduire dans les faits ?
Plusieurs théoriciens et auteurs se sont penchés sur le statut juridique de l’eau. Tous les
organismes internationaux en passant par les ONG et les Etats ont reconnu en bloc que le
droit de l’eau est imprescriptible et inaliénable depuis 1999. Pourquoi un droit aussi
fondamental est reconnu aussi tardivement ? Il faut noter d’abord que le droit à l’eau ne
concerne que ceux qui n’en ont pas accès c'est-à-dire les pauvres et les démunis. On sait que
cette couche sociale est souvent négligée et marginalisée, or qui peut défendre les démunis si

128
ce sont les nantis qui gouvernent (ils ont déjà de l’eau en qualité et en quantité suffisante
puisqu’ils ont les moyens de s’en approprier). Il a fallu que le problème de l’eau soit à son
paroxysme pour qu’on daigne y prêter attention.
Le caractère social de l’eau n’est pas reconnu par les acteurs du secteur. Il se pose
encore une question pertinente ; comment peut-on concilier le caractère social et économique
de l’eau ? Puisque dans la plupart des cas on recommande de fixer une prix « social » c'est-à-
dire un prix abordable à tous sans discrimination économique. Et sur un autre plan, on affirme
haut et fort que l’eau est un bien économique et a un prix. Alors, le droit à l’eau signifierait-il
sa gratuité ? FAUCHON (président du Conseil Mondial de l’eau) confirme que « le droit à
l’eau ne signifie pas la gratuité de l’accès à l’eau ». On sait aujourd’hui à quel point il y a
une guerre ouverte entre les multinationales à la recherche des marchés d’eau à gagner.
L’Observation Générale numéro 15 du Comité des droits économiques, sociaux et
culturels de l’ONU (2002) déclare que :
« Le droit à l’eau consiste en un approvisionnement suffisant, physiquement
accessible et à un coût abordable, d’une eau salubre et de qualité acceptable pour
les usages personnels et domestiques de chacun. Une quantité adéquate d’eau
salubre est nécessaire pour prévenir la mortalité due à la déshydratation et pour
réduire le risque de transmission des maladies hydriques ainsi que pour la
consommation, la cuisine et l’hygiène personnelle et domestique »
Cette définition revêt une explication exhaustive et complexe. La complexité du droit
à l’eau reste évidente puisque tous les éléments de la vie quotidienne interviennent. Il a été
élaboré à ce sujet quatre principes fondamentaux :
1. Toute personne a droit à l’eau en quantité et en qualité suffisante pour sa
vie et sa santé
2. Les pouvoirs publics doivent adopter des mesures nécessaires pour
favoriser l’accès à l’eau pour tous et exercer un contrôle sur les actions des
divers organismes publics, privés intervenants dans la gestion du service
de l’eau
3. Au sein de chaque collectivité chargée du service de l’eau, les coûts du
service doivent être repartis en sorte que chacun puisse bénéficier du droit
4. Dans l’exercice de leurs activités, les acteurs et les individus doivent
respecter le droit de l’eau.
Ces différents principes sont négligés dans la plupart des cas surtout dans les pays
démunis.

129
Sur un autre angle, SMETS38 (2002) dit que le droit à l’eau est « le droit de toute
personne quel que soit son niveau économique de disposer d’une quantité minimale d’eau de
bonne qualité qui soit suffisante pour la vie et la santé ». Il fait ainsi intervenir la notion
d’accès universel, de quantité et de qualité. Il renchérit en ces termes «  chaque individu
quelle que soit sa race, sa situation géographique, économique a droit à une quantité d’eau
salubre c'est-à-dire au minimum 50 litres par jour ». Ces propos peuvent être complétés par
la déclaration finale de la conférence des Nations Unies pour l’eau de Mar del Plata en 1977
qui stipulait que « tout peuple, quel que soit leur stade de développement et leur situation
économique et sociale a le droit d’avoir accès à une eau potable dans la quantité et la qualité
égale à leurs besoins essentiels ». Il revient alors à dire que le droit à l’eau est imbriqué dans
plusieurs types de droit (Schéma 4). Il est au centre de tous les droits humains puisque aucun
ne peut se concevoir sans lui.

Source : SMETS (2002)


Schéma 4: Les imbrications du droit de l’eau

Il faut en effet réduire les inégalités qui existent entre les riches et les pauvres. Surtout
concernant la quantité et la qualité de l’eau consommée ; il existe une disparité où un
contraste très évident. Pendant que les riches consomment en quantité suffisante et de bonne
qualité, les pauvres n’en disposent même pas ; et lorsque c’est le cas, elle est souvent de
qualité douteuse et coûte très chère.

38
SMETS (H), 2002 ;

130
Ainsi, en septembre 1990 à la conférence de New Delhi en Inde, un principe a été
retenu selon lequel il faut « un minimum pour tous, plutôt qu’un maximum pour quelques
uns ». Chacun a droit à une quantité rationnelle par jour. Dans ce cas, on devrait arrêter de
vivre comme si les ressources sont illimitées et penser aux générations futures. Une gestion
futuriste demande de rationaliser l’eau en réduisant les quantités consommées.
Malgré de multiples textes ratifiés concernant le droit à l’eau, l’exercice de ce droit
reste encore difficilement inapplicable faute de volonté politique. Ce droit reste un concept
ambigu puisqu’il n’a pas la même signification dans tous les cas et tout dépend de la culture
de l’eau et du degré de démocratie. Dans les pays développés, l’ensemble de la population
est desservi alors que dans le pays en voie de développement, l’accès est loin d’être
généralisé. Il existe un grand fossé qui ne cesse de s’agrandir entre ces deux catégories de
pays.
Alors, le droit à l’eau vise à assurer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement de la
même manière que le droit à la nourriture vise à assurer l’accès de tous à la nourriture et le
droit à la santé (Observation générale N° 15, 2002). L’eau potable comme la nourriture et les
soins de santé sont indispensables pour satisfaire le droit à un niveau de vie suffisant reconnu
par tous les Etats dans la déclaration universelle des droits de l’Homme (1948). Chaque Etat
est mal préparé pour accepter et mettre en pratique ce qu’il a ratifié. Les entraves à ce concept
d’accessibilité et d’universalité sont nombreuses et spécifiques aux pays sous développés. Il
s’agit des moyens financiers, du contexte socioculturel, de la situation géographique et
d’autres paramètres plus complexes. Pendant que dans certaines régions il y a des ravages liés
aux inondations, dans d’autres ces catastrophes sont plutôt liées à des sécheresses prolongées.
Le droit à l’eau est d’actualité en Afrique subsaharienne puisque seulement 40 % de la
population a accès à l’eau potable (ONU).
Le droit à l’eau dans le contexte camerounais est-il pratique ? En d’autres termes
comment mettre en place une législation qui permette de garantir un accès à l’eau à tous ?
B- Le droit à l’eau au Cameroun encore théorique
Les textes élaborés au Cameroun vont bien dans le même sens que les lois
internationales. Notre pays a ratifié presque toutes les lois de même qu’il a participé aux
conférences y afférentes. Une question reste à l’ordre du jour : comment passer de la
théorisation du droit de l’eau à sa concrétisation et à sa mise en œuvre. Si seulement 30 % de
la population Camerounaise a un accès direct à l’eau potable, cela montre la situation de
précarité dans laquelle se situe notre pays. Ce dernier a encore du chemin pour respecter les
engagements pris devant la communauté internationale. TANAWA et DJEUDA affirment à

131
cet effet que « les statistiques montrent clairement que le Cameroun est loin d’être un
exemple en matière d’approvisionnement en eau potable. Le taux de couverture est encore
très faible car sur plus de 320 localités de plus de 5 000 habitants (considérées comme des
centres urbains) seulement 99 sont connectées ou ont une adduction d’eau potable (soit 31 %
de couverture) ». Dans ce contexte, on peut dire que le Cameroun est passé de pays seulement
pauvre et très endetté à pays menacé par la soif et les maladies hydriques ! En Afrique
subsaharienne, la contradiction est visible. Comment considérer que l’un des pays les plus
pourvus en eau soit en fait le plus menacé par le problème hydrique. En effet, selon la
Banque Mondiale (2002), le ratio par tête est de 18 500 m3 par an au Cameroun alors que la
moyenne mondiale et de 6 400 m3 par an. La moyenne en Afrique subsaharienne est de 7 400
m3 par an. Le taux d’approvisionnement reste faible au Cameroun (32 %) alors qu’il est de
40 % dans cette partie de l’Afrique. Ceci prouve l’inefficacité des moyens et des
infrastructures mis en place pour assurer à tout un accès l’accès à l’eau.
La SNEC qui monopolise tout le secteur est alors loin d’avoir rempli ses missions.
Tous les centres urbains ne sont pas desservis, même ceux qui le sont ne sont pas totalement
satisfaits. Le processus de privatisation ne vient qu’à point nommé. Car, elle a été incapable
de servir tous les habitants des villes comme le prescrivait le contrat de 1968.
La loi no 98/005 du 14 avril 1998 portant sur le régime de l’eau au Cameroun est un
des principaux textes sur l’accès de l’eau au Cameroun. Toujours est il que certains
paramètres ne sont pas pris en compte. L’adoption des textes dans notre pays est une chose,
les mettre en pratique en est une autre. De grands efforts doivent être entrepris pour rendre les
lois concrètes. De plus, des infrastructures viables et coûteuses sont attendues sur le terrain
pour réaliser les objectifs fixés. Bafoussam et sa région ne font pas exception à la règle malgré
les avantages pluviométriques et les efforts élaborés par les acteurs du secteur eau.
L’ouest est la plus petite province du Cameroun en terme de superficie, mais aussi la
mieux drainée. Cependant, elle fait face aux mêmes problèmes que les autres localités du
Cameroun. La partie rurale est la plus touchée puisque délaissée à elle même. Plus de 80 %
des ménages ruraux sont affectés par les maladies hydriques alors qu’en ville ce taux n’est
que de 45,5 %. Le monde rural reste encore plus vulnérable en l’absence de sensibilisation et
de raccordement à un réseau d’eau salubre. Les populations se débrouillent autant que faire se
peut. A Bamougoum rural, la situation est encore moins évidente qu’en zone urbaine ou
périphérique. A Bafoussam, les statistiques sont édifiantes, seulement 48, 7 % des ménages
ont un raccordement au réseau SNEC. Les rouages de ce secteur sont encore flous de même
que les acteurs. Ces derniers ont des tâches imbriquées qui se chevauchent. Il importe de les

132
recenser et de s’intéresser au rôle de chacun pour aboutir à une gestion intégrée des bassins
versants.
II- LE BASSIN VERSANT DE LA MIFI SUD
Toute alimentation en eau dépend de l’étendue du bassin versant et de l’activité
socioéconomique qu’on y pratique. Plus le bassin versant est grand ou vaste, plus sa gestion
devient de plus en plus complexe. Et par conséquent, tous les acteurs qui interviennent
doivent s’entendre pour gérer équitablement les ressources. Toute l’eau de la planète dépend
de l’utilisation du bassin versant. Que ce soit par la quantité que par sa qualité.
A- Le bassin versant : une notion très large
Le bassin versant est une surface réceptrice des eaux qui alimentent une nappe
souterraine, un lac, une rivière ou un réseau complet. C’est aussi un système ou une surface
élémentaire hydrologiquement close, c'est-à-dire qu’aucun écoulement n’y pénètre de
l’extérieur et que tous les excédents de précipitation s’évaporent ou s’écoulent par une seule
section exutoire. En d’autres termes, c’est la totalité de la surface topographique drainée par
ce cours d’eau et ses affluents à l’amont de cette section.
Les théoriciens s’accordent à dire que le bassin versant inclut les cours d’eau, la
végétation, le sol et les autres éléments physiques et climatologiques qui règlent la vie en
amont. C’est en fait l’aire de drainage ou de captage où l’eau pure de montagne est recueillie
et s’écoule en aval pour alimenter les fleuves avant de se déverser dans les lacs et les océans.
Sur un autre angle, c’est une portion de territoire délimité par la ligne de crêtes, dont les eaux
alimentent les estuaires communs. Chaque bassin versant se subdivise en un certain nombre
de bassins élémentaires correspondant à la surface d’alimentation des affluents se jetant dans
le cours d’eau principal. Le bassin versant est parfois synonyme de bassin hydrographique.
Un bassin se caractérise par différents paramètres géométriques (surface et pente),
pédologiques (nature et capacité d’infiltration du sol), urbanistiques (présence du bâti), mais
aussi biologiques (type et répartition de la couverture végétale). Toutes ces variables
influencent sur la quantité et la qualité d’eau présente dans le circuit. La quantité d’eau
infiltrée sera d’autant moins petite que l’habitat sera dense et que le sol sera moins poreux.
Le bassin s’étend sur trois dimensions :
- Une continuité verticale ; les eaux superficielles s’infiltrent vers les eaux
souterraines et vice versa
- Une continuité longitudinale ; de l’amont vers l’aval (selon une évolution
graduelle on a le rus, le ruisseau, la rivière, le fleuve et l’océan)

133
- Une continuité latérale, des crêtes vers le fond de la vallée par infiltration
ou par ruissellement.
Ces trois dimensions représentent toutes les composantes entrant dans la gestion
écosystémique du bassin versant.
Le bassin versant représente en principe l’unité géographique sur laquelle se base
l’analyse du cycle hydrologique et ses effets. En fait, c’est la totalité de la surface
topographique drainée par ce cours d’eau et ses affluents à l’amont de cette section. On
distingue deux types de bassin versant : le bassin versant réel et le bassin versant
topographique. C’est ce denier qui est le plus important car il prend en compte les infiltrations
de même que les ruissellements. Le schéma 5 montre les différentes distinctions.

Schéma 5 : Délimitation entre le bassin versant réel et le bassin versant topographique

Les éléments qui entrent dans sa constitution sont :


- La surface ou la taille du bassin ; le débit dépend de l’aire de collecte des
précipitations.
- La forme d’aval en amont.
- L’élévation
- Le degré d’inclinaison des pentes
- Le sens de l’orientation des pentes
- Le type de sol
- La couverture végétale
Mais l’élément le plus marquant est la topologie qui donne la structure du ruisseau et
l’ordre des cours d’eau. Les différentes structures d’un bassin versant sont : la forme treillis,
en parallèle, rectangulaire, dendritique, à méandre, centripède ou anastomosée.

134
La classification de STRAHLER (1957) est la plus conforme et la plus utilisée. Cette
classification concerne la hiérarchie des cours d’eau dans un bassin. Elle suit un ordre et un
classement rigoureux qu’il faut exercer dans la réalisation du réseau. Ainsi, selon l’ordre et la
ramification on a :
 Tout cours d’eau dépourvu de tributaire est d’ordre un. Les rus et les
ruisseaux font partie de cette catégorie.
 Le cours d’eau formé par la confluence de deux cours d’eau d’ordre
différent prend l’ordre du plus élevé des deux.
 Le cours d’eau formé par la confluence de deux cours d’eau de même
ordre est augmenté de un.
Le bassin versant a l’ordre du plus élevé de ses cours d’eau soit l’ordre du cours d’eau
principal à l’exutoire. Tout ce travail devient harassant selon la forme du bassin et son
étendue. Mais, on peut diviser le bassin versant supérieur en petits bassins versants
correspondant à des cours d’eau d’ordre inférieur. Ainsi, si on prend en compte tous les cours
d’eau même les plus petits, on sera rendu à une tâche qui sera loin d’être achevée. La
cartographie des rivières sera alors fonction de toutes nos hypothèses et du résultat escompté.
La gestion des bassins versants tient compte non seulement des éléments précités mais
aussi des facteurs anthropiques qui sont des facteurs perturbateurs de l’ordre préétabli par la
nature. Quel que soit le plus petit événement qui survient, il a toujours un impact plus ou
moins direct sur la quantité et la qualité de l’eau. Comment parvenir à gérer un environnement
en perpétuelle mutation et dégradation ?
B- Éléments caractéristiques du bassin versant de la Mifi Sud
On sait pertinemment que les zones montagneuses sont des châteaux d’eau par
excellence. Plus de la moitié de la population mondiale dépendent de ces milieux
montagnards sensibles. Ces zones tant exploitées et détruites sont pourtant la mamelle
nourricière en terme d’eau car elles recueillent les eaux avant de les distribuer selon les
pentes. Depuis une trentaine d’années, ces milieux sont de plus en plus menacés. Alors que
pour s’assurer d’un avenir meilleur, il faut les préserver.
Les objectifs d’une bonne gestion sont :
 connaître l'utilisation du territoire ainsi que les pressions exercées sur
l'environnement et sur la qualité de l'eau;
 avoir une vision commune à long terme;
 avoir une vision globale du territoire afin d'agir localement sur un problème
sans causer d'impacts négatifs ailleurs dans le bassin;

135
 gérer les ressources dans un esprit de développement durable et préserver et
rétablir la santé des écosystèmes;
 développer un sentiment d’appartenance et de solidarité à son milieu;
 effectuer des démarches de sensibilisation et de mobilisation des gens du
milieu en tenant compte de la réalité locale;

Pour une gestion intégrée de l’eau, on doit tenir compte de tous les paramètres en ce
sens que les sols, la végétation, les animaux et les hommes font partie intégrante du bassin
versant. Tous les éléments interviennent dans le recyclage et la régénération des ressources
hydriques. Lorsque déjà l’équilibre instable est perturbé, la gravité des conséquences ne se
fait plus attendre. Ainsi, l’agriculture moderne, l’urbanisation et le développement sont des
sources de danger pour le bassin versant à étudier. L’approche écosystémique implique la
foresterie, l’hydrologie, l’écologie, la pédologie, la climatologie, la démographie. Aucun être
vivant ne peut se passer du bassin versant puisqu’il y vit. Qu’en est-il du bassin versant de la
Mifi ?
C’est un réseau très complexe puisque les cours d’eau ont des formes quelconques.
Pendant que certains cours d’eau ont une forme anastomosée et parallèle, d’autres sont plutôt
dissymétriques ou subparallèles. Cette diversité des formes explique le disfonctionnement et
les écoulements hasardeux de ce bassin versant. Une partie des cours d’eau de ce bassin
prend leur source à la base de la ville et l’autre sur le versant ouest du mont Bamboutos. Cette
situation peut expliquer les perturbations du réseau qui ont lieu de temps en temps. La figure
9 présente les différentes ressources hydriques divisées en sous- bassin versant. Ceci montre
que les ressources sont abondantes.

136
Figure 9: Le sous bassin versant de la Mifi sud dans le grand Bassin versant du Noun

137
Malgré la faiblesse des débits, on peut dire que la constance de l’écoulement n’est pas
à discuter. Il existe un grand écart entre les différents débits. C’est évidement le Noun à
Bafoussam qui a le plus haut débit (300 m 3/s). Malheureusement au niveau des services de
l’eau, les données ne sont pas actualisées. Mais, pour le service production de la SNEC, il a
été noté que la hauteur de l’eau au niveau des différentes prises d’eau a diminué. Les
conséquences sont les coupures d’eau dont les durées s’accroissent fréquemment. Les
estimations énoncées au moment de l’étude des différents barrages sont dépassées ou plutôt,
ont été troublées par les activités en amont et surtout les mutations socioéconomiques qui se
déroulent plus haut. Comment sont gérées les terres situées en amont ? Quelles sont les
utilisations que l’ont fait de l’environnement et de l’eau en amont ?
III- LES UTILISATIONS DES BASSINS VERSANTS
De prime abord, il faut noter que l’agriculture est l’activité principale sur l’ensemble
du bassin. La majeure partie de ce bassin se trouve en milieu rural. Plusieurs facteurs
influencent le régime hydrologique d’un bassin.
1- L’influence urbain
L’urbanisation est un facteur non négligeable. Elle réduit les surfaces d’infiltration
tous les jours par l’habitat, les routes. Bref, plus les milieux sont urbanisés, plus il y des
ruissellements. Alors les infiltrations sont compromises. Le tableau 20 montre les normes
internationales suisses de ruissellements.
Tableau 20: Valeurs du coefficient de ruissellement pour les différentes couvertures des sols
Nature superficielle du bassin versant Coefficient de ruissellement (Cr)
Bois 0,1
Prés, champ cultivé 0,2
Vignes, terrains nus 0,5
Rochers 0,7
Route sans revêtement 0,7
Route avec revêtement 0,9
Village, toiture 0,8
Source : Normes suisses SNV 640 351
A partir de ce tableau, on se rend compte que les ruissellements augmentent au fur et à
mesure que le terrain est occupé. On sait pertinemment que plus ce phénomène s’accroît,
moins il y a de l’infiltration. Le réseau est alors perturbé par ces actes anthropiques. Lorsque
l’infiltration est compromise, la quantité d’eau des nappes aquifères n’est plus garantie.
Quand on sait que la région de Bafoussam est très urbanisée, on se rend compte que les
troubles seront très accentués. Le type de couvert conditionne la quantité d’eau et les

138
différents stocks. Par exemple les routes bitumées assez nombreuses dans toute la région ainsi
que les villages et les toitures (la ville) influencent sur la quantité d’eau de la nappe.
Loin de là, nous avons aussi les pollutions des industries chimiques et alimentaires qui
se trouvent dans la ville. La majeure partie de leurs effluents est rejetée sans traitement
préalable dans les cours d’eau. Il s’agit des entreprises SABC, les savonneries, la SPC,
UTPB (annexe 2). De plus, les ordures ménagères sont le plus souvent déposées dans les
rivières en ville.
2- Une perturbation des bas fonds et des versants
Les écosystèmes sont troublés dans les bas fonds. Nous savons tout simplement que
ces milieux sont aussi sensibles que ces versants qui drainent l’eau jusqu’à eux. Alors, ces
biotopes sont aujourd’hui victimes d’une utilisation abusive ou d’une surexploitation. Les
activités qui y sont pratiquées sont l’agriculture irriguée et celle de bas fonds.
Dans un premier temps, la lutte pour la survie des villageois les a amenés à faire une
agriculture en toute saison. C'est-à-dire que en saison sèche, il faut faire une irrigation
prolongée de sorte que la plante puisse survivre. Les quantités d’eau prélevées deviennent un
manque à gagner pour le cours d’eau et par conséquent pour le bassin versant. Un autre
problème relève de la législation qui dans cette zone ne prévoit pas les quantités qu’il faut
prélever. Alors, chacun y va à sa manière et prend les quantités qui lui sont utiles. Il s’en suit
un gaspillage de l’eau en amont d’où la diminution des débits et des hauteurs de prise d’eau.
Ces réductions sont constatées en saison sèche surtout au mois de mars.
De même, l’agriculture traditionnelle est en train de disparaître au profit de
l’agriculture moderne avec tous ses problèmes. En effet, les engrais et les pesticides sont des
sources polluantes. Pendant la saison pluvieuse, les torrents lessivent ces éléments et les
emportent vers les cours d’eau. Ces présomptions sont confirmées par le chef service de
production de la SNEC qui affirme entre autre que le traitement doit être de plus en plus suivi
et intensif pour pouvoir éliminer les éléments nocifs.
Sous un autre angle, ce sont les bas fonds conservateurs d’humidité et d’eau qui sont
détruits par les jeunes à la recherche des terres pour les cultures maraîchères. En effet, le
chômage couplé à la crise foncière et à la déprise caféière a renvoyé les nouveaux
cultivateurs dans les bas fonds et vers de nouvelles filières nécessitant beaucoup d’eau. Les
raphias sont au fur et à mesure remplacés par les tomates, les choux, les carottes et autres
agrumes que l’on vend dans les grandes métropoles. Dans d’autres cas, c’est encore plus
grave parce que l’on plante les eucalyptus à tord et à travers. Quand on connaît les besoins
hydriques de cet arbre, on ne peut s’attendre qu’au pire. La croissance trop rapide de ces

139
arbres laisse présager de la quantité d’eau absorbée. Ils absorbent de grandes quantités d’eau
et épuisent en même temps le sol. C’est une plante à cultiver avec modération. Mais la mode
veut aujourd’hui que l’on plante cet arbre d’abord pour les lattes, pour le bois ensuite et enfin
pour ses vertus thérapeutiques.
3- Quel avenir pour le bassin versant de la Mifi Sud ?
Il n’y a plus de doute que ce bassin est en très grand danger ; puisque aucune politique
de gestion n’est envisagée ou entreprise pour gérer rationnellement ses eaux. Alors, la
question du devenir de ce sous bassin n’est que légitime. Puisque les débits diminuent et la
qualité s’abîme chaque jour un peu plus, il faut se dire que ce réceptacle n’en a plus pour
longtemps (surtout si la situation ne change pas). L’avenir est sombre, il faut le dire puisque
les services compétents ne s’occupent plus du suivi et de la gestion des cours d’eau. Les
surfaces d’infiltration diminuent, les quantités d’eau prélevées augmentent, les qualités se
détériorent. Il y a de quoi être inquiet. Il faut pour cette raison que les acteurs de la société se
réveillent et élaborent des stratégies durables pour une gestion plus stable.
Si les prélèvements excessifs continuent et qu’aucune méthode de gestion des
ressources n’est adoptée, alors nous nous dirigeons droit vers l’impasse.
Conclusion
Dans le contexte camerounais, le droit à l’eau prôné par la communauté internationale
n’est pas une priorité au vu des agissements du gouvernement. Le PAGIRE passe par la mise
sur pied des méthodes pour la bonne gestion des bassins versants. Les perturbations urbaines
sont à l’origine de nombreuses mutations susceptibles de nuire à la qualité et à la quantité des
eaux consommées par les populations riveraines. Nul doute que le prélèvement (agriculture,
industries, consommation) excessif des ressources tout au long du bassin peut à long terme
jouer sur la durabilité des ressources.

140
CHAPITRE VI : PERSPECTIVES ET
RECOMMANDATIONS
S’il est un maillon de la chaîne que l’on se doit d’incriminer, c’est bien les acteurs
institutionnels. Mais ces derniers restent paralyser par les politiques qui décident de la
priorité du gouvernement. Les différentes politiques en vigueur malgré leur éloquence sont
inapplicables et restent lettre morte. Quels rôles jouent les acteurs dans les systèmes
d’approvisionnement en eau ? Il est primordial de revoir la place des différents acteurs
institutionnels dans le jeu de l’approvisionnement en eau potable afin de formuler les
recommandations et de voir les perspectives.
I-LA PLACE DES ACTEURS DANS LE JEU DE L’APPROVISIONNEMENT
Le rôle de chaque acteur du secteur eau est mal déterminé. Chacun y allant de son gré,
de sa force et de ses intérêts. Dans ce climat d’incertitude, certains profitent pour se décliner
de leur responsabilité ou pour empiéter sur le terrain des autres. Quelles sont les tâches des
différents acteurs ? On peut les classer en deux catégories : les acteurs institutionnels et les
acteurs privés et les acteurs internationaux.
A- Les acteurs institutionnels ou administratifs
Dans le but de respecter les engagements pris, l’État Camerounais a créé plusieurs
institutions. La création de la SNEC était la première action concrète du gouvernement. Trois
ministères interviennent directement dans le secteur :
 Le ministère de l’eau et de l’énergie, principal acteur dans le cadre du
recensement, de la gestion, de la définition et de l’application de la politique de l’eau au
Cameroun. Ce ministère à travers ses délégations est la structure technique de tous les projets
sur l’eau dans les provinces. En partenariat avec la SNEC, elle s’occupe de la distribution de
l’eau en ville et du contrôle de qualité.
 Le ministère de l’agriculture gère l’eau en milieu rural (à travers la
gestion des irrigations et des quantités d’eau à prélever). Il s’occupe en même temps de la
distribution de l’eau salubre au village, ceci à travers la direction de l’hydraulique rurale qui
met sur pied les points d’eau. Mais cette direction est le plus souvent absente.
 Le ministère de la santé publique qui s’occupe de la qualité des eaux
consommées. Il intervient dans le processus de prélèvement régulier et d’analyse de l’eau.
En dehors de ces trois ministères, la SNEC est la plaque tournante de la
distribution de l’eau potable au Cameroun, même si elle n’intervient pas en zone rurale. La
mode veut que les nantis qui se construisent dans les zones reculées sollicitent cette eau qui

141
est transportée jusque dans leurs domiciles respectifs au village. FONTEH (2002) affirme
qu’au total douze ministères sont impliqués dans ce secteur. On peut citer parmi tant
d’autre :
- Le ministère de l’urbanisme et de l’habitat qui s’occupe de la construction
des infrastructures dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants.
- Le ministère de la recherche scientifique et de l’innovation qui détient la
banque de données hydrologiques du Cameroun.
- Le ministère de la ville qui joue le même rôle que le précédent mais dans
les localités de plus de 10 000 habitants.
- Le ministère de l économie et des finances qui intervient dans la fixation
des prix.
- Le ministère de l’industrie et du développement industriel qui s’occupe de
la fixation des prix de l’eau, de l’embouteillage des eaux minérales.
A côté de toutes ces structures, on a le ministère des pêches et des industries animales,
le ministère des forêts, le ministère de la planification et de l’aménagement du territoire, le
ministère de l’administration territoriale chargée de la décentralisation, le ministère des
finances, le ministère des transports (puisque c’est ce dernier qui s’occupe de la
météorologie).
Nous nous rendons compte de la pléthore des structures qui interviennent dans le
secteur de l’eau. Leurs rôles sont très imprécis et se confondent le plus souvent. Dans la
plupart des cas, chacun des intervenants est plus ou moins laxiste dans ses actions. Il se pose
alors une nécessité de créer un nouveau contexte réglementaire qui sera suivi par chaque
structure. Les municipalités qui sont les premiers gestionnaires sont présentes, mais seulement
dans quelques centres urbains.
Dans un autre cas, les communes ont été relevées de leurs fonctions au milieu des
années 1990 par la fermeture des bornes fontaines publiques gratuites. La ville de Bamenda
reste un des derniers fanions de cette politique de gratuité. Dans le nouveau processus de
décentralisation, les communes auront plus de responsabilité dans cette gestion grâce à une
nouvelle structuration. Ceci reste un espoir pour une bonne marche et une amélioration des
conditions d’accès puisque la gestion locale est toujours meilleure. Les acteurs privés et
internationaux montent en force par le nombre de leurs réalisations.
B- Les acteurs privés et internationaux
Il existe une multitude d’acteurs que l’on peut classer en deux groupes : les initiatives
privées et les dons des organismes internationaux. Dans le premier groupe, il s’agit des

142
associations de quartier, les associations locales de développement, des religieux, les chefs de
quartiers et les particuliers. Ce sont dans ce cas des responsables locaux qui prennent des
initiatives personnelles ou collectives. Dans cet ordre d’idées, du creusement d’un puits
jusqu’à l’adduction en eau potable, aucun maillon n’est à négliger. Puisque tous ceux qui
interviennent ont un rôle à jouer quels que soit le niveau de leur intervention et l’ampleur. En
matière d’aménagement des points d’eau, même le puits bien construit vaut son pesant d’or.
Tout acteur agit en fonction de ses moyens, de ses capacités et de ses priorités. En parlant de
capacités, les organismes en sont les plus pourvus.
Il s’agit des ONG et des organismes de coopération internationale qui reçoivent des
financements plus concrets et plus consistants. Concrètement, on peut citer les organismes de
soutien aux collectivités territoriales comme le PACDDU, la GTZ, l’UE, la Coopération
Japonaise, Suisse, Hollandaise pour ne citer que ceux intervenant dans notre sphère d’étude.
Ces structures ont créé des projets qui sont aujourd’hui au centre des exploitations intenses.
Ayant bien compris la nécessite des infrastructures en eau, ils ont pour priorité l’accès à tous à
une eau salubre. C’est pour cette raison que leurs interventions sont orientées dans le sens de
l’amélioration du niveau de vie et plus particulièrement le domaine de l’accès en eau.
La multiplicité des différents intervenants ne fait que compliquer la tâche de chacun et
en particulier celle de l’État. Les rôles de la plupart d’entre eux se chevauchent. Chacun veut
faire le travail de l’autre et on finit par confondre les fonctions. Heureusement que depuis la
mise sur pied de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau, le Cameroun a pu élaborer un
plan national pour la concrétisation des engagements.
C- La GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau)
Le constat de la dégradation des ressources en eau est très clair. Les facteurs de cette
dégénérescence sont assez disparates ; on peut citer entre autres la croissance économique et
la croissance démographique. Il est nécessaire dans ce cas de faire régner un équilibre entre
l’eau en tant que source de vie et l’eau en tant que bien économique. La nécessité de la mise
sur pied d’un cadre réglementaire s’est avérée urgente. C’est dans cette démarche que la
GIRE a été élaborée. La GIRE est un outil flexible qui permet de s’attaquer aux défis de
l’eau et d’optimiser la contribution de l’eau dans le développement durable. Ainsi, une
approche GIRE encourage le développement et la gestion coordonnée de l'eau, des terres et
des ressources connexes, en vue de maximiser, de manière équitable, le bien-être économique
et social en résultant sans compromettre la pérennité d'écosystèmes vitaux (TEC, 2005). La
GIRE cherche à éviter de perdre des vies, de gaspiller de l'argent et d'épuiser le cadre naturel à
cause des décisions inappropriées. Elle est itérative et dynamique dans la mesure où elle

143
s'adapte aux nouvelles conditions économiques, sociales, environnementales et humaines en
mutation. Elle passe par l’utilisation des méthodes de gestion durable car les ressources
doivent être gérées convenablement. Mise en place par la communauté internationale en l’an
2 000, cette gestion doit être équitable et rationnelle. C’est un processus qui encourage la
mise en valeur et la gestion coordonnée de l’eau, des terres et des ressources associées en vue
de maximiser le bien être économique et social qui en résulte d’une manière équitable, sans
compromettre la durabilité des écosystèmes vitaux (Partenariat Mondial de l’Eau; 2002). La
GIRE est considérée à l’échelle mondiale comme la solution au problème. Elle prend en
compte des aspects politiques, juridiques, administratifs, économiques, environnementaux,
sociaux et culturels.
Comment réaliser une telle conception idéale alors que les changements nécessaires
paraissent tellement nombreux qu’il nous est difficile de savoir par où commencer ? Ce
processus est exigeant certes, mais l’atteinte n’est pas impossible. Il n’est pas un produit,
mais une évolution qui offre un cadre souple à plusieurs portes d’entrée, tel un puzzle où
chaque action ajoutée est un pas de plus vers la construction d’une gestion intégrée durable 39.
L’eau ne manque pas, elle est simplement mal gérée. Il est de notoriété internationale que la
crise de l’eau est celle de la gouvernance résultant essentiellement de nos modes de gestion
inadaptées et ayant en un lieu des retombées tragiques sur la vie quotidienne des populations
pauvres.
L’approche de la GIRE a été formulée pour la première fois lors de la conférence sur
l’eau et le développent en 1992 de Dublin. Quatre autres principes ont été élaborés :
Principe 1 : L’eau douce, ressource fragile et non renouvelable est indispensable à
la vie, au développement et à l’environnement.
Principe 2 : La gestion et la mise en œuvre des ressources en eau doivent associer
usager, planificateur et décideur de tous les échelons
Principe 3 : les femmes jouent un rôle essentiel dans l’approvisionnement, la
gestion et la préservation de l’eau.
Principe 4 : L’eau, utilisée à de multiples fins, a une valeur économique et devrait
être reconnue comme un bien économique40.

Les pays qui mettent en œuvre ces principes se comptent au bout des doigts ; car il
faut un cadre réglementaire stable et évolué. Notre pays fait partie ce ceux qui ne disposent

39
Focus N° 1/03, Info ressources, 2003
40
Rapport Mondial sur la mise en valeur des ressources en eau. L’eau pour les Hommes, l’eau pour la
vie,

144
pas de structure effective pour la mise. Il a mis en œuvre des éléments incitatifs, il s’agit ; du
principe «  usager payeur » ou « préleveur payeur », du principe « pollueur- payeur » et enfin
du principe selon lequel il faut subventionner les bons et taxer les méchants. A ce sujet, les
pays en voie de développement en général et le Cameroun en particulier qui disposent des
structures de base, ont intérêt à scruter et à appliquer la GIRE dans l'amélioration de la gestion
de leurs ressources en eau.

Néanmoins, à travers les grandes lignes la GIRE, l’Etat Camerounais a élaboré le


Plan d’Action National pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PAGIRE). C’est une
version locale de la gestion globale des eaux. Ce plan met un accent particulier sur la
mobilisation des acteurs. Pour cette concrétisation, deux organismes ont été créés pour rendre
plus concret ce plan. Il s’agit nommément du Comité National de l’Eau (CNE) et du Système
d’Information sur l’Eau (SIE).
Le CNE a été créé par le Premier Ministre par décret N° 2001/161/PM du 08 mai
2001. Mais le pire est à venir puisque l’on attend toujours la réunion des membres du comité
qui n’ont pas encore été désignés. Alors que le SIE doit pour sa part répertorier et créer une
base de données sur l’eau permettant de comprendre le problème de l’eau. Tout ce tableau est
complété par la CDE (Camerounaise Des Eaux) et la CAMWATER.
Tous ces outils de gestion soulèvent le problème de gestion de l’eau des bassins
versants. Ce dernier élément représente la plaque tournante de la problématique de l’eau.
II- LES PERSPECTIVES ET LES RECOMMANDATIONS
Notre étude basée sur la question de l’eau nécessite que l’on s’interroge sur le
devenir de cette ressource dans notre zone d’étude.
A- Les perspectives
En ce qui concerne la gestion de l’eau, aucune politique n’est mise en place. Et on a
comme impression que l’eau à l’ouest du Cameroun est une denrée infinie ou illimitée. C’est
un leurre puis que malgré la haute pluviométrie, cette province sera menacée d’un stress
hydrique dans une cinquantaine d’années selon la Banque Mondiale. Il n’y a aucun suivi en ce
qui concerne les ressources hydriques de la région. Tous les consommateurs d’eau ont intérêt
à se pencher sur la question. Il n’existe aucun programme de gestion du bassin versant alors
que c’est par là que doit passer la mise en place des bases plus solides. Le Plan d’Action pour
la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PAGIRE) est un espoir. Avec tous les organes
dont il dispose, ce plan a des chances de réussir pourvu que la priorité gouvernementale soit

145
tournée vers ce secteur. Sur un autre plan, la gestion des points d’eau construits doit être
participative. C'est-à-dire avec l’implication des bénéficiaires.
Du côté de l’avenir de la SNEC, le constat est clair. Les prix du mètre cube ne font
que augmenter comme nous l’avons mentionné plus haut. On sait très bien que cette
entreprise est une société à caractère sociale et mérite une gestion publique. Il vaudrait mieux
changer le mode d’administration plutôt que de préférer des gestionnaires privés souvent plus
véreux. Il faut comprendre par là que le secteur de l’eau dans notre pays doit être régularisé.
Des bases solides pour la privatisation doivent être réinitialisées. Comme l’affirme NGUIHE
KANTE (2004) concernant ce volet, « le Cameroun est dans une nébuleuse et cette situation
met des doutes ou des ambiguïtés dans les esprits ».
Dans le milieu rural, la situation d’accès à l’eau potable est peu enviable. Si rien n’est
fait, le problème va s’empirer un peu plus de jour en jour. Ce milieu mérite des
investissements en matière d’eau et surtout une formation en ce qui concerne la gestion des
infrastructures implantées. Les véritables acteurs du secteur de l’eau ne se prononcent pas. Ce
ne sont que les structures privées qui se démènent comme elles le peuvent pour trouver des
solutions plus ou moins concrètes. Dans la région de Bafoussam, les projets individuels et
collectifs ont réduit la peine des villageois. Mais si ces actions des ONG ne sont pas soutenues
par le gouvernement, nous courons droit vers l’abîme.
En zone urbaine, malgré les efforts fournis, la situation reste critique. La quantité
d’eau potable servie par la Société Nationale des Eaux serait insuffisante si tous les ménages
pouvaient se connecter au réseau. Il y a encore une inadéquation entre les ressources produites
et la demande générale. De plus, si la flambée des prix continue, on sera bientôt confronté à
des séries de maladies puisque la discrimination économique serait plus accentuée. Les
pollutions auxquelles sont confrontés les citadins sont de plus en plus nombreuses avec la
naissance de nouvelles industries, source de pollution.
B- Les recommandions
En plus de celles que nous avons énumérées plus haut, il existe d’autres plus
concrètes. Mais loin de créer des antidotes face aux problèmes cités précédemment, nous ne
donnerons que des lignes théoriques à suivre et à approfondir.
Au niveau de la gestion des bassins versants, aucune méthodologie ne peut être
appliquée de façon universelle. Dans la mesure où chaque bassin versant a ses spécificités. La
gestion d’un bassin nécessite une étude préalable qui doit s’intéresser à tous les acteurs, tous
les paramètres, bref tous les éléments d’amont en aval qu’ils soient naturels, artificiels ou
humains. La concertation des acteurs sur l’utilisation des sols est la priorité. Le prélèvement

146
excessif de l’eau pour toutes les activités doit être contrôlé de même que l’utilisation abusive
des pesticides et des engrais. La clé d’une gestion efficiente est entre les mains des autorités
d’une part et des acteurs de base d’autre part. Puisqu’on sait que ces derniers sont à 80 % des
femmes, la gestion est alors entre leurs mains. Le défi serait de faire à ce que tout le monde y
trouve son compte. Car sans intérêt, il n’y a pas d’action. La planification, l’évaluation, la
surveillance, la concertation sont des points incontournables pour une gestion durable. Ce sont
en fait des processus continus. Des évaluations d’impacts environnementaux doivent précéder
toute mise en valeur susceptible de jouer sur les ressources hydriques. Selon HELVETAS
Cameroon (1996), pour une réussite de la gestion d’un bassin versant il faut :
- des méthodes et des moyens simples, accessibles 
- la participation du public et des acteurs à tous les niveaux
- l’implication des organisations non gouvernementales et
gouvernementales
- des lois, des textes clairs réglementant tout le bassin.
D’abord, on devrait diviser tous les quatre grands bassins hydrographiques du
Cameroun en bassins versant et sous bassin versant. Ce n’est qu’à partir de là que des comités
de gestion de ces sous bassins pourront se former et agir en toute autonomie. Alors, les
ministères de tutelle auront alors pour tâche de former des gestionnaires et des
coordonnateurs. Chaque bassin versant ayant sa spécificité, il importe aussi de créer des
modes de gestion propres à chaque bassin. Ce n’est qu’au terme de toute cette gymnastique
très importante que l’on pourra asseoir à court ou à long terme des mécanismes et des
scénarios durables. Puisque le bassin versant de la Mifi sud n’est constitué que de la zone
cultivable, que peut-on attendre de sa gestion ?
Le captage des eaux, le traitement, la distribution et la gouvernance posent des
problèmes majeurs en milieu rural. Le nœud de la question c’est la sensibilisation des
villageois qui ne voient souvent aucun intérêt dans la gestion des points d’eau. Cette initiation
peut commencer par l’apprentissage des méthodes pour rendre une eau potable. C'est-à-dire
organiser des séminaires qui permettront de leur inculquer des méthodes simples et peu
coûteuses pour la filtration, la chloration, la javellisation, la décantation, l’ébullition etc.… De
plus, les organismes et les ONG qui interviennent dans les investissements doivent se mettre à
l’idée qu’elles ne peuvent rien sans la collaboration et la participation du bénéficiaire. Ce sont
ces derniers qui doivent entretenir toutes les infrastructures réalisées. Plusieurs villageois
boycottent et saccagent des constructions qui leur sont utiles. Ceci parce qu’ils ne mesurent
par le degré d’importance. Certains des acteurs ont déjà compris l’astuce pendant que d’autres

147
traînent encore le pas ou font la sourde oreille. La Scanwater a été un exemple d’échec dû à la
marginalisation des bénéficiaires. En ce qui concerne l’eau potable, les acteurs qui sont
administrativement chargés de la tâche se défilent. Il est temps pour que l’on mette un accent
particulier sur l’accès à l’eau de cette population rurale marginalisée. L’amélioration des
conditions d’approvisionnement dans ce milieu passe par l’information et la sensibilisation
des autorités locales, des communes et des populations. Les femmes doivent être les plus en
vue puisque tout passe par elles, que ce soit l’approvisionnement en eau potable ou
l’irrigation des cultures. Dans chaque village où existe un point d’eau potable ou non, il doit
être créé des comités spécialisés dans la gestion de l’eau, comités animés par le service
provincial de l’eau et de l’assainissement. Il reste beaucoup à faire en ville malgré les
apparences.
En zone urbaine, on devrait penser à de nouvelles orientations et des schémas concrets
pour résoudre le problème de l’eau qui plane toujours comme une épée de Damoclès au
dessus de nos têtes. La SNEC, principal fournisseur dans l’agonie depuis quelques années a
échoué. Elle n’était plus que l’ombre d’elle-même avant la reforme. Mais les problèmes
persistent et elle s’avère incapable de satisfaire tous les clients réels et potentiels. Sa
production de nos jours s’avère insuffisante. Il se pose une nécessité d’augmentation de la
quantité d’eau produite et ceci passe par la construction de nouvelles stations de traitement.
Par rapport aux études menées en 1989 par une mission conjointe germano camerounaise,
nous avons encore d’autres points de captage plus prometteurs, mais plus coûteux à exploiter.
La qualité du service doit être améliorée aussi bien au niveau humain qu’au niveau de la
qualité de l’eau servie. Malgré la réticence des services de santé, on devrait promouvoir les
forages dans les quartiers les plus démunis pour assurer au moins en ce qui concerne l’eau de
boisson un minimum de garantie. Le monopole du marché par la Société Nationale des Eaux
a causé un grave préjudice aux citadins, dans la mesure où il n’y avait aucune alternative en
dehors de cette société. Le nouvel espoir vient du bicéphalisme qui existe entre la CDE et la
CAMWATER.

148
Conclusion
Des textes sont élaborés au niveau international et nos gouvernements s’empressent de
les ratifier sans au préalable asseoir des bases solides dans lesquelles ces lois seront mises en
application. C’est ce qui est advenu au droit à l’eau qui est pourtant un droit fondamental.
Malgré les tapages médiatiques lors des ratifications, rares sont les pays qui ont pris en
compte ce droit. Le Cameroun fait partie de ces derniers. Presque rien n’est fait pour y
parvenir. Les différentes stratégies concoctées çà et là ont encore de la peine à se mettre en
place. Certaines de ces institutions n’existent que sur le papier. Celles qui sont déjà
opérationnelles sont marginalisées en terme de finance. Elles n’ont ni infrastructures, ni
logistiques et même pas d’autorités pour se faire entendre. Pourtant, il faut gérer les
ressources et surtout les bassins versants. La dégradation du couvert végétal et des sols sont
des dangers qui menacent la qualité et la quantité de l’eau. Cette gestion très délicate doit
intégrer tous les acteurs de même que tous les outils.

149
CONCLUSION GENERALE
Afin de cerner la question de l’eau à Bafoussam et sa périphérie qui a constitué le
nœud de nos réflexions durant cette étude, nous avons procédé par des études préliminaires,
puis par des enquêtes auprès des ménages ciblés en milieu rural et enfin par des analyses. A
partir des résultats, nous avons pu vérifier nos hypothèses dont certaines ont été confirmées et
d’autres infirmées
Il ressort que notre région d’étude (Bafoussam et Bamougoum) est pourvue des
potentialités hydriques énormes. Mais il y a un problème puisque les quantités d’eau produite
par la SNEC sont insuffisantes par rapport aux besoins de la population de toute la contrée.
En effet les 28 800 m3 d’eau produite par par jour ne permettent pas d’alimenter les zones
rurales et urbaines de Bafoussam, de Bamougoum, de Bameka, de Bamendjou, de Bandjoun
et de Baham. Par ailleurs, dans une cinquantaine d’années toute la province de l’ouest
Cameroun risquera de se trouver dans une situation de stress hydrique. Cette épée de
Damoclès est encore plus poignante lorsqu’on sait qu’en trente ans environ le prix du mètre
cube d’eau est passé de 65 F Cfa à 415 francs. Cette flambée des prix est accentuée par les
entreprises d’embouteillage d’eau qui plafonnent le prix à 400 F Cfa pour 1,5 litre. Que paye
t-on alors finalement ? La question du prix ou du coût demeure. En effet, nos pays sont
endettés et sous développés, sont contraints par certains organismes de vendre (ou plutôt à
brader) leurs entreprises avec une promesse d’aide. La conséquence de la privatisation des
sociétés: c’est la hausse prohibitive des prix. Le bicéphalisme de la distribution de l’eau au
Cameroun avec la CAMWATER et la CDE est peut être un nouvel espoir après la
privatisation de la SNEC. Les populations sont restées sereines malgré le laxisme de l’Etat.
Des projets ont été réalisés dans les deux villages. Les différents donateurs se recrutent à
plusieurs échelles. On peut citer les japonais, la CAPLAMI, le génie rural, les particuliers, le
PACDDU, l’UE. Les projets les plus édifiants que nous avons étudié sont : l’adduction de
Nkeng, les minis adduction de Kongso, de Lafié et de Sacta. Cependant, dans la plupart des
cas, les bénéficiaires n’ont pas été intégrés dans ces projets et certains se sont dégradés et
abandonnés. La méthode participative doit être un leitmotiv en ce qui concerne ce type de
réalisation dans la mesure où ce sont les bénéficiaires qui s’occuperont de l’entretien Plusieurs
projets n’ont pas fait long feu à cause de la mise à l’écart des villageois pendant la réalisation
des infrastructures. Le sursaut de chaque quartier montre que les populations ont été touchées
à des points sensibles.

150
On note une disparité entre le milieu rural et la zone urbaine. Cette dernière plus
avantagée que le premier se « débrouille » tant bien que mal. Or, le droit à l’eau est bien réel,
mais inappliqué dans notre pays. La question est plutôt de savoir comment procéder pour
palier le déficit. L’entreprise de traitement d’eau a été privatisée et cette situation ne fait
qu’empirer les choses. De plus, aucune politique de gestion du bassin versant de la Mifi sud
n’est envisagée faute d’organisation, de législation et de moyens financiers. Nonobstant cet
handicap, des structures telles que le Comité National de l’Eau, le Plan d’Action National
pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau, le Système d’Information sur l’Eau ont été
créées pour aider à la gestion de la ressource eau. Notre étude devrait être exploitée par les
municipalités, les autorités administratives dans la mesure où nous proposons des essais de
solution. De même, nous ouvrons ainsi une brèche pour d’autres études qui couvrent des
territoires plus larges et traitent des autres problématiques de l’eau.

151
BIBLIOGRAPHIE
ABODOMA (E.F.), 1988, Renforcement d’un réseau de distribution d’eau potable : analyse
et prévision de fonctionnement, cas de Yaoundé, Mémoire d’ingénieur de conception, ENSP
de Yaoundé, Yaoundé, 67 p.
ANTON (D.J), 1995, Villes assoiffées : L'approvisionnement en eau dans les villes
d'Amérique latine, CRDI, 240 p
ARCEIVELA SOLIJ, 1991, « la gestion qualitative des eaux dans les pays en
développement : critères d’approches » in Ressources naturelles, série Eau, N° 26, New york,
Nations unies
ASSONGMO (Th), 2002, Les quartiers marginaux de l’agglomération de Yaoundé : logique
de constitution et problèmes d’aménagement, Thèse de Doctorat en Etudes Rurales (Nouveau
Régime), Université de Toulouse-le-Mirail, 278 p.
BAILLY (A.) et al., 1995, Encyclopédie de la géographie, Paris, Economica, deuxième
édition, 1167 p
BARON, (C) ; BAUBY, (P), 2005 ; Figures d’eau in Société Civile et Marchandisation de
l’eau. Expériences Internationales. 15 p
BESSALA N’GOMA, TCHAMBA (B), MFORRIPOUM MAMA, 2003, Bafoussam : une
ville…plusieurs territoires, CUB.
BLISS (F.), 1990, « Problème de l’approvisionnement en eau potable au Burkina-Faso » in
Développement et coopération, N° 5, Berlin, Allemagne.
BONNIN (J.), 1977, Hydraulique urbaine appliquée aux agglomérations de petites et de
moyennes importances, Paris, Eyrolles, p 3-81 
BROOKS (D.B), 2002, L'EAU : Gérer localement, CRDI, 80 p
BRUNET (R) et al., 1997, les mots de la géographie : dictionnaire critique, Paris, Ed reclus,
la documentation française, 518 p.
CAMARA (K.) et BAH (B.), 1999, «  Gestion communautaire des bornes fontaines dans les
quartiers GBESSIA, cité 3 à Conakry- guinée », info Crepa, N° 23, Ouagadougou, Burkina-
Faso, pp19-22
DA COSTA (A.), 2004, la problématique de l’approvisionnement en eau potable des
population de la ville de Dschang. Université de Bordeaux III, Mémoire de maîtrise, UFR de
Géographie et Aménagement.
DJEUDA TCHAPNGA (H.B.), TANAWA (E.), NGNIKAM (E.), 2002, L’eau au
Cameroun. Tome 1: approvisionnement en eau potable, Yaoundé, Presses Universitaires de
Yaoundé, 359 p.

152
DUPONT (A.), 1981, Hydraulique urbaine : exercices et projets, Paris, Eyrolles, 262 p.
Focus N° 1/03, Info ressources, 2003
FONTEH FRU (M.), 2003, Water for people and the environment, The United Nation,
Cameroon Water Development Report. United Nations Economic Commission for Africa,
Addis Abeba, Ethiopia (Forthcoming), 158 p
GERARD (M.), 1991, « Le problème de l’alimentation en eau d’une ville moyenne du
Zaïre  : Le cas de Kikwit », in Eau et aménagement en régions intertropicales, Tome 2,
Espaces Tropicaux, N°23, CEGET-CNRS, Talence, pp. 191-221
GEORGES (P.), 1974, Dictionnaire de la géographie, Paris, PUF, 451 p.
GOMELLA (A.) et GUERREE (H.), 1984, La distribution de l’eau dans les agglomérations
urbaines et rurales, Paris, Eyrolles, 226 p.
HESSL (S.), 1994, L’eau et la santé dans les quartiers défavorisés, Table ronde de Sophia-
Antipolis, Ed du GRET, rue la Fayette, Paris, pp 11-175.
Jeune Afrique Economie, N°1889, du 19/3/1997, Le défi de l’eau, pp. 57-69.
Jeune Afrique Economie, N°2157, du 15 /5/2002, Algérie : ce n’est pas l’eau qui manque, p
86.
Jeune Afrique Economie, N°2144, du 11/2/2002, Eau : l’affaire de tous!, pp. 91-101.
HELVETAS Cameroon, 1996, Watershed resources management in the western highlands
of Cameroon, 66 p
KAMGA SOUOP (A), 1977, Bafoussam : Etude géographique, Thèse de doctorat 3e cycle,
Université de Bordeaux III.
KANKWENDA (M.) et al, la lutte contre la pauvreté en Afrique subsaharienne, Paris,
Economica, PNUD.
NGUIHE KANTE (P.), 2004 ; les contraintes de la privatisation des entreprises publique et
parapubliques au Cameroun. 23 p
KEINO TIOMELA, 2004, Problème d’eau dans une ville de piémont de montagne
tropicale : cas de la ville de Mbouda, Mémoire de maîtrise en Géographie Université de
Dschang.
KOUONANG (J.C.) , 1999, Minimisation des pertes d’eau sur le réseau de distribution d’eau
potable de la ville Foumban, Thèse de Master, Université de Dschang, Dschang, 54 p.
KEMEKONG (C.), 1990, Extension du réseau d’alimentation en eau potable de la ville de
Mbouda, EPFL de Lausanne, Suisse, 103 p.
KULBERMATTAN (J.M.), 1988, l’approvisionnement en eau et assainissement à faible
coût, Washington DC, BIRD/Banque Mondiale, 239 p.

153
LUBIEGT (G), 1991, « L’approvisionnement en eau de Rangoon (Birmanie) », in Eau et
aménagement dans les régions intertropicales, Tome 2, Espaces Tropicaux, N°3, CEGET-
CNRS, Talence, pp. 257-273.
MARGAT et TIERCELIN (J.R.), 1998, L’eau en question : Enjeux au 21ème siècle,
Romillard.
MBIELEU MIENGUE (N.), 2002, Amélioration du rendement du réseau de distribution
d’eau potable de la ville de Bafang, Master en gestion de l’eau, Université de Dschang.
MELIS (I.), 2000, « La guerre de l’eau aura-t-elle lieu? » DS Magazine, no 37, juin, p. 50
NGNIKE (J.M.), 2003, Accès à l’eau potable au Cameroun : problématique et perspective. In
Lettre Verte no 10, Août 2003, p 27-28
NGNIKE (P.M), 2003, “ Impact de la pollution sur la santé”, in Lettre Verte, N°10, p 29.
NGO LISSOUCK, (P), 1994, La pollution de l’eau par les matières fécales à Yaoundé. Le
cas des quartiers Melen et Biyem Assi, Mémoire de DIPES II, ENS, Université de Yaoundé I,
84 p.
OLIVRY (J.C.), 1986, Fleuves et rivières du Cameroun, Paris,MESRES-ORSTOM, 643 p
ORSZAGH (J.), 1997, « L’approvisionnement en eau dans les pays en voie de
développement est-il un faux problème ? », in Echo de Cota, N°74, Bruxelles, Belgique,
pp18-21.
PRISO (D.D.), 1995, « Approvisionnement en eau et assainissement à Dschang, ville
moyenne de l’ouest Cameroun » communication présentée au First International Géography
Conference, University of Durban West ville (10-14 juillet 1995), Polycopie.
Rapport Mondial sur la mise en valeur des ressources en eau : L’eau pour les Hommes, l’eau
pour la vie
SAINT EXUPERY (A. de), 1939, Terre des hommes ; ch.VII
SALEM (G.), 1994, « L’eau dan les villes du Tiers-monde », in Ville et développement N°
23
SIMEU (P.), 1996, Planification des réseaux hydrauliques : Etude sur la prévision de la
demande en eau en milieu urbain. Application à la ville de Yaoundé, Mémoire d’Ingénieur de
conception, ENSP de Yaoundé, Yaoundé, 57 p.
SMETS (H), 2002 ; Le droit à l’eau. Conseil Européen du droit à l’eau
SIGHOMNOU (D.), 2004, analyse et redéfinition des régimes climatiques et hydrologiques
du Cameroun : perspectives d’évolution des ressources en eau, thèse de doctorat, université de
Yaoundé I, 291 p

154
SUFO KANKEU (R), 2005, la problématique de l’approvisionnement en eau potable de
l’agglomération de Bafoussam, mémoire de maîtrise, université de Dschang, 126 p.
SPANGER (C.D.), 1997, « L’eau, base de la vie », in développement et coopération, N° 2,
Berlin, Allemagne.
TAMO (T.), 1995, Eléments pour une prise en compte de la participation des ménages au
développement des réseaux d’eau potable et d’électricité dans les pays en voie de
développement : Cas du Cameroun, Institut National des Sciences appliquées de Lyon et
ENSP de Yaoundé, Lyon, 280 p.
TCHAMENI (P.), 1995, la problématique de l’approvisionnement en eau potable dans la
ville de Bafoussam, Université de Yaoundé I, ENS, Mémoire de DIPES II.
TEGOFACK (R.), 2000, Problématique de l’approvisionnement en eau dans la ville
Yaoundé : cas de la région desservie par les réservoirs d’Etoudi, Mémoire de Master of
Science, Université de Dschang, Dschang, 75 p.
VENNETIER (P), 1988, « Cadre de vie urbain et problèmes de l’eau en Afrique Noire », in
Annales de Géographie, N°540, pp. 170-193
WAGNER (E.G.) et LANOIX (N.), 1959, Approvisionnement en eau des zones rurales et
des petites agglomérations, Genève, OMS, Suisse.
Sites Web
www.i-s-w.org
www.snec.cameroun.org
www.waterintegritynetwork.net
www.worldwatercouncil.org
www.nwp.nl
www.worldwaterforum5.org
www.wateraid.org

155
QUESTIONNAIRE D’ENQUETE
Université de Dschang
Faculté des Lettres et des Sciences Humaines ; Département de Géographie
Questionnaire d’enquête aux chefs De ménage
Ce questionnaire vous est administré en vue de la rédaction d’une thèse de Masters en
géographie. Merci de nous donner les réponses justes.
Questionnaire no------------- nom du village --------------------- nom du quartier-------------
I-IDENTITE DE L’ENQUETE.
1- Sexe : a) (1) Masculin  , b) Féminin 
2- Statut matrimonial : a)Marié (e)  ,b) Veuf (ve)  , c) Célibataire 
Si Marié (e), a) Monogamie  , b) Polygamie  (nombre de femmes--------)
3- Quelle est la taille de votre ménage ?
a) < 4 personnes  , b) 4 – 6 personnes  , c) 7 – 9 personnes  , d) 10 – 13 personnes 
, e) >13 personnes
4- Que faites-vous dans la vie ? a) Fonctionnaire, b) Commerçant (e), c)
Agriculteur (trice) d) Retraité (e)  e) Sans emploi  , f) Salarier 
g)Débrouillard  h) Autres (à préciser)-----------------------
5- Combien gagnez-vous par mois ? a) <50.000 f CFA  , b) 50.000 – 80.000 f CFA
 ,c) 80.000 – 100.000 f CFA 
d) 100.000 – 130.000 f CFA  , e) 130.000 – 150.000 f CFA  , f) > 150.000 f CFA 
6- Quelle est votre province d’origine ?--------------------------------------------------------------
7- Avez-vous été à l’école ? a) Oui  , b) Non  .
Si oui, niveau d’étude a) illettré (e)  , b) CEPE  , c) BEPC / CAP  , d) PROB 
, e) BAC et +  .
II- ANALYSE SOCIOECONOMIQUE DU PROBLEME D’APPROVISIONNEMENT
EN EAU
1) Avez-vous un branchement ou un abonnement SNEC individuel ? a) Oui  , b) Non 
a) Si oui, combien vous a-t-il coûté ? a) <50.000 f  , b) 50.000 – 80.000 f  , c) 80.000
– 120.000 f  , d) 120.000 – 150.000 f  , e) 150.000 – 200.000 f  , f) > 200.000 f
 , g) Autres (à préciser) ----------------------------------------
b) Si non, pourquoi ? a) Procédure trop longue  , b) Coût trop élevé  , c) Pas de
réseau SNEC dans le quartier 
d) Qualité douteuse  , e) Excès de coupures  , f) Autres (à préciser) ----------------
2) Type d’approvisionnement et utilisation
lessive cuisson Ménage Boisson Tous les travaux
Puits
SNEC
Source
Rivière
Pluies
forage
Eau minérale

3) A combien s’élève votre facture par mois ?a) < 2000 f , b) 2000 –5000 f , c)
5000 – 10.000 f ,
d) 10.000 – 15000 f , e) 15000 – 20.000 f , f) 20.000 – 30.000 f , g) 30.000 –
50.000 f , h) >50.000 f .
4) Où est-ce que vous vous approvisionnez en dehors de la SNEC ou en cas de coupure?

156
a) Puits , b) Pluies , c) Sources , d) Rivière , e)Forage , f) Boutique (eau
minérale) , g) Autres (à préciser) --
5) Combien de temps dure une coupure d’eau SNEC ?a) < 2 h , b) 2 h – 5 h , c) 5 h – 20 h
, d) 20 h – 2 j , e) > 2 j 
6) Quelle quantité d’eau la maisonnée consomme-t-elle par jour ?
a <10 l  , b) 10 –20 l  ; c) 20 – 50 l  , d) 50 – 100 l  , e) 100 – 150 l  , f)150
– 200 l  , g) > 200 l 
7) Quelle est la fréquence de l’approvisionnement?a) Tous les jours  , b) 2 fois par
semaines  , c) 2 fois par mois  ,
d) Autres (à préciser) ------------------------------------
8) Quelle est la distance qui vous sépare du point d’eau le plus proche ?
a) <200 m  , b) 200 – 500m  , c) 500 – 1 km  , d) 1 – 1,5 km  , e)
>2km 
9)Qui s’occupe d’eau à la maison?a) Les enfants  , b) La mère  , c) le père  , d) le
domestique  , d) Autres (à préciser)-
10) Avez-vous souvent des cas de maladie hydrique dans votre ménage ?a) Oui  , b)
Non 
Si oui laquelle ou lesquelles ?
Diarrhée dysenteri typhoïde filarioses schistosomiases ascaridioses autres
e (préciser)
Père
Mère
enfants
Si non pourquoi ?a) On consomme l’eau SNEC  , b) On traite l’eau avant de la
consommer  , c) On boit l’eau minérale  ,d) Autres (à préciser)
------------------------------------------
11) Combien vous a coûté le traitement de cette maladie ?
< 20 000 frs 20 000-40 000 40 –60 000 frs >60 000frs
frs
schistosomiases
filarioses
typhoïde
dysenterie
Diarrhée
ascaridiose
Autres (préciser)
12) Avez-vous des récipients pour collecter l’eau de pluie ?a) Oui  , b) Non  .
Si oui lequel ou les quels ?a) Fût  , b) Casserole  , c) Bassine  , d) Autres ( à préciser)
-----------------------------
Si non pourquoi ? a) Eau sale de qualité douteuse  , b) Pas nécessaire  , c) Autres (à
préciser) ----------------
13) Que pensez-vous du processus de privatisation de la SNEC en cours ?
------------------------
14) Que faut-il faire selon vous pour que tout le monde ait l’eau potable ?
a) Diminuer le coût du branchement et de l’abonnement  , b) Diminuer le prix du m3
d’eau SNEC  , c) Améliorer la qualité d’eau SNEC  , d) Aménager les sources
existantes  , e) restitution des bornes fontaines non payantes 
f) Autres (à préciser) ----------

157
III- EVALUATION, IMPACT ET IMPORTANCE DES SOURCES D’EAU
1) Existe-t-il une source dans votre quartier ?a) Oui , b) Non .
Si non, pourquoi ? ------------------------------------------------------------------------------------------
Si oui cette source est-elle aménagée ?a) Oui , b) Non .
Si non pourquoi ?
a) Eau pas très claire , b) Débit faible , c) Manque de financement , d) Autres
(à préciser) ------------------------
Si oui avez-vous été associé à l’aménagement de celle-ci ? a) Oui , b) Non .
Si non, pourquoi ? ----------------------------------------------------------------------------------------
Si oui, quelle a été la nature de votre contribution ? a) financière  (montant
-------------), b) Matérielle  ,
c) Travail manuel  ,d) Sensibilisation  , e) Autres (à préciser) -----------
2) Quel usage faites-vous de l’eau de source ?a) Boisson  , b) Cuisson  , c) Ménages 
, d) Autres (à préciser) ------
3) Croyez-vous que l’eau de source soit potable ?a) Oui , b) Non .
Si oui, pourquoi ? a) Elle est claire  , b) On a jamais eu de maladie hydrique  ,c) Elle
est bien aménagée  ,
d) Autres (à préciser) -----
Si non, pourquoi ? a) Couleur et odeur douteuse  , b) Présence des particules solides , c)
Non aménagée  ,
d) Autres (à préciser) ----
4) Traitez-vous l’eau de source avant de l’utiliser ou de la consommer ?a) Oui  , b) Non
 .
Si oui comment ? a) Javelliser  , b) Décanter  , c) Ioder  , d) Bouillir  , e) filtrer  ,
f) Autres (à préciser) ----
Si non, pourquoi ?a) On ne boit pas  , b) Jugée potable  , c) Faute de moyens  ,d)
Autres (à préciser) -----
5) Y a-t-il souvent affluence à la source ?a) Oui , b) Non
Si oui, en quelle période ? a) Saison sèche  , b) Coupure d’eau SNEC  , c) En week-end,
congés et vacances scolaires 
d) Autres (à préciser) ------------.
6) Le temps d’attente est-il souvent très long ?a)  Oui, b)  Non
Si oui, combien de temps ? a)< 30 min . b) 30-1heure , c) 1heure-2 heures
, d > 2 heures .
Si non, pourquoi ? a) Débit très élevé , b) Accès difficile , c) Eau sal  , d) Source non
aménagée , e) Autres ( à préciser)-
7) Quelle est la conséquence d’une longue attente ?a) Disputes  , b) Luttes  , c) Long
rangs  , e) Autres (à préciser)---
8) Y a-t-il un comité d’entretien de la source ?a) Oui  , b) Non 
Si non, pourquoi ?------------------------------------------------------------------------------------------
IV- AMENAGEMENT DES POINTS D’EAU COMMUNAUTAIRES
1)Y a-t-il un point d’eau communautaire dans le quartier ? a) oui  , b) non
Si oui, de quel type ? a) source aménagée  , b) forage ,c) borne fontaine , d) puits
aménagée , d) autres (à préciser
Qui l’a aménagée ? a) le comité de développement  , b) un particulier (une élite)  ,
c)autres organismes (à préciser)----
Qui entretient ce point d’eau ?a) les usagers  ,b) l’organisme en question  , c) autres (à
préciser) --------------

158
Si non, pourquoi ? a) manque de moyen financier  ,b) manque d’organisation  ,c)autres
(à préciser) -----------
2) Comment gérer vous ces installations ?a)gestion libre  ,b) comité d’entretien  c) autres
(à préciser)-------------
3) Avez vous à la réalisation de ce point d’eau ? a) oui  , b)non 
Si oui quelle est la nature de la participation ? a) financière  (montant -------------), b)
Matérielle  ,
c) Travail manuel  ,d) Sensibilisation  , e) Autres (à préciser) -----------
Si non pourquoi ?----------------------------------------------------
4) Y a t-il des projets d’aménagement des points d’eau dans le quartier ? a) oui  ,b) non 
Si oui, lesquels ?--------------------------------------------------------
Si non, pourquoi--------------------------------------------------
5) Que faut-il faire selon vous pour que tout le monde ait accès à l’eau ? a) traiter les eaux
existantes  , b) créer de nouveaux points d’eau potable  , c) réduire le coût de
Branchement ou d’abonnement à la SNEC  , d) autres (à préciser)------------------------

(1) Cochez la ou les case(s) appropriée(s).


Merci de votre collaboration et de votre
sincérité.

159
ANNEXES
ANNEXE I : Avis au public N° 039/A/F33/BAE

160
ANNEXE II : Contrat du projet d’eau de Nkeng

161
162
ANNEXE III: Plainte d’un gestionnaire du projet Nkeng

163
164
ANNEXE IV : Procès verbal de la tenue des palabres du 23 mai 2005 en vue de la mise sur
pied du comité de gestion d’eau de Nkeng

165
166
167
168
169
ANNEXE V : Schéma du système de distribution d’eau de Nkeng

170
ANNEXE VI : Décision N° 003 du 29 janvier 1999 portant création d’un comité de suivi et
de gestion de l’eau de Nkeng

171
172

Vous aimerez peut-être aussi