Vous êtes sur la page 1sur 14

Une pluie de pèlerins a la cascade le 15 juillet 2003

SAUT D’EAU/VILLE BONHEUR APRES PLUS D’UN SIECLE


ET ½ D’EXISTENCE POUSSENT UN CRI D’ALARME À
TOUS LES FILS ET AMIS DE LA VIERGE MIRACLE.

Haïti, depuis sa découverte par Christophe


Colomb en 1492, présente une verdure extraordinaire
qui émerveillait le monde touristique et le pousse à
accepter son appellation honorable : “La perle des
Antilles”. Tout le monde voulait visiter Haïti à cause
de sa verdure chatoyante, ses sites touristiques et
son atmosphère bienfaisante. Aujourd’hui, des
problèmes socio-économiques et politiques rongent le
pays et incitent les gens à le délaisser en vue de
subvenir aux besoins élémentaires. Toutefois, Haïti
reste et demeure une zone touristique de l’Amérique
et devrait attirer des millions de touristes par jour.
Mais n’étant pas récupérés et protégés, ses sites ne
participent pas au développement du Pays.
Regardons en face la commune de Saut-d’Eau/Ville
Bonheur du département du Centre : lieu de
pèlerinage international et d’attraction
extraordinaire. Il faudrait user de ses sites
touristiques pour poser les bases d’un
développement viable et durable de la communauté
Saudelaise et du pays en général. Alors, qu’est-ce qui
nous empêche d’exploiter ces avantages et de
colmater du même coup toutes les brèches faisant
obstacle au développement touristique de la
commune.
Saut-d’Eau, est incontestablement l’une des
communes les plus connues de la République d’Haïti
de par sa réputation pour ses fêtes patronales
réunissant toutes les couches sociales, religieuses,
politiques et économiques du pays et du monde
international. Ses sites touristiques, ses fêtes
patronales, ses cérémonies vaudouesques dont les
principaux centres sont : le Saut(cascade), les
Palmes, Saint-Jean, Doco, Calvaires et les Grottes
contournant la ville. Pourtant, la mauvaise gestion, le
manque de considération aux yeux des dirigeants

2
passés, le manque de motivation de la communauté
sur l’importance touristique et culturelle de ces sites
pour le pays en général et pour la commune de Saut-
d’Eau en particulier, paralyse le développement de
cette dite commune. Malheureusement, les gens
voudraient bien monter à Saut-d’Eau en plus grand
nombre mais il n’y a pas d’infrastructure routière et
structure d’accueil. Malgré tout, durant la fête, Saut-
d’Eau est toujours bondée d’une pluie de personnes.
Mais comment a-t-elle pu devenir ce qu’elle est
aujourd’hui?

Ce fut en 1848, au mois de juillet, dans une toute


petite forêt de fleurs sauvages, de mapous et de
palmiers, située au Sud-Ouest de la Commune de
Mirebalais que la vierge Marie connue sous le vocable
de Notre Dame du Mont- Carmel allait faire son
apparition. C’est un pauvre paysan qui cherchait à
récupérer son âne égaré depuis plusieurs jours qui
allait faire l’expérience de cette apparition. Rempli de
stupéfaction, il a été en parler aux soldats qui, à leur
tour, pensaient qu’il s’agissait d’un ange Rebel, tirait
sur l’ombre (la Vierge) qui se posait sur un palmier.
C’est ainsi que la Vierge se déplace pour se reposer
quelque part au même endroit. Quelques jours
écoulés, le Curé de Mirebalais allait être au courant

3
de ce qui s’était passé. Après beaucoup de réflexions,
de prières et de méditations, il érigeait une petite
chapelle dans la zone sous le patronage de NOTRE
DAME DU MONT CARMEL devenant par la suite
VIERGE-MIRACLE grâce aux dons accordés et à
l’exaucement des demandes des pèlerins venus de
tous les coins du département du Centre et de l’Ouest
à dos d’ânes. Disons que tout cela se passait sur les
habitations de Tibreuil et de Rhinville. Mais, il fallait
attendre 1905 pour qu’ait vu le jour une nouvelle
commune de l’arrondissement de Mirebalais du nom
de Ville -Bonheur ou commune de Saut-d’Eau.
En effet, malgré sa grande réputation en matière
touristique et culturelle, la commune de Saut-d’Eau
n’a jamais eu grande chance d’être considérée à sa
juste valeur aux yeux des dirigeants nationaux et
même locaux. Elle, qui attire tant de gens et qui en
aurait pu attirer encore beaucoup plus de touristes
dans le pays si elle avait été moins négligée. Notons
qu’elle est l’une des rares communes tenant les
premières places en matière de touriste et de
manifestations religieuses pluridimensionnelles. Elle
se localise sur une superficie de 178 km². Elle est
bornée au nord par le fleuve Artibonite, au sud par la
Croix des Bouquets et Thomazeau, à l’Est par les
communes de Cabaret et de l’Arcahaie et a l’Ouest

4
par la chapelle (Département de l’Artibonite). Elle est
formée de quatre sections communales :
• Rivière Canot,
• La Selle,
• Coupe Mardi-Gras
• Montagne Terrible.
Pour y arriver, Saut-d’Eau n’a qu’une entrée
véhiculaire. C’est le tronçon de 6 ou 7 Kms
(Carrefour-Dubuisson-Saut-d’Eau). Signalons qu’au
cas où l’on ne voudrait pas utiliser un véhicule, il est
possible d’emprunter 12 km à pieds par Carrefour-
Nivard ou 26.5 km par Titanyen. Il faut dire que le
tronçon en terre battue dont nous parlons
précédemment est l’œuvre du Président Paul Eugène
Magloire. Pourtant la hiérarchie de l’Eglise Catholique
avait décidée de transformer la chapelle Notre-Dame
du Mont Carmel en paroisse depuis 1903.Et depuis
lors, jusqu’à aujourd’hui la paroisse bénéficie par
année plusieurs fêtes religieuses.
 16 Juillet Notre-Dame du Mont Carmel
 1er dimanche du mois d’Août Ti Juillet
(Vierge Miracle)
 24 Septembre Notre Dame de la Mercie
 La semaine Sainte et les fêtes de Pâques.
Cette dite paroisse reçoit par année plus de 280.000
pèlerins venus de partout implorer le secours de la

5
Vierge. Il nous faut signaler aussi que les gens y sont
venus pour toutes sortes de chose. Il n’y a pas que
des chrétiens qui y sont présents. Des vodouisants,
des marchands des vacanciers sont autant de
personnes qui peuvent être rencontrés à Saut-d’Eau à
l’occasion de la fête patronale.
Toutefois, nous avons l’avantage de préciser pour
l’instruction de la jeunesse et l’information de la
nation et de nos amis à l’étranger que la Ville
Bonheur qui apporte continuellement la joie dans les
cœurs et les esprits est comprise dans toute la partie
basse de la cité du Mont Carmel. D’où provient par
abréviation la dénomination”Ville Bonheur”. Et Saut-
d’Eau c’est toute la région de la cascade
majestueuse, au Haut Plateau ainsi appelé où l’Eau,
dans un mouvement mystérieux ou une séquence
extraordinaire et trépidante fait un saut en
profondeur éblouissant à l’esprit et à l’imagination.
Pour nos pèlerins nationaux et étrangers, il y a une
tendance naturelle à confondre entre ses deux
dénominations.
Il est certain que depuis que Saut-d’Eau ou Ville
Bonheur ce petit coin de terre mystérieux et mystique
a été élevé au rang de commune dans
l’arrondissement de Mirebalais, voilà plus d’un siècle
écoulé soit 103 ans, il n’a jamais bénéficié d’aucune

6
action significative de la part des Gouvernements
passés. Malgré tout, chaque année, à l’époque du 16
juillet, des milliers de pèlerins, nationaux et
étrangers y vont non seulement pour implorer la
miséricorde de la Vierge des Miracles, mais aussi pour
contempler les beautés pittoresques de Ville Bonheur,
jouir de la douceur agréable de son climat, respirer
son air magique purificateur et se tremper dans ses
eaux limpides et fraîches, particulièrement à la
cascade merveilleuse et majestueuse. Nos anciens
dirigeants, cependant restaient toujours indifférents
au sort malheureux de ce coin de terre béni d’Haïti,
prouvant ostensiblement leur incapacité manifeste à
exploiter les richesses naturelles de Saut-d’Eau dans
l’intérêt de la nation. Il paraissait très obscur que ces
dirigeants ne pouvaient ou ne voulaient comprendre
que la rénovation progressive et rationnelle de la
commune ferait d’elle un véritable paradis d’Haïti où
des touristes nationaux et étrangers prendraient un
immense plaisir à investir de substantielles valeurs
par leurs fréquentes visites durant toutes les saisons
de l’année.
Nous voudrions suggérer aux parlementaires
d’exercer leurs pouvoirs législatifs pour déclarer
officiellement Ville Bonheur par une loi “Centre de
pèlerinage et Touristique National” et le

7
Gouvernement dans son immense pouvoir exécutif de
prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour la
ratification et la réalisation immédiate de ce
merveilleux projet de rénovation et a la conférence
épiscopale de faire de la paroisse de Saut-d’Eau un
centre mariale a la manière de « Notre Dame de la
Pologne, Vierge Noire aux USA pensilvania ». Nous
sommes très confiants en la bonne volonté du
Gouvernement actuel de travailler au développement
touristique du Pays et de Saut-d’Eau en particulier.
Voici les griefs de cette perle de notre chère
République devant devenir concrètement un centre
de progrès et d’attraction durant toute l’année pour
être un joyau dans un plan d’ensemble de
développement national:

Création de centres de loisirs, de


logements et d’attractions
Nettoyage quotidien de la ville
Modernisation du système hydraulique
Mise en place des coopératives agricoles,
commerciales et industrielles
Organisation et développement d’un
système adéquat de communication
devant relier la commune de Saut-d’Eau
avec le reste du pays.

8
Projet de développement touristique e
d’urbanisation de la Cascade et de la Ville.
Projet de rénovation des stations
balnéaires et de modernisation de la
Cascade
Asphaltage du tronçon de route Carrefour
Dubuisson Saut-d’Eau devant être réparé
dans l’immédiat. Cette injustice criante
faite à la conscience nationale, à la
vaillante population et aux millions de
pèlerins nationaux et étrangers quand
cette partie importante de vie nationale a
été complètement écartée du grand projet
d’asphaltage de la route Pont Sondé –
Mirebalais.
Construction du Lycée
Construction d’une Place Publique
Construction d’un Hopital
Agrandissement de l’Ecole Nationale
actuelle
Dotation d’un système indépendant
d’energie électrique
Réhabilitation des routes Carrefour Nivard
Saut d’Eau, Titanyen Saut d’Eau
Restauration des Eglises Catholiques
(Concordat 2)

9
Construction d’un pont sur la source
alimentant la cascade
Asphaltage des principales rues de la Ville.
Asphaltage du tronçon de route Ville
Bonheur conduisant à la Cascade et toute
autre projets nécessaires pour le
développement d’une ville touristique.

A regarder Saut-d’Eau au travers de ses sites le


tourisme représente un atout fiable au
développement. Car toute personne venue à Saut
d’Eau pour une première fois ne peut pour aucune
raison ne pas y revenir chaque année et au moment
opportun.
Dans peu d’année, le tourisme favorisera la mobilité
d’un milliard de personnes qui seront accueillies par
plus de 350 millions de travailleurs directement
concernés. Le développement dans une société
multiculturelle et aux régions multiples est observé
d’une manière permanente par des experts
internationaux et nationaux; l’évolution quantitative
et qualitative du tourisme affectera les structures
touristiques, les entreprises, les Etats, aussi bien que
tous les Femmes et les Hommes! N’en sommes nous
pas concernés? Témoins de plusieurs sites
touristiques, nous avons beau réfléchir sur les

10
impacts culturels, sociaux et humains devant retenir
l’attention de tous les acteurs économiques et
politiques pour que ces évolutions respectent
pleinement les cultures, la nature et la dignité de
l’être humain. On peut comprendre qu’avec la montée
du temps libre non travaillé, d’une part,
l’abaissement constant du prix du transport qui sera
de toutes façons la conséquence de la mise en place
des infrastructures routières, d’autre part le désir de
l’homme de découvrir et de se rencontrer aux quatre
coins du monde, donne lieu de nous engager de plein
pied dans la sphère du tourisme. L’Eglise catholique
pour sa part, doit en tenir compte et poser les bases
nécessaires pouvant faire de Saut-d’Eau un vrai
centre de pèlerinage comme “Higuey à St Domingue,
Medjugore a Lourdes Notre de la Pologne aux U.S.A
etc.”. Car le Pape Jean Paul II, malgré sa vieillesse
joue encore au cœur de jeune et affirme il y a 20 ans
déjà “s’ils sont mis à profit comme il convient, les
loisirs se transforment pour la personne en capacité
d’auto éducation et de culture…” Pour cette raison le
tourisme en soi est une valeur et non pas un acte
banal de consommation” Ainsi le pèlerinage doit être
considéré autant dans sa dimension économique et
sociale que dans l’expression religieuse ou culturelle.
Dans un même temps, Haïti comme pays pauvre va

11
pouvoir trouver de manière synchronique les
ressources en devises dont il a un urgent besoin pour
réduire sa dette, payer ses importations et favoriser
la création d’emplois au développement
communautaire. Bien géré, le tourisme peut favoriser
l’environnement et maintenir l’agriculture. En Haïti,
tout comme tous les autres pays du tiers-monde, le
tourisme est un problème de justice et de droits
humains, pensons-nous! L’impact et les conséquences
du tourisme constitueront un formidable défi au
développement. Car il n’y a pas de justification par le
pessimisme, le désespoir ou l’inertie!
En effet, dans la ligne où nous nous engageons,
l’Eglise ne peut pas être mise de côté. Elle est très
concernée. Et nous savons pour qu’elle développe ses
activités pastorales adaptées et plus créatives dans le
domaine du tourisme (à Mont-carmel) il faut une
approche fondamentalement nouvelle, une
compréhension de la complexité du tourisme de
masse moderne, dans le contexte de la globalisation.
Il y a une injustice criante: les pays riches deviennent
plus riches pourtant les pays pauvres deviennent plus
pauvres. Rappelons-nous qu’en 1995 les plus pauvres
ne partageaient que 1.4% du revenu mondial global
alors que le lot des riches avait atteint le niveau 85%.
Nous devons partir avec l’idée d’apporter des

12
conditions de vie plus humaines et agir avec justice et
faire de nouvelles options pour des valeurs nouvelles
de communauté et de solidarité. En d’autres termes,
il nous faut être capable de promouvoir un tourisme
durable et humain. Et de nouvelles possibilités ne
seront possibles qu’avec un esprit patriotique selon
l’approche Christophienne pour notre temps et nos
situations.
Sommes toute, le tourisme est une industrie de lever
de soleil dans le monde entier. Tous ceux qui se voient
sur les écrans des télévisions, les gens veulent en
faire l’expérience tout de suite dans la réalité. Ils ne
sont pas dérangés de travailler de longues heures
pour avoir l’opportunité d’entrer dans un autre
monde culturel. Ainsi, le tourisme peut être une
occasion d’entrer dans le monde des autres mais ne
doit pas être celui de piétiner les jolies fleurs de leur
jardin. D’où la promotion d’un tourisme plus juste
commence par l’engagement aux côtés de ceux qui
vivent dans le monde du tourisme local, national ou
international, spécialement les travailleurs, soit sous
la forme d’offre de services directs, soit par
l’éducation au droit et à la responsabilité. D’où nous
devons travailler à la protection des droits des
visiteurs autant que des visités. Voilà pourquoi, nous
pensons que le merveilleux projet de rénovation de

13
Saut-d’Eau/Ville Bonheur pourra aisément se
concrétiser s’il y a une synergie entre les autorités
constituées d’Haïti, les milliers de pèlerins nationaux
et étrangers, la vaillante population et les patriotes
haïtiens en général. Il est temps de comprendre qu’il
n’est plus acceptable en aucune manière que les
ressources économiques de la fête patronale du 16
juillet ne soient pas bien réparties alors que la
communauté Saudelaise piétine sur place dans une
stagnation ignominieuse, dégradante et contristante.
Enfin, à tous ceux et toutes celles qui veulent passer
quelques jours agréables durant les vacances d’Eté,
nous vous invitons à faire un petit tour à Saut-d’Eau
durant toute l’année. Soyez confiant! Vous ne serez
pas déçus. Venez et vous verrez!

Gesper, BARTHELEMY
originaire de Saut-d’Eau
Saut-d’Eau En Action (SAC)*
gesperb@yahoo.com
sautdeauaction@yahoo.com

14