Vous êtes sur la page 1sur 1

IDÉES

0123
32 | MARDI 17 DÉCEMBRE 2019

Myriam Revault
d’A llonnes
« Le macronisme
est une
politique de l’insensible » En dépit de ses appels à la solidarité, notamment
pour défendre la réforme des retraites, l’exercice
du pouvoir par Emmanuel Macron relève
d’une conception managériale de la société
et de l’individu, analyse la philosophe

ENTRETIEN ques (pour peu qu’on veuille bien les de ne pas vivre) ensemble. Il importe veau modèle de subjectivation proposé

P
prendre en compte), aux mutations alors de se demander quelle vision on aux individus est celui d’un sujet ration­
sociétales et culturelles. Le triomphe de nous propose aujourd’hui de l’individu et nel, entrepreneur de soi­même, perfor­
hilosophe, Myriam Revault l’« épistocratie » ou de l’« épistémocratie » de ses rapports avec la société, vision mant, soustrait par le calcul et la prévision
d’Allonnes est professeure émé­ (la tâche de gouverner ne peut être exer­ dont le macronisme n’est sans doute que aux aléas de la contingence et débarrassé
rite des universités à l’Ecole pra­ cée que par « ceux qui savent ») couronne l’emblème ou la pointe avancée. du même coup des déchirements intéri­
tique des hautes études (EPHE) cette tendance lourde en faisant de cer­ Le triomphe de l’individu, qui a marqué eurs, des contradictions et des paradoxes
et chercheuse associée au Cen­ tains savoirs (essentiellement économi­ la modernité politique, a souvent laissé qui font sa richesse. A cet égard, le macro­
tre de recherches politiques de ques et gestionnaires) la matrice de choix penser que la politique n’était que l’instru­ nisme est une politique de l’insensible.
Sciences Po (Cevipof). Notamment politiques réduits, en tant que tels, à la ment garantissant la réalisation des finali­
auteure de Le Miroir et la Scène. Ce que portion congrue. tés individuelles. Comme si les individus, Quel imaginaire politique
peut la représentation politique (Seuil, mis en position de fondement, étaient faudrait­il mobiliser pour que
2016), La Politique expliquée à nos enfants Les professions du soin, de la porteurs de droits préalables (et des pou­ la France sorte de ce que vous
(Seuil, 2017) et La Faiblesse du vrai (Seuil, protection ou de l’éducation, voirs liés à ces droits) avant d’être soumis appelez une « crise sans fin » ?
2018), Myriam Revault d’Allonnes analyse qui sont en contact direct et quotidien à des devoirs et surtout avant même d’ap­ C’est bien vers un imaginaire politique
les ressorts de la crise sociale et politique avec les citoyens, semblent partenir à la société politique. Dans cette auquel il faut redonner vie qu’il faut se
que traverse la société française au particulièrement touchées. Vivons­ perspective, poussée à un point extrême, tourner. Explorer le possible pour donner
moment où le gouvernement et une par­ nous à l’heure de la déliaison sociale ? les institutions sociales ne sont qu’un ins­ à voir ce qui pourrait être autre qu’il n’est :
tie des syndicats s’affrontent sur la Bien au­delà de ce qu’on tente de faire trument extérieur ou extrinsèque destiné telle est aujourd’hui la première tâche à
réforme des retraites. passer pour des revendications catégoriel­ à assurer ces droits préalables. Il suit de là laquelle il faut se consacrer. Dans La Crise
les, qui voudraient maintenir les seuls que le consentement des individus à sans fin [Seuil, 2012], j’avais opposé deux
La mobilisation contre le projet avantages acquis par certains au détri­ l’égard de ces mêmes institutions est métaphores. La première est celle de la
de réforme des retraites est­elle ment du sort des générations futures, on nécessairement conditionnel et révoca­ « cage d’acier », qui figure, selon Max
le signe que la France connaît est confrontés depuis des mois aux plain­ ble : ils n’ont en effet d’obligations à Weber, l’ensemble des contraintes qui
une crise de l’avenir ? tes, aux demandes, aux réquisitoires de l’égard de la communauté que dans la enferment l’homme moderne. Ce sont
La contestation massive de la réforme ceux qui prennent quotidiennement en mesure où elle garantit ces droits. des contraintes à la fois extérieures et
des retraites a effectivement pour arrière­ charge les populations les plus vulnéra­ C’est la question de l’endettement de intérieures – à savoir l’adaptation métho­
fond une crise historique et politique bles : le SAMU, les services d’urgence, les AUCUN POUVOIR l’individu à l’égard du social qui se trouve dique aux situations qu’il rencontre.
aujourd’hui portée à son paroxysme. pompiers qui, de leur propre aveu, sont alors posée, mais c’est aussi son symétri­ Weber pose la question du type d’homme
Cette crise concerne le devenir global de devenus les « médecins des pauvres » et N’A ASSUMÉ AVEC que inversé, à savoir la question de l’en­ intérieurement façonné par l’esprit du
nos sociétés. C’est, apparemment, ce dont passent le plus clair de leur temps à « faire dettement du social à l’égard des indivi­ capitalisme, de ce qui le porte à calculer en
prennent acte les tenants du projet de du social » là où les services publics sont AUTANT DE CLARTÉ dus, qui se révèle aujourd’hui dans sa fonction des contraintes d’efficacité et de
réforme des retraites, qui prétendent
œuvrer pour la postérité et qualifient les
défaillants, voire inexistants. Ces protes­
tations durent depuis des mois, même des
L’IDÉE QUE LA lumière la plus crue à travers les discours
du pouvoir actuel, notamment autour
rentabilité. Cet « habitacle » est la méta­
phore d’un enfermement : il n’y a pas
protestations actuelles de revendications années, et elles se sont exprimées avec POLITIQUE RELEVAIT des notions de responsabilité, d’autono­ d’alternative, il faut s’adapter.
catégorielles et de défense des intérêts force bien avant les manifestations et les mie et de capacité. Mais on peut lui opposer une autre
acquis. Encore faut­il s’entendre sur les grèves de ces dernières semaines. Per­ AVANT TOUT métaphore : celle de la « brèche du
contours de l’avenir que l’on prépare aux sonne n’ignore que le mouvement des Le macronisme est­il, selon vous, un temps », par laquelle Hannah Arendt
générations à venir… « gilets jaunes » a pris racine dans ces terri­
D’UNE GESTION néolibéralisme ? désigne l’interruption – par la capacité
La croyance en un progrès généralisé toires désertés par les services publics CALCULANTE, Derrière les discours officiels qui en humaine à commencer – du cours du
de l’espèce humaine s’est effondrée, tout ainsi que par les instances et les organes appellent à la solidarité et à l’universalité, temps qui, livré à lui­même, mène inéluc­
au moins sous la figure d’un avenir glo­ de médiation qui faisaient lien et permet­ VENANT notamment à travers le projet de réforme tablement à la ruine et à la mort. Ce que
balement orienté vers le mieux. Les taient, si peu que ce soit, de donner une des retraites, aucun pouvoir n’a assumé nous dit cette dernière métaphore, c’est
perspectives ne cessent de s’assombrir figure concrète au tissu social, au « com­ EN LIEU ET PLACE avec autant de clarté l’idée que la politique que, pour les générations à venir, le
et on en vient maintenant à anticiper un mun ». C’est l’un des aspects – mais non le D’UNE RÉFLEXION relevait avant tout d’une gestion monde est toujours « hors de ses gonds » :
futur inéluctablement catastrophique, seul – d’un processus de déliaison, de déli­ calculante, venant en lieu et place d’une si la crise, portée à son paroxysme, a une
comme en témoigne le succès des théo­ tement du lien social, qui est le signe d’un À LONG TERME réflexion à long terme sur les fins ultimes force d’obligation, c’est qu’elle nous
ries de l’effondrement (ce qu’on appelle dérèglement de la logique démocratique. de la société dans laquelle nous voulons engage, précisément parce que nous som­
la « collapsologie »). vivre. Le processus qui veut que la société mes conceptuellement démunis, à reve­
Quelle est la vision de l’individu soit régie sur le modèle de l’entreprise nir aux questions essentielles. La crise est
Cette crise du futur conduit­elle et de la société véhiculée par n’est certes pas nouveau. Il caractérise ce révélante, elle conduit – elle contraint
à l’impuissance et à la dépolitisation ? la politique d’Emmanuel Macron ? qu’on appelle, faute de mieux, la « rationa­ même – à relancer les questionnements :
Sur ce terreau, celui d’un horizon d’at­ Sur la vision de la société que nous pro­ lité néolibérale » pour qui la politique doit je crois qu’effectivement les jeunes,
tente vidé de sa substance ou hanté par la pose le macronisme, plusieurs points être soumise aux mêmes critères que même si on les voit et on les entend peu
catastrophe, se greffent, en toute logique, méritent, selon moi, d’être soulignés. Je ceux du management. Ce sont des cons­ dans les manifestations traditionnelles,
les innombrables discours de l’expertise voudrais ici m’attacher à la perspective tats bien connus et sur lesquels il est inu­ prennent à bras­le­corps un certain nom­
et de la gestion des risques. Il n’y a plus d’une « anthropologie politique » qui tile de revenir. A cet égard, le macronisme bre de questions relatives à la responsabi­
rien à décider, sinon ce que nous impose déborde les seules décisions politiques et n’est pas une invention politique, mais lité que nous avons à l’égard du monde, à
la nécessité de nous adapter au capita­ même les seuls mécanismes institution­ l’aboutissement d’un processus de lon­ ce que nous devons au monde et à sa
lisme mondialisé et de mener une politi­ nels. On ne rappellera jamais assez gue durée. Le « nouveau monde » n’a rien durabilité. Sans doute les chemins qu’il
que qui entérine cette nécessité, sauf à qu’une forme de société (au premier chef de nouveau, si ce n’est la proclamation leur faut explorer ne sont pas encore
nous précipiter dans l’abîme. La consé­ la démocratie) n’est pas seulement un explicite, non dissimulée, d’un certain frayés, mais dire que le monde est tou­
quence est que l’action politique ne se ensemble de dispositifs juridico­politi­ nombre d’impératifs étroitement asso­ jours « hors de ses gonds » signifie qu’il ne
manifeste plus sur le mode de l’initiative : ques, un mode d’agencement et de répar­ ciés à une vision utilitariste du social. Et, peut être préservé de l’usure et de l’entro­
elle est devenue essentiellement réactive. tition du pouvoir. C’est aussi un horizon encore une fois, cette vision utilitariste pie que par la force de l’imaginaire. 
Réaction aux mouvements des marchés de sens et un ensemble d’expériences, affecte profondément la manière dont on propos recueillis par
financiers, aux bouleversements écologi­ autrement dit une manière de vivre (ou appréhende les sujets politiques : le nou­ nicolas truong