Vous êtes sur la page 1sur 4

COMPTES RENDUS

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 77.221.19.103 - 20/02/2017 09h13. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) | « Revue française de science politique »

2016/6 Vol. 66 | pages 1002 à 1054


Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 77.221.19.103 - 20/02/2017 09h13. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

ISSN 0035-2950
ISBN 9782724634662
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
http://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2016-6-page-1002.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
« Comptes rendus », Revue française de science politique 2016/6 (Vol. 66),
p. 1002-1054.
DOI 10.3917/rfsp.666.1002
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.).


© Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.). Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


1038 ❘ Revue française de science politique

Hromadžić (Azra) – Citizens of an Empty Nation. réunissent pour fumer en secret – Bosniaques et
Youth and State-Making in Postwar Croates, filles et garçons. Derrière l’entrain de la
Bosnia-Herzegovina. – Philadelphia, University of jeune fille qui l’invite à la suivre aux toilettes en
Pennsylvania Press, 2015 (The Ethnography of Political lançant « Allons nous mélanger ! », l’auteure dis-
Violence). VI + 240 p. Illustrations. Bibliogr. Index. tingue à la fois une continuation de pratiques de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 77.221.19.103 - 20/02/2017 09h13. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
sociabilité présentes de longue date en Bosnie et
’ouvrage d’Azra Hromadžić s’inscrit dans la

L veine féconde des travaux qui, depuis le


milieu des années 2000, trouvent dans l’eth-
nographie une démarche permettant de rendre
la rigidification des catégories d’identification eth-
nonationales devenues « hypervisibles » (p. 91).
Dans la seconde partie de l’ouvrage,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 77.221.19.103 - 20/02/2017 09h13. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

compte des complexités des transformations A. Hromadžić poursuit son exploration des
sociales et politiques en Bosnie-Herzégovine. « divisions dans les têtes » (p. 66) en ajoutant à
Cette professeure d’anthropologie à l’université de ses matériaux ethnographiques de riches observa-
Syracuse (NY) compte en outre parmi les rares tions tirées de son expérience personnelle. Elle
chercheuses qui, formées puis recrutées dans des montre que la catégorie de « narod » (peuple,
universités étasuniennes, ont grandi en Bosnie- nation) renvoie souvent à des identifications eth-
Herzégovine avant et pendant la guerre. Son arti- nonationales exclusives, mais qu’elle revêt aussi
culation de l’ethnographie du proche et du un sens « transethnique » (p. 133) permettant aux
lointain fait la grande richesse de cet ouvrage. individus ordinaires de formuler la critique de
conditions économiques et morales partagées. Elle
Version remaniée d’une thèse soutenue en consacre un chapitre aux couples mixtes et à leurs
2009, Citizens of an Empty Nation interroge les enfants, bien présents mais marginalisés dans une
effets des interventions internationales de société où les jeunes sont enjoints à « ne pas fré-
construction de la paix sur leurs bénéficiaires sup- quenter n’importe qui » (p. 152). Le dernier cha-
posés. L’ouvrage propose une ethnographie du pitre éclaire plus directement le rapport à la
prestigieux lycée général de Mostar duquel les politique spécialisée. Observant l’ampleur des
élèves et les enseignant.e.s non croates furent dénonciations de la « corruption » de l’État et de
exclu.e.s pendant la guerre, jusqu’à la politique ses agents, et l’engagement tout aussi fréquent des
d’« intégration » mise en œuvre par l’Organisa- enquêté.e.s dans des pratiques illicites, elle s’inter-
tion pour la sécurité et la coopération en Europe roge sur la déstabilisation des normes morales par
(OSCE) à partir de 2005, moment où l’auteure la guerre. Dans la Bosnie daytonienne où la vie
commence son enquête principale. Une interro- sociale est devenue illisible, imprévisible et incer-
gation parcourt l’ouvrage : les élèves de ce lycée taine, ce qui est souvent dénigré comme l’apathie
emblématique – et plus largement les jeunes de des jeunes, affirme-t-elle, doit être pensé comme
Bosnie – sont-ils intégrés ethnonationalement, une forme de participation politique ; et la recon-
dans leurs pratiques et « dans les têtes » (p. 66) ? duction par les électeurs des élites partisanes au
pouvoir témoigne seulement du succès du gou-
Dans une première partie, l’auteure donne à
vernement par la peur d’un nouveau conflit.
voir, à partir de l’analyse de riches vignettes eth-
nographiques, les limites de la réintégration du En conclusion, A. Hromadžić montre com-
lycée pendant les premières années de sa mise en bien les tentatives de transgresser les clivages eth-
œuvre. Élèves et enseignant.e.s bosniaques accè- nonationaux se heurtent à l’absence structurelle
dent à ces locaux aux mêmes horaires que leurs d’espaces où les jeunes pourraient imaginer et
homologues croates, contrairement aux établisse- matérialiser une communauté politique alterna-
ments réintégrés sur le modèle de « deux écoles tive – hormis dans les toilettes du lycée. Or, elle
sous le même toit », mais ils suivent des pro- défend cette thèse tranchée au prix de certaines
grammes distincts, dans des langues dites diffé- généralisations, sans doute du fait de son recours
rentes, dans des salles de classe séparées. En dépit exclusif aux matériaux ethnographiques. D’autres
de vives confrontations avec les responsables sources, archivistiques notamment, auraient
nationalistes croates, les employés de l’OSCE par- permis d’éviter la réification des acteurs interna-
tagent en effet leur grille de lecture « qui voit dans tionaux et des responsables politiques bosniens,
la Bosnie un problème ethnique requérant une et de nuancer l’idée selon laquelle l’ethnicisation
solution spatiale particulière » (p. 24). Se pen- de la vie quotidienne serait « née de la guerre »
chant sur la vie quotidienne, l’auteure investit les (p. 9). On peut également regretter que l’auteure
toilettes du lycée où, à la pause, des élèves se n’ait pas reconstitué les trajectoires de ses

❘ REVUE FRANÇAISE DE SCIENCE POLITIQUE ❘ VOL. 66 No 6 ❘ 2016


COMPTES RENDUS ❘ 1039

enquêté.e.s, ni analysé plus précisément les usages ni de rigueur méthodologique, ni de profondeur


des catégories telles que le genre, la localité et sur- théorique.
tout la classe sociale dans ce lycée général presti-
Dans cet ouvrage, S. Jansen questionne la
gieux, distinct des écoles vocationnelles et
tension entre le regard vers le futur, l’attente, le
techniques. Par son interrogation de départ sur
désir – « Nous désirons simplement une vie nor-

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 77.221.19.103 - 20/02/2017 09h13. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
les effets d’une politique d’intégration ethnona-
male » (p. 1) – et le regard vers le passé, la nos-
tionale, peut-être l’auteure s’est-elle trouvée,
talgie, et les conditions de vie jugées meilleures
comme les jeunes, prisonnière malgré elle de la
avant l’éclatement de la Yougoslavie. Il s’agit
« grammaire daytonienne » (p. 191). Mais
pour l’auteur de découvrir les règles d’un jeu
lorsqu’elle s’en émancipe pour explorer les visions
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 77.221.19.103 - 20/02/2017 09h13. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

fondé sur l’évocation de ce qui n’existe pas


politiques et sociales du futur de la Bosnie, son
encore (ought), de ce qui existe (is) en relation
ouvrage s’avère pleinement convaincant, et même
à ce qui existait (was), le prisme par lequel les
poignant.
habitants estiment la « normalité » d’une vie. Les
Cécile Jouhanneau – points d’entrée pour penser cette dynamique
Université Paul Valéry Montpellier, ART-Dev sont issus de l’ordinaire des habitants de
Dobrinja, le quartier où il a mené ses recherches,
et témoignent d’un présent pouvant s’avérer
Jansen (Stef) – Yearnings in the Meantime. exaspérant : les transports publics, la scolarité,
« Normal Lives » and the State in a Sarajevo l’entretien des immeubles, le clientélisme, mais
Apartment Complex. – New York, Berghahn Books, aussi la guerre et la géopolitique. Le choix de ces
2015 (Dislocations. 15). XII + 250 p. points ne relève pas de l’analytique ou de l’intel-
Illustrations. Bibliogr. Index. lectualisme, mais bien des rencontres et des rou-
tines quotidiennes des dobrinjci, les habitants du
ans lequel il est question de nostalgie,

D d’attente, de désir de « normalité », de bien


vivre, de politiques étatiques et d’ordinaire
dans un quartier périphérique de Sarajevo.
quartier. C’est par eux qu’ils émergent et qu’ils
prennent une place centrale dans l’analyse que
fait l’auteur d’un présent tiraillé entre nostalgie
et espoir en relation au fonctionnement étatique
C’est par de petits résumés stylisés de ce type (statecraft) parfois chaotique depuis la signature
que Stef Jansen commence les six chapitres qui des accords de Dayton en 1995 mettant fin au
composent ce bel ouvrage d’anthropologie poli- conflit. S. Jansen distingue analytiquement les
tique. Ceux-ci suivent en effet immanquablement notions anglophones de statehood – ce que l’État
des reformulations des titres de type « ou Pour est, dit être et devrait être – et de statecraft – ce
une Anthropologie de l’Espoir et de l’État » que l’État fait, dit faire et devrait faire. Si les deux
(chap. 3) et donnent les jalons de la structure de sont indéfectiblement liées, l’auteur opère cette
son argumentation sous forme inhabituelle mais distinction afin, dit-il, de ralentir le glissement
appréciable pour les lecteur.rice.s pouvant ainsi se interprétatif allant de l’une vers l’autre pour étu-
faire rapidement une idée du contenu de chaque dier le « premier degré » d’attention à l’État des
chapitre. résidents de Dobrinja : les discussions sur le sta-
tecraft en BiH (p. 14), les efforts pour faire sens
S. Jansen travaille depuis longtemps dans les
de leur situation quotidienne et contemporaine
pays d’Ex-Yougoslavie (Serbie et Croatie) et par-
(coeval) (p. 21).
ticulièrement en Bosnie-Herzégovine (BiH)
depuis l’an 2000. Il vit à Sarajevo, où il a mené Le livre est structuré en trois parties, trois
les recherches de terrain (2008-2010) dont a temps. Dans la première, l’auteur dépeint le
découlé cet ouvrage et où il l’a rédigé. Son écri- cadre du concept émique de « vies normales »
ture est fine et intense et donne à voir la proxi- (normal lives) et s’attèle à décrire les modalités
mité entre l’auteur et son terrain. Il y a dans les par lesquelles l’anthropologie peut capturer ses
descriptions, dans les narrations de scènes du fonctionnements. Il y développe des réflexions
quotidien, de moments de vie, d’entretiens, une théoriques critiques autour des notions de nor-
chaleur et une couleur qui ne trompent pas : sa malité, d’espoir et de temporalité. Dans la
plume (re)donne vie aux « données » de seconde partie, jouant de la métaphore médi-
l’anthropologie. Sa narration fait ainsi à tout cale, il décrit deux « symptômes constitution-
point de vue honneur aux personnes rencontrées nels » (p. 18) – soit qui concernent l’entier du
ainsi qu’à leur voix et a le mérite de ne manquer corps et non pas une de ses parties – de la

❘ REVUE FRANÇAISE DE SCIENCE POLITIQUE ❘ VOL. 66 No 6 ❘ 2016


1040 ❘ Revue française de science politique

« daytonite », une maladie issue des accords de Lardeux (Laurent) – Retours d’exil. Ethnographie
Dayton qui semble empêcher toute « vie nor- des rapatriements de réfugiés en Afrique
male » : le premier est celui du manque de sys- centrale. – Paris, Éditions de l’EHESS, 2015
tème (chap. 4), le second est celui du piège (Cas de figure. 41). 256 p. Cartes. Figures. Bibliogr.
spatiotemporel dans lequel est pris la BiH au

Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 77.221.19.103 - 20/02/2017 09h13. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)
ans Retours d’exil, Laurent Lardeux étudie
niveau géopolitique (chap. 5). Conscient du
caractère ethnocentrique d’une telle analyse, il
montre comment ce diagnostic est celui des
habitants du quartier eux-mêmes, ramenant
D les migrations de retour des réfugiés
congolais (RDC). L’ouvrage aborde ainsi
une pratique controversée et pourtant tout à fait
exemplaire des tendances actuelles dans la gestion
toujours leur situation présente à un « où ? » (où
Document téléchargé depuis www.cairn.info - BIU Montpellier - - 77.221.19.103 - 20/02/2017 09h13. © Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.)

internationale des migrations : la mise en place de


d’autre cela peut-il être ainsi ?) et à un
politiques dites de « rapatriement » par le HCR à
« quand ? » (quand cela changera-t-il ?). Enfin,
la demande des États bailleurs et des États hôtes.
dans le dernier chapitre qui compose à lui seul
la troisième partie, S. Jansen montre comment
les habitants, pris dans ce piège spatiotemporel, Dans la droite ligne des ouvrages de l’anthro-
peinent à s’investir politiquement pour vivre pologue Michel Agier, l’auteur cherche ici à faire
mieux, coincés par des structures politiques comprendre le rapatriement à la fois comme le
rigides et peu démocratiques. Prenant une focale produit de certaines institutions (États, HCR) et
plus élargie que celle de son terrain, l’auteur y comme l’expression d’adaptations individuelles à
pense les notions d’hégémonie, de rêve (fantasy) ces processus institutionnels. Il s’agit donc de
et de convivialité, ressorts permettant de com- « donner des éléments de compréhension sur la
poser avec ce qu’il appelle la non-politique de construction plurielle et différenciée des migra-
Dayton (Dayton Non-Politics). tions de retour des réfugiés » (p. 19). Le parti pris
est d’embrasser les dispositifs institutionnels et les
Cet ouvrage est destiné non seulement aux contraintes structurelles créées, comme les trans-
personnes curieuses de la situation contempo- formations de ces processus par lesquelles les réfu-
raine en BiH plus de vingt ans après la signature giés revendiquent des « parcours interstitiels »
des accords de Dayton, mais également à toutes (p. 17).
celles désireuses de se pencher sur une manière
tout à fait originale de penser, de lire, de pratiquer
Une des originalités de ce travail est donc bien
et d’écrire de l’anthropologie politique non pas à
de comprendre la mobilité comme un processus
partir des institutions étatiques mais à partir des
subjectivant qui marque les trajectoires indivi-
routines quotidiennes des citoyens.
duelles et collectives. La migration est appré-
En fin connaisseur de la BiH, S. Jansen réussit hendée ici, dans toute sa diversité et dans toutes
admirablement à plonger son lectorat dans l’ordi- ses formes, comme un facteur d’influence et de
naire de l’attente de jours meilleurs des habitants transformation. Les processus d’exil et d’installa-
de ce quartier périphérique de Sarajevo. Finale- tion permettent l’accès à différents mécanismes de
ment, il ne manque pas d’une écriture pleine capitalisation de ressources, capitaux que le
d’originalité et d’humour parfois noir malgré la réfugié pourra par la suite réinvestir lors de son
relative gravité de son objet d’étude et gagne son rapatriement. Trois capitaux, définis comme la
pari courageusement relevé : penser et travailler somme des ressources héritées ou acquises pen-
en BiH (et en Ex-Yougoslavie, par extension) sans dant l’exil, sont ainsi définis : social, spatial et
tomber dans la « doxa identitaire » (p. 11) et donc politique (p. 132). Pour l’auteur, leur acquisition,
sans ramener plus que cela s’avère nécessaire les leur nature ou leur degré expliquent en partie le
questions ethnique et nationaliste et la « trivi- recours à certains choix ou certaines stratégies,
sion » (découpage en trois) induite par les accords soit les « différentes manières par lesquelles se
de Dayton. négocient ce retour » (p. 191). Mais les dispositifs
Michaël Busset – institutionnels structurent eux aussi les processus
Université de Lausanne, Institut des sciences sociales, décisionnels. La décision du retour est alors le
Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale fruit de ce que l’auteur appelle les « carrefours
biographiques », situés à la jonction entre le cadre
structurel du rapatriement et son influence, et le
cadre subjectif du retour (perception subjective
des opportunités institutionnelles, du climat

❘ REVUE FRANÇAISE DE SCIENCE POLITIQUE ❘ VOL. 66 No 6 ❘ 2016