Vous êtes sur la page 1sur 54

Le 23/10/2013

Calcul des conduites

Calcul hydraulique des conduites à grandes distance.

Calcul consiste à déterminer :

- Le diamètre de la conduite
- La pression de service : il dépend de la pression à la quelles les fluides (hydrocarbure) arriver
à l’unité de traitement ?
- La perte hydraulique (perte de charge par unité de longueur)

P1

P1

Station
intermédiaire P3
P5
P2 ² P2 B

P0 P4
P arrivé
L

�1 − �2
𝐿
(pente hydraulique)
Une ligne de transport nécessite une station de départ importante et sans station
intermédiaire ou bien plusieurs station sur la ligne peut coûteuse et facile à gérer, ça permet
d’augmenter la fiabilité et permet d’augmenter le taux d’utilisation.

Le calcule hydraulique est souvent complété par un calcul mécanique permettant d’évaluer
l’épaisseur de la conduite.

Classification des conduites :


1) Selon la destination :

Conduite de gaz, conduite de brut et conduite d’eau (vapeur)

2) Selon le matériau employer : conduite en Acier, PVC, en Fonte, en Verre


3) Selon le mode de pose
- Conduite enterré (‫ )ضرألا تحت‬: est doivent être à plus au moins de 0,7 m de
profondeur
- conduite airée déposé sur le sol : servent au réseau de collecte sur chantier

- conduite suspendue

4) selon la pression de service :


- Conduite à grand pression ≥ 60 bar
- Moyenne pression 10 ≤ P ≤ 60 bar
- Faible pression <10 bar
5) Selon le diamètre de conduite :
On distingue conduite principale et secondaire
6) Selon les caractères de mouvement :
- Conduite forcé : le fluide prendre toute la conduite
- Conduite gravitaire : le fluide prendre une partie de la conduite
7) Selon la configuration de la conduite
- Conduite en maille, Conduite en cule de sec, Conduite combiné

Calcul d’une conduite forcée

Soit donne le débit (Q) à acheminer, la distance ente A et B relatif à la zone de production et à la
zone de consommation.

A B

Zone de production zone de consommation

- Choix de la trace
La trace doit être choisi pour quelle un investissement réduit la plus proche possible de la
route (sa facilite la réalisation et l’intervention sur le pipe)
- Choix du diamètre

Un débit peut être transporté pour n’importe quel diamètre, les grands diamètres nécessite des
frais de tube et de pose élèves, mais d’équipement dynamique base (turbine, pompe,
compresseur) et inversement pour le petite diamètre.

Frais globaux tube, pose, station

Frais
Frais de tube
et pose

Frais minimum
Frais de
station

Dc
12’’ 24’’36’’ 42’’ 44’’ 46’’ 48’’
Point
optimale
Le débit obtenu par les frais minimum doit être choisi parmi les débits normaliser

 Détermination de la charge

Ils y ont trouvent le débit optimum, il est possible de chercher la charge nécessaire de transfère
le débit.
�� −�� Séparateur
H=∆Z + + Σhp
ρg

Ps
∆Z
A

B
Pompe

Diamètre de conduite (Dc) constante de A à B

Σhp =(Σhp L(louping) + Σhp r(repartir))


𝐿 �2 �: ������� �� ��� ����������
hpr =λ � repartir { � ∶ ������è��� �� ��� ���������}
� 2� �
∆ ρ . V. V. �
V= 4�2 ; λ = f(Re, �) � ; Re = = ; �(��)
= ��� �
� D� D�
�� � � =

Aspérité

∆P ∆�
�= ��
��

V: vitesse d’écoulement ; � ∶ viscosité cinémtique du fluide


64
Re ≤ 2320 régime laminaire λ= ;
0,3164
��
0,3164
Re>2320 régime turbulent λ= ; λ= �� 0,25
; λ : coefficient de perte de charge
√√��

 Calcul de la puissance de la pompe


Ayant le débit à acheminer et la charge nécessaire coulissant le fluide on peut évaluer la
puissance hydraulique

Nh = �gHhQ ; � : la masse volumique de l’huile ; Hh : la charge nécessaire ; Q : débit acheminer

Nab = Nh /ηp ; ηp = ηvηmηh


 Evaluation d’épaisseur de la conduite
�� ��
�é� = � <
é� �������� é� �é��
2[��]

 L’essais hydraulique
Pes = Ps (1,3 : 1,5) Pes (pression d’essais) Ps (pression de service)

La pression d’essais est de 1,3 à 1,5 la pression de service

 Caractéristique circuit machine


Considérons une machine qui fait passer un fluide de l’enceinte (1) à l’enceinte (2)
Qui peuvent être située à des hauteurs géométriques différentes au travers des
tuyauteries 1-A et B-2
Le long de tronçon 1-A et B- 2, le fluide peut échanger de la chaleur avec le milieu
ambiante et il est peuvent être même siège de réaction chimique.

B B
A

Dans les organes fixes de système et de la machine on peut appliquer l’équation de


Bernoulli généralisé
 Tronçons 1---- A (Amont de la machine)
� �� �
�� �
� −
1- (ZA-Z1) + ∫ + �
�� + Σhp1---A= 0
� 𝝆� ��

� �� �2� − 2
(ZA-Z1) : Hauteur géométrique ; ∫ : Variation de l’énergie ; �1 Energie cinétique ;

Σhp : perte de charge. 1 �� 2�


� �
�� �
� −
2- (Z2-ZB) + ∫�� +��� + ΣhpB---2 = 0
� 𝝆� ��

Ont additionnons les deux relations et on séparant les facteurs liées à la machine et les
facteurs liées à la circuit on aura :
� �� �
�� � � �
�− � �� �� � −
[ (ZB-ZA)+ ∫ +��� + (Z2-Z1) ] + [ ∫ +��� + Σhp toute circuit ] = 0
� 𝝆� �� � 𝝆� ��

(1) Le première terme caractérise ce qui c’est passe dans la machine


(2) Le deuxièmes terme caractérise ce qui c’est passe dans le circuit.

2 �� �22 − 2
H = (Z2-Z1) + ∫ +�1 + Σhp toute circuit = 0
1 �� 2�

1- Si les enceintes (1) et (2) on très grands volume on peut négliger les vitesses (V1 = V2)
� ��
H circuit = (Z2-Z1) + ∫ + Σhp toute circuit
� 𝝆�
2- Si les enceintes (1) et (2) sont la même pression P1 = P2= Patm
H circuit = (Z2 - Z1) + Σhp toute circuit
3- Si les enceinte (1) et (2) à la même altitude Z2=Z1
H circuit = Σhp toute circuit

Représentation H -------- Q
Hp =f(Q)

Hc =Hp Caractérise le
Hc ηmax de la pompe

Caractéristique de la machine et des circuits le point d’intersection entre les deux


caractéristique on donne le point de fonction de la pompe dans le circuit :

On se points Hpom pe = Hcircuit

Caractéristique de la machine
� �� � −���
�� � �
Hm = (ZB-ZA) + ∫� 𝝆�
+ ��

 Si le fluide en incompressible ��= cte


� � −� � �
�� �
�−
Hm = (ZB-ZA) +
���
𝝆�
+ ��

�2� − �
2
Hm =EB-EA = �Z + + �
(E
B Energie par l’unité de poids à la sortie : AE : Energie par
�� 2�
l’unité de poids à l’entrée).

 Si la machine est un ventilateur pour le quelle la surpression, dans ce cas en néglige la


différence des hauteurs de position ZB = ZA
� � −� � � −���
�� � �
Hm = ���������(�−−→�) �� �
+
�� ���

��
� moyenne.g.H machine (A---B) = (PB )-(PA +�m ); PTB = PTA
� �
+�m

PT (Pression Total) = pression statique + �ѵ²/2 (pression dynamique)


Si le fluide est vraiment compressible il faut chercher les relations qui relier la masse
volumique de fluide à la pression

� augment dans A ----B fluide varie dans son passage A et B


� �� �
�� �
� − ���
H = ZB-ZA+ ∫ +
� 𝝆� ��
� �� �
�� �
� −
(gH)A --- B=∫ +
�� (J/kg)

� 𝛒 �
1/ρ= ѵ (volume spécifique m3/kg)

�� �
� � −
(gH)A ---B=∫� ���
+ ���

Si la compression peut être iso-thermique
PAѵA =PBѵB=Pѵ =cte
ѵ =PAѵA/P

� � �
(��)�����−−−−→�) =∫ � ѵ �� +��� −
� � �
���
𝛒 �
� �
�� ��� − ���
�����−−−−→�) A A + J/kg (travail spécifique)
��
 Si le
relation
(��) gaz est parfait l’équation
= P ѵ ln d’état s’écrit par la

� �
PAѵA = rTA (r : constante spécifique ; Ta : température spécifique au point a) δ= (Taux
��
de compression)
(��)�����−−−−→�) = rTA ln�
+ � �
��� − ���
J/kg (travail spécifique)

 Si le gaz est un mélange de gaz parfait (r =r mélange) mélange a rapport massique

� � ��� � � �� � �𝐳 n
g i= � (����� ����� �� ) ; r mélange = ∑ g i ri
����� i=1
𝐑 ( ��������� ������������ �� ��𝐳 �������)
r=
� ( ����� ������� �� �����)
Dans le cas où le gaz ne peut être associe un mélange de gaz parfais
- Si le gaz est réel, on applique la relation PV = ZrT
� −���
�� � �
(��)�����−−−−→�) = ZrTA ln� J/kg (travail spécifique)

+

Z : représente le facteur de compressibilité, il dépend de paramètre de température et de


pression
 Si la compression est adiabatique, si dQ = 0 ; ��� � = cte
� �� 2 2 ��
���� − � � � �
��
��
 (���)���−−−−→�) =∫� ѵ ; �� ѵ� =  ѵ = ѵ ѵ = ѵ� ( )
ρ 2 � � �
+ Pѵ

1 1
2 2 2 2 2 2

� �� � � − �� γ �� − γ � �� �� − ��


∫ � �� �� 2
(���)���−−−−→�) =∫� ѵ = ѵ P 1 + = ѵ� PA 1 +
ρ
� A P𝛾 2
+ 2 ∫� P𝛾
1
−1
+1 B 2 2
γ �
=ѵ P . 𝛾 +
�� −
+1
𝛾 ��
� A −1
A 2
γ 2VB −2
(gH)ad(A−−−−→B) = γ−1 [PB ѵB −PA ѵA ] +
VA
2

B A
��−
V −V
− 1] + 2 2 2
γ
(gH)ad(A−−−−→B) = � [
��
� 1
γ−1
𝛾
- Si le gaz est parfait r : représente la constante spécifique
n
- Si le gaz est un mélange de gaz parfait r = r mélange = r mélange = ∑i=1 g i ri
- Si le gaz est réel, il faut ajouter le facteur de compressibilité

V
La relation de travail spécifique (gH)ad(A−−→B) = r
γ
� [
� − 1] + 2−
� �−1
γ−1
VB
𝛾 2 A
2

2
γr VB −2 V
Cp = ; donc (gH)ad(A−−→B) = Cp [TB − TA ] A
γ−1 2
2
+
(gH)
+ ad(A−−→B) = ℎ� − ℎ� 2
2 VB −
� VA
2
2

A
Autre
gH : H:Bo(gH)ad(A−−→B) = Cp[à��l’entrée
- HAo (Enthalpie d’arrêt + 2Cp -−VEnthalpie
�� + 2Cp d’arrêt à la sortie)
Le travail spécifique de compresseur est une variation de l’Enthalpie d’arrêt
- Dans le cas où le compresseur no iso-thermique ni adiabatique cas proche de réalité
le compresseur donc est poly-tropique.
��� � =cte n>1, n ≠γ
�−1 2
V 2
Donc : (gH)��� = n r��[ � − 1] + B− V
� n−1
A
2
On voit que le travail spécifique fourni par le compresseur au gaz est fonction de la
température absolu à l’entrée au compresseur, de taux de compression encore
engendré de l’exposant polytropique n et le constant spécifique de gaz

Remarque : l’influence de l’écart de l’énergie cinétique Ec n’est pas importante


 Evolution du paramètre de fluides dans circuit et dans la machine
- Si � est constante :

P
Ce qui ce passe
1 B dans la machine
1---- A : Amont machine

A ---- B : Dans la machine Circuit


amont Circuit aval
B ---- 2 : Aval machine
machine A machine
2
Station
Longueur de
L
conduite

 Si � est déférente de constante : � ≠ cte


P

P1 B

A
2

ѵ
Remarque : le transport des fluides d’hydrocarbure est problème de perte de charge dans les
conduites

Exemple :

P1 Dc P2

L
L’évolution du fluide
�1 2 �2 2
1 2
Dans la conduite est liée par la relation : + + Z1 = + + Z2 + Σhp
α1 = α2 = 1 coefficient de Coriolis ρg 2g ρg 2g
2 �2 2
1� 1 2
ΣhpP1------P2 = (ρg + 2g + Z1) - ( ρg +2g + Z2) = E1 – E2
La perte de charge par unit de poids
- Si la conduite à grand diamètre en négligent les pertes local.
2
ΣhpP1------ P2 =𝜆 𝐿 � (m)
 Dc 2g
2
𝐿 µ
Σ∆Pp =𝜆 (Pa) ; µ = �ν ; µ : Représente la quantité du fluide en masse qui passe par
unité
Dc 2g
de surface (m²) par une/s µ =[kg/m3].[m/s] =kg/sm²

1 2µ
Perte hydraulique i = Σhp/L ; i= Σ∆Pp/L = 𝜆 [Pa/m]
Dc
2�
Pour que : soit la perte charge ne soit pas élevé il faut des vitesses économique de transport
V = (0,5 : 1,5) m/s
On déduire la perte hydraulique, on regarde si cette perte hydraulique peut être vaincre par
nos équipement si non il faut choisi une autre vitesse.

Application :
3
Soit transporter
hydraulique 50000
désiré i =m(12/jour brute de ν = 10-4 m²/s, � = 750 kg/m3, les pertes
:14)dePa/m
Questions

1) Déterminer le diamètre de conduite ?


2) La vitesse à choisi ?
Solution
1) V1 = 0,5m/s
4� 4.50000 ��� 0,5.1,21
=√ =
Q1 = V1S1 ======= ��1 3,14.24.360 =1,21m ; ���1 = ν 0,0001
0.0,5
DC1=√
===Régime turbulent = 6050

��1 = 0,3164/Re0,25 = 0,036


1 µ2
i1 = ��1 = 2,78 Pa/m
D�1 2�
2) V2 = 1,5m/s
4� ���
Q2 = V2S2 ======= DC2=√ = 0,70m ; ��1 = = 10500===== Régime turbulent
��2 ν

��2 = 0,3164/Re0,25= 0,031


1 µ2
i2 = ��2 = 37,78Pa/m ; 𝑖2 >𝑖1 recommandé
D�1 2�

3) V3 = 1m/s
4� ���
Q3 = V3S3 ======= DC3=√
��3
= 0,85m ; ��3 =
ν
= 8600 Régime turbulent

��3 = 0,3164/Re = 0,033


0,25
2
2
1 µ 1 0, 033 . 750 . 1
��3 0,85.2
I3 = ��3 =��3 = 14,5Pa/m ; ��3 >�����������é
D� =
4) V4 = 1m/s
3 2� D�3 2

4� ���
Q4 = V4S4 ======= DC4=√ = 0,98m ; ��4 = = 9800 ==== Régime turbulent
��3 ν

��4 = 0,3164/Re0,25= 0,032


1 µ2
I3 = ��3 =12,24 Pa/m
D�3 2�

Pour reprendre à une hydraulique i = (12 : 14) Pa/m il faut une vitesse d’écoulement
0,75m/s<V<1m/s si on fixe v = 1m/s on aura un diamètre de conduite Dc = 0,86m et i = 13,84 Pa/m
Transport du gaz

Le gaz peut être transporte sur le chantier selon la pression du gisement ou bien selon la pression de
la station de compression. Les paramètres définissant un problème de compression.

1- Le débit masse à comprimer


2- La nature de gaz à transporter
3- La condition d’aspiration
4- La condition de refoulement

Le transport de gaz est un problème de perte d’énergie massique.

Rappel sur les pertes de charge :

L’écoulement du gaz dans la conduite est généralement turbulent, donc l’écoulement dépend du
nombre de (Re)

Re =f(v, D, µ) ; λ=f(Re, ε) , ε=s/Dc ε : la rugosité relative de la conduite.

En principe les formules de calcul pour λ pour le gaz et le liquide sont les même le régime reste
subsonique.

Quelque formule pratique utilisé dans l’industrie du gaz :

Formule Européenne
�.������
1- Formule de Weymoit : λ= � ( Dc en mm) Dc diamètre de conduite
√��
2- Formule de Renouard : [λ= 0.0103+1,5.Re-0.44]
3- Formule de Renouard simplifie : λ=0,21.Re-0.2 2320<Re≤2.104

λ=0,172.Re-0.18 2.104<Re<2.106

Formule Américain : λ= 0,014692.Re-0.03922

Formule Russe : λ=0,067(158/Re + 2S/Dc)0.2

Remarque :

L’influence de température sur l’écoulement et importante lorsque el il s’agit du transport du gaz

ρ
µ huile µ gaz

T(°c)
Il existe des collectes en ligne et des collectes en maille et des collectes combiné

Calcul des conduites de gaz

Le calcul se base sur trois (03) équations

 Equation du mouvement du fluide réel


�� �� �𝑥 �� �𝑥 � 2
+v +λ v +λ + ��� = 0
ρg g Dc g Dc 2g
 Equation d’état
P = zρrt
 Equation de débit massique (Qm = cte)
Qm = ρvs
Pour simplifie la résolution on suppose la conduite est de même diamètre (Dc=cte)
Et posé horizontale ; dv = 0 ; dz = 0
�� 1 �2
ρg
+ λ Dc 2g �� = 0
1
P = zρrt ; ρ = .P
Qm = ρvs Zrt
Hypothèse : considérons cette équation de (Q, L, Dc, P1, P2)
�� 1 �2
+λ �� = 0
ρg Dc 2g
1
ρ= .P
Zrt
Qm = ρvs
1 2�
�� = - λ Dc 2g ��
2
�� 1 ��
ρ
= - λ 2Dc ρ2� 2��
��
1 2
ρ�� = - λ ( ) ��
2Dc � ��
1 1 2
ρ�� = - λ ) ��
(
Zrt 2Dc � 1 �� 2
�2 𝐿
− ∫�1 P�� = ∫0 λZrt ( ) ��
2Dc �

2
��
2
�1 −�2 λ ��� )2 �
=
1
(
2 2 �� �
Q = ; Qm = S √
2 2 2 2

2
( �1 2 −�2 ) � �� ( �1 − �2 )
m ��
λ���𝐿 λ���𝐿

TD

Une pompe aspire 720m3/heurs d’eau à T = 50°C de niveau de surface libre par une conduite de
0,36 de diamètre et 12m de longueur, la conduite d’aspiration d’ôtez d’un coude de résistance
ζ = 0,36 et d’un filtre avec clapet antiretour. Les pertes de charge sont caractériser par un
coefficient λ = 3/100.

On donne : ρ = 103 kg/m3 ; Pat/ρg = 9m de colonne d’eau à 1200m d’altitude, la tension


(pression) de vapeur saturer (PVS) PVS/ρg = 1,26m de colonne d’eau.
Questions

 Déterminer la hauteur d’aspiration sans cavitation de la pompe, si celle-ci fonctionne à une


altitude de 1200m
 Si la conduite de sortie est de 0,3m de diamètre et ∆Z = 0,4m pour une pression de sortie de
la pompe P = 40 bar, évaluer l’énergie reçus par chaque kg d’eau qui traverse la pompe.
 Si la pompe fonctionne au rendement global

 η= 0,81, évaluer la puissance du moteur d’entrainement.

Solution

Surface libre est entrée de la pompe

Bernoulli entre O-O et E-E


2
�� 0� �� �
+ + + Σhp
2
Z
ρg 2g
= + 2g� + Z
ρg 2 E
o 2
�� �𝑂 �0 � - Σhp
= + �
- -Z
+Z
ρg ρg O E
2g 2g
2
�� �𝑂 � ; (Z Z ) h ; Risque de cavitation

= - Z )- - Σhp >P
(Z
ρg ρg E– O VS E– O = asp
2g
Hauteur normal d’aspiration sans cavitation
(CNC) condition non cavitation
�0 − ��� �20
Hasp ≤ – Σhp
VE =

ρg
- 2 4(0,2)
= 1,96 m/s ; Q = 720m3/heur = 720 /3600 = 0.2 m3/2
=g
4�
=
S π� 2 3,14(0,36)2

 Calcul des pertes de charge Σhp


2 2 �� �� 2 ( 0, 36 )
�𝐿 �� � � � �� �𝐿 0, 03 .
Σhp = + + 2 =[ + ξf + ξc] �� + 4+0,26] = 1,029m
D 2g 2g D 2g 12
+ =[
2g 22g 0,36 2
20
1,92
Hasp ≤ 9-1,26 - 2 – 1,029
20
Hasp ≤ 6,51m ; sans cavitation

2-Energie par unité de masse


2 2 2 2
ES= �𝑆 �𝑆 �� �� �𝑆 −�� �𝑆 −��
gH = ES-EE ; + gZS ; EE= + gZE ; gH= +g∆Z
2 2 2
+ρ +ρ ρ
+

�� � � 40 . 10
On peut prendre : ρg
= ρg𝑉𝑆 = 1,26m ; ρg𝑆 = = 400m

4
103
� 4� 4(0,2)
VS = = 2,83 m/s ; Q = 720m3/heur = 720 /3600 = 0.2 m3/s
S = π�2 =

3,14(0,3)

2
2 2 2
�𝑆 − �� � 𝑆 − 400 −1, 26 2 , 83 −1,2
Donc : H= +∆Z ; H= + +0,4 = 399J/N
�� 104 96
ρg
+ 2g 20
gH=399.10 = 3990J/kg

3-calcul de la puissance fournie par le moteur d’entrainement


𝑁 ��
On a η = ; P= ρQgH ; ρQ = ṁ ; Nutil = ṁgH = 103.0,2.3990 = 798700Watt = 798,7Kw
���
𝑁���

𝑁 �� 798 , 7
���
����� ;η= = 986��
η 0,81
=

ρQgH =798,7 Pint 986Kw


∆Pméc

∆P
Hydraulique

Volumétrique η int = ηv. ηh

Pint = ρg(H+Σhp)(Q+Qf)

Suite au cours

Pour des pressions de service ≥ à 3 bar et on considérant le mouvement de gaz comme


isotherme. On peut utilisent la formule d’exploitation

( �1 2 −2�2 )
Qm = 493�� 8/3 √ 3

(m /jour) ; ρ� = ρ gaz/ρ air


�ρ� �𝐿

P1 et P2 sont exprimer en bar ; Dc en millimètre (mm) ; la longueur en kilomètre (Km) ; la température


en Kelvin (K)

- Le débit calculer est rameniez aux conditions standard (CS T= 20°C ; P = 760mmHg)
- Pour des calculs pratique on peut pendre Z = 1 et ρ� = 0,6 et T = 15°C (T de transport)

( �1 2 − � 2 )
- Qm = 38�� 8/3 𝐿 2
(m3/jour) ∆�


Si la pression de service < 3bar ; Qm = 0,0918�� 8/3 √ 𝐿 (m3/jour) ; ∆� = P1 – P2 en (N/m²)

∆𝐻
Qm = 422�� 8/3 √
3
- (m /jour) ; ∆𝐻 = (P1 – P2)/ρg (mmCE) ; (CE :Colonne d’Eau)
𝐿

La formule qui exprime mieux le débit de gaz dans une conduite sous pression est la formule de
service ≥ 3bar
(�12 − 2�2)
Q = 493�� 8/3 √ (m3/jour) ; ce cela exprime le déplacement du gaz dans le conduite
�ρ��𝐿
493 (�1 −�2 )
2
�𝑖 8/3
2 ; on désigne ki = facteur dimensionnelle du maillon (i)
Q= √�ρ √ 𝐿
�� 2
√ 𝐿𝑖
(��8/3 )

493
C= facteur tenant compte des paramètres du gaz
√�ρ� �

(�𝑖 2 −��2 ) 1 √ 𝐿𝑖
Q = C√ 1 =� 8/3
2 �𝑖 �
�𝑖

Remarque

Lors de la mise en circuit successif de n conduit de gaz de divers diamètre, la longueur de chaque
tronçon peut être distingue cette dernier expression permet de calcul en réseaux.

Dans les chantiers lors de la collecte les conduite peut être en série ou en parallèle

 Conduite en série

�1 �1 �2 �2 �3 �3

𝑖 𝑖 �� ��
� �
 En parallèle � �



�1 �1

�𝑖 �𝑖 �2 �2
�� ��
�3 �3

Remarque

(�𝑖 2 −�

2
)
Le calcule se basé sur la formule précédente Q = C√ �
∑��=1 1
2
� 𝑖

(�� −�� )
Pour les conduites en séries Q = C√ ��
� ��

����

��/�
+ ��/� + ��/�

� �

� �
(�� −��
� �1 8/3 �28/3 �3 8/3
Pour le calcul en parallèle Q = C√ ) � ; ��� ; ��� ; ���

� = √
= √
= √
(
��� +��� + ���
) 𝐿 𝐿 𝐿3
1 2

Exemple de calcul de conduite complexe


A) Le débit ne varié pas

�2 �2

�1 �1 �4 �4
�𝑖 �𝑖 �� ��

�3 �3


(�� −�
Q=√


� �
)
� �
+ (�� + � ) + �
���
� � �� �
��

B) Cas où le débit varié

Quand il y a variation de débit, on considérer deux cas :

 Le réseau avec un diamètre variable (D≠cte)


 Le réseau avec un diamètre constant (D = cte)
a) D≠cte

�1 �1 �2 �2 �� ��

�3 �3
� �
�� �� �

Pour le calcul de la capacité de ce réseau on doit évaluer en première lieu la pente


hydraulique constant sur tous le réseau.

�� �� −��
−��
i= = = [Pa/m] = [bar/m]
∑� +𝐿
��=1 𝐿 𝑖 𝐿 1+�2 3

Une fois ayant (i) la pente hydraulique on peut calculer la pression au niveau des nœuds

PB = PA – iL1 ; PC = PB – iL2 = PA – i(L1+L2) ; PD = PC – iL3 =PA – i(L1+L2 + L3)

Le 19/11/2013

Suite…

�1 �1 � �
�� 2 2 �� ��
� �
3 3
� �
�� ��


Point A ------ QA

Point B ------ QB
Point C ------ QC

( P i 2 −P
2
f 1 √Li ( P A2 −2P B Dc8/3 Q1 √ L 1 2 2
) )
Q = 1 = 8/3 ; Q1 = C √ 1 k1 = ; 8/3 = C√PA − PB
ki Dc √L1 D1
i ki
2
k1
2

C√
i

8/3 Q 1 √ L1 Q1 √L1 Q2 √L2 Q3 √ L 3


D1 = ; D = ; D2 ( ; D3 (
3/8 3/8 3/8
( 1 ) = ) = )
2 −P2
C√PA 2 −P2
C√PA C√PB2 −PC2 C√PC2 −PD
2
B B

Tronçon 1: Q1 = QA Tronçon

2: Q2 = (QA+QB) Tronçon 3:

Q3 = (QA+QB+QC)

Cas où le diamètre est invariable




� �� ��
�� �3 �
�2 � �

�1 � �


Point A ------ QA

Q1 Q2 Q3
k1
= C√PA2 − PB2 tronçons 1 ;k = C√P 2 2
B −CP tronçons 2 ;k = C√P
C
2
−D P2
2 3

Q1 √ L 1 Q2√L2 Q3 √ L 3
= C√P2 − = C√P2 − = C√P2 − P2
PD28/3 A B ; PD28/3 B C ; D8/3 C D

Q1 √L1 Q 2 √L Q3√ 2
2 L3 − P2
+ + = C √ PA D
D8/3 D8/3 D8/3
3/8
1
∑� Q
1
√L��= 1
D= ( )
2 2

C√Pi −Pf
EQUIPEMENT DE COLLECTE DE L’HUILE ET DE GAZ

INTRODUCTION

L’huile et le gaz sur chantier peuvent être collectés au centre de séparation et d’expédition à l’aide de
la pression de gisement (si celle-ci est suffisante) si non à l’aide de l’énergie de stations. Si le produit
est propre il conseille de la faire la séparation préliminaire

Schéma d’un système collecte généralise

1. Puits éruptifs
2. Puits à gaz lift
3. Puits pompés
4. Conduits d’évacuation vers le groupe de mesure
5. Manifold de distribution
6. Séparateur jaugeur
7. Séparateur jaugeur
8. Séparateur jaugeur
9. Station de compression (conduite grande distance)
10. Station de réinjection de gaz pour le gaz lift
11. Conduite principale
12. Pré séparateur de centre de séparation
13. Poste de réglage de pression
14. Station de recompression du gaz (conduite grande distance)
15. Séparateur d’eau, gaz, huile
16. Réservoir d’huile
17. Station d’expédition de brut
18. Réservoir d’expédition
19. Réseau de canalisation d’eau
20. Desableure
21. Piège à huile
22. Pompe de recyclage de brut
23. Station à vide pour capter les fractions légères
24. Station de pompage d’eau pour injecter l’eau et vers le gi

Les produits gisements sont soumis à la séparation à l’épuration et au comptage après le transport
vers les produits subisse la séparation définitive afin d’obtenir les caractéristique des conditions de
vente

Les installations des groupes de mesure pouvant servir plusieurs puits indépendamment de leur
procédé d’exploitation

Le produit tous les puits (en brute) est expédiés à l’installation des groupes de séparation par une
collecte ligne (11)

(23) la station à vide : destiné à captage des fractions léger qui seront dégages par les séparateurs
d’eau et de sable et même de réservoir

Inconvénient : dans le poste de réglage 13 en détente le gaz jusqu‘au une pression minimal ce qui
provoque une grande perte d’énergie minimum naturel d’hydrocarbure.

Le processus de compression de gaz et de traitement d’huile vers les raffineries pour leur traitement
aux conditions de vente est très coûteux.

Il est nécessaire de prévoir d’autre système de collecte qui tient compte des différentes pressions
CPSC

Système de collecte à différents pression

(1) Puits (région) produisant à faible pression


(2) Région produisant à moyenne pression
(3) Région produisant à grands pression
SPCS (centre principale de collecte et de séparation)
(4) Collecteur (conduite d’évacuation vers groupe de mesure)
(5) Groupe de séparation à faible pression
(6) Groupe de séparation à moyenne pression
(7) Groupe de séparation à haute pression
(8) Station de compression à vide
(9) Groupe de compression à faible pression
(10) Groupe de compression à moyenne pression
(11) Refroidisseur
(12)Station de compression en tête, gazoduc (à grand distance)
(13)Station de réinjection pour les puits en gaz lift et réinjection de gaz dans le couche pour le
maintienne de pression.
(14)Station d’expédition de brute
(15) Station d’injection d’eau.

L’huile prévenant des groupes de séparations 5, 6,7 est envoyer CPCS pour subir une dernier
séparation à trois (3) phase.

Ensuite l’huile séparé et expédié par la station (14) pour ça collecte définitive. L’eau est envoyée
vers les puits injecteur pour le maintenir de pression au cours de la production. Cette eau
remplace la brute extrait du gisement.
Les gaz est connecté au réseau de gaz pour ça réutilisation au son expédition par les stations de
compression 12 et 13.

Après chaque groupe de séparation de gaz, d’huile se donné est dirigé vers la station de
compression correspondant il faut prévoir le même niveau de compression à la sortie des deux
stations à vide et à faible pression et le même niveau de pression à la sortie de la station (10) et
de séparateur à haut pression.

Afin d’évité la délation thermique de revêtement des conduites à cause de la température.


Chaque compression est suivie d’un refroidisseur (11).

Réseau de collecte

Le terme réseau de collecte désigne l’ensemble des conduites et des accessoires servent au
transport des effluents brute entre les puits producteur et un centre de traitement (collecte).

Le terme ligne de collecte s’applique à l’une de ces conduites prise individuellement

Particularité des lignes de collecte

Avant séparation le brute transport prévient des puits de production les conduites toujours
transport un effluent poly-phasique ils sont donc soumis à des lois d’écoulement complexe.

Ces phénomène encore mâle métrisées sa compagne une perte de charge énorme les pressions
de travail des lignes de collecte peuvent être très élevés.

Si le cas de gisement de gaz ou de la production d’huile à fort GOR

La sécurité impose la mise en place de vanne automatique capable de fermer la production en


tête de puits sont que la tête d’éruption non rompe.

Déférent types de réseau de collecte

 Collecte par ligne individuel

5 10
4 9
3 Centre de traitement 8
Puits 2 7
Producteurs 1 6

Avantage

 Identification immédiate sur le centre de traitement des puits en service et des puits à l’arrêt
 Vérification des fonctionnements effectifs des puits en service par simple examen de
température et des pressions d’entrée.
 Rapidité de passage en essais avec éventuellement possibilité de modification de régime par
intervention au niveau de manifold
 Facilité d’isolement d’une production polluante sur une unité de séparation séparée
 Possibilité de compléter progressivement le réseau de collecte en fonction du
développement du champ et des résultats obtenus
 Collecte par manifold

20 19 18 17 16

Manifold

4 Sortie de gaz

1 15

2 14

3 1 Centre de traitement 3 13

4 12

5 Linge de test 11

Linge de test Sortie d’huile

6 7 8 9 10

Sortie d’eau

Pour réaliser ce type de réseau, on choisit sur le terrain un ou plusieurs points de regroupement où
aboutissement les lignes de collecte individuelle prévenant de puits. Ces points sont choisir tel que
les lignes individuel soient le plus courte possible ce qui est constitué un manifold.

Au point de regroupement sont installer plusieurs vannes qui permettant d’isoler la production
d’un puits et de la diriger vers un séparateur d’essais.

Le séparateur de test c’est les collecteurs manifold ne sont pas très éloigné peut être mobile ou
fixe.

Si le séparateur est mobile il n’est pas nécessité de ligne de test

On test avant le manifold

- Si le séparateur fixe il faut les lignes de test.

Avantage (collecte par manifold)

 Système relativement économique

Inconvénient

- La production entière peut être polluée par puits produisant de l’eau


- L’huile remplissant la conduite de test, si les polluer doit être classée avant un nouvelle essai
d’où perte de temps
- Sa surveillance de l’exploitation impose les navettes (déplacement) fréquente entre le centre
de traitement et le manifold par le personnel de service. (vas et vient),

Collectes enterrées et aériennes


Le règlement de sécurité impose d’enterrée les conduite dans les quelles circule les hydrocarbures

Cependant on zone désertique on laisse souvent les conduites on surface (apparente)

Inconvénient

- Ce qu’il est soumise à des écarts de température qui modifier l’équilibre poly-phasique
transporté (ce qui nuit au transport, perte de charge, dépôt, colmatage …etc).

Avantage

L’avantage de la conduite aérienne ou sur sole

Coût moins élevé et facilité de surveillance

Matériel des puits


Les normes API

Les tubes utilises dans l’exploitation pétrolier doivent répondre aux spécifications des normes API

On distingue la norme « 5L » et « 5LX », ces normes définissant pour le tube :


- Leur mode de fabrication
- La composition chimique des aciers utilisés
- Les propriétés mécaniques requises
- Les conditions d’essais hydrauliques
- Les poids, dimension et tolérance d’usinage
- Les normes d’assemblage par vissage ou soudage
- Les méthodes d’inspection et de contrôle
- Les marques d’identification (fiche technique)

Procédé de fabrication

Selon l’API ces tubes sont fabriqués selon les procédés suivants

a) Tube étiré sans soudure (à chaud) : C’est un tube en acier fourche ne comportent aucune
ligne de jonction il est obtenue par mandrinage, à chaud, d’un lingot d’acier
La norme autorise une opération de finissage à froid pour donner à la pièce la forme, les
dimensions et les propriétés mécanique
Tube souder électriquement : Ce tube est obtenue à partir d’une feuille métallique enroulée
la soudure peut être longitudinale ou spiral. La soudure est réalisée par procédé électrique (à
l’arc, par résistance ou par induction) sans métal d’apport. Ce tube après soudage subir un
recuit à une température 538°C ou bien recevoir un traitement thermique propre exigé par le
métal.

Tube soudé automatiquement sous flux

Ce tube est obtenu d’une plaque de métal roulée, la soudure longitudinale est réaliser par une
machine automatique sous flux.

Augmentation de la capacité d’une conduite

1 Diminution la viscosité de liquide (la diminution améliore la fluidité)


a) Maintenir la température de liquide sensiblement constante en prévoyant des revêtements
spéciaux.
b) Chauffer le liquide avant le démarrage de soit transporter
c) On peut injecter dans le fluide à transporter une certaine quantité d’huile miscible (mélange).
dans le fluide principal qui améliore le transport.
2 Utilisation de louping (conduit en parallèle à une partiel de conduite principale)
3 Utilisation des pompes supplémentaire.

Conduite principale

Principale du louping Louping

Le louping est réaliser en parallèle au tronçon de la conduite principal dont les dépôts sont coriace
Q sortie < Q entée

Pour ir-remède en installe un louping : Qs= Q p(principal)+QL(louping) = Qprojet


λ 𝐿�
La perte de charge dans une conduite de grande distance : hperte = 2
Dc 2g

vD 4Q D 4Q m 42 Q
2 A
Re = =
4Q = ; Rem=( V² = ; λ=
ν
)πD2 ν πDν πDν π2 D4 �� �

A.πm.Dm .νm .L.42 .Q2 A.π 2−m


hp = = m.νm . A.ν .π
. � = m m− . 5−m � =
Q Q
2−m
4m .Qm .D.π2 .D4 2g D D5−m
Q
2−m 2
D5−m .4 m−2 .2g 4m−2 2� 𝛽�

𝛽 : Coefficient compte de la viscosité du fluide et de régime d’écoulement


hp : Représente les pertes de charges répartie dans le système.
Q2−m Q2−m

hp conduit principale = 𝛽1 � D5−m ; hp louping = 𝛽2 � D5−m


On considère le même fluide qui circule et le même régime

La longueur sur le louping égal à la longueur sur la conduite principale sur le tronçon.

Alors ce qui entraine hp=hpl


1 22 2−� 5−�
5−�
Q Q 2−�
2−m −m
1 1 1
D1 5−m D2 5−m

= (� ) Qs = Q1 + Q2 = Q projet ; Q1 =�2 ( )

; (�2 ) 5 −� �2 5−�
= 5−�
�2
� 1 2−� �entr ée �2 2−� �1 2−�
Q entrée = Q 2 (( + 1) ; Q2 = , Q2 =�1 ( 1 ) ; Q1 = Q2(( ) )
�2
1� )5 −�
�2
� �
2

) 1+ (
2−�
�entr ée
Q1 = 5−�
�2 2−�
1+ ( )
�1 Le 03/12/2013

Connaissant la capacité à fournir, on peut évaluer le débit de la conduite imposé (débit de louping).

Longueur de louping :
5−�
�1 �1 2−�
= ( )
�2 �

�2 ��
5 −� 5−� Si le régime et laminaire pour la conduite
1 �2 2−�
Qs = Q1 + Q2 ; Q2 1+ ( � ) et�1 = 1+ ( �
1
)
�2 2−�

=
principale (conduite qui commence à s’obstruer ou bien (boucher) la longueur de louping se
4
ℎ .�
𝐿 −���
��. 𝑄 �
1

détermine d’après la formule empirique suivante : �� (�)


=
L : longueur de la conduite principale entre le départ et l’arrivé.
1−�

D1 : diamètre géométrique de la conduite principale (diamètre de

départ). QS : débit de sortie.

α : paramètre tenant compte de la viscosité cinématique de fluide α=41.53ѵ.


f : facteur dimensionnelle entre le louping et la conduite principale
1
�= <
�24
1

1 + (�1 )
� � � � .(�� )
� − � . �� 1
𝛂 . (�� )�. ��

Si le régime est turbulent : �� α= 43.76.ѵ(nu) �= 1.75

=
�−�
Représentation graphique �2 2.71
[1−(�1) ]

H RLS
RCP
HL RL+CP
HCP
HE
Courbe caractéristique
de la station

QLS QCP QE = QS Q
Le louping joue le rôle d’une pompe qui débite en parallèle avec la pompe principale
Action sur les équipements

L’action sur les équipements se fait au moyen de couplage, on distingue deux types de couplage :

 couplage en série : dont le but est d’augmenter la pression


 couplage en parallèle : dont le but est d’augmenter le débit

Application

Couplage en série ; soit deux pompes identiques couplées en séries

H
(H1 + H2)=f(Q)

RL

HS 2
H1 1
H1 =f(Q)

Q
Q1 QS

(1) : Intersection de la caractéristique d’une seule pompe avec le circuit H1, Q1


(2) : Intersection de la caractéristique avec la caractéristique identique 1 et 2 couplée en série ça
ne donne HS, QS
 Couplage en parallèle de deux pompes identique

H
Réseau1 =f(Q)

2 H1 =f(Q1)
H2
(H1 + H2)=f(Q1)
H1 1
Q
Q1 Q2
Les lois de couplage

Amont séparer, aval commun fait que le débit aval (aval de sortie est inferieurs au double
débit individuel QS < 2Q1
 Pompe en parallèle ayant des courbes caractéristique différente

H
H2 = f(Q)
RC

HS

Q1 Qmin Q2 QS Q

Les deux pompes :


1) Intersection de la pompe (1) avec le réseau (H1, Q1)
2) Intersection de la pompe (2) avec le réseau (H2, Q2)
3) Intersection de deux pompes couplée en parallèle avec le réseau on aura (HS, QS), selon
le schémas de fonctionnement de la pompe de point (pompe 1) est nécessaire à partir
de QS > Qmin
Le fonctionnement en parallèle avec conduite amont individuel et conduite aval commun crée
des perturbations importante sur le réseau surtout ces pompe sont différentes.

 Pompe centrifuge + pompe à piston

H
H Pompe à piston = f(Q)
RC

HE H 1 + H 2 en // = f(Q)
H2
H1
H Pompe centrifuge = f(Q)

Q min Q1 Q2 Q Q
S
Le 04/12/2013

Travaux dirigé (TD)

Une station de pompage équipée de 04 pompes incorporé de la même conduite refoule vers une
conduite commune.

 Déterminer le rendement global moyen de la station dans deux cas :


- Les pompes sont différentes
- Les pompes sont identiques

Solution

Les pompes entrainées par des moteurs indépendantes (chacune par son propre moteur)

NabT = Nab1 +Nab2 +Nab3 +Nab4 ; NutT = Nut1 +Nut2 +Nut3 +Nut4
��� � 𝑵���
; Nut = �gHQ pour une pompe ηg = ; Nab1 =
𝜮𝑵�� ����
ηgm = ��
��𝑵�
𝑵��

��� ( �� �� + �� �� + �� �� + ��� ( �� �� +�� �� + �� �� + �� �� )


�� �� )
ηgm = 𝑵 𝑵 𝑵 𝑵 �� � �� � �� � �� � �
����
= ���
+��� +��� + ���� +� +� + )
��� �� �� �� �� �� �� ��
� � � ( � � �

gm ∑ �
�� ��
η
�=
= � � � ��
∑�=� �� �

Cas où les pompes sont identiques : H1= H2 =H3 =H4 =H ; mais le débit non

∑�=


ηgm= ��



�=� 𝜼�
 Montage en série
��� ( �� � +�� �+ �� ��� ( �� �+ �� �+�� �+ �� �)
�+�� �)
Q1= Q2 =Q3 =Q4 =Q ; alors : ηgm = 𝑵 𝑵 𝑵 𝑵 �� � �� � �� � �� �
���
= ���
+��� +��� + + + + )

� � � 𝛈 𝛈 𝛈 𝛈 𝛒�( � � 𝛈 𝛈�

���� ( � +� + � ∑�=
� � � � � 𝛈� � �
+� ) �

ηgm= �� �� �� � ��
=� �
���� ( + + ∑�=�
��� ��� ���
+ )
��� ���

 Cas où les pompes sont différentes et en série :


��� ( �� �� + �� �� + �� �� + �� �� )
 ηgm = 𝑵 𝑵 𝑵 𝑵 ���
��� +��� +��� +

𝛈� 𝛈 𝛈 𝛈�
� �
Suite au cours

 réglage par réduction du diamètre


Afin de ne pas perturber le fonctionnement de fluide dans l’impulseur la réduction du débit
doit être limité par les recommandations pratique qui tient compte de la vitesse spécifique
�,���√�

� �
( )
(ns) ; ns =

Z : nombre d’étages

ns : expression est menant des formules de similitudes

nS : La vitesse spécifique d’une pompe étalon semblable à la pompe donné qui fournit une hauteur de
charge d’un (1m) pour une puissance utile 1cheveux (1cheveux = 736w), et le débit de la pompe

étalon est : Qe = �� = 3736 = 7,5.10-2m3/s = 75 l/s
ρg�� 10 .9,81.1
𝑖

Le rendement ce réduit en fonction d la valeur de ns

120> ns >40 : on peut réduit de (15% à 20%) radial

200> ns >120 : on peut réduit de (10% à 15%) radial

300> ns >200 : on peut réduit de (7% à 10%)  radial

ns >>>>> se donne pas beaucoup de charge augmentation de débit

Q= f(D3) ; H =f(D²) ; W(N)= f(D5)

Sin non pour une réduction petite on a donc des autres solutions ces :

Entre le diamètre de l’impulseur et les caractéristiques de la pompe lorsque le taux de réduction est conforme
à la norme. Les relations de similitude sont les suivantes :
� �
�� ��, � �� ��, � 𝑵� � �, �
=� �
; �
=( ��,�
) ; 𝑵�
= (� )
� �,� � �,�

Qr , Hr ,Dr ,Nr sont les caractéristiques de l’impulseur réduit

Lorsque le niveau de réduction exacte de 20% ces relations ne sont plus valable

Exigence principale au niveau des stations des pompages

Dans l’industrie pétrolière les stations de pompages sont employées pour transporter le brut
prévenant des puits pour transporter l’huile à grand distance et pour l’injection d’eau dans le
gisement pour le maintien de pression.

 La disposition générale des stations de pompage soient permettre l’accès facile aux
différents points de l’installation.
 Dans les locaux fermer la ventilation naturelle ou forcé doit être suffisant pour empêcher la
formation de mélange explosif.
 Les bâtiments des locaux sont faits de matériau incombustible. Identique (idem) pour les
portes et les portes doivent s’ouvrir vers l’extérieur et vers le haute.
 Dans les salles fermé où ce installer les pompes d’installation électrique doit être de type
admis en atmosphère (pression, température, détecteur de forme d’alarme) doivent être
sures et bien régler.
 Les moteurs thermiques sont utilisés avec des écrans ou des dispositifs équivalant
 Le choix de type de pompes dépend du type de produits à véhiculer, (en principe en peut
employer les pompes centrifuge, à piston à vis)
 Les pompes à Vis sont généralement est utilisées pour les liquides hétérogène (huile, eau,
gaz)

Les avantages et les inconvénients des pompes

Avantage des pompes centrifuges

 La construction est simple ; nombre de pièces mobile réduit


 Les paramètres principaux sont assez élevé (Q = 1000m3/s, H = 200m)
 Le rendement global attend 0,9
 La possibilité de mettre en marche la pompe à vanne fermé
 Possibilité de régler le débit
 Possibilité de transporter les fluides viscoses
 L’automatisation des stations peut être réalise.

Inconvénients des pompes centrifuges

 Le rendement diminué à cause de la viscosité du fluide pompé


 Le point de fonctionnement limite

Avantage des pompes à piston

 Le rendement ne dépend pratiquement pas de la viscosité du liquide


 La charge crée par la pompe volumétrique n’est pas très influencer par le débit

Inconvénients des pompes à piston

 Le nombre de pièces mobiles est plus grand


 Le débit maximal est assez limité
 Vitesse de rotation faible
 Le réglage des paramètres principaux difficile.
 La mise en marche impossible à vanne fermé
 Les irrégularités de débit nécessitent un amortisseur
Le 10/12/2013
Le comptage des
hydrocarbures

Introduction

Le comptage est une opération très importante, le domaine hydrocarbure elle permet
d’évaluer les quantités existantes prévenant des puits à l’état brut d’estimer les quantités
récupérables après séparation et de fixe les quantités à transporter vers les utilisateurs et
transformateur, toute ces opérations permettent un programme de développement de la
région de production.

Le comptage se fait à l’aide d’orifice calibré, le calcule se base sur la perte de charge engendrée
par
l’orifice calibré.

Calcul des débits


Boulon de fixation
Joint
d’étanchéité

Presse de pression Plaque perforée


Duse diaphrep

Le passage de la production à travers la contraction (la Duse) engendre une perte de charge.
Si la transformation de la perte de charge qui nous donne le débit.

La perte de charge H perte c’est perte local 𝐻� = � 2 ; �: coefficient de perte de charge de

l’orifice 2

2
(��)2 2
∆�� = ��� [��� ] = �1 − �2 ; [���] ; ∆�� = �� [�𝑎]
2� 2�� 2�
∆�� = �
Quantité massique du fluide qui traverse d’une surface de 1m² en une seconde.
Le débit massique caractérise mieux le phénomène physique de transporte le fluide poly-
phasique.


µ = 𝑺 ; G : débit massique ; S : section de l’orifice
ξ G2 22 2ρ ∆ P p ���∆ � �
S ��
∆Pp G =  G =𝑺. = √2ρ∆P ; = �: coefficient de
2ρ S2
= ξ


l’orifice p
√ξ √�

2
��
G =�. �. √2ρ∆P ; S = ; d : m ; : [�𝑎] ; 𝛒: masse volumique à l′amont
∆P
4 p
Sur les grands ouvrages de transport dont les prix de revient énorme il est nécessaire de suivre le
débit journalier pour avoir les quantités de rapport de quantité transporté et quantité projeter.

Travaux Dirigé (TD)

Transformer cette relation en débit journalier : G =�. 𝑺. √���∆� (kg/s)

Hypothèse : le fluide étant un liquide incompressible, la masse volumique doit être exprimée par
rapport à l’eau, l’écart de pression en (bar) et débit de l’orifice en (mm)

Solution :

�� 2 ∆� 𝛒
G = Qvρ ; Qv = G/ρ ; G = 24.3600 √2� √ ̅𝛒 ; 𝛒̅ = ; ∆�: �/�²= ∆����. ���
4 103

∆�
Qv = 0,96.Ed²√ ̅𝛒

Nettoyages des conduites

A cause de variation de température et la composition de hydrocarbure transporter de la


paraffine se dépose à l’intérieur (produit gluants) de la conduite pour enlever ces dépôts il
faut envoyer les articles dans la conduite.

Si les dépôts sont simple (de fine couche de paraffine) ils peuvent être enlevé avec
simple balle.

Si les dépôts sont plus solides (résistant) on peut utiliser des racleurs
Il existe plusieurs types de racleurs que l’on fait circuler dans une conduite sans l’action de
la pression du gaz ou de l’huile, le type utilise dépend de la particularité du dépôt. Ces
racleurs nécessitent une disposition préalable d’une gamme d’envoie et de réception.

Fonction normale brute A----> I


ouvert

Fonction anormale a fermé

b, c, e ouverte

Pour prendre l’outil de nettoyage


dans le SAS

a) Piston de calibrage
Le piston de calibrage est un racleur qu’on voie dans la conduite pour
vérifier l’absence de corps étranger

(1) Anneau d’extraction


(2) Bouchiez métallique
(3) Coupelle en plastique ou en caoutchouc
(4) Entretoise métallique
(5) Rondelle positionne bien les coupelles
(6) Axe
(7) Ecrou de blocage
(8) Rondelle de freinage

Une fois l’axe est munie d’une articulation, une rotule sphérique
permet au racleur de suivre facilement l’inclinaison de la conduite
(la ligne directrice de la conduite)

Racleur de nettoyage et de maintenance

Il existe aussi des racleurs avec des brosses en carbure de tungstène


Le 29/01/2014

Séparateur

Définition

Il consiste à séparer de l’effluent (brute). Certain constituant pour rendre l’huile commercialisable
selon
les spécifications international qui sont les suivants :

 Densité à 15°C = 0,802


 Viscosité à 20°C = 4 : 5 CP (Centi ose)
 Tension de vapeur 700 g/cm²
 BSW inférieur à 1% (quantité d’eau contenue dans l’huile)
 Salinité 40 à 60 mg/l

Mode de séparation

La séparation se fait par détente, il existe deux types de détente :

 La détente flashe : c’est une détente à l’atmosphère quand l’emploi pour des bruts à
faible pression.
Inconvénient : gaz piège des éléments légers
 La détente différentielle : détente par pallier de pression permettant une meilleur
récupérable des éléments légers.

Rendement de séparation :

Qso rt i e ( p r o d u i t f i n i )
η=Q <1
entré (entrée en mélange)

Soit un exemple suivant :

Soit un séparateur à détente différentielle à trois (3) phase

Moyenne Faible Q3
Haute Gaz Gaz pression Gaz
pression pression

Q Sortie

Br Q1 Q2
ut
Puits
Réservoir
Pression de sortie des puits 600 PSI

3
Débit de sortie des puits 25000 m /jour

Q1 = 22000 m3/jour, Q2 = 21000 m3/jour, Q3 = 19500 m3/jour

η= ?

C’est une séparateur des conditions de vente le gros de l’eau est récupérer dans la séparateur sur
le champ.

η= Q3/Q = 19500 /25000 = 0,78

Equipement de séparation sur champ

Introduction :

La séparation sur champ doit rependre à un certain nombre de critère :

 les séparateurs sur champ sont liés au réseau de collecte,


 leur capacité dépende de nombre de puits à server

La séparation préliminaire (première) est nécessaire

 Pour le comptage
 Pour la réutilisation des produits
 La protection des équipements et des conduites.
 Pour les conditions (raisons) de sécurité.

Dans les régions pétrolières trouver la collecte commune est plus avantage que la collecte individuelle

Séparateur du gaz d’huile

Il sert à séparer le gaz associe à huile pour améliorer les conditions de transport de l’huile et les
conditions de transport de gaz

- En distingue des séparateurs en fonction de la pression


 Séparateur de base pression 1 à 6 bar
 Séparateur de moyenne pression 6bar < p < 25bar
 Séparateur de haute pression > 25 bar

Types de séparateur

 Séparateur horizontal
 Séparateur vertical
 Séparateur sphérique
Soupape de sûreté
- Séparateur vertical
Gaz
Filtre ou

Extracteur

d’huile de gaz

Tube de drainage
Trou
Cloche
d’homme

Entrée de brut

Plateau Gaz

L’huile

L’eau
Chambre de

décantation

Vidange

A l’arrivé du brut de première tube d’ôté de cloche percé, la première séparation ce fait grâce
aux
orifices

Le gaz prend la génératrice supérieure et le liquide s’écoule en fine couche sur les plateaux

La douzième séparation ce fait sur les plateaux

La troisième séparation se fait pour la décantation dans la cuve (le bas de séparateur) par le temps de
six jours.
Le 04/02/2014

Séparateur horizontale

Schéma et principe

Arrivé de

mélange

Trou d’homme

Filtre ou extracteur

d’huile de gaz Plateau

L’eau
L’huile

Vibreur

Vue de face

Gaz

Tube de drainage

L’huile
Evacuation de l’eau

Vidange

Vue de gauche

L’arrive du brut se fait sur les douches munis de vanne individuel. Le nombre de douche
répartie,
la première séparation, la disposition horizontal favorise la premier séparation d’arrivé.

La douzième séparation se fait sur les plateaux (la disposition horizontal favorise
l’augmentation
la surface de séparation.
Vue le temps de passage depuis l’arrivé jusqu’à la décantation (court le gaz emporter par
l’huile sera excite par le vibreur).

Séparateur sphérique

Arrivée du mélange
Gaz

Cheminement contre arrivé

Filtre

Conduite en forme de spire


Tube de drainage

Bulle d’huile

L’huile

Vidange

Les séparateurs sphériques permettent de mesurer les quantités de liquide et de gaz produite par
le puits, on appelle séparateur de compteur.

L’arrivé de brut dans la conduite en forme de spire favorise la séparation en deux phases (gaz,
liquide) la suite de la séparation se fait au niveau des plateaux.

L’extraction de l’huile emporter par le gaz se fait au niveau des filtres.


Remarque

Chaque séparateur possède quatre (4) parties essentielles

1- Partie d’entrée : (frontal, tangentielle, radial)


2- Partie plateau : lieu où s’écoule le brut en fine couche
3- Partie extraction d’huile emporter par le gaz
4- Chambre de décantation

Chacune de ces partie est bien particulier (spécifique) sur chaque séparateur

Il existe des artifices pour améliorer la séparation

Récupération de l’huile entrainée par le gaz

La turbulence dans les conduites est la diffusion par les duses font qu’après entré dans le séparateur
les gouttelettes de liquides reste en suspension dans le gaz se forme de brouillard. Sont les
artifices :

 Projection sur une paroi inclinée : Mélange Gaz


Huile Déflecteur
 Cheminement contre arrivé
Gaz

Huile
Brouillard

 Projection du brut sur la paroi

L’effet centrifuge favorise la séparation en deux phases le liquide ira sur la paroi, le gaz extrait
va sur la génitrice supérieur et le liquide vont au fond de la cuve.
Le 05/02/2014

Séparateur cylindrique horizontal avec entré latéral

Manomètre
Thermomètre Gaz
Clapet de sûreté
Trou d’homme
Produit léger
Mélange Chicane

Déflecteur
Bulle d’huile
Brise vague (Tamis)

L’eau
L’huile

Vidange

Dans ce séparateur la première séparation est par choc, le brut lorsqu’il rentre dans le ballon en
écoulement forcé frappe le déflecteur (plaque incliné), les fluides se sépare au profit de leur
masse volumique, des chicanes (filtre) empêche l’entrainement d’huile par le gaz, les sorties
l’huile, l’eau et de gaz, ainsi que l’entrée du brut sont doté de vanne régulatrice à commande
pneumatique.

Une tôle gréage sert de brise vague (stabilise le niveau surfacique de

l’huile) Une soupape de sûreté est prévue pour éviter l’éclatement de

séparateur.

Des instruments de mesure thermomètre, manomètre, débitmètre équipe le séparateur pour son
bon
fonctionnement. Le bon respect du niveau d’huile améliore la séparation grâce aux brises
vagues.

Classification :

Choix du séparateur (place)


Caractéristiques et des séparateurs
Vertical Horizontal Sphérique
Efficacité de séparation 2 1 3
Capacité au même diamètre 2 1 3
Surveillance et contrôle plus simple 3 1 2
Transport et montage 3 1 2
Nettoyage plus simple 1 3 2
Calcul d’un séparateur

On fait le calcul d’après le gaz

On suppose que la goutte de brut possède une forme sphérique se déplace dans un milieu gazeux
à une vitesse uniforme.

Rm : Résistance du milieu

FG = Rm ;

��
FG = 3 (�l - �g )g --------- (1)
6

2 ��

Rm = � � �g g ---------- (2)
2
2� 4

2�
��3 � ��2
A partir de (1) et (2) : (� - � )g = � g
� 6
l g
2�
g
4

4 �� −�� 4 �� 2 �
ξ= �( )=
2 �( − 1)

3 �� �� 3 �� ��

ξ : coefficient de frottement dépend de la forme de la goutte et liée au régime

�� �
Re : ramené à la goutte dans le gaz ; Re = �

On distingue trois types de régime

24
 Régime laminaire Re≃1 ==> ξ =
��
 Régime turbulent moyen 2≤ Re ≤500 ξ = 18Re-0,6

 Régime turbulent fort Re > 500 ξ =0,44


Généralement il existe des courbures qui permettent de choisir la vitesse en optimale de la particule
(Vp)
en fonction de la pression pour une efficace ≥80%
Ps (bar)
60

50

40

30

20
Vp
10

0,1 0,2 0,3 0,5 1 1,5


Evaluer Vp pour un mélange laminaire

�2 ��
𝑉� = 18� (� − 1) � ?
� �

La capacité de séparateur est donnée par la relation

�1 1 �2
Qsp = 86400 π �� 𝑉� (m3/J)
� 4
�0
�0
�1

P0,T0 : pression et température en condition normal (P 0 = Pat, T0=

0°C) P1,T1 : pression et température de service

Dsép : diamètre de séparateur

Vp : vitesse optimale de particule

Z : coefficient de compressibilité

Application :

Déterminer le diamètre d’un séparateur du gaz de l’huile vertical gravitaire si la capacité :Qsép =

106m3/J P1 = 60 bar, T1 = 40°C, Vp = 0,1m/s

Le gaz prévenait de séparateur est composé :

Composition Pression Température Pression critique Température


Gaz
moléculaire critique [bar] Critique [k] moyenne [bar] moyenne [K]
C2H4 0,80 47,1 190 37,7 152
C2H6 0,10 49,6 305 4,96 30,5
C3H8 0,06 43,2 336 2,592 20,16
C4H10 0,02 37,1 407 0,742 8,14
CO2 0,02 75 306 1,5 6,12
Somme 1 47,49 216,9

Le 11/06/2014

�� 60
P réduit : P réd = = 47,49 =1,26
𝛴����𝑦

�� 40 +273 ,
T réduit : T réd = = =1,26
𝛴����𝑦
15
216,9

D’après les valeurs de pression réduite et température réduite on tire des abaques le facteur Z
correspondant à notre mélange : Z = 0,88
Qs
�1 �0 1 2 � 4�0 �1 �
π 𝑉� Dsép = √ = 1,57m
�0 �1 �
��4
����
==> ��1 �0
��86400

Hsép = (4 :5) Dsép

Hsép = 4.1,57 =7m

On réserve au gaz la partie située au-dessus de l’entrée correspondant à une hauteur de (2,5 :3) [m]
la hauteur réel de construction de séparateur sera de l’ordre de Hsép = 10m

Si le séparateur est réalisé avec une nuance d’acier ayant une contrainte admissible [σ]=
8
20.10 N/m²

Evaluer l’épaisseur du séparateur ?

� � � ��
��� = �[��]
+C (c : sur épaisseur de sûreté (2 :3) [mm]
𝝋

φ : facteur tenant compte la corrosion et l’érosion (φ<1), généralement pour les séparateur φ =0,95

� � � �� �� . �� � � , �� . �� �
��� = +C �.��.����,��
+ � = �, ����
=
�[��]
𝝋

Si cette épaisseur est normalisée « ok », si n’est pas normalisée on prend au-dessus.

Station de réinjections à hassi massaoud

A A

P0 =28b
Combustible
T0 =65°C W W P3’ =208b
P1’ =55b
T3‘ =65°C
cc P1=56b T1‘ =65°C P3 =208b
T1 =130°C T3 =130°C

CA THP TBP I II III IV

P2 =110b P2’ =108b


T2 =130°C T2‘ =65°C
P4 =420b P4’ =418b
Air W T4 =130°C
W T4‘ =65°C

Schéma technologique d’une station de réinjection à Hassi-messaoud


Le 12/02/2014

Le 1er et le 2ème compresseur sont des compresseurs centrifuges à 03


impulsseurs

Le 3ème et le 4ème compresseur sont des compresseurs centrifuges à 04


impulsseurs

Les étages de compression sont en série mené d’un refroidissement intermédiaire ramenant le gaz
comprimé à la même température d’entrée (t=65°C), même après le dernière étage de
compression on refroidi le gaz pour des raisons de sécurité et de protection.

Les compresseurs sont soumis à même taux de compression pour avoir des charges
dynamiques
équivalentes (le débit massique du gaz passe de l’étage I, II, III, et IV est le
même).

Le gaz réinjecté vers le gisement revient du la séparateur du


brut

Station de réinjection de Hassi R’mel.

T=130°C

CC W CC TAG W
1 TAG

T1
2 =6 P2 = 330b
3 5° T2 =65°C
C
4
5
P1
P0=75b 6 =1
T0 =65°C 7 60
b
8
9

1ère station de compression 2ème station de compression


Station de réinjection du gaz à Hassi R’mel

Le gaz réinjecté provient de la séparation du gaz pour la production de condensat, li le reste du


gaz non commercialisable à moment « t » qu’il faut collecter et le réinjecté dans le gisement.
On dispose d’une Batterie de station de neuf (09) compresseurs accoupler en parallèle en série avec
(09) autre compresseurs en parallèle.

La capacité de réinjection de ce module est de 10 millions m3/jours

Les paramètres d’entrées : le gaz arrive au module à 75 bar et de T = 65°C, ils sont de 1ère étage de P1
= 160 bar et T = 65°C après refroidissement les paramètres d’entrée de 2 ème étage, à la sortie
de module le gaz est à la pression P2 = 330 bar et de T = 65°C.
Les réservoirs

Volume de métal nécessaire pour un réservoir à paroi δt


constante
Vm = Vt + Vf + Vp

Volume du toit
H
δp
Vt = πR²δt
R
Volume du fond
Entrée
Vf = πR²δf
δf
Volume des parois

Vp = πR²δp

Capacité de réservoir

� �
Vr= πR²H ==> � = √π𝐻

Volume du métal

Vm = πR²(δf +δt ) + 2πRδpH : πR²= Vr/H

��
Vm = Vr/H(δf +δt) + 2π√π𝐻 δpH

Optimisation des dimensions par rapport à la capacité


�𝑉� �
(δ� + δ� ) + 2δ� √�𝑉� ��] = 0
�𝐻
𝑉
= [ �
�𝐻 𝐻
3 � δ�+δ�
H opt = √ �� ( )
δ�

3 � δ�
R opt = √ �� ( δ )
�+δ�

Vérification le réservoir à la pression intérieur


��
σ= ≤ [��]
2��
��
σ= ≤ [��]
��
�� 𝐻 �
σ= ≤ [��] (à l’éclatement)
��
D’ici ou peut tirer la capacité optimale de réservoir
[��]3
V r lim = πδp²√
(��)3(δ +δ )
� �
Remarque : les aciers servant à la construction des réservoirs sont normalisé ainsi que les
dimensions des tôles utilisés
Exemple :
Pour les parois
Pour les fonds on
on utilise
utilise des tôles ::��� (4
des tôles (4 :: 6)
5) mm
mm
Pour les toits on utilise des tôles : �� =� 2,5 mm

Vous aimerez peut-être aussi