Vous êtes sur la page 1sur 2

©Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2019-2020 1

Devoir : triplets Pythagoriciens


Le devoir doit être rédigé sur des copies doubles.
Les copies dont les résultats ne sont pas souli-
gnés ou encadrés ne seront pas corrigées.
Le but du problème est de déterminer les triplets pythagoriciens, c’est-à-dire les triplets
(x, y, z) ∈ (N∗ )3 vérifiant :
x2 + y 2 = z 2 (E).

1 Résolution
1. Proposer un triplet solution simple, en déduire qu’il existe une infinité de triplets pytha-
goriciens.
2. Soit (x0 , y0 , z0 ) une solution de (E) et d = pgcd(x0 , y0 , z0 ). On note x,y et z les entiers
tels que x0 = xd, y0 = yd et z0 = zd.
(a) Que vaut pgcd(x, y, z) ? Justifier.
(b) Vérifier que le triplet (x, y, z) est encore solution de (E).
(c) Démontrer que x et y sont premiers entre eux. On pourra raisonner par l’absurde en
considérant un diviseur premier p de x et y, et en montrant que p divise z.
(d) Démontrer que les entiers x, y et z sont deux à deux premiers entre eux.
3. Parité de x, y et z
(a) Démontrer que le carré d’un entier n’est jamais congru à 2 modulo 4.
(b) En déduire que x et y ne peuvent être tous les deux impairs.
(c) En déduire que x et y ont des parités différentes.

On suppose dans la suite que x est pair et y impair.

4. Un résultat clé : soit a, b, c des entiers naturels non nuls tels que ab = c2 et a ∧ b = 1.
(a) Démontrer que a et b sont des carrés (on pourra utiliser les valuations p-adiques et
exprimer pour tout nombre premier p, vp (a) + vp (b) en fonction de vp (c)).
(b) Le résultat subsiste-t-il si a et b ne sont pas premiers entre eux ?
z+y z−y
5. On pose a = 2
et b = 2
.
(a) Justifier que a et b sont des entiers.
(b) Démontrer que a et b sont des carrés.
6. En déduire qu’il existe des entiers u et v tels que :

 x0
 = 2duv
y0 = d(u2 − v 2 )
= d(u2 + v 2 )


z0
7. Réciproquement, démontrer que tout triplet (x0 , y0 , z0 ) de la forme ci-dessus avec d, u, v ∈
N∗ et u > v est solution de (E). Conclure.
©Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2019-2020 2

2 Une vision géométrique


On remarque que (x, y, z) est un triplet pythagoricien si et seulement si le couple ( xz , yz ) est
un point à coordonnées rationnelles du cercle unité.

8. Soit θ ∈] − π, π[. On pose t = tan 2θ . Démontrer que

1 − t2 2t
cos θ = et sin θ = .
1 + t2 1 + t2

On peut ainsi paramétrer les points du cercle unité avec le paramètre t (le point (−1, 0)
est obtenu avec le paramètre ±∞).

9. Démontrer que les points à coordonnées rationnelles du cercle unité sont les points de
coordonnées ( ! )
1 − t2 2t
, | t ∈ Q ∪ {(−1, 0)} .
1 + t2 1 + t2

10. On obtient ainsi une machine à fabriquer des triplets Pythagoriciens : donner un triplet
Pythagoricien fabriqué à partir du point du cercle de paramètre t = 32 .