Vous êtes sur la page 1sur 14

TD MATHS Étude de Fonctions à une variable

Martine Gosmant / Roland Becker

11 octobre 2017

1 Exercice 1
sec:
2 Pour les fonctions suivantes on demande :
3 1. L’ensemble de définition et les limites aux bornes
4 2. Étudier la continuité
5 3. Étudier la dérivabilité et calculer la dérivée
6 4. Tableau de variation et graphe de la fonction
1+x3
7 a) f (x) = 1−x2
8 1. La fonction est définie sur Df = R \ {±1}. Pour les limites on a :
i. Limite en ±∞ :
!
1
x3 1 + x3 x3
lim f (x) = lim 1 = lim = − lim x = ∓∞.
x→±∞ x→±∞ −x2 1 − x→±∞ −x2 x→±∞
x2

ii. Limite à droite en x = 1 :


2
lim f (x) = lim = −∞ car 1 − x2 < 0
x→1+ x→1+ 1 − x2

iii. Limite à gauche en x = 1 :

2
lim f (x) = lim = +∞ car 1 − x2 > 0
x→1− x→1+ 1 − x2

iv. Limite à gauche en x = −1 :

lim (1 + x3 ) = 0 et lim (1 − x2 ) = 0 ⇒ F.I.


x→−1 x→−1

1
Par la troisième IR, on a 1 − x2 = (1 − x)(1 + x). Comme −1
est racine de 1 + x3 on peut factoriser par x + 1 et l’on a

1 + x3 = (1 + x)(x2 − x + 1).

Il s’en suit que

(1 + x)(x2 − x + 1) x2 − x + 1 3 3
f (x) = = ⇒ lim f (x) = = .
(1 + x)(1 − x) 1−x x→−1 2 2

9 2. Un polynôme est continue et la fonction est donc quotient de


10 deux fonctions continues. On peut remarquer que l’on peut pro-
11 longer la fonction par continuité en x = −1 en prenant comme
2 −x+1
12 définition f (x) = x 1−x .
3. Un polynôme est dérivable et la fonction est donc
0 quotient de
0 0
deux fonctions dérivables. Avec la formule uv = u v−uv
v2
on
trouve
(x2 − x + 1)0 (1 − x) − (x2 − x + 1)(1 − x)0
f 0 (x) =
(1 − x)2
(2x − 1)(1 − x) + (x2 − x + 1)
=
(1 − x)2
−2x + 3x − 1 + (x2 − x + 1)
2
=
(1 − x)2
−x2 + 2x
=
(1 − x)2
x−2
=−x
(1 − x)2

4. Pour la TdV, il faut résoudre l’inéquation

f 0 (x) ≥ 0 ⇔ x(x − 2) ≤ 0 (car (1 − x)2 > 0)


   
⇔ ou x ≥ 0 et x ≤ 2 ou x ≤ 0 et x ≥ 2

⇔ 0≤x≤2

13 Donc la fonction est croissante sur [0; 1[∪]1; 2] et décroissante


14 sur ] − ∞, 1] ∪ [2, +∞[.

2
24

16

-40 -32 -24 -16 -8 0 8 16 24 32

-8

-16

-24

1+x3
F IGURE 1 – f (x) = 1−x2
. fig:fct1

√ √
b) f (x) = √a− x , a ≥ 0 D’abord, dans le cas a = 0, on a f (x) =
√ a−x

√ x.
−x
Les racines ne sont définies que si x = 0, mais dans ce cas on
diviserait par zéro, et on a donc Df = ∅. Alors on va supposer dans
la suite que
a > 0.
1. Les racines sont définies si x ≥ 0 et x ≤ a. Pour exclure la divi-
sion par zéro, on a donc
Df = [0, a[.
15 Pour les limites :
i. Limite à droite en x = 0 :
√ √ √ √ √
lim a − x = a et lim a−x= a ⇒ lim f (x) = 1.
x→0+ x→0+ x→0+

ii. Limite à gauche en x = a :


√ √ √
lim a − x = 0 et lim a−x=0 ⇒ FI.
x→a− x→a−

Nous avons
√ √ √ √ √ √
a− x a− x a+ x
√ = √ ×√ √
a−x a−x a+ x

a−x 1 a−x
=√ ×√ √ =√ √ .
a−x a+ x a+ x

3
Donc

a−x
lim f (x) = lim √ √ = 0.
x→a− x→a− a+ x

16 2. La racine est continue sur R+ . La fonction est donc continue


17 comme quotient de fonctions continues. On peut prolonger

la
a−x
18 fonction par continuité en x = a en prenant f (x) = √a+ √ .
x
3. La racine est dérivable sur R+ ∗ . La fonction est donc dérivable
comme quotient de fonctions dérivables sur ]0; a[. Est-elle déri-
vable (à droite) en x = 0 ? On a pour a > h > 0

a−h √ √ √
f (h) − f (0) √a+ h − 1

1 a−h− a− h
= = × √ √ .
h h h a+ h
Pour h → 0 nous avons une forme indéterminée, donc on va pro-
céder comme avant :
√ √ √ √ √
f (h) − f (0) 1 a−h− a− h a−h+ a
= × √ √ ×√ √
h h a+ h a−h+ a
√ √ √
1 (a − h) − a − h( a − h + a)
= × √ √ √ √
h ( a + h)( a − h + a)
√ √ √
1 −h 1 h( a − h + a)
= × √ √ √ √ − × √ √ √ √
h ( a + h)( a − h + a) h ( a + h)( a − h + a)
√ √
1 1 ( a − h + a)
=− √ √ √ √ −√ × √ √ √ √
( a + h)( a − h + a) h ( a + h)( a − h + a)
La limite du premier existe (et vaut −2/a), tandis que le numé-
rateur du deuxième terme a une limite finie, tandis que son dé-
nomérateur est non-borné, on trouve
f (h) − f (0)
lim = −∞,
h→0
a>h>0
h

19 donc la fonction n’est pas dérivable en x = 0.


On peut se poser la question, si la fonction prolongée par conti-
nuité est dérivable (à gauche) en x = a. On a pour −a < h < 0

f (a + h) − f (a) 1 −h − 0 1 1
= √ √ = −√ √ √ ,
h h a+ a+h −h a + a + h

4
ce qui donne également

f (a + h) − f (a)
lim = −∞,
h→0
−a<h<0
h

donc la fonction prolongée n’est pas dérivable en x = a. La for-


mule du quotient donne pour 0 < x < a :
√ √ 0√ √ √ √ 0
0 ( a − x) a − x − ( a − x) a − x
f (x) =
a−x
− 12 x−1/2 (a − x)1/2 + a1/2 − x1/2 21 (a − x)−1/2

=
a−x
−1/2 (a − x) + a1/2 − x1/2 (a − x)−1/2
1/2

−x
=
2(a − x)
−1/2 (a − x) + a1/2 − x1/2

−x −x−1/2 a + x1/2 + a1/2 − x1/2
= =
2(a − x)3/2 2(a − x)3/2
√ √ √
−x−1/2 a + a1/2 −a + a1/2 x1/2 a1/2 x1/2 − a a x− a
= = 1/2 = 1/2 = √ ×
2(a − x)3/2 2x (a − x)3/2 2x (a − x)3/2 2 x (a − x)3/2

4. Pout le TdV, comme 0 < x < a


√ √
f 0 (x) ≥ 0 ⇔ x≥ a ⇔ x≥a (monotonie de la racine)

20 Cela n’est jamais le cas, donc la fonction est décroissante sur


21 Df .

1,6

1,2

0,8

0,4

-0,8 -0,4 0 0,4 0,8 1,2 1,6 2 2,4 2,8 3,2 3,6 4

-0,4

-0,8


F IGURE 2 – f (x) = √ a−x
√ avec a = 3. fig:fct1
a+ x

5
22 c) f (x) = e−|x|
1. La fonction est définie sur R et on a

lim f (x) = lim f (x) = 0.


x→−∞ x→+∞

23 2. La valeur absolue est continue sur R et l’exponentielle égale-


24 ment. Notre fonction est donc continue comme composition de
25 fonctions continues.
3. L’exponentielle est dérivable sur R et la valeur absolue est déri-
vable sur R∗ . Cela implique la dérivabilité de notre fonction sur
R∗ comme composition de fonctions dérivables. Reste a voir en
0
x = 0. Comme (e−x ) = −e−x . On trouve que la dérivée à droite
vaut −1. Pour x < 0 on a |x| = −x et donc f (x) = ex et on
trouve que la dérivée à gauche est égale à +1 6= −1, donc f n’est
pas dérivable en x = 0. Sinon on a
(
0 −e−x x > 0
f (x) =
ex x<0

26 4. Il s’en suit que la fonction est croissante sur R+ et décroissante


27 sur R− .
1,6

1,2

0,8

0,4

-2,4 -2 -1,6 -1,2 -0,8 -0,4 0 0,4 0,8 1,2 1,6 2 2,4

-0,4

-0,8

-1,2

-1,6

F IGURE 3 – f (x) = e−|x| . fig:fct1

1
28 d) f (x) = (1 + x) x Tout d’abord, il faut comprendre l’expression. Par
29 définition on a
ln(1 + x)
f (x) = exp( ). (1) eq:
x

6
1. Pour que le logarithme soit définie, on a x > −1 et pour que la
fraction soit définie x 6= 0. On a donc
Df =] − 1; 0[ ∪ ]0; +∞[.
30 Pour les limites :
i. Limite en +∞ :
ln(1 + x)
lim =0 (croissance comparé)
x→∞ x
⇒ lim f (x) = e0 = 1
x→∞

ii. Limite (à gauche) en x = −1 :


ln(1 + x)
lim = − lim ln(y) = +∞.
x→−1+ x y→0+

iii. Limite en x = 0 : On a une FI, mais par changement de va-


riables
ln(1 + x) y y
lim = lim y = lim y
x→0 x y→0 e − 1 y→0 e − e0
| {z }
1+x=ey

et comme
ey − e0 ln(1 + x)
lim = e0 (0) = e(0) = 1 ⇒ lim = 1,
y→0 y x→0 x
on a par continuité de l’exponentielle
lim f (x) = e1 = e.
x→0

31 2. La fonction est continue comme composition de fonctions conti-


32 nues. On peut prolonger la fonction en x = 0 par continuité en
33 posant f (0) = e.
3. La fonction est dérivable comme composition de fonctions déri-
vables. On a
ln(1 + x) 0 ln(1 + x) 0
   
ln(1 + x)
exp = exp ×
x x x
0 0 x
1+x − ln(1 + x)

ln(1 + x) (ln(1 + x)) x − ln(1 + x)
= =
x x2 x2
x − (1 + x) ln(1 + x) 1 ln(1 + x)
= 2
= −
(1 + x)x (1 + x)x x2

7
Donc
 
0 1 ln(1 + x)
f (x) = f (x) −
(1 + x)x x2
34 En peut se poser la question, si la fonction prolongée est déri-
35 vable en x = 0. On va donc étudier les limites à gauche/à droite
36 de f 0 (0). Pour cela, il suffit de considérer la limite, avec la règle
37 d’hopital
1
x − ln(1 + x) 1 − 1+x 1 x
lim = lim = lim × = 2, (2) eq:
x→0 x2 x→0 2x x→0 2x 1+x
38 et la fonction prolongée est bien dérivable en x = 0.
4. Pour le TdV on a, comme une exponentielle est positive,
1 ln(1 + x) x
f 0 (x) ≥ 0 ⇔ − ≥0 ⇔ ≥ ln(1 + x)
(1 + x)x x2 (1 + x)
Avec y := x + 1, l’inégalité devient

y ln y ≤ y − 1 (y > 0) ⇔ g(y) ≤ 0 g(y) := y ln y − y + 1.

39 On a g 0 (y) = 1 + ln y − 1 = ln y, donc g admet un minimum


40 global en y = 1, qui est g(1) = 0, donc g(y) ≥ 0 pour tout y > 0,
41 l’inégalité recherchée est fausse et f est décroissante.
24

20

16

12

-5 0 5 10 15 20 25 30

1
F IGURE 4 – f (x) = (1 + x) x . fig:fct1

42 e) f (x) = x sin x1

8
43 1. Df = R \ {0}. Pour les limites on a
i. Limite en ±∞
1 sin y sin y − sin 0
lim f (x) = lim x sin = lim = lim
x→∞ x→∞ x y→0
y6=0
y y→0
y6=0
y
= sin0 (0) = cos(0) = 1

ii. Limite en x = 0

1
lim f (x) = lim x sin =0 (car | sin x| ≤ 1)
x→0 x→0 x

2. La fonction est composée de fonctions continues. Le calcul de la


limite montre qu’on peut la prolonger en x = 0 par continuité en
posant
(
x sin x1 x 6= 0
f (x) :=
0 x=0

3. La fonction est dérivable comme composition de fonctions déri-


vables pour x 6= 0. On a

1 1 −1 1 cos( x1 )
f 0 (x) = sin( ) + x cos( ) 2 = sin( ) −
x x x x x
44 Clairement, en x = 0 elle n’est pas dérivable.
4. Pour le TdV on a

1 cos( x1 )
f 0 (x) ≥ 0 ⇔ sin( ) ≥ ⇔ ···
x x

9
1

0,75

0,5

0,25

-1 -0,75 -0,5 -0,25 0 0,25 0,5 0,75 1 1,25

-0,25

F IGURE 5 – f (x) = x sin x1 . fig:fct1


q 
45 f) f (x) = x1 ln 1+x
1−x
46 D’abord on a  
1 1+x
f (x) = ln (3) eq:
2x 1−x
1. Il faut que x 6= 0, x 6= 1 et

1+x
>0 ⇒ 1+x>0 et 1 − x > 0 (l’autre cas étant absurde)
1−x
Donc

Df =] − 1; +1[\ {0} .

47 Pour les limites on a


i. Limite à droite en x = −1
 
1 1+x
lim f (x) = lim ln = «(−∞) × (−∞)» = ∞.
x→−1+ x→−1 2x
+ 1−x

ii. Limite à gauche en x = 1


 
1 1+x
lim f (x) = lim f (x) ln = «∞ × ∞» = ∞.
x→1+ x→1+ 2x 1−x

10
iii. Limite en x = 0
 
1+x
ln = ln(1 + x) − ln(1 − x) = ln(1 + x) − ln 1 + ln 1 − ln(1 − x)
1−x
1 ln(1 + x) − ln 1 1 ln(1) − ln(1 − x)
⇒ lim f (x) = lim + lim
x→0
x6=0
2 x→0
x6=0
x 2 x→0
x6=0
x
1 1
= + = 1.
2 2
2. La fonction est continue comme composition de fonctions conti-
nues sur Df et prolongeable par continuité en x = 0 par
(  
1 1+x
ln x 6= 0
f (x) = 2x 1−x
1 x = 0.

3. La fonction est dérivable comme composition de fonctions déri-


vables sur Df . On a

1 1−x 1+x 0
   
0 1 1+x
f (x) = − 2 ln +
2x 1−x 2x 1 + x 1 − x
 0
1+x 1 − x + (1 + x) 2
= 2
=
1−x (1 − x) (1 − x)2
 
1 1+x 1
f 0 (x) = − 2 ln +
2x 1−x x(1 + x)(1 − x)

48 On peut encore vérifié que les limites à gauche/à droite sont


49 identique et la fonction prolongée est dérivable.
4. Pour le Tdv
 
0 1 1 1+x
f (x) ≥ 0 ⇔ ≥ 2 ln ⇔ ···
x(1 + x)(1 − x) 2x 1−x

11
3,2

2,8

2,4

1,6

1,2

0,8

0,4

-2 -1,6 -1,2 -0,8 -0,4 0 0,4 0,8 1,2 1,6 2 2,4

 
1 1+x
F IGURE 6 – f (x) = 2x ln 1−x . fig:fct1

1
50 g) f (x) = 1
1−e x
51 1. Df = R \ {0}. Pour les limites
i. Limite en ∞
1 1
lim 1 = lim = −∞
x→∞ 1−e x y→0+ 1 − ey

ii. Limite en −∞
1 1
lim 1 = lim = +∞
x→−∞ 1−e x y→0− 1 − ey

iii. Limite à gauche en x = 0

1 1
lim 1 = lim =1
x→0− 1−e x y→−∞ 1 − ey

iv. Limite à droite en x = 0


1 1
lim 1 = lim =0
x→0+ 1−e x y→+∞ 1 − ey

52 2. La fonction est continue comme composition de fonctions conti-


53 nues sur Df , elle ne peut pas être prolongée par continuité en
54 x = 0.

12
3. La fonction est dérivable comme composition de fonctions déri-
vables sur Df . On a

−1 e1/x
u(x) :=1 − e1/x , u0 (x) = −e1/x =
x2 x2
u0 e1/x
f 0 (x) = − = −
u2 x2 (1 − e1/x )2

55 4. La fonction est décroissante sur Df


4

-4 -3,2 -2,4 -1,6 -0,8 0 0,8 1,6 2,4 3,2 4 4,8

-1

-2

1
F IGURE 7 – f (x) = 1 . fig:fct1
1−e x

56 h) f (x) = x/(sin(π/x))
1. Il faut que x 6= 0 et sin(π/x) 6= 0, donc π/x 6= kπ, k ∈ Z, donc
 
∗ 1 ∗
Df = R \ |k∈Z
k

57 2. La fonction est continue comme composition de fonctions conti-


58 nues.
3. La fonction est dérivable comme composition de fonctions déri-
vables. On a
π   π  −π
u(x) := x v(x) = sin , v 0 = cos
x x x2
sin x + cos πx πx
π

0
u v − uv 0
f 0 (x) = =
v2 sin2 πx


13
7,5

2,5

-7,5 -5 -2,5 0 2,5 5 7,5 10

-2,5

F IGURE 8 – f (x) = x/(sin π/x).

59 fig:fct14.

14