Vous êtes sur la page 1sur 166

Napoléon

L’Histoire de Napoléon Bonaparte et des activités à assembler dans un lapbook


Napoléon
LB 025
Juin 2014 – V. 1.0 / Janvier 2020 – V.1.1

Auteures : Isabelle Guillemin et Axelle Rousse

Association Carpe Diem


L'achat de ce dossier autorise :

• la reproduction des feuillets d'activités pour une utilisation non commerciale.


• une utilisation dans le cadre d'une famille, quel que soit le nombre d'enfants.
• une utilisation au sein d'une classe, d'un atelier, ou d'un groupe.

Vous ne pouvez pas utiliser ce dossier pour :

• toute une école


• un organisme d’enseignement.
• une association d’IEF
• un groupement de partage de données pédagogiques

© Tous droits réservés.

L’association Carpe Diem reverse une partie de son chiffre d’affaire à des associations caritatives
reconnues. Ne pas avoir acquis légalement ce produit prive ces associations des fonds nécessaires
aux enfants en difficulté.
N’hésitez pas à visiter notre site : www.carpediem-education.fr pour en savoir plus !
Vous avez des questions ? Écrivez-nous à contact@carpediem-education.fr

Scannez pour consulter


le mode d’emploi Des ressources pour
ce support sont
disponibles sur

Cliquez sur le
chapeau !

©Carpe Diem Napoléon page 2


Sommaire
Une enfance corse ................................................................................................................. 5

Petit Bonaparte deviendra grand ....................................................................................... 7

La France tourmentée ! ......................................................................................................... 9

Premiers faits d’armes : une ascension fulgurante. ......................................................11

A la conquête de l’Égypte ................................................................................................... 13

Le coup d’état du 18 Brumaire .......................................................................................... 16

Dernière étape avant la consécration : Consul à vie .................................................... 18

Vive l’empereur ! ................................................................................................................... 19

Les Symboles du costume de sacre ................................................................................ 22

Une histoire de famille ou le partage de l’Europe ....................................................... 23

Joséphine et Marie Louise ................................................................................................ 25

L’Aiglon................................................................................................................................... 27

Les Résidences de Napoléon ............................................................................................. 28

La Grande Armée................................................................................................................. 30

L’infanterie ........................................................................................................................ 32

La cavalerie ....................................................................................................................... 33

L’artillerie .......................................................................................................................... 34

L’équipement du soldat ................................................................................................... 36

La garde impériale ........................................................................................................... 37

Les maréchaux d’Empire ................................................................................................ 39

L’Empire a du style .............................................................................................................. 40

Le mobilier......................................................................................................................... 40

La mode vestimentaire ................................................................................................... 40

Paris ..................................................................................................................................... 41

Un pays en mutation ........................................................................................................... 43

L’industrie.......................................................................................................................... 43

©Carpe Diem Napoléon page 3


Les sciences ...................................................................................................................... 43

De nouvelles voies de communication .......................................................................... 44

Le monde rural.................................................................................................................. 44

L’enseignement ................................................................................................................. 44

Les mécontents et les résistants ................................................................................ 45

La religion .......................................................................................................................... 45

Les guerres napoléoniennes .............................................................................................. 46

Zoom sur le Grand Empire ................................................................................................. 54

Premier exil .......................................................................................................................... 55

Les 100 jours ........................................................................................................................ 56

Sainte-Hélène ...................................................................................................................... 57

L’Aigle rejoint le ciel .......................................................................................................... 58

Les Invalides : la dernière demeure ............................................................................... 59

Les artistes de l’Empire ..................................................................................................... 63

Peinture .............................................................................................................................. 63

La littérature sous contrôle .......................................................................................... 64

Tout un art ............................................................................................................................ 66

La musique savante .......................................................................................................... 67

Le 7ème art ......................................................................................................................... 69

Napoléon en littérature ..................................................................................................... 70

L’héritage Napoléon ............................................................................................................. 71

Quelques expressions......................................................................................................... 72

©Carpe Diem Napoléon page 4


Une enfance corse

Le fond de l’air est chaud, en ce 15 août 1769 à


Ajaccio. Depuis le front de mer, les vagues se
font entendre mais les cris d’un nouveau-né
Deux mois avant la naissance de couvrent bientôt le ressac. Les pleurs
Napoléon (le 9 mai 1769), l’île déterminés et opiniâtres du nourrisson
Corse perd son indépendance au
proviennent d’’une grande bâtisse d’apparence
profit des Français suite à la
terrible bataille de Pontenuovo. modeste sur laquelle on peut lire les armes d’une
Napoléon dira plus tard « Je naquis famille de petite noblesse italo-corse. Un
quand la Patrie périssait ».
deuxième fils vient de voir le jour chez les
Bonaparte.

La casa Buonaparte

Letizia Ramolino, sa mère et Charles Marie son


père le prénomment « Napoleone », en
mémoire d'un oncle maternel mort à Corte en
1767.

Portraits des parents de Napoléon

©Carpe Diem Napoléon page 5


Treize enfants viendront agrandir la famille,
neuf (Lucien, Élisa, Louis, Pauline, Caroline, et
Jérôme) seulement survivront et seront des
compagnons de jeux et de bagarres pour
Joseph, l’aîné (1768) et Napoléon.

Napoléon est un enfant intrépide et turbulent. Vif et Napoléon, devenu


très actif, il se chamaille souvent avec son frère aîné, adulte, dira de sa mère
qu’il admirait beaucoup :
mais Letizia mène d’une main de fer la « Casa
« une tête d’homme sur
Buonaparte » lors des absences fréquentes de son un corps de femme ».
mari. Elle ne laisse rien passer et réprimande souvent.
Très à cheval sur la propreté, elle impose une toilette
hebdomadaire rigoureuse
à tous ses enfants peu
importe le temps qu’il
fait.

Dans les écoles d’Ajaccio que Napoléon fréquente avant ses 9 ans, l’enseignement
est donné principalement en corse. Il y apprend à lire et à compter et brille en
calcul, matière dans laquelle il est très doué.

©Carpe Diem Napoléon page 6


Petit Bonaparte deviendra grand
Charles Marie Bonaparte, avocat au Conseil supérieur de
l'île, ne possède pour seule richesse qu’un lopin de vignes
et quelques champs. Il a beaucoup de mal à assurer
l’éducation de ses enfants et cherche désespérément à
obtenir des bourses d’études pour Joseph et Napoléon.
Enfin, en 1778, il embarque à destination de la France
avec ses deux fils aînés âgés de 9 et 10 ans. Il obtiendra
du roi une bourse pour faire entrer Napoléon dans une école miliaire. Joseph, quant
à lui, entre au séminaire.

Le 15 mai 1779, Napoléon rentre à l’École royale


militaire de Brienne-le-Château en Champagne. Il
revêt l’uniforme et intègre la classe de septième de
cet établissement accueillant les enfants de la petite
noblesse de France. Il y restera 5 ans.

On lui enseigne le latin, la littérature classique,


l’histoire antique et l’histoire de France. Les conditions
de vie et le règlement y sont très durs. Napoléon se
sent étranger parmi des élèves qui se moquent de lui.
Surnommé « Paille au nez » parce que son accent corse
lui fait prononcer son prénom « Napalioné », il passe beaucoup de son temps isolé
à étudier et à rêver. C’est un élève très travailleur qui lit énormément et excelle
en mathématiques, et en histoire-géographie.

Certains de ses professeurs ont une haute opinion de Napoléon et lui


prédisent un avenir prometteur.

L’un dira « Corse de nation et de caractère, il ira loin si les


circonstances le permettent. »

Son professeur de lettres, Louis Domairon, aurait annoncé « C'est du


granit chauffé au volcan ».

©Carpe Diem Napoléon page 7


Une de ses activités favorites est d’organiser des jeux
militaires. A la tête de ces batailles enfantines, il révèle déjà
de bonnes aptitudes à commander.

En 1784, après 5 années d’études studieuses à


Brienne, Napoléon, âgé de 15 ans, réussit l’examen
de l’École militaire de Paris et y entre comme
cadet gentilhomme. Il souhaite devenir très vite
officier pour subvenir aux besoins de sa famille car
son père, qu’il n’a revu qu’une fois depuis son arrivée
en France, est très malade.

Napoléon n’est pas très doué au tir au fusil,


mais il manie très bien l’épée et devient un
excellent escrimeur. Après un an
d’entraînement intensif, il est reçu en 1785
comme lieutenant d’artillerie et rejoint un
régiment. Napoléon est ambitieux, il va
s’investir dans sa carrière militaire et
gravir les échelons très vite. Mais sa chère
Corse lui manque. Il s’inquiète pour le sort
de sa terre natale et y reviendra plusieurs
fois pendant ses permissions.

Lieutenant-colonel Bonaparte
à 23 ans

©Carpe Diem Napoléon page 8


La France tourmentée !

Depuis les années 1770-1780, les Français


sont mécontents. La France subit de
nombreuses crises. Les réformes
engagées par le roi Louis XVI ne suffisent
pas à calmer les esprits. Une révolte
gronde à Paris. En juillet 1789, les
Parisiens réagissent et prennent d’assaut
la prison de la Bastille.

Prise de la Bastille. Jean-Pierre Houël (1735-1813)

C’est LA RÉVOLUTION !

Face à la colère du peuple, les


privilèges de la noblesse et du
clergé sont supprimés, la
Déclaration des droits de l’homme
est votée. En 1792, la France
devient une République et adopte
un nouveau calendrier. Le roi Louis
XVI est guillotiné le 21 janvier
1793 : c’est la fin de la monarchie.
Exécution de Louis XVI

©Carpe Diem Napoléon page 9


Depuis 1789, les conflits au sein de l’Assemblée
française se multiplient, les députés ne sont pas
tous du même avis. Les Girondins sont modérés,
mais les virulents Jacobins (ou Montagnards),
avec leur chef Robespierre, veulent
profondément réformer la société française.
Les deux camps s’affrontent, des luttes de
pouvoir et des disputes violentes plongent la France dans un climat de Terreur.
Suspicion, exécutions publiques, hantent le quotidien des Français.

C’est LA TERREUR !

L’exécution de Robespierre (en 1794) met fin à


cette atmosphère terrible.

Exécution de Robespierre

C’est la CONVENTION !

Napoléon observe de loin et ne prend pas vraiment


position. Entre 1789 et 1792, il ne participe pas au
mouvement révolutionnaire, car il se préoccupe plus de
l’avenir de la Corse où il séjourne longuement à plusieurs
reprises. Napoléon, qui soutient l’idée d’une Corse
française, doit fuir avec sa famille lorsque Pascal Paoli
projette de la livrer à l’Angleterre.

©Carpe Diem Napoléon page 10


Premiers faits d’armes : une ascension fulgurante.
En juin 1793, la famille de Napoléon, dont la maison a été
mise à sac et incendiée, est obligée de fuir la Corse à
destination de la France continentale.

En arrivant dans le Sud de la France, Napoléon trouve une


terre en pleine révolte. Les troupes royalistes et les Anglais
occupent Toulon. Les généraux chargés du siège de la ville
demandent à Napoléon de commander l’artillerie. Il se
révèle un fin stratège et fait preuve d’une telle adresse que Napoléon au Siège de
ses exploits lui valent d’être nommé général de brigade. Toulon

Malgré ses services rendus à la France pour libérer Toulon, Napoléon connaît,
après cette victoire, quelques années de disgrâces. Jugé trop proche des Jacobins,
on le tient à l’écart mais son heure de gloire va venir très vite.

Le 13 Vendémiaire IV (5 octobre 1795), on lui propose


une nouvelle mission. Il lui faut stopper une insurrection
royaliste à Paris. La Convention ne possède que 5000
soldats à opposer à une foule de 30 000 royalistes.
Napoléon réussit à écraser les rebelles à coups de canon
et de mitrailles. Il devient l’un des héros de la
Révolution et un personnage important du régime qu’il a
sauvé. Surnommé « le général Vendémiaire », il est nommé général de division puis
commandant de l’armée de l’Intérieur.

La France est désormais gouvernée par 5 directeurs qui se partagent le pouvoir


face à un Conseil des Anciens proposant les lois et un Conseil des 500 qui les vote.

C’est le DIRECTOIRE !

©Carpe Diem Napoléon page 11


En 1796, le Directoire charge Bonaparte du
commandement de l’armée d’Italie. A 27 ans, il se
retrouve avec 40 000 hommes mal équipés.
Surprenant l’ennemi par sa vivacité d’action et ses
mouvements de troupes rapides, il fait preuve
d’audace et vient à bout des Sardes et des
Autrichiens.

Napoléon encourage ses hommes et galvanise ses troupes. Il sait


enthousiasmer ses soldats. Juste avant la bataille d’Italie, il prononce
ces paroles célèbres :

« Soldats, vous êtes nus, mal nourris…Je vous conduirai dans les plus
fertiles plaines du monde…Vous y trouverez honneur, gloire et
richesse. »

Surnommé « petit caporal » par les soldats plus anciens, Napoléon essaye de
rétablir la paix dans les régions conquises et s’emploie à faire aimer la République
française. Mais les habitants ont bien du mal à apprécier la patrie des envahisseurs
puisqu’ils sont autorisés à piller les villes, que des impôts faramineux sont perçus
et que les chevaux, les vivres et les armes sont réquisitionnés pour l’armée
française. Même les œuvres d’arts, les monuments antiques et les chefs d’œuvres
italiens sont envoyés en France.

Grâce à ses retours de campagnes victorieux, Napoléon


conquiert une grande renommée militaire. Accueilli à
Paris en héros, il est désormais célèbre, mais certains
hommes politiques commencent à le jalouser et à envier
sa notoriété.

©Carpe Diem Napoléon page 12


A la conquête de l’Égypte
De retour d’Italie, Napoléon propose aux chefs du
Directoire de s’emparer de l’Égypte, afin d’empêcher
l’Angleterre d’accéder à la route des Indes. Trop
satisfait de se débarrasser de ce général dont certains
jalousent la popularité, le gouvernement accepte son
offre.

Attiré depuis longtemps par l’Égypte, Bonaparte se


retrouve à la tête de l’armée d’Orient. Entre 30 000 et
40 000 hommes sont placés sous son commandement et
plusieurs experts (savants, orientalistes, artistes…)
accompagnent l’expédition vers la terre des pharaons.

Partis en mai, ce sont 150 navires qui arrivent en vue d’Alexandrie le 1er Juillet
1798. Opposant très peu de résistance, la ville est prise dès le lendemain.
Napoléon y laisse 3000 hommes puis se dirige vers le Caire. Le déplacement des
troupes est difficile. Le désert est hostile aux soldats qui manquent de vivres et
d’eau, le soleil harassant et les guerriers nomades harcèlent les troupes
françaises.

Après une vingtaine de jours de


marche dans ces conditions,
Napoléon arrive en vue des pyramides
de Gizeh où l’attendent des soldats
turcs. Les cavaliers mamelouks sont
écrasés par l’artillerie et l’infanterie
françaises. Bonaparte continue son
chemin vers le Caire où il installe un
gouvernement et fait construire des
palais pendant que les artistes et
archéologues l’accompagnant explorent le pays et font des recherches.

©Carpe Diem Napoléon page 13


Les mamelouks sont l’élite de la cavalerie turque.
Bonaparte créera un corps français identique
rassemblant de vaillants cavaliers qui
s’illustreront notamment à Austerlitz.

Lors du défilé de ses troupes devant les


pyramides, Napoléon leurs déclare
« Soldats, songez que du haut de ses
pyramides, quarante siècles vous
contemplent »

Mais une contre-attaque se prépare. L’amiral Nelson détruit la flotte française à


Aboukir. Grâce au soutien de l’Angleterre et de la Russie, un sultan turc décide de
libérer l’Égypte du joug français. Qu’à cela ne tienne, Bonaparte entraine son
armée dans une marche exténuante vers la Palestine. Pour comble de malchance,
la peste ravage ses troupes, mais il n’hésite pas à visiter les malades.

©Carpe Diem Napoléon page 14


Malgré quelques victoires napoléoniennes
(Jaffa et le Mont Thabor), les Turcs
résistent à Saint Jean d’Acre et Napoléon
est forcé de se replier en 1799. Alerté que
des soubresauts politiques agitant le
Directoire pourraient être favorables à un
coup de force, Napoléon abandonne
clandestinement le commandement de
l’armée à Kléber et revient en France. En
Bataille du Mont Thabor 1801, Les Anglais remportent la victoire
sur les troupes laissées en Égypte et font
signer à la France sa capitulation.

©Carpe Diem Napoléon page 15


Le coup d’état du 18 Brumaire

A son retour d’Égypte, Napoléon trouve une


France à nouveau en crise. Les Français
sont usés par tant d’années de révolte, de
désordre et d’insécurité. Ils sont lassés
par les difficultés du Directoire à
instaurer une trêve politique, lassés des
changements de gouvernement. Ils veulent
la Paix et la tranquillité. Débarquant dans
le Sud de la France, Bonaparte met une semaine à rejoindre Paris. Sur son trajet,
des arcs de triomphe sont dressés, des haies d’honneur l’accueillent et des
flambeaux éclairent sa route. Les Français l’acclament et le considèrent comme un
sauveur.

Deux chefs du Directoire, Sieyès et Ducos,


aidés des ministres Fouché et Talleyrand et
soutenus par des banquiers, conspirent pour
renverser le gouvernement. Napoléon voit
dans cette situation une opportunité Emmanuel-
Joseph Sieyès
d’obtenir un poste de responsabilité et
s’invite dans la conspiration. En prévision, on Pierre-Roger Ducos

le nomme commandant des troupes de Paris.

Le 18 brumaire (9 novembre 1799), les conspirateurs font croire qu’une rébellion


des Jacobins menace la République. Ils éloignent les députés des deux Assemblées
(Conseil des Anciens et Conseil des Cinq-Cents) et les mettent sous la
« protection » militaire du Général Bonaparte. Sieyès et Ducos simulent une
démission et poussent Barras à faire de même. Ils mettent alors les deux autres
directeurs de l’opposition en garde à vue pour qu’il n’y ait plus de pouvoir exécutif.

©Carpe Diem Napoléon page 16


Il ne reste plus qu’à faire admettre aux deux
Conseils le changement qui s’annonce. Mais c’est
difficile car les députés sont très inquiets et
pressentent le danger. Les débats sont
interminables et lorsque Bonaparte, impatient, se
présente à eux, le 19 Brumaire, les députés
souhaitent le mettre hors-la-loi et le traitent de
dictateur et de tyran. Il sort en hâte protégé par
quelques soldats. Son plan semble voué à l’échec.

Lucien, le frère de Napoléon qui est aussi Président du


Conseil des Cinq-Cents, sauve la situation en faisant croire
aux soldats restés à l’extérieur que les députés ont essayé
d’assassiner le Général Bonaparte. Les grenadiers
envahissent alors la salle, créant la panique parmi les
députés qui se sauvent à toute jambe en sautant même par
les fenêtres !

Lucien Bonaparte

Le plan a réussi : le 20 Brumaire, quelques législateurs sont forcés de signer le


renversement du Directoire. Le pouvoir est confié à trois consuls. Devine qui est
choisi pour assumer ces postes ?

Eh oui, tu as trouvé il s’agit de Bonaparte, Sieyès et Ducos.

C’est le Consulat !

©Carpe Diem Napoléon page 17


Dernière étape avant la consécration : Consul à vie

En à peine un mois, une nouvelle Constitution (Constitution


de l’an VIII) est rédigée et les bases d’un nouveau régime
dirigé par trois consuls sont posées. Napoléon reprend les
choses en main et la France retrouve un peu d’ordre. Il
entreprend un grand travail de réorganisation
administrative.

Bonaparte propose même à ses voisins européens de faire la


paix mais ils la lui refusent et se battent contre ses troupes à
plusieurs reprises.

Lors de ces batailles (Marengo, Hohenlinden…),


comme toujours, il excelle dans l’art militaire et se
fait remarquer par sa maîtrise de la diplomatie. Du
coup, l’Autriche et l’Angleterre demandent l’arrêt
des combats. Cela fait 10 ans que l’Europe n’a pas
connu de paix civile.
Bataille de Marengo le 14 juin 1800

En 1802, profitant de la satisfaction des Français,


Bonaparte se fait proclamer Consul à vie avec le droit de
désigner lui-même son successeur. Réduisant le rôle des
assemblées, il se dote de pouvoirs absolus très
ressemblants à ceux des rois qui ont été guillotinés il n’y
a pas si longtemps…

Napoléon est un chef infatigable et despotique. Il


surveille tout, garde en mémoire les moindres détails,
travaille beaucoup et dort peu. Il centralise tout et fait
preuve de toujours plus d’ambitions.
Bonaparte premier Consul

©Carpe Diem Napoléon page 18


Vive l’empereur !

Depuis plusieurs jours, les valets, les


serviteurs et tout le personnel
s’affairent dans le château des Tuileries.

Il y a tant à faire pour préparer la


cérémonie qui s’annonce. Aujourd’hui, le
2 décembre 1804, est un grand jour.
C’est le jour du sacre de Napoléon. Son
titre, « Napoléon Ier, Empereur des
Le palais des Tuileries
Français » qu’il porte depuis le mois de
mai, ne lui suffit pas. Il veut être
consacré et recevoir la bénédiction de l’Église.

Napoléon insiste donc pour que le Pape Pie VII quitte


Rome et se déplace à Paris pour la circonstance. Les
proches de Napoléon (familles, chefs militaires,
ambassadeurs, grands dignitaires) sont parés de
magnifiques vêtements de cérémonie créés
spécialement pour cette occasion.

Notre Dame de Paris

Napoléon porte quant à lui un magnifique costume de


pourpre et d’hermine. Sa femme Joséphine est vêtue d’un
manteau de pourpre semé d’abeilles d’or, d’une robe à
brocard d’argent et d’une couronne d’or. Ils prennent place
dans un carrosse rutilant qui les mène des Tuileries à Notre-
Dame. Suivant la rue Saint-Honoré, traversant le Pont Neuf,
courant sur le Quai des orfèvres, le cortège impérial arrive Napoléon en costume de
sacre
en grande pompe sur le parvis de Notre-Dame.

©Carpe Diem Napoléon page 19


« Vive l’Empereur ! Vive l’Empereur ! », crient, à l’entrée du couple dans la nef, les
admirateurs de Napoléon rassemblés en ce lieu. La cathédrale Notre-Dame,
décorée de draperies, résonne des milles notes des chœurs et de l’orchestre
glorifiant et encensant l’Empereur. Plusieurs musiciens (Paisiello, Lesueur, Roze)
ont composé, spécialement pour cette cérémonie qui durera 5 heures, une messe
du couronnement grandiose et fastueuse.

Pour écouter des extraits de la Messe du Sacre

Un extrait de la messe du sacre de Paisiello

Une pièce de Lesueur composées pour le Sacre

« Vivat » de l’abbé Roze

Napoléon a le visage blême, marqué par l’émotion. Il se dirige


vers son trône placé sous les orgues. Sur un coussin de velours
rouge, une couronne de laurier d’or est posée. Selon la
tradition, c’est le pape qui aurait dû couronner Napoléon, mais
l’Empereur n’a que faire des traditions. Le pape devra se
contenter de rester en retrait. Napoléon s’empare de la
couronne et se tournant vers l’assemblée, il se la pose lui-
L'empereur même sur la tête et couronne aussi sa femme Joséphine.
Napoléon se
couronnant lui-
même. Dessin de
David.

©Carpe Diem Napoléon page 20


Empereur devant les hommes et devant Dieu, Napoléon termine la cérémonie en
prêtant serment et en s’engageant solennellement devant les nombreux témoins
rassemblés dans la cathédrale. Le cortège impérial rejoint ensuite les Tuileries,
applaudi par une foule en liesse qui l’accueille sous des arcs de triomphe et des
lumignons. Cent coups de canons et les cloches de Notre- Dame résonnent dans
toute la ville. Tout le mois de décembre sera ponctué par de grandes festivités.

C’est le Premier Empire !

Le serment civil de Napoléon

« Je jure de maintenir l'intégrité du territoire de la


République, de respecter les lois du Concordat et
de la liberté des cultes ; de respecter et de faire
respecter l'égalité des droits, la liberté politique et
civile, l'irrévocabilité des ventes des biens
nationaux ; de ne lever aucun impôt, de n'établir
aucune taxe qu'en vertu de la loi ; de maintenir
l'institution de la Légion d'honneur ; de gouverner
dans la seule vue de l'intérêt, du bonheur et de la
gloire du peuple français. »

©Carpe Diem Napoléon page 21


Les Symboles du costume de sacre
Couronne de laurier et le
Sceptre : globe :
L’aigle est choisi en référence aux
Le globe de Charlemagne ; il porte la
aigles, portées par les légions
couronne de ce même empereur (ces
romaines. Il est aussi le symbole de
deux éléments ayant été forgés de
Charlemagne. Napoléon se pose ainsi
toutes pièces avant le sacre).
en héritier de l’empire romain et de
Charlemagne.

Manteau rouge :

La couleur rouge du manteau


impérial est une référence
directe à la pourpre de
l’IMPERIUM romain.
Collier de la légion
d’honneur :
La Légion d'honneur est une
distinction créée par
Napoléon Ier. Il en distribua
à son bon vouloir aux
princes et grands dignitaires
de l'Empire français. Sa
symbolique illustre les
activités d’excellence de la
Nation.

Main de justice : Abeilles d’or :

Les abeilles rappellent les Mérovingiens et leur


Les regalia, ou mains de justice
disposition sur les armoiries et le manteau font
(sans doute apparues sous Saint référence aux fleurs de lys des Capétiens
Louis) font référence au passé.

©Carpe Diem Napoléon page 22


Une histoire de famille ou le partage de l’Europe

Devenu maître absolu, Napoléon va faire de ses frères et sœurs, des princes et
des princesses d’Empire et placer sa famille sur différents trônes d’Europe.
L’Empereur ne souhaite pas partager son pouvoir, mais plutôt avoir des pions
manipulables sur tout le territoire européen.

©Carpe Diem Napoléon page 23


Joseph Bonaparte Lucien Bonaparte
(1768-1844) (1775-1840)
Second frère de Napoléon
Frère aîné de Napoléon
Bonaparte. Il est ministre de
Bonaparte. Sous le Premier
l'Intérieur (1799-1800) puis
Empire, il est nommé prince
tribun (1802). Il est prince romain
français puis grand-électeur de
de Canino, prince français en
l'Empire et à ce titre régent
1815, puis prince (romain) de
pendant la campagne de 1805. En
Musignano en 1824 et prince
1806, il est créé roi de Naples
(romain) Bonaparte en 1837.
puis en 1808, roi d'Espagne. En
1814 et pendant les Cent-Jours, il
est nommé lieutenant-général de
l'Empire.
Louis Bonaparte
(1778-1846)

Élisa Bonaparte Quatrième fils des parents


(1777-1820) Bonaparte. Il épouse Hortense de
Beauharnais. Prince français et
Première sœur de Napoléon
altesse impériale (1804), puis roi
Bonaparte. Elle fut successivement
de Hollande de 1806 à 1810.
Princesse de Piombino et de
Lucques, puis grande-duchesse de
Toscane

Caroline Bonaparte
(1782-1839)
Pauline Bonaparte
(1780-1825) Troisième fille. Épouse de Joachim
Murat. Elle fut successivement
Seconde fille. Sœur préférée de
princesse française, grande-
Napoléon. Elle fut duchesse de
duchesse de Berg et reine consort
Guastalla, princesse Borghèse.
de Naples.

Eugène de Beauharnais
Jérôme Bonaparte (1781-1824)
(1784-1860)
Enfant de Joséphine de Beauharnais, fils
Fils cadet des Bonaparte. Prince français adoptif de l'Empereur, avec prédicat
et altesse impériale (1806 et 1852) et roi d'Altesse impériale, vice-roi d'Italie,
de Westphalie de 1807 à 1813. prince de Venise, grand-duc de
Francfort, duc de Leuchtenberg et
prince d’Eichstätt.

Hortense de Beauharnais
Maria Létizia Bonaparte
(1783-1837)
(1780-1825)
Enfant de Joséphine de
Beauharnais, fille adoptive de Mère de Napoléon Bonaparte. Elle
l'Empereur. Princesse française, n’eut pas de royaume mais fut
reine de Hollande (1806-1810), surnommée ‘ « Son Altesse
duchesse de Saint-Leu (Saint- Madame, mère de l’Empereur ».
Leu-la-Forêt) (1814),

©Carpe Diem Napoléon page 24


Joséphine et Marie Louise

Joséphine est le grand amour de Napoléon. Rencontrée


en 1795, cette veuve le séduit et l’épouse le 9 mars 1796.
Elle aime la vie luxueuse, les fastes, les plaisirs et les
fêtes. De son mariage
avec le vicomte de
Beauharnais (guillotiné
sous la Terreur), elle a
2 enfants, Hortense
et Eugène que
Joséphine de Beauharnais vers 1800
Pierre-Paul PRUD'HON (1758–1823) Eugène et Hortense de Napoléon adore et
Beauharnais
adopte.

Amie du chef du Directoire, Barras, elle intercède auprès de lui pour que Napoléon
Bonaparte reçoive le commandement en chef de l’armée d’Italie. Deux jours après
son mariage, il s’en va donc en campagne et rejoint ses troupes. Il y a pourtant des
ombres à ce tableau : Napoléon souhaite un
héritier, mais Joséphine ne peut pas lui donner de
descendance. Pour cette raison, il divorce en 1809.
Joséphine se retire alors dans son château de
Malmaison et conserve son rang « d’impératrice-
reine couronnée ».
Château de Malmaison

Après sa séparation d’avec Joséphine, Napoléon cherche en


Europe une épouse capable de lui donner un héritier. Fille
aînée de l'empereur François Ier d'Autriche, Marie Louise
est un parti idéal pour sceller une réconciliation entre la
France et l’Autriche. L’empereur des Français l’épouse donc
en 1810. Son éducation a été fondée sur la haine de la France.
Marie Louis d’Autriche

©Carpe Diem Napoléon page 25


Elle se sent étrangère parmi ces Français qui vingt ans auparavant, ont guillotiné
sa grand-tante Marie-Antoinette.

Mariage religieux de Napoléon et


de Marie-Louise

Napoléon s’attache à Marie Louise et son rêve se réalise en 1811, lorsqu’elle lui
donne un fils. Appelé Napoléon François Joseph Charles, il est proclamé roi de
Rome dès sa naissance et son père le présente à tous les dignitaires de l’Empire.
Mais Napoléon II ne montera jamais sur le trône.

Napoléon II

©Carpe Diem Napoléon page 26


L’Aiglon

Le 20 mars 1811, à Paris, la naissance de Napoléon, François,


Joseph, Charles Bonaparte est annoncée par 100 coups de
canon.

Il porte le titre de prince impérial, roi de Rome. Il devient


Prince de Parme en 1814, puis Napoléon II en 1815. Son grand-
père, l’empereur d’Autriche, lui accorde le titre de duc de
Reichstadt, en 1818.

Ses premières années, en France, se passent en famille,


avec sa mère et son père, qui semble réellement
s’intéresser à lui. Napoléon Ier lui fait ses adieux en
1814 : l’aiglon ne reverra jamais son père.

A l’âge de 4 ans, il part pour l’Autriche, en exil. Sa mère


doit s’occuper du Duché de Parme. Il est élevé par ses
tantes, et son grand-père.

A 17 ans, l’Empereur François, son grand-père, le nomme


Caporal. Il devient officier en 1826, puis capitaine et
enfin chef de bataillon en 1830.

Il décède à l’âge de 21 ans, d’une tuberculose non


diagnostiquée, et donc mal soignée. Certains auteurs
parlent d’un empoisonnement à l’arsenic. Le 15 avril 1832,
se sachant perdu, il déclare : « Ma naissance et ma mort,
voilà toute mon histoire. Entre mon berceau et ma tombe,
il y a un grand zéro. »

Le surnom de l'Aiglon lui vient d’un poème de Victor


HUGO écrit en 1852, par analogie à son père Napoléon Le poème de Victor
Ier surnommé l'Aigle. Hugo

Napoléon II

©Carpe Diem Napoléon page 27


Les Résidences de Napoléon

Le château de Saint-Cloud :

Lorsqu’il est Premier Consul, Napoléon choisit


Saint-Cloud comme résidence principale. Puis, en
1804, Fontainebleau devient résidence officielle.

Le château de la Malmaison :

C’est Joséphine qui l’acheta en 1799 pendant la


campagne d’Égypte de Napoléon. Il y résidera de
temps en temps et après son divorce avec
Joséphine, il viendra régulièrement lui rendre
visite.

Le château de Fontainebleau :

En 1804, Napoléon choisit définitivement


Fontainebleau comme résidence principale
lorsqu'il est présent en France.

Château de Schönbrunn, Autriche

Quand Napoléon doit se rendre en Autriche pour des


missions militaires ou diplomatiques, il réside à
Schönbrunn.

©Carpe Diem Napoléon page 28


Palais des Mulini : Portoferraio, île d'Elbe

Vaincu par les Alliés en 1814, Napoléon est exilé à


l'île d'Elbe, après sa défaite en 1814. Il y choisit une
demeure qui domine la ville.

Longwood House, île de Sainte-Hélène

Battu par les Anglais et les Prussiens à Waterloo.,


Napoléon est envoyé en exil sur la petite île de
Sainte-Hélène. Il y habitera jusqu'à la fin de sa vie.

Dernière demeure : Les Invalides

Lorsque Napoléon mourut en 1821 il fut inhumé à


Sainte-Hélène, alors qu’il souhaitait reposer près
des Français à Paris. En 1840, le roi Louis-
Philippe Ier obtint du Royaume-Uni la restitution
des cendres de Napoléon qui furent placées aux
Invalides, dans un grand sarcophage.

©Carpe Diem Napoléon page 29


La Grande Armée

C’est le nom que donne Napoléon 1er à son armée.


Créée au Camp de Boulogne-sur-Mer le 29 août 1805,
elle constitue une troupe invincible, crainte en Europe
pendant de nombreuses années.

Dévoués corps et âmes à leur Empereur, les


soldats lui prêtent serment de fidélité et
acceptent les conditions difficiles auxquelles ils
sont bien souvent confrontés. La discipline
militaire est très dure, les longues marches
forcées de nuit sont habituelles et exténuantes.
Mal vêtus, très peu nourris, à peine soignés, et
payés avec retard, les soldats de la Grande Armée font preuve malgré tout d'un
courage et d'un dévouement héroïques.

Qui sont les soldats de la


Grande Armée ?
✓ Ils ont moins de 19 ans.
✓ Ils ne sont pas mariés.
✓ Ils mesurent plus de 1, 55m
✓ Ils doivent avoir des dents en bon état pour
déchirer les cartouches.

©Carpe Diem Napoléon page 30


La rapidité d’action est un élément stratégique
Les soldats portaient des important dans les victoires de Napoléon. Pour
chaussures du même modèle obtenir un mouvement rapide des troupes et
pour les deux pieds. Autant surprendre ses ennemis, Napoléon obligent ses
dire que cela ne devait pas
soldats à parcourir 30 kilomètres par jour en
être très confortable ! Tu peux
si tu veux essayer de faire 1 marche normale et jusqu’à 50 kilomètres en marche
km dans ces conditions ! forcée. Les soldats sont parfois si épuisés qu’ils se
cassent les pieds en marchant ou tombent de
fatigue avant les batailles.

Entre 1804 et 1815, ce sont plus de 2 200 000


hommes qui ont été appelés sous les drapeaux.
Incorporés pour un minimum de 3 ans, ils sont
affectés à la Grande Armée napoléonienne qui
comprend des unités d'infanterie, de cavalerie et
d'artillerie mais aussi des services de soutien
(génie, transmissions, ravitaillement, santé…).

©Carpe Diem Napoléon page 31


L’infanterie
L'infanterie constitue le gros des troupes de la Grande Armée. Elle regroupe les
soldats qui combattent à pied et représente un noyau autour duquel s’articule et
s’organise l’ensemble de l’armée. En 1813, l’infanterie se compose de 243
régiments.

Elle se répartit en trois catégories :

✓ l'infanterie de ligne,
✓ l'infanterie légère,
✓ l'infanterie de la Garde impériale.

Infanterie de ligne
Elle comprend :

✓ Des fusiliers qui sont de simples soldats du rang.


✓ Des grenadiers
✓ Des voltigeurs qui sont des militaires plus Chef de bataillon
et colonel
expérimentés. d'infanterie de
ligne

Infanterie légère

L’infanterie légère regroupe des régiments d’élite habitués à


opérer dans des terrains difficiles. Elle comprend :

✓ Des chasseurs,
✓ Des carabiniers,
Officiers
✓ Des voltigeurs d'infanterie légère
en costume 'hiver

©Carpe Diem Napoléon page 32


Les femmes dans l’armée impériale

Arrivées bien souvent dans la Grande Armée en


suivant leur amoureux, les femmes sont très
importantes dans la vie quotidienne des soldats. Les
cantinières et les vivandières leur procurent de
l’alcool et de la nourriture. Des blanchisseuses
s’occupent du linge et des uniformes des officiers.
Toutes partagent les dures conditions de vie des
soldats. Elles subissent la souffrance, marchent avec
eux par tous les temps et certaines trouveront la mort
ou seront faites prisonnières.

La cavalerie

Sous l’Empire, la cavalerie regroupe plus de 100 régiments. Elle est le complément
obligatoire de l’infanterie. Redoutable et pleine de prestige, elle se divise en 3
catégories :

✓ La cavalerie légère
✓ La cavalerie de ligne
✓ La cavalerie lourde
Cavalerie légère

Son rôle est d’attaquer les lignes ennemies par les flancs
ou par derrière, de façon à créer la surprise. C’est elle qui
est chargée des missions de reconnaissance et de
poursuivre l'ennemi une fois que celui-ci bat en retraite.

Elle comprend :
✓ les hussards
✓ les chasseurs à cheval
✓ les chevau-légers lanciers.
Hussard
Les chevaux de la cavalerie légère avaient une taille
comprise entre 149 et 153 cm.

©Carpe Diem Napoléon page 33


Elle est utilisée pour créer une faille dans les lignes
ennemies et ainsi permettre aux unités d'infanterie
d’y pénétrer.

On y classe :
✓ les chevau-légers lanciers
✓ les dragons
Les dragons se battent à cheval ou à pied.
Les chevaux des dragons avaient une taille comprise
entre 153 et 155 cm.
Cavalerie de ligne

Dragon

Chevau-léger de ligne

Elle est constituée par


✓ les cuirassiers,
✓ les carabiniers
✓ les grenadiers à cheval.

Tous ces hommes étaient des soldats d’élite. Les


cavaliers étaient très forts et montaient des
chevaux très puissants.

Les chevaux mesuraient entre 155 cm et 160 cm.

Cavalerie lourde

©Carpe Diem Napoléon page 34


L’artillerie

Canon de 12
Artilleur de formation, Napoléon accorde une
grande importance à l’artillerie. Il pense que c’est
en s’appuyant sur elle qu’on remporte des
victoires. On appelle artillerie l’ensemble du
matériel militaire (canons, boulets…) et les corps
d’armée qui en ont la charge.

L'artillerie de la Grande Armée regroupe trois types d'unité.

✓ La compagnie d'artillerie à pied,


✓ La compagnie d'artillerie à cheval,
✓ La compagnie du train.

Les pièces d'artillerie comprennent des canons


dont le calibre peut être de 4, 6, 8 ou 12 livres et
des obusiers de 5 ou 6 pouces
Colonel et Chef de
Les compagnies d'artillerie à pied ou à cheval bataillon du train
assurent le tir tandis que les compagnies du train d’artillerie

sont en charge de leur transport.

Napoléon surnomme ses hommes « les Grognards » parce qu’ils


ne cessent de se plaindre et râlent beaucoup lors des longues
marches forcées auxquelles ils les sont soumet.
Colonel d’artillerie

©Carpe Diem Napoléon page 35


L’équipement du soldat
Les soldats de la Grande Armée ont en commun un équipement militaire de base.
Leur couvre-chef est différent selon le corps d’armée et du régiment auxquels ils
appartiennent. En temps de guerre, il était très difficile d’avoir un équipement
complet.

Veste ou habit-veste
Couverture : Lors des bivouacs garnie d’épaulettes :
en hiver, les soldats
s’enroulaient dans une
couverture ou dans leur
manteau pour se protéger du
froid.

Culotte ou pantalon : les


vêtements sont souvent faits
en drap de laine, chauds mais
très perméables à la pluie.

Sac à dos ou
havresac : pesant Giberne : boîte portée
jusqu'à 30 kilos, il contient en bandoulière par les
des habits, de la nourriture soldats. On y trouve
(pain, viande, vin et eau de généralement leurs
vie) et du tabac. cartouches et les outils
nécessaires à l'entretien
de leur arme.

Guêtres : les soldats à Baudrier : il s’agit d’une


pied portent des guêtres large bandoulière servant à
blanches, noires ou grises transporter le sabre et la
qui servent à protéger le bas baïonnette.
de leurs jambes.

Les chaussures : sont des


éléments indispensables pour ces
soldats qui font de si longues marches. Il Le fusil 1777, modifié ou non An
s’agit de souliers ou de bottes. Les IX, équipe tous les hommes du
soldats sont souvent mal équipés, alors rang, à l’exception des voltigeurs.
ils n'hésitent pas à en prendre sur les Il mesure environ 1m52 sans sa
morts gisant sur les champs de bataille. baïonnette et pèse 4,65 kg.

©Carpe Diem Napoléon page 36


La garde impériale
Créée par Napoléon Bonaparte le 18 mai 1804,
la Garde impériale est une unité d’élite
entièrement dévouée à l’Empereur. Elle
l’accompagne dans ses déplacements en
campagne mais prend rarement part aux
batailles. Napoléon l’emploie comme un
« joker » qu’il brandit au dernier moment en
espérant qu’à sa simple vue, les soldats ennemis
déposeront les armes.

La garde impériale regroupe les meilleurs


soldats provenant des différentes unités de la
Revue de la Garde par Napoléon à la
Bataille d’Iéna. (1806) Grande Armée mais aussi de régiments
hétéroclites :

✓ Des mamelouks,
✓ Des gendarmes d’élite,
✓ Des convoyeurs et transporteurs,
✓ Quelques marins.

Les critères de recrutement dans la garde impériale sont très stricts. Pour
espérer y entrer il faut :

✓ Avoir une taille minimale de 1 m83 pour les grenadiers et 1 m73


pour les chasseurs et les unités de cavalerie
✓ Avoir fait un minimum de 5 à 10 ans de service
✓ Avoir une conduite irréprochable
✓ Avoir participé à plusieurs campagnes militaires.
✓ Avoir une moustache « en crosse de pistolet » et des pattes ou
favoris

©Carpe Diem Napoléon page 37


Il existe une jeune Garde et une Vieille Garde. La Vieille Garde est une unité d’élite
de la Garde impériale. Elle est surnommée « la crème de la crème ». Ses vétérans
sont considérés comme les soldats les plus courageux de l’histoire militaire
française.

Ce grenadier de la Vieille Garde La Garde Impériale possède son propre corps de


porte un grand bonnet à poils que musiciens.
les soldats appellent l’ourson car il
est fait en poils d’ourson du Canada.

Contribuant à diffuser la puissance de l’Empereur, la Garde Impériale possède


quelques privilèges en nature. Un uniforme plus prestigieux et mieux taillé que les
autres unités lui est dévolu, ainsi qu’un armement qui lui est propre. La solde y est
supérieure, la nourriture meilleure. Prioritaire en ravitaillement pendant les
campagnes, elle a aussi la chance d’être cantonnée à Paris en temps de paix.

©Carpe Diem Napoléon page 38


Les maréchaux d’Empire

Dans l’armée de Napoléon, le

« DÉCRET IMPÉRIAL.
maréchalat n’est pas un grade mais
une distinction civile donnée à des
NAPOLÉON, Empereur des Français, décrète
ce qui suit :
généraux pour récompenser leur
courage et leur valeur militaire.
Sont nommés maréchaux de l’Empire, les
généraux Berthier, — Murat, — Moncey, —
L’Empereur a élevé à la dignité de
Jourdan, — Masséna, — Augereau, — maréchal 26 personnes pendant la
Bernadotte, — Soult, — Brune, — Lannes, — période du premier empire. Il les
Mortier, — Ney, — Davout, — Bessières.
place ainsi à la tête de son armée et
Le titre de maréchal d’Empire est donné aux à la 5ème place dans la hiérarchie
sénateurs Kellermann, — Lefebvre, — Pérignon
et Sérurier qui ont commandé en chef.
impériale (après l’Empereur, la
famille impériale, les grands
Donné à Saint-Cloud, le 29 floréal an XII.
dignitaires et les ministres).
NAPOLÉON. »

Les maréchaux d’Empire, reçoivent un bâton de


commandement en guise de reconnaissance. Ils ne
peuvent être plus de 16 en activité.

Les boulevards qui entourent la seconde


enceinte de Paris, celle des vingt
arrondissements, portent le nom de 19
maréchaux d’Empire et sont nommés pour
cette raison « Boulevards des maréchaux »

©Carpe Diem Napoléon page 39


L’Empire a du style

Napoléon et Joséphine donnent le ton à la société


impériale. Leurs goûts influencent tous les domaines en
France et même en Europe. Imprégné des arts des
civilisations antiques, ce nouveau style appelé style Empire,
s’impose dans l’architecture, la mode, la décoration
intérieure...

Chambre de Napoléon à
Le mobilier Fontainebleau

Le mobilier Empire est fortement inspiré de l’Antiquité


grecque, romaine et égyptienne. Les ébénistes emploient du
bois exotique et précieux (acajou, érable, citronnier...) et
des bronzes ciselés agrémentent le tout. Les symboles
napoléoniens y sont souvent sculptés (aigle, abeille, couronne
de lauriers, le I de l’Imperator...) ainsi que des sujets
guerriers (boucliers, armes…)

Trône de l’Empereur

La mode vestimentaire
C’est Joséphine et son couturier Leroy qui donnent le ton pour
la mode du Tout- Paris.

Les femmes portent souvent des robes légères drapées en


mousseline de couleur claire agrémenté d’un ruban noué sous la
poitrine. Sur leurs épaules, des châles en cachemire légers
habillent leurs frêles décolletés. Coiffées d’un bonnet ou d’un

©Carpe Diem Napoléon page 40


large ruban de soie claire orné d’un nœud ou d’une plume,
les femmes relèvent leurs cheveux et les nouent en
chignon soigné.

La mode masculine est tout aussi


élégante et raffinée que la mode
féminine. Souvent vêtus d’une
redingote foncée empruntée aux
Anglais, les hommes ont une
silhouette virile et fière. Ils
portent un chapeau haut de forme ou un bicorne et des
escarpins ou des bottes de style militaire.

Paris
Capitale de l’Empire, Paris va subir de grandes
transformations pour qu’elle reflète la
grandeur de Napoléon. Aidé d’architectes et
d’urbanistes, l’Empereur décide de faire édifier
de nouveaux bâtiments, il imagine des
agrandissements, prévoit des aménagements
spectaculaires et même de larges voies de
circulation. 660 noms d’officiers de la Grande
Armée sont gravés sur l’Arc de Triomphe
Dans le quartier désert de l’Etoile, des travaux
colossaux débutent en 1806 pour y ériger un immense arc de Triomphe destiné à
célébrer les victoires de Napoléon et à rendre hommage aux soldats de la Grande
Armée.

Inspiré par les monuments antiques,


Napoléon ordonne la construction de l’église
de la Madeleine, du Palais –Bourbon et de la
Bourse de Paris. Les travaux sont tellement
prodigieux et imposants que Napoléon ne
verra pas la fin de leur édification.
Palais de la Bourse

©Carpe Diem Napoléon page 41


Achevée en 1810 et dédiée à la gloire des armées victorieuses,
la colonne a été fabriquée grâce à la fonte de 1200 canons (180
tonnes) pris à l'ennemi. Une statue de Napoléon en Caesar fut
placée au sommet.

Paris s’embourgeoise et donne le ton à la


société impériale. Les bonnes manières
sont remises au goût du jour et les
notables s’affichent dans les lieux à la
mode et dans les beaux quartiers.

Mais si à Paris fleurissent de grandioses


monuments, la vie y est difficile pour une
grande majorité de la population. Les
artisans, les petits ouvriers, logent dans des
maisons sans commodité. Le chauffage est
inexistant, l’hygiène laisse à désirer. La ville
manque d’eau, ses rues sont insalubres et
dangereuses, surtout la nuit.

©Carpe Diem Napoléon page 42


Un pays en mutation

L’industrie
Un métier à tisser
L’ère napoléonienne se caractérise par un grand
développement industriel dans l’industrie textile avec Joseph Jacquard invente
de nombreuses inventions techniques. une nouvelle génération de
métier à tisser,
La Sidérurgie se développe. La France possède 200 programmable par cartes
hauts fourneaux, nécessaires à la production du fer. perforées. On le voit
quelquefois comme
C’est le matériau de base pour fabriquer les milliers de
l’ancêtre de l’ordinateur.
fusils et de boulets de canon qui alimentent les guerres
de Napoléon. A la bataille de Leipzig, en 1813, 400 000
boulets ont été tirés !

Les sciences
« Si je n'étais pas devenu général en chef... je me serais
jeté dans l'étude des sciences exactes ». Napoléon est un
fervent défenseur des Sciences : il a lu de nombreux ouvrages
de Sciences naturelles, de physique, d’astronomie. Il favorise
l’épanouissement d’une élite scientifique : Pierre Simon Laplace
règne sur l'astronomie et la physique mathématique grâce à sa
mécanique céleste. En chimie, Claude Berthollet, Jean Chaptal,
Antoine Fourcroy,
Lamarck, père de la Nicolas Vauquelin, Louis Joseph Gay-Lussac, Louis Thenard
biologie moderne
continuent l’œuvre de Lavoisier. En mathématique, le préfet Joseph Fourier, qui a
participé à l'expédition d'Égypte, invente un nouveau type d'analyse
mathématique. L'abbé René Just Haüy est le père de la cristallographie moderne.
En sciences naturelles, Louis Daubenton et Étienne Lacepède sont les dignes
héritiers de Buffon. Georges Cuvier, Jean-Baptiste Lamarck et Étienne Geoffroy
Saint-Hilaire préparent la théorie de l'évolution. Enfin, Jean Corvisart, Philippe
Pinel, Xavier Bichat et Antoine Fourcroy fondent une médecine résolument
moderne !

©Carpe Diem Napoléon page 43


De nouvelles voies de communication
Puisque l’Angleterre bloque les mers, la France doit trouver de nouvelles voies de
communication. Napoléon n’est pas convaincu de
l’intérêt du chemin de fer. Il développe les voies
fluviales en traçant des canaux dans le Nord,
notamment pour faciliter le fret de la sidérurgie.

Il sait aussi l’importance des routes pour les


déplacements militaires : il ordonne de grands
travaux de voirie sur l’ensemble du territoire.

Le monde rural
En 1811, l’Europe connait une grave crise agricole : le prix du blé s’enflamme à la
suite de mauvaises récoltes. Les riches stockent pour vendre plus cher. Napoléon
intervient en envoyant les gendarmes dans les campagnes et établit un prix
maximum pour le pain. En 1812, heureusement, la récolte est généreuse.

L’élevage se multiplie, surtout celui des moutons, afin de fournir l’industrie textile.
Deux plantes font leur apparition : la pomme de terre, qui remplace le blé lors de
la disette de 1811 et la tomate, qui perce jusqu’au Nord de la France.

L’enseignement
En 1800, les écoles primaires sont encore peu développées : lorsque la commune
paye un instituteur, il doit aussi prendre la charge de sacristain. C’est souvent le
prêtre du village qui instruit quelques rares enfants, lorsqu’ils n’ont pas de travail
aux champs. Napoléon ne s’intéresse pas à ces écoles
primaires : il fonde 45 lycées, réservés à la bourgeoisie.
Elèves et professeurs y portent l’uniforme et on y apprend
à manier les armes dès l’âge de 12 ans.

L’école polytechnique, créée en 1794, prendra le statut


militaire en 1804. Napoléon lui donne sa devise : « Pour la
patrie, les Sciences et la Gloire ».

©Carpe Diem Napoléon page 44


Les mécontents et les résistants
L’Europe résiste face à l’envahisseur. En
Espagne, le 2 mai 1808, des soldats français
sont tués dans les rues de Madrid. La révolte
gagne toute l’Espagne. Au Tyrol et en Prusse,
des groupes de partisans s’arment contre les
Français.

La Résistance passe aussi par le refus de payer


les impôts ou de fournir des hommes pour la Grande Armée.

La religion
L’Europe sous Napoléon s’enfièvre d’une immense foi
populaire, souvent tournée vers la haine de Napoléon. Les
catholiques ne lui pardonnent pas d’avoir emprisonné le
Pape en 1809, qui refusait de soutenir le Blocus
continental sur son territoire.

L’Eglise prend une attitude plus distante avec l’Empire, qu’elle soutenait
auparavant. Les jeunes prêtres se font missionnaires et tentent de rechristianiser
la France.

Saint-Pierre, Vatican (1901)

©Carpe Diem Napoléon page 45


Les guerres napoléoniennes
On les appelle aussi les guerres de la Révolution et de l'Empire, si l'on considère
qu'il s'agit essentiellement de la suite des guerres de défense de la Révolution
française, attaquée par les monarchies européennes coalisées. De 1793 à 1815,
sept coalitions se sont succédées. En voici les principales batailles.

En France, période révolutionnaire – de septembre à décembre 1793

Siège de Toulon
Les Royalistes s’emparent de la ville et la remettent aux Anglais. 22 000 hommes de
diverses nationalités (Anglais, Piémontais, Espagnols et Napolitains) s’installent à Toulon.
Les troupes de la Convention, rejointes par des unités de marins, organisent le siège de
la ville : ils sont 32 000. Napoléon y arrive en tant que capitaine-artilleur, il en repartira
général.

C’est une victoire terrestre, mais la flotte est très endommagée et les Anglais contrôlent
désormais les mers.

©Carpe Diem Napoléon page 46


En Italie, première coalition – 1792 à 1797

Montenotte (12 avril 1796)


Pour la campagne d’Italie, on avait promis 106 000
hommes à Bonaparte, il n’en trouve que 31 000, pour la
plupart blessés, épuisés, mal nourris, mal habillés, mal
armés.

A Montenotte, il fait face aux armées d’Autriche et du


Royaume de Sardaigne : il remporte une victoire rapide.

Pont d’Arcole (15 au 17 novembre 1796)


Elle opposa 19 000 hommes de l’armée française à 24 000 hommes de l'armée
autrichienne. Ce fut une autre victoire de Napoléon.

Rivoli (14 janvier 1797)


Elle opposa 30 000 hommes de l’armée française à 65 000 hommes de l'armée
autrichienne. Ce fut une victoire décisive pour la campagne d’Italie.

©Carpe Diem Napoléon page 47


En Egypte, Syrie et Alpes autrichiennes, deuxième coalition – 1798 à 1802

Pyramides (21 juillet 1798)


Le 19 mai 1798, la flotte française, forte de 55 navires de
guerre et 280 transports, quitte le port de Toulon,
embarquant une armée de 30 000 hommes commandée
par le général Bonaparte, ainsi que quelques dizaines de
scientifiques et administrateurs. Elle traverse la mer
Méditerranée échappant presque miraculeusement à la
flotte britannique de l'amiral Nelson. Le 6 juin, elle se
retrouve devant Malte qui tombe sans coup férir. Le 2
juillet, elle est à Alexandrie qui est enlevée d'assaut.
L'armée se dirige vers Le Caire et remporte une victoire
sur les 50 000 Mamelouks, au pied des Pyramides.

Aboukir (1er août 1798)


Nelson n’a pas vraiment apprécié que la flotte
napoléonienne lui glisse entre les doigts. Il se venge à
Aboukir le 1er août : la flotte républicaine est détruite ou
capturée. Napoléon n’a plus de billet de retour. Pour
rentrer, il devra passer par les terres.

Aboukir (25 juillet 1799)


Napoléon, après avoir essuyé une défaite à Saint Jean d’Acre, repousse les Anglais et
l’armée de l’Empire Ottoman à Aboukir. Il embarque sur une frégate et regagne la France.
Kléber devient le commandant de l’armée en Egypte. La situation se détériore : le 14 juin
1800, il est assassiné et les troupes françaises capitulent. Il restera pourtant quelques 300
irréductibles « mamelouks » français, qui offriront leurs services aux pachas les plus
offrants.

Marengo (14 juin 1800)


L’Autriche et l’Angleterre menacent encore Napoléon,
qui les affrontent à Marengo. Malgré d’innombrables
erreurs, c’est une victoire éclatante pour les Français.

©Carpe Diem Napoléon page 48


En Autriche et en Mer Méditerranée, troisième coalition – 1805

Ulm (20 octobre 1805)


Le 11 avril 1805, le Royaume-Uni et la Russie concluent un traité visant à expulser la
France de Hollande et de Suisse. Après l’annexion de Genève et la proclamation de
Napoléon comme roi d’Italie, l’Autriche rejoint la coalition. Le 9 août 1805, le royaume
de Naples et la Suède rejoignent la troisième coalition formée contre la France. A Ulm,
Napoléon remporte une victoire sans grande perte.

Trafalgar (21 octobre 1805)


Pour envahir l’Angleterre, Napoléon décide de
rassembler sa flotte, hétéroclite, dispersée et très
étroitement surveillée par la flotte de l’Amiral Nelson. A
Trafalgar, à la suite de plusieurs accrochages, la flotte
française est détruite aux 2/3. Cette victoire conforte la
suprématie anglaise sur les mers jusqu’à la Première
Guerre Mondiale.

Austerlitz (2 décembre 1805)


A Austerlitz, la coalition perd plus de 40 000 hommes tandis que les forces françaises
comptent moins de 2000 morts.

Après neuf heures de combats, la Grande Armée de Napoléon Ier bat les forces austro-
russes de l’empereur François II du Saint-Empire et de l'empereur russe Alexandre Ier.
L’Angleterre, bien qu'invaincue, reste seule, ce qui met fin à la Troisième Coalition.

©Carpe Diem Napoléon page 49


En Prusse et en Russie, quatrième coalition – 1806-1807

Iéna (14 octobre 1806)


Pour répondre à la réorganisation des empires
allemands, décidée par Napoléon, faisant des royaumes
de la Saxe et de la Bavière, la Prusse commence à
reformer son armée. L’affrontement est inévitable et la
bataille d’Iéna est décisive : la Prusse perd la moitié de
son armée.

Eylau (8 février 1807)


Les Prussiens sont défaits, mais les Russes prennent le relais. Napoléon les affronte à
Eylau. Il reste maître du terrain mais n’obtient pas la victoire décisive qu’il espérait.

Friedland (14 juin 1807)

C’est la bataille qui met fin à la quatrième


coalition. Les Russes sont vaincus, une
nouvelle fois.

Plusieurs historiens considèrent la bataille


de Friedland comme l'une des plus
brillantes victoires de Napoléon, à l'image
d'Austerlitz.

©Carpe Diem Napoléon page 50


En Autriche, cinquième coalition – 1809

Essling (20 octobre 1805)


En 1809, souhaitant venger la défaite d’Austerlitz et voyant la France embourbée dans la
Guerre d’Espagne, les Autrichiens attaquent la Bavière. A Essling, en banlieue de Viennes,
45 000 soldats perdent la vie. Selon les points de vue, cette bataille est une défaite ou un
match nul.

Wagram (21 octobre 1805)


Cette bataille décisive marque la fin de la cinquième coalition : les Autrichiens subissent
de grosses pertes.

©Carpe Diem Napoléon page 51


En Russie, Prusse et France, sixième coalition – 1812-1814

Moskova (20 octobre 1805)


La sixième coalition rassemble le Royaume-Uni, la Russie, la Prusse, auxquelles se
joignent au fur et à mesure des difficultés françaises, la Suède, l’Autriche et la plupart des
petits États allemands. C’est la bataille la plus sanglante de la Campagne de Russie, avec
plus de 70 000 tués. C’est une victoire française dans la mesure où les Russes battent en
retraite.

Leipzig (21 octobre 1805)


Napoléon fait retraite jusqu’à l’Elbe, après la défaite de la campagne de Russie. Il doit
affronter une nouvelle armée à Leipzig, forte de 330 000 hommes. Son armée n’est que
de 195 000 soldats. Il subit de graves pertes, mais moins que ses opposants. Il se replie
vers la France.

Montmirail (2 décembre 1805)


A Montmirail, Napoléon défait les troupes russes.

©Carpe Diem Napoléon page 52


En Belgique, septième coalition – 1815

Waterloo
La Septième Coalition est formée en toute hâte en 1815 après le retour de Napoléon Ier
et avant son entrée à Paris. Le 13 mars, six jours avant que Napoléon n’atteigne la
capitale, les puissances au Congrès de Vienne le déclarent hors-la-loi. Le Royaume-Uni,
l'Empire russe, l'Empire d'Autriche et le Royaume de Prusse parviennent à mobiliser 150
000 hommes pour mettre fin à sa présence à la tête de la France.

La bataille de Waterloo est une défaite pour la France :elle est la dernière à laquelle prit
part personnellement Napoléon, qui avait repris le contrôle de la France durant la période
dite des Cent-Jours. Malgré son désir de poursuivre la lutte, il dut abdiquer quatre jours
après son retour à Paris.

©Carpe Diem Napoléon page 53


Zoom sur le Grand Empire
L’Empire est à son apogée en 1812, il compte 134 départements avec une population
de 70 millions d’habitants et plusieurs Etats vassaux :

• le royaume d'Italie,
• le royaume de Naples,
• le royaume d'Espagne,
• la Confédération du Rhin avec le Duché de Varsovie,
• la Confédération suisse,
• la principauté de Lucques et Piombino,
• la principauté d'Erfurt,
• la ville libre de Dantzig
• et enfin Corfou, île de République des Sept-Îles.

L’Empire à son apogée en 1812. En bleu foncé, la France ;


en bleu clair, les états vassaux.

©Carpe Diem Napoléon page 54


Premier exil
Malgré quelques victoires, la campagne de France
se termine par la prise de Paris, le 31 mars 1814.
Les maréchaux forcent Napoléon à abdiquer.
L’intention de Napoléon était de le faire en
faveur de son fils, mais les puissances alliées
exigent une abdication inconditionnelle, qu'il
signe le 6 avril 1814.
Première abdication

Napoléon, qui pense que les alliés vont le séparer de


l’impératrice Marie-Louise d'Autriche et de son fils le roi de
Rome, prend, dans la nuit du 12 au 13 avril, une dose de poison
qui doit lui permettre de se suicider. Une première dose le
rend fortement malade, mais le médecin refuse de lui en
délivrer une seconde. Il reprend ses activités au bout de
quelques jours.

Il est alors exilé sur l’île d’Elbe, où il mène une vie très active.

En février 1815, Napoléon reçoit la visite de Fleury de Chaboulon, qui lui fait un
tableau de la situation en France en insistant sur l'attachement qu'une partie de
la population éprouve pour lui, et sur l'impopularité
de Louis XVIII.

Bonaparte décide de rentrer en France et ordonne


le réarmement du brick L'Inconstant. Par ses
ordres, on achète des munitions de guerre à Naples,
des armes à Alger, des vaisseaux de transport à
Gênes, et le 26 février 1815, à huit heures du soir,
il s'embarque avec 1 100 hommes, dont 600 de sa
garde, 200 chasseurs corses, 200 hommes
d'infanterie et 100 chevau-légers polonais.

©Carpe Diem Napoléon page 55


Les 100 jours
Les Cent-Jours désignent la période de l'histoire de France comprise entre le
retour en France de l'empereur Napoléon Ier, le 1er mars 1815, et son abdication,
le 7 juillet 1815.

Départ de l’île d’Elbe

 Du 1er au 20 mars 1815, c'est la reconquête du pouvoir par Napoléon, après


son débarquement dans le golfe Juan et sa marche vers Paris. Cette période
est surnommée « le vol de l'Aigle ».
 Du 20 mars au 22 juin 1815, c'est le second règne impérial de Napoléon Ier.
Cette période voit le rétablissement du contrôle de l'administration et de
l'armée par Napoléon, et la reprise de la guerre contre les Alliés qui
s'achève par la défaite française à Waterloo et l'abdication de l'empereur.

Ce sont les Cents Jours

©Carpe Diem Napoléon page 56


Sainte-Hélène

Après la défaite de Waterloo, le 18 juin 1815,


Napoléon se livre lui-même aux Anglais qui
décident de le déporter sur l’île de Sainte
Hélène en espérant qu’il ne nuira plus à leurs
intérêts.

Dès Juillet 1815, Louis XVIII rejoint Paris.

C’est la seconde Restauration

L’Empereur est le prisonnier des Anglais sur cette île


volcanique du bout du monde située en plein milieu de
l’Atlantique, au large de l’Afrique. Enfermé à Longwood
House, Napoléon est surveillé en permanence par ses
gardiens. Sorte de ferme humide, exposée continuellement
aux vents, aux giboulées violentes et plongée de longs mois
dans le brouillard, la dernière demeure de Bonaparte ne présente aucun confort.

L’antipathique gouverneur anglais Hudson Lowe lui confisque ses


armes, surveille son courrier et réduit ses libertés de
mouvement. Quelques fidèles l’ont accompagné sur cet îlot, mais
cela n’empêche pas Napoléon de connaître de profonds moments
de mélancolie et de solitude. Ses maux d’estomac sont de plus
en plus fréquents et insupportables, son teint est blême.
Conscient que sa fin est proche, Napoléon rédige son testament
(en avril 1821) et dicte ses mémoires au comte Las Cases. Dans
ce livre intitulé « Mémorial de Sainte-Hélène », l’Empereur déchu raconte ses
souvenirs, explique ses choix et justifie les évènements qui ont marqué son règne.

©Carpe Diem Napoléon page 57


L’Aigle rejoint le ciel

Couché depuis le 17 mars, Napoléon a fait


déplacer son lit près du buste de son fils pour ne
pas le quitter des yeux. Il ressent des douleurs
atroces à l’estomac, souvent secoué par des
vomissements violents, Bonaparte se nourrit de
moins en moins. Après plus de 4 jours d’agonie,
pendant lesquels il murmure des bribes de
phrases incohérentes, Napoléon meurt le samedi
le 5 mai 1821.

Les médecins concluent à une mort des suites d'un cancer de l'estomac, même si
des rumeurs d’empoisonnement sont encore parfois avancées. Revêtu de l’uniforme
des chasseurs à cheval de la garde impériale, orné de tous les ordres que le défunt
avait créés ou reçus pendant son règne, le corps de Napoléon est placé sur le lit
de fer qu’il avait coutume de faire porter à sa suite dans ses campagnes. Son
manteau bleu brodé en argent qu’il portait à la bataille de Marengo lui servait de
drap mortuaire.

©Carpe Diem Napoléon page 58


Hudson Lowe, geôlier odieux, qui
ne cessa de tracasser son
prisonnier et les Français présents
sur l’île, déclara devant son lit de
mort :

« Messieurs, c’était le plus


grand ennemi de
l’Angleterre, c’était aussi le
mien. Mais je lui pardonne
tout. À la mort d’un si grand
homme, on ne doit éprouver
que tristesse et profond
regret. »

Une comptine enfantine s’inspire


de façon fantaisiste de ce fait
historique tragique !

Napoléon est mort à Sainte Hélène,


Son fils Léon lui a crevé l'bidon.
On l'a r'trouvé, assis sur une
baleine,
En train d'sucer des arêtes de
poisson.

©Carpe Diem Napoléon page 59


Les Invalides : la dernière demeure
Napoléon voulait que son corps repose sur les bords de la Seine. Mais à sa mort, il
fut inhumé sur son île du bout du monde, loin du peuple français qu’il avait aimé.
Son terrible geôlier, Hudson Lowe refusa même de graver son nom sur sa pierre
tombale.

Après plusieurs essais infructueux pour rapatrier le


corps de l’Empereur en France, Louis-Philippe Ier
obtient enfin (19 ans après sa mort) la restitution
des cendres de Napoléon.

Le 18 octobre 1840, Napoléon quitte


définitivement l'île de Sainte-Hélène à bord
de la Belle Poule, un vaisseau français orné
d’aigles dorés. Le cercueil est hissé sur le pont
puis déposé dans une chapelle ardente, ornée
de trophées militaires. Plusieurs navires
français présents abandonnent leurs signes de
deuil pour hisser leurs couleurs. Des coups de canons retentissent aux abords de
l’île quand le Belle Poule lève l’ancre.

Le 30 novembre, la Belle-Poule entre dans la


rade de Cherbourg. On transfère les restes
de Napoléon sur le Normandie, un bateau à
vapeur, puis sur le bateau la Dorade pour
remonter la Seine jusqu’à Courbevoie. Depuis
« France, tu l’as revu ! Ton cri de joie, ô France,
les berges, la population rend hommage à
Couvre le bruit de ton canon ;
Ton peuple, un peuple entier qui sur tes bords l'Empereur.
s’élance,
Tend les bras à Napoléon »
Poème de Casimir Delavigne

©Carpe Diem Napoléon page 60


Depuis Courbevoie, le corps de Napoléon est
rapatrié triomphalement à Paris. L’inhumation est
Marche funèbre composée prévue le 15 décembre. Au passage du char et
par Adolphe Adam pour le des trompettes funèbres, les spectateurs
retour des cendres de
curieux s’amassent sur les trottoirs malgré le
Napoléon.
froid (-10°C) qui sévit ce jour-là à Paris.

Du 16 jusqu’au 24 décembre, l'église des Invalides, où le cercueil a été placé, reste


éclairée comme le jour de la cérémonie, et accueille le public venu se recueillir
devant les restes de l’Empereur.

« Ciel glacé ! Soleil pur ! Oh ! Brille dans


l’histoire !
Du funèbre triomphe, impérial flambeau !
Que le peuple à jamais te garde en sa
mémoire
Jour beau comme la gloire,
Froid comme le tombeau »

Évocation de cette journée par Victor Hugo


dans « Les Rayons et les Ombres »

©Carpe Diem Napoléon page 61


En 1861, un magnifique monument reçut la dépouille de Napoléon. Placé au centre
du dôme des Invalides, il a été conçu par l'architecte Louis Visconti. C’est un grand
sarcophage de quartzite aventuriné de Finlande, posé sur un socle de granit vert
dans lequel 6 cercueils sont enfermés.

En 1858, après de nombreuses négociations avec les Anglais, Longwood House et


la vallée du Tombeau (Sainte-Hélène) devinrent propriétés françaises. Leur
gestion est dorénavant à la charge du ministère des Affaires étrangères.

©Carpe Diem Napoléon page 62


Les artistes de l’Empire
Pendant le règne de Napoléon, les artistes sont placés sous haute surveillance. Ils
sont priés de mettre leur talent au service de l’Empereur. Tout doit tourner
autour de sa personne et le mettre en valeur.

Peinture
Les artistes peintres sont utiles pour servir la propagande de Napoléon. Ils sont
chargés de mettre en peinture les faits glorieux de l’Empereur, ses joutes
politiques et ses grandes batailles. Plusieurs peintres (Lejeune, Géricault, Antoine
Gros, Carle Vernet) se font remarquer dans le domaine de la peinture d’histoire en
réalisant des tableaux où Napoléon est représenté comme un héros. Ingres et
Gérard l’ont peint en costume de sacre quant à Jacques Louis David, considéré
comme le peintre officiel de l’Empire, il s’illustre dans la représentation des grands
évènements et les « scoops » de cette époque.

La bataille d’Eylau
Antoine Gros

Portrait de Napoléon
par Ingres

Austerlitz par Louis


François Lejeune

©Carpe Diem Napoléon page 63


Napoléon traversant le Saint-Bernard
Napoléon lors de la Bataille de par Jacques Louis David
Moscou par Carle Vernet

Napoléon par Géricault

Portrait de Napoléon
par Gérard

Couronnement de Joséphine
par Jacques Louis David

Atelier-jeu interactif et multimédia

En vous adressant à Carpe Diem (mail : contact@carpediem-education.fr),


vous pourrez accéder à un contenu-privilège concernant cette partie du
livret de votre lapbook. Il s’agit de jeux en ligne permettant de réinvestir
les notions lues dans ce chapitre.

©Carpe Diem Napoléon page 64


La littérature sous contrôle
Les relations entre l’Empire et les écrivains se
détériorent d’année en année. Une censure est
Dans une lettre à son frère faite sur tous les écrits (presse, romans et essais
datant de 1807, Napoléon
philosophiques). Napoléon fait retirer des pièces
avoue :
de théâtre, tous les détails qui pourraient faire
« Les hommes de lettres et les allusion à son règne. Les salons littéraires dans
philosophes, vous savez que lesquels on débat et on échange des idées ne
je ne les aime pas, puisque je plaisent pas à l’Empereur qui les faits surveiller.
les ai détruit partout… » Certains écrivains sont contraints de s’exiler.

A cause de la méfiance de Napoléon vis-à-vis des hommes de lettres, le mouvement


romantique a du mal à s’implanter en France. Cependant, deux auteurs français
forcés à l’exil, François René de Chateaubriand et Germaine de Staël, seront des
précurseurs du romantisme français. Voyageant dans toute l’Europe, ils mènent un
combat sans merci contre l’Empereur et rédigent des écrits où ils affichent des
opinions qui lui sont hostiles.

Dans ses « Mémoires d’outre-tombe »,


Chateaubriand condamne le régime
instauré par Napoléon.

©Carpe Diem Napoléon page 65


Dans les pays du nord de l’Europe, l’esprit classique
n’est plus à la mode. On souhaite s’émanciper des
carcans anciens. En Allemagne, les romanciers, poètes,
écrivains ancrent leurs textes dans un monde
mystérieux où les passions se déchaînent et où l’homme
essaie de se fondre dans la Nature tourmentée, secrète
et superbe. Les écrivains anglais désirent aussi un
changement. Ils s’inspirent de la nature sauvage,
entrent en communion avec elle et laissent libre cours à
leurs sentiments et imagination. Les héros romantiques
sont souvent désespérés et en proie à des déceptions
amoureuses. Les auteurs évoquent leurs états d’âmes,
s’évadent dans les rêves et apprécient la mélancolie.
C’est la naissance du romantisme

©Carpe Diem Napoléon page 66


Tout un art
La musique savante

Beethoven admire Bonaparte et le considère comme le représentant vivant des


idéaux de la Révolution française. Il lui dédie sa symphonie N°3 composée entre
1803 et 1804. Mais apprenant que Napoléon vient de s’autoproclamer Empereur
des Français en décembre 1804, Beethoven se met en colère et supprime son nom
de la page titre avec une force telle qu'il en aurait brisé sa plume et abîmé le
papier. Le compositeur renonce donc à nommer sa symphonie « Sinfonia grande,
intitolata Bonaparte » et l’intitule «Sinfonia eroica, composta per festeggiare il
sovvenire d'un grand'uomo» (Symphonie Héroïque, composée en mémoire d'un
grand homme). Dédiée à son mécène, le Prince de Lobkwitz, elle porte la référence
Opus 55 dans le catalogue d’œuvres composées par Beethoven. Déçu par son héros,
Ludwig Von Beethoven remplace la Marche Triomphale prévue initialement par une
Marche Funèbre.

3ème mouvement : Marche funèbre 3ème


symphonie Héroïque de Beethoven

©Carpe Diem Napoléon page 67


Nicolo Paganini, violoniste et compositeur
italien, engagé (de 1805-1809) à la cour de
Lucques par la princesse Elisa Bonaparte
Baciocchi, sœur de Napoléon avant d’être
musicien indépendant composa une sonate
pour violon et piano dédiée à l’Empereur.
Composée le jour de la Saint Napoléon, elle
s’intitule « Sonata Napoleone »

Nicolo Paganini

De nos jours encore, Napoléon inspire les musiciens.


Voici une œuvre qui s’intitule « Le Tombeau de
Napoléon ». Destinée à être interprétée par un
trombone solo et un orchestre symphonique, elle a été
composée par un jeune compositeur Suisse
contemporain, Richard Dubugnon.
Tombeau de Napoléon de
Dans la musique savante occidentale, le tombeau est un
R. Dubugnon
genre musical composé en hommage à un grand
personnage, un maître ou ami musicien. Il peut être
écrit aussi bien de son vivant qu'après sa mort.

Atelier-jeu interactif et multimédia

En vous adressant à Carpe Diem (mail : contact@carpediem-education.fr),


vous pourrez accéder à un contenu-privilège concernant cette partie du
livret de votre lapbook. Il s’agit de jeux en ligne permettant de réinvestir
les notions lues dans ce chapitre.

©Carpe Diem Napoléon page 68


Le 7ème art
Depuis la naissance du cinéma, Napoléon n’a cessé d’être le
héros de courts métrages et de films. Plus de 100 films
allemands, anglais, soviétiques, américains et français ont
depuis mis en scène la vie trépidante de l’Empereur.

Les frères Lumière en 1897 montent un court film intitulé


« Entrevue de Napoléon et du Pape ».

Tourné en 1925-1926, le « Napoléon » d’Abel


Gance avec une musique originale d’Arthur
Honegger est considéré comme un chef
d’œuvre. Lors de sa première à L’Opéra de
Paris, la fresque historique remporta un

succès fou. Novateurs par l’emploi des 3


écrans préfigurant le cinémascope, le film
Albert Dieudonné dans le rôle de utilise de grands moyens. Le réalisateur Abel
Napoléon d’Abel Gance. Gance s’identifie à son personnage et
encourage tellement les figurants et les
acteurs que lors du tournage d’une scène de bataille, les personnages se mettent
à se battre en vrai. Résultat : 52 blessés.

Quelques titres de films


1955 - Napoléon, de Sacha Guitry J’apparais même
dans « Les Couloirs
1974 - Guerre et Amour, de Woody Allen (États- du temps : Les
Unis) Visiteurs 2 » et une
« Nuit au Musée
1985 - Adieu Bonaparte, de Youssef Chahine 2»!
(Franco-Égypte)

1988 -L'otage de l'Europe

1994 - Le Colonel Chabert, d'Yves Angelo avec


Gérard Depardieu

2002 - Napoléon (téléfilm), d'Yves Simoneau avec


Christian Clavier

©Carpe Diem Napoléon page 69


Napoléon en littérature
Héros romantique par excellence, Napoléon a inspiré les poètes et les écrivains du
XIXème siècle. Tantôt décrit comme un défenseur des plus démunis, un grand
aventurier, ou un gardien des libertés. Sa vie pleine de rebondissements fait rêver
et alimente poésies, chroniques historiques, mémoires, et romans depuis de
nombreuses années.

Dans la 3ème partie du roman, « Le Dans les « Mémoires d’Outre-


Médecin de campagne » (1833), tombe » de CHATEAUBRIAND, une
H.de BALZAC donne une large place partie entière (6 livres) est consacrée
aux récits de batailles d’un ancien à la vie de Napoléon.
soldat de Napoléon.

Dans la deuxième partie des


« Misérables » de Victor Hugo, le
Plusieurs poèmes de Victor Hugo :
livre 1 évoque plusieurs
« Ô soldats de l’an II »
évènements s’étant déroulés du
« L’expiation »
temps de Napoléon.

Le comte LAS CASES, grâce à de


Dans le troisième chapitre de fréquents entretiens avec
« La Chartreuse de Parme » Napoléon sur l’île de Sainte-
STENDHAL, son héros Fabrice Hélène écrit « le Mémorial de
est à Waterloo. Sainte-Hélène » dans lequel
sont transcrites les mémoires
de Napoléon.

Dans « Le Rouge et le Noir » de


STENDHAL, Julien, le héros cache
« Guerre et paix » de
sous son matelas le « Mémorial de
TOLSTOÏ contient deux
Sainte-Hélène » et rêve à Napoléon et
à son propre destin en regardant
portraits contrastés de
voler un aigle. Napoléon.

©Carpe Diem Napoléon page 70


L’héritage Napoléon

Depuis la mort de Napoléon jusqu’à nos jours, 80 000 ouvrages ont été publiés sur
Bonaparte. Il nous a légué, entre autres…

La Banque de France Les préfets

13 février 1800 17 février 1800

La Légion d’honneur

19 mai 1802

Les chambres de
Des lycées et l’école
commerce
militaire de Saint Cyr
1er mai 1802 24 décembre 1802

Les cours d’appel


Le code civil
1803
21 mars 1804

Le baccalauréat La Cour des Comptes

17 mars 1808 16 septembre 1807

©Carpe Diem Napoléon page 71


Quelques expressions
Impossible n’est pas français

Se dit lorsque l’on refuse d’abdiquer face à la difficulté. Cette phrase est attribuée à
Napoléon, qui l’aurait utilisée dans une de ses missives. Le général Jean Léonard François
se voyant dans l’impossibilité de défendre la ville de Magdebourg lors de la campagne
d’Allemagne fit part de ses doutes à Bonaparte. L’Empereur lui aurait répondu “Ce n’est
pas possible, m’écrivez-vous; cela n’est pas français”.

Le bon numéro

Cette expression est une référence à la conscription. En cas de danger, tous les hommes
âgés de 18 à 40 ans pouvaient être réquisitionnés. Certains, plus riches que d’autres,
payaient une personne pour les remplacer à la guerre. En 1798, un système de tirage au
sort fut mis en place. Si le bon numéro était tiré, le jeune homme ne partait pas.

De nos jours, « tirer le bon numéro » signifie que l’on a de la chance, ou que l’on a trouvé
l’homme ou la femme idéale.

Les vieux de la vieille

Lorsqu'un soldat de la Vieille Garde part en retraite ou est réformé, il devient « un vieux
de la Vieille », expression restée de nos jours.

Coup de Trafalgar

En référence à la bataille de Trafalgar, il s’agit d’une


situation grave, qui modifie le cours des évènements.

C’est la Bérézina

En référence à la bataille de La Bérézina, on l’emploie


désormais comme synonyme de déroute, d'échec cuisant, en
dépit de la victoire de l'armée française lors de cette
bataille.

©Carpe Diem Napoléon page 72


Sommaire des activités

Activité 1 : Biographie. Découper la fiche biographique de Napoléon. La compléter. La


glisser dans l’enveloppe, préalablement découpée et assemblée.

Activité 2 : Que de noms ! Découper la forme. Lister tous les noms et surnoms de
Napoléon.

Activité 3 : Périodes historiques. Découper le livret et sa couverture. Définir les


différentes périodes proposées. Coller la couverture sur le livret replié.

Activité 4 : Campagne d’Italie. Découper le livret et sa couverture. Découper suivant


les pointillés. Donner la date de cette campagne, l’âge de Napoléon, le nombre d’hommes.
Citer les célèbres paroles de Napoléon. Parler du déroulement des combats et de leurs
conséquences. Indiquer comment sont traitées les œuvres d’art.

Activité 5 : La campagne d’Egypte. Découper le livret. Le compléter en suivant les


indications.

Activité 6 : Le coup d’Etat. Découper le livret et sa couverture. Coller la couverture sur


le livret replié. Résumer les 3 jours.

Activité 7 : Le Consulat. Découper la forme. Indiquer ce qu’est le consulat.

Activité 8 : Napoléon Ier, Empereur. Découper la forme. Rédiger un article de journal


présentant la cérémonie.

Activité 9 : Les symboles. Découper les formes et évider les trous. Relier les formes à
l’aide d’un ruban, d’une ficelle ou d’une attache parisienne. Indiquer sur chaque forme un
des symboles présents dans le costume du sacre.

Activité 10 : L’album de famille. Découper les pages et la couverture. Coller les pages
repliées les unes à la suite des autres. Coller la couverture sur le livret replié. Compléter
l’album de famille.

Activité 11 : Ses deux femmes. Découper le livret et ses couvertures. Découper le long
des pointillés. Coller les couvertures sur les rabats repliés. Indiquer qui sont ses deux
femmes.

Activité 12 : L’aiglon. Découper la fiche biographique de Napoléon II. La compléter. La


glisser dans l’enveloppe, préalablement découpée et assemblée.

Activité 13 : Ses résidences. Découper les formes et évider les trous. Indiquer de
quelles résidences il s’agit. Relier les formes à l’aide d’une attache parisienne, une ficelle
ou un ruban, en plaçant la couverture au-dessus.

©Carpe Diem Napoléon page 73


Activité 14 : Les soldats de la Grande Armée. Découper l’accordéon. Indiquer quels
sont les caractéristiques des soldats napoléoniens.

Activité 15 : La Grande Armée. Découper la forme. Indiquer quels sont les différents
corps qui composent la Grande Armée.

Activité 16 : L’infanterie. Découper la forme et les trois couvertures. Coller ces


couvertures sur les rabats repliés. Indiquer ce que sont les trois corps d’infanterie.

Activité 17 : La Cavalerie. Découper la forme et la couverture. Coller la couverture sur


le livret plié. Indiquer ce que sont les trois corps de cavalerie.

Activité 18 : L’artillerie. Découper le livret et sa couverture. Définir les trois corps


d’artillerie et le matériel utilisé.

Activité 19 : La Garde impériale. Découper le livret et sa couverture. Coller la


couverture sur le livret replié. Donner les caractéristiques nécessaires pour faire partie
de la Garde Impériale.

Activité 20 : La mode. Découper le livret et sa couverture. Coller la couverture sur le


livret replié. Indiquer quels sont les critères de mode masculine et féminine.

Activité 21 : Architecture. Découper les formes et évider les trous. Donner un aperçu
de l’architecture au temps de Napoléon puis donner les noms des réalisations
architecturales proposées.

Activité 22 : Innovations. Découper les formes. Indiquer quelles ont été les différentes
innovations. Relier les formes à l’aide de deux agrafes, au bas des formes, en plaçant la
couverture au-dessus.

Activité 23 : Les guerres de Napoléon. Découper le livret et l’assembler. Découper les


fiches. Donner des indications sur la bataille. Eventuellement, ajouter des infos au dos de
la carte. Ranger les cartes dans le livret. Des cartes vierges sont à votre disposition pour
ajouter d’autres batailles.

Activité 24 : L’empire à son apogée. Découper le livret et sa couverture. Compléter la


carte et la légende.

Activité 25 : Premier exil. Découper la forme et sa couverture. Coller la couverture sur


les formes repliées. Détailler les étapes du premier exil de Napoléon : abdication, suicide,
île d’Elbe, retour en France.

Activité 26 : Les 100 jours. Découper le livret et sa couverture. Coller la forme sur le
livret replié. Donner la définition des 100 jours. Indiquer les deux périodes de ces Cent
jours : reconquête et second règne.

©Carpe Diem Napoléon page 74


Activité 27 : Sainte-Hélène. Découper la lettre-enveloppe et sa couverture. Coller la
couverture sur la lettre repliée. Détailler les évènements survenus à Sainte-Hélène.

Activité 28 : La mort de Napoléon. Découper le livret. Indiquer le déroulement de sa


mort. Puis détailler les différentes étapes de rapatriement du corps.

Activité 29 : Les Peintres de l’Empire. Découper le livret et sa couverture. Indiquer


quel est le peintre officiel sous Napoléon, donner quelques noms de peintre et indiquer
comment l’art est traité sous l’Empire.

Activité 30 : La littérature sous Napoléon. Découper le livret et ses deux couvertures.


Coller les couvertures sur le livret replié. Définir le Romantisme, et indiquer pourquoi il a
eu du mal à s’implanter en France.

Activité 31 : La musique savante. Découper le livret. Détailler les deux compositeurs de


la période napoléonienne.

Activité 32 : Le septième art. Découper la forme. Donner quelques informations sur les
films traitant de Napoléon.

Activité 33 : L’héritage de Napoléon. Découper l’enveloppe et les fiches. Sur chaque


fiche, donner le nom et la date de la réalisation napoléonienne.

Activité 34 : Les expressions. Découper les deux roues. Evider la partie indiquée. Relier
les deux roues à l’aide d’une attache parisienne. Donner les expressions utilisées encore
de nos jours.

©Carpe Diem Napoléon page 75


Activité 1 – Biographie

Napoléon Bonaparte

Ses parents

Dates de naissance et de décès

Lieu de Naissance

Études

Sa famille

©Carpe Diem Napoléon page 76


Activité 1 – Biographie (suite)

Napoléon
Biographie de

Côté à coller dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 77


Activité 2 – Que de noms !

Que de
noms !

©Carpe Diem Napoléon page 78


Activité 3 – Périodes historiques

Directoire
Convention
Terreur
Révolution

©Carpe Diem Napoléon page 79


Activité 3 – Périodes historiques (suite)

Périodes
historiques

©Carpe Diem Napoléon page 80


Activité 4 – Campagne d’Italie

Côté à coller dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 81


Activité 4 – Campagne d’Italie (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 82


Activité 5 – Campagne d’Egypte

Date

Effectif

Invités
La campagne d’ Egypte
Flotte

Côté à coller dans le


lapbook
Première ville tombée

Mamelouk

Paroles

Nelson

Capitulation

©Carpe Diem Napoléon page 83


Activité 6 – Coup d’état

Coup d’état
19 Brumaire

18 Brumaire 20 Brumaire

©Carpe Diem Napoléon page 84


Activité 7 – Le Consulat

Côté à coller dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 85


Activité 8 – Napoléon Ier, Empereur

de notre envoyé spécial

©Carpe Diem Napoléon page 86


Activité 9 – Les symboles

Les symboles

©Carpe Diem Napoléon page 87


Activité 9 – Les symboles (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 88


Activité 10 – L’album de famille

L’albu
m de
famille

©Carpe Diem Napoléon page 89


Activité 10 – L’album de famille (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 90


Activité 10 – L’album de famille (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 91


Activité 11 – Ses deux femmes

©Carpe Diem Napoléon page 92


Activité 11 – Ses deux femmes (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 93


Activité 12 – L’aiglon

Napoléon II

Ses parents

Dates de naissance et de décès

Lieu de Naissance

Études

Sa famille

©Carpe Diem Napoléon page 94


Activité 12 – L’aiglon (suite)

Napoléon II
Biographie de

Côté à coller dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 95


Activité 13 – Ses résidences

Ses
résidences

©Carpe Diem Napoléon page 96


Activité 13 – Ses résidences (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 97


Activité 14 – Les soldats de la Grande Armée

Les soldats de la
Grande Armée

©Carpe Diem Napoléon page 98


Activité 15 – La Grande Armée

Côté à coller dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 99


Activité 16 – L’Infanterie

L’Infanterie

©Carpe Diem Napoléon page 100


Activité 17 – La cavalerie

©Carpe Diem Napoléon page 101


Activité 17 – La cavalerie (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 102


Activité 18 – L’artillerie

L’artillerie

©Carpe Diem Napoléon page 103


Activité 19 - La Garde Impériale

La Garde
impériale

©Carpe Diem Napoléon page 104


Activité 20 – La mode

La mode

©Carpe Diem Napoléon page 105


Activité 21 - Architecture

©Carpe Diem Napoléon page 106


Activité 21 – Architecture (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 107


Activité 22 – Innovations

L’industrie
Innovations

Le monde rural

Les sciences

©Carpe Diem Napoléon page 108


Activité 22 – Innovations (suite)

Les voies de communication L’enseignement

©Carpe Diem Napoléon page 109


Activité 23 – Les guerres

Côté à coller dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 110


Activité 23 – Les guerres (suite)

Siège de Toulon Montenotte

Pont d’Arcole Rivoli

©Carpe Diem Napoléon page 111


Activité 23 – Les guerres (suite)

Pyramides Aboukir

Marengo Ulm

©Carpe Diem Napoléon page 112


Activité 23 – Les guerres (suite)

Trafalgar Austerlitz

Iéna Eylau

©Carpe Diem Napoléon page 113


Activité 23 – Les guerres (suite)

Friedland Essling

Wagram Moskova

©Carpe Diem Napoléon page 114


Activité 23 – Les guerres (suite)

Leipzig Montmirail

Waterloo

©Carpe Diem Napoléon page 115


Activité 23 – Les guerres (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 116


Activité 24 – L’Empire à son apogée

Légende

©Carpe Diem Napoléon page 117


Activité 24 – L’Empire à son apogée (suite)

L’Empire à
son apogée

©Carpe Diem Napoléon page 118


Activité 25 – Premier exil

Premier
exil

©Carpe Diem Napoléon page 119


Activité 26 – Les 100 jours

Les 100
jours

©Carpe Diem Napoléon page 120


Activité 27 – Sainte-Hélène

©Carpe Diem Napoléon page 121


Activité 27 – Sainte-Hélène (suite)

Sainte-Hélène

©Carpe Diem Napoléon page 122


Activité 28 – La mort de Napoléon

La mort de
Napoléon

Côté à coller dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 123


Activité 29 – Les Peintres de l’Empire

Peintre officiel

L’Art sous l’Empire

Autres peintres

©Carpe Diem Napoléon page 124


Activité 29 – Les Peintres de l’Empire (suite)

Les
Peintres de
l’Empire

©Carpe Diem Napoléon page 125


©Carpe Diem
« Les hommes de lettres et les
philosophes, vous savez que je ne les
aime pas, puisque je les ai détruit
partout… »

Napoléon
Activité 30 – La littérature sous Napoléon

page 126
Activité 31 – La musique savante

La musique savante
Côté à coller dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 127


Activité 32 – Le Septième Art

Le Septième Art

©Carpe Diem Napoléon page 128


Activité 33 – L’héritage de Napoléon

L’héritage de
Napoléon
Rabat à plier

Rabat à plier
et coller

et coller

Côté à coller
dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 129


Activité 33 – L’héritage de Napoléon (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 130


Activité 34 – Les expressions

Partie à évider

Les
expressions

©Carpe Diem Napoléon page 131


Activité 34 – Les expressions (suite)

©Carpe Diem Napoléon page 132


Le titre du lapbook

Napoléon

©Carpe Diem Napoléon page 133


Corrigés des activités
Activité 1

Napoléon Bonaparte

Ses parents

Letizia Ramolino, sa mère mène


d’une main de fer la « Casa
Buonaparte ».

Dates de naissance et de décès :

15 août 1769 -5 mai 1821


Charles Marie son père est souvent
absent. Il avocat au Conseil Lieu de Naissance : Ajaccio.
supérieur de l'île, ne possède pour
seule richesse qu’un lopin de
vignes et quelques champs Études : Avant ses 9 ans, Napoléon fréquente les écoles
d’Ajaccio. Il y apprend à lire et à compter et brille en calcul,
matière dans laquelle il est très doué. En 1779, Napoléon
rentre à l’École royale militaire de Brienne-le-Château. En
1784, Napoléon, réussit l’examen de l’École militaire de Paris
et y entre comme cadet gentilhomme. En 1785 il est reçu
lieutenant d’artillerie et rejoint un régiment.

Sa famille

Treize enfants viendront agrandir la famille, neuf (Lucien, Élisa, Louis, Pauline,
Caroline, et Jérôme) seulement survivront et seront des compagnons de jeux et de
bagarres pour Joseph, l’aîné (1768) et Napoléon.

©Carpe Diem Napoléon page 134


Activité 2

« La paille au nez »
Le petit caporal
L’Aigle
Général vendémiaire
L’Homme

©Carpe Diem Napoléon page 135


Activité 3

©Carpe Diem
Révolution Terreur Convention Directoire

Depuis les années 1770- Depuis 1789, les conflits au sein L’ exécution de En 1795 on propose à
de l’ Assemblée française se Napoléon une nouvelle
1780,l es Français sont Robespierre (en 1794)
multiplient, les députés ne sont mission : stopper une
mécontents. La France pas tous du même avis. Les
met fin à cette
insurrection royaliste à
subit de nombreuses Girondins sont modérés, mais atmosphère terrible.
Paris. La Convention ne
crises. Les réformes les virulents Jacobins (ou
possède que 5000 soldats à
engagées par le roi Louis Montagnards), avec leur chef
Robespierre, veulent opposer à une foule de
XVI ne suffisent pas à 30000 royalistes. Mais
profondément réformer la
calmer les esprits. Une société française. Les deux Napoléon réussit à écraser
révolte gronde à Paris. En camps s’ affrontent, des luttes les rebelles à coups de canon
de pouvoir et des disputes

Napoléon
juillet 1789, les Parisiens et de mitrailles et devient
violentes plongent la France l’ un des héros de la
réagissent et prennent
dans un climat de Terreur. Révolution et un personnage
d’ assaut la prison de la Suspicion, exécutions
Bastille. important du régime qu’ il
publiques, hantent le quotidien
a sauvé. La France est
des Français.
désormais gouvernée par 5
directeurs qui se partagent
le pouvoir face à un Conseil
des Anciens proposant les
lois et un Conseil des 500 qui
les vote.

page 136
Activité 4

Date : Age : Paroles :

« Soldats, vous êtes nus, mal


nourris…Je vous conduirai
1796 27 ans dans les plus fertiles plaines
du monde…Vous y trouverez
honneur, gloire et richesse. »

Effectif : Combats : Œuvres d’art :

Surprenant l’ennemi par sa Les œuvres d’arts, les


vivacité d’action et ses monuments antiques et
40 000 hommes mouvements de troupes
les chefs d’œuvres
mal équipés rapides, il fait preuve
italiens sont envoyés en
d’audace et vient à bout des
Sardes et des Autrichiens. France.

Activité 5

30 000 et 40 000 hommes Juillet 1798

Des experts (savants, orientalistes, archéologues


artistes…) accompagnent l’expédition vers la
150 navires terre des pharaons.

Les mamelouks sont l’élite de la cavalerie turque. Opposant très peu de résistance, la ville est
Bonaparte créera un corps français identique prise dès le 2 juillet 1798.
rassemblant de vaillants cavaliers qui s’illustreront
notamment à Austerlitz.

Lors du défilé de ses troupes devant les L’amiral Nelson détruit la flotte française à Aboukir. Grâce au
pyramides, Napoléon leurs déclare « Soldats, soutien de l’Angleterre et de la Russie, un sultan turc décide
de libérer l’Égypte du joug français.
songez que du haut de ses pyramides, quarante
siècles vous contemplent »

©Carpe Diem Napoléon page 137


Napoléon abandonne clandestinement le commandement
de l’armée à Kléber et revient en France. En 1801, Les Anglais
remportent la victoire sur les troupes laissées en Égypte et
font signer à la France sa capitulation.

Activité 6

19 Brumaire
Les députés sont très inquiets et
18 Brumaire pressentent le danger. Lorsque 20 Brumaire
Les conspirateurs font croire qu’une Bonaparte, impatient, se présente à
rébellion des Jacobins menace la eux, les députés le traitent de
Le plan a réussi : le 20
République. Ils éloignent les députés dictateur. Il sort en hâte protégé par
des deux Assemblées et les mettent quelques soldats. Lucien, le frère de
Brumaire, quelques
sous la « protection » militaire du Napoléon sauve la situation en législateurs sont forcés de
Général Bonaparte. Sieyès et Ducos faisant croire que les députés ont signer le renversement du
simulent une démission et poussent essayé d’assassiner Bonaparte. Les
Directoire. Le pouvoir est
Barras à faire de même. Ils mettent grenadiers envahissent alors la salle,
alors les deux autres directeurs de créant la panique parmi les députés confié à trois consuls :
l’opposition en garde à vue pour qu’il qui se sauvent à toute jambe en Bonaparte, Sieyès et Ducos.
n’y ait plus de pouvoir exécutif. sautant même par les fenêtres !

Activité 7

En à peine un mois, une nouvelle Constitution est


rédigée et les bases d’un nouveau régime dirigé par
trois consuls sont posées. Napoléon reprend les
choses en main et la France retrouve un peu d’ordre.
Il entreprend un grand travail de réorganisation
administrative. Bonaparte propose à ses voisins
européens de faire la paix mais ils la lui refusent et
se battent contre ses troupes à plusieurs reprises.
Lors de ces batailles (Marengo, Hohenlinden…),
comme toujours, il excelle dans l’art militaire et se
fait remarquer par sa maîtrise de la diplomatie. Du
coup, l’Autriche et l’Angleterre demandent l’arrêt
des combats. Cela fait 10 ans que l’Europe n’a pas
connue de paix civile.

©Carpe Diem Napoléon page 138


Activité 8

Voir texte.
Activité 9

Sceptre :

L’aigle est choisi en référence aux aigles, portées par


les légions romaines. Il est aussi le symbole de
Charlemagne. Napoléon se pose ainsi en héritier de
l’empire romain et de Charlemagne.

Couronne de laurier et le globe :

Le globe de Charlemagne ; il porte la couronne de ce


même empereur (ces deux éléments ayant été forgés
de toutes pièces avant le sacre).

Manteau rouge :

La couleur rouge du manteau impérial est une


référence directe à la pourpre de l’IMPERIUM romain.

Collier de la légion d’honneur

Main de justice

©Carpe Diem Napoléon page 139


Abeilles d’or :

Les abeilles rappellent les Mérovingiens et leur


disposition sur les armoiries et le manteau font
référence aux fleurs de lys des Capétiens.

Activité 10

Pauline Bonaparte Eugène de Beauharnais


(1780-1825) (1781-1824)

Seconde fille. Sœur préférée de Napoléon. Enfant de Joséphine de Beauharnais, fils


Elle fut duchesse de Guastalla, princesse adoptif de l'Empereur, avec prédicat
Borghèse. d'Altesse impériale, vice-roi d'Italie, prince de
Venise, grand-duc de Francfort, duc de
Leuchtenberget prince d’Eichstätt.

©Carpe Diem Napoléon page 140


Élisa Bonaparte Louis Bonaparte
(1777-1820) (1778-1846)

Première sœur de Napoléon Bonaparte. Elle Quatrième fils des parents Bonaparte. Il
fut successivement Princesse de Piombino et épouse Hortense de Beauharnais. Prince
de Lucques, puis grande-duchesse de français et altesse impériale (1804), puis roi
Toscane. de Hollande de 1806 à 1810.

Joseph Bonaparte Lucien Bonaparte


(1768-1844) (1775-1840)

Frère aîné de Napoléon Bonaparte. Sous le Second frère de Napoléon Bonaparte. Il est
Premier Empire, il est nommé prince français puis ministre de l'Intérieur (1799-1800) puis
grand-électeur de l'Empire et à ce titre régent
tribun (1802). Il est prince romain de Canino,
pendant la campagne de 1805.En 1806, il est créé
prince français en 1815, puis prince (romain)
roi de Naples puis en 1808, roi d'Espagne. En 1814
et pendant les Cent-Jours, il est nommé
de Musignano en 1824 et prince (romain)
lieutenant-général de l'Empire. Bonaparte en 1837.

©Carpe Diem Napoléon page 141


Hortense de Beauharnais Maria Létizia Bonaparte
(1783-1837) (1780-1825)

Enfant de Joséphine de Beauharnais, fille Mère de Napoléon Bonaparte. Elle n’eut pas
adoptive de l'Empereur. Princesse française, de royaume mais fut surnommée ‘ « Son
reine de Hollande (1806-1810), duchesse de Altesse Madame, mère de l’Empereur ».
Saint-Leu (Saint-Leu-la-Forêt) (1814).

Jérôme Bonaparte Caroline Bonaparte


(1784-1860) (1782-1839)

Fils cadet des Bonaparte. Prince français et Troisième fille. Épouse de Joachim Murat.
altesse impériale (1806 et 1852) et roi de Elle fut successivement princesse française,
Westphalie de 1807 à 1813. grande-duchesse de Berg et reine consort de
Naples.

©Carpe Diem Napoléon page 142


Activité 11

Joséphine est le grand amour de Napoléon. Après sa séparation d’avec Joséphine,


Rencontrée en 1795, il l’épouse le 9 mars 1796. Napoléon cherche en Europe une épouse
Elle aime la vie luxueuse. De son mariage avec le capable de lui donner un héritier. Fille aînée
vicomte de Beauharnais, elle a 2 enfants, de l'empereur François Ier d'Autriche, Marie
Hortense et Eugène que Napoléon adopte. Amie Louise est un parti idéal pour sceller une
du chef du Directoire, Barras, elle intercède réconciliation entre la France et l’Autriche.
auprès de lui pour que Napoléon Bonaparte
L’empereur l’épouse en 1810. Son éducation
reçoive le commandement en chef de l’armée
a été fondée sur la haine de la France. Elle se
d’Italie. Napoléon souhaite un héritier, mais
sent étrangère parmi ces Français qui vingt
Joséphine ne peut pas lui donner de
ans auparavant, ont guillotiné sa grand-tante
descendance. Pour cette raison, il divorce en
1809. Joséphine se retire alors dans son château
Marie-Antoinette. Napoléon s’attache à
de Malmaison et conserve son rang « Marie Louise et son rêve se réalise en 1811,
d’impératrice-reine couronnée ». lorsqu’elle lui donne un fils.

©Carpe Diem Napoléon page 143


Activité 12

Napoléon II

Ses parents

Il était le fils et l'héritier de


Napoléon Ier, empereur des
Français, et de sa seconde
épouse, Marie-Louise Dates de naissance et de décès :
20 mars 1811- 22 juillet 1832
d'Autriche.

Lieu de Naissance : Paris

Études : Ses premières années, en France, se passent en


famille, avec sa mère et son père, qui semble
réellement s’intéresser à lui A 17 ans, l’Empereur
François, son grand-père, le nomme Caporal. Il
devient officier en 1826, puis capitaine et enfin chef
de bataillon en 1830.

Sa famille

. A l’âge de 4 ans, il part pour l’Autriche, en exil. Sa mère doit


s’occuper du Duché de Parme. Il est élevé par ses tantes, et
son grand-père.

©Carpe Diem Napoléon page 144


Activité 13

Le château de Saint-Cloud Le château de la Malmaison

Le château de Fontainebleau Château de Schönbrunn,


Autriche

Palais des Longwood House, île de


Mulini Portoferraio, île d'Elbe Sainte-Hélène

Les Invalides

©Carpe Diem Napoléon page 145


Activité 14

Les soldats de la
Grande Armée

Ils ont moins de 19 ans.

Ils ne sont pas mariés.

Ils mesurent plus de 1, 55m

Ils doivent avoir des dents en bon


état pour déchirer les cartouches.

Dévoués corps et âmes à leur Empereur, les soldats


lui prêtent serment de fidélité et acceptent les
conditions difficiles auxquelles ils sont bien souvent
confrontés.

Souvent mal vêtus, très peu nourris, à peine


soignés, et payés avec retard, les soldats de la
Grande Armée font preuve malgré tout d'un
courage et d'un dévouement héroïques.

©Carpe Diem Napoléon page 146


Activité 15

L'infanterie L’artillerie

La cavalerie La garde impériale

Les maréchaux d’empire

Activité 16

L'infanterie de ligne : L'infanterie légère : L'infanterie de la


Garde impériale
Elle comprend : des fusiliers qui Elle regroupe des régiments
sont de simples soldats du rang, d’élite habitués à opérer
des grenadiers, des voltigeurs qui dans des terrains difficiles.
sont des militaires plus
Elle comprend :
expérimentés.

✓ Des chasseurs,
✓ Des carabiniers,
✓ Des voltigeurs

©Carpe Diem Napoléon page 147


Activité 17

Cavalerie légère Cavalerie de ligne Cavalerie lourde

Son rôle est d’ attaquer les lignes Elle est utilisée pour créer une faille Elle est constituée par
ennemies par les flancs ou par derrière, dans les lignes ennemies et ainsi ✓ les cuirassiers,
de façon à créer la surprise. C’ est elle permettre aux unités d'infanterie d’ y ✓ les carabiniers
qui est chargée des missions de pénétrer. ✓ les grenadiers à cheval.
reconnaissance et de poursuivre On y classe : les chevau-légers lanciers
l'ennemi une fois que celui-ci bat en et les dragons Tous ces hommes étaient des soldats
retraite. Les dragons se battent à cheval ou à d’ élite. Les cavaliers étaient très
Elle comprend : les hussards, les pied. Les chevaux des dragons avaient forts et montaient des chevaux très
chasseurs à cheval, les chevau-légers une taille comprise entre 153 et 155 puissants.
lanciers. cm.
Les chevaux de la cavalerie légère Les chevaux mesuraient entre 155 cm
avaient une taille comprise entre 149 et et 160 cm.
153 cm.

Activité 18

La compagnie d'artillerie à
La compagnie d'artillerie à pied La compagnie du train
cheval

Elle assure le tir Elle assure le tir Elle est en


avec l’artillerie à avec l’artillerie à charge du
cheval. pied. transport du
matériel
d’artillerie.

©Carpe Diem Napoléon page 148


Le matériel

Les pièces
d'artillerie
comprennent
des canons dont
le calibre peut
être de 4, 6, 8 ou
12 livres et des
obusiers de 5 ou
6 pouces

Activité 19

Avoir une taille minimale de Avoir fait un minimum de 5 Avoir une conduite
1 m83 pour les grenadiers à 10 ans de service irréprochable
et 1 m73 pour les chasseurs .

et les unités de cavalerie

Avoir une moustache « en


Avoir participé à plusieurs crosse de pistolet » et des
campagnes militaires pattes ou favoris

©Carpe Diem Napoléon page 149


Activité 20

La mode masculine est tout aussi élégante et


C’est Joséphine et son couturier Leroy qui
raffinée que la mode féminine. Souvent vêtus
donnent le ton pour la mode du Tout- Paris.
d’une redingote foncée empruntée aux
Les femmes portent souvent des robes légères
Anglais, les hommes ont une silhouette virile
drapées en mousseline de couleur claire
et fière. Ils portent un chapeau haut de forme
agrémenté d’un ruban noué sous la poitrine.
ou un bicorne et des escarpins ou des bottes
Sur leurs épaules, des châles en cachemire
de style militaire.
légers habillent leurs frêles décolletés.
Coiffées d’un bonnet ou d’un large ruban de
soie claire orné d’un nœud ou d’une plume, les
femmes relèvent leurs cheveux et les nouent
en chignon soigné.

Activité 21

Palais de la Bourse
Capitale de l’Empire, Paris va Arc de Triomphe
subir des grandes
transformations pour qu’elle
reflète la grandeur de Napoléon.
Aidé d’architectes et
d’urbanistes, l’Empereur décide L’église de la
Colonne Vendôme Madeleine
de faire édifier de nouveaux
bâtiments, il imagine des
agrandissements, prévoit des
aménagements spectaculaire et
même de larges voies de
circulation.
Palais –Bourbon

©Carpe Diem Napoléon page 150


Activité 22

L’industrie

La Sidérurgie se développe. La France


possède 200 hauts fourneaux, nécessaires à
la production du fer. C’est le matériau de
base pour fabriquer les milliers de fusils et de
boulets de canon qui alimentent les guerres
de Napoléon. A la bataille de Leipzig, en
1813, 400 000 boulets ont été tirés

Le monde rural

Les sciences
Napoléon favorise l’épanouissement d’une élite
En 1811, l’Europe connait une grave crise agricole scientifique : Pierre Simon Laplace règne sur
: le prix du blé s’enflamme à la suite de mauvaises l'astronomie et la physique mathématique grâce à
récoltes. Les riches stockent pour vendre plus sa mécanique céleste. En chimie, Claude
cher. Napoléon intervient en envoyant les Berthollet, Jean Chaptal, Antoine Fourcroy,
gendarmes dans les campagnes et établit un prix Nicolas Vauquelin, Louis Joseph Gay-Lussac, Louis
maximum pour le pain. En 1812, heureusement, la Thenard continuent l’œuvre de Lavoisier. En
mathématique, le préfet Joseph Fourier, qui a
récolte est généreuse. L’élevage se multiplie,
surtout celui des moutons, afin de fournir participé à l'expédition d'Égypte, invente un
l’industrie textile. Deux plantes font leur nouveau type d'analyse mathématique. L'abbé
apparition : la pomme de terre, qui remplace le René Just Haüy est le père de la cristallographie
blé lors de la disette de 1811 et la tomate, qui moderne. En sciences naturelles, Louis Daubenton
et Étienne Lacepède sont les dignes héritiers de
perce jusqu’au Nord de la France
Buffon. Georges Cuvier, Jean-Baptiste Lamarck et
Étienne Geoffroy Saint-Hilaire préparent la
théorie de l'évolution. Enfin, Jean Corvisart,
Philippe Pinel, Xavier Bichat et Antoine Fourcroy
fondent une médecine résolument moderne !

©Carpe Diem Napoléon page 151


Les voies de communication L’enseignement

Puisque l’Angleterre bloque les mers, la France


doit trouver de nouvelles voies de
communication. Napoléon n’est pas convaincu de En 1800, les écoles primaires sont encore peu
l’intérêt du chemin de fer. Il développe les voies développées : lorsque la commune paye un
fluviales en traçant des canaux dans le Nord, instituteur, il doit aussi prendre la charge de
notamment pour faciliter le fret de la sidérurgie. Il sacristain. C’est souvent le prêtre du village qui
sait aussi l’importance des routes pour les instruit quelques rares enfants, lorsqu’ils n’ont
déplacements militaires : il ordonne de grands pas de travail aux champs. Napoléon ne
travaux de voirie sur l’ensemble du territoire. s’intéresse pas à ces écoles primaires : il fonde 45
lycées, réservés à la bourgeoisie. Élèves et
professeurs y portent l’uniforme et on y apprend
à manier les armes dès l’âge de 12 ans.

©Carpe Diem Napoléon page 152


Activité 23

Siège de Toulon Montenotte

12 avril 1796
Les Royalistes s’emparent de la ville et la remettent
aux Anglais. 22 000 hommes de diverses nationalités
Pour la campagne d’Italie, on avait promis 106 000
s’installent à Toulon. Les troupes de la Convention,
hommes à Bonaparte, il n’en trouve que 31 000, pour
rejointes par des unités de marins, organisent le
la plupart blessés, épuisés, mal nourris, mal habillés,
siège de la ville : ils sont 32 000. Napoléon y arrive
en tant que capitaine-artilleur, il en repartira général. mal armés. A Montenotte, il fait face aux armées
d’Autriche et du Royaume de Sardaigne : il remporte
C’est une victoire terrestre, mais la flotte est très
une victoire rapide.
endommagée et les Anglais contrôlent désormais les
mers.

Pont d’Arcole Rivoli

15 au 17 novembre 1796 14 janvier 1797

Elle opposa 30 000 hommes de l’armée


française à65 000 hommes de l'armée
Elle opposa 19 000 hommes de l’armée autrichienne. Ce fut une victoire décisive pour
française à 24 000 hommes de l'armée la campagne d’Italie.
autrichienne. Ce fut une autre victoire de
Napoléon.

©Carpe Diem Napoléon page 153


Pyramides Aboukir

21 juillet 1798 1er août 1798

La flotte française quitte le port de Toulon, Nelson n’a pas vraiment apprécié que la flotte
embarquant une armée de 30 000 hommes napoléonienne lui glisse entre les doigts. Il se venge à
commandée par le général Bonaparte, ainsi que Aboukir le 1er août : la flotte républicaine est détruite
quelques dizaines de scientifiques. Elle traverse la ou capturée. Napoléon n’a plus de billet de retour.
Méditerranée échappant à la flotte de l'amiral Pour rentrer, il devra passer par les terres.
Nelson. Elle se retrouve devant Malte qui tombe sans
coup férir. Le 2 juillet, elle est à Alexandrie qui est
.
enlevée d'assaut puis se dirige vers Le Caire et
remporte une victoire sur les 50 000 Mamelouks.

Marengo Ulm

20 octobre 1805
14 juin 1800

Le 11 avril 1805, le Royaume-Uni et la Russie concluent


L’Autriche et l’Angleterre menacent encore
un traité visant à expulser la France de Hollande et de
Napoléon, qui les affrontent à Marengo. Malgré
Suisse. Après l’annexion de Genève et la proclamation
d’innombrables erreurs, c’est une victoire éclatante
de Napoléon comme roi d’Italie, l’Autriche rejoint la
pour les Français.
coalition. Le 9 août 1805, le royaume de Naples et la
Suède rejoignent la troisième coalition.
.

©Carpe Diem Napoléon page 154


Trafalgar Austerlitz

21 octobre 1805 2 décembre 1805

Pour envahir l’Angleterre, Napoléon décide de A Austerlitz, la coalition perd plus de 40 000 hommes
rassembler sa flotte, hétéroclite, dispersée et très tandis que les forces françaises comptent moins de
étroitement surveillée par la flotte de l’Amiral Nelson. 2000 morts. Après neuf heures de combats, la Grande
A Trafalgar, à la suite de plusieurs accrochages, la flotte Armée de Napoléon Ier bat les forces austro-russes de
française est détruite aux 2/3. Cette victoire conforte l’empereur François II du Saint-Empire et de
la suprématie anglaise sur les mers jusqu’à la Première l'empereur russe Alexandre Ier. L’Angleterre, bien
Guerre Mondiale. qu'invaincue, reste seule, ce qui met fin à la Troisième
Coalition.

Iéna Eylau

2 décembre 1805
8 février 1807

A Austerlitz, la coalition perd plus de 40 000 hommes


Les Prussiens sont défaits, mais les Russes prennent le
tandis que les forces françaises comptent moins de
relais. Napoléon les affronte à Eylau. Il reste maître du
2000 morts. Après neuf heures de combats, la Grande
terrain mais n’obtient pas la victoire décisive qu’il
Armée de Napoléon Ier bat les forces austro-russes de
espérait.
l’empereur François II du Saint-Empire et de
l'empereur russe Alexandre Ier. L’Angleterre, bien
qu'invaincue, reste seule, ce qui met fin à la Troisième
Coalition.

©Carpe Diem Napoléon page 155


Friedland Essling

14 juin 1807
20 octobre 1805

C’est la bataille qui met fin à la quatrième coalition. Les


En 1809, souhaitant venger la défaite d’Austerlitz et
Russes sont vaincus, une nouvelle fois. Plusieurs
voyant la France embourbée dans la Guerre d’Espagne,
historiens considèrent la bataille de Friedland comme
les Autrichiens attaquent la Bavière. A Essling, en
l'une des plus brillantes victoires de Napoléon, à
banlieue de Viennes, 45 000 soldats perdent la vie.
l'image d'Austerlitz.
Selon les points de vue, cette bataille est une défaite
ou un match nul

Wagram Moskova

21 octobre 1805 20 octobre 1805

Cette bataille décisive marque la fin de la cinquième La sixième coalition rassemble le Royaume-Uni, la
coalition : les Autrichiens subissent de grosses pertes. Russie, la Prusse, auxquelles se joignent au fur et à
mesure des difficultés françaises, la Suède, l’Autriche
et la plupart des petits États allemands. C’est la bataille
la plus sanglante de la Campagne de Russie, avec plus
de 70 000 tués. C’est une victoire française dans la
mesure où les Russes battent en retraite.

©Carpe Diem Napoléon page 156


Leipzig Montmirail

21 octobre 1805
2 décembre 1805

Napoléon fait retraite jusqu’à l’Elbe, après la défaite de


A Montmirail, Napoléon défait les troupes russes.
la campagne de Russie. Il doit affronter une nouvelle
armée à Leipzig, forte de 330 000 hommes. Son armée
n’est que de 195 000 soldats. Il subit de graves pertes,
mais moins que ses opposants. Il se replie vers la
France.

Waterloo

1815

La Septième Coalition est formée en toute hâte en


1815 après le retour de Napoléon et avant son entrée
à Paris. Le 13 mars, six jours avant que Napoléon
n’atteigne la capitale, les puissances au Congrès de
Vienne le déclarent hors-la-loi. Le Royaume-Uni,
l'Empire russe, l'Empire d'Autriche et le Royaume de
Prusse parviennent à mobiliser 150 000 hommes pour
mettre fin à sa présence à la tête de la France.

La bataille de Waterloo est une défaite pour la


France :elle est la dernière à laquelle prit part
personnellement Napoléon, qui avait repris le contrôle
de la France durant la période dite des Cent-Jours.
Malgré son désir de poursuivre la lutte, il dut abdiquer
quatre jours après son retour à Paris.

©Carpe Diem Napoléon page 157


Activité 24

Voir le texte.

Activité 25

Abdication Suicide

Malgré quelques victoires, la campagne de France Napoléon, pense que les alliés vont le séparer
se termine par la prise de Paris, le 31 mars 1814. Les de sa femme et de son fils prend, dans la nuit
maréchaux forcent Napoléon à abdiquer.
du 12 au 13 avril, une dose de poison. Une
L’intention de Napoléon était de le faire en faveur
première dose le rend fortement malade,
de son fils, mais les puissances alliées exigent une
abdication inconditionnelle, qu'il signe le 6 avril mais le médecin refuse de lui en délivrer une
1814. seconde. Il reprend ses activités au bout de
quelques jours.

Ile d’Elbe Retour en France

Il est alors exilé sur l’île d’Elbe, où il mène Bonaparte décide de rentrer en France et ordonne
le réarmement du brick L'Inconstant. Par ses
une vie très active
ordres, on achète des munitions de guerre, des
armes et des vaisseaux de transport. Le 26 février
1815, à huit heures du soir, il s'embarque avec 1
100 hommes, dont 600 de sa garde, 200 chasseurs
corses, 200 hommes d'infanterie et 100 chevau-
légers polonais.

©Carpe Diem Napoléon page 158


Activité 26

Du 1er au 20 mars 1815, c'est la


reconquête du pouvoir par Napoléon,
après son débarquement dans le golfe
Les Cent-Jours désignent la Juan et sa marche vers Paris. Cette
période de l'histoire de France période est surnommée « le vol de
comprise entre le retour en France l'Aigle ».
de l'empereur Napoléon Ier, le 1er
mars 1815, et son abdication, le 7
juillet 1851.

Du 20 mars au 22 juin 1815, c'est le second


règne impérial de Napoléon Ier. Cette période
voit le rétablissement du contrôle de
l'administration et de l'armée par Napoléon, et
la reprise de la guerre contre les Alliés qui
s'achève par la défaite française à Waterloo et
l'abdication de l'empereur.

©Carpe Diem Napoléon page 159


Activité 27

Voir le texte.

Activité 28

Couché depuis le 17 mars, Napoléon a fait déplacer son Après plusieurs essais infructueux pour rapatrier le corps de
lit près du buste de son fils pour ne pas le quitter des l’Empereur en France, Louis-Philippe Ier obtient enfin (19 ans
après sa mort) la restitution des cendres de Napoléon. Le 18
yeux. Il ressent des douleurs atroces à l’estomac,
octobre 1840, Napoléon quitte définitivement l'île de Sainte-
souvent secoué par des vomissements violents,
Hélène à bord de la Belle Poule, un vaisseau français orné
Bonaparte se nourrit de moins en moins. Après plus de d’aigles dorés. Le 30 novembre, la Belle-Poule entre dans la
4 jours d’agonie, Napoléon meurt le samedi le 5 mai rade de Cherbourg. On transfère les restes de Napoléon sur le
1821. Les médecins concluent à une mort des suites Normandie, un bateau à vapeur, puis sur le bateau la Dorade
d'un cancer de l'estomac. Revêtu de l’uniforme des pour remonter la Seine jusqu’à Courbevoie. Depuis
chasseurs à cheval de la garde impériale, orné de tous Courbevoie, le corps de Napoléon est rapatrié triomphalement
les ordres que le défunt avait créés ou reçus pendant à Paris. L’inhumation est prévue le 15 décembre. Au passage
du char et des trompettes funèbres, les spectateurs curieux
son règne, le corps de Napoléon est placé sur le lit de
s’amassent sur les trottoirs malgré le froid (-10°C) qui sévit ce
fer qu’il avait coutume de faire porter à sa suite dans
jour-là à Paris. Du 16 jusqu’au 24 décembre, l'église des
ses campagnes. Son manteau bleu brodé en argent qu’il Invalides, où le cercueil a été placé, reste éclairée comme le
portait à la bataille de Marengo lui servait de drap jour de la cérémonie, et accueille le public venu se recueillir
mortuaire. devant les restes de l’Empereur. En 1861, un magnifique
monument reçut la dépouille de Napoléon.

Activité 29

Jacques Louis David est considéré comme le peintre


officiel de l’Empire, il s’illustre dans la représentation
des grands évènements et les « scoops » de cette
époque.

Pendant le règne de Napoléon, les artistes sont placés sous


haute surveillance. Ils sont priés de mettre leur talent au
service de l’Empereur. Tout doit tourner autour de sa
personne et le mettre en valeur. Les artistes peintres sont
utiles pour servir la propagande de Napoléon. Ils sont chargés
de mettre en peinture les faits glorieux de l’Empereur, ses
joutes politiques et ses grandes batailles.

©Carpe Diem Napoléon page 160


Plusieurs peintres (Lejeune, Géricault, Antoine Gros,
Carle Vernet) se font remarquer dans le domaine de la
peinture d’histoire en réalisant des tableaux où
Napoléon est représenté comme un héros. Ingres et
Gérard l’ont peint en costume de sacre.

Activité 30

Dans les pays du nord de l’Europe, on A cause de la méfiance de


assiste à na naissance du romantisme. Napoléon vis-à-vis des hommes de
L’esprit classique n’est plus à la mode.
lettres, le mouvement romantique
En Allemagne, les romanciers, poètes,
a du mal à s’implanter en France.
écrivains ancrent leurs textes dans un
monde mystérieux où les passions se Cependant, deux auteurs français
déchaînent et où l’homme essaie de se forcés à l’exil, François René de
fondre dans la Nature tourmentée. Les Chateaubriand et Germaine de
écrivains anglais désirent aussi un Staël, seront des précurseurs du
changement. Ils s’inspirent de la nature romantisme français. Voyageant
sauvage et laissent libre cours à leurs
dans toute l’Europe, ils mènent un
sentiments et imagination. Les héros
combat sans merci contre
romantiques sont désespérés et en
proie à des déceptions amoureuses. Les l’Empereur et rédigent des écrits
auteurs évoquent leurs états d’âmes, où ils affichent des opinions qui lui
leurs rêves et apprécient la mélancolie. sont hostiles.

ssiste à na naissance du romantisme.


L’esprit classique n’est plus à la mode.
On souhaite s’émanciper des carcans en communion avec elle et laissent
anciens. En Allemagne, les romanciers,
Activité 31 libre cours à leurs sentiments et
poètes, écrivains ancrent leurs textes
imagination. Les héros
dans un monde mystérieux où les
passions se déchaînent et où l’homme romantiques sont souvent
Beethoven
essaie de seadmire
fondre Bonaparte le considère comme ledésespérés
dans laetNature représentant et en Nicolo
proie àPaganini,
des violoniste et compositeur italien,
vivant des idéaux
tourmentée, secrète de laetRévolution
superbe. française.
Les Il lui dédie déceptions
sa symphonie amoureuses. Les1805-1809) à la cour de Lucques par la
engagé (de
N°3 composée
écrivains anglaisentre 1803 etaussi
désirent 1804. unMais apprenant que Napoléon
auteurs évoquent princesse
leurs étatsElisa Bonaparte Baciocchi, sœur de
vient de s’autoproclamer
changement. Ils s’inspirentEmpereur des Français en 1804, Beethoven
de la nature d’âmes, s’évadent dans les rêves et
se met enentrent
sauvage, colère etensupprime
communion son nom
avecde la page titre avec une force Napoléon avant d’être musicien indépendant
telleetqu'il en aurait brisécours
sa plume
apprécient la mélancolie.
et abîmé le papier. Le compositeur
elle laissent libre à leurs composa une sonate pour violon et piano dédiée à
renonce àetnommer
sentiments imagination. sa symphonie
Les héros« Sinfonia grande, intitolata
Bonaparte »sont et souvent
l’intitule désespérés
Symphonie Héroïque, composée en
l’Empereur. Composée le jour de la Saint Napoléon,
romantiques
mémoire d'un grand
et en proie à des déceptions homme). Déçu par son héros, Ludwig Von elle s’intitule « Sonata Napoleone »
Beethoven remplace
amoureuses. la Marche
Les auteurs Triomphale prévue initialement par
évoquent
une Marche
leurs Funèbre.
états d’âmes, s’évadent dans les
rêves et apprécient la mélancolie.

nion avec elle et laissent libre cours à


leurs sentiments et imagination. Les
héros romantiques sont souvent
désespérés et en proie à des déceptions
amoureuses. Les auteurs évoquent
leurs états d’âmes, s’évadent dans les
rêves et apprécient la mélancolie.

©Carpe Diem Napoléon page 161


Activité 32

Plus de 100 films allemands, anglais, soviétiques, américains et français ont depuis mis en scène la
vie trépidante de l’Empereur Napoléon.

1897 : Les frères Lumière montent un court film intitulé « Entrevue de Napoléon et du Pape ».

En 1925-1926, le « Napoléon » d’Abel Gance avec une musique originale d’Arthur Honegger est
considéré comme un chef d’œuvre. Le réalisateur Abel Gance s’identifie à son personnage et
encourage tellement les figurants et les acteurs que lors du tournage d’une scène de bataille, les
personnages se mettent à se battre en vrai. Résultat : 52 blessés.

1955 - Napoléon, de Sacha Guitry,

1974 - Guerre et Amour, de Woody Allen (États-Unis),

1985 - Adieu Bonaparte, de Youssef Chahine (Franco-Égypte),

1988 -L'otage de l'Europe

1994 - Le Colonel Chabert, d'Yves Angelo avec Gérard Depardieu, 2002 - Napoléon (téléfilm),
d'Yves Simoneau avec Christian Clavier

Activité 33

La Banque de France Les préfets

Créée le 13 février 1800 17 février 1800

©Carpe Diem Napoléon page 162


La Légion d’honneur Des lycées et l’école militaire de Saint
Cyr

19 mai 1802 1er mai 1802

Les chambres de commerce Les cours d’appel

24 décembre 1802 1803

Le code civil Le baccalauréat

21 mars 1804 17 mars 1808

©Carpe Diem Napoléon page 163


La Cour des Comptes

16 septembre 1807

Activité 34

Impossible n’est pas français Le bon numéro

Se dit lorsque l’on refuse d’abdiquer face Cette expression est une référence à la
à la difficulté. Cette phrase est attribuée conscription. En cas de danger, tous les
à Napoléon, qui l’aurait utilisée dans une hommes âgés de 18 à40 ans pouvaient
de ses missives. Le général Jean Léonard être réquisitionnés. Certains, plus riches
François se voyant dans l’impossibilité que d’autres, payaient une personne
de défendre la ville de Magdebourg lors pour les remplacer à la guerre. En 1798,
de la campagne d’Allemagne fit part de un système de tirage au sort fut mis en
ses doutes à Bonaparte. L’Empereur lui place. Si le bon numéro était tiré, le
aurait répondu “Ce n’est pas possible, jeune homme ne partait pas. De nos
m’écrivez-vous; cela n’est pas français”. jours, « tirer le bon numéro » signifie
que l’on a de la chance, ou que l’on a
trouvé l’homme ou la femme idéale.

Les vieux de la vieille Coup de Trafalgar


En référence à la bataille de Trafalgar, il
Lorsqu'un soldat de la Vieille Garde part s’agit d’une situation grave, qui modifie
le cours des évènements.
en retraite ou est réformé, il devient «
un vieux de la Vieille », expression restée
de nos jours.

©Carpe Diem Napoléon page 164


Images à découper et à coller dans le lapbook

©Carpe Diem Napoléon page 165


©Carpe Diem Napoléon page 166