Vous êtes sur la page 1sur 1

Classe : ____________ (Séquence n° 1 / fiche n° 1) ♫ Les nuances ♫

Carl ORFF (1895 - 1982)


Carmina Burana
Carl ORFF est un compositeur allemand. Il a composé en 1937 une cantate, c’est-à-
dire une œuvre pour voix solistes, chœurs et orchestre, appelée Carmina Burana. Les
textes sont surtout en latin, mais aussi en allemand et en ancien français.
Nous allons écouter un extrait de cette œuvre intitulé « Fortune Plango Vulnera ».

Dans cet extrait, nous avons remarqué :


➔ Période de l’histoire de la
musique :
DES VOIX D4HOMMES EN CHŒUR ? DES INSTRUMENTS A
MUSIQUE MODERNE E
VENTS ? A CORDES ? DES CUIVRES DONC PROBABLEMENT

L4ORVHETRE COMPLET. UNE ATMOSPHERE INQUIETANTE VOIRRE MYSTIQUE ET C4EST VRA

J’utilise le bon VOCABULAIRE :

Pour désigner le volume sonore de la musique, on parle de NUANCE NUANCES NUANCES ET //////////////

➢ Lorsqu’une musique est forte, on dit : LA NUANCE EST FORTE (S’ECRIT F SUR LA PART///////////////

➢ Lorsqu’une musique est moyennement forte, on dit : LA NUAN E EST MEZZO FORTE (………….

➢ Lorsqu’une musique est douce, on dit : LA NUANCE EST PIANO (S’ECRIT P SUR LA FEUILLE)….

On appelle contrastes sonores : LES BRUSQUES CHANGMENTS DE NJANCES QUI ET OUIIO

SURVIENNENT AU SEIN D4UNE ŒUVRE ? CREANT AINSI UN CONTRASTE ET C4EST CO O…

Voici le texte entendu dans cet extrait. Chaque strophe a sa propre nuance : Ecrivez-là à côté du texte.
Fortune plango vulnera Verum est, quod legitur, Verum est, quod legitur,
Stillantibus ocellis Fronte capillata, Fronte capillata,
Quod sua michi munera Sed plerumque sequitur Sed plerumque sequitur
Subtrahit rebellis. Occasio calvata. Occasio calvata.

Je pleure les blessures de la Fortune Ce qu’on lit est vrai Ce qu’on lit est vrai
Avec des yeux ruisselants Cette belle bouclée Cette belle bouclée
Ce qu’elle m’a prodigué Perverse, Quand on veut la saisir Quand on veut la saisir
elle me le retire. Elle est chauve. Elle est chauve

Fortuna est, dans la Dans la peinture, les artistes


mythologie romaine, la utilisent aussi les contrastes
déesse de la chance, du pour mettre en évidence un
hasard, du destin. Elle est élément particulier. C’est le cas
souvent représentée avec dans cette oeuvre du peintre
une roue, qui symbolise le français Georges de La Tour
destin qui se déroule sans intitulée Le nouveau-né
que les hommes puissent (1648). Grâce à un fond
agir dessus, d’où sombre et à une source de
l’expression « la roue lumière placée au centre de la
tourne », qui signifie que toile, l’attention est concentrée
la chance ne sourit pas sur l’enfant. C’est ce que l’on
toujours aux mêmes. appelle le clair-obscur.