Vous êtes sur la page 1sur 13

PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 1

______________________________________________________________________________________________

LE DEVELOPPEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

INTRODUCTION
L'appareil digestif dérive essentiellement de l'entoblaste :
- Le revêtement du tube est entoblastique, en dehors de la partie initiale et de la partie toute terminale où il a une
origine ectoblastique.
- Les glandes salivaires ont une origine ecto- ou entoblastique suivant leur situation, tandis que le pancréas et le
foie proviennent de bourgeons entoblastique du tube digestif primitif.

Le tube digestif primitif


A la fin de la 4e semaine, après la fermeture de la face ventrale de l'embryon (processus appelé "délimitation"), le
tube digestif, ou intestin primitif, est une cavité entoblastique fermée. Ses extrémités antérieure et caudale sont
séparées de la cavité amniotique respectivement par la membrane pharyngienne et par la membrane anale.

L'intestin primitif comporte 4 segments :


- L'intestin pharyngien
C’est la partie initiale de l’intestin antérieur.
Il est bordé par les arcs branchiaux et donnera la partie postérieure de
la cavité buccale et le pharynx.
- L'intestin antérieur
Il donnera l'oesophage, l'estomac et le début du duodénum.
Il se termine au niveau de l'anneau hépato-pancréatique. A cet endroit,
des bourgeons épithéliaux entoblastiques formeront les ébauches du
pancréas et du foie.
- L'intestin moyen
C'est au départ une anse unique, qui communique avec la vésicule
ombilicale (ou vitelline) par le canal vitellin situé dans le cordon
ombilical. Il donnera la fin du duodénum, l'intestin grêle et la première
moitié du côlon (jusqu'au 2e tiers du colon transverse).
- L'intestin postérieur
Il donnera la fin du colon transverse, le colon descendant, le sigmoïde, le rectum et le début du canal anal. Il
se termine initialement par le cloaque qui communique avec un diverticule borgne, l'allantoïde. Ce diverticule
se poursuit dans le cordon ombilical. Il participera à la formation de la vessie et donnera un cordon fibreux,
l'ouraque.

Les 3 segments antérieur, moyen et postérieur sont définis par leur vascularisation, assurée par 3 branches ventrales
impaires de l’aorte abdominale qui dérivent des vaisseaux vitellins :
- Le tronc coeliaque pour l’intestin antérieur
- l’artère mésentérique supérieure pour l’intestin moyen
- L’artère mésentérique inférieure pour l’intestin postérieur.

Lors de la délimitation de l’embryon, l’intestin primitif est accolé au mésenchyme de la paroi postérieure. Du fait de
la croissance de la cavité coelomique, il s’en écarte très rapidement. Au début de la 5e semaine, il est réuni à la paroi
postérieure par une fine lame conjonctive, le mésentère dorsal.

De plus, le Septum transversum relie l’estomac à la paroi antérieur et forme le mésogastre ventral.

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 2
______________________________________________________________________________________________

DEVELOPPEMENT DU TUBE DIGESTIF

DEVELOPPEMENT DE LA CAVITE BUCCO-PHARYNGEE


La cavité bucco-pharyngée a une double origine embryologique.

- Dans sa partie antérieure


Elle dérive d'une invagination de l'ectoblaste, le Stomodaeum. Cette
dépression est limitée sur ses côtés par les bourgeons à l'origine des
massifs faciaux et au fond par la membrane pharyngienne. A ce niveau,
l'accolement des feuillets ecto- et entoblastique persiste lors de la
progression du mésoblaste. La membrane pharyngienne sépare le
stomodaeum de l'extrémité antérieure de l'intestin primitif. Elle disparaît
tôt (au 27e jour).
Le stomodaeum est initialement une cavité commune à la bouche et aux
fosses nasales. Il sera cloisonné horizontalement par la lame palatine qui
sépare la cavité buccale en bas des fosses nasales en haut.

( Voir le développement de la face et le cloisonnement du stomodaeum )

- Dans sa partie postérieure, la cavité buccale dérive de l'extrémité céphalique de l'intestin primitif.
Chez l'adulte, la limite entre ces deux origines se situe aux environs des piliers du voile du palais.

DEVELOPPEMENT DE L'APPAREIL DENTAIRE


Les dents sont des structures très différenciées qui ont une double origine embryologique, épithéliale et
mésenchymateuse. Des cellules qui ont migré à partir des crêtes neurales participent à la formation de la papille
dentaire (ectomésenchyme).

FORMATION DES CLOCHES DENTAIRES

A la 6e semaine
L'ectoblaste buccal s'enfonce en profondeur, formant une lame dentaire (longitudinale le
long du maxillaire). Pour les dents inférieures, ce processus débute sur les bourgeons
mandibulaires au moment de leur fusion antérieure. Pour les dents supérieures, il débute sur
les bourgeons nasaux internes avant leur fusion médiane (à la 7e semaine).
La partie profonde de cette lame émet 10 bourgeons par mâchoire, soit un pour chacune des
dents temporaires. Ces bourgeons viennent coiffer le mésenchyme sous-jacent, et forment
les cloches dentaires.

Vers 10 semaines, apparaissent de petits bourgeons à la face interne de la lame dentaire. Ce


sont les ébauches des 20 dents définitives antérieures (les bourgeons des molaires
définitives se forment à partir d'une expansion postérieure de la lame dentaire). Ces
bourgeons resteront quiescents au stade de cloche dentaire, jusqu'à l'âge de 6 ans, puis
évolueront comme les bourgeons des dents provisoires.

Entre les bourgeons, la lame dentaire régresse (12-15 semaines). Les ébauches
dentaires se retrouvent incluses dans le tissu mésenchymateux.
A l'extérieur, l'ectoblaste se creuse d'un profond sillon, le vestibule, séparant la
gencive des lèvres et des joues.

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 3
______________________________________________________________________________________________

FORMATION DES DENTS TEMPORAIRES

La formation de la couronne
A la 10e semaine, la coiffe ectoblastique, ou organe de l'émail, présente un
épithélium externe et un épithélium interne (qui borde la concavité). Entre ces
deux épithéliums se trouve du tissu lâche, la gelée de l'émail.
L'épithélium interne est constitué d'adamentoblastes.
Dans la concavité de la coiffe, le mésenchyme se condense, formant la papille
dentaire. Au contact des adamentoblastes, apparaît une couche
d'odontoblastes.

Adamentoblastes et odontoblastes sont des éléments prismatiques. La zone


d'accolement entre ces 2 couches cellulaires est la future zone de jonction
entre émail et dentine. Sa forme détermine la forme de la dent. C'est dans cette
zone que s'élaborent les structures minéralisées de la couronne.

- Les adamenoblastes produisent de longs cristaux d'émail. Durant cette


production, les cellules sont repoussées dans la gelée qui disparaît. Les
dernières cellules restant à la surface de l'émail s'éliminent au moment de la
sortie de la dent (adamentoblastes et épithélium externe de la cloche,
formant la cuticule dentaire).

- Les odontoblastes sécrètent, au contact de l'émail, de la prédentine, qui se


calcifie pour former l'ivoire. Les corps cellulaires des odontoblastes sont
progressivement repoussés vers le centre de la papille par leur propre
sécrétions. Seuls des prolongements cytoplasmiques (fibres de Tomes)
persisteront dans la dentine.

La formation de la racine
Elle débute pendant l'éruption de la couronne.
Au niveau du cul de sac interne de la cloche dentaire, les épithéliums interne
et externe s'accolent et s'enfoncent dans le mésenchyme. Le manchon
épithélial de la racine joue un rôle inducteur sur le mésenchyme voisin.
- En dedans se forment des odontoblastes, élaborant la dentine de la
racine.
- En dehors, les cellules mésenchymateuses se différencient en
cémentoblastes. Ces derniers élaborent une fine couche de cément
qui recouvre l’ivoire
- Autour se forme le ligament périodontique. C’est du tissu conjonctif
dense qui relie le cément au tissu osseux constituant la paroi de l’alvéole dentaire.

La croissance de la racine repousse la couronne qui fait irruption dans la cavité buccale. Les premières dents
provisoires apparaissent au 6e mois après la naissance, les dernières vers 2 ans.

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 4
______________________________________________________________________________________________

FORMATION DES DENTS DEFINITIVES

Elles se forment comme les dents temporaires à partir de 6 ans.


Elles naissent des cloches dentaires qui se sont formées en même temps que celles des dents temporaires et sont
restées quiescentes à la face linguale des dents de lait.
Les dents supplémentaires se forment à partir d’une expansion postérieure de la lame dentaire.

ANOMALIES DU DEVELOPPEMENT DENTAIRE

Parfois, les incisives sont apparentes à la naissance : ces dents natales sont habituellement anormales avec peu
d'émail et pas de racine.
Il existe des anomalies héréditaires du nombre et de la forme des dents.
Il existe également des anomalies acquises au cours de la grossesse, provoquées par le virus de rubéole, le
tréponème, les radiations et des médicaments :

Les tétracyclines (famille d'antibiotiques) s'incorporent au tissu osseux en formation. Elles donnent aux dents une
coloration brun-jaune et entraînent une hypoplasie de l'émail. Elles ne doivent pas être prescrites aux femmes
enceintes, ni aux enfants de moins de 8 ans.

DEVELOPPEMENT DE L'OESOPHAGE
L'oesophage dérive de la partie antérieure de l'intestin primitif.
Initialement court à la 4e semaine, l'oesophage s'allonge rapidement du fait de la croissance du segment thoracique de
l'embryon (de 4 à 7 semaines), tandis que sa lumière disparaît par accolement des parois.
Le tube va ensuite se re-perméabiliser. Lorsque l'ouverture de la lumière s'effectue mal, on observe une sténose
oesopagienne chez le nouveau-né.
La musculature striée du premier tiers de l'oesophage dérive des arcs branchiaux les plus postérieurs. Le reste de la
musculature, lisse, dérive du mésenchyme splanchnique environnant.

Le développement de l'oesophage est intimement lié à celui de la trachée qui dérive de la partie antérieure de
l'intestin primitif (Cf. Embryologie de l'appareil respiratoire). Un séparation anormale de ces deux organes peut
entraîner une fermeture ou une absence de segments oesophagiens (atrésie congénitale de l'oesophage) ou des fistules
oesophago-trachéales.
Sténoses et atrésies s'opposent in utero à la résorption digestive du liquide amniotique et peuvent s'accompagner
d'hydramnios.
Les fistules oesophago-trachéales se manifestent lors de la première alimentation (avec un risque infectieux majeur).
Toutes ces malformations sont graves et nécessitent une intervention chirurgicale dès la naissance.

DEVELOPPEMENT DE L'ESTOMAC
A la fin de la 4e semaine, l’estomac se présente comme une dilatation de l'intestin primitif,
fusiforme et orientée dans un plan sagittal. L'estomac est relié à la paroi postérieure par le
mésogastre dorsal et à la paroi antérieure par le mésogastre ventral.

Coupe transversale :

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 5
______________________________________________________________________________________________

- Dans la première moitié du deuxième mois


La croissance du bord postérieur sera rapide, entraînant une bascule de la partie inférieure et le repli de la petite
courbure dont la croissance est plus réduite.
Plus tard, vers la 7e semaine, se forme le fundus.

- Dans la seconde moitié du 2e mois (7e et 8e semaines)


A la suite de la rotation de l’anse intestinale, l’estomac subit une rotation
de 90° suivant un axe longitudinal : Le bord postérieur (grande courbure)
se retrouve à gauche et le bord antérieur (petite courbure) se retrouve à
droite.
Cette rotation,
- Applique le duodénum contre la paroi postérieure à laquelle il va se
souder ;
- Crée l’arrière cavité des épiploons en arrière de l’estomac.

Les ébauches glandulaires au sein de la muqueuse apparaissent vers la fin du


3e mois et, au 5e mois de la vie intra-utérine, une activité protéolytique peut
être mise en évidence dans le suc gastrique.

Les anomalies du développement gastrique


La sténose du pylore est une malformation fréquente, due à une hypertrophie de la musculeuse gastrique dans la
région pylorique. Cette malforation, liée à une mutation, s’oppose au passage du bol alimentaire dans l’intestin et se
traduit par des vomissements précoces. Elle nécessite un traitement chirurgical.
Les autres malformations (duplications, estomac thoracique.. ) sont exceptionnelles.

DEVELOPPEMENT DE L'INTESTIN
Après l’abouchement des voies biliaires et pancréatiques, l’intestin grêle dérive de l’anse intestinale primitive, ou
intestin moyen. Cette partie sera également à l'origine de la première moitié du gros intestin (jusqu'au 2e tiers du
colon transverse). Le reste du gros intestin dérive de la partie postérieure du tube digestif primitif.

LE DUODENUM

Dans sa plus grande partie, il dérive du segment terminal de l’intestin antérieur. La fin du duodénum dérive de la
partie initiale de l’intestin moyen. A la jonction entre les deux se trouve l’anneau hépato-pancréatique. C’est le lieu
d’apparition des bourgeons épithéliaux à l’origine du pancréas et du foie.

Du fait de la rotation gastrique, le duodénum s’accole à la paroi postérieure pour finalement se retrouver en situation
rétro-péritonéale (sauf sa partie initiale).

Au cours du 2e mois, l’épithélium prolifère et oblitère la lumière du conduit. La reperméabilisation est normalement
rapide.
Un défaut d’ouverture entraîne une atrésie duodénale. Elle peut être isolée ou liée à un développement anormal du
pancréas (pancréas annulaire ; Cf. infra)

L'INTESTIN GRELE

L’anse intestinale primitive correspond au territoire de l’artère


mésentérique supérieure. Au début de son développement, elle
communique avec la vésicule ombilicale par le canal vitellin (ou canal
omphalo-mésentérique), partant de la pointe de l'anse intestinale. Le
canal vitellin s'oblitère vers 6 semaines.

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 6
______________________________________________________________________________________________

Le segment pré-vitellin donnera le jéjunum et la majeure partie de l’iléon. Son allongement sera rapide et important.
Le segment post-vitellin donnera la fin de l’iléon et la première moitié du gros intestin.

Au début de la 6e semaine, l’allongement de l’intestin et la


croissance des organes abdominaux (dont le foie) entraînent une
« hernie physiologique » au niveau de l’ombilic.

En même temps, l’anse subit une rotation de 90° dans le sens


horaire, autour de l’axe constitué par l’artère mésentérique. Cette
rotation concerne également le mésentère et s’achève à la 8e
semaine.

Au cours des 10e et 11e semaines, les anses réintègrent la cavité


abdominale. Le dernier segment à y retourner sera l’angle iléo-
caecal et le caecum.

Une 2e rotation de 180° survient alors. Finalement la jonction


iléo-caecale aura subi une rotation de 270° et se retrouve à droite
en dessous du foie contre la paroi postérieure.

Comme lors de la première phase de rotation, le mésentère qui


relie l’intestin à la paroi postérieure est entraîné.

Comme au niveau des segments précédents, la lumière de l'anse


intestinale primitive disparaît transitoirement (6e et 7e
semaines). Elle se reforme rapidement et à 9 semaines,
l’intestin est ouvert sur toute sa longueur.

LE GROS INTESTIN

Il dérive de la fin de l’intestin antérieur et de l’intestin postérieur.


Le renflement caecal apparaît vers 10 semaines sous la forme d’une petite dilatation de la seconde partie de l’anse
intestinale.
C’est le dernier segment à réintégrer la cavité abdominale. Il viendra d’abord de placer à droite sous le foie, puis
descend jusqu’à la fosse iliaque droite. L’appendice apparaît durant cette période.
Le colon ascendant est plaqué contre la paroi postérieure. Son mésocolon régresse et finalement le colon ascendant
se retrouve en situation rétropéritonéale.
De l’autre côté le mésocolon du colon descendant régresse également.
Ainsi, seul l’appendice, le colon transverse et le sigmoïde restent en situation intra-péritonéale.

LES ANOMALIES DU DEVELOPPEMENT INTESTINAL

Des anomalies de re-perméabilisation sont à l'origine de sténoses intestinales. Elles sont plus rares au niveau du grêle
et du gros intestin qu’au niveau du duodénum. De même, les duplications sont très rares.

La persistance du canal omphalo-mésentérique


Parfois un court segment persiste, réalisant le diverticule de Meckel (2% des individus). Il est situé chez l'adulte à
80 cm en amont de la valvule iléo-caecale et est la plupart du temps asymptomatique. Plus rarement le segment

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 7
______________________________________________________________________________________________

résiduel du canal vitellin se prolonge dans le cordon ombilical, donnant une fistule omphalo-mésentérique à la
naissance.

L’omphalocèle
C’est une malformation qui concerne 1 naissance sur 4 000.
Une partie des anses intestinales reste hors de l'abdomen. A la naissance elles sont uniquement recouverte d’une
très fine membrane constituée par l’amnios. dans le mésoblaste du cordon ombilical.
Cette malformation, liée à un défaut de retour des anses dans la cavité, est différente des hernies de paroi qui
peuvent également se rencontrer chez le nouveau-né. Dans ce dernier cas le sac herniaire est entouré de péritoine.

L’omphalocèle peur être associé à un défaut de paroi qui s’étend en direction céphalique (impliquant le foie ou
même le cœur) ou en direction caudale

Le gastroschisis
C’est une anomalie de la paroi plus rare (1 pour 10 000) qui ne concerne pas l’ombilic. Les viscères sortent de la
cavité abdominale à côté de l’ombilic. Plus bas, ce même type de malformation se traduit par une extrophie
vésicale et peut être associée à des anomalies génitales ou cloacales.

Les anomalies de rotation de l’anse intestinale


Elles sont variées selon le moment où elles surviennent (1ère rotation de 90° ou 2e étape de 180° lors de la
réintégration des anses). Il peut même y avoir des rotation inversées.
Par exemple, après un défaut de rotation, la partie initiale du colon peut se retrouver plus ou moins à gauche et ne
pas pouvoir se fixer à la paroi postérieure (persistance de mésentère commun).
Lorsque la première rotation est inversée, le duodénum se retrouve en situation ventrale, devant le colon
transverse.

Les anomalies de rotation ou de fixation de l’intestin peuvent conduire à des volvulus entraînant une occlusion
intestinale et des compressions vasculaires avec risque d’infarctus intestinal.

Au niveau du colon
Le mégacolon est une dilatation colique considérable. Elle peut être secondaire à une imperforation anale.
Plus souvent, le mégacolon est du à l’absence de développement des éléments nerveux dans la paroi de l’organe.
C’est le mégacolon congénital ou maladie de Hirschprung. L’anomalie est généralement limitée au rectum et au
sigmoïde, mais peut s’étendre jusqu’au transverse ou très rarement intéresser l’ensemble du gros intestin.

DEVELOPPEMENT DU CANAL ANAL


Initialement, l'intestin postérieur se termine dans une cavité entoblastique commune avec l'allantoïde: le cloaque,
séparé de la cavité amniotique par la membrane cloacale.

Entre l’allantoïde et l’intestin, se situe un massif mésenchymateux, l’éperon


périnéal (ou pli de Tourneux) qui se forme lors de la délimitation à la 4e
semaine.
L’éperon périnéal progresse vers la membrane cloacale, pendant que 2 plis
latéraux (les plis de Rathke) contribuent à cloisonner le cloaque.

Vers la 8e semaine, la fusion de tous ces éléments aboutit à la division du


cloaques en deux cavités :
- Le sinus urogénital, en avant, séparé de la cavité amniotique par la
membrane urogénitale.

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 8
______________________________________________________________________________________________

- Le rectum, en arrière, séparé de la cavité amniotique par la membrane anale, située au fond d'une
dépression: le Proctodaeum.

A la fin de la 8e semaine ou au début de la 9e la membrane anale disparaît.

Ainsi, comme la cavité buccale, le canal anal a une double origine :


Entoblastique dans ses deux-tiers supérieurs et ectoblastique dans son tiers
inférieur. La limite se situe au niveau de la ligne pectinée qui reste visible chez
l’adulte.

La vascularisation du canal anal reflète cette double origine : Les vaisseaux


supérieurs dépendent du territoire mésentérique inférieur, tandis que la partie
terminale est irriguée par des branches des vaisseaux iliaques. Il existe des
anastomoses veineuses entre ces deux territoires et leur dilatation sera à
l’origine des hémorroïdes.

Les anomalie du développement


- L'imperforation anale est due à l'absence de résorption de la membrane anale.
- Des fistules, liées à un développement incomplet de l'éperon périnéal. Il peut s'agir de fistules recto-vésicales et,
dans le sexe féminin, de fistules recto-vaginales.

De plus des malformations complexes de la région périnéale peuvent impliquer l'extrémité du tube digestif.

DEVELOPPEMENT DU PERITOINE

Le mésogastre ventral
A la suite de la croissance du foie dans le septum transversum, le mésogastre ventral
est à l’origine de plusieurs membranes :
- La séreuse hépatique qui recouvre le foie, sauf à sa partie supérieure où il est
en contact avec le diaphragme. A ce niveau se développent des anastomoses
entre les vaisseaux hépatiques (portaux) et les veines diaphragmatiques.
- Le ligament falciforme du foie entre le foie et la paroi antérieure. La veine
ombilicale chemine à son bord inféreur.
- Le petit épiploon entre le foie et l’estomac. Son bord caudal forme le ligament hépato-duodénal et renferme la
veine porte, l’artère hépatique et la voie biliaire commune. Entre le foie et l’estomac se forme également le
ligament hépato-gastrique.

La rotation de l’estomac et le développement du foie à droite donne au petit épiploon une orientation frontale. La
communication entre la grande cavité péritonéale en avant et la petite cavité (ou arrière cavité des épiploons) se
réduit au canal épiploïque de Winslow en dessous du duodénum.

Le mésogastre dorsal
Il s’agrandit et forme un repli à partir de la paroi postérieure et de
la grande courbure.

Ce repli s’étend vers le bas pour former le grand épiploon qui


recouvre l’avant des organes intrapéritonéaux sous-jacents.

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 9
______________________________________________________________________________________________

La cavité au sein de ce grand épiploon disparaît au cours de la vie fœtale par accolement des parois. En même temps,
un accolement entre la paroi inférieure à l’arrière de la bourse épiploïque et le mésocolon transverse aboutit à une
fusion de ces deux feuillets.

Dans le mésogastre dorsal, une condensation mésenchymateuse est à l’origine de la rate. Lors de la rotation de
l’estomac, le segment entre la rate et la paroi postérieure s’accole à la paroi postérieure du côté gauche. La rate reste
en situation intra-péritonéale, reliée à la paroi postérieure par le ligament spléno-rénal et à l’estomac par le ligament
gastro-splénique.

Le mésoduodénum dorsal
C’est le lieu du développment de l’ébauche pancréatique dorsale, rejointe par l’ébauche ventrale. La queue du
pancréas remonte jusqu’au mésogastre dorsal.
La rotation de l’estomac et de l’anse intestinale s’accompagne d’une régression du mésoduodénum dorsal. Cela
applique la majeure partie du duodénum et le pancréas contre la paroi postérieure. Ainsi ces organes deviennent
fixes.

Les anomalies du développement des mésos


Outres les anomalies de rotation qui entraînent des anomalies des mésos, dans quelques cas, l’accolement à la paroi
postérieure au niveau du colon ascendant ne s’effectue pas. La persistance du mésocolon permet des déplacement de
l’intestin avec possibilité de volvulus du caecum ainsi que des hernies des anses grêles qui passent en situation
rétrocolique.

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 10
______________________________________________________________________________________________

DEVELOPPEMENT DES GLANDES DIGESTIVES

DEVELOPPEMENT DES GLANDES SALIVAIRES


Selon leur localisation, les glandes salivaires dérivent soit de l'épithélium du stomodaeum, soit de celui de l’intestin
primitif.

- Les glandes extrinsèques apparaissent tôt, entre 1,5 et 2 mois, d’abord la parotide, puis la sous-maxillaire et enfin la
sub-linguale.
L’origine est ectodermique pour la parotide en entodermique pour les deux autres.
- Les glandes intrinsèques apparaissent beaucoup plus tard. Elles ont une origine ecto- ou entodermique en fonction
de leur situation.

Toutes se forment à partir d'un bourgeon épithélial qui s'enfonce en


profondeur dans le mésenchyme sous-jacent et va émettre des bourgeons
secondaires. La lumière de la glande apparaît dans le bourgeon primitif et
progresse vers les extrémités des bourgeons secondaires pour y former les
culs de sac sécréteurs.
Dans ces culs de sac, les cellules se différencient en 2 types:
- Cellules myo-épithéliales, contre la basale
- Cellules sécrétrices, bordant la lumière, de type muqueux ou séreux suivant les endroits .

Chez l'adulte le canal excréteur des glandes extrinsèques ne débouchent pas à l'endroit où apparaissent les bourgeons
épithéliaux. Initialement, une gouttière à la surface de la muqueuse prolonge l'orifice. Sa fermeture progressive
déplace l'orifice des glandes.

Ce mécanisme est particulièrement marqué pour les parotides, aboutissant à la formation du canal de Sténon qui
chemine à la face interne des joues.

DEVELOPPEMENT DU PANCREAS EXOCRINE


Le pancréas est un volumineuse glande amphicrine annexée au tube digestif. Il renferme à la fois des acinus
exocrines et des îlots de cellules endocrines, les îlots de Langerhans. Ces derniers dérivent de l’épithélium exocrine.
Le pancréas possède un canal excréteur principal, le canal de Wirsung et un canal excréteur secondaire, le canal de
Santorini.

ORGANOGENESE

Le pancréas naît de l'intestin primitif au niveau de l'anneau hépato-


pancréatique, à la 4e semaine (embryon de 4 mm), sous la forme de 3
bourgeons:

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 11
______________________________________________________________________________________________

- 1 bourgeon dorsal, se formant à 26 jours


- 2 bourgeons ventraux, qui apparaissent quelques jours après.

* Le bourgeon ventral gauche régresse dès sa formation.

* Le bourgeon dorsal
Il se développe initialement dans le mésentère dorsal. Du fait de la rotation
gastrique, il vient se placer à gauche (rotation de 90° ). Il donne naissance à la
partie supérieure de la tête et à la queue du pancréas. Le canal excréteur sera le
canal de Santorini.

* Le bourgeon ventral droit


Il se développe initialement dans le mésentère ventral. Il vient également se placer à gauche, au-dessous du
précédent après être passé du côté droit. Il tourne ainsi de 270° . Cette rotation est due à la rotation de l'estomac
(90°) et à un déplacement de son abouchement sur le tube (180°). Durant toute cette évolution, l'ébauche ventrale
droite est intimement liée à l'ébauche hépatique, puis à la voie biliaire principale.
Le bourgeon ventral droit donne la partie inférieure de la tête du pancréas.
Le canal excréteur sera le canal de Wirsung.

Avant la fin du 2e mois, ces deux ébauches fusionnent et, le plus souvent, le canal de Santorini vient s'aboucher dans
le canal de Wirsung, qui devient le canal principal. Mais les variations individuelles sont nombreuses : Dans 25% des
cas, les 2 canaux restent séparés, le canal de Santorini s'abouchant dans le duodénum, au dessus du canal de Wirsung;
Dans 7% des cas, le canal de Santorini est le canal principal de la glande.

HISTOGENESE

Les ébauches pancréatiques se développent initialement sous forme de cordons pleins, puis se creusent d'une lumière
pour donner les tubes pancréatiques primitifs. Ces derniers bourgeonnent pour donner les acinus exocrines et les îlots
endocrines (qui sont fonctionnels à 5 mois). La transformation d'îlots en acinus, et inversement, est possible durant la
vie fœtale et même peut-être durant la vie adulte.

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 12
______________________________________________________________________________________________

LES ANOMALIES DU DEVELOPPEMENT PANCREATIQUE

- Du tissu pancréatique ectopique peut se former, le long du tube digestif (de l'estomac au diverticule de Meckel), ou
être associé aux structures hépatiques (en particulier à la vésicule biliaire).

- Le pancréas annulaire est une malformation rare :


Par adhérence à la paroi duodénale avant la rotation (associée ou non au développement du bourgeon ventral
gauche), le pancréas ventral entoure le tube digestif et fusionne à gauche avec l'ébauche dorsale. La croissance du
tissu pancréatique peut provoquer une sténose duodénale.

DEVELOPPEMENT DU FOIE
Le foie est la plus volumineuse glande de l'organisme. Il a une origine entoblastique et dérive, comme le pancréas, de
l'intestin primitif.

ORGANOGENESE

L'ébauche hépatique primitive apparaît tôt, à la 4e semaine (vers 25 j.).


C'est un bourgeon ventral du tube digestif primitif situé au niveau de l'anneau hépato-pancréatique entre les 2
bourgeons pancréatiques ventraux.
A la 5e semaine (6 mm), ce bourgeon s'est allongé, formant un tube dont l'extrémité se divise en 2 bourgeons
secondaires :
- Le bourgeon caudal (BC) donnera la vésicule biliaire et le canal cystique.
- Le bourgeon crânial (BH) donne le foie. Il se développe rapidement. Il pénètre dans le septum transversum
(lame mésoblastique dense, situé entre l'insertion du canal vitellin et l'estomac primitif, qui donnera le
diaphragme. Les vaisseaux vitellins et ombilicaux y cheminent).
Dans le septum transversum, le bourgeon hépatique prolifère sous forme de cordons épithéliaux découpant les
vaisseaux vitellins et ombilicaux. Les vaisseaux forment, entre les travées épithéliales, de gros capillaires
anastomosés et sont à l'origine des vaisseaux afférents et efférents du foie.

Entre ces deux bourgeons, le tube forme le canal hépatique. En dessous du bourgeon caudal, il forme le canal
cholédoque.
Du fait de la rotation de l'estomac, l'abouchement du canal cholédoque dans le duodénum, se retrouve à droite
(rotation de 90° ). Puis cet abouchement accompagne l'ébauche pancréatique ventrale dans sa rotation de 180° par
l'arrière autour du duodénum. L'ouverture du cholédoque se situe alors sur le côté gauche du tube.

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest
PCEM - Embryologie spéciale - Développement de l'appareil digestif Page 13
______________________________________________________________________________________________

Le foie sera le lieu d’une hématopoïèse intense qui apparaît vers 5 semaines

Le foie devient très vite volumineux. Il représente environ 10% du poids du corps à 2,5 mois. Puis sa croissance se
ralentit. Il s'entoure progressivement d'une capsule conjonctive.
Le volume du foie durant la période embryonnaire et durant le début de la période foetale, est en partie lié à
l'existence de l’activité hématopoïétique. Des cellules souches hématopoïétiques provenant du mésenchyme voisin de
l’aorte thoracique colonisent le septum transversum et sont incorporées à l’ébauche hépatique. L’hématopoïèse
diminue aorès 4 mois et s'arrête avant la naissance.

Pendant toute la vie intra-utérine, le foie reçoit une partie du sang placentaire par la veine ombilicale, le reste
s'écoulant directement dans la veine cave par le canal d'Arantius. Celui-ci se ferme à la naissance et la veine porte,
dérivant des veines vitellines, devient alors pleinement fonctionnelle.

HISTOGENESE

Les cordons cellulaires hépatiques sont d'abord orientés autour des canaux biliaires (lumières de l'ébauche primitive),
puis s'organisent en travées régulières anastomosées autour des sinusoïdes veineux. Ces travées cellulaires, ou
travées de Remak, adoptent une disposition convergente vers une veine centro-lobulaire, point de départ de la
circulation veineuse efférente (ou circulation sus-hépatique).
Le foie devient fonctionnel au début du 4e mois : il se charge de glycogène et commence alors à produire de la bile.
Le contenu des voies biliaires se draine dans le tube digestif.

LES ANOMALIES DU DEVELOPPEMENT HEPATIQUE

Assez fréquemment, il existe des canaux hépatiques accessoires ou une duplication de la vésicule biliaire.
L’anomalie est le plus souvent asymptomatique.

L’atrésie des voies biliaires (qui subissent, comme le tube digestif, une oblitération transitoire) se retrouve dans 1/ 15
000 naissances.
Le plus souvent elle concerne les voies extra-hépatiques et est curable chirurgicalement.
Rarement elle concerne les voies intra-hépatiques et peut être létale.

__________________________________________________________________

______________________________________________________________________________________________
___
J. Amice - Faculté de Médecine de Brest