Vous êtes sur la page 1sur 4
The Truth Marvative ‘QADRI MAHFIL PUBLICATIONS En Mémoire de : Hazrat Maulana Shah Muhammad Abdul Aleem Siddiqui Madani (R.A) Quaid-E-Ehle Sunnah, Hazrat Maulana Shah Ahmad Noorani Siddiqui Qadri (R.A) et Shehzada Fakré Millat Al-Hajj Hazrat Maulana Hakeem Mohammad Ahmad Akrami Na'eemi (R.A) AL BAYAAN NO. 22 1 MUHARRAM 1442 HIJRI- 21 AOUT 2020 Comment développer UV’harmonie au sein du couple Dans un précédent numéro d’Al Bayaan, nous avons fait mention du taux alarmant des divorces dans la communauté musulmane. Nous — devons prendre conscience de 'ampleur de cette situation et travailler sur l'éducation des jeunes afin de limiter les dégats. Dans ce présent article, nous vous proposerons quelques conseils qui pourront aider tous les couples & avoir plus d’harmonie dans leur ménage, Insha Allah. Allah dit dans le Saint Coran « Et parmi Ses signes, Ila créé de vous, pour vous, des épouses pourque vous viviez en tranquilité avec elles et lla mis entre vous de affection et de la bonté. ily a en cela des preuves pour des gens qui réfiéchissent. » [S30:V21] Si on met en pratique ce que nous recommande le Saint Coran, on pourra éviter pas mal de problémes. Dans le verset cité en haut, il y a 3 mots clés: affection, bonté et réfléchir. Or, de nos jours, pour beaucoup c'est. —_ souvent 'énervement qui prime et c'est le regret qui vient aprés. Dans un aceas de colére, les trois Talags sont prononcés et le mariage est détruit, Puis quand sa colére est calmée, le mari vient voir mam pour essayer de recoller les morceaux et sauver son mariage. Mais c'est trop tard C'est vrai que dans un couple, chacun a ses droits et ses devoirs. Et trés_probablement chaque personne fait de son mieux pour s'acquitter de ses devoirs, mais 'étre humain n'est pas parfait et des erreurs ca arrive a tout le monde. Il faut done cultiver des qualités humaines pour gérer les situations délicates afin de ne pas commettre lirréparable. Etcela ne peut se réaliser que si nous revenons a nos sources, nos valeurs traditionelles. Les problémes qui nous submergent aujourd'hui, c'est parce que nous avons négligé le Livre d’Allah et la Sunnah Essayons de mettre en pratique les idées suivantes. 1. Cultiver l'affection avec la tendresse. L’affection dans le couple se cultive avec la tendresse. Hazrat Abu Hureira rapporte: « Le Messager d’Allah ‘embrassa une fois son petit fils Al-Hassan Ibn ‘Ali en présence de Al-Agra’ Ibn Habis qui lui dit : «J'ai une douzaine d'enfants et Jen’en ai jamais embrassé un seul » Le Messager d’Allah le regarda et lui dit: « Celui qui n'est pas clément avec les autres, Allah n’est pas clément avec lui. » [Unanimement reconnu authentique] On peut aussi embrasser son épouse mais sans systématiquement en venir a Vacte sexuel. Il y a des jeux intimes avec son épouse qui restent en dehors du rapport sexuel. Les femmes par psychologie aiment que l'on leur porte de l'attention, Elle apprécient les petits calins de la part de leur mari Et ces gestes affectueux ne peuvent que renforcer les liens dans le couple. Hazrat Bibi Aisha (RA) raconte que le Saint Prophéte (SAW) venait 'embrasser et quelle riait Et il faisait cela méme en état de jedne Et il est vrai que ce geste a une valeur lourde de sens. Sill a fait, c'est quil savait que dedans, il y a un bénéfice énorme. Il y a un hadith qui dit que tout ce que tu fais est une auméne, méme la bouchée de nourriture que tu mets dans la bouche de ta femme. Le Saint Prophéte (S.A.W), lorsqu'il mangeait avec Hazrat Aisha (RA), prenait la ot elle avait prit le morceau de nourriture. Malgré la lourdeur de sa mission, il prenait le temps d'avoir ces petits gestes envers ses femmes. Les époux se doivent de maintenir l'affection au sein de leur famille parce que cela leur apportera_un apaisement, un repos, une stabilité, une joie. 2 Le sens des responsabilités, la maturité. Partager sa vie avec une autre personne n'est pas quelque chose de si simple. Quand un probléme surgit, trs peu de gens ont la psychologie, la patience, le comportement qui devrait émaner du Coran et de la Sunnah, pour gérer la situation. En général, les gens ont tendance a faire d'abord passer les sentiments, les nerfs et c'est seulement aprés quills vont réaliser quils ont été injustes. Le probléme c'est quand on a déja versé sa bile sur sa tendre moitié, le mal est fait. Méme si lun des époux passera l’éponge sur ce qui s'est passé, la blessure intérieure laissera des marques indélébiles. La chose la plus difficile c'est de pouvoir contréler sa colére; et c'est pas une mince affaire. A ce sujet, nous pensons Hazrat Abu Zhaar (R.A), un Sahabi, qui dit @ son épouse en lui rappelant une ragle tres importante: « Si tu me vois tomber dans la colére, essaye de me faire sortir de ce moment de colére en me rendant joyeux. Si je te vois entrer en colére alors c'est moi qui t'en ferai sortir en te rendant joyeuse. Sans ga nous ne pourrons jamais resterheureux. » Parfois, il suffit de ne pas répondre quand l'un des époux est en colére, La pire des choses, c'est de répondre @ une agression verbale par une agression verbale encore plus forte. C'est comme jeter de 'huile sur le feu. Quand un homme est en colére, il est comme une personne ivre, il ne sait pas ce quill fait, ni ce quill dit Il vaut mieux parfois quitter lendroit et laisser la personne pendant quelques minutes se calmer, évacuer sa colére, puis essayer d'introduire une discussion pour sortir la personne de cet état Pour éviter la colere, il faut donc apprendre a fermer les yeux sur certaines choses. II faut se rappeler que certaines erreurs peuvent venir de l'oubli, il ne faut pas en faire un drame. Lthomme a tendance a oublier que la femme est un étre humain comme lui, elle peut aussi oublier. Si lui sort travailler lextérieur, elle, elle est dans sa maison et travaille dans sa maison. I se peut donc qu'elle oublie de faire certaines choses car elle est tres occupée entre les enfants, la cuisine, le ménage, les imprévus. 3. Se faire élégant pour son époux / épouse, tout en restant dans le cadre de la Shariah Ona demandé a Hazrat Aicha (R.A) ce que le Prophete faisant en premier en rentrant chez lui : il commengait par le siwak. Tout ce qui est de hygiéne corporelle est trés important. Il y a.une belle histoire au temps du calife Omar ibn al Khattab Un jour, un homme et sa femme sont venus chez le calife qui, lorsqu'il a entendu la femme parler, a compris qu'elle voulait se séparer de son mari Son mari était quelqu’un qui ne prenait pas soin de son apparence. Hazrat Umar (R.A) a pris 'homme et I'a envoyé pour se laver, se couper les cheveux et les ongles... et lorsqu'il est revenu, la femme a pensé quill s'agissait de quelqu'un d'autre avant de le reconnaitre et elle changea d'avis et retourna chez elle avec lui Alors Hazrat Umar (R.A) a dit « Crest comme ¢a quil faut faire; comme on aime bien qu’elles le fassent pour nous, et bien il faut le faire pour elles. » 4, Il faut se satisfaire de son épouse et accepter son épouse. S'asseoir avec son épouse, discuter avec elle, demander des conseils sur certains sujets. C'est un moyen que |'on a pour mieux connaitre son épouse et un moyen pour elle pour mieux connaitre son 6poux. II faut prendre 'habitude de rester chez soi avec sa femme car le risque est grand de la perdre si on passe tout son temps dehors. Il ne s'agit pas de rester & la maison du matin au soir, mais trouver un juste milieu. I est aussi important de demander conseil a sa femme, par exemple pour meubler la maison ou la décoration intérieure etc. II faut aussi se confier & sa femme, dire ce que l'on ressent face a une situation particuliére. 1 ne faut pas lui rendre la vie difficile Le Prophéte (SAW) a dit que le musulman ne doit pas détester sa femme pour quelque chose qui s'est passé, mais si jamais elle a un comportement quill n’aime pas, il trouvera chez elle un autre comportement quiil agréera et c'est ce qui fait que le couple tient. 5. ll faut montrer de Vaffection et de l'amour pour son épouse. On peutle faire par des paroles mais aussi par des gestes. Il est bon de rappeler de temps en temps & son épouse que l'on tient a elle, qu'on l'aime, il n'y a pas de honte a cela. Hazrat Aicha raconte que lorsqu'elle était en état de menstrues, elle buvait et tendait le récipient au Prophéte qui buvait en posant ses lévres a Vendroit oi elle-méme avait bu 6. S'unir avec sa femme dans les actes d’adoration. Faites la priére, des invocations, ensemble de temps a autre. lly a une belle tradition rapportée par Hazrat Abd Hureira (R.A) qui dit que le Prophéte dit que : ‘Lorsqu'un homme se léve pour prier, qu'il réveille sa femme en douceur en lui jetant un peu d'eau sur la figure ou que la femme qui se léve pour prier réveille son mari de la méme fagon”. 7. S'amuser, plaisanter avec son épouse. Mais, toujours dans les limites permises, pas dans n'importe quoi. Pour terminer, lorsque celle-ci est fatiguée, il faut ta préserver, pas trop la charger de travail, 'aider. ll faut prendre en compte ses sentiments, c'est un étre humain qui a ses faiblesses, qui plus est lorsqu'elle est enceinte par exemple ou lorsqu’elle a sa période de menstrues. Il faut faire attention a ces choses car certains événements peuvent changer le caractére, le comportement de la femme. II faut y étre attentif et la comprendre. 8. II ne faut pas linsulter, la frapper, lui faire du mal. Lui assurer des moyens existence corrects. Il ne faut pas étre avare avec elle._—_(habillement, nourriture, Jogement...). Les moyens pour mener une vie de couple heureuse sont entre nos mains et faire de cette vie de couple un bienfait ou une prison, c'est aussi entre nos mains et dépend beaucoup de notre patience. C'est pour cela que le mariage est aussi un acte religieux, un art. Il faut de la patience, des concessions, comme tester calme alors que l'on pourrait s'énerver, Voila pourquoi on dit qu’en faisant le Nikaah, nous avons complété la moitié du Deen. Faisons en sorte que notre vie de couple soit selon les principes tracés pour nous par Allah Ta’ala afin de pouvoir avoir une belle vi bas comme dans I'Au-dela, Aameen. Mr. Abdus Saboor Mohamed Saleh Rédacteur en Chef SHAYKH MUHAMMAD AL ALAWI AL MAKKI (R.A) Shaykh Muhammad Alawi al-Maliki was born in Mecca in 1944 to a family of well known scholars who, like himself, taught in the Sacred Mosque. Five of his ancestors have been the Maliki Imams of the Masjid al- Haram of Mecca. His grand-father, al-Sayyid Abbas al-Maliki was the Mufti and Qadi of Mecca and the Imam and Khatib of Masjid al-Haram His grandfather held this position during the Ottoman then Hashemite times, and continued to hold it after the Saudi Kingdom was established too. He taught the various traditional Islamic sciences in the Masjid al-Haram of Mecca for nearly 40 years. After finishing his traditional education in his hometown of Makkah, he was sent by his father to study at Al-Azhar University of Egypt. He received his Ph.D. from the Al-Azhar University at the age of 25, making him the first and youngest Saudi to earn a Ph.D. from there. His thesis on Hadith was rated excellent and highly praised by the eminent Ulama (Islamic scholar) of the university at that time. Shaykh Al Alawi Al-Maliki, taught a number of students at his own residence, providing them with food, shelter, and learning material free of cost. These students usually stayed with him for many years, learning the various branches of Islamic knowledge, then return to their lands. Hundreds of his students have become scholars of Islamic knowledge and spirituality in their own countries, particularly Indonesia, Malaysia, Egypt, and Yemen. After returning from Al-Azhar University he was an appointed professor of Sharia at the Umm al-Qura University in Mecca, where he taught from 1970 In 1971, after his father's death, the scholars of Mecca asked him to accept his father’s position as a teacher in the Masjid al-Haram, which he did. Thus, he sat on the Chair from which his family had taught for more than century. He also taught in the Al-Masjid al-Nabawi in Medina occasionally. His lessons were the largest attended lessons in the Two Masjids. The entire family of Al-Maliki follows Shadhiliyah Sufi order and particularly Fassiya branch of it through Qutbul Ujood Imam Fassi who was leading the Sufi order from Makkah. Muhammad Alawi al-Maliki took vow from Sheikh Dr. Muhammad bin Ibrahim al Fassi who was the Sheikh-us-Sujadah and the international leader of the Fassiyatush Shadhiliya Sufi order during his times. The Shaykh wrote extensively on Aqueedah, Tafsir, Hadith, Seerah, Usool, Figh and Tasawwuf, openly refuting Wahabi doctrines without fearing anyone. He was also a student of Mufti Azam Hind, Hazrat Imam Mustafa Raza Khan (R.A). Until his Wisaal in 2004, he taught Hadith, Fiqh, Tafsir and Tasawwuf at his home and mosque on al-Maliki street in the Rusayfah district of Mecca, and his public lessons, between Maghrib and Isha’, were attended by no less than 500 people daily. Many students from the University used to attend his lessons in the evenings. Even the night before he died, his lesson was well attended Maulana Shah Ahmad Noorani Siddiqui (R.A) and Maulana Ahmad Bashir Keenoo, have met him several times. He died in 2004 and was buried in Mecca After his death, high Saudi dignitaries made widely publicized condolence visits to his family. SAWME DAWOODI, the fast of Hazrat Dawood (A.S) It is narrated from ‘Abd-Allaah ibn ‘Amr (may Allah be pleased with him) that the Prophet (peace and blessings of Allah be upon him) said: “The best fasting is the fast of Dawood: he used to fast one day and not the next.” If during that fasting practice, one fast falls on a Friday, there is no problem because the prohibition of fasting on Fridays applies to ‘one who singles out a Friday rather than any other day. But the one who observes the fast of Dawood - fasting alternate days - is not singling out a Friday for fasting. Dawoodi fasting has several health benefits such as reducing BMI (body mass index) apart from the obvious spiritual benefits like better control of the Nafs. NABI KI YAAD [MANQABAT POUR IMAM HUSSEIN (R.A)] Extrait de Roohé Imaan, écrit par Fakré Millat Islamiya, Hazrat Maulana Nazeerul Akram Na’eemi (R.A) Tradution de l'Ourdou par : Abdus Saboor Mohamed Saleh Nabi ki yaad mein jinaa muhabbat iss ko kehtéy hain ; Ounhin ké naam par marnaa shahaadatt iss ko kehtéy hain Vivre dans le souvenir du Prophete (S.A.W), s’appelle de l'amour ; Mourir en son nom, s’appelle le Shahadat (Ie martyr) (1) Nabi ké ahléy bayté paak aur ashaab sé oulfatt ; Issi sarkaaré ‘ali sé ‘aqueedatt iss ko kehtéy hain affection pour les Ahle Bayt purs du Prophéte (S.4.W) ainsi que ses Compagnons ; Cela s'appelle de la ferveur envers ce grand Chef (2) Nabi ké laadiéy, khatooné jannatt ké jigar paaré ; Wajaahatt naam hai, ouss ka fazeelatt iss ko kehtéy hain Les favoris du Prophete (S.A.W), Jes morceaux de coeur de la Dame du Paradis ; Leurs noms sont beaux, cela s‘appelle leur supériorité (3) Habeebé haqq hain laa saani magarr oune ké nawaason néy ; Jhalak hai jaddé amjad ki shabaahatt iss ko kehtéy hain Le Bien-aimé d’Allah n’a pas son second, mais dans ses petits enfants ; Mya la lueur de Villustre grand-pere, cela s’appelle la resemblance (4) Habeebé kibriyaa tashreef laayé oune ké magtal mein ; Haqueequatt main bari taqdeero gismatt iss ko kehtéy hain Le Bien-aimé du Seigneur Trés Haut est venu dans son martyr ; En verité, cela s’appelle un trés grand sort et un grand destin (5) Sarré aqdass zoubaané haal sé neyzéy pé kehtaa thaa ; Zamaana dekh léy ankhon sé rif‘att iss ko kehtéy hain La téte sainte par I'entremise de la langue a parlé du haut de Ia lance ; O les gens regardez avec vos yeux cela sappelle (Ia vraie) élévation (6) Na ki faasiq ki bai’at sarr kataaya deen ki khatir ; Bila shak deene haq par istiquaamatt iss ko kehtéy hain {a pas fait serment dallégeance dans la main du pécheur invétéré, il a préféré sacrifier sa téte pour les besoins de la religion ; Sans doute, cela s’appelle rester dans Ia conduite droite dans la vraie religion (7) Galey par khanjare quaatil thaa peshaani thi sajdey mein ; Farishtey bhi zara dekhein ‘ibaadat iss ko kehtéy hain Dans le cou il y avait le poignard du meurtrier mais le front était dans le Sijda (prosternation); 0 vous les anges, regardez un peu, voila ce qui s’appelle adoration (8) Nabi ke naunehaalon par ye zulme naa rawaa Akram ; ‘Adaawatt khoud Nabi se hai shaquaawatt iss ko kehtéy hain Cette cruauté exercée sur les enfants du Prophéte (S.A.W) est intolérable pour Akram ; L’ennemité personelle avec Ie Prophéte (S.A.W) lui-méme, voila qui s'appelle une grande malchance En Mémoire de : Shehzada Fakré Millat Al-Hajj Hazrat Maulana Hakeem Mohammad Ahmad Akrami Na’eemi (R.A) Wisaal le 23°™° Shawwal 1441 Hijri (16 Juin 2020) *Coneéption, Mi rues 30, Sir Vi Bayan - The Truth Narrative a été eréé par : Maulana Ahmad Bashir Keonoo sdacteur en Chef : Mr. Abdus Saboor Mohamed Saleh | E : saboor@intnet mu en Page et Impréssion par : Westprint Company Limited Port Louis | T: 211 7685 F: 210 8809 |E: wes t@intnet mu PEE nn STN N ela)