Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre II : La mondialisation économique

La mondialisation économique : est un processus profondément enraciné dans l’histoire. La phase


actuelle du processus présente, à certains égards des caractéristiques communes avec les étapes
antérieurs, mais également des aspects nouveaux à savoir :

➢ Un accès massif à l’information.


➢ Une planification à l’échelle mondiale de la production des FMN.
➢ Le développement du libre échange.
➢ Le déploiement des personnes, des biens, des l’activité économique et de l’argent au-delà
des frontières nationales.
➢ La circulation internationale des travailleurs et des étudiants, motivée par des considérations
économiques.

La vie quotidienne d’une grande partie des habitants de la planète est intimement liée à la
mondialisation avec ses aspects bénéfiques parfois considérables et ses inconvénients parfois
dramatique. Il importe de retracer son histoire et de décrire ses diverses formes pour mieux aborder
les principaux défis que pose ce phénomène complexe.

I-Le processus de la mondialisation économique :


1) Il résulte de la combinaison entre le dynamisme des commerçants à la recherche de marchés
au-delà de leur pays d’origine, les progrès des techniques de transport et de communication,
et la volonté du pouvoir politique, à certains périodes de l’histoire, de favoriser le commerce
avec l’étranger.
2) Elle est le fruit d’un processus d’extension du capitalisme occidental dans l’espace mondial
en trois temps : après les grandes découvertes de la renaissance les empires coloniaux ont
couvert les ¾ de la planète a la fin du 19ème siècle.
A partir des années 50 l’économie internationale devient globale, multinationale avec la
croissance des investissements directes à l’étranger.

II-Les origines de la mondialisation :


La mondialisation économique est loin d’être un phénomène nouveau, du moins dans son principe.
Longtemps même avant la civilisation grecque, une certaine forme d’interdépendance économique
entre des peuples géographiquement éloignés existait déjà.

Le dynamisme des échanges internationaux dans l’antiquité et au moyen âge repose sur des
techniques de transports et de communication dont les deux interventions majeurs pour les
échanges commerciaux au cours de ces périodes la navigation et l’écriture.

L’intervention de la roue en Mésopotamie marque également un tournant en accroissant le volume


des marchandises transportables sur de longues distances. Mais la navigation est sans doute le mode
de transport qui a le plus favorisé les échanges internationaux.

1
III-La révolution industrielle et l’explosion du commerce mondiale :
1ère mondialisation
L’apparition du chemin de fer et la révolution maritime possibles grâce à la machine à vapeur,
permettant l’apparition d’un marché mondiale. La baisse du coût des transports encourage des flux
commerciaux, d’abord interrégionaux puis internationaux.

En Grande Bretagne la RI marque l’avènement de la mécanisation, de l’extraction minière et de la


métallurgie, la production s’accroit et s’accélère considérablement.

Si les progrès techniques sont considérables, les Etats jouent également un rôle majeur. Tout d’abord
de nouvelles lois favorisent la circulation des capitaux à travers les continents. Les transports de
fonds entre les pays deviennent possibles. Cela pousse le secteur financier à se professionnaliser.

L’entre deux guerres : l’enrayement du processus de la 1ère mondialisation


(1914/1948)
L’entre deux guerres est synonyme de repli à l’ouverture mondiale des pays européens : en effet, le
vieux continent est affaibli après la catastrophe démographique, monétaire et financière que fut la
guerre de 1914. C’est une période qui profite donc à l’émergence des Etats-Unis comme 1ère
puissance mondiale.

Le commerce mondiale demeure fragile : c’est en partie du à une nouvelle donne économique, avec
les Etats-Unis installés au poste de leader des transactions, et qui en profitent pour donner l’exemple
en matière de la valeur du produit importé.

Les migrations de masse s’escomptent car les pays d’accueil ferment tour à tour leurs frontières aux
migrants.

IV-De la remondialisation à la globalisation :


1-Un nouvel écosystème mondial favorise les échanges :
Tout d’abord, au sortir de la guerre comme à chaque étape d’accentuation de la mondialisation, les
progrès techniques jouent un rôle majeur. L’amélioration des techniques de transport et de
communication et la baisse des coûts du commerce et des transactions, ouvrent un immense champ
d’opportunités pour de nouveaux modèles économiques.

Parallèlement aux évolutions technologiques, les évolutions politiques ont un impact considérable
sur la mondialisation, les accords de Breton Wood donnent naissance à la banque mondiale et au
fonds monétaire international.

1-1 L’ouverture des frontières au commerce : le dynamique GATT-OMC


• Le GATT signé en 1947 vise essentiellement à libéraliser le commerce des
marchandises. Les mesures adoptées dans ce cadre éliminent une série de droits de
douane et d’obstacles étatiques aux échanges.
• La création des l’organisation mondiale du commerce(OMC) qui a pour objet
principale la poursuite des négociations sur le commerce des marchandises, et leur

2
extension à d’autres secteurs, notamment aux services et à la propriété
intellectuelle.

1-2 L’avènement de la libre circulation des capitaux :


La véritable nouveauté qui accentue la mondialisation économique au cours des années 70 réside
dans l’ouverture progressive des frontières aux flux de capitaux.

Cette mondialisation des échanges de capitaux entre les nations et entre les continents est la clé de
voute d’une globalisation des échanges.

1-3 Les espaces économiques régionaux, facteurs de mondialisation ou freins ?


De la fin de la seconde guerre mondiale aux années 90, une série d’organisations économiques
régionales voit le jour (CEE, ASEAN,…). On peut considérer ces organisations comme des embryons
ou mieux, des avant-gardes de la mondialisation. La proximité géographique et culturelle de leurs
Etats membres, les rend plus faciles à mettre en place, et sans doute plus efficaces pour favoriser
l’intégration économique que les projets institutionnels à vocation universelle. Cette idée figure en
substance dans les statuts de l’OMC.

2-Le rôle majeur des multinationales FMN :


Par définition une multinationale est particulièrement représentative de l’activité économique
mondialisée, puisqu’il s’agit d’une E/se dont les activités se déroulent dans plusieurs pays. Les
multinationales sont des centres névralgiques de la mondialisation, du fait de leur poids économique,
mais aussi en raison de leurs modes de production et de gestion au-delà des frontières.

2-1 Quête de MP et rapprochement des marchés d’écoulement :


A partir de la fin du 19ème siècle, les E/ses transnationales prennent réellement leur essor, cela
s’explique notamment par les avancées techniques et les nouveaux besoins engendrés par la 1ère et
la 2ème RI, ainsi que par le développement des méthodes de production capitalistes au cours de cette
période.

2-2 L’ère des multinationales en réseau :


Avec l’externalisation de nombreuses étapes de l’activité, les multinationales sont devenues de
véritable archipels regroupant de nombreuses E/ses, plus ou moins spécialisées et plus ou moins
étroitement liées à l’E/se mère.

Sous l’effet combiné des progrès techniques, des cadres politiques favorables aux échanges et du
dynamisme des multinationales, le commerce mondial connait une croissance exceptionnelle. Les
exportations de marchandises augmentent/ la valeur des exportations mondiales a été multipliée par
plus de neuf, alors que la production mondiale n’a fait que quadrupler.

3-Une mondialisation loin d’être « pure et parfaite » :


Pour les biens et les capitaux, la mondialisation doivent massive à quelques nuances près. La
mondialisation des services et des travailleurs beaucoup plus limitée, s’accentue néanmoins dans
certains domaines.

La mondialisation des années 90 est avant tout celle des marchandises, le commerce international a
explosé cela est bien sur du à l’apparition de nouveaux marchés, mais aussi, constat plus surprenant
aux échanges intra-entreprises qui s’accroissent considérablement.

3
On peut considérer que la mondialisation des travailleurs est la moins prononcée parmi les domaines
concernés par la mondialisation. En effet, les migrants ne représentent aujourd’hui que 3°/ de la
population mondiale. A cela plusieurs raisons, comme les nombreuses incertitudes liées à
l’installation dans un pays étranger, notamment du fait des différences linguistiques et culturelles.

La mondialisation des années 90 est avant tout celle des marchandises mais aussi de la finance. Si
l’économie mondiale dépend de l’activité des entreprises et du commerce international, elle est
aussi largement tributaire de la finance.