Vous êtes sur la page 1sur 4

ISGE

Département Génie des Systèmes Electriques


IC2 2019/2020
Électronique de puissance et actionneurs

TD

Exercice 1 :
Un moteur synchrone est alimenté par l’intermédiare d’un hacheur 4 quadrants et d’un pont à 6 thyristors.
Le hacheur délivre une tension que l’on assimile à sa valeur moyenne Ua.
Le pont à thyristors fonctionne en commutateur de courant. Entre le hacheur 4 quadrants et d’un pont à
6 thyristors on place respectivement une inductance L1, un condensateur Ca et une inductance L2.
1) Donner le schéma global du système et donner le rôle des inductances L1, L2 et du condensateur
Ca
I – Modélisation de la machine
Une machine synchrone triphasée dont les enroulements statoriques sont couplés en étoile possède 4
pôles. Les essais suivants ont été réalisés à la fréquence nominale de 50 Hz :
- Essai a vide : la caractéristique une droite passant par l’origine. On donne un point : U = 220 V,
Jex = 4 A.
- Essai en court-circuit : la caractéristique est une droite passant par l’origine. On donne un point :
I = 3.5 A, Jex = 1 A.
- La mesure à chaud des résistances entre phases a donné : R = 1,8 Ω.
Les pertes mécaniques et les pertes fer sont négligées.
2) Donner le schéma équivalent d’une phase de la machine (convention récepteur)
3) Calculer les éléments du schéma équivalent. En déduire la valeur de l’inductance cyclique.
Dans la suite, Les résistances de l’induit de la machine sont négligées.
II – Etude en régime sinusoïdal à fréquence constante
La machine couplée à un réseau 127/220 V, 50 Hz fonctionne en moteur en absorbant une puissance
P = 1 kW avec un facteur de puissance de 0.87.
1) Calculer l’intensité du courant et le moment du couple électromagnétique
2) Tracer le diagramme vectoriel des tensions dans les deux cas possibles : φ > 0 et φ < 0. Indiquer
les angles ψ et θ. A quoi correspondent – ils ?
3) Déterminer pour chaque cas :
- La f.e.m,
- Le courant d’excitation,
- La puissance réactive Q. Préciser dans chacun des cas si la machine est sous-excitée ou surexcitée.
4) Montrer, en utilisant les diagrammes, que l’on a dans les deux cas : V cos φ = E cos ψ
5) Pour Jex = 5 A, on augmente progressivement, à partir d’une valeur nulle, la puissance que le
moteur fournit à sa charge.
- Représenter sur un diagramme des tensions l’évolution du point représentatif du fonctionnement
%&
- Démontrer que la puissance du moteur peut se’exprimer sous la forme 𝑃 = √3 ' sin 𝜃. Pour
(
quelle valeur de θ la puissance est elle maximale ?
- Commenter le comportement de la machine au voisinage de cette limite
III – Loi V/f = cte
Dans cette partie la tension et la fréquence varient selon la loi V/f = 127/50 = cte.
6) Rappeler la formule de boucherot et en déduire que la f.e.m s’écrit E = k Jex f. en déduire la valeur
de k
Dans la suite de cette partie, Jex = 3 A et I = 5 A.
7) Exprimer numériquement E, V et LωI en fonction de f

1
8) Représenter sur un même diagramme les tensions et forces électromotrices lorsque la fréquence
passe de 50 Hz à 25 Hz. On fera figurer les angles φ, ψ et θ. Que dire de ces angles lorsque f
varie ?
9) Après avoir exprimé le couple électromagnétique du moteur synchrone, montrer qu’il est
indépendant de la vitesse. Calculer sa valeur.
IV – Alimentation par onduleur de courant
On alimente la machine synchrone par un onduleur de courant triphasé à thyristors. Les thyristors sont
supposés parfaits et l’on néglige la résistance de la l’inductance L1. L’intensité I0 et la tension Ua sont
des grandeurs continues (constantes dans le temps).
Les tensions statoriques v1(t), v2(t) et v3(t), formant un système triphasé direct, sont sinusoïdales, leur
valeur efficace commune est V.
10) On amorce les thyristors avec un angle de retard à l’amorçage α = 120°. Soit A le point des anodes
communes et B le point des cathodes communes. Représenter les tensions VAN (t), VBN (t) et
Uc(t) = VAN (t) - VBN (t)
11) Exprimer le courant dans la phase 1 i1(t) en fonction de I0. En déduire sa représentation.
12) Donner l’allure du fondamental if(t) de i1(t). Quel est le déphasage φ entre if(t) et v1(t) pour
α = 120°. En déduire dans le cas général l’expression de φ en fonction de α.
13) Déterminer l’expression de la valeur moyenne de Uc(t) en fonction de V et α puis en fonction de
V et φ
14) Déterminer l’expression de la puissance P absorbée par l’onduleur
15) Déterminer la valeur efficace If du fondamental de i(t) en fonction de I0
16) Montrer que la puissance réactive est toujours négative. La machine doit – elle etre sous-excitée
ou surexcitée ?
17) Montrer que Ua = -Ucmoy. En déduire l’expression de Ua en fonction de V et φ, puis en fonction
de E et ψ
AN : V = 127 V, α = 120°, I0 = 3 A.
V – Autopilotage
Un capteur de position fixé sur le rotor commande les impulsions des thyristors. Dans ces conditions,
l’angle ψ reste constant. De la même manière, la fréquence des courants est asservie à la vitesse angulaire
Ωs du rotor.
18) On donne E = K Jex Ωs. Calculer la valeur de K
19) Montrer que Ua = ka Ωs. En déduire la valeur de ka pour Jex = 4 A et ψ = 30°
20) Exprimer la puissance absorbée par l’ensemble « onduleur – moteur ». Quelle est la relation entre
I0 et la valeur moyenne du courant traversant l’inductance L1 ? Exprimer le couple
électromagnétique en fonction de ka et I0.
21) La machine fonctionne en moteur et délivre un couple de 6 Nm à la vitesse de 1000 tr/min.
Calculer Ua et I0 pour ka = 1,6 Vs/rad
22) Cet ensemble est parfois appelé « machine à courant continu sans balai ». Quels sont ses
avantages par rapport à la MCC classique ?

Exercice 2 :
Un moteur asynchrone triphasée 220 / 380 V, 50 Hz a un stator à 4 pôles couplé en étoile et un rotor à
cage. Sous alimentation nominale, on obtient :
- A vide, courant I = 6 A,
- A charge nominale, un courant I = 19,4 A, une puissance absorbée de 11kW et une fréquence de
2
rotation de 1440 tr/min.
Dans tout le problème, les résistances et les inductances de fuites statoriques, les pertes fer et les pertes
mécaniques sont négligées.
1) Donner le schéma de l’association « onduleur de courant à thyristors – MAS ». La commutation
naturelle est - elle possible ? Si non, proposer une solution et donner le schéma complet. Quel est
l’inconvénient majeur de ce montage ?
I – Etude de la machine alimentée par un réseau fixe
La machine asynchrone est alimentée sous 220 / 380 V, 50 Hz.
1) Déterminer pour le fonctionnement à charge nominale le glissement g et la puissance réactive
absorbée. Donner le schéma de branchement des deux wattmètres permettant de mesurer la
puissance active P et la puissance réactive Q absorbées. Calculer le couple nominal et les pertes
rotoriques par effet Joule
2) Donner le schéma équivalent de la machine asynchrone du type transformateur avec pertes fer et
fuites globalisées au rotor, ramené au stator. Déterminer les paramètres du schéma équivalent
3) Déterminer l’expression du couple de la machine
4) Pour quelle du glissement le couple est – il maximal ? Donner la valeur de ce maximum et la
fréquence de rotation correspondante
5) Tracer l’allure de la caractéristique C = f (n) de 0 à 3000 tr/min. Préciser le type de
fonctionnement suivant la fréquence de rotation
II – Etude du moteur alimenté à fréquence variable et V/f = cte
On donne V/f = 4.4 V/Hz jusqu’à la tension d’alimentation nominale de la machine. La machine est non
saturée.
6) Réécrire l’expression du couple de la machine. Sa valeur maximale dépend – elle de la fréquence
d’alimentation ?
7) En régime permanent stable, pour une valeur du couple fixée, comment varie le terme gω quand
la fréquence f varie. Si Ns est la vitesse de synchronisme, N la fréquence de rotation, exprimer
ΔN = Ns – N. quelle est la propriété de ΔN quand f varie à couple fixé ? Préciser les valeurs de
ΔN pour les couple Cn et Cmax
8) Dans un tableau, donner les valeurs numériques de N en tr/min pour les trois valeurs 10 Hz, 30
Hz et 50 Hz de la fréquence et correspondant à des fonctionnements :
- A vide, à couple nominal, à couple maximal
9) Tracer pour les trois fréquences précédentes l’allure du réseau de caractéristiques C(N) en le
limitant au cas de fonctionnement stable en moteur
Dans la suite du problème on se limitera au cas de fonctionnement stable en moteur.
10) Déterminer la fréquence minimale pour obtenir un couple de démarrage au moins égal au couple
nominal Cn
11) La MAS entraine une charge mécanique qui lui oppose un couple résistant constant Cr = 40 Nm.
Déterminer la fréquence de rotation du groupe en régime permanent pour une alimentation à
fréquence 30 Hz. On suppose que dans la zone de fonctionnement la caractéristique du couple est
linéaire.

III – Onduleur autonome triphasé


L’alimentation du moteur asynchrone est fournie par un onduleur de tension triphasé à partir d’une source
continu réglable E = k f. la commande pleine onde est appliquée à l’onduleur.
12) Donner le schéma de l’ensemble « onduleur – MAS »
13) Représenter les tensions u12(t), u23(t) et u31(t)

3
14) Montrer que v1 = 1/3 (u12 – u31)
15) Donner le développement en série de Fourier de la fonction u(t) suivante :
- 0 < t < α, u(t) = 0, α < t < π - α, u(t) = U, π - α < t < π + α, u(t) = 0, π + α < t < 2π - α, u(t) = -U,
2π - α < t < 2π, u(t) = 0,
16) En déduire le terme fondamental du développement en série de Fourier de v1(t) (on décomposera
v1(t) en deux signaux simples de la forme u(t) avec α = 0 et α = π/3
17) Quelle valeur faut-il donner au coefficient k pour que ce fondamental ait une valeur efficace de
220 V à 50 Hz
IV – Commande à flux rotor constant et loi V/f = cte
Le modèle de la machine asynchrone est donné sur la figure suivante :

ES EM ER

18) Donner les équations de base des flux, des courants, de la tension statorique Vs. En déduire
l’expression du couple électromagnétique
19) Montrer que la pulsation rotorique permet de contrôler le couple électromagnétique
20) Montrer que le flux rotor est obtenu en pilotant le module de la tension Vs. En déduire la structure
de commande associée. Quels inconvénients présentent cette structure de commande. Proposer
une solution.
21) Montrer que la loi V/f = cte permet de maintenir un flux rotor constant
22) Donner le schéma de l’asservissement de vitesse de la MAS en commande directe et commande
par autopilotage fréquentiel. Discuter