Vous êtes sur la page 1sur 26

M.

ROUSSET

Réussir aux courses


Sommaire

1 – Introduction
2 – Où et comment faire du bénéfice ?
4 – Le trot plutôt que le plat
5 – Les courses à éliminer
5 – Les meilleurs paris
6 – Comment départager 2 chevaux ?
6 – La régularité des courses.
6 – L’histoire de Monsieur X.
7 – Budget et Plan de jeu
8 – Investir
9 – Les gestions financières
17 – Qu’est ce que l’écart ?
17 – Bien jouer au Report.
19 – Où trouver les gagnants ?
19 – Meilleures associations des numéros au couplé.
19 – Arrivées dans l’ordre les plus fréquentes.
20 – Bien parier au jeu simple placé.
20 – Comment se servir des chevaux déferrés dans le trot.
20 – La classe d’un cheval.
21 – Les chevaux qui courent rapprochés.
21 – Sur les hippodromes de plat, surveillez les chevaux.
21 – Bien utiliser la cote.
21 –Les courses à éviter.
21 – Appliquez ces conseils.
22 – Conclusion.
23 – La méthode qui marche (votre cadeau).
Introduction
Vous trouverez dans cet e-book des conseils qui vous permettront de
mieux jouer afin de ne pas investir votre argent inutilement.

Suivez-les, ils font leurs preuves depuis toujours.

Je vous conseille vivement de le lire jusqu'au bout, il est très


important, long à lire sûrement, mais la quête du bénéfice est à
l'intérieur de ce mail. Ne laissez pas passer votre chance.

Les courses ne sont pas simplement des numéros à jouer. Certes, il y a


une bonne part de chance, mais nous pouvons la réduire
considérablement.

Avec une stratégie, de l’expérience et de bons pronostics, il est


possible gagner souvent.

C’est ce qui va être démontré dans cet e-book.

1
Où et comment faire du bénéfice ?
Il est tout à fait possible de faire du bénéfice aux courses sur le site
www.magicien-du-turf.biz ou sur le site www.pronostics.biz

Si nous réussissons à faire du bénéfice, ce n'est pas par hasard. Une


équipe de 14 personnes fait le nécessaire pour vous faire gagner :
certains saisissent toutes les données, d'autres préparent les pronostics
et les programmeurs font les logiciels très évolués pour vous faire
gagner. Il est pratiquement impossible à une seule personne, ce qui est
sûrement votre cas, de déployer autant de travail pour arriver à
dégager du bénéfice très régulièrement. C'est donc pour cela que nous
sommes là.

Je vais maintenant vous expliquer pourquoi nous y arrivons.

Dans un premier temps, nous éliminons tous les paris qui comportent
un ordre et un désordre comme les tiercés, quartés ou quintés car la
plupart du temps, c'est le désordre qui est touché et si l'on joue à
longueur d'année, c'est vraiment la misère et c'est presque impossible
dans ce cas de faire du bénéfice. Nous ne nous intéressons pas non
plus aux multis ou trios mais c'est notre choix. Les seuls jeux qui nous
intéressent sont le jeu simple et le couplé. Nous éliminons aussi les
tiercés de plat et d'obstacles. Nous ne jouons qu'au trot où il est
beaucoup plus facile de gagner et de faire du bénéfice.

Au jeu simple placé dans les tiercés de trot, le favori de la presse


obtient une réussite entre 40 et 50% selon les années. Si vous le jouez
toute l'année, vous perdrez en moyenne 5 à 10% de vos mises. Ce n'est
pas vraiment le but recherché. Il faut donc trouver une autre solution.

Voici la notre :

2
Nous faisons notre choix parmi les favoris, en général dans les 3 ou 4
premiers. Sur ces chevaux, nous appliquons des critères très sélectifs
de manière à en réduire considérablement et volontairement l'activité
et grâce à cela, nous augmentons leur réussite qui tourne dans une
moyenne de 70 à 80%.
Ce qui nous donne une réussite supplémentaire de 20 à 30% par
rapport au favori de la presse avec un cheval qui n'est pas forcement le
favori. C'est cette différence de réussite qui nous permet de faire du
bénéfice. De plus, grâce à cette réussite supplémentaire, nous avons
des écarts réduits et ces chevaux peuvent être facilement suivis.

Pour augmenter l'activité de jeu que nous avons volontairement


réduite, c'est simple : nous travaillons avec d'autres critères très
sélectifs sur ces même favoris et il n'est pas rare d'avoir des chevaux
différents à jouer, d'où le coup sûr ou la chance théorique par exemple.

Je vais aussi répondre à une question que vous vous posez


sûrement : pourquoi ne pas jouer les outsiders ? Il a été démontré ci-
dessus que nous faisons du bénéfice avec les favoris. C'est donc
suffisant comme ça. Un rendement variant entre 110 et 120% au jeu
simple placé n'est pas négligeable du tout, surtout de nos jours où par
exemple nous avons un taux de 1,25% avec certains livrets. Si nous
jouons des outsiders toute l'année, il est bien sûr possible de faire du
bénéfice avec des critères sélectifs mais il va se poser le problème des
écarts car qui dit outsider dit écart beaucoup plus important que les
favoris. Et l'écart, c'est le problème de tous : s'il y a un écart trop
important, la grande majorité d'entre nous s’arrêteront de miser,
souvent par peu de perdre encore plus et l'argent investi auparavant
sera irrémédiablement perdu. Ce n'est donc pas le but recherché et
c'est pourquoi nous avons éliminé les outsiders au jeu simple.

3
Faire du bénéfice autrement

Une bonne façon de faire du bénéfice rapidement avec une méthode


ou un pronostic rentable d'origine : en début de chaque mois, vous
choisissez la ou les méthodes qui vous conviennent le mieux et dès
que vous pensez avoir fait un bénéfice suffisant, vous arrêtez de jouer
jusqu'à la fin du mois, pour recommencer le mois suivant de la même
manière. Cette façon de faire vous assure de faire du bénéfice
régulièrement sans pour autant investir de grosses mises.

C'est aussi la multiplication de petits jeux différents qui font les


grands bénéfices. En effet, si vous jouez sur un même ticket un grand
nombre de chevaux, vous aurez bien sûr une plus grande chance de
gagner qu'avec moins de chevaux, mais vous ne ferez pas forcement
un meilleur rendement.

Le trot plutôt que le plat


Une question qui revient souvent : pourquoi privilégiez-vous le trot au
plat ? Voici ma réponse :

Il est plus facile de gagner dans le trot que dans le plat et l'obstacle
pour plusieurs raisons : Un bon cheval de trot l'est généralement
pendant un bon moment. On le reconnaît à ses bonnes performances.
Beaucoup de chevaux sont dans ce cas. Et ce n'est pas le ridicule
rendement de distance qui l'empêchera d'être bon. C'est donc dans ces
moments-là qu'il faut capter sa réussite par des méthodes sélectives de
manière à augmenter encore plus sa réussite. En revanche, quand un
tel cheval commence à faire de nombreuses contre-performances, c'est
généralement qu'il est sur le déclin. Beaucoup de personnes pensent
que le trot est dangereux à cause des distancements, mais quand on a
un cheval à 70% ou 80%, c'est qu'il est rarement distancé.

4
Dans l'obstacle et surtout le plat, le problème se complique nettement,
surtout dans les tiercés qui sont généralement des handicaps. Et ce mot
porte bien son nom. Dans les handicaps, il y a aussi de bons chevaux.
Mais le gros problème, c'est qu'on les empêche de l'être justement par
ce système. Si un cheval commence à avoir de bonnes performances,
on lui attribue du poids pour qu'il ait en théorie la même chance que
les mauvais chevaux. Il arrive forcément un moment où il devient
difficile de défendre sa chance. Mais chacun est libre de penser
autrement…

Les courses à éliminer


Il y a des courses où la chance de gagner est beaucoup moins
importante que dans d’autres. Voici lesquelles :

- Les courses pour chevaux de 2 ans.


- Les courses courues sur moins de 1200 m.
- Les courses de 19 partants ou plus.
- Les courses de 7 partants ou moins. Seulement 2 chevaux sont
payés.
- Les courses pour apprentis, Gentlemen ou amateurs.
- Les courses comportant plus de 2 chevaux inédits.
- Les courses « A Reclamer » pour chevaux de 2 ans.

Les meilleurs paris


Ce n’est bien sûr que mon avis personnel, mais le jeu simple est sans
conteste le meilleur pour arriver à faire du bénéfice. Viennent ensuite
le Report, les couplés et dans une moindre mesure, le trio ou le multi
car ce sont des paris où il n’y a pas d’ordre.

5
Comment départager deux chevaux ?
Vous hésitez entre 2 chevaux que vous n’arrivez pas à départager.
Sans conteste, jouez-les tous les deux au jeu simple ou au couplé. Si
vraiment, vous tenez à ne jouer qu’un seul cheval, prenez celui qui
obtient les 3 meilleures dernières places. Faites l’addition des 3 places
(0, D, T ou autres de ce genre comptant 10). Celui qui obtient le plus
petit chiffre sera celui à choisir. Ce n’est bien sûr pas fiable à 100%
mais c’est ce qui fait pencher la balance.

La régularité des courses


Il et bien sûr impossible de garantir le 100% de régularité, mais les
courses sont très contrôlées. On évoque souvent des trucages, des
drivers qui tirent les chevaux, des jockeys qui ralentissent leur cheval
ou qui ne défendent pas leur chance mais en réalité, les courses sont
très surveillées par des commissaires qui effectuent des contrôles très
stricts sur les épreuves. En ce qui concerne les paris, le PMU et la
brigade des jeux font un contrôle très pointilleux. Il y a eu bien sûr
quelques affaires mais qui ne sont pas restées sans lendemain. Le but
du PMU est que les courses soient limpides sinon, tout le monde y
perdrait, les parieurs et le PMU lui-même en perdant les clients
mécontents.

L’histoire de Monsieur X
Patrice DES MOUTIS de son vrai nom a beaucoup fait parler de lui
dans les années 50/60. Cet aristocrate sorti de l’Ecole centrale avait
mis au point un système qui lui rapporta beaucoup d’argent. Son
principe était de bien choisir une épreuve, de sélectionner le bon
favori, d’éliminer les chevaux ayant peu de chance d’être à l’arrivée et
d’associer à son favori aux chevaux restants en combinaison complète.
Bien sûr, son système ne peut être détaillé ici et de toute manière, les
rapports des tiercés ne sont plus ceux qu’ils étaient à son époque.

6
De plus, depuis, les mises maximales ont été limitées à 20 fois la
même combinaison ce qui n’était pas le cas quand Monsieur X avait
mis son système au point. Il y aurait encore beaucoup à dire mais ce
n’est pas le but de cet e-book.

Budget et Plan de jeu


Il me semble utile de vous rappeler quelques règles pour faire
régulièrement du bénéfice tout en gagnant souvent.

1ère règle : il faut absolument fixer précisément votre budget moyen


par course et s'y maintenir. Pour calculer le budget nécessaire, j'ai
établi une règle de calcul simple depuis plusieurs années : multipliez
la mise nécessaire par 3 puis par 10.

Exemple avec une mise de 10 euros : 10 x 3 x 10 = 300 euros de


budget nécessaire.

Exemple avec une mise de 25 euros : 25 x 3 x 10 = 750 euros.

Ce calcul est très large volontairement mais il permet de supporter


plus sereinement un écart éventuel plus important qu'à l'accoutumée
ou plusieurs petits rapports consécutifs ne couvrant pas la mise.

2ème règle : il faut toujours faire un plan ce que vous devez jouer en
fonction de votre budget. Si vous ne le faites pas, vous allez forcement
à un moment ou à un autre jouer n'importe comment et n'importe quoi,
soit parce que vous ne vous souvenez plus de ce qu'il faut jouer, soit
parce que vous êtes indécis : un jour vous jouez tel jeu, un autre jour
un autre jeu parce qu'il vous paraît mieux que l'autre. Ecrivez
absolument sur une feuille ce que vous devez jouer chaque fois et
respectez-le.

3ème règle : pensez à relire souvent à relire la conclusion de ce


fascicule.

7
4ème règle : les jeux où l'on gagne souvent sont bien évidemment les
jeux simples et couplés. Au tiercé, trio, quarté, multi ou quinté, vous
gagnerez peut-être beaucoup plus, mais moins souvent, ce qui veut
tout simplement dire que vous subirez plus d'écarts. Etes-vous prêt à
l'accepter et avez-vous le budget pour supporter ces écarts ? Posez-
vous la question. Si vous n'êtes pas prêt, ne jouez pas ces paris dans
l'immédiat. Jouez au couplé ou au jeu simple. Vous pourrez toujours
rajouter ces autres paris par la suite. Ne faites surtout pas l'inverse :
miser gros au début et revenir en arrière parce que vous n'avez pas
gagné en jouant gros est la pire des choses et peut vous faire perdre
beaucoup d'argent.

Investir
Avec les courses, on doit penser investissement à plus ou moins long
terme. Si sur une année avec une méthode ou un pronostic, vous
obtenez entre 105 et 120% de rendement, alors vous avez fait une
bonne affaire.

Car si vous comparez ces rendements avec ce que vous rapporterez un


placement quelconque autre que les courses, c'est vite vu. Il faut
simplement un peu de persévérance et un peu de patience.

Les méthodes ou les pronostics de ce site font leurs preuves à un


moment ou à un autre. Ce n'est pas parce qu'il y a de temps à autre une
mauvaise période que ça ne marche plus.

Il ne faut pas oublier que ces méthodes ou ces pronostics sont bâtis sur
des critères logiques et qu'ils seront toujours dans le temps.

Un bon conseil : il ne faut pas laisser une gestion financière s'éterniser


dans le temps car les mises montent de plus en plus haut et en cas
d'écart, le capital descendra très vite. Quand votre capital a augmenté
suffisamment pour que vous soyez satisfait, prenez-le et recommencez
à zéro.

8
Les gestions financières
Les plus adaptés pour les pronostics du site sont : la Gestion Eclair, la
gestion progressive, la gestion séquentielle et la Gestion de Mr.X. Ces
gestions sont offertes sous Excel quand vous êtes abonné aux
pronostics du site.

Avec la gestion éclair, les gains sont beaucoup moins importants que
des gestions longues durées comme par exemple la gestion
progressive. Mais l’avantage est qu’elle revient très souvent à la mise
de base, ce qui fait que les mises ne seront jamais très importantes.

Avec la gestion progressive, les bénéfices peuvent être considérables


mais sur du long terme. Avec ce genre de gestion, il est souvent
difficile de démarrer en bénéfice, mais sur une période de deux ans, il
est tout à fait possible de dégager un beau capital. De la patience donc
pour cette gestion.

Avec la gestion séquentielle, les gains sont moins importants, mais la


mise revient régulièrement à 0, mais peut être plus longue que la
gestion Eclair.

Avec la Gestion de Mr.X, vous allez jouer peu souvent mais avec du
bénéfice régulièrement. Elle est très particulière et supporte facilement
un écart de 4. La mise revient très régulièrement à 0.

Gestions financières sans logiciel


La Gestion Eclair

La gestion Eclair est toute simple à appliquer et adopte la séquence


suivante : une mise, 4 mises, 7 mises. Jouez une mise. Si le cheval est
à l’arrivée, restez à une mise. S’il perd, jouez 4 mises. S’il gagne,
revenez à une mise. S’il perd, jouez 7 mises. A ce niveau, qu’il gagne
ou qu’il perde, revenez toujours à une mise. Disponible sous Excel
dans les pronostics.
La Gestion progressive

La gestion progressive est la plus adaptée pour ces chevaux.


Augmentez votre mise d'une unité quand vous gagnez, diminuez-la
d'une unité quand vous perdez. Exemple : si votre mise de base est de
15 euros, augmentez de 15 euros quand vous gagnez, diminuez-la de
15 euros quand vous perdez. Disponible sous Excel dans les
pronostics.

Un bon conseil : il ne faut pas laisser une gestion s'éterniser dans le


temps car les mises montent de plus en plus haut et en cas d'écart, le
capital descendra très vite. Quand votre capital a augmenté
suffisamment pour que vous soyez satisfait, prenez-le et recommencez
à zéro.

La Gestion séquentielle

Cette gestion devrait sûrement vous convenir et qui j'en suis sûr vous
plaira beaucoup d'autant plus qu'elle est adaptable aussi bien au jeu
simple gagnant que placé avec la grande majorité de mes méthodes
jeu simple et bien sûr avec les pronostics des sites www.magicien-du-
turf.biz ou www.pronostics.biz

Dans le cas du site www.pronostics.biz vous pouvez également


appliquer cette gestion sur les chevaux des autres courses.
Attention, cette gestion s'applique sur des chevaux à fort de taux de
réussite avec de faibles écarts comme sur mes méthodes ou mes
pronostics, même si les rapports sont faibles. Ne l'appliquez donc pas
sur des pronostics comme ceux de la presse.
Voici donc cette gestion qui conviendra à tous, petits et gros budgets,
avec un gros avantage par rapport à la gestion progressive ou
paramétrable : vous prendrez régulièrement votre bénéfice et il sera
définitivement acquis. De plus, votre mise reviendra régulièrement à 0
ou votre mise de base si vous préférez.

10
Nous allons parler en unités de jeu (Une unité de jeu est égale à 1
euro).
Appliquez toujours la séquence de jeu suivante :

1.1.1.2.2.3.4.5.6.7.8.9.10.11.12.13.14.15...etc. Dès qu'un bénéfice est


atteint, même s'il ne s'agit que d'1 euro, arrêtez la partie, prenez votre
argent et recommencez au début de la séquence, c'est à dire à 1. Tant
qu'il n'y a pas de bénéfice dégagé, continuez la séquence dans l'ordre
donné.

Si votre mise de base est de 3 euros, la séquence sera donc :

3.3.3.6.6.9.12.15.18.21.24.27.30...etc. Dès qu'un bénéfice est atteint,


recommencez au début de la séquence, c'est à dire 3 euros.

Si votre mise de base est de 5 euros, la séquence sera donc :

5.5.5.10.10.15.20.25.30.35.40.45...etc. Dès qu'un bénéfice est atteint,


recommencez au début de la séquence, c'est à dire 5 euros.

Si votre mise de base est de 10 euros, la séquence sera donc :

10.10.10.20.20.30.40.50.60.70.80...etc. Dès qu'un bénéfice est atteint,


recommencez au début de la séquence, c'est à dire 10 euros.

Vous voyez que cette gestion est parfaitement adaptée aux petits
budgets comme aux gros budgets. Commencez toujours avec de
petites mises de départ. Disponible sous Excel dans les pronostics.

La Gestion de Mr.X

Lisez très attentivement ce qui suit, c’est très important, cela peut
changer radicalement votre façon de jouer au jeu simple.

11
Je vais vous expliquer dans ce fascicule une gestion financière (La
gestion de Mr.X, marque déposée) pour ainsi dire sans grand risque
financier. Je vous conseille donc de l’utiliser. Elle fonctionne avec la
grande majorité de mes méthodes ou de mes pronostics
principalement au jeu simple placé.

Pourquoi ? Parce que mes pronostics ou mes méthodes n’ont jamais


de gros écarts au jeu simple placé, la grande majorité des parties
gagnées se situant à un écart de 2 ou 3. Si vous gagnez à l’écart 2,
vous faites du bénéfice à coup sûr. Si vous gagnez à l’écart 3, vous
récupérez dans la très grande majorité des cas vos mises et dans 90%
des cas, vous faites du bénéfice.

Nous allons maintenant imaginer le pire : si vous avez un écart de 7,


sur la mise de base de 1,5 euro, sachez que sur 7 coups perdants
d’affilée soit un écart de 7, vous ne perdrez jamais plus de 18 euros.
C’est donc parfaitement adapté à mes méthodes ou pronostics car cet
écart est extrêmement rare. Et même s’il y avait un écart de 10 (cela
ne m’est encore jamais arrivé), cela vous donnerez une perte de 26
euros. Avouez que c’est vraiment peu.

Avec cette gestion, vous ne jouez que des parties de deux coups
maximum.

La voici maintenant expliquée avec une mise de base de 1,5 euro. 3


cas de figures :

1er cas - On attend que la méthode ou le pronostic perde une fois. Dès
que cela arrive, donc à l’écart 1, on commence à jouer 1,5 euro. Si le
cheval termine dans les 3 premiers, on arrête la partie qui dégage
automatiquement un bénéfice. Et on recommence de la même
manière : on attend à nouveau que la méthode ou le pronostic perde
une fois.

12
2ème cas - On attend que la méthode ou le pronostic perde une fois.
Dès que cela arrive, donc à l’écart 1, on commence à jouer 1,5 euro. Si
le cheval perd, on joue un second coup avec une mise de 7,5 euros soit
5 fois la mise précédente. Si le cheval termine dans les 3 premiers et
que son rapport est de 1,1 euro pour 1 euro on ne perd que 0,75 euro,
Si le rapport est de 1,2, on récupère automatiquement toutes ses mises
soit 9 euros. Si le rapport dépasse 1,2 euro, on dégage
automatiquement un bénéfice. Dans tous les cas, on arrête la partie Et
on recommence de la même manière : on attend à nouveau que la
méthode ou le pronostic perde une fois.

3ème cas : si l’on gagne ni au 1er coup joué ni au 2ème coup joué, on
arrête la partie et on attend à nouveau que la méthode ou le pronostic
perde une fois.

Vous l’avez compris : on ne joue jamais plus de deux coups dans une
partie. Cela donne le gros avantage de supporter très facilement les
écarts. Voici ci-dessous un exemple avec le pire qui puisse arriver :

Voici son principe sur 7 fois où le cheval a été joué sur la mise da base
de 1,5 euro en admettant que ça perde à chaque fois et qu'il y ait un
cheval à jouer à chaque fois :

1er coup : non joué.


2ème coup : 1,5 euro
3ème coup : 7,5 euros
4ème coup : non joué
5ème coup : 1,5 euro
6ème coup : 7,5 euros
7ème coup : non joué
Mise totale perdue : 18 euros sur 7 coups. Nous n’avons joué en
réalité que 4 fois.

Vous voyez que cette gestion est très supportable même avec des
écarts.

13
Sur la mise de base de 1,5 euro, sachez que sur 7 coups perdants
d’affilée soit un écart de 7, vous ne perdrez jamais plus de 18 euros.
C’est donc parfaitement adapté à mes méthodes ou pronostics car cet
écart est extrêmement rare. Et même s’il y avait un écart de 10, cela
vous donnerez une perte de 26 euros. Avouez que c’est vraiment peu.

On admet qu’avec mes méthodes ou pronostics, on gagne très


régulièrement après un écart 1 ou 2. La gestion de Mr.X gère tout ça
sans problème. Si cela se prolonge, vous avez vu ci-dessus les faibles
pertes que cela peut engendrer.

Mon conseil : si vous gérez plusieurs méthodes ou pronostics en


même temps, démarrez avec une mise de base de 1,5 ou 3 euro
maximum. Si vous ne gérez qu’une ou deux méthodes, vous pouvez
démarrer avec une mise un peu plus élevée, par exemple 5 euros,
l’idéal étant bien sûr d’en gérer plusieurs car même si certaines sont
défaillantes de temps en temps, les autres les couvriront souvent.
Souvenez toujours que l’on ne peut pas être bénéficiaire tous les mois,
mais un grand nombre oui. Et de toute façon, même s’il y a des mois
perdants, ce ne sera jamais de grosses pertes, si vous respectez les
mises de départ que je vous ai indiqué. Il sera toujours temps de les
augmenter plus tard.

Note : vous trouverez également une autre gestion dans l’accès


pronostics : la Gestion Paramétrable.

La Gestion paramétrable

Il faut fixer un capital de départ, une mise de base et un écart à ne pas


dépasser, il est conseillé 6. Même si ce n’est pas ce qu’il existe de
mieux comme gestion financière, son énorme avantage est que vous
ne perdrez jamais plus que le capital que vous vous êtes fixé. Un
minimum de 500 euros de capital est conseillé. Disponible sous Excel
dans les pronostics.

14
La Gestion séquentielle jeu simple gagnant 1

Nous fixons une mise de base, par exemple 10 euros. Après chaque
coup perdant, nous restons à la même mise. Après chaque coup
gagnant, nous augmentons la mise d’une unité (soit 10 euros si votre
mise de base est de 10 euros). Dès qu’un bénéfice est atteint, aussi
petit soit-il, la partie est terminée et nous recommençons à la mise de
base pour entamer une nouvelle partie.

La Progression 2009
(Applicable au jeu gagnant uniquement)

Le système de mise que nous vous présentons aujourd’hui a été


calculé pour vous permettre de récupérer votre découvert toute les fois
que le rapport du gagnant que vous toucherez sera égal ou supérieur à
5 euros pour 1 euro. Nous avons choisi intentionnellement un rapport
très moyen correspondant à celui d’un second favori à 4/1. D’ailleurs,
dans les « handicaps » ou même dans la dernière course de la réunion,
ce rapport équivaut souvent à celui du favori.

Si vous disposez d’un capital de 360 euros, vous pourrez, avec la


« progression 50 », atteindre, au jeu gagnant, un écart de 19 (19
perdus de suite) et récupérer, d’un seul coup, tout l’argent dehors,
pour peu que le vingtième cheval joué rapporte un minimum de 5
euros (pour 1 euro). Il est bien évident que vous serez également
« sorti » toutes les fois qu’un cheval gagnera à cette cote, quel que soit
l’échelon atteint dans la progression. Mais l’intérêt de ce système de
mise réside dans le fait que votre bénéfice sera d’autant plus grand que
le rapport du gagnant sera supérieur à 5 euros, ce qui arrivera
fréquemment.

Dans le petit tableau ci-dessous, vous trouverez les enjeux


progressifs à engager chaque jour en cas d’écarts avec, en regard, la
totalité de l’argent à récupérer depuis le début de la partie. Vous
constaterez rapidement que, dans chaque cas, un gagnant à 5 euros
résorbe l’ensemble de votre découvert.

15
Jours Enjeux À récupérer Jours Enjeux À récupérer
1er 2€ 2€ 11e 10 € 47 €
2e 2€ 4€ 12e 12 € 59 €
3e 2€ 6€ 13e 15 € 74 €
4e 2€ 8€ 14e 19 € 93 €
5e 3€ 11 € 15e 24 € 117 €
6e 3€ 14 € 16e 30 € 147 €
7e 4€ 18 € 17e 37 € 184 €
8e 5€ 23 € 18e 46 € 230 €
9e 6€ 29 € 19e 58 € 288 €
10e 8€ 37 € 20e 72 € 360 €

Naturellement, dès que vous avez obtenu un bénéfice (ou même dès
que vous êtes « à jeu »), vous recommencerez une nouvelle partie en
repartant à la mise initiale, mais il arrivera souvent que le gagnant
rapportera moins de 5 euros et, dans ce cas, vous ne serez pas
complètement rentré dans votre argent.

Vous devez alors calculer combien il vous reste à récupérer après cette
rentrée et jouer, le lendemain, l’enjeu correspondant à votre découvert.
Nous allons vous donner un exemple : supposons qu’arrivé au 17e jour
(après un écart de 16) vous touchiez un gagnant à 4 euros. Comme à
ce stade, votre enjeu est de 37 euros, vous toucherez donc 148 euros.
Mais vous constatez, immédiatement, qu’il aurait fallu 184 euros pour
récupérer la totalité des sommes engagées depuis le début de la partie :
il vous reste donc un découvert de 36 euros. Or, vous remarquez que,
dans notre tableau, un découvert de 37 euros (vous arrondissez
toujours à la tranche supérieure) correspondant au 10e jour de l’écart.
Il vous faudra miser, sur le prochain cheval, l’enjeu correspondant au
11e jour de l’écart, soit 10 euros. Si le rapport de ce nouveau cheval
fait les 5 euros demandés par la progression, vous réaliserez alors un
gain de (50-10) 40 euros qui vous couvrira de votre léger découvert
qui était 36 euros.

16
Si le rapport est encore inférieur à 5 euros, vous calculez, une fois de
plus, combien il vous reste à récupérer et vous jouerez le lendemain
les mises correspondantes à ce nouveau découvert. Ainsi, s’il vous
manque 12, 13 ou 14 francs pour être « sorti », vous jouerez, la
prochaine fois, l’enjeu du 7e jour, soit 4 euros.

Il est bien évident que si vous perdez, vous continuez normalement la


progression, selon le tableau de marche que nous vous avons indiqué,
jusqu’à ce qu’enfin vous ayez récupéré tout l’argent dehors.

La « Progression 2009 » peut s’appliquer sur toute méthode qui


n’atteint pas des écarts astronomiques au jeu gagnant. Comme les
rapports n’ont pas besoin d’être très élevés, nous pensons voir
largement en supposant un écart maximum de 20.

Qu’est ce que l’écart ?


L’écart est le nombre de fois d’affilée où l’on perd. Par exemple, si
vous jouez 4 fois de suite sans gagner, l’écart est de 4.

Bien jouer au Report


Le report est un jeu souvent oublié par les turfistes mais très
intéressant si l’on a quelques bons chevaux.

Principe : jouer une succession de paris Simple (Gagnant et/ou Placé)


dans plusieurs courses (successives ou non) d’une même réunion.

La totalité, la moitié ou une partie du gain provenant du premier pari


peut être reportée sur le pari suivant. Le gain reporté est un multiple
de la mise de base, arrondie au multiple supérieur en cas de Report par
moitié, et devient la mise du pari suivant.

Le reliquat des gains non reportés reste acquis au parieur.

17
Mise de base : 1,50 €

Maxima d'enjeux : 1 000 fois la mise de base (ou report de la mise de


base).

Fréquence : Tous les jours sur toutes les courses.

Mon conseil de jeu : ne jouez pas plus de 2 courses (3 grand


maximum) au jeu simple gagnant ou jeu simple placé.

Vous pouvez trouver de bons chevaux à jouer, souvent à belle cote,


dans la rubrique Détecteur d’outsiders du site quand vous êtes abonné.

18
Où trouver les gagnants ?
Depuis l’an 2000, la grande majorité des gagnants se trouvent dans la
zone des cotes probables de 3 à 5/1, environ 30% et dans 22% des cas,
dans la zone des cotes de 9/1 à 15/1. La plus petite cote probable
obtient environ 25% de réussite. Tout ceci dans toutes les courses et
tous les disciplines, trot, plat ou obstacles. Bien sûr, en jouant tel quel
ces chevaux, vous ne serez pas bénéficiaire, mais vous saurez où
trouver les gagnants.

Vous pourrez aussi trouver beaucoup de gagnants, souvent à très


grosses cotes dans la rubrique Détecteur d’outsiders des pronostics du
site.

Meilleures associations des numéros au couplé


Les combinaisons de couplés les plus sorties dans les tiercés, toutes
disciplines confondues depuis l’an 2000 sont les suivantes :

3.4 – 1.5 – 4.5 – 3.5 – 5.8.

Pour les amateurs de numéros.

Arrivées dans l’ordre les plus fréquentes


Dans 25% des cas, les arrivées les plus fréquentes des tiercés sont
composées dans l’ordre des numéros. Exemple : si vous jouez les
numéros 12.4.6, l’arrivée la plus fréquente est dans l’ordre des
numéros : 4.6.12.

Dans les quartés, c’est la combinaison 1.2.3.4, 9% des cas. Exemple :


si votre combinaison est 12.4.6.2, cela donne 2.4.6.12

Dans les quintés, c’est la combinaison 1.3.2.4.5, 26% des cas.


Exemple : si votre combinaison est 12.4.6.2.18, cela donne 2.6.4.12.18

19
Bien parier au jeu simple placé
Si vous jouez des chevaux ayant une grande chance d’être à l’arrivée
avec des écarts très réduits, 3 ou 4 maximum, comme ceux des sites
www.magicien-du-turf.biz ou www.pronostics.biz appliquez la
gestion éclair qui est expliquée en page 9 de cet ebook. Les bénéfices
ne sont pas très importants si vous jouez de petites mises mais c’est du
bénéfice assuré pratiquement à chaque partie.

Comment se servir des déferrés dans le trot


Des tests effectués sur nos bases de données sur des dizaines de
milliers de courses démontrent que dans les courses de trot les
déferrés des 4 pieds obtiennent une réussite de 10% supérieure aux
autres chevaux non déferrés. Ce n’est bien sûr pas suffisant pour
établir des jeux, mais cela peut permettre de départager un cheval que
l’on ne veut pas jouer.

La classe d’un cheval


Un cheval peut être très bon dans des lots inférieurs mais cela ne veut
rien dire dans des lots supérieurs. Il ne faut pas se jeter
systématiquement dessus. Il est plutôt conseillé de surveiller ce qu’il
va faire dans ces lots supérieurs pendant quelque temps. S’il continue
à se distinguer, alors vous pourrez le jouer dans ces lots.

Les chevaux qui courent rapprochés


Un cheval qui vient de bien courir et qui coure environ 10 jours après
à de grandes chances de poursuivre sa série.

Sur les hippodromes de plat, surveillez les chevaux


Si vous êtes sur un hippodrome où se déroulent des courses de plat,
surveillez avant la course, les chevaux qui hochent beaucoup la tête ou
qui la tourne souvent sur les cotés, évitez de les jouer sur les distances
de plus de 1600 mètres car ils sont nerveux souvent à cause de la
monte d’un jockey auquel ils ne sont pas habitués.

Bien utiliser la cote


Si la cote du cheval sur lequel vous avez parié baisse fortement, sa
chance de gagner devient bien plus importante car l’entourage ou un
parieur bien informé croit beaucoup.

Les courses à éviter


En règle générale, pariez uniquement dans les courses où vous êtes sûr
que la chance des chevaux sur lesquels vous avez parié est importante.

Appliquez ces conseils


Les conseils de cet ebook peuvent être appliqués sur les pronostics des
sites www.magicien-du-turf.biz ou www.pronostics.biz sans problème
car les chevaux de pronostics sont souvent à l’arrivée, surtout les
chevaux donnés sur la feuille « Les meilleurs jeux » donnés dans les
accès pronostics lorsque vous êtes abonné.

Pour le site www.turfistes.info , suivez aussi les conseils que vous


trouverez dans la rubrique Bilans du site.

21
Conclusion
Méthode, Discipline et Psychologie

"Réussir avec Méthode, Discipline et Psychologie", voilà l'ensemble


parfait pour réussir aux courses. S'il manque un seul de ces trois
éléments, il est impossible de gagner.

Méthode : jouer avec un bon pronostic ou une bonne méthode.

Discipline : être rigoureux dans ces jeux et ne pas s'éparpiller dans des
paris où il est difficile de gagner. Si vous gagnez d'un côté et que vous
le reperdez de l'autre en jouant n'importe quoi, ce n'est pas la peine de
jouer car vous serez à coup sûr perdant.

Psychologie : le nerf de guerre dans le jeu, c'est l'argent. Prévoyez un


capital suffisant pour jouer tranquillement sans stresser. Commencez à
miser doucement et évoluez dans le temps. Ne faites pas l'inverse en
jouant une grosse somme au départ car si vous perdez, vous n'aurez
plus le courage de continuer. Chacun a un seuil psychologique qu'il ne
doit pas dépasser.

22
La méthode qui marche (votre cadeau)
Il vous faut une synthèse de la presse d’un journal hippique
quelconque ou d’un site internet comme par exemple www.geny.com
ou bien le Journal du turf du site www.magicien-du-turf.biz

La méthode

Le premier d’une synthèse de la presse s’il a terminé 1er ses 3


dernières courses

Dans le trot : 75%


Dans le plat : 64%
Dans l’obstacle : 53%
Toutes disciplines : 72%

Si vous jouez dans toutes les disciplines, vous obtiendrez environ


120% de rendement depuis l’an 2000 avec un écart maximum de 5 au
jeu simple placé. Inutile de jouer au jeu simple gagnant car les
rendements sont sensiblement les mêmes. Pratiquement toutes les
années sont bénéficiaires.

C’est rentable dans toutes les disciplines.

Vous ne jouerez pas très souvent mais avoir 120% de rendement, ce


n’est pas rien. Si vous voulez faire plus de bénéfice, comme vous
jouez peu souvent, il suffit de miser plus ou d’appliquer une gestion
financière.

C’est des milliers euros de bénéfice avec la gestion progressive.

La gestion progressive est la plus adaptée pour ces chevaux.


Augmentez votre mise d'une unité quand vous gagnez, diminuez-la
d'une unité quand vous perdez. Exemple : si votre mise de base est de
15 euros, augmentez de 15 euros quand vous gagnez, diminuez-la de
15 euros quand vous perdez. Disponible sous Excel dans les
pronostics.
2009 - M.Rousset
Tous droits réservés

Reproduction
Même partielle interdite

Maurice Rousset c/o SAP


6 bis rue Durante - 06000 NICE

Vous aimerez peut-être aussi