Vous êtes sur la page 1sur 8

L'HUMOUR COMME FACTEUR DE RÉSILIENCE POUR LES

ENFANTS À RISQUE ET LEUR FAMILLE


Colette Jourdan-Ionescu

Groupe d'études de psychologie | « Bulletin de psychologie »

2010/6 Numéro 510 | pages 449 à 455

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie
ISSN 0007-4403
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.cairn.info/revue-bulletin-de-psychologie-2010-6-page-449.htm
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Colette Jourdan-Ionescu, « L'humour comme facteur de résilience pour les enfants à
risque et leur famille », Bulletin de psychologie 2010/6 (Numéro 510), p. 449-455.
DOI 10.3917/bupsy.510.0449
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Groupe d'études de psychologie.


© Groupe d'études de psychologie. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


bulletin de psychologie / tome 63 (6) / 510 / novembre-décembre 2010 449

L’humour comme facteur de résilience


pour les enfants à risque et leur famille
JOURDAN-IONESCU Colette*

Le présent article propose une incursion inhabi- en évidence par Peterson et Park (2005). L’analyse
tuelle dans le monde de l’humour, l’humour étant factorielle effectuée sur les données issues de
considéré, ici, comme facteur de protection et l’évaluation des 24 forces, effectuée suite à la
moyen d’intervention pour les enfants à risque et passation de l’instrument Values/virtues in action
leur famille. Les évolutions sociétales qui expli- à des milliers d’Américains et de Canadiens, a

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie
quent l’intérêt pour l’humour, la définition de ce permis à Peterson et Park (2005) de dégager cinq
concept, son développement chez les humains, ses forces, qui se retrouvent chez tous les individus et
effets positifs et les caractéristiques de l’humour peuvent se développer. Parmi celles-ci, on note les
chez les enfants à risque, seront brièvement forces émotionnelles, qui comprennent l’humour,
exposés dans cet article, avant d’en venir à ses connu depuis longtemps comme mécanisme de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie

applications en tant que facteur de protection et à défense sain (Freud, 1905/1988 ; Ionescu, Jacquet,
la présentation des quelques programmes d’inter- Lhote, 1997 ; Martin, 2003), par la distance prise
vention disponibles, fondés sur l’humour. face aux affects douloureux en les renversant
(Kamieniak, 2002).
Le monde actuel se caractérise par un climat
plutôt sombre : anxiété générée par les attaques
terroristes, mondialisation et perte de spécificité DÉFINITION DE L’HUMOUR
culturelle, développement du monde virtuel et perte
L’humour est un mécanisme de défense de
des relations humaines authentiques, crise écono-
niveau supérieur (Jourdan-Ionescu, 2004a), qui
mique, difficultés des services de santé (notamment
facilite la résilience. Au sens freudien, l’humour
en lien avec le vieillissement de la population des
consiste à présenter une situation vécue comme
pays développés), nouvelles pandémies (sida,
traumatisante, de manière à en dégager les aspects
grippe aviaire, etc.), réchauffement de la planète et
plaisants, ironiques, insolites. C’est dans ce cas
phénomènes climatiques extraordinaires (tsunami,
seulement (l’humour appliqué à soi-même) qu’il
ouragans, etc.). Tous ces constats font craindre une
peut être considéré comme un mécanisme de
évolution vers un monde plus difficile.
défense (Ionescu, Jacquet et coll., 1997).
Face à cette morosité, l’intérêt de l’intervention L’humour est un état d’esprit positif (Argyle,
psychologique s’est déplacé, heureusement, des 2001), qui peut être vu comme un phénomène
déficits/vulnérabilités (comme dans le modèle complexe, un concept parapluie pour une série de
médical) vers les forces/capacités de résilience phénomènes en relation (Martin, 2003). Selon les
(Jourdan-Ionescu, 2001). L’intervention, centrée publications disponibles (Martin, Lefcourt, 1984 ;
sur les capacités de résilience de l’enfant et de son McGhee, 1986 ; Thorson, Powell, 1993 ; Ruch,
système familial, s’appuie sur des concepts comme 1998 ; Argyle, 2001), en parlant d’humour, on fait
l’appropriation ou l’habilitation (Dunst, Paget, référence :
1991 ; Dunst, Trivette, Deal, 1988), prônant la
responsabilisation de la personne qui bénéficie de – au fait d’apprécier l’humour, à l’habileté à
l’intervention. Cette orientation ne disqualifie plus percevoir ce qui est drôle dans l’environnement, à
les parents au nom de l’intervention auprès de la capacité de se réjouir d’un matériel humoristique
l’enfant, mais leur donne un rôle de vrais (film, bande dessinée, histoire drôle, caricature,
partenaires. etc.), à une attitude positive envers l’humour et les

La psychologie positive vise une vie bien


remplie, une vie où chacun peut se réaliser, * Département de psychologie, Université du Québec
s’épanouir (Mandeville, 2005), où le bien-être à Trois-Rivières, CP 500 Trois-Rivières (QC) G9A 5H7
subjectif est peu lié aux forces d’ordre cognitif Canada.
(visées par l’école), mais, plutôt, aux forces mises <colette.jourdan@uqtr.ca>
450 bulletin de psychologie

humoristes, à la tendance à rire des « blagues » des entre l’humour et le bonheur, les gens heureux riant
autres ; plus et ayant un meilleur sens de l’humour. Selon
– au fait de créer l’humour, de faire des Martin et Kuiper (1999), les personnes sourient et
commentaires humoristiques, de se conduire de rient en relation avec quelque chose de drôle,
façon drôle, d’amuser les autres, de saisir les environ 18 fois par jour ;
« blagues », de s’en rappeler ; – l’humour augmente la créativité et permet
– au sens de l’humour, en tant que trait de ainsi de transformer un obstacle en un défi (Ziv,
personnalité, à la propension à rire de diverses 1976, 1988) ;
choses et même de soi, à la capacité de faire face – l’humour opère comme un catalyseur pour
aux problèmes avec humour, à la tendance à endurer et soulager toutes sortes de douleurs, mala-
conserver une perspective teintée d’humour face à dies ou souffrances (Cousins, 1979 ; Bellert, 1989 ;
l’adversité. Il existe, évidemment, des différences Erdman, 1991 ; Fry, 1992) ;
individuelles quant au sens de l’humour.
– il constitue une bonne façon d’affronter le
Ces éléments constituent un mécanisme de
stress ou n’importe quelle situation difficile
défense de niveau élevé, une bonne stratégie de
(Martin, Dobbin, 1988 ; Lefcourt, Davidson-Katc,
faire face essentielle pour favoriser la résilience
Kueneman, 1993 ; Rieger, 2004).
(Jourdan-Ionescu, 2004a).

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie
DÉVELOPPEMENT DE L’HUMOUR ENFANTS À RISQUE ET HUMOUR

Seuls les grands singes ayant eu de nombreux Enfants confrontés à la maladie


contacts avec les humains et appris le langage des L’humour, relatif à la maladie, est un moyen,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie

signes emploient des expressions humoristiques pour les membres de la famille, d’exprimer leurs
(Argyle, 2001). L’humour relève donc de la compé- sentiments par rapport à la maladie, une façon de
tence particulière de l’homme et se développe au réagir à la sévérité de la maladie, un outil pour
cours de l’enfance. En effet, chez les enfants, le changer le climat et l’humeur, une forme de soutien
sourire apparaît très tôt (dès les premières dans la gestion de la maladie (Jourdan-Ionescu,
semaines) et le rire aux environs de quatre mois Méthot, Saint-Arnaud, 2006).
(en réponse au fait d’être chatouillé ou de jouer à
cache-cache). En grandissant, les enfants compren- Par exemple, l’humour aide les enfants souffrant
nent de plus en plus de blagues correspondant à du cancer à faire face à leur anxiété, leur peur, la
leur niveau de développement cognitif (Klein, perte de contrôle de la situation, leur souffrance et
1987 ; McGhee, 1989a et b ; Bergen, 1998). à l’incertitude du résultat des traitements (Hammer,
L’humour est un élément important permettant de Miles, 1988 ; Bombeck, 1989 ; Frankenfield,
relever des défis développementaux, de se défendre 1996). Bombeck (1989) souligne qu’avoir le sens
contre les expériences envahissantes. Le rire peut de l’humour aide les enfants à affronter l’expé-
agir comme une sorte de catharsis. Les blagues ou rience quotidienne du cancer. Souvent, une pers-
jeux de mots des enfants sont en relation avec les pective ludique ou humoristique permet à l’enfant
conflits émotionnels qu’ils vivent. Chez les enfants de coopérer et de participer à son traitement
d’âge préscolaire, les blagues « caca-boudin » médical, c’est donc une habileté de communication
(Soulé, 1987) sont les plus populaires (en lien avec et de faire face essentielle aux membres d’une
le stade anal freudien). équipe de service d’oncologie, aussi bien pour les
enfants que pour leur famille (Bellert, 1989 ; Lee,
1990 ; Erdman, 1991). L’humour et le rire ont donc
EFFETS POSITIFS DE L’HUMOUR une valeur thérapeutique importante, pouvant aider
L’humour a plusieurs effets positifs : les enfants et leur famille à prendre de la distance
avec la situation, grâce à des souvenirs drôles et
– il améliore la santé et le bien-être. Rire 1 a des heureux (Bluebond-Langner, 1978 ; Le Vieux,
effets sur le cœur, la respiration, la sécrétion 1990).
d’endorphines, le sommeil et la digestion (Cousins,
1980 ; Rubinstein, 1983 ; Mooney, 2000 ; Argyle, Enfants déficients auditifs, autistes, présen-
2001 ; Provine, 2003). On a relevé une relation tant le syndrome d’Asperger ou une déficience
intellectuelle
Il est nécessaire d’employer des expressions
1. Causé par l’humour et exprimant généralement un
sentiment de gaieté, le rire peut être défini comme un
faciales et corporelles exagérées face aux enfants
comportement réflexe, qui se manifeste par un enchaine- sourds, ce qui rend l’humour moins subtil ; leurs
ment de petites expirations saccadées, accompagné d’une blagues tendant à faire référence surtout à des
vocalisation inarticulée plus ou moins bruyante. concepts concrets.
bulletin de psychologie 451

Les enfants présentant un trouble envahissant du L’HUMOUR EN TANT QUE FACTEUR


développement 2 emploient l’humour et le rire, mais DE PROTECTION
moins que les enfants à développement normal et
que ceux présentant le syndrome de Down (St-James, Grâce à ses effets positifs, l’humour peut avoir
Tager-Flushberg, 1994). En outre, les enfants autistes une action de protection – selon la perspective
utilisent un seul type de rire (contrairement à deux écosystémique (Bronfenbrenner, 1979) – pour
pour leurs pairs non autistes), en réponse à un état l’enfant lui-même, pour sa famille (ses parents et
interne et non par rapport à une interaction sociale sa fratrie) et pour son environnement (sa famille
(Hudenko, Stone, Bachorowski, 2009). Les élargie, ses voisins, ses amis de classe, la popu-
personnes présentant le syndrome d’Asperger ne lation). Ces facteurs de protection individuels,
peuvent comprendre l’humour des autres personnes, familiaux et environnementaux, peuvent
c’est un « imprévu imprévu », selon l’expression de augmenter les chances de résilience des enfants
Stefany Bonnot-Briey (2004), jeune femme elle- et des familles face aux facteurs de risque rencon-
même atteinte du syndrome d’Asperger. Les trés (figure 1). Il est donc important de pouvoir
personnes présentant une déficience intellectuelle évaluer l’humour des personnes (Jourdan-
reproduisent aisément des activités ayant fait rire Ionescu, 2004b), de le développer, d’apprendre à
(Jacques, Tremblay, 2005). Pourtant, l’humour, dans communiquer avec humour lorsqu’on rencontre
les familles et chez les enfants présentant ce type de des difficultés, et à voir le côté drôle des événe-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie
déficience, n’est habituellement interprété que ments négatifs, afin de favoriser la protection face
comme une forme de déni des problèmes. aux facteurs de risque.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie

Figure 1. Facteurs de protection en lien avec l’humour.

PROGRAMMES D’INTERVENTION BASÉS comprenant quatre dimensions (motivationnelle,


SUR L’HUMOUR cognitive, émotionnelle et sociale), est divisé en
Apprentissage de l’humour en classe 14 unités (dont une consacrée aux barrières
émotionnelles à la production d’humour et au
Nevo, Aharonson et Klingman (1998) ont créé plaisir face à l’humour, une autre aux techniques
un programme, d’une durée de 20 heures, pour de production d’humour et une à l’humour en
développer le sens de l’humour. Ce programme,

exposés les enfants autistes, créent le risque d’une évolu-


2. Selon le modèle théorique de résilience de tion plus sévère de cette pathologie et/ou celui d’une
l’autisme, les facteurs de stress, auxquels peuvent être comorbidité.
452 bulletin de psychologie

classe), et dure 67 semaines. Ce programme permet intellectuelle (Chagnon, Jourdan-Ionescu, 2010).


de comprendre l’importance de l’humour dans la Chez ceux-ci, la présence de difficultés d’adapta-
vie, d’augmenter l’emploi de l’humour pour soi et tion peut être due à la déficience de certaines habi-
en classe avec les enfants. letés. L’intérêt de développer les habiletés interper-
sonnelles des personnes présentant une déficience
Humour dans les services pédiatriques intellectuelle est reconnue, car ces habiletés font
Les « clown-docteurs » – comme Patch Adams partie de la performance globale de la personne
(2000, 2008) – travaillent, main dans la main, avec dans chaque situation interpersonnelle (Ionescu,
l’équipe médicale et la famille. Habituellement, Jourdan-Ionescu, 1990) et permettent d’interagir
deux fois par semaine, durant toute l’année, les adéquatement avec l’environnement. Trois habi-
clowns interviennent dans les services pédiatriques letés sont visées par le programme d’acquisition
des hôpitaux, en créant une relation spéciale avec d’habiletés interpersonnelles par l’humour : la
l’enfant hospitalisé et sa famille. Ces spécialistes communication, l’expression des émotions et la
du théâtre respectent un code d’éthique et sont résolution de problèmes. Ces habiletés favorisent
formés pour adapter leurs actes aux enfants hospi- l’intégration et la participation sociale.
talisés et à leur famille. L’objectif de leur travail Une recherche a permis de vérifier l’impact de ce
est d’humaniser et d’augmenter la qualité de soins programme, appliqué à cinq jeunes (deux filles et
pour les enfants à travers le jeu et l’humour trois garçons), âgés de 14 à 19 ans. Quatre d’entre

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie
(Adams, 2000 ; Simonds, 2004 ; Vagnoli, Caprilli eux présentaient un degré de déficit léger et le
et coll., 2005 ; Kohler, 2008). cinquième un degré de déficit moyen. Les dix
séances (de 90 minutes par semaine), du programme
Désensibilisation systématique face à la peur fondé sur l’humour, ont la même structure, incluant
Le principal objectif de ce programme est de un rituel pour l’expression des émotions, un défi
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie

modifier les émotions négatives. Dans la technique individuel (par exemple, raconter une blague), des
de Prerost (1994), le psychothérapeute emploie des activités proposées au groupe, une auto-évaluation
situations humoristiques illustrées. Pour dépasser du comportement. En plus de l’amélioration de la
des peurs, Ventis, Higbee et Murdock (2001) communication, de la capacité de résolution scolaire
proposent d’encourager le patient à percevoir avec et l’expression adéquate des émotions, à la fin du
humour la situation qui lui fait peur, et à en rire programme, les participants ont une meilleure
(par exemple, des araignées). Toutefois, malgré les estime d’eux-mêmes et une plus grande maturité.
améliorations notées envers les peurs ou anxiétés Une fois le programme terminé, les résultats de
ciblées, il n’y a pas de généralisation. l’évaluation mettent en évidence : une facilité à
percevoir l’humour chez les autres participants du
Entraînement thérapeutique formel à l’humour
groupe, une meilleure capacité de rire de soi-même,
La première étape est l’évaluation du quotient une meilleure appréciation des situations qui génè-
d’humour du patient (Sultanoff, 1994), compte tenu rent l’humour, une plus grande compréhension de
de son quotient intellectuel. Il est courant de l’humour, un humour plus adéquat et la capacité
rencontrer des psychologues, qui rapportent utiliser d’encourager les autres à faire de l’humour (prin-
l’humour dans le cadre thérapeutique et constatent cipalement lors des trois dernières rencontres).
des effets positifs sur leurs patients Afin de L’humour a permis aux jeunes de s’intégrer plus
permettre l’augmentation du quotient d’humour des facilement et de participer plus intensivement aux
patients, il est nécessaire que les thérapeutes soient activités, d’entrer en relation de façon réciproque,
formés pour employer l’humour dans la psychothé- de communiquer plus aisément, et a favorisé la
rapie (Killinger, 1987 ; MacHovec, 1991 ; Olson, compréhension des objectifs des activités portant
1994 ; O’Maine, 1994 ; Yonkovitz, 1997 ; Fran- sur les habiletés interpersonnelles. Malgré les
zini, 2001 ; Klein, 2003). Ceci inclut l’apprentis- limites de cette première application du programme
sage de techniques d’humour thérapeutique, le (petit nombre de sujet, hétérogénéité des diagnos-
modelage et le fait d’être supervisé. tics 2, nécessité d’adapter continuellement le
programme, etc.), il est possible de conclure qu’en
plus de l’augmentation des connaissances sur
UN NOUVEAU PROGRAMME VISANT
l’impact de l’humour, les habiletés interperson-
L’ACQUISITION D’HABILETÉS
nelles des participants se sont améliorées. De plus,
INTERPERSONNELLES
des recommandations d’intervention peuvent être
L’humour peut constituer une façon d’aborder
l’acquisition d’habiletés relationnelles entre jeunes
présentant des difficultés de socialisation.
3. Certains participants présentaient un double
Un nouveau programme, fondé sur l’humour, diagnostic : déficience intellectuelle et trouble envahis-
s’adresse aux adolescents présentant une déficience sant du développement.
bulletin de psychologie 453

données aux parents et aux intervenants. Il serait, Le présent article présente un état des lieux sur le
donc, intéressant de développer des programmes rôle de l’humour comme facteur de protection favo-
semblables, pour permettre, à d’autres personnes, risant la résilience des enfants à risque et de leur
d’employer l’humour comme facteur de résilience. famille. Les résultats des quelques programmes
disponibles semblent prometteurs. Il est, donc,
* nécessaire de développer de nouveaux programmes,
* * adaptés aux diverses situations de risque, d’adver-
sité, que peuvent rencontrer les enfants et leurs
familles.

RÉFÉRENCES

ADAMS (Patch).– Docteur tendresse. Comment guérir DUNST (Carl J.), TRIVETTE (Carol M.), Deal (A.).–
le monde une âme à la fois, Montréal, Alexandre Stanké, Enabling and empowering families, Cambridge, Broo-
traduction d’Anne-Marie Deraspe, 2000. kline books, 1988.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie
ADAMS (Patch).– Humour and health, International ERDMAN (Lewis).– How leukemia affects a child’s
journal of psychotherapy, 12, 2, 2008, p. 21-23. schooling, British journal of social and clinical psycho-
ARGYLE (Michael).– The psychology of happiness logy, 19, 1991, p. 365-368.
(2e éd.), Londres, Routledge, 2001. FRANKENFIELD (Pamela K.).– The power of humor and
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie

BELLERT (Judy).– Humor : therapeutic approach in play as nursing interventions for a child with cancer : a
oncology nursing, Cancer nursing, 12, 1989, p. 65-70. case report, Journal of paediatric oncology nursing, 13,
BERGEN (Doris).– Play as a context for humor deve- 1, 1996, p. 15-20.
lopment, dans Pronin Fromberg (D.), Bergen (D.), Play FRANZINI (Louis R.).– Humor in therapy : the case for
from birth to twelve and beyond : contexts, perspectives, training therapists in its uses and risks, The journal of
and meanings, New York, Garland press, 1998, general psychology, 128, 2, 2001, p. 170-193.
p. 324-327.
FREUD (Sigmund).– Der Witz und seine Beziehung zum
BLUEBOND-LANGNER (Myra).– The private worlds of Unbewussten, Leipzig et Vienne, Deuticke, 1905 ; trad.
dying children, Princeton, NJ, Princeton university press,
fr. Le mot d’esprit et sa relation avec l’inconscient, Paris,
1978.
Gallimard, 1988.
BOMBECK (Erma).– I want to grow hair, I want to grow
FRY (William).– The physiologic effects of humor,
up, I want to go to Boise : Children surviving cancer,
mirth, and laughter, Journal of the American medical
New York, Harper and Row, 1989.
association, 267, 1992, p. 1857-1858.
BONNOT-BRIEY (Stefany).– Témoignage sur la vision
de l’humour d’une personne ayant le syndrome HAMNER (Susan Beaty), MILES (Margaret Shandor).–
d’Asperger, Revue québécoise de psychologie, 25, 1, Coping strategies in children with cancer undergoing
2004, p. 145-150. bone marrow aspirations, Journal of pediatric oncology
nursing, 5, 3, 1988, p. 11-15.
BRONFENBRENNER (Urie).– The ecology of human
development : experiments by nature and design, HUDENKO (William J.), STONE (Wendy), BACHO-
Cambridge, Mass, Havard university press. 1979. ROWSKI (Jo-Anne).– Laugher differs in children with
autism : an acoustic analysis of laughs produced by chil-
CHAGNON (Marie-Lisa), JOURDAN-IONESCU (Colette).–
dren with and without the disorder, Journal of autism
Favoriser l’acquisition d’habiletés sociales grâce à
and developmental disorder, 39, 2009, p. 1392-1400.
l’humour, communication présentée au XIe Congrès de
l’Association internationale de recherche scientifique en IONESCU (Serban), JOURDAN-IONESCU (Colette).–
faveur des personnes handicapées mentales, Mons Éducation sociale, dans Ionescu (S.), L’intervention en
(Belgique), 7-9 avril 2010. déficience mentale, Volume 2, Education spécialisée et
COUSINS (Norman).– Anatomy of an illness, New York, intégration, Bruxelles, Mardaga, 1990.
W. Norton, 1979. IONESCU (Serban), JACQUET (Marie-Madeleine), LHOTE
COUSINS (Norman).– La volonté de guérir, Paris, (Claude).– Les mécanismes de défense, théorie et
Éditions du Seuil, 1980. clinique, Paris, Nathan Université, 1997.
DUNST (Carl J.), PAGET (Kathleen D.).– Parent-profes- JACQUES (Line), TREMBLAY (Gaëtan).– Habiletés de
sional partnership and family empowerment, dans Fine communication chez des enfants présentant un trouble
(M. J.), Collaboration with parents of exceptional chil- envahissant du développement ou une trisomie : profils
dren, Brandon, Center for parent/professional collabora- comparatifs, Revue québécoise de psychologie, 26, 3,
tion, 1991. 2005, p. 121-139.
454 bulletin de psychologie

JOURDAN-IONESCU (Colette).– Intervention écosysté- stress-moderating effect of humor, International journal


mique individualisée axée sur la résilience, Revue québé- of psychiatry in medicine, 18, 1988, p. 93-105.
coise de psychologie, 22, 1, 2001, p. 163-186. MARTIN (Rod A.), LEFCOURT (Herbert M.).– Situa-
JOURDAN-IONESCU (Colette).– Présentation (du numéro tional humor response questionnaire : quantitative
thématique sur l’humour), Revue québécoise de psycho- measure of sense of humor, Journal of personality and
logie, 25, 1, 2004a, p. 7-20. social psychology, 47, 1984, p. 145-155.
JOURDAN-IONESCU (Colette).– Comment évaluer le MARTIN (Rod A.), KUIPER (Nicholas A.).– Daily occur-
sens de l’humour et le développer pour favoriser la rési- rence of laughter : relationships with age, gender, and
lience, Revue québécoise de psychologie, 25, 1, 2004b, Type A personality, Humor : international journal of
p. 43-73. humor research, 12, 1999, p. 355–384.
JOURDAN-IONESCU (Colette), MÉTHOT (Lynda), SAINT- MCGHEE (Paul E.).– Humor across the life span :
ARNAUD (Isabelle).– Séparation parentale et maladie d’un sources of developmental change and individual diffe-
enfant, dans Ionescu (S.), Jourdan-Ionescu (C.), Psycho- rences, dans Namehow (L.), McCluskey-Fawcett (K. A.),
pathologies et société. Traumatismes, événements et McGhee (P. E.), Humor and aging, Orlando, Academic
situations de vie, Paris, Vuibert, 2006, p. 57-80. press, 1986.
KAMIENIAK (Jean-Pierre).– Humour, dans Mijolla (A. MCGHEE (Paul E.).– Humor and children’s develop-
de), Dictionnaire international de la psychanalyse, Paris, ment : a guide to practical applications, New York,
Calmann-Levy, 2002. Hawthorne press, 1989a.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie
KILLINGER (Barbara).– Humor in psychotherapy : a MCGHEE (Paul E.).– The contribution of humor to chil-
shift to a new perspective, dans Fry Jr (W. F.), Salameh dren’s social development, Journal of children in contem-
(W. A.), Handbook of humor and psychotherapy : porary society, 20, 1/2, 1989b, p. 119-133.
advances in the clinical use of humor, Saratosa, Profes- MOONEY (Nancy E.).– The therapeutic use of humor,
sional resource exchange, 1987, p. 21-40. Orthopaedic nursing, 19, 3, 2000, p. 88-92.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie

KLEIN (Amelia J.).– Children’s humor : a cognitive- NEVO (Ofra), AHARONSON (Haim), KLINGMAN
developmental perspective, dans Katz (L. G.), Current (Avigdor).– The development and evaluation of a syste-
topics in early childhood education, Norwood, Ablex, matic program for improving sense of humor, dans Ruch
1987, p. 126-149. (W.), The sense of humor. Explorations of a personality
KLEIN (Amelia J.).– A course on children’s humor : a characteristic, Berlin, De Gruyter, 1998, p. 385-404.
model for training practitioners, dans Klein (A. J.), O’MAINE (Robert Arthur).– A training program to
Humor in children’s lives, Westport, Praeger, 2003, acquaint clinicians with the use of humor in psychothe-
p. 113-126. rapy, Dissertation abstracts international, 55, 4-B, 1994,
p. 1675.
KOHLER (Caroline).– Intervention de clowns auprès
d’enfants hospitalisés dans un service d’oncologie pédia- OLSON (Harry A.).– The use of humor in psychothe-
trique, Nouvelle revue de psychosociologie, 2, 6, 2008, rapy, dans Strean (H. S.), The use of humor in psycho-
p. 255-276. therapy, Northwale, Jason Aronson, 1994, p. 195-198.
LE VIEUX (Jane).– Issues in play therapy : the dying PETERSON (Christopher), PARK (Nansook).– Classifi-
child, Association of play therapy newsletter, 9, 4, 1990, cation et évaluation des forces du caractère, Revue québé-
p. 4-5. coise de psychologie, 26, 1, 2005, p. 23-40.
LEE (Barbara S.).– Humor relations for nurse mana- PREROST (Frank J.).– Humor as an intervention stra-
gers : the positive physiological and psychological bene- tegy, dans Strean (H. S.), The use of humor in psycho-
fits of laughter, Nursing management, 21, 1, 1990, therapy, Northval, Jason Aronson, 1994, p. 139-148.
p. 86-90. PROVINE (Robert).– Le rire, sa vie, son œuvre, Paris,
LEFCOURT (Hébert), DAVIDSON-KATC (Karina), Robert Laffont, 2003.
KUENEMAN (Karen).– Humor and immune-system func- RIEGER (Alicja).– « Make it just as normal as possible
tioning, Humor : international journal of humor studies, with humor », Mental retardation, 42, 6, 2004,
3, 3, 1993, p. 305-321. p. 427-444.
MACHOVEC (Frank).– Humor in therapy, Psychothe- RUBINSTEIN (Henri).– Psychosomatique du rire, Paris,
rapy in private practice, 9, 1991, p. 25-33. Robert Laffont, 1983.
MANDEVILLE (Lucie).– Présentation (numéro théma- RUCH (Willibald).– The sense of humor. Explorations
tique sur La psychologie positive), Revue québécoise de of a personality character, Berlin, Mouton de Gruyter,
psychologie, 26, 1, 2005, p. 9-22. 1998.
MARTIN (Rod A.).– Sense of humor, dans Lopez (S. SIMONDS (Caroline).– Silence ! On rit ! Revue québé-
J.), Snyder (C. R.), Positive psychological assessment, coise de psychologie, 25, 1, 2004, p. 75-97.
Washington, American psychological association, 2003, SOULÉ (Michel).– Caca-boudin ou la coprolalie ordi-
p. 313-326. naire : la joie assurée, dans Cramer (B.), Frichet (A.),
MARTIN (Rod A.), DOBBIN (James P.).– Sense of Golse (B.), Héritier-Augé (F.), Kreisler (L.), Palacio
humor, hassles, and immunoglobulin A : evidence for a Espana (F.), Puyuelo (R.), Soulé (M.), Straus (F.), Stern
bulletin de psychologie 455

(D.), Bonjour gaieté. La genèse du rire et la gaieté chez treatment for preoperative anxiety in children : a rando-
le jeune enfant, Paris, Éditions ESF, 1987. mized, prospective study, Pediatrics, 116, 2005,
p. 563-567.
ST-JAMES (Paula J.), TAGER-FLUSBERG (Helen).– An
observational study of humor in autism and Down VENTIS (W. Larry), HIGBEE (Garrett), MURDOCK
syndrome, Journal of autism and developmental disor- (Susan A.).– Using humor in systematic desensitization
ders, 24, 1994, p. 603-617. to reduce fear, The journal of general psychology, 128,
2, 2001, p. 241-253.
SULTANOFF (Steven M).– Choosing to be amusing :
YONKONVITZ (Ernest E.).– Program evaluation of a
assessing an individual’s receptivity to therapeutic
therapeutic humor training workshop, Unpublished
humor, Journal of nursing jocularity, 4, 1994, p. 34-35.
philosophy thesis, Ann Arbor, UMI Microform, 9737599,
THORSON (James A.), POWELL (F. Chuck).– Develop- 1997.
ment and validation of a multidimensional sense of ZIV (Avner).– The effects of humor in creativity,
humor scale, Journal of clinical psychology, 49, 1993, Journal of ducational psychology, 3, 1976, p. 22-29.
p. 13-23.
ZIV (Avner).– Using humor to develop creative thin-
VAGNOLI (Laura), CAPRILLI (Simona), ROBIGLIO king, Journal of children in contemporary society, 20,
(Arianna), MESSERI (Andrea).– Clown doctors as a 1-2, 1988, p. 99-116.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 154.72.161.227 - 25/06/2017 11h49. © Groupe d'études de psychologie