Vous êtes sur la page 1sur 18

ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

Sommaire

Chapitre  : Architecture des réseaux.

.1 Réseaux de distribution HTA.

.2 Réseaux de distribution BT.

I.3 Les postes électriques.

I.4 Types de postes.

I.5 Constitution des postes.

Chapitre  : Les câbles électriques isolés.

II.1 Les différents types de câbles.

II.2 Constitution d’un câble isolé.

II.3 Ame conductrice.

II.4 Enveloppes.

II.5 Protection.

II.6 Avantages et inconvénients.

1
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

Chapitre  : Utilisation de câbles dans l’alimentation.

.1 Exemple d’utilisation zone urbaine.

.2 Exemple d’utilisation zone industrielle.

.3 Domaines de choix des câbles.

III.4 Maintenance et réparation.

III.5 Application d’une électrification :

- Des agglomérations urbaines.


- Zone industrielle.

Conclusion.

bekriabdkader@yahoo.fr

2
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

INTRODUCTION :
Le passage sous terre des canalisations électriques s’impose dans certaines circonstances ou
leur passage en aérien présente des dangers graves comme :

Dans les villes ou les lignes aériennes HT peuvent être à l’origine de nombreux accidents.
En montagnes ou les avalanches peuvent détériorer les lignes aériennes.
Aux environs des aérodromes ou les lignes aériennes dérangent le trafic des avions.
Dans les zones ou on exige plus de sécurité ou d’esthétiques.

3
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

Chapitre  : Architecture des réseaux.

I.1 Réseaux de distribution HTA :

I.1.1) Structure des réseaux HTA :


Le choix d'un plan de protection est directement lié au choix de la structure et du mode
d'exploitation du réseau, ainsi que du régime de neutre qui lui est appliqué.
Les choix sont eux-mêmes le résultat d'un compromis entre des exigences de qualité de la
fourniture à la clientèle, de maîtrise des surtensions, de simplicité et de coût.
Les structures de réseaux peuvent être classées en trois principaux types :

I.1.2) Structure arborescente :


Cette structure est appliquée essentiellement aux réseaux ruraux réalisés en technique
aérienne et desservant des zones à faible densité de charge.

Figure I.1 structure arborescente.

4
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

L’ossature principale est constituée de lignes assurant le passage des puissances des postes
sources aux zones de charge, la section des câbles est importante tandis que les dérivations
assurant le raccordement des postes HTA/ BT à la ligne principale sont réalisées avec des
sections moins importantes. Ces postes HTA/BT étant en dérivation, ou en antenne donc ils
disposent d’un appareillage simplifié.

Ces réseaux sont plus simples et très économiques. La localisation des défauts et leur
réparation sont rapides.

I.1.3) Structure coupure d'artère :

Cette structure est utilisée dans les agglomérations ou dans les zones à "devenir aggloméré".

Figure I.2 structure coupure d’artère.

Dans ce type de réseaux les postes MT/BT sont "en coupure d’artère ". Le câble ou la ligne
passe dans chaque poste et les appareils de coupure "sectionneur, interrupteur" sont
disposés à l’entrée et sortie de ceux-ci. Le câble ou la ligne peut être alimenté par l’une ou
l’autre extrémité, soit par le même poste ou par des postes différents.

5
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

Avec cette disposition, un arrêt pour travaux entraine l’indisponibilité de la ligne entre deux
points de coupure voisin uniquement, tous les autres postes restent alimentés. Toutefois, ce
système coute plus cher que les précédents. L’équipement des postes est plus important, la
section des canalisations est la même et suffisante pour permettre la réalisation.

I.1.4) Structure double dérivation :


Cette structure est employée dans les zones urbaines. Il existe un verrouillage entre les deux
interrupteurs pour éviter une alimentation simultanée par les deux câbles.

Figure I.3 structure double dérivation.

L’artère est composée de deux câbles posés suivant le même trajet, les postes sont raccordés
par deux dérivations prises sur chacun des câbles normalement une seule dérivation est en
service.

Ce système est employé dans les grandes agglomérations ou l’on recherche une grande
sécurité d’alimentation. Les deux câbles sont issus de deux postes sources différents, si la
tension vient à disparaitre sur l’un des câbles, on reporte les postes sur le câble resté sous
tension. Des dispositifs de verrouillage interdisent de mettre les deux câbles en parallèle dans
le même poste HTA/BT. Avec cette disposition on doit prévoir deux fois la même puissance
dans les câbles.

Ces deux dernières structures sont appliquées aux zones à densité de charge plus importante et
en particulier aux réseaux souterrains qui de par leur délai de dépannage nécessitent des
possibilités de tronçonnement et de reprise.

6
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

Ces trois structures sont exploitées en radial ie en départs "non bouclés de façon
permanente".
Les bouclages ne sont effectués que pendant la durée minimale permettant les reports de
charge sans coupure de la clientèle. On admet que le plan de protection fonctionne de manière
dégradée lors de ces bouclages occasionnels.

I.1.5) Structure mixte des réseaux ruraux :

Figure I.4 structure mixte aéro-souterrain.

En 1992, 79 % des réseaux étaient aériens, 21 % souterrains. La volonté de maîtriser les


incidents généralisés d'origine climatique (tempête, neige collante, givre), la satisfaction des
besoins d'amélioration de l'environnement, font apparaître des "structures mixtes".
L'amélioration de la technologie des câbles et la diminution des coûts grâce à la pose
mécanisée contribueront à accélérer cette tendance.

7
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

.2 Réseaux de distribution BT :

I.2.1) Caractéristiques du réseau :


- Tension nominale : 50V < Un <=1kV
- Tension max. : 1,2kV
- Fréquence nominale : 50 Hz
- Nature de courant : Alternatif
- Mode de distribution : Triphasé avec neutre porteur.

I.2.2) Condition d'utilisation :


Les câbles basse tension objet de la présente Spécification Technique, sont des câbles isolés,
prévus pour être posés en aérien sur façade ou sur support sans protection outre que la leur et
doivent supporter sans dommage les conditions climatiques suivantes :
- Température maximale de l’air ambiant : + 55°C
- Température minimale de l’air ambiant : - 5°C
- Taux d’humidité : 90% à 20°C
- Température maximale au niveau de l’âme
* en service normal : + 90°C ;
* en court-circuit : + 250°C.

I.2.3.a) Faisceaux sans neutre porteur :


Les indications sont les suivantes :
- Conducteur de phase : chiffre 1, 2 ou 3 espacés de 50 mm au plus dans le cas d’un marquage
à l’encre et de 200 mm dans le cas d’un marquage en creux ou en relief.
Les chiffres sont placés longitudinalement et tête-bêche.
- Conducteur neutre : référence UTE de l’usine de fabrication espacée de 250 mm au plus
placée longitudinalement et tête-bêche, l’indice de présente norme et les marques de
fabrication éventuelles.

8
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

I.2.3.b) Faisceaux avec neutre porteur :


Les inscriptions sont les suivantes :
Imprimées en creux ou en relief :
- Conducteur de phase : chiffre 1, 2 ou 3 espacés de 200 mm au plus et placés
longitudinalement et tête-bêche.
- neutre porteur : référence UTE de l’usine de fabrication espacée de 250 mm au plus
placée longitudinalement et tête-bêche.
Imprimées en creux ou en relief ou à l’encre :
- neutre porteur : l’indice de présente norme espacée de 250 mm au plus ainsi que les
marques de fabrication éventuelles ;
- conducteur d’éclairage public : les groupes de lettres et chiffres EP1 ou EP2 espacés de
50mm au plus dans le cas d’un marquage à l’encre et de 200mm au plus dans le cas d’un
marquage en creux ou en relief. Les groupes de lettres et chiffres sont disposés
longitudinalement et tête-bêche.
Dans le cas où il y a plus de deux conducteurs d’éclairage publics, l’un d’eux peut ne pas
être marqué.

I.2.3.c) Faisceaux avec conducteurs pilotes :


Un des conducteurs pilotes, au moins, doit comporter un repérage ne modifiant pas la

géométrie externe du conducteur. Si ce repérage n’est pas continu, la distance entre deux
éléments de repérage ne doit pas dépasser 10 mm.

9
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

I.3) Les postes électriques :

I.3.1) Généralités :

Les postes sont alimentés par une canalisation souterraine HTA, les postes HTA/BT en
immeuble sont dimensionnés pour une puissance unitaire de transformation allant jusqu’à
1000 kVA . Ils comprennent :
La partie génie civil, constituée essentiellement de l’enveloppe du poste, de la porte et des
ventilations.
La partie électrique composée principalement d’un appareillage HTA, d’un transformateur
HTA/BT, d’un tableau BT et des liaisons câblées.

I.3.2) Choix des postes et de ses équipements :


Pour les postes en immeubles, deux cas sont à considérer :

- le poste préfabriqué et intégré dans un immeuble. Ce poste est doté d’origine des
équipements de génie civil adéquats tant sur le plan technique qu’environnemental. Ces
équipements permettent une grande facilité de mise en œuvre et d’adaptation lors de leur
installation.

- le poste construit en maçonnerie traditionnelle et intégré à l’immeuble. Les dispositions en


génie civil sont communes à celles de l’immeuble et chaque composant doit être conforme
aux règles techniques de conception en vigueur.

Le choix des équipements à installer est déterminé par des considérations d’ordre électrique
comme :

- les caractéristiques des réseaux d’alimentation HTA et de déserte BT.


- la puissance et le type de transformateur à utiliser.

10
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

I.3.3) Etude de l’ouvrage :

Dés le lancement du projet, l’Aménageur et le Gestionnaire du réseau de distribution


collaborent pour déterminer :
- l’emplacement du local remis au Gestionnaire du réseau de distribution.
- les caractéristiques du génie civil en fonction du type de poste retenu.

I.3.4) Choix de l’emplacement :

L’emplacement proposé par l’Aménageur pour l’implantation du poste dans l’immeuble doit
satisfaire aux prescriptions de l’arrêté technique en vigueur, de la norme caractéristique du
local, des règles techniques du Gestionnaire du réseau de distribution, et des compléments
déclinés ci-après.

I.3.5) Caractéristique du local :

Le local doit :
- être réservé aux personnes averties ou qualifiées,
- avoir un accès direct et permanent depuis une voie ouverte à la circulation publique pour un
véhicule routier permettant le transport, la manutention et le levage des matériels du poste.
Si la distance entre la voie d’accès et le poste est inférieure à 5 m, il peut être admis un
passage d’exploitation et de sécurité, horizontal rectiligne de largeur de 1,2 m, et d’une
hauteur libre de 4 m (déchargement du transformateur).
- être situé de préférence de plain-pied et « en angle » afin d’optimiser les ventilations qui
doivent nécessairement déboucher directement sur l’extérieur du bâtiment. Cet emplacement
est à privilégier également pour des contraintes d’installation.

- être étanche et à l’abri de toute pénétration d’eau.


Aucune canalisation ou conduit autre que celles destinées au poste ne doit traverser le local.

Dans le cas de poste préfabriqué intégré dans le génie civil de l’immeuble, il est indispensable
de disposer lors du choix de l’emplacement, des documents du constructeur précisant les
règles d’installation du poste, les dimensions de son enveloppe, le risque d’incendie, la

11
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

position des ventilations, les accès,…Ces données, intégrés au plan intérieur et extérieur de
l’immeuble permettent de valider l’aptitude à l’intégration du poste dans l’ensemble construit.

I.3.6) Travaux de réalisation :


Durant les étapes d’installation du poste et des équipements électriques, les règles de l’art et
les prescriptions du présent document sont à respecter. Ces étapes sont déclinées comme suit :
I.3.6.a) Exécution des ouvrages de génie civil et circuit de terre de l’immeuble
I.3.6.b) Réalisation des fosses et pénétrations.
I.3.6.c) Aménagements du poste et des accès.
I.3.6.d) Installation du poste préfabriqué pré-équipé de ses équipements électriques.
I.3.6.e) Installation et raccordement des équipements électriques.
I.3.6.f) Affichages réglementaires.

Chapitre II : Les câbles électriques isolés

II.1) Les câbles isolés torsadés :

II.1.1) Domaine d’application :


La présente Spécification Technique s’applique aux câbles isolés torsadés BT, de tensions
(Uo/U (Um)) égales à 0.6/1kV (1.2kV), destinés à équiper les réseaux et branchements basse
tension aériens.
Cette spécification technique définit les conditions auxquelles doivent satisfaire les câbles sus
indiqués, en ce qui concerne la conception, la fabrication, les caractéristiques nominales et les
essais de qualification et de réception à réaliser dans le but d’établir leur conformité aux
exigences techniques demandées par l’Office National d’Electricité.

II.1.2) Normes de référence :


Les câbles en question doivent répondre aux dispositions de la présente spécification
technique et à toutes les prescriptions qui n'y sont pas contraires, prévues dans les normes de
référence, à savoir :

12
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

- NFC 33-209 : Câbles isolés assemblés en faisceau pour réseaux aériens, de tensions
0,6/1 kV.
- CEI 60 228 : Ames des câbles isolés
Les textes applicables sont ceux de l’édition la plus récente de la norme précitée.
Toute autre norme reconnue comme assurant une qualité au moins équivalente, est acceptée
comme norme de référence.

II.1.3) constitution des câbles isolés :


II.1.3.a) Ame conductrice :
L’âme des conducteurs doit être de section droite circulaire câblée réalisée en brins
d’aluminium.
Les brins de l’âme du conducteur de neutre porteur doivent être en alliage d’aluminium, de
magnésium et de silicium.
Les brins en aluminium utilisés pour la réalisation des âmes des conducteurs de phases des
faisceaux doivent présenter, avant câblage, une contraintes à la rupture par traction au moins
égale à120 Mpa.

Les brins en alliage d’aluminium utilisés pour la réalisation des âmes conductrices du neutre
porteur doivent présenter, avant câblage, les caractéristiques suivantes :
- diamètre nominal des brins : 3,15 mm pour le porteur 54,6 mm2 et 3,15 mm pour le
porteur 70 mm2
- coefficient de dilatation linéaire : 23.10-6 K-1

- module d’élasticité : 62 000 Mpa

De plus, l’âme conductrice du conducteur de neutre porteur doit satisfaire aux dispositions
ci -après :
- pas maximal des brins de la couche extérieur : 20 x diamètre de l’âme
- sens de câblage des brins extérieurs : à gauche " S ".

II.1.3.b) Gaine isolante :


La gaine isolante est une gaine extrudée en polyéthylène réticulé de couleur noire.
Dans le cas du conducteur de neutre porteur, un séparateur en papier doit être appliqué sur
l’âme.

13
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

Les caractéristiques géométriques, mécaniques et physio-chimiques de la gaine isolante


doivent être conformes aux exigences de l’article 4.2 de la norme NFC 33 209.

II.1.4) Descriptif du câble :

II.1.4.a) Conducteur de phase :


Ame : Rigide : Aluminium, câblée, classe 2

Isolation : Polyéthylène réticulé noir

II.1.4.b) Neutre porteur :


Ame : Rigide, Almélec, câblée, section 54.6 mm

Isolation : Polyéthylène réticulé noir

II.1.4.c) Conducteur pour éclairage public : 


Ame : Rigide : Aluminium, câblée, classe 2, section 16

Isolation : Polyéthylène réticulé noir

II.1.5) Caractéristiques des câbles isolés torsadés :

Tension nominale : 600/1000 volts Température maximale à l’âme : 90°C en service


permanent (250°C en court-circuit) 
Utilisation : Réseau de distribution aérienne, à basse tension 
Mode de pose courant : Tendu sur poteau, posé ou tendu sur façade 
Repérage des conducteurs : Par numérotation sur chaque conducteur. 
Document de référence : 33 209 
Tension nominale : 600/1000 volts 
Température de l’âme : 90°C en service permanent (250°C en court-circuit)

II.1.6) Propriétés et avantages des réseaux basse tension en conducteurs isolés :


Les réseaux BT en conducteurs isolés présentent de nombreux avantages par rapport aux
lignes en conducteurs nus.

14
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

 Les chutes de tension sont réduites du fait de la faible valeur de la réactance linéique


(0,1 Ω/km au lieu de 0,35 Ω/km).
 La qualité de service est améliorée, car :
Les âmes isolées sont soustraites aux contacts accidentels des corps étrangers ;
L’intervention en exploitation, notamment en travail sous tension, est facilitée ;
En cas de rupture de supports ou du dispositif fusible des suspensions, il y a maintien en
fonctionnement temporaire du réseau.

II.1.7) Pose des câbles aériens torsadés :


Les réseaux aériens BT en conducteurs isolés torsadés peuvent être :
 soit posés ou tendus sur les façades des immeubles ;
 soit tendus sur des supports.

II.1.7.a) Réseaux sur les façades des immeubles :


Le choix entre les modes de construction posés ou tendus se fait en fonction de la solidité et
de la régularité des façades. Lorsque l’intérêt esthétique du site est reconnu, le réseau est du
type posé ou tendu et son tracé est choisi de manière à obtenir une dissimulation presque
totale, en passant sous les avancées des toits, le long des corniches et, d’une manière générale,
en utilisant tous les éléments architecturaux ou fonctionnels existant sur les façades.

II.1.7.b) Le raccordement aérien : raccordement sur une torsade en façade ou sur une ligne
aérienne
II.1.7.c) Le raccordement aéro-souterrain : raccordement enfoui dans le sol pour remonter
ensuite sur le poteau de raccordement ou de réseau.
II.1.7.d) Le raccordement souterrain : raccordement souterrain jusqu’à une armoire
de raccordement.

II.2) utilisation des câbles isolés souterrain :

Le passage sous terre des canalisations électriques s’impose dans certaines circonstances ou
leur passage en aérien présentent des dangers graves comme :

 Dans les villes ou les lignes aériennes HT peut être à l’origine de nombreux accidents.

15
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

 En montagnes ou les avalanches peuvent détériorer les lignes aériennes.


 Aux environs des aérodromes ou les lignes aériennes dérangent le trafic des avions.
 Dans les zones ou on exige plus de sécurité ou d’esthétiques.

II.2.1) Avantage 
Avantage :
 Pas d’entretien
 Esthétique
 Défaut rare

II.2.2) Inconvénients 
Inconvénients :

 Réalisation coûteuse
 Réparation demande beaucoup de soins
 Réparation demande beaucoup de temps et délicate

II.2.3) Constitution :

Les canalisations doivent être établies avec des conducteurs présentant une faible résistance
électrique et des isolants représentant une faible résistance d’électrique très élevée

II.2.3.a) L’âme conductrice 


conductrice : lame conductrice est constituée de câble multi brins en cuivre
ou en aluminium ; de section circulaire ou séctorale

16
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

II.2.3.b) Les isolants :


Le papier kraft: obtenu par un mélange de fibre de bois de pin et de la soude, possède de très
bonnes qualités mécanique et électrique.
Les colophons, huile d’imprégnation d’ont le tanin en régime est choisie de telle sorte que la
matière se déplace difficilement quand le câble est chaud, sans dévirer cassante quand le câble
est froid.
L’ozokérite : cire microcristalline employée a la place de la résine, pour faire un mélange non
migrant, est utilisée pour les câbles à placer verticalement
Le PE et PRC : (polyéthylène réticule chimiquement) sont employés pour les câbles ses
tripolaire ou unipolaire

II.2.3.c) Les écrans :

Les papiers semi-conducteurs:


Sont obtenus par l’incorporation de la matière conductrice (carbone), ils sont placé entre
lame conductrice et l’isolant pour égaliser le champ électrique sur toute la surface interne de
l’isolant.

Le papier métallisé :
Généralement perforer pour assurer le libre passage de la matière d’imprégnation est
constitue d’un ruban de papiers isolant, il forme autour du conducteur un tube métallisé qui
détermine l’orientation de champ électrique aux couche de papier

17
ELECTRIFICATION PAR CABLE ISOLE

Les rubans de Cuivre et d’Aluminium :


Constituent les écrans électriques de plus grandes conductivité que ceux réalisés en papier,
en les places sur les câbles sec ou l’ensemble des câbles

Les toiles métallisées :


Sont des tissus mixtes (textile métal) dont plusieurs fils de la chaîne sont en cuivre, elles sont
placées en ceinture sur le faisceau de plusieurs câble métallisés pour le fretter, les fils Cu
assurent le contact électrique entre les écrans des conducteurs et la gaines métallique
d’étanchéité

II.2.3.d) Le bourrage : matière utilisé pour combler le vide entre les conducteurs une
fois assemble et donne au câble la forme circulaire

II.2.3.e) Les matelas : sont des couches de matériaux élastiques entre les armures et la
gaine d’étanchait pour protéger celle-ci et assurer une bonne adhérence entre elles, pour cela
on utilise le papier crêpé.

Les Armures : sont constituer de feuillard ou de fils d’aciers, ils ont pour rôle de protéger
la gaine d’étantité, on peut trouver :

Des feuillards d’acier


Des feuillards d’acier galvanisé
Les fils d’acier

Gaine thermoplastique 
thermoplastique : il existe 2 sortes :

Celle qui forme un tube étanche autour des câbles (P.E)


Celle qui protège l’armure contre la corrosion (P.V.C)

18

Vous aimerez peut-être aussi