Vous êtes sur la page 1sur 10

Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier

Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020


1

L’ÂGE DE LA TERRE
Tout d’abord, un peu d’histoire ...

La formation de la Terre a une place centrale dans la plupart des mythologies. La naissance,
à partir d’Ouranos (le ciel) et Gaïa (la Terre), permet la création du monde dans la mythologie
grecque. Dans la mythologie nordique, c’est la mise à mort du géant Ymir par les dieux créateurs
qui permettent à son corps de devenir la terre, son sang la mer et son crâne le ciel. Dans la religion
hindouiste, ce sont les différentes parties du corps sacrifié de Purusha qui donnent naissance à
toutes les entités de l’Univers.
Puis, la prédominance des religions monothéistes à partir du IV° siècle après J.-C. impose la
vision d’une Terre immuable et liée à la Genèse, évènement de création par une divinité unique
d’après la Bible.
Il faut attendre le XVIII° siècle pour qu’émerge une première datation chiffrée de l’âge de la
Terre, estimée entre 5 000 et 6 000 ans. Aujourd’hui, l’âge de la Terre est précisément déterminé :
4,57 milliards d’années (Ga). Entre ces deux datations, de nombreux arguments, scientifiques ou
non se prononçant sur des âges différents, ont générés d’importantes controverses.

Quelles étaient les premières démarches pour déterminer l’âge de la Terre ? Comment l’âge
de la Terre a t’il ensuite été précisément déterminé ?

I. Du dogme de l’Antiquité à la démarche scientifique du XVIII° siècle

Pour le philosophe grec Aristote, notre Terre a toujours existé. Au XVII° siècle, des « calculs »
effectués à partir de l’âge des personnages de la Bible proposent que la naissance du monde aurait
eu lieu autour du 22 octobre 4004 avant J.-C.

Au XVIII° siècle émergent les premières démarches scientifiques. En 1774, Buffon par exemple,
modélise le temps de refroidissement d’une Terre considérée comme initialement en fusion. Il
aboutit à un âge de la Terre équivalent à 96 000 ans.

Ci-dessous, le document explique son hypothèse et sa démarche pour arriver à ce résultat.

Georges-Louis LECLERC,
comte de BUFFON
Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier
Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020
2
De nombreux témoignages attestent que la température est plus élevée dans les mines.
Cette augmentation de la température liée à la profondeur conduit de nombreux hommes de
sciences à penser que la Terre est un globe constitué de matériel en fusion, se refroidissant par la
surface. C’est donc en partant de cette hypothèse que Buffon extrapole les résultats obtenus avec
des boulets de canon au cas de la Terre dont la circonférence est connue depuis Eratosthène (III°
siècle avant J.-C.) soit 941 461 920 demi-pouces.

Buffon chauffe des boulets de canon à blanc puis il a : « cherché à saisir [...] l’instant ou les
boulets se sont trouvés refroidis jusqu’au point de la température actuelle, c’est-à-dire 10°C au-
dessus de la congélation. [...] ».

Voici les résultats de Buffon ainsi que le graphique donnant l’évolution de la durée de
refroidissement en fonction du diamètre obtenu grâce à Excel :

è Pour un diamètre de 941 461 920 demi-pouces (estimée grâce à Eratosthène) on obtient un temps de
refroidissement de 5.1010 minutes, soit environ 96 000 ans.

II. Les controverses du XIX° siècle

Des biologistes comme Darwin et des géologues comme Lyell estiment cette durée bien trop
courte pour expliquer les phénomènes d’évolution des espèces et les processus géologiques
de sédimentation et d’érosion des paysages. Ils obtiennent un âge de plusieurs centaines de
millions d’années, voire 1 milliard d’années !

A la même période, Lord Kelvin se base sur des arguments physiques de refroidissement de
la Terre pour proposer un âge de 20 à 40 Ma.

Il calcule en effet l’évolution de la température en fonction de la profondeur pour différents


âges de la Terre. Lord Kelvin considère le gradient géothermique (=variation de la température
en fonction de la profondeur au sein du globe) constant et le fixe à environ 36°C/km.
Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier
Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020
3
En comparant ce gradient géothermique et les modélisations obtenues par calcul, il
détermine l’âge de la Terre qui correspond le mieux à ses mesures. Il propose en 1862 un âge
compris entre 20 et 100 Ma.

Gradients géothermiques obtenus par les calculs de Lord Kelvin en fonction de l’âge de la Terre

Ses arguments mathématiques semblent impossibles à mettre en défaut à l’époque. Il en


résulte une vive controverse entre Kelvin et Darwin (= discussion et opposition entre deux partis
sur un sujet donné). A cette période, personne n’ose remettre en question les calculs de Lord Kelvin.

Ci-dessous les résultats obtenus avec Excel grâce à l’exploitation des données de Lord Kelvin :

è Pour un gradient géothermique de 30°C/km par exemple, on obtient un âge de près de 177 365 999
ans, soit environ 177 millions d’années (Ma), et près de 100 Ma pour un gradient de 36°C/km.
Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier
Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020
4
III. Le XX° siècle et l’horloge radioactive

C’est la découverte de la radioactivité qui va mettre fin à la polémique et à la controverse Kelvin-


Darwin et à résoudre le problème de l’âge de la Terre. En 1903, Henri Becquerel reçoit le Prix
Nobel de physique, associé de Pierre et Marie Curie pour la découverte de la radioactivité.

La chaleur produite par la désintégration radioactive conduit à remettre en cause le


raisonnement de Kelvin. La relation entre la quantité d’éléments père et d’éléments fils dans une
roche qui les contient étant liée au temps, il est possible de dater sa formation. La radioactivité est
donc entre autres utilisée comme méthode de datation.

En 1950, le géochimiste américain Clair Patterson établit l’âge de la Terre à partir des
météorites, objets primitifs du système solaire formés en même temps que la Terre. En effet, il
comprend que les plus vieilles roches retrouvées et accessibles sur Terre ne pourront donner que
l’âge de la croûte, la partie la plus superficielle du globe.

Météorite du Canyon Diablo, USA Patterson dans son laboratoire en 1970

Les nouvelles technologies dont dispose Patterson lui permettent de mesurer précisément la
composition isotopique des météorites. Il utilise pour cela 3 isotopes du plomb (204Pb, 206Pb et
207
Pb) et analyse ensuite la proportion des différents isotopes des fragments de météorites, comme
la météorite trouvée dans le Canyon Diablo par exemple, en Arizona.

Principe de la datation par radio-chronologie :


Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier
Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020
5
206 204 207 204
Il a mesuré deux rapports isotopiques : Pb/ Pb et Pb/ Pb dans différentes météorites :

On peut alors tracer une courbe correspondant aux rapports isotopiques :

On obtient une droite


isochrone (droite formée
par des points correspondant
à des rapports isotopiques
d’échantillons de roche)
donnée par l’équation :
y = a x + b.
Le coefficient directeur a de
la droite permet de calculer
l’âge de la roche.

Plus l’âge est important, plus


le coefficient directeur est
fort.

Ici ; le coefficient directeur étant 0,60206, on obtient un âge d’environ 4,5


Ga en s’aidant du document ci-contre.

Cette approche constitue une méthode de datation absolue, c’est-à-dire


aboutissant à un âge chiffré. Cet âge est fixé à 4,57 milliards d’années
(Ga) aujourd’hui.

Bilan
Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier
Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020
6
Chronologie retraçant l’histoire de la découverte de l’âge de la Terre

POUR ALLER PLUS LOIN ....

CE QU’IL FAUT SAVOIR ET SAVOIR FAIRE :

Connaître les principaux scientifiques qui ont contribué à faire connaître l’âge de la Terre et les
méthodes qu’ils ont utilisés pour y parvenir.
Identifier les théories impliquées dans la controverse scientifique de l’âge de la Terre.
Interpréter des documents historiques utilisés pour comprendre l’âge de la Terre.
Quelle est la découverte qui a permis de connaître l’âge absolu de la Terre.
Connaître l’âge de la Terre actuellement admis.
Savoir ce qu’est une courbe isochrone et comment connaître l’âge de la Terre en l’exploitant.
Attention aux ordres de grandeur :
Ma = millions d’années (106 ans) < Ga : milliard d’années (109 ans)
Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier
Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020
7
EXERCICES D’ENTRAÎNEMENT

1. Vrai ou Faux ? (5 minutes)

a. Actuellement, la Terre est estimée à 4,57 millions d’années environ.


b. Le naturaliste Charles Darwin a estimé l’âge de la Terre en se fondant sur le temps de
refroidissement de boulets de canon en fer.
c. L’utilisation de la radioactivité a permis de mesurer précisément l’âge de la Terre.
d. L’estimation de l’âge de la Terre par le physicien Lord Kelvin était considéré comme trop élevée
par les biologistes comme Darwin et les géologues comme Lyell.

2. La datation de la Terre par radioactivité (15 minutes)

On cherche à dater une chondrite, fragment de météorite de même âge que la Terre, et un gneiss
prélevé au Groenland. Ce gneiss est l’une des plus anciennes roches terrestres actuellement
connues.

Une chondrite (fragment de météorite) et un gneiss du Groenland (roche la plus vieille ramasée).

Droite isochrone obtenue pour la chondrite Détermination de l’âge t à partir de la pente m :


et le gneiss :
m Âge m Âge
0,0060 421.106 ans 0,0542 3,72.109 ans
0,0101 708.106 ans 0,0554 3,80.109 ans
0,0131 917.106 ans 0,0600 4,10.109 ans
0,0151 1,06.109 ans 0,0621 4,24.109 ans
0,0171 1,19.109 ans 0,0660 4,50.109 ans
0,0202 1,41.109 ans 0,0664 4,53.109 ans
0,0243 1,69.109 ans 0,0680 4,63.109 ans
0,0274 1,90.109 ans 0,0699 4,76.109 ans
Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier
Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020
8
1. Estimer l’âge de la chondrite et du gneiss après avoir calculé le coefficient directeur des
deux droites isochrones. Détailler bien tous vos calculs et expliquer la démarche.

2. Pourquoi utiliser des météorites pour estimer l’âge de la Terre, plutôt que des roches de
la planète ?

3. Âge de la Terre et salinité des océans (20 minutes)

Le physicien irlandais John Joly (1857-1933) est connu pour avoir proposé
une méthode de datation de l’âge de la Terre à partir de la salinité des océans.

Principe de sa méthode : Au départ, les océans n’étaient pas salés. Leur salinité
actuelle est due à un apport régulier de sel par les rivières chargées en ions. Il
estime cet apport à 1,43.1011kg de sodium (Na) chaque année. Par conséquent, si
l’on mesure la salinité actuelle des océans, il est possible d’en déduire le temps
écoulé depuis leur formation, qui a suivi de près celle de la Terre.
La salinité : C’est la masse de sels (composés ioniques) dissous dans 1L d’eau. Elle s’exprime en
grammes par kilogramme d’eau. L’eau de mer contient en moyenne 35g de sels /kg d’eau. Le
chlorure de sodium (NaCl) appelé couramment « sel » est un composé ionique responsable à
77,8% de la salinité de l’eau de mer.

1. Sachant que la masse totale des eaux océaniques est actuellement de 1,33.1021 kg, calculer
la quantité de chlorure de sodium (NaCl) contenue dans les océans.

Aide : Calculer d’abord la quantité de NaCl contenue dans 1kg d’eau, puis la multiplier par la masse totale
des océans. Attention : le NaCl ne représente que 77,8% des sels de l’eau de mer.

2. Déterminer la masse de sodium dans les océans sachant qu’il représente 39,3% de la
quantité présente dans le chlorure de sodium. Convertir cette masse en kg.

3. A partir de la masse de sodium évaluée à la question précédente, calculer l’âge des océans
selon l’hypothèse de John Joly. En déduire l’âge minimum de la Terre.

4. La datation de Lucy, un exemple de radio-chronologie (25 minutes)

En 1974, une équipe internationale découvre le squelette d’un australopithèque bientôt baptisé
Lucy, dans une couche sédimentaire comprise entre une coulée de basalte et une couche de
cendres volcaniques. La datation du squelette a été possible par la datation de la couche
géologique dans laquelle il a été découvert, grâce à l’utilisation de la méthode de radio-
chronologie basée sur le couple potassium/argon.
Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier
Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020
9
Les quantités d’argon (40Ar) et de potassium (40K) prises à un instant t après la formation de la
roche obéissent à la loi suivante, dans laquelle λ= 5,54 × 10-10 an-1 :
(40Ar) = 0,105 ×(40K)⋅λ⋅t

Le squelette de Lucy et répartition des couches de roches sédimentaires

Quantité des deux éléments radioactifs dans les couches de roche. Les valeurs sont données en nombre
d’atomes par mg de roche.

1. Donnez l’expression de t en fonction de λ, (40Ar) et (40K).

2. Calculez l’âge de la coulée basaltique et l’âge des cendres volcaniques.

3. Déduisez-en un encadrement de l’âge de Lucy.

5. Estimer l’âge de la Terre par stratigraphie (20 minutes)

Au début du XVIIIe siècle, la naissance de la stratigraphie permet d’estimer la durée nécessaire à


la formation de couches géologiques.

A partir du document page suivante :

1. Près des côtes de l’Atlantique, la vitesse de sédimentation peut être estimée à 0,1 mm/an. En
considérant que les sédiments formant les couches décrites ci-après se soient tous déposés à
cette vitesse, de manière uniforme, estimez la durée de formation de l’ensemble des couches
surmontant le socle, qui est une roche magmatique.

2. Quelle information peut-on en tirer sur l’âge de la Terre ? Justifiez la réponse.


Enseignement Scientifique 1ère Thème III : La Terre, un astre singulier
Mme PREVOT (SVT) – Mai 2020
10
3. Identifiez des facteurs non pris en compte ici qui rendent cette estimation fausse.

Gustave-F. Dollfus, Bulletin de la société géologique de France, 1911.


L’épaisseur de chaque couche est donnée en mètre.

1 : Sable graveleux, grossier – 1,50 m


2 : Sable jaune à stratification oblique, débris fossilifères – 1,00 m
3 : Sable blanc – 1,20 m
4 : Grès jaune, dur, tabulaire – 0,40 m
5 : Sable gris et jaune avec blocs de grès arrondis – 3,50 m
l : Terre végétale limoneuse – 0,60 m
A : Argile grise, fendillée – 0,20 m

Vous aimerez peut-être aussi