Vous êtes sur la page 1sur 5

Les facteurs de gravité de la coqueluche 12- Facteur de gravité du zona :

Quintes suivies de vomissements Jeune âge du patient


Hyperlymphocytose Existence antérieure d’une varicelle banale
Malade âgé de 4 mois Notion d’une vaccination anti-tétanique récente
Quintes qui se renouvellent 10 fois/j Malade sous corticothérapie au long cours
Hémorragie s/conjonctivale d
c 13- A quelle période apparaît le signe de Koplik :
Après l’âge de 1 an, quelle est l’attitude qui assure la prévention de la Incubation
rougeole la plus efficace dans les 48h suivant le comptage : Etat
Injection de gamma-globulines Invasion
Injection d’un vaccin atténué vivant c
L’injection d’un sérum anti-rougeoleux 14- Complications de l’endocardite aiguë (RF) :
b Des troubles de conduction auriculo-ventriculaire
Chez l’enfant le vaccin anti-rubéoleux Des complications articulaires
N’est indiquer que chez les adolescents Des tubulopathies rénales
Nécessite une seule injection sous-cutanée Des embolies cérébrales
N’est le plus souvent pas suivie de réaction adverse c
Nécessite un rappel un an plus tard 15- La réaction de Paule-Bunnel-Davidson met en évidence
Est un vaccin vivant atténué Des Ac anti-EBV
bce Ac hétérophiles spécifiques de la MNI
Affections qui peuvent s’accompagner d’un syndrome Des agglutinines froides
mononucléosique : b
Hépatite A 16- Complication qui complique l’endocardite infectieuse (RF) :
Toxoplasmose Insuffisance aortique
Infection à CMV CIA
Coqueluche CIV
abc Canal artériel
Concernant le diagnostic bactériologique d’une angine diphtérique : b
Le germe responsable peut être mis en évidence dans les fausses 17- Vaccins qui ne sont pas préparés à partir de micro-organisme
membranes vivants :
Le germe responsable est un bacille gram négatif Vaccin anti-polio injectable
Le labo peut affirmer le diagnostic de bacille diphtérique dés Vaccin anti-tétanique
l’examen direct Vaccin anti-rougeoleux
a Vaccin anti-coquelucheux
Les maladies suivantes sont la cause de fièvre avec leucopénie : BCG
Fièvre typhoïde ace
Hépatite virale 18- Les signes évocateurs de l’endocardite d’Osler :
Brucellose aiguë Faux panaris
Leishmaniose viscérale Purpura pétéchial
abc Hématurie microscopique
Elément qui n’appartient pas à la symptomatologie des endocardites Hippocratisme digital
aiguës : Anévrisme artérielle du  du Scarpa
Splénomégalie abcd
Arthralgie 19- Médicaments utilisés en cas de pneumocystose chez un sidéen :
Hématurie microscopique Aminoside
Leucocyturie Bactrim
Purpura Pentamidine
b Macrolide
La constatation d’un bouton de fièvre évocateur d’un herpès labial rend bc
très probable l’étiologie herpétique d’ : 20- La rougeole peut se compliquer de :
Une encéphalite Otite moyenne de surinfection bactérienne
Une pneumopathie Laryngite striduleuse
Une fièvre au long cours Pneumopathie interstitielle
Aucune Encéphalite
e abcd
Les agents pathogènes suivants peuvent provoquer un syndrome 21- Concernant l’accès pernicieux palustre, l’une est un élément de bon
dysentérique : pronostic :
Salmonella typhi Coma d’emblée
Entamoeba histolytica Hépatomégalie
Staphylococcus aureus Splénomégalie
ab Pouls > 200/min
10- Caractères évocateurs de l’exanthème de la rougeole : Abolition des réflexes rotuliens
Début derrière les oreilles c
Prédominance aux plus de flexion 22- L’hôte définitif de la T. saginata :
Atteintes des paumes des mains et des plantes des pieds Porc
Evolution en plusieurs poussées Bœuf
Macules et papules avec intervalles de peau saine Homme
ae c
11- Les caractères d’une étiologie d’une angine : 23- La complication la plus fréquente de la varicelle :
Rougeur intense du pharynx avec exsudats Une paralysie de la VIIIe paire
ADP s/maxillaires volumineuses Une myélite
Existence d’un coryza Une ataxie cérébelleuse
Existence d’une laryngite c
Conjonctivite associée 24- L’hyperleucocytose avec polynucléose neutrophile et discrète
cde éosinophilie se voit :
Rubéole c. Leucorrhées malodorantes
Scarlatine d. Périhépatite
Septicémie à staphylocoque ad
b 36- La durée d’incubation des oreillons
25- Affection qui ne comporte qu’une seule poussée éruptive 10 jours
a. Rubéole 15 jours
b. Rougeole 3 semaines
c. Scarlatine c
d. Varicelle 37- Signes biologiques rencontrés en cas de SIDA :
e. Fièvre boutonneuse méditerranéenne a. Lymphopénie < 1000/mm3
abc b. Possibilité d’une thrombopénie
26- Les chlamydia peuvent être responsables d’une ou plusieurs des c. Diminution en valeur absolue des lymphocytes T CD4+
affections suivantes : d. Augmentation des ß2 microglobuline
a. Conjonctivite néo-natale e. Augmentation des IgG
b. Stérilité féminine abcde
c. Mastite 38- Le métronidazole est un médicament actif dans :
d. Prostatite a. Les infections à Trichomonas
e. Orchi-épididymite b. Les formes tissulaires de l’amibiase
abd c. Les infections à Bactéroïde fragilis
27- Une urétrite aiguë à gonocoque peut se compliquer de : d. La lambliase
a. Arthrite aiguë abcd
b. Glomérulonéphrite 39- Suppuration diffuse ne se collectant pas :
c. Epididymite a. Un empyème
d. Ostéite b. Un phlegmon
e. Stérilité c. Une gangrène
ace b
28- Quel est l’agent qui ne provoque par de syndrome de MNI ou de 40- L’encéphalite herpétique (RF) :
réaction mononucléosique : a. Survient surtout chez l’enfant
a. Le CMV b. Peut se manifester par des hallucinations
b. Le VIH c. Entraîne une élévation initiale des taux d’interféron dans le LCR
c. Le virus de l’hépatite A d. Le traitement par l’aciclovir est le plus efficace
d. Le bacille de la coqueluche a
e. Le VHB 41- L’incubation du choléra est de :
d Inférieur ou égale à 4 j
29- Les signes suivants font tous partie de l’accès pernicieux palustre : 8j
a. Hématurie 10 j
b. Coma d’emblée ou différée a
c. Hyperthermie à 40°C ou 41°C 42- La période de contagiosité d’un nouveau-né atteint de rubéole
d. Crises convulsives congénitale peut être au maximum de :
e. Crises de décérébration a. 15 jours
a b. 3 mois
30- Tétanos céphalique de Rose : c. 6 mois
a. La porte d’entrée du bacille est cervico-facial d. 15 mois
b. Il peut survenir à la suite d’une avulsion dentaire d
c. Il y a toujours une paralysie faciale associée au trismus 43- la toxine tétanique a toutes les propriétés suivantes sauf une.
ac Laquelle :
31- Le traitement de la gangrène gazeuse : a. Pyrogène
a. Exige l’excision large des tissus nécrosés b. Antigénique
b. Comporte des IM d’un aminoglycoside c. Protéique
c. Requiert des perfusions IV de pénicilline G d. Neurotrope
d. Implique l’abstention de tout geste chirurgical au niveau de la plaie e. Thermolabile
infectée a
e. Peut justifier une oxygénothérapie hyperbare 44- Complications de l’infection à gonocoque
acd a. La stérilité
32- Germes responsables de septicémie à point de départ lymphatique : b. Le syndrome de Feissenger-Leroy-Reiter
Staphylococcus aureus c. Une salpingite
Salmonella typhi d. Une conjonctivite
Brucella melitensis e. Des arthrites
bc abcde
33- La sérologie du paludisme est utile pour : 45- Pour le diagnostic d’un chancre syphilitique, un seul de ces examens
a. Rattacher à un paludisme viscéral une hépatosplénomégalie est inutile, lequel :
b. Prévention du paludisme transfusionnelle a. L’examen à l’ultramicroscopiques
c. Enquête épidémiologique b. Le VDRL
d. Rattacher à posteriori au paludisme un épisode fébrile c. Le TPHA
acd d. L’immunofluorescence
34- L’urétrite gonococcique a les caractéristiques suivantes sauf une : e. Le test de Nelson
a. Son incubation est le plus souvent de 3 semaines e
b. Chez la femme elle est souvent asymptomatique 46- La première réaction à se positiver au cours de la syphilis est :
c. Non traitée, elle peut se compliquer d’une orchi-épididymite ou a. La réaction de Nelson
d’une salpingite b. Le TPHA
d. Son diagnostic repose sur l’examen bactériologique c. Le FTA (l’immunofluorescence)
a d. La réaction du VDRL
35- Le Chlamydia trachomatis est responsable de : c
a. Stérilité tubaire 47- L’infection génitale à Chlamydia peut entraîner :
b. Abcès ovarien a. Un cancer du col
b. Une pyélonéphrite b. La réaction de Nelson apparaît au à la fin de la période primaire (6
c. Une stérilité semaines après l’apparition du chancre)
d. Une périhépatite c. Un traitement bien conduit pendant la période de chancre empêche
cd les réactions sérologiques de se positiver
48- Antibiotique qui peuvent traiter une méningite d. Le FTA est la première à devenir  après le contage (5 à 8 j après
a. Ampicilline l’apparition du chancre)
b. Erythromycine e. L’Ac anticardiolipidique est décelé après ceux détectés après
c. Céfotaxime réaction TPHA
d. Chloramphénicol abde
e. Colistine 58- Quel est le virus du groupe herpès le plus souvent responsable de
acd méningo-encéphalite aiguë chez l’adulte non immunodéprimé :
49- Une primo-infection herpétique : a. Herpès simplex type II
a. Est fréquemment asymptomatique b. Herpès simplex type I
b. Peut se traduire par une gingivostomatite aiguë c. CMV
c. Peut se traduire par une septicémie herpétique néonatale a
d. Peut se traduire par une pustulose de Kaposi-Juliusberg chez 59- Les lésions papulosquameuses de la syphilis secondaire, se localise
l’atopique électivement à toutes les zones suivantes sauf une, laquelle :
e. Peut déterminer une atteinte neuro-méningée a. Dans les plis de flexion des paumes et des plantes
abcde b. Dans les commissures labiales
50- Le diagnostic d’une infection génitale récurrente à Herpès Simplexe c. Dans les sillons naso-géniens
virus peut être fait par : d. A la surface du cuir chevelu
a. Détection d’Ag viral par IF dans les cellules d’une ulcération e. Aux organes génitaux externe
génitale suspecte d
b. Observation d’un titre élevé d’Ac neutralisant dans le sérum 60- Primo-infection par le virus VIH :
c. Détection d’Ag viral par inhibition de l’hémagglutination dans le a. Pneumopathie atypique
sang, au cours de la phase aiguë de l’infection b. Hépatite ictérique
d. L’isolement du virus en culture de cellules suivi de son typage, à c. Syndrome de Guillain-Barré
partir du contenu des vésicules d. Syndrome mononucléosique
e. L’examen simultané d’un sérum précoce et d’un sérum tardif à la d
recherche d’une  de titre des Ac en inhibition de l’hémagglutination. 61- La listériose méningée :
ad a. Est due à un bacille Gram négatif
51- La maladie des légionnaires est une infection ayant les b. Peut entraîner une méningite purulente
caractéristiques suivantes sauf une (laquelle) : c. Peut entraîner une méningite à liquide clair
a. Elle évolue fréquemment sur un mode épidémique d. Peut être traité par une céphalosporine de 3e génération
b. Elle est due à un bacille gram négatif hydrotellurique e. Provient d’une porte d’entrée digestive
c. Le tableau est celui d’une pneumopathie aiguë sévère bce
d. Elle s’accompagne de signes digestifs et neurologiques 62- Le vaccin de la rougeole :
e. Elle est curable par les céphalosporines de 3e génération a. Est un vaccin à virus tué
e b. Capable d’éviter la rougeole après contage
52- Concernant la rougeole, il est exacte que : c. Recommandé à l’âge de 3 mois
a. La maladie atteint surtout l’enfant jeune b
b. L’éruption apparaît 14 j après le contage 63- Une spondylodiscite avec reconstitution osseuse rapide est en
c. L’éruption débute à la racine des cheveux, derrière les oreilles relation avec (RF) :
d. L’éruption est accompagnée d’un catarrhe caractéristique a. Staphylococcus aureus
e. L’éruption est diffuse, homogène faite d’un érythème b. Bacille de Koch
abc c. Streptocoques
53- Infection respiratoire qui peuvent comporter une note hépatique b
(anomalies biologiques) : 64- Maladies infectieuses qui peuvent être atténuées par l’injection de
Pneumonie à pneumocoque gammaglobulines spécifiques (RF)
Pneumopathie grippale Hépatite B
Fièvre Q Rubéole
Pneumopathie à Klebsiella Rougeole
Legionella pneumophila Coqueluche
ace c
54- Pathologies avec ADP : 65- Germes qui peuvent provoquer une uréthrite sexuellement
Uréthrite gonococcique aiguë transmissible chez l’homme :
Uréthrite subaiguë à Chlamydia a. Gonocoque
Aucune b. Tréponèmes
c c. Dermatophytes
55- Atteintes cutanées staphylococciques nécessitant une antibiothérapie d. Chlamydia
par voie générale : e. Mycoplasma
Anthrax ade
Furoncle simple 66- Signe de mauvais pronostic en cas de neuropaludisme :
Staphylococcie maligne de la face a. Fièvre > 40,3°C
Furonculose récidivante b. Perte des réflexes ostéotendineux
Folliculite c. Coma à tendance hypotonique
acd b
56- Les tétracyclines sont indiqués en première intension dans : 67- Choc toxi-infectieux :
a. L’uréthrite à Chlamydia a. Il résulte d’une hypoxie tissulaire du fait d’une hypovascularisation
b. La psittacose b. Il s’accompagne de troubles métaboliques et de la crase sanguine
c. Les infections à Pasteurella multocida c. Il peut s’accompagner d’une hypothermie
abc d. Il se complique d’une insuffisance rénale fonctionnelle avec risque
57- Diagnostic sérologique de la syphilis : de passage vers l’organicité
a. L’Ag cardiolipidique existe aussi dans les cellules de cellules e. Il ne survient que dans les septicémies à BGN
animales abcd
68- Au cours de récurrences herpétiques cutanéolabiales (RF) c. La séroconversion IgM suivie de la séroconversion IgG
a. L’exposition solaire a un rôle favorisant
b. Chaque récurrence peut s’accompagner d’un érythème polymorphe
c. Le grattage du plancher d’une vésicule récente met en évidence des
cellules géantes multinucléés
d. Chaque récurrence s’accompagne d’une montée significative du
taux des Ac anti-herpétiques
e
69- A propos de la primo-infection à Plasmodium falciparum 
a. Il survient au plus tard dans les 3 mois suivant le retour de zone
d’endémie
b. La fièvre y est d’emblée rythmée et périodique
c. La thrombopénie n’est pas un critère de gravité
d. La chloroquine est le traitement de choix
c
70- L’uréthrite à Chlamydia trachomatis :
a. A un incubation de durée indéterminée
b. Donne un écoulement non ou peu purulent
c. Se complique parfois d’arthrite et de conjonctivite
bc
71- Critère d’hospitalisation d’un sujet adulte présentant une varicelle :
a. Toux quinteuse avec dyspnée et polypnée
b. Température à 38°C
c. Prurit généralisé
d. Eruption vésiculeuse
e. ADP cervico-occipitales
a
72- La méningite à Listéria :
a. Peut être à liquide claire
b. Est surtout fréquente chez l’adolescent
c. Doit être évoqué si on voit un bacille gram positif à l’examen direct
du LCR
d. Réalise plutôt une méningo-encéphalite
e. Se traite par les céphalosporines de 3e génération
acd
73- La rougeole peut se compliquer de (RF)
a. Otite moyenne par surinfection
b. Laryngite striduleuse
c. Pneumopathie interstitielle diffuse
d. Cystite hématurique
e. encéphalite
d
74- Le zona :
a. Réalise une éruption métamérique douloureuse
b. Est un diagnostic essentiellement clinique
c. Est une maladie habituellement bénigne
d. S’accompagne d’une ADP satellite
e. Provoque des douleurs post-éruptives qui cèdent à l’aciclovir
abcd
75- La primo-infection herpétique :
a. Est fréquemment asymptomatique
b. Peut se traduire par une gingivostomatite aiguë
c. Peut se traduire par une septicémie herpétique néonatale
d. Peut se traduire par une pustulose de Kaposi-Juliusberg chez
l’atopique
e. Peut déterminer une atteinte neuro-méningée
abcde
76- Signes ou complications qui relèvent d’une inondation
endotoxinique de l’organisme :
a. Bradycardie
b. Perforation digestive
c. Tuphos
d. Splénomégalie
e. Collapsus cardio-vasculaire
ace
77- Germes habituellement responsables de diarrhée glairo-sanglante :
a. Rotavirus
b. Salmonelle
c. Yersinia
d. Entérovirus
e. Shigelle
abce
78- En faveur d’une primo-infection herpétique :
a. Isolement du virus herpétique dans les lésions
b. L’apparition des Ac IgM anti-HSV