Vous êtes sur la page 1sur 8

I.

ÂBORATOIRE DE PHÂRIViÂCOCNOSIE

Epreuve de Pharm4cognosi§:: E.M.D I. Sametli t6/09/2017 ù 08 H 3t min


Durée : (0Il heure.

V
_f- Çuesiion_s choix {Bgltiples (1§ nûints) : Cocher les réponses Lqsles"

i;g-&pgfUglSsûgscte annule ,:ne réponse comecte au seirl cle_la lr:êure_qffssügu.


*? T:p.
r) l"'irydroeotyle, Çcnte{ls asieilica }',, Apiaceae ; a tles propriétôs :
/^; eritisDasntodictucs.
LJt velnotonlques.
(à cicatrisantes dues à I'asitticoside.
t'. *:rdaptogènes.
anti - int'l anr mato ires.

21 Afin de déterminer l'indice mousse (IM) d'un décocté à (1%) d'une drogue à saponosides, un volume
Y = 2.5 ml de ce dernier a suffi pour donnen" une mousse persistante de I em de hauteur ; l'trM :
@ est donné par la formule : IM: [Vt (rnl) / T(g)] x H icm).
b) estégal à667.
@ estégal à400.
d) est supérieur à 1000, il faut donc diiuer la solution test.
e) est inferieur à 100, ia drogue étudiée ne possède pas de propriétés tensioactives.

3) Four Ia détermination de l'indice hémolytique (IH) d'uu* drogue supposée renfermée une teneur
importante en glycyrrhizine, (02) séries de dilutions (étalon et échantillon) ont été effeetuées, Les
résultats obüenus sont :
n L'étalon (saponine) : g/rnI, Ys :3.5 nal (héraolysç cq$fiËtrée).
. L'échantiilon (drogue test) : [C]s:0,05
[C]t:0.10 g/ml, Yt = 4.0 rnl (hémolyss cgr.rfirmÇS:1.
L'indice hémolytique :
4 est déterminé par la fonnule : IEI = S x (a/b) ; (a : teneur en gr, de i'extrait correspondant au Vt).
@ est déterminé par la formule : III = S x (aibi ; (a : teneu, *,, gr. de l'étalan corresfondant au Vs).
@ est égal à 13125, il faut déterminer la teneur en glycymhizine.
d) est égal à 0 (zéro).
e) est supérieur à 30000, il faut diluer Ia soiution test.

4) Les' anthracénosic!es sont des eomposés plrénoliques qui :


a) clérivent de l'anthraeêne et dont les fbrmes oxydées sont l'anthrc'rrÊ Êt l'anthranol.
b) existent toujours sous formc;s iibres"
o
possèdent trrujours (ti2) groupement (Oi.I) phénoliques en C1 et C8.
d) existent, clans la pla:.rte fraiche, sous torme d'hétérclsides d'antiuone dimère.
@ peuvent subir des dimérisations au cours du séchage (ex : sénés).
iii l.,'#c*rce de la ïrourdaine (ou Ie czrscara) peut être utilisée :
ians aucrne précaution préalable.
;t
\1) .lprÈ:s un traiternent thern:ique à ii30 Co penclant une heure.
ct chez\afemme enceinte et i'enfànt de moins de 15 ans.
r--\
IJ après une icngr:e conserviition (r-m an minimum).
,:.i püur sa teneur élevée en formes oxydées et en dianthrcines.

{t} Le dosage des anthracénasides par spectrophotométrie au moyen de sels de magnésiurn :


;ri se base sur la détermination à la fois des formes iibres et des formes combinées.
g| se fait à l.: 515 nm grâce à la coloration pourpne clue au grorlpement (OH) en C1-C8.
'€) tt base sur la quantification des quinones formées par hyclrolyse oxydantes des fr:rmes combinées.
(iÏ) nécessite ele l'acétate de magnésium en rnilieu méthanolique.
e) peut se faire aussi par l'addition de borate cle sodium (réaction de Schouteten).
7\ Les propriétés laxatives, purgatives et drastiques des anthracénosides :
@ sont dose-dépendantes.
b) sont dues à la stimulation de la pompe sodium des entjrocytes.
c) sont plus marquées avec les génines ox1'dées.
@ sont dues aux anthrones fonnées in situ, ce qui explique ie déiai d'action assez long (6 à 12 h)
e) sont dues aux sucres qui interviennent dans leur métabolisme.

8) Les hétérrisides anthraquinoniques :


a) sont mis en évidence par ia réaction de Bomtrae-qer. qui est spécif,rque aux formes combirLe =. -
réduites.
sont mis en évidence par la réaction de Schouteten, qui est spécifique aux formes réduites, grâce àl
@ fluorescence verte sous l'I.fV.
(g) sont mis en évidence par la réaction aux sels de magnésium, qui est spécifique aux 1.8 di
hydroxyquinone.
d) sont identifiés par C,C.I,'1. après révélation par la i,anilline sulfuriqr-re.
{t) sont dosés au même temps que les autres *iuincnes preserites dans l'extrait végétal.

e) Le traiternent des constip*tions *ccastonnelles par les drcgue,s laxatives :

ene doit pas rlépasscr 10 iours.


b) n'est pas lirniré dans le tenlps"
c) n'est pas déccns*i11é ij'erant la gr,-rssesse er l'allaitement.
.i\ peut provoquer des diarrhées et une h;iperkaliémie.

0doit être pris au minimr-rm 5 heures avant, pour qu'ii ;;uisse agii"

It) Les fTavonoi'des sont des composés ;


3) polyphénoliques tous colorés en rouge.
Q) nolyphénoliques souvent jaunes, parfois incolores.
c) localisés uniquement dans les boutons floratx.
qui diminuent ia résistance des capillaires sanguins et augrnentent leur perméabilité.
.A
k) qui augmentent ia résistance des capillaires sanguins et diminuent leur perméabilité.

l1)tr-es flavanones :
+) donnent une colorationjaune avec les acides.
@ do*"nt une coloration jaune aves les alcalis.
Ét donnent une coloration orange lorsqu'iis sont réduits (réaction de la cyanidine).
'ft1) donnent une coloration rouge violacé lorsqu'ils sont réduits (réaction de,la cyanidine).
e) ne léagissent pas avec le chiorure ferique (FeCb).
12) Les cornposés phénoliques sont des cornposés :
a) alcaiins qui réagissent aveç les acides for1s.
t) oxydants qui donnent un radical phénoxy instable.
A donnant une coloration rouge cerise avec le chlorure ferrique.
@ pourrunt être dosés par le ràactif de Folin Ciocalteu (par spectrophotométrie).
@ réducteurs qui donnent un radical phénoxy stable.

tr3) I-es coumarines :


a) sont insolubles dans les alcocls.
@ ont un spectre UV earactéristique, modifié en milieu alcalin.
c) ont une fonction lactone insaturée stable en milieu alcalin.
O sont des liquides incolores, inodores.
@ ont une fonction lactone insaturée instable en milieu alcalin.
Le sorbitol n'est pas :
tr4)
ü un laxatilosmotique.
C un laxatil'dc lest.
*) un agent édulctrant.
!) un auxiliaire de fabrisation en pharmacotechnie.
@ présent <ia.ns la manne du frêne : Fraxinus tlrnus L., Oieaceae.
15)§es espèces pectorales sont des plantes :
lt Q) riches en mucilage.
b) riches en pectine.
,a o) riches en arnidon.
possédant d.es propriétés éduicorantes.
possédant des propriétés béchiques et adcucissantes.

16) La xanthotoxine est :

@ un" furanocoumarine linéaire.


b) une furanocoumarine angulaire.
_ç) une pyranocoumarine angulaire.
@ pfrotôrensibilisante.
e) une coumarine simple extraite du mélilot.
II - @!gllgl{ËjgÉ$ : Cocher Ia réponse ü§!g
17) Les isoflavones sont des:
a) dérivés du phényl -2- chromone.
S Aerires au pnenyl -3- claromone.
c) dérivés du phényl -2- chromane.
d) dérivés du phényl -3- chromane.
e) dérivés du flavylium.

I8)'les citroflavanoides sont des :


a) isoflavonoïdes inriiqués en cas de crises hémorroidaires.
b) flavonoides extraits du genre Citrus, employés comme hépato-protecteurs.
g) flavonoïdes extraits du genre Citrus, e.mployés comme diurétiques.
(!) flavonoides extraits du geffe Citrus, employés comfile veinotoniques.
e) flavolignanes extraits du Ginkgo biloba, employés comme hépato-protecteurs.

19) Lequel parmi ces composés n'est pâs un dérivé de I'acide cinnarnique ?
a) acide caféique.
b) acide ferrulique.
c) acide sinapique.
@ acide safiôylique.
e) acide coumarique.

20) Les coumarines sont des dérivés :


a) benzo- r- pyrone.
b) phenyl- 2- chromone.
@ È"rrà- r- pyrone.
d) phenyl -Z-bçnza alphapyrane.
e) phenyl -3- benzo pyrane.
?1) Les pyranocûurnarines sont issus de
la voie I
3) des shikimate-acétare.
Q) des shikimate-mévalonate.
e) des acétates.
*l) des acétate-mévalonate.
e) des acdtate-mévalonate-shikirnate.

12\l.es coumarines complexes sont répandues


chez les I
(t4, Aplaceae.
b) Hippocastanaceae.
r:) Fabaceae.
d) Poaceae.
e) Oleaceae.

,'llUn polyalcool résulte de :


réduction de la fonction carbonyl d,un suire
Q
'b) ll
l'oxydation de Ia fonction carbonyl d,*.uo.";"rË;
simple.

*) la réduction de la fonction arcooi primaire d,un sucre sirnpre.


ri) Ia réduction de la foucti'n alsootr secondaire d,un sucre
simple.
e) l'oxydation de Ia fonction arcool primaire d,un sucre
simpre.
:4) I-equel de ees sueres nrest pâs uri polysaccharide
hétérslgène ?
a) l'agar-agar.
bi la pectine.
*) ies gommes.
r.i) les mucilages.
@ tu celiulosJ.

l-r

4*i \râ
*-*\ Y,\

À
IAC*ULTE DE MEDECTI\{E D,T{LCE& DEIARTEMËNTM
LABO.&,{'IAIRË-ffi HüB}dAEEC§-Ai]E

EgfsuyÉ de PharHatrJgf§f1-pj-lL&f.Il {fL &dard§ 1t/{s7/2Û1v ù {}81{ 3$ min

Ï- : Cachr:r§réponse iq§* {t,W ÊV,X


tr- Le réactif ûe Merquïs : ( U* 9,til*d'c'l- 1--'
(\
ift'*
(') .-J f
a- donne wre coloration violette avec la Àrphine. {-(m"ç}
b- donne une réaetion de précipitation al'ec ies alcaloïdes. t-
o= donne uno coloration rruge avec la codéine. È
r&- est une solution d'acide sulfomoiybdique. S I
,v
ffiest r»re solution d'acide sulfoibrmold, V
;l- La flusrescence bleue de i'extrait d l'écoree de {iwhofi.s sttc,civubra Lt
a- est due à la quinine et la qurinidine mises en solution a\rec un oxydant.
b- est due à la quinine et la cinchonidine mises cn solution avôc un oxydant.
,{c- esf due à ta quinine mise en soludon dans ies acïdcs oxygénés dilués,
d- est clue à la quinine mise en solution en présence de tr'Hz§û+ dilué et l'HCl concentré,
e- est due à la quinine mise en solution en présence cle I'acide sulfurique et le ferrocymure de potassium.

3- L'activiüé antipalutlique de la quinüne est due :


§a- au carbinol on alcool secondaire en Carbone 9..
b- au no3'âu quinuclidine.
r- âu noyau quinoléine.
d- à la chaine vinyle en Carbone 3 du noyau quinuclidine.
e- aux noyaux quinoléine, quinuclidina porteur de chaine vinyle et l'alcool secondarrc en Carbone 9.

i- iiiI:*:TJ, o.,* rraiches de papæer somniferwre{*.q SÆfÔ -@4


b- est I'alcaloide majoritaire de l'opium. ? C À.-3É
c- possède des proprietés stimulanies.F su e
tsdA*h( 1

d:^est un analgésique puissant au mêrne tiBe quq la foorphine. Ç


@ho*e
une Ion*ipuaorr. V ("-kidi"J;rrB{ )

$* Trabectédine {un agent anticancéreux} I


&* sst un polyphénol extrait à partir des aigues marines.
h- est un poiypeptide.
q- dérivc d'une éponge rnarine.
\@est un alcaioide. Ü
E est un polSrsaccharide sulfaté,

S- La scopolamime :
a- çst utilisée en prévention des symptômes du ma1 de transport sous fonns de dispositifs transdenniquos
piacés sous I'oreiile (t6) heures avant le déplacement. €
ffii*rtsédativedusffièmenerveuxcentral.V -., ( r \ \
î sst retrouvÉe uniquernent a,,r niveau de la plarite fraîche,Ç C&\*ecrlc,L )
d- donue un mélange racémique, sous l'effet de la chaleur S
e- est à sa consentration maximale le mois de septearbre da;s lss tiges de iluboisia rnyoperoides.ÿ
(
I surd
7- Erythroxylam cocsvafiété coca".
u- ,uiun. plante originaire des régions sèches des Andes péruviennes et boliviennes'
b- contient jusqu'à 2,5a/o d'alcaloides.
c- poussn entre 200 et 40Û m d'altitude' \
'. d- contient un aioaloikle q4i bloque la recapture cle ilopan'iine par lc fle urclnc
prilsr''naptique"
e* est utilisée pour ses prlpriétes séilatives du système nerr/Êux central.

8- Les tutrocurares sont des curares :


., a- coulés dans ct*s *ntre-nrxuds de. barnb,ou et
-
re*f'ormant dss alcaloides ildrivés du bis benzyl iso -
qr;inoiéine"
C"''l noyau inelole"
b- co*i-és dar:s des enffe-næuds i1s baû:bori et rentt:r.rtrunt,ies alc*loTiies ciér:ivds
e- coulés dans des fiots Ên argile et rerrtbnnast ties alcaioicies riérivés du
noyau indole'
d- c*trlés Cans des pr:ts en ar6te et rent.ermant des extraits rle Menisperillaceae'
e- çor-lit1s iials das **qu** de?r,-rit cr renfermant des aicaiollci.es dérivés du
tris benzyl isr-'qilinoléirre'

9- V
@ k-ffffài-d-Hf,*-e du(lÀchampisnon q.ui se développe sur l'ovaire du scigte.
b- est inscrit au tabtreau B. F
xP est un charnpigno" qri'it f#*\** 3**r*, fleurs ciu seigle' ÿ
est très toxiqué quand il est sous fclnne de sphaeélie" É
e- tcutes les réponses sont fzusses. P

'$§'fl.'c i *qi""
r+
\
û*Les aÊcaloiHes de l'ergot de seigle i '. i \
t - ( Éra6tto*^l'"9 6t7ote\rit1
a- pcssèdent tous une activité -y*p;rffiî;ique. f '
'€ ::* îriJîJîâ-ffifi,ffi',i*ffiâilî',J,*,,*s sr:nr sous reur rorme de:*rro-gvre.
rLra\r'$1«c\
ti* agissent sur les fi.bres lisses g3jfue à la dÀuble liaison entre le CS et
C9' ç
e- pissàde ,ro group**ent hydioxyle en 88, indispensable pour leur activité' f

1L-L'Ergornétrine: +Nrc 1**l*["


a* donne une coloration btreu violacée avec Ie PDAB seul' F
b- donne une coloration6rune avec le réaetif de noo*i.uri*tl,ç ( P+ à.u c"'^ctcXt P(t^ WY\
c- possède unÈ aotivité syrnpatholytique à forte ciose'F
/@
" ;--;rèd- * *ff*t o*y*tiqo* en stinlulaût ies récept*urs adrénergiqu*s'!
;- ieprésente 8û% desalcalàides de l'Ergot de seigle.f
Ï.z-Pour l'espèce Rauwolfia serperu.lïnaBenthr la drogue est représentée
ptr :

/@ les racines qui renferrnent [a r$§æinq" \ÿ


-b: les feuilles qui renf,errnent la solchisine.
c- les racines qui rearferment la vincristine"
d- Ies feuiiles qui rsnfarment la vin*ristine.
e- les fleurs qui renferment l'ajmaline.

!.3-Lequel de ces altaloides ne dérive pas du oryo}llt ?


a- la réserpine. F
b- la rescinamine.?
:/,@ les alcalcides des tubqçgafq\f
d- l'ergométrirre. É
e- la vincamine, p

Pago 2 sur 4
4-La réserpine â une action anti hypertensive due principalement à I
a- utr effet agoniste des récepteurs cholinergiques nivcaux du système nervÊilx autononre
b* rm effet antagoniste des récepterus adrénergiques au niveau du système nerÿeux autonome,
r;- un eftbt agoniste des récepteurs adrénergiques au aiveau du systènae nerveux autonome.
{" un effet antagoniste des récepteurs cholinergiques au niveau du système nervsux autonome.
de stockage
,H6?f iofriUition dà la pompe de recapture de la ooràdrer.uiine zu niveau des vésicules
présynaptique.ÿ

15-La petite perrenshe est une plante :


a- renfennant de la vinblastine su niveau cles parties aériennes.
. h- originaire de Madagascar dont le nom latin est Cqtharantlt'us raseas (apqcynaceae).
f,6)*oni*une d'EuropJdont le nom latir:. est : Vinw minar (apocynaceae). V
-d- renfermant dc la vinblastine au niveau des racines.
\..7

** reafermant de la vincâmine douée de propriétés vasotonskickices qérébralcs.

ff *§gsstlqg§-à thoi.Ernultiplq$ " Cocher lgg réponsffi ig§[ʧ.


- Urre répûnss ünç,orrecte aunulË une réponss sg{Iʧ& au sein de Ia ruême qq§ütiq§"

16- L'Inéea annelé miueur est Hne rubiacée I


>@ ;"ffiy"'*;;,rr*- source d' al cai orrten J i,oyuo isoaui nole@e. r/
h- utilisée pour oes propriétés purgatires.
e- riche cn tanins condensées.
,, d- utilisée csr&tne antimaltuique sur les divers plasmodiums.
rà**1*rlre* .o*** une drogue a eÀetine. V-
L i- Èda,'-'. tpcz
hto"'t' C"\dÂ"{r'{ )
@
I?-tr 'aTgimate de sodiiulr:
a- est un antiagrdgant plaquettaire.
;-,ib- est un anti pyrosis.
c- est issu d'une éponge marine.
h. do est issil des afuùes bn*es.
er possède des propriétés hémostatiques.

18-Les alealoTdes r6serpine et rescinamiue :


,fu.a- appa*ienne*t uu groupà de l'yohirnbane.
b- appartiennent au groupe de I'hétéroyohirnbane.
. .c- appartiennent au groupe de la sarpagine.
.X-A- *ut des bases tr'*s falbtss et sont soiubles dans le chlorofonne en milieu aclde.
e- sont des bases très faibles et soat solubles dans l'eau en milicu acide.

ï.S-I 'atropine: Àtc.-g"Ud$s. Asv4i


nivcau dè la phnte fraîche.- F
)ô èu; ;',*,,Ë;ffi ;:1ï;*'rtïfffi iii (à *''*u*.f *tu t"t hù-t

î- est issue de I'isomérisation de Ia scopolamine. F


?
.§ est plus.aotive physiologiquement ;lrg: i
;
hy; Jy-ain ine " F (
YP_§"*f}Y*
@'"t\
@ ne possède pas de pouvoir rotatoire.ÿ

a- est uicompt:sé a adrénergique à f'orte dose eJ adrénolytique à faibte dose.F


l'hy§rqgqation de tu {q.qh1g.}iffgB:*force l'activité antisérotoniryrgige"q'I\J

B iesponsabl*o@rJ
pottê#ffi *tqg[ge$iffi ffiüipôonsul.EeduL'hXrkox.ry_tani*e,Ï'p}9_1*I*i9*, r*gl$get q*i
responsable ds son efflet s
est

d-
.t fï1* r,aciae_isSffifr \*5,r*
e- ::l
)
est un composé dextrogyre.- Ë [ù5o\
Page 3 sur 4
2L- Concernant la morphine : . 1

de I'IÉgJ& en Carbone Çi-qtmir.re I'activité analgésique' V


s)l'éthérificatiot
b.l,estérificatioi;iffi"ic*uoo.C6Æmi+uet'activiteanat§esiqrr..F',§",-
*6)irï-#$ffifd-rurorfig*a;iond@*ffiimil'activité.ÿ
'Y i,att<vt--tatiai de I'azotelenforce f.r pffitéffieadffi,es'et ànalgésiques. (- .L ÙÀ.frc^L
 --b
Ct5
q@J,E@j,4lti@u carton grneÏte I'aotivité anaigésique. V Cs ,
19
-+ tud*
22- Zicanotide est un agent antalgique: C nt -ÿ f kct-.
a- oui dérive du lièvre cle mer.
&- q"i agit par inhibition des caÊaux calciques de fype N.
. ,c- qui agit par iuhibition des canaux calciçres de type C.
Xa- qui dérive d'un mollusque marin, {onus mdgu§.
ÿe- qui dérive des al-conotoxines.
23- Les crirares des menispermâceâe et des loganiaceae sont des alcaloidcs :
Xa- polaires.
la plaque motrice'
XU- *togonistss des récepteurs nicoLiniques de l'acétylclroline au niveau de
c- actifs par voie orale.
d- pouvant entrainer la rnort par dépression du SNC.
fft- f**u*t entraiire.r la rn*rt par asphyxie.
34- Lesquels parrni ces alcaloldes de la pervenche de Madagascar rygqgIl!â§-de
type
monomère indolioue ( ? )s^c
ce''t-Y

: gl^*A^- §bfl'kQ*- * G&@Ls.rrfÿ.rt ksKü^


la vindoline" [ t't
la vincristine.rt
i; Cv ug) ÿ;^eq w'aa
"i;bh-tir..'v
e- ia carhal'anthine.

?§- La caféint :
a* çst le triméffil-1,3,7 dioxo 6,8 pruine-
{ U- amgiicire ies capacitéx physiques *hez les spcrtifs.
c- possède des propriétés protectrices du cattcer du sein.
Y,J- est conttrg indiqu$e chez los fc'rnnrrs enceintes.
X e- augmente la libération des eatécholamines.

Page 4 sur 4

Vous aimerez peut-être aussi