Vous êtes sur la page 1sur 18

UN ACCOMPAGNEMENT CITOYEN PERSONNALISÉ EN SOUTIEN À

L'INTÉGRATION COMMUNAUTAIRE DES PERSONNES AYANT SUBI

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
UN TRAUMATISME CRANIOCÉRÉBRAL : VERS LA RÉSILIENCE ?
Hélène Lefebvre, Marie-Josée Levert, Guylaine Le Dorze, Claire Croteau, Isabelle
Gélinas, Pierre-Yves Therriault, Bernard Michallet, Jacinthe Samuelson
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

Association de recherche en soins infirmiers (ARSI) | « Recherche en soins


infirmiers »

2013/4 N° 115 | pages 107 à 123


ISSN 0297-2964
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2013-4-page-107.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Hélène Lefebvre et al., « Un accompagnement citoyen personnalisé en soutien à
l'intégration communautaire des personnes ayant subi un traumatisme
craniocérébral : vers la résilience ? », Recherche en soins infirmiers 2013/4 (N°
115), p. 107-123.
DOI 10.3917/rsi.115.0107
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Association de recherche en soins infirmiers (ARSI).


© Association de recherche en soins infirmiers (ARSI). Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


VARIATION
Un accompagnement citoyen personnalisé
en soutien à l’intégration communautaire
des personnes ayant subi un traumatisme
craniocérébral : vers la résilience ?
Personalized citizen accompaniment for community integration of people with
traumatic brain injury : a step towards resilience ?

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
Hélène LEFEBVRE
Ph.D, Professeure titulaire, Vice-Doyenne Recherche et développement international, Faculté des sciences infirmières, Université de
Montréal, Québec, Canada
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

Chercheuse, Groupe interréseaux de recherche sur l’adaptation de la famille et de son environnement (GIRAFE-CRIR), Montréal, Québec, Canada

Marie-Josée LEVERT
Ph.D, Professeure adjointe, Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal, Québec, Canada
Chercheuse, Groupe interréseaux de recherche sur l’adaptation de la famille et de son environnement (GIRAFE-CRIR), Montréal, Québec, Canada

Guylaine LE DORZE
Ph.D, Professeure titulaire, École d’orthophonie et d’audiologie, Université de Montréal, Canada
Chercheuse, Groupe interréseaux de recherche sur l’adaptation de la famille et de son environnement (GIRAFE-CRIR), Montréal, Québec, Canada

Claire CROTEAU
Ph.D, Professeure agrégée, École d’orthophonie et d’audiologie, Université de Montréal, Canada
Chercheuse, Groupe interréseaux de recherche sur l’adaptation de la famille et de son environnement (GIRAFE-CRIR), Montréal, Québec, Canada

Isabelle GÉLINAS
Ph.D, Associate Professor, School of Physical and Occupational Therapy, McGill University, Montréal, Québec, Canada
Chercheuse, Groupe interréseaux de recherche sur l’adaptation de la famille et de son environnement (GIRAFE-CRIR), Montréal, Québec, Canada

Pierre-Yves THERRIAULT
Ph.D, Professeur adjoint, École de réadaptation, Université de Montréal, Québec, Canada
Chercheur, Groupe interréseaux de recherche sur l’adaptation de la famille et de son environnement (GIRAFE-CRIR), Montréal, Québec, Canada

Bernard MICHALLET
Ph.D, Professeur, Département d’orthophonie, Université du Québec à Trois-Rivières, Québec, Canada
Chercheur, Groupe interréseaux de recherche sur l’adaptation de la famille et de son environnement (GIRAFE-CRIR), Montréal, Québec, Canada

Jacinthe SAMUELSON
Candidate au doctorat en psychologie, Professionnelle de recherche, Groupe interréseaux de recherche sur l’adaptation de la famille et
de son environnement, Montréal, Québec, Canada

Pour citer l’article :


LEFEBVRE H, LEVERT MJ, LE DORZE G, CROTEAU C, GÉLINAS I, THERRIAULT PY, MICHALLET B, SAMUELSON J. Un accompagnement
citoyen personnalisé en soutien à l’intégration communautaire des personnes ayant subi un traumatisme craniocérébral : vers la résilience ?
Recherche en soins infirmiers, décembre 2013 ; 115 : 107-123.

Adresse de correspondance :
Hélène LEFEBVRE : helene.lefebvre@umontreal.ca

Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013 L 107


Copyright © ARSI tous droits réservés -
RÉSUMÉ
Introduction : les personnes ayant un traumatisme craniocérébral (TCC) demeurent généralement avec des séquelles physiques,
sensorielles ou psychologiques qui perturbent leur capacité à réaliser leurs activités quotidiennes.
Contexte : un projet d’accompagnement-citoyen personnalisé d’intégration communautaire (APIC) a été implanté pour pallier au
manque de ressources et soutenir ces personnes dans la redéfinition de leurs projets de vie.
Objectifs : cette étude vise à évaluer les effets de l’APIC sur le mieux-être et sur les capacités de personnes ayant un TCC à réaliser
leurs activités de la vie quotidienne et de loisirs.
Méthode : un devis mixte d’étude de cas multiples, utilisant une approche de recherche participative et collaborative a été
privilégié. Des données qualitatives et quantitatives ont été recueillies lors d’entrevues semi-structurées auprès de neuf personnes
ayant un TCC, à 6 mois et 12 mois du début de l’accompagnement.
Résultats : l’étude démontre les retombées positives de l’APIC sur le développement de l’autonomie des participants et sur leur
satisfaction quant à leur participation sociale.
Discussion et conclusion : elle indique que l’accompagnement APIC est un espace sécurisant fondé sur la réciprocité entre
l’accompagné/accompagnateur, mettant en action les capacités de résilience de la personne.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
Mots clés : Accompagnement-citoyen personnalisé, traumatisme craniocérébral, participation sociale, résilience.

ABSTRACT
Introduction : most people with a traumatic brain injury (TBI) live with physical, sensory, or psychological sequelae that affect their
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

day-to-day functioning and prevent them from performing their regular activities.
Context : a Citizen Accompaniment for Community Integration project (APIC) was implemented for people with TBI to fulfill the
lack of access to resources and gives them support to redefine their life projects.
Objectives : this study’s aim is to evaluate the APIC’s impacts on the participants’ wellbeing and their ability to participate in
recreational and day-to-day living activities.
Methods : it uses a mixed research design of multiple case studies supported by a participative and collaborative research approach.
Qualitative and quantitative datas were collected from 9 participants with TBI in 2 stages, at the beginning of the APIC after 6
months and at the end, after 12 months, using semi-structured interviews.
Results : this study shows the APIC’s positive impacts in the development of the participant’s autonomy and satisfaction with their
social participation.
Discussion and conclusion : it tends to reveal that the APIC is a safe space for experimentation, founded on a reciprocal
relationship between accompanied and accompanier, and promoting the commitment to the resilience process.

Key words : Personalised citizen accompaniment, traumatic brain injury, community integration, resilience.

La faiblesse d’une personne vient du traumatisme subi, sa compte de ses limites, de ses savoirs, de ses compétences
force, du traumatisme surmonté (Manciaux, Vanistendael, et de ses ressources. C’est ainsi que la participation sociale
Lecomte, Cyrulnik, 2001, 249) [1]. reprend sens (Schipper, Visser-Meily, Hendrikx,2011) [3]. Il
s’agit d’un processus crucial qui permet non seulement à la
personne de se redéfinir, mais aussi de redéfinir sa place dans
INTRODUCTION la société pour y trouver une intégration et une participation
qui soient satisfaisantes pour elle (Douglas, Dyson, 2006 [4] ;
La plupart des personnes ayant un traumatisme craniocérébral Salter, Reasell, Bhogal, Foley, 2008] [5].
(TCC) modéré ou sévère demeurent avec des séquelles sur
les plans physique, sensoriel ou psychologique qui perturbent Or, ce processus ne se fait pas sans heurts. Au terme de la
leurs habitudes de vie et les empêchent bien souvent de réadaptation active, le manque de ressources professionnelles
mener leurs activités habituelles. La diminution des capacités fait en sorte qu’il y a rupture dans la continuité des services.
à réaliser les activités de la vie quotidienne ou à jouer ses Il faut savoir en effet que l’offre de services de réadaptation
rôles sociaux portent atteinte à une partie de l’identité de la du système de santé québécois se limite principalement aux
personne, à son estime d’elle-même et au regard que sa famille, deux premières années post-TCC. En conséquence, le retour
ses proches et la société posent sur elle (Christiansen, Baum, dans la communauté est difficile pour plusieurs personnes
Bass-Haugen, 2005, [2]. De ce fait, le TCC exige de la personne ayant subi un TCC, car elles ne bénéficient pas d’un soutien
une redéfinition, de plus ou moins grande envergure, de son psychosocial à moyen et long terme qui tienne compte de
projet de vie. Cette transformation implique une démarche leurs besoins et de leur potentiel (Lefebvre, Cloutier, Levert,
d’introspection dans laquelle la personne explore ses capacités 2008) [6]. Au moment où elles retournent à domicile, après
et prend conscience de ses nouvelles incapacités pour cibler la réadaptation durant laquelle elles récupèrent des aptitudes
de nouveaux projets qui font sens pour elle et qui tiennent et en développent de nouvelles, les personnes ayant un TCC

108 L Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013


Copyright © ARSI tous droits réservés
Un accompagnement citoyen personnalisé en soutien
à l’intégration communautaire des personnes ayant subi
un traumatisme craniocérébral : vers la résilience ?
se retrouvent très souvent seules ou avec leurs proches, avec connaître et qui pourrait jouer un rôle stimulant auprès d’elles
peu de moyens pour se prendre en charge et développer (Lefebvre, Gélinas, Pelchat, St-Arnaud, 2008) [12]. Pour
une participation sociale satisfaisante ((Lefebvre, Cloutier, répondre à ces préoccupations, un projet d’Accompagnement
Levert, 2008) [6] ; (Shepers, Visser-Meily, Ketelaar, Lindeman, citoyen personnalisé d’intégration communautaire (APIC) a
2005) [7] ; (Dumont, Gervais, Fougeyrollas, Bertrand, 2005) été développé, implanté et évalué.
[8]. Comme l’ont démontré Cullen, Chundamala, Bayleyab,
Jutai, (2007) [9], ce manque de services est d’autant plus
préjudiciable que le processus de récupération à la suite d’un ACCOMPAGNEMENT-CITOYEN
TCC peut se poursuivre sur plusieurs années après la fin de PERSONNALISÉ D’INTÉGRATION
la réadaptation pour autant qu’il soit soutenu (Powell, Heslin, COMMUNAUTAIRE (APIC)
Greenwood, 2002) [10] ; (Brown, Gordon, Spielman, 2003)
[11]. L’APIC est un programme « sur mesure » qui consiste, par
la présence d’accompagnateurs, à stimuler la personne ayant

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
Certaines personnes sont parvenues à combler partiellement subi un TCC à accomplir ses habitudes de vie ou de loisirs
ce manque de services par le développement de stratégies significatives pour lesquelles elle éprouve des difficultés. Cet
d’adaptation et le soutien de leurs proches. Toutefois ces accompagnement citoyen, personnalisé et peu coûteux, veut
stratégies se révèlent inefficaces à moyen et long terme car pallier à l’inexistence de services structurés visant à répondre aux
les proches s’épuisent en raison du fardeau que représente la besoins des personnes ayant subi un TCC au plan de l’intégration
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

vie au quotidien avec une personne ayant un TCC (Lefebvre, communautaire. L’APIC propose un accompagnement par des
Gélinas, Pelchat, St-Arnaud, 2008) [12]. Les mécanismes personnes de la communauté rémunérées et formées à la
de soutien informels ne suffisent pas au maintien d’une problématique du TCC et à une approche de communication.
participation sociale satisfaisante (Lefebvre, Cloutier, Levert, Le trait particulier de l’approche est de se préoccuper
2008) [6] ; (Lefebvre, Pelchat, Swaine, Gélinas, Levert, 2005) d’amener la personne à jeter un regard réflexif sur son
[13]. Dix ans après la période de réadaptation, les personnes intégration communautaire et à cibler un projet qui puisse la
ayant un TCC modéré ou sévère se trouvent souvent isolées motiver à se mettre en action. L’approche s’intéresse à aider
et désœuvrées, alors que la plupart d’entre elles ne peuvent la personne à identifier des projets qu’elle souhaiterait voir
reprendre un travail et que les activités de loisirs ne sont pas ou réaliser, des objectifs personnels à atteindre pour la réalisation
peu présentes dans leur vie (Lefebvre, Cloutier, Levert, 2008) de ces projets et à formuler des actions à mettre en œuvre
[6] ; (Dutil, Bier, Gaudreault, 2006) [14]. Leur situation de qui seront ajustées au besoin. L’accompagnateur veut amener
participation sociale est le plus souvent limitée et leur qualité la personne ayant un TCC à accomplir ses habitudes de vie et
de vie s’en trouve diminuée (Lefebvre, David, Gélinas, et al. ses loisirs afin qu’elle devienne le plus autonome possible et soit
2007) [15] ; (Lefebvre, Gélinas, Pelchat, St-Arnaud, 2008) [12] ; ainsi plus satisfaite de sa participation sociale (Mccabe, Lippert,
(Dutil, Bier, Gaudreault, 2006) [14] ; (Ministère de la santé et Weiser, Hilditch, Hartridge, Villamere, 2007) [20] ; (Bourque,
des services sociaux, 2005) [16]. Malgré les savoirs et savoir- 2005) [21]. En misant sur l’identification et la mise en action
faire développés par ces personnes, et le soutien de leurs de projets personnels, l’accompagnement que promeut l’APIC
proches, les acquis de la réadaptation s’estompent très souvent veut permettre à la personne de développer ses compétences,
en raison du manque de soutien et de stimulation à moyen et son autonomie et sa situation de participation sociale.
long termes (Cullen, Chundamala, Bayleyab, Jutai, 2007) [9].
La problématique est d’autant plus criante que les actions de Z Formation des accompagnateurs
réadaptation ont souvent porté davantage sur les moyens pour
aider la personne à pallier à ses déficits et ses incapacités, et Chaque accompagnateur, quelle que soit son entrée dans
que peu a été fait pour l’amener à renforcer ses compétences le projet APIC, reçoit une formation de cinq jours répartie
et en développer de nouvelles qui lui permettraient de redéfinir durant les premiers mois de l’accompagnement. La formation
son projet de vie et de faire un succès de sa réadaptation a été développée avec des intervenants spécialisés en
sociale (Lefebvre, Pelchat, Swaine, Gélinas, Levert, 2005) [13] ; intervention auprès des personnes ayant un TCC (tableau 1).
(Gadoury, 2001) [17] ; (Dutil, Vanier, Lambert, 1995) [18]. Elle a pour but d’outiller les accompagnateurs dans leur
Plusieurs années après le traumatisme, comment est-il possible travail auprès des personnes et vise plus spécifiquement
de reprendre sa vie en main ? une connaissance du TCC et de ses enjeux, des ressources
cliniques et communautaires pertinentes, et de la pratique de
Nos recherches réalisées depuis 10 ans, les nombreux l’accompagnement. Elle consiste en une séance d’information
témoignages d’intervenants des milieux communautaires et sur le TCC et ses impacts physiques, psychologiques,
de cliniciens, et surtout, de personnes ayant un TCC font communicationnels et sociaux ; à accompagner un intervenant
voir, de façon récurrente, le besoin chez ces personnes d’être (un ergothérapeute, un éducateur spécialisé, un psycho-
soutenues à moyen et long terme (Lefebvre, 2010 [19] par éducateur ou un orthopédagogue) à une activité d’un centre
une personne à l’extérieur du milieu familial, de l’entourage de réadaptation ; et à participer à des activités sociales
ou de l’environnement institutionnel qui apprendrait à les offertes par l’Association québécoise des traumatisés crâniens

Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013 L 109


Copyright © ARSI tous droits réservés -
(AQTC). De plus, l’accompagnateur est formé à l’Approche est fait à partir d’un enregistrement sur bande audio afin de
pour cibler un but (Lefebvre, 2010) [19] (figure 1)) qui l’habilite documenter ses activités.
à orienter ses accompagnés, à trouver par eux-mêmes les
buts et objectifs qu’ils désirent atteindre. Un site web INFO-
TCC est aussi à la disposition des accompagnateurs et des CADRES DE RÉFÉRENCE
personnes ayant un TCC pour y trouver des ressources et
diverses informations au sujet du TCC « www.repar.veille. Les cadres de référence du projet APIC sont le modèle
qc.ca/info-tcc ». Les accompagnateurs sont formés, soutenus écosystémique et le courant de la psychologie positive dont
et encadrés en cohérence avec l’approche d’accompagnement voici les principes généraux.
que promeut l’APIC auprès de la personne ayant un TCC. Au
même titre que les accompagnés, ils sont amenés, par exemple Z Modèle écosystémique
à cibler des projets d’accompagnement et à mobiliser leurs
propres ressources pour les réaliser. L’APIC est centré sur le projet de vie de la personne dans son

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
environnement social et physique de sorte que les besoins de
Z Comité de gestion de projet (CGP) la personne sont au centre de l’accompagnement. Il permet
de considérer la personne comme faisant partie d’un système
Dans le cadre du projet APIC, un comité de gestion de de relations significatives avec sa famille et son milieu de
projet (CGP) est mis en place ayant pour mandat de vie de même qu’avec sa communauté, afin de favoriser son
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

s’assurer du bon déroulement de la prestation du projet, de mieux-être et la qualité des relations qu’elle entretient avec
participer au développement de la formation et au soutien son environnement. Les accompagnateurs doivent convenir
des accompagnateurs. Le CGP se veut une équipe de travail avec la personne de ses propres objectifs, ce qui situe l’APIC
interprofessionnel fonctionnant en partenariat. Il est formé hors de la dynamique institutionnelle et professionnelle qui
d’intervenants du réseau public et communautaire, de impose très souvent des rôles passifs aux personnes ayant
gestionnaires, de personnes ayant un TCC, de proches et de un TCC. En lien avec le modèle écosystémique (figure 2),
chercheurs. Une personne désignée du CGP (coordonnateur l’APIC conçoit que le développement de la personne est
du projet) assure un encadrement individualisé à chacun des déterminé par l’interaction entre de nombreux facteurs
accompagnateurs à raison d’une rencontre formelle par (Sylvestre, Schornsteiner, Zingg, Lacquart, Tardy et al., 1999)
mois et d’autres rencontres selon les besoins. Le CGP tient [22] ; (Tessier, Bouchard, 1987) [23]. Ainsi, l’APIC considère
quatre réunions statutaires par année et un compte rendu que ce développement est le produit de l’interaction entre la

ü Séance de cours théorique sur le TCC et ses impacts physiques, psychologiques, sociaux et de la communication :
Qu’est-ce qu’un TCC ? Quelles sont les séquelles possibles ? Quels sont les impacts de ces séquelles pour la personne, ses
proches et son environnement ?
Description du continuum de soins et de services
Discussion sur les enjeux relationnels découlant du TCC : situations susceptibles d’être vécues dans l’accompagnement, savoir-
être et savoir-faire (stratégies)
ü Séance de visionnement de vidéos :
Eau vive (1 heure) : Sur le continuum de soins, de l’accident à la réadaptation (extraits sélectionnés), témoignages de personnes
TCC et de proches
Caméra 88 : Le coma et après (30 minutes) : Témoignages et réadaptation ;
Médecine apprivoisée (25 minutes) : Témoignages de personnes ayant subi un TCC et de proches ;
Site Martin Matte (45 minutes) : Son numéro sur son frère
ü Participation à des activités sociales offertes par l’Association Québécoise des Traumatisés Crâniens (AQTC), qui permet de se
familiariser avec les personnes ayant subi un TCC
ü Participation à l’activité Agenda offerte par le Centre de réadaptation Lucie-Bruneau, qui sensibilise les accompagnateurs à
l’utilisation de l’agenda comme outil facilitant la réalisation des habitudes de vie et de loisirs
ü Séance de partage d’expérience avec une personne ayant un TCC et un accompagnateur APIC expérimenté
ü Documentation à consulter :
Brochure de la Société de l’Assurance Automobile du Québec (SAAQ) sur le TCC
Résumé des informations sur TCC (tirées de la brochure)
Articles divers sur le TCC
Site web Info-TCC (http://www.repar.veille.qc.ca/info-tcc/)
Site web du Centre de réadaptation Lucie-Bruneau (http://www.luciebruneau.qc.ca/)

Tableau 1.
Formation à l’accompagnement.

110 L Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013


Copyright © ARSI tous droits réservés
Un accompagnement citoyen personnalisé en soutien
à l’intégration communautaire des personnes ayant subi
un traumatisme craniocérébral : vers la résilience ?

Démarche pour cibler un but

DIVERGENCE DIVERGENCE DIVERGENCE DIVERGENCE DIVERGENCE DIVERGENCE DIVERGENCE


Inventaire Perturbations Impacts Buts objectifs Plans d’action Impact du plan Ajustements
des problèmes possibles possibles d’action avec l’équipe
de soins

REPRISE DU
PROCESSUS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

CONVERGENCE CONVERGENCE CONVERGENCE CONVERGENCE CONVERGENCE CONVERGENCE CONVERGENCE


Problème Principal Principal Objectif choisi Action priorisée Principal impact Nouveau plan
le plus important perturbation impact et mise en oeuvre du plan d’action d’action

Source : Hélène Lefebvre, Ph.D., Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal
Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation (CRIR) - Centre de réadaptation
Lucie-Bruneau

Figure 1.
Approche pour cibler un but.

personne (l’ontosystème), ses caractéristiques et celles des et celles de son environnement (Johnson, 2003) [28] ; (Seligman,
groupes de personnes significatives de son environnement 2002) [29]. La psychologie positive se préoccupe de soutenir
immédiat (les microsystèmes) et de multiples caractéristiques les forces de la personne pour qu’elle continue à se développer
de l’environnement distal (exosystème et macrosystème) dans harmonieusement (Peterson, Seligman, 2004) [30]. En outre,
lequel s’inscrivent la personne et sa famille (Sylvestre, Dionne, l’APIC promeut les expériences humanisantes, favorise le bien-
1994) [24] ; (Sylvestre, Schornsteiner, Zingg, Lacquart, Tardy être de la personne, met l’accent sur les émotions positives et
et al., 1999) [22]. Les interactions entre les différents systèmes l’engagement à se construire une vie significative pour soi, et
sont bidirectionnelles et réciproques (Bronfenbrenner, 1979) ce, malgré l’adversité. Il s’appuie sur les facteurs de protection
[25] ; (Bronfenbrenner, 1986) [26] ; (Bronfenbrenner, 2004) (personnels et environnementaux) qui permettent à l’individu
[27]. L’APIC mise sur les compétences des personnes et de de dépasser les situations d’épreuve (traumatismes) et de
leur famille afin d’établir avec elles une relation de partenariat continuer à se développer, voire même de croître au-delà de
de sorte que l’action des accompagnateurs s’oriente sur son niveau pré-traumatique (croissance post-traumatique). Il
les interactions ou les relations entre les éléments les plus soutient la personne pour donner du sens à sa vie, une meilleure
susceptibles d’influencer positivement le développement de image de soi, de l’ouverture à vivre des expériences nouvelles,
la personne. un sentiment de meilleur contrôle de son environnement,
davantage d’autonomie et développer des relations positives
Z Psychologie positive avec les autres.

L’APIC s’inspire aussi du courant de la psychologie positive


qui s’intéresse aux conditions et aux processus contribuant à MÉTHODES
l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des individus,
des groupes et des institutions. Un des objectifs de la psychologie Cette étude a pour but d’analyser les effets du projet APIC
positive est de mieux comprendre comment une personne sur le soutien à une participation sociale plus satisfaisante
dépasse l’adversité en s’appuyant sur ses forces, ses ressources des personnes ayant subi un TCC modéré ou sévère, qui

Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013 L 111


Copyright © ARSI tous droits réservés -
système
Macro
COMMUNAUTÉ

Exosystème
ORGANISATION DES SOINS
ET DES SERVICES
Mésosystème
INTERRELATIONS
ENTRE LES MICROSYSTÈMES
Qualité Continuité
s
des soins et
services
Microsy tèmes des soins et
MILIEUX DE VIE : services
Idéologies entourage, travail, loisirs, école Valeurs
Famille sociétales
Ontosystème

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
Maison
élargie
PERSONNE
Attentes Âge, sexe
Amis
Savoirs
École Histoire
Problème
Associations
Valeurs et
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

croyances de santé
Garderie
Loisirs
Disponibilité Stratégies de Signification Accessibilité
des soins et coping du problème de soins et
services Travail de santé Entourage services Cultures
Normes Personnalité sociales
Organismes Établissements
communautaires de soins et services

Types de Modèles
services d’intervention

Organisation Politiques
de la communité gouvernementales

CHRONOSYSTÈME

Figure 2.
Approche écosystémique inspirée de Brofenbrenner (1979, 1986) et adaptée par Lefebvre et Levert (2005).

présentent des besoins non comblés et qui n’ont pas accès à réseau public de soins et d’organismes communautaires, les
des services. Plus particulièrement, ce projet vise à : accompagnateurs et les chercheurs. L’approche favorise des
1) appliquer l’APIC auprès des personnes ayant subi un TCC processus consensuels et participatifs pour la mise en place
modéré ou sévère ; et 2) analyser les effets quant au bien-être de l’APIC et son volet recherche, dans lesquels chaque
de la personne et sa capacité à réaliser les activités de la vie acteur du CGP est partie prenante. Chaque membre est
quotidiennes et de loisirs. amené à partager ses expertises dans la co-construction
de l’accompagnement, dans sa prestation et dans l’analyse
Cette recherche longitudinale propose un devis mixte de ses effets (ex. discussions dans le cadre de réunions
d’étude de cas multiples, soutenu par une approche du projet sur la cueillette et l’analyse des données ;
intégrée de recherche participative et collaborative proposition de nouvelles pistes d’analyses à partir de
(Desgagnés, Bernardz, Couture, Poirier, Lebuis, 2001) [31] questions émergentes) avec la collaboration étroite du
entre les personnes ayant un TCC, les intervenants du coordonnateur du projet.

112 L Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013


Copyright © ARSI tous droits réservés
Un accompagnement citoyen personnalisé en soutien
à l’intégration communautaire des personnes ayant subi
un traumatisme craniocérébral : vers la résilience ?
image de soi. Les accompagnateurs ont tenu un journal de
Z Déroulement bord qu’il remettait hebdomadairement au coordonnateur
du projet. Ce journal consignait notamment les activités
Le projet APIC a débuté avec la formation du comité réalisées, les impressions/sentiments, les imprévus.
de gestion du projet, et de façon simultanée, avec le
développement du modèle d’accompagnement et de la Z Description des participants
formation des accompagnateurs. Dès sa mise en place, le
CGP a procédé au recrutement des participants sur une Les accompagnés initialement au nombre de 13, ont
période d’environ 6 mois. Le CGP a eu le souci constant finalement compté 9 personnes ayant un TCC modéré ou
de faire un appariement accompagnateur/accompagné le sévère. Un participant a quitté le projet car il a déménagé
plus près possible de centres d’intérêts communs. Les dans une maison supervisée à l’extérieur de la ville. Un
accompagnateurs ont été recrutés par l’entremise d’une second participant est allé en Centre d’Hébergement et
annonce diffusée dans les universités ou à l’aide de références de Soins de Longue Durée (CHSLD), et deux autres ont

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
d’autres accompagnateurs. Chaque candidat accompagnateur quitté en raison de problèmes de toxicomanie et de santé
a été soumis à un entretien d’embauche à partir des critères mentale. L’échantillon compte 5 hommes et 4 femmes, agés
d’admissibilité suivants : il devait habiter Montréal, s’exprimer respectivement d’une moyenne de 42 ans (de 36 à 52 ans)
en français, être en mesure de se déplacer facilement, et et 44 ans (de 33 à 53 ans). Les accompagnés vivent seuls ou
manifester des qualités et des habiletés sur le plan du savoir- avec un membre de leur famille en milieu urbain, ont terminé
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

être (intérêt vis-à-vis de l’accompagnement, du soutien, leur réadaptation, ne sont pas retournés au travail et ont
écoute, empathie, respect) indispensables au soutien en émis le souhait de participer au projet. L’accident à l’origine
accompagnement. Les accompagnés ont été recrutés par du TCC est survenu il y a en moyenne 23 ans (Tableau 2
l’entremise d’un centre de réadaptation et d’un organisme ci-dessous).
communautaire ou à partir de publicités diffusées dans les
établissements de soins. Ils devaient être âgés de plus de 18 Les accompagnateurs sont au nombre de 6. Ils sont en
ans, comprendre et s’exprimer en français, avoir complété majorité des femmes (4). Des 6 accompagnateurs, 3 ont été
leur réadaptation et demeurer à domicile sans services en appariés à deux personnes avec TCC. La grande majorité
post-réadaptation. Les accompagnements ont été d’une sont des étudiants principalement au niveau du baccalauréat
durée de 12 à 18 mois. Accompagnateurs et accompagnés en psychologie (2), service social et sciences infirmières. Un
se sont rencontrés à raison de 2 heures par semaine en peu plus de la moitié avait déjà fait du bénévolat.
moyenne, au domicile de la personne ayant un TCC ou dans
un autre lieu à la convenance de chacun (ex. dans un café). Z Collecte des données
La nature de l’accompagnement a été différente selon la
situation de l’accompagné et la dynamique accompagnateur/ Le volet recherche du projet APIC s’est déroulé
accompagné. L’attention a été portée sur autant de projets simultanément à son implantation. Pour analyser l’évolution,
différents que de personnes accompagnées. Dans leurs mieux comprendre les changements survenus grâce à
grandes lignes, les accompagnements se sont déroulés autour l’accompagnement ou encore, l’absence de changements ou le
de la planification d’activités de la vie quotidienne, soit par maintien du fonctionnement de la personne accompagnée, la
l’entremise d’outils (agenda, planning, liste de courses), soit collecte des données a été réalisée en deux étapes, soit après
par un soutien dans certaines démarches administratives (ex. 6 mois et 12 mois du début de l’accompagnement. Elle a été
avocat, aide juridique, carte de transport). De nombreux effectuée par le coordonnateur du projet dans le cadre d’une
accompagnements ont aussi été réalisés dans le cadre entrevue semi-structurée auprès de chaque accompagné d’une
d’activités de loisirs (ex. bibliothèque, promenades, cinéma) durée approximative de 60 à 120 minutes à leur domicile
et plusieurs se sont traduits simplement par une présence ou au centre de réadaptation (à leur convenance). Chaque
auprès de la personne ayant un TCC. Dans ce cadre, les entrevue a été enregistrée sur bande audio et transcrite
discussions ont principalement portées sur des projets et/
ou préoccupations personnels (ex. se faire une place dans Sexe Âge Moyenne d’années
un groupe, savoir dire non à ses amis). Les principaux écoulées après le
projets de vie, à court, moyen et long terme pour lesquels TCC
les accompagnés ont reçu un soutien ont été : se trouver Femmes=4 33 ans à 53 ans
une activité de loisir et sortir davantage, perdre du poids et (Âge moyen de 44 ans) 23 ans
reprendre une activité physique, améliorer ses activités de Hommes=5 36 ans à 52 ans (Âge
la vie quotidienne et son environnement de vie, rencontrer moyen de 42 ans)
de nouvelles personnes, briser l’isolement ou s’affirmer
davantage, mieux s’organiser, aider ses proches, améliorer Tableau 2.
sa mémoire, reprendre une activité occupationnelle, aller à Caractéristiques de l’échantillon des participants
ses rendez-vous médicaux ou encore, donner une meilleure (N=9).

Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013 L 113


Copyright © ARSI tous droits réservés -
in extenso. La grille d’entrevue a été construite de façon à et de la perception du bien-être du participant), tout en
pouvoir permettre, à la fois, de quantifier et de qualifier les se préoccupant de laisser émerger de nouveaux thèmes.
changements. Pour ce faire, le gabarit de l’entrevue a été Les analyses ont été amorcées au même moment que la
développé autour de trois instruments de mesure, le Profil des collecte des données et menées selon un processus de
AVQ v.5, le Profil du Loisir v.3.0 et le LISAT-11 (satisfaction comparaison constante entre les données du terrain et
de vie) (voir Annexe 1). leur interprétation et ce, jusqu’à saturation des thèmes
ou catégories conceptuelles (Paterson, 2002) [32]. Deux
La personne interviewée devait attribuer une cote pour chercheurs de l’équipe de recherche ont assuré la validité
l’ensemble des items de chaque instrument sur la base interne par la lecture des verbatim et l’obtention d’un
d’échelles ordinales à degrés variables ou d’échelles nominales consensus sur l’analyse et l’interprétation des données.
(oui/non), et devait par la suite qualifier ses impressions
pour chacun des items. Ce volet qualitatif avait comme but Z Critères de scientificité
d’explorer les facteurs facilitant ou contraignant la réalisation

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
des activités de la vie quotidienne, de loisirs et la satisfaction La rigueur méthodologique de la présente étude s’appuie sur
sur le plan de la participation sociale, de la satisfaction de les critères de qualité suivants (Guba, Lincoln, 1989) [33] ;
vie et de la perception du bien-être de la personne ayant un (Pirés, 1997) [34] : 1) La crédibilité (qui s’apparente à la
TCC. Des données socio démographiques étaient également validité interne) est assurée par la triangulation des sources
recueillies lors de l’entrevue. de données (recension des écrits, Profil AVQ, Profil de Loisir,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

entrevues), un consensus entre les chercheurs sur l’analyse


Enfin, les journaux de bord des accompagnateurs ont aussi des données et la validation régulière des comptes rendus des
fait l’objet d’analyses, de même que des données provenant rencontres. De plus, les bandes audio font foi de l’exactitude
du dossier médical de l’accompagné (Glasgow à l’arrivée, des données obtenues. 2) La transférabilité (qui s’apparente
type d’atteinte, résultats à l’IMC, etc.) lorsqu’il était à la validité externe) est assurée par la description détaillée
possible d’y accéder, ceci pour confirmer le diagnostic de du contexte de l’étude, de sorte qu’il soit possible au lecteur
traumatisme crânien (modéré sévère). Toutefois, compte de comprendre et de prédire une situation similaire dans
tenu que plusieurs participants avaient subi leur traumatisme un contexte semblable. 3) La constance (qui s’apparente à
depuis nombre d’années, certains dossiers n’ont pas été la fidélité) est atteinte, dans la mesure où tout changement
disponibles. effectué dans le processus de recherche est consigné.

Z Analyse et interprétation des données CONSIDÉRATIONS ÉTHIQUES


L’approche d’analyse et d’interprétation des données met
en avant une démarche qui permet de développer une Ce projet de recherche a été soumis aux Comités d’éthique
connaissance approfondie des effets de l’APIC de par les et de la recherche des institutions concernées. Les normes
données qualitatives qui sont recueillies et par l’analyse des édictées par l’Énoncé de politiques des Trois Conseils (Conseil
convergences entre les fréquences obtenues aux trois outils de recherches médicales du Canada, Conseil de recherche
de mesure. Les données relatives à chaque participant ont en sciences naturelles et en génie du Canada, Conseil de
d’abord été traitées comme un cas unique (analyse intra- recherches en sciences humaines du Canada) quant au
cas), puis une analyse inter-cas a été réalisée. Les analyses consentement libre et éclairé des sujets, à l’accès à l’information
visaient à dégager les changements survenus (modification et à la confidentialité, aux conflits d’intérêts, et à la protection
ou maintien) de même que la nature des changements des sujets quant aux préjudices, ont été respectées.
observés dans la capacité à réaliser les activités de la vie
quotidiennes (AVQ), les activités de loisirs et la satisfaction
de la participation sociale après 6 mois et 12 mois du début RÉSULTATS
de l’accompagnement.
Les cotes obtenues aux trois instruments (Profils AVQ et
Les analyses quantitatives ont porté sur le Profil des AVQ, loisir et du questionnaire Satisfaction de vie) après 6 mois
le Profil du Loisir et la satisfaction de la participation sociale. du début de l’accompagnement ont été comparées avec
Pour ces trois questionnaires, des calculs de fréquences celles obtenues après 12 mois. Ces cotes pour chacun des
des cotes item par item ont été effectués. Une analyse items (lorsqu’ils sont applicables à la réalité du participant)
qualitative de contenu thématique a été réalisée à partir des ont permis de révéler une évolution positive ou encore
transcriptions des enregistrements des entrevues. Elle a été le maintien du fonctionnement de l’accompagné et font
effectuée par unités de sens et portait sur certains thèmes peu ou très peu état d’une dégradation sur le plan du
communs (évolution de la perception de l’autonomie du fonctionnement. Les résultats du volet qualitatif de l’étude
participant, évolution de la perception de la participation suivent et permettent d’enrichir et de nuancer les constats
sociale du participant, évolution de la satisfaction de vie quant aux effets de l’APIC.

114 L Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013


Copyright © ARSI tous droits réservés
Un accompagnement citoyen personnalisé en soutien
à l’intégration communautaire des personnes ayant subi
un traumatisme craniocérébral : vers la résilience ?
Z Évaluation quantitative des effets plupart étaient initialement indépendants dans la réalisation de
de l’APIC ces tâches. Six mois après le début de l’accompagnement, 85 %
des réponses obtenues à ce niveau reflétaient une autonomie
Évolution de la perception de l’autonomie dans la réalisation des soins personnels. Après 12 mois, les
participants déclaraient, dans 94 % des cas, ne pas avoir besoin
Le Profil des AVQ v.5, documente l’évolution de la de prendre davantage d’initiatives pour accomplir ces tâches.
perception de l’autonomie, en particulier au niveau des Les résultats montrent également des améliorations chez le
soins personnels (i.e. prendre soin de son apparence, de son tiers des participants (3/9) quant à la capacité de planification
hygiène, respecter une diète), domiciliaires (i.e. prendre soin et d’organisation des activités de soins personnels et sur le
de la maison, préparer un repas, faire le ménage quotidien ou niveau de satisfaction lié à la demande d’aide en cas d’urgence
hebdomadaire, entretenir les vêtements) et communautaires (voisin, police, ambulance, 911, info-santé etc.). La moitié des
(i.e. se déplacer à l’extérieur, faire les courses, payer une participants chez qui le suivi de consignes thérapeutiques
facture, faire un budget, téléphoner pour une information, (diètes, exercices à domicile, etc.) était un item applicable, a

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
respecter un rendez-vous) (tableau 3). présenté une amélioration à ce niveau (2/4).

Les résultats indiquent que la capacité au plan des soins Pour ce qui concerne les soins domiciliaires, l’autonomie dans
personnels (prendre soin de son apparence, de son hygiène, la préparation des repas chauds et l’entretien ménager est
respecter une diète) chez la majorité des participants est demeurée stable pour la majorité des participants (5/7), et
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

demeurée stable (7/9), ce qui n’est pas étonnant puisque la s’est améliorée chez près du quart (2/7) lorsque cet item

Évolution de la perception de l’autonomie


Activités évalués Amélioration Stabilité Dégradation
Soins personnels
Prendre soin de son apparence, de son hygiène, respecter une diète 2/9 7/9
Capacité de planification et d’organisation des soins personnels 3/9 6/9
Niveau de satisfaction liés à la demande d’aide en cas d’urgence (voisin, police, 3/9 6/9
ambulance, 911, info-santé, etc.)
Amélioration de la satisfaction concernant le suivi de consignes thérapeutiques 2/4 2/4
(diètes, exercices à domicile, etc.)
Soins domiciliaires
Gain d’indépendance pour la préparation des repas chauds, l’entretien 2/7 5/7
ménager quotidien et hebdomadaire
Capacité de planification et d’organisation des activités domiciliaires 3/9 5/9 1/9
Volet communautaire
« n’ayant plus besoin » de prendre davantage d’initiatives en ce qui concerne 4/9 5/9
le paiement des factures, l’utilisation des guichets automatiques, la réalisation
du budget et respect des rendez-vous
Capacité pour les déplacements à l’extérieur, la réalisation des courses et la 2/9 7/9
recherche d’information par téléphone
Réalisation des activités quotidiennes
Difficultés face à l’absence de transport ou sentiment de dépendance face à 4/9 5/9
l’entourage pour les déplacements et les difficultés face au climat (limitant
certaines activités, ex : neige)
Essoufflement et moins de fatigabilité 3/9 6/9
Restrictions médicales ou douleurs physiques, de difficultés à parler ou à 2/9 7/9
s’exprimer ou à s’organiser, de problèmes liés à l’équilibre ou la mémoire ou
la nécessité de faire plus d’une chose à la fois
Tendance à ne rien faire ou à abandonner leurs activités face aux difficultés 2/9 7/9
ou aux obstacles ou encore à éviter de rencontrer les gens par peur d’être
jugés, ridiculisés, incompris ou rejetés

Tableau 3.
Fréquences observées sur l’évolution de l’autonomie (Le Profil des AVQ v.5).

Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013 L 115


Copyright © ARSI tous droits réservés -
était applicable. La capacité de planification et d’organisation pratiques de loisirs sans exception, à savoir : les activités
des activités domiciliaires s’est aussi améliorée ou est restée artistiques, intellectuelles, sociales et plus particulièrement
stable, respectivement chez le tiers des participants (3/9) et celles de type manuel et physique. Par exemple, une majorité
chez près de la moitié d’entre eux (5/9). Un seul participant a de participants (5/9) a développé un intérêt plus prononcé
connu une dégradation à ce niveau (1/9). Il n’a pas cependant pour les conférences, les cours, les congrès et les séminaires
été possible d’en connaître les raisons. et quatre d’entre eux pratiquent plus souvent ces activités
qu’avant. Une majorité a également développé un intérêt pour
L’évolution la plus remarquable concerne le volet communautaire les activités de type fréquentation de restaurants, bars, centre
alors que près de la moitié des participants (4/9) est passée d’une d’achats, salons, assistance à des événements sportifs. Près
étape où ils avaient besoin de prendre davantage d’initiatives au de la moitié des participants (4/9) est davantage intéressée
niveau du paiement des factures, de l’utilisation des guichets par diverses activités manuelles et le tiers (3/9) a augmenté
automatiques, du budget, ou encore, du respect des rendez-vous sa fréquence de pratiques d’activités de type jardinage et
à une autre, où ils n’avaient plus besoin de prendre davantage de bricolage. Pour la majorité des autres activités (marche,

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
d’initiatives à ces niveaux. Près du quart a amélioré, en plus, sa promenade, bicyclette, jeux de société, sports individuels
capacité à se déplacer à l’extérieur, à réaliser ses courses et à et d’équipe, jeux de société, cuisine et décoration), près
rechercher de l’information par téléphone (2/9). Pour la majorité de la moitié selon l’activité (4/9) a augmenté sa fréquence
des participants (5/9), les aspects liés à la conduite automobile de pratiques et le tiers (3/9) a développé un intérêt plus
ne semblent pas avoir évolué. Ceux qui conduisaient un véhicule important pour les pratiquer. Globalement, la majorité des
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

ont continué à conduire et ceux qui n’en conduisaient pas n’ont participants (5/9) indique que la fréquence et la diversité
pas repris cette activité. de ses activités ont augmenté avec l’accompagnement, et
la grande majorité (8/9) considère que son temps libre
Les résultats montrent également une amélioration au niveau est plus occupé par les loisirs qu’à 6 mois du début de
des difficultés rencontrées dans la réalisation des activités l’accompagnement. Près de la moitié (4/9) explique cette
de la vie quotidienne. Près de la moitié (4/9) des participants amélioration par une meilleure gestion de son temps en
déclare éprouver moins de difficultés dans ses déplacements/ général. Enfin, sur le plan du développement de l’autonomie
transports, se sentir moins dépendant de son entourage et du maintien des acquis, près du quart des participants
pour ses déplacements, et vivre moins de limites dans ses (2/9) a commencé à faire des activités seul après en avoir fait
déplacements en lien avec les conditions climatiques. Le tiers avec l’accompagnateur. Car ces accompagnés disent que cela
des (3/9) a déclaré vivre moins de fatigabilité et éprouver les a motivés ou encore, ont rapporté éprouver davantage
moins d’essoufflement. Une amélioration a aussi été observée de plaisir et de bien-être dans la pratique de loisirs (2/9). Le
chez près du quart des participants (2/9) en rapport à des tiers perçoit, en pratiquant des loisirs, un effet plus positif en
restrictions médicales ou à des douleurs physiques, à des termes de détente et de bien-être (3/9) et près de la moitié
difficultés à parler ou à s’exprimer, à s’organiser, à des des participants affirme maintenir davantage ses activités de
problèmes liés à l’équilibre, à la mémoire ou à la capacité de loisirs au lieu de les abandonner (4/9).
faire plus d’une chose à la fois. Dans une même proportion
(2/9), des participants ont moins tendance à éviter ou à Au plan de la communication orale et corporelle, la
abandonner leurs activités et relations sociales à cause de nécessité et le type d’aide requis sont restés sensiblement
leurs difficultés ou obstacles, ou de leur crainte d’être jugés, les mêmes. En revanche, la capacité de communication
ridiculisés, incompris ou rejetés. orale s’est améliorée pour plusieurs participants, et ce,
sous ses différents aspects. Le tiers des participants (3/9)
Évolution de la perception de la participation estime avoir acquis davantage d’indépendance pour ce qui
sociale concerne l’expression de ses besoins avec ses proches et
près du quart (2/9) se sent plus autonome pour s’exprimer
Le Profil du Loisir v.3.0 sert à déterminer le degré d’engagement à l’extérieur du domicile ou avec d’autres personnes que
de la personne ayant un TCC dans ses activités de loisirs ses proches. Le maintien de la conversation avec une autre
et ainsi, mettre en évidence l’espace qu’elle accorde à la personne à la maison ou dans la communauté s’est amélioré
participation sociale, en particulier, au niveau de : la pratique chez près du quart (2/9) et pour le tiers (3/9), en ce qui a
d’activités de loisirs artistiques, intellectuelles, manuelles, trait à la conversation avec un groupe de personnes. Quant à
physiques ou sociales, de l’utilisation du temps libre, de la la communication écrite, près du quart des participants (2/9)
communication et de l’impact des aspects physiologiques, a déclaré avoir besoin de moins d’aide qu’avant ou ne plus
moteurs ou psychiques sur celle-ci (tableau 4). en avoir besoin pour la compréhension des informations
écrites et la lecture.
Concernant la pratique d’activités de loisirs, tant les
intérêts que la fréquence de pratiques des activités de Hormis les difficultés physiologiques et motrices qui se sont
loisirs ont remarquablement augmenté durant la période atténuées, les améliorations sur le plan des difficultés liées
d’accompagnement. Cet intérêt touche tous les champs de au fonctionnement cognitif semblent être celles qui sont les

116 L Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013


Copyright © ARSI tous droits réservés
Un accompagnement citoyen personnalisé en soutien
à l’intégration communautaire des personnes ayant subi
un traumatisme craniocérébral : vers la résilience ?
plus importantes. Le tiers des participants (3/9) n’éprouve de loisirs (2/9 et 3/9 respectivement). Les problèmes de
plus de difficultés à prendre l’initiative de ses activités, ni à mémoire ont été résolus, en partie, par la prise de notes, soit
s’organiser (ex. quelqu’un décide pour lui ou l’encourage sur papiers et/ou à l’aide d’un agenda facilement accessible
à les pratiquer). Les problèmes de mémoire, tout comme quotidiennement. Cette stratégie a aussi aidé à pallier aux
les difficultés à s’organiser ne font plus partie des obstacles problèmes d’organisation.
qui limitent les participants quant à la pratique des activités

Évolution de la perception de la participation sociale


Activités évalués Amélioration Stabilité Dégradation
Pratiques des loisirs
Intérêt pour les conférences, les cours, les congrès et les séminaires 5/9 4/9
Participation à des conférences, des cours, congrès et séminaires 4/9 5/9

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
Intérêt pour la fréquentation de restaurants, bars, centre d’achats, salons, 5/9 4/9
assistance à des événements
Fréquentation plus importante de restaurants, bars, centre d’achats, salons, 3/9 6/9
assistance à des événements
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

Intérêt pour les activités manuelles 4/9 5/9


Pratique d’activités de bricolage et jardinage 3/9 6/9
Activités telles : marche, promenade, bicyclette, jeux de société, sports 4/9 5/9
individuels et d’équipe, jeux de société, cuisine et décoration.
Intérêt plus important à pratiquer les activités telles : marche, promenade, 3/9 6/9
bicyclette, jeux de société, sports individuels et d’équipe, jeux de société,
cuisine et décoration.
Augmentation des activités (fréquence et diversité des activités) 5/9 4/9
Temps libre plus occupé par les loisirs 8/9 1/9
Gestion du temps libre dû à une meilleure organisation du temps 4/9 5/9
Activités seul après l’avoir fait avec l’accompagnateur 2/9 7/9
Satisfaction dans les loisirs : plaisir dans l’exécution de loisirs et activités de 2/9 7/9
loisir contribuant au bien-être personnel
Activités de loisirs apportent détente et relaxation 3/9 6/9
Plus grand maintien des activités de loisirs plutôt qu’abandons 4/9 5/9
Volet communication orale et corporelle
Indépendance dans l’expression de leurs besoins dans la maison 3/9 6/9
Indépendance dans l’expression de leurs besoins à l’extérieur de la maison 2/9 7/9
ou avec d’autres que leurs proches
Maintien de la conversation avec les proches ou personnes dans la 2/9 7/9
communauté
Maintien de la conversation avec groupe de personnes à la maison ou dans 3/9 6/9
la communauté
Moins besoin d’aide pour la communication écrite et la lecture 2/9 7/9
Difficultés liées au fonctionnement cognitif
Difficulté à prendre l’initiative de leurs activités, à s’organiser 3/9 6/9
Problèmes de mémoire comme obstacle en lien avec la pratique des 2/9 7/9
activités de loisirs
Difficulté à s’organiser comme obstacle à la pratique des activités de 3/9 6/9
loisirs
Difficulté à prendre l’initiative des activités 3/9 6/9

Tableau 4.
Fréquences observées sur l’évolution de la participation sociale (Le Profil du Loisir v.3.0).

Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013 L 117


Copyright © ARSI tous droits réservés -
Évolution de la satisfaction et de la perception une évaluation plus positive de l’apport de l’accompagnement.
du bien-être Elles permettent également de documenter le développement
et l’influence de la relation entre la personne ayant subi le
Les sphères relatives à la vie de couple, à la sexualité, à la TCC et l’accompagnateur.
vie professionnelle, financière et sociale ont été investiguées
afin de documenter l’évolution de la satisfaction et de la Plus spécifiquement, ces données laissent voir que
perception du bien-être des participants (tableau 5). l’accompagnement entraîne des gains importants sur le plan
de la motivation des participants, de leur confiance en soi et
Le niveau de satisfaction des participants dans leur en l’autre, de la redéfinition de leurs intérêts et projet de vie,
vie de tous les jours s’est remarquablement amélioré. de la réalisation de leurs activités de la vie quotidienne, et de
Cette amélioration touche notamment la sexualité et la leur satisfaction vis-à-vis de l’accompagnement.
socialisation. Elle ne concerne pas cependant les relations
avec le conjoint. Ceci s’explique pour une large part par le De l’inaction à la mise en action

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
fait que deux participants seulement ont une conjointe et
qu’aucun d’entre eux ne travaille. En fait, la majorité des Soulignons d’abord la récurrence de thèmes considérés
participants (5/9) trouvent leur vie plus satisfaisante dans importants pour les participants, soit la solitude et le
l’ensemble et il en est de même pour ce qui est de leur désoeuvrement ressentis avant l’accompagnement. La
sexualité. Une forte majorité (6/9) rapporte par contre majorité des participants ont exprimé le fait qu’ils se
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

une dégradation de leur niveau de satisfaction pour ce qui sentaient seuls et inactifs auparavant ce qui avait un impact
concerne leur vie financière. Une explication possible est sur leur motivation générale et leur appétence face à la vie :
que ces participants avaient des attentes élevées vis-à-vis « … y’a des fois je me lave même pas. On s’en va nulle
de l’accompagnement pour les aider à progresser au niveau part, pourquoi m’habiller ?… », « ... il y a des matins où
professionnel ou financier qui n’ont pas été comblées. Enfin, je sais que je n’ai rien à faire, alors je me réveille et je me
près du quart des participants (2/9) déclare éprouver plus de recouche ». Les données qualitatives à 12 mois du début de
satisfaction pour ce qui concerne ses relations avec ses amis l’accompagnement suggèrent que l’accompagnement incite
et ses connaissances, sa capacité à gérer ses soins personnels les participants à se mobiliser pour entreprendre différentes
(habillage, hygiène, transferts, etc.), sa vie familiale et son activités : « … on a un projet, on sait qu’on va avoir une
état de santé physique et psychologique. visite on sait qu’on est obligé de se laver… » ; « Puis c’est
ça, le fait qu’il y ait quelqu’un qui me voit à chaque semaine,
Z Évaluation qualitative des effets de pour moi c’est une bonne chose parce que ça me motive.
l’APIC Moi, si j’étais livré à moi-même, tout seul, y’a beaucoup de
choses à quoi je ne penserais pas à faire, j’aurais cherché
Les données qualitatives appuient ces résultats. Globalement, moins de ressources ».
elles démontrent que l’accompagnement a un effet positif
principalement sur la réalisation des AVQ et des activités de Vers la confiance en soi et la confiance en
loisirs et sur la participation sociale. Ces gains concernent à la l’autre
fois la prise d’initiatives d’activités, leur réalisation proprement
dite et le niveau de satisfaction. Les analyses offrent cependant L’accompagnement semble permettre de pallier à la solitude
un point de vue plus détaillé des effets de l’APIC, ce qui et ses conséquences non seulement grâce à la présence de
permet d’enrichir et d’apporter des nuances aux constats l’accompagnateur mais aussi par le développement de la
puisés du volet quantitatif de l’étude. Comparativement aux confiance en soi, ses compétences, ses savoirs et ressources
données quantitatives, les données qualitatives font apparaître que l’accompagnement permet : « Ah oui, c’est sûr. Ça m’a

Évolution de la satisfaction et de la perception du bien-être


Activités évalués Amélioration Stabilité Dégradation
Satisfaction de la vie dans son ensemble 5/9 4/9
Satisfaction de la vie sexuelle 5/9 4/9
Satisfaction de la vie financière 3/9 6/9
Satisfaction à l’égard de leurs relations avec leurs conjoints, amis et 2/9 7/9
connaissances, de leur vie familiale et leur état de santé physique et
psychologique

Tableau 5.
Fréquences observées sur l’évolution du sentiment de bien-être (Le LISAT-11 ; satisfaction de vie).

118 L Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013


Copyright © ARSI tous droits réservés
Un accompagnement citoyen personnalisé en soutien
à l’intégration communautaire des personnes ayant subi
un traumatisme craniocérébral : vers la résilience ?
donné plus confiance en moi-même, c’est sûr. Parce que (l’accompagnatrice) m’a aidé à réaliser aussi les difficultés que
j’ai vu que, à cause que c’est avec lui que je le fais, puis j’avais, mais que je n’étais pas conscient que je les avais ».
je pourrais faire ça seul ». « Oui, je suis capable de faire,
pour aller au cinéma. Avant, j’y allais pas ». Avec l’aide des Certaines personnes ont eu tendance à nier les événements
accompagnateurs, plusieurs participants vont dans des et les conséquences du traumatisme lors de leur retour
endroits où ils ne sont jamais allés auparavant, ou encore, au domicile, au moment où la réadaptation physique était
font des activités qu’ils n’avaient jamais pu faire depuis leur terminée.. « J’ai arrêté en 1997. Quand j’ai quitté le centre de
accident. Cette expérience, qui les stimule, les amène à réadaptation, je me suis dit, c’est fini le TCC. Je n’acceptais pas
pratiquer par eux-mêmes les activités dont ils ont envie : ça, j’avais des rencontres et je n’y allais pas. Ils m’ont dit, t’es
« Ça m’a appris à être patient, à avoir le goût de faire plus pas venu, je me suis dit, je suis correct ». L’accompagnement
de choses, avant ça je n’avais pas ce goût-là » ; « Ça m’a paraît alors avoir joué un rôle primordial alors que la personne
donné plus de confiance en moi-même, c’est sûr. Parce que est amenée à prendre conscience de ses propres limites, de ses
j’ai vu que avec lui je le fais, puis je pourrais faire ça tout forces et des difficultés que lui impose son environnement.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
seul » ; « Oui, je suis capable d’aller au cinéma. Avant, je n’y
allais pas ». À l’inverse, l’APIC a permis à d’autres participants de réaliser
qu’ils avaient la capacité d’exécuter des tâches ou de participer
Les données laissent aussi apparaître que la relation à des loisirs pour lesquels ils sous-estimaient leurs propres
accompagnateur/accompagné favorise à une proximité et une ressources : « Il (l’accompagnateur) m’apporte une autre
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

confiance en l’autre qui conduit parfois certains à manifester chance, il m’apporte des choses que ça peut être réalisable,
plus d’ouverture vers l’extérieur : « Je me sens un petit peu d’aller au fond des choses et non de dire que je ne suis pas
renfermée mais pas avec Laurie je l’aurais pas fait avant aller capable de le faire. Ça réveille des choses enfouies très
vers le monde mais avec Laurie je me sens, j’apprends à me profondément en-dedans de moi. Ça fait que ça me stimule ».
sentir moins renfermée ». Ainsi, il ressort que l’accompagnement favorise non seulement
la prise de conscience de ses propres difficultés, mais permet
Redéfinition du projet de vie et des intérêts également de passer outre certaines d’entres elles et de se
recentrer sur de nouveaux objectifs ou de nouveaux défis, ce
Grâce à une démarche de repérage d’objectifs et d’activités qui paraît aider à amorcer le deuil de faux espoirs qui, parfois,
personnels, l’accompagnement offre l’opportunité aux prenaient place dans leur vie depuis longtemps.
participants d’expérimenter la faisabilité de leurs projets :
« Ben, par rapport à mes activités de la vie, c’est sûr qu’elle Enfin, l’approche, pour cibler un but, utilisée dans le cours du
m’a accompagné quand même dans mes ambitions par processus d’accompagnement semble aussi avoir grandement
rapport à vouloir faire mon travail de réadaptation au travail, servi à l’atteinte de buts et objectifs personnels : « Lorsqu’elle
cette activité-là que j’ai voulu faire, elle m’a accompagné voit que j’ai eu une difficulté dans le passé, puis qu’elle m’a
là-dedans. Donc elle, elle m’a beaucoup motivé pour trouver donné des conseils, elle me repose toujours des questions
un travail parce que dans ce temps-là, je n’avais pas de pour savoir si j’ai réussi à travailler sur ces lacunes-là, ou si y’a
travail. En me posant des questions, on a réalisé ensemble d’autres moyens que je peux utiliser pour pouvoir justement
que ça serait bien que j’aille, que je fasse la réadaptation, ce surmonter ces problèmes-là. Donc vraiment, je suis vraiment
que je lui ai montré cette option-là. Donc elle m’a supporté très, très satisfait de notre cheminement, à moi et elle ».
jusqu’à la fin ». Avec l’aide de l’accompagnateur, la personne
découvre ses forces et ses faiblesses, prend conscience de Réalisation des activités de la vie quotidienne
ce qui est difficile ou plus facile à réaliser, ce qui l’amène à
ajuster son projet de vie. En établissant ses objectifs ou la Plusieurs participants disent mieux s’organiser au niveau de
teneur du projet qu’elles désirent réaliser, la personne ayant l’aménagement de leur horaire depuis qu’ils sont accompagnés.
un TCC est amenée, par le fait même, à mettre en oeuvre L’accompagnement aide à trouver et à mettre en place des
des stratégies et par cette quête, à prendre conscience moyens sur le plan de la gestion du temps pour pallier ce type
de ses limites et de ses capacités. Certaines personnes de difficultés. Par exemple, la mise en place d’un système de
souhaitaient au départ devenir plus autonomes sur le plan rappel de rendez-vous et de prise de notes sur un téléphone
de la préparation de leur budget ou encore souhaitaient portable, permet maintenant à un participant de mieux
réussir à recommencer à travailler, ce qui n’était pas organiser son temps et de moins oublier ce qu’il a à faire. Ce
nécessairement possible compte tenu de leurs incapacités participant exprime le fait qu’il en retire une grande fierté.
(ex. perte de mémoire, difficultés de concentration, fatigue). L’accompagnement a permis à un autre participant de constater
C’est lors des démarches entreprises avec le soutien de que l’organisation de son agenda ou encore de ses tâches
l’accompagnateur qu’elles ont pu prendre la mesure de leurs quotidiennes pouvaient causer certains problèmes : « Ce que
difficultés. Grâce à cette prise de conscience, elles ont pu ça m’a apporté ; plus organisé qu’avant. Plus conscient de mes
aussi commencer à se concentrer sur d’autres buts mieux difficultés, ou des choses que je fais mal par rapport à ma façon
ajustés à leur condition physique ou psychologique : « Elle de gérer mes affaires ».

Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013 L 119


Copyright © ARSI tous droits réservés -
Satisfaction de l’APIC relation accompagné-accompagnateur semble agir comme un
« filet de protection » qui permet de remplacer le caractère
Les retombées positives de l’accompagnement ont dépassé directif des interventions habituelles et facilite l’actualisation
les attentes chez la majorité des participants : « A vrai dire, au des compétences de la personne et leur utilisation pour faire
départ, j’avais vraiment pas imaginé que ça m’aurait apporté face à l’adversité (Ionescu, 2011) [36]. Les résultats de l’étude
tout ça. Puis comme je vous dis, surtout dans ma situation, laissent voir que la rencontre de deux personnes dont la
parce que moi, j’ai pas d’handicap physique, mes séquelles sont relation se construit, non pas dans un contexte d’intervention,
pas visibles, donc le fait qu’il y ait cet accompagnement, ça m’a mais plutôt dans un rapport de réciprocité, permet de
aidé beaucoup sur plusieurs points de ma vie. Si y’avait pas eu renouveler le regard sur l’environnement et sur soi-même.
ce projet-là, c’est sûr que j’aurais été beaucoup plus je veux L’APIC semble permettre aux accompagnés, dans la relation
dire, je sais pas, par rapport à avant, y’aurait pas eu beaucoup avec l’accompagnateur, d’explorer et d’expérimenter leurs
de changements autant qu’il y en a eu jusqu’à présent » ; « Ça intérêts, leurs limites, leurs ressources internes et celles de
change la vie d’une personne tout simplement, c’est sûr. Ce leur environnement dans un cadre « protégé », celui de la

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
n’est pas un accompagnement qui est juste pour du loisir. relation avec l’accompagnateur. Ce processus d’exploration/
Malgré qu’au début, je me souviens qu’on me demandait si je découverte/expérimentation amène la personne à vivre des
voulais juste faire des choses de loisirs, que je peux demander réussites, comme des échecs, à négocier avec ses limites, à
à l’accompagnatrice, justement. On l’a fait un petit peu, mais on mettre en action ses forces pour surmonter les embûches
s’est vite rendu compte que j’avais beaucoup plus de besoins dans l’atteinte des objectifs qu’elle s’est fixés (sociaux,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

importants que le loisir puis on a vite, on s’est concentré plus professionnels ou personnels). Par exemple, des participants
sur les choses importantes ». ont indiqué que l’accompagnement leur a donné la possibilité
de réaliser des choses qu’ils ne pensaient pas être capables
Par contre, bien que tous les participants soient satisfaits de de faire, tandis que d’autres mentionnent que cela leur a
l’APIC, certains expriment le souhait que l’accompagnement donné l’opportunité de prendre conscience de leurs propres
soit mis en place plus tôt dans le cheminement post-trauma : limites. Cette prise de conscience quant à leurs forces et
« Que ce soit plus tôt après l’accident, et non attendre que limites a d’ailleurs mené certains participants à réajuster leurs
ça fasse dix ans ». objectifs initiaux et à planifier des projets plus réalistes et plus
susceptibles de leur faire vivre des succès.
Somme toute, la majorité des participants conçoit que
l’accompagnement représente une source de motivation En fait, la valeur ajoutée de l’accompagnement réside,
importante, que ce soit pour des activités physiques ou de tous apparemment, dans le fait que la personne soit soutenue
les jours ou encore, pour la découverte de nouveaux défis. dans l’ensemble de la démarche d’exploration/découverte/
expérimentation des forces, limites et intérêts par un contexte
relationnel accompagné-accompagnateur sécurisant qui favorise
DISCUSSION l’introspection, le sentiment d’autonomisation, la confiance en
ses ressources, l’autodétermination, l’empowerment, le soutien
Après la réadaptation, peu de services existent pour offrir et la motivation, ce qui lui permet d’agir sur sa situation de
un appui adéquat aux personnes atteintes d’un TCC. Ceci vie. À l’instar d’un « laboratoire de la vie », l’accompagnement
est encore plus flagrant en ce qui concerne le service de semble permettre à la personne de vivre des échecs et des
réintégration dans la société (Cullen, Chundamala, Bayleyab, réussites, tout en étant soutenue dans ses expériences. C’est
Jutai, 2007) [9] ; (Giraud-Baro, Vidon, Legauy, 2006) [35]. Les ce soutien, non-directif et positif, qui semble aider la personne
personnes se retrouvent isolées et désœuvrées, avec peu de à se mobiliser, à retrouver progressivement confiance et estime
ressources pour les aider à se redécouvrir et à reprendre leur d’elle-même, et à transposer ses apprentissages à d’autres
place dans la société (Lefebvre, Pelchat, Swaine, Gélinas, Levert, relations, situations ou contextes qui l’amènent à trouver
2005) [13]. De leur côté, les familles qui prennent soin de leur plus aisément sa place dans la communauté. En somme, la
proche ayant un TCC, se retrouvent rapidement débordées relation développée dans la réciprocité encourage la personne
par l’ensemble des tâches à accomplir, le réajustement de la accompagnée à développer une plus grande capacité pour
vie quotidienne avec une personne ayant des incapacités et affronter les diverses situations de vie. Cette évolution fait en
leur propre vie à gérer. C’est afin de pallier à ce manque que sorte que la personne ayant un TCC peut mieux se mobiliser
le projet APIC a été développé et mis en place. pour redéfinir son projet de vie afin que celui-ci soit plus
satisfaisant pour elle.
Les résultats de cette étude tendent à montrer que
l’accompagnement est un espace sécurisant d’expérimentation, Ces constats permettent de reconsidérer les effets de l’APIC
positivement encadré, qui se fonde sur une relation réciproque sous un nouvel angle clinique et conceptuel. Les résultats
entre l’accompagné et l’accompagnateur. D’une part, il semble de l’étude tendent à montrer qu’il ne s’agit plus seulement
que le fait de se sentir investi par quelqu’un de l’extérieur pour la personne de récupérer des aptitudes pour mieux
provoque une motivation à s’occuper de soi. D’autre part, la participer à la vie de la société (i.e. de s’adapter), mais

120 L Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013


Copyright © ARSI tous droits réservés
Un accompagnement citoyen personnalisé en soutien
à l’intégration communautaire des personnes ayant subi
un traumatisme craniocérébral : vers la résilience ?
plutôt de « rebondir » suite au traumatisme psychologique en misant sur les forces à déployer, paraît mener vers une
et physique pour s’engager dans un processus d’adaptation/ possible résilience (Ionescu, 2011) [36]. Après un traumatisme
transformation (Lefebvre, Levert, 2006) [37]. Ce processus, tel un TCC, plusieurs repères sont perdus. Ce que l’individu
qui consiste en la capacité à se sentir compétent et confiant, pouvait faire avant (ex. conduire, travailler) devient souvent
à utiliser ses ressources, ses savoirs et ses savoir-faire impossible à accomplir. En conséquence, il faut que ces pertes
dans la gestion de son quotidien, à s’autodéterminer et soient comblées par d’autres activités ou projets qui valorisent
à actualiser de nouveaux objectifs de vie, se rapproche de la personne et pour lesquels elle est prête à s’engager afin de
celui de la résilience. Michallet et collaborateurs définissent retrouver une certaine autonomie. En accord avec Jourdan-
la notion comme « ( … ) une démarche d’apprentissage, Ionescu, 2001, [44] ; Richardson, 2002, [45] ; Richardson,
d’empowerment et d’autodétermination à travers laquelle Nieger, Jensen, Kumpfer, 1990, [46], le projet APIC porte
la personne réinterprète la signification d’une situation autant sur le soutien à la personne ayant des incapacités que
d’adversité et réoriente positivement le sens de sa vie afin sur les aspects positifs de son environnement.
de poursuivre son développement, tout en renforçant ses

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
facteurs de protection personnels ou environnementaux avec, Si un accompagnement était mis en place dès la fin de la
toutefois, la situation d’adversité comme nouvel organisateur phase de réadaptation physique, les personnes atteintes d’un
de ce développement » (Michallet, Lefebvre, Chouinard, Sous TCC pourraient peut-être éviter de vivre le vide laissé par
presse 2013) [38]. La résilience est appréhendée comme le la fin des services de réadaptation au moment du retour à
résultat de l’interaction entre les ressources personnelles domicile. Il est clair que le manque de soutien à l’intégration
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

et les compétences de la personne, les ressources de dans la communauté est, en partie, responsable de la faible
l’environnement, du maintien d’un soutien à long terme dans implication sociale observée chez les participants avant le début
la communauté et de l’effet des politiques sociales (Lefebvre, de l’APIC.
Cloutier, Levert, 2008) [6] ; (Lefebvre, David, Gélinas, et al.,
2007) [15] ; (Lefebvre, Levert, Bottari et al, 2011) [39]. Le
processus de résilience s’installe par la mise en place de divers CONCLUSION
éléments, tels que l’activation des ressources de l’individu
pour absorber le choc au moment où survient la situation Une participation sociale satisfaisante nécessite de tenir
d’adversité ou le traumatisme ; ce qui correspond au concept compte du désir de la personne de réaliser les projets qui
de résistance évoqué par Pourtois, Humbeeck et Desmet lui tiennent à cœur, ce que favorise l’accompagnement.
(2011) [40] dans le cadre de leur paradigme interprétatif de L’accompagnateur dans un APIC amène la personne ayant
la résilience. Également, le processus de résilience se poursuit un TCC à décider par elle-même, à mieux se connaître et
avec le développement de la motivation pour interpréter se comprendre, à cibler ce qu’elle veut, comment elle désire
et transformer la signification d’une situation d’adversité faire les choses afin de contourner les difficultés qui y sont
ou d’un événement traumatique. Cette transformation associées. Cela fait en sorte que la personne se motive, s’active
permet l’engagement dans un processus de création ou de pour mettre en place des relations et des environnements
redéfinition du projet de vie, de transcender l’adversité et de facilitants et significatifs pour elle. L’APIC force la réflexion sur
la transformer en opportunité de croissance afin de vivre le « comment je me recrée, je me construis différemment dans
mieux possible (Lefebvre, Levert, Bottari et al., 2010) [41] ; une nouvelle situation, je développe un nouveau projet de vie
(Manciaux, 2001) [42] ; (Manciaux, Vanistendael, Lecompte, après avoir vécu un événement traumatique ».
Cyrulnik, 2001) [1] ; (Tisseron, 2007) [43]. C’est là que prend
place le projet APIC. Dans le contexte du TCC qui laisse des Au demeurant, l’APIC est un processus qui permet à la
incapacités, les résultats de cette étude indiquent qu’il est tout personne d’activer ses ressources, pour absorber le choc à
de même possible de redonner un sens à sa vie. un moment donné de sa vie et pour se motiver à transformer
une situation d’adversité. C’est mobiliser l’être entier afin de
L’APIC amène la personne ayant un TCC à se construire une faire face à la situation à ce moment précis de sa vie. C’est
nouvelle autonomie. Durant le processus d’accompagnement, donner un sens à l’événement pour influencer son processus
et après avoir fait des activités avec l’accompagnateur, le de développement. C’est mobiliser ses ressources pour aller
participant est amené à en faire plus en solo, ce qui selon lui, vers un changement de cap. C’est s’engager dans le processus
contribue à son bien-être personnel. La personne ayant un de recréation de son projet de vie afin de transcender
TCC estime avoir plus d’indépendance dans l’expression de l’adversité et la transformer en opportunité nouvelle.
ses besoins tant à l’extérieur du domicile qu’avec des gens
autres que ses proches, ce qui montre une amélioration dans REMERCIEMENTS
le contrôle et la maîtrise de l’environnement.
Les auteurs tiennent à remercier les Instituts de recherche en
La mise en place d’un accompagnement, dans lequel se santé du Canada qui ont permis la réalisation de cette étude.
développe une relation privilégiée avec la personne ayant un
TCC, qui prend en compte l’entourage, la souffrance tout

Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013 L 121


Copyright © ARSI tous droits réservés -
17. GADOURY, M. Cadre de référence clinique pour l’élaboration
Références bibliographiques de programmes de réadaptation pour la clientèle ayant subi un
traumatisme craniocérébral. Québec : Société de l’assurance
automobile du Québec ; 2001.
1. MANCIAUX M, VANISTENDAEL, R, LECOMTE, M, CYRULNIK, B. La
résilience aujourd’hui. In : Manciaux M, ed. La résilience : résister et 18. DUTIL, E, VANIER, M, LAMBERT, J. Changements dans les
se construire. Genève : Éditions Médecine et Hygiène ; 2001. habitudes de vie suite à un traumatisme crânien. Expériences en
ergothérapie, 1995 ; 8 : 52-56.
2. CHRISTIANSEN, C, BAUM, CM, BASS-HAUGEN, J. Occupational
Therapy : performance, participation, and well-being. Thorofare, 19. LEFEBVRE, H. Pour une intervention centrée sur les besoins
NJ : Slack Incorporated ; 2005. perçus de la personne et de ses proches. In : Vincent I, Loaëc A,
Fournier C, eds. Modèles et pratiques en éducation du patient :
3. SCHIPPER, K, VISSER-MEILY, JMA, HENDRIKX, A. Participation of apports internationaux. Paris : Institut nationale de prévention et
people with acquired brain injury : Insiders perspectives. Brain d’éducation pour la santé (INPES) ; 2010 18-35.21.
Injury, 2011 ; 25(9) : 832-843.
20. MCCABE, P, LIPPERT, C, WEISER, M, HILDITCH, M, HARTRIDGE,
4. DOUGLAS, JM, DYSON, M, P. F. Increasing leisure activity following C, VILLAMERE, JftEG. Community reintegration following acquired
severe traumatic brain injury : Does it make a difference ? Brain brain injury. Brain Injury, 2007 ; 21(2) : 231-257.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
Impairment, 2006 ; 7(2) : 107-118
21. BOURQUE, D. Interfaces entre les organismes communautaires et
5. SALTER, K, REASELL, R, BHOGAL, SK, FOLEY, N. Community le réseau public : continuité et rupture. Économie et Solidarités,
reintegration. http://www.ebrsr.com. 2008. 2005 ; 36(2) : 13-28.
6. LEFEBRE, H, CLOUTIER, G, LEVERT, MJ. Perspectives of Survivors 22. SYLVESTRE, A, SCHORNSTEINER, A-M, ZINGG, F, LACQUART, N,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

of Traumatic Brain Injury and their Caregivers on Long-term Social TARDY, S, FRASSEREN CAPPELLIN, A. Il était une fois Sylvain...
Integration. Brain Injury, 2008 ; 22(7) : 535-543. L’histoire d’une intervention logopédique selon un modèle
7. SHEPERS,V, VISSER-MEILY, A, KETELAAR, M, LINDEMAN, E. écosystémique. Langage et pratiques, 1999 ; 24 : 13-27.
Prediction of social activity 1 year poststroke. Archives of Physical. 23. TESSIER, R, BOUCHARD, C. Dimensions écologiques de la famille.
Medicine and Rehabilitation, 2005 ; 86 : 1472-1476. In : Guay J, ed. Manuel québécois de psychologie communautaire
8. DUMONT, C, GERVAIS, M, FOUGEYROLLAS, P, BERTRAND, R. La Chicoutimi : Gaëtan Morin Éditeur ; 1987 : 165-188.
perception d’efficacité personnelle comme facteur associé à la 24. SYLVESTRE, A, DIONNE, C. Modèle interactionniste d’intervention
participation sociale des adultes ayant subi un traumatisme cranio- en orthophonie. Revue francophone de la déficience intellectuelle,
cérébrale. Revue canadienne d’ergothérapie, 2005 ; 72(4) : 222- 1994 ; 5(2) : 155-166.
233.
25. BRONFENBRENNER, U. The ecology of human development.
9. CULLEN, N, CHUNDAMALA, J, BAYLEYAB, M, JUTAI, J. The Efficacy Boston : Harvard University Press ; 1979.
of Acquired Brain Injury Rehabilitation. Brain Injury, 2007 ; 21(2) :
113-132. 26. BRONFENBRENNER, U. Ecology of the family as a context for
human development : Research perspectives. Developmental
10. POWELL, J, HESLIN, J, GREENWOOD, R. Community based
Psychology, 1986 ; 22(6) : 723-742.
rehabilitation after severe traumatic brain injury : a randomised
controlled trial. Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry, 27. BRONFENBRENNER, U. Making Human Being Human.
2002 ; 72 : 193-202 Bioecological Perspectives on Human Development Thousand
Oaks, CA Sage Publications ; 2004.
11. BROWN, M, GORDON, AW, SPIELMAN, L. Participation in Social
and Recreational Activity in the Community by Individuals With 28. JOHNSON, NG. On treating adolescent girls : Focus on strengths
Traumatic Brain Injury. Rehabilitation Psychology, 2003 ; 48(4) : and resiliency in psychotherapy. Journal of clinical psychology,
266-274. 2003 ; 59(11) : 1193-1203.
12. LEFEBVRE, H, GÉLINAS, I, PELCHAT, D, ST-ARNAUD, J. Perspectives 29. SELIGMAN, MEP. Positive Psychology, Positive Prevention, and
of Survivors of Traumatic Brain Injury and their Caregivers on Long- Positive Therapy In : SNYDER, CR, LOPEZSJ, eds. Handbook of
term Social Integration. Brain Injury, 2008 ; 22(7) : 535-543. positive psychology. New York : Oxford University Press ; 2002.
13. LEFEBVRE, H, PELCHAT, D, SWAINE, B, GÉLINAS, I., LEVERT, 30. PETERSON, C, SELIGMAN, MEP. Character Strengths and Virtues :
M-J. The experiences of individuals with a traumatic brain injury, A Handbook and Classification. Oxford : Oxford University Press ;
families, physicians and health professionals regarding care 2004.
provided throughout the continuum Brain Injury, 2005 ; 19(8) :
585-597. 31. DESGAGNÉS, S, BERNARDZ, N, COUTURE, C, POIRIER, L, LEBUIS,
P. L’approche collaborative de recherche en éducation : un
14. DUTIL, E, BIER, N, GAUDREAULT, C. Le profil du loisir, un instrument nouveau rapport à établir entre recherche et formation Revue
prometteur en ergothérapie. Revue Canadienne d’Ergothérapie, des sciences de l’éducation, 2001 ; 27(1) : 33-64.
2006 ; 4(74) : 326-336.
32. PATERSON, JM. Understanding family resilience. Journal of Clinical
15. LEFEBVRE, H, DAVID, C, GÉLINAS, I, et al. L’adéquation entre les Psychology, 2002 ; 58(3) : 233-248.
besoins vécus par les proches de personnes ayant un traumatisme
craniocérébral et les services offerts par le continuum de soins. 33. GUBA, EG, LINCOLN, YS. Fourth generation evaluation. Newbury
Vol MSSS, REPAR, SAAQ 2005-2007. Montréal : Université de Park : Sage Publications (CA) ; 1989.
Montréal ; 2007. 34. PIRÈS, A. Échantillonnage et recherche qualitative : essai théorique
16. MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX. Continuum et méthodologique. In : POUPART, J, DESLAURIERS JP, GROULX,
de services pour les personnes ayant subi un traumatisme LH, LAPERRIÈRE, A, MAYER, R, eds. La recherche qualitative.
craniocérébral. Paramètres d’organisation. Québec : Enjeux épistémologiques et méthodologiques. Boucherville :
Gouvernement du Québec ; 2005. Gaëtan Morin ; 1997 : 173 -210.

122 L Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013


Copyright © ARSI tous droits réservés
Un accompagnement citoyen personnalisé en soutien
à l’intégration communautaire des personnes ayant subi
un traumatisme craniocérébral : vers la résilience ?
35. GIRAUD-BARO, É, VIDON, G, LEGAUY, D. Soigner, réhabiliter : pour Ionescu S, ed. Traité de résilience assistée. Paris : PUF ; 2011 :
une reformulation de l’offre de soins et de services. L’Information 37-60.
psychiatrique, 2006 ; 82(4) : 281-286.
41. LEFEBVRE, H, LEVERT, MJ., BOTTARI, C, et al. L’histoire de Jonas :
36. IONESCU, S. Traité de résilience assistée Presses Universitaires Un Accompagnement Personnalisé d’Intégration Communautaire
de France ; 2011. pour les personnes traumatisées crâniennes en post-réadaptation.
XIIIe Congrès international Education familiale et services pour
37. LEFEBVRE, H, LEVERT, MJ. Sudden and unexpected health
situations : From suffering to resilience Illness, Crisis & Loss, l’enfance (AIFREF). Florence, Italie 2010.
2006 ; 14(4) : 337-354. 42. MANCIAUX M. La résilience : résister et se construire. Genève :
38. MICHALLET, B. LEFEBVRE, H., HAMELIN, A. CHOUINARD, J. Éditions Médecine et Hygiène ; 2001.
Résilience et réadaptation en déficience physique : proposition 43. TISSERON, S. La résilience. Paris : Presses Universitaires de
d’une définition et éléments de réflexion. Revue québécoise de France-PUF ; 2007.
psychologie. Sous presse 2013.
44. JOURDAN-IONESCU, C. Intervention écosystémique individualisée
39. LEFEBVRE, H, LEVERT, MJ., BOTTARI, C, et al. Un accompagnement axée sur la résilience. Revue québécoise de psychologie, 2001 ;
personnalisé d’intégration communautaire en soutien au 22(1) : 163-186.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)
développement de la résilience : vers un modèle Développement
humain, handicap et changement social, 2011 ; 19(1) : 103- 45. RICHARDSON, GE. The metatheory of resilience and resiliency.
110. Journal of Clinical Psychology, 2002 ; 58(3) : 307-321.
40. POURTOIS, JP, HUMBEECK, B, DESMET, H. Résistance et résilience 46. RICHARDSON, GE., NIEGER, BL, JENSEN, S, KUMPFER, KL. The
assistées : contribution au soutien éducatif et psychosocial In : resiliency model. Health Education, 1990 ; 21 : 33-39.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.205.17.27 - 25/06/2017 11h33. © Association de recherche en soins infirmiers (ARSI)

ANNEXE 1.

DESCRIPTION DES INSTRUMENTS DE MESURE

Le Profil des AVQ v.5 34 permet d’évaluer le niveau d’autonomie de la personne ayant un TCC sur le plan de
l’accomplissement de ses activités de la vie quotidienne. Le Profil des AVQ a pour but d’évaluer les changements dans
la participation de la personne à ses activités de la vie quotidienne, ainsi que la nature et l’importance des difficultés
qu’elles éprouvent. Il évalue sa satisfaction quant à son rendement dans ses activités. L’outil comprend 14 questions
qui explorent la situation pré-traumatique (ex. fréquence de ses habitudes de vie, capacité d’assumer différentes
responsabilités et de planifier l’ensemble de ses activités) et post-traumatique de la personne ayant un TCC (ex.
changement dans la fréquence de pratiques d’habitudes de vie, capacité d’assumer différentes responsabilités, capacité
de planifier l’ensemble de ses activités, degré d’indépendance dans la tâche, importance des déficiences, incapacités et
leurs impacts sur les activités quotidiennes, importance des obstacles et facilitateurs de l’environnement et impacts
sur les activités et sur la satisfaction de la participation sociale).

Le Profil du Loisir v.3.0 16 est un outil servant à déterminer le degré d’engagement de la personne ayant un
TCC dans ses activités de loisir et l’espace qu’elle leur accorde parmi ses autres activités de la vie quotidienne ou
dit autrement, permet d’apprécier son niveau de participation sociale. Il permet de faire ressortir les raisons pouvant
expliquer la non-reprise ou le manque d’intérêt de la personne pour ces types d’activités. Il mesure les champs d’intérêt
et de pratiques d’activités de la vie quotidienne (activités artistiques, intellectuelles, manuelles, physiques, sociales) et
les activités de loisir de la personne. Pour chaque champ d’intérêt, l’outil évalue le degré d’intérêt et la fréquence de
pratique. Il vérifie également si la personne souhaite pratiquer de nouvelles activités ou si elle désire augmenter sa
fréquence de pratique. De plus, l’outil identifie la valeur que la personne attribue au loisir et si elle se sent confortable
dans ses choix ou dans sa situation actuelle en rapport à 4 dimensions : utilisation du temps libre, satisfaction dans
le loisir, stabilité des intérêts et attitudes face aux loisirs. L’outil mesure enfin les difficultés de la personne à réaliser
ses activités de loisirs (28 énoncés), de même que l’effet des aptitudes de la personne et l’impact des facteurs
environnementaux (facilitateurs/obstacles) sur la réalisation des activités de loisirs. Le questionnaire se divise en deux
parties, soit l’évaluation de la situation pré-traumatique et l’évaluation de la situation post-traumatique.

Le questionnaire Satisfaction de vie (LISAT-11) 35 comporte 11 items. Un item mesure la satisfaction de vie de
façon globale et les 10 autres évaluent des domaines spécifiques de la vie (ex. aspect socioprofessionnel et financier,
loisirs, vie sociale et familiale, relations interpersonnelles et sexualité, santé physique et psychologique).

Recherche en soins infirmiers n° 115 - Décembre 2013 L 123


Copyright © ARSI tous droits réservés -