Vous êtes sur la page 1sur 34

Fiche n° 233/2007

Projet 27EAF6707 - Document CEMATE/3

Fiche n° 233/2007 - Projets R&D 27EAF6707

Etude sur les effets de l’ignifugation de certains


meubles rembourrés dans le cadre d’un projet de
réglementation relative à la sécurité incendie :
Extrait de la partie 2 - Evaluation des risques santé
et sécurité

Auteur
Carine CHIVAS
Avec la participation de
Virginie BARBOSA
Eric GUILLAUME
Alain SAINRAT

Nombre de pages 34

Date de publication 22/08/2008


Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Sommaire
RAPPEL DES OBJECTIFS DE L’ETUDE.......................................................................................3

SYNTHESE DU DOCUMENT ...........................................................................................................4

0. INTRODUCTION ........................................................................................................................6

1. OBJET DU DOCUMENT ...........................................................................................................7

2. CONTEXTE REGLEMENTAIRE (DIRECTIVE 2001/95/CE RELATIVE A LA SECURITE


GENERALE DES PRODUITS ET REACH) ....................................................................................8

3. PRESENTATION DES OUTILS REGLEMENTAIRES DISPONIBLES PERMETTANT


D’EVALUER L’IMPACT DES IGNIFUGEANTS UTILISES DANS LES MEUBLES
REMBOURRES SUR LA SANTE DES PERSONNES..................................................................10
3.1. LABELS, ECO-LABELS, DIRECTIVE 67/548/CE ET LEURS LIMITES.............................................10
3.2. ETUDES RELATIVES A L’IMPACT DES IGNIFUGEANTS SUR LES PERSONNES EXPOSEES ET LEURS
LIMITES .............................................................................................................................................12
3.3. LES MEUBLES REMBOURRES ET LE REGLEMENT EUROPEEN REACH .......................................13
3.3.1. Le règlement REACH et les fabricants de retardateur de flamme - Enregistrement des
substances chimiques ...................................................................................................................13
3.3.2. Fabricant européen de meubles rembourrés .....................................................................13
3.3.3. Importateur de meubles rembourrés..................................................................................14
3.4. FICHES TOXICOLOGIQUES DES IGNIFUGEANTS UTILISES DANS LES MEUBLES REMBOURRES ....16
4. SECURITE DES PERSONNES ET IGNIFUGEANTS UTILISES DANS LES MEUBLES
REMBOURRES .................................................................................................................................26
4.1. NIVEAU DE PERFORMANCES EN TERME D’ALLUMABILITE ET LEURS LIMITES ...........................26
4.2. ETUDES REALISEES SUR LA TOXICITE DES EFFLUENTS EMIS LORS DE LA COMBUSTION DE
MEUBLES REMBOURRES ET LEURS LIMITES ......................................................................................27
4.3. METHODOLOGIE POUR EVALUER LE RISQUE DE TOXICITE DES EFFLUENTS GAZEUX ................29
5. PROPOSITION D’UN CAHIER DES CHARGES SUR UNE ETUDE EUROPEENNE OU
NORME EUROPEENNE..................................................................................................................32

6. CONCLUSION...............................................................................................................................33

7. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES.....................................................................................34

Page 2/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

RAPPEL DES OBJECTIFS DE L’ETUDE

La DGCCRF s’interroge sur les effets de l’ignifugation des meubles rembourrés en terme de
risque global sur la santé humaine. Il s’agit des risques induits par l’exposition de l’individu
par contact cutané avec le meuble rembourré ignifugé, par inhalation liée à la diffusion dans
l’atmosphère de substances lors de son utilisation et par émanation d’effluents gazeux lors
de la combustion en cas d’incendie.

La DGCCRF a émis le cahier des charges ayant les objets suivants :

- Etablir un recensement des études existantes sur les produits d’ignifugation qui en
montre la portée exacte au regard de l’appréciation des risques que comporte l’utilisation
des ces produits dans le traitement des meubles rembourrés ;

- Elaborer un cahier des charges proposant un canevas des études scientifiques à mener.
Ce document est susceptible d’être transmis à la Commission Européenne.
- Animer un groupe de travail en vue d’harmoniser les méthodes des laboratoires
concernant l’interprétation et la mise en œuvre de la norme expérimentale XP D 60-015-1.

Page 3/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

SYNTHESE DU DOCUMENT

En réponse à la demande de la DGCCRF du 05 octobre 2006, le LNE expose dans ce volet


les risques de toxicité présentés par l’introduction de systèmes retardateurs de flamme au
sein des meubles rembourrés à usage domestique à l’égard d’une protection élevée pour la
santé et la sécurité des personnes en adéquation avec la directive 2001/95/CE relative à la
sécurité générale des produits. De plus, le LNE propose un cahier des charges pour une
étude scientifique à mener au niveau européen à ce sujet.

1/ Risques de toxicité des ignifugeants en terme de santé (émission de retardateur de


flamme dans l’air et/ou par contact cutané)

Des labels (Label EU et Eco-label Öeko-Tex) et la directive 67/548/CEE renseignent sur le


potentiel toxique de la substance, les critères d’évaluation restant propre à chacun des deux
labels et à la directive. La directive 67/548/CEE sera abrogée par le futur règlement GHS 1.

Un certain nombre d’études montrent que l’emploi des ignifugeants dans les produits de
consommations courantes à usage domestique (sièges, meubles,..) présente un risque
minimal en cas d’exposition par inhalation ou par contact cutané. En effet, certains
ignifugeants semblent à priori poser de problèmes et d’autres non. Ces études ne
présentent pas les conditions expérimentales, les scénarios et les ignifugeants choisis. Les
interprétations sont donc limitées.

Des outils disponibles qui permettent de maîtriser ces risques ont été identifiées. La mise en
place de REACH 2 (Règlement (CE) n° 1907/2006 du Parlement européen et du Conseil du
18 décembre 2006) concernant l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances
chimiques, est un nouveau processus de gestion des risques qui intervient au niveau de la
santé globale vis-à-vis de l’utilisation d’une substance au cours de son cycle de vie
(élaboration, utilisation et élimination). La dangerosité de la substance doit être évaluée par
le producteur-importateur selon des critères et des méthodes ou tests reconnus et décrits
dans la réglementation relative à la classification et l'étiquetage des substances chimiques
(notamment, les annexes V-VI de la directive 67/548/CEE). Dans le cas d'une substance
dont la dangerosité diffère après incorporation dans le produit fini (cas d’un système
retardateur de flamme réactif avec la matrice polymère), des tests sont réalisés sur la forme
commercialisée. Il s’agit de l’évaluation des risques toxique de la substance au cours de son
cycle de vie en fonction du scénario d’exposition défini par l’OCDE 3. Il est à noter que les
données relatives aux substances déjà notifiées conformément à la directive 67/548/CEE
devraient être insérées progressivement dans le système REACH.

L’outil permettant d’évaluer l’impact sur la santé du système retardateur de flamme est
essentiellement un outil réglementaire. Il est à noter que les scénarios d’exposition proposés
ne sont pas des scénarios spécifiques aux meubles rembourrés, mais leur pertinence ne
peut pas être remise en cause dans ce document.

1 GHS : Globally Harmonised System of Classification and Labelling of Chemicals


2 REACH : Registration, Evaluation, Autorisation and Restriction of Chemicals
3 OCDE : Organisation de coopération et de développement économiques

Page 4/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

2/ Risques de toxicité des ignifugeants en terme de sécurité (allumabilité et effluents


toxiques issus de la combustion en cas d’incendie)

Différentes études (Commission Européenne-2002, Ministère de l’Industrie Britanique-1999,


SP- cycle de vie des sofas, CBUF) ont été réalisées et présentent des limites dans
l’interprétation possible quant aux risques de toxicité des ignifugeants. En effet, l’étude
réalisée par SP présente un scénario d’incinération avec des espèces chimiques qui ne
correspondent pas à une toxicité aigüe.

« Il est important de rappeler la différence entre l’incinération qui fait partie du cycle de vie
du matériau et l’incendie qui est une destruction accidentelle. Pour mémoire, l’incinération
est une technique de destruction par le feu, ou plus précisément de transformation utilisée
pour le traitement des déchets urbains ou industriels. Les rejets atmosphériques des
incinérateurs sont globalement de plus en plus règlementés et surveillés, en particulier pour
les émissions de dioxines, de poussières, métaux lourds et de gaz acides. L’incendie est une
réaction de combustion avec dégagements d’effluents gazeux toxiques. Parmi tous les gaz
produits, le monoxyde de carbone (CO) reste le principal dans toute combustion de
matériaux organiques. »

CBUF tend à conclure sur l’importance de la matrice utilisée. Les autres études ne
permettent pas de conclure aisément par manques d’informations sur la nature des
ignifugeants testés.

Selon Gann, le potentiel toxique des systèmes avec ignifugeants et sans ignifugeants ne
varie guère et ceux quelles que soient les conditions expérimentales (conditions bien
ventillée ou pyrolyse oxydative). Le système retardateur de flamme accroît les performances
en terme de sécurité incendie sans accroître le potentiel toxique des effluents gazeux.

Au travers de cette étude bibliographique, il en ressort une tendance plutôt favorable à


l’ignifugation des meubles rembourrés, car aucun risque n’a pu être démontré. Néanmoins,
les études ne sont pas toutes homogènes en terme de démarche d’évaluation du risque de
toxicité des effluents gazeux. Un manque d’outils prédictifs de l’influence de l’ignifugeant sur
la nature et quantité d’effluents gazeux est à noter. De plus, la mise en évidence d’une
corrélation entre incapacitation/ létalité et perte de masse d’un produit semble une piste pour
de plus amples investigations.

3/ Proposition d’un cahier des charges

Les manques identifiés au cours de l’étude sont doubles :

• Un manque d’outils prédictif de l’influence de l’ignifugeant sur la nature et quantité


d’effluents gazeux émis lors de la combustion en cas d’incendie,

• Un manque d’outils visant à allier l’aspect niveau de performance requis en terme


d’allumabilité et toxicité des effluents.

Ainsi, au travers d’une campagne d’essais normalisés et représentative de scénarios


d’incendie de la vie courante, il semblerait opportun de vérifier la seconde piste qui vise à
coupler le niveau de performance au feu avec la quantité de produit brûlée au cours de
l’incendie. Ceci permettrait de combler les manques en terme d’outils prédictifs de l’influence
de l’ignifugeant sur les risques des toxicités (santé, sécurité) en cas d’incendie, et viendrait
compléter la Directive 2001/95/CE (sécurité générale des produits) pour la mise sur le
marché de produits sûrs.

Page 5/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

0. INTRODUCTION

Après une étude bibliographique sur les produits d’ignifugation (fiche n°233/2007 –
[1]
27EAF6707 – Etat de l’art) , la seconde phase concerne l’appréciation des risques de
santé/environnement durant le cycle de vie (toxicité de la substance, toxicité de la substance
incorporée dans le produit fini et son incinération) ainsi que les risques de sécurité que
comporte l’utilisation des produits ignifugeants dans le traitement des meubles rembourrés
(allumabilité et toxicité des effluents de combustion).

Le LNE propose, au travers des études scientifiques existantes sur la toxicité des
ignifugeants, d’énoncer les manques en terme d’outils nécessaires à l’évaluation des risques
santé et sécurité des personnes vis-à-vis de l’utilisation des ignifugeants dans les meubles
rembourrés.

Après avoir effectuer le recensement des manques nécessaires à l’évaluation globale des
risques, ce rapport comporte une proposition de cahier des charges des études scientifiques
complémentaires à mener qui pourraient être demandées aux autorités européennes.

Page 6/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

1. OBJET DU DOCUMENT

Ce document a pour but de :

- Définir les outils disponibles et les manques d’informations liés aux risques
(santé/sécurité) vis-à-vis de l’utilisation de systèmes retardateurs de flamme au sein
des meubles rembourrés,
- Etablir et présenter les fiches de synthèse des connaissances disponibles sur la
toxicité des systèmes retardateurs de flamme,
- Proposer un cahier des charges pour la normalisation en fonction des besoins.

Après ce premier chapitre introductif, la suite du rapport comporte quatre autres chapitres :

- le deuxième chapitre donne les grandes lignes de la Directive 2001/95/CE relative à


la Sécurité Générale des Produits.
- le troisième chapitre présente les moyens disponibles pour évaluer le risque global
de toxicité de la substance ignifugeante sur la santé des personnes et le règlement
[2]
REACH .
- le quatrième chapitre vise à mettre en évidence les outils disponibles pour traiter
l’aspect sécurité des personnes vis-à-vis de l’allumabilité des meubles rembourrés
et de la toxicité des effluents gazeux issus de la combustion du produit fini.
- le cinquième chapitre est une proposition de cahier des charges des études
scientifiques complémentaires à mener qui pourraient être demandées aux
autorités européennes.

Page 7/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

2. CONTEXTE REGLEMENTAIRE (DIRECTIVE 2001/95/CE RELATIVE A LA SECURITE


GENERALE DES PRODUITS ET REACH)

Dans la directive 2001/95/CE relative à la sécurité générale des produits, le chapitre II


rappelle les points suivants, l’obligation générale de sécurité, les critères d’évaluation de
conformité et les normes Européenne.
La directive impose « une obligation générale de sécurité à tout produit mis sur le marché
destiné aux consommateurs ou susceptible d'être utilisé par eux, y compris les produits
utilisés par les consommateurs dans le cadre d'un service ».
Selon l’article 3 – Chapitre II de cette directive, les producteurs sont tenus de ne mettre sur
le marché que des produits « sûrs », à savoir être en conformité avec l’obligation de
sécurité. Un produit sûr est défini comme étant un produit qui « ne présente aucun risque ou
qui ne présente que des risques réduits compatibles avec l'utilisation du produit et
acceptables à l'égard d'une protection élevée pour la santé et la sécurité des personnes. »

Les notions de santé et sécurité des personnes s’incrivent respectivement, dans le cadre de
la réglementation européenne de REACH (enRegistrement, Evaluation, Autorisation des
substances CHimiques) et dans le cadre de la sécurité des personnes en terme
d’allumabilité et d’effluents toxiques émis lors de la combustion (Figure 1).

Directive 2001/95/CE relative à la sécurité générale des produits

les Producteurs sont tenus de ne mettre sur le


marché que des produits sûrs
« Un produit sûr est celui qui ne présente aucun risque ou qui ne présente que
des risques réduits compatibles avec l'utilisation du produit et acceptables à
l'égard d'une protection élevée pour la santé et la sécurité des personnes.

SANTE SECURITE
- Toxicité de la substance et du - Allumabilité :
produit fini (cutané et/ou inhalation)
durant le cycle de vie normal du * Normes d’allumabilité
produit (élaboration, production, * Pas de Réglementation Européenne
utilisation, incinération et mise en • Enquête relative à la position des états
décharge). membres de la commission européenne
pour la publication au Journal Officiel de
l’UE des normes 1021 (1) et 597 (2) partie 1
=> Règlement REACH (Registration,
Evaluation, Autorisation and - Toxicité des effluents issus
Restriction of Chemicals) (Règlement de la combustion :
(CE) n° 1907/2006 du Parlement * Pas de Réglementation
européen et du Conseil du 18
décembre 2006) * ???
(1) NF EN 1021 (allumabilité des meubles

rembourrés vis-à-vis de la cigarette)


Proposition d’un (2) NF EN 597 (Évaluation de
l'allumabilité des matelas et des
cahier des sommiers rembourrés - Partie 1 : source
charges d'allumage : cigarette en combustion -
Partie 2 : source d'allumage équivalente
à l'allumette)

Figure 1 : Directive 2001/95/CE relative à la sécurité générale des produits et les risques
(santé/sécurité) que comportent l’utilsation des ignifugeants dans les meubles
rembourrés

Page 8/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

De plus, selon l’ordonnance n°2004-670 du 09 juillet 2004 portant transposition de la


directive 2001/95/CE sur la sécurité générale des produits et adaptation de la législation au
droit communautaire en matière de sécurité et de conformité des produits, l’article 5
mentionne que « le responsable de la mise sur le marché fournit au consommateur les
informations utiles qui lui permettent d’évaluer les risques inhérents à un produit pendant sa
durée d’utilisation normale ou raisonnablement prévisible et de s’en prémunir, lorsque ces
risques ne sont pas immédiatement perceptibles par le consommateur sans un
avertissement adéquat ».

Page 9/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

3. PRESENTATION DES OUTILS REGLEMENTAIRES DISPONIBLES PERMETTANT


D’EVALUER L’IMPACT DES IGNIFUGEANTS UTILISES DANS LES MEUBLES
REMBOURRES SUR LA SANTE DES PERSONNES

Comme présenté dans le rapport CEMATE/ 1 fiche n° 233/2007 - Projet R&D 27EAF6707
intitulé « Etude sur les effets de l’ignifugation de certains meubles rembourrés dans le cadre
d’un projet de réglementation relative à la sécurité incendie : Etat de l’art », la toxicité des
ignifugeants est traitée au travers de label ou éco-label, de la directive 67/548/CE relative à
la classification et à l’étiquetage des substances et d’études spécifiques liées à l’utilisation
des ignifugeants dans les meubles rembourrés et leur impact sur les personnes exposées
quotidiennement.

Un tableau récapitulatif présentera les différents labels existants ainsi que les différentes
études répertoriées avec les limites que présentent ces données.

3.1. Labels, Eco-labels, directive 67/548/CE et leurs limites


Le Tableau 1 synthètise les critères de classification des substances selon les labels et la
directive 67/548/CE.

Labels/ Directives Commentaires


Label Label visant à garantir les qualités humano-écologiques des
Öeko-Tex Standard 100 et 200 textiles : exempt de produits toxiques pour le corps et pour
l'environnement.
Classe de produits :
- I (produits pour bébés),
- II (produits en contact direct avec la peau),
- III (produits sans contact direct avec la peau),
- IV(matériel pour décoration).

Pas utilisé dans le cas des meubles rembourrés


Label UE Il vise à : « promouvoir la conception, la production, la
commercialisation et l’utilisation de produits ayant une incidence
moindre sur l’environnement pendant tout leur cycle de vie » et
à « mieux informer les consommateurs des incidences qu’ont
les produits sur l’environnement, sans pour autant
compromettre la sécurité du produit ou des travailleurs, ou
influer de manière significative sur les qualités qui rendent le
produit propre à l’utilisation ».
Le label écologique de l’union
européenne est administré par Il est basé sur une « approche globale », systémique, qui passe
le comité de l’union européenne par une analyse du cycle de vie (ACV) du produit, de sa
fabrication (dont choix des matières premières) à son
pour le label écologique et reçoit
élimination ou recyclage en passant par sa distribution et sa
l’aide de la commission consommation et utilisation. Ainsi, chaque type de produit doit
européenne, de tous les états répondre à un cahier des charges précis qui prend en
membres de l’UE et de l’espace considération tout le cycle de vie du produit (matières
économique européen. premières, distribution, consommation et recyclage).

Page 10/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Les phrases de risque ("phrases R") sont des indications


présentes sur les étiquettes de produits chimiques, qui indiquent
les risques encourus lors de leur utilisation, de leur contact, de
leur ingestion, de leur inhalation, de leur manipulation ou de leur
rejet dans la nature ou l'environnement. Elles se présentent
sous la forme d'un R suivi d’un ou de plusieurs nombres,
chacun correspondant à un risque particulier. Elles sont définies
dans l'annexe III de la directive européenne 67/548/EEC :
Nature of special risks attributed to dangerous substances and
Directive 67/548/CE preparations.
(Classification et étiquetage
ème
des substances) (28 Les conseils de prudence ("phrases S") sont des indications
adaptation 2001/59 annexe III) présentes sur les étiquettes de produits chimiques, qui
conseillent l’utilisateur quant aux précautions à prendre lors de
leur manipulation ou utilisation. Elles se présentent sous la
forme d'un S suivi d’un ou de plusieurs nombres, chacun
correspondant à un conseil particulier. Elles sont définies dans
l'annexe IV de la directive européenne 67/548/EEC : Safety
advice concerning dangerous substances and preparations .

La liste a été complétée et publiée de nouveau dans la directive


2001/59/CE.

Tableau 1 : Synthèse sur les labels et classification des substances

Au travers des éléments mentionnés ci-dessus, la notion de label entre label Ökeo-Tex et
label UE est différente, à savoir :
- Ökeo-Tex ne traite que de la partie toxicologique et écologiques des textiles,
[1]
avec des critères bien précis . Ökeo-Tex ne traite pas du risque toxique des
ignifugeants incorporés au sein des meubles rembourrés.
- Le label UE passe par une analyse du cycle de vie du produit, de sa
fabrication (dont choix des matières premières) à son élimination ou
recyclage en passant par sa distribution et sa consommation et utilisation.

La directive 67/548/EEC traite des risques encourus lors de leur utilisation, de leur contact,
de leur ingestion, de leur inhalation, de leur manipulation ou de leur rejet dans la nature ou
l'environnement

Le problème d’harmonisation des critères d’évaluation du cycle de vie du produit


entre le label UE et la directive 67/548/EEC a été mise en évidence.

Rappelons que les labels UE et Ökeo-Tex sont des labels indépendants.

Il est à noter que la directive 67/548/EEC sera abrogée par le futur règlement GHS
(Globally Harmonised System of Classification and Labelling of Chemicals). Il s’agit
du système international d'étiquettage des matières dangereuses destiné à unifier les
différents systèmes nationaux en vigueur [3, 4].

Page 11/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

3.2. Etudes relatives à l’impact des ignifugeants sur les personnes exposées et leurs
limites

Le Tableau 2 récapitule les principales études réalisées sur l’impact des ignifugeants sur les
personnes exposées dans le cadre de leur utilisation courante.

Risque minimal
Pas de conclusions
dans les cas
Réf : Produits testés Méthodologie d’essais attente de tests
d’exposition les
complémentaires
plus pessimistes
! HBCD
(Hexabromocyclo-
Personne assise dodecane)
pendant 6 heures par !Déca-BDE
jour pendant toute sa vie (Decabromo-
sur un canapé traité, diphenyl ether)
avec 25% de la peau du ! ATH (Aluminium
dos en contact direct Trihydroxide)
Étude
avec le canapé ! MDH (Magnesium
Académie Meubles rembourrés
dihydroxide)
Nationale des à usage domestique
ou ! Borate de Zn 8 RF
Sciences (NAS)
(Borate de zinc)
+ 16 ignifugeants
un enfant suçant ! APP
USA (2000)
répétitivement le tissu (polyphosphate
du canapé pendant deux d’ammonium)
ans ! Acide
phosphonique
CONTACT CUTANE / !THPC
INHALATION (ORALE) (tetramethylol-
phosphonium
chloride)
Meubles Étude de l’atmosphère
Institut
Automobiles intérieure des voitures
Fraunhofer
(sièges, matériaux au bout de 9 mois Niveau de détection
_
plastiques) d’utilisation normale pas atteint
Allemagne
(2003) INHALATION
+ 8 ignifugeants
Biens de
Office Fédéral
consommations Détection avec
de la santé
courantes (bureaux, concentration très
publique INHALATION (RESPIRATION) _
intérieur automobile, basse => absence
sièges de théâtre..) de risques
Suisse (2002)
+ 10 RF phosphorés

Tableau 2 : Etude sur la toxicité des ignifugeants incorporés dans les meubles rembourrés

Plusieurs études sur la toxicité liée à l’utilisation des retardateurs de flamme dans les
meubles rembourrés et leur impact sur les personnes exposées quotidiennement ont été
réalisées (Etats-Unis, Allemagne, Suisse).

Les études montrent que l’emploi d’ignifugeants dans les produits de consommations
courantes (sièges, meubles, …) utilisés à usage domestique présente un risque
minimal dans les cas d’exposition par inhalation ou contact cutané.

Page 12/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

3.3. Les meubles rembourrés et le règlement européen REACH


Le règlement européen REACH (enRegistrement, Evaluation, Autorisation des substances
CHimiques ainsi que les restrictions applicables à ces substances) ou R1907/2006 est entré
en vigueur le 1er juin 2007.

REACH oblige les entreprises qui fabriquent et importent des substances chimiques à
évaluer les risques résultant de leur utilisation et à prendre les mesures nécessaires pour
gérer les risques identifiés : la charge de la preuve de la sécurité des substances chimiques
commercialisées/importées appartient désormais aux industriels. Ce règlement vise
notamment à assurer un niveau élevé de protection de la santé humaine et de
l'environnement.

Les substances chimiques contenues dans les meubles rembourrés sont donc concernées
par la réglementation REACH. En effet, dans la réglementation REACH, un meuble
rembourré est un « article ». Le retardateur de flamme peut être, en fonction des cas, une
substance ou bien une préparation (mélange d’au moins deux substances).

3.3.1. Le règlement REACH et les fabricants de retardateur de flamme -


Enregistrement des substances chimiques

Tout fabricant ou importateur d’une substance retardateur de flamme devra procéder à


l’enregistrement de cette substance. L’enregistrement est une procédure administrative qui
consiste en la remise d’un dossier technique. Le contenu de ce dossier varie en fonction de
la quantité (produite ou importée) et de la dangerosité de la substance. Il contient
notamment les informations relatives aux dangers toxicologiques et éco-toxicologiques des
substances, ainsi que des informations concernant l’exposition (voir article 10 du règlement).

Dans le cadre de notre étude sur l’impact des ignifugeants au sein des meubles rembourrés
(cycle de vie du produit), le fabricant se doit de démontrer que les risques toxicologiques et
éco-toxicologique sont maîtrisés.

Un rapport sur la sécurité chimique doit être soumis par le fabricant ou l’importateur si la
substance est produite ou importée à plus de 10 t/an. Ce rapport contient une évaluation de
la sécurité chimique (voir article 14 du règlement).

3.3.2. Fabricant européen de meubles rembourrés

Le fabricant européen d’une mousse, d’un tissu traité, d’un meuble rembourré est un
« fabricant d’article ». Pour la fabrication de cet article, le fabricant utilise une ou des
substances chimiques (telles quelles ou contenues dans des préparations). Dans la
réglementation REACH, ce fabricant est donc un « utilisateur en aval » et doit se conformer
aux exigences et recommandations REACH correspondant à ce rôle (vérifier que la fiche de
données de sécurité (FDS) des substances utilisées tient compte de son/ses utilisation(s),
identifier, appliquer et transmettre les mesures de réduction des risques, communiquer les
informations vers l’amont et vers l’aval, s’assurer auprès de ses fournisseurs du pré-
enregistrement puis de l’enregistrement des substances qu’il utilise …).
En outre, tout fabricant d’articles contenant plus de 0,1 % en masse (et présence dans les
articles à plus de 1 tonne/an) de substances dites extrêmement préoccupantes (substances

Page 13/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques …) 4, devra notifier, le cas échéant (voir article 7


du règlement), cette présence à l’Agence.
Enfin, l’article 33 du règlement oblige le fabricant à fournir des informations sur la présence
dans l’article mis sur le marché de toute substance extrêmement préoccupante (au
destinataire professionnel mais aussi sur demande d’un consommateur).

3.3.3. Importateur de meubles rembourrés

Le meuble rembourré est un article. L’importateur doit pré-enregistrer puis enregistrer les
substances qui sont destinées à être rejetées dans les conditions normales et
raisonnablement prévisible d’utilisation si le tonnage est supérieur à 1 tonne/an. Sauf cas
particuliers, le retardateur de flamme n’est pas destiné à être rejeté.
Cependant, si l’article importé contient une ou des substances extrêmement préoccupantes
à plus de 0,1 % (et plus de 1 tonne/an), l’importateur doit notifier cette présence à l’Agence,
le cas échéant (voir article 7 du règlement).
Enfin, l’article 33 du règlement oblige l’importateur à fournir des informations sur la présence
de ces substances dans l’article mis sur le marché (au destinataire professionnel mais aussi
sur demande d’un consommateur).

3.3.4. Guide pour les industriels et le règlement REACH

Ce paragraphe vise à donner les clefs (Outils / sources d’informations) disponibles pour
l’industriel déclarant l’utilisation ou la fabrication de substance chimique (Tableau 3) . Ainsi le
règlement REACH s’appuie sur le futur règlement GHS (Directives 67/548/CEE et
1999/45/CE abrogées) et sur l’évaluation du risque toxique de la substance au moyen de
[5]
protocole reconnu pour l’évaluation des substances au cours du cycle de vie (OCDE) .

En effet, dans le cadre de l’évaluation du risque toxique de la substance au cours de son


cycle de vie, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE, en
anglais OECD : Organisation for Economic Co-operation and Development) recommande
des méthodes établies à partir de protocoles reconnus pour l’évaluation des risques toxiques
des susbtances au cours du cycle de vie. Les scénarios d’émission de toxiques sont définis
sur le site internet de l’OECD (http://www.oecd.org/ehs/). Les documents de l’OCDE
définisant des scénarios d’émission sont prévus pour fournir des informations sur les
modéles employés et les évaluations de dégagement de produits chimiques dans
l’environnement.

Dans le cadre de notre étude sur l’ignifugation des meubles rembourrés, le document est
disponible sous la rubrique « Flame retardants and fire preventing agents », « Polymers
industry » et « Plastic Additives (97UK1)». Le rapport d’origine, publié en 1994, a été
développé pour apporter des informations pouvant servir dans l’évaluation des risques pour
[6]
des susbtances nouvelles ou déjà existantes en Europe .

4 L’Agence (Agence européenne des produits chimiques) formulera sa première recommandation


concernant les substances à inclure en priorité dans l’annexe XIV au plus tard le 1er juin 2009.

Page 14/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Eléments du dossier technique Outils / sources


en vue de l’enregistrement des d’informations
substances (Règlement disponibles pour
REACH) l’industriel déclarant
Informations sur la fabrication et
Informations propres à
la ou les utilisations de la
l’industriel
substance
Directives 67/548/CEE et
Classification et l’étiquetage de la 1999/45/CE (qui seront
substance abrogées à terme par le
Quel que soit le tonnage règlement GHS)
fabriqué ou importé de la Conseils d’utilisation de la Informations propres à
substance substance l’industriel et ses clients
Résumés d’études relatives aux
informations découlant de
l’application des annexes VII à XI Données bibliographiques
du règlement (Données physico- Résultats d’essais
chimiques, toxicologiques et
écotoxicologiques)
Données bibliographiques
(Principales catégories
d’usages, voies
Des informations concernant
Tonnage compris entre d’exposition humaines et
l’exposition conformément à
1 et 10 tonnes environnementales)
l’annexe VI du règlement REACH
Informations propres à
l’industriel et ses clients
Le rapport de la sécurité chimique
contient l’évaluation de la
sécurité chimique de la Identification des dangers
Tonnage supérieur à substance (évaluation des sur la base des données
10 tonnes dangers pour la santé humaine, bibliographiques
-> Rapport sur la sécurité dangers physico-chimiques, disponibles et résultats
chimique dangers pour l’environnement, d’essais
évaluation des caractères
persistants, bioaccumulables et
toxiques (PBT, vPvB)).
Données bibliographiques,
Protocole reconnu pour
Il contient une évaluation de l’évaluation des substances
Tonnage supérieur à l’exposition (scénarios au cours du cycle de vie
10 tonnes et si la d’exposition et estimation de (Exemple : OECD Series
substance est classée l’exposition) pour chacune des on Emission Scenario
dangereuse ou PBT/vPvB utilisations identifiées de la Documents Number 3 -
substance. Emission Scenario
Document on Plastics
Additives)
Tableau 3 : Guide pour les industriels et le règlement REACH

Page 15/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

REACH intervient au niveau de la santé globale du produit et du produit fini jusqu’à


son utilisation et son éliminination par incinération. Pour mémoire, le cycle de vie du
produit prend en compte l’incinération mais en aucun cas l’incendie.

L’outil « REACH » permettant d’évaluer l’impact sur la santé du système retardateur


de flamme est essentiellement un outil réglementaire. Il est à noter que les scénarios
d’exposition proposés pour l’évaluation des substances au cours du cycle de vie sont
disponibles sur le site internet de l’OECD.

3.4. Fiches toxicologiques des ignifugeants utilisés dans les meubles rembourrés
Dans le cadre de l’étude relative à l’ignifugation des meuble rembourrés, les familles
d’ignifugeants les plus souvent utilisés, et qui feront l’objet d’une étude approfondie dans ce
projet, sont répertoriées dans le Tableau 4. Le choix d’un ou de plusieurs systèmes
ignifugeants appropriés pour les matrices polymères (revêtement ou rembourrage) a été
réalisé sur la base:

• du traitement anti-feu des textiles (selon le mode d’ignifugation des polymères :


approche réactive ou additive, cf. §3.1 du rapport CEMATE/ 1 fiche n° 233/2007 -
projet R&D 27EAF6707 – Etat de l’art);
• de leur famille chimique, ce qui conditionne leur mode d’action ;
• de leur matrice d’application (revêtement ou rembourrage).

L’identification du système retardateur de flamme (RF) a été réalisée en adéquation avec


l’ensemble des critères définis précédemment et selon le rapport CEMATE/ 1 fiche n°
233/2007 - Projet R&D 27EAF6707 intitulé « Etude sur les effets de l’ignifugation de certains
meubles rembourrés dans le cadre d’un projet de réglementation relative à la sécurité
incendie : Etat de l’art » (Tableau 3 : Tableau de synthèse sur la structure des meubles
rembourrés – p.27).

Il est à noter que pour un même système retardateur de flamme ce dernier est utilisé soit, au
sein du revêtement, soit au sein du rembourrage. Aucun des systèmes ignifugeants
identifiés n’est utilisé dans les deux constituants du meuble rembourré (revêtement et
rembourrage).

Page 16/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Matrice
Famille Sous-famille Nom chimique CAS
Revêtement Rembourrage
Phosphonium, tetrakis(hydroxymethyl)-, chloride Coton
124-64-1
TETRAKIS(HYDROXYMETHYL)PHOSPHONIUM CHLORIDE (THPC) Coton + polyester
Phosphonic acid, methyl-, polyglycol ester 294675-51-7 Mousse polyether
Organophosphorés Ester d'oxaphospholane ou 2-Hydroxyethyl 3-(Hydroxymethylphosphinoyl) Coton + mélange de fibres synthétiques
68334-62-3
Propionate Polyester
- 3-(Dimethylphosphono)-N-methylolpropionamide
20120-33-6 Coton
- phosphonic acid, (3-{[hydroxymethyl]amino}-3-oxopropyl)-dimethyl ester
Phosphorés Phosphorés azotés
Ammonium Polyphosphate 68333-79-9 Mousse PU et polyester
inorganiques
Phosphorés-azotés Phosphate de guanidine 5423-23-4 Coton + mélange de fibres synthétiques
organiques Phosphate d'urée 4861-19-2 Coton + mélange de fibres synthétiques

Tris ( chloroisopropyl ) phosphate 13674-84-5 Mousse PU


Phosphorés - chlorés
Tris (2-chloro-1-propyl) phosphate 13674-87-8 Mousse PU et polyether
2,2-bis(chloromethyl) trimethylene bis[bis(2-chloroethyl) phosphate] 38051-10-4 Mousse polyether
Decabromodiphenyl Oxide 1163-19-5
Bromés Synergie brome/antimoine Coton + polyester
Trioxide d'antimoine 1309-64-4
Mélamine 108-78-1 Mousse PU
Dérivés Azotés
Urée 57-13-6 Coton + mélange de fibres synthétiques
Zirconium potassium fluoride 16923-95-8 laine
Graphite expandable 7782-42-5 Mousse PU
Inorganiques
Trioxide d'antimoine 1309-64-4
Cuir
Borate de zinc 1332-07-6

Tableau 4 : Systèmes retardateurs de flamme les plus souvent utilisés dans les meubles rembourrés

Page 17/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Dans le cadre des meubles rembourrés, les risques d’émissions accidentelles dans
l’atmosphère de substances chimiques dangereuses ou par contact cutané lors de leur
utilisation normale peuvent être liés à titre d’exemple à l’usure du produit fini, les industriels
ont besoin de disposer de données toxicologiques afin de réduire ce risque.

De fait, il est essentiel d’avoir des informations intégrant le cyle de vie du matériau, c’est-à-
dire la toxicité intrinséque de la subustance, en passant par son utilisation dans le produit
fini, jusqu’à la destruction par incinération du produit fini (meuble rembourré).

Pour ce faire, la rédaction de fiches produits permet d’avoir une vision sur les outils
disponibles et les manques d’informations nécessaires à l’industriel pour démontrer le risque
toxique de la substance ignifugeante au cours de son cycle de vie. La méthodologie utilisée
afin de rédiger ces fiches est présentée ci-après. Ces données pourront être utilisées par les
industriels afin de réduire les risques toxicologiques.

3.4.1. Identification de la substance

La première étape consiste en l’identification de la substance. Un tableau récapitulatif


présente les principales données caractéristiques de la substance étudiée. Ce tableau
contient les rubriques suivantes :

♦ Nom de la substance chimique,


♦ Synonymes,
♦ Numéro CAS et/ou numéro CE
♦ Formule chimique brute,
♦ Structure chimique.

3.4.2. Données de toxicité intrinséque à la substance et potentielle du produit fini


La seconde étape concerne la compilation de données toxicologiques intrinsèques à la
substance et potentielle du produit fini. A partir d’une étude bibliographique, les données de
toxicité disponibles chez l’homme et chez l’animal ont été collectées et analysées, puis
répertoriées de la manière suivante :

♦ Données toxicologiques susbstance (RF) :


♦ Classification selon la directive 67/548/CE,
♦ Toxicologie intrinséque à la substance.

♦ Données toxicologiques potentielle du produit fini (= matrice


polymère/substance (RF)) :
♦ Nature de la matrice polymère,
♦ Mode d’incorporation de la substance (RF),
♦ Migration du RF dans la matrice,
♦ Toxicité du mélange (contact cutané, inhalation des particules, exposition orale).

La toxicologie des substances étudiées est un élément nécessaire à l’évaluation des risques
toxicologiques pour l’homme. Elle consiste à étudier la composition chimique du mélange
polymère/ système retardateur de flamme et d’en déduire le risque encourru d’après les
connaissances sur la toxicité des composés. Cette évaluation est difficile car les synergies
entre les différents produits sont souvent mal connues.

Pour chaque substance, les fiches produits élaborées par le LNE contiennent les valeurs
toxicologiques établies par différents organismes nationaux et internationaux. Toute

Page 18/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

substance étudiée selon la méthodologie énoncée ci-dessus fait l’objet d’une fiche détaillée
et répértoriée en annexe de ce document.

3.4.3. Exemple de fiche toxicologique substance ignifugeante disponible en annexe de ce


rapport

La Figure 2 présente un exemple de fiche produit détaillée contenant l’ensemble des


rubriques énoncées précédemment et disponible en annexe de ce document.

Figure 2 : Exemple de fiche toxiciologique des retardateurs de flamme

Le Tableau 5 récapitule les principales informations des produits étudiés. Il est à noter la
présence d’un commentaire pour chaque substance avec ou sans un pictogramme
signifiant dans notre cas que la substance peut présenter un risque même si celle-ci
n’est pas encore classée au niveau européen.

Page 19/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Familles de Composant du meuble rembourré Référence :


Produit Ignifugeant
systèmes RF Revêtement Rembourrage Fiche produit
Tetrakis(hydroxymethyl)phosphonium chloride,
Nom/ Formule
oligomeric reaction products with urea (THPC-
chimique
Urée) ([C4H12O4P.CH4N2O.Cl]x)
Coton
N°CAS 27104-30-9
et - RV_27104-30-9
Classification/ Coton + polyester
Aucune classification Européenne trouvée
autoclassification
Aucune toxicité par inhalation et contact cutané
Commentaires
n’est démontrée
Nom/ Formule
Phosphonic acid, methyl-, polyglycol ester
chimique
N°CAS 294675-51-7 Mousse
RB_294675-51-7
Classification/ - polyether et
Aucune classification Européenne trouvée polyuréthane
autoclassification
Aucune toxicité par inhalation et contact cutané
Commentaires
n’est démontrée
Phosphorés
Nom/ Formule 2-Hydroxyethyl-3-(Hydroxymethylphosphinoyl)
chimique Propionate [C6H13O5P] Coton + Mélange
N°CAS 68334-62-3 de fibres
Classification/ - RV_68334-62-3
Aucune classification Européenne trouvée synthètiques et
autoclassification
Aucune toxicité par inhalation et contact cutané polyester
Commentaires
n’est démontrée
Nom/ Formule 3-[(hydroxyméthyl)amino]-3-oxopropyl]phosphonate
chimique de diméthyle ([C6H14NO5P])
N°CAS 20120-33-6
Classification/ Coton RV_20120-33-6
Aucune classification Européenne trouvée
autoclassification
Mauvaise durabilité
Formation possible de formaldéhyde pouvant
Commentaires causer des irritations oculaires et des muqueuses

Page 20/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Familles de Composant du meuble rembourré Référence :


Produit Ignifugeant
systèmes RF Revêtement Rembourrage Fiche produit
Nom/ Formule
Polyphosphate d’Ammonium ([NH4PO3]n)
chimique
N°CAS 68333-79-9
Classification/
Aucune classification Européenne trouvée Mousse
autoclassification - RB_68333-79-9
Polyuréthane
Conseil de prudence : La phrase S 24/25 (éviter
contact avec la peau et les yeux) est généralement
apposée sur les emballages
Commentaires

Nom/ Formule
Phosphate de guanidine ([CH5N3H3PO4])
chimique
N°CAS 5423-23-4
Coton + mélange
Phosphorés Classification/ de fibres - RV_5423-23-4
Aucune classification Européenne trouvée
autoclassification synthètiques
Aucune toxicité par inhalation et contact cutané
Commentaires
n’est démontrée
Nom/ Formule
Phosphate d’urée ([CH4N2O.H3O4P])
chimique
N°CAS 4861-19-2
Coton + mélange
Classification/
Aucune classification Européenne trouvée de fibres - RV_4861-19-2
autoclassification synthètiques

Aucune toxicité par inhalation et contact cutané


Commentaires
n’est démontrée

Page 21/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Familles de Composant du meuble rembourré Référence :


Produit Ignifugeant
systèmes RF Revêtement Rembourrage Fiche produit
Tris (chloroisopropyl) Phosphate
Nom/ Formule chimique
[C9H18Cl3O4P]
N°CAS 13674-84-5
Classification/ Mousse
Aucune classification Européenne trouvée - Polyuréthane
RB_13674-84-5
autoclassification
La substance n’est pas répertoriée dans l’annexe
I de la directive 67/548/CEE
Commentaires Elle est autoclassifié Xn, R22 (Nocif en cas
d’ingestion
Tris (2-chloro-1-propyl) phosphate
Nom/ Formule chimique
[C9H15Cl6O4P]
N°CAS 13674-87-8
Classification/
Aucune classification Européenne trouvée Mousse
autoclassification
- Polyuréthane ou RB_13674-87-8
Phosphorés La substance est autoclassifiée Xn ; R 40 (Effet polyether
cancérogène suspecté : preuves
insuffisantes) et Xn ; R 22 (Nocif en cas
Commentaires d’ingestion)
Elle peut contenir des traces de tris (2,3-
dichloropropyl) phosphate (CAS 78-43-3)
2,2-bis(chloromethyl) trimethylene bis[bis(2-
Nom/ Formule chimique
chloroethyl) phosphate] [C13H24Cl6O8P2]
N°CAS 38051-10-4
Classification/
Aucune classification Européenne trouvée Mousse
autoclassification RB_38051-
- polyether et
Cette substance possède le (Tris (2-chloroethyl) 10-4
polyuréthane
phosphate - CAS 115-96-8 – Autoclassifié
Xn ;R22-R40) comme impureté principale.
Commentaires Cette substance fait partie de la quatrième liste
européenne des substances prioritaires
(Règlement 793/93)

Page 22/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Familles de Composant du meuble rembourré Référence :


Produit Ignifugeant
systèmes RF Revêtement Rembourrage Fiche produit
Nom/ Formule
Decabromodiphenyl ether [C12Br10O]
chimique
N°CAS 1163-19-5
Classification/
Aucune classification Européenne trouvée Coton + polyester - RV_1163-19-5
autoclassification
Cette substance fait partie de la première liste
européenne des substances prioritaires
Commentaires (Règlement 793/93).

Bromés Nom/ Formule


Trioxyde d’antimoine [Sb2O3]
chimique
N°CAS 1309-64-4
Classé dans l’annexe I de la directive
67/548/CEE : Xn ;R40 (Cancérogène catégorie 3 Coton + polyester
Classification/ - RV_1309-64-4
– Effet cancérogène suspecté : preuves ou Cuir
autoclassification insuffisantes)
(Utilisé en synergie avec dérivé bromé)
Cette substance fait partie de la quatrième liste
Commentaires européenne des substances prioritaires
(Règlement 793/93).
Nom/ Formule
Mélamine [C3H6N6]
chimique
N°CAS 108-78-1
Aucune classification Européenne trouvée
La substance est autoclassifiée Xi, R36/37/38
Mousse
Dérivés azotés Classification/ (Irritant pour les yeux, les voies respiratoires et la - RB_108-78-1
polyuréthane
autoclassification peau) et Xi;R43 (Peut entraîner une sensibilisation
par contact avec la peau).
La melamine est classée dans le groupe 3
(inclassable quant à sa cancérogénicité pour
Commentaires l'Homme) par le CIRC (Centre International de
Recherche sur le Cancer).

Page 23/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Familles de Composant du meuble rembourré Référence :


Produit Ignifugeant
systèmes RF Revêtement Rembourrage Fiche produit
Nom/ Formule
Urée [CH4N2O]
chimique
N°CAS 57-13-6
Coton + mélange
Aucune classification Européenne trouvée
Dérivés azotés de fibres - RV_57-13-6
Classification/ La substance est autoclassifiée Xi, R36 (Irritant
synthètiques
autoclassification pour les yeux)
Utilisé en synergie avec d’autre RF
Possible irritation des yeux, de la peau et des
Commentaires voies respiratoires
Nom/ Formule
Hexafluorozirconate de dipotassium [F6Zr.2K ]
chimique
N°CAS 16923-95-8
Aucune classification Européenne trouvée
Cette substance est autoclassifiée Xi ;R41 (Risque
Classification/ de lésions oculaires graves) ou R36/37/38 (Irritant
Inorganiques Laine - RV_16923-95-8
autoclassification pour les yeux, les voies respiratoires et la peau) et
T ;R25 (Toxique en cas d’ingestion)
Risque de lésions oculaires graves.
Possibilité d’irritation pour les yeux les voies
respiratoires et la peau.
Commentaires Possibilité de toxicité par ingestion

Page 24/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Familles de Composant du meuble rembourré Référence :


Produit Ignifugeant
systèmes RF Revêtement Rembourrage Fiche produit
Nom/ Formule
Graphite
chimique
N°CAS 7782-42-5

Aucune classification Européenne trouvée


Classification/ Conseils de prudence S22-26-36/37/38 Mousse
autoclassification - RB_7782-42-5
polyuréthane
Risque de lésions pulmonaires persistantes et
d’irritation pour les voies respiratoires par inhalation
des poussières.
Commentaires Risque d’irritation cutanée et oculaire.
Possibilité de réaction allergique par contact avec
Inorganiques la peau
Nom/ Formule
Borate de Zinc
chimique
N°CAS 1332-07-6
Aucune classification Européenne trouvée
Classé dangereux pour l’environnement (R50/53 :
très toxique pour les organismes, peut entraîner Cuir - RV_1332-07-6
Classification/ des effets néfastes à long terme pour
autoclassification l’environnement aquatique)

Aucune toxicité par inhalation et contact cutané


Commentaires
n’est démontrée
Avec RV : Revêtement et RB : Rembourrage

Tableau 5 : Fiches produits (familles de RF, ignifugeants, matrice, composant du meuble rembourré)

Sur les 18 substances étudiées, 66% d’entre elles présentent un risque soit d’auto-classification soit de conseils de prudence.

Page 25/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

4. SECURITE DES PERSONNES ET IGNIFUGEANTS UTILISES DANS LES MEUBLES


REMBOURRES

4.1. Niveau de performances en terme d’allumabilité et leurs limites

La partie sécurité des personnes concerne plus particulèrement la notion d’allumabilité des
meubles rembourrés. Au travers de l’étude relative aux effets de l’ignifugation de certains
meubles rembourrés dans le cadre d’un projet de réglementation relative à la sécurité
incendie, rapport CEMATE/ 1 Fiche n° 233/2007 - Projets R&D 27EAF6707 – Etat de l’art, le
paragraphe 6.6 traduit les niveaux de perfomances des meubles rembourrés ignifugés ou
non vis-à-vis de la cigarette seule et de la cigarette et de l’allumette.

Il en ressort que sur l’ensemble des formulations « meubles rembourrés » testées avec ou
sans ignifugeants, 33% des combinaisons passent les tests à la cigarette et à l’allumette et
26% des combinaisons passent le test à la cigarette seulement.
- Sur les 26% de combinaisons qui passent uniquement le test à la cigarette,
62% d’entre elles ne contiennent pas d’ignifugeant.
- Sur les 33% de combinaisons qui passent le test à la cigarette et à l’allumette,
38% d’entre elles ne contiennent pas d’ignifugeant.

Il est à noter une majorité de rembourrage à base de polyuréthane. Certains revêtements


non ignifugés tels que le coton, la laine ou le cuir, sont des solutions présentant des
performances de tenue au feu améliorées liées à leur propriétés intrinséques.

Le niveau de performance en terme d’allumabilité des meubles rembourrés a été évalué en


relation avec la norme 1021-1 et 2. Il s’agit d’une norme européenne décrivant une méthode
d’essai destinée à évaluer l’allumabilité de combinaisons de matériaux, comme des
revêtements et des rembourrages de sièges, lorsque la source d’allumage à laquelle ils sont
exposés est une cigarette en combustion ou une allumette. Cette norme d’essai ne présente
pas de critères limites d’évaluation du risque.

Page 26/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

4.2. Etudes réalisées sur la toxicité des effluents émis lors de la combustion de
meubles rembourrés et leurs limites
Des études concernant l’effet des ignifugeants sur la toxicité des effluents de combustion
lors d’un incendie ont été menées (Tableau 6).

Référence : Produits testés Commentaires

SP Suède sur
l’analyse du
cycle de vie – L’étude conclue sur l’importance
feu : Meubles relative des différentes espèces
rembourrés chimiques issues de la combustion
suggère un bilan favorable aux
SOFA + ignifugation meubles rembourrés ignifugés.
(RF Bromés ou RF
Phosphorés)

10
9
8
7
6
FED

5
4
3
CBUF menée par la 2 Mise en évidence
Commision 1 de l’influence de
0
Européenne la nature du
Coton+FR/Polyether

Coton/PU(CMHR)/Unigard
Coton+FR/PU(CMHR)/Oua
Coton+FR/PU(HR)

Coton+FR/PU(CMHR)

Coton/PU(HR)
polymère
te de polyester

Page 27/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

22 RF de différentes familles (Brome, chlore, phosphates,


mélamine, inorganiques, antimoine …)
Commision + Pas de risques sur la santé ou
Européenne (2002) Matelas ou fauteuils l’environnement
+
Tests (allumette, moyenne flamme et flamme plus importante)

Diminution de la probabilité
Ministère de
d’incendie Pas de risques au
l’Industrie RF dans meubles rembourrés à usage domestique
niveau de la santé ou de
Britannique (1999)
l’environnement

Condition bien ventilée Condition oxydative

Évaluation du
Richard G. Gann,
potentiel toxique
Evaluation of
des effluents
Toxic Potency
gazeux issus de la
Values for
combustion de
Smoke from
matériaux
Products and
ignifugés ou non
Materials
utilisés dans les
Fire Technology,
meubles
40, 177–199, 2004
rembourrés

avec NFR : Non ignifugé et FR : Ignifugé

Tableau 6 : Etude sur la toxicité des effluents de combustion

L’étude réalisée par SP sur l’analyse du cycle de vie des meubles rembourrés présente un
scénario d’incinération et non un scénario d’incendie accidentel. Les espéces toxiques
présentées ne correspondent pas aux espèces étudiées pour la toxicité aigüe sur les
personnes. A titre d’exemple, il n’apparaît pas la prise en compte par exemple du CO. Les
interprétations sont donc limitées à l’impact environnemental.

Les essais CBUF ont mis en évidence l’influence de la nature du polymère employé. Les
deux autres études (commission européenne et ministère britannique) manquent
d’informations sur la nature des ignifugeants testés et les conditions expérimentales, ce qui
ne permet pas de conclure aisément.

Page 28/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

Selon Gann et al.[7] le potentiel toxique 5 des systèmes avec ignifugeants et sans
ignifugeants ne varie guère et ceux quel que soient les conditions expérimentales (condition
bien ventillée ou oxydative). Le système retardateur de flamme accroît les performances en
terme de sécurité incendie sans accroître le potentiel toxique des effluents gazeux.

Au travers de cette étude bibliographique, il en ressort une tendance plutôt favorable


à l’ignifugation des meubles rembourrés, car aucun risque n’a pu être démontré.
Néanmoins, les études ne sont pas toutes homogènes en terme de démarche
d’évaluation du risque de toxicité 6 des effluents gazeux. Un manque d’outils
prédictifs de l’influence de l’ignifugeant sur la nature et quantité d’effluents gazeux
est à noter.

4.3. Méthodologie pour évaluer le risque de toxicité des effluents gazeux

L’évaluation du risque de toxicité peut se faire en prenant en compte deux types de


scénarios.

- Le meuble rembourré ne s’enflamme pas lorsqu’il est soumis aux sources


d’inflammation raisonnablement prévisibles,
- Le meuble rembourré s’enflamme lorsqu’il est soumis à une source d’inflammation.

Dans les deux cas, il est nécessaire de disposer d’une méthode d’évaluation des effets
toxiques qui soit réaliste et fiable.

Pour ce faire, cette méthode ne doit pas prendre en compte seulement le potentiel toxique
des effluents gazeux ramené à la masse décomposée, mais elle doit intégrer la quantité de
produit réellement brûlée.
[8]
Dans le cadre, d’une étude réalisée par le LNE à la demande de la DGCCRF, il a été
démontré l’existance d’une relation directe entre la masse de produits brûlée et les effets
toxiques.

Celle-ci a montré la possibilité de prédire le temps d’incapacitation et de létalité au travers de


la mesure de perte de masse, que le produit soit ignifigé ou non.

De fait pour évaluer le risque de toxicité, il suffit de vérifier si la perte de masse peut
atteindre un seuil de perte de masse critique dans un volume de référence en relation avec
le scénario identifié.

Pour réduire le risque de toxicité des effluents gazeux issus de la combustion, deux options
sont possibles :

- Si le meuble rembourré s’enflamme, il est nécessaire de faire en sorte que la


quantité de matière brûlée n’atteigne pas la perte de masse critique dans un volume

5 3
Le potentiel toxique des produits correspond à la concentration d’exposition (kg/m ) ou la dose
3 3
d’exposition (kg.min/m ou ppm.min/m ) nécessaire pour produire des effets toxiques. Une évaluation
de ces effets nécessite la connaissance des concentrations ou des doses d’exposition qui réduisent ou
empêchent l’évacuation.
6 Les risques toxiques en cas d’incendie, liés aux espèces présentes dans les fumées, sont
incapacitants ou létaux.

Page 29/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

donné (seuil critique). A titre d’exemple, un meuble rembourré constitué de peu de


masse combustible présente peu de risque d’atteindre la perte de masse critique. De
même, la présence d’un intercalaire dans un meuble rembourré peut empêcher la
pénétration du feu dans la masse du produit et ainsi jouer un rôle de bouclier sans
pour autant empêcher une propagation en surface.

- Si le meuble rembourré ne s’enflamme pas lorsqu’il est soumis aux sources


d’inflammations raisonnablement prévisibles. Il est néanmoins important de
démontrer que, lorsque le produit est soumis à la ou les sources d’inflammation en
question, la quantité de produits brûlée lors de la dégradation thermique du meuble
rembourré est insuffisante, compte tenu des critères d’allumabilité, pour provoquer
des effets toxiques.

Ainsi pour cette dernière option, à partir des données de perte de masse, il a été vérifié que
lorsque les meubles rembourrés satisfont les critères d’allumabilité selon les normes
européennes existantes EN 1021-1 et 2 (allumabilité des meubles rembourrés vis-à-vis de la
cigarette et allumette), EN 597-1 et 2 (allumabilité des matelas et des sommiers rembourrés
vis-à-vis de la cigarette et de l’allumette), il n’y a pas de perte de masse suffisante pour
provoquer des effets toxiques.

[8]
A titre d’exemple , la combustion d’un meuble rembourré constitué d’une mousse
polyuréthane et d’un revêtement à base de coton enduit PVC conduirait principalement à la
formation des effluents toxiques suivants : CO, CO2, HCN et HCl. Ainsi, la perte de masse
pour atteindre l’incapacitation et la mort de souris a été déterminée (Tableau 7) pour
différents types de meubles rembourrés.
3
Effet sur les souris Perte de masse en g/m
Incapacitation 17 - 27
Létalité 21 - 37
Tableau 7 : Relation entre masse et effets sur les souris

Il est à noter qu’à défaut de mieux le modèle animal a été utilisé pour déterminer
l’incapacitation et la létalité.
[7]
Ces résultats sont corroborés par Gann et al. par leur étude sur la létalité qui varie entre
3 3
12 et 40 g/m . La concentration létale LC50 (g/m ) à 30 min pour différents types de
polyuréthanes ignifugés ou non est présentée dans le Tableau 8.
3
Concentration Létale LC 50 (g/m )
Polyuréthane (PU)
à 30 min
PU sans RF 40
PU + RF 26
PU + mélamine 12,5
Tableau 8 : Concentration létale LC50 en g/m3 à 30 min pour des mousses polyuréthanes
(extrait de la littérature)

3
Ainsi, pour une chambre de 20 m (scénario majorant représentant le volume d’une pièce
d’un habitat domestique), les quantités maximales de produits brûlés pour atteindre
l’incapacitation et la létalité des souris sont respectivement dans notre cas, 540 g
(incapacitation) et 740 g (létalité).

Page 30/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

En effet, la quantité maximale pouvant être brûlée tout en passant le test à la cigarette a été
évaluée à 123 g (Figure 3). Cette valeur est très nettement inférieure aux 540 g mentionnés
ci-dessus. Ce calcul a été réalisée sur la base d’une mousse polyuréthane souple de densité
3
moyenne de 35 kg/m représentative d’un meuble rembourré à usage domestique, sachant
que la carbonisation peut s’étendre sur 50 mm de part et d’autre de la cigarette ainsi qu’en
profondeur et passer le test à la cigarette.

Cigarette
Filtre Colonne de tabac

Meuble Rembourré
Revêtement
Rembourrage

Source de chaleur

Oxygène (air)

Charbonnement du Revêtement
et du Rembourrage
(quantité brûlée)

Figure 3 : Test à la cigarette selon la norme 1021-1

Pour atteindre un niveau de performance requis pour passer le test à la cigarette, rappelons
qu’il faudrait brûler 123 g de produit pour atteindre le critère de non-allumabilité à la cigarette
soit une quantité très inférieure à la quantité requise pour atteindre l’incapacitation ou la
létalité.

Il est à noter que le calcul suppose une dilution homogène des fumées dans le volume, ce
qui ne peut correspondre qu’à des petits feux et un refroidissement rapide des fumées. Par
ailleurs, la sédimentation des gaz est négligée.

L’expression du risque de toxicité à partir de la perte de masse représente un outil


d’évaluation prometteur. L’exploitation des résultats disponibles montre un non
risque lié à la toxicité des fumées pour un meuble conforme à la cigarette et à
l’allumette dans ce scénario d’exposition dans le volume d’une pièce représentative.

Page 31/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

5. PROPOSITION D’UN CAHIER DES CHARGES SUR UNE ETUDE EUROPEENNE OU


NORME EUROPEENNE

Les informations présentées ci-avant montrent que l’on dispose de tous les outils
réglementaires pour appréhender le risque global sur la santé présenté par les ignifugeants
dans les meubles rembourrés. Il s’agit des risques liés à la toxicité intrinséque de la
substance, la toxicité par inhalation et/ou contact cutané et la toxicité des effluents gazeux
émis lors d’un incendie.

Il ne paraît donc pas opportun de proposer à la Commission Européenne une étude sur la
toxicité des ignifugeants.

Par contre, il apparaît que le risque de toxicité dû aux effluents gazeux dégagés lors d’un
incendie pourrait être réduit en faisant en sorte que les meubles rembourrés ne
s’enflamment pas vis-vis des sources d’inflammation raisonnablement prévisibles.

De fait, il faudrait s’appuyer sur des normes (de préférence européennes) permettant
d’évaluer ce type de performance. Actuellement, il existe des méthodes européennes qui
décrivent comment mesurer l’allumabilité des meubles rembourrés. Par contre, elles
n’indiquent pas de critères de performances des meubles rembourrés par rapport au risque
d’allumabilité visé par ces méthodes.
Il serait donc souhaitable de développer une norme de sécurité incendie sur les meubles
rembourrés dans laquelle les critères de performances seraient décrits. Celle-ci pourrait
alors facilement être reprise en annexe de la Directive Sécurité Générale des Produits.

Dans ce paragraphe un canevas de cahier des charges de cette norme est proposé.

A titre d’exemple, le plan suivant proposé vise à répondre aux manques identifiés
précédemments :

Meuble :
• Titre : Meubles rembourrés à usage domestique : Exigences de sécurité incendie

1. Domaine d’application

2. Exigences de sécurité
• Généralités
• Scénarios et objectifs de sécurité à atteindre
• Niveau de performance (santé/sécurité) à atteindre en fonction des objectifs de
sécurité.

3. Méthodes d'essai à utiliser en fonction des performances à évaluer

Page 32/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

6. CONCLUSION

En conclusion, plusieurs études tendent à montrer que l’utilisation d’ignifugeants dans les
meubles rembourrés ne présente aucun risque sur la santé (toxicité intrinsèque à la
substance, toxicité par contact cutané/ inhalation, toxicité des effluents gazeux issus de la
combustion). Cela ne permet pas pour autant de conclure que les ignifugeants ne
présentent pas de risque pour la santé. En effet il est à noter que ces études présentent des
limites d’interprétations liées notamment aux manques d’informations sur les conditions
expérimentales, les scénarios et les ignifugeants choisis. De plus ces études n’ont pas pris
en compte tous les ignifugeants présents sur le marché.

Il existe un outil réglementaire approprié et complet via REACH qui permet d’appréhender ce
risque sur la santé. Le règlement REACH s’appuie sur le futur règlement GHS et sur des
scénarios d’exposition au cours du cycle de vie du produit au moyen de protocoles reconnus
(OCDE). Pour mémoire, il s’agit d’évaluer l’impact sur la santé, d’un produit seul et dans sa
matrice (meuble rembourré) et non de son impact sur les effets toxiques en cas d’incendie.
Dans ce dernier cas, il est préférable d’agir en amont du risque incendie pour éviter tout
risque de toxicité. En effet, il suffit de faire en sorte que le meuble rembourré ne s’enflamme
pas vis-à-vis des principales sources d’inflammation responsables des feux de meubles
rembourrés pour réduire considérablement les risques d’incendie et donc de dégagement de
gaz toxiques. Des études ont démontré que les critères des méthodes d’essais
d’allumabilité sont tels que la masse de meuble rembourré brûlée n’est jamais suffisante
pour dégager des gaz pouvant avoir un effet toxique, que le produit soit ignifugé ou non.

De fait, un cahier des charges pour une étude européenne sur la toxicité des effluents
gazeux émis en cas de combustion de meubles rembourrés ignifugés ne semble pas
approprié. Il apparaît plus opportun de proposer un cahier des charges pour élaborer une
norme produit sur la sécurité incendie des meubles rembourrés traitant de leur allumabilité.
En effet, il existe des normes européennes d’essais d’allumabilité sur les meubles
rembourrés, mais il n’existe pas de norme produit permettant de hiérarchiser la performance
de ces produits du point de vue de leur allumablité. Cette norme produit pourrait être mise
en annexe de la directive 2001/95/CE relative à la Sécurité Générale des Produits et
permettrait ainsi au fabricant de meubles rembourrés d’apporter la preuve de leur conformité
à l’une des exigences de cette directive qui traite de la sécurité, l’autre exigence pouvant
être satisfaite via REACH.

Ce cahier des charges pourrait servir de support à une demande de nouveau sujet de travail
au CEN TC 207 - Furniture.
Dans ce cahier des charges il serait proposé différents niveaux de performance du point de
vue de leur allumablité à atteindre par un meuble rembourré en fonction du risque contre
lequel on veut se prémunir.

Page 33/34
Fiche n° 233/2007- Document CEMATE/ 3 - Projet 27EAF6707

7. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1
CHIVAS C, Rapport CEMATE/ 1 : fiche n°233/2007 – 27EAF6707 – Etat de l’art
2
REACH : Registration, Evaluation, Autorisation and Restriction of Chemicals (Règlement
(CE) n° 1907/2006 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2006)
3
GHS - Dossier web : SGH : vers un nouvel étiquetage des produits chimiques dangereux,
INRS 2008
4
http://www.unece.org/trans/danger/publi/ghs/ghs_welcome_e.html
5
OECD Environmental Health and Safety : Publications OECD SERIES ON EMISSION
SCENARIO DOCUMENTS NUMBER 3 EMISSION SCENARIO DOCUMENT ON PLASTICS
ADDITIVES ENV/JM/MONO (2004) 8, (http://www.oecd.org/ehs/)
6
JOLLY A M, WILLOUGHBY B, KARAS G C, HOBBS S J, Plastics Additives (97UK1),
Types of chemicals used as additives for various purposes; processes used in manufacture
of plastic goods; estimates of releases from stages in lifecycle of additives; information on
sizes of companies involved in this area (for UK), March 1994
7
JULIE L. NEVIASER, RICHARD G. GANN, Evaluation of Toxic Potency Values for Smoke
from Products and MaterialsFire Technology, 40, 177–199, 2004
8
SAINRAT A., « Relation between the mass loss and the toxic effect during the combustion
of furniture in a closed room », 1996.
10
GUILLAUME E, Document LNE : G020284/C672X01/CEMATE/1- Eric GUILLAUME, Effets
du feu sur les personnes - Synthèse bibliographique - Juillet 2006

Page 34/34