Vous êtes sur la page 1sur 76

REGISTRE DU COMMERCE P.60 SORTIR DE L’INFORMEL P.74 ENQUÊTE ÉCONOMIQUE P.

122

DÉMATÉRIALISER, C’EST UN IMPÉRATIF LE MARCHÉ DU


D É B U R E AU C R AT I S E R ET UNE URGENCE CIMENT À LA LOUPE

CONFÉRENCE NATIONALE SUR


LE COMMERCE EXTÉRIEUR

DIVERSIFIER L’ÉCONOMIE, PROMOUVOIR LES EXPORTATIONS

UNE VOLONTÉ POLITIQUE AFFIRMÉE


présentation
Pour une publication de référence
Med arezki boumendil

L’
idée de la présente revue a germé au cours d’une S’agissant d’un premier numéro, la présentation du
discussion avec le ministre autour du thème de secteur dans son organisation, ses missions et ses
la communication. La nature transversale du priorités a été privilégiée. Quelques actions et réali-
ministère du Commerce, l’impact direct et souvent sations phare, à l’instar de la Conférence nationale
immédiat de son activité quotidienne ou de ses actions sur le commerce extérieur, de la Journée d’étude sur
ponctuelles sur l’économie et la société, le nombre élevé l’économie et le marché informels ou de la convention
et la diversité des acteurs nationaux et des partenaires entre le Centre National du Registre de Commerce et
étrangers ayant été avérés, il apparaissait évident que la Chambre Nationale des Notaires y sont rapportés et
le secteur se devait de développer une communication largement commentées.
de qualité, soutenue et multidirectionnelle.
Le format électronique de la revue a été expurgé des
L’idée s’est progressivement transformée en pro- espaces publicitaires et des publireportages. Pour la
jet : celui d’une publication semestrielle destinée, version papier, nous avons volontairement limité ces
entre autres, aux institutions nationales, aux grands espaces et nous privilégions leur affectation aux éta-
groupes économiques et commerciaux, aux parte- blissements et aux entreprises qui honorent le produit
naires sociaux, aux représentations diplomatiques algérien et s'inscrivent dans la logique du développe-
algériennes à l’étranger et aux chancelleries étrangères ment de l'économie nationale.
en Algérie.
Pour la réalisation de ce numéro, de nombreux cadres
Il va de soi que cette publication n'est qu'un seg- supérieurs du ministère et des organismes sous tutelle
ment d'un dispositif plus général que le ministère du ont été mis à contribution et le ministre lui - même s’est
Commerce met peu à peu en place en matière de com- rendu disponible pour en signer l’éditorial.
munication et d'information. Pour sa part, la coopération de la société supcom
el-djazair a été précieuse. Que toutes et tous en
Néanmoins, Le Commerce en Revue a l’ambition d’être soient remerciés.
une vitrine du secteur et de constituer une référence
en matière de commerce, en Algérie, pour celles et Nous avons conscience que la revue, telle que vous
ceux auxquels la publication est destinée. Sans être l’avez sous les yeux, est perfectible. Notre premier
exhaustive, la revue a été conçue pour être aussi défi est de la rendre meilleure à chaque nouvelle
complète que possible en matière de contenu, tandis parution. Le second est d’en assurer la longévité. Ren-
que la sobriété de sa présentation, que nous ne voulons dez-vous, donc, dès le mois d'octobre prochain pour la
pas synonyme d’austérité, relève d’un choix délibéré. deuxième édition. 
éditorial
à chacun ses devoirs
amara benyounes

J’
aimerais dire les choses simplement. Avec ou sans L’opérateur économique est donc appelé à déployer les
la chute des prix du pétrole, la mise à niveau et le efforts nécessaires pour produire suffisamment, diver-
redressement de l’économie nationale s’imposent. sifier sa production, hisser la qualité de ses produits au
niveau des standards internationaux et être compétitif
Malgré les efforts consentis par l’Etat, les exportations en matière de prix. De même, les acteurs de la distribu-
hors hydrocarbures restent maigres, la facture des tion, à tous les paliers, devraient favoriser la promotion
importations lourde, le rythme des investissements du produit local, ne serait-ce que par l’adoption d’une
productifs insuffisant et le marché de l’emploi en dif- politique de merchandising adaptée. Mais, eux aussi
ficulté. ont leurs revendications légitimes et il convient de les
écouter et de répondre à leurs doléances.
L’équation est simple dans sa formulation : investir
massivement dans le secteur productif en mettant Il est alors du devoir de l’Etat d’entreprendre les
l’accent sur la qualité de la production, produire suffi- réformes nécessaires et de mettre en œuvre des dis-
samment et consommer algérien ; elle reste complexe positifs à même de protéger la production nationale,
dans sa résolution car elle demande la participation de d’améliorer l’environnement, de simplifier les procé-
tous et parce que les uns et les autres semblent n’avoir dures et de faciliter les actes d’investir, de produire et
conscience que de ce qu’ils considèrent comme leurs de commercer.
droits, occultant en partie, et parfois même complète- Pour notre part, au ministère du Commerce, nous en
ment, leurs responsabilités et leurs devoirs. faisons une priorité absolue.

Les trois composantes de l’équation sont identifiées. Il La loi modifiant et complétant l’ordonnance 03-04 du
n’y a donc pas d’inconnue. Il s’agit du citoyen, c’est-à- 19 juillet 2003, relative aux importations et exporta-
dire du consommateur, des opérateurs économiques tions de marchandises, s’inscrit dans cette logique. Il
et commerciaux et, enfin, du gouvernement et de l’ad- en est de même d’autres lois et textes réglementaires
ministration. promulgués ou en voie de l’être, dont il sera question
dans cette revue.
Le citoyen doit avoir conscience qu’en privilégiant le
label algérien pour sa consommation, il ouvre des pers- Le dernier décret exécutif qui réduit à sa plus simple
pectives de développement à la production nationale et expression la procédure d’enregistrement au registre
à l’investissement et permet de sauver et/ou de créer du commerce, l’avènement du registre du commerce
des emplois. Mais le consommateur a ses exigences, électronique et la convention signée entre le CNRC et
tout à fait légitimes, en matière de disponibilité des pro- la Chambre nationale des notaires sont, eux aussi, les
duits locaux, de leur diversité et du rapport qualité/prix. premiers fruits de cette nouvelle politique à laquelle
nous nous attelons.
Aussi, pour l’amener à participer à l’effort national de
développement de notre économie, ni l’injonction ni les En somme, Etat, opérateurs et consommateurs, à cha-
appels au patriotisme économique ne seront opérants. cun ses devoirs. 
sommaire
Régulation contrôle
  commerce et organisation économique et
  extérieur  des activités  répression des fraudes 
  Diversifier l’économie, informel et grande informer, contrôler
publication du ministère du commerce
  promouvoir les exportations P.10 distribution P.72 et sanctionner P.108
  une volonté politique LE CŒUR DU PROBLèME le consommateur
Le commerce en revue    affirmée comme finalité
Siege du ministère du Commerce,
cité Zerhoun Mokhtar,
Mohammedia, 16000 Alger
P.13 l'évenèment P.74 L’évènement P.111 L’évènement
revue.commerce@gmail.com Conférence nationale sur le commerce extérieur Journée d’étude sur le marché informel Rencontre nationale des cadres
une rencontre à très haute valeur ajoutée SORTIR DE L’INFORMEL : du secteur les wilayas dressent
UN IMPERATIF ET UNE URGENCE leur bilan
P.34
coopération
directeur de la publication,
rédacteur en chef  Coopération algero- hollandaise L’entretien  p.83 L’entretien  p.114
Med Arezki Boumendil  des LENDEMAINS PROMETTEURS le directeur général  « Nous mettrons en œuvre le directeur général « Un consommateur
une nouvelle vision de l'activité commerciale » bien informé est un levier économique »
Directeur chargé de la gestion,  l'entretien p.36
de la régie publicitaire   le directeur général P.86 l'institution P.116 l'institution
et des relations publiques
Yacine Sidi Saïd
 « Le gouvernement s'attèle à améliorer la compétitivité des produits nationaux » Surveillance de la concurrence Contrôle de qualité
et des pratiques commerciales une vigilance de chaque instant
directrice artistique, P.38
l'institution UN DISPOSITIF INDISPENSABLE A LA MISE P.122 Enquête économique
infographie et photographie Politique commerciale extérieure EN ŒUVRE D’UNE ECONOMIE DE MARCHé le marché du ciment à la loupe
louise Dib Une volonté d’ouverture maîtrisée

rédacteur en chef adjoint 
meriem Boudjadja  P.93 magros P.125  le cacque
P.43 algex La Double exigence de l’efficacité Laboratoires de contrôle de la qualité
documentalistes chute des cours des hydrocarbures commerciale et de l’aménagement du territoire Une étape incontournable,
Besma Bendris, Ghania Mebrouki  Le commerce extérieur au cœur des priorités
un rôle crucial
du gouvernement P.98  la caci
Assemblée générale ordinaire : P.150  Les TIC au service de la communication
P.53 Le P3A, une évaluation positive A l’ombre du reflux des cours du brut
conception, réalisation L’UNION EUROPéENNE COMME RéFéRENCE objectif : modernisation
et régie publicitaire
supcom eldjazaïr

impression
publi-reportages   débats
ED-DIWAN dossier P.60 Chebli « ou l’histoire exemplaire d’une
entreprise familiale et citoyenne » 1  « Adhésion à l’OMC : enjeux, ouverture et vulnérabilité »
registre du commerce
électronique, convention P.129   P.143 par yacine ouldmoussa

contacts cnrc-chambre nationale Condor « Le secret de notre réussite ?


contact@supcom.dz des notaires… 2  « La baisse des cours du brut cristallise tous les faux débats »
la confiance du consommateur ! »  P.146 entretien avec abderezak trabesi
9 bd du 11 décembre 1960
P.135
Elbiar, 16000 Alger
021.94.69.79 Dématerialiser, c'est Sanofi « Notre confiance en l'Algérie 3  « Mise en réseau au service de l’expansion commerciale,
d é b u r e a u c r at i s e r est totale »   regarder vers l’Afrique subsaharienne »
P.140   P.148 par ahmed belghenou
«
Avec ou sans la baisse des prix du pétrole, la mise à niveau Tous les propos qu'on pourra lire dans les pages suivantes
commerce extérieur et le redressement de l’économie nationale s’imposent »,
a écrit, à juste titre, le ministre dans son éditorial. La
s’intéressent, à un titre ou à un autre, à cette problématique
incontournable.
question est plus que jamais d’actualité et elle mobilise l’en- Le constat est toujours le même et tous les propos tendent
semble des acteurs concernés par l’effort à consentir pour en à ouvrir des pistes et proposer des stratégies qui convergent

une volonté
diversifier l'économie,
promouvoir les exportations 
finir avec la dépendance de notre économie du seul secteur
des hydrocarbures.
vers un seul objectif : diversifier l’économie nationale et nos
exportations hors hydrocarbures.

politique affirmée
C'est dans ce contexte et pour cet objectif qu'intervient la On lira avec intérêt dans le présent dossier un exposé succinct
Conférence nationale sur le commerce extérieur tenue les 30 sur la politique nationale du commerce extérieur et un article
et 31 mars, sous le haut patronnage de monsieur le président sur les accords régionaux et commerciaux.
de la République, en présence du 1er ministre, de nombreux
membres du gouvernement, de walis, de parlementaires, de On y trouvera aussi une présentation exhaustive d’Algex, un
diplomates algériens et étrangers de haut rang, d'experts bilan de ses activités et ses ambitions affichées pour l’avenir,
nationaux et étrangers, d'opérateurs économiques et de en matière d’accompagnement des entrepreneurs algériens
représentants de la société civile. L'évenement occupe une dans leur quête d’une place sur le marché international.
place prépondérante dans la présente publication, s'agissant
surtout de diversifier l'économie nationale et de promouvoir On y découvrira, aussi, une présentation du programme P3A,
les exportations. avec ses objectifs et ses réalisations.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 9


commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

éclairage
Conférence nationale sur le commerce
extérieur : contexte et objectifs

Les participants arrivent au palais des nations

L
Conditionnalité de tout développement pérenne, la e défi à relever est considérable. Il passe, à la fois, par la
diversification des exportations a, depuis plusieurs consolidation de la vocation exportatrice de l’entreprise
années, constitué une préoccupation majeure des algérienne à travers, notamment, sa mise à niveau tech-
réformes économiques entreprises par les pouvoirs nologique et managériale, une allocation conséquente de
publics. Cette question se pose aujourd’hui avec ressources financières au renforcement de la compétitivité de
d’autant plus d’acuité que le marché pétrolier mondial l’économie nationale et la définition d’une stratégie offensive
s’oriente à la baisse, à un moment où les besoins de de conquête des marchés extérieurs, s’appuyant sur une valo-
financement du développement économique et social risation systématique des avantages comparatifs détenus par
explosent. le pays.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 11


commerce extérieur  L'ÉVENEMENT commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

axes de réflexion et de travail


ΔΔ La diversification de l’économie algérienne et la ΔΔ La réorganisation, la consolidation et le renforcement
consolidation de la balance commerciale qui constitue un des institutions d’encadrement et des instruments de
objectif prioritaire et qui interpelle tous les acteurs ; promotion et d’appui aux exportations hors
hydrocarbures ;
ΔΔ L'identification des éléments d’une politique nationale
du commerce extérieur pour renforcer les résultats à l’ex- ΔΔ La consolidation de l’entreprise et le renforcement de
portation et lancer la réflexion pour la mise en place d’une sa compétitivité à l’international et la mise à niveau de ses
stratégie nationale de promotion, de développement et produits ;
d’encadrement des exportations hors hydrocarbures.
ΔΔ Le parachèvement des discussions économiques
Cette politique, pour être efficace, devra s’appuyer sur avec les institutions régionales et internationales ;
des mesures de soutien visant, notamment, à :
ΔΔ L’amélioration de l’environnement national et
ΔΔ La redynamisation et la relance des activités international des activités liées au commerce extérieur ;
productives en vue de constituer une offre exportable
diversifiée et de qualité ; ΔΔ La mise en place d’une politique de positionnement
des produits nationaux sur les marchés extérieurs ;
ΔΔ La mise en cohérence d’ensemble et la coordination
entre les stratégies sectorielles et la stratégie nationale de ΔΔ L’amélioration et le renforcement de la bonne
promotion et de développement des exportations hors gouvernance et la transparence dans les opérations
hydrocarbures ; liées au commerce extérieur.

Vue générale de l'hémicycle lors de la plénière

D
ans cette perspective de change- La diversification de l’économie Le constat qui s’impose est que l'Algérie de mesures de stimulation du com- Le constat qui s’impose aujourd’hui Il importe, en outre, de faciliter l'accès
ment systémique, le Ministère du demeure un acteur marginal du com- merce extérieur par l’élimination des aux intrants, d'encourager les nouveaux
Commerce ouvre le débat autour nationale est au cœur du plan merce international, au moment où la principaux obstacles structurels et est que l'Algérie demeure un acteur investissements et d’assurer l'infor-
de la problématique du commerce exté- d'action du Gouvernement, un plan mondialisation s’accélère. institutionnels au développement de marginal du commerce mation sur les marchés, sans oublier la
rieur. qui vise à parachever les réformes la production, de la productivité et de international, au moment où la conclusion rapide, en conformité avec
Cette situation est due essentiellement la compétitivité hors- hydrocarbures. les intérêts du pays, des négociations
à ce débat prendront part l’ensemble engagées pour mettre l’économie à la faible diversité des structures de mondialisation s’accélère. commerciales en cours avec les insti-
des acteurs (pouvoirs publics, parte- nationale sur la voie de production et d'exportation de son éco- La persistance de ces obstacles n'a pas tutions régionales et multilatérales
naires économiques et sociaux, experts, l’émergence. nomie, à la forte dépendance vis-à-vis permis aux exportations hors hydrocar- qui constituent la clé de tout déve-
universitaires) ainsi que des représen- des hydrocarbures et à sa faible intégra- bures de prendre leur essor et de mettre L’accent doit être mis en particulier loppement d’envergure du commerce
tants d’institutions internationales tion aux chaines de valeurs mondiales. à profit les opportunités créées par la sur l’entreprise algérienne qui n'est extérieur de l’Algérie.
spécialisées, à l’effet de procéder à un mettre l’économie nationale sur la voie Après deux décennies de libéralisation libéralisation des échanges et par l’in- pas encore apte à s’insérer avantageu-
large échange de vues quant aux actions de l’émergence. Ce processus implique économique, le moment est venu de tégration de notre pays dans les espaces sement dans les chaînes de valeurs L’objet de cette Conférence nationale
à engager pour relancer les exporta- non seulement une gouvernance écono- passer d'une approche « techniciste » économiques régionaux. mondiales et pénétrer pleinement les réside précisément dans la recherche
tions hors-hydrocarbures, réfléchir aux mique rénovée mais aussi une montée axée sur l'élimination des obstacles à marchés extérieurs. Aussi, le renforce- d’éléments pertinents permettant de
mesures de nature à améliorer l’offre en puissance des activités productives la liberté du commerce à une approche Le principal enseignement qui peut être ment de ses capacités et l’amélioration restructurer les politiques publiques
exportable et dessiner les contours parmi les activités à haute valeur ajou- « politique » fondée sur la diversifica- tiré de l’expérience précédente est que le de son environnement constituent-ils sectorielles et transversales, pour ren-
d’une nouvelle politique de commerce tée (industrie, agriculture, tourisme, tion et le rééquilibrage des échanges développement des exportations hors une priorité dans cette phase cruciale de forcer les résultats à l’exportation et,
extérieur plus équilibrée et mieux adap- mines, services, etc). extérieurs, pour venir à bout de ses vul- hydrocarbures ne se résume pas à la redéploiement de l’économie nationale. concomitamment, le lancement de la
tée aux spécificités nationales et aux nérabilités actuelles. seule libéralisation du commerce. L'Al- réflexion sur une stratégie nationale
mutations économiques et financières Pour atteindre ces objectifs ambitieux gérie s’engage progressivement dans La promotion d’une politique d’exporta- de promotion et de développement
mondiales. il est nécessaire de mettre en cohé- Cette inflexion privilégie le renforce- l’exportation de nouveaux produits tions hors-hydrocarbures plus offensive des exportations hors-hydrocarbures et
rence et en synergie l'ensemble des ment et la modernisation des capacités pour lesquels les marchés sont porteurs. questionne le système économique assurer, ainsi, un meilleur encadrement
stratégies sectorielles, de sorte à remé- de production nationales afin de per- Toutefois, les quantités demeurent dans ses dimensions institutionnelles, du commerce extérieur. 
objectifs de la conférence dier à la fragmentation que connaît, mettre aux entreprises de jouer un encore faibles au regard des potentia- économique et managériale mais aussi
aujourd’hui, l'économie algérienne et rôle plus actif dans le cadre de l'inté- lités du pays. L'entrée en jeu du secteur dans son paradigme fondateur. Il s'agit
La diversification de l’économie natio- fédérer les acteurs nationaux, publics gration de notre pays dans les espaces privé et la constitution de partenariats d'accroître la productivité et de mettre
nale est au cœur du plan d'action du et privés, autour de la priorité nationale économique régionaux et mondiaux. public-privé s’avère indispensables en place des institutions à même de
Gouvernement, un plan qui vise à que constitue désormais la promotion Force est d’admettre que l’ouverture de pour exploiter les opportunités d’ex- permettre une participation efficace
parachever les réformes engagées pour des exportations hors-hydrocarbures. l’économie ne s'est pas accompagnée portation qui se présentent. au commerce international.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 12 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 13
commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

UNE PARTICIPATION MASSIVE ET DE QUALITé


CONFéRENCE NATIONALE
La conférence nationale sur le
SUR LE COMMERCE EXTéRIEUR commerce extérieur a connu une 44 INSTITUTIONS ET 75  UNIVERSITÉ, ECOLES,

Une rencontre à très participation record marquée par la


qualité et le niveau des participants.
En effet, pas moins de 1281 per-
ORGANISMES PUBLICS

54  INVITÉS
INSTITUTS ET CENTRES

112  ASSOCIATIONS, AGENCES,

haute valeur ajoutée sonnes ont été conviées, réparties


comme suit : 13  CCI MIXTES ET BANQUES
ÉTRANGÈRES
FORUM, UNIONS, CLUBS,
FÉDÉRATIONS, CONFÉDÉRATIONS,
OFFICES
Pendant deux jours, les 30 et 31 mars, l’embléma- 38 MINISTRES
tique Palais des Nations de Club des Pins a accueilli la 77  REPRÉSENTANTS DES 154  ENTREPRISES NATIONALES
Conférence nationale sur le commerce extérieur, orga- 12  ANCIENS MINISTRES MINISTÈRES ET CC/OMC
nisée par le ministère du Commerce sous le haut pa- 44  ORGANISATEURS MINISTÈRE
tronage du Président de la République. L’objectif prin- 69  AMBASSADEURS 68  EXPERTS
cipal de la rencontre est de dessiner une stratégie qui 48  PERSONNEL DE SOUTIEN
permette un rééquilibrage du commerce extérieur par 11  APN, CONSEIL DE LA NATION, 107 ADMINISTRATION
la maîtrise des importations et la diversification et la CONSEIL CONSTITUTIONNEL CENTRALE MINISTÈRE 29  EXPOSANTS
promotion des exportations, dans le respect des règles
internationales et des engagements pris. Le nombre 06  SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX, 193  SERVICES EXTÉRIEURS 180  Presse
et la qualité des participants ainsi que le niveau et la CHEFS DE CABINET DE MINISTÈRES MINISTÈRE, CCI, ORGANISMES
franchise des discours et des interventions confèrent ET WALIS SOUS TUTELLE
une indéniable valeur ajoutée à l’évènement. à l'écoute de l'hymne national

C’
est en présence de plus de 1200 commerce extérieur en particulier, pour L’intervention du ministre des Affaires du gouverneur de la Banque d’Algérie, aussi bien en plénière qu’en ateliers, de des intervenants de
participants et invités (voir mieux apprécier les progrès enregis- Etrangères a été particulièrement Mohamed Laksaci. Les interventions sorte que jamais peut-être, jusqu’ici, une très haut niveau
encadré), sous l’œil de près de trés mais aussi le long chemin qui reste remarquée. D’abord parce que c’est des deux derniers ministres à prendre rencontre de ce niveau et de cette impor-
200 journalistes, que les travaux de la à parcourir. Il dira ensuite les efforts sans doute la première fois que ce la parole ne furent pas d’un intérêt tance n’a autant été expurgée de toute Les travaux de la conférence ont com-
Conférence nationale sur le commerce consentis, les difficultés rencontrées, département ministériel s’exprime moindre. En effet, le ministre de l’Agri- trace de langue de bois ou d’autocen- mencé, à proprement parler, en début
extérieur ont débuté ce lundi 30 mars, les atouts de notre économie et le cap publiquement et à ce niveau sur les culture et du Développement rural, sure. Et s’il fallait ne citer qu’un succès d’après-midi, après la pause déjeu-
à 9h30 du matin, par une brève allocu- qu’il faudra lui donner pour atteindre questions économiques et commer- Abdelouahab Nouri, et le ministre de la de cette manifestation, celui-là est sans ner, pour se poursuivre le lendemain
tion de bienvenue du ministre du Com- les objectifs fixés par le gouvernement ciales, ensuite parce que l’orateur a Pêche et des Ressources halieutiques, conteste l’un d’eux. Les travaux de la jusqu’en fin de journée.
merce, Amara Benyounes, et l’écoute de et faire rentrer l’Algérie, aux horizons annoncé toutes les mesures prises sont solidairement à la tête d’un secteur matinée ont pris fin après l’intervention Tandis qu’en plénière les intervenants
l’hymne national. La parole a aussitôt 2020, dans le club encore restreint des pour la mise en œuvre d’une diplo- dont dépend la sécurité alimentaire du du secrétaire général de l’UGTA, Madjid su succédaient à la tribune, trois ateliers
été donnée au Premier ministre, Abdel- pays émergents (voir article en rap- matie économique efficace dont les pays et qui présente un haut potentiel Sidi Saïd, qui aura quelque peu atténué ont été installés avec missions de rendre
malek Sellal, qui procèdera à l’ouverture port). actions s’inscrivent dans la stratégie à l’exportation comme le confirme le son opposition traditionnelle à l’adhé- leurs recommandations en plénière dès
officielle des travaux après un discours globale du gouvernement en la matière positionnement de la datte à la tête des sion de l’Algérie à l’OMC, se limitant à le lendemain après-midi pour les sou-
caractérisé par la sérénité du ton, la jus- un gouvernement et répondent parfaitement aux théma- exportations hors hydrocarbures. énumérer quelques recommandations mettre à débat (voir article en rapport).
tesse du constat, la franchise du propos solidaire et déterminé tiques inscrites à l’ordre du jour de la dont le gouvernement a sans doute Dans l’après-midi de cette première
et la détermination à franchir un à un conférence. Après avoir écouté le Premier ministre pris note. Avant le début des travaux, journée, pas moins de seize interven-
les obstacles qui se dressent devant la et les membres du gouvernement, un le Premier ministre et les membres du tions ont été enregistrées en plénière,
nécessaire diversification de l’économie Après les allocutions du Premier Pour sa part, le ministre des Finances constat s’impose. D’abord, chacun aura gouvernement présents ont visité une suivies d’un débat animé et décom-
nationale et la promotion des exporta- ministre et du ministre du Commerce, a orienté son intervention sur des vu la cohérence et la cohésion des propos exposition organisée dans les halls du plexé jusqu’à la clôture de la journée, à
tions hors hydrocarbures. quatre autres membres du gouverne- données chiffrées qui caractérisent qui attestent d’un gouvernement soli- Palais des Nations, à laquelle ont pris l’heure du dîner. Treize autres interven-
ment ont été invités à prendre la parole. l’économie nationale et les finances daire dont les membres, chacun en ce qui part 29 entreprises et groupes algériens tions ont pu être suivies le lendemain
Il annoncera, entre autres, une pro- Le ministre des Affaires étrangères, publiques, données indispensables le concerne, sont mobilisés pour relever exportateurs de biens et :ou de service. matin. Au total ce sont vingt-neuf
chaine loi de finances complémentaires, Ramtane Lamamra, d’abord, puis suc- à une vision objective de la situation le défi de la diversification de l’économie, intervenants qui ont tenu à apporter
toute dédiée à cet objectif (voir article cessivement, le ministre des Finances, générale et à l’élaboration de stratégies de l’amélioration de l’environnement Après l’intervention du ministre des leur pierre à l’édifice, parmi lesquels
en rapport). Mohamed Djellab, le ministre de l’Agri- appropriées en matière d’économie et économique et de la productivité, de Affaires Etrangères, l’assistance a eu de grands opérateurs publics et pri-
culture et du Développement Rural, de commerce en général et du commerce la maîtrise des importations et de la droit à un documentaire d’une quin- vés, des représentants d’organisations
Lui succédant, le ministre du Com- Abdelouahab Nouri et le ministre de la extérieur en particulier. Ses propos, promotion des exportations. Ensuite, zaine de minutes, réalisé à la demande professionnelles, des diplomates, des
merce, Amara Benyounes, a procédé Pêche et des Ressources Halieutiques, qui ont suscité l’intérêt de l’assistance, toutes les interventions sont caracté- du ministère du Commerce et selon ses représentants d’organismes algériens
à une rétrospective en relation avec Sid Ahmed Ferroukhi. seront appuyés quelques minutes plus risées par une grande franchise, ce qui indications, consacré à la thématique du et internationaux et des experts natio-
l’économie nationale en général et le tard par l’intervention très documentée a contribué à décomplexer les débats commerce extérieur. naux et étrangers (voir encadré).

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 14 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 15
commerce extérieur  L'ÉVENEMENT commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

Le ministre du Commerce a procédé à


intervenants en plénière une rétrospective en relation avec
Abdou Bouderbala DG des Douanes ; Boukhalfa khem- l’économie nationale en général
nou, DG ALGEX ; Mohamed Rafik Demmak, Vice-Pré- et le commerce extérieur en
sident commercialisation SONATRACH ; Abdelka- particulier, pour mieux apprécier
der Chouane, directeur central SONELGAZ ; Issaad les progrès enregistrés mais aussi
Rebrab, Président-Directeur Général Groupe CE- le long chemin qui reste
VITAL ; Rolf Traeger, CNUCED ; Mohamed Bouchakour, à parcourir.
EHEC Alger ; Emmanuel Noubissie Ngankam, Banque
mondiale ; Boumediène Derkaoui, Président Groupe Dans l’après-midi de la deuxième jour-
Saidal ; Professeur M’hamed Merdji, expert ; Bachir De- née, avant que les rapporteurs des trois
ateliers ne soumettent leurs recom-
himi, Président Groupe Mécanique ; Pascal Bergeret, mandations à la plénière, le ministère
IAM Montpellier ; Abderrezak Trabelsi, Délégué Gé- du Commerce a procédé à la signature
néral ABEF ; Réda Cherif, économiste IDC/FMI ; Da- de lettres d’intention avec des institu-
vid Bicchetti, CNUCED ; Farid Yaïci, Expert ; Mohamed tions internationales spécialisées, dont
le CCI, l’IAMM et le programme P3A/
Babes, Président CNES ; Hervé Lohoues, Banque Afri- UE.
caine de développement ; Ali Bey Nasri, ANEXAL ; Ali
Harbi, Expert ; Arezki Issiakhem, PDG Groupe Isser L’exposé des recommandations a été
Délices ; Abderrahmane Benkhelfa, Expert ; Djillali Ta- suivi d’un débat avant que le ministre
du Commerce, Amara Benyounes, ne
riket, DG CAGEX ; Khalifa Tounakti, Expert PNUD ; Darius procède à la clôture des travaux de la
Kurek, CCI ; Salah Zenkhri, Universitaire, Président conférence (voir le texte intégral de
du Consortium des dattes ; Rachid Alliouche, Uni- son allocution). A noter que l’ensemble
versitaire, EHEC ; Mohamed Amokrane Nouad, Expert ; des travaux de la conférence seront
publiés sous peu sous forme d’actes par
Kamel Moula, PDG Venus, Président du CEIMI. le ministère du Commerce (NDLR). 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 16 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 17
commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

Le premier ministre procède


à l’ouverture des travaux

Un ton serein, franc


et déterminé
C’est un Premier ministre serein qui a procédé à l’ou-
verture des travaux de la Conférence nationale sur le
commerce extérieur organisée par le ministère du Com-
merce. Prononçant un discours d’une franchise remar-
quable, Abdelmalek Sellal a dressé un constat objectif
et sans concession sur l’état de l’économie nationale en
général et du commerce extérieur en particulier. Il a
aussi fait part de la détermination du gouvernement
à lever les incohérences et dépasser les obstacles en
prenant sans délais les mesures qui s’imposent.
Une assistance attentive

D’
emblée, le Premier ministre biens alimentaires », une situation qui Un discours caractérisé par la Le Premier ministre a encore réaffirmé Et, fait inédit, alors qu’il devait quitter Jamais peut-être, jusqu’ici, une
a donné le ton en rappelant le implique «une déstructuration du com- sérénité du ton, la justesse du la volonté politique du gouvernement la conférence après l’allocution de son rencontre de ce niveau et de cette
contexte dans lequel intervient merce extérieur et nous oblige à aller à d’encourager « entreprises nationales ministre du Commerce, Abdelmalek
cette rencontre, marqué par le reflux tout prix vers la réductions des impor- constat, la franchise du propos et citoyennes, publiques et privées », sans Sellal a décidé de bousculer son agenda importance n’aura été autant
net des cours du pétrole sur le mar- tations tout en respectant les accords la détermination à passer un à un discrimination aucune, avant d’annon- et d’assister à toutes les interventions expurgée de toute trace de langue
ché mondial, avec ce que cela implique conclus avec nos partenaires de l’Union les obstacles. cer que « dans les mois à venir, une loi jusqu’à la pause de fin de matinée. de bois ou d’autocensure, ce qui
comme impact sur les finances, sachant européenne et de la Zone arabe de libre de finances complémentaire sera pré- C’est dire toute l’importance qu’il accor-
que notre économie est très largement échange ». Il n’a pas nié non plus que sentée au Parlement en vue de prendre dait à l’évènement.  constitue l’un de ses succès.
tributaire des exportations pétrolières. jusqu’ici ont prévalu des malversations Le constat ayant été fait, le Premier des décisions en faveur d’une meilleure
Mais, plutôt que de s’en plaindre, il a et des fraudes en tous genres au détri- ministre fera part de sa détermination maîtrise du commerce extérieur et de
préféré positiver, estimant même qu’il ment de l’économie nationale et des et de la volonté politique du gouver- l’économie nationale en général ».
s’agit là d’ « une occasion en or » pour « finances publiques, qu’il s’agisse de la nement d’en finir avec le laxisme et
changer les mentalités » et pour conce- facturation des produits importés ou les incohérences. Pour cela, dira-t-il, Cette loi de finances complémentaire
voir et mettre en œuvre des stratégies de leur qualité. Il ironisera même sur le des mesures ont été prises et d’autres comportera, selon le Premier ministre,
nationales vouées au développement sujet en disant qu’on nous a parfois fait encore le seront très prochainement. des mesures qui « viseront à assurer une
et à la diversification de l’économie prendre des vessies pour des lanternes, meilleure maîtrise du commerce exté-
nationale ainsi qu’à la maîtrise et à la utilisant pour cela une formule bien à lui Ainsi, alors que « la Banque d’Algérie rieur à travers, notamment, la lutte
réduction des importations, dans le : on importe « des pur-sang qui se trans- a (déjà) donné des instructions pour contre la corruption et la fraude dans
strict respect des accords conclus avec forment miraculeusement en mulets à mieux contrôler et suivre les opéra- le financement des importations ». Ces
les partenaires, et à la promotion des leur arrivée dans nos ports». tions d’importation », le ministère du mesures, additionnées au « projet de loi
exportations hors hydrocarbures. Commerce créera incessamment « un rétablissant les licences d’importation,
Il a également reconnu et déploré qu’il fichier national des importateurs et des actuellement sur le bureau du Parle-
Il n’a nié ni le poids de l’économie infor- existe encore, à tous les niveaux, « des exportateurs sérieux et fiables, branche ment, permettront de mieux maîtriser
melle qui brasse « 3700 milliards de réflexes bureaucratiques et certaines par branche et produit par produit, pour les importations et de débusquer les
dinars » contre seulement « 2324 mil- mentalités figées qui continuent à faire contrer les tricheurs qui ont souvent fraudeurs ».
liards de liquidités bancaires » et qu’il la différence entre opérateurs publics et recours à des registres du commerce de
faut impérativement juguler, ni le fait opérateurs privés », alors que les uns et tierces personnes n’ayant aucune rela- Incontestablement, en ce lundi 30
que « les recettes d’exportation hors les autres sont invités, sans discrimina- tion avec le métier d’importateur, pour mars au Palais des Nations de Club
hydrocarbures » couvrent « à peine tion, à contribuer à l’essor de l’économie ruser et s’adonner au trafic, aux dépens des Pins, le ton serein mais ferme et la
25% de la facture d’importation de nationale. de l’intérêt de l’économie nationale ». franchise du Premier ministre ont plu.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 18 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 19
commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

LE MINISTRE DU COMMERCE
à L’OUVERTURE DES TRAVAUX

Un discours de vérité
qui n’interdit pas
l’optimisme
C’est en maître de cérémonie que le ministre du Com-
merce, Amara Benyounes, a pris place à la tribune de
l’hémicycle du Palais des Nations, en compagnie du
Premier ministre, pour souhaiter la bienvenue aux
participants avant de donner la parole à ce dernier.
Ensuite de quoi, prenant le relai, il fit une interven-
tion incisive avec une rétrospective, un état des lieux
lucide et sans concession et un ensemble de pistes
pour des perspectives d’avenir.

L
e ministre a tenu avant tout et dans Il s’agit « d’ouvrir un débat, le plus l’économie algérienne, son engagement biens est passé d’un peu plus de 18 mil- obligées d’internaliser les contraintes
la foulée de ses mots de bienvenue sur la voie d’une croissance soutenue liards de dollars à plus de 58 milliards,
Le constat du ministre est implacable d’efficacité qu’impose l’ouverture du
à remercier les universitaires et les large possible, autour de la et durable ainsi que son intégration, à soit un accroissement de 218% », tandis concernant les déséquilibres du commerce extérieur ».
experts de renom présents, dont les problématique du commerce terme, dans des espaces économiques que le volume global des exportations a commerce extérieur. Néanmoins il La deuxième préoccupation réside
« connaissances des questions et des extérieur. » régionaux et mondiaux ». progressé de 96% au cours de la même y trouve un objet de satisfaction à dans la nécessaire cohérence entre les
modèles de développement écono- période, passant de 32 à 62 milliards, politiques sectorielles et la politique
miques, du commerce international et relancer et diversifier les exportations, « La démonopolisation du commerce « dont moins de 3 milliards seulement travers le fait que « 63% des importations du commerce extérieur. Or, soulignera
du monde des affaires, sont le gage d’un réfléchir aux mesures de nature à amé- extérieur, la libéralisation des prix, représentent les exportations hors sont destinés à l’appareil national de le ministre, « le processus d’ouverture
débat de grande qualité ». liorer l’offre exportable et dessiner les la refonte du tarif douanier, l’élimi- hydrocarbures ». production » et non à la consommation. commerciale engagé ces dernières
contours d’une nouvelle politique de nation des restrictions quantitatives années s’est déroulé très souvent en
Il a ensuite salué le « soutien et l’ac- commerce extérieur plus équilibrée et à l’importation et l’institution de la Le constat du ministre est implacable déconnexion avec les impératifs de
compagnement des institutions mieux adaptée aux spécificités natio- convertibilité du dinar pour les transac- concernant les déséquilibres du com- Mais le ministre a une vision précise sur renforcement des capacités productives
internationales partenaires, qui ont nales et aux mutations économiques et tions courantes » sont le résultat de ces merce extérieur. Néanmoins il y trouve la question et estime que « traiter de la nationales. »
tenu à déléguer leurs experts pour par- financières mondiales ». réformes qui ont permis, aussi, la libé- un objet de satisfaction à travers le fait problématique du commerce extérieur
ticiper aux travaux de cette conférence ralisation des marchés des biens et des que « 63% des importations sont desti- dans une perspective de diversification Et de constater que « l’aisance financière
» et avec lesquelles quatre conventions Pour mieux appréhender l’état des services et leur ouverture à la concur- nés à l’appareil national de production des exportations non pétrolières, c’est aidant et faute de réelle mise à niveau
seront signées en marge de la rencontre. lieux qui allait suivre, l’orateur a fait rence et à l’investissement privé, tant » et non à la consommation. tenter de répondre à quatre préoccupa- dans un contexte où les mécanismes de
Il a enfin remercié « les opérateurs éco- une courte rétrospective qui a permis, national qu’étranger. tions majeures ». protection classiques ont été progres-
nomiques, tant publics que privés, pour aussi, de mesurer le chemin parcouru. Il après le diagnostic, sivement démantelés, le recours aux
leur engagement, leur concours et leur rappellera que c’est au début des années Pour autant, loin d’en tirer satisfaction, quelle thérapie ? La première préoccupation est liée à la importations a finalement pris le pas
contribution à la réussite » de l’évène- 90 que l’Algérie a décidé « d’abandonner le ministre déplore la précarité de la disponibilité d’une offre exportable. « sur la production nationale », avant de
ment. le modèle de l’économie administrée et situation actuelle caractérisée par des Elle renvoie à la capacité de notre sys- s’interroger : « Est-ce la conséquence
centralisée pour s’engager sur la voie échanges commerciaux marqués par « Tout comme le Premier ministre avant tème économique de produire une offre du programme d’ouverture commer-
Le ministre a ensuite parlé de la confé- de la construction d’une économie de une faible diversité des exportations lui, le ministre du Commerce a donc compétitive et exportable sur les mar- ciale ou le résultat d’une gouvernance
rence elle-même et des objectifs qui marché, basée sur la compétitivité et la », dominées par « les hydrocarbures à fait un constat lucide et sans appel. chés extérieurs (…), ce qui nous renvoie économique qui a ignoré ou marginalisé
lui ont été fixés. Il s’agit « d’ouvrir un concurrence ». hauteur de 96% » et par « un accroisse- Mais alors, quelle thérapie ? C’est pré- à l’efficacité des politiques sectorielles les impératifs de mise à niveau de l’outil
débat, le plus large possible, autour de ment incessant des importations ». cisément un début de réponse à cette et d’investissement, à la qualité du de production ? ».
la problématique du commerce exté- L’objectif recherché à travers ce change- question qui est attendu de cette confé- climat des affaires, de la gouvernance
rieur, à l’effet de procéder à un échange ment de cap et les réformes engagées Ainsi, soulignera-t-il, de 2004 à 2014, rence nationale. économique et commerciale, et à celle En tout cas, conclura-t-il sur ce sujet, « la
de vues sur les actions à engager pour est, dira-t-il, « la diversification de « le volume global des importations de des entreprises, publiques et privées, question de la cohérence de cet objectif

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 20 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 21
commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

TRAVAUX DES ATELIERS DE LA CONFéRENCE


Des débats de fond,
une vision d’avenir

avec la politique d’ouverture du com- consommateur des pratiques de fraude, sans complaisance mais objectif de la
merce extérieur se pose ». La troisième de transferts illicites de devises, de sur- politique d’ouverture commerciale qui
préoccupation concerne notre capacité facturation ou de sous-facturation, de doit être effectué pour déboucher sur
à réduire l’impact de la chute du prix du qualité douteuse et de non-conformité une démarche réajustée, voire rénovée
pétrole sur nos équilibres financiers des produits importés etc. » ? et participative, qui prenne en charge
extérieurs, et appelle plusieurs ques- les impératifs du redressement produc-
tions, sachant que la réduction de la Et de conclure : « Ces quatre préoccu- tif avec les obligations qu’imposent les
facture des importations par une poli- pations sont, à mon avis, au cœur de la accords internationaux auxquels l’Algé-
tique de leur rationalisation semble être nouvelle problématique du commerce rie a souscrit ou compte souscrire. »  
l’une des voies conjoncturelles choisies. extérieur. A travers elles, c’est un bilan

« Que signifie ce concept dans un


contexte où les importations ont pris
beaucoup d’ampleur et sont souvent
incompressibles ? Comment le mettre
en œuvre sans contredire nos engage- Le premier atelier au travail
ments internationaux et sans tomber
dans le travers de la gestion bureau- Trois ateliers ont été installés et ont travaillé lors
cratique et administrée du commerce de la première journée de la Conférence pour rendre
extérieur ? Comment organiser une leurs conclusions le lendemain en plénière.
politique de substitution aux importa- Les objectifs de chaque atelier ayant été cernés
tions ? » au préalable et les questions qui attendaient des
réponses ayant été posées, toutes les conditions
La quatrième préoccupation a trait, étaient réunies pour le succès de la rencontre,  

L
quant à elle, à l’efficacité de nos insti- surtout au regard de la diversité et de la qualité e long de toute l’après-midi de cette première journée de
tutions de gouvernance et de contrôle des participants. Cela est d’autant plus vrai que ni la Conférence nationale sur le commerce extérieur, trois
du commerce extérieur et de ses flux langue de bois ni autocensure ni, encore moins, une ateliers ont travaillé sur des thématiques très pointues,
financiers. Ces institutions « sont- quelconque volonté de dissimulation de la réalité ne toutes en relation directe avec le commerce extérieur et les
elles suffisamment organisées pour sont venus contrarier ce succès. objectifs que s’est fixée la rencontre.
protéger efficacement l’économie et le

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 22 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 23
commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

VERS UNE STRATéGIE


NATIONALE DE PROMOTION
Omar Bessaoud, Mustapha Mekidèche, Lyès Ferroukhi
DU COMMERCE EXTéRIEUR Atelier 1

L
e premier atelier, présidé par Mus- De prime abord l’équation est posée Néanmoins, une stratégie de déve- Il s’agit donc de définir les grands axes
tapha Mekidèche, expert du Conseil au sein du premier atelier : dépendant loppement des exportations ne peut de la stratégie nationale du commerce Dans les trois ateliers se
national économique et social essentiellement des hydrocarbures atteindre ses objectifs que si elle est extérieur. Pour ce faire, les animateurs sont retrouvés des cadres
devait apporter des réponses aux obsta- (35% du PIB, 97% des exportations soutenue par une politique d’investis- de l’atelier s’évertueront à apporter les
cles qui empêchent le pays d’aller « Vers et 60% des recettes fiscales) et des sement qui libère l’acte d’investir de réponses idoines à une série de ques- institutionnels, des opérateurs
une stratégie nationale de promotion dépenses publiques, le modèle écono- toute contrainte et qui soutient par des tions. économiques, des experts
du commerce extérieur » et d’indiquer mique algérien n’est pas soutenable à mesures et des avantages conséquents nationaux et étrangers et
les moyens et les mécanismes à mettre terme. Quelles sont alors les mesures les nouveaux investissements destinés Quels acteurs impliquer, quels instru-
en œuvre pour ce faire. Le deuxième, à prendre pour la diversification de entièrement ou partiellement à l’expor- ments à consolider et quelles me-
des représentants d’organisations
présidé par Sid Ahmed Tibaoui, était l’économie nationale et la maîtrise de tation. sures et actions à promouvoir à court professionnelles et de
Il s’agit donc de définir invité à traiter du « Renforcement des la balance commerciale ? et à moyen terme ? la société civile
instruments d’appui et de promotion C’est pourquoi l’élaboration d’une stra-
les grands axes de la stratégie du commerce extérieur. Le troisième, Il apparaît alors nécessaire pour le pays tégie nationale pour la promotion et Comment faire converger les ac- C’est à toutes ces questions que les ani-
nationale du commerce extérieur. enfin, présidé par Mohamed Chami, de se doter d’une stratégie nationale le développement du commerce exté- tions et les politiques des différents mateurs du premier atelier ont tenté de
directeur général de la Chambre Algé- pour la promotion et le développement rieur devra être consacrée à travers secteurs dans un cadre cohérent, répondre à la suite d’un débat sérieux et
rienne de Commerce et d’Industrie, de son commerce extérieur. Cette stra- une participation de tous les acteurs du efficace et intégré, en vue d’appuyer animé, avant de faire part, en plénière,
devait consacrer  ses travaux à l’ « Amé- tégie doit être élaborée dans un cadre développement et une vision concertée la politique nationale du commerce aussi bien des recommandations qui
lioration de l’environnement du com- largement concerté avec la contribution et inclusive. Elle doit veiller à l’aligne- extérieur  et comment concilier les ont fait consensus que des idées ayant
merce extérieur. de l’ensemble des acteurs et partenaires ment de tous les plans d’actions relatifs impératifs de redressement industriel suscité des divergences. 
à son élaboration et à sa mise en œuvre. aux stratégies et politiques sectorielles avec les exigences de l’ouverture
Dans les trois ateliers se sont retrou- Pour une meilleure coordination inter- sur la vision nationale et à la mise en du marché et les obligations qu’elle
vés des cadres institutionnels, des sectorielle, cette stratégie doit être place de mécanismes d’évaluation et implique?
opérateurs économiques, des experts adossée à des politiques sectorielles de supervision incluant l’ensemble des
nationaux et étrangers et des représen- qui convergent vers la diversification acteurs. Quelle serait la place et le rôle de
tants d’organisations professionnelles de l’économie et la réduction de la l’entreprise dans ces stratégies et po-
et de la société civile, ce qui représentait dépendance aux hydrocarbures, tout en Elle exige, enfin, le renforcement de la litiques à venir et seront les axes prio-
un gage pour des débats de qualité. développant les secteurs stratégiques bonne gouvernance et de la transparence ritaires et le programme à mettre en
tels l’énergie, la chimie, l’industrie, dans les opérations d’échange et de déve- place dans le cadre de cette nouvelle
l’agriculture et le tourisme. loppement du commerce extérieur. politique du commerce extérieur ?

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 24 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 25
commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

RENFORCEMENT DES
INSTRUMENTS D’APPUI
ET DE PROMOTION DU
COMMERCE EXTéRIEUR Atelier 2
Sid Ahmed Tibaoui, Mimoun Bouras

P
our le deuxième atelier, le problème acteurs de l’exportation. Pour sa part, nationale, il convient d’assouplir les sur le renforcement du rôle des institu-
posé est tout aussi clair : la mise en la redynamisation du Fonds de sou- critères d’éligibilité à ces programmes, tions et des instruments de soutien et
œuvre d’une stratégie nationale tien et de promotion des exportations simplifier les procédures, mettre en d’accompagnement et sur la levée des
de promotion du commerce extérieur (FSE), constitue une action forte pour place une plate-forme virtuelle unique contraintes institutionnelles et autres,
les débats au sein de l’atelier ont
nécessite des instruments et des outils soutenir la prise en charge des activités d’information concernant les mesures qui freinent la promotion des opéra- naturellement porté sur l’impact
d’appui et de promotion efficaces ayant situées en amont de l’acte d’exporter. d’appui aux entreprises, consolider et tions de commerce extérieur. Il a traité, des instruments et outils de
un impact direct sur l’entreprise et son redynamiser le redéploiement du FSE enfin, du renforcement des mesures promotion du commerce extérieur
environnement. Il s’agit donc de soutenir le dispositif et mettre en place des représentations d’amélioration de la gouvernance et de
ALGEX, agence nationale de promotion d’accompagnement des entreprises commerciales au niveau des marchés la transparence, notamment en matière
du commerce extérieur, en tant qu’ins- exportatrices et des programmes cibles et des marchés prioritaires. de flux financiers. 
la redynamisation du Fonds trument transversal de l’Etat pour la spécifiques aux entreprises pri- De même, pour assurer une meilleure
de soutien et de promotion des promotion et le développement du mo-exportatrices. Cela passe par le gouvernance des opérations d’échanges
commerce extérieur, est au cœur du développement des relais régionaux et et de développement du commerce
exportations (FSE), constitue une dispositif. internationaux du commerce extérieur extérieur, il est nécessaire de renforcer
action forte pour soutenir la prise et le renforcement de la communication la traçabilité et la transparence des opé-
en charge des activités situées en Mais son statut, ses moyens humains, et de la promotion commerciale au rations, de maîtriser et de contrôler des
matériels et financiers sont-ils en niveau régional à travers des rencontres opérations de transfert de capitaux, de
amont de l’acte d’exporter. adéquation avec les missions qu’elle régionales et une base de données des contrôler la qualité des produits impor-
est censée accomplir ? exportateurs, de leurs produits et des tés et exportés, et de mieux connaître
marchés potentiels.Mais cela appelle les circuits d’acheminement.
La question est d’autant plus légi- aussi la mise en place d’un plan de com-
time qu’outre ces missions, l’agence munication et de démarchage adapté Dès lors, les débats au sein de l’atelier
doit déployer et favoriser la création à l’ouverture du commerce extérieur ont naturellement porté sur l’impact
d’un réseau d’information et d’ac- et le développement des mécanismes des instruments et outils de promotion
compagnement au niveau national et d’appui complémentaires et spécifiques du commerce extérieur sur le dévelop-
international et disposer d’une certaine pour accompagner les entreprises pement des exportations et sur les
autonomie pour davantage d’efficacité exportatrices et potentiellement expor- mécanismes qui permettraient d’alerter
sur le terrain des réponses à la politique tatrices. En somme, pour faciliter l’accès les pouvoirs publics sur les contraintes
des pouvoirs publics et des sollicita- des entreprises aux programmes d’ap- et difficultés rencontrées par les
tions des opérateurs économiques et pui à l’exportation et diversifier l’offre acteurs, afin de les lever. Il a porté aussi

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 26 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 27
commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

AMéLIORATION DE
L’ENVIRONNEMENT DU
M'hamed Merdji, Mohamed Chami, Said Djellab
COMMERCE EXTéRIEUR Atelier 3

C
oncernant le troisième atelier, la nécessaire qu’elles se mettent à niveau de faciliter le transfert de devises, sur des marchés extérieurs et assurer, ainsi,
problématique est tout aussi claire : pour améliorer leur compétitivité. A cet fonds propres, nécessaires à la prise en Toutes les recommandations sont un meilleur positionnement des pro-
la qualité de l’environnement des effet, il est primordial  que l’entreprise charge des employés expatriés et d’au- orientées vers un seul et même duits nationaux sur le marché extérieur.
affaires (institutionnel et réglemen- mette en place un véritable processus toriser, par les services de la Banque De retour à la plénière en fin de la seconde
taire) réduit sensiblement la compé- de normalisation aussi bien de ses pro- d’Algérie, l’implantation de représenta- objectif : comment promouvoir, journée de la conférence, les rapporteurs
titivité des entreprises algériennes, duits que de ses procédés de production tions, bureaux de liaison ou  comptoirs diversifier et développer nos des trois ateliers ont exposé leurs recom-
situation aggravée par le chevauche- en vue de s’insérer progressivement algériens à l’étranger. exportations tout en maîtrisant mandations en prenant soin de signaler
ment des missions des institutions et dans une démarche qualité. les propositions sur lesquelles il n’y a pas
organismes en charge de la promotion Elles sont aussi liées aux questions de
le volume et la nature des eu de consensus.
des exportations et une absence de Les contraintes qui entravent l’exercice transport et de logistique. importations, sans contredire
l’inefficience du système de coordination sur le terrain des opéra- de l’activité export sont liées principa- les engagements pris Toutes les recommandations sont
financement constitue un facteur tions. lement à de procédures douanières et Aussi, les débats au sein de cet atelier ont à l'international. néanmoins orientées vers un seul et
fiscales. porté sur l’analyse de l’environnement même objectif : comment promouvoir,
contraignant du fait d'une De plus, l’inefficience du système de des acteurs du commerce extérieur et diversifier et développer nos exporta-
règlementation de contrôle  financement constitue un facteur En la matière, les avancées réalisées l’identification des contraintes et des tions tout en maîtrisant le volume et la
des changes contraignant du fait d'une règlemen- en matière de facilitations douanières difficultés, suivie de propositions de Il y a également à initier une démarche nature des importations, sans contre-
tation de contrôle  des changes qui n’a demeurent insuffisantes et  devraient mesures de soutien et d'accompagne- pour l’amélioration de la compétiti- dire les engagements pris à travers les
pas connu de grande évolution depuis être élargies à l’ensemble des produits ment  aux entreprises exportatrices et vité de l’entreprise aussi bien sur le accords signés ou ceux ayant vocation
sa mise en place, accentuée par l’inexis- exportables avec la mise en place d'un de la définition les actions prioritaires marché national qu’à l’international, à l’être à l’avenir.
tence d’instruments financiers dédiés dispositif plus allégé et moins contrai- à engager. passant par l'amélioration des capacités
aux entreprises exportatrices. gnant. De même, il y a lieu d’alléger les   managériale, la promotion des  inves- Un débat s’en est suivi avant que le
procédures fiscales au profit de toutes Parmi ces actions, on notera l’identifi- tissements nécessaires pour développer ministre du Commerce ne prononce la
Il faut y ajouter la crainte des entre- les entreprises exportatrices. cation des missions que doit assumer les actions de marketing de ces produits clôture des travaux, à l’issue d’un dis-
preneurs d’affronter le marché le monde professionnel en matière et services et la préparation à l'intégra- cours qu’on pourra lire en intégralité
international par méconnaissance ou  Ces contraintes relèvent aussi de d’amélioration de l’environnement de tion dans la chaine de valeur mondiale ci-après. 
par désintérêt, conjuguée à la faible la  réglementation des changes et des l’entreprise, la définition de mesures à du commerce international.
qualité des produits et services. services bancaires et assurance-cré- initier pour améliorer l'environnement  
dit export, d’où la nécessité de revoir des entreprises la garantie de plus de Il conviendrait, enfin, d’esquisser les
Il reste que l’exportation est l’affaire la réglementation des changes afin de transparence dans les opérations du éléments de la stratégie nationale pour
des entreprises avant tout. Il est donc développer l’exportation de services, commerce extérieur. préparer les conditions de pénétration

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 28 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 29
commerce extérieur  L'ÉVENEMENT

Le ministre 1 Un sentiment général d’urgence se dégage : un grand 4 L’importance du développement du secteur privé : la

du commerce nombre de participants ont estimé urgent de nous don-


ner les moyens de rendre opérationnelles et efficaces
question a été soulignée à de nombreuses reprises. En
particulier, le développement du secteur privé peut être
à la clôture nos potentialités à l’international. L’offre en quantité et
en qualité apparaît insuffisante. Les plus grands défis
relié aux politiques d’exportations et encouragé en vue
d’atteindre des objectifs arrêtés.
des travaux doivent être relevés en premier lieu sur ce plan, d’où
l’urgence d’intégrer le commerce dans les programmes 5 Le rôle crucial joué par le commerce international :
de développement de tous les secteurs. il y a une grande convergence de vues sur le fait que le
« Faire de l’Algérie un pays émergent commerce est un facteur de croissance et de dévelop-
2 Une conviction de la responsabilité partagée : les pement. Dans cette optique, l’accession de notre pays
à l’horizon 2020 » responsabilités dans le développement du commerce à l’OMC et les accords de libre-échange constituent
extérieur sont partagées. Nombreux sont ceux qui ont des instruments de sécurité pour l’accès aux marchés
C’est un ministre visiblement satisfait qui a procédé à insisté sur le devoir d’avancer ensemble, dans un parte- extérieurs et, par conséquent, d’encouragement des
la clôture des travaux de la Conférence nationale sur nariat plus effectif et plus dynamique. exportations.
le commerce extérieur, à l’issue de deux journées riches
en débats. Le nombre et la qualité des participants et 3 Le rôle primordial des capacités nationales : les pro- 6 Le besoin de plus de cohérence et de synergies : sur
des intervenants, le niveau des débats caractérisés par grès accomplis par la nation sont soulignés. Toutefois, ils ce point il est réaffirmé l’amélioration de la cohérence au
une parfaite maîtrise du sujet et par une liberté de ton devront être poursuivis, notamment en matière d’inves- plan sectoriel et institutionnel, afin de mieux promouvoir
absolue, la nature et la pertinence des propositions tissements en capital humain et en infrastructures le commerce extérieur.
formulées, tout concourait, en effet, à sa satisfaction.
Ci-dessous l’intégralité de son discours de clôture.

J
e voudrais tout d’abord vous l’émergence de plusieurs projets à concrète de la maison Algérie, tournée qui ont travaillé de concert, chacune
exprimer ma satisfaction après le « Les efforts fournis, même de permettre des avancées déci- davantage vers l’international, en struc- dans son domaine de spécialisation,
déroulement remarquable de cette les idées exposées au cours sives dans la promotion et le dévelop- « Au niveau du turant les filières dans ce sens. Pour ce aux recommandations qui nous per-
conférence. Nous avons pu consta- de cette conférence et les pement de notre commerce extérieur, Gouvernement, nous avons faire, renforcement du pilotage et stra- mettent d’optimiser l’organisation et
ter, depuis hier, un élan positif et une recommandations rendues susceptibles de le hisser à un niveau fait le choix d’une réforme tégie d’ensemble feront l’objet d’un seul l’efficience du dispositif de promotion
volonté réelle de marquer des avan- à son issue sont un apport digne des potentialités de notre pays et ambitieuse du dispositif public programme. du commerce extérieur de notre pays.
cées significatives dans les diverses de lui faire jouer pleinement son rôle en de soutien aux exportations
questions liées au commerce extérieur substantiel pour l’Algérie, dans matière de croissance et de développe- Au terme de cette communication, Je déclare donc clos les travaux de cette
la perspective d’en faire un pays hors hydrocarbures.»
de l’Algérie. Nous avons pu obser- ment. Si nous voulons faire jouer ce rôle je prends acte de toutes les recom- conférence. 
ver, au cours des sessions plénières émergent à l’horizon 2020. » moteur au commerce extérieur, nous mandations et j’adresse mes sincères
et pendant les travaux des ateliers, devons, rapidement et collectivement, remerciements à toutes les personnes
nous engager dans la concrétisation des Avant de conclure, permettez-moi de
recommandations de cette conférence. rappeler qu’il nous faut poursuivre nos
C’est comme cela que nous pourrons efforts collectifs dans le cadre d’un par-
aller de l’avant, j’en suis persuadé. tenariat dynamique. Au vu de ces deux
Les efforts fournis, les idées exposées au journées, il semble bien que cela soit
cours de cette conférence et les recom- non seulement possible mais attendu,
mandations rendues à son issue sont un et je vous engage à poursuivre dans
apport substantiel pour l’Algérie, dans cette voie prometteuse.
la perspective d’en faire un pays émer-
gent à l’horizon 2020. Il nous appartient de traduire cette
volonté commune par un plan straté-
Une synthèse des travaux sera rapide- gique et un plan d’actions définissant
ment disponible pour une exploita- des objectifs précis et datés autant que
tion immédiate. Pour l’heure, permet- possible. Au niveau du Gouvernement,
tez-moi simplement de vous dresser nous avons fait le choix d’une réforme
une liste de six points, particulière- ambitieuse du dispositif public de
ment importants, issus des échanges soutien aux exportations hors hydro-
fructueux que nous avons eus au long carbures. Nous voulons mutualiser
de ces deux journées. les moyens pour une mise en commun

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 30 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 31
commerce extérieur  coopération commerce extérieur  coopération

COOPERATION ALGéRO-HOLLANDAISE

Des lendemains
prometteurs
Dans le cadre d’une mission
économique des Pays-Bas au
Maghreb, Madame Lilianne
Ploumen, ministre néerlandaise
du Commerce Extérieur et de la
Coopération au Développement, a
conduit une délégation d’hommes
d’affaires néerlandais à Alger,
le 5 février dernier. Le ministre et son homologue néérlandaise

V
ingt-trois entreprises néerlandaise Dans le secteur du transport « La présence, aujourd'hui, d'entre-
de divers secteurs économiques prises néerlandaises constitue pour
sont venues assister au forum d'af- maritime, des opérateurs les acteurs de chacun de nos pays une
faires algéro-néerlandais qui s’est tenu néerlandais ont affirmé vouloir occasion unique de faire connaissance
en marge de la visite officielle, dans un explorer de nouveaux horizons et d'établir de solides relations béné-
but de resserrer les liens avec l’Algérie fiques de part et d'autre », a estimé Mme
et explorer les possibilités de nouveaux
dans les domaines du fret, Ploumen qui n'a pas manqué de souli-
partenariats. la construction et la gner le soutien de son pays au processus
réparation navale d'adhésion de l'Algérie à l'Organisation
Cette mission a été marquée par un mondiale du commerce (OMC). d'affaires algériens de convaincre qu'un Après la chute des cours de pétrole, il est autorités néerlandaises à impulser
intérêt particulier des opérateurs des bon nombre de produits locaux pour- prévu que les échanges commerciaux davantage la coopération et la concerta-
Pays-Bas pour les secteurs de l'agricul- Les opportunités de partenariat dans le convaincre pour ront être commercialisés aux Pays-Bas. atteignent les 5 milliards de dollars tion avec l’Algérie afin de servir l'intérêt
ture, de l'industrie du recyclage et du domaine de la gestion durable des déchets exporter vers les Pays-Bas par an. Malgré un excèdent favorable commun des deux pays. 
transport maritime. publics, domestiques et industriels, l'in- Le forum d'affaires algéro-néerlandais à l'Algérie, la structure des échanges
Plusieurs entreprises néerlandaises dustrie du recyclage, la formation et De son côté, le ministre du Commerce, étant une occasion pour "relancer de reste dominée par les hydrocarbures
présentes à cette rencontre économique l'ingénierie dans les hydrocarbures ont Amara Benyounès, a mis l'accent sur manière concrète et durable" les rela- qui représente 97% des exportations
ont exprimé leur volonté de mettre leur été également évoquées lors du forum. l'importance d'asseoir un partenariat tions économiques bilatérales. algériennes.
savoir-faire au service de l'agriculture "fécond et mutuellement avantageux"
algérienne à travers des partenariats à Composée d’une quinzaine d’entre- entre les hommes d'affaires des deux "J'invite les opérateurs des deux Concernant les investissements néer- quelques chiffres
long terme dans les domaines de la pro- prises, la délégation néerlandaise a été pays. "L'existence de relations poli- pays à faire preuve d'initiative pour landais en Algérie, le souhait du ministre
duction laitière, de l'élevage bovin et de conduite par la ministre du Commerce tiques et de coopération stables et exploiter les nombreux gisements et du Commerce de voir les opérateurs éco- échanges entre
l'horticulture. extérieur, de la coopération au dévelop- régulières constitue un atout majeur opportunités en vue d'un renforcement nomiques des deux pays s’orienter vers
algérie et pays-bas
pement Lilianne Ploumen qui a affirmé pour impulser une nouvelle dynamique significatif des échanges économiques, des projets de partenariat se réalise: trois
Dans le secteur du transport maritime,
des opérateurs néerlandais ont affirmé
la volonté de la partie néerlandaise de
construire de "solides relations" d'af-
dans la consolidation des relations
économiques et commerciales algé-
commerciaux, industriels, financiers et
techniques», a-t-il noté.
projets sont actuellement en cours de
lancement dans les secteurs de l'indus-
1,8m $ à
vouloir explorer de nouveaux horizons
dans les domaines du fret, la construc-
faires avec l’Algérie dans le sillage des
relations historiques que les Pays Bas
ro-néerlandaises", a-t-il estimé.
Les échanges commerciaux entre l'Al-
trie et des services, pour un montant
global de 1,432 milliard de dinars.
6,2m $
tion et la réparation navale ainsi que ont noué avec l’Algérie lors de la guerre Le ministre a aussi appelé à promouvoir gérie et les Pays Bas sont passés de 1,8
les travaux maritimes notamment le d’indépendance. les exportations algériennes vers ce pays, milliard de dollars en 2002 à plus de 6,2 De son côté, Madame Liliane Plou-
de 2002 à 2012
dragage des ports. précisant qu'il appartenait aux hommes milliards de dollars en 2012. men a fait part de la disposition des

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 32 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 33
commerce extérieur  l'entretien commerce extérieur  l'entretien

LE DIRECTEUR
GéNéRAL
DU COMMERCE
EXTéRIEUr
« Le gouvernement s’attèle à améliorer
Lyes Ferroukhi la compétitivité des produits nationaux »
 Dans l’entretien que nous reproduisons ci-après, le Par ailleurs, il est question de diversifier les biens et les ser- Il n’y a pas de limite à nos
directeur général du commerce extérieur au ministère du vices par la mutation du système de production vers des
aspirations à obtenir de plus
Commerce, Lyes Ferroukhi, évoque la conférence natio- « Le défi est la diversification activités à forte valeur ajoutée. Cette démarche est renforcée
nale sur le commerce extérieur, qui s'est tenue les 30 et des exportations et la transformation par la mise en place de divers appuis aux entreprises exporta- en plus de résultats dans la
31 mars, rappelle les dispositions incitatives du gouver- d’une bonne partie de nos matières trices et d’une politique d’ouverture et de sécurité juridique transformation de notre économie
nement en faveur de l’exportation hors hydrocarbures premières avant leur exportation. » des marchés extérieurs. En outre, il est envisagé de faciliter en une économie productive,
et se montre, surtout, optimiste quant aux capacités le commerce extérieur par l’amélioration des opérations et compétitive et exportatrice de
du pays à promouvoir une économie productive, com- de la logistique et également par la formation des capacités à biens et de services variés.
pétitive et exportatrice de biens et de services variés. l’exportation. Il s’agira aussi de réduire les coûts des transac-
tions pour soutenir les exportations à travers l’amélioration
à l’effet de lui faire jouer pleinement son rôle de catalyseur du de l’environnement des entreprises. Le défi est la diversification des exportations et la transforma-
LCR- Le Ministère du Commerce a organisé développement économique et social du pays. Les experts de tion d’une bonne partie de nos matières premières avant leur
une conférence nationale sur le commerce la CNUCED, du CCI et de la CEA ont participé, également, aux De plus, au cours de la conférence nationale sur le commerce exportation. Si actuellement les contraintes sont grandes, ce
extérieur. Qu’attendait-on de cet événement ? travaux de la conférence nationale.   extérieur, le Premier ministre a annoncé, entre autres, une loi défi est néanmoins réaliste.
  Les résultats de cette conférence serviront à l’élaboration de Finances supplémentaire orientée dans ce sens.
Lyes Ferroukhi - En effet, le ministère du Commerce a d’une stratégie de promotion du commerce extérieur algérien.   Nous avons les moyens et les ressources pour transformer
organisé, sous le haut patronage du Président de la Répu- notre économie en une économie productive et compétitive.
blique, les 30 et 31 mars 2015, une conférence nationale   LCR- Comment voyez-vous l’évolution du commerce Il n’y a pas de doute à ce sujet ni de limites à nos aspirations
sur le commerce extérieur. LCR- Peut-on connaître les mesures extérieur algérien dans la conjoncture actuelle, à obtenir de plus en plus de résultats dans la transformation
incitatives à l’exportation inscrites dans caractérisée par la chute du prix du pétrole ? de notre économie en une économie productive, compétitive
Elle a été organisée selon une approche participative inté- le programme du gouvernement ? et exportatrice de biens et de services variés.
grant les institutions, le secteur productif, des membres du LF - Tout d’abord, je voudrais souligner que le commerce exté-
gouvernement, des parlementaires, des diplomates algériens LF - Loin de négliger la participation de l’importation au rieur n’est que le résultat de l’activité économique. Comme je Le prix du pétrole fluctue. Ce risque est connu depuis long-
et étrangers, des experts nationaux et étrangers, des opéra- développement de la production, à l’intégration de l’écono- voudrais souligner que l’économie algérienne est vulnérable temps. Toutefois, sa connaissance n’a pas été suffisante
teurs économiques, et des représentants d'organisations mie nationale et à la compensation de l’offre (substitution en raison de sa forte dépendance des hydrocarbures. pour modifier notre comportement. Actuellement ce qui est
professionnelles et de la société civile. des importations), le gouvernement s’attèle depuis plus d’une important est que la connaissance de ce risque est accom-
décennie à accroître la compétitivité des produits nationaux De ce fait elle subit les soubresauts des termes de l’échange pagnée d’un sentiment d’efficacité à pouvoir changer ce
Cette conférence a été l’occasion pour les entreprises, les uni- en termes de qualité et de coûts ainsi qu’à travers la moder- sur le marché international. La chute du prix du pétrole nous comportement. C’est ce qui conforte notre foi en une évolu-
versitaires, les parlementaires et la société civile de débattre nisations des systèmes de production (mise à niveau des ramène à cette réalité et nous interpelle.  tion positive de notre commerce extérieur. 
du commerce extérieur et de formuler des recommandations entreprises).

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 34 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 35
commerce extérieur  l'institution commerce extérieur  l'institution

DIRECTION DU SUIVI DES ACCORDS


RéGIONNAUX COMMERCIAUX ET DE COOPERATION

POLITIQUE COMMERCIALE EXTéRIEURE

Une volonté
d’ouverture maîtrisée
Les réformes économiques internes en Algérie
visent deux objectifs principaux : la construction de
l’Etat de droit et la mise en place d’une économie de
marché avec son corolaire, l’ouverture sur l’extérieur.
Consciente des avantages que peut lui apporter
un cadre juridique international solide, l’Algérie a
exprimé sa ferme volonté d’accéder à l’OMC.

L’
Algérie participe à de très nom- multilatéral. Elle a notamment pour
breux forums économiques fonctions d'administrer et de mettre La participation de l’Algérie aux grandes
régionaux, à titre de membre à en œuvre les accords commerciaux, de
part entière ou à titre d'observateur. servir d'instance permanente pour les
organisations internationales est
Elle est signataire de peu d’accords com- négociations commerciales multilaté- l’expression de sa ferme volonté de
merciaux mais de nombreux accords de rales, et d'élaborer, de concert avec les coopérer pour une plus grande stabilité
coopération économique, que ce soit sur autres grandes organisations interna- et une plus grande sécurité dans les
une base multilatérale, plurilatérale, ou tionales, les politiques économiques
bilatérale. mondiales. Elle agit également à titre relations économiques internationales.
d'organe de règlement des différends
La participation de l’Algérie aux grandes et d'organe d'examen et de surveillance activités et de profiter des économies
organisations internationales qui sont des politiques commerciales. d'échelle qu'offre l'intégration des mar-
une des caractéristiques importantes chés, d'autre part.
de l'ordre international d'après-guerre L'Accord sur l'OMC est un accord com- Par ailleurs, l’Algérie a signé un accord
est l’expression de sa ferme volonté de plexe. Il englobe 29 accords juridiques, de libre échange avec l’Union Euro-
coopérer pour une plus grande stabilité plus de 25 déclarations et décisions péenne et un accord de libre échange proportions respectives pour les 11 pre- soit un taux de 48, 59% en passant de 1
et une plus grande sécurité dans les rela- ministérielles, et un certain nombre avec les pays arabes. Comme elle pro- miers mois 2014 de 50,87% des impor- 384 millions de dollars US durant les 11
tions économiques internationales. de mémorandums d'accords. Elle fait jette la conclusion d’autres accords de Relation de l'Algérie tations et de 82,34% des exportations. premiers mois 2013 à 2 056 millions de
Le Fonds monétaire international (FMI) obligation pour tous ses Membres ce type avec les pays de l’UMA (Union Par rapport à la même période en 2013, dollars US pour la même période 2014.
et la Banque mondiale, constituent les de souscrire à l'ensemble des accords du Maghreb Arabe), l’AELE (Association avec l'UE : Volet commercial les importations en provenance de l’UE Sur la base de ce constat du déséquilibre
deux grands piliers de ce système dans conclus (acte unique). Européenne de Libre Echange), les USA ont enregistré une augmentation de de la balance commerciale hors hydro-
les domaines monétaire et financiers. L’Algérie fait du multilatéralisme la ainsi qu’au niveau continental (zone de échanges commerciaux l’ordre de 3,91% passant de 26 089 carbures et dans la cadre de l'évaluation
D’autre part, l'Organisation mondiale ligne directrice de sa politique écono- libre échange africaine). millions de dollars US durant les 11 périodique, une première analyse du
du commerce (OMC), à laquelle l’Algé- mique internationale. L’objectif est premiers mois 2013 à 27 111 millions volet commercial a été finalisée en

L’
rie compte accéder rapidement, et la double. Il s’agit d’élargir et de sécuriser Elle a également signé plusieurs accords Accord d’Association avec l’Union de dollars US pour la même période en concertation avec les secteurs concer-
CNUCED, sont les principaux piliers l'accès aux marchés extérieurs pour les commerciaux bilatéraux en vue de garan- Européenne entame sa 10ème 2014. nés (Ministères de l'Agriculture et du
dans le domaine commercial. produits et les investissements d’une tir le traitement NPF. Cependant, ces année depuis le 1er Septembre Développement Rural, de la Pêche et des
part, et d'améliorer la compétitivité de derniers ne contiennent pas de clauses 2014. En terme d’échanges commer- Concernant, les exportations des pro- Ressources Halieutiques, de l'Industrie
L’OMC est le fondement juridique et l'industrie algérienne en lui permet- préférentielles, contrairement aux ciaux, l’Union Européenne demeure le duits hors hydrocarbures de l’Algérie et des Mines, de la Banque d'Algérie, de
institutionnel du système commercial tant, entre autres, de rationaliser ses accords de libre-échange.  principal partenaire de l’Algérie, avec les vers l'UE, ont connues un augmentation la Direction Générale des Douane). 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 36 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 37
commerce extérieur  l'institution commerce extérieur  l'institution

Ainsi, la part de la GZALE dans


les échanges commerciaux de
l’Algérie est passée pour la
période suscitée de 4,3 %
à 3,5 pour les importations
et de 4,8 % à 3,9 pour les
Siège du CNUCED
exportations.

règles d'origine lement reportée pour le premier tion avec la Ligue des Etats Arabes, le relations économiques et commerciales deux experts de cette institution se sont
pan-Euro-méditerranéennes trimestre 2015 suite à la demande du Suivi de la mise en Œuvre ministère a participé régulièrement avec la Mauritanie en remplacement de rendus à Alger au mois de décembre
groupe des pays arabes. En termes de aux travaux du Conseil Economique et la convention de 1996, et ce suite aux 2014 et il ont eu à rencontrer les asso-
Le Ministère du Commerce a participé mise en œuvre des actions prioritaires, de la Grande Zone Arabe de Libre Social de la Ligue des Etats Arabe ainsi recommandations de la 17ème Ses- ciations patronales et professionnelles
aux travaux de la 21ème réunion du des réunions du Réseau National Echange qu'aux réunions des comités qui ont été sion de la Grande commission mixte (FCE, CGOEA, Association des Inves-
groupe de travail Pan-EuroMed chargé Euromed-Commerce ont été tenues organisés en 2014. Algéro-Mauritanienne qui s’est tenue tisseurs l'Association des conseillers
de la révision des règles d'origine au Ministère du Commerce et qui ont Sur le plan des échanges commerciaux, à Nouakchott les 20 et 21 mars 2013. à l'export et un panel d'entreprises),
Pan-Euro-méditerranéennes tenue à porté sur la préparation de la participa- nos importations des produits origi- Concernant les relations avec l’Union l'objectif de cette visite étant l'élabora-
Bruxelles les 30 et 31 octobre 2014, et a tion algérienne aux ateliers régionaux naires des pays membres de la GZALE, Africaine le Ministère du Commerce à tion d'un projet d'assistance technique
pris part au séminaire tenu en Italie sur portant sur "les produits de l'environ- sont passées de 3143 millions US$ prit part aux travaux de la 9ème session Coopération avec les englobant les volets appui à l'accession
la même question. nement, la lute contre la piraterie et la durant les onze (11) mois de l’année de la Conférence des Ministres Africains de l'Algérie à l'OMC et le renforcement
Dans cette optique, et dans le cadre de contrefaçons, la coopération sectorielle 2013 à une valeur de 2403 millions du Commerce, tenue à Addis-Abeba Institutions Spécialisées des capacités d'exportation des entre-
la préparation et l'enrichissement des dans le domaine des textiles-habil- US durant la même période de l’année (Ethiopie) au mois d’octobre 2014, et prises. Ce projet sera lancé au courant
propositions algériennes des règles lement, ainsi que sur la mise en place 2014, soit une diminution de 23,5 %. ce dans la perspective de la création de En marge de la participation du de l'année 2015. 
de liste pour les produits agricoles et du Mécanisme de Facilitation des Pour ce qui est des exportations hors la Zone de Libre Echange Continentale. ministre du Commerce aux travaux de
industriels des réunions de coordina- Echanges et de l'Investissement (MFEI) hydrocarbures à destination des pays la CNUCED à Genève en juin 2014, il
tion intersectorielle se sont tenues sous ainsi que sur la lutte contre la piraterie arabes, le montant est passé de 254 Coopération au sein des pays a rencontré le Secrétaire Général de la quelques chiffres
l'égide du département du Ministère du et la contrefaçon. millions de dollars US pendant les onze CNUCED et la Directrice Exécutive du
Commerce à travers l'implication des (11) mois de l’année 2013 à 199 mil- du Maghreb, au niveau bilatéral Centre du Commerce International.
secteurs producteurs, des associations politique européenne lions de dollars US en 2014, soit une Durant cette visite il a été convenu que l'ue, partenaire
professionnelles et le secteur privé. de voisinage diminution de 21,6%. L’année 2014 a été marquée par la mise ces derniers effectuent un déplacement
en œuvre de l’Accord commercial Pré- en Algérie. en 2014
le processus
euromed-commerce
Dans le cadre de la Politique Européenne
Ainsi, la part de la GZALE dans les
échanges commerciaux de l’Algérie est
férentiel Algéro-Tunisien le 1er mars
2014, ainsi que la visite effectuée par
A ce titre, le Secrétaire Général de la
CNUCED a effectué une visite à Alger au 50,87%
de Voisinage (PEV), et suite à l'adhésion passée pour la période suscitée de 4,3 Madame la ministre Tunisienne du mois de décembre 2014 et au cours de
de l'Algérie à cette PEV, le Ministère du % à 3,5 pour les importations et de 4,8 commerce et de l’artisanat à Alger les laquelle il a rencontré le Premier Ministre des importations
Dans le cadre de la mise en œuvre de la
feuille de route EuroMed-Commerce,
Commerce a pris part aux travaux des
4ème et 5ème sessions de négociations
% à 3,9 pour les exportations. 22 et 23 juin 2014. Aussi la commission
mixte Algéro-Tunisienne de suivi des
ainsi que les ministres des Affaires Etran-
gères, de l'Energie, du Commerce et le 82,34%
le groupe des hauts fonctionnaires du Plan d'Action Algérie-UE tenues res- Concernant le suivi du programme exé- échanges commerciaux a tenu sa pre- Directeur Général des Douanes. L'ob-
EuroMed-Commerce s'est réuni deux pectivement à Alger le 04 juillet 2013 et cutif de la Grande Zone Arabe de Libre mière réunion les 22 et 23 septembre jectif de cette visite est d'élaborer un des exportations
fois en 2014 pour le suivi de la mise à Bruxelles le 05 Novembre 2014. Dans Echange (GZALE), durant l’année 2014, 2014 à Alger pour une première évalua- accord cadre englobant les volets OMC,
en œuvre des actions prioritaires de la
feuille de route EuroMed-commerce et
ce cadre, les questions commerciales
liées à notre adhésion à L'OMC et la
le Ministère du Commerce maintien
l’application de la liste négative révisée
tion de l’ACP.
Concernant la coopération avec la Mau-
la révision des politiques de concurrence
,la mise en œuvre des recommandations
+3,91%
la préparation de la 10ème Conférence libéralisation du commerce de services de 925 sous-positions tarifaires. Cette ritanie, un groupe interministériel a issues de l'examen de la politique d'inves- par rapport à 2013
Ministérielle du Commerce prévue et les droit d'établissement et le climat liste est diffusée via le site du Ministère été mis place pour la préparation d’un tissement et les accords internationaux
initialement en février 2014 et fina- des affaires demeurent en discussions. du Commerce.Au titre de la coopéra- nouveau cadre juridique pour régir les d'investissement. Concernant le CCI,

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 38 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 39
commerce extérieur  algex

AGENCE NATIONALE DE PROMOTION


DU COMMERCE EXTéRIEUR (ALGEX) Pour que les opérateurs algériens
puissent oser l’international

L’accompagnement des entreprises algériennes dans


les manifestations économiques à l’intérieur du pays
et à l’étranger est un moyen de les sensibiliser et de

L
les encourager à participer en force. Il s’agit, pour a participation aux manifestations économiques est un
elles, de se faire connaître sous leurs meilleurs atours, outil de communication unique qui permet des prises
de mettre en valeur leurs produits, de découvrir de de contact concrètes mais aussi un moyen de se faire
nouveaux marchés et, au bout, d’oser l’International. connaître et de prospecter de nouveaux marchés.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 41


commerce extérieur  algex commerce extérieur  algex

ΔΔ Le Salon "Fruit Logistica" de Berlin (Allemagne) qui parlementaire de l'Europe en tant qu’ invitée d’honneur
s’est tenu du 5 au 7 février 2014. Le pavillon Algérie a été de la foire, à l’initiative de “Strasbourg Évènements”.
représenté par deux entreprises exposantes pour une À la faveur de cette manifestation qui, chaque année, met
superficie de 98 m², en l’occurrence l’Entreprise Hanni un pays à l’honneur, cette ville située dans le nord-est de
(Dattes) et l’Entreprise Amadagh (Dattes). la France et chef-lieu de la région Alsace a été drapée des
L’encadrement de la participation algérienne de ce couleurs de l’Algérie. Tous les moyens de transport de la
Salon a été assuré par Algex et la Société Algérienne ville, de même que les panneaux publicitaires, ont mis en
des Exportations (Safex). exergue la destination Algérie. À cette occasion, l’Algérie
s’est vu attribuer le hall le plus important de la foire,
ΔΔ La 19ème édition du Salon Agroalimentaire « GULF exclusivement réservé aux exposants du pays invité.
FOOD » du 23 au 27 Février 2014 à Dubaï (Emirats Arabes
Unis). Ce Salon est considéré comme l’un des salons de ΔΔ Les travaux de la 10ème Conférence et Prix du réseau
l’alimentation et de l’Hôtellerie les plus importants du Mondial des Organisations de Promotion du Commerce
monde et n° 01 au Moyen Orient. Gulf Food réunit les (OPC) qui se sont déroulés du 03 au 05 Novembre 2014
fabricants et les distributeurs activant dans les domaines à Dubaï, (Emirats Arabes Unis). L’Algérie, représentée par
de l’alimentation, des boissons, de l’hôtellerie, de la Algex, y participait pour la première fois.
réfrigération et des services à la restauration, des
machines pour l’agroalimentaire, de la boulangerie et de ΔΔ En collaboration avec la CCI de Ziban, ALGEX a
l’emballage provenant du monde entier. accompagné une délégation de 25 exposants spécialisés
dans la production et la vente de dattes, et d’une
ΔΔ L’Exposition spécifique de produits algériens qui s soixantaine de visiteurs (Hommes d’Affaires) à la 14éme
’est tenue du 09au 15 juin 2014 à Tunis, où ont pris part 38 Edition de la Foire «INTER FOOD» de Jakarta
entreprises exposantes exerçant dans différents (INDONESIE), qui s’est tenue du 12 au 15 novembre 2014.
Des produits algériens à l'honneur à Khartoum secteurs d’activités. En marge de cette exposition, Des rencontres d’affaires B to B ont été organisées au
ALGEX a organisé une journée d’information, animée par profit de la délégation algérienne auxquelles ont pris part
Pour accompagner au mieux les opé- L’objectif principal d’Algex est d’ac- Toujours dans l’optique d’accompagner Monsieur KHEMNOU, Directeur Général d’Algex, avec la plus de 200 professionnels indonésiens de tous les
rateurs économiques algériens dans compagner les efforts des opérateurs au mieux les entreprises algériennes participation des intervenants qui ont abordé les thèmes secteurs d’activité. Cette première participation a été
leur participation aux manifestations économiques, à l’intérieur du pays et à des échanges commerciaux Algéro-tunisien, de couronnée par la signature de deux mémorandums
nationales et internationales, l’Agence l’étranger, pour la promotion et le déve- à l’international, l’Agence veille la sous-traitance et son rôle comme levier économique, d’entente de coopération entre la Chambre de Commerce
Nationale de Promotion du Com- loppement des relations économiques rigoureusement à participer aux de la SNVI et des perspectives de partenariat avec les et d’Industrie Ziban et l’Association des Maires de
merce Extérieur (Algex), contribue et commerciales. Ces espaces offrent manifestations économiques inscrites entreprises tunisiennes. l’Indonésie « APKASI » d’une part, et avec l’Association
aux travaux du Comité intersectoriel une opportunité aux opérateurs pour des jeunes entrepreneurs Indonésiens, notamment dans
des manifestations économiques à faire connaître leurs produits au niveau
annuellement au programme officiel de ΔΔ La 82ème Edition de la Foire européenne qui s’est les secteurs du BTPH, des services, de la technologie, de
l’étranger, assure le démarchage des national et international. A ce propos participation de l’Algérie aux différents tenue du 5 au 15 septembre 2014 à Strasbourg, capitale l’industrie et des PME-PMI, d’autre part.
entreprises et participe à plusieurs l’Agence a participé aux différentes Foires et Salons
manifestations, tant au niveau national manifestations économiques et com-
qu’international, pour une assistance merciales. 82ème edition de la foire et surtout l’application du Fonds Spé-
permanente des opérateurs. européenne : l’algérie en cial pour la Promotion des Exportations L’objectif principal d’Algex est
vedette à strasbourg (FSPE). d’accompagner les efforts des
2014 : les operations
ΔΔ Les journées d’informations organisées dans les différentes Chambres de Toujours dans l’optique d’accompagner Afin de favoriser la participation d'un opérateurs économiques,
de jumelage a l’honneur
Commerce de wilaya allant d’Alger à Adrar et d’Annaba à Tlemcen dans le but au mieux les entreprises algériennes à plus grand nombre d'entreprises algé- à l’intérieur du pays et à l’étranger,
L’évènement phare organisé par Algex de disséquer la problématique des dispositifs dédiés à l’export ; l’international, l’Agence veille rigoureu- riennes aux Foires et Salons, Algex les pour la promotion et le développement
durant l’année 2014 fut l’organisation sement à participer aux manifestations aide à prospecter de nouveaux marchés
d’un séminaire, le 02 octobre 2014, sur ΔΔ Les journées d’informations pour la préparation de la participation de économiques inscrites annuellement (Analyse Prospection Marché -APM) et
des relations économiques
le lancement des activités de jumelage l’Algérie aux différentes manifestations tels que : au programme officiel de participa- à accéder à des études de marché. Ces et commerciales.
inscrit au titre du programme P3A por- tion de l’Algérie aux différents Foires études les aident à mieux connaître les
tant sur le renforcement des capacités ΔΔ Le 3e Forum des Entrepreneurs Maghrébin à Marrakech, et Salons, (www.algex.dz) dans le but produits concurrents, à trouver des
opérationnelles de l’Agence. d’inciter, d’encourager et de soute- clients, à découvrir des savoir-faire, de En définitive, la mission d’Algex en
L’Agence a participé à des journées et ΔΔ Les journées de sensibilisation des opérateurs pour leur participation aux nir les entreprises a participer à ces nouvelles technologies, des distribu- matière d’accompagnement est de
rencontres d’information. (voir tableau) manifestations économiques à l’étranger afin de promouvoir la production manifestations spécialisées à l’étranger. teurs, des partenaires etc. répondre aux préoccupations de
D’autres Foires et Salons ont été éga- nationale et faciliter la commercialisation et le positionnement sur le marché La préoccupation majeure de l’Agence l’opérateur dans ses participations
lement animés par l’Agence tels que le de trois pays africains en plein essor, à savoir la Tunisie, le Cameroun et la côte est de mettre à la disposition de l’opé- Dans le cadre de la mise en œuvre du aux manifestations internationales
Salon International de l’Agroalimen- d’ivoire ; rateur toutes informations utiles programme officiel de participation en mettant à sa disposition toutes les
taire d’Oran (SIPSA), le SIFTEC, la Foire concernant ces manifestations : les aux manifestations économiques à informations utiles. Il s’agit, avant tout,
Internationale d’Alger (FIA), le Salon ΔΔ La rencontre des opérateurs algériens au Forum algéro-indonésien le 08 potentialités des marchés étrangers l’étranger pour l’année 2014, l’Algérie a de l'encourager, c'est-à-dire de l'aider à
des Fruits et Légumes de Boumerdès, novembre 2014 pour leur participation au Salon Interfood Jakarta (Indonésie) ; (Fiches marchés), les réglementations participé à différents Foires et Salons. intégrer peu à peu l’idée d’oser l’inter-
le Salon de l’Artisanat etc. douanière et fiscale des pays étrangers (voir tableau) national. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 42 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 43
commerce extérieur  algex

chute des cours


des hydrocarbures Le commerce extérieur au cŒur
des priorités du gouvernement

Le palais du gouvernement

Les échanges commerciaux de l’Algérie avec le monde


POPULATION : QUELQUES DONNéES DE BASE
ont augmenté de 3% au cours des trois premiers
trimestres de l’année 2014, comparativement à la 39 millions d’habitants en Juin 2014
même période de l’exercice précédent. L’équilibre de la avec un taux d’emploi de 37,5%
balance commerciale reste fragile, parce que
fortement dépendant des fluctuations des cours des Prévision 2019: 43 millions d’habitants
matières premières, notamment les hydrocarbures à
l’export et les produits de base à l’import. C’est
pourquoi la chute persistante des cours des prix des Structure de l’emploi, par secteur d’activité :
hydrocarbures ont placé l’économie nationale en
général et le commerce extérieur en particulier au Commerce et services : 61,4%
cœur du débat public et des priorités du gouvernement. BTP : 16,5%
Ci-après une photographie de l’état du commerce Industrie : 12,6%
extérieur tel qu’il a été enregistré au cours des trois Agriculture : 9,5%
premiers trimestres de l’exercice écoulé.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 45


commerce extérieur  algex commerce extérieur  algex

COMMERCE EXTéRIEUR
DE L’ALGERIE

Les échanges commerciaux de l'Algérie


avec le monde ont enregistré, durant
les neuf mois 2014, plus de 93 milliards
USD contre 90 milliards USD durant la
même période de 2013.
Les échanges se sont accrus de 3 %, cor-
respondant à une hausse de 1,44 % des
exportations et de 4,55 % des impor-
tations.

Après l’excédent de la balance exté-


rieure en 2013, pour la quatrième année
consécutive suivant le déficit de 2009,
la régression de 18,26% durant les neuf
la valeur ajoutée mois 2014 confirme la vulnérabilité
de celle-ci à toute contreperformance
des exportations d’hydrocarbures
induite par l’amenuisement des cours
Structure de la du pétrole conjuguée à une hausse en
valeur ajoutée quantité des importations amortie en
pour l'année 2013
valeur par une dépréciation de l’Euro
face au dollar.

Il est à rappeler que les exportations


sont libellées en dollars et les importa-
tions en Euros.

La balance commerciale de l’Algérie


demeure fragilisée car elle dépend
de la conjoncture internationale des
matières premières, à l’export pour les
hydrocarbures et à l’import pour les
produits de base. La courbe de la balance
Structure de la commerciale (graphe n°1) présente un
valeur ajoutée hors profil similaire à celui des exportations,
hydrocarbures par
secteur juridique avec une chute plus accentuée pour l’an-
née 2009, marquée par la baisse du baril
de pétrole et une nette ascension des
importations

Hors-hydrocarbures, les exportations ont marqué une hausse de 32


%, enregistrant une valeur de 2,05 milliards USD mais ne représentent
désormais que 4,17 % des exportations globales de l’Algérie, bien que
la diversification des exportations reste un gage de stabilité des recettes
en devises.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 46 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 47
commerce extérieur  algex commerce extérieur  algex

PRINCIPAUX PRODUITS HORS HYDROCARBURES


éVOLUTION DE LA BALANCE ECHANGES PAR L’ALGERIE DURANT
COMMERCIALE DE L’ALGéRIE LES NEUF premiers MOIS 2014

9 mois 9 mois export part% evol% valeur import part% evol% valeur
2011 2012 2013 de 2013 de 2014

Solvants-Naphta 39,7 8,41 814,5 Voitures de tourisme 2 365,5 -24,6 5,4


Ammoniac 20,5 90,92 421,7 Froment (blé ) et méteil 1 838,8 8,4 4,2
Exportations 73 489 71 866 65 917 48 534 49 234 Engrais 1 578,2 -6,5 3,6
11,5 1 313,3 235,3 Véhicules automobiles pour
+29 % -2,27 % -8,3 % +1,4 % Sucre 7,8 -22,2 160,6 le transport de marchandises
dont hors hydrocarbures 2 062 2 062 2 165 1 557 2 052 Phosphates 3,6 -4,6 74,1 Médicaments 1 519,8 20,3 3,5
+35 % +0 % +5 % +31,8% Isomères de xylène 2,5 - 51,6 Lait en poudre 1 518 96 3,5
importations 47 247 50 376 54 852 41 930 43 836 Méthanol 2,3 107,3 48,2 Barres de fer ou en aciers 1 399,7 -6,7 3,2
+17 % +6,62 % +9 % +4,5% Hélium 2,04 68,9 42 Turbines à gaz et leurs parties 1 283,9 21,8 2,9
Dattes 1,4 34,3 28 Appareils électriques pour 780 39 1,8
Benzène 1,2 - 25 la téléphonie
solde 26 242 21 065 11 065 6 604 5 398 Verre plat et trempé 0,7 -16 14 Maïs 766,8 15,4 1,7
+58 % -20 % -49 % - 18,26% Eaux minérales 0,5 -53 11,4 Tourteaux et résidus 738,4 25 1,7
taux de couverture 156 % 143 % 120 % 115,7 % 112,3 % et gazéifiées d'huile de soja
Cuirs et peaux tannés 0,5 71 9,2 Gaz oils 688,8 -60 1,6
taux de couverture hors 2,81 % 4,1 % 3,95 % 3,71 % 4 ,68 % ou en croûte de bovins 0,4 -29,8 8 Tubes, tuyaux et profilés, 653,4 32,2 1,5
Fontes brutes non alliées en fer ou en aciers
hydrocarbures Peaux tannées en croûte 642,3 -9,7 1,5
0,4 -10,6 7,4 Sucre
d'ovins Bois 552,3 13,3 1,3
Ouvrages en plâtre 0,3 59,7 7 Micro-ordinateurs et 517,3 51,4 1,2
Beurre de cacao 0,3 48,1 6 leurs parties
répartition des
exportations hh Produits laminés plats 514,5 15 1,2
par secteur Essence super 508,4 -51,2 1,1

sous-total 95,70 38,7 1 964 sous-total 17 866 -1,75 40,76

fournisseurs de l'algérie

Par secteurs, la ventilation des exportations hors


hydrocarbures démarque la prépondérance du sec-
teur de la parachimie à hauteur de 69%, secondé par
l’agricole et agroalimentaire 18%, puis les mines et
carrières 5%

Dans une mesure moindre deux secteurs se


dégagent ; il s’agit des matériaux de construction
et la métallurgie sidérurgie.

Concernant le secteur de la parachimie, 71% des


produits exportés sont des solvants naphta (dérivés
des hydrocarbures).

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 48 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 49
commerce extérieur  algex commerce extérieur  PROGRAMME P3A

évalutation des accords Partie détaillée dans les rapports portant


de libre échange sur l'évalutation des accords GZALE,
disponibles à ALGEX

9 mois 9 mois part% taux de


algérie / ue de 2013 de 2014 algérie croissance PROGRAMME DE MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD
D’ASSOCIATION AVEC l’UE
EXPortations TOTALE UE

exportations hh
30 610

1 171,35
30 946

1 676,34
62,3

81,7
1,1

43,11
L’Union européenne
importations 21 831 22 510 51,35 3,13 comme référence
Le Programme de mise en œuvre de l’Accord
9 mois 9 mois part% taux de d’Association avec l’Union européenne (P3A), qui
de 2013 de 2014 ue croissance entre dans sa 3ème phase quadriennale, est doté d’un
budget de 36 millions d’euros dont 35 de contribution
EXPortations industrie 1 073,8 1 607,35 96 49,69
de l’UE et dont 5 sont dédiés à un projet d’assistance
technique concernant la surveillance des produits
exportations agriculture 94,5 64,61 34 -31,63
susceptibles de comporter des risques pour le
consommateur. Bien que le Directeur National du
exportations pêche 3,05 4,37 87 43,28
Programme soit nommé par le ministre du
Commerce, le P3A est ouvert à toutes les institutions
du pays et n’est pas au service exclusif du ministère de
tutelle. Faisons donc plus ample connaissance avec ce
importations industrie 18 426,51 18 590,94 83 0,9 Programme peu connu du grand public.
importations agriculture 2 520,57 3 900,16 42,38 54,73

D
ans un passé récent le Ministère du Commerce a béné- Les CCI témoignent un intérêt particulier sur l’analyse de
importations pêche 10,09 18,86 0,09 87 ficié d’un programme d’Appui à la Facilitation du Com- filières de production dans leur ressort, telle la Chambre de
merce (2009 à 2011 - FACICO) ainsi que d’un jumelage commerce et d’industrie de Mostaganem qui a bénéficié d’une
institutionnel portant sur la «mise en œuvre efficiente des étude pratique sur le diagnostic et l’évaluation du potentiel à
9 mois 9 mois part% taux de
algérie / gzale de 2013 de 2014 algérie croissance
règles de concurrence (2010 et 2012» Au titre du P3A, plu- l’export de la pomme de terre. D’autres besoins du Ministère
sieurs actions de moindre envergure ont aussi été organisées, du Commerce ont été formulés de façon éparse. Il convient de
surtout au profit du CACQE et de la CACI (notamment des les recadrer dans la stratégie du Ministère. à brève échéance,
EXP TOTALE GZALE 2593,6 3121,1 6,5 20,34 visites de laboratoire/organismes de certification). il est prévu :
Parmi les développements en cours, un jumelage de 24 mois a
EXP HH GZALE 215,18 189,4 9,23 -11,97 débuté en mai 2014 entre ALGEX et UBIFRANCE. Au terme
de ce jumelage ALGEX produira des études et des enquêtes ΔΔ Un projet de jumelage de 24 mois pour appuyer le
IMPORTATIONS 2663,18 1916,56 4,37 -28,03 plus fines. Ceci donnera une meilleure visibilité aux déci- dispositif de collecte, d’analyse et de promotion de l’in-
sionnaires du Ministère du Commerce et au Gouvernement. formation pour la protection des consommateurs.
ALGEX offrira en même temps des données pertinentes ΔΔ Une formation de 10 jours sur la mise en œuvre de
9 mois 9 mois part% taux de actualisées en permanence, aux candidats à l’export. Les mesures de défense commerciale compatibles avec l’Or-
de 2013 de 2014 gzale croissance ressources qui sont mises en œuvre relèvent de trois axes ganisation Mondiale du Commerce »
d’intervention : ΔΔ Le lancement d’un appel d’offres pour l’attribution
EXPortations industrie 77,31 66,52 35,12 -13,96 du marché de services concernant l’Appui Spécifique à
ΔΔ Déploiement, au sein d’ALGEX, d’une fonction d’in- la Surveillance et l’Encadrement du Marché (PASSEM),
exportations agriculture 136,30 122,26 64,54 -10,30 telligence économique. contrat qui devrait démarrer fin juin 2015.
ΔΔ Modernisation des banques de données
exportations pêche 1,57 0,65 0,34 -58,46 ΔΔ Appui au Centre d’Information Commerciale ALGEX
pour qu’il se transforme en « maison des exportateurs » La philosophie de ce projet s’inspirera fortement de l’organi-
sation mise en œuvre dans l’Union européenne, pour détecter
importations industrie 2495,64 1714,99 89,48 -31,28 les produits qui posent un problème de sécurité pour les
Les demandes en provenance du ministère du Commerce se consommateurs et les retirer du marché avec l’implication
importations agriculture 163,16 194,74 10,16 19,35 focalisent actuellement sur le renforcement de la capacité des opérateurs économiques. Le contexte devrait être une
des laboratoires du CACQE pour conduire certains types administration moins intrusive dans la vie des entreprises
importations pêche 4,38 6,83 0,36 55,96 d’analyses (par exemple les résidus d’antibiotiques dans les de bonne foi et un rôle de conseil dévolu à l’administration
viandes) ou des examens de conformité (appareils à gaz). avant toute décision répressive. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 50 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 51
commerce extérieur  PROGRAMME P3A

IL INTERVIENT DANS DES DOMAINES


NOMBREUX ET DIVERS Le P3A : pour une meilleure
gouvernance économique

Le P3A prodigue ses conseils à toutes sortes d'institutions et d'entreprises

L
a Convention de Financement (CF) du P3A a été signée 17
décembre 2007 entre les représentants de la République
Démocratique et Populaire d’Algérie, représentée par les
Ministres des Affaires Etrangères et du Commerce, d’une part,
et la Commission européenne (CE). Selon les Dispositions
L'UE finance depuis 2007 un Programme d’Appui à Techniques et Administratives (DTA) annexées à la Conven-
la mise en œuvre de l’Accord d’Association (P3A). tion de Financement « le Programme a pour Objectif Spéci-
Ce programme est conçu pour appuyer l’administration fique d'appuyer l'administration et toutes les institutions
algérienne et toutes les institutions contribuant à la publiques algériennes contribuant à la mise en œuvre de l'AA
mise en œuvre de l’Accord d’Association (AA), en ap- en apportant à celles-ci l'expertise, l'assistance technique et
portant à celles-ci l’expertise et les outils de travail les outils de travail nécessaires à la réalisation des objectifs et
nécessaires à la réalisation des objectifs de l’Accord. au respect des obligations fixés dans l'AA.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 53


commerce extérieur  PROGRAMME P3A commerce extérieur  PROGRAMME P3A

les principaux résultats attendus du p3a

ΔΔ Le rapprochement du cadre législatif et Les activités du P3A sont exécutées sur la base de devis-pro-
réglementaire algérien avec celui de l'UE afin de grammes (DP) annuels préparés par l’Unité de Gestion du
favoriser le processus de réforme dans les principaux Programme (UGP) en concertation avec les bénéficiaires
domaines couverts par l'AA; puis approuvés par les autorités de tutelle. Chaque devis-pro-
ΔΔ Le renforcement du partenariat entre les institutions gramme définit le programme d’activité de la période
algériennes et européennes par l'identification et la concernée, le budget nécessaire, le plan de financement et
mise en œuvre de nouveaux créneaux de les dispositions techniques et administratives pour la mise
coopération économique, sociale et technique; en œuvre de ces activités.
ΔΔ Le renforcement des capacités administratives Depuis son démarrage, les interventions du P3A ont inclus,
des administrations algériennes bénéficiaires et sur fonds du P3A, des jumelages, des actions ponctuelles et un
de leurs capacités d'intervention dans leur appui spécifique à la gestion des finances publiques. Sur fonds
domaine respectif; complémentaires les interventions de l’équipe de gestion du
ΔΔ L'analyse des difficultés (notamment sociales) P3A ont concerné des actions TAIEX, des actions SIGMA et à
auxquelles doit faire face le processus de mise l’avenir le nouveau programme SPRING qui lui-même pourra
en œuvre de l'AA et la formulation de propositions mobiliser toute la panoplie d’outils déjà utilisés par le P3A :
de solutions à ces difficultés; jumelages, TAIEX, SIGMA, appuis spécifiques, etc.
ΔΔ La diffusion des informations utiles à la mobilisation
et à la participation de toutes les instances des actions de grande portée
pertinentes pour une mise en application
harmonieuse de l'AA. » Le champ d’intervention du P3A en termes de types d’outils Le P3A au service de l'agriculture
utilisés et de secteurs couverts est très vaste.
En phase II les jumelages ont été étendus à un nouveau SIGMA
Les Dispositions Techniques et Administratives précisent Jumelages : Les activités de jumelage du P3A dans son domaine, la justice et les affaires intérieures, et à quatre Deux actions ont été menées d’avril 2012 à décembre
également que le P3A étant un programme cadre, les résultats ensemble (toutes phases confondues, tous niveaux nouveaux secteurs de l’AA (agriculture et pêche, transport, 2013, l’une concernant le développement de la Fonction
attendus du P3A, assortis d’indicateurs objectivement véri- d’élaboration confondus) couvrent près de 30 secteurs protection du consommateur, justice). Publique à la Direction Générale de la Fonction Publique
fiables, seront définis dans des Plans Opérationnels Annuels d’activité pour le compte de 16 ministères. Le P3AIII a considérablement étendu le champ des secteurs et l’autre concernant une revue par les pairs de la Cour
(POA) pour chacun des projets admis au financement. considérés. Les huit nouveaux secteurs sont la communica- des Comptes (CC). Ces actions seront prolongées en 2014
L’analyse des jumelages retenus pour les 3 phases du tion, l’éducation, l’énergie, l’industrie, les postes et télécom, pour assurer le plan de développement stratégique CC.
Dans ce contexte, un premier programme (P3AI), doté d'un P3A par rapport aux domaines d’intervention de l’Accord la sécurité, les statistiques, et les travaux publics. Actions ponctuelles : Sur 46 actions ponctuelles envisa-
budget de 10 millions d'euros et ciblant prioritairement les d’Association fait ressortir les principaux constats. gées depuis le démarrage du P3A, 37 ont été mises en
volets économiques etcommerciaux de l'Accord d’Association P3AI /P3AII : sur les 14 jumelages réalisés ou en cours Cela place l’Algérie à un niveau similaire aux deux autres pays œuvre (27 réalisées, 3 en cours de réalisation et 7 en at-
a été mis en œuvre sur la période 2008 – 2012. Un deuxième 13 se rattachent au domaine de la coopération écono- du Maghreb (Maroc et Tunisie) alors que ceux-ci connaissent tente de réalisation) tandisque 9 ont été annulées, reje-
programme (P3AII) doté d'un budget de 29millions d'euros mique. Leur objectif principal se rattache : cet instrument depuis beaucoup plus longtemps. tées ou reportées 3.
a démarré en mars 2011 pour une durée de 4 ans. Le P3AII Le secteur d’intervention d’une action du P3A est une
a élargi la coopération à de nouveaux secteurs tels que la TAIEX donnée très importante. L’AA délimite un certain nombre
pêche,l'agriculture, la justice, les transports (aviation civile) ΔΔ Le commerce : jumelages ALGEX et CNC. Sur l’ensemble des 134 requêtes pour des missions TAIEX de secteurs (et domaines) d’intervention entrant dans son
ainsi que la gestion des finances publiques pour laquelle un ΔΔ L’environnement : jumelage ADE 1
devant avoir lieu en Algérie, soumises par l’UGP 2 à la CE cadre. Bien que le nombre de secteurs couverts par les ju-
appui spécifique de 5 millionsd'euros a été octroyé. Un troi- (classé dans le secteur « Environnement. Projet dans à Bruxelles depuis le démarrage du P3A, 12 seulement ont melages soit passé de 5 à 10 entre le P3AI et le P3AII, tous
sième programme (P3AIII) doté d’un budget de 36 millions le domaine de l'eau » été rejetées comme non pertinentes, essentiellement pour les jumelages passés ou en cours sont liés au domaine de
d’euros, a demarré pour une durée de quatre ans. ΔΔ La normalisation et l’évaluation de la conformité : doublons avec les futurs jumelages (CRJJ, CREG, INMV) la Coopération Economique excepté le jumelage CRJJ
jumelages ACAA et ALGERAC ou sur des sujets ni harmonisés ni réglementés au niveau dans le domaine de la Justice. En ce qui concerne l’en-
En outre le Ministère des Affaires Etrangères (MAE) a confié ΔΔ Les services financiers : jumelages DGI européen. Dix d’entre elles ont été annulées par la CE et/ semble des actions, le nombre de domaines est passé de 1
à l’UGP la gestion technique du nouveau Programme d’Ap- ΔΔ L’agriculture et la pêche : les jumelages ou les bénéficiaires. 80 d’entre elles ont déjà été réalisées. à 2 et les secteurs de 16 à 27.
pui à la GouvernancePolitique et Economique de l’Algérie INRAA, IGAO, CNRDP
(SPRING). SPRING, dont la logique d’approche est transver- ΔΔ Le transport. jumelage DACM Dans le cadre du P3AIII, le nombre de domaines couverts
sale, couvre trois domaines d’intervention : 1. la gouvernance ΔΔ Le tourisme et l’artisanat. jumelage ANART. par les actions du P3A passera de 2 à 3 et le nombre de
politique; 2. la gouvernance économique; 3. la communica- ΔΔ La coopération en matière de protection 1  Situation globale depuis le secteurs de 27 à 28, ce dernier correspondant à la par-
tion – les média – la transparence. du consommateur : jumelages DSV et INMV, début du P3AI, source tableau ticipation démocratique et société civile (PDSC) du pro-
Son budget est de 12,45 millions d’euros(10 UE – 2,45 Algé- ΔΔ La justice : jumelage CRJJ. de bord TAIEX tenu par l’UGP, gramme SPRING. Pour les jumelages, le nombre de sec-
rie). Sa date d’effet est le 19 décembre 2013. Après un long au 15 mai 2014 teurs est passé de 10 à 14. 
retard, Spring est dans sa phase de lancement. L’Objectif de 2  Le directeur de l’UGP du P3A
SPRING est de contribuer à la mise en œuvre des initiatives En résumé les cinq jumelages du P3AI couvrent un seul est le représentant de TAIEX et
prises et des actions facilitées par le gouvernement pour une domaine, celui de la coopération économique inscrit dans SIGMA en Algérie
ouverture vers une gouvernance démocratique plus partici- l’AA, et cinq secteurs (commerce, environnement, normali- 3  Données au 15 mai 2014,
pative et inclusive en Algérie. sation, finance, artisanat). source UGP.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 54 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 55
commerce extérieur  PROGRAMME P3A

LE P3A : UNE
EVALUATION
POSITIVE
L’évaluation du Programme P3A
a considéré que sa mise en œuvre
est satisfaisante, tout comme son
efficacité par rapport à la réalisa-
tion des résultats indiqués dans
le cadre logique. L’impact du
programme global est très satis-
faisant et celui des actions détail-
lées (jumelages, TAIEX et actions
ponctuelles) est également très
satisfaisant. La durabilité du
programme global est de ce fait
une réalité probante et celle des
actions détaillées est jugée très
satisfaisante. Séminaire de jumelage organisé par P3A pour la promotion des produits agricoles Programme d'Appui à la mise en œuvre de l'Accord d'Associtation

L’excellent travail de sensibilisation

L
e P3A est le principal programme Le montage du P3A qui, dans le très avancés, mais néanmoins certaines
d’appui à la mise en œuvre de l’Ac- cadre de ses activités contribue de l’administration initié dans le leçons peuvent être prises en compte,
PéRENNITE ASSURéE POUR
cord d’Association. à: cadre du P3AI et poursuivi sans notamment la difficulté des jumelages LES ACTIONS REALISéES
ΔΔ améliorer la coopération éco- relâche par l’UGP a permis dans le cas des actions qui impliquent
Il a été conçu par les deux parties pour nomique (ANART, ALGEX, IGAO, un grand nombre d’acteurs (CRJJ, En règle générale, le programme a été bien intégré et absorbé dans les structures
mobiliser un ensemble d’outils qui INRAA, CNRDPA) la participation d’un grand CNRDPA). nationales, grâce à un ensemble de facteurs favorables qui sont les suivants :
avaient déjà été bien rodés dans le cadre nombre de bénéficiaires.
de la politique de voisinage, pour pré- ΔΔ progresser sur les normes et la Le P3A répond aux besoins des admi- ΔΔ Le montage du programme qui a mis en place un solide réseau liant
parer les pays candidats à l’entrée dans conformité (ACAA, ALGERAC) nistrations concernées par la mise les services intéressés des structures nationales, les points focaux
l’Union Européenne : jumelages, TAIEX, le p3a : une réelle en œuvre de l’Accord d’Association et au sein des ministères, l’UGP, la délégation de l’UE en Algérie ;
SIGMA, actions ponctuelles, etc. Ces ΔΔ améliorer la protection du valeur ajoutee associe toutes les partiesimpliquées. ΔΔ La constitution d’équipes solides mixtes (euro-algériennes) pour
outils ont fait leurs preuves. consommateur (ADE, INSV, DSV, chaque action mise en œuvre (par exemple, pour un jumelage,
CNC, DASM, DGI) Il a volontairement été conçu pour le Directeur National, le CRJ, le Directeur EM, le point focal) qui ont
Bien que l’Algérie ne soit pas candi- Il existe une étroite correspondance répondre à des demandes en prove- œuvré en étroite collaboration ;
date à l’entrée dans l’UE, la démarche ΔΔ améliorer le domaine de la Jus- entre les domaines couverts par l’AA et nance d’administrations concernées ΔΔ La forte motivation de la part des techniciens des ministères
de rapprochement euro-algérienne est tice (CRJJ), par la Feuille de route d’une part, et les 9 par la mise en œuvre de l’AA, corres- à recevoir des appuis du P3A ;
similaire à celle poursuivie dans le cadre jumelages terminés (P3AI) ou en cours pondant précisément à leurs besoins. ΔΔ L’esprit de saine compétition qui s’est instauré entre les structures
de l’intégration européenne. (P3AII) du P3A. Les matières à cibler dans chacun des nationales pour gagner des projets ou actions financées par le P3A ;
secteurs retenus pour les jumelages ont ΔΔ Les rapprochements opérés dans le cadre du programme entre les
Il s’agit essentiellement d’harmoni- Il répond parfaitement aux besoins Au-delà de l’approche fondée sur la été choisies par les bénéficiaires avec administrations bénéficiaires et leurs structures de tutelle ;
ser autant que possible les normes de l’administration algérienne pour la demande, qui a permis de toucher l’appui de l’UGP. ΔΔ Le temps suffisamment long de la phase préparatoire qui précède
des deux parties, dans les domaines mise en œuvre de l’AA. un maximum de bénéficiaires et fait L’excellent travail de sensibilisation de la mise en œuvre de toute action (et particulièrement le jumelage)
législatif, réglementaire, commercial, connaitre les outils jumelage/TAIEX l’administration initié dans le cadre du qui a permis aux administrations bénéficiaires de bien se préparer à l’action ;
économique, social, sécuritaire, de Cette pertinence a été soulignée tant au sein de l’administration algérienne P3AI et poursuivi sans relâche par l’UGP ΔΔ Le fait que les actions étaient toutes ciblées sur des thèmes
gouvernance, etc., afin de progressi- par le Ministère des Affaires Etrangères au point d’en faire la « championne » du a permis la participation d’un grand répondant effectivement à une demande clairement identifiée
vement faciliter les échanges et la libre que par le Ministère du Commerce, et Maghreb (11 jumelages en préparation, nombre de bénéficiaires. La formation de la part de l’administration bénéficiaire. Tous ces facteurs favorables
circulation des biens, des services, systématiquement soulignée égale- contre 9 pour le Maroc et 3 pour la Tuni- continue des points focaux dans chaque ont fait que la très grande majorité des actions du programme ont
des personnes, tout en préservant les ment par toutes les administrations sie), il faut envisager pour l’avenir une ministère assure la pérennisation de été bien intégrées par les structures et donc permettront d’assurer
intérêts et les particularités propres à bénéficiaires rencontrées, sans excep- approche plus sectorielle. Il est bien sûr cette synergie étroite entre toutes les la pérennité de leurs résultats.
chacun des partenaires. tion. difficile de revenir sur des projets déjà parties. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 56 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 57
dossier La Grand-Poste : monument architectural et antre des TIC

dématérialiser,
registre du commerce électronique, convention
cnrc-chambre nationale des notaires... L
e secteur du commerce a mis en œuvre un projet de
modernisation progressive de ses structures et des opé-
rations de gestion et de contrôle, en vue d’en augmenter
Avec la création du portail Sidjilcom et l’avènement du
registre du commerce électronique en 2014, le CNRC entre
de plain-pied dans l’ère de la modernité et de la dématé-

c'est débureaucratiser
l’efficacité et d’élever le niveau de sécurité des services offerts rialisation des documents. La mise en œuvre, le 03 février
et des documents fournis. dernier, de la convention qui permet aux notaires d’accéder
rapidement aux informations nécessaires aux créateurs
Le Centre National du Registre du Commerce est à l’avant- d’entreprises et de réaliser nombre d’opérations en ligne au
garde de cette démarche de modernisation, qui prend parfois profit de ces derniers, génère des économies substantielles
des contours d’une révolution, en mettant à profit et en en temps et en argent, et vient confirmer la détermination du
exploitant au mieux les opportunités offertes par les nou- secteur à se mettre au niveau de ce qui se fait de mieux dans
velles technologies de l’information et de la communication. les pays les plus avancés.
Dans les pages qui suivent, nous en saurons plus sur ces
Depuis plusieurs années déjà, en parfaite symbiose avec les nouveautés et leur impact sur la relance économique à tra-
orientations et le programme du gouvernement, cette insti- vers, notamment, la débureaucratisation et la transparence
tution a entrepris de simplifier au maximum les procédures induites, et nous aurons une meilleure idée sur les réalisa-
administratives d’inscription au registre du commerce, étape tions et les ambitions du CNRC. Bref, nous connaîtrons un
décisive dans tout acte d’investissement ou de création d’en- peu mieux cette institution au cœur du dispositif de relance
treprise. de l’économie par l’investissement productif.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 59


dossier  l'évenement dossier  l'évenement

MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION


CNRC-CHAMBRE NATIONALE DES NOTAIRES
l’ e - gouvernance
en perspective
Le 03 février 2015 a eu lieu, à l’hôtel Hilton d’Alger,
la cérémonie officielle de signature du protocole de
mise en œuvre de la convention signée en juillet 2013
entre le CNRC et la Chambre Nationale des Notaires,
portant sur les modalités de prise en charge par les
notaires de procédures liées à l’inscription au registre
du commerce pour le compte des investisseurs et des
créateurs d’entreprises. Il s’agit de la concrétisation
d’une recommandation exprimée en 2013 par le
groupe de travail « Doing Business » et, peut-être, un
premier jalon dans le chemin vers l’e-gouvernance.
Signature de la convention : sous l'œil du minsistre Après la signature de la convention, la photo souvenir.

L
a cérémonie, qui s’est déroulée en soulignera, en particulier, que « cette Bulletin Officiel des Annonces Légales, des activités économiques, les comptes
présence du ministre du Commerce convention constitue la consécration l’amélioration du climat des la demande d’informations au profit des sociaux des sociétés commerciales, le
et des représentants respectifs des d’une recommandation du gouver- créateurs d’entreprises et l’utilisation bulletin officiel des annonces légales,
ministres de la Justice et de l’Indus- nement à travers le groupe de travail affaires en Algérie, notamment des nouvelles technologies pour optimi- etc. Le paiement des prestations (ser-
trie et des Mines, a commencé à neuf « Doing Business » institué en mars par la facilitation du processus de ser le temps de traitement des dossiers. vices en ligne et consultations) par le
heures, avec une allocution de bienve- 2013, avec pour objectif l’amélioration création d’entreprises, constitue Ses avantages sont multiples aussi bien notaire s’effectue moyennant la sous-
nue prononcée par le directeur géné- du climat des affaires en Algérie, notam- pour l’entrepreneur que pour le CNRC. cription d’un abonnement, selon des
ral du Centre National du Registre du ment par la facilitation du processus
un levier important de la relance Ils se résument en un gain de temps de modalités convenues entre le CNRC et
Commerce. La parole a été donnée de création d’entreprises qui consti- économique. 48 heures environ, un mode opératoire la Chambre Nationale des Notaires.
immédiatement après au ministre du tue un levier important de la relance simple et transparent qui élimine les La mise en œuvre de la convention Le procédé de gestion projeté dans
Commerce, Amara Benyounes, qui économique. » aspects bureaucratiques, une réduction se fera en deux phases. La première la convention s’appuie sur des
des coûts indirects, notamment ceux est entrée en vigueur le 03 février et échanges électroniques par
(Voir le texte intégral de l’allocution). liés aux nombreux déplacements néces- concerne un nombre restreint de 18
Ce fut ensuite au tour du représentant saires dans le passé, et la modernisation notaires. La seconde concernera l’en-
le biais du réseau internet
du ministre de la Justice, Garde des des outils de gestion de l’administra- semble des 1800 notaires installés sur et la communication
sceaux, du représentant du ministre de tion algérienne qui participe, ainsi, le territoire national et se met en place d’informations au format
l’Industrie et des mines et du président à l’édification du socle de l’e-gouver- de façon progressive depuis le mois numérique en utilisant
de la Chambre Nationale des Notaires nance. Le procédé de gestion projeté de mars. La mise en œuvre de cette
de saluer unanimement l’initiative et dans la convention s’appuie sur des convention s’inscrit dans la même le portail Sidjilcom du CNRC.
d’en souligner la portée. échanges électroniques par le biais du logique globale de modernisation des
La directrice des services informatiques réseau internet et la communication procédures de gestion qui a présidé à
du CNRC, Meriem Abdellaoui, a, pour d’informations au format numérique la finalisation, en 2014, du projet de
sa part, présenté un exposé didactique en utilisant le portail Sidjilcom du registre du commerce électronique.
sur la mise en œuvre de la convention. CNRC. Après l’exposé de la directrice des
En termes d’objectifs, la convention Le notaire dispose d’un accès sécurisé et services informatiques du CNRC, la
vise la facilitation des procédures de privilégié au portail, pouvant ainsi réa- cérémonie solennelle de signature
création d’entreprises, la création liser de nombreux services en ligne et des contrats d’exploitation du portail
d’un canal privilégié reliant le CNRC consulter toutes les banques de données Sidjilcom par les notaires a commencé,
et le notaire pour l’enregistrement des du CNRC, en particulier le répertoire sous l’œil visiblement satisfait du
dénominations, l’insertion d’avis au des commerçants, la nomenclature ministre du Commerce 
Ministre du commerce : un discours très attendu.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 60 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 61
dossier  l'évenement

ALLOCUTION
DU MINISTRE
à L’OUVERTURE
DE LA CéRéMONIE
« La compétitivité et la transparence
ont imposé cette convention »
C’est un ministre visiblement enthousiaste qui s’est
adressé aux parties concernées par la convention « Dans un monde soucieux du
CNRC-Chambre Nationale des Notaires et aux invi- respect des délais et des formalités,
tés présents, à l’occasion de la cérémonie consacrée à
la signature solennelle du protocole de mise en œuvre l’idée de la disparition prochaine du
de ladite convention. Lorsque, comme lui, on a mesu- dossier papier au profit du dossier
ré le chemin parcouru, les efforts consentis, les résul- électronique, doit constituer une
tats obtenus et les impacts escomptés, son enthou- priorité au regard des bénéfices qui
siasme est largement justifié. Ci-dessous l’intégralité peuvent en découler. »
de son intervention. Amara Benyounès, ministre du commerce 18 notaires ont signé la convention lors de la céremonie

C’
est pour moi une agréable occasion d’être parmi vous au regard de la conjoncture mondiale défavorable induite par concret de partenariat entre deux institutions de première à partir de leur bureau, effectuer toutes les opérations d’en-
aujourd’hui afin de procéder, en votre compagnie, au la chute drastique des prix du pétrole et faisant de la diversifi- importance dans l’acte d’investir. Elles ont conjugué leurs registrement des dénominations et d’insertion d’avis au
lancement officiel du nouveau dispositif prévu dans la cation de l’économie algérienne un impératif dont il faut jeter efforts pour pénétrer le monde virtuel de la dématérialisation Bulletin Officiel des Annonces Légales, ainsi que diverses
convention qui a été conclue en 2013 entre le Centre Natio- les bases en priorité. Cependant, nous constatons depuis plu- en l’adoptant comme moyen d’échange d’informations, en vue demandes d’informations au profit des créateurs d’entre-
nal du Registre du Commerce et la Chambre Nationale des sieurs années que les différents rapports annuels de la Banque de formaliser et de donner naissance à des entreprises qui vien- prises. Ce nouveau mode de gestion permet de gagner un
Notaires. Mondiale ne cessent de dégrader notre pays dans leurs clas- dront consolider et enrichir le potentiel existant. temps précieux, que les entrepreneurs mettront à profit pour
Cette convention constitue la consécration d’une des recom- sements, en dépit de tous les efforts fournis par les pouvoirs La mise en œuvre de cette convention marque le premier pas développer leurs activités et créer de la richesse.
mandations du gouvernement à travers le groupe de travail « publics pour améliorer l’attractivité du pays. d’un nouveau mode de gestion en Algérie et trace la voie à
Doing Business », institué en 2013, avec pour objectif l’amé- la dématérialisation totale des procédures d’inscription au Je terminerai en soulignant que dans un monde soucieux du
lioration du climat des affaires en Algérie, notamment par la Un climat des affaires efficient est essentiel pour le dévelop- registre du Commerce. L’objectif est conforté par les actions respect des délais et des formalités, l’idée de la disparition
facilitation du processus de création d’entreprises, qui consti- pement économique et social de notre pays, qui s’est engagé engagées par le gouvernement pour instaurer le climat prochaine du dossier papier au profit du dossier électronique,
tue un levier important de la relance économique. » depuis plus d’une décennie dans des réformes visant à amé- de confiance numérique à travers la promulgation de la loi en conservant le même niveau de sécurité et d’échange, doit
Le lancement officiel du processus prévu dans cette conven- liorer l’environnement dans lequel évoluent les opérateurs relative à la certification et à la signature électronique.La constituer une priorité au regard des bénéfices qui peuvent
tion donne, aujourd’hui, un réel motif de satisfaction. En économiques. L’impact est notable dans bien des domaines, dématérialisation des procédures d’inscription au registre en découler. C’est pourquoi je reste persuadé qu’avec un usage
premier lieu, je citerai les pouvoirs publics qui œuvrent mais il reste insuffisant. Les efforts doivent se poursuivre du commerce constitue le prolongement des actions déjà optimal et efficient de ce nouvel outil par tous les acteurs
inlassablement à l’allègement des formalités administra- pour que les retombées économiques et sociales des réformes, réalisées par le CNRC durant la dernière décennie pour la concernés, les citoyens en général et les investisseurs en parti-
tives, afin de créer un environnement souple et dynamique associées à l’évolution du climat des affaires, soient plus modernisation de son système d’information, couronnées culier constateront une amélioration significative de la qualité
qui encourage l’investissement dans notre pays. Il y a ensuite visibles et perceptibles. en 2014 par le registre du commerce électronique. de l’offre de service du CNRC. Pour cela, je tiens à encourager
les bénéficiaires directs que sont les créateurs d’entreprises Cette solution de haute sécurité s’appuie sur les technolo- les responsables du secteur du commerce, dont ceux du CNRC,
et, de façon générale, les usagers du service public et tous C’est pourquoi il est indispensable de rénover les outils de gies mobiles, notamment la 3G, afin de sécuriser l’extrait du à poursuivre avec la même détermination et la même cadence
les acteurs qui ont activé avec rigueur et abnégation pour la travail pour assurer rapidement la densification du tissu éco- registre du commerce et d’assurer la diffusion de l’informa- la réalisation de l’ensemble des autres objectifs assignés au
concrétisation de ce projet. nomique national, qui compte actuellement un peu plus de tion de façon plus importante. projet de modernisation du secteur.
1,7 millions d’unités, chiffre en deçà du potentiel que pourrait Pour sa part, le gouvernement s’engage, à travers moi, à vous
Je citerai de façon particulière les deux parties liées par cette absorber le marché algérien. Face à ce challenge, il est apparu Les contraintes de compétitivité et de transparence des apporter tout l’appui nécessaire à la réalisation de l’ensemble
convention : la Chambre Nationale des Notaires et le Centre clairement que l’usage et la maitrise des nouvelles techno- transactions commerciales, qu’impose l’ouverture de notre de ces objectifs.
National du Registre du Commerce. Il n’échappe à personne logies de l’information et de la communication constituent économie, ont rendu nécessaire une telle action, afin de pro-
que le gouvernement a inscrit comme axe stratégique de son une réponse idoine pour la réduction des délais et des coûts, téger le registre du commerce des manipulations frauduleuses J’adresse enfin ces mots de remerciements à toutes celles et
programme l’amélioration de la qualité du service public et et pour assurer une diffusion élargie des informations dont et de moderniser les opérations de contrôle au moyen d’outils tous ceux qui ont bien voulu répondre à notre invitation et
l’instauration d’un environnement des affaires conforme la disponibilité est l’une des clés de la réussite des projets d’in- technologiques fiables et accessibles en tous lieux. honorer de leur présence la cérémonie de ce matin.
aux standards internationaux. Cet objectif devient crucial vestissement. La convention à l’ordre du jour est un exemple Désormais, et grâce à cette convention, les notaires peuvent, Je vous remercie pour votre aimable attention. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 62 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 63
dossier  l'ENTRETIEN dossier  l'ENTRETIEN

LE DIRECTEUR
GéNéRAL DU 1.  L'acceptation d’extraits de casier judiciaire portant des mentions relatives à

CENTRE NATIONAL des crimes et délits, réduisant ainsi le nombre frappé d’interdiction de s’inscrire au
registre du commerce à 6 au lieu de 14 initialement.
DU REGISTRE 2. Exemption du paiement des droits de dépôt légal des comptes sociaux, pour
DU COMMERCE les sociétés nouvellement créées, pour la première année de leur inscription ainsi
que pour les sociétés créées dans le cadre des dispositifs de soutien à l’emploi des
jeunes, durant les trois premières années.
« Le CNRC est un maillon important
3.  Il n’y a désormais plus d’obligation pour un primo investisseur de disposer d’un
dans la chaîne de l’investissement » siège social pour une personne morale ; celle-ci qui peut élire domicile auprès d’un
commissaire aux comptes ou d’un expert-comptable, d’un avocat ou d’un notaire,
Dans un entretien qu’il nous a accordé, le directeur
général du CNRC, Med Saïd Benmerad, parle à cœur ou de la résidence du représentant légal de la société et ce, pour une durée de
ouvert de son établissement. Au-delà des données deux années renouvelables une fois.
« Il n’y a désormais plus
chiffrées qu’il révèle et qui intéresseront sans d’obligation pour un primo
aucun doute les professionnels et les observateurs 4.  L’introduction de l’amende de transaction pour régulariser la situation des
de l’économie et du commerce algériens, il évoque sociétés défaillantes en matière de dépôt des comptes sociaux. investisseur de disposer
aussi longuement les missions de l’institution qu’il 5.  La suppression de l’étape liée à la publication dans la presse écrite nationale d’un siège social, lorsqu'il
dirige, ses réalisations et ses ambitions en matière de ou tous autres supports appropriés des statuts des sociétés. s'agit d'une personne
modernisation et de participation à l’effort national morale.»
Med Said Benmerad de promotion de l’investissement.
En ce qui concerne le volet lié à la simplification de l’acte La population commerçante est concentrée dans les régions
LCR - Comment évaluez-vous le rôle du CNRC dans d’entreprendre, il y a lieu de noter qu’en matière d’inscrip- LCR - Pouvons-nous avoir quelques données chiffrées nord : Alger compte 225.707 commerçants, soit 12,8 % du
l’entreprise d’amélioration du climat des affaires ? tion au registre du commerce, les facilitations mises en relatives aux inscriptions de l’année 2014 ? total national, suivi d’Oran avec 83.533 commerçants (4,7%)
place ne datent pas d’aujourd’hui. En effet, depuis 2003 et et Tizi Ouzou avec 75.214 soit 4,3 %. Le nombre de commer-
Le CNRC a toujours joué un rôle prépondérant dans l’amé- suite à l’amendement du décret exécutif n°97-41, relatif aux Durant l’année 2014, le Centre National du Registre du Com- çants dans les wilayas du sud reste modeste : El Bayadh avec
lioration des conditions liées à la création d’entreprises en conditions d’inscription au registre du commerce, le dossier merce a enregistré 375.031 inscriptions au niveau national. 9.135 soit 0,52%, Illizi avec 5.031, soit 0,29 et Tindouf avec
Algérie et ce, à travers la mise en œuvre de diverses actions d’inscription au registre du commerce connu la suppression La part des personnes morales dans le total des inscriptions 4.941 commerçants (0,28%).
au profit des jeunes promoteurs et des primo-investisseurs, de plusieurs pièces règlementaires lors de l’inscription au ne représente que 12,72 % contre 87,28 pour les personnes
notamment dans les secteurs de production de biens et de registre du commerce. Je citerai, à titre d’exemple, la sup- physiques. Le nombre des immatriculations en 2014 (per- Globalement et par rapport à la fin 2013, il y a eu une augmen-
services, pourvoyeurs d’emplois et créateurs de richesses. pression du constat d'huissier pour le local commercial et de sonnes physiques et personnes morales réunies) représente tation de +5,1% représentant 85.209 commerçants nouveaux
Aujourd’hui, la sphère commerciale compte plus d’un mil- l'extrait de rôle apuré relatif à l'impôt foncier. 49,1% de l’ensemble des inscriptions, a enregistré une légère inscrits, soit un taux appréciable en termes de création d’en-
lion sept cent mille (1.700.000) entités immatriculées au hausse de 1,3% par rapport à 2013 (personnes physiques treprises. Par secteur d’activité, les commerçants sont inscrits
registre du commerce, exerçant dans différents secteurs et En sus de toutes ces procédures de facilitation, la loi n° 04-08 0,3% personnes morales 11,8%). dans les proportions suivantes :
parmi lesquelles pas moins de 330.000 entreprises ont été a encore joué un rôle très actif dans la facilitation des procé-
créées dans le cadre de l’emploi des jeunes générant à ce jour, dures liées à l’inscription au registre du commerce. Parmi ces Le nombre des modifications, qui représente 23% du total des Personnes physiques
plus de 800.000 postes d’emploi. facilitations on peut noter l’introduction du principe lié à inscriptions, a augmenté de 0,8 pour les personnes physiques
l’agrément ou l’autorisation provisoire et l’introduction du et de 11,7 pour les personnes morales. Les radiations ont Le commerce : détail-gros (45,36%) ;
De ce fait, le CNRC est un maillon important dans la chaine de principe du primo-investisseur personne physique. connu une légère baisse de -1,4% (-2,1% pour les personnes Les services (40,23%) ;
l’investissement en Algérie et il continuera à jouer pleinement physiques et +9,5 pour les personnes morales). Le BTPH-Industrie-Artisanat (14,39%) ;
son rôle en améliorant la qualité de ses Le CNRC ne s’est pas arrêté à ces facilita- L’exportation (0,02%) ;
prestations et en se donnant les moyens « Le CNRC a toujours joué tions, il est allé plus loin en participant En ce qui concerne la situation du tissu économique national
d’être une véritable force de proposition. activement à l’amendement de certaines à fin 2014, il est enregistré 1.764.000 commerçants inscrits Personnes morales
un rôle prépondérant dans dispositions de la loi 04-08 relative à au registre du commerce selon les deux statuts :
l’amélioration des conditions l’exercice des activités commerciales. Les services (31,8%) ;
LCR - Les opérateurs économiques liées à la création d’entreprise (voir tableau) Personnes physiques : 1.606.878 soit 91,1 % Le BTPH-Industrie-Artisanat (30%) ;
se plaignent souvent des procé- en Algérie et ce, à travers la mise Import et export (21,8%) ;
dures administratives. Y a-t-il des en œuvre de diverses actions au Ces amendements et ces facilitations Personnes morales : 157.122 soit 8,9 % Le commerce : détail-gros (16,4%).
initiatives du CNRC destinées à profit des jeunes promoteurs et confortent la vision du CNRC, appuyée
simplifier l’acte d’entreprendre ? par les pouvoirs publics, quant à la
des primo-investisseurs » volonté de faciliter l’acte d’entreprendre.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 64 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 65
dossier  l'ENTRETIEN dossier  l'ENTRETIEN

à la fin de l’exercice écoulé, 11.499 commerçants étrangers les procédures de gestion, à travers la mise à disposition des
sont inscrits au registre du commerce, soit 9.224 sociétés contrôleurs du ministère du Commerce et des autres parte-
dont le gérant est de nationalité étrangère et 2.275 personnes naires, d’un lecteur mobile.
physiques. La majeure partie des commerçants étrangers ins-
crits au registre du commerce sont, de nationalité syrienne Il y a aussi l’adaptation du portail d’informations (SIDJILCOM)
(626 soit 27,5%) et tunisienne (612 soit 26,9%), dans une en vue de la diffusion de l’information économique et commer-
moindre proportion nous trouverons les nationalités ciale sur le réseau Internet.
marocaine (361 soit 15,9%), égyptienne (187 soit 8,2%),
palestinienne (163 soit 7,2%), chinoise (103 soit 4,5%) et
française (42 soit 1,8%). En ce qui concerne la catégorie des LCR - Justement, parlez-nous du portail Sidjilcom…
gérants étrangers on enregistre (1.893 soit 20,5% du total)
de nationalité française, (1.120 soit 12,1%) syrienne, et (793 En effet, il y a aussi l’adaptation du portail d’informations
soit 8,6%) de nationalité chinoise. (SIDJILCOM) en vue de la diffusion de l’information écono-
mique et commerciale sur le réseau Internet. Une convention
Toutes ces données seront affinées et analysées afin de liant le CNRC à la chambre nationale des notaires a été conclue
constituer un contenu dynamique et un instrument d’aide à en date du 08 juillet 2013. Sa mise en œuvre est devenue effec-
la décision, autant pour le secteur que pour le gouvernement tive depuis le mois de février 2015.
en général.
Ceci permettra de faciliter et favoriser la création d’entre-
prises en créant un canal reliant le CNRC et les notaires pour
LCR - Il semble que la modernisation du secteur l’accomplissement des procédures de création d’entreprises,
est une priorité pour vous et pour votre tutelle ; par l’optimisation du temps de traitement des dossiers.
que pouvez-vous en dire ? Il y a également lieu de citer la constitu-
tion d’une banque de données relatives
En prolongement des actions de moder- « Le CNRC a initié un aux archives des dossiers d’inscription au
nisation engagées depuis déjà une dizaine projet de construction registre du commerce et des actes de socié-
d’années, le CNRC entend, à travers le pro- d’une centrale des archives tés, exploitables à terme par les tiers via
gramme de développement quinquennal répondant aux normes internet. sièges à des antennes supplémentaires dans une même Sur un autre plan, le Centre National du Registre du Com-
(2015 – 2019) du secteur du commerce, wilaya. Ceci s’inscrit dans le cadre du rapprochement de l’ad- merce a initié un projet de construction d’une centrale des
persévérer dans sa démarche de dévelop-
internationales, pour la Cette action sera rendue possible grâce ministration du citoyen et, partant, de l’amélioration de la archives répondant aux normes internationales, pour la
pement et s’attèle, de manière soutenue, à conservation sécurisée au système de gestion électronique des qualité des prestations de service public rendu par le CNRC. conservation sécurisée du fond documentaire dont il a la
s’adapter aux exigences de son environne- du fond documentaire archives (GED) du CNRC, en vigueur depuis Pour ce qui est des régions du sud et du grand sud, qui charge et constitué essentiellement par les dossiers d’ins-
ment immédiat en constante évolution. Sa dont il a la charge » l’année 2007, qui sera renforcé par l’acqui- souffrent de l’éloignement de la population des antennes cription au registre du commerce, les actes de sociétés et des
stratégie de développement repose sur trois sition de six scanners, à l’effet de doubler le du CNRC, il est prévu l’acquisition et/ou location de locaux à nantissements ainsi que, les comptes sociaux déposés par
grands axes : la poursuite du programme de modernisation rendement qui sera de 2000 dossiers/jour, soit 400 000 par Tamanrasset (Ain Salah), à Illizi (Djanet) et à Adrar (Bordj-Ba- les sociétés 
de son système d’information, la dématérialisation des pro- an. Le nombre actuel de dossier numérisé a dépassé le cap du dji Mokhtar). Cela participe de l’effort en faveur de l’équité
cédures et enfin le renforcement de ses infrastructures dans million.Le deuxième grand axe de la stratégie de développe- territoriale et permet une meilleure conformité evec le décou-
le but de rehausser la qualité de ses prestations à la hauteur ment préconisée par le Centre, concerne la dématérialisation page administratif annoncé.
des besoins des citoyens et des entreprises. des procédures liées à la gestion du registre du commerce et quelques chiffres
des publicités légales.
S’agissant de la poursuite du programme de modernisation LCR - Pour terminer, avez-vous un message à passer ?
du système d’information du CNRC, il convient de relever Enfin, et pour ce qui a trait au renforcement de ses infrastruc- en 2014
les avancées significatives réalisées, à travers notamment : tures, le CNRC a inscrit dans son programme de développement J’ajouterai volontiers qu’après d’importants efforts de
le lancement depuis plus d’une décennie, du système télé- la réalisation d’infrastructures dont l’objectif consiste à rap- modernisation consentis durant la dernière décennie aux
matique (intranet) et tout récemment la mise en œuvre de procher l’administration du citoyen, à améliorer les conditions
l’extrait du registre du commerce « électronique » comportant de travail des personnels du centre et à faciliter les conditions
plans de son système d’information et du renforcement de ses
infrastructures, pour améliorer la qualité de services au profit 375.031
un hologramme crypté qui permet de sécuriser l’information. d’accueil des assujettis. de l’entreprise et des citoyens, le Centre National du Registre
Toutes ces avancées rendues possibles grâce à l’usage et à l’ex- du Commerce ambitionne dans son plan quinquennal (2015- personnes inscrites
ploitation des TIC, constituent en réalité une passerelle vers Tous ces efforts consentis pour développer un réseau d’an-
un objectif auquel nous aspirons tous, l’inscription en ligne. tennes répondant aux exigences d’un service public de
2019) de poursuivre cet élan pour s’inscrire dans la stratégie
gouvernementale en matière d’utilisation des Technologies dont 49,1%
A cet effet, le CNRC s’attèle d’ores et déjà à s’équiper des outils qualité, ont permis au CNRC de disposer actuellement de 49 de l’Information et de la Communication.
à même de lui permettre de s’intégrer dans le nouveau cadre antennes locales réparties à travers le territoire national. d'immatriculations
législatif lié à la certification et la signature électronique, dès S’agissant de la période (2015-2019), il est prévu la réalisation Dans ce cadre, le Centre National du Registre du Commerce
sa promulgation. treize (13) nouveaux sièges, dont quatre (04) seront récep-
tionnés durant cette année.
projette d’inscrire ses actions futures dans le cadre de la
continuité, notamment en ce qui concerne les procédures +1,3%
Aussi, et en prolongement de ce programme de modernisa- dématérialisées pour l’inscription en ligne au Registre du
tion du système d’information, il est prévu une série d’actions, Il est projeté également l’aménagement et la réception, au Commerce et la diffusion des informations à travers le réseau par rapport à 2013
dont l’intégration du registre du commerce électronique dans courant de cette année, de locaux devant servir de nouveaux Internet.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 66 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 67
dossier  l'institution dossier  l'institution

rôles et missions du cnrc


ΔΔ Prendre en charge la tenue du registre du commerce, ΔΔ Procéder à l’édition et à la publication du Bulletin
de veiller au respect, par les assujettis, des obligations en Officiel des Annonces Légales (BOAL), et de veiller à sa
matière d’inscription au registre du commerce et d’orga- promotion ainsi qu’à sa diffusion ;
niser les modalités pratiques afférentes à ces opérations,
conformément aux dispositions législatives en vigueur ; ΔΔ Assurer les travaux d’impression des documents offi-
AU CENTRE DU DISPOSITIF ΔΔ De donner acte de volonté d’exercer en qualité de ciels et de toute autre publication relative au registre du
commerçant ; commerce ;
DE CRéATION D’ENTREPRISES ΔΔ D’organiser toutes publications légales obligatoires ΔΔ Gérer et mettre à jour la nomenclature des activités

CNRC : cap sur afin de faire connaitre aux tiers diverses mutations qui
interviennent dans la situation juridique des commerçants
économiques soumises à inscription au registre du com-
merce ;
ΔΔ Prendre en charge les mesures conservatoires
la modernisation
et des fonds de commerce, les pouvoirs des organes d’ad-
ministration et de gestion et, s’il y a lieu, les oppositions y requises en cas d’infractions touchant son domaine d’in-
afférentes ; tervention ;
ΔΔ Centraliser l’ensemble des informations relatives au ΔΔ Participer à tous travaux visant à parfaire les condi-
registre du commerce. tions générales d’exercice du commerce, et à normaliser
Avec ses 1481 employés, dont plus de la moitié de
cadres, et ses 49 antennes assurant sa présence ef- ΔΔ Délivrer l’extrait du registre du commerce ; les relations commerciales entre les opérateurs écono-
fective dans toutes les wilayas du pays, le Centre ΔΔ Tenir et gérer le registre des inscriptions au registre miques ;
national du registre du commerce (CNRC) joue un du commerce, le livre public des ventes et/ou de nan- ΔΔ Réaliser et diffuser toute publication intéressant son
rôle central dans l’amélioration des conditions liées tissement de fonds de commerce, le fichier des raisons domaine d’intervention ;
à la création d’entreprises. En mettant résolument sociales et le fichier des comptes sociaux ; ΔΔ Recevoir les comptes sociaux des sociétés et tenir à
le cap sur sa modernisation, cette institution entend ΔΔ Délivrer tout document et information relatifs au registre jour une banque de données y afférentes ; tenir et gérer le
s’acquitter de ses missions avec plus d’efficacité et de commerce impliquant une recherche d’antériorité ; registre public des opérations du crédit-bail mobilier.
de célérité et de mettre un terme aux manipulations
frauduleuses dont fait l’objet le Registre du commerce. En finir avec ces documents papier

L
e CNRC est une institution adminis- Un personnel de près de (1481 per- Cette démarche, visait à donner une Elle constitue de ce fait un bond quali-
trative autonome, placée sous l’égide sonnes dont 54,82% cadres) contribue, touche de modernisation, dans le but de tatif en matière de communication des
de Monsieur le Ministre du Com- à tous les niveaux, à la réalisation des renforcer l’utilisation des techniques de informations et de contrôle, notam-
merce. L’établissement a été créé par objectifs du CNRC. Un vaste pro- l’information et de la communication ment grâce à l’usage des TIC et autres organisation
décret numéro 73-188 du 21 Novembre gramme de modernisation des (TIC) au sein du CNRC, et d’assoir le technologies mobiles qui préservent
1973, avec comme principal domaine équipements et des méthodes de travail socle de l’e-gouvernance, afin de faciliter l’intégrité du commerçant dans ses Le CNRC est doté d’un conseil d’administration présidé par le Ministre du
de compétences la centralisation du ainsi qu’un programme de formation les procédures administratives liées à transactions commerciales. commerce ou son représentant, il est composé de :
Registre du commerce délivré par les ont été mis en œuvre afin de permettre l’obtention du registre du commerce, et
greffes des Tribunaux. au CNRC de répondre et de veiller à ce de développer, entre autres, le contrôle Depuis sa mise en œuvre le 16 Mars ΔΔ Un représentant du Ministre chargé de la justice ;
que le centre réponde aux exigences du de l’activité commerciale. 2014, le registre du commerce électro- ΔΔ Un représentant du Ministre chargé des finances ;
Depuis, des aménagements furent nouveau contexte, tant national qu’in- nique a favoriser le respect des bonnes ΔΔ Un représentant du Ministre de l’Industrie et des Mines ;
apportés. La règlementation régissant ternational. Suite à une analyse comparative des pratiques de gestion des risques, de ΔΔ Un représentant du Ministre chargé des statistiques ;
le registre du commerce a subi une pro- solutions proposées par des opérateurs manière à garantir l’existence des méca- ΔΔ Un représentant de la Chambre algérienne de commerce et
fonde réforme tant dans son mode de le registre du commerce qualifiés, la majorité des membres du nismes de contrôle et de surveillance d’industrie.
gestion que dans ses attributions. Cette électronique, une option comité de pilotage ont estimé que la destinés à prévenir la fraude. ΔΔ Le Directeur Général du centre assiste aux réunions du conseil d’adminis-
réforme devenait impérative, d’où la d’avenir solution « UPCODE » présentée par Toutes ces avancées rendues possibles tration avec voix consultative.
promulgation du décret n° 79-15 du 25 l’entreprise nationale des systèmes grâce à l’usage et l’exploitation des TIC,

D
Janvier 1979 portant organisation du epuis le début du processus de informatiques (ENSI) était la mieux constituent une passerelle vers un but Sous l’autorité du Directeur Général, l’administration du CNRC comprend :
Registre du commerce, qui a conféré au réforme en vue de développer les adaptée pour répondre aux objectifs auquel aspirent les pouvoirs publics,
CNRC, outre les missions détenues par capacités de gestion du CNRC, et assignés au registre du commerce élec- l’inscription en ligne. ΔΔ Directeur Général adjoint, chargé d’assister le Directeur Général.
les greffes des tribunaux, des attribu- dans un soucis de mettre fin aux mani- tronique. ΔΔ L’inspection générale des services.
tions nouvelles. pulations frauduleuses dont fait l’objet A cet effet, le CNRC s’attèle d’ores et ΔΔ La cellule d’hygiène et sécurité.
le registre du commerce, une étude de Cette solution a permis le passage du déjà à s’équiper d’outils à même de lui ΔΔ Le bureau d’ordre général.
Le CNRC dispose d’un réseau com- faisabilité sur la version électronique registre du commerce classique à un permettre de s’intégrer dans le nouveau ΔΔ La direction de registre du commerce.
posé de 49 antennes, lui assurant une du document a été effectuée par un extrait du registre du commerce élec- cadre législatif lié à la certification et la ΔΔ La direction des publicités légales.
présence effective dans chacune des comité de pilotage issue du ministère tronique doté d’un hologramme crypté, signature électroniques et ce, dès la pro- ΔΔ La direction des ressources humaines.
wilayas du pays ; elles sont coordonnées du Commerce et du CNRC, en collabo- sécurisé, infalsifiable et lisible via les mulgation du texte y affèrent.   ΔΔ La direction des finances et des moyens.
par les directions centrales, et dirigées ration avec le ministère de la Poste et périphériques mobiles. ΔΔ La direction des services informatiques.
par des préposés qui ont le statut d’offi- des Technologies de l’Information et de ΔΔ La direction du conseil et des services juridiques.
cier public, auxiliaire de justice. la Communication.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 68 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 69
régulation et
L
a régulation et l’organisation de l’activité commerciale par le ministre et qu’il s’attèle à mettre en œuvre, ses préoc-
requièrent une connaissance précise de la société, de ses cupations majeures et les dossiers qui revêtent un caractère
demandes et de ses mœurs en matière de consommation, d’urgence.
organisation des activités des évolutions démographiques et de la répartition géogra-
phiques des populations, ainsi que des impératifs liés à l’envi- Parmi ces dossiers, ceux du commerce informel et de la grande
ronnement et au plan national d’aménagement du territoire, distribution occupent une bonne place. Une journée d’étude

le cŒur
entre autres. leur a été consacrée le 02 janvier, à l’hôtel Aurassi, à laquelle
informel et ont pris part de nombreux cadres supérieurs du ministère,
grande distribution  Elles requièrent aussi une parfaite maîtrise des outils des experts de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales et plu-
législatif et réglementaire, qui président à la mise en sieurs personnalités représentant les secteurs concernés par

du problème œuvre, dans les meilleures conditions possibles, de


l’économie de marché et leur adaptation permanente.

C ’est la direction générale de la régulation et de l’organisa-


le sujet. Le ministre a prononcé une importante allocution à
cette occasion, qui viendra, dans les pages ci-après, compléter
la couverture de l’évènement.

tion de l’activité commerciale qui s’acquitte de ces missions au On trouvera également exposés dans ce dossier des bilans
ministère du Commerce, sous l’autorité politique du ministre. succincts et des esquisses de plans d’action des directions
Dans un entretien qu’il nous a accordé, le directeur général, centrales relevant de cette direction générale. En particulier,
Abdelaziz Aït Abderrahmane, explique les missions qui les questions liées à la concurrence y sont traitées de manière
incombent à sa structure, les nouvelles politiques insufflées assez détaillée.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 71


régulation et organisation des activités  l'ÉVENEMENT régulation et organisation des activités  l'ÉVENEMENT

JOURNéE D’éTUDE SUR L’éCONOMIE


ET LE MARCHé INFORMEL
Sortir de l’informel :
un impératif
et une urgence
Le ministère du Commerce, en collaboration avec
l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales, a organisé
une journée d’étude sur l’économie et le marché
informel le 02 février 2015 à l’hôtel Aurassi. La
matinée a été marquée par une allocution de Amara
Benyounes, ministre du Commerce, des exposés de
qualité portant sur les thèmes intimement liés du
marché informel et de la grande distribution, suivis
par un débat en plénière. Deux ateliers, qui ont tra-
vaillé respectivement sur les voies et moyens de sor-
tir du marché informel et sur l’approche nécessaire à
l’avènement d’une grande distribution adaptée, ont
rendu leurs recommandations en fin de journée. Une assistance attentive, à l'écoute du ministre

L
es travaux ont été ouverts par le La parole a été donnée, ensuite, au Le ministre a mis l’accent sur le bilan des actions menées pour son « Le développement de la grande dis- Avant l’ouverture du débat, la parole a
directeur de l’EHEC, A. Saadi, qui docteur Alliouche Rachid, maître de éradication au 31 décembre 2014, la tribution en Algérie : évolution et cadre été donnée au ministre du commerce,
a souhaité la bienvenue aux nom- conférence à l’EHEC, qui a traité de l’importance du sujet traité et résurgence incessante du phénomène juridique », est le thème traité par Aït Amara Benyounes, qui a rejoint la mani-
breux participants et décliné le pro- l’ « Economie informelle : Notions et a insisté sur le fait que la répression et l’engagement multiforme de l’Etat Abderrahmane Abdelaziz, directeur festation entre temps. Dans une courte
gramme de la journée avant de donner Concepts ». Tentant d’apporter quelques ne peut être l’approche privilégiée, pour atténuer son impact négatif sur général de la Régulation et de l’Orga- allocution, il a mis l’accent sur l’impor-
la parole au secrétaire général du minis- explications sur les origines et les l’économie nationale, l’environnement, nisation des Activités au ministère du tance du sujet traité et a insisté sur le fait
tère du Commerce, El-Hadi Makboul, causes de l’économie informelle, tant en même si dans certains cas elle s’impose, la sécurité et la santé du citoyen. Commerce. Après avoir donné un bref que la répression ne peut être l’approche
qui a prononcé une courte allocution, Algérie que dans le reste du monde, le les efforts devant être concentrés aperçu sur l’histoire de la grande distri- privilégiée, même si dans certains cas
suppléant ainsi à l’absence momenta- conférencier relèvera que dans certains sur l’intégration progressive maîtriser bution durant les périodes coloniale et elle s’impose, les efforts devant être
née du ministre dont la présence était pays il atteint des proportions telles la grande distribution postcoloniale en Algérie, il fait état du concentrés sur l’intégration progres-
requise par les cérémonies officielles de qu’il n’est pas loin de supplanter les
des activités informelles dispositif législatif et règlementaire sive des activités informelles dans le
la clôture de la session parlementaire circuits officiels. Il s’interrogera, entre dans le circuit légal. qui régit l’implantation des grandes circuit légal.(Voir le texte intégral de
d’automne. autres, sur le traitement à réserver à Pour sa part, Kamila Ghidouche surfaces en Algérie, en mettant l’accent l’allocution). Après la pause-déjeuner,
ce secteur bien réel désormais. Faut-il sujet ne serait pas évidente. Il s’agirait, Aït Yahia, titulaire d’un Mastère en sur les conditions auxquelles doivent deux ateliers ont été installés.
Le directeur de l’école de Commerce, l’éliminer ou, au contraire, en prendre tout compte fait et selon lui, de réduire économie international obtenu en répondre, en particulier, les supermar-
comme le secrétaire général du minis- soin en raison du potentiel qu’il repré- la précarité des conditions d’existence France, spécialiste du marketing ter- chés et les hypermarchés. Le premier s’est penché sur les voies à
tère, n’ont pas manqué de se féliciter du sente en matière de création d’emplois ? d’une catégorie de la population et de ritorial et maître de conférences à Abdennour Nouiri, docteur en sciences emprunter et les moyens à mettre en
nombre et de la qualité des participants, Il n’en conclut pas moins qu’à terme, le définir les frontières de l’exercice de la l’EHEC, a abordé le thème des « Cir- économiques de l’université de Mont- œuvre pour sortir de l’informel tandis
qui dénotent de l’intérêt qu’ils portent secteur informel ne peut se substituer concurrence loyale pour une économie cuits de distribution modernes  ». A pellier et professeur à l’EHEC d’Alger, que le second s’est intéressé à la grande
à un sujet effectivement crucial pour à de véritables politiques publiques de moderne qui réponde à la normalité travers, notamment, l’apparition et a été le dernier à intervenir. Son distribution et à la meilleure manière
le devenir de l’économie nationale. En développement économique. sociale d’un pays développé. l’évolution des différents formats de exposé a porté sur « Les retards dans de la développer de manière adaptée.
effet, outre les cadres du ministère du vente, l’intervenante a restitué le cadre l’implantation des grandes enseignes en Les rapporteurs des deux ateliers ont
Commerce, on pouvait constater la Lui succédant, le docteur Farid Allaouat, Ce fut ensuite au tour de Hadji Abde- théorique de la grande distribution. Algérie ». Ayant relevé le retard accusé fait lecture des recommandations en
présence d’opérateurs économiques spécialiste en sciences de gestion et nour, diplômé en sciences économiques, Parti d’Europe, ce nouveau concept en la matière par l’Algérie en comparai- plénière (voir encadré) avant que le
et commerciaux, de syndicalistes, de maître de conférence à l’EHEC, a traité directeur des Etudes, de la Prospective commercial s’est répandu dans les pays son avec les pays voisins, il procèdera à ministre ne procède à la clôture offi-
représentants d’associations profes- des « Retombées du commerce informel et de l’Information Economique au émergents d’autant plus facilement l’analyse du secteur de la grande distri- cielle de la journée. 
sionnelles et des consommateurs, de la sur l’économie algérienne ». Retombées ministère du Commerce, d’interve- que les circuits traditionnels sont bution à travers les facteurs influençant
Chambre de commerce et d’industrie, positives ou négatives ?, s’interroge-t-il nir sur le thème de l’ « Action de l’Etat incapables de répondre aux nouvelles son développement, en particulier les
entre autres, sans compter une cou- d’emblée. Pour le conférencier, il serait en faveur de la résorption des marchés demandes des consommateurs, de pratiques stratégiques des enseignes, le
verture médiatique particulièrement hasardeux d’y répondre sur la simple informels ». Sa communication a porté plus en plus copiées sur le modèle de comportement des consommateurs et
importante. base de la conviction, tant la vérité sur le sur la définition du marché informel, consommation occidental. les facteurs environnementaux.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 72 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 73
régulation et organisation des activités  l'ÉVENEMENT

ALLOCUTION
D’OUVERTURE
du ministre
« Le commerce informel menace de
nombreuses entreprises inscrites
dans la légalité »
Dans son allocution d’ouverture de la Journée
d’étude sur l’économie et le marché informel,
le ministre du Commerce, dont le discours est
intégralement retranscrit ci-dessous, a fait un
tour assez exhaustif de la question. Il a évoqué les
mutations de l’économie nationale induites par
les réformes engagées ces dernières décennies,
l’apparition et le développement fulgurant
des activités informelles et le danger qu’elles
représentent, les efforts consentis par l’Etat pour
formaliser ces activités, et sa conviction que cette
journée permettra d’ouvrir des pistes pour atteindre
l’objectif d’éradiquer, ou tout au moins de ramener à
des dimensions acceptables, ce phénomène.  Amara Benyounès, ministre du Commerce

J
e tiens, pour commencer, à vous présen- mondiaux constituaient les principaux
ter, en mon nom personnel et au nom « Des réformes ont considéra- objectifs de ces réformes. Ces réformes
de tous les cadres du ministère, nos vifs blement transformé le paysage ont considérablement transformé le
remerciements pour avoir répondu favora- paysage économique et commercial
blement à notre invitation et prendre part économique et commercial algérien. Pour l’essentiel, les marchés
à cet important événement. algérien. Pour l’essentiel, des biens et services ont été libéra-
Je tiens aussi à exprimer ma gratitude et les marchés des biens et lisés et ouverts à la concurrence et à
mon souhait de bienvenue aux éminents services ont été libéralisés l’investissement privé tant national
experts, venus de différents horizons pour et ouverts à la concurrence qu’étranger.
débattre avec nous de la problématique de et à l’investissement privé tant
l’informel, thème de notre rencontre d’au- C’est ainsi qu’une refonte globale de
jourd’hui, ainsi que des voies et moyens à national qu’étranger. » la législation et de la réglementation
mettre en place en vue de sa formalisation. relatives à l’exercice des activités com-
merciales a été opérée à l’effet d’éliminer
Je souhaite, également, mettre à profit cette tribune pour les obstacles qui entravaient la création et le développement
présenter mes félicitations et remerciements aux éminents des entreprises, d’assouplir les conditions d’inscription au
professeurs et chercheurs de l’Ecole des Hautes Etudes Com- registre du commerce et de faciliter l’insertion des commer-
merciales pour les efforts déployés pour l’organisation, en çants exerçant en marge de la réglementation dans la sphère
collaboration avec le ministère du Commerce, de cette jour- commerciale légale. La démonopolisation du commerce, la
née d’études. dérèglementation des prix, la refonte du tarif douanier, l’éli-
mination des restrictions quantitatives et la convertibilité
C’est à partir des années 90 que l’Algérie a entamé le processus du dinar pour les transactions commerciales courantes ont
des réformes économiques tout en abandonnant le modèle de facilité et aidé à l’émergence de nouvelles entités économiques
l’économie centralisée et administrée pour s’engager progres- dont le nombre n’a cessé de progresser d’année en année.
sivement sur la voie d’une économie de marché, basée sur la En matière d’inscription au registre de commerce, on
liberté de l’industrie et du commerce. dénombre plus de 1,7 millions d’opérateurs inscrits au fichier
du Centre National du Registre du Commerce à la fin du mois
La diversification de l’économie algérienne, son engagement de décembre 2014 dont 1 606.879 personnes physiques,
sur la voie d’une croissance durable et soutenue ainsi que représentant 91,1 % du nombre total des inscrits et 157.121
son intégration dans des espaces économiques régionaux et personnes morales, soit un taux de8,9%.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 75


régulation et organisation des activités  l'ÉVENEMENT régulation et organisation des activités  l'ÉVENEMENT

« De multiples entreprises
qui activent dans la légalité et
Par ailleurs, le manque d’entreprises spé- Bien que ce type de commerce
cialisées dans la grande distribution et dans le respect de la législation soit  socialement  utile, du fait qu’il
le déficit avéré en infrastructures com- et de la réglementation se emploie et fait vivre des dizaines de
merciales ont, dans une large mesure, trouvent fortement menacées milliers de familles, cela n’empêche qu’il
favorisé le développement de zones d’ac- dans leur existence par ce demeure porteur de risques, tant sur le
tivités commerciales souvent situées phénomène qui freine tout plan de la santé que de la sécurité des
dans des sites inadaptés et ne répondant effort d’investissement consommateurs. Partant de ce constat
pas aux normes et standards exigés en préoccupant, les pouvoirs publics ont
la matière. productif. » pris des mesures. (voir tableau)

à cela, force est de constater que des rues, des ruelles, des S’agissant des marchés de gros, il a été procédé à la création
entrées d’immeubles, jardins et autres espaces publics sont d’une  Entreprise Publique Economique (MAGROS) avec le
quotidiennement envahis par une multitude de personnes statut juridique d’une Société Par Action, qui a pour mission la
qui s’adonnent à l’exercice d’activités commerciales, dans le réalisation et la gestion des marchés de gros dans tous les
désordre, sans titre légal, causant toutes sortes de nuisances domaines, dont celui des fruits et légumes et dont le pro-
non seulement aux riverains, mais au cadre de vie et à l’envi- gramme de développement au titre de la période 2014 – 2016
« Le passage d’une situation de ronnement en général. prévoit la réalisation de 8 marchés de gros d’envergure régio-
monopole et de pénurie à une situation nale et nationale, conformément aux normes et standards
de concurrence et d’abondance a été Ces activités ont fini par s’incruster dans le décor ambiant de internationaux en la matière.
accompagné par l’émergence de pratiques nos villes, villages, cités et quartiers, s’élargissant toujours
frauduleuses et anticoncurrentielles davantage tout en se sédentarisant, au détriment de la quié- En dépit des actions engagées par les pouvoirs publics en vue
tude du citoyen et des intérêts des commerçants légalement d’encourager la création et la promotion de l’entreprise, à
à l’origine de la prolifération d’une établis. réduire le poids de la fiscalité et à faciliter l’accès aux crédits
économie parallèle ou informelle. » Journée sur l'informel : une participation ombreuse et de qualité bancaires, il n’en demeure pas moins que l’ampleur prise par
l’informel, ces deux dernières décennies, reste l’un des prin-
Comparativement au nombre d’habitants, estimé actuel- affecte, à des degrés différents, plusieurs branches d’activi- ΔΔ La mobilisation d’une enveloppe financière de 12 cipaux obstacles à la stabilité et à la transparence nécessaires
lement à 39 millions d’âmes, le nombre d’opérateurs tés, notamment les services, l’industrie de transformation milliards de dinars pour la réalisation et l’aménagement à une relance économique soutenue et au développement de
économiques en activité représente un taux de 4,3 %, ce qui (agroalimentaire, cosmétiques, textile, cuir, matériaux de de marchés  de proximité dont la concrétisation devrait l’investissement productif créateur d’emplois et générateur
donne un ratio de un commerçant pour 23 habitants. construction…), l’agriculture et le commerce extérieur et, aboutir à la l’insertion des intervenants informels dans le de richesses.
enfin, la distribution de gros et de détail. tissu commercial légal.
L’approvisionnement du marché national, avant l’avènement Force est de constater, également, que de multiples entre-
des réformes économiques, était exclusivement assuré  par un Bien qu’il soit difficile de cerner avec exactitude l’ampleur ΔΔ L’adoption d’un plan complémentaire de réalisa- prises qui activent dans la légalité et dans le respect de la
nombre restreint d’entreprises publiques dont la dissolution de ce phénomène au regard de sa nature occulte et de ses tion de marchés couverts pour résorber le déficit en législation et de la réglementation se trouvent fortement
a été comblée, tant bien que mal, par des opérateurs écono- pratiques frauduleuses, il n’en demeure pas moins que les infrastructures commerciales, d’un financement de 10 menacées dans leur existence, par ce phénomène qui freine
miques issus dans leur majorité du secteur privé. actions  menées par les services de contrôle du ministère du Milliards de dinars, dans le cadre du plan quinquennal tout effort d’investissement productif.
C’est ainsi que les activités d’importation et de distribution Commerce ont permis la découverte, au titre des quatre der- 2010-1014. 
ont été investies par une multitude d’opérateurs le plus sou- nières années, de transactions commerciales sans factures C’est ainsi que l’objectif recherché à travers l’organisation de
vent privés, sans qualification ni savoir faire, notamment en pour un montant global de 206.5 milliards de dinars, soit une ΔΔ L’exonération, à titre transitoire, des commerçants cette journée d’étude en collaboration avec l’Ecole des Hautes
matière de négoce international, et ne disposant pas, pour la moyenne annuelle de 51,6 milliards de dinars. nouvellement installés dans les sites aménagés par les Etudes Commerciales (EHEC) d’Alger est de permettre à tout
plus part d’entre eux, d’infrastructures adéquates pour l’exer- collectivités  de l’impôt forfaitaire unique (IFU) pour un chacun (experts, opérateurs économiques et pouvoirs
cice de ce genre d’activités. Devant l’ampleur de ce phénomène qui pourrait constituer, les deux premières années d’activité. A l’issue de cette publics) de donner son point de vue sur la thématique, tout
à terme, une menace sérieuse pour l’outil national de pro- période, ces commerçants bénéficient également en espérant que les débats permettront de déboucher sur des
Le passage d’une situation de monopole et de pénurie à une duction et, par conséquent, risquerait de mettre en péril les d’un abattement des impôts sur une période de trois solutions pratiques, durables et bénéfiques tant à l’entreprise,
situation de concurrence et d’abondance a été accompagné par fondements de l’économie nationale dans son ensemble, des ans, à savoir : 70% pour la première année, 50% pour la qu’aux consommateurs et au Trésor public.
l’émergence de pratiques frauduleuses et anticoncurrentielles mesures ont été prises par les pouvoirs publics, à l’effet de : seconde et 25% pour la troisième et dernière année.
à l’origine de la prolifération d’une économie parallèle ou Enfin, je reste persuadé qu’aux termes des communications
informelle. Si par le passé l’informel constituait un refuge ΔΔ L’assouplissement des conditions d’exercice au pro- qui seront présentées  tout au long de cette journée, les débats
pour une frange minime d’une population, sans revenu ou à ΔΔ Dynamiser davantage l’outil national fit des jeunes désirant intégrer les espaces aménagés qui auront lieu et les recommandations formulées à l’issue des
la recherche de ressources financières supplémentaires pour de production, stimuler les investissements par les collectivités, sur la base d’un « titre légal » sous travaux en ateliers permettront de déterminer les grands axes
subvenir à ses besoins, son expansion actuelle obéit, de plus productifs et promouvoir l’emploi ; forme d’autorisation provisoire délivrée par la com- de la démarche à entreprendre pour l’insertion des activités
en plus, à des objectifs occultes et à des motivations de gain ΔΔ Lutter contre les différentes formes de fraudes mune. informelles dans le tissu économique et commercial légal.
facile, d’enrichissement illicite et d’évasion fiscale. et d’atteintes à l’économie nationale ;
ΔΔ Renforcer le dispositif de contrôle applicable, ΔΔ La réhabilitation, depuis 2007, de 32 marchés de Je  vous remercie pour votre aimable attention. 
Les résultats d’enquêtes réalisées ces dernières années  par notamment, au commerce extérieur. gros et de 241 marchés de détail de fruits et légumes
le secteur du commerce démontrent que ce phénomène pour un montant global de 5,9 milliards de dinars.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 76 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 77
recommandations
ILS ONT DIT Les travaux des deux ateliers organisés LA GRANDE DISTRIBUTION
lors de la journée d’études tenue le
02 février 2015 à Alger et qui ont porté ΔΔ Accorder dans le cadre de la mise en œuvre de
sur le commerce informel et sur la grande la procédure d’octroi des terrains d’assiette, la
Rachid Alliouche Ghidouche Aït-Yahia Kamilia distribution ont débouché sur les priorité à l’implantation des hypermarchés par
Enseignant EHEC Enseignante EHEC recommandations suivantes les collectivités locales compte tenu de leur rôle
« Le système informel emploie 1,8 mil- « Les tendances dans les pays émergents d’instruments de régulation du marché
liards de travailleurs dans le monde sur 3 sont à l’adoption des format de vente (approvisionnement et stabilité des prix).
milliards, soit 60%, selon les chiffres four- modernes rapide car les circuits tradi- le COMMERCE INFORMEL 
nis par l’OCDE en 2009 (…) La plupart tionnels de distribution étaient incapable ΔΔ Impliquer les Chambres de Commerce et
des personnes qui entrent dans l’économie de répondre aux besoins des consomma- ΔΔ La nécessité de mettre en place un système d’Industrie dans le dispositif d’investissement
informelle ne le font pas par choix mais par teurs. Avec le développement des TIC, d’informations statistiques et fiscales permettant en matière de grande distribution.
nécessité (…) Les travailleurs et les unités l’élévation des niveaux de vie et d’édu- de déterminer une typologie de l’économie
économiques du secteur informel peuvent cation dans ces pays, et sous l’effet de la informelle. ΔΔ Finalisation du schéma directeur national
être à l’origine de la création d’entreprises. » mondialisation, les comportements de des infrastructures commerciales et envisager
consommation se sont occidentalisés. » ΔΔ Mener des études comportementales et sa présentation pour enrichissement lors
Farid Allaouat sociologiques pour comprendre les motivations d’un séminaire d’expertise et de lancement.
Aït Abderrahmane Abdelaziz des agents exerçant dans l’informel.
Enseignant EHEC ΔΔ Prévoir le lancement  d’opérations pilotes
« Les activités informelles existent par- Directeur général au ministère ΔΔ Création d’une cellule de réflexion transversa le dans certaines wilayas pour tester la fiabilité
tout mais leur impact sur les économies du Commerce (national task force...), pour proposer des mesures du schéma directeur retenu.
nationales varient d’un pays à l’autre « Durant la période antérieure à 1990, concrètes en matière de lutte contre l’informel par
selon le niveau de développement de l’éco- malgré la gestion planifiée de l’écono- segment d’activités ΔΔ Envisager l’élaboration d’un texte spécifique
nomie formelle, le mode de régulation et mie, le commerce informel existait déjà à la grande distribution.
de gouvernance et le mode d’insertion à sous plusieurs formes à échelle réduite. ΔΔ Orientation des jeunes exclus du système scolaire
l’économie mondiale. Elles peuvent être (…) Durant la décennie noire ce phé- quelque soit leur âge vers la formation ΔΔ Relancer la réflexion portant sur la définition
vues sous l’angle d’un indicateur mar- nomène s’est amplifié avec l’exode des professionnelle en vue de leur insertion dans d’une loi sur l’urbanisme commercial.
quant une défaillance de légitimité de populations rurales vers les grandes le secteur économique
l’organisation sociale établie ou une agglomérations à la recherche d’un refuge (production/ services et commerce). ΔΔ Prévoir un plan de promotion et de
brèche dans les règles de conduite loyale et en quête de moyens de subsistance en communication sur les concepts de la grande
régissant les activités économique.  » s’adonnant à des activités informelles. » ΔΔ Mener des campagnes de sensibilisation en distribution en direction des opérateurs
direction des consommateurs à l’effet de les économiques et des investisseurs potentiels.
Hadji Abdennour Nouiri Abdennour  dissuader de consommer les produits écoulés sur
le marché parallèle et les inciter à consommer les ΔΔ Intégrer l’implantation des équipements
Directeur au ministère du Commerce Enseignant EHEC produits vendus dans les circuits formels. commerciaux dans le Plan Directeur
« Les opérations de lutte contre les marchés « Le consommateur algérien n’est pas d’Aménagement et d’Urbanisme (PDAU)
informels se sont soldées, au 31 décembre acquis à l’idée de la grande distribution ΔΔ Renforcer et améliorer les relations entre et le Plan d’Occupation des sols  (POS),
2014, par l’éradication de 872 marchés sur (supermarchés, hypermarchés et centres les pouvoirs publics et le mouvement associatif y compris pour les bases logistiques et les
les 1368 recensés, soit 64%. Il a été réin- commerciaux). (De plus), les facteurs envi- (implication de la société civile). plates formes commerciales.
séré 18 878 intervenants à l’intérieur de ces ronnementaux constituent une contrainte
marchés éradiqués sur un total de 41 949, majeure à l’implantation de ce type de ΔΔ Création d’un observatoire intersectoriel doté ΔΔ Développer des programmes de formation et
soit 45%.Par ailleurs, il a été observé la distribution. (Enfin), le fonctionnement d’un système d’information adapté en vue de de mise à niveau dans le domaine des métiers
réapparition de 103 marchés informels des grandes surfaces existantes influe mesurer et de  suivre l’évolution des activités modernes liés à la grande distribution
auparavant éradiqués, notamment à Alger, négativement sur la perception qu’ont les du marché informel. (merchandising, distributeurs de marques,
Blida, Ain Defla, Tébessa et Tiaret. » consommateurs de la grande distribution catégory manager...).
(niveaux de prix, merchandising, enseignes
associées et localisation). ΔΔ Renforcement des opérations de contrôle
en direction   des opérateurs économiques
en vue  de l’application rigoureuse de
l’obligation de délivrance des factures. 

ΔΔ Mettre en place une cellule de travail mixte 


(administration et université) pour poursuivre
la réflexion sur la thématique de la grande distribution.
régulation et organisation des activités  l'ENTRETIEN

LE DIRECTEUR GéNéRAL
DE LA RéGULATION
ET DE L’ORGANISATION
DES ACTIVITéS
« Nous mettrons en œuvre
une nouvelle vision
de l’activité commerciale »
Abdelaziz Aït Abderrahmane est directeur général
de la régulation et de l’organisation des activités
au ministère du Commerce. Stratégie du secteur
en matière d’infrastructures, commerce informel,
grande distribution, chambres de Commerce et
d’Industrie, flambées ponctuelles des prix des fruits
et légumes… Il répond sans détour à toutes ces
questions et apporte des éclairages nécessaires à
la compréhension de certains sujets. Abdelaziz Ait Abderrahmane

 LCR - Peut-on connaître les grandes lignes hérités de l’époque coloniale, nos grandes villes et particu-
de la stratégie de votre secteur en matière de lièrement les nouvelles agglomérations sont démunies de
développement des infrastructures commerciales ? ce type d’infrastructures. Les deux programmes suscités
devaient contribuer à la résorption du commerce informel
Abdelaziz Aït Abderrahmane - Je voudrais commencer dont le nombre de sites recensés est de 1368. Nous en avons
par un constat. Notre pays connait un déficit important en éradiqué 872, il en reste 496 . Notre objectif est qu’au fur et à
matière d’infrastructures commerciales. mesure que se réalise un marché, on y insère progressivement
les intervenants du marché informel.
A la fin 2010, il existait environ 1500
marchés quotidiens de détail. La réalisa- « Notre objectif est Cependant, force est de constater qu’un
tion de ces marchés n’a pas suivi la même qu’au fur et à mesure certain nombre d’infrastructures ont été réa-
courbe que celle de la croissance démo- lisées mais ne sont pas encore occupées pour
graphique. Les besoins exprimés en la
que se réalise un marché, diverses raisons. On peut citer le choix des
matière à travers l’ensemble des wilayas on y insère progressivement sites d’implantation qui se sont avérés ina-
dépassent l’offre proposée. Il fallait donc les intervenants du déquats (en dehors de la ville), l’absence de
lancer un programme d’urgence pour la commerce informel. » viabilisation des réseaux d’assainissement,
réalisation de marchés de proximité et de des corps d’état secondaires, de la voierie et
marchés couverts. l’affectation des locaux non effectuée. Tous
ces projets sont à l’indicatif des walis, confiés aux collectivités
Ainsi, une opération a été lancée dans le cadre d’un pro- locales dont les communes en sont pour la plupart les maîtres
gramme du ministère de l’Intérieur qui s’étale sur trois ans, d’ouvrage.
de 2011 à 2013, d’un montant de 12 Milliards de dinars pour
la réalisation de 766 marchés dont 327 projets ont été confiés
à la société BATIMETAL. LCR - Qu’en est-il des marchés de gros ?

A cela s’ajoute un autre programme, initié par le ministère A.A - Au lendemain de l’indépendance du pays, il en existait
du Commerce, pour la réalisation de 291 marchés couverts seulement neuf à travers le pays. A la fin des années 70, nous
de détail au niveau des grandes agglomérations, pour un en avions une vingtaine et à la fin 2014 nous en sommes à
montant de 10 Milliards de dinars répartis sur les 48 wilayas. 40 marchés de gros opérationnels. Là aussi, ce sont des mar-
Il convient de rappeler qu’en dehors des marchés couverts chés qui ne répondent pas du tout aux normes requises.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 81


régulation et organisation des activités  l'ENTRETIEN

les centres villes à forte densité de population et jouent le certaines prérogatives concernant l’encadrement de certaines
même rôle que les hypermarchés. Il en existe environ 270. activités en rapport avec l’environnement des entreprises.
Les superettes sont plus nombreuses, elles se sont déve-
loppées dès le début des années 2000 mais n’avaient aucun LCR - Nous avons constaté ces dernières
ancrage juridique jusqu’à la parution du décret 12-111 suscité. semaines une flambée des prix des produits
Elles font parties du commerce de proximité et activent en agricoles frais et de certains produits alimentaires.
zone urbaine. Il a été recensé 1637 superettes environ et ce Quels commentaires faites-vous ?
chiffre a tendance à croitre. La grande distribution est l’une
des alternatives pour lutter contre le commerce informel. A.A : La flambée des prix qui a touché ces dernières semaines
un certain nombre de produits, est conjoncturelle pour cer-
LCR - L’année 2014 a été marquée par le tains et tributaire des fluctuations des cours mondiaux pour
renouvellement des membres des organes d’autres. A ce titre, il y a lieu de distinguer 2 aspects. Pour
des Chambres de Commerce et d’Industrie. les produits agricoles frais, il est établi que les habitudes de
« L’investissement dans Quelles sont les nouvelles mesures prises consommation de l’Algérien font qu’il consomme les pro-
le domaine de la grande pour ces institutions ? duits de saison.Les prix de ces derniers sont généralement
distribution devrait se traduire abordables notamment lorsque l’offre est conséquente.
par une conception moderne des A.A : En fait, les Chambres de Commerce et d’Industrie -Cependant, compte tenu des dernières intempéries, les
réseaux de distribution à travers fonctionnent selon les statuts fixés par le décret exécutif récoltes n’ont pas eu lieu un certain nombre de routes ont été
n° 96-93 du 3 mars 1996 modifié et complété. coupées à la circulation en raison de fortes neiges. Par consé-
l’implantation d’hypermarchés » quent les marchés n’ont pas été approvisionnés correctement.
L’année 2014 a été marquée par l’or- Cette situation s’est traduite par la baisse
Ils ont été réalisés par les APC, sans études préalables spé- plupart de nos villes. Pour y remédier, il fallait commencer par ganisation des élections des membres
cifiques. L’état a pris la décision de créer une entreprise la mise en place d’une réglementation régissant les espaces des assemblées générales des CCI et de
« En dehors des produits de large de l’offre et donc par une augmentation
des prix.
publique économique, une SPA dénommée MAGROS qui est commerciaux à la faveur de la parution du décret 12-111 du la CACI qui se sont déroulées respec- consommation, subventionnés
chargée de la gestion et de la réalisation des marchés de gros. 6 mars 2012, qui a fixé les conditions d’implantation et d’or- tivement le 10 mai et le 21 septembre par l’Etat, les prix sont libres. Par contre, pour les produits hors saisons
Un programme d’urgence a été adopté par le gouvernement ganisation des espaces commerciaux. 2014. Ces élections ont été suivies Leur fluctuation dépend de issus des cultures sous serres, leurs prix ne
et a été confié à cette société pour lancer à la fin 2016, huit C’est le premier texte qui réglemente les conditions de fonc- par les élections des présidents des l’offre et de la demande et des peuvent être qu’élevés en raison d’une pro-
projets de marchés de gros de fruits et légumes. A ce jour, trois tionnement des marchés de gros et de détail, des grandes chambres et de leurs vice-présidents cours sur le marché mondial. » duction restreinte d’une part et des coûts
projets ont été lancés à Bourrached (Ain-Defla), à Sétif, sur un surfaces, des supérettes et des centres commerciaux. Il fixe ainsi que des présidents des commis- de production de ce type de cultures qui se
terrain de 30 ha, et à Mascara. les responsabilités de chacun des intervenants, entre autres sions techniques. Deux importantes répercutent sur les prix de vente.
celles du wali, du président de l’APC, des gestionnaires des mesures ont été prises. D’abord, la nécessité de renforcer le Pour ce qui est des produits alimentaires de large consom-
Ces marchés de type moderne dont l’architecture obéit aux marchés de gros et de détail et des commerçants qui exercent nombre de sièges dédiés à la catégorie industrie et celle du mation, certains d’entre eux ont subi les hausses des cours
normes et standards internationaux vont drainer de nom- au sein de ces marchés. bâtiment et travaux publics au sein des assemblées géné- mondiaux dont l’impact sur les prix au niveau local est
breuses activités en parallèle et seront dotés de toutes les rales. En effet, l’animation des chambres de commerce doit évident.
commodités et servitudes nécessaires, eils permettront la L’autre vision de l’activité commerciale réside dans l’encou- être confiée notamment aux industriels en raison de leur rôle Là aussi, il faut souligner que nous ne produisons pas du tout
création de milliers d’emplois. ragement de l’activité de la grande distribution. En effet, un d’interface et de concertation avec les pouvoirs publics et des un certain nombre de produits tels que les légumes (lentilles,
Cette société ambitionne de couvrir, à moyen et long terme, chapitre a été consacré aux grandes surfaces et aux centres moyens dont ils disposent pour redynamiser les activités des riz, haricot blanc), l’huile et le sucre, le thé, le café la levure
l’ensemble des wilayas par la mise en place d’un réseau de dis- commerciaux. L’investissement dans ce domaine devrait se CCI. et le lait infantile etc. Pour d’autres produits, la production
tribution des produits agricoles frais, qui se substituerait aux traduire par une conception moderne des réseaux de distribu- A ce titre, un arrêté du ministre du Commerce a été promul- nationale reste en deçà des besoins de la population, c’est le
marchés de gros actuels, lesquels seront appelés à fermer ou tion à travers l’implantation des hypermarchés. Actuellement gué, portant modification de la répartition des sièges des cas des blés dur et tendre (notamment la farine), du concen-
à changer d’activité. Les cinq autres projets de marchés sont il n’ en existe que cinq, ce qui est insignifiant pour une popu- chambres de commerce. tré de tomate , des pois chiches, de la farine infantile et des
localisés à Biskra, Guelma, Ouargla, Mila et Djelfa. lation de 39 millions d’habitants. Ces cinq marchés sont viandes rouges. Si pour les produits agricoles frais, les prix
localisés à Alger (02), à Mostaganem, à Bouira et à Ain-Defla. Ainsi, le nombre de sièges a augmenté de 142 pour la catégo- sont libres, ils se forment au niveau du marché et fluctuent
La seconde étape pour cette entreprise est de réaliser des Nous déplorons le fait que de grands centres urbains tels que rie industrie passant de 205 sièges à 347. Pour la catégorie selon la loi de l’offre et de la demande, les prix des produits
marchés de gros en Agro-alimentaire et ensuite dans d’autres Oran, Constantine, Annaba, bâtiment et travaux publics, le nombre de sièges est passé alimentaires importés, quant à eux, sont également libres
activités. de 181 à 280 soit une augmentation de 99 sièges. Il en est de mais leurs niveaux restent tributaires de ceux pratiqués sur
Sétif ne disposent pas encore de ce type d’infrastructures. même pour la catégorie services dont le nombre de sièges a les marchés mondiaux.
On ne peut faire abstraction des avantages que présentent augmenté de 11 sièges, passant de 253 à 264.
LCR  - Une nouvelle vision de l’activité ces grandes surfaces en matière de régulation du marché, Pour l’heure, seuls les prix des produits subventionnés tels
commerciale semble être une des préoccupations de disponibilité de tous les produits tant en quantité, en A l’inverse la catégorie «commerce» a subi une diminution que l’huile fabriqué à base de sojas, le sucre, la semoule ordi-
majeures de votre département. Pouvez-vous nous variétés qu’en qualité dans un même espace, de stabilité des importante du nombre de sièges qui est passé de 432 à 249, naire, la farine panifiable sont en majorité respectés et sont
en dire quelques mots ? prix. Les hypermarchés drainent aussi beaucoup de mains soit une baisse de 183 sièges. Ensuite, la décision de procéder soumis au contrôle des services des directions du commerce,
d’œuvre, ils incitent au changement du comportement des à la révision des statuts des chambres de commerce et d’indus- tout commerçant contrevenant, s’exposant à des sanctions.
A.A - Les espaces commerciaux où s’exercent les activités consommateurs et de leurs habitudes de consommation par trie, a été prise pour la modification ou la refonte des décrets En conclusion, pour l’ensemble des produits de large consom-
commerciales sont implantés en général d’une manière la découverte de nouveaux produits. 96-93 et 96.94 du 3 mars 1996 instituant les Chambres de mation notre pays se doit d’encourager et d’inciter les
anarchique. Le commerce informel qui a pris de l’ampleur Commerce et d’Industrie et la Chambre Algérienne de Com- promoteurs à investir dans la production des produits cités
ces dernières années et la mauvaise gestion de nos marchés Les supermarchés, quant à eux, sont de grandes surfaces merce et d’Industrie. En effet, il est apparu indispensable plus haut pour augmenter l’offre et se débarrasser de la dépen-
de gros et de détail ont terni l’image du commerce dans le de moindre dimension mais également nécessaires dans de revoir les missions de ces institutions et de leur confier dance alimentaire qui est aujourd’hui une arme redoutable. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 82 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 83
régulation et organisation des activités  l'INSTITUTION

PERSONNES PHYSIQUES PERSONNES MORALES PERSONNES PHYSIQUES PERSONNES MORALES

2012 320759 38551 359310 -25,2% 2012 1457548 138804 1596352 +5,2%

2013 327979 42592 370571 +3,1% 2013 1531490 147320 1678810 +5,2%
ORGANISATION DES MARCHéS,
ACTIVITéS COMMERCIALES
ET PROFESSIONS REGLEMENTéES 2014 327274 47704 374978 +1% 2014 1606879 157121 1764000 +5,1%

Un bilan, des 0 50000 100000 150000 200000 250000 300000 350000 400000 0 50000 100000 150000 200000 250000 300000 350000 400000

perspectives évolution des inscriptions au registre du commerce évolution du nombre total de commerçants inscrits

étudier et formuler toutes propositions de mesures à la création  et au fonctionnement des chambres de La répartition des subventions par wilaya tient compte des Il y a lieu de souligner que parmi les dix wilayas du Sud, celles
à caractère législatif et réglementaire relatives à commerce et d’industrie, mettre en place un dispositif paramètres suivants : d’Adrar, de Tamanrasset, d’Ouargla et d’Illizi ont enregis-
l’exercice et à l’organisation des professions réglementées d’observation des prix et de surveillance des flux des tré les dépenses les plus importantes. Outre la mission de
et des activités commerciales, participer avec les produits de première nécessité et stratégiques sur Le nombre d’habitants des localités des wilayas du Sud ; l’observation du marché et le suivi régulier des approvision-
organisations et les institutions concernées à la le marché, et participer à l’élaboration de la politique les dépenses engagées au titre des années antérieures ; nements (rapports mensuels, élaboration des relevés, cellules
définition des règles relatives aux conditions de nationale de stockage de sécurité et d’approvisionnement
création, d’implantation et d’exercice des activités des régions du sud. Telles sont les missions sensibles, les montants des arriérés des factures à honorer. de veille et comités de facilitation des approvisionnements en
commerciales et professionnelles par les personnes voire stratégiques, de la Direction de l’Organisation produits de large consommation), plusieurs actions ont été
physiques et morales, promouvoir toutes mesures des marchés, des Activités Commerciales et des engagées pour l’amélioration du fonctionnement du fond de
relatives à l’organisation des fonctions commerciales Professions Réglementées (DOMAC). Son modèle remboursement des frais de transport sud.
et des marchés spécifiques d’intérêt national ou d’organisation, le bilan de ses actions et ses perspectives
régional, proposer toutes mesures ou règles relatives à terme sont exposés ci-après. Principales missions de la Direction des Etudes,
esquisse d’un bilan En outre, il a été procédé au titre de
Ces requêtes ont été traitées au
de la Prospective et de l’Information Economique : ΔΔ L’évaluation des activités commerciales en relation
l’année 2014 au traitement de deux avec les services extérieurs et les organismes
cents vingt quatre requêtes émanant cas par cas, conformément aux ΔΔ La réalisation des études économiques ayant sous tutelle;

E
n matière d’adaptation et de mise de citoyens, d’opérateurs économiques procédures législatives et trait au secteur commercial; ΔΔ Le suivi de l’évolution de la conjoncture économique
à jour du dispositif réglementaire, (personnes physiques ou morales) ainsi réglementaires en vigueur. ΔΔ La création, la gestion de banque de données internationale et assurer toutes publications relatives
trois textes (Projets de décrets exé- que des départements ministériels et et l’élaboration de système de collecte, de traitement aux activités du secteur;
cutifs et/ou d’arrêtés) sont en cours de institutions publiques ayant sollicité et de diffusion de l’information statistique, ΔΔ La participation à la mise en place des instruments
publication : des clarifications au sujet de certains Pour sa part, le montant de l’enveloppe économique et commerciale; de régulation du marché;
points. Ces requêtes ont été traitées au financière dédiée au remboursement ΔΔ L’élaboration de rapports, de notes de conjoncture ΔΔ Le suivi de la réalisation des équipements
ΔΔ Projet de décret exécutif cas par cas, conformément aux procé- des frais de transport des produits de et toutes publications en liaison avec les activités commerciaux répondant aux normes et
fixant les conditions et les dures législatives et réglementaires en large consommation vers les wilayas du du secteur; standards internationaux ;
modalités d’exercice des activités vigueur. Par ailleurs, La commission sud au titre de l’année 2014 s’élève à 6 ΔΔ La contribution à la mise en place d’un système ΔΔ Le suivi de la réalisation des marchés de gros
et professions réglementées; chargée de la mise à jour de a nomencla- 193 000 000,00 DA dont la répartition intégré d’informations économiques. des fruits et légumes et de détail (marchés
ΔΔ Projet de décret exécutif fixant ture des activités économiques (NAE), par dispositif est comme suit : couverts et de proximité);
le contenu, l’articulation ainsi que a tenu au cours de l’année 2014, cinq Principaux objectifs ΔΔ Le suivi de la réalisation des marchés de gros
les conditions de gestion et réunions à l’effet de répondre aux autres que ceux spécialisés dans les fruits et légumes
d’actualisation de la nomenclature demandes des opérateurs économiques ΔΔ Transport Inter-wilayas du ΔΔ Le développement des banques de données (marchés de gros de l’agro-alimentaire notamment) ;
des activités économiques désirant exercer de nouvelles activités nord du pays vers les chefs lieu de statistiques, économiques et commerciales ; ΔΔ La coordination des travaux relatifs à la détermination
soumises à inscription au registre commerciales non codifiées ou étendre wilaya du sud : 5 952 784 423,08 ΔΔ La diffusion de l’information commerciale ; des termes de référence pour la réalisation d’une
du commerce ; leur champ d’intervention à des acti- DA, soit 96,12% ; ΔΔ La participation à l’organisation et au fonctionnement étude portant sur l’implantation des équipements
ΔΔ Projet d’arrêté portant vités annexes par la modification du ΔΔ Transport Intra- wilaya des du système national d’information économique; commerciaux;
modification et mise à jour de contenu des codes existants ou la créa- chefs lieux de wilaya du sud vers ΔΔ La participation à la réalisation des études générales ΔΔ La participation à l’élaboration du schéma
la nomenclature des activités tion de nouveaux codes, le cas échéant. les localités a l’intérieur de ces ou spécifiques liées au secteur du commerce; directeur national des équipements commerciaux;
économiques soumises à inscription A ce titre, quatorze activités ont été wilayas : 240 215 576,92DA, ΔΔ La contribution aux travaux de planification ΔΔ La contribution à la mise en place de mécanismes
au registre du commerce. codifiées et douze codes d’activités ont soit 3,88%. stratégique et de prospective; de stabilisation des biens et services.
été modifiés.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 84 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 85
régulation et organisation des activités  l'INSTITUTION régulation et organisation des activités  l'INSTITUTION

observation des prix et suivi des


Actions mises en œuvre pour Mise en œuvre des
approvisionnements du marché une meilleure régulation du marché sujétions de services
ΔΔ Surveillance du marché et suivi des approvisionne- publics et gestion des
Les groupes de produits concernés sont les produits d’épi- ments et des prix desproduits de large consommation bureaux de liaison
cerie (cafés, riz, pâtes alimentaires, concentré de tomate, ainsi que certains matériaux de construction stratégiques ; ΔΔ L’exigence d’un engagement par lequel le  premier
haricots secs, lentilles, pois chiches), les légumes et fruits ΔΔ Suivi et observation de l’évolution des prix des La mise en œuvre des sujétions de services publics a fait l’objet responsable de la société mère étrangère s’engage à
frais (pomme de terre, tomate, oignon, courgette, carotte, produits de large consommation quotidiennement d’un suivi au niveau de la l’Administration Centrale par l’éva- respecter les clauses de l’agrément d’ouverture d’un
ail, dattes, pommes locales, pastèques) et les viandes rouges et mensuellement ; luation des projets de programmes d’actions transmis par bureau de liaison en Algérie notamment celles relatives
et blanches (ovine locale, bovine congelée, poulet éviscéré). ΔΔ Animation du comité de facilitation des les CCI, au titre de l’année 2014, élaborés conformément aux à l’interdiction d’exercer des actes de commerce;
approvisionnements en produits de large consommation; dispositions de l’arrêté interministériel du 16 janvier 2011 et ΔΔ L’obligation de fournir une attestation de non ins-
Par ailleurs, un guide sur l’observation des marchés et de la ΔΔ Animation de la cellule de veille et d’alerte précoce la transmission du dossier à la DFMG pour l’affectation des cription au registre de commerce, délivrée par le CNRC;
surveillance des prix sera édité avec l’assistance des experts pour les produits sensibles; crédits budgétaires dédiés aux sujétions de service publics , ΔΔ La présentation d’une déclaration d’inscription au
de l’Union Européenne et sera mis en œuvre dès son appro- ΔΔ Mise en place d’une banque de données relative, soit 59.850.000DA pour l’ensemble des Chambres de Com- niveau de la CNAS comme employeur potentiel
bation. Ces nouveaux supports documentaires tiendront aux offices intervenant dans l’approvisionnement et merce et d’Industrie de Wilaya et 38.000.000,00DA pour la
compte des prix pratiqués (Minimum et Maximum).  la régulation du marché (ONIL, ONILEV, OAIC), des Chambre Algérienne de Commerce et d’Industrie. L’année 2014
grandes surfaces (Superettes, Supermarchés et s’est caractérisée par la révision du dispositif mis en place état relatif
Pour sa part, le suivi de l’exécution des programmes de perma- Hypermarchés), des abattoirs, des tueries, des laiteries, pour la gestion du dossier des bureaux de liaison en vue d’une nombre des bureaux à la gestion
nences établis par l’administration centrale, a révélé le respect des minoteries et des semouleries (secteur public et meilleure prise en charge. de liaison (existants) des bureaux
du programme par les commerçants réquisitionnés durant les privé); de liaisons
fêtes de l’Aid-El-Fitr et l’Aid-El-Adha, atteignant respective- ΔΔ Suivi de l’exécution des programmes des Dans ce cadre, plusieurs réunions ont été organisées sous la situation des dossiers 323
ment un taux de couverture de 98.64 % et 99.30 %. A ce titre, il permanences des commerçants durant les fêtes présidence du secrétaire général et de nouvelles dispositions
convient de noter que des sanctions ont été prises à l’encontre de l’Aïd El Fitr et Aïd El Adha 2014. ont été prises. (voir tableau à droite) autorisation en 249
des 536 commerçants contrevenants (270 l’Aid El Fitr et 266  ΔΔ Elaboration de Bulletins mensuels des prix à cours de validité
Aid El Adha) conformément à la réglementation en vigueur la consommation des produits de large consommation Par ailleurs, une enquête a été ouverte sur les bureaux de demande 25
et qui consistent en une amende comprise entre 30000 et ayant trait au «Relevé mensuel et annuel des prix liaison qui opèrent en Algérie pour s’enquérir des conditions d’ouverture
200000,00 DA et une fermeture administrative pour une des produits alimentaires de large consommation d’exercice de leurs activités et du respect de leurs enga- renouvellement 47
durée de trente (30) jours pour les commerçants récidivistes.    présentant les évolutions des prix» et diffusé gements. Le tableau ci-dessous fait ressortir en détail, la modification 21
périodiquement aux administrations et institutions situation des bureaux de liaison en Algérie.  ouverture 6
concernées.

suivi des activités des chambres


de Commerce et d’industrie perspectives : plan d'action 2015
Une enquête a été ouverte sur les
Un audit des CCI a été réalisé par le CETIC au terme duquel il bureaux de liaison qui opèrent en ΔΔ Suivi, évaluation et du perfectionnement du du marché à travers des cycles de formation à l’instar
a été décidé de prendre les mesures suivantes : dispositif relatif au remboursement des frais de transport du programme p3a;
Algérie pour s’enquérir des conditions pour l’approvisionnement des régions sud pour ΔΔ La poursuite de la collecte des données relatives
Le suivi de la prise en charge des anomalies relevées d’exercice de leurs activités et du encourager, développer les activités commerciale dans au suivi régulier de la tendance du marché.
au niveau des CCI et de la CACI; la formation de cadres respect de leurs engagements. ces régions et préserver le pouvoir d’achat des citoyens;  ΔΔ Recensement des problèmes et des difficultés liés
comptables des CCI et de la CACI; l’organisation d’un sé- ΔΔ La mise en place d’un nouveau système de suivi de à l’application des textes législatifs et réglementaires;
minaire de restitution en collaboration avec le CETIC. l’observation des prix des produits stratégiques et de ΔΔ L’élaboration des instructions de mise en œuvre des
première nécessité sur le marché; textes législatifs et réglementaires publiés ;
L’opération d’organisation des élections a été précédée par ΔΔ La redéfinition des missions de la cellule de veille ΔΔ Révision et de la refonte de certains textes législatifs
l’élaboration du projet d’arrêté du 16 février 2014 portant modi- ΔΔ Pour la catégorie industrie, le nombre des sièges et d’alerte précoce pour les produits sensibles; et réglementaires;
fication de la répartition des sièges des assemblées générales qui était de 205 sièges est passe a 347 sièges, soit ΔΔ La mise en place d’une banque de données relatives ΔΔ Mise à jour de la nomenclature des activités
des Chambres de Commerce et d’Industrie, en privilégiant les une augmentation de 142 sièges; aux différents intervenants dans l’approvisionnement économiques (NAE);
catégories professionnelles de l’industrie et du BTPH. Ainsi, le ΔΔ Pour celle du bâtiment et des travaux publics, une et la régulation du marché; ΔΔ La participation aux travaux des commissions d’octroi
nombre de sièges dédiés aux dites catégories professionnelles évolution du nombre de sièges passant de 181 sièges ΔΔ L’amélioration de la prise en charge du dispositif de des agréments pour l’exercice de certaines activités et/ou
a été augmenté par rapport à 2010 comme suit : à 280 sièges, soit une augmentation de 99 sièges; suivi de l’exécution des programmes des permanences professions réglementées ;
(voir tableau à droite) ΔΔ Quant aux sièges affectes aux services, qui étaient durant les fêtes légales; ΔΔ La prise en charge des observations liées aux
de 253, ils sont passes a 264, soit une augmentation ΔΔ L’élaboration d’étude des états portant sur le flux questions inhérentes aux négociations avec l’OMC en
L’opération d’organisation des élections des organes élus de 11 sièges; des produits stratégiques; ce qui concerne les activités commerciales;
des CCI et de la CACI, s’est déroulée respectivement le ΔΔ En revanche, la catégorie « commerce », a subit une ΔΔ Renforcement et du suivi du dispositif de surveillance ΔΔ La réduction du nombre des activités et des
10/05/2014 et le 21/09/2014 et a été suivie par l’installa- baisse du nombre de sièges qui est passe de 432 a 249 du marché durant les périodes de grande consommation professions réglementées ;
tion des organes élus, notamment celle des Présidents et des soit une diminution de 183 sièges. (saison estivale, ramadhan). ΔΔ Suivi et évaluation des actions menées dans le
vice-présidents ainsi que la mise en place des commissions ΔΔ Perfectionnement des cadres chargés du suivi cadre de la lutte contre le commerce informel.
techniques des CCI et de la CACI.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 86 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 87
régulation et organisation des activités  l'INSTITUTION

SURVEILLANCE DE LA CONCURRENCE mesures phare pour l'année 2015


ET DES PRATIQUES COMMERCIALES ΔΔ Poursuite de l’expertise et de l’audit du dispositif ΔΔ Parmi les activités courantes et les dossiers

Un dispositif
algérien sur la concurrence en collaboration avec les spécifiques à prendre en charge, on peut citer :
experts de la CNUCED : le but recherché est de faire
évoluer le cadre algérien relatif à la concurrence et de ΔΔ La définition d’un projet de cadre de collaboration entre

indispensable à la mise le rendre plus performant ;


ΔΔ Elaboration des lignes directrices relatives aux
le Ministère du Commerce, le Conseil de la Concurrence,
les autorités de régulation et les juridictions sous une

en œuvre d’une
pratiques restrictives de concurrence comme l’abus forme à définir, afin de créer une synergie et un échange
de position dominante, les ententes, la pratique de de données et une complémentarité entre ces institutions ;
prix abusivement bas, et l’abus de dépendance ΔΔ La réflexion sur les modalités de mise en place d’un

économie de marché  
économique.
ΔΔ Enrichissement, finalisation et médiatisation sous
toutes les formes utiles, des manuels déjà cités, réalisés
système informatisé de suivi et de traitement des affaires
contentieuses  relatives à la concurrence.
ΔΔ La mise à jour des états nominatifs relatifs aux
Les actions prévues au titre de l’année 2015 s’ins- dans le cadre du programme de jumelage relatif à la membres des commissions des marchés publics 
crivent dans le cadre de la poursuite des mesures concurrence réalisé par le secteur ducommerce (commissions centrales et décentralisées) et publication
initiées durant l’année écoulée et portent sur de (DGROA - Direction de la Concurrence) avec les pays au niveau du site web du ministère du Commerce ;
nouvelles activités de conception visant à doter la de l’U.E. (France, Allemagne et Italie). ΔΔ La participation aux travaux du comité interministé-
structure d’outils didactiques à même de rendre plus ΔΔ Elaboration en collaboration avec les services riel chargé de traiter les demandes de compensation des
porteuse son intervention en direction de l’ensemble extérieurs d’un cadre définissant les modalités  prix de l’huile et du sucre blanc ;
des acteurs économiques et des consommateurs. Un d’observation du marché dans le domaine de la ΔΔ Le suivi du pilotage (au titre de la DGROA) de
travail portant sur la formulation de propositions concurrence suivant un mode opératoire et des l’action de gestion des requêtes au niveau du système
d’actualisation du dispositif législatif a été engagé canevas types à arrêter ; informatisé mis en place à cet effet par le ministère
par les services de la direction de la Concurrence ΔΔ Formulation de propositions permettant d’alléger du Commerce et suivi de l’exploitation des données
avec les autres structures de l’administration cen- les procédures de passation des marchés publics intégrées dans le système (statistiques, tendances,
trale, les services extérieurs et d’autres secteurs prévues par les textes. nature et domaines).
ministériels et institutions concernés. Commerce informel : une caricature de la concurrence déloyale

U
ne importante action d’exper- réflexion, analyse La structure continuera de Enfin, les services de la direction de la Un travail de réflexion a également
tise et d’audit du dispositif relatif ΔΔ La concrétisation d’un projet Concurrence préparent un programme
à la concurrence a été entamée
et conception piloter le suivi du traitement de convention avec l’autorité visant à enrichir et valider avec les
été entamé en association avec
avec la collaboration des experts de la informatisé des requêtes des citoyens française de concurrence ; services décentralisés et les institu- les services décentralisés, sur
CNUCED. Le processus engagé, dans A cet effet, un travail a été engagé par les et des opérateurs économiques, ΔΔ L’organisation d’un atelier sur tions concernées des autres secteurs, la définition des critères les plus
ce cadre, s›est traduit par des activités services de la direction de la Concurrence en particulier celles en relation avec l’abus de position dominante avec les guides conçus avec les experts des pertinents afin de permettre une
de conception qui serviront d'ancrage avec les autres structures de l’adminis- la participation du président de pays de l’Union Européenne au titre du
et de feuille de route pour la conduite tration centrale, les services extérieurs et la concurrence, les marchés publics l’autorité française de concurrence jumelage sur la concurrence. Les guides maîtrise réelle de ces règles par les
de cette importante action d'audit du d’autres secteurs ministériels et institu- et les pratiques commerciales, et celle de la direction de la Concur- formalisés sont au nombre de trois : le services enquêteurs
cadre algérien, relatif à la concurrence, tions concernés. Aussi, un travail portant qui relèvent très souvent d’une rence. guide de l’enquêteur, le manuel de l’ob-
qui se présente comme suit : sur la formulation de propositions d’ac- ΔΔ L’adhésion au réseau interna- servation du marché et le glossaire des
tualisation du dispositif législatif sur la méconnaissance des cadres tional de la concurrence (ICN) ; termes de concurrence. information, formation
concurrence est-il en cours. juridique et règlementaire. ΔΔ L’édition du bulletin officiel de et communication
ΔΔ élaboration par les services la concurrence. 2015 : une feuille
du Ministère du Commerce La structure a assuré le suivi de la mise modalités d’application du droit de la de route qui s’inscrit En matière de médiatisation des textes
d’un document-cadre présentant en œuvre des textes relevant de son concurrence par le Conseil et sa métho- en direction de la sphère économique
dans la continuité 
la stratégie des pouvoirs publics domaine (concurrence, règles commer- dologie d’analyse des saisines reçues et et des consommateurs, la structure a
dans le domaine de la concurrence ; ciales, facture, soldes, clauses abusives, de traitement des contentieux. Un travail de réflexion a également été régulièrement pris part à des actions
ΔΔ Formalisation d’un document information notamment) par les ser- entamé en association avec les services Les actions prévues au titre de l’année portant sur la vulgarisation des textes
portant présentation des textes vices régionaux et de wilayas. Cette L’objectif est de parvenir à connaître décentralisés, sur la définition des cri- 2015 s’inscrivent dans le cadre de la et mesures relatifs à ses activités.
relatifs à la concurrence (points action permet d’avoir une connaissance l’état de maîtrise par les opérateurs des tères les plus pertinents, relatifs aux poursuite des mesures initiées durant
forts et points faibles) par les ser- de l’état d’application des textes et leur règles de la concurrence et leur intérêt modalités de mise en œuvre des pra- l’année écoulée et portent sur de nou- La structure continuera, enfin, de pilo-
vices du Conseil de la Concurrence ; impact auprès des acteurs économiques pour ce volet du droit. En outre, ceci per- tiques anticoncurrentielles (abus de velles activités de conception visant à ter le suivi du traitement informatisé
ΔΔ Organisation d’une réunion et des consommateurs. met de donner une image concrète de position dominante, ententes, prix doter la structure d’outils didactiques des requêtes des citoyens et des opé-
préparatoire avec les institutions l’état du marché en matière de pratiques abusivement bas et abus de dépen- à même de rendre plus porteuse son rateurs économiques, en particulier
algériennes concernées et les De même, elle a suivi et analysé des restrictives de concurrence. dance économique),  afin de permettre intervention en direction de l’en- celles en relation avec la concurrence,
experts de la CNUCED les 27 et 28 affaires traitées par le Conseil de la une maîtrise réelle de ces règles par les semble des acteurs économiques et des les marchés publics et les pratiques
mai 2014 à Alger. Concurrence et formulé des remarques Par ailleurs, il convient de signaler que services enquêteurs et les rapporteurs consommateurs. commerciales, qui relèvent très souvent
et recommandations pertinentes. le Conseil a engagé des actions remar- du Conseil de la Concurrence et une vul- (voir tableau) d’une méconnaissance des cadres juri-
Cette action permet de connaître les quables, dont : garisation de ces pratiques.  dique et règlementaire. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 88 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 89
régulation et organisation des activités  Magros

MARCHéS DE GROS DES FRUITS ET LEGUMES

La double exigence de
l’efficacité commerciale
et de l’aménagement
DIRECTION DE LA CONCURRENCE : du territoire
DES MISSIONS ET La réalisation des infrastructures de commerce de
gros des fruits et légumes, sur l’ensemble du territoire
 

DES TEXTES national, relève d’une ambition à hauteur des enjeux de


demain. La conception de MAGROS, qui entend rompre
avec les pratiques approximatives et parcellaires du
passé, privilégie la vision stratégique du territoire dans
La Direction de la Concurrence du ministère du son ensemble, et repose sur un constat étudié et partagé
Commerce est en charge du cadre législatif relatif de la situation du secteur de la distribution, dans sa
à la concurrence et des cadres réglementaires ayant composante principale, les marchés de gros. Aussi,
trait à la facture, aux ventes promotionnelles, la prise en compte des demandes croissantes de la
aux clauses abusives, à l’information sur les prix et à consommation et des défis et opportunités du dévelop-
la commercialisation des véhicules automobiles neufs. pement durable sont-ils au cœur des préoccupations.

E L
lle est aussi en charge de prérogatives de conception et e plan de développement (2013-2016) de la société L’approche adoptée, pour la sélection des emplacements des
d’analyse liées à la consécration de règles de concurrence MAGROS définit, de manière précise et pragmatique, les projets, a permis de retenir huit ( 08) sites pour des projets de
saines et loyales, dans le cadre de la mise en place d’une projections infrastructurelles de commerce de gros des marchés de gros de fruits et légumes qui seront réalisés sur
économie de marché sur des bases viables et efficientes à fruits et légumes, à réaliser d’ici à 2016, en combinant l’impé- une surface de 91 hectares sur 174disponibles, des exten-
même de permettre : APN : le parlement, souvent sollicité ratif de l’aménagement du territoire, c’est-à-dire le rétablisse- sions futures étant prévues.
ment de l’équité et de l’équilibre durable entre les régions de
notre territoire et l’impératif lié aux exigences de la pratique
ΔΔ Le développement d’un espace économique ΔΔ la mise en œuvre d’un dispositif d’observation du commerce de gros et de l’économie moderne. bouchared w. aïn delfa 12 HA
d’échanges sain, dynamique et concurrentiel ; et d’analyse du marché ; Sidi Abdel- w. mascara 32 HA
emplacements régionaux moumene w. sétif 30 HA
ΔΔ L’émergence d’entreprises compétitives et ΔΔ le suivi et l’analyse des marchés relevant des sétif W. djelfa 15 ha
performantes à travers la levée de tous obstacles autorités sectorielles de régulation ;
des projets de marches de gros aïn ouessera w. ouargla 20 ha
liés à l’accès au marché ; Aïn Beida w. guelma 15 ha
ΔΔ La lutte contre toutes les pratiques restrictives ΔΔ l’analyse des affaires contentieuses de concurrence Dans la recherche des meilleurs emplacements géo- Aïn ben beida w. mila 30 hA
de concurrence ; traitées par le Conseil de la Concurrence ; graphiques pour ses futurs marchés de gros de fruits et oued el athmania w. biskra 20 ha
légumes, MAGROS a adopté une démarche reposant sur
ΔΔ L’augmentation du volume de l’offre du marché, ΔΔ l’encadrement du marché et des prix de certains les quatre lignes directrices qui structurent le Schéma
en termes de prix et de qualité ; produits stratégiques afin d’éviter tout dysfonction- National d’Aménagement du Territoire (le SNAT), à savoir : Les projets présentent, chacun, une taille critique, non seule-
nement au niveau de la sphère économique ; ment en termes de surfaces, d’investissements et de création
ΔΔ La protection du pouvoir d’achat des ΔΔNature juridique du terrain
d’emplois, mais, aussi, sur des plans plus qualitatifs, qui les
ΔΔLa durabilité du territoire,
consommateurs. ΔΔ le lancement d’actions permanentes de ΔΔLe rééquilibrage territorial ΔΔAccessibilité font émerger à l’échelle régionale ou nationale.
sensibilisation des acteurs et de communication ΔΔl’attractivité et la ΔΔGéomorphologie duterrain Leur dimensionnement tient compte des règles prudentielles
Ses structures ont ainsi pour mission en direction des médias ; compétitivité des territoires, ΔΔProximité des grands axes à observer dans la planification et l’investissement dans ce
de concrétiser un ensemble ΔΔL’équité territoriale. routiers et ferroviaires genre d’infrastructures.
de mesures visant à : ΔΔ la conclusion d’actions de coopération avec ΔΔLes principaux critères ΔΔDisponibilité de l’énergie
les institutions internationales compétentes pour le choix des sites ; et de l’eau à ce titre, la taille définie pour chacun des projets retenus, à
ΔΔ la promotion et la vulgarisation des principes en matière de concurrence : Union Européenne ΔΔéquilibre régional ΔΔÉloignement des sources réaliser à l’horizon 2016, est considérée avec une stratégie de
et règles du droit de la concurrence ; (programme P3A notamment), CNUCED et ΔΔBassins de production de pollution et de danger phasage des extensions futures, en fonction des besoins qui
institutions de concurrence étrangères principalement. ΔΔBassins de consommation ΔΔÉloignement des s’exprimeront sur le long terme.
ΔΔTaille de l’assiette agglomérations

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 90 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 91
régulation et organisation des activités  Magros régulation et organisation des activités  Magros

La définition de la dimension à donner aux futurs marchés MISE EN ŒUVRE


de gros, cas par cas, s’articulent autour de 4 paramètres DU PLAN DE DéVELOPPEMENT
essentiels :

Les études nécessaires pour les projets, notamment les études


4 paramètres essentiels qui articulent la dimension topographiques, géotechniques, l’impact sur l’environnement
des marchés de gros, cas par cas : et les études d’exécutions pour la réalisation des ouvrages proje-
tés ont été diligentées sur l’ensemble des projets, durant l’année
ΔΔ Le niveau des volumes des productions agricoles du 2013, et le début de l’année 2014 afin d’entamer la phase réa-
périmètre d’implantation du projet (zone d’influence), lisation.
ΔΔ La spécificité et la saisonnalité de certaines cultures
pratiquées dans la région du projet, Il est à signaler, par ailleurs, que les dossiers de demande de
ΔΔ La démographie de la zone d’influence du projet, concession de terrains auprès du CALPIREF, et ceux concer-
ΔΔ L’existence de marchés de gros de F&L dans la zone, nant les avantages de l’ANDI, qui ont été introduits, ont abouti.
leurs importances et leurs perspectives. Il est à noter aussi, que le dossier d’autorisation d’implanta-
tion d’un marché de gros est déposé pour six projets sur huit
(6/8).
MARCHES DE GROS
MODERNES DE STANDARD
INTERNATIONAL ΔΔ 6/8 études topographiques sont terminées
ΔΔ 6/8 études géotechniques sont terminées
ΔΔ 7/8 études d’impact sur l’environnement Maquette d'un futur marché de gros
La superficie globale est répartie comme suit : sont terminées
ΔΔ 4 études d’exécutions sont finalisées Ces ressources devront permettre à la
ΔΔ Voiries et parkings 60% ΔΔ 2 études d’exécutions sont en cours La phase de réalisation est en cours Sur le plan opérationnel, société de mener la réalisation de son
ΔΔ Bâtiments commerciaux 25% de finalisation (1ère phase en cours d’exécution pour quatre projets, plusieurs actions sont programme d’investissement, sans
ΔΔ Bâtiments annexes 10% notamment le projet d’Ain Defla, retenues : contrainte majeure, même avec la réé-
ΔΔ Espaces verts   05% de Sétif, de Guelma et de Djelfa, valuation des coûts de ses projets, qui
Projets ayant fait l'objet d'une demande de
concession de terrains auprès du CALPIREF, après sélection des entreprises ΔΔLa finalisation des études ressort des études d’exécution, en cours
retenues suivant la procédure préliminaires pour les projets de de réception.
et ceux concernant les avantages de l’ANDI
Avec la réalisation de ces investissements, additionnés aux de l’appel d’offres, et en cours Mila et de Biskra,
deux autres marchés de gros appartenant à MAGROS, EMAG- ΔΔ 8/8 projets ont bénéficié des avantages de l’ANDI. de lancement pour deux projets, ΔΔLa finalisation de l’ensemble
PLAN D’ACTIONS
FEL SPA Attatba et Eurl EGMG Tlemcen, c’est au total 38 ΔΔ 4/8 projets ont obtenu l’accord du CALPIREF, suivant le planning ci-dessous :
des études d’exécution,
DE L’ANNéE 2015
ΔΔLa maitrise foncière de l’ensemble
wilayas, comptant 34,22 Millions d’habitants, qui bénéficie- relatif à l’assiette foncière.
des assiettes de terrains des projets.
ront du rayonnement de ces espaces commerciaux régionaux. ΔΔ 2/8 sont en attente du décret exécutif portant avril 2015 ΔΔLe lancement des travaux de
Ce plan permettra de développer une capacité supplémen- sur la distraction et déclaration d’utilité publique. Le projet de Mascara réalisation de six projets de marchés Le plan d’actions de l’EPE MAGROS
taire d’environ 36 millions de quintaux/an en volume de flux ΔΔ 1/8 projet est en attente avril 2015 de gros, sur les huit) retenus. Spa, au titre de l’année 2015, s’arti-
de marchandises, correspondant à 27 % de la production Le projet Ouargla cule principalement sur deux axes : la
nationale en fruits et légumes, qui s’élève à près de 130 mil- consolidation de son organisation et la
lions de quintaux, selon les statistiques agricoles de 2011. concrétisation des diverses opérations
d’études et de travaux programmées.
FINANCEMENT DES PROJETS horizon 2016
Ces ressources devront permettre
01 Bâtiments commerciaux 11 salle polyvalente
02 administration 12 station multi-services
1.  Ces disponibilités financières s’élèvent actuellement à 964,85 millions à la société de mener la réalisation
de dinars. Elles correspondent, au reliquat de la dotation, en capital de son programme d’investissement,
03 Antenne d’une banque 13 show-room social et en fonds de démarrage et de roulement, décidée par le CPE
04 antenne d'une assurance 14 motel au profit de MAGROS et de ses filiales.
sans contrainte majeure
05 postes de sécurité 15 restaurant 2.  Le concours bancaire, dont l’accord fut notifié par la BADR à
06 salle de prière 16 cafeterias MAGROS, en date du 13 mai 2014 pour un montant global de 12,09 Sur le plan de l’organisation, il est prévu
07 infirmerie + pharmacie 17 local association des mandateurs Milliards de dinars. de soumettre au prochain Conseil
3.  la dotation complémentaire attendue de 3.5 Milliards de dinars. d’Administration une proposition
08 dizaines de boutiques 18 bâtiment de tri
4. Cette dotation complémentaire devait être attribuée dans le cadre de restructuration du portefeuille, et
09 douches 19 locaux pour services de la Loi des Finances Complémentaire pour l’année 2011, conformément une évaluation sur l’opportunité de
10 sanitaires 20 phytosanitaires et contrôle à l’alinéa 02 de la résolution n° 04/111 du 03/03/2011, du C.P.E. reprendre 2 à 3 marchés de gros de fruits
21 déchetterie et légumes, appartenant aux entre-
prises ou aux collectivités locales. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 92 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 93
régulation et organisation des activités  Magros

LE DIRECTEUR GéNéRAL
DE MAGROS
« Il faut développer un réseau de zones
d’activités commerciales »

Dans cette courte interview que le directeur général de


MAGROS nous a accordée, il donne sa conception de
ce que doit être la grande distribution en Algérie, avec
ce qu’elle implique comme impact positif sur les coûts,
la disponibilité, la qualité de service etc. Il n’occulte
cependant pas les difficultés rencontrées, notamment
dans la zone littorale où se concentrent le tissu urbain
et une grande partie de la population. Il souhaite,
surtout, adapter la politique de distribution par la
création d’un réseau de zones d’activités commerciales. Abdelaziz Khettabi

A.K - Oui. Oran est doté d’un marché de gros de 12 hectares LCR - Si vous aviez un souhait à émettre en vue
LCR - Beaucoup reste à faire en matière
« Il y a lieu de considérer, aussi, un autre (EL Karma) et pour le reste de la région Ouest, la réalisation d’arriver rapidement à l’adaptation et à la moderni-
de grande distribution. A l’instar d’autres paramètre très important et spécifique au d’un important projet, sur une superficie de 16 hectares, sation de la distribution, lequel exprimeriez-vous ?
investisseurs qui s’en plaignent, rencontrez-vous marché de gros de fruits et légumes, c’est extensible à 32 hectares, est lancée par Magros, à Sidi Abdel-
des difficultés en matière de foncier ? son emplacement adéquat par rapport aux moumene (Wilaya de Mascara). A.K : Développer non seulement la Grande Distribution mais
axes routiers, aux bassins de productions, aussi mettre en place très rapidement un réseau de zones d’acti-
Abdelaziz Khettabi - Certainement, surtout lorsqu’on tient aux centres de consommation et plusieurs Pour la région Est, la réalisation d’un important projet, sur vité commerciales. Les impacts seraient nombreux à différents
compte des grandes superficies exigées pour l’implantation une superficie de 15 hectares, extensible à 30 hectares, est niveaux et toucheraient également différents secteurs.  
d’un marché de gros d’envergure nationale ou régionale, autres critères techniques, tels la topographie lancée par Magros, à Ain Sfiha (Wilaya de Sétif ).Pour Alger,
avec la projection de son extension à long terme, à 2030, du terrain, auxquels doit répondre le site l’ambition de la société est de réaliser un marché de gros à
conformément à la loi 20-01, portant Schéma National de d’implantation pour la réussite du projet. » rayonnement national. Les démarches entreprises pour une
l’Aménagement du territoire (SNAT). réservation d’une assiette de terrain de 50 hectares, sont tou- impact du développement
jours en cours. de la grande distribution
Il y a lieu de considérer, aussi, un autre paramètre très impor- LCR - Le ministre du Commerce, en évoquant les
tant et spécifique au marché de gros de fruits et légumes, c’est marchés de gros, a souvent demandé que des ΔΔ Régler en grande partie le problème de la distribution
son emplacement adéquat par rapport aux axes routiers, aux efforts soient faits dans le domaine architectural. LCR - Peut-on envisager, à terme, de sortir au stade de gros de beaucoup de produits ;
bassins de productions, aux centres de consommation et Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le sujet ? de la logique des marchés de gros spécialisés ΔΔ Contribuer à la planification de la production agricole
plusieurs autres critères techniques, tels la topographie du pour aller vers des centres du genre (développement de l’outil de production pour
terrain, auxquels doit répondre le site d’implantation pour A.K - L’aspect architectural est pris en charge dans la concep- du marché parisien de Rungis ? pouvoir produire suffisamment en quantité et
la réussite du projet. tion des projets, qui sont prévus aux normes internationales en qualité, amélioration de la rentabilité des
De ce fait, le problème devient plus compliqué, car ces exi- (dimensionnement des espaces, les services offerts, etc.), avec A.K : Tout d’abord, il y a lieu de préciser que ce Marché s’ap- exploitations agricoles) ;
gences ne sont satisfaites, dans tout le Nord, en général, que une architecture adaptée à celle de l’environnement de sa zone pelle Marché International de Rungis, donc sa vocation est ΔΔ Maitriser et réduire les coûts de beaucoup
dans les zones agricoles. d’implantation. internationale. Ceci étant dit, en France il existe plus de 18 de produits, grâce à la logique de ce qu’on appelle
marchés de gros à caractère régional ou national, qui inter- le circuit court (élimination des intermédiaires).
A ce propos, il est important de signaler que sur les 8 projets LCR - Les grands centres urbains, à l’instar d’Alger viennent dans la distribution au stade de gros sur tout le ΔΔ Atténuer la tension sur les marchés de gros, dès lors
lancés par Magros, les 4 projets les plus importants (Sétif, et d’Oran, souffrent de l’absence d’infrastructures territoire de ce pays. Mais chez nous, pour arriver à imposer qu’une grande partie des produis distribués par ce
Mascara, Oued Athmania, et Ain Defla) sont implantés sur appropriées en matière de marchés de gros. ce modèle de fonctionnement il faut réunir les conditions modèle ne transiteront plus par les marchés de gros.
des terrains agricoles, qui ont nécessité le déroulement de la Existe-t-il des projets dans ce domaine ? en amont, au niveau de la production (produire aux normes ΔΔ Réduire considérablement, sinon éradiquer,
procédure de distraction, toujours en cours. internationales, conditionner les produits etc.). Il y a lieu de le commerce informel pour les produits concernés.
régler énormément de choses avant.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 94 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 95
régulation et organisation des activités  la caci

ASSEMBLEE GéNéRALE ORDINAIRE DE LA CACI

à l’ombre du reflux
des cours du brut
La première assemblée générale ordinaire post
élections de la Chambre Algérienne de Commerce
et d’Industrie s’est tenue le 20 janvier 2015
à l’hôtel Aurassi, sous la présidence de Laïd
Benammor, porté à la tête de l’institution à
l’issue des dernières élections. Intervenant dans un
contexte marqué par une nette baisse des prix des
hydrocarbures sur le marché mondial, les débats ont
été dominés par les thématiques de la relance
des investissement économiques et la nécessaire
maîtrise du commerce extérieur, même si la révision
des statuts de la CACI a été évoquée, à son tour,
avec insistance.
Le pétrole ne peut remplacer indéfiniement le fruit du travail

E
n présence du ministre du Com- N’hésitant pas à évoquer un contexte Prenant le relai, le président et des savoir faire en matière écono- les Algériens ont vu leur Aussi, si l’Etat a le devoir d’œuvrer à faci-
merce et de nombreux cadres de crise, il a néanmoins affirmé que le mique, commerciale, managériale et liter et à réhabiliter l’acte d’investir, de
supérieurs du ministère qui l’accom- pays peut en « sortir plus fort », si l’effort du Forum des Chefs d’Entreprise technologique. Dans une courte allocu- niveau de vie augmenter produire et de commercer, s’il s’engage
pagnaient, des représentants de toutes d’adaptation « aux réalités nouvelles (FCE), Ali Haddad, avec ses propres tion, le ministre du Commerce, Amara de manière prodigieuse à protéger l’entreprise algérienne, il n’en
les Chambres de Commerce et d’Indus- qui s’imposent à nous » est consenti. Il termes, abondera globalement Benyounes, dont la présence témoigne et ont donc acquis des demeure pas moins que, pour sa part,
trie, des représentants d’organisations s’agirait donc, entre autres, d’ « enga- de tout l’intérêt qu’il porte aux celle-ci a des efforts à fournir en matière
patronales à l’instar du président du ger des réformes attendues depuis plus dans le même sens, mettant Chambres de Commerce et d’Industrie, habitudes de consommation de compétitivité, pour convaincre le
Forum des Chefs d’Entreprise, Ali Had- de 20 ans par des milieux économiques l’accent sur la nécessaire s’est d’abord félicité du déroulement des avec leurs exigences consommateur algérien.
dad, d’opérateurs économiques et com- qui alertaient sur la nécessité de diver- ouverture de tous les secteurs dernières élections à la tête de la CACI et en matière de disponibilité,
merciaux, de syndicalistes et d’experts, sifier l’économie », en cohérence avec des CCI, caractérisées par des scrutins de qualité et de prix. S’en est suivi un débat au cours duquel
les travaux de l’assemblée générale de la des « choix budgétaires et financiers »
d’activité, sans discrimination. démocratiques et transparents. tous les sujets ont été abordés dans un
CACI ont été ouverts par son directeur appropriés. climat de grande franchise. La question
général, Mohamed Chami. Le président de la CACI affirmera, enfin, Evoquant le rôle que doivent jouer ces le volume des importations, sans relative à la révision des statuts de la
Ainsi, « le système fiscal » demande plus qu’il faut « aider nos entreprises », que institutions dans l’effort national de toutefois attenter aux engagements CACI et des CCI est revenue comme un
Après un mot de bienvenue et après la de « souplesse et de flexibilité », le sys- cette aide ne relève pas d’un « choix développement de l’investissement internationaux de l’Algérie, et dans leitmotiv.
déclinaison du programme de l’assem- tème bancaire doit devenir « un moteur idéologique » mais d’un « choix straté- économique et de promotion de la le respect des lois de l’offre et de la
blée générale, la parole a été donnée de croissance de l’économie et non un gique », avant de se dire favorable à un production nationale, il tempère néan- demande et de l’économie de marché. à ce propos, le ministre du Commerce
au président de la CACI, Laïd Benam- frein à celle-ci » tandis que le foncier débat national sur toutes ces questions. moins l’inquiétude suscitée par la chute s’est dit tout à fait disposé à procéder à
mor, élu à la faveur de la dernière devra cesser, de par sa rareté, d’être « un des prix du pétrole, sans en ignorer Pour cela, a-t-il indiqué, il faut que les cette révision et qu’il attend les propo-
consultation. Le président de la CACI handicap majeur à l’investissement. » Prenant le relai, le président du Forum l’impact, rappelant, entre autres, les Algériens apprennent à consommer sitions des parties intéressées.
a d’emblée inscrit son intervention Mais il convient aussi de traiter de tous des Chefs d’Entreprise (FCE), Ali Had- capacités du pays à faire face à la situa- algérien.
dans le contexte général marqué par un les fléaux, sans tabou, et de s’y attaquer dad, avec ses propres termes, abondera tion. Il a souligné toutefois que les futurs sta-
reflux important des cours du brut, esti- fermement. globalement dans le même sens, met- Mais les Algériens ont vu leur niveau de tuts doivent rester équilibrés, s’inspirer
mant qu’à ce niveau un discours franc C’est le cas des circuits informels qui tant l’accent sur la nécessaire ouverture Il n’insiste pas moins sur la nécessité vie augmenter de manière prodigieuse des institutions équivalentes dans les
et sincère s’impose et que, désormais, brassent des volumes dangereux pour de tous les secteurs d’activité, sans dis- de continuer dans la voie des réformes et ont donc acquis des habitudes de pays développés, l’administration ne
toutes les énergies doivent être mobi- l’économie formelle, et de l’évasion fis- crimination. Un expert, invité pour la engagées en vue d’une mise à niveau consommation avec leurs exigences en pouvant se démettre de ses obligations
lisées « pour remporter la bataille de la cale qui serait « estimée à 5000 Milliards circonstance, a axé son intervention, de l’économie nationale avec, comme matière de disponibilité, de qualité et dans l’orientation et la gestion. 
croissance. » de dinars », soit l’équivalent de « 40 Mil- pour sa part, sur l’investissement dans objectif avéré, d’augmenter et de diver- de prix.
liards de dollars US » par an. l’homme et l’acquisition du savoir sifier les exportations et de diminuer

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 96 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 97
régulation et organisation des activités  la caci

LA CHAMBRE ALGéRIENNE DE
COMMERCE ET D’INDUSTRIE
Un catalyseur
pour l’économie
et le commerce
Outre qu’elle assure la relance des activités
des organes élus, notamment les commissions
techniques, la Chambre Algérienne de Commerce
et d’Industrie met à la disposition de l’entreprise
des informations économiques à travers des actions La première édition de tijara equip
d’animation et des rencontres entre les communautés expo ouvrira ses portes du 22 au 25
d’affaires, à l’effet de contribuer au développement
de l’entreprise sur le plan national et à son intégration Avril 2015, au palais des expositions
dans la sphère économique internationale. La datte en tête des exportations hors hydrocarbures
des pins maritimes.

Le SIDAB offre aussi aux occasion pour exposer les résultats de poste d’exportation dans les produits Le SIDAB a donc pour finalité essentielle
2015 : DES PERSPECTIVES producteurs l’opportunité leurs travaux scientifiques et de partager agricoles avec 40% du montant total la promotion de la datte algérienne et de
leurs connaissances et expériences dans le de ces dernières. Ces quelques indi- sa culture, ainsi que le développement
ET DES AMBITIONS de connaître des fournisseurs but de partager le savoir et le savoir-faire. cateurs montrent l’importance de se de la région de Biskra.
nationaux et étrangers pencher sur la production et la com-

A
côté de nombreux évènements qui équipements relatif au matériel et outil- d’équipements et matériels L’organisation annuelle de ce salon mercialisation de la datte algérienne et première édition de
seront annoncés le moment venu, lage nécessaires au travail de la datte et, jouera un rôle primordial dans la culture de lui consacrer un évènement qui vise « tijara equip expo » : les
les premières éditions du salon enfin, un volet scientifique permettant
nouveaux dans le but de développer des palmiers dattiers qui occupe, en notamment à mieux faire connaitre ce
international de la datte (SIDAB) et de de faire le point sur l’avancement des et d’améliorer leur productivité. équipements à l’honneur
Algérie, près de 160 000 hectares com- produit, à le promouvoir, à renforcer les
« Tijara Equip Expo », ainsi que la troi- recherches dans le domaine de la datte portant près de 18 millions de palmiers relations entre différents agents éco-
sième édition du Salon national inversé et les échanges de connaissances et le domaine de la datte, notamment et repartis sur 17 wilayas du sud de nomiques et acteurs institutionnels, à La première édition du salon Internatio-
de la sous-traitance (SANIST), seront expériences avec des experts nationaux les producteurs, les distributeurs, l’Atlas saharien. Tout en soulignant accroître son potentiel de production nal des équipements pour le commerce,
les manifestations phare de la Chambre et étrangers. les exportateurs, les agronomes, les que la production annuelle moyenne et d’exportation et à confronter l’entre- « Tijara Equip Expo », ouvrira ses portes
Algérienne de Commerce et d’Industrie industriels, les banquiers et les pouvoirs de dattes, toutes variétés confondues, prise algérienne avec celle d’autres pays. du 22 au 25 Avril 2015, au palais des
au courant de cette année 2015. Le salon sera ouvert aux professionnels publics et ce, dans le but de débattre tourne autour de 700 000 tonnes, ce qui Biskra constitue incontestablement expositions des pins maritimes. Il est
comme au grand public. Les visiteurs des préoccupations des différents la classe au 6ème rang mondial, derrière la région la plus propice pour accueillir organisé par La Chambre Algérienne
pourront profiter de différents espaces acteurs, d’identifier les contraintes l’Arabie Saoudite, l’Iran, les Emirats le SIDAB. En effet, elle est la première de Commerce et de l’Industrie et par-
première édition du SIDAB : à thèmes parmi lesquels les espaces rencontrées et préconiser les solu- Arabes Unies, le Pakistan et l’Egypte, région algérienne dans : rainé par le ministre du Commerce,
un évènement d’envergure d’expositions, l’espace consacré aux tions nécessaires. Cet évènement offre leader mondial dans le secteur. Amara Benyounes, en partenariat avec
conférences scientifiques et théma- aussi aux producteurs l’opportunité de la Chambre de Commerce et d’Industrie
internationale
tiques, un espace de rencontre B to B connaître des fournisseurs nationaux Le palmier dattier constitue un pivot de Suisse-Algérie et le World Trade Center
ainsi que l’espace dédié au concours du et étrangers d’équipement et matériels l’écosystème oasien des régions saha- ΔΔ La plantation de palmiers Algeria.
La première édition du salon interna- « meilleur grimpeur ». Il est aussi à noter nouveaux dans le but de développer et riennes et présahariennes de l’Algérie. dattiers avec près de 5 000 000
tional de la datte (SIDAB) se tiendra du que des visites d’ateliers de traitement d’améliorer leur productivité. L’aspect La datte occupe une place importante d’unité. Il apparaît que le commerce de détail
21 au 24 mars à Biskra. Cet évènement, de la datte et de palmeraies peuvent être scientifique de cette manifestation est tant dans l’alimentation humaine et ΔΔ La superficie, avec 46 000 en Algérie constitue un marché impor-
premier de son genre, est organisé par organisées durant le salon. aussi important que l’aspect commercial animale dans les régions citées que hectares de palmiers dattiers. tant et recèle un potentiel de croissance
la Chambre de Commerce et d’Industrie ou industriel. parmi les productions arboricoles ΔΔ La production de dattes toutes notable pour ce qui touche aux activités
des Zibans. Ce salon s’articulera autour Le salon international de la datte au niveau national ainsi que dans le variété confondues de 220 000 d’agencement de fournitures d’équipe-
de trois volets : un volet production et aspire une concertation entre les dif- En effet, beaucoup de chercheurs et volume des exportations agricoles tonnes. ments et services destinés à l’exercice du
commercialisation de la datte, un volet férents acteurs intervenants dans de scientifiques vont profiter de cette algériennes. Elle constitue le premier commerce de détail et de la distribution.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 98 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 99
régulation et organisation des activités  la caci régulation et organisation des activités  la caci

Dans le cas d’un salon inversé, L’arbitrage demeure le mode


les exposants sont les acheteurs de règlement des litiges le plus
qui expriment leurs besoins adapté aux impératifs de souplesse
en achats de produits, et de célérité.
fournitures ou services.

Encourager l'exportation du produit national

Ce marché est favorisé par la croissance à l’exercice de l’activité de commerce et La troisième édition du Salon national Sont admises pour exposer au SANIST, économique industrielle nationale l’Industrie et des consultants de renom.
de la consommation due à la croissance de distribution. En notant qu’environs inversé de la sous-traitante, SANIST, se les entreprises recherchant des rece- par le développement de la sous-trai- De même, des rencontres B to B entre
de la population, ainsi que l’améliora- 620 000 opérateurs exercent dans le tiendra du 13 au 16 avril 2015 au palais veurs d'ordre de droit algérien pour tance et contribuer à la résorption du visiteurs et exposants ont eu lieu. Ainsi,
tion du pouvoir d’achat et les progrès commerce de détail et qu’il existe plus des expositions, SAFEX, et ce sous le s'approvisionner en composants ou chômage à travers l’accroissement de 50 rendez-vous d’affaires au SANIST
enregistrés dans le domaine de la com- de 2860 grandes surfaces à travers tout haut patronage du Président de la Répu- semi produits à incorporer dans leurs l’utilisation des capacités de production. 2011 et 300 rendez-vous d’affaires au
munication et de la publicité, en y le territoire national, dont près de 86% blique et du ministère de l’Industrie et productions finales. C'est le cas des L’expérience des éditions précédentes SANIST 2013 ont été préparés pour
ajoutant la lutte massive contre l’infor- sous forme de superettes, 12% de super- des Mines. entreprises industrielles activant de ce salon ont également prouvé que ce arriver à l’objectif de conclure des
mel menée par les autorités publiques. marchés et 2% d’hypermarchés, « Tijara dans la mécanique, la construction genre de manifestations avait tendance contrats de sous-traitance ou d’ouvrir
Equip Expo » leur donnera l’occasion de En marge de l’exposition qui durera métallique, l'électricité, l'électronique, à booster les relations de sous-traitance des perspectives de contrats de com-
De fait, beaucoup des investissements trouver des solutions pour l’optimisa- quatre jours, un programme de confé- l'électroménager, ... Elles peuvent entre les entreprises nationales indus- mande.
réalisés récemment dans la grande tion de l’espace de vente et de véhiculer rence portant sur différents thèmes aussi s'approvisionner en pièces et trielles, grandes entreprises, PMI et
distribution, à travers notamment les valeurs et l’image du magasin afin relatifs à la sous-traitance est prévu. articles nécessaires à la maintenance et micro entreprises et renforcer le tissu Les exposants et les visiteurs dans leur
le lancement de plusieurs hypermar- d’acquérir une nouvelle clientèle. Pour Cependant, des rencontres B to B seront à la réparation de leurs équipements de industriel. majorité, lors des deux éditions précé-
chés, ainsi qu’à travers la réalisation de les visiteurs qui sont généralement des organisées sur la base des demandes production ou de leurs parcs d'engins, Le taux de participation était de 54 dentes, ont considéré qu’ils ont eu un
centres commerciaux, constituent des propriétaires de magasins, grandes formulées par les receveurs d’ordre lors lorsque les volumes des achats sont entreprises nationales sur une surface nombre de contacts assez important
éléments révélateurs des tendances à la surfaces, responsables marketing, res- de leur inscription en ligne sur le site du significatifs. C'est le cas des entreprises totale de 1800 m² à la 1ère édition et ou très important. Les exposants ont
modernisation du commerce de détail ponsables commerciaux, détaillants, salon www.sanist.dz. activant dans les secteurs des hydro- 64 exposants sur une surface totale de estimé qu’ils pourraient réduire leurs
en Algérie. artisans, futurs commerçants, direc- carbures, de l'énergie électrique, des 1500 m² à la 2ème édition dans divers factures d’importations de produits et
teurs des achats…, le salon leur offre Le concept de salon inversé est uti- mines, des industries pétrochimiques, secteurs d’activité comme : énergie, services à la suite de leur participation
C’est dans ce cadre que la Chambre Algé- l’opportunité de découvrir les nouveaux lisé de par le monde, principalement de la sidérurgie, de la métallurgie, des mines, transport, production indus- au SANIST et ont exprimé leur souhait
rienne de Commerce et de l’Industrie se fournisseurs à l’échelle nationale et dans le domaine de la sous-traitance. cimenteries, des briqueteries, des tra- trielle, défense nationale, etc. de participer à la troisième édition du
propose d’organiser, pour la première internationale, ainsi que les dernières Un salon classique est un espace phy- vaux publics, des transports terrestre, salon en 2015.
fois en Algérie, un salon international innovations et nouveautés du monde sique où se rencontrent des vendeurs ferroviaire, aérien, maritime, de la Le nombre de visiteurs, il a atteint plus
professionnel dédié à la fourniture de des équipements professionnels et et des acheteurs, les premiers expo- réparation navale et des industries de 750 visiteurs professionnels lors du exportal :
matériels, d’appareils, d’outillage et les dernières tendances du secteur sant les produits ou les services qu'ils manufacturières. SANIST 2011, dont 70% dans l’indus- une vitrine virtuelle
d’accessoires nécessaires à l’agence- d’exposition (présentoir antivol, Body fabriquent ou qu'ils fournissent et les trie, 22% dans les services, 6% dans
pour le produit algérien
ment et à l’équipement des magasins scanner, équipements de système de seconds venant en visiteurs rencontrer Organisatrice de cet évènement pure- les BTP et 2% dans divers domaines
de commerce de détails. fidélisation/carte de fidélité, les logi- les vendeurs et voir leurs produits ou ment professionnel, la Chambre de la sous-traitance. Dans la deuxième
ciels de caisse et gestion du magasin services sur leurs stands. Algérienne de Commerce et d’Indus- édition du SANIST (2013), le nombre Dans le cadre de la politique algérienne
L’objectif principal du salon « Tijara système self check out, identification Dans le cas d’un salon inversé, les expo- trie vise à améliorer la connaissance enregistré était de 650 visiteurs pro- de développement des exportations,
Equip Expo » est de promouvoir, automatique et traçabilité …) et bien sants sont les acheteurs qui expriment du potentiel de production nationale fessionnels dont 60% dans l’industrie, La Chambre Algérienne de Commerce
développer et moderniser le secteur plus encore. leurs besoins en achats de produits, et permettre à un maximum de don- 30% dans les services, 5% dans les et d’Industrie met à la disposition des
de la distribution et du commerce en fournitures ou services. Les vendeurs neurs d'ordre de découvrir de nouveaux BTP et 5% dans divers domaines de la opérateurs un espace d’exposition vir-
Algérie et de permettre aux visiteurs, le sanist dans sa viennent en visiteurs pour prendre receveurs d'ordres, de les rencontrer sous-traitance. Des conférences ont tuelle de l’offre algérienne sous le nom
commerçants dans leurs majorité, de troisième édition : connaissance des besoins des acheteurs et de connaître de nouvelles capacités étés organisées pour les deux éditions de « Exportal ». Cette vitrine virtuelle
rencontrer des exposants nationaux et et tenter d’y répondre selon des condi- productives. Aussi encourage-t-elle à du SANIST 2011 et 2013 et des thèmes met en valeur les produits et services
concilier l’offre
étrangers d’équipements, de matériels, tions techniques et commerciales qui se substituer la production nationale aux d’actualité ont été abordés et animés algériens à l’exportation en les rendant
d’accessoires et d’outillage nécessaires et la demande négocient entre les deux parties. importations, accroitre l’intégration par des représentants du ministère de visibles à travers le monde.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 100 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 101
régulation et organisation des activités  la caci régulation et organisation des activités  la caci

Exportal offre ainsi


aux entreprises algériennes
une visibilité jamais égalée à
l’échelle internationale.

Le but ultime de cette initiative est de Cette vitrine virtuelle donne aux leurs gammes de produits et d’afficher considérable en termes de ressources et qui permet la validation des comptes conditions commerciales, etc.).
faire la promotion et la publicité du pro- exportateurs algériens la possibilité de les informations techniques et commer- de facteurs de production, des marchés d’entreprises et de leurs contenus. L’interface administrative est facile
duit algérien destiné à l’exportation. La communiquer et d’atteindre des cibles ciales correspondantes. accessibles par leur proximité géogra- Les exportateurs reçoivent leur nom à l’utilisation et ne requiert aucune
publicité et la communication jouant étrangères autrefois inaccessibles. En phique et par les accords et conventions d’utilisateur et mot de passe dès leur formation ni initiation. Les visuels qui
toutes les deux un rôle important dans tant qu’institution au service de l’en- Cette visibilité sera plus concrète grâce signés par le pays. inscription. correspondent à toutes les étapes
le commerce de manière générale, elles treprise algérienne en particulier et aux efforts qui accompagnent la mise d’utilisation permettent une familia-
sont essentielles au développement de de l’économie algérienne de manière en place du site Web à travers la promo- L’enjeu économique est donc important Ils accèdent directement et à distance risation rapide et facile. L’interface
l’exportation. Elles tendent à inciter générale, la Chambre Algérienne de tion auprès d’organismes homologues pour le pays, qui doit assurer un équi- à leur session pour insérer les données publique du site est aussi facile à
une cible donnée à adopter un compor- Commerce et d’industrie considère le étrangers et des ambassades, et la libre financier pour les années à venir relatives aux gammes et produits à exploiter, il se caractérise principale-
tement d’achat en faveur du produit développement de l’exportation comme promotion lors des manifestations éco- afin de répondre aux besoins qui ne exposer, ce qui leur garantit une grande ment par un espace de recherche qui
mis à l’honneur. Exposer le produit une priorité dans l’exécution de ses mis- nomiques et commerciales. cessent d’augmenter et qui se chiffrent autonomie dans la gestion de leur orne le centre de la page web.
algérien destiné à l’exportation c’est sions. à plus de 50 milliards de dollars amé- propre espace d’exposition virtuelle.
adopter une stratégie publicitaire basée La diversification ricains actuellement. La politique de Nous citons ci-dessous les plus impor- La particularité de la vitrine virtuelle
sur l’image, l’information et l’incitation C’est pourquoi la CACI a jugé important de l’exportation pour développement des exportations mise tantes caractéristiques techniques de la est qu’elle est orientée exclusivement
à l’achat. Avec la vulgarisation des nou- de créer, gérer et maintenir à jour le flux en place depuis plusieurs années par vitrine « Exportal » : « produit », comparativement avec
le développement de
velles technologies de l’information et d’informations publiées sur « Exportal les autorités, à travers des dispositifs les annuaires des exportateurs que
de la communication en Algérie, de nou- ». Cette vitrine virtuelle est devenue une l’économie d’aide, d’encouragement et la facilita- L’interface d’administration offre aux la CACI édite annuellement. Cette
veaux canaux s’ouvrent à nous pour faire référence Web permettant aux inter- tion des procédures administratives à chefs d’entreprises la possibilité de approche est traduite par une mise
connaitre nos produits en outre-mer. nautes du monde entier de consulter Bien que le tissu productif algérien se l’exportation, ne peut donner ses fruits déléguer la gestion opérationnelle de en valeur du produit à travers un
l’offre algérienne à l’exportation. Aussi, soit développé à la faveur des politiques sans l’appropriation des bonnes pra- l’espace d’exposition à leurs collabo- affichage en image et une animation
En effet, franchir les frontières géo- l’interaction directe avec les produc- adoptées depuis les années 2000 et tiques en matière d’accès aux marchés rateurs compétents et ce par la créa- par défilement. « Exportal » donne
graphiques pour atteindre des cibles teurs algériens ouvre-t-elle la voie à des grâce à une demande intérieure qui n’a étrangers, notamment la publicité. tion de sessions « collaborateurs ». aux utilisateurs du site la possibilité
éloignées est devenu plus facile et à des possibilités d’exportation de produits cessé d’augmenter, le produit algérien d’interagir avec les fabricants dont les
coûts dérisoires alors que les méthodes algériens vers des marchés extérieurs. manque de visibilité sur les marchés Exportal : flexible, La plate-forme est conçue pour produits sont jugés intéressants dans
et supports classiques requéraient des étrangers. En conséquence, la demande intuitive, interactive recevoir et afficher des données très le but d’obtenir des informations sup-
budgets plus importants. Exportal Ceci étant, les ambitions de la CACI quant y est presque absente. Pourtant, la ques- variées sur l’entreprise (coordonnées, plémentaires.
offre, ainsi, aux entreprises algériennes à cette vitrine virtuelle deviennent plus tion est cruciale : l’économie algérienne
et multilingue chiffres d’affaires, employés, capital
une visibilité jamais égalée à l’échelle intéressantes lorsqu’on sait que cette est largement dépendante des recettes social, pays d’exportation, etc.) ainsi La vitrine est présentée en trois
internationale. dernière vise à fournir aux exportateurs des exportations des hydrocarbures Le site web « Exportal » est adminis- que sur les produits (matières pre- langues afin d’élargir l’audience et
la possibilité d’exposer, virtuellement, (plus de 97%) et ce, en dépit du potentiel tré par la CACI, à travers une interface mières, dimensions, conditionnement, de toucher un maximum de cibles,

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 102 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 103
régulation et organisation des activités  la caci régulation et organisation des activités  la caci

c’est à dire de potentiels acheteurs algériens afin de leur fournir toutes les Au niveau de la Chambre Algérienne aux entreprises un mode alternatif de permettent aux participants de se
étrangers. données nécessaires sur les marchés de Commerce et de l’Industrie, la règlement des différends économiques focaliser sur les modes de règlement
extérieurs et vise, de ce fait, à offrir aux et commerciaux. Après la modifica- des litiges commerciaux. Ces derniers
L’exposant exportateur peut obtenir concernés une information pertinente cellule SALIMEX réceptionne toutes tion du Code de Procédure Civile par aident les entreprises à trouver les
quotidiennement des indications sur sur les marchés de plusieurs pays, leur les données et procède à leur mise le décret-loi n° 93.09 du 25 avril 1993, solutions adéquates à leurs problèmes
la fréquence des visites sur ses pro- permettant, ainsi, de disposer des ren- en forme finale afin de les diffuser les entreprises privées et publiques contractuels dans un cadre totalement
duits. Ceci l’aidera à mieux orienter sa seignements nécessaires et utiles pour peuvent recourir sans équivoque à l’ar- privé (à huis clos). L'autre avantage
stratégie communicative afin d’at- aborder ou pénétrer lesdits marchés. via le web. bitrage interne et international pour consiste en la célérité du traitement
teindre de nouvelles cibles. SALIMEX a pour objectif premier régler leurs litiges économiques et du contentieux, ce qui, dans le monde
d’améliorer l’offre de services d’infor- Au niveau de la Chambre Algérienne de commerciaux. La CACI s’est introduite des affaires, est un critère déterminant
Des cadres de la CACI veillent à répondre mations fournie par le dispositif d’appui Commerce et de l’Industrie, la cellule pour ce fait dans les structures du com- d'efficacité. Des procédures ont été éta-
à toutes les questions posées par les uti- et d’accompagnement des exportateurs SALIMEX réceptionne toutes les don- merce international, en associant les blies pour que les litiges soient résolus La Chambre Algérienne de Commerce
lisateurs et à fournir les solutions aux Algériens sur les marchés extérieurs. nées et procède à leur mise en forme connaissances et l’expérience de ses res- à l’amiable. Afin de faciliter l’accès au
difficultés rencontrées. Dans le but d’en- Plusieurs dispositifs seront mis en finale afin de les diffuser via le web. ponsables avec celles des personnalités centre de Médiation et d’Arbitrage de et de l’Industrie s’est investie
courager les entreprises à franchir le pas place à cet effet : une veille commerciale Une fois opérationnel, ce service sera du monde des affaires et du monde judi- la CACI, les clauses relatives à cet effet pour permettre aux entreprises
pour passer à l’exportation, le service d’ex- et informative sur les marchés avec la offert gratuitement aux exporta- ciaire. De cette alliance est né le comité sont aujourd’hui introduites dans les de tirer profit de ce mode
position sur la vitrine virtuelle « Exportal participation des services économiques teurs ainsi qu’à tous les utilisateurs, ICC Algérie. Depuis 2001, la CACI et le contrats conclus par les entreprises. A
» est offert aux exportateurs algériens. des représentations diplomatiques et permettra une diffusion sélective comité ont organisé et participé à six défaut et même en l’absence de ce type de règlement plutôt
à l’étranger ainsi que l’utilisation des d’informations vers des profils d’utili- séminaires et colloques sur l’arbitrage de clauses, les parties peuvent, d’un com- que de le subir.
salimex, un système technologies de l’information et de la sateurs préalablement définis. international.Le comité a pour missions mun accord, soumettre le règlement de
d’informations en communication (TIC). Les exporta- principales de promouvoir le commerce leur litige au centre d’arbitrage. Ainsi, la
teurs algériens pourront bénéficier d’un centre d’arbitrage international et de favoriser le règle- CACI offre une possibilité de solution à
perspective
accompagnement sûr, efficace et rapide de la caci : denouer ment des litiges en la matière, par la toute entreprise ayant un litige commer-
lors de leurs démarches d’investigation, conciliation et l’arbitrage. La Chambre cial avec une autre, à travers un arbitrage
les litiges commerciaux
d’identification et d’information sur Algérienne de Commerce et de l’Indus- efficient et confidentiel.
Le Système Algérien d'Informations les marchés de pays étrangers. Cette trie s’est investie pour permettre aux L’arbitrage demeure le mode de règle-
sur les Marchés Extérieurs, SALIMEX, nouvelle démarche leur épargnera de à l’instar des chambres de commerce de entreprises de tirer profit de ce mode de ment des litiges le plus adapté aux
est en cours de réalisation au niveau de se tourner vers des sites (souvent gou- par le monde, la Chambre Algérienne de règlement plutôt que de le subir. L'avan- impératifs de souplesse et de célérité. En
la Chambre Algérienne de Commerce vernementaux) étrangers pour trouver Commerce et de l’Industrie s’est dotée tage principal du recours à ces différents association avec la bonne gestion de l’en-
et de l'Industrie. Ce système d’infor- réponses à leurs préoccupations et d’un centre d’arbitrage et de médiation mécanismes, est la confidentialité. treprise, il permet une prise en charge
mations est destiné aux exportateurs attentes. avec, comme objectif premier, d’offrir Les audiences n'étant pas publiques, effective des litiges et contentieux. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 104 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 105
Siège de l'OMC, arbitre du commerce mondial

contrôle économique
A
vec un territoire de plus de deux millions de kilomètres qui donne une vue d’ensemble de la structure qu’il dirige, ses
carrés et des milliers de kilomètres de frontières mari- missions, ses prérogatives, son bilan et les actions projetées
times et terrestres, le contrôle économique et la répres- dans le futur.
et répression des fraudes sion des fraudes, dévolus à une direction générale du ministère
du Commerce, s’apparentent aux douze travaux d’Hercule. On y trouvera aussi un article consacré au contrôle de la qua-
lité et la répression des fraudes qui demandent une vigilance

le consommateur
La mission est d’autant plus compliquée que le pays, qui sort de tous les instants, un autre dédié à la Coopération inter-
informer, contrôler, d’un système d’économie administrée est encore en phase nationale et la coordination intersectorielle, un troisième
sanctionner  d’apprentissage en matière de pratiques dictées par la mise en qui traite du contrôle économique avec, comme étude de cas,
œuvre d’une économie de marché fondée sur des bases saines. le marché du ciment à la fois sensible et sous pression et un

comme finalité La DGCERF, avec ses structures, ses cadres et ses person-
nels met néanmoins les bouchées doubles pour s’acquitter
au mieux de ses missions, comme on pourra le constater à la
autre, enfin, qui se penche sur l’outil analytique comme appui
scientifique et technique à l’action de contrôle.

On pourra y découvrir, enfin, un exposé consacré aux labo-


lecture des pages qui suivent. ratoires de contrôle et un article didactique traitant de
l’emballage des denrées alimentaires. 
On y lira avec intérêt un article qui couvre la rencontre des
cadres du secteur au cours de laquelle les wilayas dressent leur
bilan et une interview du directeur général, Bouras Mimoun,

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 107


contrôle économique et répression des fraudes  L'ÉVENEMENT

RENCONTRE NATIONALE DES CADRES DU SECTEUR

Les Wilayas dressent


leur bilan
Sous l’égide du ministre du Commerce et en présence
de l’ensemble des directeurs régionaux des wilayas,
ainsi que des cadres de l’administration centrale, un
regroupement a été organisé à l’hôtel El Aurassi, à
Alger, le 09 février 2015, afin d’évaluer les activités
des directions de Wilaya. Les directeurs régionaux se
sont succédé pour exposer le bilan de leurs actions et Allocution de El Hadi Makboul lors des rencontres
activités régionales au titre de l’année 2014. des cadres du secteur à l'hôtel Aurassi

L’
évaluation des activités des direc- enquêtes économiques). Ainsi, les
tions a été présentée autour de effectifs des régions ont connu une
Un nombre important d’agents
plusieurs axes: l’administration croissance sur l’ensemble du territoire. a bénéficié de formations
des directions régionales et de wilayas De plus, durant l’année 2014, un leur permettant d’approfondir
dans leur fonctionnement quoti- nombre important d’agents a béné- et d’actualiser leurs connaissances,
dien (budget, ressources humaines, ficié de formations leur permettant
infrastructures, équipement), leur d’approfondir et d’actualiser leurs dans des domaines aussi variés que le
bilan d’activités liées au contrôle éco- connaissances, dans des domaines aussi contrôle des pratiques commerciales,
nomique et à la répression des fraudes, variés que le contrôle des pratiques le contrôle de conformité des produits
les dossiers relatifs aux enquêtes spé- commerciales, le contrôle de confor-
cialisées, les difficultés et contraintes mité des produits et la répression des et la répression des fraudes
rencontrées. Les relations avec les fraudes. Cette formation a été complé-
différentes CCI et associations profes- tée par un volet administratif formant d’infrastructures a été mis en place pour
sionnelles ainsi qu’avec les associations les agents à la rédaction administrative. répondre aux besoins les plus urgents
de consommateurs ont également été Ces opérations de formation ont ciblé des wilayas. Toujours dans un souci
passées en revue. à la fois une catégorie d’agents inves- de renforcement des outils de contrôle
tis de missions spécifiques tels que au niveau national, une enveloppe de
Au chapitre des recrutements et en ceux opérant au niveau des frontières 2,57 milliards de dinars a été allouée
exécution du programme du gou- ou ceux en charge des enquêtes des à la réalisation et l’aménagement de
vernement 2010-2014 visant le pratiques anticoncurrentielles, de laboratoires de qualité. Ainsi, El Tarf,
renforcement et la modernisation du contrôle des changes, des marchés Ouargla, Tindouf et Constantine,
secteur, notamment l’outil de contrôle, publics mais également des agents bénéficient d’un projet de laboratoires
il a été mis à la disposition des Direc- du corps de contrôleurs visant leur de qualité en cours de réalisation. Dans
tions Régionales du Commerce et des promotion au rang d’enquêteurs. Tou- le cadre des mesures préconisées par
Directions de Wilaya du Commerce rele- tefois, les recrutements massifs opérés les pouvoirs publics pour la résorption
vant de leurs compétences territoriales, ces dernières années ont amplifié le du commerce informel, par le renforce-
de nombreux postes budgétaires (dont problème de l’exiguïté des sièges abri- ment des infrastructures commerciales,
l’essentiel relève des corps techniques, tant les Directions de Wilaya et leurs les différentes régions ont bénéficié,
dans les domaines de la répression inspections territoriales. Un certain durant le quinquennat 2010-2014, d’un
des fraudes, de la concurrence et des nombre d’opérations de réalisation programme de réalisation de trois types

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 109


contrôle économique et répression des fraudes  L'ÉVENEMENT

Une concertation a eu lieu avec les


administrations concernées par
le commerce afin de signer des En matière de requêtes, sont
conventions cadres permettant souvent dénoncés l’exercice d’une
la création de brigades mixtes activité commerciale sans registre
interministérielles chargées de de commerce, le refus de vente, le
mener des enquêtes communes. défaut d’affichage des prix, la mise
à la consommation de produits
de marchés répartis entre les marchés à prévoir tout dérèglement éventuel en exécution du service après vente et le non non conformes ou impropres à la
de proximité, les marchés couverts de vue d’apporter les ajustements néces- respect des règles d’hygiènes, cette der- consommation, la non exécution
proximité (batimétal) et des marchés saires en temps opportun. nière infraction étant la plus répandue.
de proximité (PSD). Un programme a Une concertation a eu lieu avec les du service après vente et le non
également été initié, visant à la réhabili- De même, concernant les prix, il a administrations concernées par le respect des règles d’hygiènes.
tation des marchés de gros, de marchés été observé au cours de l’année 2014, commerce afin de signer des conven- La repression des fraudes est parfois affaire de justice
de détail de fruits et légumes ainsi que une certaine stabilité sauf dans le tions cadres permettant la création
de marchés couverts de proximité afin cas de la pomme de terre, le poulet de de brigades mixtes interministérielles par valisette (instrument de mesures L’élection des nouveaux organes des sionnelles, est également prévue.
de les mettre aux normes actuelles et chair et les fruits et légumes durant la (avec le Ministère de l’Agriculture, de portatif). Les enquêtes lancées au C.C.I a eu lieu en Avril 2014, dans le Le plan d’actions prioritaires, inscrit
endiguer les points de ventes et marchés première semaine du ramadhan, pro- l’Industrie et des mines ainsi qu’avec cours de l’année 2014, ont porté sur la cadre du renouvellement des organes dans le prolongement de la stratégie,
informels. blème chronique et récurent, qui surgit la Direction Générale de la Sûreté conformité du sel de table, des boissons élus des C.C.I pour une durée de 04 ans. d’ores et déjà mis en place, vise l’amé-
chaque année, du fait d’une demande Nationale et les directions générales gazeuses, des appareils de chauffage à Ces élections se sont déroulées dans de lioration de l’efficacité du contrôle de
Depuis l’émergence d’une multitude exponentielle lors de cette période. des Impôts et des Douanes). Ces bri- gaz, des conditions d’exercice de la pro- bonnes conditions, dès lors qu’aucun la qualité à travers la réalisation d’ob-
d’opérateurs privés, l’approvisionne- Conformément aux instructions et gades mixtes seront chargées de mener fession d’agent immobilier ainsi que des dysfonctionnement n’a été relevé. jectifs préalablement définis. Ainsi, les
ment du marché national repose sur orientations ministérielles, portant sur des enquêtes communes. Le directeur prix des véhicules acquis dans le cadre Ainsi, dans le cadre des missions de actions de contrôle seront focalisées
des importateurs ou des unités de pro- la démarche à suivre pour une prise en général du Contrôle Economique et de l’ANSEJ. Ces enquêtes sont en cours mise en relations d’affaires, les pré- surtout sur le contrôle de la qualité et de
duction privées. charge rigoureuse et efficiente de l’en- de la Répression des Fraudes, Bouras de finalisation (résultats prévus pour sidents de CCI, en collaboration avec la répression de fraudes, la surveillance
semble des requêtes déposées par les Mimoun, a annoncé que le nombre d’in- la fin du premier trimestre 2015). Une les directions de Wilaya, ont accordé de la conformité des produits alimen-
Néanmoins, compte tenu du nombre citoyens et opérateurs économiques, il a terventions des agents de contrôle s’est enquête relative aux produits pyrotech- des audiences à des personnalités taires, la conformité des services et la
important des intervenants à l’importa- été enregistré, pour le dernier trimestre élevé à 1 363 636, permettant de relever niques vient d’être lancée. étrangères (ambassadeurs et hommes conformité des produits industriels. En
tion, de l’absence de transparence dans de l’année 2014, 785 requêtes traitées et enregistrer 235 119 infractions. 217 d’affaires). Certaines d’entre elles ont outre, la vérification du respect de l’in-
l’identité des opérateurs, de l’opacité dont 224 sont en cours de traitement. 026 dossiers se sont traduits par des En matière d’innovation, certaines également reçu la visite de délégations formation du consommateur se fera à
des transactions commerciales sans fac- poursuites judiciaires. directions de Wilaya ont développé des d’investisseurs étrangers potentiels. travers la publicité des prix et tarifs des
tures, des paiements en espèces et de la Il ressort des présentations faites par applications locales permettant une S’agissant des recommandations pour produits et services mis à la consomma-
non maitrise de la production nationale l’ensemble des directions de Wilaya Il a souligné que le montant de défaut gestion plus efficace des contingences l’année à venir et des actions priori- tion et le respect des prix et des tarifs
en fruits et légumes, on constate que les que la majorité des requêtes portent de facturation pour l’année 2014, repré- administratives avec, par exemple, taires mises en avant par le Secrétaire réglementés, pour protéger le pouvoir
contours du marché ne sont pas suffi- sur la dénonciation de manœuvres sentait 58,82 milliards de DA. La valeur une application de gestion des ordres Général du ministère du Commerce, d’achat du consommateur
samment maîtrisés. D’où la défaillance frauduleuses et déloyales au vu de la des marchandises saisies sur le marché de missions, une application de ges- El-Hadi Makboul, la promotion de la
observée cette année, dans le système réglementation régissant le domaine est estimée à 1,64 milliards de DA, tion du remboursement des frais de qualité et la protection du consomma- L’objectif du ministère demeure la lutte
de gestion de régulation de la pomme de des pratiques commerciales et anti- quant à celle saisie ou bloquée aux fron- transports. Enfin, la DWC de Ouagla a teur demeurent essentielles. contre les pratiques commerciales illi-
terre et le problème de la viande blanche concurrentielles ainsi que de la qualité tières, elle représente 13,55 milliards développé un espace d’échange interne De ce fait, les actions de sensibilisation cites et frauduleuses et la réduction
enregistré en fin d’année. Bien qu’en et de la répression des fraudes. Sont de DA. Au total, lors de l'année 2014, afin de faciliter l’échange d’informa- et d’information au profit des élèves, du commerce informel, en vue de
matière d’approvisionnement une sta- souvent dénoncés l’exercice d’une 15 582 locaux commerciaux ont été tions entre les différents services de la établissements secondaires, forma- garantir la transparence des activités
bilité du marché de tous les produits de activité commerciale sans registre de fermés à travers le territoire national, Wilaya. Enfin dans le cadre de la faci- tion professionnelle et universitaires commerciales et le contrôle des pra-
large consommation a été constatée, commerce, le refus de vente, le défaut par rapport au 13 701 fermés en 2013. litation des requêtes, la transmission continueront d’être effectuées. L’orga- tiques anticoncurrentielles et afin
les éléments précités militent en faveur d’affichage des prix, la mise à la consom- Le nombre d’échantillons prélevés aux des requêtes par voie électronique a été nisation de journées d’information au d’assurer une surveillance permanente
d’une étude de marché par filière de pro- mation de produits non conformes ou fins d’analyse est de 15 067. Au total, 60 mise en place. Sur l’année 2014, 280 profit des opérateurs économiques, en du marché et de garantir le respect du
duction ou d’importation, de manière impropres à la consommation, la non 932 déterminations ont été effectuées requêtes ont été transmises par ce biais. relation avec les C.C.I et unions profes- libre jeu de la concurrence. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 110 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 111
contrôle économique et répression des fraudes  L'ENTRETIEN contrôle économique et répression des fraudes  L'ENTRETIEN

B.M- Dés lors que ce sujet est abordé, on a tendance à croire l'obligation de l'information du consommateur. En matière
que tous les prix sont ou doivent être fixés, qu'il n'y a aucun de fraudes et de falsifications, la technicité des agents char-
contrôle des prix et que si un produit est cher c'est en raison gés du contrôle ainsi que la nature et la diversification des
LE DG DU CONTRôLE de l’absence de contrôle. équipements de laboratoires, dont dispose le CACQE, sont
éCONOMIQUE ET Il est nécessaire, pour la compréhension de tous de rappeler
que l’ordonnance N°03-03 relative à la concurrence consacre
autant de facteurs et d’atouts devant permettre la détection
des fraudes et des falsifications qui, dans certains cas, s’avère
DE LA REPRESSION la liberté des prix, elle précise qu'ils sont librement déterminés très complexes. A titre d’exemple, il y a lieu de citer :
par le jeu de la concurrence. Ce principe général de liberté est
DES FRAUDES quand même restreint dans le cas où les biens et services en
question sont considérés comme stratégiques ou de première ΔΔ Substitution partielle du beurre par de la margarine
nécessité. L'Etat peut dans ces cas précis les réglementer en pour un produit déclaré pur beurre ;
« Un consommateur bien informé les fixant ou en plafonnant leurs marges.De ce fait on trou- ΔΔ Utilisation de mélanges de viandes (prédominance
est un levier du développement vera sur le marché des biens et services dont les prix sont soit chevaline ….) pour la fabrication de merguez ;
réglementés, soit libres. Notre action, en tant qu'autorité en ΔΔ Substitution partielle de sucre par des édulcorants
économique » charge du contrôle du marché, sera donc adaptée au régime dans les boissons gazeuses,
des prix pratiqués. ΔΔ Utilisation de métabisulfite pour masquer
Lorsqu'il s'agira de prix réglementés ou de marges plafon- la dégradation des viandes (viandes hachées) ;
La direction générale du Contrôle Economique et nées, le contrôle aura pour finalité de vérifier la loyauté des ΔΔ Mélange de lait pasteurisé standardisé au lait de
de la Répression des Fraudes est, en quelque sorte, pratiques commerciales. Tout dépassement constaté devra vache et vendu en tant que tel, etc.
la cheville ouvrière du ministère du Commerce. faire l'objet d'une procédure judicaire du fait de l'infraction
Avec son directeur général, Bouras Mimoun, nous commise et qui est qualifiée, au sens de la loi, de pratique de
en apprenons plus sur son rôle, ses missions et ses
prérogatives. Il nous parlera aussi du marché et prix illicites. Les sanctions prévues pour cette infraction sont En matière de sécurité sanitaire, la programmation du
de ses perturbations ponctuelles, mais il s’attardera diverses, elles correspondent à : contrôle tiendra compte des principaux risques découlant de
surtout sur le contrôle de la qualité et la nécessaire la présence des éléments suivants :
information du consommateur, qu’il considère comme ΔΔ Une amende de 20.000 DA à 200.000 DA ;
un véritable levier du développement économique. ΔΔ Les micro-organismes et leurs métabolites,
Bouras Mimoun ΔΔ La saisie du bien considéré ; ΔΔ les contaminants,
ΔΔ Les toxiques naturels (constituants toxiques),
LCR - Peut-on connaître, en substance, le rôle de Ces exigences sont définies par le ministère du commerce ΔΔ La fermeture administrative ;
la DGCERF, ses missions et ses prérogatives ? ainsi que par les autres départements concernés et ce dans le ΔΔ Les résidus d'agents phytosanitaires (pesticides)
respect des engagements pris notam- ΔΔ L’éventuelle confiscation du bien saisi, ou de médicaments vétérinaires,
Bouras Mimoun- La Direction Géné- ment en matière de transparence et de prononcée par le juge. ΔΔ Les additifs alimentaires (colorants, conservateurs...)
rale du Contrôle Economique et de la « Nous avons, dans le cadre du non discrimination.
Répression des Fraudes (DGCERF) a processus de négociation avec
pour missions principales de protéger l’OMC, intégré deux accords, A titre de rappel, nous avons, dans le Lorsqu'il s'agira de prix dits libres, ces derniers devraient En matière de maîtrise de la sécurité des produits, et dans
la santé des consommateurs, d’assu- cadre du processus de négociation, être la résultante d'une concurrence saine et loyale entre les l’attente du la mise en place du Laboratoire National d’Essai
rer leur sécurité, de lutter contre les
à savoir l’Accord relatif aux que nous menons en vue d’accéder à opérateurs économiques exerçants dans le même segment (LNE), les principaux paramètres recherchés portent selon les
pratiques commerciales déloyales, de obstacles techniques au commerce l’OMC, intégré dans le cadre législatif de marché. Malheureusement, divers facteurs contribuent cas sur les risques rattachés à l’utilisation des produits, l'infor-
promouvoir une concurrence saine et et l’Accord relatif aux mesures et réglementaire national deux accords à la formation du prix dont l’offre et la demande qui reste mation du consommateur, le certificat de garantie, l’existence
loyale et de protéger les intérêts maté- sanitaires et phytosanitaires. » de l’OMC à savoir l’Accord relatif aux à notre avis le facteur le plus prépondérant. Dès lors que le des éventuelles autorisations préalables telles que prévues,
riels de ces mêmes consommateurs. obstacles techniques au commerce et marché enregistre un déséquilibre, caractérisé soit par une à titre d’exemple, pour les cosmétiques et/ ou les produits
Son action se trouve élargie et confor- l’accord relatif aux mesures sanitaires offre abondante ou une diminution de celle-ci, l’impact sur toxiques.
tée par un ensemble de textes législatifs lui conférant une et phytosanitaires. Ces deux Accords définissent une pratique les prix à la consommation est immédiat. Une action particulière est engagée pour les chauffages à gaz.
habilitation particulière, notamment, en matière d’exploita- que tous les Membres de l’OMC doivent respecter lorsqu’ils L’approvisionnement des citoyens et la préservation de leur Un contrôle technique approfondi est effectué tant pour les
tion touristique des plages, de protection phytosanitaire, de élaborent et mettent en œuvre des normes, des règlements pouvoir d’achat, étant des objectifs permanents des pouvoirs produits importés que pour les produits locaux. En matière
pharmacie vétérinaire, d’Hôtellerie, de contrôle de l’activité techniques et des procédures d’évaluation de la conformité publics, il devient nécessaire, voire impératif, d’anticiper d'information du consommateur, les opérations de contrôle
des agences de tourisme et de voyages ainsi que de lutte contre ainsi que lors de  élaboration et de la mise en œuvre de toutes toute perturbation du marché. doivent avoir pour finalité de préserver ce droit prévu au plan
la contrebande et de contrôle des changes. mesures sanitaires et phytosanitaires. légal et donc de s’assurer que le responsable de la mise à la
LCR- Comment appréhendez-vous le contrôle de consommation s’est acquitté de l’obligation d’informer fidè-
La DGCERF, organe de contrôle horizontal, intervient Cette pratique intègre les obligations en matière de trans- la qualité des produits mis à la consommation ? lement le consommateur sur le produit qui lui est offert.
dans différents domaines relevant de différents secteurs. parence et de non discrimination à travers le respect du
Elle constitue un instrument de régulation, domiciliée au traitement national, de la clause NPF ainsi que de l’objectif B.M- Le contrôle des biens et services destinés aux consom- Un consommateur bien informé peut être considéré comme
ministère du Commerce et mis à la disposition de tous les légitime, du niveau approprié de protection etc. mateurs s’opère tout le long du processus de mise à la un levier du développement économique. Par ses actes
départements ministériels. Elle a pour objet le contrôle des consommation. Il a pour objet de ne permettre la mise à la d’achats quotidiens il permettra la promotion de certains
produits et services ainsi que des activités qui leurs sont ratta- consommation que de produits sains loyaux et marchands. produits et en éliminera d’autres. Du fait de ce pouvoir de
chées. Ce contrôle s’opère au regard des exigences essentielles LCR- Le marché enregistre des perturbations en Il est basé sur les principaux objectifs suivants à savoir, la sanction, il est de notre devoir de promouvoir l’émergence de
auxquelles doivent répondre les produits, services et activités matière de prix des produits de consommation. recherche des fraudes et des falsifications, la réduction du consommateurs avertis à travers notamment un soutien réel
objets du contrôle. Comment situez-vous votre intervention à ce niveau ? risque alimentaire, la maîtrise de la sécurité des produits et aux associations de consommateurs. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 112 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 113
contrôle économique et répression des fraudes  L'INSTITUTION

CONTRôLE DE LA QUALITé En matière de contrôle sur le marché En matière de contrôle aux frontières
ET RéPRESSION DES FRAUDES
ΔΔ L’installation, le suivi et la mise en place des ΔΔ La révision de la réglementation régissant
Une vigilance
ΔΔ
inspections territoriales;
Le contrôle de la conformité des produits


l'implantation des inspections du contrôle de
la qualité et de la répression des fraudes au niveau

de tous les instants




alimentaires (lait, fromage fondu, merguez,
café, édulcorants dans les jus et boissons, fruits
et légumes);
des frontières;

ΔΔ La révision du cadre réglementaire régissant le


ΔΔ Le contrôle de la conformité des produits contrôle de la conformité des produits importés ;
non alimentaires (eau de Javel, eau distillée,
L'activité de contrôle a pour objectif de garantir acide pour batterie); ΔΔ La mise à niveau des inspections aux frontières du
le fonctionnement harmonisé du marché et d’assurer au ΔΔ La réduction du risque sanitaire des produits contrôle de la qualité et de la répression des fraudes ;
consommateur, une protection efficace contre les risques alimentaires (lait, fromage fondu, boissons et jus);
pouvant porter atteinte à sa santé, à sa sécurité et/ou à ΔΔ Le respect des règles d'hygiène au niveau des ΔΔ La mise en place d'une procédure de prélèvement
ses intérêts matériels et moraux. Pour l'aboutissement services (restaurants et fastfood, débit de boissons, d'échantillons;
de ces objectifs un programme d’action national est hôtellerie, crèmerie);
élaboré chaque année. Il reprend les actions à engager ΔΔ La conformité des produits industriels ΔΔ La mise en place d'un système d'alerte avec site web
par les services extérieurs, sur la base des dysfonctionne- (climatiseurs, lampes à incandescence, piles). pour assujettir les produits au contrôle systématique.
ments observés tant sur le marché qu'aux frontières.

P
our assurer au consommateur des des activités de contrôle de la qualité le renforcement du dispositif de des infractions Au titre des mesures conservatoires, il a contrôles sur le marché,
produits conformes et ne présen- et de la répression des fraudes. Elle contrôle mis en place durant le mois et des sanctions été procédé à la suspension temporaire contrôle aux frontieres
tant pas de risques sur sa santé et sa contribue également à l'organisation de Ramadhan. Par ailleurs, deux ins- d'activités de 3734 locaux de commerce
sécurité, les principaux objectifs liés au des activités de contrôle et propose tructions ont concerné le contrôle de Dans le cadre de l'application du pro- et la saisie des produits non-conformes Dans le but d’une prise en charge
contrôle de la conformité des produits toutes mesures destinées à améliorer la conformité de certains produits gramme d'action national pour l'année ou impropres à la consommation pour efficace de certains produits présen-
visent à : l'efficacité des actions et procédures sensibles tels que le lait en poudre et 2014, les services extérieurs ont enregis- une valeur de 317,74 millions de dinars. tant un risque avéré pour la santé et
de contrôle. Pour l'aboutissement de la commercialisation des herbes et la tré un nombre de 742037 interventions Au titre du contrôle de la conformité des la sécurité du consommateur, et sur
ces objectifs, la DCQRF élabore chaque vérification de l'activité d'herboriste- tant sur le marché qu’aux frontières. produits importés aux frontières, il a été la base des résultats obtenus durant
ΔΔ Garantir l’information année un programme d’action national rie. De plus, trois instructions ayant enregistré l’examen de 108.206 dossiers l’exercice 2014, des actions priori-
du consommateur à travers qui reprend les actions à engager par les trait au contrôle de la conformité et Ces interventions ont donné lieu à d’importation ayant donné lieu au refus taires ont été programmées au titre
le respect de la réglementation services extérieurs, sur la base des dys- des procédures de contrôle des pro- la constatation de 73637 infractions d'admission sur le territoire national de de l'année 2015. Les actions engagées
en vigueur; fonctionnements observés tant sur le duits aux frontières ont été transmises aux règles relatives à la protection du 1.379 cargaisons pour une quantité de (voir tableau ci-dessus)
ΔΔ Réduire le risque alimentaire marché qu'aux frontières. aux services extérieurs visant particu- consommateur et à l'établissement de 98.587,502 tonnes, représentant une  
par l'exigence du respect des lièrement la mise en œuvre du décret 69221 procès-verbaux d'infraction. Les valeur globale de 13,55 milliards de
règles d'hygiène et de salubrité, La mise en œuvre des actions program- exécutif n°12-214 du 15 mai 2012 principales infractions relevées sur le dinars. Les principales infractions à
d'étiquetage des produits, de la mées pour l’année 2014 a nécessité fixant les conditions et les modalités marché ont concerné essentiellement  : l'origine du refus d'admission sont :
chaîne de froid ainsi que la l'élaboration de cinq instructions ayant d'utilisation des additifs alimentaires
conformité des biens et services trait à la surveillance de la conformité dans les denrées alimentaires destinés
destinés à la consommation; des produits au niveau des établisse- à la consommation humaine. ΔΔ Défaut d’hygiène et de salubrité; ΔΔ Le non respect de l'obligation
ΔΔ Maîtriser la sécurité des ments de production de café moulu, de l'information du ΔΔ Absence de certificat
produits industriels à travers eaux minérales naturelles et eaux de Une instruction relative aux modalités ΔΔ Tromperie ou tentative de consommateur (absence de garantie et manuel
le contrôle de leur conformité source, le contrôle des unités de pro- de destruction des produits reconnus tromperie du consommateur; des mentions obligatoire d'utilisation;
par rapport aux exigences duction des glaces et crèmes glacées, non conformes a été élaborée en appli- d'étiquetage en langue arabe
spécifiées les concernant. le contrôle de l'exposition des produits cation de l'article 22 du décret exécutif ΔΔ Défaut d'étiquetage ; et en matière d'additifs ΔΔ Absence d'autorisation
alimentaires en dehors des locaux n°05-467 du 10 décembre 2005 fixant ΔΔ Absence de l’autocontrôle; alimentaires) ; préalable pour l'importation
commerciaux, et la mise en œuvre les conditions et les modalités de ΔΔ Détention et mise en vente de ΔΔ Le non respect de l'obligation de produits.
La Direction du Contrôle de la Qua- de l'instruction n°127 du 03 mars contrôle aux frontières de la conformité produits non conformes; de la conformité du produit
lité et de la Répression des Fraudes 2014 relative au dispositif d'encadre- des produits. Une note relative à la com- (température de conservation,
(DCQRF), a pour missions l'organisa- ment et de la commercialisation des mercialisation des Pointeurs Laser a été ΔΔ Opposition au contrôle; qualité intrinsèque,
tion, la programmation, l'évaluation laits pasteurisés en sachet et, enfin, adressée aux services extérieurs. ΔΔ Défaut de certificat de garantie. autocontrôle) ;

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 114 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 115
contrôle économique et répression des fraudes  L'INSTITUTION

COOPERATION INTERNATIONALE
ET COORDINATION INTERSECTORIELLE
Des pierres angulaires
de l'action de contrôle La recherche de socles utiles pour
le développement de programmes
La coopération internationale et la coordination in-
tersectorielle demeurent les moyens idoines permet- de coopération bilatérale ou
tant de trouver les appuis techniques et scientifiques multilatérale efficaces et couvrant
nécessaires à l'intérieur et en dehors des réseaux plusieurs domaines, demeure un
chargés du contrôle économique, de la répression des
fraudes et de la protection du consommateur. Contrôle aux frontières : une question de souveraineté nationale Douane, police et gendarmerie au service de la défense de l'économie nationale
objectif stratégique pour la DGCERF

L
a recherche de socles utiles pour le La coopération algéro-portugaise : In fine, et afin de réaliser la feuille de
développement de programmes de Développement d'un programme de ΔΔ Afin de mettre en œuvre l'ac- route esquissée par la Direction Géné- ΔΔ Le renforcement des capacités institutionnelles et la formation
coopération bilatérale ou multila- coopération à travers la signature, cord signé par les deux Premiers rale du Contrôle Economique et de la des intervenants en matière de contrôle économique et de
térale efficaces et couvrant plusieurs au cours du premier semestre 2015, Ministres, lors de la réunion de la Répression des Fraudes (DGCERF), le protection du consommateur DRC, DCW, structures sous tutelle etc.) ;
domaines, demeure un objectif stra- d'un Mémorandum d'entente entre la Haute Commission, le 23 novembre rythme de mise en œuvre de ces actions
tégique pour la DGCERF. Il s'agit des DGCERF et l'Autorité de Sécurité Ali- 2014, ce programme de coopéra- doit être maintenu pour la période ΔΔ La mise en place d'outils de suivi et d’évaluation
échanges de professionnels, du par- mentaire et Economique (ASAE), dans tion vise, entre autres, l'échange 2015-2019, durant laquelle une multi- (cadre logique, tableau de bord, logiciels de gestion, etc.) ;
tage de connaissances, de l’assistance les domaines du contrôle des produits d'expériences dans les domaines du tude de programmes de coopération et ΔΔ Le management dans le domaine du contrôle.
technique, des missions d’évaluation alimentaires et non alimentaires. contrôle des produits alimentaires de partenariats stratégiques, avec des ΔΔ Le jumelage institutionnel (DGCERF/P3A de l’UE) pour l’assistance
et de conseil, de la réalisation de pro- et de la concurrence, ainsi que le entités homologues, doivent apporter et l’accompagnement dans la mise en œuvre de la politique
grammes communs et de la formation. La coopération algéro-chinoise : Cette transfert du savoir-faire en matière une contribution efficace et une valeur de contrôle.
Les programmes de coopération dans coopération s'inscrit dans la cadre de de contrôle de la qualité et la lutte ajoutée en matière de contrôle écono-
les créneaux prioritaires identifiés la mise en œuvre de l'accord signé le contre les produits contrefaits. mique et de répression des fraudes, à ΔΔ L’appui ponctuel d’expertises, séminaires, ateliers sur
seront menés avec de nouveaux parte- 26 novembre 2006 à Pékin par les travers (voir tableau ci-contre) les problématiques liées aux fléaux économiques.
naires, au titre de l'exercice 2015, et ce deux chefs d'Etat, algérien et chinois. ΔΔ La coopération algéro-égyp- à ce titre, la Direction de la Coopération ΔΔ Les échanges et les visites d’étude.
dans le cadre des accords déjà conclus Elle consiste en la mise en place des tienne : Ce partenariat s'inscrit et des Enquêtes Spécifique ''DCES'',
avec le Ministère du Commerce, dans deux comités de coopération dans les dans la cadre de la mise en œuvre organise son activité pour aller dans ΔΔ La définition des actions de partenariat et d’assistance technique
les filières ayant trait au contrôle éco- domaines du : de l'accord signé au Caire le 13 ce sens tout en veillant à maintenir le pour la mise en œuvre de programme de coopération dans les
nomique et à la répression des fraudes, novembre 2006 par les deux climat de concertation, de coordina- domaines du contrôle économique et de la protection
à travers : Premiers Ministres algérien et tion et de coopération entre tous les du consommateur.
La coopération algéro-française : ΔΔ contrôle de la qualité et de égyptien. L’accord vise à mettre en partenaires, en particulier le partenaire
Ce programme rentre dans le cadre l'inspection des produits place un comité mixte de coopéra- social. Ce climat devrait d’une part, ren- ΔΔ La mise en œuvre de programmes exécutifs liés au contrôle
de l'exécution des orientations du industriels ; tion chargé du suivi et de la mise en forcer et consolider la coopération entre de la qualité des produits alimentaires, industriels,
Comité Economique Franco Algérien œuvre du protocole d'accord lié à les différents acteurs et, d’autre part, des biens et des services.
(COMEFA), par la mise en place d'un ΔΔ contrôle de la qualité et de la protection des consommateurs développer leurs capacités, notamment
programme d'assistance technique et l'inspection des denrées dans les deux pays et l'échange dans les domaines de la sécurité des pro- ΔΔ L'évaluation du contrôle intersectoriel et la redéfinition
d'expertise au profit de l'école nationale alimentaires. d'experts et d'expériences dans les duits alimentaires et industriels, et ce d’un cadre de collaboration avec les services homologues
de formation et de perfectionnement domaines du contrôle économique dans une optique globale fondée sur la chargés du contrôle de la conformité et de la répression des fraudes.
des agents chargés du contrôle écono- ΔΔ La coopération algéro-qatarie et de la répression des fraudes. solidarité et le partage des expériences
mique et de la répression des fraudes. et des intérêts communs. 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 116 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 117
contrôle économique et répression des fraudes  L'INSTITUTION

Ces méthodes sont rendues obliga- Aussi convient-il de préciser que dans Ces interventions ont permis d'effec-
toires par arrêté ministériel. A ce titre, le cadre de ses attributions et en cas tuer 53.779 déterminations durant les
un nombre de 58 arrêtés a été publié au de constatation d’infractions, l’agent onze premiers mois de l’année 2014.
OUTIL ANALYTIQUE journal officiel à ce jour. Ils couvrent les de contrôle dresse sur place un pro-

Un appui scientifique
gammes de produits suivants : cès-verbal sur lequel sont consignées Cette action sera renforcée, notamment
lesdites infractions, relevées et identi- pendant la saison estivale, et priori-
fiées grâce aux tests ou essais effectués à tairement pour les tests des huiles de

et technique ΔΔ Lait et produits laitiers :


dix sept arrêtés relatifs aux
l'aide de ces instruments. En outre, ces
instruments de mesure, contenus dans
friture et le contrôle de la chaîne de
froid.

à l’action de contrôle
méthodes d'analyses dont treize une valisette adaptée pour les déplace-
méthodes microbiologiques et ments des inspecteurs, sont destinés
quatre physicochimiques ; à effectuer des tests et essais simples
actions
et rapides couvrant une large gamme d’accompagnement
L’analyse effectuée par les laboratoires de la répression ΔΔ Viande et produits de la de déterminations et de produits avec et perspectives
des fraudes intervient essentiellement dans la filière viande : onze arrêtés relatifs comme avantages :
agroalimentaire. C’est un outil incontournable pour aux méthodes d'analyses physi- Des actions d’accompagnement sont
la protection de la santé du consommateur. Elle donne co-chimiques ; régulièrement menées.
des renseignements sur la composition des aliments et ΔΔ Un gain important de temps,
détermine si les taux en additifs ou contaminants ne dé- ΔΔ Céréales et produits céréa- en moyens de transport et Il s’agit de l’organisation périodique
passent pas les seuils admis par la réglementation. Elle liers : quatre arrêtés relatifs aux en réactifs ; de regroupements de coordination
se doit de fournir des résultats fiables, garantir leur qua- méthodes d'analyses physi- ΔΔ Une réduction de la durée portant sur des thèmes qui visent
lité, fournir des données analytiques exactes et fiables. co-chimiques; de l'investigation analytique l’amélioration de l’action du contrôle
et de la prise de décision; analytique, au profit des inspecteurs

L
es résultats des analyses chimiques Les laboratoires prestataires prestataires de services constituent ΔΔ Corps gras : onze arrêtés ΔΔ Une diminution de la pression de la répression des fraudes des ser-
ou microbiologiques constituent de services constituent une une composante essentielle du sys- relatifs aux méthodes d'analyses sur les laboratoires leur vices extérieurs et les responsables
l’œil de l'inspecteur en matière tème d’analyse des produits. Pour cela, physico-chimiques; permettant de se consacrer des laboratoires du Centre Algérien du
de contrôle de qualité et répression composante essentielle du leur évaluation doit être rigoureuse en aux analyses approfondies Contrôle de la Qualité et de l’Embal-
des fraudes. C’est la conclusion de ces système d’analyse des produits : matière de respect des normes et des ΔΔ Eaux minérales : quatre arrêtés nécessitant des méthodes lage concernés, à travers lesquelles des
résultats qui fournit l’argument scien- leur évaluation doit être standards internationaux pour leur relatifs aux eaux minérales. et protocoles plus élaborés recommandations émises sont prises
tifique sur lequel il se base pour dresser accréditation. Les inspecteurs ayant la exigeant des équipements en charge par la Direction des Labora-
son procès-verbal. Cet outil analytique
rigoureuse en matière de respect charge de l’évaluation des laboratoires ΔΔ Produits divers : onze arrêtés lourds. toires d'Essais et d'Analyse de la Qualité
constitue un maillon indispensable de des normes et des standards doivent vérifier avec le plus grand soin relatifs aux produits suivants : et formalisées par des instructions.
la chaîne de contrôle de la qualité et de internationaux pour leur l’efficacité et le bon fonctionnement de Fruits à coque et les produits
la répression des fraudes. accréditation. ces laboratoires autorisés à exercer par dérivés: un arrêté ; Les actions de contrôle effectuées par Par ailleurs, et en vue d’assurer une pro-
le ministère du Commerce. Eau de javel: un arrêté ; ces instruments de mesure enregis- tection continue du consommateur, le
Sel alimentaire: un arrêté ; trées annuellement sont représentées ministère du Commerce, à travers la
La mission d’appui au contrôle inter- l’exploitation des bilans d’activités des homologation des Produits dérivés des légumes: comme suit : DGCERF compte encourager l’expertise
vient en synergie avec l'activité des services de contrôle, des orientations protocoles d’analyse un arrêté ; analytique nationale avec l’agrément de
inspections  ; elle est étroitement sont apportées sur la rationalisa- laboratoires pour le compte de la répres-
associée aux objectifs de la stratégie tion du contrôle analytique depuis le Dans le cadre de la mise en œuvre ΔΔ Produits alimentaires divers : Nombre de sion des fraudes et dans des domaines
de contrôle en assurant, notamment, prélèvement de l’échantillon jusqu’à des dispositions législatives et régle- quatre arrêtés. Année déterminations précis. Cette démarche sera enclenchée
l'évaluation des laboratoires et l'offi- l’élaboration du bulletin d’analyse. mentaires régissant le domaine de la par la mise en œuvre du décret exécu-
cialisation des méthodes d'analyse. La protection du consommateur et de la 2009 20.647 tif n°13-328 du 26 Septembre 2013
Direction des laboratoires d'essais et Cette action s’inscrit dans le cadre du répression des fraudes, la DGCERF fixant les conditions et les modalités
d'analyses de la qualité, a pour mission suivi de la mise à niveau des labora- contribue à travers la Direction des La promulgation de la loi n° 09-03 rela- 2010 34.992 d’agrément des laboratoires au titre de
de promouvoir et de soutenir des tra- toires de la répression des fraudes ; elle laboratoires à l’homologation des pro- tive à la protection du consommateur et la protection du consommateur et de la
vaux d'analyses. permet d’améliorer l’efficacité de ces cédures et des méthodes officielles à la répression des fraudes a permis l’ha- 2011 30.974 répression des fraudes. 
laboratoires en matière organisation- d’analyses. Pour ce faire, elle préside bilitation des agents de contrôle pour
Il est essentiel que les actions menées nelle et technique en se basant sur les un comité intersectoriel, qui examine effectuer des essais et des analyses sur 2012 35.263
répondent toujours mieux aux besoins exigences des standards internationaux et adopte des méthodes d’analyses de site par l’utilisation des instruments de
des services de contrôle (Inspec- de la norme 17025 en vue de leur accré- référence reconnues à l’échelle interna- mesure appropriés, facilement trans- 2013 42.543
tions et Laboratoires). Sur la base de ditation. Par ailleurs, les laboratoires tionale (ISO). portables.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 118 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 119
contrôle économique et répression des fraudes  L'enquête

ΔΔ mettre en place au niveau régional wilayas disposant d’unités de falsifications d’extraits de registre
ENQUêTES éCONOMIQUES et local, des cellules de veille dédiées production ont été tenues de trans- de commerce, contrats de marchés

Le marché du
exclusivement au suivi de la situation mettre aux directions de Commerce publics fictifs, refus de vente, ventes
du marché du ciment dans la pers- concernées les listes des clients discriminatoires, etc. ;
pective d’anticiper toute éventuelle implantés au niveau de ces wilayas ΔΔ prendre les mesures qui s’imposent,

ciment à la loupe perturbation du marché en question


et d’alerter la tutelle en temps réel ;
ΔΔ contrôler impérativement tous
ainsi que les quantités enlevées ;
ΔΔ procéder systématiquement à
l'authentification des extraits de
outre les sanctions prévues à l’encontre
des opérateurs économiques localisés
et/ou auteurs d’infraction liée à la
En matière de contrôle des pratiques commerciales et les intervenants de la filière, à savoir registre de commerce de tout opé- revente en l'état de ciment acquis
anticoncurrentielles, les actions visent, principalement, les producteurs, les importateurs, les rateur économique ayant bénéficié aux fins de transformation, à savoir la
la consécration du principe de la transparence et de la entrepreneurs et les distributeurs de de quotas de ciment importants et ce demande de leur insertion au fichier
loyauté des transactions commerciales. Il s’agit aussi de gros et de détail, tant sur le plan des par rapport à la banque de données national des fraudeurs selon les
veiller en permanence au respect du principe du libre jeu pratiques commerciales que sur la sur le commerce (BDCOM) ; dispositions arrêtées en la matière,
de la concurrence sur le marché et à la protection du pou- conformité du ciment; ΔΔ signaler éventuellement tout assortie d’une suspension immédiate
voir d’achat du consommateur à travers la lutte contre ΔΔ assurer une coordination horizon- acte potentiellement répréhensible de leurs approvisionnements en
les pratiques de prix illicites et le non respect des marges tale efficace entre les directions du au niveau des cimenteries, notam- ciment.
réglementées. Le marché du ciment, pris pour exemple, commerce de wilaya. A ce titre, les ment ceux qui se rapportent aux
s’avère être un secteur à haute tentation frauduleuse.

L
es différentes enquêtes sont dili- Le problème de pénurie se pose de particulièrement au défaut de factura- Il convient, enfin, de souligner que les économiques qui s’inscrivent en porte à
gentées à l’effet d’encadrer et de manière récurrente depuis 2009, par- Le ciment occupe une place tion, au défaut de registre de commerce, résultats obtenus à l’issue de l’exercice faux avec la réglementation en vigueur
contrôler les marchés liés à certaines ticulièrement en période dite sèche, importante dans le tissu à l’exercice d’activités étrangères à 2014 à l’instar de ceux des années pré- et pour réduire un tant soit peu, l’am-
activités. A titre d’illustration, l’enquête coïncidant avec la redynamisation des socio-économique de notre pays l’objet du registre de commerce, à la cédentes, dénotent des dérèglements pleur de la spéculation saisonnière qui
menée par les services de contrôle du chantiers de construction, ce qui occa- rétention de stocks à but spéculatif et à qui affectent le marché du ciment, tant s’observe chaque année en période
secteur du commerce relative au mar- sionne une hausse des prix de vente du et ce en raison de sa forte la revente en l’état du ciment destiné à en matière de conditions de sa com- sèche, en attendant une amélioration
ché du ciment a permis de relever une ciment au détail dépassant parfois les contribution à la création de la transformation et à la réalisation de mercialisation, que de fluctuations des substantielle de l’offre, qui constitue la
situation de pénurie et des dysfonction- 750 DA le sac de 50kgs. valeur ajoutée, à la promotion de projets. prix. Devant cette situation, l’action condition sine qua non d’une meilleure
nement caractérisant ce secteur. de contrôle reste un outil incontour- stabilité de ce marché. 
l’emploi et à la lutte contre En matière de conformité du ciment, il nable pour dissuader les opérateurs
des mesures effectives
Le ciment occupe une place importante de l’administration
l’habitat précaire. a été décidé de veiller scrupuleusement
dans le tissu socio-économique de notre au respect des prescriptions édictées
centrale ΔΔ la réalisation de 19.672 interventions ayant abouti à la constatation de
pays et ce en raison de sa forte contribu- par l’arrêté interministériel du 4 juin
tion à la création de valeur ajoutée, à la 2003, portant sur les spécifications 4.218 infractions aux règles de la transparence et la loyauté des pratiques
promotion de l’emploi et à la lutte contre Face à une telle conjoncture qui exige contrôle s’est traduit tout au long de la techniques et les règles applicables aux commerciales et de la conformité des produits ;
l’habitat précaire. Bien que la produc- une intervention dynamique et durable, période considérée par plusieurs notes ciments, tout en mettant l’accent sur la ΔΔ l’élaboration de 3.476 dossiers de poursuites judiciaires à l’encontre
tion nationale de ciments ait connu la Direction Générale du Contrôle Eco- d’instructions et de directives adressées recherche des fraudes liées notamment des opérateurs économiques défaillants ;
une évolution remarquable, elle reste nomique et de la Répression des Fraudes aux services extérieurs du ministère à la tromperie sur le poids et le condi- ΔΔ la découverte d’un chiffre d’affaire illicite de 1,58 milliards de Dinars,
en deçà de la demande grandissante de a mis en place un dispositif permanent du Commerce, notamment pour : tionnement inapproprié dans des sacs issu de transactions commerciales sans factures et d’un profit illicite
ce matériau stratégique, poussée par d’encadrement et de contrôle, pour (voir tableau page suivante) en dehors des normes requises. dépassant 61 millions de dinars, issu de pratiques de prix illicite sur le ciment ;
d’importants investissements publics mieux cerner les conditions de régula- ΔΔ la fermeture administrative de 59 locaux commerciaux notamment
dans les infrastructures (autoroutes, tion et de commercialisation du ciment. C’est ainsi qu’en matière de contrôle pour exercice d’activité de revente de ciment sans inscription
barrages, port etc.) et le logement. des pratiques commerciales, un accent 2014 : des interventions au registre de commerce ;
Le marché est sous-approvisionné. Le Dans cette optique, en plus du décret particulier a été mis sur la nécessité de et un bilan eloquent ΔΔ la saisie de ciment gris pour une valeur de 6,65 millions de Dinars ;
déficit accusé est estimé en moyenne exécutif n° 09-243 du 22 juillet 2009, s’assurer que les quantités de ciment ΔΔ la suspension d’approvisionnement en ciment pour 824 opérateurs
entre trois et cinq millions de tonnes, fixant les marges maximales appli- produites et dévolues aux différents Les opérations de contrôle menées au économiques, du fait principalement de leurs non localisation aux
malgré l’importance des investisse- cables dans les marchés de gros et de intervenants de la filière soient orien- titre de l’exercice 2014 dans le cadre de adresses portées sur leurs extraits de registre de commerce ;
ments déjà réalisés mais qui demeurent détail au ciment Portland, composé tées vers leur destination finale, tout en la lutte contre les pratiques spéculatives ΔΔ la demande d’insertion de 32 opérateurs économiques au fichier
insuffisants pour absorber les besoins et conditionné pris pour réguler la dis- orientant également l’action de contrôle touchant le ciment gris, se sont soldées national des fraudeurs.
rééquilibrer le marché. tribution du ciment, le dispositif de sur la recherche d’infractions liées par les principaux résultats suivants :

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 120 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 121
contrôle économique et répression des fraudes  le cacqe

LABORATOIRES DE CONTRÔLE
DE LA QUALITE
Une étape
incontournable,
un rôle crucial
Le passage de l’Algérie d’une économie planifiée
à une économie de marché, la signature de
l’accord d’association avec l’union européenne
et l’adhésion à la zone arabe de libre échange,
ont favorisé la mise sur le marché d’une multitude
de produits, fabriqués localement ou importés.
Cela a nécessité le renforcement du système
de contrôle de la qualité des produits offerts à la
consommation, afin deprotéger la santé, la sécurité et
les intérêts matériels et moraux des consommateurs
d’une part, et de réprimer les fraudes d’autre part. Le futur siège du LNE

L
a loi n° 09-03 du 25 février 2009 Toutefois, dans le cadre de l’améliora- d’un rez-de-chaussée, deux étages et
précise dans son article 35 que tion des conditions de prise en charge deux (02) sous-sols. Il est constitué de
« les laboratoires relevant du du contrôle de la qualité des produits quatre blocs (a, b, c et d). Le LNE est
ministère chargé de la protection du industriels, un programme de moder- un laboratoire à modules extensibles,
Consommateur et de la répression nisation de l’outil de contrôle a été il comprendra dans un premier temps
des fraudes sont habilités à effec- examiné et adopté par le gouvernement les éléments suivants :
tuer les analyses, tests et essais au en 2004. Ce dernier comporte, entre
titre de la protection du consomma- autres, la réalisation et l’équipement
teur et de la répression des fraudes ». d’un laboratoire national d’essai des ΔΔ Espace administratif;
Les laboratoires sont chargés de : produits industriels (LNE). ΔΔ Entité d’essais de métrologie ;
ΔΔ Entité d’essais domestique à gaz ;
ΔΔ Contribuer à la protection de la laboratoire ΔΔ Entité d’essais de pression ;
santé, de la sécurité et des intérêts national d’essais : ΔΔ Entité d’essais robinetterie ;
matériels et moraux des consomma- ΔΔ Entité d’essais électrodomestique ;
teurs ;
fiche technique ΔΔ Entité d’essais de produits
ΔΔ Participer à la recherche et à la Situé au niveau de la nouvelle ville électriques ;
constatation de toutes fraudes, falsifi- Sidi Abdallah, dans la wilaya d’Alger, ΔΔ Entité d’essais de pièces
cations et infractions à législation et à ce projet , dont l’infrastructure et la détachées automobiles et autres ;
la règlementation en vigueur, relatives superstructure sont en béton armé, se ΔΔ Entité d’essais de matériaux
à la qualité des biens et services ; compose d’un bâtiment d’une longueur de construction ;
ΔΔ Effectuer toute analyse ou essai de 65m et d’une largeur de 25 m. La sur- ΔΔ Entité d’essais des jouets ;
permettant de vérifier la conformité face d’emprise au sol est de 4116 m², ΔΔ Entité d’analyse fine ;
des produits aux normes ou aux spé- sur une assiette de terrain globale de ΔΔ Entité d’analyse de textile et cuir ;
cifications légales ou règlementaires 6116 m². Ce projet englobe une surface ΔΔ Salle de réunion ;
devant les caractériser. périphérique au projet réservée à un ΔΔ Salle de calcul ;
ΔΔ Ces laboratoires constituent une parking et un espace vert d’une super- ΔΔ Bibliothèque ;
structure pivot et un espace incon- ficie d’environ 400 m². ΔΔ Atelier de maintenance ;
tournable du contrôle analytique des ΔΔ Salle commune d’essais
produits agroalimentaires, cosmé- La configuration de l’ouvrage est celle mécaniques des produits.
tiques et d’hygiène corporelle. d’un laboratoire standard, composé

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 123


contrôle économique et répression des fraudes  le cacqe contrôle économique et répression des fraudes  le cacqe

Visite ministérielle sur le site du futur LNE Le projet LNE exposé au ministre

évaluation du projet Le LNE français ne sera pas le seul Quant à l’équipement scientifique, cette L’année 2014 a été marquée par la Les missions de cette structure
partenaire ; plusieurs entreprises opération cruciale, complexe et très visite du chantier, le 10 juillet, par
La phase de réalisation a commencé le coûteuse sera réalisée dans le cadre de consistent à :
20 Décembre 2008. Le projet a connu nationales connues pour leurs l’assistance technique du LNE français le Ministre du Commerce.
un état d’avancement important, du compétences et leur savoir faire sollicité par le Ministère du Commerce. à l’issue de cette visite il a relevé ΔΔ Prendre en charge une variété Le LNE est considéré comme
point de vue superstructure (gros ont accepté d’accompagner la mise Un cahier de charge sera élaboré en l’existence de difficultés majeures d’essais et de contrôle de produits un point nodal et une référence
œuvres, maçonnerie) qui a été terminé vue de définir et d’identifier les équi- à caractère industriels, issus de la analytique. Sa mise en place est
à 100 %, Par ailleurs concernant les
en service du LNE. pements scientifiques nécessaires à
dont l’absence de plans d’exécution fabrication locale ou importés, afin venue répondre aux orientations
Corps d’Etat Secondaires (CES), Voiries l’ensemble des activités de contrôle ainsi des parties techniques l’électricité, de déterminer leur conformité, à économiques arrêtées par les
et Réseaux Divers (VRD) ainsi que les de 2000 m2 auprès de la direction de la que la mise en place d’un programme de la climatisation, les faux plafonds, l’exemple de la pièce de rechange pouvoirs publics.
aménagements extérieurs, l’étude éta- ville nouvelle de Sidi-Abdellah. Cette formation pour le personnel. la plomberie etc. automobile, des jouets, des produits
blie par le bureau d’étude a fait ressortir visite a été suivie par deux sorties sur électrodomestiques et les textiles et à ce titre, il vise à :
un délai d’exécution d’une durée de 18 chantier du Secrétaire Général du Le LNE français ne sera pas le seul cuirs ;
mois à partir du 1er Septembre 2013, Ministère du Commerce, visites qui ont partenaire  ; plusieurs entreprises ΔΔ Renforcer la surveillance de la
date de notification du 1er contrat. L’an- eu un impact positif sur la cadence des nationales connues pour leurs com- lne : une réference ΔΔ Protéger la qualité de la conformité des produits industriels
née 2014 a été marquée par la visite du travaux et le dépassement progressif pétences et leur savoir faire ont analytique production nationale ; mis sur le marché ; et assurer que ces
chantier, le 10 juillet, par le Ministre du des difficultés rencontrées La mise en accepté d’accompagner la mise en ser- produits soient sains, marchands et
Commerce. A l’issue de cette visite il a service du LNE sera immédiatement vice du LNE. Il s’agit de laboratoires La création du LNE s’est vue impérative, ΔΔ évaluer la qualité et la sécurité des loyaux ;
relevé l’existence de difficultés majeures envisagée après la réception des tra- spécialisés comme BCR (robinetteries), suite a l’absence de laboratoires de ce produits et équipements industriels
dont l’absence de plans d’exécution des vaux de VRD, CES et de l’aménagement CETIM (matériaux de constructions), type dans le pays et à l’impossibilité de à usage domestique ou collectif. ΔΔ Développer l’économie nationale
parties techniques l’électricité, la clima- extérieur. Ensuite interviendra la phase CNTC (tissus et cuirs) et FILAMP statuer sur la conformité des produits La qualité est évaluée sous l’aspect et renforcer le secteur de l’industrie ;
tisation, les faux plafonds, la plomberie équipements, de trois types : (matériaux électriques). industriels. aptitude à la fonction (sécurité
etc. Des instructions ont été données Le LNE aura aussi pour objectif de mécanique, chimique, électrique ΔΔ Réguler le marché commercial ;
aux parties concernées par ce projet Leur coopération aura pour objectif mettre au point des méthodes de etc.) et l’aspect performance
pour lever les réserves et les obstacles ΔΔ L’équipement mobilier la prise en charge de la formation des mesures et d’essais dans le cadre de d’usage (durabilité, etc.) ; ΔΔ Réduire les accidents liés à
constatés. De même des recommanda- techniciens aux essais effectués sur les projets d’envergures ayant pour fina- l’utilisation des produits et
tions ont été données pour le respect de ΔΔ L’équipement informatique différents produits dans leurs labora- lité la protection du consommateur et ΔΔ Lutter contre la contrefaçon, la équipements industriels.
la règlementation relative aux marchés toires. l’amélioration qualitative du produit spéculation et la fraude commerciale.
publics et la régularisation de l’opéra- ΔΔ Les moyens de communications national. 
tion d’annexion de la parcelle de terrain

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 124 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 125
PUBLI-REPORTAGE

Chebli
ou l’histoire exemplaire
d’une entreprise familiale
et citoyenne

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 127


PUBLI-REPORTAGE

En 2005, profitant
du capital-expérience
engrangé avec SOPLAIT,
l’entreprise se lance dans
la production de yaourt.
L’unité de production,
de taille modeste mais
moderne, traite 8000

Chebli, ça ne craint pas les défis ! litres de lait par jour.

D
e défi en défi, affrontant sans cesse difficultés et obstacles Depuis la création de la Sarl Société des Produits Laitiers (SPL) en 1985,
sans jamais céder au découragement, l’entreprise familiale le chemin parcouru par l’entreprise et ses dirigeants ressemble à une véri-
CHEBLI a su non seulement s’implanter durablement et table épopée. Aux difficultés traditionnelles que rencontrent la plupart
imposer ses produits sur le marché, mais aussi se développer dou- des investisseurs en Algérie, liées aux entraves
cement mais sûrement en diversifiant sa gamme de produits. Et, bureaucratiques et aux faiblesses d’un modèle
chose remarquable, son plan de développement s’est inscrit dans économique en pleine mutation, la décennie noire
une démarche résolument citoyenne et patriote. a frappé l’entreprise de plein fouet, l’obligeant à
arrêter ses activités en 1993.

En effet, l’entreprise CHEBLI est implantée au cœur


de la Mitidja, une région particulièrement exposée
Depuis la création de
et affectée par le terrorisme durant cette période.
SPL en 1985, le chemin
Elle produisait alors du fromage fondu commercia-
parcouru par l’entreprise
lisé sous le nom de KIKO.
et ses dirigeants ressemble
Soucieux, néanmoins d’assurer la survie de l’entre-
à une véritable épopée.
prise, ses dirigeants ont repris SPL devenue « Sarl
Fromagerie Chebli » activant dans l’import-export
de produits agroalimentaires, dont des conserves
diverses et des fromages.

Enthousiasmés par la réaction du marché local, plutôt que de se complaire


dans cette activité somme toute lucrative, les responsables décident de
monter, en Algérie, l’une des toutes premières usines de conditionnement
de fromage, axant sa production sur le fromage râpé, un produit en grande
demande sur le marché algérien. Depuis, la société n’a cessé de proposer de
nouveaux produits, avec un succès commercial jamais démenti.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 128 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 129
PUBLI-REPORTAGE PUBLI-REPORTAGE

Mais, lorsqu’on en discute avec les dirigeants de la société,


membres d’une famille soudée comme il se doit, on ne peut
En 2005, profitant du capital-expérience engrangé s’empêcher d’être admiratif devant leur détermination à aller
avec SPL, l’entreprise se lance dans la production de l’avant et de contribuer, à hauteur de leurs possibilités, au
de yaourt. L’unité de production, de taille modeste redressement et à la modernisation du secteur productif et,
mais moderne, traite 8000 litres de lait par jour. partant, de l’économie nationale.
Peu à peu, la gamme de yaourts produits s’est
enrichie, chaque nouveauté répondant scrupuleu- A bien des égards, l’entreprise familiale CHEBLI est exem-
sement à une demande précise du consommateur, plaire. Elle l’est parce que nulle difficulté ne semble pouvoir
grâce à des campagnes marketing de proximité, décourager ses dirigeants. Elle l’est aussi, dusse-t-on le répé-
ciblées et de qualité. ter, parce qu’elle inscrit sa stratégie de développement dans
une démarche résolument citoyenne et patriote.
La crise mondiale du lait, survenue en 2007 et 2008, a provoqué une flambée Aussi, lorsqu’on évoque cette entreprise et sa trajectoire, ne
des prix de la matière première et aurait pu affecter gravement les activités de peut-on résister à l’envie de prendre Sénèque à contre-pied
l’entreprise CHEBLI, dont les ventes ont subi un certain reflux.  Mais, bien au pour affirmer l’exact contraire de sa célèbre maxime : « Il n’y
contraire, ce contexte défavorable de crise a été transformé en opportunité, a point de vent défavorable pour qui sait choisir son cap. » 
le choix de la diversification ayant alors été arrêté.

C’est ainsi que, profitant de la qualité de l’eau de la Mitidja,


une ligne de production de boissons fruitées, avec Cherbet La crise mondiale du lait,
comme produit phare, a été mise en service, rencontrant un survenue en 2007 et 2008,
succès commercial immédiat. En effet, en dépit d’une concur- a provoqué une flambée des
rence ardue dans la filière, les 28 000 bouteilles/jour produites prix de la matière première
s’avèreront rapidement insuffisantes pour satisfaire une et aurait pu affecter
demande en constante progression. gravement les activités
Ce succès réel et mérité, l’entreprise familiale CHEBLI le doit de l’entreprise CHEBLI
aussi bien aux qualités intrinsèques de ses produits qu’à son
intransigeance en matière de sécurité alimentaire, le bien-être
et la santé du consommateur étant sa première préoccupa-
tion. La PME est d’ailleurs en cours de certification ISO 22 000
et, depuis trois ans, ses produits sont proposés à l’exportation.

Employant actuellement 80 personnes et faisant vivre autant


de familles, l’entreprise ne compte pas s’arrêter en si bon che-
min. De nouveaux projets d’extension et de développement
ont mûri. Il s’agira, notamment, de proposer sur le marché
une gamme de produits dits de bien-être, en particulier des
produits diététiques et des produits certifiés bio. Pourtant les
soucis et les obstacles qui tendent à contrarier le plan de déve-
loppement de l’entreprise ne manquent pas.

La faiblesse des circuits de distribution respectueux de la chaîne de froid


rendent inaccessibles plusieurs régions du pays ; les prestations des insti-
tutions bancaires en matière d’accompagnement des entreprises ne sont
pas toujours à la hauteur des ambitions ; et, par-dessus tout, la rareté du
foncier industriel empêche l’augmentation nécessaire des aires de stockage
et l’extension à d’autres ateliers de production.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 130 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 131
PUBLI-REPORTAGE

Condor
« Le secret de notre réussite,
la confiance du consommateur »

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 132 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 133
PUBLI-REPORTAGE

Le marché parallèle  pose un
véritable problème pour la
production et l’économie
  « Trois produits de marque Condor nationale à la fois.

  sont achetés chaque minute »


C’est vrai que la concurrence est devenue très rude ces der- Avez-vous un programme d’investissements pour
nières années. Les multinationales sont plus agressives que 2015 ?
d’habitude. On les a poussées à s’installer en Algérie. On les a
poussées à ouvrir des services après ventes. On les a poussées Effectivement. La société Condor ne peut évoluer sans
aussi à baisser leurs prix. Donc, si l’on se réfère à ces aspects-là, investissements. Bien sûr, nous avons des lignes de fabrica-
entretien avec M. Abderrahmane Benhamadi, pdg de condor on peut dire que, jusqu’à présent, c’est une concurrence loyale tion  prévues dans notre programme d’action pour augmenter
et nous continuons à nous battre et à préserver des emplois. nos capacités de productions dans le froid notamment, et ce,
parce que nous arrivons au moment de  saturation.
AC - M Abderrahmane Benhamadi, voulez-vous faire Peut-on connaitre les capacités actuelles de produc-
une présentation de l’entreprise Condor? Peut-on avoir le dernier chiffre d’affaire, après 14 ans tions de la marque Condor ? Nous travaillons déjà dans le système d’équipes 2 fois 8 et
d’activités dans le domaine de l’électroménager, parfois 3 fois 8 pour satisfaire la demande. Nous allons aussi
Abderrahmane Benhamadi : L’entreprise a été créée en 2002 télévisions, climatiseurs et autres produits que vous Pour l’année 2014, nous avons produit un volume de 1.5 développer notre usine dans la fabrication de panneaux
et la marque Condor a été déposée en 2003. Actuellement la fabriquez depuis la création de la marque Condor? millions d’unités tous produits confondus. On peut dire que photovoltaïques et on va l’automatiser complètement afin
société Condor, qui est une marque algérienne, est devenue   le consommateur algérien achète trois produits de marque d’augmenter la capacité de production et avoir un produit de
société par action (SPA) et emploie 4600 travailleurs. Nous Le chiffre d’affaire réalisé en 2014, serait arrêté aux environs Condor chaque minute. Le taux d’intégration est-il important qualité meilleure.
avons des usines de fabrication à Bordj Bouareridj et nous de 55 milliards de DA, toutes taxes comprises. En termes de dans vos produits, Le taux d’intégration varie d’un produit à
avons un réseau de distribution au niveau national. parts de marché, nous estimons avoir 1/3 du marché, soit un autre. Il faut dire que l’on a entre 60 et 70, voire 80 % dans Le marché parallèle  pose un véritable problème pour la pro-
Vous venez d’enregistrer l’inauguration du 104ème Showroom un taux qui varie entre 30 et 35% selon les produits, et nous les climatiseurs, les produits de l’électroménager, les grosses duction et l’économie nationale à la fois.
à El Hamiz, qui vient justement développer votre réseau de sommes pratiquement leader dans tous les domaines des pro- machines comme les frigos. Quant aux produits Hight Tech,
distribution. Qu’en est-il du secret du développement de la duits électroménagers, tels que le chauffage, réfrigérateurs, le taux d’intégration est minimal, ça ne dépasse pas les 3 à 4%. En ce qui nous concerne, je dirai franchement que le mar-
marque Condor sur le marché national ? climatisation et électronique. ché parallèle est en déclin ces dernières années. Ce n’est
    Qu’en est-il des exportations du produit Condor ? plus la situation d’il y  5 ou10 ans. Je parle du domaine de
Le secret de notre développement revient à la qualité de nos Le marché de la concurrence nationale et internationale l’électroménager. Actuellement, nous avons des entreprises
produits et au développement de la relation de confiance de est devenu de plus en plus exigent ces dernières décen- Nous travaillons dessus. Nous avons une équipe qui est char- de fabrication connues est des marques algérienne qui sont
manière continue avec le consommateur. Il y a aussi le ser- nies. Comment faites-vous face à cette nouvelle donne gée de suivre ce dossier et on essaye d’ouvrir des marchés dans connues dans le marché algérien. La plus part de ces marques
vice après-vente que nous avons développé et qui est très commerciale et économique, sachant que beaucoup les pays Arabes et Africains. Je peux dire que nous avons déjà sont de Bordj Bou Areridj et nous avons des entreprises multi-
performant. Nous avons aussi le rapport qualité/prix qui est d’entreprises n’ont pas pu suivre l’évolution du marché des équipes qui travaillent dans ce sens dans certains pays nationales qui se sont installées aussi. Je pense que la part du
imbattable. Nous essayons d’être toujours  plus proche des de l’offre et de la demande ? francophone africains et, bientôt, nous allons ouvrir un marché parallèle ne dépasse pas les 30% du marché national.
consommateurs. Question de transparence.   showroom en France.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 134 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 135
PUBLI-REPORTAGE PUBLI-REPORTAGE

L’entreprise Condor a développé plusieurs projets dans


le cadre du partenariat. Pouvez revenir sur le choix de
vos partenaires privilégiés ?
 
Notre partenariat se développe surtout avec des universités
et centres de recherches spécialisés surtout dans la photo-
voltaïque comme le CDDER, (Centre développement des
énergies renouvelables), et nous allons passer au partena-
riat avec d’autres sociétés étrangères qui ont un savoir-faire
très avancé dans ce domaine de fabrication. Il arrive que nous
nous retrouvions avec des sociétés étrangères qui ont un
savoir-faire reconnu, mais qui n’ont pas les moyens de venir
investir en Algérie.

Et pour avancer dans ce domaine, nous avons choisi certaines Le Il y a un mois, nous avons
de ces sociétés, qui vont entrer avec nous en partenariat. De lancé la plus grande usine
leur côté, ils vont ramener leurs savoir-faire et expérience d’Afrique, nous avons des
et nous, nous allons mettre les moyens nécessaires, afin usines de matériaux de
d’avancer ensemble dans ces nouvelles technologies qu’on construction, nous sommes
va développer en Algérie. aussi dans l’agroalimentaire
et le plastique.

inauguration à el hamiz
Ne songez-vous pas à diversifier vos investissements Nous concernant, je suis d’accord avec cette nouvelle dispo- Estimez-vous que le climat des affaires et assez favo- du 104e showroom condor,
dans d’autres secteurs d’activités, comme c’est le cas sition en termes d’IBS. Je pense qu’il n’y a pas de différence rable pour le développement des investissements, afin le 9 avril 2015
de plusieurs entreprises algériennes qui ont investi entre une société de production ou de distribution. Une de booster la production et le développement écono-
dans le secteur du bâtiment, par exemple ? société est une société qui génère des bénéfices. Plusieurs taux mique du pays ?
peuvent engendrer la confusion et même la fraude.
Nous sommes déjà dans diverses activités avec nos différentes Le climat des affaires aide l’entreprise algérienne à inves-
filiales. Je prends l’exemple de la photovoltaïque et la charpente L’Algérie s’apprête à signer son adhésion à l’OMC. tir, à se déployer et à se développer. Mais le problème qui se La loi de finance 2015, a-t-elle apportée une valeur
métallique. Il y a un mois, nous avons lancé la plus grande usine Comment voyez-vous l’entreprise algérienne dans le pose, c’est que l’entreprise étrangère ne comprend pas ce qui ajoutée au développement des investissements, selon
d’Afrique, nous avons des usines de matériaux de construction, système de cette organisation mondiale ? se passe dans la réalité du monde des investissements en vous ?
nous sommes aussi dans l’agroalimentaire, dont la pâte, la Algérie. Les entreprises étrangères pensent que nous avons
semoule, la farine etc.  Nous sommes également dans la fabri- L’adhésion de l’Algérie à l’OMC n’est pas une mauvaise chose, toujours une administration lourde et la bureaucratie. Pour C’est vrai qu’il y’a toute une batterie de textes qui encourage
cation des plastiques. Ce n’est pas sous le nom de Condor, mais à condition d’instaurer des normes. Je veux dire qu’il faut eux, c’est toujours difficile du faire du bisness en Algérie. les investissements, à commencer par l’aide dans l’acquisition
ce sont des filiales qui appartiennent à Condor. protéger le marché national, l’entreprise algérienne et le de terrain industrielle. Il y a aussi la réduction des taxes, leur
La ressource humaine est au cœur du développement des consommateur. Pour ce faire, il faut avoir des normes pour Ne pensez-vous pas que c’est souvent la règle 51/49% élimination ou leur soumission à  échéancier de 5, voire 10
entreprises. Qu’en est-il de la politique de votre entreprise en protéger les différents intervenants du marché national. qui bloque les opérateurs étrangers pour venir investir ? ans. Il y a des textes très importants. Mais, il faut que tout
matière de formation et de mise en valeurs de des ressources Aujourd’hui, on trouve des cuisinières qui ne sont pas dans le monde adhère à cette stratégie pour avancer ensemble et
humaines ? les normes, qui présentent un danger pour le consomma- Je dis que c’est une règle inutile. Je pense qu’on doit traiter développer les investissements en Algérie.
teur, mais qui sont commercialisées le plus normalement du les investissements étrangers au cas par cas. Vous ne pouvez Oui, c’est vrai, le foncier est un problème énorme. A Bordj Bou
Vous savez que la société Condor est une entreprise certifiée monde. Condor, une société citoyenne et algérienne, ne peut pas demander à un étranger de venir fabriquer et investir Arreridj, le foncier n’existe plus. Tout a été distribué. Peut-être
ISO9001- 2008, depuis 2007 déjà. Nous sommes aussi cer- pas fabriquer des produits hors normes et qui présentent un de l’argent dans des machines et des équipements et lui que dans d’autres wilayas et régions le problème ne se pose
tifiés dans un système de management intégré. De ce fait, la danger comme certains produits d’importations qui ne sont imposer un partenaire algérien avec une règle de 51/49%. pas, mais à Bordj, le problème est énorme.
formation est une exigence de la norme. Nous avons beau- pas contrôlés ou ne sont pas fabriqués dans les normes. C’est C’est illogique. Les autres pays cherchent des investisseurs,  
coup investi dans l’encadrement et je pense que la plus grande là où réside la concurrence déloyale réellement. quelle  que  soit la règle. Bien au contraire, on aide l’investis- Quelques choses pour conclure ?
force de Condor, c’est toute la formation de ses personnels, On ne craint pas la concurrence mais on doit aller sur les sement direct étranger à venir. Mais avec la règle 51/49%  
femmes et hommes. mêmes bases de qualité et privilégier la protection du consom- qu’on impose, je dis que ça n’a aucun sens. On peut imposer (Sourire)… Je souhaite plein succès à votre magazine !
  mateur.  Là où on ne respecte pas la concurrence loyale, c’est cette règle dans des secteurs stratégiques, mais pas dans un   
Beaucoup d’encre a coulé sur l’unification de l’IBS entre là, justement ou l’on trouve et retrouve le danger qui pèse sur investissement qui vient pour une boulangerie industrielle Propos recueillis par Amar Cheker
les sociétés de production et de distribution. Qu’en le consommateur et l’industrie algérienne. par exemple.
pensez-vous à votre niveau?

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 136 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 137
PUBLI-REPORTAGE PUBLI-REPORTAGE

 
LCR - Quel a été le rôle du Ministère de l’Industrie et
des Mines dans la réalisation de votre nouveau site ?
 
H. L. - Le Ministère de l’Industrie et LCR - Sanofi et le Ministre de
des Mines a joué un rôle clé tout au Avec notre partenaire local, la Santé ont signé un proto-
« Nos investissements long des étapes de ce projet. On ne l’entreprise nationale Saidal, cole d’accord pour améliorer le
sont le reflet de notre peut en effet développer un projet notre ambition est de répondre dépistage et la prise en charge
de cette dimension sans une relation aux besoins de santé des Algériens de l’hypertension artérielle, du
confiance en l’Algérie » forte avec le gouvernement. S’agis- diabète et de l’hyperlipémie.
et nous réfléchissons ensemble
sant du projet de Sidi Abdellah, le à d’autres projets de coopération Où en est cet accord ?
Hugues Lebeau , Ministre de l’Industrie et des Mines,  
vice président aujourd’hui M. Bouchouareb,  mais dans le domaine du diabète H. L. - Le protocole d’accord intitulé «
des affaires publiques aussi ses prédécesseurs, ont joué un ou des vaccins. Cœur et Diabète » a en effet été signé
de Sanofi intercontinental rôle déterminant dans sa réalisa- en décembre 2013, complété le 8 avril
tion. Nous avons tout d’abord bénéficié du programme de dernier par une convention dont le comité de pilotage s’est
l’Agence Nationale pour le Développement de l’Investisse- réuni le 10 juin. Il rassemble des experts, des représentants
Depuis avril 2009, il est directeur des Affaires ment (ANDI), suivi d’un avis favorable du Conseil National du Ministère de la Santé et de Sanofi.
publiques de Sanofi Intercontinental et suit en de l’Investissement (CNI) au sein duquel l’action du Ministre
particulier l’activité du groupe dans les pays de l’Industrie est décisive. Un contrat de concession a ensuite L’objectif de la convention est de favoriser le développement
émergents. été signé lors de la visite du Président Hollande en Algérie, le d’actions de sensibilisation, de dépistage et d’éducation thé-
20 décembre 2012. Puis les choses se sont accélérées, avec rapeutique des populations algériennes, grâce à l’appui d’une
un permis de construire délivré par la ville nouvelle de Sidi clinique mobile. Il s’agit aussi de contribuer à la formation des
Abdellah en septembre 2013, et une première pierre posée le professionnels de santé.
LCR - Avec deux usines de production et une LCR - Quels sont les principaux besoins en matière 26 septembre 2013, en présence des ministres de l’Industrie,
troisième en construction, Sanofi garde sa de santé que vous distinguez  en Algérie ? de la Santé et du Directeur Général de Sanofi, M. Christopher  
plus grosse implantation africaine en Algé-   Viehbacher. LCR - Quels sont vos autres projets pour
rie. Pourquoi avoir choisi ce pays ? H. - Je ne peux pas répondre à la place du Ministre de la améliorer l’accès aux soins et aux médica-
  Santé, M. Boudiaf, qui a des idées très claires sur les priorités   ments en Algérie, et sur le continent africain ?
Hugues Lebeau - Tout simplement parce que l’Algérie est de l’Algérie. Ces priorités répondent à des soucis de moderni- LCR - Que représente en superficie et en  
stratégique pour Sanofi ! Nous sommes présents en Algérie sation, de rationalisation des dépenses et d’amélioration de investissement ce nouveau site Sanofi ? H. L. - Avec notre partenaire local, l’entreprise nationale Sai-
depuis plus de 20 ans. Sanofi en Algérie, c’est plus de 780 l’offre publique de santé. Elles répondent aussi à la volonté des   dal (avec laquelle nous sommes liés dans une joint-venture,
collaborateurs, deux usines de production, une située à Oued pouvoirs publics d’améliorer l’accès aux soins des patients : la H. L. - Notre nouveau site de production se trouve à 25 Winthrop Pharma Saidal), notre ambition est de répondre
S’Mar spécialisée dans les formes sèches, et une autre à Aïn santé pour tous et partout, y compris dans les régions les plus km à l’ouest d’Alger, facilement accessible et bien doté en aux besoins de santé des Algériens et nous réfléchissons
Bénian spécialisée dans les formes liquides, avec respecti- enclavées du pays ! infrastructures. Notre future usine et notre centre de dis- ensemble à d’autres projets de coopération dans le domaine
vement  95 et 125 emplois. L’Algérie est la plus importante tribution seront situés au sein du pôle de développement du diabète ou des vaccins. Notre ambition est de développer
filiale de Sanofi en Afrique où nous sommes Deux défis me paraissent particulièrement pharmaceutique et biotechno-logique de la ville nouvelle de notre capacité de production locale qui est aujourd’hui proche
un acteur industriel de premier plan : près des importants : le vieillissement de la population et Sidi Abdellah. des 2/3 de nos volumes distribués, pour la porter à 80%, ce
2/3 des 150 produits et vaccins mis à disposi-
 «  Le Ministère de la transition épidémiologique qui se traduit par qui va au-delà des objectifs fixés par les autorités.
tion par Sanofi sont produits sur le territoire l’Industrie a joué une progression des maladies non transmissibles Il nous a semblé important d’accompagner le développement
national, par des Algériens et pour des Algé- un rôle clé dans notre telles que le diabète, l’hypertension et certaines de ce pôle stratégique et c’est la raison pour laquelle notre Au-delà de l’Algérie, nous poursuivons la même ambition sur
riens. Nos investissements sont le reflet de développement en formes de cancer. Pour autant, il faut continuer à choix s’est porté sur ce site. L’usine de Sidi Abdellah sera le l’ensemble du continent africain, où nous sommes leader.
notre confiance en l’Algérie. Algérie » maîtriser les maladies infectieuses. Des progrès plus important complexe de production de médicaments de Nous avons récemment renforcé notre offre générique par
importants ont été réalisés en Algérie dans de Sanofi en Afrique et au Moyen-Orient. Elle aura une capacité la mise en place d’une plateforme dédiée car notre objectif
L’Algérie est une véritable charnière entre nombreux domaines, notamment au niveau du de production de 100 millions de boîtes par an, soit 80% des est bien d’améliorer l’accès aux soins des Africains avec des
l’Europe et l’Afrique :elle joue un rôle stratégique entre le Nord VIH et de la tuberculose, mais il faut rester vigilant.  Enfin, volumes distribués par Sanofi en Algérie. Ce projet repré- médicaments de qualité à des prix adaptés.
et le Sud en accueillant des investissements industriels qui lui la vaccination reste une action préventive essentielle. Dans sente un investissement de 6,6 milliards de dinars et l’usine
permettent de développer ses capacités de production, pour ce domaine, l’Algérie n’a pas ménagé ses efforts et il faut aura une surface bâtie de 33 000 mètres carrés, soit 50% de la Nous menons également des programmes pour améliorer la
son propre marché mais aussi pour exporter vers l’ensemble poursuivre dans cette voie. Sur l’ensemble de ces différentes superficie totale du terrain. Les opérations de terrassement prise en charge des maladies tropicales négligées comme celle
du continent africain. Le pays possède des atouts remar- priorités, la volonté de Sanofi en Algérie est d’accompagner se déroulent comme prévu. Les fondations et les structures des maladies non transmissibles.
quables pour jouer un rôle de premier plan et notre ambition les autorités de Santé, dès lors que nous disposons des com- métalliques seront achevées d’ici à la fin de l’année.  
est d’accompagner cette dynamique. pétences nécessaires.
 

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 138 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 139
débats
« ADHéSION A L’OMC :
ENJEUX, OUVERTURE
ET VULNéRABILITES »
Yacine Ould Moussa,
économiste

L’adhésion de notre pays à l’OMC suscite en permanence


des débats publics ou restreints entre différents corps
de la société, experts, institutionnels et citoyens.
Les questions sur la pertinence, les modalités et
les préalables de cette adhésion interpellent tous les
acteurs économiques et sociaux afin de dégager un
consensus et surtout une vision à long terme sur
le mode d’organisation et de fonctionnement de
l’économie nationale et son modèle d’accumulation
dont les fondements actuels ont atteint leurs
extrêmes limites, encore une fois mises au grand
jour par la baisse des prix des hydrocarbures .
LES VULNéRABILITéS

L
e mot vulnérable signifie, selon le dictionnaire Peut-on éliminer ou
Larousse, « susceptible d’être attaqué, battu » ou « qui atténuer efficacement
donne prise aux attaques morales » ou encore « faible, les vulnérabilités ? « Il n’y a point de vent
qui donne prise à la critique ». Cette définition renvoie à plu- Quelles sont les stratégies favorable pour qui ne sait
sieurs concepts. L’un est lié à la sécurité nationale : lorsqu’on globales qu’il faut mettre vers quel port aller » 
est vulnérable on est susceptible d’être attaqué et même en œuvre pour escompter
battu. des résultats positifs ?
Sénèque

L’autre est lié à la faiblesse, ce qui veut dire qu’être vulnérable, En fait, il ne dépend que de La science politique nous
c’est être faible. Cette faiblesse peut avoir plusieurs causes la volonté politique des pou- offre toute une panoplie
et revêtir plusieurs aspects. La vulnérabilité peut être aussi voirs publics et des forces d’instruments, adaptés
« interne » «  au-dedans » comme elle peut être « externe », politiques et sociales en pré- à chaque situation, pour
liée « au-dehors ». Les vulnérabilités peuvent être de diverses sence de concevoir ensemble  réduire les vulnérabilités.
natures. Elles peuvent être d’ordre économique, social ou puis de mettre en œuvre  en Les instruments de la poli-
politique, comme elles peuvent être liées à la géographie, la œuvre une stratégie d’éra- tique économique, à savoir :
géopolitique, etc. Il est possible  donc de les cerner, de les dication des vulnérabilités. la politique budgétaire et fis-
maîtriser. Entendons par là, la capacité ou la faculté de mettre Cette stratégie doit reposer cale, la politique monétaire,
en exergue les causes profondes et fondamentales qui les sur des principes simples : la politique des échanges
génèrent, et de les hiérarchiser. commerciaux et la politique
Comment lutter contre du taux de change, en parti-
La hiérarchisation des vulnérabilités est une nécessité les vulnérabilités ? culier, sont en mesure d’aider
vitale pour le choix d’une stratégie. Il existe  des vulnérabi- Est-ce possible ? efficacement à relever tous
lités d’ordre structurel ou conjoncturel et des vulnérabilités les défis s’ils sont utilisés
pérennes contre lesquelles, il n’y a aucune issue. Il y a des Oui il est possible de les avec cohérence. Il faut savoir
vulnérabilités plus contraignantes que d’autres. Telle est  la prendre en charge dans le que chaque instrument ne
complexité du concept. cadre d’une politique aux peut être utilisé que pour des
objectifs bien définis. objectifs précis.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 141


débats débats

Par conséquent, c’est en d’une bonne gouvernance C’est ainsi que l’économie nationale serait alors en mesure qu’ils ont générés. La question du rythme de l’ouverture en
fixant des objectifs clairs et qui peut être appréhendée de réduire, voire résorber ses vulnérabilités et fragilités rapport avec des groupes d’intérêt internes et externes se
complémentaires que l’uti-
lisation des instruments de
et synthétisée à travers des
institutions solides, stables
LES ENJEUX notamment extérieures et sa dépendance vis-à-vis des hydro-
carbures et des importations, ces dernières  assurant pour
pose. Trop vite pour les uns, trop lent pour les autres.

la politique économique est et en pleine osmose avec Le principaux challenges à relever par notre pays et l’économie l’heure la couverture de 70% des besoins de l’économie et de La protection tarifaire
plus efficace et  plus ration- les mutations nationales, nationale pour les cinq prochaines années, consistent en la la société algériennes. Les pouvoirs publics, les services de actuelle est-elle efficace, Protéger quoi ?
nelle. Cela suppose donc une une participation citoyenne réduction, de façon significative, de notre forte dépendance l’administration en charge de réaliser ces objectifs, se doivent compte tenu de la struc- Protéger qui ?
plus grande maîtrise des pro- pleine et effective en vue envers les hydrocarbures dont les exportations constituent de revêtir les attributs de facilitateur, accompagnateur, régu- ture et du logiciel de
blèmes posés. Cependant, le d’atteindre les objectifs de la 97% du total des recettes en devises, l’intensification du pro- lateur, voire de leader dans la « fabrication » des conditions fonctionnement de notre
choix, même judicieux, d’une Nation et, surtout, un mana- cessus de croissance durable en diversifiant l’investissement de la croissance, aux côtés et au service de tous les créateurs économie ?
politique économique ne gement de qualité tant sur le dans les secteurs productifs, l’accroissement de la part de la de richesses, entreprises algériennes et porteurs de projets.
peut suffire à lui seul. plan économique que sur le production nationale sur le marché domestique, notamment Aujourd’hui, même si la volonté politique existe avec des La meilleure protection consisterait surtout à générer et par-
Le recours à d’autres ins- plan politique et adminis- en valorisant toutes les ressources disponibles sur l’ensemble moyens importants, la question de l’ingénierie de la crois- tager la croissance, à créer des entreprises et des emplois, à
truments est impératif. En tratif. du territoire nationale, la préservation, des grands équilibres sance reste encore posée, vue l’ambition de la faire porter à réunir de manière récurrente et pertinente des conditions
particulier, la recherche financiers, budgétaires et monétaires et, enfin, la création des niveaux plus élevés : un taux de 7% est attendu pour les de compétitivité aux standards internationaux, à garantie
d’emplois en rapport avec la demande d’insertion sociale et cinq prochaines années. une intégration interne, à s’inscrire dans les chaines de valeur
professionnelle des générations issues du système éducatif En fait, il convient de réaliser un nouveau « logiciel » au service internationale, à transformer nos avantages comparatifs en
VULNéRABILITES à l’horizon 2020.
Ce sont ces enjeux fondamentaux qui se posent à notre
du développement de l’entreprise, pour un redéploiement de
l’action de l’administration au plan national et local et afin
avantages compétitifs. La question n’est pas l’adhésion ou
non à l’OMC. La question est : quelle stratégie concevoir et
D’ORDRE NATUREL, économie,  d’autant que les échéances internationales se
rapprochent inexorablement en conséquence de la mise en
d’obtenir de meilleurs niveaux de performance compte tenu
de la diversité des exigences de terrain : écoute, accompagne-
conduire pour encadrer l’ouverture : rentrer à l’OMC, l’UE,
la ZALE etc., de façon pertinente et maitrisée. Il s’agit de ne
INSTITUTIONNEL ET œuvre des accords d’association avec l’Union Européenne et ment, médiation, facilitation, régulation, suivi de proximité, pas subir passivement la mondialisation mais d’en capter les
de la prochaine adhésion à l’OMC. assistance, communication et information, etc. opportunités dynamiques et les marchés porteurs par la com-
éCONOMIQUE  pétitivité, l'innovation,  le saut technologique, la formation
Ce contexte international impose à l’Algérie des défis incon- Quelle économie Comment nous déterminer des ressources humaines, l’émergence d’entrepreneurs, et les
Parmi les vulnérabilités d’ordre naturel on trouve la nature tournables qu’elle se doit de relever dans les meilleures voulons-nous construire, par rapport aux grandes appuis directs et indirects de l’Etat.
du territoire, avec 1,9 million de kilomètres carrés de terres conditions possibles  pour ne pas gâcher  ses chances d’accé- à terme ? tendances internationales
improductives, les terres propices à l’agriculture ne représen- der au rang de pays émergent et risquer de se retrouver dans Avec quel consensus marquées par la crise finan- Qu’ont fait l’Allemagne, la
tant que 40 millions d’hectares dont, en fait, seuls 8,2 millions un processus de marginalisation et de sous-développement. social ? cière et les restructurations  Corée, la Turquie, le Brésil,
représentent des terres utiles. On peut citer aussi les impli- En effet, les questions socioéconomiques internes exigent en cours au plan géopoli- la Chine ou l’Inde, que nous
cations de l’immensité du pays,  la structure de la population des solutions de fond pour réduire et maitriser la pression Comment mettre en œuvre tique et géoéconomique ? ne pourrions faire ou nous
avec 29 Millions d’habitants entre 19 et 59 ans en 2020, soit des besoins sociaux et de la demande nationale en diffé- les programmes définis, Comment examiner et ne saurions faire ?
la  population active en mesure de travailler, et la répartition rents domaines, (emploi, éducation, santé… sur un fond de selon quels modes opéra- évaluer la place et le rôle
géographique de la population avec 80 % des habitants vivant  mutation du modèle de consommation), préparer le tissu toires, quels instruments que pourrait tenir, à terme, L’enjeu de l’OMC ne concerne pas uniquement les biens mais
dans le nord du pays, sur une mince bande longue de 1200 économique et ses acteurs aux enjeux qui se dessinent pour d’ordre organisationnels, notre économie, au sein aussi les services qui peuvent être d’importants gisements de
km et variant entre 30 et 50 km de large, selon les endroits. l’Algérie à l’horizon 2020, assurer une exploitation optimale  de pilotage d’ingénierie et de l’économie régionale et création d’entreprises, d’emplois  et de richesses. La banque,
Parmi les vulnérabilités d’ordre institutionnel, au niveau de de nos ressources et réduire nos vulnérabilités. d’évaluation ? internationale ? l’assurance, le tourisme, le transport, la propriété intellec-
la gouvernance politique et institutionnelle, on peut citer les tuelle et la propriété industrielle  sont les enjeux  de taille à
questions de stabilité institutionnelle et politique et le fonc- La prochaine étape pour notre économie nationale consiste Tel devrait  être le contenu des débats et du questionnement bien négocier  comme pour les biens dans le cadre de clauses
tionnement du paysage politique et syndical.  Au niveau de la en la mise en œuvre d’un plan d’action largement concerté entre les pouvoirs publics et les partenaires économiques et de sauvegarde mais surtout de politiques publiques inscrites
gouvernance de l’économie, on peut évoquer la problématique et porté par une vision stratégique à moyen et long terme, sociaux pour construire un consensus, une vision, une action dans la durée. Ce qui est dangereux et inefficient au plan poli-
des institutions et le rôle de l’Etat, ainsi que le management pertinente et partagée par tous les acteurs institutionnels, et un succès partagés par tous les algériens, sans exclusive. tique économique, social et sociétal, ce n’est pas d’importer
de l’économie, la cohérence entre les instruments et les ambi- économiques et sociaux, sans exclusive, ni exclusion, bref mais c’est de ne rien produire soi-même. L’économie nationale
tions affichées. par toutes les parties prenantes au développement et à la a aujourd’hui tous les inconvénients d’une ouverture débri-
Parmi les vulnérabilités économiques, enfin, on peut noter
la question du modèle  de croissance  et d’accumulation,
croissance. Il s’agira de mettre en œuvre toutes les politiques
publiques convergentes vers  une croissance économique
L’OUVERTURE dée sans avoir les avantages et les retombées en termes de
croissance, de développement partagé, de réduction de ses
qui reste posée, la  sensibilité du pays  à l’environnement forte et durable  et une diversification du tissu productif, fragilités structurelles et  de promesses d’avenir  pour sa jeu-
international en raison des  chocs et contre-chocs pétroliers dont l’un des plus importants vecteurs et secteur est l’indus- Est-ce que notre économie Peut-elle être plus nesse. Une ouverture dans l’inertie ne peut que déstructurer
extérieurs et à sa dépendance de l’extérieur, ainsi l’économie trie. Les entreprises algériennes et les acteurs économiques est ouverte depuis le plan ouverte qu’elle ne l’est notre économie  mais ne peut également constituer un alibi
et la société soumis au cours du baril, à la commande publique, doivent au plus vite et à large échelle se doter de politiques d’ajustement structurel ? à aujourd'hui dans l’attente pour les tenants du statut quo.
aux importations et aux conditions météorologiques, ce qui structurelles et structurantes à la mesure des nécessités et qui est-elle ouverte ? de nos échéances et
fait trop facteurs de fragilités aléatoires. des impératifs de croissance et de création d’emplois dont le engagements multilatéraux L’ouverture  se nourrit partout de  patriotisme écono-
pays et la collectivité nationale ont besoin. (OMC, UE, ZALE) ? mique qui lui exige de la réflexion, de la concertation,
de la planification, de la projection et de l’action au
« L’ordonnance N°03-03 relative Tel est le prix pour appréhender l’avenir avec sérénité et luci- Sans être membre de l’OMC, l’économie nationale  est déjà quotidien et solidarité intergénérationnelle exception-
à la concurrence consacre la liberté des prix ; dité, avec prudence et intelligence, compte tenu des moyens très ouverte au prétexte de libéralisation du commerce exté- nelle pour aller de l’avant et réaliser  un projet national
elle précise qu'ils sont librement déterminés pluriels dont l’Algérie dispose aujourd’hui et qui pourraient rieur et de la construction d’une économie de marché et ce, commun  à tous les algériens. 
par le jeu de la concurrence.» s’accroitre davantage dans le futur. sous la pression des intérêts et appétits internes et externes

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 142 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 143
débats débats

« La baisse des cours Dans des économies à


du brut cristallise programme marchand de l’état est une bonne des stades plus avancés, compétitifs, mais produire en Algérie est
tous les faux débats » chose, elle soit être prise en charge par les l’investissement est pris plus difficile. De ce fait, à l’heure actuelle,
marchés financiers et non par les crédits ban- en charge à 55% par importer est plus facile et rapporte plus.
caires. Car, on risque un effet d’éviction dû au Si on ne prend pas de mesures, il y a peu de
Abderezzak Trabelsi, poids des investissements du secteur public
le secteur bancaire et chances que l’importation soit réduite.
délégué général de l'Abef par rapport au secteur privé; et entre deux à 45% par les marchés
projets un banquier choisira l’attribution financiers.  Les dysfonctionnements auxquels doivent
d’un crédit au secteur public car ce crédit est faire face les producteurs nationaux sont
Après une carrière dans l’enseignement supérieur et garanti, et la capacité des banques à donner du crédit n’est pas réels et doivent être pris en charge, si la volonté de réduire
un passage à la banque centrale,  Abderrazak Trabelsi illimitée. Dès lors, il devient urgent de développer les marchés les importations existe.
a créé et dirigé la SATIM en 1995. Puis, en 2000, il financiers. Nous pouvons, par exemple, relancer le marché
a été le chef de projet de Arab Leasing Corporation, obligataire resté embryonnaire et crée cette tradition que les
la première société de leasing algérienne, avant d’en gros projets soient financés par le marché obligataire. Cela LCR- Si oui, quelles réformes faut-il entreprendre?
assurer la direction et ce jusqu’en 2008. Entre 2008 permettrait à la fois de financer des projets d’envergure mais Si non, comment expliquer l’état dénoter écono-
et sa nomination à l’ABEF, en 2012, il a travaillé en également de drainer l’épargne privée qui est essentiellement mie qui peine à se relancer en dépit de multiplies
qualité de consultant, toujours en matière de leasing. concentrée à l’heure actuelle sur le marché de l’immobilier dispositifs censés favoriser la reprise? 
Il a bien voulu répondre à nos questions et donner créant la bulle immobilière que l’on connait. Le développe-  
son point de vue avisé sur les questions d’actualité ment de la bourse viendra ultérieurement.  A.T - Nous devons assurer une régulation fiscale, une régu-
Abderezzak Trabelsi   lation commerciale et une régulation administrative de
  Dans des économies à des stades plus avancés, l’investisse- l’environnement de l’entreprise. Les réformes doivent être
LCR - D’abord une question très personnelle : LCR - Comme chacun de nous, vous avez ment est pris en charge à 55% par le secteur bancaire et à 45% orientées vers les besoins de l’entreprise. Le producteur n’a
comment en êtes-vous venu à la Délégation suivi les fluctuations inquiétantes des cours par les marchés financiers.  pas besoin de bonification car le marché est la; en revanche il
Générale de l’Association Professionnelle des des hydrocarbures sur le marché mondial.   a besoin de foncier disponible pour installer et développer sa
Banques et Etablissements Financiers (ABEF) ?  Quel sentiment cela vous a-t-il inspiré?  Par exemple selon la croissance démographique de notre pays production et ce contrairement à un importateur. 
    à moyen terme, d’ici une douzaine d’années, il faudra créer à l’heure actuelle, nous avons moins de 300 entreprises
Abderrazak Trabelsi - L’ABEF est une association que je A.T- Cette question cristallise tous les faux débats en Algérie. 8 millions d’emplois. Il faudra des entreprises forte et une qui réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 2 milliards de
connaissais à la fois en tant que membre du conseil mais dont L’approche de devoir mieux gérer dans cette période voudrait économie rentable pour pouvoir absorber ces demandeurs DA. Nous ne pouvons parler d’économie avec un marché aussi
j’avais également assuré la trésorerie lorsque je dirigeais l’ALC.  dire que l’on peut ne pas gérer avec un prix du baril haut. Si d’emplois. Dans le même sens, nous avons 4 millions de retrai- restreint. 
 Il faut savoir que l’adhésion à l’ABEF est obligatoire pour les cela peut inciter à mettre de l‘ordre dans nos réflexions et tés à l’heure actuelle. Avec l’allongement de la durée de vie,
institutions financières, le conseil composé de 9 membres est stratégies collectives et si c’est une invitation à clarifier notre la question du financement de ces retraites se pose si la base  
élu. La représentation au conseil se fait obligatoirement par le vision du développement économique et social en Algérie, des cotisants n’a pas été élargie. Aucune caisse de retraite ne LCR- Beaucoup d’encre a coulé à propos des
Président Directeur Général de l’institution ou par son Direc- alors c’est une bonne chose. De manière concrète, l’état aura peut tenir sans fructification de l’argent d’où la nécessité de négociations pour l’adhésion de l’Algérie à
teur Général. La délégation générale de l’ABEF, son organe moins d’argent et pourra donc faire moins de choses: quelles développer les marchés financiers. l’OMC. Pouvez-vous nous donner votre position
exécutif est quant à lui élu en même temps que le conseil. seront donc les priorités? Si les factures ne sont pas réduites la   à ce sujet et l’expliciter, autant que possible? 
Mais depuis tris ans nous avons changé les statuts afin sue le question de leur financement se pose. Or il ressort des décla-    
délégué général soit nommé et ce afin d’assurer une déléga- rations faites et de ce que l’on peut lire dans la presse c’est que LCR- D’aucuns pensent que les banques algériennes, A.T- Un autre faux débat. Aucune économie mondiale ne peut
tion non partisane.  l’on ne change pas le programme établi. Donc quid de la source à travers le dispositif législatif et réglementaire se recroqueviller sur elle-même sauf la Corée du Nord. Nous
 L’Association a deux missions, une mission d’actions internes de financement. en cours, favorisent l’importation et pénalisent sommes dans une économie mondialisée. La question qui se
qui s’adressent aux adhérents et une mission d’actions   l’investissement et la production locale. pose alors est, comment dans cette économie mondialisée,
externes. La première consiste à développer des actions en Le secteur bancaire à l’heure actuelle répond à la demande. Avez-vous le sentiment que le constat est vrai?  je me fais ma place. Quelles sont les stratégies que je mets
liaison directe avec les activités du secteur: réalisation d’ac- En effet nous avons un taux de croissance d’octroi de crédit   en place pour pouvoir développer les secteurs, les branches
tions communes, formations, débats internes autour des supérieur à 20% et 75% de crédits accordés sont des crédits A.T - A nouveau il faut clarifier le débat. Ce qui est en cause d’activités pour être compétitifs. On régit par dogmatisme
questions du développement du secteur bancaire. La seconde d’investissement. C’est un motif de satisfaction important.  ce sont les dysfonctionnements. Il y a une double réalité qui alors qu’il y a des mesures que nous pouvons mettre en place.
relève d’une action de lobbying auprès des pouvoirs publics en Le second motif de satisfaction important se trouve sur le crée un déficit de compétitivité de la production nationale
vue de rendre le travail de la banque plus simple: discussions plan de la liquidité dont les banques disposent. Notre système par rapport à l’importation, et ce du fait d’un environne- La question qui doit être posée est celle des normes. Ainsi,
avec les acteurs économiques, le patronat… pour discuter bancaire est solide selon les critères d’appréciation internatio- ment défavorable à la production nationale et non du fait qu’est-ce qui nous empêche de mettre des barrières non tari-
ensuite avec le gouvernement (participation à la tripartite). naux, les critères de Bâle. La question donc du financement d’un coût de production trop élevé. Malheureusement, faires, en place. La première voiture algérienne Renault va
Pour exemple, c’est dans le cadre de ces mission que le GIE par les banques du programme marchand de l’état se pose. une partie importante des importations est constituée sortir. Est-ce que l’on a protégé ce véhicule contre les impor-
monétique a été créé.  Et la nous avons un problème car si la débudgétisation du par des produits avec lesquels les produits nationaux sont tations étrangères en mettant une barrière non tarifaire ?  

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 144 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 145
débats débats

MISE EN RéSEAU AU SERVICE


Organisation des
DE L’EXPANSION COMMERCIALE listes de contacts
regarder vers l'afrique subsaharienne Un large balayage des contacts actuels et souhaités effectué,
il s’agira de les classer ou d’y mettre un ordre. Pour cela, deux
Ahmed Belghenou , *
possibilités existent.
ancien consultant
La première possibilité consiste en l’élaboration d’un tableau
pour l'ONU à double entrée avec en ligne l’activité (champ couvert, niveau
de responsabilité) et en colonne la localisation (du plus proche
au plus éloigné). Une fois finalisé, ce tableau permet de visua-
La mise en réseau est une technique à laquelle ont habituellement recours les mana- liser à la lecture les points forts et les « trous » du réseau qu’il
gers pour se constituer un portefeuille de relations d’affaires qu’ils mettent au ser- faudra alors combler en développant de nouvelles relations.
vice du développement de leur entreprise. Considérons le projet d’investir le marché Une telle présentation permettra également, en fonction
d’Afrique au sud du Sahara dans la perspective d’y prendre des parts de plus en plus des plans d’action et projets de notre entreprise, de spécifier,
importantes comme étant une entreprise au sens complet du terme, entreprise dont selon un ordre de priorité donné, les contacts à entreprendre.
l’équipe managériale a pour responsabilité de mettre en œuvre une feuille de route.
Cette mise en œuvre nécessite, entre autres moyens, techniques et méthodes, de dis- La seconde possibilité, qui peut être complémentaire, consis-
poser d’un réseau de relations à même de faciliter, sinon de participer activement à
l’entrée sur le marché ciblé du produit algérien. L’entreprise « Export of Algerian Pro- tera en un classement des contacts selon la contribution
duct and Services » a donc, comme toute autre entreprise, besoin d’un réseau qu’il établissement attendue de ceux-ci à l’acte d’exporter de la relation dans un
tableau avec, en colonne, le domaine d’activité et, en ligne,
importe de mettre continuellement à jour, sinon de créer de toutes pièces.
ou mise à jour des le poids de cette contribution qui sera alors forte, moyenne
ou faible.
Un large balayage des contacts listes de contacts
E
xaminons dans un premier temps l’état du réseau qui actuels et souhaités effectué, Une ligne « contribution forte » devra regrouper tous
existe éventuellement sachant que nos entreprises il s’agira de les classer ou d’y les contacts dont l’efficacité de l’intervention est avérée,
sont peu présentes, pour ne pas dire totalement Il s’agit de dresser l’inventaire des contacts existants ou à éta- accessibles à tout moment et susceptibles de répondre positi-
absentes, des marchés africains. mettre un ordre. blir en vue de le structurer, de le mettre à jour et de l’adapter. vement aux sollicitations. Une ligne "contribution moyenne"
Cet inventaire regroupe les structures, institutions et per- rassemblera les contacts dont la sollicitation nécessitera au
Quels en sont, dans ces conditions, les points forts (atouts, A la base de cette évaluation En ce qui concerne notre sonnes dont les coordonnées sont recueillies et classifiées en préalable un effort plus ou moins important d’explication
forces) et les points faibles (failles, faiblesses) et comment se trouvent les réponses à propos, c’est certainement vue d’une utilisation aisée (adresse postale, E-mail, numéro et de sensibilisation au moyen de contacts personnalisés.
définir les priorités dans la construction ou la mise à jour de ce des questions bien précises : devant le défi d’assurer le (s) de téléphone). Une dernière ligne "contribution faible" réunira les contacts
réseau. C’est donc à une évaluation du réseau aussi complète quelles aires géographiques développement de l’entre- potentiels, non encore sollicités et pour lesquels des straté-
et aussi objective que possible qu’il importe de procéder. (pays ou groupements de prise et d’élargir ses parts de Il doit comporter deux types de relations, celui des relations gies d’approche devront être développées : organisation de
pays) viser et pour quels pro- marché, notamment à l’ex- « primaires » et celui des relations « secondaires ». Le premier rencontres professionnelles, semaines économiques, actions
duits/services ; dans ces aires port vers les pays d’Afrique regroupe les ambassades et consulats algériens** dans l’aire marketing, etc.
* Titulaire d’un Ph.D, expert
une fois identifiées, où et à au sud du Sahara et plus géographique visée à travers leurs conseillers et attachés
 ** Les représentations
formateur et consultant en diplomatiques et consulaires
quel niveau de responsabilité particulièrement les pays du économiques, les organes locaux de régulation du com- En conclusion, disons que cet essai pourrait être le pre-
management des entreprises algériennes dans l’aire géo- les contacts sont-ils néces- voisinage immédiat. merce extérieur, les chambres de commerce et chambres de mier jalon d’un exercice plus long, plus fouillé, mobili-
et en développement des graphique cible pourraient saires ? L’évaluation ainsi métiers, les associations d’opérateurs locaux et, en Algérie, sant une équipe d’experts et praticiens de l’export pour,
ressources humaines, Ahmed également utiliser les an- réalisée aidera ainsi à bâtir Mettre à jour ou créer les représentations diplomatiques des pays de la zone visée, justement, proposer les voies et moyens d’une véritable
Belghenou est ancien fonc- ciens étudiants et stagiaires ou reconstituer le réseau son réseau nécessitera les organes de régulation et de promotion des exportations, conquête des marchés des pays voisins d’Afrique. Une
tionnaire et consultant pour de retour dans leurs pays dont dépendra l’atteinte de donc d’établir la liste des les associations d’opérateurs, les institutions de financement prochaine contribution portera sur l’approche des
les Nations Unies, principa- comme éléments de lobbying l’objectif assigné. contacts puis d’organiser des exportations, les transporteurs…). marchés visés : points d’accès,  produits et services
lement en Afrique subsaha- pour le produit d’Algérie.  ces contacts. susceptibles de faire face à la concurrence, modalités et
rienne. Riche de sa connais-
sance de ces régions et de son
Pourquoi et à quel moment La liste des relations "secondaires" devra comprendre les autres conditions de pérennisation de la présence du produit
expérience, il dit la nécessité devient-il nécessaire organismes, institutions, structures et personnes directement algérien. 
pour l’Algérie de regarder de recourir au réseau ? ou indirectement concernées par l’acte d’exporter.
dans cette direction.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 146 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 147
communication communication

LES TIC AU SERVICE DE L’ORGANISATION


ET DE LA COMMUNICATION Objectif modernisation :
une volonté, des résultats
et des engagements
Un intérêt particulier est accordé à Tous les sites web des directions de Les objectifs, assignés a la mise en place
la diffusion et à la généralisation de wilaya disposent des rubriques dédiées d’un système d’information pour le
l’information produite par le secteur. au consommateur qui gravitent autour contrôle sont présentés ci-après :
A ce titre des mises à jour régulières de conseils et de brochures de vulgarisa-
sont opérées, qui concernent divers tion portant sur des aspects touchant la ΔΔ La réduction du risque
aspects dont les volets se rapportant à santé et la sécurité du consommateur. alimentaire en vue de promouvoir
la règlementation, aux procédures de Dans ce contexte et à titre illustratif, un l’hygiène, la qualité, l’innocuité et
gestion, aux statistiques sur l’activité site web « petit consommateur », destiné la salubrité des produits et des
du commerce et bilans de contrôle , aux particulièrement aux enfants et écoliers, services ;
guides destinés aux consommateurs , considérés comme de futurs consomma- ΔΔ La maîtrise de la sécurité des
commerçants , importateurs , exporta- teurs (voir illustration), a été réalisé par produits pour préserver la sécurité
teurs et producteurs.Dans le cadre de la direction de commerce de Msila. physique et la santé des consom-
la stratégie de communication adoptée mateurs ;
par le secteur, un programme ambitieux Exposer le produit algérien ΔΔ Le renforcement de l'informa-
a été tracé. Il consiste à doter chaque destiné à l’exportation c’est adopter tion du consommateur en vue de
direction de commerce d’un espace web redonner confiance dans l’acte
à l’effet de communiquer l’information une stratégie publicitaire basée d’achat ;
économique locale spécifique à chaque sur l’image, l’information et ΔΔ La réduction du commerce
région et d’interagir avec les opérateurs l’incitation à l’achat. informel ;
et investisseurs locaux, afin de promou- ΔΔ L’assainissement du commerce
voir l’activité commerciale au niveau extérieur pour établir la traçabilité des
La mise en réseau des services déconcentrés et leur interconnexion à MISE EN PLACE DU national. systèmes d’information produits et faciliter les opérations
l’administration centrale est au cœur de la stratégie de communication RESEAU INTRANET et services en ligne : des de suivi des approvisionnements
et d’organisation du ministère du Commerce. Une politique sectorielle a Aussi, toutes les directions de com- poles d’interet et de du marché ;
été tracée en vue d’assurer le développement de l’usage des TIC à tous les A l’effet de mettre en réseau l’ensemble merce de wilaya et les directions ΔΔ Le respect du principe du libre
niveaux. Elle vise l’amélioration de la gestion des activités et de meilleurs développement
des services extérieurs, il a été procédé régionales disposent d’un site web. Ces jeu de la concurrence pour garantir
services en direction des consommateurs, notamment à travers les asso- dans une première étape, qui est ame- sites sont gérés et encadrés par plus de Le secteur du commerce a engagé la les conditions d’un fonctionnement
ciations, et des opérateurs et investisseurs. née a être poursuivie à court et moyen 116 cadres dont 76 informaticiens et mise en place d’un système d’infor- équilibré et transparent des marchés.

L
a modernisation du secteur a été a été suivie par la définition d’une feuille terme, à l’installation de 50 réseaux 40 chefs de bureaux. Les informations mation et de communication portant
amorcée en 2010 par le lancement de route et d’un plan de réalisation a au niveau des directions de commerce disponibles touchent toutes les catégo- notamment sur :
d’une étude du système existant qui court et moyen terme. Les premiers de wilaya et directions régionales du ries des usagers à travers des rubriques Dans ce contexte, deux systèmes se
a permis de déceler de prés les insuffi- résultats se rapportent aux réalisations commerce. Ce réseau a permis aux diversifiées : ΔΔ le contrôle des pratiques rapportant au contrôle des pratiques
sances tant sur le plan technique que partielles ci après : structures relevant du secteur de col- commerciales, de la qualité et le commerciales et contrôle de la qualité
sur le plan organisationnel. Cette étude laborer et de partager l’information ΔΔ L’observation du marché contrôle aux frontières ; ainsi qu’au contrôle aux frontières, ont
tant en interne qu’avec les structures (relevé des prix des produits de ΔΔ la gestion des requêtes éma- été conçus dans un projet plus global,
de l’administration du commerce ainsi large consommation) ; nant par courrier et par internet ; qui a pour objectif l'informatisation de
ΔΔ La réalisation d’une infrastructure réseau reliant l’administration centrale que d’interagir via l’outil internet avec ΔΔ Les statistiques relatives aux ΔΔ la gestion en temps réel des toutes des activités de contrôle du sec-
aux directions de commerce des wilayas et aux directions régionales ; leurs usagers (opérateurs, consomma- infrastructures commerciales notifications d’alertes recueillies teur du commerce.
ΔΔ La mise en ligne de 57 sites web relevant des services extérieurs place teurs locaux...). (marchés de gros des fruits et par diverses sources (services
des Systèmes d’information et des outils de communication ; légumes, marchés couverts, extérieurs, opérateurs , associa-
ΔΔ Le lancement d’un programme de modernisation de l’outil de contrôle Dans le cadre de la promotion de la marchés de proximité, marchés tions) en ce qui concerne toute
à travers le développement progressif des systèmes d’informations liées communication à destination des opé- de bestiaux, marchés de véhicules, information ayant un lien avec un
aux pratiques commerciales et contrôle de la qualité ; rateurs en particulier et citoyens en poissonneries, supérettes, hyper- risque éventuel touchant la sécurité
ΔΔ Le développement des applications informatiques liées à la gestion des général, le ministère a mis en place une marchés et grandes surfaces ; et la santé du consommateur ;
requêtes et doléances émanant des citoyens et opérateurs économiques stratégie de communication tant au ΔΔ Les guides sur l’activité des ΔΔ la consultation des statistiques
et à la prise en charge des alertes, en temps réel, sur les dangers ou niveau central qu’u niveau des services commerçants, importateurs, sur le commerce extérieur
risques pouvant affecter la santé du consommateur ; extérieurs. A ce titre 57 sites web ont exportateurs et les textes (importation, exportation) à travers
ΔΔ Le développement progressif des outils et de collaboration et de été mis en place durant l’année 2013 réglementaires et procédures l’accès au système d’information
communication mis à la disposition du personnel du secteur du commerce. (48 directions de commerce de wilaya, liées a l’activité du commerce. des douanes algériennes.
09 directions régionales de commerce)

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 148 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 149
communication communication

systèmes d'inforamtion projetés


En matière de régulation de l’activité ΔΔ Systèmes d’information sur les laboratoires
commerciale
En matière d’encadrement
ΔΔ Gestion du réseau d’alerte des produits ayant du commerce extérieur
un danger sur la santé du consommateur )
ΔΔ Gestion des bureaux des liaisons ΔΔ Accès à la base de données des douanes
ΔΔ Suivi de l’observation des prix de large algériennes (statistiques d’importation et
consommation d’exportation)
ΔΔ Guide du consommateur ΔΔ Système d’information sur les tarifs accordés
ΔΔ Suivi de la disponibilité des produits de au titre des accords internationaux et les règles
première nécessité d’origine par produit
ΔΔ Système d’information géographique du tissu ΔΔ Fiches monographiques par pays
économique ( SIG) ΔΔ Système d’information sur les franchises
ΔΔ Suivi des autorisations préalables à la fabrication des droits de douanes
et à l'importation des produits toxiques ou ΔΔ En matière de gestion du budget et des
présentant un risque particulier; ressources humaines
ΔΔ Suivi des réalisations des marchés au niveau national ΔΔ Suivi du budget au niveau des services extérieurs
ΔΔ Gestion électronique des documents
En matière de contrôle des pratiques ΔΔ Gestion de l’inventaire
commerciales et contrôle de la qualité ΔΔ Gestion des ressources humaines
ΔΔ Gestion électronique des dossiers du personnel
ΔΔ Système d’information sur le contrôle des
pratiques commerciales

Ce projet prévoit : Internet : à partir d'une interface commerce extérieur :


web publique ; le systeme d’information En vue de la modernisation du secteur, au titre du plan Dans ce contexte, il y a lieu de signaler que cette moder-
Courrier : saisie des requêtes et de gestion automatisé quinquennal 2014 – 2019, le ministère du Commerce a nisation du secteur du commerce ne peut être envisagée
ΔΔ L'interconnexion de l’adminis- reçues par courrier par les chargés de tracé un plan d’actions ambitieux autours des deux axes sans la mise en place d’une stratégie axée autour de la
en douane
tration centrale, des directions traitement au niveau de chaque struc- ci après : fourniture des services à valeur ajouté à destination de
de commerce de wilaya, des ture du ministère du Commerce. son personnel, du citoyen, des opérateurs économiques
directions régionales ; Le ministère du Commerce a signé ΔΔ La poursuite des travaux relatifs à la mise en place et des consommateurs. Cette modernisation ne peut être
ΔΔ La gestion opérationnelle de Le système permet de constituer une une convention avec le CNIS à l’effet d’une infrastructure technique permettant de mettre en atteinte sans :
l'activité des inspecteurs du banque de données des informations d’échanger l’information se rapportant réseaux l’administration du commerce à ses services exté-
ministère du commerce ; relatives à la requête ainsi que des au commerce extérieur. à ce titre, une rieurs et ses organismes et établissements sous tutelle ; ΔΔ la mise en place des outils de collecte d’informations et
ΔΔ Le suivi et l'évaluation de réponses et actions engagées en la connexion internet via une ligne spé- ΔΔ La mise en place des systèmes d’informations et de des moyens de communication et d’échange intra, extra
l'activité de contrôle aux frontières matière. Pour évaluer l'exécution des cialisée sera mise en place eu niveau de communication relative à l’activité du secteur. et intersectoriel ;
au niveau des DCW et des DRC. traitements des requêtes et le rende- l’administration centrale, pour viser à : ΔΔ l’amélioration de la connectivité et l’accessibilité à
ment des structures concernées, il est Les objectifs spécifiques recherchés à travers ce plan internet pour l’ensemble des structures du secteur, afin de
fourni des états statistiques sous diffé- ΔΔ Evolution globale des d’actions se résument par : leur permettre d’interagir en temps réel pour alimenter les
A l’effet de répondre aux doléances rentes formes : tableaux, indicateurs, importations, exportations systèmes d’information;
et préoccupation des citoyens et des graphes etc. et de la balance commerciale; ΔΔ La promotion des moyens de communication ΔΔ la réorganisation des structures chargées de l’infor-
opérateurs économiques, un système ΔΔ Evolution des importations pour interagir avec le citoyen et avec les opérateurs matique au niveau des directions de commerce de wilaya
informatisé des requêtes a été mis en Dans le cadre de la protection du par groupes de produits; économiques ou les associations de protection du en services informatiques afin de prendre en charge les
place à l’effet de mieux traiter les pro- consommateur et en réponse au décret ΔΔ Principaux produits à consommateur ; aspects liés à la maintenance des réseaux informatiques
blèmes et difficultés rencontrés dans 12-203 du 06/05/2012, relatif aux l’importation et à l’exportation; ΔΔ La promotion de la création de banques de données à qui seront déployés, et des systèmes d’information qui
leur quotidiens d’une part, et d’évaluer règles applicables en matière de sécurité ΔΔ Répartition des importations travers les systèmes d’information décisionnelle permet- seront mis en place;
les services du ministère sur la prise en des produits, le ministère du Commerce par mode de financement; tant l’élaboration des indicateurs et des statistiques ; ΔΔ la valorisation de la ressource humaine par des for-
charge de ces requêtes, d’autre part. est chargé de mettre en place le projet ΔΔ Exportations et importations ΔΔ la modernisation du service rendu à destination des mations ciblées afin d’améliorer ses connaissances et
SARA, Système d'Alerte Rapide Algé- par pays et par produit; opérateurs économiques et consommateurs à travers son savoir-faire tant pour le personnel technique amené
Ce système traite des requêtes émanant rien, afin de prendre dans les meilleurs ΔΔ Balance commerciale globale la fourniture des services en ligne à valeur ajoutée, que à gérer les infrastructures informatiques que pour le per-
de différents requérants (citoyens, opé- délais les mesures et les décisions qui par pays, par groupe ce soit via les sites web du secteur ou via de nouvelles sonnel amené à exploiter les systèmes d’information et
rateurs, associations de protection du s’imposent. d’utilisation, par zones technologies ( 3G , 4G... ) recourant à l’usage des outils de à élaborer un contenu adapté aux besoins spécifiques et
consommateur, institution, personnel, géographiques, par pays communication mobile ( tablette , Smartphone etc. ) particuliers du secteur.
…) depuis deux sources principales : /groupe d’utilisation.

le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 150 le commerce en revue • numero 1 • avril-octobre 2015 P . 151