Vous êtes sur la page 1sur 3

Poste ouvert (AIS) ou poste blindé (GIS) ?

jeudi 12 février 2009 à 13:06 :: Techniques haute tension :: Alerter la


modération
Les postes blindés isolés au gaz SF6 existent depuis la fin des années
1960. Face à eux, les postes ouverts (AIS) résistent. Que faut-il choisir
et dans quels cas doit-on privilégier l'une ou l'autre technologie ?
Comme souvent, il n'y a pas de choix absolus dans le domaine des
postes électriques. En fonction de l'environnement et des contraintes
techniques, il peut être judicieux d'opter pour des postes isolés aux gaz
(GIS) ou au contraire de choisir les traditionnels postes ouverts AIS.
Pour en savoir plus, nous vous recommandons la lecture de l'article Eureos dédié au
fonctionnement d'un poste électrique htb
Nous comparerons ici ces deux technologies sur 5 plans :

• L'encombrement
• Le prix d'achat
• L'évolutivité
• L'impact environnemental
• La résistance aux conditions extrèmes
• La maintenance

Encombrement : avantage GIS


A l'évidence, voila le principal avantage d'un poste blindé : son volume est très
nettement inférieur au volume des postes AIS. Alors que le mètre de distance
d'isolement par phase sur un poste 63kV est incompressible, les constructeurs de
postes blindés défient sans cesse les lois de la physique en incluant trois phases
dans des cuves de diamètre inférieur au mètre. Au final, un poste blindé peut
s'avérer 5 à 10 fois moins encombrant en surface selon les configurations.
L'autre avantage des postes blindés est leur intégration facile dans un bâtiment ou
sous une ligne existante : l'ensemble de l'isolation est réalisée à l'intérieur de la cuve.
Vous pouvez par exemple toucher l'enveloppe d'un poste blindé sans risque
théorique (dans la pratique, il faut rester vigilant, une avarie ou un court-circuit
pouvant avoir de graves conséquences sur les personnes situées à proximité du
poste).
Prix d'achat : avantage AIS
A l'achat, le prix d'une travée blindée peut
atteindre 2 fois celui d'une travée ouverte
équivalente. Cet argument économique
est souvent la principale considération
des entreprises. Cependant, dans
certains cas, le calcul doit être étendu aux
coûts indirects. En effet, à l'approche des
centres urbains, où le prix du terrain est
élevé, l'économie de place réalisée avec un poste blindé peut compenser voire
dépasser la différence de prix à l'achat.
Evolutivité : avantage AIS
Si la force des postes blindés réside dans l'intégration des différents composants,
c'est également une de leur faiblesse. Il est en effet facile d'étendre un poste ouvert
en ajoutant une travée raccordée au jeu de barre par de simples tendues (ça
fonctionne quel que soit le matériel choisi). En revanche, l'extension d'un GIS
nécessite l'intervention du constructeur d'origine. Parfois, le fabriquant doit effectuer
le retro-engineering du poste et refabriquer des pièces d'ancienne série. Ainsi,
étendre un poste blindé est couteux en temps et en argent : mieux vaut pévoir les
emplacements vides pour les futures travées d'extension.
Impact environnemental : à vous de juger
D'un point de vue strictement normatif, les postes blindés ont un impact
environnemental négatif plus fort que les postes AIS : ils contiennent en effet une
grande quantité de SF6, gaz déclaré contributeur de l'effet de serre au sens du
protocole de Kyoto.
En revanche, d'un point de vue visuel, les GIS s'intègrent mieux dans
l'environnement. Savez-vous par exemple que Paris comporte des postes 220kV
sous son sol ? Bien sur, cela n'est possible qu'avec des postes blindés.
Bref, entre contribution à l'effet de serre et pollution visuelle, je vous laisse juger.
Resistance aux conditions extrèmes : avantage GIS
Du fait qu'aucune partie active n'est en contact avec l'air ambiant, les GIS se sont
rapidement imposés dans les environnement fortement pollués : en bord de mer
(environnement salin), aux abords de complexes chimiques, dans les déserts de
sables, dans les cimenteries... bref, partout où la corrosion et les dépôts de matière
pourraient dégrader les contacts ou les distances d'solement d'un poste
conventionnel.
Maintenance : match nul
Si on en croit les constructeurs, la maintenance des postes GIS est quasi nulle
pendant sa durée de vie. C'est en partie vraie. Dans la pratique, un poste bien
entretenu sera toujours le gage d'un fonctionnement optimal dans la durée. Quel que
soit le constructeur, les fuites de SF6 sont courantes après quelques années, ne
serait-ce que du fait des mouvements de terrain qui provoquent des contraintes
mécaniques au niveau de la jointure entre les cuves. Seul hic : il faut des agents
spécialement formés pour intervenir sur un blindé, et l'ouverture d'une cuve (par
exemple en cas d'avarie) nécessite la présence du constructeur.
Côté poste conventionnel ouvert, la maintenance est de fait plus importante, de
nombreuses parties actives étant en contact avec l'air. Elle est revanche plus facile à
effectuer et ne nécessite généralement pas l'intervention du constructeur (sauf par
exemple si l'ouverture d'une chambre de coupure d'un disjoncteur est nécessaire).
eureos, haute tension, htb, poste blindé GIS, poste ouvert AIS