Vous êtes sur la page 1sur 2

F a m ille p a r J ea n Dans cette armée de simples gens

J a cq u es G old m a n
Tu es de ma famille
Et crever le silence
Bien plus que celle du sang
Quand c’est à toi que je pense
Des poignées de secondes
Je suis loin de tes mains
Dans cet étrange monde
Loin de toi, loin des tiens
Qu’il te protège s’il entend
Mais tout ça n’a pas d’importance

Tu sais pas bien où tu vas


J’connais pas ta maison
Ni bien comment ni pourquoi
Ni ta ville, ni ton nom
Tu crois pas à grand chose
Pauvre riche ou bâtard
Ni tout gris ni tout rose
Blanc tout noir ou bizarre
Mais ce que tu crois, c’est à toi
Je reconnais ton regard

T’es du parti des perdants


Et tu cherches une image
Consciemment, viscéralement
Et tu cherches un endroit
Et tu regardes en bas
Où je dérive parfois
Mais tu tomberas pas

Tant qu’on aura besoin de toi


Tu es de ma famille

De mon ordre et de mon rang


Et tu prends les bonheurs
Celle que j’ai choisie
Comme grains de raisin
Celle que je ressens
Petits bouts de petits riens Croisons nos vies de temps en temps

Tu es de ma famille Tu es de ma famille, tu es de ma

De mon ordre et de mon rang famille

Celle que j’ai choisie Du même rang, du même vent

Celle que je ressens

Dans cette armée de simples gens Tu es de ma famille

De mon ordre et de mon rang

Tu es de ma famille Celle que j’ai choisie

Bien plus que celle du sang Celle que je ressens

Des poignées de secondes

Dans cet étrange monde Dans cette armée de simples gens

Qu’il te protège s’il entend

Tu es de ma famille

Tu es de ma famille, tu es de ma Bien plus que celle du sang

famille Des poignées de secondes

Du même rang, du même vent Dans cet étrange monde

Tu es de ma famille, tu es de ma Qu’il te protège s’il entend

famille

Même habitant du même temps

Tu es de ma famille, tu es de ma

famille