Vous êtes sur la page 1sur 2

LES PROPOSITIONS COD

LES COMPLETIVES

Elles complètent un verbe, elles ne sont donc ni dé plaçables ni supprimables. Elles sont
toujours introduites par QUE.

Attention ! Ne pas confondre :


J'attends que tu apportes ton livre
et
J'attends le livre que tu apportes

Le mode du verbe dans la complé tive


Il dé pend du verbe de la proposition principale. En fonction de son sens et de l'usage, le
mode du verbe de la complétive sera l'indicatif (conditionnel) ou le subjonctif.
Il m’affirme qu’il sera à l’heure.
Lorsque le verbe de la principale est un verbe de déclaration, d'opinion, de perception, il
entraîne ordinairement à la forme affirmative l'indicatif dans la complé tive.

Lorsque le verbe de la principale exprime l'ordre, la volonté ou le sentiment, il entraîne


obligatoirement le subjonctif dans la complétive.
Je veux qu'il vienne

J'ordonnais qu'il vînt

Je crains qu'il ne vienne (« ne » explétif)

Je souhaite qu'il soit reçu

Verbe de la complé tive à l'indicatif ou au subjonctif (verbes à double valeur)

Je dis qu’il vient Je dis qu’il vienne.


Déclaration => indicatif Injonction => subjonctif

1
LES PROPOSITIONS SUBORDONNEES RELATIVES INDEFINIES

= les propositions relatives introduites par « ce que ».


Dans certains cas, « ce que » est analysable. Le pronom dé monstratif « ce » joue
alors un rô le de pronom qui remplit la fonction de COD, et la relative a pour
anté cé dent ce mê me pronom.

Elle a mangé ce que je lui avais préparé. / le gigot

Dans d'autres cas, le pronom est insé parable de « que ».


«Ce » n'est pas analysable et la proposition subordonnée joue un rô le de complé tive .
Elle manque ce qu’elle veut/ n’importe quoi/ un gigot.

Ce sont des cas particuliers des propositions complétives interrogatives,


qui, par ailleurs, peuvent être introduites par l’adverbe interrogatif « si » (1), par un
pronom interrogatif (2) ou par une proposition débutant par « ce que » (3).
Dans certains cas, « ce que » est analysable. Le pronom démonstratif « ce » joue alors un rô le
de pronom qui remplit la fonction de COD, et la relative a pour antécédent ce même pronom.
Les relatives complétives, comme toute les interrogatives indirectes, remplissent
toujours la fonction de COD.
Je me demande bien si Pierre viendra. (1) / qui viendra (2) / ce qui arrivera. (3)

LA PROPOSITION subordonnée INFINITIVE

La proposition subordonnée infinitive COD correspond à la transformation en infinitive


d'une complé tive dont le sujet est diffé rent de celui de la principale.
J’entends que les oiseaux chantent / les oiseaux chanter
Une proposition subordonnée infinitive comporte toujours un sujet exprimé sous la
forme d'un groupe nominal ou d'un pronom.
J'entends qu'ils chantent

La proposition « qu’ils chantent » est COD de « entendre »

J'entends [ chanter une chanson ]

« une chanson » est COD de chanter ; le sujet en est sous-entendu, on peut imaginer un
sujet indéfini de type « quelqu’un ».

J'entends [ chanter les oiseaux ] = J’entends les oiseaux chanter.


« Les oiseaux » est sujet de « chanter »

J'entends [ le voisin chanter un refrain ]


La proposition infinitive est COD de “entendre » et à l’intérieur de l’infinitive, « Le
voisin » est sujet et « un refrain » est COD de « chanter »