Vous êtes sur la page 1sur 99

ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE

PUBLIC DU BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE


RIVIERA – ABIDJAN

MEMOIRE POUR L’OBTENTION DU


MASTER GENIE ELECTRIQUE ET ENERGETIQUE
OPTION : GENIE ENERGIETIQUE

------------------------------------------------------------------
Présenté et soutenu publiquement le [Date] par

Cindy L. M. Akouavi CODJO

Travaux dirigés par :

Dr Ahmed O. BAGRE Francis B. YARO


Enseignant-chercheur, Chef du service GET/MMT
Chef de département Génie Electrique BOUYGUES ENERGIES &
Energétique et Industriel SERVICES COTE D’IVOIRE
(Fondation 2iE)

Jury d’évaluation du stage :

Président : Prénom NOM

Membres et correcteurs : Prénom NOM


Prénom NOM
Prénom NOM

Promotion [2014/2015]

Institut International d’Ingénierie Rue de la Science - 01 BP 594 - Ouagadougou 01 - BURKINA FASO


Tél. : (+226) 50. 49. 28. 00 - Fax : (+226) 50. 49. 28. 01 - Mail : 2ie@2ie-edu.org - www.2ie-edu.org
ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

CITATION

“Our deepest fear is not that we are inadequate.

Our deepest fear is that we are powerful beyond measure.

It is our light, not our darkness that most frightens us.

We ask ourselves, who am I to be brilliant, gorgeous, talented and fabulous?

Actually, who are you not to be? You are a child of God.

You playing small does not serve the world.

There is nothing enlightened about shrinking so that other people won't feel insecure around you.

We are all meant to shine, as children do.

We were born to make manifest the glory of God that is within us.

It's not just in some of us; it's in everyone.

And as we let our own light shine, we unconsciously give other people permission to do the same.

As we are liberated from our own fear, our presence automatically liberates others.”

Marianne Williamson

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page I


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

DEDICACES

A ma mère, pour son amour, son soutien et


toutes ses prières à mon égard,

A mon père, pour tous les sacrifices


consentis et ses conseils,

A mon bien aimé, pour ses


encouragements, ses conseils et son aide

Je vous dédie le fruit de ces cinq années de


dur labeur

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page II


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

REMERCIEMENTS

Je voudrais ici remercier toutes ces personnes formidables qui ont participé de près ou de
loin à l’aboutissement de ce travail. Je pense notamment à :

 mon encadreur Dr. Ahmed BAGRE, pour son soutien, ses conseils constructifs et le
temps qu’il a su m’accorder malgré ses nombreuses occupations.

 mes enseignants du 2iE qui ont tous contribué à ma formation, en particulier le Dr


Sayon SIDIBE et M. Henri KOTTIN, pour leurs conseils avisés.

Je tiens également à exprimer toute ma gratitude à la société Bouygues E&S Côte d’Ivoire
en la personne du président Claude QUEYRANNE. J’adresse mes sincères remerciements à
M. Francis YARO mon maître de stage, pour ses conseils, son partage du savoir et la confiance
qu’il a su m’accorder et à Mme Claire GNAKALE pour l’opportunité de stage offerte.

Mes remerciements vont également à tout le personnel de Bouygues E&S Côte d’ivoire,
pour l’accueil et l’inoubliable expérience sociale vécue avec eux. Je pense en particulier à M.
Lassina TRAORE, M. Roméo KOUAME et Mme Sylvie ALLAH, pour leur collaboration
et leur aide mais aussi à Mlle Honorine KOUAME pour tous les moments partagés ensemble.

Je souhaite également témoigner toute mon affection à mes collègues, camarades et amis du
2iE, en particulier toute la promotion Master 2 GEE 2014-2015. Sans tout un chacun de vous,
mon expérience à 2iE n’aurait pas été la même.

Enfin, mes dernières pensées vont à mon frère, ma sœur et mes cousins, mais aussi à ma
famille d’accueil au Burkina pour tout leur encouragement. A tous ceux qui m’ont soutenue de
près ou de loin, je vous adresse par ces humbles mots toute ma reconnaissante.

Merci à tous…

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page III


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

RESUME

Dans le cadre de la réalisation de l’éclairage public du boulevard de France par Bouygues


Energie et Services Côte d’Ivoire, et en vue de proposer une mesure d’économie d’énergie à
partir du type de lampe utilisé, une étude a été réalisée. Cette étude a porté sur l’analyse
comparative d’un luminaire à lampe SHP : le luminaire ZETA 250 et d’un luminaire à LED :
le luminaire LUMA 180*LED. Analysé sur quatre points que sont les caractéristiques
techniques, le rendu photométrique, la consommation énergétique et l’aspect technico-
économique, il en ressort tout d’abord qu’à flux lumineux relativement égal, le luminaire à LED
procure un éclairage plus approprié avec un intervalle de rendu de couleur élevé. En second
lieu, il permet d’économiser 29% d’énergie comparé à l’utilisation du luminaire à lampe SHP.
Dans cette optique et suivant d’autres considérations, nous aboutissons pour le projet du BDF
à une VAN de 57 029 882 francs CFA rentabilisée après un temps de retour sur
investissement de 14 ans et 10 mois sur une durée de vie de 25 ans. Néanmoins, le luminaire
ZETA 250 revient moins cher à l’installation avec une différence de 102 356 139 francs CFA,
par rapport à l’installation avec le luminaire LUMA. Ce coût élevé du luminaire à LED peut
être réduit en trouvant un moyen technologique permettant de diminuer son coût de production.
Par ailleurs, l’association du luminaire à LED à une source d’énergie renouvelable comme le
solaire photovoltaïque peut également être envisagée, favorisée par l’alimentation directe du
luminaire en courant continu, sous réserve d’approfondir les études dans ce sens.

Mots Clés :

1 – Eclairage public

2 – Economie d’énergie

3 – Luminaire à LED

4 - Luminaire à lampe SHP

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page IV


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

ABSTRACT

As part of the project of public lighting of the “Boulevard de France” executed by “Bouygues
Energies et Services Côte d’Ivoire”, and in order to propose a mean of energy saving based on
the type of lamp used in public lighting, a study was carried out. This study was about a
comparative analysis between a lighting with HPS lamp and a lighting with LED; respectively
represented by the lighting ZETA 250 and the lighting LUMA 180*LED. Analyzed on four
points which are the features, photometric output, energy consumption and technical-and-
economic aspect, it comes out first of all that, by considering relatively equal luminous flow,
lighting with LED gets a more suitable lighting with a high interval of color rendering.
Secondly, compared to the use of lighting with HPS lamp, an energy saving of 29% is made.
With this in mind, and considering other facts, we get a NPV of 57 029 882 franc CFA, and a
return on investment after 14 years and 10 months over a lifetime of 25 years. Nevertheless,
at the installation lighting with HPS lamp costs less compared to lighting with LED, with a
balance of 102 029 882 francs CFA. The high cost of LED lighting can be reduced by finding
a technological means to impact the manufacturing cost. On another hand, the association of
LED lighting with a renewable energy source like the solar photovoltaic can also be considered,
enhanced by the power supply of the lighting directly in D.C. Yet, studies in this way must be
carried out first.

Key words:

1 – Public lighting

2 – Energy saving

3 – LED lighting

4 – HPS lamp lighting

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page V


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

ABREVIATIONS
BDF: Boulevard de France

BT : Basse Tension

BYes CI: Bouygues Energies et Services Côte d’Ivoire

CE : Cyclists (cyclistes)

CIE : Compagnie Ivoirienne d’Electricité

EP : Eclairage Public

HT : Haute Tension

IK : Indice de résistance aux chocs

IP : Indice de protection

IRC : Indice de rendu de couleur

LED: Light Emitting Diode (Diode électroluminescente)

ME : Motorised traffic (véhicules motorisés autres que les véhicules lents)

OA2 : Ouvrage d’Art 2

Pont HKB : Pont Henri Konan Bédié (reliant Riviera à Marcory)

S: Slow moving vehicles (Véhicules lents)

SACPRM: Société Anonyme de Construction du Pont Riviera Marcory

SHP : Sodium haute pression

SOCOPRIM: Société de Concessionnaire du Pont Riviera-Marcory

TPC : Terre-plein central

VAN : Valeur Actuelle Nette

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page VI


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

SOMMAIRE
CITATION ............................................................................................................................. I

DEDICACES ........................................................................................................................ II

REMERCIEMENTS ........................................................................................................... III

RESUME ............................................................................................................................. IV

ABSTRACT ......................................................................................................................... V

ABREVIATIONS ................................................................................................................ VI

LISTE DES TABLEAUX ..................................................................................................... 3

LISTE DES FIGURES .......................................................................................................... 4

LISTE DES PHOTOS ........................................................................................................... 4

I. INTRODUCTION GENERALE..................................................................................... 5

I.1 Présentation du sujet ................................................................................................ 6

I.1.1 Contexte du sujet .............................................................................................. 6

I.1.2 Objectifs............................................................................................................ 7

I.1.3 Méthodologie .................................................................................................... 7

I.2 Présentation de Bouygues Energie et Services Côte d’Ivoire .................................. 8

I.2.1 Historique et statut juridique ............................................................................ 8

I.2.2 Domaines d’activité .......................................................................................... 8

I.2.3 Organisation fonctionnelle ............................................................................... 9

II. ETUDE DU PROJET D’ECLAIRAGE PUBLIC DU BOULEVARD DE FRANCE


REDRESSE .............................................................................................................................. 12

II.1 Caractéristiques du matériel d’éclairage ............................................................ 13

II.1.1 Généralités sur le matériel d’éclairage public ............................................. 13

II.1.2 Choix des équipements ............................................................................... 17

II.2 Etude photométrique .......................................................................................... 20

II.2.1 Méthode d’étude photométrique ................................................................. 20

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 1


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

II.2.2 Résultats et synthèse ................................................................................... 32

II.3 Etude énergétique ............................................................................................... 37

II.3.1 Hypothèses et méthode ............................................................................... 37

II.3.2 Résultats ...................................................................................................... 37

II.4. Etude technico-économique ............................................................................... 38

II.4.1 Etude technique : hypothèses, méthode et résultats .................................... 38

II.4.2 Analyse économique : hypothèses, méthode et résultats ............................ 42

II.4.3 Synthèse ...................................................................................................... 44

III. MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC DU BOULEVARD DE FRANCE


REDRESSE .............................................................................................................................. 46

III.1 Mise en œuvre du projet ..................................................................................... 47

III.1.1 Le processus de management du projet ...................................................... 47

III.1.2 Les documents de suivi et de gestion du projet BDF.................................. 48

III.1.3 La mise en œuvre du projet ......................................................................... 49

III.2 Exécution des travaux ........................................................................................ 52

III.2.1 Travaux de génie civil ................................................................................. 52

III.2.2 Travaux d’installation et de raccordement des luminaires.......................... 55

III.2.3 Travaux de raccordement au réseau BT existant ........................................ 56

CONCLUSION ET PERSPECTIVES ................................................................................ 58

RECOMMANDATIONS .................................................................................................... 59

BIBLIOGRAPHIE............................................................................................................... 60

ANNEXES.............................................................................................................................. i

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 2


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

LISTE DES TABLEAUX


Tableau II.1: Caractéristiques des lampes à décharge et des lampes à LED (1) ................. 14
Tableau II.2: Indice IP suivant l'environnement d'installation (3) ...................................... 16
Tableau II.3: Caractéristiques des luminaires ZETA 250 et LUMA BGP627 180xLED ... 19
Tableau II.4: Paramètres spécifiques des groupes de situation d’éclairage (5) ................... 22
Tableau II.5: Correspondance des situations et classes d'éclairages (5) ............................. 24
Tableau II.6: Paramètres spécifiques du BDF ..................................................................... 25
Tableau II.7: Performances photométriques à atteindre pour les classes ME (7) ............... 27
Tableau II.8 : Classification des revêtements standards définie par la CIE (9)................... 31
Tableau II.9: Résultats photométriques avec le luminaire ZETA 250W ............................ 34
Tableau II.10: Résultats photométriques avec le luminaire LUMA BGP627 180xLED .... 35
Tableau II.11: Economie d’énergie annuelle réalisée ......................................................... 38
Tableau II.12: Hypothèses de dimensionnement du réseau EP ........................................... 39
Tableau II.13: Section de câble et protection du départ 1 du poste P256............................ 40
Tableau II.14: Section de câble et protection du départ 2 du poste 256 .............................. 41
Tableau II.15: Quantitatif des protections et des câbles ...................................................... 41
Tableau II.16: Bilan des coûts évalués à 100 000 h de fonctionnement ............................. 44

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 3


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

LISTE DES FIGURES


Figure I.1 : Organigramme du service GET/MMT ............................................................. 11
Figure II.1:Indice IK suivant l'énergie du choc (4) ............................................................. 17
Figure II.2:Facteur de maintenance pour le luminaire ZETA 250W (8) ............................. 28
Figure II.3:Facteur de maintenance pour le luminaire LUMA à LED ................................ 28
Figure II.4: Structure de la route section 1 .......................................................................... 29
Figure II.5: Vue d'ensemble de la section 1 du boulevard de France .................................. 29
Figure II.6: Structure de la route section 2 .......................................................................... 30
Figure II.7:Vue d'ensemble de la section 2 du boulevard de France ................................... 30
Figure II.8: Implantation axiale rétro bilatérale des candélabres ........................................ 32
Figure II.9: Structure de la section 1 du BDF...................................................................... 33
Figure II.10: Rendu de fausse couleur pour la section 1 avec le luminaire ZETA 250W ... 35
Figure II.11: Rendu de fausse couleur pour la section 1 avec le luminaire LUMA BGP627
180xLED .................................................................................................................................. 36
Figure III.1:Processus de management de projet de BYes CI ............................................. 48
Figure III.2: Document de suivi des productibles ............................................................... 50
Figure III.3: Coupe transversale de la tranchée ................................................................... 52
Figure III.4: Structure des massifs de candélabres .............................................................. 53
Figure III.5: Processus de pose d’une chambre de tirage .................................................... 54
Figure III.6: Schéma de raccordement dans un poste .......................................................... 56

LISTE DES PHOTOS

Photo III-1: Exécution des tranchées ................................................................................... 53


Photo III-2: Exécution des massifs de candélabres ............................................................. 54
Photo III-3: Chambre de tirage mise en place ..................................................................... 55
Photo III-4: Mise en place des candélabres ......................................................................... 55
Photo III-5 : Raccordement des candélabres et réalisation de pointe de diamant ............... 56

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 4


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

I. INTRODUCTION GENERALE

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 5


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

I.1 Présentation du sujet

I.1.1 Contexte du sujet


Le MINISTERE DES INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES de la République De Côte
d’Ivoire, dans son PROJET d’URGENCE DE RENAISSANCE DES INFRASTRUCTURES
EN COTE D’IVOIRE (PRICI) a confié le lot1 du projet de PROLONGEMENT ET DE
REDRESSEMENT DU BOULEVARD DE FRANCE à la société DTP SUCCURSALE COTE
D’IVOIRE, à l’issue d’une procédure d’appel d’offre. Ce projet concerne la réalisation de
travaux et/ou prestations de services pour la conception d’une route 2x2 voies reliant la
commune de Cocody à celle de Riviera à Abidjan.

Dans le cadre de ce projet, la société DTP SUCCURSALE COTE D’IVOIRE a eu recours à


un sous-traitant, Bouygues Energies et Services Cote d’Ivoire pour la fourniture et la mise en
place d’éclairage urbain et de feux tricolores. Les travaux du sous-traitant sont ainsi donc
composés de la réalisation des travaux de génie civil préliminaires, du montage du matériel
d’éclairage et de signalisation, du raccordement au réseau basse tension existant et enfin de la
mise en service de l’éclairage et des signalisations.

Dans une même optique, la société BOUYGUES ENERGIES & SERVICES COTE
D’IVOIRE s’est également vu octroyer le contrat de sous-traitance d’éclairage des bretelles
d’accès au boulevard de France. Ces bretelles dont les travaux sont réalisés par la SOCIETE
ANONYME DE CONSTRUCTION DU PONT RIVIERA MARCORY (SACPRM), sous
l’égide de la SOCIETE CONCESSIONNAIRE DU PONT RIVIERA MARCORY
(SOCOPRIM), représentant le MINISTERE DES INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES,
permettront d’accéder au boulevard de France à partir de la route du PONT RIVIERA
MARCORY, et vice versa.

Les études préliminaires étant déjà réalisées, le présent document qui s’inscrit dans le cadre
de la réalisation de l’éclairage public de ce nouveau tracé routier vise à présenter les travaux
réalisés. Ces travaux sont divisés en deux principales parties. La première, portant sur les études
vise à proposer une mesure d’optimisation de la consommation énergétique du réseau
d’éclairage public du projet à partir du type de lampe utilisé. En effet, de manière usuelle, le
type de lampe utilisé en éclairage public est la lampe à Sodium Haute Pression (SHP) pour ses
qualités techniques et photométriques. Toutefois, en termes de consommation électrique, ce

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 6


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

type de lampe est énergivore et donc induit à des coûts élevés, dans une ère où les économies
d’énergie sont de rigueur. A la différence des lampes SHP, les lampes à LED présentent une
meilleure efficacité lumineuse et énergétique de par leurs caractéristiques. Il est donc judicieux
de se demander dans quelle mesure ce type de lampe serait avantageux par rapport aux lampes
à sodium haute pression dans les installations d’éclairage public. C’est dans cette optique que
le cas du projet du boulevard de France est étudié ici.

La seconde partie complètera enfin ce document en présentant, la mise en œuvre, l’exécution


et le suivi des travaux d’éclairage du Boulevard de France redressé et de ses bretelles d’accès.

I.1.2 Objectifs
Le principal objectif est de fournir des éléments concrets de comparaison entre les lampes
SHP et les LED dans le cadre du projet.

Enfin, dans un cadre plus pratique incluant le management du projet, la mise en œuvre et la
réalisation de l’éclairage public du boulevard de France seront effectuées.

I.1.3 Méthodologie
Afin de mieux répondre à la problématique soulevée, l’étude comparative des deux types de
lampes s’articulera autour des différents points suivants :

 la caractérisation du matériel : ce point vise à vérifier les critères de choix du matériel


à employer (luminaires et lampes principalement) afin de confirmer le choix de
l’ensemble luminaire et lampe SHP en projet et de choisir un luminaire à LED adéquat
qui nous servira de base d’étude ;
 l’étude photométrique : elle a pour but de comparer le rendu de l’éclairage de la voie
pour les deux types de luminaires étudiés en se basant sur les normes requises ;
 l’étude énergétique : il s’agira ici de faire un bilan de la consommation énergétique du
réseau d’EP avec les deux types de lampes ;
 l’étude technique : le dimensionnement du réseau est l’objectif de cette étude. Elle
permettra de proposer un devis qualitatif et quantitatif des éléments impactés par le type
de lampe (protections, conducteur…) ;
 l’étude économique : en fonction du dimensionnement du réseau pour les deux cas
étudiés, le coût de l’installation est évalué dans cette étude. La main d’œuvre
d’installation étant la même, cette étude prendra ainsi en compte les coûts d’achats,

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 7


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

d’installation et d’entretien spécifique à la réalisation du projet avec les deux types de


luminaires. Nous évaluerons ainsi l’économie totale réalisée suivant un temps de base
fonction de la durée de vie de l’ensemble luminaire et lampe, et en y intégrant
l’économie sur la consommation énergétique. Le temps de retour sur investissement
sera enfin déterminé.

La seconde partie portant sur la réalisation du projet sera un descriptif de la mise en œuvre
et de l’exécution des travaux. Elle portera sur deux axes principaux :

 la mise en œuvre, qui présentera le processus de management de projet suivi pour sa


réalisation ainsi que les différents aspects d’organisation.
 l’exécution des travaux, présentera les réalisations sur le terrain suivant les procédures
mises en place.

I.2 Présentation de Bouygues Energie et Services Côte d’Ivoire

I.2.1 Historique et statut juridique


Bouygues Energie et Services Côte d’Ivoire est une Société par Action Simplifiée au capital
de trois cent quatre-vingt-seize millions de francs CFA (396 000 000 FCFA). Elle fait partie du
pôle Afrique, et plus précisément du pôle énergies et services du groupe BOUYGUES. Cette
société intervient dans certains pays d’Afrique de l’Ouest comme le Bénin, le Burkina Faso, le
Mali, et le Togo, à travers ses différentes succursales.

A l’origine, la société fut connue sous le nom de SIDELAF (en 1966), une société résultant
de la fusion des sociétés SIDE (Société Ivoirienne d’Electrification) et ELAF (Electrification
Africaine). Cette société était en partie détenue par l’Etat, qui, suite à d’importantes créances et
aux conséquences de la crise économique des années 80, cède ses parts au groupe français
ETDE (Entreprise de Transport et de Distribution d’Electricité). En 2010, SIDELAF devient
ainsi ETDE Côte d’Ivoire pour marquer son appartenance au groupe ETDE SA.

Enfin en février 2013, suite au changement de nom de la société mère en France, ETDE Côte
d’Ivoire devient Bouygues Energies et Services Côte d’Ivoire.

I.2.2 Domaines d’activité


BYes CI est un prestataire de service en matière d’énergie. A l’origine, les domaines
d’activités de BYes CI étaient orientés autour de trois principaux pôles :

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 8


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

 les infrastructures de réseaux : réseaux électriques, lignes et postes HTA…


 le génie électrique et thermique : courant fort et courant faible (bâtiments et industries),
éclairage public, réseaux informatique et télécom…
 la maintenance des équipements installés.

Cependant, grâce à la mise au point d’un développement stratégique, BYes étend son activité
dans la prestation de services dans les domaines de l’oil and gas, la climatisation, l’automatisme
industriel, avec une perspective en facility management1.

I.2.3 Organisation fonctionnelle


La ressource humaine de BYes CI est composée de 167 employés avec 12,6% de femmes.
Cet effectif se répartit en 24% de cadres, 41 % d’agents de maîtrise et 35% d’employés ouvriers.

A cet effectif s’ajoutent des employés non permanents dont le nombre varie en fonction des
projets en cours.

Cette ressource humaine est répartie au sein de 04 principaux services opérationnels et 08


services supports que sont :

 pour les services opérationnels

 le Service Génie Electrique et Thermique/ Maintenance Multi technique


(GET/MMT) : il a pour rôle d’exécuter les travaux électriques, électromécaniques
et thermiques à l’intérieur de bâtiments et d’unités industrielles. Il s’occupe
également d’assurer la maintenance préventive et curative des ouvrages qui lui sont
confiés par la clientèle ;
 le Service Infrastructure de Réseau Poste (IRP) : il a pour mission de réaliser
l’activité en matière de poste HTB/HTA en Côte d’Ivoire ;
 le Service de Réseaux Lignes (IRL) : il s’occupe de l’exécution des travaux
d’infrastructures de réseaux lignes HTB/HTA/BT ;
 le Service Export-succursales ouest africaines (Bénin, Burkina Faso, Mali,
Togo) : représenter BYes CI dans les différentes succursales, entretenir la relation
commerciale avec les clients et réaliser les marchés obtenus par BYes CI dans la
sous-région sont les attributions de ce service ;

1
Prestation de services d’ordre généraux et nécessaires au bon fonctionnement d’une entreprise

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 9


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

 pour les services supports

 le Bureau d’Etude de Prix (BEP) : il a pour mission de réaliser toutes les études de
prix de l’entreprise, de piloter le processus commercial du système de management
de la qualité (SMQ) et de participer à tous les points d’affaire ;
 le Bureau d’Etude et d’Exécution (BEE) : ce bureau a en charge la réalisation de
tous les plans et documents d’exécution sur la base des besoins du client exprimés
dans le cahier de charge ;
 le Service Achat et Logistique : il a en charge la mise à disposition aux demandeurs
des fournitures et des services de qualité dans le respect des délais et à moindre coût ;
 le Service Contrôle Financier : il s’occupe de la gestion budgétaire des activités de
l’entreprise sur la base des budgets prévisionnels, et de l’analyse des activités
réalisées ;
 le Service Comptabilité : ce service assure la gestion de toutes les informations
comptables, fiscales et financières de BYes CI, et supervise la gestion financière des
succursales ouest africaines ;
 le service Qualité Sécurité Environnement (QSE) : il a en charge d’assurer le
maintien du certificat ISO 9001 de l’entreprise et du système de management de la
qualité (SMQ) mis en place. Il s’occupe également de la prévention santé et sécurité
du personnel ;
 le Service Juridique et Assurances : toutes les questions juridiques et d’assurance
pour les contrats, accords ou protocoles sont revues par ce service, qui a également
pour mission de conseiller et assister tous les services de l’entreprise ;
 le Service des Ressources Humaines : l’activité de ce service se résume à
l’optimisation de la ressource humaine de l’entreprise, en accord avec la législation
du travail, la procédure et la politique en ressource humaine de la société ;

Au sein de l’entreprise, notre mission de stage s’est déroulée dans le service GET/MMT qui
est composé de 27 employés permanents et de 7 employés non permanents. L’organigramme
simplifié du service est présenté par la Figure I.1 suivante :

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 10


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Figure I.1 : Organigramme du service GET/MMT

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 11


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

II. ETUDE DU PROJET D’ECLAIRAGE PUBLIC DU


BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 12


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

II.1 Caractéristiques du matériel d’éclairage


L’éclairage public consiste à éclairer les artères urbaines et interurbaines (autoroutes,
routes, pistes cyclables, trottoirs…). Cette entreprise est essentielle car elle facilite la circulation
de nuit en assurant aussi bien la sécurité que le confort des usagers. En effet, pour les
conducteurs, il s’agira d’assurer la visibilité de la route et de ses abords, ainsi que des éventuels
obstacles. Pour les piétons, cyclistes et autres usagers des abords de la route, il s’agira
principalement de limiter au maximum les zones d’ombre, de distinguer les trottoirs ainsi que
les véhicules, et les différents obstacles. Mais avant tout, la mise en œuvre de l’éclairage public
relève de l’utilisation de matériels spécifiques choisis en fonction de certains critères.

II.1.1 Généralités sur le matériel d’éclairage public


L’essentiel du matériel en éclairage public se résume à trois éléments : la lampe, le luminaire
et le candélabre. Cependant, ce sont les deux premiers qui constituent la source même de
l’éclairage et qui lui confèrent sa fonctionnalité. Ils seront donc présentés ici.

II.1.1.1 Les sources lumineuses : la lampe


Il existe plusieurs types de lampes. Nous distinguons historiquement les lampes à
incandescence, les lampes à décharge, et les lampes fluorescentes. Plus récemment, une
nouvelle catégorie est en plein développement dans son application au projet d’éclairage public.
Il s’agit des lampes à LED.

Toutefois, parmi les quatre catégories citées, les plus couramment utilisées sont les lampes
à décharges qui sont relatives à des applications spécifiques (Tableau II.1). Les lampes à LED
quant à elles s’appliquent de manière générale à l’éclairage urbain.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 13


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Tableau II.1: Caractéristiques des lampes à décharge et des lampes à LED (1)

Indice de
Efficacité Température
Puissance rendu des Durée de vie
Lampes lumineuse de couleur Applications
(W) couleurs (IRC moyenne (h)
(lm/W) (K)
ou Ra)
Lampes à décharge
Lampes à
sodium basse 10 à 30 45 à 70 2500 à 4000 60 à 90 10000 à 15000 Tunnel
pression

Lampes à
sodium haute 50 à 500 80 à 150 2000 à 2500 25 à 80 8000 à 24000 Voiries
pression

Parcs, jardins,
Iodure
70 à 2000 70 à 100 3000 à 5000 80 à 95 5000 à 8000 voiries urbaines
métalliques et résidentielles

Lampes semi-conducteur
LED 12 à 190 85 à 120 2500 à 6500 75 à 90 50000 à 80000 Eclairage urbain

II.1.1.2 Le luminaire
Le luminaire est le réceptacle de la source lumineuse. Il en existe plusieurs types dont les
luminaires fonctionnels, les luminaires décoratifs ou d’ambiance, les luminaires réservés aux
grands espaces et enfin les luminaires destinés aux ponts et tunnels.

Pour l’éclairage public, les luminaires concernés sont les luminaires fonctionnels. Ils jouent
trois fonctions principales. Une fonction électrique, une fonction mécanique et une fonction
optique.

 La fonction optique

La fonction optique est celle qui permet d’assurer une bonne répartition et diffusion du flux
lumineux tout en évitant l’éblouissement. Cette fonction est assurée par des accessoires que
sont le réflecteur, le réfracteur et le dispositif de réglage de la source.

 La fonction électrique

La fonction électrique du luminaire est d’alimenter la source tout en assurant une protection
efficace contre les contacts directs et indirects. Suivant la norme NFC 17-200 qui définit les
règles d’installation de l’éclairage public, il existe deux principales classes de protection
électriques pour les luminaires :

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 14


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

- la classe 1 concerne le « matériel dans lequel la protection contre les chocs électriques
ne repose pas uniquement sur l’isolation principale, mais qui comporte une mesure de
sécurité supplémentaire sous la forme de moyens de raccordement des parties
conductrices accessibles à un conducteur de protection mis à la terre, faisant partie du
câblage fixe de l’installation, d’une manière telle que des parties conductrices
accessibles ne puissent devenir dangereuses en cas de défaut de l’isolation principale »
(2). En d’autres termes, toutes les parties conductrices sont reliées à la terre ;
- la classe 2 concerne le « matériel dans lequel la protection contre les chocs électriques
ne repose pas uniquement sur l’isolation principale mais comporte des mesures
supplémentaires de sécurité, telles que la double isolation ou l’isolation renforcée » (2).
Il s’agit ici de la réalisation d’une double isolation par construction.

Cette caractéristique des luminaires est fonction du constructeur et est indiquée sur les fiches
techniques des produits.

 La fonction mécanique

Cette fonction concerne toutes les dispositions prises pour protéger le luminaire notamment
contre les intempéries, la corrosion... Elle est caractérisée par l’indice de protection IP à 2 ou 3
chiffres, qui définit le degré de protection contre les corps solides ou liquides.

Le premier chiffre de l’indice IP caractérise la protection contre les corps solides étrangers.
Le deuxième chiffre concerne la protection contre les liquides et enfin le troisième chiffre,
lorsqu’il est ajouté, indique le degré de protection contre les chocs.

L’indice IP des luminaires est indiqué par le constructeur sur les documents techniques.

Suivant l’environnement d’installation du matériel, les niveaux de l’indice IP sont présentés


dans le Tableau II.2 :

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 15


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Tableau II.2: Indice IP suivant l'environnement d'installation2 (3)

Premier chiffre: degré de Deuxième chiffre: degré de


Chiffre
protection contre la protection contre la
caractéristiques
pénétration des corps solides pénétration des corps liquides
0 Non protégé Non protégé
Protégé contre les corps
Protégé contre les chutes
1 solides de diamètre supérieur ou
verticales de gouttes d'eau
égal à 50 mm
Protégé contre les chutes
Protégé contre les corps
d'eau pour une inclinaison
2 solides de diamètre supérieur ou
maximale de 15° du luminaire
égal à 12,5 mm
de part et d'autre de la verticale

Protégé contre l'eau "en


Protégé contre les corps
pluie" tombant de part et d'autre
3 solides de diamètre supérieur ou
sous un angle inférieur ou égal
égal à 2,5 mm
à 60° par rapport à la verticale
Protégé contre les corps Protégé contre les
4 solides de diamètre supérieur ou projections d'eau dans toutes les
égal à 1 mm directions
Protégé contre les poussières
5 Protégé contre les jets d'eau
nuisibles
Protégé contre les paquets de
6 Etanche aux poussières
mer
Protégé contre les effets
7
d'immersion
Protégé contre l'immersion
8
prolongée

Un autre indice important de la caractérisation mécanique du luminaire est l’indice de


résistance aux chocs IK spécifié par le constructeur. Il détermine le degré de protection du
matériel contre les chocs d’origine mécanique et est définit par un nombre entre 01 et 10 en
fonction de l’énergie du choc comme le montre la Figure II.1.

2
*La partie en bleu caractérise la limite inférieure du degré IP des luminaires d’éclairage extérieur (IP23)

*La partie en vert caractérise la limite inférieure des appareils, ou des appareils dits « étanches »

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 16


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Figure II.1:Indice IK suivant l'énergie du choc (4)

II.1.2 Choix des équipements


Les équipements utilisés en éclairage public étant connus, il s’agit ici de spécifier les
caractéristiques requises dans le but de réaliser une installation de qualité. Les équipements
pour le projet d’éclairage public du boulevard de France étant déjà adoptés, nous vérifierons
l’adéquation de leurs caractéristiques avec les critères identifiés. Nous proposerons également
du matériel à lampe LED idoine, qui permettra d’allier éclairage convenable et économie
d’énergie. Ces deux matériels nous serviront de base pour notre étude.

II.1.2.1 Critère de choix des équipements


 Qualité du luminaire

Les trois principaux paramètres qui doivent être pris en compte pour avoir un luminaire de
bonne qualité sont l’étanchéité, la solidité et la protection électrique.

 L’étanchéité

L’étanchéité du luminaire se traduit par l’indice de protection IP définit plus haut. Pour
garantir une étanchéité suffisante, il est préconisé de choisir des luminaires dont l’indice de
protection est supérieur ou égale à 55. C'est-à-dire que le luminaire doit être au minimum
protégé contre les poussières nuisibles et contre les jets d’eau (IP55) (1).

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 17


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

 La solidité

La solidité du luminaire est établie lorsque ce dernier résiste au minimum à un choc transmis
avec une énergie d’au moins un Joule. Ainsi, l’indice IK traduisant cet état de fait doit être d’au
moins 6 : IK ≥ 06 (1).

 La sécurité électrique

La sécurité électrique du luminaire se traduit par la protection contre les chocs électriques.
A cet effet, dans le souci d’assurer une bonne protection des équipements, l’installation de
luminaire de classe 2 est recommandée.

 Performance du luminaire

Un second critère à prendre en compte est la performance du luminaire traduite par son
efficacité lumineuse.

 L’efficacité lumineuse

Cette entité traduit la quantité de lumière émise par Watt électrique consommé. Une bonne
efficacité lumineuse permettra ainsi d’obtenir un éclairement donné avec une faible
consommation de puissance électrique. De manière plus précise, le choix du luminaire se fait
en fonction de son efficacité lumineuse globale prenant en compte l’efficacité lumineuse de la
lampe et celle de l’auxiliaire d’alimentation. Pour un bon luminaire, l’efficacité lumineuse doit
être supérieure à 70 lumens par Watt. (1)

II.1.2.2 Caractéristiques des équipements étudiés


Conformément aux dispositions adoptées, le luminaire employé pour le projet du BDF est le
luminaire ZETA 250 à lampe SHP. En comparaison à ce luminaire, le luminaire choisi à partir
des critères est le luminaire LUMA 180* LED.

 Présentation des luminaires étudiés


 ZETA 250

Les lanternes ZETA 250 sont une nouvelle génération de lanternes d’éclairage routier du
fabricant THORN, utilisant des lampes à sodium haute pression. Elles offrent une facilité
d’installation et sont de bonne qualité.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 18


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Elle présente un corps en aluminium injecté et une vasque en verre trempé. Son installation
peut se faire en top sur mat ou par emmanchement latéral. Les autres caractéristiques relatives
à ce luminaire sont renseignées sur la fiche technique en Annexe 1.

 LUMA BGP627 180xLED

Les luminaires LUMA sont dédiés à l’éclairage des routes et des rues. Ils offrent en
complément, une alternative basse consommation, une haute performance et une prévention
contre la pollution lumineuse.

Les luminaires LUMA sont en aluminium injecté à haute résistance à la corrosion. Ils
présentent une vasque en verre plat résistant. Les autres caractéristiques spécifiques sont
présentées en Annexe 2.

 Caractéristiques des luminaires étudiés

Les principales caractéristiques des luminaires étudiés conformément aux critères de choix
de luminaire sont résumées ci-dessous:

Tableau II.3: Caractéristiques des luminaires ZETA 250 et LUMA BGP627 180xLED

LUMA
CARACTERISTIQUES ZETA 250 BGP627
180XLED
Etanchéité IP66 IP66
Solidité IK08 IK09
Protection électrique Classe 2 Classe 2
Flux lumineux de la
32 000 25 000
lampe (lm)
Flux lumineux du
22 555 22 750
luminaire (lm)
Puissance absorbée (w) 282 200
Efficacité lumineuse
80 114
(lm/W)

D’après ce tableau, les deux luminaires étudiés sont comparables du point de vue physique.
Sur le plan technique par contre, à flux lumineux sensiblement égal, le luminaire LUMA a une
meilleure efficacité lumineuse.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 19


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Ainsi, de manière individuelle, les luminaires en étude respectent les critères recommandés.
Toutefois, il convient d’étudier le rendement global de l’éclairage du BDF avec ces luminaires,
afin d’en apprécier le niveau d’éclairage. Dans cette optique, une analyse photométrique du
BDF avec ces luminaires est requise.

II.2 Etude photométrique


L’éclairage des voies publiques est essentiel car il facilite la circulation de nuit en assurant
aussi bien la sécurité que le confort des usagers. En effet, il permet la réduction des risques
d’accident et de l’insécurité dans les zones sombres. Toutefois, l’éclairage public ne se fait pas
de manière aléatoire. Il doit remplir des conditions qui assureront une visibilité convenable et
un confort visuel des usagers. C’est à cet effet qu’il est nécessaire de réaliser une étude
photométrique pour s’assurer que ces conditions, définies par des normes, sont remplies. Il
s’agira ainsi, de vérifier la concordance des paramètres photométriques, induits par les
caractéristiques du projet, avec les paramètres normalisés.

II.2.1 Méthode d’étude photométrique


Les conditions photométriques à respecter en éclairage public sont conditionnées par la
norme relative à l’éclairage public. Cette norme permet en fonction de différents facteurs liés
au type de voie à éclairer, au dispositif d’éclairage et aux dispositions spatiales d’assurer des
valeurs d’éclairement3 et de luminance4 minimales à maintenir.

La norme utilisée est la norme EN 13201. Cette norme est composée de quatre principaux
documents à savoir :

 RT 13201-1 Eclairage public - Rapport technique sélection des classes d’éclairage


 EN 13201-2 Eclairage public - Exigence des performances
 EN 13201-3 Eclairage public - Calcul des performances
 EN 13201-4- Eclairage public - Méthode de mesures des performances photométriques.

Dans le cadre de notre étude, le contenu des trois premiers documents sera utilisé. Le premier
nous permettra de classifier la voie objet de notre étude. En fonction de cette classification nous
déterminerons par la suite les exigences des performances photométriques requises, puis

3
Eclairement : quantité de flux lumineux reçu par unité de surface ayant pour unité le lux (lux) et noté E.
4
Luminance : quantité totale d’énergie émise dans une direction par unité de surface, ayant pour unité le
Candela par mètre carré (cd/m²) et noté L.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 20


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

compte tenu de notre projet, du dispositif d’éclairage et des dispositions spatiales choisis, nous
déterminerons les performances de notre système d’éclairage public.

II.2.1.1 Classification d’éclairage


Suivant la norme européenne, les voies sont regroupées en différentes situations d’éclairage
et classes d’éclairage. Les situations d’éclairage sont fonction des vitesses et des types d’usagers
empruntant les voies à éclairer. A chaque situation d’éclairage correspond des classes
d’éclairage. Ces classes d’éclairage sont définies par un ensemble d’exigences photométriques
basées sur les besoins visuels des usagers de la voie, en fonction des types de zone de la route
et de l’environnement.

 Les situations d’éclairage

Les situations d’éclairage définissent différents groupes de voies en fonction des vitesses
limites autorisées, ainsi que du type d’usager de la voie.

Nous pouvons distinguer ainsi, les catégories suivantes :

 Pour une vitesse v > 60 km/h et un trafic de véhicules motorisés nous avons les groupes
de situations A1, A2 et A3
 Pour une vitesse v tel que, 30 < v ≤ 60 km/h et un trafic constitué de véhicules motorisés
et de cyclistes nous avons les groupes B1 et B2.
 Enfin, pour des vitesses faibles, c’est-à-dire entre 5 et 30 km/h et un trafic constitué de
piétons, de cyclistes et de véhicules motorisés, nous distinguons les groupes C1, D1 à
D4, E1 et E2.

Outre les paramètres de vitesses et de types d’usagers, d’autres critères sont pris en compte
pour la répartition des groupes de situations en sous-groupes de type Ax, Bx Cx ou Dx. Ces
critères sont présentés dans le Tableau II.4.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 21


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Tableau II.4: Paramètres spécifiques des groupes de situation d’éclairage (5)

Paramètres Options
Séparation des chaussées Oui/ Non
Type de croisements Echangeurs / Intersection
Espacement entre échangeurs,
> 3km / ≤ 3 km
Zones : géométrie de distance entre ouvrage
l'installation < 3 intersections/km /
Densité d'intersections
≥ 3 intersections/km
Zone de conflit Oui/ Non
Dispositifs ralentisseurs Oui/ Non
< 4000
4000 à 7000
Ecoulement de trafic en 7000 à 15000
nombre de véhicules par jour 15000 à 25000
25000 à 40000
> 400000
Ecoulement de trafic cycliste Normal / Elevé
Références au trafic Ecoulement de trafic de
Normal / Elevé
piétons
Difficulté de la tâche de Normale / Supérieur à la
navigation normale
Véhicules en stationnement Oui/ Non
reconnaissances des visages Non nécessaire/ Nécessaire
Normal / Supérieur à la
Risques d'agression
normale
Complexité du champ visuel Normale / Elevée
Rural/ Urbain / Centre-
Autres influences liées à Niveau lumineux ambiant
ville
l'environnement
Conditions atmosphériques
Sec / Humide
principales

 Les classes d’éclairage

Suivant les normes d’éclairage public, les voies sont également réparties en classes
d’éclairages, suivant des performances photométriques limites pour chaque classe. Les
principales classes sont :

 les classes ME

Ces classes d’éclairage concernent les véhicules motorisés circulant sur la route avec des
vitesses moyennes ou élevées.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 22


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

 les classes CE

Comme pour les classes ME, les classes CE sont destinées aux conducteurs de véhicules
motorisés. Cependant, elles concernent les zones dites de conflit telles que les carrefours, les
giratoires, les rues commerçantes ou encore les files d’attentes. Ces classes sont également
destinées à des applications pour piétons et cyclistes.

 les classes S

Ces dernières classes sont réservées aux pistes cyclables, aux passages piétons, aux bandes
d’arrêts d’urgence, et d’autres zones de la route disposées séparément ou le long de la chaussée
d’une route.

A ces trois classes, s’ajoutent des classes complémentaires que sont les classes A, ES et EV,
et qui correspondent à des voies piétonnes et cyclistes (classe A), ou à des zones à risques et
particulières.

A l’image des situations d’éclairage, les classes d’éclairage sont également réparties en sous-
groupes de type MEx, CEx Sx… où x peut prendre des valeurs entre 1 et 6. Ces sous-groupes
prennent en compte des paramètres photométriques spécifiques.

Notons qu’à chaque situation d’éclairage correspondent une ou plusieurs classes d’éclairage.
La relation entre groupe d’éclairage et situation d’éclairage est présentée dans le Tableau II.5
suivant :

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 23


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Tableau II.5: Correspondance des situations et classes d'éclairages (5)

Groupes de
Vitesse Nature des Classes
situations Types d'usagers
(km/h) voies ou zones d'éclairage
d'éclairage
Routes ME1 à
A1 Trafics motorisés
Autoroutes ME5
Trafics motorisés et Routes ME2 à
A2
> 60 km/h véhicules lents Autoroutes ME5
Trafics motorisés,
Routes ME1 à
A3 véhicules lents, cyclistes,
Autoroutes ME5
piétons
ME2 à
B1 Trafics motorisés,
30 ≤ V ≤ 60 ME6
véhicules lents cyclistes, Voirie
km/h ME2 à
B2 piétons
ME5
C1 < 30 km/h Cyclistes, piétons Voirie S1 à S6
Trafics motorisés, CE2 à
D1 et D2 5 ≤ V ≤ 30
véhicules lents, piétons, Voirie CE5
km/h
D3 et D4 cyclistes S1 à S6
S1 à S6
E1 Piétons seuls
CE2
0≤V≤5
km/h Trafics motorisés, S1 à S5
E2 véhicules lents, piétons,
CE2
cyclistes

 Choix de la classe d’éclairage du projet BDF

Le boulevard de France, objet de notre projet est un ouvrage de voirie destiné aux véhicules
motorisés, et autorisé aux piétons et cyclistes sans toutefois présenter une piste cyclable. La
vitesse maximale admise est de 70 km/h. Ainsi, la situation d’éclairage et la classe d’éclairage
adaptées pour notre projet sont respectivement la situation de type A3 et la classe d’éclairage
ME.

Les autres paramètres définis dans le Tableau II.6, nous permettent de définir la classe
spécifique d’éclairage du projet qui est ME4a (6), conformément à l’Annexe 3.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 24


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Tableau II.6: Paramètres spécifiques du BDF

Paramètres Options
Séparation des chaussées Oui
Type de croisements Intersection
Zones géométrie
Densité d'intersections < 3 intersections/km
de l'installation
Zone de conflit Oui
Dispositifs ralentisseurs Non
Ecoulement de trafic en nombre
7000 à 15000
de véhicules par jour
Références au Ecoulement de trafic cycliste Normal
trafic
Ecoulement de trafic de piétons Normal
Difficulté de la tâche de
Normale
navigation
Complexité du champ visuel Normale
Autres influences
Niveau lumineux ambiant Moyen (Urbain)
liées à
l'environnement Conditions atmosphériques
Sec
principales

II.2.1.2 Exigences des performances photométriques


Pour chaque classe d’éclairage correspond des paramètres de vérifications, dont des valeurs
maximales ou minimales à respecter sont définies conformément à la norme. Ces paramètres
sont fonction du type d’ouvrage à éclairer, c’est-à-dire, selon le fait qu’il s’agit de route, de
piste cyclable ou de trottoir. En d’autres termes, ces paramètres se réfèrent aux principales
classes d’éclairage mentionnées plus haut (ME, CE, S …).

Dans le cas de notre projet, les paramètres entrant en jeux sont : la luminance moyenne, le
facteur d’uniformité général, le facteur d’uniformité longitudinal, le taux d’éblouissement et le
rapport de contigüité ou des abords.

 Définition des paramètres de vérification de la classe ME


 La luminance moyenne (Lmin)

Elle se définit simplement comme la moyenne des luminances en différents points et


s’exprime en cd/m². Ce paramètre permet de vérifier si une luminance suffisante est maintenue
de manière générale sur l’ensemble du projet pour permettre une bonne visibilité. Elle se calcule
à l’image d’une moyenne arithmétique.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 25


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

 Le facteur d’uniformité générale de luminance (Uo)

Afin de limiter le contraste entre les différentes portions de la route, il est admis un seuil
minimal de luminance. Cette luminance minimale conduit à fixer un facteur d’uniformité
générale de manière à assurer un contraste imperceptible et sans impact sur la visibilité des
usagers de la route. Ce facteur se détermine par le rapport entre la luminance minimale et la
luminance moyenne. Il est donc adimensionnel.

 Le facteur d’uniformité longitudinale de luminance (Ul)

Ce facteur permet d’assurer une uniformité de la répartition de la luminance le long de la


chaussée, dans le souci d’éviter la succession de zones claires et de zones sombres susceptibles
de provoquer la fatigue des yeux. Il se détermine par le rapport entre la luminance minimale et
la luminance maximale.

 Le taux d’éblouissement (TI)

Le taux d’éblouissement, tiré de l’anglais « Threshold Increment » (TI), permet de s’assurer


que la lumière produite par le dispositif d’éclairage n’est pas trop forte de sorte à aveugler les
usagers de la voie. Il se détermine en fonction de la luminance de voile5 et la luminance
moyenne.

 Le rapport de contiguïté ou d’éclairage des abords (SR)

Le rapport de contiguïté noté SR pour « Surrounded Ratio », traduit la mesure dans laquelle
le luminaire éclaire les abords immédiats (les trottoirs par exemple). Il correspond au rapport
entre l’éclairement sur le trottoir et l’éclairement de la voie.

 Performances à atteindre pour les classes ME

Les performances à atteindre pour les classes ME sont présentées dans le Tableau II.7
suivant :

5
Luminance de voile : luminance pour laquelle il se produit une réduction du contraste perçu par l’œil humain
conduisant à un éblouissement.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 26


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Tableau II.7: Performances photométriques à atteindre pour les classes ME (7)

Luminance de la chaussée d'une Eblouissement Eclairage


route sèche perturbateur des abords
Classe Lmoy en
Uo Ul TI (%) SR
cd/m²
(minimal) (minimal) (maximal) (minimal)
(minimal)
ME1 2 0,4 0,7 10 0,5
ME2 1,5 0,4 0,7 10 0,5
ME3a 1 0,4 0,7 15 0,5
ME3b 1 0,4 0,6 15 0,5
ME3c 1 0,4 0,5 15 0,5
ME4a 0,75 0,4 0,6 15 0,5
ME4b 0,75 0,4 0,5 15 0,5
ME5 0,5 0,35 0,4 15 0,5
ME6 0,3 0,35 0,4 15 0,5

Le projet du BDF étant de classe ME4a, les conditions photométriques à respecter sont mises
en exergue sur le tableau des performances photométriques des classes ME.

II.2.1.3 Dispositif d’éclairage


Le dispositif d’éclairage concerne tous les équipements constituant le lampadaire. Il est
constitué de trois principaux éléments : la lampe, le luminaire et le candélabre qui sont présentés
plus haut.

D’autres éléments importants à noter sur ces équipements hormis les caractéristiques
photométriques de l’ensemble luminaire-lampe présentées dans les généralités sont la hauteur
du mât qui est de 10 m et la longueur des crosses de 1,5 m.

Un autre paramètre essentiel qui entre dans les paramètres à prendre en compte pour l’étude
photométrique est le facteur de maintenance.

 Le facteur de maintenance

Le facteur de maintenance est un coefficient qui permet de prendre en compte l’entretien du


luminaire. Il intervient dans la détermination de la luminance moyenne. En effet, plus le
luminaire est bien entretenu, plus le flux lumineux diffusé reste convenable pour l’éclairage des
voiries, malgré les intempéries et autres facteurs polluants (poussière, toile d’araignée,..).

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 27


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Ce facteur dépend du degré de pollution, du cycle d’entretien, du type de lampe et enfin du


type de luminaire. La Figure II.2 montre les marges admissibles du facteur de maintenance
suivant les critères précités pour le luminaire à lampe SHP. Ainsi, la valeur de 0,7 utilisée dans
l’étude photométrique pour le luminaire ZETA 250W est justifiée.

Figure II.2:Facteur de maintenance pour le luminaire ZETA 250W6 (8)

Pour le luminaire LUMA BGP627 180xLED, nous considérons un facteur de maintenance


de 0,85 suivant la Figure II.3. En effet, les détails spécifiques au luminaire à LED n’ayant pas
été définis par le fabricant, la valeur générale en fonction du degré de protection et de la
catégorie de pollution a été retenue.

Figure II.3:Facteur de maintenance pour le luminaire LUMA à LED

6
Degré 1 : pollution faible (grand espaces, faible trafic, zone rural)
Degré 2-3 : pollution forte (trafic intense urbain)

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 28


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

II.2.1.4 Dispositions spatiales


 Présentation de la géométrie du boulevard de France.

Le boulevard de France est divisé en deux sections. La première section commence au


niveau du pk0 et s’achève au giratoire des ambassades comme représenté sur la Figure II.5.
Sur cette section, le boulevard présente deux chaussées de 7,5 m de largeur, et constituées
de deux voies chacune. Ces chaussées sont séparées par un terre-plein central de 3 m de
large, et bordées par des trottoirs de 2 m de large (Figure II.4).

Figure II.4: Structure de la route section 1

Figure II.5: Vue d'ensemble de la section 1 du boulevard de France

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 29


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

La deuxième section qui commence au giratoire des ambassades et se termine au giratoire


Jacques Prévert est structurée de la même façon que la section 1, à la seule différence qu’elle
présente un terre-plein central de 5 m de large (Figure II.5 et Figure II.6).

Figure II.6: Structure de la route section 2

Figure II.7:Vue d'ensemble de la section 2 du boulevard de France

Une autre caractéristique de la route qui intervient dans l’étude photométrique est son
revêtement. En effet, le flux lumineux émis sur la chaussée est réfléchi par le revêtement vers
l’œil de l’observateur, d’où la nécessité de prendre en compte deux principaux paramètres
caractéristiques de la réflexion de la lumière sur un revêtement que sont le coefficient de clarté
Q0 et le coefficient de spécularité S1.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 30


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

 Le coefficient de clarté Q0 exprime la proportion d’énergie lumineuse réfléchie par le


matériau. Il augmente de manière proportionnelle au pourcentage de lumière reçue et
qui est réémise. Ainsi donc, suivant la valeur de Q0, le revêtement peut être clair ou
sombre.
 Le coefficient de spécularité S1 traduit le caractère spéculaire du revêtement c’est-à-
dire, son effet miroir. A cet effet, le revêtement présente un caractère diffusant ou
spéculaire. Il correspond à la proportion d’énergie lumineuse réfléchie dans une
direction particulière notamment celle du conducteur.

En fonction de ces deux paramètres, la CIE (Commission Internationale de l’Eclairage) a


défini 4 revêtements standards de R1 à R4. Le revêtement standard R1 correspondant à un
matériau de chaussée clair et diffusant et le revêtement R4 correspondant à un matériau sombre
et très spéculaire.

Les valeurs correspondantes de Q0 et S1 suivant la classification des revêtements sont


présentées dans le Tableau II.8.

Tableau II.8 : Classification des revêtements standards définie par la CIE (9)

Revêtement Q0 S1
R1 0,1 0,247
R2 0,07 0,582
R3 0,07 1,109
R4 0,08 1,549

Cependant, à la mise en service, les revêtements de chaussée sont habituellement de classe


R4, donc spéculaires. Ceci est dû au fait qu’un revêtement neuf est couvert d’un film de bitume.
Cette spécularité à tendance à diminuer pour atteindre une valeur stabilisée après 6 mois
minimum de sa mise en service. A ce moment, elle atteint en général la classe R2 ou R3. C’est
à cet effet que pour notre étude photométrique l’analyse sera effectuée avec une classe R2, le
cas défavorable.

 Implantation des candélabres

L’implantation des candélabres le long de la voie a également une importance dans


l’établissement de l’étude photométrique.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 31


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Il existe plusieurs types d’implantation, mais l’implantation choisie dans le cadre du projet
est l’implantation axiale rétro bilatérale dos à dos. Dans ce type d’implantation, les
candélabres sont placés sur le terre-plein central et couronnés par deux luminaires : un pour
chaque chaussée de part et d’autre du terre-plein, comme le montre la Figure II.8.

Figure II.8: Implantation axiale rétro bilatérale des candélabres

 Espacement entre les candélabres

L’espacement entre les candélabres dépend du type de source employé ainsi que du type
d’implantation mis en œuvre. Ainsi, pour une lampe à sodium haute pression et une
implantation axiale rétro bilatérale, l’espacement (e) entre les candélabres est tel que :

3,5H ≤ e ≤ 4H, soit dans notre contexte 35 m ≤ e ≤ 40 m

Les réalités du projet ont imposé un espacement entre les candélabres de 35m. Ce qui est
conforme aux règlementations.

II.2.2 Résultats et synthèse


II.2.2.1 Présentation du logiciel utilisé : DIALux 4.12
Le logiciel utilisé pour la réalisation de l’étude photométrique est DIALux. Il s’agit d’un
outil permettant de simuler l’éclairage intérieur et extérieur. Conformément aux normes
européennes et américaines, il permet de calculer et de vérifier de façon professionnelle tous
les paramètres d’installation d’éclairage.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 32


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Deux principales méthodes de travail sont possibles dans DIALux. La première qui est
l’utilisation des assistants permet de construire son projet de manière rapide et pas à pas en
suivant les directives proposées et en entrant progressivement les données du projet.

La deuxième méthode est une conception personnalisée du projet par l’utilisateur ; il s’agit
ici de concevoir le projet soi-même en utilisant les outils du logiciel.

Pour notre cas, qui est l’éclairage public, la conception du projet s’est faite depuis la
définition de la route jusqu’au calcul des différents paramètres du projet, en fonction des
paramètres définis plus haut et du choix du luminaire. Les résultats obtenus en fonction des
deux types de luminaires étudiés sont présentés ci-dessous.

II.2.2.2 Luminaire ZETA 250W : résultats photométriques


Les principaux résultats présentés sont ceux des deux chaussées numérotées 4 et 3 sur la
Figure II.9. Ces résultats sont issus de l’étude photométrique réalisée avec le logiciel DIALux
et transmis par le fabricant du luminaire (Annexe 4 et Annexe 5). La même disposition est
adoptée pour la section 2 que nous pouvons retrouver dans l’annexe précédemment citée. Cette
annexe présente également des détails plus amples sur les résultats photométriques des abords
des chaussées.

Figure II.9: Structure de la section 1 du BDF

Les résultats photométriques avec le luminaire ZETA 250W présentés ci-dessous, respectent
les valeurs de références spécifiées par la norme pour la classe d’éclairage ME4a. En d’autres
termes, le luminaire est adapté pour l’éclairage du BDF, même si nous notons une justesse au
niveau de la valeur du facteur d’uniformité longitudinale au niveau de la section 2. Ceci

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 33


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

s’explique par le fait que cette valeur n’aura pas une grande influence au niveau de la perception
de l’œil.

Tableau II.9: Résultats photométriques avec le luminaire ZETA 250W

Lmoy TI
Paramètres de vérification Uo Ul SR
(cd/m²) (%)
Valeur de référence ≥ 0,75 ≥ 0,40 ≥ 0,60 ≤ 15 ≥ 0,50
Résultats Chaussée 1 2,26 0,53 0,61 7 0,71
section 1 Chaussée 2 2,26 0,53 0,61 7 0,71
Résultats Chaussée 1 2 0,45 0,6 7 0,73
section 2 Chaussée 2 2 0,45 0,6 7 0,73

Outre les données photométriques de références respectées, un autre point important à


analyser est le rendu de fausse couleur ou Indice de Rendu de Couleur (IRC). Ce paramètre
traduit la capacité d’une source lumineuse à restituer les différentes couleurs visibles à l’œil nu
telles qu’elles apparaissent à la lumière du jour (lumière naturelle) sans en modifier les teintes.
Autrement dit, plus l’IRC de la source lumineuse se rapproche de 100, plus la source lumineuse
éclaire juste.

A partir de la Figure II.10, présentant le rendu de fausse couleur de l’éclairage du BDF avec
le luminaire ZETA 250W, nous remarquons que l’IRC est compris pour l’essentiel entre 12,5
et 62,50 pour les deux sections, sur une échelle de 0 à 100 en raison de la lampe SHP. Cet
intervalle plus ou moins faible obtenu en termes d’IRC traduit un éclairage sombre.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 34


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Figure II.10: Rendu de fausse couleur pour la section 1 avec le luminaire ZETA 250W

II.2.2.3 Luminaire LUMA BGP627 180xLED : résultats photométriques


Tout comme le luminaire ZETA 250W, le luminaire LUMA BGP 627 180xLED présente
des données photométriques qui respectent les valeurs de références comme le montre le
Tableau II.10.

Tableau II.10: Résultats photométriques avec le luminaire LUMA BGP627 180xLED

Paramètres de Lmoy TI
Uo Ul SR
vérification (cd/m²) (%)
Valeur de référence ≥ 0,75 ≥ 0,40 ≥ 0,60 ≤ 15 ≥ 0,50
Résultats Chaussée 1 2,64 0,69 0,76 7 0,8
section 1 Chaussée 2 2,64 0,69 0,76 7 0,8
Résultats Chaussée 1 2,51 0,61 0,74 8 0,77
section 2 Chaussée 2 2,51 0,61 0,74 8 0,77

Précisons que les mesures de dispositions des chaussées 1 et 2 sont les mêmes que celles
expliquées pour le luminaire ZETA 250W. Les détails des résultats pour la section 1 et 2 sont
respectivement présentés en Annexe 6 et en Annexe 7.

En termes de rendu de fausse couleur, pour les deux sections du projet, nous obtenons un
intervalle de 20 à 80 sur une échelle de 0 à 80 pour la lampe LED en étude, d’après la Figure

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 35


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

II.11. Cet intervalle couvre une plus large gamme des valeurs d’IRC et atteint le maximum pour
les lampes LED, ce qui traduit un bon éclairage pour la route en étude.

Figure II.11: Rendu de fausse couleur pour la section 1 avec le luminaire LUMA BGP627
180xLED

II.2.2.4 Synthèse
D’après les résultats photométriques présentés ci-dessus, les deux luminaires remplissent les
conditions requises conformément au document EN 13201-2 de la norme française pour
l’éclairage public. Toutefois, le luminaire à LED étudié se démarque, par un éclairage clair
essentiel à la distinction de l’environnement de la voie pendant la nuit par l’œil humain.

Le luminaire à LED étudié a été choisi en fonction des critères de choix décrits plus hauts,
mais aussi après plusieurs simulations avec différents autres luminaires à LED en cherchant à
atteindre le niveau exigé par la norme, en fonction des données du cahier de charge du projet
(hauteur de 10 m, et espacement de 35 m). Cela suggère qu’une analyse photométrique en
fonction d’un nouveau dimensionnement du projet pourrait donner de meilleurs résultats avec
le luminaire à LED.

Cependant, l’aspect visuel de l’éclairage pour le confort visuel des usagers n’est pas un
élément suffisant à la comparaison des deux types de luminaires étudiés. Quelles sont les
perspectives en matière d’économie d’énergie que nous pouvons espérer pour le projet du BDF?
Et surtout quels sont les coûts d’investissement et d’exploitation à mobiliser ? Pour apporter
une réponse à ces interrogations, une étude énergétique, et une étude technico-économique sont
nécessaires.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 36


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

II.3 Etude énergétique


La présente étude énergétique concerne l’analyse de la consommation énergétique du BDF
avec les deux types de luminaire.

II.3.1 Hypothèses et méthode


 Hypothèses

Les hypothèses prises en compte pour cette étude sont les suivantes :

 Puissance absorbée par le luminaire ZETA 250W : 282 W


 Puissance absorbée par le luminaire LUMA BGP627 180xLED : 200W
 Temps de fonctionnement annuel : 4000h/an
 Nombre de luminaires sur l’ensemble du projet : 282
 Coût du kWh d’éclairage public : 78,75 FCFA TTC selon l’Autorité Nationale
de Régulation du Secteur de l’Electricité en Côte d’Ivoire (ANARE)
 Méthode

En fonction de la puissance absorbée par la totalité des luminaires (P) et du temps de


fonctionnement annuel (t), nous déterminons la consommation énergétique annuelle de
l’ensemble du projet (E) suivant la formule :

( )= ( ) ( )

L’économie réalisée (Ec) est ensuite chiffrée à partir de la différence de consommation


énergétique entre les deux luminaires (D) et le coût (c) du kilowattheure suivant l’expression :

( ) = D(kWh) x c (FCFA/kWh)

II.3.2 Résultats
En considérant les hypothèses précédentes, nous aboutissons aux résultats présentés dans le
Tableau II.11. D’après ces résultats, l’utilisation du luminaire à LED nous permettrait
d’économiser 29% de l’énergie annuelle consommée avec le luminaire à lampe SHP. Une
économie qui s’élève en valeur monétaire brute à 7 284 060 Francs CFA par an.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 37


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Tableau II.11: Economie d’énergie annuelle réalisée

LUMA
Désignations ZETA 250W BGP627
180xLED
Puissance absorbée par un
282 200
luminaire (W)
Energie annuelle consommée
1128 800
par luminaire (kWh/an)
Energie annuelle totale
318 226
consommée (MWh/an)
Economie annuelle totale
92 MWh/an soit 29%
réalisée (MWh/an)
Economie annuelle totale
7 284 060
réalisée (FCFA/an)

II.4. Etude technico-économique


Cette étude économique vise à analyser en terme de coût la rentabilité de l’utilisation du
luminaire à LED par rapport au luminaire à lampes SHP dans le cas du projet du BDF en étude.

II.4.1 Etude technique : hypothèses, méthode et résultats


 Présentation du logiciel CANECO EP 4.2

Le logiciel CANECO EP 4.2 est un logiciel qui permet de dimensionner les réseaux
d’éclairage public HT et BT. La méthode employée est basée sur la norme NF C 17-200 de
2008 dénommée Installations électriques extérieures et le guide UTE C 17-205 :
Installations d’éclairage extérieur – détermination des sections des conducteurs et choix
des dispositifs de protection.

Pour ce faire, des entrées sont précisées afin de définir les caractéristiques du projet. Il s’agit
notamment des informations sur le poste : type de tension (HT ou BT), du type d’installation
(nouvelle ou extension), les tensions au primaire et au secondaire, ainsi que le régime du neutre.
Après la caractérisation du poste, dans le cas d’un réseau BT, suit la caractérisation du départ :
les désignations du départ, et le type de protection à employer. Enfin, pour terminer les
renseignements d’ordre généraux, le type de câble, le mode de pose, la chute de tension
admissible, ainsi que les bases de données à utiliser sont précisés.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 38


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

A la suite de cette étape, vient l’étape de conception et du dimensionnement du réseau qui


aboutit à la présentation des résultats des calculs

 Hypothèses

Dans le cas de notre étude, les hypothèses renseignées dans le logiciel sont les suivantes :

 Type de réseau : éclairage BT


 Régime du neutre TT
 Tension au primaire et secondaire : 20kV/400V (230V entre phase et neutre)
 Type de protection : fusible de type gg
 Chute de tension admissible : 6%
 Type de câble : U1000RVFV
 Mode de pose : enterré

Les autres paramètres spécifiques aux lampes sont présentés ci-dessous:

Tableau II.12: Hypothèses de dimensionnement du réseau EP

Symbole et ZETA LUMA


Désignation
unité 250 180*LED

Puissance absorbée d’un


Pa(W) 282 200
luminaire
Facteur de puissance Cos (Phi) 0,85 0,8
Tension U (V) 230 230
Courant d'emploi d’un
Ib (A) 1,44 1,09
luminaire

Notons également que l’alimentation est faite sur des postes de transformation HT/BT
existant le long de l’emprise du projet. Pour chaque poste, plus ou moins 2 départs sont créés
pour alimenter les luminaires. Deux postes, P256 et R1 permettent d’alimenter la section 1 du
projet et trois postes, le poste P1, le poste Golf Club et le poste R36 alimente la section 2.

 Méthodologie

La méthode employée s’articule autour de quatre points :

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 39


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

 la répartition des charges sur chaque poste en plus ou moins deux départs : 1 départ (1a
et 1b) orienté du poste vers le début du projet et deux départs (2a et 2b) orientés du poste
vers la fin du projet, alimentant de manière alternée les luminaires
 le choix du calibre de la protection en fonction du courant d’allumage
 le dimensionnement de la section du câble d’alimentation des candélabres par
vérification de la chute de tension
 la vérification de la protection contre les courts-circuits en fonction de la longueur
maximale de canalisation protégée pour une section et un calibre de protection donné.

 Résultats

Les résultats pour le poste P256 de la section 1 sont présentés dans les Tableau II.13 et
Tableau II.14. Un exemple de note de calcul avec le logiciel CANECO EP est également
présenté en Annexe 8.

Tableau II.13: Section de câble et protection du départ 1 du poste P256

Poste P256
Désignations Départ P256-1
Luminaires ZETA 250 LUMA 180*LED
Nombre de lampes 26
Longueur totale
522
(m)
Phases 1 2 3 N 1 2 3 N
Courant par phase
17,28 13,82 13,82 3,46 10,9 8,72 8,72 2,18
IB (A)
Courant
22,80 18,24 18,24 - 10,9 8,72 8,72
d'allumage IA (A)
Calibre (In>IA)
25 16
(A)
Section Cu (mm²) 25 16
Chute de tension
2,72 1,49 2,38 - 2,68 1,47 2,34 -
(Ph-N) %
Longueur (m) max
protégée par les
conditions définies (S
819 873
(mm²) et In(A))
contre les courts-
circuits

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 40


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Tableau II.14: Section de câble et protection du départ 2 du poste 256

Poste P256
Désignations Départ P256-2
Luminaire ZETA 250 LUMA 180*LED
Nombre de lampes 24
Longueur totale (m) 502
Phases 1 2 3 N 1 2 3 N
Courant par phase
13,82 13,82 13,82 - 8,72 8,72 8,72 -
IB(A)
Courant d'allumage IA
18,24 18,24 18,24 - 8,72 8,72 8,72
(A)
Calibre (In>IA) (A) 20 10
Section Cu (mm²) Sb 25 10
Chute de tension (Ph-
N) %
1,38 2,25 2,52 - 2,18 3,53 3,95 -
Longueur (m) max
protégée par les
conditions définies (S 1024 733
(mm²) et In(A)) contre les
courts-circuits

L’ensemble des résultats nous permet d’aboutir au devis quantitatif en matière d’appareillage
de protection et de câble présenté dans le Tableau II.15. Ce devis quantitatif nous permettra de
prendre en compte le coût de ce matériel dans l’étude économique suivante.

Tableau II.15: Quantitatif des protections et des câbles

Devis quantitatif de l'appareillage


Désignations ZETA LUMA
Câble U1000RVFV 4x50 mm² 1794 0
Câble U1000RVFV 4x35 mm² 1536 1327
Câble U1000RVFV 4x25 mm² 1551 1468
Câble U1000RVFV 4x16 mm² 0 1584
Câble U1000RVFV 4x10 mm² 0 502
Câble U1000R2V 3G2,5 mm² 3408 0
Câble U1000R2V 3G1,5 mm² 0 3408
Porte Fusible 3P+N + 3 Fusible gG de 32
4 2
A

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 41


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Devis quantitatif de l'appareillage


Désignations ZETA LUMA
Porte Fusible 3P+N + 3 Fusible gG de 25
2 0
A
Porte Fusible 3P+N + 3 Fusible gG de 20
1 1
A
Porte Fusible 3P+N + 3 Fusible gG de 16
0 3
A
Porte Fusible 3P+N + 3 Fusible gG de 10
0 1
A

II.4.2 Analyse économique : hypothèses, méthode et résultats


 Hypothèses
 Temps de base d’étude

Le temps de base d’étude pour cette analyse est choisi en fonction de la durée de vie
minimale des équipements spécifiques que sont la lampe et le luminaire. La durée de vie du
luminaire étant de 30 à 40 ans, le temps de base dépendra de la durée de vie des lampes. Pour
la lampe SHP du luminaire ZETA n’ayant pas de spécifications techniques du constructeur,
nous retiendrons une durée de vie utile de 12 000h conformément au Tableau II.1. Par contre,
pour les LED du luminaire LUMA, la durée de vie spécifiée dans les prescriptions techniques
est de 100 000h.

Le temps de base ainsi retenu est donc la durée de vie la plus grande des lampes soit 100 000h
(25 ans).

 Coûts évalués

Les différents coûts évalués de manière générale pour cette étude sont les coûts relatifs à
l’approvisionnement des équipements spécifiques aux deux cas étudiés (luminaires,
candélabres, câblage et protection) et à la maintenance des équipements, les coûts d’installation
étant les mêmes. Le gain en MWh économisé traduit en coût est également analysé.

 Plan de maintenance

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 42


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Le plan de maintenance adopté est une maintenance préventive. Il consiste à changer toutes
les lampes lorsque la durée de vie utile des lampes d’origine est atteinte. Cela permettra de
maintenir un bon éclairement.

Il s’agira également de nettoyer les luminaires tous les trois ans, durée minimum requise
pour un site moyennement pollué (zone urbaine), ou à chaque opération de remplacement de
lampe. Ceci dans un souci de conserver un bon éclairement de la voie en limitant les dépôts de
poussière ou autres agents polluants (toiles d’araignée, insectes…°).

 Coût du kWh en éclairage public

Le coût du kWh d’éclairage public s’élève à 78,75 FCFA TTC comme mentionné plus haut.
Ce coût forfaitaire n’est pas soumis à des variations fonctions des horaires creuses ou pleines.

 Taux d’actualisation

Afin de ramener les charges et gains futures à la date de l’étude, il est considéré un taux
d’actualisation (r) de 2%, nous permettant de calculer la Valeur Actuelle Nette (VAN) en
fonction de l’investissement (Io) et des cash-flows annuels (CF) qui résultent de la maintenance
préventive, de l’entretien et de la consommation d’énergie.

 Méthode

Les différents coûts d’installation et d’exploitation sont évalués pour les deux types de
luminaires. Par la suite, l’économie réalisée ou gain engendré par l’utilisation du luminaire à
LED en lieu et place du luminaire à lampe SHP et qui n’est rien d’autre que la VAN est
déterminée par la formule :

7 = −
( + )

Notons que suivant notre étude qui est une analyse comparative du cycle de vie de deux
technologies, l’investissement (Io) est la différence entre les coûts d’installations des deux
technologies. De même, les cash-flows annuels sont quant à eux, la différence entre les coûts
d’exploitation des deux technologies.

7
n étant le nombre d’année : 100 000h soit 25 ans, de 0 à 24 ans.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 43


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

A la suite de l’évaluation de la VAN, le temps de retour sur investissement (T) est ensuite
évalué à partir du cumul des cash-flows pendant le temps de base de l’étude.

 Résultats
 Valeur Actuelle Nette (VAN)

L’évaluation des différents coûts mentionnés plus haut et détaillés en Annexe 9, nous
permet d’aboutir au bilan présenté dans le Tableau II.16.

Tableau II.16: Bilan des coûts évalués à 100 000 h de fonctionnement

LUMA
Coûts évalués ZETA 250
180*LED
Coût du matériel d'éclairage public
45 479 925 164 617 875
(FCFA)
Coût du matériel de protection et de
54 488 321 37 706 510
raccordement (FCFA)
Total investissement (FCFA) 99 968 246 202 324 385
Coût de la maintenance préventive à
9 132 378 0
100 000 h (FCFA)
Coût de l'entretien à 100 000 h (FCFA) 15 598 241 10 398 827
Coût de l'énergie consommée (FCFA) 498 845 031 353 790 802
Total des cash flows (FCFA) 523 575 650 364 189 630
VAN (FCFA) 57 029 882

 Temps de retour sur investissement :

Les données considérées sont l’investissement (Io), et les cash-flows annuels actualisés.
Ces données nous permettent d’aboutir à un temps de retour sur investissement de 14 ans
et 10 mois. Le schéma de remboursement de l’investissement est présenté en Annexe 10.

II.4.3 Synthèse
D’après nos résultats, les luminaires à technologie LED sont chers par rapport aux luminaires
à lampes SHP. Nous notons en effet une différence de 102 356 139 francs CFA. Malgré une
économie réalisée de 16 781 811 Francs CFA en termes de câbles et de protections due au
faible appel de puissance des luminaires à LED, les luminaires à lampes SHP restent plus
économiques à l’installation. A la différence de l’installation, l’exploitation du réseau
d’éclairage public est rentable avec l’emploi de la technologie LED, et permet un gain brut de

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 44


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

159 386 021 francs CFA. Cela est dû à sa durée de vie importante, son entretien aisé de par ses
caractéristiques techniques (facilité d’accès au module LED et à l’appareillage interne) et sa
faible consommation d’énergie. Cette économie réalisée à l’exploitation permet ainsi de
rembourser l’investissement qu’occasionne l’utilisation du luminaire à LED par rapport au
luminaire à lampe SHP au bout de 14 ans et 10 mois, soit 59185 h de fonctionnement. Il permet
également de conserver un gain net de 57 029 882 francs CFA au bout des 100 000 h de durée
de vie des luminaires à LED.

Toutefois, il faut noter que cette analyse a été réalisée avec un taux d’actualisation de 2%
qui est relativement faible. Un taux plus élevé, pourrait donner des résultats moins ambitieux
en raison du coût élevé des luminaires à LED. Ce coût d’installation pourrait être réduit par des
innovations technologiques en matière de LED qui permettrait de réduire les coûts de
production et donc les coûts de vente des luminaires à LED tout en assurant une disponibilité
durable du matériel.

Sur le plan énergétique, pour un même niveau d’éclairement, la LED permet de faire des
économies d’énergie non négligeables, et par ricochet de limiter les émissions de CO2 issues de
la production d’énergie électrique. De plus, une indépendance vis-à-vis du réseau électrique
local peut également être envisagée avec l’utilisation d’énergie renouvelable comme le solaire
photovoltaïque. Cette technologie peut facilement être mise en place, favorisée par
l’alimentation des luminaires à Lampes LED directement en courant continu. Cela permettra
de réduire le coût du luminaire en supprimant le redresseur nécessaire à la transformation du
courant alternatif des sources conventionnelles en courant continu. Cependant, l’énergie solaire
étant tributaire du climat, une étude des données climatiques associées à des études techniques
doivent être menées pour mettre en œuvre et assurer le bon fonctionnement du système.

Pour l’instant, dans le contexte du projet, suivant les études, ce sont les luminaires ZETA
250 qui ont été utilisés pour la mise en œuvre et l’exécution du projet du BDF auquel nous
avons pris part. Comment ces travaux sont organisés, quelles sont les méthodes de suivi et de
contrôle employées pour l’aboutissement du projet ? Tels sont les points que nous aborderons
dans le chapitre suivant.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 45


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

III. MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC DU


BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 46


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

III.1 Mise en œuvre du projet

III.1.1 Le processus de management du projet


La mise en œuvre du projet est réalisée suivant le processus de management de projet adopté
par BYes CI. Ce processus qui est une succession d’étapes caractérisées par des documents
faisant office d’entrées et de sorties se présente comme matérialisé sur la Figure III.1. Le
processus commence par le transfert du dossier du marché acquis par le Bureau d’Etude de Prix,
au service d’exploitation dédié (service GET, IRL ou IRP). Une fois le dossier transféré et
présenté, une mise en vigueur a lieu avec le client afin de définir les différentes modalités du
contrat, notamment les conditions de paiement de l’avance de démarrage et la date effective du
début du projet. A la suite de cette étape vient la phase d’élaboration et de validation des
documents guide du projet tels que l’objectif, le PHS (Plan d’hygiène et de sécurité), le PAQ
(Plan d’assurance qualité), le planning...

Cette phase est suivie, dans le cas d’un grand projet, d’une réunion d’enclenchement où toute
l’équipe affectée au projet est réunie pour la prise de connaissance des documents guides et le
lancement du projet qui débute par la réalisation des études, suivie par le lancement des
commandes et des approvisionnements en matériels.

Enfin, on passe à la réalisation, au suivi et au contrôle du projet qui consiste en la réalisation


des travaux sur site.

Une fois les travaux achevés, une séance de réception des réalisations a lieu avec le client
mettant ainsi fin au projet.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 47


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Figure III.1:Processus de management de projet de BYes CI8

Le début de notre mission de stage au sein de BYes CI a coïncidé avec la phase de la mise
en œuvre du projet. Plus précisément à la phase de suivi, réalisation et contrôle. Toutefois
certains points au niveau des études et l’acheminement des commandes n’étant pas achevés,
nous avons également travaillé sur ces deux étapes et pris connaissance des documents guide
du projet.

III.1.2 Les documents de suivi et de gestion du projet BDF


BYes intervenant comme sous-traitant sur le projet du BDF s’est aligné sur les documents
guide de la société principale DTP en ce qui concerne le PAQ et le PPSPS (Plan Particulier
Sécurité et Protection de la Santé) qui fait office de PHS. Concernant les autres documents, ils
ont été réalisés en interne. Il s’agit notamment du planning et de l’organigramme.

8
CDS : Chef de service ; CCL : Commercial; RA : Responsable d’affaire, BEE : Bureau d’Etude et
d’Exécution ; RQSE : Responsable qualité sécurité et environnement ; DA : Demande d’achat ; PV : Procès-
verbal ; CR : Compte rendu ;

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 48


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

 Le planning général des travaux

Il présente les différentes tâches permettant de réaliser le projet et les délais alloués à chaque
tâche. Il démarre par la mise en vigueur du projet et se termine à la réception du projet. Le
planning étant un document prévisionnel, il est continuellement mis à jour pour prendre en
compte les avances ou les retards et permettre de suivre et contrôler l’évolution du projet. Le
planning initial du projet est présenté en Annexe 11.

 L’organigramme du projet

Ce document présente suivant la hiérarchie la ressource humaine affectée au projet ainsi que
sa mission. Il est présenté en Annexe 12. Notre stage s’étant inscrit dans le projet du BDF, nous
avons occupé le poste d’assistant directeur projet.

III.1.3 La mise en œuvre du projet


La mise en œuvre concrète du projet englobe les études, les commandes et les
approvisionnements et enfin la réalisation, le suivi et le contrôle.

 Les études

Les études sont réalisées au niveau du Bureau d’Etudes et d’Exécution en fonction des
spécifications précisées par l’ingénieur en charge du projet. Ce bureau est chargé de réaliser les
documents techniques qui seront transmis au client et utilisés sur le terrain après la réception
du bon pour exécution de la mission de contrôle. Il s’agit notamment des plans, des notes de
calcul, des schémas de raccordement… Ces documents sont établis suivant une liste de
productibles élaborée par l’ingénieur chargé du projet et transmis au Bureau d’Etude et
d’Exécution.

Afin d’assurer le suivi et de retracer les transmissions des documents techniques, un


document de suivi de productibles est élaboré. Il est présenté ci-dessous :

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 49


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Figure III.2: Document de suivi des productibles

 Les commandes et approvisionnements

Les commandes et les approvisionnements sont faits d’après les résultats des études. En
fonction de la spécificité du matériel, il est commandé soit sur place soit en occident. Dans le
cas de commandes provenant d’Europe, il est nécessaire de prendre en compte la durée de
fabrication, d’acheminement et de dédouanement afin de rentrer dans les délais du projet.

 La réalisation, le suivi et le contrôle

La réalisation, le suivi et le contrôle des travaux se fait grâce à trois principaux moyens : les
plannings à 3 semaines, les procédures d’exécution des travaux, les procès-verbaux de
conformités, et la ressource humaine et logistique.

 Les plannings à 3 semaines

Issus du planning général, les plannings à trois semaines permettent de simplifier les tâches
d’exécutions des travaux sur le chantier en fonction d’objectifs journaliers à atteindre. Ils ont
également pour objectif de prendre en compte les contraintes d’évolution des travaux dues à
l’intervention de plusieurs parties sur le terrain (équipe de terrassement, équipe
d’assainissement, équipe de pose des bordures, équipe d’éclairage public…)

 Les procédures

Afin de s’aligner sur les exigences du PAQ, du PPSPS, des procédures ont été mises en place
concernant l’exécution des travaux du BDF. Il s’agit notamment de :

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 50


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

o la procédure d’exécution des tranchées dans le TPC


o la procédure d’exécution des massifs de candélabres
o la procédure de levage des candélabres
o la procédure d’exécution de la signalisation

 Les moyens humains et logistiques

Dans le souci de mener à bien l’exécution des travaux et de respecter les délais contractuels,
il est nécessaire d’affecter au projet, une ressource humaine permanente sur le chantier, bien
structurée et équipée d’une logistique lui permettant d’exécuter les travaux. Cette ressource
humaine se compose :

o d’un chef de chantier qui a pour rôle d’organiser et de suivre l’exécution des travaux
sur l’ensemble du projet ;
o d’un responsable sécurité qui a pour rôle d’assurer l’exécution des travaux en toute
sécurité ;
o de chefs d’équipe affectés à différentes tâches suivant les besoins qui ont pour rôle
de suivre l’exécution des tâches qui leur sont confiées ;
o d’une équipe de 10 à 25 ouvriers suivant les besoins qui assure l’exécution des
travaux ;
o d’un magasinier chargé de contrôler les entrées et sorties des matériels au niveau
de la base vie et d’assurer le suivi du stock de matériel ;
o de deux vigiles pour assurer la sécurité de la base vie et du matériel.

A cette ressource humaine s’ajoute une ressource logistique qui est composée, en ce qui
concerne les gros engins de :

o un tractopelle ;
o un compacteur ;
o un camion grue suivant les besoins ;
o un camion nacelle suivant les besoins ;
o de pick-up.

Grâce à ces différents moyens mis en place, l’exécution des travaux a été assurée et a permis
d’aboutir aux réalisations présentées dans la partie suivante.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 51


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

III.2 Exécution des travaux

III.2.1 Travaux de génie civil


Les travaux de génie civil concernent la réalisation des tranchées pour le passage du
câble, des fouilles pour la réalisation des massifs de candélabres et la pose des chambres de
tirage. Avant la réalisation de ces travaux, un piquetage est réalisé par un géomètre pour donner
la position des ouvrages

 Les tranchées

Les tranchées réalisées ont une largeur de 50 cm pour 80 cm ou 100 cm de profondeur


suivant que le câble soit positionné respectivement dans le TPC pour le raccordement des
candélabres, ou en traversée de la chaussée pour le raccordement au poste de la CIE.

Dans le TPC, le câble est protégé par deux couches de béton dosé à 150kg/m3 et deux
couches de sables fin comme montré sur la Figure III.3. Un grillage avertisseur de couleur rouge
est également logé dans le matériau de remblais au-dessus du câble.

Dans les traversées de voies par contre, les câbles sont logés dans des fourreaux PVC, et
remblayé par du béton dosé à 350kg/m3, dans la structure de la chaussée.

Figure III.3: Coupe transversale de la tranchée

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 52


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Photo III-1: Exécution des tranchées

 Réalisation des massifs

Les fouilles des massifs sont réalisées suivant les dimensions de 60 cm x 60 cm x 80 cm, (80
cm de profondeur) conformément aux dimensions du massif (Figure III.4). Après la réalisation
des fouilles, le coffrage et les tiges d’ancrage sont positionnés avant le coulage du béton (Photo
III-2).

Figure III.4: Structure des massifs de candélabres

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 53


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Photo III-2: Exécution des massifs de candélabres

 Réalisation des chambres de tirage

Pour permettre les dérivations dans différentes directions depuis l’alimentation provenant du
poste vers les candélabres, et le passage des câbles, des chambres de tirage sont implantées dans
le TPC ou les trottoirs. Les fouilles pour ces chambres sont réalisées conformément aux
dimensions des chambres utilisées qui sont de type L2T, suivant le processus ci-dessous :

Figure III.5: Processus de pose d’une chambre de tirage

En effet, les chambres de classe T correspondent aux éléments destinés à être placés sous
trottoir ou sous parking. Une fois posées, les chambres sont fermées par des tampons en fonte
(Photo III-3).

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 54


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Photo III-3: Chambre de tirage mise en place

III.2.2 Travaux d’installation et de raccordement des luminaires


Une fois les travaux de génie civil réalisés, les candélabres sont mis en place. Pour ce
faire, les lampes et les luminaires sont tout d’abord raccordés puis testés avant d’être montés
sur les crosses. Ces crosses sont ensuite fixées sur les candélabres qui sont à leur tour levés et
vissés sur les tiges de scellement solidaires des massifs.

Photo III-4: Mise en place des candélabres

Nous procédons par la suite aux raccordements des candélabres conformément aux
documents techniques et à la vérification de l’alignement des candélabres. Une fois ces étapes
terminées, les pointes de diamants sont réalisées en pied de mât des luminaires. Réalisées en
mortier de ciment, ces dernières permettent de protéger le pied des candélabres.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 55


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Photo III-5 : Raccordement des candélabres et réalisation de pointe de diamant

III.2.3 Travaux de raccordement au réseau BT existant


Une fois tous les raccordements des candélabres réalisés, le branchement aux postes
d’alimentation est effectué en accord avec la CIE.

Les postes utilisés étant déjà équipés d’un tableau d’éclairage public, une grille de dérivation
est fixée sous le tableau pour le raccordement des départs d’alimentation des luminaires en
fonction des directives imposées par la CIE, suivant l’exemple ci-dessous:

Figure III.6: Schéma de raccordement dans un poste

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 56


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Une fois les raccordements aux postes achevés, l’éclairage est mis en service et laissé
pendant une heure au moins. Cet essai a pour but d’observer le fonctionnement du réseau et
d’intervenir dans le cas d’un dysfonctionnement constaté (lampe grillée, lampe restant éteinte,
…). A l’issue de cet essai, la réception de l’ouvrage est organisée pour passer en revue la
réalisation des travaux demandés. En cas de réserves émises sur les travaux, des corrections
sont apportées pour les pallier. Dans le cas contraire, la réception effectuée par le bureau de
contrôle et le client met fin au projet.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 57


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

CONCLUSION ET PERSPECTIVES
Les travaux que nous avons effectués visaient à proposer à partir du type de lampe utilisé en
éclairage public une mesure de réduction de la consommation d’énergie, appliquée au projet du
BDF. De manière plus spécifique, il a été question d’analyser de manière comparative
l’utilisation d’un luminaire à lampe SHP, notamment le luminaire ZETA 250 utilisé pour le
projet, par rapport au luminaire à LED LUMA 180*LED sélectionné sur la base des critères
requis pour un luminaire en éclairage public. Cette analyse a été construite sur quatre principaux
points : les caractéristiques techniques, le rendu photométrique, la consommation énergétique
et l’aspect technico-économique.

Des résultats obtenus, il ressort deux aspects majeurs. Dans un premier temps, nous notons
que l’éclairage du BDF a un meilleur rendu photométrique avec l’emploi du luminaire à LED.
Nous atteignons en effet avec ce dernier, un intervalle de rendu de couleur entre 20 et 80, contre
12,5 à 62,5 pour le luminaire ZETA 250. En second lieu, nous réalisons une économie d’énergie
annuelle de 29% avec le luminaire LUMA. Une économie qui, en tenant compte d’autres
charges d’exploitations, nous permet d’obtenir une valeur actualisée nette de 57 029 882 francs
CFA et de rentabiliser l’investissement sur les luminaires à LED au bout de 14 ans et 10 mois.
La durée de vie du Luminaire à LED étant de 25 ans, l’investissement sur ce luminaire est ainsi
donc économiquement viable.

Toutefois, il faut mentionner qu’à l’installation, le luminaire LUMA revient cher car en effet,
nous notons une différence de coût avec l’utilisation du luminaire ZETA de 102 356 139 francs
CFA. Cet aspect du luminaire à LED peut être amélioré grâce à des avancées technologiques
qui permettront de réduire le coût de vente de ce produit. Par ailleurs, l’association de la
technologie LED à une source d’énergie renouvelable comme le solaire photovoltaïque peut
également être intéressante, dans la mesure où le luminaire est directement alimenté en courant
continu. Dans cette optique les coûts liés à la mise en place du redresseur dans le luminaire à
LED pourront être supprimés. Néanmoins, le solaire photovoltaïque étant soumis aux
fluctuations du climat, cet aspect est à approfondir pour la mise en œuvre du système.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 58


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

RECOMMANDATIONS
Nos recommandations vont surtout à l’endroit des équipes de chantier que nous avons
côtoyées au cours de nos travaux. Elles visent à améliorer l’organisation et la gestion des
travaux sur le terrain. Il s’agit notamment de :

 la mise en place avant l’exécution des travaux d’une check liste des différentes tâches à
effectuer ainsi que du matériel nécessaire à la réalisation de ces travaux ;
 la mise en place de procédures de contrôle de la bonne exécution des travaux spécifiques
 la tenue de quart d’heure objectif, afin de définir de façon journalière ou hebdomadaire
les objectifs de réalisation de travaux à atteindre avec les équipes de terrain
 la mise à la disposition des chefs de chantier d’un ordinateur portable avec accès à
internet afin de leur permettre d’être informés des différentes décisions concernant les
travaux, de transmettre les points d’avancement des travaux ainsi que les difficultés
rencontrées sur le terrain. Entre autre, cet outil les aidera à gérer de manière plus efficace
les plannings et l’exécution des travaux. Il leur permettra enfin de laisser des traces
écrites de l’exécution des travaux.

Mis à part nos recommandations pour les équipes de terrain, nous avons également une
suggestion pour Byes à SOCOPRIM concernant la gestion du trafic de l’autoroute du pont HKB
qui est desservie par les bretelles du BDF. Il s’agira de proposer à SOCOPRIM la réalisation
d’afficheur électronique en vue d’informer les usagers sur l’état du trafic de l’autoroute. Ces
afficheurs permettront d’une part de mieux satisfaire les usagers en les prévenant en cas
d’accident, de fermeture de bretelle, de travaux ou d’embouteillage. D’autre part, ils
contribueront à la réduction des risques d’accidents sur l’autoroute.

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 59


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

BIBLIOGRAPHIE
1. Syndicat départemental d'énergie 35. Charte de l'éclairage public. 2013.

2. Association française de la normalisation (AFNOR). NF C 17-200 Installations


d'éclairage extérieur. Règles. Mars 2007.

3. GRAFF, Jean Jacques. Réseaux électriques: transport et distribution. Tome 6 : Eclairage


public. s.l. : Groupe EIER ETSHER, Avril 2009.

4. Electricité de Strasbourg Réseaux, Groupe ES. Master 2, Génie électrique. Eclairage


public. s.l. : 2iE, 2014 - 2015.

5. DUVAL, Bernard. Les aspects règlementaires de l'éclairage public. Les critères de choix
des équipements d'éclairage. s.l. : Association Française de l'Eclairage-AFE, Février 2009.

6. European committee of standardization (CEN). Road lighting-Part 1: selection of


lighting classes. 2004. CEN/TR 13201-1.

7. Sciences et technologies de l'industrie et du développement durable. Guide


d'application de la norme européenne d'éclairage public EN 13201.

8. REMANDE, Christian. Guide d'application de la norme européenne, Eclairage public


EN 13201. Cahier technique. AFE, Septembre - Octobre 2007, Lux n°244.

9. APVRILLE, Jean-Marie et MARTIN, Jean-Claude. Chaussées bitumineuses claires


et éclaicies en tunnel: caractéristiques et intérêts économiques. s.l. : Centre d'étude des tunnel
(CETU), Octobre 2004.

Sites internet

1. http://documentation.2ie-
edu.org/cdi2ie/opac_css/doc_num.php?explnum_id=358 consulté le 27/03/2015
2. http://www.anare.ci/index.php?id=27 consulté le 11/05/2015
3. https://rb.ec-lille-fr/l/Projets/Actualisation-projet-investissement.pdf consulté le
20/05/2015

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page 60


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

ANNEXES
Annexe 1:Fiche technique ZETA 250W ............................................................................... ii
Annexe 2: Fiche technique LUMA 180*LED BGP627 ....................................................... iii
Annexe 3: Choix de la classe d'éclairage pour la situation A3............................................. iv
Annexe 4: ZETA 250: Etude photométrique-section 1 ......................................................... v
Annexe 5: ZETA 250 : Etude photométrique - section 2 ................................................... viii
Annexe 6: LUMA 180*LED BGP627: Etude photométrique - section 1 ............................ xi
Annexe 7: LUMA 180*LED BGP627: Etude photométrique - section 2 .......................... xiv
Annexe 8: Exemple de note de calcul avec CANECO EP ................................................ xvii
Annexe 9: Détails de l’analyse économique....................................................................... xxi
Annexe 10: Schéma de remboursement de l'investissement ........................................... xxvii
Annexe 11: Planning général initial du projet BDF ....................................................... xxviii
Annexe 12: Organigramme de l'équipe projet BDF ........................................................ xxxii

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page i


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 1:Fiche technique ZETA 250W

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page ii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 2: Fiche technique LUMA 180*LED BGP627

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page iii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 3: Choix de la classe d'éclairage pour la situation A3

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page iv


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 4: ZETA 250: Etude photométrique-section 1

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page v


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page vi


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page vii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 5: ZETA 250 : Etude photométrique - section 2

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page viii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page ix


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page x


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 6: LUMA 180*LED BGP627: Etude photométrique - section 1

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xi


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xiii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 7: LUMA 180*LED BGP627: Etude photométrique - section 2

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xiv


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xv


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xvi


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 8: Exemple de note de calcul avec CANECO EP

Poste R36 ZETA 1/4

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xvii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Poste R36 ZETA 2/4


Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xviii
ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Poste R36 ZETA 3/4

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xix


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Poste R36 ZETA 4/4


Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xx
ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 9: Détails de l’analyse économique

Coût de l'approvisionnement en matériel d'EP


LUMA BGP627
ZETA 250W
180xLED
Désignation Unité Quantité
Prix Prix
Prix total Prix total
unitaire unitaire
Appareillage d'éclairage
Lanterne à
appareillage u 282 56 985 16 069 770
136 685
incorporé 484 700
400
Lampes
u 282 5 240 1 477 680
LED/SHP
Candélabre
mât octogonale 25 176
u 133 189 295 25 176 235 189 295
de 10m avec 235
double crosse
Candélabre
mât octogonale
u 16 172 265 2 756 240 172 265 2 756 240
de 10 m avec
simple crosse
164 617
TOTAL 45 479 925 TOTAL
875

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxi


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Coût du matériel de protection et de raccordement


ZETA 250W LUMA BGP627 180xLED
Désignation Unité Quantité Prix Quantité Prix
Prix total Prix total
unitaire unitaire
Câble U1000RVFV 4x50
ml 1794 14 000 25 116 000
mm²
Câble U1000RVFV 4x35
ml 1536 10115 15 536 640 1327 10 115 13 422 605
mm²
Câble U1000RVFV 4x25
ml 1551 7470 11 585 970 1468 7 470 10 965 960
mm²
Câble U1000RVFV 4x16
ml 1584 5430 8 601 120
mm²
Câble U1000RVFV 4x10
ml 502 6250 3 137 500
mm²
Câble U1000R2V 3G2,5
ml 3408 617 2 102 736
mm²
Câble U1000R2V 3G1,5
ml 3408 420 1 431 360
mm²
Sectionneur porte fusible
u 4 20375 81500 2 20375 40 750
3P+N + 3 Fusible gG de 32A
Sectionneur porte fusible
u 2 20440 40880
3P+N + 3 Fusible gG de 25A
Sectionneur porte fusible
u 1 24595 24595 1 24595 24 595
3P+N + 3 Fusible gG de 20A
Sectionneur porte fusible
u 3 20655 61 965
3P+N + 3 Fusible gG de 16A

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Coût du matériel de protection et de raccordement


ZETA 250W LUMA BGP627 180xLED
Désignation Unité Quantité Prix Quantité Prix
Prix total Prix total
unitaire unitaire
Sectionneur porte fusible
u 1 20655 20 655
3P+N + 3 Fusible gG de 10A
TOTAL 54 488 321 TOTAL 37 706 510

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxiii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Coût d'une opération de maintenance préventive


LUMA BGP627
Désignation ZETA 250W
180xLED
1 fois toutes
Fréquence de nettoyage les 12000h 0
(3ans)
Coût d'un remplacement pour toute
1 477 680 0
l'installation (FCFA)

Coût d'une opération d'entretien


LUMA BGP627
Désignation ZETA 250W
180xLED
Coût d'entretien d'un luminaire (FCFA) 8950 5967
Coût d'entretien de l'installation
2 523 900 1 682 600
(FCFA)
1 fois toutes
1 fois toutes les
Fréquence de nettoyage les 12000h
12000h (3ans)
(3ans)

Coût annuel de l'énergie consommée


LUMA BGP627
Désignations ZETA 250W
180xLED
Energie annuelle consommée
1128 800
par luminaire (kWh/an)
Energie annuelle totale
318 226
consommée (MWh/an)
Coût annuel de l'énergie
25 050 060 17 766 000
consommée (FCFA)

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxiv


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Actualisation des cash flows


Maintenance
Entretien Consommation énergétique
Coefficient préventive
Année d'actualisation
(1/(1+r)^n) ZETA LUMA ZETA LUMA ZETA LUMA

0 1,00 25 050 060 17 766 000


1 0,98 24 558 882 17 417 647
2 0,96 24 077 336 17 076 125
3 0,94 1 392 451 - 2 378 327 1 585 552 23 605 231 16 741 299
4 0,92 23 142 383 16 413 038
5 0,91 22 688 611 16 091 214
6 0,89 1 312 138 - 2 241 151 1 494 101 22 243 736 15 775 700
7 0,87 21 807 585 15 466 372
8 0,85 21 379 985 15 163 110
9 0,84 1 236 457 - 2 111 887 1 407 924 20 960 770 14 865 794
10 0,82 20 549 774 14 574 308

11 0,80 20 146 837 14 288 537


12 0,79 1 165 141 - 1 990 078 1 326 719 19 751 801 14 008 370
13 0,77 19 364 511 13 733 696
14 0,76 18 984 815 13 464 408
15 0,74 1 097 938 - 1 875 295 1 250 197 18 612 564 13 200 400
16 0,73 18 247 611 12 941 568

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxv


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Actualisation des cash flows


Maintenance
Entretien Consommation énergétique
Coefficient préventive
Année d'actualisation
(1/(1+r)^n) ZETA LUMA ZETA LUMA ZETA LUMA

17 0,71 17 889 815 12 687 812


18 0,70 1 034 612 - 1 767 132 1 178 088 17 539 034 12 439 031
19 0,69 17 195 132 12 195 129
20 0,67 16 857 972 11 956 009
21 0,66 974 938 - 1 665 208 1 110 139 16 527 424 11 721 577
22 0,65 16 203 357 11 491 742
23 0,63 15 885 644 11 266 414
24 0,62 918 705 - 1 569 163 1 046 109 15 574 161 11 045 504
Total 9 132 378 - 15 598 241 10 398 827 498 845 031 353 790 802

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxvi


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC
BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 10: Schéma de remboursement de l'investissement

Remboursement
Année Gain annuel
de l'investissement
0 102 356 139
1 7 284 060 95 072 079
2 7 141 235 87 930 844
3 7 001 211 80 929 633
4 9 049 159 71 880 474
5 6 729 346 65 151 128
6 6 597 398 58 553 730
7 8 527 225 50 026 506
8 6 341 213 43 685 293
9 6 216 875 37 468 418
10 8 035 394 29 433 024
11 5 975 466 23 457 558
12 5 858 300 17 599 257
13 7 571 932 10 027 326
14 5 630 815 4 396 511
15 5 520 407 -1 123 897
16 7 135 200 -8 259 097
17 5 306 043 -13 565 140
18 5 202 003 -18 767 143
19 6 723 658 -25 490 801
20 5 000 003 -30 490 804
21 4 901 964 -35 392 768
22 6 335 854 -41 728 621
23 4 711 614 -46 440 236
24 4 619 230 -51 059 465
25 5 970 416 -57 029 882

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxvii


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 11: Planning général initial du projet BDF

1/4
Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxviii
ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

2/4

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxix


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

3/4

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxx


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

4/4

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxxi


ETUDE ET MISE EN ŒUVRE DE L’ECLAIRAGE PUBLIC BOULEVARD DE FRANCE REDRESSE
RIVIERA-ABIDJAN

Annexe 12: Organigramme de l'équipe projet BDF

Cindy L. M. A. CODJO Promotion 2014-2015 Octobre 2015 Page xxxii

Vous aimerez peut-être aussi