Vous êtes sur la page 1sur 64

UNIVERSITE AUBE NOUVELLE (U-AUBEN)

RAPPORT DE STAGE POUR L’OBTENTION DU DIPLOME DE LICENCE EN SCIENCES DE


GESTION, OPTION : COMMUNICATION DES ORGANISATIONS

Thème : Analyse des plateformes de diffusion de


l’information des médias en ligne au Burkina Faso :
cas de Burkina Demain

Rédigé par : MAHAMAT Ismael Irobey

Stage effectué du 15 avril au 15 juin, à la direction des publications du


Burkina Demain

Directeur de mémoire : Maitre de stage :


W. Jean-Baptiste DIPAMA, Monsieur Grégoire B. BAZIE
Enseignant à l’U-AUBEN
Directeur de publication de
Burkina Demain

Année académique : 2018-2019


SOMMAIRE
Sommaire................................................................................................................ i
Dedicace ................................................................................................................ ii
Remerciements ..................................................................................................... iii
Liste des sigles et abréviations ............................................................................. iv
Liste des illustrations, tableaux et graphiques....................................................... v
Avant-propos ....................................................................................................... vii
Introduction ........................................................................................................... 1
première PARTIE : CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE ............ 3
Chapitre I : Cadre théorique .................................................................................. 4
Chapitre II : Cadre méthodologique .................................................................... 15
deuxiéme PARTIE : CADRE OPERATIONNEL ET ANALYTIQUE ............. 19
Chapitre I : Présentation de Burkina Demain ..................................................... 20
Chapitre II : Présentation et analyse des résultats et suggestions ....................... 33
Conclusion ........................................................................................................... 45
Bibliographie ........................................................................................................ xi
Annexes .............................................................................................................. xiii
Table des matières ............................................................................................. xvii

i
DEDICACE
Nous dédions ce travail

A notre famille, elle qui nous a doté d’une éducation digne, son amour a fait de nous ce que
nous sommes aujourd’hui :

 Particulièrement à notre père Ismaël Irobey MANGA, pour le goût à l’effort qu’il a
suscité en nous, de par sa rigueur.
 A notre mère Amdalal Gaou MANGA, ceci est notre profonde gratitude pour ton
éternel amour, que ce rapport soit le meilleur cadeau que nous puissions t’offrir.

ii
REMERCIEMENTS
La rédaction d'un mémoire est un processus exigeant, autant physiquement
qu'émotionnellement. Les incertitudes sont nombreuses, mais la seule idée du succès entraîne
un désir constant de dépassement de soi. Nous prenons donc, ces quelques lignes afin même de
remercier les personnes qui nous ont épaulé, tout au long de cette aventure. Ainsi, nos sincères
remerciements vont à l’endroit :

 en premier lieu, à M. Jean Baptiste DIPAMA, professeur à l'Université Aube Nouvelle et


directeur de ce rapport de stage de fin cycle, de son support et sa patience. Son écoute et
son aide précieuse ont permis l'achèvement de ce mémoire et aussi le président de jury Dr
KINDA Inoussa ;
 à l’administration de l’Université Aube Nouvelle et le corps professoral pour la qualité de
formation reçue ;
 à M. Grégoire B. BAZIE notre maître de stage, pour avoir accepté de nous aider malgré
ses multiples responsabilités ;
 de OUSMANE Bichara et BOUDA Wendlassida Isidor, pour leur contribution et
soutien moral et intellectuel dans la réussite de ce document de rapport de stage de fin de
cycle ;
 à ISMAEL et AMDALAL, de leur confiance en notre succès et ce, depuis toujours. Merci
de leurs encouragements et leur sensibilité, leur volonté à nous motiver. Ils sont et seront
toujours une source d'inspiration et de motivation. Nous aimerions aussi remercier nos
sœur, Fatime, Mariam, Cherefié, Nouracham et Souwat qui, par leur forte personnalité,
entrainent l'approfondissement de nos réflexions ;
 également, nous aimerions remercier nos frère, BAHAR Youssouf, MAHAMAT Bokhit
Irobey, MAHAMAT Abdramane et ZAKARIA Moussa de leur soutien moral et
intellectuel et de leurs encouragements sans faille ;
 à nos amis : OUILI Yasmina, MAHAMAT Ali Adam Gueldji MALGO Bérénice
Flavie, MAHAMAT Issa Adam, KADIOGO Frédéric, de leur soutien remarquable et
de leur disponibilité à l’effet de l’élaboration de ce document.
 et enfin, nos vifs remerciements à tout le peuple burkinabè de l’accueil chaleureux qui nous
a été réservé, lors de notre séjour au pays des hommes intègres, particulièrement à nos
camarades de classe de leur coopération et collaboration sincères, durant ces trois (3)
années de formation.

iii
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS
AGEREF-CL : Association de gestion des ressources naturelles et de la faune de Comoé-
Léraba.

ANEREE : Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité.

BRVM : Bourse régionale des valeurs mobilières

BTS : Brevet de technicien supérieur

CAMES : Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur

CNPDER-BF : Coalition nationale des organisations de la société civile pour la promotion des
énergies renouvelables et l’efficacité énergétique du Burkina Faso.

CSS: Cascading Style Sheets

Ed.: Edition

HTML : HyperText Markup Language

ISIG : Institut des sciences de l’informatique et de gestion

JACE : Journées des acteurs de la communication sur les énergies

JED : Association des journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et le


développement durable

LMD : Licence, Master, Doctorat

N° : Numéro

TIC : Technologies de l’information et de la communication.

ONG : Organisation non gouvernementale

p. : Page

PHP : HyperText Preprocessor

SNV : Organisation néerlandaise de développement.

U-AUBEN : Université Aube Nouvelle

WWW : Word Wide Web.

iv
LISTE DES ILLUSTRATIONS, TABLEAUX ET GRAPHIQUES

 Illustrations

Illustration 1 : Le Tableau de bord (espace administrateur) de Burkina Demain

Illustration 2 : Espace visiteurs (Font Office) du journal

Illustration 3 : Le Newsletter du site (espace abonnement)

Illustration 4 : Interface de la page Facebook de Burkina Demain

 Tableaux

Tableau 1.1 : Plan de communication digitale

Tableau 1 : Classification des enquêtés par Sexe

Tableau 2 : Classification des enquêtés par âge.

Tableau 3 : Le site web de Burkina Demain.

Tableau 4 : Suivre la page Facebook de Burkina Demain.

Tableau 5 : Lire les informations publiées sur la page Facebook.

Tableau 6 : Les réponses aux questions posées sur la page Facebook.

v
 Graphiques

Graphique 1 : Identification des enquêtés.

Graphique 2 : Connaissance de Burkina Demain.

Graphique 3 : Les moyens utilisés par les enquêtés pour connaître Burkina Demain

Graphique 4 : L’interface du site web du Burkina Demain.

Graphique 5 : Les informations publiées sur le site web.

Graphique 6 : Amélioration du site web de Burkina Demain.

Graphique 7 : Les motivations sur la visite du site web du journal.

Graphique 8 : Réaction aux différentes publications du journal sur Facebook.

Graphique 9 : Motivation pour suivre la page Facebook du journal.

Graphique 10 : Connaissance des autres comptes sur un réseau social.

vi
AVANT-PROPOS
L’Institut des sciences de l’informatique et de gestion (ISIG International), créé en octobre 1992
par G. KINI est un établissement laïc agréé par l’Etat par arrêté N° 092-
125MESSRS/MDCHEP/DG/DEST du 21 octobre 1992 et par arrêté N° 2005-2/MESSRCAB
du 02 décembre 2005, lui conférant le statut de personne morale. Il fut le premier établissement
supérieur autorisé par le ministère de l’enseignement secondaire et de la recherche scientifique
au Burkina Faso.

L’institut est devenu une université en 2012, sous la dénomination d’Université Aube Nouvelle
(U-AUBEN) par arrêté N°2012-003-44/MESS/SG/DGESR/DIESPR.

Le siège de l’Université Aube Nouvelle est situé au cœur du quartier 1200 logements de la ville
de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Au-delà de son siège à Ouagadougou, ISIG possède
également une annexe, à quelques encablures du siège de Ouagadougou. L’objectif fixé par U-
AUBEN est d’assurer une formation de qualité, afin de produire des leaders utiles à la société.

L’Université Aube Nouvelle est composée de :

 03 instituts
 06 unités de formation et de recherche
 01 école doctorale
 04 centres

L’Université Aube Nouvelle compte plus de trois mille (3000) étudiants, répartis sur deux
campus : Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

Avec une seule filière « informatique de gestion » à l’ouverture, d’autres filières sont venues
renforcer, au fil du temps, la formation dispensée par l’U-AUBEN. A ce jour, l’Université
compte les filières ci-après :

 Communication des entreprises et des institutions


 Communication pour le développement
 Administration des entreprises
 Affaires et commerce international
 Banque/assurance
 Electronique et maintenance électronique
 Finance comptabilité
 Finance-banque

vii
 Gestion des projets
 Droit privé
 Droit public
 Réseaux et télécommunications
 Gestion des ressources humaines
 Imagerie numérique
 Management des réformes de développement institutionnel et renforcement
organisationnel
 Management de l’environnement et développement durable
 Management des systèmes d’information
 Management des systèmes de réseaux
 Marketing et gestion commerciale
 Secrétariat de direction
 Etc.

D’une formation académique de type ordinaire, l’ex-ISIG International est résolument orienté
aujourd’hui vers la formation du type LMD (Licence, Master, Doctorat). Par ailleurs, des
Brevets de techniciens supérieurs (BTS) et des Diplômes universitaires de technologie (DUT)
sont aussi délivrés.

L’Université Aube Nouvelle bénéfice de partenariats avec de grands instituts, aussi bien au
Burkina qu’à l’étranger, ce qui permet de renforcer ses capacités à tout point de vue. Ces
partenaires sont, entre autres :

 L’Université de Ouagadougou
 L’Université de la Méditerranée (Aix-Marseille II)
 L’Ecole Supérieure d’Ingénierie de Luminy (ESIL)
 3iL (Ecole d’Ingénieur de Limoge)
 L’Université de Floride
 L’Université du Ghana Lagon
 L’Université Cap Coast au Ghana
 L’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso
 L’Université nationale de Chine/Taïwan
 Etc.

viii
L’Université Aube Nouvelle a pris l’engagement de relever le défi de l’enseignement supérieur
privé au Burkina Faso. Avec des accords interuniversitaires et l’homologation d’une vingtaine
de ses diplômes par le CAMES, l’ISIG International convainc et rassure de la qualité de ses
formations. Sa dimension internationale et les missions d’enseignement garantissent aux
étudiants une formation d’excellence, leur offrant ainsi des atouts qui facilitent leur intégration
professionnelle.

L’Université Aube Nouvelle dans sa constitution et son fonctionnement, recèle aussi de


nombreuses forces. La première d’entre elles réside dans l’aménagement de ses infrastructures.
En effet, les salles de cours de l’université sont toutes dotées de vidéo projecteurs. Aussi, il y a
une salle informatique, une salle Travaux pratiques pour les modules en informatique, afin de
permettre aux étudiants de suivre correctement leurs cours d’informatique dans de bonnes
conditions, une salle de visioconférence, un studio multimédia qui pourraient permettre aux
étudiants des sciences de l’information et de la communication de s’accoutumer aux outils de
communication tels que des caméras et une télévision. Elle est aussi dotée d’une infirmerie avec
médecin en chef, permettant de prendre en charge, dans les premiers temps, tout cas de maladie.

Outre cela, Aube Nouvelle a en son sein, le Centre de langue américain qui fait la promotion
de la langue anglaise, à travers les différentes activités comme les tests de TOEFL, le TOEIC
et les traductions de diplômes. C’est un laboratoire de langues qui permet aux étudiants et à
tous ceux qui veulent apprendre l’anglais de le faire dans de bonnes conditions.

Deux groupes électrogènes de 550 KVA et 60 KVA, permettant de continuer les cours même
en cas de délestage. La Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL) connaît à
certaines périodes de l’année, des déficits de fourniture électrique. Ce qui cause des coupures
d’électricités et des délestages à profusion. Chose qui ne manque pas de créer de nombreux
désagréments pendant les cours. Mais la présence des groupes électrogènes permet de pallier
un tant soit peu, les problèmes énergétiques.

Un laboratoire d’électronique, d’électricité et un laboratoire de génie civil sont mis à la


disposition des étudiants des filières dites techniques. Ces laboratoires servent à la réalisation
des travaux pratiques et des expériences nécessaires à la formation des étudiants.

ix
L’université possède également deux bibliothèques, l’une physique et l’autre numérique. La
bibliothèque se situe au niveau du siège de l’université. Quant à la bibliothèque numérique, elle
est un espace web obtenu avec le concours d’un partenaire.

Une salle de bourse en partenariat avec la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM)
afin de rechercher, des partenaires qui pourront aider les étudiants dans le financement de leurs
projets. Aussi, les étudiants s’y initient au trading et au e-commerce, une autre corde à leur arc
!

Une connexion wifi est offerte aux étudiants afin de faciliter leurs recherches. Il y a un
partenariat avec d’autres universités qui permettent aux étudiants d’avoir des bourses leur
permettant de continuer leurs études dans les universités partenaires.

Il existe un parking pour les véhicules des étudiants, afin d’assurer la sécurité de leurs engins.
L’abonnement au parking est inclus dans la scolarité de chaque étudiant.

Une autre force et pas des moindres, est que l’Université Aube Nouvelle est membre titulaire
du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES). Aussi, la plupart des
diplômes délivrés à l’U-AUBEN sont reconnus par le CAMES. Les cours sont dispensés par
un corps enseignant qualifié tels que des maîtres de conférence, enseignant-chercheurs.

Au-delà de ces différents atouts ci-dessus cité, l’Université Aube Nouvelle a plus de 25ans
d’existence. En effet, l’université est pionnière dans le domaine de l’enseignement supérieur au
Burkina. Cette position lui confère une certaine notoriété, en termes de viabilité et d’expérience
vis-à-vis des nouveaux arrivants. Cet énorme capital d’expérience que l’Université Aube
Nouvelle a acquis, au fil de ces années de vie, est mis à profit pour l’optimisation de
l’enseignement supérieur au Burkina Faso.

x
INTRODUCTION
En l’espace d’une vingtaine d’années, internet a connu une véritable révolution et le paysage
médiatique a opéré un virage vers le numérique. Une révolution en termes de vitesse, puisqu’il
faut maintenant moins de vingt secondes pour charger une page contre une soixantaine à ses
débuts, mais aussi une révolution, en termes de contenus, beaucoup plus riches et variés. Ainsi,
le lectorat de la presse écrite est en recul, l’audience télévisuelle stagne, et le temps consacré
aux médias numériques augmente rapidement. Cette transformation s’est opérée grâce à la
rapidité d’accès aux informations, si bien qu’internet est devenu un média à part entière en très
peu de temps. Mais le succès d’un produit ou d’un service ne se ferait jamais sans la présence
de son utilisateur. Ce dernier, comme ses besoins, a évolué en même temps qu’internet, si bien
qu’on parle désormais de Web 2.0 pour caractériser ce nouveau mode d’interactivité.

Au Burkina Faso, on remarque une transition progressive des médias et des lecteurs vers le
numérique. Les médias burkinabè ont compris l’importance du numérique et l’utilisation que
la population fait des médias en général et le nombre de plus en plus croissant des personnes
qui s’informent en ligne. L’essor de la technologie mobile s’est accompagné de la montée en
puissance des réseaux sociaux, avant tout de Facebook (qui a franchi le cap d’un million
d’utilisateurs au pays des hommes intègres)1, des services de partage de vidéos comme
YouTube, des messageries comme WhatsApp…

Si le Web 1.0 se contentait de centraliser l’information, le Web 2.0 met quant à lui l’internaute
au centre d’internet. L’internaute est désormais actif, il donne son avis sur les sujets ou les
produits qui lui tiennent à cœur sur les supports en vogue que sont les réseaux sociaux et les
blogs. Selon Cornia (2016)2, avec l’essor des médias numériques, mobiles ou sociaux, les
utilisateurs ont la possibilité d’interagir avec l’information en commentant les articles, en les
partageant, en débattant avec d’autres ou même en publiant leur propre contenu. Face à ce
changement dans l’évolution du comportement de l’internaute, les responsables de sites internet
ont également dû s’adapter pour répondre à ces nouveaux besoins.

Dans le cadre de notre étude pour la rédaction de notre rapport de stage de fin de cycle, nous

avons jugé nécessaire de travailler sur le thème « Analyse de la gestion de l’information des

1
Global digital report « Réseaux sociaux et développement : un million d’utilisateurs actifs de Facebook au
Burkina Faso », mars 218)
2
Cornia et Al. (2016), Utilisateurs des médias d’informations

1
médias en ligne au Burkina Faso : cas de Burkina Demain ». Nous analyserons comment
les sites internet de diffusion d’informations se sont adaptés à ces nouveaux comportements et
quels sont les moyens à leur disposition pour tirer profit d’une activité gratuite pour l’internaute.

2
PREMIERE PARTIE : CADRE
THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE

3
CHAPITRE I : CADRE THEORIQUE
Choisir de travailler sur une question ne se fait pas de façon fortuite. Des raisons motivent la
préférence d’un thème par rapport à un autre. Il est important de se pencher sur une question de
recherche pertinente, dont les informations qui en découleront, peuvent servir à l’amélioration
de certaines conditions, au sein d’un milieu donné.

Nous avons trouvé des motivations à travailler sur la communication digitale de la Société
nationale des postes, que nous exposerons dans ce chapitre. Nous en manquerons pas
également, de faire ressortir des informations sous tirées de personnes ayant traité également
de la question du digital.

1. Contexte et justification du choix du sujet


Le monde du digital est désormais entré dans les mœurs. En effet, plus d’un million (1 000 000)
de Burkinabè sont connectés, grâce aux nouveaux outils mobiles, tels que le Smartphone. La
communication digitale est aujourd’hui, incontournable, elle tend à s’imposer dans tous les
domaines d’activités au Burkina Faso et partout ailleurs. Le paysage médiatique burkinabè est
en pleine mutation depuis quelques années. Les médias électroniques poussent comme des
champignons. C’est dans ce contexte qu’a vu le jour le journal en ligne Burkina Demain dont
la principale mission est de diffuser des informations en temps réel, partout dans le monde à
l’intention des Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur et ceux souhaitant avoir des
informations sur le Burkina.

Cependant, après 5 ans d’existence, le journal en ligne Burkina Demain présente des
insuffisances dans sa gestion des informations en ligne. Une étude de notoriété est alors
nécessaire pour connaître le degré de connaissance actuelle de la presse, afin de prendre les
mesures qui s’imposent. Les entreprises et organisations ont compris l’intérêt d’être présent sur
la toile et utilisent le support de « communication digitale ».

La communication digitale des médias en ligne est une problématique dont nous portons un
grand intérêt et nous passionne énormément, traiter ce sujet va être un défi que nous nous
lançons

4
D’un point de vue personnel, le traitement de ce thème va nous permettre de renforcer nos
capacités, mettre en pratique les acquis théoriques. Cet exercice va en effet, favoriser une bonne
assimilation des cours théoriques durant notre formation, et nous montrer les spécificités des
réalités des médias en ligne au Burkina Faso, notamment celles du Burkina Demain.

2. Problème de l’étude
De nos jours, toutes les organisations sont reliées en réseaux, sans distinction et sans hiérarchie.
La facilité et la rapidité avec lesquelles la transmission d’un message peut se faire est presque
magique, où que l’on soit dans le monde. Le méga-réseau Internet simplifie l’échange
d’information sans contrainte de temps ni d’espace et redonne vie et force un besoin
fondamental de partager le savoir.

Le Burkina Faso est aujourd’hui, un pays où la communication digitale occupe une place de
choix. L’évolution technologique tend à obliger les médias classiques ou traditionnels à intégrer
les nouveaux moyens de communication tels que les réseaux sociaux et les sites web. Mais, le
domaine de la communication numérique requiert des compétences et des connaissances dont
souvent les médias en ligne manquent ou n’ont pas les moyens appropriés pour s’en enquérir.
Nous remarquons également que les organes de presse en ligne en général et particulièrement,
Burkina Demain ne tirent pas toutes les opportunités qu’offre le numérique pour améliorer ses
contenus et interagir avec les communautés en ligne.

Cette problématique nous amène à poser des questions de recherche suivantes.

a. Question de recherche
 Question principale
Quelle appréciation la population burkinabè fait-elle des plateformes web de Burkina Demain
et de leurs contenus ?

 Question secondaire
- Quel est le degré de connaissance de Burkina Demain par les citoyens burkinabè ?
- Les plateformes web de Burkina Demain permettent-elles une diffusion optimale de
l’information sur internet ?
- Quelle crédibilité la population burkinabè accorde -t-elle aux informations qui sont
diffusées sur les plateformes web de Burkina Demain ?

5
b. Objectif de l’étude
Notre étude porte sur le thème « Analyse de la gestion de l’information des médias en ligne au
Burkina Faso : cas de Burkina Demain ».

 Objectif général
Cette étude a pour objectif général, d’analyser le degré d’appréciation de la population
burkinabè sur des plateforme Web de Burkina Demain et de leurs contenus.

 Objectifs spécifiques
Les objectifs spécifiques de notre étude sont les suivants :
- Montrer le degré de connaissance de Burkina Demain par les citoyens burkinabè ;
- Examiner la pertinence des plateformes web de Burkina Demain dans la diffusion
optimale de l’information sur internet ;
- Analyser la crédibilité que la population burkinabè accorde aux informations qui sont
diffusées sur les plateformes web de Burkina Demain.

c. Hypothèses de l’étude
 Hypothèse principale
La population burkinabè apprécie les plateformes web de Burkina Demain et ses contenus en
ligne.

 Hypothèse secondaire
- Un nombre important des citoyens burkinabè connaissent l’existence du journal en ligne
Burkina Demain ;
- Les plateformes web de Burkina Demain permettent une diffusion optimale de
l’information sur internet ;
- La population burkinabè accorde du crédit aux informations diffusées sur les
plateformes de Burkina Demain.

6
3. L’intérêt de l’étude
 Pour l’Université Aube Nouvelle, ce rapport sera bénéfique à tous les étudiants que
désireront ultérieurement se pencher sur les questions liées à la présence en ligne des
médias burkinabè et le domaine de la gestion de l’information qui est un thème
d’actualité ;
 Pour nous-même, cette étude nous offre l’opportunité d’approfondir nos connaissances
de la communication digitale et d’affermir nos ambitions professionnelles dans ce
métier ;
 Pour Burkina Demain, une structure désirant informer les publics sur internet doit faire
recours au numérique, car il est omniprésent dans notre quotidien. Ainsi, notre étude
permettra à l’organe de se servir des données récoltées, pour améliorer sa présence en
ligne, les contenus des articles publiés et l’interaction avec ses lecteurs. Cette étude
permettra également d’évaluer le niveau d’appréciation de son site web, ainsi que ses
comptes sur les réseaux sociaux, ceci, en vue d’améliorer la visibilité et la notoriété sur
le Web.

4. Définition des concepts-clés


 Communication

Le terme « communication » dérive du latin communicare qui signifie « mettre ou avoir en


commun ». Le mot est formé de cum (ensemble, avec) et de munis munia (charge, fonction).

Ainsi, la communication désigne l’action de communiquer, d’établir une relation avec autrui,
de transmettre quelque chose à quelqu’un. Elle peut aussi se rapporter à l’ensemble des moyens
et techniques permettant la diffusion d’un message auprès d’une audience plus ou moins vaste
et hétérogène. La communication peut aussi être l’action pour quelqu’un ou pour une
organisation, d’informer et de promouvoir son activité auprès d’autrui, d’entretenir son image
par tout procédé médiatique.

Le dictionnaire Encyclopédie Larousse propose une panoplie de définitions du terme, mais nous
nous fions à cette définition selon laquelle la communication est : « l’action de communiquer
avec quelqu’un, d’être en rapport avec l’autrui, en général par le langage échange verbal entre
locuteur et un interlocuteur dont il sollicite une réponse : le langage, le téléphone sont des
moyens de communication ».3

3
Dictionnaire encyclopédie Larousse.

7
 Communication digitale

La communication numérique ou digitale est l’utilisation du Web, des médias sociaux et des
terminaux mobiles, comme des canaux de création, de diffusion et de partage d’informations.

La communication digitale, pour Philipe Gérard4, c’est en effet, d’abord, la numérisation des
supports d’information. Mais au-delà, c’est aussi envisager la communication d’entreprise
comme un écosystème entier, un environnement qui englobe et agit sur les trois dimensions du
digital.

Pour lui, la communication digitale définit, dans un écosystème numérique, la stratégie et les
actions de communication à mener sur le Web, les médias sociaux et les terminaux mobiles.

Évoquer le terme « communication digitale » nous renvoie également aux concepts d’internet
et de World Wide Web, deux systèmes complémentaires qui sont souvent confondus.

 La gestion de l'information

Par information, on entend désormais, toute forme de contenu de nature physique (par ex.
courrier papier) ou électronique (par ex. email, entrée de base de donnée), que cette information
soit structurée ou non-structurée. La gestion de l’information consiste donc à collecter et gérer
cette information, depuis une ou plusieurs sources, et à la distribuer auprès de l’audience
requise. Le terme ‘gestion’ sous-entend également la capacité à organiser et contrôler la
structure, le traitement et la mise à disposition de l’information.5

La gestion de l'information est une approche ou une philosophie dans la façon d'acquérir, de
colliger, d'organiser, de conserver, de protéger et de communiquer l'information, que ce soit
sous forme de documents ou autres contenus informationnels, dans les organisations,
notamment les entreprises.

Il s'agit essentiellement d'orienter et de penser ses activités d'acquisition, d'organisation et de


redistribution de l'information, de sorte qu'elles permettent à une organisation de se rapprocher
plus rapidement de ses objectifs stratégiques.

4
Extrait du réseau social LinkedIn ; https://fr.linkedin.com/pulse/quest-ce-que-la-communication-digitale:didier-
vallet. Consulté le 07/06/19 à 00h 23mn
5
Un commentaire sur Qu’est-ce que la Gestion de l’Information? : Jean-Christophe (2009)

8
 Internet et médias sociaux et réseaux sociaux

Selon Futura Sciences,6 l’internet désigne le réseau informatique qui relie des millions
d’ordinateur et leur permet de communiquer entre eux, grâce à un système universel de
transmission de données, appelé le protocole TCP/IP. Ce réseau, qu’on appelle « la Toile » ou
« Web » en anglais a de nombreuses applications. La plus connue est le Word Wide Web, qui
représente la partie la plus visible de l’internet, puisqu’elle permet la visualisation de milliards
de pages reliées entre elles par des liens hypertextes. Le Web a été inventé par Tim Berners-
Lee et a rendu les médias grand public, attentifs à l’internet ; le Web est en d’autres termes, un
système hypertexte public fonctionnant sur internet. Il permet de consulter, avec un navigateur,
des pages accessibles sur les sites.

Les médias sociaux sont un groupe d’application qui permettent la création et l’échange de
contenus générés par les utilisateurs. Ce sont les principaux outils de communication
numériques, ils sont susceptibles de toucher une audience importance.

Dans la plupart des domaines d’activités, les organisations ont développé leur présence sur les
principaux médias sociaux (Facebook, Twitter, YouTube, …)

Il nous semble important de définir le terme de « réseaux sociaux », en ce sens qu’ils sont les
vecteurs de la communication digitale. Les réseaux sociaux ont existé bien avant l’internet. Un
réseau social est un groupe de personnes ou d’organisations reliées entre elles par les échanges
sociaux qu’elles entretiennent.

Pour Michel Forsé,7 un réseau social est un ensemble d’acteurs, cet ensemble peut être
organisé (une entreprise, par exemple) ou non (comme un réseau d’amis) et ces relations
peuvent être de natures fort diverses, spécialisés ou non, symétriques ou non. Les acteurs sont
le plus souvent des individus, mais il peut aussi s’agir de ménages, d’association, etc.

Les termes de réseaux sociaux et médias sociaux ne sont pas à confondre, en effet, sous le terme
de médias sociaux, sont rassemblés différents sites et fonctionnalités sociales du Web qui
permettent de publier du contenu. Portant les réseaux sociaux sont des sites dont la vocation

6
www.futura-sciences.com; consulté le 08/06/19 à 17h 54mn
7
Michel Forsé, Définir et analyser les réseaux sociaux ; les enjeux de l’analyse structurale, 2008

9
première est la mise en relation des utilisateurs entre eux. Les notions de partage et réseautage
peuvent y être mises en avant. Les médias sociaux ne renferment pas ces options.

 Le média

Selon Francis BALLE, on entend par média « une technique utilisée par un individu ou par
un groupe pour communiquer à un autre individu ou à un autre groupe, autrement qu’en
situation de face à face, à une distance plus ou moins grande, l’expression de leur pensée,
quelles que soient la forme et la finalité de cette expression ».8

5. Revue de littérature
Pour faire une bonne analyse et mener à bien notre étude nous prévoyons de résumer l’état des
connaissances des aspects des différents ouvrages des auteurs qui se sont penchés sur cette
problématique.

 Un commentaire sur Qu’est-ce que la gestion de l’information ? : Jean-Christophe


(2009)

Pour Jean-Christophe9, la gestion de l’information est une « (...) approche convergeante et


holistique de la gestion, du transfert et de l'utilisation de l'information consignée et des
connaissances dans une organisation ou une société », la gestion stratégique d'information
s'inscrit dans une perspective appelée écologie de l'information par Choo (1995) et Davenport
(1997) [1]. En plus des fonctions traditionnelles des professionnels de l'information (acquérir,
organiser, redistribuer), on attribue aux activités liées à la GSI les activités de veille
concurrentielle, de diffusion sélective de l'information et de gestion des connaissances. En
somme, le professionnel de la GSI trouve des moyens d'améliorer la façon d'utiliser
l'information dans l'entreprise, de manière à augmenter sa compétitivité.

 Communication digitale : Jérémy Lucas-Boursier, Jean-Eric Pelet collection Aide-


mémoire

Cette œuvre aide-mémoire claire et synthétique, nous permette d'assimiler toutes les notions
indispensables de la communication digitale : les spécificités d'Internet comme environnement
de la communication à 360°, la variété des supports de communication digitaux (sites Web,

8
Francis BALLE, les médias
9
Jean-Christophe (2009) Un commentaire sur Qu’est-ce que la Gestion de l’Information ?

10
réseaux sociaux, applications...) ; les enjeux liés au développement du mobile (communication
contextuelle, responsive webdesign...), les outils, les métiers, les acteurs et les méthodes
associés au développement de projets de communication digitale (UX design, gestion de projet,
tendances de création...). Cet ouvrage doit permettre de comprendre l'impact du digital sur la
conception des stratégies de communication des organisations (entreprises, marques, ONG,
acteurs publics).

Des exemples récents et variés, ainsi que des cas pratiques mettent en lumière différentes
approches concrètes de la communication en ligne : présence sur les réseaux sociaux, utilisation
de la vidéo, contenus de marque, etc.

 Community management : Fédérer des communautés sur les médias sociaux,


David FAYON et Paul CORDINA

Dans cette œuvre, nous retrouvons des explications détaillées du métier de community manager.
Elle nous permet de savoir quels messages délivrer, à quelle fréquence, sur quels réseaux et
pour quelle cible ? Métier en pleine explosion, il consiste à animer et fédérer des communautés
en ligne pour le compte d’organisations ou de marques, et à maîtriser les médias sociaux,
d'identité de marque et de culture d'entreprise.

Dans le mémoire intitulé Les marques sur les réseaux sociaux et l’implication des
consommateurs au sein des plateformes de marque de Diawo KEBE, l’auteur nous donne un
aperçu sur les origines des réseaux sociaux et leur présence dans la vie de tous les jours. Il nous
permet aussi de comprendre comment ils ont évolué et se sont imposés aux individus

 Le marketing digital (Développer sa stratégie marketing numérique : François


Scheid, Renaud Vaillant, Grégoire de Montaigu.

Dans cette œuvre intitulé le marketing digital nous trouverons tout ce qu’il faut pour : définir
les éléments d’une stratégie digitale efficace qui attire, influence et fidélise, actionner et
combiner les leviers marketing, maitriser les ressources des différents canaux : les réseaux
sociaux, les sites web, blog, etc. ; et enfin, analyser la multitude de données disponibles sur le
web : data, big data.

 Les outils de la communication digitale (10 clés pour maitriser le web marketing :
Habib Oualidi

11
Dans Les outils de la communication digitale

La communication digitale est incontournable dans toutes nos activités, aussi bien
professionnelles que personnelles. Pour en tirer le meilleur profit, cet ouvrage propose 10 clés
permettant d'en maîtriser les rouages et les concepts. Nous apprendrons à créer un site Internet
efficace, doper de la visibilité avec le référencement, booster nos activités avec le e-commerce,
créer du lien avec les réseaux sociaux, réussir nos campagnes e-mailing, optimiser le marketing
mobile, créer du buzz, bâtir une stratégie de communication en multicanal et adopter les bons
réflexes de la culture web.

JACQUES CHAMPEAUX et CHRISTIAN BRET, dans LA CYBER ENTREPRISE, 10 clés


pour une approche intégrale des Nouvelles Technologies de l’Information et de la
Communication dans l’entreprise édition DUNOD aux pages 44-45 soutiennent que :

 « À la différence des anciens système d’information, qu obéissaient à des constantes de


temps assez longues, les NTIC transforment très rapidement l’entreprise (…). Si
l’entreprise n’assimile pas très rapidement les changements, elle risque d’être vite dépassée
par ses concurrents ». Les auteurs Jacques Champeaux et Christian BREF mettent à nu le
rôle et l’importance de la communication digitale qui fait partie de la grande famille des
Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Pour ces auteurs
en effet, les NTIC sont un moyen très efficace et très rapide de transformation de
l’entreprise. Avec les NTIC, les systèmes d’information obéissent à des constantes de temps
plus rapide selon ces auteurs.

 En plus, Jacques Champeaux et Christian BREF soulignent l’enjeu de ces nouvelles


technologies, si toutefois une entreprise tarde à les assimiler, à les insérer dans son système
de communication. Pour eux, si une entreprise quelconque tarde à assimiler les Nouvelles
Technologies de l’Information et de la Communication (la communication digitale faisant
partie), elle risque sans nul doute, de se faire reléguer au second plan par ses concurrents.
C’est là l’enjeu primordial de cette nouvelle forme de communication qu’est la
communication digitale. Car presque toutes les structures ont compris de nos jours,
l’importance de cette nouvelle forme de communication dans la quête de la pérennité de
l’entreprise.
 D’après une étude de Business Week publiée en 1997, 80% des cybernautes remarquent les
publicités en ligne, et 49% ont déjà ouvert un lien publicitaire affiché à l’écran LA CYBER
ENTREPRISE, 10 clés pour une approche intégrale des Nouvelles Technologies de
12
l’Information et de la Communication dans l’Entreprise page 160. Dans ce passage les
auteurs expriment bien le nombre accru d’internautes que l’on peut toucher en ligne. Ils
démontent aussi les tendances nouvelles des habitudes de communication du public. En
effet, de nos jours, la majorité des clients, des partenaires, des fournisseurs, des
investisseurs, bref du grand public, se réfèrent à la toile en passant par les NTIC pour
s’informer et en fonction des informations requises faire leurs choix. Il est alors inutile de
se poser la question sur les TIC.
 « Les personnes ont différents usages des médias sociaux résultant de la satisfaction de
certains besoins » (Katz, Bluner et Gurvitch, 1974). Cette approche est bien pertinente, car
elle questionne les usages des personnes sur les médias sociaux plutôt que de questionner
l’apport de ces médias aux personnes. ‘’What media do to people’’ 68 (Australie et Chung ;
2010).

Des recherches menées par Sangwan en 2005, ont montré que « les personnes utilisent la
communication digitale pour satisfaire trois besoins :

 Le divertissement ;
 Les interactions sociales ;
 La recherche d’informations ».
 En effet, il apparaît que la première motivation des internautes sur les réseaux sociaux est
de retrouver toujours plus d’amis et de connaissances, ils sont en effet 59% à rechercher ce
type de contact, à travers l’utilisation des médias sociaux.

 Communicator-6e éd, Thierry LIBAERT et Marie-Hélène Westphalen

Cette œuvre nous refait l’histoire de la communication, tout en nous montrant toutes les facettes
de celle-ci. De la communication interne à la communication externe et corporate, cette œuvre
nous dresse un tableau quasi exhaustif dans différents types de communication.

La communication digitale est un thème d’actualité. Toute personne ou structure voulant


booster ses affaires se verra amener à faire recours au numérique, car il est omniprésent dans
notre quotidien. Travailler sur la communication digitale du journal Burkina Demain aura des
avantages pour cette structure qui pourra sans doute, se servir des données récoltées, pour nous-
même du fait qu’on se forgera plus, et pour notre université qui pourra disposer de ces
précieuses informations dans ses archives, afin qu’elles servent à d’autres, plus tard.

13
14
CHAPITRE II : CADRE METHODOLOGIQUE
Tout travail scientifique nécessite une méthode bien définie pour atteindre des résultats concrets
et concluants. C’est ce dont ce chapitre sur le cadre méthodologique va traiter. Nous allons dans
un premier temps, définir le champ de l’étude et déterminer notre échantillon sur lequel nous
voulons mener notre étude, cibler notre population d’enquête et dans un second temps, détailler
en quoi va consister notre recherche documentaire. Ce chapitre sur la méthodologie, nous
conduit aussi à évoquer les moyens utilisés pour la collecte des données, ainsi que les difficultés
rencontrées, au cours de nos recherches.

I. Délimitation du champ de l’étude


1. La population de l’étude
Pour notre étude, nous avons décidé de spécifier notre champ d’étude, afin de rester dans la
dynamique et dans le vif du sujet. Ainsi, notre champ d’étude est constitué des étudiants, des
journalistes, des travailleurs et des autres internautes burkinabè, au regard à notre thème. Il va
se baser principalement sur les hommes et femmes de différentes tranches d’âge. Par ce
procédé, nous allons pouvoir collecter les avis des différentes personnes, à travers un
questionnaire soumis à un échantillon de cette population.

2. Technique d’échantillonnage
L’échantillonnage est l’ensemble des procédés visant à la sélection d’une fraction de la
population-mère, telle qu’elle puisse être considérée comme représentative de la population
totale de référence. C’est donc une procédure par laquelle un petit nombre d’unités d’analyse
sont sélectionnées pour étude, afin de générer des résultats à la population-mère, encore appelée
l’univers.10

Nous avons considéré l’ensemble des internautes (les étudiants, les journalistes, les travailleurs
et les autres internautes burkinabè) comme étant la population de l’étude. La taille de
l’échantillon est de quatre-vingt (80) individus, choisis de manière aléatoire, parmi la
population-cible. Cette technique de choix de l’échantillon fait partie des techniques
d’échantillonnage non probabilistes, car le choix ne reposait pas sur des données
mathématiques. Cela a consisté à désigner un échantillon de la population de base qui est
constituée d’internautes. Parmi ces 80 individus, nous avons des jeunes, des adultes, dont une

10
Cours de méthodologie de rédaction de mémoire 2012-2013 assuré par Dr Clotaire BASSOLE

15
partie fréquente le site web et la page Facebook du Burkina Demain et d’autres non, afin d’avoir
des résultats objectifs.

Nous avons estimé qu’interroger 80 individus serait largement suffisant à recueillir des
informations pertinentes sur un journal en ligne comme Burkina Demain, d’autant plus que les
publications sont « likées » en moyenne par tout au plus trois cents (300) personnes.

3. La méthode de collecte des données


 La méthode qualitative
Cette méthode a consisté pour nous, en des entretiens avec les responsables chargés de la
gestion et de l’animation du site Web et de la page Facebook. Ils nous ont donné des
informations complémentaires à notre étude.

 La méthode quantitative
La méthode quantitative a consisté à soumettre un questionnaire à l’échantillon. A travers ce
questionnaire, nous avons recueilli des informations que nous avons exploitées pour nos
analyses.

4. Technique et outils de collecte des données


Les techniques, outils de collecte des données que nous avons mis en œuvre sont basés sur
l’observation participante, la recherche documentaire, l’enquête par questionnaire et l’entretien
direct.

a. Observation participante
Les deux (02) mois que nous avons passés au sein du journal (Burkina Demain) nous ont permis
de participer à un certain nombre d’activités et par conséquent, de faire un certain nombre de
remarques sur le travail effectué.

b. La recherche documentaire
Afin d’enrichir les informations relatives à notre étude, nous avons procédé à la lecture d’un
certain nombre de documents portant sur la communication digitale, des publications, des
rapports qui ont traité du thème.

Nous avons également consulté des ouvrages à la bibliothèque de l’Université Aube Nouvelle
et sur internet, et également, des livres fournis par notre professeur de suivi. La lecture de tous
ces documents nous a permis d’orienter notre travail de recherche.

16
En plus, nous avons approché certains professionnels du domaine de la communication digitale
pour avoir de plus amples informations. Cela nous a permis de mieux comprendre le monde de
la communication digitale et de mesurer à quel point la communication digitale est essentielle
dans tous les domaines.

c. Enquête
L’enquête a été menée à travers un questionnaire administré aux quatre-vingt (80) personnes
que nous avons choisies aléatoirement. Le questionnaire avait pour but de collecter les avis des
internautes sur les plateformes web de Burkina Demain, la qualité et la performance du contenu
publié sur ses outils Web.

Le questionnaire a été conçu sur Google Formulaire. Travaillant sur le digital, nous avons
trouvé adéquat d’utiliser un logiciel en ligne pour concevoir et administrer le questionnaire et
procéder à l’analyse des résultats recueillis. Le questionnaire est structuré comme suit :

 une phrase introductive qui décrit le contexte et le but du questionnaire ;


 une question permettant l’identification de nos enquêtés ;
 un ensemble de quinze (14) questions portant sur le site Web et la page Facebook.

d. Entretien
L’entretien avec le responsable chargé à l’animation du site Web nous a permis de savoir
comment la communication est gérée au Burkina Demain, comment et à quelle fréquence les
informations sont publiées en ligne, quelles sont les réactions des internautes face aux
publications, quels problèmes sont rencontrés quant à cette gestion de l’image en ligne de
Burkina Demain. Le mode d’administration était de façon directe.

Nous avons pu également nous entretenir avec certains internautes, afin de recueillir leurs avis
concernant la page Facebook et le site Web du journal.

5. Difficultés rencontrées
Les difficultés dans la pratique d’un stage par les étudiants sont courantes. Nous n’en faisons
pas exception. En effet, nous avons rencontrées pas mal de difficultés au cours de notre stage
de 02 mois à Burkina Demain. La réalisation de notre phase d’entretien ne s’est pas déroulée
sans obstacles. Les personnes à qui nous avons soumis le questionnaire d’enquête ont mis du
temps à le renseigner, cela n’a pas été sans incidence sur notre programme de travail. De ce fait,
le questionnaire devant être rempli en ligne, nous avons accès aux enquêtés que virtuellement.
Ne les connaissant pas tous, il fallait donc une bonne motivation de ces personnes pour les

17
amener à remplir au plus vite le questionnaire. Certains ont été très réactifs, d’autres moins. Le
manque de temps de nos interviewés posait une grande difficulté pour nous, à cause des
nombreuses interruptions et des réponses pas satisfaisantes.

Ce présent travail qui poursuit divers objectifs, aurait pu être plus approfondi. Mais, de
nombreux obstacles se sont imposés à nous dans sa concrétisation. Il s’agit du manque de
documents en rapport avec notre thème d’étude. Nous avons visité la bibliothèque de
l’Université Aube Nouvelle sans y trouver le moindre document traitant de notre thème. Nous
avons dû alors nous référer à internet pour télécharger certains ouvrages et nous en imprégner.

D’autres entraves, non des moindres, nous ont obligé à limiter notre échantillon, car tous nos
enquêtés ne disposaient pas d’une connexion internet, durant la phase de notre enquête. Cela ne
nous a pas permis à toucher la totalité de notre cible.

Aussi, pour le cadre institutionnel, les données auxquels nous avons eu accès sont très anciennes
(2015). Cet aspect enlève un élément important à la pertinence de notre cadre institutionnel.

En somme, les deux méthodes connues qui sont la méthode qualitative et quantitative, sont
celles dont nous avons fait usage pour collecter les données nécessaires à l’étude. Nous avons
ensuite enquêté quatre-vingt (80), afin d’obtenir les informations nécessaires à l’analyse de la
communication digitale du Burkina Demain. Mener cette enquête n’a pas du tout été facile, du
fait que le questionnaire n’a pas été administré physiquement, mais plutôt en ligne.

Si cette partie n’a abordé que les aspects purement théoriques et méthodologiques de l’étude,
la dernière est consacrée au cadre opérationnel et analytique de l’étude.

18
DEUXIEME PARTIE : CADRE
OPERATIONNEL ET ANALYTIQUE

19
CHAPITRE I : PRESENTATION DE BURKINA DEMAIN
Ce chapitre consiste à présenter le site d’information Burkina Demain en montrant les
différentes parties de son site web et la page Facebook enfin, et de présenter les structures
affiliées.

1. Le site d’information BURKINA DEMAIN


Burkina Demain est un organe d’information générale, crée en 2015 à Ouagadougou au Burkina
Faso. Ce journal en ligne s’intéresse à toutes les informations politiques, sociales, culturelles
ou sportives africaines ou internationales. Le journal électronique est gratuit et accessible à
l’adresse www.burkinademain.com . Les internautes peuvent consulter les actualités
directement sur le site ou s’abonner à la newsletter pour recevoir l’actualité par courriel
électronique.

Au Burkina Faso, la libération de l’espace médiatique dans les années 1990 et particulièrement,
l’avènement de l’internet ont permis la naissance de plusieurs médias en ligne. Ce
développement s’est fortement accéléré, depuis l’an 2000 et la décennie qui suit, grâce à la
révolution numérique et la naissance des médias sociaux. En raison de la popularisation de
l’accès à internet haut débit, aux technologies et terminaux mobiles et au web 2.0, les médias
en ligne parviennent à toucher plus des lecteurs que les journaux papier. Pour s’adapter à cette
nouvelle forme de communication, la plupart des grands noms de la presse burkinabè, tels que
la RTB, les Editions Sidwaya, Le Pays, l’Observateurs Paalga, ont proposé leur contenu sur
internet et le mobile.

Avec l’avènement des médias sociaux, beaucoup de presse, en ligne se créent, si bien qu’on
doute de la crédibilité de plusieurs d’entre elles, due à des informations inexactes qu’elles
diffusent. Face à cette situation, Burkina Demain a pu se faire une place parmi les médias
sérieux du Burkina Faso, en faisant du respect de la déontologie et de l’éthique au sein de sa
rédaction. La rédaction de Burkina Demain est composé d’une dizaine de journalistes et de
pigistes et emploie des jeunes diplômés des universités et écoles professionnelles du Burkina
Faso. Son rédacteur en chef et manager général est M. Grégoire BAZIE par ailleurs, président
de l’Association des journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et le
développement durable (JED) au Burkina Faso.

20
2. Le site web et la page Facebook de l’organe
Cours de ces dernières années, les nouvelles technologies de l’information et de la
communication ont connu un bouleversement marqué par l’apparition de l’internet et par sa
croissance exponentielle. Ces années ont aussi été marquées par l’entrée en scène de Word
Wide Web (WWW), l’une des applications qui a popularisé Internet, et qui a fait exploser le
nombre de ses utilisateurs. Par conséquent, le web suscite l’intérêt de la majorité des
organisations qui se doivent d’enrichir leur présence via des sites web.

A. Le site web de Burkina Demain (Présentation des différentes parties)


Le site de Burkina demain est classé parmi les sites web d’information. Il est conçu avec le
Système de gestion de contenu (CMS) WordPress. Il a été réalisé par l’Agence UBICOM en
2015 et qui continue d’assurer la maintenance et la mise à jour du site.

1. Le tableau de bord ou espace administrateur


C’est le panneau de contrôle pour l’ensemble du site Web de Burkina Demain. C’est là que le
journal crée et gère le contenu, ajoute des fonctionnalités, sous forme de plugins, modifie le
style, sous forme de thèmes et bien d’autres choses encore.

Illustration 5 : Le Tableau de bord (espace administrateur) du Burkina Demain

21
La Catégorie articles

Cette catégorie articles permettent de publier des actualités sur le site Web. Ils s’affichent selon
la date de leur publication et sont donc intéressants pour tenir un blog, afficher des actualités
ou rester en contact avec les visiteurs. Les articles ne sont a priori pas destinés à contenir des
informations statiques qui restent valables dans le temps.

Cette catégorie est subdivisée en 4 rubriques :


 Tous les articles : permet de gérer et lister l’ensemble des articles existants
 Ajouter : permet de créer un nouvel article
 Catégories : permet de gérer les catégories de vos articles
 Étiquettes : permet de gérer les étiquettes (tags en anglais) de vos articles

Les catégories et les étiquettes permettent d’organiser les articles du journal Burkina Demain
site :
 Les catégories définissent de grandes thématiques que le journal a publiés, un peu à l’image de
classeurs.

 Les étiquettes permettent de classer les articles du journal selon des critères transversaux.

Le but des catégories et des étiquettes est d’aider les visiteurs à découvrir le contenu connexe
que le journal a publié et de faire des liens entre les articles.
Médias

Cette catégorie réunit l’ensemble des médias (images, vidéos, documents PDF, etc.) du site
internet de Burkina Demain. Si Burkina Demain publie des images dans un article, elles
s’afficheront également dans la bibliothèque des médias.

Cette catégorie est subdivisée en 2 rubriques :


1. Bibliothèque : permet de gérer et afficher tous les médias de site d’information Burkina
Demain.
2. Ajouter : permet d’ajouter de nouveaux médias.

22
Pages

Les pages permettent au journal de publier des informations statiques sur son site.
Contrairement aux articles, elles sont indépendantes du temps. Sur ce site, Burkina Demain
utilise par exemple, des pages pour les informations, car elles seront encore valables dans
plusieurs mois et il ne souhaite pas qu’elles soient triées par ordre chronologique.

Cette catégorie est subdivisée en 2 rubriques :


1. Toutes les pages : permet de gérer et afficher toutes les pages de site internet du journal.
2. Ajouter : permet de créer une nouvelle page.
Commentaires

Les commentaires sont importants, car ils reflètent la popularité et la qualité du contenu que
Burkina Demain partage sur son site. Pour l’auteur d’un site, il s’agit également d’une forme
de reconnaissance importante. Cette catégorie permet de gérer et d’afficher l’ensemble des
commentaires que les visiteurs laissent sur les articles et/ou les pages du journal.
Apparences (thèmes, widgets, menus)

Cette catégorie permet de gérer tout ce qui concerne l’apparence et l’organisation des différents
éléments graphiques de site internet Burkina Demain.

Cette catégorie rassemble 05 rubriques (les rubriques peuvent varier selon le thème que Burkina
Demain utilise) :
 Thèmes : permet d’activer ou de rechercher de nouveaux thèmes sur le site web du journal.
 Personnaliser : permet de personnaliser le thème activé. Les possibilités de personnalisation
varient en fonction du thème.
 Widgets : les widgets sont de petits modules qui permettent d’enrichir les fonctionnalités du
site web de Burkina Demain.
 Menus : permet de configurer et personnaliser les différents menus de site internet de Burkina
Demain.
 Éditeur : cette rubrique permet de modifier les fichiers d’un thème du journal.
Extensions (plugins)

Les extensions, aussi appelées « plugins », permettent d’enrichir les fonctions de base du site
web de Burkina Demain.

23
Cette catégorie s’organise en 2 rubriques :
 Extensions installées : permet de gérer les extensions déjà installées sur le site. Pour utiliser
une extension, celle-ci doit être activée par Burkina Demain.
 Ajouter : permet de rechercher de nouvelles extensions dans la base de données officielle de
WordPress.
Utilisateurs

Cette catégorie rassemble 3 rubriques :


 Tous les utilisateurs : permet de gérer la liste des utilisateurs de Burkina Demain.
 Ajouter : permet d’ajouter un nouvel utilisateur.
 Votre profil : permet de mettre à jour le profil et de modifier le mot de passe employé pour se
connecter à l’interface d’administration du journal Burkina Demain.
Réglages

Cette catégorie rassemble tous les réglages de WordPress. Si Burkina Demain installe des
extensions (plugins), c’est également ici, qu’il pourra les configurer. Les réglages de base de
WordPress sont organisés en 6 rubriques :
 Général : permet de modifier le titre du site, le slogan du site et l’adresse mail du site web
Burkina Demain.
 Lecture : permet de configurer la page d’accueil du site web Burkina Demain et de choisir s’il
doit être référencé dans les moteurs de recherche.
 Discussion : permet de configurer tout ce qui concerne les commentaires. C’est ici que Burkina
Demain peut choisir d’afficher les commentaires les plus récents ou anciens en premier.
 Médias : permet de configurer les médias (la taille par défaut des images, la manière dont les
médias sont classés sur le serveur, etc.).

 Permaliens : permet de personnaliser la structure des liens qui s’affichent dans la barre
d’adresse du Burkina Demain.

24
2. Espace visiteurs (Font office)
C’est l’interface à laquelle les visiteurs accèdent pour lire les informations publiées par le
journal Burkina Demain et de s’abonner à newsletter du site web pour recevoir des informations
par courriel électronique.

Illustration 6 : Espace visiteurs (Font Office) du journal

25
26
En-tête
C’est la zone au sommet du site. L’en-tête du site web de Burkina Demain est composé de :

D’un logo qui est le logo du journal d’information Burkina Demain, la bannière et le Top-menu.

Il y a aussi le menu principal qui contient 11 rubriques que sont : Accueil, Politique,
Économique, Sécurité, Diplomatie, Énergie, Culture, Sport, Afrique, International et Contact à
la fin. Et en fin, il y a la Une du site, qui comporte 6 articles récents qui défilent.

 La page d’accueil : grâce à laquelle les visiteurs du Burkina Demain se rendent


rapidement au début du site.
 Le rubrique « A propos » : c’est une brève présentation du journal Burkina Demain.
 Contact : une page contact, afin qu’aucun visiteur ne doute de l’endroit où il faut se
rendre pour devenir un client

Pied de page
C’est la zone où Burkina Demain publie généralement les informations sur le droit d’auteur,
des widgets et du contenu personnalisé en fonction de ses besoins. Les options du bas de page
dépendent en grande partie, du thème choisi.

Illustration 7 : Le Newsletter du site (espace abonnement)

27
La newsletter
Est un message électronique ayant pour but d’informer plus régulièrement les contacts du
journal Burkina Demain de l’actualité et ainsi, améliorer les relations client. C’est un e-mailing
à fréquence régulière.

Burkina Demain utilise ce système, pour envoyer des articles publiés sur le site web aux
abonnés.

B. La page Facebook du journal Burkina Demain


Créée en 2004 par Marck Zuckerberg, Facebook a été rapidement adopté par les étudiants des
universités. Au fur et à mesure des évolutions et rachats (FriendFeed ou encore Instagram),
l’entreprise a grandi et le réseau social s’est ouvert au monde entier, pour devenir aujourd’hui,
le deuxième site web le plus visité après Google. Les entreprises ne doutent plus aujourd’hui,
de l’impact positif que Facebook pourrait avoir sur leur business. 11
Avec 2,3 milliards
d’utilisateurs actifs par mois dans le monde en janvier 2019, Facebook est de loin le réseau
social le plus populaire.

Une page Facebook est un profil public spécialement créé pour un business, une marque, une
célébrité, une cause ou une organisation. Contrairement aux profils personnels, les pages n’ont
pas des ‘’amis’’, mais plutôt des ‘’fans’’. Les pages peuvent avoir un nombre illimité de fans,
ce qui constitue une différence fondamentale avec les profils personnels pour lesquels Facebook
a instauré une limite maximale de 5 000 amis. Le fonctionnement des pages est similaire à celui
des profils. Tout comme les profils personnels avec leurs amis, les pages partagent avec leurs
fans des statuts, des liens, des évènements, des photos, des vidéos. Ces éléments apparaissent
sur la page elle-même, mais aussi sur le fil d’actualité des fans.

Au vu de toutes ces avantages, Burkina Demain s’est collaboré avec le numérique, en se frayant
une place sur Facebook.

 Structuration de la page Facebook du Burkina Demain


Conscient des avantages des réseaux sociaux, le journal d’information Burkina Demain a créé
en 2015, une page Facebook. Sa page est actuellement, aimée par 11 662 personnes et suivie
par 11 839 personnes (14 juin 2019). Le nom de la page est « Burkina Demain ».

11
Nombre d’utilisateurs actifs sur les réseaux sociaux en France et dans le monde en 2019.

28
Illustration 8 : Interface de la page Facebook du Burkina Demain

La page Facebook du journal Burkina Demain est structurée comme suit :

 La photo de profil
Burkina Demain utilise comme photo de profil de la page, son logo. Ceci, dans le but d’être
reconnaissable par tous. Le logo du Burkina Demain est composé d’un nom « Burkina
Demain » et l’adresse de son site web. Les couleurs du logo sont le Turquoise, le rouge, le
blanc et le jaune.

 La photo de couverture
La photo de couverture de la page du Burkina Demain change en fonction des actualités ou
événements du moment. La photo de couverture est une photo prise en Plan Ensemble, une
partie de la ville de Ouagadougou avec un slogan « Des informations fiables et en temps réel
sur le Burkina Faso ».

 La nature des informations publiées sur la page du Burkina Demain


Le journal publie des informations, afin de tenir au courant de l’actualité sur le Burkina Faso et
le monde.

29
 Les fonctionnalités intégrées par la page Facebook du journal12
La communauté du Burkina Demain peut interagir avec le journal, grâce aux éléments suivants :

 La mention « j’aime » et la possibilité de montrer son humeur, suite à un message


diffusé : au départ, un bouton portant la mention « j’aime » matérialisé par un pouce
bleu permettait à l’internaute d’apprécier le contenu des messages diffusés. Seulement,
une innovation viendra changer la donne. De ce fait, le mercredi 24 février 2017,
Facebook a officiellement lancé la fonctionnalité « Réactions » qui renferme plusieurs
icônes signifiant leur humeur. Un moyen d’expression un peu plus complet que le très
limité « j’aime ». La communauté de Burkina Demain utilise cette mention « j’aime »
pour monter son humour aux informations publiées.
 La possibilité de répondre aux messages publiés ou « commentées » : Facebook
permet de commenter les publications. Il permet aux utilisateurs du journal Burkina
Demain d’interagir en utilisant le système de commentaire. Les utilisateurs peuvent
commenter les statuts, photos, liens et autres.
 L’option « partager » : cette fonctionnalité de Facebook permet aux internautes
séduits par une publication du journal, de la partager avec d’autres personnes, à partir
de leur propre compte.

A part le site Web et la page Facebook, le journal d’information Burkina Demain dispose d’un
compte Twitter et d’un compte Tumblr.

12
Rapport de stage de fin de cycle « L’impact de la communication digitale de la Société Nationale des Postes
(SONAPOST) soutenue en année académique 2016 – 2017.

30
3. Les structures affiliées ou partenaires
L’organe de presse Burkina Demain est partenaire avec plusieurs structures dont l’Agence
UBICOM qui l’a conçu et assure ses mises à jour techniques. Il est membre de l’Association
des éditeurs et professionnels des médias en ligne du Burkina Faso (AEPML) qui regroupe les
principaux médias en ligne du Burkina Faso.

Burkina Demain entretient par ailleurs, des relations avec la Coalition nationale des
organisations de la société civile pour la promotion des énergies renouvelables et l’efficacité
énergétique du Burkina Faso (CNPDER-BF), une organisation de la société civile. Faut-il le
noter, le directeur de publication de Burkina Demain est membre fondateur de la CNPDER-BF
et président fondateur de l’Association Journalistes et communicateurs pour les énergies
renouvelables et le développement durable (JED), membre de la CNPDER-BF.

En effet, la question de l’énergie est très cruciale au Burkina Faso et cette situation énergétique
préoccupe les journalistes. D’après les derniers chiffres, nous sommes à 21% de taux d’accès à
l’électricité, alors que la couverture régionale moyenne est de 40%. Mais pourtant ce pays
regorge de beaucoup de potentialités en matière d’énergies renouvelables. Face à une telle
opportunité, il faut mettre l’accent sur la mobilisation et l’éveil de conscience. C’est ainsi que
les hommes des médias se sont depuis 2013, réunis en association pour promouvoir les énergies
renouvelables au Burkina Faso.

Le gouvernement burkinabè a certes, pris des mesures ces dernières années, pour résoudre le
déficit énergétique national et la dépendance envers les énergies thermiques. Au niveau du
gouvernement, on note la création de l’Agence nationale des énergies renouvelables et de
l’efficacité (ANEREE) en 2016, dans le but de susciter, animer, faciliter et coordonner toutes
opérations ayant pour objet le développement des énergies renouvelables et l’efficacité
énergétique au Burkina Faso. Dans le secteur privé, nous notons également plusieurs projets
dans le domaine des énergies renouvelables en études et d’autres mis en œuvres dans le cadre
du partenariat public-privé. Aussi, les acteurs de la société civile ne sont pas en reste. Ils
travaillent de sorte que les populations aient effectivement accès aux énergies propres, à travers
le plaidoyer, la mobilisation et la sensibilisation.

Dans ce sens, le Réseau des Journalistes et communicateurs pour les énergies renouvelables et
le développement durable (JED), contribue à la visibilité et à l’information dans les initiatives
allant dans le sens de la promotion des énergies renouvelables. Cette association mène la
réflexion sur le rôle que peuvent jouer les acteurs de la société civile pour un meilleur accès de

31
la population à des services énergétiques de qualité. Par la voix de son premier responsable, M.
Grégoire Philippe BAZIE, par ailleurs, directeur de publication de Burkina Demain, il interpelle
tous les acteurs des médias à un engagement ferme dans le domaine énergétique au Burkina
Faso.

La JED organise chaque année, les Journées des acteurs de la communication sur les énergies
(JACE). Après la 4ème édition qui a été consacré aux acteurs de l’énergie en 2017, la 5ème édition
des JACE qui s’est ténue en juillet 2018 a été consacré aux acteurs miniers. En ce moment, le
président de la JED, M. BAZIE avait expliqué le choix d’organiser les journées de la
communication avec les acteurs miniers par le fait « qu’ils peuvent constituer l’un des piliers
stratégiques dans la longue lutte pour la dépendance énergétique ».

La Coalition nationale des organisations de la société civile pour la promotion des énergies
renouvelables et l’efficacité énergétique du Burkina Faso (CNPDER-BF) regroupe près de dix-
neuf (19) OSC, dont les têtes de proue restent, le Centre écologique Albert Schweitzer du
Burkina Faso (CEAS Burkina), l’Organisation néerlandaise de développement (SNV Burkina),
l’Organisation catholique pour le développement et la solidarité (OCADES-Caritas Dédougou),
l’Association de gestion des ressources naturelles et de la faune de la Comoé-Léraba
(AGEREF-CL), l’Association des journalistes et communicateurs pour les énergies
renouvelables et le développement durable (JED).

32
CHAPITRE II : PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS ET
SUGGESTIONS
Dans le présent chapitre, nous allons présenter les résultats de notre enquête, et procéder à une
analyse des données recueillies. Il sera aussi question dans ce chapitre de faire des suggestions
d’amélioration, à l’endroit de Burkina Demain.

Mais avant de passer à la présentation des résultats, nous allons faire un rappel sur la collecte
des données. Pour mener à bien notre étude ; nous avons opté pour la méthode mixte de collecte
de données. Cette méthode a consisté pour nous, en des entretiens avec les responsables chargés
de la gestion et de l’animation du site Web et de la page Facebook et à soumettre un
questionnaire à l’échantillon. A travers ce questionnaire, nous avons recueilli des informations
que nous avons exploitées pour nos analyses.

1. Présentation et analyse des résultats


Graphique 11 : Identification des enquêtés.

SÉRIE 1
Série 1

30 25
15 10

ETUDIANTS JOURNALISTES TRAVAILLEURS LES AUTRES


INTERNAUTES

Source : résultats de l’enquête.

Dans le cadre de notre enquête, nous avons identifié plusieurs catégories de personnes. Parmi
elles, les étudiants qui figurent en tête de la liste avec trente (30) personnes, les internautes,
vingt-cinq (25) personnes, viennent ensuite les journalistes avec quinze (15) enquêtés et enfin
les travailleurs, toutes catégories confondues dix (10) personnes. L’identification de ces cibles
s’explique principalement par leur lien avec Burkina Demain et les objectifs de notre étude.
Concernant les journalistes et les travailleurs qui relèvent du métier de journaliste, il forme les
rédactions des organes de presse.

33
Tableau 1 : Classification des enquêtés par Sexe

Source : résultats de l’enquête.

Il convient aussi de distinguer les enquêtés par sexe. Ils sont constitués par une légère avance,
d’hommes (52,5%) et de femmes (47,5%). Cette légère baisse se situe au niveau de la catégorie
des journalistes. Dans la plupart des rédactions visitées, la majorité des journalistes enquêtés
sont des hommes. Cette situation peut aussi refléter la disparité de sexe dans le métier de
journaliste.

Tableau 2 : Classification des enquêtés par âge.

Source : résultats de l’enquête.

Dans notre étude, nous avons distingué les enquêtés par âge. Ils sont constitués par une très
forte hausse, de la tranche d’âge de 20-25 ans, qui représente près de 2/3 tiers des enquêtés.
Cela est dû à la présence des jeunes sur internet et les réseaux sociaux.

34
Graphique 12 : Degré de connaissance de Burkina Demain.

Source : résultats de l’enquête.

Sur la question de la connaissance du journal en ligne, Burkina Demain, il en ressort que la


plupart des enquêtés (61%) connaissent le journal. Cette tendance montre que le site Burkina
Demain est connu de la majorité de ses cibles. Cette notoriété est le fait de la pertinence des
outils utilisé, pour la promotion et la visibilité de l’organe. Nous pouvons alors affirmer que les
outils de communication digitale intégrés au site ont permis d’augmenter la notoriété du journal.

Graphique 13 : Les moyens utilisés par les enquêtés pour connaitre Burkina Demain

Source : résultats de l’enquête.

Étant un journal en ligne, près de 60% des enquêtés déclarent connaître le journal en ligne
Burkina Demain, grâce à l’internet. Nous pouvons affirmer que Burkina Demain est bien
référencé sur les différents navigateurs et sa présence sur la toile lui permet d’être visible par
les internautes. Le choix des internautes a été motivé par l’objet de publication de Burkina
Demain. Étant un organe de presse en ligne, Burkina Demain tire la majorité de ses lecteurs
d’internet et chercher à connaitre leurs habitudes de consommation médiatique est un atout pour
cet organe.

35
Tableau 3 : le site web de Burkina Demain.

Source : résultats de l’enquête.

70% des enquêtés déclarent visiter le site de Burkina Demain, suite à une question de savoir
s’ils ont visité le site. Il est à noter aussi que (61%) des enquêtés connaissent le journal. Au vu
de ces résultats, nous pouvons dire que le site web du journal est bien placé sur les moteurs de
recherche.

Graphique 14 : l’interface du site web du Burkina Demain.

Source : résultats de l’enquête.

Concernant la question posée sur la description de l’interface du journal en ligne, Burkina


Demain, il est à noter que la moitié des enquêtés (51%) jugent que l’interface est meilleure. Vu
cette tendance, nous pouvons affirmer que le design du site web doit être amélioré pour attirer
plus des lecteurs, parce qu’à l’ère du tout numérique, les internautes sont très méfiants des sites
peu attirants.

36
Graphique 15 : les informations publiées sur le site web.

Source : résultats de l’enquête.

Concernant la qualité des informations publiées sur le site du journal en ligne, Burkina Demain,
il est à noter que plus de la moitié des enquêtés (61%) jugent que les informations sont crédibles
et correspondent à leurs attentes. Au vu de ces résultats nous pouvons dire que Burkina Demain
se démarque des autres sites d’information, souvent qualifiés de peu crédibles. Cela démontre
le respect de l’éthique et de la déontologie du métier de journaliste par l’organe, ainsi que le
professionnalisme de sa rédaction.

Graphique 16 : amélioration du site web de Burkina Demain.

Source : résultats de l’enquête.

Il est à noter que plus d’un tiers des enquêtés (35%) affirment qu’ils aimeraient observer une
amélioration du design du site web de Burkina Demain. Cela démontre l’intérêt que les
internautes accordent à l’esthétique des sites d’information.

37
Graphique 17 : les motivations sur la visite du site web du journal.

Source : résultats de l’enquête.

D’après notre enquête, il ressort que l’accessibilité de la plateforme et les informations publiées
en temps réel ont motivé près de deux tiers des enquêtés à visiter le site web de Burkina Demain.
D’autres enquêtés ont aussi évoquer la véracité des informations publiées par le journal.

Tableau 4 :suivre la page Facebook de Burkina Demain.

Source : résultats de l’enquête.

D’après notre enquête, près de 90% des enquêtés déclarent suivre la page Facebook de Burkina
Demain. Facebook est alors pour Burkina Demain une plateforme de promotion qui lui permet
de promouvoir son contenu et d’attirer les internautes, surtout la franche jeune de la population
vers son site web.

38
Tableau 5 : lire les informations publiées sur la page Facebook.

Source : résultats de l’enquête.

D’après notre enquête, près de 70% des enquêtés affirment lire régulièrement les informations
publiées sur la page Facebook de Burkina Demain. Mais, ce ne sont pas toutes les informations
qui sont publiées sur le site web vers les réseaux sociaux et principalement, la page Facebook.

Graphique 18 :réaction aux différentes publications du journal sur Facebook.

Source : résultats de l’enquête.

D’après notre enquête, nous pouvons affirmer que seulement près de 13% des enquêtés qui
affirment réagir régulièrement aux différentes publications du journal sur Facebook. Donc
Burkina Demain doit renforcer son système de modération en ligne pour permettre à ses lecteurs
d’interagir avec le journal.

39
Tableau 6 : les réponses aux questions posées sur la page Facebook.

Source : résultats de l’enquête.

Des résultats de l’enquête, il ressort également que 17% des enquêtés affirment recevoir une
réponse aux questions ou suggestions faites sur la page Facebook. Vu cette faible réactivité,
Burkina Demain doit mettre l’accent sur la gestion de sa communauté en ligne et améliorer son
système de modération pour permettre à ses lecteurs d’interagir avec le journal.

Graphique 19 : motivation pour suivre la page Facebook du journal.

Source : résultats de l’enquête.

Parmi les internautes qui ont visité la page Facebook de Burkina Demain, près de 70% d’entre
eux sont motivés par l’accessibilité de la plateforme et la qualité des informations. Donc, nous
pouvons affirmer que les internautes sont confiants de la sérénité du journal et de sa page
Facebook.

40
Graphique 20 : connaissance des autres comptes sur un réseau social.

Source : résultats de l’enquête.

La majorité des enquêtés (64%) affirme qu’ils ne connaissent que la page Facebook et le site
web du journal Burkina demain. Donc, c’est la page Facebook qui est la plus connue et plus
visitée par nos enquêtés. Avec près de deux milliards d’utilisateurs dans le monde, Facebook
est le favori des lecteurs et internautes de Burkina Demain.

41
2. Vérification des hypothèses
Après avoir présenté les résultats de notre enquête, nous allons maintenant vérifier les
hypothèses que nous avons émises, au début de notre étude. Suite à l’analyse des données
recueillies, nous affirmons que toutes nos hypothèses sont confirmées.

Hypothèse spécifique 1 : Un nombre important des citoyens burkinabè connaissent l’existence


de la presse en ligne, Burkina Demain.

Cette hypothèse est confirmée par les résultats des graphiques 2, 3 et le tableau 3. D’après ces
résultats, nous constatons que plus de 70% des enquêtés affirment connaître le journal en ligne
Burkina Demain.

Hypothèse spécifique 2 : Les plateforme web de Burkina Demain permettent une diffusion
optimale de l’information sur internet.

Cette hypothèse, est confirmée par les résultats des tableaux 4, 6 et le graphique 7. D’après ces
résultats, nous constatons que plus de 70% des enquêtés affirment que le site internet et les
comptes sur les réseaux sociaux de Burkina Demain correspondent à leurs attentes
technologiques et permettent une diffusion normale de l’information.

Hypothèse spécifique 3 : Les informations publiées sur les plateformes de Burkina Demain
sont conformes à l’éthique et à la déontologie.

Quant à cette hypothèse, elle est aussi confirmée par les résultats des graphiques 5, 8 et le
graphique 9. D’après ces résultats, nous constatons que la quasi-totalité des enquêtés qui suivent
et lisent régulièrement le journal affirment que les informations publiées par le site internet et
les réseaux sociaux de Burkina Demain sont de qualité et respectent les règles d’éthique et de
déontologie du métier de journaliste.

42
3. Suggestions
Au cours de notre stage de deux (02) mois, nous avons fait certains constats et relevé certains
points que nous jugeons importants de changer. Entre autres, nous avons noté :

- La plupart des critiques et des réactions des internautes ne font pas l’objet d’un
feedback, surtout sur la page Facebook du journal. Il est donc important de veiller, à
défaut de répondre à, toutes les réactions, donner suites à certaines d’entre elles pour ne
pas donner l’aire d’un journal insoucieux de l’avis de son public ;
- Inscrire des mots-clés en lien avec le journal Burkina Demain sur Google Alerte pour
être automatiquement avisé, quand quelqu’un fait une publication où il est mentionné ;
- Promouvoir par le sponsoring payant de la page Facebook du journal Burkina Demain,
ne serait-ce que pour une période relativement courte, le temps de faire grimper le
nombre des abonnés, ce qui reviendrait à faire connaître les plateformes Web par plus
de personnes.
- Favoriser une diversification des contenus en intégrant plus de sons et de vidéos sur le
site afin de permettre une consommation multimédia ;
- Améliorer le référencement du site sur les moteurs, Meta moteur et annuaire de
recherche, afin que le site soit plus visible que les concurrents à travers les mots-clés.

Nous proposons un plan de communication digitale pour booster la notoriété de Burkina


Demain.

4. Proposition d’une stratégie digitale


Une stratégie digitale est un plan d’action sur les supports digitaux, c’est-à-dire internet (site,
webmarketing, réseaux sociaux, etc.) et mobiles pour arriver à des objectifs globaux sur la
marque/l’entreprise. La stratégie digitale s’inscrit dans le plan de communication d’une
entreprise.13

« Définir une stratégie digitale, c’est définir un plan de bataille ». dit Gabriel Dabi-Schewebel.
Nous proposons alors à Burkina Demain, un plan de communication digitale dont elle pourrait
se munir, en vue de donner plus de vitalité à ces plateformes Web. Ce plan d’action pourrait
guider le directeur de publication de Burkina Demain vers de nouvelles perspectives Web.

13
www.com-edi.com/blog/strategie-digitale.html

43
Tableau 1.1 : Les activités à mener sur la page Facebook

Objectifs Actions Outils


Booster la visibilité du Inscrire le site web auprès des  Moteurs
site web du Burkina moteurs, méta moteurs et des  Mètamoteurs
Demain au niveau de annuaires de recherche  Annuaires
moteurs de recherche.
Accroitre le  Activer l’option d’interactivité  Extension commentaire ou
dynamisme du site feedback
Web
Augmenter les fans  Sponsoriser la page Facebook  Facebook publicité
sur la page Facebook et les publications  Gestionnaire des pages
de Burkina Demain  Organiser des jeux-concours (application)
sur la page  Facebook
Créer une diffusion  Créer un compte LinkedIn et  LinkedIn
virale des  Mettre à jour le profil et le  Hangout
informations publiées statut sur Google+
par le journal quotidiennement.
 Suivre les nouveaux médias
 Organiser une session Hangout
mensuelle sur un sujet lié à
l’actualité
Favoriser une  Créer une chaine Web TV  YouTube
diffusion multimédia  Créer une Web radio  Sound Cloud
des informations

44
CONCLUSION
L’ère de la communication numérique pousse les médias traditionnels à s’orienter vers des
formes de communication innovantes et qui profitent aussi bien à l’entreprise de presse qu’à
ses lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs. Apparue depuis le développement de l’internet, la
communication digitale offre aux médias une opportunité de créer et d’entretenir des liens avec
leur public-cible et d’améliorer leur visibilité. La communication digitale est en constante
évolution, suivant les différentes mutations d’usages et les avancées technologiques dans le
domaine du numérique. Elle utilise beaucoup plus l’animation des réseaux ou la modération
des communautés pour faire des messages.

De nos jours, la dépendance de l’internet, quelle qu’en soit la taille d’une entreprise, est
indéniable. L’évolution vers un paysage médiatique de plus en plus numérique, mobile et
concurrentiel pousse les organes de presse à informer la population via les médias sociaux.
Ainsi, beaucoup des personnes s’informent sur des appareils mobiles (Smartphones en
particuliers) et comptent sur les réseaux sociaux dans leur manière d’accéder et trouver
l’information à leurs attentes.

Ainsi, l’existence de médias d’information libres et pluralistes capables d’informer les citoyens
en temps réel, et d’ouvrir le débat public sur la conduite des affaires publiques, devient une
nécessité au Burkina Faso. Les médias traditionnels comme les organes de radiodiffusion et
plus particulièrement les journaux, tout en restant d’importants producteurs de l’information,
perdent de leur importance, en tant que transmetteurs d’informations. Dans ce sens, nous
assistons, d’une part, à des grands noms de la presse burkinabè qui orientent leurs publications,
en créant des plateformes numériques sur internet et d’autre part, des nouveaux médias en ligne
qui font surfaces sur la scène médiatique nationale, à l’image de Burkina Demain, média en
ligne, créé en 2015, et qui nous a accueilli en tant que stagiaire, pour la rédaction de notre
rapport de stage de fin de cycle.

Durant notre période de stage dans cet organe de presse en ligne, nous avons analysé la présence
en ligne de Burkina Demain et sa communication digitale, en menant une étude sur un
échantillon de la population constitué d’étudiants, de professionnels de l’information et de la
communication et d’internautes burkinabè. Même si notre étude n’est assez représentative des
lecteurs du journal, nous sommes optimiste que le peu de résultats obtenus permettra à l’organe
de booster sa communication digitale et la gestion de sa communauté en ligne.

45
BIBLIOGRAPHIE
Ouvrages généraux
 Jean-Christophe, Un commentaire sur Qu’est-ce que la Gestion de l’Information ?
(2009) 280pages
 Rasmus Kleis Nielsen, Alessio Cornia et Antonis Kalogeropulos, Défis et
perspectives pour les médias et le journalisme d’nformation à l’ère du développement
des médias numériques, mobiles et sociaux 2016, 190pages
 Jérémy Lucas-Boursier, Jean-Eric Pelet, Communication digitale : collection Aide-
mémoire, 250pages
 David FAYON et Paul CORDINA Community management : Fédérer des
communautés sur les médias sociaux, 350pages
 François Scheid, Renaud Vaillant, Grégoire de Montaigu, Le marketing digital
(Développer sa stratégie marketing numérique, 270pages
 Habib Oualidi, Les outils de la communication digitale (10 clés pour maitriser le web
marketing, 200pages
 JACQUES CHAMPEAUX et CHRISTIAN BRET, LA CYBER ENTREPRISE,
édition DUNOD, 320pages
 Michel Forsé, Définir et analyser les réseaux sociaux ; les enjeux de l’analyse
structurale, 2008, 260pages
 Francis BALLE, les médias, 280pages

Rapports et mémoires
 La communication digitale des entreprises d’Etat au Burkina Faso : cas de la Société
Nationale des Postes (SONAPOST), Présenté et soutenu par : PALE Byr Annick
(2016-2017)
 L’impact de la communication digitale sur l’image de marque de la SONABEL, Adama
SAWADOGO 2016-2017.
 Cours de méthodologie de recherche 2012-2013 assuré par Dr Clotaire BASSOLE

xi
Webographie
 https://fr.m.wikipedia.org , consultation quotidienne
 https://fr.linkedin.com/pulse/quest-ce-que-la-communication-digitale:didier-vallet.
Consulté le 07/06/19 à 00h 23mn
 https://memoireonline.com consultation quotidienne
 www.futura-sciences.com; consulté le 08/06/19 à 17h 54mn
 www.com-edi.com/blog/strategie-digitale.html, consulté le 17/05/2019 à 16h 54mn
 https://fr.linkedin.com/pulse/quest-ce-que-la-communication-digitale-didier- , consulté
le 28/05/19 à 19h 27mn
 https://www.1min30.com; consultation quotidienne
 www.burkinademain.com, consultation quotidienne
 https://www.memoireonline.com/04/15/9104/Gestion-de-linformation-
radiophonique.html , consulté le 24/06/2019 à 22h 48mn.

xii
ANNEXES
 Questionnaire d’enquête
Dans le cadre de la rédaction d’un rapport de stage de fin de cycle pour l’obtention de la licence
en Communication des Organisations, nous menons une étude sur la communication digitale
du Burkina Demain à travers son site web et sa page Facebook. Nous vous soumettons alors ce
questionnaire, afin d’obtenir de vous des réponses qui pourraient nous aider à l’analyse de
communication digitale du Burkina Demain.

Nous soulignons encore que les résultats de ce sondage seront traités de manière tout à fait
anonyme : outre vous-même, personne ne saura ce que vous avez répondu.

Merci d’avance

I. Identification de l’enquêté
1. Identification des enquêtés
 Etudiant
 Journaliste
 Travailleur
 Internaute simple
2. Sexe

Masculin Féminin

3. Tranche d’âge

De 18 à 22 ans de 22 à 25ans de 25 à 30ans de 30ans et plus

II. Moyen d’information/ Appréciation


4. Connaissez-vous le journal d’information en ligne Burkina Demain ?
 Oui
 Non
5. Par quel moyen avez-vous fait la connaissance du Burkina Demain
 Internet
 Télévision
 Radio
 La presse
 Autres

xiii
6. Avez-vous déjà visité le site web du Burkina Demain ?
 Oui
 Non
 Si oui, pourquoi ?
 Si non, allez à la question n°11
7. Comment décrivez-vous l’interface du site web du Burkina Demain ?
 Excellent
 Adaptée
 Acceptable
 Passable
 Mauvaise
 Inadaptée

8. Comment jugez-vous la qualité des informations publiées sur le site web ?


 Excellent
 Adaptée
 Acceptable
 Passable
 Mauvaise
9. Quelle amélioration aimeriez-vous observer sur le site web ?
 Sur le contenu
 Sur le design
 Autre
10. Qu’est-ce qui vous a motivé à visiter le site web du Burkina Demain ?

11. Suivez-vous la page Facebook du Burkina Demain ?


 Oui
 Non
 Si oui, pourquoi ?
 Si non, aller à la question n°17
12. Lisez-vous régulièrement les informations sur la page Facebook du journal ?

Oui Non Souvent


xiv
13. Réagissez-vous aux différentes publications du Burkina Demain sur Facebook ?

Oui Non Souvent

14. Recevez-vous des réponses à vos questions faites sur la page Facebook ?
 Oui
 Non
 Souvent
15. Qu’est ce qui peut vous motiver à suivre la page Facebook du Burkina Demain ?
16. En dehors de son site web et sa page Facebook, Burkina Demain dispose-il d’un
autre compte sur un réseau social que vous connaissez ?
 Oui
 Non

Merci pour l’intérêt porté à notre travail.

xv
 Illustrations

xvi
TABLE DES MATIERES
Sommaire................................................................................................................ i
Dedicace ................................................................................................................ ii
Remerciements ..................................................................................................... iii
Liste des sigles et abréviations ............................................................................. iv
Liste des illustrations, tableaux et graphiques....................................................... v
Avant-propos ....................................................................................................... vii
Introduction ........................................................................................................... 1
première PARTIE : CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIQUE ............ 3
Chapitre I : Cadre théorique .................................................................................. 4
1. Contexte et justification du choix du sujet ..................................................................... 4
2. Problème de l’étude ........................................................................................................ 5
a. Question de recherche ................................................................................................ 5
 Question principale ................................................................................................ 5
 Question secondaire ............................................................................................... 5
b. Objectif de l’étude ...................................................................................................... 6
 Objectif général ...................................................................................................... 6
 Objectifs spécifiques .............................................................................................. 6
c. Hypothèses de l’étude ................................................................................................ 6
 Hypothèse principale .............................................................................................. 6
 Hypothèse secondaire ............................................................................................. 6
3. L’intérêt de l’étude ......................................................................................................... 7
4. Définition des concepts-clés........................................................................................... 7
5. Revue de littérature ...................................................................................................... 10
Chapitre II : Cadre méthodologique .................................................................... 15
I. Délimitation du champ de l’étude ................................................................................ 15
1. La population de l’étude ........................................................................................... 15
2. Technique d’échantillonnage ................................................................................... 15
3. La méthode de collecte des données ........................................................................ 16
 La méthode qualitative ......................................................................................... 16
 La méthode quantitative ....................................................................................... 16
4. Technique et outils de collecte des données ............................................................. 16
a. Observation participante ...................................................................................... 16

xvii
b. La recherche documentaire .................................................................................. 16
c. Enquête ................................................................................................................. 17
d. Entretien ............................................................................................................... 17
5. Difficultés rencontrées ............................................................................................. 17
deuxiéme PARTIE : CADRE OPERATIONNEL ET ANALYTIQUE ............. 19
Chapitre I : Présentation de Burkina Demain ..................................................... 20
1. Le site d’information BURKINA DEMAIN ............................................................ 20
2. Le site web et la page Facebook de l’organe............................................................ 21
A. Le site web de Burkina Demain (Présentation des différentes parties) ................ 21
1. Le tableau de bord ou espace administrateur .................................................. 21
2. Espace visiteurs (Font office) ......................................................................... 25
B. La page Facebook du journal Burkina Demain .................................................... 28
 Structuration de la page Facebook du Burkina Demain ................................. 28
3. Les structures affiliées ou partenaires ...................................................................... 31
Chapitre II : Présentation et analyse des résultats et suggestions ....................... 33
1. Présentation et analyse des résultats ............................................................................. 33
2. Vérification des hypothèses ......................................................................................... 42
3. Suggestions................................................................................................................... 43
4. Proposition d’une stratégie digitale .............................................................................. 43
Conclusion ........................................................................................................... 45
Bibliographie ........................................................................................................ xi
Ouvrages généraux ............................................................................................................ xi
Rapports et mémoires ........................................................................................................ xi
Webographie .................................................................................................................... xii
Annexes .............................................................................................................. xiii
 Questionnaire d’enquête .......................................................................................... xiii
 Illustrations .............................................................................................................. xvi
Table des matières ............................................................................................. xvii

xviii

Vous aimerez peut-être aussi