Vous êtes sur la page 1sur 23

Perekwa et coll.

Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

L'impact de la technologie mobile sur les


micro et petites entreprises au Zimbabwe à
l'ère économique post-hyperinflation

Document de recherche

Volume 8, Numéro 3, juillet 2016, ISSN 1936-0282

Gamuchirai B Perekwa Tania Prinsloo


Université de Pretoria Université de Pretoria
gamuperekwa@gmail.com tania.prinsloo@up.ac.za

JP van Deventer
Université de Pretoria
phil.vandeventer@up.ac.za

( Reçu en décembre 2015, accepté en janvier 2016)

ABSTRAIT

Cet article examine l'impact de la technologie mobile sur les micro et petites entreprises (MPE) dans les pays en développement à l'ère
post-hyperinflation. Les données ont été collectées auprès d'un échantillon en plusieurs étapes de 114 propriétaires de MSE dans la province
capitale du Zimbabwe, Harare. Les données ont été recueillies et analysées à l'aide de méthodes d'enquêtes quantitatives descriptives, qui
comprenaient des questionnaires papier, des entretiens structurés et des questionnaires en ligne. Les résultats suggèrent que la technologie
mobile a une influence incrémentale, transformationnelle et de production sur les MPE au Zimbabwe. Les résultats montrent que la technologie
mobile amplifie la communication et les relations avec les clients, la productivité de MSE et les revenus de MSE. La technologie mobile stimule
également des offres nouvelles et innovantes telles que l'argent mobile, les services bancaires mobiles et la publicité mobile pour les MPE. Ce
document fournit également la preuve que la technologie mobile contribue à la création d'emplois dans le secteur indirect de l'industrie mobile,
comme les services d'argent mobile et le développement d'applications mobiles. Le document génère des informations qui informent et obligent à
créer des politiques qui permettent et soutiennent la création et la croissance des entreprises dans les secteurs de l'argent mobile, des services de
vente au détail mobiles et du développement d'applications mobiles.

Mots clés (obligatoire)

Technologie mobile, hyperinflation, pays en développement, ICT4D, M4D, micro et petites entreprises, impact.

INTRODUCTION

La technologie mobile a contribué à façonner notre nouvelle société mondiale. Dans certains pays en développement, davantage de personnes ont accès à la
technologie mobile alors qu'elles manquent de produits de première nécessité tels que l'eau potable, l'électricité, les installations sanitaires et les comptes
bancaires (Kelly et Minges, 2012). La technologie mobile est de plus en plus

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 45


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

reconnu comme contributeur à la transformation sociale, économique, politique et environnementale, en raison de la nature universelle et
répandue de la technologie mobile inondant toutes les populations, même celles situées au bas de la pyramide économique (Kelly et Minges,
2012; GSMA Intelligence, 2013).

La technologie mobile ouvre des solutions extraordinaires aux défis socio-économiques mondiaux, en particulier pour les pays en
développement. Certaines de ces solutions comprennent l'apprentissage par le mobile (apprentissage mobile), la fourniture de services de santé
par le biais de mobiles (santé mobile), des plates-formes omniprésentes pour les interactions entre le gouvernement et les citoyens
(gouvernement mobile), l'application de la technologie mobile aux chaînes de valeur agricoles (agriculture mobile). et les services financiers
grâce à la technologie mobile (Kelly & Minges, 2012).

Les micro et petites entreprises (MPE), qui contribuent de manière significative au progrès économique dans les pays
en développement par la création d'emplois et d'opportunités génératrices de revenus, ne font pas exception à ce chœur
croissant du pouvoir transformateur de la technologie mobile (Donner & Escobari 2010; Liedholm & Mead, 2013). La
question de l'impact de la technologie mobile sur le développement sur les MPE dans les pays en développement, qui
comprend l'Inde, la Palestine, le Malawi, le Ghana, la Côte d'Ivoire, le Nigéria, le Kenya et la Tanzanie (Patnaik, 2013;
Rabayah & Qalalwi , 2011, Katengeza, Okello & Jambo, 2011; Boateng, 2011; Mao, Shuai, Ahn & Bollen, 2013; Jagun,
Heeks & Whalley, 2008; Gikenye & Ocholla, 2013; Melchioly & Sæbø, 2010), cependant,

La nation du Zimbabwe est un site de recherche intéressant dans les pays en développement en raison de son statut économique unique. Le
Zimbabwe s'est récemment remis d'une crise économique débilitante qui a duré une décennie, caractérisée par une hyperinflation (UN
Zimbabwe, 2013). Le Zimbabwe est le premier pays à connaître une hyperinflation au 21e siècle et se classe au deuxième rang des records
mondiaux d'hyperinflation (Hanke, 2008; 2009). Cet article cherche à étudier l'impact de la technologie mobile sur les MPE dans un contexte
économique spécifique de l'ère post-hyperinflation dans le monde en développement. Le papier cherche à apprendre le rôle de la technologie
mobile sur la croissance et la survie des MPE vers la reprise économique d'une situation économique désastreuse.

Le choix de la focalisation de l'étude sur les MPE était motivé par la domination du secteur des MPE dans l'économie du Zimbabwe. Selon l'enquête
FinScope sur les micro, petites ou moyennes entreprises (MPME) zimbabwéennes de 2012, l'ensemble du secteur des MPME, dominé par les
MPME, fournit environ 5,7 millions d'emplois et un chiffre d'affaires annuel d'environ 7,4 milliards de dollars américains (FinMark Trust, 2013).

L'étude se concentre sur les MPE de la province capitale du Zimbabwe, Harare, pour deux raisons. Premièrement, la province de Harare est la
province la plus peuplée du Zimbabwe avec 16 pour cent de la population totale (ZIMSTAT, 2012b). La province de Harare compte le plus
grand nombre de MPE par rapport à toutes les autres provinces du Zimbabwe (FinMark Trust, 2013). En raison des proportions élevées à la
fois de la population générale et des MPE, les résultats de la recherche tirés de Harare fourniront une réflexion générale sur l'impact de la
technologie mobile au sein du pays en développement du Zimbabwe.

Deuxièmement, cet article cherche à contribuer au corpus de connaissances sur la discipline académique Mobile for Development (M4D), qui est
une branche d'une vaste discipline universitaire ICT for Development (ICT4D). Le document fournira de nouvelles perspectives sur l'impact de la
technologie mobile sur les MPE dans les régions en développement dans le contexte de l'ère de l'économie post-hyperinflation. Plus
précisément, cet article cherche à répondre à la question: quel est l'impact de la technologie mobile sur les micro et petites entreprises dans les
régions en développement à l'ère économique post-hyperinflation?

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 46


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Cette étude vise à connaître les conséquences de la technologie mobile sur les MPE dans les régions en développement dans le contexte de
l'économie post-hyperinflation. Cet article soutient que la technologie mobile a une influence incrémentielle, transformationnelle et de production
sur les MPE dans les régions en développement qui sont dans l'ère économique post-hyperinflation.

Innovations mobiles soutenant les MPE

Les services financiers mobiles existent au sein d'un écosystème holistique reliant les industries financières et mobiles (Taylor et al, 2013 et Donavan,
2012). Les principaux acteurs de l'écosystème de l'argent mobile sont les opérateurs mobiles, les banques, les sociétés de cartes de paiement et les agents
de trésorerie (Donavan, 2012). Les agents de trésorerie ou les commerçants font partie du canal de distribution d'argent mobile qui effectuent les
transactions d'encaissement et de retrait moyennant une commission (Donavan, 2012: 2013). Les services financiers mobiles se répartissent en trois
grandes catégories, à savoir les paiements mobiles, la finance mobile et les services bancaires mobiles, comme le montre la figure 1.

Dans la catégorie des paiements mobiles, il existe quatre types de paiements qui sont de personne à personne (P2P), de consommateur à
entreprise (C2B), d'entreprise à entreprise (B2B) et d'entreprise ou de gouvernement à consommateur (B ou G2C). (Tobin, 2013, Donovan, 2012
et Gencer, 2011). Les P2P sont des paiements nationaux ou internationaux d'envois de fonds entre particuliers, C2B sont des paiements en
ligne ou en magasin aux commerçants par les clients, B2B sont des paiements entre entreprises, et B ou G2C sont des paiements de salaires
d'entreprise ou gouvernementaux aux employés, ou des allocations gouvernementales et des paiements de pension aux citoyens (Garang, 2014
et Gencer, 2011). La catégorie de la finance mobile comprend des services tels que l'assurance mobile (Gencer, 2011). La banque mobile se
divise en deux secteurs: transactionnel (service tel que les paiements de factures mobiles) et informationnel (service tel que l'enquête sur le
solde de compte) (Garang, 2014, Donovan,

2011).

Les services gouvernementaux mobiles (m-gouvernement) sont l'utilisation de la technologie mobile pour élargir l'accès aux services gouvernementaux
existants, étendre la fourniture de nouveaux services et accroître la participation active des citoyens aux questions gouvernementales (OCDE / Union
internationale des télécommunications [UIT], 2011) . En général, il existe quatre principaux modèles de mise en œuvre de l'administration mobile: de
gouvernement à citoyens (G2C), de gouvernement à gouvernement (G2G), de gouvernement à entreprise (G2B) et de gouvernement à employés (G2E).
(OCDE / UIT, 2011). Les services de gouvernement à citoyens fournissent une plate-forme pour une interaction et une communication réactives entre les
citoyens, permettant aux citoyens de se tenir au courant des informations gouvernementales, de faire des demandes de renseignements et de demander
des services (OCDE / UIT, 2011). Les services de gouvernement à entreprise (G2B) comprennent la fourniture d'informations relatives aux politiques,
réglementations, formulaires, et les demandes liées aux licences, aux permis et aux envois de fonds fiscaux, ainsi qu'au soutien aux micro, petites et
moyennes entreprises et au développement des entreprises. (OCDE / UIT, 2011).

Il est postulé que G2C et G2B m-


les modèles gouvernementaux ont un rôle à jouer dans le développement et la croissance des MPE, sur la base des descriptions ci-dessus.

Il existe différentes définitions du m-learning dans la littérature, mais aux fins de cet article, la définition de Traxler, (2009) est adoptée.
La définition simple du m-learning est l'offre d'éducation et de formation via des appareils mobiles (Traxler, 2009). Différents modèles
de prestation de m-learning incluent la formation mobile et le soutien à la performance, qui implique l'utilisation de technologies mobiles
pour améliorer la productivité et l'efficacité des employés en fournissant des informations opportunes et précises et un support en temps
opportun.

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 47


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Services financiers mobiles

Paiements mobiles Finance mobile Les services bancaires mobiles

C2B Transactionnel
Crédit / Assurance /
· Au magasin · Paiements de
Des économies
· Mobile en ligne factures mobiles

· Courtage

P2P
· Transfert d'argent
mobile Informatif
· Envois de fonds Alertes
nationaux ou · Solde du compte
internationaux · Historique du compte

B2B
· Remplacer l'argent

B2G / C
· Versements de salaire

· Les pensions
· Rabais

Figure 1: Services financiers mobiles (adapté de Gencer, 2011, p.4.)

CONTEXTE DU ZIMBABWEAN

Cette section fournit un contexte socio-économique et politique du pays du Zimbabwe, qui est le lieu de recherche ciblé

Géographie et démographie

Le Zimbabwe est un pays enclavé de la région subsaharienne de l'Afrique, bordé par le Mozambique à l'est, l'Afrique du
Sud au sud, le Botswana à l'ouest et la Zambie au nord (UN Zimbabwe, 2013). Le Zimbabwe est divisé en 10 provinces
administratives et 62 districts, Harare étant la capitale et Bulawayo, Gweru, Kadoma, Kwekwe, Masvingo et Mutare étant
les autres grandes villes (UN Zimbabwe, 2013). Selon le recensement de la population, effectué par l'Agence nationale
de statistique du Zimbabwe (ZIMSTAT) en 2012, la population du Zimbabwe est estimée à

12,974 millions dont 51,9% de femmes et 48,1% d'hommes (ZIMSTAT, 2012a).

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 48


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Aperçu économique du Zimbabwe

Le Zimbabwe a connu une crise économique pendant près d'une décennie jusqu'en 2009 (UN Zimbabwe, 2013). Le pic de cette crise
économique a eu lieu en 2007 et 2008. L'inflation a enregistré des niveaux insensés de 231 millions de pour cent en juillet 2008;
l'économie nationale fonctionnait à moins de 10 pour cent de sa capacité en janvier 2009, le chômage était estimé à 80 pour cent en
mars 2009 et de graves pénuries de carburant, de nourriture et de devises étaient connues dans tout le pays (Manjengwa, Kasirye &
Matema, 2012; ONU Zimbabwe, 2013; ZIMSTAT, 2013). Au plus fort de la crise économique au Zimbabwe, à partir de l'année

2004, quatre emplois sur cinq étaient dans le secteur de l'économie informelle (Kanyenze, Kondo, Chitambara et Martens, 2011).

En février 2009, un changement majeur dans les politiques économiques a été opéré qui a vu le Zimbabwe abandonner sa propre
monnaie et adopter un système multidevises, la mise en œuvre du plan de relance économique à court terme (STERP) et un budget
national 2009 révisé en dollars américains. Ces mesures économiques ont permis de recourir au déclin économique et ont stimulé la
reprise économique (Manjengwa et al., 2012; ONU Zimbabwe, 2013). En raison de ces initiatives de politique économique, l'inflation
est tombée à 7,7% en décembre 2009 et l'utilisation de la capacité de l'industrie de 10% à entre 35 et 60% en décembre 2009 (ONU
Zimbabwe, 2013).

Selon le Rapport sur le développement humain 2014, la valeur de l'Indice de développement humain (IDH) du Zimbabwe pour l'année 2014
est de 0,492, dans la catégorie de faible développement humain, positionnant le pays à 156 sur 187 pays et territoires (PNUD, 2014). L'IDH
est une mesure agrégée permettant d'évaluer les progrès à long terme dans trois dimensions fondamentales du développement humain que
sont une vie longue et bien vécue, l'accès au savoir et un niveau de vie décent (PNUD, 2014).

Micro et petites entreprises au Zimbabwe

Le gouvernement du Zimbabwe reconnaît les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) comme un vecteur important de
développement économique et de réduction de la pauvreté. C'est dans ce contexte que le gouvernement du Zimbabwe a formé un
ministère gouvernemental dédié - Ministère des petites et moyennes entreprises et du développement coopératif (MoSMECD), dont le
mandat est de «créer un environnement propice et favorable qui favorise le développement et la croissance des micro-entreprises. ,
Petites et moyennes entreprises et coopératives »(MoSMECD, 2013). Dans le cadre de l'initiative du MoSMECD pour remplir son
mandat, il a créé une société contrôlée par le gouvernement, la Small Enterprises Development Corporation (SEDCO). SEDCO est une
institution de financement du développement pour la promotion et le développement des MPME au Zimbabwe (SEDCO, 2013).

Selon l'enquête FinScope MSME Survey Zimbabwe 2012 menée par FinMark Trust en 2012, environ 46 pour cent de la population
adulte au Zimbabwe sont des propriétaires de micro, petites ou moyennes entreprises (MPME) (FinMark Trust, 2013). La même
enquête indique qu'il y a environ 2,8 millions de propriétaires de petites entreprises au Zimbabwe possédant 3,4 millions
d'entreprises, employant environ 2,9
millions de personnes et générant un chiffre d'affaires de 7,4 milliards de dollars américains en 2012 (FinMark Trust, 2013). Du
3,4 millions de MPME au Zimbabwe, 99% sont des micro et petites entreprises (MPME) (FinMark Trust,
2013), indiquant ainsi la domination des MPE dans l'économie du Zimbabwe. C'est pour cette raison que cette étude se concentre sur les MPE.
Étant donné que l'ensemble du secteur des MPME fournit environ 5,7 millions d'emplois et un chiffre d'affaires annuel d'environ 7,4 milliards de
dollars EU, le secteur des MPME joue un rôle majeur dans la réduction de la pauvreté, la création d'emplois et le développement économique au
Zimbabwe.

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 49


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Dans le cas du Zimbabwe, les micro et petites entreprises sont classées selon les secteurs industriels auxquels elles appartiennent. Le
tableau 1 présente la classification des MPE au Zimbabwe selon le projet de loi modifiant le Small Enterprises Development Corporation
(SEDCO) de 2011.

Total maximum Chiffre d'affaires annuel Valeur brute maximale


Secteur industriel Classe nombre total maximum des actifs
d'employés USD $ USD $
Agriculture Petit 30 500 000,00 250 000,00
Micro 5 30 000,00 10 000,00
Arts, divertissement, culture, Petit 30 500 000,00 250 000,00
éducation et sport Micro 5 30 000,00 10 000,00
Mines et carrières Petit 40 1 500 000,00 1 000 000,00
Micro 5 50 000,00 50 000,00
Fabrication Petit 40 500 000,00 500 000,00
Micro 5
Construction Petit 40 1 000 000,00 1 000 000,00
Micro 5
Énergie Petit 40 500 000,00 1 000 000,00
Micro 5 50 000,00 10 000,00
Services financiers Petit 30 500 000,00 250 000,00
Micro 5 300 000,00 10 000,00
Transport Petit 40 500 000,00 250 000,00
Micro 5 30 000,00 10 000,00
Vente au détail Petit 30 500 000,00 250 000,00
Micro 5
Le tourisme et l'hospitalité Petit 30 500 000,00 250 000,00
Micro 5 30 000,00 10 000,00
Prestations de service Petit 30 500 000,00 250 000,00
Micro 5 30 000,00 10 000,00

Tableau 1: Classification des micro et petites entreprises au Zimbabwe (Adapté de SEDCO, 2011, p. 16.)

Secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC) au Zimbabwe

Selon le rapport Mesurer la société de l'information 2014 de l'Union internationale des télécommunications (UIT), le Zimbabwe
occupe la 121ème position sur 166 pays dans le monde en termes de développement du secteur des TIC (UIT, 2014). Le même
rapport classe le Zimbabwe en 8ème position sur 38 pays de la région Afrique (UIT, 2014)

En septembre 2015, il s'agissait de trois opérateurs de réseaux mobiles opérationnels au Zimbabwe, à savoir Econet Wireless Zimbabwe
(EWZ), NetOne et Telecel. Econet Wireless est le plus grand fournisseur de services de télécommunications du Zimbabwe, fournissant
des solutions de téléphonie mobile et fixe sans fil, d'accès à Internet et de solutions de paiement (EWZ, 2013). Telecel est détenue
conjointement par Telecel Globe et un consortium zimbabwéen -Empowerment Corporation (Telecel, 2013). NetOne est une entreprise
privée

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 50


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Détenu à 100% par le gouvernement (NetOne, 2013). TelOne, qui appartient à 100% au gouvernement, est le seul fournisseur
de services de téléphonie fixe au Zimbabwe (AFDB, 2011).

Services de produits d'argent mobile proposés Fournisseur de services

EcoCash · Recharge de temps d'antenne Econet Wireless


· Paiement de factures

· Transferts entre pairs (P2P) (nationaux)


· Paiement marchand
Un portefeuille · Recharge de temps d'antenne Netone
· Paiement de factures

· Transfert P2P (domestique)


Télécash · Recharge de temps d'antenne Telecel
· Paiement de factures

· Transferts entre pairs (P2P) (nationaux)


· Paiement marchand
Nettcash · Autre paiement groupé Nettcash
· Recharge de temps d'antenne

· Transfert P2P (domestique)


· Paiement de factures

· Paiement marchand

Tableau 2: Services d'argent mobile pour les MPE zimbabwéens (Adopté de GSMA, 2015 et Telecel, 2015).

Selon les statistiques publiées par l'Autorité de régulation des postes et télécommunications du Zimbabwe (POTRAZ)
pour le premier trimestre de 2015, Econet Wireless Zimbabwe avait environ,
6,6 millions d'abonnés actifs (POTRAZ, 2015). Telecel comptait environ 2,1 millions d'abonnés alors que Netone comptait environ
3,1 millions d'abonnés (POTRAZ, 2015). Au cours de la période considérée, le nombre d'abonnés mobiles actifs était d'environ
11,9 millions contre une population totale estimée à 13 millions. Cela se traduit par un taux de pénétration mobile de 90,8%. Le
même rapport indiquait qu'il s'agissait de 329 252 abonnés actifs à la téléphonie fixe au cours de la même période (POTRAZ,
2015).

LARGE IMPACT DE LA TECHNOLOGIE MOBILE

De nombreux travaux scientifiques (Jagun et Heeks, 2007; Nxele, 2009; Boateng, 2011) indiquent que la technologie mobile a le
potentiel de produire trois grands impacts sur les micro et petites entreprises (MPE), à savoir incrémental, transformationnel et
production.

Premièrement, l'impact différentiel consiste à améliorer l'efficacité, la productivité et les communications et à réduire les coûts et les risques
des processus et activités existants des MPE (Jagun et Heeks, 2007). L'impact différentiel sur les MPE provient de la réduction des coûts liés
à la recherche et à la coordination des prix des intrants, des prix des extrants, des acheteurs potentiels et des vendeurs potentiels, ainsi que
de l'amélioration de la productivité grâce à l'utilisation de la technologie mobile (Aker et Mbiti, 2010; Boateng , 2011). Traditionnellement, les
informations, telles que les informations sur le marché, étaient recherchées à travers les voyages personnels, la radio, les lettres postales, la
presse écrite et la télévision (Aker et Mbiti, 2010). Désormais, grâce à la technologie mobile, les MSE sont désormais en mesure de
communiquer directement avec les clients et fournisseurs potentiels pour obtenir des informations précises sur les prix, les marchés,

La technologie mobile fournit une plate-forme aux MPE pour communiquer à moindre coût avec les acheteurs existants et potentiels, même ceux
qui se trouvent au-delà de leurs frontières géographiques (Donner et Escobari, 2010). La technologie mobile permet aux MPE d'atteindre de
nouveaux marchés et de trouver de meilleurs prix pour leurs

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 51


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

produits et services (Melchioly et Sæbø 2010). Melchioly et Sæbø (2010) et Esselaar et al. (2007) soutiennent que l'utilisation de la
technologie mobile pour rester en contact avec les clients et les clients est plus répandue que toute autre forme de communication
dans la plupart des MPE. De plus, les nouvelles technologies mobiles innovantes à faible coût, telles que la voix sur protocole Internet
(VOIP) et les services de messagerie instantanée (WhatsApp et Skype), ont un grand potentiel pour réduire les coûts de
communication pour les MPE.

La communication accrue entre les MPE et les partenaires de la chaîne d'approvisionnement conduira à terme à des relations stratégiques à long terme avec
les partenaires de la chaîne d'approvisionnement (Boateng, 2011). Pourtant, sur les relations à long terme avec les partenaires de la chaîne
d'approvisionnement, certains travaux scientifiques affirment que la technologie mobile permet aux MPE d'avoir un contact direct avec les partenaires de la
chaîne d'approvisionnement et, ce faisant, de contourner les intermédiaires (Boateng, 2011; Rabayah et Qalalwi, 2011). Contrairement à ce qui précède,
Jagun et al. (2008) fournissent des preuves de la manière dont la technologie mobile a renforcé le rôle des intermédiaires dans un cas de chaînes
d'approvisionnement de vêtements au Nigéria, plutôt que de conduire à une désintermédiation du marché.

L'utilisation de la technologie mobile sur les MPE a un potentiel supplémentaire sur les revenus de la MPE. Essegbey et Frempong (2011) ont
constaté dans une étude sur l'utilisation de la téléphonie mobile dans les MPE ghanéennes que 60% des MPE estimaient que la technologie mobile
contribuait à la base de revenus de la MPE. Frempong (2009) souligne que la réduction des coûts opérationnels, comme la réduction des coûts de
transport et de coordination et des heures de travail économisées, contribue aux économies de coûts de la MSE, contribuant ainsi à ses revenus.

Deuxièmement, l'impact transformationnel est le résultat de l'utilisation du mobile pour débloquer de nouveaux services et opportunités,
qui étaient traditionnellement inaccessibles sans la technologie mobile (Boateng, 2011). L'utilisation des technologies mobiles peut
transformer le modèle commercial des MPE de telle sorte que les MPE soient en mesure d'offrir de nouveaux produits et services
(Boateng, 2011; 2014). En outre, l'utilisation de la technologie mobile permet de différencier les produits et services par les MPE (Thulani,
2014). Boateng (2011) et Thulani (2014) citent les services financiers mobiles, la publicité mobile et l'Internet mobile comme des
exemples d'impact transformationnel.

Le thème de l'impact de l'argent mobile sur les MPE dans les pays en développement a attiré l'attention des chercheurs (Mbogo, 2010; Gikenye et
Ocholla, 2013; Bångens et Söderberg, 2011; Otiso et al., 2013; Wanyonyi et Bwisa, 2013). La revue générale de la littérature mentionnée ci-dessus
montre un certain nombre d'avantages liés à l'utilisation de m-money sur les MPE. Les services m-money permettent d'économiser du temps et de
l'argent sur les trajets pour les opérations bancaires, les paiements et le traitement des commandes. L'utilisation de services d'argent mobile pour les
commandes et les paiements raccourcit le temps de la chaîne d'approvisionnement entre la commande et la livraison, améliorant ainsi la liquidité de
l'entreprise. L'utilisation du service d'argent mobile réduit les risques associés à la manipulation physique des espèces. Gikenye et Ocholla (2013)
soulignent à juste titre que l'argent mobile existe dans un compte virtuel et remplace l'argent physique, ce qui est plus sûr et le reste même si
l'appareil mobile est perdu. Troisièmement, l'utilisation de l'argent mobile a le potentiel d'augmenter les ventes des MSE. Cela est dû à l'efficacité
accrue du traitement des commandes et des paiements.

Quatrièmement, l'impact de la production sur la MSE est réalisé lorsque les mobiles permettent la création de nouveaux moyens de subsistance
(Nxele, 2009). L'impact sur la production est le résultat du commerce dans l'industrie mobile plutôt qu'avec la technologie mobile (Jagun et Heeks,
2007).

L'industrie mobile a le potentiel de libérer des opportunités d'entrepreneuriat et d'emploi, sous la forme d'emplois directs, d'emplois indirects et
d'emplois à la fois du côté de l'offre et de la demande (Sørensen, 2014, Faggio, 2014, Tiarawut, 2013 & Andjelkovic et Imaizumi, 2013). Les
emplois directs vont des ingénieurs au personnel de support commercial dans les secteurs des opérateurs de réseaux mobiles et des fabricants
de l'industrie mobile (van der Boor,
2014, Carmody, 2013 et Andjelkovic et Imaizumi, 2012). Selon GSMA (2013), dans l'année

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 52


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

En 2012, l'industrie mobile a fourni un emploi direct à environ 9 millions de personnes dans le monde. Les emplois indirects sont associés à des
secteurs tels que le développement d'applications, la fourniture de contenu et les opérations de centres d'appels, qui sont créés par les opérateurs
de réseaux mobiles, les fabricants et les producteurs d'appareils (Andjelkovic et Imaizumi, 2012 & West 2012). Selon GSMA (2013), le
développement et la commercialisation de contenu en ligne, y compris les applications pour smartphones, les jeux, la télévision mobile et les
sonneries, est l'un des secteurs d'emploi à la croissance la plus rapide dans l'industrie mobile. Aux États-Unis seulement, l'industrie des applications
mobiles a fourni près d'un demi-million d'emplois et des revenus de plus de 20 milliards de dollars américains pour la période allant de 2007 à 2012
(Mandel, 2012).

Le développement d'applications mobiles présente de vastes opportunités pour l'esprit d'entreprise en raison des barrières limitées à l'entrée sur le
marché des MPE (West 2014, Tiarawut, 2013 & Andjelkovic et Imaizumi, 2012). Il existe de nombreuses portes pour le développement d'applications.
Les opérateurs de réseau mobile (ORM), les éditeurs de logiciels, les développeurs indépendants, les fournisseurs de contenu ou les fabricants
d'appareils peuvent développer les applications (Martin, 2013, Andjelkovic et Imaizumi, 2012). Le secteur du développement d'applications mobiles a
également stimulé la création d'incubateurs mobiles. Les incubateurs mobiles sont des moyens de définir des opportunités commerciales, d'identifier les
talents, de promouvoir l'innovation ouverte et de solliciter un soutien financier dans le secteur des applications mobiles (Cunningham, 2014 &
Andjelkovic et Imaizumi, 2012).

Les services d'argent mobile se sont avérés créer des opportunités d'emploi et d'entrepreneuriat dans les pays en développement. Le plus
grand fournisseur de services d'argent mobile au Zimbabwe, EcoCash, fourni par l'opérateur mobile Econet Wireless, a recruté 4000 agents
dans leur canal de distribution au cours des 18 premiers mois de fonctionnement (Levin, 2013). De plus, EcoCash propose des bornes vertes à
ses agents, à partir desquelles les MPE ont la possibilité de vendre du temps d'antenne, des accessoires et des lanternes solaires et d'offrir
des services de recharge téléphonique aux abonnés (Levin, 2013).

MÉTHODOLOGIE ET ​APPROCHE DE RECHERCHE

Lieu de recherche

Le but de cette étude est d'étudier l'impact de la technologie mobile sur les micro et petites entreprises (MPE) dans la
province capitale du Zimbabwe, Harare.

La province de Harare a été choisie comme site de recherche pour deux raisons: premièrement, la province de Harare est la province la plus
peuplée du Zimbabwe avec 16 pour cent de la population totale (ZIMSTAT, 2012b). Deuxièmement, la province de Harare compte le plus
grand nombre de MPE par rapport à toutes les autres provinces (Finmark Trust, 2013). Par conséquent, les résultats tirés de Harare devraient
refléter la tendance générale de l'impact de la technologie mobile dans tout le Zimbabwe.

Population d'étude et technique d'échantillonnage

L'enquête Finscope sur les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) menée en 2012 estime la population des PME à
Harare à 410, 268 (Finmark Trust, 2013). La valeur de 410, 268 a été adoptée comme population d'échantillonnage de cette
recherche.

Le calcul de la taille d'échantillon appropriée à partir d'une population de 410, 268, avec un niveau de confiance de 99% et une marge d'erreur de
10%, a donné une taille d'échantillon de 166 (Creative Research Systems, 2012). Ainsi, la stratégie d'enquête de cette étude visait un échantillon de
166 propriétaires de MPE. La population d'échantillonnage de l'étude a été tirée des 29 circonscriptions politiques de la province de Harare à l'aide
d'un échantillonnage à plusieurs degrés. L'échantillonnage à plusieurs degrés était le meilleur choix en raison de l'absence d'un échantillon complet

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 53


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

cadre de MPE dispersées géographiquement à Harare. La population échantillonnée comprend les propriétaires de MSE à Harare, qui:

je. ont 18 ans ou plus

ii. se perçoivent comme générant un revenu grâce aux activités des petites entreprises

iii. ont des employés ne dépassant pas trente (30)

Collecte de données

Des données quantitatives ont été collectées auprès de 114 MPE de Harare au moyen de questionnaires en ligne, de questionnaires papier
et d'entretiens structurés, comme le montre le tableau 3. Le choix des méthodes de recherche quantitative dans cette étude a permis de
généraliser les résultats d'un échantillon de MPE de Harare au population entière de MPE à Harare (Saunders et al., 2009).

Article Type de questionnaire Nombre de répondants

1 Questionnaires en ligne 47

2 Questionnaires de livraison et de collecte 50

3 Entretiens structurés 17

114

Tableau 3: Collecte de données au moyen de questionnaires

Trois types de questionnaires ont été conçus selon une structure uniforme. La structure du questionnaire a été conçue dans le but
de sonder les questions qui correspondent au cadre conceptuel présenté dans la figure 2. Le tableau 4 présente la structure
uniforme des questionnaires en ligne, des questionnaires de livraison et de collecte et des entretiens structurés.

Sujet
Introductio n et dépistage
Caractéristiques des micro et petites entreprises (MPE)
UNE
Classification industrielle, nombre d'employés, âge de l'entreprise, emplacement et plus
L'impact de la technologie mobile sur les MPE
B Quel est l'impact des services mobiles directs sur les MPE? Quel est l'impact
des services mobiles indirects sur les MPE?

Tableau 4: Conception des instruments de recherche

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 54


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

L'impact de la technologie
mobile sur les micro et
petites entreprises
(MPE)

Impact incrémental
· Accès accru au marché
· Communications améliorées
Impact transformationnel · Amélioration des relations Impact sur la production
· Nouveaux services mobiles · Loyauté et fidélisation des clients · Nouveaux moyens de subsistance dans

· Différenciation produit et des fournisseurs l'industrie mobile directe

/ service · Désintermédiation du marché · Nouveaux moyens d'existence dans l'industrie


· Augmentation des revenus mobile indirecte
· Réduction des coûts de transaction

· Amélioration de la productivité

· Risque réduit

Figure 2: Cadre conceptuel de l'impact de la technologie mobile sur les micro et petites entreprises

Les données collectées ont été analysées à l'aide de statistiques descriptives grâce aux capacités logicielles des outils analytiques Survey
Monkey et de Microsoft Office Excel 2013.

APERÇU GÉNÉRAL DES RÉSULTATS

Les questions abordées ici incluent les caractéristiques des MPE qui ont participé à l'enquête, les résultats sur l'impact de la
technologie mobile sur les MPE. Les résultats de l'étude ont été utiles pour tirer des conclusions et des implications politiques sur
l'impact de la technologie mobile sur les MPE.

Exemple de caractéristiques des MPE à Harare

Répartition des micro et petites entreprises (MPE) par secteur industriel

Le commerce de gros et de détail et les secteurs industriels de la fabrication ont dominé le segment des micro et petites entreprises à
Harare. 24,6% des MPE de Harare sont impliquées dans le commerce de gros et de détail, tandis que 21,1% des MPE sont dans le
secteur industriel manufacturier. Les résultats reflètent largement l'enquête du FinScope sur les micro, petites et moyennes entreprises
(MPME), qui a signalé que l'agriculture, la vente en gros et au détail, et la fabrication étaient les MPME industrielles les plus dominantes
au Zimbabwe (FinMark Trust, 2013). Les résultats ont indiqué des activités agricoles industrielles limitées à Harare. Cela peut être attribué
au fait que la province de Harare est principalement une province urbaine, avec seulement cinq (5,4) pour cent de la population résidant
dans des zones semi-rurales (ZIMSTAT, 2012b).

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 55


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Figure 3: Répartition des micro et petites entreprises (MPE) par secteur industriel (n = 114)

Répartition par âge des micro et petites entreprises (MPE)

Les entreprises jeunes et en croissance dominaient le secteur des PME au Zimbabwe. Comme le montre la figure 4, la majorité des
MPE (65,8%) ont déclaré que leur entreprise avait 5 ans ou moins, dont 35,1% en phase infantile (0 à 2 ans en activité), ainsi que
30,7% qui sont en phase de croissance (3 à 5 ans de fonctionnement).

Figure 4: Répartition des micro et petites entreprises (MPE) selon l'âge de l'entreprise (n = 114)

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 56


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Répartition des MPE par formalité

Les données collectées ont été analysées pour classer les MPE en MPE formelles et informelles. Les instruments de l'enquête de recherche
comprenaient les questions suivantes:

je. L'entreprise est-elle enregistrée auprès du registraire des entreprises ou de la collectivité locale?

ii. l'entreprise est-elle enregistrée auprès des autorités fiscales?

iii. l'entreprise gère-t-elle un compte bancaire distinct pour la gestion financière de l'entreprise?

iv. l'entreprise a-t-elle des contrats formels avec ses employés?

Les MPE qui ont répondu positivement à toutes les questions ci-dessus ont été classées comme des entreprises formelles, et les MPE qui ont
répondu par la négative à au moins une des questions ont été classées comme des entreprises informelles. Les résultats sont présentés dans le
tableau 5 de 59,6% de MPE informelles et 40,4% de MPE formelles.

Classification de formalité MSE Pourcentage%

Informel 59,6

Formel 40,4

100

Tableau 5: Répartition des MPE par formalité (n = 114)

Ces résultats reflètent largement d'autres études antérieures sur l'économie zimbabwéenne, qui indiquaient que l'économie du
Zimbabwe était très informelle (Kanyenze et al., 2011; FinMark Trust, 2013).

L'impact de la technologie mobile sur les micro et petites entreprises

L'objectif de cette étude était d'évaluer l'impact de la technologie mobile sur les micro et petites entreprises (MPE) dans la
province de Harare au Zimbabwe. La littérature indique que la technologie mobile a le potentiel de produire trois grands
impacts sur les micro et petites entreprises (MPE): incrémental, transformationnel et production.

Impact incrémental de la technologie mobile sur les MPE

L'impact incrémentiel de la technologie mobile se concrétise lorsque l'utilisation de la technologie mobile permet d'améliorer l'efficacité,
la productivité et les communications et de réduire les coûts et les risques des processus et activités existants des MPE (Jagun et
Heeks, 2007).

Les MPE ont été soumises à une échelle de Likert d'accord en cinq points qui examinait dans quelle mesure les MPE étaient d'accord ou en
désaccord avec les déclarations sur les avantages supplémentaires découlant de l'utilisation de la technologie mobile dans leur entreprise. L'échelle
de Likert d'accord en cinq points avait l'échelle suivante:

(1) Pas du tout d'accord,

(2) Pas d'accord,

(3) Neutre,

(4) D'accord,

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 57


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

(5) Tout à fait d'accord,

et N / A Sans objet.

Les pourcentages de «D'accord» et de «Tout à fait d'accord» ont été ajoutés pour obtenir le pourcentage total de MPE qui étaient d'accord sur
chaque déclaration concernant les avantages supplémentaires de la technologie mobile sur les MPE. La figure 5 présente une vue consolidée de
l'impact incrémentiel de la technologie mobile sur les MPE.

Impact incrémental de la technologie mobile sur les MPE

Augmentation des revenus en raison de l'augmentation des ventes. 77%

Élimination des intermédiaires. 85%

Réduction des coûts opérationnels

Amélioration de l'efficacité et de la productivité. 89% 78%

Amélioration de la communication et des relations à long terme avec


95%
les clients.

Amélioration de la communication et des relations à long terme avec


90%
Fournisseurs.

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Figure 5: Impact différentiel de la technologie mobile sur les MPE

Impact transformationnel de la technologie mobile sur les MPE

L'impact transformationnel est le résultat de l'utilisation du mobile pour débloquer de nouveaux services et opportunités, qui étaient
traditionnellement inaccessibles sans la technologie mobile (Nxele, 2009; Boateng, 2011). Cette étude s'est intéressée aux avantages
transformationnels de la technologie mobile sur les MPE et les réponses des MPE ont été résumées comme dans la figure 5.

Figure 6: Impact transformationnel de la technologie mobile sur les MPE

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 58


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Les résultats indiquent que l'utilisation de la technologie mobile sur les MPE a un impact transformationnel sur les MPE. Soixante-deux pour cent
des MPE ont indiqué que l'utilisation de la technologie mobile aboutissait à la création de nouveaux produits et services pour l'entreprise et 57%
étaient d'avis que la technologie mobile entraînait une différenciation des services et des produits.

Impact de la production de la technologie mobile sur les MPE

L'impact de la production de la technologie mobile sur les MPE est réalisé lorsque la technologie mobile permet la création de nouveaux moyens de
subsistance (Nxele, 2009) .L'impact de la production est le résultat du commerce dans l'industrie mobile plutôt que par l'utilisation d'appareils
mobiles (Boateng, 2011).

Dans cette recherche, les MPE ont été soumises à des questions visant à évaluer le potentiel de l'industrie mobile en matière de création
d'emplois directs et indirects. Les MPE ont été examinées si elles créaient des revenus ou des emplois grâce à des emplois directs tels que
la fabrication ou l'assemblage d'appareils mobiles.

Création d'emplois directs et de revenus directs

Les résultats fournissent peu de preuves pour soutenir que les MPE créent des emplois ou génèrent des revenus grâce à des services directs
de l'industrie mobile, tels que la fabrication ou l'assemblage d'appareils mobiles. Seulement 1,1 pour cent marginal des MPE ont déclaré être
impliquées dans la fabrication ou l'assemblage d'appareils mobiles ou d'accessoires. Peut-être que les activités de fabrication / assemblage
mobiles sont trop complexes et trop gourmandes en capital pour les MPE. De plus, à l'échelle mondiale, les fabricants internationaux (tels que
Samsung, LG, Lenovo et Apple) des pays développés dominent l'industrie de la fabrication mobile, ne laissant aucune place aux MPE dans les
régions en développement (IDC, 2013).

VOTRE ENTREPRISE EST-ELLE IMPLIQUÉE DANS LA FABRICATION OU L'ASSEMBLAGE


D'APPAREILS OU D'ACCESSOIRES MOBILES?

OPTIONS DE RÉPONSE POURCENTAGE DE NOMBRE DE


RÉPONSE RÉPONSES

OUI 1,1% 1

NON 98,9% 88

QUESTIONS RÉPONDÉES 89

QUESTIONS SAUTES 25

Tableau 6: Le potentiel de l'industrie mobile à créer des emplois directs et des revenus directs

Création d'emplois indirects et de revenus indirects

Les résultats du tableau 6 montrent de faibles proportions d'acteurs mobiles indirects parmi les MPE. Les agents d'argent mobile, les revendeurs
mobiles et les développeurs d'applications mobiles ont enregistré des chiffres significatifs parmi ces acteurs mobiles indirects. Environ 18,4% des
MPE ont déclaré être impliquées dans l'offre de services d'argent mobile, y compris 4% des MPE qui sont uniquement impliquées dans les
affaires d'argent mobile. À propos
14,9% des MPE étaient impliquées dans la vente d'appareils mobiles, d'accessoires ou de temps d'antenne et 9,6% des MPE étaient impliquées dans
le développement d'applications mobiles.

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 59


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Figure 7: Pourcentage d'acteurs indirects de l'industrie mobile parmi les MPE

Cette étude a également examiné la contribution des revenus indirects des services mobiles aux revenus totaux des MPE. La figure 7 montre
les contributions moyennes des services mobiles indirects aux revenus des PME.

Figure 8: Contribution moyenne des services mobiles indirects aux revenus des MPE

Les résultats de la figure 8 montrent que les services mobiles indirects créent des opportunités pour augmenter les revenus existants
des MPE et créer de nouvelles sources de revenus pour certaines MPE. En moyenne, environ 54% des MPE impliquées dans des
services mobiles indirects obtenaient entre 1 et 50% de leurs

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 60


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

les revenus des services mobiles indirects, tandis que 46% tiraient des revenus supérieurs à 50% des services mobiles indirects.

DISCUSSION

Les résultats ont démontré que l'utilisation de la technologie mobile sur les MPE à Harare se traduisait par des avantages supplémentaires,
transformationnels et de production pour les MPE. Dans l'ensemble, les MPE ont convenu que l'utilisation de la technologie mobile se traduisait par
une augmentation des revenus, une désintermédiation du marché, une productivité accrue, une communication et des relations accrues avec les
fournisseurs et les clients. Ces résultats sont en accord avec les résultats d'études antérieures (Melchioly et Sæbø, 2010; Boateng, 2011;
Essegbey et Frempong, 2011; Rabayah et Qalalwi; 2011).

L'impact progressif des technologies mobiles sur les MPE souligne l'importance de la communication avec les clients et les
fournisseurs. En ce qui concerne les avantages transformationnels de la technologie mobile pour les MPE, une plus grande part
(62%) des MPE (62%) a attribué l'utilisation de la technologie mobile dans leurs opérations commerciales comme contribuant à la
création de nouveaux produits et services pour les marchés des entreprises. Dans le même ordre d'idées, 57% des MPE
attribuent à l'utilisation de la technologie mobile une contribution à la différenciation des produits et des services. Conformément à
l'article de Boateng (2011) sur les services financiers mobiles, qui indique le fort impact des téléphones mobiles sur le
micro-commerce, la publicité mobile et l'Internet mobile comme exemples des effets transformationnels de la technologie mobile
sur les MPE,

Contrairement aux études précédentes (Donner et Escobari, 2010; Boateng, 2011) qui ont trouvé des preuves insuffisantes
pour prouver que l'impact de la production de la technologie mobile sur les MPE est significatif, cet article prouve en fait le
contraire. Les données disponibles suggèrent que les MPE qui sont impliquées dans l'offre de services mobiles indirects tels
que l'argent mobile et les services de vente au détail mobiles sont en mesure de générer des revenus et des emplois grâce à
ces services. Près d'un cinquième (21 pour cent) des MPE impliquées dans les services mobiles indirects ont déclaré tirer
entre 76 et 100 pour cent du revenu total du commerce dans le secteur industriel mobile indirect. Les résultats ont fourni des
preuves insignifiantes pour étayer le potentiel du secteur industriel mobile direct à créer des emplois et des opportunités de
génération de revenus pour le secteur des PME.

CONCLUSION, IMPLICATIONS ET RECHERCHE FUTURE

Premièrement, cet article explore l'impact de la technologie mobile, à savoir l'impact incrémentiel, transformationnel et de production sur les
MPE dans la province capitale du Zimbabwe, Harare.

Deuxièmement, les précieuses informations et leçons pour la recherche et la pratique concernant l'impact de la technologie mobile
sur les micro et petites entreprises (MPE) dans le monde en développement sont discutées. En ce qui concerne les implications pour
la théorie, cet article contribue au corpus de connaissances sur la discipline académique Mobile for Development (M4D), qui fait
partie de la vaste discipline universitaire ICT for Development (ICT4D). Contrairement aux études précédentes (Boateng, 2011;
Donner et Escobari, 2010) qui rapportaient l'absence d'impact de la production sur les MPE, cet article prouve que la technologie
mobile contribue à la création d'emplois dans le secteur de l'industrie mobile indirecte, comme le mobile service monétaire et
développement d'applications mobiles. Le cadre conceptuel développé dans cette étude, comme le montre la figure 2, étend les
connaissances sur les modèles d'évaluation de l'impact de la technologie mobile sur les petites entreprises. Le cadre conceptuel
présenté permet d'évaluer l'impact de la technologie mobile sur un large éventail de secteurs des PME tels que la fabrication,
l'agriculture, etc.

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 61


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Troisièmement, ce document présente un certain nombre d'implications pour la communauté du développement, notamment les fournisseurs de services
mobiles, les fabricants d'appareils mobiles, les autorités de régulation de la téléphonie mobile, les institutions gouvernementales, les organisations à but non
lucratif et les associations de petites entreprises.

Cette recherche prouve que la technologie mobile a un rôle à jouer dans la création, la survie et la croissance des MPE dans les pays en
développement, contribuant ainsi au développement économique. Cette étude a identifié des acteurs mobiles indirects tels que les agents d'argent
mobile, les revendeurs mobiles et les développeurs d'applications mobiles qui contribuent à la création d'emplois dans le secteur des PME au
Zimbabwe. Ces preuves éclairent et obligent à créer des politiques qui permettent et soutiennent la création et la croissance des entreprises dans les
secteurs de l'argent mobile, des services de vente au détail mobiles et du développement d'applications mobiles.

Quatrièmement, les auteurs suggèrent un certain nombre de domaines sur lesquels les recherches futures peuvent se concentrer. D'une part,
l'échantillon de cette étude était limité à une seule province sur dix au Zimbabwe. Des études futures sur le même sujet avec un échantillon national sont
suggérées. Le secteur des MPE est un vaste secteur économique, qui peut être ventilé en fonction de nombreuses variables telles que la taille, le
secteur industriel, la formalité ou la maturité. Cela permet un large éventail d’enquêtes sur l’utilisation et l’impact de la technologie mobile sur divers
sous-secteurs des MPE. En outre, les nouvelles preuves de cette étude, qui démontrent le potentiel des secteurs industriels de l'argent mobile et des
applications mobiles dans la création d'opportunités de moyens de subsistance, déclenchent une nouvelle dynamique de recherche intéressante.

Des études complémentaires sur le potentiel et la contribution de l'industrie de l'argent mobile dans la création d'emplois et
d'opportunités génératrices de revenus dans le secteur des PME du Zimbabwe sont suggérées. Il est nécessaire de poursuivre
l'analyse détaillée du potentiel et de la contribution de l'industrie du développement mobile au développement économique de la
nation du Zimbabwe, en tenant compte des défis et des opportunités posthyperinflation.

Des recherches plus poussées sur le sujet susmentionné informeront les praticiens du développement sur l'opportunité de cultiver l'innovation
des applications mobiles dans l'économie du Zimbabwe. Les praticiens du développement peuvent ensuite accélérer l'innovation mobile dans
l'économie grâce à la création d'incubateurs ou de centres mobiles qui fournissent une plate-forme pour la formation, plaident en faveur de
politiques saines et sollicitent des financements. La capacité d'incubation du développement mobile au Zimbabwe n'en est qu'à ses débuts, le
premier pôle technologique n'ayant été lancé que récemment en 2013 (Rutsito, 2013).

RÉFÉRENCES
Groupe de la Banque africaine de développement (ADBG). (2011) Infrastructure et croissance au Zimbabwe: un plan d'action pour
Récupération renforcée. Tunis: Groupe de la Banque africaine de développement. [En ligne]. Disponible:
http://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/GenericDocuments/14.%20Zimbabwe%20Report_Chapter%2012.pdf
[Récupéré le 16 août 2013]. Aker, JC et Mbiti, IM (2010). Téléphones mobiles et développement économique en Afrique. Le
Journal de
Perspectives économiques, 24 (3), 207-232.

Andjelkovic, M et Imaizumi, S. (2012). Entrepreneuriat mobile et emploi. Dans T.Kelly et M. Minges


(Eds.), Information et communication pour le développement 2012 ( pp 75-88). Washington, DC: Banque mondiale. Bångens, L. et

Söderberg, B. (2011). Transferts d'argent mobile et utilisation par les micro et petites entreprises
Tanzanie. SPIDER, le programme suédois pour les technologies de l'information et de la communication dans les régions en développement. [ En
ligne] Disponible:
https://spidercenter.org/sites/defaultfiles/SME%20and%20MMT%20usage%20in%20Tanzania%20%28A pril% 202011% 29_0.pdf [Récupéré
le 6 novembre 2013].

Boateng, R. (2011). Téléphones mobiles et activités de micro-commerce - conceptualiser le lien. infos, 13 ( 5), 48-62.

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 62


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Carmody, P., (2013). Une économie de la connaissance ou une société de l'information en Afrique? L'intégration et le mobile
révolution du téléphone. Les technologies de l'information au service du développement, 19 (1), pp.24-39. Systèmes

de recherche créative (2012). Calculateur de taille d'échantillon. [ En ligne]. Disponible:


http://www.surveysystem.com/sscalc.htm . [Récupéré le 4 juin 2014].

Cunningham, PM, Cunningham, M. et Ekenberg, L., 2014, décembre. Analyse de base de 3 innovations
écosystèmes d’Afrique de l’Est. In Advances in ICT for Emerging Regions (ICTer), Conférence internationale 2014 sur (pp.
156-162). IEEE.

Donner, J., et Escobari, MX (2010). Un examen des données factuelles sur l'utilisation du mobile par les micro et petites entreprises
Pays en voie de développement. Journal du développement international, 22 (5), 641-658. Donovan, K. (2012). Argent mobile et inclusion

financière. Dans T.Kelly et M. Minges (Eds.), L'information et


communication pour le développement 2012 ( 61 à 73). Washington, DC: Banque mondiale. Donovan, KP, (2013). La

responsabilité des intellectuels de l'argent mobile ?. Technologies de l'information &


Développement international, 9 (1), pp.pp-55.

Essegbey, George Owusu et Godfred Kwasi Frempong. "Créer un espace pour l'innovation - Le cas du mobile
téléphonie dans les MPE au Ghana. "Technovation 31.12 (2011): 679-688.

Esselaar, S., Stork, C., Ndiwalana, A., et Deen-Swarray, M. (2007). Utilisation des TIC et son impact sur la rentabilité
des PME dans 13 pays africains. Technologies de l'information et développement international, 4 (1) et 87-
100.

Econet Wireless Zimbabwe (EWZ). (2013). Econet Wireless Zimbabwe: Histoire. [ En ligne] Disponible:
https://www.econet.co.zw/about-us/history [Récupéré le 16 août 2013].

Faggio, G. et Silva, O., (2014). Travail indépendant et entrepreneuriat sur les marchés du travail urbains et ruraux.
Journal of Urban Economics, 84, pp.67-85. FinMark Trust. (2013). Enquête FinScope MSME Zimbabwe 2012. FinMark

Trust. [En ligne]. Disponible:


http://www.finmark.org.za/wp-content/uploads/pubs/FinScope_Zimbabwe_Broch13FNL.pdf [Récupéré le 8 août 2013].

Garang, JA, (2014). Le secteur financier et le développement inclusif en Afrique: Essais sur l'accès au financement pour
Petites et moyennes entreprises au Soudan du Sud et au Kenya. Gencer, M. (2011). Le mouvement de l'argent mobile:

catalyseur pour relancer les marchés émergents. Innovations:


Technologie, gouvernance et mondialisation, 6 (1), 101–117.

Gikenye, W., et Ocholla, DN (2013). La diffusion et l'impact des téléphones portables sur le secteur informel en
Kenya. Dans DN Ocholla et N. Evans (Eds.), Autonomiser et inspirer les études d'information actuelles dans le monde entier, Actes de la 13e
Conférence annuelle sur les SI, Université de Zululand, Afrique du Sud, mars 2012
(231-255).

GSMA Intelligence. (2013). Mise à l'échelle du mobile pour le développement. Londres: GSMA Intelligence. [En ligne]. Disponible:
https://gsmaintelligence.com/files/analysis/?file=130828-scaling-mobile.pdf [Récupéré le 2 septembre 2013]. GSMA. (2013). L'économie
mobile 2013. [ En ligne]. Disponible:

http://www.gsmamobileeconomy.com/GSMA%20Mobile%20Economy%202013.pdf [Récupéré le 24 août 2013]. GSMA. (2015). Suivi


du déploiement de l'argent mobile. [ En ligne]. Disponible:

http://www.gsma.com/mobilefordevelopment/programmes/mobile-money/insights/tracker [Récupéré le 22 octobre 2015]. Hanke, SH


(2008). Le nouvel indice d'hyperinflation (HHIZ) met l'inflation au Zimbabwe à 89,7 sextillions pour cent.

Washington, DC: Institut Cato. [En ligne]. Disponible: http: // www. cato. org / Zimbabwe [Récupéré le 19 novembre 2015].

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 63


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Hanke, SH (2009). RIP dollar du Zimbabwe. Washington DC: Institut Cato. [En ligne]. Disponible:
http://www.cato.org/zimbabwe . [Récupéré le 19 novembre 2015].

International Data Corporation (IDC). (2013). La croissance s'accélère dans le monde de la téléphonie mobile et
Marchés des smartphones au deuxième trimestre, selon IDC. IDC - Communiqué de presse, [ En ligne] 25 juillet. Disponible: http://www.idc.com/getdoc.jsp?
. [Récupéré le 21 septembre 2013].

infoDev. (2012). Utilisation mobile à la base de la pyramide au Kenya. Washington DC: Banque internationale pour
Reconstruction et développement / La Banque mondiale. [En ligne]. Disponible:
http://www.infodev.org/infodev-files/final_kenya_bop_study_web_jan_02_2013_0.pdf [Récupéré le 21 septembre 2013].

Union internationale des télécommunications (UIT). (2014). Mesurer la société de l'information 2014. Genève:
Union internationale des télécommunications. [En ligne]. Disponible: https://www.itu.int/en/ITUD/Statistics/Documents/publications/mis2014/MIS2014_w
[Récupéré le 22 octobre 2015].

Jagun, A. et Heeks, R. (2007). Téléphones mobiles et développement: l'avenir entre de nouvelles mains? Insights / id21
(Programme) (69).

Jagun, A., Heeks, R. et Whalley, J. (2008). L'impact de la téléphonie mobile sur les micro-entreprises des pays en développement
Entreprise: une étude de cas nigériane. The MIT Press 2008, 4 ( 4), 47-65.

Kanyenze, G., Kondo, T., Chitambara, P. et Martens, J. (2011). Au-delà de l'Enclave. Vers un pro-pauvres et
Stratégie de développement inclusif pour le Zimbabwe. Harare: Weaver Press.

Katengeza, SP, Okello, JJ et Jambo, N. (2011). Utilisation de la technologie de la téléphonie mobile dans le marketing agricole:
Le cas des petits exploitants agricoles au Malawi. International Journal of ICT Research and Development in Africa (IJICTRDA), 2 ( 2),
14-25.

Kelly, T et Minges, M. (2012). Résumé. Dans T.Kelly et M. Minges (Eds.), L'information et


communication pour le développement 2012 ( pp. 3-9). Washington, DC: Banque mondiale. Levin, P. (2013). Une grande ambition rencontre une

exécution efficace: comment EcoCash modifie la situation financière du Zimbabwe


paysage. Londres: GSMA. [En ligne]. Disponible: http://www.gsma.com/mobilefordevelopment/wpcontent/uploads/2013/07/EcoCash-Zimbabwe.pdf
[Récupéré le 29 novembre 2013]. Liedholm, CE et Mead, DC (2013). Petites entreprises et développement économique: la dynamique
des micro
et les petites entreprises. Routledge. pp.1 -5. Mandel, M. (2012). Où sont les emplois: App Economy. TechNet. [En ligne]. Disponible: http://www.techn

content / uploads / 2012/02 / TechNet-App-Economy-Jobs-Study.pdf [Récupéré le 29 novembre 2013]. Manjengwa, J., Kasirye, I. et

Matema, C. (2012). Comprendre la pauvreté au Zimbabwe: une enquête par sondage sur 16
Les quartiers. Actes de la conférence sur le développement économique en Afrique tenue au Centre pour l'étude des économies
africaines. Oxford, Royaume-Uni, 18-20 mars 2012.

Mao, H., Shuai, X., Ahn, YY et Bollen, J. (2013). Les communications mobiles révèlent l'économie régionale
côte divoire. Dans Actes de la 3e Conférence sur l'analyse des ensembles de données de téléphonie mobile (NetMob).

Martin, S., Castro, M., Gago, D. et Torres, D., (2013). Autonomiser les communautés en ligne: une ouverture massive
Communauté en ligne sur le développement d'applications et l'entrepreneuriat. Dans Teaching, Assessment and Learning for Engineering
(TALE), 2013 IEEE International Conference on (pp. 37-40). IEEE. Mbogo, Marion. "L'impact des paiements mobiles sur le succès et la
croissance des micro-entreprises: le cas de m-
pesa in Kenya. "Journal of Language, Technology & Entrepreneurship in Africa 2.1 (2010): 182-203. Melchioly, S., et Sæbø, Ø.

(2010). ICTs and Development: Nature of Mobile Phones usage for SME Economic
Développement - Une étude exploratoire à Morogoro, Tanzanie. Voix des TIC et de la recherche sur le développement en Afrique. Fédération
internationale pour le traitement de l'information (IFIP), Commission technique, 9 (4).

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 64


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Minges, M. (2012). Aperçu. Dans T.Kelly et M. Minges (Eds.), Information et communication pour
développement 2012 ( p. 11-28). Washington, DC: Banque mondiale.

Ministère des petites et moyennes entreprises et du développement coopératif (MoSMECD). (2013). Ministère de
Petites et moyennes entreprises et développement coopératif: À propos du ministère. [ En ligne]. Disponible:
http://www.smecd.gov.zw/index.php/about-the-ministry [récupéré le 8 août 2013]. NetOne. 2013. Netone:

Histoire. En ligne. Disponible:


http://www.netone.co.zw/index.php?option=com_content&view=article&id=1&Itemid=106 [Récupéré le 16 août 2013].

Nxele, M. (2009). Reconnecter le Zimbabwe: mettre la téléphonie mobile au service du développement durable et
réduction de la pauvreté. Dans Chimhowu, A. (Ed.), Aller de l'avant au Zimbabwe: réduire la pauvreté et promouvoir la croissance
( 103-110). Manchester: Université de Manchester. [En ligne]. Disponible:
http://www.bwpi.manchester.ac.uk/research/ResearchAreaProjects/Africa/Moving_forward_in_Zimbabw e_whole_report.pdf [Récupéré le
14 août 2013]. OCDE / Union internationale des télécommunications (2011). M-Government: les technologies mobiles pour la réactivité

Gouvernements et sociétés connectées. Éditions OCDE. [En ligne]. Disponible:


http://unpan1.un.org/intradoc/groups/public/documents/un-dpadm/unpan047499.pdf [Récupéré le 29 novembre 2013].

Otiso, KN, Simiyu, CN et Odhiambo, VA (2013). Effets du chiffre d'affaires par l'utilisation du téléphone mobile
Transfert d'argent sur la rentabilité des micro et petites entreprises du comté de Bungoma.
Revue internationale de recherche en gestion et en entreprise, 2 (3), 853-861.

Patnaik, N. (2013). Utilisation de téléphones mobiles par les petits agriculteurs pour la découverte des prix des produits frais: un cas
Étude du Malur Taluk au Karnataka. Dans Conduire l'économie grâce à l'innovation et à l'entrepreneuriat ( 745-756).
Springer India.
Autorité de régulation des postes et télécommunications du Zimbabwe (POTRAZ). (2015). POSTAL ET
RAPPORT SUR LES PERFORMANCES DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (ABRÉGÉ): PREMIER TRIMESTRE
2015. [ En ligne]. Disponible: https://www.potraz.gov.zw/images/stats/First_Quarter_2015.pdf [Récupéré le 22 octobre 2015].

Rabayah, K., et Qalalwi, K. (2011). L'impact de la téléphonie mobile sur les entreprises des pays en développement: A
Étude de cas palestinienne. La revue électronique des systèmes d'information dans les pays en développement, 46 (4), 1-
20.

Rutsito, TT (2013). Hypercube conclut un accord de 177 000 $ pour le premier centre technologique du Zimbabwe. Technomag
[En ligne] 23 septembre. Disponible depuis: http://www.technomag.co.zw/2013/09/23/hypercube-clinches-a177-000-deal-for-the-first-tech-hub-in-zimb
[Récupéré le 5 novembre 2014].

Saunders, M. et Lewis, P. Thornhill, A. (2009). Research Methods for Business Students, 5e éd. Harlow,
Angleterre: Pearson Education Limited.

Société de développement des petites entreprises (SEDCO). (2011). DÉVELOPPEMENT DES PETITES ENTREPRISES
PROJET DE LOI SUR LES SOCIÉTÉS (MODIFICATION), 2010. [ En ligne]. Disponible:
http://www.sedco.co.zw/index.php?option=com_docman&task=doc_download&gid=1&Itemid=8
[Récupéré le 8 août 2013].

Société de développement des petites entreprises (SEDCO). (2013). Société de développement des petites entreprises.
[En ligne]. Disponible: http://www.sedco.co.zw/ [Récupéré le 8 août 2013].

Sørensen, JB et Sharkey, AJ, (2014). L'entrepreneuriat comme processus de mobilité. Revue sociologique américaine,
79 (2), pages 328 à 349.

Taylor, EB et Horst, HA, (2013), septembre. De la rue au satellite: mélanger les méthodes pour comprendre le mobile
utilisateurs d'argent. Dans Ethnographic Praxis in Industry Conference Proceedings (Vol. 2013, n ° 1, pp. 88-102).

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 65


Perekwa et coll. Impact de la technologie mobile sur l'économie post-hyperinflation

Telecel. (2013). À propos de Telecel Zimbabwe. [ En ligne]. Disponible: http://www.telecel.co.zw/index.php/about-


nous / aperçu . [Récupéré le 16 août 2013].

Telecel. (2015). Telecash. [ En ligne]. Disponible: http://www.telecel.co.zw/telecash [Récupéré le 22 octobre 2015] Tiarawut, S., (2013).

Technologie mobile: opportunité pour l'entrepreneuriat. Communications personnelles sans fil,


69 (3), pages 1025-1031.

Traxler, J. (2009). Apprendre à l'ère du mobile. International Journal of Mobile and Blended Learning (IJMBL),
1( 1), 1-12.
Tobbin, PE, (2013). Examen de l'adoption et de l'utilisation des services de données mobiles: une analyse du comportement des consommateurs
(Thèse de doctorat, Université d'Aalborg au Danemark). UN Zimbabwe. (2013). Profil

de pays du Zimbabwe. [ En ligne]. Disponible:


http://www.zw.one.un.org/uninzimbabwe/zimbabwe-country-profile [Récupéré le 3 août 2013]. Programme des Nations Unies pour le

développement (PNUD). (2014). Rapport sur le développement humain 2014. New York:
PNUD. [En ligne]. Disponible: http://hdr.undp.org/sites/default/files/hdr14-report-en-1.pdf . [Récupéré le 22 octobre 2015].

Van der Boor, P., Oliveira, P. et Veloso, F., (2014). Les utilisateurs en tant qu'innovateurs dans les pays en développement:
sources d'innovation et de diffusion dans les services bancaires mobiles. Research Policy, 43 (9), pp.1594-1607. Wanyonyi, W. et

Bwisa, HM (2013) Influence of Mobile Money Transfer Services on the Performance of


Micro-entreprises dans la municipalité de Kitale. International Journal of Academic Research in Business and Social Sciences, 3 (5),
500-517.

West, DM, (2012). Comment la technologie mobile stimule l'entrepreneuriat mondial. Rapport sur la politique de Brookings. West, DM, (2014).

Devenir mobile: comment la technologie sans fil redéfinit nos vies. Établissement Brookings
Presse.

ZIMSTAT (Agence nationale des statistiques du Zimbabwe). (2012a). Recensement 2012: rapport préliminaire. Harare:
ZIMSTAT. [En ligne]. Disponible:
http://unstats.un.org/unsd/demographic/sources/census/2010_PHC/Zimbabwe/ZWE_CensusPreliminary2
012.pdf [Récupéré le 3 août 2013].

ZIMSTAT (Agence nationale des statistiques du Zimbabwe). (2012b). Recensement 2012: rapport provincial Harare. Harare:
ZIMSTAT. [En ligne]. Disponible:
http://www.zimstat.co.zw/dmdocuments/Census/CensusResults2012/Harare.pdf [Récupéré le 7 septembre 2014].

ZIMSTAT (Agence nationale des statistiques du Zimbabwe). (2013). Analyse de la ligne de référence de la pauvreté et de la pauvreté
Zimbabwe 2011/12. Harare: ZIMSTAT. [En ligne]. Disponible:
http://www.undp.org.zw/component/docman/doc_download/230-zimbabwe-poverty-report-2011-april17-2013 [Récupéré le 3
août 2013].

The African Journal of Information Systems, Volume 8, Numéro 3, Article 3 66


Le droit d'auteur de la Revue africaine des systèmes d'information est la propriété de la Revue africaine des systèmes d'information et son
contenu ne peut être copié ou envoyé par courrier électronique à plusieurs sites ou publié sur une liste de diffusion sans l'autorisation écrite
expresse du détenteur du droit d'auteur. Cependant, les utilisateurs peuvent imprimer, télécharger ou envoyer des articles par courrier
électronique pour un usage individuel.