Vous êtes sur la page 1sur 114

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université
iversité Djilali Bounaama Khemis Miliana
iliana

Faculté des Sciences et de la Technologie


Département de Technologie

Mémoire du Projet de Fin d’Etudes


Pour l’obtention du diplôme de
Master
En
« Génie électrique »
Option :
«Electrotechnique»

Titre :
Etude d’installation électrique intérieure
d’un siège administratif

Réalisé par : Encadré par :


BOUGHAR Abdelhalim. Mr. BOT Youssef.
BAKTACHE Merouane.
.

Année Universitaire
Universita : 2015/2016
Remerciements

Toute notre gratitude, grâce et remerciement vont à dieu le


Je dédié ce modeste travail :
tout puissant qui nous a donné la force, la patience, le courage et la
Avolonté
mes trèspour
chersélaborer
parents qui m’ont guidé durant
ce modeste travail.
les moments les plus pénibles de ce long chemin, ma
C’estqui
mère avec une
a été profonde
à mes reconnaissance
reconnais
côtés et sance
ma soutenu et considération
durant
toute ma vie, etque
particulière mon pèreremercions
nous qui a sacrifié toutepromoteur
notre sa vie
afin de me voir devenir ce que je suis, merci mes
BOT Youssef pour la sollicitude avec laquelle il a suivi et
Mparents.
r

Mes grands parents,


guidé à cequi je souhaite bon
travail.
rétablissement
rétablisseme
Nos
nt et longue vie,
sincères remerciements à tous les membres de l’université

de DJILALI
MesBOUNAAMA
très chers frèrespour leurs
. soutiens
et sœurs.
sœurs soutiens et leurs aides.
A toute ma grande famille sans exception.
Toute notre gratitude va à tous les enseignants qui ont contribué au
A Tous mes collègues de L’ASSOCIATION
cours de notre formation.
EL FIKR
A tous mes amis.
En fin, je remercie mon binôme
BENKHEDIDJA Brahim qui a contribué à la
TAKHERIST
Mounir

joihkhjhjhjkhgjkhg
DEDICACES

MEROUANE :

Je dédis ce modeste travail à :

A mes très chers parents qui m’ont soutenu durant les moments les
plus Je
pénibles depuis
dédié ce mestravail
modeste premiers
: pats
pats à l’école.
A mes frères et sœur pour leur précieux aide.
A mes très chers parents qui m’ont guidé durant
les moments
Ainsi, qu’a mes
les plus pénibles de ce long chemin, ma
mes chers amis pour tous les moments de bonheurs.
mère qui a été à mes côtés et ma soutenu durant
toute ma vie, et mon père qui a sacrifié :toute sa vie
ABDELHALIM
afin de me voir devenir ce que je suis, merci mes
parents. Je dédis ce modeste travail à :
Mes grands parents, à qui je souhaite bon
Arétablissement
mes très chersetparents
longuequi
longue vie,m’ont guidé et poussé vers l’avant
durant ce long trajet rempli de bosses.
sœurs..
Mes très chers frères et sœurs
AAtoute
mes ma
frères pourfamille
grande leur précieux soutient.
sans exception.
A Tous mes collègues de L’ASSOCIATION
Ainsi, qu’a mes chers amis pour tous les moments de bonheurs, de
EL FIKR
joie et de folie, des moments que je n’oublierai jamais.
A tous mes amis.
En fin, je remercie mon binôme
BENKHEDIDJA Brahim qui a contribué à la
TAKHERIST
Mounir

joihkhjhjhjkhgjkhg
Table de Matière

Remerciement

Résumé

Introduction générale…………………………………………………………………………1

Chapitre I : Introduction au projet.


I.1.Introduction . ......................................................................................................................... 2

I.2.Présentation de plan . ............................................................................................................ 2

I.2.1.Sous-sol . ........................................................................................................................ 2

I.2.2. Le rez-de-chaussée (socle) . .......................................................................................... 2

I.2.3. Le premier et le deuxième étage . ................................................................................. 3

I.2.4. Troisième étage . ........................................................................................................... 4

I.2.5. Quatrième étage . ........................................................................................................... 5

I.3 Installation électrique . .......................................................................................................... 7

I.4. Installation domestique . ...................................................................................................... 7

I.5. Les éléments d’une installation base tension . ..................................................................... 7

I.5.1. Eclairage . ...................................................................................................................... 7

I.5.2. Les prises de courant . ................................................................................................... 8

I.6. Comment alimente l’installation domestique ?.................................................................... 8

I.6.1. Les réseaux publics de distribution .............................................................................. 8

I.6.2. Post de transformateur . ................................................................................................. 9


I.6.3.Alimentation .................................................................................................................. 9

I.7. schémas et normes d’une installation électrique ................................................................. 9

I.7.1. Le schéma architectural ................................................................................................ 9

I.7.2.Le schéma multifilaire ................................................................................................. 10

I.7.3.Le schéma développé .................................................................................................. 11

I.7.4.Le schéma unifilaire .................................................................................................... 12

I.8. Les normes d’une installation électrique ........................................................................... 12

I.8.1. NF C 15-100 ............................................................................................................... 13

I.9. Conclusion ........................................................................................................................ 13

Chapitre II : Eclairage contrôlé.

II.1. Introduction ..................................................................................................................... 14

II.2. Différentes familles d'appareils d'éclairage ..................................................................... 14

II.2.1. L’incandescence ........................................................................................................ 14

II.2.2. Les tubes fluorescents ............................................................................................... 14

II.2.3. Lampes à décharge .................................................................................................... 15

II.2.4. Diodes électroluminescentes (LED) ......................................................................... 15

II.3. La norme d’éclairage des lieux de travail ........................................................................ 15

II.4.Caractéristiques des sources lumineuses .......................................................................... 16

II.4.1. Température de couleur ............................................................................................ 16

II.4.2. Indice de rendu des couleurs ..................................................................................... 16

II.4.3.Uniformité de l’éclairement ....................................................................................... 16

II.4.4. le spectre lumineux ................................................................................................... 17

II.5. grandeurs photométriques ................................................................................................ 17


II.5.1. Flux lumineux ........................................................................................................... 17

II.5.2. Intensité lumineuse ................................................................................................... 17

II.5.3. Luminance ................................................................................................................. 18

II.5.4. Eclairement lumineux ............................................................................................... 18

II.5.5. Efficacité lumineuse .................................................................................................. 19

II.6. Types d’éclairages ........................................................................................................... 19

II.6.1. Eclairage direct ......................................................................................................... 20

II.6.2. Eclairage indirect ...................................................................................................... 20

II.6.3. Eclairage mixte ou direct-indirect ............................................................................. 20

II.6.4. Eclairage à deux composantes .................................................................................. 20

II.7. Procédures pour assure l’éclairage .................................................................................. 21

II.7.1. L’incandescence ........................................................................................................ 21

II.7.2. La luminescence ........................................................................................................ 22

II.8. Les niveaux d'éclairement ............................................................................................... 22

II.9. le lieu à éclairer ................................................................................................................ 23

II.9.1. Dimensions ............................................................................................................... 23

II.9.2. Les caractéristiques du local ..................................................................................... 23

II.9.2.1. Facteurs K et J ..................................................................................................... 23

II.9.2.1.1 Indice du local .............................................................................................. 24

II.9.2.1.2 Rapport de suspension .................................................................................. 24

II.9.3. Facteur de réflexion .................................................................................................. 24

II.9.4. L'utilance ................................................................................................................... 25

II.10.Calculs ............................................................................................................................ 25

II.10.1. Flux lumineux à fournir .......................................................................................... 25

II.10.2. Facteurs de dépréciation (d) .................................................................................... 25

II.10.3. Nombre de luminaires ............................................................................................. 26


II.10.4. Implantation des sources .......................................................................................... 26

II.11. Conclusion ...................................................................................................................... 27

Chapitre III : Note de calcul.


III.1. Introduction .................................................................................................................... 28

III.2. Types de lampes utilisés ................................................................................................. 28

III.3. Etude d’éclairage sur DIALux ........................................................................................ 29

III.3.1. Logiciel DIALux ..................................................................................................... 29

III.4. Sous sol ........................................................................................................................... 30

III.4.1. Emission de lumière ................................................................................................ 30

III.4.2. Disposition des luminaires selon DIALux ............................................................... 31

III.5. Rez de chaussée .............................................................................................................. 32

III.5.1. Emission de lumière ................................................................................................ 32

III.5.2. Disposition des luminaires selon Dialux ................................................................. 34

III.6. L’étage 1 et 2 et 3 ........................................................................................................... 36

III.6.1. Emission de lumière ................................................................................................. 36

III.6.2. Disposition des luminaires selon Dialux ................................................................. 37

III.7. 4 eme étage ....................................................................................................................... 39

III.7.1. Emission de lumière ................................................................................................ 39

III.7.2. Disposition des luminaires selon Dialux .................................................................. 40

III.8.Présentation l’éclairage dans l’AUTOcad ....................................................................... 41

III.8.1. Logiciel AUTOcad .................................................................................................. 41

III.8.2. Le tableau des symboles .......................................................................................... 41

III.8.3. Plan sous –sol .......................................................................................................... 43

III.8.4. Plan de rez de chausee ............................................................................................. 44


III.8.5. Plan 1er étage ............................................................................................................. 45

III.8.6. Plan 2eme étage ........................................................................................................ 46

III.8.7. Plan 3eme étage ........................................................................................................ 47

III.8.8. Plan 4eme étage ....................................................................................................... 48

III.9. Conclusion ...................................................................................................................... 49

Chapitre IV : système électrique.

IV.1. Introduction .................................................................................................................... 50

IV.2. Eléments constitutifs d’une installation électrique intérieur .......................................... 50

IV.2.1. les tableaux des distributions .................................................................................... 50

IV.2.1.1. Les types de tableaux par application ............................................................... 51

IV.2.2. Disjoncteur différentiel général ............................................................................... 51

IV.2.3. Prises de courant ...................................................................................................... 51

IV.2.4. Interrupteurs ............................................................................................................ 51

IV.3. Les circuits de distribution ............................................................................................. 52

IV.4. Méthodologie de dimensionnement d'une installation électrique .................................. 53

IV.5. Dimensionnement et protection des installations électriques BT ................................... 54

IV.5.1. Choix de dispositif de protection ............................................................................. 54

IV.5.1.1.Calcul du courant d’emploi IB ........................................................................... 54

IV.5.1.2.Courant de court-circuit en un point quelconque de l’installation ..................... 54

IV.5.1.3. Pour le transformateur ...................................................................................... 55

IV.5.1.4. Choix du calibre de l’appareil de protection...................................................... 56

IV.5.2. Le choix de section de câble électrique ................................................................... 56

IV.6. La chute de tension ........................................................................................................ 57


IV.6.1. Formule pour calcul la chute de tension ................................................................... 58

IV.7. Paramètre importent ....................................................................................................... 59

IV.7.1. Facteur d'utilisation maximale (ku) .......................................................................... 59

IV.7.2. Facteur de simultanéité (ks) .................................................................................... 59

IV.7.2.1. Facteur de simultanéité pour un immeuble ....................................................... 59

IV.7.2.2. Facteur de simultanéité pour les armoires de distribution ................................ 60

IV.7.2.3. Facteur de simultanéité en fonction de l'utilisation .......................................... 61

IV.8. Bilan de puissance .......................................................................................................... 61

IV.8.1. Puissance installée (kW) ......................................................................................... 61

IV.8.2. Puissance absorbée Pa (kVA) .................................................................................. 62

IV.8.3. Puissance d'utilisation Pu (kVA) ............................................................................. 63

IV.8.4. La puissance appelée ............................................................................................... 63

IV.8.5. Transformateurs ou source d’alimentation normale ................................................ 63

IV.9. Conclusion ..................................................................................................................... 63

Chapitre V : Bilan de Puissance.

V.1.Introduction ...................................................................................................................... 64

V.2.Installation de notre projet ................................................................................................ 64

V.3.Le logiciel IntelliPlus Electricité ...................................................................................... 65

V.4.Bilan de puissance ............................................................................................................ 65

V.4.1. 4 eme étage ..................................................................................................................... 65

V.4.2. 3 eme étage ..................................................................................................................... 68

V.4.3. 2 éme étage. ..................................................................................................................... 71

V.4.4. 1er Etage ........................................................................................................................ 74

V.4.5. RDC .............................................................................................................................. 77

V.4.6. Sou soul ......................................................................................................................... 80


V.5.Transformateur ………………………………………………………………………...82

V.6.Conclusion ........................................................................................................................ 82

Conclusion générale………………………………………………………………………... 83

Bibliographie

Annexe
Liste des figures

Fig. I.1 : schéma architectural rez de chaussée. ......................................................................... 3

Fig. I.2 : schéma architectural 1er étage . .................................................................................... 4

Fig. I.3 : schéma architectural 3eme étage. ................................................................................ 5

Fig. I.4 : schéma architectural 4eme étage. ................................................................................ 6

Fig. I.5 : schéma architectural. ................................................................................................. 10

Fig. I.6 : schéma multifilaire. ................................................................................................... 11

Fig. I.7 : schéma développé. ..................................................................................................... 11

Fig. I.8 : schéma unifilaire. ...................................................................................................... 12

Fig. II.1 : schéma classement synthétique des luminaires........................................................ 21

Fig. II.2 : schéma représentant les dimensions d’une pièce. .................................................... 23

Fig.III.1 : schéma représente le DIALux ................................................................................. 29

Fig.III.2 : émission de lumière de la lampe étanche apparente fluorescente 1x36W ............... 30

Fig.III.3 : émission de lumière de la lampe étanche apparente fluorescente 2x36W .............. 30

Fig.III.4 : disposition de la lumière selon DIALux d’un parking. ........................................... 31

Fig.III.5 : disposition de la lumière selon DIALux de la salle d’archive. ................................ 32

Fig.III.6 : émission de la lumière de la lampe spots encastre fluo compacte 56 W ................. 33

Fig.III.7 : émission de la lumière type de la lampe Etanche apparent fluorescent couvert


2x36W ...................................................................................................................................... 33

Fig.III.8 : disposions de la lumière dans l’hall d’entrée. .......................................................... 34

Fig.III.9 : disposions de la lumière de restaurant. .................................................................... 35

Fig.III.10 : disposions de la lumière dans salle à manger. ....................................................... 35

Fig.III.11 : émission de la lumière de lampe Fluo compacte en castré avec gréage 4 x18W .. 36
Fig.III.12 : disposition de la lumière d’une salle de travail...................................................... 37

Fig.III.13 : disposition de la lumière d’un bureau de travail. ................................................... 37

Fig.III.14 : disposition de la lumière d’un couloir selon Dialux. ............................................. 37

Fig.III.15 : émission de la lumière lampes hublot de 75 W ..................................................... 37

Fig.III.16 : émission de la lumière de la lampe HubloT Applique 36 W ................................ 37

Fig.III.17 : disposition de la lumière dans une chambre. ......................................................... 37

Fig.III.18 : disposition de la lumière dans les escalier. ............................................................ 40

Fig.III.19 : disposition de la lumière dans le sou-sol. .............................................................. 43

Fig.III.20 : disposition de la lumière dans le rez de chasse. ..................................................... 44

Fig.III.21 : disposition de la lumière dans le 1 er.étage............................................................. 45

Fig.III.22 : disposition de la lumière dans le 2 eme étage. ......................................................... 46

Fig.III.23 : disposition de la lumière dans le 3 eme.étage .......................................................... 47

Fig.III.24 : disposition de la lumière dans le 4 eme.étage .......................................................... 48

Fig.IV.1 : schema de circuit de distribution. ............................................................................ 52

Fig.IV.2 : dimensionnement d'une installation électrique.. ...................................................... 53


Liste des tableaux

Tableau. II.1 : tableau de température. ..................................................................................... 16

Tableau. II.2 : indice de rendu des couleurs ............................................................................. 16

Tableau. II.3. niveaux d’éclairement. ....................................................................................... 22

Tableau. II.4. Facteur de réflexion ........................................................................................... 24

Tableau. II.5. coefficients Implantation des sources ................................................................ 27

Tableau. II.1 : tableau de température. ..................................................................................... 16

Tableau. II.2 : indice de rendu des couleurs ............................................................................. 16

Tableau. II.3. niveaux d’éclairement. ....................................................................................... 22

Tableau. II.4. Facteur de réflexion ........................................................................................... 24

Tableau. II.5. coefficients Implantation des sources ................................................................ 27

Tableau III.1 : Types de lampes utilisés. .................................................................................. 29

Tableau III.2 : symboles des lampes utilisé. ............................................................................ 42

Tableau IV.1. : La chute de tension.......................................................................................... 58

Tableau IV.2. : Facteur de simultanéité dans un immeuble d'habitation. ................................ 60

Tableau IV.3. : Facteur de simultanéité pour armoire de distribution. .................................... 60

Tableau IV.4. Facteur de simultanéité en fonction de l'utilisation. ......................................... 61

Tableau. V.1. symboles électriques .......................................................................................... 65

Tableau .V.2. W.T .................................................................................................................... 66

Tableau .V.3. V.T .................................................................................................................... 67

Tableau .V.4. U.T. ................................................................................................................... 68


Tableau .V.5. S.T. .................................................................................................................... 68

Tableau .V.6. R.T. .................................................................................................................... 69

Tableau .V.7. Q.T ..................................................................................................................... 70

Tableau .V.8. P.T ..................................................................................................................... 70

Tableau .V.9. O.T ..................................................................................................................... 71

Tableau .V.10. N.T ................................................................................................................... 72

Tableau .V.11. M.T .................................................................................................................. 73

Tableau .V.12. L.T ................................................................................................................... 74

Tableau .V.13. K.T ................................................................................................................... 74

Tableau .V.14. J.T .................................................................................................................... 75

Tableau .V.15. I.T .................................................................................................................... 76

Tableau .V.16. H.T ................................................................................................................... 77

Tableau .V.17. G.T ................................................................................................................... 78

Tableau .V.18. E.T ................................................................................................................... 78

Tableau .V.19. D.T ................................................................................................................... 79

Tableau .V.20. C.T ................................................................................................................... 80

Tableau .V.21. B.T ................................................................................................................... 80

Tableau .V.22. F.T ................................................................................................................... 81

Tableau .V.23. A.T ................................................................................................................... 82


Liste des abréviations

DG : directeur général

HTA : Haute Tension catégorie A

HTB: Haute Tension catégorie B

BT: base tension

TT : Neutre à la terre

TN : Mise au neutre

IT : Neutre isolé

CEI: la Commission Electrotechnique Internationale

NF C 15-100 : norme françaises C 15-100

C : Celsius

LED : Diodes électroluminescentes

mA : milliampère

V : Volt

K : Kelvin

IRC : indice de rendu des couleurs

HT : haute tension

MT : Moyenne Tension

W: watt

Lm: Lumen

Cd : candelas
L : Luminance

P : puissance

Lx : lux

TGBT : tableau général base tension

A : Ampère

U : tension

VA : volt Ampère

I : courant

KW : kilo watt

D : la puissance déformante

PE : conducteur de protection (terre)

N : conducteur de neutre.

Ph : conducteur de phase.

S1 : interrupteur.

L1 : lampe d’éclairage.

F1 : disjoncteur.

P1 : prise de courant.
Introduction générale

Introduction générale :

L’étude d’une installation électrique doit être conduite dans le souci permanent d’une
bonne adaptation aux besoins de l’utilisateur final et compte tenu de la contrainte
essentielle du respect des règles. Le critère final de la réussite d’une étude est donc le
rapport de qualité.
Une bonne étude d’installation électrique nécessite de faire une évaluation des
paramètres électriques enfin de choisir les équipements et appareillages.
L’installation électrique dans les établissements recevant du public commence aux
bornes de sortie du transformateur que ce soit en MT ou en BT.

Le terme “ poste “ désigne une “installation électrique“ raccordée au réseau public ou


prive de distribution. Les fonctions habituelles de cette installation sont outre le
raccordement au réseau avec comptage. la transformation du niveau de tension de l’énergie
et sa répartition vers l’aval.et parfois la production d’énergie autonome.

Pour cela le sujet traité dans ce mémoire s’intéresse à une étude d’installation électrique
interne d’un siège administratif (dimensionnement et calcul), et tout ca pour déterminer le
poste de transformation qui alimente notre bâtiment.

Le présent travail est structuré comme suit, une introduction générale, ensuite suivi de
cinq chapitres, une conclusion générale, ainsi que des références bibliographiques et enfin
clôturé par des annexes.

Le premier chapitre comportera principalement la présentation du plan architectural,


avec une généralité sur l’installation domestique.

Le second chapitre sera consacré à l’étude théorique sur l’éclairage et donnera une idée
sur la conception et au choix de l’installation d’éclairage.
Le troisième chapitre destiné pour faire la réalisation de l’éclairage intérieur dans notre
bâtiment en utilisant l’outil informatique, tel que le logiciel DIALux et la schématisation
par le logiciel autoCAD avec l’explication.
Le quatrième chapitre nous allons aborder l’étude générale sur les systèmes électriques.
En fin, le cinquième chapitre, résume les résultats de notre travail grâce à un logiciel de
calcul l’installation électrique INTELLPLUS électricité, et nous déterminerons aussi le
bilan de puissance pour choisir le transformateur optimal.

UDBKM 1
Chapitre I Introduction au projet

I.1.Introduction :
Dans ce chapitre, nous présentons les informations qu’il faut indiquer sur notre projet
pour établir l’installation électrique.
Et lorsque on va faire l’étude d’installation électrique donc nous avons à expliquer
c’est quoi une installation électrique et définir l’alimentation de cette installation pour mieux
connaitre le milieu de l’électricité du bâtiment.

I.2.Présentation de plan :

Arrivé à ce projet, il est nécessaire de traduire nos besoins sur un plan, pour ce faire
nous allons utiliser le plan architectural.

Le projet que nous somme en train d'étudier sur l’installation électrique, est projeté sur
un bâtiment à usage administratif et d’habitation, composé d’un sous-sol, et un rez-de-
chaussée avec quatre étages. Chaque étage comporte des bureaux, salles de travails et les
couloirs.

I.2.1.Sous-sol :

Le sous-sol a été utilisé comme parking et en plus le stockage des archives.

I.2.2. Le rez-de-chaussée :

Le rez-de-chaussée comprend les fonctions communes à toutes les immeubles


administratifs, se comporte du hall d’entrée, le service LSP qui comporte le bureau de chef
service et le bureau de secrétariat avec bureau et salle de travail.et on trouve aussi une grande
salle d’exposition.

Dans ce niveau on a une salle à manger (foyer + restaurant), et nous avons deux
chambres froides et des dépôts et des coins de préparation et lavage.

UDBKM 1
Chapitre I Introduction au projet

Fig. I.1 : Plan d’architecture du rez-de-chaussée.

I.2.3. Le premier et le deuxième étage :


Au premier et au deuxième étage se trouvent des services et chaqu’un comporte
plusieurs bureaux et salles de travail et on a une salle de réunion dans chaque service et la
même chose pour la salle d’archive.

UDBKM 2
Chapitre I Introduction au projet

Fig. I.2 : Plan d’architecture du 1er étage .

I.2.4. Troisième étage :


Cet étage contient une salle de conférence avec la scène et deux loges. Et on a les
bureaux de chef services de comptabilité et finances et chef services d’investissement.et salle
de réunion.

UDBKM 3
Chapitre I Introduction au projet

Fig. I.3 Plan d’architecture du 3eme étage.

I.2.5. Quatrième étage :

Ceci est le dernier étage de ce bâtiment, il se divise en deux, La première partie


représente l’administration et la seconde est un lieu pour les habitations.
La Partie Administration prend la demi espace de ce étage, nous trouvons plusieurs bureaux
différents (bureau DG et un autre bureau DGA, on a aussi le bureau de l’assistant chargé
d’informatique et l’autre pour l’assistant chargé d’audit et d’analyse et le bureau de l’agent,

UDBKM 4
Chapitre I Introduction au projet

L’autre moitié de la surface de cet étage est un lieu d’habitation. Cette section contient
un séjour et un hall d’entrée et un salon avec une cuisine on a aussi deux chambres nous
avons aussi le S.D.B et le WC avec plusieurs terrasses.

Fig. I.4 : Plan d’architecture du 4eme étage.

UDBKM 5
Chapitre I Introduction au projet

I.3 Installation électrique :

En vertu du Code de construction, on entend par «installation électrique», toute


installation de câblage sous-terre, hors-terre ou dans un bâtiment, pour la transmission d'un
point à un autre de l'énergie provenant d'un distributeur d'électricité ou de toute autre source
d'alimentation, pour l'alimentation de tout appareillage électrique, y compris la connexion du
câblage à cet appareillage.

On comprend de la définition "d'installation électrique" que les installations, soit à


partir du point de raccordement où le distributeur d'électricité alimente le client, soit à partir
de toute autre source d'alimentation, jusqu'au point de raccord où l'appareil reçoit son énergie
pour fonctionner, sont des installations électriques au sens du code. L'installation électrique
vise donc, "l’infrastructure" servant à acheminer le courant électrique à un appareillage qui
requiert du courant pour fonctionner tout les éléments de cette installation, Il s’agit d’un
ensemble de circuits et d’appareillages électriques. Elle peut être domestique ou non
domestique [1].

I.4. Installation domestique :


L’électricité domestique est l'électricité du réseau électrique distribuée et utilisée dans
les lieux où les besoins sont similaires : siège administratif, centre commercial.

I.5. Les éléments d’une installation base tension :

Afin d’assurer la continuité de service, toute installation électrique doit être divisée en
plusieurs circuits de distribution pour limiter les conséquences d’un défaut en ne coupant que
le circuit en cause. Cela permet aussi e faciliter les vérifications et les opérations d’entretien.

Dans les locaux à caractère domestique sont généralement des montages d’éclairage,
des alimentations des prises de courant et des alimentations des éléments chauffants.

I.5.1. Eclairage :

L'éclairage intérieur regroupe une multitude de types de luminaires adaptés à chaque


application, qu'elle soit domestique, administratif, commerciale ou industrielle. De plus en
plus, le luminaire technique est conçu également comme un objet décoratif.

UDBKM 6
Chapitre I Introduction au projet

Dans un bâtiment administratif on trouvera des luminaires spécialisés dans l'éclairage


des meubles, l'éclairage de certaines pièces (bureaux de travail, salle de conférence, hall……)
et l'éclairage général avec une composante décorative forte. Les locaux administratifs
imposent des niveaux d'éclairage élevés, ce qui influe bien sûr sur la conception et la
technologie des produits [2].

I.5.2. Les prises de courant :


La prise de terre est obligatoire pour toutes les installations électriques intérieures.
Toutes les prises de courant et tous les points d’éclairage doivent être équipés d’un
conducteur de terre appelé également conducteur de protection.

La prise de terre est un élément essentiel de sécurité. Elle permet aux appareils de
sécurité de se déclencher et de couper automatiquement l’alimentation électrique en cas
d’incident [2].

I.6. Comment alimenter l’installation domestique ?

I.6.1. Les réseaux publics de distribution :

Les réseaux publics de distribution de l’électricité acheminent l’énergie électrique


jusque chez les particuliers, mais aussi chez les artisans, PME et petites industries. Ils
collectent, également, l’énergie produite par la plupart des fermes éoliennes, les installations
de production photovoltaïque et la majorité des installations de cogénération. Ils sont
composés de réseaux exploités à 20 000 et 15 000 volts, dits « réseaux HTA », et de réseaux
exploités à 400 volts triphasé et 230 volts monophasé, dits « réseaux BT ». Leur longueur
cumulée représente plus de 1,3 millions de kilomètres.

L’interface entre le réseau public de transport et les réseaux publics de distribution est
constituée par environ 2.200 postes de transformation HTB/HTA dits « postes sources ».
L’interface entre les réseaux HTA et les réseaux BT est constituée par les postes de
transformation dits « postes de distribution ». On en compte plus de 700 000 [3].

UDBKM 7
Chapitre I Introduction au projet

I.6.2. Post de transformateur :

Les postes de transformation électrique sont des éléments du réseau électrique servant
à la fois à la transmission et à la distribution de l'électricité. Ils permettent d'élever la tension
électrique pour sa transmission, puis de la redescendre en vue de sa consommation par les
utilisateurs (particuliers ou industriels). Les postes de transformation électrique se trouvent
donc aux cœurs des lignes de transmission ou de distribution. Ces postes comportent plusieurs
équipements, dont principalement les transformateurs, ainsi que d’autres organes de
protection, de coupure et de sectionnement [4].

I.6.3.Alimentation :

Les installations des locaux à usage d’habitation sont généralement alimentées par un
réseau de distribution publique à basse tension selon le schéma TT et sous une tension de 230
volts en monophasé ou 230/400voltes en triphasé.

Dans certains cas ces installations peuvent être raccordées à une installation alimentée
par un poste de transformation privé selon un schéma qui peut être TT, TN ou IT.

Lorsque l’installation est raccordée à une installation réalisée en schéma TN,


l’installation des locaux à usage d’habitation est réalisée suivent le schéma TN-S [5].

I.7. Schémas et normes d’une installation électrique :


Mais avant de commencer les différents montages existant dans une installation
domestiques il faut tout d'abord commencer par une initiation aux schémas électriques, les
différentes normes et des différents éléments constituant un schéma électrique.
Le schéma électrique est un langage normalise, commun à tous les electriciens.les
différents organes électriques y sont représentes sous forme de symbole les liaisons
électriques entre ces organes électriques par les traits [6].

I.7.1. Le schéma architectural :

Rédige par l’ingénieur avec le client, son rôle est de préciser l’emplacement du
matériel et des arrives de tension.

Utilisé par l’installateur électricien : c’est donc un schéma d’exécution.

UDBKM 8
Chapitre I Introduction au projet

Fig. I.5 : Schéma architectural.

I.7.2.Le schéma multifilaire :

Rédige par l’électricien à partir à du schéma architecteur c’est un schéma d’exécution


qui précise le cheminement exact des conducteur et leur nombre à l’intérieur de chaque
conduit.

Les symboles utilisés sont différent de ceux utilisés dans le schéma architectural (voir
feuille de symboles).

UDBKM 9
Chapitre I Introduction au projet

Fig. I.6 : Schéma multifilaire.

I.7.3.Le schéma développé :

Rédigé par l’électricien il a pour but de faciliter la compréhension du fonctionnement


du circuit. Schéma explicatif, il est surtout utilise lors des opérations de dépannage.

Les symboles utilisés sont différents de ceux utilisés dans le schéma architectural.de
plus, chaque appareil reçoit un repère de type alphanumérique précisant le type d’appareil et
son rang dans l’installation.

Fig. I.7 : Schéma développé.

UDBKM 10
Chapitre I Introduction au projet

I.7.4.Le schéma unifilaire :

Rédige par l’électricien à partir du schéma multifilaire, c’est un schéma d’exécution


dont le rôle est de simplifier la représentation multifilaire dans le cas d’installation denses.

Rédigé par un tableauteur, son rôle est de représenter la structure arborescente du


principe de distribution d’une installation. Dans ce cas, il est aussi utilise pour des opérations
dépannage [6].

Fig. I.8 : Schéma unifilaire.

I.8. Les normes d’une installation électrique :

Le Guide d’installation électrique est un document unique couvrant les techniques, les
règlements et les normes relatives aux installations électriques. Il a été écrit par des ingénieurs
électriciens qui ont conçu, réalisé, contrôlé et entretenu des installations électriques en
conformité avec les normes internationales de la Commission Electrotechnique Internationale
-CEI- et leurs homologues Normes Européennes UTE et Françaises NF.
Donc tous les équipements et l’installation entière seront conformes à normes internationales
et locales. Ainsi les Services d'éclairage et de Distribution de l’électricité seront conçus pour
rencontrer des conditions [2].

UDBKM 11
Chapitre I Introduction au projet

Dans notre bâtiment les installations électriques doivent être conformes à la norme NF
C 15-100, dont les règles imposent et décrivent la mise en place de la prise de terre et de son
circuit de terre associé.

I.8.1. NF C 15-100 :

C’est une norme de mies en œuvre des installations électrique BT (<1000V).


Particulièrement axée sur les protections contre les contacts directs et indirects, les brulures
les incendies et les explosions.

I.9. Conclusion :

Selon ce chapitre, après la présentation de plan nous avons données une vue globale
sur l’installation domestique, et on a constaté comment alimenter cette installation avec la
norme de mise en œuvre qui doit être utilisé dans notre installation.

UDBKM 12
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.1. Introduction :

La lumière est un besoin vital pour l'homme, elle participe au confort visuel. La
lumière est indispensable pour tous les travaux que l'homme effectue, elle permet d'augmenter
la productivité, car il a été démontré par des spécialistes du monde du travail que l'éclairage
joue un rôle important sur la productivité.
L’éclairage dans le lieu de travail est un facteur clé pour assurer que les conditions de
travail des employés appropriés pour la tâche. L’objectif de ce chapitre est de fournir une aide
à la conception et au choix de l’installation d’éclairage.

II.2. Différentes familles d'appareils d'éclairage :


Jusqu’à une date relativement récente il existait plusieurs types de lampes :

II.2.1. L’incandescence :
Ce sont les lampes classiques utilisées pour l’éclairage intérieur. L’ampoule contient
un filament de tungstène qui, porté à haute température (environ 2500 C) par le passage d’un
courant électrique, émet de la lumière. Généralement l’ampoule est remplie d’un gaz inerte
comme l’argon ou le krypton, qui permet d’éviter la détérioration du filament.
Ces lampes ont un rendement lumineux faible, car la plus grande partie de l’énergie
électrique est convertie en chaleur plutôt qu’en lumière [7].

II.2.2. Les tubes fluorescents :


Appelés couramment néons ils renferment un mélange d’argon et de mercure très
raréfié ; une décharge électrique au travers de ce gaz, d’un bout à l’autre du tube, fait briller le
mercure d’un rayonnement ultraviolet, qui excite une substance fluorescente (composés
phosphorés) déposée sur la paroi interne du tube ; cette substance émet en retour une lumière
blanche.
Les lampes dites économiques, qui se subsument de plus en plus aux lampes à
incandescence, sont également des tubes fluorescents, dits compacts [7].

UDBKM 14
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.2.3. Lampes à décharge :


L'ampoule ovoïde contient un mélange gazeux azote-argon, l'intérieur de l'ampoule est
revêtu d'un poudrage fluorescent. Les procède d'éclairage [7].

II.2.4. Diodes électroluminescentes (LED) :


Le développent récent de diodes de couleur blanche ou bleue à haut rendement
lumineux ouvre de nouvelle perspectives, en particulier pour la signalisation (feux de
circulation, panneaux de sécurité ou l’éclairage de secours).La courant moyen dans une LED
est de 20 mA, la chute de tension étant comprise entre 1.7 et 4.6 V suivant la couleur.ces
caractéristiques sont donc propices à une alimentation en très basse tension, en particulier par
des batteries.
L’alimentation par le réseau nécessite un convertisseur. L’avantage des LED est leur
faible consommation d’energie.il en résulte une faible température de fonctionnement qui
autorise une très longue durée de vie [7].

II.3. La norme d’éclairage des lieux de travail :


Aujourd'hui il existe deux normes de dimensionnement des installations
d'éclairage : La norme NF S 40-001 qui peut être considérée comme la référence, servant
essentiellement aux fabricants et distributeurs de luminaires pour établir les tables de calcul
de leurs appareils.

La norme NF C 71-121, qui simplifie un peu l'application de la norme précédente,


mais reste utilisée dans les mêmes conditions que la précédente. De nombreuses tables
figurent dans ces normes mais nous ne les reproduisons pas ici telles qu'elles : Nous
adopterons une démarche compatible, mais plus simple et plus rapide, que nous allons
maintenant présenter [8].

UDBKM 15
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.4.Caractéristiques des sources lumineuses :

II.4.1. Température de couleur :

La température de couleur est la couleur apparente de la lumière fournie par une lampe
et elle est exprimée en degré (Kelvin) qui permet de classer les lampes en [9].

Température apparente Température de couleur


Chaude (blanc, rose) < 3000 °K
Intermédiaire (blanc) 3300 a 5500 °K
Froide (blanc, bleute) > 5500 °K

Tableau. II.1 : tableau de température.

II.4.2. Indice de rendu des couleurs :


L’indice de rendu des couleurs, désigné par IRC ou Ra, indique les aptitudes de la
lumière émise par la source à restituer l’aspect coloré de l’objet éclairé [9].

Rendu des couleurs IRC


Médiocre 60 < IRC < 80
Moyen 80 < IRC < 85
Bon IRC > 85

Tableau. II.2 : indice de rendu des couleurs

II.4.3.Uniformité de l’éclairement :
Autre facteur intervenant dans le confort visuel : le nombre, la répartition et le choix
des luminaires doivent assurer une uniformité de l’éclairement. Pour cela, aucun endroit du
local ne doit avoir un niveau d’éclairement inférieur à 70 – 80% du niveau de l’endroit le plus
éclairé.

UDBKM 16
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.4.4. le spectre lumineux :


Chaque source lumineuse fournit un ensemble de radiations différentes. Toutes les
indications sont données par référence à la lumière du soleil.
Les radiations de la lumière visible ne représentent qu'une très faible partie de
l'ensemble des radiations qui nous entourent. Elles sont classées en fonction de leur longueur
d'onde (400 nm à 700 nm) [8].

II.5. grandeurs photométriques :


La photométrie est la science qui étudie le rayonnement lumineux du point de vue de
la perception par l'œil humain.
La plupart des appareils de mesure en photométrie, qui ne font pas intervenir
directement l'œil en tant qu'élément sensible, sont étalonnes en fonction de la courbe de
sensibilité relative de l'œil humain [9].

II.5.1. Flux lumineux :


Le flux lumineux (θ ou F) est la puissance lumineuse émise par une source lumineuse.
Il permet de comparer l'efficacité lumineuse des différentes lampes, exprimée en
lumens émis par watt de puissance électrique consommée (lm/W) [10].

θ= E×S (Eq.II.1)

Avec
• θ en Lumen (lm).
• S : surfaces en m .
• E : Eclairement en lux.

II.5.2. Intensité lumineuse :


L'intensité lumineuse (I) est la quantité de flux lumineux émise dans une direction
particulière.
Elle permet de caractériser les luminaires en indiquant sur un graphe leur intensité
lumineuse dans les différentes directions (pour une source lumineuse de 1 000 lm) [10].

UDBKM 17
Chapitre II Eclairage contrôlé

I=L×S (Eq.II.2)
Avec :
• I : en candelas (cd).
• L : Luminance en cd/m .
• S : surfaces en m .

II.5.3. Luminance :
Cette grandeur détermine l’aspect lumineux d’une surface éclairée ou d’une source,
dans une direction donnée et dont dépend la sensation visuelle de luminosité [10].


L= (Eq.II.3)

Avec :
• L : en candelas par m (cd/m .).
• I : Intensité lumineuse en candelas.
• S : surfaces en m .

II.5.4. Eclairement lumineux :


L éclairement est la quantité de flux lumineux éclairant une surface.
La grandeur la plus représentative de la qualité de l'éclairage est la luminance. C'est en
effet la lumière réfléchie que perçoit l'œil humain. Cependant celle-ci étant difficilement
mesurable, ce sera l'éclairement, représentant la lumière incidente, qui sera dans la pratique
considère [8].


= (Eq.II.4)

Avec :

• E : en lumen par m ou lux.


• θ : flux lumineux en lumens.
• S : surfaces en m .

UDBKM 18
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.5.5. Efficacité lumineuse :


Afin de pouvoir comparer les différents procèdes d'éclairage entre eux, on utilise plusieurs
caractéristiques des sources lumineuses ; l'efficacité lumineuse est un critère important, mais
n'est pas le seul à envisager.
Une lampe quelconque absorbe de l'énergie électrique et restitue de la lumière ; on fait donc le
rapport entre le flux lumineux (1) fourni par la source lumineuse et la puissance électrique
absorbée, et on obtient un coefficient d'efficacité lumineuse [8].

   !"#


coeficient d′ eficacité = (Eq.II.5)
$%%&' é '(#) &*%"#* é

Le coefficient d'efficacité lumineuse s'exprime en lumens par watt (lm/W).


Le rendement d'une lampe ou efficacité lumineuse, est ce qui qualifie le rendement d'une
source lumineuse avant qu'elle soit placée dans un luminaire.

θ
fe ou η = (Eq.II.6)
$

Avec :

• fe ou η : en lumens par Watt (lm/W).


• θ : flux lumineux en lumens.
• P : puissance en Watts.

II.6. Types d’éclairages :


On distingue différents types d’éclairage en fonction des luminaires utilisés et de leur
placement.

UDBKM 19
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.6.1. Eclairage direct :


Dans le principe de l’éclairage direct, la lumière est projetée directement sur l’élément
à éclairer. De ce fait, les puissances installées nécessaires au confort visuel sont généralement
faibles. Toutefois, en fonction de la position relative des luminaires, les risques
d’éblouissement peuvent être importants et la répartition de la lumière dans le local peut être
assez irrégulière [11].

II.6.2. Eclairage indirect :


L’éclairage indirect consiste à utiliser une surface (le plus souvent le plafond) vers
laquelle la lumière est envoyée et qui va réfléchir cette dernière dans le local. Ce principe a
l’avantage d’offrir un éclairage assez uniforme qui limite les risques d’éblouissement et
génère ainsi un confort visuel élevé.
La quantité d’éclairement obtenue dans le local est toutefois fortement dépendante du
coefficient de réflexion des parois utilisées comme surfaces de réflexion [11].

II.6.3. Eclairage mixte ou direct-indirect :


L’éclairage mixte réunit les deux types d’éclairage précédents. L’éclairage direct
assure l’éclairement de base, génère le contraste et crée le relief dans le local. L’éclairage
indirect améliore l’uniformité de l’éclairement. Si cette combinaison n’élimine pas les limites
propres à chacun des types d’éclairage (risque d’éblouissement direct, forte dépendance vis-à-
vis du coefficient de réflexion des parois, etc.), elle les atténue néanmoins fortement [11].

II.6.4. Eclairage à deux composantes :


Dans le cas de l’éclairage à deux composantes, on utilise deux groupes de luminaires
différents, l’un pour réaliser l’éclairage général du local et le second pour fournir un éclairage
d’appoint là où la tâche nécessitant une acuité visuelle doit être exécuté. L’avantage de ce
type d’éclairage est qu’il permet, outre une utilisation différenciée des luminaires, une
réduction de la puissance installée. Sa limitation tient au fait qu’il peut générer des contrastes
et des ombres importantes si l’éclairage d’appoint n’est pas suffisant ni uniforme.

UDBKM 20
Chapitre II Eclairage contrôlé

Direct Direct Semi- direct indirect

luminaire intensif extensif

Répartition
d’intensité

Fig. II.1 : schéma classement synthétique des luminaires.

II.7. Procédures pour assure l’éclairage :


Source de confort et de productivité, l’éclairage représente 40 % de la quantité
d’électricité consommée dans les bâtiments. La qualité de l’éclairage (stabilité de la lumière et
continuité de service) dépend de celle de l’énergie électrique ainsi consommée.
Les principales évolutions technologiques dans le domaine de l’éclairage sont liées
aux économies d’énergie, pour cette raison, les installations nouvelles sont équipées de
lampes à haut rendement lumineux.
Un rayonnement lumineux artificiel peut-être produit à partir de l’énergie électrique
selon deux principes : l’incandescence et l’électroluminescence [9].

II.7.1. L’incandescence :
C’est la production de lumière par élévation de température. Les niveaux d’énergie
sont en très grand nombre, et par conséquent, le spectre de rayonnement émis est continu. Le
cas le plus courant est un filament chauffé à blanc par la circulation d’un courant électrique.
L’énergie fournie est transformée en effet Joule et en flux lumineux.

UDBKM 21
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.7.2. La luminescence :
C’est le phénomène d’émission par la matière d’un rayonnement lumineux visible ou
proche du visible. Ainsi l’électroluminescence des gaz consiste au rayonnement lumineux
émis par un gaz soumis à une décharge électrique.

II.8. Les niveaux d'éclairement :


Suivant la nature de l'activité, la norme impose une quantité ainsi qu'une qualité d'éclairement.
2

Les pièces de notre projet Eclairement moy (lux)

Bureau de travail / salle de travail / salle de


réunion / salle d’exposition / salle de 500
conférence / bureau de secrétariat.

Hall d’entrée / restaurant (coin de préparation, 300


coin de lavage) / foyer / salle à manger / les
chambres / les chambres / salon / cuisine.

Parking /Dépôt /archives / chambre froide. 200

150
Toilette et SDB.

Terrasse et escalier. 100

Tableau. II.3. niveaux d’éclairement.

UDBKM 22
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.9. le lieu à éclairer :


II.9.1. Dimensions :

Fig. II.2 : schéma représentant les dimensions d’une pièce.

• Longueur (a)
• Largeur (b)
• Hauteur total (ht)
• Hauteur plan utile (h1)
• Hauteur suspension source Lumineuse (h1)
• Hauteur plan de travail / Source lumineuse (h)

II.9.2. Les caractéristiques du local :

II.9.2.1. Facteurs K et J :
On utilise pour cela les facteurs : K et J

UDBKM 23
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.9.2.1.1.Indice du local :
&×*
K = -&.*/×0 (Eq.II.7)

Avec :
• a = longueur du local en m.
• b = largeur du local en m.
• h = hauteur du luminaire au dessus du plan utile en m.
On arrondit les valeurs de K aux nombres : 0,6 - 0,8 - 1 - 1,25 - 1,5 - 2 - 2,5 - 3 - 4- 5

II.9.2.1.2. Rapport de suspension :


23
1= (Eq.II.8)
2.23

Avec :
• h = hauteur du luminaire au-dessus du plan utile (m).
• h' = hauteur de suspension du luminaire (m).
On ne retient que deux valeurs :
• j = 0 soit luminaire contre le plafond.
• j = 1/3 luminaire suspendu.

II.9.3. Facteur de réflexion :


Suivant la couleur des différentes parois, la réflexion de la lumière sera plus ou moins
importante, ce qui se traduit pour les calculs par un coefficient de réflexion donne par le
tableau ci-dessous.
Très clair Clair Moyen Sombre nul
plafond 8 7 5 3 0
murs 7 5 3 1 0

Plan utile 3 3 1 1 0

Tableau. II.4. Facteur de réflexion

UDBKM 24
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.9.4. L'utilance :
C'est le rapport du flux utile (reçu par le plan utile) au flux total sortant des luminaires.
Son symbole est U. On détermine le facteur d'utilance à l'aide de tableaux comportant trois
variables :
a) la valeur de j facteur de suspension.
b) la valeur de K indice du local.
c) les facteurs de réflexion des parois [7].

( #5%(&' (# &# 


U= = (Eq.II.9)
0&( # & 5 %%% 5 $&( 0

II.10.Calculs :
II.10.1. Flux lumineux à fournir :

7×&×*
F= (Eq.II.10)
8×η

Avec :
• E : éclairement demande (en lux).
• a : longueur du local (en m).
• b : largeur du local (en m).
• U : facteur d'utilance.
• η : rendement du luminaire [12].

II.10.2. Facteurs de dépréciation (d) :


En cours d'utilisation, le flux émis par une lampe baisse ; les causes sont diverses :
• Les lampes se couvrent de poussière.
• les parois du local sont moins réfléchissantes.
• les lampes ont tendance a s'user et le flux lumineux produit diminue.
• selon la maintenance, changement périodique des lampes

UDBKM 25
Chapitre II Eclairage contrôlé

Le facteur compensateur de dépréciation est le chiffre par lequel il faut multiplier


l'éclairement moyen en service pour connaitre le flux a installer initialement [12].

F' = F x d (Eq.II.7)

II.10.3. Nombre de luminaires :


Connaissant le flux lumineux total (F), et le flux lumineux produit par chaque
luminaire (FL) on en déduit le nombre de luminaires a installer (N).

:
N= (Eq.II.8)
×:;

Avec :
n : nombre de sources lumineuses par luminaire.

II.10.4. Implantation des sources :


Le tableau ci-dessous donne des coefficients de distance maximale entre deux
luminaires, en fonction de la classe du luminaire.
classe Distance maximale
entre deux luminaires
A 1×h

B 1.1×h

C 1.3×h

D 1.6×h

E 1.9×h

F 2×h

G 2×h

H 1.9×h

I 2×h

J 2.3×h

Tableau. II.5. coefficients Implantation des sources

UDBKM 26
Chapitre II Eclairage contrôlé

II.11. Conclusion :
Dans ce chapitre nous avons présente les grandes catégories des lampes et on 'a bien détailler
les principes d'éclairage et les caractéristiques des sources lumineuses. On détailler aussi les
grandeurs photométriques. Et dans le prochaines chapitres nous emmènera a abordes la partie
calcul de l’éclairage.

UDBKM 27
Chapitre III Note de calcul

III.1. Introduction :
Un bon éclairage est nécessaire pour créer des conditions visuelles optimums. En
planifiant une installation d’éclairage un certain nombre de facteur doivent être pris en
considération pour déterminer la qualité du système dans son ensemble.

Alors ce chapitre sera basé sur le calcule et l’implantation à l’aide des deux logiciels
DIALux pour le calcule et autoCAD pour la schématisation.

III.2. Types de lampes utilisés :


Les lampes qui proposée par le bureau d’étude sont indiques sur le tableau suivant :

Les pièces de notre projet Types des lampes

Bureau de travail / salle de travail / salle de Fluo compacte encastre avec gréage
réunion / salle d’exposition / salle de 4x18 W
conférence / bureau de secrétariat.

Hall d’entrée / couloirs Spots encastre fluo compacte


56 W

Etanche apparent fluorescent


Dépôt /archives / salle à manger 2x36 W

Parking Etanche apparent fluorescent


1x36 W

chambre froide. Etanche apparent fluorescent


couvert
1x36 W
restaurant (coin de préparation, coin de lavage)
/ la cuisine. Etanche apparent fluorescent
couvert
2x36 W

UDBKM 28
Chapitre III Note de calcul

Les chambres / le salon. Hublot


75 W

Les escaliers / les terrasse / les entrées. Hublot applique


36 W

Tableau III.1 : Types de lampes utilisés.

III.3. Etude d’éclairage sur DIALux :

III.3.1. Logiciel DIALux :


Le logiciel DIALux est une source utile d’information pour créer les solutions
d’éclairage qui répondent aux besoins d’utilisateur qui fournissent des conditions de travail
efficaces.
Nous permet de prévoir la luminance, le niveau du lux en chaque point de la pièce
ainsi que le nombre nécessaire de luminaires à utiliser en fonction des dimensions de l’espace
et du lux recommandé.

Fig.III.1 : schéma représente le DIALux .

UDBKM 29
Chapitre III Note de calcul

III.4. Sous sol :


III.4.1. Emission de lumière :
Depuis le tableau.III.1 dans le parking nous avons utilises le types de lampes étanche
apparent fluorescent 1x36W. Le figure.III.2 représente l’émission de lumière de cette lampe.

Dans l’archive nous avons choisi le type de lampe étanche apparent fluorescent
2x36W et le figure .III.3 représente l’émission de la lumière de cette lampe.

Fig.III.2 : émission de lumière de la lampe étanche apparente


fluorescente 1x36W .

Fig.III.3 : émission de lumière de la lampe étanche apparente


fluorescente 2x36W .

UDBKM 30
Chapitre III Note de calcul

III.4.2. Disposition des luminaires selon DIALux :


Selon le Tableau.II.3 le niveau d’éclairage dans le parking et salle d’archive sont de
200 Lux. Une observation de la Fig.III.3 et la Fig.III.4 qui illustre le Lux adéquat est assuré
en touts points des cette pièces.

Fig.III.4 : disposition de la lumière selon DIALux d’un parking.

Interprétation :
Nous remarquons que le nombre des lampes que nous avons utilisées est suffisant pour
obtenir la valeur de l’éclairement moyen 200 lux dans le parking.

UDBKM 31
Chapitre III Note de calcul

Fig.III.5 : disposition de la lumière selon DIALux de la salle d’archive.

Interprétation :
La disposition des points lumineux dans la salle d’archive est identique (uniformément
répartie), et on remarque que la valeur de l’éclairement autour de chaque lampe est de 240
lux, mais la valeur moyenne obtenu dans la périphérie de la pièce (à part les alentours) reste
dans la valeur normalise 200 lux.

III.5. Rez de chaussée :


III.5.1. Emission de lumière :
Depuis le tableau III.1 dans le hall d’entrée nous avons utilises le types de lampe spots
encastre fluo compacte 56 W. La fig.III.5. Représente l’émission de lumière de cette lampe.

Dans restaurant (coin de préparation et coin de lavage) nous avons choisi le type de
lampe Etanche apparent fluorescent 2x36W et la fig. III.6 représente l’émission de la lumière
de cette lampe.

UDBKM 32
Chapitre III Note de calcul

Fig.III.6. émission de la lumière de la lampe spots encastre

fluo compacte 56 W .

Fig.III.7. émission de la lumière type de la lampe Etanche apparent

fluorescent couvert 2x36W.

UDBKM 33
Chapitre III Note de calcul

III.5.2. Disposition des luminaires selon Dialux :

Selon le Tableau II.3 le niveau d’éclairage dans le hall d’entrée et le restaurant sont de
300 Lux. Une observation de la Fig.III.7 et Figure.III.8 qui illustre le Lux adéquat est assuré
en tous points dès ces pièces.

Fig.III.8 : disposions de la lumière dans l’hall d’entrée.

Interprétation :
La valeur de l’éclairement constatée da la périphérie du hall d’entrée est détectée à 300
lux, par contre dans la région centrale est fixée à 350 lux.

UDBKM 34
Chapitre III Note de calcul

Fig.III.9 : disposions de la lumière de restaurant.

Dans salle à manger nous avons utilisés les lampes Etanche apparent fluorescent
2x36W. La figure III-12 représente l’émission de la lumière de cette lampe.

Fig.III.10 : disposions de la lumière dans salle à manger.

UDBKM 35
Chapitre III Note de calcul

Interprétation :
D’après le tableau.II.3 la valeur de l’éclairement moyenne est de 300 lux, tel que :

 Dans le restaurant la valeur maximal de l’éclairement est 420 lux, et la valeur


minimale est 280 lux (les cotés de la pièce). mais la valeur normalise est respectée.
 Dans la salle à manger la valeur maximale est 360 lux (autour des lampes), et la valeur
moyenne reste 300 lux.

III.6. L’étage 1 et 2 et 3 :

III.6.1. Emission de lumière :


On remarque que les pièces de ces trois étages sont presque pareilles comme les
bureaux et les salles de travail. Dans ces derniers nous avons pris le type de lampe Fluo
compacte encastré avec gréage 4 x18W. La fig.III.10 représente l’émission de la lumière de
cette lampe.

Fig.III.11 : émission de la lumière de lampe Fluo compacte en castré

avec gréage 4 x18W.

UDBKM 36
Chapitre III Note de calcul

III.6.2. Disposition des luminaires selon Dialux :


Le niveau d’éclairage dans les bureaux et salles de travails sont de 500 Lux Selon le
Tableau.II.3.
Une observation de la Fig.III.11 et la fig.III.12 représente le Lux adéquat est assuré en
tous points dès cette pièces.

Fig.III.12 : disposition de la lumière d’une salle de travail.

Fig.III.13 : disposition de la lumière d’un bureau de travail.

UDBKM 37
Chapitre III Note de calcul

Interprétation :
La valeur de l’éclairement moyenne qu’on a trouvé après les calculs sur le logiciel
DIALux dans le bureau et salle de travail, sont proches des valeurs indiqués dans les normes
(550 lux) et qui sont motionnés dans le tableau (II-).

Dans les couloirs on a utilisés les spots encastre fluo compacte 56 W. et le lux
nécessaire pour les couloirs est de 200 lux. Le fig.III.13 représente la disposition du lumière
selon DIALux.

Fig.III.14 : disposition de la lumière d’un couloir selon Dialux.

Interprétation :

La valeur de l’éclairement moyenne que nous avons trouvé dans le couloir d’après les
calculs sur DIALux est convergente par rapport à la valeur indiquée sur le tableau (II-) pour
les couloirs (200 lux).

UDBKM 38
Chapitre III Note de calcul

III.7. 4 eme étage :


III.7.1. Emission de lumière :
Dans les chambres nous avons utilisés les lampes hublot de 75 W. la fig.III.14
représente l’émission de la lumière de cette lampes.

En ce qui concerne les escaliers la lampe de 36W était mise en œuvre .la figureIII-16
représente l’émission de la lumière de ce type de lampes.

Fig.III.15 : émission de la lumière lampes


hublot de 75 W .

Fig.III.16 : émission de la lumière de la lampe Hublot


Applique 36 W.

UDBKM 39
Chapitre III Note de calcul

III.7.2. Disposition des luminaires selon Dialux :


Le fig.III.15. ce dessous représente la disposition de la lumière dans une chambre
selon DIALux .

Fig.III.17 : disposition de la lumière dans une chambre.

Le fig.III.16. représente la disposition de la lumière dans les escaliers selon DIALux

Fig.III.18 : disposition de la lumière dans les escaliers.

UDBKM 40
Chapitre III Note de calcul

Interprétation :

Le pourcentage de la lumière dans les escaliers motionné par les normes est de faible
intensité. Et d’après les calcules que nous avons effectué, la valeur de l’éclairement moyen est
presque 200 lux.

III.8.Présentation l’éclairage dans l’AUTOcad :

Apres la finalisation de la précédente étape que nous avons faire l’étude de l’éclairage
dans le DIALux. Donc on doit entamer la deuxième étape c’est l’implantation d’éclairage sur
notre plan d’AUTOcad.

III.8.1. Logiciel AUTOcad :


AUTOcad est un logiciel de dessin, assisté par ordinateur (DAO) crée en 1982 par
AUTOcad, bien qu’il ait été développé à l’origine par les ingénieurs en mécanique, il est
aujourd’hui utilisé par de nombreux corps de métiers, il est actuellement le logiciel de DAO le
plus rependu dans le monde, c’est logiciel de dessin technique pluridisciplinaires.

III.8.2. Le tableau des symboles :

Type de lampe Symboles

Fluo compacte encastre avec


gréage
4x18 W

Hublot couvert
36 W

UDBKM 41
Chapitre III Note de calcul

Spots encastre fluo compacte


56 W

Hublot applique
36 W

Etanche apparent fluorescent


2x36 W

Etanche apparent fluorescent


couvert
2x36 W

Etanche apparent fluorescent


couvert
1x36 W

Etanche apparent fluorescent


1x36 W

Hublot
100 W

Tableau III.2 : symboles des lampes utilisé.

UDBKM 42
Chapitre III Note de calcul

III.8.3. Plan sous –sol :

Fig.III.19 : disposition de la lumière dans le sous-sol.

UDBKM 43
Chapitre III Note de calcul

III.8.4. Plan de rez de chausee :

Fig.III.20 : disposition de la lumière dans le rez de chasse.

UDBKM 44
Chapitre III Note de calcul

III.8.5. Plan 1er étage

Fig.III.21 : disposition de la lumière dans le 1erétage.

UDBKM 45
Chapitre III Note de calcul

III.8.6. Plan 2eme étage

Fig.III.22 : disposition de la lumière dans le 2 eme étage.

UDBKM 46
Chapitre III Note de calcul

III.8.7. Plan 3eme étage

Fig.III.23 : disposition de la lumière dans le 3 eme étage.

UDBKM 47
Chapitre III Note de calcul

III.8.8. Plan 4eme étage

Fig.III.24 : disposition de la lumière dans le 4 eme étage.

UDBKM 48
Chapitre III Note de calcul

III.9. Conclusion :
Dans ce chapitre nous avons fait le calcul en suit la réalisation de l'éclairage de notre
siège administratif avec le logiciel d'éclairage DIALux et la schématisation par le logiciel
autoCAD avec l'explication.

UDBKM 49
Chapitre III Note de calcul

UDBKM 50
Chapitre IV : système électrique

IV.1. Introduction :
Les installations électrique base tension sont conformes à la norme NF C15-100, qui
impose les choix des éléments que nous allons utiliser (un compteur, un tableau de
distribution, des conducteurs de courant et des dispositifs de protection et de sécurité) tout en
définissant les conditions de la réalisation d’une installation électrique en habitat, les produits
à mettre en œuvre et enfin les règles de sécurité à respecter.

IV.2. Eléments constitutifs d’une installation électrique intérieur :


Une installation électrique intérieure comporte, des tableaux de distribution, des
conducteurs de courant et des dispositifs de protection et de sécurité (disjoncteur différentiel
général, disjoncteurs différentiels).
.
IV.2.1. les tableaux des distributions :
Un tableau de distribution est le point d'entrée de l'énergie électrique pour l'installation
BT. Le circuit d'arrivée se divise en plusieurs circuits (départs), chacun de ces circuits est
commandé et protégé par l'appareillage installé dans le tableau (disjoncteurs, interrupteurs,
interrupteurs fusibles, etc.).
Un tableau de distribution est généralement divisé en unités fonctionnelles chacune
comprenant tous les éléments électriques qui contribuent à l'accomplissement d'une fonction
donnée. Cela représente un maillon clef de la chaîne de la sûreté.
En conséquence le type du tableau de distribution doit être parfaitement adapté à son
application. Sa conception et sa construction doivent être conformes aux normes en vigueur et
respecter les règles de l'art.

L'enveloppe du tableau de distribution assure une double protection :


• La protection de l'appareillage, des appareils de mesure, des relais, des dispositifs
fusibles, etc. contre les chocs mécaniques, les vibrations et autres influences externes
susceptibles d'en dégrader l'intégrité opérationnelle (interférences électromagnétiques,
poussières, moisissure, petits animaux).

UDBKM 50
Chapitre IV : système électrique

• La protection des personnes contre les risques de contacts directs et de contacts


indirects.

IV.2.1.1. Les types de tableaux par application :


Les grands types de tableaux sont :
 le tableau général BT (TGBT)
 les tableaux secondaires
 les tableaux terminaux
 les tableaux de contrôle-commande de processus [13].

IV.2.2. Disjoncteur différentiel général :


Le disjoncteur différentiel général, est un dispositif d’interruption automatique et
instantanée du passage du courant qui réagit à une surcharge ou à une détection du courant de
défaut à la terre. En cas de défaut de l’installation provoquant une “fuite”, le disjoncteur
différentiel détecte la différence (d’où son nom) entre le courant entrant et le courant sortant
[13].

IV.2.3. Prises de courant :


Les prises de courant sont munies d’une protection enfant contre l’introduction d’objet
: degré de protection = IP4X.
Le nombre de prises de courant simples ou multiples est limité à 8 emplacements par
circuit.
Dans les lieux secs l’entraxe de la prise par rapport au sol est de 15 cm minimum
Dans les lieux humides (salle de bain, cuisine,...) l’entraxe de la prise par rapport au sol est de
25 cm minimum [13].

IV.2.4. Interrupteurs :
Les interrupteurs de commande et de sectionnement assurent la coupure simultanée
(Coupure homopolaire) de tous les conducteurs de phase.
Dans les installations domestiques, il est permis d'utiliser des interrupteurs,
télérupteurs, relais ou variateurs n'assurant qu'une coupure mono-polaire dans les circuits
monophasés alimentant les appareils d'éclairage, les socles de prise de courant et les circuits

UDBKM 51
Chapitre IV : système électrique

auxiliaires pour autant que leur raccordement soit fixe et que le courant nominal du circuit ne
dépasse pas 16 A [13].

VI.3. Les circuits de distribution :


Les circuits de distribution sont des réseaux de câbles qui, à partir du tableau,
alimentent les appareils, les prises de courants et les lampes de l’installation. Chaque circuit
est dédié soit à un ensemble de foyers lumineux, soit à des prises de courant. Un circuit
spécial est, par ailleurs, dédié à chacune des pièces “techniques” : bureau, salle de, buanderie,
De plus, chaque appareil de forte puissance fait l’objet d’un circuit spécifique, par
exemple un appareil de cuisson ou une machine à laver.
La distribution électrique des pièces peut être réalisée en montage encastré ou en
montage apparent

Fig.VI.1 : schéma de circuit de distribution.

UDBKM 52
Chapitre IV : système électrique

IV.4. Méthodologie de dimensionnement d'une installation électrique :


Lorsque toutes les études préalables ont été effectuées (bilan de puissance, schéma de
principe, puissance de la source,), le dimensionnement d'une installation électrique peut se
faire suivant la chronologie ci-après [14].

Fig.VI.2 : dimensionnement d'une installation électrique.

UDBKM 53
Chapitre IV : système électrique

IV.5. Dimensionnement et protection des installations électriques BT :

IV.5.1. Choix de dispositif de protection :

En conformité avec les recommandations de la norme NF C 15-100, le choix de la


section des canalisations et du dispositif de protection doit satisfaire plusieurs conditions
nécessaires à la sécurité de l'installation.
La canalisation doit :
- véhiculer le courant maximal d'emploi et ses pointes transitoires normales
- ne pas générer des chutes de tension supérieures aux valeurs admissibles.
Le dispositif de protection doit :
- protéger la canalisation contre toutes les surintensités jusqu'au courant de court-circuit
- assurer la protection des personnes contre les contacts indirects [15].

IV.5.1.1.Calcul du courant d’emploi IB :

On calcule le courant d’emploi IB à partir de la puissance à véhiculer dans le câble.

En monophasé :


I = (Eq.II.1)


En triphasé :


I= (Eq.II.2)
√

S : puissance apparente absorbée (VA).


U : tension entre les deux conducteurs pour une alimentation monophasée.
. tension entre phases pour une alimentation triphasée.

IV.5.1.2.Courant de court-circuit en un point quelconque de l’installation :


Pour déterminer la valeur d’un court-circuit en un point quelconque de l’installation on
totalise les résistances et réactances de la boucle de défaut depuis la source jusqu’au point
considéré. On en déduit l’impédance équivalente. Les valeurs de court-circuit sont alors
calculées par application de la loi d’Ohm (formule générale).

UDBKM 54
Chapitre IV : système électrique


× 
× 
 = = (Eq.II.3)
√× √×     

 : facteur de charge à vide, pris égal à 1,05.


Un: tension nominale de l’installation entre phases, en V.
 : impédance totale de la boucle de défaut au point considéré. C’est la somme vectorielle
des résistances et réactances composant la boucle [15].

IV.5.1.3. Pour le transformateur :

Pour la protection cote BT des transformateurs HT/BT, le choix des disjoncteurs doit
fondamentalement tenir compte :
• du courant nominal du transformateur protège, cote BT, dont dépendent la taille du
disjoncteur et le réglage des protections.
• du courant maximum de court-circuit au point d'installation, qui détermine le pouvoir
de coupure minimum que doit posséder l'appareil de protection.

Le courant assigne du transformateur, cote BT, est détermine par l'expression :

 ×
I = (Eq.II.4)
√ ×
Avec :

Sn : puissance assignée du transformateur, en kVA.


U20 : tension assignée secondaire (a vide) du transformateur, en V.
In : courant assigne du transformateur, cote BT, en A (valeur efficace).

Le courant de court-circuit triphasé a pleine tension, immédiatement aux bornes de BT


du transformateur, peut être exprime par la relation (dans l'hypothèse d'une puissance infinie
au primaire) [15].

UDBKM 55
Chapitre IV : système électrique

#$%& × ×
I !" = (Eq.II.5)

'() *) 

Avec :

U : tension nominale entre phase et neutre, en V.


RT : résistance du transformateur.
XT : réactance du transformateur.
c !" : 1.05, m : 1.05.

IV.5.1.4. Choix du calibre de l’appareil de protection

L’intensité assignée In du dispositif de protection, coupe-circuit à fusible ou

disjoncteur doit être prise juste supérieure à l’intensité d’emploi IB calculée.

In ≥ IB

On réglera le disjoncteur de calibre In pour obtenir une intensité de réglage

Ir ≈ IB

Le choix du pouvoir de coupure de l’appareil PdC de protection se fera après calcul du


courant de court-circuit présumé à l’endroit où l’appareil de protection est installé [14].

IV.5.2. Le choix de section de câble électrique :

Il est important de calculer correctement la section du câble utilisé lors de vos


installations électrique. En effet un câble très faible va entraîner un échauffement de la
résistance du câble (ce qui peut créer un incendie) et une perte de tension, et une section très
importante peut entrainer problème de poids et de cout.

Pour calcule la section du câbles nous avons suive les étapes suivent

Loi de Pouillet : la résistance R d’un conducteur (en ohms) est directement proportionnelle à

• Sa résistivité ((0.01786 mm. /m à 20° C pour le cuivre).


• Sa longueur L (en mètres).

UDBKM 56
Chapitre IV : système électrique

• Inversement proportionnelle à la section S (en mm. ) de ce conducteur.

0 = (2 × 3)/5 (Eq.IV.6)

Effet joule : tout conducteur parcouru par un courant s’échauffe. Ce dégagement de chaleur Q
(en joules) est directement proportionnel [16].

• A la valeur de résistance R (calculée par la loi de Pouillet ci-dessus).


• Au carré de l’intensité du courant I (en ampères).
• Au temps t de passage (en secondes) du courant dans le conducteur.

6 = 0 × . × 7 (Eq.IV.7)

La section idéale (enmm. ) se calcule selon la formule suivante :

;
S=R×L× (Eq.IV.8)
<

R : résistivité du cuivre.

L : longueur totale en m.

I : courant en A.

V : la chute de tension.

IV.6. La chute de tension :

Une chute de tension dans un conducteur est la différence entre la tension


d'alimentation en amont du conducteur et la tension en sortie, donc la tension d'alimentation
effective des appareils électrique.

Ces appareils sont conçus pour fonctionner de manière optimale à une tension donnée
(avec une tolérance), et à défaut d'avoir une tension suffisante ils sont amenés au mieux à
perdre du rendement et se dégrader dans certains cas.

La tension théorique du réseau monophasé est de 230V, les distributeurs d'électricité


ayant eux aussi une tolérance. Aussi la tension d'arrivée dans un logement peut déjà être

UDBKM 57
Chapitre IV : système électrique

moindre, qui cumulée à des chutes de tensions excessives dans l'installation peut rapidement
se voir atteindre des valeurs "néfastes" pour nos appareils.

La NFC 15-100 prévoit que la chute de tension d'une installation n'excède pas les
valeurs suivantes selon le type de distribution [16].

Eclairage Autres usages


Installation alimentées
par un branchement à
3% 5%
basse tension
Installation alimentées
par un poste de livraison
6% 8%
ou par un poste de
transformateur

Tableau.VI.1 : La chute de tension.

IV.6.1. Formule pour calcul la chute de tension

Les chutes de tension sont déterminées à l’aide de la formule :

A
∆> = ? @2 cos E + G 3 sin EJ K (Eq.IV.9)
B

∆V : Chute de tension, en volt.

b : Coefficient égal à 1 pour les circuits triphasés, et égal 2 pour les circuits monophasés.

ρ1 : Résistivité du conducteur en service normal.

L : Longueur de la canalisation, en mètre.

S : Section des conducteurs, en mm2.

cos E ∶Facteur de puissance.

en l'absence d'indication précise on peut prendre cosφ = 0,8 (sin φ = 0,6).

UDBKM 58
Chapitre IV : système électrique

G: Réactance linéique des conducteurs en Ω/m.

K : Courant maximal d'emploient ampère.

La chute de tension relative (en pour-cent) est égale à :



∆> = 100 (Eq.IV.10)


O : La tension entre phase et neutre en volts

IV.7. Paramètre importent :


IV.7.1. Facteur d'utilisation maximale (ku) :
Le régime de fonctionnement normal d'un récepteur peut être tel que sa puissance
utilisée soit inférieure à sa puissance nominale installée, d'où la notion de facteur d'utilisation.
Le facteur d'utilisation s'applique individuellement à chaque récepteur :
 Pour l'éclairage et le chauffage, il sera toujours égal à 1.
 Pour les prises de courant, tout dépend de leur destination [17].

IV.7.2. Facteur de simultanéité (ks) :


Le facteur de simultanéité s'applique à chaque regroupement de récepteurs (exemple
au niveau d'un tableau terminal, d'un tableau divisionnaire, d'une armoire…).
La détermination de ces facteurs de simultanéité implique la connaissance détaillée de
l'installation et de ses conditions d'exploitation. Des valeurs précises applicables à tous les cas
ne peuvent donc pas être précisées [17].

IV.7.2.1. Facteur de simultanéité pour un immeuble :


Quelques valeurs typiques sont indiquées en Figure A10 et sont applicables aux
abonnés domestiques alimentés en triphasé 4 fils 230/400V.
Dans le cas d'abonnés utilisant le chauffage électrique par accumulation, le facteur
conseillé est de 0,8 quel que soit le nombre d'abonné.

UDBKM 59
Chapitre IV : système électrique

Nombre d’abonnés situés en aval Facteur de simultanéité (ks)


2à4 1
5à9 0.78
10 à 14 0.63
15 à 19 0.53
20 à 24 0.49
25 à 29 0.46
30 à 34 0.44
35 à 39 0.42
40 à 49 0.41
50 et au-dessus 0.38

Tableau IV.2. : Facteur de simultanéité dans un immeuble d'habitation.

IV.7.2.2. Facteur de simultanéité pour les armoires de distribution :


La Figure A12 indique des valeurs estimées de ks pour un tableau de distribution
alimentant un nombre de circuits pour lesquels il n'y a aucune information sur la manière dont
la charge totale est répartie entre eux.
Si l'armoire est composée principalement de circuits d'éclairage, il est prudent de
majorer ces facteurs.

Nombre de circuits Facteur de simultanéité (ks)

Ensembles entièrement testés 2 et 3 0.9

Ensembles entièrement testés 4 et 5 0.8

Ensembles entièrement testés 6 et 9 0.7

Ensembles entièrement testés 10 et 0.6


plus
Ensembles partiellement testés 1.0
choisir dans tous les cas

Tableau IV.3. : Facteur de simultanéité pour armoire de distribution.

UDBKM 60
Chapitre IV : système électrique

IV.7.2.3. Facteur de simultanéité en fonction de l'utilisation :


La Figure A13 indique les valeurs du facteur ks pouvant être utilisées sur des circuits
alimentant des types de charges les plus courantes [17].

Utilisation Facteur de simultanéité (ks)


Eclairage 1
Prises de courant 0.1 à0.2
Chauffage et conditionnement d’air 1

Tableau IV.4. Facteur de simultanéité en fonction de l'utilisation.

IV.8. Bilan de puissance :


IV.8.1. Puissance installée (kW) :

La puissance installée est la somme des puissances nominales de tous les récepteurs de
l'installation.
L'indication de la puissance nominale est marquée sur la plupart des appareils et
équipements électriques. En pratique, la puissance nominale n'est pas toujours la puissance
réellement consommée par le récepteur.
Par exemple, dans le cas : de lampes fluorescentes et de lampes à décharge, qui ont un
ballast stabilisateur, la puissance nominale indiquée sur la lampe (qui est celle consommée par
la lampe seule) est inférieure à la puissance consommée par la lampe et son ballast.

La puissance estimée S (KVA) n'est pas la puissance utile, c’est la puissance appelée
par l’installation électrique, elle vaut la puissance utile divisée par le facteur de puissance.
Ainsi et comme tous les équipements sont caractérisés par leur puissance nominale QR il est
nécessaire de savoir le facteur de puissance du réseau afin de pouvoir estimer S et par suite la
demande totale de toute l’installation.
La puissance apparente S est donnée par les relations suivantes :

S=√3 UI, U : tension composée pour un réseau triphasé.

S = VI, V : tension simple pour un réseau monophasé.

UDBKM 61
Chapitre IV : système électrique

Le facteur de puissance est une caractéristique d'un récepteur électrique.

V WXYZZ[R\] [\^Y_]
FP = = (Eq.IV.11)
 WXYZZ[R\] [WW[`]R^]

V
FP = (Eq.IV.12)
V a b

En particulier, si le courant et la tension sont des fonctions sinusoïdales donc le réseau


ne contenant pas d’harmoniques, le facteur de puissance est égal au cosinus du déphasage
entre le courant et la tension FP= cos φ
On a donc intérêt à augmenter le facteur de puissance pour réduire les pertes
électriques définies par l’écart entre la puissance appelée et le travail fourni [18].

IV.8.2. Puissance absorbée Pa (kVA) :


La puissance (apparente) absorbée Pa par une charge (qui peut être un simple appareil)
est obtenue à partir de sa puissance nominale (corrigée si nécessaire, comme indiqué ci-dessus
pour les appareils d'éclairage, etc.) et de l'application des coefficients suivants [17]:
η = rendement unitaire = kW sortie/ kW entrée.
CosE = facteur de puissance = kW entrée/ kVA entrée.
La puissance apparente consommée de la charge :

Pa = Pn /(η x cosφ) (Eq.IV.13)


De cette valeur se déduit le courant pleine charge absorbé Ia :
 Pour une charge monophasée connectée entre phase et neutre
V% ×
I! = (Eq.IV.14)
<

 Pour une charge triphasée :


V% ×
I! = (Eq.IV.15)
√×

V = tension phase-neutre (volts)


U = tension phase-phase (volts)

UDBKM 62
Chapitre IV : système électrique

IV.8.3. Puissance d'utilisation Pu (kVA) :


La puissance d'utilisation est la somme arithmétique de ces puissances apparentes
valorisées. La puissance d'utilisation Pu est la donnée significative pour la souscription d'un
contrat de fourniture en énergie électrique à partir d'un réseau publique BT [17].

Pc (KW) = ∑ Pg (KW) × K c × K  (Eq.IV.16)

IV.8.4. La puissance appelée :


La puissance appelée du transformateur correspondante à (kW) s'exprime par une puissance
apparente en KVA.
Cette puissance est évaluée en prenant en compte le facteur de puissance du réseau [17].

Vh (<i)×j ×k
S! = ∑ S ! = ∑ (KVA) (Eq.IV.17)
lV

IV.8.5. Transformateurs ou source d’alimentation normale :


On appelle par source normale, la source d’alimentation permettant l’exploitation
normale des équipements. A partir de la puissance totale foisonnée Pf fournie par le bilan de
puissance, la puissance de la source d’alimentation (Ptr) s’obtient par l’expression suivantes :

Ptr(kVA) =Pf (kVA).ke (Eq.IV.18)

ke : coefficient d’extension. Au cas où aucune information sur l’extension n’existe, ke doit


être compris entre 1,1 et 1,2.
Il suffit de sélection ensuite dans un catalogue constructeur, le transformateur de
puissance directement supérieure à la valeur calculée [4].

IV.9. Conclusion :

Dans ce chapitre, on a donné les éléments constitutifs d’une installation électrique, et


le dimensionnement d’une installation consiste à faire le choix optimal des sections des câbles
et des protections afin de garantir un fonctionnement normal de ces équipements sans
dégradation ou échauffements.

UDBKM 63
Chapitre V Bilan de Puissance

V.1.Introduction :
Dans ce dernier chapitre nous procéderons aux dimensionnements de la partie calcul,
tel que le calcul de la section du câble et le chemin du câble, nous présenterons ainsi une
méthodologie de dimensionnement en se basant sur le logiciel de calcul IntelliPlus électricité.
V.2.Installation de notre projet :
L’installation électrique de notre siège administratif (prises, éclairage, positionnement
des armoires) est affichés dans l’ANNEX, et les symboles électriques de cette installation sont
indiqués sur le tableau suivants :

Désignations Symboles

Interrupteur simple allumage

Interrupteur double allumage

Interrupteur va-et-vient.

Bouton poussoir.

Prise de courant

Tableau de distribution (armoire)

Boite de dérivation
Représenter le circuit 2× 1.5
(phase ; neutre)

Représenter le circuit 3× 1.5

Représenter le circuit 2× 2.5

Tableau. V.1. symboles électriques

UDBKM 64
Chapitre V Bilan de Puissance

V.3.Le logiciel IntelliPlus Electricité :

IntelliPlus Electricité est un logiciel de calcul et dessin d’installations électriques BT.


Destiné aux ingénieurs il permet de concevoir en 3D et 2D le bâtiment, d’y implanter et
dimensionner l’installation électrique conformément à la norme Européenne HD 384 et sa
déclinaison française la NF C15-100. Son environnement très proche d’AutoCAD facilite la
prise en main des professionnels et lui permet d’offrir une compatibilité maximale avec ce
dernier. Le logiciel génère automatiquement tous les plans au format DWG à partir du projet.

V.4.Bilan de puissance :

D’après le logiciel Intelliplus Electricité, nous avons obtenu les résultats des calculs
des différentes armoires de notre bâtiment, et ses résultats (tableaux) sont indiqués comme
suite

V.4.1. 4 eme étage :

 Tableau W.T :
Facteur de correction
Facteur de puissance

Courant de ligne (A)


Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
(mm2)
(kW)
(m)

(A)

W.T 4,84 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 7,01


W.1 16,1 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
W.2 16,3 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
W.3 14,2 0,4 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 1,74
W.4 46,9 0,16 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,696
W.5 12 0,6 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,61
W.6 26,3 0,16 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,696
W.7 18,2 0,12 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,522
W.8 20,5 0,64 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,784
W.9 16 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173

Tableau .V.2. W.T

UDBKM 65
Chapitre V Bilan de Puissance

Ce tableau de distribution contient 9 dépares (3 pour les prises, 6 pour l’éclairage, les
calculs sont déjà indiques), tel que nous remarquons la charge de cet armoire est de 4.84 kW,
et le courant de ligne est de 7.01 A à l’intermédiaire d’un câble d’une section de 4 mm2.cette
armoire est protégée par un fusible de 20 A.

 Tableau V.T :

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kW)
(m)

(A)

(A)
V.T 6,66 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,652
V.1 12,9 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
V.2 11,7 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
V.3 15 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
V.4 20,1 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
V.5 17,2 0,54 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,348
V.6 21,2 0,64 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,784
V.7 19,6 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173
V.8 17,6 0,48 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,088
V.9 16,9 0,64 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2.784

Tableau .V.3. V.T

On remarque que ce tableau comporte 9 départs (5 pour l’éclairage, 4 pour les prises),
au temps que la charge de cet armoire est de 6.66 kW, avec un courant de ligne de 9.652 A, et
alimenter par un câble de section de 4 mm2.cette armoire est protégée par un disjoncteur de
20A.

UDBKM 66
Chapitre V Bilan de Puissance

 Tableau U.T :

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kW)
(m)

(A)

(A)
U.T 5.14 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 7,449
U.1 12,5 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
U.2 15,6 1.2 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 5.217
U.3 12,2 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
U.4 27 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
U.5 13,7 0,6 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,61
U.6 38 0,36 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 1,565
U.7 12,1 0,28 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 1.217
U.8 25 0,5 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,173

Tableau .V.4. U.T.

Dont ce tableau on indique la charge de cette armoire est de 5.14 KW puis on passe au
courant de ligne avec une valeur 7.449A qui est transmise par un câble de 4 mm2 et toujours
ce tableau est protège par un fusible de 20A.ansi que dans cette armoire il y a 4 dépare pour
les prise et 4 pour l’éclairage.

 Tableau S.T :
Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kW)
(m)

(A)

(A)

S.T 16,64 Tableau 1 J1VV-R 16 52 0,964 50,13 25 24,11


S.W 12,4 4,84 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 7,01
S.V 18,2 6,66 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,652
S.U 1,6 5,14 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 7,449

Tableau .V.5. S.T.

UDBKM 67
Chapitre V Bilan de Puissance

Ce tableau représente l’armoire général de ce étage, il appartient les dépares (S.W,


V.T, S.U) pour les armoires (W.T, V.T, U.T) que l’on déjà expliquée.

La charge de l’armoire (S.T) est de 16.64 kW avec un courant de ligne de 24.11 A qui
transmise par une section de câble de 16 mm2, et comme protection nous utilisons un
disjoncteur de 25 A.

V.4.2. 3 eme étage :

 Tableau R.T

Facteur de correction
Facteur de puissance

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)

de fusible (A)
Type de

(mm2)
câble
(kw)
(m)

(A)

(A)
R.T 7,12 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 10,31
R.1 9,9 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
R.2 18,7 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
R.3 15,5 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
R.4 8,3 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2.61
R.5 14,6 1,2 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 5,217
R.6 22,4 0,48 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,088
R.7 17,9 0,12 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,522
R.8 20,6 0,24 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 1,044
R.9 22,4 0,8 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3.477
R.10 18,9 0,88 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,825
R.11 19,7 0,8 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,477

Tableau .V.6. R.T.

Ce tableau de distribution dispose de 11 dépare.les calcules de celui-ci sont bien


illustré et détaillé, tel que nous remarquons la charge de cet armoire est de 7.12 kW, et le
courant de ligne est de 10.31 A à l’intermédiaire d’un câble d’une section de 4 mm2.cette
armoire est protégée par un fusible de 20 A.

UDBKM 68
Chapitre V Bilan de Puissance

 Tableau Q.T

Facteur de correction
Facteur de puissance

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)
Q.T 6,56 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,507
Q.1 12,5 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
Q.2 15,3 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
Q.3 10,7 1.2 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 5.21
Q.5 26,1 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,129
Q.6 16,5 0,8 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,477
Q.7 23 0,16 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,696
Q.8 18,6 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,129
Q.9 16,4 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173

Tableau .V.7. Q.T

Ce tableau la est caractérisée par un 9 départ et par un câble de section 4 mm2 qui
support 9.507 A. Plus une charge de la ligne 6.56 kW .cette armoire est protégée par un
disjoncteur de 20A.

 Tableau P.T
Facteur de puissance

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
Facteur de
correction
(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)

P.T 6.16 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 8,927


P.1 5,7 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
P.2 20.5 1 Prises 1 H07V-U 2.5 18 0.964 17.35 16 4.347
P.3 22,5 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4.347
P.4 13,3 0,160 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,695
P.5 23,1 0,120 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,521
P.6 21,4 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4.173
P.7 19,2 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4.173
P.8 17,1 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4.173

Tableau .V.8. P.T

UDBKM 69
Chapitre V Bilan de Puissance

Ainsi que dans cette armoire il y a 3 dépare pour les prise et 5 pour l’éclairage. Dans
ce tableau on indique la charge de cette armoire est de 6.16 KW puis on passe au courant de
ligne avec une valeur 8.92A qui est transmise par un câble de 4 mm2 et toujours ce tableau
est protège par un fusible de 20A.

 Tableau O.T
Longueur de ligne (m)

Intensité maximale de
Facteur de correction
Facteur de puissance

Courant admissible

Courant admissible
Segment de réseau

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

cond. norm (A)


Type de charge

Type de câble

fusible (A)
(mm2)
(kw)

(A)

(A)
O.T 19,84 Tableau 1 J1VV-R 10 39 0,964 37,6 35 28,75
O.R 13,7 7,12 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 10,31
O.Q 19,5 6,56 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,507
O.P 2,9 6.16 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 8,927

Tableau .V.9. O.T

Ce tableau représente l’armoire général de ce étage, il appartient les dépares (O.R,


O.Q, O.P) pour les armoires que l’on déjà expliquée.

l’armoire (O.T) regroupe les trois tableaux secondaires (Q.T, P.T, R.T) tel que la
charge 19.84 KW avec un courant de ligne de 28.75 A qui transporte par une section de câble
de 10 mm2, et comme protection nous utilisons un disjoncteur de 35 A.

UDBKM 70
Chapitre V Bilan de Puissance

V.4.3. 2 éme étage.

 Tableau N.T

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
admissible (A)
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
admissible
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

Courant

Courant
(mm2)
(kw)
(m)

(A)
N.T 10,2 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 14.78
N.1 18 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
N.2 14,5 1,2 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 5,217
N.3 16,2 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
N.4 17,1 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4.347
N.5 12,8 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
N.6 7,9 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
N.7 21 0,16 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,696
N.8 14 0,6 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,61
N.9 27,1 0,8 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,477
N.10 23,3 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173
N.11 16,1 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,129
N.12 24 0,64 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,784
N.13 20,6 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,129

Tableau .V.10. N.T

Ce tableau la est disposé par 13 départ et par un câble de section 4 mm2 qui support
14.78 A. Plus une charge de la ligne 10.2 kW .cette armoire est protégée par un disjoncteur de
20A.

UDBKM 71
Chapitre V Bilan de Puissance

 Tableau M.T

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)

de fusible (A)
Type decâble
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)
M.T 7.12 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 10,31
M.1 9,5 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
M.2 12,5 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
M.3 9,2 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
M.4 18,7 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
M.5 16,1 1,2 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 5,217
M.6 21 0,12 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,522
M.7 22,5 0,48 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,088
M.8 19,1 0,8 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3.477
M.9 19,8 0,24 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 1,044
M.10 19 0,88 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,825
M.11 19,1 0,8 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,477

Tableau .V.11. M.T

Dans ce tableau on indique la charge de cette armoire est de 7.12 KW puis on passe au
courant de ligne avec une valeur 10.31 A qui est transmise par un câble de 4 mm2 et toujours
ce tableau est protège par un fusible de 20A.ansi que dans cette armoire il y a 5 dépare pour
les prise et 6 pour l’éclairage.

UDBKM 72
Chapitre V Bilan de Puissance

 Tableau L.T

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)
L.T 6,72 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,739
L.1 11,8 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
L.2 15,8 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
L.3 19.4 1.2 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 5.22
L.4 22,7 0,16 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,696
L.5 23,5 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,129
L.6 20,6 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173
L.7 19 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,129
L.8 16,5 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173

Tableau .V.12. L.T

Ainsi que dans cette armoire il y a 3 dépare pour les prise et 5 pour l’éclairage. Dont
ce tableau on indique la charge de cette armoire est de 6.72 KW puis on passe au courant de
ligne avec une valeur 9.73 A qui est transmise par un câble de 4 mm2 et toujours ce tableau
est protège par un disjoncteur de 20 A.

 Tableau K.T
Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

cond. norm (A)


Type de charge

Type de câble

de fusible (A)
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)

K.T 23.88 Tableau 1 J1VV-R 10 39 0,964 37,6 35 34,60


K.N 7,6 10,2 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 14.78
K.M 13,2 6,96 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 10,09
K.L 19,4 6,72 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,739

Tableau .V.13. K.T

UDBKM 73
Chapitre V Bilan de Puissance

Ce tableau représente l’armoire général de ce 2 eme étage, il appartient les dépares (K.N, K.M,
K.L) pour les armoires (N.T, M.T, L.T) que l’on déjà expliquée.

La charge de l’armoire (K.T) est de 2.88 kW avec un courant de ligne de 34.6 A qui
transmise par une section de câble de 10 mm2, et comme protection nous utilisons un
disjoncteur de 35 A.

V.4.4. 1er Etage :

 Tableau J.T

Facteur de correction
Facteur de puissance

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

de fusible (A)
cond.norm (A)
Type de câble

(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)
J.T 10,50 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 15,217
J.1 15,2 1,2 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 5,217
J.2 15,4 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
J.3 18,8 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
J.4 14,4 1,2 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 5,217
J.5 12,3 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
J.6 7,7 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
J.7 20,9 0,16 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,696
J.8 23,4 0,80 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,487
J.9 23,7 0,64 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,784
J.10 16,5 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,129
J.11 19,9 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,129
J.12 16,6 0,54 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,47
J.13 22,1 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173

Tableau .V.14. J.T

On remarquera que le calibre de disjoncteur général est de 20 A. On indique la charge


de cette armoire est de 10.5 KW puis on passe au courant de ligne avec une valeur de 15.21 A
qui est transmisse par un câble de 4 mm2. Il y a 13 départs dans cette armoire.

UDBKM 74
Chapitre V Bilan de Puissance

 Tableau I.T

Intensité maximale de
Facteur de correction
Facteur de puissance

Courant de ligne (A)


Courant admissible

Courant admissible
Segment de réseau
Longueur de ligne

Section calculée
Charge de ligne

cond. norm (A)


Type de charge

Type de câble

fusible (A)
(mm2)
(kw)
(m)

(A)
I.T 6,56 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,50
I.1 31,9 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3.129
I.2 17,2 1,2 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 5,217
I.3 18 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
I.4 15,2 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
I.5 4,4 0,16 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,696
I.6 22,2 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173
I.7 25,4 0,72 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,129
I.8 16,7 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173

Tableau .V.15. I.T

Ce tableau la est caractérisée par un 8 départ et par un câble de section 4 mm2 qui
support 9.50 A. Plus une charge de 6.56 kW. Le disjoncteur général de cette armoire est de
calibre de 20 A.

UDBKM 75
Chapitre V Bilan de Puissance

 Tableau H.T

Courant admissible (A)


Section calculée (mm2)
Charge de ligne (kw)
Longueur de ligne (m)

Intensité maximale de
Facteur de correction
Facteur de puissance

Courant admissible
Segment de réseau

Courant de ligne
Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

fusible (A)

(A)
H.T 6,88 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,971
H.1 11 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
H.2 12,7 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
H.3 17 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
H.4 9,9 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
H.5 16,3 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
H.6 20,5 0,24 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 1,044
H.7 18,2 0,12 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,522
H.8 18,4 0,8 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,477
H.9 24,5 0,64 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,784
H.10 20,3 0,8 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,477
H.11 22,5 0,48 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,088

Tableau .V.16. H.T

Ce tableau de distribution dispose de 11 dépare.les calcules de celui-ci sont bien


illustré et détaillé, tel que nous remarquons la charge de cet armoire est de 6.88kW, et le
courant de ligne est de 9.97 A à l’intermédiaire d’un câble d’une section de 4 mm2.cette
armoire est protégée par un disjoncteur de 20 A.

UDBKM 76
Chapitre V Bilan de Puissance

 Tableau G.T

Facteur de correction
Facteur de puissance

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

Type de câble

de fusible(A)
cond.norm
(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)
G.T 24 Tableau 1 J1VV-R 10 39 0,964 37,6 35 34,78
G.J 7,5 10,4 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 15,07
G.I 19,4 6,72 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,739
G.H 13,9 6,88 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,971

Tableau .V.17. G.T

Ce tableau représente l’armoire général de ce étage, il appartient les dépares (G.J, G.I,
G.H) pour les armoires que l’on déjà expliquée.

L’armoire (G.T) regroupe les trois tableaux secondaires (J.T, I.T, H.T) tel que la
charge 24 KW avec un courant de ligne de 34.78 A qui transmise par une section de câble de
10 mm2, et le disjoncteur général de cette armoire est de calibre de 35 A.

V.4.5. RDC :

 Tableau E.T
Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kW)
(m)

(A)

(A)

E.T 6,720 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,73


E.2 60,7 1,76 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 7,653
E.3 24,5 1,4 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 6,087
E.4 18,5 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4,347
E.5 19,1 0.88 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3.82
E.6 19 1,68 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 7,305

Tableau .V.18. E.T

UDBKM 77
Chapitre V Bilan de Puissance

Dans ce tableau on indique la charge de cette armoire est de 6.72 KW puis on passe au
courant de ligne avec une valeur 9.73 A qui est transmise par un câble de 4 mm2 et toujours ce
tableau est protège par un fusible de 20A, ainsi que dans cette armoire il y a 6 dépares.

 Tableau D.T

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kW)
(m)

(A)

(A)
D.T 3,76 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 5,507
D.1 16,2 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
D.2 15 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
D.3 10 1,08 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,695
D.4 21,1 0,20 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,869
D.5 14 0,16 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,696
D.6 31,1 0.96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4.173
Tableau .V.19. D

Ce tableau contient 6 depares (prises, éclairage), et la charge de cette armoire est de


3.76 Kw , et 5.507 A pour le courant de ligne .et 4mm2 pour la section du câble de l’armoire.

Et pour le calibre du disjoncteur général qui protéger l’armoire est de 20 A.

UDBKM 78
Chapitre V Bilan de Puissance

 Tableau C.T

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)
C.T 4,88 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 7.072
C.1 24,2 0,88 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3,825
C.2 24,4 1 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 4.34
C.3 17 0,6 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 2,61
C.4 16,6 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
C.5 16,5 0,16 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,696
C.6 55,9 0,08 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,347
C.7 21,9 0.88 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 3.825
C.8 27,6 0,320 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 1.391
C.9 47,2 0,12 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,522

Tableau .V.20. C.T

Ce tableau de distribution dispose de 9 dépare.les calcules de celui-ci sont bien illustré


et détaillé, tel que nous remarquons la charge de cet armoire est de 4.88 kW, et le courant de
ligne est de 7.072 A à l’intermédiaire d’un câble d’une section de 4 mm2.cette armoire est
protégée par un disjoncteur de 20 A.

 Tableau B.T
Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

Type de câble

de fusible (A)
cond.norm
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)

B.T 15,36 Tableau 1 J1VV-R 6 29 0,964 27,96 25 22,26


B.E 19,1 6,720 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 9,73
B.D 10,4 3,76 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 5,570
B.C 3,1 4,88 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 7.072

Tableau .V.21. B.T

UDBKM 79
Chapitre V Bilan de Puissance

Ce tableau représente l’armoire général de ce étage, il appartient les dépares (B.D,


B.E, B.C) pour les armoires que l’on déjà expliquée.

L’armoire (B.T) regroupe les trois tableaux secondaires (D.T, E.T, C.T) tel que la
charge 15.36 KW avec un courant de ligne de 22.26 A qui transmise par une section de câble
de 6 mm2, et le disjoncteur général de cette armoire est de calibre de 25 A.

V.4.6. Sou soul

 Tableau F.T

Courant admissible

Courant admissible

Intensité maximale
Segment de réseau

Longueur de ligne

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

cond.norm (A)
Type de câble

de fusible (A)
Facteur de

Facteur de
correction
puissance

(mm2)
(kw)
(m)

(A)

(A)
F.T 4,2 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 6.086
F.1 20,5 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
F.2 20,5 0,44 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 1,914
F.3 27,2 0,160 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 0,695
F.4 18,3 0,8 Prises 1 H07V-U 2,5 18 0,964 17,35 16 3,477
F.5 28,9 0,560 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2.434
F.6 32,3 0,48 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 2,088
F.7 30,2 0,96 Eclairage 1 H07V-U 1,5 13,5 0,964 13,01 10 4,173

Tableau .V.22. F.T

Ce tableau de distribution dispose de 7 dépare.les calcules de celui-ci sont bien illustré


et détaillé, tel que nous remarquons la charge de cet armoire est de 4.2 kW, et le courant de
ligne est de 6.086 A à l’intermédiaire d’un câble d’une section de 4 mm2.cette armoire est
protégée par un disjoncteur de 20 A.

UDBKM 80
Chapitre V Bilan de Puissance

 Tableau General AT :

Longueur de ligne (m)

Intensité maximale de
Facteur de correction
Facteur de puissance

Courant admissible

Courant admissible
Segment de réseau

Courant de ligne
Section calculée
Charge de ligne

Type de charge

Type de câble

fusible (A)
cond.norm
(mm2)
(kw)

(A)

(A)
A.T 103,6 Tableau 1 J1VV-R 120 172 0,964 165,8 160 150.1
A.S 40 16,64 Tableau 1 J1VV-R 16 52 0,964 50,13 25 24.11
A.O 30.18 19,48 Tableau 1 J1VV-R 10 39 0,964 37,6 35 28,23
A.K 19.32 24,08 Tableau 1 J1VV-R 10 39 0,964 37,6 35 34,9
A.G 10.2 24 Tableau 1 J1VV-R 10 39 0,964 37,6 35 34,78
A.F 11.3 4,2 Tableau 1 J1VV-R 4 23 0,964 22,17 20 6.086
A.B 2,4 15,2 Tableau 1 J1VV-R 6 29 0,964 27,96 25 22,03

Tableau .V.23. A.T

Ce tableau la représente l’armoire générale de notre bâtiment qui alimente touts le


étages (4 étages+RDC+sous-sol).

Cette armoire comporte 6 dépares (A.B, A.F, A.G, A.K, A.O, A.S).le calibre de
disjoncteur général de l’armoire A.T est de 160 A, et pour le courant admissible est de 165.8
A, et 150.1 A pour le courant de ligne, et la charge de ligne est de 103.6 KW avec 120 mm2
pour la section de câble.

UDBKM 81
Chapitre V Bilan de Puissance

V.5.Transformateur :

A partir de la puissance totale foisonnée Pf fournie par le bilan de puissance, la


puissance de la source d’alimentation (Ptr) s’obtient par l’expression de l’équation (IV.18).
Alors :
103,6×1.2=124.32 KW

Il suffit de sélection ensuite dans un catalogue constructeur, le transformateur de


puissance directement supérieure à la valeur calculée, donc nous choisissons un
transformateur de 160 KVA.

V.6.Conclusion :

Dans le 5 eme chapitre on a calculé le bilan puissance de notre installation, et on a


choisi le transformateur optimal qui alimente notre siège administratif.

UDBKM 82
Conclusion générale

Conclusion générale :

A l’aboutissement de ce modeste travail et au regard des résultats obtenus, ainsi qu’à


travers ce projet nous avons su interpréter les connaissances théoriques que nous avons reçu le
long de ce trajet.

Même si ca peut paraitre simple à réaliser théoriquement, la mise en œuvre de cette


étude nous a demandé beaucoup d’attention. Et comme cette dernière est basée sur le calcul
des grandeurs de l’installation pour déterminer le bilan de puissance et de choisir le
transformateur optimal qui représente la source d’alimentation de notre bâtiment
administratif.

En générale, au cours de ce projet, nous avons l’opportunité de se familiariser avec des


logiciels tels que DIALux, autoCAD, et IntelliPlus.

En fin, nous estimons que ce travail a été d’une grande utilité pour nous et qu’il sera
bénéfique pour les promotions à venir.

UDBKM 83
Bibliographies

[1] www.rbq.gouv.qc.ca/electricite/la-rbq-et-lelectricite/reglementation/definition-dune-
installation-electrique.html.

[2] Le grand livre de l’électricité/Thierry Gallauziaux ; David Ferdullo/ 2010.

[3] Réseaux publics d’électricité.

[4] thème : étude d’installation électrique du projet de construction du siège du


parlement/Toungara Yaya/ Décembre 2010.

[5] L’installation électrique dans l’Habitat existant /Elodie Diederichs/ septembre 2011.

[6] Installation électrique d’un pavillon de type T7 / www.electrotechnique-fr.com.

[7] L’éclairage artificiel (Guide RefCad nR27.a).

[8] http://conseils.xpair.com/actualite_experts/installations-eclairage-regles-methodes.htm.

[9] Etude de l’éclairage d’une salle de classe / Laetitia Ferré /janvierv2012.

[10] Eclairement des locaux méthodes de calcul règles d’entretien /Pas Peugeot/
janvier1997.

[11] guide pratique et technique de l’éclairage résidentiel / centre scientifique et technique de


la construction /document rédigé dans le cadre du projet de recherche ECLOS.

[12] Note de calcul éclairagisme méthode de calcul/CMIDI / 2016.

[13] Fiche technique: installation électrique du logement (agence national de l’habitat).

[14] Règles générales de conception d’une installation électrique /Schneider électrique/


20-01-2010.

[15] Dimensionnement et protection des installations électriques BT (ABB Marché tertaire).

[16] détermination de la section de conducteur (Schneider électrique)/ 6883 427/A.


[17] conception d’une école selon les normes d’un bâtiment vert al bateen –abou dhabi
maatouk.roula/ 8 Novembre 2010.

[18] guide de l’installation électrique 2010 Schneider électrique (Etienne Tison).


Annexe

L’étage RDC :

Fig.III.1 : disposition de la lumière dans la salle d’exposition.

Fig.III.2 : disposition de la lumière dans les escaliers de RDC.

UDBKM
Annexe

Fig.III.4 : disposition de la lumière dans les entrées.

Fig.III.4 : disposition de la lumière dans Fig.III.5 : disposition de la lumière dans

le bureau de secrétariat. les toilettes.

UDBKM
Annexe

L’étage 1 ; 2 et 3 :

Fig.III.6 : disposition de la lumière dans Fig.III.7 : disposition de la lumière dans

Le bureau de travail La salle d’archive

Fig.III.8 : disposition de la lumière dans les escaliers

UDBKM
Annexe

Fig.III.9 : disposition de la lumière dans Fig.III.10: disposition de la lumière dans

Bur .de travail 26.75 m2. le bur .de travail.

Fig.III.11: disposition de la lumière dans le bur.de travail 23.03 m2.

UDBKM
Annexe

Fig.III.12 : disposition de la lumière dans le dépôt.

Fig.III.13 : disposition de la lumière dans la salle d’archive.

UDBKM
Annexe

Fig.III.14: disposition de la lumière dans la s.de réunion.

Fig.III.15 : disposition de la lumière dans la salle de travail.

UDBKM
Annexe

Fig.III.16: disposition de la lumière dans la salle de conférence.

Fig.III.17: disposition de la lumière dans Fig.III.18 : disposition de la lumière dans

Loge. Les toilettes.

UDBKM
Annexe

4eme étage

Fig.III.19 : disposition de la lumière dans l’assistant charge d’audit et d’analyse.

Fig.III.20 : disposition de la lumière dans l’assistant charge d’informatique.

UDBKM
Annexe

Fig.III.21 : disposition de la lumière dans Fig.III.22 : disposition de la lumière dans

La cuisine le secrétariat.

Fig.III.23 : disposition de la lumière dans les terrasses.

UDBKM
Annexe

Fig.III.24 : disposition de la lumière dans le secrétariat.

Fig.III.25 : disposition de la lumière dans l’agent adm qualifié.

UDBKM
Annexe

Fig.III.26 : disposition de la lumière dans le bureau de DG.

UDBKM
ANNEXE

Les symboles électriques :

Désignation Les Symboles

Point de l’éclairage
(schéma architectural)

Prise de courant
(schéma architectural)
Interrupteur
(schéma architectural)
Interrupteur
(schéma développé)

Lampe d’éclairage

Prise de courant
(schéma multifilaire)

Conducteur de phase

Conducteur de neutre
Conducteur de protection
(terre)

Les conducteurs :

[Tapez un texte] Page 1