Vous êtes sur la page 1sur 4

septembre 2018

FICHE PRATIQUE DE SÉCURITÉ ED 114


Protection invisible, la barrière
immatérielle représente
un triple progrès par rapport
à la commande bimanuelle
sur les machines à chargement
manuel, notamment :
– un gain de productivité,
par la réduction du temps
d’immobilisation,
– une diminution de la charge
physique de travail et du risque
de TMS encourus auparavant
par les sollicitations fréquentes
des boutons-poussoirs,
– une sécurité nettement
améliorée puisque le dispositif
permet de protéger aussi les tiers.
La présentation détaillée
des caractéristiques
de ces dispositifs permettra
au chef d’entreprise d’établir
© L’Oréal/BRI

un cahier des charges


de modification.

Barrière immatérielle
Commande d’enchaînement
de cycles par désoccultation
Dans l’industrie, des postes de travail sur efficace pour protéger les tiers. Elle pré- Le risque de troubles musculosquelettiques
machines requièrent que l’opérateur charge sente également d’autres inconvénients. En (TMS) est alors augmenté. Pour résoudre ces
ou décharge manuellement et à fréquence effet, les opérateurs subissent une charge problèmes, la commande bimanuelle peut
élevée des petites pièces légères. La sécurité physique importante par l’effort statique et être remplacée par une barrière immatérielle.
de l’opérateur peut alors être assurée par maintenu de la pression des doigts sur les
une commande bimanuelle synchrone à deux boutons. Ces efforts, plus ou moins La suite du document s’attache exclusive-
action maintenue pendant toutes les phases prolongés selon le temps de cycle, peuvent ment au travail pour les pièces de petite
dangereuses. Cette commande bimanuelle empêcher les opérateurs de bénéficier de taille (10 cm de côté et 100 g par exemple)
constitue un moyen de prévention facile à marges de manœuvre ou d’une période de entièrement déposées manuellement à l’in-
mettre en œuvre et bon marché mais pas récupération qui leur seraient bénéfiques. térieur de la zone de détection.
Ce document traite exclusivement des bar- La barrière immatérielle avec commande ■■ Zone dangereuse : zone correspondant
rières immatérielles. D’autres technologies, d’enchaînement des cycles par désocculta- aux parties dangereuses (outillage, organes
telles que les scrutateurs laser, peuvent être tion apporte une amélioration globale de de transmission…) situées à l’intérieur du
utilisées en remplacement des commandes la sécurité et de la santé des opérateurs, volume dangereux.
bimanuelles. La mise en œuvre de scruta- souvent associée à une augmentation de
teurs nécessite une évaluation des risques la productivité qui peut inciter l’industriel Principe de commande
et de l’impact de la modification. Des docu- à investir dans cette solution performante.
ments tels que la norme NF EN ISO 12100 La commande d’enchaînement des cycles
et les brochures ED 6281 et ED 6310 (voir L’objet de ce document, en complément du par désoccultation d’une barrière immaté-
Bibliographie) peuvent aider à sa réalisation. guide pratique ED 6289 (voir Bibliographie) rielle, par simple ou double passage, doit
traitant des modifications de machines, est répondre aux prescriptions suivantes.
de décrire :
Réglementation – le cadre dans lequel une barrière imma- ■■ Interdire et arrêter tous les mouvements
térielle avec commande d’enchaînement de dangereux en cas :
cycles par désoccultation peut être envisagée, – d’une occultation de la barrière imma-
Dès lors que la commande d’enchaînement
–  les principales exigences de conception et térielle principale ou d’une autre barrière
des cycles par désoccultation d’une barrière
de réalisation, immatérielle,
immatérielle n’occasionne pas de risque
–  les exigences complémentaires de récep- –  d’une ouverture d’un protecteur verrouillé.
supplémentaire, elle peut remplacer la com-
mande bimanuelle, quelle que soit la date de tion et de vérification,
– les exigences complémentaires spéci- ■■ Le lancement de la séquence doit résul-
mise en service de la machine. Le départ de
fiques aux presses pour le travail à froid des ter d’une action volontaire sur un organe de
la séquence (suite de cycles) devra toujours
métaux. service prévu à cet effet (bouton-poussoir ou
être commandé par une action volontaire.
pédale par exemple). Cette action volontaire
est nécessaire :
■■ Pour les machines non CE, le Code du
travail1 indique : Définitions, principe –  après mise sous énergie et sélection du
mode de marche,
« La mise en marche des équipements de tra- de commande et conditions
d’application
–  après un arrêt supérieur à un temps pré-
vail ne peut être obtenue que par l’action d’un
réglé (30 secondes au maximum),
opérateur sur l’organe de service prévu à cet
– après une occultation de la barrière
effet, sauf si cette mise en marche, obtenue
autrement, ne présente aucun risque pour les immatérielle principale pendant une phase
opérateurs intéressés. » (Art. R. 4324-8) Définitions dangereuse du fonctionnement,
– après l’ouverture d’un protecteur ou
■■ Barrière immatérielle principale : barrière occultation d’une autre barrière immaté-
■■ Pour les machines CE, le Code du travail utilisée pour la commande d’enchaînement rielle quel que soit son emplacement sur la
précise :
de cycles par désoccultation. machine.
« La mise en marche d’une machine ne peut
s’effectuer que par une action volontaire sur
■■ Commande simple passage : après le lan-
un organe de service prévu à cet effet. Conditions préalables
cement de la séquence, le départ du cycle
Il en est de même : ■■ Les machines susceptibles d’être modi-
est donné par l’automatisme après avoir
–  pour la remise en marche après un arrêt, fiées doivent être maintenues en état de
constaté une occultation puis une désoccul-
quelle qu’en soit la cause ; conformité avec la réglementation qui leur
tation de la barrière immatérielle principale
– pour la commande d’une modification est applicable.
consécutives soit :
importante des conditions de fonctionne-
– au chargement manuel d’une pièce, la
ment. ■■ Le volume dangereux, une fois délimité
précédente ayant été éjectée sans occulter
Toutefois, la remise en marche ou la modi-
la barrière immatérielle principale, par des protecteurs et des dispositifs de
fication des conditions de fonctionnement
–  à une action conjointe des deux mains, protection, doit être tel qu’il est strictement
peut être effectuée par une action volon-
l’une déchargeant et l’autre chargeant la impossible qu’un opérateur, ou une partie
taire sur un organe autre que l’organe de
machine avant de se retirer toutes les deux de son corps, reste dans la zone dangereuse
service prévu à cet effet, à condition que
(la première main qui procède au déchar- ou se tienne entre la zone dangereuse et un
cela n’entraîne pas de situation dangereuse.
gement de la pièce reste positionnée dans dispositif de protection ou un protecteur. Il
Dans le cas d’une machine fonctionnant en
la zone de détection au moins jusqu’au est recommandé de limiter le volume maxi-
mode automatique, la mise en marche, la
moment où la deuxième main qui procède mal à 0,2 m3. En fonction de l’évaluation des
remise en marche après un arrêt ou la modi-
au chargement vient rejoindre cette zone). risques, cette valeur est susceptible d’être
fication des conditions de fonctionnement
modifiée.
peuvent se produire sans intervention, à
■■ Commande double passage : après le lan-
condition que cela n’entraîne pas de situa-
cement de la séquence, le départ du cycle est ■■ Le temps d’arrêt doit être suffisamment
tion dangereuse. » (voir § « 1.2.3. Mise en
donné par l’automatisme après avoir constaté court pour que la barrière immatérielle
marche » figurant dans l’annexe I de l’article
consécutivement une première occultation/ puisse être placée assez près de la zone de
R. 4312-1 du code du travail)
désoccultation puis une seconde occultation/ travail (tout en respectant les distances de
désoccultation de la barrière immatérielle sécurité conformément à la norme NF EN
Par exemple, la norme européenne har-
principale correspondant généralement au ISO 13855, voir brochure ED 6122 dans
monisée EN 692 : 2005 + A1 : 2009 sur les
déchargement puis au chargement manuel Bibliographie) afin de ne pas imposer à l’opé-
presses mécaniques prévoit explicitement
d’une pièce. rateur des mouvements supplémentaires
la possibilité de commande d’enchaînement
ou d’une amplitude contraignante.
des cycles par désoccultation d’une barrière
■■ Volume dangereux : volume délimité par
immatérielle (voir § 5.3.13).
les structures de la machine, des protecteurs ■■ La protection par barrière immatérielle
et des dispositifs de protection et à l’inté- n’est pas adaptée aux machines présentant
1. En vigueur lors de la première mise sur le marché de
la machine. Ici, l’article cité est le texte en vigueur en rieur duquel il y a des dangers (phénomènes des risques de projection de pièces ou de
juin 2018. dangereux). particules.

2 Fiche pratique de sécurité ED 114


Principales exigences protecteurs et toutes les parties de protec-
teur qui peuvent être ouvertes ou déposées,
Garantir un fonctionnement
de conception fiable
avec ou sans outil, doivent être associés à
et de réalisation un dispositif de verrouillage réalisé selon la Le système de commande associé à la
norme NF EN ISO 14119. La fonction de ver- barrière immatérielle doit être conçu de
rouillage de ces protecteurs doit satisfaire les manière à garantir un fonctionnement sûr
exigences de la norme NF EN ISO 13849-1. et fiable.
Bien délimiter le volume La gestion de la commande d’enchaînement
Si une barrière immatérielle complémen-
dangereux taire est utilisée, elle doit être de type 4 sui- de cycles doit se faire par un module de ges-
vant la norme NF EN 61496-1. tion spécifique « simple/double passage »,
Le volume dangereux à considérer com-
Ces exigences sont impératives pour garan- intégré ou non à la barrière immatérielle.
prend toute zone où le fonctionnement
tir que, quelle que soit la situation, ni une Ce module doit garantir au minimum un
d’éléments dangereux est déclenché par la
main, ni une tête… ne puisse venir occulter/ niveau de performance PL= d selon la norme
désoccultation de la barrière immatérielle
NF EN ISO 13849-1 et satisfaire à toutes les
(par exemple, la zone des outils, mais aussi, désocculter la barrière immatérielle de l’inté-
exigences prévues au paragraphe « Principe
suivant les cas, certaines zones contenant rieur en se trouvant dans la zone dangereuse.
de commande » ci-dessus.
des éléments mobiles de transmission, cour-
La modification apportée ne doit pas dégra-
roies, chaînes, volants…). Définir la barrière der le niveau de sécurité du système de
immatérielle commande existant.
Couvrir parfaitement la zone
La barrière immatérielle principale doit être
dangereuse de type 4 selon la norme NF EN 61496-1. Cas d’utilisation de plusieurs
Il est nécessaire de couvrir parfaitement la Elle doit avoir une capacité de détection barrières
zone dangereuse en ajoutant, au besoin, inférieure ou égale à 30 mm et son posi-
Si plusieurs barrières immatérielles sont
des protecteurs ou barrières immatérielles tionnement par rapport à la zone dange- utilisées sur la machine, une seule d’entre
complémentaires. Lorsque la barrière imma- reuse doit respecter scrupuleusement les elles doit avoir une fonction de commande
térielle ne couvre pas parfaitement tous les indications de la norme NF EN ISO 13855. de cycles.
accès possibles à la zone dangereuse (sur le Si les dimensions de la zone dangereuse Les parties de systèmes de commande rela-
côté, par-dessus ou par le dessous de la bar- ne sont pas figées mais peuvent varier, en tives aux sécurités décrites ci-avant doivent
rière immatérielle, depuis d’autres faces de la fonction des outillages ou des réglages par être conformes à la norme NF EN 60204-1
machine), il faut ajouter des protecteurs ou exemple, la limite de la zone dangereuse pour les parties électriques et aux normes
des barrières immatérielles complémentaires prise en compte pour le positionnement de NF EN ISO 4413 et NF EN ISO 4414 pour,
protégeant ces accès, en respectant scrupu- la barrière immatérielle doit être marquée respectivement, les parties hydrauliques et
leusement les prescriptions des normes NF de façon indélébile sur la machine et être pneumatiques. Elles doivent être conçues et
EN ISO 13857 et NF EN ISO 13855. Le volume rappelée par une plaque signalétique fixée réalisées de façon à ce que le niveau de sécu-
ainsi délimité doit être à géométrie fixe. sur la machine et visible du poste de travail. rité suivant la norme NF EN ISO 13849-1
Le temps d’arrêt des parties dangereuses soit traité de manière homogène jusqu’aux
Recourir aux moyens correspondant à cette limite doit être consi- pré-actionneurs compris.
gné dans les documents liés à la machine. Les machines, en sus des préconisations
de protection Les dimensions de la barrière immatérielle définies dans ce document, doivent être
Les protecteurs doivent être conçus et réali- doivent permettre de respecter les exi- conformes aux règles ou prescriptions
sés selon la norme NF EN ISO 14120. Tous les gences ergonomiques (visibilité, accès…). techniques réglementaires applicables.
© Wag

Simple ou multiple, l’emploi des barrières immatérielles peut couvrir de nombreuses situations.
À gauche, seul l’accès frontal est contrôlé par une barrière immatérielle.
À droite, les trois côtés de la machine restent accessibles.

ED 114 Fiche pratique de sécurité 3


Exigences complémentaires Cas des presses d’embrayage provoquerait inévitablement
le redoublement du cycle. Pour ces raisons,
de réception pour le travail à froid l’accès des opérateurs à la zone de travail
et de vérification des métaux doit être protégé par des protections maté-
rielles (protecteurs fixes ou mobiles). De ce
Avant la mise en service de chaque machine La caractéristique propre d’une presse à fait, les presses « à clavette » ne peuvent pas
modifiée, la prise en compte et la réalisa- embrayage rigide ou « à clavette » est qu’elle être équipées d’une commande d’enchaîne-
tion de toutes les prescriptions de sécurité ne peut pas s’arrêter en cours de cycle. De ment des cycles par désoccultation d’une
précédentes doivent être vérifiées par une plus, une rupture d’un de ses éléments barrière immatérielle.
personne compétente, de préférence indé-
pendante du réalisateur, désignée par le
chef d’établissement. Lors de cette vérifi-
cation, le temps global d’arrêt des parties Bibliographie
dangereuses doit être mesuré pour s’assu-
rer du bon positionnement de la barrière
immatérielle en regard de la norme NF EN Publications INRS ■■ NF EN ISO 4414 : Transmissions
ISO 13855. pneumatiques. Règles générales
Pour toute modification de machine, un ■■ Sécurité des équipements de travail. et exigences de sécurité pour
dossier de modification doit être rédigé (voir Prévention des risques mécaniques. les systèmes et leurs composants.
brochure ED 6289 et « Guide technique de ED 6122
■■ NF EN ISO 13855 : Sécurité
modification des machines du 18 novembre
■■ Aide au choix d’un dispositif des machines. Positionnement
2014 du ministère chargé du Travail » dans
de protection sensible. ED 6281 des moyens de protection par rapport
Bibliographie).
à la vitesse d’approche des parties
■■ Amélioration des machines en service.
du corps.
Effectuer des vérifications Guide pratique. ED 6289
périodiques ■■ NF EN ISO 14119 : Sécurité
■■ Sécurité des machines. Principes
Des vérifications périodiques doivent être des machines. Dispositifs de verrouillage
de conception des systèmes de commande.
prévues pour garantir, dans le temps, le associés à des protecteurs. Principes
ED 6310 (à paraître en 2019).
maintien des caractéristiques initiales de conception et de choix.
décrites précédemment. Ces vérifications Normes ■■ NF EN 60204-1 : Sécurité des machines.
doivent permettre de déceler en temps utile
■■ NF EN ISO 12100 : Sécurité
Équipement électrique des machines.
toute détérioration susceptible de créer des
dangers, de façon à y porter remède. Dans des machines. Principes généraux Partie I : règles générales.
certains cas, elles s’ajoutent ou complètent de conception. Appréciation du risque
■■ NF EN 61496-1 : Sécurité
les vérifications générales périodiques obli- et réduction du risque.
des machines. Équipements
gatoires des équipements de travail (voir
■■ NF EN ISO 13857 : Sécurité de protection électrosensibles. Partie I :
article R. 4323-23 du Code du travail). Elles
des machines. Distances de sécurité prescriptions générales et essais.
doivent comprendre au moins :
■■ une vérification visuelle quotidienne de la empêchant les membres supérieurs
■■ NF EN 61496-2 : Sécurité
bonne mise en place de tous les protecteurs et inférieurs d’atteindre les zones
des machines. Équipements
et une vérification quotidienne des disposi- dangereuses.
de protection électrosensibles.
tifs de protection (barrière immatérielle…) Partie II : exigences particulières
■■ NF EN 692 : Machines-outils. Presses
conformément à la notice d’instructions du à un équipement utilisant des appareils
mécaniques. Sécurité.
fabricant,
protecteurs optoélectroniques actifs
■■ une vérification après chaque démontage
■■ NF EN ISO 14120 : Sécurité des machines. (AOPD).
important, au moins trimestrielle pour les Protecteurs. Prescriptions générales
presses et annuelle pour les autres machines, pour la conception et la construction Textes réglementaires
permettant de s’assurer de l’absence de des protecteurs fixes et mobiles.
dérive par rapport aux prescriptions de sécu- ■■ Annexe I de l’article R. 4312-1
rité décrites dans les paragraphes précé- ■■ NF EN ISO 13849 -1 : Sécurité du Code du travail (Directive européenne
dents. Ces vérifications doivent être réalisées des machines. Parties des systèmes Machines 2006/42/CE).
puis tracées par une personne qualifiée et de commande relatives à la sécurité.
compétente dans le domaine de la préven- Partie I : principes généraux de conception. ■■ Articles R. 4324-8 et R. 4323-23
tion des risques présentés par les équipe- du Code du travail.
ments concernés. ■■ NF EN ISO 4413 : Transmissions
Toute anomalie, mise en évidence par ces hydrauliques. Règles générales ■■ Guide technique du 18 novembre 2014
vérifications ou lors de l’exploitation, doit et exigences de sécurité relatives relatif aux opérations de modification
être traitée et supprimée avant reprise de aux systèmes et leurs composants. des machines en service.
l’utilisation de la machine.

Mise à jour : D
 avid Brasselet
Sandrine Hardy
Séverine Demasy

Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles
• •
65, boulevard Richard-Lenoir 75011 Paris Tél. 01 40 44 30 00 www.inrs.fr info@inrs.fr •
Fiche pratique de sécurité ED 114 2e édition • septembre 2018 • Uniquement disponible en ligne • ISBN 978-2-7389-2375-2 • Mise en pages : Sophie Boulet