Vous êtes sur la page 1sur 94

République algérienne démocratique et

‫الجمهىريت الجسائريت الديمقراطيت الشعبيت‬


populaire
‫وزارة التعليم العالي والبحث العلمي‬
Ministère de l’enseignement supérieur et de la
‫جامعة المسيلة‬
Recherche scientifique
‫كلية التكنولوجيا‬
Université de M’sila
Faculté de Technologie

Département de Génie Mécanique

MASTER
Génie Mécanique
Mémoire de fin d’études
En vue de L’obtention du Diplôme de Master Académique
Option : énergétique
intitule du sujet

Simulation numérique de la convection


mixte dans une nouvelle conception de
dissipateur de chaleur rotatif utilisé pour le
refroidissement d’un CPU

Encadré par : Bakhti F.Z Présenté par : - Moualek Imane

- Zerguine Belqassim

Devant le jury :

Encadreur : Bakhti F.Z Université de M’sila M.C.B


Président :Benkherbache S Université de M’sila M.C.B
Examinateur :Hebiche N Université de M’sila M.A.A
Examinateur : Bedda Université de M’sila M.A.A

Année universitaire : 2018 /2019


Remerciements

On vous remercie, Madame la Dr.Bakhti Fatima Zahra d’avoir

accepté de dirigé notre travail de thèse. On lui témoigne toute notre

reconnaissances, entres autres, pour son appui efficaces dont

l’ensemble des démarches administratives.

On ne peut oublier de remercier tous les enseignants d’avoir

contribuer à notre formation, ainsi a tous l’équipe du département de

génie mécanique.

En fin, on remercier tous les amis qui nous on aidé pour

l’élaboration de notre travail.


DEDICAESSE

Je dédie ce mémoire à :

Mes parents :

Ma mère, qui a œuvré pour ma réussite, de par son amour, son soutien tous

les sacrifices qu’elle a faits pour mois et ses précieux conseils, pour toute son

aide et sa présence dans ma vie.

Mon père, qui peut se vanter a trouver ici à la suite de nombreuses années de

sacrifices et de difficultés pour m’aider à aller de l’avant dans la vie, Merci

mon Père.

A mes chers frères et sœurs a ma grande mère et a toute ma famille pour son

aide.

En fin a tous mes amis et toute la promotion de 2018/2019.

Zerguine Belqassim Elmehdi

ii
DEDICAESSE

Je dédie ce mémoire

A la mémoire de ma défunte mère

A mon père, qui peut se vanter a trouver ici à la suite de nombreuses années

de sacrifices et de difficultés pour m’aider à aller de l’avant dans la vie, Merci

mon Père.

A mes chers frères et sœurs a ma grande mère et a toute ma famille pour son

aide.

En fin a tous mes amis et toute la promotion de 2018/2019.

Moualek Imane

ii
Sommaire

Remerciements i
Dédicaces ii
Sommaire iii
Nomenclature iv
Liste des figures v
Liste des tableaux vi
Introduction général vii

Chapitre І : recherches Bibliographiques

І.1. Introduction 1

І.2. Modes de transfert thermiques 1

І.2.1. Conduction 2

І.2.2. Convection 2

І.2.2.1. La convection naturelle 4

І.2.2.2. Convection forcée 4

І.2.2.3. La convection mixte 5

І.2.3. Rayonnement 6

І.3. Les nombres adimensionnels 6

I.3.1. Le nombre de Nusselt 6

I.3.2.Le nombre de Reynolds 𝑅𝑒 7

I.3.3.Le nombre de Grashof 7

I.3.4. Le nombre de Prandtl 7

I.3.5. Le nombre de Richardson 8

I.3.6. Le nombre de Rayleigh 8

iii
І.4. Les phénomènes thermiques en électronique 8

І.5. Systèmes de refroidissement 10

І.5.1. Les systèmes de refroidissement monophasiques 10


І.5.2. Système de refroidissement à l’air 11
І.5.2.1. Convection naturelle dans l’air 11
І.5.2.2. Convection forcée dans l’air 11
І.5.3. Système de refroidissement liquide 12

І.6. Généralités sur les dissipateurs de chaleurs 14

І.6.1. Définition d’un dissipateur de chaleur 14

І.6.2. Différents types des dissipateurs de chaleur 14

І.6.2.1. Les surfaces étendues 14

І.6.3. But du dissipateur de chaleur 16

І.6.4. Critère de choix du dissipateur 16

І.6.5. Définition de l’ailette 17

І.6.6. Les différents types des ailettes 17

І.6.7. Efficacité d'ailette 18

І.7. Conclusion 18

Chapitre Π : Formulation Mathématique


Π.1. Introduction 19

Π.2. Les géométrie du problème étudié 19

II.2.1. 1er cas : Dissipateur de chaleur non rotatif 21

II.2.2. 2ème cas : Dissipateur de chaleur rotatif 22

Π.3. Elément mathématiques de base (équations gouvernantes) 22

iii
Π.3.1. L’équation de continuité 22

Π.3.2. L’équation de quantité de mouvement 22

Π.3.3. L’équation de l’énergie 22

Π.4. Hypothèse simplificatrices 23

Π.5. Condition aux limites 24

II.6. Calcul des Grandeurs Hydrodynamique et Thermique 25

Π.6.1. Nombre de Reynolds 25

Π.6. 2. Coefficient d’échanges convectif h 25

Π.6.3. Nombre de Nusselt 26

Π.6.4. La résistance thermique 26

Π.7. Conclusion 27

Chapitre ІІІ : Procédures de Simulation Numérique

ІIІ.1. Introduction 28

ІІІ.2. Présentation des logiciels Gambit et Fluent 28

ІІІ.3. Notice d’utilisation de Gambit 29

ІІІ.3.1. Vue globale 29

ІІІ.3.2. Nommer le système 29

ІІІ.3.3. Chois du solveur 30

ІІІ.3.4. Création de la géométrie 30

ІІІ.3.4.1. Création de points (vertex) 30

ІІІ.3.4.2. Création des lignes 31

ІІІ.3.4.3. Création de surfaces 32

ІІІ.3.4.4. Création de volumes 33

ІΠ.3.4.5. Soustraction des volumes 34

iii
ІІІ.3.4.6. Maillage des lignes 35

ІІІ.3.4.7. Maillage des surfaces 35

ІІІ.3.4.8. Maillage des volumes 35

ІІІ.3.5. Les Conditions aux limites 36

ІІІ.3.6. Définition des zones 36

ІІІ.3.7. Exportation du maillage 37

ІІІ.4. La procédure de calcule par Fluent 37

ІΠ.4.1. L’ouverture de la version de fluent 37

ІІІ.4.2. L’importation de la géométrie (*.mesh) 38

ІІІ.4.3. Vérification du maillage importé 39

ІІІ.4.4. Lissage du maillage 39

ІІІ.4.5. Vérification de l’échelle 40

ІІІ.4.6. Choix du solveur 40

ІІІ.4.7. Autorisation du transfert de chaleur 41

ІІІ.4.8. Définition des caractéristiques du fluide 41

ІІІ.4.9. Définir les conditions aux limites 42

ІІІ.4.10. Conditions aux limites usuelles 42

ІІІ.4.11. Choix des facteurs de sous relaxation 43

ІІІ.4.12. L’initialisation 43

ІІІ.4.13. choix de résiduel 44

ІІІ.4.14. Lancement du calcul 44

ІІІ.4.15. La convergence des calcules 45

ІІІ.4.16. Visualisation des résultats 45

ІІІ.4.17. Calcule de la température 𝑇𝑤 45

iii
ІІІ.4.18. Calcule de la température moyenne 46

ІІІ.4.19. Calcule de la température de sortie 47

ІІІ.4.20. L’application de rotation ‘’moving wall’’ 47

ІІІ.4.21. Sauvegarde de fichier 48

ІІІ.4.21. conclusion 48

Chapitre ІV : Résultats et Discutions

ІV.1. Introduction 49

ІV.2. Les paramètrs utilisées 49

ІV.3. L’effet de maillage 50

ІV.4. Simulation numérique d’un dissipateur de chaleur non-rotatif 52

ІV.4.1. Contours des températures 52

ІV.4.2. Contours des Vitesses 54

ІV.4.3. Les lignes de courants 54

ІV.4.4. La variation du nombre de Nusselt en fonction du nombre du Reynolds 57

ІV.4.5. La variation de la résistance thermique en fonction du nombre du 58


Reynolds

ІV.5. Simulation numérique d’un dissipateur de chaleur rotatif 59

ІV.5.1. Contour de température 59

ІV.5.2. Contour de vitesse 61

ІV.5.3. Les lignes de courants 61

ІV.5.4. La variation du nombre de Nusselt en fonction du nombre du Reynolds 64

ІV.5.6. La variation de la résistance thermique en fonction du nombre du Reynolds 65

Conclusion 66

Conclusion générale
Bibliographique
Résume

iii
Nomenclature
Symboles Latins :
A Surface d’échange thermique (m2).
Cp La chaleur spécifique à pression constante (J/kg.K).
Dh Diamètre hydraulique (m).
emax Epaisseur maximum de l’ailette (m).
emin Epaisseur minimum de l’ailette (m).
Fi Les forces de volume suivant la direction i.
g L’accélération de la pesanteur (m.s-2).
H Hauteur de l’ailette (m).
h Hauteur de la base (m).
hm Coefficient d’échange convective (W.m-2.K-1).
hp Hauteur de la plaque (m).
L La dimension caractéristique du système étudié (m).
Kf Conductivité thermique du fluide (W/m K).
Ks Conductivité thermique du solide (W/m K).
P Pression (bar).
P’ Pression statique (bar).
qc Quantité de chaleur (W).
ΔT L’écart de température caractéristique (K).
𝑇0 Température d’entrée (K).
𝑇𝑓 La température du fluide loin de la surface du solide (K).

𝑇𝑚 Température moyenne de mélange basé sur la masse volumique (K).


Tout Température moyenne de sortie (K).
𝑇𝑊 Température moyenne de la surface d’échange (K).
u, v, w Composante de vecteur vitesse suivant x, y, z.
x, y, z Cordonnées cartésiennes.
q génération de la chaleur par unité de volume (W/m3).
ṁ Débit massique (kg/s).
h Le coefficient de convection (W. 𝐾 −1 .𝑚−2 ).
S La surface de contact solide/fluide (m2).
𝑇𝑝 La température de paroi (K).
𝑢0 vitesse d’entrée du fluide (m/s).

iv
n Nombre des ailettes.
ΔNu L’écart de nombre de Nusselt.
Nuref Nombre de Nusselt (valeur de référence).
Nu Nombre de Nusselt moyen.
Rth Resistance thermique (m2.K.w-1).
Symboles Grecs :
α La diffusivité thermique (m2/s).
β Le coefficient de dilatation ou d’expansion thermique (K-1).
λ La conductivité thermique (W. 𝐾 −1 .𝑚−1 ).
λf Conductivité thermique du fluide (W/m K).
𝜌 La masse volumique (kg/m3).
Φ Flux de chaleur transmis par convection (W).
ν La viscosité cinématique (m2/s).
𝜌0 La masse volumique de fluide à 𝑇0 .
µ La viscosité dynamique (kg.m-2.s-1).
θ L’angle entre deux ailettes.
ϖ Vitesse de rotation (tr/min).
Les nombres adimensionnels :
u0 Dh
Nombre de Reynolds ( Re = ).
νf

hm Dh
Nombre de Nusselt ( Nu = ).
λf

gβΔ TDh 3
Le nombre de Grashof ( Gr = ).
ν2

𝐶𝑝 µ ν
Le nombre de Prandtl (Pr  ou Pr = α ).
λ

ρβΔ TL Gr
Le nombre de Richardson (Ri = ) ou (Ri = ).
ν2 Re 2

Le nombre de Rayleigh (Ra = Pr. Gr).

iv
Liste des figures

Figure І.1: Transfert de chaleur par conduction. 2


Figure І.2: Transfert de chaleur par convection. 2
Figure І.3: Schéma de la convection forcée. 4
Figure І.4: Schéma représente le rayonnement. 6
Figure І.5: Types de dissipateur de chaleurs à ailettes droites et évasées. 14
Figure І.6 : Exemples des surfaces étendues. 15
Figure І.7: Dissipateur de chaleur rotatif. 17
Figure І.8: Exemple typique d'une surface étendue continue. 17
Figure І.9: Quelques exemples typiques de surfaces étendues indépendantes. 17

Figure Π.1 : Vue horizontale de la géométrie. 21


Figure Π.2: Vue verticale de la géométrie. 21
Figure Π.3: Présentation des conditions aux limites. 22
Figure Π.4: Un dissipateur de chaleur à 36 ailettes. 22
Figure Π.5: Un dissipateur de chaleur à 24 ailettes. 22
Figure Π.6: Un dissipateur de chaleur à 18 ailettes. 22

Figure ІІІ.1 : Vue globale de Gambit. 29


Figure ІІІ.2 : Nommer le système. 29
Figure ІІІ.3 : Création des points. 30
Figure ІІІ.4: Vue des lignes de domaine. 31

iv
Figure ІІІ.5: Vue des lignes de coté. 32
Figure ІІІ.7: Vue des surfaces de domaine. 32
Figure ІІІ.8: Création de volume de plaque. 33
Figure ІІІ.9: Création de volume d’air. 33
Figure ІІІ.10: Soustraction des volumes de domaine. 34
Figure ІІІ.11: Maillage des lignes. 34
Figure ІІІ.12: Maillage des surfaces. 35
Figure ІІІ.13: Maillage des volumes. 35
Figure ІІІ.14: Définir les conditions aux limites. 36
Figure ІІІ.15: Définition des zones. 36
Figure ІІІ.16: L’exportation du maillage. 37
Figure ІІІ.17: chois de la version de fluent. 37
Figure ІІІ.18: Vue globale de fluent. 38
Figure ІІІ.19: Importation de la géométrie. 38
Figure ІІІ.20: Vérification du maillage. 39
Figure ІІІ.21: Lissage du maillage. 39
Figure ІІІ.22: Vérification de l’échelle. 40
Figure ІІІ.23: Choix du solveur. 40
Figure ІІІ.24: Autorisation de l’équation de l’énergie. 41
Figure ІІІ.25: Définir les propriétés physiques du fluide. 41
Figure ІІІ.26: Choix de la pression de référence. 42
Figure ІІІ.27: Valeurs des conditions aux limites. 42

iv
Figure ІІІ.28: Choix de la solution. 42
Figure ІІІ.29: Initialisation de la solution. 43
Figure ІІІ.30: Choix de résiduel. 44
Figure ІІІ.31: Choix du nombre d’itérations. 44
Figure ІІІ.32: Allure de l’évolution des résidus de calcul. 45
Figure ІІІ.33: calcule de la température de la pièce (𝑇𝑤 ). 46
Figure ІІІ.34: Calcule de la température moyenne. 46
Figure ІІІ.35: Calcule de la température de sortie (𝑇𝑜𝑢𝑡 ). 47
Figure ІІІ.36 : L’application de rotation ’’Movig wall’’. 48

Figure ІV.1 : Contour de température 36 ailettes (Re = 800) 53


Figure ІV.2 : Contour de température 24 ailettes (Re = 800) 53
Figure ІV.3 : Contour de température 18 ailettes (Re = 800) 53
Figure ІV.4 : Contour de vitesse 36 ailettes (Re = 800) 55
Figure ІV.5 : Contour de vitesse 24 ailettes (Re = 800) 55
Figure ІV.6 : Contour de vitesse 18 ailettes (Re = 800) 55
Figure ІV.7: Les lignes de courants (de vitesse) 36 ailettes (Re = 800). 56
Figure ІV.8 : Les lignes de courants (de vitesse) 24 ailettes (Re = 800) 56
Figure ІV.9 : Les lignes de courants (de vitesse) 18 ailettes (Re = 800). 56
Figure ІV.10 : Variation du nombre de Nuselt en fonction du nombre de Reynolds 57
pour les trois configurations .

Figure ІV.11 : Variation du la résistance thermique en fonction du nombre de 58


nombre de Reynolds pour les trois configurations .

iv
Figure ІV.12 : Contour de température pour une vitesse de rotation (ϖ=500 tr/min). 60
Figure ІV.13 : Contour de température pour une vitesse de rotation (ϖ =750 60
tr/min).
Figure ІV.14 : Contour de température pour une vitesse de rotation (ϖ =1000 60
tr/min).
Figure ІV.15 : Contour de vitesse pour une vitesse de rotation (ϖ =500 tr/min). 62
Figure ІV.16 : Contour de vitesse pour une vitesse de rotation (ϖ =750 tr/min). 62
Figure ІV.17 : Contour de Vitesse pour une vitesse de rotation (ϖ =1000 tr/min). 62
Figure ІV.18 : Les lignes de courants (de vitesse) pour une vitesse de rotation (ϖ 63
=500 tr/min).
Figure ІV.19 : Lignes de courants (de vitesse) pour une vitesse de rotation (ϖ =750 63
tr/min).
Figure ІV.20 : Lignes de courants (de vitesse) pour une vitesse de rotation (ϖ 63
=1000 tr/min).
Figure ІV.21 : Variation du nombre de Nusselt en fonction du nombre du 64
Reynolds.
Figure ІV.22 : Variation de la résistance thermique en fonction du nombre du 65
Reynolds.

iv
Liste des tableaux

Tableau Π.1 : Les dimensions de la géométrie

Tableau ІV.1 : Variation du nombre de Nusselt en fonction du nombre de nœuds de

maillage pour un dissipateur de chaleur à 36 ailettes (Re = 500).

vi
Introduction

Générale
Introduction Générale

La conception des composants électroniques à nos jours se trouve limitée par des
considérations autres qu’électroniques, en particulier par des problèmes de dissipation de
chaleur. Tous les composants électroniques sont sensibles à leur température: ils ont des
performances médiocres en dehors de certaines limites de température et ils sont détruits si la
température dépasse largement ces limites. Le maintien des composants des circuits
électroniques a une température compatible avec leur bon fonctionnement n'est généralement
pas la seule fonction d'un système de refroidissement, souvent il doit également uniformiser la
température à l'intérieur de l'équipement pour assurer de bonnes performances aux circuits.
Il existe différentes technologies de systèmes de refroidissement, mais la méthode la
plus utilisée aujourd’hui est le dissipateur de chaleur à ailettes en utilisant l’air comme fluide
caloporteur qui vient en contact avec les dissipateurs sous forme pulsée (convection forcée)
ou naturelle (convection naturelle).
Le rôle du dissipateur de chaleur est de préserver l’intégrité thermique du composant
électronique en augmentant la surface de contact avec l’air ambiant. Ainsi, l’évacuation de la
chaleur est améliorée en facilitant les échanges thermiques.
Les échangeurs de chaleur conventionnels ont quelques composants primaires: un
disque ou une plaque solide qui absorbe la chaleur de la source (comme le processeur d'un
ordinateur), des ailettes métalliques qui aident à transporter la chaleur de ce disque (le
dissipateur thermique) et un ventilateur qui soulève l'air autour des ailettes pour faciliter le
mouvement de la chaleur vers l'extérieur.

Cette technologie des échangeurs de chaleur n'a pas trop changé depuis des décennies.
Cela a conduit à certains problèmes limitant: par exemple, des puces informatiques plus
puissantes ne peuvent pas être exploitées à leur plein potentiel car elles risquent de
surchauffer.
En outre, il est lourd d'inefficacité, en plus seulement environ cinq pour cent de l'énergie
produite par le ventilateur produit un effet de refroidissement. Une couche d'air stagnant à
tendance à s'accrocher aux ailettes du dissipateur thermique, les isolant ainsi du flux d'air qui
les entoure et retenant la chaleur. Conduire le ventilateur à des cadences plus rapides en aide,
mais il est aussi bruyant ce qui rend nos appareils et nos ordinateurs plus encombrants et
ennuyeux.

vi
Une nouvelle conception de dissipateur thermique développé dernièrement en États-
Unis a surmonté ces problèmes en combinant le dissipateur thermique (la surface à ailettes)
et le ventilateur en un composant unique qui repose sur le disque solide, séparé de celui-ci par
un mince coussin d'air. Cette approche donne une grande amélioration du refroidissement du
composant électronique par rapport à la conception conventionnelle.

C’est dans ce contexte, que nous avons mené notre étude, intitulée ;
« Simulation numérique de la convection mixte dans une nouvelle conception de
dissipateur de chaleur rotatif utilisé pour le refroidissement d’un CPU »

Pour atteindre nos objectifs nous avons étudié deux cas :


Dans le premier cas nous avons simulé en 3D en utilisant le code commercialisé Fluent
la convection mixte laminaire dans cette nouvelle conception du dissipateur de chaleur de
36, 24 et 18 ailettes et pour un nombre de Reynolds Re qui varie entre 500 et 1500.

La configuration étudiée dans le deuxième cas est exactement la même que l’initiale,
seulement nous avons fait tourner le dissipateur de chaleur avec une vitesse de rotation égale
500tr/min, 750tr/min, 1000tr/min

Ce mémoire est constitué de quatre chapitres. Le premier chapitre est réservé à une
recherche bibliographique sur les trois modes de transmission de la chaleur et les différents
systèmes de refroidissement des composants électroniques, nous avons terminé ce chapitre
par une étude détaillée sur les dissipateurs de chaleur
Dans le deuxième chapitre, nous avons présenté la formulation mathématique du
problème de la convection; les géométries étudiées, les équations gouvernantes ainsi que les
conditions aux limites.
Dans le troisième chapitre, nous avons exposé la procédure de simulation numérique en
utilisant le mailleur Gambit et le code Fluent.
Le quatrième chapitre est le chapitre le plus important de cette étude. Il comporte les
résultats numériques obtenus et leurs interprétations pour les deux cas étudiés : le dissipateur
rotatif et non-rotatif.
En fin, on termine ce mémoire par une conclusion générale qui résume les principaux
résultats obtenus.

vi
Chapitre І :
Recherches Bibliographiques
Chapitre I :

Recherche bibliographique

І.1. Introduction

Le transfert de chaleur est un processus d’une grande importance dans le domaine de


l’industrie et des technologies. Bien qu’il se manifeste sous diverses formes rayonnement,
conduction et convection, cette dernière est la plus visée dans certains domaines bien
spécifiques tels que le refroidissement des processeurs, des composants électroniques, les
radiateurs et les échangeurs de chaleurs, etc.
L’évolution technologique récente en électronique a permis d’améliorer l’efficacité des
composants qui deviennent de plus en plus performants et de plus en plus petits. Cela entraine
des contraintes de fonctionnement pour les composants particulièrement au niveau des seuils
de températures. Pour cette raison, l’évacuation de la chaleur est devenue un des problèmes
majeurs à résoudre avant la réalisation des composants.
Actuellement, plusieurs études traitent le choix des méthodes de refroidissement et
l’amélioration du transfert de chaleur, le refroidissement par convection thermique reste la
méthode la plus utilisée, surtout pour des systèmes faibles puissances en raison de sa facilité
d’intégration dans les systèmes et son faible coût. Il existe d’autres méthodes de
refroidissement comme par liquide avec ou sans changement de phase.
Nous présentons dans chapitre une étude descriptive des trois modes de transmission de
chaleur. Puis nous exposons une synthèse bibliographique sur les différentes méthodes de
refroidissement des composants électroniques en se basant sur les dissipateurs de chaleur.

І.2. Modes de transfert thermiques


Le transfert thermique est un processus complexe qui est réalisé par la superposition des
trois modes fondamentaux : conduction, convection, rayonnement. Dans le cas où l’un de ces
trois modes déterminant, les effets des autres sont importants ; aussi ils peuvent être négligés,
simplifiant considérablement l’analyse du cas concerné. En tenant compte de ces conditions,
en va présenter ensuite le mécanisme d’apparition de chacun de ces modes. [1]

1
Chapitre І Recherche Bibliographique

І.2.1. Conduction
On sait que l’énergie interne d’un corps solide, liquide ou gazeux correspond à l’énergie
cinétique de ses éléments constituants qui se trouvent dans un mouvement permanent (atome,
molécules, électrons libres). La conduction représente le processus de propagation de la
chaleur par le contacte direct entre les particules d’un corps ou entre deux corps ayant des
niveaux énergétique – donc des températures – différents, suite au mouvement de ces
particules élémentaires.

Figure І.1 : Transfert de chaleur par conduction. [2]

Dans le cas des gaz, le transfert thermique par conduction est le résultat de la diffusion
moléculaire et dans les liquides et les solides diélectriques il a lieu à l’aide des ondes
élastiques. Pour les métaux, la conduction est déterminée essentiellement par la diffusion des
électrons libres des zones plus chaudes vers les zones plus froides, les oscillations élastiques
de la matrice cristalline jouant un rôle mineur.
Dans n’importe quel milieu, ce mode de transfert thermique tend à uniformiser la
répartition d’énergie cinétique des particules constituantes dans la masse du corps. [1]
І.2.2. Convection
Le phénomène de convection se réfère au transfert thermique qui a lieu dans les fluides –
liquides ou gaz – en mouvement.
La convection est le processus de transfert thermique déterminé par le mouvement des
particules élémentaires d’un fluide – liquide ou gaz - entre des zones ayant des températures
différentes ; ce mouvement entraine un mélange intense des particules fluides, qui changent
de l’énergie (chaleur) et de la quantité de mouvement (impulse) entre elles.

Figure І.2 : Transfert de chaleur par convection. [2]

2
Chapitre І Recherche Bibliographique

La convection peut apparaitre entre des couches de fluide ayant des températures
différentes ou entre un courant de fluide en écoulement au long d’une surface solide ayant une
autre température que le fluide même. Elle est toujours accompagnée par la conduction dans
le film mince de fluide adhérent à la superficie solide, à l’intérieur duquel la chute de
température est importante.
Compte tenue des forces qui produisent le mouvement du fluide, on a deux types de
convection : forcée et naturelle ou libre.
Dans la convection forcée, le mouvement de fluide est causé par l’action des forces
extérieures du processus (par exemple pompe, ventilateur, etc.) qui lui imprime des vitesses
de déplacement assez importantes. En conséquence, l’intensité du transfert thermique par
convection forcée sera en liaison directe avec le régime de mouvement du fluide.
La convection naturelle a comme origine le mouvement produit par les différences de
densité entre les particules chaudes et celles qui sont froides existant dans un fluide situé dans
un champ de forces massiques (par exemple champ gravitationnel).
La convection forcée est accompagnée en générale avec la convection libre. Les effets de
cette dernière seront d’autant plus important que la différence de température entre les
particules sera plus grandes et que la vitesse de fluide dans la convection forcée sera plus
faible.
Des exemples typiques pour la convection sont : l’échauffement ou le refroidissement des
fluides dans les échangeurs de chaleur, le refroidissement du café en soufflant au-dessus de la
tasse, la préparation d’un gâteau dans un four à gaz, etc. [1]
La loi de Newton introduit la relation entre le flux échangé entre la surface et le fluide et la
surface d’échange :
Φ  hS (𝑇𝑓 -𝑇𝑝 ) (І.1)
Avec
 Φ : Flux thermique (W).
 h : Le coefficient de convection (W. 𝐾 −1 .𝑚−2 ).
 S : La surface de contact solide/fluide (m2).
𝑇𝑝 : La température de paroi (K).
𝑇𝑓 : La température du fluide loin de la surface du solide (K).

3
Chapitre І Recherche Bibliographique

La valeur du coefficient de transfert de chaleur par convection h est en fonction de la


nature du fluide, de sa température, de sa vitesse et des caractéristiques géométriques de la
surface de contact solide/fluide.

І.2.2.1. La convection naturelle


Rappel de la définition : il s’agit de la description du mouvement d’un fluide engendré par
les forces d’Archimède dues aux variations de la masse volumique avec la température. Il y a
donc couplage de la dynamique et de la thermique. Le champ de vitesse transporte la chaleur
et, du fait de la dépendance de ρ avec T. Agit sur la distribution de masse volumique ; en
retour, les modifications de masse volumique créent du mouvement par le biais de la poussée
d’Archimède. La convection naturelle est un phénomène important dans de nombreux
procédés industriels :
• Refroidissement d’appareils électriques
• Collecteurs solaires
• Chauffage des locaux
• Centrales nucléaires [3]

І.2.2.2. Convection forcée


La convection forcée est provoquée par une circulation artificielle (pompe, turbine, ventilateur)
d'un fluide. Le transfert est plus rapide que dans le cas de convection naturelle. Voici quelques
exemples de convection forcée dans des appareillages : chauffage central avec accélérateur, chauffages
électriques avec soufflerie, chauffe-eau solaire à circulation forcée et four à convection de cuisinière.
Le corps humain a son propre système de convection forcée, la circulation sanguine.

Figure І.3 : Schéma de la convection forcée [2]

4
Chapitre І Recherche Bibliographique

Dans un environnement à microgravité comme dans l'espace, la convection naturelle n'est


pas possible puisque la poussée d'Archimède s'exerce par la différence de force
gravitationnelle sur des volumes de densités différentes. Ainsi la circulation de la chaleur doit
être forcée dans une capsule spatiale. Une flamme aurait également de la difficulté à exister
car les gaz de combustion resteraient près de la flamme, la coupant de l'apport d'oxygène. Il
faut pour l'entretenir une circulation forcée pour éloigner ces gaz et amener l'oxygène. [4]

І.2.2.3. La convection mixte

Dans la plupart des cas traités de convection thermique, la convection mixte occupe (si elle
n’est pas purement et simplement omise) une place modeste après la convection forcée, puis
la convection naturelle. C’est qu’il s’agit d’un sujet encombrant et complexe, sur lequel on
manque d’éléments pour en présenter une vue générale et cohérente. Nous voudrions ici
reconsidérer la place des différents phénomènes physiques qui interviennent dans la
convection, et donner à la convection mixte la place centrale qui lui revient. Car tout transfert
convectif fait obligatoirement appel à deux moteurs mécaniques : les forces de pression
(caractérisées par un gradient de pression motrice gradient de p*) et les forces de flottabilité
(caractérisées par un gradient de masse volumique dans le champ de pesanteur). L’origine de
ces forces de flottabilité (dites aussi poussée thermique ou poussée d’Archimède) réside elle-
même dans la dilatabilité du fluide en fonction de la température. Cependant, pour l’ingénieur
(et aussi pour le chercheur…) l’approximation est une nécessité, et nécessité fait loi, dit-on en
français. On voit donc qu’il est inévitable d’attribuer des « frontières » à la convection mixte,
en précisant à quelles conditions la poussée thermique, ou bien la pression, peut être
considérée comme négligeable dans les calculs. Ceci impose de fixer des limites –
obligatoirement arbitraires, donc conventionnelles – entre convection naturelle (CN),
convection mixte (CM) et convection forcée (CF). Dans cette perspective, la « CN pure »
(gradient de pression motrice égal à zéro) et la « CF pure » (poussée thermique négligeable)
se présentent comme des cas limites idéalisés, tandis que les situations de CN dominante et de
CF dominante (appelées plus simplement CN et CF) doivent être caractérisées par des critères
de discrimination clairs et physiquement fondés. Nous nous proposons en particulier, dans ce
qui suit, de tracer quelques pistes pour de tels critères. Pour mémoire, rappelons d’abord les
équations générales qui régissent les champs de vitesse et de température dans un écoulement
anisotherme de fluide dilatable. Elles expriment respectivement le bilan de masse (équation de
continuité), le bilan de quantité de mouvement, et le bilan d’énergie. [5]

5
Chapitre І Recherche Bibliographique

І.2.3. Rayonnement

Le phénomène de rayonnement thermique constitue une forme particulière de transfert


thermique dans laquelle le porteur d’énergie n’est plus représenté par des particules de
substance, mais par des ondes électromagnétiques ayant à l’origine l’agitation atomique à la
surface d’un corps. Le mécanisme de rayonnement est crée par l’émission de l’absorption des
ondes électromagnétiques porteuses d’énergie rayonnante et par la transformation de celle-ci
en chaleur avec le changement d’état énergétique – énergie interne – des corps qui la
retiennent. Ayant la même nature que le rayonnement lumineux, le rayonnement thermique
sera gouverné par les mêmes lois que celui-ci, avec tout de même des lois propres.

Figure І.4 : Schéma représente le rayonnement [2]

Le rayonnement thermique n’exigeant pas un support matériel, il peut se produire même en


vide. Il a une grande importance pour le transfert thermique subi par des corps solides, des
gaz et dans l’espace (cosmique), son effet étant plus marquent a des températures très élevées.
Les exemples typiques pour le rayonnement sont : le rayonnement solaire, la préparation
de la nourriture sur un radiateur électrique, le chauffage des pièces métalliques dans des fours
pour les soumettre à des traitements thermiques, etc. [1]
I.3. Les nombres adimensionnels
I.3.1. Le nombre de Nusselt
Le nombre de Nusselt est le rapport de la chaleur réelle transférée par convection parle
fluide en mouvement sur le transfert de chaleur équivalent qui se produirait par conduction:

hL
Nu = (І.2)
λ

Avec
h : Le coefficient de convection (W.𝐾 −1 .𝑚−2 ).
 L : Une longueur caractéristique (m).
λ : La conductivité thermique (W.𝐾 −1 .𝑚−1 ).
6
Chapitre І Recherche Bibliographique

I.3.2.Le nombre de Reynolds 𝑹𝒆


Le nombre de Reynolds caractérise le régime de l’écoulement, laminaire ou turbulent :
𝑅𝑒 VL / (І.3)
Avec
ρ : La masse volumique du fluide (kg.𝑚−3 ).
 V : La vitesse du fluide en (m.𝑠 −1 ).
 L : Une longueur caractéristique (m).
 µ : La viscosité dynamique du fluide (kg.𝑚−1 .𝑠 −1 ).

I.3.3.Le nombre de Grashof


Il correspond au rapport des forces de gravité sur les forces visqueuses. Ce nombre porte le
nom de Franz Grashof, ingénieur allemand. On définit le nombre de Grashof de la manière
suivante :
gβΔ T.L 3
Gr = (І.4)
ν2
Avec :
L : Une longueur caractéristique (m).
ΔT : L’écarte de température caractéristique (K).
g : L’accélération de la gravité (m.𝑠 −2 ).
β : le coefficient de dilatation (𝐾 −1 ).
ν : La viscosité cinématique.

I.3.4. Le nombre de Prandtl


Il représente le rapport entre la viscosité cinématique ν et la diffusivité thermique α. Il
compare la rapidité des phénomènes de diffusion thermique et de diffusion visqueuse dans un
fluide. Ce nombre porte le nom de Ludwig Prandtl, un physicien allemand et s’écrit :
ν
Pr = α (І.5)

Et
𝐶𝑝 µ
Pr  (І.6)
λ

7
Chapitre І Recherche Bibliographique

I.3.5. Le nombre de Richardson


Le nombre de Richardson est un nombre sans dimension utilisé notamment en
thermodynamique qui a été développé par Lewis Fry Richardson, physicien et mathématicien
anglais. Il s’agit du rapport entre l’énergie potentielle gravitationnelle d’une parcelle de fluide
et son énergie cinétique :
Ri= Energie potentielle / Energie cinétique.
Le nombre de Richardson s’explicite de plusieurs manières :
ρβΔ TL
Ri = (І.7)
ν2

Ou
Gr
Ri = (І.8)
Re 2

I.3.6. Le nombre de Rayleigh


Il exprime le rapport entre les forces de poussées par les effets visqueux et la diffusion
thermique. Il caractérise la vigueur de la convection naturelle. Pour une condition de
température imposée (Dirichlet), le nombre de Rayleigh est la combinaison du nombre de
Grashof et du nombre de Prandtl, Il s’écrit :
Ra = Pr. Gr (І.9)
g βΔT L 3
Ra = (І.10)
αν

І.4. Les phénomènes thermiques en électronique

L’évolution de l’électronique conduit à une intégration de plus en plus poussée. Si en 1958


il n’y avait qu’un transistor par circuit, il y en a maintenant au moins un demi-million par
pastille de silicium (puce) des circuits intégrés. La technologie utilisée dans la réalisation des
transistors des puces a évolué en diminuant la consommation par transistor, on observe
néanmoins une augmentation de la puissance dissipée par unité de surface de puce.
L’augmentation très rapide du nombre de transistors n’a pu être compensée par la diminution
de la dissipation thermique. En réalité, les problèmes thermiques que l’on rencontre dans les
équipements ne sont pas liés à la puissance mais à la température ; or, celle-ci est une fonction
directe de la densité de puissance. Dans certains ordinateurs, la puissance dissipée par unité de
surface de puce est de l’ordre de 500 kW/m2, c’est-à-dire tout à fait comparable aux densités
de flux rencontrées au nez d’une navette spatiale lorsqu’elle rentre dans l’atmosphère.

Dans la vie d’un matériel quelconque, les défaillances ont deux causes principales :

8
Chapitre І Recherche Bibliographique

 Celles dues à sa conception et/ou aux éléments qui le composent ;

 Celles dues à l’environnement dans lequel il est placé.

Les contraintes climatiques résultent principalement des effets dus :

 à la température ;

 à l’action de l’humidité : elle favorise la corrosion, entraîne des modifications de


résistances d’isolement et intervient au cours des échanges thermiques au niveau des
conductivités thermiques qui varient avec la teneur en eau ;

 à la pression atmosphérique : intervenant dans la ventilation destinée à évacuer la


puissance dissipée ainsi que dans le renouvellement d’air ;

 au rayonnement solaire qui peut provoquer un échauffement supplémentaire non


négligeable.

D’autres contraintes climatiques peuvent intervenir telles les pluies, le vent, la neige, le
verglas, la rosée, le brouillard... suivant le lieu et la période d’utilisation.

Tous les composants électroniques sont sensibles à la température : ils ont des
performances médiocres en dehors de certaines limites de température et peuvent être détruits
si la température est largement en dehors de ce domaine de fonctionnement. Les domaines de
fonctionnement sont spécifiés par les fabricants et sont couramment les suivants :

 industrie : 0 à 70 ˚C ;

 civil : − 20 à + 85 ˚C ;

 militaire : − 55 à 125 ˚C.

La température maximale de fonctionnement garanti est toujours mentionnée par le


fabricant. L’influence de la température se manifeste sur :

 les performances électriques : la température peut être une valeur limite au-delà de
laquelle le fonctionnement n’est plus garanti, des dérives des paramètres provoquent
une diminution des performances pouvant aller plus ou moins brutalement jusqu’à la
défaillance ;

 le packaging qui est soumis à des gradients de température très importants. Il existe
des températures critiques pour lesquelles se produisent des changements d’état, de

9
Chapitre І Recherche Bibliographique

structure physique. Le fluage et le relâchement des contraintes dans les matériaux sont
accélérés par la température et peuvent conduire à des ruptures d’éléments ;

 les cycles thermiques auxquels sont soumis des matériaux reliés entre eux et de
coefficient de dilatation différent induisent des forces très importantes qui peuvent
conduire à une rupture instantanée ou créer une fatigue qui provoque une rupture à
plus ou moins long terme ;

 le taux de défauts des composants suit une loi d’Arrhenius en fonction de la


température.

L’évacuation de la chaleur est donc un problème crucial. L’objectif du refroidissement des


équipements électroniques est donc de maintenir la température de chaque élément à
sa température nominale de fonctionnement. [6]

І.5. Systèmes de refroidissement

Il existe différentes technologies de systèmes de refroidissement qu’il est possible classer


en deux grandes catégories :

 Les systèmes de refroidissement actifs : cette technique est basée sur le transfert de
chaleur par convection forcée et nécessite l’utilisation d’une pompe mécanique pour assurer la
circulation du fluide caloporteur ainsi qu’un circuit externe afin d’évacuer la chaleur du
système vers l’extérieur.

 Les systèmes de refroidissement passifs : ils ne nécessitent pas d’alimentation externe


ce qui diminue le coup énergétique. Un refroidissement passif peut lui-même être classé en
deux sections : direct ou indirect suivant que le fluide caloporteur soit ou ne soit pas en
contact avec les composants électroniques.

Dans le cas du refroidissement direct, le fluide de refroidissement doit être diélectrique


(résistivité électrique élevée, bonne résistance au claquage), il doit présenter une faible
viscosité, une faible tension superficielle et enfin une bonne compatibilité chimique avec les
matériaux présents. Les facteurs intervenant lors de la conception de cette installation sont : la
puissance du système, la nature du fluide caloporteur, la température d’entrée, etc. [7]

І.5.1. Les systèmes de refroidissement monophasiques

Les échangeurs monophasiques intègrent une structure dans laquelle le passage du fluide
de refroidissement est réalisé sans changement d’état. La puissance à dissiper est évacuée vers

10
Chapitre І Recherche Bibliographique

l’extérieur par la conduction, la convection et le transport capacitif. Le fluide se « charge » de


la puissance dissipée par l’élément électronique, élevant la température du fluide. Il existe
deux types de système de refroidissement fluidique : les systèmes de refroidissement
monophasique gazeux (dans la plus part des cas l’air) et les refroidissements liquides.

І.5.2. Système de refroidissement à l’air

Les systèmes de refroidissement à l’air sont utilisés pour les éléments électroniques dont la
contrainte thermique est faible. Les principaux avantages de ce système de refroidissement est
sa relative simplicité et le faible coût de mise en œuvre technique. Les échanges entre
l’élément électronique qui est la source thermique, et l’environnement qui est le dissipateur,
sont convectifs et radiatifs. [7]

І.5.2.1. Convection naturelle dans l’air

L’élément électronique est placé dans l’air ambiant au repos, la différence de température
entre le milieu ambiant et l’élément électronique permet un échange dont le coefficient
d’échange h est compris entre 5 et 25 (W.𝑚−2 .𝐾 −1 ). Pour utiliser la convection de puissance
pour de plus hauts niveaux de puissance à évacuer, les systèmes de refroidissement à air ont
besoin d’ailettes, conférant au refroidisseur une surface d’échange plus importante entre
l’élément à refroidir et le milieu ambiant. L’utilisation de ces systèmes permet d’augmenter le
coefficient d’échange h jusqu’à un rapport entre 20 et 25 (W.𝑚−2 .𝐾 −1 ) à 500(W.𝑚−2 .𝐾 −1 )
dans le cas d’une convection naturelle et 3000 (W.𝑚−2 .𝐾 −1 ) dans le cas d’une convection
forcée. Dans le cas de convection à l’air utilisant un accroissement de la surface d’échange, il
faut ainsi déterminer le point de fonctionnement thermique du refroidisseur pour bénéficier
d’un refroidissement optimum (exemple : détermination l’espacement des ailettes). [7]

І.5.2.2. Convection forcée dans l’air

Le soufflage d’air forcé grâce à des ventilateurs est la méthode la plus utilisée en
refroidissement de composants électroniques de par sa simplicité de mise en œuvre, de son
coût et de sa fiabilité. L’air est mis en mouvement par le biais de générateur d’écoulement
(ventilateur). Le coefficient d’échange h est de l’ordre de 10 à 500 W.𝑚−2 .𝐾 −1 .

Le refroidissement par ventilateur piézoélectrique est une autre technique de


refroidissement basée sur le soufflage d’air. Le principe de fonctionnement réside en une lame
en céramique alimentée en courant électrique, se mettant à osciller à de très hautes

11
Chapitre І Recherche Bibliographique

fréquences. Un mouvement d’air est créé pouvant augmenter le coefficient d’échange


convectif jusqu’à 100% comparé à un échange convectif par ventilateur « classique ».

Ces dernières années avec l’augmentation de la densité thermique des composants, les
radiateurs ont atteint des dimensions impactant l’encombrement. La limite de la densité
thermique des composants est probablement atteinte avec ce type de refroidissement, d’où la
nécessité du passage à un refroidissement plus efficace en changeant de liquide caloporteur,
notamment. L’exemple classique est le refroidissement liquide grâce à des radiateurs à eau,
par analogie avec le refroidissement à air avec radiateurs à air. Le transfert thermique par la
chaleur sensible est de l’ordre de 3000 fois supérieure pour l’eau comparée à l’air. [7]

І.5.3. Système de refroidissement liquide

Le refroidissement liquide monophasique indirect est implémenté dans les composants


électroniques sous la forme d’une plaque à eau dans laquelle circule un liquide caloporteur ou
de canalisation fluidique accolées aux parois à refroidir. Un système composé principalement
d’une pompe et d’un échangeur permet d’évacuer la chaleur contenue dans le liquide
caloporteur vers l’extérieur du serveur.

Des variantes du refroidissement liquide par plaque froide existent. La différence réside
dans le diamètre hydraulique des canaux constituant la plaque. La performance thermique de
la plaque froide est inversement proportionnelle à la taille des canaux mais le bilan des pertes
de charge hydraulique est, quant à lui, proportionnel. Pour des diamètres de canaux compris
entre 10 et 800 μm, la plaque froide est dite à micro-canaux et pour des diamètres de 1 à 10
mm, elle est dite à mini-canaux. Au-delà de 10 mm, ces systèmes sont usuellement appelés
plaque froide.

Le choix d’un fluide de refroidissement doit être en relation avec :

 Les performances hydrauliques (pertes de charge, viscosité…) et thermiques (conductivité


thermique...) puisque une réduction du transfert thermique et du coefficient visqueux peuvent
réduire les performances du système de refroidissement.

 Les conditions de stockages du fluide.

 Le coût.

 Les contraintes de pollution.

 La sécurité.

12
Chapitre І Recherche Bibliographique

Le fluide caloporteur le plus couramment utilisé est de l’eau glycolée en raison de sa


conductivité thermique élevée, de sa grande capacité calorifique et de sa disponibilité. Le
coefficient d’échange h de l’eau en convection forcée est de l’ordre de 3000 à 10000
(W.m−2 .𝐾 −1 ).

Pour un échangeur parcouru par un fluide, la résistance est due à la convection thermique
et aux transferts de flux au fluide, dépendant des paramètres physiques suivants caractérisant
le fluide :

 La masse volumique.
 La viscosité dynamique.
 La conductivité thermique.
 La chaleur spécifique massique.

Ces paramètres physiques sont souvent utilisés à la température moyenne du fluide de


refroidissement. Cependant il varie en fonction de la température, du vieillissement et
l’encrassement du liquide. Plusieurs études ont mise en évidence que les propriétés de ce
fluide caloporteur varient selon la période d’utilisation des composants électroniques. Pour le
dimensionnement du système de refroidissement, il est ainsi impératif de prendre en compte
la dégradation du fluide caloporteur et de prendre une marge de dimensionnement pour tolérer
ces dérives de performances.

Pour des environnements où l’utilisation des liquides caloporteurs classiques (eau, le


mélange eau éthylène-glycol,...) n’est plus possible à cause des écarts de température
haute/basse (dans l’espace par exemple), l’utilisation des métaux liquides est obligatoire. En
raison de leurs excellentes propriétés physiques, les systèmes de refroidisseur pour
électronique utilisant des métaux liquides (les alliages à base de gallium ont une conductivité
thermique de 30 W.𝑚−2 .𝐾 −1 , soit 40 fois plus que l’eau). En plus de leur forte conductivité
thermique, les métaux liquides sont de bons conducteurs électriques, permettant ainsi
l’utilisation de pompes électromagnétiques ou magnétodynamiques. Ce type de pompe repose
sur l’utilisation couplée d’un champ magnétique et d’un courant électrique créant une force de
Laplace entraînant le fluide à travers le circuit. Des flux thermiques de l’ordre de 200 W.

13
Chapitre І Recherche Bibliographique

c𝑚−2 peuvent être évacués à un débit de 0.3 l/min et la perte d’énergie hydraulique dans ce
cas est de 15 kPa.
Des inconvénients à l’utilisation d’un liquide dans un système de refroidissement doivent
être considérés : fuites du liquide, corrosion, poids supplémentaire et enfin condensation. Lors
d’un refroidissement actif par un liquide, une boucle fermée est utilisée dans laquelle le fluide
de refroidissement doit-être refroidi. Dans ce système, on retrouve outre l’équipement
électrique à refroidir une pompe, un régulateur de débit, un réservoir de stockage et enfin un
échangeur thermique. [7]

І.6. Généralités sur les dissipateurs de chaleurs

І.6.1.Définition d’un dissipateur de chaleur


On appelle dissipateur thermique (encore appelé refroidisseur ou radiateur ou heat sinks en
Anglais) tout dispositif placé sur un boitier de composant qui a pour rôle de facilité le
refroidissement d’un semi-conducteur. [8]

І.6.2. Différents types des dissipateurs de chaleur

Figure І.5 : Types de dissipateur de chaleurs à ailettes droites et évasées [9].

І.6.2.1. Les surfaces étendues


Plus communément appelées surfaces à ailettes, fournissent un élargissement effectif de
surface de transfert de chaleur. Des ailettes simples ont été utilisées couramment dans de
nombreuses enceintes pour l’optimisation de transfert thermique. Les développements les plus
récents ont conduit à des surfaces à ailettes modifiées qui tendent également à améliorer les
coefficients de transfert de chaleur en perturbant le champ d'écoulement en plus d'augmenter

14
Chapitre І Recherche Bibliographique

la surface. Les applications de cette technique couvrent un large spectre de dispositifs


d'échange de chaleur. [10]

(a) (b)

(c) (d)
Figure I.6 : Exemples des surfaces étendues, (a) tubes avec circonférentiel et bandes à ailettes
sur leur surface extérieure, (b) quelques géométries d'ailettes améliorées, (c) dissipateurs
thermiques à ailettes typiques utilisé pour le refroidissement électronique, (d) tubes à ailettes
intérieures. [10]

15
Chapitre І Recherche Bibliographique

Figure I.7 : Dissipateur de chaleur rotatif. [11]


І.6.3. But du dissipateur de chaleur
Le but du dissipateur est d’augmenter la surface de contact du boitier du composant avec
l’air ambiant en améliorant ainsi l’évacuation de la chaleur et donc facilitant les échanges
thermiques. Il est bien entendu que le dissipateur doit être donc mécaniquement et
thermiquement en contact. [8]

І.6.4. Critère de choix du dissipateur


Pour choisir un dissipateur deux critères de choix sont à prendre en compte :
 La forme du dissipateur : Il existe des dissipateurs adaptés à chaque forme de
boitier.
 Sa résistance thermique : Elle s’exprime en degrés par Watt et définie les
performances thermiques du dissipateur. Plus elle est petite, plus le dissipateur est
meilleur.
 D’autres critères rentrent en compte dans le choix comme par exemple
l’encombrement , son type de montage (clipsage, vissage, collage) et son prix. [8]

Le choix du dissipateur ne peut être effectué qu’en connaissance des éléments suivants :
 Nombre et type des composants à refroidir, donc connaissance du boîtier utilisé pour
chaque composant (composant discret, module, presspack...) ;

16
Chapitre І Recherche Bibliographique

 Pertes générées par chaque composant (dépendent du cycle de fonctionnement et de la


topologie du montage), surcharges éventuelles ;

 Mode de refroidissement souhaité (convection naturelle, ventilation forcée, chambres


à eau...) ;

 Contraintes mécaniques et intégration du système dans son environnement final


(contraintes diélectriques, fixation du montage, mise en coffret). [12]

І.6.5.Définition de l’ailette

L'ailette est un dispositif qui permet de créer des perturbations et de la turbulence au niveau
de l'écoulement du fluide entourant l'ailette (elle permet d'augmenter le niveau de la
turbulence dans la couche limite) mais surtout la surface d'échange de chaleur, donc le
transfert thermique. [13]
І.6.6. Les différents types des ailettes

Les différents types d'ailettes sont regroupés en deux grandes parties :

 Ailettes continues

Figure І.8 : Exemple typique d'une surface étendue continue. [13]

 Ailettes indépendantes

Figure І.9 : Quelques exemples typiques de surfaces étendues indépendantes. [13]

17
Chapitre І Recherche Bibliographique

І.6.7. Efficacité d'ailette :


L'efficacité d'une ailette est définie comme étant le rapport de la puissance thermique
réellement échangée par l'ailette à la puissance thermique théorique qu'elle serait capable
d'échanger si toute la surface de l'ailette est à la température de sa base 𝑇𝑏 . [13]
𝑞
 = 𝑞𝑟è𝑒𝑙 (І.11)
𝑡ℎ

І.7. Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons présenté les trois modes de transfert de chaleur ; par
convection, par conduction et par rayonnement. On a aussi détaillé les différentes méthodes
de refroidissement des composants électroniques, en se basant sur le refroidissement par
convection en utilisant le dissipateur de chaleur.

18
Chapitre Π :
Formulation Mathématique
Chapitre Π
Formulation Mathématique

Π.1. Introduction
Dans ce chapitre nous allons présenter les configurations étudiées, les hypothèses
simplificatrices, ainsi que les équations de continuité et de quantité de mouvement couplées à
l’équation d’énergie pour le fluide et le solide, qui régissent le phénomène de la convection
mixte incompressible et stationnaire dans une nouvelle conception du dissipateur de chaleur.
La résolution complète du problème de la convection dans la géométrie étudiée revient à
déterminer en tous points les grandeurs caractéristiques du fluide, soit la vitesse définie par
ces trois composantes spatiales dans un système approprié de coordonnées, la pression P et la
température T.

Π.2. Les géométries du problème étudié


II.2.1. 1er cas : Dissipateur de chaleur non rotatif
Les configurations étudiées ainsi que les conditions aux limites sont schématisées sur les
figures II.1 à II.6, il s’agit d’un dissipateur de chaleur en Aluminium de nombre d’ailettes
variable (forme d’arc) de hauteur de 25.4 mm et avec une épaisseur variable placés sur une
base circulaire d’épaisseur de 2 mm et de rayon intérieur de 25.4 mm et un rayon extérieur de
50.8 mm, le dissipateur est fixé sur une plaque plane circulaire de diamètre de 101.6 mm .

Tableau Π.1 : Les dimensions de la géométrie.


L’angle Nombre Hauteur Epaisseur Epaisseur Epaisseur Rayon Rayon
θ° d’ailettes d’ailette d’ailette de la de la intérieur extérieur
n H emax -emin plaque base (mm) (mm)
(mm) (mm) (mm) (mm)
20 18 25.4 2.64-0 2 7 15.4 40.8
15 24 25.4 2.64-0 2 7 15.4 40.8
10 36 25.4 2.64-0 2 7 15.4 40.8

19
Chapitre Π Formulation Mathématique

Figure Π.1 : Vue horizontale de la géométrie.

Figure Π.2 : Vue verticale de la géométrie.

Figure Π.3 : Présentation des conditions aux limites.

20
Chapitre Π Formulation Mathématique

Figure Π.4 : Un dissipateur de chaleur à 36 ailettes.

Figure Π.5 : Un dissipateur de chaleur à 24 ailettes

Figure Π.6: Un dissipateur de chaleur à 18 ailettes.

21
Chapitre Π Formulation Mathématique

II.2.2. 2ème cas : Dissipateur de chaleur rotatif


La géométrie étudiée dans ce deuxième cas est exactement la même que l’initiale (voir
Figures II. 1(II.6) seulement, le dissipateur de chaleur dans ce cas tourne avec une vitesse de
rotation ϖ= 500tr/min, 750tr/min, 1000tr/min

Π.3. Elément mathématiques de base (équations gouvernantes)


Π.3.1.Equation de continuité :
∂ρ ∂
+ ρuj = 0 (Π. 1)
∂t ∂xj

(i=1, 2, 3 : indice de somation)

Π.3.2. Equation de quantité de mouvement :


∂ ∂(ρu j u i ) ∂P ∂ ∂u i ∂u
ρui + = Fi − ∂x + ∂x µ + ∂x j (Π.2)
∂t ∂x j i j ∂x j i

Où :
𝜕
𝜌𝑢𝑖 : représente le taux de variation de la quantité de mouvement
𝜕𝑡
𝜕(𝜌𝑢 𝑗 𝑢 𝑖 )
: représente le taux net de transport de quantité de mouvement suivant la direction i,
𝜕𝑥 𝑗

par mouvement du fluide.


𝐹𝑖 : représente les forces de volume suivant la direction i.
𝜕𝑃
: représentes les forces dues à la pression.
𝜕𝑥 𝑖

𝜕 𝜕𝑢 𝑖 𝜕𝑢
µ + 𝜕𝑥 𝑗 : Les forces visqueuses.
𝜕𝑥 𝑗 𝜕𝑥 𝑗 𝑖

L’équation (Π.2) représente la conservation de quantité de mouvement (équation de Navier


Stokes) d’un fluide visqueux compressible pour un régime transitoire.

Π.3.3.L’équation de l’énergie
∂T ∂ ∂ ∂
𝜌Cp [ ∂t + ∂x (uj T)] = ∂x [k ∂x ] + q + µΦ (Π. 3)
j j j

K : La conductivité thermique.
Cp : La chaleur spécifique à pression constante.
𝜌 : La masse volumique.

22
Chapitre Π Formulation Mathématique

q : La génération de chaleur par unité de volume (densité de chaleur volumétrique).


µ ∶ Vsicosité dynamique du fluide.
Φ : La dissipation visqueuse.
Π.4. Hypothèse simplificatrices
La modélisation du système étudié repose sur les hypothèses simplificatrices suivantes :
𝜕
1. L’écoulement du fluide et le transfert de chaleur sont permanant (𝜕𝑡 = 0).

2. Le régime est laminaire.


3. Fluide est Newtonien et incompressible.
4. Milieu continu.
5. Ecoulement tridimensionnel (suivant les cordonnées x, y et z).
6. La dissipation visqueuse est négligeable (µ Φ = 0).
7. Les propriétés physiques du fluide et des composantes électroniques (𝜌,Cp , µ, k)sont
supposées constantes.
8. L’approximation de Boussinesq est validé, elle se réduire à considérer que les
variations de la masse volumique sont négligeable au niveau de tous les termes des
équations de quantité de mouvement (𝜌=𝜌0 ), sauf au niveau du terme gravité. La
variation de𝜌 en fonction de la température est donnée comme suit :

𝜌 = ρ0 [1- β (T-T0 )] (Π.4

T0 ∶ Température de référence.
β : Le coefficient d’expansion thermique à pression constante.
ρ0 : Masse volumique du fluide.
Sachant que :
𝟏 𝛛𝛒
β= − (Π.5)
𝛒 𝛛𝐓

β : Le coefficient de dilatation à pression constante.


P ′ = P − ρ0 . g. y (Π.6)
Ou P ′ est la pression statique.
Le gradient de pression s’écrit comme suit :
∂P ′ ∂P
− = − ∂y + ρ0 g(Π.7)
∂y

23
Chapitre Π Formulation Mathématique

Si (x, y, z) et (u, v, w) sont respectivement les trois coordonnées dimensionnelles et les


trois composantes de vitesse dimensionnelles, et on prend en considération les hypothèses
simplificatrices citées ci-dessus, les équations dimensionnelles peuvent s’écrire comme suit :

 Equation de continuité :
∂u ∂v ∂w
+ ∂y + = 0 (Π.8)
∂x ∂z

 Equation de la conservation de la quantité de mouvement suivant x :

𝜕(𝑢𝑢 ) 𝜕(𝑣𝑢 ) 𝜕(𝑤𝑢 ) 𝜕𝑝 𝜕 𝜕𝑢 𝜕 𝜕𝑢 𝜕 𝜕𝑢


[ + + ] = − 𝜕𝑥 + {𝜕𝑥 µ 𝜕𝑥 + 𝜕𝑦 µ 𝜕𝑦 + 𝜕𝑧 µ 𝜕𝑧 } Π.9)
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧

 Equation de la conservation de la quantité de mouvement suivant y :

𝜕(𝑣𝑢 ) 𝜕(𝑣𝑣) 𝜕(𝑤𝑣 ) 𝜕𝑝 𝜕 𝜕𝑣 𝜕 𝜕𝑣 𝜕 𝜕𝑣


[ + + ] = − 𝜕𝑦 + {𝜕𝑥 µ 𝜕𝑥 + 𝜕𝑦 µ 𝜕𝑦 + 𝜕𝑧 µ 𝜕𝑧 } Π.10)
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧

 Equation de la conservation de la quantité de mouvement suivant Z:


𝜕(𝑤𝑢 ) 𝜕(𝑤𝑣 ) 𝜕(𝑤𝑤 ) 𝜕𝑝 𝜕 𝜕𝑤 𝜕 𝜕𝑤 𝜕 𝜕𝑤
[ 𝜕𝑥
+ 𝜕𝑦
+ 𝜕𝑧
] = − 𝜕𝑧 + 𝜕𝑥
µ 𝜕𝑥 + 𝜕𝑦 µ 𝜕𝑦 + 𝜕𝑧 µ 𝜕𝑧 + 𝑔β (T − T0 ) Π.11)

 Equation de l’énergie
 Pour l’air :
𝜕𝑢 𝜕𝑇 𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇 𝜕 𝜕𝑇
𝜌Cp [𝑢 𝜕𝑥 + 𝑣 𝜕𝑦 + 𝑤 𝜕𝑧 ] = 𝐾𝑓 𝜕𝑥 + 𝜕𝑦 𝐾𝑓 𝜕𝑦 + 𝜕𝑧 𝐾𝑓 𝜕𝑧 Π.12)
𝜕𝑥

 Dans les ailettes solides :


∂2 T ∂2 T ∂2 T
K s ( ∂x 2 + ∂y 2 + ∂z 2 ) = 0 Π.13)

Π.5. Conditions aux limites


Les conditions aux limites pour l’ensemble d’équations régissantes sont présentées ci-
dessous :
 L’entrée : (velocity inlet) :
u = 𝑢0 , 𝑇0 = 293.16 𝐾.
 La sortie : (pressure outlet) :
𝜕𝑇 𝜕𝑇 𝜕𝑇
𝑃 = 𝑃𝑎𝑡𝑚 .𝜕𝑥 = 𝜕𝑦 = =0
𝜕𝑧

 La base (Wall) subit un flux de chaleur φ = 100 W

24
Chapitre Π Formulation Mathématique

 Coté : représente les limites de fluide (l’air) (périodique).


 Coté-b : représente les limites de solide (l’aluminium) (périodique)

 Les interfaces parois –fluide sont couplées :

∂T ∂T
kS = kf
∂n paroi ∂n paroi

II.6. Calcul des Grandeurs Hydrodynamique et Thermique

Π.6.1. Nombre de Reynolds


C'est Reynolds, un ingénieur anglais spécialiste de l'hydrodynamique qui a introduit ce
nombre qui porte son nom et qui est constamment utilisé dans les calculs. Il est fonction de
trois paramètres : Le diamètre "D", la vitesse "uo" de et de la viscosité cinématique du fluide
"ν".
u0Dh
Re = Π.14)
νf

u0 : vitesse d’entrée du fluide [m/s].


Dh : Diamètre hydraulique [m].
νf : viscosité cinématique du fluide [𝑚2 /𝑠].
4V f
Dh = Π.15)
Af


Vf : est le volume total du fluide à l'intérieur du dissipateur de chaleur.
Af : est la surface mouillée, qui est définie comme la surface de transfert de chaleur par
convection en contact avec le fluide de refroidissement.

Π.6.2. Coefficient d’échanges convectif h :


Le coefficient d’échanges thermique est un coefficient quantifiant le flux d’énergie traversant
un milieu, par unité de surface, de volume ou de longueur. Il est exprimé en [W/ 𝑚2 𝐾]
qc
h= Π.16)
A(T w −T m )

𝑞𝑐 : Quantité de chaleur définie par l’expression suivante :


q c = ṁCp (Tout -T0 ) Π.17)

𝑇𝑜𝑢𝑡 : Température moyenne de sortie [K].

25
Chapitre Π Formulation Mathématique

𝑇0 : Température d’entrée [K].


ṁ : Débit massique [kg/s].
Cp : Capacité calorifique massique à pression constante.
A : surface d’échange thermique [𝑚2 ].

T u dA
Tout = A
Π.18)
A
udA
1
TW = T. dA Π.19)
A

T u dV
Tm = V
Π.20)
V
udV

TW : Température moyenne de la surface d’échange.


Tm : Température moyenne de mélange basé sur la masse volumique.

Π.6.3.Nombre de Nusselt :
Le nombre de Nusselt est un nombre adimensionnel utilisé pour caractériser les transferts
thermiques entre un fluide et une paroi, appelé convectif. Le nombre de Nusselt moyen a été
défini comme suit:

hm Dh
Nu = Π.21)
kf

hm : Coefficient de convection moyen [W/m2 K].


k f : Conductivité thermique du fluide [W/m K].

Π.6.4. L a résistance thermique


L’indice important du taux de transfert de chaleur est la résistance thermique Rth , qui est
considérée comme une caractéristique des performances thermiques des ailettes :
𝑇𝑤 −𝑇0
Rth = (Π.22
𝑞𝑐

Tw : Température de la surface d’échange [K].


T0 : Température d’entrée [k].
qc : Flux de chaleur [W]

26
Chapitre Π Formulation Mathématique

Π.7. Conclusion
Dans ce chapitre on a présenté les différentes géométries étudiées, ainsi que les
équations régissant notre problème, on a présenté aussi les conditions aux limites et les
hypothèses simplificatrices. Pour la résolution des équations gouvernantes on va utiliser le
logiciel Fluent et pour la création de la géométrie et le maillage on va utiliser le logiciel
Gambit. Les étapes de l’utilisation de ces logiciels sont détaillées dans le chapitre suivant.

27
Chapitre ІIІ :
Procédures de Simulation
Numérique
Chapitre ІIІ
Procédures de Simulation Numérique

ІIІ.1.Introduction
Dans notre étude, nous avons effectué la résolution numérique des équations aux
dérivées partielles sur une configuration tridimensionnelle par la méthode des volumes finis
adoptée par le logiciel CFD Fluent 6.3.26. Le maillage des géométries a été réalisé en utilisant
le préprocesseur Gambit 2.2.30 pour les différentes configurations étudiées
Dans ce chapitre, on va donner des généralités sur les deux logiciels Gambit et Fluent,
après on présente les différentes étapes principales de création de la géométrie étudiée et le
maillage choisi, ainsi les étapes de simulation par Fluent.
ІΠ.2.Présentation des logiciels Gambit et Fluent
Le logiciel gambit et un mailleur 2D/3D ; préprocesseur qui permet de mailler des
domaines de géométries d’un problème de CFD. Il génère des fichiers <<*.mesh>> pour
fluent.
Gambit regroupe trois fonctions : définition de la géométrie du problème (construction si la
géométrie est simple ou bien import de la géométrie CAO), le maillage et sa vérification, la
définition des frontières (types de conditions aux limites) et définition des domaines de
calculs.
Fluent est un logiciel de modélisation en mécanique des fluides. Ce logiciel est le solveur.
Le maillage doit être réalisé avec un mailleur, Gambit par exemple, qui est réalisé par le
même éditeur. Le paramétrage se fait par une interface graphique.
Fluent est sans doute le logiciel de simulation numérique de mécanique des fluides le plus
abouti du marché. Il est même depuis peu intégré dans la suite de logiciel de simulation
ANSYS. Sa force vient du très grande nombre de modèles disponibles, pouvant faire face à de
très nombreux aspect de la mécanique des fluides : Ecoulement diphasique (miscible, non
miscible, cavitation, solidification), turbulence, combustion, transport des particules,
écoulement en milieux poreux, maillage mobiles et dynamiques avec reconstruction du
maillage… Les schémas temporels et spatiaux peuvent de plus être modifiés pour améliorer la
convergence. Il est de plus parallélisé et permet donc de tirer parti de systèmes
multiprocesseurs aussi bien au sein d’une seule machine qu’en réseau (cluster, dual core,
plateforme multi CPU).

28
Chapitre ІIІ

Fluent peut modéliser les phénomènes suivants :


 Ecoulement dans des géométries 2D et 3D en utilisant des maillages adaptifs non
structurés.
 Analyse stationnaire ou instationnaire.
 Ecoulement incompressible ou compressible.
 Ecoulement non- visqueux, laminaire ou turbulent.
 Ecoulement Newtonien ou non-Newtonien.
 Transfert de chaleur par convection naturelle ou forcée…
ІΠ.3. Notice d’utilisation de Gambit
ІΠ.3.1. Vue globale

Figure ІІІ.1 : Vue globale de Gambit.

ІІІ.3.2. Nommer le système


File New Create new session

Figure ІІІ.2 : Nommer le système.

29
Chapitre ІIІ

ІΠ.3.3. Chois du solveur

Les versions de fluent

disponible

ІΠ.3.4. Création de la géométrie

ІΠ.3.4.1. Création de points (vertex)

Operation Geometry vertexe Create.

Figure ІІІ.3 : Création des points.

30
Chapitre ІIІ

ІΠ.3.4.2. Création des lignes

Operation Geometry Edge Create.

Figure ІІІ.4 : Vue des lignes de domaine.

Figure ІІІ.5 : Vue des lignes de coté.

31
Chapitre ІIІ

Figure ІІІ.6 : vue des lignes de coté.

Figure ІІІ.6 : Vue des lignes de coté.

ІΠ.3.4.3. Création de surfaces

Operation Geométry face Create real face.

Figure ІІІ.7 : Vue des surfaces de domaine.

32
Chapitre ІIІ

ІΠ.3.4.4. Création de volumes :

Operation Geometry volume Sweep face.

Figure ІІІ.8 : Création de volume de plaque.

Figure ІІІ.9 : Création de volume d’air.

33
Chapitre ІIІ

ІΠ.3.4.5. Soustraction des volumes

Operation Geometry Volume subtract real volumes.

Figure ІІІ.10 : Soustraction des volumes de domaine.

ІΠ.3.4.6. Maillage des lignes

Operation mesh Edge.

Figure ІІІ.11 : Maillage des lignes.

34
Chapitre ІIІ

ІΠ.3.4.7. Maillage des surfaces

Operation mesh face.

Figure ІІІ.12 : Maillage des surfaces.

ІΠ.3.4.8. Maillage des volumes

Operation mesh volume.

Figure ІІІ.13 : Maillage des volumes.

35
Chapitre ІIІ

ІΠ.3.5. Les Conditions aux limites

Operation Zone Specify boundary types.

Figure ІІІ.14 : Définir les conditions aux limites.

ІΠ.3.6. Définition des zones

Operation Zone Specify continuum types.

Figure ІІІ.15 : Définition des zones.

36
Chapitre ІIІ

ІΠ.3.7. Exportation du maillage

File Export Mesh.

Figure ІІІ.16 : L’exportation du maillage.

ІΠ.4. La procédure de calcule par Fluent

ІΠ.4.1. L’ouverture de la version de fluent

Figure ІІІ.17 : Choix de la version de fluent.

37
Chapitre ІIІ

Figure ІІІ.18 : Vue globale de fluent.

ІΠ.4.2. L’importation de la géométrie (*.mesh) :

File Read Case.

Figure ІІІ.19 : Importation de la géométrie.

38
Chapitre ІIІ

ІΠ.4.3. Vérification du maillage importé

Grid Check.

Figure ІІІ.20 : Vérification du maillage.

ІΠ.4.4. Lissage du maillage

Grid Smooth and swap.

Figure ІІІ.21 : Lissage du maillage.

39
Chapitre ІIІ

ІΠ.4.5. Vérification de l’échelle

Grid Scale

Figure ІІІ.22 : Vérification de l’échelle.

ІΠ.4.6. Choix du solveur

Define Models Solver.

Figure ІІІ.23 : Choix du solveur.

40
Chapitre ІIІ

ІΠ.4.7. Autorisation du transfert de chaleur

Define Models Energy.

Figure ІІІ.24 : Autorisation de l’équation de l’énergie.

ІΠ.4.8. Définition des caractéristiques du fluide

Define Materials.

Figure ІІІ.25 : Définir les propriétés physiques du fluide.

41
Chapitre ІIІ

ІΠ.4.9. Définir les conditions aux limites

Define Operating conditions.

Figure ІІІ.26 : Choix de la pression de référence.

ІΠ.4.10. Conditions aux limites usuelles :

Define Boundary conditions.

Figure ІІІ.27 : Valeurs des conditions aux limites.

42
Chapitre ІIІ

ІΠ.4.11. Choix des facteurs de sous relaxation

Solve Controls Solution.

Figure ІІІ.28 : Choix de la solution.

ІΠ.4.12. L’initialisation

Solve Initialize Init.

Figure ІІІ.29 : Initialisation de la solution.

43
Chapitre ІIІ

ІΠ.4.13. Choix de résiduel

Solve Monitors Residual.

Figure ІІІ.30 : Choix de résiduel.

ІΠ.4.14. Lancement du calcul

Solve Iterate.

Figure ІІІ.31 : Choix du nombre d’itérations.

44
Chapitre ІIІ

ІΠ.4.15.Convergence des calculs

Figure ІІІ.32 : Allure de l’évolution des résidus de calcul.

ІΠ.4.16. Visualisation des résultats

Display Contours.

Display Vecteur.

Display Pathlines.

ІΠ.4.17. Calcul de la température 𝑻𝒘

Report surface integral Area weighted average Température

Pièce.

45
Chapitre ІIІ

Figure ІІІ.33 : calcul de la température de la pièce (𝑇𝑤 ).

ІΠ.4.18. Calcul de la température moyenne de l’air

Report Volume integral Température Volume average air.

Figure ІІІ.34 : Calcul de la température moyenne.

46
Chapitre ІIІ

ІΠ.4.19. Calcul de la température de sortie

Report Surface integral Mass weighted average Température

Sortie.

Figure ІІІ.35 : Calcul de la température de sortie (𝑇𝑜𝑢𝑡 ).

ІΠ.4.20.L’application de rotation ‘’moving wall’’

Define Boundary conditions Pièce Edit

Momentum Moving wall Rotational.

47
Chapitre ІIІ

Figure ІІІ.36 : Application de l’instruction ‘’moving wall’’.

ІΠ.4.21. Sauvegarde de fichier

File Write Case and Data.

ІΠ.5. Conclusion

A travers ce chapitre, nous avons exposé les différentes étapes d’utilisation du


logiciel de création de la géométrie et le maillage en utilisant Gambit et la
résolution des équations algébriques issues de système physique en utilisant le code
Fluent. Les résultats de la simulation sont présentés dans le chapitre suivant.

48
Chapitre IV :

Résultats et Dicussions
Chapitre IV

Résultats et Dicussions

ІV.1. Introduction

Dans ce chapitre nous présentons les résultats obtenus par la simulation numérique de la
convection mixte laminaire stationnaire dans un dissipateur de chaleur avec un nombre
d’ailettes variable n=18, 24, 36 dans le cas non-rotatif.
Dans le deuxième cas du dissipateur rotatif nous avons effectué des simulations
numériques pour une seule valeur du nombre d’ailettes n=36 et trois vitesses de rotation
ϖ=500tr/min, 750tr/min et 1000tr/min.
On a commencé par présenter l’effet du maillage sur les résultats de calcul ensuite,
nous avons tracé les contours de température et de vitesse, les lignes de courant dans le cas
d’un dissipateur de chaleur non-rotatif pour les trois configurations.
Pour toutes les simulations réalisées dans cette étude, nous avons varié le nombre de
Reynolds dans l’intervalle 500 et 1500 qui correspond à un nombre de Richardson2 ≤Ri≤22.

ІV.2. Les paramètrs utilisées


 Les propriétés physiques de fluide de base utilisé (l’air) :
 Masse volumique : 𝜌=1.225 kg/m3.
 La capacité calorifique : Cp =1006.43 J/kg.K.
 La conductivité thermique : λ =0.0242 W/m.K.
 La viscosité dynamique : µ =1.7894001*10-5 kg/m.s.

 Les propriétés physiques du dissipateur de chaleur (fabriqué en aluminium) :


 Masse volumique : 𝜌 = 2719 kg/m3.
 La capacité calorifique : Cp =871 J/kg.K .
 La conductivité thermique : λ = 202.4 W/m.K.

49
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

ІV.3. Effet de maillage

Afin d’avoir un compromis raisonnable entre le temps de calcul et la précision des


resultats, le choix d’un maillage adéquat s’avère nécessaire. Cela nécessite des essais
préliminaires pour testerl’effet du maillage sur la sensibilité des solutions. Dans cette étude
nous avons considéré différents maillages pour les trois configurations étudiées. Les résultats
obtenus pour un nombre de Reynolds Re=500 en terme du nombre de Nusselt moyen et
l’écart de ΔNu calculé par la relation suivante :

Nu −Nu ref
ΔNu = *100 (ІV.1)
Nu ref

Sont présentés en fonction du maillage dans le tableau IV.1.

Ce tableau montre qu’un bon compromis entre le temps de calcul et la précision des résultats
a été obtenu avec des maillages de :

 136318 nœuds pour le dissipateur à 36 ailettes ;


 163226 nœuds pour le dissipateur à 24 ailettes ;
 189746nœuds pour le dissipateur à 18 ailettes ;

Alors, nous avons définitivement les adoptés pour produire tous les résultats des deux cas
étudiés

50
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

Tableau ІV.1 :Variation du nombre de Nusselt en fonction du nombre de nœuds de

maillage pour Re = 500.

n=36 ailettes n=24 ailettes n=18 ailettes


Nbre Nu ΔNu Nbre Nu ΔNu Nbre Nu ΔNu
de (%) de (%) de (%)
nœuds nœuds nœuds
36067 274,006 29,6088 23867 211,3204 2,0878 31788 188,25174 4,5680
42944 257,981 22,0291 39478 211,0921 1,9775 44933 187,3669 4,0766
56893 237,923 12,5414 42865 212,0446 2,4376 61081 186,8129 3,7688
79963 230,259 8,9158 57120 212,9672 2,8833 81832 184,9407 2,7289
101338 224,675 6,2746 60598 214,0733 3,4177 103568 184,8601 2,6841
125256 208,779 1,2441 67029 216,8050 4,7374 129809 183,4992 1,9004
136318 208,836 1,2173 75486 213,5758 3,1774 156969 182,5445 1,3978
148669 211,410 0 92355 212,9344 2,8675 189746 181,9071 1,0438
107195 212,0070 2,4194 223306 180.079 0
120249 213,4175 3,1008
139347 210,2464 1,5689
150813 211,8423 2,3399
209,1903 1,05877
163226
177449 208,8414 0

51
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

ІV.4. Simulation numérique d’un dissipateur de chaleur non-rotatif

ІV.4.1. Contours de températures

Les Figures IV.1, IV.2, IV.3 représentent les contours de la température dans une
seule ailette et dans tout le dissipateur de chaleur pour les trois nombres d’ailettes n=18, 24 et
36 et pour un nombre de Reynolds Re=800
On constate que la température à l'intérieur de chaque ailette est presque uniforme et
atteint des valeurs maximales. Ces dernières diminuent avec l'augmentation du nombre de
Reynolds.

L’augmentation du nombre de Reynolds provoque un accroissement de la vitesse


d’entrée ce qui permet d'améliorer le transfert de chaleur par convection et par conséquent une
évacuation plus importante de la chaleur à partir des ailettes.

Ces figures montrent aussi un développement d’une couche limite thermiques autour de
l’ailette, la température de l’air diminue en s’éloignant de la paroi de l’ailette.

On peut noter également que la température des ailettes diminue avec l’augmentation du
nombre d’ailettes, nous constatons que : Tmax =41.1°C pour n=36, Tmax =43°C pour n=24 et
Tmax=51°C pour n=18.
Le taux de transfert convectif est directement influencé par la surface d’échange et par
conséquent parle nombre d’ailettes. L’utilisation d’un dissipateur avec un grand nombre
d’ailettes (n=36) donne une surface d’échange plus élevée, ce qui provoque une
augmentation du taux de transfert de chaleur et par conséquent une diminution de la
température des ailettes.

52
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

Figure ІV.1 : Contours de température dans un dissipateur de chaleurs de 36 ailettes

Figure ІV.2 : Contours de température dans un dissipateur de chaleurs de 24 ailettes

Figure ІV.3 : Contours de température dans un dissipateur de chaleurs de 18 ailettes

53
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

ІV.4.2. Contours de Vitesses

Les Figures IV.4, IV.5 et IV.6 représentent les contours de vitesses pour différentes
valeurs du nombre d’ailettes et pour un nombre de Reynolds Re=800. Il est clairement
observé que les champs dynamiques subissent un profil de vitesse uniforme à l'entrée du
dissipateur de chaleur, tandis qu’ils restèrent nulles à travers l’ensemble des parois des ailettes
car la condition de non glissement à la paroi est appliquée. Les particules fluides s’approchent
des parois des ailettes et se déplacent autour d’elles en créant un brassage favorisant le
transfert de chaleur.

D’après ces résultats numériques, on remarque également que les valeurs des vitesses à
la sortie du dissipateur de chaleur augmentent sur tout dans les régions situées en haut du
dissipateur de chaleur, en raison de l’augmentation de la température de l’air, dans ce cas l’air
devient plus léger et il remonte vers le haut.

ІV.4.3. Les lignes de courants

Les Figures IV.8, IV.9 et IV.10 montrent les lignes du courant dans une seule ailette
et dans tout le dissipateur de chaleur pour les trois nombres d’ailettes n=18, 24 et 36 et pour
un nombre de Reynolds Re=800.
Ces figures montrent que l’écoulement prés de l’ailette est connu comme rampant. Les
forces visqueuses étant dominantes, le fluide reste attaché aux ailettes sans aucune séparation.
En s’éloignant de l’ailette, les forces d’inertie augmentent et empêchent la couche limite de
rester attachée aux parois de l’ailette. Ainsi, on observe en haut de l’ailette une zone de
recirculation qui augmente avec la diminution du nombre d’ailettes

54
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

Figure ІV.4 : Contours de vitesse dans un dissipateur de chaleurs de 36 ailettes

Figure ІV.5 : Contours de vitesse dans un dissipateur de chaleurs de 24 ailettes

Figure ІV.6 : Contour de vitessedans un dissipateur de chaleurs de 18 ailettes

55
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

Figure ІV.7 : Les lignes de courant dans un dissipateur de chaleurs de 36 ailettes

Figure ІV.8 : Les lignes de courant dans un dissipateur de chaleurs de 24 ailettes

Figure ІV.9 : Les lignes de courantdans un dissipateur de chaleurs de 18 ailettes

56
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

ІV.4.4. Variation du nombre de Nusselt en fonction du nombre du


Reynolds
Le nombre de Nusselt a été calculé pour chaque configuration étudiée. La courbe sur la
Figure IV.10 montre la variation du nombre de Nusselt en fonction du nombre de Reynolds,
pour trois nombres d’ailettes n=18, 24 et 36.
On peut constater que le nombre de Nusselt moyen pour les trois configurations
étudiées augmente avec le nombre de Reynolds, car l'augmentation de Re, favorise le
phénomène de la convection de l'air circulant entre les ailettes ce qui donne une meilleure
dissipation de la chaleur à partir des ailettes vers l'air ambiant, et par conséquent, un bon
refroidissement de l'ensemble du système.
Les résultats numériques montrent également que le nombre de Nusselt augmente avec
l’augmentation du nombre d’ailettes pour tous les nombres de Reynolds dans la gamme
considérée, car avec l’augmentation du nombre d’ailettes la surface exposée à la convection
thermique augmente et l'échange thermique entre les ailettes et le fluide est meilleure, ce qui
augmente le nombre de Nusselt.

600

550
n=36
500 n=24
n=18
450

400

350
Nu

300

250

200

150

100

300 400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 1600

Re

Figure ІV.10 : Variation du nombre de Nuselt en fonction du nombre de Reynolds pour les

trois configurations .

57
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

ІV.4.5.Variation de la résistance thermique en fonction du nombre du


Reynolds :
La Figure IV.11 illustre, la variation de la résistance thermique avec le nombre de
Reynolds pour les trois configurations étudiées.
On constate que la résistance thermique diminue avec l’augmentation du nombre de
Reynolds. En effet, le taux du transfert de chaleur augmente avec le débit d'air.
On peut noter aussi que pour toutes les valeurs du nombre de Reynolds, la résistance
thermique du dissipateur de chaleur diminue avec l’augmentation du nombre d’ailettes.

850

800
n=24
750
n=18
700

650 n=36
600

550

500
R th

450

400

350

300

250

200

150
400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 1600

Re

Figure ІV.11 : Variation de la résistance thermique en fonction du nombre de Reynolds pour

les trois configurations .

58
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

ІV.5. Simulation numérique d’un dissipateur de chaleur rotatif

ІV.5.1. Contours de température

Les Figures IV.13, IV.14, IV.15 représentent les contours de la température dans une
seule ailette et dans tout le dissipateur de chaleur rotatif avec une vitesse de rotation égale à
500tr/min, 750tr/min et 1000tr/minet pour un nombre d’ailettes n=36 et un nombre de
Reynolds Re=800.

On constate que la rotation du dissipateur de chaleur provoque une diminution


importante de la température des ailettes en comparaison avec le dissipateur non rotatif (voir
Fig. IV.1)
Tmax= 41.1 °C pour le dissipateur non rotatif
Tmax= 29.7 °C pour le dissipateur rotatif (ϖ=500tr/min)
Tmax= 28.6 °C pour le dissipateur rotatif (ϖ=750tr/min)
Tmax= 28.2 °C pour le dissipateur rotatif (ϖ=1000tr/min)

Ces figures montrent aussi que la température des ailettes diminue avec l’augmentation
de la vitesse de rotation. L’utilisation d’un dissipateur rotatif augmente la vitesse
d’écoulement d’air ce qui provoque une augmentation du transfert de chaleur convectif et
par conséquent une diminution de la température des ailettes.

59
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

Figure ІV.12 : Contours de température pour une vitesse de rotation ϖ=500 tr/min

Figure ІV.13 : Contours de température pour une vitesse de rotation (ϖ=750 tr/min

Figure ІV.14 : Contours de température pour une vitesse de rotation ϖ=1000 tr/min

60
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

ІV.5.2. Contours de vitesse

Les Figures IV.15, IV.16et IV.17 représentent les contours de vitesses pour un nombre
d’ailettes n= 36 et pour un nombre de Reynolds Re=800 dans un dissipateur de chaleur rotatif
avec une vitesse de rotation égale à 500tr/min, 750tr/min et 1000tr/min.

Il est clairement observé que la vitesse d’écoulement augmente avec la vitesse de


rotation du dissipateur de chaleur.

ІV.5.3. Les lignes de courants

Les Figures IV.18, IV.19 et IV.20 montrent les lignes du courant dans une seule
ailette et dans tout le dissipateur de chaleur rotatif pour n= 36, Re=36 et pour les trois
vitesses de rotation.
Ces figures montrent que les lignes de courant tournent autour de l’ailette dans la
direction de rotation du dissipateur de chaleur, les lignes de courant augmentent avec la
vitesse de rotation.

61
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

Figure ІV.15 : Contours de vitesse pour une vitesse de rotation ϖ=500 tr/min

Figure ІV.16 : Contours de vitesse pour une vitesse de rotation ϖ=750 tr/min

Figure ІV.17 : Contours de Vitesse pour une vitesse de rotation ϖ=1000 tr/min

62
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

Figure ІV.18 :Lignes de courant pour une vitesse de rotation ϖ=500 tr/min

Figure ІV.19 : Lignes de courant de vitesse pour une vitesse de rotation ϖ=750 tr/min

Figure ІV.20 : Lignes de courant pour une vitesse de rotation de vitesse ϖ=1000 tr/min

63
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

ІV.5.4. Variation du nombre de Nusselt en fonction du nombre du


Reynolds :
La Figure IV.21 montre une comparaison du nombre de Nusselt moyen pour un
dissipateur de chaleur non rotatif et un dissipateur rotatif avec une vitesse de rotation égale
500tr/min, 750tr/min et 1000tr/min.
On peut constater que le nombre de Nusselt moyen pour les trois vitesses de rotation
étudiées augmente avec le nombre de Reynolds, et le nombre de Nusselt pour le dissipateur
de chaleur rotatif est meilleur à celui d’un dissipateur non rotatif car la rotation augmente la
vitesse d’écoulement de l’air ce qui donne une meilleure évacuation de la chaleur à partir des
ailettes vers l'air ambiant, et par conséquent, un bon refroidissement du composant
électronique.
Les résultats numériques montrent également que le nombre de Nusselt augmente avec
l’augmentation de la vitesse de rotation du dissipateur de chaleur.

7000

6000 = 1000 tr/min


 = 750 tr/min
5000  = 500 tr/min
= 0 tr/min
4000
Nu

3000

2000

1000

0
400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 1600

Re

Figure ІV.21 : Variation du nombre de Nusselt en fonction du nombre du Reynolds.

64
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

ІV.5.5. Variation de la résistance thermique en fonction du nombre du

Reynolds

La Figure IV.22 présente une comparaison de la résistance thermique du dissipateur


de chaleur non rotatif et un dissipateur rotatif avec une vitesse de rotation égale 500tr/min,
750tr/min et 1000tr/min.
On constate que la résistance thermique diminue avec l’augmentation du nombre de
Reynolds.
On peut remarquer aussi que la résistance thermique du dissipateur de chaleur non
rotatif est plus grande que celle du dissipateur rotatif car le transfert de chaleur augmente
avec l’augmentation de la vitesse d’écoulement de l’air et par conséquent on a une diminution
de la résistance thermique.

750

 = 1000 tr/min
700

650
=750 tr/min
600
=500 tr/min
550

500
=0 tr/min

450

400
R th

350

300

250

200

150

100

50

400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 1600

Re

Figure ІV.22 : Variation de la résistance thermique en fonction du nombre du Reynolds.

65
Chapitre ІV Résultats et Dicussions

IV.6. Conclusion :

Dans ce chapitre, nous avons exposé les résultats numériques de la convection mixte
stationnaire et laminaire dans une nouvelle conception du dissipateur de chaleur rotatif et non
rotatif.
Nos simulations numériques ont été réalisées pour une large variation des paramètres
indépendants, tels que le nombre de Reynolds Re = 500-1500 et trois nombres d’ailettes
n=18, 24, 36 et une vitesse de rotation ϖ=500tr/min, 750tr/min et 1000 tr/min .
Un meilleur refroidissement est obtenu lorsque le nombre de Reynolds augmente. Le
dissipateur de chaleur avec n=36 ailettes a le plus grand nombre de Nusselt en comparaison
avec les autres valeurs du nombre d’ailettes.
Nous avons constaté aussi que la rotation du dissipateur de chaleur permette une
grande amélioration des performances thermiques du dissipateur de chaleur en termes du
nombre de Nusselt.

66
Conclusion Générale
Conclusion générale

Dans ce mémoire nous avons exposé une étude numérique tridimensionnelle de la

convection mixte laminaire et stationnaire dans une nouvelle conception de dissipateur de

chaleur rotatif utilisé pour le refroidissement d’un CPU.

Les équations qui régissant cette étude sont les équations de continuité, de quantité

de mouvement, couplées à l’équation de l’énergie. La méthode choisie pour la résolution

de ces équations est la méthode des volumes finis adoptée par le code commercialisé

Fluent.

Après la création de la géométrie par le logiciel Gambit, on a passé aux simulations

numériques à l’aide de logiciel Fluent, les résultats obtenus sont présentéspour les deux cas

étudiées : dissipateur rotatif et non rotatif, pour un nombre de Reynolds qui varie à de 500

jusqu’à 1500 qui correspond un nombre de Richardson 2≤Ri≤22, et pour un nombre

d’ailettes variables n=18, 24, 36

La configuration étudiée dans le deuxième cas est exactement la même que l’initiale,
seulement nous avons fait tourner le dissipateur de chaleur avec une vitesse de rotation
égale 500tr/min, 750tr/min, 1000tr/min.

Les conclusions tirées de ces résultatspeuvent être résumées comme suit ;

 Avec l'augmentation du nombre de Reynolds, le nombre de Nusselt du dissipateur


de chaleur rotatif et non rotatif augmente.
 Le nombre de Nusselt augmente avec l’augmentation du nombre d’ailettes pour
toutes les valeurs du nombre de Reynolds.
 La résistance thermique diminue avec l’augmentation du nombre de Reynolds et
nombre d’ailettes.
 Le nombre de Nusselt pour le dissipateur de chaleur rotatif est meilleur à celui
d’un dissipateur non rotatif.
 Le nombre de Nusselt augmente avec l’augmentation de la vitesse de rotation du
dissipateur de chaleur.
 La résistance thermique du dissipateur de chaleur non rotatif est plus grande que
celle du dissipateur rotatif

A la fin de notre étude on peut conclure que cette nouvelle conception de dissipateur

de chaleur a donné une grande amélioration dans le refroidissement du composant

électronique par rapport à la conception conventionnelle.


Bibliographie

[1] Jean Tain, Franck Enguehard, Estell lacona, Transfert thermique, Introduction aux

transfert d’énergie, 2014.

[2] Belghoul Nadir, Modélisation et simulation de la convection due à un champ de force

externe dans des cavités : Convection Naturelle, MHD et Marangoni, Mémoire de Mastère,

Université Badji Mokhtar Annaba, 2018.

[3] Ana Maria Bianchi, Yves Fautrelle, Jacqueline Etay, Transfert thermique, 2004.

[4] Cecil Adams, Return of the Straight Dope, 1994.

[5] Jacques Padet, Renato M. Cotta, Emilia Cerna Mladin, Un autre regard sur la

convection mixte, 2010.

[6] Jean Pierre Petite, Dissipation thermique dans les systèmes électroniques, 2001.

[7] Hasna Louahlia (Lusac), Sebastien You (Areelis technologies), Dissipation thermique

dans les composants/systèmes électroniques, Areelis technologies, Luusac (laboratoire

universitaire des sciences appliquées de Cherbourg), 2015.

[8] M.Bernard, Lycee Lachenal, Les dissipateur thermique, 2009.

[9] Bouchelagham Mohamed Amine, Etude thermique du refroidisseur d’une composante

électronique, Mémoire de Mastère, Université Bajdi Mokhtar Annaba, 2017.

[10] Guestal Mabrouk, Modélisation du transfert thermique par convection naturelle dans les

géométries pratiques, Université des frères Mentouri Constantine, 2010.

[11] Terry A. Johnson, Jeff P. Kaplow, Wayne L. Staats, Dita B. Curgus, Michael T.

Leick, Daniel Mathew, Mark D. Zimmerman, Devlopement of the Sandia cooler, 2013.

[12] Jean François Roche, Définition d’un dissipateur de chaleur en milieu industriel, 2007.

[13] Rezik Hafied, Etude des transferts de chaleur et de masse de l’ailette humide, mémoire

de magistère, Université de Batna, 2014.


Résumé
L’évolution dans le domaine d’électronique à causé l’augmentation très rapide de la
température qui résulte la distraction et la perte de matériels, pour cela L’évacuation de la
chaleur est devenue un problème crucial à résoudre.L’objectif du refroidissement des
équipements électroniques est donc de maintenir la température de chaque élément à
sa température nominale de fonctionnement. Dans ce travail nous avons étudié numériquement
la convection mixte tridimensionnelle dans une nouvelle conception du dissipateur de chaleur utilisé
pour le refroidissement d’un CPU. Nos simulations numériques ont été réalisées pour une large
variation des paramètres indépendants, tels que le nombre de Reynolds Re =500-1500 et le nombre
d’ailettes n=18,24 et 36 et une vitesse de rotation égale 500tr/min, 750tr/min et 1000tr/min. Les
résultats numériques montrent qu’un meilleur refroidissement est obtenu lorsque le nombre de
Reynolds augmente. Le dissipateur de chaleur avec n=36 ailettes a le plus grand nombre de Nusselt en
comparaison avec les autres valeurs du nombre d’ailettes et la rotation du dissipateur de chaleur
permette une grande amélioration du nombre de Nusselt

Abstract

The evolution in the field of electronics had cause very fast increase in temperature which could
results the distraction and loss of materials, for this Heat evacuation has become a crucial problem to
solve.
The objective of cooling the electronics equipment it then to maintain the temperature of each
element at its nominal operating temperature. In this work we have numerically studied the three-
dimensional mixed convection in a new design of the heat sink used for cooling a CPU. Our numerical
simulations have been realized for a wide variation of parameters independent, such as the Reynolds
number Re = 500-1500, the number of fins n = 18, 24 and 36. And a rotational speed equal to 500rpm,
750rpm and 1000rpm.The numerical results show that better cooling is obtained when the Reynolds
number increases. The heat sink with n = 36 fins has the largest number of Nusselt compared to the
other values of the number of fins and the rotation of the heat sink allows a great improvement in the
number of Nusselt

‫ملخص‬

‫وألجلي‬,‫إن التطور في مجال اإللكترونيك سبب االرتفاع السريع في درجة الحرارة مما قد ينتج عنه فقدان او تضرر لألجهزة‬
.‫ذلك اصبح االجالء الحراري مشكل عويص وجب حله‬
‫في هذا العمل قمنا بدراسة رقمية ثالثية‬,‫الهدف من تبريد المعدات االلكترونية هو ابقاء درجة الحرارة في مجال المسموح فيه‬
‫ مقوئ) في تصميم جديد للموزعات الحرارية المستعمل في التبريد وحدة المعالجة‬+ ‫االبعاد للحمل الحراري المختلط (طبيعي‬
.‫المركزية‬
36‫ و‬24 ‫ و‬18 ‫و عدد العنفات‬, 1500 ‫ الئ‬500 ‫في دراستنا الرقمية قمنا بتغير عدة خصائص مستقلة مثل عدد رينولدز من‬
‫والنتائج الرقمية اظهرت ان التبريد يتحسن مع الزيادة في عدد‬,‫ دورة في الدقيقة‬1000,750,500 ‫وسرعة الدوران التي تتغير من‬,
‫ عنفة كان هو االفضل من حيث قيمة عدد نوسات مقارنة بالموزعان االخران و سرعة الدوران‬36 ‫الموزع الحراري ذو‬,‫رينولدز‬
.‫تحسن اكثر فاكثر في قيمة عدد نوسات‬