Vous êtes sur la page 1sur 15

INTRODUCTION GENERALE

Le système financier joue un rôle très important dans la croissance et ce à travers


la collecte et l'injection des flux financiers dans les rouages de l'économie.

La mise en œuvre du Plan stratégique Gabon Emergent (PSGE) avec le démarrage


d’importants chantiers de reformes initiés par le gouvernement a contribué à renforcer
le cadre économique interne, en dépit de l’insécurité et d’un environnement mondial
encore incertain. Ainsi, le taux de croissance du PIB est estimé à 3,1% en 2019 contre
1,2% un an auparavant, porté par l’amélioration de la production dans le sous-secteur
agricole et la relance des industries. C’est dans ce contexte que l’industrie Gabonaise
des assurances est au 4eme rang du marché de la CIMA, elle a réalisé une hausse
5,85% entre juin 2018 et juin 2019 passant de 4,84 milliards de francs à 5,124 milliards
de francs des primes collectées.
le secteur de l’assurance gabonais est exploité par huit 8 sociétés agréées, dont
trois spécialisées dans l’assurance-vie (Ogar-Vie, UAG Vie et NSIA Vie Gabon), et cinq
dans les Transports-incendie-accident-risque Divers (TIARD), aussi appelée branche
non-vie (Ogar,Axa, Assinco, NSIA Gabon, Colina Assurances Gabon). La distribution est
assurée par 22 courtiers, un agent général et une quarantaine d’autres intermédiaires
franc , 50% du marché est aujourd’hui détenu par les intermédiaires qui placent ces
contrats d’assurances auprès des compagnies » . L’intermédiaire d’assurance en sa
qualité de distributeur exerce un métier varié et utile pour les assurés et souscripteurs,(
20%  des courtiers contribuent à hauteur de 80% du chiffre d’affaire des
sociétés d’assurances). Pourtant, la plupart des consommateurs n’arrive toujours pas
à distinguer l’assureur et l’intermédiaire. Cela traduit l’ignorance des mécanismes
fondamentaux de l’assurance et le manque de culture d’assurance par le grand public
et en particulier la méconnaissance des réseaux utilisés par les sociétés d’assurances
pour promouvoir leurs produits. Ces dernières années, nous avons assisté à une
prolifération des intermédiaires dans les marchés de la CIMA. En plus des agents
généraux, deux types de courtage opèrent dans la zone : le grand courtage international
positionné sur les grands risques (industriels et entreprises) et le petit courtage local sur
les risques de masse, avec environ 80 % de chiffre d’affaires réalisé sur l’automobile

Les compagnies d’assurance sont les entreprises qui participent à collectes de l’épargne
encore appelé prime. En effet lors de la réalisation d’un évènement lié au contrat
d’assurance, l’assureur assiste l’assuré en cas de résiliation du risque .Malgré un
marché marqué par une course effrénée aux affaires du fait de la pléthore de petits
cabinets, "chercheurs de commissions . Les questions qui se posent aujourd’hui sont
de savoir si le modèle de distribution pratiqué par les courtiers et les intermédiaires
sont-elles efficace ou rentable dans des marchés "immatures", aux offres limitées ainsi
que dans un environnement marqué par l’absence de volonté politique pour
l’instauration d’une obligation d’assurance sur les risques de masse ?comment optimiser
la collecte des primes et promouvoir la gestion de la trésorerie afin d’assurer la visibilité
de ces compagnies pour pouvoir couvrir les risques ?dans quelle mesure la gestion de
leurs trésoreries peut-elle orienter le pilotage de leurs performance ?Quels sont les
moyens dont elle disposent pour gérer efficacement leur trésorerie ?De ce fait, on peut se
poser la question de savoir quelle démarche mettre en place pour améliorer la gestion de
trésorerie d’entreprises pour remédier à difficultés rencontrées ? Notre intervention
dans la Société d’assurance dans le cadre de notre stage d’un mois fut marquée par
notre passage dans le aux service commercial où nous avons pu effectuer des tâches
telles que la saisie des traitements de texte sur WORD, l’utilisation du logiciel SAGE 100,
la saisie comptable, gestion de la clientèle.
Ainsi, pour la clarté de notre argumentation, dans une première partie, nous
procéderons à la présentation générale de la structure qui nous a accueillie ainsi que
son organisation, puis nous traiterons de la mise en application de la contribution
spéciale de solidarité par les opérateurs économiques, des conséquences, des limites et
quelques suggestions qui découlent de cette pratique dans une deuxième partie.

PREMIERE PARTIE :

PRESENTATION GENERALE DE CAPITAL ASSURANCE


Cette partie se résume à présenter le cabinet de CAPITAL ASSURANCE. Au
premier chapitre nous parlerons tour à tour de son histoire, de la raison principale qui
a poussé à créer ce cabinet, la période à laquelle il a été créé et comment il a été créé, et
enfin, nous déterminerons le taux de croissance de ce cabinet. Dans le deuxième
chapitre, il s’agira de présenter le service dans lequel nous avons effectué notre stage et
élucider les tâches exécutées au sein du service.

CHAPITRE I : HISTORIQUE ET LES MISSIONS

Ce chapitre présente l’historique et les activités de CAPITAL ASSURANCE (C.A)

Section 1 : Historique

La motivation principale de la création de C.A est liée au besoin de M ENDAMA


NGWA Cyrille de se réaliser professionnelle et d’acquérir son indépendance après des
années d’études théoriques dans le domaine Expertise comptable en France ,Cote divoire
, il arrive au Gabon pour effectuer son stage pratique d’expertise comptable de trois(3)
ans dans un cabinet assorti d’une soutenance de mémoire, conditions exigées pour
l’obtention de son diplôme Expert-comptable. Au bout de 4 années, son diplôme en
poste, il juge nécessaire de créer une structure qui lui permettra de concrétiser sa vision
du service à rendre aux clients dans le domaine de l’assurance.

De ce fait, M ENDAMA Cyrile s’associe avec un ancien collègue mieux outillé


dans le domaine juridique pour créer la société de COURTAGE D’ASSURANCE .C’est
ainsi, que juillet 2015 l’aventure Capital Assurance prend forme et voie le jour avec les
deux partenaires, sous la forme une Société à Responsabilité Limitée (SARL).
Apres un démarrage difficile, la société a atteint à ce jour un taux de croissance
de 15 à 25 % par an, et se situe dans la taille des sociétés moyennes de ce secteur avec
un effectif de six (6) personnes qui travaillent à temps plein.

Section 2 : Missions et structure de C.A

2-1 Mission du courtier d’assurance

La société de courtage a plusieurs misions qui sont :

 La rédaction des contrats d’assurance : l’analyse des besoins des clients est la
première tache de l’assureur .Elle suppose une parfaite connaissance des
problèmes qui se posent au client et impose une formulation juridique ou
techniques de ces besoins.
 La gestion des sinistres : Le courtier réceptionne également la déclaration,
réclame les PV de police, missionne les expert ,réclame a l’assuré des pièces
relatives a son dommage ,présente la réclamation a l’assurerait veille au respect
des terme du contrat (obligation fiscale courante de l’entreprise, fiscalité
personnelle du dirigeant).
 Défends les intérêts de l’assureur

SECTION 2- STRUCTURE ORGANISATIONNELL ET FONCTIONNEMENT

1. Description de l’organigramme de C.A


2 salariés travaillent au sein de C.Assurance . Ces deux personnes
s’occupent des opérations de production, de secrétariat, d’archivage, de
comptabilité et de sinistre.
L’organigramme de l’entreprise se présent comme suit :

Directeur général

S .S S.P S .C S.SIN S.A

S.S : Service de
secrétariat
S.P : Service de
Production
S.C : Service de
comptabilité
S.SIN : Service de
sinistre
S.A : Service
d’archivage

Figure 1 : l’organigramme de C.A

2 : Fonctionnement

Service de Secrétariat : il a pour missions


 D’accueillir les clients ;
 Classer les dossiers des clients ;
 Faire des photocopies sur les documents.

Service de Production : c’est un service très actif au sein de C. Assurance. Il


a pour objectif de :
 Gérer les souscriptions des affaires nouvelles (automobile, cyclomoteurs,
véhicules divers…) ;
 La production des assurances automobile ;
 Renouveler les contrats d’assurances ;
 Envoyer des courriers à la compagnie.

Service de comptabilité :
 comptabiliser et régulariser les actes de commerce effectués en les
enregistrant dans la caisse et le cahier de la comptabilité ;
 calculer les gains de l’agence, ses propres recettes et ce qu’elle doit payer à
la compagnie d’assurance.

Service de Sinistre :
 la réception des déclarations des sinistres ;
 traitement et la gestion des dossiers sinistrés ;
 vérification des déclarations
 identification de la démarche à suivre pour réparer les dommages subis
par l’assuré.

Service d’Archivage :
 classer les dossiers ;
 achever les dossiers.

CHAPITRE II : SUIVI COMMERCIAL ET TACHES EFFECTUEES

Ce chapitre présente le service dans lequel nous avons été affectés. Nous aurons d’une
part les différentes missions au services commercial du service et d’autre part, les
différentes tâches effectuées.

Section 1 : Services Commercial et missions

1 :Missions

L’agent général fait partie du réseau commercial des compagnies


d’assurances. Il est chargé de
 vendre des contrats d’assurance ;
 Conseiller et aider ses clients à trouver le contrat adapté à leurs besoins ;
 prospecter de nouveaux marchés.
 maîtriser toutes les techniques d’assurances

2 : Fonctionnement
Section 2 : Tâches effectuées durant le stage.

Pendant la durée de mon stage, j’ai été amenée à effectuer plusieurs


tâches :

1 : Taches effectuées

1. Remplissage des contrats d’assurance automobile


Les différentes compagnies Assurance met à la disposition de ses agents,
notamment SAHAM Assurance, le système Backup-Auto SAGIS de
production automobile. Ce système permet :
 La création et la maintenance des bases de données relationnelles ;
 Traitement de données et croisement de bases ;
 Mise à jour des bases de données des clients ;
 La production des contrats d’assurance.

Produire une assurance


Pour produire une attestation d’assurance, on commence par le remplissage
d’une base de données sur le système Backup-Auto SAGIS. En premier lieu,
Il faut choisir la catégorie de produit et le produit lui-même, et en deuxième
lieu il faut remplir les informations du souscripteur et les informations du
conducteur en se basant sur les informations dictées par le permis du
client.
Figure 2 : la base de données de l’application SAGIS
Les informations du souscripteur :
 La nature du souscripteur (personne physique/ personne morale) ;
 CIN/RC/IF : carte nationale (si personne physique), registre de commerce
(si personne morale) ;
 Le nom et prénom ;
 Date de naissance ;
 L’adresse, la ville et le code postale ;
 Numéro de téléphone (obligatoire) et l’e-mail (facultatif).

Les informations du conducteur :


 Si le souscripteur est le conducteur lui-même, il faut choisir l’option
souscripteur dans la case de « lien avec le souscripteur », le système affecte
automatiquement les informations du souscripteur au conducteur. Sinon il
faut remplir les informations du conducteur.

L’étape suivante consiste à saisir les informations véhicules

Figure 8 : la base de données de l’application SAGIS (informations véhicule)

Cette étape consiste à remplir les informations de véhicule en se basant sur


les informations de la carte grise.
Les informations de véhicule nécessaires à saisir :
 Usage (tourisme ou utilitaire pour les automobile/ cyclomoteur à deux ou
trois roues (les cyclomoteurs)/ agricole ou moissonneuse… (pour les
véhicules divers)
 Marque ;
 Version (Diesel/ Essence/ Moteur...) ;
 Type Mine ;
 Poids en charge ;
 puissance fiscale ;
 Combustion (E si Essence, D si Diesel) ;
 Carrosserie (Genre)
 Cylindrée ;
 Nombre de places ;
 Format de l’immatriculation ;
 L’immatriculation ;
 Mise en circulation.

Après avoir remplir les informations du souscripteur, du conducteur et les


informations de véhicule on passe à l’étape suivante qui consiste à saisir les
informations de garanties et des primes.
Figure 9 : la base de données de l’application SAGIS (informations garanties et primes)

Recalculer les tarifs


CRM
Le CRM*(coefficient Réduction Majoration/ Bonus-malus) :c’est un système
de tarification qui permet le calcul des primes, mis en place par la
fédération marocaine des sociétés d’assurances et réassurances* 17 (FMSAR).
Tout simplement, c’est une base de données consultable par l’ensemble du
réseau pour visualiser l’historique des assurés et enregistrer leur sinistre.
Un bonus de 10% s’active durant les 24 mois et sans rupture de 48 heures
du contrat d’assurance. Cette réduction demeure invariable. En revanche,
en cas d’un sinistre engageant totalement ou partiellement la responsabilité
du conducteur enregistré durant les douze derniers mois de la souscription,
le renouvellement de l’assurance est majorée de 20% pour chaque accident
matériel et 30% pour un sinistre corporel.
Pour visualiser l’historique des assurés et enregistrer leur sinistre on clique
sur la case de CRM, cela permet de calculer les réductions ou les
majorations automatiquement. Puis on saisit la date d’effet (date à laquelle
le contrat entre en vigueur), et la date d’échéance (date qui marque la fin du
contrat d’assurance).
Ensuite on saisit les Garanties en se basant sur les choix de clients.
Il y a 9 différents types de garanties présentées dans le contrat
d’assurance automobile :
 Responsabilité Civile obligatoire : aussi appelé « assurance au tiers », c’est
la garantie minimale à souscrire pour le véhicule. Elle couvre les dommages
corporels et matériels qu’un matériel pourrait causer.

 Protection juridique : l’assureur prendra en charge les frais de justice, de


défense ou d’expertise (dans une limite fixée) si l’assuré est convoqué devant
les tribunaux ou la commission de retrait du permis de conduire ;

 Protection Conducteur et des passagers : protéger l’assuré ainsi que


toutes les personnes transportées gracieusement à bord de son véhicule ;

 Vol : faire rembourser le véhicule en cas de vol ;

 Incendie : couvrir la destruction du véhicule par les flammes ;

 Bris de glace : elle couvre la réparation ou le remplacement des parties


vitrées de véhicule ;

 Dommage collision : couvrir les dommages causés aux véhicule la suite de


la collision avec un autre véhicule ;

 Dommage au véhicule : couvrir les dommages accidentels subis par le


véhicule assuré.

 Vol des rétroviseurs : être couvert en cas de vol isolé des rétroviseurs du
véhicule assuré ;

 Bris de glace des rétroviseurs : prend en charge le bris du miroir des


rétroviseurs du véhicule assuré ;

 Actes de Vandalisme : permet de couvrir les dommages subis par le


véhicule assuré suite à des actes isolés de vandalismes ou de malveillance ;

 Inondation : prend en charge les dommages dus à une intensité anormale


de l’eau ;

 Evénements climatiques : couvre les dommages qui résultent de la


survenance d’un événement climatique ou naturel, à dimension
exceptionnelle, caractérisé par des dommages étendus à un ensemble de
véhicules ou bâtiments se trouvant dans la zone où se situait le véhicule
assuré ;

 Rachat de vétusté : il correspond à la dépréciation de véhicule du fait de


son usure, son ancienneté ou de son mauvais entretien ;

 Dommage collision étendue : prend en charge les dommages accidentels


subis par le véhicule assuré lorsque ces derniers résultant d’une collision
avec : un véhicule terrestre à moteur, un piéton identifié ou un animal ;

 Valeur majorée : le versement d’un complément d’indemnité à la suite


d’un accident couvert dans le cadre de la garantie « dommages tous risques
» ou de la garantie « dommages au véhicule », causant la perte totale du
véhicule assuré ;

 Perte financière : rembourser, en cas de perte totale suite à un vol et


incendie du véhicule assuré au premier événement, la différence entre le
montant du capital restant dû au titre du crédit contracté pour l’achat du
véhicule et la valeur vénale ;

 Aménagements professionnels et accessoires hors-série : cette garantie


couvre les dommages causés aux aménagements professionnels et
accessoires hors-série fixés au véhicule assuré, destinés à l’exercice d’une
activité professionnelle du propriétaire du véhicule assuré ainsi qu’au
matériel professionnel ;
 Marchandises transportées : protège contre les dommages matériels
survenant, en cours de transport terrestre au Maroc, aux marchandises
transportées, et ce suite à un risque couvert ;

 Dommage tous risque : la couverture complète qui permet de protéger le


véhicule assuré contre les risques suivant : dommages au véhicule,
incendie, vol et bris de glaces.

Après avoir saisir les informations de garanties, on clique sur la case de «


recalculer les tarifs » pour obtenir le montant de l’assurance que le client
doit payer. La dernière étape consiste à entrer le numéro de l’attestation
dans la case de numéro d’attestation définitive (si le contrat est définitif) ou
dans la case de numéro d’attestation provisoire (si le contrat est provisoire),
puis valider l’attestation et l’imprimer.

Figure 4 : exemple d’attestation d’assurance


Figure 5 : exemple de contrat d’assurance (conditions particulières signées)
2. Opérations sur logiciel NAFYS
NAFYS est un logiciel qui permet à la compagnie d’assurance de * 19 :
 être connectée et partager le même logiciel, les mêmes écrans, la même
base de données en temps réel avec ses agents, de manière sécurisée, sur
Internet, même dans le cas d'une bande passante à faible débit
 être capable de concevoir de nouveaux produits, packs, tarifs, promotions,
conventions, écrans d'édition, imprimés, tableaux de bords, etc. de manière
totalement autonome, par simple paramétrage, sans avoir recours à
l'éditeur.

L’entreprise SAHAM Assurance MRIRT envois les documents de productions


numérisés (documents produits par le système backup-Auto SAGIS) via le
logiciel NAFYS.
Après la réalisation des affaires nouvelles/avenants sur le système backup-
Auto SAGIS, je scanne séparément l’ensemble des documents de production
à savoir :
 conditions particulières signées par le client ;
 CIN recto verso ;
 Permis de conduire recto verso ;
 Etc.…

J’enregistre ces documents numérisés pour les envoyer à la compagnie via


NAFYS.
3. Classement et archivage des dossiers
Le servie d’archivage se charge de la gestion de l’archivage, c’est-à-dire la
collecte des documents et des affaires des clients, le classement des
documents et la conservation des documents dans les archives sur la base
de leurs classement.
Durant mon stage, je me suis engagé de classer les dossiers et de les
archiver. Ce service m’a permis de comprendre de plus l’existence et
l’importance de service au sein de l’entreprise. .

2 ;Difficultés rencontres

1. Difficultés rencontrées
Au début de mon stage, j’ai rencontré quelques difficultés. En premier
lieu, J’avais un problème de manque d’assurance, mais je pense que ma
timidité est due à mon manque d’expérience professionnelle en particulier.
En effet, le fait d’être nouvellement arrivé dans un milieu est un défi de
taille pour la plupart des personnes. Toutefois, le temps que j’ai passé à
l’agence et l’accueil chaleureux de Mme MOUSSOUNDA et Mme. Fatima
MBA m’ont permis de me sentir bien et de m’investir. En deuxième lieu, j’ai
rencontrée des problèmes techniques ; la production du contrat d’assurance
(par exemple) est un travail complexe qui nécessite une maitrise parfaite du
secteur automobile. J’avais également des difficultés au niveau de service
archivage, la multiplication des dossiers et des affaires à archiver est un
travail assez difficile et nécessite beaucoup du temps et de concentration
pour le faire.