Vous êtes sur la page 1sur 95

ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

DEDICACE

Je dédie ce mémoire à ma sœur KANI Lyliane pour l’’amour, le soutien et


l’encadrement qu’elle n’a jamais manqué de manifester à mon endroit. Puisse-t-
elle trouver en ceci l’’expression de ma profonde gratitude.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

REMERCIEMENTS

Ce mémoire est le fruit de l’encadrement scientifique et affectif de vous tous qui m’avez
soutenu. Je tiens à vous remercier sincèrement pour vos appuis variés.

En particulier :

- J’exprime ma très sincère reconnaissance au Docteur. KAMTA Martin qui a supervisé


ce travail et donc la rigueur a contribué à me mettre au pas ;
- Je remercie infiniment Monsieur EDOUN Marcel, pour toutes les remarques et surtout
la disponibilité dont il a fait preuve ;
- Je remercie spécialement Professeur KAPSEU César et son épouse pour leurs conseils
et leur attention ;
- Je remercie le Docteur TIEUDJO Daniel pour ces encouragements;
- Je remercie mes encadreurs industriels Monsieur Enguené Giles et Monsieur Nyobé
Serges pour leur disponibilité et l’attention qu’ils ont accordé à ce travail ;
- Je remercie aussi le personnel de la K.P.D.C. en général et en particulier le personnel
du service exploitation de la centrale thermique de Yassa pour leurs précieuses
orientations et informations;
- Je remercie le corps enseignent de l’ENSAI de Ngaoundéré pour la formation de
qualité que nous avons reçu ;
- Je remercie mes parents YAMA Casimir et GOMOTI Madeleine pour leur amour;
- Un merci particulier à mes très chers frères et sœurs : KALANG Roseline, BISCHOF
Prestinie Charlie, KANGA Hermine, EBAGANG Fabrice, AZENG Gwladys,
DJATTO Anuarite, NDENGUE Rose-Marie, YAMA Boréal pour le soutien qu’ils
n’ont jamais cessé de manifester à mon endroit ;
- Je remercie tout les membres des familles NKINDZE Dieudonné et YANG Carol pour
leur hospitalité, soutien et encouragement ;
- Je remercie le frère DJEKAM Blaise pour ces précieux conseils;
- Je remercie ma tendre amie Yuego Nguiffo Adeline et sa famille pour leurs
encouragements;
- Je remercie Matchim Simo Anne Hope pour la fierté qu’elle m’a toujours procurée ;

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- Je remercie tous ceux dont les noms ne figurent pas ici mais qui ont, de près ou de
loin, contribué à la réalisation de ce mémoire.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

TABLE DE MATIERES

DEDICACE------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ i

REMERCIEMENTS------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ii

TABLE DE MATIERES-------------------------------------------------------------------------------------------------------- iii

LISTE DES FIGURES---------------------------------------------------------------------------------------------------------- v

LISTE DES TABLEAUX------------------------------------------------------------------------------------------------------- vi

ABREVIATIONS---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- vii

RESUME------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ viii

ABSTRACT---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- ix

INTRODUCTION---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 1

CHAPITRE I : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE ET REVUE DE LA LITTERATURE------------------3

A-PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE------------------------------------------------------------------------------4

I-Historique----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 4

II-Fiche d’identification--------------------------------------------------------------------------------------------------- 5

III-Organisation------------------------------------------------------------------------------------------------------------ 5

B-LA REVUE DE LA LITTÉRATURE----------------------------------------------------------------------------------10

I-Généralités sur les groupes électrogènes-----------------------------------------------------------------------10

II-Les réserves----------------------------------------------------------------------------------------------------------- 18

CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES---------------------------------------------------------------------------28

A-MATERIEL---------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 29

I-Description de la centrale thermique de la Dibamba---------------------------------------------------------29

II-Le matériel informatique-------------------------------------------------------------------------------------------- 33

B-METHODES-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 36

I-Les critères de comparaison des modes de réserves--------------------------------------------------------36

II-Le calcul des coûts--------------------------------------------------------------------------------------------------- 36

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

III-Elaboration du planning de fonctionnement annuel---------------------------------------------------------47

CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSION----------------------------------------------------------------------49

I-Etude comparative des modes de réserve----------------------------------------------------------------------50

II-Réalisation du planning de fonctionnement annuel----------------------------------------------------------70

III-Présentation du planning------------------------------------------------------------------------------------------ 72

CONCLUSION----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 76

BIBLIOGRAPHIE-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 78

ANNEXES------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ A

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

LISTE DES FIGURES

Figure 1:Procédure de production énergétique de la centrale thermique de Yassa--------------6

Figure 2: Principe de fonctionnement d'un groupe électrogène-------------------------------------11

Figure 3: Les éléments mobiles d'un moteur Diesel----------------------------------------------------13

Figure 4:Représentation fonctionnelle d'un turbocompresseur--------------------------------------14

Figure 5:Principe de fonctionnement d'un alternateur à inducteur tournant sans balais-----17

Figure 6: Les auxiliaires du moteur------------------------------------------------------------------------20

Figure 7: Disposition de la centrale------------------------------------------------------------------------ 30

Figure 8: Variation des coûts de consommation en Light Fuel Oil (LFO)------------------------52

Figure 9 : Courbe de consommation spécifique du Heavy Fuel Oil (HFO)-----------------------55

Figure 10: Variations des coûts de consommation en Heavy Fuel Oil (HFO)-------------------56

Figure 11: Variation des coûts de consommation en huile--------------------------------------------58

Figure 12: Variations des coûts de consommation énergétique-------------------------------------60

Figure 13: Variations des coûts des pièces de rechanges---------------------------------------------63

Figure 14: Variation des coûts de consommations des matières fournitures et produit--------64

Figure 15 : Variation des coûts d'exploitations----------------------------------------------------------65

Figure 16: Variation des coûts de maintenances--------------------------------------------------------66

Figure 17: Variation des consommations et productions énergétiques de la centrale----------70

Figure 18: Variation des sollicitations pour un mois de faible production-------------------------71

Figure 19: Sollicitations horaire pour la semaine du 15 au 21/03/2010--------------------------72

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Fiche d'identification de la K.P.D.C.---------------------------------------------------------5

Tableau 2: Caractéristique des moteurs de la Dibamba------------------------------------------------8

Tableau 3:Caractéristique technique de la centrale----------------------------------------------------29

Tableau 4: Planification annuelle des actions de maintenance--------------------------------------53

Tableau 5: Durée de fonctionnement en Light Fuel Oil (LFO)--------------------------------------54

Tableau 6: Consommation spécifique en fonction du pourcentage de charge--------------------54

Tableau 7: Equipements mis en arrêt en réserve froide-----------------------------------------------59

Tableau 8: Coûts de rémunération du personnel--------------------------------------------------------61

Tableau 9: Synthèse des coûts d'exploitations-----------------------------------------------------------65

Tableau 10: Synthèse des coûts de maintenances-------------------------------------------------------66

Tableau 11: Récapitulatif des temps de réponses-------------------------------------------------------67

Tableau 12:Tableau de synthèse des réserves------------------------------------------------------------68

Tableau 13: Avantages et inconvénients de chaque type de réserves-------------------------------69

Tableau 14: Planning annuel de fonctionnement--------------------------------------------------------73

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

ABREVIATIONS

HFO: Heavy Fuel Oil ou Fuel Lourd 3500.

LFO: Light Fuel Oil ou gasoil.

RIS : Réseau Interconnecté Sud.

DSG  : Direction des Services Généraux d’AES-SONEL.

DGRT : Direction de la Gestion des Réseaux de Transport.

KPDC: Kribi Power Developpement Company.

DPDC: Dibamba Power Developpement Company.

WISE: Wärtsilä Information System Environnent.

WOIS: Wärtsilä Operator's Interface System.

ENSAI  : Ecole Nationnale des Sciences Agro-Industrielle.

IUT : Institut Universitaire de Technologie.

DUT: Diplôme Universitaire de Technologie.

MIP : Maintenance Industrielle et Productique.

BT : Basse Tension.

HT : Haute Tension.

MT  : Moyenne Tension.

KFCFA  : Kilo Francs CFA.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

RESUME

Les travaux présentés dans ce mémoire répondent à une problématique de retour à


l’investissement rapide à travers une exploitation judicieuse des équipements de la centrale
thermique de Yassa. L’exploitation adéquate d’une centrale thermique découle de la parfaite
maîtrise de ces modes de réserves. La démarche au sujet « Etude des modes de réserves de la
centrale thermique de Yassa » a consisté dans un premier temps à une comparaison des modes
de réserves possibles et dans un deuxième temps à la mise sur pied d’un planning de
fonctionnement annuel pour la centrale thermique de Yassa. Il était alors question de
s’inspirer des coûts que pourront générer chaque mode de réserve pour proposer un model de
fonctionnement adéquat pour la centrale thermique de Yassa. L’étude comparative effectuée a
permis de constater que la réserve chaude est la plus économique car elle coûtera 401611615
KFCFA au lieu de 402107120 KFCFA pour la réserve froide et 601427196 KFCFA pour la
réserve tournante. Le planning de fonctionnement proposé permettra de mettre ensemble
plusieurs types de réserves et d’économiser 764112 KFCFA par an.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

ABSTRACT

The work presented in this memory answers problems of return to the fast investment
through a judicious exploitation of the equipment of the power station of Yassa. The adequate
exploitation of a power station rises from the perfect control of these modes of reserves. The
step on the subject "Study of the modes of reserves of the power station of Yassa" consisted
initially with a comparison of the modes of reserves possible are and in the second time with
the setting-up of a planning of annual operation for the power station of Yassa. It was then a
question of taking as a starting point the costs which will be able to generate each mode of
reserve to propose a model adequate operation for the power station of Yassa. The
comparative study carried out made it possible to note that the hot reserve is most economic
because it will cost 402 MFCFA instead of 403 MFCFA for the cold reserve and 602 MFCFA
for the revolving reserve. The planning of operation suggested will make it possible to put
several types of reserves together and to save 764 KFCFA per annum.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

INTRODUCTION

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

La centrale thermique de Yassa est une centrale thermique du groupe AES qui produit
l’énergie électrique pour suppléer les centrales hydro-électriques du Réseau Interconnecté Sud
(RIS) lorsque la demande en énergie devient supérieure à l’offre. Exploitée et construite par la
K.P.D.C. (Kribi Power Development Company) avec la collaboration des firmes
internationales dont Wartsila et Siemens, la centrale thermique de Yassa compte huit (08)
groupes pour une puissance installée de 86 MW. Compte tenu de l’importance de
l’investissement (62,8 milliards de F CFA) la K.P.D.C. veut étudier toutes les possibilités de
retour sur l’investissement rapide, car le contrat de concession basé sur la disponibilité ne
durera que 20 ans. Les études qui ont été menées sur la question ont permis de constater que
l’état de fonctionnement de la centrale (le type de réserve) est un critère clef pour un retour
sur l’investissement rapide. Fort de ce constat, ce travail portera sur  l’« Etude des réserves
de la centrale thermique de Yassa».

Pour mener à bien la présente étude, les objectifs suivants ont été fixés :

- Faire une étude comparative des types de réserves applicables à la centrale thermique
de Yassa afin d’avoir une idée précise sur les coûts relatifs à ceux-ci ;

- Proposer un planning de fonctionnement annuel qui permettra de rentabiliser son


investissement tout en satisfaisant au mieux son client principal AES-SONEL et
évaluer le gain que pourrait générer la mise en application de ce dernier.

Ce mémoire sera divisé en quatre principales parties :

- La présentation de la K.P.D.C. ;
- La revue de la littérature où sera présenté le groupe électrogène qui est un élément clef
de la production énergétique et les généralités sur les réserves;
- Matériel et méthodes où seront présentés successivement les équipements de la
centrale thermique de Yassa, les méthodes utilisées pour notre étude à savoir le calcul
des coûts (maintenance et exploitation) et la réalisation du planning ;
- Résultats et discussion.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

CHAPITRE I  : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE ET REVUE DE


LA LITTERATURE

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

A-PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE

I-Historique

1-Création

Dans le but de promouvoir le développement du Cameroun dans le domaine de l’énergie


électrique, la K.P.D.C. a été mis sur pied le 5 septembre 2007, sous la forme d’une société anonyme
unipersonnelle avec Administrateur Général, régie par la loi en vigueur au Cameroun dans le
domaine de la production de l’énergie électrique [1].

Le 5 décembre 2007, la société AES KRIBI HOLDINGS BV, étant actionnaire unique, a
décidé de procéder à l’ouverture du capital de la société par voie d’augmentation de capital. Dans le
cadre de cette augmentation de capital, AES KRIBI HOLDINGS BV a souscrit pour 76240 actions
et la république du Cameroun a souscrit pour 600160 actions de la société [1].

2-Missions

La société a pour objet, en République du Cameroun: le développement, la construction,


l’exploitation et la maintenance des centrales électriques (les centrales thermiques situées à Yassa et
Kribi), la production, le transport, la distribution, l’exploitation et la vente de l’énergie électrique
[1]. 

La participation à toutes entreprises ou sociétés créées et pouvant se rattacher directement à


l’objet social notamment aux entreprises ou sociétés dont la priorité serait susceptible de concourir à
la réalisation de l’objectif et ce par tout moyens de souscription ou d’achat d’action, de parts sociales
et de parts d’intérêt, de fusion, d’association en partition, d’alliance ou de commandite et d’une
manière générale, toutes opérations de quelque nature qu’elles soient [1].

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

II-Fiche d’identification

La fiche d’identification de la société K.P.D.C. se présente comme suit :

Tableau : Fiche d'identification de la K.P.D.C.


NOM  Kribi Power Development Company (K.P.D.C.)

Directeur général CHANDAN SAHA

Effectif 50

Statut juridique  Société anonyme

Capital  13 640 000 000 FCFA

BP  4077 Douala

N° Contribuable  M 0574 0000 1633-D

Siège social  Douala, sis 63e avenue de Gaulle (Bonanjo)

Télex  ELECT-DOUALA 5271

Le capital est reparti ainsi qu’il suit : Etat camerounais: 44 % ; AES CORPORATION : 56 %.
III-Organisation 

L’organisation générale de la K.P.D.C. est de type fonctionnel et pyramidal.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

1-Organisation de la production énergétique 

La K.P.D.C. est chargée de la production de l’énergie électrique à partir de l’énergie


thermique dans la centrale thermique de Yassa ainsi que de la maintenance des équipements
concourant à cette production [2].

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

2-Procéssus de production énergétique

Huile de
Eau de forage Comprésseurs Le fuel ou combustible
lubrification

Traitement (additif Conditionnement


LFO HFO Filtrage
chimique) dans des bonbones

Traitement relatif
à la viscosité

Filtrage

Transformation énergie
thermique/énergie
mécanique (moteur
thermique)

Transformation énergie
mécanique/énergie
électrique(alternateur)

Poste de transformation

RIS

Clients HT Clients MT Clients BT

Figure :Procédure de production énergétique de la centrale thermique de Yassa

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

3-Description du procédé de production

Le procédé ci-dessus nous permet de dégager quatre principaux circuits intervenant


dans la production énergétique dans notre centrale à savoir : le circuit d’eau, le circuit d’huile
de lubrification, le circuit de fuel (HFO et LFO) et le circuit d’air [2].

3-1-Acquisition des matières premières

Les matières premières sont soit livrées (le fuel et l’huile), soit produites par la centrale
elle-même (l’air et l’eau). Elles sont ensuite acheminées aux groupes par des circuits divers
(circuit d’eau, circuit d’air, circuit de fuel et circuit d’huile). Ces circuits donnent à celles-ci
les caractéristiques requises pour leurs utilisations dans les différents mécanismes de la
centrale en leur permettant de subir des traitements divers [2] .

a-Circuit d’eau (Annexe 1).

L’eau utilisée à la centrale est tirée des forages appartenant à la centrale par des pompes.
Le rôle du circuit d’eau est donc de fournir à la centrale l’eau nécessaire pour le
refroidissement du moteur, le traitement du HFO et de l’huile de lubrification, le nettoyage
des turbos et la consommation civile [2].

b-Circuit d’air (Annexe 2).

Il a pour rôle de produire à l’aide des compresseurs l’air de suralimentation des moteurs
(30 bar) et l’air d’instrumentation (7 bar) [2].

c-Circuit d’huile (Annexe 3).

L’huile de lubrification utilisée à la centrale est livrée à la station de dépotage de la centrale


par la société TOTAL. Elle est par la suite injectée dans le circuit d’huile où elle assure trois
fonctions principales: la lubrification, l’étanchéité et l’évacuation des particules dans les
groupes et leurs auxiliaires [2].

d-circuit de fuel (annexe 4)

Il y a deux types de fuel à la centrale thermique de Yassa : le fuel lourd (HFO) et le fuel
léger (LFO).Ils sont livrés à la station de dépotage de la centrale oú ils intègrent le circuit de
fuel. Les deux types de fuels jouent le même rôle à savoir assurer la production de l’énergie

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

thermique et sa combustion. Nous noterons entre autre que le fuel principal à la centrale de
Yassa est le HFO. Le LFO est utilisé en cas d’arrêt des groupes pour une longue période ou
pour des besoins de maintenance [2].

3-2-Transformation de l’énergie thermique en énergie mécanique.

Cette transformation est assurée par le moteur Wärtsilä 38 qui est un moteur diesel à 4
temps, semi rapide, à injection directe, turbocompressé et à refroidissement de l’air de
suralimentation. Le principe est simple, la combustion du fuel produit une énergie thermique
qui met en mouvement l’ensemble vilebrequin-bielle. Cet ensemble transforme le mouvement
de translation en mouvement de rotation qui est transmis à l’arbre d’où le mouvement
mécanique [2].

Le tableau ci-dessous nous donne les caractéristiques des moteurs de la Dibamba.

Tableau : Caractéristique des moteurs de la Dibamba

Nom de l’installation Dibamba

13150 – 13185 – 13186 – 13187


Numéro de série moteur
13188 – 13189 – 13190 – 13191

Moteur type 18V38A2

Alésage 380 mm

Course 475 mm

Nombre de cylindres 18

Sens de rotation Sens horloge

A1-B8-A7-B6-A4-B3-A2-B9-A8-
Ordre d’allumage
B5-A6-B1-A3-B7-A9-B4-A5-B2

3-3-Transformation énergie mécanique en énergie électrique

Cette transformation est assurée par l’alternateur qui a un rotor bobiné qui tourne dans
le stator bobiné. Cette rotation est à l’origine d’un champ magnétique qui produit un courant
électrique [2].

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

3-4-Poste de transformation

Le poste de transformation travaille dans les deux sens: lorsque la centrale produit de
l’énergie, il est élévateur par contre lorsque la centrale ne produit pas de l’énergie, elle
consomme l’énergie du RIS et le transformateur devient donc abaisseur. Il sert donc
d’interface entre le RIS et la centrale de Dibamba [2].

4-Présentation du service exploitation et maintenance

4-1-Rôle

Le Service « Exploitation et Maintenance » assure la disponibilité des différentes unités


de production. Il comprend :

- Un Service d’exploitation qui a pour rôle l’exploitation des unités de production ;


- Un Service de maintenance qui a pour rôle la maintenance des unités de
production.

4-2-Organisation du travail

Le travail se fait en équipe. Les équipes effectuent des rotations pendant des quarts de
huit heures. L’exploitation des unités de production étant fréquente en soirée à la demande
exclusive du « Grid Dispatch », les travaux de maintenance se font généralement dans la
journée. Le service tient des cahiers d’exploitation où sont notées les données d’exploitation
et de maintenance. Ces données sont transmises chaque jour à la S/DPT où sont effectuées les
analyses [2].

5-Conclusion

Il était question dans ce chapitre de présenter la structure dans laquelle nous avons
effectué notre étude et de passer en revue le procédé de production énergétique de la centrale
thermique de Yassa. Le chapitre suivant sera consacré au marché énergétique camerounais et
les réserves qui constituent notre revue de la littérature.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

B-LA REVUE DE LA LITTÉRATURE

I-Généralités sur les groupes électrogènes

I-1-Introduction

Un groupe électrogène est un dispositif autonome capable de produire de l'électricité.


Tout groupe électrogène est constitué d'un moteur thermique qui actionne un alternateur, mais
leur taille et leur poids sont variables. Ils fonctionnent à partir de tous les carburants. Les plus
fréquents sont l’essence, le gazole, le gaz naturel, le GPL (Gaz de Pétrole Liquéfié), les
biocarburants et pour les plus puissants le fuel lourd. Le groupe électrogène peut être mis en
route électriquement (démarreur électrique) ou grâce à un compresseur à air comprimé. Il
constitue une source d’alimentation et de remplacement pour pallier aux défaillances du
réseau de distribution d’énergie électrique publique [3] .

I-2-Principe de fonctionnement d’un groupe électrogène

Le groupe électrogène peut être à démarrage manuel ou à démarrage automatique, son


couplage sur l’installation est réalisé par des contacteurs inverseurs. Conçu pour fonctionner
en mode isolé, la fréquence est contrôlée par le régulateur de fréquence. Si le courant appelé
par la charge dépasse la valeur maximale que peut débiter le groupe, cela entraîne une baisse
de fréquence ainsi que le déclenchement du programme de délestage ; le groupe s’arrête
automatiquement. Il est muni d’un régulateur de tension qui assure la stabilité de la tension
aux bornes du circuit alimenté, et est prévu pour fonctionner avec un facteur de puissance de
0,8 [3].
Son principe de fonctionnement est le suivant : L’énergie chimique contenue dans le
gasoil est transformée en énergie mécanique après combustion, et est ensuite transmise à
l’alternateur qui restitue de l’énergie électrique selon le synoptique de la figure ci-dessous:

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Figure : Principe de fonctionnement d'un groupe électrogène

Afin de parvenir à une compréhension plus aisée du fonctionnement, nous partirons des
fonctions assurées par les éléments principaux, tout en suivant les étapes de cette
transformation d’énergie.

1-Le moteur diesel

a-Principe de fonctionnement du moteur Diesel (moteur à injection)

Le cycle du moteur diesel comprend quatre temps classés dans l’ordre : admission,
compression, injection et échappement. Ce cycle s’effectue en deux tours complets du
vilebrequin, les différents temps sont les suivants :

Admission : 
C’est le premier temps. Durant ce temps, l’air filtré et refroidi est introduit dans le cylindre
du moteur. Le piston initialement au PMH (Point Mort Haut) assure dans sa course
descendante l’admission dans le cylindre d’une charge d’air [3].

Compression :
C’est le deuxième temps, ici l’air admis est comprimé. Le piston étant au PMB (Point
Mort Bas), nous supposons le cylindre rempli d’air, occupant ainsi le volume (V + V о), toutes
les soupapes étant fermées. Dans sa course ascendante, le piston comprime cet air qui occupe
désormais le volume Vо; la pression a augmenté et la température a atteint celle de l’auto
inflammation (température voisine de 440°C). Durant cette phase, la machine reçoit de
l’énergie [3].

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Combustion (explosion et détente):


Le piston est au PMH (Point Mort Haut), et les soupapes sont fermées. Un injecteur
projette le gasoil en fines gouttelettes dans la chambre de combustion. Le volume V о est
rempli d’air comprimé à la température d’auto inflammation ; au contact avec du gasoil, il se
produit une détonation dans le volume Vо. Température et pression croissent. Le piston est
propulsé vers le bas durant sa course de détente, la machine dévient motrice. Une partie de
l’énergie reçue de la combustion se transforme en travail qui est fourni au milieu extérieur
par l’intermédiaire du piston et du système bielle manivelle [3].

Echappement :
Lorsque le piston est au PMB, la soupape d’échappement (commandée par l’arbre à
cames) s’ouvre, le piston remonte vers le PMH et les gaz brûlés sont alors évacués.
La figure 3 présente ces quatre temps :

b-Différentes parties d’un moteur Diesel

Les parties fixes :


- Le bloc moteur dans lequel sont logés les cylindres, sert de support au vilebrequin. Il doit
résister aux chocs, aux vibrations et aux torsions ;
- Le cylindre permet de guidage du piston et assure avec celui-ci l’étanchéité inferieure de
la chambre de combustion ;
- La culasse forme la partie supérieure de la chambre de combustion. Elle doit également
résister à la pression et à la température élevée. elle supporte également les organes de
distribution et permet le passage des canalisations de lubrification et des conduits de
refroidissement [3].

Les parties mobiles :


Les éléments mobiles sont du moteur  (voir figure ci-dessous): piston, bielle,
vilebrequin et le volant d’inertie.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Figure : Les éléments mobiles d'un moteur Diesel

Le système de distribution
Le système de distribution fait également partie des éléments mobiles, ce système
permet l’ouverture et la fermeture des soupapes et des injecteurs ; il permet également la
commande de la pompe de lubrification par le système de régulation lorsque le moteur est en
marche. Ce système est à cet effet constitué des arbres à came, d’un système de liaison, de la
culbuterie des soupapes et des soupapes [3].

Les systèmes auxiliaires

- Le Circuit du gasoil

C’est le circuit dont le rôle est de drainer jusqu'à la chambre de combustion le combustible
nécessaire au fonctionnement du moteur. Il comprend : Le filtre à gasoil, la pompe à gasoil,
les injecteurs.
- Le circuit de lubrification
La production de l’énergie mécanique met en jeu beaucoup de frottements, ces derniers
entraînent un dégagement de la chaleur et la formation des débris d’usure. Le système de
lubrification est chargé de drainer les particules d’usure et d’évacuer la chaleur produite. Il
comprend : la crépine (qui débarrasse l’huile avant admission dans le moteur) ; une pompe à
huile (qui permet de fournir l’huile sous pression pour la lubrification des mécanismes) ; les
gicleurs d’huile (permettant d’injecter l’huile au niveau des pistons) [3].

- Le système de refroidissement
Son but est de refroidir les éléments constituant la chambre de combustion et de
refroidir l’huile de lubrification, ainsi que l’air de suralimentation. Il est composé de : la tour
de refroidissement ou d’un radiateur air forcé/eau ; d’un échangeur eau/huile ; d’une pompe à
eau ; des vannes thermostatiques [3].

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- Le système d’air de suralimentation


Le moteur a besoin d’air (comburant) pour la combustion parfaite du gasoil. Cet air est
fourni par le système d’air constitué du : filtre à air; turbocompresseur ; refroidisseur d’air
(échangeur air-eau).

Figure :Représentation fonctionnelle d'un turbocompresseur

- Système de démarrage

Le démarrage des groupes électrogènes sont soit électrique lorsqu’ils sont de petites
dimensions, soit pneumatique (utilisation de l’air comprimé) lorsqu’ils sont de grandes
dimensions [3].

c-Avantages et inconvénients des moteurs Diesel

Avantages :
- Meilleur rendement : grâce à l'augmentation du rapport volumétrique, la combustion
est plus complète et la consommation spécifique est réduite (en moyenne de 200
g/kW/h contre 330 g/kW/h pour le moteur à essence).

- Le couple moteur est plus important et il reste sensiblement constant pour les faibles
vitesses.

- Le combustible employé coûte moins cher.

- Les risques d'incendie sont moindres car le point d'inflammation du gazole est plus
élevé que celui de l'essence.

- Les gaz d'échappement sont moins toxiques car ils contiennent moins d'oxyde de
carbone.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Inconvénients :
- Les organes mécaniques doivent être surdimensionnés.

- Le bruit de fonctionnement est élevé.

- La température dans les chambres de combustion est élevée ce qui implique un


refroidissement plus efficace.

- L'aptitude au démarrage à froid est moins bonne qu'un moteur à allumage commandé.

2- L’alternateur 

Les alternateurs triphasés sont la source primaire de toute l’énergie électrique que nous
consommons. Ils transforment l’énergie mécanique en énergie électrique avec de grandes
puissances. Les alternateurs sont construits avec un inducteur fixe ou un inducteur rotatif.
L’inducteur est composé de 2 ou de plusieurs pôles produisant un champ magnétique constant
[3].

a-Alternateur à inducteur fixe

Un alternateur à inducteur fixe a la même apparence qu’une génératrice à courant continu.


Les pôles saillants produisent le champ magnétique qui est coupé par les conducteurs situés
sur l’induit. L’induit porte un enroulement triphasé dont les bornes sont connectées à trois
bagues montées sur l’arbre. Un groupe de balais fixes recueille la tension qui est appliquée à
la charge. L’induit est entraîné par un moteur à explosion ou toute autre source de force
motrice. La valeur de la tension triphasée dépend de la vitesse de rotation et de l’intensité du
champ magnétique. La fréquence dépend de la vitesse et du nombre de pôles de l’inducteur.
Les alternateurs à inducteur fixe sont utilisés pour des puissances inférieures à 5 KV. Pour des
puissances plus importantes, il est plus économique, plus sécuritaire et plus pratique
d’employer un alternateur à inducteur tournant [3].

b-Alternateur à inducteur tournant

Un alternateur à inducteur tournant possède un induit fixe, appelé Stator. Cette


construction est plus avantageuse car elle permet d’alimenter directement le circuit
d’utilisation sans passer par les bagues de fortes dimensions qui seraient requises avec un
induit tournant. De plus, l’isolement des bobinages du Stator est grandement simplifié du fait

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

qu’ils ne sont soumis à aucune force centrifuge. Une génératrice à courant continu, appelée
excitatrice, habituellement montée sur le même arbre que l’alternateur, fournit le courant
d’excitation aux électroaimants inducteurs. L’énergie électrique produite par le groupe
électrogène provient d’un système à boucle fermée comprenant essentiellement le rotor
d’excitation, le champ tournant principal et le régulateur automatique de tension [3].

Le processus se met en marche lorsque le moteur Diesel commence à faire tourner les
composants internes de l’alternateur. Le champ rémanent du rotor principal produit une légère
tension alternative dans le stator principal. Le régulateur automatique de tension rectifie cette
tension en courant continu et l’applique à l’inducteur d’excitatrice. Ce courant continu
appliqué à l’inducteur d’excitatrice crée un champ magnétique qui, à son tour, induit un
courant alternatif dans le rotor d’excitation. Cette tension alternative est de nouveau convertie
en tension continue par le pont de diodes tournantes fixé sur la roue polaire et appliqué au
rotor principal. A ce niveau, il se crée un champ magnétique plus fort que le champ
magnétique résiduel d’origine, qui induit une tension plus élevée dans le stator principal.
Cette tension plus élevée circule dans le système induisant en retour un courant continu plus
élevé au rotor principal. Ce cycle se poursuit jusqu’à ce que la tension nominale fixée par le
régulateur ait été atteinte. Dès lors celui-ci (le régulateur automatique) limite la tension
appliquée à l’induit d’excitatrice qui, à son tour, limite la tension de sortie de l’alternateur [3].

Figure :Principe de fonctionnement d'un alternateur à inducteur tournant sans balais

Le nombre de pôles d’un alternateur est imposé par la vitesse du rotor et par la
fréquence du courant à produire. Ainsi, considérons un conducteur de l’induit devant lequel se
déplacent les pôles nord et les pôles sud du rotor. Si la tension induite dans ce conducteur

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

prend une série de valeurs positives pendant le passage d’un pôle Nord, elle prendra une série
de valeurs égales, mais négatives, pendant le passage d’un pôle Sud. Chaque fois qu’une paire
de pôles se déplace devant un conducteur, la tension induite décrit donc un cycle complet. On
en déduit que la fréquence est donnée par l’équation [3] :

f = ( p * n ) ÷ 120

f = fréquence de la tension induite (Hz).


p = nombre de pôles du rotor.
n = vitesse du rotor (tr/mn).

Etude de l’excitation

Un alternateur, bien qu’entraîné mécaniquement, a besoin d’être excité pour produire de


l’énergie électrique. Le mode d’excitation varie en fonction du type d’alternateur. Dans le cas
d’un alternateur à inducteur fixe, une génératrice à courant continu, appelé excitatrice,
habituellement montée sur le même arbre que l’alternateur, fournit le courant d’excitation aux
électroaimants inducteurs. Ici on a un alternateur avec excitatrice à balais. A cause de l’usure
des balais, et de la poussière conductrice qu’ils dégagent, il faut effectuer une maintenance
constante des bagues et du collecteur, sinon on risque des courts-circuits.
L’excitatrice d’un alternateur à inducteur tournant épargne des inconvénients
précédents. En effet, cet alternateur exploite le principe d’une excitation sans balais. Pour ce
faire, et afin d’obtenir une réponse rapide, on utilise deux excitatrices : une excitatrice
principale et une excitatrice pilote. L’excitatrice principale est un alternateur triphasé à
inducteur fixe. La tension triphasée induite dans le rotor est redressée par des diodes,
permettant de fournir le courant d’excitation à l’alternateur. L’excitatrice principale est à son
tour alimentée par une excitatrice pilote, qui se trouve être souvent une batterie
d’accumulateur, ou plus généralement, un convertisseur fixe alternatif continu (pont de
thyristor) [3].
II-Les réserves

1-Généralités

D’après Encarta 2009, le mot réserve se définit comme une quantité (de quelque chose)
stockée ou conservée à l’avance ou à titre préventif pour une utilisation ultérieure.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Selon LE PETIT LAROUSSE 2001, le mot réserve se définit comme une chose mise de
côté pour un usage ultérieur, des occasions imprévues.

Pour le cas des centrales thermiques comme celle de la K.P.D.C., une réserve se définit
comme étant l’état de fonctionnement de la centrale ou d’un certain nombre de groupe à un
instant donnée [1].

Nous distinguerons donc deux types de réserves :

- La réserve tournante ;
- La réserve non tournante, qui se subdivise en réserve chaude et réserve froide [1].

2-Définition des types de réserves et description du système auxiliaire.

a-Définition des types de réserves

Réserve tournante désigne l’état de fonctionnement d’un ou plusieurs groupes de la


centrale à une puissance inférieure à sa puissance démontrée, effectué à la demande du Grid
Dispatch [1].

Réserve chaude désigne l’état d’arrêt dans lequel un ou plusieurs groupes de la centrale
sont maintenus, prêts à démarrer et à fournir de l’énergie au réseau dans un délai maximum de
15 minutes suite à la réception d’un ordre de production. Dans ce cas seul les groupes sont
mis à l’arrêt, les auxiliaires quant à eux restent en fonctionnement pour maintenir les groupes
à chaud et éviter le préchauffage lors d’une éventuelle sollicitation [1].

Réserve froide désigne l’état d’arrêt dans lequel un ou plusieurs groupes de la centrale
sont maintenus, et dont le démarrage et la fourniture de l’énergie au réseau nécessitera un
délai minimum d’un (01) heure suite à la réception d’un ordre de production. Dans ce cas les
groupes et les auxiliaires sont mis à l’arrêt, les groupes sont gardés à froid de ce fait ils
doivent lorsqu’ils sont sollicités, être préchauffés avant d’être mis en service [1].

b-Description du système auxiliaire.

L’équipement auxiliaire est essentiel pour le fonctionnement du moteur et doit être


entièrement opérationnel lorsque le moteur tourne ou est en veille. Les systèmes auxiliaires

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

alimentent le moteur en carburant, en huile de lubrification, en air comprimé, en eau de


refroidissement et en air de surcharge [2].

Les systèmes auxiliaires incluent un équipement spécifique au moteur ainsi que


l’équipement qui est partagé par plusieurs moteurs [2].

Figure : Les auxiliaires du moteur

b-1-Combustible

Le système de carburant fournit au moteur du carburant propre à la pression et à la


température correcte. Le moteur peut fonctionner au fuel lourd (HFO) ou au fuel léger
(LFO). Le HFO est utilisé comme carburant principal tandis que le LFO est normalement
utilisé dans les situations de démarrage et de coupure et comme carburant de secours [2].

b-2-Huile de lubrification

Le système d’huile de lubrification maintient la qualité de l’huile de graissage du


moteur. Le système inclut également les unités de refroidissement de l’huile pour éviter la
surchauffe [2] .

b-3-Air comprimé

L’air comprimé est utilisé pour démarrer le moteur. Le système d’air comprimé fournit
également l’air aux dispositifs pneumatiques dans la centrale [2].

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

b-4-Refroidissement

Le système d’eau de refroidissement élimine la chaleur générée par le moteur. L’eau de


refroidissement circule également via les échangeurs de chaleur où elle est utilisée refroidir
l’huile de lubrification et l’air de surcharge [2].

Le système d’eau de refroidissement préchauffe le moteur avant le démarrage, et le


garde chaud pendant l’arrêt [2].

b-5-Air de surcharge et échappement

Le système d’air de surcharge fournit de l’air de combustion propre au moteur et le


système des gaz d’échappement élimine les gaz d’échappement du moteur [2] .

3-Fonctionnement en réserve chaude, réserve froide et réserve tournante

a-Réserve tournante

La maîtrise de la fréquence du RIS consiste, avant tout, à s’efforcer de maîtriser


l’équilibre production-consommation d’énergie, une action qui ne peut prioritairement échoir
qu’à des régulations automatiques. La question est la réserve tournante qui interviendra dans
quelles conditions de réglage de la fréquence d’une centrale thermique à fuel lourd [1] .

Pour des raisons liées à la faiblesse de la puissance des groupes HFO, les centrales à
fuel lourd ne sont pas prédéfinies pour participer à la réserve primaire qui d’ailleurs est
assurée par la Centrale de Songloulou. Le réglage s’avérant insuffisant, reste donc le réglage
secondaire auquel la Centrale de Dibamba peut participer en mettant sa réserve tournante à
disposition [1].

Pour reconstituer au mieux des réserves indispensables à la sécurité du R.I.S.Une


provision supplémentaire de puissance de Dibamba est alors mobilisée, apte à entrer
rapidement en action en moins de 10 minutes, bien entendu, à un coût établi : c’est la  réserve
tournante de Dibamba [1].

En complément au réglage primaire de fréquence et à la demande du Grid Dispatch, la


centrale de Dibamba doit pouvoir modifier la consigne de puissance de ses groupes selon une
vitesse de prise de charge. Les deux réglages précédents peuvent ne pas parvenir à résorber

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

totalement les écarts de transit de puissance d’interconnexion ainsi que les écarts
de fréquence, situation résultant de plus en plus souvent d’une dérive progressive de l’écart
entre la consommation et les programmes de production établis la veille [1].

La réserve tournante de Dibamba est préconisée par le plan de production. C’est


concrètement, une puissance supplémentaire demandée par AES-SONEL, qui est
synchronisée au réseau 90kV, et prête à être couplée dans moins de 10 minutes. Tout en
tenant compte que le maximum de puissance de réserve tournante planifiée pour suppléer au
passage de la réserve de SLL au-dessous de 35MW, est 15MW qui soit afin de tourner autour
de 50MW, en particulier pendant les jours sensibles où aucune coupure n’est tolérée. La
centrale peut procéder comme elle le désire tout en tenant compte de la puissance tournante à
mettre à disposition et en accord avec AES-SONEL [1].

La réserve tournante sera mise à la disponibilité d’AES-SONEL. Mais c’est à la


Centrale de Yassa de piloter ces groupes qui seront donc utilisés à un facteur de capacité de
moins de 70%.La réserve tournante attendue par AES-SONEL et donnée à la veille du jour de
sa mise à disposition permettra à la Centrale de régler la capacité d’utilisation des groupes
suivant la valeur désirée [1].

Pour fournir cette réserve tournante à AES-SONEL, les groupes de la centrale de Yassa
prévus à cet effet, doivent être placés en mode de commande manuelle de puissance avant
couplage. Certaines unités de production de la centrale peuvent donc fonctionner en
commande manuelle de puissance et les autres en commande automatique de puissance [1].

La commande manuelle de puissance s’effectue en :

- Plaçant le switch generating set control mode selector switch (AUTO-MANUAL) à


MANUAL ;

- Plaçant le switch engine control mode selector switch (SPEED DROOP- KW/ISOCH)
à KW/ISOCH ;

- Plaçant le switch  generator control mode selector switch (VOLTAGE DROOP-P.F.) à


P.F ;

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- Modifiant ensuite la consigne de puissance pour démarrage de la réserve par le


switch engine fuel control switch (decrease-increase). [1]

La commande automatique de puissance s’effectue en plaçant:

- Le switch generating set control mode selector switch (AUTO-MANUAL) à AUTO ;

- Le switch engine control mode selector switch (SPEED DROOP- KW/ISOCH) à


KW/ISOCH ;

- Le switch generator control mode selector switch (VOLTAGE DROOP-P.F.) à P.F.

Afin d’élaborer un plan de mise à disposition de la réserve tournante, il doit avoir un


accord entre la DGRT, la DRES et la Centrale conjointement avec la DCO de KPDC pour la
facturation de la réserve tournante [1].

b-Réserve froide et réserve chaude

La Centrale de Yassa peut éventuellement faire démarrer les groupes thermiques à


l'arrêt constituant la réserve non-tournante froide ou chaude selon le type de démarrage à froid
ou à chaud. La mise à disposition de ces réserves est faite dans les conditions de démarrage
élucidées ci-dessous :

- On s’assure du bon réglage du limiteur de charge et on monte graduellement la


charge afin de réduire la contrainte thermique du groupe afin d’éviter la
réduction de sa durée de vie.

- Afin que le facteur de puissance soit le même sur tous les groupes, il peut être
nécessaire de recourir au réglage manuel ou automatique de l’excitation.

- Dans le souci d’optimiser la consommation spécifique, il est souhaitable de


faire fonctionner les groupes dans l’intervalle 75% et 85% de leur puissance
nominale. Leur vitesse de prise de charge étant généralement autour de
1MW/mn. [1]

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

4-Les démarrages de la centrale

a-Préparation de la centrale au démarrage

Avant de démarrer la production d'électricité après un arrêt, les groupes générateurs à


démarrer et leurs systèmes auxiliaires doivent être préparés au fonctionnement [1].

- Vérifier les systèmes visuellement pour s'assurer qu'ils sont en état de


fonctionnement ;
- Vérifier que le système d'extinction d'incendie est prêt à fonctionner :
 Vérifier le niveau dans le réservoir d'eau brute et d'eau d'extinction  ;
 Préparer les cinq pompes à eau d'incendie au fonctionnement ;
 Vérifier que les vannes d'arrêt des conduites de distribution d'eau d'incendie
sont ouvertes, si nécessaire ;
 Vérifier que les extincteurs d'incendie sont à leur endroit correct.
- Démarrer le système d'air comprimé :
 Purger tout condensat du système ;
 Démarrer les unités de compresseur ;
 Ouvrir les vannes d'entrée et de sortie des bonbonnes d'air ;
 Ouvrir les vannes d'arrêt dans les conduites d'air vers les unités de la
centrale si nécessaire.
- Démarrer le système d'alimentation en eau :
 Vérifier l'alimentation en eau brute vers le système. Régler la vanne de
remplissage du réservoir d'eau brute pour un fonctionnement automatique ;
 Démarrer l'unité de surpression d'eau brute. De même, la pompe de secours
doit être préparée à fonctionner et les vannes d'arrêt ouvertes ;
 Démarrer l'unité de traitement d'eau ;
 Démarrer l'unité de surpression d'eau traitée. S'assurer que les vannes d'arrêt
dans les conduites de distribution d'eau sont ouvertes.
- Préparer les circuits d'eau de refroidissement au fonctionnement :
 Remplir et éventer les circuits ;
 Vérifier le niveau du vase d'expansion. Faire l'appoint du système si nécessaire.
S'assurer que le dosage chimique est correct ;
 Vérifier que toutes les vannes sont dans la bonne position :

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

 Démarrer l'unité de préchauffage.


 Activer les radiateurs.
- Préparer le générateur au fonctionnement.
 Eliminer la moisissure, la poussière et la saleté sur le générateur.
 Régler le chauffage anti condensation pour le fonctionnement automatique.
- Vérifier l'état des filtres dans les systèmes. Nettoyer ou changer les éléments de filtre
si nécessaire. Il est recommandé de toujours changer les éléments de filtre après un
arrêt prolongé.
- Vérifier l'alimentation en combustible.
 Purger l'eau éventuelle dans les réservoirs de carburant.
 Vérifier le niveau de carburant dans les réservoirs.
 Régler les vannes de remplissage des réservoirs de carburant pour un
fonctionnement automatique.
 S'assurer que le chauffage de réservoir et de tracé nécessaire est activé.
- Vérifier le niveau d'huile dans le carter d'huile moteur et dans le régulateur. Ajouter de
l'huile si nécessaire.
- Mettre le système d'eau huileuse en marche.
 Vérifier le niveau dans le réservoir tampon d'eau huileuse et dans le réservoir
de boue. Vider le réservoir de boue si nécessaire.
 Vérifier que le chauffage du réservoir est activé si nécessaire.
 Vérifier que l'eau huileuse des puits de collecte est orientée vers le réservoir
correct. En principe, l'eau huileuse doit être pompée vers le réservoir tampon.
 Placer les pompes de transfert des puits de collecte d'eau huileuse pour un
fonctionnement automatique.
 Préparer l'unité de traitement d'eau huileuse au fonctionnement. Démarrer
l'unité si nécessaire en fonction du niveau dans le réservoir tampon d'eau
huileuse.
- Préparer le système d'air de surcharge et de gaz d'échappement au fonctionnement.
 Vérifier si l'admission d'air est colmatée. Dégager la prise d'air si nécessaire.
 Démarrer le filtre d'air de surcharge. S'assurer que le niveau d'huile dans le
filtre est correct.
 Purger tout liquide accumulé du système.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

 Vérifier que le tuyau de purge du carter de refroidisseur d'air de


suralimentation est ouvert.
 Préparer le brûleur des gaz d'échappement pour le fonctionnement.
- Démarrer le système de traitement et de transfert de carburant.
 Ouvrir les vannes d'entrée et de sortie des réservoirs de carburant si nécessaire.
 Démarrer les séparateurs HFO. [1]

b-Démarrage après un arrêt prolongé

Lors d'un démarrage après un arrêt prolongé, on suppose que les systèmes auxiliaires
ont été arrêtés et éventuellement vidés. Le moteur démarre au fuel léger.

- Inspecter les unités dans les systèmes.


 S'assurer que toutes les unités sont en état de marche.
 Vérifier que tous les couvercles et capots de protection sont bien montés.
- Préparer le groupe générateur et les systèmes auxiliaires au fonctionnement.
- Démarrer le système de traitement et de circulation d'huile de lubrification.
 Remplir et purger le circuit d'huile de graissage.
 Démarrer le séparateur d'huile de lubrification.
 Régler la pompe de pré lubrification pour le fonctionnement automatique.
- Mettre en marche le système d'alimentation et de circulation en carburant.
 Vérifier que la vanne de sélection de carburant est dans la position LFO.
 Démarrer l'alimentateur LFO.
 Remplir le système de LFO et aérer les circuits de carburant.
 Démarrer le système de circulation de carburant.
- Vérifier que toutes les conditions de démarrage sont remplies et démarrer le moteur.
Après le démarrage du moteur, vérifier que tous les relevés de pression et de
température sont normaux. Vérifier également que les pompes de préchauffage et de
pré lubrification s'arrêtent lorsque le moteur a démarré. [1]

Un changement de carburant peut être effectué lorsque le moteur a été mis en charge
et que les températures de fonctionnement normales ont été atteintes.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Les unités de refroidissement et de filtrage d'huile de graissage doivent être purgées


après une heure de fonctionnement. Après une journée de fonctionnement, purger les circuits
de carburant, d'huile de graissage et d'eau de refroidissement . [1]

c-Démarrage de la centrale en veille

En mode de veille, le moteur est provisoirement arrêté, mais on suppose que les
systèmes auxiliaires restent remplis, préchauffés et prêts pour un démarrage du moteur. [1]

- Vérifier que les unités dans les systèmes auxiliaires sont activées si nécessaire. Les
unités auxiliaires doivent normalement être préparées à un fonctionnement
automatique.
- Vérifier que toutes les vannes sont dans la bonne position.
- Vérifier que la pompe de pré lubrification est préparée à un fonctionnement
automatique. De même, vérifier le niveau d'huile dans le moteur.
- Vérifier le niveau d'huile dans le système d'eau de refroidissement. Le niveau d'eau est
vérifié à partir de l'indicateur de niveau du vase d'expansion.
- Vérifier l'alimentation en air comprimé. S'assurer que les vannes d'arrêt dans les
conduites d'air comprimé sont ouvertes.
- Démarrer le séparateur d'huile de lubrification s'il ne tourne pas déjà.
- Vérifier l'alimentation en combustible.
 S'assurer que le système de traitement et de transfert de carburant est mis en
marche.
 Vérifier que la température du carburant est correcte.
 Vérifier que la vanne de sélection de carburant est dans la position correcte.
 Démarrer l'alimentateur de carburant s'il ne tourne pas déjà.
 Vérifier que le système de circulation de carburant est activé et prêt pour le
démarrage du moteur.
- Vérifier que toutes les conditions de démarrage sont remplies et démarrer le moteur.
Après le démarrage du moteur, vérifier que tous les relevés de pression et de
température sont normaux. Vérifier également que les pompes de préchauffage et de
pré lubrification s'arrêtent lorsque le moteur a démarré. [1]

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Si le moteur a démarré au LFO, passer au mode de fonctionnement HFO lorsque le


moteur a été mis en charge et que les températures normales de fonctionnement ont été
atteintes.

Si le moteur a démarré au LFO, passer au mode de fonctionnement LBF lorsque le


moteur a été mis en charge et que les températures normales de fonctionnement ont été
atteintes. [1]

CHAPITRE II  : MATERIEL ET METHODES

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

A-MATERIEL

I-Description de la centrale thermique de la Dibamba

La centrale électrique inclut les moteurs thermiques, les générateurs et l'équipement


auxiliaire nécessaire pour la production d'électricité. Le moteur et le générateur constituent un
groupe générateur. L'équipement auxiliaire est essentiellement monté sur des unités
modulaires. [2]

La centrale électrique fonctionne au fuel lourd comme combustible principal et au fuel


léger comme combustible de secours. Les moteurs ont des systèmes d'eau de refroidissement
en circuit fermé avec des radiateurs montés en dehors de la salle des machines. [2]

La centrale inclut un système de contrôle et un système de distribution électrique. La


production d'électricité est essentiellement contrôlée par le panneau de commande central et
par la station de travail de l'opérateur. [2]

1-Disposition de la centrale et spécifications principales

Tableau :Caractéristique technique de la centrale [2]

Nombre de moteurs 8

Type de moteur Wärtsilä W18V38

Puissance de sortie 86 MW

Fréquence 50 Hz

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Figure : Disposition de la centrale [2]

La centrale thermique de Yassa est composée de : (1) Centrale électrique 1,(2) Centrale
électrique 2, (3) Silencieux des gaz d'échappement et cheminées, (4) Radiateurs, (5) Bâtiment
des compresseurs, (6) Local d'appareillage BT, (7) Bâtiment utilitaire / Salle des commandes,
(8) Atelier et entrepôt, (9) Zone de cuve de stockage, (10) Zone de cuve quotidienne, (11)
Salle de traitement de carburant, (12) Station de déchargement, (13) Réservoir incendie / eau
brute, (14) Conteneur anti-incendie, (15) Réservoir d'eau traitée et (16) Conteneur de
traitement d'eau.

2-Centrale électrique

Les groupes générateurs sont situés dans les salles des moteurs des deux centrales
électriques. La centrale électrique contient également une partie de l'équipement auxiliaire.

3-Groupe générateur

Le groupe générateur consiste en un moteur et un générateur et il est monté sur un


châssis commun. Le châssis de base est monté de manière flexible sur la fondation à l'aide
d'éléments élastiques en acier. Un raccord flexible raccorde le moteur et le générateur. [2]

a-Moteur

Le moteur consiste en un bloc diesel à quatre temps à injection directe. Il est équipé de
turbocompresseurs et d'échangeurs thermiques. Une petite partie de l'équipement auxiliaire, y

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

compris les pompes de circulation entraînées par le moteur pour l'huile de lubrification et l'eau
de refroidissement, est montée sur le moteur. [2]

b- Générateur

Le moteur entraîne un générateur triphasé synchrone. Le générateur est directement


refroidi par l'air ambiant et est équipé de filtres à air et d'un chauffage anti condensation.

L'excitation du générateur est contrôlée par un régulateur de tension automatique


installé dans l'armoire de commande du groupe générateur. [2]

4- Salle de traitement de carburant

Le bâtiment de traitement du carburant contient l'équipement de traitement et de


transfert du carburant, l'huile de graissage et la pompe à carburant ainsi que l'équipement pour
le traitement de l'eau et de l'eau huileuse. L'équipement installé dans le bâtiment de traitement
de carburant inclut, par exemple, les unités principales suivantes :

- Séparateurs d'huile ;
- Alimentateurs de combustible ;
- Pompes de transfert d'huile de graissage ;
- Pompes de transfert de carburant ;
- Equipement pour traitement d'eau ;
- Pompe de transfert d'eau huileuse ;
- Pompe d'alimentation de traitement d'eau mélangée aux hydrocarbures ;
- Unités de suppresseur d'eau ;
- Une bouteille d'air comprimé est également présente dans le bâtiment. [2]

5- Bâtiment d'air comprimé

Le bâtiment d'air comprimé contient les unités permettant de démarrer le système d'air
et le système d'air des instruments. [2]

Les unités suivantes sont incluses :

- Unité d'air de démarrage  ;

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- Unité d'air d'instrument. [2]

6- Station de déchargement

La station de déchargement contient l'équipement de transfert du carburant, de l'huile


de graissage et de l'eau graisseuse. L'équipement installé dans la station de déchargement
inclut les unités principales suivantes :

- Unité de pompe de déchargement HFO ;


- Unité de pompe de déchargement LFO ;
- Unité de pompe de déchargement d'huile de lubrification ;
- Unité de pompe de chargement de boue. [2]

7- Zone des cuves

La zone de cuves quotidiennes contient un réservoir tampon de fuel lourd (HFO) et


des cuves quotidiennes, des réservoirs d'huile de lubrification et des réservoirs d'eau huileuse.
La zone des réservoirs de stockage contient les réservoirs de stockage de combustible. [2]

Pour éviter la pollution du sol en cas de fuites ou de trop-plein, une zone de réservoir
est entourée d'une digue. Des puits de drainage collectent le liquide des canalisations de
drainage des cuves. Les puits de collecte purgent le système de collecte d'eau huileuse. [2]

Une fosse séparée récupère l'eau de pluie de la zone du réservoir. Pour empêcher toute
huile d'être acheminée à la purge d'eau de pluie, la vanne de purge d'eau de pluie doit être
normalement fermée et ne doit jamais être gardée ouverte sans surveillance. [2]

Les zones des cuves sont entourées de canalisations de distribution d'eau d'incendie.

8-Unité de démarrage à froid

Pour permettre le démarrage de la centrale lorsque tous les moteurs sont à l'arrêt et que
le réseau n'est pas sous tension, la centrale inclut une unité de démarrage à froid. Celle-ci est
un petit groupe générateur utilisé pour fournir de l'électricité aux auxiliaires nécessaires au
moment de démarrer l'un des moteurs principaux. [2]

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

L'unité de démarrage à froid inclut un moteur diesel et un générateur. Le moteur quatre


temps est équipé d'un turbocompresseur et d'un échangeur de chaleur. Outre le moteur et le
générateur, l'unité de démarrage à froid contient l'équipement auxiliaire nécessaire tel que les
pompes et les filtres pour le carburant, l'huile de lubrification et l'eau de refroidissement.
L'unité est refroidie par un radiateur doté d'un ventilateur entraîné par le moteur. Un réservoir
de carburant est intégré dans l'unité. [2]

L'unité de démarrage à froid est équipée d'un moteur de démarrage électrique et d'une
dynamo de recharge. [2]

II-Le matériel informatique

La réalisation de notre travail a nécessité les ressources aussi bien matérielles


qu’informatiques.

Nous avons utilisé un ordinateur dont les performances sont :

- Moniteur : 17 pouces  ; 
- Intel Pentium Dual-core Inside 2GHZ ;
- 2 GO de RAM ;
- 160 GO de disque dur.

Par ailleurs, les logiciels suivants ont été utilisés:

1-Station de travail WOIS (Wärtsilä Operator's Interface System)

Le système d'interface utilisateur WOIS de Wärtsilä constitue une interface utilisateur au


système PLC. Il consiste en un ordinateur avec un logiciel nécessaire, raccordé au système de
commande de la centrale. La station de travail WOIS est essentiellement utilisée pour
surveiller les groupes générateurs et les systèmes auxiliaires, tandis que la plupart des
opérations sont effectuées au niveau des panneaux de commande. [2]

Au niveau de la station de travail WOIS, l'opérateur peut visualiser le statut actuel des
processus de la centrale et envoyer des commandes vers le PLC, par exemple pour reconnaître
les alarmes et changer les paramètres et points de consigne. [2]

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

La station de travail WOIS est utilisée pour surveiller la centrale électrique en visualisant
les informations numériques et analogiques essentielles comme :

- Le mode de commande actif


- Le statut de fonctionnement du moteur actif (par ex. démarrage, charge ou
décharge)
- Puissance électrique du générateur
- Position des disjoncteurs
- Relevés de température et de pression et points de consigne des systèmes
auxiliaires
- Baisse de puissance active possible
- Les conditions de démarrage et si elles sont remplies ou non. [2]

Le WOIS inclut divers affichages pour la supervision de la centrale. Des images


graphiques affichant les informations de statut et les valeurs mesurées en permanence sont
disponibles pour les processus relatifs aux différents groupes générateurs et systèmes
communs. Les affichages de tendance sont disponibles pour des valeurs analogiques, et divers
rapports peuvent être utilisés pour la supervision à long terme de la centrale. La station de
travail WOIS est également utilisée pour le traitement d'alarme. Une liste d'alarmes affiche
toutes les alarmes actives et permet à l'opérateur de reconnaître les alarmes. Une liste
d'événements affiche les événements de la centrale, tels que les changements de position de
disjoncteur ou de statut de fonctionnement des pompes et moteurs. [2]

Le WOIS présente les informations sur plusieurs niveaux d'affichage. Les informations les
plus importantes concernant le statut des composants principaux de la centrale sont présentées
dans l'écran d'aperçu. Les écrans de processus donnent plus d'informations sur les différents
processus et systèmes, à l'aide de symboles graphiques et de valeurs numériques. Des
informations détaillées concernant des mesures analogues sont disponibles dans les fenêtres
d'objets. [2]

2- Station de travail WISE (Wärtsilä Information System Environnent)

Le WISE est utilisé pour le suivi de la production de courant et l'état du moteur ainsi que
pour le diagnostic à long terme du moteur. Le WISE calcule et sauvegarde d'importantes

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

valeurs de mesure, et permet à l'opérateur de visualiser et d'imprimer des rapports. Le WISE


obtient les informations du WOIS. [2]

Le système de rapport calcule et affiche des rapports de production quotidienne,


mensuelle et annuelle de la puissance générée et de la consommation de combustible. Les
rapports de production incluent des valeurs minimale, maximale et moyenne. [2]

Le WISE fournit des rapports quotidiens de différentes valeurs mesurées, telles que des
températures. Les valeurs minimale, maximale et moyenne sont calculées et stockées. Les
mesures peuvent être visualisées sous forme d'affichage de tendances, ce qui permet un suivi
à long terme des performances de l'usine. [2]

Un journal électronique est utilisé pour enregistrer les activités de fonctionnement et de


maintenance. Le journal conserve les événements insérés automatiquement, comme les
démarrages et arrêts du moteur, ainsi que les événements entrés par l'opérateur. [2]

Le WISE prend en charge le stockage et la visualisation de la documentation électronique


de l'usine. [2]

L’on a également utilisé:

- Le système d’exploitation Windows XP Professionnel, service Pack 3 ;


- La famille office 2007.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

B-METHODES

Il est question dans à ce niveau de présenter les critères sur lesquels l’on s’appuiera pour
comparer les différents états de fonctionnement de la centrale de la Dibamba. Par la suite, l’on
présentera les outils qui nous aideront à faire des évaluations des coûts de fonctionnement, des
coûts de maintenance, la production énergétique et les temps de réponse de la centrale de la
Dibamba selon qu’elle est en mode réserve chaude ,froide ou tournante. Seront également
présentés les outils relatifs à la conception du planning.

I-Les critères de comparaison des modes de réserves

Comme critères l’on a :

 Coûts d’exploitation de la centrale dans chaque mode réserve :


 Coûts journaliers des consommations en énergie électrique ;
 Coût annuel des consommations des groupes de la centrale en HFO ;
 Coût annuel des consommations des groupes de la centrale en LFO ;
 Coût annuel des consommations des groupes de la centrale en huile de
lubrification ;
 Coût annuel des consommations de la centrale en produits chimiques.
 Coûts de maintenance des auxiliaires et des groupes :
 Coût annuel de la main-d’œuvre nécessaire pour réaliser la maintenance ;
 Coût annuel des pièces de rechange utilisées lors des maintenances.
 Le temps de réponse de la centrale suite à la demande du Grid Dispatch ;
 La production énergétique de la centrale.

II-Le calcul des coûts

Les formules utilisées pour le calcul des coûts sont toutes tirées du livre « Maitrise et
gestion de la maintenance », tome 1 et 2 de CRAN ESTIN .

1-Calcul des coûts d’exploitations (Co)

Les coûts d’exploitation sont donnés par la relation ci-dessous :

Co = CCHFO + CCLFO + CCH + CRPO + CCE + CDO (1)

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Avec:

- la consommation en HFO (CCHFO) ;


- la consommation en LFO (CCLFO) ;
- la consommation en huile de lubrification (CCH) ;
- la rémunération du personnel des opérations (CRPO) ;
- la consommation électrique (CCE).
- diverses dépenses effectuées par le service des opérations (CDO).

a- La rémunération du personnel des opérations (Crpo)

Dans ce service, il y a quatre quarts composés chacun d’un(01) chef de quart et de


trois(03) opérateurs. A la centrale nous avons en permanence quatre personnes sur le site
appartenant à différentes équipes qui s’alternent.

Pour effectuer la présente étude l’on aura besoin de :

- So : le salaire d’un opérateur ;


- Scq : Le salaire d’un chef de quart ;
- Nm : Nombre de mois par an ;
- Nq : nombre de quart ;
- No : Nombre d’opérateur par quart ;
- Ncq : Nombre de chef de quart.
L’on aura donc la formule qui suit :

Crpo = ( So * No + Seq * Ncq ) * Nq * Nm (2)

NB :

- L’étude faite ici est valable pour une période d’un an ;
- La rémunération du personnel des opérations sera la même pour tous les types de
réserves.

b-Coût de la consommation en LFO (CCLFO) ;

Il importe de rappeler que le LFO est utilisé lorsque l’on arrête un groupe pour des
besoins de maintenance. Avant de l’arrêter, celui-ci fonctionne en LFO pendant 10 minutes

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

et lors de sa mise en service il est également prescrit de le faire fonctionner en LFO pendant
10 minutes. Donc chaque arrêt pour un besoin de maintenance occasionne 20 minutes de
fonctionnement en LFO.

Réserve chaude

Pour le faire l’on aura besoin de :

- production horaire(PH) ;
- consommation spécifique du LFO(CSLFO) ;
- Prix du litre de LFO(PU) ;
- Temps de fonctionnement en LFO pour une année(TFLFO) ;
- Nombre de groupes(NG) ;

CCLFO = PH * CSLFO * TFLFO * NG * PU (3)

Réserve froide

Il importe de rappeler que lorsqu’un des groupes doit être mis en réserve froide, il doit
fonctionner en LFO pendant les 10 minutes qui précèdent l’arrêt de celui-ci, de même il est
conseillé de le mettre en marche au LFO pendant 10 minutes avant de basculer en HFO ; pour
cette étude l’on considérera que chaque groupe subit en moyenne un arrêt par jour dû à la
réserve froide. Cette contrainte viendra accroître le temps de fonctionnement en LFO.

Pour le calcul des coûts de consommation en LFO pour la réserve froide on aura besoin
des mêmes données et de la même formule qu’en réserve chaude à la seule exception du
temps de fonctionnement en LFO pour une année (TFLFO);

Réserve tournante

Nous aurons les mêmes consommations qu’en réserve chaude car ici les groupes ne sont
mis à l’arrêt que pour des besoins de maintenance.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

b- Le coût de la consommation en HFO (CCHFO) ;

Réserve froide

Pour l’évaluation on aura besoin de :

- La prévision de production énergétique annuelle de 2011: Ea;


- La production énergétique lors du fonctionnement en LFO : ELFO;
- La consommation spécifique de HFO : Cs;
- Prix du litre de HFO : Pu.

On a donc :

CCHFO= (EA – ELFO)*CS*PU (4)

Réserve chaude

Pour l’évaluation on aura besoin de :

- La prévision de production énergétique annuelle de 2011 : Ea ;


- La production énergétique lors du fonctionnement en LFO : ELFO;
- La consommation spécifique de HFO : Cs;
- Prix du litre de HFO : Pu.

On a donc :

CCHFO= (EA – ELFO)*CS*PU (5)

Réserve tournante

Pour l’évaluation on aura besoin de :

- Nombre d’heure dans une année (NA) ;


- Prix du HFO (PHFO) ;
- Temps d’indisponibilité annuelle pour besoin de maintenance (TI).

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Calcul de la durée d’arrêt pour maintenance (durée d’indisponibilité due aux


interventions) a été fait grâce au tableau de planification annuelle des actions de maintenance
prescrites par le constructeur des groupes de la centrale.

- Temps de fonctionnement en LFO (TFLFO);


- Energie produite à 60% (EP60%);
- Energie produite à 100% (EP100%) ;
- Temps de fonctionnement à 60% (TF60%);
- Consommation spécifique à la charge maximale HFO (CSHFO100%);
- Consommation spécifique en HFO à 60% de sa charge maximale ; pour la déterminer
on a tracé la courbe de consommation spécifique expérimentalement.

On déterminera CCHFO par la suite. Pour le faire, il est indispensable de déterminer au


préalable CCHFO60% et CCHFO100%.

On a donc : CCHFO = CCHFO100% + CCHFO60% (6)

- Calcul de CCHFO60%

CCHFO60%= ETP60% * CSHFO60% * PHFO

Or ETP60% = NG * EP60% * TF60%

On a donc: CCHFO60% = NG * EP60% * TF60% * CSHFO60% * PHFO (7)

- Calcul de CCHFO100%

CCHFO100%= ETP100% * CSHFO100% * PHFO

Or ETP100% = NG * EP100% * TF100%

Avec TF100% = NA – (TFLFO + TI)

On a donc: ETP100% = NG * EP100% * (NA – (TFLFO + TI)) (8)

- Calcul de CCHFO

Il est déterminé par la relation :

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

CCHFO = CCHFO100% + CCHFO60%

d-Coût de Consommation en huile de lubrification (CCH)

Réserve chaude

Pour le faire on a besoin de :

- Production énergétique annuelle (PE);


- Consommation spécifique en huile (CS HUILE);
- Prix du litre d’huile (PHUILE).

On a donc:

CCH = PE * CS HUILE * PHUILE (9)

Réserve tournante

Pour le faire on aura besoin de :

- Production énergétique annuelle à 100% de charge (PE100%);


- Production énergétique annuelle à 60% de charge (PE60%); 
- Consommation spécifique en huile (CSHUILE);
- Prix du litre d’huile (PHUILE).

On a donc la relation :

CCH = (PE60% + PE100%) * CS HUILE * PHUILE (10)

Réserve froide

La consommation en huile de lubrification des moteurs en réserve froide est


sensiblement la même qu’en réserve chaude.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

e-Coût de consommation électrique

Réserve chaude

Pour les calculs on aura besoin de :

- Nombre d’heure dans une année (NA);


- Puissance consommée par les auxiliaires (Pc) qui est donnée par la documentation
technique de la centrale;
- Moyenne d’heures de fonctionnement annuelle par groupe (Hg);
- Prix du kW (Pu);

Le coût de consommation électrique en réserve chaude est donné par la relation :

CCE = (NA – Hg) * Pc * Pu (11)

Réserve froide

La particularité de la réserve froide réside dans le fait que certains équipements qui sont
en fonctionnement lorsque la centrale est en mode réserve chaude, sont à l’arrêt.

Pour les calculs on aura également besoin de :

- Puissance consommée par les auxiliaires (Pc);


- Prix du kW (Pu) ;
- Moyenne d’heures de fonctionnement annuelle par groupe (Hg);
- Temps d’indisponibilité pour besoins de maintenance (TI);
- Nombre d’heure dans une année (NA).

La consommation électrique est donnée par la relation :

CCE = [(NA * PC) + ((NA- Hg- TI) * (PC – PCRF))] * PU (12)

Réserve tournante

En réserve tournante, l’on ne consomme pas d’énergie électrique car les groupes
tournent en permanence et alimentent les auxiliaires de la centrale.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

f-Diverses dépenses effectuées par le service des opérations (CDO)

Comme frais divers on peut citer :

- Les repas ;
- Le transport ;
- Le matériel de bureau.

Compte tenu de la complexité de cette rubrique et du manque d’informations


nécessaires pour la traiter ; elle ne sera pas prise en compte dans notre étude. De plus les C DO
ne sont pas relatives au type de réserve appliqué par la centrale.

2-Coûts de maintenance

Le coût de maintenance est donné par la relation ci-dessous :

CM = CR + CGM + CCM + CCR + CTC (13)

Avec :

- Coûts liés aux travaux Co-traités (CTC) ;


- Coûts liés aux consommations de matières, fournitures, produits (CCM) ;
- Coûts liés aux consommations des « rechanges » (CCR) ; 
- Coûts liés aux frais généraux du service maintenance (CGM) ; 
- Coûts liés aux frais de rémunération du personnel d’intervention(CR). 

a-Coûts liés aux frais de rémunération du personnel d’intervention(Cr) 

Dans le présent cas il y a deux départements dans le service de maintenance à savoir :

- Le département électrique ;
- Le département mécanique ;

Il s’agira donc d’évaluer les coûts de la main d’œuvre relative à ces deux départements, en
appliquant la formule :

Cr=Sde+ Sdm (14)

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Avec :

- Sde : Salaire département électrique ;


- Sdm : Salaire département mécanique.

Ces résultats seront présentés sous forme de tableau.

b-Coûts liés aux consommations des « rechanges » (CCR) 

Les coûts de consommations des pièces de rechange seront subdivisés en deux groupes
à savoir :

- Les rechanges liés aux auxiliaires ;


- Les rechanges liés aux groupes.

Cas de la réserve chaude

Le planning de prévision de consommation des pièces de rechange donne le coût de


consommation des pièces de rechange des auxiliaires et des groupes du service électrique et
mécanique. C’est ainsi qu’on a :

- Le coût de consommation des pièces de rechange des auxiliaires pour le service


électrique (CCRAE);
- Le coût de consommation des pièces de rechange des auxiliaires pour le service
mécanique (CCRAM);
- Le coût de consommation des pièces de rechange des groupes pour le service
électrique (CCRGE);
- Le coût de consommation des pièces de rechange des groupes pour le service
mécanique (CCRGM).

La formule ci-dessous permet donc de calculer CCR :

CCR = CCRGM + CCRGE + CCRAM + CCRAE (15)

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Cas de la réserve tournante

En réserve tournante, le temps de fonctionnement des auxiliaires reste le même qu’en


réserve chaude ; comme la maintenance est basée sur les temps de fonctionnement on peut
donc conclure que les coûts liés aux auxiliaires seront les mêmes qu’en réserve chaude.

En ce qui concerne les groupes on aura une augmentation des temps de fonctionnement.
La relation (15) ci-dessous restera valable pour ce cas.

Cas de la réserve froide

En réserve froide les coûts de consommation des pièces de rechange des groupes sont
les mêmes qu’en réserve chaude car les groupes produisent la même quantité d’énergie donc
ils ont les mêmes temps de fonctionnement.

- Le coût de consommation des pièces de rechange des groupes pour le service


électrique (CCRGE) ;
- Le coût de consommation des pièces de rechange des groupes pour le service
mécanique (CCRGM).
- Le coût de consommation des pièces de rechange des auxiliaires pour le service
électrique (CCRAE);
- Le coût de consommation des pièces de rechange des auxiliaires pour le service
mécanique (CCRAM).

La formule (15) ci-dessous permet donc de calculer CCR.

c-Coûts liés aux consommations de matières, fournitures, produits


(CCM)

Pour cette étude, on se limitera à la consommation des produits chimiques qui sont


donnés par les prévisions de production pour la réserve chaude de celle-ci. On peut donc
déduire le reste des consommations.

d-Frais généraux du service maintenance (CGM)

Comme frais généraux on peut citer :

- Les repas ;

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- Le transport ;
- Le matériel de bureau.

Compte tenu de la complexité de cette rubrique et du manque d’informations nécessaires


pour la traiter ; elle ne sera pas prise en compte dans la présente étude. De plus, les C GM ne
sont pas relatives au type de réserve appliqué par la centrale.

e-Coûts liés aux travaux Co-traités (CTC).

Les coûts liés aux travaux Co-traités ne sont pas relatifs au mode de réserve, ils ne
seront pas pris en compte dans la présente étude. Il s’agira de la climatisation, l’entretien de
l’espace vert, l’entretien des bureaux, de la salle de contrôle…

3-La production énergétique (PEN)

La production énergétique en réserve chaude sera le même qu’en réserve froide à savoir
celle prescrite par les prévisions de production annuelle.

Cas de la réserve tournante

Pour cette évaluation on aura besoin:

- De l’énergie produite à 60% (EP60%);


- Du temps de fonctionnement à 60% (TF60%);
- De la production énergétique en réserve chaude (PENRC).

On a la formule:

PEN = PENRC + (EP60% * TF60%) (16)

4-Etude des temps de réponse.

Les différents temps de réponse ont été obtenus grâce à la documentation technique de
la centrale.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Cas de la réserve froide

Le temps imparti pour le redémarrage et le couplage au réseau sera de deux heures


maximum.

Cas de la réserve chaude

Le temps imparti pour le redémarrage et le couplage au réseau sera de 15 minutes


maximum.

Cas de la réserve tournante

Le temps imparti pour l’augmentation de la consigne des groupes entre 60% et 100%
est de 5 minutes maximum.

III-Elaboration du planning de fonctionnement annuel

La réalisation de notre planning se fera sous la base des résultats qu’on a obtenus en
étudiant le fichier historique de la centrale (WISE et WOSE).

1-Etude du fichier historique

On s’intéressera à deux paramètres : les variations des productions mensuelles et les


sollicitations journalières.

a- Les variations de production mensuelle

Elles sont obtenues grâce au WISE qui donne l’historique des productions annuelles,
mensuelles et journalières. Ces valeurs vont être traitées et à l’aide d’EXCEL 2007 on va
tracer des graphiques. Ces graphiques viendront nous aider à déterminer les mois de forte
production et les mois de faible production dans le but de les étudier différemment.

b-Sollicitations journalières

Il sera question ici de comptabiliser le nombre de fois où la centrale a été sollicitée dans
chaque intervalle horaire. Ce travail sera fait pour une semaine d’un mois de saison sèche

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

(mars 2010) et une semaine d’un mois de saison pluvieuse (novembre 2009). Ces
sollicitations vont nous aider dans la définition des bornes de notre planning.

2- Réalisation du planning

Pour concevoir notre planning on va utiliser les résultats de l’étude du fichier historique
pour décider du type de réserve à adopter pour chaque intervalle horaire précis. Ce planning
sera réalisé sur EXCEL2007.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

CHAPITRE III  : RESULTATS ET DISCUSSION

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

I-Etude comparative des modes de réserve

L’étude comparative va être basée sur les coûts de maintenance, les coûts
d’exploitation, la consommation.

1-Etude des coûts relatifs à chaque réserve

1-1-Coûts d’exploitation (Co)

a-La rémunération du personnel des opérations (CRPO)

Les données ci-dessous vont permettre d’effectuer nos calculs :

- So = 320 000 FCFA ;
- Scq =640 000 FCFA;
- Nm =12 mois ;
- Nq=04 quarts ;
- No =12 ;
- Ncq= 04 chef de quart.

La formule (2) donne l’opération et le résultat ci-dessous :

CRPO = ((320000*12) + (640 000*4))*12 = 76 800000 FCFA

CRPO = 76 800 000 FCFA

NB :

- La rémunération du personnel des opérations est la même pour tous les types de
réserve.

b-Coût de la consommation en LFO (CCLFO) ;

Réserve chaude

Pour le faire, les données ci-dessous seront nécessaires :

- (PH) = 11 000 kWh

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- (CSLFO)=0.226 l/kWh
- (PU)=503 FCFA
- (TFLFO) = 40 heures
- (NG)=8 groupes

La formule (3) donne :

CCLFO = 11000*0.226*40*8*503 = 400 146 560 FCFA

CCLFO= 400 146 560 FCFA

Réserve froide

Mis à part (TFLFO) = (40+122) heures ou 122 heures est le temps de fonctionnement en
LFO pour des besoins de mise en réserve froide, les restes de données resteront inchangés. Par
application de la formule (3) on a:

CCLFO = 11000*0.226*(40+122)*8*503 = 1.620.593.568 FCFA

CCLFO= 1  620  593 568 FCFA

Réserve tournante

Mêmes consommations qu’en réserve chaude car ici les groupes ne sont mis à l’arrêt
que pour des besoins de maintenance.

L’application de la formule (3) donne :

CCLFO= 400 146 560 FCFA

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Représentation graphique du résultat

Dans le but de faciliter l’interprétation des résultats, ils seront présentés sous forme de
graphique.

018E+08
016E+08
014E+08
Coût LFO (FCFA)

012E+08
010E+08
008E+08
006E+08
004E+08
002E+08
000E+00
réserve chaude réserve froide réserve tournante
Types de réserves

Figure : Variation des coûts de consommation en Light Fuel Oil (LFO)

Le graphique ci-dessus donne les variations des coûts de consommation en LFO des
groupes de la centrale en fonction du type de réserve. Un constat se dégage : la réserve froide
a les coûts les plus élevés.

c- Le coût de la consommation en HFO (CCHFO) ;

Réserve froide

Pour cette évaluation il faudra:

- Ea= 398684000 kWh) ;


- ELFO = 14256000 kWh) ;
- Cs=0.208 l/kWh ;
- Pu=200 FCFA.

En appliquant la formule (4):

CCHFO= (398.684.000 – 14.256.000) * 0.208 * 200 = 15.992.204.000 FCFA

CCHFO = 15  992  204 000 FCFA

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Réserve chaude

En appliquant la formule (4):

CCHFO= (398.684.000 – 10.736.000) * 0.208 * 200 = 16.138.636.000 FCFA

CCHFO = 16 138 636 000 FCFA

Réserve tournante

Pour effectuer ce calcul il faudra:

- NA= 8784 heures ;


- PHFO= 200 FCFA/Litre ;
- TI= 688 heures.

Calcul de la durée d’arrêt pour maintenance (durée d’indisponibilité due aux


interventions) a été fait grâce au tableau de planification annuelle des actions de maintenance
prescrites par le constructeur des groupes de la centrale.

Tableau : Planification annuelle des actions de maintenance

Les maintenances basées Nombre fois ou cette Durée Total temps d'indisponibilité
sur le nombre d'heure de maintenance aura lieu d'indisponibilité(en (en heures)
fonctionnement en 1an heure)

8000h 1 80 80

4000h 2 36 72

3000h 3 24 72

2000h 5 24 120

1000h 8 16 128

500h 18 12 216

Total temps d’indisponibilité (TI) 688

D’où TI =688 heures

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- TFLFO= 13 heures ;

Il est obtenu grâce au tableau ci-dessous.

Tableau : Durée de fonctionnement en Light Fuel Oil (LFO)

Les maintenances basées sur le Nombre de maintenances pour Durée de fonctionnement des
nombre d'heure de fonctionnement 1an groupes au LFO (en minute)

8000h 1 20

4000h 2 40

3000h 3 60

2000h 4 80

1000h 9 180

500h 18 360

Total d’heures de fonctionnement des groupes au LFO (en minutes) 740

Le resultat obtenu est: 740 minutes ≈13 heures

- EP60%=6600 kWh ;
- EP100%=11000 kWh ;
- TF60%=3553 heures ;
- CSHFO100%=0.208 l/kWh ;
- Consommation spécifique en HFO à 60% de sa charge maximale ; pour la déterminer
on a tracé la courbe de consommation spécifique expérimentale on a obtenu :
Tableau : Consommation spécifique en fonction du pourcentage de charge
P (% de charge) Cs (g/kWh)

20 0,22

30 0,215

40 0,21

50 0,204

60 0,199

70 0,192

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

80 0,19

90 0,192

100 0,199

Le tableau ci-dessus a permis d’avoir la courbe ci-dessous.

0tan28a566028
48tan28a566028
36tan28a566028
24tan28a566028
12tan28a566028
Cs(g/kWh)

0tan28a566028
48tan28a566028
36tan28a566028
24tan28a566028
12tan28a566028
0tan28a566028
0tan28a566028 0tan19a566019 0tan10a566010 0tan1a56601
Pourcentage de la charge

Figure : Courbe de consommation spécifique du Heavy Fuel Oil (HFO)

On constate donc que Cs à 100% de charge est la même que celle à 60%.

Pour déterminer CCHFO, il a d’abord fallu déterminer CC HFO60% et CCHFO100% et par la


suite, faire la somme des deux expressions pour avoir CCHFO.

Avant d’appliquer la formule (5), il a fallu calculer ses composantes.

- Calcul de CCHFO60%

Il est donné par application de la relation (7):

CCHFO60% = 8 *6600 * 3553 * 0.208 * 200 = 7.804.093.440 FCFA

CCHFO60% = 7 804 093 440 FCFA

- Calcul de CCHFO100%

Il est donné par application de la relation (8):

ETP100% = 8 * 11000 * (8784 – (13 + 688)) = 711.304.000 kWh

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

ETP100% = 711 304 000 kWh

Dou: CCHFO100% = 711.304.000 * 0.208 * 200 = 29.590.246.000 FCFA

CCHFO100% = 29 590 246.000 FCFA

- Calcul de CCHFO

Il est déterminé en appliquant la relation (6):

CCHFO = 29.590.246.000 FCFA + 7.804.093.440 FCFA = 37.394.339.000 FCFA

CCHFO = 37 394 339 000 FCFA

Récapitulatif

Pour une interprétation aisée des résultats précédents, ils seront présentés dans le
graphique ci-dessous.

400E+08
350E+08
300E+08
250E+08
Coûts HFO

200E+08
150E+08
100E+08
050E+08
000E+00
Réserve chaude Réserve froide Réserve tournante
Types de réserves

Figure : Variations des coûts de consommation en Heavy Fuel Oil (HFO)


Le graphique ci-dessus permet de constater que la réserve tournante a les coûts de
consommation les plus élevés, suivie de la réserve chaude puis de la réserve froide.

d-Coût de Consommation en huile de lubrification (CCH)

Réserve chaude

Pour le faire il faudra:

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- PE= 398684000 kWh ;


- CS HUILE= 0.8 l/kWh ;
- PHUILE= 1200 FCFA.

Par application de la formule (9) le résultat ci-dessous.

CCH = 398.684.000 * 0.8 * 1200 = 382736640000 FCFA

CCH = 382 736 640 000 FCFA

Réserve tournante

Pour le faire il faudra :

- PE100%=398684000 kWh ;
- PE60%=187598400 kWh ; 
- CS HUILE= 0.8 l/kWh ;
- PHUILE= 1200 FCFA

Le résultat ci-dessous est obtenu par application de la relation (10):

CCH = (187598400 + 398684000) * 0.8 * 1200 = 562.831.100.000 FCFA

CCH = 562  831  100 000 FCFA

Réserve froide

La consommation en huile de lubrification des moteurs en réserve froide est


sensiblement la même qu’en réserve chaude, d’où:

CCH = 382 736 640 000 FCFA

Récapitulatif

Le graphe ci-dessous est obtenu:

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

6,000E+08

Coûts d'huile de lubrification


5,000E+08

4,000E+08

3,000E+08

2,000E+08
(FCFA)

1,000E+08

000E+00
Réserve chaude Réserve froide Réserve tournante
Types de réserves

Figure : Variation des coûts de consommation en huile

La réserve tournante a les coûts les plus élevés et les deux autres réserves ont le même
coût de consommation d’huile de lubrification.

e-Coût de consommation électrique

Réserve chaude

Pour les calculs il faudra:

- NA= 8784 heures ;


- Pc=4150 kW ;
- Hg=4531 heures ;
- Pu=100 FCFA ;

Le coût de consommation électrique en réserve chaude est calculé en appliquant la


relation (11) :

CCE = (8784 – 4531) * 4150 * 100 = 14.119.960.000 FCFA

CCE = 1 764 995 000 FCFA

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Réserve froide

La particularité de la réserve froide réside dans le fait que certains équipements qui sont
en fonctionnement lorsque la centrale est en mode réserve chaude, sont à l’arrêt. Ces
équipements sont :

Tableau : Equipements mis en arrêt en réserve froide

Equipements Puissance(en kW) Nombre Total

Moto pompe de pré lubrification 11 8 88

Résistance chauffantes de chauffage d'eau HT 108 8 864

Pompe de circulation d'eau de préchauffage du moteur 2,2 8 17,6

Moteur d'entrainement du bol de séparation d'huile de lubrification 7,5 8 60

Moto- pompe d'alimentation du bol de séparation d'huile de 1,5 8 12


lubrification

Résistances chauffantes du séparateur d'huile 65 8 520

PCRF (kW) 1561,6

En réserve froide, l’énergie consommée lors du préchauffage des groupes est différente
de celle qui est consommée lorsque les groupes sont froids, il s’agira de travailler en
considérant que les groupes sont préchauffés en moyenne 2 heures par jour soit 732 heures
par an qui sera abréger par NHA.

Pour ce calcul il faudra également besoin de :

- Pc= 4150 kW ;


- Pu= 100 FCFA ;
- Hg= 4531 heures ;
- TI= 688 heures ;
- NA= 8784 heures.

La consommation électrique est donnée par application de la relation (12):

CCE = [(732 * 4150) + ((8784 - 4531 - 688) * (4150 – 1561,6))] * 100 = 1226544600 FCFA

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

CCE = 1 226 544 600 FCFA

Réserve tournante

En réserve tournante, la centrale ne consomme pas d’énergie électrique car les groupes
tournent en permanence et alimentent les auxiliaires.

Récapitulatif

Pour une interprétation aisée des résultats ils seront présentés dans le graphique ci-
dessous.

020E+08
018E+08
016E+08
Coûts de consommation

014E+08
énergétique (FCFA)

012E+08
010E+08
008E+08
006E+08
004E+08
002E+08
000E+00
Réserve chaude Réserve froide Réserve tournante
Types de réserves

Figure : Variations des coûts de consommation énergétique

Les coûts les plus élevés sont obtenus en réserve chaude, suivie de la réserve froide et
de la réserve tournante qui a des coûts de consommation nuls.

1-2-Coûts de maintenance

Le coût de maintenance est donné par la relation (13). Il sera donc question de
déterminer ces différentes composantes.

a-Coûts liés aux frais de rémunération du personnel d’intervention(CR) 

Le calcul des coûts liés aux frais de rémunération du personnel au département


électrique et mécanique sera présenté dans le tableau ci-dessous. Les résultats contenus dans
ce tableau découlent de la relation (14).

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Tableau : Coûts de rémunération du personnel

Nombre Paiement Paiement Paiement Total


horaire(FC mensuel par mensuel annuel(FCF
FA) technicien(FCF total(FCFA) A)
A)

Service Agents 7 2000 320000 2240000 26880000


électrique
Agent de 2 4000 640000 1280000 15360000
maitrise

Service Agents 4 2000 320000 1280000 15360000


mécanique
Agent de 1 4000 640000 640000 7680000
maitrise

Manager des Cadre 1 6000 960000 960000 11520000


deux services

Total 76800000

CR = 76 800 000 FCFA

b-Coûts liés aux consommations des « rechanges » (CCR) 

Il s’agira ici d’évaluer les coûts de rechanges liés aux auxiliaires et les coûts de rechanges liés
aux groupes.

Cas de la réserve chaude

On se servira des données ci-dessous pour notre évaluation :

- CCRAE= 41.470.804 FCFA ;


- CCRAM= 88.903.292 FCFA ;
- CCRGE= 22.388.624 FCFA ;
- CCRGM= 254.501.104 FCFA.

En appliquant la relation (15) nous avons:

CCR = 254.501.104 + 22.388.624 + 88.903.292 + 41.470.804 = 407.263.824 FCFA

CCR = 407 263 824 FCFA

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Cas de la réserve tournante

En réserve tournante, le temps de fonctionnement des auxiliaires reste le même qu’en


réserve chaude ; comme la maintenance est basée sur les temps de fonctionnement on peut
donc conclure que les coûts liés aux auxiliaires sont les mêmes qu’en réserve chaude à
savoir :

- Le coût de consommation des pièces de rechange des auxiliaires pour le service


électrique (CCRAE) : 41.470.804 FCFA ;
- Le coût de consommation des pièces de rechange des auxiliaires pour le service
mécanique (CCRAM) : 88.903.292 FCFA.

En ce qui concerne les groupes on constate une augmentation du temps de


fonctionnement on passe donc de 4531 heures (temps de fonctionnement des groupes en
réserve chaude) à 8096 heures (temps de fonctionnement mis à part le temps d’indisponibilité
pour besoin de maintenance) ; soit une augmentation de 44%. De ce fait on obtient donc les
coûts suivants :

- Le coût de consommation des pièces de rechange des groupes pour le service


électrique (CCRGE) : 40.004.039 FCFA ;
- Le coût de consommation des pièces de rechange des groupes pour le service
mécanique (CCRGM) : 454.743.090 FCFA.

La relation (15) ci-dessus nous permettra de calculer CCR :

CCR = 40.004.039 + 454.743.090 + 88.903.292 + 41.470.804 = 625.121.225 FCFA

CCR = 625 121 225 FCFA

Cas de la réserve froide

En réserve froide les coûts de consommation des pièces de rechange des groupes sont
les mêmes qu’en réserve chaude car les groupes produisent la même quantité d’énergie donc
ils ont les mêmes temps de fonctionnement.

- CCRGE= 22 388 624 FCFA


- CCRGM= 254 501 104 FCFA

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

On notera également une réduction des temps de fonctionnement des auxiliaires de


l’ordre de 35% comme la maintenance est basée sur les temps de fonctionnement, on pourra
également constater une réduction des coûts de consommation des pièces de rechange. C’est
ainsi qu’on aura les coûts suivants :

- CCRAE= 26.959.096 FCFA ;


- CCRAM= 57.793.731 FCFA.

La relation (15) permet donc de calculer CCR, on a:

CCR = 22.388.624 + 254.501.104 + 26.959.096 + 57.793.731 = 361.642.555 FCFA

CCR = 361 642 555 FCFA

Récapitulatif

Pour une interprétation aisée des résultats, on va les présenter dans le graphique ci-
dessous.

006E+08

005E+08

004E+08
Coûts en FCFA

003E+08

002E+08

001E+08

000E+00
Types de réserves

Figure : Variations des coûts des pièces de rechanges

c-Coûts liés aux consommations de matières, fournitures, produits


(CCM)

Connaissant la consommation des produits consommés par la centrale pour l’année


précédente on peut déduire de celle-ci les consommations de 2011. On doit tenir compte de ce
que la centrale fonctionnait en réserve chaude. C’est ainsi qu’on a les résultats suivants:

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Cas de la réserve chaude

CCM = 15 895 000 FCFA

Cas de la réserve froide

CCM = 10  332 928 FCFA

Cas de la réserve tournante

CCM = 22 888 800 FCFA

Récapitulatif

Pour une interprétation aisée des résultats on va les présenter dans le graphique ci-
dessous.

2,500E+04

2,000E+04
Coût en FCFA

1,500E+04

1,000E+04

500E+04

000E+00
Réserve chaude Réserve froide Réserve tournante
Types de réserves

Figure : Variation des coûts de consommations des matières, fournitures et produits

On constate que les coûts les plus élevés sont obtenus en réserve tournante suivie de la
réserve froide et enfin de la réserve chaude.

1-3-Synthèse des différents coûts

La production énergétique en réserve chaude sera la même qu’en réserve froide à savoir
celle prescrite par les prévisions de production annuelle .Par contre en réserve tournante elle
sera différente car les groupes tournent en permanence.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

a-Coûts d’exploitation
Tableau : Synthèse des coûts d'exploitations

Coûts d'exploitation en FCFA

Réserve chaude 401 117 217 560,00

Réserve froide 401 652 782 168,00

Réserve tournante 600 702 385 560,00

Le tableau ci-dessus nous donne le récapitulatif des coûts d’exploitation en fonction du


type de réserve. Pour une interprétation aisée des résultats on va les présenter dans le
graphique ci-dessous.

7,000E+08
6,000E+08
5,000E+08
Coûts en FCFA

4,000E+08
3,000E+08
2,000E+08
1,000E+08
000E+00
Réserve chaude Réserve froide Réserve tournante
Types de réserves

Figure : Variation des coûts d'exploitations

On peut donc constater que les coûts d’exploitation en réserve tournante sont plus
importants qu’en réserve froide et chaude.

b- Les coûts de maintenance


Tableau : Synthèse des coûts de maintenances

Coûts de maintenance en FCFA


Réserve froide 448775483,00
Réserve chaude 499958824,00
Réserve tournante 724810025,00

Le tableau ci-dessus nous donne le récapitulatif des coûts de maintenance en fonction


du type de réserve. Les résultats obtenus sont présentés dans le graphique ci-dessous.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

008E+08
007E+08
006E+08
Coûts en FCFA 005E+08
004E+08
003E+08
002E+08
001E+08
000E+00
Réserve froide Réserve chaude Réserve tournante
Types de réserves

Figure : Variation des coûts de maintenances

On constate donc que les coûts de maintenance sont plus importants en réserve
tournante qu’en réserve chaude et froide.

2-La production énergétique (PEN)

La production énergétique en réserve chaude sera la même qu’en réserve froide à savoir
celle prescrite par les prévisions de production annuelle. Par contre en réserve tournante elle
sera différente car les groupes tournent en permanence.

Cas de la réserve chaude

On aura pour le présent cas une production énergétique de :

PEN = 398 684 000 kW

Cas de la réserve froide

On aura pour le présent cas une production énergétique de :

PEN = 398 684 000 kW

Cas de la réserve tournante

Pour l’évaluation de la production énergétique de la réserve tournante on aura besoin


de:

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- EP60%=6600 kWh ;
- TF60%=3553 heures ;
- PENRC=398684000 kw

Par application de la formule (16) on a le résultat ci-dessous:

PEN = 398684000 + (6600 * 3553) = 422133800 FCFA

PEN = 422 133 800 FCFA

3-Etude des temps de réponse.

Les différents temps de réponse ont été obtenus grâce à la documentation technique de
la centrale.

On a le tableau ci-dessous :

Tableau : Récapitulatif des temps de réponses

Temps de réponse(en minute)

Réserve chaude Réserve froide Réserve tournante

Maximum 15 Maximum 120 Maximum 5

On peut donc constater que la réserve froide a le temps de réponse le plus important
suivie de la réserve chaude puis de la réserve tournante.

4-Tableau de synthèse générale

Tableau :Tableau de synthèse des réserves


RESERVES FROIDES

Coûts Main d'œuvre des opérateurs 1 chef de quart et 3 opérateurs 76 800 000
d'exploitations(FCFA
) LFO 1 620 593 568
Consommation en fuel
HFO 15 992 204 000

Consommation de l'huile de lubrification 382 736 640 000

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Consommation en produits chimiques 15 895 000

Couts de la main d'œuvre 76 800 000

Coûts de
Des auxiliaires 84 752 827
maintenances(FCFA)
Des pièces de rechanges
Des moteurs 276 889 728

Consommations énergétiques électriques de la centrale (FCFA) 1 226 544 600

Production énergétique de la centrale (kW) 398 684 000

RESERVES CHAUDES

Main d'œuvre des opérateurs 1 chef de quart et 3 opérateurs 76 800 000

LFO 400 146 560


Coûts Consommation en fuel
d'exploitations(FCFA HFO 16 138 636 000
)
Consommation de l'huile de lubrification 382 736 640 000

Consommation en produits chimiques 10 332 928

Coûts de la main d'œuvre 76 800 000

Coûts de
Des auxiliaires 130 374 096
maintenances(FCFA)
Coûts des pièces de rechanges
Des moteurs 276 889 728

Consommations énergétiques de la centrale (FCFA) 1 764 995 000

Production énergétique de la centrale (kW) 398 684 000

RESERVES TOURNANTES

Main d'œuvre des opérateurs 1 chef de quart et 3 opérateurs 76 800 000

LFO 400 146 560


Coûts Consommation en fuel
d'exploitations(FCFA HFO 37 394 339 000
)
Consommation de l'huile de lubrification 562 831 100 000

Consommation en produits chimiques 22 888 800

Coûts de Coûts de la main d'œuvre 76 800 000


maintenances(FCFA)
Coûts des pièces de rechanges Des auxiliaires 130 374 096

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Des moteurs 494 747 129

Consommations énergétiques de la centrale (FCFA) 0

Production énergétique de la centrale (kWh) 422 133 800

5-Quelques avantages et inconvénients des types de réserves

On a résumé dans le tableau ci-dessous, pour chaque mode de réserve, quelques


avantages et les inconvénients.

Tableau : Avantages et inconvénients de chaque type de réserves

RESERVES AVANTAGES INCONVENIENTS

Froide Faible consommation énergétique ; Temps de réponse long (deux heures).

Réduction des coûts d’exploitation et de


maintenance ;

Augmentation de la duré de vie des


équipements ;

Chaude Temps de réponse relativement court (15 Consommation énergétique élevée ; Coût
min) ; de maintenance des auxiliaires élevés.

Coûts de maintenance liée aux groupes faibles.

Tournante Temps de réponse optimal (5 min) ; Coûts de maintenance liée aux groupes
élevés.
Aucune consommation d'énergie électrique
provenant du réseau.

L’étude menée ci-dessus nous permet de constater que chaque mode de réserves
présente des avantages qui peuvent être exploités. Il n’est donc pas profitable de choisir un
mode de réserve fixe pour la centrale. Fort de ce constat, on s’est proposé de concevoir un
planning de fonctionnement annuel qui mettra ensemble tous les modes de réserve et nous
permettra ainsi de profiter des avantages procurés par chacun d’entre eux. Ce planning sera
donc présenté à la suite de ce document.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

II-Réalisation du planning de fonctionnement annuel

1-Variation de la production et consommation énergétique

0tan25a1589725
0tan7a-295867 Energies actives
exporté (kwh)
0tan6a222616
Energies réactives
0tan9a85719 exporté (kVArh)
Énergies

0tan11a511911
Energies actives
0tan14a1880814 importé (kwh)

0tan23a-3249723 Energies réactives


importé (kVArh)
0tan25a1934925
0tan28a566028
juil.- août- sept- oct.- nov.- déc.- janv.- févr.- mars- avr-10 mai- juin- juil.-
09 09 09 09 09 09 10 10 10 10 10 10
Mois d'étude

Figure : Variation des consommations et productions énergétiques de la centrale

Ce graphique permet de constater que les mois de janvier, février, mars et avril 2010
sont des mois de forte production ; les mois de mai 2010 et décembre 2009 sont des mois de
production moyenne, par contre les mois de juin et juillet 2010, aout, septembre, octobre et
novembre 2009 sont des mois de faible production. On constate également que le mois de mai
passe de mois à forte production à mois de production moyenne. D’autre part, on constate que
les énergies consommées sont supérieures aux énergies produites. Cela est dû au fait que les
compteurs comptabilisent l’énergie consommée par les auxiliaires de la centrale quand les
groupes sont en marche (la centrale elle-même produit l’énergie consommée par ces
auxiliaires) et quant ils sont à l’arrêt (AES-SONEL alimente la centrale en énergie pour le
fonctionnement de ces auxiliaires).

2-Etude des variations des sollicitations journalières de la centrale

a-Pour une semaine dans un mois de faible production (saison


pluvieuse)

Le graphique ci-dessous nous donne d’une part, les intervalles horaires et d’autre part,
le nombre de sollicitations qu’on a obtenus en comptant pour chaque heure le nombre de fois

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

que la centrale a été sollicitée pendant la semaine 09 au 14/11/2009. Afin de rendre les
résultats simples à interpréter on les présentera sous forme de graphique.

0tan29a566029

0tan19a566019

0tan9a56609
Sollicitations

0tan29a566029

0tan19a566019

0tan9a56609

0tan28a566028
1H 3H 5H 7H 9H 11
H
13
H
15
H
17
H
19
H
21
H
23
H

Heures

Figure : Variation des sollicitations pour un mois de faible production

Le présent graphique nous montre qu’au cours de cette semaine la centrale est sollicitée
de 24 heures à 2 heures et de 17 heures à 24 heures. On note une forte croissance des
sollicitations entre 17 et 19 heures, elle se stabilise à partir de 19 heures. Juste après 21 heures
on note une décroissance progressive jusqu’à 03 heures. De 03 heures à 16 heures, on constate
qu’il n’y a pas de sollicitations.

b-Pour une semaine dans un mois de forte production (saison sèche)

Le graphique ci-dessous nous donne d’une part, les intervalles horaires et d’autre part,
le nombre de sollicitations qu’on a obtenus en comptant pour chaque heure le nombre de fois
que la centrale a été sollicitée pendant la semaine 15 au 21/03/2010. Afin de rendre les
résultats simples à interpréter on les présente dans le graphique.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

0tan29a566029

0tan19a566019

0tan9a56609
Solicitations

0tan29a566029

0tan19a566019

0tan9a56609

0tan28a566028
1 H 2 H 3H 4 H 5 H 6H 7 H 8 H 9H 10 H 1 1 H 12 H 13 H 1 4 H 1 5 H 16 H 1 7 H 1 8 H 19 H 20 H 2 1 H 22 H 2 3 H 2 4 H

Heures de la journée

Figure : Sollicitations horaire pour la semaine du 15 au 21/03/2010

Le présent graphique nous montre qu’au cours de cette semaine la centrale est la plus
part du temps sollicitée toute la journée, on note une forte croissance des sollicitations entre
10 et 14 heures. Elles sont presque stables à partir de 14 heures. Juste après 18 heures on
constate une forte croissance jusque 20 heures. De 20 heures à 06 heures, on constate une
décroissance progressive entre 06 heures et 10 heures on peut remarquer que les sollicitations
sont faibles et stables.

III-Présentation du planning

Les courbes qu’on a représentées ci-dessus ont permis de constater que les sollicitations
de la centrale sont fonction des saisons (sèches ou pluvieuses) et des intervalles horaires .On
notera donc qu’en saison sèche, la centrale est sollicitée entre 10 heures et 24 heures alors
qu’en saison de pluie elle est sollicitée entre 18 heures et 24 heures ; ce qui permet donc de
fixer les bornes de notre planning annuel de fonctionnement. Fort de ce constat on a donc
choisi les bornes suivantes pour notre planning : 0 heure, 10 heures et 16 heures.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Tableau : Planning annuel de fonctionnement

PLANNING ANNUEL DE FONCTIONNEMENT

JANVIER FEVRIER MARS AVRIL MAI JUIN JUILLET AOUT SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE DECEMBRE
10H 10H 10H 10H 10H 10H 10H 10H 10H 10H 10H 10H
0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H 0H - 16H -
- - - - - - - - - - - -
10H - 0H 10H - 0H 10H - 0H 10H - 0H 10H - 0H 10H - 0H 10H - 0H 10H - 0H 10H - 0H 10H - 0H 10H - 0H 10H 0H
16H 16H 16H 16H 16H 16H 16H 16H 16H 16H 16H 16H
Groupe
Salle de machine A

1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Groupe
2 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Groupe
3 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Groupe
4 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Groupe
Salle de machine B

5 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Groupe
6 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Groupe
7 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Groupe
8 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

Réserve chaude
Réserve froide
Réserve tournante

NB : le 0 indique que la centrale ne consomme aucune énergie venant du RIS, par contre le 1 indique que la centrale consomme l’énergie
du RIS

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Le planning ci-dessus nous donne le type de réserve à adopter en fonction d’un intervalle
horaire pour chaque mois.

4-Apports du planning

Ce planning, une fois adopté, permettra de mettre les auxiliaires des groupes en arrêt pendant
966 heures. Ce qui correspond à 33% du temps de fonctionnement des auxiliaires, de ce fait, leur
temps de fonctionnement sera réduit à 2928 heures par an. En considérant les données de notre
calendrier, nous enregistrons une réduction de consommation énergétique de 33%. On passe donc
d’une consommation de 21851152 kWh à une consommation de 14640271 kWh. Soit une économie
de 7210881 kWh par an.

D’autre part on a une réduction des coûts de maintenance des auxiliaires car celle-ci est basée
sur le nombre d’heures de fonctionnement et dans notre cas on a une réduction du nombre d’heures
de fonctionnement donc une réduction des coûts de consommation en pièce de rechange des
auxiliaires. On passe donc d’un coût de consommation en pièce de rechange des auxiliaires de
130.374.096 FCFA à 87.350.645 FCFA.

5-Gains obtenus

a-Gains relatifs à la consommation énergétique (GE)

Soit :
- CERC la consommation énergétique en réserve chaude (21851152 kWh) ;
- CEP la consommation énergétique relative au planning (14640271 kWh) ;
- PU le prix du kW d’énergie consommé (100 FCFA pour notre étude).
On a donc :
GE = (21851152 – 14640271) * 100 = 721.088.100 FCFA

GE = 721 088 100 FCFA

b-Gains relatifs à la consommation des pièces de rechange des auxiliaires

Soit :

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

- CCPRRC : Coût de consommation en pièce de rechange des auxiliaires en réserve chaude


(130.374.096 FCFA)
- CCPRP : Coût de consommation en pièce de rechange des auxiliaires relatif au planning
(87.350.645 FCFA)

On a donc:

GP = CCPRRC - CCPRP

AN:

GP = 130.374.096 - 87.350.645 = 43.023.451 FCFA

GP = 43 023 451 FCFA

6-Gain total (GT)

GT = GP + GE

AN:

GT = 43.023.451 + 721.088.100 = 764.111.551 FCFA

GT = 764  111 551 FCFA

Le calcul du gain qu’on a effectué vient donc confirmer l’intérêt de mettre ensemble plusieurs
modes de réserve. Mais une interrogation se dégage, notamment celle de savoir si ces résultats
pourront rester les mêmes si on prend en compte l’influence que le changement d’état répété des
équipements peut avoir sur la durée de vie de ceux-ci ?

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

CONCLUSION

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Au terme de ce travail, il convient de rappeler qu’il était question d’étudier les types de
réserves afin de réduire le temps de retour à l’investissement. Pour atteindre ce but, deux objectifs
ont été fixés à savoir:

- Faire une étude comparative des types de réserves applicables à la centrale thermique de
YASSA afin d’avoir une idée précise sur les coûts relatifs à ceux-ci ;

- Proposer un planning de fonctionnement annuel qui permettra un retour à l’investissement


rapide ;

Les résultats obtenus peuvent être classés en deux catégories :

- L’étude comparative des types de réserves applicables à la centrale thermique de YASSA,


qui a permis de constater en calculant les coûts de maintenance et d’exploitation relatifs à
chaque mode de réserve que la réserve chaude est la plus économique car elle coûtera
401611615 KFCFA au lieu de 402107120 KFCFA pour la réserve froide et 601427196
KFCFA pour la réserve tournante. Ceci est dû à sa faible consommation en LFO, en produits
chimiques et en pièces de rechange du moteur ;

- Le planning de fonctionnement annuel viendra, lors de sa mise en application, aider à la


réduction du temps nécessaire pour un retour sur l’investissement. Le dit planning a la
particularité de mettre ensemble les différents modes de réserves dans le but d’optimiser les
gains. Le gain obtenu ici est de 764112 KFCFA.

Il convient cependant de signaler que dans les pays d’Afrique de l’Ouest, où les centrales
thermiques à fuel lourd ont été installées, elles fonctionnent en réserve froide car les heures de
sollicitation sont préalablement connues et fixées à la mise en service de celles-ci. Par contre, la
complexité d’exploitation de la centrale thermique de Yassa résulte de ce que les heures de
sollicitation ne sont pas établies à l’avance. De ce fait, la centrale peut être sollicitée à tout moment
en cas de fluctuation sur le Réseau Interconnecté Sud (RIS), elle est utilisée comme centrale ou
d’appui.

En tout état de cause, on peut dire que l’étude effectuée a abouti à des concepts qui pourraient
être exploités par d’autres équipes de travail pour mener à bout le raisonnement entamé dans ce
mémoire. Ces équipes pourront étudier les défaillances générées par les arrêts et les redémarrages

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

des équipements lorsque la centrale est en réserve froide ou chaude. Ce qui permettrait de prévoir
les défaillances que pourront connaître les équipements afin de les quantifier et de les planifier.

BIBLIOGRAPHIE

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

[1] BONGA P. P.(2009), « Procédure de gestion de l’interface entre la centrale et le réseau


interconnecte sud », note interne KPDC, 23 p.

[2] Wärtsilä Finland Oy (2008), « Manuel d’utilisation de la centrale thermique de DIBAMBA »,


134 p.

[3] KAKEU E. B.(2008), « Mise en place d’une politique de maintenance et d’une GMAO pour les
groupes électrogène et les chariots élévateurs », mémoire d’ingénieur en maintenance industrielle et
productique, ENSAI de Ngaoundéré,110 p.

[4] CRAN ESTIN M. G. (2001), « Maitrise et gestion de la maintenance », immeuble RODIN 52,
250 p.

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

ANNEXES

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Circuit d’eau traitée

Circuit d’eau de refroidissement

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Systeme d’air comprime

Système d’air de suralimentation

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Système de traitement d’huile de lubrification

Circulation d’huile de graissage

Systeme de traitement d’huile de lubrification

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE


ETUDE DES MODES DE RESERVES DE LA CENTRALE THERMIQUE DE YASSA

Unite de combustible

Unite d’alimentation HFO/LFO

Systeme de traitement du carburant

PAR : AFOM LUDOVIC ENSAI DE NGAOUNDERE