Vous êtes sur la page 1sur 223

BOURSE DES

PROJETS
Mars 2015
SOMMAIRE
Secteur: AGRICULTURE ______________________________________________________6
RECHERCHE DE PARTENARIAT PUBLIC / PRIVE _________________________________________________7
Projet d’accélération de la transformation de noix de cajou brut en COTE D’IVOIRE ____________________ 1
Projet de création d’une ferme agropastorale _____________________________________________________ 4
Mise en place de pôles de développement rizicole _________________________________________________ 8
Projet de transformation de fruits _______________________________________________________________ 11
RECHERCHE DE FINANCEMENT PUBLIC ______________________________________________________14
Création d’une bourse des matières premières agricoles en Côte d’Ivoire ____________________________ 15
Projet de construction et réhabilitation des infrastructures de collecte, stockage et de conservation des
produits vivriers _______________________________________________________________________________ 17
E-agriculture __________________________________________________________________________________ 20
Projet de production de volaille dans les fermes integrées _________________________________________ 22
Réhabilitation et construction de centres semenciers ______________________________________________ 25
Réhabilitation et entretien des pistes de desserte agricoles ________________________________________ 28
Projet de sécurisation du foncier rural ___________________________________________________________ 30
Réhabilitation et Mise en valeur des Bas-fonds de cent mille (100 000) ha pour la riziculture et le
maraîchage ___________________________________________________________________________________ 32
Création de 05 Centres intégrés de Formation Professionnelle Agricole _____________________________ 35

Secteur: PRODUCTIONS ANIMALES ET HALIEUTIQUES ____________________37


RECHERCHE DE PARTENARIAT PUBLIC / PRIVE ________________________________________________38
Projet de Réhabilitation de l’Usine de Productiond’Aliments pour Porcs de Bingerville ______________39
Projet de Construction du Complexe Abattoir-Marché à Bétail d’Abidjan-Anyama (CAMA) ___________42
Projet de Construction des unités de biogaz au sein des abattoirs _______________________________45
Projet de développement des cultures fourragères __________________________________________48
Projet de Réhabilitation Station bovine de Panya (SBP) _______________________________________57
Projet de Réhabilitation de la Ferme Laitière de Toumodi (FLT) _________________________________60
Projet de création de la Station Laitière du Zanzan (SLZ) _______________________________________63
Projet de construction des Abattoirs des grandes villes de l’intérieur (Yamoussoukro, Daloa, Bouaké,
Ferkessédougou, Korhogo). _____________________________________________________________66
Projet d’Appui à l’Amélioration des infrastructures d’accès au Marché pour les produits alimentaires __69
Projet de réhabilitation de la station piscicole de Loka (Bouaké) ________________________________72
Projet de réhabilitation de la station piscicole d’Assoumoukro – Abengourou _____________________75
RECHERCHE DE FINANCEMENT PUBLIC ______________________________________________________81
Projet de mise aux normes des services vétérinaires de la COTE D’IVOIRE _________________________72
Projet d’amélioration génétique du cheptel bovin et ovin _____________________________________74
Projet d’appui au développement de l’élevage en COTE D’IVOIRE _______________________________76
Projet d’Appui à la Gestion de l’Espace Rural et Pastoral (PAGERPA)_____________________________78
Projet d’Appui à la Santé Animale et à l’Hygiène Publique Vétérinaire (PASA-HPV) __________________80
Projet d’appui au développement de l’aquaculture en COTE D’IVOIRE ___________________________82
Projet de relance de la pêche sur les lacs hydro-agricoles de la région des Savanes _________________84
Projet de relance de la filiere porcine ivoirienne _____________________________________________86
Projet dAppui aux Communautés de Pêcheurs Artisans (Pacpa) _________________________________88
Projet d’appui à la Santé Animale et à l’Hygiène Publique Vétérinaire (PASA-HPV) __________________90
Projet d’Appui aux Renforcements des Activités Statistiques et de Suivi-Evaluation (PARASSE) ________92
Projet de développement de la rizipisciculture dans le Centre-Ouest et le Sud-Ouest de la COTE D’IVOIRE
___________________________________________________________________________________94
Projet d’appui a la mise en place d’un systeme d’information marche dans la filiere betail-viande de COTE
D’IVOIRE (SIM BETAIL) _________________________________________________________________96
Appui au Développement de La Pêche Continentale Ivoirienne (PADPCI) _________________________98
Projet d’Appui à la Réhabilitation de l’Abattoir SIVAC « PRA-SIVAC » ____________________________100
Projet d’Insertion des Jeunes et des Femmes en Aviculture en COTE D’IVOIRE (PIJFACI) _____________102
Projet de réhabilitation des ranches et stations d’élevage ____________________________________104

Secteur: EAUX ET FORETS _________________________________________________106


RECHERCHE DE PARTENARIAT PUBLIC / PRIVE _______________________________________________107
Amodiation ou concession de terres pour le tourisme cynégétique _____________________________104
Gestion du jardin botanique de Bingerville avec un partenaire privé ____________________________108
Création d’un parc zoologique dans le District de Yamoussoukro _______________________________112
Création de 50 000 ha de plantation forestiere en association avec la culture du mais dans les zones
degradees des forets classees du Centre et du Nord de la COTE D’IVOIRE ________________________115
Création de 25 000 ha de plantations forestieres pour la production de bois d’œuvre et de bois-énergie en
partenariat avec le secteur privé ________________________________________________________119
RECHERCHE DE FINANCEMENTS PUBLICS ___________________________________________________122
Amélioration de la gestion des périmètres d’exploitation forestièreN°12 620, 32 470 et 63 010, situés
dans trois zones phytogéographiques de la Côte d’Ivoire _____________________________________122
Reboisement des Versants Montagneux de l’Ouest de la Côte d’Ivoire __________________________122
Projet d’appui aux collectivités territoriales de la cote d’ivoire pour l’appropriation de la gestion des
forêts locales _______________________________________________________________________125
Réhabilitation des terres forestières dégradées de la forêt classée d’AHUA par les femmes de l’association
“MALEBI” en compensation des ressources forestières prélevées pour les besoins en énergie-bois
(charbon de bois et bois de feu) _________________________________________________________127
Projet de création de mille (1000) hectares de plantations forestières communautaires dans les zones au
dessus du 8ème parallèle en Cote d’Ivoire et au sud du Burkina-Faso ___________________________130
Elaboration d’une stratégie nationale de gestion durable des produits forestiers non ligneux (PFNL) __132
Promotion des systèmes agroforestiers dans le domaine rural ________________________________134
Appui aux communautés rurales à travers le reboisement par agroforesterie de 900 ha dans le district de
Yamoussoukro, les régions du TCHOLOGO et du BELIER ______________________________________136
Développement de l’agroforesterie dans les forets classées___________________________________138

Secteur: ENVIRONNEMENT________________________________________________142
Appui au développement d’initiatives locales pour une gestion participative des parcs nationaux et
réserves naturelles de la Côte d’Ivoire ____________________________________________________142
Projet de classement de la Forêt des Marais Tanoé (FMTE) en réserve naturelle volontaire __________145
Aménagement des parcs nationaux d’Azagny, de Péko, de Sangbé, des Iles Ehotilé et les réserves
naturelles d’Abokouamékro, de Lamto, Haut Bandama et de Nimba ____________________________147
Evaluation de la vulnérabilité du PNIA au changement climatique et mesures d’adaptation__________149
Mise en œuvre du programme d’information, de sensibilisation et d’éducation environnementale des
populations riveraines des parcs nationaux et réserves naturelles ______________________________151
Promotion d’une agriculture durable _____________________________________________________153
Etude de l’inventaire de la richesse faunique et floristique des milieux aquatiques pour une pêche durable
__________________________________________________________________________________155
Elaboration d’une carte agro pédologique pour la Côte d’Ivoire en vue de favoriser un développement
agricole durable _____________________________________________________________________157
Campagne nationale d’information, d’éducation et de communication sur les changements climatiques et
la REDD+ ___________________________________________________________________________159
Projet de Création de quatre (04) parcs urbains dans la ville d’Abidjan __________________________161
Installation d’équipements de valorisation des déchets de cabosses de cacao à des fins énergétiques pour
le monde rural. Installation d’équipements de valorisation des déchets de cabosses de cacao à des fins
énergétiques pour le monde rural _______________________________________________________163
LES FILIÈRES ET LES COOPÉRATIVES _______________________________________________________165
Cashew Technology Center ____________________________________________________________165
Projet d’installation et de gestion d’une unité de transformation de manioc______________________168
Projet d’Appui à la production intensive du manioc en système amélioré en Côte d’Ivoire ___________169
Projet d’Appui à la recherche, à l'Innovation technologique et à la valorisation du manioc par
l'Industrialisation ____________________________________________________________________173
Projet d’appui à la commercialisation de tubercules et des sous produits du manioc en Côte d’Ivoire et
dans le reste du monde _______________________________________________________________177
projet d’appui a la recherche, a l’innovation technologique et a la formation des transformateurs ____183
Transformation des céréales locales et autres vivriers /fabrication de farine enrichie MISOLA ________186
PADEC/ETA : Projet régional____________________________________________________________192
Productivité- Compétitivité et développement des entreprises de transformation de produits alimentaires
locaux – Mise en place d’un processus d’industrialisation des produits alimentaires d’Afrique _______192
FICHES-PROJETS SECTORIELS

Secteur:

AGRICULTURE
Proposées par:

Le MINISTERE de
l’AGRICULTURE

Mars 2015
RECHERCHE DE
PARTENARIAT PUBLIC /
PRIVE
(4 projets)
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
L’AGRICULTURE.

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE


Nom du Projet : PROJET D’ACCÉLÉRATION DE LA TRANSFORMATION DE NOIX DE
CAJOU BRUT EN COTE D’IVOIRE
Type de Projet
Production végétale Production animale Foresterie Aménagements

 Production vivrière  Elevage  Développement  Aménagement


 Production maraichère  Pêche durable hydro-agricole
 Production horticole  Aquaculture  Foresterie  Périmètre
 Agro-alimentaire  Alimentation animale communautaire équipé de
 Transport produit agricole  Santé animale  transformation du matériel
 Agribusiness  Hygiène publique bois d’irrigation
 Autres à préciser…… vétérinaire  Autres à préciser  Foncier rural
 Transformation  Abattoir
produits animaux  Débarcadère
 Autres à préciser……  Magasin
 Centre de
groupage
 Autres à préciser

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Contacts :

Nature du projet : Nouveau En exécution

Etat de préparation : identification évaluation Mobilisation de financement


Autre (préciser)
Localisation géographique :BAFING , BERE, HAMBOL, WORODOUGOU, BOUKANI, GONTOUGO,
BAGOUE, KABADOUGOU, MARAHOUE, PORO,FOLON ,TCHOLOGO, IFFOU, HAUT
SASSANDRA
Durée: 05 ans Début: 2015 Fin : 2019

Grandes lignes du projet


- Côte d’Ivoire : deuxième producteur et premier exportateur
mondiale de noix brute de cajou
- Cependant plus de 90% de la production est exportée sous forme
de noix brutes
- faible capacité de transformation du entre autres aux difficultés
d’accès au financement pour l’approvisionnement des unités
Contexte et justification : installées, à la faible maitrise des techniques et technologies de la
transformation, au manque de financement des activités
industrielles, à l’insuffisance de ressources humaines qualifiées
- Objectif du pays à l’horizon 2020 : transformation de 100 % des
noix brutes produites
- Adoption depuis 2013 d’une réforme du cadre opérationnel et
institutionnel de la filière et une stratégie de transformation de
l’anacarde.

1
Contribuer à réduire la pauvreté en milieu rural à travers l’accroissement
Objectif global : de la capacité nationale de transformation des noix de cajou brutes en Côte
d’Ivoire
- soutenir les initiatives en cours dans le cadre de la stratégie nationale
d’industrialisation de la filière cajou ;
Objectifs spécifiques: - transformer localement au moins 145 000 tonnes supplémentaires de
noix brutes de cajou ;
- créer les emplois notamment pour de nombreux jeunes et femmes.
Les sociétés coopératives, les transformateurs, exportateurs, acheteurs,
Bénéficiaires : producteurs, transformateurs, collectivités locales, les populations (jeunes
et femmes), sociétés commerciales

Composante 1 : Amélioration de l’environnement des investissements


dans le domaine de la transformation de l’anacarde
Composantes : Composante 2 : Développement de la transformation de la noix de cajou
brute
Composante 3 : Coordination et Gestion du projet

- la capacité nationale de transformation des noix de cajou brut est accrue


de 145 000 tonnes ;
- 12 unités principales de capacité comprise entre 5 000 t à 15 000 t
Résultats attendus :
implantées dans 12 régions du projet ;
- 33 unités satellites installés par les zones productrices d'anacarde ;
- environ 150 000 emplois en particulier les jeunes et les femmes

Composante 1 : Amélioration de l’environnement des investissements


dans le domaine de la transformation de l’anacarde
Activité 1.1 : Mettre en place un plan de développement sectoriel spécifique
comportant des mesures incitatives d’ordre fiscal et financier
Activité 1.2 : Sécuriser les terres d’installation des unités
Activité 2.3 : Viabiliser les sites d’installation des unités
Activité 1.4 : Réhabiliter et/ou ouvrir les pistes d’accès aux unités
Activité 1.5 : Sensibilisation des acteurs et promotion du projet

Composante 2 : Développement de la transformation de la noix de cajou


brute
Activités à conduire : Activité 2.1 : Implanter les unités de transformation
Activité 2.2 : Sélectionner des opérateurs privés pour l’implantation et la
gestion des unités
Activité 2.3 : Accompagnement technique aux unités de transformation
Activité 2.4 : Promotion locale des sous-produits de la transformation
Activité 2.5 : Etablir un cadre de contractualisation entre les principaux
acteurs
Activité 2.6 : Recherche de débouchés commerciaux sur le marché
international

Composante 3 : Coordination et Gestion du projet


Activité 3.1 : Mettre en place une Unité de Gestion du Projet
Activité 3.2 : Mise en place d’un comité de veille et de suivi
Amélioration du niveau de vie des populations
Impact du projet : Création d’emploi
Réduction de la pauvreté

Organisation et gestion du projet : Unité de gestion du projet

2
Suivi et évaluation interne : Spécialiste en suivi et évaluation de l’unité de la
Suivi et évaluation : structure d’exécution du projet
Suivi et évaluation externe : Direction de l’Evaluation des Projets du MINAGRI

Mécanisme
d’appropriation/Pérennisation :
Contraintes (fonctionnelles,
Contraintes financières
calendaires ou financières) :
Financement
Coût total du projet (FCFA) : 101 750 000 FCFA

Sources Acquis A rechercher

Etat (PTF) 39 950 000 000


Financement
(FCFA) Opérateurs
61 850 000 000
privés

Total 101 750 000 000

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat  BOT*
 Partenaire  BOO**
 Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) :Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

3
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
…L’AGRICULTURE.

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

Nom du Projet : PROJET DE CREATION D’UNE FERME AGROPASTORALE


Type de Projet
Production végétale Production animale Foresterie Aménagements

 Production vivrière  Elevage  Développement  Aménagement


 Production maraichère  Pêche durable hydro-agricole
 Production horticole  Aquaculture  Foresterie  Périmètre
 Agro-alimentaire  Alimentation animale communautaire équipé de
 Transport produit agricole  Santé animale  transformation du matériel
 Agribusiness  Hygiène publique bois d’irrigation
 Autres à préciser…… vétérinaire  Autres à préciser  Foncier rural
 Transformation  Abattoir
produits animaux  Débarcadère
 Autres à préciser……  Magasin
 Centre de
groupage
 Autres à préciser

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : MINAGRI Contacts :

Nature du projet : Nouveau En exécution

Etat de préparation : identification évaluation Mobilisation de financement


Autre (préciser)
Localisation géographique : Région du Tchologo - Kong
Durée: 06 ans Début: 2016 Fin : 2021
Grandes lignes du projet
L’agriculture est un pilier important de l’économie en Côte d’ivoire et constitue
une source de revenu pour une majeure partie de la population rurale.
Cependant, la coexistence agriculteur-éleveur est souvent source de conflits
dus au dégât des cultures qui est la résultante imminente d’un système
d’élevage par transhumance, de la raréfaction de terres fertiles et des points
d’eau, et d’une agriculture extensive.
Ce secteur a fait l’objet de plusieurs interventions de la part des pouvoirs
publics à travers des projets et programmes de développement.
Contexte et justification : Cependant les efforts entrepris n’ont pas été en mesure d’induire un
développement durable. Le développement des filières passe, outre
l’amélioration de la productivité du cheptel, par la valorisation des produits, et
autre sous produits. Il est à signaler que l’agriculture de façon générale fait
l’objet d’une attention particulière, par la mise en place d’un Programme
National d’Investissement Agricole (PNIA 2012-2015), aboutissant à des
propositions de projets visant l’amélioration de la productivité, de la
compétitivité à la valorisation des productions dans l’élan d’une agriculture
moderne, diversifiée et durable.

4
Dans ce cadre et afin de promouvoir agriculture intégrée en vue d’en faire un
levier de développement durable dans la zone nord, la région du Tchologo,
principalement, à Kong, le ministère de l’agriculture envisagent la réalisation
d’un projet de construction d’une ferme agropastorale.

Objectif global : Accroître la sécurité alimentaire et lutter contre la pauvreté en milieu rural

- Créer un modèle de ferme agro-pastoral intégré alliant durablement


production végétale et production animale ;
- Accroître la production de bovins et de lait ;
Objectifs spécifiques: - Accroître la production de cultures maraîchères ;
- Réduire la transhumance du bétail et les conflits agriculteurs-
éleveurs ;
- Favoriser le développement de nouvelles technologies (sources
d’énergie nouvelles, fumures organiques…) ;

Bénéficiaires : Firmes privées, populations locales, Etat

 Composante 1 : Développement de nouvelles technologies


 Composante 2 : Production animale intensive
 Composante 3 : Production végétale intensive
Composantes :  Composante 4 : Valorisation des produits agricoles
 Composante 5 : Mise en place d’un centre de renforcement des capacités
 Composante 6 : Commercialisation
 Composante 7 : Gestion du projet

bœufs vendus par an


***litres de lait conditionnés et vendus, ***poulets vendus
Résultats attendus : ***tonnes de tomates vendues, ****tonnes d’aubergines vendus, ****tonnes de
piments vendues, ***tonnes de compost produits
*** technologies testées et approuvées
 Composante 1 : Développement de nouvelles technologies
Activité 1 : Construction et équipement d’un centre moderne d’expérimentation
agricole
Activité 2 : Expérimentation et développement de nouvelles technologies dans la
production, la transformation et le conditionnement des produits agricoles
Activité 3 : Développer la production de fumure organique (compost) à base de
déjections issues de la production animale et des résidus de culture pour la
production maraîchère
Activité 4 : Assurer la fabrication de compléments d’aliments pour la production
bovine

 Composante 2 : Production animale intensive


Activité 1 : Mise en place d’un pâturage
Activités à conduire : Activité 2 : Construction d’infrastructures (enclos) modernes adaptés (enclos pour
engraissement, pour maternité…) pour bovins, volaille, lapins…
Activité 3 : Sélection et acquisition d’une race de bovins adaptée aux conditions
locales et performante
Activité 4 : Définition d’une fiche technique adaptée et conduite aux différents
élevages (Alimentation, prophylaxie, croisement …)
Activité 4 : Conduite de la production intensive de volaille (fabrication d’aliments,
…)

 Composante 3 : Production végétale intensive


Activité 1 : Préparation des terres
Activité 2 : Acquisition et installation du matériel d’irrigation (goutte à goutte)
Activité 3 : Production intensive de mais
Activité 4 : Production intensive de soja

5
Activité 5 : Production intensive de maraîchers

 Composante 4 : Valorisation des produits agricoles


Activité 1 : Construction d’infrastructures de stockage
Activité 2 : Construction et équipement d’infrastructures de valorisation
Activité 3 : Assurer la transformation et le conditionnement des produits animaux
(lait, saucissons…)

 Composante 5 : Mise en place d’un centre de renforcement des


capacités
Activité 1 : Construction de centre de formation (bâtiments de formation et
logements)
Activité 2 : Définition des modules de formation (pour agriculteurs individuels,
organisations professionnelles…)
Activité 3 : Définition des modalités de formation

 Composante 6 : Commercialisation
Activité 1 : Acquérir des véhicules de transports adaptés et des équipements de
commercialisation
Activité 2 : Construction de points de vente
Activité 3 : Assurer la commercialisation (marketing, …) des produits de la ferme

 Composante 7: Gestion du projet


Amélioration de la sécurité alimentaire
Création d’emplois
Impact du projet : Réduction de la pauvreté
Réduction des conflits agriculteurs éléveurs
Formation/renforcement de capacités des producteurs

Organisation et gestion du projet : Equipe de gestion

Suivi –évaluation interne du projet


Suivi et évaluation : Suivi - évaluation externe opéré par la Direction de l’Evaluation et des Projets
du Ministère de l’Agriculture

Mécanisme Procédure participative et incitations/mesures conséquentes pour les


d’appropriation/Pérennisation : négociations et l’obtention des terres

Contraintes (fonctionnelles,
Contraintes financières
calendaires ou financières) :
Financement
Coût total du projet (FCFA) : 13 500 millions

Sources Acquis A rechercher

Financement Etat 1 350 millions


(FCFA)
Bailleurs 12 150 millions
Total 13 500 millions
CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT
Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat  BOT*
 Partenaire  BOO**
 Etat/partenaire  DSP***

6
 Autres (à préciser)
Financement  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) :Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

7
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
L’AGRICULTURE.

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

Nom du Projet : MISE EN PLACE DE PÔLES DE DÉVELOPPEMENT RIZICOLE


Type de Projet
Production végétale Production animale Foresterie Aménagements

 Production vivrière  Elevage  Développement  Aménagement


 Production maraichère  Pêche durable hydro-agricole
 Production horticole  Aquaculture  Foresterie  Périmètre
 Agro-alimentaire  Alimentation animale communautaire équipé de
 Transport produit agricole  Santé animale  transformation du matériel
 Agribusiness  Hygiène publique bois d’irrigation
 Autres à préciser…… vétérinaire  Autres à préciser  Foncier rural
 Transformation  Abattoir
produits animaux  Débarcadère
 Autres à préciser……  Magasin
 Centre de
groupage
 Autres à préciser

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère de Contacts :


l’Agriculture
Nature du projet : Nouveau En exécution

Etat de préparation : identification évaluation Mobilisation de financement


Autre (préciser)
Localisation géographique : Territoire national
Durée: Début: Fin :
Grandes lignes du projet
- Importance du riz dans les habitudes alimentaires ;
Contexte et justification : - Importations de riz trop élevée

Objectif global : Contribuer à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire en 2016

Objectifs spécifiques: - Couvrir les besoins en riz de la population nationale ;


- Exporter un riz labellisé

Bénéficiaires : La population ivoirienne

 Axe 1 : Appui à la production ;


Composante 1 : Maitrise de l’eau
Composantes : Composante 2 : Accès aux facteurs de production
Composante 3 : Amélioration des itinéraires techniques et de la
recherche agricole

8
 Axe 2 : Appui à la valorisation;
Composante 1 : Mise en place d’unité de transformation ;
Composante 1 : Appui à la commercialisation

 Axe 3 : Appui transversal


Structuration des Organisations Professionnelles
- Les besoins en riz sont couverts en 2016 ;
Résultats attendus :
- Un riz labellisé est exporté par la Côte d’Ivoire

- Conception;
- Financement;
Activités à conduire : - Mise en œuvre;
- Exploitation;
- Rémunération partenaires

- Autosuffisance en riz de la Côte d’Ivoire;


Impact du projet :
- Niveau de vie des acteurs améliorés

Ce projet est géré conjointement par l’Etat de Côte d’Ivoire, à travers


Organisation et gestion du projet :
ses Directions, par l’ONDR et par les partenaires.

Des missions d’évaluation sont organises régulièrement par les


Suivi et évaluation :
parties prenantes.

Mécanisme Le système de subvention des intrants et de commercialisation de


la production permet de motiver les producteurs à s’approprier le
d’appropriation/Pérennisation :
projet.

Contraintes (fonctionnelles, L’Etat devra s’engager à réduire progressivement ses importations


de riz afin de permettre aux opérateurs privés d’investir dans la
calendaires ou financières) :
production et la transformation du riz

Financement

Coût total du projet (FCFA) : 1 875 000 000 000 FCFA

Sources Acquis A rechercher

Financement Etat
(FCFA)
Bailleurs

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat  BOT*
 Partenaire  BOO**
 Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  Autres (à préciser)

9
Mise en œuvre  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

10
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
…L’AGRICULTURE.

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

Nom du Projet : PROJET DE TRANSFORMATION DE FRUITS


Type de Projet
Production végétale Production animale Foresterie Aménagements

 Production vivrière  Elevage  Développement  Aménagement


 Production maraichère  Pêche durable hydro-agricole
 Production horticole  Aquaculture  Foresterie  Périmètre
 Agro-alimentaire  Alimentation animale communautaire équipé de
 Transport produit agricole  Santé animale  transformation du matériel
 Agribusiness  Hygiène publique bois d’irrigation
 Autres à préciser…… vétérinaire  Autres à préciser  Foncier rural
 Transformation  Abattoir
produits animaux  Débarcadère
 Autres à préciser……  Magasin
 Centre de
groupage
 Autres à préciser

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère de Contacts :


l’Agriculture
Nature du projet : Nouveau En exécution

Etat de préparation : identification évaluation Mobilisation de financement


Autre (préciser)
Localisation géographique : Odienné, Korhogo, Bouaké, Bonoua
Durée: Début: Fin :
Grandes lignes du projet
- Place importante occupée par la mangue dans le développement
économique du Nord du pays et de l’ananas dans le sud
- Place importante parmi les fruits exportés ;
Contexte et justification :
- Existence d’un potentiel verger de manguiers et des exploitations
d’ananas ;
- Pertes post-récoltes élevées
Contribuer à l’amélioration du niveau de vie des producteurs à travers
Objectif global : l’amélioration des conditions de conservation et de transformation de la
mangue et de l’ananas.
- définir la cartographie actuelle de la production des fruits concernés en
Côte d'Ivoire ;
Objectifs spécifiques: - établir un état des lieux de la transformation des fruits concernés en Côte
d’Ivoire et dans la sous-région (conditions, obstacles, etc.);
- présenter les débouchés commerciaux des produits dérivés de la
transformation des fruits concernés;

11
- définir et évaluer les conditions de mise en place d'unités de transformation des
fruits concernés en concentré (localisation géographique, capacités, mode de
gestion, mode ; d'approvisionnement, coût du projet, etc.);
- implanter des usines de transformation des fruits concernés.

Bénéficiaires : Acteurs de la chaîne de valeur


Axe 1: Etude de faisabilité
Composantes : Axe 2: Mise en place de l’usine pilote
Axe 3: Mise en place des usines de transformation des fruits
- Une cartographie de la production et un état des lieux de la transformation
de la mangue et de l’ananas sont réalisés ;
Résultats attendus : - Une usine pilote est installée ;
- Plusieurs usines sont implantées dans les principales régions de
production.
- Création d’emplois ;
- Amélioration des revenus des acteurs ;
Impact du projet :
- Développement économique des localités sélectionnées ;
- Amélioration du PIB.

Organisation et gestion du projet : Le projet sera géré par le Partenaire

Le suivi et l’évaluation du projet se feront de façon conjointe par les parties


Suivi et évaluation :
prenantes.

Mécanisme
d’appropriation/Pérennisation :
Contraintes (fonctionnelles,
- Disponibilité des ressources des parties prenantes
calendaires ou financières) :
Financement
Coût total du projet (FCFA) : 65 500 000 000 FCFA

Sources Acquis A rechercher

Financement Etat 3 275 000 000


(FCFA)
Partenaires 62 225 000 000
TOTAL 65 500 000 000

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat  BOT*
 Partenaire  BOO**
 Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP

12
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais :Build, Opérate and Transfer (BOT) :Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) :le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service

13
RECHERCHE DE
FINANCEMENT PUBLIC
(9 projets)
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
…L’AGRUCULTURE.

FICHE PROJET N° 1 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
CRÉATION D’UNE BOURSE DES MATIÈRES PREMIÈRES
AGRICOLES EN CÔTE D’IVOIRE

2. Secteur/Domaine : Agriculture
3. Programme (s) PNIA Programme 2 : Développement des filières
Programme 3 : Amélioration de la gouvernance du secteur agricole
4. Sous-Programme PNIA : Sous-programme 1 : Renforcement de l'environnement commercial des
filières végétales, animales et halieutiques
Sous-programme 5 : Mise en œuvre d’un mécanisme de financement dans
le secteur agricole
5. Instances de mise en œuvre Ministère de l’Agriculture
(Maitre d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : -Ethiopa Commodity Exchange Institute (ECXI) (Maitrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du Début : année 2015
projet :
Durée : 5 ans
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
- réduire les coûts de transaction et la vulnérabilité des producteurs face à la
volatilité des prix ;
- améliorer l’efficacité des chaînes de valeur des productions agricoles ;
- améliorer la position de négociation des petits producteurs ;
- améliorer l’information sur le marché et accroître la transparence du marché ;
- accroître l’accès aux sources de financement des activités des producteurs à
des coûts raisonnables ;
- créer des conditions propices afin que les transactions sur la bourse couvrent
le marché national et à terme, le marché régional.
9. Liens et interactions avec
d’autres projets :
10. Composantes (et/ou  Composante 1 : Etude de faisabilité pour la mise en place de la bourse
activités) du projet : Activité 1 : Elaboration des TDR et recrutement du cabinet
Activité 2 : Réalisation de l’étude et validation des résultats
 Composante 2 : Développement des activités de commercialisation
Activité 1 : Construction de centres de groupages et de marchés de gros
Activité 2 : Renforcement/développement des systèmes d’information
des marchés
Activité 3 : Partenariat avec des compagnies de téléphonies mobiles

 Composante 3 : Mise en place de mécanismes de financement des


exploitations agricoles
Activité 1 : Identification d’un plan de financement adapté au milieu rural
Activité 2 : Exécution du plan de financement
 Composante 3 : Création de la Bourse des matières premières
Activité 1 : Formalisation de l’existence de la Bourse
Activité 2 : Mise en œuvre des activités de la Bourse (à détailler en fonction
des résultats de l’étude de faisabilité)
Activité 3 : Renforcement des capacités des parties prenantes

15
Activité 4 : Elaboration et exécution un plan de communication
 Composante 4 : Gestion
Activité 1 : Construction des locaux
Activité 2 : Gestion et coordination
Activité 3 : Suivi-évaluation du projet

11. Chronogramme Mois 1- 4 : enquêtes et rédaction


indicatif
d’exécution : Mois 5 : présentation et validation des résultats de l’étude
Année 1 -5 : Procédures de mise en place de la bourse des matières premières
12. Budget estimatif (par Coût total : estimé à 6 000 000 000 FCFA HTVA (six milliards de francs
composante et/ou activités). CFA) pour toutes les composantes
[Préciser degré de précision
des estimations annualisées
2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : MINAGRI_Extrant 1.5 ; Extrant 2.2

15. Référence PIP : MINAGRI_PROJET


16. Mode de financement du Etat
Privé
Projet :
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]


financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

16
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’AGRICULTURE

FICHE PROJET N° 2 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
PROJET DE CONSTRUCTION ET RÉHABILITATION DES
INFRASTRUCTURES DE COLLECTE, STOCKAGE ET DE
CONSERVATION DES PRODUITS VIVRIERS

2. Secteur/Domaine : Agriculture/infrastructures agricoles


3. Programme (s) PNIA : Programme 2 : Développement des filières
4. Sous-Programme PNIA :Sous-programme 1 : Renforcement de l'environnement commercial des filières
végétales, animales et halieutiques
Sous-programme 4 : Développement de la transformation et de la conservation de
productions agricoles, animales et halieutiques
5. Instances de mise en Ministère de l’Agriculture
œuvre (Maitre
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du - Direction Générale du Développement Rural et de la Maîtrise de l’Eau dans le
projet : domaine agricole (Maître d’ouvrage délégué)
- Direction de la valorisation des productions (Maîtrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du Début : année 2016
projet :
Durée : 3 années (fin projet 2018)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à l’amélioration significative de la sécurité alimentaire et nutritionnelle
 Objectifs spécifiques
- Réhabiliter/construire des infrastructures de stockage et de conservation des
produits agricoles ;
- Promouvoir la construction de magasin de stockage adapté ;
- Promouvoir la transformation dans les filières.
9. Liens et interactions avec Projet en cours de formulation avec la BID pour un montant de 7,5 milliards F CFA
d’autres projets :
10. Composantes (et/ou  Composante 1 : Etudes préliminaires
activités) du projet : Activité 1 : missions de terrain et formulation exacte de l’idée du projet
Activité 2 : Etude de faisabilité du projet et DAO
 Composante 2 : Infrastructures et Renforcement des capacités
Activité 1 : Exécution des travaux de réhabilitation/ construction d’infrastructures
Activité 2 : Renforcement des capacités des producteurs
Activité 3 : Renforcement des capacités des chercheurs pour la mise en place de
technologies de conservation adaptées et moins couteuses au profit des producteurs
 Composante 3 : Transport des produits vivriers
Activité 1 : Appui à l’acquisition de véhicules adaptés au transport des produits ;
Activité 2 : Appui à l’achat d’emballages adéquats pour la manutention des produits
 Composante 4 : Gestion du projet
Activité 1 : programmation des activités
Activité 2 : suivi-évaluation des activités

17
11. Chronogramme Composantes / Activités 2014 2015 2016
indicatif d’exécution : Composante 1 : Etudes préliminaires
Activité 1 : missions de terrain et formulation exacte de
l’idée du projet
Activité 2 : Etude de faisabilité du projet et DAO
Composante 2 : Infrastructures et Renforcement des
capacités
Activité 1 : Exécution des travaux de réhabilitation/
construction d’infrastructures
Activité 2 : Renforcement des capacités des producteurs
Activité 3 : Renforcement des capacités des chercheurs pour
la mise en place de technologies de conservation adaptées et
moins couteuses au profit des producteurs
Composante 3 : Transport des produits vivriers
Activité 1 : Appui à l’acquisition de véhicules adaptés au
transport des produits
Activité 2 : Appui à l’achat d’emballages adéquats pour la
manutention des produits
Composante 4 : Gestion du projet
Activité 1 : programmation des activités
Activité 2 : suivi-évaluation des activités
12. Budget estimatif (par
composante et/ou Coût total : estimé à 17,760 milliards FCFA HTVA (Dix Sept milliards 760 millions de
activités). [Préciser francs CFA) pour les 4 composantes.
degré de précision des
estimations
annualisées 2015- Composantes/Activités 2014 2015 2015
2020]
Composante 1 : 190
Ratio
Evaluation A1 40
Préliminaire A2 150
Avant-projet Composante 2 : 5 950 4 450
détaillé A1 5 500 4 000
Marché signé
A2 250 250
A3 200 200
Composante 3 : 1 100 1 100
A1 1 000 1 000
A2 100 100
Composante 4 : 500 500 500
A1 300 300 300
A2 220 200 200
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Secteur Agriculture et Ressources Animales Halieutiques
Extrant 3.1
Action 3.1.1
15. Référence PIP :
16. Mode de financement Etat
Privé
du Projet :
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

18
17. Etat de mobilisation Financement acquis [Préciser]
des financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

19
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
…L’AGRICULTURE.

FICHE PROJET N° 3 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
E-AGRICULTURE

2. Secteur/Domaine : Agriculture – Système d’information


3. Programme (s) PNIA : Programme 2:développement des filières
4. Sous-Programme PNIA : Sous-programme 1 : Renforcement de l'environnement commercial des
filières végétales, animales et halieutiques
5. Instances de mise en œuvre MINISTERE DE L’AGRICULTURE
(Maitre d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : - Direction Générale de la planification, du Contrôle des projets et des
Statistiques (Maître d’ouvrage délégué)
- Unité de Coordination du projet (UCP) (Maître d’œuvre)
(Maitre d’ouvrage délégué)
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 02 années (fin projet 2017)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global

élaboration d’un document de stratégie nationale d’utilisation des TIC dans


le secteur agricole et la mise en œuvre d’une infrastructure d’information et
de communication capable de contribuer à la modernisation des échanges de
données entre les acteurs du secteur.
 Objectifs spécifiques:
- Mettre en place un système d’information agricole prenant en compte
tous les acteurs du secteur à travers :
 La mise en place des outils pouvant améliorer la distribution des
produits vivriers ;
 La mise en place d’une plateforme d’informations scientifiques pour
les acteurs de la recherche ;
 La mise en place d’un système de surveillance des sols ;
 La mise en place d’un système d’information géographique ;
 La mise en place du portail internet du monde agricole.
- Mettre à la disposition des populations cibles l’information attendue,
idéalement en temps réel;
- Mettre en place un cadre juridique et institutionnel ;
- Mettre en place des mécanismes pour le renforcement des capacités des
utilisateurs et acteurs des systèmes d’information relative au secteur
agricole.
9. Liens et interactions avec - Capitatilisation des expériences issues des autres projets (PAIA-ID,
d’autres projets : PROPACAOM, WAAP…)
- Plate forme d’échanges entres acteurs de projets agricoles en vue de
l’amélioration de l’efficacité des actions de développement
10. Composantes (et/ou activités) Composante 1 : Infrastructures & Equipement
du projet : Composante 2 : Système d’Information des Marches Agricoles (Sima)
Composante 3 : Renforcement du Système d’Information Agricole (SIA) :
Composante 4 : Applications & Services

20
Composante 5 : Renforcement du cadre juridique
Composante 6 : Renforcement des capacités
Composante 7 : Stratégie de Communication du Secteur Agricole
11. Chronogramme indicatif Juillet – août 2014 : Phase d’identification
d’exécution : Septembre –novembre 2014 : Elaboration et validation du document projet
Décembre 2014 : Mise en place de l’unité de coordination du projet
Janvier 2015 : Atelier de lancement du projet – début réalisation des activités
Décembre 2015 : Evaluation à mi-parcours
Janvier 2016 : Atelier de validation du PAA et PPM 2016
Décembre 2016 : Evaluation finale du projet
12. Budget estimatif (par
composante et/ou activités).
Coût total : estimé à 20 milliards
[Préciser degré de précision
des estimations annualisées FCFA HTVA (vingt milliards de francs CFA) toutes les composantes.
2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

13. Etat de préparation : Identification


Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : MINAGRI_ Extrant 2.2
Action : 2.3.3 ; 4.5.2 , 4.5.3
15. Référence PIP : MINAGRI_PROJET

16. Mode de financement du Etat


Privé
Projet :
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]


financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

21
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
…L’AGRICULTURE.

FICHE PROJET N° 4 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
PROJET DE PRODUCTION DE VOLAILLE DANS LES FERMES
INTEGREES

2. Secteur/Domaine : Production, transformation


3. Programme (s) PNIA : Programme 2 : Devéloppement des filières
4. Sous-Programme PNIA : Sous-programme 1 : Renforcement de l'environnement commercial des
filières végétales, animales et halieutiques
Sous-programme 3 : Redynamisation des productions alimentaires végétales,
animales et halieutiques
Sous-programme 4 : Développement de la transformation et la conservation
des productions agricoles, animales et halieutiques
5. Instances de mise en œuvre Maître d’ouvrage : MINAGRI
(Maitre d’ouvrage) :
Structure d’exécution : Unité de Coordination du Projet
6. Parties prenantes du projet : MINAGRI
MIRAH
7. Date de début et de fin du Début : année 2016
projet :
Durée : 05 années (fin projet 2020)
8. Objectifs du Projet :  Objectif général
Améliorer la sécurité alimentaire et réduire le niveau de pauvreté dans le milieu
rural.
 Objectifs spécifiques:
- Apporter un appui à la production intensive et intégrée de plusieurs
spéculations agricoles
- Apporter un appui à la transformation et la conservation des produits
agricoles
- Assurer la valorisation des sous produits agricoles
- Améliorer la commercialisation des produits agricoles
- Améliorer la gouvernance et renforcer les capacités organisationnelles et
entrepreneuriales des sociétés coopératives
9. Liens et interactions avec
d’autres projets :
10. Composantes (et/ou  Composante 1 : Identification des bénéficiaires
activités) du projet : Activité1 : Réaliser une étude de faisabilité pour l’indentification des sociétés
coopératives bénéficiaires et la définition des conditions de financement
Activité 2 : Sélection des sociétés coopératives bénéficiaires

 Composante 2 : Production intensive de vivriers


Activité 1 : Appui à la production intensive de mais (préparation des terres,
intrants…)
Activité 2 : Appui à la production intensive de soja (préparation des terres,
intrants…)
Activité 3 : Appui à la production de cultures maraîchères (préparation des
terres, intrants…)

22
 Composante 3 : Développement d’infrastructures de transformation
des aliments et de production de volaille
Activité 1 : Construction d’infrastructures de production intensive de volaille
Activité 2 : Construction d’infrastructures et acquisition de matériel de
transformation d’aliments de volaille
Activité 3 : Appui à la production intensive de volaille (fabrication d’aliments,
prophylaxie…)

 Composante 4 : Renforcement de capacités


Activité 1 : Formation en techniques de fabrication d’aliments
Activité 2 : Formation en techniques de production d’engrais organique
(compost)
Activité 3 : Formation en technique de production de biogaz
Activité 4 : Formation en maintenance et réparation du matériel de
transformation
Activité 4 : Gestion coopérative
Activité 5 : Renforcement des capacités des sociétés coopératives en montage
de projets et recherche de financement – Formation en esprit entrepreneurial

 Composante 4 : Appui à la commercialisation


Activité 1 : Renforcement des capacités de prospection et négociation
Activité 2 : Appui à la commercialisation (construction de points de vente,
acquisition de matériels de transport adaptés…)

 Composante 5 : Coordination du projet


Activité1 : Mise en place d’unité de coordination du projet
Activité 2 : Suivi-évaluation
11. Chronogramme indicatif Composante An1 An2 An3 An4 An5
d’exécution : Composante1
Composante2
Composante3
Composante4
12. Budget estimatif (par Coût total : estimé à 1050 millions FCFA HTVA pour les 5 composantes.
composante et/ou activités).
[Préciser degré de précision
des estimations annualisées
2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Secteur Agriculture et Ressources Animales et Halieutiques
Extrant 3.3
Action 3.3.2
Action 3.3.4
Action 3.3.6
15. Référence PIP :
16. Mode de financement du Etat
Privé
Projet :
PPP

23
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]


financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

24
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
…L’AGRICULTURE

FICHE PROJET N° 5 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
REHABILITATION ET CONSTRUCTION DE
CENTRES SEMENCIERS

2. Secteur/Domaine : AGRICULTURE / INFRASTRUCTURE AGRICOLE


3. Programme (s) PNIA : Programme 1 : Amélioration de la productivité et de la
compétitivité des productions agricoles
4. Sous-Programme PNIA : Sous-programme 1 : Amélioration de l’utilisation des
intrants agricoles et vétérinaires (secteurs semences,
engrais, produits phytosanitaires et vétérinaires)
5. Instances de mise en œuvre (Maitre d’ouvrage) : MINISTERE DE L’AGRICULTURE
6. Parties prenantes du projet : - DPVSA
- ONDR
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2015
Durée : 02 années (fin projet 2016)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global:L’objectif général du projet est
d’améliorer la disponibilité et l’accessibilité
géographique des semences de vivriers, de coton et
plants de cacao
 Objectifs spécifiques
- réhabiliter 03 centres semenciers ;
- construire 03 centres semenciers ;
- construire 16 magasins de vente de semences ;
- former et installer des paysans multiplicateurs de
semence ;
- mettre en place une stratégie durable de
commercialisation des semences et plants.
9. Liens et interactions avec d’autres projets :
10. Composantes (et/ou activités) du projet :  Composante 1 : Réhabilitation et équipement des
centres semenciers
Activité 1 : Réaliser les études et les devis pour les différentes
réhabilitations et constructions
Activité 2 : Réhabiliter les centres ;
Activité 3 : Construire 03 centres ;
Activité 4 : Construire 03 chambres froides ;
Activité 5 : Réinstaller les laboratoires de traitement et
d’analyse de semence ;
Activité 6 : Equiper les centres semenciers (matériel roulant &
matériel de travail) ;
Activité 7 : Création de parcelles expérimentales et de
production.
 Composante 2 : Renforcement des capacités du
personnel des centres
Activité 1 : Recruter le personnel des centres ;
Activité 2 : Renforcer les capacités techniques du personnel.
 Composante 3 : Installation de paysans
multiplicateurs de semences

25
Activité 1 : Former 100 paysans ;
Activité 2 : Installer les paysans (aménagement des terres,
fourniture d’intrants, fourniture de petits matériels d’irrigation).
 Composante 4 : Appui à la certification et à la
commercialisation des semences
Activité 1 : Certifier les semences ;
Activité 2 : Construire des magasins de vente des semences
dans les grandes régions ;
Activité 3 : Mettre en œuvre un programme d’information et
de promotion des semences produites
11. Chronogramme indicatif d’exécution : Composante / Activités 2014 2015
Composante 1 : Réhabilitation et équipement des centres
semenciers
A 1 : Réaliser les études et les devis pour
les différentes réhabilitations et
constructions
A 2 : Réhabiliter les centres
A 3 : Construire 03 centres
A 4 : Construire 03 chambres froides
A 5 : Réinstaller les laboratoires de
traitement et d’analyse de semence
A6 : Equiper les centres semenciers
(matériel roulant & matériel de travail)
A 7 : Création de parcelles expérimentales
et de production
Composante 2 : Renforcement des capacités du personnel des
centres
A 1 : Recruter le personnel des centres
A 2 : Renforcer les capacités techniques du
personnel
Composante 3 : Installation de paysans multiplicateurs de
semences
A 1 : Former 100 paysans
A 2 : Installer les paysans (aménagement
des terres, fourniture d’intrants, fourniture
de petits matériels d’irrigation)
Composante 4 : Appui à la certification et à la
commercialisation des semences
A 1 : Certifier les semences
A 2 : Construire des magasins de vente des
semences dans les grandes régions
A 3 : Mettre en œuvre un programme
d’information et de promotion des
semences produites
12. Budget estimatif (par composante et/ou Compos 2016
activités). [Préciser degré de précision des antes / 2015
estimations annualisées 2015-2020] Activités
Ratio T1 T2 T3 T4
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé Compos
655 1340 1548 1027 200
Marché signé ante1
A1 15
A2 250 500 668 257 100
A3 - 150 300 450
A4 30 30 40 - -

26
A5 - 100 100 100 -
A6 300 500 400 200 100
A7 60 60 40 20 -
Compos
5 20 20 20 40
ante2
A1 5 - - - -
A2 20 20 20 40
Compos
- - 60 200 200
ante3
A1 - - 60 - 60
A2 - - - 200 140
Compos
- 170 115 85 415
ante4
A1 - - - - 250
A2 - 110 60 60 90
A3 - 60 55 105 75
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Secteur Agriculture et Ressources Animales et
Halieutiques
Extrant 4.1
Action 4.1.1 ; Action 4.1.2
15. Référence PIP :
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

27
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
…L’AGRICULTURE

FICHE PROJET N° 6 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
REHABILITATION ET ENTRETIEN DES PISTES DE
DESSERTE AGRICOLES

2. Secteur/Domaine : AGRICULTURE / INFRASTRUCTURE AGRICOLE


3. Programme (s) PNIA : Programme 2 : Développement des filières
4. Sous-Programme PNIA : Sous-programme 1 : Renforcement de l'environnement
commercial des filières végétales, animales et halieutiques
5. Instances de mise en œuvre (Maitre
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : DPPF, DEP, DMEME
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2014
Durée : 03 années (fin projet 2016)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Améliorer l’écoulement des productions agricoles et faciliter
l’accès au marché des produits agricoles.
9. Liens et interactions avec d’autres projets :
10. Composantes (et/ou activités) du projet :  Composante 1 : Amélioration et extension du
réseau de pites de dessertes agricoles
Activité 1 : Réaliser une étude de faisabilité pour
l’identification des pistes et déterminer le coût réel
des interventions ;
Activité 2: réhabiliter et entretenir 30 000 kms de pistes de
desserte agricoles ;
Activité 3 : ouvrir 500 kms de pistes de desserte agricoles.

 Composante 2 : Mise en place d’un dispositif


durable d’entretien des pistes desserte agricoles
Activité 1 : Créer des comités locaux d’entretien des pistes de
desserte agricoles ;
Activité 2 : Renforcer les capacités des comités locaux
d’entretien ;
Activité 3 : Mettre à disposition des comités locaux d’entretien
les moyens pour les activités et leur
fonctionnement.
11. Chronogramme indicatif d’exécution : Composantes / Activités 2014 2015 2016
Composante 1 : Amélioration et extension du réseau de pites de
dessertes agricoles
Activité1 : Réaliser une étude de
faisabilité pour l’identification des
pistes et déterminer le coût réel des
interventions
Activité 2 : Réhabiliter et entretenir
30 000 kms de pistes de desserte
agricoles

28
Activité 3 : Ouvrir 500 kms de pistes
de desserte agricoles
Composante 2 : Mise en place d’un dispositif durable d’entretien
des pistes desserte agricoles
Activité 1 : Créer des comités locaux
d’entretien des pistes de desserte
agricoles
Activité 2 : Renforcer les capacités
des comités locaux d’entretien
Activité 3 : Mettre à disposition des
comités locaux d’entretien les
moyens pour les activités et leur
fonctionnement
12. Budget estimatif (par composante et/ou Composantes / 2014 2015 2016
activités). [Préciser degré de précision des Activités
estimations annualisées 2015-2020] Composante1 130 565.065 80 058 70 000
Ratio 478, 065
A1
Evaluation Préliminaire 120 000 70 000 70 000
A2
Avant-projet détaillé
A3 10 087 10 058
Marché signé
Composante2 1 700 1 050 1 000
A1 500 150
A2 600 450 500
A3 600 450 500
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Secteur Agriculture et Ressources Animales et Halieutiques
Extrant 3.1
Action 3.1.1
15. Référence PIP :
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

29
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’AGRICULTURE

FICHE PROJET N° 7 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
PROJET DE SÉCURISATION DU FONCIER RURAL

2. Secteur/Domaine : Agriculture/ Gestion durable des terres


3. Programme (s) PNIA : Programme 3 (Amélioration de la gouvernance du secteur)
4. Sous-Programme PNIA : Sous-programme 4 : Mise en œuvre de la loi relative au domaine foncier
rural
5. Instances de mise en œuvre Ministère de l’Agriculture
(Maitre d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : -Direction Générale du Développement Rural et de la Maîtrise de l’Eau
dans le domaine agricole (Maître d’ouvrage délégué)
-Direction du Foncier Rural / Collectivités territoriales (Maîtrise
d’œuvre)
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016.
Durée : 3 années (fin projet 2018)
8. Objectifs du Projet :
 Objectif global
Assurer la sécurisation du foncier rural dans les régions de la Côte d’Ivoire:
Indénié-Djuablin, Sud Comoé, Mé, N’Zi, Iffou, Agneby-Tiassa, Bélier, Nawa,
Haut Sassandra, Woroba, Gbéké, Hambol, Poro, Bafing, Tonpki et Guémon
 Objectifs spécifiques
- Prévenir les conflits fonciers et maintenir la cohésion sociale
- Sécuriser les transactions foncières et développer un véritable marché foncier
- Rationaliser la gestion foncière et promouvoir l’investissement privé agricole
9. Liens et interactions avec d’autres
projets : -Devis Programme N°4 financé par l’Union Européenne : délimitation de 136
territoires de villages et délivrance de certificats fonciers sur 28 000 ha;
-Contrat de Désendettement et de Développement volet foncier rural :
délimitation de 1 000 territoires de villages et de délivrance de certificats
fonciers 200 000 ha

10. Composantes (et/ou activités) du  Composante 1 : Délimitation des territoires


projet : Activité 1 : Former, informer et sensibiliserde tous les acteurs sur la loi sur le
foncier rural
Activité 2 : Réaliser des enquêtes
Activité 3 : Réaliser des opérations techniques et mettre en place un système
d’informations foncières
 Composante 2 : Gestion du projet
Activité 1 : Suivre et évaluer les activités du projet
Activité 2 : Assurer la gestion administrative
Activité 3 : Assurer la Gestion financière

11. Chronogramme indicatif Composantes 2016 2017 2018


d’exécution : T1 T2 T3 T4
Délimitation
des territoires

30
Activité 1
Activité 2
Activité 3
Gestion du
projet
Activité 1
Activité 2
Activité 3
12. Budget estimatif (par
composante et/ou activités). Coût total : estimé à 13 140 millionsFCFA HTVA (treiz milliards cent
[Préciser degré de précision des quarante millions de francs CFA) pour les deux composantes.
estimations annualisées 2015- Composantes 2016 2017 2018
2020] T1 T2 T3 T4
Ratio
Evaluation Préliminaire Délimitation 575 875 1140 1360 3 460 3 630
Avant-projet détaillé des territoires
Marché signé Activité 1 175 260 315 350 450 350
Activité 2 25 50 75 75 200 210
Activité 3 375 565 750 935 2 810 3 070
Gestion du 200 200 150 150 650 750
projet
Activité 1
Activité 2 200 200 150 150 650 750
Activité 3
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : INFR_ACTION 3.3.23
Secteur Agriculture et des Ressources Animales et Halieutiques
Extrant 1.4 : la loi relative au domaine foncier rural est mise en œuvre
(activité 1.41 à 1.4.8)
15. Référence PIP : INFR_PROJET 6.2_C 6.2.4
16. Mode de financement du Projet Etat
Privé
:
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]


financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

31
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
…L’AGRICULTURE.

FICHE PROJET N° 8 - PUBLIC


1. Intitulé du
Projet : RÉHABILITATION ET MISE EN VALEUR DES BAS-FONDS DE CENT
MILLE (100 000) HA POUR LA RIZICULTURE ET LE MARAÎCHAGE

2. Secteur/Domaine : Production végétale


3. Programme (s) PNIA : Programme 1 : amélioration de la productivité et de la compétitivité des produits
agricoles
4. Sous-Programme Sous-Programme 5 : gestion durable des terres
PNIA :
5. Instances de mise en Ministère de l’Agriculture
œuvre (Maitre
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du Directions du Ministère de l’Agriculture et l’Office National de Développement de la
projet : Riziculture

7. Date de début et de fin du Début : 2014


projet : Durée : 03 années
fin projet : 2016
8. Objectifs du Projet:  Objectif global
Améliorerdurablementle niveau desécuritéalimentaire de la population ivoirienne et
l’emploipour les jeunes, les femmes, les producteurs et les promoteursprivés.
 Objectifsspécifiques
- accroître les superficies exploitables en riz et en maraîchage ;
- améliorer les rendements des cultures par unemeilleuremaîtrise de l’eau ;
- accroître les revenus des paysans de façon durable ;
- créer des emplois pour les jeunes et les femmes
9. Liens et interactions avec Ceprojet sera en synergie avec d’autres actions en cours qui sont :
d’autres projets : - Le Projetd’Appui à la Réduction de la Pauvreté (PRAREP) ;
- Le Projetd’Appui à la Production et à la Commercialisation (PROPACOM) ;
- Le Projetd’Appui aux Infrastructures Agricoles de l’IndéniéDjuablin (PAIA-ID) ;
- Le Projetd’adaptation au changementclimatique et à la stabilisation des bases de vie
(PACCS) ;
- Le Projetd’Urgenceet de Relance des ActivitésRizicoles des Régions du Tonkpi,
Guémon et Cavally.
10. Composantes (et/ou Les composantes et activités de ceprojetsont les suivantes :
activités) du projet :  Composante 1 : Etudes
Activité 1 : Faire l’Etat des lieux bas- fondsidentifiés
Activité 2 : Réaliser les étudessommaires

 Composante 2 : Travauxd’aménagement des bas fonds


Activité 1 : Réaliser la clarification foncière
Activité 2 : Réhabilitation et extension des bas-fondsidentifiés
Activité 3 : Construire des ouvrages de canalisation de l’eau

 Composante 3 : Mise en valeur


Activité 1 : Installer les producteurs (kits agricoles)
Activité 2 : Former les producteurs
Activité 3 : Encadrer et organiser les producteurs

32
11. Chronogramme
indicatifd’exécution
Composantes/Activités 2014 2015 2016
Composante 1 : Etudes
A. 1 : Faire l’Etat des lieux bas- fondsidentifiés
A2 : Réaliser les étudessommaires
Composante 2 : Travauxd’aménagement des bas fonds
A 1 : Réaliser la clarification foncière
A 2 : Réhabilitation et extension des bas-
fondsidentifiés
A3 : Construire des ouvrages de canalisation de
l’eau
Composante 3 : Mise en valeur
A1 : Installer les producteurs (kits agricoles)
A2 : Former les producteurs
A3 : Encadrer et organiser les producteurs

12. Budget estimatif (par


composante et/ou Coût global : estimé à 81 000 MillionsFCFA HTVA
activités). [Préciser degré
de précision des
Composantes/Activités 2014 2015 2016
estimations annualisées
2015-2020] Composante 1 300
Activité 1 100
Ratio Activité 2 200
Evaluation Composante 2 200
Préliminaire
Activité 1 200 69 500
Avant-projet
détaillé Activité 2 29 500
Marché signé Activité 3 40 000
Composante 3 11 000
Activité 1 10 000
Activité 2 500
Activité 3 500

13. état de préparation : Identification


Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : INFR_ACTION 3.3.23

15. Référence PIP : INFR_PROJET 6.2_C 6.2.4

16. Mode de financement du Etat


Projet : Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
17. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé

33
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyenterme

34
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE
…L’AGRUCILTURE.

FICHE PROJET N° 9 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
CRÉATION DE 05 CENTRES INTÉGRÉS DE
FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLE

2. Secteur/Domaine : AGRICULTURE
3. Programme (s) PNIA : Programme 4 : Renforcement des capacités des parties prenantes
au développement de l’agriculture ;

4. Sous-Programme PNIA : Sous-programme 4 : renforcement de la formation


professionnelle et de l’enseignement technique agricole à la
base

5. Instances de mise en œuvre (Maitre MINISTERE DE L’AGRICULTURE


d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : -DRH /INFPA/ERA/CMR
(Maitre d’ouvrage délégué)

7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016


Durée : 03 années (fin projet 2019)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
L’objectif général de ce projet est d’assurer la bonne
gouvernance du secteur agricole par le
développement des compétences et des spécialités,
la capitalisation des expériences à travers le
renforcement des capacités de tous les acteurs du
secteur agricole.

9. Liens et interactions avec d’autres -CMR


projets :
-INFPA

10. Composantes (et/ou activités) du Composante1 : Construction et Equipement


projet : Activité 1 : construire 05 centres de Formation
Professionnelle Agricole ;
Activité 2 : acquérir des équipements et matériels
pédagogiques et didactiques au profit des 05
centres de Formation Professionnelle Agricole.
Composante 2 : Gestion du projet
Activité 1 : Suivi-évaluation et gestion du projet
11. Chronogramme indicatif Composantes 2014 2015 2016
d’exécution : T1 T2 T3 T4
Construction
et Equip.
Activité 1
Activité 2
Gestion du
projet

35
Activité 1
12. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 25 000 millions
précision des estimations annualisées
FCFA HTVA (vingt cinq milliards de francs CFA) toutes les
2015-2020]
composantes.
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

13. Etat de préparation : Identification


Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Secteur Agriculture et des Ressources Animales et
Halieutiques
Extrant 2.4 :
Action 2.2.4
15. Référence PIP :

16. Mode de financement du Projet : Etat


Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]


financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

36
FICHES-PROJETS SECTORIELS

Secteur:

PRODUCTIONS
ANIMALES ET
HALIEUTIQUES

Proposées par:

Le MINISTERE des RESSOURCES


ANIMALES ET HALIEUTIQUES

Mars 2015
RECHERCHE DE
PARTENARIAT PUBLIC /
PRIVE
(14 projets)
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
…………………………………………..

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°01

Nom du Projet : PROJET DE RÉHABILITATION DE L’USINE DE


PRODUCTIOND’ALIMENTS POUR PORCS DE
BINGERVILLE
Type de Projet
 Agriculture Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries du bois  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture  Autres à  Développement
 Sécurité alimentaire Alimentation préciser……. durable
 Production horticole animale  Autres à
 Aménagement hydro-agricole  Santé animale préciser…..
 Agro-industrie  Hygiène publique
 Agro-alimentaire vétérinaire
 Agribusiness  Transformation
 Autres à préciser…… produits animaux
 Autres à préciser…….
Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Contacts : BP V185 Abidjan
Ressources Animales et Halieutiques (MIRAH) Tél: 20 21 88 75
Etat de préparation : Identification de projet
Zone d’intervention : Commune de Bingerville
Durée: 5 ans Début: 2016 Fin : 2020
Grandes lignes du projet
La Côte d’Ivoire est un pays déficitaire en produits carnés. L’élevage porcin
constitue l’une des spéculations animales dont le développement peut
contribuer rapidement et de façon significative à l’autosuffisance alimentaire,
du fait de son cycle court et de sa grande prolificité. Toutefois, La production
porcine ivoirienne est confrontée à plusieurs contraintes majeures qui freinent
son développement dont la disponibilité alimentaires. En effet, le coût de
production en élevage porcin dépend fortement de l’aliment pour plus de 60%
des charges d’exploitation.
Le circuit de production d’aliments porcins en Côte d’Ivoire existe. Il est
représenté en amont par les producteurs d’intrants alimentaires (maïs, manioc,
Contexte et justification :
tourteaux, farine de poisson. concentrés minéraux, etc,), au centre, les unités
de transformation, dont l’usine traditionnelle de Bingerville mis a la disposition
de la SIVAC par l’Etat de Côte d’Ivoire en 1992 et en avals par les éleveurs.
Cependant, les besoins de consommation en aliments porcins sont encore loin
d’être couverts.
les installations de l’usine d’une capacité de 1 tonne/heure sont aujourd’hui,
désuètes et défectueuses, alors que la demande en aliments de porcs est
estimée à 52 000 tonnes par an.
La réhabilitation de l’unité de fabrication d’aliments de bétail de Bingerville
permettra donc de soutenir la production porcine

39
Objectif global : Le projet a pour objectif d’améliorer la productivité des élevages porcins par la
mise à disposition d’aliments performants.

Objectifs spécifiques : 1. réhabiliter l’usine de production d’aliment de porc de Bingerville ;


2. produire et vendre l’aliment de qualité aux élevages porcins.

 les acteurs de la filière bétail-viande ;


 le District d’Abidjan ;
Bénéficiaires :
 les consommateurs ;
 jeunes diplômés

 Composante 1 : Réhabilitation de l’usine d’aliment ;


Composantes :  Composante 2 : Production et distribution de l’aliment de porc de qualité ;
 Composante 3 : Gestion du projet

 l’usine d’aliment est réhabilité et fonctionnel ;


 l’aliment de porcs à coût accessible est produit ;
Résultats attendus :
 une ferme expérimentale est mise en place et fonctionnelle ;
 des points de ventes sont installés à travers le pays ;

 Installer une nouvelle unité de production d’aliments de bétail d’une capacité


4-5 tonnes/heure ;
 Construire et approvisionner trois (3) silos à grains de maïs, d’au moins 5000
tonnes chacun respectivement dans les régions des Savanes, Tonkpi et
Activités à conduire :
Sassandra-Marahoué ;
 Construire et rendre opérationnels Quatre grands points de vente d’aliments
de 500 tonnes chacun respectivement dans les régions de lagunes, Sud-
comoé, Tonkpi et Sassandra-Marahoué.

Impact du projet : La productivité des élevages porcin est améliorée et des d’emplois sont crées
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec Ministère
en charges des ressources Animales. Un Comité Technique et un Comité de
Organisation et gestion du projet : pilotage seront mis en place pour assurer respectivement le suivi quotidien des
travaux et les grandes orientations nécessaire au fonctionnement de
l’infrastructure

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du


MIRAH effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles)
pour apprécier l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés
et disponibles.

Mécanisme La pérennité du projet se traduira par la génération de ressources propres par


d’appropriation/Pérennisation : la production et la vente d’aliment de qualité.

Périmètres d’externalisation
envisageables :
Enjeux futurs (besoins actuels et
évolution) :
Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :
Financement
Coût total du projet (FCFA) : 455 000 000

40
Sources Acquis A rechercher
Financement
(FCFA) Etat 91 000 000
Partenaire 364 000 000

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat X BOT*
 Partenaire  BOO**
X Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Usage
Rémunération  Etat/collectivité  Possibilités de revenus annexes
partenaires publique  Paiement incitatif possible ?
X Usager/client final
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

41
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
…………………………………………..

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N° 02

Nom du Projet : PROJET DE CONSTRUCTION DU COMPLEXE ABATTOIR-MARCHÉ À


BÉTAIL D’ABIDJAN-ANYAMA (CAMA)
Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries du  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture bois  Développement
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale  Autres à préciser durable
 Production horticole  Santé animale  Autres à préciser..
 Aménagement hydro-agricole X Hygiène publique vétérinaire
 Foncier rural X Transformation produits
 Agro-industrie animaux
 Agro-alimentaire  Transformation produits
 Agribusiness halieutiques
 Autres à préciser……  Autres à préciser…….

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Contacts : BP V185 Abidjan /


Animales et Halieutiques (MIRAH) Tel: 20 21 88 75
Etat de préparation : Identification de projet / Etude de faisabilité en cours
Zone d’intervention : District Autonome d’Abidjan
Durée: 3 ans Début: 2016 Fin : 2018
Grandes lignes du projet

L’abattoir de Port-Bouet est obsolète et ne répond plus aux conditions


sanitaires, techniques et environnementales inhérentes à sa fonction.
Le projet vise donc à regrouper les activités de commercialisation et d'abattage
Contexte et justification : du bétail de la ville d'Abidjan et de ses banlieues au niveau d'un centre unique
bien localisé en périphérie urbaine (dans la commune d’Anyama, à 28 km au Nord
d’Abidjan), et répondant aux normes de qualité préservant l’hygiène de la
population.
L’objectif du projet est de construire un complexe abattoir-marché à bétail ayant
Objectif global : une capacité d’abattage de 745 bovins/jour et 425 petits ruminants/jour sur une
superficie de 41 hectares (ha) et l’aménagement d’une zone de pâturage de 187
ha pour les animaux en transit .
1. disposer d’un abattoir moderne dont la capacité de transformation
correspond aux perspectives d’évolution de la demande en viandes dans
l’agglomération d’Abidjan ;
Objectifs spécifiques : 2. améliorer la qualité des produits en procédant à un abattage dans de bonnes
conditions d’hygiène et en renforçant la répression des abattages clandestins
;
3. - réorganiser les secteurs de la commercialisation du bétail et de la distribution
de viande et mieux intégrer les filières nationales.

42
 les acteurs de la filière bétail-viande ;
Bénéficiaires :  le District d’Abidjan ;
 les consommateurs ;

 Composante 1 : Construction et équipement de l’Abattoir


Composantes :
 Composante 2 : Gestion de l’infrastructure

 le District d’Abidjan dispose d’un abattoir moderne ;


 la qualité hygiénique de la viande vendue dans est améliorée ;
 la capacité d’abattage passe à plus de 700 bovins/jour et à plus de 400 têtes
Résultats attendus :
de petits ruminants/ jour ;
 l’approvisionnement régulier des marchés est assurée ;
 la filière bétail viande est réorganisée.

 installer un pâturage aménagé sur 170 ha pour les bovins;


 construire un marché à bétail de 2 ha aménagé avec des box périphériques;
 installer une chaine d’abattage à bovins ;
 installer une chaine d’abattage à petits ruminants (ovins, caprins) ;
Activités à conduire :
 construire une halle séparée pour le traitement des abats, têtes, pattes, cuirs
et queues;
 construire une halle séparée de vente de viandes en gros et demi-gros.- doter
l’abattoir de camions frigorifiques pour le transport de la viande ;

le coût et la qualité de la viande sont nettement améliorés et la filière bétail


Impact du projet : viande est dynamique génère des emplois décents

Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec le District


d’Abidjan sous l’égide du Ministère en charge des ressources Animales. Un
Organisation et gestion du
Comité Technique et un Comité de pilotage seront mis en place pour assurer
projet: respectivement le suivi quotidien des travaux et les grandes orientations
nécessaire au fonctionnement de l’infrastructure.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera des revues à mi-parcours et des revues annuelles des travaux et de
la gestion;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire assurera la supervision et les audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

La pérennité du projet sera assurée par la Direction de l’Hygiène Alimentaire et


Mécanisme des Abattoirs du District Autonome d’Abidjan avec l’appui technique et
d’appropriation/Pérennisation : institutionnel du MIRAH.

Périmètres d’externalisation
Le projet peut être répercuté aux autres abattoirs régionaux
envisageables :

Enjeux futurs (besoins actuels et Réaliser des études de faisabilité pour les abattoirs de l’intérieur afin de mettre
évolution) : aux normes

Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :

Financement
Coût total du projet (FCFA) : 21 160 776 450

43
Financement (FCFA)£ Sources Acquis A rechercher
Etat 4 232 155 290

Collectivité 1 058 038 822

(£):Le coût est susceptible d’être


actualisé avec les conclusions de Partenaire 15 870 582 338
l’étude de faisabilité

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat X BOT*
 Partenaire  BOO**
X Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat X BOT
X Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Usage
Rémunération  Etat/collectivité publique  Possibilités de revenus annexes
partenaires X Usager/client final  Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

44
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
…………………………………………..

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°03

Nom du Projet : PROJET DE CONSTRUCTION DES UNITÉS DE BIOGAZ AU SEIN DES


ABATTOIRS
Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries du bois  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture  Autres à préciser…….  Développement
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale durable
 Production horticole  Santé animale  Autres à préciser
 Aménagement hydro-agricole X Hygiène publique
 Foncier rural vétérinaire
 Agro-industrie  Transformation produits
 Agro-alimentaire animaux
 Agribusiness  Transformation produits
 Autres à préciser…… Halieutiques
X Valorisation des produits
 Autres à préciser…….
Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Contacts : BP V185 Abidjan
Ressources Animales et Halieutiques (MIRAH) Tél : 20 21 88 75
Etat de préparation : Identification du Projet
Zone d’intervention : Abidjan, Bouaké, Daloa, Korhogo, Man, Bondoukou

Durée: 03 ans Début: 2016 Fin : 2019


Grandes lignes du projet
Malgré la crise qu’a connue la côte d’Ivoire, l’effectif du cheptel national est
relativement important. Il est estimé à plus de 1,5 millions de bovins, 2,4 millions de
petits ruminants et la volaille à plus de 30 millions d’animaux. Toute cette
population animale produit des déchets qui ne sont pas valorisés et peuvent être
des sources de contamination de l’environnement.

Contexte et justification : Il en est de même pour les abattoirs qui sont de véritables sources de nuisance et
posent de nombreux problèmes aux collectivités territoriales qui sont chargés de
leur gestion. Par exemple, l’abattoir de Port-Bouet produit en moyenne 15 tonnes
de bouse de vache par jour, directement déversées à la décharge d’Akouédo. Et le
district d’Abidjan dépense près de 70 millions par an pour évacuer cette bouse vers
la décharge. Alors que tous ces déchets issus des élevages et des abattoirs peuvent
être valorisés en biogaz et en compost.

Objectif global : L’objectif du projet est de valoriser les effluents d’élevage et d’abattoirs à travers
la production du biogaz et du compost
1. créer des unités de productions de biogaz dans les élevages et les abattoirs ;
Objectifs spécifiques : 2. produire de l’électricité pour combler le besoins énergétiques des abattoirs et
des éleveurs.
3. mettre du compost moins cher à la disposition des agriculteurs ;

45
 abattoirs ;
Bénéficiaires :  consommateur ;
 collectivités locales ;
 Composante 1 : Installation des unités de production de biogaz
 Composante 2 : Renforcement de capacité des gestionnaires des unités de
Composantes :
production ;
 Composante 3 : Gestion du projet.

 06 unités de productions de biogaz sont créées dans les abattoirs de principales


villes de la Côte d’Ivoire ;
Résultats attendus :  100 fermes ont leur unité de production de biogaz installées ;
 1 000 ménages bénéficient de l’énergie issue du biogaz ;
 1 000 tonnes de fertilisants sont produits par an.

 créer 06 unités de production de biogaz dans les abattoirs (Abidjan, Bouaké,


Daloa, Korhogo, Man, Bondoukou) ;
Activités à conduire :  installer 100 unités de production dans des fermes pilotes ;
 former des agents pour l’entretien et la gestion de ces unités ;
 créer des centres de stockage et de commercialisation du compost.
Les déchets des élevages sont valorisés et coût de consommations énergétiques
Impact du projet :
des fermes et abattoirs sont à la baisse.
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec le Ministère des
Organisation et gestion du Ressources Animales et Halieutiques. Un Comité Technique sera mis en place pour
projet : le suivi quotidien des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place pour
donner les grandes orientations.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles) pour apprécier
l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

Mécanisme Les techniciens/gestionnaires des unités de production de biogaz seront formés à


d’appropriation/Pérennisation : la maintenance des installations

Périmètres d’externalisation La technologie pourrait être étendue à d’autres localités à fort potentiel d’activité
envisageables : pastorale

Enjeux futurs (besoins actuels et


Préservation de l’environnement contre l’émission de biogaz dans la nature
évolution) :
Contraintes (fonctionnelles,
Collaboration des gestionnaires de fermes d’élevage
calendaires ou financières) :

Financement

Coût total du projet (FCFA) : 1 500 000 000

Sources Acquis A rechercher

Etat 300 000 000


Financement (FCFA)
Collectivité 75 000 000
Partenaire 1 125 000 000

46
CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT
Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
X BOT*
 Etat
 BOO**
Conception  Partenaire
 DSP***
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Mise en œuvre  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité
Rémunération publique X Possibilités de revenus annexes
partenaires X Usager/client final  Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

47
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
…………………………………………..

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°04

Nom du Projet : PROJET DE DÉVELOPPEMENT DES CULTURES FOURRAGÈRES


Type de Projet
 Agriculture X Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries du bois  Salubrité
 Production maraichère  Aquaculture  Autres à préciser….  Développement
 Sécurité alimentaire X Alimentation animale durable
 Production horticole  Santé animale  Autres à préciser.
 Aménagement hydro-agricole  Hygiène publique
 Foncier rural vétérinaire
 Agro-industrie  Transformation produits
 Agro-alimentaire animaux
 Agribusiness  Transformation produits
 Autres à préciser…… Halieutiques
 Autres à préciser…
Structure initiatrice / Maitre d’ouvrage : Ministère des Contacts : BP V185 Abidjan
Ressources Animales et Halieutiques (MIRAH) Tél:20 21 88 75
Etat de préparation : Identification de projet
Zone d’intervention : Ensemble du territoire national
Durée: 5 ans Début: 2016 Fin : 2020
Grandes lignes du projet
En Afrique de l’Ouest, la transhumance touche dans les pays sahéliens, 70 à 90% de
l’élevage bovin, et 30 à 40% de l’élevage des petits ruminants. La part de ce
pastoralisme transhumant dans l’offre des produits animaux est estimée à 65%
pour la viande bovine, 40% pour la viande de mouton et de chèvre, et 70% pour le
lait.
Ce mode d’élevage qui occupe une place importante dans le secteur de l’élevage
des pays sahéliens est souvent à l’origine de nombreux problèmes. Il détériore les
sols agricoles à cause des charges animales souvent élevées et incontrôlées,
Contexte et justification : rendant ainsi, ces sols impropres à l’agriculture. Il est par ailleurs, source de
problèmes sociaux pour les pays d’accueil, malgré l’adoption, par les chefs d’Etat,
de la Décision A/DEC.5/10/98 relative à la réglementation de la transhumance entre
les Etats membres de la CEDEAO. A cela, il faut ajouter l’assèchement des points
d’eau consécutifs aux effets du réchauffement/changement et de la variabilité
climatiques.
Devant cette situation, il paraît urgent et indispensable d’améliorer les conditions
d’alimentation du bétail tant la Côte d’Ivoire tient à renforcer la disponibilité et
l’accessibilité des produits carnés.

Objectif global : accroissement de la productivité des ruminants, à travers la maîtrise de leur


alimentation, et renforcer la cohésion sociale entre Agriculteurs et Eleveurs

48
1. prévenir et gérer efficacement les conflits entre agriculteurs et éleveurs ;
2. promouvoir l’association agriculture-élevage ;
Objectifs spécifiques : 3. renforcer le cadre institutionnel et réglementaire de l’agro-pastoralisme ;
4. réduire le déficit fourrager annuel en Côte d’Ivoire et dans les pays du couloir
central de l’UEMOA.

 Eleveurs
 Agriculteurs;
Bénéficiaires :
 Organisation professionnelle des éleveurs
 Consommateurs

 Composantes 1: Intensification de la production fourragère ;


 Composantes 2: Renforcement des capacités des organisations ;
Composantes :
 Composantes 3: Professionnelles d’éleveurs ;
 Composantes 4: Gestion du projet.

 la prévention et la gestion efficace des conflits agriculteurs-éleveurs sont


assurées ;
 les capacités des organisations professionnelles sont renforcées ;
Résultats attendus :  l’association agriculture-élevage est promue ;
 le cadre institutionnel et réglementaire de l’agro-pastoralisme est renforcé ;
 le déficit fourrager annuel en Côte d’Ivoire et dans les pays du couloir central
de l’UEMOA est sensiblement réduit.

 réaliser les études sur les pratiques de la transhumance en Côte d’Ivoire ;


 renforcer le dispositif sanitaire au niveau des zones d’accueil ;
 promouvoir l’association agriculture-élevage ;
 renforcer le cadre institutionnel et réglementaire.
Activités à conduire :
 créer et réhabiliter des jardins agrostologiques
 réhabiliter et équiper les fermes semencières de Badikaha et de Yamoussoukro
 créer des centres fourragers
 Commercialiser les semences fourragères et des fourrages

Impact du projet : Amélioration de la productivité des élevages de ruminants


Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec Ministère en
Organisation et gestion du charge des ressources Animales et Halieutiques. Un Comité Technique sera mis en
projet : place pour le suivi quotidien des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place
pour donner les grandes orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles) pour apprécier
l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

Mécanisme Encadrer les producteurs de semences et fourragers privés et créer un système


d’appropriation/Pérennisation : dynamique de commercialisation du fourrage
Périmètres d’externalisation
envisageables :
Enjeux futurs (besoins actuels et
évolution) :
Contraintes (fonctionnelles,
Mobilisation des Finances pour la mise en œuvre du projet
calendaires ou financières) :

49
Financement

Coût total du projet (FCFA) : 2 136 900 000


Sources Acquis A rechercher
Financement
Etat 427 380 000
(FCFA)
Partenaire 1 709 520 000

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
 Etat BOT*
Conception  Partenaire  BOO**
Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
 Etat BOT
Financement  Partenaire  BOO
Etat/partenaire  Autres (à préciser)
 Etat  BOT
Mise en œuvre  Partenaire  BOO
Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
 BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité publique
Rémunération  Possibilités de revenus annexes
Usager/client final
partenaires  Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par
lequel l’autorité contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien
d’infrastructures et reçoit en contrepartie, sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer
ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage réalisé reste la propriété du partenaire privé
pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet. L’autorité concédante
est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et
Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion
d’un service public relevant de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou
substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du service.

50
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°05

Nom du Projet : PROJET DE RÉHABILITATION DE LA STATION DE BOVINE NIORONINGUÉ (SBN)


Type de Projet
 Agriculture Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture du bois  Développement
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale  Autres à durable
 Production horticole  Santé animale préciser.  Autres à
 Aménagement hydro-agricole  Hygiène publique vétérinaire préciser…..
 Foncier rural Transformation produits animaux
 Agro-industrie  Transformation produits halieutiques
 Agro-alimentaire  Autres à préciser…
 Agri business
 Autres à préciser……

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Animales Contacts : Tél. : 00225 20 21 88 75
et Halieutiques (MIRAH) Cel. : 00225 05 77 15 73
Etat de préparation : Identification de projet
Zone D’intervention : Région du Tchologo (Commune de Ouangolodougou)
Durée: 5 ans Début: 2016 Fin : 2021
Grandes lignes du projet
Les ranches et stations sont des outils de production nécessaires aux producteurs
privés pour créer des entreprises performantes d’élevage, grâce à la qualité des
intrants mis à leur disposition par ces structures. Sur la dizaine de ranches et stations
Contexte et justification :
existants, cinq sont très peu fonctionnels et ne permettant pas d’atteindre les
objectifs de sécurité alimentaire en protéines animales. Les cinq autres sont
obsolètes, vétustes ou laissés à l’abandon

Objectif global : Le projet vise augmenter la production bovine nationale et promouvoir l’industrie de
transformation des produits animaux, notamment de la viande.
1. réhabiliter la station d’élevage de Nioroningué ;
2. conduire un élevage bovin naisseur ;
Objectifs spécifiques: 3. produire et commercialiser de la viande bovine ;
4. renforcer les capacités des techniciens et former les agro éleveurs aux métiers de
l’élevage ;

 partenaires privés
 Etat de Côte D’ivoire,
Bénéficiaires :
 Agro Eleveurs,
 Techniciens, Etudiants.

 composante 1 : Réhabilitation de la station d’élevage de Nioroningué;


Composantes :  composante 2 : Installation d’un élevage de bovin naisseur ;
 composante 3 : Production et commercialisation de viande bovine ;

51
 composante 4 : Gestion du projet.

 la station d’élevage de Nioroningué est réhabilitée et fonctionnelle ;


 un élevage bovin naisseur est installé;
 un abattoir est installé;
Résultats attendus :  la production et la commercialisation de la viande bovine sont effectives ;
 la formation des techniciens et des agro éleveurs aux métiers de l’élevage est
assurée ;
 des exploitations satellites de fermes bovines sont créées.

 réaliser des études de faisabilité


 Réhabiliter la station avec toutes les infrastructures nécessaires
Activités à conduire :  Conduire les élevages mise en place
 Former les agro éleveurs et technicien
 Commercialiser les productions

Impact du projet : La production bovine nationale est accrue et des emplois sont créés

Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec Ministère en


Organisation et gestion du charge des ressources Animales. Un Comité Technique sera mis en place pour le suivi
projet : quotidien des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place pour donner les
grandes orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles) pour apprécier
l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

La pérennité du projet se traduira par les ressources propres qui seront générées
Mécanisme avec la commercialisation des animaux et de la viande pour être réinvesties dans la
d’appropriation/Pérennisation :
station.

Périmètres d’externalisation
Installation de ferme satellitaire autour de la station
envisageables :

La conservation des races locales de ruminants, par l’amélioration de leurs potentiels


Enjeux futurs (besoins actuels et génétiques permettra, à terme, de mettre à la disposition des éleveurs des animaux
évolution) : performants à moindre coût et leur apporter l’appui technique nécessaire pour le
développement d’un élevage productif.

Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :

Financement ($)
Coût total du projet (FCFA) :
Sources Acquis A rechercher
Financement (FCFA)
Etat

52
($)
les conclusions des études de faisabilité
permettrons de mieux apprécier le cout de Partenaire
mie en fonction de la station

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
X BOT*
 Etat
 BOO**
Conception  Partenaire
 DSP***
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Mise en œuvre  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité publique
 Possibilités de revenus annexes
Rémunération partenaires X Usager/client final
 Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

53
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
…………………………………………..

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°06

Nom du Projet : PROJET DE RÉHABILITATION DE LA FERME SEMENCIÈRE DE BADIKAHA (FSB)


Type de Projet
 Agriculture X Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries du  Salubrité
 Sécurité alimentaire  Aquaculture bois  Développement
 Aménagement hydro-agricole X Alimentation animale  Autres à préciser. durable
 Foncier rural  Santé animale  Autres à préciser.
 Agro-industrie  Hygiène publique vétérinaire
 Agro-alimentaire X Transformation produits animaux
 Agri business  Autres à préciser…….
 Autres à préciser……

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Contacts : Tél. : 00225 20 21 88 75


Animales et Halieutiques (MIRAH) Cel.: 00225 05 77 15 73
Etat de préparation : Identification de projet
Zone D’intervention : Région du Hambol (Sous-préfecture de Badikaha).
Durée: 5 ans Début: 2016 Fin : 2021
Grandes lignes du projet
Les ranches et stations sont des outils de production nécessaires aux producteurs
privés pour créer des entreprises performantes d’élevage, grâce à la qualité des
intrants mis à leur disposition par ces structures. Sur la dizaine de ranches et stations
Contexte et justification :
existants, cinq sont très peu fonctionnels et ne permettant pas d’atteindre les
objectifs de sécurité alimentaire en protéines animales. Les cinq autres sont
obsolètes, vétustes ou laissés à l’abandon

Objectif global : Le projet ambitionne de produire des semences fourragères, des fourrages et de la
viande.
1. Réhabiliter la Ferme Semencière de Badikaha (FSB) ;
2. Produire et diffuser des fourrages et semences fourragères pour l’alimentation
animale ;
Objectifs spécifiques : 3. Gérer de façon durable la biodiversité des plantes fourragères par la prospection
et l’identification du germoplasm ;
4. Créer un centre de formation aux métiers de l’agropastoralisme pour le
renforcement des capacités des techniciens d’élevage et des agro éleveurs ;.

Bénéficiaires : Etat de Côte d’Ivoire, Agro Eleveurs, Techniciens, Etudiants.

 composante 1 : réhabilitation de la ferme semencière de Badikaha ;


 composante 2 : production, de semences fourragère et de fourrage ;
Composantes :
 composante 3 : production et commercialisation de viandes ;
 composante 4 : gestion du projet.

54
 la Ferme Semencière de Badikaha est réhabilitée et fonctionnelle;
 du fourrage et des semences fourragères pour l’alimentation animale sont
produits ;
Résultats attendus :  la biodiversité des plantes fourragères est gérée de façon durable;
 un centre de formation aux métiers de l’agropastoralisme pour le renforcement
des capacités des techniciens d’élevage et des agro éleveurs est créé ;
 un élevage naisseur en vue de la production de la viande est installé;

 réaliser les études de faisabilité


 Réhabiliter la station avec toutes les infrastructures nécessaires
Activités à conduire :  Conduire les élevages mise en place
 Former les agro éleveurs et technicien
 Commercialiser les productions

le nombre d’élevage en stabulation est accru et la productivité des élevages est


Impact du projet :
améliorée
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec le Ministère en
charge des ressources Animales. Un Comité Technique sera mis en place pour le suivi
Organisation et gestion du projet :
quotidien des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place pour donner les
grandes orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles) pour apprécier
l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

La pérennité du projet se traduira par la génération de ressources propres, au niveau


des structures de sélection et de production des ressources fourragères à travers la
vente du fourrage et des semences fourragères. A terme, ces structures autonomes
pourraient être reprises par le privé.
Mécanisme Par ailleurs, l’initiative privée peut être encouragée en matière de production de
d’appropriation/Pérennisation : fourrage et de semences fourragères. Les producteurs identifiés seront spécialisés
de par les formations et les appuis à la commercialisation et à la distribution de leurs
produits.
De plus, les producteurs organisés seront formés aux techniques de sélection et de
production semencière.

Périmètres d’externalisation
Installation de pâturage artificiel satellitaire autour de la station
envisageables :

Aucun élevage moderne ne peut être envisagé sans pâturage artificiel. La mise en
place de ces pâturages demande la disponibilité de semences fourragères de qualité.
Enjeux futurs (besoins actuels et Pour permettre à la Côte d’Ivoire d’avoir un élevage performant, il importe de
évolution) : disposer localement d’aliments de qualité et en quantité suffisante, capables de
couvrir les besoins nutritionnels des animaux qui extérioriseraient alors au mieux
tout leur potentiel génétique.

Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :

55
Financement ($)
Coût total du projet (FCFA) :

Sources Acquis A rechercher


Financement (FCFA)
Etat
($)les conclusions des études de faisabilité
permettrons de mieux apprécier le cout de mie Partenaire
en fonction de la station

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
X BOT*
 Etat
 BOO**
Conception  Partenaire
 DSP***
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Mise en œuvre  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité publique
Rémunération  Possibilités de revenus annexes
X Usager/client final
partenaires  Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

56
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N° 7

Nom du Projet : PROJET DE RÉHABILITATION STATION BOVINE DE PANYA (SBP)


Type de Projet
 Agriculture X Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture du bois  Développement
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale  Autres à durable
 Aménagement hydro-agricole  Santé animale préciser.  Autres à
 Foncier rural  Hygiène publique vétérinaire préciser…..
 Agro-industrie X Transformation produits animaux
 Agro-alimentaire  Transformation produits halieutiques
 Agri business  Autres à préciser…….
 Autres à préciser……
Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Animales et Contacts :
Halieutiques (MIRAH) Tél. : 00225 20 21 88 75
Etat de préparation : Termes de référence de l’étude de l’état des lieux.
Zone D’intervention : Région des Savanes (Commune de Boundiali).
Durée: 5 ans Début: 2016 Fin : 2020
Grandes lignes du projet
Les ranches et stations sont des outils de production nécessaires aux producteurs privés
pour créer des entreprises performantes d’élevage, grâce à la qualité des intrants mis à
leur disposition par ces structures. Sur la dizaine de ranches et stations existants, cinq
Contexte et justification :
sont très peu fonctionnels et ne permettant pas d’atteindre les objectifs de sécurité
alimentaire en protéines animales. Les cinq autres sont obsolètes, vétustes ou laissés à
l’abandon

Objectif global : Le projet vise augmenter la production bovine nationale et promouvoir l’industrie de
transformation des produits animaux, notamment de la viande.
1. Réhabiliter la station d’élevage de Panya ;
2. Conduire un élevage bovin naisseur ;
Objectifs spécifiques : 3. Produire et commercialiser de la viande bovine ;
4. Renforcer les capacités des techniciens et former les agro éleveurs aux métiers de
l’élevage ;

 Partenaire privé
 Etat de Côte d’Ivoire,
Bénéficiaires :
 Agro Eleveurs,
 Techniciens, Etudiants.

 composante 1 : Réhabilitation de la station d’élevage de Panya;


 composante 2 : Installation d’un élevage de bovin naisseur ;
Composantes :
 composante 3 : Production et commercialisation de viande bovine ;
 composante 4 : Gestion du projet

57
 la station d’élevage de Panya est réhabilitée;
 un élevage bovin naisseur est installé;
 un abattoir est installé;
Résultats attendus :  la production et la commercialisation de la viande bovine sont effectives ;
 la formation des techniciens et des agro éleveurs aux métiers de l’élevage est
assurée ;
 des exploitations satellites de fermes bovines sont créées.

 réaliser des études de faisabilité


 Réhabiliter la station avec toutes les infrastructures nécessaires
Activités à conduire :  Conduire les élevages mise en place
 Former les agro éleveurs et technicien
 Commercialiser les productions

Impact du projet : La production bovine nationale est accrue et des emplois sont créés
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec Ministère des
ressources Animales et Halieutiques. Un Comité Technique sera mis en place pour le suivi
Organisation et gestion du projet : quotidien des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place pour donner les
grandes orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera des missions sur le terrain pour se rendre compte de l’état d’avancement
des travaux (des revues à mi-parcours et des revues annuelles seront effectuées) ;
Suivi et évaluation :
 Les bailleurs de fonds feront des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

Mécanisme La pérennité du projet se traduira par les ressources propres qui seront générées avec
d’appropriation/Pérennisation : la commercialisation des animaux et de la viande pour être réinvesties dans la station.

Périmètres d’externalisation
envisageables :

La conservation des races locales de ruminants, par l’amélioration de leurs potentiels


Enjeux futurs (besoins actuels et génétiques permettra, à terme, de mettre à la disposition des éleveurs des animaux
évolution) : performants à moindre coût et leur apporter l’appui technique nécessaire pour le
développement d’un élevage productif.

Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :

Financement ($)
Coût total du projet (FCFA) :
Sources Acquis A rechercher
Financement
(FCFA) Etat
Partenaires
($)les conclusions des études de faisabilité
permettrons de mieux apprécier le cout de mie
en fonction de la station

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat

58
X BOT*
 Etat
 BOO**
Conception  Partenaire
 DSP***
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
 Etat X BOT
 Partenaire  BOO
Mise en œuvre
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité publique
 Possibilités de revenus annexes
Rémunération partenaires X Usager/client final
 Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

59
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
…………………………………………..

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N° 08

Nom du Projet : PROJET DE RÉHABILITATION DE LA FERME LAITIÈRE DE TOUMODI (FLT)


Type de Projet
 Agriculture X Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries du bois  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture  Autres à préciser  Développement
 Sécurité alimentaire X Alimentation animale durable
 Aménagement hydro-agricole  Santé animale  Autres à préciser
 Foncier rural  Hygiène publique vétérinaire
 Agro-industrie X Transformation produits animaux
 Agro-alimentaire  Transformation produits halieutiques
 Agri business  Autres à préciser…….
 Autres à préciser……

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Contacts : Tél. : 00225 20 21 88 75 /


Animales et Halieutiques (MIRAH)
Etat de préparation : Termes de référence de l’étude de l’état des lieux.
Zone D’intervention : Région du Bélier (Commune de Toumodi).
Durée: 5 ans Début: 2016 Fin : 2020
Grandes lignes du projet
Les ranches et stations sont des outils de production nécessaires aux producteurs privés
pour créer des entreprises performantes d’élevage, grâce à la qualité des intrants mis à
leur disposition par ces structures. Sur la dizaine de ranches et stations existants, cinq sont
Contexte et justification :
très peu fonctionnels et ne permettant pas d’atteindre les objectifs de sécurité
alimentaire en protéines animales. Les cinq autres sont obsolètes, vétustes ou laissés à
l’abandon

Objectif global : Le projet vise spécifiquement à produire du lait et commercialiser des produits laitiers.

1. Réhabiliter la ferme laitière;


2. Produire et commercialiser des produits laitiers ;
Objectifs spécifiques : 3. Créer un centre de formation aux métiers du lait pour le renforcement des capacités
des techniciens et la formation des agro éleveurs ;
4. Créer un bassin laitier dans un rayon de 20 km autour de la ferme laitière ;
5. Organiser les agro éleveurs du bassin.
 Etat de Côte d’Ivoire,
Bénéficiaires :  Agro Eleveurs,
 Techniciens, Etudiants.

 composante 1 : réhabilitation de la ferme laitière de Toumodi ;


Composantes :  composante 2 : production, transformation et commercialisation du lait ;
 composante 3 : gestion du projet

60
 la ferme laitière est réhabilitée;
 une exploitation laitière est installée et fonctionnelle ;
 le lait frais de vache est produit;
 une laiterie est installée;
Résultats attendus :
 les produits laitiers sont commercialisés;
 un centre de formation aux métiers du lait est construit et fonctionnel;
 un bassin laitier dans un rayon de 20 km autour de la FLT est créé et fonctionnel;
 les agro éleveurs du bassin sont organisés.
 Réaliser des études de faisabilité ;
 Réhabiliter la ferme ;
Activités à conduire :
 Organiser agro éleveurs ;
 Installer une laiterie

Impact du projet : La production laitière nationale est accrue et des emplois sont créés
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec le Ministère des
Organisation et gestion du ressources Animales et Halieutiques. Un Comité Technique sera mis en place pour le suivi
projet : quotidien des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place pour donner les grandes
orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera des missions sur le terrain pour se rendre compte de l’état d’avancement
des travaux (des revues à mi-parcours et des revues annuelles seront effectuées) ;
Suivi et évaluation :
 Les bailleurs de fonds feront des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

Mécanisme La pérennité du projet se traduira par les ressources propres qui seront générées avec la
d’appropriation/Pérennisation : commercialisation du lait et des animaux pour être réinvesties dans la ferme.

Périmètres d’externalisation
envisageables :
La demande en lait et produits laitiers est sans croissante. et La conservation des races
Enjeux futurs (besoins actuels et locales de ruminants, par l’amélioration de leurs potentiels génétiques permettra, à
évolution) : terme, de mettre à la disposition des éleveurs des animaux performants à moindre coût
et un appui technique nécessaire pour le développement d’un élevage productif.

Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :

Financement ($)
Coût total du projet (FCFA) :

Financement Sources Acquis A rechercher


(FCFA) Etat
($)
les conclusions des études de faisabilité
permettrons de mieux apprécier le cout de Partenaire
mie en fonction de la station

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :

61
Type de service Partenaires Forme de partenariat
X BOT*
 Etat
 BOO**
Conception  Partenaire
 DSP***
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
 BOT
 Etat
 BOO
Mise en œuvre  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité
publique  Possibilités de revenus annexes
Rémunération partenaires X Usager/client final  Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

62
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°09

Nom du Projet : PROJET DE CRÉATION DE LA STATION LAITIÈRE DU ZANZAN (SLZ)


Type de Projet
 Agriculture Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries du bois  Salubrité
 Production maraichère  Aquaculture  Autres à préciser.  Développement
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale durable
 Aménagement hydro-agricole  Santé animale  Autres à préciser.
 Foncier rural  Hygiène publique vétérinaire
 Agro-industrie Transformation produits animaux
 Agro-alimentaire  Transformation produits Halieutiques
 Agribusiness  Autres à préciser…….
 Autres à préciser……

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Contacts : BP V185 Abidjan


Animales et Halieutiques (MIRAH) Tél:20 21 88 75
Etat de préparation : Identification de projet
Zone d’intervention : Région du Gontougo
Durée:5 ans Début: 2016 Fin : 2020
Grandes lignes du projet
Le potentiel génétique des races bovines locales est faible en termes de viande (250 kg de
poids vif pour un bovin N’dama, la plus performante de Côte d’Ivoire) et de lait (0,5 litre
de lait par jour sur 3 à 4 mois dans l’année pour le même bovin N’dama).
Par ailleurs, la volonté des éleveurs de disposer d’animaux à haut potentiel de production
Contexte et justification : se heurte au manque d’animaux performants sur le marché local, à la non maîtrise des
conditions d’élevage des animaux exotiques et à leurs coûts très élevés.
Face à cette situation, il s’agira de mettre à la disposition des éleveurs des animaux
performants à moindre coût, des semences animales de qualité et un appui technique
nécessaire pour le développement d’un élevage très productif.

Objectif global : Améliorer la productivité des élevages en vue de renforcer la sécurité alimentaire en lait
et viande et augmenter les revenus des populations rurales.
1. Construire et équiper une station d’élevage laitier;
Objectifs spécifiques : 2. Améliorer le potentiel génétique de la N’dama à partir des races brésiliennes ;
3. Produire et diffuser des animaux performants ;
4. - Former les acteurs à la transformation des produits d’élevage.

 Jeunes exploitants agricoles,


 éleveurs déjà installés,
Bénéficiaires :
 commerçantes de lait et produits laitiers (beurres, fromages etc.),
 techniciens d’élevage, étudiants.

 composante 1 : construction de la station laitière du Zanzan ;


Composantes :
 composante 2 : production, transformation et commercialisation du lait ;

63
 composante 3 : gestion du projet;

 La station laitière est installée et fonctionnelle ;


Résultats attendus :  Les agro-éleveurs sont formés et organisés en producteurs de lait ;
 Le réseau de distribution du lait et produits laitiers est mise en place ;
 Réaliser des études de faisabilité ;
 Construire et «équiper la station de production laitière
Activités à conduire :
 Former les agro-éleveurs
 Installer un réseau de distribution du lait et produits laitiers

Impact du projet : La production laitière nationale est accrue et des emplois sont créés
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec le Ministère des
Organisation et gestion du ressources Animales et Halieutiques. Un Comité Technique sera mis en place pour le suivi
projet : quotidien des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place pour donner les grandes
orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera des missions sur le terrain pour se rendre compte de l’état d’avancement
des travaux (des revues à mi-parcours et des revues annuelles seront effectuées) ;
Suivi et évaluation :
 Les bailleurs de fonds feront des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

Mécanisme La pérennité du projet se traduira par les ressources propres qui seront générées avec la
d’appropriation/Pérennisation : commercialisation du lait et des animaux pour être réinvesties dans la ferme.

Périmètres d’externalisation
envisageables :

La demande en lait et produits laitiers est sans croissante. et La conservation des races
Enjeux futurs (besoins actuels et locales de ruminants, par l’amélioration de leurs potentiels génétiques permettra, à
évolution) : terme, de mettre à la disposition des éleveurs des animaux performants à moindre coût
et un appui technique nécessaire pour le développement d’un élevage productif.

Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :

Financement

Coût total du projet (FCFA) : 3 325 400 000

Sources Acquis A rechercher


Financement
(FCFA) Etat 368 800 000
Partenaire 2 956 600 000

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat X BOT*

64
 Partenaire  BOO**
X Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Mise en œuvre  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité publique
 Possibilités de revenus annexes
Rémunération partenaires X Usager/client final
 Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

65
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
………………………………………….

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°10

Nom du Projet : PROJET DE CONSTRUCTION DES ABATTOIRS DES GRANDES


VILLES DE L’INTÉRIEUR (YAMOUSSOUKRO, DALOA, BOUAKÉ,
FERKESSÉDOUGOU, KORHOGO).
Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries du bois  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture  Autres à préciser….  Développement
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale durable
 Production horticole  Santé animale  Autres à préciser...
 Aménagement hydro-agricole X Hygiène publique vétérinaire
 Foncier rural X Transformation produits
 Agro-industrie animaux
 Agro-alimentaire  Transformation produits
 Agribusiness Halieutiques
 Autres à préciser……  Autres à préciser…….

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Contacts : BP V185 Abidjan


Ressources Animales et Halieutiques (MIRAH) Tél: 20 21 88 75
Etat de préparation : Identification de projet
Zone d’intervention : Yamoussoukro, Daloa, Bouaké, Ferkessédougou, Korhogo
Durée:3 ans Début: 2016 Fin : 2018
Grandes lignes du projet

L’inexistence ou la vétusté des infrastructures de transformation des produits


d’élevage (abattoirs de Yamoussoukro, de Bouaké, de Daloa, Korhogo,), et
l’hygiène précaire constatée au niveau de ces infrastructures existantes sont des
contraintes liées à l’amélioration du revenu des producteurs et
l’approvisionnement régulier des marchés en produits animaux de qualité.
Contexte et justification :
Les risques potentiels sont liés à l’existence des tueries particulières, le manque
d’entretien des infrastructures, la mauvaise implantation des infrastructures, et
l’incompatibilité des taxes reçues par les collectivités décentralisées avec le niveau
de rentabilité de l’activité. Afin de répondre aux normes de qualité et assurer
l’approvisionnement de viande saines aux ménages, il y a nécessité de doter les
grands centre d’agglomération d’abattoirs modernes.

Objectif global : Ce projet vise à Améliorer l'environnement aval des flux du bétail, notamment
l'appui à la transformation et à la commercialisation du bétail et de la viande.
1. Disposer d’abattoirs modernes dont la capacité de transformation correspond
aux perspectives d’évolution de la demande en viandes dans les localités
concernées;
Objectifs spécifiques :
2. Améliorer la qualité des produits en procédant à un abattage dans de bonnes
conditions d’hygiène et en renforçant la répression des abattages clandestins
;

66
3. Réduire les risques de pollution en milieu urbain et les nuisances causées dans
le milieu naturel, environnant.
 les acteurs de la filière bétail-viande ;
Bénéficiaires :  les collectivités locales ;
 les consommateurs ;
Composante 1 : Construction et équipement de l’Abattoir ;
Composantes :
Composante 2 : Gestion des infrastructures.

 les chefs-lieux de région disposent d’abattoirs modernes ;


 la qualité hygiénique de la viande vendue dans est améliorée ;
 l’approvisionnement régulier des marchés est assurée ;
Résultats attendus :  des équipes de spécialistes de l’hygiène des aliments sont formées et
opérationnelles ;
 la filière bétail viande au niveau local est réorganisée ;
 les risques de pollution liés à l’activité d’abattage sont réduits.

 construire un pâturage aménagé pour les bovins en attente d’être vendus ;


 construire un marché à bétail aménagé avec des box périphériques pour recevoir
un millier de bovins et de petits ruminants par jour ;
 installer une chaine d’abattage à bovins ;
 installer une chaine d’abattage à petits ruminants (ovins, caprins) ;
Activités à conduire :
 construire une halle séparée pour le traitement des abats, têtes, pattes, cuirs et
queues;
 doter l’abattoir de camions frigorifiques pour le transport de la viande vers les
marchés et les boucheries;
 construire une halle séparée de vente de viandes en gros et demi-gros.
le coût et la qualité de la viande sont nettement améliorés, la filière bétail viande
Impact du projet :
est dynamique et génère des emplois décents
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec le District
d’Abidjan sous l’égide du Ministère en charge des ressources Animales.
Organisation et gestion du
Un Comité Technique sera mis en place pour le suivi quotidien des travaux et un
projet : Comité de pilotage sera mis en place pour donner les grandes orientations et faire
le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles) pour apprécier
l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

Mécanisme La pérennité du projet sera assurée par les collectivités territoriales locales avec
d’appropriation/Pérennisation : l’appui technique et institutionnel du MIRAH.

Périmètres d’externalisation Les bornes pratiques pourraient être mises en œuvre dans d’autres localités à fort
envisageables : potentiel d’activité pastorale
Enjeux futurs (besoins actuels et
Préserver la santé publique au profit des consommateurs
évolution) :
Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :

Financement
Coût total du projet (FCFA) : 16 690 000 500

67
Sources Acquis A rechercher
Financement (FCFA)£ Etat 3 338 000 100
Collectivités 834 500 025

(£):Le coût est susceptible d’être


actualisé avec les conclusions de Partenaire 12 517 500 375
l’étude de faisabilité

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
 Etat X BOT*
 Partenaire  BOO**
Conception X Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
 Etat X BOT
 Partenaire  BOO
Mise en œuvre X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
 Etat  BOT
 Partenaire  BOO
Exploitation
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité publique X Possibilités de revenus annexes
Rémunération partenaires X Usager/client final  Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel
l’autorité contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en
contrepartie, sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique.
L’ouvrage réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du
projet. L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

68
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
…………………………………………..
FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°11

Nom du Projet : PROJET D’APPUI À L’AMÉLIORATION DES INFRASTRUCTURES


D’ACCÈS AU MARCHÉ POUR LES PRODUITS ALIMENTAIRES
Type de Projet
 Agriculture X Elevage  Foresterie  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Industries du  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture bois  Développement
 Sécurité alimentaire  Hygiène publique vétérinaire  Autres à préciser. durable
 Production horticole X Transformation produits animaux  Autres à préciser.
 Agro-industrie X Transformation produits Halieutiques
 Agro-alimentaire X Commercialisation des produits
 Agribusiness animaux et halieutiques
 Autres à préciser……
Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Contacts : BP V185 Abidjan /Tél:20 21
Animales et Halieutiques (MIRAH) 88 75
Etat de préparation : Identification de Projet
Zone d’intervention : Bongouanou, Bouaflé, Dimbokro, Divo, Guiglo, Soubré, Toumodi, Bondoukou, Gagnoa, San-
Pédro, Zuénoula
Durée: 5 ans Début: 2016 Fin : 2020
Grandes lignes du projet
La population ivoirienne connait une croissance rapide avec un taux estimé à
3,3% par an. Cette croissance rapide pose le problème de la sécurité alimentaire. En
matière de viande et abats notamment. Pour couvrir les besoins, l’Etat a recours à
des importations massives de viandes et abats provenant des pays développés et
de bétails vifs des pays de l’hinterland.

La production nationale de viande et abats en croissance, et les flux de bétails vifs


Contexte et justification : importés ont besoin d’être transformés pour être mis à la disposition des
consommateurs dans les marchés. Cependant, la vétusté des infrastructures
(marché à bétail, abattoirs) d’accès aux marchés existantes, avec une hygiène
précaire constituent des contraintes à l’amélioration du revenu des producteurs
et l’approvisionnent des marchés en produits alimentaires de qualité.
Le renforcement des capacités de transformation et de commercialisation de la
viande, respectant les normes sanitaires apparait comme une nécessité.
Améliorer le revenu des producteurs et l'approvisionnement des consommateurs
Objectif global : par une plus grande fluidité des filières d'approvisionnement des populations en
produits animaux.
1. Répondre aux exigences des consommateurs en matière de sécurité sanitaire
des produits par l'amélioration des outils de gestion des risques et la traçabilité
Objectifs spécifiques : ;
2. Appuyer les collectivités locales dans leurs projets de modernisation,
d'extension voire de délocalisation de leurs infrastructures de transformation
et de commercialisation des produits animaux ;

69
3. Renforcer la préservation de l'environnement et améliorer le cadre de vie des
populations ;
4. Créer un fonds de développement et de renforcement des infrastructures
locales d'accès au marché ;

 les éleveurs nationaux et transhumants ;


 les chevillards ;
 les bouchers ;
Bénéficiaires :
 les marchands de bétail ;
 les collectivités locales et communautés rurales ;
 les consommateurs et la population ;
 Composante 1 : Réhabilitation et construction des infrastructures de transit, de
commercialisation et de transformation du bétail.
 Composante 2 : Renforcement des capacités des communes, des
communautés rurales et des bénéficiaires en tant qu'acteurs majeurs du
Composantes :
développement local.
 Composante 3 : Création d'un fonds de développement et de renforcement des
infrastructures locales d'accès au marché.
 Composante 4 : Organisation et gestion du projet.

 l’approvisionnement régulier des marchés en produits animaux de qualité est


assuré ;
 les conditions d'abattage des animaux sont améliorées ;
 les abattages clandestins sont maîtrisés, voire éliminés ;
Résultats attendus :  les divagations d’animaux dans les espaces communaux sont maîtrisées
 les recettes des redevances perçues habituellement par les collectivités locales
(redevances marché, abattoir et transport.) sont accrues ;
 les principales zones urbaines sont dotées d’infrastructures d’abattage et de
transformation des produits d’élevage opérationnelles

 Construire une série de onze (11) petits abattoirs dans les centres urbains
suivants : Bondoukou, Bongouanou, Bouaflé, Dimbokro, Divo, Gagnoa, Guiglo,
San-Pédro, Soubré, Toumodi et Zuénoula ;
 Réhabiliter les postes d’entrée existants (Ouangolodougou, Tengrela et
Niéllé) ;
 Construire de nouveaux postes d'entrée à Noé et à Ouaninou;
Activités à conduire :
 Elaborer les Plans de développement local de renforcement des infrastructures
d’accès au marché ;
 Former les opérateurs nationaux du secteur du bétail et de la viande
 Equiper les organisations professionnelles du secteur du bétail et de la viande ;
 réaliser l’étude de création du fonds de développement et de renforcement
des infrastructures locales d'accès au marché.
Amélioration de l'environnement aval de la production, notamment l'appui à la
Impact du projet :
transformation et à la commercialisation du bétail et de la viande
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec le Ministère en
Organisation et gestion du charge des ressources Animales et Halieutiques. Un Comité Technique sera mis en
projet : place pour le suivi quotidien des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place
pour donner les grandes orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles) pour
Suivi et évaluation : apprécier l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et

70
disponibles.

Mécanisme
La pérennité du projet sera assurée par le MIRAH.
d’appropriation/Pérennisation :
Périmètres d’externalisation Les bornes pratiques pourraient être mises en œuvre dans d’autres localités à fort
envisageables : potentiel d’activité pastorale

Enjeux futurs (besoins actuels et


Développement des activités pastorales et des métiers connexes
évolution) :
Contraintes (fonctionnelles,
Collaboration des autorités administratives et coutumières des localités
calendaires ou financières) :

Financement
Coût total du projet (FCFA) : 7 690 000 000
Sources Acquis A rechercher
Etat 760 000 000
Financement (FCFA)
Collectivités territoriales 153 800 000
Bailleurs de fonds 6 767 200 000

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
 Etat X BOT*
 Partenaire  BOO**
Conception
X Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Mise en œuvre  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
 Etat  BOT
Exploitation  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
Usage
 Etat/collectivité  Possibilités de revenus annexes
Rémunération publique  Paiement incitatif possible ?
partenaires X Usager/client final
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

71
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°12

Nom du Projet : PROJET DE REHABILITATION DE LA STATION PISCICOLE DE LOKA


(BOUAKE)
Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Foresterie  Environneme
 Production vivrière Pêche  Industries du nt
 Production maraîchère Aquaculture bois  Salubrité
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale  Autres à  Développeme
 Production horticole  Santé animale préciser. nt durable
 Aménagement hydro-agricole  Hygiène publique vétérinaire  Autres à
 Foncier rural  Transformation produits animaux préciser…..
 Agro-industrie  Transformation produits halieutiques
 Agro-alimentaire  Autres à préciser…
 Agri business
 Autres à préciser……

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Animales et Contacts : Tél. : 00225 20 21 88 75
Halieutiques (MIRAH) Cel. : 00225 05 77 15 73
Etat de préparation : Identification de projet
Zone D’intervention : Région du Gbêkê (Loka-Bouaké)
Durée: 3 ans Début: 2016 Fin : 2018
Grandes lignes du projet
La station piscicole de la Loka a été créée avec 23 étangs. Les résultats probants
enregistrés ont été la mise à disposition des alevins sur toute l’année aux pisciculteurs
avec un dispositif de recherche développement efficace. Cependant lors de la crise
socio politique, Tout le système d’alimentation (tuyauterie) apparent a été saccagé par
des actes de vandalisme ou endommagé par le feu.
Contexte et justification : Les pisciculteurs de la région par manque d’alevins de qualité ont abandonné l’activité
de productions de poissons.
Le projet permettra de relancer la pisciculture dans la région en vue d’atteindre les
objectifs fixés par le Plan Stratégique de Développement de l’Elevage, de la Pêche et
de l’aquaculture) PSDEPA 2014-2020 qui est de produire 200 000 tonnes en 2020 par
l’aquaculture.
Ce projet vise à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition en Côte d’Ivoire par la
Objectif global : facilitation de l’accès des alevins de qualité aux pisciculteurs et par la réponse aux
besoins sans cesse croissant de demande d’alevins dans tout le centre du pays.
5. réhabiliter la station d’alevinage de Loka ;
6. conduire un élevage de reproducteurs ;
Objectifs spécifiques: 7. produire et commercialiser des alevins de qualité ;
8. renforcer les capacités des techniciens et former les aquaculteurs aux métiers de
l’aquaculture ;

Bénéficiaires :  partenaires privés

72
 Etat de Côte D’ivoire,
 aquaculteurs,
 Techniciens, Etudiants.
 composante 1 : Réhabilitation de la station d’alevinage de Loka;
 composante 2 : Installation d’un élevage de reproducteurs ;
Composantes :
 composante 3 : Production et commercialisation d’alevins de qualité ;
 composante 4 : Gestion du projet.
 la station d’alevinage de Loka est réhabilitée et fonctionnelle ;
 un élevage de reproducteurs est installé;
 la production et la commercialisation d’alevins de qualité sont effectives ;
Résultats attendus :
 la formation des techniciens et des aquaculteurs aux métiers de l’aquaculture est
assurée ;
 des exploitations satellites de fermes piscicoles sont créées.

 réaliser des études de faisabilité


 Réhabiliter la station avec toutes les infrastructures nécessaires
Activités à conduire :  Conduire les élevages de reproducteurs mise en place
 Former les aquaculteurs et techniciens
 Commercialiser les alevins et les productions

Impact du projet : La production halieutique nationale est accrue et des emplois sont créés

Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec Ministère en charge
Organisation et gestion du des ressources Animales. Un Comité Technique sera mis en place pour le suivi quotidien
projet : des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place pour donner les grandes
orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles) pour apprécier
l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

La pérennité du projet se traduira par les ressources propres qui seront générées avec
Mécanisme la commercialisation des alevins et des productions pour être réinvesties dans la
d’appropriation/Pérennisation :
station.

Périmètres d’externalisation
Installation de fermes satellitaires autour de la station
envisageables :

Enjeux futurs (besoins actuels et Une production massive d’alevins de qualité pour exploiter au maximum les immenses
évolution) : potentialités aquacoles de la Côte d’Ivoire.

- Réalisation de l’étude globale de la remise en état de la station d’Alevinage de Loka


Contraintes (fonctionnelles, (Bouaké) ;
calendaires ou financières) : - Réalisation de l’étude sur la rentabilité financière et économique de la station ;
- Réalisation de l’étude sur le mode de gestion de la station (PPP).

Financement ($)
Coût total du projet (FCFA) :

73
Sources Acquis A rechercher
Financement (FCFA)
Etat
($)
les conclusions des études de faisabilité
permettrons de mieux apprécier le cout de Partenaire
mie en fonction de la station

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
X BOT*
 Etat
 BOO**
Conception  Partenaire
 DSP***
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Mise en œuvre  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité publique
 Possibilités de revenus annexes
Rémunération partenaires X Usager/client final
 Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

74
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°13

Nom du Projet : PROJET DE REHABILITATION DE LA STATION PISCICOLE D’ASSOUMOUKRO


– ABENGOUROU
Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Foresterie  Environneme
 Production vivrière Pêche  Industries du nt
 Production maraîchère Aquaculture bois  Salubrité
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale  Autres à  Développeme
 Production horticole  Santé animale préciser. nt durable
 Aménagement hydro-agricole  Hygiène publique vétérinaire  Autres à
 Foncier rural  Transformation produits animaux préciser…..
 Agro-industrie  Transformation produits halieutiques
 Agro-alimentaire  Autres à préciser…
 Agri business
 Autres à préciser……

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Animales et Contacts : Tél. : 00225 20 21 88 75
Halieutiques (MIRAH) Cel. : 00225 05 77 15 73
Etat de préparation : Identification de projet
Zone D’intervention : Région de l’Indénié Djuablin (Abengourou- Assoumoukro)
Durée: 3 ans Début: 2016 Fin : 2018
Grandes lignes du projet
La station piscicole d’Assoumoukro a été créée 1958 avec 21 étangs et 2 barrages. Les
résultats probants enregistrés ont été la mise à disposition des alevins et des
reproducteurs sur toute l’année aux pisciculteurs avec un dispositif d’appui de
recherche développement efficace conservation de souches et reproducteurs. Cette
station est aujourd’hui abandonnée. Des pisciculteurs de la région par manque
Contexte et justification :
d’alevins de qualité ont abandonné l’activité de productions de poissons.
Le projet permettra de relancer la pisciculture dans la région en vue d’atteindre les
objectifs fixés par le Plan Stratégique de Développement de l’Elevage, de la Pêche et
de l’aquaculture) PSDEPA 2014-2020 qui est de produire 200 000 tonnes en 2020 par
l’aquaculture.
Ce projet vise à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition en Côte d’Ivoire par la
Objectif global : facilitation de l’accès des alevins de qualité aux pisciculteurs et par la réponse aux
besoins sans cesse croissant de demande d’alevins dans l’Est du pays.
9. réhabiliter la station d’alevinage d’Assoumoukro ;
10. conduire un élevage de reproducteurs ;
Objectifs spécifiques: 11. produire et commercialiser des alevins de qualité ;
12.renforcer les capacités des techniciens et former les aquaculteurs aux métiers de
l’aquaculture ;

 partenaires privés
Bénéficiaires :
 Etat de Côte D’ivoire,

75
 aquaculteurs,
 Techniciens, Etudiants.

 composante 1 : Réhabilitation de la station d’alevinage d’Assoumoukro;


 composante 2 : Installation d’un élevage de reproducteurs ;
Composantes :
 composante 3 : Production et commercialisation d’alevins de qualité ;
 composante 4 : Gestion du projet.
 la station d’alevinage d’Assoumoukro est réhabilitée et fonctionnelle ;
 un élevage de reproducteurs est installé;
 la production et la commercialisation d’alevins de qualité sont effectives ;
Résultats attendus :
 la formation des techniciens et des aquaculteurs aux métiers de l’aquaculture est
assurée ;
 des exploitations satellites de fermes piscicoles sont créées.

 réaliser des études de faisabilité


 Réhabiliter la station avec toutes les infrastructures nécessaires
Activités à conduire :  Conduire les élevages de reproducteurs mise en place
 Former les aquaculteurs et techniciens
 Commercialiser les alevins et les productions

Impact du projet : La production halieutique nationale est accrue et des emplois sont créés

Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec Ministère en


Organisation et gestion du charge des ressources Animales. Un Comité Technique sera mis en place pour le suivi
projet : quotidien des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place pour donner les
grandes orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles) pour apprécier
l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

La pérennité du projet se traduira par les ressources propres qui seront générées
Mécanisme avec la commercialisation des alevins et des productions pour être réinvesties dans
d’appropriation/Pérennisation :
la station.

Périmètres d’externalisation
Installation de fermes satellitaires autour de la station
envisageables :

Enjeux futurs (besoins actuels et Une production massive d’alevins de qualité pour exploiter au maximum les
évolution) : immenses potentialités aquacoles de la Côte d’Ivoire.

- Réalisation de l’étude globale de la remise en état de la station d’Alevinage


Contraintes (fonctionnelles, d’Assoumoukro (Abengourou) ;
calendaires ou financières) : - Réalisation de l’étude sur la rentabilité financière et économique de la station ;
- Réalisation de l’étude sur le mode de gestion de la station (PPP).

Financement ($)
Coût total du projet (FCFA) :
Financement (FCFA) Sources Acquis A rechercher

76
Etat
($)
les conclusions des études de faisabilité
permettrons de mieux apprécier le cout de Partenaire
mie en fonction de la station

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
X BOT*
 Etat
 BOO**
Conception  Partenaire
 DSP***
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Mise en œuvre  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité publique
 Possibilités de revenus annexes
Rémunération partenaires X Usager/client final
 Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

77
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE N°14

Nom du Projet : PROJET DE REHABILITATION DE LA STATION PISCICOLE DE DOMPLEU (MAN)


Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Foresterie  Environneme
 Production vivrière Pêche  Industries du nt
 Production maraîchère Aquaculture bois  Salubrité
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale  Autres à  Développeme
 Production horticole  Santé animale préciser. nt durable
 Aménagement hydro-agricole  Hygiène publique vétérinaire  Autres à
 Foncier rural  Transformation produits animaux préciser…..
 Agro-industrie  Transformation produits halieutiques
 Agro-alimentaire  Autres à préciser…
 Agri business
 Autres à préciser……

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Ressources Animales et Contacts : Tél. : 00225 20 21 88 75
Halieutiques (MIRAH) Cel. : 00225 05 77 15 73
Etat de préparation : Identification de projet
Zone D’intervention : Région des 18 Montagnes (Dompleu-Man)
Durée: 3 ans Début: 2016 Fin : 2018
Grandes lignes du projet
Le centre piscicole de Dompleu a été crée avec 94 étangs. Les résultants probants
enregistrés ont été la mise à disposition des alevins et poissons d’élevage sur toute
l’année aux pisciculteurs et la redynamisation de l’activité piscicole en Côte d’Ivoire en
particulier dans la région des montagnes. Cependant lors de la crise socio politique, le
centre de Dompleu a été véritablement ravagé. Tous les bâtiments ont été décoiffés et
vidés de tous leurs équipements. Tout le centre se trouve dans une véritable jachère
Contexte et justification : forestière ; ce qui nécessite d’énormes travaux de défrichement. Des pisciculteurs ont
abandonné l’activité à cause de la difficulté d’accès aux alevins et poissons d’élevage
de qualité.
Le projet permettra de relancer la pisciculture dans la région en vue d’atteindre les
objectifs fixés par le Plan Stratégique de Développement de l’Elevage, de la Pêche et
de l’aquaculture) PSDEPA 2014-2020 qui est de produire 200 000 tonnes en 2020 par
l’aquaculture.
Ce projet vise à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition en Côte d’Ivoire par la
Objectif global : facilitation de l’accès des alevins de qualité aux pisciculteurs et par la réponse aux
besoins sans cesse croissant de demande d’alevins dans tout l’ouest du pays.
13. réhabiliter la station d’alevinage de Dompleu ;
14. conduire un élevage de reproducteurs ;
Objectifs spécifiques: 15. produire et commercialiser des alevins de qualité ;
16. renforcer les capacités des techniciens et former les aquaculteurs aux métiers
de l’aquaculture ;

78
 partenaires privés
 Etat de Côte D’ivoire,
Bénéficiaires :
 aquaculteurs,
 Techniciens, Etudiants.

 composante 1 : Réhabilitation de la station d’alevinage de Dompleu;


 composante 2 : Installation d’un élevage de reproducteurs ;
Composantes :
 composante 3 : Production et commercialisation d’alevins de qualité ;
 composante 4 : Gestion du projet.
 la station d’alevinage de Dompleu est réhabilitée et fonctionnelle ;
 un élevage de reproducteurs est installé;
 la production et la commercialisation d’alevins de qualité sont effectives ;
Résultats attendus :
 la formation des techniciens et des aquaculteurs aux métiers de l’aquaculture est
assurée ;
 des exploitations satellites de fermes piscicoles sont créées.

 réaliser des études de faisabilité


 Réhabiliter la station avec toutes les infrastructures nécessaires
Activités à conduire :  Conduire les élevages de reproducteurs mise en place
 Former les aquaculteurs et techniciens
 Commercialiser les alevins et les productions

Impact du projet : La production halieutique nationale est accrue et des emplois sont créés

Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec Ministère en charge
Organisation et gestion du des ressources Animales. Un Comité Technique sera mis en place pour le suivi quotidien
projet : des travaux et un Comité de pilotage sera mis en place pour donner les grandes
orientations et faire le lien entre les partenaires.

 La Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes du MIRAH


effectuera régulièrement des revues (à mi-parcours et annuelles) pour apprécier
l’état d’avancement des travaux sur le terrain;
Suivi et évaluation :
 Le partenaire privé fera des missions de supervision, des audits ;
 Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et
disponibles.

La pérennité du projet se traduira par les ressources propres qui seront générées avec
Mécanisme la commercialisation des alevins et des productions pour être réinvesties dans la
d’appropriation/Pérennisation :
station.

Périmètres d’externalisation
Installation de fermes satellitaires autour de la station
envisageables :

Enjeux futurs (besoins actuels et Une production massive d’alevins de qualité pour exploiter au maximum les immenses
évolution) : potentialités aquacoles de la Côte d’Ivoire.

- Réalisation de l’étude globale de la remise en état de la station d’Alevinage de


Contraintes (fonctionnelles, Dompleu (Man) ;
calendaires ou financières) : - Réalisation de l’étude sur la rentabilité financière et économique de la station ;
- Réalisation de l’étude sur le mode de gestion de la station (PPP).

Financement ($)
Coût total du projet (FCFA) :

79
Sources Acquis A rechercher
Financement (FCFA)
Etat
($)
les conclusions des études de faisabilité
permettrons de mieux apprécier le cout de Partenaire
mie en fonction de la station

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
X BOT*
 Etat
 BOO**
Conception  Partenaire
 DSP***
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
 Etat X BOT
Financement  Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Mise en œuvre  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
X BOT
 Etat
 BOO
Exploitation  Partenaire
 DSP
X Etat/partenaire
 Autres (à préciser)
Usage
 Etat/collectivité publique
 Possibilités de revenus annexes
Rémunération partenaires X Usager/client final
 Paiement incitatif possible ?
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

80
RECHERCHE DE
FINANCEMENT PUBLIC
(17 projets)
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES
ANIMALES ET HALIEUTIQUES

FICHE PROJET N°01 - PUBLIC


PROJET DE MISE AUX NORMES DES SERVICES
1. Intitulé du Projet : VETERINAIRES DE LA COTE D’IVOIRE

2. Secteur/Domaine : Santé animale / sécurité sanitaire des aliments

 Amélioration de la productivité et de la compétitive des productions


3. Programme (s) PNIA : végétales, animales et halieutiques ;
 Développement des filières.

 Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants agricoles


4. Sous-Programme PNIA : et vétérinaires ;
 Relance de la filière porcine et avicole
5. Instances de mise en œuvre Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
(Maitre d’ouvrage) :

 Direction des Services Vétérinaires (Maitre d’ouvrage délégué).


6. Parties prenantes du projet :
 UGP (Maitrise d’œuvre)

7. Date de début et de fin du


Début : 2016 Fin projet : 2021
.

projet :
Durée : 6 Ans

 Objectif global
Le projet vise le renforcement Services vétérinaires en Côte d’Ivoire en
vue d’assurer la maitrise des maladies animales, de garantir la salubrité
et la qualité des denrées animales et d'’origine animale.
8. Objectifs du Projet :
 Objectifs spécifiques
De façon spécifique, il s’agira d’améliorer les cinq piliers correspondants
aux attributions des Services Vétérinaires : l’organisation générale, la
santé animale, la sécurité sanitaire des aliments, les laboratoires
d’analyse, et le commerce international.
9. Liens et interactions avec -
d’autres projets : -
 Composante 1 : renforcement des compétences pour les échanges
internationaux;
 Composante 2 : Renforcement des capacités en matière de santé
animale et santé publique vétérinaire ;
10. Composantes du projet :
 Composante 3: renforcement des compétences pour les laboratoires
vétérinaires ;
 Composante 4 : Renforcement des compétences pour la gestion
générale et des services réglementaires
11. Chronogramme indicatif
d’exécution :

72
12. Budget estimatif (par
composante et/ou activités).
[Préciser degré de précision des
estimations annualisées 2015-
2020] Coût total : estimé à 35 359 544 700 FCFA HTVA (trente-cinq milliards
Ratio trois cent cinquante-neuf millions cinq cent quarante-quatre mille sept
Evaluation Préliminaire cent francs CFA) pour les 4 composantes.
Avant-projet détaillé
Marché signé
Identification
13. Etat de préparation :
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources Animales et
Halieutiques, Effet 3, Extrant 3.3 Action 3.3.10 et Effet 4 Extrant 4.1,
Action 4.1.3
15. Référence PIP : Non encore inscrit au PIP
16. Mode de financement du Projet Etat
: Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
17. Etat de mobilisation des
financements
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
1 – Indispensable
2 – Nécessaire
18. Niveau de priorité
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

73
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°02 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet PROJET D’AMELIORATION GENETIQUE DU CHEPTEL BOVIN ET
: OVIN

2. Secteur/Domaine : Amélioration génétique/Recherche et Développement / Formation

 Amélioration de la productivité et de la compétitivité des productions animales,


végétales et halieutiques
3. Programme PNIA :
 Développement des filières
 Amélioration de la gouvernance du secteur
 Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants agricoles et
vétérinaires ;
 Renforcement des services de conseil agricole, recherche – développement et
4. Sous-Programmes PNIA : formation ;
 Redynamisation des productions alimentaires
 végétales et animales ;
 Gestion de la transhumance et des parcours
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
d’ouvrage) :
 Direction des Production d’Elevage (Maitre d’ouvrage délégué)
6. Parties prenantes du projet
 UGP (Maitrise d’œuvre)
Début : 2016 Fin projet : 2020
.

7. Date de début et de fin du projet


Durée : 5 ans
Objectif global
Améliorer la productivité des élevages en améliorant le potentiel génétique des
races locales et les conserver en vue de renforcer la sécurité alimentaire et
augmenter les revenus des populations rurales.

8. Objectifs du Projet : Objectifs spécifiques


1. Réhabiliter et créer des stations d’élevage ;
2. Conserver les races locales et en améliorer le potentiel génétique ;
3. Renforcer la capacité professionnelle des Producteurs (Promoteurs et Agro
éleveurs) et des Techniciens.
 Mise à disposition de matrices au Projet de Développement de l’Elevage en Côte
d’Ivoire ;
9. Liens et interactions avec d’autres
projets :  Projet d’Appui à l’Amélioration de la Santé Animale et de l’Hygiène Public
Vétérinaire pour la santé des animaux.

 Composante 1 : Réhabilitation et équipement des stations d’élevage


10. Composantes du projet :  Composante 2 : Amélioration génétique du cheptel
 Composante 3 : Production et diffusion d’animaux performants

74
 Composante 4 : Renforcement de la capacité professionnelle des producteurs
et techniciens
 Composante 5 : Gestion du projet
11. Chronogramme indicatif
d’exécution :
12. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de
précision des estimations annualisées Coût total : 2 801 391 000 FCFA HTVA (deux milliards huit cent un millions trois cent
2015-2020] quatre-vingt-onze mille francs CFA) pour les 4 composantes.
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
Identification
Evaluation
13. Etat de préparation : Mobilisation des financements
Exécution
Résultat stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources Animales et
14. Référence PND : Halieutiques, Effet 4, Extrant 4.1, Action 4.1.1
15. Référence PIP : Projet non Inscrit au PIP
Etat
Privé
16. Mode de financement du Projet : PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
17. Etat de mobilisation des
financements : Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs

1 – Indispensable
2 – Nécessaire
18. Niveau de priorité :
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

75
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°03 - PUBLIC

1. Intitulé du Projet PROJET D’APPUI AU DEVELOPPEMENT DE L’ELEVAGE EN


: COTE D’IVOIRE

2. Secteur/Domaine : Elevage

 Amélioration de la productivité et de la compétitivité des productions


3. Programmes PNIA : agricoles ;
 Développement des filières

 Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants agricoles et


vétérinaires ;
 Promotion de la mécanisation des exploitations et des petites unités de
4. Sous-Programme PNIA : transformation des productions agricoles ;
 Renforcement de l’environnement commercial des filières agricoles ;
 Développement de la transformation et la conservation des productions
agricoles animales et halieutiques
5. Instances de mise en œuvre (Maitre
Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
d’ouvrage) :
 Direction des Production d’Elevage (Maitre d’ouvrage délégué).
6. Parties prenantes du projet :
 Unité de Gestion du Projet (UGP) (Maitrise d’œuvre)

Début : 2016 . Fin projet : 2020


7. Date de début et de fin du projet :
Durée : 5 ans

 Objectif global
Assurer la couverture des besoins nationaux en viande et produits d’élevage et
améliorer le revenu des éleveurs
8. Objectifs du Projet :
 Objectifs spécifiques
Améliorer la production de la viande et du lait par le développement des
élevages de bovins, ovins, caprins, porcins, volailles (modernes et
traditionnelles) et par la promotion des élevages en développement

 Projet d’Appui à la Santé Animale et à l’Hygiène Public Vétérinaire pour le suivi


9. Liens et interactions avec d’autres sanitaire des fermes ;
projets :  Projet de Gestion Intégrée des Ranches et Stations pour la fourniture des
géniteurs
 Composante 1 : appui à la production
 Composante 2 : aménagement hydro agropastoral
 Composante 3 : appui à la transformation et à la commercialisation ;
10. Composantes du projet :
 Composante 4 : vulgarisation et recherche développement
 Composante 5 : renforcement des capacités
 Composante 6 : gestion du projet
11. Chronogramme indicatif d’exécution :

76
12. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de
précision des estimations annualisées
2015-2020] Coût total : estimé à 24 259 000 000 FCFA HTVA (Vingt quatre milliards deux
Ratio cent cinquante neuf million de francs CFA) pour les 6 composantes.
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
Identification
Evaluation
13. Etat de préparation :
Mobilisation des financements
Exécution
Résultat 2, Secteur Agriculture et Ressources Animales et Halieutiques, Effet
14. Référence PND :
3, Extrant 3.3
15. Référence PIP : Projet inscrit au PIP
Etat
16. Mode de financement du Projet : Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement acquis [Préciser]
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
17. Etat de mobilisation des financements :
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
1 – Indispensable
18. Niveau de priorité : 2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

77
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°04 - PUBLIC


PROJET D’APPUI A LA GESTION DE L’ESPACE RURAL
1. Intitulé du Projet : ET PASTORAL (PAGERPA)

2. Secteur/Domaine : Alimentation animale


 Amélioration de productivité et de la compétitivité des productions
3. Programmes PNIA : végétales, animales et halieutiques ;
 Amélioration de la gouvernance du secteur agricole
 Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants agricoles
et vétérinaires ;
 Renforcement des services de conseil agricole, de recherche –
4. Sous-Programme PNIA : développement et de formation ;
 Gestion durable des terres ;
 Renforcement du cadre légal et Réglementaire ;
 Gestion de la transhumance et des parcours.
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
d’ouvrage) :
 Direction des de la Nutrition Animale et de la Gestion de l’Espace
6. Parties prenantes du projet : Pastoral (Maitre d’ouvrage délégué)
 Unité de Gestion du Projet (UGP) (Maitrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du projet : Début : 2016 Fin projet : 2020
.

Durée : 5 ans
 Objectif global
Contribuer à la réduction de la pauvreté en milieu rural à travers le
renforcement de la filière agropastorale
8. Objectifs du Projet :
 Objectifs spécifiques
Relancer le développement durable de l’élevage bovin en Côte d’Ivoire
9. Liens et interactions avec d’autres
projets : -
 Composante 1 : Prévention et gestion des conflits agriculteurs-
éleveurs et Promotion de l’association agriculture-élevage
 Composante 2: Appui à la professionnalisation de la filière
10. Composantes (et/ou activités) du agropastorale ;
projet :  Composante 3: Réhabilitation et conservation du germoplasme et
appui à la production de fourrage et de semences fourragères;
 Composante 4: renforcement du cadre institutionnel et
réglementaire;
 Composante 5 : Gestion du projet.
11. Chronogramme indicatif
d’exécution :

78
12. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de
précision des estimations annualisées
2015-2020] Coût total : estimé à 9 896 636 000 FCFA HTVA (neuf milliards huit cent
Ratio
quatre vingt seize millions six cent trente six mille francs CFA) pour les
Evaluation Préliminaire 5 composantes.
Avant-projet détaillé
Marché signé
Identification
Evaluation
13. Etat de préparation :
Mobilisation des financements
Exécution
Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources Animales et
14. Référence PND :
Halieutiques, Effet 4, Extrant 4.1 Action 4.1.2
15. Référence PIP : Non encore Inscrit au PIP
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
17. Etat de mobilisation des Bailleurs extérieurs [Préciser]

financements
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs….
1 – Indispensable
18. Niveau de priorité 2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

79
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°05 - PUBLIC


PROJET D’APPUI À LA SANTÉ ANIMALE ET À L’HYGIÈNE
1. Intitulé du Projet : PUBLIQUE VÉTÉRINAIRE (PASA-HPV)

2. Secteur/Domaine : Santé animale / sécurité sanitaire des aliments

 Amélioration de la productivité et de la compétitive des productions


3. Programme (s) PNIA : végétales, animales et halieutiques ;
 Développement des filières.

 Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants agricoles et


4. Sous-Programme PNIA : vétérinaires ;
 Relance de la filière porcine et avicole
5. Instances de mise en œuvre Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
(Maitre d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet :  Direction des Production d’Elevage (Maitre d’ouvrage délégué)
 UGP (Maitrise d’œuvre)

Début : 2016 . Fin projet : 2020


7. Date de début et de fin du projet :
Durée : 5 ans
 Objectif global
améliorer la santé animale et de garantir la sécurité sanitaire des denrées
animales et d’origine animale en Côte d’Ivoire

8. Objectifs du Projet :
 Objectifs spécifiques
1. améliorer la santé animale ;
2. améliorer l’hygiène et la qualité des DAOA ;

9. Liens et interactions avec


d’autres projets : -

 Composante 1 : Maîtrise des maladies animales ;


 Composante 2 : Renforcement des capacités des laboratoires ;
 Composante 3 : Renforcement des activités de pharmacie vétérinaire ;
10. Composantes (et/ou activités)  Composante 4 : Renforcement de la biosécurité et du bien être des
du projet :
animaux ;
 Composante 5 : Amélioration de l’inspection zoo sanitaire ;
 Composante 6 : Etude, formation et communication ;
 Composante 7 : Organisation et gestion du projet.

11. Chronogramme indicatif


d’exécution :

80
12. Budget estimatif (par
composante et/ou activités).
[Préciser degré de précision des
estimations annualisées 2015-
2020]
Coût total : estimé à 15 000 000 000 FCFA HTVA (Quinze milliards de francs
Ratio
CFA) pour les 7 composantes.
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
Identification
13. Etat de préparation :
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources Animales et
Halieutiques, Effet 3, Extrant 3.3 Action 3.3.10 et Effet 4 Extrant 4.1, Action
4.1.3
15. Référence PIP : Projet Inscrit au PIP
Etat
16. Mode de financement du
Privé
Projet : PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement acquis [Préciser]
Etat
Privé
PPP
17. Etat de mobilisation des Bailleurs extérieurs [Préciser]
financements Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs….
1 – Indispensable
18. Niveau de priorité 2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

81
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°06 - PUBLIC


PROJET D’APPUI AU DEVELOPPEMENT DE
1. Intitulé du Projet : L’AQUACULTURE EN COTE D’IVOIRE

2. Secteur/Domaine : Aquaculture
3. Programme (s) PNIA : Gestion Durable des Ressources Halieutiques
4. Sous-Programme PNIA : Développement de l’Aquaculture
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
d’ouvrage) :
 Direction de l’Aquaculture et des pêches (Maitre d’ouvrage délégué)
6. Parties prenantes du projet :
 Unité de Gestion du Projet (Maitrise d’œuvre)
Début : 2016 Fin projet : 2020
.

7. Date de début et de fin du projet :


Durée : 5 ans
 Objectif global
Assurer la sécurité alimentaire en protéines animales pour les
populations vivant en Côte d’Ivoire

8. Objectifs du Projet :  Objectifs spécifiques


 Réhabiliter les infrastructures de production halieutiques ;
 Réorganiser la filière piscicole en Côte d’Ivoire ;
 Relancer la production halieutique nationale.
9. Liens et interactions avec d’autres
-
projets :
 Composante 1 : Amélioration génétique des espèces ;
10. Composantes (et/ou activités) du
 Composante 2 : Appui à la production aquacole ;
projet :
 Composante 3: Gestion du projet.
11. Chronogramme indicatif d’exécution :
12. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de
précision des estimations annualisées
Coût total : estimé à 18 884 407 000 FCFA HTVA (dix huit millions huit cent
2015-2020]
quatre vingt quatre million quatre cent sept mille francs CFA) pour les 3
Ratio
Evaluation Préliminaire composantes.
Avant-projet détaillé
Marché signé

Identification
Evaluation
13. Etat de préparation :
Mobilisation des financements
Exécution
Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources Animales et
14. Référence PND :
Halieutiques, Effet 5, Extrant 5.2 Action 5.2.1, 5.2.2, 5.2.3

15. Référence PIP : Non encore inscrit au PIP

82
Etat
Privé
16. Mode de financement du Projet :
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement acquis [Préciser]
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
17. Etat de mobilisation des financements
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs…
1 – Indispensable
18. Niveau de priorité 2 – Nécessaires
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

83
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N° 07 - PUBLIC


PROJET DE RELANCE DE LA PECHE SUR LES LACS HYDRO
1. Intitulé du Projet : AGRICOLES DE LA REGION DES SAVANES

2. Secteur/Domaine : Aquaculture / pêche

3. Programme (s) PNIA : Gestion Durable des Ressources Halieutiques

 Développement de l’Aquaculture
4. Sous-Programme PNIA :
 Développement de la pêche maritime, lagunaire et continentale
5. Instances de mise en œuvre (Maitre
Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet :  Direction de l’Aquaculture et des pêches (Maitre d’ouvrage délégué)
 UGP (Maitrise d’œuvre)

Début : 2017 Fin projet : 2019


.

7. Date de début et de fin du projet :


Durée : 3 ans

 Objectif global
Contribuer à combler en partie le déficit de produits halieutiques et de réduire
la pauvreté et la vulnérabilité des communautés de pêche

8. Objectifs du Projet :  Objectifs spécifiques


1. Rétablir le niveau de productivité des lacs hydro agricoles ;
2. Améliorer les moyens d’existence des populations riveraines ;
3. Renforcer le cadre institutionnel et réglementaire du secteur des
pêches.
4. Liens et interactions avec d’autres
-
projets :
 Composante 1 : Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire du
secteur des pêches
5. Composantes (et/ou activités) du  Composante 2 : Empoissonnement et gestion des lacs hydro-agricoles;
projet :  Composante 3 .Amélioration des moyens d’existence des populations
riveraines ;
 Composante 4 : Gestion du Projet
6. Chronogramme indicatif
d’exécution :
7. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de
précision des estimations annualisées
2015-2020] Coût total : estimé à 697 290 000 FCFA HTVA (six cent quatre-vingt-dix-sept
Ratio millions deux cent quatre-vingt-dix mille francs CFA) pour les 4 composantes.
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

84
Identification
Evaluation
8. Etat de préparation :
Mobilisation des financements
Exécution

Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources Animales et


9. Référence PND :
Halieutiques, Effet 3, Extrant 3.3 Action 3.3.12 et Effet 5, Extrant 5.2

10. Référence PIP : Non encore inscrit au PIP


Etat
Privé
11. Mode de financement du Projet :
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
12. Etat de mobilisation des
financements
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
1 – Indispensable
2 – Nécessaire
13. Niveau de priorité 3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

85
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
DES RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES

FICHE PROJET N° 08 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet PROJET DE RELANCE DE LA FILIERE PORCINE
IVOIRIENNE
:

2. Secteur/Domaine Amélioration génétique / Production Animale


:
 Amélioration de la productivité et de la compétitivité des productions
3. Programmes PNIA : agricoles;
 Développement des filières

 Renforcer les services de conseil agricole, recherche-développement


et de formation ;
4. Sous-Programme PNIA :  Développement de la transformation et la conservation des produits
agricoles, animaux et halieutiques

5. Instances de mise en œuvre


(Maitre Ministère des Ressources Animales et Halieutiques

d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet Société Ivoirienne d’Abattage et de Charcuterie (SIVAC)
:
7. Date de début et de fin du Début : 2015 Fin projet : 2019
Durée : 05 ans
projet :
 Objectif global:
Accroitre la production nationale de la viande porcine

8. Objectifs du Projet  Objectifs spécifiques:


: 1. Créer une structure d’amélioration génétique porcine nationale ;
2. Diffuser des reproducteurs de haut potentiel génétique ;
3. Assurer la formation professionnelle et l’encadrement des
jeunes.

 Expérience d’amélioration génétique avec AFRIPORC, LANADA et


9. Liens et interactions avec
FIRCA
d’autres  Expérience de diffusion génétique de la SIVAC de 1992 à 1995 (864
projets : reproducteurs améliorés diffusés)

86
 Création du centre d’Amélioration Génétique: An1 à An2
 Acquisition des animaux de races pures: An1 à An5
10. Chronogramme indicatif  Mise en œuvre du programme d’Amélioration
d’exécution Génétique……………………………………..: An2 à An5
 Production de géniteurs améliorés…………..: An3 à An5
:  Diffusion de géniteurs………………………...: An3 à An5
 Formation et insertion des jeunes ……………: An2 à An5

11. Budget estimatif (par


composante et/ou activités). Coût total : estimé à 5 780 332 425 FCFA HTVA (deux milliards quatre
[Préciser degré de précision cent soixante-douze millions cinq cent cinquante-neuf mille deux cent
soixante-huit francs CFA) pour les composantes.
des estimations annualisées
2015-2020] Composante 1 : 828 000 000 F CFA
Composante 2 : 3 076 939 055 FCFA
Ratio Composante 3 : 553 770 000 FCFA
Evaluation Préliminaire Composante 4 : 1 321 623 370 FCFA

Avant-projet détaillé
Marché signé
Identification
12. Etat de Evaluation
Mobilisation des financements
préparation : Exécution

Résultat stratégique 2, secteur agriculture ressources animales et


13. Référence PND halieutiques, Effet 3 : Les filières agricoles, animales et halieutiques sont
: développées

14. Référence PIP Projet inscrit au PIP


:
Etat
15. Mode de financement du Privé
PPP
Projet : Bailleurs extérieurs [non encore disponible]

Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
16. Etat de mobilisation des Bailleurs extérieurs [Préciser]
financements Financement à rechercher
Etat
:
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [non encore disponible]
1 – Indispensable
17. Niveau de 2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
priorité :
4 – Utile à moyen terme

87
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail

MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES


ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°09 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
PROJET D’APPUI AUX COMMUNAUTES DE
PECHEURS ARTISANS (PACPA)

2. Secteur/Domaine : Pêches
3. Programme (s) PNIA : Gestion Durable des Ressources Halieutiques
4. Sous-Programme PNIA : Développement de la pêche maritime lagunaire et
continentale
5. Instances de mise en œuvre (Maitre d’ouvrage) : MIRAH
6. Parties prenantes du projet : - Direction de l’Aquaculture et de la Pêche (Maitre
d’ouvrage délégué)
-Unité de Gestion de Projet (UGP) (Maitrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 5 ans années (fin projet 2020)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global:
Le projet vise à l’amélioration et au renforcement des
conditions de travail et de vie des populations de pêcheurs
artisans
 Objectifs spécifiques
1. Améliorer les performances de la pêche
traditionnelle et la gestion des ressources
halieutiques ;
2. Accroître la valorisation des captures et la
commercialisation des produits halieutiques de la
pêche traditionnelle ;
3. Renforcer les capacités des communautés cibles, et
diversifier leurs moyens d’existence afin de réduire
durablement la pression sur les plans d’eau.
9. Liens et interactions avec d’autres projets : Appui au Renforcement des Capacités et du Cadre
Réglementaire en Matière de Prévention et Réduction des
Pertes après Captures des Produits Halieutiques en Côte
d’Ivoire.
10. Composantes (et/ou activités) du projet :  Composante 1 : Appui pour la gestion des ressources
halieutiques et la réhabilitation d’infrastructures de
désenclavement et de commercialisation
 Composante 2 : Accès aux services financiers
 Composante 3 : Amélioration du cadre de vie
 Composante 4 : Coordination et Gestion du projet.
11. Chronogramme indicatif d’exécution :
12. Budget estimatif (par composante et/ou Coût total : estimé à 9,900 milliards de F.CFA HTVA pour les
activités). [Préciser degré de précision des composantes.
estimations annualisées 2015-2020]
Composante 1 : 2.250
Ratio
Evaluation Préliminaire Composante 2 : 3.900
Avant-projet détaillé Composante 3 : 2.250

88
Marché signé Composante 4 : 1500
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Résultats stratégiques 2; Effet 5- Extrant 5.3; Effet 2-
Extrant 2.1
15. Référence PIP :
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Fonds International
pour le Développement Agricole (FIDA)]
17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

89
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°10 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
PROJET D’APPUI À LA SANTÉ ANIMALE ET À
L’HYGIÈNE PUBLIQUE VÉTÉRINAIRE (PASA-
HPV)

2. Secteur/Domaine : Santé animale / sécurité sanitaire des aliments


3. Programme (s) PNIA :  Amélioration de la productivité et de la compétitive
des productions végétales, animales et halieutiques ;
 Développement des filières.
4. Sous-Programme PNIA :  Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des
intrants agricoles et vétérinaires ;
 Relance de la filière porcine et avicole
5. Instances de mise en œuvre (Maitre d’ouvrage) : Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
6. Parties prenantes du projet : -Direction des Production d’Elevage (Maitre d’ouvrage
délégué)
- UGP (Maitrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 5 années (fin projet 2020)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
améliorer la santé animale et de garantir la sécurité
sanitaire des denrées animales et d’origine animale en
Côte d’Ivoire

 Objectifs spécifiques
3. améliorer la santé animale ;
4. améliorer l’hygiène et la qualité des DAOA ;
améliorer l’appui institutionnel.
9. Liens et interactions avec d’autres projets : -
10. Composantes (et/ou activités) du projet :  Composante 1 : Maîtrise des maladies animales ;
 Composante 2 : Renforcement des capacités des
laboratoires ;
 Composante 3 : Renforcement des activités de
pharmacie vétérinaire ;
 Composante 4 : Renforcement de la biosécurité et du
bien être des animaux ;
 Composante 5 : Amélioration de l’inspection zoo
sanitaire ;
 Composante 6 : Etude, formation et communication ;
 Composante 7 : Organisation et gestion du projet.
11. Chronogramme indicatif d’exécution :

90
12. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des
Coût total : estimé à 15 000 000 000 FCFA HTVA (Quinze
estimations annualisées 2015-2020]
milliards de francs CFA) pour les 7 composantes.
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources
Animales et Halieutiques, Effet 3, Extrant 3.3 Action 3.3.10 et
Effet 4 Extrant 4.1, Action 4.1.3
15. Référence PIP : Projet Inscrit au PIP
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs….
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

91
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°11 - PUBLIC


PROJET D’APPUI AUX RENFORCEMENTS DES ACTIVITES
1. Intitulé du Projet : STATISTIQUES ET DE SUIVI-EVALUATION (PARASSE)

2. Secteur/Domaine : Planification/suivi – évaluation/Statistiques


 Amélioration de la gouvernance du secteur agricole
3. Programme (s) PNIA :  Renforcement des capacités des parties prenantes au développement
de l’agriculture
 Promotion des métiers d'agriculteur, d’éleveur, de pêcheur et de
sylviculteurs
 Renforcement de la collecte et du traitement des statistiques agricoles
et des systèmes d’information d’aide à la décision
4. Sous-Programme PNIA :
 Renforcement des capacités institutionnelles et humaines des services
de planification agricole et de suivi-évaluation
 Renforcement des capacités institutionnelles et humaines de
l’administration agricole
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
d’ouvrage) :
-Direction de la Planification, des Statistiques et des Programmes (Maitre
6. Parties prenantes du projet :
d’ouvrage délégué).
- UGP (Maitrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du projet : Début : 2016 .Fin projet : 2020
Durée : 5 ans
 Objectif global
Améliorer l’évaluation de la contribution du secteur des ressources
animales et halieutiques à l’économie nationale et à la mesure de la
réduction de la pauvreté.

 Objectifs spécifiques

1. Renforcer le cadre institutionnel du système statistique sectoriel


et les capacités techniques et matérielles des structures centrales
8. Objectifs du Projet : et déconcentrées en matériel de collecte, de traitement et
d'analyse des données ;
2. Améliorer la qualité des données statistiques sur les ressources
animales et halieutiques (couverture, périodicité, données
actuelles et exhaustives) ;
3. Connaitre les caractéristiques socio économiques et
démographiques des opérateurs économiques du secteur
(élevage, pêche, pisciculture) ainsi que les caractéristiques des
espèces élevées ;
4. Liens et interactions avec d’autres
projets : -

92
5. Composantes (et/ou activités) du  Composante 1 : Amélioration du cadre institutionnel des statistiques ;
projet :  Composante 2 : Renforcement des capacités ;
 Composante 3: Gestion du projet ;
6. Chronogramme indicatif
d’exécution :
7. Budget estimatif (par
composante et/ou activités).
[Préciser degré de précision des
estimations annualisées 2015- Coût total : estimé à 1 875 727 000 FCFA HTVA (un milliard huit cent soixante
2020] quinze millions sept cent vingt sept mille francs CFA) pour les 3
Ratio composantes.
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
Identification
8. Etat de préparation :
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources Animales et
9. Référence PND :
Halieutiques, Effet 2, Extrant 2.2 et Extrant 2.3
10. Référence PIP : Projet non encore inscrit au PIP
11. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
12. Etat de mobilisation des Bailleurs extérieurs [Préciser]
financements
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs…
1 – Indispensable
13. Niveau de priorité 2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

93
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°12 - PUBLIC


PROJET DE DEVELOPPEMENT DE LA
1. Intitulé du Projet : RIZIPISCICULTURE DANS LE CENTRE-OUEST ET LE
SUD-OUEST DE LA COTE D’IVOIRE

2. Secteur/Domaine : Intégration Irrigation rizicole-Aquaculture

3. Programme PNIA : Gestion durables des Ressources halieutiques

4. Sous-Programme PNIA : Développement de l’aquaculture


5. Instances de mise en œuvre (Maitre
Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
d’ouvrage) :

 Direction des Production d’Elevage (Maitre d’ouvrage délégué)


6. Parties prenantes du projet :
 Cabinets ou opérateurs du secteur, populations qualifiée
(Maitrise d’œuvre)

Début : 2016
7. Date de début et de fin du projet :
Durée : 5 ans Fin projet : 2020

 Objectif global
contribuer à l’amélioration de la situation nutritionnelle et
économique des populations rurales du Centre-Ouest et du Sud-
Ouest de la Côte d’Ivoire

 Objectifs spécifiques
8. Objectifs du Projet : 1. Favoriser la réalisation et assurer une viabilité des
aménagements rizipiscicole
2. Assurer une meilleure pratique et une meilleure
productivité des IIA
3. Favoriser l’émergence d’un environnement professionnel,
capable de s’accaparer et de diffuser l’expérience projet,
et de défendre la filière rizipiscicole

4. Liens et interactions avec d’autres projets : -

 Composante 1 : appui à l’installation des pisciculteurs


 Composante 2 : appui à la structuration des groupes;
5. Composantes (et/ou activités) du projet :
 Composante 3 : vulgarisation et recherche développement ;
 Composante 4 : gestion du projet

6. Chronogramme indicatif d’exécution :

94
7. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision
des estimations annualisées 2015-2020]
Ratio Coût total : estimé à 956 080 660 FCFA HTVA (neuf cent cinquante
Evaluation Préliminaire six millions quatre vingt mille six cent soixante francs CFA) pour les
4 composantes.
Avant-projet détaillé
Marché signé

Identification
Evaluation
8. Etat de préparation :
Mobilisation des financements
Exécution

Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources Animales


9. Référence PND :
et Halieutiques, Effet 5, Extrant 5.2 Action 5.2.1
10. Référence PIP : Non encore inscrit au PIP

Etat
11. Mode de financement du Projet : Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
12. Etat de mobilisation des financements
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
1 – Indispensable
13. Niveau de priorité 2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

95
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCERS ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°13- PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
PROJET D’APPUI A LA MISE EN PLACE D’UN
SYSTEME D’INFORMATION MARCHE DANS LA
FILIERE BETAIL-VIANDE DE COTE D’IVOIRE
(SIM BETAIL)

2. Secteur/Domaine : Elevage / Filière Bétail-Viande


3. Programme (s) PNIA : Programme 2 : Développement des filières
4. Sous-Programme PNIA : Sous-programme 1 : Renforcement de l'environnement
commercial des filières végétales, animales et
halieutiques
5. Instances de mise en œuvre (Maitre d’ouvrage) : Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
6. Parties prenantes du projet : - Direction des Productions d’Elevage (Maitre d’ouvrage
délégué) ;
-Direction de la Planification, des Statistiques et des
Programmes
- UGP (Maitrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 3 années (fin projet 2018)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
L’Objectif général est de créer une base de données
dynamique et consensuelle, relative à la disponibilité
d’informations fiables sur les marchés au service des
acteurs des ressources animales.

 Objectifs spécifiques
- permettre aux opérateurs du Secteur des Ressources
Animales de disposer d’informations fiables et en
temps réel sur les denrées animales de grande
consommation ;
- promouvoir un moyen de lutte contre la vie chère et
contribuer à la préservation de la sécurité
alimentaire ;
- favoriser l’approvisionnement des marchés en
protéines animales ;
- de mettre à la disposition de l’autorité publique un
outil fiable d’aide à la décision, afin de planifier les
interventions d’urgence et d’anticiper sur d’éventuels
problèmes de sécurité alimentaire.
9. Liens et interactions avec d’autres projets : -
10. Composantes (et/ou activités) du projet :  Composante 1 : Mise en place d’un dispositif de
collecte des informations

96
 Composante 2 : Mise en place d’un dispositif de
centralisation, de traitement, de validation et
de stockage des informations
 Composante 3 : Mise en place d’un dispositif
de diffusion des informations traitées
 Composante 4 : Mise en place d’un système de
gestion durable du SIMBV-CI.
11. Chronogramme indicatif d’exécution :
12. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des Coût total : estimé à 223 250 000 FCFA HTVA (six cent
estimations annualisées 2015-2020] soixante quatorze million huit cent vingt mille francs CFA) pour
Ratio les 4 composantes.
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources
Animales et Halieutiques, Effet 3, Extrant 3.1
15. Référence PIP : Projet non encore inscrit au PIP
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs….
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

97
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°14 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
APPUI AU DEVELOPPEMENT DE LA PECHE
CONTINENTALE IVOIRIENNE (PADPCI)

2. Secteur/Domaine : Pêche continentale


3. Programme (s) PNIA : Gestion Durable des Ressources Halieutiques
4. Sous-Programme PNIA : Développement de la pêche maritime, lagunaire et
continentale
5. Instances de mise en œuvre (Maitre d’ouvrage) : Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
6. Parties prenantes du projet : -Direction des Production d’Elevage (Maitre d’ouvrage
délégué).
- UGP (Maitrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 5 années (fin projet 2020)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
contribuer à combler en partie le déficit de la production
nationale de produits halieutiques et de réduire les pertes
post-captures conformément à l’objectif n°1 des OMD, à
savoir : réduire l’extrême pauvreté et la vulnérabilité des
communautés de pêche.

 Objectifs spécifiques

- Réduire les pertes de production au niveau du secteur


post-capture par l’amélioration des conditions de
conservation, de transformation et de commercialisation ;
- Renforcer les capacités techniques de conservation, de
fumage des acteurs du secteur post-capture ;
- Renforcer les capacités de gestion des différents
débarcadères ;
- Améliorer les moyens d’existence des populations
riveraines par la construction ou réhabilitation des
infrastructures de base (écoles, centres de santé, routes
rurales, marchés), par l’optimisation du niveau
d’équipement des artisans pêcheurs, par l’accès au crédit
à travers les institutions de micro finances décentralisées
et enfin par l’organisation des acteurs.
- Renforcer le cadre institutionnel et réglementaire du
secteur post-capture en mettant en place des structures de
gestion, un cadre institutionnel et réglementaire adapté
pour les usagers et les administrations publiques.
9. Liens et interactions avec d’autres projets : -

98
10. Composantes (et/ou activités) du projet :  Composante 1 : Renforcement du cadre
institutionnel et réglementaire du secteur
 Composante 2 : Renforcement des capacités de
gestion des différents débarcadères ;
 Composante 3 : Amélioration des moyens
d’existence des populations riveraines ;
 Composante 4 : Gestion du projet
11. Chronogramme indicatif d’exécution :
12. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des
Coût total : estimé à 14 364 900 000 FCFA HTVA (quatorze
estimations annualisées 2015-2020]
milliards trois cents soixante quatre millions neuf cent mille
Ratio
francs CFA) pour les 4 composantes.
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture, Ressources
Animales et Halieutiques, Effet 3, Extrant 3.3 Action
3.3.12
15. Référence PIP : Projet non encore inscrit au PIP
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs….
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

99
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°15 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
PROJET D’APPUI A LA REHABILITATION DE
L’ABATTOIR SIVAC « PRA-SIVAC »

2. Secteur/Domaine : Elevage / Transformation des produits porcins


3. Programme (s) PNIA : Programme 2 : Développement des filières
4. Sous-Programme PNIA : Sous-programme 4 : Développement de la
transformation et la conservation des productions
agricoles, animales et halieutiques
5. Instances de mise en œuvre (Maitre d’ouvrage) : Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
6. Parties prenantes du projet : -Direction des Production d’Elevage (Maitre d’ouvrage
délégué).
-UGP (Maitrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 2 années (fin projet 2017)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Le projet vise à améliorer la transformation des produits
porcins en Côte d’Ivoire.

 Objectifs spécifiques

- réhabiliter les équipements obsolètes et vétustes de


l’abattoir de porcs afin de protéger la santé des
consommateurs ;
- réhabiliter l’unité d’apprentissage aux métiers de la
boucherie, charcuterie et salaison.
9. Liens et interactions avec d’autres projets : -
10. Composantes (et/ou activités) du projet :  Composante 1 : Réhabilitation du secteur souillé et
du secteur sain ;
 Composante 2 : Equipement du centre le centre
d'apprentissage aux métiers de la charcuterie-
salaison ;
 Composante 3 : Aménager un système de traitement
et de valorisation des déchets ;
 Composante 4 : Gestion du projet.
11. Chronogramme indicatif d’exécution :
12. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des
estimations annualisées 2015-2020] Coût total : estimé à 691 100 000 FCFA HTVA (six cent
Ratio quatre vingt onze millions cent mille francs CFA) pour les
Evaluation Préliminaire 4 composantes.
Avant-projet détaillé
Marché signé
13. Etat de préparation : Identification

100
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Résultat Stratégique 2, Secteur Agricultures, Ressources
Animales et Halieutiques, Effet 3, Extrant 3.1, Action 3.1.1
et Effet 4, Extrant 4.2, Action 4.2.4
15. Référence PIP : Projet non inscrit au PIP
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs……
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

101
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N° 16 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
PROJET D’INSERTION DES JEUNES ET DES
FEMMES EN AVICULTURE EN COTE D’IVOIRE
(PIJFACI)

2. Secteur/Domaine : Elevage / Aviculture


3. Programme (s) PNIA : - Amélioration de la productivité et de la compétitivité des
productions agricoles
- Renforcement des capacités des parties prenantes au
développement de l’agriculture
4. Sous-Programme PNIA : - Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des
intrants agricoles et vétérinaires
- Renforcement des services de conseil agricole, de
recherche développement et de formation
- Redynamisation des productions alimentaires végétales
et animales
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : -Direction des Production d’Elevage (Maitre d’ouvrage
délégué).
-UGP (Maitrise d’œuvre)
7. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 4 années (fin projet 2019)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Le projet vise à contribuer au renforcement de la cohésion
sociale, à la lutte contre la faim et l’extrême pauvreté par
l’insertion socioprofessionnelle des femmes rurales et des
jeunes démobilisés et diplômés sans emploi des écoles
d’élevage. Le projet contribuera également à améliorer la
production avicole nationale et la sécurité alimentaire.

 Objectifs spécifiques
- Améliorer les revenus annuels de 1500 femmes rurales ;
- Former 1000 jeunes et 3000 femmes aux métiers
d’aviculteur ;
- Installer 500 jeunes dans l’aviculture moderne ;
- Augmenter l’offre nationale de produits avicoles.
9. Liens et interactions avec d’autres projets :
10. Composantes (et/ou activités) du projet :  Composante 1 : Formation et installation des femmes
en aviculture traditionnelle;
 Composante 2 : Formation et installation des jeunes
diplomés en aviculture modern;
 Composante 3: gestion du projet

102
11. Chronogramme indicatif d’exécution :
12. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des Coût total : estimé à 5 708 500 000 FCFA HTVA (Cinq
estimations annualisées 2015-2020] milliards sept cent huit millions cinq cent mille francs CFA)
Ratio pour les 3 composantes.
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
13. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Résultat Stratégique 2, Secteur Agriculture? Ressources
Animales et Halieutiques, Effet 3 Extrant 3.3
15. Référence PIP : Projet non inscrit au PIP
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs….
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

103
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES
ET HALIEUTIQUES
……………………………………………….

FICHE PROJET N°17 - PUBLIC


PROJET DE REHABILITATION DES RANCHES ET STATIONS
19. Intitulé du Projet : D’ELEVAGE

20. Secteur/Domaine : Elevage


Amélioration de la productivité et de la compétitivité des productions
21. Programme (s) PNIA :
animales, végétales et halieutiques
 Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants agricoles et
vétérinaires ;
22. Sous-Programme PNIA :
 Renforcement des services de conseil agricole, recherche –
développement et formation.
23. Instances de mise en
œuvre (Maitre Ministère des Ressources Animales et Halieutiques
d’ouvrage) :
24. Parties prenantes du  Direction des Production d’Elevage (Maitre d’ouvrage délégué).
projet :  UGP (Maitrise d’œuvre)

25. Date de début et de fin du Début : 2016 .Fin projet : 2020


projet :
Durée : 5 ans
 Objectif global
L’objectif principal du projet est l’amélioration de la productivité des
élevages et la conservation des races locales

 Objectifs spécifiques
26. Objectifs du Projet : 1. Réhabiliter et créer des stations d’élevage ;
2. Conserver les races locales et en améliorer le potentiel génétique ;
3. Améliorer La disponibilité du fourrage pour l’alimentation des
animaux ;
4. Renforcer la capacité professionnelle des Producteurs (Promoteurs
et Agro éleveurs) et des Techniciens
 Projet d’Appui à la Santé Animale et à l’Hygiène Public Vétérinaire pour le
27. Liens et interactions avec
suivi sanitaire des fermes ;
d’autres projets :
 Projet d’Appui au Développement de l’Elevage en Côte d’Ivoire
 Composante 1 : Construction réhabilitation des Ranches et stations
d’élevage ;
28. Composantes du projet :  Composante 2 : Amélioration génétique du cheptel et du fourrage et
diffusion auprès des éleveurs ;
 Composante 3 : Gestion du projet
29. Chronogramme indicatif
d’exécution :
30. Budget estimatif (par
composante et/ou Coût total : estimé à 16 726 575 000 FCFA HTVA (seize milliards sept cent vingt
activités). [Préciser degré
six millions cinq cent soixante quinze mille CFA) pour les 3 composantes.
de précision des
estimations annualisées
2015-2020]

104
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
Identification
31. Etat de préparation :
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
Résultat 2, Secteur Agriculture et Ressources Animales et Halieutiques,
32. Référence PND :
Effet 3, Extrant 3.3
33. Référence PIP : Projet inscrit au PIP
Etat
34. Mode de financement du Privé
Projet : PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement acquis [Préciser]
Etat
Privé
PPP
35. Etat de mobilisation des Bailleurs extérieurs [Préciser]
financements Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
1 – Indispensable
2 – Nécessaire
36. Niveau de priorité
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

105
FICHES-PROJETS SECTORIELS

Secteur:

EAUX ET FORETS

Proposées par:

Le MINISTERE des EAUX ET


FORETS

Mars 2015
RECHERCHE DE
PARTENARIAT PUBLIC /
PRIVE
(5 projets)
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES EAUX ET FORETS

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET


PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

Nom du Projet : AMODIATION OU CONCESSION DE TERRES POUR LE TOURISME


CYNÉGÉTIQUE
Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Forêts  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Eau  Salubrité
 Production marîchère  Aquaculture X Faune (Biodiversité)  Développement
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale  Agroforesterie durable
 Production horticole  Santé animale  Industrie du bois  Autres à
 Aménagement hydro-agricole  Hygiène publique  Produits forestiers préciser…..
 Foncier rural vétérinaire Non Ligneux (PFNL)
 Agro-industrie  Transformation  Autres à préciser......
 Agro-alimentaire produits animaux
 Agribusiness  Transformation
 Autres à préciser…… produits animaux
 Autres à préciser…….
Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Eaux Contacts :
et Forêts
Etat de préparation : Projet en Formulation
Zone d’intervention : Centre et nord de la Côte d’ivoire (5 départements)

Durée: 3 ans (renouvelable) Début: 2016 Fin : 2018


Grandes lignes du projet
Dans les communautés rurales et urbaines, la faune sauvage contribue aussi
de manière notable au revenu familial grâce aux recettes tirées de la chasse
ou du braconnage, de l'artisanat et du commerce des produits dérivés ; en
outre le tourisme et la vente des produits de la chasse fournissent un apport
substantiel à l'économie nationale.

Le tourisme cynégétique est un secteur déterminé de l’offre touristique,


dont la caractéristique consiste en des activités axées sur la faune qui sont
exercées dans des sites particulièrement giboyeux. La gamme de ces
activités va du tourisme scientifique à l’observation, à la photographie de
la faune jusqu’aux activités prédatrices (pêche et chasse) et au tourisme
Contexte et justification : sportif et d’aventure ainsi que lesculturestraditionnellesqui règnent dans les
zones naturelles alentours. Le tourisme cynégétique peut également dans
sa formulation, prévoir le développement d’un élevage d’espèces de faune
sauvage pour la reconstitution des populations de faune en voie de
disparition.Il est généralement organisé pour desgroupesrestreints, par de
petites entreprises locales spécialisées.
Ilfavoriselaprotectiondeszonesnaturelles et veille aubien-êtredes
populations locales :
- en procurant des avantages économiques aux communautés d'accueil, aux
organismes et aux administrations qui veillent à la préservation des zones
naturelles;
- en créant des emplois et des sources de revenus pour les populations
locales; en favorisant une prise de conscience chez les habitants du pays

104
d'accueil comme chez les touristes de la nécessité de préserver le capital
naturel et culturel.

Dans le partenariat public-privé, l’exploitation touristique de certaines des


zones giboyeuses est concédée par l’Etat à des opérateurs privés. Cette
concession loin d’être un acte de disposition, est plutôt un acte
d’administration ayant pour but, la gestion d’un patrimoine en conservant
sa valeur et en la faisant fructifier. Elle n’a donc pas pour conséquence, le
transfert de la propriété desdits sites aux concessionnaires concernés mais,
uniquement un droit d’usage sur les sites concernés par la concession
pendant une période déterminée, et moyennant un certain loyer que le
concessionnaire devra payer à l’Etat. Le concessionnaire n’est donc qu’un
usufruitier tandis que l’Etat demeure le nu-propriétaire jusqu’au terme du
contrat ; terme au bout duquel l’Etat retrouve la pleine propriété des
activités antérieurement concédées.

En conséquence, l’amodiation pour le tourisme cynégétique a pour but de


fournir des sites naturels aménagés à la récréation du public, de fournir une
contribution financière à la conservation de ces sites, d’améliorer les
conditions de vie des populations riveraines en leur procurant de nouvelles
sources de revenus.

Rappelons à regret que l’interdiction de la chasse en Côte d’Ivoire dure


depuis 1974 (arrêté n°003/SEPN/CAB du 20 février 1974) et retire cette
activité de la gamme ci-dessus citée jusqu’à ce que soit levée cette
interdiction. Les contrats recevraient ainsi un avenant d’accord-partie.

La mise en œuvre de ce projet servira donc d’exemple à des initiatives


productives pour la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté et la
gestion durable des ressources fauniques.
Objectif global : Contribuer à la gestion durable de la faune sauvage

- Améliorer les conditions de vie des populations riveraines ;


Objectifs spécifiques: - Contribuer à la réduction du braconnage ;
- Participer à la conservation des espèces menacées de disparition ;
- Développer le tourisme cynégétique.
- Populations rurales ; les restaurateurs et les consommateurs ;
- Etat de Côte d’ivoire ;
Bénéficiaires :
- Partenaires privés ;
- Services en charge de la faune ;
- Identification, aménagement des sites giboyeux ;
Composantes : - Renforcement de capacités des acteurs au tourisme cynégétique ;
- Gestion et suivi-évaluation du projet.
- Les sites giboyeux sont identifiés, aménagés et équipés ;
- Les sites giboyeux sont sécurisés et le braconnage est réduit ;
Résultats attendus : - Les acteurs sont formés aux activités du touristique cynégétique ;
- Les activités touristiques sont réalisées sur les sites ;
- le suivi-évaluation du projet est réalisé
- Réaliser les études de faisabilité du projet ;
- Promouvoir les zones giboyeuses du pays ;
- Réaliser des appels d’offres pour l’inscription d’acquéreurs ;
Activités à conduire :
- Élaborer les contrats de cession des zones et procéder à la signature ;
- Programmer et réaliser les travaux de construction de bâtiments et de
parcours ;

105
- Identifier des sites naturels aménagés à la récréation du public ;
- Equiper les sites concernés en matériel de surveillance ;
- Réaliser les patrouilles de sécurisation (Eaux et Forêts +
concessionnaires) ;
- Elaborer un plan de formation ;
- Organiser les sessions de formation pour les guides ;
- Signer les conventions de concession avec les partenaires ;
- Mettre en œuvre les conventions de concession ;
- Réaliser le suivi-évaluation du projet ;
- Renforcer les capacités institutionnelles des services de la faune
Impact du projet : La gestion durable de la faune sauvage est assurée
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec la
Direction de la Faune et des ressources cynégétiques du Ministère des
Eaux et Forêts.
Organisation et gestion du projet :
Le montage institutionnel proposé seprésente comme suit :
-Un Comité de pilotage
-Un Comité technique
Des revues à mi-parcours et des revues annuelles seront effectuées ;
- Les partenaires feront des missions de supervision, des audits ;
Suivi et évaluation : - Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés
et mis à la disposition de la hiérarchie (Ministère des Eaux et Forêts) et des
Bailleurs de fonds.
Mécanisme
d’appropriation/Pérennisation :
Financement
Coût total du projet (FCFA) : 3 000 000 000 FCFA
Source
Acquis A rechercher
s
Etat
Financement
(FCFA) Parten
aire
privé

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat X BOT*
 Partenaire  BOO**
X Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat X BOT
 Partenaire  BOO

106
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Usage
Rémunération  Etat/collectivité  Possibilités de revenus annexes
partenaires publique  Paiement incitatif possible ?
 Usager/client final
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) :Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

107
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
DES EAUX ET FORETS

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

Nom du Projet : GESTION DU JARDIN BOTANIQUE DE BINGERVILLE AVEC UN


PARTENAIRE PRIVÉ
Type de Projet
 Agriculture  Elevage X Forêts  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Eau  Salubrité
 Production marîchère  Aquaculture  Faune (Biodiversité)  Développement
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale  Agroforesterie durable
 Production horticole  Santé animale  Industrie du bois  Autres à
 Aménagement hydro-agricole  Hygiène publique  Produits forestiers préciser…..
 Foncier rural vétérinaire Non Ligneux (PFNL)
 Agro-industrie  Transformation  Autres à préciser......
 Agro-alimentaire produits animaux
 Agribusiness  Transformation
 Autres à préciser…… produits animaux
 Autres à préciser…….
Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Eaux Contacts :
et Forêts
Etat de préparation : Formulation
Zone d’intervention : District d’Abidjan/ Commune de Bingerville
Durée:2 ans Début: 2016 Fin :2017
Grandes lignes du projet
Le Jardin Botanique de Bingerville (56 ha), outre son caractère scientifique
et historique, demeure l’un des principaux espaces à valeur écologique du
District d’Abidjan.
Cependant, les difficultés politiques et économiques rencontrées par la
Côte d’Ivoire n’ont pas facilité son maintien en l’état. De plus,
l’insuffisance de crédit spécifique pour son fonctionnement n’a fait
qu’empirer la situation.
Contexte et justification : Il s’en est, dès lors suivi une dégradation de l’aspect du jardin et un
envahissement progressif par la végétation spontané. Aussi, des dérives
extrêmement préjudiciables à la flore ont été opérées par des occupations
sauvages, en particulier des plantations agricoles.
Aujourd’hui, avec la volonté du Président de la République de faire de la
Côte d’Ivoire un pays émergent, tous les secteurs d’activité se doivent
d’aller dans ce sens. C’est ainsi que ce projet qui donnera au Jardin
Botanique de Bingerville un visage digne des Jardins des pays développé
est proposé dans le cadre d’un Partenariat Public-Privé (PPP).
Objectif global : Contribuer à la préservation de la biodiversité ivoirienne

- Restaurer le Jardin Botanique de Bingerville par la mise en valeur de son


Objectifs spécifiques: patrimoine tout en conservant au maximum l’existant ;
- Permettre à un privé d’y investir et d’en tirer des bénéfices ;

108
Ministère des Eaux et Forêts ; botanistes, Promeneurs et touristes, sportifs,
Bénéficiaires : amoureux de la nature, populations riveraines, élèves et étudiants, instituts
de recherche, collectivités territoriales

Composante 1 : Réhabilitation du Jardin


Composantes : Composante 2 : Mise en œuvre du Partenariat Public Privé
Composante 3 : Gestion du projet
- Le jardin botanique est sécurisé (plantes, installations et visiteurs)
- Le jardin botanique de Bingerville est réhabilité ;
- La pépinière du jardin est fonctionnel et des plants sont produits et
vendus ;
Résultats attendus :
- Les touristes et les sportifs reviennent à nouveau au jardin ;
- Le jardin botanique de Bingerville est bien géré ;
- Le partenaire privé fait des bénéfices sur son investissement ;
- Le projet est suivi et évalué
 Rafraichir les limites du Jardin Botanique de Bingerville ;
 Construire 2 km de clôture pour le jardin Botanique de Bingerville
;
 Equiper le Jardin en matériel de jardinage (tondeuses autoportées,
tondeuses manuelles, échelles, élagueurs, débroussailleuses,
sécateurs, cisailles, brouettes, machettes, etc.) pour les activités de
jardinage ;
 Acquérir un tracteur à quatre roues et un girobroyeur pour
l’entretien des parcelles ;
 Equiper le Jardin de systèmes d’arrosage ;
 Réaliser une ceinture verte le long de la clôture du Jardin
Botanique ;
 Produire 800 000 plants dans la pépinière du Jardin Botanique
(espèces florales, agricoles et forestières) ;
 Renforcer l’arboretum du Jardin Botanique ;
 Faire un inventaire des différentes espèces présentes dans le jardin
et faire des paquettes avec le nom de chaque arbre ;
 Aménager un espace de sport et loisir au sein du Jardin Botanique
Activités à conduire :
(parcours de santé, installation de jeux) ;
 Revêtir les différentes allées du Jardin de pavés avec des canaux
d’évacuation des eaux de ruissèlement ;
 Installer une fontaine d’eau ;
 Créer un écomusée ;
 Créer un théâtre de verdure ;
 Créer des installations modernes pour la pépinière ;
 Installer des Fitness machines et leur mode d’emploi pour le sport ;
 Installer des panneaux d’indication à l’intérieur du Jardin ;
 Création d’un lieu de restauration ;
 Rénover le préau destiné à recevoir les cérémonies ;
 Créer une boutique du Jardin où on aura des articles de jardinage,
des livres d’horticulture et de botanique, une sélection d’objets
décoratifs et enfin les plantes produites par les horticulteurs du
jardin ;
 Organiser des réunions d’information et de sensibilisation des
populations riveraines à la protection et au bienfait du patrimoine
écologique que représente le Jardin Botanique ;

109
Impact du projet : La sauvegarde de la biodiversité ivoirienne est garantie
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec la
Direction du Jardin et sous l’égide du Ministère des Eaux et Forêts.
Organisation et gestion du projet : Le montage institutionnel proposé se présente comme suit :
- un Comité de pilotage
- un Comité technique.
- La Direction des Etudes de la Planification et de l’Evaluation effectuera
des missions sur le terrain pour se rendre compte de l’état d’avancement ;
- Des revues à mi-parcours et des revues annuelles seront effectuées ;
Suivi et évaluation : - Les bailleurs de fonds feront des missions de supervision, des audits ;
- Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés
et mis à la disposition de la hiérarchie (Ministère des Eaux et Forêts) et des
bailleurs de fonds.
La pérennité du projet sera assurée par :
- La Direction du Jardin Botanique de Bingerville à travers la
Mécanisme surveillance des installations
d’appropriation/Pérennisation : - Les ONG impliquées dans la protection de l’environnement et de la
biodiversité à travers leurs conseils et la possibilité de financement

Financement
Coût total du projet (FCFA) : 1 415 000 000 F CFA
Source
Acquis A rechercher
s

Financement Etat 280 000 000 FCFA


(FCFA) Partena
1 135 000 000 FCFA
ires

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat X BOT*
 Partenaire  BOO**
X Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Usage

110
Rémunération  Etat/collectivité  Possibilités de revenus annexes
partenaires publique  Paiement incitatif possible ?
 Usager/client final
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) :Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

111
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
DES EAUX ET FORETS

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

Nom du Projet : CRÉATION D’UN PARC ZOOLOGIQUE DANS LE


DISTRICT DE YAMOUSSOUKRO
Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Forêts  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Eau  Salubrité
 Production marîchère  Aquaculture X Faune (Biodiversité)  Développement
 Sécurité alimentaire  Alimentation animale  Agroforesterie durable
 Production horticole  Santé animale  Industrie du bois  Autres à préciser…..
 Aménagement hydro-agricole  Hygiène publique  Produits Forestiers
 Foncier rural vétérinaire Non Ligneux (PFNL)
 Agro-industrie  Transformation  Autres à préciser......
 Agro-alimentaire produits animaux
 Agribusiness  Transformation
 Autres à préciser…… produits animaux
 Autres à préciser…….
Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Ministère des Eaux Contacts :
et Forêts
Etat de préparation : Identification de projet
Zone d’intervention : Yamoussoukro
Durée:3ans Début: 2016 Fin : 2018
Grandes lignes du projet
La fermeture de l'exercice de la chasse adoptée par la Côte d'Ivoire comme stratégie de
développement durable de son potentiel faunique a été accompagnée de plusieurs mesures
dont le changement des statuts des zones à vocation cynégétique qui ont été reconverties
soit en parcs nationaux et réserves soit en forêts classées.
Cependant la plupart des parcs créés n’ont pas bénéficié de plan d’aménagement et de
gestion.
Ainsi le zoo d’Abidjan Etablissement privé jusqu'en 1972, racheté par l'Etat Ivoirien en
Contexte et justification : 1973 et immatriculé sous le titre foncier n° 16862/CF est en ruine (pression de
l’urbanisation galopante de la ville d’Abidjan, versement des déchets toxiques, réduction
de budget). De même le parc animalier d’Aboukouamekro a perdu sa clôture.
Les leçons tirées de ces expériences obligent au renforcement du cadre institutionnel des
sites de conservations en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui la tendance de conservation de la
faune et de la flore est à l’heure des parcs zoologiques qui sont des sites respectant certaines
normes internationales et plus propices au développement social des animaux.

Objectif global : Contribuer à la protectionet à la conservation des espèces animales sauvages par la création
d’un parc zoologique à Yamoussoukro
Créer un parc zoologique à Yamoussoukro en vue de :
- participer à la conservation des espèces menacées de disparition en s’impliquant dans
Objectifs spécifiques: les programmes d’élevage en captivité et en soutenant les actions de protection in situ ;
- contribuerà l’amélioration de notre connaissance des espèces et de leur gestion en
captivité ;

112
- sensibiliserles visiteurs à la notion d’espace partagé - entre espèces, entre animaux et
humains - et au fragile équilibre des milieux naturels.
Bénéficiaires : Population ivoirienne, touristes étrangers, organismes de recherche ; étudiants
Composante 1 : Etude de faisabilité de création d’un parc zoologique ;
Composante 2 : Renforcement du cadre institutionnel des parcs zoologiques ;
Composante 3 : Création d’un parc zoologique respectant les normes internationales
Composantes :
de conservation de la faune à Yamoussoukro;
Composante 4 : Gestion et suivi-évaluation du projet du projet

L’étude de faisabilité de création d’un parc zoologique est réalisée;


Le cadre institutionnel des parcs zoologiques est renforcé ;
Un parc zoologique respectant les normes internationales de conservation de la faune
Résultats attendus :
est créé à Yamoussoukro ;
Des activités à l’intérieur du parc zoologique, sont développées ;
Le projet est suivi et évalué
Réaliser l’étude de faisabilité de création du parc zoologique ;
Mettre en place le cadre institutionnel de l’étude ;
Elaborer des textes pour régir la gestion des parcs zoologiques ;
Elaborer un canevas de plan d’aménagementpour les parcs zoologiques ;
Valider le cadre institutionnel des parcs zoologiques ;
Elaborer un canevas de plan de gestion pour les parcs zoologiques ;
Activités à conduire :
Faire l’état des lieux des infrastructures et sites existant de conservation de la faune
et de la flore ;
Prospecter des sites dans le district de Yamoussoukro pouvantabriter le parc
zoologique ;
Construire les infrastructures (bâtiments et parcours) du parc zoologique ;
Acquisition des animaux du parc ;
Suivre et évaluer le projet
Impact du projet : La sauvegarde de la biodiversité est garantie.
Le projet sera exécuté par le partenaire privé en collaboration avec le Service des jardins
et parcs zoologiques du Ministère des Eaux et Forêts. Le montage institutionnel proposé
Organisation et gestion du
seprésente comme suit :
projet :
-Un Comité de pilotage ;
-Un Comité technique
- La Direction des Etudes de la Planification et de l’Evaluation effectuera des missions sur
le terrain pour se rendre compte de l’état d’avancement ;
- Des revues à mi-parcours et des revues annuelles seront effectuées ;
Suivi et évaluation : - Les partenaires feront des missions de supervision, des audits ;
- Des rapports d’étapes (semestriels) et des rapports annuels seront rédigés et mis à la
disposition de la hiérarchie (Ministère des Eaux et Forêts) et des bailleurs de fonds.
Mécanisme Le parc zoologique une fois créé, sera géré durablement par le Service des jardins et parcs
d’appropriation/Pérennisati zoologiques du Ministère des Eaux et Forêts, sur la base des recettes générées par les visites
on : des populations.

Financement

113
Coût total du projet (FCFA) : 11 000 000 000 Francs CFA

Sources Acquis A rechercher


Financement
(FCFA) Etat 1 000 000 000 FCFA
Partenaires 8 330 000 000 F CFA

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat X BOT*
 Partenaire  BOO**
XEtat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat X BOT
 Partenaire  BOO
X Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Usage
Rémunération  Etat/collectivité  Possibilités de revenus annexes
partenaires publique  Paiement incitatif possible ?
 Usager/client final
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) :Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

114
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------

SODEFOR

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

Nom du Projet : CREATION DE 50 000 HA DE PLANTATION FORESTIERE EN


ASSOCIATION AVEC LA CULTURE DU MAIS DANS LES ZONES
DEGRADEES DES FORETS CLASSEES DU CENTRE ET DU NORD DE LA
COTE D’IVOIRE
Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Forêts  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Eau  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture  Faune  Développemen
 Sécurité alimentaire  Alimentation (Biodiversité) t durable
 Production horticole animale  Agroforesterie  Autres à
 Aménagement hydro-agricole  Santé animale  Industrie du bois préciser…..
 Foncier rural  Hygiène publique  Produits forestiers
 Agro-industrie vétérinaire Non Ligneux
 Agro-alimentaire  Transformation (PFNL)
 Agribusiness produits animaux  Autres à
 Autres à préciser……  Transformation préciser......
produits animaux
 Autres à
préciser…….
Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : SODEFOR Contacts 225 22 48 30 00

Etat de préparation : Fiche projet


Zone d’intervention : CENTRE ET NORD DE LACOTE D’IVOIRE
Durée: 5 ans ans pour la création
de plantations
Début: 2016 Fin : 2020
Durée réelle : 25 ans
renouvelables
Grandes lignes du projet
Les forêts classées sont dans un état de dégradation avancée dû à
l'agriculture notamment à l'implantation de cultures pérennes.
Beaucoup d'efforts ont été faits pour la sauvegarde des forêts mais
l'insuffisance des ressources financières nécessaires à la protection et à la
réhabilitation est un véritable obstacle.
La SODEFOR dispose d'importantes superficies forestières dégradées qui
ont besoin d'être reboisées.
Certains partenaires disposant de ressources financières pour la production
Contexte et justification : agricole de maïs n'ont pas de terre pour réaliser leur projet.

De plus, la Côte d'Ivoire est obligée d'importer environ 12 000 tonnes de


graines de maïs pour satisfaire ses besoins.

C'est la raison pour laquelle un partenariat gagnant-gagnant sera mis en


place entre la SODEFOR et la structure partenaire en vue de lutter contre
l'insécurité alimentaire et la pauvreté en milieu rural

115
DANS LE CADRE DE CE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVÉ, DEUX
(02) MODES DE CULTURES ONT ÉTÉ IDENTIFIÉS POUR LA
MISE EN ŒUVRE DE CE PROJET :

 Option 1 : culture manuelle ;

 Option 2 : Culture mécanisée.

Ce projet contribue à la réhabilitation du couvert forestier et à


Objectif global : l’amélioration de la sécurité alimentaire.

Création de plantations forestières en association avec la culture du maïs


Objectifs spécifiques:

Populations riveraines des forêts classées concernées dans le Centre et le


Nord de la Côte d’Ivoire
Bénéficiaires : Les partenaires privés

Composante 1 : Mise en place d’une stratégie de communication et


d’information
Composantes : Composante 2 : création de parcelles de maïs
Composante 3 : reboisement sur les parcelles cultivées en maïs

Résultat 1 : les populations sont sensibilisées

Résultat 2 : 50 000 ha de cultures de maïs sont réalisés avec l’implication


des populations riveraines.
Résultats attendus :
Résultat 3 : 50 000 ha de reboisement sont créés sur des terres cultivées
en maïs.

Résultat 1 : les populations sont sensibilisées.

A.1.1- identifier les cibles ;


A.1.2- sensibiliser les cibles identifiées ;
A.1.3- former les cibles identifiées.

Résultat 2 : 50 000 ha de cultures de maïs sont réalisés avec l’implication


des populations riveraines.
Activités à conduire :
A.2.1- Mobiliser les semences de maïs ;
A.2.2- Réaliser la plantation de maïs;
A.2.3- Réaliser l’entretien des plantations de maïs.

Résultat 3 : 50 000 ha de reboisement sont créés sur les terres cultivées en


maïs.
A.3.1- Produire les plants forestiers
A.3.2- Réaliser le planting;
A.3.3-Réaliser les entretiens des plantations forestières.

116
- Amélioration des revenus des populations ;
- Sécurité alimentaire
Impact du projet :
- Création d’emplois
- Augmentation de la couverture forestière.
- Partenaire ;
Organisation et gestion du projet : - SODEFOR ;
- Equipe de gestion du projet.
Le projet fera l’objet de suivi- évaluation par les parties.
Suivi et évaluation :

Après ce financement, la SODEFOR prendra la relève en continuant à


entretenir et exécuter la sylviculture des peuplements réalisés. Les Centres
de gestion et les Unités de gestion forestière, gestionnaires des forêts
Mécanisme concernées vont incorporer le suivi des activités dans leur programme
d’appropriation/Pérennisation : quotidien, comme elles le feront pendant l’exécution du projet.
Les populations riveraines pourront poursuivre les cultures de maïs en
collaboration avec la SODEFOR et les acteurs concernés.

Périmètres d’externalisation
Vulgarisation et extension à d’autres forêts classées.
envisageables :
- Emergence de PME agricoles spécialisées
Enjeux futurs (besoins actuels et
- Diversification et transformation de la production agricole et
évolution) :
forestière
Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :
Financement
Coût total du projet (FCFA) : 25 milliards de francs CFA
Sources Acquis A rechercher

SODEFOR 5000 000 000


Financement
(FCFA) Bailleurs (à
20 000 000 000
rechercher)

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat  BOT*
 Partenaire  BOO**
 Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat  BOT

117
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Usage
Rémunération  Etat/collectivité  Possibilités de revenus annexes
partenaires publique  Paiement incitatif possible ?
 Usager/client final
 Mixte
Partage de risques -Feux
-Transhumance
Ces risques peuvent être minimisés par les sensibilisations et les mesures de protection.

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) :Le contrat par
lequel l’autorité contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien
d’infrastructures et reçoit en contrepartie, sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer
ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage réalisé reste la propriété du partenaire privé
pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet. L’autorité concédante
est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et
Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion
d’un service public relevant de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou
substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du service.

118
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------

SODEFOR

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

Nom du Projet : CREATION DE 25 000 HA DE PLANTATIONS FORESTIERES POUR LA


PRODUCTION DE BOIS D’ŒUVRE ET DE BOIS-ENERGIE EN
PARTENARIAT AVEC LE SECTEUR PRIVE
Type de Projet
 Agriculture  Elevage  Forêts  Environnement
 Production vivrière  Pêche  Eau  Salubrité
 Production maraîchère  Aquaculture  Faune  Développemen
 Sécurité alimentaire  Alimentation (Biodiversité) t durable
 Production horticole animale  Agroforesterie  Autres à
 Aménagement hydro-agricole  Santé animale  Industrie du bois préciser…..
 Foncier rural  Hygiène publique  Produits forestiers
 Agro-industrie vétérinaire Non Ligneux
 Agro-alimentaire  Transformation (PFNL)
 Agribusiness produits animaux  Autres à
 Autres à préciser……  Transformation préciser......
produits animaux
 Autres à
préciser…….
Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : SODEFOR Contacts 225 22 48 30 00

Etat de préparation : Fiche projet


Zone d’intervention : Sud forestier de la Côte d’Ivoire
Durée: 5 ans pour la création de
plantation
Début: 2016 Fin : 2020
Durée réelle : 25 ans
renouvelables
Grandes lignes du projet
La forêt ivoirienneest aujourd’hui dans un état de dégradation
avancée. De 16 millions d’hectares en 1960 est aujourd’hui à 2
millions d’hectares. Cette dégradation est due à plusieurs raisons
entre autres, l’agriculture intensive, l’exploitation anarchique des
forêts.Ces pratiques ont entrainé une baisse drastique de la
Contexte et justification : production de bois.

Pour approvisionner les opérateurs du secteur bois, un programme de


reboisement intensif est envisagé dans les forêts classées en
partenariat avec le secteur privé.

Objectif global : Ce projet contribue àaccroitre la production de bois

119
Créer 25 000 ha de plantations forestières pour approvisionner les
Objectifs spécifiques: opérateurs du secteur bois.

- Populations riveraines des forêts classées


- partenaires privés
Bénéficiaires : - Opérateurs du secteur bois
- SODEFOR

Composante 1 : Reboisement des zones dégradées.


Composantes : Composante 2 : Exploitation de bois-énergie

Résultat 1 :25 000 ha de zones dégradées des forêts classées sont reboisées
avec l’implication des populations riveraines
Résultats attendus :
Résultat 2 : le bois-énergie est exploité pour approvisionner le marché
local.

Résultat 1 :
- Produire les plants ;
- Créer les plantations forestières.
- Assurer les entretiens.

Activités à conduire :
Résultat 2 :

- Assurer la gestion sylvicole ;


- Produire du bois-énergie.

- Maintien des industries et des emplois.


Impact du projet :
- Augmentation de la couverture forestière.
- Partenaire
- SODEFOR
Organisation et gestion du projet :
- Equipe de gestion du projet

Le projet fera l’objet de suivi- évaluation par les partenaires.


Suivi et évaluation :

Mécanisme Après ce financement, la SODEFOR prendra la relève en continuant à


d’appropriation/Pérennisation : entretenir et exécuter la sylviculture des peuplements réalisés.
Périmètres d’externalisation
Vulgarisation et extension au Centre et au Nord de la Côte d’Ivoire
envisageables :
Enjeux futurs (besoins actuels et - Production industrielle du charbon ;
évolution) : - Exportation du charbon de bois.
Contraintes (fonctionnelles,
calendaires ou financières) :
Financement
Coût total du projet (FCFA) : 25 milliards de francs CFA

120
Sources Acquis A rechercher

SODEFOR 1000 000 000


Financement
(FCFA) Bailleurs (à
24 000 000 000
rechercher)

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat  BOT*
 Partenaire  BOO**
 Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Exploitation  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)
Usage
Rémunération  Etat/collectivité  Possibilités de revenus annexes
partenaires publique  Paiement incitatif possible ?
 Usager/client final
 Mixte
Partage de risques

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) :Le contrat par
lequel l’autorité contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien
d’infrastructures et reçoit en contrepartie, sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer
ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage réalisé reste la propriété du partenaire privé
pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet. L’autorité concédante
est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et
Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion
d’un service public relevant de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou
substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du service.

121
RECHERCHE DE
FINANCEMENTS PUBLICS
(8 projets)
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
DES EAUX ET FORETS

FICHE PROJET N° 1 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
AMÉLIORATION DE LA GESTION DES
PÉRIMÈTRES D’EXPLOITATION
FORESTIÈREN°12 620, 32 470 ET 63 010, SITUÉS
DANS TROIS ZONES PHYTOGÉOGRAPHIQUES
DE LA CÔTE D’IVOIRE

2. Secteur/Domaine : Forêts/Aménagement
3. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et Relance de la filière bois
4. Sous-Programme PNIA : Restauration et gestion durable des ressources forestières
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Eaux et Forêts
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : - Direction des de la Production et des Industries
forestières (DPIF) ;
- les opérateurs du secteur, les populations locales
7. Date de début et de fin du projet : Début : 2016
Durée : 3 ans (fin projet 2018)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à la restauration du couvert végétal

 Objectifs spécifiques
Gérer durablement les Périmètres d’Exploitation
Forestières (PEF)
9. Liens et interactions avec d’autres -
projets :
10. Composantes (et/ou activités) du projet : Composante 1 : Sensibilisation et renforcement
des capacités
 Composante 2 : Rédaction et mise en oeuvre des
outils de gestion durable des PEF
11. Resultants attendus - Les populations locales sont suffisamment impliquées
dans la gestion des PEF
- Les textes réglementaires sont appliqués par
l’administration forestière
- L’exploitation des PEF se fait suivant un plan
d’aménagement
12. Chronogramme indicatif d’exécution :
13. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des Coût total : 374733 000 FCFA
estimations annualisées 2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

122
14. Etat de préparation : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
15. Référence PND : Ce projet est conforme aux priorités de la Côte d’Ivoire. Il
contribue à l’atteinte de l’Impact du secteur des Eaux et
Forêts : « la gestion durable des ressources naturelles
(eau, faune et flore) est assurée » du Programme National
de Développement (PND 2012-2015), notamment à son
Effet 2 : « les différents écosystèmes sont restaurés et la
gestion des ressources naturelles est améliorée ».
16. Référence PIP : Projet non inscrit au PIP
17. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

18. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
19. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

123
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
DES EAUX ET FORETS

FICHE PROJET N° 2 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
REBOISEMENT DES VERSANTS MONTAGNEUX
DE L’OUEST DE LA CÔTE D’IVOIRE

2. Secteur/Domaine : Forêts/Reboisements
3. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
4. Sous-Programme PNIA : Restauration et gestion durable des ressources forestières
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Eaux et Forêts
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : - Equipe du projet, Directions régionales des Eaux et
Forêts de la zone du projet, ONG
7. Date de début et de fin du projet : Début : 2015
Durée : 3 ans (fin projet 2018)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à la lutte contre l’effet de serre à travers la
restauration du couvert forestier des flancs de montagne
de l’Ouest de la Côte d’Ivoire

 Objectifs spécifiques
- Réaliser 5000 ha d’agroforesterie sur les versants
montagneux et les jachères du milieu rural de l’Ouest de
la Côte d’Ivoire ;
- Créer des activités génératrices de revenus pour les
populations des zones du projet.
9. Liens et interactions avec d’autres projets : -
10. Composantes (et/ou activités) du projet : Composante 1 :Information, Sensibilisation, formation et
Implication des acteurs ;
Composante 2 : Création de 5000 ha d’agroforesterie
(avec des essences forestières médicinales et acacia
mangium) sur les versants montagneux et les jachères de
l’Ouest du pays

Principales activités
- organiser des campagnes de sensibilisation sur le
nouveau code forestier ;
- mettre en place des comités de surveillance pour
contrôler et alerter l’équipe de direction du projet sur les
différentes activités illégales et les sinistres observés sur
les flancs de montagne ;
- produire 3 500 000 plants d’essences forestières
médicinales de bonne qualité ;

122
- former les formateurs dans chaque village riverain des
flancs de montagne sur les vertus thérapeutiques de
chaque essence forestière médicinale ;
- organiser des campagnes de sensibilisation des chefs
d’exploitation agricole à l’interdiction du feu pendant la
saison sèche pour le débroussaillage sur les flancs de
montagne ;
- reboiser 2 500 ha d’essences forestières médicinales sur
les courbes de niveau des flancs de montagne ;
- créer 2 500 ha de légumineuses forestières d’acacia
mangium pour fertiliser les jachères du milieu rural ;
- acquérir des images satellitaires et cartographie des
reboisements par des techniciens forestiers ;
- organiser des campagnes de sensibilisation des
populations sur l’importance et le respect de
l’administration forestière ;
- confectionner des fours améliorés pour la production de
charbon de bois à partir de légumineuses forestières ;
11. Chronogramme indicatif d’exécution :
12. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des Coût total : 2 270 406 300 FCFA
estimations annualisées 2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

13. Etat de préparation : XIdentification


Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Ce projet est conforme aux priorités de la Côte d’Ivoire. Il
contribue à l’atteinte de l’Impact du secteur des Eaux et
Forêts : « la gestion durable des ressources naturelles
(eau, faune et flore) est assurée » du Programme
National de Développement (PND 2012-2015),
notamment à son Effet 2 : « les différents écosystèmes
sont restaurés et la gestion des ressources naturelles est
améliorée ».
15. Référence PIP : Ce projet est inscrit au PIP
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

123
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

124
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
DES EAUX ET FORETS

FICHE PROJET N° 3 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
PROJET D’APPUI AUX COLLECTIVITÉS
TERRITORIALES DE LA COTE D’IVOIRE POUR
L’APPROPRIATION DE LA GESTION DES
FORÊTS LOCALES

2. Secteur/Domaine : Forêts/ Reboisements


3. Programme (s) Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
PNIA :
4. Sous-Programme Restauration et gestion durable des ressources forestières
PNIA :
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Eaux et Forêts
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : - Direction du Cadastre et du Développement Forestier ;
-Equipe du Projet ;
7. Date de début et de fin du projet : Début : 2016Fin : 2018
Durée :3 ans (phase pilote)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global

Contribuer à lutter contre la dégradation des écosystèmes


forestiers des zones périurbaines de la Côte d’Ivoire
 Objectifs spécifiques
Mettre en œuvre un processus participatif de création
et de gestion de forêts avec 10 collectivités pilotes
bénéficiaires
9. Liens et interactions avec d’autres projets : Le projet national de délimitation des terroirs va
contribuer à faciliter la gestion des problèmes fonciers et
cadastraux et sécuriser ainsi le statut des reboisements qui
seront réalisés
10. Composantes (et/ou activités) du projet : Composante 1 : Sensibilisation, formation et
Mobilisation des acteurs

Composante 2 : Création et gestion de forêts

Composante 3: Renforcement de capacités et suivi-


évaluation du projet

11. Résultats attendus -Les 10 collectivités ciblées disposent d’un domaine


forestier ;
- la quantité et la qualité du couvert forestier local sont
améliorées ;
- les effets du changement climatique sont atténués ;
- Les populations locales ont une meilleure base de
moyens de subsistance ;

125
- Les ressources forestières locales participent au
développement local;
12. Chronogramme indicatif d’exécution :
13. Budget estimatif (par composante et/ou Coût total : 2 692 277500 FCFA
activités). [Préciser degré de précision des
estimations annualisées 2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
14. Etat de préparation : X Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
15. Référence PND : Ce projet est conforme aux priorités de la Côte d’Ivoire.
Il contribue à l’atteinte de l’Impact du secteur des Eaux
et Forêts : « la gestion durable des ressources naturelles
(eau, faune et flore) est assurée » du Programme
National de Développement (PND 2012-2015),
notamment à son Effet 2 : « les différents écosystèmes
sont restaurés et la gestion des ressources naturelles
est améliorée ».
16. Référence PIP :
Projet proposé au PIP 2016-2018
17. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs

18. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
19. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

126
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
DES EAUX ET FORETS

FICHE PROJET N° 4 - PUBLIC


1. Intitulé du
Projet : RÉHABILITATION DES TERRES FORESTIÈRES
DÉGRADÉES DE LA FORÊT CLASSÉE D’AHUA
PAR LES FEMMES DE L’ASSOCIATION “MALEBI”
EN COMPENSATION DES RESSOURCES
FORESTIÈRES PRÉLEVÉES POUR LES BESOINS
EN ÉNERGIE-BOIS (CHARBON DE BOIS ET BOIS
DE FEU)

2. Secteur/Domaine Forêts/Reboisements
:
3. Programme (s) Réhabilitation forestière et Relance de la filière bois
PNIA :
4. Sous- Restauration et gestion durable des ressources forestières
Programme
PNIA :
5. Instances de mise en oeuvre (Maitre Ministère des Eaux et Forêts
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : - Femmes de l’Association MALEBI ;
- SODEFOR.
7. Date de début et de fin du projet : Début : 2016
Durée : 2 ans (fin projet 2017)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à accroitre le couvert forestier de la Forêt
Classée d’AHUA avec l’implication des communautés
locales riveraines

 Objectifs spécifiques
Réaliser la réhabilitation progressive de la Forêt Classée
d’AHUA avec les femmes membres de l’association
MALEBI, comme compensation au bois qu’elles utilisent
pour la fabrication du charbon de bois
9. Liens et interactions avec d’autres projets : -
10. Composantes (et/ou activités) du projet : Composante 1 : Une structure de production et de
distribution de semences et plants de qualités est
opérationnelle.

- Organiser des ateliers de formation sur les techniques de


production des plants forestiers pour les activités de
réhabilitation de la Forêt Classée d’AHUA avec
l’encadrement technique des experts de la SODEFOR ;
- Installer une pépinière de production des plants forestiers
pour réaliser des activités de réhabilitation de la Forêt
Classée d’AHUA ;

127
- Mettre en place une structure de distribution des plants
forestiers aux communautés riveraines de la Forêt Classée
d’AHUA exprimant l’intérêt de participer à sa
réhabilitation progressive, en collaboration avec les
femmes membres de l’Association MALEBI.

Composante 2 : Une plantation agro forestière d’une


superficie de 100 ha de Cassia siamea, de Tectona grandis
et de Triplochiton scleroxylon, en association avec les
cultures vivrières (riz, maïs, igname et manioc), est établie.
- Mettre en place une structure de coordination des actions
des principales parties prenantes évoluant autour et dans la
Forêt Classée d’AHUA, en vue d’améliorer les conditions
de vie des communautés locales riveraines avec
l’acquisition des petits équipements de transformation des
produits vivriers ;
- Organiser des ateliers de formation en techniques
d’établissement, d’entretien et de protection des plantations
agro forestières ;
- Etablir des plantations agroforestières, contribuant à la
réhabilitation progressive de la Forêt Classée d’AHUA, par
les femmes de l’Association MALEBI et les membres des
communautés locales riveraines faisant preuve d’intérêt
dans ce domaine
11. Chronogramme indicatif d’exécution :
12. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des Coût total :108 081 000FCFA
estimations annualisées 2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

13. Etat de préparation : Identification


X Formulation
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Ce projet est conforme aux priorités de la Côte d’Ivoire. Il
contribue à l’atteinte de l’Impact du secteur des Eaux et
Forêts : « la gestion durable des ressources naturelles
(eau, faune et flore) est assurée » du Programme National
de Développement (PND 2012-2015), notamment à son
Effet 2 : « les différents écosystèmes sont restaurés et la
gestion des ressources naturelles est améliorée ».
15. Référence PIP : Projet non inscrit au PIP
16. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

128
17. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

129
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
Des Eaux et Forêts
FICHE PROJET N° 5 - PUBLIC
1. Intitulé du Projet :
PROJET DE CRÉATION DE MILLE (1000) HECTARES DE
PLANTATIONS FORESTIÈRES COMMUNAUTAIRES DANS
LES ZONES AU DESSUS DU 8ÈME PARALLÈLE EN COTE
D’IVOIRE ET AU SUD DU BURKINA-FASO

2. Secteur/Domaine : Forêts/Reboisement
3. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
4. Sous-Programme PNIA : Restauration et gestion durable des ressources forestières
5. Instances de mise en œuvre Ministère des Eaux et Forêts
(Maitre d’ouvrage) :
- Direction des Etudes, de la planification et de l’Evaluation/Direction
6. Parties prenantes du projet :
du reboisement et du cadastre forestier
- ONG GCI ,Société de Développement des Forêts (SODEFOR),
7. Date de début et de fin du Début : 2016
projet : Durée : 4 ans (fin projet 2019)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Accroitre la couverture forestière dans la sous région en vue de lutter
activement contre l’avancée du désert, la pauvreté et d’améliorer les
conditions de vie dans les ménages, surtout en milieu rural

 Objectifs spécifiques
- Créer 1000 ha de plantations forestières à haute production de bois
d’œuvre et de bois énergie ;
- Améliorer les conditions de vie dans les ménages surtout en zone rural
à travers la création d’emplois verts au profit préférentiellement des
jeunes et des femmes ;
- enrichir les sols et lutter par ricochet contre la baisse des productions
agricoles ;
- Lutter contre la désertification et le changement climatique dans la
sous région.
9. Liens et interactions avec Inscrit au Programme Communautaire de Développement (PCD) de la
d’autres projets : CEDEAO.

10. Composantes (et/ou activités) Composante 1 : Sensibilisation et implication des populations ;


du projet : Composante 2 : Identification et cartographie des sites à reboiser ;
Composante3 : Renforcement de capacités (formation et équipements)
des acteurs ;
Composante 4 : Création, entretien et protection de 1000 ha de
plantations forestières à vocation de bois énergie et de
bois d’œuvre ;
Composante 5 : Coordination et Suivi-évaluation du projet

130
11. Chronogramme indicatif
d’exécution :
12. Budget estimatif (par
composante et/ou activités). Coût total : estimé à 1 265 000 000 FCFA
[Préciser degré de précision des
estimations annualisées 2015-
2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

13. Etat de préparation : Identification


Formulation
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
14. Référence PND : Ce projet est conforme aux priorités de la Côte d’Ivoire. Il contribue à
l’atteinte de l’Impact du secteur des Eaux et Forêts : « la gestion
durable des ressources naturelles (eau, faune et flore) est assurée »
du Programme National de Développement (PND 2012-2015),
notamment à son Effet 2 : « les différents écosystèmes sont restaurés
et la gestion des ressources naturelles est améliorée ».
15. Référence PIP : Ce projet n’est pas encore inscrit au PIP, mais est retenu dans le cadre
du Programme Communautaire de Développement (PCD) de la
CEDEAO.
Il fait donc partie de la liste de projets du PCD qui doivent bientôt faire
l’objet d’une mobilisation de ressources par l’organisation d’une table
ronde de bailleurs.
16. Mode de financement du Etat
Privé
Projet :
PPP
Bailleurs extérieurs

17. Etat de mobilisation des Financement acquis


financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
Financement à rechercher : 1 265 000 000 FCFA
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
18. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

131
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
DES EAUX ET FORETS

FICHE PROJET N°6 - PUBLIC


1. Intitulé du
Projet : ELABORATION D’UNE STRATÉGIE NATIONALE DE
GESTION DURABLE DES PRODUITS FORESTIERS
NON LIGNEUX (PFNL)

2. Secteur/Domaine Forêts/Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL)


:
3. Programme (s) Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
PNIA :
4. Sous-Programme PNIA : Restauration et gestion durable des ressources forestières
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Eaux et Forêts
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : - Direction des Etudes, de la Planification et de l’Evaluation
(DEPE)
- Direction de l’Exploitation et des Industries Forestières
(DEIF)
7. Date de début et de fin du projet : Début : 2016
Durée : 2 ans années (fin projet 2017)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à la gestion durable des ressources forestières de Côte
d’ivoire

 Objectifs spécifiques
Mettre en place une stratégie permettant de gérer durablement les
ressources forestières non ligneuses des forêts ivoiriennes
9. Liens et interactions avec d’autres projets : -
10. Composantes (et/ou activités) du projet : Composante 1 : Renforcement des cadres législatif,
réglementaire et institutionnel des PFNL
1.1 Elaborer et faire adopter les éléments des cadres législatifs,
réglementaires et institutionnels (textes de loi sur les
PFNL) ;
1.2 Elaborer et faire adopter les décrets et arrêtés sur la
stratégie de gestion des PFNL ;
1.3 Elaborer et faire adopter le cahier de charge pour
l'exploitation des PFNL ;
1.4 Créer un cadre de concertation entre les différents acteurs

Composante 2 : Collecte d’informations sur les PNFL


2.1 Recenser et organiser les exploitants des PFNL en
Association de Filières (AF) ;
2.2 Inventorier et Collecter les informations techniques et
commerciales des PFNL ;
2.3 Elaborer et faire adopter les fiches techniques de ces
produits ;
2.4 Editer et publier le manuel des PFNL de la Côte d'Ivoire.

132
Composante 3 : Renforcement des capacités des acteurs en
vue d’une gestion durable des PFNL
3.1 Former les agents techniques de l'administration forestière
sur différentes thématiques (la loi générale sur les PFNL, la
loi fiscale et le manuel des PFNL) ;
3.2 Former les exploitants à l’exploitation rationnelle des
PFNL
11. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des Coût total : 62 000 000FCFA
estimations annualisées 2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

12. Etat de préparation : Identification


Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
13. Référence PND : Ce projet est conforme aux priorités de la Côte d’Ivoire. Il
contribue à l’atteinte de l’Impact du secteur des Eaux et Forêts :
« la gestion durable des ressources naturelles (eau, faune et
flore) est assurée » du Programme National de Développement
(PND 2012-2015), notamment à son Effet 2 : « les différents
écosystèmes sont restaurés et la gestion des ressources
naturelles est améliorée ».
14. Référence PIP :
15. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

16. Etat de mobilisation des financements Financement acquis


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
Financement à rechercher : 61 080 000 FCFA
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs
17. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

133
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES EAUX ET
FORETS
FICHE PROJET N° 7 - PUBLIC
1. Intitulé du Projet :
PROMOTION DES SYSTÈMES
AGROFORESTIERS DANS LE DOMAINE RURAL

2. Secteur/Domaine : Forêts/Reboisements
3. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
4. Sous-Programme PNIA : Restauration et gestion durable des ressources forestières
5. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère des Eaux et Forêts
d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : - Direction des Etudes, de la planification et de
l’Evaluation/Direction du reboisement et du cadastre
forestier
- Equipe du projet
7. Date de début et de fin du projet : Début : 2016
Durée : 5 années (fin projet 2020)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à la restauration du couvert forestier ivoirien

 Objectifs spécifiques
- Favoriser l’intégration de l’arbre dans les systèmes de
productions agricoles ;
- Introduire des essences spécifiques comme les
légumineuses dans le paysage agricole en vue
d’améliorer sensiblement la fertilité des sols et les
rendements ;
- Produire du bois de feu, de service et du bois d’œuvre et
d’ébénisterie pour la satisfaction des besoins de la
population et bénéficier des retombées financières.
9. Liens et interactions avec d’autres projets :
10. Composantes (et/ou activités) du projet :  Composante 1 : Sensibilisation des populations rurales
à l’importance de l’agroforesterie ;
 Composante 2 : Sélection des zones pilotes du projet ;
 Composante 3: Identification des systèmes ;
agroforestiers adaptés à chaque zone agro écologique ;
 Composante 4 : Création de plantations agroforestières
de référence (parcelles expérimentales) avec une
assistance technique au profit des populations dans la
mise en place des peuplements
- Réaliser une étude de faisabilité
- Organiser des campagnes de sensibilisation des
populations ;
11. Activités proposées - Etudes préalables (démo-foncière, sol, cartographie,
etc.) ;
- Identifier et sécuriser des sites du projet ;
- Créer des plantations agro- forestières ;

134
- Entretenir les parcelles ;
- Suivre et évaluer le projet ;
- L’arbre est intégré dans les systèmes de productions
agricoles en milieu rural ;
- Les besoins en bois énergie, bois de service et bois
12. Résultats attendus d’œuvre de la population sont satisfaits ;
- La population bénéficie des retombées financières et
écologiques de l’association de l’arbre et des cultures
sur les mêmes sols.
13. Chronogramme indicatif d’exécution :
14. Budget estimatif (par composante et/ou
activités). [Préciser degré de précision des Coût total : 450 000 000 FCFA
estimations annualisées 2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
15. Etat de préparation : X Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
16. Référence PND : Ce projet est conforme aux priorités de la Côte d’Ivoire.
Il contribue à l’atteinte de l’Impact du secteur des
Eaux et Forêts : « la gestion durable des ressources
naturelles (eau, faune et flore) est assurée » du
Programme National de Développement (PND 2012-
2015), notamment à son Effet 2 : « les différents
écosystèmes sont restaurés et la gestion des
ressources naturelles est améliorée ».
17. Référence PIP : Projet non inscrit au PIP
18. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

19. Etat de mobilisation des financements Financement acquis [Préciser]


Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher : 450 000 000 FCFA
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
20. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

135
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
DES EAUX ET FORETS

FICHE PROJET N° 8 - PUBLIC


1. Intitulé du Projet :
APPUI AUX COMMUNAUTÉS RURALES À
TRAVERS LE REBOISEMENT PAR
AGROFORESTERIE DE 900 HA DANS LE
DISTRICT DE YAMOUSSOUKRO, LES RÉGIONS
DU TCHOLOGO ET DU BELIER

2. Secteur/Domaine : Forêts/Reboisements
3. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et Relance de la filière bois
4. Sous-Programme PNIA : Restauration et gestion durable des ressources forestières
5. Instances de mise en œuvre Ministère des Eaux et Forêts
(Maitre d’ouvrage) :
6. Parties prenantes du projet : - Direction du Cadastre et du Développement Forestier
- Equipe du Projet
7. Date de début et de fin du Début : 2016
projet : Durée : 3 ans (fin projet 2018)
8. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à la reconstitution du couvert forestier et à
l’amélioration des conditions de vie des populations dans
les zones centre et nord de la Côte d’Ivoire

 Objectifs spécifiques
Exploiter de façon durable les forêts du domaine rural
dans le District de Yamoussoukro, les régions du
Tchologo et du Belier
9. Liens et interactions avec -
d’autres projets :
10. Composantes (et/ou activités) Composante 1 : Sensibilisation et renforcement des
du projet : capacités des acteurs
Composante 2 : Promotion et développement de
l’agroforesterie dans les zones du projet
Composante 3: Protection et suivi des plantations
forestières
11. Résultats attendus - L’exploitation des ressources forestières est maitrisée;
- Le couvert forestier dans la zone du projet est
reconstitué par la pratique de l’agroforesterie;
- 900ha de plantations agroforestières créées
- Les activités de transhumance et de pâturage sont
suivies;
- L'utilisation des feux est maîtrisée
12. Chronogramme indicatif
d’exécution :

136
13. Budget estimatif (par
composante et/ou activités). Coût total : 682 254 000 FCFA
[Préciser degré de précision des
estimations annualisées 2015-
2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

14. Etat de préparation : Identification


Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
15. Référence PND : Ce projet est conforme aux priorités de la Côte d’Ivoire.
Il contribue à l’atteinte de l’Impact du secteur des Eaux
et Forêts : « la gestion durable des ressources naturelles
(eau, faune et flore) est assurée » du Programme
National de Développement (PND 2012-2015),
notamment à son Effet 2 : « les différents écosystèmes
sont restaurés et la gestion des ressources naturelles
est améliorée ».
16. Référence PIP : Projet non inscrit au PIP.
17. Mode de financement du Etat
Projet : Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]

18. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]


financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
19. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

137
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DES EAUX ET FORETS
SODEFOR

FICHE PROJET N° - PUBLIC


21. Intitulé du Projet :
DEVELOPPEMENT DE L’AGROFORESTERIE DANS LES FORETS CLASSEES

22. Secteur/Domaine : Eaux et Forêts


23. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière
24. Sous-Programme PNIA : Réhabilitation et gestion durable des ressources forestières
25. Instances de mise en MINEF
œuvre (Maitre
d’ouvrage) :
26. Parties prenantes du projet - MINEF (Maitre d’ouvrage délégué)
: - SODEFOR (Maitrise d’œuvre)
27. Date de début et de fin du Début : année 2016
projet : Durée : 5 années (fin projet : 2020)
28. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à la lutte contre la pauvreté et à la réhabilitation des forêts classées

 Objectif spécifique
Développer l’agroforesterie dans les parcelles de reboisement en forêts classées.

29. Liens et interactions avec


d’autres projets : - Insertion des démobilises (Programme d’Action Post Crise/PAPC)

30. Composantes (et/ou  Composante 1 : Sensibilisation des populations


activités) du projet :  Composante 2 :Reboisement de 10 000 ha de terres dégradées avec les plants de qualité.
 Composante 3 : Développement de cultures vivrières sur les parcelles de reboisement.
138
 Composante 4 : Appui aux populations pour la réalisation des travaux forestiers, la production et la commercialisation des produits
agricoles.

 Composante 5 : Suivi-évaluation du projet

31. Chronogramme
indicatif d’exécution
:
Composantes 2016 2017 2018 2019 2020

T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4

Sensibilisation et
informations des
populations

Reboisement de 10
000 ha de terres
dégradées avec les
plants de qualité
Développement de
cultures vivrières
sur les parcelles de
reboisement
Appui à la
commercialisation
et à la
transformation des
cultures vivrières
Suivi-évaluation

139
32. Budget estimatif (par Coût total : estimé à 12 milliards 350 millions FCFA HTVA
composante et/ou
activités). [Préciser
degré de précision des
estimations
annualisées 2015- COMPOSANTES 2016 2017 2018 2019 2020 Total
2020]
Ratio Sensibilisation et informations
34 000 000 33 000 000 33 000 000 100 000 000
Evaluation des populations
Préliminaire
Avant-projet détaillé Reboisement de 10000 ha de
Marché signé terres dégradées avec les plants 1 400 000 000 1 700 000 000 2 000 000 000 2 300 000 000 2 600 000 000 10 000 000 000
de qualité

Développement de cultures
vivrières sur les parcelles de 400 000 000 400 000 000 400 000 000 400 000 000 400 000 000 2 000 000 000
reboisement

Appui à la commercialisation et
à la transformation des cultures 50 000 000 50 000 000 100 000 000
vivrières

Suivi-évaluation 30 000 000 30 000 000 30 000 000 30 000 000 30 000 000 150 000 000

Total 12350 000 000

33. Etat de préparation : Identification


Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
34. Référence PND : INFR_ACTION 3.3.23

35. Référence PIP : INFR_PROJET 6.2_C 6.2.4

140
36. Mode de financement Etat
Privé
du Projet :
PPP
Bailleurs extérieurs [FAO, FEM]

37. Etat de mobilisation Financement acquis [Préciser]


des financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
38. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

141
FICHES-PROJET SECTORIELLES

Secteur:

ENVIRONNEMENT
Proposées par:

Le MINISTERE de
L’ENVIRONNEMENT, DE LA
SALUBRITE URBAINE ET DU
DEVELOPPEMENT DURABLE

Mars 2015
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

FICHE PROJET N° - PUBLIC


19. Intitulé du Projet :
APPUI AU DÉVELOPPEMENT D’INITIATIVES
LOCALES POUR UNE GESTION PARTICIPATIVE
DES PARCS NATIONAUX ET RÉSERVES
NATURELLES DE LA CÔTE D’IVOIRE

20. Secteur/Domaine : Secteur forêt (ressources naturelles)


21. Programme (s) PNIA : Relance de la filière bois (N°6)
22. Sous-Programme PNIA : Restauration et gestion durable des ressources
forestières (N°61)
23. Instances de mise en œuvre (Maitre -OFFICE NATIONAL DES PARCS ET RESERVES
d’ouvrage) : (OIPR
24. Parties prenantes du projet : Population riveraine des parcs et réserves

25. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016-


Durée : 3 ans (fin projet 2018)
26. Objectifs du Projet :  Objectif global : Contribuer à la protection
durable des aires protégées de la Côte d’Ivoire
 Objectifs spécifiques :
- Assurer la création de richesse au plan local par le
développement d’appuis socio-économiques en
faveur des populations riveraines ;
- Renforcer l’adhésion des populations riveraines à la
conservation des parcs nationaux et réserves
naturelles de Côte d’Ivoire
27. Liens et interactions avec d’autres -Politiques de soutien
projets :
La volonté de donner une cohérence à l’action
gouvernementale en matière de conservation de la
nature est clairement affirmée en Côte d’Ivoire à
travers la reforme de la gestion des parcs et
réserves de Côte d’Ivoire. La promulgation d’une
loi d’orientation pour le secteur des PNR, qui
renforce le statut des aires protégées et garantit les
investissements, est facteur de pérennité du projet.

Expériences antérieures

Les projets d’aménagement des PNR réalisés au cours des


trois précédentes décennies ont permis de tirer plusieurs
enseignements qui ont mis en évidence la nécessité
d’impliquer les populations riveraines dans la gestion des
aires protégées. Ces leçons du passé ont constitué autant
de bases pour mettre en place un cadre institutionnel qui

142
formalise la participation des communautés locales à la
conservation des ressources de leur milieu.

Liens avec d’autres interventions

Le PNIA prend en compte en partie les axes majeurs de la


reforme de gestion des parcs nationaux et réserves qui
s’inscrit dans le cadre global du Plan national d’action
environnementale. Il va donc assurer la continuité des
projets antérieurs

28. Composantes (et/ou activités) du Composante 1 : Implication des populations dans la


projet : gestion des Aires Protégées

Activités :
- Réaliser des activités génératrices de revenus
- Mettre en place des infrastructures
communautaires
- Organiser des sessions de formation sur les
techniques de conduite de la pêche et des élevages
- Former les responsables de microprojets à la
comptabilité simplifiée et à la gestion des
exploitations agropastorales
- organiser 1 campagne nationale de
sensibilisation par an

29. Chronogramme indicatif


d’exécution :

30. Budget estimatif (par composante


et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 4 331 100 000 FCFA
précision des estimations annualisées ……………FCFA HTVA (……………………………… de
2015-2020] francs CFA) pour les …… composantes.
Ratio
x X Evaluation Préliminaire
x Avant-projet détaillé
Marché signé

31. Etat de préparation : Identification


x Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
32. Référence PND : INFR_ACTION 2.1.8

33. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


34. Mode de financement du Projet : Etat
x
Privé
PPP
x Bailleurs extérieurs [Préciser]

143
35. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
X Etat

Privé
PPP

X
Bailleurs extérieurs [Préciser]
36. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire

x 3 – Utile à court terme

4 – Utile à moyen terme

144
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

FICHE PROJET N° - PUBLIC


37. Intitulé du Projet :
PROJET DE CLASSEMENT DE LA FORÊT DES
MARAIS TANOÉ (FMTE) EN RÉSERVE
NATURELLE VOLONTAIRE

38. Secteur/Domaine : Elargissement du réseau des aires protégées


39. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
ressources forestières
40. Sous-Programme PNIA : Restauration et Gestion Durable des ressources forestières
41. Instances de mise en œuvre (Maitre
d’ouvrage) : Direction de la Protection de la Nature (DPN)
42. Parties prenantes du projet : Populations rivéraines

43. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016


Durée : 2 années (fin projet 2017.)
44. Objectifs du Projet : Objectif global
Contribuer à l’élargissement du réseau des aires
protégées en Côte d’Ivoire
Objectifs spécifiques
 Développer une approche de gestion
communautaire de la FMTE ;
 Identifier et financer des micros –projets agro -
pastoraux dans la périphérie de la réserve
45. Liens et interactions avec d’autres Les principales conditions de durabilité du projet sont la
projets : création effective d’organes de gestion de la réserve à
savoir :
- au niveau villageois : Comités Locaux de Gestion
de la FMTE (CLG) ;
- au niveau sous préfectoral : Associations inter-
villageoises de Gestion de la FMTE (AIVG) ;
- au niveau départemental : Fédération des
Associations inter-villageoises de Gestion de la
FMTE (FAIVG).
En outre, il est important que les paysans s’approprient les
innovations techniques qui seront diffusées.
46. Composantes (et/ou activités) du  Composante1 : mise en œuvre des procedures de
projet : classement de la Forêt des Marais Tanoé (FMTE)
en réserve naturelle volontaire
 Composante 2 : Identification et financement de
micro –projets agro –sylvo-pastoraux ;
47. Chronogramme indicatif
d’exécution :

145
48. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 240.000.000 FCFA HTVA
précision des estimations annualisées (……………………………… de francs CFA) pour les ……
2015-2020] composantes.
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

49. Etat de préparation : Identification

x Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
50. Référence PND : INFR_ACTION 2.1.5

51. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


52. Mode de financement du Projet : Etat
X
Privé
PPP
x
Bailleurs extérieurs [Préciser]
53. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
X

Privé
PPP

x Bailleurs extérieurs [Préciser]

54. Niveau de priorité 1 – Indispensable


2 – Nécessaire
3 – Utile à court terme
X – Utile à moyen terme
4

146
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

FICHE PROJET N° - PUBLIC


55. Intitulé du Projet :
AMÉNAGEMENT DES PARCS NATIONAUX
D’AZAGNY, DE PÉKO, DE SANGBÉ, DES ILES
EHOTILÉ ET LES RÉSERVES NATURELLES
D’ABOKOUAMÉKRO, DE LAMTO, HAUT
BANDAMA ET DE NIMBA

56. Secteur/Domaine : secteur forêt (ressources naturelles)


57. Programme (s) PNIA : Relance de la filière bois (N°6)
58. Sous-Programme PNIA : Restauration et gestion durable des ressources
forestières (N°61)
59. Instances de mise en œuvre (Maitre
Office ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR)
d’ouvrage) :
60. Parties prenantes du projet : Populations rivéraines

61. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016


Durée : 03… années (fin projet 2018.)
62. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à la protection des aires protégées et à leur
restauration et préservation par la création de richesse au
sein des populations.

 Objectifs spécifiques

Assurer les conditions d’exercice de l’autorité de


-
gestion
- Préserver des activités économiques à la
périphérie des aires protégées
63. Liens et interactions avec d’autres Le projet apporte une assistance au Gouvernement
projets : ivoirien pour la réhabilitation des aménagements au sein
des parcs nationaux et réserves. Au terme du projet, un
appui étatique sera apporté annuellement au gestionnaire
pour l’entretien des infrastructures.

64. Composantes (et/ou activités) du - Composante 1 : Réhabilitation des infrastructures


projet : routières des parcs nationaux et réserves
- Composante 2 : Entretien des pistes, limites et
infrastructures
- Composante 3 . Suivi-évaluation des travaux
65. Chronogramme indicatif
d’exécution :

66. Budget estimatif (par composante


et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 8 032 000 000FCFA HTVA (Etat :
628 000 000 FCFA,
147
précision des estimations annualisées Bailleurs : 7 404 000 000 FCFA)
2015-2020] (……………………………… de francs CFA) pour les ……
Ratio composantes.
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

67. Etat de préparation : Identification

x Evaluation

Mobilisation des financements


Exécution
68. Référence PND : INFR_ACTION 2.1.1

69. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


70. Mode de financement du Projet : x Etat

Privé
PPP
x Bailleurs extérieurs [Préciser]
71. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
x Etat

Privé
PPP

x Bailleurs extérieurs [Préciser]


72. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire

x 3 – Utile à court terme

4 – Utile à moyen terme

148
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

FICHE PROJET N° - PUBLIC


73. Intitulé du Projet :
EVALUATION DE LA VULNÉRABILITÉ DU PNIA
AU CHANGEMENT CLIMATIQUE ET MESURES
D’ADAPTATION

74. Secteur/Domaine : Changement climatique


75. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
76. Sous-Programme PNIA : Changement Climatique et Développement Durable
77. Instances de mise en œuvre (Maitre
Programme National Changement Climatique
d’ouvrage) :
78. Parties prenantes du projet : Populations riveraines
Bailleurs
79. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 2 années (fin projet 2017.)
80. Objectifs du Projet : Objectif global
Le projet devra contribuer à assurer l’adaptation du PNIA
au changement climatique.
Sur la base d’un diagnostic approfondi, l’étude devra
analyser les changements climatiques observés ou
prévisibles et proposer des mesures et politiques agricoles
à mettre en œuvre au niveau national.

Objectifs spécifiques
 Identifier les spéculations, cultures, aménagement
et opérations du PNIA vulnérables au changement
climatique ;
 Evaluer les niveaux de vulnérabilité à partir des
scenarios pertinents (modélisation) ;
 Proposer des mesures d’adaptation incluant la
modification des modes de production et la
formation anticipée des acteurs du monde rural.
81. Liens et interactions avec d’autres  Les principales conditions de durabilité du projet
projets : sont l’implication et la formation effective des
agents techniques des Ministères concernés ;
 Enoutre, il est important que les populations
s’approprient les données techniques qui seront
obtenues.
Les résultats de cette évaluation serviront de base pour
l’élaboration d’un Plan National d’Adaptation aux
changements climatiques

149
82. Composantes (et/ou activités) du Composante 1 : Evaluation de la vulnérabilité du PNIA ;
projet : Composante 2 : Identification et mise en œuvre des
Mesures d’adaptation ;
Composante 3 . Suivi des changements et des réponses.
83. Chronogramme indicatif
d’exécution :

84. Budget estimatif (par composante


et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 600 000 000 …FCFA HTVA (Etat :
précision des estimations annualisées 100 000 000FCFA,
2015-2020] Bailleurs : 500 000 000 FCFA)
Ratio (……………………………… de francs CFA) pour les ……
Evaluation Préliminaire composantes.
Avant-projet détaillé
Marché signé

85. Etat de préparation : Identification

x Evaluation

Mobilisation des financements


Exécution
86. Référence PND : INFR_ACTION 2.3.7

87. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


88. Mode de financement du Projet : Etat
x
Privé
PPP
x Bailleurs extérieurs [Préciser]
89. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
x Etat

Privé
PPP
x Bailleurs extérieurs [Préciser]
90. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire

x3 – Utile à court terme

4 – Utile à moyen terme

150
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

FICHE PROJET N° - PUBLIC


91. Intitulé du Projet :
MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME
D’INFORMATION, DE SENSIBILISATION ET
D’ÉDUCATION ENVIRONNEMENTALE DES
POPULATIONS RIVERAINES DES PARCS
NATIONAUX ET RÉSERVES NATURELLES

92. Secteur/Domaine : Secteur forêt (ressources naturelles)


93. Programme (s) PNIA : Relance de la filière bois (N°6)
94. Sous-Programme PNIA : Restauration et gestion durable des ressources
forestières (N°61)
95. Instances de mise en œuvre (Maitre
d’ouvrage) : l’Office ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR)
96. Parties prenantes du projet : Population riveraine
Bailleurs
97. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 04… années (fin projet 2019)
98. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à la conservation durable des aires
protégées de la Côte d’Ivoire
 Objectifs spécifiques
- Assurer la création de richesse au plan local par le
développement local ;
- Impliquer les populations riveraines à la
conservation des parcs nationaux et réserves
naturelles de Côte d’Ivoire

99. Liens et interactions avec d’autres Les populations riveraines sont les principaux
projets : responsables de la dégradation des PNR. Leur prise de
conscience ainsi que l’éducation de la jeunesse sur les
notions environnementales sont gages de pérennité des
acquis du projet.
100. Composantes (et/ou activités) du  Composante 1 : Sensibilisation
projet :  Composante 2 : Education environnementale

 Composante 3 . Suivi et évaluation des travaux

101. Chronogramme indicatif


d’exécution :

102. Budget estimatif (par composante


et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 935 200 000 FCFA HTVA (
précision des estimations annualisées Etat :31 200 000 FCFA ,
2015-2020] Bailleurs : 904 500 000 FCFA )
Ratio (……………………………… de francs CFA) pour les ……
Evaluation Préliminaire composantes.
151
Avant-projet détaillé
Marché signé

103. Etat de préparation : Identification

x Evaluation

Mobilisation des financements


Exécution
104. Référence PND : INFR_ACTION 2.1.2

105. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


106. Mode de financement du Projet : x Etat

Privé
PPP

x Bailleurs extérieurs [Préciser]

107. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]


financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
x Etat

Privé
PPP

x Bailleurs extérieurs [Préciser]


108. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire

x 3 – Utile à court terme

4 – Utile à moyen terme

152
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

FICHE PROJET N° - PUBLIC


109.Intitulé du Projet :
PROMOTION D’UNE AGRICULTURE DURABLE

110. Secteur/Domaine : Développement durable


111. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
112. Sous-Programme PNIA : Changement climatique et développement durable
113. Instances de mise en œuvre (Maitre
d’ouvrage) : Direction Générale du Développement Durable / ANDE
114. Parties prenantes du projet : Populations riveraines
Bailleurs
115. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 4 années (fin projet 2019.)
116. Objectifs du Projet :  Objectif global
Contribuer à l’atténuation des impacts environnementaux
liés à la mise en œuvre du PNIA afin de préserver les
services fournis par les écosystèmes.
 Objectifs spécifiques
- Mettre en vigueur des outils de sauvegarde de
l’environnement ;
- Rendre autonome les acteurs en vue du
déploiement de ces outils ;
- Assurer la sauvegarde spécifique des sites les plus
vulnérables ;
- Traiter les formes particulières de pollution,
conformément à la politique du gouvernement.

117. Liens et interactions avec d’autres L’appropriation par les acteurs concernés se fera à
projets : travers les différentes activités de formations et la mise en
mise en œuvre des directives techniques qui seront
adoptées.
118. Composantes (et/ou activités) du  Composante 1 : Evaluation d’impact
projet : environnemental
 Composante 2 : Sauvegarde des écosystèmes
et sites à haute valeur écologique
 Composante 3 . Gestion des produits
chimiques, résidus, effluents
 Composante 4 : Suivi de la qualité de
l’environnement.
119. Chronogramme indicatif
d’exécution :

153
120. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 1.200.000.000 FCFA HTVA (Etat :
précision des estimations annualisées 200.000.000,
2015-2020] Bailleurs : 1.000.000.000 F CFA),
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

121. Etat de préparation : Identification

x Evaluation

Mobilisation des financements


Exécution
122. Référence PND : INFR_ACTION 3.4.1

123. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


124. Mode de financement du Projet : Etat
x
Privé
PPP

x Bailleurs extérieurs [Préciser]

125. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]


financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
x Etat

Privé
PPP

x
Bailleurs extérieurs [Préciser]
126. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire

X 3 – Utile à court terme

4 – Utile à moyen terme

154
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

FICHE PROJET N° - PUBLIC


127.Intitulé du Projet :
ETUDE DE L’INVENTAIRE DE LA RICHESSE
FAUNIQUE ET FLORISTIQUE DES MILIEUX
AQUATIQUES POUR UNE PÊCHE DURABLE

128. Secteur/Domaine : Gestion durable des Ressources halieutiques


129. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
130. Sous-Programme PNIA : Changements Climatiques et Développement Durable
131. Instances de mise en œuvre (Maitre
Direction Générale du Développement Durable
d’ouvrage) :
132. Parties prenantes du projet : Populations riveraines
Bailleurs
133. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 1,5 années (fin projet 2017.)
134. Objectifs du Projet :  Objectif global
Mettre à disposition des acteurs du Ministère
de l’Environnement et Développement
Durable, du Ministère de l’Agriculture, du
Ministère des ressources animales et
halieutiques et de toute autre partie
intéressée, des données sur la faune et la flore
des plans d’eau de Côte d’Ivoire, en vue
d’une meilleure aide à la décision en matière
de conservation de la biodiversité,
d’agriculture durable et de gestion intégrée
des ressources halieutiques.
 Objectifs spécifiques
 recenser et localiser précisément les ressources
en eau sensibles ;
 réaliser un inventaire des espèces animales et
végétales des ressources en eau sélectionnées ;
 définir les techniques et les méthodes de
gestion nécessaires à la pérennisation de la
biodiversité aquatique es régions ivoiriennes.

135. Liens et interactions avec d’autres Les principales conditions de durabilité du projet sont
projets : l’implication et la formation effective des agents
techniques des Ministères concernés.

En outre, il est important que les populations s’approprient


les données techniques qui seront obtenues.

155
136. Composantes (et/ou activités) du Composante 1 : L’étude portera sur les plans d’eau douce
projet : et lagunaires de Côte d’Ivoire. Un échantillon
représentatif sera étudié au niveau des systèmes
lagunaire, fluvial et au niveau des lacs.
137. Chronogramme indicatif
d’exécution :

138. Budget estimatif (par composante


et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 175.000.000 …FCFA HTVA
précision des estimations annualisées (……………………………… de francs CFA) pour les ……
2015-2020] composantes.
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

139. Etat de préparation : Identification

x Evaluation

Mobilisation des financements


Exécution
140. Référence PND : INFR_ACTION 3.4.1

141. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


142. Mode de financement du Projet : Etat
Privé
PPP

x Bailleurs extérieurs [Préciser]


143. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
Privé
PPP
x
Bailleurs extérieurs [Préciser]
144. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire

x 3 – Utile à court terme

4 – Utile à moyen terme

156
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

FICHE PROJET N° - PUBLIC


145.Intitulé du Projet :
ELABORATION D’UNE CARTE AGRO
PÉDOLOGIQUE POUR LA CÔTE D’IVOIRE EN
VUE DE FAVORISER UN DÉVELOPPEMENT
AGRICOLE DURABLE

146. Secteur/Domaine : Agriculture et Développement Durable


147. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
148. Sous-Programme PNIA : Changements Climatiques et Développement Durable
149. Instances de mise en œuvre (Maitre
d’ouvrage) : Direction Générale du Développement Durable
150. Parties prenantes du projet : Populations riveraines
Bailleurs
151. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : 04… années (fin projet 2019)
152. Objectifs du Projet :  Objectif global
Ce projet vise à mettre en œuvre un processus
d’élaboration d’une carte agro-pédologique à
l’effet de doter la Côte d’Ivoire d’un outil d’aide
à la décision pour une gestion durable des terres
et pour une agriculture durable.
Objectifs spécifiques
 mobiliser toutes les parties prenantes à travers des
campagnes de sensibilisation et l’organisation
d’ateliers divers sur l’utilisation efficiente et
durable des terres;
 Identifier les différentes zones agro-pédologiques
de la Côte d’Ivoire ;
 Réaliser une carte agro-pédologique régionale de
la Côte d’Ivoire ;
 Diffuser les résultats ;
 Encourager le développement d’une agriculture
durable suivant les potentialités régionales .
153. Liens et interactions avec d’autres Les principales conditions de durabilité du projet sont
projets : l’implication de tous les ministères techniques concernés.
154. Composantes (et/ou activités) du  Composante 1 : Sensibilisation par une approche
projet : participative avec implication de tous les acteurs.
 Composante 2 : Elaboration de cartes agro-
pédologiques régionales
 Composante 3 : validation et diffusion des cartes
 Composante 5 : suivi-evalution de l’application
de la cartographie agro-pédologique

155. Chronogramme indicatif


d’exécution :
157
156. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 200.000.000 FCFA HTVA (Etat :
précision des estimations annualisées 50 000 000 F CFA,
2015-2020] Bailleurs : 150 000 000 F CFA
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

157. Etat de préparation : Identification

x Evaluation

Mobilisation des financements


Exécution
158. Référence PND : INFR_ACTION 3.4.2

159. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


160. Mode de financement du Projet : Etat
X
Privé
PPP

x
Bailleurs extérieurs [Préciser]
161. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
X
Privé
PPP

x Bailleurs extérieurs [Préciser]


162. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire

x 3 – Utile à court terme

4 – Utile à moyen terme

158
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..
FICHE PROJET N° - PUBLIC
163.Intitulé du Projet :
CAMPAGNE NATIONALE D’INFORMATION,
D’ÉDUCATION ET DE COMMUNICATION SUR
LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LA
REDD+

164. Secteur/Domaine : Changements climatiques et REDD+


165. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
166. Sous-Programme PNIA : Changements Climatiques et Développement Durable
167. Instances de mise en œuvre (Maitre
d’ouvrage) : Changements climatiques et REDD+
168. Parties prenantes du projet : Les principales conditions de durabilité du projet sont
l’implication et la formation effective des ONG et des
Points de relais Régionaux.

En outre, il est important que les populations


s’approprient les innovations techniques qui seront
diffusées.
Bailleurs
169. Date de début et de fin du projet : Début : année 2016
Durée : …01… années (fin projet 2016..)
170. Objectifs du Projet : Objectif global
Contribuer à la lutte contre les changements climatiques
et à la réduction de la déforestation en Côte d’Ivoire.

Objectifs spécifiques
 Organiser une campagne nationale pour
sensibiliser, éduquer et former toutes les couches
de la population à la préservation des ressources
naturelle et aux changements climatiques ;
 Réduire les pressions sur les forêts à partir de la
promotion des foyers améliorés, du biogaz et
autres nouvelles techniques ;
 Identifier et financer des micros –projetsREDD+,
agro – forestiers dans la périphérie des espaces
protégés.

-
171. Liens et interactions avec d’autres
projets :
172. Composantes (et/ou activités) du Composante 1 : Identification et financement de
projet : micro –projets agro –sylvo-pastoraux

173. Chronogramme indicatif


d’exécution :

159
174. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 475.000.000. FCFA HTVA
précision des estimations annualisées (Bailleurs : 475 000 000 F CFA) (………………………………
2015-2020] de francs CFA) pour les …… composantes.
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé

175. Etat de préparation : Identification

x Evaluation

Mobilisation des financements


Exécution
176. Référence PND : INFR_ACTION 3.2.3

177. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


178. Mode de financement du Projet : Etat

Privé
PPP

x Bailleurs extérieurs [Préciser]


179. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat

Privé
PPP

x
Bailleurs extérieurs [Préciser]
180. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire

x 3 – Utile à court terme


REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
4 – Utile–à Travail
Union – Discipline moyen terme
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

160
FICHE PROJET N° - PUBLIC
181.Intitulé du Projet :
PROJET DE CRÉATION DE QUATRE (04) PARCS
URBAINS DANS LA VILLE D’ABIDJAN

182. Secteur/Domaine : Le secteur de l’écotourisme


183. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance de la filière bois
ressources forestières
184. Sous-Programme PNIA : Restauration et Gestion Durable des ressources
forestières
185. Instances de mise en œuvre (Maitre Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et
d’ouvrage) : du Développement Durable
186. Parties prenantes du projet : Etat/Partenaires
187. Date de début et de fin du projet : Début : année …..
Durée : 04… années (fin projet……)
188. Objectifs du Projet :  Objectif global
Le présent projet vise à faire de ces sites des pôles
d’attraction et des espaces culturels au service du
développement économique et social de la ville
d’Abidjan.
Objectifs spécifiques
- En outre, le projet contribuera au développement
d’activités écotouristiques au sein de la
population locale et du privé ;
- Le projet vise à éveiller la conscience nationale
sur la nécessité de contribuer, au niveau de
toutes les couches sociales, à la conservation de
la nature et au maintien de la diversité
biologique ;
le projet vise à renforcer la cohésion
sociale au sein des communautés locales
par l’identification et l’implication des
différentes couches sociales dans la mise en
œuvre du projet.

189. Liens et interactions avec d’autres


projets :
190. Composantes (et/ou activités) du Composante 1 : Cartographie des infrastructures à
projet : réaliser
 Etablir les plans de base
 Etablir les plans architecturaux et
marquettes
Composante 2 : Construction, équipement et entretien
du parc
 Construirele parc urbain
 Equiper le parc urbain
 Assurer la gestion du parc urbain

161
191. Chronogramme indicatif
d’exécution :

192. Budget estimatif (par composante


et/ou activités). [Préciser degré de Coût total : estimé à 1762 millions. FCFA HTVA
précision des estimations annualisées
2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
193. Etat de préparation : Identification
Evaluation

X Mobilisation des financements


Exécution
194. Référence PND : INFR_ACTION 2.1.4

195. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


196. Mode de financement du Projet : Etat
X
Privé
PPP

X Bailleurs extérieurs [Préciser]


197. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
X
Privé
PPP

X Bailleurs extérieurs [Préciser]


198. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire

X 3 – Utile à court terme

4 – Utile à moyen terme


REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE
URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE
…………………………………………..

162
FICHE PROJET N° - PUBLIC
199.Intitulé du Projet :
INSTALLATION D’ÉQUIPEMENTS DE
VALORISATION DES DÉCHETS DE CABOSSES DE
CACAO À DES FINS ÉNERGÉTIQUES POUR LE
MONDE RURAL. INSTALLATION D’ÉQUIPEMENTS
DE VALORISATION DES DÉCHETS DE CABOSSES
DE CACAO À DES FINS ÉNERGÉTIQUES POUR LE
MONDE RURAL

200. Secteur/Domaine : Agriculture et Développement Durable


201. Programme (s) PNIA : Réhabilitation forestière et relance économique
202. Sous-Programme PNIA : Changement Climatique et Développement Durable
203. Instances de mise en œuvre (Maitre DPS,Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine
d’ouvrage) : et du Développement Durable
204. Parties prenantes du projet : Ministère del’Agriculture, CGFCC, Ministère de l’Industrie

205. Date de début et de fin du projet : Début : année …….


Durée : 02..… années (fin projet…….)
206. Objectifs du Projet :  Objectif global
Mettre en place un système de valorisation et
d’utilisation durable et efficace des résidus agricoles
à des fins énergétiques pour le monde rural.
Objectifs spécifiques
Produire de l’électricité à partir des cabosses
séchées de cacao;
Limiter les émissions de gaz à effet de serre ;
Etablir une société de recyclage ;
Améliorer les conditions de vie des
populations
207. Liens et interactions avec d’autres
projets :
208. Composantes (et/ou activités) du Composante 1 : Etudes et évaluation
projet : Concertation (partenaire/autres parties
prenantes);
Faire un inventaire exhaustif de l’ensemble
des déchets de cacao ;
Evaluer les besoins en renforcement des
capacités ;
Mener une étude pour les unités de
traitement.
Composante 2 : Infrastructures
Installer des unités de traitement dans les
zones de forte production.

209. Chronogramme indicatif


d’exécution :

163
210. Budget estimatif (par composante
et/ou activités). [Préciser degré de
précision des estimations annualisées COÛT TOTAL : ESTIMÉ À 1975 MILLIONS FCFA HTVA
2015-2020]
Ratio
Evaluation Préliminaire
Avant-projet détaillé
Marché signé
211. Etat de préparation :
X Identification

Evaluation

Mobilisation des financements


Exécution
212. Référence PND : INFR_ACTION 4.4.2

213. Référence PIP : INFR_PROJET NEANT


214. Mode de financement du Projet : Etat
X
Privé
PPP

XBailleurs extérieurs [Préciser]


215. Etat de mobilisation des Financement acquis [Préciser]
financements Etat
Privé
PPP
Bailleurs extérieurs [Préciser]
Financement à rechercher
Etat
X
Privé
PPP

X Bailleurs extérieurs [Préciser]


216. Niveau de priorité 1 – Indispensable
2 – Nécessaire
X
3 – Utile à court terme
4 – Utile à moyen terme

164
FICHES-PROJETS SECTORIELS

Proposées par:

LES FILIÈRES ET LES


COOPÉRATIVES

Mars 2015
REPUBLIQUE DE CÔTE D’IVOIRE
Union - Discipline – Travail
---------------------------
MINISTERE
…………………………………..

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE


Nom du projet
CASHEW
TECHNOLOGY
CENTER

Type de Projet
Production Végétale Production animale Foresterie Aménagements
Production vivrière Elevage Développement Aménagement
Production maraichère Pêche durable hydro-agricole
Production horticole Aquaculture Foresterie Périmètre équipé
Agro-alimentaire Alimentation animale communautaire de matériel
Transport produit agricole Santé animale Transformation du bois d’irrigation
Agribusiness Hygiène publique Autres à préciser Foncier rural
Autre à préciser ………… vétérinaire Abattoir
Transformation produits Débarcadère
Animaux Magasin
Autres à préciser Centre de groupage
Autres à préciser

Structure initiatrice/maitre d’ouvrage : Conseil du Coton et Contacts : 20 20 70 30


de l’Anacarde
Nature du projet : Nouveau En exécution
Etat de préparation : Identification Evaluation Mobilisation de financement
Autre (préciser)
Localisation géographique : Yamoussoukro
Durée : 18 mois Début : Janvier 2015 Fin : Juin 2016
Grandes lignes du projet
Contexte et justification : - Problème de main d’œuvre qualifiée dans les unités installées, aussi bien
pour produire les amandes que pour la maintenance des équipements ;
- Problématique liée à l’instabilité de la main d’œuvre industrielle ;
- Besoin de soutenir l’industrialisation de la filière par la disponibilité du
vivier de compétences ;
- Besoin de professionnalisation des métiers agroindustriels dans la filière.

Objectif global : - Appui à la transformation et à la maîtrise des technologies de


transformation

Objectifs spécifiques : - Créer un cadre permanent de renforcement des capacités du personnel des
unités de transformation de l’anacarde ;
- Ouvrir des nouveaux créneaux de formation pratique et d’emploi à la
jeunesse ivoirienne ;
- Mettre à la disposition des promoteurs d’unités de transformation, un
vivier de compétences à chaque stade ;

165
- Créer un cadre de démonstration de nouvelles technologies et
d’équipements.

Bénéficiaires : Acteurs de la filière

Composantes : - Formation
- Commercialisation
- Management
- Négociations de marchés
- Marketing
- Assistance technique
Résultats attendus : Maîtriser le process et l’environnement de la transformation (main d’œuvre
et technologies)
Activités à conduire : Construction d’une usine-école
Impact du projet : Formation des acteurs de la filière et potentiels investisseurs,
Vulgarisation de la technologie
Organisation et gestion du projet : DG - Resp. Achat - Chef d’usine - Resp. Technique - Chargé d’Etudes
Suivi et évaluation : Cabinet extérieur (chaque trimestre)
Mécanisme d’appropriation Information - sensibilisation des acteurs et opérateurs économiques
/pérennisation :
Contraintes (fonctionnelles, calendaires  Différentes équipes devront travailler en parfaite symbiose
ou financières) : (fonctionnelle)
 Maîtrise de la période d’approvisionnement (calendaires - 3 mois pour
s’approvisionner en noix brute)
 disposer d’un fonds de roulement qui servira à la transformation (frais
électricité, charges salariales et autres frais annexes (financières)
Financement
Coût total du projet (F CFA) : Un milliard cent vingt millions (1 120 000 000) F CFA
Sources Acquis A rechercher
Conseil du Coton et de 350 000 000 -
Financement l’Anacarde
Etat -
Autres bailleurs 770 000 000

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception Etat BOT*
Partenaire BOO**
Etat/partenaire DSP***
Autres (à préciser)
Etat BOT
Financement BOO
Partenaire
Etat/partenaire Autres (à préciser)
Etat BOT
Mise en œuvre BOO
Partenaire
Etat/partenaire DSP
Autres (à préciser)
Etat BOT
Exploitation BOO
Partenaire
Etat/partenaire DSP
Autres (à préciser)

166
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------

COOPERATIVE DES VENDEUSES D’ATTIEKE ET DE POISSON DE CÔTE D’IVOIRE.

FICHE PROJET N° - PRIVE - PRIVE

Nom de la structure COVAPCI coopérative des vendeuses d’attiéké et de poisson de CI

Type de Structure : Coopérative PMI GIE Autre


(Préciser)
Références de l’agrément/ CI-YOP-2008-A-1359
enregistrement
Siège : YOPOUGON SIPOREX2

Adresse et contact :
23BP 2053 ABIDJAN/ 05736159-49055695

Identification du
représentant légal
Nom et prénom (s) DJEDJRO Nee LASME YOU CECILE
Fonction PCA
Contact /Email 08484871

Zone de couverture des ABIDJAN-DABOU


activités
8 140 000FCFA
Capital
Chiffre d’affaire (année 129 900 000 F CFA
2014)
Effectif des membres (si 407
coopérative ou GIE)
Domaine (s) d’action VIVRIER (ATTIEKE- POISSON)

Description sommaire des PRODUCTION-ACHAT-STOCKAGE-DISTRIBUTION


COMMERCIALISATION D’ATTIEKE ET DE POISSON
activités

Type de collaboration • *Recherche de financement


recherché au niveau du • *Recherche de partenaires pour réalisation d’activités connexes
SARA 2015 • *Recherche de clients

167
• Recherche de fournisseurs
• Recherche d’expertise
• Autres (A préciser)

PRESENTATION PROJET

1. Intitulé du Projet :
PROJET D’INSTALLATION ET DE GESTION D’UNE
UNITE DE TRANSFORMATION DE MANIOC

2. Secteur/Domaine :
3. Parties prenantes du projet : -……COVAPCI (Maitre d’ouvrage
-………………………….…. (Partenaires)
4. Date de début et de fin du projet : Début : année 2015……..
Durée : …3 années (fin projet …2018……..)
5. Objectifs du Projet :
Objectif global LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE

Objectifs spécifiques - Créer des Sources de revenus additionnelles


pour les femmes membres de la coopérative
- Aider les femmes membres dans leurs activités
6. Liens et interactions avec d’autres projets : -

7. Composantes (et/ou activités) du projet :


● Composante 1 : Cpse 1 : Acquisition du local et du matériel
● Composante 2 : d’implantation
● Composante 3 . Cpse 2 : Approvisionnement en matière première et
production
Cpse 3 : Formation des membres
8. Financement
Coût indicatif total du projet (FCFA) 93 000 000
Détail du financement Source* Acquis Rechercher
Etat *
Prive *
Bailleurs *
exterieurs
*
*Sources possibles : Etat, Privé, Promoteur Bailleurs extérieurs [Préciser]
9. Etat d’avancement actuel du projet :  Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
10. si en exécution donner des précisions sur
le niveau
11. Autres observations

168
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

Union – Discipline – Travail


------------------------------

Association pour le Développement de Filière Manioc en Côte d’Ivoire


(ADFMA-CI).

Intitulé du projet
PROJET D’APPUI À LA PRODUCTION INTENSIVE DU MANIOC EN
SYSTÈME AMÉLIORÉ EN CÔTE D’IVOIRE

Domaines 3 Renforcement de Capacités institutionnelles et techniques


d’intervention (choix 4 Production
multiple) 9 semences
11 Mécanisation
Liste de choix : 1. Politiques et stratégies ; 2. Recherche - Développement et Formation
; 3. Renforcement de Capacités institutionnelles et techniques ; 4.
Production ; 5. Commercialisation ; 6. Post-
récolte (conditionnement, stockage) ; 7. Irrigation, maitrise de l’eau ;
8. Crédit ; 9. Semences ; 10. Valorisation des produits ; 11. Autres (à
spécifier)
Cohérence avec le PNIA Programme 1 : Amélioration de la productivité et de la compétitivité des productions
agricoles
S/programme 1 : Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants
agricoles et vétérinaires
S/programme 3: Renforcement des services de conseil agricole, recherche-
développement et formation
S/programme 4: Promotion de la maîtrise de l’eau
Programme 2 : Développement des filières
S/programme 1 : Renforcement de l’environnement commercial des filières
agricoles
S/programme 3 : Redynamisation des productions alimentaires d’origine végétale,
animale ou halieutique
Zones d’intervention Régions de l'Agneby-Tiassa, Bafing, Belier, Béré,Cavally, District Autonome
d’Abidjan, District Autonome de Yamoussoukro, Gbèkè, Gbôklé, Gôh,Gontougo,
Grands Ponts, Guemon,Hambol, Haut Sassandra, Iffou, Indénié Djuablin, La Me, Loh-
Djiboua, Marahoué, Moronou, Nawa, N'zi, San Pedro, Sud Comoé, Tonkpi,
Worodougou
Durée du projet
Début : 2015 Fin : 2020

169
Objectif du projet
Objectif Transformer les exploitations familiales de subsistance en des
exploitations modernes de marché utilisant les facteurs de
général production de façon rationnelle

- Développer le dispositif d’intensification de la production de


Objectifs tubercules de manioc
spécifiques - Mettre à la disposition des exploitants du matériel et des intrants
agricoles
- Former les coopératives dans les différentes zones de production
- Apporter un appui au conditionnement et à la
commercialisation des légumes.
Bénéficiaires ciblés Directs Producteurs de manioc (principalement les femmes et les jeunes)

Indirects collectivités territoriales, Organisations Professionnelles Agricoles

Contexte et Le manioc fait partie des principales plantes à racines et tubercules amylacés cultivés
justification dans le monde. L’Afrique est le premier producteur mondial avec une production
annuelle de 110 millions de tonnes, suivie de l’Asie (55 millions de tonnes) et de
l’Amérique Latine et des Caraïbes (37 millions de tonnes).
Cependant, les pays africains utilisent la quasi-totalité du volume de manioc
disponible au niveau intérieur, à l’alimentation des populations, comme culture de
subsistance par excellence. Par contre les pays latino-américains et asiatiques
utilisent le manioc pour l’élevage et les autres utilisations, notamment dans
l’industrie.

Cette situation conduit à une plus grande présence des produits à base de manioc
latino-américains et asiatiques sur le marché international par rapport à ceux des
pays africains. Mais comment corriger cela? Le Forum sur la Stratégie Globale pour
le Développement du Manioc tenu en avril 2 000 à Rome a proposé de rendre le
manioc plus compétitif sur le marché intérieur et international.

Vu que la réalisation de ce propos dépendra d'une forte augmentation de la demande,


cette stratégie propose de développer les industries basées sur le manioc à travers
une synergie de stratégies et de plans au niveau national, régional et continental, tout
en les appuyant par un effort global d'identification et de stimulation des marchés.

La stratégie conseille trois étapes essentielles:


 La première étape est l'identification de marchés en croissance ou qui en ont
le potentiel.
 La seconde étape est de pouvoir garantir la fourniture suivie d'un produit
relativement uniforme
 La troisième étape est de pourvoir le marché de produits à prix compétitifs
afin de satisfaire aux besoins des consommateurs.

Ainsi, à l'image du maïs, du blé et de la pomme de terre qui dominent les marchés
mondiaux lucratifs des produits à base d’amidon, le manioc peut devenir une matière
première de base, pour la préparation d'une série de produits traités; ce qui, en fait,
en accentuera la demande tout en contribuant à la transformation agricole et à la
croissance économique des pays en voie de développement.

La crise alimentaire qu’a connue bon nombre de pays africains a fondamentalement


remis en cause la politique agricole pratiquée jusque-là. Si les causes externes de
cette crise ne sont pas du ressort des décideurs politiques, les causes internes
engagent par contre leur responsabilité dans la mesure où elles sont dues pour la
plupart à une mauvaise stratégie de promotion des cultures vivrières, à une
insuffisance de ressources financières allouées au secteur agricole (faible
investissement), à un manque de promotion des marchés locaux etc.

170
Conscient de ces enjeux, le Gouvernement Ivoirien a mis l’agriculture au centre de
son Plan National de Développement 2012-2015, a confirmé l’importance du Plan
National d’Investissement Agricole 2010-2015 approuvé en 2010 et a défini de
nouvelles stratégies de filières.

Dans cette logique, les décideurs politiques ont accordé la priorité aux filières
agricoles en lien avec les modèles de consommation des populations. C’est ainsi que
se justifie le choix de la Création de l’Association pour le Développement de Filière
Manioc en Côte d’Ivoire (ADFMA-CI).

En effet, le manioc occupe une place très importante dans le régime alimentaire des
Ivoiriens. La filière joue un rôle primordial dans les stratégies de lutte contre la
pauvreté et la faim. En plus, elle bénéficie d’atouts climatiques pour un meilleur
développement et occupe une bonne partie de la population rurale de 25 régions
productrices de manioc.

Dans la perspective de l’atteinte du premier des objectifs de développement pour le


millénaire, la filière a fait l’objet de plusieurs interventions étatiques et bénéficié de
nombreux projets/programmes.
A travers la mise en œuvre de ces projets, il s’est dégagé des savoirs endogènes qu’il
convient de capitaliser.

Malgré ces atouts, les actions de développement entreprises au profit de la filière


manioc sont confrontées à de nombreuses difficultés, dont principalement l’existence
de plusieurs faîtières non structurées, le conflit de leadership et l’absence d’un cadre
de concertation.

Le Programme d’Appui à la Structuration et au Développement de la Filière Manioc


en Côte d’Ivoire, (PASDFMA-CI), initié par l’Agence de Développement de la Filière
Manioc en Côte d’Ivoire (ADFMA-CI) s’inscrit dans la vision de rendre le manioc plus
compétitif sur le marché intérieur et international par la transformation.
Composantes du projet I- Appui à la Productivité du Manioc
(activités) 1- Appui aux renforcements des capacités et à l'installation de 1 000 producteurs
multiplicateurs de boutures améliorées de manioc pour la mise en place de 1
000 ha de parc à bois
2- Appui aux renforcements des capacités de 150 000 petits producteurs pour la
mise en place de 150 000 ha de manioc
II- Appui à la mécanisation
1- Equipement des manioculteurs en tracteurs agricoles dans les 27 régions de
production
2- Mise en place de 100 000 ha pour approvisionner les usines dans les 27 régions
de production de manioc
Résultats Attendus  151 000 producteurs multiplicateurs de boutures améliorées et de producteurs de
(produits) boutures de manioc sur 151 000 ha sont installés dont 60% de femmes et 40%
d’hommes (70 % de jeunes et 30% d’adultes)
 900 000 tonnes de tubercules en moyenne par an
 La mécanisation de la production de manioc est réalisée avec (100) tracteurs
 Les unités de transformation sont approvisionnées
Chronogramme de 2015 2016 2017 2018 2019
réalisation des travaux
T T T T T T T T T T T T T T T T T T T T
pour le démarrage 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4
effectif du projet
Composante 1

Composante 2

171
Coordination et Suivi – ADFMA
évaluation
Coût global du projet 253 000 000 000 FCFA à rechercher
385 688 370 d’EUROS
506 000 000 USD
Coût par composante Composante 1 : à rechercher
151 000 000 000 FCFA
230 193 454 d’EUROS
302 000 000 USD
Composante 2 : à rechercher
102 000 000 000 FCFA
155 494 916 d’EUROS
204 000 000 USD

172
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

Union – Discipline – Travail


------------------------------

Association pour le Développement de Filière Manioc en Côte d’Ivoire


(ADFMA-CI).

Intitulé du projet
PROJET D’APPUI À LA RECHERCHE, À L'INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET À LA
VALORISATION DU MANIOC PAR L'INDUSTRIALISATION

Domaines 6 Post-récolte (conditionnement, stockage)


d’intervention 10 Valorisation des produits
(choix multiple)
Liste de choix : 1. Politiques et stratégies ; 2. Recherche - Développement et Formation ; 3. Renforcement de
Capacités institutionnelles et techniques ; 4. Production ; 5. Commercialisation ; 6. Post-
récolte (conditionnement, stockage) ; 7. Irrigation, maitrise de l’eau ; 8. Crédit ; 9. Semences ;
10. Valorisation des produits ; 11. Autres (à spécifier)
Cohérence avec le Programme 1 : Amélioration de la productivité et de la compétitivité des productions agricoles
PNIA S/programme 1 : Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants agricoles et vétérinaires
S/programme 3: Renforcement des services de conseil agricole, recherche-développement et formation
S/programme 4: Promotion de la maîtrise de l’eau
Programme 2 : Développement des filières
S/programme 1 : Renforcement de l’environnement commercial des filières agricoles
S/programme 3 : Redynamisation des productions alimentaires d’origine végétale, animale ou halieutique
Zones Régions de l’Agneby-Tiassa, Bafing, Bagoue, Belier, Bere, Bounkani, Cavally, Folon, Gbeke, Gbokle, Goh,
d’intervention Gontougo, Grands Ponts, Guemon, Hambol, Haut Sassandra, Iffou, Indenie Djuablin, Kabadougou, La Me,
Loh-Djiboua, Marahoue, Moronou, Nawa, N'zi, Poro, San Pedro, Sud Comoe, Tchologo, Tonkpi, Worodougou

Durée du projet
Début : 2015 Fin : 2019

Objectif du projet
Apporter des solutions aux pertes post-récoltes du manioc en Afrique de l'ouest
Objectif général par la transformation vu sa faible capacité de conservation. Par ricochet,
augmenter le revenu des acteurs de la filière.

Objectifs spécifiques
- Créer des pools de transformation près des grandes zones de production.
- Doter en magasins de stockage les différentes zones de production

173
Bénéficiaires Directs Transformateurs (principalement les femmes et les jeunes)
ciblés
Indirects collectivités territoriales, Organisations Professionnelles Agricoles

Contexte et Le manioc fait partie des principales plantes à racines et tubercules amylacés cultivés dans le monde.
justification L’Afrique est le premier producteur mondial avec une production annuelle de 110 millions de tonnes, suivie
de l’Asie (55 millions de tonnes) et de l’Amérique Latine et des Caraïbes (37 millions de tonnes).

Cependant, les pays africains utilisent la quasi-totalité du volume de manioc disponible au niveau intérieur,
à l’alimentation des populations, comme culture de subsistance par excellence. Par contre les pays latino-
américains et asiatiques utilisent le manioc pour l’élevage et les autres utilisations, notamment dans
l’industrie.

Cette situation conduit à une plus grande présence des produits à base de manioc latino-américains et
asiatiques sur le marché international par rapport à ceux des pays africains. Mais comment corriger cela?
Le Forum sur la Stratégie Globale pour le Développement du Manioc tenu en avril 2 000 à Rome a proposé
de rendre le manioc plus compétitif sur le marché intérieur et international.

Vu que la réalisation de ce propos dépendra d'une forte augmentation de la demande, cette stratégie
propose de développer les industries basées sur le manioc à travers une synergie de stratégies et de plans
au niveau national, régional et continental, tout en les appuyant par un effort global d'identification et de
stimulation des marchés.
La stratégie conseille trois étapes essentielles:
 La première étape est l'identification de marchés en croissance ou qui en ont le potentiel.
 La seconde étape est de pouvoir garantir la fourniture suivie d'un produit relativement uniforme
 La troisième étape est de pourvoir le marché de produits à prix compétitifs afin de satisfaire aux besoins
des consommateurs.
Ainsi, à l'image du maïs, du blé et de la pomme de terre qui dominent les marchés mondiaux lucratifs des
produits à base d’amidon, le manioc peut devenir une matière première de base, pour la préparation d'une
série de produits traités; ce qui, en fait, en accentuera la demande tout en contribuant à la transformation
agricole et à la croissance économique des pays en voie de développement.
La crise alimentaire qu’a connue bon nombre de pays africains a fondamentalement remis en cause la
politique agricole pratiquée jusque-là. Si les causes externes de cette crise ne sont pas du ressort des
décideurs politiques, les causes internes engagent par contre leur responsabilité dans la mesure où elles
sont dues pour la plupart à une mauvaise stratégie de promotion des cultures vivrières, à une insuffisance
de ressources financières allouées au secteur agricole (faible investissement), à un manque de promotion
des marchés locaux etc.
Conscient de ces enjeux, le Gouvernement Ivoirien a mis l’agriculture au centre de son Plan National de
Développement 2012-2015, a confirmé l’importance du Plan National d’Investissement Agricole 2010-
2015 approuvé en 2010 et a défini de nouvelles stratégies de filières.
Dans cette logique, les décideurs politiques ont accordé la priorité aux filières agricoles en lien avec les
modèles de consommation des populations. C’est ainsi que se justifie le choix de la Création de l’Association
pour le Développement de Filière Manioc en Côte d’Ivoire (ADFMA-CI).
En effet, le manioc occupe une place très importante dans le régime alimentaire des Ivoiriens. La filière joue
un rôle primordial dans les stratégies de lutte contre la pauvreté et la faim. En plus, elle bénéficie d’atouts
climatiques pour un meilleur développement et occupe une bonne partie de la population rurale de 25
régions productrices de manioc.
Dans la perspective de l’atteinte du premier des objectifs de développement pour le millénaire, la filière a
fait l’objet de plusieurs interventions étatiques et bénéficié de nombreux projets/programmes.
A travers la mise en œuvre de ces projets, il s’est dégagé des savoirs endogènes qu’il convient de capitaliser.
Malgré ces atouts, les actions de développement entreprises au profit de la filière manioc sont confrontées
à de nombreuses difficultés, dont principalement l’existence de plusieurs faîtières non structurées, le conflit
de leadership et l’absence d’un cadre de concertation.
Installées.

174
Le Programme d’Appui à la Structuration et au Développement de la Filière Manioc en Côte d’Ivoire,
(PASDFMA-CI), initié par l’Agence de Développement de la Filière Manioc en Côte d’Ivoire (ADFMA-CI)
s’inscrit dans la vision de rendre le manioc plus compétitif sur le marché intérieur et international par la
transformation.
Composantes du Appui à la valorisation du manioc par l’industrialisation
projet (activités)
3- Installation de 500 broyeuses de manioc pour la production de placali;
4- Installation de 500 essoreuses de manioc pour la production de placali;
5- Installation de 75 unités pour la production d’Attiéké ;
6- Installation de 25 unités pour la production de Gari ;
7- 25 unités de séchage pour la production de l’attiéké déshydraté ;
8- 25unités industrielles pour la production de farine à panifier ;
9- 25 unitésindustrielles de production d’amidon ;
10- Construire 25 entrepôts de stockages.
Résultats Attendus - 500 broyeuses de manioc pour la production de placali installées;
(produits) - 500 essoreuses de manioc pour la production de placali installées;
 75 unités pour la production d’Attiéké installées ;
 25 unités pour la production de Gariinstallées ;
 25 unités de séchage pour la production de l’attiéké déshydraté installées;
 25 unités industrielles pour la production de farine à panifier installées ;
 25 unités industrielles de production d’amidon installées ;
 25 entrepôts de stockages construits ;
 les revenus des transformateurs sont améliorés ;
 l’auto-emploi est favorisé pour des centaines de milliers de jeunes et des femmes en milieux rural et
urbain, particulièrement présents dans la chaine des valeurs ;
 les investissements dans la transformation des tubercules et les produits dérivés du manioc (attiéké,
placali, amidon, farine….) sont diversifiés.
Chronogramme de 2015 2016 2017 2018 2019
réalisation des
travaux 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4
pour le démarrage
effectif du projet Composante 1

Composante 2

Composante 3

Composante 4

Composante 5

Composante 6

Composante 7

Coordination et ADFMA
Suivi – évaluation
Coût global du 58 779 226 200F CFA 89 606 577 £ 117 558 452 $ à rechercher
projet
Coût par Composante 1: 2 000 000 000 3 048 920 4 000 000 à rechercher
composante
Composante 2: 959 419 650 1 462 597 1 918 839 à rechercher

Composante 3: 319 806 550 487 532 639 613 à rechercher

Composante 4: 1 000 000 000 1 524 460 2 000 000 à rechercher

175
Composante 5 : 25 000 000 000 38 111 499 50 000 000 à rechercher

Composante 6: 28 750 000 000 43 828 224 57 500 000 à rechercher

Composante 7: 750 000 000 1 143 345 1 500 000 à rechercher

176
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

Union – Discipline – Travail


------------------------------

Association pour le Développement de Filière Manioc en Côte d’Ivoire


(ADFMA-CI).

Intitulé du projet
PROJET D’APPUI À LA COMMERCIALISATION DE TUBERCULES ET
DES SOUS PRODUITS DU MANIOC EN CÔTE D’IVOIRE ET DANS LE
RESTE DU MONDE

Domaines 5 Commercialisation
d’intervention (choix
multiple)
Liste de choix : 1. Politiques et stratégies ; 2. Recherche - Développement et
Formation ; 3. Renforcement de Capacités institutionnelles et
techniques ; 4. Production ; 5. Commercialisation ; 6. Post-
récolte (conditionnement, stockage) ; 7. Irrigation, maitrise de
l’eau ; 8. Crédit ; 9. Semences ; 10. Valorisation des produits ; 11.
Autres (à spécifier)
Cohérence avec le Programme 1 : Amélioration de la productivité et de la compétitivité des
PNIA productions agricoles
S/programme 1 : Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants
agricoles et vétérinaires
S/programme 3: Renforcement des services de conseil agricole, recherche-
développement et formation
S/programme 4: Promotion de la maîtrise de l’eau
Programme 2 : Développement des filières
S/programme 1 : Renforcement de l’environnement commercial des filières
agricoles
S/programme 3 : Redynamisation des productions alimentaires d’origine
végétale, animale ou halieutique
Zones d’intervention Régions de l’Agneby-Tiassa, Bafing, Bagoue, Belier, Bere, Bounkani, Cavally,
Folon, Gbeke, Gbokle, Goh, Gontougo, Grands Ponts, Guemon, Hambol, Haut
Sassandra, Iffou, Indenie Djuablin, Kabadougou, La Me, Loh- Djiboua, Marahoue,
Moronou, Nawa, N'zi, Poro, San Pedro, Sud Comoe, Tchologo, Tonkpi,
Worodougou

177
Durée du projet
Début : 2015 Fin : 2020

Objectif du projet
Objectif
Appui d’aide à la commercialisation et à la recherche de marché
général

- Permettre l’accès des opérateurs aux moyens logistiques pour


faciliter l’entreposage de leurs produits et augmenter leur
bénéfice.
Objectifs - Permettre à filière à trouver des marchés dans l’espace
spécifiques CEDEAO, UEMOA et à travers le monde et à développement
d’autres segments
- Permettre à la filière de financer des études et à mettre en
place une Bourse Africaine du Manioc. Cette Bourse va réguler
le marché du manioc et développer les échanges entre les
différents acteurs.

Bénéficiaires ciblés Directs Commerçants de tubercules et des sous produits du manioc


(principalement les femmes et les jeunes)

Indirects L’Etat, les collectivités territoriales, la CEDEAO, les pays du


monde
Contexte et Le manioc fait partie des principales plantes à racines et tubercules amylacés
justification cultivés dans le monde. L’Afrique est le premier producteur mondial avec une
production annuelle de 110 millions de tonnes, suivie de l’Asie (55 millions de
tonnes) et de l’Amérique Latine et des Caraïbes (37 millions de tonnes).
Cependant, les pays africains utilisent la quasi-totalité du volume de manioc
disponible au niveau intérieur, à l’alimentation des populations, comme culture
de subsistance par excellence. Par contre les pays latino-américains et asiatiques
utilisent le manioc pour l’élevage et les autres utilisations, notamment dans
l’industrie.

Cette situation conduit à une plus grande présence des produits à base de manioc
latino-américains et asiatiques sur le marché international par rapport à ceux
des pays africains. Mais comment corriger cela? Le Forum sur la Stratégie
Globale pour le Développement du Manioc tenu en avril 2 000 à Rome a proposé
de rendre le manioc plus compétitif sur le marché intérieur et international.

Vu que la réalisation de ce propos dépendra d'une forte augmentation de la


demande, cette stratégie propose de développer les industries basées sur le
maniocà travers une synergie de stratégies et de plans au niveau national,
régional et continental, tout en les appuyant par un effort global d'identification
et de stimulation des marchés.

La stratégie conseille trois étapes essentielles:


 La première étape est l'identification de marchés en croissance ou qui en
ont le potentiel.

178
 La seconde étape est de pouvoir garantir la fourniture suivie d'un produit
relativement uniforme
 La troisième étape est de pourvoir le marché de produits à prix
compétitifs afin de satisfaire aux besoins des consommateurs.
Ainsi, à l'image du maïs, du blé et de la pomme de terre qui dominent les marchés
mondiaux lucratifs des produits à base d’amidon, le manioc peut devenir une
matière première de base, pour la préparation d'une série de produits traités; ce
qui, en fait, en accentuera la demande tout en contribuant à la transformation
agricole et à la croissance économique des pays en voie de développement.

La crise alimentaire qu’a connue bon nombre de pays africains a


fondamentalement remis en cause la politique agricole pratiquée jusque-là. Si les
causes externes de cette crise ne sont pas du ressort des décideurs politiques, les
causes internes engagent par contre leur responsabilité dans la mesure où elles
sont dues pour la plupart à une mauvaise stratégie de promotion des cultures
vivrières, à une insuffisance de ressources financières allouées au secteur
agricole (faible investissement), à un manque de promotion des marchés locaux
etc.
Conscient de ces enjeux, le Gouvernement Ivoirien a mis l’agriculture au centre
de son Plan National de Développement 2012-2015, a confirmé l’importance du
Plan National d’Investissement Agricole 2010-2015 approuvé en 2010 et a défini
de nouvelles stratégies de filières.

Dans cette logique, les décideurs politiques ont accordé la priorité aux filières
agricoles en lien avec les modèles de consommation des populations. C’est ainsi
que se justifie le choix de la Création de l’Association pour le Développement de
Filière Manioc en Côte d’Ivoire (ADFMA-CI).

En effet, le manioc occupe une place très importante dans le régime alimentaire
des Ivoiriens. La filière joue un rôle primordial dans les stratégies de lutte contre
la pauvreté et la faim. En plus, elle bénéficie d’atouts climatiques pour un
meilleur développement et occupe une bonne partie de la population rurale de
25 régions productrices de manioc.

Dans la perspective de l’atteinte du premier des objectifs de développement


pour le millénaire, la filière a fait l’objet de plusieurs interventions étatiques et
bénéficié de nombreux projets/programmes.
A travers la mise en œuvre de ces projets, il s’est dégagé des savoirs endogènes
qu’il convient de capitaliser.

Malgré ces atouts, les actions de développement entreprises au profit de la filière


manioc sont confrontées à de nombreuses difficultés, dont principalement
l’existence de plusieurs faîtières non structurées, le conflit de leadership et
l’absence d’un cadre de concertation.

Le Programme d’Appui à la Structuration et au Développement de la Filière


Manioc en Côte d’Ivoire, (PASDFMA-CI), initié par l’Agence de Développement
de la Filière Manioc en Côte d’Ivoire (ADFMA-CI) s’inscrit dans la vision de
rendre le manioc plus compétitif sur le marché intérieur et international par la
transformation.

179
Composantes du II- Appui à la structuration du marché national du manioc
projet (activités) 11- Installation de 25 entrepôts régionaux à la poursuite des actions de
sensibilisation et d'Identification des Acteurs de la Filière Manioc dans les
27 Régions de Production
12- Distribution de 1000 matériels de pesées aux vendeurs distributeurs
d’attiéké
13- Appui à la formation de 10 000 commerçants de tubercules et de
distributeurs de produits dérivés de manioc
III- Appuià la Commercialisation et à la Distribution de produits dérivés
de manioc
1- Appui à l'Installation de 10 000 Personnes pour la commercialisation de
tubercules et de produits dérivés du manioc
2- Appui à la création de 1 000 points de vente d’attiéké-poisson dansles
Districts et les Régions de Côte d’Ivoire pour l’auto-emploi de 3 000 jeunes
3- Actions promotionnelles organisation des "Journées du Manioc Africain"

IV- Appui à la recherche de marchés de produits dérivés du manioc à


travers le Monde
1- Information des Autorités Nationales, des Chancelleries, des Agences des
Nations Unies et des Chambres de Commerce étrangères en Côte d'Ivoire
2- Missions d'Actions promotionnelles dans les pays de l’Espace CEDEAO
et en Afrique
3- Missions d'Actions promotionnelles dans le reste du monde : (Pays
membres de l'UE, d’Amériques, des Caraïbes, de l'Asie et du
Pacifique)

V- : Etudes et Mise en place d'une Bourse Africaine du Manioc (BAMA)


1- Etude du Projet de création d'une Bourse Africaine du Manioc
2- Financement et mise en place de la Bourse Africaine du Manioc

Résultats Attendus - 25 entrepôts régionaux dans les 27 Régions de Production


(produits) - 1000 matériels de pesées distribués aux vendeurs distributeurs
d’attiéké
- Formation de 10 000 commerçants de tubercules et de
distributeurs de produits dérivés de manioc
- 10 000 Personnes pour la commercialisation de tubercules et de
produits dérivés du manioc installées
- 1 000 points de vente d’attiéké-poisson crées dansles Districts et
les Régions de Côte d’Ivoire pour l’auto-emploi de 3 000 jeunes
- Actions Promotionnelles des "Journées du Manioc Africain"
organisées
- des Autorités Nationales, des Chancelleries, des Agences des Nations
Unies et des Chambres de Commerce étrangères en Côte d'Ivoire
informées
- Missions d'Actions promotionnelles dans les pays de l’Espace
CEDEAO et en Afrique éffectuées
- Missions d'Actions promotionnelles dans le reste du monde : (Pays
membres de l'UE, d’Amériques, des Caraïbes, de l'Asie et du
Pacifique) effectuées
- Projet de création d'une Bourse Africaine du Manioc réalisé

180
- Financement et mise en place de la Bourse Africaine du Manioc
réalisé

Chronogramme de 2015 2016 2017 2018 2019


réalisation des travaux
T T T T T T T T T T T T T T T T T T T
pour le démarrage T4
1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3
effectif du projet
Composante 1
Composante 2
Composante 3
Composante 4
Coordination et ADFMA
Suivi – évaluation
Coût global du 73 175 439 400 F CFA à rechercher
projet 111 547 926 EUROS
13 385 751 USD
Coût par Composante 1 : 6 050 000 000 FCFA à rechercher
composante 9 222 983 EUROS
12 100 000 USD
Composante2 :15 500 000 000 FCFA à rechercher
23 629 129 EUROS
31 000 000 USD
Composante 3 : 1 125 439 400 FCFA à rechercher
1 715 687 EUROS
2 250 879 USD
Composante 4: 50 500 000 000 FCFA À rechercher
76 985 228 EUROS
101 000 000 USD

181
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

Union – Discipline – Travail


------------------------------

Association pour le Développement de Filière Manioc en Côte d’Ivoire


(ADFMA-CI).

182
Intitulé du projet
PROJET D’APPUI A LA RECHERCHE, A L’INNOVATION
TECHNOLOGIQUE ET A LA FORMATION DES
TRANSFORMATEURS

Domaines 2 Recherche - Développement et Formation


d’intervention (choix
multiple)
Liste de choix : 1. Politiques et stratégies ; 2. Recherche - Développement et
Formation ; 3. Renforcement de Capacités institutionnelles et
techniques ; 4. Production ; 5. Commercialisation ; 6. Post-
récolte (conditionnement, stockage) ; 7. Irrigation, maitrise de
l’eau ; 8. Crédit ; 9. Semences ; 10. Valorisation des produits ; 11.
Autres (à spécifier)
Cohérence avec le Programme 1 : Amélioration de la productivité et de la compétitivité des
PNIA productions agricoles
S/programme 1 : Amélioration de l’accessibilité et de l’utilisation des intrants
agricoles et vétérinaires
S/programme 3: Renforcement des services de conseil agricole, recherche-
développement et formation
S/programme 4: Promotion de la maîtrise de l’eau
Programme 2 : Développement des filières
S/programme 1 : Renforcement de l’environnement commercial des filières
agricoles
S/programme 3 : Redynamisation des productions alimentaires d’origine végétale,
animale ou halieutique
Zones d’intervention Régions de l’Agneby-Tiassa, Bafing, Bagoue, Belier, Bere, Bounkani, Cavally, Folon,
Gbeke, Gbokle, Goh, Gontougo, Grands Ponts, Guemon, Hambol, Haut Sassandra,
Iffou, Indenie Djuablin, Kabadougou, La Me, Loh- Djiboua, Marahoue, Moronou,
Nawa, N'zi, Poro, San Pedro, Sud Comoe, Tchologo, Tonkpi, Worodougou
Durée du projet
Début : 2015 Fin : 2017

Objectif du projet
Objectif Améliorer la transformation tout en facilitant la récolte du manioc
général

- réduire les coûts de production


Objectifs
spécifiques - faciliter l’accès des matériels aux petits transformateurs
- former les transformateurs de tubercules de manioc afin
d’acquérir des connaissances supplémentaires leur
permettant de développer et de diversifier leurs activités

Bénéficiaires ciblés Directs Producteurs et transformateurs (principalement les femmes et les


jeunes)
Indirects Centres de recherche, collectivités territoriales, Organisations
Professionnelles Agricoles, Agro industries
Contexte et Le manioc fait partie des principales plantes à racines et tubercules amylacés
justification cultivés dans le monde. L’Afrique est le premier producteur mondial avec une
production annuelle de 110 millions de tonnes, suivie de l’Asie (55 millions de
tonnes) et de l’Amérique Latine et des Caraïbes (37 millions de tonnes).

183
Cependant, les pays africains utilisent la quasi-totalité du volume de manioc
disponible au niveau intérieur, à l’alimentation des populations, comme culture
de subsistance par excellence. Par contre les pays latino-américains et asiatiques
utilisent le manioc pour l’élevage et les autres utilisations, notamment dans
l’industrie.

Cette situation conduit à une plus grande présence des produits à base de manioc
latino-américains et asiatiques sur le marché international par rapport à ceux des
pays africains. Mais comment corriger cela? Le Forum sur la Stratégie Globale
pour le Développement du Manioc tenu en avril 2 000 à Rome a proposé de rendre
le manioc plus compétitif sur le marché intérieur et international.

Vu que la réalisation de ce propos dépendra d'une forte augmentation de la


demande, cette stratégie propose de développer les industries basées sur le
maniocà travers une synergie de stratégies et de plans au niveau national, régional
et continental, tout en les appuyant par un effort global d'identification et de
stimulation des marchés.

La stratégie conseille trois étapes essentielles:


 La première étape est l'identification de marchés en croissance ou qui en
ont le potentiel.
 La seconde étape est de pouvoir garantir la fourniture suivie d'un produit
relativement uniforme
 La troisième étape est de pourvoir le marché de produits à prix
compétitifs afin de satisfaire aux besoins des consommateurs.

Ainsi, à l'image du maïs, du blé et de la pomme de terre qui dominent les marchés
mondiaux lucratifs des produits à base d’amidon, le manioc peut devenir une
matière première de base, pour la préparation d'une série de produits traités; ce
qui, en fait, en accentuera la demande tout en contribuant à la transformation
agricole et à la croissance économique des pays en voie de développement.
La crise alimentaire qu’a connue bon nombre de pays africains a
fondamentalement remis en cause la politique agricole pratiquée jusque-là. Si les
causes externes de cette crise ne sont pas du ressort des décideurs politiques, les
causes internes engagent par contre leur responsabilité dans la mesure où elles
sont dues pour la plupart à une mauvaise stratégie de promotion des cultures
vivrières, à une insuffisance de ressources financières allouées au secteur agricole
(faible investissement), à un manque de promotion des marchés locaux etc.
Conscient de ces enjeux, le Gouvernement Ivoirien a mis l’agriculture au centre de
son Plan National de Développement 2012-2015, a confirmé l’importance du Plan
National d’Investissement Agricole 2010-2015 approuvé en 2010 et a défini de
nouvelles stratégies de filières.
Dans cette logique, les décideurs politiques ont accordé la priorité aux filières
agricoles en lien avec les modèles de consommation des populations. C’est ainsi
que se justifie le choix de la Création de l’Association pour le Développement de
Filière Manioc en Côte d’Ivoire (ADFMA-CI).
En effet, le manioc occupe une place très importante dans le régime alimentaire
des Ivoiriens. La filière joue un rôle primordial dans les stratégies de lutte contre
la pauvreté et la faim. En plus, elle bénéficie d’atouts climatiques pour un meilleur
développement et occupe une bonne partie de la population rurale de 27 régions
productrices de manioc.
Dans la perspective de l’atteinte du premier des objectifs de développement pour
le millénaire, la filière a fait l’objet de plusieurs interventions étatiques et
bénéficié de nombreux projets/programmes.
A travers la mise en œuvre de ces projets, il s’est dégagé des savoirs endogènes
qu’il convient de capitaliser.

184
Malgré ces atouts, les actions de développement entreprises au profit de la filière
manioc sont confrontées à de nombreuses difficultés, dont principalement
l’existence de plusieurs faîtières non structurées, le conflit de leadership et
l’absence d’un cadre de concertation.
Le Programme d’Appui à la Structuration et au Développement de la Filière
Manioc en Côte d’Ivoire, (PASDFMA-CI), initié par l’Agence de Développement de
la Filière Manioc en Côte d’Ivoire (ADFMA-CI) s’inscrit dans la vision de rendre le
manioc plus compétitif sur le marché intérieur et international par la
transformation.
Composantes du I-Appui à la recherche et à l’innovation technologique
projet (activités)
1- Appui à la Recherche pour la production de cellulose pouvant servir à la
fabrication de sachets biodégradables à partir des rebuts (fibres et
épluchures de manioc)
2- Appui à l’innovation pour la fabrication de matériels locaux pour faciliter
la récolte et l'épluchagede tubercules de manioc.
II- Appui à la formation des transformateurs
1- Appui aux renforcements des capacités de 7 500 Producteurs d’attiéké
2- Appui aux renforcements des capacités de 1 500 Producteurs de Gari
3- Appui aux renforcements des capacités de 500 producteurs de farine
4- Appui aux renforcements des capacités de 500 producteurs d’amidon de
manioc
Résultats Attendus  les revenus des multiplicateurs de boutures, producteurs, transformateurs sont
(produits) améliorés
 l’auto-emploi est favorisé pour des centaines de milliers de jeunes et des
femmes en milieux rural et urbain, particulièrement présents dans la chaine des
valeurs
 l’industrie du manioc en Côte d’Ivoire par la fabrication des sachets
biodégradables est développée
 7 500 Producteurs d’Attiéké sont formés
 1 500 Producteurs de Gari sont formés
 500 Producteurs de farine sont formés
 500 producteurs d’amidon de manioc sont formés
Chronogramme de 2015 2016 2017
réalisation des travaux
pour le démarrage T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4
effectif du projet
Composante 1
Composante 2
Coordination et Suivi – ADFMA
évaluation
Coût global du projet 5 350 000 000 F CFA
8 155 861 EUROS à rechercher
10 700 000 USD
Coût par composante Composante 1:
350 000 000 F CFA à rechercher
700 000 EUROS
533 561 USD
Composante 2:
5 000 000 000 FCFA à rechercher
7 622 300 EUROS
10 000 000 USD

185
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------
MINISTERE
…………………………………………..

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

Nom du Projet :
TRANSFORMATION DES CÉRÉALES LOCALES ET AUTRES VIVRIERS
/FABRICATION DE FARINE ENRICHIE MISOLA

Production végétale Production animale Foresterie Aménagements

Type de Projet
 Production vivrière  Elevage  Développement  Aménagement
 Production maraichère  Pêche durable hydro-agricole
 Production horticole  Aquaculture  Foresterie  Périmètre
 Agro-alimentaire  Alimentation animale communautaire équipé de
 Transport produit agricole  Santé animale  transformation du matériel
 Agribusiness  Hygiène publique bois d’irrigation
 Autres à préciser…… vétérinaire  Autres à préciser  Foncier rural
 Transformation  Abattoir
produits animaux  Débarcadère
 Autres à préciser……  Magasin
 Centre de
groupage
 Autres à préciser

Structure initiatrice/Maitre d’ouvrage : Contacts : 00 225 07092820


Coopérative ISSAMI
Nature du projet : Nouveau En exécution

Etat de préparation : identification évaluation Mobilisation de financement


Autre (préciser) pour achever la construction des 3 unités et création de 6 autres
unités
Localisation géographique : Bouaké, Korhogo, Man
Durée: 3 ans Début: 2012 Fin : juin 2015
Grandes lignes du projet
La malnutrition constitue de nos jours un problème majeur de santé
publique en Afrique ;
En effet, en Afrique, 30% des enfants de moins de cinq ans ont une
ration alimentaire insuffisante, cela représente 30 millions d’enfants
africains malnutris. La majorité de ces enfants ont entre un et deux ans,
Contexte et justification :
ce qui correspond à la période de diversification alimentaire (passage
progressif de l’allaitement maternel à l’alimentation adulte).

50% de l’ensemble des décès avant l’âge de 5 ans sont liés à la


malnutrition, 34% ont un retard de croissance, Huit (08) enfants de 6 à

186
59 mois sur dix présentent une anémie sévère. Six femmes en âge de
procréer sur dix présentent une anémie sévère.
Les femmes et les enfants présentent également des carences en
micronutriments (fer, vitamine A et iode) ; De même, les taux de
mortalité infantile (113/1000) et maternel (582/I00 000) restent très
élevés.
Face à cette situation, des initiatives ont été prises par les autorités
sanitaires du pays en vue de réaliser au moins 80% de couverture en
Vitamine A chez les enfants de 6 à 59 mois. L’allaitement exclusif
pendant les six premiers mois, une alimentation complémentaire
adéquate de l’enfant après 6 mois par des produits locaux, La farine
MISOLA répond parfaitement à cette exigence.

MISOLA contribue à la mise en œuvre de cette initiative du


Gouvernement. Il permet de lutter contre la malnutrition des enfants
avec les ressources du pays. Le programme MISOLA a été lancé en 1982
au Burkina-Faso. Il s’étend aujourd’hui au Mali, au Sénégal, au Niger, au
Bénin, à la Côte d’Ivoire, à la Guinée, à la Mauritanie et au Tchad.

MISOLA est un aliment de haute valeur protéino-énergétique


conçu pour prévenir et traiter la malnutrition. Il entre dans la catégorie
des “aliments traités à base de céréales pour nourrissons et enfants en
bas âge“ ; la farine est enrichie en vitamines, oligo-éléments et calcium
pour une meilleure prévention du traitement de la malnutrition.

Dans sa conception, la farine MISOLA est un aliment complet répondant


aux besoins nutritionnels des enfants. le projet MISOLA s’intègre dans
les programmes de développement communautaire. Il permet la
mobilisation de tous les acteurs locaux : secteurs agricoles, sanitaires,
éducatifs et économiques, et génère des emplois sur place.

L’association MISOLA travaille en partenariat avec les organisations


non gouvernementales, les agences internationales et le ministère de la
Santé afin de :
- promouvoir la farine MISOLA auprès des organisations, des
pouvoirs publics et de la population ;
- apporter un appui technique et collaborer aux contrôles de
qualité de la farine ;
- jouer un rôle fédérateur entre les unités de production
artisanales (UPA) et les organisations de solidarité internationale ;
- garantir le label MISOLA dont l’association est propriétaire.

Cette farine est produite par les femmes conformément aux exigences
d’un cahier de charges.

La farine produite est vendue dans les organismes ci’ après (Ministère
de la santé, Médecin Sans Frontière, Croix – Rouge, Save the Children,
ACF, Programme Alimentaire Mondial (PAM), UNICEF, et autres
Organisations Non Gouvernementales, etc.)

Objectif global : - Développement de l’agriculture vivrière


- Réduction de la pauvreté

187
- Rechercher l’autosuffisance et la sécurité alimentaires
- Créer des emplois et de la richesse par le soutien au monde rural et
Objectifs spécifiques: promouvoir le secteur privé comme moteur de la croissance,
- Procurer des revenus décents et réguliers aux populations rurales
- Réduire la malnutrition
Les populations bénéficiaires sont les femmes rurales de ces localités,
Bénéficiaires : regroupées en associations viables.

-Construction des unités et fabrication des équipements modernes de


transformation
- Emballage et leur normalisation
Composantes :
-Caractérisation des produits
-Formation des femmes aux techniques de fabrication de la farine
MISOLA
- Les 3 unités sont fonctionnelles
- La farine MISOLA est disponible et vendue et génère des
revenus
Résultats attendus :
- Les transformatrices sont efficaces et produisent selon les
normes agro alimentaires
- Elles ont un revenu régulier
-Construction des unités et fabrication des équipements modernes de
transformation
- Emballage et leur normalisation
-Caractérisation des produits
-Formation des femmes aux techniques de fabrication de la farine MISOLA
-Coordination de Mme COULIBALY Alimata du projet pendant et après
la mise en marche des unités
- Commercialisation des produits fabriqués dans les unités
- Sensibilisation de la population (femmes enceints, personnes
malades et sous traitement anti retroviraux
- œuvrer pour la baisse du prix des denrées alimentaires ;
- renforcer les capacités aux niveaux technique et financier des acteurs
du vivrier ;
- maîtriser la filière depuis la production jusqu’à la mise sur le marché
- Fournir une alimentation équilibrée aux enfants à partir de 6 mois,
femmes enceintes, personnes malnutries, âgées, sous traitement anti
Impact du projet : retro viraux
- Augmenter la matière 1ère entrant dans la fabrication de la farine
MISOLA parce que MISOLA est fabriquée à partir des céréales de la
régions (mil ou maïs ou riz )
- Développement de la région et réduction de l’exode rurale
- Rendre au moins 100 femmes autonomes financièrement

Organisation et gestion du projet : La coopérative est partie technique dans la réalisation du projet
Suivi évaluation effectué par ONDR/MINAGRI/Mme COULIBALY Alimata
Suivi et évaluation : A la fin du projet, quand l’unité sera fonctionnelle, le suivi sera fait
continuellement par La Coordonnatrice MISOLA Côte d’Ivoire

188
La pérennisation est assurée compte tenu de l’expérience de la
coopérative ISSAMI dans la transformation des céréales : Fabrication de
farine MISOLA qui existe depuis 20ans
Mécanisme
La gestion est assurée par Madame COULIBALY, Un comptable et
d’appropriation/Pérennisation :
l’animatrice rurale de chaque unité
Un compte rendu sera fait tous les 3 mois à ONDR qui est la fiduciaire
Les unités sont autonomes, vivent des revenus de vente de la farine
- La lenteur dans le décaissement des fonds pour la construction
Contraintes (fonctionnelles, des unités
calendaires ou financières) : - Les entreprises adjudicatrices ne terminent pas les chantiers par
manque de paiement

Financement (Man, Bouaké, Korhogo) / 456 510 500 FCA


Et installation des 5 unités de : Bouna, Tengrela, Kong, Bondoukou, Bonoua : 760 850 835 FCFA
Il est prévu l’installation progressive de 15 à 20 unités en Côte d’Ivoire
Coût total du projet (FCFA) : Man, Bouaké, korhogo : 447 990 500 FCFA

Sources Acquis A rechercher

Etat/BOAD Pour 3 8 520 000


unités Man, Bouaké, FCFA 261 380 000 FCFA
Korhogo
Bailleur
potentiel/financeme O FCA 186 610 500 FCFA
Financement nt complémentaire
(FCFA) TOTAL recherché
760 850 835 FCFA
1 208 841 335 FCFA
Bailleur potentiel
pour 4 unités 0 FCFA
supplémentaires

CARACTERISTIQUES DU BESOIN DE PARTENARIAT


Raison du recours à un partenaire :
Type de service Partenaires Forme de partenariat
Conception  Etat  BOT*
 Partenaire  BOO**
 Etat/partenaire  DSP***
 Autres (à préciser)
Financement  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  Autres (à préciser)
Mise en œuvre  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP

189
 Autres (à préciser) Le partenaire est partie technique et
bénéficiaire
Exploitation  Etat  BOT
 Partenaire  BOO
 Etat/partenaire  DSP
 Autres (à préciser)

*Construction, Exploitation et Transfert, en anglais : Build, Opérate and Transfer (BOT) : Le contrat par lequel l’autorité
contractante confie à un opérateur la construction, le financement, l’exploitation et l’entretien d’infrastructures et reçoit en contrepartie,
sa rémunération sur les tarifs payés par les usagers, afin de recouvrer ses coûts. L’usager peut être une personne publique. L’ouvrage
réalisé reste la propriété du partenaire privé pendant toute la durée du BOT et sert ainsi de garantie pour le financement du projet.
L’autorité concédante est le plus souvent le client de l’opérateur et, au terme du contrat de BOT, obtient le transfert gratuit de
l’infrastructure.
**Le BOT a plusieurs déclinaisons dont le BOO (Build, Own and Operate) : Construction, Possession et Exploitation.
***Délégation de Service Public (DSP) : le contrat par lequel une autorité contractante confie la gestion d’un service public relevant
de sa compétence à un délégataire dont la rémunération est liée ou substantiellement assurée par les résultats de l’exploitation du
service.

REMARQUE / Ce projet est en exécution dans le cadre du PNIA/PURRAR-TGC


malheureusement, depuis un an, il n’évolue plus par manque de décaissement

190
REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE
Union – Discipline – Travail
------------------------------

FICHE PROJET N° - PRIVE - PRIVE

INFORMATIONS STRUCTRE

Nom de la structure LES PRECUITS GLP/ Aliments d’Afrique

Type de Structure : Coopérative PMI GIE Autre


(Préciser)
Références de l’agrément/ Registre Commerce / CI –ABJ-2009 – A- 1083 et
enregistrement Compte contribuable / 067505 4K

Siège : Riviera / 25 BP 817 Abidjan 25

Adresse et contact :
Identification du
représentant légal
Nom et prénom (s) Madame COULIBALY Alimata
Fonction Directrice

Contact /Email glplesprecuits@yahoo.fr 00 225 070928 20/ 20 21 42 53

Zone de couverture des Abidjan et toutes les régions de la Côte d’Ivoire


activités
1000 000 F CFA
Capital
Chiffre d’affaire (année 22 000 000 F CFA (l’unité GLP est en rénovation depuis 8 mois) la
2014) production est ralentit
Effectif des membres (si 04 travailleurs permanents / 02 à 5 temporaires dont 90% de femmes
coopérative ou GIE)
Domaine (s) d’action Valorisation des produits alimentaires locaux par la transformation – la
conservation et le conditionnement.
Céréales, Fruits, légumes, tubercules, etc
Description sommaire des Nous transformons en nous appuyant sur la déshydratation, le séchage
activités comme moyen de conservation.
 les céréales - en granulés de mil, maïs, riz, en farine de mil,
maïs, riz pour adulte et enfants, en farine de maïs et manioc
panifiables pour la patisserie, en coucous de mil et maïs
 Les tubercules en attiéké déshydraté, farine de manioc
 Bientôt les fruits séchés, en confiture (mangue, banane
plantain, etc)
 Banane plantain en farine panifiable pour les mets locaux mais
aussi pour la patisserie (quiche, cake, pizza)
 Les légumes (gingembre séché ou en jus, bissap en jus, etc)

191
Nous achetons la matière 1ère avec nos différents partenaires, des
groupements ou individuels à Abidjan et à l’intérieur ou extérieur du pays
Les produits sont vendus dans les super marchés, pharmacies, et exportés
Type de collaboration  Recherche de financement
recherché au niveau du  Recherche de partenaires pour réalisation d’activités connexes
SARA 2015
 Recherche de clients
 Recherche de fournisseurs( équipementiers, intrants)
 Recherche d’expertise
 Autre (A préciser)

PRESENTATION PROJET

19. Intitulé du Projet :


PADEC/ETA : PROJET RÉGIONAL

PRODUCTIVITÉ- COMPÉTITIVITÉ ET
DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES DE
TRANSFORMATION DE PRODUITS ALIMENTAIRES
LOCAUX – MISE EN PLACE D’UN PROCESSUS
D’INDUSTRIALISATION DES PRODUITS
ALIMENTAIRES D’AFRIQUE

20. Secteur/Domaine : Agro alimentaire


21. Parties prenantes du projet : - LES PRECUITS GLP (Maitre d’ouvrage
- CORAF/Banque Mondiale/FIRCA et 3 autres
(Partenaires)
22. Date de début et de fin du projet : Début : année Avril 2014
Durée : 2 années (fin 1ère phase du projet Décembre 2015.)
23. Objectifs du Projet :
Objectif global Appui au développement et à la compétitivité des entreprises
de transformation de produits alimentaires / aliments
d’Afrique
- permettre aux entreprises ciblées d’augmenter leurs parts
de marché de 50% ;
- faciliter l’accès des entreprises bénéficiaires aux matières
premières de bonne qualité ;
- apporter un appui technique aux entreprises bénéficiaires
afin d’accroitre considérablement leurs capacités de
production ;
- permettre aux entreprises bénéficiaires de pouvoir
résister à la concurrence internationale et de s’imposer
sur le marché régional.
- Mettre en place une plate-forme d’innovation composée
de personnes ressources ayant la vision pour un
développement de l’Afrique par l’industrialisation des
produits alimentaires d’Afrique. Outre les acteurs du
PADEC / ETA, la plate forme est composée de personnes

192
dévouées à la cause et prêtes à tout mettre en œuvre pour
la réussite de ce projet.
Objectifs spécifiques

24. Liens et interactions avec d’autres projets : - PADEC est un projet régional ‘Mali, Burkina, Côte
d’Ivoire) Dans chacun des pays 4 entreprises engagées
dans le PADEC donc 12 entreprises africaines pour cette
industrialisation

- PADEC achète les produits semi finis du projet MISOLA


pour en faire des produits finis prêts à cuire ou prêts à
consommer à Abidjan

25. Composantes (et/ou activités) du - Rénovation de l’unité de l’entreprise leader(LES


projet : PRECUITS GLP) selon les normes agro alimentaires
- Acquisition d’équipements modernes pour les 4
entreprises PADEC
- Normalisation des emballages
- Caractérisation des produits (analyses biologiques)
- Exposition
- Formation de 100 transformatrices à produire selon
les règles de l’art, au respect de la qualité sanitaire des
aliments, aux bonnes pratiques de production et
d’hygiène
26. Financement
Coût indicatif total du projet (FCFA) 3 milliards pour les 3 entreprises leader des 3 pays
Détail du financement Source* Acquis Rechercher
Bailleurs 350 000 000 2 650 000 000

*Sources possibles : Etat, Privé, Promoteur Bailleurs extérieurs [Préciser]


27. Etat d’avancement actuel du projet : Identification
Evaluation
Mobilisation des financements
Exécution
28. si en exécution donner des précisions - la fiduciaire ( FIRCA fonds inter professionnel pour la
sur le niveau recherche agricole) a lancé les appels d’offres, les
entreprises adjudicatrices sont en action pour livré les
ouvrages avant fin mars 2015

29. Autres observations Le projet prévoit l’augmentation du nombre de bénéficiaires


(transformateurs) et l’agrandissement des spéculations qui
prendra en compte tous les produits alimentaires. Il ya un
besoin de financement supplémentaire pour prendre en
compte 12 autres entreprises dans les 3 pays et ouvrir le
projet à 3 pays africains(Bénin, Gabon, Niger). Nous nous
rencontrerons pour discuter des voies et moyens afin que ce
projet passe à sa 2ème phase.

193
194
195
196
197