Vous êtes sur la page 1sur 560

Mécanlque pour Ingénieurs

Source de...photos
Volwne 2: DynamJque
Ferdinand P. Beer Chapnre Il : [onarhnn Nourouk/Photc Edit
Chapitre 12: Phyllis Picc.trdllPlcturL> Cube
Traduction de Vector Mechanics for EngineeIS.' Dynamics.
Chnpttre 13: TOlO ~tcCarthylViChJrC Cube
C 1999, 1990, t981 McGraw-Hili Ryersoo Umited, a Subsldiary
Chapitre 14 : ~ASA
of the McGraw-Htil Companles. (ISBN 0-07-5604.21-3) le> 1996,
Chapitre 15! üra-Faltnpr/Stock Market
1938, 1984, 19n, 1972,1962 McGraw-HiIl. Ine.
Chnpltre 16: Halle" E, Di)t'rnlnnchrrouy toue
102005 Les ~ditl-ons de la Chenelière inc. Chaflll re 17: Dflvicl ~ladiwn
Chapitre 1S; Caterpillar Eogtlle DhlÏsion
Éditeur.' Michel Pounn Chapitre 19: Ct.·orge \Vhitc Locution Photogfl1phy
Cootdinatfon,' FréOérique GrambÎI'I
Révision IInguÎstique,' June Beaulieu
Correcffon d·épreuves.' Nicole Derners
Infographfe: Intoscan Collette
Couverture,' Michel Bérard

M8quette intérieure: Merril Haber

CataloQage avant publication


de Bibliothèque et Archives Canada

Beer, Ferdinand P., 1915-


Mécanique PQur ingénieurs
Comprend des index.
Traducllon de la 3- éd. de: Vectcr mechanics for englneers
Sommaire: (1) Statique - [2J Dynamique.
ISBN 2-7651-0151-4 Cv. 1)
ISBN 2-7651-0158-2 Cv. 2)
t. Mécanique appliquéo. 2. Analyse vectorielle. 3. Statique.
4. Dynamique, 5. Mécanique appliquée - Problèmes et exercices.
1. JOhnston, E. Russell (EI\vood Russell), 1925- • IL Bsenberg, Eniot A.
J Il. Titre.

TA350,B3714 2003 620.,'05 C2003-941 232~6

F" Chenelière
1-.. McGraw-Hill
CHENEU~A.E éOUCATION
7001. boul. Saint-Laurent
Montréal (Québec)
Canada H2S 3E3
Téléphone: (514) 273-1066
Télécopieur: (514) 276-0324
info@cheneliere-education.ca

Tous droits réservés.


Toute reproduction, en tout ou en partie, sous quelque forme et par
quelque procédé que ce soit, est interdlle sans "autorisation écrite
préalable de l'Éditeur.
ISBN 2-7651'()158-2
Dépôt légal: 1'" lrimestre 2005
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada
Imprimé au Canada
2345 ITIB 11 1009 OB
Nous reœnnelseons l'aide financière du gouvernemenl du Canada par
l'entremise du Programme d'aide au développement de l'industrie de
l'édition (PADIÊ) pour nos activités d'édition.
Goovernemenl du Québec - Programme de crédit d'impôt pour
J'édition de livres - Gestion SODEe LE
t.: Éditeur a fait toul ce Qui élall en seo pouvoir pou r retrouver les
copyrights. On peut lui signaler tout renseignement menant il la
PHOTO COPILLAGE
correction d'erreurs ou d'omissions. TUE LE liVRE

Copynghted matenal
Table des matières
Préface III
Avant-propos V-VI

11
CINÉMATIQUE DES PARTICULES
583
11.1 Introduction à la dynamique 584
Mouvement rectiligne de particules 585
, 1.2 Position. vitesse et accélération 585
11.3 Détermination du mouvement d'une particule 588
11.4 Mouvement rectiligne uniforme 597
11.5 Mouvement rectiligne uniformément accéléré 598
11.6 Mouvement de plusieurs partioules 599
·11.7 Résolution graphique des problèmes sur
le mouvement rectiligne 610
·11.8 Autres méthodes graphiques 611
Mouvement curvülçne de particules 621
11.9 Vecteurs position, vitesse et accélération 621
11.10 Dérl\!ées des fonctions \!eCIOrielles 623
11.11 Composantes rectangulair9s des vecteurs vitesse et accélération 625
11.12 Mouvement par rapport à un repère en translation 626
11.13 Composantes tangentielle et normale 642
11.14 Composantes radiale et transversale 645
Résume 658
Problemes supplémentaires 662

12
CINÉTIQUE DES PARTICULES; DEUXIÈME LOI DE NEWTON
667
12.' Introduclion 668
12.2 Deuxième loi de Newton 668
12.3 Quantité de mouvement d'une particule.
Taux de variation de la quantité de mouvement 670
12.4 Systèmes d'unités 670
12.5 Équations du mouvement 671
12.6 Équllibre dynamique 673
12.7 Moment clnétfque d'une particule.
Taux de variation du moment cinétique 692
viii '3010 ces "'atll,l!es 12.8 Équations du mouvement en fonction
des composantes radiale et transversale 693
12.9 Mouvement sous l'action d'une force centrale.
Conservation du moment cinétique 694
12.10 Loi de la gravitation de Newton 695
·12.11 Trajectoire d'une particule soumise à une torce centrale 703
"12.12 Aeplication à la mécanique spatiale 704
"12.13 Lois de Kepler du mouvement planétaire 707
Résumé 717
Problèmes supplémentaires 721

13
CINETIQUE DES PARTICULES;
MÉTHOPES DE L'ÉNERGIE ET DE LA QUANTITÉ DE MOUVEMENT
725
13.1 IntrodlJcllon 726
13,2 Travail d'une force 726
Énergie cinétique d'une particule.
Principe du travail et de l'énergie 729
13.4 Applications du principe du travall el de l'énergie 730
13,5 Puissance et rendement 732
13,6 Énergie potentielle 749
"13,7 Forces cooservatlves 751
13.8 Conservation de l'énergie 752
13,9 Mouvemenl sous l'action d'une force centrale conservalive.
Application à la mécanique spatiale 753
13.10 Principe de l'impulsion et de la quanllté de mouvement n1
13.11 Mouvement impulsif 773
13.12 Choc 785
13.13 Choc oentral direct 785
13.14 Choc cenlral oblique 788
13.15 Problèmes incluant l'énergie et la quantité de mouvement 790'

Résumé 804
Probl,èmes supplémentaires 809

14
SYSTÈME DE PARTICULES
813
14.1 Introduction 814
'4.2 Appllcatlon des lois de Newton au mouvement
d'un système de particules; forces effectives 614
14.3 Quantité de mouvement el moment cinétique
d'un système de parucetes 617
14.4 Mouvement du centre de masse d'un système de particules 818
14.5 Moment cinétique d'un système de particules
par rapport à son centre de masse 819
14.6 Conservation de la quantité de mouvement
et du moment cinétlgue d'un système de particules 821
14.1 Énergie cinétique d'un sYS1èmede particules 829
14.8 Principe du travail et de "énergie, conservation de l'énergie
pour un système de particules 830
14.9 Principe de l'impulsion et de la quantité
de mouvement pour un système de particules 831
"14.10 Systèmes de particules variables 840
'14.11 Courant permanent de particules 841
·14.12 Systèmes gui acquièrent ou qui perdent de la masse 843
Résumé 857
Problèmes supplémentaires 861

15 IX
CINÉMATIOUE DES CORPS AIGIOES
865
15.1 Introduction 666
15.2 Translation 868
15.3 Rotation autour d'un axe fixe SM
15.4 Équations définissant la rotation d'un corps rigide
autour d'un axe fixe 870
15.5 Mouvement général dans le plan 879
15.6 VItesse absolue et vitesse relative pour le mouvement
dans le plan 881
15.7 Centre de rotation instantané pour le mouvement dans le plan 892
15.8 Accélérations absolue et relative d'un mouvement dans le plan 901
'15.9 Analyse d'un mouvement plan en fonction d'un paramètre 903
15.10 Taux de variation d'un vecteur par rapport â un référentiel
eo rotallon 914
15.11 Mouvement dans le plan d'une particule par rapport
à un référentiel en rotalion. Accélération de Coriolis 915
·15.12 Mouvement autour d'un point fixe 926
·15.13 Mouvement général 928
'15.14 Mouvement dans l'espace d'une particule relativement
à un référentiel en rolation. Accélération de Coriolis 938
'15.15 Référentiel pour le mouvement général 939
Résumé ~~o
Problèmes supplémentaires 956

16
MOUVEMENT O'UN CORPS RIGIDE DANS lJN Pl AN:
• •
FORCES ET ACCELERATIONS
960
16,1 IntroducUon
,
961
16.2 Equations du mouvement d'un corps rigide 962
16.3 Moment cinétique d'un corps rigide en mouvement dans un plan 962
16.4 Mouvement d'un corps rigide dans un pian.
Principe de O'Alembert 963
·16.5 Remarque sur les axiomes de la mécanique des corps ngides 965
16.6 Résolution de problèmes portant sur le mouvement
d'un corps rigide 965
16.7 Systèmes de corps rigides 967
16.8 Mouvement dans un plan en présence de contraintes 985
Résumé 100Z
Problèmes supplémentaires 1009

17
MOUVEMENT O'UN CORPS RIGIDE DANS LE PLAN
MÉTHODES DE L'ÉNERGIE ET DE LA QUANTITÉ DE MOUVEMENT
1012
17.1 Introduction 1013
17.2 Principe du travail et de J'énergie appLiqué à un corps rigide 1013
17.3 Travail d'une force agissant sur un corps rigide 1014
17.4 Énergie cinétique d'un corps rigide en mouvement dans le plan 1015
17.5 Système de oorps rigides 1016
17.6 Conservation de l'énergie 1016
17.7 Pujssaoce 1038
17.8 Principe de l'impulsion et de la quantité de mouvement appliqué
au mouvement d'un corps rigide dans le plan 1033
, 7.9 Système de corps rigides 1036
x 17.10 Conservation du moment cinétique 1036
17.11 Mouvement impulsif 1049
17.12 Collision excentrique 1049
Résumé lQ62
Problèmes supplémentaires 1066

18
CINÉTIQUE DES CORPS RIGIDES DANS L·ESPACE
1071
·18.1 Introduction 1071
·18.2 Moment cinétique d'un corps rigide en mouvement
dans "espace 1072
'18.3 Application du principe de l'impulsion el de la quantité
de mouvement au mouvement d'un corps rigide dans l'espace 1075

·18.4 Energie cinétique d'un corps rigide en mO\,ivement dans "espace 1076
·18.5 Mouvement d'un corps rigide dans l'espace 1089
'18.6 Équations du mouvement d'Euler, généralisation du principe
de D'Alembert au mouvement d'un corps rigide dans l'espace 1090
·18.7 Mouvement d'un corps rigide par rapport à un point fixe 1091
'18.8 Rotation du corps rigide par rapport à un axe fixe 1092
'18.9 Mouvement gyroscopique. angles d'Euler 1105
'18.10 Précession stable d'un gyroscope 1107
·18.11 Mouvement d'un corps axisymétrique en "absence de torce 1108

Résumé 1121
Problèmes supplémentaires 1126

19
VIBRATIONS MÉCANIQUES
1131
19.1 Introduction 1132
Vjbrahaos sans amortissement 1132
19.2 Vibrations nbres d'une particule, mouvement harmonique simple 1132
19.3 Pendule simple (SOlutionapproximative) 1135
'19.4 Pendule simple (solution exacte) 1136
19.5 Vibration libre d'un corps rigide 1146
19.6 Application du principe de la conservation de l'énergie 1157
19.7 Vibralion forcée 1167

Vibrahoo amortie 1175


"19.8 Vibration libre amodie 1175
·19,9 Vibration forcée amortie 11TI
Analogies électriques 1179
Résumé 1'189
Problèmes supplémentaires 1193

Annexe
1197
A.l Système de mesures impériales 1197
A.2 Conversion des poids el mesures 1198
A.3 Propriétés des profilés à charpente en acier laminé 1200

llste des symboles 1201


Tableaux et figures utiles 1205
Lexique anglals--françals 1208
Réponses aux problèmes 1210
Index 1223
Cinématique des particules

Les mouvements des IJOlsvéhiwles Illustrés som respe<;eivemenl caraC'lérlsés par


le WlCtBU/' position, le vecteur vitesse et le vecteur BQ;6Idration de cnaCUl1 de COlJx-cl,
AulTe mouvement Intél1l$SMl: le moéJwm1fHllreJslll cl"u(lIlét1lcule·j)8J rapport
Il un 8U1tft. Ce cllnpltre li poUl objet l'élude du mouwmoot OIJ la c'n4ml1tiqlJ6,

C p n
11.1 INTRODUCTION À LA DYNAMIQUE
Les chapitres 1à 10 portaient sur la statique, c'est-à-dire l'analyse des corps
au repos. Nous abordons maintenant l'étude de la dyllarnique, la partie de
la mécanique qui étudie les corps en mouvement.
L'étude de la statique remonte à l'Antiquité, mais Galilée (1564-1642)
a été le premier à contnbuer d'importante façon à l'étude Je la dynamique.
Ses expériences sur les corps uniformément accélérés Out conduit Newton
(1642-1727) à fonlluler ses lois fondamentales du mouvement.
La dynamique comprend :
1) la cinématique, qui est J'étude de la géométrie des mouvements. Elle
lie le déplacement, le vecteur vite 'se, le vecteur accélëranon et le
ten1ps, indépendamment des causes des mouvements.
2) la cinétique, qui est l'étude de la relation entre les forces agissant sur
un c.'Orps, la masse du (.'()rps et le mouvement du corps. Elle permet
de prédire le mouvement causé par des force données ou de déter-
miner les forces nécessaires pour produire un mouvement donné,
Les chapitres Il à 14 sont consacrés à la dyllo111ique des particules. Le
chapitre Il traite de la clnënuuique (les particules, Lutilisatiou du mot parti-
cules ne sigulle pas que nous limiterons notre étude aux corpu cules; elle
indique plutôt que, dam; ces premiers chapitres, nous considérerons le
mouvement de corps aussi volumineux que des voitures, des fusées ou des
avions sans tenir compte de leurs dimensions. En disant que nous assimi-
lerons les cOlps à de' particules. nous entendons que nous considérerons
seulement leur mouvement en bloc et que nous négligerons toute rotation
autour de leur propre centre de masse. Cependant, on ne peut pas toujours
négliger la rotation; et on ne pourra pas alors considérer les corps comme
des particules. Les derniers chapitres, qui traitent de dyl10nlique (les corps
rigides, analysent de tels mouvements.
Dans III première partie du chapitre ] l, nous analyserons le mouvement
rectiligne <l'une particule. c'est-à-dire que IlOUS déterminerons la position, la
vitesse et l'accélération d'une particule à chaque instant (le son mouvement
sur une droite. Nous étudierons d'abord Je mouvement d'une particule selon
des méthodes générales; puis, nous considérerons deux cas particuliers
Importants, à savoir le mouvement uniforme et le mouvement uniformément
accéléré d'une particule (sections 11.4et Il.5). À la section Il.6, nous consi-
dérerons le mouvement simultané de plusieurs particules et nous présen-
terons le concept du mouvement relatif d'une particule par rapport à une
autre. La première partie de ce chapitre se termine par une étude des
méthodes graphiques d'analyse et de leur application à ln résolution de divers
problèmes sur le mouvement rectiligne de particules (.sections 11.7 et II.8).
Dans la deuxième partie de ce chapitre, nous analyserons le mouvement
d'une particule sur une trajectoire courbe. La position, la vitesse et l'acc-élé-
ration d'une particule étant des grandeurs vectorielles, nous introduirons la
notion de la dérivée d'une fonction vectorielle à la section 11.10. Puis nous
considérerons les applications (lu mouvement d'une particule défini par les
composantes orthogonales de son vecteur vites se et de son vecteur accélé-
ration; IlOUSanalyserons alors le mouvement d'lill projectile (section 11.11).
A la section 11.12, nous considérerons le mouvement d'une particule par
rapport à un repère en translation. Finalement, nous analyserons le mou-
vement
, curviligne d'une particule selon des composantes non orthogooales.
A la section 11.13, nous introduirons les composantes tangentielle et nor-
male d'une vitesse et d'une accélération particulières et, à la section 11.14.
nous verrons les composantes radiale et transversale de ces mêmes vecteurs.

Copynght d ma nal
MOUVEMENT RECTIUGNE DE PARTICULES- Î l ,2 PoSlt,on vuesse el aC;i;"pferatlOO 585

11.2 POSITION, VlTESSE ET ACCÉLÉRATION


Le mouvement d'une particule sur une droite est appelé nlOUUClllent recti- 0 p
1 1 1 i 1 (1 1 1 1 1 • 1 1 1 1 •x
ligne. À tout moment donné t,la particule occupe une certaine position sur
la droite, Pour définir la position P de la particule, choisissons une origine ~ 1 ~I H
lm
fixe 0 sur la droite et un sens positif le long de la droite. Mesurons la (a)
distance r de 0 à P et notons-la avec un signe po ntif ou négatif, selon qu'on
atteint P à partir de 0 en se déplaçant sur la droite dans le sens positif ou P' 0
clans le sens négatif. La distance x. avec le signe approprié, définIt entière- III.I~I 111111 1 1 •
r
ment la position de la particule: elle est appelée cooulon liée (le posuio» de W 1
H
1 III
la particule considérée. La coordonnée de position d-e P de la figllTe Ll.Is.
(h)
Ilar exemple, est r = +5 rn , celle de P' de la ,figure u.is est "" = -2 rn. Figure 11.1
On connaît le mouvement d'une particule lorsqu'on connaît la coor-
donnée de position x à chaque instant t _ Le mouvement peut être décrit
par une équation en x et t telle que x = G~ - ll, ou sous la lorme d'une
courbe de x en fonction de 1. comme dans le cas représenté à la figure j 1.6
(voir p. 581). On exprime le plus souvent la coordonnée de position x en
mètres (rn) ou en millimètres (mm) selon le système d'unités SIL et celle de
temps t en secondes (s).
Considérons la position P de la particule à l'instant t et hl coordonnée x 1

correspondante (figure 11.2). Considérons aussi la position P' de la particule


à l'instant ultérieur t + tlJ. ; on obtient la coordonnée de position de P' en
01
(1) (1. ât)
ajoutant à la coordonnée x de P te petit déplacement A.t. Le déplacement tJ.x
Figure 11.2
est positif ou négatif selon que P' est à droite ou à gauche de P. Pur défini-
tion, la ouesse 11loyellriB de la particule durant l'intervalle (le temps 6t est le
rapport du déplacement Âx à l'intervalle {Je temps 6.t:

fil'
vitesse moyenne = ru

Dans le système d'unités SI, Ax s'exprime en mètres. 6.t en secondes, et la


vitesse moyenne en mètres par seconde (nus),
La oltesse instantanée v de la particule ù l'Instant i s'obtient à partir de
la vitesse 1l1oyen.ne en prenant des intervalles cl€:' temps ~t et des déplace-
ments àx de plus en plus petits:

Ax
vitesse instantanée = v = lirn _\
..).1-11 ut

La vitesse instantanée s'exprime aussi en mis. Remarquons que let limite (1"
quotient est égale, par définition, à la dérivée de x p<U" rapport tl t. Donc,

dx
v=- (11.1)
dt

La vitesse 0 est représentée par un nombre algébrique positif 011 nég<Ltif2, Si


la vitesse v est positive, r croît, c'est-à-dire que la particule se déplace dans

1. Voir hl secüon [,3.


it 'rel que pr'é,~enté 1\ ln section 11.9, la vitesse est en r(...wté une gnmdC'ur vectorielle, Tcutefots.
comme OOUS conadëroos ici 1.. monvement rectiligne d'une particule, dans Iequel la direcnon de
La vitesse dt' L. particule est connue et the, il IlQlLS slJITlt de spéctâer III direcuon et la gnmdcur
d la vnesse. ce 'lui se fuit en utilisnnt une quantitê scalaire cl le signe plus ou molas. Tout CèII1
est \'l"ai aussi pour 1'M'C'élérntionde la particu)c animée d'un mouvement rcctihguc.

Copynght d ma nal
586 CII'lemlll;qoe des ~"Hllcules le sens positif (figure Il.3a) : si la vitesse li est négative. x décroît, c'est-à-dire
que la particule se déplace dans le sens négatif (figure Il.3b). La grandeur
de [)est appelée vitesse absolue de la particule.
p ['>0 Considérons la vitesse li de la particule à l'instant t et sa vitesse li + àv
• à l'instant ultérieur t + dt (Ilgure 1J .4). Par définition. l'accélération
1
x II1Qyel11le de la particule durant l'intervalle de ternps 6.t est le rclpport de av
(0 )
à 6t:
41<0
• ~c
accélération movenne = At
' 1
r
(b)
FIgure 11.3
Dans le système d'unltés SI, do s'exprime en m/s, ru en secondes, et l'necé-
lération moyenne en mls2.
-
Laccélération instantanée a de la particule à j'instant l s'obtient à partir
de l'accélération moyenne en prenant des valeurs de dl et de do de plus en
P P• plus petites :
t-
L

r- 1; '" Dol

do
(I)
Flgure 11.4
(t + At) accélération instantanée = a = ~t-O
lim Â
t

L'accélération instantanée s'exprime en rn/s2• La limite du quotient. qui est


par déflnition la dérivée de li par rappc)rt à t, donne le-taux (le variation de
la vitesse. On a

di:
a=- (11.2)
(It

En remplaçant 1) selon l'équation Il.1, on obtient

(11.3)

L'accélération a est représentée par un nombre algébrique positif ou néga-


tif3. Si l'accélération a est positive. la vitesse (le nombre algébrique v) croit.
Cela signiAe (lue hl particule se déplace plus rapidement dans le sens positif
(ûgure 11.5<1) ou plus lentement daJ1Sle sens négatif (figure Il.5b); dans les
deux cas, 6.0 est positive. Si l'accélération (1 est négative. la vitesse dnninue:
dOIlC, la particule se déplace plus lentement dans le sens positif (figure Il.Sc)
ou plus rapidement dans le sens négatif (figure 11.5(1).

1 t ,
pl p·1 ~ --;1
x
~ ~
u>o (J>O
(a) (b>

,. l
,
1•

pl •

P'I •
1'·1 ~

~
x
..0<0_.~
iI<O
(c) (dl
Rgure 11.5

3. Votr la Ilote au blL~de 1..1page' 585.

Copynght d ma nal
Si la grandeur de li diminue, l'accélération est parfois appelée dëcë-
lëraiion ; dans ce cas, ta particule se déplace plus lentement. Par exemple, la
particule correspondant à la figure 11.5 décélère aux parties h et c et
accélère (c'est-à-dire se déplace plus rapidement) aux parties a et (1.
On obtient une autre expression de l'accélération en éliminant la diffé-
rentielle ,11 dans [es équations 11.1 et 11.2. La THise en facteur de dt dans
l'équation l I.I donne dt = dxi». Le remplacement de dt dans l'équation 11.2
par cette expression donne


a=t- (11.4)
(lx

Exemple. Considérons une particule se déplaçant sur une droite. Supposons XlIII)
qUE"SU position est définie par l'équation

x = 6f1- - ('3

où t est en secondes et-x en mètres. On ohrient la vitf'S5e v à tout instant t en dérivant


x par rapport à. t , soit:

dx ..
1) =- = 12t - 3t-
(il

Pour obtenir l'accélération a, dérivons de nouveau par rapport il t. Nous obtenons J2

dv t Cs)
(J = -:;;; 12 - St
dt -12

-24
La flgu..rc 11.6 l'('pl'(-~f'ntC' la coordonnée de position, la vitesse pl l'accélération en
Iouction de 1. Ces courbes sont appelées courbes (le InOIlt'tJltU~/lt. Soulignons et'pell- -36 -----------
dant que la particule ne se déplace sur aucune d'elles, mais sur une droite. Comme
Ia dérivée d'une fonction est égalt: à la pente de la courbe corre sspomlanto, 1(1pente Il(uvs!)

cie la courbe x-t est à tout instant égale à la valeur de u fi l'et instant et lu pente de
la courbe 1)-( est egale à hl valeur de (1. Puisque (1 = ()h ( :;;;2 s, la pente d(" ln courbe .2 4 6
v-t doi! être nulle à ( = 2 s car Lavitesse passe par un maximum à cet instant. De
même, puisque v = 0 o.l
= 0 ct à ( = 4 s. la tangente à la courbe x-! doie être hort- , (s)
zontale pour ces deux valeurs de t. -12

elon les trois courbes de mouvement représentées à la figure" 11.6, If' ITIO\.)-
veillent de la particule de t = 0 à t = 'XI œuiprend quatre phases : Figure 11.6

1. À l'origine, x = O.la vitesse <le la particule est nulle Illah Sou accélérution et
positive. Sous cette accélération. la particule acquiert une vitesse positive et
se déplace dans )1' sens positil. De f = =
0 à , 25, toutes les gl'and('ul's x, t) et
a sont posili\ l'S.

2.• t... t = 2 s, l'accélération est nulle et la vitesse passe par UH maximum. De


t = 2 s ft t :;;;4 s. v e-st positive, mais (/ est 11~gati\'f'. La parnell!" SI"déplace"
encore dans le sens positif. mais de plus en plus lentement: ~·1Il'd('1.·élèrt~.

~l, À, = 4 s, la vlt(·SSC est nulle ct la coordennéc de position X p~st par un


maximum. Après cela, ti et a sont négatives; la particule accélère et se
déplace dans Il' sens n~gatirà une vitesse croissante .

4. A t revient au point de départ et sa coordonnée x est nulle,
= 6 s, la particule
tandis que la distance totale parcou.rue depuis Il' COlllJ11CI1C('IHCllt du 1110ll-
vernant est de 64 m. Pour les valeurs de t supérieures à 6 s, toutes les
grandeurs:r, 0 ct (l seront négntives. La particule continue il se déplacer dans
le S('IlS négatif et s'éloigne de plus en plus vite de O.

Copynghted matenal
588 Clr~r:-'atlqul! de!! par 1culUf> 11.3 DÉTERMINATION OU MOUVEMENT D'UNE PARTICULE
Selon la section précédente, on connaît le mouvement d'une particule si 011
connaît la position de cette particule à tout instant t. Dans lu pratique toute-
fois. un mouvement est rarement dé.Ani par une relation entre x et t. Les
conditions du mouvement sont le plus souvent spécifiées par le type
d'accélération de Laparticule. Par exemple, un corps en chute libre aura une
accélération constante, (lirigée vers le bas et égalp à g = 9. l mls2. Une masse
attachée à un ressort tendu aura une accélérauon proportionnelle à l'alleu-
gernent instantané du ressort mesuré à partir de la position d'équilibre ; etc.
EH général, l'accélération d'une particule est Lille fonction <J'au moins une
des variables x, li et t: La déterrnination de la coordonnée Je position x en
fonction <le t nécessitera donc deux intégrations uccessives.

Considérons les trois classes de mouvement les plus communes suivantes :

L. a =j(t). L'accélération est (lIte [onction de t. En isolant d» dans


l'équation 11.2 et en remplaçant a par fit), nous obtenons

do == a di
dt) == fit) clt

En intégrant chaque membre, nous obtenons l'équation

J do =- Jfit) dt
qui définit 0 en fonction de t. Remarquons toutefois que l'intégration
introduit une constante arbitraire parce que de nombreux lUOUVe-
ments différents correspondent à l'accélération donnée a = fit).
Pour définir de façon unique le mouvement de la particule. il faut
spécifier les conditions initiales du mouvement. c'est-à-dire la vitesse
Va et la coordonnée de position x.o à t = O. Remplaçons le! intégrale
indéfinies par des intégrales d(JfiniefJ' à bornes Îl1férieures corres-
pondant aux conditions initiales t = 0 et '1) = tic) et à bornes supé-
rieures correspondant à t == t et à !} = o. Nous obtenons

fI} (Iv == ft fit) dt


L'f, 0

t) - (;41 = ft fit) dt
e

qui donne en fonction de t.


Isolons maintenant d..r. dans "équation 11.1. soit

dx = 0 dt

et remplaçons D par l'expression que nous venons juste d'obtenir,


Il suffit alors d'intégrer les cleux membres, le premier par rapport à
x de x = Xo il x = x, et le deuxième pêlf rapport à t de t == 0 fi t == f.
Ainsi, I~coordonnée de position x est une fonction de t et le Ill0UVe-
ment est complètement déterminé,
Nous détaillerons davantage deux. cas particuliers importants aux
sections 11.4 et 11.5: celui dans lequel a = 0, correspondant au mou-
aCt/tellt u/tifonlle, et celui dans lequel a = une constante, correspon-
dant au nlou.œment ullifomW1rent accéléré.

Copynghted ma nal
2. a =f(x). L'ol:CélérofJon C8t IUle fon{,.-tlon (le. x_ Rérlrr<.mgeons l'équation Il.lI 11.3 Dlll&rmll\QIIOn du tnOu\lM1ent 589
d'une panICule
et remplaçons a pu):'fix) pour obtenir
(.)do = 0 dx
u do = f(x) dx

ou pouvons intégrer cette équation. puisque chaque membre ne


contient qu'une variable. EJ1 notant de nouveau la vtte f' initiale 0 °
et hl coordonnée de 1>0ition initiale x{), nous obtenons

fC1 {) dl) = IX ft.«) d:


"<t - :(0

!02 - lva = L f(x)


T

(lx
X(I

ClllÏ, donne t} en fonction de x. Isolons dt duns l'équation Il.1. NOlis


obtenons

dx
dt=-
D

et remplaçons D par l'exprès ion: que nou venons ju 'te d'obtenir.


r_;intégraôol) cl deux membres denn la relation désirée entre x et i.
Cependant, chin hl plupart des cos, j'intégratioll nnalytique est ilop(x...
sibl ~ et Û fitlltlnl alors J intégrer numériquement.

3. a = fi!'). IJ'flccéT~(r(ltiQI1est une fOllction de ,~ous pouvon J'11:\h1-


tenant rernplac or fi par fiv) dans l'équation 11.2 ou l'équation 11.-{
et ain ~ obtenlr une cl rels tion uivantes :

cio du
j(v) = dt ftu) = '0 di
j do _1. v cIo
(ft ... f(o) as == .flu)

t:intégroliol\ de la première érllk'ltiou donnera une relation entre 1.)


et t , l'iJltégrati.o'l} de la deuziëme ëquaaon donnera une relation
entre v et x. L:Htilis~tionde r'une de ces telatiol1$ oonjoillt~r'lC~t)tuvee
l'équatïon 1].1 donnera ln relaëon entre ret t qui caractérn e le 1l1()1l-
vement ,Ip. hl particule.

Copynghted matena
.
PROBLEME
,
RESOLU PR-11.1

La position d'une particule se déplaçant sur une droite èS1: définie par la relation
" :;; 13 - 6t2 - 15t + 40, où r est exprimé en mètres et t en secondes. Déterminez :
Cl} l'instant auquel la vitesse sera nulle :
1)) la position de la particule et la distsnœ parcourue par elle à cet in.stant;
c) l'accélération de la particule à cet instant;
d) la di tance parcourue par la particule de l = 4 s à 1 = G s.

SOLUTION

x(rn) Les équations du mouvemeut sont


1
;r = {l - &2 - 15( + 40 (1)
40 1 (lx .,
1
1
v = di = 3(....- 12f - 15 (2)
1
1+5 dv
a=-=6t-12 (3) :
0 1 1 (s) tif
1
1 (1) 1"!llallt aurlncl t' :: O. On pose li !::= 0 dans l'équation 2 pour obtenir
1
1 Jtl - 12t - [5 e 0 1 =- -1 s el 1 = f- ,'j .\ ~
1
1
-_._---- Seule la racine t = +5 s correspond au temps ultérieur À celui du début du mouve-
-50 1 ment; pour t < 5 s, v < 0, la parrtcule se déplace dans le sens négatif; pour' > 5 s,
1
1 v > 0, elle se déplace dans le sens positif.
1
1 Il) Po ..ili()I\ el di.,tan\·(· l,):lt"C()unl~ lorsque l' = U. Dans l'équation J. OTl
o{mI~) 1
1 remplace 1 par +5 s. Ou Il
1
1 X:; = (5)3 - 6(5):: - 15(5) + 40 .\~ = ()O lH ~
1

, -
.f.. 1 = 0, la position inltiale ét.aît:ro = +4() m. Comme 1) '* 0 durant l'intervalle 1 =0
0 +5 t (SI) at = o s. on a
1
1 c:lli..tance parcourue = :1::\ - Xo = -60 m - 40 rn = -100 m
,
1
dU,I.Hl(;' 1).11 '011111('- 11)0 III d.lH 1 ~ Il~ Il,~~.Ihr· ~
1
1 c) ,\(,,(·t~lt'ratio"lor",.ue r = (). Dans l't')'l,ttttion 3, on rernplaee f plU' +5~.
1 1
1 J Ona
1 1 ,
a (lllls2) 1 1 OIS ;; 6(5) - 12 fi , - l'; Il s- ~
1 1
1
___L___
1 (1) Distance ptu'C'()urue de t = '!o:" = 6 <i. La particule S~déplace dans Je
18
1
Sl:IlS négatif d • t Q 4 s à 1 = e> s et dans le S<-I)S positif de t => 5 s à , = 6 s ; on calcule
donc séparément la distance p'd.rcourue durant chacun de ces Intervalles de tenlps.
0 LIs)
Oc ( = 4 s ù t = 5 s : :.\'5 = - 60 m
%4 = (4)3 - 6(4)2 - 15{4) + 40 = -52 III
Distance parcourue;;;;: .tG - X., "" -60 nl - (-52 Ill) = -8 III
= 8 m dans le sens négatif
De f = 5 s à t = 6 s : Xs = -60 m
:1:6 ;;;;: (6)3 - 6(6)2 - 15(6) + 40 = -50 rn
Distance parcourue = X6 - ;[5 = -50 m - (-60 m) = + 10 m
= 10 m dans le sens positif
l.u tliüanc« (oln/.· ])(11'11111111 de t = 4 s ~, = 6$ est de 8 m + 10 m - 1" III

590
PROBLÈME RÉSOLU PR-11.2

D'une fenêtre située à 20 rn au-dessus du sol, on lance une balle avec une vitesse dt'
10 nvs ve rticalement vers le haut. Sachant que l'accélération Of' la balle est
constante et égale à 9,81 mis'!- vers le bas, calculez:
a) la vitesse l'et là hauteur Ij de la balle au-dessus du sol à tout Instant l ;
'1) la hauteur maxirnale de la balle et la valeur correspondante de 1;
c) l'instant auquel 1.1 balle heurte le sol et la vites,se correspondante.
Tracez les courbes v = fit) et!J = ftt).

SOLUTION

a) Vitesse et hauteur, Ou choisit t'axe y de mesure dt' la coordonnée de


position (la hauteur) de sorte que son origiOt'l 0 soit Sur If' sol et que son sens positif
soit orienté vers le haut. L'accélération et les valeurs initiales respecth'es de u et de y
sont indiquées sur la ngUf't·, En remplaçant a par rio/dt et ('0 notant ([Il 'à 1 ;:; 0,
1)0 = + 10 ln/S. on obtient

dt: .,
'10 = +201'1'1 -=(1= -981In/s-
dt '
[ dv=-lt9,Sldt
l',,-IU U

[v]~(1 = - [9,SI1 lh
u- 10 = -9.8Ie
n{rn 1..)
10 q~11 (1)
10
On remplace c pa,r (l'llrll et en sachant que, à 1 ;:; O.'1u = 20 Ill, on obnent

:3,25 t (5)
~ = li = 10 - 9. J t
J
(It
J
J
J
J [
(I.,=W
l/Y = i' (10 - 9.81t) dt
()
-"" ...2. ---------
Courbe \it~\P,telnp~ II = fil))
[y J~,= llOt - -I,905tj11l)

!I - 2{) = 101 - 4.905t2


!I - 211 + lUI .:j. lJ(J:}f- • (2)

Il) Huuteur' maximale, À la hauteur maximale de la balte, v ;:::O. On p011f'


cette valeur dans l'équation 1 pour obtenir
10 - 9,81t ~ () 1 - 1.011-1, ....
y (Ill)
Ensuite, 00 porte cette valeur dans 1'~f1llalion 2 pOlir obtenir
y = 20 + 10(1,019) - 4.005(1.019)t\ y = 2'5,1 III

• Là bnll« hcurtl' 1(· ~()1. Lorsque la hallf' heurte le sol, on a!J = 0, On portf'
2.'5,1
,"
::;-~ t"! ____
~

'"'
c}
cette valeur d,UIS 1'(~.ilJatioli 2, On obtlr-nt
20 •
( :our! h'
\\
20 + 101 - 4.90sf =0 t=-I.243li ~t
:.J
\j
III I~Ltlvil-It'IUp~ ,
'" Seule la racine t = +3,28 s correspond à un instant ultérieur à celui du début du
Il - Ji t
1 7T mouvement. En portant cette valeur de t dans "équation L. on a
1
0 1.019 3.21l t (sJ c = LO - 9.81t3,28) = -22,2nlls l = ~.2 Ill" i ....

591
PROBLÈME RÉSOLU PR-11.3

IJC mëcantsmc de froin.ag , utilisé pour amortir le recul de œrtains types de canons
;;:.!foL consiste essentiellement en un piston attaché au canon et se déplaçant clans un
1:' " C) Lindre rue rempli d'huile. Lorsque le canon recule à une vitesse inltiale Co, le

.. J 1"""
,:JIoJ
piston se déplace et COTee J'hune à traverser les ortflces. obligeant If"piston ct le
canon ù décélérer il un taux proportionnel à leur vite.sse; autrement dit, a = -ka .
Exprimez:
a) v en fonction de t;
b) X eu fonction de t ;
c) 1) en fonction de .r,
Tracez les courbes de mouvement correspondantes,

SOLUTION

a) c en fonction de t, En remplaçant a par -kv dans la formule fondamen-


tale de définition d€' l'accélérauon, (J = (lu/d" on obuem
do
-k .. ::;;
-
dt
do
- == -k di
[;
"f -do = -k i' lit
li) 0

l -- l- I~, 41

o b} r en fonction de t. En remplaçant 0 par dxid: dans l'expresston ci-dessus,


t
on a
x
,1
t

k
------------- [ dx = VI)
o
if e
t)
kt (Ir

:.:= -~[e-kt][, = -2.2.(e-kt - 1)


k k
_ 1" 1 .,
\ --:-1. - 1
1 k
r
e} v en (onctiun dl: }C, On n.."nplacl.' (1 par -kv dans l' 'gttlité (1 - 1) cIo/cu
['u ponr obtenir
(/1)
-kv = ur-:--
ch.-
tlo = -k lb.:

[ (It>:= +k [ (lx
1" ~

1) - 00 = =kx , _. " - "r ...


Vérification. On aurait pu résoudre la partie C' en élïrnlnant 1 dans les
répouses obtenues 1.'1.1 (J et b. Cette méthode permet de vGriller la réponse. Oc ().
on obtient e k1 = vIvo. En portant cette valeur dans la. réponse de b. on obtient

,Vo (
X = -L'O (I - l' -"') =- J - -v ) t> = Vi) - Jo: (vériÎlé)
k k 1)0

592
P.~.~-~-.,r""'''''':''·.:;~'''I,'','''', r, " - , ':', , . ':'''' ~~14.

.~~_.
';'~;."'
; .' R E CAP 1T U LAT ION ", .' ..
•.•• '

.
, . . .
. .

.
,..
'.0
--
.... : S,,EC T ION S 1 1 . 1 À 1 1 . 3·,:'
.. liI'·_'~, ....
)I,.~ _. _ .__ . - .... -_. III. -_ _
.

Dans ces sections, on a vu comment calculer la position, la vitesse ou l'accélération d'une


particule arumée d'un mOltvement rectiligne. En lisant l'énoncé d'un problème, on doit
être capable d'identifier la variable indépendante (t ou x) et la variable dépendante ou
recherchée (par exemple, v en fonction de x). On commence en écrivant les informations
données et un énoncé simple des grandeurs cherchées.

'. :,., connainsant .'1:(1 J. Comme nous l'avons expliqué il la


t! ('f '{(' (III)
section 11.2, la première dérivée et la deuxième dérivée de x par rapport à t sont res-
pectivement égales à la vitesse et à J'accélération de la particule (équations Il.1 et Il.2).
Si la vitesse et l'accélération sont de signe contraire, la particule peut s'arrêter puis se
déplacer clans le sens opposé (PR-ll.1). Donc, pour calculer la distance totale parcourue
par une particule, ou doit d'abord déterminer si la particule s'arrêtera durant l'intervalle
de temps spécifié. La construction d'un dtagramme semblable à celui du problème résolu
PR-II.] qui 111011tre la position et la vitesse <le la particule à chaque instant critique
(v = I)tll.ll.-':' 0 = 0, etc.) aidera à visualiser le mouvement .

•1 1 il 1 (1 ,1,' x! 1) cunnuiseunt
avons discuté la résolution des CI( 1 J. NOlIS
problèmes de ce genre dans la première partie de la section Il.3. Nous avons utilisé les
conditions initiales t = 0 et v = Vo comme bomes inférieures des intégrales en t et v, mais
nous aurions pu utiliser tout autre état C.'OflJ11J (par exemple t = fI, t; = UL)' Par ailleurs, Si
la fonction donnée a(t) contient une constante inconnue (par exemple. la constante k si
a = kt), on doit commencer par calculer cette constante en portant u.11 ensemble de valeurs
connues de t et de a dans l'équation définissant o(t) .

.. 1'
,J(, xtt ) ('(JllnO;RNflnl ,,(-'"J. C'est le deuxième cas considéré à la
f rlll'i
section Il,3. Remarquons que les bornes inférieures d'intégration peuvent être n'importe
quel état connu (par exemple, x = XI> 0 = Vi)' De plus, puisque o = VrllM lorsque a = 0,
les positions auxquelles les vitesses sont maximales (ou minimales) sc calculent facilement
en posant a(l') = 0 ct cn isolant x.

, ./,' (l" ,.(r) cl de ",(1) COIIUll;I{Stlll' ,,(t'), C'est le demter cas traité il la
,: ,i\ "

section Il.3. Le problème résolu PR-ll.3 illustre les méthodes de résolution des pro-
blèmes de ce genre. Tous les commentaires généraux des cas précédents s'appliquent ici
aussi. On reillarque que le problème résolu PR-ll.3 résume comment et quand utiliser
les équations D = dot/cft, (J = dv/clt et a = 1) dvldx.

593

Copynghted ma nal
11.1 Le mouvement d'une particule est défini par la fonction
x = -1/4 - 6/3 + 2l - 1. dans laquelle x est eu mètres et t en secondes. Calculez la
position, la vitesse et J'accélération de la particule à 1 = 2 s.

11.2 Le mouvement d'une particule est défllli par la fOUCtiOLL


x = 3t"' + 413 - 7[1-- St + 8, dans laquelle .r est en millimètres et f en secondes.
CaJclllf~ la position. la vitesse ct l'accélération de la particule à t = 3 s.

11.3 Le mouveme-nt d'une particule est déflnl pt\r la Ioucdou


x = 612 - 8 + 40 cos 7TI. où x est eu mètres et t en secondes. Calculez la position, la
vitesse et l'aecélérahon à 1 = 6 s.

11.4 Le mouvement d'une particule est défini ~r la fonction


;t
x = 3 - ~f! - 30f + 8, où :'(est en mètres et 1 en secondes. Calculez If' temps. la
position et l'accélération lorsque o = O.

11.5 Le mouvement d'une particule est d6f1JlJ par la fOHCUOt!


x = 61"- 213 - 12,z + li + 3, dans laquelle x est en mètres et f en secondes.
Calculez le temps. la position et la vitesse lorsque (1 = o.

11.6 Le mouvement d'une particule est défini par la fonction


x = 3t.3 - 6.12 - 12r + 5. dans laquelle x e t eu mètres et t en secondes. Calculez:
fi) l'instant auquel la vitesse est nulle;
b] la positlon. l'aceélératiou t'lia distante totale parL"()urue à t "'" 4 s.

11.7 Le IlIOUVCnll'lIt d'un ' parueuh- c:.t dCflnl par la fonction


x "'" (3 - 9f1 + Mt - , dans laquelle x est en mètres el t en secondes. Calcule«.
li J l'instant auquel la \ uessc est nulle;
11) la position et la distance totale parcourue lorsque l'accélération est nulle.

11.8 Le mouvement d'une particule est détuli pM ta Iouctlou


x = t:l - 61! - 36t - 40. dans laquelle x est en mètres et t en secondes. Calculez:
a} l'instant auquel la vitesse est nulle ,
b) la vitesse, l'accélératiou et la distance totale parcourue lorsque x = 0,

11.9 Laecélération d'unf' [l,micule est définie par a = 6 nvs2. Suclrant I.{ue
x = -32 ln lorsque' := 0 et I.{uev = -6 m/s lorsque t = 2. s. calculez la vitesse. la
position et la distance totale parcounlE' à t ;:; 5 s,

11.10 Laecélératiou Ù·uue particuje est directement proportionnelJe au


telnps t. À t = 0, la vitesse de la particule est l' =0 16 nl/s. achant que 1) = 15 nvs
et que x ~ 20 ln à ( = L S, calculez la vitesse, la position et la distanc totale
parcourue ~ , = i s.

11.11 Laccélération d'une 'particule est définie pat' la relation (1 = A - 6l!,


dans laquelle A est une constante. A 1 = O. 13ptuticuJe démarre Il x = ru 3\'eC C = O.
Sachant qu'à t = l s, 0 = 30 mis, déterminez:
(.I) les Instants auxquels la vitesse est nulle:
fI) la distance totale parcourue par la particule à 1 = 5 s.
594

Copynghted ma nal
11.12
L'accélération d'une particule est directenwnt propordonnelle nu carré Ploblèmes 595
du temps t. t '= 0, ltl particule l~l :c = Mm. achant qu'à 1 ;; 65, X ::: 9ô 01 ct
o = l mis. exprimez x 4."1 0 en fonction de t.

11.13 De t - 2 s ~ , ... LO • l'nccéljSration d'file particule est ÎIl\f'r ement


propo rtiouue Il , au cube du lèlnp> 1. Àl ~ 25. ti ~ -15 fn!set.~1t= lOs, (j = 0,36 na/s.
Sechant qll'à t - 2 ~ la p<trticulc t'SI deus fois plu, éloignée de l'origint' qll'à 1 = 10 s,
calculez:
a) la posilton <1,(' la particule li t = 2 et R' ;;;; 10 :
b) la distanee totale parcourue ptil' la particule de 1 -- 2 s à t = 10 s.

11,14 l:at:célGration d'une particule est définie par la relation a = -' I1l1s2.
lichant que x ;;;;20 m , t = " S et que x = 4 1111 Lorsque t) = 16 mis. calculez:
a) l'Instanr uU<J'h:l la v.itcsse est lIu11 ;
b) la vitesse et la distance totale I)afœurue lt t "" 11 s.

11,15 Uno particule oscille entre les points x t3 40 mm et x lGO U)II1 aV(~C
CI

une accélération tt ... k( iO() - x}. dans lac]lJclle k est one constante. La vitesse de lu
ptuûetùe est de 1 rnnvs lorsque x - 100 rnrn et es1 nulle (;J!J8J1dx ,.. 40 mrn et
:r = 160 mm. Calculez :
a) III valeur de k,
b} la vitesse lorsque 1" ..: L20 mm.

11,16 Une particule part du rcpo à l'origine avec HOC accélératton


a :0:kI(x + 4}2. dans laquelle CI est en mis l, x eu mètres, el k est uue constautc.
achant que la vitesse de la particule (lm de- 4 mis lorsqu x;;;; Ill, ealculez:
a) ln, leur de k;
b) la position ÙL' ta particule lorsque tj = "",5 nlls:
c) la vitesse masirnnle de ta particule.

11.17 Laceélération d'une particule est défUlie par la relation 0 = 6r - l·l,


dans laquelle II est en n"~ et x en mètres, Sachant que v "'"" mis lorsque x ... 0,
calcul a. :
a) la valeur maximale de x;
b) la vitesse tic la particule quand elle aura parcourll une distance ()truc'
de I nt,

11.18Une pnrtl(!It! ' part du repos à x ::;:;I met aecélëre de telle façon fille la
gtatldeur {le sn vitess .. double entre x = 2 met J: = . rn. Sachant que l'accélération
de III parttcnle t"5t d~nfljl!pllT "équntion (1 = k[x - ( . x)J. calculez les constantes
et k t la vitesse <le la particule est de 29 tnls lorsque l' "" 16 m.

11.19 l;nccvlvmUC)TId'Iille po.rticule est définie par la (OtlCtiOIl(J = I.() - p ').


dans laquelle k est une constante. Sachant que la vitesse de la particule e t
1) "" ':"6 mis lorsque x = - 210 et que lia particule arrive nu repos au point d'origine,

calculez:
a) la \ aleu r de k ;
h) ln vitesse de la particule lcrsque r = - [ m.

11.20 ,·lon dr-sobservation expérunentale .I'aœélératiou d'une parbcule est


déllnle par l'équation zr = -(0.1 + sin r./b), dans laquelle (1 est en Intr pt l' en mètres,
3ch3nl que I.J = O,~ ln <lI (lUt' 1) :: 1 ;11/'11 IllfStIUe;i "'" O. c. lculea:
a) lavitesse de la particule lorsque ;c = -1 ru;
b} J'a. po,~jriollde la pllrtlrule lorsque la \1tesse est mn.X'lmu.lc;
c} ta vitesse rnadmale.

11.21 Partant de! = 0 avec; une vitesse initiale nulle, une particule r€'~()itune
aooéléJ'ation (f - 0,. V fT + ~~9. dOQS'laquelle a se en nl/s2 et tl en IlVS, Cnlcu h"l.:
a) ta POSiti()1l de lUl?articule lorsq_ne t) e :U mis;
b) la vites'~e {le lu particule lorsque ,'( ~ 40 m.

Copynghted matena
11.22 L'accélération d'une particule est définie par la relanon o ;:: -kv;,.
dans laquelle k est une constante. Sachant q\lt' x = 0 et v = 1 1l1/S à r = 0 ct que
o = 36 11115 lorsque x = 18 m, calculez:
u) la vitesse de la particule lorsque x = 2.0 m ;
b) l'instant auquel la particule est' au repos.

11,23 Laccéléraëon d'une particule est définie par la relation a = -kv2•S•


dans laquelle k est (me constante, La particule part de x = 0 avec une vitesse de
16 11115. Lorsque x = 6 m, la vitesse observée est de 4 rn/s. Calculez:
a) la vitesse de la particule lorsque x = 5 ln;
b] l'instant auquel la vitesse de la particule est de 9 m/s,

11.24 À t = 0, une particule part de x = 0 avec une vitesso Vtl et une accé-
lération définie par l'espression a :;:: -5/(200 - 0), dans laquelle (1 est en mI~ et
li en mis, Sachant que 0 = 0,,1500 à t :;::2 ,calcul~:
(1! la vitesse initiale de la particule;
b) le temps mis par la particule pour arriver au repos i
c J la posiüon lorsque la vitesse est de l rn/s.

11.25 L'accélération d'une particule est définie par la relation (l = O,4( 1 - kv).
dans laquelle k: est une constante, Sachant que, à t = O. la particule part du repos à
x = 4 ln et que, à t ",. 15 s, u = <1 ulis, calculez:
a] la constante k;
b) la position de la particule lorsque 0 = 6 mis;
c la vitesse rnaximale de ln particule.

11.26 De la position x = 0, une particule est projetée vers la droite avec UI1f"
vitesse initiale de 9 nvs. Laccélération de la particule est dëûnte par la relation
a = -0.6: ~, dans laquelle a est Cil nvsz et v en UVS, Calculez:
0) la distance parcourue par la particule IOI"SCjue sa vitesse est de 4 mis ~
b) l'instan t auquel o = l mis;
c} le temps nécessaire à la particlIlf.' polir parcourir une distance de 6 rn,

11.27 Selon des observations. lu vitesse d'un coureur à pied peut être décrite
par la relation u = 12( 1 - O,02,sxf,3, dans laquelle 1) est en Ion/h et x en kilomètres.
Sachant que x ::: 0 à r 0, calculez.
!::l

a) la distance parcourue après 1 heure,


Il) l'accélération du coureur en rnlr à t = 0;
c} le temps nécessaire ou coureur pour parcourir 61011.
FIgure P1'.27
11,28 Selon des données expérimentales, Lavitesse de l'air émis par la partie
aval d'un évent d'allmentanon à claire-voie est dénnit' par la relanon :: O,ISvolx,
dans laquelle v est en IrlIS et x en mètres, et [Joest la vitesse d'écoulement initiale de
l'air. POUT Vo = 3,6 mis, calculez:
d) J'accélération de J'air à :f ",. 2 m ,
b) le tefl1ps 0,15 par l'air pour se déplacer de x = 1 ln à x = 3 m.

FIgure Pl t .28

Copynghted matenal
11,29 Laccélérntion due à 10 ~l"avitaëon terrestre à une hauteur 1) au-dessus 597
de la surface terrestre est donnée par l'expression
-9,81
a = [J -'- (1)16,3ï X 1()6) J:! PCf PCf
0" a est en 1l1ls~('1 1) en À l'aidr- dl' cette expre sion, calculez la hauteur
111 ètres. 1
1
1
1
atteinte par un projectile lancé vertiealeurent vers le haut à partir de là surface de la 1 1
1
Terre i Il' ne {' iniualc Col de : 1
1
1
550 1I1Is; 1 '1
(1 ) 1
1 1 r
Il) 900 rn/s : 1 1
c} 1 1 1ro mis. 1 1
1 1

11.30 Luce..élérutiun dut· à la ~ra\; ...dion terrestre Ù'II11P particule tombant


vers la Terre est a = -(!.Jr~lr2,où r est la distance à partir du centre de ln Terre à la
particule, Relit le m) on de ln Terre ct fI. est l'accélération duc à la gravitation -
terrestre ù la surface dt' la Terre, Sachant {lue R ~ 6370 lm" calculez III vitesse de
libération de ln particule, c'est-à-dire III 'vitesse minlmale à laquelle il faut la projeter
verticnlement vers le: haut fi partir de la surface terrestre puur fjU 'elle nt' revienne Figure P11.29 Figure P11,30
plus sur 1"Terrr-. SUpp05<'1, (Ille v = 0 pour r = oc,

11.31 La vitesse d'une particule est v "" co[ 1 - in (mIT,]. Sachant 'lue cette
particule purt Ù<' l'OrigiHt> <I\'t."C une vite 'se initiale t'o, calculez :
fi) Il position cl son accélération à , = 3T;
b) S,1 vitesse rnovenne
, durant l'Intervalle t = 0 li t = T.

11.32 La vitesse d'un glissC'ur est dénnif' par la relation L' = l" sin (w"l + </»,
En désignant p.Jr t:u la vitesse du glisseur et par Xu la position du gli.sst>ur ù 1 = 0, et
sachant qllE' lE'déplac<'1l1f'nt maomal du glisseur est 2x1h démontrez que':
Il J (J' = (rd + x~w..~)/2r()wfl;

/,) la \;1(' c est 1l1ll..\ltnalt.' lorsque x = xo[3 - (lo/xow,,):l]/2.

11.4 MOUVEMENT RECTILIGNE UNIFORME


Ce type de mouvement rectiligne est fréquent dan!' les applicanons pra·
tiques, Dans te mouvement. l'accélération a d'une particule est nulle à tout
instant t. Ln vitesse v est donc constante et l'équation 11,1 devient

(Ix
- = 0 = constante
(It

La coordonnée de position x 'obtient par intégration de cette équation, En


notant XC) la valeur initiale de x, nous obtenons

LX dx = v [ di
.rll 0

,\' - Xu = .:i

(11.5)

On utilise cette équation .culcmont si la citessc (le la particule e 1 COll tante.


.. .. .. ..
598 Cinémalique des parbculas 11.5 MOUVEMENT RECTIUGNE UNIFORMEMENT ACCELERE
Ce type de mouvement est commun lui aussi. Dans ce mouvement,
l'accélération a de la particule est constante et l'équation 11.2 devient
do
- = a = constante
(ff
La vitesse 0 de la particule s'obtient par intégration de cette équation. soit

J e
do =a il cil
t.~) 0

0- Vo = at

( Il.6)

Dans celte équation. 00 est la vitesse initiale. En remplaçant v dans l'équa-


tion Il.1 par le deuxième membre de l'équation Il.6, on écrit
dx
cit = u(J + ai
En (lésignant par Xo la valeur initiale de x et par intégr.ltion. on obtient

LX (lx::
rrl
l'
0
(00 + at) ds

x - x() = Got + -;tar2


(ll.7)

Nous pouvons aussi utiliser l'équation 11.4 et écrire


(lu
v- = 0 = constante
dx
v do = fi cLt
L'intégration, des deux membres donne

[ v do = a L"f (Ix
Cu >r41

~(t;2 - (5) = (I(X - x())

(Il.8)

Dès qu'on remplace (1. Do et Xo par les valeurs appropriées. les trois
équations ombrées ci-dessus fournissent des relations utiles entre la coor-
donnée de position, la vitesse et le temps dans le cas d'un mouvement
uniformément accéléré. Il faut d'abord définir l'origine 0 sur l'axe (les x et
choisir UJI sens positif sur l'axe; ce sens servira ~tdéterminer les signes de a.
DO et x(). L'équation Il.6 lie v et t et sera ut.ilL
s ée pour calculer la vitesse 0 à
un instant t donné, ou inversement. Léquation Il.1 lie x et 1 ; l'équation 11.
lie 0 et x. Le mouvement d'un corps en chute Libre est un cas important du
mouvement uniformément accéléré, L'accélération d'un ('Orps en chute
libre (habituellement désignée par g) est égale à 9. 1 In/S2•
Rappelons que ces trois équations ne peuvent être utilisées que si l'accë-
lération de la particule est constante. Si l'accélération de la particule varie.
son mouvement sera déterminé par les équations fondamentales 11.1 à 11.4
et selon les méthodes exposées à la section Il.3.

Copynght d ma nal
11.6 MOUVEMENT DE PLUSIEURS PARTICULES 11 Cl t..~01JIISm8nlcIe plusieurs parlJC'JI~ 599
Si plusieurs particules se déplacent indépendamment sur la même ligne. on
écrit les équations indépendantes du mouvement de chaque particule. Si
c'est possible, on mesure tous LestenlpS à plirtir du même instant initia! ()Our
toutes les particules et tous le' dépluceme-uts 11partir de la même origine et
dans le même sens. Autrement dit. on ne devrait utiliser qU'Ul1 chronomètre
et qu'un mètre ruban.

Mouvement relatif de deux particules. Considérons deux particules o B


A et B se déplaçant sur la même droite (figure 11.7). ï le coordonnées de
position x,\ et Xa sont mesurées à partir (Je la In~n1Porigine, 1" tllFférence -'~-~I/t \__j
''("B - Xr\ définit la coordonnée (le 110s100" relative de B pnr rapport à A et est
1--- 1/1---1
Flgure 11.7
désignée par XBIA' Donc,

ou (11.9)

Quelles qllC soient la posinon de A et la position de B peU' rapport à lorigine,


si le signe de X/J/A est positif. B est à droite de f\ et, si le sigtle est négatif. B est
il gauche de ~\.
Le t..l1IX (If' variation de X81.\ est appelé vitl''''''/! relatioe de B ])Of rappon
à A et est désigné par 0BI.\' La dé.rivée des ~CJ:uations 11.9 donne

ou (Il.10)

Un sih'Tle posittf signifie que. ou cie ~\, lJ se rléphu .-e daus le s('>ns positif: un
signe négatif signifie (lue B se déplace (lans le sens né~êttif.
Le taux (le variation (Je VB/~\ est appelé (/ccélératioll relatit;(1 de B par
rapport li A et est désigné par (/B/.'\' La dérivée des équations Il.10 donne

ou (11.11)

Tl est à noter que le produit des indices A et B/I-\ utilisés dans le deuxième
membre des équations Il.9. ] 1.10 et Il.11 est É'gaJ~ l'indice B utilisé dans
le premier membre,

Mouvements dépendants. La position d'une particule dépend


parfois de la position d'une autre particule ou (lé plusieurs autres particules.
Dans ce cas. les mouvements sont dits dépendant. . Par exemple, la position
du bloc B de la figure 11.8 dépend de La position du bloc A. La longueur , \

de la corde ACDEFC étant constante et la longueur de chaque portion de


corde CD et EF enroulée sur les poulies demeurant constante. la somme des
longueurs des segments AC, DE et f~G est constante. Remarquons que la
longueur du segment AC diffère de x.o\ par une constante ct que, de la même
façon, la longueur c1f' chaque segment DE et I-~Gcliffère de sn pitr une
constante. Donc,
x~\+ ~\'8 = constante
Flgu.re 11.8
Comme nous pouvons seulement choi ir arbitrairement une des deux coor-
données X.-\ et XB, Je système représenté il hl 6b'tITe 11. H lin clegré (le liberté.
La relation entre les coordonnées (le position l'A et.\'8 montre que. si .rA
S'UL'Cf()Ît de .6..1:.\. c'est-à-dire si l~ liloc A descenù <le~" , la coordonnée .l'8
s'accroit de Â.rH = - ~AxA' Autrement clit, le bloc B montera de la moitié de
"abajssenlent du bloc A; cela e vérifie facilement à partir ùe la figHJ"€ 11.8.

Copynghted matenal
Dans le cas des trois blocs représentés lila figure Il.9, on peut observer
de nouveau que la IO'ngueur de la ecrde qui passe sur les poulies est ecnstanre.
Donc. les ceordonnées de l)osition des: trois blocs doivenl satisfaire à la.
relation SI:Jfvrulte:

2.\A + 2x,8 + Xc "'" constante


\ \

1 Puisque f1C)US pouvons dloisir ttroitrairemel'lt deux eoerdonnées. le système


représenté à la figure 11.9 a cku."C {Jegri$ de liberté.
Si ta relation entre les coordcnaées de position de plusieurs particules
est linéaire, la reladon entre les vitesses et la relation entre les accélérations
des partteules sont linéaires elles aussi. Par. esemple, dans le cas ,les blocs de
la figure 11.9, ri. nous dérivons deux fois l'équation obtenue, il en résulte

dt + 2d.1:'J
n d.'tA
iW dt + d:tc
clt
= ,0 ou
()
....OA + 2vn + Oc; :::
0
:Figure 11.9

nd'D,;.\
z;""""'::';:_ + 2 ,loB + dvc 0
6. ' ou 20.1\ + 2as + Oc = 0
-dt di dt

Copyrighted material
PROBLÈME RÉSOLU PR-l1.4

Du niveau 12 m d'une cage d'ascenseur. on lance une halle verticalement vers li!
haut avec une vitesse initiale de 18 mis. Au même instant, un ascenseur 1't cicl ouvert
atteint le niveau 5 111 et lit' déplace "ers le haut à une vitesse constante de 2 11115,
Calculez, :
a} à quel in.s tant et à quelle hauteur la balle heurtera l'ascenseur:
b) la vitesse relative Je la balle I>ar rapport à l'ascenseur il ccl instant.

SOLUTION

~1o\l"em~nt (le 1:\ balle. La balle ayunt une accélération constante, son
1 t mouvement est On place l'oligint'' 0 de l'axe des '.J au niveau
tlrlf[onIlKI1Uf'1J1 fl(r.!it?I"!.
du sol et 00 considère le sens positif vers le haut. Alors, la position initiale est
Yo = + 12 Ill. la vitesse initiale est L'o = + l nv ct l'accélération ('st ft = -9.151 nllSl.
On porte ces valeurs dans les équations du mouvement uniformément accéléré. IJ
en découle
VIJ = u + nf Vn "" 18 - 9.S1! (1)

!J/J = 12 + 1& - 4,,90SF (2)

~I()uvt'nt\'nt (1(· J'~('C~"t.·UI"Lascenseur ayant une vll~ss(' con tante, son


o
mouvement est Itllifor'l11c. En plaçant de nouveau l'origine a au 11ÎVf'aU du sol et en
prenant le sens positif ver- le haut, OH rcnlarquc que Yo "" +5 Ill, d'où
VA = +2 m/s (3.)

!JA = 'Ju + t>A.( 'lA = 5 + 2t (4)

1=t La balle heurte J'ascenseur. 00 renlurque d'abord que le même telllpS 1 et


la 111(-me origjn(' 0 001 été- ulilisés dans l'ôcriturc des équation du 1110tlVCIlICnl de
la balle et de l'ascenseur, Selon la figure, lorsque hl balle heurte l'ascenseur;

'lA = IjlJ (5)


t 0 Dans J'équation 5. on remplace IjA et IjB selon les équations" et 2, d'où
Ij,,-'5nl
5 + 21 = 12 + 1& - 4.,905r
t = -0,39 S et 1 = 3,65 ~ -4

Seule la racine t = 3.65 s correspond à un instant ap~ le commeucornent du


mouvement. On polie cette valeur dan s l'équatton 4 pour obtenir

!lA = 5 + 2(3,65) = J2,30 ln


l lauteur au-dessus du sol '" 12.30 III
1111 La vitesse relative d~la balle par rapport à l'ascenseur est
lill/" = vn - VA ee (18 - 9,81/) - 2 = 16 - 9.S1t

Lorsque la balle heurte l'ascenseur à l'instant t = 3,65 s, (ln a


VOlA = J6 - 9.1:l1(3.6.5) t Ii'.\ = -t9.SI tn/s ~
Lé signe flégatif Indique que. vue de· l'usL"C.'II!>...-ur, III baU" SL' déplaCe: duns 1....~èllS
négatif (vers le bas),

601
PROBLÈME RÉSOLU PR-11.5
E
Un manchon A et un bloc B sont reliés par un câble passant sur Lestrois poulies C.
D er E (voir figure). Les poultes Cet E sont mes,
tandis que la poulie D est attachée
à un manchon qui est tiré vers le bas à une vitesse constante de 75 mrn/s. Au temps
t "'" O. le manchon A commence à sc déplacer vers le bas à partir de la position K.
900 mm
avec une accélération constante et sans vitesse initiale. Sachant que la vitesse du
manchon A est de 300 mm/s lorsqu'il franchit le point L. calculez la variation de
hauteur.Ia vitesse et l'accélération du bloc B quand le manchon A franchit le palot L.

SOLUTION
o
, 1
• 1 Mouvement du mnnchon A, On place l'origine 0 à ln surface horizontale
• 1
, 1
supérieure et ou choisit le SéIlS vers le bas comme sens posiuf. On remarque que. à
l'Instant t = ü.Ie manchon A est à la position K et que { I,)Q = (J. Or UA = 300 mmls
\ " K+-- et x" - (Xi\)o = 200 11lITl lorsque le manchon passe par L. Donc,
200 mm u~ = (VA)~ + 2a ....[x" - (x.-\)nl (300)2 "'" 0 .... 2{tA(200)
a,.. = 2.25 mml!!

L Pour calculer l'in stan 1 auquelle manchon r\ atteint le point L. on a successivement

1
1 1
1 1
il" \= :3CJO [nmls 300 = 0 + 225t , ;;;;;1,333 s
1
~I()uyt!meot de la pculle [J. Le sens positif étant vers le bas, On a
(/v ;;;;;0 Vu = 75 rnrn/s Xl) = (Xt)o + upi = (XI))CI + 751
Lorsque Je manchon i\ atteint L, à 1 = 1,333 s. on a
XI) = (x,,)o + 15(1,333) = {.1:,,)o + 100
1 iJ
Donc, x" - (x,,)o = 100 alun

Mouvement du bloc B, IJ est à remarquer que la loùgueur totale du câble


ACDEB Ile diJThre de la quantité (.t....+ 2xD + ..l'a) que d'une constante. Ln longueur
rlu c!,h1p ~t:-.nt constante durant le mouvement, certc quauttté doit elle aussi
demeurer constante. Donc, aux instants t ;;;;;0 et t ;;;;;1.333 s. on peut écrire
..l'A + 2x" + XIJ = (x,,)o + 2(x,,)o + {xoJo (1)
[..l'A - (:tA)O} + 2[x" - (x,,)o] + [Xli - (XI1)o] = 0 (2,)
c
Or x"' - (XA)O "" 200 0\11} et x" - (xv}o = 100 mm, on porte ces valeurs dans
l'équation 2 pour obtenir
200 + 2( LOO) + [XB - (x/l)ol = 0 In - (X8)(I = -400 111rn
Donc, \.ui.ilion dl' liante-ur dt· B = tno IllHI l
En dérivant dC'tL'I:
fois l'équation 1. on obtient les équations reliant les vitesses et les
tiens de A. B et D. Eu remplaçant les vitesses ct les seeélérauons de A et
accélén....
de D par leurs \ leurs à t = 1,333 s, on li
liA + 20" + 1)8 = 0: 3()() + 2(75} + OB :::: 0

f)>> == -450 mnvs

.fIA + 20" + (/11 = 0: 29.5 + 2(0) + 08 = 0


a8 = -225 mm/si! fi,. - Z2.5 111111 ,'!. Î

602
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
608 CII"emallqlie des panicules 11.46 Ou place d~lL~blocs A et H sur lin plan Incliné (voir figurE' J. À 1 ,.. 0, on
proj{'ttr 1\ vors le haut du plan, la VilCSSl' lnitralc dt, 9 Il''!> et l~part du ît!pos. Les
blocs SI! croisent l s plus tard. et 8 atteint If' bas du plan à t = 3.4 5. Sachant que
la distance maximale parcolu-ue par le bloc A à partïr du bas du plan {'st ete 7 Ill, et
que l'ueeélérution de A et celle de 8 (dues il: la gravitation el au frottement) sont
constantes et orientées vers le bas du plan. "lllcHI(>~:
a) l'accélération de A et celle de B:
b) 1 a distance ri ~
c) la vitesse de A lorsque les blocs se croisent.

(r..I~1 9 '!Ys
,
.\

Figure P11.46

11.47 Le bloc coulissant A se déplace vers la gauche à une vitesse constante


cl e 6 rn/s. Déterm inez:
a) III vitesse du bloc B:
b] la vitesse di" la partie D du câhle ,
1)
c) lu vitesse relaU\'l' de lu partie C du câble par rapport à la parti!" D.

11.48 Le bloc B part du repos et descend avec une accélération constante.


Sachant qu'aprè~ avotr parcouru -l00 mm le bloc A a attoint LIlle vitesse de .{ in/s,
détcrnuuez :
a) l'accélération de A
(.("1If'd(· 8;
l't
h) la vitesse et lu vunation de position de B après 2 s.

11.49 Un bloc: B descend à UDf' vitesse constante de 0.6 nl/s. Déterminez.:


a) la \ iles~f' dl! bloc A;
b} la vitesse du bloc C;
c] la vitesse cl," ln part if' D rlu c.:iihlt';
Figure Pl1.47 - Pll.48 (1) la vitf!~!i('rt>làH\'l' dt· III partit· D el.. cUbl(· pur rapport au LIIK B.

l J
1
!
• (.::.
115
l'>,
VI (

~ D
,...---
\
_fi

R.
...

Figure P11.49 - P11.SQ

11.50 Le bloc C; démarre du repos et descend avec une aocélératton constante.


Après 12 s. la vitesse rlu hl oc ,\ l'si dt' O.S m/s. Détermlncz .
CI) l'accëlératiou dt' .1\. celle Je B et celle dl" C;
h) la vitesse et la variation cie position du bloc 8 a[lri's S

C p n
11.51 Un manchon f\ démarre du rE'pO!i et 111011tt' avec UI1(' accélération Problemos 609
constante. Sachant qu'après ~ s la vit{'ssC' rclatlvc du manehou B par rapport au
manchon A est de 0,6 mis, déterminez:
li) l'accélérauon de A et celle de B;
IJ) la vitesse et la variation de position de 13 après 6 s.

11.52 Dans la position illustré " lin manchon B descend tt la \'it.t ise de 0,3 uvs.
Déterminez ;
u) ln vitesse du manchon A;
c
h) la viles-se de la partie C du cible;
c) la vitesse relative dt' lu partie C du câhlr- par mppol1 :111manchon B,

11.53 Le bloc coulissant B se déplace vers la droite à une \~tf'S$("constante de


300 mm/s. Détennînez :
a) la vitesse du bloc coulissant A ~
b) la vitesse de la partie C du câble :
c] la vitesse de la partie D <ill câble :
d} la vitesse relative de la partie C du câble par rapport au bloc coulissant A,

-
,
, ~
C
-
l"~ 1)

t\ t FIgure P11.51 - Pll.52


D _E
."

Figure P11.53 • P11.54

11.54 À l'instant illuS1n'\ Il' bloc coulissaut 8 Sl' tléplacl' ;tVt'c Hill' t1(Jcl~lératioll
constante et sa vitesse est de 150 mm/s. Sachant que, lorsque le bloc coulissant A
s'est dé-placé de 240 min VCTS ln droite, sa vitesse était dl" 60 111111/1', détr-rmlnez ;
«) l'accélération de A et celle de B;
b) l'accélération de ln partie' D du cftblC';
c) la vitesse et la variation de position du bloc B après -i s.

11,55 Le bloc B descend à une vitesse constant!' de 20 mm/s.


A l'instant t = O. le bloc A monte uvee une uceélérution constante c
et sa vitesse est de 30 mm/s. Sachant qUf', à i = 3 s, If' bloc ooulis-
sant C s'est déplacé de 57 mm "crs la ùroite, d('h..·rlilirll~(':
Il) la vitesse du bloc: coulissant L' à 1 = ();
b) l'accélération de A et celle de C;
e) la van ario n de rosi lion <1" hloc A après 15s.

11.56 1Â,' bloc B dpmarr<" du r<"pos, I~ hloc,...\ sC'd~placC' A.\'("C


une accélération coustante elle bloc coulissant C se cJ~phll't>vers la
droite avec une accélération constante de 15 1l1n'llr. Sachant f[1IC',à
t "'" 2 s, la vitesse de 8 est de 480 rUilais vers le bas et celle de C; t'st Figure Pl1.55 - Pl1.56
de 280 uun/s vers la drolte, ùé term Înc."Z:
If) l'accélérauon de A el celle de B:
1)) la vitesse initiale de ,-\ el celle dt" C ;
(.) la variation de p<lsition <lu bloc coulissant C après :3 s.
610 1 nmallq.> des pa IlCOlEs 11.57 Le manchon 1'\ démarre du repos à. t = 0 et descend avec une aceélé-
ration constante de 7 1I111l1':.-2. Le muuehou B monte uvee une aceélératîon constante
pt sn vitesse initiale est de B mm/s. Sachant Clltt' If' manchon B parcourt 20 Ulm entre
1 = 0 et t = 2 s. déterminez:
CI) l'accélération du manchon 8 et celle du bloc C;
", l'hl,'Ilanl auquel la Vitl'SSC d'LI bloc Cf' 1 nulle;
c} la distance parcourut> par le bloc C :\ cet instant.

Figure P11.S7 - P11.58

11.58 Les manchons A et B partent du repos . Le manchon A monte avec une


accélérarion de 3 f2 mmlr. Sachant que le manchon B descend avec une acoélémncn
constante et (I"e sa vitesse est de rnm/s après un déplacement de 32 mm, calculez:
Il) l'accélératlon du bloc C;
Il) kt. distance part:oul1Jc' par Je bloc C ULL bout <il' 3 ~.

11.59 Le système Illustré prut d.. repos et chaque composant se déplace


avec une uccélération constante. Si l'accélératioo relative dl! bloc C par rapport au
manchon B est de 60 mmJs2 vers le haur et que l'accélération relative du bIC)(;D par
rapport au bloc i\ est de 110 IOmlS2 vers le bas, calculez:
fi) la vitesse du bloc C au bout de 3 s ;
.-\ 1)) la variation de position du bloc 0 au bout dé 5 S•

B 11.60 Le sy:,tèlllEl représenté part du repos pt la longueur clf' la corde


supérieure est réglée de manière llue A, H et C soient i.rùtialement au même niveau.
Chaque ('UIUPOSaut st> déplace 6\'(:>C UIIl' aceêlératiou coustante tt. après 2 s. lu
variation relative de la position du bloc C par rdpport au bloc 1''\ est de 200 mm vers
I~ haut. achain que. lorsque' la vitesse relative du manchon 8 par rapport au bloc A
est de 0 mmls vers le bas, Je déplacement de A est de 160 mm vers le bas et celui
<[c' B de 320 mm vers le bn • détermtnex:
fi) l'accélération de A et celle de 8 si > lO nllrlls~;
fl8
1,} lu variation dl' position du bloc 0 lorsque la vitesse du bloc C est de
Figure P11.59 - P11.60 600 mrn/s vers le haut.

-11.7 RÉSOLUTION GRAPHIQUE DES PROBLÈMES


SUR LE MOUVEMENT RECTILIGNE
NOliS avons ob servé Ala section 11,2 que les formules fondamentales
dx d
r;:;;;; - et 0:;;;;-
(If dt
ont une siguiftcuti()11 g~olltétric[ue. La première [annulé exprime '-lue la
vitesse est kt tout instant ~ga]e à la pente de la courbe x-t'au même instant
(figure 11.l()). La deuxième Iormul e rprime que J'accélération est égaie il.
la pente de la courbe o-t, C~Sdeux propriétés permettent de déterminer
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
622 C.n&maliquè Cfes patliculèS vecteur ri s'obtient par l'addition des vecteurs r et llr selon la règle du trian-
Ij gle. Remarquons que Iir représente une variation de la direction et une
variation de la grandeur du vecteur position r. Par définition, la vitesse
1}10yell'/le de la particule durant l'Intervalle de temps III est égale au quotient
de ~ et !::J, Or dl" est un vecteur et dt un scalaire; donc, le quottent dr/ru
est un vecteur lié à P, de même direction que L\.r et (Je grandeur égale à la
gr.tnclellr de Ar divisée par dt (f1gtlre Il.1411).
La vitesse instantanée de la particule à l'instant t s'obtient en choisissant
r des intervalles de tenlpS 6t de plus en plus petits donnant des accrois-
scments âr correspondants de plus en plus petits eLLX aussi. Donc, la vitesse
instantanée est représentée par le vecteur
(h)
.:::
v
.6.r
v = lim (1J .14)
M-O dt

Lorsque .6.t et ~ deviennent de plus en plus petits, les points P et ,P'


deviennent de plus en plus proches. À la limite, le vecteur v obtenu doit
donc être Ulllgent à la trajectoire de lu particule (figure J 1.14<-).
Pujsrfue le vecteur position r dépend du telnps t ; nous pouvons (lire
Po
qu'il est une [on ction »ectorielle de la variable scalaire t et le désigner par r(t) ,
En étendant la notion de dérivée d'une fonction scalaire présentée dans le
(cl calcul différentiel et intégral élémentaire, nous appellerons la limite du quo-
tient ô,r/Ilt la clérlt,,'ée <le la fonction vectorielle r(t). D'où
Flgura 11.14

~, v'
(1J.15)

La grUl1Jellr v du vecteur v est appelée oiiesse absolue de la particule.


On l'obtient en remplaçant le vecteur âr dans la formule 11.1·1 par L1.gran-
deur de ce vecteur représentée par le se~nent rectiligne PP'. Cependant, la
longuetLr du seglnellt PP' tend vers la longueur ÂY de l'arc pp' lorsque Ôt
décroît (Ilgure 11.14a). Donc,

PP' 60s
v = lim = lim - (11.16)
~I Il t:J ÂL-Cl 6..1

La vitesse scalaire v s'obtient donc en dérivant par rapport à t la longueur s


x ele l'arc décrit par la particule,
Considérons maintenant le vecteur vitesse v de ta particule à l'instant t
et son vecteur vitesse v' à l'instant ultérieur t + Ilt (figure 11.150). Traçons
(a)
• les deux vecteurs \i et v' à partir de 1..1 même origine 0' (figure Il.15b). Le
fJ
vecteur 6v joignant Q et Q' représente la variation <lu vecteur vitesse de la
particule dUC'.U1t l'intervall de temps ru. puisque le vecteur ,,' est égal à la
somme des vecteurs v et dv. Remarquons que ~v représente une variation
de la direction (lu vecteur vitesse et une variation de la vitesse scalaire. Par
définition. le vecteur accélération Illoyetltle de la particule durant l'intervalle
de temps ru est égal au quotient de .6.vet ât. Or âv est un vecteur, el di un
Q scalaire; donc, le quotient ~,,/Iltest un vecteur de même sens c{ue .6.".
Le vecteur accélération instantané« de la particule à l'instant t s'obtient
en choisissant des valeurs de !li et de dv de plus en plus petites. Donc, le
vecteur accélération instantanée s'écrit
Av
x'
Il = ,lt.-o
lim ,,\
u.t
(J 1.17)

Le vecteur vitesse v étant une fonction vectorielle v(t) du temps t, nous


(hl POU\10llS appeler la limite (lu quotient ûv/At la dérivée de v par mpport
Figure 11.15 à t. D'où

Copynght d ma nal
',1 10 DeTT'ises C€S 'oocbà"s ',eclu,,!:! les 623
cl"
a=- (11.1 )
(II !J'
Remarquons flut' le vecteur accélération a est langent à la courbe
décrite par l'extrémité Q (lu vecteur v lorsque celui-ci est tracé à partir
d'une origille flxt-l 0' (Rgure J 1.15e) t't (1"(>, en g(slIéral, le vecteur aecélé-
ration a ,,'est 1)as tàJlgent à hl trajectoire ÙE' la particule (figure 11.15cl). La
courbe décrite par l'extrémité de v (fi~'Ure 11.15c) est appelée Iro(/(lgrll}J/,e
du mouvement. Q

11.10 DÉRrVÉES DES FONCTIONS VECTORIELLES

A la section précédente, nous avons vu <{U'CIl) peut représenter le vecteur


x'
vitesse v d'une particule animée d'un mouvement curviligne IJtlr la dérivée
de la fonction vectorielle 1'(1) carartérisant 1...position tlt> ('~ttpparticule. De
même, on peut représenter le vecteur accélération a JE' la particule p<lr la -. le)
dérivée de la foncti.on vectorielle v(f). Dans cette section. nous définirons
formellement h., dérivée d'une fonction vectorielle et: établirons quelques 1)
règles gouvernant la dérivation de sommes et de produits de fonctions
vectorielles.
Soit P(u) une fonction \'t"<:toliellf" cle la \'<lriahle scalairp Il. JI filtlt entendre r: .t,,·~tnlfl'
par là (lue le scalaire Il définit entièrement la grandellr et la direction du
vecteur P. Si le vecteur Pet tracé depui .I'origtne fixe 0 et que le scalaire [1
peut varier; l'extrémité de P décrira une courbe dans l'e-spac-e. Considérons
les vecteurs P correspondant respectivement aux vuleu rs (1 Pt Il + ~II de la
variable scalaire (figure 11.1(/). Appelons âP le vecteur j()ignant les
extrémités el es deux vecteurs donnés. Donc,

M> = P(" T 6.11) - P(u)


x

dP
-- (d)
--
du Figure 11.15

Agure 11.16
-
• ,b)

Divisons J~$cl us: membres de çette équatton pêU' 6[1 et faisons tendre Âu
vers 7..éro. Par (lpnnit-ion, la (l1:rll)((C (le 1(1 !01lc;ti(}'1 cectorirlle P('l) est

dP = lirn AP = lim P(II + ÂU) - P(u) (11.19)


(fil ..lJ,_1I ilu .l,,_() du

Lorsque .!lu tend vers zéro, la ligne d'action de 6P devient tangente il la


courbe représentée à la fi~,re Il. 16(/, Donc, la (lprivée (/P/(I" (le la fonction
vectorielle P(u) est If/Ilgelllc' li /(1 (;(IUrl)(1 décrite })(lr l'ex: rétlJlté (/.1' P(II)
(figure Il.16b),

Copynghted ma rial
624 Cinématique des pa'ucUJ<9s Les règles habituelles de dérivation de sommes ct de produits des fone-
ti(>IISscalaires s'appliquent aux fonctions vectorielles. Considérons cl'abord
la somme (Le (]()Il," ftJI1CtUJtlS vectorielles P(u) et Q(lJ) (le la même variable
scalaire u. Selon la tl~finitioll donnée Ù l'équation 11.19, la dérivée du
vec-teur P + Q est

d(P + Q) = lirn d(P + Q) = iim (~ + AQ)


(lu À,,_U Â1J ~J_() Ô.', !\U

OU~ puisque la limite d'u ne somme est égale à la somme des limites de ses
termes,
d(P + Q) __ lim 6.P + lim 6.Q
et du ~u-() /lu ~u_() /lu

(I(P + QI dP (IQ
__;_-__..:~= + -"- (11.20)
,lu (III d'J

Considérons maintenant le produit d'une [oncüon scalaire j{u) et d'une


[one: ion ceaoriclle P(u) de la même variable scalaire Il. La dérivée du vec-
teuJ'!P est

difP) __ Iim Cf + Jlf)(P + ÂP) - iP = Lin, (.M. P +f Ill)


du ..hi .....(J /lu Àu-O LUt 6.u

()U, eu se souvenant <les propri~té$ cJe la limite de sommes et (le produits,

clifP) = d( p + dP (11.21)
(lu (Ill f (fu
La dérivée du produit scalaire et celle du produit vectoriel de deux fonction
vectorielles P(Lt) et Q(u) s'obtiennent (Je la même façon.

dtP . Q) == dp . Q + P' c/Q (11.22)


tlu (lu ri"
d(P x Qt = (IP x Q + Px (/Q (11.23.1)
tlu du du

Les propriétés de déterminer les ronlpo-


établies ci-dessus permettent
santes orthogpnales ciela (léri~'ée d'une jonction vectorielle P(Lt). La décom-
position de P en ses composantes sur les axes orthogonaux fixes x. y et ;;
donne
(11.24)
OÙ Pr, P et P:;; sont les composantes scalaires rectangulaires du vecteur P. et
i, jet k Yesvecteurs unitaires correspondant respectivement aux axes x, Ij et .:
(section 2.12). Selon l'équation 11.20, la dérivée de P est égale il la somme
des dértvées des termes du deuxième membre. Chacun cie ces terrnes étant
le produit {J'un scalaire et d'une fonction vectorielle, utilisons l'équation I 1.21.
Cependant, les vecteurs unitaires i, jet k ont une gr..tndeur constante (égale
à 1) el des directions flxes, Leurs dérivées SOllL donc nulles. Alors,

.+ ar.-k
dP (.IPx riJ"t
_- i+ (11.25)
(lu (/~I du J (lu

-1. Le produit vectoriel n'étant pas commutatif (section 3...(l. il faut coaserver J'ordre de.~fa('tpurs
dlUl~l'équati()I\ Il.23.

Copynghted ma nal
Remarquons {lue les coefficients des vecteurs unitaires sont, l>ar dé finition , 1 1 1- Corl1~"'~lInlCSI(:ClJOt! ,Iflores 625
(tes. '1ect'l~rs \'1'~5e et a'"'Csl~aliOl1
les cornposantës scalaires du vecteur clP/du_ DOJlc.lc.~CO'IL1)OSaTlt~8C(JI(Ji,.e~
rf'ctaTlgllloires (le la rlfl-tT;(:e dP/(]tl (](' 10 JoncHo" vectorielle P(lI) s'obtie-n-
Dent en dérivant les composantes scalaires correspondantes de P.
Taux de variation d'un vecteur. Si le vecteur P est une fOIlCtiC)11 1.111
temps t', sa dérivée (IP/rit représente le taux (le cariatiou (le P par J"'c:lpportau
repère Ox:y::.. La décomposition (le P en composantes rectangulaires est,
selon l'équation 11.25,
dP (IP;r. (Jp'J. ar,
dt - dl J + (Jt j + dt k
En utilisant des points pour indiquer la dérivation par rapport à t, on obtient

,
(11.25') '1.

Comme nous le verrons il la section 15.10, le taux de variation d'un y


vecteur vu à partir d'tin ssjstèmc d'axes ou repère en 'liouvelnellt est, en
général, différent de son taux de variation vu d'un repère fixe. Toutefois, si le
x'
repère en mouvement Qlx'y':::;' se translate, c'est-à-dire si ses axes demeurent
parallèles aux axes correspondants du repère Bxe OXI):' (ngure 11.17), les
mêmes vecteurs unitaires i, j et k sont utilisés dans I(;!scieux repères et le 1:

vecteur P a à tout instant les mêmes composantes px. Py et Pz dans les deux
repères. Donc, selon l'équation 11.25', le UllLX de variation lie P est le même
T)aTrapport aux repères OXI}::' et O'x'y':::;'. Donc, le taux de cariation (J'un •

vecteur est le 11lê111C par rapport à un repère ft'Cc ou par rapport à tllL repère Figure 11.17
en translation. Cette propriété nous simplifiera gJëU1CIf':11'1E'nt la tâche pllisclue
nous traiterons pnndpalernent de repères en translation.
!J
v
~

11.11 COMPOSANTES RECTANGULAIRES DES VECTEURS /


------71
/ // 1
VITESSE ET ACCÉLÉRATION /
---v
r:P
1 1
1

Si .1<1
position d'une particule Pest définie à tout instant pal' ses coordonnées
\' ..l ______t
/
orthogonales x, !I et z, la décomposition des vecteurs vitesse v et accélération ...Y'1 /
a en composantes rectangulaires d vient très pratique (figure 11.18). .
Décompo ons le vecteur po. ilion r de la particule en composantes ortho- 91
1 1
gonales, U en découle
r = xi + !/J + z.k
:t
(11.26) 1

où les coordonnée
on obtient
x.1} et z sont des fonctions de t. En dérivant cieux fois,
/
..
• 40)

fla,
y
dr ~.+'1J
"+'k Z
V=-a;=A.1 (J 1_27)
f-
/
:~'1 I
1 1
1 1 1
a= dv =fl+YJ+i:
• .. k (11_28) 1 1 J
dt 1 t
1 1

01" x, y, .:; et _t, ij, z


représentent respectivement la première dérivée et la
1
1
P ..,
deuxième dérivée de X, lJ et z I)fit rapport à t. Selon les équations Il.27 et 11.28, ::---y/

les composantes scalaires respectives des vecteurs vitesse et accélération sont J


vx = i- li!! =- 1} V-:_ = ;;• (11.29)
_ lJ
(Il.30) 1
(/y = !J (.1.

- ..

Si o, est positif. la composante vectorielle "A est orientée vers la droite ; s'il
Cb)
est négatif, la composante vectorielle est orientée vers la gallcht'. Le sens de -

chaque autre composante vectorielle se détermine égalernenl à partir du Figure 11.18

Copynght d ma nal
626 1 ~ " "1 • I~ ", t .,., r : r, signe de la composante scalaire correspondante, On peut aussi déduire la
grandeur et la direction des vecteurs vitesse et accélération de leurs colnpo-
santes scalaires selon les méthodes vues aux sections 2.7 et 2,12,
L'utilisation des composantes rectangulaires pOUTdécrire la position, la
vitesse et l'accélération (l'une particule est particulièrement efficace lorsque
la composante tl.r du vecteur accélération dépend seulement de t, de x et/ou
de oz, et lorsque, de même, olJ dépend seulement de t, de y et/ou de Dy, et
0: de t,t: et/ou de v~. Alors, les équations l l .30 et 11.29 s'intègrent iudépen-
d..unment. Autrement dit, on peut considérer éparéinent le déplacement de
la particule dans le sens des r, dans Je sens des y et dans le sens des z.
Dans le cas du rn,OIlDcnlcllt (l'lin projectile, par exemple. on constate
(section 12.5) que les composantes du vecteur accélération sont

(1, =X=0 -=z= 0


(1.

si l'otllléglige la résistance de l'air. Désignons pwx(h Ijll et z.,les coordonnées


d'un canon et par (o~)o, (0 )'1 et (0=)0 les composantes du vecteur vitesse
initiale Vo du projectile (un boulet), et intégrons deux fois par rapport à t, Il
en découle

= t "" (u )u
li.\ .1 Vy= rj = (vy)o - gt = z = «(j~)o
I)~

X = Xu + (O.l'}ot y = yu + (u.,)uf - 2 g t2 ,;= ~J + (0:)4.t


I-----.r ---...J
Si le projectile est lancé duns le plan XI) à partir de l'engin 0, Xi) = Yo
ta) Mcuvement d'un projootile = Zo = 0 pt (1)::)0 = O. et les équation du mouvement se réduisent à

1)", = (liK)c1 r.:y = (vy}(I - g t 1)- =0


-;:=0
X = (v~)ut Y = (Dy)ul - t g~
Ces équations montrent C]lle le projectile reste dans le plan .t:y, que son
1110UVement dans la direction horizontale est uniforme et tlue son mouve-
ment dans la direction verticale est uruformément accéléré. Ou peut donc
remplacer le mouvement d'un projectile par deux mouvements rectillgnes
indépendants (l'J'on peut làcilelnent représenter si 1'011Supp{)se que le pro-
y jeetile est lancé verticalement avec lin vecteur vitesse initiale (01/)0 à partir
d'une plate-forme se déplaçant avec un vecteur vitesse horizontale cons-
Y, " tante (Vl')o (ûgur 11.19). La coordonnée x du projectile est ég~ùe à tout
instant à la distance parcourue par la piate-forme , sa coordonnée y se cru-
cule comme si le projectile se déplaçait sur une verticale.
Remarquons (l"f' les équations définissant les coordonnées x et y (l'un
projectile à tout instant sont les équation paramétriques d'une parabole, La
(b) ~fouV'6meuts rectilignes éqnivelents
FIgUT8 11.19 trajectoire d'un projectile est donc paraùoliqt,e, Ce résultat ne tient plus
lorsqu'on prend en considérution la résistance de l'air ou la variation de
l'accélération clue à la gravitation en fonction de la hauteur.

11.12 MOUVEMENT PAR RAPPORT


À UN REPÈRE EN TRANSLATION
Dans la section précédente, nous avons déerit le mouvement d'une particule
ù l'aide d'un seul repère. Dans la plupart (les cas, ce repère était lié à la Terre
et considéré comme fixe, Analvsons , maintenant les situations dans 1e5-
quelles il est C01l11l10de d'utiliser simultanément plusieurs repères, Si un des
repères est li~ à la Terre, nous l'appellerons repère fixE' et appellerons les
autres ropi'lrf>s mobiles. li faut toutefois hien comprendre que le choix d'un
repère fixe pst purement arhitraire. On peut prendre n'importe quel repère
comme repère « fixe .. ; alors, tous les autre. repères (lui ne lui sont pa.'i liés
rigidement seront dits ,. mobiles ».

Copynght d ma nal
Considérons deux particules 1'\ et B se déplaçant dans j'espace 11 12 "'{)uvemenl pax rappo<! 627
a un repère en traneiaüon
(figure 11.20) : les vecteurs rA et r8 définissent leurs positions à tout instant
par rapport HII repère fixe Oxy::.. Considérons maintenant lin système d'axes
x'. y't :: centré en A et parallèle au système d'axes r, y. z. Bien que l'origine
de ces a.XE"S SE" déplace, leur orientation reste la rnême , le repère f\J.·'y';:;' est
en translation l)~trrapllort à Oxyz. Le vecteur rJJ/Ajoignant A el B déflnit la
posinon de B l)(lr rapport 011 repère 1nol,i!,c A'r'Ij'::: (ou, brièvement, la
posltion (le B par rapport. il A). x'

t\ la figure 11.20, refllarquons que le vecteur position rn de la particule B
est la emme (lu vE"cteur posiuon rt\ de la particule A el du vecteur position
rB"", de B l)at l"'.lllI>ort à A, soit

Figure 11.2.0
(11.31)

Dans le repère fixe, dérivons l'équation 11.31 par nlpport à t et utilisons des
points pOUTindiquer les dérivées par rapport au temps. On obtient
(11.32)

Les dérivées rL\ et t'l représentent respectivement les vecteurs vitesse V,\ et
Vs des particules A et B, Puisque At'y'z' est en translation, 13 dérivée tBIA
représente le taux de variation cle rB/Apar rapport au repère Ar'y'z' et par
rapport au repère fixe (section Il.10). Cette dérivée définit donc le vecteur
oi/esse "fJ/,\ de B petr rapport au repère A1;'y';::;' (ou, brièvement, le vecteur
vitesse VBII\ de B par rapport à i\). D'où

(11.33)

Dérivons l'équation 11.33 par rapport à t et utilisons la dérivée vBIA pour


définir le vecteur accélération aMIAde B par rapport au repère Ar'y'::;' (ou,
brièvement.Ie vecteur accélération UBIA (le B pa?' rapport à A). D'où

(11.34)

Le mouvement de B par rapport au repère fixe Oxy:. est appelé 'JU)UOO-


"Ilent absolu (le B. Les équations obtenues tIans cel-te . ection montrent que
le ?nOUOO'11ent absolu de B s'obtient en comblnani le moucemetü de A et le
l1louvenle1lt relatif de B par rapport ou repère Ifu,biÙt lIt: fi A. L'é([uatiuli ll.33,
par exemple, exprime le fait qu'on obtient le vecteur vitesse absolue V8 de
la particule B en additionnant vectoriellernent le vecteur vitesse de A et le
vecteur vitesse de B I}ar rapport au repère Ax' y'z'. L'équation Il.3-1 exprime
une propriété semblable en fonction des vecteurs accélérations. Souvenons-
l'lOUS cependant que le repère A\·'y';;.' est en translation, c'est-à-dire qu'il
conserve IH même orientation bien qll'Û se déplace avec A. Comme nous le
verrons plus loin (section 15.14), la rotation d'un repère nécessite l'usage
d'autres relations.

5. Il est il noter rlue le pmduit des inrliees A et BlA dans le membre de dr<lItc des équations ) 1.31
Ô 1].34 est égal i\ l'indice Il unlisé dans II' membre {[fl g;tllchc des équations.

Copynghted ma nal
l~ rn/s PROBLÈME RÉSOLU PA-11.7
Du bord d'une falaise ete 150 rn, on lire un projectile uvee une vitesse initiale de
180 n'lis à un angle de 300 av ac l'horizontnle. En négligeant la résistance Je l'air,
calculez:
a} la distance nori1.ontale du canon au polnt où Je projectile" touche 1("sol;
.1 11) la hauteur maximale du projectile au-dessus du sol.

SOLUTION

00 considère séparément le mouvement vertical ct le mouvement horizontal.


';1 = -9 1mfl'z
~1ouvement ....ertieal. C'c81 un ",aucell1Cllt unijùrnaé,nellt (lccé/éré. En
- ---- 11111 lnl~ choislssant le sens positif de l'axe des y vers le haut et en plaçant J'origine 0 au
/\i'
'1" canon, on peut écrire
(UlI)O = (180 m/s) sin 300 = +90 nlls
a = , In/s9
-981
En portant ces valeurs dans les équations du mouvement uniformément accéléré,
011 obtient

lJy = (Oy)O +at v!J = 90 - 981t


• Cl)
y = (U!f}ot + ia~ Ij = $lOt - 4t90~ (2)

1.1;() mis u; = (vi/)â + 2a Y J; -= 8100 - 19.62y (3)

A-IOU\ClnèUl horizontal, C'e~tuu 1JIOUt·t!IJU~llt uniforJuv. On choisit le sens


positif ele l'axe des x vers la droite, Alors,
(0.)0 = (180 fuis) cos 30" = + 155,9 m/s
Eu portlll1t cette valeur dans l'équation du 1IlOUV(lU1811t unlforme, on obtient
x = (v ..)o t x = 155.9 t (-1)

0) ni~Wn('('hori,,ontalt'. Lorsque le projectile touche te sol. On a


y = -150 ln
En portant cette valeur dans l'équation 2 du mouvement vertical, on a
-150 = QOt - 4,90t2 1'2 - 18,37t - 30,6 -= 0 l "" 19.91 S

El! portant t = 19.9l s dalls l'équation 4 du mouvement horizontal, on obttent


x = 155,9(19.9l) \ - 3100 III ~

b) Hauteur maximnle (apogée). Lorsque le projectile atteint sa hauteur


madmalo, t)1I = O.En portant cette valeur (tans l'équation 3 du mouvement vertical,
on il

o = 8100 - 19,621) y = 413111


Hauteur uiaxirnale ou upugt:t' HU·Jt':'Sll~ J" sol = 150 m +413 ln - 56;) III

628


'240 luIs PROBLÈME RÉSOLU PR-11.8
ru
On tire un projectile avec une vitesse initiale dl" 240 titis vers une cible B située à
600 m au-dessus du canon A ct à une distance horizontale de 3600 111. En négligeant
1----3600 ru ---..j ln résistance de l'air; calculez ["angle de tir Cl (élévation).

SOLUT10N

On considêre séparément le n'IOU\'("IHent horizontal <:'1 Je mouvement vertical.


~1ou"cn)ent horlzontal, Eu plaçant l'ortzine des axes de coordonnées au
canon , on écrit
(I).}O = 240 cos cr
1----3600 in ---o-f En remplaçant cette valeur dans l'équation du mouvement honzontal untforme, on a
x = (v~)o t x = (2.40 cos Cl)t
On obtient le temps mis par Je projectile pour franchir une distance horizontale cie
3600 m en posant x égal à.3600 m. Ainsi,

3600 = (240 cos a)t


3600 15
t=
240 cos cr
- cos llt

"1ouvement vCI1.ÏClll

[- -_----.__ -
"II - 240 rn/s ru
En substituant ces valeurs dans l'équation du mouvement vertical uniformément
accéléré • on obtient
Y = (l')v )(1 t + 1"
il. a r: IJ = (240 sin a)t - 4,90f

Le projectile frappe La cible. Lorsque x :::::3600 Ill, on doit avoir IJ = 600 m.


En remplaçant y par celte valeur et en posant t égal à la valeur trouvée ci-dessus,
Of) obtien t

600 = 240 sin a 15 _ 4,90 ( 15 )2


COS cr COS a

Or lIéOSi!. a ::::: l + t,U12 o. Doue,


.s,.cc2-a :::::
600 = 240( 15) tan a - 4,90( 152)( l + tan~ a)
1 J03 tan::! cr - 3GOO tan llt + 170.1 = 0
En résolvant celte équation quadratique> en tan a. on a
tan a = 0,574 tan cr = 2,69
a - 29,91) Cl = 69,6° ~
1le pmjectile atteindra la cihlF. s'il est tir~ sous l'un ou l'autre de Cf'S ang:)f'S (votr
figure).

629
PROBLÈME RÉSOLU PR·11.9

Une automobile A roule vers l'est à une vitesse constante de 36 krn/b. Lorsqu'elle
traverse l'intersection illustrée, une automobile 13part du repos à 35 m au nord de
l'intersection et roule vers le sud avec une accélération constante de 1.2 ln/52.
Calculez le vecteur position, le vecteur vitesse et le vecteur accélération de B. par
;36 km/h rapport à j\, 5 s après que A cut traversé l'intersection.

SOLUTION

IJ On place l'origine des axes r et fj à l'intersection des deux rues et on les oriente
pcsltivëincnt respectivement ...ers l'est et le nord.

1 Mouvement de J'automobile A. On exprime d'abord la vttesse en m/s:


35 ID
·IB = (.36km)( 1000 In)(
~~.~-----
... 'J[1

1--.r.I~
1\
----
On remarque (Ille le mouvement
VA
h 1 km
1h )
3600 s
= 10 nus

de A ('St uniforme. AJoT'S, à tout instant t,


flA =0
VA = +10 mis
.rA = (X.I\)o + 1),,1 =0 + lOt
Àt=5s,
liA =0 !lA =0
v....= + 10 Itv'S VA = 10 lu/s-
:lA = +(10 ntls)(5 s) = +50 ln rA = 50 Ill-

Mouvement de l'automobile B. On remarque que le mouvement de B est


uniformément accéléré. Donc,
OH = -1.2 roJsZ
UH = (011)0 + ai = 0 - ],2 t
!In = (yn)o + (l'B)ol + tllB~ = 35 + ()- ~(1,2)t.2
.
At=;,)!;
...

an = -1,2 lnJ~ 1\n = 1,2mJ~ L
20 rn OB = -(1,.2 nllsz}(S S) = -6 uVS "Il = 6111/S !
'lB => 3.5 - t< 1,2 01/s2)(5 s):i!. = +20 III r/j .., 20 III 1

Mouvement de B par rapport à A. On trace le triangle correspondant à


" \
l'équation vectorielle r8 = rJl + rn/A el on en lire la grandeur et la direction du
fi rn/s vecteur position de B par rapport li A. Donc,
a = 21,8°

On procède de la même façon pour calculer le vecteur vitesse et le vecteur accélé-


rntiOJl de B par rapport à A. D'où

"IJ/A = 1 h,66 nvs f3 = 31,0° VII/.\ = Il,66 !l'VS"? :31,0° •


al1l \ = 1.2 rn/sz ~ •

630
,
RE CAP 1TU L AT'I 0 N
"
SECTIONS 11.9 A 11.12

Dans ces sections, nous avons analysé le mmlvelnent à deux et à trois l/irllensioliS (l'une
particule. Bien que les interprétations physiques de la vitesse et de l'accélérabon soient les
mêmes depuis le début du chapitre. rappelons 'lue ces qU<lntjtés sont des vecteurs. De
plus, en statique, 00\1-(1 avons appris qu'avec les vecteurs il est aV'Rntageux d'exprimer les
vecteurs position, les vecteurs vitesse et les vecteurs açc..élération en fonction de leurs
composantes scalaires orthogonales (équations 11.27 et 11.28). De plus, si A et B sont
deux vecteurs perpendiculaires l'un à J'autre, A . B = 0, tandis que A x B = 0 si A et B
sont parallèles.

A. AJlalyRc l1l1 1110Ul'crnl.'l" el'utt lJroje<:tile. Un gral'ld nombre des problèmes qui
suivront portent sur le mouvement à deux dimensions d'un projectile. où la résistance de
l'air est négligeable. A la section Il.11. nous avons développé les équations qui décrivent
ce type de mouvement, et nous avons remarqué que la colnposante horizontale du vecteur
vitesse demeurait constante (mouvement uniforme) tandis ({ue la composante verticale
du vecteur accélération était constante (mouvement uniformément accéléré). Nous avons
pu considérer séparément les mouvements horizontal et vertical de la particule, Si le
projectile est tiré de l'origine, nous avons J~ deux équations

1. Si la initiale el l'tlllgie (le tir Houl ('OUUlI". la valeur de Ij correspondant à


1"'CIRC
toute valeur donnée de x (ou la valeur de x pour toute valeur de y) s'obtient par résolution
d'une des équations ci-dessus pollr t et remplacement de t dans J'autre équation (PR-ll.7).

2. Si la c;tesse 'tlitiale et ft" coordnnnées d'un /Jo;"1 dc!« 'raj(.·j·/IJ;"(· s01l1 ('(jJlIII/('~

et qU'OD souhaite calculerZ'angle de tir Œ,


a) on commence par exprimer les composantes (D~)()el ( y)n de la vitesse initiale sous
forme de fonctions de l'angle 0';
b) on remplace ensuite ces expressions et les valeurs connues de x et y dans les
équtIDOns ci-dessus;
e} on résout la première équation pour t i
d) on porte cette valeur de t da11S la deuxième équation.
On obtient une fonction trigouométnque en 0' qu'on peut résoudre pour celte inconnue
(PR-ll.8).

631

C p n
B, RfHolu/iQII tic problème» ""r 1(· ItIU/I("Cll)<'''' rclati] CI (It'I/,\" ,/iU'('llH;fJU" t'Jl
trunslation. A la section 11.12, on a obtenu le mouvement absolu d'une particule B en
combinant Le mouvement d'une particule A et le mouvement relatif de B par rapport à
un repère lié à A qui est en translation. Le vecteur vitesse et le vecteur accélération de B
sont exprimés respectivement par les équations 11.33 et 11.34,

1. \''itotutl/il$(;'r le ,nO"t'e,neul relatl] (ft· I~I,ar ''''l'I,(,rl li \, On imagine être lié à la


particule A lorsqu'on observe le mouvement de la particule B. Par exemple, pour un
passager de l'automobile A du problème résolu PR-Il.9, l'automobile B semble se diriger
vers le sud-ouest (le sud semble évident, l'ouest est dû au fait que l'automobile A se
déplace vers l'est - et donc B semble rouler vers l'ouest). Notons que cette conclusion
est cohérente avec la direction de VB/A'

2. Pour résoudre un problème sur le mouvement relatif, on écrit d'abord les équations
vectorielles 11.31,11.33 et 11.34, qui lient le mouvement des particules A et B. On applique
ensuite une des méthodes suivantes:
fi) 0" trace ICN fril'tJj!lcH recusrle!» (·()rrf'HlfUlltltltl/H. puis on les résout P()IU le
vecteur position, le vecteur vitesse et le vecteur accélération désirés (PR-ll,9).
'l) ()u itleutifietou» If:H recteurw 1:'11 !flIlCI;uu clc' leur» ('fJII'/Ju,"fautt'." rertau-
gu/aires et on solutionne les deux ensembles indépendants d'équations ealaires obtenus
de cette façon. Si on choisit cette III éthode , on prendra le même sens positif pour Je
vecteur déplacement, le vecteur vitesse et le vecteur accélération de chaque particule,

632

Copynght d ma nal
y(nl)

11.89 Le mouvement d'une particule est défini par les équations x = 4t4 - 6t
cl IJ = 6t~ - 212, dans lesquelles X ct y sont en lllillirll~'lrf'S Cl ( l'st en secondes.
Calculez 1('vecteur vitesse et le vecteur accélération IOl'sC!\lP:
Cl) (=15;
l,) '=25;
c) t = 4 s.
2
1
1
1~',90 Le 1110uvt'111l'nt d'une particule est délim plu-les équations x = :2 cos TTI 1
et 'J = 1 - 4 cos 217t, claus lesquelles x et !J sont eu mètres et f est en secondes.
Démontrez flUE' If' trajet de la particule est une partie de la parabole illustrée et cal- -3 ---- t,. ()
culez le vecteur vitesse et Il' vecteur accélération aux instunts ,
(1) 1=0;
b) 1= 1,5 s. Figure P11.90

11.91 L..e mouvement d'une particule est défini par les r:quations
x = [(1 - 2fl/12] - t'!. et !I = (f'1/12} - (1 - 1)2./2, dam; lesquelles x et y sont eu
urètres et r est cu secondes. Calculez:
(1) la grandeur du plus PPtlt vecteur vitesse de la parucule : !J
b) l'instant, la position et la direoticn du vecteur vitesse correspondants.

11.92 Le' mouvement d'Ilne particule est rl~flni (lHf les équntions
:r = 41 - 2 siu 1 et y - -! - 2 cos " dans lesquclles r l't y sont r-n mètres ...11 e 'f en
secondes. Représentez la trajectoin- de la particule et calculez :
a) la grandeur du plus petit vecteur vitesse et celui du plus grand vecteur
vitesse de la particule; o 1-+-_ i\ -lI' (1
x

b) les instants, les positions et les directions des vecteurs vitesse


correspondants.

FIgure P11.93
11.93 [.R mouvement d' un" particule pst défini par le vecteur position
r = i\(COS 1 + t sin t)j + i\(sin t - 1 cos t)j, Où t est Cil secondes. Calculez les valeurs
cie 1 auxquelles If' vecte-ur positton f't II"vecteur accélérarion sont:
a) perpendiculaires:
b) pa rallè les-

11.94 amorti d'une particule vibrante est déÎlnÎ par le vecteur


Le 1110UYf"1'l1ent
position r = .\'.[1 1/(1 -1 1)]; 1 (YI{'-."I'}' COS 2(.,., t)j, 011 1 l'~1 r-n l>('t:oll(I('_~.Si 1.0 r-....._
Xl = 30 mm et yi = 20 mm, calculez le \ ecteur posltion. 1",vecteur vitess(' et le
vecteur a(.,.'(."e!lforHtiolldt· la particule lorsque : 0,5
a) t = 0;
h] t = 1,5 s. 0 1----~----i--F--~-:;;7~~
.... X/xI

-0.5
11.95 Le 1I10Ll\'l'J1ll'utcu trois dhueusions d'une particule est défini par le
vecteur position r = (Rt cos w"/)i + ctj + (R 1 siri Wh t)k Calculez la grillldeur du J,O
vecteur vitesse- ct celle du vecu-ur aeeélérat ion de Itl particule. (1..3courbe gauche
décrite par la particule est WJ r héliœ conïquc.) Flgure Pl1.94
633
634 Ctne~hque des paruculas ·11.96 Le mouvement en trois dimensions d'une particule est dél111ipar le
vecteur position r = (/\1 (.'05/)i + (i\W+l)j + (BllSUI t)k. où r et t sont res-
JI
peetivement en mètres et en secondes. Démontrez que la courbe' décrite par lu
particule repose sur l'hyperboloïde (!lli\)Z - (x1/\)2 - (;.(Br = I. SOIt t\ = 3 et B = l.
~r-il z-., Calculez:
Y
----- 1
t\~ Al BJ CI) IR gn11ldéur lili vecteur vitess(' (:'1 <:(:U('du vecteur uccélération lorsque
1 = 0:
b) l'instant 1 minimal Don nul auquel It' vecteur posinon el It' vecteur
vitesse sont perpcudlculalres l'un à l'autre.

11.97 ·Un avion POlllpil'r de l'cali sur des feux de forêt eu volant han-
V('!"St'
zontalement en ligot" droite' à 315 knvh ('1 1\ une hauteur dl' 1-)0tll Calculez la
distance li à laquelle le pilote doit verser l'eau pour qu'f'Ut' attei~lf' JI" ff'u en B,
--
Figure P11,96
x
11.98 Trois enfants S~ lancent oC'q houles cl" n('igr, r:('"fflill r\ Innee' une
boule selon un vecteur vitesse horizontal "0' E:Uepasse ju....te au-dessus de la t@tede
fanl B el ~tlt'int l'enfant C, Calculez .
1'<"11
a) la valeur de tic);

A
..
VII b) la dlstanec rI.
• A.
1 ni

2m
j

Figure P11.97 Figure Pl1,98

11.99 Une livreuse dl' Journau.x j(.·fu· Ul1 journal avec un vecteur vitesse
horizontal vu' Calculez la ~anlnlC des valeurs de Co pour que Il' journal utterrisse
entre les points B et C,

.0,35 III

1-/-t-\-'.....'1--- 0,9 III

Vn
=i _ ..

1 c
1 ~ 111

1
1'~III~

Il :! 1I~1---t-"'~
li ~III

1------ 2,1 111-----1-1
Figure Pl1,99

-A---------12 Ul------------j

% II
1
"

"
Figure Pll.1oo

C P 1

1~.100 U rll' machine dt' laneerneut de balles dl' base-bail lance des bnllcs Problèmes 635
.1V('(' un \ cctcur \ itc.'s\(· horizontul "o. Sachant que.: lu hauteur " \ arie entn- ii5 111111
et 1050 111rn. ca 1Cil Il''?. :
0) la ~alnnl(;, des valeurs de' (1,,;
b} Il·., allgl(·s cc correspoudant à" -
775 mUI t'l :, Il = 1050 '11111.

11.101 Un JO'I\'III dl' \ollc·)·-h.tll '1('11la hallt· avee UII \l'('h'lIr\,lh'''(' ÎIIÎlhtl(· \'"
d'II ne ~rancl"lIr Of' 1:l.-10 m/s ('1 fi lin nnglt" de 20° avec l'honzonrak- Déu-ruunev :
a) i 1,1 balle p.h~l'r,luu-de us du Illet:
b} 11'1111.11\.di~hllll:(' cl" filf'1 IR ha lit' allt"rrira.

"fJ

c
,. .t
2,1 III • 2.43 rn

Figura Pl 1.101

11.102 On \1· .... '· cl.. I.ul dan .. 1111 \,'rri' rl 111le' hautr-ur clc' I.JO mm l't d'un
diamètre Intérieur de 66 111111 La vitesse initiale du lait est de 1,2 "v~Ù UII .illgll' dt, 40°
11\PC l'horizontale Calcllipl la galllnl(' des valeurs de la huutr-ur pour 1{'sCfIlC"IIt's le
ù

lait tombera dans Il' verre

Il
8 C'
1 \t,)

1
1 , so
• ......8
.
~
-
111111
J

Figure P11.102 Agure P11.103

1~.103 Il ~olfl'lIr UIll' balle dt·


fr"ppc.' 1.';
golf 9\,('(.' IIIlC' \1(C'"",' iniuale cil' ,:;0 ntls fOI à un
augll' dt: 2.5° :1\ ec l'honzontalc Sachant qUl' Ic.,~
parties du palcollr~ 01'11'11.<,hc' C'st r-nt n-Ienuc v,
descendent à UII <lIl~Jt' 1I10\'t'U de sg, calculez la
distance ri r-ntn- le' ~Cllr,'ui 1'1 If' point 8 oü ln
balle atterrit. Jill

11.104 ))c' l't'au s'écoule du bec d'un Il


drain avec une \'iti'''~1'inlt lnle de 0,75 ntls fit UII Il.30 m
ilnglr dl' 15° 11\t'C l'hnl'iJ'J,ntlt]c', CnJc·ul(,7.la gaII1O)C'
des valeur .. df' la di~lll'I(.'l· ff pour I..SqUl·Ut'S 1'C.·8U I--tI ,1·0,6 ,1
entrera dans (C' bassin BC:. m
Figure P11.1 04
636 ClnemattQ:;e d;;s part :-wles 11.105 U n propdétalre uliJl c une souffleuse pour clégagcr Or) allée.
achant que la neige est souillée à un angle de 40° avec l'hortzontale, caleuk-z la
vitesse initiale VI} de la neige,

~"'.-t--_-(,--- 5m

B
\ Ill'
Ir
1
lIïm
3.04~m
~m
Hlm
,
1-------- ~s111------- ..;1

!
Figure P11.105 Figure P11.106

11,106 UIl(' hask(,tt(,US(' IAn(.,\, Il' ballon lorsqu'elk- t'si t 5 111du pauli ',lU,
Sachant 4ue le ballon U un vecteur vitesse initiale \'0 à un angle de 30° Q\'CC
l'horizontal .., calculez PH lorç({U("(J t'st de :
a) 220 mm :
1)) 400 mm,

11.107 Des eufauts lancent des balles à travers un pneu d'un dlumètre
Intérieur de 0,72 III suspendu à un arbre. 1:un d'('IJ)( lance une halle 8\("C un vecteur
vitesse iuitiale "et à un .mgl" de 3.<> avec l'horizontale Calculez la gaulllle des valeurs
de la vitesse 1'0 pour lesquelles la halle traversera le pneu.

1.5'TI

1------- 6 m -------1 0.2.'> m


Figure P11,107

20 Innl - .... 1--


11.1 08 l~ bee t'Il ,\ proj('tt., dt' 1'C'l\lI d(' rcfroldlsscmcnt tiV('C un \/t'cl('ur
10· vitesse initiale l'v à un aJ1~le de 6° avec l'horizontale sur une meule d'un diamètre
dt' 350 mm. Calcule? ln gammc~des valeurs de la vitesse initiale pOUf lesquelles l'eau
SO atterrira l'ntn' les points B ct C J(. la meule.
\

205 mm

20(l,nnl

FIgure P11.108

C p n
11.109 U Il bûcheron lance WI rouleau Je corde au-dessus de la brunche Problfitrnl"i 637
inférieure d'lm arbre en tenant une des extrémités du rouleau. Sachant gll 'il lance
la corde avec un vecteur vitesse initiale vI) à un angle de 65° 3Ve<! l'honzontale,
calculez la ganunc des valeurs de la vitesse VCI pour lesquelles la corde passera seule-
ment au-dessus de et:tte branche.

5.7 m

65°
r
02m
,
lZ"
~
\

YB
1 .8

S4 mis
Figure Pl1.109 Flgure Pl1.110

11.110 Une balle tombe au point A d'une marche et rebondît avec un


vecteur vitesse Vo à un angle de 15° avec la vertical!", CHlculf>!7.vtlsachant qllf', juste>
avâlll ({uC' la balle rebondisse au point 8, SOT) vecteur vitesse V8 Ionnalt un angle
de 12° avec la verticale,

11.111 On Janet' une rusée modèle réduit, d'un point A avec un vecteur
vitesse initiale Vo Ut! '5 ni/s. Supposez que le parachute de lu fusée De s'ouvre pas et
qUf' la fusée atterrit à 100 ln ne i\. Calculez:
a) l'angle ex que Conlie VII avec la verticale ;
b) la hauteur Ir maximale atteinte par la f'L<;t"t",
c) ln d"r('{' du vol.

11.112 1.a grandeul' du vecteur vttesse initiait" vlI d'une rondelle de hockey 1· IOOm---tol
est dé 170 km/h, Calculez:
Figure Pl1,111
a) le plus grand angle Ct (inférieur il. .15°) polir lequel la rondelle t'nt 1'('(<1
duns le filet:
h) le tf'lnps correspondant qne mettra ln rondelle' pour nttr-indre le filet.

C D

B E

--loi
1---------- 5,5 ln -------0+1-· o:mtn
Figure Pl1.112
11.113 Le lanceur du jeu de halle molle lance une balle avec un vecteur
vïtcsse ittitialc Vo de grandeur 72 kllllh ù un angle ex avec l'horizontale. La. hauteur
de la balle au point B est de 0,68 m. Calculez:
Cl) l'angle Cl:
il' J'angle 8 fJue le vecteur vüesse dt' J:I balle au point B Ionue avec
l'horizontale.

A
B
O,6m ~ a\ " Il

.L J
&-

~----------~??---14m------------------
Figure P11.113

11 "'114 Un alpiniste s'apprête à sauter cie A à B ali-dl' Sus d\II1.' Cr -vasse.


Calculez ln plus petite grandeur du vecteur vitesse initiale Va et l'angle excorrespon-
dant de manière que l'alpiniste atterri. sse en B.
-1.8m -

1 ,
a 1,4 m

8 B

1--- 1,5 m-l


Figure P11.114 Figure Pl1.115

11.115 On utilise un arroseur oscillant qui projette de l'cau vecteur


I}V4;'l' UII

vitesse irûtiale "I:) de grtuldcur n\/s pour irriguer ua potager. Calculez la distance d
jusqu'au point le plus éloigtu5 B qui sern arrosé E>t l'angle a correspondant lor~<]nf':
Il) les légunles commencent juste à pousse!' i
l" Lahauteur lA du maïs atteint 1,S ru.

11.116 Un ouvrier utilise de l'eau sous haute pression pour nettoyer l'inté-
rieur d'une longue conduite. Si l'eau est projf't~(' avr-e un vecteur vitesse initiale Vu
d'une grand~"r do ll,5 ni/s. caloulez :
u) Ladistance d jusqu'au point le plus éloigné B, sur le haut de la conduite.
que l'ouvrier peut laver de sa position en A :
1,) "angle excorrespondant,

11-----,,------18
1
1.1 III

1
('

Figura P11.116

11,"7 Ua bloc coulissant A descend à une vitesse de 0,,5 .Ill/ .., 1.(' V('ct('ur
65" sse par l''llpport l\ 1\ de la partie lle lu Courroie B entre les poulies foUes C et D
vit('~
1 est "'CDlÀ = 2 In/s d. 0, Déterminez le vecteur vitesse de la partie CD cie la courroie
lorsque:
u) () = 45" ;
Figure P11.117 b) e = 60",
11.118 Lu ngurl' l' J 1.1 LI)donne les vecteurs vitesse respr-eti Is d('Ii ski('IJ~ A Po me 639
ct B. Déterminez la vitessr- de 1\ par rapp()rt à B,

, •

IH"

Figure P1',11a

11.119 Un radar côtier Inwl.1L1(· qu'un transbordeur qulth: sun IIllluilla"t·


Figure Pl'.119
avec un vecteur vitesse v - 9.S nCl'llcL'i;P 10", [.l''' instrume-nt-; d.· borel indiqur-nt
une vitesse de 10 nœuds et UII cap Ùl' 34)°sud-ouest par rapport tll.1 rivière Calculez
le vecteur ,itf'<i~(> cil" la rivière (1 nœud = l,Ro=)2km/h).

11.120 D('II'( a\ion~ A .'1 B volent ~ la même hauteur t'I 'uÎ\c'lIll n-il C d'IIII
ouragan. Le \ eeteur ,itf..~!>l'relutn t' de C par rdpport à A est \'('1 \ = JiO km/h ;-p ï5
er Ie vecteur ,ilt's"t' 1\,llIli\(' d" C pi'r rapport i\ B l'~t"c H 11:' 520 kilt/li "'Ç 4()·.
Déterrninez :
Il) 1('\ t'('IC'ur \;1 ('S'i(' relative dl' 8 par mpport ~I,\ :
1)) 1(>vecteur vitesse de A "i le radar côtier incliqllP 'III€' rnllra~lIn ~I'
déplace à 1I1l(" \it{·!>~(' dl' ..~ knllh plein nord:
c) la varianon du vecteur position de C par rappol1 il B duraru lin
i"tl'r\'~ùll' Ut· 15 "lin.

11.121 Lu figure Pll.121 donne 1(>5\ ecteurs vitesse respcculs des tralns dt'
banheue A et B, Snl'IHult '1"(' ,·htUIIII· train (nlll~~ à 1111[' "itt·"\t, con..tnnh- l't (111(' R
atteint Il' croisement dl' voies 10 JlUll après que i\ l't'ut traversé, calculez:
li) It>vecteur vttessc re-lative de B par rapport à 1\;
IJ) III distance j'lItn.' k''i 3\'a11t des lOCOIl10li\'('s 3 mtn UpfL'S '1l1l' ,\ cul
1ra\,prs(o Il' croisement,
Figure Pl1,120

66 Llnfh

FIgure Pll.'21 Figur-e P11.122

11.122 Sachant '1111> If' vecteur \'itcoss(' dl, bloc B pAr rapport uu bloc ,\ r.l
V8fA ::= 5.6 uv!. Lf.. 70°, U(oll'!'Ulilll'z les \",(,'leur!> vitesse respectifs dl' ~\ et dt' H.
11.123 Sachant qu'à l'instant IULL\lr~à la figurt' PlI 123 le bloc A a une
\ itt'~~l' dl' 200 [lIlJII~ l'tuile ,1c:t:l~l('nllioll dc..:l50 1I1I1a/si. toutes <l'''IL\ orieulees vers il,
bas du plan incliné détemnnez :
a) 1(' \ t"1..!1('11I \;1('(1"11" dl! hloe R ,
b} II"vecteur accélération du bloc B

i
1

Figure P11.123 Figura P1'.124

c 11.124 Lne broche J' ~pdéplace à une vitesse constante de 200 IllTII/l- en sens
.lIllihol'aih' d.ms 1,1(("IUf' circulaire t..rt'IISi·(' du bloc A (lIgtll'p PlI J 21) Sachant que
• It, bloc rl'IIIOlllc' 1111pl,1I1 hl('lilll' :\ 1111('\ 11~)sSt' l'<Jllslallll' d4' l20 JllIlI/S, calculez la
~
1~·n ~nlnclf'IJr t"tl'anglf' par rapport 311\ ILX("SXI) dit \ ecteur \1Ieo5"(· de la broche P lorsque
~ li) fJ-30.
b) 8 = 13.5
\ 1

r .
{ \
B
1
11.125 Uu f'tlsC!lllhll' constitué d'une ti~t'1'\ et d'uue cale d'appui fi part
du Il'pO<; l·t ~p r!tjpluc'p \ ers la droih> avec une accélération coushlnl,' dr 2 1111n/sl!,
Détcruunt-z
u) 1(' ,toC u-ur ,1( i'1\1(~rnti()n du bloc C;
Figure Pl1.12S bJ It' vecteur vitesse cl" bloc C tl 1instant t = lOs,

8 11.126 1,.nt~rlll(·h· <.IIHlolI t(1)It~st'lItt~cnmrncnce rt r~t:ul('r uve-e une accé-


11~laLif)11cnustnnh: de t ,2 1J1I~:!,la sr-rticn .·xtl~lit"lIre B dt, sa nh-h" 1"001111('11('('J\ ~('

, .sO"
rérructer a\ 1'<. une accélérahon t'OIl~tal1tf' dt' n.5 mI~ par rapport au camion.
1 Clll('1I1 t 'Z
fi'
b]
l" ve-cteur .1ll'{Olt~r
.. hou cIl' lu \C'l'oun B
Il' veen-ur vitesse de lu section B à l'instant t = 2 s.

11.127 Un 11111\0)1'llr .\. '1111 101111('1111all~I('dl' 20° B\t'l' l'hor1/.oulall" ~.


Figure Pl1.126
déplace il une vitesse constante Je 1,6 Itl/S, Le convo)'Pur sert il charger un avion.
Sac·lllltll '111'1111 l'II1Plo,(\ jc'ttt· vur Il' ('Oll\n}l'lIr 1111 sac B iI\I'L 1111(' \it('~~(' initiale' de
1 rll/~ à 11I1 angle Ùl· 30° l'horizontale, calculez le vecteur vitesse- du
U\'('C SaC par
rapport .IU convu ...eur lor!l411il utlt'mt sur celui-ci

1
1

Figure P11127

C P
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
646 C,nemaltCl ua des partreules Pour obtenir le vecteur vitesse v de la particule P, exprimons le vecteur
position r de P comme étant le produit du scalaire r et (lu vecteur unitaire en
et dérivons par rapport à t :
d
v = -, (re,.) == rel + ré,
,r
()U, en nous souvenant de la première des relations 11.42.

(LJ.43)

Dérivons de nouveau par rapport à t pour obtenir Je vecteur accélération.


~()US avons

(Lv ....
1:1 = dt ;:;fer + ré, + tees + rOcs + rOée
ou en remplaçant ér et ée selon les éCluatiolls Il.42 et eu mettant en fHctf'UfS
e,_ et eo.

(11.44)

Les composantes scalaires du vecteur vitesse et du vecteur accélération


selon les directions radiale et transversale sont donc

Ur =r 00 = 1"9 (11.45)

•• •
a" == r- r8'J. {/e == r8 + 2/'8 (11.46)

11 est important de rClnarqucr que al' Il'est pas égale à la dérivée par rapport au
temps de 0,.. et qlle ae n'est pas égale à la dérivée par rapport au temps de De,
Dans le cas d'une particule se déplaçant sur un cercle de centre O. on a
-• r = constante et f = f = 0, et les formules 11.43 et 11.44 se réduisent
respectivement à

p (11.47)

Extension du mouvement d'une partfcute dans ~'espace: coor-


IJ données cylindriques. On définit parfois la position d'une particule P dans
l'espace à raide de ses coordonnées cylindriques R, et z (figure 11.2&). e
JI est alors pratique d'utiliser les vecteurs unitaires 011. Co et k représentés à
la figure 11.26b, Décornpo ons le \' cteur position T de la particule P en
composantes ruivant les vecteurs unitaires. Alors,

(11.4 )

k En remarquant que cret et) définissent respectivement les directions radiale


et transversale dans le plan horizontal xy, et que le vecteur k qui définit la
direction axiale est constant en direction et en grandeur. on vérifie faclle-
n'lent que
dr· .
y v =- == ReR + R6ce + :tic (ll.49)
(It

dv ... 2 .., .
(b)
a == -1 = (R - R( )eR + (R8 + 2,R8}eo + 3;k (11.50)
Figure 11,26 tt

Copynghted matenal
PROBLÈME RÉSOLU PR-11.10

Vu automobiliste rouit' Sur un tronçon courbe d'une autoroute de 750 m de rayon à


une vitesse de 100 km/h, Il Ireine brusquement et la voiture ralentit tl un tau;
constant, Sachant qu'au bout de 8 s la vitesse de la voiture est réduit ft 75 km/h,
déterminez le vecteur accélération de la voiture au début du rreinage.
750m
--
SOLUTION
Compovnnu- l;ulgt·nIÎt'tJ(· du vccteur accélérntiou. On commence par
exprimer les vucsscs en ru/s.
100 kl11/11 (100 k;)ll)( J~:n )(;'~ s):::27,8 nws
=

75 km/h = 20,8 mis


La voiture ralentit à lIll Laux constant, donc
âv 20,8 nVs - 2;,8 nlfs "
a, ;::moyenne a,= ~ = b li = -0,875 nvs:"

Compo ....l1tl' uorm.il« du \ ecteur acceleration. Au début du freinage, la


vitesse est encore de 2" ln/S. D'où
,~

(1"
= ~ = (27.~
p 750
nvs) ;:: 103
tU .
ml
s
:2

~Jouvem4l~ Crandeur el directiondu \ ccte ur accélération. La grandf"ur et la direction


ne la résultante a des composantes a, et a, sont
fi" 1,03 nll!o.2
• a = -a, = ~--~
tao 0 .01;)
u-- llu:"-
.,"

a" 1,03 1111s2


fI= , - (1 = 1,,')5 ov~
SUI a

PROBLÈM,E RÉSOLU PR-11.11

Cafculez JE' rayon de courbure mtnimal C)(' la trajectoire décrite par If:'projectile
considéré au problème résolu Pl\-11.7,

SOLUTION
Comme a" = v2/p, on a p = 1;2/a", Le rayon est petit lorsque c est petit ou
IO!"StIU(' (1.. est grand, La vitesse C est miuimalc au sommet de la trajectoire puisque
à ce point t'y = 0; a" est maximale au même point. puisque la normale est verticale
~n Ct' point. I~rayon de- courbure est doue nnuimal au sommet dé la trajectoire.
n = il••
A ce point,

ç = ()~= 155.9 rn/s


li.:? (155.9 mis):!
p ;::;:- =
a; 9, 'lIH/.}

647
, ~

PROBLEM'E RESOLU PR-11.12

La rotation du bras OA de 0,9 III autour de 0 est définie par la relation 9 = 0,15 ~,
où 0 est en radians et t en secondes. Le manchon B glisse le long du bras de telle
sorte 'Ille sa distance l\ partir de 0 est r = 0,9 - 0,12 t2, où r est en mètres et 1 en
secondes. En suppcsant que le bras a tourné de 30°, calculez:
0) ta vitesse totale du manchon ;
b} l'accélération totale du manchon:
c} l'accélération relative du manchon par rapport au bras.

SOlunON

[""liant t auclucl () = 3()o. En portant (}= 30" ::::0,524 rad dans l'expression
de 0, on obtient
fJ = O,J5r .
0524 = 0 ,isfl t=I.69s

Équation du meuvement. En remplaçant 1 = J. 69 s dans les expressions


de r. e et leurs première et deuxième dérivées respectives, on aura

v;:; c,.c, + oqeS r ;; 0.9 - O.l2t2 0.481 ln ;; (J ;; 0, 15t2 = 0,524 rad


a=ll,.c( .neee f = -0,241 = -0,449 nlfs


~
e.. = 0,3Ot = 0,561 rndls
~
-0,24
l' :;::: :;:::-0,2-40 mis· (J:;::: 0,30 :;:::0.300 racVs-

./" a) "itesse de B. Les équatioas l1.<15donnent les ......


aleurs respectives de 0, et
de 1)0 lorsque t :;:::l, 69 s. soit
8
\
\ e, ;; " •= -0.-149 n'lis
\ VI') = r8 = 0,48](0.561) = 0.270 mis
La résolution du triangle rrctangle représeuré donne la grandeur rt la direction du
vecteur vitesse, soit
p- 31.0" ..

b) Accélération de 8. IA's ~(llItltion ll.46 donnent

IIr=(-0.391 m/s2)er II r = i' - rO?


= -0,240 - 0,481(0,561)2 = -0,391 uvs2
.. .
(I@ = rO + 21'0
= 0,4.81(0.300) + 2{-0.449){0.561) = -0,359 0'1Is~
(1 - () ,531 n1J'~
a

A
c) Accélération de B par rapport au bras OA. LIest à remarquer que le
mouvement du manchon par rdpport au bras est rectillgne et qu'il est défini par la
coordonnée r. D'où
(11J1O .... :;::: ;' = - 0.240 n1l52
(111,0" - O.2--l0 In/s2 vers ()
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
11.133 Calculez la grandeur de la composante normale du vecteur aCL~-
lération d'un avion modèle réduit qui vole à urie vitesse constante de lS ulis Sur une ••-_ ,t,
trajectoire circulaire et horizontale d'UD rayon de )4 Ill,

11.134 U Il pilote d'essai condult une automobile sur UII(' pi tt' circulaire de
diamètre d. Calculez:
(1) ft: tliaul stre ri si. pour la vitesse dé 72 knvh, la grandeur dc la cOinpo- FLgure Pl1.133
sante normale du "00('111' accélération de l'automobile est de 3,2 rn/S2;
b, la vites.se de l'automobile !Ii d = 180 rn et que la grandeur de la compo-
sante normale du vecteur accélération est de O,61!,.

11.135 Calculez la vitesse maxlmale qUl' [es voitures de s montagnes ru.'>SCS


atteignenl sur III partie" cireulaire AB de IR voie si la gralldC'lIr de la composante
normale JE' leur vecteur uœélératiou Ile peut excéder ;) 11.'

11.136 Lorsqu'une carne ii tourne. un galet à rouleau B roule sans glisser S1.Lr
la surface de la came. Sachant que les gr.mdew·s des ootl\posaJltes normales des
vecteurs accélération des points de contact à C de la carne A et du galet B sont
respectivement de 0.65 1l1/S~cl dt' 6.67 rn/s", calculez If.' dia,nètl"(' du galet
su bordonné,
Flgur. P11.135

--
Figure Pl1.136

11.137 Um- goupilli' A, attacll(if' à 110(' bic·JI" osclllunu- ..\8, doit sc' déplacer
dans une rainure circulaire CD. Sachant qu'à t = 0 la goupille démarre du repos
et Sf' déplace de manière que sa vüesse augmente au taux constant cie 20 n11l1ls2,
calculez la grandeur de son vecteur accélération totale lorsque:
(1) (=0;
b) 1 = 2 5,
.\
\
00 rnrn

11.138 La vttesse pénphénque d'une dent d'une lame de scie circulaire d'un
diamètre de 250 HUll est de 45 lills lorsqu'on <:oupe l'allmentation de la scie. La
vitesse de la dent diminue à un taux constant, et la lame s'arrête en 9 s. Calculez
l'instant auquel l'accélération totale tic la dent est de -lO nlls2,
8
11.139 U Of' pÎltt(· extérieure dl' course à pied a un rllamèrre de 12.filn. Une Figure Pl1.137
coureuse 8ugnlrJlre sn vitesse à Ull taux COIL.'Otantd . 4,2 ulis à 7.2 uvs sur une
distance de 28,5111. Dërermtncs l'accélératlon totale de la coureuse 2 s après qu'elle
eut commencé à uugtHenter tic vitesse.
651

C p n

652 ClOemd tJque des particules 11.140 .0\ un instant donné cl 'une course d'avions, l'avion A vole horizontale-
meut sur une droit" et son accélération est de oJ/sf!. L'avion 8 vole li lu même
1--- -100 ---1 III
rutitl,ldr que 1.·f\VÎon.r'\ct, lorsqu'il eoruourno U11 pylône, il suit une trajectoire circulaire
d'un rayon de 300 ln, Sachant qu'à L'et instant la décélération de B est de 3 mls2,
calculez. pour les positions représentées:
-1501.:11\111 8 a} If' vecteur vitesse de B par ..apport à A;
b) le vecteur accélération de B par rdpport à A.
300m
11.141 Un automobiliste roulant sur un tronçon r("ctiligne> d'une autoroute
(4 :\ 1
décélère à UB taux constant avant dé sortir de l'autoroute pttr une nUIlpt! de sortie
circulaire d'un rayon de 170 Dl, Il continue à décélérer au même taux dt" sorte que.
1 540 Icrnili
1 10 s après l'aœè à la.rampe, a \'it(·ss 'attt'lnt 32 kl1'11ll. vitcss . qu'il conserve ensuite.
1
1 Sachant qu'à cette vitesse constante l'accélération totale de l'automobile est ~ale au
1
quart de sa valeur avant l'accès à la raJllpe. calculez l'accélératiou totale maximale de
Figure P11.140
l'Hllton10hil(' .

IOU III

171) UI


----- 711(, 111 -----1
Figure P11.141 Figure Pl 1.142
11.142 Des voitures de course r\ et B roulent sur des tronçons circulaires
d'U11 circuit. À l'instant représenté, la vitesse de A diminue au taux de ï mls2 et la
vitesse de> B augmente au hHL'( de 2. nlls2_ Calculez pour les positions représentées:
a) le vecteur vitesse dé B par rapport à ,\;
I,) If' vecteur aeeélération de B par rapport li A,

11.143 Un golfeur sitllt' au point .A.. frappe une balle avec une vitesse initiale
dt! 50 nlls et selon UJl Illlglt.' de 25a avec l'hortzonude. Calculez Je nt) 00 de courbure
de lu traj eetoirc décrite pur la balle :
a) au point ",,\;
b) au potnt le plus élevé de la trajectoire.

_-

FIgure P11.143 Figure Pl1.144


11 .144 À partir (le la pt.utogr..lplùe d'un propriétaire utilisant une souflleuse,

1
on détermine que le rayon de courbure <le la trajectoire de la nf"ige était de b,5 rn
1 lorsque la lll!ige sortait de la goulotte d'évacuation au point A. Détermlnez :
\ 1
\ v\ a) le vecteur vitesse vA de décharge de la npige>;
\ 1)) le rayon de courbure de la trajectoire à sa hauteur maximale.

11.145 Un ballon de basket-bali rebondit sur le sol à un pOlllt A et ricoche


.0\ avec un vecteur vitf'Ssf" ",\ d'lInf' gron<ll"lIr dl" 2,5 .n/s, lei qu'illustré. Calculez If'
rayon de courbure de la trajectoire décrite par le ballon:
0) au point i\ ;
Figure Pl1.145 I)} au point le plus élevé de la trajectoire.
11.146 Un cumion déchar~(' du charbon par sa l~lrtC' :II'rii',,· J\ ;1\1'(.' 1111 Problemes 653
vecteur \ltt''ISt' initiale> v, = 2 IIVS ;:p 50°, Déterminez If' ruvon de courbure dt' la
traJ 'ctoin' décrite par 1(.·churbou : "
a) au point J\ •
b) • 1 ln :I11-r1f'SSOUS du point :\,

11.147 V ne conduite horizontale déeharae au point A UII eourunt d'eau duu


un réservnlr F.\priIlH·7, 1(' ra~on de courbure du courant ail point 8 en Ioncnon de'
la ~ndl'ur c!P'I \ ecteurs '1Ie....e v \ pI "Il-

.-\
Figure P11.146

Figure Pll,147

11.148 Un enfant lance 1111.' halle d'un point A avec une vitesse lmtiale \'\
de 20 In/~ II un an~I(· dt' 25° uvee I'horlzontale. Calculez la \llt'~~p d(' la hallt- aux
points de lu lnIJl·çlnj", d('(·rilt· pi.lr la hallc- où 1(· l'nyon cie>cnurlurn- \·,1 l~gl\l.lIl\Iroi,
quarts dl' !ta \ aleur t'II ,\,

Figure P11.148

11,149 Un projectile psi lancé cl'IIB point A H\'t'C un vecteur \lh's~4' mlnale v",
al PJ'OU\l'Z (IUl' Il' ra~'on dt: courbure dl' la lraJ('clojn. du Pl'oJl'(.'lilt,
uttelnt sa vuleur Ininiolnlf' 311point B 1(>pins pll"vé cil' ln IrLlJ('cloirl',
b) Si 0 (.',t l'angle lè)nlll? par 1:1trnjectoln- 1.'1 l'honzoutale II lill point
donll~ C. proll\C'l fJur 1(' ra)OI) dl' courbure d~· la lr.lj('( loin' ('1) C ,':-.1
p = 8"11,,/(,"0\
1
e,

Pu '0
III 1

Figure P11.149 • P1 1,150

11.150 Uu projeclill' est lancé d'un point A avec un vecteur \1t('~"t' Iltitiale "II
('t sr-lon un nnglt' a ll\ ('C' l'horizontale. Exprimez If' rayon (l<' eourhun- cI(· ln II'H-
jectotrr- du projectile au point C Cil fOllction dl' x. t 1). cr ct g.
654 C.nemalique des particules ·'11.151 Déterminez le rayon de courbure de la trajectoire décrite par La
particule du problème Il,95 lorsque t = O.

·11.52 le rayon cie courbure de la 111ljectoirc décrite par 19


Déterminez
particule du problème 11,96 lorsque 1 = 0, A = 3 et B = 1.

11.153 à 11,155 Un satellite voyagera in,détlllw1ént sur une orbite circulaire


autour d'une planète si la colnposante normale du vecteur accélération du satellite
est égale à g (Rlr)2, où g est l'accélération gravitatiOJlJlelle à la surface de hi planète,
R If' rayon de la planète, ct r la distance du centre de la plnnêtf>au satellite, Calculez
la vitesse d'un satellite par rupIM'lt à la planète indiquée ci-dessous s'il orbite indé-
ûulment à 160 km au-dessus de ln surface de cette planète,
11.153 Vénus: g = 8,53 ln/S2, R ~ 6161 km
11.1 54 ~lars: g = 3,83 ln/s2, R ~ 3332 km
11,155 Jupiter: g = 26.0 nlls~, R = 69893 1.'111

11,156 et 11.157 Sachant 'lut' le diamètre du Soleil ost cl J,39 GlU et que
l'aocélération gravitationnelle à la surface du Soleil est de 274 m/~,calculez le rayon
de l'orbite dt" la planète indiquée ci-dessous autour du Soleil en supposant que l'orbite
est circulaire. (\toyez les inIonnations données au.'{problèmes 11.153 Ù Il.155.~
11,156 Terre: (1)If,~..nn,,)urbile = l07 Mn'llh (107 X 1 ()3 km/h)
11.157 Saturne: (o'''CI)'<mne)orb;tc = 34,7 Mm/h (34,7 X 1()3km/h)

11.158 Sachant que le rayon de la Terre est de 6370 h11, calculez le temps
qllf' ruet Ir télescope spanal Hubble pour parcourir une fois son orbite circnlair ,
située 1'1590 km au-dessus de la surface de la Terre. (VOyll'L les informations données
aux problèmes Il.153 à 11.155.)

11.159 Un satellîte orbite autour de Mars à une altitude de 2.90 l'ln et selon
B
• une orhitl> circulaire, Une fols l'altitude du satellite réglée. 011 trouve que le temps
mis pour parcourir une rois l'orbite u augrnen té de 10 %. Sachant que le rayon de Mars
ost de 33.33 km. calculez la nouvelle altitude du satclltte. (Voyez les lnformatlons
données QU.'!: problèmes 11.153 à 11.155.)

11.160 Deux satellites A et B voyagent clans le même plan sur des orbites
circulaires autour de la Terre il des ultitudes respectives de 190 km et dl' 320 km,
aehant qu'à t = 0 les siltenites sont alignés comme le montre la figure Pll.l60
et yue le rayon de la Terre est l( = 6370 km, déterminez l'testant du prochain
alignement radial des satcllü es. (VO)'ez les informations données aux problèmes
Figure P11.160 11.153 à 11.155.)

11.161 Le mouvement planaire d'une particule est défuù pur les relations
r -- 3 (2 - e-r) et 0;; "(t + 2c-'), OÏ) l'est en mètres, t en secondes, et Den radians.
Déterminez les vecteurs vitesse el accélération respectifs de la particule:
a) lorsque t "" 0:
b) lorsque t tend vers l'infini.
Quelle conclusion en lirt..z-vous à propos de la trajectoire finale de la particule?

11.162 La trajectoire d'une particule P est un limaçon. Le mouvement de la


particule est dtAlü par les relations r = b(2 + ClOS 'trI) ct 0 = '1Tt, où 1 ~t et) seeoudes
et 0 en radians. calculez:
(1) les vecteurs vitesse et aceëlérauon respectifs de la particule lorsque
f = 2 S;
FIgure P11.162 IJ J les valeurs de D auxquelles ln grandeur du vecteur vitesse est rnanmale.

Copynght d ma nal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Cocrdonnée (je position d une particule Dans la première muitié de Ct! chapitre, nous a\'Or15 anul)'Sl- le Ul(JUf:CIIlCIlI
arnmee d un mouvement rectiligne rccnlign: d'une particule. c'est-à-dire le mouvement d'une particule sur tint'
o p droire. POUf définir 1.1 position P dl> la particule sur cett -.droite nous avons
IIIIIQIIII+IIII' choisi une OrigillL 11.\l'0 et 'me direction positi\t~ (figure l L.2ï), Ut dis-
l ,-1 l
tance x de 0 à P. avec le "igne approprié, déflnit complètement la position
Figure 11.27 de 1... particule SUI 1,1 droite : elle L'sI appelée c()Ur(IU/lfIt1C cil' lu,siiioll d.. Il
particule tscction 11,2).

Vitesse et accétératlon dans l\ o ilS .l\ tlllS \ Il r J'I~ III cites C V cie 1.1partloule est ég.tiH il la dériv ée de lu
un mouvernent recltligne coortlounée dl' posiüon .\' l'lat rUI)I')url au temps, SCJil

II\"
u=- (11.J)
,It

et qlle 1'(/(·('('lérfltitJlI fi ,'pllnent t'Il dérivant r pftf r,lpp<)rl :, t, 'oit

(It
a=- (11.2)
tlt
ou
fi;
(1 = /2 (11.3)
({

Lacœl~ruUOll peul aussi être déterminé . par


(/u
{/ = u- (J 1.·1)
1/:';

La "ltf-'~Sl 1 et l',lt'('él~ratiull(1 sont r ·llré.'t!l\tl~(·s ,XlI' lie: numhres


itl~~l)1i(l',e!>.(lon~' des numhres positif... ou lIé~alif.,. UIU~vitesse positive
indique que la particulr- S.l' déplue. dans le SCllS positif et 1111' ..iteso;· nl>gati...t'
Indique Ctue la particule se déplace daus le sen .. nég'ltif. Par contre, 1111('
accélération positi\'{:' ,i~nj ne
(lut> hl particule accélère réellement (ct est-
à-dire (l'l'eUe se dl~l)hll't' plus r.tplc.JPllIelll) duns le Sens positil ou qU'l'Ue
(ltS(.-t!I~r(-'(c'est-à-dire qU't'lIe SI.! t1L'I').icl plus lentement) dans 1 > sens nég.dlf.
U Ile accélémtlon Jll~gati\c s'cvpllquc dL 1u même façon (l'R-ll.l).

CalCul d~ la vitesse et de l'accélèraüon 1),ll1S la plupart c!1':\ llrc'hlèlnt· s, il>... (''tlnchholls <III mouvement d'une
par Intégration parncuh sonl d~hnies p.tT !Po t)-p~ t!',u·t:élérahc)n de la particule el p:Jr les
(.'ollditi()fIS iniliiJes \secjjoll 11.3). Ln vitt:'sse et la position de la particnlo
s'chtlenuent en llllégraul deux d ..s GCl'JaUotls 11.1 à Il,'J. Le choix dl' ces
équations dëpoud du I}p" (l'accélération en jeu (PR-Il.2l·t l'R-ll.3).

Mouvement rectihqne un lorme On rencontre fré(l'll'IJI,ne.nt dt'lI\: I)-pes <le BIUtlVPlI u-n t: le 111011!:('Incnt
- rf'rl iligllt' Illlij(),.."tr (\e('!i()11 Il. 1),daus lec[uel la \itf-'sse t de la particule est
constante el ou

,..= \0 T 1 t ( 11.5)
658

C p n
R~umé- C~pl!ral' 659
et le tllOt.tCOI1Wtlt rcctili1!,1w u'1if'é1nllélllf'ut (lct'éli!n' (section 11.5), oÎ't I'aceé- Mouvement rectiligne
léi ,lti()n (1 de la parttcule est constante. d'oü
uniformément accéléré
v = V(J + at (11 .6)
:\'= Xo + oot + !at2 ( 1] .7)
v2 = I~ + ~1(X - xo) (l] .S)

Lorsque deu..'1( particules ,\ et B se déplacent SUl la même droite, nous Mouvement relatif de deux particules
POU\'OIIS considérer le mouvement relatif de B pat r.ap])Ort à /\ (secticn 11,6).

o A B

~ ,,-1 ,-1
~II

1- Lr --1
Figure 11.28

En tl~igr\IUll11al1'8"\ Jal oonlonuëe de J't),\iN()u relatit e (le B I)ar rapport à A


,{&gure 11.28), nous nvous
Xli = X.\ + XBI,\ (11.9)
En dérivant deux t'ois l'équation 11.9 par rapport à t, nous obtenons sucees-
sivernent
t'n = I)~\ + l'g/;\ (ll.IO)
08 = (JA + aB/.-\ (11.11)

où t:)jJJ\ l't (J HIA représentent respectivement la uite.'ise ,-elatic:eet l'ocœlératioll


rein/IGe de 8 p<~rTè111I1Ort ilA.

"..6L..lli flle des blocs sont ",ditfs par (Ic,s cordes '1011exten ...il}b~. il existe une Blocs rellés par des cordes
rëiatio» linéaire entre leurs coordonnées de posltion. Il esiste de.s reJxlHotlS non extensibles
fllùlaire . entre lt~llTh vitesses et entre leurs aecélérattons , ces relattons j:>er.
DI'tt"llt d'analvser le mouvement (.lece"!blocs (PR·l1.5) .

Il
I)Urfclispratique de rés()udre grlJpliie{U(,'IIlI'ut des problèmes sur le
e.1lit Solutions graphiques
UI()\I\ entent recti1igru~d'une particule (sections ] l.iet 11.9 , La solution gra-

pluqut! à l'aida des courbes x-t, o-t et 0-1 est la plus utilisée (section Il,7;
RH.J Lê]. NOtlS avons montré rll1'à toul instant t

li= la pente (le lu courbe x-:t


a == la pente de la courbe o-c
l't (Ille, pour tout intervalle cie tenl11s donné cie f, il t~.
')2 - 1)1 = l'aire SOI1~ ta courbe n-t
Xli. - Xl = l'aire SUIlS la courbe o-i

• Dans la seconde Illoitié (lu chapitre, nous avons anulysé le moucemen: Vecteur position et vecteur vitesse
l'ufcl1igllt; d'une pertieule, e'est-à-dire Il:' mouvement d'une particule sur dans un mouvement curviligne
Illt- traiec.:tuire courbe, La posüion P (l~la pnrticule à un ÎflSb'\lll donné
.....etton 1] J» a été définle pflr le cecteur 1)ositloll r joigt\ant l'ori~ne 0 du
(._
'" nt) (l·tl,.,,:: t' t 11-'})(liJit P (fî.glll'i' Il 20). 1..0 occt "If r r 11#' sc v clQ III p. trlil~ul4'!
1é défi.li par la relation
·c' "",. ~
dr
,"=- (11.15)
(It
Nous uvons trouvé tlne c'est un C~·(;t(~~irtllllgcnt (1 la IrOJtrctt)jrt (le ta
r
}i Ifii(111~ et ql1e sa grandeur tJ (appelée vuesse a.h.'>111llC de la particule) est
~l!"'€!à la cl~rjv!e pllr rallpnTt au telnp~ de 1u longueur fi de l'arc dé.crit par o x
la n.i1 ücule, soit ds Figure 11.29

r =- (11.16)
Jt

Copyng te 1 anal
660 C lneml'II'qu€ das oarticu flS

Vecteur acceleration dans


un mouvement curviligne
(11.18)

~t nous nVUI1-' r~Jnûr(I"~ Il"C, en géJ)t!r.1l. le ccctcur acc4f1ércTiiotl u'e« pa:;


wngcullJ./li trajccfoir"lJtJ ln par'llolile,

Derrvée d'une fonction vectonelle :\.\'fI.nl (h! considérer les t'(lltlT)O".l.Ilt~ (Ill vect mr vitesse li (lu vecteur
accél ':1 lt ion, lI(JUS il''on s rc\ u la .(l 'fi ultiou {j.nnellc de ln d~ml t~cl' une fi mc-
<

tiou \l'('lfJl1eUe et ét.lhli qll,t~J4ues rel,les rérriss.lflt la t[é,iV'o.ltÎolL d~ la suunue


pl ch1 produît de fnllC'tioll<; vectorielles. Nous a\ O!}S alors montré fl'le le 1I\\Ill\
de \ ,uiatiol~ d'un vecteur l'ill' r,tpp<JrL tLun I\',li'lt: fl"ô t'lit (l' même <-lite eehu
pill' rapport il un t'L'père en lTumlatitlf) 1section 11.1(1).
Composantes orthogonales En {.Il~gi~afllpar f,!1 cl z Ies coordonnée orthol!Qual('~d'une pttl tieule l',
des vecteurs vitesse et accélératlon nous avons trouvé C ItI~ Il, (~)}lJI1O.snlllc. .. orthogOtl.dt's (li.......
vecteu " vjt .", et '>.

:.1,ccél'tatinl\ de r I\{)llt égrue.'i IT$pt"t'ij\'erfleUl u 1.1 première déri, ée et à 111


ÙCU:I.;ÙIDUdérivée par r.tpp<)lt li t cl ·s coordonn ~es cvrre ..pondunt s, soit
r.\ ;;;;;;
\: r Il - 'l'
,
(11,2~»)
ri. =x «. - 9

ri ~ =~ ,.
(ll,301
Mouvements sur les composantes tÂ)rsqll~ 1(\ (,1111Irnllo.'Tlb~ fi, <lu vecteur ,1('(·~lt:r.ltiou {l(~rt'lul"elllel11 <lIt
1

(le t, lle~' et/ou IIp-I}s. 'lut' 'ÎJ1Iil.lÎreo rent 11" (jépel1(1 ....~uleln(·nt <te l , de!l et!f)1\
do Vy et qlle Il;;, d~.(i't'tld seulcmeut cl" t, de :: CtiOtl <le tI,. les t"qn.ttion Il.,3()
pt"I1\.l"Uttttre intégt'(~"iTlÙl~I)~l)dallllllt:OL L\lIl.ù)"sP. du uiouvemeut (~IJVili~ln'
dOllllé peut ,leJfle êtte rétJujte Il 1'.{l1lllyl't! ,rf~ Ir<,is munvement ... re('liJf1:!Ilf'\
(SL·(·tl()tl l 1.111, (..~tt,.:méthodo
ilUJ6pett<l ••tll~sur Jti, cx.nrrl)«l.'<t11t:c~ ~L particu-
U,:'rcnlent l"m(.~lœ dans J'étude lhl lllOU\ emeut {le p(t)1 cüles (]>R-ll.7 et
PB,J 1.8).

Mouvement relatif de deux particules }),IIl,\ I~ CIJS de purtieules ..\ c~ R se (}él)lfl\'I'lllt <l1\IIS l'elipttl'~
cft'U"
(Ilgltfl' Il.:10), 111111'
.1\ on .. ('C)ftsidéré le 1I10n\ f!ln~Jlt rt!l.lti. de Il p.u' rappf)rt
9' ~A 0\1, plu" l)['~cbérrH"!(lt.pM r.'lpport i\ un rt"'llère ruoblle li·!'! :11\ et en tr.ms-
latiou <l\'èc"l (section 11.12) ..Eu désiW1,JJ1( P,ITTt'VA le !;{c(('ltrl)()~ifiou r~J(/tJI e
a,,· !J P Il rapport il A (fJglll'C 11.:')(Jj, llt~lI'",1~'Ot,l"()l)tf'!1Jtl

(11.,31)

l~ll cl ....ij!III\lI( par "Irl ul aul. . resp cttvemeut, IH! ecu IIr vlte'b 11,!..utce et
le [l'Cff Ifr (J('cé/~f'(lrfUII tClfltit:jJ (te 111)arrapport i1.{, 11(}US 11' OJ1S montré (lUU
--
-
~

Figure 11.30
(1] .:ll)

Composantes tangentielle et normale TI ~t J',l1iilis c.:Ollulu.)cle cle déct'IIII')().IIer les \e<'teIlTS vii S'i ~ et Il( c'é\é-
ratiull Ù'urle lY.U1i(·lllt P J t',.
l]es ('(HTlpo,...ilut~s différt'Jtl('s da.. ('())fJi)OSrultC. ...
ortlll~t!on.11~sr, !I cl Z. l),lus le ca .. (1'1111(" p.ulicllle P 'c Lléphll,'l1llt suu ulle
l(.~C(l(lit .. l'OHtt."JtlH.' cli_tlJo; 1111l11.Ul. IlutlS ,\tHI!; lié h 11 It· \ecteul WÙ!J1U',,: C.,
lanl;!el1t fl Ll tr,~t!(.'tl}lrt'., et l~ \et:leUf unil.ûrt! Cil' llorm.J à la li.ljPctnir • et
orietll~ '\ l~1'Sle cpntre cie (4)~lfl)lJTe dt' la Lnljr.['hJÎTe (~cr.lion - .
11. J3), Puis nt lll:i
.1VQIlS l'xl)rillU~ J{.·s \-..:clctn \ it )s~l'cl ;l(;:célll.r,iLioll (ll~Iii l l.Ulici Llc Cll Illrlctiou
(Il=:<;(;nlJ\pOSa{lt~,·s trill!!l·nti\·llt, et I11lflnalt, dr- Cb;lr.lllt (l\" r.cs \'1l:cte1ll' N01'~
U\'"()IIS (]ht~nll

\' = vêr (11.,i6)

dl) 1 J!
1l - -""
dt ""i
+-c
P JI
( Il.39)

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
..
PROBLEMES
,
SUPPLEMENTAIRES

11.182 Le mouvement d'une particule est d~rlDipar la relation


x = 2' 'l - 15 (1 + 24 1 + 4. dans laquelle x est l'Il mètres I!l t on secondes.
Déœrminez :
li) les instants Hllxqut'ls là \ Il~ss(' t'st uullo :
b) la position et la distanee totale parcourue lorsque l'accélérutiou
est nulle.

11.183 Laccélérauon d'une particule {'sl définie par la relenon {I - -60 x 1.5,
dans laquelle a et x sont respectivement en mJs':!.et en mètres. Sachant que la
particule démarre du rep()s à r = 4 Ill, calculez la vitesse de la particule lorsque:
{il (' = 2 ln;
b) r=llJ1;
c) x """ 100 mm

11.184 Un projectile pénètre dans un milleu résistant a x = 0 avec une


vitesse initiale 00 = 270 mis et parcourt 100 mm avant de s'urrêter En SUppOSIDJt
que la vitesse du projectile est définie par la relation u = ('()- kx, dans laquelle t'est
en rn/s et ;c en mètres. calculez-
Il) l'accélération initiale du projectile;
b] le ttolnps ulis par 1",projel:ti.le pour pén{oln.·r dl' 97,5 mm dans 1..
milieu résistant.

11.185 Un ascenseur dt' nlUTCUtUldJ) ...· monte .I\'t'C une \'it~SM' constante
de 2 nvs ct double un ascenseur de personnes qui est ruï('l('. Quatre secondes plus
tard, l'ascenseur de personnes commence II monter avec une accélération constante
d ...O. In/slt, Détermnu-z-
(}) l'instant et "endroit auxquels les ascenseurs seront à la même hauteur:
b) la vitesse dl' l'ascenseur de per OUIiIJS ~ l'(·t Instant.

11.186 Dans la position représentée, le manchon B se déplace vers la gauche


à une vttcsse Je 150 movs. Détermlnez:
a} la vitesse du manchon r\ ;
'J) ln vitesse de la pnrhe C du clihk' ;
c] la vitesse relative de la partie G du câble par rclpport au manchon 8.

Figure P11.186

11.187 Les trois blocs représentés se déplacent à des \1teSSE:'Sconstantes.


Trouvez la vitesse de chaque bloc, sachant que la vitesse relative de .-\ par rapport à C
("SI dt:' 300 111111/S \ ers le haut pt 'lUf' la vitesse l'elRtÎ\ e de B par rapport ~ A pst
Figure P11.187 du 200 nnn/s vers I~ bus.
662

C p n
11.188 U Il nrrosoir oscillant situé ail point .-\ repose sur un plan incliné
formant ml angll' a uvee l'horizontale, Larrosolr projette l'cau ielon 1111('vilt':>st In;-
tiale Vo cl 1111angle tP Q\(,C la vr-rttcalc \lnril\llt de -q"o à T(PO. Sachant qul' t Il - 10 rn/s.
c/>o = 40° et a = 10°. calculez la distance horizontale entre l'arrosoir et les peints B
et C qui définissent la ZOUt' arrosée.

1--- fi ( ---11-+-- li II ----1


Agure Pl1,188

11.189 En observant un bateau se déplaçant plein est ~l UII(' vitesse ùt.!


km/h, on li déduit que le vent !>QUmait du sud. Cependant, apri: . I,U(' Il, htltl'BII l'Ill
changé de cap l't sr fut dirigr plein nord à une vitesse de- H I.,nlh. If' vent a semblé
souffler ùu sud-ouest, En supposant que la vites 'C ÙU \ eut tI été constante dur ...nt
l'observation. déterminez la grandc.·ur et la direction de la \ile\.'il· r~('lIl' du vent.

11.190 La conductrice d'une automobile diminue sa ,itt>sSt-' à un taux cons-


tant de 72 klll/b à 4S km/h ur une distanee de 2.30 III 1(' I(}II~ d'une courbe d'un
rayon de .J60 Ill, Calculez la grandeur dt' l'accélération totale de l'automobile après
un parcours de 150 m sur la courbe

11.191 Sachant qu'un con\o)f'lIr transportant du sahk- se déplace' à une


vitesse constante de ro = 9 nl/s .....ulculez l'angle ex auquel 1(' able t' 1 dr-po,c: sur
l'amoncellement situé en B,

~...
~.<.,
~~
'('~
(jlll ~
..:
1
.J. .:l'lS';. 8

f--IOlll--!
Agure Pl1.191

11,192 s ('1TC"ctlltt.'s sur une pholoWtlphit>. on li t~tnhli


À partir tir nl('~lIrt·
qu'en ortant du bec situé à 1\ le jet d'eau représenté d la ligurE.' Pli J92 avait tllI
ravon
, de courbure de 25 111, C31('1I1("'1.:
CI) la vitesse rrutiule VA du jet:
b) le rayon dt' courbure du jet à a huuteur maximule r-n 8,

B

Figure P11.192

Cop
664 Clnemattquo ces parhevlos 11.193 La trajectoire de vol de l'avinn B est une horîzontale qui pass directe-
ment nu-dessus d'un poste de radar en A. Sachant que l'avion se déplace vers la gauche
avec une vitesse constante V(h calculez dOldl. et Q'2(}jdP en [onction de Do. de l, et de 8.

--------
lB
1
1
1
1
1
1
1
1 /,
1
1
1
1
1

,1 8
J\ ~, --'---------'-

Figure P11.193

11.Cl Le mécanisme représenté la à ab~ vu.ci


est appelé mécanlsme à
coulisse. La tigf' AP tourne à un taux constant cf> el la gouptll P glisse ltbrement
dun la rainure de ln ~gc sortante BD. Écrivez ml progrrunlll 'pènllettant de tracer 0
en [onction de 4J et 0 en fonction de 4J pour une révolution de la tige M. Supposez
f-lUC'cP = l rad/s. que- 1 = 40 InU) et que:
a) b = 2,5 rnm :
v
Il) b==301nm;
c} b = 35 111ln.

Figure P11.C1

11.C2 On laisse tomber une bille avec une vitesse Vo à un angle a avec la
verticale sur la marche supérieure d'un escalier comprenant 8 marches. La balle
rebondit ct descend 1<.'marches en rebondissaut oormno le représente la 6gure 1>11.02.
Chaque fois que la balle rebondit aux points A, B. C, ... , la composante horizontale
de sa vitesse reste constant!' et la grandeu.r dt' la oonlposantl" \ erticale diminue
de k %. Héùigez ULLprugrnJllllle permettant de déterruiner :
a) si la balle descend les marches en whondissant sans sauter 1111CUne
marche:
b} si la hall!" descend les marches san' rebondir deux fois Sur la même
marche,
c) la premtère marche sur laquelle la balle rebondit deux [ois.
Utilisez des valeurs dt> Vo allant de 1,8 mis à 3,0 m/s par incréments de 0.6 mis,
des valeurs de a allant de 18" à 26" par Incréments de 4° ct des valeurs do k égales
à 40 el 50.

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
666 Clnémallque des particules 11.C5 Un arrosoir oscillant de jardin projette de l'eau avec une vitesse
initiale "0 de 10 mis.
a} Sachant que les côtés mais pas le sommet d'une tonnelle BeDE sont
ouverts. écrivez lin progralnlne permettant de calculer la distance d
jusqu'au point F qui sera arrosée pou_rdes valeurs de exvariant de 20°
à 80° par incréments de 5°.
b) En utilisant de plus petite; incréments, calculez là distance ruaximale (1
et J'angle cr correspondant.

~1:~~_-
__~_f_lI~~~~~.~I·~~~~~-d_3_~_LU_-_-_-_-_-_-_-
__~.I ~.I
Figur. P11.CS

Copynght d ma nal
Cinétique des particules:
deuxième loi de Newton

cnequ. eycbte qui roule sut la partJe courbe c:fune piste est soumIS à une OCIOII6ratlon
orientée vera le c:entre de courbure cie sa trajectoire. La Iorce qui produil cette
KCéIénIllon est la résuhante du poids du cycIi$te el de la force exercêe par la piste
sur les roues du ,,~. Dans ce chapitre. nous étudierons la relaIlon entre la force.
la masse et raccélérabon .


..
'"
Cinetique des parliC1JJes 12..1 lNTROOUCTtON
668 deuxième 10 de Nawlon
Nous avons largement utilisé en statique la première et la troisième lois
de Newton pour étudier les corps au repos et les forces agissant sur eux. Ces
deux lois servent aussi en dynamique; en fait. elles suffisent pour étudier le
mouvement des corps sans accélération. Mais lorsque les corps sont accélérés,
c'est-à-dire lorsque la grandeur ou la direction de leur vitesse change, il faut
utiliser la deuxième loi de Newton pour relier le mouvement du corps aux
forces agissant su r lui.
Dans ce chapitre, Il(JUS discuterons de la deuxième loi de Newton et
l'appliquerons à l'analyse du mouvernent des particules. Corumë nous l'éta-
blissons à la section 12.2, si la résultante <les forces applj(lUéPS ;1 une
particule est différente de zéro, la particule Cl une accélération proportionnelle
à la gn1ncleur tIf>la résultante et orientée clans ln même direction (lUt' ce-lle-ci.
De plus. le rapport des grandeurs de la résultante et de l'accélération définit
la niasse
, de la particule.
A la section 12_3, nous déflllÎSSOI1S la quaunt« cie mouvement d'une
particule comme le produit L = I1IV de la massa 171 el de la vitesse v de la par-
ticule et nous démontrons q\le la deuxième loi de Newton peut s'exprimer
p,lr une relation entre le taux de variation de la quantité de mouvement et la
résultante des furces élgissant sur la particule.
La ection 12.4 mute de la nécessité d'avoir des unités cohérentes dans la
résolution de problèmes de dynamique et donne un rappel du système inter-
national d'unités (SI). L'annexe donne les unités de mesure impériales.
AlLX sections 12.5 et 12.6 et dans les problèmes résolus qui suivent. nous
appliquons la deuxième loi de Newton pOUf résoudre des problèmes d'ingé-
nierie en utilisant les composantes orthogonales ou les composantes tangen-
tielle et normale des forces et des accélérations en jeu. Rappelons qu'on
peut considérer un corps réel- aussi volumineux qu'une voiture. une fusée ou
un avion - comme une particule pour analyser son mouvement tant qu'on
peut négliger reflet de la rotation du corps autour de son centre de masse.
La deuxième partie du chapitre est consacrée à la résolution <le pro·
blêmes en considérant des composantes radiale et transversale, en insistant
particulièrement sur le mouvement (j'une particule sous l'action (l'une force
centrale. ,\ lu section L2.7. nous définLssous le momen! (';Tléti(II,J(J lIa d'une
particule )JaT rapport à UJl point 0 comme le moment par rapport à 0 de
la quantité de 1nouvement de la particule ~ 110 = r X mv. Alors, selon la
deuxième loi de Newton, le taux de variation du moment cinétique Ho d'une
particule est égal à la somme des rnornents par rapport à 0 des forces
agissant sur elle.
La section 12_9 truite (Ill mouvement d'une particule )iOllS I'uetion (l'une
force centrale, c'est-à-dire S(lUS l'actton d'une force orientée vers un polnt
h.\:p 0 ou orientée dans le sen contraire. Comme le moment d'LIll€' teUE>
fo·rce pur rapport ~ 0 est nu]. le In0111ent cinétique de la parti(.'ul~ par rapport
à 0 est conservé. Cette propriété simplifie grandement l' analyse du mouve-
ment d'une particule soumise il une force eentrale , à la section 12.10, nous
l'appliquons à la résoluticn {le problèmes sur le mouvement orbital de corps
soumis à l'attraction grnvitationoeUe.
Les section.'; 12. L1 à l2.13 sont complémentaires. :".rC)I1S )' dlscurons
plus largement du mouvement orbital et y présentons un gran(1 nombre de
problèmes de mécanique spatiale,

122 DEUXIÈME LOI DE NEWTON


Selon la deuxième Loidu mouvement de 1\ ewton :
Si la résultante des forces appliquées li une particule est (lifférentc cie zëro,
la r)(lrti('(~/e (J une accélération proportîonnelle à /0 gran(/cur cie la résultante
('1 miertfée ({(/11~ la même dtrectton (Ille cellP-ci.

Copynghted matenal
La deuxième loi de Newton se comprend mieux en imaginanr l'expé- ~2 2 DeuxIème 101de Newton
669
rience suivante: une particule est SOUlMe ~ une force FI Je direction et
de grandeur FI constantes. Sous l'action de cette force. la particule st>
déplace sur une droite dans la direction de laforce (figure J 2.10). Après
o •
détermination de la position de la particule à divers instants. on constate que
on accélération a une grandeur constante al. Si l'on recommence l'expé- (0)
rience avec des forees F 2, F 3, ... , de grandeurs ou de directions différentes
(figures 12.J/J et c), on constate chaque fois que la particule se déplace dans
la direction de la force qui lui est appliquée et que la grandeur des
accélérations ab 02. 03, ... , est proportionnelle ~tla grandeur des forces
FI. F 2, F 3, .... correspondantes :
(b)
FI Ffi P3
- = --=- = - = ... = constante
01 (12 (13

La valeur de la constante obtenue en faisant le rapport de la grandeur


des forces appliquées à J'accélération produite est une caractéristique de la
particule considérée. Cette valeur est appelée masse de la particule et est
notée nI. La force F uppliquée à une particule. la masse 111 de la particule
et l'accélération a de la particule sont liées par la reJation le)
Flgure 12.1
F=1na (12.1)

Cette relation énonce complètement la deuxième loi de Newton. EUe


exprime que la grandeur de F et la grandeur de a sont proportionnelles et
que (puisque ,n est un scalaire positif) les vecteurs F et a sont de même
direction (figure 12.2). Remarquons que l'équation 12.1 est encore valide
lorsque F n'est pas constante mals qu'elle varie en grandeur on en direction
dans le temps. La grandeur de F et la grandeur de a demeurent propor-
tionnelles et les deux vecteurs ont la même orientation à tout in tant.
Cependant, en général. ces vecteurs ne sont pas tangents à la trajectoire (le ln
la particule. Figure 12.2
Si une particule est soumise simultanément à plusieurs forces, il faut
remplacer l'équation 12.1 par

IF::::: tna (12.2)

où I.F représente la 50111n1C, ou résultante, de toutes les forces appliquées à


la particule.
Le système d'axes par rapport auquel l'accélération a est déterminée
n'est pas arbitraire. Ces axes doivent avoir une orientation constante par
rapport aux étoiles et leur origine doit être liée au Soleil 1 ou se déplacer à
vitesse constante pur rapport au Soleil. Un tel système est appelé repère
IlewtonLe,,2. Un système d'axes lié à la Terre ne constitue pas un repère
newtonien puisque la Terre tourne par rapport aux étoiles et est accélérée
par rapport au Soleil. Cependant, dans la plupart (les applications en
ingénierie, on peut déterminer l'accélération a par rdpp<)rt à Jes axes liés à
la Terre et on peut utiliser les équations 12.1 et 12.2 'ans commettre
d'erreur appréciable. Pur ailleurs, (-'CS ~quations valides si Il
Il • sont p:L'>

repré ente une accélération relative mesurée par rapport à des axes mobiles,
tels que de: axes liés à une voiture accélérée ou à une pièce tournante
d'une machine.
Remarquons que, si la résultante :iF des forces appliquées à la particule
est nulle, l'équation 12,2 montre que l'accélération a de la particule est nulle

1. PIII.~prt'oc"j_j:4Snlt-nl.::III C't"ntw dE' masse du sysl~me solaire.


2. Commp LPs(StQiles ne ~Ol)t pl\~rIXes. une d~finjtJon plus rigoureuse du repère newtonien (dU 1
nppclë repère r/'IIICI1Ic) es! ('c/uIIJOurlr'lucll'équfflIOII 12.2 est l)(llldl'.
CI"e:lq ue aes partiCul~s
670 d"u~ onl\- 101ce lI:ewc04'l
elle aussi, Si la particule est initialement au repos (vo = 0) par rapport au
repère newtonien utilisé, elle restera donc au re()()s (v = 0). Si la particule
se déplace initialement avec une vitesse v(J. elle conservera une vitesse
constante v = vo, c'est-à-dire qu'elle se déplacera sur une droite à la vitesse
constante 00 conforrnérnent, rappelons-le, à la première loi (le Newton
(section 2.10). Ainsi, la première loi de Newton est un cas particulier de la
deuxième loi de Newton et n'est donc pas une loi fondamentale de la
mécanique.

12.3 QUANTITÉ DE MOUVEMENT D;UNE PARTICULE.


TAUX DE VARlAnON DE LA QUANTITÉ DE ·MOUVEMENT
Dans l'équation 12.2, remplaçons l'accélération a par la dérivée dvklt . Il en
découle
dv
I.F = nl-
dt
ou, puis(l'Je la masse rn de la particule est constante,
d
~F= d't(I/IV) (12.3)

Le vecteur mv est appelé la quantité de mouvement de la particule. 11


est de même direction (lue la.vitesse {le la particule et sa grandeur est égale
au produit de la masse 'Tl et de la vitesse v de la particule (nguTt' 12.3).
Selon l'équation 12.3, la réSILltoute de...forces tlppllq!l(fes à la particule (h\'1
égale au taux de cartauon de la quantité de ItIOUtlCrtl€lIt (Lela particule. C'est
Figule 12.3 sous cette fom1e (lue Newton a énoncé sa deuxième loi du mouvement. En
(Jésignant par L la quantité de mouvement de la particule.

~ L=mv (12.4)

et par L sa dérivée par rapport à t, l'équation 12.3 devient

IF=L (12.5)

Remarquons que, dans les équations 12.3 il 12.5, la masse m de la


particule est constante par hypothèse. Donc, on Ile peut pas utiliser les
équations 12.3 Ou 12.5 pour résoudre des problèmes sur le mouvement de
corps, tels (lue des fusées, dont la masse augmente ou diminue au C()UTS du
mouvement. Nous considérerons ce genre de problèmes à la section 14.123.
Selon l'équation 12.3, le taux de variation de la quantité de mouve-
ment mv est nul lorsque IF = O.Donc. si la rësuùante (lesforce appliquées
sur une particule est nulle, la quantite rie 11lQUt,vmJrllt (le lei particule demeure
constante en grandeur et Ct} direction. C'est la loi de la consercotton de 14
qIJ(lntilf! (Je 1i10UL"Cnl€lIt d'une particule, une autre forme de la première loi
de Newton (seetioa 2.l0).

12A SYSTÈMES D'UNITÉS


Dans l'équation fondamentale F = »ra, on ne peut. choisir arbitrairemeut
les unités de force, de masse, de longueur et de tenlps. Si on le faisait,
la grandeur de la forc-e F nécessaire pour donner une ~lc(;pléralioll a 11la
masse 111 ne serait pas numériquement égale au produit n,a: elle lui serait
seulement proportionnelle. NOliS pouvons donc choisir arbitrairement trois

3. D'autre part. les éc.tunllOllS ]2.3 el l2.5 sont vahdes en Hlt.fcanlquc n:lativlatc où la musse III de la
pllrucuJe vane ,l\l'OCIII vitesse de la partleule

Copynghted matenal
des quatre unités, mais nous devons choisir la quatrième cie manière que
l'équation F = m a soit satisfaite. 011 dit alors clue les unités Iorment 1111
ensemble cohérent d'unités cinétiques.
Le Svstème international d'unités (SI) est lin svstèrne d'unités cohérent.
• •
Nous "<1\'011$ \11 en détail ~l la section 1.3 et nous ne le décrivons que
brièvement clan.; cette section-ci.

Système international d'unités (unités SI), D:U1S ce svstème. le


unités dp hase de longueur, de 1l1aSSe et de ternp .. ont respectivement Ip
-
mètre (Ill), Ip kilogrannne (kg) el la seconde (s). Ce, trois unités sont définie
arbitrairement (section L.3). L'unité de Iorce est une unité dérivée. EII~ est
appelée le rlcu:lc)tI (N), Par définition, c'est la force qui donne une accélé-
ration de 1 nv!>2 à une 1l1..iSSe de 1 kg (figure 12.•l}. Selun l'équation 12,1. Flgure 12.4

l i\ = (1 kg)(l m/s'') = l kg' m/s"


Les unités SI de hase S(),,! toutes choisies et définies pour tltre indépen-
dantes du lieu oü l'on efl'ectue les 111es ures, Le mètre le kilogramme et la t

seconde peuvent donc être utilisés n'importe où sur la Terre; un peut même
les utiliser SIII' une nut re planète, ris auront toujours lu 1l1ê111
) • i~lification.
Le T)(I/(}'<;\V d'un corps, ou force d'attraction terrestre exercée SIII' ce
corps, doit, comme toute autre force. être exprimé en newtons. Puisqu'un
corps SOUllÙS à son propre poids acquiert une accélération é~;ù('rl l'accélé-
ration gr.avitationnplle g, il s'ensuit de la deuxième loi de Newton que la
grandeu r \" du poids d'un corp!; de masse r11est
\\' = JIll!, (12,6)
En nous souvenant que I!. = 9,81 nvs2, nous trOU\OIlS que le poids d'un
corps de mas e de 1 kg (figure 12,5) est
\\' = (1 kg)(9. '1 ulls2) = 9.Sl . 1-9"'1111~

Dans la pratique, les ingénieurs utilisent fréquemment des multiples ct


des sous-multiples des unités de longueur. de masse ct de foree. Cc sont r s-
pectivcment le kilomètre (1-..111) et le tllillitHètre (mm): Je 11léga{!.rnllllllc (Mg),
ou tonne (t), cl le g,"a,nHIC (g): ct le kiio'lCtvlOIl (kl\), Pal' définition.
Figure 12,5
l km = JOOO III J mrn = 0,001 III
1 N(g = ] ()Oo kg = 1t ] g = 0,001 kg
l k - 1()()() N
La conversion de ces unités en III ètres, kilogrammes el newtons. respective-
ment, s'effectue simplement n déplaçant la virgule décimale de trois rangs
vers la droite ou "crs la gauche.
Toutes les unités cinétiques autre que les unités de Illas .e. de longueur
et de temps s'expriment t'Il fonction de ces trois unités r1~hase. Par t'xCII1IJ!e,
l'unité de quantité de mouvement s'obtient à partir de sa définition .•Ainsi,
uu.: = (1\(7)( m/s) = k(7 . m/s
~ ~

12.5 ÉaUATIONS DU MOUVEMENT



Considérons une particule de masse m sounuse à plu ieurs forces, t\ la
section 12.2, nous avons \'U que la deuxième loi de Newton s'exprime pélr
,
l'équation l, l
- "1.1 '

I-F = "la ( l2.2)


-
-
qui relie les forces appliquées il la particule et le vecteur rn u (figure J 2,(j),
Mais il est plus commode dt' résoudre I~s prohlènu-s sur le mouveme-nt
d'une particule en rempluçant l'équation J2.2 par des équation..'\ équivalentes rll rll

comprenant des quantités scalaires. Figure 12,6

c
672 Cinétique dGs oattlcules ~ Composantes orthogonales. Décomposons chaque force F et
deuxIème '01 de Nl!W'lon
l'accélération il en leurs composantes orthogonales, soit
:i(Fri + F~j + F;:k) = 111{aJ + nJ + o;:k)
l' •
t 011

IF-r = 111 a; (12,7)


Comme DOUS l'avons vu à la section Il.11, les composantes de l'accélération
sont les deuxièmes dérivées dps coordonnées de la particule. Donc,
(12,8)
,
A titre d'exemple, considérons le mouvement d'un projectile. Si nous
négligeons la résistance de l'air, la seule force agissant SUT le projectile après
son lancement est son poids \V = - \Vj. Les équations définissant le mou-
vement du projectile sont donc

l1IX =0 Illy = - \\'

ct les composantes de l'accélération du projectile sont


\V
.r = 0 y= --=-g
?n
--
...... 0

dans lesquelles g vaut 9, 1 rn/52. Comme nou s l'avons vu à la section 11.11,


on peut intégrer indépendamment les équations obtenues pour obtenir la
vitesse et le déplacement du projectile à tout instant.
Si un problème comporte plusieurs corps, nous écrivons les équations
du mouvement p01Lr chaque c:orps (voir PR-12.3 et FR- i2.4). Rappelons,
n()US l'avons vu à la ection 12.2, (lue toutes les accéléraüons doivent
('''l)1111l1(:!
être mesurées par rapport 1\ un repère newtonien, Dans la plupart des
applications en ingénierie, on peut calculer les accélérations par rapport à
des axes lié... à la Terre. 111aÏS on ne peut l)as remplacer a dans les équations
du mouvement par les accélGrations relatives mesurées par rapport à des
axes mobiles, tels Clue les axes liés à un corps accéléré.
Composantes tangentielle La décomposition des forces
et normale.
et <le l'aecélération (le la particule en composantes le long de la tangente
à la trajectoire (d~U1S la direction du mouvement) et de la normale (vers

n\ "\ tll ail


!.F"
/,
-
Figure 12.7

l'intérieur de la trajectolre) (figure 12.7) et l'insertion de ces composantes


dans l'équation 12.2 donnent les deux équations scalaires
'i,/:" = 111 a, (12.9)
Selon les équations 11.40, on aura
do
'2.F, = tH dt (12,9')

Ces équations peuvent se résoudre pOlir deux inconnues.

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
PROBLÈME RÉSOLU PR~12.5

La lentille d'un pendule de 2. III décrit un arc de cercle dans un plan vertical.
Eu sUPllOsant qut· la tC'Hsiofl dons le fat t~stt<gaJc à 2,5 rois If' poids de la lentille à
1
la po 'iHon représentée, calcules la vitesse l'l 1'[I(;(~lfraliol) dl' J I.·ntillp tIans cptte
1 position,
......... , 1

----

SOLUTION'
Le poids dl' la lentille est \\! tllg; ln tenston dans 1(· ni l'sI donc ck- 2,,15"' g, En
=:1

se rappelant que l'aceélération a'l est oneruée vers O. on suppose Clue l'aocélé-
ration ai est dtUIS la direction représentée et on applique la deuxième loi de Newton,
On obucnt
-
- +.,( !F, - IU(/, : 30° = 111 a,
lit {!, sin
o, = Il. sin 30" = +4,f.10 lll/s2
1
\V::: IPIg
+, _Fil = Illa,,: 2.,5 IItg - IlIg cos 30° = '~laJJ
fi" = 1,634 g;::; + 16,03 nv!'- ft"
,
= 16.03 11l/s- or,
Or, a" = 1)2/p. Donc, 02 = pli" = (2 Ill)( 16,03 rn/sz)
1) = :!:5,f16 InlS v - 5,66 titis .?'
(ver lt' haut ou \o('1"S le ha,~1

PROBLÈME RÉSOLU PR·12.6


Calculez la vitesse nominale d'une courbe d'nutoroote, cie> royon p :; ) 215 IYI, r('lev(oc'
d'un angle (1 = 18°, La L'ile....'SL' nVl11;nale <l'une courbe d'autoroute relevée est la
vitesse à laquelle une voiture clolt rouler pOUl' qu'aucune foret' dl" froltf>lfll"nllalérule
Ile s • exerce sur ses roues.

SOLUTION
Ij
La voiture roule sur une trajectoire etrculaire horizon tale dl:'rayon p. r JI composante
\Vc:mg normale a, de l'accélération est orieutée vers 1(:'centre Je la trajectoire: sa gnmdeur
est a" = 02/p, où 1) est ln vitesse dc' IR, oit Urt' ("1 nV5. T.H masse III O{'la voihll'(' (' t 'V/g,
où \" est le 1oids J(. Ja volturo. PuislJue àUCUIll:' [orœ de rrotteruent latérule Ile s'exerce
sur la voiture, la l'faction R de III route est représentée perpendiculalrcment à la
surface de la chaussée. On fI'U qu'à appliquer la deuxième loi de Newton. il eu résulte

R QOS () - Ihl!, :: 0 R = rng (1)


cos (}

l( SUI 0= ilIa" (2)

-
-
nUl"
On reporte la valeur dt" R de 1 dans 2 et, se. 01 1\ cnant que {I" = r;'1/p, ou obuenr

H~g sin (J = ')I~


"
cos 9 p

Or () = 125 III et 0 == 18°, Donc, cette équation donne


02 = (9,81 Ilv'r)(] 25 ln) tan ) BD
t.. "" 20,0 "Ils v = ïl,9knl/b

677
,
RECAPITULATION
...
SECTIONS 12.1 A 12.6

1
Dans les problèmes de ces sections, nous avons présenté la deuxième loi du tUOUOOnlent
de Newton, IF = ma, pour lier les forces appliquées à une particule au mouvement de
celle-ci,

1. Écriture équation« du IIaour;enJenl. Lorsqu'on applique la deuxième loi de


des
Newton aux types de mouvement étudiés dans ces sections, il est plus pratique d'exprimer
les vecteurs F et a en fonction de leurs composantes orthogonales ou de leurs composantes
tangentielle et normale,
a) Lor« lie l'utiliBatioll des conJposa'Jles Orlilogoualell. en se souvenant des eAl?res-
siens de Gy et a=. vues à la section li.ll, on écrira
fl;r{l

rnx
IF", ""'" IF" = my IF:, "'"rn.;;
11) Lor» de l'utili8utiofl des compo,,,anlell ttf,..gen1;elle et normale; en se souvenant
des expressions de al et an vues à la section 11.13. on écrira
u2
IF" = 711-
P

2. 1.R traçage d'Utl diagralnme du corp» libre (DeL) montrant les forces appliquées
et d'un magnnnme éqtlioolent montrant le vecteur m a ou ses composantes fournira
une représentation graphique de la deuxième loi de Newton (PR-12.1 à PR-12.6). Ces
diagrammes aideront grandement à écrire les équations du mouvement. Si un problème
comprend plusieurs oorps, il est habituellement préférable de considérer chaque corps
séparément.

3. .~pplication de la deuxième 10; de Nescton, Comme nous l'avons vu à Lasection 12.2,


l'accélération utilisée dans l'équation IF = ma devrait toujours être l'accélération absolue
de la particule (c'est-à-dire qu'elle devrait être mesurée par rapport à un repère
newtonien). Aussi, si le sens de l'accélération a est inconnu ou ne se déduit pas facilement,
on donne un sens arbitraire à a (habituellement Lesens positif d'un axe de coordonnées),
puis on vérine l'hypothèse avec le signe du résultat. Finalement, remarquons comment
nous avons divisé les PR-12.3 et PR-12.4 en une partie cmëmauque et une partie cinétique
et comment, au PR-12.4, nous avons utilisé deux systèmes d'axes de coordonnées pour
simplifier les équations du mouvement.

4. Si Ut. problème compre,uI. t"l [rottemetu sec, nous suggérons de revoir les sec-
tions 8.1 à 8.3 de Statique avant d'essayer de le résoudre. Il est particulièrement important
de se rappeler les équations F:= ~N et F = #-tieN. Si Je mouvement d'un système n'est
pas précisé, on doit toujours supposer un sens possible et vérifier la validité de l'hypothèse.

678
5. Ré801utio'1 de problème. comprenant un 1nOUa;e"lenl reltltij: Lorsqu'un corps B
se déplace par rapport à un corps A (PR-12.4), il est souvent pratique d'exprimer
}'accélération de B sous la forme
aB = aA + aS/A
où aB/A est I'accëlératton de B par rapport à A. c'est-à-dire l'accélération de B vue d'un
repère lié à A et en translation. Si B semble se déplacer Sur une droite. aBIA sera orientée
le long de celle-ci. Par ailleurs, si B semble se déplacer sur une trajectoire circulaire,
l'accélération relative BBIA doit être décomposée en ses coluposantes tangentielle et normale
à œtte trajectoire.

6, Fiooleme'lt. il faut toujoun comidérer les i,nplicati-O,lli rieN IIYPQt/lèHes I)01«!f?H.


Donc, dans un problème comprenant deux cordes. si on suppose que la tension dans rune
d'elles est égale à sa valeur maximale admissible, on vérifie si toutes les exigences de
l'autre corde sont satisfaites. Par exemple, est-ce que la tension T dans cette corde satisfait
la relatïon 0 :S T :S T'Du? Autrement dit, cette corde restera-t-elle tendue et sa tension
sera-t-elle inférieure à sa valeur maximale admissible?

679

Copynghted ma nal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
12.9 i la distance de fr(·jl1agr d'une automobile à partir de la \'it('s~e Problèmes 681
de 00 kmlh est de 50 ln sur UDe route horizontale, étahlissez sa <list;lnCf' de freinage
à pa.rtir de la vitesse (le 90 klTlitl lorsqu'rUt":
(1) moutt- UIIC nll1'pl' fl(,· 5°;
b] descend ru le nllllp'" dl' 3 %.

12.10 UII paquet cil" 2() kg est au œpos sur 1111 plan incliné lorsqu'une lorce P
lu.i est 3PPÜC.lué~ t('1 qu'illu tré, Calculez la grt\nù(!u r cl .. P :.i 1('pnllllét Illl'I lOs pour
franchir 5 rn vers le haut du plan. Les coefflcicnts de Irottement statique ('t cinétique
entre le paquet et le plan incliné sont respectivement de 0.4 et U,3,

Figure P12. 10

12.11 Les ÙClL\ blocs représentés sont i.nilialclIlt'lIl tlll ":ptlS. El! ,,(o~l.ig(,HI)tla
masse des poulies et l'effet du frottement dans les poulies et entr-e If"bloc r'\ et la
surface horizontale, ealeulez :
a) J'accélération de chaque bloc:
IJ) la teusion dans le câble,
12.12 Les tJ(.lLL~blocsrepré entés sont lnitialcm 'nt nu fl'pOS. En I)C-g:Iigcimt ln
masse des poulies et l'e!Tet de frottement dans les poulies. et sachant que les coelll-
cients de frott~lfll'lLt tutil{lIl' pt çill(,tiq"~ entre le bloc 1\ e-t la sudàt'(' Ilnriz,olllalt'
sont J.L. = 0.2.5 ct /.LIe = 0.2.0. calculez:
a) l'accélération de chaque bloc:
bJ la tension dans le c3blc, Figure P12.11 • P12,12

12.13 Un ensembh- tracteur c't S unl-remorque rouit, il la vit<,ssc' dl' 90 km/h


lorsque le conducteur se met à freiIl er, Sachant que les forees de freinage du
tracteur Cl de: la senti-remorque sont ~Sp('c1i\'~'I)l('nt dt" tG k1\ f'l 60 kN, calculez .
a) la distance parcounJe par l'ensemble jusqu'à l'arrêt;
b) la t'onlposante horizontale de la force clans le disposltif d'attelage entre
le tracteur et ln seml-remorque lorsqu'il: ralentissent.

Figure P12.13

12.14 Résolvez If" problème 12,13 en SUppOsêlHt (ju·une deuxième serni-


reulorqull avec diabolo convertisseur, d'une masse combinée lie Il 300 kg. est
attachée à l'nrrii-re ô.. l'ensemble tracteur (·t sf'lni-I'f'Hlorfjllf'. La force dé' frf'inagf'
de la deuxième souri-remorque l' t de Si k1\,
12.15 Les blocs A el B représentés onl respectivement une masse de -lO k;~
el S kg, Les t:oefficient<; de Irottement entre toutes les surfaces de contact sont
fJ.. = 0,20 et J.LI< = 0.15, Si 1) = O. déternunez .
a) l'aecéléranon du bloc B;
b] IH tension dans la corde. \

12.16 Les blocs ,\ et B représentés ont respectivement une masse de .JO kg


et 8 kg, Les t:o('mcit~lIt1i dt, frottement ('lit n- toutes h-s sllrfa(.'('s dt:' contact sont
..
p

f.L. = 0,20 et Jil; = 0,15. Si P = 40 N -, déterminez :


(1) l'accélératton du bloc B;
b] la tension dans la corde, Figure P12.15· P12.,16

C p n
682 Clnôt'QUIl Il parl.ctll 5
u u·,érnc 101Ile !Il wlon
12.17 Les boîtes A et B l't'prl~sl'nt~(~s
sont au repos sur un convoyeur qui
est Illitiaieulf:llt LIllrepos. On démarre brusquement le cOllvoyeur vers Je baut et
on observe un glissf'rl1f'nt entre la courroie C't les bottes, Sachant que les eocffi-
cleuts Je frottement cinétique entre le (.'on\'oyeur et les boîtes sont (~JJA= 0.30 et
(J.t,,)/J = 0,32, calculez l'nooélérntion initiale de chaque boite.

Figure P12.17

12.18 u-s coefûctents dt, rro~lt;'111(,llt (flguJ'\: P J 2.1 R) entre 1(;· puquet A et le
plan Iucllué sont IJ.. = 0,35 et IJ.k = 0,30. Sachant que le système est mltialement au
3.'5 kg
repos c:t que le bloc B vient au tl'pos sur lé bloc C. détermlucz-
qJ~l a 1 la vitesse maximale du paquet A ;
li) la distance vers le haut du plan incliné parcourut' par le paquet.t\ avant
~t
60kg ,
(111 'il s'arrête.

urs rn
12.19 Chacun des sysrèmes représentés est initiruC'Jll('nt au repos. En négU-
geàllt le frottement des paliers et ln 1l1USSe
des poulies, calculez pour chaque système:
Figure P12.18 a) l'accélération ou bloc A ;
h) la vitesse du bloc A uprës UIIparcours de 3111;
c') 1(' temps mis par le bloc ,\ pour attrindre la \ih'ss(~ ùe' 6 rtl/s.

100 l-g 1 kN 2100 lIg

200 L:~ .200k~ :!200 kg


( 1) (21 (31
Figure P12.19

12.20 Un homme dC'OOLlt dans lin ascenseur (OID,lrc' P12.20l, qui St' déplace
avec une accélérution constante, tient un bloc 8 de 3 kg entre deux autres blocs de
sone quI' le mouvement de B par rapport à ,\ el ù C soit imminent. Sachant que les
coefficieuts (le rrotteruent entre toutes les surfaces sont J.L. = O,~) et 14 = 0,25.
détermmez :
a) l'u{.'<.'élératiol1 de l'ascenseur s'ü monte, chacune des forees exercées
pAr l'h0l11111f' sur les blocs f\ cl C t\)'lllll lit)!' COITIpOS8 Il le hortzontale
~~alt.' deux fois le poids de B •
à

11) les conlposantes horizontales des forces exercées par l'homme sur les
blocs J\ el C si l'accélératiou (lI: l'ascenseur est de 2,0 1I1/s2 \ ers le bas.

12.21 Un paquf't (n~tre P 12.2l) est au repos sur un convoyeur qui est initia-
lemenr ail T'f'pos. LR convoyeur démarre et se déplace \ CI'S la dmitf' durant 1,3 s avec
Figure P12.20 une aecélëratiou coustaute tlé 2 nv's! L(' t.,()lI\'oyt'llr se déplace ensuite 3\'eC une
décélérutîon constante a.2 et s'arrête après un déplacement total de' 2.2 m. Sachant
l'}1I('1(,5 (.'()('fficil"'nt.s dt, fn-lllC'n1C"1I1 ("nI rI"' 1(' paq1u'II'! 1(· ('OIIV()YC'lIr ~()1Ï1u; lOI 0,3.5 et

~._4~!-:,:'
_~
.. 't;J! el ~;p~
/).'"= 0.25, déterruinez :
al
h)
la décélération a, du eonvoveur ;
- .
Il' ù<'plaC('lIll"llt du paquet par rapport au collvoyeur lorsque celui-ci
Figure P12.21 s'arrête,

, C p n
12.22 Pour transporter des paquets de bardeaus 11 jusqu'au toit d'une maison Prabl€lmcs 683
(figuré PI2.,22), U1l entrepreneur l'tU! e un monte-charge motorisé consistant eu une
plate-forme horizontale BC sc déplaçant sur des rails sttaehés aux côtés d'une échelle,
Le monte-charge part du repos et st' déplace initialement avec une accélération
constante al comme le montre la figure. Puis l ' monte-charge décélère II lin tau.'<
constant a2 et s'arrête en D, près du sommet de l'échelle, Sachant que le coefficient
de rrotternent statique entre un paquet de bardeaux et la plate-forme hortzontale e~i
de 0.30. calculez la plus grclnde aceélératton a, admissible C't la plus grande décélé-
ration n2 admissible pour empêcher le paquet de glisser sur la plate-forme,

4,4 m

O,S U)

Agure P12.22

12.23 Pour dreharger LlD paquet ficelé de panneau.'I: de contreplaqué d'un


camion, le conducteur incliue d'abord la benne du camion puis accélère ~ partir du
repos. Sachant 'lue les coefficients dt" frottement entre le panneau de contreplaqué
du bas et le plancher cl ~ la benne sont u; = 0.40 et Mie = 0,30. calculez:
a) la pilis petite accélération du camion 'lui fel1l glisser le paquet de
panneau.x ;
b) l'accélération qui r.,.ra atteindre ail coin j\ du paquet l'extrémité de la
Figure P12.23
benne Cil 0.9 s.

12.24 Les hélices d'un navire Je pokls \\1 produisent une fort-e de propul-
sion F o- Elles produisent une force de même grandeur mais de sens opposé lorsqu'on
inverse les moteurs. Sachant que le navire était en marche avant à sa vitesse
maximale t.'o quand les 11'IotC'ul'S ont ~témversës, déterminez la distance CJIIf' le navire
franchit avant de s'arrêter, Supposez. qUE' la résistance de frottement de l'eau varie
proportiormellement au carré de la vitesse. Figure Pl2.25

12.25 Une foree constante Pest appliquée à un piston et à une tige de masse
tutal" tri punr les cJt-pla.e.'f dtUlS un t."}'lîndr(' l'\!lnpli dhullc. l.OriUluc 1(, pistou sc
déplace, l'huile est forcée de passer par des orifices du piston et exerce sur celui-ci
une force de grandeur k» ct dt, sens opposé au déplacement dLJ piston. Sachant que
le piston part du repos à 1 := 0 et à x == O. montrez <l.uela relanon llant x, 1) et f. oü x
est la distance parcourue par II! piston et 0 la vitesse du piston, st linéaire scion t1
chacune de Cf'!' variables,

1:l.26 Un l'l''$:SOM AB de constante k est rLxé fi un support en A et à un man-


l
chan de masse III. La longueur du ressort au repos est l. En sachant que le manchon
part du repos À.:c ;; X(J et en llégligennl le Irouement entre le manchon et la tige
horizontale. évaluez la grandeur de ln vitesse du manchon lorsqu'il passe au point C. FIgure P12.26

C p n
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
12.52 Une voiture roulant vnessc dt' HSkill/Ii
à une li <lpP,ot:II(' d 1UII ('(11,,1'1' Prob emes 689
d'un rH~'011 flr .jO rn, Sachant ~l' IP le (,I()f'n'icic'nl dt> fmlte'lllc'nl c;.tallqlll l'ul Il It,~Plu'll'
et la route est de 0.70, calculez de combien le conrluetr-ur rlolt dimlrnu r ~it\itl'S.'Ii'

puur frflJ'l'llir la cOllrhl' ('11 101.111' ~(oclllit{t!.i l'nll~lc' cil' 11011\"('1111,,,1 ('~t:
n} 8 = 10°;
b) o = -5° , en
1,1 route.

8
Figure P12,52

12.53 Lt,~trains if1('linllhles SOllt COIIÇ'lI\ (leliif ('ill,,,I"f C'" trlllLv '''l'('llIite .1
grande vitesse dans les courbes Ul'S voies ferrées eoustruln« pOlir 1(':-,1nn Il , nrrli-
naires. plus lent: s. Chaque voiture qui amorce une courbe t'st Inellné« pur dr·s \ énns
bydnluliqu._., "\()I1I{~sur \C's 1.lC)git's, l:ïn(·linnisoll de-s ,()illll'I'~ ,Jllgll1t'ull' cll"si It"
confort des pJSslIg('rs l'Il élhuinant ou ('JI dimtnuuut fOr'!('III\'nt 1.1 fCII'l'l' 1,llc~I,jh'F
(parallëk- au pla'I(.'I!C'r d(O la voiture) r\\ssc'Illif> par 1",:0,pa.<;<;agf'rs. Suit 11111rail 1 1I11I1.. 1I1
à 160 IalaJh sur une courbe de voie ferrée relevée U'WI ,lu~Jt 0 - (i l't;1 UIII' ,itt'~'I'
nominale de 100 km/h, Calculez:
a) lagrnnclE'urde la force latérale ressentie par un pclSsa~l'rtle l}llld~\\ dau'i
WIP voiture urdinain- non inelinuble t<P - nO).
h] l'angle d'incllnaison cb nécevsalre pour "lu .1111' rvsxente aUl'UII(' lor t'l'
l:tt{o rule,
(Pour la d,'\nniIiQI1 (II" ln \'itNi~('nominale, vOyl"i'. If' PI1-12.n.l

12.54 Des essais efli.-t'luC:S ut les t,.ail)~ ill('lill,II)lj'~111:l'tÎt~..lI


plohli'llll' 12.5:3
révëlent que 1('$passagers o;ourTrelll d'lin malaise IONC)lI'U'i \Olt'Ilt pur k-s \ itrr« 'llIt'
le train roule à granclf' vitesse sur une courue. bil'IJ qllïl~11('ressculcnl (1II(:IIIII'li'H'"
latérale. Les concepteurs pl"f('I'~nt donc: diminuer t'pltl' lorce latéral(· ~allS tOllh"rni\
l'éliminer, Consrdérez If' train tin problème 12..531:'1 calculez l'angle' d'incllnulsou IP
nécessaire pour llue les passa~(.'I"l>l"i's'it'nh'IIt 11111' fon'.' h..t(·nlll· ('!!;.llc' :. JO l,; Il.,
leur poids. Figure P12.53 • P12.54

12,55 Un manchon D de' 3()(l g pput gIiSSt>T sur la portion \B cl unv lJ~t'
courbée (Ggure P12.55), Sachant qlle (l' "" -II)" (,t IPH' III tigl' tounu- _"111"" II. In
verttcale f\C au taux constant dt' 5 l'HCl/S, calculez 1., ravon ,. alllJlI('1 le 1I1,1I1( hon rlf>
gl.i.sst'ru pm. sur lu. ti~e ~i
l'effet du frotlelu mt vntn- lu tj~L' 1'1k' Il l,111(:lIu Il 1,,1 Il l"gli!;(,('.

12,56 Un manchon D dl' 200 ~ pr-ut ~Iisst'r sur 1:1 pori iOIl I\IJ cl'uiu- II~t
courbée (lîgurt' P12.56), Sachant ([UI;' la tigt' tourne autour clt' 111\·c·rtllulr' \(: Il 1111
taux constant. que 0 :;; :)()" ('t Cjllf' r - ·600 nun, ('HI~'IlIf""J. ln J!;ttllllH' ch~~\II.'",,(,S 1
auxquelles le manchon ne g~ssera pas sur la ti~f> si le eoefflcreut dt, Irotn-uu-ut
statiqup potl"P la tiil;P ct h- manchon I?"!I dl~ 0 10

12.57 Un manchon o
cl,· 2ï2 g pP1I1 gliss~'1 sni la portiou f\B rl'une- tigr'
courbée selon la I1gurc .PJ2.5ï. Sucltant que r = 2():3 IIlllll't (IUt'I••ti~('lullnH'ltUI()tll
de la vertical!" AC au bllJX ronstallt de j0 racLls, calculez 1(' plus petit "-"t}(,ffi('i{'nl lit
frutterllt'Iltstflti4ut> adnùssiblt:' entre 1(.·1\1:UI(.'''01Il'I ln tig(' ~i 1., 11l,Illeltnll III' gli\,.·
pa.. lorsque' :
a) ct =
15°;
IJ) a = 45°.
Pour chaqur cas, Îl1di'l"C'7 le Sens dl! I110Il\o'I'nl('111 ill)ll1io'Anl. Figura Pl2.55, P12.56 et P12.57

C p n
690 Cinefilluedes partICule!> 12.58 Une rainure seml-clrculaire d'un rayon de 254 mm est découpée dans
do NUW10l'l
deu~l\)m~ 1<')1
une plaque plate 'iw tourne autour d'une verticale AD au taux constant de 14 rad/s.
Un bloc E dl" 363 g e t conçu pour glisser dans la rainure lorsque la plaque tourne.
Sachant que les coeflicients de frottement sont J1., = 0,:15 et J1.k = 0,25, déterminez
si le bloc gli.ssera dans ln rainure s'il est lâché dans la position correspondant à:
a) 0= ,()o:
b} () = 1()o.
Calculez là grtmdeur pt la direction de la force (le frottement exercée sur le bloc
immédiatement après qu'il eut ~t~
lâché

rt,fi4l 111111

t------~-...,C

\
,..----------'IJ

Figure P12.58

12.59 Trois secondes aprk 1(·dpI11amlge d'une polisseuse à partir du repos,


de petites touffes de lainage le long de la circonférence de 225 mm du tampon de la
polissouse quittent ~hr(,1l1tllll(' tampon. Si on (1~1l1Rrr('((1 polisseuse <k· Iual)i~r(' à ce
que )E' hùnage le long de lu circonférence ait UDe uccélérution tangentielle con.stante
de 4 ull :l. calculez:
if) 1.. \'ite~sf' " cl'''ll'' tourr,. IOl""olJII'('lIC' 'lilittf' le- lalllpon ;
Il) III grand!,III' dl' ln foret' HH.'C'SSlÙrepour [ibérer une t01l[(' " la masse
lllo)'enne- d'une touffe est de 1,6 Ing.

Figure P12.59

Figure P12.60

12.60 Une plaque tournante A construite dans une scène sert pOlir une pièce
th(ii}1ralr-, Durant 1I11(' rép~lition, 011 "('lllarcJue 'lu'ull coITr(' B commence 1'1 glisser
c;llr la plaque tournarue lû s llp~S k· cl(ohul d..· ln rotation di' celle-ci nchant flue 1('
('Offre a une aecélémuon t~Ulgentif:'Ue constante de 0.24 In/!;2. calculez le eoefâcient
de frottement statique entre If' coffre et la plaque tournante.
12,61 Un mécanisme à barres parallèles AB CD sert à trwlsporter un Problemes 691
composent J entre les postes de fabric.atiouE. F et G eu Il' prenant Î) un poste
lorsque 0 = 0 ct t'Il le déposant au poste suivant lorsque 8 -= 1 BO°. Sachant que
0

la membrure BC demeure horizontale durant le mouvement et que les barres AB


et CD tournent à un taux constant dans un plan vertical de sorte que Ùl' = 0.7 rn/s.
déterminez :
a) llo:coefllcicnt de Irottcmcut st-.ltlque mlnlmal entre le composant et BC
si 1(' composant ne glisse pas sur BC lors du transport;
b} les angles (1 poer 'lesquels le glisscu1ent est imminent,

Cl,!! m 0,4 III 0.'1 '11 0,2 m


Figure P12.61

12.62 Sachant que le- coefflci mts de frOUelTIf"nl entre le composant 1 et


ln membrure BC du mécanisme du problème 12.61 sont p.. = 0,35 et 14. = 0,25,
détermin ez :
Il) la vitesse constante maximale OH admissible si le composant ne glisse pas
sur Be lors de sou transport:
b) les angles () pOUf lesquels If' glissenlent est imminent.

12.63 Dans le tube à rayon.~cathcxLiques représenté, les électrons émis par la


cathode et attirés par l'anode traversent uu petit trou dans l'anode puis sc déplacent
sur une droue ~ 1I11f' vitesse V(I JUSqU'l1ll moment où ils bombardent l'écran en A.
Cependant. si une diflérence de pcteutiel V est appliquée entre Il~Sdeux plaques
psrallëlcs. les électrons seront soumis à une force F perpendiculaire au,'( plaques
lorsqu'ils St! déplaceront entre celles-ci et bombarderont l'écran au point B, ~ UDf'
distance S de A. La grandeur de la force F pst F = e V/d, où t: est ln charge d'un
+

électron, et ri la distance entre les plaques. Trouvez l'expression dl" la déllexlon l) en


foocuon de V. de !Jo, cl" la chal'gf' r-e et de la masse 111 d'un électron, et des Figure Pl2.63
dimensions (1. , et L.

12.64 Consnlérez Ir' prohlërn« 12.63 et calculez le plus petit rapport dlf
admissible en fonction de e. tll, v() et V si à x "" I la distance minimale acceptable
entre la trejeetolrc des électrons ct la plaque positive est 0,05.1,

12.65 Un tube à l'Oyons cathodiques courant doit fitrf> modifié de manière


que sa longueur et l'espace entre les plaques soient respectiveruent réduits de 40 %
et de 20 %, Si Lesdimeustous uv l'écran demeurent los Il,(1111(>$, <,\-'nJU('7'. ln nouve-lle
longueur I' des plaques en supposant qlle toutes les autres caractéristiques du tube
demeurent inchangées, (Voyez, la description d'un tube à rayons cathodiques au
problërne 1.2.63).
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
12.10 LOI DE LA GRAVITATION DE NEWTON 1210 lOI ct" la oravrtairon 00 Newlon 695
Comme nous l'avons VlI ~l IH section précédente, la [oree gnlvitatir)JllleUe
exercée par le Soleil sur une planète ou par IH Terre sur un satellite orbital PlI

est un exemple important d'une force centrale, Dans cette section. nous
F
apprendrons à calculer la grandeur d'une foree gra\italionncUe.
Dans sa lo! de la groououo» unicerselle, Nf',,,IJ>n stipule que deux
particules de masses "'1 et rn à une distance l' l'une Je l'autre s'attirent l'une
l'autre avec (les forces ég"le!'i et opposées F et - F, orientées suivant la droite ,\1
joignant les particules (fîgllrp 12.16). La gntncleur commune F des deux Agure 12.16
forces et
Mm
F=C (12.28)
,-2

où G est une constante universelle appelée constante '/(' gr(lvitaH()l1. Selon


les expériences, G vaut (66,73 ... 0,03) X 10-12 rn3/kg ·s;!. Des forces gravi.-
rationnelles existent entre toute paire de corps, mais leur effet n'est
appréciable qu si l'un des corps a une très zrande masse. L'effet <les [()J'Ces
gravitationneUes est apparent dans les cas du mouvement cl'nne planète
autour du Soleil, de satellites en orbite autour de la Terre ou de c0I1>s
tombant sur la surface de la Terre,
Comme la force exercée par la Terre SUl' un corps de 111<lSSe III situé SUT
ou à proximité de sa surface est définie comme étant le pokls \IV de ce corps,
nous pouvons, dans l'équation 12.28. remplacer J: par 1Hgnlndellr 'l' = '1l{!
du poids el r par le rayon R de la Terre. Nous obtenons
G~J cu
\V = ln h
0 = R~'" 1)1 ou 0
{'>
= Rf! (12.29)

où 1\1 est la masse de la Terre, Comme la Terre n'est pas tout à fait sphpric!ue,
la distance R à partir du centre cie la Terre dépend (III point choisi sur sa
surface, et les valeurs de ,~, et g varieront avec l'ctltituclp. f't la latitude (lu point
considéré. Autre raison de la variation de ~Vet (le g avec la latitude ~ un repère
lié il la 'ferre n'est pas Ul1 repère d'inertie (settin!i 12.2). Une <léfln.ilioll plus
précise du poids d'un corps doit donc inclure une composante représentant la
force centrifuge clue ~\ la rotation de la Terre. La valeur de g au niveau de la
mer varie de 9,781 mI~..2 l'équateur ~I9.833 In/s2 aux pôles".
à

La force exercée par La Terre sur un corps de 11I~ se '11 situé clans l'espace
à nne distance r de son centre se calcule à raide de l'équation 12.28. Les
calculs seront un peu simplifiés si l'on re~llarcllle (Ille, selon l'équation 12.29,
le produit de la t'Ons tante cie gnlvitH.nOIl C fit dt" ln n Iél..')S€,L'vI de la Terre est
donné par la relation
CAif = gR2. (12.30)

où g et le rayon R <le la Terre auront leurs valeurs tnoyenn~srespectives


g = 9,81 rrllSJ-et R 6,37 X lOf) n1,5
:=

On raconte (ple N ewton Cldécouvert la loi de la gravitation universelle


en observant une ponl me tombant d'un I)OIl1Inicr,11 en a déduit que la l'erre
doit alors attirer la Lune ('011.1tl1C elle attire une }JOll1I11e. Bien qu'Il soit incer-
tain que l'incident de la pOtlllne ait effectivement eu lieu, on peut affirmer
que Newton n'aurait pas formulé sa loi s'il n'avait pas d'abord compris tlue
l'accélération d'un corps qui tombe doit avoir la même cause <pif' l'accéléra-
tion qui garde la Lune sur son orbite. Entre une p01111l1e et la Lune, If'S
nombreux satellites artificiels actuels de la Terre IIOUS font comprendre plus
facilement le principe fondamental cie IH continuité de la gravit.ltion,
4. Le problème 12.1 doone une formule t>~IiIi'Ullll' ~ ('0 fonenon de la laritud e t/J.
5. Ln valeur de H se calcule ais~ment quand on SI' ~OIl...il'fI\ fJ 11(' hl C'iT<'Ollféronec de la Terre est
2wR = 40 X lW!J1.

Copynghted matenal
\
PROBLÈME RÉSOLU PR-12.7

VII bloc B de masse peut glisser librement sur. un bras OA sans frottement qui
III
IOUll1f' dans un plan horizontal;' un taux constant Ou. Sachant quI" B e~t hbéré à une
dis tan CP rtl dl' O. ~~nlllE.'Z 1:'11fUllcbon dt' r'
a) la composante e, de' IR.vitesse de B le long de Ott ;
b) la grandeur de la forct' horizontnle F exercée sur B par le bras OA.

SOLUTlON
'routes [es autres forees étant perpt.'ndiculairt's
au plan de la figure, la seule force
connue appliquée à B est la foree F perpendiculaire à 0/\ .

Equations du mouvement, En utilisant les composantes radiale t't trans-
..1~
'I.'(,1'S .. nit a

- -e- l' ~J.·r= "'(/,: o = rn(r..- ,.(J~) (1)


.
+ ss; = 'tian: F = /I.(rl} + 2fO) (2)
1') (:()mpu'iltnte l'r dt' lu 'I.ites~e. PUiS'!Uè e, - t. OH obtient
de, rio, dr do,
i'-tl- - --0--'-
- ,. - dt - dr dt - r dr
. .
On reporte la valeur de f dans l'équation 1 et, se ouvenant que (J.:;:,. ft, ou sépare
It'5 variables. 11en ré$ultt-
'" (Ir
v,.tlv,. "" Oôr
On mulbphe par 2 ct ou intl.~rl'dl:' 0 à lr et de "0 à r. Alors,

Fol'(!4.'horizontale F. On post
h)
" . ..
8 =x tb. e = 0 et r = t>, dans l'équation 2
et on remplace lir par l'expressson obtenue à lu partie li, U en découle

~- --- PROBLÈME RÉSOLU PR-12.8

011 lano- un satellite dans une direction parallèle à la surface de ln Terre avec tint'
\
\"il'-':5S(' de 30.3 ~llIlIh l·t ;, une altitude dl' 390 kJH. CalcuJ(·z la vite c du satellite
InrSf!I,ïl :lttt-Îni lion altitude maximale de 3770 1-."111. Rappelez-vous qllf" 1(' rnyon de
III Terre est tl,· 63ïO km.
:~..Mlkru

SOLUTION
Pnlsque If' salt'Ilit€' se déplace sous l'action d'une force centrale orientée vers le
(\'IIt1t' 0 dt' LaT,·l'Y(, son moment cin~tjCJll(' Hu ('st constant. 1:(oquatioll 12.13 donne
t-------~--------··- - A
'-SI () ,., / rnll" sin 41 = lIa =: constante
Il ,'f'OSIIÏI '1IIt· 1 l''i( mlntmak- en 8. nù P"('1 sin ri> sont maximaux. 1...'\ (.'011 crvation du
-_._----~ I1IU1Jlt.'Ut cinétique entre A et B donne

r,,\trIC,\ = rlllllOn

rA , 6370 kl1l + 390 knl


Vil = IJ..\ rlj = (3{).3 ]\(11\/11) 6370 km + 3710 km

1 Il - :20.2 ~1rlllh

696
,
RECAPITULATION
"
SECTIONS 12.7 A 12.10

Dans ces sections, nou avons continué l'é-tude de la deuxiêrne loi de Newton en exprimant la
force et l'accélération eu fonction de leurs composante« radtale ct irans» rsale, où les équations
correspondantes du mouvement sont
IF,. = TnO,.: IFr = In(" ..- r (}2) ,
IFo = 11l(lo: IFo = ",(r8+ 2;-9)
Nous avons introduil If' Inomcnl cinétique He d'une particule par rapport à 0 :
.H.o = T X 1nv (12.]2)
et nous avons trouvé que Ho pst constant lorsque la particule se déplace sous l'action d'une force
centrale oyant SOli centre Cil O.
l, (.tit; "ti'"1 dc-; (Olll/'O(ltllltc',., riullulc cl transeereale. Nous avons introduit les composantes
radiale et tran versale dans la dernière section du chapitre Il (section 11.14), La révision de
ces notions est importante pour ce qui suit Les commentaires sur l'application de la dcunème loi
de ewton (traçage d'un dlagramme du corps libre et d'un diagramme m a, etc.) s'appliquent
encore (PR-12.7), Ftnaleœent, remarquons que ce problème a été résolu à l'aide de techniques vues
au chapitre 11. Ces techniques sont utiles dans cette seceon aussi.
2. R, ~fll,,/julItI( I,rulllc/llr" \ur l" IIIOUt'CIIWfll d'une parücul« "Olllllist Ù "lit' force centrale,
Dans les problèmes de ce type, le moment cinétique 110 de la psrucul par rapport. nu centre de
force 0 est conservé. Il est commode d'introduire la constante " = 1101,,, représentant le moment
cinétique par unité de masse. Alors.Ia conservation du moment cinétique de la particule P par rapport
à 0 s'exprime par l'une ou l'autre des équations suivantes
rI:) sin 4> = h ou r'J.(j = Il
dans lesquelles r et 0 sont les coordonnées polaires de p, ct tf> est l'angle flue la vitesse v de la
particule forme avec la droite OP (figure 12.14). La constaute J. se détermlne à partir des conditions
initiAles et on tire lino inconnue de l'une ou de l'autre des équations ci-dessus.
:J Duu« te ~ l,r"I,lc'",c" tic' IIIt'C'""itl"t" Itl'(ltil,le sur le mouvement orbital d'une planète autour
du Soleil ou d'un satellite autour de LaTerre. de la Lune ou d'une autre planète, la force centrale F
est la force d'attraction gravitationllellf'; elle est orientée OO~ le centre de la fore' 0 et sa
grandeur est
(12.28)

U est à remarquer que, dans te cas particulier de la force gravnauonnclle exercée par la Terre. le
produit C~Idevient gR!!, 011R est te rayon de la Terre (équation 12.30),
Les deux cas suivants du mouvement orbital d'un satellite se rencontrent fréquemment:
a) ,; 1',,,-1,;/, du ~("t:II,tc ('~, e:irculaire.la force Fest normale à l'orbite et on écrira F = /110,,:
eo remplaçant F selon l'équation 12.28 et en remarquant que a; = v!!.lp = o!/r. on obtient
AI nI rf " GJI
C ,-9- :::; 111--;- ou 11- = r

IJ) .'1i lurhtt« cl" lli!« c,,/ t:llip,i</uc. le rayon vecteur r et la vitesse v du satellite sont
Ifll/e

perpendiculaires l'un à l'autre aux points A et B. qui sont respectivement te point le plus éloigné
et le point le plus rapproché du centre de foree 0 (PR-) 2.8), La conservation du moment cinétique
du satellite entre ces deux polnts s'écrit donc
r Atn'VA = rllf1l.!)1:1

697
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
700 Ctlle1lQtlE' ces Pi'lrtlr..u:{l~.
OCu X urOC "J1 d(' NIN. ton
12.n Soit la particule du problème 12,76. Démontrez que:
a) La vitesse de la particule cl la foree centrale F sout proportionnelles
à la distance r de la particule au centre de force 0;
b) le rayon de courbure de la trajectoire est proportionnel à ,.-3.

12.78 Le rayol) de l'orbite du satellite d'une planète donuée est égal au


double du rayon de cette planète. Eu désignant par p la densité moyenne de la
planète. démontrez que le temps mis par le satellite pour effectuer une révolution
autour de la planète est {241T/Cp)m, où C est la constante de gravitution.

12.79 Démontrez (lu'nt) peut déterminer le rayon ,. de l'orbite du satellite


d'une planète donnée à partir du rayon I{ de cette planète. de l'accélération due
à Ln pesanteur à la surface de la planète et du ,
telnps 7' mis par le satellite pOlir
effectuer une révolution autour cie la planète. Evaluez l'accéléranon gravitattonnelle
à la surface de la planète Jupltcr sachant que R ::: 71 -192 1011, l' = 3,551 jours ct
r = 670,9 x lQ3 km pour son satellite Europa,

12.80 Des satellites de télécommunication sout placés sur une orbite


géostaüonnaire, c'est-à-dire sur une orbite circulaire de façon qu'ils effectuent une
révolution autour de la Terre en un jour sidéral (23,934 h), et semblent donc station-
naires par l'apport au sol. Détermlnez:
li) l'altitude de ces satellites au-dessus de la surface dt" la Terre;
IJ) la viteSse ù LaqueUe Us décrivent leur orbite.

12.81 Calculez la masse de la l'erre sachant que le rayon moyen de l'orbite de


la I ..une autour de la Terre est de 384,5 Mm et que la I..une met 27,32 jours pour
effectuer une révolution autour de la Terre.

12.82 Un vai ...seau spatial e.s t placé sur une orbite polaire autour d", la plallr-tc
Murs à une altitude de 380 km, Sachant que la densité Illoyelule de Murs est
de 3,94 X ] ct' kg/Ill' t"t que le rayon df> Mars est de 3397 km, calculez:
(1) le télnps T mis par le vaisseau spatial pour effectuer une révolution
autour de Mars:
b} la vitesse à laquelle U décrit son orbite.

12.83 Un satellite est placé sur une orbite circulaire autour de la planète
Saturne li une altitude de 3400 km. Le satellite dëent SOu orbite à la vitesse
de 24,45 km/s. Sachant que le rayon de l'orbite autour de Saturne et que la ~ériodt"
d'Atlas. un des satellites de Saturne, sont respectlvement de 137,64 X le) 1011 et
de 0,60 19 jour. évaluez:
(1) le rayon de Saturne i
b) la masse de Saturne.
(La ,ufrlode d'un satellite est If>temps qu'il met pour accomplir unr- révolution
autuur (le la planëte.)

12.84 Les périodes (voir le problème 12. 3), obtenues par ohse rvation, des
satellites Juliette et ûmnia de la planète Uranus sont respectivement dl' 0,4931 [our
et (le 8,706 jours. Sachant que le rayon de l'orbite de Juliette est de 64 Mra. calculez:
li) Lamasse d'U ranus ;
J» le rayon de l'orbite de 1Jtauia.

12.85 Un vaisseau spatial de 540 kg est d'abord placé sur une orbite circulaire
autour de la Terre à une altitude de 4500 km, puis transféré sur une orbite circulaire
autour de la. LW\ê. Sachant que la masse de la Lune est de 0.01230 foi.s celle dt: la
Terre et que le rayon de la Lune est de J 740 Ion, évaluez:
(1) la Iorce gravitationJl 'Ue exercée sur 1(>vaisseau spatial lorsqu'il orbitait
autour de la Terre;
b) k· rayon requis de "orbite du vaisseau spatial autour de lt1.Lune si les
périodes des deux orbites doivent être égales (voir le problème 12.83) :
c] l'accélération gru\;l:atiorlnel1e à la surface de la Lune.

Copynghted matenal
12.86 Pour placer un satellite de télëcommunication sur une orbite géo- Proolç,mes 701
stationnaire (voir le problème 12.80) à une altitude de 35,8 X IfrJ km au- dessus de
la surface de la Terre, on le libère d'abord d'une navette spatiale qui se déplace sur
une orbite circulaire à une altitude de 300 km, puis on le lance par un propulseur
à deux étages vers son altitude finale. Lorsque le satellite passe par A, le moteur du
propulseur est allumé pour permettre au satellite de se placer sur une orbite de
transfert elliptique, Le propulseur est de nouveau allumé en B pour pennettre au
satellite de se placer sur une orbite géostationnaire, Sachant que le deuxième allumage
élligmente la vitesse du satellite de 1470 mis. calculez:
a) la vitesse du satellite lorsqu'il s'approche de B sur l'orbite de transfert
elliptique;
b] "augmentation de vitesse résultant du premier allumage en A,

35,8 x 1~1km

/ 300 km \
Y\ \
A B
R = 63iO km

Figure P12.86

12.87 Un véhicule spatial se déplace autour de la Lune sur une orbite


crrculaire d'un rayon de 2200 km, Pour le transférer sur une orbite circulaire d'un
rayon de 2080 km, on le place d'abord sur une orbite elliptique AB en diminuant
sa vitesse de 26.=>mis lorsqu'il passe par A, Sachant que la masse de la Lune est
de 73,49 X 1()11 kg, calculez:
(l J la vitesse du vélneule lorsqu'il s'approche de B sur la trajectoire elliptique;
bJ la dlminution de vitesse qu'on doit lui imposer lorsqu'il s'approche de B
pour le placer sur l'orbite circulaire d'un rayon de 2080 Ion,
Figure P12.87
12,88 Une sonde spatiale doit être installée sur une orbite circulaire d'un
ruyon de 6420 km pour se déplacer autour de la planète Vénus. Lorsqu!' la sonde
s'approche de Vénus, sa vitesse est diminuée de manière à ce que lorsqu'elle arrive
nu point A sa vitesse p..t !>Of! altitude au-dessus dfl la $llrface de la planète soient
respecuvement de 7420 n'lis et de 2S8 km. La trajectoire de la sonde de A à B
est elliptique et, lorsque la sonde s'approche de B, sa vitesse est augmentée de
Âtl8 = 24,5 mis pour loi permettre de se placer sur l'orbite de transfert elliptique BC. -+-------------
B
- -- C
A
Finalement, lorsque la sonde passe par C, sa vitesse est diminuée de A.vc = - 264 mis
pour luj permettre de s'insérer sur l'orbite circulaire voulue, Sachant que la masse
et le rayon de la planète Vénus sont respectivement de 4,869 X 1()2'1kg et de 6052 km,
déœrrnWI!'L:
a) la vitesse de la sonde lorsqu'elle s'approche de B sur la trajectoire
elliptique; Orbite circulaire
1») l'altitude de la sonde au-dessus de La surface de la planète en B. FIgure P12.88

Copynghted ma rial
702 Clrt61oqlJ" dOS parl!r.t.,Jn:;
de", If ème 01 de N~.'o'1on
1 Z.89 Une navette spatiale S et un atellîte A sont sur les orbites circulaires
représentées. Pour pemlett:re i'l. la navette de récupérer le satellite. on la place
d'abord sur une trajectoire elliptique Be en augmentant sa vitesse de AVII = 85 mis
lorsqu'elle passe par B, Lorsque la navette s'approche de C, sa vitesse est augmentée
de avc = 79 mis pour lui permettre de se placer sur une deuxième orbite de tnmsfert
elliptique CD. Sachant que la distance de 0 à C est de 6900 Ion, calculez l'augmen-
tation de vitesse qu'û faut imposer à la navette lorsqu'elle s'approche de D pour lui
permettre de se placer sur l'orbite circulaire du satellite.

-
C 12.90 Un manchon de 3 kg peut glisser sur une tige borizontale qui est libre
de tourner autour d'un arbre vertical. Le manchon est initialement maintenu
en A par une corde attachée à l'arbre. Un ressort de constante 60 t\:/m est attaché
au manchon et à "arbre et n'est pas déformé lorsque le manchon est en A. Lorsque
la tige tourne au taux é = 16 rad/s, la corde est coupée et le manchon se déplace le
long de 11\tige, En négligeant le frottement ct la n'tasse de la tige. calculez:
a} les composantes radiale et transversale de l'accélération du manchon
Flgure P12.a9 enA;
b) J'accélération du manchon par rapport à la tige en A ;
c) la colnpOSal1te transversale de là vitesse du manchon en B.

mm-----!

FIgure P12..90

12,91 Considérez le manchon du problème 12.00 et supposez que 1" tige


tourne initialement au taux 0:;::; 12 ,'acVs. Pour la position B du manchon, calculez:
(1) la composante transversale de la vitesse du manchon:
h] les composantes radiale et transversale de son accélération ;
c} l'accélération du manchon par rapport à la tige.
r-- O,4m
1 r-o,25 m--+--u.~
12.92 U ne balle A du 2()() ~ et une balle B de 400 g sont montées sur UHe tige
horizontale qui tourne librement autour d'un arbre vertical. Les halles sont
malntenues dans les positions représentées pRr des chevilles. La cheville retenant B
est soudainement enlevée et ln balle se déplace vers la position C lorsque la tige
tourne. En llégUgèllJ'lt I~ Irottement et la masse de la tige et en SUppOSiltit que la
vïtesse initiale de A est VA = 2,5 mis, ealculez :
fi' les composantes radiale et transversale de l'accélération de la balle B
lmmédieternent après le retrait de la chevill ;
b) l'accélération de la balle B par rapport à ln tige à tout instant;
FIgure Pl ~92 c..) la vitesse de la balle A après que la balle B eut atteint la butée en C.

12.93 Une balle se balance sur un cercle horizontal à l'extrérnlté d'une corde
de longueur / l qui forme lin angle 81 avec la verticale. La corde est alors lentement
tirée à travers If' support en 0 jusqu'à cc que la longueur de l'extrémité libre soit '2·
u) Trouvez une relation entre' 1. lz, 9l et 92.
b} Si, li la mise en mouvement dr la balle, 11 "'" 0,8 III ct ()l = 3.5°, calcule?
l'angle 82 lorsque L2 = 0,6 m.

-_ ------- _ .... /

Figure P12.93

Copynghted ma rial
*12.11' TRAJECTOIRE D'UNE PARTICULE SOUMISE 1? 1t Tril1f'ctol,e ct iJ'fle panICale SoumlC;1l 703
il ur.~ lorCll cernrnl..!
À UNE FORCE CENTRALE
Considérons uno particule P sc déplaçant sous l'action d'une force centrale F
et essayons d'écrire l'équation clifférentieUe qui définit sa trajectoire.
Supposons que la force F est orientée vers le centre de force O. On
relllarque que IFr et IF 0 se réduisent respectivement à -F et à zéro dans
les équations 12.21 et 12.22. D'où

tu(r - riF) = -F (12.31)


In(r8 + 2;-8) = 0 (12.32)

Ces équations définissent le mouvement de ,P. En remplaçant l'équation 12.32


par l'équation 12.27, d'usage plus commode et qui lui est équivalente comme
le montre facilement sa dértvation par rapport à r, il en résulte

q' e (1()
r-O = li ou t": - == Il (12.33)
rft

Léquation J2.3~ permet d'éliminer la variuhle Indépendante 1 de l'équa-


tion 12.3J. Isolons e,
ou (/0/(1", dans l'équation 12,33. Nous obtenons

lJ = !!!!_ = .!!_2 (12.34)


dt r
D'où

r= ~ = dr dO
dt d8 dt
=.!!_ clr
,_2. (10
= +l: d (.!.)
dlJ r
(12.35)

dr di" dO It dr
r-----=--
.,

dt dO dt ,.2 dO

Remplaçons i: selon 12.35. Nous obtenons

(12.36)

Dans J'équation 12.31, remplaçons ()et f selon respectivement 12.34 et 12.36


=
et introduisons la fonction II lJr. Nous obtenons, après réduction,

(J2tJ F
l\~
cl fr
+ 1i "" ., ()
ln 11- u:
(12.37)

Pour en arriver à l'équation 12.37, nous avons supposé que la force F était'
orientée vers O. La grandeur F sera donc positive si la force F est orientée
vers 0 (force d'attraction) et négative si la force F est orientée en s'éloignant
de 0 (force de répulsion). Si ,F est une fonction connue de r et donc de u,
l'équation 12.37 est une équation différentielle en lt et en 8. Cette équation
différentielle définit la trajectoire suivie par la particule soumise à La force
centrale F. On obtient l'équation de la trajectoire en résolvant l'équation
différentielle 12.37 pour li en fonction de (J et en déterminant les constantes
d'intégratjon à parti r de conditions initiales.

Copynghted matenal
704 Cj~bque de$ pMticu4es; *12.12 APPUCATION À LA MÉCANIQUE SPATIALE
dauxièma loi du N9WfOin
Une fois les derniers étages de ses fusées de lancement consumés, tout
satellite terrestre ou autre vaisseau spatial est soumis seulement à l'attrac-
tion de la planète Terre. Son mouvement peut donc être déterminé par les
équations 12.33 et 12.37, qui régissent le mouvement d'une particule soumise
à une force centrale, une fois la force F remplacée par l'expression obtenue
pour la force gravitettcnuelie''. Dans l'équation 12.37, posons
C A[ li. 1')
F.. 2 ;:; C~1mll-
r
où /II = ma..ese de la Terre
rn = 111élSSe du véhicule spatial
r = distance du centre de la Terre au véhicule
u. = lIr
Nous obtenons l'équation différentielle
d2u Cl\1
--:-2 + li = ---,-
2 (12,38)
l/8 11
A
Où la partie de droite est constante.
La solution de cette équation difTérentielle s'obtient en additlonnant la
solution particulière fi = CM/112 à la solution générale Il = C cos (8 - Do)
de l'équation, homogène correspondante (c'est-à-dire l'équation obtenue en
posant le membre de droite égal à zéro). En choisissant l'axe polaire de façon
FIgure 12.17 à ce 4'Jlle eu = 0, nous écrivons

( l2.39)
\
\
\
\
\
L'équation l2.39 est l'équarion (l'une sectton C(lui(/ue (ellipse. parabole 011
\
\
h)'perl)olf') (Ians les coordonnées polaires r et 8. Lorigine 0 de coordonnées,
\
\
(JIù est située au centre de la Terre, est un foyer de cette section conique,
\
\
et l'axe polaire est \UI de. PS axes de symétrie (figurp 12.17).
\ Le rapport des constantes C et G 1\1/,,2 défiuit Z'(,'Xcelltrl(:ité e <lela. ection
conique. Posons
\
\
\ C Cll2
\ (12.40)
\ e = C/!"[11}2 = C At
Alors, l'équation l2.39 devient
l CAf
- =
r
(1 ,2
1
+ e cos 8) (12.39')
A
Cette équation représente trois trajectoires possibles.

1 1. e > 1, Ou C > CM 1/12: lieux valeurs, 0) et - (le l'angle polaire,


(Jh
1
1
définies par cos 01 = -c Atlle Il2-, annulent le membre de droite de
1
1 l'équation 12.39. Ces deux valeurs rendent Lerayon vecteur r Infini:
1
la section conique est une hyperbole (Agtlre 12.18).
2. e = l , ou C = CM Ih 2: le rayon vecteur devient Înnni pour () ~ 1801;>;
1
1 la section conique est une flamboie.
1
1
/
1
1
J
1 n, Nous supposons que les \~tlrl!uJeS $p'atJ(\~ eonadërës soœ seulemeat <llUrés pm lu Terre ~, qUtf
1
1 leur tuasse est négligeable eompamnvement à La masse de la TC'n'(·.La tr*,'Cb}ir~ d'un ~'1ÙsSeaU
1 sc déplaçant tres loin de L. Terre peut être ïnllueneéc par l'attrnetion du SQ!ciI, de la Lune ou
FIgure 12.18 (l'une uutre plaaëte,

Copynghted ma nal
3. F; <1. ut! C < C 1\11/12: le rayon vecteur restt' fini p()llr toul 8; la 1212 Avpllcaltoo il ta mécanique spat.ale 705
section conique t'st une (.,1111).\'('. Dans le ("41$ particulier où e = C = O.
la longueur du rayon vecteur est constante ~la section ('()niqllt' est lin
cercle. \'ol hbw
\
Calculons maintenant le constantes C et C AIl h~.(lui caractérisent la trajec-
Loire d'un vai eau spatial à partir de sa position et de sa vitewe .UI délmt de
son vol libre Supposons. comme c'est généralement le cas, (l'It' 1,1 !'>I!.lst' pn)-
l'ui de b propuI.S1DD
pulsée de son \'01 a été prozrammée de sorte (l'le. lorsque It' dpnlit>r tstagt'
de la fusée dt' lancement st>COnS11111t>, la vitesse du véhicule t'st parallèle à la
surface de lu Terre (r.~llre12.19). Autrement dit. suppo!>on (l'Il' le véhicule Llna.·llll 'fit
spatial commem ..'e ~tvoler llhremeut au ommet J\ de sa trajectoirl?i Figure 12.19
Appelons l'Ille rayon \ ecteur el vola vitesse du véhicule au début de son
vol libre. On relnarcLuc que la vitesse e réduit à sa composante t ransversale
eLdonc 'lue Cn = ru8o. NOliS souvenant de l'équation 12,2ï, !leUI" exprimons
comme suit le moment cinétique par unité de masse h :

( 12,41 )

Cette valeur de Il permet de calculer la constante C!l1 /112, Le calcul de cette


constante se simplifie par l'usage de la relation obtenue à la 't'ttion J 2.10:

C.'I = gR~ ( l2,30)

011 R est le r,lyon de la Terre (R = 6.3ïX 106 Ill) et g e ( l'accélération Wa\;-


tationnelle à la urface de la Terre.
La con tante C s'obtient t'Il po. ant 8 = 0°. r = rll dans 12,:39,

c = .];__ C.\I
.., (12 42)
ru 1,-

Le remplacement de Ir selon l'équation 12.-41 donne faciJenl ent C l'Il fèH1C·


tion de 1'(1 el de Cu.
Calculons maintenant les condltions initiales COITe rpondant à (·hHC111l(>
des trois trajectoires fondamentales indiquées ci-dessus, Considérous (l'ah()rcl
la trajectoire purubolique. Dans 1'6quution 12.-12. I)osons C égal à (; AIl j,2 et
substituons Ir donné J)UJ' l'équation 12.41 dans l'équation 12,-42. Isolons Oc,
pour obtenir
2G.\1

Nou pouvons vérifier facilement qu'une valeur plus grandt> (It> la \ itesse
initiale correspond ~,une trajectoire hyperbolique et qu'une valeur plu!I petite
correspond ;1 une 1 rajt'(,t!lirt> elliptique. (:0111111t> 1.1 valeur elt' L·.. , obtenue
I>our la trajectoire parabolique, est la plus petite valeur l)our laquelle 1<.>
véhicule spatial ne revient pas à SOIl point de départ. elle est appelée iitessc
de libération, Donc. n utilisant l'équation 12.30. nous obtenons

2Gf./
IIU ( 12..t:J)

Bernarquons que la trajectoire sera 1) hyperbolique si t'II > VIII" 2) paruho-


lique si Vu = VIlt. et 3) elliptique si ru < f'U!'"

ï. tl:OU!l étudrerous II."LUK'('Ult'1I1 ()bllqllt' :1 III secuou 13.9.

Cop
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
12 13 LoIS de t<epler du rTIOl.fV9mllf'll
Par aiUeul'S, CO = (1 - ro_ Delle, planetaire
707
I)l = (BC)2 = (BO)'il - (COr = aS - (Cl - ro~
l,! = ro(211 - ro) = rart
et
b=~ (12.47)

Les formules 12.46 et 12.47 indiquent que le demi-grand axe ct Ledemi-


petit axe de J'orbite ont respectivement égaux à la nlo)'-enne arithmétique
el il la Lnuyenn(> géonlétrique des valeurs maximale et minimale du royoll
vecteur. U Ile fol$ 1'0et ,-. déten niné , on calcule les longueurs des demi-axes
et 011 porte ce. valeurs dans la formule 1:2.45.

*12.13 lOfS DE KEPLER DU MO"UVEMENTPLANÉTAIRE


Les éqlU\(jOll$ régissant. le mouvement d'un stlteiUte terrestre permettent de
d-écrlro le mouvement de la LUlle autour de la Terre. Dans ce cas, (''epen-
dant, la litasse de la I..une n'est pas llégUt,reable comparativement il. la masse
de la Terre, el le résultats obtenus ne sont pflS précis.
Ln théorie développée dans te seebons précédentes s'applique aus i
à l'étude du 1110UVCt11cnt des planètes autour du Soleil, Bien qu'on intro-
duise une autre erreur en négligeant les forces qu 'exerc nt les planète J'un
sur l'autre. l' IPI)roxÎl11atioo obtenue est excellente, En fait. avant même
que Newton formule 'U théorie fo0 dam entale, l'astronome allemand
[obenn Kepler (157J-16.10) avait découvert les propriété exprimées par
l'équation 12.39, dan laquelle A-l représente la masse du oleil, el par
l'équation 12.3.'3.en observant le mouvement des planètes.
Les trois lois de Keplt'"r (1" moucement }Jlaffétatre sont:

1, Chuque planètf" décrit une ellipse, avec le Soleil.à l'un des fa)' rs.
2. Le veel eur l'oyon t racé (lu Soleil à une planète balale des aIre. égales
en d(\ ti~ull).s égaux,
3. Le carré de J:\ période d'une planète est propornonnel al! cube du.
(.lelni.gt~uIÙ ~\Xede son orbite.

La l)r mière loi énonce un cas partic:tÙier du. résultat élal,.li 1\ la sec-
tion. 12.12. 1..'1 deuxtème loi exprime le fait que la \.itesse nrt-olaJre de (:ll~lq'le
p]anèt'e est eon: tante (voir ta secdou 12.9). La troistème loi démootre les
résultats obtenus ù la section 12.1~.

Voir le preolëm ~ 12.123.

Copynghted matena
PROBLÈME RÉSOLU PR"'12.9
On lance un satellite dans une dirccüon parallèle à la urfsce de la Terre avec une
vitesse de 36 900 kmIh à une altitude de 500 km. Calculez:
Altitude madmalc
a) l'altitude madmala du satellite;
b) la période du satellite.

SOLUTION
a) Altitude mredmale. Une fois lancé, le satellite est seulement soumis à la
force gravitation.ncne de la, Terre; son mouvement est donc régi par "équation 12.39.
1 Gj\J
-; = h2 + C cos 0 (l)

Comme la composante radiale de' la vitesse est nulle au point de lancement j\,
Il :;;: r()o(). Le rayon R de If!Terre étant de 6370 km, On u
ro = 6310 km + 500 km = 6810 km = 6,87 X lOS Il)
36,9 X ]OB m _
t>o = 36900 kmIh = 3,6 X l(fl s "" 10,25 X 1()3mis
" = rouo = (6,87 X lW m)(lO,25 X ](fl mis) = 70.4 X 109 m:.!/s
,
\ J\ '
112 = 4.96 X )Q21 m4/s2
Or Gj\'/ = gR!!, où R est le rayOll de la Terre. Donc,
C3f = gR2 = {9,81 mls2}(6,37 X 106 ln)2 = 398 X lOl2 m'/s2
C 1\1 398 X 10~ 11'.3/51- _ 9 1
Jr2 - 4,96 X lQ2I tn4/sZ - 0,3 X 10 m

Ou reporte cette valeur dans l'équation 1 et on obtient


1
-= 0,3XI0-unl-1+CooSO (2)
r
Au point A, on a 0 = 0" et r = r(l = 6, 7 X 106 m. Donc,
1 1
C = 65.3 X 10-0 I
6.81 X 106 1)1 :;;;;;80,3 X 10-9 111- + C cos 0" In-

Au point A'. le point le plus éloigné de la Terre, () :;;;1 0". Léquariou 2. permet de
calculer la distance correspondante rI, soit
1
- = 80,3 X 10-9 m-I + (65,3 X 10-9 In-I) COS 180°
ri

ri"" 66,7 X I()II m = 66 700 ku)


Allitude maxunale = 66 700 1<11'1 - 6370 km ::::: Ii(I 4 lil t 111 ~

B " J l'(~ri(ldl·. l\ ct il' étant respectivement le périgée ct l'apogée de l'orbite


elliptique. on calcule le derni-grnnd Q,X(? et le derni-petit a;~e ù raid" des 6(lua-
tions 12.46 et 12.41, On obtient
a = t(r() + "j) = i(s.s7 + 66.1)(101'1)ln = 36.8 X 106,1)
b= ~ = YfS.87)(66.7) X J{)II ln = 21.4 X lO~ru
2'1Tnb 2,"(36. X 1()6œ)(21,4 X lOS ln)
'7'=
Il - 70.4 X 109 m~/s
'7' == 70,3 X I<i' s = 1171 min = Il) " .~ 1 111111 ...

708
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Clnëflque des particules:
712 dewuèmg 101 de New10n
12.100 On ft observé que, durant 011 deuxième passage rapide à proximité
de la Terre, là sonde spatiale Calilée avait une vitesse de 14,1 km/s lorsqu'elle était
à sou altitudc uunhnale Je 303 km au-dessus dl' hi surface de la l'erre, Calculez
"excentricité de la b"ajectoÎI"f' dl" la sonde durant cette partit> de son \ 01.

12.101 On a observé que, lorsque la sonde spatiale Galilée était au point de


sn trajectoire le plus proche d" 10, un des satelllres de la planète' Jllpir('r, elle ftait lt
lille distance de 2820 km du centre Jt' 10 t't avait une vitesse de l5 km/s. Sachant
(IUf' la de Io est égale il 0,014 96 foie; la masse di' la Terre, déterminez
I1Hl'''~(",
l'excentricité cie la trajectoire de la sonde lorsqu'elle s'approchait cie lo.
A B
12.102 Un satellite> décrit une orbüe elliptique autour d'une planète de
masse JI, En désignant n:specth emeut par fo et ri Jell valeurs minimale et maximale
de 18 dJStlU1CC r du satellltt:' au centre dl' la planète. démontrez fJue

1 1 2C.\1
ro--!----- r, ~ ~ + ;'-:::0 112
Figure P12.102
OÙ Il est le moment cinétique par unité de masse du satellite .

12.103 A la coupure du moteur prineipal lors de S0l1lrClZièH1C vol. la navotte
spatiale Disoovery était sur une orbite elliptique d'altitude minimale de 64,~ km
ct d'altilude maxtmsle de ,541 km au-dessus de la surface de la Terre. achant
qu'au point A la navette avait une vitesse Vu parallèle à la surface de la Terre et quc
la navette il été transférée sur une orbite circulaire lors de son passage au point B.
calcule? :
a) la vitesse Vo de la navette en A;
b) l'nccrotssernent de \ileSSt' nécessaire en B [}Our placer 1:1 nuvette sur
l'orbln- ctreulain-,

64,b Juil _' L


Flg.ure P12.103

1.2.104 Ullt: sonde spatiale décrtr une orbuc circulaire uIIlOllr d'ullt! planëtc
de rayon l~, L'altitude de la sonde au-dessus de la surface de la planète est crl{ et su
vitesse est Co' Pour placer la and sur une orbite <>IUptiCJl1(,
co qui la rapprochera de la
i---325 x IO"lun----l148x IWkln Jo-
planète, sa vitesse est rt'lclnite de no il f3t)(h où f3 < l, par l'allumage de son moteur
durant lin bref intervalle de temps, Déterminez la plus petit, valeur dû {3 admtssible
sÎ la sonde ne doit pa,> s'écraser sur la surface cie la planète.

12.105 Lorsqu'il décrit unr- orbite elhptique autour du Soleil. un vaisseau


spatial atteint une distance maximale de 325 x 106 km du centre du Soleil au point A
(appelé apside supérieure) et une distance rniaimale cie 148 X 106 km au point B
A' A' B
(appelé apside inferieur('), Pour permettre au vaisseau dt" se placer Sur une orbite
f'lIiptiqllf' plu." petite' avec npslde supérieure en r\' et apside inférieure en B', où Ar
et B' sont respecnvemeut à 2&J,ï )( 106 km el li 137,6)( 1061011 du centre du Soleil,
sa vitf se ('St d'abord réduite lorsqu'tl passe par ,4, puis réduite de nouv eau lorsqu'il
passe par B'. Sachant que la masse du Soleil vaut 332,8 X 103 fois celle de la Terre,
calculez:
1-+--2G-1.ï x 1ofllun --+------1 a) la vitesse du vaisseau spatial en 1-\ ;
l3i,!) x IO"km b) les diminutions rpspectivf's de vitesse dl' vaisseau spatial en A et 1'11 B'
Figure P12.10S nécessaires pour qu'il se place sur l'orbite elliptique désirée,

Copynght d ma nal
12.106 Une sonde spanele doit être plneée sur une orbite circulab'l' autour ProbMmes 713
de la planète Ma rs. Lorbit:e doit avoir un myon de 4000 Ion et être située dans un
plan spC~6 di1f6rcul du plan de la tro.Jectoire d'approche. Lorsqu' la sonde ull lut 1\,
10 point de SR trajeetolre origi.nale 1 plus proche de ~f l'S. on ln place ur tint'
premip~ orbite de transfert elliptique Cil diminuant S".J. vitesse de Au" C"ttl" tH blte
l'amène au point B avec une vitesse n enement réduite. Là, on la place sur une
deuxième orbite dt' transfert située dan le plan désiré en changeant ~Jdir clion dr-
sa vitesse et en réduisant de nouveau sa vitesse de Âvs. Flnalement, 10'-';(111(,la sonde
atteint )e point C, 011 lu place sur J'orbite circulaire désirée en diminuant a vit S'i"
de II le. Sachant que la 11l4lSSC dt> ~Iars vaut 0,1074 fob œlle de 1.. Terre, <lue
1'1\ = 9 X lO,1km, (Jue "9 = t 0 X loJ km et que la sonde s'approche de.t\ sur U1)e

traject()ire parabolique, calcul ,'/,.ta dimiuution de vitesse de )a soud . "éN><"ni n- :


a) en i\,
b) 011 8 ;
c) ("'11 C.

Tmjecto.lte d'o(lprot:"hl'
Deuxl.è.ne orbite (Je trm,"sfe:rl

PI' llllt'I\:
orutt<'
de lmosfl'rt

Fig ure P12. 106

12.107 OÎI sonde spatiale du problème


tfl 12. 106. aehant 'IU(>
rA "'" 9 X l@ km el qu'on diminue ln vitesse de la sonde de 440 rnl~ lON/IUt· corre
dernt èr pas....• par f\. ùt: tf'l'tTI inez:
a) la distance clu centre de ~lars 3.\J potn t B ;
b) les dtrninuûons d('! vitesse de la ronde respectives nécessaires en B ct
en C.

12.108 F.valU!;t; le l.ül1'1p· mis par la sonde sp3t1ale du problème ],2.100 pour
nl1er cl ~ 1"\, it B sur Sil J>'\l!'lnièrfl orbite de transfert,

12.109 Le vaisseau s-patiaJ Clemeudne décrivait tlll€' orbite elliptique


d' ltiLlIcl _.minlmnle hA ... ..,00 km et d'rutit\ldc madrnale IlB
2940 k,,, all-dp~su:, de
sa
le surface de ln LIUIl'. uehant que le rayon de ln Lune est dl' 1137 kin ct f1UC'
10 masse de lu l..une vaut 0,01230 fois celle de la Terre. calculez la P tinde dl!
vaisseau spatial.

Agure P12..109

Copynghted matena
714 l;lnitIIQIJ@ "je:; p3.rtICl,loS
oOU;oleOlij ICM0(; Nu.' ton
12.110 Une sonde spatiale sur une basse orbite terrestre est placée sur
une orbite de transfert elliptique à la planète Vénus. En sachant 'lue la masse du
Soleil vaut 332, X Idl fois la 1l1QSsede la Terre et en supposant que la sonde ne soit
soumise qu'à la force gravitationnelle du Soleil, déterminez la valeur de tP qui définit
la position relative de Vénus par rapport à la Terre à l'instant du plaecmeut de la
sonde sur l'orbite de transfert.

Vénus

Vénus au
placement
TCITll nu
fllaœnwnt
Flgure Pl2.110

12.111 Des observations relevées durant l'apparition en 1996 de la comète


Hyakutake ont permis de conclure que la trajectoire Je la comète est une ellipse très
allongée d'excentricité e = 0.999 8ï approximativement. Sachant que, lors de
['apparition de 1996, ln distance minimale entre la comète et le Soleil était
de O,230Re. où Re est Ifldistanc€> moyenne du Soletl à la Terre, calculez la période
de la comète.

12.112 Selon des observations efl'ec.:tué-esdurant Sou premier passage rapide


à proximité de III Terre. le véhicule spatial Calilée avait une vitesse de 10,42 km/s
lorsqu'tl a atteint sa dis tao ce minimale de 1330 km du centre de la Terre. En sup-
posant que la trajectoire du véhicule spatial était parabolique, calculez 1('temps mis
par le véhicule spatial pour aller de B à C sur sa trajectoire.

7.'330 kil'
Figure P12,112

12.113 Déterminez le Lemps mis par la sonde spatiale du problème 12.99


pOUT aller de B à C.

12.114 Une sonde spatiale décrit une orbite circulaire dt>l'ayon '1 R avec une
vttcsse 1>0 autour d'une planète de rayon R et de centre O. Lorsque la sonde passe
par le point A, on réduir sa vitesse de 00 à f3 v(). nil f3 < l, pollf lui permettre de se
placer sur une trajectoire d'écrasement. Exprimez.en fonction de net fJ l'angle AOB,
où B désigne le point de chute de la sonde sur la planète.

Copynghted matenal
12.115 Avant la mission A[)QUo"crs la LUlle, plusieurs véhicules spansux [lI'( blèrnes 715
Lunar Orbiter ont été utilisés polir photographier la surface lunaire atm de se
renseigner sur des sites d'alunissage possible s. La trajectoire était ajustée à la rUl de
chaque missiou afin que Il' véhicule spatial s'écrase sur la Lune pour étudier plus
profondément les caractéristiques de la surface lunaire. La fig\l',(" P12.115 repré-
sente l'orbite clliptitlue dl: Lunar Orbiter 2, Sachant que la masse de la Lune
vaut 0,012 30 fois la 1l1a5Sede la Terre, calculez la réduction de la vitesse de l'orbiteur
au point B de sorte qu'i) touche la surface lunaire au point C, (Sllgg~"i()11: Considérez
que le point B est )'apog~e de la trajectorre de chut!" elliptique.)

12.116 Lorsqu'il s'approche de la planète Jupiter, lUI vaisseau spatial libère


une sonde qui doit entrer dans l'atmosphère de la planète ail point B à une altitude
de 450 kin au-dessus de la surface Je la planète. La trajectoire de la sonde est une 1700 km J6()U km
hyperbole d'excentricité e == 1,031. Sachant que le rato" ct la Tl1<1S c de ]upitf'r sont Figure P12.115
respecüvemcnt de 71,492 x 1cf} Ion et <le 1,9 x 1()2' kg, el q1le la vitesse V,l de la
sonde au point B fait un angle de 82,9° avec le segilleut de droite OA, calculez :
a) J'angll' AOB;
b} la vitesse v n de 1a sondé t'II B.

ïO,8 x 1(}I km
FIgure P12.116

12.117 Une navette spatiale décrit une orbite circulaire à une altitude de
563 Ion au-dessus de la surface de la Terre. Lorsqu'elle passe par le point A, elle
allume son moteur durant un petit intervalle de terllps pour dimlnuer Sa vitesse
de 152 I1VS et commence à descendre vers la Terre. Déterminez l'angle I\OB pour
que l'altitude clf' la navette au point B soit de 121 J.'IlI. (Sllggl'~vtion : Considérez qUE:!
le point A est l'apogée de la trojectoirr dl' descente vlliptiquc.)

563 km

R = 6.170 km
Figure P12.117

C p n
716 CfnéCJque des panlCtlles. 12..'18 Un w.ell._ite décrit Wl0 orbite ellipUqtlG attl'Our d'une planète. En
deuxième 101 de Newtol'l
tlé.,>ignaut. par ro et rI les dishulces oonesptln(lant respectivenlellt (Ill périgée et il
l'apogée de l'orbite, ,d~JIlOn:tNt.que r'~rœsion de la oo\lrbure de ('orbite il chacun
de ces dou,,\:points «:st

~= !(t~+~)

A,'

Figure P12.118 - Pt2.119

12.119 a) &prime2.l't·.:n:e-nt.rieit0 S de l'oibite eUipti.qu~ décrite par un


satellite autour d'une planète en fout.'ti.ondes distances ro et r1
correspondant respect:ivoolem au périgée et à l'apogée de l'owite.
h) Utilisez le réstillat obtenu A la. partie a et les données fuunùe.<;
au proolàme l2.111, où 14: ... 149,6 X lot' km, pollf calculer à
quelle dist.'l.uce ma.'Ù'male appro:dtn.."ltive du Soleil pMSe la œmëte
Hyabltruœ.

12., 20 D~ln(}uttln 'Iut! l'~prussiôfl du illoment einé'tique par unité de


masse I~d'un ~œllii;e déc;rivru:ltune orbit-e eDq>tiq\l:e de demi-grand a,w ('l et
d'e.1l:centricité s r~utou'f d'une planète de tuasse i\{ est

112.121 Déduisez lu trclsdèn1e loi de Kepk>r du mouvement pkrnémtre à plmir


dGS équations 12.39 et 12..45.

Copyrighted rnaterial
Ce chapitre traitail de La deuxième loi de Newton et de son application à
l'analyse dt! mouvement des particules.

En désigtlant l,ar tll la masse d'une particule, Ilar l:F la somme, ou la Df!uxleme 101de Newton
ré ultante, (les forces appliquées à la particule. el par a l'accélération de la
pruti(.'Ule relativement à un repèr« d'inertie ou galiléen (section 12.2), nous
<'''''011 obtenu

IF = ma ( l2.2)

En introduisant ln quantité de mouvement d'une particule (section 12.3), Ouantnâ de mouvement


nous avons \'\1 que la deuxième loi de Newton s'écrit au si sous Laforme
IF = L (12.5)
qtû exprime que la ré.~t~Jfa"tetl('~'forr:e-8tIT'pliqutt'..s (l urte purncul« C$t égale
aIl tfJIU de c(J.rlntil,n de la Cjllat.tttA cl,' rrulUve'l1wnt dt> la poninll('.

Léquution 12.2 n'est valide que si l'on utilise un syslèrrle d'unités cohé- Systeme d'unités cohérent
rent. Avec les unités SI. les forces doivent être exprimées en newtons, les
masses en Idlognl.mmes et les accéléradons en m1~(section 12.4).

Pour résoudre un problème sur Je mouvement (J'une particule, l'équa- Equations du mouvement d'une parucute
tion .L2.2doit être remplacée par des équations contenant des quantités
scal...dres (section 12.5). Lutilisatiou des côfnposn11tf!S n'ctarlg(~lnires de F et
de a nous a permis d'écrire
~F
~ , = ma ~ IFy = rtla y IF = '/IQ_- (12.7)
L'ut:ilisat:iou de composante» tangctlNeUe et nO/lMlt: a donné
do 1)2
IF, = lr1dt !F = lU-P
It
( 12.9')

00 peut remplacer (voir section 12.6) les équations du mouvement Equilibre dynamique
d'une particule par des équations semblables aux équations d'k]uilibre
utilisées cn statique si lm vecteur -'lIa de grandeur Til0, mats de sens opposé
l celui de l'accélération, est ajouté aux forces appliqué-es à la particule. On
dit alors que la particule est en équilibre dyl1(lfniqilc. fais. pour des raisons
d'lmifonnité. nous avons OlutiOllIlé tous les problèmes résolus en utilisant
les équations (lu mouvement, d'abord avec des composantes orthogonales
(PR-12.1 à PR-12.4). puis avec des composantes tangentielle et normale
(PR-12.5 et 1)1~-12.6).
Dans 10 deuxième prune du chapitre. nous avons ùéfinj le nlQf/lent Moment emetique
cit,t!tlt/Ué IJo d'une particule par rapport à un peint 0 comme étant le
mement 1,ar rapport à 0 de la quantité de mouvement m ,r de la particule
(section 12.7), soit

Ho=rxnlv (12.12)
717

Copynght d ma nal
1

718 Cinétique déS patl ICUlés


deuxième 101de Newton el nous avons remarqué que D(} est un vecteur perpendiculaire .1U plun
contenant r et IIlV (flgtlre 12.22) et de grundC'ul'
IJ

'11 \
H(J = r nI sin t!J ( l2.l~)

En décomposant les vecteurs r et fil' en leurs t'o,nposllntt>~ rectan-


gulaires. nous avons exprimé h~ moment cinétique He) par le dét erminnnt

• •
1 J k
JIo = A
tl! u,
Y
"I •vy "Il:
-- 1 12. l ')

-

Figure 12.22 DiUlS 1.. cas d'une particule 5" eléplaçant d.uis le plan x!J. nous avons
: = lI,; = O. Le moment cinétique est perperulrculaire au plan \y et ext
complètement défini par sa gnmdeur. D'Ott

lio = 11: = "1(tVy - yu,) (12.16)

Taux de variation du moment cinétlque Le calcul du tUlLX de vartatîou H() du moment cinétique Hr) et l'appli-
eulien de la deuxième loi de ~c\\'lou ont douné l'ég~ité

(12,1~)

elui stipule qlle la ,(/01111/1(: des moments par rapport à 0 J('S forcefj a"l,1itltlt{c~
à ulle particule est égale au II1U\' de uariation dit t110Tlfellt c;rrétiCI"C dl' '(1
plzrtiCLt/(' par rapport à O.

Composantes radiale et transversale Dans de nombreux problèmes sur le mouvement duns le !>11111 d'un" parti-
cule. u est commode d'utiliser les composantes radiale l·t Ir(111'( ersale ~!> ec-
tian 12.~.PR-l2.7) et d'écrire les équations
,~
~F,= '11(" - r 0:') (12.21)
s», ••
= 111(r8+ 21'0)

(12.22)

Mouvement sous l'action Si la seule force appliquée à une punlcule i' est une l'lIl'Ce F uri antée
d'une force centrale vers le point Iixe 0 ou dans le sens contraire on dit (PIC 1,1 particule se
déplace sous l'aaion (1 '0 Ile !flrce Ct·"t~nlLl (section 1.2.9), Comme (~1()= (l
mv
à tout instant, l'équation 12.l9 donne H() = (}pnllr tonte valeur rle t et <IOTll'

no = constante (12,23)

Nous al,ons conclu <{ue 1· "IOlltcut cinétiou« d'une panicule ~e ({épJf1çout


SOIl~l'action d'une [oree ('1 utral« est constatü Cil {!.rUllt/('ltr i t "u tlirectifnl et
'lI,e ln particule se déplace duns un phltl perpendiculaire au vecteur lIa,
L'équation 12.13 1I0US d donné la relation

( 12.2'5)
Figure 12.23
duns le cu.s (lu mouvernent d'une p.u tieule SO\l~ l'uctiuu cl' LIne force centrale
(figt!fl' 12.2.3) Lutlllsaëon des coordonnées polaires et de l'équation 12.J6
tl aussi donné

,.z iJ = f, (12,27)

OÙ 1. est une constante représentant le moment cinétique !)ur unité dl'


masse, JI nIt/l, (le lu purticule. l\rCULo; avons uhservé (figun' 1.1_~4)(lue l'njr~·
Figure 12.24 inllnitésirnale cf~\l)al.~\'éepar Je ru)'on \ ecteur or lorsqu 'il tourne de (10 est

C p n
Re~U'T\é• Cnapflre 12
719
égale il ~r2 ,jO et donc que le membre lle gauche de J'équation 12,27
représente le double de ln citcssc aréolatre (LNdt de la particule. Donc, la
vitesse arëolatre d'une 1)orlicule se dé/llaçant SOU$ l'ad lot! d'une force
celltrlllc: ('st constante,
Le mouvement orbital de t'Orps SOIlIlLÎ!i à une force ~rêlvitatiollnt!lle est LOI de la gravilatlon universelle
une application importante du mouvement sous l'action d'une force centrale de Newton
[sectton 12.l(»)' Selon la !t,i cie III glllvitation uniccrselle de Neunon, deux
particules à une distance r l'une de l'autre et de masses respectives ~1 et 'TI
s'attirent l'une l'autre avec des forees égales et opposées, F pt - F, orientées
le Jong de la droite qui joint les p'Uucules (fig\lrE" 12.25). Là grandeur
commune F de ces deux forces est donnée par la r -Iation

l\I",
F= G , ( 12.28)
r- /01

(lans laquelle C est la constante de gr(lvilati~)IJ. Dans le cas d'un corps de Figure 12.25
luas. e lIt SOIUllÎS à Iil force gravitllti()llnell(.~ (le 1a Terre. l'ex'Pression du
produit Cl't, ()l'l .\1 est [a l'liasse (le la Terre. est

G.\f = gR2 (12.30)

où g ;:: 9,81 ml;' et R est le rayon de la Terre.

Nous avons démontré à la section 12.11 qu'une particule se déplaçant Mouvement orbitai
sous l'action d'une force centrale décrit une trajectoire d(\flnie par l'équation
différentielle

(Pli F
+ Il = (.12.37)
dn2
17 tu J""t" 11"

dans laquelle F > 0 correspond à une foree d'attraction et ft = Vr. Dans -+----
le cas d'une particule se déplaçant SOIIS l'action d'une force gmvitationnelle
(section 12.12), nous a'vons remplacé F par l'expression donnée à. l'équa-
tion 12.28. Eu mesurant (i à partir de l'an- 0,\ Joign8flt le foyer 0 au point A
de la trajectoire If>plus proche de 0 (figure 12.26), nous avons trouvé que
la solution de l'équution 12.37 e..st
Figure 12.26
1 CAl
-=ft= " +C('os8 (12.39)
r J,-

C'est l'équation d'une conique (l'excentricité e = Cl,2/C.\f. 1.a conique est


,m~ ellij>sc si B < 1. une parfll){){C si $ "'" 1, et une I11J1Jcrnolc si & > 1. Les
eonstantes C et lê se déterminent il partir des conditions initiales. Si la
particule est rrojt:!t~e (In poin] ,\ (8 = 0°, r = rI)) avec une vitesse initiale v()
perpendiculaire il 01\. U(lUS a\'OIlS" = "01)( (PR-J2.9).
Nous avons aussi (lénloutré clue If!s expressions de Lavitesse initiale cor- VItesse de liberahon
respondant respectivement à une trajectoire l"ll"'<ll)o!icIUE:- el il une trajectoire
circulaire sont

V'i!. = (12,43)

GAf
(12.44)

et clue ln première de ces valeurs, uppelée ciiessc (le lil,ératlon. est la plus
t)~titevaleur de tio lx)ur laquelle la particule ne reviendra pas :\ son point
de départ.
etHel/que des piiItlcu1es
720 deloXJème Qf de Ne-...ton lOUS a\1>OS appelé péniXie Ta'Une ptaJlète ou <l'ul1 sate:-lllte le temps mis
Période nar, ce t'()rps pour décrire son .,.,orhite.
....-.... , Nous avons (lénlontr~ <{lit'

et t)Ù a et b rei)re;entent respeetivemerit le (elui-gz:anù axe et


(~Îll. = "'OCtl
le demi-petit axe de l'orbite. NOliS avuns de plus dérnontié ~ue ces demi-
axes SOl1t respectivement ~gallXà la Inoyt"nne arithlnétique e ~ la Inoyenne
~éométrique des valeurs maxinli:Üe et minimale du ravon vecteur r.

Lois de Kepler Dans la dernière section ûu èhapitre (section 12.13), tlOUS uvons nié.Sent~
léS lotS de K.ef.,Ùtr,1,1 IUOtIVl'TIle1lt plnJWtaire t~tnous aVI.)IIS1l1onf-œ (lUI;' ces trots
It>isempiriques, obtenues par (les observations astron()Il"llqut's a.nt~rieure$.
(.'onnnnent les lois du mouvernent et la loi de la gra\>itafi()h (le Nt'\\-1<ul.
~",.,...~
MOTS CLÉS
Force gra\1tationnelle-
Loi dt- Kepler
Con~tant~d~ J;ra\.itation Loi de la conservation ~ant:il~ de mou vornent
Deuxième loi dt.' Nrwton d<>la quantité- R('p(-}"(' dïnf·rtie, f!âlilA'rl

E\"luilihre d>11alluqut' Jt. mouvement
ExœllmCltti d'une- L()i <le la !tm..,itation
, seetton (:("lniqU(' . universelle 4"""": de surfaCt' ou \ltesse
focr(.'e ("('utratt' !\·Iotnent cinétique d(.'ibaJayagt' dl.' surface
Force (j'inrrtif' Orhitt> c::ir( nIai 1'(' \rlh's~(,dt' IilWratton

Copynght d ma nal
...
PROBLEMES
,
SUPPLEMENTAIRES

12.122 Une voitnre de 1360 kg descend '1I1~'(."t)h'd'luit, ilit'Iillllisoll ..Il:' 5° li


une ,~tc'SSf'cie ~) ~'111ll) quand 1(' conducteur commence il frl'hlf'l', t'v ll"i app11cluc
une foree de freu1uge totale de 5 kN à la voiture. Déterminez ta distance parcounlf'
J>Hr la v()i~Ilr(' jllsCJII'à l',\rr(ll.

12.123 Le bloc ...\ Il une 1I1US!i(.' dt 30 kg. ct le bloc B L111(.' IHaSSe.' dL' 1.5 k~.
Les
coellldents dé lrottemeut entre toutes les surfaces planes dt> contact sont J.L, = 0,15
el }.LI. -= 0.10. Sachant quI" (J = 30° ('1 qUI' hl ~ralldcur dl' lu force P UI>pliCjllél' au
bloc 1-\ est de 2.50 N, calculez:
a) l'accélération du bloc 1\ ; Figure P12.123
b) la tension dans ta corde.

12.124 1..('bloc r\ a unr- masse dr- 10 kg l't les hloc'" B l·t C (1111 chacun 1111(.'
masse de 5 kg. Sachant (lue- 1(>8blocs sont Initialement au rpros el (jlll' IJ SI' déplace
de 3 ni en 2 s, d(tt .rmtm-z :
a) la ~rJ.ncJelir (le la force P:
b) la tensîou dans la corde .4.0
Négligez la masse des poulies ('1 If' Irottement des axes.

12.125 Un bloc B de 6 kg est an r<,po:., C0I111Jlt'1(· montre- lu n~lln' PI2 12.=5,


Sur la surface supérieure d'un eoin A dl' 15 kg. Eu uégligeaut le Irottcmeut, calculez
quels sont, Immédiatement après la lihératlon du sysli'rnf' clll r('pos:
Il c
a) l'acc~16nltloll dt.' i\ :
b] l'accéléranon cie' B par rapport n .\.

12.126 La voie:montagnes russes r(:!prés(.'ulél' à la flgur' P l2.126 élit


Jt.'S Figure P12.12A
contenue dans un plan vertical. 1.(' tronçon fil'" voie ('Ill FC' A l·t B ('st r('('lili~l1f'f·t
horizontal, tandis 4U4:' Il' tronçon fi gauc:t.1:' dt:' f\ t>t celui ù droite de B ont les rdyons
de courbure respectifs indiqués. Une \ nimre l'oule à 72 knll1l lorsqllC' 1(> frpins
SOIlI appliqués brusquement, CC quJ fail glisser les [OUl'S lIt' la volture sur la voie
(J.Lj. = 0,25), E\'a1uE.'7.là décélératien initiaIt' de la \ oit urt' si les frC'ins sont rippliCJIl~S _-\
15 kg
10rsQLII..· la vouure.
a) a prf'sclllt' atteint t\;
b] roule ent rt" A ct B;
c) est juste nu-delà dl" B.
Figure P12.125
p :10 ln

fi' 1:; III

Figure P12.126
/
721
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Cinétique des particules:
méthodes de l'énergie et de la quantité
de mouvement

La boule blanct\O du joueur de billard vient IUilO de frappef une autre boute el la plupart de 601'1
énerg,e el de sa quatlblé de mouvement a lité transtétée a cel)e.d. Considérer "énergl8, la q\J8IItlté
de mouvement ou ces det."c grandeurs d'une particule pérmel souvent Cfétudler elflcaoernenl
son mouvement
C,I'Ot'QJO (le- car1JQJlQl; mOlhooes
726 OCtllinètl; Il ot co la q'~û~lJ.t~ou f' Cl' .t;lne~
13.1 INTRODUCTION
Au chapitre précédent, nous avons résolu la plupart des problèmes sur le
mouvement de particules à l'aide de l'équation fondamentale F = 111 a. La
connaissance de la force F appliquée à une particule nous permettait de
déterminer l'accélëration a, Il partir de quoi nous étiOJ1S en mesure de calculer
la vitesse et la position de la particule à tout instant en appliquant les lois de
la cinématique.
Lutilisafion de l'équation F = frl fi et des lois de la cinématique nous
donne deux autres méthodes d'analyse, la Illéthode (Ill travail et (le l'éllergic
et la nlétlUJde de l'impulsion et (le 1.,/ quatltiti rie mOUOO171eTlt. Lctlr avantage
est d'éliminer le calcul de "accélération puisque la méthode du travail et de
l'ëner rie relie directernent la force, la masse, la vitesse f"t le déplacement et
que la méthode de l'impulsion et de la quantité cle mouvement relie la force,
là Il1a5Se, la vitesse et le temps.
Nous considérons d'abord la méthode du travail et de l'énergie. Aux
sections 13.2 à 13.4, nous traitons du troooiJ d'une force et de l'/llergie
cinétique d'une "articule et nous appliquons le principe c.lu travail et de
l'énergie à la résolution de problèmes d'ingénierie. Les notions de puissance
et de rendement d'une machine sont introduites à la section 13.5.
Les sections 13.6 à 13.8 sont consacrées à la notion d'énergie potentielle
d'une force conservative et à l'application de la loi de la conservation de
l'énergie à divers problèmes pratiques. À la section 13.9, nous utilisons
conjointement la loi de la conservation de l'énergie et la loi de la conservation
du moment cinétique pour résoudre des problèmes de mécanique spatiale.
La seconde partie de ce chapitre est consacrée au principe de
Timpulsion et de la quantitë de mouoement et à son application à l'étude du
mouvement d'une particule. Comme nous le verrons à la section 13.11, ce
principe est particulièrement efficace dans l'étude du 1110UOC111elltill1pulsif
d'une particule, où de très grandes forees sont appliquées durant un très
petit intervalle de temps,
Aux sections 13.12 à 13.14, nous considérons le choc central de deux
corps. Nous montrons qu'il existe une certaine relation entre les vitesses
relatives des (leux corps entrant en collision, aWlot et après le choc. Cette
relation et la loi de la conservation de la quantité de mouvement totale des
deux corps permettent de résoudre un grand nombre de problèmes pratiques.
Finalement. à la section 13.15, nous verrons, pannl les trois méthodes
fondamentales présentées aux chapitres 12 et 13, celle qui convient le mieux
pour résoudre un problème donné. Nous analyserons comment combiner la
loi de la conservation de l'énergie et la méthode de l'impulsion et de la
quantité de mouvement pour résoudre des problèmes ne comprenant que
des forces conservatives, à l'exception près d'une collision très rapide durant
laquelle il faut aussi tenir compte des forces d'impulsion.
F
1'3.2 TRAVAJl D'UNE FORCE
Définissons d'abord les termes déplacement et travail tels qu'employés
dr en mécanique'. Considérons une particule qui se déplace d'un point A à
un point voisin A' (figure 13.1). Soit r le vecteur position correspondant au
point A, et la différentielle dr le petit vecteur joignant A el A'. Le vecteur dr
est appelé déplaceflle11t de la particule. Supposons maintenant qu'une force F
agisse sur la particule. Par définition, le travail de laforce F correspondant
au déplacement dr est la grandeur dU, de sorte que
(13.1)

J. Nous avons défini Il' tmvt\U ~ 10section 10..2 et nous ;lVCln$~ les pl'Qpriélé$ fondnmentales
du 1:rn.....uJ d'une force nm sections 10.2 l't 10.6. Pour des misons pratiqltt's. nous reprMlons Îcllfo_,
Figure 13.1 porties cie Qf'tte matière reliée.~ à 1<1cinétique de.~parlicule$.

Copynght d ma nal
Cette quantité est égale au produit scalaire de la force F et du déplacement dr.
Désignons respectivement par F et ds les grandeurs de Laforce et du dépla-
cement, et par (li l'angle formé par F et tlt, Selon la définltion du produit
scalaire de deux vecteurs (section 3.9). nous avons

d V = F lis cos cr (13.1 ')

La formule 3.30 IIOUS permet au 'si d'exprimer le travail (IL' en fonction des
composantes orthogonales de la force et du déplacement. soit

(13.1")
,
Etant une quantuâ scalatrc.te travail se définit par une grandeur et un signe,
mais n'a pas de dlrecüon. Remarquons (!llf' l'unité de travail e. t Pg.~eau
produit de J'unité de force par l'unité de longueur. Dans le système d'unités SI,
l'unité dt>travail est donc N . ln E't t'Ue se mesure enj()fAle.ç2 (J).
Selon l'équaüon 13.1', le travail dtl est positif si l'anglf! cr esl tùgu el
négatif si l'angle ex est obtus. Trois cas particuliers sont intéressants. Si la
force F et dr ont lall1P111Pdirection, le travail dV se réduit à JI' ds. Si F ct dr
sont de sens contruires, nous avons dU = - F tls. Finalement, si Fest per-
pendiculaire à dr, It>travail dll est 11111.
Le travail de F durant un déplacement fiui de la particule de ,\ 1 Ù .t'\;!
(figure 13.20) s'obtient en intégrant l'équation 13.1 le long de la trajectoire
décrite par la particule. Ce travail , noté U 1-1. est donné par l'équation

(13.2)
(a)

Utilison l'expression 13.1' (Ill travail élëmentalre (IV et r~n)ar(lll()ns (Ille ex


représente la composante tan tentielle F, de la force .. Alors, (,11_2 peut ~trt'
exprimé comme suit : F,

f" - F, (Lv
u1_!! =
f i,
- (F cos a) ds =
~I SI
( l3.2')

où la variable cl'intégratiol\.\ t'st la distance parcourue par la purticule le loug


de la trajeetoire, Le travail U l-2 est représenté par l'ai re SCHIS la courbe (b)
obtenue en traçant Ft = F cos ex en fonction de s (fi~lu'e13,21). Figure 13.2
Si la Ïorce- Fest (I.sfinip par ses coordonnées ort}logollales, on peut utiliser
l'expression 13.1" l>our exprimer le travail élémentaire. Alors,

Ut_2 = fA v, (Ix + FI) (II) + F:. (/::.) (13.2")


'\1

où l'on intègre le long de la trajectoire décrite par IH particule.

Travail d'une force constante dans le cas d'un mouvement recti-


ligne. Si une particule e déplace sur IU1e droite Ole l'action d'une force F o
de grandeur et de direction constantes (figure 13.3), la formule 13.2' donne FIgure 13.3

VI 2 = (F cos a) ~.\ (l3.3)

où cr = allgle que la force forme avec la direction {lu mouvement


et 6x = déplacement {le Al à A2

2. I.R joule (J 1 l'st l'lInit~ SI CI',llIc~jl'~OUNfonn(> 111tscaniqut>


(tmvai], ~nprgi(> poh'nnC'IIj', ~n('rgtf'
cint!>ticjlle), rhimlquf'. ,slt'C'lnque 011thermique Hernarquons que, hien <Jut' N . m = J.lf' moment
d'une foret' S·è.\pOlllt' t'Il ~ . m et non t'Il joules. puisque Je moment d'une foree n'est pas UOt'
formed'éllt'r~t',
728 Clt'lO:lqu& des parlJCVles nlÛlhooc:> Travail de la force de gravité. Le travail (lu poids W d'un C0t})S, c'est-
do l'énergie el de la q ..anhle de mouvement
à-dire de la force de gravité appliquée à ce corps, s'obtient en portant les
composantes de "" Œ1l1S les équations 13.1/ et 13.2". Avec l'axe des !/ orienté
vers le haut (figure 13.4). nous nVOI1S F" = 0, Fy = -'V cl F: = O. Donc,

dU = -\\' (Ly

Yz. ( L3.4)
r\'-'1 _
ou
(13.4')

L où ~y ·t le déplacement vertical d A, il A2. Le travail du poids '\' e 't donc


Figure 13.4 égal au produl: (le "" ct (kt déplacement vertical du centre lie grouité du
corps. Le travail est positif lorsque Ay < 0, c'est-à-dire lorsque le corps
descend.
Hf'~q')n <lll rppo~
Travail de la force exercée par un ressort. Considérons un corps A
\~~~~'t~~'m~'{
:(j) attaché à un point axp B par IIJl ressort. et SltppO, ()lIS fI' L~ le res ort ne soit
pas déformé lorsque le corps est en .t\o (figure 13.50). Il a ~lé démontré
:Au
1 empiriquernent que la grandeur de la force F exercée l'ar le ressort sur Je
8 MW1VWI'M', ~ corp Act proportionnelle à la déformation x du ressort mesurée à partir de
L~
1)-1
11\) ta position Ac). Nous avons
F = '/:0: (J 3.5)
: F~
1 x _lA (Ji'! k est la constante du ressort, exprimée en Nzrn 011 eu kN/m . i l'on utilise
1 le. unités SI3.
1
Le travail de hl force F exercée par le ressort durant un déplacement
8 l'/'NVVV'VV 1 -1""1
Ïlni du COl1lS de 1\ I(X = Xl) tl A2(x = x:J s'obtient ptlr la relation
1-1---(~---'~'\2
([(}= =F dx = -kx (Ix

U 1-2 = -[' .J., = lk ..2 -


k" " (tA: 2·\ 1 lk~·2
!!.\ 1 (13.6)
11

Remarquons cllie le travail de la force F exercée par le ressort sur Je corps


'\
t·", -------- (',~trO,fûtif IOl'~()lIP "z < '\'1. (" C'st-ô.-dire larst/ut' lé ressort raclent l'ers sa
position (lIJ repos.
Comme l'équation 13.5 est celle d'une droite de pente k passant par
J' origine. If> travai] U 1-1. de F durant le déplacement <leA 1 à A2 s' obtient pur
1(;'calcul Je J'aire du trapèze représenté à la figure 13.5b. Pour cela, on
calcule Flet F2 et on multiplie la base ~x du trapèze par sa hauteur
Inoycnne ~(Fl+ [:2). Le travail de' la force F exercée par le ressort étant
positif pour ~x négatif, on ohrient
(13.6')
La fOrJtlule 13.6'
mule 13.6.

Figure 13.5 Travail d'une force gravitationnelle. ous avons \"\1 à la section 12.10
(lue deux particules (le 1l1ilS5eS respectives ~fet rI) situées n une distance r
l'une Je l'autre 'atti rent l'une l'au: re avec des forces ég~ùe el oppo ées F
et -}", orientées le long de la droite qui joint les particules. et de grandeur
F = C_\4,rt
.,
.
" -
3, La n:l11ÜOIlF k.' Il'est vrule des ~lhliltion~ 8tatlquès. Dans des SlrulltlOllS d~'I1I\lIl1quCS,
(tU.é dllllS
li ftlut InodJ1ier 1.a [onnule 13.5 pour tt:mr compte de l'Inertie du ressort. Cependant. l'erreur
lutrodune p.lr l'uüllsation li...1:1relation F k t clans. lu résolution tk problëmes de ciD~tiqua est
r.pjbl~~t1'1IIIru.seJu ro~ùrl dl pl'tjt~ coiupanurvement aux alltrL'), massr-s 4'Jl IlIOU'''·IlI('nl.

Copynghted ma nal
Supposons que la particule M occupe une position Axe 0 et que la parti- 133 EnS'llle ClnûllQu8 Il Ur\OI)ilfllc(ile 729
PriJ'lOlpe du travail et de l'energ (l
cule IfI se déplace le long de la trajectoire représentée à la Hgure 13.6. Le
travail de la force F exercée sur la particule nl durant un déplacement
infinitésimal de la particule de A à A' s'obtient en multipliant hl grandeur F
de la force par la composante radiale dr du déplacement, La force F étant 1
orientée vers 0, le travail est négatif et alors 1
1

1
NJ'lf1 . 1
dU = -Fd,. = -C dr <) 1
r- r«, / rn
1
Le travail de la force gravitationnelle F durant un déplacement Ilni de 1
AI (r = rI) à Az(r = 1"2)est donc dB 1
1

U 1-2 -
- _[2 GMtll d _ GA/ri.
r- -
Cj\ITtl
(13.7)
/

l'. ~ r2 r}

où M est la masse de la Terre. Cette formule donne le travail de la force .\1 .


exercée par la Terre sur un corps de masse nt à une distance r du centre de o
la Terre lorsque r est supérieur au rayon R de la. Terre, La prenlière des Flgure 13.6
relations 12.29 permet de remplacer G 1\4.1n de l'équation ] 3.7 par \V R2,
où R est le rayon de la Terre (R = 637'0 km) et lV est le poids du cOll:'s à la
surface de la Terre.
Plusieurs types de forces fréquernment rencontrées clans les problèmes
de cinétique ne produisent aucun travail. Ce sont des forces appliquées à
des points fIXes (ds = 0) ou agissant dans une direction perpendiculaire au
déplacement (cos 0/ = 0). Parmi les forces qui ne produisent pas de travail,
citons la réaction d'une cbeville sans frottement lorsque le corps supporté
tourne autour de cette cheville; la réaction à une surface lisse lorsque le
corps en contact se déplace SUI cette surface ~la réaction d'un rouleau se
déplaçant ur sa voie; et le poids d'un oorps dont le centre de gravité se
déplace horizontalement.

13.3 'ÉNER.GIE CINÉ f IQU.E D'UNE PARTICULE.


PRINCIPE DU TRAVAIL ET DE L:ÉNERGIE
,
Considérons une particule de l'nasse 111 soumise à une force F et st' dépla- \ ,,
çant sur une droite ou une courbe (figure 13.1). La deuxième loi cie Newton
en fonction des coordonnées tangentielles de la force et de l'accélération
\
,,
(section 12.5) donne
dv
ou F1 = 111-
(It

où v est Lavitesse de la particule. Selon la section 11.9, 1) = ds/clt. DOT1C.


Figure 13.7
do ds do
FI = 1n - - = 1)10 -
tls dt ds
Ft ds = 1111) du
Intégrons de Al. où S == SI et Il = 'VI, à A1, où S = S2 et v = Oz. NOlL'i avons
IL,!
1
50.2
F, ds = 111 V do = t,n 1- trll UT (13.R)
.., "1

Le membre de gauche de l'équation 13.8 représente le travail UI_2 de la


force F exercée SUT la particule durant le déplacement de AJ à Az. Comme
nous l'avons indiqué à la section 13.2, le travail U.L_Z est une quantité
scalaire. Lexpression 1t1t1)2est aussi une quantité scalaire; c'est. par défini-
tion, j'énergie cinétique de la particule, identifiée par T. Donc,

(13.9)

Copynght d ma nal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
du plomb illustrant toutes les forces réelles (lui lui sont appliquées, c'est- 134 Applications du pnnclpe du travail 731
el cie l'énergie
à-dire le poids W et la force P exercée par la corde (nbrure 13.8b), (Un
vecteur d'inertie n'est pas IUle force réelle et ne doit pas être inclus dans le
diagramme du corps libre.) Remarquons que la force P n'accomplit aucun
travail, puisqu'elle est normale à la trajectoire. La seule force qui accomplit
un travail est donc le poids W. On obtient le travail de W en multipliant sa
grandeur \IV par le déplacement vertical] (section 13.2); le déplacement se
faisant vers le bas, le travail est positif, Donc, UI_2 = Wl,
'Considérons maintenant j'énergie cinétique du plomb. Nous aVOI\5
TI = 0 en AI. ct T2 = t(W/g)vi en Az. Appliquons à cette situation le prin-
cipe du travail et de l'énergie; la formule 13.11 permet d'écrire

o + \V 1 = -l -'\'o ~
2 g -

Isolons 02'Nous avons 02 = v'2gi. La vitesse obtenue est celle d'un C()rps
chutant librement d'une hauteur l.
Lexemple considéré illustre les avantages suivants (le la méthode du
travail el de l'énergie:

1. Pour calculer la vitesse en A2' il n'est pas nécessaire de déterminer


l'accélération en une position intermédiaire A et d'intégrer l'exprès-
sion obtenue de Al à A2.
2. Toutes les quantités en jeu sont scalaires et peuvent être addition-
nées directement, sans utilisation de composantes en x et en y.
3. Les forces qui ne produisent pas de travail sont éliminées de la
solution du problème.

Cependant, ce qui constitue un aV'dnt;;lge dans un problème peut être un


inconvénient dans un autre. Par exemple, il est évident qu'on ne peut pas
utiliser directement la méthode du travail et de l'énergie l'X)urcalculer une
p
accélération. li est aussi évident que, pour calculer une force qui est nor-
male à la trajectoire d'une particule, une force qui n'accomplit aucun travail,
ilfaut ajouter l'application directe de la deuxième loi de Newton à la méthode
du travail et de l'énergie. Supposons que nous désirions calculer la tension
dans la corde du pendule représenté à la figure 13.80 lorsque le plomb
passe par Al2. Traçons un diagramme du corps libre du. !)10Jll1} dans cette
position (figure 13.9) et exprimons la deuxième loi de Newton en fonction
des composantes tangentieUes et normales. Les équations IF, = Ina, \\1
et IF" = ln a" donnent respectivement at = 0 et Figure 13.9

\\' o~
P - \V =nlfl =--
" g l
Mais la vitesse en A2 a été calculée précédemment pélr la méthode du travail
et de l'énergie, Portons v~= 2g1 et isolons P. Nous avons

\l' 2g1
p = \,V + - = 3\V
g 1

Si un problème comprend deux particules 011 plus, le principe du travail


et de l'énergie peut s'appliquer séparément à chaque particule. L'addition
des énergies cinétiques des diverses particules et la prise en considération
du travail de toutes les forces appliquées aux particules permettent d'écrire
une seule équation du travail et de l'énergie pour toutes les particules impli-
quées. Nous obtenons

(13.11)

Copynghted matenal
732 Clnellqup df'~ particule:,; Il'flthOClec où T représente la somme arithmétique des énergies cinétiques de toutes les
d lanu'v1e et du a Ql'4nt,Ilt de nlOU"'(l1i r nI
particules en jeu (tous les termes ont positifs) et U 1_"2 est le travail de
toutes les forces appliquées aux particules y compris le .forces d'action et de
réaction exercées par les particules l'une sur l'autre. Cependant, dans les
situations où les corps sont reliés par des cordes ine:l1etlS"ibles ou des barres
articulées, le travail des forces exercées par une corde ou une barre donnée
sur les deux corps qu'elle relie s'annule, puisque les déplacements des points
d'application de ces forces sont égaux4 (PR-13,2).
Les forces de frottement étant de sens opposé à celui du déplacement
du corps auquel elles sont appliquées. le tracail (les forces (le [ronemen:
est toujours négatif. Ce travail représente l'énergie dissipée en chaleur et
contribue toujours à diminuer l'énergie cinétique du corps en jeu (PR-13.3).

13~5PUISSANCE ET RENDEMENT
Par définition, la pUÎ.SSQtlCe est le taux d'accomplissement d'un travail, ou le
rythme auquel s'effectue un travail Lors du choix d'un moteur, la puis sance
est un critère beaucoup plus important que la quantité de travail qu'il peut
effectuer. On peut utiliser un petit moteur ou une grande unité de puissance
pour effectuer une quantité de travail donnée. Or. le petit moteur mettra
peut-être Wl mois pOllf effectuer un travail que l'unité de puissance effec-
tuera peut-être eu quelques minutes. Si AU est le travail effectué durant
l'intervalle de temps dt. la puissance moyenne durant cet intervalle de
temps est
AU
Puissance moyenne = ilt

Si Âi tend vers zéro, nous obtenons à Lalimite

liU
Puissance = .r (13.12)
ot

En remplaçant cLU par le produit scalaire F· dr. nous pouvons écrire

Puissance =
.n: F· dr
= --
dt dt
et. en nous souvenant que dr/dt représente la vitesse v du poinl d'appli-
cation clt' F, nous avons

Puissance = F .v (13,13)

Puisque, par définltion, la puissance est le taux auquel s'effectue le


travail, elle s'exprime en unités obtenues par la division de l'unité de travail
par "unité de temps. D~ULSle système 51, la puissance s'exprime en J/s ou
uiatts rw), d'où
l \" = 1 J/s = IN· m/s
Selon la section 10.5, le rendement mécanique d'une machine est P}lr'
ùéfinition le rapport: du travail Iourni au travail reçu. soit
travail fourni
1}~ (13.14)
travail reçu

4. L:dpplicaUou üt- ln rnéthooe du travail el de l'jSnergje 11un ~~èmPde p;;tl'ÛclIk.,. Sf'ra dj,,~(',u~
e-n
détail au eh..pitre 1-1.

Copynghted matenal
Cette définition repose sur l'hypothèse que le travail est accompli ~Itin taux 135 Pu !ôS8'1œ et rendement 733
constant. Le rapport du travail fourni au travail reçu est égal (l11 rapport des
taux auxquels le travail fourni et le travail reçu sont accomplis. DOl1c,

puis allee foume


11= (13.15)
puissance reçue

En raison des pertes d'énergie dues au frottement, le travail fourni est


toujours inférieur au travail reçu et, par conséquent, la puissance fournie est
toujours inférieure à la puissance reçue. Le rendement mécanique d'une
machine est donc toujours inférieur à 1.
La formule 13.15 donne le rendement total ou IIet d'une machine
utilisée pour transformer de l'énergie mécanique en énergie électrique, ou
de l'énergie thermique en énergie mécanique. Le rendement total d'une
machine est donc toujours inférieur à 1; il fournit une mesure {le toutes les
diverses pertes d'énergie en jeu (pertes d'énergie électrique ou thermique,
et pertes d'énergie dues au frottement). Remarquons qu'il faut exprimer
la puissance fournie et la puissance reçue dans les mêmes unités avant
d'utiliser la formule 13.15.

c
PROBLÈME RÉSOLU PR-13.1

Une automobtle de 2000 kg descend un plan incliné de 5° à la vitesse de 9() knllh


quand le chauffeur commence à Ireiner, créant une force cie freinage totale
\ constante (appliqu~e par Laroute Sut le pneus) de 1 kN. Calculez la distance fran-
5° chie par l'automobile jusqu'à l'arrêt,

'1 - iJ() knv'h SOLunON


\. =tI

Polds de J'automobile \V = IItg = (2000 kg)(9.81 nlls!l) = 19.62 kl


Énergie cinétique
Position 1 : o. -- 90 km/h -- 2.5 mis
1Il,62 kN TI = ~Inv7 = !(2000 kg)(25 InlS)2 = 625 000 J = 62.5 k]
Tt> = 0
POBÙiofI2: v" -= 0 -
Travail rJl~2::= -(7 kN)x + (19,62 kN sin 5°)x:::: -(,5.29 kN)x

... a 1 Principe du travail et de l'énergie


ikN
1'.+U1 :!=T2

N 625 k] - (5,29 kN)x -- 0 , = II~


ln ....

PROBLÈME RÉSOLU PR-13.2

Deux blocs sont reliés par un câble nuit élastique, tel qu'illustré. En supposant que
le système parte du repos, calculez la vitesse du bloc après
'il eut pal'COUnl 2 m.
A qll
B On suppose que le coefficient de frottement cinétique entre le bloc .t\ et le plan soit
300 kg P-It -- 0,25 et que la poulie est dt" poids négligeahle et sans frottenlent.

SOLUTION
\\' \
Travail et énergie pour le bloc A. En désignant par FA la force de frottement
\'- \. et par Fe 13 force exercée par le câble, OL1 obtient
,,- -.,. Fe ,~".:,
:... _---": ... _---'"
: rnA ln... = 200 kg \-V... = (200 kg)(9,81 mls2) = 196.2 N

N~,
FA = IJ4.N", = P-k'VA;;;;;
0.2.5(1962 N) = 400 N
Tl + UI_2 -- T2: 0 + Fc(2 rn) - FA(2 m) = !,nAU2
1---1m---I
Fc(2 m) - (490 1'1)(201) "" !(200 kg)v2 (J)
Tra,-ail et énergie pour Ie bloc B. On écrit
InH = 300 kg \VIl = (300 kg)(9.81 mls2-) = 2.940 N
TI + VI ,2 = 1':J: 0 + \Vn(2 Ill) - Fc{2 Ill) = ~fTIBt·2
(2940 N)(2 m) - Fc{2 01) :;;;;t(300 kg)v:! (2)
L'addition des parties de gauche et des parties de droite des équations 1 et 2
montre que le travail des forces exercées par le câble sur A et B s'annule
(2940 N)(2 01) - (490 N)(2 m) = }(2oo kg + 300 kg)C;2
4900 J = !(500 kg) v! t = 1,43 1Il/.s ~

734
PROBLÈME RÉSOLU PR·13.3

On utilise WI ressort pour arrêter un paquet de 60 kg qui glisse sur une surface
honzontale. Le ressort il une constante k = 20 kN/ln et est retenu par des câble qui
le compriment initialement de 120 Inn •. Sachant qu'à Laposition représentée la
vitesse du paquet est Je 2,5 m/s ct que la déformation supplémentaire maximale du
ressort est de 40 mm, calculee:
a) le coefâcient de Irottement cinétique entre le paquet et la surface;
b} la vttcssc du paquet lorsqu'il repasse par la position représentée.

S'OLUTION

\'1= l) (1) ~tOll' ernent dt· la pu"ilioll 1 Ù la positton 2


"..

J -" ';;(1 1
Éurrgie c:iné/;'/ue. Pos:ilio,~l: 01 = 2,5 ulis
TI = ill/V! = ~(60 kg)(Z,5 nlls):! == 187,5 N, m = 187,5 J
t
600 nlnl-1~-40mm POtli"on 2 (déformation maximale du ressort): o~= 0 12,; 0
Trut:uil
\V Force de [rottcment F. On il
F = Il ... = Ilk \V = ILklllg = ILk(OO kg)(9,81 ull~.2) = (.588.6 N)/kk

u: travail de F l'st lI~galifct est égal à

N
(U 1~2)t == - Fx "'" -(588,6 N).uk (0,600 111 + 0,040 rn) = -(371 J)J..4.-
Force du ressort P. La force variable P exercée par le ressort accomplit un travail
négatif égal à l'aire sous la courbe force-déformation du ressort. Alors,
PII,I.. = kx~) = (20 k:-J/m)(L20 mm) "'" (20000 N/o1)(O,J20 ln) = 2400 N
p ..,,,~ = Plnlr) + k Ax = 2400 N + (20 kN/ln){40 nun) = 3200 N
') lix == -~(2400 N + 3200 N)(0.040 Ill) = -112,0
(UI_2) .. = -~(P"'lll + Pif.... J
I-Â~travail total est donc
U'_2 ;; (Ul-~)J+ (Ut-il)",;;:- -(377 J)IL~ - 112,0 J
Principe (lu tracall ct cie l'éllergie
187,5 J - (377 J)Pt - 112,0 J = 0 .ut.. = 0.20 ~
b) Mouvement do la !lo..ition 2 li 10 llO'iition .1

\ , Étll'rgie cinëtique. Position 2: 1)2 =0


ro"c
Position 3; T3 ;; !,n o~= !(60 I-:g)v-~
d -,;_li
t) "-
d
l: Trarail, Les distances en jeu étant les 1l1(\JnCS, les valeurs absolues respectives
l ~-
I-~I(I nllll-'"'1
du travail dt' la force dt"' Irouement F el dt> la force du ressort P sont les mêmes
que ci-dessus. Le travail de la force F est encore négatif. 11HÛS celui de ln force P
est malnrenant positif. On il
\V
r ~ p
UZ_,,j = -{37ï J).ul. 112.0J == -i5,5 J+ 112,0J = +36,5 J
Principe (lu tracatl ct de "énergie
T'J + U~J = Ta: 0 + 36,5 J = t (60 kg)L,~
v ;J = 1103,n/s
,

735
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
RÉCAPITULATION
...
SECTIONS 13.1 A 13.5

Au chapitre 12, nous avons étudié I.e mouvement d'une particule à l'aide de l'équation
fondamentale F = ma en calculant l'accélération a. Lapplicadon des principes de la
cinématique nous a permis, connaissant a, de calculer la vitesse et Ledéplacement à tout
instant. Daru; ces sections, nous avons combiné l'équation fondamentale F = 111 a et les
principes de la cinématique pour obtenir une autre méthode d'analyse appelée méthode
dtl trolXlil et de ['énergie. Cette méthode élimine le calcul de l'accélération et permet
de relier les vitesses de la particule en deux points de la trajectoire de son mouvement,
Pour résoudre un problème par la méthode du travail et de l'énergie, nous suggérons les
étapes suivantes;

J \ !III.' ni! (1(, ('lla/ful' [oree. Par définition, le travail Ul_2. d'une rome
,!o "III
donnée F durant le déplacement fini de la particule de AI à A! est

U1--42 = 1F . (Ir ou U1_2 = f (F cos ex) (]S (13.2, 13.2')

où a est l'angle entre F et le déplacement dr. Le travail U 1-2 est une quantité scalaire
et est exprimé en joules (J) dans le système SI. Notons qu'une force perpendiculaire au
déplacement (a = 90°) accomplit un travail nul. Si 00° < Cl < 180°,le travail effectué est
négatif. C'est le cas pour une force de frottement, qui est toujours de sens opposé au
déplacement (a = 180°).

Le travail U 1-2 se c-alcule aisément dans les cas suivants;

UI_,2 = CF (,,'05 a) 6x (13.3)

où a = angle (lue la force forme avec la direction du mouvement


6x = déplacement de AI à A.z (figtlre 13.3)

(13.4·')

où AI) est le déplacement vertical du centre de gravité (lu corps de poids "'. Notons que le
travail est positif lorsque Ay e.s t négatif, c'est-à-dire lorsque le corps descend (figure 13.4).

U 1-2 -- J.kx
i!
2
)
- .lk,...2
2"" 2 (13.6)
où k est la constante du ressort, et 1'1etx2 sont les allongements du ressort correspondant
respectivement aux positions AJ et Al! (figure 13.5).

(13.7)

738

Copynght d ma nal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
742 Cinétique 005 parncuies mêlnOOES
Of' 81'1ErgiP el dF la QtJl\ntlrfl ~je mou","ment
13.15 Un camion semt-rcmorquo commence à descendre une côte de 2 % à
Lavitesse de 100 k.-mIb et doit ralentir jusqu'à 65 km/h sur 300 ln. La masse du tracteur
est Je 2000 kg, ct celle de La relllurqUl' de 6000 kg. Détermiuez i
a) la force de fl'einage moyenne qui doit être appliquée:
b] la forœ moyenne exercée SUJ' le couplage entre le tracteur et La.renlorque
si 70 % de la force de freinage est fournie par la renlorque et 30 % pur
le tracteur,

291> pente (1) kmih


Il
descendante

Figure P13.15

13.16 Un camion scnu-remorque commence à t;ravir une côte de 2 % à la


vitesse de 65 km/h et atteint 100 lanIb sur 300 m. La masse du tracteur est de 2<X)(} kg,
et celle de la remorque de 0000 kg, Caleulez :
il) la force 1l1oyenne aux roues du tracteur;
l,) la foro: moyenne dans 1("couplage entre le tracteur et la remorque.

2~pente
ascendante
..
100 kaulb

Figure P13.16

13.17 Un camion semi-remorqueest Canné d'un tracteur de 2000 kg et d'une


remorque de 8000 kg, II roule sur un tcrraia plat l'\ la vitesse de 90 km/h ~tdoit
ralentir pour s'urrfitcI" sur 1200 m. Dëteruunez :
il) la force de Iremage moyenne qui doit être appliquée ;
IJ} la force moyenne dans le couplage si 60% de la force de freinage est
Figure P13.l7 - P13.l8 fournie par la renlorqlll" et 40 % par le t racleur.

13.18 Un camion semi-remorque est formé d'un tracteur de 2000 kg et d'une


remorque de SOOOkg, Sachant qu'il roule sur un terrain plat il la vitesse de 90 kmJh
et qu'une forœ dé frcitlage moyenae de 3000 N est appliquée, calculez:
(1) la distance que J'ensemble parcourra avant de s'arrêter;
bl la force de couplage moyenne entre le tracteur et la renlorque si les
freins de la remorque cèdent et que toute la force de freinage doit être
Iourule par le tracteur,

13.19 Deux blocs identiques sont lâchés du repos. En négligeant la masse des
poulies <>1 l'effet du frottement, calculez:
a) la vitesse du bloc B après qu'i) eut pareouru 2 m ;
JJ J la tension dans le câble,

13.20 Deux blocs identiques sont tâchés du repos, Négligez la masse des
poulies. Supposez que les ooefûctents de' lrottement statique el cinénque oient res-
1 pectivement J.L. = 0,30 et Jl.k = 0,20, Calcules:
u} la vitesse du bloc B après qu'il eut parcounl 2 01;
Flgur. Pt3.19 - P13.20 li) 1Il tension dans le câble,

C P 1
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
746 C.nttllqu. des oartlcu ~5 méthodes
de 1'91191gleet de la quantité de mou....
ement
13.37 U 0 bloc de laiton (uon magnétique) i\ de 300 g ct lUI aimant d'acier B
de 200 g sont en équilibre dans un tube de laiton sous la force de répulsion magné-
tique d'un autre aimant d'ader C situé à une distance l = 4 mm de B. La force est
inversement proportionnelle HU <.1Irr(5 de III distance entre B ct C. En retiraut
soudainement If' bloc A, calculez:
a) la vitesse maximale de B:
h) l'accélération maxirnale de B.
La résistunce tic l'air ct le rrottenH~lIt sont n1gligeabJl!s.

1111' 1
• 1
lt , 1l ,
1

f1 J. X

Figure P13.37 Figure P13.38

13.38 U II aimant d'acier B de 180 g est eu équilibre dans un tube de laiton


SOIISla rorcf' de r~pllision d'un autre aimant d'acier C situé à une distance x = 4 mm
de B. Cette force est tnvcrscment proportionnelle au carré de la distance entre B el C.
En supposant qu'un bloc de laiton (non Inagrlétique) A dl:' 270 g :suit délicatement
amené en contact avec l'aimant B puis enlevé, calculez:
(1) la vitesse maximale de A et de 8;
J») la dévindoa maxirnale de 1\ et de B.
La résistance de l'air et le frottement sont négligeables.

13.39 Une sphère en A reçolr un€>vitesse "~IIolientp,(> vrl'S If' has pt !'il' balance
suivant un cercle vertical de rayon 1 et de centre O. Déterminez la vitesse "0 mini-
malo pOlir Itll']lI(·IIC'ln sphi'l'~ atteindra le point 8 si:
(1) AD est une corde:
b) AO est LInt' Ont' tige de masise négligeable.

B--- ........
.... <,
..... ,
\
\
,
\

A
,
1

1
,
1
1
~ 1
\ 1
Vo \ 1
\ 1
\ 1
..... /
... ........ /

..." "
-------
Figure P13.39 - P13.40
13.40 Une sphère en A reçoit orientée vers 1(, ba.s de 5 mis. Elle
U!}f' vitessr- VI)

se balance dans un plan vertical à l'extrémité d'une corde de longueur 1 = 2 rn


attachée à un support en O. Déterminez l'angle 0 auquel la corde cassera sachant
qu'elle résiste à une tension maximale égale au double du poids de la sphère.

C p n
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
750 Cinétique des particules mé!hod~s
d'a lI'éne~le et d. la quantité de mOuvelr.eITl
potentielle "g qu'il faut utiliser lorsque Lavariation de la force de gravité ne
peut être négligée est

(13.17)

La première des relations 12.29 permet d'écrire V~SOus la forme


Bessort au repos 2
V = _ 'VR (J3.17')
INNWNlW'M(j] ~ r
B
:Ao oü R est le rayon de IH Terre et W le poids du corps à la surface de la Terre.
1
Lorsqu'on exprime Vg à l'aide de la relation 13.17 ou de la relation 13.17'.
B N"Mfo'IU'\I\.oIP'\I\', (jJ III distance r doit bien sûr être mesurée il partir du centre de la Terre". Il est
L-.r -lA] à remar'lller que l'énergie potentielle "g
est toujours négative et qu'elle
l '
tend vers zéro pour les très grandes valeurs de r.
: F~ Considérons maintenant un corps attaché à un ressort et se déplaçant
...._-x--JA d'une position A, correspondant à une déformation XI du ressort à une
position Az correspondant à une déformation x~ du ressort (figure 13.5). Le
B travail de la force F exercée par le ressort sur le corps est (section 13.2)

( l3.6)
Figure 13.5 (reprise)
On obtient donc le travail de la force élastique en soustrayant Lavaleur de la
fonction tkx2 correspondant à la deuxième position du corps de la valeur
correspondant à la première position. Cette fonction, désignée par ",.. est
appelée énergie potentielle du corps due à lafo'roe é/.astiql/C F, d'où

1 •

. .Ul~Z-::(Vf_l)i
.... -
- (Ve)!
. - (13.18)

Remarquons que, durant le déplacement considéré, le travail <le la force F


exercée par le ressort sur le corps est négatif et (lue l'énergie potentielle V"
augmente. L'expression obtenue pour Ve n'est valide que si la déformation
du ressort est mesurée à partir de sa longueur libre. Par ailleur , ou peut
ausst utiliser la formule 13.18 lorsque le ressort a été tourné autour de
son extrémité fixe (flgure 13.10a). Le travail de la force élastique dépend
. eulement de la déformation initiale et de la déformation finale du ressort
(figure 13.1Ob).

Longueur non défonnée F=kx

(V,), = !kx7
(V~):1.. * k:r~
-

!---lZ----I

(0) (b'
FIgure 13.10

expres'ions (if. \'.0: dIIns les éq\latiOllS 13.17 et 13.17' ne s.ont valjdes (lue SI r
6. 1--t."!I 2= R. c'est-à-dire
si le c.'Orpsconstdéré e-st au-dessus de L'Isurface de la Terre.

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
1----200 mm-- PROBLÈME RÉSOLU PR-13,6
1

Un manchon de 10 kg glisse sans frottement le long d'une tige verticale, tel


qu'illustré. Le ressort attaché au manchon a une longueur au repos de 100 mm et sa
150 mm constante est de 500 Nzm. Le manchon est lâché du repos à la position 1. Calculez
sa vitesse après qu'il eut franchi la distance de 150 mm jusqu'à la position 2,

SOLUTION

Le poids du manchon est W = lng "" (10 kg)(9, l InJs2) = 98,1 N

Positinn 1. Éllcrgj(' ptltenticlle. Lallcngement du ressort est


XI = 2()() mm - 100 mm = 100 mm
1-1,--200 mm -----11 RéJérE'nce et on tl

v.. = !kxr =: 1(500 N/ln)(O,l [n)~ = 2,5 J


En choisissant la référence représentée, on a Vg = O. Donc,
VI = V .. + VI( = 2,5 J
I1tlcrgif: einétiqu«, La vitesse étant nulle à la position 1. TI = O.

Pocition 2. Energie !JotclIlirllt'. L'allongement du ressort est


X2 = 250 mm - 100 Ina} =: 150 mUI

el on Il
F
v" "'" ~k:ti = }(500 N/m)(O,15 m)2 = 5,6 J
VI(= '\'y = (98,1 )(-0,15001) = -14,7 J
Donc,
V2 = V" + Vg = 5,6 J - 14,7 J = -9,1 J
l-,-, = 1(l('"nll'-1
i.---Xl·150mm T;: = t'1IV~= -i (lO)vŒ ;;;;5v~
Con ervation de l'èuergie. En appliquant la lot de la eonservauon de
l'énergie entre les positions I et 2, on a

TJ + Vl = T2 + "2
o + 2,5 J = 5 o~- 9, L J
l);t -- _
....1-
,i:> Ill/.1S

Y2 = l,::; uvs !

754
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
13,55 U ne force Pest lentement appliquée 11IUlE' plaque attuchée à deux
ressorts causant une dëformauon 1'0'Dan" les deux cru; représentés, tr(HI\~Z "C'\:l)n:'S-
sion dt' Laconstante k•., en lonctlon dt> k 1 et de k~, du ressort unique équivalent au
~'Yst{'n'l' 11(lIlnt:, c'('st-à-dirl' du ressort (llIi produirait 1.. rlu':.nlf> déCornuuion XII S()IIS
l'nc'lion dr- 11'1même forer- P.

p p

r(1 )
Figura P13.55

13,56 Un bloc dt' IIH15SI:' III est attaehé ù deux ressorts st'Ioll hl fi~url' 1)13,56,
Sachant ltU(>, dans chaque cas, le bloc est tiré sur une distance XII à partir de sa
position d'équillbre plUS lâché. détermlnez Lu vitesse IIltLXilllaJ., du bloc t,ltlllS Il'
mouvoruent subséquent.

-1

kl
. ......... '"' .. -,,~
J.:
......... '"' . 6

1-
~

~
1

FIgure P13.57 Flgure 'P13.56

13,57 U Il bloc: de 1(i kg l'l'ut ~ss(.'r SdJLS Imttemeut uau.il nUL' f(.'lItt, et (.'st
attaché u deux ressorts d .. constant ..s kt = 12 kN/,n et k:l = ') k1\'/m. Les ressorts
sont IlIitiilll'rtlt'lIt LIli repos lorsque 1(>bloc ('st tir<- sur um- di\laIH.'t' dl"'300 mm vers
la droite puis lâche? Calculez :
il ) 1a vi 1f'~Sf'fnaxi male cl u bloc:
l" la vitesse du bloc lorsqu'il est à 120 mru de su positieu luitiale

3kg 13.58 U Il bloc d.> 1 k~ p"r Il glis~ef sans Irottr-ment dans lU1(' Il'n Il' rI l'st
attaché, '_'0t11ITlC' l'indique la ligure, ii trois ressorts de mf-ttl(' IOllgtlc·ur et cil" eons-
laHtc:~kt = 1 k~/lll, kz = 2 k. IllIl'tk.l = 4 k~/rll, Les ressorts !i()Jrt flliti,'!.·II'l,,\t au
repos lorsqu!;' 1....bloc e t poussé vers la gauche cie 45 11l1t! puis làt'lté. Déterminez :
Figure P13,5B (J) la \ ilc's.s.: maximale cl u hloc ,
h] la vuessr- dit bloc lorsqu'il r-st ~ 18 mm dt, sa position inilialc,
760

C p n
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
764 Cmotlqur JI?~P<lrloculeS rnE:l'Odes 13.76 Sachant que les lrois blocs roprë entés ont le mërne poids et qu'Us
J.. l'Elne", !l el Il,,, la qllElnhHl Of' mou.enl{lrll
partent du ropos lorsque 0 == 0°, détermiaez:

ra a} l'angle () In8XÎJ1lal;
b) la tension correspondante dans la corde,
D
13.n Un bloc A a une masse de 2 kg. Les blocs B et C ont chacun une masse
de 3 kg. Sachant que les trois blocs partent du repos lorsque (J = 0°, calculez:
a) l'angle (1 maxtmal ,
b} la tension correspondante dans la corde.

*13.78 Des paquets se déplacent d'I1R point A d'un ~tage d'un entff'pôt à un
point B de l'étage inférieur, directement à 3 rn eu dessous de A, au Illoyen d'une
glissière dont l'axe décrit une hélice d'axe vertical y et de rayon R = 2 ln. La section
transversale de la glissi~re doit être relevée de manière que chaque paq~et, une fois
lâché en. A sans vitesse, glisse sur l'axe de la glissière sans jamais toucher les bords
de celle-ci. En négligeant le frottenient:
a) exprime?'... en fonction de la hauteur y d'un point donné P de l'axe,
I·angle q, formé par la normale à la surface de la glissière en P et la
Figure P13.76 - P13.n normale principale de l'axe en cc point;
b) calculez la grandeur et la direction de la force exercée par la glissière
sur UJj paquet de 10 kg lorsqu'il attelnt le point 8. Suggestion: La normale
principale à l'héliœ en tout point P est horizontale el orientée vers l'a,xf'
des 1), et le rayon de courbure de l'hélice est p = R[l + (ltl21TR)\l).

Ij

Figure P13.78

'13.79 Prouvez qu'urie force F{x,Ij, z) est conservabve si, et seulement si.Jes
relations sulvanœs sont satisfaites:

éJF\ _ âF'J
O!/
- iix

13.80 La foret: F :::0 (yzi + :xj + xykl/xyz agit Sur la particule ll(x, y, c), qui
se déplace dans l'espace.
B CI) J\ raide des relations données au problème 13.79, démontrez que cette
fOI"Cr' est eonservative.
b) Déterminez la fonction potentieUe associée à F.

·13.81 Une force F agit sur une particule P(x, y) qut se déplace claus le plan xy.
Déterminez si F est une force conservative et calculez le travail de F lorsque P
décrit, dans.,le sens horaire. la trajectoire ABCA délimitant un quadrant du cercle
A~ C~
__- x2 + ri = ü"; si :
(lJ F=kyi;
Figure P13.al lJ) F = k(yi + xj).

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
768 C "1' lJque des p;)rIlCU~S rn 1"'001)" 13.103 Un véhicule !\patial s'approchant de la planète Saturne atteint le
de l'enelg,e el do la Quanlilli de rm UyamOill
point ,1 avec une \ ite se vA de 21 knvs, 11doit être placé sur WIC orbite elliptique
autour de Saturne" de manière à pmlvoir examiner pénodiquernent Téthys, une des
lunes de Saturne. Téthys v'Oyage sur une orbite circulaire d'un r.tyon de 295 Mm
autour du centre de Saturne, à lu \litt' Sf' de .11,3 kn'Vs. Détermlnez:
a} la diminution de la vitesse du véhicule spatial requise en A pour
atteindre- l'orhitl'' désirr(' :
l" la vitesse du véhicule sputiaJ lorsqu'Il atteint l'orbite dt' Téthys cn B,
185 [1.110 2.95 l\tm

Figure P13.103

13.104UII vélueule spatial décrit une orbite elliptique d'uldtude minimale


litt = 2400 km et d'altitude maximale ho = 9600 km au-dessus de la surface de la
Terre. Calculez Luvitesse du véhicule spatial en A.
~Il

13.105 UII véhlcule spatial décrivant une orbite elliptique autour de la


Tern- li unr- vitesse nltLXÜiHtJc L'A = 26,3 X lO:l kflllll en A et une vites e mlnimale
3
VII = J ,5 X 10 km/h en B, Calculez l'altitude du véhicule spatial en B.

, 1
13.106 Durant le retour du I.EM vers II"module de commande, II"véhicule
~pnti"J Apollo dll pmhll-ulP 13.101 !I c1tr.t()unl(~ dl' 1l1lirllère Ù prëseruer l'arriëre du
véhicul« au Lf:M. Le LE~Ia alors été largu6 avec: une vitesse de 200 n'Vs par
rapport au module dt' commande. Calculez la grandeur et la direction (l'angle 4>
fonnt~ <I\'I:'C lu , ..-rticale (Je) Cil' la vil ':, (:' \le d .. LE~tjuste avant qu'il s'écrase en C
Figure P13.104· P13.105 sur la surface de la Lune.

10 kr n • '-, ...
\

\
,
\
li km
~(I \

IJ --
() 1

Figure P13.106 FIgure P13,107

13.107 Vn slIo·Hitl· ('sl prujet(o dans l'espace avec ui .. • vitesse "0 à une
distance ru du ceutrc de la l'erre par le dernier étage de sa fusée de lancement La
vitesse ~'tla êtCo calculée polJr envoyer le Salf'!lite S\Jr une orbtte ctrculalre de rayon ro.
À la suite d'une mauvaise commande.Ie satelhte n'a pa.~ ~téprojeté horizontalement
IIlais à un angl(' (1~LVl'C I'bortzontal« rI se retrouve sur une orbite elliptique. Calculez
III distance Il Ht.'(hIUÙ L' et IH dl!>taJicC;!
mlnlmule ÙU centre de la 'ferre au satellite.

C p n
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
,
RECAPITULATION
SECTIONS 13.10 ET 13.11

Dans ces sections, nous avons intégré la deuxième loi cie Newton pour en tirer le principe
de l"impulsion, et de la quantité de nWl,vmnent pour une particule. En nous souvenant que
la quantitë de mOlIVenl€'lt d'une particule est par définition le produit de sa masse 111 par
sa vitesse v (section 12.3), nous avons écrit
nlvl + l ImPI __!! = mV2 (13.32)
Cette expression énonce qu'on obtient la quantité de mouvement t11VZ d'une particule à
l'instant t2 en additionnant à sa quantité de mouvement 111VI à J'instant t1 les impulsions
des forces exercées sur la particule durant l'intervalle de temps allant de t 1 à t2• Pour
effectuer les calculs, on exprime les quantités de mouvement et les impulsions en fonction
de leurs composantes rectangulaires et on remplace l'équation 13.32 par les équations
scalaires équivalentes. L'unité sr de ra quantité de mouvement et de l'impulsion est le . s.
Les étapes suivantes simplifieront 1~1résolution de ce type de situation.

1. ()jj i rur» Il li ,Ii".!tll''''!'' montrant la particule. sa quantité de mouvement à tl et


à t2. et les impulsions des [orees exercées sur la particule Jurant l'intervalle de temps
allant de t 1 à t2'

2. ()I! ('1111 ,,1,· {ï,lIl"ri"llllll


,{c· ('/"u/", .Il1t (.,'. en l'exprimant en fonction cie ses ·compo-
santes orthogonales si plusieurs directions sont en jeu. On rencontrera les cas suivants:

il) J.ï/,/,'/I·I,IJ" ,(f' (('111/':-; ( ...., [ln] (" 1:, };J""(' c«! runstunt«,
ImPt--Z = F(f2 - fi)

JJ} I:,:t,:. l''ai,, ,il i('III}I,o,; (."" [i« ,: III .li,l'(·(· ('",1 ,J'le ;11l/1'I;Oll ,le l,

c) ,f" 1(''''/'''' ('S, Irc"h /,c";1 c', ''''/l,,('' ('If/ tri» gr·l,tlfle. La force est
I,";II(,""(IJI"
appelée force d'impulsion et son impulsion SUT l'intervalle de temps t2 - ft = At est
lmpl_~= FAt
Remarquons que cette impulsion est nulle pour des forces il"n impulsioes telles que le
poids d'un cO.rps, la force exercée par un ressort ou toute autre force que l'on sait être
petite comparativement aux forces d'impulsion. On rie peut T'as supposer cependant que
les réactions inconnues sont non impulsives: il faut donc tenir compte de leurs impulsions.

:t ()JI /)111'1" /,,/'00 1"'/(""'''' "llle'II;"~ '/t'I<: Î'''/II,/:o<;t",1'4 iluw« "('(I(I(I(;UII 13,:~2ou dans
les équations scalaires équivalentes. Lac; forces et les vitesses (les problèmes de ces sections
sont contenues dans un plan. On écrira donc deux équations scalaires et on les résoudra
pour deux l'nconnues. Ces inconnues peuvent être un temps (PR-13.10), une vitesse et
une tmpulstot: (PR-13.12) ou une force d'impulsion Inoyenne (PR-13.11).

III

C p r
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
790 CinétJqve dès partia.tles: mêthodes où l'intégrale couvre la période de déformation et où u représente la vitesse
de l'él'IeI'gte et de la quantî1é de mowem~n!
du bloc A à la fin <le cette période. Considérons maintenant la période de
restitution. Nous obtenons, de la même façon,
(13.53}

Otll'intégrale couvre la période de restitution.


Selon la définition vue à la section 13.13 (lu coefflctent de restitution,
nous avons
fRdt
e= (13.40)
J p dr
La résolution des équations 13.52 et 13.53 pour les intégrales J P dt et J .R cft
et le report dans l'équation 13.40 donnent, après réduction,
,
li - I)A
e=

La multiplication de toutes les vitesses par 1.'OS 0 pour obtenir leurs projections
S\lT la ligne de choc; donne

(13,54)

On remarque que l'équation. 13.54 est identique il l'équation 13.41 de


ta section 13.13, à l'exception près des indices Il, utilisés ici pcniT indiquer
qu'()n considère les composantes des vitesses suivant la ligne de choc. Le
mouvement de la boule B étant libre, on peut compléter la I)reuve de l'équa-
tion 13.49 de la Olê111C façon qu'on a complété celle de l'équation 13.43 à La
section 13.13. Nous concluons donc que la relation 13.49 entre les compo-
santes suivant la ligne de choc des vitesses relatives de deux particules qui
entrent en collision reste valide lorsque le mouvement (l'une (les particules est
restraint. La validité de cette relation s'étend facilert~ent au cas du mouvement
contraint de deux pnrticules.

13.15 PROBLÈMES INCLUANT C~NERG1E


ET LA QUAN III Ê DE MOUVEMENT
Nous disposons maintenant de trois méthodes différentes pour résoudre les
problèmes de cinétique; l'application directe cie la deuxième loi de Newton,
IF = 1118; la méthode du travail et de l'énergie; la méthode de l'impulsion
et de la quantité de mouvement. POlir tirer le maximum dt' ces trois
méthodes, on doit être capable de choisir œlle qui convient le mieux pour
résoudre lin problème donné. Au besoin, 011 doit aussi être capable d'utiliser
différentes méthodes pour résoudre diverses parties d'un problème.
Dans de nombreux cas, la méthode du travail. et de l'énergie est plus
directe que I'application de la deuxième loi de Newton. Or. tel que sign~ùé à
la section l3.4. la méthode du travail et de l'énergie u ses limites et il fnul
parfois la compléter par l'utilisation de IF = nI a. Tel est le cas, par exemple,
lorsqu'on désire calculer une accélération ou une force normale,
Lutilisation de la formule .lF = 111 a pour résoudre des problèmes sans
forces d'impulsion est habituellement aussi rapide que l'utilisation de la
méthode de l'impulsion et de la quantité de mouvement. Cependant. l'utili-
sation de la méthode du travail et de J'énergie. si elle s'applique. est plus
rapide et plus commode. Les problèmes de choc ne se résolvent qlle par la
méthode de l'impulsion et de III quantité (le mouvement, Une résolution p(lr
l'application directe de la formule IF = tlta serait difficile et l'on ne peut
utiliser la méthode du travail et de l'énergie parce que le choc (sauf s'il est
parfaitement élastique} entraîne une perte d'énergie mécanique,

Copynght d ma nal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
30 l.:g PROBLÈME R.ÉSOLU PR-13.17

__._ 2 m Un bloc de 30 kg tombe d'une hauteur de il ln sur le plateau dl' 10 kg d'une balance
à ressort. En supposant que le choc soit parfaitement plastique, calculez le déplace-
ment madmal du plateau. La constante du ressort' est k = 2.0 kN/nl,

SOLUTION

Le choc entre le bloc et te' plateau doit être traité séparément ; divisons donc la solution
en trois parties,
Conservation Cboc. quanttté Conservation
de l'fSnl'rgil' de mouvement totale conservée dl' 1'~nprgJl'

2
Conservation de l'énergie. BLoc: \\'" = (30 kg)(9,RI ln1S } = 294 N

Tl = ~'ll",(t)A)l = 0 VI = 'VAY = (294 N)(2 m) = 58 J


T'2 = ~-nll,(IiA~ = !(30 kg)(OA)~ V2 :;::;0
TL + "1 = 1'2 + V2: 0 + 588 J = ~(30kg){v,,)~+ 0
(VA)2 = +6.26 In/s (VA)2 = 6,2611115 !
Choc: conservation de la quantité de mouvement. Le choc étant parfai-
rement plastique, e = 0: le bloc et le plateau se déplacent ensemble après le choc,
Donc,

+ "'S(VU)2
IfIA(tlA)a. = (II~A + 'liS) D3
(30 kg)(6.26 nV5) + 0 = (30 kg + lO kg)V.l
Il,' = +4.70 nvs V3 ;;;; 4,70 mis l

Conservation dl' l'~nergie. Initialement, le ressort supporte le poids \\' n du


plateau; donc, la déformation initiale du ressort est

_ 'VII _ (10 kgH9,81 01ls2) _ 98.1 t'\


_ :J
x;) - k - 20 X I(f Nlrn - 20 X 10-';1N/ln - 4,91 X 10 rn

En dé-signanl par x.. hl déformatlon totale maximale du re....sort, on obtient


Ta;;;:: t('UA + IIIS) 05 = !(30 kg + 10 .kg)(4,70 mlS)2 = 4421
"a = v, + v, = 0 + ikx~ = t(20 X 103)(4.9] X 10-,')2;;;; 0,241 J
T.. :;;:0
\1.. '\'g + "" <'VI' + \VH)(-},) + ~kx~= -(392)11 + ~(20 X ]()'l).\'1

Le déplacement du plateau étant Il = X.j - X.:), on écrit


T3 + V3 = T" + V4:
442 + O.24J ;;;::0 - 392(X4 - 4,91 X 10-3) + ~(20 X IfrJ)J\'5
x~ = 0.230 III Il = x .. - x.:) = 0.230 m - 4,9J. X lO-J Jll

Il = 0,225 ln Il = 225 111111

795
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Système de particules

Les partbJl~ de gaz éJeclées J)a1lèS moteunrfU$ée:s O'une navette lofs


do leur aIu~e IoIJfnÎSSentla pcxjssée nécessaire nu décQlage Le calcul do
,'acoélMtllon de la n8lJ'8D.t1Il un Instant dOnné f8poso StJrl'nna)yse crun s~Slème
de particules variable constitué de la navette. des moteurs-Iusâes et du carburent
non oonsommé.

Co
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
~6 CQIl_servat qU<l.'
La propriété (lue l'on vient d'étahlir nous permet de simplifier notre ri ~
Ivernon' 1 cl m me t C::néll
821
notation en laissant tomber le signe « prime» (') dans l'équation 14.20 et crU" syst" a !}al....ùlt:
donc cl' écri re
(14.23)

où il est entendu qu'on peut calculer le moment cinétique He en formant


les moments par rapport l\ C des quantités de mouvement de particules
dans leur mouvement par rapport au référentiel d'inertie Oxy:. 011 par
rapport au référentiel central Gx'y':.', soit

n '1

Ilc: = --
">~ (r:
,-1
x V" = ') ir; X
111,
__,
'-1
'II, V;) (14.24)

14.6 CONSERVATION DE LA QUANTITÉ DE MOUVEMENT


ET OU MOMENT CINÉTIQUE D'UN SYSTÈME DE PARTICULES
Si aucune force externe n'agit SUI les particules d'un système, les membres
de gauche des équations 14.10 et 14.11 sont nuls et ces équations se
réduisent à L = 0 et~) = O. Donc,

L = constante 110 = constante (14.25)

Ces équations expriment la conservation de La quantité de mouvement du


système de particules et de son moment cinétique par rapport au point fixe O.
Dans certaines applications, telles que Les problèmes comprenant des
forces centrales, le moment par rapport à un point ûxe 0 de chaque force
externe peut être nul sans qu'aucune des forces ne soit nulle. Dans de tels
cas, la deuxième des équations 14.25 reste valide; le moment cinétique du
système de particule. s par rapport à 0 est conservé.
Les lois (Je la conservation de la quantité de mouvement et du moment
cinétique s'appliquent aussi lors de l'analyse du mouvement du centre de
masse G d'un S). tème de particules et lors de l'analyse du mouvement du sys-
tèn'le par rapport à C. Par exemple, si la somme des forces externes est nulle,
la première des équations 14.25 s'applique. Donc, selon l'équation 14.14,

v = constante ( 14.26)

Le centre de masse G du système se déplace donc à une vitesse constante


sur une droite. Par ailleurs, si La somme des moments par rapport à G des
force externes est nulle, alors, selon l'équation 14.23, le moment cinétique
du système par rapport à son centre de masse est conservé:

He = constant (14.27)

c
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
14.5 Trois voitures ldenttques son t en cours de déchargenlli'lIl d'un Prob èmes 825
porte-autos. Les voitures B et C viennent juste d'être déchargées et sout au r(:'pos
tous freins desserrés lorsque la voiture 1\ quitte la rampe dr déchargement à ln vitesse
de 1,92 mis et heurte la voiture B qui à son tour heurte la voiture C. Puis, 10
voiture A heurte dt>nouveau la voiture B. La vitesse de la voiture B ('si de' I,ô\j 1111~
après la première collision, dl" 0.21 nv's après la deuxième collision et de 0.2.36 2.5 mis
après ln troisième collision. Déterminez:
a) le vitesse« ûnales des voitures A et C;
b} le coeffleient de restitution entre deux de ces trois voitures.

III

FIgure P14.5 • P14.6

14.6 Trois voltures identiques sont en L'OUrs de déchargement d'un porte-


autos. Les voitures 8 et C viennent juste d'Ctl"(' déchargées ri sont au rrpos tOIlS
freins des errés lorsque la volrure A quitte la rampe de déchargement ;l lu vitesse
de 2,00 mis et heurte la voiture B qui il SOli tour heurte la \OitllN' C. Puls, III voiture r\
heurte de nouveau la voiture B. La vitesse de La voiture A est de 0.40 nv!. après sa
première collision avec la voiture 8 et dt' 0.336 uv' .lpn~ sa d('II\i('nll' colltston a\PC
la voiture B. et la \;te's~f' de ln voiture C est de L.28 rn/s après qu'elle t'ut étt" heurtée
par La voiture B. Déterminez:
tl) la \;trsse- de la voiture B, après chacune des trois colhsious :

14.7
1)) le coefllcieut dt:' restitution entre deux de ces troi" \ Ilit un-s.

UnE' halle de fusil, tirée avec une vitesse borizontak. d{'500 nal .truvcrse
1 l
un bloc A de 3 kg avant d(' sr loger dans un bloc B d(>2.5 kg. Sachant (Ill(> les blocs ~)() InlS
1\ l
A et B commencent à se déplacer avec des vitesses respectives de 3 111/S el de' 5 ln/s, III
dét irmtnez .
a) la masse de la bulle:
J)) la vitesse de la balle lorsqu'elle sc déplace du bloc i\ nu bloc B. Figure P14.7

14,8 UII \Vag.OII CO\III{:rl 4.'5 tonnes se déplace dans uru- 7'.011(' dC' Irill.ge-
1\ d.·
n Lavitesse de 9 knllh vers les \\'agolls 8 et C quj SOlLt au repos tous [relus dC'ss('rN'-lI
ct à petite di tance l'lin de l'alllœ. 1R \vagon B est un ,vagon plat dt' 2.5 tonnes et sup-
porte un COllteneur de 30 tenues, et le wagon C est UII \\'ugull couvert dl' ..0 10nl)(·S.
Lorsque les \vagons S(, heurtent, un rnéeanlsrne IE"saccroche automatiquement J'un
à J'autre de fU~'01lseme. Déterminez la vitesse du \\'tlgoù J\ Immédlatemcnt après
chacun des deux accrochages en supposant que le conteneur:
a) Ill! glisse pas sur le \\'ëlgot\ plat,
b) gUs e après Ir premier accrochage- mais heurte une hulfe avant qUf' le
deuxième accrochage survienne:
c) gliss(' Cl heurte ln butée seulement après que It' dPll"ii>nH' accrochage
eut survenu.

A 8 c

Figure P14.8
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
14.28 Démontrez que J'équation 14.2J peut être déduite directement cie 14 7 (II rg', Qf ellQ cd UII ''1s1(Jm
829
Oà ~ ri ,1
l'équation ] ".11 el) remplaçant 110 par l'expression donnée au problème 14.27,

14,29 Soit un référentiel Ax'y':.' en translation par rapport au référentiel


inltial d'inertie Oxy::., Par définition, le moment cinétique H~ d'un ~) tème de
n particules par rapport à A est égal à la somme des moments par rapport à A
des quantité dé mouvement ,n,vi des particules dans leur mouvement relativement
au référentiel Ax'y'z.'. D'où
" r' (1) y'
H'A --
'-
, X '11.,v' 'JJ r\

Notez HA la somme
-1
" r; X m,v,
HA = 2:
... , (2)

des moments par rapport à A des quantités de mouvement ,n,v, des particules dans
{'
leur mouvement relutivement au référentiel d'inertie Oxy::. et démontrez qUè
HA = HÂ à un instant donné si, et seulement si. une des conditions suivantes est
satislalte 11 cet instant:
a} A a une vitesse nulle pnr rapport au référentiel Oxy::.;
h] A coïncide avec le centre de masse C du système;
c) la vitesse VA relativement à Oxy;; est orientée suivant la droite AC, F1gure P14.29

14,30 Démontrez que la relation I.~iA= H~, dans laquelle HA est déflni par
l'équation 1 du problème 14.29 ct où I~fA représente la somme des moments par
rapport à A des forces externes agissant sur le système de particules. est valide si, et
seulement si, une des conditions suivantes est satisfaite:
(1) le référentiel /\x'y';;' est un référentiel d'inertie;
bJ A coïncide avec le centre de masse c;
c) l'accélération 3" de A relativement à Oraj:' est orientée uivant la
droite AC.

14.7 ÉNERGIE CINÉTIQUE D'UN SYSTÈME DE PARTICULES

Par définition, l'énergie cinétique T d'un système de particules est la SOIUlne "',
des énergies cinétiques des particules du système, Donc, selon Lasection 13.3, !J'

l Il
l' =. "ni v2 (14.28) IJ
2 ,L.1 "
p.
\

Utilisation d'un référentiel central. Il est souvent commode c:k:::=_--, r


lorsqu'on calcule l'énergie cinétique d'un système comprenant un grdnù
nombre de particules (comme dans le cas d'un (:orps rigide) de considérer
séparément le mouvement du centre de masse G du système et le mouve- -.
ment du svstème
, relativement à un référentiel mobile attaché à G. OP--------------- ,t
Soit P, une particule du système, V, sa vitesse relativement au référentiel
d'inertie Ory::. et v; sa vitesse relativement au référentiel mobile Gx''1'::: qui
est en translation par rapport à On)::. (figure 14.7). Selon la section précédente, Agu,. 14,7

v, = v + vi (14.22)

où v représente la vitesse du centre de masse G relativement au repère


d'inertie Ox'1z. En remarquant que v'f est égal au produit scalaire Vf' Vf.
l'expression de l'énergie cinétique T du système relativement au référentiel
d'inertie Ox'1= est
1" ,,1"
T =-
2
l
'-1
1U,t>j = -2 l
;=l
("l,V,' v,)
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
PROB.LÈME RÉSOLU PR-14.5
A'
06111
2Am •
Sur une table de billard, La boule i\ reçoit une vitesse initiale de grandf'ur "il
._0--
3 m/s suivent la druitE!D,,\ parallèle 11l'axe de la table. Elle frappe la boule B,
li V(I :;:;
1
puis la heule C, qui sont au repos. Les boules A et C frappent à angle droit les côtés
0.9 m VAt vr, C' oc la table aux points A' ct C', rcspccüvcmcnr, La boule B rrap~ ohllquement le

0.6 ml
D
---- ;l
.. -~
'il , ,.r'"
B
C
1 côté en B'. En supposant que les surfaces soient Lisses et que les chocs soient parfai-
O.q rn tement élastiques, calculez les vitesses \'A. 'l/Ii et \le atL'<quf"I)(·sles boules heurtent
1 \\8 les côtés dr la table. (RI'l'nnrqlli': Dans Ct" problème résolu et dans plusieurs des
problème qui suivront, on supposera que les boules de billard sont des parttcnles
t::
:1.1 :; "'"',_ ... ·18· ~

se dpplaçanl hbrement clan un plan horizontal plutôt 'lut" des sphères qui roulent
et qui glissent.)

SOLUTION

Conservation de la quantité de mouvement. Comme il n'y a J)a.<; <Ir force


externe, la quantité de mouvement initiale 111"'0 est équipollente au système des
D J\ quantités de mouvement après les deux collisions (et avant qu'aucune des boules
r ----ca_...~ Ilh'(J § III (3 III(S)
ne fruppe le L'Ôté de la table). En se reportant au schéma ci-contre, on obtient
0,6 m
l_~ ~ Composantes ~l : 10(3 mis) -- 'III(O~), + IflVr. (1)
o
COIlII>os.Ultt>S +ty: 0 ~ rTl VA - nl( n}., (2)
11-·---2...IlJ---i·1 Moments +~par rapport à 0: -(0,6 n1),11 (3 n'lis) = (2,4 m)tnVA
-(2,1 rn)I1I(Vn)y - (0.9 In)ul e (3)
DC' ces trois fqllatîons, on obtient VA. (vo) .. ct (Vlj)y en fonction de oc' On Cl
-
- B c 1" CA =( IJ)!I = 3vc - 6 (on).r =3- Vc (4)
0.1l ln
{/J(vII). _l Conservatîon de J'énergie. Comme les surfaces sont sans frottement et que
les chocs sont parfailCtn('nt éla.sH(llICS, l'éut'rgit' cinétique initiale J I/lli5 est égaJé à
°1:'=====-2-J-m-_~_~_~_·_.~I--~ "lIuergie cinétique IlItaJE> du ~) tème .. D'où

(5)
EII remplaçant duns lu relation 5 les expressions de D.,\, (UB) .. et (!.l[j}yselon les équa-
tions 4, on obtient
2{31ic - 6)2 + (3 - + cf. = 9
t:ç)5!

20v~ - ï lie + 72 = 0
En isolant c, on trouve Uc = ',5 Ill/S et Oc = 2,4 n'lis. Seule la deuxième racine
donne une valeur <14' L'A positive après substitution dans les équations 4. Donc,
lic, = 24 IniS el,
(08)% = 3 - 2,4 = 0,6 nlls
\te: - 2," ln/s -.

835
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
1

, ~

PROBLEME RESOLU PR-14.8

Une fusée de masse llliti,ùe trio (en incluant J'enveloppe et If' carburant) est lancée
verticalement nu temps = O. Le carburant est consommé au taux con stan t
t
Cf = dm/di et est expulsé il la vitesse constante u par rapport à la fusée. Trouvez
l'expression de la grandeur de la vitesse de la fusée en fonction du tenlpS i , la
résistance de l'air étant né~li~('able.

SOLUTION
Au telnps t , la masse de renveloppe de la fusée et du carburant restant est
lU = ,no - (/1 cl la vitesse est v, Durant l'intervalle de temps At, une masse dt'
carburant a,n = Cf ru est expulsée avec une vitesse 1/ par l'apport li La fusée. En
désignant par ,.~ ln viles c' ahsohu' du carburant expulsé, on applique le principe
(le l'Impulsion pt clf' la quantité de mouvement entre les temps t et f + At.

+ -

LAnu:,.
+-
'l!IqAt(1I - 0»
11Cil découle
(1110- ql)U - g(If'O - Cft) .lI ~ (ilia - <ft - Cf ~)(ti + Au) - q ~(II - D)

En divisant par at et en faisant tendre Ilf vers zéro, on obtient



-g(111(l- qt) ;;;;;;{nln - '1') -, - fJII
(t
Séparons les variables et i_ntégrons de t = 0, = .
0 à t = t , v = v (J'où .
de - ( qu
- Ino - qt
- g~ t l'
0
di: -
-
l' (qU
n ,n(l - Cf'
- g dl )
HI"
l' = [-" ln (u'o - ql) - ~t.I:J ! - " III -;!.l ~
nln-'/'
Hernacque. La IHa5Se restante que tout le carburant t'ut
au temps If. après
été consommé, est égale à la 111a.'iSede l'enveloppe de la fusée 111, = 'Il" - li et la
vitesse masimale de la fu ée t'st t", = II ln (/llo/ru.) - glf. Si le carburant est expulsé
f,
durant un laps dt' tl'n'[1$ 1'f'lativt'n't'nl pC'tit, II' terme gl{
sera prtit et on aura
0,,, .... fi ln ("'0/111,) . Pour échapper au champ gravit:llionne dt' la Terre, une fusée
doit atteindre une vitesse cie 11,18 I<-I1l/S. En SlJPl}().sant que 1/ = 2200 11115et
V,n = Il,18 brus, on obtient "'o/1I1~ = J61. Donc, pour projeter chaque kilogramme
d'une enveloppe de fusée dans l'espace, ll fau. oonsom Ille r plus de 16 Lkg de carburant
si on utlllse lIO oombusüble donnant Il "" 2200 n'lis.

847
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
ProbWlmes
14.61 D, l'l'au s'écoule en UII Jet continu entre deux plaques j\ et B avec une 851
vitesse "dl' 30 n'Vs, ) ,e courant est divisé en deux parties par un ' plaque horizontale
lisse C. Sachant '1"(' les débit des deux courant résultants sont respectivement
QI = 100 Lznun et Q'l. = 500 Lzmin, calculez:
a) l'ungle 0:
b) III forer totale ('\('rc(oe p.lr Ir courant sur la p1ufllH: horizontah-.
.,
1 ..... --
;
-
14.62 Dl' l'eau s'écoule en un jet continu entre deux plaques A t't B à une
vitesse \' cie 40 n'V'I,1.(' courant t'st clj\i~ en deux parties par une plaque honznntale
c
Usse C. Calculez les débits respectifs QI et Q:'! des deux courants ré ultants achant
que (J - 30° (,t (I"f' ln foret' tntale exercée par 1(' courant sur la plaque honzontale Agure P14.61 - P14.62
est une foree verticale de 500 ~.
1--375mm-l

14.63 La buse représentée déverse de l'eau avec un débit de 1.2 Il,lflllin,


En A cl Cil B. 1.·courant d'l'au SC' déplace à une vitesse de 2.5 IIVS. En Il.~glig('nnl If' 75 IUllI
poids de l'aube, déterminez les composantes des réactions en C et en 1).

14.64 Sachant qU(' l'uube AB du problème PR-14.7 psi rn


cl., cercle, tlrt'
pmU\'('7. qllt' ln résultante F exercée p:11'l'aube sur le courant est appllquée 'UI point
milieu C de l'ure 1'\8, (Sul!J!.l'stiot!: Prouvez d'abord que la ligne d'action d(· F dolt
pruiser par le centre 0 du cerclc.)

14.65 Le d't'au représenté s'écoule 3\CC un débit d . 600 L/nlin f't se


jt'I
déplace avec une vitesse dl' 20 Il''.s en i\ et en B. L'aube est nrpportée p.lr une ~()lIrllll'
d'articulunon en C pt par une cellule dl' charge en D qui pt>ut S('lJCIII('ut vwreer une
force honzontule. Eu n(Sgligeant le poids de l'aube. déterminez les COlllpOswltl'S des
Agura P14.63
réactions en C et en D
60 Inlll 120 111111 4{)O

3(1 01111 .......,1{


00 ln 1
300 m

1.20
r
mm
j_

Figure P14.65 Figure P14.66

14.66 La buse représentée dé\ erse de l't'au avec Ull débit de: 00 L'min. En B
et t'Il C. le couruut d'eau c déplace une vitesse de 30 nl!: , En n(-gligPllnt 1('poids dl'
à

l'aube, évaluez le !I) tëme force-couple qUI doit être uppliqu6 l'II ,\ pour 11IaÎnt("IIir
l'aube eu plal't'

14.67 Un J('I d't'.111 dont lu l'ct ion transx -rsalc a une nil'Y'cI(· (-,()() nllu'l. 'il'
déplace 3\'(>C' une vitesse cie 20 mis en A et en B. et est dévié par deux aube qui, selon
là rcpré eutation, ont soudées à une- pl que \ erncale. En achnnt qlle' ln 111:1$<;f'
combinée cie la plaque et des aubes est de 5 kg, calculez les réactions en C et en D,

A •
• 200mm

B ll.,Onlm
G D

1.501om 250 mm
Flgure P14.67
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
14.97 Vu véhicule spatial de 540 kg est monté sur le sommet d'une fusée
de 19 t, dont l7. t de carburant. Si le carburant est consommé au l'aux de 225 kgls
et qu'i) est éjecté à la vitesse relative de 3600 mis, calculez la vitesse maximale
transmise an véhicule spatial si la fusée ost lancée verticalement à partir du sol.

14.98 La fusée utilisée pour lancer lé véhicule spatial de 540 kg du pro-


blème l4.97 El été modifiée et on y trouve maintenant deux étages A et B. chacun
B d'une masse de 9.5 t, dont ,9 t de carburant. Le carburant est encore consommé au
taux de 22.5 kg! ct éjecté à la vite se relative de 3600 Ln/S, Sachant que. lorsqu
J'étage A expulse sa dernière particule de carburant, son enveloppe est lâchée et
larguée. détcrmlnez :
al la vitesse de la fusée à cet instant;
b} la vitesse madmale atteinte par le véhicule spatial.
.1\

14.99 Évalue'l. l'altitude atteinte par [e véhicule spatial du problème 14.91


lorsque tout II:'carburant dr sa fusée de lancement a été consommé.

14.100 Soit le véhicule spatial ct la fusée d lancement à deux étages du


problërue 14.98, Évaluez l'altitude à laquelle:
Figure P14.97 Figure P14.9a tl) l'étage A de la fusé .. est lâché;
b) le carburant des deux étages est consommé.

14.101 Estimez la distance qui sépare le satellite de téléccrnmunlcations du


problème 14.95 de la navette spatiale 60 s après l'allumage du moteur, sachant que
le taux de consommation du carburant est de 17 kg/s,

14.102 Soit la fusée du problème 14,93. Calculez:


a) l'altitude à laquelle tout le carburant ft été cousommé .
b] [a vitesse de la fusée à cet instant-là.

14.103 Dans un avion à réaction, l'énergif>. cinétique transférée aux gll7.


d'k:hapl)cmCI1I est P 'l'due ea cc qui concerne la propulsion de l'avion, La puissance
utile est égalf' an produit de la force dlsponible pour prop\llst'f l'avion par la vitesse
de l'avion, Si est la vitesse de I'evsou et Il Lavite~"(.' relative des gaz. d'échappemeut,
démontrez que le rendement mécanique de l'avion est T'J = 2v/{1I + v), E.~liqllez
pourquoi 1'1 = 1 lorsque 11 = U.

14.104 Dans LIlle fusé!:'. l'énergie cinétique transférée au earburent


consommé et éjecté est perdue en ce qui concerne la propulsion de la fusée. La
pulssauoe utile est l'gale au produit dl' la [oree disponible pour propulser [a fusée
par la vitesse de la fusée, Si v est la vitesse de la nlsée et Il la vitI" se relative
du carburant exeuJsé, démontrez que le rendement mécanique de lu fusée est
YI = 2uo/(u2 + if). Expliquez POlll'quoi TI = l lorsque Il :; D.

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
860 Système de partICules
tJurant It> même l'Ii, n'ulll' ~ (figt.lrt> J-1.10). }I:T1 ~~Illant tes eomposnnres
en r, les j'olilposanll's II 11 et le.. moments pitr rapport à un {lui Ilt fixe des

1
r
1

+ -
-
/ /
/ /

,/
;'
'" ;'
;' '"
/
/

'"
(a' (b) (c)
Figure 14.16

vecteurs en jeu, nOl111obtenons trois équntions, que I1C)US pouvons résoudre


pour obtenir lex inconuues dé.,,;rëes (PR-14.ô et PR·14 ï) Ce résultat clonn€:'
nussi l'expression suivante pOlir la résultante IF (les forcps exercées SUTS

dur
lF = c1t ("'B - v._\) (1 1.39)

où \'n - \~\ représente la cillTél'enCl' entre les 1eC{t:IJf'S VII et v \ et 0\1 tJIII/clt
est If:!débii massique (lu courant (voir la note 6).

Systèmes qui acquièrenl EIJ considérant ensuite un système de particules qw acquiert de la


ou qui perdent de la masse musse par absorption cuutiru telle de particules nu qui perd dt> la musxe pur
expulsion continuelle de particules (sectîon l-l.Lâ), roU1IDC dans le cas d'une
fusée, nous avons appliqué le principe de l'impulsion et lie la quaruité de
t1IClU\ emeut HU ")OStèltkt.' durant uu Iuterv al ft? dl' tCIJ\IJ:' ~ eu ]lrellllILt soin
d'inclure les particules acquises ou perdues durant cet Intervalle de temps
(PR-14.8), Nous avons remarqué tll.le l'action sur un l.}t tème S II s particules
nhsorluics PlU· S équivulait :1 UUe poussée
Il,11
p= u (11.41)
tft
0\1 dn,/dJ est le taux d'absorption de la masse, et u la vitesse des particules
IJ(1f" f'''pro,t fi S 1)'10" le ClIS des particules ex/",t.<çtm de S le taux (In,/(It est
négatjf ·t la poUSSP.l· P est exercé dans le sens oppose à celui <le l'expulsion
des particules,

MOTS CLÉS
Centre do gr.L\ ilé d'un Débit lllUSS"lul' ~1011lCllt ("uu"otlqll •
systême dp. particules Débit vohunique Ré(érentit"1 ou rf!pèn'
Centre de IIJ(I~S~ d'un Foree efleclfve d'nue c'CIl tral
système de particules particul e Réf~rt'nllf!1 ()U rl'pt\r~
Coefflc! 'lit de restttution 1nt('II~lIé <lu Jl't d'inertie ucwlüuien
COtiront en régllnt> Loi dt' la C:OnbL rvatinn dl'
permanent 1'~TWrgit>

C P 1
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
876 15.10 Lenscmble représenté comprend deux tiges ct une plaque re-ctangu-
laire BCDE qui sont soudées ensemble. Lensernble tourne autour de taxe L'\B à
une vitesse angulaire constante de 7,5 rad/s. Vue Je 8, la rotation est dans le sens
antihoraire. Calculez la vitesse et l'accélération du coin E.

Figure P15.10
!J

15.11 Soit le problème 15.10. Calculez la vitesse et l'accélération du coin C


en supposant qtlf' la vitesse angulaire f"st de 7,5 radis et qu'elle décroît 1111 taux
de 30 raclls2.

'5.12 Une tige pliée A8CDE tourne autour de la droite joignant les points A
el E Il une vitesse angulaire constante de 9 rad/s. Vile dt' E, la roratton est dans le
c sens horaire. Déterminez la vitesse et l'accélération du coin C.

5 13 Soit le problème 15.l2. Celculez la vitesse et l'accélération du coin B en


supposant que la vitesse angulaire est de 9 radis et qu'elle croît au taux de 45 radllo.2.

150 mm
o
15 1\ Un plaque tnangulaire et deux plaques rectangulaires sont oudées
') l'une tl l'autre pt i\ IInf' tigc:' cl mit l" J\B. Tout I'eusurnble
, soudé lOUJ'Oe autour de
150mlo 1'Q.'(cAB à une vitesse angulaire constante de 5 mcVs. A l'instant considéré, ln vitess
du coin E est orientée vers le bas. ÉVIiJU€tZ ln vitesse ct l'accélératlon du coin D.

15.15 Soit le problème 15.14. Calculez l'accélération du coin D en supposant


Figure P15.12 que la vitesse angulaire est de 5 radis et qu'elle décroît au taux de 20 racVr.

y 1516 La Terre tourne d'un tour autour de SOI) axe en 23 h 56 mln, Le rayon
IDoyen de lu Terre est de 6370 km. Déterminez la vitesse et l'accélération (l'WI point
sur la surface de la Terre :
fi) à l'équateur;
J,) à Philadelphie, de latitude ..J00 nord •
c (.) au pôle Nord.

1 400 mm
15 17 La Terre effectue une révolution autour du Soleil en 365,24 jours.
Supposez que l'orbue de la Terre est circulatrc ct qu'elle tl Yl1 rsyon cl . ISO x 1Cf km.
o Calculez la vitesse et l'accélération cie la Terre.
D
15.18 La plaque circulaire représentée est initialement au repos. Sachant
JOOmln x que le rayon r = 200 film et 'lut! la plaque a une accélération angulaire constante
rl~
350 JJl11J-l dl" 0,3 radlr. calculez la grandelLr de J'accélération totale du point B lorsque:
(f) t=O:
h, t=2s;
Figure P15.14 (" t = 4 s.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
v, ee J.2 mIs
D ~~~--I~ La roue à deux t!llgrellaglls coaxiaux représentée roule sur une crémaillère infé-
rieure stationnaire; la vitesse de son œntre A est de 1,2 mis orientée vers la droite.
Calculons:
a) la vitesse allgulairc de la roue denté ;
b) les vitesses de la crémaillère supérieure ft et du point D de la roue dentée.

SOLUTION

a) Vitesse angulaire de la roue dentée. Comme la roue dentée roule sur


la crémaillère inférieure, son centre A se déplace d'une distanœ égale à la eireen-
fërenœ extérieure 2""1'1 pour chaque tour de la roue. Sachant qu.e l r= 211"rad et
que lorsque Ji se déplace vers la droite (XA > 0). la roue dentée tourne dans le sens
horaire (() < 0), on peut écrire

8
27T
En dérivant par rapport au temps t et en substituant les valeurs connues 0A = 1.2 mis
et ,-. :=: 150 nu" = O.[50 m, 01' obtient
1,21nfs = -(0.150 m)w w = -8 radis
w = wk - -lb r.ttV~)k •
où k est le vecteur unitaire sortant de la Ieullle.
b) Vitesses. Le roulement sc décompose el) deux mouvements: une
translation avec le centre A et une rotation autour du centre A. Dans la translation,
tous les points de III roue se déplacent avec la même vitesse vA- Dans la rotation,
chaque point P de la roue Stl déplace autour de A avec une vitesse relative
"l'fA = wJc x rplA. OÙ r"/A est le vecteur position de P relativement à A.

+ D = D

\ 1

Translatïeu rotlltion roulement

Vitease ch la crémaUlère supérieure. La vitesse de la crémo.illère SUpérieure


est égale à ln vitesse du point B. Donc,
VA = vs = VA + VOlA = V.I\+w&c x TBtA
"'" (1,2 mfs)i - (8 radls)k x (0,100 m)j
-- (L,2 m/s) i + (0,8 mls)i :;;; (2 mis) 1
"
----- ,1) Vu - 2 ru/s ~
1
1 Vi/ease du point D
1
1
V,) ;:: VA + = VA + wk x rD/A
lIl){A
_- .... 1
= (1,2 ,,'1I5)i - (15radJs)k X (-0,150 m)j
= (l,2nll's)i + (J,2 nvs)j

884
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
892 CinSmaIJQuB des corps rigides 15.70 Une automobile roule vers la droite à une vitesse constante de 80 km/h.
Le diamètre des roues est de 560 U11J1. Calculez les vitesses des points /J, C. D ct E
8
du pourtour des pneus.

15.71 La roue de SO mm de ruyon illustrée roule vers la gauche à WiC vitesse


cie 900 mm/s. La distance AD est de 50 mm. Calculez la ...itesse du manchon et la
vitesse nngulatre de la ti~t'I-\B lorsque.
560 mm a) 13=0;
b) 13:: 90°.

15.12 Soluticunez le problème 15.71 pour:


a) f3 = 180°;
Il) (3:: 270°.
Figur. P15.70

15.7 CENTRE DE ROTATION INSTANTANÉ


1 (i() mm
POUR lE MOUVEMENT DANS LE PLAN
250 nun
../ Considérons le mouvement gélléraJ dans le plan d'une plaque. Démontrons
qu'à tout instant donné les diverses particules de ta plaque onl les mêmes
vitesses que si la plaque tournait autour d'un certain axe perpendiculaire au
plan de la plat}up, 'lppelé axe de rotation instantanâ. Cet axe coupe le plan
de lu pluque en un point e appelé centre de rotation instantanë (le lu plaque.
Souvenons-nous d'ahord (lU'OIl peut toujours remplacer If' mouvement
Agur. P15.71 dans le plan d'une plaque IJur une translation définie par II:'mouvement d'un
point de référence A arbitraire et par une rotation autour de A. En ce qui
concerne les vitesses, la translation est caractérisée par la vitesse VA du point
de référence A el la rotation est caractérisée par la vitesse angulaire co de la
plaque (lttù est indépendante du choix de 1\). Donc, la vitesse v,\ du point A
et la vite. se angulaire co de la plaque définissent complètement les vitesses
de toutes les autres particules de la plaque (figure 15.1&). Supposons
maintenant que nous connaissions les vitesses VA el (Al et. qu'elles soient non
nulles. (Si vi\ = O.le point A correspond au centre de rotation instantané et,
si w = 0, toutes les particules ont la même vitesse v On poli rrait obtenir
T\.)

ces vitesses cn faisant tourner la plaque avec la vitesse angulaire w autour


d'un point C situé sur la perpendiculaire à "A à une distance r = DJ\lw de A
(figl1Tt" 15.IRh). On peut vérifier (1111"la vitesse de A serait perpendiculaire
à ,te et que sa gra.neJeur serait rt» = (D/\/W)W = v",. Donc, les vitesses de
loules les autres particules de la plaque seraient les mêmes qu'initiaiement
définies. Par conséquent, en cc qui concerne les vitesses, la plaque setllble
tou nler autour du centre de rotation instantané C à l'instant considéré,

\f)t~ C

1
11 r-t A Iw
J
1
1

(a) (bl
Agur.15.18

C p n
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
B. l',le fO;t! le centre de rotation ;,UlIOll/",lé et I" l,ite8fle Otlguklire du corps
déterminé», on peut calculer la vitesse VI' de tout point P du solide de la façon suivante.

1. ()tl 1 race l'"schëmo (lu COrp8 montrant le point P, le centre de rotation instantané C
et la vitesse angulaire 6).

2. trace
()JI ",te
droite aliant (le P at! ("(""re (le rntal;f)'l ;uKta,,'n'lé (:. On peut
alors mesurer ou calculer la distance de P à C.

:1. rite""e ",. e81 "'l xecteur IJerpetlc!ic'ultlire


[,(1 al4 t(eg,netll de drf,ite P(:, de même
sens que (IJ et de grandeur Vp = (PC)w.

Finalement; on n'utilisera le centre de rotation instantané que pour calculer des vitesses.
On ne peut pas l'utiliser pour calculer des accélérations.

896

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
15.99 Décrivez la eentrode spatiale et la centrode ùu corps de la tige IlBD 15 f' Acce c>r<l!IOfIs ",bso,lH! al rVWHV(J 901
Cl un ··IOI.:wmefll OBI'l$ 1;>pQl'l
du problème 15.84. (Suggestion : Sllpposez que la ccntrod du corp n' rc!)os{'pas
forcément sur "lit> portion dt' la tige.)

15.1 00 Décrivez la centrode patiale et la centrode du corps de la roue dentée


du problème PH-15.2 lorsqu' la roue' dentée roui S'ur ln crémuillèrv IIO",.olîl.lle
stationnaire.

15.101 Refaites le problème 15.62 à l'aide de la méthode prfS('nt~f' à la


section 15.7.

15.1 02 R(.·fait(>~ le problèm ~ 15.EH à l'aide de la méthode pré entée à la


section 15.7,

15.103 Rc{'ol\'(·... 1(' problèm« 15.65 à l'aide dt" la mëthode prf-~('nt~e à la


secuon 15.7.
15.104 Rfo"oh'l'Z 1(· prohll'lll(' 15.70 il l'alde de la méthode présentée à ln
section 15.7.

15.8 ACCÉLÉRATIONS ABSOLUE ET RELATIVE


D'UN MOUVEMENT DANS LE PLAN
À la ection 15.5, nous avons vu qu'on peut remplacer tout mouvement dans
le plan J>ar une translation définie par le InOUVCll1Cnt d'un point de réfé-
rence arbitraire A et une rotation simultanée autour de j\. Celte propriété à
été utili: ée à la section 15.6 pour calculer la vitesse de divers points d'une
plaque mobile. La même propriété era maintenant utilisée pour caJculer
l'accélération de points de la plaque.
Rappelons d'abord que l'accélération absolue aB d'une particule de la
plaque s'obtient à partir de la formule de l'accélération relative trouvée à la
section 11.12, à savoir
(15.21 )

où le membre de droite est une somme vectorielle. Laccélération nA eorrcs-


pond à la translation df' la plaque avec A, tandis que l'accélération relative aSIA
est associée à la rotation de la plaque autour de A et mesurée par 11l1)I)Ortà
des axes centrés en A et d'orientation fixe. Nous avons vu à la section 15.3
que l'accélération relative UBIA 'e décompose en une C()1I11){)SOlife tOllgetl.
1 telle (aBII\), perpendiculaire à la droite AB, et en une CQt1l1JO.'lOtl/C normale
(OBII')n orientée vers A (figure 15.22). Soit TB/A le vecteur p~ ition de B (>'lf
J'apport à A et r pectivement wk el ak la vitesse angulaire et l'accélération
angulaire de la plaque par rapport à des axes d'orientation fixe. Il en résulte que
(UBI.\), = ak x TBIA (08/.\), = ra
(15.22)
(aBI,\)n = -cJlr8/.-\ (08IA)" = rol
1)'

-
- + n"

= trans lad on uvee A + r01111l011llutou r de A

Figure 15.22

c
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
i5 r:nffi PROBLÈME RÉSOLU PR-15.8

·125 mm Les éléments du mécanisme articulé ABDE se déplacent dans un plan vertical.
350 11'110
Dans la position représentée, la manïvelle AB a une vitesse angulaire constante Wl
de 20 radis dans le sens antihoraire. Calculons les vitesses angltlaires et les accélé-
rations augulaires respectives de la bielle BD et de la inaruvelle DE.
1---+300 IDR1-t-425 InRl--l
200 mm

SOLUTION
y
D Cf' problème pourrait être résolu par la méthode lItilisée Rtl problème PR- 15.7, mals
r; Il ici l'approche vectorielle sera employée. 1..'1 Agme représente les vecteurs positions
t'8, rvet r!)f8 choisis.
\'itt'Io~c."s. Conune le mouvement de chaque élément du 1uécanisrne articulé se
E fait dans le plan de la figure.

rll=WOi+350j (J)AlJ "" CùA1Jk = (20 rad/s)k (J)H.D = w8vk (J)UE;;;; wvek
rv=-t25I+425j
où k est un vecteur unitaire pointant bors de la feuille. On peut donc écrire
rOOj" 300i + 75j
vo = vB + "0'8
wvEk WAtfk X rH + wBok X rDlB
X ru""
WnF. k X (-425i + 425j) = 20k X (200i + 350j) + wltl,k X (300i + 75j)
-42..5w[)l~j - 425 win:! i = 4000j - 7000i + 3OOw8Dj - 75wBUÎ
En égalant les coefficients des vecteurs unitaires i et j. on obtient I~ deux équations
scalaires suivante.s :
-425wOE = -7000 - 75woo
-425woe::: +4000 + 3OOW80
Will! 129 .l1 fJlt, k WJlJ .

.\.ccélt!ratioo~. On remarque qu'à l'instant considéré la manivelle AB a une


vitesse anguJaire constante. Donc,
anD = anDk
ao = aB + IlDf8 (1)
On calcule chaque terme de l'ëquanon l séparément. On O·bUCJlt
3D (X}JE;kX r,) - w.BF.ro
=
= (XOF.k x (-42.5i + 425j) - (ll.2,9)2.(-.I25j + 425j)
= -425aoej - 425aOEi + 54.2 X lCfj - 54,2 X 100j
aB = ClAUk X rB - W~lJrB :::::0 - (20)2{200i + 350j)
= -80 X l()3i - 140 x l()3j
tl'J/B = annk X r1}{1J - W~r)rl>llJ
= lr.81Jk x (300i + 75j) - (29,33)2(300i + 75j)
= 300aBoj - 75alJJ)i - 257.5 x lO'lj - 64,4 X ICf j
En IIbstttuant ces valeurs (lans l'équation 1 C't pn égalant les coefficient." de i et j,
011 obtient

-425aOF + ISaRD = -391,7 X 1~


-425al)E - 300all/J = -150,2 X lCf
«HII - \ rH.:J 1 ad s- k

906
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
15.135 ct 15.136 RcfailC's le problème indiqué en utilisant pleinement la
méthode vectorielle connue dans la résolutiou du problème PJ\-l5.8. \ 1
15.135 Problème 15.133.
15.136 Problème 15.134.

15.137 Soit rA If' vecteur position d'un point A d'un ....plaque rieide animée
d'ml mouvement d.L11 le plan. Drnlont(r7. (lur
"' le vecteur position TC du centre de rotation Instantané est
Figure P15.137

oü west la vitesse ungulaire de la plaque rigide. et v,\ la vttessc du point 1\ :


b ) "accélératlOII du eentre C!(' roeauon tnstantnné {·~tnuite si, et seule-
ment si,
cr
a,\ = - v....+ (1) X "A
W

où a = ak est l'accélération wlKllhlÎt"(, de' lu plllfJu{'.

·15.138 us roulettes attachées <lu....extrémités d' une ti~c> ,-\8 roulent sur les \'B

surfaces représentées. En utilisant la méthode de la section 15.9, exprimez la \itf'ss<"


angulaire de la tjge en fonction df' Vu, 8,1 et {J. Figure P15:138 - P15.139

·15.139 Les roulettes attachées aux extrérnüés d'une li~f',1\8 roule-nt ~1I1' les
surfaces représentées. En utilisant la méthode pré-sentée li la seetion 15.9 {·t sachant B
que l'aceéiératlou Je la roulette B est Huile. C\priIl1l'Z 1'1Icc·p)é-I':llion <l1l~uLûl'r' d(' la
tige en fonction de VII, 8.1 pt /3.

'15.140 Le disque d'eutraînemeut du mécanlsme à coullssc représenté a une


vitesse ângulairr. w ('1 une accélération anguJaire a. toutes deux orientées dans le sens
antlhoralre. À raide de la méthode présentée à 1:, section 1:1.9, 1 roll\ r-z 1'( '~rl'(
-ssion
8
de la vitesse et celle de l'accélération du point B. \

-15.141 Une tigf' AB .!lI" déplace sur une roulette eu C. , taHùb <.jue l'extré-
mité r\ se déplace vers la droite avec une vitesse eonstaute A' A l'aide dl' Iii In('thodr
présentée à la section 15.9, troux e7. l'expresslon dt' la. vitesse unzulaire et celle de /"
li
l'accélération angulaire de la tige. (
"15.142 Une ti(!f' AB se déplace sur une roulette t'Il C. taudis ()lIt' l'extré- Figure P15.140
rruté A se déplace "ers la droite avec une vitess _.eonstante .". /\ 1'aÎ<Jédt· lu méthode
présentée Il ta sr-ctlon 15.9. tnlIlVI~'" 1\'xpl'l'ssioll de la composante hortaontale- et
celle dt" la composante verticale dl" la vitesse du point B.
1
·15.143 U fi disqlJf' de ravon r roule vers la drol te <L\'f'C une vitesse constante v.
Si Il est le point de la jante cu contact uvee Je sol à 1 = (J. lI'Ol1\'C'Z les expressions des
composuntcs horizontale cl vcrucek- (Il" la \'Ïles~f' rlf' P à tout instant J. Il

*15.144 Â l'instant t"('f'I'('$f'nt0, la ligt' t'B tourne Il\ 'f'C une vitesse angulaire W _j
et une accélération angulaire Cl', toutes cJf'IL\ dans le sens horaire . .t\ l'akle de la
méthode présentée à la section 15.9, trouvez l'expressiou (If' ln vitesse et celle (If' ~I--------Xl--------~
l'accélération du point C. Figure P15.141 • P15.142

-15.145 À lïnstant n:pr(~Sl'lIt(o,lfI tig" t\B tourne <l\I'e: 11n(' \il('s.s~


, angulaire ru
<,,1111)(' ucc(.l(>ratioll Ililgulairf" 0'. toutes d<"IIX dans 1(' sens horaire .....\ l'aide de III
méthode présentée à la seetion 15.9. trouvez les expressions des COI Il L)()santes
Irorizont~ll(' <'t ve-rticale cl" la vit('Ssf' f't de l'llcc(-Ictrillion elu point D.
1)

<te>
Flgu~ P15.144 - P15.145
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
15 11 IMouvement dans le plan Il une
où sr = accélération absolue de la particule P partICule pa' rapport a un rèferenllel
917
s,.. = accélération du point pl du référentiel mohile '?Ji coïncidant avec P en rolal,on Accelernlion de COriolis
SI'f.l' = accélération de P I)ar rapport au référentiel mohile 9Ji
Be = 2n x (r)oxy = 2n x VPf;i'
= accélération de Coriolis''
Remarquons que, puisque le point P' se déplace sur un cercle autour
de l'origine O. son accélération IIp' a, en général. deux composantes; une a, = 2 Q X ''l'I'J
composante (1\p')' tangente au cercle et une composante (sP')n orientée
vers O. De même, l'accélératiou al'f:Y a générale1nent deux composantes:
une composante (arf~)' tangente à La trajectoire (l'le P décrit sur la plaque
tournante et une composante (apI")" orientée vers le centre <I~courbure de
cette trajectoire. Remarquons de plus que, puisque le vecteur fi est pe'1:>en-
diculaire au piaf) (lu mouvement, et donc à Vp/:J, la grandellr de l'accélération
de Coriolis Be = 2n· X Vpr;!i est égale à 2nlipf..F et sa direction s'obtient x
en faisant tourner le vecteur ver» de 90<>dans le sens de rotation du réfé-
rentiel mobile (ngt.lre 15.29). L'accélération de Coriolis est nulle si.o ou VPI'-:J Figure 15.29
est nulle.
L'exemple suivant facilite la ccmpréhension de la signification physique
de l'accélération de Coriolis. Considérons un manchon P qui glisse à une
vitesse relative constante u. suivant une tige OB tournant à une vitesse
angulaire constante w autour de 0 (tlgure 15.30a). Selon la formule 15.36,
l'accélération absolue (Je P s'obtient en additionnant vectonellernent l'accé-
lération aA du pointA de la tige coïncidant avec Pi l'aecélération relative al'lOi:l
de P par rapport à la tige et l'accélération de Coriolis a.:. Comme 1.. vitesse
angulaire w de la tige est constante. l'accélération RA se réduit à sa compo-
sante normale (aA)r, de grandeur rtJl. Puisque la vitesse LI est constante,
J'accélération relative aplOB est nulle. Selon la définition donnée prëcëdem-
ment, "accélération de Coriolis est perpendiculaire à OB, de grandeur 2w u
et est orientée tel qUf" montré. Laccélëmëon du manchon P se cotnpose
donc des deux vecteurs représentés à lu figure 15.300. Remarquons que le
résultat obtenu se vérille par l'application de la relation ll.44.

li

R'
R
Il
n\ - rw~


(a) (b) (t')

Figura 15.30

3. Il tmporlc de remarquer la diA'éren(.'e entre l'équation 15.36 ('tl'~CJlI(ltion 15.21 rie la secnon 15.R.
Lorsque nous 11\'01lS écrit
r 15.21)
à L'\$êctÎon 15.s.. nous avons m'Primé l'aecélërauoa absolee du pomt B comme la som me de son
oooélémtion 31\1'"par rapport au nifb't"lltiel e1l rrrJllsltJIr()lt et dt: l'aecélératlou 1Ii1d'un point <le CC
réf,sn'l"Itiel. NOLIS rf'IiOlU malnteaant l'accéléraëon absolue du POlo! P Î'I. SOIl accélération arr. paT
rapport i\ un n!flfretltlel tournan! '!J el il l'eœélération Il}'' du point P' cie œ r~férl!uticl qui
eoïnckle avec P. L'équatlou 15.36 montre que. puisque le référentJcllollme, il faut inclure un
terme supplémentaire reprësentaut I'accélératlou de (À}nolis a,.

Copynght d ma nal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
RÉCAPITULATION
SECTIONS 15.10 ET 15.11

Dans ces deux sections, nous avons étudié le taux de variation d'un vecteur par rapport à
un référentiel en rotation, puis nous avons appliqué ces connaissances à l'analyse du
mouvement plan d'une particule par rapport à un référentiel en rotation.

1. Ta"x de variation (l'un vecteur par rtll'1!(Jrl li ftll rë/tir('"I;el Ji.TC· et 1'(lr I""/'IJorl
cl un référen'iel en rotation. En appelant (Q)OXlZ le taux (Je variation d'un vecteur Q
par rapport à un référentiel Sxe OÀ'YZ et {Q)Onj: son taux de variation par nlpport à un
référentiel en rotation Oxyz, nous avons obtenu la relation fondamentale

(Q)OXl"Z == (Q)Q:.r- +nx Q (15.31)


dans laquelle {} est la vitesse angulaire du référentiel en rotation,

Cette relation fondamentale sera maintenant appliquée il la résolution de problèmes en


deux dimensions,

2. ~to"çemen' plan d'une particule 11ar rl'1111urt (t 1111 ,.cf(.·rc·,,';(·/ ('II r(IIIII"II'.
En utilisant la relation fondamentale ci-dessus et en désignant par t§ Je référentiel en
rotation, nous avons obtenu les expressions suivantes de la vitesse et de l'accélération
d'une particule P:
Vp == Vp' + VplfJ (15.33)
8p = 8p' + 8p~ + a.,. (15.36)
Dans ces équations:
a) L'indice P réfère au mouvement absolu de la particule Pt c'est-à-dire à son
mouvement par rapport à un référentiel fixe OXY.
b) L'indice P' réfère au mouvement du point P' du référentiel en rotation t§ qui
coïncide avec P à l'instant considéré.
e) l1indice Pf.lJo réfère au mouvement de la particule P par rapport au référentiel en
rotation ~.
d) Le terme 'le: représent« l'accélération de (·CJr;(J/iH (1" I)(J,ul P. Sa grandeur
est 20vPI7. et on obtient sa direction en faisant tourner VP/:i de 90° dans le sens de rotation
du référentiel ~.

On tiendra compte de l'accélération de Coriolis chaque fois qu'une partie du mécanisme


analysé se déplacera par rapport à une autre qui tourne. Les problèmes rencontrés dans
cette section comprennent des manchons qui glissent SUT des tiges en rotation, des flèches
de grues en rotation dans un plan vertical. etc.

Lorsqu'on résout un problème comprenant un référentiel en rotation, il est pratique de


tracer des diagrammes vectoriel'! représentant respectivement les équaëons 15.33 et 15.36
et d'utiliser ces diagrammes pour obtenir une solution analytique ou une solution graphique.

921
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Laccélérutiou dt' la particule s'obtient par dérivation dt' l'équulion J5.3ï 11ar lS 12 Mou\'ement autour d'un po,nllix8 927
rctpport }l t. Comme à la section 1.5.3, on a

a = cr X r + (JI X «(JI x r) ( 1.5.3b)

où. par définition. l'accélération


tilt)
cr= ( 15.39)
JI
est la dé ri , Ge dt> la vitesse angulaire w.
Dans le C~lSdu 1110U' emeut d'un (_'()rpsrigide avec un point fixe. la direc-
lion de w de l'axe cl > rotation instantané varie d'un instant ~II'alltT(:, Lil<.'célè-
ration angulaire ct' reflète clone la variation lIe direction de w t" "irl vuriution dt'
grandeur et. en ~énéraJ. Il'est !)O.ç oncutëe uicant l'axe (le rotation lnstantaut'.
Bien ({IIf> Ip., particules du COr')IS situées sur l'axe de rotation Instantané aient
une vitesse nulle à l'instant considéré, elles n'ont peu. une accélérution nulle,
De pl us, on Ile peut !JOScalculer les accélérations des diverses particule .. du
corps comme si celui-ci Iournuit en permanence ..urtour de l'axe de rotation
instantané.
À partir de la déflniuon cie la vitesse d'une particule cl,\'<l11t un vecteur
position r. nous rem ..irquons quc l'accélération an rulaire ct'. tt>lIf" fl'l\~XJ')Till1ét>
dan l'équation 15.39. représente la vite se de l'extrén dtto dl! vecteur w. (:ôor~Ilial
Cette propriété peut être utile pour calculer l'accélération ;1I1~lIlajrt' d'un
corp rigide, l'ar exemple. il S'CllSLLit que le vecteur a est tan[:!;t'Ilt ft la courlu-
décrite dans l'espace par l'extrémité du vecteur t».
Remarquons que le vecteur w e déplace à lct I()i~à l'intérieur 1111 ("Or')1'"
et dans l'espac . 11~ ênèrc donc deux cônes appel~ respectiveme-nt ('(;IU' du
corp' et cône SI}(Ili(l/ (fi~\lre 15.335). On IWlIt démontrer (lll'~1 tout instant
donné les deux côn s sont tangent s suivant l'axe de rotation instantané f"t Ijllt'. ()
lorsque le solide se déplace, le cône du solide seu,hlf" rouler ...ur le l·tlllP .,paliaJ,
AV(Int de conclure notre allal~'sf-' ÙU mouvement d'un (.'\)'1)1>rigidE" avec Figure 15.33
un point fLXt', I1UU' devons prnll\,pr qlle le!'>vitesses ,ulgllla,ireo; sont hien des
vecteurs. Couuue nous l'avons indiqué à la s ctiou 2.3, C ertuincs quantités.
telles (litt' les rote! il>u'\'jillies d'un cUI'J')s rigiclc, onl une grtuldellr ct lute direc- \
lion mais n'obéissent piL'\ à la r~gle d'uddînon du parH.1Ic?lo~"<Ul1111"'''' ()II ne peut
considérer ces quantités couuue de vecteurs, J\ "opposé. les vite ses angu-
laires (et aussi les rotations il1flnllc:.s111101cs), comme il sera démontré, (}')(:[S~("lt
à la ~gle du parullélogramme el ont donc bien des quantités vectorielles.
Consldérous un <:0'11!>ri~de avec un point Iixe 0 qui, à un instant donné.
tourne simultunérnent autour de axes 01\ el OB avec des vitesses angu-
laires WI pt WJ, (flgurt' 15.31(1), N(1I1S sa\'()IIS <-l'JI:" Cf:' mouvemenl doit être B
équivalent, 111"1tant considéré.
à une seule rotation de vitesse angulaire w.
à

Démontrons que'
( 15.40)
c'e t-à-dire 'Iut' la vitesse all~llhlirè résultante 'obtient t'Il uddiuonnunt w, ((1
et Wz selon la rè~lp du parallélogramme (figure 15,3-lIJ). c
Considérons une particule P du COl1)S. définie pë:u'le vecteur position r.
En désignant respectivement I)at "l, "'2. el la vites c de P lorsque le solide
1
tourne seulement autour cie 0/"\ •. 'Plllf'll1enl autour (It' ()/3 f"t ,llllClllr dt's 1
1
deux Llxe~Silllllltan~lllt""t, (In ohtient /
1
'" = W X r VI = (t)l X l' "2 = W1 X r (1.5.41)
Or, le caractère vectoriel dt>s ";t("~se,, lillt~(Jir(',~ t>st l)it>ll ~tahJi (plli1>CJ"'('I1~s
represPllt t'lit l('Osclt'>ri\'t>ps cIt>s V('O(:tf"llrs pusit1ol1), 0011(:,
V = VI + V2
(h)
5. RappctuJl30 cI Ut'. IMr (t.~nlli hUII. 1111(',;111' 1~ilm" ~ 1rfllCl' ~t.'l1~r':l' pM 11LI" IlruII(' 1l<l>S,1J11 )01r 1111
JlOlI1I fut" Eu K':nt1rnl. les CÛIIC~',"'CJ'blllérc: il, 11(' ~('nlll' JXU Ih 1 ('l'irlt·y Il /J,I.\C cl'f'u/uill' Figure 15,34
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
15.196 UII canon de lon~ul'ur 01) = ..J III ''lnloolé ur une tourelle. Pour Probleml7S 935
garder le canon pointé sur une cible mobile. l'anglf' azimutal f3 est :luglnf'nté au taux
dfJ/dt = 300/s et l'angle d'élévation 'Y est aug1l1f'nté au taux lly/(/t : lOO/s, l'our 1.1
position f3 = 9()O ct 'Y = 30°, calculee:
Il) la vitesse angulaire du (''MOO ;
b l'accélération angulaire du (';lIIOIi ;
c') la vit('ss(" et l'accélération du point P.

'J
l'

160 mIn
y
Il

~- -
Figure P15.196 Figure P15.197

15.197 Dans 1(' tr-ain d'en~enage représenté, IE-sE"ngrPllages A et B tournent


en bloc autour de l'arbre FC. Les engrenages C ct D tourueut avec: des vitesses
angulatres constantes respectives de 15 nuVs pl rie 30 rad/s. toutes deux dans le sens
antthoraire lorsqu'on les observe de lu droite En cholsrssaut l'an- des z polntant hors y
du plan dl" 1a fLgu re. cal cillez :
(1) la "j(.e<;8'" ;IJlguIIlJl'e OOnU1IUÔl' des f'ngJ'('nag{'s A cl R; ..c
,,) l'aecélératton nnglllaire commune des f'ngrenng,c>s i\ et B;
c) l'accélération de la dent de lengreuuge 13 'lui est l'II contact avec
1'('ngrcu8g~D au point 2.

15.198 Une roue de 30 11'1111 de ravou


, esl moutée sur un axe OB d'une
longueur dt' 100 01111. Ul roue rouit' sans ~Iissel' SIlI' lin plancher horizontal el 1'[L'(e \
est perpendiculaire au plan de la roue. Si le système tourne uutour de l'axe des Ij à
une vitesse constante 2.-4 rad/s. d(Strnl1inf'7.:
(cil;;
u, la vitesse angulaire de la roue ;
l)) l'aœéléranon an gllini re dt" la ro ut' ;
(.) l'accélération du point C: 1...plu haut sur la junte de la roue. Figure P1S.198

15.199 l'rois tig{'S sont soudées ensemble pour fonn ..r la cornière représentée
qui est attllch~(' l'\ une rotule frx:f'en O. r~'(')(:tI'é'l1it(.rk- ln li~e 0.-\ !>f' c1êpla<.J(,sur If' plan
Incliné D qui est perpendieululre au plan xy. L'l'xtr~lrltté dl' la tigl:' 08 Sr.' déplace SUI'
"u
le plan horizontal F.. Sachant qu'à l'[nxtant 1T1')rkf"l1h~ = - (150 ll11n1S) k, calculez:
a] la vitesse anguJaiJ'e de la comiërc :
1)) la ,~JCSSf'du point C. y

.
-Figure P15.199
15.200 Soit If' problème 15,199. On sail que la vitesse du point B est constante.
Pour la positlon représentée, calculez:
Il) l'Acœl':l'stion Angulaire de la eoml '1"(';
l,) l'aœélérutiou du point (;.

C P 1
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
PROBLÈME RÉSOLU PR·15.15

U Il disque D, de rayon R, l'sI relié par un pivot il l'extrémité A du urus OA de


longueur L situé dans Je plan du disque. Le bras tourne autour d'un à.'(~vertical qui
passe prll' 0 à une vitesse constante Wl et It' lliS4llt· tourne autour de r\ à Ilne vite.sC'
constante (~. Calculorus :
la vltr-ss« du point 1> '1it,l': directement au-dessus dl" A;
1 l'accélération de P;
III vitesse angulaire pt l'accélérutlon ulIgulllire {lu disque.

SOLUTION

y IlLe référentiel 0.\'12 est the, On associe le référentiel mobile AXIj:'


ri
Il l'arbre OA. Sa vttesse angulaire par f'clpport au référentiel O.\,,)·Z est donc fi = WI j.
ut vitesse angulaire du disque D relnttvement au repère mobtle Axy:. (011 ~. plus
brièvement) t':.t WUf.:} == w~k. Le vecteur position d ... P relativement à () est
P'

r:
f'
,
n
r = Li + R j et son vecteur position relativement à A est r//1I = R j,
On d('sl~t(, p!lr P' 1('point 011 r~rér('utl('1 Illubf)(' {{lllcoïllcid('
1 avec P. DOliC, selon réquation 15,016,
1
"l' - \,/,. + V"I r ( 1)
Où \'1' = fi x r.: wlj X {Li _J_ Rj) = -w.Lk
/ "1'1... = W,N" X r"l = w.,!k x Rj = - (A).!R i
Rn substituant ItIS valeurs obtenues pour "1" et ",'1,.,. dans l'équation l , on obtient
• " ~ h

Il \( 1 (·1 1.111"11 L'~quation 15.48 donne


a" = s" + apI., + a.- (2)
Or, il Cl W/),,, sont toutes deux COll taures, DOliC.

Ur' = fi x (0 x r) = wlj X (-w.l~k) = -uTjl_i


a"/.,, = W/>I./ w_!k x (-w~Ri);;;;:
X (W/JI,1- )( 1'1",,">;;;; (I~Rj
a..""'2fl x "PI .= 2w,j x (-W!lti)=2(~tw2Rk
En substituant les valeurs oluenues clans l'~lllllatjoH 2, OH II

, 1 • . "1
, ,1.·.....· .11Il!,ul.1I1 ( ,., ,
1

(1) = fi + WiJr.f , J
L'équation 15,31 avec Q= W donne
œ = (w)OX)'Z = {CÏ»At:!I= + fi x W

"= 0 + w.j X (Wlj + ~k)


Il ,

943
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
DUIts ce chapitre traitant (le la cinématique des t'orp" rigid es, l'étude a été
subdivisée en trois parties.

Corps rigide en translation A) Dans la première partie. nous Il\ UIlS d'abord consirléré La lranslatiou
d'un l'tJrpS rigi(]~ (sectiou 15.2) et nous .1\OIlS r~l1l:lTcl\lé llue dan: 1111 tel
mouvement, ifJI4 \ le.>; ,,(Ji"t~
tir' (")'7'·~ ont lu ",.?Ille i1~""t~ et flU'tUll' fll'célf. 'fI
mt iOIl li tout instant.

Corps rigide en rotation Puis nous a\(IIIS considéré ln rotniun; (.]'1111<.'orps rigidL .uII<1l1f d'un axe
autour d'un axe fixe fixe Isection 15 ;)) La posmon (Ill l'orps est (léfillie P;lf 1.ul~le 0 (l'Jt~ I~. eg-
ment dt> droite BP. trac' ~(I~ laxe de rntation :t 1111point P (Ill eurp!', lilit .k\ ec
un plan fixe r fit,l'\l~ 15.39) ~C)lIS avons trouv é 'ltl~ lu ~r1lncleordt>la vitesse
de Pest

(/.') .
t = - = rfJ~in cfi 15.4)
(Il


où 8 est la dérivée l>ar rapport au temps de 8. Nous avons alors exprimé la
vites -.de l' l'W' la relntion

dl'
v=-=wXr (15.5)
(lt

Figure 15.39 w = wk = iJk ( lS.C)

est orienté suivant l'axe de rotatiun fixe et représente la , ttes (' angl41alre
'1 du corps,
En appelant cr la dérivée l/(l)/cli de la vitesse angulaire. nous avons
Qlk)( r exprimé l'accélération de P par la relation
a = exX r +W X «(1) X rl ( 15.t\)

En dérivuut l'équatmn 15.fi l..t en fJlH1S 'Ic)u'..enaut CIUt .. k est constnut j'II gr,lu
l' deur et en direction, II(Hl" avons Ir()I1\~ que

ex= Cl' k = wk = 9 k (J5.U)

Figure 15.40 Le vecteur cr représente l'acc(q~rr(lltnll a'lJ!.uia" e du ('U1 ps et est orienté


suivant l'axe {le rotation Iixe.
Rotation d'une plaque représentative Puis IlO\.l.Savons considéré le IIIOU\ eruent (l'un ~ plaque représentative
située dans un plon perpendiculaire à l'axe de rotation du c.'C)q>S (figure 15.4IJ).
Comme la vitesse ltngldllire est perpendiculaire il lu plaque. nous ,1\011"
exprimé 1.. \;tess~ d'lin point P de 1,1 plaque p.lr la relution

'V = wk X T (15,10)
950
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
954 mécanlsmes (ILIIcontiennent des pièces glisstmt l'une sur l'autre (1)R-15.9
et PR-t5. J U).

C) La trolstèure et dernière partie du chapitre H étt! consacrée à l'étude de


la cinématique des (.'0Ills rigid~s en trois dimeusions. Nous 1\VOI1." c)'Ul!OTÙ
considéré 1(.'mouvement d'un corps rigide J\ ec un point Ilxe (section 15 12'
Après avoir prouvé <lue le déplacement 1~ plus général d'un corps rigid,
,lVe(' 11f1pOInt fixe 0 équivaut à une rotation de ce corps autour d'un axe
TlaSsllllt peU" O. nous avons (l~f1ni 1" vitesse <Lng1l1ai Tt· w et 1'(Jx('clc rotation
OP
in ..,tnllt(/Illf de ct' ('(}rps ~lun instant donné Nous avons trouvé (IU(' la vitesse
d'un point P d'un l'nrps (J1~llre 1,5-li) s'exprime de nouveau par
tlr
"=-=
<Ii
tA) X r (15.3ï)

Figure 15,47 En dérivant celte expression nous avons obtenu

" =ax r + ll) x (w x r)


.\lais. eonuno la direction de Cd change d'un Instant à l'autre. l'uccêlérutiou
.mguluire exn'est pas, en général. orientée suivant l axe de rotation instantané
lPR-1511)

r 1\ lu M'f'tinn 15.13, nous avons démontré (Ille I~ IlIc)t/rl'''Jl:llt Ir ,Jiu .. ~fllf:rnl
d'un t'()IP'\ rigide dans /'C'I'PlJCi.' ëqutcmu, fi tou! ill.,-;llJut. Ii 1(/ .'\()I1I11'é d'nne
l.
1 ranslat 1011 ri d'uue rotation, En considérant deux particules t\ el B (lu solide,
nous avons trouvé que>
(is...
(2)

()Ù est lu vitesse de B relativement à un référentiel ..LY') 'Zr L~ à t\ et


"81.\
H d'orteutaüon fL\L' (f1gUl e 15.48), En dé"igllaut p.u- TB/JI le vecteur position de
\' 13 par rapport a &1. nous avons écrit l'cspresslon

.)ù west la \itt''\st' ~lllglllaire du c0'1)'\ il l'instan: considéré (PR-15 ) 21


Ll·\llJt·",joll de l'nccélérunon de B ,.t. ét S obtenue par 1111raisonnement
allaltlg11t' 1'\ (HIS pOl1vons d'uhord écrire

/'
Z ct, nous souvenant de l'équation 15.3~, nous obtenons
Figure 15.48
RR = a, +a x rn/I\ + CI.) X Ill) X rnl,\) (15.+t)
r 1 lm n Dans les deux dernières sections de ce ch npitre , nous ,l\'OIlS t'(lfl~idéré
11 ur le mouvement en trois dimensions d'une particule P relativement il 1111
r Il n référentiel Oxy::. tournant avec une vitesse angulaire fi par rapport ù un
l référentiel fixe ()\)'Z (A~lre15 I~),.\ là section 15.14, nous <l\ OIIS trouvé

A"" '1
l'expression de la VItesse .ll)s()lue \'1' lie P, soit

il \) OP

~ ni1 VI' = vitesse


\lp

ahsolue Je 1" particule P


= vr '1" "1' ( 15,·t6)

",,' = vitesse du point P' du référentiel moblle '!} coïncidant avec P


""/, = vitesse dt, P relativ eurent au référentiel mobile "

Puis r10US H\,,(1I1S trouv é ([llf:> 1e\l>rt's.sion de l'accélération ahsolue Ur


de P est
Z
(15,48)
Figure 15.49
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
958 Clnémollque des corps rlg1(jes Les problèmes suivants sont COlt~'USpour fltr~ soludounës ù l'Lude dt' l'ordinateur,

15.C1 Le disque représenté a une vitesse angulaire constante de"500 rfmifl


dans le sens autihoraire. La IOTJgtJuur d~ la tige BD est de 250 rrun. Écrivez un
pmgmnllne permettant de calculer, pour des valeurs de 8 allant de 0° à 360° par
incréments de 3O°,la vitesse du manchon D et la vitesse angulaire de la tige BD. En
utilisant de plus petits incréments, calculez les deux valeurs de () pour lesquelles lu
vitesse et1l n,nnchOH D l'st nulle.

15.C2 Deux tiges en rotation sont raccordée par uu bloc coulissant p tel
que montré. La tige HP tourne avec une vitesse angulaire' constante de 6 radis dans
If' sens anrihcralre. Écrivf"Z un programme permcttsn] cl" calculer, pour des valeurs
D
de ()allant de 0° à 180° par incréments de L5 la vitesse angularre l''t l'accélérsuon
Q
,

angulaire de la tige AE, En utilisant de plus petits incréments, calculezl'ungle 9 pour


lequel l'accélération angulaire (l'AI': de la tige AE est maximale pt la valeur de cette
accélératicn angulaire maximal ,
Agure P15.Cl

1 mm

762 mm

Figure P15.C2 FIgure P1S.C3

15.C3 Dans le S)"stèlllé moteur représenté, i = LOOnun et b = GOmm, La


manivelle AH tourne avec une vitesse angulaire constante de 1000 r/nun dans 1(>St'l1S
horaire. Écrivez UlI progr.unlne permettant de calculer. pour des valeurs de 0 allant
de 0° à 180° par incréments de 10°, la vitesse angulaire et l'accélération angulairt' de
la tige BD ainsi que la vit0S e ct l'accélération du piston P.

15,C4 Une tigCJ\B se déplace sur une roulette tin C taudis que l'extrémi té A
se déplace vers la droite à une vitesse constante de 180 mm/s. Écri\'ez un progranlme
permettant de calculer, pour des valeurs de 6 allrolt de 20° à 001' par incréments
de 5°, la vitesse du point H et l'accélération llngulaire de la tige, Eu utilisant de plus
petits incréments, calculez l'angle 0 pour lequel l'aœëlérutïcn angulaire a de lu tige
est maximale et la valeur de cette accélération angulaire maximale.

rmn

FlgUl'e P15.C4
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Mou\ emiilnl 0\ .., <XlrDSn!r=ie Clans un plan
966 It>recs fil accafernllOns
forces FI. F2' F3..... agissant sur Le corps, l'accélération il du centre de
masse du corps et l'accéléraüon angulaire a du corps. On se sert de cette
relation, représentée ~ la figure 16.1 sous la forme d'une équatlon
scllmllatique d'équilibre, pour déterminer l'accélération il et l'accélération
angulaire Q- produites par un système donné de forces agissant sur un corps
rigide ou, inversement, pour déterminer les forces qui produisent lUl mou-
G
o - vement donné du corps rigide.
On peut utiliser les trois équations ulgébri(llles 16.6 pour résoudre des
problèmes de mouvement dans un plan", Cependant, l'étude de la statique
suggère qu'il est possible de simplifier la résolution de nombreux problèmes
(11) (h)
portant sur des corps rigides en choisissant judicieusement le point par
rapport auquel on calcule les moments des forces. 1:1 est donc préférable de
Figure 16,7 (reprise) retenir la relation entre les forces et les accélérations sous la forme sché-
matique (le la figure 16.7 et de déduire de cette relation fondamentale les
équations des composantes ou des moments qui conviennent le mieux pour
le problème à résoudre.
La relation fondamentale schématisée à la figure 16.7 peut se présenter
sous une forme différente en ajoutant aux forces externes un vecteur
inertie -,71 a, dont le sens est opposé à celui de il et dont l'origine est eu 9,
el un couple d'inertie -[a. dont le moment est dt" même gr.tndeur (Ille l Q-
et dont le sens est opposé à celui de a (6gtlre 16.10). Le système ainsi
obtenu est équiv..alent à zéro et l'on dit que le corps rigide est en équilibre
dspiamique.
Qu'on applique directement Je principe d'équivalence des forces externes,
- ,0 comme à la figure 16.7, ou qu'on utili e le concept d'équilibre dynamique,
comme à la figure 16.10. l'emploi d'équations schématiques d'équilibre.
représentant sous forme vectorielle 1.. relation entre les forces qui s'exercent
sur le C~)rp$rigide et les accélérations linéaire et angulaire résultantes, offre
de nombreux avantages comparativement à l'application automatique des
Figure 16.10 formules 16.6. En bref, on peut énumérer les ',lV'c:lntages suivants.

1. L'utilisation d'une représentation schématique permet de mieux


comprendre l'effet des forces sur le mouvement du corps.
2, La résolution d'lm problème de dynamique peut se faire en deux
étulJes : premièrement, UI) analyse les caractéristlques cinématiques
et cinétiques du problème, puis on trace un diagramme du corps
libre, (voir figure 16,7 ou 16.10); deuxièmement, on se sert du dia-
gramme pour analyser les forees et les vecteurs en cause à l'aide des
méthodes décrites au ehapirr» 3.
3, On dispose d'une même méthode pour analyser tout t)1_)8 de 1110U-
vernent dans un plan d'un oorps rigide. Bien que la. cinématique
des mouvements étudiés puisse varier d'un cas il l'autre. l'étude
de la cinétique du mouvement demeure tOlljOUT.S la même. Dans
tous les cas. OD trace un schéma représentant les Forces externes, le
vecteur "la
associé au mouvement de C et le couple la associé à la
rotation du COTS par rapport à C .
.~, La décomposition du mou .... ement d'un corps rigide dans W1 plan
en U11C translation et en une rotation centrale est un concept fon-
damental dont l'application donne de bons résultats dans l'étude de
la mécanique, Nous aurons de nouveau recours à. ce procédé au
chapitre 17, lorsqu'il sera question de la méthode ml travail et de
l'énergie, et de la I1léthodc de l'lmpulsion et de la quantitë de
lilOU l1(?1r1cut.

5. Il ne faut pas oublier que la dernière des équations 16.6 s'apphque umqucment IIU mouvement
dans UD plHJI J'UJl corps rigide ~}'1nétnque)Mr rapport nu plan ÙC ré{érellc..'C. Dans tom k$ autres
eas, il faut employer )~Sméthodes décrues uu cl:w.p!trc 18.

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
•r

T PROBLÈME RÉSOLU PA-16.4

OII enroule une corde autour d'un disque homogène de rayun r = 0.5 rn et dl' mass«
," "1 = 15 kg, On tire vers le haut sur la corde avec une force T de 1801\. Déterminez:
0,'" III a) l'accélération du centre' du disque;
Cf)'
b} l'accélération :\nglllair~ du disque;
c) l'accélémtiou de lu corde.

SOLUTION

Équntions du mouvement, On suppose (llle les composantes a. et iy de


l'accélération du ccntro du disque sont orientées respectivement vers la drotte et
vers le haut, et que l'accélération angulaire du disque est dans le sens uutihoralrc.
I.('s forces externes agissant sur le disque ecmprenneat son poids W et la foree T
exercée par la corde. Ce système est équivalent au système des forces effectives, qui
consiste en \III \'ccte~r t1yUllt SOli origtne en C ct dont les composantes S01lt nI ll;r
et ,niy, et un couple la. Donc,
:4 "iFx = !(Fr) e IT: 0= /lla L
il, = 0 ~
+t~F!I = I.tFy)•.rr: T - \V = 1l1fly

a.,_ = T - 'l'
III

Puisque T = 180 N, III "'" 15 kg, et \,V = (15 kg)(9,8J (n/!>~)= 147.1 N. ou {I

- _ l, 0 ~ - 1...7.1 N _ 2 9 ,I.~
T lll) - 15 kg - + ,1. nvs a, z:: 2,lg IIJ1S~

-
-T,' = la

c. -
- 2r
+Tr = (ll1t,-2)a
2(J80 N) "
a = - ,nr = - (l5 kg)(O,5 Ill) = -48,0 radis-
lX J
= 4~.()raN~~

Accélération de ln corde. COnl1l1C l'aocélérauon d~ III corde est ég.'ll(· à la


t:olllpooante tangentielle de J'accélération du point A du disque, alors
a.....nJ.. = (aA)' = a + (aNC),
"'"[2.19 n'lls2 tJ + [(0.5 n1)(48 racVs2) tl
< .. ni.. - 26.2 titi!! Z t

971
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
16,29 Un tambour de frein avant
, un ravon
, de 150 nl111 t'si rt,li\~ à lin volant Prob ornes 979
(uon Wu tré) dont Il, rayon est supérieur il celui du tambour. IR moment d'inertie SOmm
dl' masse total clu tambour <,t cl u volant est de i5 kg . ln~. On contrôle le IIl0U\'(;,IIICII1
du système i\ l'aidE' d'un fr("in i\ bande. Le coefficient dé frottl'Ineut cinétique entre A
lu courroie pt 1(>tambour est dt' 0,25. On applique une fof'('{' P dp 100, lorsque la ~mm
vitessr- angtllnirl' ri u l\) 'llt\tlll' r. t dt· 24() r/min dan' le eus horaire. Déterminez Il'
150 rum
temps que met Il' s~·tèrnc pour s'arrêter, Démontrez qu'on obtient le même résultat
~iln \;t('~~('anl!lIl,lIn~ jUili,llc' du s~ tl,,,I(' est de 240 r/lnin Ù.ulS Il' Wl\S unuhoraire E

16,30 Un t.unbour (k' fr\'ln H)LUlt un rayon d' 0.2 m est relié à un volant (11011 320 uuu
illustré) dont le ruvon est supérieur à celui du tambour. Li> moment r1ïnrrtil' de' masse
total du tnmbour ('1 du volsn; est dl' 19 kg . lU:l ct le è(X'Bléiellt de fmUl'llIl'nl ciné-
tique entre II' tambour r-t la s('lnl~lI(' cie' fN'in est cie 0.3.:;, La \ill·S..I· all~lliltin.' du volant
est dr 360 r/lIlùl duns Il' sens antihoruire quand 011applique une force P de 33-J :\J sur
I...,__ p

la pédale C. Détonntnez le nombre oC' tours l'}U'plTcctJlC' 1r- volant avunl dC' s'l1rr(·!('r. FIgure P1S.29

16.31 R('sol,·(''1. 1" problème L6.30 en supposant que lu "ite~sl' ul1~lllli re t-0.15rn
initiull" du volant pst dc' ,1('i()l-/nlin dans le sens horaire.

16.32 IR volnnt fllustr~ n 1111 rayon de 500 mm. une masse df' 120 k~ ft 1111
rayoll de gyr~ltiull de 315 111111.On a attaché un bloc A de 15 kg à un câble pnroulf>
autour du volant. II:' systt-nlt' est iultlalenu-nt ail r<,pos_ En 1I1lppo ..nllt I[UI' l'I·liC·1 du 0.25 III
Ïrottement est lICoglig(·[\ulc. déternünez-
a) l'accélération du bloc 1\:
D
b) la vitesse ÙU bloc f\ après qu'il a parcouru une distance dl> L.5 ln
l'

16.33 Afln dl' détermlner le moment d'inertie de masse d'un \ olant de 600 mm
de rayon, on attache lin bloc cff' 1:2kg à lin cah)(· enroulé autour du volunt On lih~'rl'
1(.'bloc et on 1I0t(.' qu'U tombe 'ur une distance de 3 ru en 4.6 s. Pour éliminer des
calculs le froucmcnt des roulcmcots, on utilise un second bloc dt' 24 kg. On obsc 1'\ c
qu'if tombe sur une distance de 3 IIIen 3.1 s. En supposant que le moment du couple
C I-O.3i5m
Figure PtS,30
-.1
associé RU froltl'JlH'llt demeure constant, déterminez Il' moment d'inertie dt' masse
du volant

16.34 Chacune des poulies doubles illustrées il lin moment d'ill('rt ir de masse
dl' 20 I..-g • III.! et l'loi Iuiuulemeut au repos, Les poulies ont un rayon extérieur de 0,4 m
cl un rayon intérieur dl' 0,2 III. Détemuncz:
a} l'uccélérution anglllLLire dl' chaque poulie;
b] IR vi!f'sSC' angllinire de chaque poultv après qu(' te pClflll ,\ de chaque
corde a ptlrCt)11 ru 3 Ill.

\ Figure Pt6,32 - P16.33

7S5N 230 lIg 150 kg


(l' (3l (4 )

Figure P16.34

16.35 t.ti 11Itl1lS(.' t'l Il' rayoll du disque A sont respecticement UlÀ = 5 kg cl
rA = 90 mm, tandis quI' la 1I1U."S"l· et le rd)'01l du disque B sont respectivement
IIiU = 2 kg ('ll'" - 60 111Jl1. [..t'~ disques sont ail rC'[lOS. qualld on nppliqul' au disque
A UII couple ~I dont le moment est de 0,6 N ' m. En ~'llpposant clut' Ips dis(llies ne
gjjssellt pas l'ulI sur )'untr<>, t}fotenllinf>z:
a) l't\c(.'(ol~rlltioll 'ln~ulturl' dl' l'InIque disqUl\:
b) la force de frotteillent que le c1i'ique A exerce l.ur le dl'ique B. Figure PtS,as
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
16.72 Solutionnez le problème 16.71 eu supposant qu'on 1wH.'(· plutôt un '6.8 "40uveme.nt dam UiI1 plat! 985
." Pf'éHnce de coolnlmtes
111lnCC anneau uniforme clf' raycn r C't dE' masse ni.

16.73 Ou pince une sphère uniforme de rayon r et de Inti se "1. la vitesse


initiale étant nulle, sur une courroie qui sc déplace vers la droite à une vitesse
constante Vl. On désigne par J.L4 If' coefflcient de frottement cinétique entre la
sphère et la courroie. Déterminez:
a) l'instant t 1 Où la sph;'rl' commence fi. roul<-r saes glissC'r;
b) tes vitesses linéaire et angulaire de la sphère il l'instant t l' Figure P16.73

16.74 UnI' sphère de rll}'on r et dl' masse In a une vitesse linéaire v()vers la
gauche ct une vitesse- angulaire nulle quand on la Illet sur une courrote se dfplaçant
vers la droite à une vitesse constante "1' La sphère glîsse d'abord sur la courroie,
mais on souhaite qu'elle ait une vitesse Linéaire nulle pnr rnpport au sol lorsqu'elle
commence à rouler sans gLisser. Déterminez en Ionction de VI et du coefficient dl'
frottement cinétique fJ.k entre la sphère (·t ln courroie:
a) la valeur que cloit avoir (;0;
b) l'instuut t l Où la sphère (..-0011"('11(.)(' à rouler sur IH eourmio ;
c) la distance, par rapport au sot, parcounle par la sphère li l'Instant fi' Figure P16.74

16.8 MOUVEMENT DANS UN PLAN EN PRÉSENCE


DE CONTRAINTES
La majorité des applications en génie porte-nt sur des corps r1gicle.o;(lui se
déplacent en pré enoe de contraintes données. Par exemple, les manivelles
doivent tourner par rapport à un axe fixe, Jes roues doivent" tourner SéU1S
glisser et les bielles doivent décrire des mouvements déterminés. Dans tous
les cas (le ce l)1le, il existe une relation bien déflnie entre les composantes
de l'accélération a
(lu centre de masse G du corps étudié et J'accélération
angulrure a de celui-ci; le mouvement correspondant est appelé ,nOIlvet11cnt
en présence de c01l1 raintes.
La première étape de la ré olution d'un problème portant sur un mou-
vement
, dans un plan en présence de contraintes est J'(lfl(Jlyse cinémntlque.
A titre d'exemple, considérons une mince tige AB cie longueur 1 et de
masse 111. dont les extrémités sont reliées à deux blocs, de masse lIég!ige-ilLle,
qui glissent sur des rai}... lisses. dont "un est horizontal el' l'autre vertical.
,
On tire sur la tige en appliquant une force P en A (figure 16.11). A I;·t
section 15.8, nous avons \,\1 qu'il est possible de déterminer l'accélération a •
du centre (le masse G de la tige à n'importe quel instant, et ce, il l'aide de la 1 il,.
1 (1.t4.«) p
position de la tige, (le sa vitesse angulaire et dt' son accélération ang'llaire il ....L _
1
l'instant donné. Supposons maintenanr <jU'011 connaît les valeurs de 8, to et Ci
à un instant donné et (lU 'on veut calculer la valeur correspondante <le la Figure 16.11
force P, de même que les réactions en A et en B. Il faudrait (l'abord dëter-
miner les composantes Ox et Gyde l'accélératiot: du centre de lnasse C à l'aide
de la méthode décrite à ln section 15.8. puis appliquer le principe de
D'Alembert (figure 16.2) en utilisant les expressions obtenues pOlIT (~ et (ly
Il est alors possible de calculer ensuite les forces P, N~\et NB en écrivant les
équations appropriées et en les solutionnant. ~
SUppOSOllS maintenant qu'on connnît la force P, l'angle () et la vitesse la
angulaire w de la tige à un in ·tallt donné et qu'on veut déterminer, à cet -
-
instant, l'accélération angulaire ex (le la tige. et les composantes (Ix et Oy <le •
-
ma~
l'accélération de sun centre de masse, d~ même (Ille les réactions en A et
en B. Létude cinématique prélirninaire (111 problème eonsi te à exprinlcr -
ma,
les composantes a). el Qg de l'accélération du centre cie masse CCII [oncuo« w
de /'llccéldralioll angulaire cr de {a tige. Pour ce [aire, on exprtrne d'abord p

l'accélération d'un point de référence approprié, par exemple A, en fonction


de l'accélération angulaire a. Il est alors possible de déterminer les compo-
santes 0-,: et li" de l'accélération de C en fonction de a et de porter les FIgure 16.12

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
100 1l1l11 60 mm PROBLÈME RÉSOLU PR-16.9

On enroule une corde autour du tambour intérieur d'une roue, puis on tire horizon-
talernent sur la corde avec une force de 200 N. La masse de la rolle est de 50 kg et
200~ son rayon de gyration est de 70 mm. Sachant que les coefficients de frottement sont
respectivement J.L$ = 0,20 et J.LI< "" 0,15. détemlincz l'accélération de C ct l'aceélé-
ration angulaire de Laroue.

SOLUTION

(1) Roulement sam glissc,ncnt. S[ 00 suppose que la roue tourne sans glisser,
alors
li ::2 ra = (0.100 lU)Û

On vérifie si l'hypothèse est exacte en comparant la valeur calculée de la force de


frottement avec sa valeur maximale, Le mornent d'inertie de la roue 'st
1 = mk: 2 = (50 kg)(O.070 In)!! "'" 0,245 kg , m2
ÊqtlationlJ du mOlll'cff,erll
+JI.\lc"'" I(t\-Cc)..rr: (200 )(0,040 ln) = ,na(O,lOO ln) + 101
-
w 8,00 '. m = (50 l..'g)(O,l00 rn) a(O,lOO m) + (0,245 kg' m2)a
a = +10,14 radl~
li;;;; r œ s= (0,100 n1)(10,74 radls2) = 1,074 nlfs2
F + 200 N = tna
O.lOOm F + 200 N = (50 kg)(l,074 mJs2)
F = -1463 , N F"" 146,3N-
o 1~ICI m
N +i~Fy = l;(F!()('IT:
N-\V=O N - \V;; IIlg ;:; (50 kg}(9,81 nlfs2) = 490,5 N
N = 490,5 N t
Valeur tna.n,nale de la force de frottement
Ffi,"', = jJ..,tV = 0,20(490,5 N) ;;;;98,1 N
Comme F > Fm""", l'hypothèse relauve au mouvement est Inexacte.

b) Roulernent avec glissement. Puisqu'en fait la roue tourne el glisse à la


fois. on trace un autre diagramme, où a et exsont indépendantes et où
F;;;; Fr.: = J.LI..N = 0,15(490,5 N) = 73,6 N
,\ Les calculs effectués(1) Indiquent que F est orientée vers la gauche. Les équations
QI)
du mouvement sont les suivantes:
200 N - 73,6 N = (50 kg)ti
(l ;; + 2,53 rn/52
(1 l(lI) m
+JI ..\1c = I(l\[c)"rr:
(73,6 N)(O,I 00 m) - (200 N)(O,06O m) ;;;; (0,245 kg' n,2)û
Cl' "" - 18,94 radls2 ex = l "1,94radl~ ~

992
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
16.82 Uu disque de turbine ayant une ruasse de 26 kg tourne à une vitesse P oblêmes 997
constante de 9600 r/llUn. Le centre de masse du disque coïncide avec le centre de
rotation O. Détemuncz la réacnon en 0 immédiatement après qu'une aube. ayant
une 111f1SSf' de"45 kg et située en A, SI" détache du disque.

Figure P16.82 Figure P18.83

16.83 011 M fi,briqu(' l'obturateur jllllslrc~ en enlevant un quart d"111 disque de


15 UIlIl de' rflyoll. On tltilise l'obturateur, qui ft 11111' masse de 57 kg et une vitesse
constante cil' 1500 r/lllill. pour illttrcc:pt('I' 1Ir1falseeau lumlneux provenant de la
1('J)ti)J('Cil C, Délenuinez la grnndC"lIl'dt" la force que l'obturateur exerce sur l'arbre
au point il.

16.84 et 16.85 Uue tige uniforme de IUlIgllcur L et de masse 111 est sus-
pendue tt'I qu'illustré, Le câble retenant I·ûxtr(-nlitf. B se rompt sondalnemcnt.
Opte rmt n e70:
(1' l'uecélérution de l'extréruité B;
l,) la [,;action à la cheville de support.

B
rh: ';-j c li
I~

.1 I- L
j
Figure P16.84 Figur. P16.8S - P16.86

1686 Une lige uniforme dé loozucur L I~l dt:' masse UI est suspendue tel
qulUustré. Le câble retenant l'extrémité B st> rOlllpt soudaluement. Déte rmi nez :
Il) 1.1 distance b pour laquelle l'accélérauon de l'extrémité A est maximale:
l" l'accélération correspondante à l'extrémité A et la réaction en C.

16.87 Un mince cône uniforme de masse 111 tourne libre nient autour de
la tige horizontale 1\.13. Lu CÛIll! est iultiulemeut au repos. dans la position iJJustrtc.
Détermlnez :
Il) l'tl<:<:ulénatioll du sommet D;
il) la réaction cn C.

Flgu:ra P16.87

C P
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
·16.144 Une ruinee barn' uulfonu« AB de IDiISSl' III est suspendue lL LIli p('lLt P,QbI mes 1005
chariot de même masse. tel qu'illustré. Leflet du frottement étant né~Ii~(·abJ(:'.
déterminez l'accélération du point A et celle du point B immédiatement après
qu'une foree horizontale P u été appliquée au point B.

• •

L 1.

1
4
p , 4
J1
B If
Figure pte.144 Figure P16.14S

*16.145 Une mince barre' uniforme AB de masse 111 est suspendue à un disqur:
uniforme dt' même masse, tel qu'illustré. Déterminez l'uœélération du pclut ,\ ct
celle du point B immédiatement après qu'une foree lrorizontule P .l ét~nppliqllrr
au point B.

-16.146 I.a minee tige AB de 5 J.:g es:t rivée à un disque unlforme de li k~.
rom me l'indique la fi&,ture. Déterminez, à l'instant où Il' S) tëmc e n1rl en
1110U\iCIllrnt l partir du rcpo . l'accélération:
"} du point A ;
l" du point B.

250 11H11
,
100 111111

Figure P16.146

*16 147 et '16.148 Le cylindre 8 de 2,; kg ('1 1(' coin A de l,S kg sont
maintenus au repu!>. dans la position illustrée. par Lacorde C. On UpPOS(' quC' 1(·
cylindre roule. ur le coin sans gltsser cl que le frotlement entre le coin C't1('sol ('si
négligeable. Détermtnez, unmédlaternent après qu'on a L'OUpé la L'Ortie C
I,) l·a(.·(.~I~n"'tiorldu coin;
b] l'accélération allb'ltlaire du c:yliudre.

Figure P16.147 Agu,. P16.148


Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
...
PROBLEMES
,
SUPPLEMENTAIRES

16.153 011 iusère l'axe d'un disque dont If' l"èlyon f'~l cie' 127111111 dans Ul1(>
rainure' qui forInt' lin flnglt· (J "" 10° 1l\'{'Cla vertica]e. Le disqu ....est tHI rl'pos quand
on le Illet en contact avec la courroie d'un COI1Vo)'f'llr qui 'If' rlt~placC' h \;t('o;Sf>
COUShUlh..-. Le cot·tncicut de frott(.·nl~lIt cinétique l'litre le disque et la courroie t.>~t
de 0,20 et le frottement de roulement est négligt'ahl(·. Déterminez l'nC(~lprfltion
angulaire du disque alors qu'il glisse.

16.154Soluttonuez 1("problème IÔ.l5.'3 ('11 supposant Ilu'on iu\'f"I"lf' Il' ~{'II,

du mouvement df' la courroie.

16.155 Des bras J noblles eutraîucnt des cylindres idcutiqucs dl' ruasse 'II t..t dl'
rayon 1: Le coefficient cil' frottement entre toutes les surfaces est Il < 1 et on d(~signe Figure P16.153
par (1 la grandC'ur do l'accélératlon des bras, Trouvez une ('xprc':isinll rc'PI'(oSf'Olant :
(1) la' alcur IllaxUlluic dl' a lorsque chaque cylindre roule sans ~llSSt'r;
b) lu valeur nlinitllal(' de (1 lo(s(lu(! chaque. t:yli Il cl re ~l' d.~plal,(· \'(>1'$ 1.1
droite sauli rouler.

Figure P1'6.1S5

16.156 Un cycliste l'Oule li une vitess« cl . :32 knv'h sur une route horizoutule.
La distance entre les moveux
. des roues du vélo est dt' 1000 n1111 et If' centre de n13SSf'
du système formé par I~ (·yclis'lt:·et lu bicyclette est situé à 660 111111d~·rril:rt·l(! rtlO)'f'U
avant et il 1020 mm au-dessus du sol. En supposant tlUE' le cycliste serre les frf"ins
uniquement sur la l'Out' avant, t!(>tl\ruÙJH:'z la distuncc mininrule d'arrêt pour que II"
conducteur ne soit pas projeté par-dessus le guidon,

16.157 Lu lig<' UJ1[fol'111(' l'B. dont Il' poids ('SL (JuiLLl' l'état dl' repos
\\'.
lorsque f3 = 70°. On considère (111ela force de frottement entre l'extrémité A el la
slIrfaœ est aS$('? grand" pour empêcher 1(' gliss('nlï'nl, Déterminez, rl l'instant ail ln
tigt' se mer ('11 mouvement:
a) l'accélérauou wlglllJirt' de la tige;
b] la réaction normale en A;
e) la 1'01\.'C de Ïrotteurent t'II i\ Figure P16.157 - P1'6.158

16.158 Ln tige uniforme 1\8 de poids \\' quitte l'étal de l't'pus lorsque
f3 = 70°. En lIégligt'ant touu: foref' ch- frotll·[lIt·lIt. clt~t('nllil1l';r_ li lïll.~tallt où la ti~c
se met en mouvement:
fi) 1'<lct·t>lt'irHtiuH HlIguJaire dL' la tige;
b) I'accélération du centre dt' 1l11iSSf' dl" IR tigf';
(') la rc"aclion en Il. 910lnnl

16.159 La IllQSSt· totale J'un baril pletu et de ~'OII contenu est de 91 kg


f
4('l()Ulm
On sait que Ji,. = 0.40 pt que Ill. = 0,35. On appltque 1111(" fol'C(' de' 400 r (.'001111\"
l'indique la Îlglll'f:'. Détermlnez .
a) l'accélération du baril;
b} la ganlllle des valeurs de h pOLlr lesquelles le baril lit' bascule pas. Figure P16.159
1009

C P
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
1016 '''OUl(sm&ol d'un COrpS (Ig'OO dam. lu plan d'exprimer plus directement l'énergie cinétique en se servant du fait (lue la
t.~èmodes de l'ènerg's êl de la quanlllf!
de mouvemern vitesse v, de la particule PI est égale au produit r/û) de la distance ri entre PI
et l'axe fixe et de la grau(Jeur (J) de la vitesse angulaire du corp.~ à l'instant
considéré. En remplaçant la gralldeur de la vitesse Je P, I)a,r cette expression
dans l'équation 17_2, on obtient

1" l(rI)
T = - ..__. Ürn Il (r w}2 = -OLII\',.2
Z 1-1
~'1l c.Jl
- '~l

ou, puisque la SOU1Jne du membre de droite représente le 1I10meJIt d'inertie 10


du corps par rapport à l'axe axe passant par 0,

T= !tloc,}- (17.10)

JI est à noter (11te !ps résultats obtenus ne se vérifient pa.' uniquement


duns le cas du mouvement d'une plaque plane 011 d'un corps symétrique par
rapport au plan de référence. Ils s'appliquent en fait à l'étude du mouvement
dans le plan de tout corps rigide, quelle qu'en soit la forme. Cependant,
comme l'équation 17.9 est valide pour n'importe quel mouvement dans
le plan, [nais que l'équation 17.10 s'applique uniquement ail cas d'une
rotation non centrale, on utilise la première dans tous les problèmes résolus.

17.5 SYSTÈME DE CORPS RIGIDES


Si un problème porte sur plusieurs C(lrpS rigicles, il pst possible (le eonsi-
dérer chaque (.,'()rpsséparément et cl'uppli(IUer le principe du travail et de
l'énergie ~ chacun. En additionnant les énergies cinétiques respectives de
toutes les particules et en prenant en compte le travail de toutes les forces
en jeu, on peut aussi écrire l'équation du travail et cie l'énergie pour la
totalité du svstème :

(17.11)

où l' représente la somme arithmétique (tous les termes sont positifs) des
énergies cinétiques respectives des corps rigides qui constituent le système
et UI .....2 reprPsente le travail de toutes les forces agissant SUT les corps. qu'elles
soient internes ou externes relativement au système considéré comme lm tout.
La méthode du travail et de l'énergie s'avère particulièrement utile pOlir
résoudre des problèmes portant sur des membres reliés au nloyen cIe
chevilles, de' blocs et des poulies reliés par des cordes inextensibles et des
engrenages. Dans tous tes cas. les forces internes forment des paire de
forces (le même grandeur et de sens opposé et, dans chaque l)uire, les
points d'apphcation des forces parcourent des {1i.\ÙJ/l('~' égale(j pendant que te
sy~;tèJne effectue un petit déplacement. Il s'ensuit que le travail des forces
internes est nul et qlle U I-Z se réduit au travail des forces externe 011 systèrne.

17.6 CONSERVATION DE l::ÉNERGIE


NOl ts avons \'"0, à la section 13,6, c1ue le travail de forces conservattves, tels
le poids d'un corps et la force exercée par un ressort. s'exprime sous la forme
d'une variation d'énergie potentielle. Si un corps ligide. ou un système
de corps rigides, se déplace sous l'effet de forces conservatives, le principe
du travail et cIe l'énergie, énoncé à la section 17.2. 'ex-prime sous une
forme dlfféreure. En remplaçant U1_l? (Jans l'équation 1.7.J par l'expression
(Ion née }! l'équation 13.19', on obtient

(17.12)

Copynghted matenal
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
PROBLÈiME RÉSOLU PR·17.5

Lés deux tiges minees illustrées ont chacune une longueur ùe 0,75 Il) et une ruasse
de 6 kg. Le système quitte l'état de repos IOnique f3 "'- 60°. Déterminee:
a) la \itesse angulaire de la tige AB lorsque f3 = 20°;
h) la vitesse du point D Ali même instant

SOLUTION
,
Cinématique du mouvement à f3 = 20~.. Etant donné que le vecteur VIJ est
pcrpcndlculaire tt la tige J\B et que VD ~sthorizontal, le centre de rotation instantané
de ta tige BD se trouve en C. Lanalvse géolnélriquf> dr la figure pf'rm~t d'écrire
BC = O.ï.5 III co == 2(0,;5 ln) sin 20° "'" 0,513 III

En appliquant la loi des cnslnus au Iliangle CDE, où E coïncide avec If' centre de
masse de la tige BD, 011 obtient EC = 0,522 ln. Si w désigne Lavitesse angulaire de
la tige I\B, UII a

PAB = (O,3ï5 In)w VAB ;: O.375w \j


"II = (0.75 m)w \'1$ = 0,75w ":w

Comme la tige BD semble tourner par rapp<lrt au point C, on t>cril


_______ K_ VH;;; (l~C)w1Jl) (O,75111)W = (0,75 LU)WUD (1)80 == w~
Vnl) = (EC) W,JI) = (0,522 ru) w VOl) = 0,522 w ':..
Position 1. Éllergie potentlelle, Si on choisit l'axe {le référence comme
B l'indique la f1gurl' , étant donné que \V = (6 kg)(9,81 1111s2) = 58,1:16:-.J, on a

v, = 2 \VYI = 2(58,1)6 N)(O.32.5 m) = 38,26 J


Ént'rgie Ci'lftiqllC" CU1I111ll' le système est au repos, TI = O.

A
Po..ilion 2. Éncrl!ie potentlel!«

A-~f'
"2"'" 2\VY2 "" 2(58,86 N)(O.12S3 ln) = 15,10 J
D tic: réfén:II(''C Énergie cillétiquc
Posillou 1
TAB ;:;: 18t};;; i! '11/2 = r1(6
kg)(0.75 Ill)!! "" 0,281 kg' Il.2
1 -1 .,
+ >1 1.\JIWAB
TIl = . III CÀB
-Ol .. 1 ~
5S,9 ~ + JUI V wn + ! /JI} "'Bu
11
= !(6)(O.3ï5w)2 + ~(0.28)w2 + ~(6)(O,522w)2 + t(O.281}w='
= 1.520w2
A T-r--y; 0,12&1;- Conservation de I' éUt'rgic.·
Ay ~ de rélérenee D
1'1 + \'1 = T2 + \J~
Positioo 2
o +.3 .26 J == 1.520cd- + 15,10 J
w = 3,90 radis
"itt.'s~t.' du point 1)
t:1) = «(;D)w = (0.513 m)(3,90 rad/s) = 2,00 n'lis
"'1) - :1 011 ru~-

1023
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
1030 '.iou\l1!moflt d un eoœs IIglOO dM$ le plan 17.26 U 11 câble est enroulé autour d'un cylindre de rayon r et de masse 'li,
Méthodes de rél"lergle el de la quanute
de mouvement COOln1e l'indique la ngllre. Sachant que le cylindre est relâché à partir de l'état au
repos. déterminez la vitesse Ou centre du eylindre après l[ue celui-ci Il parcouru WH!
distance s vers le bas.

17.27 Solutionnez le problème 17.26 en supposant qu'on ait remplacé Il'


cyiindre pur un tube à paroi minee de rd)'on r et de masse IPl.

17.28 Vil manchon D. (le masse ", et de dimensions négligeables. est fL'{~à
une jante de masse identique ,ri et de rayon r, qui l'oule sans glisser sur une surface
horizontale. Déterminez la vitesse angulaire WI de la jante en Ionction de g et de r
lorsque B se trouve directement au-dessus du centre A. 011 sait que la vitesse angu-
laire de la jante est égale à 3wI lorsque B se trouve directement sous le centre A.
Figure P17.26

FIgure P1728 Figure P17.29

17,29 Une deml-seetion d'un hlbe a une masse 1Jl et un rayon 1: Elle est ini-
tialemcnt au repos dans la position Indiquée, puis elle roule sans glisser. Détertmnez .
a) sa vitesse angulaire après qu'ene a effectué 1I0f' rotation de 00° •
-
h) la réaction Il la surface horizontale au même instant. {/lIclice: CO = 2rl'iT
el, selon If' théorème des axes parallèles, r = Illr-~ - IntCO)-l.~

17.30 Deux cylindres uniformes, ayant chacun une n'lasse de 6,35 kg et un


rayon r = 121 mm, sont reliés par une courroie comme J'indique la figure. Sachant
que la vitesse anglllair<' initiale fin cylindre B pst oc 30 radis dans le S('IIS antihornire,
détenninez:
(1) la distance fi laquelle s'élève Je cylindre A avant que la vüesse angulaire
du cylindre B ne soit réduite i\ 5 racVs ~
b} la tension clans 1"partie de la courroie situé, entre les deux cylindres.

17,31 D"':1Ixcyllndres uruforme • nyaut chacuu m'le musse de 6,35 kg et un


rayon r = 121 mm, sont reliés par une courroie comme J'indique la 6gure. Si Je
s)'sti'me quitte l'état cie repos, déterminez:
a) la vitesse du centre du <.-yfinclre A après que celui-ci a pan.:ouru 915 mm :
Figure P17.30 - P17,31 h} la tension dans la partie de la courroie située entre les deux c>~illdres.

17.32 La tige BC, dont la masse est de 5 kg, est reliée n


deux disques
uniformes au moyen dt' chevilles COnl111t' J'indique la figurt'. La masse du disqllf'
ayant un ra>ron de 150 mm est de 6 I.:get celle du disque ayant un rayon de 15 mm
est de 1.5 kg. Sachant que le systërne quitte l'état de repos dans lu position Indiquée,
détenulnez la vitesse (le la tige après que le disque A fi errectué une rotation de 00°.
15 mm

Figure P17.32

C p n
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Vou have either reached a page that is unavai lable for vi ewi ng or reached your vi ewi ng limit for thi s
book.
Si on remplace respectivement les systèmes des quantités de mouve- 1Î 8 PIIr>C pli! ce rlmpu SIOn et De 'a 1035