Vous êtes sur la page 1sur 16

Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

4. DIMENSIONNEMENT ET CALCUL

4.1 Introduction :

L’objectif de ce chapitre est d’adopter les solutions technologiques reliées à notre


système proposé et d’identifier également les caractéristiques des composants utilisés dans
cette solution.

4.2 Dimensionnement et calcul de la solution choisi :

4.2.1 Solutions Technologiques :

Pour faire une conception propre et détaillée, il faut réfléchir à diverses solutions selon
le marché tunisien pour identifier les composantes qui existent, et de s’inspirer une
conception efficace. Dans notre conception nous intéressons à la réalisation de la
motorisation des butées de la plieuse. Pour cela on va essayer d’adopter des solutions
technologiques simples et fonctionnelles.

Dans ces deux solutions, on s’est intéressé à la transformation du mouvement de


rotation continue en un mouvement de translation continue.

4.2.1.1. Système vis écrou :

 Description de fonctionnement : la transmission est réalisée à l’aide d’une vis


à bille (Fig. 3.1) à un ou plusieurs filets. Ceci est en vue de permettre le guidage en rotation
grâce aux deux roulements l’un montée sur rotule, et l’autre modélisé par une linéaire
annulaire. Un écrou composé d’une manette de manœuvre sert le guidage en translation
des butées afin de régler le déplacement de butée.

Fig. 4. 1 : Système vis-écrou


 Avantages : Cette solution est très
simple à réaliser. Elle présente un fonctionnement silencieux et sans chocs. On peut faire le

ISSATS 2007-2008 Page 28 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

réglage manuel de la longueur de serrage. Contrairement ce système permet d’apporter de


grands rapports de réduction.

 Inconvénients : L’étude de cette solution est un peut compliqué comme on a


un risque de cisaillement. Le glissement et le frottement générés sont importants ce qui
induit un mauvais rendement.

4.2.1.2. Système pignon crémaillère :

 Description de fonctionnement : Cette solution (Fig.3.2) est semblable à


l’autre mais au lieu d’utiliser le système vis écrou on monte un système pignon
crémaillère, la crémaillère prend le mouvement de translation et la roue la transforme en
mouvement de rotation.

Fig. 4. 2 : Pignon crémaillère

 Avantages : Ce système est relativement précis, rigide ne présente pas des


difficulté au cour de fonctionnement.

 Inconvénients : cette solution nécessite une lubrification régulière et une bonne


protection contre les poussières.

Pour assurer la transmission du moteur jusqu’à l’arbre récepteur on insère un système


de transmission, on présente le schéma cinématique de deux solutions pour transmettre le
mouvement de rotation.

4.2.1.3. Système poulie courroie :

 Description de fonctionnement : Les poulies et courroies (Fig.3.3) permettent


la transmission d’un mouvement de rotation d’un arbre menant à un arbre mené

ISSATS 2007-2008 Page 29 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

relativement éloignes l’un de l’autre. Le schéma suivant indique la chaîne de transmission


et ses liaisons cinématiques.

Fig. 4. 3 : Système poulie courroie

 Avantage : Cette solution n’est pas coûteuse et facile à démonter.

 Inconvénient : Le système poulie courroie assure une mauvaise précision, ne


travaille pas dans un système lubrificateur et nous obtient un seul sens de rotation de vis.

4.2.1.4. Engrenage conique :

 Description de fonctionnement : L’engrenage conique (Fig.3.4) nous permet


d’avoir une transmission de deux axes parallèles.

Fig. 4. 4 : Engrenage conique


 Avantage : L’engrenage conique permet la rotation de vis en deux sens opposé
avec une bonne précision comme il joue le rôle d’un réducteur de vitesse avec une
transmission silencieuse.

 Inconvénient : Cette solution est coûteuse et difficile à démonter.

ISSATS 2007-2008 Page 30 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

4.2.2 Choix de la solution :

Après avoir étudier les avantages et les inconvénients des deux solutions, nous avons
constaté que la première solution assure une bonne fixation, le butée se présente comme un
écrou, aussi cette solution élimine le degré d’hyperstatisme, afin d’augmenter la puissance
transmissible, une bonne lubrification influence le rendement .

Au niveau du problème de transmission nous avons choisi la solution des engrenages


coniques afin d’assurer une transmission sans glissement, une bonne précision et un
rendement élevé.

4.2.3 Guidage en translation :

On a aussi un problème de guidage en translation de butée sur l’axe Y, en fonction


de la rigidité du montage souhaité et de la puissance dissipée, la liaison glissière peut être
réalisée de diverses manières : on a le choix entre trois solutions.

Fig.
Fig. 4. 4.
5 :7Guidage
: Guidageparpar
formeparallèles
deux arbres en V

Grâce au matériels Fig. 4. 6 : Guidage en


disponibles à l’usine, on a queue d’aronde choisie d’utiliser la deuxième
(Fig.4.6) (Guidage en queue d’aronde) pour guider la vis
de manœuvre de la butée. On a réglé ce guidage avec un système de rattrapage de jeux. La
première solution (Fig.4.5) (Guidage par deux arbres parallèles) assure le guidage en
translation de la vis sur l’axe (O, x).

ISSATS 2007-2008 Page 31 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

4.2.4 Moteur asynchrone triphasé:

L’entraînement en rotation d’éléments de machines est réalisé par des moteurs


électriques. La fonction d’un moteur électrique est de convertir une puissance électrique
fournie en une puissance mécanique caractérisé par un couple moteur C et une vitesse
angulaire ω. Ces moteurs (Fig.4.8) sont les plus utilisés. Le rotor, en tôles magnétiques,
comporte des encoches dans lesquelles sont logés des conducteurs. Un champ créé par les
trois bobinages du stator, donne naissance dans les conducteurs du rotor à des courants
induits.

Fig. 4. 10: Moteur asynchrone triphasé

4.2.4.1. Caractéristiques du moteur :

La puissance absorbée P a :

Pa =UI 3 cos φ

P a = 3 V I cos φ

V : tension entre phase et neutre en volts.

U : tension entre phases en volts.

ISSATS 2007-2008 Page 32 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

I : courant absorbé en ampères.

Cos φ : cos de l’angle de déphasage entre le courant et la tension.

La puissance utile du moteur Pu :.

2
P u (W) = x C (N.m) N (tr/min)
60

C : Le couple moteur.

N : Vitesse de rotation (en tr /min).

4.2.4.2. Rendement :

Le rendement d’un moteur est défini comme étant rapport entre la puissance mécanique
utile qu’il peut fournir et la puissance électrique qu’il absorbe. La puissance utile et la
puissance absorbée varient différemment avec la vitesse en rotation. Le rendement est lui
aussi fonction de la vitesse du moteur. Le rendement est maximum pour une vitesse de

pu
rotation donnée supérieure à la moitié de la vitesse à vide.   pm

Le choix s’effectue en fonction du travail à réaliser. Avant de faire ce choix, il faut


savoir que le moteur absorbe une certaine puissance absorbée et qu’il ne peut restituer
qu’une partie de cette puissance dont le maximum ne dépasse pas la puissance mécanique.

Parmi les transmissions mécaniques, on rencontre les roues de friction, les poulies et
courroies, les roues dentées et chaînes et les engrenages, utilisables suivant les critères de
fonctionnement imposés. L’engrenage est la solution la plus répandue ; il assure une
sécurité cinématique, car il ne peut pas se produire de glissement. La résistance aux efforts
est très importante avec une très bonne fiabilité. La puissance transmise par unité de masse
est la plus forte obtenue parmi toutes les solutions.

La géométrie nous impose: des axes parallèles, des axes concourants perpendiculaires
ou d’angle quelconque, des axes orthogonaux, des axes concentriques ou position
quelconque.

Notre moteur choisi est un moteur asynchrone triphasé, de puissance 0,75 , de fréquence
de rotation nominale 1500 tr/min, réseau triphasé 230/400 V- 50 Hz .

ISSATS 2007-2008 Page 33 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

4.2.5 Transmission par engrenages :

4.2.5.1. Définition :

Un engrenage est un mécanisme élémentaire composé de deux roues dentées mobiles


autour d’axes de position relative invariable. L’une des roues entraîne l’autre par l’action
des dents successivement en contact. La roue qui a le plus petit nombre de dents est
appelée pignon. L’engrenage est réalisé avec des aciers de cémentation, trempés et
rectifiés. L’encombrement est très réduit et le rendement mécanique est très voisin de
l’unité. Dans le cas d’une bonne fabrication on a le rendement est compris entre 0,96 et
0,99 (η = 0,96 à 0,99). Le prix est très variable suivant la précision demandée, il est en
général élevé.

Suivant la position relative des axes des roues, on distingue :

 Les engrenages parallèles: engrenage dont les axes sont parallèles.

 Les engrenages concourants : engrenage dont les axes sont concourants.

 Les engrenages gauches : engrenage dont les axes ne sont pas dans un même plan. 

 Engrenage planétaire : engrenage, parallèle ou concourant, dont l’un des axes


tourne autour de l’autre considéré comme fixe.

On a choisi les engrenages concourants (Fig.4.11) afin d’assurer une transmission sans
glissement, les sommets des roues doivent être confondus avec le point de rencontre des
axes de chaque roue.

Fig. 4. 11 : Réducteur à engrenage conique


ISSATS 2007-2008 Page 34 Mansour.M &Gueddari.
C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

4.2.5.2. Caractéristiques d’un engrenage à axes perpendiculaires :

Deux roues coniques n’engrènent correctement que si les modules sont égaux et si les
cônes primitifs ont à la fois une génératrice commune et leurs sommets confondus, on
indique dans le tableau suivant les caractéristiques de cet engrenage (Tab. 4.1) :

Tab. 4.1 : Caractéristiques du roulement à rouleaux


coniques

Module m (sur le cône complémentaire) m : déterminer par la résistance des matériau et

choisi dans les modules normalisés

Nombre de dents Z Z : déterminé a partir du rapport des vitesse

angulaire :ω A /ω B =n A /n B =Z B /Z A

Largeur de denture b Pour des raisons de taillage : 1/4L < b <1/3L

Diamètres primitifs d d A =m Z A dB =mZB

Angles primitifs δ tan δ A =Z A /Z B tan δ B =Z B /Z A

Saillie h a h a =m

Creux h f h f =1,25 m

Hauteur de dent h h= h a + h f =2,25 m

Diamètre de tête d a da A = d A +2 m cos da B = d+2 m cos δ B

δA
Diamètre de pied d f df A =d A -2,25mcos df B =d B -2,25 m cos

δA δB
Angle de saillie θ a tan θ a =m/L Avec L=d A  /2sin δ A

Angle de creux θ f tan θ f = 1,25 m/L

Angle de tête δ δa A =δA+θa δa B =δB +θa

Angle de pied δ f δf A =δA-θf δf B =δB -θf

ISSATS 2007-2008 Page 35 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

On définit la durée de vie d’un roulement comme étant le nombre de tours qu’il peut
effectuer sous une charge donnée avant l’apparition du premier signe d’écaillage. Le
caractère aléatoire d’une telle détérioration apparaît systématiquement dans deux
roulements ayant des caractéristiques géométriques identiques, soumis à des conditions de
fonctionnement identiques (charge, vitesse, lubrification, température, etc.). Ces
roulements ont des durées de fonctionnement très différentes.

4.2.5.3. La durée nominale des roulements :

L’analyse de la fiabilité des roulements conduit à exprimer de façon globale la relation


entre la charge radiale P appliquée au roulement et la durée L h correspondante à travers
une relation. En prenant pour référence une durée nominale de un million de tours, P à une
valeur particulière C qu’on appelle charge dynamique de base. D’où la formule normalisée
permettant de calculer la durée nominale. De même, pour les butées axiales, on a :

K
16666  C 
Lh   
n P

Avec P charge axiale centrée appliquée à la butée.

k = 3 pour les roulements ou butées à billes.

k= 10/3 pour les roulements ou butées à rouleaux.

n= vitesse de rotation en tours par minute.

C est la charge dynamique de base. C’est donc la charge sous laquelle les roulements
ont une durée nominale d’un million de tours; on l’appelle aussi capacité de charge
dynamique.

4.2.6 Système vis écrou :

4.2.6.1. Définition :

L’assemblage vis écrou permet de transformer un mouvement de rotation en


mouvement linéaire et vice versa.

4.2.6.2. Choix de la vis :

Par rapport à un système vis écrou classique, les vis à bille sont d’un prix élevé et
leur montage est plus compliqué mais elles s’imposent chaque fois qu’il est nécessaire

ISSATS 2007-2008 Page 36 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

d’améliorer le rendement. C’est le cas, par exemple pour les systèmes d’axes à commande
numérique.

On présente les caractéristiques géométriques (Tab. 4.2) du système d’après le tableau


suivant :
Tab. 4.2 : Caractéristiques de la vis

d*pas A B C D1 D2 D3 N*D4 D5 a b c e f d1 d2 d3 C

8*2,5 8 8 16 16 23 30 6*3,4 3,9 7,5 7 24 5 7 3 4 M4 3

12*5 12 10 32 24 32 40 6*4,5 M6 10 8 29 6 9 4 6 M6 6,9

16*5 12 11 45 28 40 53 4*6,6 M6 20 11 52 11 15 8 10 M10*0,75 11,9


20*5 12 11 45 33 45 58 6*6,6 M6 25 11 59 12 16 10 12 M12 12, 3

Notre système vis écrou (Fig. 4.12) doit être compatible à la transmission poulie
courroie. Par la suite on fait un calcul du déplacement de l’écrou par rapport à la vis sans
fin.

On a le pas p=5mm

Le diamètre D=20mm

Le vitesse de rotation du vis N vis =1500 tr/mn

Alors on obtient la vitesse de déplacement de l’écrou p  N vis =5  1500=7500


mm/mn

La vitesse de déplacement de l’écrou N écrou =7,5 m/mn

Fig.4. 12 : Vis de transmission

ISSATS 2007-2008 Page 37 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

Nous avons choisi enfin la solution de la vis à billes à filet roulé, écrou simple,
20*5

Longueur totale : 2400 mm

Longueur filetée : 1200 mm

4.2.6.3. Guidage en rotation de la vis:

La rotation de la vis joue un rôle essentiel pour assurer la précision. On doit


chercher la solution la plus efficace pour assurer le guidage de cette vis. Le roulement est
un organe qui assure à lui seul plusieurs fonctions principales. Il permet le positionnement
d’un arbre par rapport à son logement tout en assurant une rotation précise avec le
minimum de frottements. Il supportent les charges radiales et axiales dépend de type et il
est peut être facilement changé en cas d’usure. Les éléments roulants maintenues les uns
par rapport aux autres avec un cage. On obtient un jeu fonctionnel faible pour une bonne
précision du guidage. La valeur de ce jeu est garantie par le fabricant.

L’analyse des différentes caractéristiques des roulements et de leurs limites permet


d’établir des critères de choix.

Les roulements peuvent être classés suivant différents critères :

 En fonction de la forme de l’élément roulant : billes; rouleaux


(cylindriques, coniques, tonneaux) ; aiguilles.

 En fonction du mouvement relatif possible entre les bagues : aucun


(roulements rigides) ; roulage (Roulements à rotule)

 En fonction de la direction de la charge principale supportée : radiale ;


radiale et axiale ; axiale seule.

Nous devons voir la direction des charges que supporteront les roulements (axiales,
radiales ou les deux), l’intensité de ces charges, la fréquence de rotation, la durée de vie,
l’encombrement et la précision du guidage en rotation.

Dans ce cas on a le choix entre deux types de roulements; les roulements à contact
oblique à une ou deux rangées de billes et les roulements à rouleaux coniques car elles
résistent plus contre les charges axiales.

ISSATS 2007-2008 Page 38 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

4.2.6.4. Roulements à une rangée de billes à contact oblique :

Ce roulement est conçu pour lui permettre une capacité de charge tant radiale qu’axiale
élevée par inclinaison de la ligne de charge (angle de contact de 40°, suffixe B). Sa
construction interne est bâtie sur le principe d’un roulement à billes à contact radial avec
un grand jeu, suffisant pour obtenir l’angle de contact nominal de 40° quand celui-ci est
annulé axialement

Cette conception permet un grand nombre de billes de diamètre maximal .Les éléments
du roulement normalisé sont rendus inséparables par l’existence d’un léger retour (seuil)
sur les chemins de bagues, le roulement à contact oblique comporte actuellement dans les
mêmes enveloppes normalisées des billes plus grosses qui lui confèrent une capacité de
charge augmentée.

La conception même de ce type de roulements fait qu’il ne peut accepter une charge
axiale que dans un seul sens, ce qui nécessite un roulement de même type monté en
opposition pour constituer les deux paliers d’un arbre. Le montage en opposition (montage
en X ou montage en O) nécessite un réglage du jeu axial. Le réglage a donc pour but de
positionner une bague par rapport à l’autre pour assurer le contact, ce qui conduit à un jeu
théoriquement nul. Dans la pratique, le réglage laisse un certain jeu axial minimal de
sécurité (0,03 mm pour les petits roulements jusqu’à 0,30 mm pour les roulements
d’alésage supérieur à 100 mm).

4.2.6.5. Roulements à rouleaux coniques :

C’est un roulement à rouleaux à contact angulaire. Tout comme le roulement à rouleaux


cylindriques a une aptitude à prendre des charges radiales supérieures à celles du
roulement à billes de même enveloppe, le roulement à rouleaux coniques est caractérisé par
son aptitude à supporter des charges combinées, axiales et radiales, qui est supérieure à
celle du roulement à billes à contact oblique. Comme lui, il ne peut accepter les charges
axiales que dans une seule direction. Les séries dans ce type sont très nombreuses et offrent
un large choix d’encombrements comme d’angles de contact .Les bagues de roulement
sont séparables : la cuvette (bague extérieure) n’est pas liée au reste du roulement.

Pour comparer (Tab. 4. 3) entre ces deux types de roulements on a le tableau ci-dessous :
Tab. 4.3 : Caractéristiques des deux roulements

ISSATS 2007-2008 Page 39 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

Alors on va choisir un guidage avec roulement à rouleaux coniques en effet le choix


technique d’un roulement dépend de nombreux paramètres ne sont pas tous indépendants
les uns des autres. De ce fait, il y a rarement une seule réponse à un problème posé les
solutions choisies dont l’expérience permet de confirmer, modifier ou compléter le projet.

4.2.6.6. Calcul des roulements :

Nous avons montré que les roulements à rouleaux coniques sont convenables, nous
devons donc calculer l’inconnu demandé pour notre conception.

Le tableau suivant présente les caractéristiques de ces roulements (Tab. 4.4) :

α angle de contact compris entre 11° et17°.

Tab. 4.4 : Roulement à rouleaux coniques

Série de dimensions 02

d D B r C0 C n max tr/min
20 47 15,25 1 1660 2600 11000

25 52 16,25 1 1930 2920 10000

On va choisir un roulement 20 KB 02 : roulement à rouleaux coniques Ø20 série 02

ISSATS 2007-2008 Page 40 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

20 : diamètre de l’arbre supportant le roulement.

KB : type du roulement.

02 : série qui permet de déterminer le diamètre extérieur et la largeur.

La charge axiale Fa sur un roulement à contact oblique dépend de l’équilibre axial du


montage où interviennent non seulement la charge axiale extérieure mais également les
forces induites sur chaque roulement.

Dans un montage avec jeu, on calcule la composante axiale Fa qui équilibre la force
induite Qa de chaque roulement :

• Sur le roulement qui fonctionne en jeu, on a dans tous les cas :

Fr
P= Fr car Fa= Qa = e
2Y

•sur le roulement qui fonctionne opposé, on applique les formules pratiques définies par
la norme ISO où Fa a la valeur :

Fr1
Fa =Qa = Fae+ (cas I)
2Y1

Fr 2
Fa = Qa = – Fae (cas II)
2Y 2

D’où P=Fr si Fa
e
Fr

P= XFr +Y Fa si Fa
e
Fr
L’évaluation des efforts axiaux induits nous admettons une valeur moyenne de Y de 1,5
pour les deux roulements coniques le bilan axial avant équilibre est :

Fr1 Fr 2
Fa + =15 6 40 N > = 1790 N
2Y 2Y

On en déduit que le palier 1 fonctionne avec jeu. On a donc les charges équivalentes
suivantes, selon les règles pour les roulements à rouleaux coniques :

• Palier 1 : charge équivalente P1= Fr1 = 24 600 N

Fr1
• Palier 2 : charge équivalente P2= X Fr2 +Y (Fa+ )
2Y

•X = 0,4 ; on a : P2= 25 610 N.


ISSATS 2007-2008 Page 41 Mansour.M &Gueddari.
C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

Capacités requises (ordre de grandeur) :

60 NL h
 
3
• Palier 1 : C1 =P1 6
10 ≈ 126000 N
10

60 NL h
 
3
• Palier 2 : C2 =P2 6
10 ≈ 132000 N
10

Sur les deux paliers : roulements avec C = 2600 N et Y = 1,43 d’après les catalogues.

• Palier 1 : P1 = Fr1 = 24 600 N

L h = 19878 h

Fr1
• Palier 2 : P2 = 0,4 Fr2 + 1,43 (Fa+ ) =25090 N
2Y

L h = 21240 h

Règles de montage de roulements :

* La bague tournante du roulement par rapport à la direction de la charge est montée


serrées sur sa portée.

* La bague fixe du roulement par rapport à la direction de la charge est montée


glissante (avec jeu) sur sa portée.

4.2.6.7. Calcul RDM de la vis :

Notre système est soumis à des contraintes de flexion pouvant détruire notre solution,
afin d’éviter ce phénomène on fait le calcul de résistance de matériau pour être sur qu’il est
sécurisé.

Condition limite de résistance :

σ max ≤ Rpe

Re
Avec Rpe =
s

s =5 est le coefficient de sécurité.

d ²
S est la surface fléchi S=
4

ISSATS 2007-2008 Page 42 Mansour.M &Gueddari.


C
Projet de fin d'étude Etude et réalisation de la motorisation d’une plieuse

F
F Re Re
≤ d ² ≤
S s s
4

Notre diamètre de vis d=20mm et F= 32000 N

Avec Re = 215 MPa

Rpe = 107,5 MPa

Dans ce paragraphe nous sommes intéressés de décrire les constituants de notre système
étudier :

F
4  32000
d ² ≤ Rpe  Rpe
  20²
4

On peut par la suite affirmer que notre système résiste à la flexion après avoir vérifier
les conditions de résistance du matériau.

4.3 Conclusion :

On a consacré le chapitre précédent pour le choix et le calcul des constituants du


système. Par la suite nous suivrons les étapes de fabrications de ce système.

ISSATS 2007-2008 Page 43 Mansour.M &Gueddari.


C