Vous êtes sur la page 1sur 26

IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Séquence 3. Démarche d’audit comptable &


financier

Pré requis :

Notions d’audit interne & du contrôle de gestion, les précédentes séquences

Objectif de la séquence :
Décrire la démarche et les supports nécessaires

Ce qu'il faut savoir :


- Les normes internationales d’audit
- Méthodologie d’audit
- Procédures d’audit

Savoir-faire :
- Les normes ISA
- Les étapes d’audit comptable & financier

Activités :
- consultation et lecture des ressources
- rédaction de résumé/synthèse
- discussion et échange en forum
- réalisation des activités- devoirs

Evaluation
- Formative : test autoévaluation
- Sommative : 40% activités-devoirs / 60% examen

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 1


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Introduction
L’audit suit une démarche méthodologique qui décrit, en fait, les étapes à suivre pour effectuer la
mission.
On commence par les normes internationales admises, ensuite les différentes phases et pour
terminer, on parle les procédures adoptées.

31. Les normes internationales d’audit


L’audit se réalise par application de règles définies par des normes professionnelles qui servent
de référentiel aux praticiens

Dans le domaine de l'audit comptable et financier (externe, financier et légal), il existe plusieurs
normes :
• Internationales
o Normes ISA (International Standards of Auditing) : Audit et autres missions (examen
limité, procédures convenues, compilation). Ces normes sont élaborées par un comité de
l'IFAC qui est appelé IAASB (International Auditing and Assurance Standards Board)
• En France
o Les normes d'exercice professionnel de la CNCC (Compagnie Nationale
des Commissaires aux Comptes) qui sont une transposition des normes ISA liées à l'Audit.
o Les normes de l’OEC (Ordre des Experts Comptables).qui sont une transposition des
normes IFAC liées au Conseil.
• En Suisse
o Les normes d'Audit Suisse, abrégées NAS, s'occupent de réglementer le domaine.

L’audit consiste donc à :


1.évaluer la réalité sur la base d’une référence
2.dégager les points forts et les points faibles
3.établir un rapport
4.proposer des recommandations en vue de faire autrement et partant de faire mieux

Chaque mission d’audit doit être réalisée dans le respect total de règles et normes précises,
formalisées, connues et acceptées des émetteurs et des récepteurs de l’information soumise à
l’audit.
Les normes constituent à la fois une aide dans la mise en œuvre des méthodes et techniques et
un recours en cas de difficultés dans le déroulement de la mission.

311. Normes internationales d'audit - International Standards on


Auditing

Normes internationales d'audit (ISA) sont des normes professionnelles pour l'exécution de
la vérification financière de l’information financière.

Ces normes sont émises par la Fédération internationale des comptables (IFAC) par les normes
internationales d’audit et d’assurance (IAASB)

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 2


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

312. Les normes de l’audit financier


Il existe trois grandes normes qui

Définissent les principes fondamentaux


Définissent les procédures essentielles
Rappellent les obligations légales ou réglementaires
Précisent les modalités d’application et les conditions de mise en œuvre

312.1 LES NORMES GENERALES

312.2 LES NORMES DE TRAVAIL

312 .3 LES NORMES DE RAPPORT


Pas d'audit comptable sans rapport d'audit
Document final
étendue de sa mission,
réserves éventuelles,
son opinion sur les états de synthèse et les informations diffusées au tiers
Présentation préalable aux audités

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 3


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Les normes de rédaction Les normes de diffusion


* doit être écrit * informer toute la hiérarchie au-dessus de l'audité
* tacher d'être concis
* éviter d'utiliser le conditionnel
* éviter de donner des jugements sur les * éviter de transmettre l'information en dehors de
hommes cette ligne
* doit être daté et signé par un ou plusieurs
CAC

Cette Norme Internationale d’Audit (International Standard on Auditing, ISA) traite des
obligations générales de l’auditeur indépendant lors de la conduite d’un audit d’états financiers
selon les Normes ISA.

Plus spécifiquement, elle fixe les objectifs généraux que poursuit l’auditeur indépendant, et
décrit la nature et l’étendue d’un audit destinées à permettre à l’auditeur indépendant
d’atteindre ces objectifs.

Elle explicite également le champ d’application, l’autorité et la structure des Normes ISA, et
contient les diligences requises établissant les obligations générales de l’auditeur indépendant
applicables à tous les audits, dont celle de se conformer aux Normes ISA.

L’auditeur indépendant est désigné par le terme « auditeur » dans le texte ci-après.

Les Normes ISA s’appliquent à l’audit d’états financiers par un auditeur. Elles sont à adapter si
nécessaire selon les circonstances, lorsqu’elles sont appliquées aux audits d’autres informations
financières historiques.
Les Normes ISA ne traitent pas des obligations de l’auditeur pouvant résulter de la législation, de
la réglementation ou autre, en relation, par exemple, avec les offres au public de titres financiers.
De telles obligations peuvent être différentes de celles décrites dans les Normes ISA.
Par conséquent, bien que l’auditeur puisse considérer utile de se référer à certains aspects des
Normes ISA dans de telles circonstances, il est tenu de s’assurer du respect de toutes les
obligations légales, réglementaires ou professionnelles applicables.
Le but d’un audit est de renforcer le degré de confiance des utilisateurs présumés des états
financiers.
Celui-ci est atteint par l’expression par l’auditeur d’une opinion selon laquelle les états financiers
sont établis, dans tous leurs aspects significatifs, conformément à un référentiel comptable
applicable.
Pour la plupart des référentiels comptables à usage général, cette opinion porte sur le fait que
les états financiers sont présentés sincèrement, dans tous leurs aspects significatifs, ou donnent
une image fidèle conformément à ce référentiel. Un audit réalisé selon les Normes ISA et effectué
en conformité avec les règles d’éthique applicables permet à l’auditeur de forger son opinion.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 4


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

313. Liste des normes (normes ISA)


1.1Responsabilités respectives
1.2Planification de la vérification
1.3Contrôle interne
1.4 Les éléments probants
1.5Utilisation du travail d'autres experts
1.6 Conclusions de l’audit et le rapport d'audit
1.7Domaines spécialisés

Responsabilités respectives
• ISA 200 Objectifs généraux de l'auditeur indépendant et conduite d'un audit conforme aux
normes internationales d'audit
• ISA 210 Accord sur les termes de la mission d'audit
• ISA 220 Contrôle de la qualité pour une vérification des états financiers
• ISA 230 Documentation d'audit
• ISA 240 Responsabilités de l'auditeur concernant les fraudes dans un audit des états financiers
• ISA 250 Examen des lois et règlements dans un audit des états financiers
• ISA 260 Communication avec les responsables de la gouvernance
• ISA 265 Communicantes déficiences du contrôle interne aux responsables de la gouvernance et la
gestion
• ISA 299 Responsabilité des comptes conjoints
Planification de la vérification
• ISA 300 Planification d'une vérification des états financiers
• ISA 315 L'identification et l'évaluation des risques d'anomalies significatives dans la
compréhension de l'entité et de son environnement
• ISA 320 et significatif dans la planification d'effectuer un audit
• ISA 330 réponses de l'auditeur aux risques évalués
Contrôle interne
• ISA 402 Considérations sur l'audit d'entités faisant appel à un organisme de services
• ISA 450 Évaluation des anomalies détectées au cours de la vérification
Les éléments probants
• ISA 500 éléments probants
• ISA 501 Éléments probants - Considérations supplémentaires sur des aspects spécifiques
• ISA 505 Confirmations externes
• ISA 510 - Engagements initiaux Soldes d'ouverture
• ISA 520 Procédures analytiques
• ISA 530 Audit d'échantillonnage et d'autres moyens de test
• ISA 540 Estimations comptables d'audit, y compris les estimations comptables en juste valeur, et
les informations connexes
• ISA 550 Parties liées
• ISA 560 Événements postérieurs
• ISA 570 Continuité de l'exploitation
• ISA 580 représentations écrites
Utilisation du travail d'autres experts
• ISA 600 - Considérations particulières Les vérifications des états financiers du Groupe (y compris
les travaux des auditeurs des composantes)
• ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes
• ISA 620 Utilisation des travaux d'un expert de vérificateur
Conclusions de l’audit et le rapport d'audit
• ISA 700 Opinion et rapport sur des états financiers
• ISA 701 Communiquer les questions de vérification clés dans le rapport de l'auditeur indépendant
• ISA 705 Modifications de l'opinion dans le rapport de l'auditeur indépendant
• ISA 706 de la matière Emphasis Les paragraphes et autres points dans le rapport de l'auditeur
indépendant
• ISA 710 Informations comparatives - Chiffres correspondants et états financiers comparatifs

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 5


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

• ISA 720 Les Responsabilités de l'auditeur concernant les autres informations présentées dans des
documents contenant des états financiers vérifiés
Domaines spécialisés
• ISA 800 spéciales Audits d'états financiers préparés conformément à des référentiels à usage
particulier
• ISA 805 Audits spéciaux des états financiers individuels et éléments, de comptes ou des éléments
d'un état financier
• ISA 810 à Rapport sur Fiançailles des états financiers résumés
• Norme internationale de contrôle qualité (ISQC) 1, Contrôle qualité des cabinets et effectuer des
vérifications examen d'états financiers et autres missions d'assurance et de services connexes

32. Méthodologie de l'audit comptable et financier


Chaque cabinet d’audit a une méthodologie qui lui est propre. Cependant, on retrouve dans
chacune de ces méthodologies des grandes lignes semblables.

La démarche générale de l’audit financier comprend au moins trois à cinq phases :

La phase préliminaire (orientation & planification de la mission) :


a. La nécessité d'une compréhension générale
b. Les méthodes de prise de connaissance générale

qui permet à l’auditeur de :


Comprendre le contexte général de l’entreprise.
Identifier les informations et les données significatives sur lesquelles il va porter son
attention.
Et décider, enfin, comment il va procéder à leur contrôle.

La phase de l’appréciation du contrôle interne qui consiste à :


Comprendre la conception et le fonctionnement du système interne mis en place au
sein de l’entreprise.
Evaluer la fiabilité et l’efficacité de ce système.

La phase de contrôle des comptes qui consiste à examiner et vérifier


La régularité
et la sincérité des états comptables et financiers établis par l’entreprise.

La phase de finalisation qui consiste à :


Exprimer une opinion sur les comptes.
Formuler des recommandations pour améliorer leur régularité et leur sincérité.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 6


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Rappel sur la notion d’assertion


NB = Assertions : « Proposition qu’on avance et qu’on soutient comme vraie ». Dictionnaire de
l’académie française.

Ce sont les critères dont la réalisation conditionne la régularité, la sincérité et l’image fidèle des
comptes.
Leur violation rend les comptes annuels non conformes au référentiel
(cf SEQ 2 / 232 e page 13)

Exemple d’assertion

321. La phase préliminaire d'audit : Orientation & Planification

Cette phase comprend deux étapes importantes :


La connaissance générale de l’entreprise.
L’orientation de mission d’audit.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 7


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

321.1 Diagnostic d'audit

321.2 Prise de connaissance générale et identification des domaines significatifs


L’objectif essentiel de cette étape est de :
Permettre au responsable d’audit d’avoir une vue et une compréhension d’ensemble
suffisante.
Orienter la mission en fonction des particularités et de la situation de l’entreprise.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 8


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Les informations recherchées :


Ces informations concernant principalement :
L’activité de l’entreprise : type de secteur d’activité, environnement, marché…
La structure générale de l’entreprise : l’organisation, système de gestion, système
d’information (organigramme, centralisation, etc.)
Les principaux flux d’informations financières qui ont incidence significative sur les comptes.
A ce stade, l’approche de l’auditeur est essentiellement influencée par :
La notion de risque liée aux informations traitées et aux opérations réalisées (identifier
les zones de risque)
L’auditeur doit, en effet, adapter l’orientation et le volume de ses travaux en fonction
des risques qu’il est amené à identifier.
Ces risques se situent à différents niveaux:
Le risque du à l’entreprise (organisation, système de gestion)
Le risque du à la nature des informations traitées.
Le risque du à la nature des opérations (Gestion de fonds, gestion de stock)
Le risque du à la valeur des opérations (chèques, dossier d’investissement)
Le risque inhérent à la conception et au fonctionnement du système
d’information.

Pour recueillir toutes ces informations :


L’auditeur peut utiliser plusieurs sources :
L’entretien avec le personnel
L’exploitation de la documentation interne et externe de l’entreprise
L’analyse des derniers comptes annuels pour identifier, notamment les flux financiers
significatifs.
Une visite des locaux de l’entreprise.

La note d’orientation générale :


Cette note est la feuille de route de l’équipe d’audit, elle comprend notamment :
La synthèse des informations significatives collectées.
Les « pistes » et les axes d’audit à suivre et à explorer.
Le budget détaillé de la mission.
Le planning des travaux.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 9


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

321.3 Plan de mission


PRESENTATION DE L’ENTREPRISE
O Dénomination
O Structure
O Historique
O Activité et comparaison avec les concurrents
O Localisations
O Noms à connaître
O Date de clôture
INFORMATIONS COMPTABLES
O Budgets et comptes prévisionnels
O Réalisations, comparaisons pluriannuelles
O Particularités du système comptable
O Principes comptables suivis
DEFINITION DE LA MISSION
O Nature de la mission (comptes annuels, consolidés, documents prévisionnels.)
O Autres auditeurs et confrères
SYSTEMES ET DOMAINES SIGNIFICATIFS
O Fonctions et comptes significatifs
O Zones de risques identifiées
O Contrôles significatifs sur lesquels le Commissaire aux comptes peut s’appuyer
DETERMINATION DU SEUIL DE SIGNIFICATION
ORIENTATIONS DU PROGRAMME DE TRAVAIL
O Appréciation du contrôle interne
O Travaux particuliers
O Confirmations directes
O Inventaires physiques
O Assistance de spécialistes (informatique, fiscal, etc….)
O Documents à obtenir
EQUIPE ET BUDGET
PLANIFICATION
O Répartition des travaux avec les autres auditeurs et confrères
O Dates d’intervention par étape
O Listes des rapports et documents à émettre avec leurs dates limites

321.4 Le seuil de signification


Le seuil de signification, détermination

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 10


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Le seuil de signification, lecture


Exemple
Après analyse des comptes annuels des 4 derniers exercices et du projet de comptes
annuels soumis à contrôle, le CAC de la société ABC retient comme seuil de signification
7,27% du résultat d’exploitation.

Le seuil de signification, utilisation

321.5 La notion d’anomalie significative

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 11


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

321.6 Risque d’audit

« Le risque que l’auditeur exprime une opinion différente de celle qu’il aurait émise s’il avait
identifié toutes les anomalies significatives dans les comptes » CNCC

Risque inhérent

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 12


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 13


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

322 Phase d’évaluation du système de contrôle interne


L’auditeur n’est pas tenu d’effectuer un examen et une évaluation de tous les systèmes.
Un examen détaillé et une évaluation des procédures seront réalisés dans 2 cas :
- Lorsqu’un système revêt une importance capitale pour l’entreprise en raison des opérations
qui y sont traités et de leur incidence sur les états financiers ;
- Lorsqu’un examen et une évaluation d’un système doivent permettre à l’auditeur de gagner en
efficacité en limitant les contrôles directs en compte.

C’est aussi la phase d’évaluation des procédures :


L’auditeur a besoin, ne serait ce que pour organiser ses travaux, de connaître l’organisation
comptable, les différents flux d’information et la façon dont ils sont traités ;

Au cours de cette deuxième étape, l’auditeur va rechercher les différents risques et en apprécier
les incidences possibles sur la nature et l'étendue de ses travaux.

Il va pour se faire étudier les procédures de contrôle interne aboutissant à la production


des comptes financiers.

Cette étape lui permet de mettre en œuvre une approche par les risques, ce qui va lui éviter de
contrôler exhaustivement les comptes financiers mais bien de se focaliser sur les points
risqués.

Pour rappel, l’objectif du CAC est d’exprimer une opinion motivée sur la régularité, la
sincérité et l'image fidèle des informations financières qui lui sont soumises.

Pour s’assurer d’atteindre cet objectif, l’auditeur va établir un seuil de signification.


Ce seuil, un chiffre, va lui donner une limite chiffrée au-delà de laquelle une erreur, une
inexactitude ou une omission peut affecter la régularité, la sincérité et l'image fidèle des comptes
annuels.
Il n’a pas pour objectif de prouver que les informations sont justes. Être utilisé tout au long de sa
mission pour programmer l'étendue des sondages et apprécier la gravité des anomalies
éventuellement constatées. Il s’agit bien sûr d’une notion subjective, qui est établie en fonction
de critères quantitatifs (bénéfice net, capitaux propres…) et qualitatifs (intuition fondée sur
analyse effectuée). Il relève donc du pouvoir de décision du CAC.

322.1 Appréciation du contrôle interne, schéma général

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 14


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

322.11 Rappel sur la notion du système de contrôle interne


Généralités
Le Système du Contrôle Interne est un processus mis en œuvre par le conseil
d’administration, les dirigeants et le personnel d’une organisation à quelque niveau que ce
soit, destiné à leur donner en permanence une assurance raisonnable que :
-les opérations sont réalisées, sécurisées, optimisées et permettent à l’organisation d’atteindre
ses objectifs de base, de performance, de rentabilité et de protection du patrimoine ;
-les informations financières et opérationnelles sont fiables ;
-les lois, réglementations et les directives de l’organisation sont respectées.

Rappel des objectifs et des principes généraux du Contrôle Interne


(Cf. Cours d’Audit Interne, SEQ 3, section 32, page 12)

Etapes d’appréciation du contrôle interne

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 15


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

322.12 Prise de connaissance des procédures

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 16


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Ont pour but de s’assurer de l’existence effective des procédures et de l’organisation décrites
doivent être menés parallèlement à la description des procédures

l’auditeur doit vérifier la réalité du déroulement des opérations suivant la procédure depuis le
début jusqu’à la fin.

Sont faits sur la base :


–de l’observation physique des supports matériels (documents, fichiers informatiques, journaux
comptables…)
–de la connaissance de leur contenu
–de la confirmation verbale ou écrite des opérations auprès des différentes personnes exécutant
les opérations

322.13 Evaluation préliminaire des procédures


Les procédures sont-elles bonnes ?

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 17


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

322.14 Contrôle du fonctionnement des procédures

Les procédures sont-elles appliquées ?

Indique pour chaque objectif dans les différentes colonnes :


•la référence à la feuille des points de contrôle
•les contrôles à effectuer
•le suivi des temps
•la référence aux papiers de travail

Les contrôles de permanence


O concernent les points réputés forts ou très forts lors de l’évaluation préliminaire
O ont pour objet de vérifier que ces points sont réellement appliqués et cela d’une façon constante

Techniques utilisées :
-contrôles de cohérence (collationnement de plusieurs documents)
-sondages orientés (auditeur sélectionne, par exemple, les documents parmi ceux établis par du
personnel nouvellement recruté ; il est alors impossible d’extrapoler à l’ensemble de la population
les conclusions tirées de ce sondage)
-sondages statistiques (apprécier la fréquence des anomalies concernant l’ensemble de la
population)

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 18


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Les contrôles révélateurs


Concernent les points faibles : l’auditeur doit confirmer que la faiblesse engendre un risque
(existence d’une irrégularité)
Techniques utilisées :
-sondages statistiques (sondages révélateurs ou sondages à la découverte ou de dépistage)

322.15 Evaluation définitive des procédures

322.2 Identification des risques


322.21 Risque lié au contrôle

322.22 Risque de non détection

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 19


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

322.23 Risque lié aux autres procédés

322.24 Conséquences pour le programme de travail

322.25 Risque d’audit

1. L’auditeur se fixe un risque d’audit acceptable (généralement RA=0,05%au maximum, sinon


1% à 2% s’il est modéré et 3% s’il est élevé)

2. L’auditeur évalue chacune des composantes de l’équation sachant que :


*il y a souvent corrélation entre risque inhérent et risque lié au contrôle
*il doit exister une relation inversement proportionnelle entre le degré combiné du risque
inhérent et du risque lié au contrôle et celui du risque lié aux autres procédés

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 20


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

323. Le contrôle des comptes


323.1 examens des comptes financiers

Cette troisième étape est dans la continuité des deux précédentes. En effet, une fois qu’on a
pris connaissance de l’environnement de l’entreprise, de son contrôle interne et qu’on a
ciblé les risques, il est nécessaire d’analyser les comptes de manière plus précise afin
d’identifier les éventuelles anomalies significatives.

L’auditeur vérifie la justification et le bien fondé des écritures enregistrées, examine les
soldes et la cohérence d’ensemble des états financiers.

Pour contrôler les comptes, l’auditeur va chercher à valider les assertions d’audit.
Il s’agit des critères auxquels doit répondre l'information financière pour qu'elle soit
régulière et sincère.
Ces assertions s’appliquent à chaque poste du bilan et du compte de résultat et aux
informations contenues dans l’annexe.
Globalement il existe 7 assertions :
- Exhaustivité,
- Réalité,
- Propriété,
- Correcte évaluation,
- Séparation des exercices,
- Droit & obligations/présentation
- Correcte imputation.
Pour valider ces assertions, l’auditeur va mettre en œuvre des procédures d’audit . Il va
ensuite consigner tous ses travaux dans un dossier de travail.
Ce dossier va permettre au CAC de :
• rendre la mission plus efficace grâce au suivi de l’avancement des travaux ;
• contrôler les travaux de ses collaborateurs ;
• justifier les conclusions tirées et apporter la preuve des diligences effectuées.

Le contrôle des comptes comptables est un examen des patrimoines de l’entreprise afin de
s’assurer que ceux-ci reflètent une sincérité et une image fidèle de l’entreprise.

Le contrôle des comptes constitue une étape obligatoire de l’audit, même si le contrôle
interne semble irréprochable l’auditeur doit effectuer un minimum des contrôles directs des
comptes et des tests de validation.

323.2 Les différents tests

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 21


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

Les tests de cohérence

Les tests de validation

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 22


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

324. FINALISATION: Fin de mission, opinion et rapport

324.1 L’examen des comptes annuels


L’examen des comptes annuels a pour objet de vérifier que les états financiers :
- sont cohérents ;
- concordent avec les données de la comptabilité ;
- sont présentés selon les principes comptables et la réglementation en vigueur ;
- que l’annexe respecte les dispositions légales et réglementaires et qu’elle comporte toutes
les informations d’importance significative sur la situation patrimoniale, financière et sur le
résultat de l’entreprise.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 23


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

324.2 Synthèse des travaux et rapports

A l’issue de ses travaux, l’auditeur en fait la synthèse de façon à s’assurer qu’ils sont
suffisants et convaincants et établit ses rapports.

Travaux de fin de mission

324.3 Rédaction du rapport d’audit

Cf Normes ISA 800 & paragraphe 312.3


Le CAC, comme la loi le prévoit, doit établir un rapport dans lequel il expose et justifie
son opinion. Cette opinion est la conclusion de tous les travaux menés au cours de la
mission.

Elle est communiquée à l’ensemble des associés/actionnaires au cours de l’assemblée


générale annuelle par l’intermédiaire du rapport.

Ce rapport a une forme et un fond précis : titre, paragraphes, date, signature du rapport.
L’opinion donnée par le CAC peut être, selon le cas :
- la certification sans réserve ;
- la certification avec réserve(s) : désaccord ou limitation ;
- le refus de certifier : désaccord, limitation ou incertitude.

Certification des comptes comptables


La certification des comptes comptables est la mission principale des Commissaires aux
comptes.
Il rend un rapport de certification en s’assurant du respect de certains points :
• Conformité et régularité des comptes comptables par rapport au plan comptable
général
• Sincérité des comptes comptables (loyauté et bonne foi dans l’établissement des
comptes)
• Image fidèle de l’entreprise (principe de prudence, traduction financière de la
réalité)
Le contrôle des comptes comptables joue un rôle primordial dans l’entreprise car il permet
de dégager des informations comptables fiables, de déceler les insuffisances liées à
l’organisation comptable ainsi que d’éviter les fraudes et les détournements.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 24


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

33. Procédure d'audit


Les procédures d’audit sont les différentes techniques utilisées par le commissaire aux comptes
(CAC) et ses collaborateurs pour atteindre le but qu’ils se sont fixé, à savoir exprimer une
opinion sur les comptes annuels de la société.

Ces techniques sont appliquées dans le respect des normes d’audit, les NEP (cf séquence 2), qui
définissent les étapes de chacune d’elles.

Quelles sont les principales procédures d’audit ?


Les principales procédures d’audit sont les suivantes :
• Contrôles sur pièces ;
• Observation physique :
• Confirmation directe (circularisation) ;
• Examen analytique ;
• Sondages.
Autant il est aisé de comprendre à quoi font référence certaines de ces techniques, autant
d’autres sont plus opaques. Nous allons donc détailler l’ensemble de ces procédures.

331. Procédure d’audit : Contrôles sur pièces


Le contrôle sur pièces renvoi à l’utilisation de pièces comptables justificatives pour valider
telle ou telle opération. Ces pièces peuvent être externes (ex : facture d’un fournisseur,
relevé de compte bancaire) ou interne (document interne).
Il est évident qu’une pièce externe aura une force probante plus importante qu’une pièce
interne. En effet, il est plus facile de « contrefaire » un document interne qu’externe, par
exemple.

332. Procédure d’audit : observation physique


Cette procédure consiste à contrôler de manière visuelle l’existence d’un actif. C’est un
moyen très efficace de contrôle mais il ne peut s’appliquer à tous types d’actifs. Il concerne
principalement les actifs matériels et les stocks.

333. Procédure d’audit : confirmation directe


Cette procédure permet de demander aux tiers de l’entreprise auditée, par exemple un
client, un fournisseur, une banque ou un avocat de confirmer/donner directement
au commissaire aux comptes une information.
L’avantage de cette procédure est qu’elle permet d’avoir des informations avec une forte
force probante et qu’elle est simple à mettre en œuvre. L’inconvénient principal est que
le commissaire aux comptes est dépendant du taux de réponse obtenu. Si ce dernier n’est
pas satisfaisant, il faudra qu’il mette en œuvre des procédures alternatives (prises au choix
dans les autres procédures détaillées ici).

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 25


IST-D/EGMCS /MEO Audit Comptable et Financier : SQ 3 2020

334. Procédure d’audit : examen analytique


L'examen analytique, parfois appelé revue analytique, a pour objet des comparaisons entre
les données des comptes annuels et des données :
• antérieures ;
• postérieures et prévisionnelles ;
• d'entreprises similaires.
Ces comparaisons permettent une analyse de la tendance que prend la société. On peut ainsi
détecter des anomalies si la tendance qu’impliquent les chiffres n’est pas cohérente avec la
réalité.
L’auditeur utilise cette technique à différents stades de sa mission, qu’il soit en phase de
découverte, de contrôle des comptes ou de conclusion.
L’avantage de cette technique est qu’elle permet de voir les tendances globales et donc de
prendre de la hauteur. L’inconvénient est que le caractère inhabituel d’une variation dépend
de la pertinence de la donnée utilisée pour la comparaison.

335. Procédure d’audit : sondages


Le sondage est une technique très fortement utilisée dans une mission d’audit.
En effet, le commissaire aux comptes n’a qu’une obligation de moyen. Il en découle qu’il
n’a pas à vérifier l’exhaustivité des comptes annuels, ni à y rechercher toutes les
inexactitudes ou irrégularités. L’objectif du CAC est d’obtenir une assurance raisonnable que
les comptes audités sont réguliers et sincères.

Le sondage consiste à définir l’objectif du sondage et la population concernée, puis étudier


une partie représentative de cette population, appelée échantillon (préalablement
sélectionnée selon une méthodologie d'audit donnée) et enfin à émettre des conclusions.

L’avantage de cette procédure d’audit est qu’elle est applicable à tous types de situation.
L’inconvénient est que les conclusions dépendent fortement de l’échantillon sélectionné. S’il
n’est pas représentatif de la population étudiée, la non détection d’une anomalie
significative est possible.

CONCLUSION
Telle est la séquence qui a développé la démarche d’audit comptable et financier.

Jean Maurice RAZANAKOLONA Page 26