Vous êtes sur la page 1sur 1

Donner un sens à sa vie

Ma conception du sens de la vie était partiale, réservée aux actifs, aux valides, à


celles et ceux qui peuvent se fixer des buts et des objectifs, aux cerveaux gauches
qui planifient et organisent. Une conception égocentrique, toute préoccupée de moi-
même et très courante dans les milieux du développement personnel que j’ai
longtemps fréquenté. Cette perception de la vie faisait de moi le seul centre d’intérêt
de ma propre existence. Il ne s’agissait que de réalisation individuelle,
d’accomplissement personnel. Le “je” était plus important que “l’autre” ou que le
“nous”.

Le sens de la vie consistait à parvenir à mes fins, par mes propres moyens et par mes
propres forces, afin de démontrer ce dont j’étais capable. Mon existence, en fait,
était toute consacrée à l’utilité, à faire des choses. Plus j’en faisais, plus je me sentais
utile et si je ne pouvais rien faire je me sentais inutile, presque indésirable. Et je
pensais sans bien le comprendre que lorsque je serai enfin parvenu au but, là-bas
dans le futur, alors je me serai réalisé et je deviendrai une personne heureuse qui a

“réussi sa vie”. Youpiiii…   Et avec cette conception du sens de la vie, j’ai fait
beaucoup de choses et j’ai même parfois soulevé des montagnes en investissant
toute mon énergie dans des projets qui correspondaient à ce que je considérais être
ma mission de vie.